Archive for the colonialisme Category

La 3ème guerre mondiale en préparation… ou poudre aux yeux pour assujettir les consciences ?… (Thierry Meyssan)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, chine colonialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 30 mars 2023 by Résistance 71

axe_berlin_rome_tokyo1

Si l’analyse de Thierry Meyssan est valide sur un plan historique « classique », nous pensons quelque peu différemment au vu d’une vision panoramique remontant un peu plus loin que lui avec les guerres de l’opium menées par la Grande-Bretagne et donc la City de Londres, en Chine au XIXème siècle. Notre position, bien sûr débattable, est la suivante : l’empire anglo-américano-sioniste mute en un empire global qui veut instaurer une dictature technotronique de contrôle planétaire. cette métamorphose déjà en marche, voit la Chine vassalisée à la haute finance internationale, devenir le nouveau gendarme du monde et son modèle de contrôle des populations étendu aux peuples. La Chine a récemment été actionnée par ses maîtres de la finance, on a vu les accords irano-saoudiens patronnés par la Chine et la visite de Xi en Russie. Celle-ci devient dépendante de ses exportations énergétiques vers la Chine ainsi que de leurs échanges commerciaux. C’est le but : contrôler la Russie par la bande pour l’intégrer dans le giron du Nouvel Ordre Mondial. Une guerre mondiale, donc forcément nucléaire, ne ferait pas le jeu de l’oligarchie techno-financière dont le mode de vie : jets privés, villégiatures-partouzes, orgies dans des îles et yachts privés, est non-négociable… L’oligarchie et ses merdias de propagande veulent nous faire croire à un « axe Moscou-Téhéran-Pékin » menant à la 3ème guerre mondiale, alors que dans le même temps, le Pentagone, l’UE et Big Pharma gèrent communément avec Pékin, en Chine, le laboratoire P4 de Wuhan d’où est sorti le produit fini SRAS-CoV-2 comme arme biologique ; que la nouvelle Banque Asiatique d’Infrastructures et d’Investissements, la BAII, basée à Pékin et créée en 2018 pour le développement de la « nouvelle route de la soie », compte dans son bureau directeurs des banquiers, « économistes » suisse, allemand, australien etc, tous membres de la haute finance et de son système de « régulation » et de la nouvelle religion de « l’énergie verte ». Cette banque gère son porte-feuille en dollars US on se demande bien pourquoi… Bref, absolument rien de subversif là-dedans qui laisserait penser que cela fasse partie d’une « voie alternative » au monde financier dominant. L’ensemble y est assujetti et dans le même temps, on veut nous faire croire que tout ça est une « menace » pour l’empire… Il n’y aura pas de 3ème guerre mondiale, tout cela n’est que poudre aux yeux pour faire accepter par les peuples du monde des mesures liberticides qui « empêcheront » la guerre et présentant l’oligarchie comme les héros et sauveurs de l’humanité auxquels nous devrons dorénavant obéir sans discuter. Le passage au « Great Reset » de Davos paraîtra bien fade en comparaison de ce à quoi nous aurions échappé : une guerre thermonucléaire d’annihilation totale. Les dissidents ne seront alors plus que des ingrats, des fous qui auraient préférer une annihilation globale à la « nouvelle paix », certes sous dictature technotronique achevée, mais « paix » quoi qu’il en soit. Cela ne valait-il pas la peine de sacrifier le reste de vos libertés (qui ne sont que des privilèges révocables à tout moment…) ? Un peu de reconnaissance bordel et silence dams les rangs !… Temps pour votre 7ème rappel COVID-19 rectifié 24 et la mise à jour de votre pass-sécurité, crédit social, allez hop en piste ! Alors, heureux ?…
~ Résistance 71 ~

Préparation d’une nouvelle guerre mondiale

Thierry Meyssan

28 mars 2023

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article219068.html

Les États-Unis poussent leurs alliés de l’Union européenne à se préparer à une Troisième Guerre mondiale. Ils n’ont d’autre choix que de la livrer s’ils veulent sortir vainqueurs du « piège de Thucydide ». À moins que tout ce remue-ménage ne soit qu’une mise en scène pour « tenir » les alliés dans leur camp tandis que de très nombreux États, en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, se déclarent « neutres ». Dans le même temps, les bruits de bottes rameutent les militaristes japonais qui, comme les « nationalistes radicaux » en Ukraine, sont de retour.

Face aux progrès accomplis par les partisans d’un monde multipolaire, les défenseurs de l’« impérialisme américain » n’ont pas été longs à réagir. Deux opérations seront analysées ici : la transformation du marché commun européen en une structure militaire et la reformation de l’Axe de la Seconde Guerre mondiale. Ce second aspect fait entrer en jeu un nouvel acteur : le Japon.

LA MUE DE L’UNION EUROPÉENNE

En 1949, les États-Unis et le Royaume-Uni créent l’Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord (Otan). Ils y placent le Canada et les États qu’ils ont libérés en Europe occidentale. Il s’agit pour eux, non pas de se défendre, mais de préparer une attaque de l’Union soviétique. Celle-ci répond en créant le Pacte de Varsovie.

En 1950, lors de la création de la guerre de Corée, les États-Unis envisagent d’étendre le conflit à la République démocratique allemande (dite « Allemagne de l’Est »). Ils doivent pour cela réarmer la République fédérale allemande (dite « Allemagne de l’Ouest ») malgré l’opposition de la France, de la Belgique et du Luxembourg. Ils proposent donc la création d’une Communauté européenne de défense (CED), mais ils échouent face à la résistance des gaullistes et des communistes français.

Parallèlement, ils aident à la reconstruction de l’Europe occidentale avec le plan Marshall. Celui-ci comprend de nombreuses clauses secrètes, dont l’édification d’un marché commun européen. Washington entendait à la fois dominer économiquement l’Europe occidentale et la préserver politiquement de l’influence communiste et de l’« impérialisme soviétique ». Les Communautés économiques européennes —et plus tard l’Union européenne— forment la face civile du jeton US dont la face militaire est l’Otan. La Commission européenne n’est pas une administration des chefs d’État et de gouvernement membres de l’Union, mais l’interface entre eux et l’Alliance atlantique. Les normes européennes en matière non seulement d’armement et de construction, mais d’équipement, de vêtement et de nourriture etc. sont établies par les services de l’Otan, d’abord au Luxembourg, puis en Belgique. Elles sont transmises à la Commission, et aujourd’hui approuvées par le Parlement européen.

