Archive for the technologie et totalitarisme Category

Escroquerie du changement climatique anthropique: Escroquerie d’un marché « vert » de 5 à 7000 milliards de dollars !

Posted in actualité, écologie & climat, économie, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 20 juillet 2016 by Résistance 71

Pour les banquiers l’escroquerie du changement climatique anthropique représente un marché potentiel de 7000 milliards de dollars

La marée du fric, le flot des conflits d’intérêts

 

JoNova

 

17 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://joannenova.com.au/2016/07/climate-change-is-potentially-a-7-trillion-dollar-money-making-venture-for-bankers/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’industrie “verte” actuelle représente déjà environ la somme de 1500 milliards de dollars par an. Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre a dit qu’il s’attendait à ce que ce marché croisse juqu’à 5 ou 7000 milliards de dollars.

Financial Post: Climate change a $7 trillion funding opportunity

Il a déclaré qu’étant donnés les énormes besoins de financement pour une infrastructure propre, il estime le rebond des opportunités d’investissements quelque part entre 5000 et 7000 milliards de dollars par an.

Si l’énergie verte propre était efficace, bon marché et viable il n’y aurait aucun “besoins de financement” car le marché bondirait pour exploiter cette opportunité. Au lieu de cela, la plupart des investisseurs agissent comme de véritables sceptiques (climatiques). Le fait même que les banquiers centraux vendent si agressivement en dit suffisamment long sur l’affaire. Peut-être que les banquiers centraux veulent aider les pauvres et sauver le monde, ou bien se pourrait-il que l’industrie de la finance dans sa totalité profiterait d’un faux marché forcé et d’une autre monnaie de singe ? Quelles sont les commissions de change sur un marché de 7000 milliards de dollars ?…

Une fois de plus on nous fait le coup de ce mythe du “marché libre”:

“Mettre un prix sur le carbone est le moyen le plus sûr pour que les marchés jugent une exposition tangible au changement climatique”, a dit Carney.

Etiqueter le carbone a été un gros échec pour changer le temps qu’il fait partout dans le monde. Le libre-échange et le libre-marché ne fonctionnent pas quand il ne sont pas libres et quand ils s’appliquent à une molécule qu’on trouve partout (C) et qui est impliquée dans quasiment toute forme de vie sur la planète. De plus, que veut dire “prix propre” de toute façon ? L’évaluation du coût de l’utilisation de panneaux solaires pour réduire votre exposition aux dégiats occasionnés par les inondations en 2100 est un sale calcul, peut pas faire plus sale en fait. Les calculs ne peuvent pas devenir plus bordéliques, plus sombres ou plus inutiles que çà. Pulvérisez ces chiffres et enterrez-les 6 pieds sous la cendre volcanique.

L’idée de coller un marché sur un produit qui est essentiellement produit et consommé par la nature est bizarre, bizarre à l’extrême même. Pratiquement aucun des joueurs dans un marché global du carbone ne répondra aux avantages offerts. L’Océan Pacifique ne va pas acheter de crédit carbone, ni le phytoplancton, les vaches, les moutons et encore moins la levure. Même dans le pauvre marché des 4% contrôlé par les humains, la demande n’est pas élastique, ce qui veut dire que les coûts de l’énergie forcent déjà la majorité du marché à être efficace. Les gains demeurant sont mineurs et pathétiques. Donc de larges mesures balayant tout le secteur économique sont inefficaces, et ce même si les modèles du GIEC n’étaient pas à la ramasse.

Bien que ce ne soit pas à 100% sûr que Carney voulait dire “annuellement” ou sur les 20 prochaines années ; Bloomberg implique cette dernière possibilité. Mais hé, 1000 milliards par-ci, 1000 milliards par-là hein ?…

“En termes des ordres de magnitude de l’énergie propre ou d’une infrastructure basse d’énergie carbone, de purification de l’eau etc, ceci serait mis en place dans le courant des prochaines 15 ou 20 années,” a dit Carney. “Étant donné la croissance de l’urbanisation, des champs, étant donnés les cadres politiques qui sont mis en place, cela représenterait de l’ordre de 5 à 7000 milliards de dollars.”

Étant donné que l’investissement est déjà de l’ordre de 1500 milliards de dollars, je présume qu’il voulait dire 7000 milliards de dollars dans 10-20 ans. Comme on essaie de changer le climat global avec des moulins à vent et des douches froides, un feu de joie de cette amplitude est auss “réaliste” que de créer un financement pour capturer la petite souris collectrice des dents de lait, ceci pourrait réalistiquement coûter à peu près autant.

Quelqu’un peut-il en trouver une transcription ?

Nouvel Ordre Mondial: Chine, OGM, Syngenta… Syngenta/Chine + Monsanto/USA contre nous, les peuples du monde…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 juillet 2016 by Résistance 71

le Monstre Syngenta de la Chine soutenu par la Russie est aussi dangereux que le Monstre Monsanto des Etats-Unis

par Vive les semences libres et bio

18 juillet 2016

En réponse aux appels sur les sites révolutionnaires altermondialistes qui appelle à construire une nouvelle europe avec la russie pour se sauver des OGMS et des brevets des semences des lobbys. Non cela ne va rien changer pour les peuples! C’est juste tomber de Charybde en Scylla!

Pourquoi ?
Parce que vous aurez juste du TAFTA Chinois OGM à la place du TAFTA US OGM !

Syngenta acheté par la Chine est devenu plus fort que Monsanto!
Maintenant Monsanto fait monter les enchères à Bayer pour se faire acheter aussi!

La Russie est soumise à la Chine, l’empire du milieu.
Et cet article russe validé par le Kremlin le prouve !
https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201602081021580142-chine-nourriture-syngenta/

À Enregistrer et à faire partager massivement!

Le fait que le KREMLIN lui-même qui valide tous les articles de sputnik news autorise des articles russes pro-OGM montrent que la Russie n’a pas une position 100 % contre les OGMS.

Le Kremlin ne s’est-il pas donné pour mission de contre-informer les fausses informations des USA sur les OGMS ? Alors pourquoi autoriser des articles le représentant qui vantent les OGMS ?

le grand titre choisi pour l’article est https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201602081021580142-chine-nourriture-syngenta/: Comment nourrir 1.7milliards habitants ?

Et la réponse est quoi dans l’article russe? La Chine a résolu son problème grâce aux OGMS et en achetant la multinationale Syngenta Suisse pour 43 milliards d’euros, le frère jumeau de Monsanto américain qui fait du lobbying à Bruxelles pour imposer ses pesticides néonicotinoides qui tuent les abeilles, ses brevets sur toutes les semences du vivant, les plantes transgéniques,etc.

Syngenta est connu pour faire la loi à Bruxelles et à Washington pour imposer ses pesticides néonicotinoides néfastes pour les abeilles et privatiser les semences.

Le sénat du gouvernement Français sous sa pression a accepté les pesticides néonicotinoides

http://www.natura-sciences.com/agriculture/neonicotinoides-senat819.html

ET Washington aussi :
https://www.organicconsumers.org/old_articles/foodsafety/syngenta110104.php

la Chine a fait de nombreux partenariat avec Monsanto, Bayer, et Dupont Corporation.
http://www.novethic.fr/empreinte-terre/agriculture/isr-rse/la-chine-controle-t-elle-ses-ogm-135819.html

« Le lobby des producteurs de pesticides néonicotinoïdes (tueurs d’abeilles), qui compte parmi ses membres Bayer, Monsanto, BASF, Dow, DuPont et Syngenta. »
http://www.journaldelenvironnement.net/article/comment-le-lobby-des-pesticides-se-bat-pour-les-neonicotinoides,34147

« Pékin espère que les projets de Syngenta permettront d’augmenter la productivité de l’agriculture nationale, appelée à nourrir la population croissante en plus des importations alimentaires. »
source russe https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201602081021580142-chine-nourriture-syngenta/

Pourquoi l’article russe ne dit-il pas, Pékin, tu espères pour rien, les OGMS ne sont pas la solution pour nourrir ton peuple?

Ainsi Cela montre que la position de la Russie ne sera pas éternellement anti-OGM.
Si la Russie était anti-OGM, elle aurait uniquement reporté l’achat de Syngenta et des OGMS, sans faire aucun commentaire du pourquoi ni comment Pékin l’a acheté.

Pourquoi ajouter dans votre article russe validé par le Kremlin, parce que c’est la solution que Pékin a trouvé pour nourrir sa gigantesque population?

Pourquoi ajouter cela?

Parce que vous essayez d’influencer le peuple russe ou plus tard le peuple eurasiatique en disant, voyez Pékin l’a fait, il a résolu à nourrir sa population de 1.7 milliards d’habitants avec les OGMS de Syngenta, alors pourquoi pas nous, on pourrait aussi essayer les OGMS de Syngenta?

« La Chine vient d’acquérir la société suisse Syngenta, l’un des leaders mondiaux des pesticides et des plantes génétiquement modifiées, pour la somme astronomique de 46 milliards de dollars. Cet achat, réalisé via l’entreprise publique China National Chemical Corp est le plus grand de toute l’histoire de la Chine. »https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201602081021580142-chine-nourriture-syngenta/

Donc, l’article russe, Loin de critiquer la Chine sur le fait qu’elle compte éduquer de force son peuple à bouffer des OGMS, l’article russe au contraire, remet sans cesse un parallèle suggestif sur la population qu’elle a à nourrir, et sur l’avancée de la Chine sur les OGMS grâce à son achat du monstre Syngenta qui fait trembler tous les paysans de la Terre.

« Par ailleurs, les Chinois se méfient beaucoup des produits OGM. La Chine achète ce type de cultures à l’étranger (la grande majorité du maïs et du soja en provenance des USA est génétiquement modifié). Pour dissiper les craintes, les autorités ont même organisé une campagne de soutien aux OGM: le président Xi Jinping a appelé à développer activement ces technologies en Chine pour « empêcher la domination de compagnies étrangères sur ce marché ». Selon les informations disponibles, Pékin investira près de 3 milliards de dollars dans la recherche OGM entre 2006 et 2020. »
https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201602081021580142-chine-nourriture-syngenta/

Si la Russie était vraiment 100 % anti-OGM, elle aurait condamné l’achat de Syngenta par la Chine, vu que la Russie elle-même a bannit les entreprises d’OGMs sur son territoire et le fait que celle-ci se lance sur les OGMS pour nourrir sa population grandissante.

Hors il n’en est rien. Et le titre lui-même indique que la Russie est d’accord sur la Chine que les OGMS sont nécessaires pour nourrir une population trop nombreuse.

Le fait que le peuple Russe ait gagné sur son gouvernement à bannir les OGMS, n’est donc que provisoire.

Pékin laisse pour l’instant la Russie libre de bannir les OGMS.

Et cela dans l’unique but d’attirer tous les européens qui ont peur des OGMS et du TAFTA en Europe !

Une stratégie de maître ! Et tout le monde n’y voit que du feu !

Le but de Pékin est que la Russie et l’Europe s’unissent pour faire un marché encore plus grand pour Syngenta, le roi du brevets de semences et des OGMS qui flique les paysans du monde entier, et leurs réclament des droits sur chaque semence qu’ils utilisent même bio !

Cet article est donc un clin d’oeil à Pékin pour lui dire :

J’ai peut-être interdit les OGMS sur mon territoire pour l’instant, mais dès que j’aurai attrapé le marché européen, et que le marché europe-Russe aura un marché libre (comme le TAFTA) avec la Chine, on autorisera les OGMS, pour que votre multinationale Syngenta continue à faire des profits.

L’ambition de la Chine en achetant Syngenta est d’être le banquier des semences agricoles mondiales.

Tous les agriculteurs devront payer des taxes à la Chine via Syngenta pour cultiver leurs légumes et fruits bio dans leur jardin privé ou public.

Il est donc important que les peuples Russe et Européens se réveillent.

Ce n’est pas en joignant leurs gouvernements qu’ils arriveront à combattre contre la dictature des OGMS.

C’est ce que le Nouvel Ordre Mondial veut.
Réunir tout, pour tout mieux contrôler.

Georges Soros l’a dit : C’est la Chine qui prendra la place des Etats-Unis dans le Nouvel Ordre Mondial. Les Etats-Unis ne servent plus à rien avec leur dollar défaillant, maintenant, ils doivent laisser leur place à la Chine.
https://fonzibrain.wordpress.com/2010/11/18/soros-la-chine-dirigera-le-nouvel-ordre-mondial/

« Adoubement de la Chine au sein du Nouvel Ordre Mondial par le FMI »
https://resistance71.wordpress.com/2015/12/04/adoubement-de-la-chine-au-sein-du-nouvel-ordre-mondial-par-le-fmi/

La Russie sera comme l’Europe, une sous-nation obéissant à la Chine !
Le but est que seule la Chine ait un droit de veto à l’ONU !

La Chine occupe déjà des postes de clé dans toutes les institutions mondiales!
http://reinformation.tv/nouvel-ordre-mondial-domine-chine-communiste/

L’Eurasie des nations sera soumise à l’ONU de la Chine, comme l’Europe est soumise à Bruxelles des Etats-Unis actuellement.

Les sous-nations de l’Eurasie seront obligés de tous se mettre d’accord pour s’opposer à une proposition de l’ONU.
Et cela est impossible !

Nous nous dirigeons vers une dictature complète de l’ONU qui aura le même pouvoir que Bruxelles a actuellement sur nos vies !

Nous devons sortir de l’Europe, et les nations doivent rester indépendantes les unes des autres, avec avec chacun un pouvoir de veto à l’ONU.

Nous ne devons nous laisser avoir ni par une Europe américaine, ni par une Europe Russe.
Les deux nous conduiront à la même dictature totalitaire.

Pour l’instant, la Chine-Russie essaye d’attirer tous les mécontents de l’Europe américaine, et leur faire miroiter le rêve eurasiatique. C’est pour cela que la Russie a banni provisoirement les OGMS de son territoire.

Comme dans la souricière, un fromage moelleux pour attirer la souris !

Mais la Chine qui commande tout est pro-OGM. Son achat du monstre Syngenta en lui-même le prouve. Et elle ne laissera pas longtemps la Russie être anti-OGM.
Elle attend juste que son partenaire Russe s’aggrandisse avec l’annexion de l’Europe, comme cela
elle va pouvoir aggrandir son marché économique.

