la décolonisation passe d’abord par le sevrage idéologique (Steven Newcomb)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, crise mondiale, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 10 décembre 2016 by Résistance 71

“Les Américains sont le seul peuple, à l’exception des Boers, qui, de mémoire d’homme, ont totalement balayé la population autochtone du sol où ils se sont installés.”
~ Frantz Fanon ~

Fanon ajoute en note de bas de page de son livre “Peau noire, masques blancs”, d’où est tirée et au sujet de cette citation:

“En passant, signalons que les Caraïbes ont subi le même sort aux mains des aventuriers espagnols et français.”

“… Ce nazisme là, on l’a supporté avant de le subir, on l’a absout, on a fermé l’œil dessus, on l’a légitimé, parce que jusque là, il ne s’était appliqué qu’à des peuples non européens ; que ce nazisme là on l’a cultivé, on en est responsable et qu’il sourd, qu’il perce, qu’il goutte, avant de l’engloutir dans ses eaux rouges, de toutes les fissures de la civilisation occidentale et chrétienne.”
~ Aimé Césaire ~

Parce que nous sommes tous des colonisés !…

 

La décolonisation commence dans la tête

 

Steven Newcomb

 

1er décembre 2016

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/12/01/decolonization-begins-mind

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La meilleure façon de comprendre l’idée de décolonisation commence avec la compréhension de ce qu’est la colonisation, qui est un processus de guerre qu’une nation mène contre une autre. La colonisation est le moyen par lequel une nation envahisseuse ou un empire entre de manière forcée sur le territoire d’une autre nation ou d’un peuple afin de soumettre cette nation/peuple et d’exploiter pour un profit la terre et les ressources de la nation envahie et a laquelle terre et ressources appartiennent de droit (NdT: Newcomb utilise toujours la sémantique occidentale judéo-chrétienne pour illustrer la position réelle de l’affaire. Dans la pratique, il convient ici de rappeler que les nations amérindiennes en l’occurrence, n’ont aucun concept de propriété. Pour elles, la terre et ses ressources n’appartiennent à personne et à tout le monde. Elles sont faites pour être partagées en harmonie et en équilibre avec la nature. Ainsi quand les autochtones disent aux colons en substance “vous n’avez aucun droit de nous exploiter et d’exploiter cette terre qui nous appartient”, ils utilisent le langage occidental qui seul, a un sens pour les colons envahisseurs…).

Parce que les terres et les ressources appartiennent de droit à ceux qui vivaient déjà dans cet endroit envahi et colonisé, les envahisseurs ont besoin d’individus intellectuellemet puissants étant capables de développer des arguments qui créeront la fausse impression que les actions injustes et illégales des colonisateurs (et colons établis) sont de fait justes et légales.

Le juge de la cour suprême des États-Unis John Marshall démontre ce rôle en particulier lorsqu’il dit dans son rendu de l’affaire Johnson contre M’Intosh (1823) qu’un “prétexte extravagant” (fausse prétention) devient la “loi de la terre” si le pays des Etats-Unis et son économie dépendent de la prétention (fausse) d’être ainsi considérés.

Des hommes blancs tels Marshall, Joseph Story (NdT: un autre juge de la CS) et bien d’autres ont utilisé des idées et des métaphores comme armes primordiales contre nos nations libres et originelles. Ce sont ces armes qui sont sans cesse brandies contre nos peuples et nations et ce indépendamment de qui se trouve au pouvoir. La génération actuelle de fonctionnaires dans l’appareil d’état américain l’ont plus facile dans la mesure où ils n’ont pas à inventer ces arguments. Ils ne font qu’utiliser contre nos nations les idées coloniales et les arguments idoines qui leur ont été passés par les fonctionnaires des gouvernements du passé.

Le fait que des idées et des métaphores soient le produit de l’esprit veut dire que nous sommes bloqués dans une lutte d’influence mentale de haut niveau avec les Etats-Unis. Le système idéologique que les Etats-Unis utilisent contre nous ramène la chose à jouer aux échecs sans votre reine dès le départ, tandis que votre adversaire lui a toutes ses pièces en place. Le contexte est fait et fabriqué pour que vous perdiez, le jeu est truqué car vous ne possédez pas la pièce la plus importante.

La colonisation demande une grosse et pointue activité mentale. Il est donc logique que la décolonisation en fasse de même. Un langage donné est une plateforme d’idées et d’arguments. Les nations qui ont été envahies et colonisées doivent travailler d’arrache-pied afin de maîtriser la langue des envahisseurs sans perdre leurs propres idées, en utilisant la bonne activité mentale afin de défier efficacement les colonisateurs, leurs idées et leurs arguments qui sont utilisés pour justifier de l’invasion et de l’impostion d’un système d’oppression.

Une fois que la nation colonisatrice a envahi par la force le territoire de l’autre nation, elle commence alors à utiliser la terreur pour imposer un règne de domination et de contrôle, forçant par là-même des propres idées sur les peuples vivant dans l’espace conquis. Ce processus, étape par étape, par lequel une nation force un système de domination sur une autre nation ou un autre peuple a été communément appelé un “processus de civilisation”, l’imposition d’un schéma culturel sur une population qui est étrangère.”. Je l’appelle plus simplement par le nom qu’elle mérite le plus: la domination.

Les Etats-Unis ont inventé une “loi” fédérale indienne. C’est un système d’idée comprenant des concepts et des arguments méticuleusement fabriqués pour donner le pouvoir et le bénéfice aux Etats-Unis d’Amérique, tout en amenuisant et en volant nos nations.
Ame (amour) Rica (richesses et fortune). Le rêve américain est le rêve de richesses et de fortune fondé sur la domination de la terre et l’exploitation des ressources de nos nations libres originelles.