En 1989, alors que l’Union soviétique est en train de s’effondrer sur elle-même, le président français, François Mitterrand, et le chancelier allemand, Helmut Köhl, imaginent d’affranchir l’Europe occidentale de la tutelle états-unienne de manière à pouvoir rivaliser avec Washington. Les négociations sur ce traité ont lieu en même temps que la fin de l’occupation quadripartite de l’Allemagne (12 septembre 1990), la réunification des deux Allemagne (3 octobre 1990) et la dissolution du pacte de Varsovie (1er juillet 1991). Washington accepte le Traité de Maastricht pourvu qu’il reconnaisse leur domination militaire. Les Européens de l’Ouest acceptent ce principe.

Cependant, Washington se méfie du couple Mitterrand-Köhl et exige au dernier moment que l’Union européenne intègre tous les anciens membres du Pacte de Varsovie, voire les nouveaux États indépendants, issus de l’ancienne Union soviétique. Ces États ne partagent pas les aspirations des négociateurs de Maastricht. Ils s’en méfient même plutôt. Ils entendent s’affranchir aussi bien de l’influence allemande que de celle de la Russie. Ils s’en remettent pour leur Défense au seul « parapluie américain ».

En 2003, Washington profite de la présidence espagnole de l’UE (le socialiste Felipe González) et du haut représentant pour la Politique étrangère et de Sécurité commune, Javier Solana, pour faire adopter la « Stratégie européenne de sécurité », calquée sur la National Security Strategy du président états-unien George W. Bush. Ce document est remanié en 2016 par la haute représentante Federica Mogherini.

En 2022, lors de la guerre d’Ukraine, les États-Unis, comme lors de la guerre de Corée, pensent à nouveau avoir besoin de réarmer l’Allemagne contre la Russie (successeur de l’Urss). Ils transforment donc l’UE, avec précaution cette fois. Lors de la présidence du Français Emmanuel Macron, ils lui proposent une « Boussole stratégique ». Celle-ci n’est adoptée qu’un mois après l’intervention russe en Ukraine. Les membres de l’Union européenne sont d’autant plus tétanisés qu’ils ne savent toujours pas précisément s’ils sont ensemble pour coopérer ou pour s’intégrer (l’« ambiguïté constructive », selon l’expression d’Henry Kissinger).

En mars 2023, l’actuel haut-représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Josep Borrell, organise le premier « Forum Robert Schuman sur la Sécurité et la Défense ». De très nombreux ministres de la Défense et des Affaires étrangères des États-membres de l’Union y participent. Outre les États européens non-membres de l’Union, mais pro-US, de nombreux autres y sont représentés à un niveau ministériel comme l’Angola, le Ghana, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, la Somalie, l’Égypte, le Chili, le Pérou, la Géorgie, l’Indonésie et le Japon. Outre l’Otan, l’ASEAN, le Conseil de coopération du Golfe et l’Union africaine s’y font aussi représenter. Surtout, la Ligue arabe envoie son secrétaire général.

Ce Forum a pour but explicite de défendre le « multilatéralisme et un ordre international fondé sur des règles » ; une manière élégante de dénoncer le projet russo-chinois de « monde multipolaire fondé sur le Droit international ».

À la faveur de l’épidémie de Covid, l’Union européenne s’est déjà investie de pouvoirs en matière de Santé qui n’étaient pas prévus par les Traités. J’ai expliqué au début de cette épidémie que la mesure de confinement des personnes saines n’avait aucun précédent dans l’histoire. Elle a été imaginée à la demande de l’ancien directeur du laboratoire Gilead Science et ancien secrétaire à la Défense, Donald Rumfeld, par le docteur Richard Hatchett, devenu directeur du CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations) et, à ce titre, initiateur de cette mesure partout dans le monde [1]. Selon son rapport classifié de 2005, que nous ne connaissons malheureusement que par les réactions qu’il a suscitées, le confinement des civils sains chez eux devait permettre de déterminer les emplois délocalisables, de fermer en Occident les industries de biens de consommation et de concentrer la force de travail dans l’industrie de Défense. Nous n’en sommes pas encore là, mais l’Union européenne s’étant emparée de pouvoirs de Santé publique non prévus par les Traités, sans soulever d’indignation, interprète désormais les textes pour devenir une puissance militaire.

La semaine dernière, au cours du Forum Schuman, Josep Borrell a présenté son premier rapport sur la mise en œuvre de la « Boussole stratégique ». Il s’agit de coordonner la mise en commun des armées nationales, y compris des services de Renseignement dans un esprit d’intégration et non plus de coopération. Le projet d’Emmanuel Macron enterre désormais celui de Charles De Gaulle et des communistes français. L’« Europe de la Défense » apparait désormais comme un slogan visant à placer non plus seulement les forces opérationnelles des États-membres de l’UE sous l’autorité du Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), aujourd’hui le général états-unien Christopher G. Cavoli, mais aussi de prendre le contrôle de toutes les décisions de financement qui relevaient jusqu’ici des Parlement nationaux, et même des décisions d’armement et d’organisation qui relevaient des Exécutifs des États-membres. Ainsi, l’Union est en train d’organiser une armée commune sans savoir qui va la commander.

LA RECONSTITUTION DE L’AXE NAZI-NIPPON

Lorsque nous pensons à la Seconde Guerre mondiale, nous évoquons en Europe les dates de 1939 et 1945. C’est absolument faux. La guerre a débuté en 1931 après l’attaque par des généraux japonais de soldats chinois en Mandchourie. Il s’agissait du premier débordement du pouvoir civil nippon par la faction militariste qui s’amplifia quelques mois plus tard avec l’assassinat du Premier ministre civil par un groupe de militaires. En quelques années, le Japon se transforma en une puissance militariste et expansionniste. Cette guerre ne s’est pas terminée avec la libération de la Mandchourie par l’Armée rouge, en 1945. En effet, les États-Unis utilisèrent deux bombes atomiques pour empêcher la reddition du Japon à l’URSS et s’assurer qu’elle n’aurait lieu que devant ses propres généraux. Ils continuèrent les combats jusqu’en 1946 car de nombreux Japonais refusèrent de se rendre aux États-uniens qui ne s’étaient guère battus jusque-là dans le Pacifique. La Seconde Guerre mondiale a donc duré de 1931 à 1946. Si nous commettons ces erreurs de date, c’est parce qu’elle ne s’est mondialisée qu’avec l’Axe Rome-Berlin-Tokyo (le « Pacte tripartite ») que la Hongrie, la Slovaquie, la Bulgarie et la Roumanie rejoignirent très vite.

