Archive for the technologie et totalitarisme Category

Escroquerie COVID : Quand Pfizer fait passer les effets secondaires indésirables à la trappe dans ses « essais cliniques » (Le Défenseur/Children’s Health Defense)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 juillet 2022 by Résistance 71

golumfauci-rien

Pfizer a classé la quasi-totalité des événements indésirables graves survenus au cours des essais du vaccin contre la COVID comme « non liés aux vaccins ».

Le Défenseur

21 juin 2022

Source de l’article en français :
https://childrenshealthdefense.org/defender/pfizer-a-classe-la-quasi-totalite-des-evenements-indesirables-graves-survenus-au-cours-des-essais-du-vaccin-contre-la-covid-comme-non-lies-aux-vaccins/?lang=fr

Les rapports de cas inclus dans les documents d’essais cliniques de Pfizer, publiés le 1er juin par la Food and Drug Administration américaine, révèlent une tendance à classer presque tous les effets indésirables – et en particulier les effets indésirables graves – comme étant « non liés » au vaccin.

La dernière publication par la Food and Drug Administration (FDA) des documents relatifs au vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech révèle de nombreux cas de participants ayant subi des effets indésirables graves au cours des essais de phase 3. Certains de ces participants se sont retirés des essais, d’autres ont été abandonnés et d’autres encore sont morts.

La cachette de documents de 80 000 pages comprend un vaste ensemble de formulaires de rapport de cas [« Case Report Forms (CRF) »] provenant des essais de phase 3 de Pfizer menés à divers endroits aux États-Unis, ainsi que d’autres documents relatifs aux participants aux essais de vaccins de Pfizer-BioNTech aux États-Unis et dans le monde.

Le 1er juin, la FDA a publié les documents, qui concernent l’autorisation d’utilisation d’urgence (AUU) du vaccin, dans le cadre d’un calendrier de divulgation ordonné par le tribunal à la suite d’une demande accélérée en vertu de la loi sur la liberté d’information [« Freedom of Information Act (FOIA) »] déposée en août 2021.

Public Health and Medical Professionals for Transparency (PHMPT), un groupe de médecins et de professionnels de la santé publique, a soumis la demande de FOIA.

Les CRF font état de décès et de réactions graves aux vaccins pendant les essais de phase 3.

Les CRF inclus dans les documents de ce mois-ci contiennent des explications souvent vagues sur les symptômes spécifiques ressentis par les participants à l’essai.

Ils révèlent également une tendance à classer presque tous les effets indésirables – et en particulier les effets indésirables graves (EIG) – comme « non liés » au vaccin.

Par exemple :

  • Une femme d’une cinquantaine d’années (numéro de randomisation 86545) qui a participé à l’essai au Sterling Research Group à Cincinnati, Ohio, est décédée d’un infarctus du myocarde apparent le 4 novembre 2020. Elle avait reçu deux doses du vaccin, le 10 septembre et le 29 septembre 2020.

Le patient avait des antécédents médicaux de maladie pulmonaire obstructive chronique, d’hypertension, d’hypothyroïdie, d’arthrose des genoux et de troubles de l’attention. Son décès a été répertorié comme « non lié » au vaccin, et a été attribué à une « maladie cardiovasculaire hypertensive ».

  • Une femme d’une cinquantaine d’années (numéro de randomisation 220496), qui a participé à l’essai au Cincinnati Children’s Hospital Medical Center, est décédée d’un arrêt cardiaque le 21 octobre 2020. Son décès, cependant, a été indiqué comme « non lié » à ses vaccinations (qui ont eu lieu le 30 juillet 2020 et le 20 août 2020) car il est « survenu 2 mois après la dernière réception de l’agent d’étude », selon son CRF.

Les antécédents médicaux du participant comprenaient l’obésité, la pose d’une sleeve gastrique, le reflux gastro-œsophagien, l’apnée du sommeil, la tachycardie supraventriculaire, l’hypothyroïdie, la dépression et l’asthme.

  • Un homme d’une soixantaine d’années (numéro de randomisation 221076) qui participait à l’essai mené par le groupe de recherche Ventavia, basé au Texas, est décédé d’un infarctus du myocarde apparent le 28 novembre 2020. Il avait reçu les deux doses du vaccin le 31 juillet 2020 et le 19 août 2020.

Le participant avait des antécédents médicaux comprenant un infarctus du myocarde antérieur, une hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé, de l’anxiété, des douleurs bilatérales à la hanche, un diabète de type 2, une rétention d’eau, une angine (intermittente), un syndrome des jambes sans repos, une carence en vitamine D, une dépendance au tabac et la pose d’un stent coronarien en 2017.

Selon le CRF, il a subi l’infarctus du myocarde le 27 octobre 2020 et a reçu un diagnostic de pneumonie le jour suivant. Bien que les deux diagnostics aient été classés comme « graves » dans son CRF, ils ont tous deux été répertoriés comme « non liés » à la vaccination, l’infection du myocarde étant attribuée à un « échec de l’endoprothèse cardiaque » et la pneumonie simplement attribuée à une « infection ».

  • Une femme adolescente (numéro de randomisation 104650) a reçu un diagnostic de thrombose veineuse profonde du membre inférieur droit le 15 novembre 2020, qui était toujours en cours au 29 mars 2021, date du CRF. Elle a été hospitalisée et son état a été classé comme « grave », mais il a été indiqué comme « non lié » au vaccin, plutôt attribué à une « fracture » survenue avant sa vaccination le 11 septembre 2020.

Le patient avait des antécédents médicaux comprenant de l’asthme, un trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention, la maladie de Charcot-Marie-Tooth et l’obésité.

  • Un homme d’environ 70 ans (numéro de randomisation 227629) participant à l’essai chez Clinical Neuroscience Solutions Inc. (opérant en Floride et au Tennessee) a subi une série d’événements indésirables après avoir été vacciné les 13 août et 7 octobre 2020.

Il a été diagnostiqué COVID-19 le 30 août 2020, ce qui a coïncidé avec plusieurs autres diagnostics classés comme « graves », notamment des adhérences abdominales (29 août 2020), une altération de l’état mental (29 août 2020, qui a duré jusqu’au 16 septembre 2020) et une insuffisance respiratoire hypoxique aiguë (30 août 2020). Ces diagnostics ont nécessité son hospitalisation.

Il a également été répertorié comme ayant souffert d’une insuffisance cardiaque congestive le 30 août 2020, mais ce diagnostic a été répertorié comme « sans gravité » et comme « non lié » au vaccin, mais à une « chirurgie antérieure », sans autre précision. De même, ses autres événements indésirables graves ont été répertoriés comme étant liés à une chirurgie « antérieure » ou « précédente », ou à un « traitement non médicamenteux concomitant ».

Les autres effets indésirables « non graves » énumérés dans le CRF de ce patient comprennent l’hypokaliémie, l’anémie, l’insuffisance rénale aiguë, la septicémie, l’hyponatrémie, la leucopénie, l’occlusion de l’intestin grêle, la pneumonie par aspiration, l’hypertrophie ventriculaire gauche concentrique légère (dont les symptômes étaient toujours présents à la date du CRF, soit le 29 mars 2021) et l’infection urinaire.

Le patient avait des antécédents médicaux comprenant une hypertension permanente, une hypercholestérolémie, un reflux gastro-oesophagien, une constipation, une hernie hiatale et des diagnostics antérieurs de résection de l’intestin grêle, de perforation de l’intestin grêle, de hernie inguinale, d’arthrose aux deux genoux et de remplacement du genou (aux deux genoux).

  • Un homme d’environ 70 ans (numéro de randomisation 266982) participant à l’essai au Boston Medical Center a souffert d’une série d’effets indésirables après la vaccination, notamment une pneumonie et un œdème périphérique. Il avait reçu deux doses du vaccin, le 2 octobre 2020 et le 27 octobre 2020.

Le patient a été hospitalisé pour une pneumonie le 20 janvier 2021, un événement classé comme « grave » mais aussi comme « non lié » au vaccin. Cependant, la cause de sa pneumonie était simplement indiquée dans le CRF comme « non liée au vaccin », tandis que son diagnostic d’œdème périphérique était attribué à une « neuropathie existante ».

Pendant son hospitalisation pour pneumonie, sa tension artérielle a été mesurée jusqu’à 179/72, avec une fréquence cardiaque atteignant 105 battements par minute et un niveau de saturation en oxygène qui est tombé à 92,0. Au total, il a eu trois visites aux urgences pendant la période d’observation.

Les antécédents médicaux du patient comprenaient un diabète de type 2, une cirrhose alcoolique, une hypothyroïdie, de l’asthme, une apnée du sommeil, de l’hypertension, une neuropathie diabétique, une insuffisance cardiaque congestive, un trouble anxieux généralisé, une dépression, de l’insomnie, une miction excessive, une maladie pulmonaire obstructive chronique et une séropositivité.

Une déviation du protocole s’est également produite chez ce patient, car son journal n’a pas été activé après l’administration de la première dose du vaccin.

  • Un homme d’une quarantaine d’années (numéro de randomisation 68489) qui a participé à l’essai au centre médical de l’hôpital pour enfants de Cincinnati a souffert d’une leucémie myélogène chronique le 24 septembre 2020, l’affection étant toujours présente à la date du CRF, le 29 mars 2021.

Il s’agit d’un événement indésirable « grave » et « potentiellement mortel », même s’il n’a pas nécessité d’hospitalisation, mais il a été classé comme « non lié » à la vaccination mais à une « modification génétique des cellules souches ».

Le patient avait été vacciné le 26 août 2020 et le 17 septembre 2020, et avait des antécédents médicaux d’asthme et d’allergies saisonnières. Les autres effets indésirables « non graves » qu’il a subis sont la leucocytose et la thrombocytose.

  • Une femme d’une quarantaine d’années (numéro de randomisation 49018) ayant participé à l’essai de Clinical Neuroscience Solutions Inc. a reçu un diagnostic de calculs rénaux le 4 janvier 2021.

Il s’agit d’un événement indésirable « grave » qui a nécessité une hospitalisation, mais qui a été classé comme « non lié » au vaccin, étant plutôt lié, encore une fois, à un « calcul rénal » (sic). Elle avait reçu les deux doses du vaccin le 17 août 2020 et le 8 septembre 2020.

Le patient a été diagnostiqué avec COVID-19 le 27 janvier 2021. Ses antécédents médicaux comprenaient des migraines, une hypercholestérolémie et un kyste de Tarlov.

  • Une femme âgée d’environ 30 ans (numéro de randomisation 53307) participant à l’essai au Boston Medical Center, sans rien à signaler dans ses antécédents médicaux, a subi une blessure à l’épaule liée à l’administration du vaccin (SIRVA) le 9 septembre 2020, les symptômes se poursuivant jusqu’au 8 février 2021.

Cette blessure a été répertoriée comme étant liée à la deuxième dose du vaccin, qu’elle a reçue le 9 septembre 2020 (elle avait auparavant reçu sa première dose le 17 août 2020).

  • Une femme d’une cinquantaine d’années ( numéro de randomisation 260125) participant à l’essai de Clinical Neuroscience Solutions Inc. a souffert d’une exacerbation aiguë de l’asthme. Les symptômes sont apparus à la mi-décembre 2020, après sa vaccination le 16 septembre 2020 et le 5 octobre 2020.

Ses symptômes ont été classés comme graves mais ne mettant pas sa vie en danger, et elle a été hospitalisée. Cependant, ses symptômes d’asthme ont été répertoriés comme « non liés » au vaccin, mais comme liés à l’ « asthme », sans autre explication. Le 12 janvier 2021, sa tension artérielle était de 183/130, avec une fréquence cardiaque de 98 battements par minute.

Les autres effets indésirables moins graves subis par le patient comprenaient des douleurs au site d’injection, des douleurs corporelles, des frissons et une faible fièvre.

Ses antécédents médicaux comprenaient une cholécystite (et une cholécystectomie), une hernie discale, une hystérectomie abdominale totale, une ovariectomie bilatérale, une salpingectomie bilatérale, une endométriose, une hypertension, une hypercholestérolémie, une polyarthrite rhumatoïde en rémission, de l’asthme, des allergies saisonnières, un syndrome du côlon irritable et une obésité.

  • Un homme d’une vingtaine d’années (numéro de randomisation 48413) qui a participé à l’essai chez Clinical Neuroscience Solutions Inc. a subi une embolie pulmonaire bilatérale le 14 décembre 2020, avec des symptômes toujours présents à la date du CRF du 29 mars 2021.

Il s’agit d’un événement indésirable « grave » qui a nécessité une hospitalisation, mais qui a été attribué à l’habitude du patient de fumer et à son « mode de vie sédentaire ». Il avait reçu les deux doses du vaccin le 13 août 2020 et le 2 septembre 2020.

Les autres symptômes post-vaccination répertoriés pour le patient étaient les suivants : fièvre, fatigue, maux de tête, frissons, vomissements, diarrhée, douleurs musculaires nouvelles/aggravées, douleurs et gonflements articulaires nouveaux/aggravés.