L’élite intellectuelle américaine, travaillant pour un amour des richesses et de la fortune, a passé plus de deux siècles d’efforts et d’énergie ainsi que de dépenses monétaires afin de fabriquer des idées et des arguments qui retireraient le pouvoir et voleraient nos nations originelles et libres. Le système de domination qu’est la loi fédérale indienne est fait d’idées. Les idées sont un produit de l’esprit et de l’activité mentale (pensée). C’est pour cela que la libération de nos nations demande un grand effort de pensée et de dépense d’énergie. La décolonisation commence dans la tête, en esprit, avec une pensée attentive et informée et la passion certaine de vouloir construire des contre-arguments.

Parce que nos nation originelles ont été colonisées (envahies, opprimées et volées), nous devons gagner la maîtrise sur le système de langage des envahisseurs. Nous devons ensuite gagner une maîtrise de leur système idéologique et d’argumentation. Puis nous devons mettre en place et créer nos propres contre-arguments. Ceci peut prendre des décennies d’activité intense. Une très grande somme de recherche, d’écriture et d’activité mentale, intellectuelle est requise pour y parvenir. Dans cette ère Trump dans laquelle nous nous trouvons maintenant, qui est aussi une ère de capacité de concentration très courte, de “télé réalité” et de programmes/agendas forcenés, combien d’entre nous ont-ils le temps de se consacrer à cette somme massive de travail qui attend ?

Une barrière qui se tient en travers de la voie de la décolonisation est le grand nombre de personnes parmi notre propre peuple qui a été capable au fil du temps d’acquérir une maîtrise suffisante du système de langage de l’envahisseur et de son système d’argumentation, mais seulement pour en faire une “carrière” afin de s’en sortir au sein de ce système plutôt que de le critiquer et de lutter contre. Bien malheureusement, il y a un bon nombre de nos frères qui n’est pas prêt à s’engager dans la somme de travail mental et intellectuel nécessaire pour se libérer et pour défier l’empire américain et son système pointu d’idées et d’arguments.

Parce que le langage crée et constitue la réalité, demeurer au sein des limites du système idéologique de l’envahisseur, particulièrement celles trouvées dans le système légal et politique fédéral sur les Indiens, revient à rester dans les limites du système de réalité de domination des colonisateurs.

Je pense qu’il y a une bizarre croyance non-dite par laquelle bien des gens de notre peuple sont inconsciemment incapacités.

Certaines personnes ont la compréhension que c’est hors-la-loi de “défier le système de domination.”

Voici le message que nous devrions délivrer à l’administration Trump: Le “droit à la domination” n’existe pas !

Les quatre prochaines années vont rendre nécessaire que nos nations originelles et libres consolident les efforts et que nous nous mobilisions bien plus efficacement que dans le passé, en fait comme si nos vies et celles des générations futures en dépendaient, ce qui est le cas.

Debout avec Standing Rock ! L’eau c’est la vie !

Guerre impérialiste en Syrie… L’empire échec et mat ?…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 9 décembre 2016 by Résistance 71

En Syrie la fête est finie pour les charlatans

 

Bruno Guigue

 

7 décembre 2016

 

Source:

http://arretsurinfo.ch/en-syrie-la-fete-est-finie-pour-les-charlatans/

 

Avec la prochaine libération d’Alep, le rêve des charlatans de la révolution syrienne vire au cauchemar, il prend des allures d’enfer dantesque. Après des années de proclamations ronflantes sur la « victoire imminente » des insurgés, cette aventure qui n’avait de révolution que le nom tourne au désastre. Elle s’effondre de toutes parts, disparaissant sous ses propres décombres. Après les rodomontades, voici la débandade ! Hagards, hirsutes, les desperados du takfir, exhumant de leur trou leurs carcasses fatiguées, finiront par se rendre les uns après les autres. Alep devait être la « capitale de la révolution syrienne ». Erreur. Elle est le cimetière d’une contre-révolution sponsorisée par Riyad. Abandonnant le terrain face à l’armée nationale, les mercenaires wahhabites, désormais, ont le choix entre la mort ou la reddition.

En sonnant le glas d’une insurrection télé-guidée de l’étranger, la débâcle d’Alep dissipe une énorme supercherie. Il aura fallu six années de malheur pour que cette tragédie provoquée et entretenue par une avalanche de pétrodollars sur fond de crise régionale apparaisse sous son vrai jour. Ce n’était pas une révolution, mais une opération ratée de « regime change » voulue par Washington et ses alliés. De l’aveu d’Hillary Clinton elle-même, cette opération fut menée en utilisant des organisations terroristes dont la maison-mère (Al-Qaida) était déjà une coproduction saoudo-américaine dans les années 80. Al-Nosra, Daech et consorts, à leur tour, furent mis au service d’une stratégie du chaos qui visait à pulvériser les Etats de la région au profit d’entités ethno-confessionnelles dont la fragmentation garantirait la docilité.

Il en résulta une farce sanglante, désormais ensevelie sous les gravats de cette ville martyrisée par une guerre impitoyable que provoqua l’appétit de domination impérialiste allié au fanatisme sponsorisé de desperados crétinisés jusqu’au dernier centimètre cube de leur cerveau. Le pire n’est jamais sûr, dit-on, mais on eut droit à tout ce qu’il était possible de faire, y compris l’inimaginable ! Des dirigeants occidentaux qui prétendent combattre les terroristes tout en leur procurant des armes au nom des droits de l’homme. Des puissances étrangères qui infligent un embargo sur les médicaments à des populations civiles coupables de ne pas combattre leur gouvernement. Des familles royales sanguinaires et débauchées qui donnent des leçons de démocratie tout en sponsorisant la terreur. Des intellectuels français qui exigent comme un impératif moral le bombardement d’un pays qui ne nous a rien fait. C’est un triste privilège, mais il faut reconnaître que le drame syrien a généré un impressionnant florilège de saloperies.