Ne pas oublier que les multinationales dirigent les gouvernements !
Syngenta, acheté par l’élite chinoise qui occupe les plus hauts postes du gouvernement en Chine, ne laissera jamais l’Eurasie bannir les OGMS et les brevets des semences !

Faut pas rêver. Empêcher le TAFTA c’est dans le refus populaire du peuple qu’il se fera.

Jamais un pays capitaliste à genoux devant ses intérêts privés et multinationales ne pourra vous sauver !

Un autre article validé par le Kremlin montre que la Russie a des scientifiques qui pourraient faire valider les OGMS :
« Sergueï Kiselev, biologiste, professeur et chercheur principal à l’Institut de la génétique générale de l’Académie russe des sciences, dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon l’interlocuteur de Sputnik, les OGM représentent un moyen accéléré et dirigé de modification génétique pour résoudre certaines tâches. Dans le même temps, ce moyen est capable de garantir une certaine sécurité. Dans cette situation, il est très important que cela se passe de façon contrôlée.

« Quand nous insérons un gène précis dans un organisme génétiquement modifié, un gène qui rend une tomate ou une pastèque carrée, mieux une pastèque carrée, le gène la rend non ronde, mais carrée, c’est-à-dire, économise du temps, de la place pour l’emballage, et ainsi baisse les coûts de transport. (…) De même pour les tomates, quand nous insérons un gène spécifique qui ne les laisse pas pourrir. Qu’est-ce qu’il y a de mal à cela? Rien », souligne le biologiste. »
source russe https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201606231026107520-ogm-polemique-commentaire/

Un centre de recherche d’OGM d’international qui comprend des scientifiques Russes et une entreprise de recherche collaboratrice chinoise entre autres veulent tester leur riz OGM en Asie du Sud-Est
l’article est lui aussi validé par le Kremlin donc de source russe, pas une seule condamnation des OGMS dans l’article ! :

Comment un article russe peut reporter une telle news sans y émettre aucune critique ?
Encore une preuve que la Russie n’est pas 100 % anti-OGM !

l’institut internationale de recherche sur le riz (IRRI) est fondé par Rockfeller et est investit par Bill Gates.
Il comprend des rechercheurs scientifiques russes, chinois, indiens, et les bases de cet institut se situe dans l’Asie du Sud Est.
https://en.wikipedia.org/wiki/International_Rice_Research_Institute
« Les chercheurs espèrent que les nouvelles variétés sauront résister à tous ces problèmes. « On va pouvoir obtenir les propriétés qu’on veut dans le riz, en termes de résistance à la sécheresse et aux maladies, de rendement », dit Nikolaï Alexandrov, bio-analyste russe de l’IRRI.
Les scientifiques évoquent une seconde « révolution verte ». »
source russe https://fr.sputniknews.com/societe/201602151021758301-riz-recherche-genetique/

A noter que le gouvernement Russe a banni pour l’instant les OGMS et Monsanto et compagnie, ce qui ne l’empêche pas de faire des articles de louanges sur le fait que la Chine ait acheté Syngenta jumeau de Monsanto et ne l’empêche pas d’autoriser la recherche scientifique sur les OGMS, ce qui peut permettre à des tas de pro-OGMs d’en profiter pour créer de nouvelles études scientifiques qui pourraient permettre l’utilisation à nouveau d’OGM en disant qu’ils ont réussi à créer une plante ou un fruit transgénique non nuisible à l’être humain.
« Seules les recherches scientifiques sur les OGM seront autorisées »
https://fr.sputniknews.com/russie/201607041026393059-ogm-russie-poutine/

Tout comme ce chercheur Russe ici qui essaye déjà de faire accepter les OGMS par le gouvernement russe et dont l’article est validé par le Kremlin.
Encore une preuve que le Kremlin essaye progressivement de faire changer d’avis sa population sur les OGMS en rapportant ces propos de scientifiques russes pro-OGMS dans ses articles.
https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201606231026107520-ogm-polemique-commentaire/

signé Vive les semences libres et bio

Nature humaine, préhistoire de la violence et de la guerre… détruire les fallacies de la pensée oligarchique en place… 2ème partie

Posted in actualité, altermondialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 12 juillet 2016 by Résistance 71

« Pour Hobbes, la société primitive fut la guerre de chacun contre tous. Levi Strauss a un point de vue symétrique et inverse de celui de Hobbes: la société primitive est l’échange de chacun avec chacun. Hobbes a laissé l’échange pour compte, Lévi-Strauss la guerre… »
~ Pierre Clastres ~

 

Présentation, extraits et analyse du livre “Préhistoire de la violence et de la guerre” de la paléontologue Marylène Patou-Mathis

 

Résistance 71

 

Juin 2016

 

“Préhistoire de la violence et de la guerre”, éditions Odile Jacob, 2013, 165 pages + 27 pages de notes et bibliographie

Auteure: Marylène Patou-Mathis, Docteur en préhistoire, directrice de recherche au CNRS, vice-présidente du conseil scientifique du Muséum national d’histoire naturelle à Paris. Elle est paléontologue spécialiste du Paléolithique Moyen et de l’homme de Néanderthal. Elle est l’auteure d’un ouvrage de référence sur celui-ci: “Néanderthal, une autre humanité”, Perrin, 2006, réédition 2011, ouvrage qui a battu en brèche tous les préjugés tenus sur notre ancêtre néanderthalien, elle a publié 4 autres ouvrages.

1ère partie

2ème partie

 

[…] Si aujourd’hui les sociétés matriarcales n’existent plus, en revanche on trouve encore des sociétés de droit matrilinéaire.

Pourquoi et comment le patriarcat s’est-il substitué au matriarcat ou au droit matrilinéaire pour s’instaurer quasi définitivement ? Est-ce par la discrimination et la violence qu’il a fini par s’imposer ?

Pour certains défenseurs de la thèse gradualiste du remplacement du matriarcat par le patriarcat, celui-ci serait apparu avec la sédentarisation au cours du Néolithique, pour d’autres un peu plus tard au début de l’Âge du Bronze.

[…] d’après les données archéologiques, des traces d’incendies, de saccages, et de violences diverses, toutes les civilisations méditerranéennes dites des ‘hypogées’, considérées comme des sociétés matrilinéaires, furent détruites vers 3 500 ans avant le présent par des groupes dotés d’un système social de type patriarcal…

De nombreux rites, aussi divers que l’initiation masculine, les rites de fondation, propitiatoires, expiatoires ou funéraires, légitiment et promeuvent la violence. En outre, les rituels, même sacrificiels, ne remplacent pas la guerre et parfois même l’initient. Alors, le ‘sacré’ génère t’il des comportements violents ?”

L’auteure fait ici une longue étude du cannibalisme faisant la différence entre l’endo et l’exo cannibalisme, ce dernier générant la violence. Ainsi…

“Universel et intemporel, le cannibalisme n’est donc nullement une preuve ‘d’archaïsme’, au sens évolutif du terme, ni le reflet d’une nature ensauvagée. C’était une institution sociale aux règles strictes et aux rites complexes qui ont varié selon les sociétés, s’éloignant ainsi de la Nature (du sauvage) pour intégrer la sphère de la Culture. Comme d’autres comportements, le cannibalisme témoigne de la diversité des êtres humains et des sociétés qu’ils ont engendrées… Au XIXème siècle, l’archétype du Préhistorique, de l’Homme primitif, a été associé au “sauvage” considéré comme appartenant aux races inférieures.”

[…]

La question devient alors celle que se sont posés bien des scientifiques, anthropologues, ethnologues, sociologues, historiens, celles qui fut posée en ces termes par le philosophe anglais Hobbes s’inspirant de Plaute l’ancien “Homo homini lupus” ou “l’Homme est un loup pour l’Homme”.

Patou-Mathis poursuit en la matière:

“Les Hommes doivent, selon Hobbes, fonder un état artificiel sur les bases de la raison: le contrat social qui mène à ‘l’État civil’. Pour certains chercheurs, la violence serait une sorte de cruaté naturelle, bestiale, due à des pulsions agrssives et à un manque d’empathie. Inscrite dans les gènes, elle serait présente chez tous les êtres humains, mais aussi chez les animaux en particulier les prédateurs et les chimpanzés.

[…] Dans son livre ‘L’entraide, un facteur de l’évolution” publié en 1902, le prince russe anarchiste Pierre Kropotkine (1842-1921) suggère que parmi les facteurs de l’évolution, la socialisation et l’entraide sont plus importants que la compétition: si chaque individu reçoit une aide du groupe, tout le monde en tire un bénéfice et les chances individuelles de survie s’accroissent.

[…] Cependant il existe un autre modèle comportemental que celui des chimpanzés [dominance des mâles et agressivité parfois exacerbée], celui des bonobos; une espèce de primate tout aussi génétiquement proche de la nôtre, voire plus d’après l’étude de leur cerveau. Chez les bonobos, les femelles sont dominantes et l’agressivité est moindre que chez les chimpanzés, car la violence est souvent canalisée, détournée vers l’activité sexuelle. Selon Frans De Waal, l’Homme, mi-bonobo, mi-chimpanzé serait un “animal bipolaire” à la fois pacifique et agressif. Alors comme certains anthropologues l’ont suggéré, l’Homme descendrait-il d’un “singe tueur” ?

Tirée de l’observation des chimpanzés, une hypothèse, plus idéologique que scientifique, soutient que nous desendons de “singes tueurs” et que L’Homo sapiens était un animal brutal qui se serait répandu hors d’Afrique, à travers l’Eurasie en éliminant les autres grands singes bipèdes. Cette hypothèse est proposée par l’anthropologue australien Raymond Dart (1893-1988) et popularisée par l’Américain Robert Ardrey (1908-1980) dans son livre “Les enfants de Caïn”. Chasseur donc prédateur, l’Homme préhistorique aurait été agressif par nature.

[…] Cependant, les études ethnographiques menées chez des peuples chasseurs-cueilleurs, dont celles de Clastres, montrent que dans la majorité des cas, la mise à mort de l’animal exclut toute agressivité de la part du chasseur. Au contraire, elle socialiserait cette nécessaire violence sur le mode de l’échange cosmologique entre l’Homme et la Nature en particulier dans les sociétés chamaniques et animistes où il y a consubstantialité entre l’Homme et l’animal.

[…] Défendue initialement par quelques anthropologues, très tôt critiqueee, l’hypothèse de l’Homme descendu de “singes tueurs” est aujourd’hui avandonnée. Cependant qu’il soit par nature mauvais demeure vrai pour certains chercheurs. […] Pour plusieurs anthropologues, la violence serait intrinsèque à l’humain: phylogénique et ontologique.

La violence est-elle inscrite dans nos gènes ?

Pour fonder la légitimité de la violence, les idéologues du XIXème siècle vont s’appuyer sur la théorie de la “sélection naturelle” de Charles Darwin, pubiée en 1859. Dans son “Survie du plus fort et principes de biologie” en 1864 du sociologue anglais Herbert Spencer (1820-1903), la sélection naturelle des espèces devient chez les êtres humains la ‘survie du plus apte’. S’appuyant sur ses écrits, les partisans de ce qui va devenir le “darwinisme social”, soutiennent que la lutte pour la vie est l’état naturel des relations sociales de l’Homme.

[…] Bien que son nom soit associé à cette idéologie, Darwin la critique dans son ouvrage de 1871: pour lui, non seulement l’évolution résulte d’une sélection naturelle, donc plus ou moins du hasard, mais la lutte pour l’existence n’est pas l’aptitude la plus importante pour caractériser l’évolution de la nature de l’Homme. En outre, “la sélection du plus apte” expliquerait, pour ses partisans, les disparités observées entre les sociétés “civilisées” et les peuples “primitifs”, les “individus supérieurs” et les “individus inférieurs”. Durant la seconde moitié du XIXème siècle et le début du XXème siècle, légitimant l’existence des “races inférieures”, le “darwinisme social” va servir à justifier “scientifiquement” des politiques sociales fondées sur l’individualisme et la lutte pour l’existence (exploitation de la classe prolétarienne, esclavage, colonisation, eugénisme, extermination de certaines ethnies et conflites entre nations).

[…]

En fait, la prétendue “sauvagerie intérieure”, décrite par certains, ne serait-elle pas, comme le suggère l’épistémologue et anthropologue Raymond Corbey “une construction mentale imaginaire influencée par les idéologies du XIXème siècle comme le racialisme ou l’eugénisme.” En effet, la violence n’est pas une fatalité, elle ne procède ni d’une pulsion agressive originelle chez l’Homme, comme le dit Freud, ni d’une cruauté innée, comme le pensait Nietzsche. Ele n’est pas génétiquement déterminée, car, même si le comportement violent est conditionné par certaines structures cognitives, le milieu familial et lew contexte socioculturel jouent un rôle important dans sa génèse. D’après les données archéologiques évoquées précédemment, les Hommes préhistoriques du Paléolithique vivaiewnt sans violence institutionnalisée. L’apparition de celle-ci à donc des causes historiques et sociales et peut s’expliquer selon Freud lui-même, comme une réaction à une situation de fristration produite par certaines dérives sociales… La guerre n’est donc pas indissociable de la condition humaine, mais le produit des sociétés et des cultures qu’elles engendrent. Elle est l’un des vecteurs de mutation de leur histoire.

Quand est-il des comportements altruistes ? Sont-ils génétiquement programmés et originels ? Leur existence chez les premiers humains suscite toujours de vifs débats tant au sein de la communauté scientifique que de la société dans son ensemble. Pour certains, c’est parce que l’Homme est un primate que, par nature, il coopère ; pour d’autres, il serait altruiste par intérêt, pratiquant le “donnant-donnant”. Comme nous l’avons vu précédement, l’Homme n’est pas le descendant d’un “singe tueur”: la violence n’est pas insctite dans ses gènes. Alors, est-ce l’empathie, voire l’altruisme et non la violence qui a été le catalyseur de l’humanisation ?”