Le fondement de l’Axe, ce ne sont pas les intérêts disparates de ses membres, mais leur culte de la Force. Pour le reformer aujourd’hui, il faut unir ceux qui partagent ce même culte.

Lorsque les États-Unis occupèrent le Japon, en 1946, ils pensèrent d’abord à en purger tous les éléments militaristes. Mais lorsque survint la guerre de Corée, ils décidèrent de s’appuyer sur le Japon pour lutter contre le communisme. Ils mirent fin aux procès en cours et réhabilitèrent 55 000 hauts fonctionnaires. Ils mirent en place le plan Dodge, équivalent du Plan Marshall en Europe. Parmi les heureux bénéficiaires de ce changement de politique, Hayato Ikeda devint Premier ministre et restaura l’économie du pays. Avec l’aide de la CIA, il fonda le Parti libéral-démocratique. C’est de son courant, en son sein, que sont issus le Premier ministre Shinzo Abe (2012-20) et son successeur Fumio Kishida (2020 -).

Ce dernier vient d’effectuer une visite surprise en Ukraine. Il est le premier chef de gouvernement asiatique à se rendre dans ce pays depuis le début de la guerre. Il a visité un charnier à Bucha et fait part de ses condoléances aux familles des victimes des « exactions russes ». La plupart des analystes interprètent ce voyage comme une préparation du prochain sommet du G7 au Japon. À moins que cela n’aille beaucoup plus loin.

Dans leur communiqué final, Fumio Kishida et Volodymyr Zelensky soulignent « l’inséparabilité de la sécurité euro-atlantique et indo-pacifique » et « l’importance de la paix et de la stabilité à travers le détroit de Taiwan ». Il s’agit pour eux, non seulement de défendre l’Ukraine face à la Russie, mais aussi le Japon face à la Chine. Ce communiqué pose les bases d’une nouvelle alliance entre les successeurs des nazis que sont les « nationalistes intégraux » ukrainiens [2] et les successeurs du nationalisme Shōwa. L’Ukraine actuelle est le seul État au monde à disposer d’une Constitution explicitement raciste. Adoptée en 1996 et révisée en 2020, elle précise en son article 16 que « Préserver le patrimoine génétique du peuple ukrainien relève de la responsabilité de l’État ». Cet article a été rédigé par la veuve du Premier ministre ukrainien nazi, Iaroslav Stetsko.

Au contraire, la Constitution japonaise renonce à la guerre dans son article 9. Mais Shinzo Abe et Fumio Kishida ont initié un combat pour abroger cette disposition. Elle rend, entre autres, impossible le transfert d’équipements de défense meurtriers, aussi M. Kishima a offert environ 7,1 milliards de dollars d’aide humanitaire et financière à Kyiv. Quant au matériel militaire non létal, il n’a pu annoncer cette semaine que l’envoi d’un stock d’une valeur de 30 millions de dollars.

Cette remilitarisation du Japon est soutenue par Washington qui a déjà changé de camp en soutenant l’Ukraine [3]. L’ambassadeur des États-Unis à Tokyo, Rahm Emmanuel, a tweeté : « Le Premier ministre Kishida effectue une visite historique en Ukraine pour protéger le peuple ukrainien et promouvoir les valeurs universelles inscrites dans la Charte des Nations Unies (…) À environ 900 kilomètres de là, un partenariat différent et plus néfaste prend forme à Moscou », (allusion au sommet Poutine-Xi).

De son côté, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Weibin, a au contraire déclaré à propos du voyage du Premier ministre qu’il « espère que le Japon fera pression pour un apaisement de la situation, et non l’inverse ». De son côté, la Russie a envoyé deux bombardiers stratégiques au-dessus de la mer du Japon pendant environ sept heures.

Notes :

[1] « Le Covid-19 et l’Aube rouge », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 avril 2020.

[2] « Qui sont les nationalistes intégraux ukrainiens ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 15 novembre 2022.

[3] Washington, qui pratiquait la ségrégation raciale jusqu’en 1964, a combattu du côté des démocraties durant la Seconde Guerre mondiale. Il a cependant recyclé nombre de nazis, d’oustachis, de nationalistes intégraux, etc. après la guerre, créant la Ligue anti-communiste mondiale. Cependant, la commission sénatoriale Church a mis à jour ces liens et le président Carter y a mit fin.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

ARNm_armebiologique

Entité sioniste, colonialisme, torture et apartheid… une réalité palestinienne quotidienne

Posted in actualité, politique et social, militantisme alternatif, guerres imperialistes, résistance politique, terrorisme d'état, guerres hégémoniques, pédagogie libération, neoliberalisme et fascisme, colonialisme, société des sociétés with tags , , , , , , , , , , , on 29 mars 2023 by Résistance 71

arrestation_enfant_isr

“Israël” soumet systématiquement les prisonniers palestiniens à la “torture”

Al Manar & Press TV

26 mars 2023

Url de l’article original : https://french.almanar.com.lb/2581163

Deux éminents groupes de défense des droits des Palestiniens ont mis en lumière les mauvais traitements infligés par l’occupation israélienne aux prisonniers palestiniens, affirmant que l’autorité d’occupation jouit d’une culture d’impunité en l’absence de responsabilité internationale et soumet systématiquement les détenus à diverses formes de torture.

L’Addameer Prisoner Support, qui défend les droits des détenus palestiniens, ainsi que le groupe d’aide juridique al-Haq, ont émis une déclaration conjointe lors de la 52e session du Conseil des droits de l’homme samedi, a rapporté l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

Les deux groupes ont poursuivi en disant que l’utilisation par ‘Israël’ de la torture et des « traitements cruels » contre les prisonniers palestiniens fait partie de son régime de colonisation et d’apartheid.

Ils ont en outre noté que diverses institutions israéliennes cherchent à dissimuler des crimes de torture, bien qu’ils soient bien documentés avec des preuves.

Les tribunaux militaires du régime s’abstiennent également de documenter la torture des détenus dans les archives judiciaires et prolongent la détention pour de nouveaux interrogatoires, tout en ignorant les traces de maltraitance sur les corps des prisonniers palestiniens.