Le patient avait des antécédents médicaux comprenant un taux élevé de triglycérides, un herpès génital et des allergies saisonnières, en plus d’une habitude de fumer.

Les nombreux effets indésirables graves – et plusieurs décès – enregistrés au cours des essais de la phase 3 sont également mis en évidence dans un document distinct et massif, de plus de 2 500 pages, qui répertorie ces effets indésirables.

Ce document énumère un large éventail d’effets indésirables subis par les participants à l’essai et classés au niveau de toxicité 4 – le plus élevé et le plus grave de ces niveaux.

Cependant, aucun des effets indésirables de niveau 4 (les plus graves) énumérés dans ce document particulier n’est classé comme étant lié à la vaccination.

Les effets indésirables de niveau 4 énumérés dans le document comprennent, sans s’y limiter, les éléments suivants, dont beaucoup sont survenus chez plusieurs patients :

  • Cholécystite aiguë
  • Insuffisance respiratoire aiguë
  • Carcinome surrénalien
  • Choc anaphylactique
  • Incompétence de la valve aortique
  • Appendicite
  • Arythmie supraventriculaire
  • Artériosclérose
  • Abcès cérébral
  • Arrêt cardiaque
  • Leucémie myéloïde chronique
  • Appendicite compliquée/appendicite aiguë avec nécrose
  • Maladie cardiaque congénitale/anomalie cardiaque
  • Occlusion de l’artère coronaire
  • Maladie de COVID-19
  • Thrombose veineuse profonde
  • Diverticulite
  • Migraine hémiplégique
  • Accident vasculaire cérébral hémorragique
  • Maladie pulmonaire interstitielle
  • Infarctus du myocarde
  • Hypotension orthostatique/possible hypotension posturale
  • L’arthrose
  • Abcès péricolique
  • Abcès péritonéal
  • Colique néphrétique
  • Diverticule rompu
  • Obstruction de l’intestin grêle/obstruction de l’intestin grêle
  • Dissection spontanée d’une artère coronaire
  • Hémorragie sous-arachnoïdienne
  • Idées suicidaires (et idées suicidaires avec tentative)
  • Syncope
  • Le diabète de type 2
  • Aggravation des douleurs abdominales
  • Un « événement non évaluable » ou « inconnu d’origine inconnue ».

De même, seul un petit nombre d’événements indésirables de niveau de toxicité 3 ont été indiqués comme ayant été « liés » à la vaccination. Ces effets indésirables comprennent, sans s’y limiter, les éléments suivants, dont certains sont survenus chez plusieurs participants à l’essai :

  • Arthralgie
  • Augmentation de la glycémie / pic de glycémie
  • Surdité/perte auditive
  • Dyspepsie
  • Hypotension
  • Douleur des ganglions lymphatiques
  • Lymphadénopathie/gonflement des ganglions lymphatiques
  • Douleur thoracique musculo-squelettique (non cardiaque)
  • Neutropénie
  • Douleur dans les doigts/les mains bilatérales
  • Prurit
  • Pyrexie/syndrome fébrile
  • Maux de tête sévères
  • Blessure à l’épaule liée à l’administration du vaccin
  • Trouble du sommeil/perturbation du sommeil
  • Tachycardie
  • Urticaire
  • Arythmie ventriculaire
  • Vertige

La page 2 525 du document en question énumère également six décès de participants à l’essai, les causes de la mort comprenant l’artériosclérose, l’arrêt cardiaque, l’accident vasculaire cérébral hémorragique et l’infarctus du myocarde.

Le petit nombre d’événements indésirables répertoriés comme étant liés au vaccin suit une tendance observée dans la tranche précédente des documents de Pfizer-BioNTech, publiés en mai.

Un document supplémentaire publié dans la tranche de ce mois-ci répertorie les patients qui ont interrompu leur participation à l’essai de phase 3, ou dont la participation a été interrompue par des médecins ou d’autres professionnels de la santé.

Bien que de nombreux patients aient cessé leur participation parce qu’ils n’ont pas pu être localisés, en raison de l’ordonnance d’un médecin, parce qu’ils ont déménagé dans une autre région ou pour d’autres raisons personnelles, de nombreux patients ont mis fin à leur participation en raison d’événements indésirables, notamment les symptômes suivants :

  • Infarctus aigu du myocarde
  • Amnesia
  • Anorexie
  • Fibrillation auriculaire
  • Infarctus cérébral
  • Insuffisance cardiaque congestive
  • Maladie coronarienne
  • Surdité (unilatérale)
  • Dépression
  • Pieds diabétiques
  • Perforation diverticulaire
  • Exposition pendant la grossesse
  • Douleurs oculaires
  • Instabilité de la démarche
  • Adénocarcinome gastrique
  • Hémorragie gastro-intestinale
  • Hypertension artérielle
  • Fréquence cardiaque irrégulière
  • Perte du goût et de l’odorat
  • Myalgie
  • Paraparésie
  • Parkinsonisme
  • Presyncope
  • Embolie pulmonaire
  • Pyrexie
  • Gonflement du visage
  • Tachycardie
  • Accident ischémique transitoire
  • Urticaire
  • Allergie aux vaccins
  • Vertige

Dans d’autres cas, les sujets se sont retirés en raison de craintes liées à des problèmes d’innocuité du vaccin, ou d’un malaise à recevoir la deuxième dose.

Un document d’examen clinique passe sous silence les événements indésirables survenus au cours des essais

Egalement inclus dans la décharge de documents de la FDA de juin était un document d’« examen clinique », de 334 pages, qui semble avoir été approuvé par la FDA le 30 avril 2021, et qui présente des « données essentielles » provenant de l’étude de phase 1/2/3 C4591001, réalisée aux États-Unis, ainsi que des données de phase 1/2 « justificatives » provenant de l’étude BNT162-01, réalisée en Allemagne.

Ce document fait référence à la fois au vaccin de Pfizer-BioNTech, qui a reçu un AUU de la FDA, et au vaccin Comirnaty de Pfizer, qui a reçu l’approbation complète de la FDA mais qui serait presque impossible à trouver dans les lieux de vaccination aux États-Unis.

Comme le rapportait précédemment The Defender, un juge fédéral a estimé que les vaccins de Pfizer-BioNTech et Pfizer Comirnaty sont juridiquement distincts.

Le document d’examen clinique indique :

« Le BNT162b2 a reçu des autorisations temporaires pour un approvisionnement d’urgence dans 28 pays et des autorisations de mise sur le marché conditionnelles dans 39 pays dans le monde.

« Le nom du produit fourni en vertu d’une autorisation d’utilisation d’urgence/temporaire pour toutes les régions applicables est le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech.

« Le nom du produit fourni dans le cadre d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour toutes les régions applicables est COMIRNATY [COVID-19 mRNA Vaccine (nucleoside modified)]. »

Le document indique que les participants à l’essai se sont vu administrer l’un des deux vaccins candidats, appelés BNT162b1 et BNT162b2 (ce dernier ayant finalement reçu une AUU de la FDA), ou un placebo. Diverses doses ont également été testées, allant de 10 μg à 100 μg pour BNT162b1, et de 10 μg à 30 μg pour BNT162b2.

Dans la phase 1 de l’étude BNT162-01, l’examen clinique rapporte que « 40 % à 45 % des participants ayant reçu BNT162b1 et BNT162b2, toutes tranches d’âge confondues et tous niveaux de dose confondus, ont signalé un ou plusieurs EI [adverse events] entre la dose 1 et les 28 jours (c’est-à-dire 1 mois) suivant la dose 2 ».

Dans ce qui s’avérera être une tendance générale tout au long de l’examen clinique, on nous dit que « la plupart des EI ont été considérés par l’investigateur comme non liés à l’intervention de l’étude et d’une gravité légère à modérée, et tous les EI ont été signalés comme résolus ».

Certains événements indésirables spécifiques mis en évidence dans cette partie de l’examen clinique sont les suivants :

« Parmi les receveurs de BNT162b1, 1 jeune participant du groupe 10 μg a arrêté l’étude en raison d’un EI modéré de malaise (considéré comme non lié à l’intervention de l’étude) après la dose 1 et 1 jeune participant du groupe 60 μg a arrêté l’étude en raison d’une toxicité limitant la dose de pyrexie après la dose 1.

« Un participant plus âgé du groupe 20 μg a présenté un EIG de syncope sévère (considéré comme non lié à l’intervention de l’étude) après la dose 1 et le traitement de l’étude a été retiré.

« Parmi les receveurs de BNT162b2, 1 jeune participant du groupe 10 μg a arrêté l’étude en raison d’un EI modéré de rhinopharyngite (considéré comme non lié à l’intervention de l’étude) après la dose 1.

« Un participant plus âgé du groupe 20 μg a eu un EIG de fracture de la cheville (considéré comme non lié à l’intervention de l’étude) après avoir reçu les deux doses, a été répertorié comme se rétablissant et reste dans le suivi. »

L’examen clinique indique également « qu’aucun décès n’est survenu dans la partie phase 1 de l’étude BNT162-01 ».

L’examen ajoute que « de la dose 1 de BNT162b2 30 μg à la date de levée de l’insu, 6 (50,0 %) participants du groupe d’âge le plus jeune et 3 (25,0 %) participants du groupe d’âge le plus âgé ont signalé au moins 1 EI. »

Plus précisément, dans cette partie de l’étude, « deux (16,7 %) participants du groupe d’âge BNT162b2 30 μg plus jeune et 1 (8,3 %) participant du groupe d’âge BNT162b2 30 μg plus âgé ont signalé au moins 1 EI grave » et « dans le groupe d’âge BNT162b2 30 μg plus jeune, 3 (25,0 %) participants ont signalé au moins 1 EI lié et 1 (8,3 %) participant a signalé 1 EIG grave. »

Selon l’étude, ces effets indésirables spécifiques ont été signalés dans « la classe de systèmes d’organes (SOC) des troubles du système nerveux (3 participants [25 .0%] dans le groupe d’âge le plus jeune et 1 participant [8 .3%] dans le groupe d’âge le plus élevé), suivis des troubles de l’appareil locomoteur et du tissu conjonctif (1 participant [8 .3%] dans chaque groupe d’âge). Tous les EI par terme préférentiel (PT) ont été signalés par au plus un participant. »

L’examen ajoute que « de la dose 1 à la date de levée de l’insu, 1 participant du groupe BNT162b2 30 μg plus jeune a signalé un EIG sévère (névrite) qui a été évalué par l’investigateur comme n’étant pas lié à l’intervention de l’étude », et « aucun participant de la phase 1 randomisé pour BNT162b2 30 μg ou le placebo correspondant n’est décédé jusqu’à la date de clôture des données du 13 mars 2021 ».

Examen des résultats de l’étude C4591001

Alors que l’incidence du BNT162b2 et du placebo était similaire dans les groupes d’âge des participants plus jeunes (9,1 % vs 11,1 %) et plus âgés (4,3 % vs 8,9 %), parmi ceux qui ont reçu le BNT162b2 au lieu du placebo, « deux événements graves de myalgie et d’adénocarcinome gastrique (qui était également un EIG) ont été signalés pour 2 participants dans le groupe d’âge … plus jeune, tous deux évalués par l’investigateur comme n’étant pas liés à l’intervention de l’étude ».

Il est également mentionné que « le seul abandon dû à un EI pendant cette période a été le participant du groupe d’âge le plus jeune de BNT162b2 qui a signalé un EI d’adénocarcinome gastrique (abandon de l’étude le jour 23 après la dose 1 de BNT162b2) ».

Enfin, de la dose 1 à 1 mois après la dose 2 pour les participants au suivi de sécurité en aveugle de l’étude C4591001, « le nombre total de participants ayant signalé au moins 1 EI et au moins 1 EI connexe était plus élevé dans le groupe BNT162b2 (30,2 % et 23,9 %, respectivement) que dans le groupe placebo (13,9 % et 6,0 %, respectivement) ».

Plus précisément, « des EI sévères ont été signalés par 1,2 % et 0,7 % dans les groupes BNT162b2 et placebo respectivement, et les EI mettant en jeu le pronostic vital étaient similaires (0,1 % dans les deux groupes) », et « des EIG et des EI conduisant à l’arrêt du traitement ont été signalés par ≤0,6 % et ≤0,2 %, respectivement, dans

les deux groupes », tandis que « des abandons dus à des EI connexes ont été signalés chez 13 participants du groupe BNT162b2 et 11 participants du groupe placebo (0,1 % dans les deux groupes) ».

Dans l’ensemble, comme indiqué pour cette partie de l’étude, « dans le groupe d’âge le plus jeune, le nombre de participants ayant signalé au moins un événement indésirable entre la dose 1 et le mois suivant la dose 2 était de 4233 (32,6 %) et de 1871 (14,4 %) dans les groupes BNT162b2 et placebo, respectivement. Dans la tranche d’âge supérieure, le nombre de participants ayant signalé au moins un événement indésirable entre la dose 1 et le mois suivant la dose 2 était de 2384 (26,7 %) et 1177 (13,2 %) dans les groupes BNT162b2 et placebo, respectivement ».