Qu’on se souvienne seulement avec quels accents enflammés les chantres hexagonaux de cette révolution-bidon nous serinaient depuis six ans qu’une glorieuse insurrection allait mettre à bas l’odieuse tyrannie ! Jour après jour, ils noyaient hypocritement d’un écran de fumée humanitaire la haine que leur inspirait cet Etat syrien dont le seul tort était de rester debout face à la coalition prédatrice des puissances occidentales et des pétromonarchies corrompues. Sans vergogne, ils couvraient de leur clameur mensongère, en les attribuant aux soldats syriens défendant leur patrie menacée, les atrocités commises par des bandes criminelles dont l’ambition monomaniaque était d’imposer la charia wahhabite et de liquider les minorités confessionnelles.

On les a vus, on les a entendus pendant de longues années, ces charlatans. Les Jean-Pierre Filiu, François Burgat, Jean-Paul Chagnollaud, Pascal Boniface, Dominique Vidal, Ziad Majed, Romain Caillet, Bruno Tertrais et consorts intoxiquèrent l’opinion de leurs mensonges en respectant scrupuleusement le cahier des charges atlantiste. Experts en affabulation, ces mythomanes multi-cartes ont craché sur la Syrie, son peuple, son armée et son gouvernement. Ils n’ont cessé de les calomnier, relayés par des journalistes dont l’inculture n’avait d’égale que leur partialité. Niant l’évidence d’un mercenariat international financé par les pétromonarchies, ces pseudo-progressistes se sont rangés, servilement, du côté d’un obscurantisme wahhabite mis au service de l’impérialisme occidental. Prenant des grands airs, ils donnaient des leçons d’humanisme tout en tressant des couronnes aux milices mafieuses et sectaires qui détruisaient la Syrie. Faisant le tri entre les bonnes et les mauvaises victimes, ils brandissaient les droits de l’homme côté cour et soutenaient les tortionnaires takfiris côté jardin.

Pour incriminer le gouvernement syrien et ses alliés, ils voulaient enrôler au service de leur cause frelatée le sort des civils assiégés à Alep, mais en omettant de dire que 80% de ces civils se trouvaient dans les quartiers protégés par le gouvernement, et que les autres, retenus prisonniers par les djihadistes, étaient utilisés par ces glorieux « révolutionnaires » comme boucliers humains. Ils voulaient nous faire croire que l’aviation russe bombardait les hôpitaux d’Alep, mais sans préciser que la majorité des hôpitaux étaient à Alep-Ouest et subissaient le feu incessant et meurtrier des mortiers rebelles. Orchestrant une indignation sélective fondée sur le déni de réalité permanent, ils ont accrédité cette monumentale escroquerie des « Casques Blancs », brillamment démasquée par une courageuse journaliste, Vanessa Beeley, qui administra à ces fumistes une leçon définitive d’honnêteté intellectuelle et de probité professionnelle.

La reconquête de la deuxième ville de Syrie par son armée nationale ne rend pas seulement l’espoir au peuple syrien, qui aperçoit désormais le bout du tunnel après tant de souffrances. Cette victoire d’une armée majoritairement composée de conscrits de confession sunnite (comme l’a récemment rappelé le géographe et excellent analyste Fabrice Balanche) ne dissipe pas seulement le mythe d’une guerre confessionnelle forgé de toutes pièces par les pousse-au-crime du wahhabisme. Cette reconquête balaye aussi d’un grand courant d’air frais, en ce victorieux mois de décembre, les miasmes putrides largués dans l’atmosphère par six années de propagande à grande échelle.

Orchestrée par les larbins de l’impérialisme US et les collabos de l’obscurantisme wahhabite (ce sont souvent les mêmes), cette propagande a diabolisé le gouvernement syrien en lui attribuant la responsabilité des crimes commis par ses adversaires. Elle a aussi diabolisé la Russie, dont l’intervention militaire en Syrie, contrairement à celle des pays de l’OTAN, respecte le droit international et frappe sans lésiner les terroristes de tous poils. Il faut vivre en France, ce pays de masochistes, pour voir la haine de la Russie se déchaîner, avec une rare violence, chaque fois qu’elle fait reculer les terroristes. A chaque défaite infligée sur le terrain aux commanditaires du massacre du Bataclan, nos charlatans hexagonaux, du gouvernement aux médias, se répandent en clameurs indignées !

Le drame syrien est un révélateur chimique. Jamais depuis Vichy notre intelligentsia ne s’était autant vautrée dans la fange, jamais elle n’avait mis un tel point de déshonneur à célébrer l’esprit collabo. Mais voilà, la roue tourne. Que reste-t-il aujourd’hui du dogme interventionniste cher aux néocons, au moment où Donald Trump le dénonce, où Vladimir Poutine mène le bal au Moyen-Orient et où l’Etat syrien expédie les mercenaires de Riyad dans les poubelles de l’histoire ? Doublement orphelins, les charlatans du droit-de-l’hommisme (à géométrie variable) risquent de perdre leur héros yankee, fatigué de mener des guerres stupides, et leur piétaille moyen-orientale, taillée en pièces par cette armée syrienne qu’ils méprisaient. Pour les charlatans, décidément, la fête est finie.

Résistance au colonialisme: résister aux infiltrations à Standing Rock ! (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2016 by Résistance 71

L’apartheid était légal.
L’holocauste était légal.
L’esclavage était légal.
Le colonialisme était (et est toujours) légal.
Ainsi, on peut constater que la légalité est une affaire de pouvoir et non pas de justice.