Addameer et al-Haq dénoncent l’utilisation par ‘Israël’ de la détention administrative, qui permet d’incarcérer les Palestiniens indéfiniment sans d’accusations formelles et ni traduction en justice. Cette pratique provoque une détresse psychologique.

« L’impact psychologique que les arrestations et détentions répétées ont sur les Palestiniens ne peut être sous-estimé, car il induit facilement du stress, de la dépression, des sentiments d’impuissance et de désespoir », ont-ils déclaré, ajoutant que le nombre de détenus administratifs avait doublé, s’élevant actuellement à 967, dont cinq enfants.

Ils ont également condamné l’introduction par le régime d’occupation de projets de loi sur la peine de mort et les limitations des soins médicaux, ainsi que les raids brutaux dans les prisons, affirmant que le nouveau cabinet israélien « met en œuvre un programme particulièrement hostile et radical contre les prisonniers palestiniens et leurs familles ».

Les groupes ont en outre averti que « ces mesures donnent lieu à de graves violations des droits de l’homme », appelant la communauté internationale à prendre des mesures immédiates pour mettre fin aux violations israéliennes contre les Palestiniens.

Il y aurait plus de 7 000 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

Les organisations de défense des droits de l’homme affirment qu’Israël viole tous les droits et libertés accordés aux prisonniers par la quatrième Convention de Genève.

Les prisonniers palestiniens sont détenus pendant de longues périodes sans être inculpés, jugés ou condamnés, ce qui constitue une violation pure et simple des droits de l’homme.

Les groupes de défense décrivent l’utilisation par ‘Israël’ de la détention comme une « tactique en faillite » et demandent depuis longtemps à ‘Israël’ de mettre fin à son utilisation.

Le service pénitentiaire israélien (IPS) maintient les prisonniers palestiniens dans des conditions déplorables sans normes d’hygiène appropriées.

Les prisonniers ont également été soumis à la torture, au harcèlement et à la répression systématiques tout au long des années d’occupation des territoires palestiniens par ‘Israël’.

Selon le Centre d’études sur les détenus palestiniens, environ 60 % des prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes souffrent de maladies chroniques, dont un certain nombre sont décédés en détention ou après avoir été libérés en raison de la gravité de leur cas.

resistance_palestinienne_jenine
Résistance et autodéfense…

Palresistance

palestine_vaincra1

La mafia khazare et son Nouvel Ordre Mondial sont-ils en train de boire le bouillon ? (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 16 mars 2023 by Résistance 71

RothRockdominion

La cabale khazare Rothschild de l’état profond est en train de s’effondrer

Joachim Hagopian

7 mars 2023

Url de l’article original :

https://www.veteranstoday.com/2023/03/07/the-rothschild-deep-state-cabal-is-imploding/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La même monumentale année qui vit le début de la révolution américaine en 1776 fut aussi l’année où l’ex-jésuite Adam Weishaupt fonda en Bavière son ordre des Illuminati, sponsorisé par Mayer Amschel Rothschild, patriarche de la maison des Rothschild à Francfort, Allemagne. Ce fut le troisième président des Etats-Unis, Thomas Jefferson, qui refusa le renouvellement de la charte de la First Bank of America contrôlée par les Rothschild, en 1811. La révolution américaine avait peut-être lutté contre le roi George et la monarchie britannique, mais pas pour l’indépendance vis à vis du cartel de banque centrale géré par les Rothschild, qui contrôlaient 70% des intérêts étrangers de la First Bank of America et de la dette des citoyens américains. A la fin des huit années de présidence du premier président américain, George Washington, l’agent fédéraliste des Rothschild, Alexander Hamilton,, installa la First Bank of America en 1791.

En ne renouvelant pas la charte de la banque, Jefferson vira la banque Rothschild hors des Etats-Unis, ce qui devint la base pour la première guerre américaine en tant que nation souveraine de 1812, toujours contre le même ennemi britannique. Cette guerre combattue pour une indépendance de la City de Londres et de ses banques, n’a fait que plonger la jeune Amérique dans toujours plus de dettes de guerre, alors que Nathan Rothschild soutenant les deux cotés de tout conflit, était déterminé à mener les Etats-Unis à la banqueroute et la forcer à être recolonisée. Malgré la victoire américaine durement gagnée, dès 1815 avec la dette américaine ayant triplé à 119,2 millions de dollars, les Etats-Unis étaient déjà financièrement une endettée majeure devant la tristement célèbre dynastie banquière. Cette même année, réalisant une grosse fortune avec le résultat de la bataille de Waterloo par des investissements sous délits d’initiés, le rayonnant escroc Nathan Rothschild proclama :

“Peu m’importe la marionnette placée sur le trône d’Angleterre pour diriger l’empire. Celui qui contrôle la source monétaire de la Grande-Bretagne contrôle l’empire britannique et je contrôle la source monétaire britannique.”

Malheureusement, la guerre de l’indépendance financière des Rothschild de l’Amérique en 1812 fut perdue. Un court extrait de ma série de livres Pedophilia & Empire, livre 3, chapitre 1 sur la famille Rothschild :

“En 1816, avec la seconde banque des Etats-Unis forcée sur les citoyens américains, de fait, les Rothschild ne faisaient qu’établir leur possession prédatrice sur les Etats-Unis. Et une fois de plus, le contrôle privé de la source monétaire américaine attaché à un intérêt parasite se retrouva dans les coffres de quelques 1000 investisseurs étrangers avec le plus jeune frère de Nathan Rothschild, le baron James de Rothschild détenant les actions de contrôle depuis Paris.”

Lorsque la charte de la Second Bank of America dût être renouvelée 20 ans plus tard en 1836, Nathan Rothschild mourut cette année là. Mais son frère James de Rothschild assumant le contrôle des branches de Londres et de Paris, lutta salement comme d’habitude pour le renouvellement de la charte. Il trouva son équivalent en la personne du très déterminé président américain Andrew Jackson qui releva le défi, déclarant la guerre à la maison Rothschild :

“Vous êtes un nid de vipères. J’ai l’intention de vous expulser et par dieu éternel, je vais vous expulser.”