L’examen précise que « les EI les plus fréquemment signalés dans le groupe BNT162b2 … étaient des douleurs au point d’injection (2 915 [13 .3%]), la pyrexie (1517 [6 .9%]), la fatigue (1463 [6 .7%]), des frissons (1365 [6 .2%]), les maux de tête (1339 [6 .1%]), et la myalgie (1239 [5 .7%]) », mais certains effets indésirables plus graves ont été signalés au cours de cette phase de l’essai, notamment une paralysie faciale, des troubles cardiaques, une cirrhose hépatique, une cholécystite/cholécystite aiguë, une colique biliaire, un calcul du canal biliaire, une dyskinésie biliaire, une lymphadénopathie, une appendicite, une névrite optique et une hypersensibilité/anaphylaxie.

Dans l’ensemble, selon l’étude, « de la dose 1 à 1 mois après la dose 2, les EI graves signalés pendant la période de suivi en aveugle ont été peu fréquents, signalés chez 1,2 % des bénéficiaires de BNT162b2 et 0,7 % des bénéficiaires du placebo ».

Au cours de la « période de suivi ouvert », c’est-à-dire lorsque l’essai initial est terminé mais que les participants sont invités à continuer à prendre le médicament à l’étude pendant une période supplémentaire, l’étude indique que « trois participants initialement randomisés pour BNT162b2 sont décédés au cours du suivi ouvert ».

Si l’un de ces décès serait dû à un accident de la route, les deux autres ont été attribués à des métastases pulmonaires et à un infarctus du myocarde. Cependant, aucun de ces décès « n’a été évalué par l’investigateur comme étant lié à l’intervention de l’étude ».

En outre, selon le rapport, au cours de cette période, « 12 006 participants ont été suivis pendant au moins 6 mois. Parmi eux, 3 454 participants (28,8 %) ont signalé au moins un EI et 2 245 participants (18,7 %) ont signalé au moins un EI connexe. Les EI graves et les EAS ont été signalés par 2,1 % et 1,6 %, respectivement ».

L’étude fournit des données pour les participants à partir de la dose 3 (première dose de BNT162b2) jusqu’à la date limite des données. Le taux d’incidence des effets indésirables graves (EI) était de 6,0 pour 100 AP (années-patients), les conditions spécifiques rapportées comprenant des embolies pulmonaires, une thrombose, une urticaire, un accident vasculaire cérébral et une pneumonie COVID-19.

Ici, la revue ajoute que l’IR pour les participants au placebo original qui ont eu au moins un EI mettant en jeu le pronostic vital entre la dose 3 et la date de clôture des données était de 0,5 pour 100 AP. Un seul de ces événements mettant en danger la vie du patient, un cas de réaction anaphylactoïde, a été considéré comme lié à la vaccination. Les autres effets indésirables graves mettant en jeu le pronostic vital comprenaient l’arrêt cardio-respiratoire, la nécrose gastro-intestinale, la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire.

Le rapport note également qu’« il y a eu 15 décès dans le groupe BNT162b2 et 14 décès dans le groupe placebo entre la dose 1 et la date de levée de l’aveugle pendant la période de suivi en aveugle contre placebo ».

Cependant, le rapport ne semble pas entrer dans le détail des causes de décès pour l’un ou l’autre groupe, si ce n’est pour déclarer : « Aucun de ces décès n’a été évalué par l’investigateur comme étant lié à l’intervention de l’étude ».

Dans la « période de suivi en aveugle de la dose 1 à 1 mois après la dose 2 », dans le groupe BNT162b2, « EIG [serious adverse events] était similaire dans le groupe BNT162b2 (0,6 %) et dans le groupe placebo (0,5 %) », avec trois EIG dans le groupe non placebo considérés comme liés au vaccin. Il s’agissait notamment d’arythmie ventriculaire, de lymphadénopathie et de SIRVA.

Au cours de la « période de suivi ouverte » pour les « participants originaux à l’étude BNT162b2 », le rapport indique qu’« un participant plus jeune, sans antécédents médicaux, a subi un EIG potentiellement mortel d’infarctus du myocarde 71 jours après la dose 2, qui a été évalué par l’investigateur comme lié à l’intervention de l’étude ».

Cependant, malgré son caractère potentiellement mortel, cet état « a duré 1 jour et s’est résolu le même jour ».

Dans l’ensemble, « de la dose 1 à 6 mois après la dose 2, pendant les périodes de suivi en aveugle et en ouvert, 190 (1,6 %) participants du groupe BNT162b2 ont rapporté au moins un EIG » et « le nombre de participants ayant rapporté au moins un EIG était de 73 (1,1 %) et 117 (2,2 %) dans les groupes d’âge plus jeunes et plus âgés, respectivement ».

Ces EIG ont été classés dans les catégories suivantes : néoplasmes, infections et infestations, troubles gastro-intestinaux, troubles hépatobiliaires, troubles respiratoires/thoraciques/médiastinaux et blessures/empoisonnements/complications de la procédure.

Un participant au placebo initial qui a reçu le BNT162b2 pour la dose 3 a connu un événement indésirable grave qui a été évalué par l’investigateur comme étant lié à l’intervention de l’étude ; plus précisément, une réaction anaphylactoïde 2 jours après la dose 3, ce qui a entraîné le retrait du participant de l’étude, malgré une résolution signalée.

Une sous-section distincte du rapport traite spécifiquement des cas de paralysie de Bell et de paralysie faciale chez les participants à l’essai. Plus précisément, « pendant la période de suivi en aveugle contre placebo, 6 participants ont développé une paralysie faciale unilatérale (paralysie de Bell) : 4 ont été randomisés pour le BNT162b2 (tous des hommes) et 2 ont été randomisés pour le placebo (1 homme ; 1 femme) », selon la revue.

En ce qui concerne les quatre participants à l’essai vacciné, leur âge variait de 40 à 70 ans, les symptômes apparaissant de trois à 48 jours après leur dernière dose. Leurs symptômes ont été enregistrés comme étant « d’intensité légère à modérée », avec une durée allant « de 3 à 68 jours », et deux de ces cas ont été « considérés par l’investigateur comme étant liés à l’intervention de l’étude ».

De plus, « au cours de la période de suivi en ouvert, 3 participants qui ont reçu BNT162b2 à la dose 3 ou à la dose 4 (après avoir été initialement randomisés dans un placebo) ont présenté une paralysie faciale », selon l’étude. Ces patients étaient tous des femmes, dont l’âge variait entre 19 et 34 ans. Les événements ont été enregistrés comme commençant deux à huit jours après l’administration de la troisième dose, et « étaient légers à graves ». Une affaire a duré 12 jours, tandis que les deux autres étaient en cours à la date limite de l’essai.

Notamment, selon la revue, « tous ces événements de paralysie faciale ont été considérés par l’investigateur comme liés à l’intervention de l’étude ».

La revue ajoute que « pendant la période de suivi en ouvert des participants initialement randomisés pour BNT162b2, un participant de sexe masculin âgé de 51 ans a développé une paralysie de Bell 154 jours après avoir reçu la dose 2 ». Aucune indication n’est donnée quant à savoir si cela a été considéré comme étant lié à la vaccination ou non.

De la dose 1 à la date de levée de l’insu, les événements indésirables liés au cœur comprenaient « 6 infarctus aigus du myocarde, 4 infarctus du myocarde du groupe et 1 syndrome coronarien aigu » dans le groupe BNT162b2.

Selon la revue, « la plupart de ces événements sont apparus à distance (c’est-à-dire > 30 jours après) de la réception du vaccin ou du placebo. Aucun de ces événements n’a été évalué par l’investigateur comme étant lié à l’intervention de l’étude ».

De plus, « un participant du groupe d’âge le plus âgé BNT162b2 a présenté une péricardite. L’événement est apparu 28 jours après la dose 2, était en cours à la date de clôture des données et a été évalué par l’investigateur comme n’étant pas lié à l’intervention de l’étude ».

En outre, « il y a eu 8 cas d’embolie pulmonaire dans le groupe BNT162b2 », en plus de quatre accidents vasculaires cérébraux hémorragiques et « 2 accidents vasculaires cérébraux ischémiques, 4 accidents vasculaires cérébraux, 2 accidents ischémiques transitoires » dans ce groupe, plus « 1 cas de thrombocytopénie et 1 cas de diminution du nombre de plaquettes ».

En outre, « il y a eu 9 événements thrombotiques dans le groupe BNT162b2 », dont sept cas de thrombose veineuse profonde, un cas de coagulopathie et un cas de thrombose de la veine ophtalmique.

En ce qui concerne les problèmes auto-immuns dans le groupe BNT162b2, l’étude indique que « 10 cas de maladies auto-immunes ont été identifiés », avec un cas de « thyroïdite auto-immune, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, arthrite réactive, fibromyalgie, lupus érythémateux disséminé, alopécie areata, psoriasis » et deux cas d’arthropathie psoriasique.

Les grossesses ont été largement passées sous silence dans l’examen, qui indique que :

« Au moment de la date de clôture des données (13 mars 2021), un total de 50 participants ayant reçu BNT162b2 avaient déclaré des grossesses, dont 42 participants initialement randomisés dans le groupe BNT162b2 et 8 participants initialement randomisés dans le groupe placebo qui ont ensuite reçu BNT162b2. »

« Au total, 12 participants (n=6 chacun dans les groupes randomisés BNT162b2 et placebo) se sont retirés de la période de vaccination en aveugle contrôlée par placebo de l’étude en raison d’une grossesse, et 4 participants initialement randomisés sous placebo qui ont ensuite reçu BNT162b2 se sont retirés de la période de vaccination en ouvert en raison d’une grossesse.

« Ces participants continuent d’être suivis pour les résultats de la grossesse. « Aucune naissance n’a été signalée chez les personnes qui sont devenues enceintes dans l’étude C4591001 au moment de cette soumission.

« Toutes les grossesses comportent un risque d’anomalie congénitale, de perte ou d’autres résultats indésirables. Les données disponibles sur le BNT162b2 administré aux femmes enceintes sont insuffisantes pour informer des risques associés au vaccin pendant la grossesse. »

Pfizer conclut que les vaccins sont « sûrs et bien tolérés »

Dans l’ensemble, malgré l’incidence des effets indésirables graves – dont certains ont été reconnus comme étant liés au vaccin – et des décès, ainsi que le manque reconnu de données concernant les résultats pour les femmes enceintes qui ont participé à l’essai, les « conclusions de sécurité » de l’examen indiquent ce qui suit :

« Sur la base des données de phase 1 de l’étude FIH BNT162-01, BNT162b1 et BNT162b2 se sont révélés sûrs et bien tolérés chez des adultes en bonne santé âgés de 18 à 55 ans, sans aucun résultat inattendu en matière de sécurité … et le profil d’EI et les résultats de laboratoire clinique n’ont pas suggéré de problèmes de sécurité.

« Sur la base des données de phase 1 de l’étude C4591001 et de l’étude BNT162-01, BNT162b1 et BNT162b2 se sont avérés sûrs et bien tolérés chez des adultes sains plus jeunes, âgés de 18 à 85 ans, sans aucun résultat de sécurité inattendu … et le profil d’EI n’a pas suggéré de problèmes de sécurité, y compris jusqu’à environ 6 mois après la dose 2 pour les groupes BNT162b2 30 μg.

« Sur la base des données de phase 2/3 obtenues auprès d’environ 44 000 participants âgés de ≥16 ans et ayant bénéficié d’un suivi d’au moins 6 mois après la dose 2 de l’étude C4591001, BNT162b2 à 30 μg s’est avéré sûr et bien toléré dans tous les groupes d’âge … et le profil d’EI n’a pas suggéré de problèmes de sécurité graves. L’incidence des EIG et des décès a été faible par rapport au nombre de participants recrutés et comparable pour BNT162b2 et le placebo. L’incidence des abandons dus à des EI était également généralement faible et similaire entre les groupes BNT162b2 et placebo.

« Le suivi cumulatif de la sécurité jusqu’à au moins 6 mois après la dose 2 pour environ 12 000 participants de la phase 2/3 initialement randomisés pour BNT162b2, comprenant les périodes combinées en aveugle et en ouvert, n’a montré aucun nouveau signal de sécurité ou suggéré [any] de nouveaux problèmes de sécurité découlant de cette période de suivi.

« De même, le suivi en ouvert des participants initialement randomisés dans le groupe placebo, depuis la levée de l’obligation de recevoir BNT162b2 jusqu’à la date de clôture des données, n’a révélé aucun nouveau signal ou problème de sécurité.

« Le profil d’EI parmi environ 44 000 participants âgés de ≥16 ans inscrits à ce jour à la date limite de sécurité la plus récente (13 mars 2021), reflétait principalement des événements de réactogénicité avec de faibles incidences d’événements graves et/ou liés. L’incidence des EIG était faible et similaire dans les groupes vaccin et placebo. Peu de participants se sont retirés de l’étude en raison d’EI. Peu de décès sont survenus dans l’ensemble, tant dans le groupe vacciné que dans le groupe placebo, sans déséquilibre.