Ici, Marylène Patou-Mathis écrit à notre sens le meilleur chapitre de son livre “L’altruisme, catalyseur de l’humanisation” pour terminer sa seconde partie sur une note hautement positive. La construction de son explication avance du simpe au complexe et pose des questions fondamentales auxquelles elle répond, en tant que membre d’un groupe de scientifique désirant faire table rase des dogmes ressassée depuis la seconde moitié du XIXème siècle, de manière posée et inovative en se fondant sur les résultats de récentes recherches archéologiques et anthropologiques. En cela elle prépare le lecteur à la troisième partie qui s’intéressera à la construction de la violence, construction servant des buts élitistes bien précis dont nous voyons les résultats quotidiennement dans le monde entier.

Quelques extraits du chapitre:

[…] “pour eux [certains scientifiques et philosophes], la sociabilité ne serait donc qu’une conséquence résultant d’une sorte de contrat social que nos ancêtres auraient conclu pour ses avantages et non par empathie pour ;eurs semblables. Cette assertion est réfutée par a plupart des biologistes évolutionnistes pour qui chez l’humain, descendant d’une longue lignée de primats grégaires, la coopération serait un comportement transmis de génération en génération. Ces comportements sont induits par le sens moral qui pour certains chercheurs serait inné.

[…] La coopération et le mutualisme, très répandus dans les populations animales, offrent une protection contre les prédateurs et facilitent l’accès aux sources de nourriture.”

Puis, l’auteure critique une approche très importante et pernicieuse de la théorie du “développement humain”, celle de la sociobiologie, souvent eugéniste et racialiste par essence, dont deux des précurseurs notoires furent des piliers de l’idéologie eugéniste et racialiste darwiniste-sociale du XIXème siècle qui déboucha sur le grand mouvement eugéniste nord-américain dont s’inspira les idéologues nazis: Thomas Huxley et Herbert Spencer. C’est pour réfuter le délire pseudo-scientifique de Thomas Huxley que Pierre Kropotkine, représentant la branche objective de la biologie sociale, écrivit son célèbre “L’Entraide, facteur de l’évolution”, qui fut initialement publié sous forme d’articles publiés à intervalle régulier pour contre-balancer le délire eugéniste d’Huxley, qui ne se remit jamais de cette mise au point Ô combien nécessaire.

Dans cet esprit de rectification d’une pensée dogmatique, Patout-Mathis poursuit:

[…] “Dans son ouvrage ‘L’Humaine Nature”, Wilson attribue une origine génétique aux comportements de la plupart des sociétés humaines (territorialité, xénophobie, guerres, croyances, etc…). Cependant, comme nous l’avons vu précédemment, aucun comportement social n’est clairement corrélé à un ou des gènes. Il résulte d’une combinaison de facteurs génétiques, mais également voire surtout, environnementaux: intrinsèques (hormones et rythmes biologiques) et externes (sociaux). La méfiance envers la sociobiologie est d’autant plus grande que ses applications à l’humain ont été utilisées par des mouvements d’extrême droite pour justifier les hiérarchies, les inégalités sociales, la xénophobie, le racisme et les différences entre homme et femme.

[…] En observant des anomalies ou des traumatismes présents sur les ossements des fossiles humains, on constate qu’un handicap n’entrainaît pas l’élimination du sujet atteint.

[…] De même les handicapés de naissance n’étaient pas éliminés.

[…] Dans la majorité des cas, les blessures étaient cicatrisées, ce qui atteste d’une part que les Néanderthaliens possédaient des notions médicales et de pharmacopée et d’autre part, qu’ils prenaient soin de leurs blessés et de leurs malades, qui malgré leur handicap conservaient leur place dans le groupe.

[…] Peut-être, comme le pensait Pierre Kropotkine, l’entraide basée sur la sympathis mutuelle innée est un facteur évolutif plus important que la compétition. Cette thèse de l’entraide est reprise et développée 70 ans plus tard par Trivers dans sa théorie de l’altruisme réciproque.

[…] Pour trois archéologues de l’université de York (Canada), la compassion et le remords ont été des points clés de la réussite évolutive de notre espèce. Ajoutonsd la coopération et la solidarité, comme en atteste les données archéologiques précédemment citées. […]

Troisième partie: de la construction de la violence

En préambule de cette dernière partie Patou-Mathis nous dit ceci:

“L’image d’une ‘aube cruelle’, violente et guerrière, a d’abord été construite par les savants évolutionnistes et les préhistoriens du XIXème siècle et du début du XXème, qui soutenaient l’hypothèse d’une évolution humaine, tant biologique que culturelle, progressive et unilinéaire. […] Mais aujourd’hui des chercheurs, surtout en neurosciences, réfute cette thèse, car pour eux il n’y a pas de ‘violence naturelle’ en l’Homme. La nature humaine n’est ni bonne ni mauvaise, des facteurs environnementaux (d’ordre familial ou social) étant la cause du recours à la violence.”

Ceci est à rapprocher immanquablement de la sagesse des sociétés traditionnelles ancestrales amérindiennes, africaines et océaniennes pour qui le mal n’existe pas dans la nature. La Nature n’est ni bien ni mal, elle est, c’est tout. La notion de “bien et de mal” ne peut s’appliquer qu’à des animaux conscients de leur action et donc réflexifs sur leur finitude même. Le seul sur la planète étant l’humain. Mais en tant qu’humain, nous ne sommes ni bon ni mauvais, nous sommes. La motivation de nos actions est quant à elle inrterprétable, puisque nous sommes le “pensant” de la planète.

L’activiste et penseur Lakota Russell Means disait: “Il n’y a pas de conflit dans la loi naturelle. Il n’y a pas de mal dans la Nature.” Qu’y a t’il de “mal” dans une lionne tuant une gazelle pour se nourrir ? La Nature est amorale, tout le naturel est amoral, nous faisons partie de la Nature, nous sommes donc intrinsèquement amoraux en tant qu’espèce animale. Notre capacité réflexive, notre intelligence articulant nos actions est sujette à des dérives toutes socialement induites. Ainsi, il est absurde de clâmer que la violence, la guerre est la “nature humaine” ou font partie de la “nature humaine”, elles ne sont en fait que des constructions sociales. Ce qui est sûr en revanche, c’est que tenir le discours de la “nature humaine” violente et agressive entretient l’idéologie oppressive dominante et exonère les sociopathes s’étant hissés en haut de la pyramide sociale, d’une grande partie de leur responsabilité, surtout lorsqu’ils sont les dominants vainqueurs des conflits en position de toujours laver plus blanc leurs crimes contre l’humanité, qui eux sont le mal personnifiés.

Ainsi, Patou-Mathis conclut son ouvrage sur la construction de la violence, c’est à dire la reconnaissance soutenue par les évidences archéologiques que la violence est induite, motivée à des degrés divers par des causes socio-culturelles. Elle dresse d’abord un portrait des “sciences humaines” promouvant le dogme des conflits et conquêtes de la préhistoire, pour en venir à la réalité archéologique qui est toute autre et ramène la problématique dans une saine perspective:

[…] “Jusqu’au milieu du XXème siècle, conformément aux descriptions des anthropologues et des préhistoriens, les représentations des Hommes préhistoriques, mêmes des plus évolués (Cro-Magnon), montrent des êtres techniquement primitifs et violents. Cette image négative du Préhistorique résulte d’une double construction: celles des savants et celle des philosophes, écrivains et artistes.

[…] Jusqu’au début du XXème siècle, la majorité des anthropologues et des préhistoriens ont “bestialisés” les Hommes fossiles en leur attribuant des qualificatifs péjoratifs: simiesque, brutal, bestial.

[…] Pour de nombreux anthropologues ou préhistoriens [de la fin XIXème et début XXème siècles], l’évolution des techniques et les changements culturels majeurs résultaient de diffusions ou de remplacements de populations. Par exemple, pour eux, les Hommes fossiles européens de la “race de Chancelade” étaient des conquérants venus d’Asie du Nord, voire des Esquimaux ! De même G. Mortillet, pour expliquer les différences majeures existant entre la dernière industrie du Paléolithique supérieur et celle du Néolithique (qu’il décrit comme étant une “véritable révolution”), invoque l’arrivée de migrants, artisans de la pierre polie et éleveurs, venus du Moyen-Orient. Au cours du Paléolithique, les peuples migrants auraient imposé leur culture aux peuple autochtones. Les préhistoriens partisans de cette théorie, dite “des migrations”, parlent de conquêtes, enracinant ainsi la thèse de l’existence de conflits durant ces temps très anciens. Par ailleurs, émise en pleine période coloniale, ces “guerres” ont été considérées par certains comme “civilisatrices”: les “envahisseurs” ayant importé un progrès économique, voire également social, justifiant ainsi la colonisation.

[…] Jusqu’à la fin du XIXème siècle, façonnée par les savants évolutionnistes, la représentation mentale du Préhistorique demeurera, à de rares exceptions près, celle d’un singe anthropomorphe, souvent uns sorte de gorille, espèce considérée comme particulièrement sauvage et lubrique… Cette vision notoire du Préhistorique se retrouve dans un genre littéraire bien particulier: le roman préhistorique.”

Le décor planté, Patou-Mathis en vient à la réalité archéologique…

[…] “S’il est aujourd’hui difficile d’apprécier l’ampleur réelle des actes de violence durant la préhistoire, l’évaluation de l’importance de ce phénomène est probablement influencée par l’état des découvertes et des études.

[…] Si la violence envers autrui remonte à au moins 120 000 ans, la guerre elle, n’a pas toujours existé. Apparue il y a moins d’une douzaine de milliers d’années, elle est peut-être, comme le pensaient certains anthropologues évolutionnistes du XIXème siècle, le produit de la “civilisation”.

Durant le Paléolithique, parmi plusieurs centaines d’ossements humains examinés, seuls deux attestent d’actes de violence volontaire: ils ont été perpétré par l’Homme moderne Homo sapiens. De même, si le cannibalisme a été quelquefois pratiqué et ce depuis au moins 800 000 ans, seuls deux cas témoignent que la victime a été agressée avant d’être mangée.

[…] En revanche, du fait de la rareté des blessures sur les os humains et de l’absence de représentation de scènes de combats dans l’art pariétal ou mobilier, on peut raisonnablement penser que la guerre n’existait pas, d’autant que la faible densité des populations et leur répartition sur un vaste territoire rendaient quasi nulle la probabilité que des affrontements aient eu lieu. En outre, une bonne entente entre ces petites communautés était indispensable à leur survie, en particulier pour assurer la reproduction et donc la descendance.

La première trace de violence collective a été découverte dans le site 117 (à la frontière nord du Soudan) daté entre 13 140 et 14 340 avant le présent, période d’aridification du climat.

[…] Le culte de la déesse-mère cède progressivement la place à celui de divinités masculines [durant l’Âge du Bronze]. C’est probablement à cette période que la domination de la femme par l’homme s’instaure à travers le patriarcat, substitut de la guerre pour certains chercheurs.

[…] Le développement de l’agriculture et de l’élevage étant probablement à l’origine de la division sociale du travail et de l’apparition d’une élite avec ses propres intérêts et ses rivalités, il entraîna l’augmentation des conflits intra-(coercition sociale basée dès lors sur la répression) et intercommunautaires (guerre)… Au cours du Néolithique moyen, on constate en effet l’apparition simulatanée de la caste des guerriers et de celle des esclaves, pour la pluaprt probablement des prisonniers de guerre.

[…] Les sociétés néolithiques apparaissent plus inégalitaires que les sociétés paléolithiques. […] d’après les données ethnographiques, les structures économiques, relativement égalitaires et sociales, peu hiérarchisées, des peuples chasseurs-cueilleurs, ne préservaient ni de la violence (cannibalisme, chasse aux têtes), ni de la dominance d’un sexe sur l’autre. Les conflits sont donc probablement antérieurs à l’apparition des inégalités.

[…] La prétendue “sauvagerie” des Préhistoriques n’est donc qu’un mythe forgé au cours de la seconde moitié du XIXème siècle et au début du XXème pour renforcer le discours relatif aux progrès accomplis depuis les origines et le concept de “Civilisation”.

[…] En outre, d’après de nouvelles études ethnologiques, il semble bien que, partout dans le monde, la guerre indigène a généralement été transformée, fréquemment intensifiée et parfois précipitée, par le contact avec les Occidentaux.”

La question se posant alors est celle de la violence comme symptôme social. Ici intervient une différence essentielle à bien maîtriser, celle existant entre “l’agressivité” et “la violence”. A cet égard nous pourrions établir ici un autre parallèle, à notre connaissance jamais entrepris, avec la distinction faite par Pierre-Joseph Proudhon entre la “possession” et la “propriété”. Comme nous l’allons voir, l’agressivité fait partie du patrimoine génétique de toute espèce, elle est un élement de la survie, de la préservation de son intégrité physique personnelle et du groupe empathique qui entoure l’individu en ce qui concerne les animaux à tendance grégaire. Ainsi, la “possession” et sa préservation nécessaire au fonctionnement social égalitaire serait de l’ordre de l’agressivité naturelle humaine tandis que la “propriété” entrerait dans l’ordre de la violence socialement induite. La réalité sociologique et ethnologique semblerait confirmer cette hypothèse.

Patou-Mathis poursuit:

[…] “Bien que pour les humains les deux mots soient employés indifféremment, ne confondons pas agressivité et violence. L’agressivité est un comportment inné qui permet de sauvegarder l’individu ou l’espèce de sa disparition éventuelle.

[…] L’agressivité se traduit donc par des réactions automatiques, insticntives, pour défendre sa vie, celle de proches, ses biens etc… De même pour se nourrir ou copuler, un animal prédateur attaque (en latin: aggredi qui veut dire “attaquer”), mais s’il est agressif, il n’est pas violent. Comme vu précédemment, l’apparition d ela violence et son développement au cours de l’histoire dérivent des structures économiques, sociales, politiques et religieuses des sociétés…

La violence est un comprtement social qui, parfois, se fait institution et moyen de gouvernance, en lien avec le pouvoir, elle détermine la politique.