Le coup du président Jackson pour s’opposer au système centralisé des marchands du temple fut rempli de succès, virant une fois de plus les Rothschild de l’Amérique et la seconde tentative de la dynastie de saisir les Etats-Unis fut déjouée, du moins temporairement. Mais, l’année précédente, au cœur de la bataille pour le contrôle privé de la banque centrale états-unienne, Jackson évita de peu une balle destinée à l’assassiner, tentative attribuée à la colère des Rothschild à son encontre. De 1836 à 1913 (NdT : date de la signature du décret de création de la “Banque de la Réserve Fédérale des Etats-Unis”, décidée préalablement dans une réunion top-secrète en 1910 des banquiers privés sur l’île Jekyll au large des côtes de l’état de Georgie…), les Etats-Unis furent essentiellement libres des sangsues traîtresses Rothschild d’Europe, ce qui mena à la plus longe période de croissance économique et de prospérité de l’histoire de la nation.

Ayant acquis le contrôle des banques centrales en Europe par la possession par Nathan Rothschild de la Banque d’Angleterre au tout début du XIXème siècle (NdT : Banque d’Angleterre créée par Guillaume III d’Orange en 1794), la Compagnie des Indes britanniques (British East India Company) le monopole sur le commerce International, incluant le commerce de la drogue (NdT : guerres de l’opium en Chine, qui ont inféodé ce pays à la City de Londres depuis…) et le commerce des esclaves, cette entreprise s’étendait sur le monde entier de l’Afrique à l’Asie en passant par l’Europe, les océans indien et pacifique et toute l’Amérique du Nord, le cartel banquier international consolida son pouvoir du commerce de l’argent et de la dette ainsi que du commerce général sur tous les continents. Mais une très grande nation, s’étendant sur deux continents résista et évita les griffes des Rothschild durant quelques siècles. Ainsi, la Russie fut ciblée de manière répétée alors que sa monarchie de la dynastie des Romanov parvenait à échapper à la conquête prédatrice des Rothschild, mais pas sans une rétribution meurtrière. De l’auteur du livre New World Order: Eustice Mullen :

“Après la chute de Napoléon, les Rothschild tournèrent toute leur haine contre les Romanov. En 1825, ils empoisonnèrent Alexandre I ; en 1855, ils empoisonnèrent Nicolas I. D’autres assassinats suivirent, culminant avec la nuit du 6 novembre 1917, lorsque une douzaine de Gardes Rouges conduisirent un camion dans le bâtiment de la banque impériale de Moscou. Là, ils s’emparèrent de la collection impériale de bijoux et de 700 millions de dollars en or, un butin de plus de un milliard de dollars. Le nouveau régime confisqua aussi 150 millions d’acres de terre en Russie propriété d cela famille royale.”

En plus d’un siècle d’assassinats des tsars Romanov par empoisonnement, quand le tsar Alexandre II vint en aide à Abraham Lincoln durant la guerre de sécession, ce qui en bien des points porte témoignage à l’assistance de la Russie à la préservation de l’Union, le vindicatif cartel Rothschild, principal soutien financier de la Confédération sudiste, voua vengeance éternelle contre la Russie et sa famille royale. La guerre de Rothschild and Co. Contre la Russie aujourd’hui en Ukraine n’est que le résultat de cette longue histoire…

Juste avant la première guerre mondiale planifiée par les Rothschild en 1914, quelques mois plus tôt à la fin 1913, ils passèrent subrepticement au Congrès leur loi sur la Réserve Fédérale le 23 décembre, alors que la vaste majorité des parlementaires avaient déjà quitté le congrès pour les congés de Noël et de fin d’année. Le rendez-vous de l’île Jekyll (NdT : comme nous l’avons stipulé plus haut, qui eut lieu en 1910) des architectes de la loi sur la Réserve Fédérale (NdT : qui n’a de “fédérale” que le nom car c’est un cartel de banques privées aussi “fédérales” que l’est “Federal Express”…) incluait des banquiers comme Paul Warburg, l’agent de banque centrale des Rothschild né en Allemagne et envoyé aux Etats-Unis et qui fut le second vice-président de la “Fed” La continuité de pensée se maintient chez les Warbug comme le déclara de manière emphatique le fils de Paul, James Paul Warbug, devant le comité sénatorial américain des affaires étrangères en 1950 :

“Nous aurons un gouvernement mondial que nous soyons d’accord ou pas. La question est seulement de savoir si ce gouvernement mondial se fera par consentement ou de force.”

Ainsi, la troisième banque centrale privée Rothschild en Amérique fut établie pour prendre un contrôle permanent du système d’usure crédit/dette sur la source monétaire américaine, au travers de la corruption de la classe politique marionnette de Washington D.C et du peuple américain par le système fabriqué et manipulé du crédit/dette. 1913 fut aussi l’année où fut votée la loi sur l’impôt sur les revenus, ponctionnant de manière illégale les dollars d’impôt, escroquant les salariés états-Uniens afin de payer les intérêts des prêts bancaires de guerre aux créditeurs du cartel. Le cycle de contrôle des plus vicieux est cette manière par laquelle la mafia khazare et ses escrocs ont opéré de manière maligne depuis les jours de leur changement d’identité du royaume kharar il y a plus d’un millénaire. (à lire ici, en anglais : https://www.veteranstoday.com/2022/03/10/the-hidden-history-of-the-incredibly-evil-khazarian-mafia/)

RKM2
« Salut, je m’appelle Jacob Rothchild, ma famille pèse 500 mille milliards de dollars,
nous possédons presque toutes les banques centrales au monde,
nous avons financé les deux côtés de chaque guerre depuis Napoléon,
nous sommes proprios de vos médias, de votre pétrole et de votre gouvernement ;
et pourtant, vous n’avez probablement jamais entendu parler de moi… »

Les contrôleurs de la banque centrale Rothschild ont loué les services d’un des leurs, le distant cousin Karl Marx pour écrire son “Manifeste du Parti communiste” en 1848 et ce fut l’argent du cartel Rothschild avec leur agent Jacob Schiff aux Etats-Unis, qui financèrent la révolution bolchévique de ses comparses juifs et complotèrent l’assassinat du tsar Nicolas II et sa famille en 1917. Le milliard plus de dollars volés d’or russe est dit avoir été stocké dans les chambres souterraines de la Banque d’Angleterre des Rothschild à la City. Une suite d’histoire de mensonge, de meurtre, de guerre, de corruption et d’appétit insatiable pour les richesses et le pouvoir, vieille de plusieurs siècles, caractérise tout ce qui est aujourd’hui derrière la mafia khazare de la dynastie bankster ancrée dans le vieux royaume khazar d’il y a plus d’un millénaire. Plus proche de ce siècle historiquement, la tyrannie du gouvernement mondial et de la dépopulation eugéniste ont toutes deux reflété les obsessions de l’élite (autoproclamée).