« Pour les participants randomisés dans le groupe placebo et dont l’insu a ensuite été levé pour recevoir la vaccination BNT162b2, les données ouvertes entre le moment où l’insu a été levé et la date de clôture des données (13 mars 2021) n’ont pas montré de nouveaux résultats ou signaux de sécurité.

« Dans l’ensemble, les données d’efficacité et d’immunogénicité suggèrent que le schéma à 2 doses de BNT162b2 (30 μg) induit une forte réponse immunitaire et fournit une protection durable contre la COVID-19 à travers un spectre d’individus représentatif de la population en général pour les personnes âgées de ≥16 ans : ceux qui ont ou non une exposition antérieure au SRAS-CoV-2 et ceux qui se trouvent dans des catégories à risque plus élevé en fonction de l’âge, de la race, de l’ethnicité et/ou de la comorbidité. »

En conséquence, et sur la base des données ci-dessus, l’examen se prononce en faveur de l’approbation du BNT162b2 :

« Un programme de vaccination doit être mis en œuvre rapidement et étendu pour avoir un impact significatif sur le cours de la pandémie. L’homologation du BNT162b2 est susceptible d’améliorer l’adoption du vaccin en facilitant la fourniture du vaccin de Pfizer/BioNTech directement aux pharmacies et aux prestataires de soins de santé.

« L’impact le plus important de l’homologation du BNT162b2 pourrait être l’approvisionnement direct des prestataires de soins de santé qui desservent des populations vulnérables telles que les patients âgés et ceux qui vivent dans des communautés rurales et mal desservies (c’est-à-dire des personnes qui pourraient être incapables de relever les défis de l’obtention de l’accès aux vaccins en utilisant les systèmes en place pour l’AUU).

« L’expansion du vaccin par le biais de l’homologation améliorerait en fin de compte les chances d’atteindre l’immunité collective de la population pour maîtriser la pandémie.

« Dans l’ensemble, les risques et les avantages potentiels, évalués par le profil de sécurité et l’efficacité et l’immunogénicité de BNT162b2 (30 μg), sont équilibrés en faveur des avantages potentiels pour prévenir la COVID-19 chez les personnes immunisées.

« De même, le profil de bénéfice et de risque de BNT162b2 30 μg plaide en faveur de la poursuite du développement dans les populations pédiatriques, maternelles et autres populations à risque. »

= = =

Notre page : « Coronavirus, guerre connue l’humanité »

Le PDF de notre traduction du livre de Robert F. Kennedy jr :
« Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique »

Raw-clot-samples-500
Faites-vous piquer qu’ils disaient…

no-vax-de-rien

COVID, pouvoir et tyrannie : Une approche théorique et pratique directe de la psychopathie ambiante officielle avec l’anthropologue suisse Jean-Dominique Michel (Vidéo)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 30 juin 2022 by Résistance 71

sitting_bull_guerrier

Résistance 71

30 juin 2022

Nous avions déjà remarqué, noté et fait part de l’excellente intervention de l’anthropologue suisse Jean-Dominique Michel lors du documentaire « Hold-up » fin 2020. ses interventions dans le reportage furent très remarquées à juste titre.
Depuis, il fait partie du Conseil Scientifique Indépendant (CSI) qui a fait de longs et intéressants débats, en direct, en ligne durant toute la crise fabriquée du SRAS-CoV-2 / COVID19 et son analyse et sa voix sont aujourd’hui devenues très familières dans les altmedias de la pensée critique.
Lors d’une conférence récente à Saintes, il a délivré cette superbe adresse que nous vous invitons non seulement à visionner ci-dessous dans ce clip vidéo de 14 minutes, mais de la partager, de le diffuser partout où ce sera possible. Le message doit être vu, entendu, reçu et mis en pratique.
Ce que nous apprécions particulièrement chez cet anthropologue spécialiste de la santé publique, est qu’il ne se contente pas comme 99% des intervenants critiques, à analyser les faits avec pertinence, mais qu’il propose des solutions simples et radicales pour nous mettre sur la voie de sortie de ce marasme total dans lequel l’humanité est engagée par le truchement des psychopathes aux manettes, détenant comme il le dit si pertinemment, tous les leviers du pouvoir et pourtant si faibles au demeurant.
Le fait qu’il cite publiquement et rend hommage avec tant d’émotion au grand chef de guerre et Chaman Lakota Sitting Bull en fin d’envoi, ne peut que non seulement nous réjouir, mais très certainement nous faire spirituellement communier avec lui dans son message de justice, de paix et d’amour profond pour l’humanité. Nous le disons depuis bien des années : l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux se tenant la main dans la main avec les peuples colonisés, avançant sur le chemin de la société des sociétés, celui de notre humanité enfin réalisée. Il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir, qu’on se le dise !

Écoutez et diffusez, ça en vaut très largement la peine ! Merci Mr Michel !
Dans l’esprit de Cheval Fou
Hoka Hey !

Intervention de Jean-Dominique Michel durant la conférence de Saintes :

Lire notre page « Anthropologie politique »

Nos traductions en PDF de « La voie Lakota et l’aventure de Crazy Horse »

« Si vous avez oublié le nom des nuages alors vous aves perdu votre chemin » (Russell Means)

« Un manifeste indigène » (Taiaiake Alfred)

« Wasase, la grande loi du changement » (Taiaiake Alfred)

Le site de Mr Jean-Dominique Michel

Esprit_Cheval_Fou

Réflexion critique : de l’aliénation capitaliste (OSRE)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 juin 2022 by Résistance 71

alienationcapitaliste-300x200

Qu’est-ce que l’aliénation capitaliste ?

Rébellion organe de l’OSRE

Mai 2022

Source: https://rebellion-sre.fr/quest-lalienation-capitaliste/

Le capitalisme n’est pas seulement un système économique, il est la matrice qui a engendré le monde moderne et aussi un type humain, que certains ont appelé Homo Oeconomicus, fruit d’une véritable transformation anthropologique. Il a réalisé ce que les régimes totalitaires du XX° siècle avaient rêvé de faire sans pouvoir le réaliser: donner naissance à un homme nouveau et cela à l’échelle mondiale. Armé de sa technique et de son dieu unique, l’Argent, il a conquis le monde, c’est-à-dire qu’il l’a transformé en désert. Désert autour des hommes mais désert aussi en l’homme. Pour comprendre ce nouveau monde et ce nouvel homme, pour savoir comment une telle chose a pu se produire, il faut revenir à un concept fondamental mis en lumière par Karl Marx dans son analyse du capitalisme: l’aliénation.

L’aliénation comme une dépossession

La définition que l’on trouve dans le dictionnaire du mot aliénation nous dit que c’est «l’état de l’individu qui, par suite des conditions extérieures (économiques, politiques, religieuses) cesse de s’appartenir, est traité comme une chose, devient esclave des choses et des conquêtes même de l’humanité qui se retournent contre lui». Le seul mot français aliénation traduit deux termes allemands utilisés par Marx: Entäusserung (v. entäussern: se défaire de; adj. äusser: extérieur, externe) et Entfremdung (v. entfremden: éloigner, détacher, détourner; adj. fremd: étranger). Ce terme traduit donc un sentiment d’extériorisation, de dépossession de soi et d’étrangeté face au monde et à soi-même. Mais pour Marx il ne peut se comprendre qu’au sein du processus de domination du capital qui passe par l’exploitation, l’aliénation, la réification.

Car cette dépossession est le résultat de l’exploitation capitaliste, c’est-à-dire du fait que dans l’entreprise capitaliste les salariés produisent une valeur équivalente à celle de la force de travail (travail concret qui leur est versé sous forme de salaire) mais aussi une valeur additionnelle (travail abstrait qui donne la plus-value, la valeur, que gardent les capitalistes). Le travail vivant (concret) est transformé en abstraction (la valeur), c’est-à-dire en argent. Dans le monde capitaliste l’immense majorité des individus ne possèdent pas leur outil de travail, ils sont obligés de rejoindre des entreprises qui leur fournissent les moyens de travailler. Ils en sont réduits à vendre leur seul bien, leur force de travail, c’est-à-dire eux-mêmes, pour fabriquer des marchandises. Dés lors leur travail n’est plus qu’une marchandise parmi d’autres et ils doivent agir comme des capitalistes: pour survivre ils doivent impérativement vendre leur marchandise-force de travail sur un marché du travail où les salariés du monde entier sont mis en concurrence. Le salarié est celui qui extériorise sa propre puissance subjective (sa force de travail) en lui donnant, sous la forme d’une marchandise, une existence objective et cela dans le but de gagner un salaire lui permettant d’acquérir d’autres marchandises.

rebellion

Elle n’est pas une fatalité

Ce que Marx a critiqué ce n’est pas le travail en lui-même mais la forme spécifique qu’il a pris dans le monde capitaliste, la forme-marchandise. Le travail n’était pas aliéné, il l’est devenu à la suite d’une transformation sociale dont on peut faire l’histoire (ce que Marx a fait dans le livre I du Capital). Cette forme d’aliénation n’est pas une conséquence inéluctable de l’histoire humaine et elle n’a pas toujours existé comme voudraient nous le faire croire les idéologues du système. Alors que le travail avait permis à l’individu de s’affirmer en tant qu’homme, de dépasser l’animalité, la seule nécessité, pour agir sur son milieu et le maîtriser, il est devenu une forme de servitude. Il n’est plus un but en lui-même, il est devenu un moyen de satisfaire des besoins en dehors du travail. Ce qui devrait permettre l’affirmation de soi est devenu l’instrument de la négation de soi. Le travail qui était liberté et indépendance devient servitude et enfermement dans un processus abstrait et technique que personne ne maîtrise plus. L’individu aliéné perd toute conscience de sa force, de son pouvoir d’agir et de transformer le monde. Il est dépossédé de la maîtrise du monde qu’il habite et de son destin. De la naissance à la mort, en passant par l’enfance, l’école, le travail, la sexualité, la politique, les loisirs, la vieillesse, tout est laissé aux mains des experts, des techniciens, des gestionnaires. Tout ce qui reste à l’homme, c’est vendre et acheter, c’est se vendre et consommer. La loi du commerce a remplacé les valeurs du travail. Et cette servitude est appelée à ne pas connaître de fin car dans le système capitaliste la production, rebaptisée croissance, est un moyen qui n’a d’autre fin qu’elle même.

L’aliénation capitaliste ne touche pas seulement ceux qui travaillent, elle s’est étendue à tous les humains et au monde entier à travers la domination absolue de l’argent. L’argent est la marchandise- reine, celle qui permet d’avoir toutes les marchandises, celle qui est là pour remplacer tous les liens traditionnels que le développement du capitalisme et l’atomisation des individus ont détruits. L’argent, comme le travail dans le système capitaliste, réduit l’individu à n’être qu’une abstraction. On ne travaille que pour en gagner car il est le signe de la puissance, qui s’appelle aujourd’hui «le pouvoir d’achat». Celui qui en possède n’a aucun pouvoir mais il offre tous les moyens d’en obtenir. L’argent est l’objet absolu de tous désirs, le Désir objectivé, matérialisé. En posséder permet de consommer, d’acquérir tous les objets techniques qui s’offrent comme le moyen d’échapper à cette solitude, à cette angoisse face à un mode devenu étranger et incompréhensible. Mais le sentiment de puissance que procurent ces objets n’est qu’éphémère et, tout comme la production de marchandises, il ne peut avoir de fin car il renforce ce qu’il est censé combattre: l’aliénation et la réification. Ce qui se présente comme un remède n’est que le renforcement du mal et ceux qui le possèdent sont tout autant aliénés que ceux qui n’en ont pas.

BPKM

Une marchandisation de l’humain

Ainsi la particularité de l’aliénation et de la réification capitalistes ne peuvent se comprendre qu’au sein de l’exploitation. D’un travail qui dans les sociétés traditionnelles était intégré dans la vie, le capitalisme a fait quelque chose d’extérieur, une marchandise comme une autre. L’individu aliéné en arrive à considérer le monde, les choses, les autres comme il considère son travail: un moyen pour autre chose. Le monde, la nature ne sont plus que «l’environnement», le décor plus ou moins naturel dans lequel il évolue; les choses ont acquis une vie propre: les objets techniques et les machines qui devaient le servir et l’aider l’emprisonnent toujours davantage en se transformant en prothèses indispensables entre lui et la réalité; les autres sont au mieux des amis virtuels avec qui on n’a de lien que par écran ou téléphone portable interposés mais le plus souvent ils ne sont que des objets vivants mais insignifiants pour lesquels on ne ressent ni haine, ni amour, ni aucune sorte d’empathie, juste de l’indifférence. Enfin «libéré» des devoirs et des obligations traditionnels perçus comme des liens entravant sa liberté, persuadé de n’avoir aucun pouvoir sur ce monde où de toute façon il se sent étranger et qu’il accepte passivement tel qu’il est, il ne reste à l’individu aliéné que lui, que cet ego que la publicité flatte pour mieux l’exploiter. Il cultive sa différence et son originalité, qui ne sont rien d’autre que le produit de l’aliénation. Il ne se préoccupe que de son «développement personnel» en exploitant de son mieux son entreprise: lui-même. Il considère son corps, ses capacités, ses sentiments, ses relations comme des investissements qu’il pense pouvoir gérer rationnellement, en bon manager. Il n’est plus soumis à la dictature de la marchandise, il est devenu marchandise. Il a fait siennes les lois du système capitaliste dont il n’est que le produit et il reproduit à son échelle, envers lui-même et les autres, les mécanismes de domination: exploitation, aliénation, réification. Dés lors le monde ne peut avoir comme seul sens que celui d’un grand marché où tout se vend, où tout s’achète, où tout le monde est en concurrence avec tout le monde, où rien n’est vrai et où tout est permis.