Retour vers le futur

Mohawk Nation News

5 décembre 2016

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/12/05/back-to-the-future/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

L’écran de fumée corporatiste continue de plus belle. Ses stratégistes ont dit: “Donnons-leur un ultimatum, puis observons comment ils, le pays et le monde réagissent. A la dernière minute, nous introduirons un faux plan disant que nous arrêtons l’oléoduc.” DAPL n’a absolument aucune crédibilité, alors les tentes et sacs de couchage doivent demeurer à Standing Rock.

A notre peuple et nos alliés: Kaiane’re:kowa, la Grande Loi de la Paix, est pour tout le monde. A l’arrivée des visiteurs (il y a quelques siècles), notre main vous fut tendue pour que nous vivions tous en co-existence avec la nature sur l’Île de la Grande Tortue. Vous avez acquiescé au Wampum Deux Rangées et à Kaiane’re:kowa, la Grande Paix. Puis vous avez renié vos promesses.

Nous avons continué à demeurer fidèle à la Grande Loi de la Paix et avons suivi ses lois naturelles desquelles toute vie est dérivée. Nous nous respectons, nous respectons la création et travaillons pour amener la paix et l’harmonie entre nous. Notre responsabilité est de protéger notre terre-mère et de la préserver en bonne santé. Si sa cicatrisation ne se fait pas immédiatement, toute vie va souffrir. On vous a montré comment la remercier quotidiennement pour tout ce qu’elle nous fournit naturellement.

Vous avez vu que le peuple forme la base du système interdépendant des relations de tous les éléments de la nature. Les femmes ont des rôles très puissants dans la vie sociale, politique et économique. Les rotiskenrakete (société de ceux qui “portent la responsabilité de la paix”), les hommes, se dévouent à la protection du peuple et de toute forme de vie.

Alors que le temps passait, on attendait de vous que vous utilisiez votre esprit et non pas que vous accomodiez des forces tyranniques extérieures ou leur matrice de contrôle. La religion et autre formes de coercition furent mis en place pour renforcer les abus de pouvoir et pour vaincre l’esprit naturel de la liberté. L’équilibre est attaqué à chaque fois que nos ressources sont tirées du sol.

Les critiques et les questionneurs indépendants furent chassés, punis, menacés, arrêtés ou assassinés. Les perpétrateurs du génocide eux, demeurent impunis. Ils doivent comparaître devant la justice du peuple et le feu du grand conseil mondial.

La classe dirigeante et son complexe militaro-industriel nous ont contrôlé, abusé et assassiné. Ils nous ont forcés à nous soumettre à leur volonté en utilisant des armes de destruction massive et se sont mis en tête de nous annihiler. Ceci se voit avec leurs tactiques incessantes et courantes à Standing Rock. Vous, nos alliés, vous êtes dressés à nos côtés et avez (temporairement) fait cesser le massacre. Nia:wen kowa (merci beaucoup).

Les conseils de bandes et de tribus corporatistes sont fondés sur la hiérarchie coloniale religieuse et ont l’habitude de nous détruire. Ils mettent en place et exécutent le programme génocidaire corporatiste. Les gens du peuple utilisent leur esprit pour essayer de continuer à faire prévaloir nos instructions originelles d’attention à l’Iˆle de la Grande Tortue. Nous devons maintenant faire le ménage dans notre propre maison. Aucun dogme ne peut nous être imposé pour instituer le pacifisme et la peur. La vérité, la réalité et la demande de la preuve de tout sont les bases naturelles de la pensée pour toute chose dans la création.
Kaia’nere:kowa est un système relationnel indépendant de tous les éléments de la nature, qui sont tous égaux, fait pour ceux qui désirent la paix et être entendus.

Les visiteurs coloniaux et les résidents ont besoin de notre consentement pour utiliser notre terre et nos ressources. Nous déciderons comment partager ces possessions. L’Indian Trust Fund peut être utilisé pour restaurer notre terr-mère dans son état naturel de santé. Notre peuple et nos alliés travailleront collectivement.

Les peuples originels auront tous les biens et chaque centimètre carré de la terre seront retournés à leurs gardiens originels et sous notre attention.

La solution au problème entrepreneurial/corporatiste est d’enlever la clause de non-responsabilité des actionnaires, ce qui les rendrait légalement responsable pour les crimes de leur entreprise. Ceci sera le premier signal que la paix commence à prendre racine. Ceci mettra fin au problème de la guerre.

Tous les groupes de la haine suivent un modèle maçonnique hiérarchique et une modalité de secret. Ils rampent et s’imicent comme des serpents dans la société en suivant le plan du diviser pour mieux règner. Ils doivent être virés de l’Île de la Grande Tortue.
Pas d’oléoducs, pas de trains bombes à retardement, pas de vols de ressources où que ce soit. Toutes transactions, interactions et vie seront fondées exclusivement sur la VERITE.

=*=*=*=

N’éteignons pas nos feux

 

Mohawk Nations News

 

6 décembre 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/12/06/lets-not-extinguish-our-fire/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ne permettez à personne de venir éteindre notre feu. Nous devons continuer à l’attiser et ne pas le laisser devenir un tas de bûches à moitié consummées. En 1973, le feu de Wounded Knee fut éteint lorsque les chefs (indiens) coloniaux ont dit à l’American Indian Movement (AIM) de partir. Le monde focalisait sur les droits de l’Homme, les meurtres et les violations des traités. Un homme fut tué. Nous savons tous que cela peut arriver.
Maintenant, Greenpeace, les célébrités du show-biz, les associations des droits de l’Homme, les environnementalistes, nos alliés et des millions de notre peuple se sont rassemblés et ont créé une énorme pression à travers le monde devant l’inhumanité, l’injustice et la criminalité. Nous nous tenons debout, côte à côte contre la corporation.