Les crimes des Rothschild financèrent les trois plus grands dictateurs sanguinaires de toute l’histoire humaine. La révolution russe de 1917 vit la naissance et montée d’une union soviétique lénino-staliniste d’obédience marxiste, qui tua quelques 66 millions de Russes pour l’essentiel chrétiens. Puis, à partir du tout début des années 1930, les Rothschild et leurs acolytes Rockefeller et Bush, financèrent la montée et la mise au pouvoir d’Adolf Hitler. Le sacrifice de soi-disant 6 millions de juifs durant la seconde guerre mondiale fut froidement utilisé comme levier de négociation sioniste pour faire accepter la fausse affirmation des Ashkénazes non-hébreux d’un “droit de naissance de peuple élu” pour une patrie en Palestine, alors promise au Lord Lionel Rothschild par la déclaration de Balfour de 1917. Trois décennies plus tard, la promesse fut remplie avec la création de l’état juif. Malgré un héritage non-hébreu, ashekenaze [non]juif qui remonte au temps des tribus nomades turques, ces populations représentent aujourd’hui 90% de la population israélienne.

La déclaration de Balfour fit aussi une autre promesse :

“… Rien ne doit être entrepris portant préjudice aux droits civils et religieux des communautés non-juives existantes en Palestine.”

L’étant juif, depuis sa création en 1948, ce qui fait trois quarts de siècle maintenant, a brutalement poussé vers la sortie les arabes sémites vivant en Palestine, leur patrie ancestrale de droit, pourtant ils ont été systématiquement détruits par la politique officielle d’apartheid génocidaire d’Israël. Ce fait n’est en rien “antisémite” et ne devrait jamais être permis ni toléré par le reste du monde et pourtant cela se passe en toute impunité depuis bien trop longtemps. Cette réalité honteuse est largement due à l’influence de la maison sioniste des Rothschild et son contrôle sur Israël.

Dans les années 1930, les Rothschild ont aussi pomponné et soutenu un autre (futur) dictateur notoirement éduqué à Yale : Mao Zedong, soutenant aussi secrètement son génocide de près de 65 millions de ses propres concitoyens sacrifiés. Au cours des siècles, on peut distinguer un schéma, celui de ces lignées de génocidaires, emmenés par les dynasties Rothschild, Rockefeller et autres dans le passé (NdT : Borgia, familles royales européennes etc…), ont une très grande pratique de l’extermination à grande échelle, du financement de la montée au pouvoir de ces trois dictateurs responsables des plus grands génocides de l’histoire de l’humanité (NdT : n’oublions pas la conquête coloniale chrétienne débutant au XVème siècle qui fit aussi des centaines de millions de morts dans le monde, plaçant l’église facilement sur le podium des pires génocidaires de l’histoire de l’humanité), ceci avant le génocide actuel sans précédent contre la race humaine contemporaine (NdT : via l’arme biologique des injections à ARNm “anti-COVID19”).

En 1933, les globalisâtes de cette époque tentèrent leur premier coup majeur contre le gouvernement des Etats-Unis dans une tentative de renversement du président Franklin Delano Roosevelt qui échoua, empêchée par la seule intervention du héros de guerre le plus décoré de l’armée américaine et général du corps des US Marines, le général Smedley Butler (NdT : auteur du célèbre ouvrage “La guerre est un racket”). Son intervention arrêta le coup d’état, l’exposant publiquement dans la presse et son livre en 1934. Bien que son intervention courageuse empêcha la traîtresse subversion commise par quelques uns des conspirateurs les plus riches des Etats-Unis comme ces capitaines d’industries, banquiers et politiciens, parmi eux la grande fortune des machines à coudre Singer, Robert Sterling Clark et le père du George Herbert W. Bush (Bush I), Prescott Bush, qui fut durant la seconde guerre mondiale le directeur de l’Union Banking Corp., l’entreprise financière Bush liée au financement, aide et développement de l’ennemi nazi des Etats-Unis, Adolf Hitler ; et pourtant, ce passé éloquemment traître à la nation fut camouflé et Prescott Bush devint repésentant du Connecticut au sénat des Etats-Unis…

Bien sûr, les familles du crime Bush-Clinton sont notoires pour se tirer des pires affaires de félonie et de haute trahison. Le pédophile Bush senior fut impliqué dans le plus grand réseau de trafic sexuel d’enfants rendu public aux Etats-Unis et étiqueté le “scandale Franklin” impliquant des enfants du Nebraska, certains de la Catholic Boys Town directement trafiqués vers la Maison Blanche durant les administrations Reagan-Bush.

Alors que la famille du crime Bush est sataniste, leur comparse satanique arrêté dans ce scandale et son camouflage fut l’homme de paille Lawrence E. King, alors que toute l’opération fut balayée promptement sous le tapis et alors que le chef de réseau King, aidé par des comparses satanistes, comme le colonel Michael Aquino et son abandon d’une valise remplie d’argent liquide pour King dans un hôtel. Tout comme Epstein, King reçut un traitement privilégié avec quasiment pas de prison pour ses crimes contre nature.

Bien sûr, Aquino est toujours libre malgré son implication dans de nombreux pédo-scandales, protégé par son statut militaire de haut rang dans le système américain du programme de contrôle psychologique MK Ultra, identifié par un bon nombre d’enfants victimes au cours du scandale de la crèche du Presidio et fut aussi impliqué par Kathy O’Brien en tant que programmateur MK-Ultra de haut rang. Le trafiquant d’enfants à des fins sexuelles le plus connus d’Amérique, Jeffrey Epstein, est supposé décédé et son associée / maîtresse dans le crime, Ghislaine Maxwell, est en prison pour 20 ans dans un pénitencier fédéral de Floride.

Alors que le scandale Franklin incrimine la famille du crime Bush, à la fois l’opération Epstein-Maxwell et celle du scandale du “pizzagate” expose les familles du crime  Rothschild, Clinton, Podesta, Obama et Biden, incluant Donald Trump déclarant à quel point “Epstein était un super mec” dans un article du New York Magazine en 2004, ajoutant comment il aime “les petits jeunes”, clin d’œil, clin d’œil… Le fait est que l’uniparti de l’Amérique est infesté de centaines de pédophiles notoires compromis et de gardiens du temple qui continuent à évoluer librement, malgré les tonnes de preuves des crime commis capturées par les caméras.