R71slogan

Retour à l’essentiel

On rejoint alors la deuxième définition du mot aliénation donnée par le dictionnaire: «trouble mental passager ou permanent qui rend l’individu comme étranger à lui-même et à la société où il est incapable de se conduire normalement».

Dans le système capitaliste les hommes ne contrôlent pas leur propre activité productive mais sont dominés par les résultats de cette activité. Cette forme de domination prend l’aspect d’une opposition entre les individus et la société, qui se constitue en tant que structure abstraite. Cette domination abstraite est exercée sur les individus par des structures de rapports sociaux quasiment indépendantes, médiatisées par le travail déterminé par la marchandise. Le système capitaliste c’est cette société individualiste où se sont constitués des rapports sociaux tellement objectivés qu’ils ont pris une indépendance complète à l’égard des individus. C’est cette domination abstraite qui amène à la domination de classe et non le contraire. Dénoncer les banques et les oligarchies financières, prendre l’argent aux riches pour le donner aux pauvres, ne changeront en rien les structures du système de domination capitaliste et ne mettront donc pas fin à l’aliénation. Comprendre l’aliénation ce n’est pas en sortir car personne n’est en dehors de ce système et ne peut s’en faire le critique en prenant une position extérieure. Mais la comprendre c’est déjà faire un effort pour en prendre conscience, comprendre que cette domination a une histoire et chercher les voies permettant de la dépasser. Car il ne s’agit pas de revenir à «un bon vieux temps» d’avant l’aliénation, il s’agit de s’approprier ou de se réapproprier ce qui s’est constitué sous une forme aliénée.

Paru initialement dans le numéro 54 dans la revue Rébellion

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

ÉTEIGNONS LES ÉCRANS RALLUMONS NOS VIES

construction_ruines

Guerre biologique contre l’humanité : les injections COVID à ARNm liées à un nouveau type de la maladie neuro-dégénérative de Creutzfeld-Jacob (Le Défenseur / Children Health’s Defense)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on 13 juin 2022 by Résistance 71

Creutzfeldt-Jakob-Disease-covid-vaccine

Les injections ARNm COVID liées à un nouveau type de trouble cérébral dégénératif incurable et fatal

Des études suggèrent un lien entre une maladie à prions à progression rapide, incurable et mortelle, connue sous le nom de maladie de Creutzfeldt-Jakob, et les vaccins COVID-19.

Le Défenseur

Children’s Health Defense

7 juin 2022

Source de l’article en français :
https://childrenshealthdefense.org/defender/les-vaccins-covid-lies-a-un-nouveau-type-de-trouble-cerebral-degeneratif-incurable-et-fatal/?lang=fr

Des études suggèrent un lien entre une maladie à prions incurable et mortelle, connue sous le nom de maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), et les vaccins COVID-19.

Les chercheurs pensent que la région prion de la protéine spike de la variante originale Wuhan COVID-19 a été incorporée dans des vaccins à ARNm et des vaccins à vecteur adénovirus – administrés à des centaines de millions d’humains – et qu’elle peut provoquer un nouveau type de MCJ sporadique à progression rapide.

Selon la clinique Mayo, la MCJ est une maladie dégénérative du cerveau qui entraîne la démence et, finalement, la mort.

Bien que la variante Omicron ne possède pas de région prion sur sa protéine spike, les vaccins COVID-19 actuels utilisent toujours le matériel génétique – y compris la région prion – de la souche parente Wuhan.

Un article français publié en mai sur la MCJ et la vaccination COVID-19 a identifié une nouvelle forme de MCJ sporadique survenant dans les jours suivant l’administration d’une première ou d’une deuxième dose de vaccins Pfizer ou Moderna COVID-19.

Les chercheurs ont analysé 26 cas de MCJ et ont constaté que les premiers symptômes sont apparus en moyenne 11,38 jours après l’injection d’un vaccin COVID-19.

Sur les 26 cas, 20 étaient décédés au moment de la publication de l’étude et six étaient encore en vie.

« Les 20 décès sont survenus seulement 4,76 mois après l’injection. Parmi eux, 8 ont conduit à une mort subite (2,5 mois) », ont écrit les chercheurs.

« Cela confirme la nature radicalement différente de cette nouvelle forme de MCJ, alors que la forme classique nécessite plusieurs décennies », ont écrit les chercheurs.

Le 6 juin, le Dr Jean-Claude Perez, auteur principal de l’étude française, a déclaré à The Epoch Times que les 26 cas avaient entraîné la mort.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les maladies à prions sont une famille de troubles neurodégénératifs progressifs rares qui affectent les humains et les animaux. Les maladies à prions sont généralement rapidement progressives et toujours mortelles.

Bien que les prions soient naturellement présents dans le cerveau et généralement inoffensifs, ils peuvent devenir malades ou mal repliés, ce qui affecte les prions voisins et les rend difformes.

The abnormal folding of the prion proteins «leads to brain damage and the characteristic signs and symptoms of the disease », the CDC’s website states.

La MCJ sporadique survient lorsqu’une personne est infectée sans raison apparente. Une fois qu’un seul prion est infecté, il se propage à d’autres prions, et il n’existe aucun traitement capable de l’arrêter.

Zone prion de la protéine de pointe de la souche originale Wuhan, présente dans tous les vaccins COVID, pouvant interagir avec les cellules humaines.

Bien que la variante Omicron ne possède pas de région prion sur sa protéine de pointe, les chercheurs français ont déclaré que d’autres variants de COVID-19, y compris la souche mère Wuhan utilisée dans les vaccins actuellement administrés, en possèdent une.

« Nous étudions actuellement les tout premiers cas de patients atteints d’Omicron, dans le sud de l’Europe.

Africa, Europe and the USA and Canada in particular », the researchers wrote. « Dans TOUS ces cas, la région de Prion a disparu ».

Cependant, les informations du gène de la protéine spike de la variante Wuhan – y compris sa région prion – ont été intégrées dans les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna et dans les vaccins à vecteur adénovirus d’AstraZeneca et Johnson & Johnson.

« Nous avons également démontré […] que les Spikes des injections d’ARNm de Pfizer et Moderna contiennent également cette même région de Prion », écrivent les chercheurs. « Il en va de même pour TOUS les autres vaccins contre le SRAS-CoV2, puisque TOUS sont fabriqués à partir de la séquence Spike du SRAS-CoV2 de Wuhan, dont nous avons démontré qu’elle contient la région Prion ».

Avec les vaccins à ARNm, une fois l’ARNm incorporé dans les cellules, celles-ci transforment les instructions de l’ARNm en une protéine de pointe COVID-19 qui trompe les cellules en leur faisant croire qu’elles ont été infectées, afin que l’organisme crée une mémoire immunologique contre un morceau du virus.

Avec les vaccins à vecteur adénovirus, l’ADN de la protéine de pointe est transporté dans la cellule par un vecteur adénovirus, puis dans le noyau où est stocké tout l’ADN humain. Une fois sur place, l’ADN est transcrit en ARNm et transformé en protéine de pointe.

Une étude américaine publiée dans Microorganisms en janvier 2022 a montré que la zone prion de la protéine spike du SRAS-CoV-2 incorporée dans les vaccins COVID-19 est capable d’interagir avec les cellules humaines.

Bien que les CDC affirment que les vaccins COVID-19 ne peuvent pas « modifier votre ADN »,des études montrent que l’ARNm peut être transformé en ADN et incorporé dans le génome humain.

Une étude américaine a émis l’hypothèse qu’une protéine spike mal repliée pourrait créer une région prion mal repliée qui pourrait être capable d’interagir avec des prions sains pour causer des dommages, conduisant à la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Un rapport de cas évalué par des pairs et publié en Turquie ainsi que le préprint français ont identifié des cas soudains de MCJ apparus après la vaccination avec les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca, suggérant des liens entre la vaccination et la maladie.

Une étude publiée l’année dernière dans la revue Microbiology & Infectious Diseases a établi un lien potentiel entre le vaccin de Pfizer et les maladies à prions chez l’homme.

Malgré l’existence de nouveaux variants du SRAS-COV-2, les gens reçoivent toujours les vaccins originaux COVID-19 développés avec la protéine spike de la variante mère de Wuhan.

De nombreux cas de MCJ ont été signalés aux États-Unis

En mars, un rapport de cas américain a mis en lumière le combat de Cheryl Cohen, 64 ans, contre la MCJ, qui s’est développée dans les jours qui ont suivi sa deuxième dose du vaccin COVID-19 de Pfizer.

Le rapport indique :

« Nous présentons ici le cas d’une femme de 64 ans qui a présenté une perte de mémoire à déclin rapide, des changements de comportement, des maux de tête et des troubles de la démarche environ une semaine après l’administration de la deuxième dose du nouveau vaccin Pfizer-BioNTech à base d’acide ribonucléique messager (ARNm) COVID-19.

Après une enquête approfondie, des preuves concluantes ont permis d’identifier le diagnostic fatal de la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique ».

Dans une interview exclusive accordée au Defender en août 2021, la fille de Cohen, Gianni, a déclaré que la régression de sa mère était « époustouflante, déroutante et vraiment déchirante ».

Elle est passée de la capacité de travailler et de faire des activités quotidiennes normales à l’incapacité de marcher, de parler ou de contrôler les mouvements de son corps, a déclaré sa fille, Gianni. Mme Cohen a eu l’impression que sa tête allait « exploser » et est décédée trois mois après avoir reçu sa deuxième dose de Pfizer.

Dans une déclaration écrite au Defender, son médecin a dit :

« Ce cas identifie des effets indésirables potentiels qui pourraient survenir lors de l’administration du nouveau vaccin contre la COVID-19. En outre, les cliniciens doivent prendre en compte les maladies neurodégénératives telles que les maladies à prions (par exemple, la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique), les encéphalites auto-immunes, les infections, les crises non épileptiques, les troubles toxico-métaboliques, etc. dans leurs diagnostics différentiels lorsqu’un patient présente une démence rapidement progressive, en particulier dans le cadre d’une vaccination récente. »

« Bien qu’il n’existe actuellement aucun traitement curatif de la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique (MCJS), un diagnostic précoce est crucial pour éviter l’administration inutile de médicaments empiriques pour des troubles psychologiques ou neurologiques présumés.

En outre, le suivi des effets indésirables pourrait permettre de mieux caractériser et comprendre le nouveau vaccin COVID-19 à base d’acide nucléique ribonucléique messager (ARNm) ainsi que l’étiologie de la sMCJ.

holocauste_seringue

Plus important encore, la reconnaissance des effets indésirables fournit aux individus des informations essentielles pour prendre une décision plus éclairée concernant leur santé ».

Dans une autre interview exclusive accordée au Défenseur, Jeffrey Beauchine a déclaré que sa mère, Carol, savait que sa maladie de Creutzfeldt-Jakob était liée à l’injection de Moderna. Assister à sa mort était comme « quelque chose que l’on voit dans un film », a-t-il dit.

M. Beauchine a déclaré que sa mère avait reçu sa première dose de Moderna le 16 février 2021 et qu’elle n’avait signalé aucune plainte. Après avoir reçu la deuxième dose le 17 mars, Carol a immédiatement déclaré qu’elle « se sentait différente ».

Les symptômes de Carol ont commencé par un engourdissement qui s’est propagé du bras dans lequel elle a reçu son injection à tout le côté gauche de son corps.

Elle se plaignait que quelque chose n’allait pas dans son cerveau, qu’elle n’arrivait pas à rassembler ses idées ou à donner un sens aux choses, qu’elle développait une double vision et une cécité et qu’elle commençait à avoir des hallucinations.

Les médecins ont d’abord pensé que Carol avait souffert d’une attaque ou d’une anxiété. Des scanners ont ensuite montré que son cervelet présentait des anomalies.

L’état de Carol a progressé rapidement et on lui a finalement diagnostiqué la MCJ et donné quelques jours à vivre. Elle est morte quelques mois après avoir reçu sa deuxième dose de Moderna.