Le Corps du Génie de l’armée des Etats-Unis ne va pas donner de permis au DAPL pour déterrer nos corps et creuser notre mère !! DAPL dit “Ceci ne change rien.” S’Il n’y a personne sur place, ils vont continuer les travaux.
Le type “chef” tribal corpo Archambaut dit “L’hiver arrive. Retournez chez vous et passez les fêtes en famille.” L’hiver vient toujours. La corporation sait parfaitement qu’une fois partis, ils ne pourront plus revenir. Beaucoup ont leur famille sur place à Standing Rock.

Cela a pris près de 45 ans pour qu’un tel mouvement se reproduise de nouveau. Allons-nous encore attendre 50 ans pour le prochain ? Dans 60 ans, il n’y aura plus aucune terre viable pour planter et nourrir les gens.

Archambaut dit qu’il y a eu victoire. Nous célébrons bien prématurément. Notre moral a été boosté temporairement. Pour la première fois, des anciens combattants de toutes les couleurs se tiennent avec nous et la création. Nous devons sauver l’eau. Son empoisonnement cause des cancers digestifs parmi le gens, les animaux et les plantes.

Archambaut se réfère à Obama comme son président et le politicien du Nord-Dakota comme son gouverneur. Il admet ouvertement être un agent du gouvernement colonial. Il ne représente aucunement le peuple Lakota. C’est bien mieux pour l’entreprise lorsque les moutons se contrôlent entre eux. La forme ultime de l’esclavage est lorsque les esclaves croient qu’ils sont libres. Archambaut n’est que le chien de berger pour l’entreprise commerciale, la corporation.

Le dernier décret d’Obama devrait être: pas de nouveaux oléoducs aux Etats-Unis. Les lois de la terre sont violées. Ils fabriquent les lois qui disent que nous n’avons pas le droit d’utiliser librement notre terre, notre eau et notre air. Les camps de concentration de la FEMA sont prêts pour les défenseurs de l’eau. Donald Trump se prépare à entrer comme le fit le général Custer. Leurs jeux politiques sont toujours des jeux d’argent et de contrôle. La religion est contrôle de l’esprit, l’argent c’est la dette. Votre gouvernement est une corporation et ses actionnaires ont tous des noms et des adresses.

Le feu a été attisé et les chemins ont été débroussaillés de toutes les directions.

Santé: Nouvel épisode de la dictature vaccinale…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, désinformation, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2016 by Résistance 71

Lire notre dossier « santé et vaccins » sur Résistance 71

 

Vaccins le dernier coup de poignard de Marisol Touraine

 

Jean-Marc Dupuis

 

Décembre 2016

 

Source: Santé Nature & Innovation

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

 

Cette fois, je me suis dit que la folie s’était emparée des autorités de santé.

 

Mercredi dernier, le 30 novembre, après une année de pseudo « consultations démocratiques », le comité sur la vaccination a rendu son rapport, dans lequel il préconise de :

faire passer de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les nourrissons (plus les rappels) [1].

Cela ressemble au dernier coup de poignard de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Ainsi, dans son esprit :

  • puisque les gens demandent le retour du bon vieux vaccin DT-Polio sans aluminium ;
  • puisqu’ils n’ont pas l’air contents qu’on injecte à la place à leurs bébés un super-vaccin avec aluminium et trois vaccins non obligatoires supplémentaires,

alors la solution la plus simple, selon elle, est de :

  • rendre obligatoires tous les vaccins présents dans le super-vaccin
  • et, tant qu’on y est, rendre obligatoires encore cinq vaccins supplémentaires (pneumocoque, méningocoque C et triple vaccin ROR).

Un tel abus de pouvoir paraîtrait déjà inimaginable.

Et pourtant, ce n’est pas tout.

Ce n’est pas tout

Pour nous « assaisonner » jusqu’au bout, le comité recommande de :

mettre à la charge de la collectivité (c’est-à-dire vous et moi) les inévitables accidents qui découleraient de la généralisation des vaccins, par un « régime d’indemnisation pris en charge par la solidarité nationale », plutôt qu’à celle de l’industrie pharmaceutique (voir page 32 du rapport) ;

« la mise en œuvre sans délai de l’ensemble de ces recommandations » afin de ne pas nous laisser le temps de réagir (page 32 du rapport) ;

envisager le « changement de statut » – c’est-à-dire rendre obligatoire- du très controversé vaccin contre le papillomavirus (contre le cancer du col de l’utérus), et même d’étendre la vaccination « aux jeunes garçons » (page 33 du rapport) !

Que cherchent-ils à faire ?

À mettre le feu aux poudres ?

À déclencher un sentiment d’injustice et de révolte, et perdre le peu de crédibilité qui leur reste ?

Une vaste mascarade

Déjà, la crédibilité de cette consultation prétendument « démocratique » sur les vaccins avait été ébranlée en février lorsqu’un haut fonctionnaire avait claqué la porte du ministère de la Santé.

Ancien diplômé de Sciences-Po Paris, secrétaire général de la Conférence nationale de santé (CNS), Thomas Dietrich a démissionné pour dénoncer la « vaste mascarade » que constitue la « démocratie en santé » [2].

Il dénonçait, en particulier, le fait que le débat public sur la vaccination ait été confié à un institut faussement démocratique, fondé en 2015 et géré par une des anciennes conseillères de Marisol Touraine, l’Institut pour la démocratie en santé.

« Il lui fallait s’assurer que la démocratie en santé serait à sa botte », a-t-il expliqué au sujet de Marisol Touraine, selon « la volonté de la ministre de cadenasser l’ensemble des moyens d’expression de la démocratie en santé ».

De son côté, le quotidien Libération s’étonnait que « l’élaboration de cette parole citoyenne s’est faite en l’absence de toute publicité [3] ».

Je vous le confirme : au cas où vous vous seriez posé la question, je n’ai pas eu la possibilité de participer à ces débats prétendument ouverts, et personne dans mon entourage non plus !