En dehors de King, Epstein et Maxwell, aucune arrestation ni mises en accusation de quelques pédo-criminels que ce soit des familles royales britannique, belge ou hollandaise, des présidents, premiers ministres ou milliardaires comme Bill Gates (NdT ; et ses escapades aujourd’hui bien connues sur le “Lolita Express” d’Epstein…), de ces centaines voire milliers de politiciens, juges, chefs de police, généraux, grands PDG, banquiers, VIP et autres saltimbanques du monde du show business, apeurés par le chantage et tous coupables d’horribles abus sexuels sur mineurs et enfants et qui doivent toujours faire face à leur impie karma.

Parce que tant de cette vérité choquante accélérée sort chaque semaine, avec une chance sur 6 milliards d’avoir un tel désastre chimique dans le déraillement d’un train en Ohio, des tremblements de terre provoqués pour punir des nations alignées avec la Russie (NdT : Turquie et Syrie), tout cela ne faisant qu’incriminer toujours plus les contrôleurs et leurs marionnettes aux plus hauts échelons du pouvoir occidental. La raison pour laquelle la guerre en Ukraine est si énorme maintenant, mettant tant de choses en jeu, est parce que le schéma du gouvernement mondial de ce Nouvel Ordre Mondial chevauche le cheval de la défaite des contrôleurs en Ukraine par la Russie alors que leur “cours de récré” sataniste devient de plus en plus exposée au grand public. Tous ces hauts criminels du contrôle sont alignés sur la dynastie Rothschild qui est au sommet de cette chaîne alimentaire prédatrice, occupés à faire chanter, corrompre, et réduire au silence faits et diseurs de vérité par tous les moyens possibles et nécessaires. Ceci afin d’assurer que leur petite coterie élitiste psychopathe demeure hors de portée et immunisée contre toute mise en accusation et comparution devant des tribunaux, ce qui serait bien sûr pourtant une mesure de salubrité publique.

Ils savent qu’il y a bien plus de preuves de leur culpabilité criminelle qu’il n’en faut dans le domaine public pour faire condamner ces tueurs génocidaires pour leurs crimes sans fin contre l’humanité et ils savent aussi pertinemment que Nous, les peuples, resserrons l’étau de plus en plus. A cause de tout cela, ces monstres veulent déclencher un Armaguedon nucléaire. Nous vivons une époque épique et bien que des millions de personnes aint déjà péri et peut-être que quelques milliards vont sans doute suivre dans cette guerre entre le bien et le mal, nous les avons néanmoins mis en fuite, ils cavalent tels les cafards pour se planquer dans les ténèbres. Mais armée et unie par la vérité, justice sera faite.

Comme conséquence du renversement secret subversif du gouvernement des Etats-Unis ayant eu lieu ces dernières années, à la fois l’absence complète de loi et l’échec traître et rampant d’appliquer la constitution des Etats-Unis, opère, en ce moment, un éveil du peuple américain et des peuples du monde, de leur torpeur et à s’animer d’une colère des plus justes jour après jour, avec toujours plus de gens comprenant de quoi il retourne. Les pères fondateurs remirent les droits fondamentaux de la liberté sur chaque citoyen, nous donnant une justification légale claire et concise afin de pouvoir “abolir” le régime traître et illégitime qui occupe Washington D.C aujourd’hui. Prenant en compte les actions terroristes répétées du gouvernement américain constituant un démocide contre son propre peuple tout en ayant commis des actes de guerre contre des alliés proches des Etats-Unis comme l’Allemagne avec l’affaire du sabotage des oléoduc NordStream I et Ii, l’intention du régime Biden (NdT : qui n’est, comme celui de Macron en France, après Pompidou et Giscard, sbire et agent des Rothschild, que la suite logique de la volonté systémique de détruire les peuples et de les réduire en esclavage moderne) de détruire à la fois l’Amérique et l’occident doit être immédiatement opposée et stoppée.

Une majorité croissante d’Américains désapprouve la performance de Biden comme président dans sa fonction usurpée et ce encore plus que tout autre président de l’histoire moderne des Etats-Unis et des 78 années de sondage présidentiel. […] Les trois branches du gouvernement, l’exécutif, le législatif et le judiciaire ont systématiquement laissé en plan le peuple américain en violant de manière répétitive la constitution des Etats-Unis et ce en parjure évident de leur promesse légale de la servir et de la protéger.

sionisme

Ces trois branches du gouvernement ont commis une haute trahison en détruisant notre nation en commettant des crimes intentionnels mettant en danger à la fois le peuple américain et la population mondiale, qui est la cible d’une extermination par les soi-disantes élites autoproclamées. Nous devons immédiatement invoquer et mettre en place un Nüremberg 2.0 afin de juger en masse la multitude de ces traîtres génocidaires déterminés à imposer sur l’humanité leur agenda diabolique et maintenant connu de dépopulation généralisée de la planète. (NdT : le problème d’un Nüremberg 2.0 est que le procès de Nüremberg n’a condamné que des cadres nazis irrécupérables et qui en savaient trop, les faisant donc taire à tout jamais. Combien de hauts fonctionnaires nazis, de Dr Mengele, sont passés au travers et ont été recyclés dans le système occidental.. et soviétique… au cours de “l’opération trombone” qui vit les anglo-saxons protéger des cadres du savoir-faire nazi pour mieux les utiliser, un des exemples ayant des répercussion jusqu’à aujourd’hui, étant les chef nazis ukrainiens Bandera et consorts, recyclés par les services et échappant à la potence alors qu’ils étaient des criminels de guerre prouvés… Si le système reste en place, un Nüremberg 2.0 aura les mêmes effets, mais aujourd’hui, un tel procès ne peut avoir lieu : la corruption à tous les étages fait son office…)

L’assassinant de JFK, le président qui avait promis de “briser la CIA en mille morceaux”, de réduire le pouvoir de la FED et de mettre un terme à une déjà longue et coûteuse guerre du Vietnam, a établi la scène pour la croissance et l’épanouissement de l’état profond depuis ce fatidique 22 novembre 1963 à Dallas, Texas. Chaque président américain depuis n’a été qu’une simple marionnette pour les contrôleurs du système afin de violer la terre et l’humanité au nom des complexes militaro-industriel, chimique et pharmaceutique.