Les médecins de Carol ont déposé un rapport auprès du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS I.D. 2180699) du CDC.

À ce jour, le CDC n’a pas pris contact avec la famille, bien qu’une autopsie ait confirmé que son décès était dû à la MCJ – une maladie qu’elle ne présentait pas avant de recevoir le vaccin COVID-19.

Dans une autre interview exclusive accordée au Défenseur, Richard Sprague a déclaré que sa femme, Jennifer, a développé la MCJ après l’injection de COVID-19 de Pfizer et est décédée dans les cinq mois suivant la deuxième dose.

Jennifer a reçu la première dose de Pfizer le 29 août 2021, et la seconde le 21 septembre 2021. Bien que son mari n’ait pas été vacciné, Jennifer a dû se faire vacciner dans le cadre de son travail.

Quatre jours après la deuxième dose, Jennifer a connu son premier épisode d’un « événement étrange soudain qu’elle ne pouvait pas expliquer ».

Jennifer a commencé à avoir d’autres épisodes et sa main et son côté gauche ont commencé à trembler. Le 13 octobre 2021, Jennifer est retournée chez le médecin, qui lui a prescrit du Xanax pour l’anxiété.

La maladie de Jennifer a progressé rapidement jusqu’à ce qu’elle soit incapable de s’asseoir et de marcher de manière autonome. Les scans ont confirmé que Jennifer avait des changements significatifs sur le côté droit de son cerveau. Une nouvelle équipe médicale a effectué un examen de la colonne vertébrale et a confirmé que Jennifer était atteinte de la MCJ. À ce moment-là, Jennifer était incapable de sortir du lit.

« Votre cerveau est juste en train de disparaître. C’est fou », a déclaré Sprague. « Vous êtes dans ce corps parfait et sain et votre cerveau meurt en quelques mois ».

Après le diagnostic de MCJ de Jennifer le 12 février, sa compagnie d’assurance a déclaré qu’elle ne paierait plus ses soins et M. Sprague a appris que sa femme ne se rétablirait pas.

Jennifer est morte le 21 février, cinq mois après avoir reçu sa deuxième dose de Pfizer.

Selon les dernières données du VAERS, 56 cas de MCJ à déclenchement rapide ont été signalés après l’administration du vaccin COVID-19 depuis le 14 décembre 2021.

Historiquement, il a été démontré que le VAERS ne rapporte que 1 % des effets indésirables réels des vaccins.

= = =

Lire notre page : “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Lire notre traduction compilée en PDF du livre de Robert F. Kennedy Jr :
« Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique »

Montagnier_nonvax_gardienshumanite

menace_nonvax

Dictature technotronique : Les smartphones comme outil esclavagiste de l’OMS et de l’habituelle fine équipe…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 10 juin 2022 by Résistance 71

V_scan

 Si la technologie en elle-même est amorale, c’est à dire ni bonne ni mauvaise, tout revient à l’usage conscient qu’on en fait. La technologie moderne est quasiment exclusivement développée à des fins (para)militaires guerrières de contrôle et de coercition des populations. Science et technologie sont plus que jamais, prisonnières, otages du monde marchand et de sa marche inexorable vers la tyrannie absolue du capitalisme monopoliste réalisé et décadent. Il est vain de dire que nous pouvons rendre ces outils plus “vertueux” sans nous libérer de l’oppression du monde étatico-marchand.
Aujourd’hui, la technologie prend une tournure diabolique parce qu’elle est sous influence, comme toute partie de la société impliquant les ressources humaines. Elle est devenue l’outil d’une dictature technotronique se mettant en place (smartphones, 5G, 6G, smart cities, 4ème révolution industrielle, internet des choses…), La finalité technologique a été phagocytée par une idéologie toxique et mortifère dont nous ne pourrons nous débarrasser qu’en nous débarrassant du système qui la contrôle et pas autrement, jamais !..
Nous devons comprendre qu’il n’y a pas de solution au sein du système. Le texte qui suit semble être de la science-fiction, mais l’est-il ?… Réfléchissons et agissons en conséquence, il est plus que grand temps, parce que de nos jours la réalité dépasse le plus souvent très très vite toute forme de fiction.

~ Résistance 71 ~

L’Appli stop covid ne faisant plus recette, ils nous lancent désormais le FR alert sur vos smartphones pour vous tracer et vous ordonner aux mesures de l’OMS de Bill Gates le piqouzeur et confineur et écouvillonneur de tests PCR 100% bidons de la covid ou de la variole du singe, quartier par quartier, ville par ville ou zone par zone à partir de la fin juin 2022

Anonyme

10 juin 2022

Contrairement à l’appli stop covid, l’appli FR Alert ne pourra pas être désactivé sur vos smartphones une fois installé secrètement sur votre smartphone à distance via les virus informatiques du NWO…

Boycottez vos smartphones, ils seront pollués d’un nouveau système de traçage pour que FR Alert vous donne des ordres selon la zone où vous vous situez, et vous ordonner de vous confiner  avec leurs faux cas de tests PCR 100% bidons de covid ou variole de singe et d’attendre les brigades nazitaires pour vous piqouzer de force avec leur poison OGM ARNm à votre logement ou lieu de travail, le cas échéant et ensuite faussement accuser votre maladie du à la piqouze sur le covid ou variole de singe…

Comment transformer des asymptomatiques faux positifs de covid ou variole de singe faux malades en de vrais malades avec la piqouze en quelques heures grâce au système FR Alert sur smartphone android, qui géocalise les gens (avec leurs smartphones ou montres intelligentes ou bracelets intelligents de traçage à boycotter), leur ordonne de se confiner pour attendre rapidement les empoisonneurs de Bilderberg.

Fr-alerte est aussi un système avancé de génocide et traçage de la population en plus d’être un système avancé de manipulation de peur des psychoses

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/06/09/fr-alert-le-systeme-avance-de-manipulation-oligarchique-des-psychoses/?unapproved=213074&moderation-hash=633bb7dacf334f59d0fcb50aa7b0b76d#comment-213074

« pour les Français : en les mettant en cage, le pouvoir explique les protéger, alors qu’il les emprisonne. Après les trois étapes terroristes, voici en quelque sorte leur fusion avec le système FR-Alert. »

« Dès la fin juin, le nouveau système d’alerte aux populations que nous avons mis en place, FR-ALERT, permettra de prévenir par téléphone en temps réel toutes les personnes proches d’une catastrophe majeure. » dit le tweet du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin.

« « Ça me disait qu’il y avait une fuite de chlore sur un des sites pétrochimiques, et qu’il fallait que je me confine… »

(donc ils peuvent dire aussi: ca me disait qu’il y avait un virus dans un quartier, et qu’il fallait que je me confine en attendant d’être écouvillonné avec les tests bidons et dangereux qui peuvent causer une fuite liquide dans le cerveau en plus d’être piqouzé de force  https://www.tf1info.fr/sante/un-test-pcr-provoque-une-fuite-de-liquide-cephalo-rachidien-chez-une-americaine-2166157.html)

« La France a commencé à déployer le système FR-Alert, qui doit permettre, en cas d’incident grave, d’avertir le plus grand nombre possible de personnes présentes dans la zone concernée. Voici en quoi consiste ce nouveau dispositif qui sera généralisé d’ici à la fin du mois de juin, selon le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. »

Cela regroupe les catastrophes naturelles (inondation, tempête et cyclone, incendie, tsunami, éruption volcanique), les accidents biologiques et chimiques (pollution, fuite de gaz, incident nucléaire), sanitaires (épidémie, pandémie, incident agro-alimentaire), technologiques et industriels (panne des moyens de télécommunication, accidents graves sur les réseaux routiers, ferroviaires ou aériens, incident industriel), un événement grave de sécurité publique ou encore un acte à caractère terroriste.L’alerte contiendra des informations sur la nature du risque, sa localisation, ainsi que les comportements à adopter pour se protéger. Les smartphones Android sont déjà paramétrés pour recevoir ces alertes. Aucune inscription n’est nécessaire pour être concerné par ce nouveau système » 

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/06/09/fr-alert-le-systeme-avance-de-manipulation-oligarchique-des-psychoses/?unapproved=213074&moderation-hash=633bb7dacf334f59d0fcb50aa7b0b76d#comment-213074

(donc ils vont forcer les gens à avoir les smartphones pour les géocaliser et leur donner des ordres, comme s’écouvillonner avec les tests 100 bidons, se génocider avec les faux vaccins, s’enfermer alors que cela ne stoppe pas la pollution et au contraire la concentre ou sous prétexte d’épidémie pour vous piqouzer de force à votre domicile ou vous rafler dans les camps de la piqouze forcé,  etc…)

voilà comment ils comptent piqouzer de force la population partie par partie, ils vont prétexter des catastrophes épidémiques quartier par quartier

COVID_guerre_vs_humanite
Guerre biologique contre l’humanité…

scénario qui peut se produire à tout moment désormais avec FR-génocide faussement appelé FR-Alert:

à 13h, ils vont prétexter une épidémie au quartier A, qui va ensuite être encerclé par les flics pour interdire tout le monde de sortir du quartier.

Les brigades nazitaires pénètreront ensuite dans le quartier accompagnés de flics supplémentaires pour piqouzer de force les citoyens forcés d’être confinés.

Si les citoyens refusent d’ouvrir les portes de leur domicile, ils feront comme les huissiers font déjà quand un endetté refuse d’ouvrir la porte, leur défoncer la porte, pour les piqouzer de force.

à 19h, ils feront de même au quartier B, prétexter une épidémie, encercler le quartier, défoncer les portes, piqouzer de force.

et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’ils génocident toute la ville en une semaine.

puis ils génocideront une ville entière la semaine suivante avec ce processus, jusqu’à faire toutes les villes françaises en génocide de la piqouze forcé en quelques mois.

=*= Fin du scénario qui va se passer =*=

Boycottez les smartphones.

C’est leur objectif nous imposer les smartphones.

et fuyez tous dans les campagnes, où la géolocalisation est plus difficile!

sinon vous n’avez pas de sou, il y a des fermes qui hébergent et nourrissent gratuitement contre du travail à la ferme.

les villes vont être transformés en camps d’extermination d’ici peu seuls ceux qui vont en sortir en seront sauvés sortez de Sodome et Gomorrhe!

= = =

A lire, notre dossier « dictature technotronique »

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

non

R71 ON NE SE SOUMETTRA PAS

Fauci II le retour : Le nouveau livre de Robert F. Kennedy Jr sur l’origine du COVID 19: « Wuhan, the Cover-up » sortira début octobre 2022… Résistance 71 sera sur le coup pour une seconde série de traductions épisodiques…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, chine colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 5 juin 2022 by Résistance 71

WIV1
Chine, Pentagone et gain de fonction de virus chimériques

Le nouveau livre de Robert F. Kennedy Jr : “The Wuhan Cover-Up, How the US Officials Conspired with the Chinese Military to Hide the Origin of COVID-19” à paraître le 4 octobre 2022

Synopsis (reçu par courriel)

Traduit de l’anglais par Résistance 71

5 Juin 2022 

“Robert F. Kennedy Jr met au grand jour des décennies de mensonge”
Dr Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine —

 Les expériences sur le “gain de fonction” de virus sont faites pour développer de manière délibérée, des pathogènes coronavirus très virulents et facilement transmissibles dans le but déclaré de développer des vaccins préventifs pour les virus animaliers avant qu’ils ne passent à l’humain. Plus insidieuse encore est la nature de “double utilisation” de cette recherche, qui est spécifiquement dirigée vers le développement d’armes biologiques.

Le livre de RFK Jr “The Wuhan Cover-up” ou “Le maquillage de l’affaire de Wuhan” lève le rideau sur le comment le gouvernement des Etats-Unis a augmenté ses dépenses sur la biosécurité après les attaques terroristes de septembre 2001, emmené par son directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), le Dr Anthony Fauci. Celui-ci mit en marche un plan de transformation du NIAID en une de facto agence du ministère de la défense américain.

WIV_fauci
Fauci et le financement de Wuhan…

Alors que le dr Fauci poursuivit avec zèle la recherche sur le gain de fonction, les préoccupations montèrent chez certains scientifiques et hauts fonctionnaires au sujet de fuites accidentelles ou délibérées de ces virus modifiés en arme biologique de certains laboratoires, pouvant créer des pandémies mondiales. Un moratoire fut placé sur ces recherches, mais fidèle à lui-même, le dr Fauci trouva les moyens de continuer ses travaux sans être dérangé, faisant sous-traiter les plus controversées de ses expériences à l’étranger, en Chine, et en fournissant un financement fédéral (étatique) au Wuhan Institute of Virology (WIV) et à ses chercheurs sur le gain de fonction ce, en partenariat avec l’armée chinoise et le Parti Communiste Chinois (PCC).