[…] Comme le rappelle Serge Carfantan, il ne faut pas confondre l’homme violent, doctrinaire, déraisonnable (Hoederer dans “Les mains sales” de J.P Sartre) et l’homme révolté, idéaliste, raisonnable qui exige le respect des valeurs humaines et de la justice (“L’homme révolté” d’Albert Camus, ou Hugo dans “Les mains sales”)

De là Marylène Patou-Mathis conclut son ouvrage sur quelques réflexions destinées à remettre la pensée analytique et cognitive de la “ nature humaine” et de ses influences sur nos sociétés sur les rails de la mesure en démythifiant le sujet de la violence et de la guerre. En cela, elle rejoint la pensée de bien des chercheurs notemment dans le propos de la première phrase de l’historien Howard Zinn et la difficile objectivité de l’historien. Inutile de dire que nous nous retrouvons totalement dans la pensée et les réflexions finales de l’auteure dont nous vous livrons ici les passages clefs:

“Il n’y a pas d’histoire totalement objective car le contexte socioculturel dans lequel vivent les philosophes et les chercheurs, quelle que soit leur discipline, influence les interprétations, les oriente parfois et façonne souvent l’imaginaire populaire. Mais pour comprendre ce qui est arrivé dans le passé, nous devons interpréter les faits empiriques sans que nos idées sociopolitiques interfèrent. Pour ce faire, nous devons avoir présent à l’esprit, comme le montre l’histoire des sciences anthropologiques, que tout paradigme peut être employé abusivement à des fins idéologiques car les modèles quels qu’ils soient, cognitifs, herméneutiques ou évolutionnistes, conduisent trop facilement à des positions ayant peu à voir avec la réalité des faits et parfois même à nier l’existence de certains. Ils peuvent aussi servir à justifier les comportements constatés dans nos sociétés modernes. Si l’on ne peut malheureusement pas exclure que la violence perdure dans ce nouveau millénaire, comme elle n’est pas héréditaire, notre société est à même de la juguler.

[…] Sous le couvert des sciences anthropologiques, certains théoriciens ont utilisé cette image popularisée d’un passé violent et guerrier pour justifier des ambitions personnelles, nationales ou des haines politiques.

[…] L’Homme n’est donc pas le descendant d’un “singe tueur”. La violence n’est pas inscrite dans ses gènes. Au contraire, il a développé très tôt des comportements altruistes à travers, notamment, l’empathie dont il a fait preuve envers ses semblables. Sans ce souci de l’Autre, notre espèce Homo sapiens ne serait pas apparue ou n’aurait pas survécu. Nous sommes donc bien loin de la thèse girardienne d’une “violence primordiale”. En outre, ceci dédouane l’Homme de toute responsabilité: ce ne sont pas nos actions, mais notre nature, sous-entendu animale, qui engendre la violence. Cette supposée “animalité en nous” est l’éternel alibi à tous nos débordements ! La violence, liée aux structures économiques, sociales, politiques et religieuses des sociétés, est souvent un symptôme, notamment des injustices, et non une cause. Quant à la guerre, apparue tardivement dans l’histoire de l’humanité et à des dates très différentes selon les régions, une fois institutionnalisée, elle s’est répandue sur tous les continents.

[…] Les objectis de ces théoriciens ont été et sont de divers ordres, esclavage, servitude, mercantilisme, pouvoir… la violence n’étant pour eux qu’un moyen de les réaliser et non la mise en forme de prétendues pulsions venues des tréfonds de leur inconscient, souvent présupposées animales.”

La dernière réflexion de Patou-Mathis se situe sur le plan du présent et du quotidien, sur le plan général de la conjoncture mondiale actuelle qui voit un monde où la concentration monopoliste du pouvoir, des biens et des richesses ne fait qu’accroître au profit d’une oligarchie eugéniste poussant ses pions pour le triomphe de l’ultime centrralisation de tous les pouvoirs au détriment de citoyens du monde assomés de précarité et d’austérité aliénantes. Ainsi elle nous met en garde et recadre le débat…

“Face à la crise, chacun aura pu noter depuis plusieurs années la progression dans toute l’Europe d’un sentiment d’insécurité. Les citoyens redoutent de perdre leur emploi, leurs biens ou acquis sociaux, leurs valeurs etc… Cette peur engendre un repli identitaire, nourrit un rejet de l’Autre et favorise la violence à son endroit. Face à ces menaces, réelles ou fictives, la tentative est grande de trouver un responsable, de désigner un “bouc émissaire”. Cette recette ancestrale semble toujours fonctionner, aujourd’hui comme hier. Or, rien ne justifie la violence, dont l’objectif est la mort de l’Autre ou sa négation, car comme le soutient le philosophe Jean-Marie Muller: on ne doit jamais s’accommoder de la violence.

Combattre les comportements violents suscités et légitimés après coup par des idéologies qui tiennent que la violence est inhérente à l’Homme, telle doit être notre ardente obligation.

-[]-

Le livre contient ensuite 26 pages de bibliograpie et de notes de références.

Rappel de l’ouvrage: “Préhistoire de la violence et de la guerre”, Marylène Patou-Mathis, éditions Odile Jacob, 2013

 A lire en complément de la même auteure:

 – “Une mort annoncée, à la rencontre des Bushmen derniers chasseurs-cueilleurs du Kalahari”, Perrin, 2007

– “Lascaux, histoire d’une découverte”, Fleurus, 2008

– “Mangeurs de viande, de la préhistoire à nos jours”, Perrin, 2009

– “Néanderthal, une autre humanité”, Perrin, 2006, réédition 2011

– “Le sauvage et le préhistorique, miroir de l’Homme occidental”, Odile Jacob, 2011

Excellent ouvrage pour enfant :

– “La préhistoire”, Fleurus, 2009 + 1 DVD

=*=

la démythification de “l’Homme belliqueux”:

https://resistance71.wordpress.com/2015/12/31/demythification-une-gifle-de-plus-a-la-theorie-oligarchique-de-lhomme-belliqueux-de-la-nature-intrinsequement-violente-de-lhumain/

Au cœur de l’hydre pétrolière… La métamorphose du cloporte Standard Oil Rockefeller…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 10 juillet 2016 by Résistance 71

N’oublions pas que la guerre en Syrie est une guerre (du gaz) par procuration menée par Exxon-Mobel/Rockefeller et Royal Dutch Shell/Rothschild contre Gazprom et la compagnie iranienne du pétrole et du gaz…

— Résistance 71–

 

Le trust financier de la Standard Oil des Rockefeller

 

Dean Henderson

 

6 juillet 2016

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2016/07/06/the-standard-oil-trust/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En 1952, la Commission Fédérale du Commerce (CFC) des Etats-Unis a publié un rapport détaillant la collusion et la fixation des prix de la part des quatre cavaliers du pétrole:Exxon-Mobil, Chevron-Texaco, BP Amoco et la Royal Dutch Shell.

Intitulé “Le cartel international pétrolier”, la rapport détaillait les quotas secrets de production, les associations, les accords marketing et autres preuves du trucage du marché pétrolier. La BP et la Royal Dutch Shell avaient des engagements exclusifs de marketing avec Exxom et Mobil, qui avait déjà des relations privilégiées avant leur fusion de l’an 2000.

Pendant la seconde guerre mondiale, la famille Rockefeller contrôlait 20,2% d’Exxon ; 16,34% de Mobil et 11,36% d’Amoco. Ces entreprises émergèrent toutes de la dissolution “supposée” du Standard Oil Trust, un processus qui fut commencé en 1892, lorsque la cour suprême de l’état de l’Ohio ordonna la dissolution de la Standard Oil de l’Ohio, la tête du serpent de la Standard Oil des Rockefeller.

John D. Rockefeller transporta son QG à New York pour contourner la décision de la cour suprême, mais les Américains, menés par l’écrivain populiste Ida Tarbell, devinrent de plus en plus hostiles au monople de la Standard Oil. En 1906, l’état fédéral accusa la Standard Oil de violer la loi anti-trust Sherman. Le 15 mai 1911, la cour suprème des Etats-Unis déclara que “Sept hommes et une machine entrepreneuriqle ont conspiré contre leurs concitoyens. Pour la sécurité de la république nous décrétons maintenant que cette dangereuse conspiration doit prendre fin avant le 15 novembre de cette année.

Mais le démantèlement de la Standard Oil augmenta la fortune des Rockefeller, qui prirent 25% de parts dans les nouvelles entreprises ainsi créées. La Standard Oil de New York fusionna avec Vacuum Oil pour former Socony-Vacuum, qui devint Mobil en 1966. La Standard Oil de l’Indiana rejoignit la Standard Oil du Nebraska et la Standard Oil du Kansas en 1985 et devinrent Amoco.

En 1972, la Standard Oil du New Jersey devint Exxon. En 1984, la Standard Oil de Californie fusionna avec ses bébés fiduciaires de Pennzoil et de la Standard Oil du Kentucky, puis elle avala tout cru la Gulf Oil pour devenir Chevron. La Standard Oil de l’Ohio garda le nom de l’entreprise jusqu’à ce qu’elle fut achetée, tout comme Amoco et un des bébés de la Standard ARCO, par BP devenant ainsi BP Amoco.

Le ministère de la justice américain répondit au rapport de la CFC de 1952 en amenant une affaire anti-trust en justice contre la faction américaine de big oil. Exxon, Mobil, Chevron, Texaco et Gulf s’allouèrent les services de la grosse firme légale Sullivan & Cromwell, mais les caïds de la défense du “droit” ne furent jamais mis à contribution.

Dix jours avant le coup d’état contre le président iranien démocratique élu Mohamed Mossadeq (en 1959), le président Eisenhower annula l’affaire amenée par la CFC sur la base de la sécurité nationale. Ike (surnom d’Eisenhower) accorda l’immunité aux cavaliers du pétrole contre toute mise en accusation, alors que son envoyé l’ancien président Herbert Hoover, se rendit à Téhéran pour aider Big Oil et leur marionnette le Shah (NdT: roitelet de la dynastie Palawi, mis en place par la CIA) à établir le consortium iranien du pétrole, qui consistait en ces quatre cavaliers du pétrole et la française géante du pétrole la Compagnie Française du Pétrole (aujourd’hui Total-Elf-Fina). BP acquît alors 40% des parts.

Le cartel établît des quotas de production qui s’appliquèrent non seulement à l’Iran, mais aussi aux autres nations productrices de pétrole. Ces quotas leur permirent d’éviter la concurrence et de contrôler les prix du pétrole (NdT: à des fins spéculatives bien entendu…). L’universitaire du pétrole John Blair, qui fut instrumental dans le titillage de la CFC pour qu’elle déclenche une enquête, nota que de 1950 à 1972, la production dans 11 des pays de l’OPEP avait augemnté dans exactement les mêmes proportions.

Lorsque Eisenhower quitta la Maison Blanche, il s’établît dans une ferme de 240Ha près de Gettysburg en Pennsylvannie. Il n’acheta pas la propriété, il ne paya pas non plus pour la construction de tous les bâtiments, ni pour le cheptel qui le peupla bientôt, il ne paya même pas pour les ouvriers employés pour mettre tout cela en place…

La retraite de rêve d’Ike fut totalement payée par Sid Richardson et Clint Murchison, deux milliardaires texans du pétrole qui partageaient de gros intérêts avec les Rockefeller dans les champs pétroliers du Texas et de Louisiane. Leur bonne volonté envers Eisenhower s’étendit même à son ministre du budget et des finances Robert Anderson, qui mit en œuvre un système de quota limitant les importations de pétrole ce qui aida grandement Big Oil à mettre KO leurs plus petits concurrents du marché américain.

Anderson est devenu un exécutif chez ARCO et a reçu une propriété dans l’ouest du Texas d’une valeur de 900,000 US$ et remplit de pétrole de la part des hommes de paille des Rockefeller.

=*=*=*=

Lire: “Le dossier Rockefeller” (traduction Résistance 71)

Notre dossier sur le pétrole abiotique

Nouvel Ordre Mondial: la destruction de Yankland et l’avènement du goulag…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 6 juillet 2016 by Résistance 71

“Nous avons besoin d’une grande vision et la personne qui l’a doit la suivre comme l’aigle poursuit le bleu le plus profond du ciel.”
~ Crazy Horse, Oglala Lakota ~

L’Amérique détruite

Paul Craig Roberts

3 juillet 2016

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/07/03/america-destroyed-paul-craig-roberts/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Lorsque j’étais jeune, les Etats-Unis existaient toujours. Même le verbiage creux du 4 juillet ne peut cacher le fait si évident.

Les jeunes ne savent pas qu’ils ont perdu leur pays, parce qu’ils sont nés dans une période où celui-ci était déjà perdu. Pour eux, c’est la normalité.

De plus, les jeunes sont bien trop occupés à se texter les uns les autres et à se décrire eux-mêmes, souvent de manière intime, sur les médias sociaux pour être au courant de ce qui les attend, tellement perdus dans leur insouciance qu’ils sont…

Quand j’étais jeune, la police était l’amie du public. On pouvait compter sur elle pour nous aider, et non pas abuser de nous. Les arrestations abusives étaient rares, les abus physiques des citoyens encore plus rares. Aujourd’hui c’est de la pure routine.

Au cours des années écoulées, j’ai écrit au sujet de la transformation de la police de protectrice en matraqueuse du public.

Durant toutes ces années, j’ai reçu bon nombre de lettres d’anciens policiers qui me disent qu’ils ont abandonné leur profession par dégoût total de la corruption interne et de la brutalité sans borne jamais punie, ou aussi en résultat du fait qu’ils avaient peur d’être forcé(e)s de participer à la corruption ou à en devenir une victime.

De manière générale, les départements de police ne sont pas tenus pour responsables parce que les maires, les commissaires de districts et les représentants de l’état, tout comme les membres du congrès des Etats-Unis peuvent être arrêtés sur de fausses accusations et diabolisés par la pressetituée comme “criminels”. Quel journaliste de police connaissez-vous qui ne soit pas du côté de la police, source de ses infos et de ses histoires ? Les membres de la pressetituée participent activement aux piégeages.

Les Etats-Unis sont un pays perdus. La corruption totale qui règne dans toute institution publique et privée est complète. Il ne reste absolument rien d’autre que la tyrannie totale et les mensonges, les mensonges sans fin.

Ci-dessous je reproduit un extrait d’une lettre qu’un ancien policier m’a envoyée, le genre de policier dont nous avons tant besoin:

“Cher Dr Roberts, j’ai été dans la police, alors que je lisais l’article (http://www.paulcraigroberts.org/2016/07/03/this-is-how-they-protect-us/) au sujet de la TSA et de l’abus par ses employés d’une jeune femme handicapée et de sa mère, la laideur de cette incident m’a décidé à vous écrire. Je suis devenu policier dans une grande ville deux jours avant mon 21ème anniversaire. J’ai démissionné après 14 ans de service alors que j’étais devenu complètement dégoûté de la profession.