La voix de son maître

Je n’ai pas été surpris de constater que les conclusions de la « consultation citoyenne » sur les vaccins reflétaient dans les plus menus détails la position personnelle de la ministre Marisol Touraine, qui avait fameusement déclaré : « La vaccination, ça ne se discute pas [4]. »

Néanmoins, je ne m’attendais pas à une telle agressivité, une telle hâte d’aller à l’encontre de la volonté des citoyens, un tel manque de respect pour les légitimes préoccupations de la population.

(la suite ci-dessous)

 

Les remèdes que votre médecin ne vous propose pas…

Que ce soit par manque de formation ou par conviction, de nombreux médecins ne proposent pas toutes les solutions à leurs patients pour soulager leurs douleurs et soigner les maladies liées à l’âge. Il existe pourtant des solutions pour vous aider à vivre en bonne santé longtemps… Rendez-vous ici pour en savoir plus.

Suite de la lettre de ce jour :

Personne ne souhaite le retour des grandes épidémies. Personne ne souhaite exposer ses enfants à des maladies. Il est faux également de taxer de dangereux « antivaccins » les personnes qui interrogent la politique vaccinale française.

Nous nous rappelons tous que, lorsque nous avons demandé le retour du vaccin DT-Polio avec l’IPSN et le professeur Joyeux, les accusations « d’antivaccins » n’ont pas tardé à fuser.

Cela ressemblait à une tactique pour empêcher le débat. Pourtant, aucun acte médical n’est anodin et ce n’est pas un crime que de réfléchir et de débattre.

Au contraire, selon la loi Kouchner du 4 mars 2002, « aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne ».

Est-on encore libre si l’État vous menace de rétorsion, d’exclusion, de répression en cas de désaccord ?

Ce n’est pas ma définition de la liberté.

Il est logique, normal et sain de se poser des questions avant de vacciner contre l’hépatite B et le papillomavirus des petits enfants qui n’ont aucun risque d’attraper ces maladies.

Quant aux autres, c’est à voir au cas par cas. Dès qu’on aborde le sujet des vaccins, on agite le chiffon rouge du retour des grandes maladies infectieuses, des hécatombes. On oublie un peu vite que :

  • les pays qui n’ont aucune vaccination obligatoire n’ont pas plus d’épidémies que la France (l’Allemagne et l’Espagne notamment) ;
  • la fin de l’obligation de vacciner contre la tuberculose n’a donné lieu à aucune recrudescence de la maladie chez les enfants.

Dernier coup de poignard de Marisol Touraine : agissez pour l’en empêcher

La question est de savoir maintenant si Marisol Touraine va oser mener l’offensive jusqu’au bout pour faire passer dans la précipitation ces nouvelles obligations vaccinales.

Sachant que les élections sont dans six mois et qu’elles signeront de façon presque certaine la fin de son ministère, il est à craindre, en effet, qu’elle ne tente de passer en force.

D’un autre côté, cette affaire de « rapport sur les vaccinations » était certainement pour elle aussi un moyen de sonder l’opinion, et de tester les résistances.

C’est pourquoi nous devons nous mobiliser, chacun à son niveau, pour manifester haut et fort notre totale opposition à ces procédés indignes d’une démocratie.

Une immense mobilisation citoyenne doit avoir lieu pour protester contre ces mesures dangereuses et injustes. Je sais que l’Institut pour la protection de la santé naturelle est sur le coup. Ses pétitions ont régulièrement dépassé le million de signatures.

Mais il ne faut pas qu’il soit seul à réagir. Le mouvement doit être divers, solidaire, multiple, et atteindre si possible plusieurs millions de personnes, stoppant net ce dernier « coup de poignard » de Marisol Touraine.

J’appelle tous les citoyens à réagir. Montrons-lui que nous ne sommes pas des moutons. Et que nous sommes aussi nombreux que déterminés !

Envoyez-moi vos initiatives (rassemblements, lettres ouvertes, manifestations, pétitions) en cliquant ici. Je les relayerai auprès de tous les lecteurs de Santé Nature Innovation.

Je compte sur vous.

Tous ensemble, nous pouvons changer le cours de l’histoire !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Ubuesque !… La Russie vend 19,5% de Rosneft au Qatar (Exxon-Mobil)… qui finance Daesh !… que combattent les Russes !…

Posted in actualité, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 8 décembre 2016 by Résistance 71

Ubuesque… Sachant aussi que le Qatar est la propriété d’Exxon-Mobil (Rockefeller et l’ex-Standard Oil).

Se pourrait-il que cette transaction soit faite pour compenser le défaut de passage du gazoduc qatari (Exxon-Mobil) à travers la Syrie ? La paix en Syrie contre une tranche de pétrole russe ?… D’un autre côté, impliquer le Qatar et Exxon-Mobil dans l’investissement de la partie privée de Rosneft c’est aussi quelque part garantir sa survie… Pendant ce temps là des dizaines de milliers de Syriens sont morts par le financement qatari des mercenaires de l’EIIL/Daesh…

En juin de cette année nous avions analysé un autre article du Réseau Voltaire sur la coopération entre Rosneft et Exxon-Mobil, pour eux, Syrie ou pas… c’est « business as usual »…

~ Résistance 71 ~

 

La Russie cède 19,5% du géant pétrolier Rosneft à Glencore et au Qatar

 

Réseau Voltaire

 

8 décembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article194435.html

 

La Fédération de Russie, qui détient directement 50 %du capital de Rosneft, vient d’en céder 19,5 % à Glencore et au Qatar.

On ignore la répartition exacte du capital.

Rosneft est la première entreprise pétrolière mondiale.

Cette décision intervient alors que l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis laissent prévoir la levée des sanctions économiques contre Moscou, et alors que l’accord de réduction de la production pétrolière prise au sein de l’OPEC devrait permettre à la hausse des prix de se poursuivre lentement.