Robert F. Kennedy Jr dont l’analyse de recherche est méticuleusement et rigoureusement sourcée, mène les lecteurs dans un stupéfiant voyage dans lequel ils apprendront sur :

  • Les organisateurs clef et les porte-flingues poussant la recherche du gain de fonction chimérique
  • La motivation du profit derrière cette recherche de gain de fonction
  • Les “virus chimériques” qui ont été fabriqués avec succès et qui peuvent infecter et tuer les humains
  • L’effort coordonné de réduire au silence toute spéculation sur la COVID19 fabriquée en laboratoire
  • La complicité des journaux et magazines scientifiques et de médecine pour cacher l’origine véritable de la COVID19
  • Le rôle du Wuhan IV dans le programme chinois de défense et de guerre biologique
  • Les relations entre les bureaucraties et les scientifiques de la santé, de l’armée et du renseignement avec leurs contre-parties chinoises
  • Le rôle de Bill Gates et Sir Jeremy Farr pour aider à orchestrer le maquillage de l’information chinoise à l’échelle mondiale

Le livre “The Wuhan Cover-up” révèle une conspiration sino-américaine de proportion épique et aux conséquences particulièrement létales.

= = =

Note de Résistance 71 : Ceci confirme ce que nous ressentons et disons depuis bien longtemps déjà, à savoir que la Chine non seulement fait partie du plan de Nouvel Ordre Mondial, mais qu’elle est, comme l’avait déjà plus qu’insinué David Rockefeller dans un éditorial du New York Times de 1971, le MODELE systémique à suivre pour le contrôle oligarchique du monde en une tyrannie / goulag planétaire. L’expérience in vivo très récente du confinement total de la ville de Shanghaï dans un absurde effort de “zéro COVID”, n’est pas en cela un hasard, c’est une répétition générale et une étude sur ce qui doit être mis en place à l’échelle planétaire. La Chine, depuis les deux guerres de l’opium du XIXème siècle est inféodée à la City de Londres et sa succursale de Wall Street plus récemment. Les flots financiers sont incessants et le grand capital règne en maître dans la plus grande zone de “capitalisme d’état” (en apparence) de la planète. Tout ceci est une mascarade, une illusion, la pseudo-rivalité Chine-Occident n’en est pas une, l’oligarchie anglo-saxonne contrôle la donne et le but est la destruction et la vassalisation , l’absorption de l’Europe et de la Russie, qui si alliées, changeraient la donne capitaliste à jamais. La guerre en Ukraine sert à cela : éloigner la Russie de l’Europe, la rapprocher de la Chine qui alors la tiendra par les couilles pour écluser ses stocks énergétiques. Le contrôle de la Russie ne sera pas militaire, car impossible, mais par la bande, en la rendant hyper dépendante de son commerce avec le voisin chinois qui lui, est tenu en laisse par la City… De plus, Poutine n’est pas éternel, là est le problème de toutes les figures de proue étatiques charismatiques. Comme seul Chavez pouvait faire du Chavez, Ahmadinejad pouvait faire de l’Ahmadinejad, seul Poutine peut faire du Poutine. Ceci n’a rien à voir avec une quelconque idôlatrie, le fait est que Poutine a sauvé la Russie de la destruction eltsienne oligarchique commanditée post-1991 et les Russes le savent fort bien.

Ce livre de RFK Jr lève un coin du voile sur la supercherie oligarchique, mais il ne descend pas encore assez profond dans le terrier du lapin blanc. C’est sans doute pour cela qu’il est encore en vie… Ceci dit, son travail et sa motivation sont irréprochables, Robert F. Kennedy Jr est sans aucun doute un héros des temps modernes. Honneur à lui !

Nous nous procurerons bien entendu ce livre et il y a de très grandes chances que nous procédions à la même opération de traduction / publication par épisodes avec PDF de synthèse à l’issue, que pour son livre “Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique”. Le livre sera à disposition du public début octobre, nous essaierons de commencer le nouveau feuilleton RFK Jr COVID / Wuhan Chine en novembre courant.

A suivre donc.

WIV3
Font-elles du tricot ?…

WIV2
Contrôle des populations et coercition…
Chine : le Modèle !

L’imposture de la « transition énergétique »

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 5 juin 2022 by Résistance 71

arnaque_transition_energetique1

Pas convaincus comme l’auteur que les avions qui épandent les chemtrails tournent à « l’énergie libre », mais les sujets abordés ont le mérite de faire partie des questions et préoccupations que tout le monde devrait se poser avant même de considérer se déplacer pour aller (re)mettre un papelard dans la boîte à suggestions des esclaves (urne). Si nous voulons sortir de ce cauchemar technotronique et dystopique qui s’amplifie à vue d’œil, il est plus que grand temps de se poser les bonnes questions et surtout, surtout… d’agir, ensemble, en conséquence. Une fois compris qu’on se fout de vous à Mach 12… Que comptez-vous faire ? Tout est là.
~ Résistance 71 ~

Panneau solaire et éolienne, les 2 arnaques du NOM qui causent des incendies et autres, pendant que le NMO a des brevets d’énergie libre!

Anonyme

4 juin 2022

les panneaux solaires peuvent causer des incendies car leurs composants sont inflammables

et en plus ils sont installés en même temps que le compteur linky, qui peut causer des incendies aussi

https://www.ouest-france.fr/europe/france/panneaux-solaires-attention-aux-risques-dincendie-362591

ainsi que les éoliennes qui possèdent dans leur construction , un espace fermé de fluide inflammable pour l’électronique à côté de l’électronique

https://www.forema.fr/protection-oliennes

https://www.lardennais.fr/id363279/article/2022-04-20/une-eolienne-en-feu-saint-germainmont

et surtout les éoliennes émettent des infrasons qui peuvent causer des acouphènes, tachycardies sur plusieurs kilomètres ainsi que des bruits audibles qui causent des insomnies, stress, maux de tête, donc fièvre car le stress cause la fièvre

Il est ironique de voir le gouvernement implanter des radars anti bruits 74dB (coupés avec des caméras de reconnaissance faciale pour en faire des radars méduses) dans les villes soit disant pour lutter contre le bruit urbain pour motif sanitaire et infliger des amendes aux voitures bruyantes, alors que les éoliennes qu’ils veulent mettre partout dans les villes,  dépassent largement le seuil des radars anti bruits avec leur 120dB émise sur 300 kilomètres !

https://gkpressbook.wordpress.com/2011/08/03/tachycardie-nausee-le-bruit-des-eoliennes-nocif-pour-la-sante/

avec les éoliennes, on deviendra sourd, pas de possibilité de communiquer donc

ils semblent que nos 5 sens soient un danger pour le NWO puisque en plus des vaccins qui rendent aveugles, sourds, muets, ils nous implantent des éoliennes qui rendent sourds et cardiaques et provoquent des saignements de nez, affectant l’odorat et autres trucs!

https://www.uneoreilleavertie.com/quoi-de-neuf/eolienne-acouphenes-et-troubles-auditifs

voir plus en détail sur l’affaire belge où ils ont mené une attaque judiciaire sur 6 ans sur une éolienne planté à 700 mètres de chez eux qui a détruit leur santé.

On rappelle qu’en France, ils implantent des éoliennes à 500 mètres de distance uniquement !

Et ils sont allumés avec des signaux lumineux jour et nuit,  ce qui veut dire qu’ils sont aussi une pollution visuelle

ATE

https://www.francebleu.fr/infos/environnement/les-eoliennes-peuvent-etre-nocives-pour-la-sante-un-exploitant-condamne-dans-le-tarn-1636103746

le but de leurs radars anti bruits qu’ils plantent partout cette année, c’est d’avoir une excuse pour à la fois filmer les gens, les voitures, faire de la reconnaissance faciale partout, tout en enregistrant leurs voix biométriques et faire du fichage biométrique pour le blockchain

https://resistance71.wordpress.com/2022/04/15/dictature-technotronique-la-blockchain-comme-outil-de-la-tyrannie-a-venir/

rien ne vaut l’énergie libre qui existe puisqu’elle a été brevetée en secret par plusieurs gouvernements

tapez WO patent free energy (pour les brevets internationaux)

ex : https://patents.google.com/patent/WO2012017261A1/en

ou tapez US patent free energy

Ex 1 générateur d’énergie libre américain ici en 2 liens :https://appft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?Sect1=PTO1&Sect2=HITOFF&p=1&u=/netahtml/PTO/srchnum.html&r=1&f=G&l=50&d=PG01&s1=20110108362.PGNR.

https://pdfaiw.uspto.gov/.aiw?Docid=20110108362&homeurl=http%3A%2F%2Fappft.uspto.gov%2Fnetacgi%2Fnph-Parser%3FSect1%3DPTO1%2526Sect2%3DHITOFF%2526p%3D1%2526u%3D%2Fnetahtml%2FPTO%2Fsrchnum.html%2526r%3D1%2526f%3DG%2526l%3D50%2526d%3DPG01%2526s1%3D20110108362.PGNR.%2526OS%3D%2526RS%3D&PageNum=&Rtype=&SectionNum=&idkey=020873B2A413

Ex autres générateurs d’énergie libre : https://www.apparentlyapparel.com/news/us-patent-office-has-two-free-energy-devices-on-file-decades-of-suppression

Ou tapez CN patent free energy

Ex 1 générateur d’énergie libre chinois en 2 liens : https://worldwide.espacenet.com/patent/search/family/050252653/publication/CN103647476A?q=pn%3DCN103647476A 

https://globaldossier.uspto.gov/#/result/publication/CN/103647476/

Comme vous pouvez le voir, les USA, la Chine (et les autres gouvernements bien sûr) ont tous en secret des brevets d’énergie libre, alors qu’ils imposent des crises énergétiques ou de fausses alternatives énergétiques comme l’éolienne et les panneaux solaires peu rentables et dangereux 

S’il y a des  bricoleurs qui me lisent, vous pouvez cliquez sur ces liens de patents, allez sur les PDF et les plans et voir si vous pouvez les fabriquer en masse pour l’humanité pour faire bénéficier l’énergie libre en masse pour l’humanité

maintenant vous comprenez pourquoi malgré « la crise énergétique « , vous continuerez à voir des avions  dans chaque ville du monde déverser leurs chemtrails, (pour ma part, je ne peux jamais me lever le matin sans voir chaque jour une bonne dizaine d’avions faire des tracés dans le ciel dès 6 heures du matin et je sais que cela ne finira jamais même avec leur « crise énergétique »…)

https://www.7sky.life/fr/le-giec-avertit-de-ne-pas-arreter-les-chemtrails-autrement-dit-la-gestion-du-rayonnement-solaire/

un des avantages de la crise énergétique, c’est qu’elle prouve l’existence de l’énergie libre avec la présence des avions de chemtrails qu’il suffit de voir en levant la tête dans le ciel tous les jours, d’où le fait qu’ils veulent imposer le confinement, pour empêcher les gens de regarder le ciel et voir l’arnaque qu’ils nous imposent!

parce que les avions de chemtrails pour la géoingénierie volant  tous les jours en groupes de dizaines dans chaque ville du monde pendant notre monde de « crise énergétique » fonctionnent  avec l’énergie libre qu’ils cachent au public!

Lire notre page « Escroquerie du réchauffement climatique anthropique » (avec les deux tomes du « Manuel du climatologies-sceptique » en PDF)

arnaque_verte
Arnaque de la « révolution verte »…

L’imposture de la science des modèles informatiques : retour à l’escroquerie climatique après le bidouillage des prédictions COVID ou, quand l’oscillation pacifique de La Niña fait péter les plombs des modèles climatiques !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, écologie & climat, crise mondiale, documentaire, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 4 juin 2022 by Résistance 71

pacific-ocean-temperature
La couche de la surface océanique est une toute fine loupe d’eau
chaude superposée au glacial abysse…

Pas plus de réchauffement climatique anthropique que de beurre en branche…
~ Résistance 71 ~

« La réalité est inscrite dans les pierres et non pas dans des modèles basés sur des informations incomplètes… »

« La preuve que le CO2 ne pilote pas le climat est démontrée par les périodes glaciaires précédentes Les glaciations de l’ordovicien-Silurien (450-420 millions d’années) et du Jurassic-crétacé (151-132 millions d’années) se sont produites alors que le taux de CO2 atmosphérique était de respectivement de 4000ppm et environ 2000ppm […] La glaciation du carbonifère-permien il y a 360-260 millions d’années avait un contenu atmosphérique de CO2 de l’ordre de 400ppm soit quelques 15ppm de plus qu’aujourd’hui. […] clairement, un haut taux de CO2 dans l’atmosphère ne pilote en rien un réchauffement climatique et il n’y a aucune corélation entre la température globale et le taux de CO2 atmosphérique. Ceci n’a jamais été expliqué par ceux qui argumentent que les additions humaines de CO2 dans l’atmosphère produisent un réchauffement climatique. »
~ Ian Plimer, Ph.D en géologie, professeur université d’Adélaïde, 2009 ~

Le livre de Ian Plimer « Heaven ad Earth » (2009) a été traduit en français sous le titre « Ciel et Terre », à lire, c’est une mine d’or d’information scientifique sourcée

=*=*=*

votre-ignorance-est-leur-pouvoir.png

Encore La Niña ? Les modèles climatiques viennent juste de péter les plombs… Ceci n’est pas supposé être !