“Je me souviens d’un vieux sergent qui a déclaré en apprenant que je démissionnais: ‘ne voient-ils pas ce qui se passe ? Tous nos meilleurs jeunes partent.’, je pense que j’étais donc loin d’être le seul.”

“Ces employés à la sécurité de la TSA ne sont pas justes brutaux et insensibles ; ils sont aussi complètement stupides. C’est ce que les dirigeants voulaient. Ils ne voulaient pas de gens qui peuvent réfléchir. Ils voulaient et veulent des gens qui suivent les ordres c’est tout, et bien ils ont ce qu’ils cherchaient.”

Néocons yankees + Israël + Arabie Saoudite = Attentats du 11 septembre nucléaire… Les pièce du puzzle se mettent en place (Veterans Today)

Posted in 11 septembre, actualité, désinformation, documentaire, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 juin 2016 by Résistance 71

Nous mettons en section commentaire la vidéo mentionnée dans l’article par G. Duff et une autre vidéo, un petit clip montrant la vaporisation littérale d’un pilier d’acier d’une des tours du WTC lors de la démolition. Un poutre maîtresse d’acier de plusieurs dizaines de mètre de haut de 60cm d’épaisseur pesant des tonnes se vaporise en fine poussière en quelques secondes… Le double effet du kérosène des avions ?… Allons, allons… La thèse de la démolition nucléaire est plus que plausible, elle devient une quasi certitude, avec un engin miniature de 4ème ou 5ème génération comme expliqué ci-dessous.

A lire en parallèle car cet article s’y relie, notre dossier sur le 11 septembre nucléaire.

L’étau se resserre pour les ordures responsables de cette ignominie toujours planqués en haut de la pyramide, mais à notre avis, pour un bon nombre d’entre eux… si on leur mettait une olive dans le cul, ils nous feraient bien un litre d’huile…

— Résistance 71 —

 

Les révélations sur le 11 septembre continuent d’humilier les victimes en dansant sur leurs tombes

Ian Greenhalgh

17 juin 2016

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/06/17/911-revelations-continue-humiliating-the-victims-dancing-on-their-graves/

~ Traduit de l’anglais par résistance 71 ~

 

La source saoudienne est finalement rendue publique

 

Introduction by Ian Greenhalgh

Nous y sommes, approchant bientôt la marque du 15ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 et nous n’en avons toujours pas fini, bien que nous ayons maintenant capturé des officiers et agents des services de renseignement saoudiens qui chantent comme des rossignols ainsi que ces 28 pages manquantes qui contiennent plus que vraisemblablement la preuve de l’implication des Saoudiens dans les attentats, tout ceci étant si proche d’une diffusion publique. Nous avons grandement résolu cette affaire, balayé les invraisemblances et établi toutes les preuves les plus solides, mais cela n’a eu quasiment aucun effet à cause du blackout/boycott total de tout cela par les médias de masse pressetitués. Pas une seule fois VT n’a reçu une demande de quiconque des médias de masse depuis la publication d’une longue série d’articles, qui constitue la meilleure séquence de preuves écrites disponibles sur le 11 septembre (NdT: nous en avons traduit certains articles l’an dernier…)

Pendant des années, bien des gens se sont gaussés de moi lorsque j’insistais sur le fait que je savais avec certitude depuis août 2005 que l’histoire officielle du 11 septembre n’était qu’un non-sens total. Il est vrai que ce fut au moment où les transcriptions radio des pompiers de New York furent publiées. De celles-ci nous apprîmes que le chef du 7ème bataillon, Orio Palmer, envoya une transmission radio depuis le 78ème étage de la tour sud à 9h52 du matin:

“Bataillon 7… échelle 15, nous avons deux poches isolées de feu, On devrait être capable de les neutraliser avec deux lignes. Transmettons qui’il y a beaucoup de 10-45 code un au 78ème étage.”

7 minutes plus tard à 9H59, la tour sud du WTC cessa d’exister, elle fut en grande partie vaporisée avec la vaste majorité du bâtiment réduit en poussière déferlant dans un énorme nuage sur Manhattan. Ceci ne fut certainement pas causé par les deux petites poches d’incendie identifiées et rapportées par palmer.

Là à ce moment, ai-je su avec certitude, que toute cette histoire qu’on nous demandait d’avaler sans discuter était un non-sens total. Maintenant je ne suis pas un agent du renseignement, je n’ai jamais été entraiiné à analyser des affaires complexes de ce type, je suis juste un type normal avec un diplôme en journalisme et un cerveau encore fonctionnel pour que j’y vois clair, donc tous les gens des services de renseignement avec un entraînement et une expérience appropriés devraient aussi y voir clair non ?

Bien sûr qu’ils le purent et bon nombre le firent, un ancien officier de l’armée de l’air américaine en retraite à qui j’ai demandé au sujet de la destruction des tours du WTC, avait réalisé que leur destruction n’avait rien à voir avec les Boeings les ayant frappé et il se fit cette réflexion “en regardant l’évènement en direct à la télé de matin là”. Il m’a également assuré qu’il était très loin d’être le seul et que beaucoup de personnes comme lui l’avaient su de suite.

Ce qui amène à la toujours très inconfortable question de savoir pourquoi personne n’a fait sauter le couvercle de cette cocotte minute en sonnant l’alerte ? La réponse est même encore plus inconfortable ; d’abord il y a cette vieille recette pour garder un secret: vous faites simplement la même offre à tous ceux qui sont impliqués dans l’affaire secrète, celle que les cartels colombiens de la cocaïne ont l’habitide d’appeler “plata o plomo” – l’argent (du dollar) ou le plomb (de la balle), secondo il y a la complicité absolue des médias qui aide grandement, à tel point qu’il n’y avait tout simplement personne pour écouter un quelconque lanceur d’alerte avec pour conséquence directe le fait que cracher le morceau ou fuiter de l’info n’aurait pas été utile, cela n’aurait jamais atteint le public et vous vous seriez plus que sûrement “suicidé”.

La futilité d’exposer la vérité sur le 11 septembre fut mise en évidence par l’assassinat dans un accident de voiture de l’expert en démolition hollandais Danny Jawenko qui avait dénoncé les mensonges de “l’effondrement” du bâtiment 7 dans une interview:
Où en sommes-nous aujourd’hui en termes de divulgation de la vérité au sujet du 11 septembre ? Combien de personnes dans le public ont ne serait-ce qu’une intuition de la vérité centrale reposant sur le fait que tout ceci fut une opération combinée israélo-saoudienne rendue possible par la collaboration des néoconservateurs américains au plus haut niveau ? La réponse dérangeante est très certainement, loin du compte et nous devons remercier pour cela la cornucopée de collabos, de traîtres, de chrétiens sionistes et nous devons aussi bien le dire de satanistes adorateurs du diable, qui ont tous joué leur rôle pour aider les Israéliens et les Saoudiens à sortir indemnes de cette affaire que constitue cet énorme crime (NdT: jusqu’ici…).

Personnellement et je suis convaincu que beaucoup partageront mon point de vue, je ne pense pas que nous entamerons le processus de rendre justice aux victimes du 11 septembre tant que nous ne purgerons pas le Pentagone, la CIA, le FBI, les forces armées américaines, le Department of Homeland Security (NdT: DHS ou la Stasi du pays du goulag levant, ex-USA) et tous les autres organes de l’état qui ont été compromis et infiltrés par des traîtres ; de plus, tant que ne sera pas écrasé “l’axe du mal” Israël-Maison des Saoud, nous serons en permanence sous la menace d’évènements “terroristes” et en fait c’est exactement ce qui s’est produit à Orlando.

Par Gordon Duff 

“L’éléphant assis au milieu du salon” en ce qui concerne le 11 septembre est maintenant le fait largement accepté que l’Arabie Saoudite a soudoyé et fait chanter des centaines, voire des milliers de personnes dans le monde, incluant des membres du congrès des Etats-Unis, de la cour suprême de justice, pour maintenir leur rôe dans les attentats secret.

Vous devez vous demander ceci. Si ce qui est écrit ici est vrai, pourquoi donc non seulement la pressetituée habituelle boycotte cette information vital à la sécurité nationale, mais en plus pourquoi la blogosphère de la théorie de la conspiration, ou ce qu’il en reste à ce sujet au fil des ans, continue t’elle à vendre ses délires à base d’élixirs frelatés ?

La réponse à ces deux fragments de questions et à bien plus, est que la conspiration dont nous faisons état ci-dessous est toujours bel et bien active, ce qui a été perpétré lors de ce 11 septembre 2001 continue en Ukraine, en Syrie, en Irak avec l’EIIL et apprécie particulièrement le monde créé il y a toutes ces années avec le 11 septembre, un monde d’insécurité, un monde faisant face à la destruction et à la mise en esclavage finale, maintenant une réalité acceptée pour les peuples d’Amérique du Nord et d’Europe, un monde fait de toujours plus de pauvreté, de maladie, de geurre et de terrorisme, un monde où les mensonges sont érigés en nouvelle vérité.

Notre gars

Un officier du renseignement saoudien capturé en Syrie explique maintenant son rôle dans les attentats du 11 septembre et résout à lui seul suffisamment de culs-de-sac dans l’affaire, que cela met sous la focale des feux de la rampe non seulement Israël mais aussi un système de maquillage des faits toujours en vigueur. Son histoire couvre celle des équipes saoudiennes et israéliennes qui plannifièrent ensembe non seulement lla démolition nucléaire des tours du WTC, mais aussi une plus vaste attaque sur l’économie des Etats-Unis, mettant à bas le marché boursier, le système bancaire et jetant la ville de New York dans un état de panique bien pire que celui des évènements ayant eu lieu dans le sud de Manhattan ce jour-là.

Ceci fut un coup d’état à une échelle bien plus vaste qu’imaginée ou qu’il fut possible d’imaginer, qui continue aujourd’hui, un coup d’état qui n’a laissé, d’après bien des experts , que la Chine et la Russie comme survivants en état encore de lutter et aux prises avec ce paradigme.

Explication de notre affaire

De récents évènements au Moyen-Orient ont révélé une relation studieuse de travail entre l’Arabie Saoudite et Israël, relation qui remonte au début des années 1990 et même avant, peut-être même quelques décennies auparavant. Il n’y a pas besoin d’être un théoricien du complot pour voir le couple Saoudo-israélien soutenir l’EIIL et d’autres groupes terroristes, ainsi que les liens entre ces deux maintenant reconnus états voyous qui, avec la Turquie et les agences de renseignement occidentales, ont géré la discorde, le chaos et la guerre sur trois continents.

Si cela est vrai, le boycott du pétrole au sujet de l’aide américaine à Israël en 1973 n’était en fait qu’un “petit jeu” de manipulation de marché qui commença le pirouettage et la redirection des Etats-Unis vers une dette énorme tandis que les géants pétroliers, maintenant noyés dans les bénéfices, bougeaient leurs biens offshore. Rien de tout cela ne fut un accident, pas plus que la coopération entre l’Arabie Saoudite et Israël dans les attentats du 11 septembre, chose que nous allons soutenir ci-dessous, coopération qui devrait maintenant devenir impossible à nier.

Arrière-plan

Le fichier incluait la documentation d’un rapport préliminaire datant de 2003 sur les attentats du 11 serptembre qui identifiait l’évènement comme un acte de démolition nucléaire pour une organisation terroriste qui a eu accès à du matériel nucléaire en provenance des stocks américains au travers de la pénétration du ministère de l’énergie (DoE) par Israël. Il affirmait de plus que le Department of Homeland Security, DHS fut établi pour gérer le cover up, maquillage de l7affaire et de réduire au silence les lanceurs d’alerte.

Peu de temps après, VT fut approché par un physicien nucléaire et ancien inspecteur ayant travaillé pour l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique ou AIEA, son nom: Jeff Smith, qui rejoignit alors VT en capacité d’éditeur. Smith parla d’une enquête de grand-jury basée à Houston, Texas sur le 11 septembre et de sa participation à une force spéciale multi-agences, gérée initialement par le FBI en la personne de l’agent John O’Neill (qui fut tué lors des attentats du 11 septembre 2001) et plus tard par l’agent du FBI Mike Dick (nommé par erreur comme étant un terroriste armé par Fox News), ainsi que l’agent de la CIA Roland Carnaby (tué par la “police” à Houston, Texas en 2005), et aussi le consultant pour la Maison Blanche John Wheeler III (retrouvé mort dans une décharge publique dans le Delaware en 2010).

Smith présenta des preuves photographiques de son travail avec l’AIEA en Afrique et au Moyen-Orient, des copies de son passeport diplomatique de l’ONU et mit ensuite VT en contact avec un groupe de travail à Los Alamos (NdT: lieu de naissance de la bombe A yankee et du “Manhattan Project”), qui passa en revue les documents russes, révélant que certains d’entre eux incluaient des informations sur la fabrication d’armes nucléaires qui ne pouvaient être publiées sous aucun prétexte.

Jeff Smith commença à conseiller VT sur les affaires de prolifération nucléaire incluant une réfutation des affirmations quant à un programme nucléaire militaire iranien (Jeff était un des importants enquêteurs à la fois en Iran et en Syrie pour l’AIEA), mais de plus, sur l’utilisation d’armes nucléaires spécifiquement créées pour un nombre d’occasions incluant l’attentat d’Oklahoma City, des tours Khobar, de l’attentat de Bali, d’attaques en Syrie, en Ukraine, en Irak, en Afghanistan et au Yémen. Ces attaques nucléaires fiurent invoquées être des attaques sur des “sites chimiques” ou des “usines de roquettes”, mais partageaient toutes la même inexorable signature nucléaire :

  • Un grand flash blanc, indicateur d’une combustion nucléaire
  • Un cratère impossible à dupliquer avec des composants chimiques explosifs traditionnels
  • Des incendies EMP (Pulsion électro-magnétique, qui explosèrent des véhicules souvent à des kilomètres de là
  • Preuves photo/vidéo montrant une boule luminescente de radiations gamma ou à neutron, signatures détectées par les écrans LCD des caméras ou des téléphones portables

Plus que les Saoudiens

Tandis que le monde attend année après année, les 28 pages manquantes de la farce publique appelée que fut le rapport sur le 11 septembre, un fait de plus et il y en a eu tant et tant, a émergé. L’arrestation des tristement célèbres “Israéliens dansant” fut un évènement planifié et mis en scène et ceux qui l’ont perpétré et l’ont maintenu en vie parmi les médias étaient un mélange d’agents de désinformation payés et d’incompétents, d’après des sources anciennes du renseignement saoudien.