Rosneft avait par ailleurs acquis le pétrolier Bachneft juste avant cette privatisation. À cette occasion, selon le Comité d’enquête de la Russie, le ministre de l’Économie, Alexeï Oulioukaïev, aurait illégalement perçu 1,8 million d’euros pour donner son accord. Le ministre a été placé en résidence surveillée.

La valeur boursière de Rosneft est évaluée à 55,02 milliards d’euros. Les actions cédées à Glencore et au Qatar l’ont été avec une décote de 2 %, soit 10,5 milliards d’euros.

Le Qatar est déjà actionnaire majoritaire de Glencore.

Les 10,5 milliards d’euros de recettes seront reversés à l’entreprise publique Rosneftegaz, qui devrait en verser à son tour une partie à l’État. Ils seraient alors utilisés pour couvrir le déficit provoqué par les sanctions économiques européennes.

Séparant totalement sa politique économique de sa politique étrangère, la Russie a ainsi scellé une alliance avec le Qatar qu’elle combat militairement en Syrie.

=*=

 

 

Résistance politique: Petite mise au point (nécessaire ?…) sur l’anarchie…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 8 décembre 2016 by Résistance 71

Nous dédions ce post à “un passant”, lecteur assidu,  pour que “confusion” il n’y ait plus… Bien que ce billet soit initialement sorti sur un site québecois traditionnellement “marxisant”, pas mal de choses bougent dans le bon sens émancipateur, partout, ce qui devrait remonter le moral des militants parfois fatigués, c’est pas le moment de mollir les gars !…

~ Résistance 71 ~

 

L’anarchie ce n’est pas le bordel !

 

Alex Capucin

 

2 décembre 2016

 

url de l’article:

http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs/lanarchie-ce-nest-pas-le-bordel-2/

 

Les médias font toujours tout pour amalgamer et confondre l’anarchie avec le désordre, le bordel … alors que c’est exactement le contraire : l’anarchie place l’homme au centre des préoccupations de chacun alors que le capitalisme nie la vie de l’homme et considère celui-ci comme une vulgaire marchandise soumise aux règles de la production, de la concurrence et de la consommation.

L’anarchie c’est la démocratie directe, la forme la plus parfaite de démocratie. C’est en pratiquant la démocratie directe que l’on peut améliorer le bien commun pour l’avantage de tous et ce dans le respect des autres et de la nature. L’anarchie n’est pas le chaos, mais la responsabilité collective. L’on comprend aisément pourquoi l’anarchie est si violemment caricaturée par le système dominant, et par une partie des sociaux-démocrates qui ne souhaitent plus changer le monde, et acceptent le cadre capitaliste comme seul cadre imaginable. Ils ont abandonné leurs idéaux, notamment le désir d’émancipation par liquidation du capitalisme, que ce soit par révolution ou par réformes.

Le mouvement anarchiste, foncièrement anticapitaliste par essence,  est l’abolition du pouvoir étatique, religieux, économique et politique. Une partie essentielle du mouvement anarchiste, définit la libération collective comme un des moyens de la liberté individuelle, et pense que la compréhension du monde passe par une analyse des classes sociales. Au final l’émancipation de l’humanité doit être la fin de toutes les grandes exploitations et oppressions .Ce socle commun à une partie des anars, des marxistes ou des anticapitalistes explique que les uns et les autres se retrouvent dans des batailles communes, dans un camp commun, même si les oppositions et divergences peuvent parfois être violentes.

Marx pensait-il que le but ultime du communisme était l’anarchie lorsqu’il écrivait : « Tous les socialistes entendent par anarchie ceci : le but du mouvement prolétaire – l’abolition des classes – une fois atteint, le pouvoir d’État disparaît et les fonctions gouvernementales se transforment en de simples fonctions administratives. ». Il est vrai que Marx ne connaissait pas les socialistes d’aujourd’hui, et serait étonné par nos communistes !

Les hommes ne sont-ils pas capable de s’intéresser quotidiennement, hebdomadairement, ou mensuellement à la vie politique ? Ne sont-ils pas capable de définir ensemble, les règles de la vie sociale dans le respect du bien commun et de la chose publique par une démocratie directe ? Ou bien doivent-ils continuer à pratiquer la « démocratie » que l’on connait chez nous ? C’est-à-dire de voter à intervalles fixes pour des professionnels de la politique au service d’intérêts particuliers d’un clan de nantis qui nous considèrent comme la France d’en bas et dont les décisions une fois élus ne tiennent même pas compte de la personne humaine. Bon certes, le phénomène n’est pas nouveau, mais je crois que nous sommes désormais arrivés à un tel point de putréfaction de la société, qu’il y a maintenant une urgente nécessité à dresser d’abord un constat des lieux, un diagnostic sérieux, et établir le constat de décès de la démocratie, qui s’est faite occire par la ploutocratie, au service du capitalisme, qui est notre réalité d’aujourd’hui.

Sinon, en attendant, on peut toujours aller voter et changer autant qu’on veut nos dirigeants ; Tant qu’on ne renversera pas ce système (ploutocrate) lui-même, en anéantissant toutes ces institutions qui le servent si docilement, on n’en sortira pas ! Vive la grève générale expropriatrice, vive la révolution sociale et libertaire, vive l’autogestion, vive l’anarchie.

Censure et propagande… Le N.O.M se dirige vers son « moment Marie-Antoinette » (James Corbett)

Posted in actualité, altermondialisme, désinformation, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 7 décembre 2016 by Résistance 71

Le Financial Time de Londres l’admet: Les gardiens du N.O.M se dirigent vers le même destin que Marie-Antoinette

 

James Corbett

 

30 novembre 2016

 

url de l’article original:

https://www.corbettreport.com/ft-admits-nwo-gatekeepers-heading-for-marie-antoinette-moment/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans un surprenant moment de lucidité, Wolfang Münchau a publié un éditorial dans le Financial Times (FT) de Londres qui comparait les “gardiens du temple” de “l’ordre mondialiste libéral” (ceci inclut bien entendu le FT) à Marie-Antoinette et à la maison des Bourbon de France, les laissant “manger leur brioche” en route vers leur guillotine.