JoAnne Nova

31 mai 2022

Url de l’article original :
https://joannenova.com.au/2022/05/another-la-nina-climate-models-just-flummoxed-this-is-not-supposed-to-happen/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

L’angoisse et la confusion sont palpables — Une autre “méchante La Niña” ? “Il se passe quelque chose de bizarre”, “Ces Niñas ne savent pas quand elles doivent cesser”. Oh non !

Ceci ne sont pas les mots qu’on s’attendrait entendre de la bouche d’experts qui peuvent prédire à 97% le climat dans un siècle d’ici. La mauvaise nouvelle pour tous ces adeptes des modèles (science des modèles) est que le climat sur Terre semble être bien plus contrôlé par les oscillations pacifiques que par quoi que ce soit d’autre et qu’ils n’ont absolument aucune idée de ce qui dirige ce système et ses phases ; ils ne peuvent donc rien prédire à plus de quelques mois de distance et souvent ce n’est même pas le cas. Les plus chaudes des années chaudes sont celles du El Niño et les plus froides des années celles de La Niña et les plus grands modélistes que le-monde-ait-connu (NdT : turlututu chapeau pointu…) continuent d’avoir tout faux dans la panification de leurs barbecues estivaux. Les sécheresses, les inondations et les feux de forêts suivent le mouvement de la surface des eaux du plus grand des océans de la planète. A chaque fois que ces évènements se produisent, les modèles informatiques disent “changement climatique”, mais les modèles ne nous disent jamais ce qui va nous arriver à la même époque l’année prochaine.

Et donc nous voilà avec plein d’indices nous disant qu’il va y avoir une autre La Niña, une troisième de suite et Oh ! quelle grande déception ! Les afficionados des modèles pensaient qu’il y aurait plus d’El Niños, Ô grande reine du réchauffement global. Au lieu de cela, ces 40 dernières années, les phénomènes La Niña semblent avoir été bien plus communs. Les modèles ont eu tout faux !

Et cet échec est le Grand Mal.

Merde, le Pacifique est important !

Comme l’a si bien fait remarquer William Kinninmonth, les océans sont profonds de 4 km et la vaste majorité de l’eau est juste quelques degrés au dessus du point de congélation, ce même sous les eaux tropicales du Pacifique. Il y a tout un vaste et froid monde là dessous, et la fine pellicule d’eau chaude du dessus n’est juste qu’une très fine peau. Si cette fine couche chaude demeure, l’air du dessus peu se réchauffer, mais tout ce qu’il faut pour tout chambarder est un changement dans les courants marins dominants ou dans les vents dominants, ou qu’un nouveau magma sous-marin profond fasse éruption pour perturber la couche fine supérieure. Le gargantuesque grand bleu profond de 3 km d’eau salée froide et épaisse remonte rapidement et pompe la chaleur des cieux.

La faible et insipide vapeur d’eau du dessus ne fait pas le poids face à la vaste énergie des profondeurs.

Sur CBS NEWS:  Weather’s unwanted guest: Nasty La Nina keeps popping up

Il y a quelque chose de bizarre avec La Niña, cet évènement naturel puissant lié à l’augmentation des sécheresses et des feux de nature dans l’ouest des Etats-Unis et à plus d’ouragans dans l’Atlantique. Elle devient l’invitée indésirable de la météo de la nation et les météorologistes ont dit que la super sécheresse de l’ouest ne s’arrêtera pas tant que la Niña ne s’arrêtera pas.

Le redoublement de La Niña a établi un record de force le mois dernier et est prédite de rester pour un rare mais pas sans précédent troisième hiver de suite. Et ce n’est pas juste celle-là. Des scientifiques ont remarqué que ces 25 dernières années, le monde semble être sous l’influence de plus de La Niña qu’auparavant et ceci est juste à l’opposé de ce que leurs meilleurs ordinateurs et leurs modèles de simulations disent qu’il devrait se produire avec un changement climatique causé par l’humain.

“Elles (les Niñas) ne savent pas quand elles doivent partir.”, a dit Michelle L’Heureux, patronne du bureau de prévision de la NOAA pour la Niña et son plus fameux opposé : El Niño.

Ce son que vous entendez là, c’est le son des prévisions à long terme qui craquent l’élastique de leur slip:

Une analyse statistique d’Associated Press des Niñas d’hiver montrent qu’elles avaient pour habitude de se manifester environ 28% du temp de 1950 à 1999, mais ces 25 derniers hivers, elles se sont manifestées près de 50% du temps. Il y a une toute petite chance que ceci soit par hasard, mais si La Niña est toujours là cet hiver qui vient, comme prévu, ceci poussera les chiffres au delà de la ligne de marge signifiante, qui est clef en science, dit L’Heureux. Sa propre analyse montre que les conditions de La Niña se produisent beaucoup plus souvent ces 40 dernières années. D’autres nouvelles études montrent des schémas concordants.

Le véritable problème est que ceci n’est qu’une de bien des choses que les modèles informatiques prédisent faussement et à l’encontre d’autres petites choses, ceci ne peut pas être ajusté pour “cadrer dans le moule désiré”.

Ce qui inquiète un bon nombre de scientifiques est que leurs modèles de simulation climatique de référence qui tendent à prédire des conditions au dessus du reste du monde, prédisent plus d’El Niños et non pas plus de Niñas et ceci cause une cassure dans la communauté climatique sur ce qu’il faut croire, d’après le scientifique du climat de Columbia University Richard Seager et le spécialiste des ouragans du MIT Kerry Emanuel.

Une troisième année sèche pour l’Amérique orientale serait mauvaise en bien des points. Imaginez simplement comme il aurait été utile pour tout le monde si les modèles climatiques avaient fonctionné et auraient pu dire aux managers de barrages, aux agriculteurs et aux responsables des eaux et forêts, en 2019 que les trois prochaines années seraient sèches ? Ceci aurait eu une valeur de milliards de dollars, mais au lieu ce ça, la “science” du climat est une secte politiquement sous influence et prisonnière, qui rejette toutes idées alternatives, exile les hérétiques et ignore les influences du soleil, de la lune et des évènements spatiaux d’influence, la boule de magma sur laquelle nous nous tenons et ces gugusses prétendent que la seule chose importante et d’influence est un certain gaz émis, entre autre, par votre voiture.

Et ils savent tout cela. Ils sont en train d’effacer ce qu’ils savaient: NASA hides page saying the Sun was the primary climate driver, and clouds and particles are more important than greenhouse gases

NdT : traduction du titre de l’article ci-dessus : “La NASA cache une page disant que le soleil est le principal moteur du climat et que les nuages et particules sont plus importants que les gaz à effet de serre”

Quelques liens de l’article (en anglais…) :

Space-weather  La “météo spatiale” peut changer le climat de la planète

Lire notre page « Escroquerie Réchauffement Climatique Anthropique »

Le grand climatologue français Marcel Leroux : à lire et diffuser sans modération…
« Le réchauffement climatique anthropique est un mythe »

poster3

Schwab, Davos, bandéristes, nazisme et Nouvel Ordre Mondial, une routine établie de longue date (Réseau Voltaire)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on 3 juin 2022 by Résistance 71

Schwab_et_papaDrEvil

Peut-on vraiment s’étonner du soutien de l’oligarchie patronale et politique occidentale via son Forum Economique Mondial (FEM) de Davos aux neo-nazis, bandéristes ukrainiens et du projet général de cette ignominie de “Great Reset” ? Pas vraiment quand on connait l’origine profonde de toute cette fange étatico-marchande et son rôle joué dans la mise au pouvoir à la fois des bolchéviques en Russie et des nazis en Allemagne.
Ainsi, le père de Klaus Schwab, grand gourou actuel du FEM, antenne publique du groupe Bilderberg, établi sous la houlette de Kissinger, lui-même protégé de David Rockefeller et de sa fondation, était un nazi de haut rang, impliqué dans bien des crimes contre l’humanité.
Rien à faire… Tel père, tel fils dit le vieil adage, que la famille Schwab ne fait rien pour démentir…
~ Résistance 71 ~ 

Klaus Schwab contre la Russie

Réseau Voltaire

31 mai 2022

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article217130.html

Le président du Forum économique mondial, Klaus Schwab, a organisé l’édition 2022 pour soutenir l’Ukraine face à la Russie. Il a non seulement laissé l’oligarque Pinchuk installer une « Maison des crimes de guerre russes », mais il a planifié des prises de parole en séance plénière dont une du président Volodymyr Zelensky.

Ce soutien inconditionnel aux bandéristes s’explique par l’origine de Klaus Schwab. Contrairement à sa légende familiale, il est le fils d’un général de la Wehrmacht (photo). Celui-ci a été décoré non seulement pour ses faits d’armes durant les deux Guerres mondiales, mais pour son action dans l’empire ottoman/Turquie pendant le génocide des chrétiens, principalement arméniens.

Dans les années 70-80, Klaus Schwab fut l’un des directeurs de la société Escher-Wyss (absorbée par Sulzer AG) qui joua un rôle important dans le programme de recherche atomique de l’Afrique du Sud de l’apartheid ; contribution qui eut lieu en violation de la résolution 418 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Avec l’aide du Commissaire européen pour les questions économique, le Français Raymond Barre (membre de la Commission trilatérale), il fut le créateur d’un cercle de chefs d’entreprise qui devint le Forum économique mondial. Ce changement de nom fut opéré avec l’aide du Centre pour l’entreprise privée internationale (CIPE) ; la branche patronale de la National Endowment for Democracy (NED/CIA). C’est pourquoi il était enregistré en 2016 au Groupe de Bilderberg (organe d’influence de l’Otan) comme fonctionnaire international, ce qu’il n’a jamais été officiellement.

Transhumaniste, promoteur de la globalisation équitable, il est l’auteur de The Great Reset, une réflexion prospective sur ce que pourrait devenir la civilisation.

= = =

A (re)lire en PDF : Anthony C. Sutton 

« Wall Street et la montée d’Hitler »

« Wall Street et la révolution bolchévique »

NOM1
« Hello, nous construisons une tyrannie mondiale où
tout le monde sera nos esclaves sans aucun droit, 
propriété ou vie privée. Il semble que la plupart d’entre vous
soient d’accord avec cette démarche et nous vous en remercions. »

Les logos représentés de haut en bas et de gauche à droite :
La commissions trilatérale (Rockefeller/Kissinger), le blason jésuite (dont l’actuel pape est le patron)
les armoiries de la maison Rothschild, les armoiries de la City de Londres et le blason des Chevaliers de l’Ordre de Malte – dessous :
Le Conseil en Relations Etrangères (CFR), le FEM/Davos (vitrine officielle du groupe Bilderberg) et la Maison Chatham (Institut Royal des Affaires Internationales, la maison mère du CFR basée en Angleterre dont il existe une branche française)

new-normal-ceci-est-une-coincidence.jpg

Piqûre de rappel : SIDA, grippes H5N1, H1N1, SRAS, MERS, SRAS-CoV-2 (COVID19)… et variole du singe : l’univers des plandémies fabriquées expliqué (Robert F. Kennedy jr)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, presse et média, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 1 juin 2022 by Résistance 71

SRAS-CoV-2_masque
Halte au sketch !…

Résistance 71

1er juin 2022

On est reparti pour un tour de manège à cheval sur le virus de la variole du singe…  En tout cas, c’est manifestement l’intention de la même fange qui nous a fait gober les mouches du COVID et autre.
Dans un entretien avec Robert F. Kennedy Jr le 31 mai, le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie à ARNm et depuis devenu lanceur d’alerte contre Big Pharma répond « Non ! » à la question de RFK Jr : « Dr Malone, doit-on avoir peur de la variole du singe ? » S’ensuivent 26 minutes d’explication sur ce que le Dr Malone appelle « le porno de la peur » dans l’émission podcast de RFK Jr « The Defender », (entretien en anglais à voir ici).

Les mêmes ordures qui nous « vendent » cette variole du singe, très difficilement contractable et facilement soignable, sont celles qui nous ont emprisonné et injecté de leur merde OGM entre 2020 et aujourd’hui, suite à la plandémie fabriquée du SRAS-CoV-2 donnant la COVID19.

Lire tous les dessous de cette affaire remontant aux origines du SIDA et du VIH dans les années 1980 dans le livre de RFK Jr que nous avons en grande partie traduit et dont nous proposons un PDF superbement réalisé par Jo, gratuitement, depuis début avril nous avions publié nos traductions par épisodes entre décembre 2021 et mars 2022

A lire et diffuser sans aucune modération : le PDF de l’intégrale de notre traduction

Robert-F-Kennedy-jr-le-veritable-Anthony-Fauci

Notre page RFK Jr et COVID

BigPharma_credo

1ergestebarriere
Ne cédez pas/plus à la peur !
Fermez le merdia et rallumez votre cerveau !