Pour le dire plus simplement, quand CBS et CNN on rapporté, quelques heures après les attentats/attaques du 11 septembre, que des équipes israéliennes avaient été arrêtées avec des explosifs et des armes, de manière plus importante sur le pont Washington près de Fort Lee dans le New Jersey, un point d’accès clef pour entrer et sortir de Manhattan, notre source saoudienne dit que cela a déclenché le “mensonge des israéliens dansant”.

“Nous savions que le FBI observait Mohamed Atta, le chef de notre équipe. Votre journal avait raison (note: nous ne sommes que sur internet..) au sujet de Fort Lee dans le New Jersey. Les Israéliens étaient nos partenaires depuis le départ, ils avaient des équipes d’ “étudiants en art” partout dans la ville, qui installaient des brouilleurs (d’ondes), implantaient des explosifs et , le plus important, répandaient des rumeurs, larguaient des preuves comme ce passeport parfait qui fut retrouvé. Ils avaient même un moteur d’avion embarqué dans une fourgonette et qui fut largué à un coin de rue, avec une centaine de gens regardant, on s’est pissé dessus avec celle-là.”

La campagne de Trump a fait entrer le 11 septembre de nouveau dans l’info avec “le Donald” menaçant d’ouvrir une enquête. Voyez-vous “le Donald” a appris au sujet du bâtiment 7, la disparition magique d’une tour, il a appris au sujet des ingénieurs et architectes qui disent haut et fort que des avions ne font pas s’écrouler quoi que ce soit, que le kérosène (la base du carburant pour avions) ne peut pas faire fondre une feuille d’aluminium.

Encore une fois, comme c’est toujours le cas dans ce type d’affaire, pourquoi le mouvement “Occupy Wall Street” et même le mouvmeent des milices civiles ont été écrasés, il y a une autre réponse. Toutes les opérations faux-drapeau et ce terme de “faux-drapeau” a été depuis des temps immémoriaux partie intégrante de chaque guerre, ont un composant de déception, de mensonge et un composant de couverture, maquillage.

Les “Truthers”

Nous sommes en 2016 et les Mike Dick, John O’Neill, Roland Carnaby, John Wheeler III sont oubliés. L’agent du FBI Mike Dick, qui géra la surveillance des équipes israéliennes opérant depuis Fort Lee le 11 septembre a tout juste survécu un ordre de “tirer à vue” sur lui lancé par Fox News:

“Depuis le début nous avons connaissance de cet évènement et voici comment il fut mis en place, comme si c’était un nouveau Pearl Harbor ou un nouvel assassinat de Kennedy, il y aurait des livres, des conspirations, des théories, des spéculations et nous contrôlerions tout cela, nous en ferions une industrie, nous l’utiliserions pour diviser l’ennemi, discréditer les critiques et en sortit indemnes encore et toujours…”

Plus de théorie de la couverture des faits

Prenez par exemple les évènements de Sandy Hook ou du marathon de Boston. Quand on examine ces évènements comme étant des faux-drapeaux potentiels, quand on regarde de près Sandy Hoook on peut remarquer ceci:

  1. La mère du flingueur était une enseignante à l’école
  2. Le tireur fut identifié pendant la fusillade par le conseiller de l’école comme étant “le fils d’une enseignante” puis plus tard, juste un “je n’ai vu que ses chaussures”.
  3. Des agents du FBI ont parlé en hébreu devant la presse
  4. D’autres suspects arrêtés sur la scène simplement disparurent, comme dans l’affaire de l’attentat à la bombe de Detroit en 2009
  5. La voiture suspecte saisie sur la scène appartenait en fait à une figure du crime organisé d’une ville voisine
  6. La fameuse photo montrant les enfants guidés à la queue leuleu hors de l’école est prouvée être une mise en scène
  7. Robbie Parker, un soi-disant “parent” pris en train de “répéter” son rôle en tant que “survivant en deuil”

Quant à Boston, il y en a autant à dire si ce n’est plus, avec des suspects appartenant à une famille traitante de longue date avec la CIA, pas bien différent du contexte familial du flingueur récent d’Orlando.

Ce qui est clef ici est qu’il n’y a pas 2 ou 3 “coïncidences impossibles” ou, comme dans le cas du 11 septembre, des violations sans fin des lois de la physique, mais il y en a des centaines. De plus, alors que le temps passait, il devint très clair pour ceux travaillant au sein de la communauté du renseignement et non complices des attaques et ceux qui l‘étaient, qu’il devenait difficile de se rendre sûr avec des théories conspirationnistes présentées, celles des armes à énergie libre, la nano-thermite qui furent intentionnellement divulguées au public avec des culs-de-sac bizarres liés à une science vue seulement dans des bandes dessinées romanesques.

Quand la piste s’est réchauffée

Il y a eu quelques entorses à la tradition dans le cas du 11 septembre en relation à deux personnes qui finalement “allèrent au trou”, pour en fait avoir été un peu trop près de la vérité. Le premier cas que nous allons couvrir est celui de l’avocat/bâtonnier britannique Michael Shrimpton. Apparemment, dans des circonstances non reliées, ce que nous savons maintenant être la même source d’information que celle qui a fuité les documents d’enquête du ministère de l’énergie américain (Department of Energy ou DoE) à VT en 2014, contacta Shrimpton deux ans plus tôt (en 2012 donc), pour lancer une alerte disant que les Jeux Olympiques de Londres seraient attaqués au moyen d’une ame nucléaire.

Lorsque Shrimpton contacta le MI6 (NdT: Military Intelligence section 6, le renseigneent militaire extérieur britannique, l’équivalent de la DGSE française, le MI5 étant la branche de contre-espionnage et de sécurité intérieure, équivalent de la DGSI française) au sujet de cette histoire, il fut arrêté et condamné pour une raison quelconque, nous ne savons pas exactement laquelle dans la mesure où la Grande-Bretagne possède cette capacité d’inventer des lois quand elle en a besoin. Quoiqu’il en soit, l’histoire de Shrimpton qui impliquait un sous-marin allemand de type 21 restauré et des armes nucléaires volées, fut confirmée par nos sources à l’AIEA, qui nous ont dit avoir été briefé au sujet d’un groupe que nous conaissons maintenant sous le nom de la société St Hubert, dans un luxueux lieu de villégiature de chasse dans l’état de l’Oklahoma, histoire qui est mot pour mot la même histoire pour laquelle Shrimpton fut jeté en prison, cette histoire fut expliquée à des élite de Washington incluant un vice-président américain et deux juges de la cour suprême.

Pas mal de cette info fut aussi fuité au journaliste d’enquête Wayne Madsen (NdT: très connu dans la sphère alternative anglophone et ancien officier du renseignement de la marine américaine ayant fait des “piges” à la NSA en son temps…). Madsen publia l’information sur l’enquête du DoE au sujet du 11 septembre, particulièrement au sujet de la connexion israélo-saoudienne et la “base de la terreur” à Fort Lee, New Jersey, mais il n’a jamais eu assez d’info sur l’histoire complète pour pouvoir générer suffisamment d’intérêt et de traction.

Khalezov

Dès 2007, un ancien officier de l’armée soviétique affirmant avoir travaillé dans le renseignement nucléaire, commença à raconter son histoire à qui voulait bien l’écouter. Son nom est Dimitri Khalezov.

Khazelov affirmait qu’il fut contacté alors qu’il vivait en Thaïlande, par un agent du Mossad du nom de Mike Harari, qui essaya de le recruter pour prendre part à ce que nous savons être maintenant l’attentat de Bali. Leur relation commença en fait avant le 11 septembre 2001 et Khazelov décrit la réunion avec Harari et son fils quelques heures après l’attentat à la bombe du WTC où les deux acolytes célébrèrent l’évènement et dit à Khazelov qu’ils avaient aidé à la planification de la destruction des tours en acquérant les armes nucléaires utilisées.

Tout ceci est décrit en détail dans le livre de Khazelov (Khalezov’s book.)

C’est là où Khazelov est devenu important pour VT et la série d’articles de Jeff Smith était dans cette lignée clef. L’équipe scientifique de l’université de Californie à Los Alamos qui conseilla VT sur la fuite russe faisait face à un certain nombre de problèmes.

Soit un certain nombre d’engins nucléaires avaient été utilisés dans les tours jumelles, espacés entre les étages, ou alors, un nouverau type d’arme nucléaire avait été utilisé. Les scientifiques postulèrent un design d’armes nucléaires de 4ème et 5ème générations qui pourraient créer une explosion capable de grimper le long des bâtiments, réduire en cendre et en poussieère des dizaines de milliers de tonnes d’acier, le faisant en moins d’une seconde tout en ne donnant sur le terrain qu’une signature radioactive d’une arme nucléaire de 3ème génération à LRR (Low Residual Radiation).

Le livre de Khazelov avait la réponse affirmaient-ils. L’équipe emmenée par le FBI de Jeff Smith et Mike Dick avaient été capables de déterminer exactement où les véhicules avec les armes nucléaires avaient été stationnés sous les tours jumelles. Ce que Khazeleov ajoutait fut le fait que ces endroits spécifiques de parking furent choisis parce qu’ils étaient en dessous d’énormes réservoirs de gaz fréon. Ce fréon, un énorme réservoir sous chaque tour et lorsque qu’un engin détonnait sous eux, agissait comme un booster, se transformant en deutérium et envoyant l’explosion énergétique verticalement, c’est ce que postulent les scientifiques de Los Alamos.

Tracer les armes nucléaires

Les noyaux nucléaires volés pour fabriquer ces armes, d’après l’équipe de Los Alamos, faisaient partie de 350 noyaux au plutonium (cœur en “décomposition” de matériel combustible nucléaire), entreposés chez Pantax dans la ville d’Amarillo au Texas. Smith afirme que la facilité fut contactée en 1997 par l’ancien président des Etats-Unis George H.W. Bush, qui finançait de manière privée une équipe qui s’occupait de terreur nucléaire. Tout en partageant leurs bureaux avec l’ancien président, Jeff Smith et l’agent de la CIA Roland Carnaby commencèrent une longue enquête sur des opérations de contrebande nucléaire entre des équipes combinées sud-africaine, israélienne et canadienne, opérations menées d’après Smith, par la famille Bronfman (Canada), DeKlerk et Netanyahou personnellement. Smith, Carnaby and co, incluant l’équipe d’enquête d’Able Danger, travaillèrent après le 11 septembre, sur l’hypothèse que ce groupe, aidé du maire de New York Rudy Giuliani, l’US Attorney Patrick Fitzgerald et une équipe de milliers de personnes, planifièrent et firent exécuter les attentats du 11 septembre 2001.

[ Note de l’éditeur de VT: Chers étudiants en art et danseurs israéliens, si vous n’êtes pas d’ores et déjà au courant, oui, nous savons qui vous êtes, ce que vous avez fait, qui étaient ceux qui vous donnaient des ordres et les personnes clefs qui ont accomplis ce crime.

L’assassinat de masse est un crime très sérieux. Le bouchon mis sur l’affaire du 11 septembre a tenu le coup, mais il commence à bouger maintenant. Vous devriez trembler également. Il y a pas mal d’archives de surveillance sur vous les gars, incluant Mohamed Atta venant vous visiter en maintes occasions.

Les morts ont beaucoup d’amis, pas seulement ceux qui sont morts en ce 11 septembre 2001, mais ceux qui ont suivi, pays après pays, incluant les scientifiques nucléaires iraniens que vous avez assassinés sans jamais montrer une seule preuve d’un programme nucléaire militaire iranien durant les négociations sur le nucléaire de ce pays.

Nous passons au peigne fin tous les résidents des trois bâtiments de brouillage (voir photo sur l’article original et avons déjà nommé le complexe “Israël sur la rivière Hudson”. ) Passez bien le bonjour à tout le monde au Jewish Institute for National Security Affairs ou JINSA Jim W. Dean ]

_________________________

“Sur le chemin de briques jaunes une fois de plus”

Fort Lee dans le New Jersey a joué un rôle clef ans les attentats du 11 septembre. Nous cartographions en utilisant Google Earth, quelques uns des incidents impliqués afin de présenter une réponse rationnelle à l’opération de cover up, maquillage, à la fois la version du gouvernement et celle amateur en version série B. Si vous n’avez pas regardé la vidéo, veuillez le faire maintenant (NdT: vidéo en anglais, sur l’article original de VT)

Le pont George Washington

Toutes les routes principales pour entrer et sortir de New York devaient être détruites le 11 septembre 2001. C’était ces équipes, amenées d’Israël et qui incluaient le groupe de Mohamed Atta et confirmés avoir des liens directs avec la CIA et le renseignement égyptien, qui furent mis sous surveillance par une force spéciale en continu, qui coordonna son action avec les forces de police locales.

Donc, quand quelques tonnes d’explosifs furent placées au point d’ancrage des câbles de suspension du pont, des équipes furent envoyées sur place pour désamorcer ces engins dès que l’attaque sur le WTC commença.

Simultanément à la section prévue des câbles du pont, un gros camion bombe, comme il fut décrit dans les rapports de presse de CBS et CNN News à l’époque et les interceptions de communication radio de la police, explosa (comme entendu et explosion confirmée par les transmissions de la police), devant mettre à bas le support de la route, devant ainsi faire tomber le pont “comme un caillou” dans la rivière Hudson.

Les tunnels
Les tunnels Holland et Lincoln devaient être démolis. Nous n’avons qu’une seule arrestation confirmée du côté de Manhattan. Des barrages de la police de New York (NYPD) au tunnel Lincoln ont pris en chasse une fourgonnette qui vit demi-tour pour éviter l’interpellation. Deux suspects furent arrêtés avec des armes et un camion aussi rempli d’explosifs. Le commissaire de police Bernie Kerik, récemment sorti de prison, était sur place avec son équipe anti-terroriste pour prendre en charge l’affaire. On ne les a pas revu depuis.