Münchau sait de quoi il parle, en tant que rédacteur en chef associé du FT, il se trouve dans la position peu enviable d’agir comme le porte-parole des banksters retranchés à la City de Londres ; et au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, les banksters ne sont pas/plus exactement les personnes les plus adulées de la planète ces temps-ci. Mais n’en croyez rien, et lisez plutôt:

Quelques révolutions auraient pu être évitées si la vieille garde s’était seulement réfreinée de toute provocation. Il n’y a aucune preuve de l’incident du ‘qu’ils mangent de la brioche’. Mais ceci est certainement le genre de choses que Marie-Antoinette aurait bien pu dire. Cela sonne vrai. Les Bourbon étaient durs à battre en tant qu’establishment n’ayant plus aucun contact avec la réalité.

Aujourd’hui, ils ont une sérieuse concurrence.

Notre establishment mondialiste libéral démocratique se comporte pratiquement de la même manière. Dans une époque où la Grande-Bretagne a voté pour sortir de l’UE, alors que Donald Trump a été élu président des Etats-Unis et que Marine Lepen est en marche sur l’Elysée pour 2017, nous, les gardiens de l’ordre libéral mondialiste, passons notre temps à en rajouter.
Je pense que nous comprenons tous ce qui se passe ici: une classe dirigeante essoufflée démoralisée et désorientée, pestant contre le fait qu’elle ne peut plus contrôler le narratif qui formate la perception publique dans le monde, cherche à se re-légitimer en se reconnectant avec le public.

C’est un vieux truc qui marche souvent. Admettez vos erreurs et vos méfaits, reconnaissez la colère du public, son sentiment de frustration, ajustez la rhétorique adéquatement pour reconnecter le public avec le but de construire “l’ordre mondialiste libéral”, rincez et répétez autant de fois que nécessaire.

Donnons un bon point à Münchau, il est pas mal à ce truc et quelques unes des phrases coup-de-poing de son éditorial devraient être inscrites sur les fronts de tous les politiciens véreux et gluants ainsi que sur ceux de leur maîtres banquiers. “A cause d’une tendance à exagérer, les macroéconomistes ne sont plus considérés comme des experts sur la macroéconomie.” Non, vraiment ?…

Pourtant, l’éditorial est construit avec le piège induit auquel on est en droit de s’attendre en provenance de la grande gueule nourrie et fabriquée de la finance. Le problème, nous dit-on, est le “flot ncontrôlé de gens et de capital” ainsi que “l’inégale distribution des revenus”. Merde, je me demande comment les oligarques en place se proposent de règler ce problème ? Quand votre seul outil est le marteau de la règlementation gouvernementale et son interventionnisme, tous les problèmes ressemblent à un clou ayant un peu rop de liberté. Juste une autre petite chose pour les politiciens bons samaritains, bien intentionnés mais si mal dirigés pour réguler tout çà carré-boulon, je suppose.

Mais gardez à l’esprit que l’”ordre mondlaiste libéral” ne va pas s’effondrer gentiment et que pour tout “bon flic gentil” comme Münchau portant le gant de velours de la rhétorique populiste douillette, il y a un “sale méchant flic” qui attend juste de montrer le poing de sa main de fer.

Comme le Conseil Atlantique ; ils viennent juste de décrocher la timbale avec leur incroyable course à l’échalotte jusqu’au fond du tonneau dans leur guere froide 2.0 menée par la clique néoconservatrice qui pousse contre la “propagande russe” (alias tous ceux, incluant le Corbett Report, qui ne répète pas comme des perroquets chapitres et versets de la propagande officielle néo-libérale idoine). Leur contribution est devenue une farce hystérique à se pisser dessus intitulée “Les chevaux de troie du Kremlin” (“The Kremlin’s Trojan Horses.”). Ce superbe morceau de bravoure néo-mccarthyste identifie chaque mouvement populiste européen comme un agent secret d’une 5ème colonne russe sur le continent, travaillant pour les intérêts de maîtres du mal en tout et pour tout et leur grand manitou: Adolf Belzebub Poutine. Le pamphlet non seulement montre du doigt les suspects habituels des espaces traditionnels de l’extrême droite européenne avec les LePen, Front national, PEDIGA etc… mais aussi des gens comme Jeremy Corbyn et son Parti Travailliste britannique et, bizarrement, l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder.

Ceci combiné avec les tentatives récentes de diaboliser tous les médias alternatifs sur internet en les étiquetant de propagateurs de “fausses informations” et/ou de “propagande russe”, il n’y a aucun doute que l’élite politique ayant complètement perdu tout contact avec la réalité des choses et sur laquelle écrit Münchau, n’est pas seulement en train de dégringoler vers son moment à la Marie-Antoinette, mais elle est en train de mettre la post-combustion pour y accéder plus vite. Bien évidemment, ces gugusses pensent toujours qu’une censure des plus lourdes va rediriger le peuple de retour vers les porte-voix médiatiques de l’establishment, qui viennent tout récemment de pulvériser tous les records de mécontentement et de non-confiance parmi le public. Ils ne pourraient pas avoir plus tort avec cette supposition.

Oui, l’ordre mondialiste comme envisionné par les banksters et leurs marionnettes politiciennes est en train de s’effondrer et oui, çà va être chaotique, sale, et violent. Mais vous admettrez que ce sera un grand spectacle à observer.

Peut-être que les gens mangeront bien leur brioche après tout.