Fort Lee

Fort Lee est le véritable QG pour les attentats du 11 septembre. L’endroit fut choisi pour une bonne raison. Des rapports de presse de ce 11 septembre 2001 ont été effacés des archives, des listes de terroristes qui ont été interpelés puis relâchés sur ordre de la ville de New York (équipe Giuliani) et des officiels de la Maison Blanche, terroristes qui furent exfiltrés par avion hors des Etats-Unis, ces listes ont disparu. Les policiers qui ont procédé à ces arrestations, sont soumis au baillon judiciaire (NdT: ce qu’on appelle outre Atlantique un “gag order”) et ne peuvent pas parler.

De plus, Un très vaste réseau de soutien impliqué dans la préparation, la planification et la logistique des attaques du 11 septembre, incluant toutes ces attaques qui ont échoué, a non seulement ses membres toujours en liberté, mais certains d’entre eux sont parmi les Américains les plus puissants. Comme dit précédemment, le 11 septembre commence à Fort Lee, New Jersey.

Dans la communauté de cooptage il y a un des plus grands et des plus politiquement puissant groupes “israéliens d’abord” aux Etats-Unis incluant des membres de l’organisation notoire du JINSA, qui a la réputation d’être encore plus influent que le think tank du Project for a New American Century (PNAC) et surtout bien plus militant.

Un examen du JINSA montre qu’il est organisé en cellules exactement comme un groupe terroriste. Est-ce une surprise que le pont George Washington, l’endroit principal de Fort Lee et les bâtiments choisis pour implanter les brouilleurs radios, furent programmés pour une dramatique démolition en ce 11 septembre 2001, précipitant par là-mêmes des centaines de véhicules et de personnes au fond de la rivière Hudson ?

La mafia de Fort Lee

Depuis les années 1930, Fort Lee a été une “ville de gangsters”, marquant les débuts de l’entreprise “Assassinat Inc.” et le gang d’Albert Anastasia et de Joe Adonis. Tout commença lorsque le maire de New York LaGuardia jeta la pègre hors de la ville. Le nouveau pont George Washington fournit alors un nouveau havre pour la pègre à Fort Lee avec des casinos clandestins de chaque côté du pont GW, la chute du communisme à l’Est vit le crime organisé russe et ukrainien venir dans le New Jersey, s’établissant à Fort Lee (voir appendice 1). Le groupe Taiwantchik-Trincher est un amalgame de gangs de malfrats israélo-ukraino-chypriotes gérant les opérations clandestines du jeu à travers les Etats-Unis en ayant des liens étroits avec le groupe financier Romney/Bain. Lu dans un acte de condamnation d’un tribunal fédéral de Manhattan:

“L’organisation Taiwantchik-Trincher (”l’Organisation”) était une entreprise mafieuse ayant de forts liens avec la Russie et l’Ukraine. L’entreprise opérait une affaire de jeu et de paris clandestins de haut-niveau dans la ville de New York qui s’adressait essentiellement aux oligarques russes vivant en Russie et en Ukraine. Entre 2006 et 2012, l’entreprise a blanchi plus de 100 milions de dollars de leurs opérations en Russie et en Ukraine au travers d’entreprises façades et de cpmptes en banques à Chypre et de ces 100 millions de dollars, environ 50 millions firent envoyés de Chypre aux Etats-Unis. Une fois sur le sol américain, l’argent était soit nouvellement blanchi au travers d’entreprises fantômes ou investi dans des biens ou avoirs légitimes comme les hedge funds ou l’immobilier.

L’organisation Taiwantchik-Trincher opérait sous la protection d’Alimzhan Tokhtakhounov, alisa “Vor”, un terme qu’on peut traduire par “Voleur dans la loi”, qui se réfère à un membre d’un groupe sélectionné de criminels de haut niveau de l’ancienne URSS. Tokhtakhounov est aussi sous le coup d’une mise en accusation par un tribunal du district sud de New York pour son implication supposée dans la corruption active d’officiels aux JO d’hiver de 2002 à Salt Lake City, Utah. Tokhtakhounov est un fugitif recherché.”

Le rôle des cellules terroristes locales

Il y avait en place des associés locaux, quelques uns en connexion directe avec la “mafia kosher” ukrainienne fournissant:

  1. Des véhicules pour transporter les explosifs
  2. Un accès aux autorités de transit, aux véhicules et apport de personnels pour mettre en place les explosifs
  3. Coopération avec la sécurité locale des condominiums pour s’assurer un accès sans faille aux toits dans la zone

Des années plus tard, l’enquête sur l’opération Able Danger, vit le personnel d’enquête, éviscéré depuis par le chantage aux coupes de budget de Clinton, remonter à une opération terroriste majeure à Fort Lee, New Jersey. Là, ils trouvèrent que le renseignement saoudien, la CIA et le Mossad avaient intégré des équipes de terrain, des fourgonnettes de déménagement, des “étudians en art” et même quelques “Israéliens dansant”… Les groupes “d’artistes/danseurs” avaient une variété de tâches à effectuer pour le 11 septembre, parmi celles-ci:

  • Mettre en place les brouilleurs sur les bâtiments de la photo 1 pour bloquer les communications de l’autorité portuaire et les transmissions radios des secours envoyés
  • Implanter des explosifs du côté NJ du pont GW, là où les câbles de la structure étaient ancrés afin de faire s’effondrer le pont
  • Faire exploser un camion d’explosifs dans le tunnel Lincoln
  • Faire exploser un camion d’explosifs dans le tunnel Holland
  • Garer des camions bourrés d’engins de démolition dans des endroits bien spécifiques des sous-sols des tours du WTC
  • Coordonner les actions avec le goupe de Mohamed Atta

Des trois endroits de brouillage montrés plus bas (NdT: sur l’article original), deux des brouilleurs qui furent implantés ont été récupérés par la FCC et sont pièces à conviction à Houston, Texas, attendant que le Grand Jury sur Able Danger et le 11 septembre se réunsse de nouveau à la Saint Glinglin…

Bon nombre de personnes se rappellent des histoires rapportées au sujet des radios des pompiers qui ne marchaient pas et du comment de nouvelles radios auraient pu résoudre le problème. Ceci est la véritable raison des problèmes radios rencontrés.

Les endroits marqués sur la carte furent fournis par Jeff Smith qui travailla sur la surveillance depuis la maison mère et au bureau du FBI montré ci-dessus. La maison mère HQ de l’opération de surveillance sur Tom Hunter Road était stratégiquement placée pour garder sous surveillance des “étudiants en art” du Mossad et de leur endroit loué un peu plus haut dans la rue et en face.

Mohamed Atta quant à lui, vivait au 215 Main Street, 4 blocs plus loin, à distance facile de marche de l’endroit des Israéliens, des cibles de brouillage et du pont. Il se situait en face du parking de l’autorité portuaire (220 Bruce Reynolds Road), qui était à une distance de swing de golf des bureaux d’enquête du FBI.

Le véritable objectiif des attaques du 11 septembre était bien plus que celui d’abattre le WTC. Imaginez la ville de New York, le WTC évaporé, le pont George Washington descendu au fond de la rivière Hudson, les tunnels Holland et Linciln complètement noyés, des centaines de personnes noyées et la ville entièrement coupée de tout en mode total de panique tandis que les radios de la police et des pompiers sont brouillées.

D’autres attaques sur Washington ont-elles été déjouées ? Le capitole ou la Maison Blanche étaient-ils des cibles ?

La loi martiale aurait-elle été déclarée ? Pire ?

En fin de parcours nous avons le DHS (NdT: la Stasi du pays du goulag levant). Ceci me rappelle le bouquin de Len Deighton, SSGB, une histoire fictive de Scotland Yard travaillant avec les SS allemands après une invasion réussie de la GB par Hitler. On a eu le DHS après avoir perdu une guerre avec l’AIPAC… On peut pas inventer des trucs pareils !…

VT demande que les officiers de police qui ont arrêté les “suspects” israéliens en possession de tonnes d’explosifs (dixit CNN) ou qui furent arrêtés alors que la fourgonnette explosait sortent de l’ombre.

Nous demandons également que tous les témoins du second avion qui fut autorisé à décoller et à quitter le pays ce jour là (NdT: alors que tout le trafic aérien était suspendu sur le territoire des Etats-Unis…) sortent également de l’ombre, afin de confirmer que cet appareil transportait bien l’équipe israélienne sortante, incluant ceux mentionnés plus haut et qui furent pris. Nous savons qui a autorisé l’avion à décoller et à quitter les Etats-Unis, un aspect clef de l’opération, incluant les officiels de la police de New York qui firent quelques grands numéros d’illusionnisme ce jour là.

________________________

Note: Nous continuerons à sortir notre saga de mises à jour sur le 11 septembre de façon à ce que soit établie une chronologie dans l’ordre de publication. Ce fut un incroyable tour de manège… Jim W.Dean

Background articles:

The latest:

http://www.veteranstoday.com/2015/01/08/neo-cia-torture-report-incriminates-dick-cheney/

New 9-11 story, 2014 Archive:

1)  veteranstoday.com/2014/05/20/too-classified-to-publish-bush-nuclear-piracy-exposed/
2)  veteranstoday.com/2014/05/20/nuke-cancer-from-911-revealed/
3)  veteranstoday.com/2014/05/21/doc-submitted-by-russian-intel/
4)  veteranstoday.com/2014/05/22/constructing-the-nuclear-child/
5)  www.veteranstoday.com/2014/05/31/vt-nuclear-education-series/
6)  veteranstoday.com/2014/06/01/nuclear-education-series-dimona-classified/
7)  veteranstoday.com/2014/06/01/vt-nuclear-terrorism-education-series/
8)  veteranstoday.com/2014/06/02/vt-nuclear-education-undeniable-proof-of-911-as-a-nuclear-event/

9)  veteranstoday.com/2014/06/18/vt-nuclear-education-as-the-hammer-drops/
10) veteranstoday.com/2014/06/24/vt-nuclear-education-mossadn-korea-links-mox/
11) veteranstoday.com/2014/06/24/nuclear-roundtable-americas-nuclear-arsenal/
12) veteranstoday.com/2014/07/07/officials-site-thermo-nuke-in-911-demo/
13) veteranstoday.com/2014/07/08/vt-nuclear-education-fission-based-thermobaric-weapons/

Additional supporting material on 9/11, nuclear physics and disclosure issues:

  1. http://www.veteranstoday.com/2014/07/13/vt-nuclear-education-anti-gravity/
  2. http://www.veteranstoday.com/2014/08/14/neo-mini-nukes-and-m16-the-economy-of-war/ (must read)
  3. http://www.veteranstoday.com/2014/08/15/vt-nuclear-education-nukes-in-iraq-confirmation/
  4. http://www.veteranstoday.com/2014/08/24/vt-flexing-its-nuclear-muscle/ (must read)
  5. http://www.veteranstoday.com/2014/08/28/nuclear-911-revealed-theories-and-disinformation-the-misguided-and-the-inhuman/ (must read)
  6. http://www.veteranstoday.com/2014/08/30/vt-nuclear-education-tactical-nuclear-warfare/ (must read)
  7. http://www.veteranstoday.com/2014/08/30/vt-nuclear-education-early-reactors/
  8. http://www.veteranstoday.com/2014/09/01/iaea-investigators-audit-reveals-us-not-iran-the-problem/ (must read)
  9. http://www.veteranstoday.com/2014/09/03/vt-nuclear-education-history-of-mini-nukes/ (must read)
  10. http://www.veteranstoday.com/2014/09/08/vt-nuclear-education-answering-the-hype/ (must read)
  11. http://www.veteranstoday.com/2014/09/14/vt-nuclear-education-a-funny-thing-happened-on-the-way-to-the-atom-smasher/ (must read)
  12. http://www.veteranstoday.com/2014/09/15/vt-nuclear-education-lenr-neutron-distribution/
  13. http://www.veteranstoday.com/2014/09/17/einsteins-theory-on-magnetic-buoyancy-and-its-application-to-the-space-time-continuum-or-gravity/
  14. http://www.veteranstoday.com/2014/09/21/vt-science-fuel-cell-technology/
  15. http://www.veteranstoday.com/2014/10/05/vt-science-haarp/
  16. http://www.veteranstoday.com/2014/10/16/fusion-junk-science-for-rubes/
  17. http://www.veteranstoday.com/2014/10/17/neo-nuclear-threats-enter-the-mainstream/ (must read)
  18. http://www.veteranstoday.com/2014/10/18/vt-science-nasas-low-energy-fusion-voodoodoodoo/
  19. http://www.veteranstoday.com/2014/11/10/the-connection-between-aurora-and-black-triangles/
  20. http://www.veteranstoday.com/2014/12/31/jeff-smith-on-the-upcoming-able-danger-leak/
  21. http://www.veteranstoday.com/2014/09/09/vt-nuclear-education-japan/
  22. http://www.veteranstoday.com/2014/09/03/vt-nuclear-education-detonations-and-deceit/
  23. http://www.veteranstoday.com/2014/06/28/deconstructing-christopher-bollyn-and-steve-jones/
  24. http://www.veteranstoday.com/2014/11/11/330695/

Appendix I

List of recent Fort Lee organized crime convictions:

“Twenty-eight defendants in this case have pled guilty and two have entered into deferred prosecution agreements. The defendants who have pled to date have agreed to forfeit, in total, more than $68 million. The following defendants have pled guilty, and have been sentenced or await sentencing:

  • Bryan Zuriff pled guilty to gambling charges on July 26, 2013, and was sentenced on November 25, 2013.
  • William Barbalat pled guilty to gambling charges on August 14, 2013, and was sentenced on December 16, 2013.
  • Kirill Rapoport pled guilty to gambling charges on August 16, 2013, and was sentenced on December 19, 2014.
  • Edwin Ting and Justin Smith pled guilty to gambling charges on September 4, 2013, and were sentenced on January 21, 2014, and January 6, 2014, respectively.
  • Dmitry Druzhinsky and David Aaron pled guilty to gambling charges on October 4, 2013, and were sentenced on April 18, 2014, and February 14, 2014, respectively.
  • Alexander Zaverukha pled guilty to gambling charges on October 10, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 1, 2014.
  • Nicholas Hirsch pled guilty to conspiring to commit wire fraud on October 16, 2013, and was sentenced on February 25, 2014.
  • Anatoly Shteyngrob pled guilty to conspiring to commit money laundering on October 17, 2013, and is scheduled to be sentenced on June 10, 2014.
  • Yugeshwar Rajkumar pled guilty to gambling charges on October 18, 2013, and was sentenced on March 25, 2014.
  • Stan Greenberg pled guilty to conspiring to commit racketeering on October 22, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 2, 2014.
  • Arthur Azen pled guilty to conspiring to commit money laundering and conspiring to collect extensions of credit by extortionate means on November 5, 2013, and was sentenced on April 9, 2014.
  • Hillel Nahmad pled guilty to gambling charges on November 12, 2013, and was sentenced on April 30, 2014.
  • Vadim Trincher pled guilty to conspiring to commit racketeering on November 14, 2013, and was sentenced on April 30, 2014.
  • Eugene Trincher pled guilty to gambling charges on November 14, 2013, and is scheduled to be sentenced on June 9, 2014.
  • Anatoly Golubchik pled guilty to conspiring to commit racketeering on November 15, 2013, and was sentenced on April 29, 2014.
  • Illya Trincher pled guilty to gambling charges on November 15, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 8, 2014.
  • Ronald Uy pled guilty to structuring financial transactions on November 25, 2013, and was sentenced on March 27, 2014.
  • Moshe Oratz pled guilty to gambling charges on December 3, 2013, and was sentenced on April 9, 2014.
  • Michael Sall pled guilty to interstate travel in aid of an unlawful activity (illegal gambling) and Jonathan Hirsch pled guilty to gambling charges on December 4, 2013. Sall was sentenced on April 18, 2014, and Hirsch is scheduled to be sentenced on May 9, 2014.
  • Noah Siegel pled guilty to gambling charges on December 5, 2013, and was sentenced on April 10, 2014.
  • Molly Bloom pled guilty to gambling charges on December 12, 2013, and is scheduled to be sentenced on May 2, 2014.
  • Alexander Katchaloff pled guilty to gambling charges on January 16, 2014, and is scheduled to be sentenced on May 20, 2014.
  • Donald McCalmont, John Jarekci, a/k/a “John Hanson,” and Abraham Mosseri pled guilty to making a fraudulent tax statement, to failing to file a tax return, and causing a financial institution to participate in a lottery related matter, respectively, on January 24, 2014, and are scheduled to be sentenced on May 29, 2014, May 28, 2014, and May 21, 2014, respectively.
  • William Edler and Peter Feldman entered into deferred prosecution agreements on April 11, 2014.

Mr. Bharara praised the investigative work of the Federal Bureau of Investigation, the New York City Police Department, and the Internal Revenue Service.

The case is being prosecuted by the Office’s Violent and Organized Crime Unit. Assistant U.S. Attorneys Harris M. Fischman, Joshua A. Naftalis, Peter J. Skinner, and Kristy J. Greenberg of the Violent and Organized Crime Unit are in charge of the prosecution. Assistant

U.S. Attorney Alexander Wilson of the Office’s Money Laundering and Asset Forfeiture Unit is responsible for the forfeiture aspects of the case.

Guerre psy et lavage de cerveau: CIA, programme MK Ultra, Canada et université McGill de Montréal…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 5 mai 2016 by Résistance 71

Pour mieux comprendre ce qui suit, nous avons traduit quelques extraits du livre “The Shock Doctrine” de Naomi Klein qui adresse superbement le sujet du Dr Cameron et des ses expériences MKUltra à l’université McGill de Montréal dans les années 1950 et jusqu’en 1963, date où le projet fut officiellement stoppé. Voici ce que dit Klein à ce sujet:

“Un memorandum déclassifié de la CIA a expliqué que le programme [MKUltra] ‘a examiné et évalué un nombre de techniques inhabituelles d’interrogatoire incluant le harcèlement psychologique et des sujets tel que la mise en isolement sensoriel et l’utilisation de produits chimiques et de drogues.’ D’abord appelé ‘Projet Bluebird’, puis ‘Projet Artichaud’, il fut finalement renommé ‘Projet MKUltra’ en 1953. Durant la décennie suivante de 1953 à 1963, le projet MKUltra dépensera plus de 25 millions de dollars sur des recherches impliquant des méthodes pour briser la résistance psychologique des prisonniers suspectés d’être des communistes ou des agents doubles. 80 institutions furent impliquées dans le programme, incluant 44 universités [dont McGill] et 12 hôpitaux.”

“… Bien qu’il fut en contact avec la CIA depuis des années, le Dr Cameron reçut en 1957 ses premiers fonds de la CIA via sa filiale de façade de la Society for the Investigation oh Human Ecology. Alors que l’argent de la CIA ruisselait dans l’Allan Memorial Institute de l’université McGill, l’institut ressemblait de plus en plus à une prison macabre et de moins en moins à un hôpital… Dans un article publié en 1960, le professeur Cameron a dit qu’il y a deux facteurs majeurs qui nous permettent de maintenir une imagerie dans l’espace-temps, qui nous permettent en bref de savoir où nous sommes et qui nous sommes. Ces deux forces sont a) notre perception sensorielle continue et b) notre mémoire. Au moyen d’électrochocs, Cameron annihilait la mémoire chez ses patients et avec ses boîtes d’isolation sensorielle il leur faisait perdre le sens complet de leurs sens et de la notion d’espace-temps..”

“Le travail de Cameron fut financé par la CIA jusqu’en 1961 et il ne fut pas du tout clair pendant des années ce que le gouvernement américain fit des résultats de ces recherches…. La CIA produisit un manuel appelé le ‘Kubark Counterintelligence Interrogation’ ou simplement ‘Kubark’, c’est un manuel secret de 128 pages sur ‘l’interrogatoire de sources résistantes’ qui est lourdement imprégné des résultats des recherches du projet MKUltra et des expériences de Ewen Cameron et de Donald Hebb. Les méthodes vont de la privation sensorielle, aux positions de stress, de l’encapuchonage à la douleur (le manuel reconnaît dès le début que les techniques employées sont illégales et demande aux interrogateurs d’obtenir l’aval de leur hiérarchie. Le manuel est daté de 1963, l’année de la fin des subventions de la CIA au projet MKUltra et 2 ans après l’arrêt des expériences de Cameron. Le manuel affirme que si les techniques sont bien utilisées, elle briseront la résistance de la source d’information et détruiront toute capacité de résister. Ainsi. Il s’avéra que le véritable objectif du projet MKUltra n’était pas un programme de recherche sur le lavage de cerveau, mais de mettre au point et d’entretenir un système scientifiquement étudié d’extraction d’information depuis des ‘sources résistantes’. En d’autres termes: un programme de torture scientifique…”

“Les théories du Dr Cameron étaient fondées sur l’idée que si on choquait électriquement le patient dans un état de régression psychologique chaotique, ceci créerait pour lui les préconditions pour une ‘renaissance’ en tant que citoyen modèle… De ce côté là Cameron fut un monumental échec. Quelque soit le degré où il fit régresser ses patients, ils n’absorbèrent ou n’acceptèrent jamais les messages sans fin répétés au moyen de bandes magnétiques. Bien qu’il fut un génie du comment détruire psychologiquement une personne, il n’a jamais pu les reconstruire.

Le problème si évident avec le recul, fut que tout était basé sur l’entière théorie de dire qu’avant qu’une guérison ne soit possible, tout ce qui avait existé auparavant devait être effacé. Cameron était convaincu que s’il pulvérisait les habitudes, les schémas de comportement et les mémoires, les souvenirs de ses patients, il arriverait à un moment donné à une ardoise psychologique vierge sur laquelle il pourrait réécrire à sa guise. Mais quelques furent les électrochocs, les drogues et la désorientation induits, il n’y parvint jamais. Pire, l’opposé s’avéra: plus il pulvérisait et plus fracassés devenaient ses patients. Leurs esprits n’étaient pas ‘nettoyés’, mais devenaient chaotiques, dérangés, leurs mémoires se fracturaient, leur confiance était trahie…”

~ Naomi Klein, 2007 ~

Le Canada la CIA et le programme MKUltra

 

Dan Dicks

 

19 avril 2016

 

url de l’article original:

https://pressfortruth.ca/top-stories/canada-cia-and-mkultra/

 

Press for Truth vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=slMn2nqgitA#t=674

 

Note de Résistance 71: Bien des gens connaissent l’acronyme du programme MKUltra mais ne savent pas que les lettres “MK” viennent de “Mind Kontrol” ou contrôle de l’esprit. Le mot “Ultra” parle de lui-même…

Le projet MKUltra fut le nom de code d’un projet illégal de contrôle des esprits qui fut mis en place par la CIA. Ceux qui furent impliqués dans ce programme furent continuellement soumis à des traitements comme l’administration de puissante drogues (LSD, amphétamines etc…), de thérapies à l’électrochoc, de comas induits par voie médicamenteuse. Quelques milliers de personnes furent soumises à des expériences immorales et cruelles, expériences scientifiques qui eurent lieu jusqu’à ce que le programme soit officiellement arrêté [en 1963]. Ces expériences ne prirent pas seulement place aux Etats-Unis, quelques-unes furent délocalisées et exportées au Canada.

Il a été découvert plus tard que le gouvernement canadien a été plus que certainement au courant que la CIA avait financé le psychiâtre écossais Donald Ewen Cameron pour être celui qui conduirait l’initiative au nord de la frontière. Cameron a sévi à l’Allan Memorial Institute de l’université McGill de Montréal et il fut payé des dizaines de milliers de dollars afin de piloter un programme totalement illégal et non éthique d’expériences psychologiques sur des humains. Il est dit que le professeur Cameron ne savait pas que les fonds provenaient de la CIA parce qu’il les recevait d’une organisation de façade appelée la société pour l’ Investigation of Human Ecology.

Le Dr Cameron a aussi été un membre du tribunal médical de Nüremberg dans les années 1940 et fut à la tête des associations psychiâtriques du Canada et des Etats-Unis et il fut le tout premier président de l’association Psychiatrique mondiale. Une de ses plus importantes expériences était de plonger un patient dans un coma induit pendant des semaines. La plupart des gens qui entrèrent à l’Institut le firent pour des problèmes mineurs comme des désordres anxiogènes ou des dépressions postpartum pour les femmes. Beaucoup de ces sujets furent alors abusés mentalement et physquement, torturés, bon nombre souffrant de manière permanente après les expériences. La plupart des documents concernant le projet MKUltra furent détruits dans les années 1970 et pour les quelques documents qui furent découverts, on laissa le soin à la Commission Rockefeller et autres d’enquêter sur les activités domestiques de la CIA et autres parties impliquées.

Une artiste de Winnipeg, Sarah Ann Johnson a récemment créé une expérience artistique MKUltra qui fut inspirée par sa propre grand-mère qui fut une des victimes des recherches psychologiques de la CIA. La grand-mère d’Anne, Velma Orlikow, entra à l’Allan Memorial Institute en 1956 suite à une dépression postpartum et fut une des nombreuses patientes qui furent traitées par le Dr Cameron. Elle fut soumise à des comas induits par de puissantes drogues et à une thérapie d’électrochocs. Anne dit que sa grand-mère voulut quitter le traitement à plusieurs reprises, mais que sa famille lui disait sans cesse qu’elle devait faire confiance au médecin et qu’elle devait suivre ses recommandations. Elle finit alors toujours par y retourner alors même qu’elle ne le désirait plus. Elle fit plusieurs tentative de suicide et décéda alors qu’Anne n’avait que 14 ans. Avant de mourir, elle se décida à mener une action en justice et attaqua à la fois l’hôpital et la CIA. L’affaire fint par trouver une résolution hors des tribunaux. (NdT: ce qui veut dire en termes juridiques anglo-saxons, que des dommages et intérêts furent proposés et acceptés… en échange de la fin des poursuites, ceci est une procédure légale anglo-saxonne classique…)

Dans ses récentes créations artistiques inspirées du programme MKUltra, Johnson a utilisé la sculture, la photographie, la performance d’acteur et la vidéo afin de démontrer comment la torture physique et psychologique a affecté sa famille. “Je ne peux aucunement savoir ce que ma grand-mère a ressenti. Ceci est ma tentative d’essayer de comprendre et d’essayer aussi d’accepter pourquoi elle fut ce qu’elle fut, pourquoi ma mère est ce qu’elle est et pourquoi je suis ce que je suis.” a dit Johnson. Ses deux plus récentes créations Hospital Hallway (2015) and The Kitchen (2016), sont montrées au le festival de l’image de Toronto.

= * = * =

Note de Résistance 71 : De fait il est aussi parfaitement envisageable de concevoir que le programme secret de rendition de la CIA qui a suivi le 11 Septembre 2001, l’invasion de l’Irak et le scandale de la tristement célèbre prison d’Abou Ghraïb et l’horreur de Falloujah (voir ici la confession d’un tortionnaire américain de l’entreprise privée CACI: http://www.agenceinfolibre.fr/confessions-dun-tortionnaire-dabou-ghraib/ ), les prisons secrètes de la CIA en Afghanistan et dans des pays qui sous-traitèrent la torture pour les Etats-Unis comme la Pologne, la Lithuanie, la Thaïlande, la… Syrie (et oui…) et d’autres, furent des extensions pratiques du projet MKUltra.

En fait, quand on lit Naomi Klein et l’article de Dan Dicks ci-dessus et qu’on écoute le tortionnaire yankee, on se rend compte que tout ceci a toujours des implications bien réelles et actuelles dans le monde d’aujourd’hui, dans la bulle crypto-fasciste de l’impérialisme occidental piloté par le monstrueux empire anglo-américain.

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’à terme cette sauvagerie sans nom est faite pour se refermer sur nous, les peuples…

Orwell disait: “… vous voulez connaître la société du futur ? Imaginez une botte écrasant un visage… pour toujours…” La question a toujours été: les laisserons-nous faire ?… Il n’y a pas d’autre véritable question dans l’immédiat.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 554 autres abonnés