En ce siècle, la cabale criminelle infestée et contrôlée par la mafia khazare internationale a fabriqué son propre Pearl Harbor, 9/11, sacrifice de sang israélo-neoconservateur satanique après lequel s’ensuivit les actions pré-écrites du Patriot act dont le but était et est toujours de priver les Américains de leurs droits constitutionnels, jeu de perdants pour nous avec moins de liberté et moins de sécurité et jeu de gagnants pour les satanistes planqués derrière leur “guerre contre le terrorisme” fabriquée contre le croquemitaine musulman, cet islamiste qu’ils créent, financent et lancent dans leurs fausses guerres par procuration contre des ennemis inventés, venant compléter leur fausse “guerre contre la drogue” détruisant les familles afro-américaines au profit du complexe carcéro-sécuritaire, puis, lorsque cela leur convient, redonnant aux Russes et aux Chinois leur statut d’ennemis dans une guerre froide 2.0 afin de conduire l’humanité à se jeter de la falaise de l’armaguedon avec le compte-à-rebours nucléaire engagé depuis peu.

Maintenant, avec la menace de nuages en forme de champignon en toile de fond, leur cible ennemie aujourd’hui s’étend à une guerre génocidaire contre la totalité de l’espèce humaine au moyen de leur fausse pandémie au SRAS-CoV-2 / COVID19 et les injections mortifères à l’ARNm qui doit voir la fin des souverainetés des nations aux profit de l’agenda du gouvernement de l’ONU via l’OMS qui imposera toujours plus de restrictions et d’urgences sanitaires au travers de toujours plus de fausses pandémies et en déployant un arsenal biologique illimité amenant toujours plus de confinements draconiens, toujours plus d’obligations assassines, avec le déploiement des “villes quart-d’heure intelligentes” dans une grille de contrôle planétaire de surveillance de masse ; le système de “crédit social” à la chinoise gelant les comptes en banques et autres avoirs des dissidents et l’ensemble demandant une carte d’identité numérique et un sceau d’approbation pour avoir accès à un système bancaire sans argent liquide où tout est vu et contrôlé avec la monnaie numérique de la Banque Mondiale, tout cela faisant partie de leur soi-disant “Grande réinitialisation”…

Le rêve édulcoré des globalises est notre pire cauchemar, un de ceux qui n’en finissent jamais, celui d’un contrôle toujours plus affirmée sur des populations élaguées, battues, traumatisées, lobotomisées, composées de groupes d’abrutis, zombifiés, à l’ADN dévoyée, de personnes à la mentalité de ruche, survivants cyborgs contrôlés psychologiquement par l’IA. Ceci est notre pathétique futur luciférien si nous les laissons faire, si nous devenons plus faibles encore, passifs, défaits et ignorants, acceptant notre condition comme “inéluctable”. L’activisme se développe dans un mouvement planétaire de contestation contre cette guerre débâcle en Ukraine, l’inflation des prix, le projet des smart Cities et la mise en esclavage sous tutelle du FEM/Davos, contre la tyrannie technocrate (NdT : ce que nous appelons du terme emprunté au triste sbire globalisé de la cabale Zbigniew Brzezinski : la dictature technotronique, dont la fille sévit toujours dans les médias yankee et intoxiqué les citoyens qui l’écoutent…), contre le génocide, contre cette totale insanité du “wokisme”. Notre ennemi est averti et il ne fait aucun doute qu’il va continuer sa série de faux-drapeaux et lâcher toujours plus d’armes de destruction massive contre nous, mais le momentum d’une résistance croissante et d’une toujours plus forte opposition font mobiliser pour une guerre de longue haleine contre cette pourriture.

NdR71 : Nous demeurons persuadés, plus que jamais, que l’humanité triomphera, elle paiera un lourd tribut dans les années à venir, mais l’humanité s’émancipera finalement de la pourriture étatico-marchande jusqu’ici dominante et mettra en place une société des sociétés enfin émancipée et humanisée sous la bannière de l’union, de la compassion, de l’amour, de l’entraide et de la complémentarité bien comprise de notre diversité naturelle. Vérité, justice et humanité prévaudront ! Qu’on se le dise !

Joachim Hagopian est sorti de West Point (équivalent de St Cyr), ancien officier de l’armée américaine et auteur du livre “Don’t Let the Bastards Getcha Down,” mettant au grand jour un système de commandement militaire totalement pourri et décadent fondé sur le carriérisme et la pyramide de séniorité n’ayant rien à voir avec le mérite, qui de manière invariable fait sortir les meilleurs et les plus intelligents ne laissant dans le système que les médiocres et les suiveurs d’ordre qui montent l’échelle hiérarchique pour finir en généraux-politiciens et bureaucrates faits et conçus pour perdre toute guerre moderne dans laquelle les Etats-Unis s’impliquent et mise en place par les “élites” politico-banquières. Après l’armée, Joachim a obtenu un Masters en psychologie clinique et a travaillé pendant plus de 25 ans comme psychologue certifié thérapeute dans le monde de la santé mentale avec des jeunes et adolescents abusés.
NdT : deux des camarades de promotion de Hagopian à West Point sont maintenant des généraux dans l’armée américaine.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

ukraine_khazarie

mazi_de_lannee
non, non, pas d’antinomie là-dedans… la dure réalité historique !

Entité coloniale sioniste : Un quart des colons désirent émigrer présageant de l’effondrement intérieur logique d’un système criminel mafieux (Al Manar)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 15 mars 2023 by Résistance 71

fratrie

Chiffre israélien alarmant : un quart désirent émigrer

Al Manar

15 mars 2023

Url de l’article original : https://french.almanar.com.lb/2573155

Plus du quart des juifs israéliens envisagent de quitter la Palestine occupée, près des deux tiers sont préccupés par la situation sécuritaire, et la majorité voudrait le départ du ministre de la Sécurité nationale dont les mesures menacent de faire éclater une 3ème intifada de la part des Palestiniens. Des chiffres qui illustrent l’état de la société israélienne sur fond de mises en garde sur l’effondrement interne de l’entité sioniste, près de 8 décennies après sa création.

Un quart envisage de partir 

Sur les 7 millions et 106 mille habitants juifs israéliens, plus de deux millions de personnes envisagent de quitter la Palestine occupée, conseillent à leurs enfants de le faire, ou ont entrepris ses préparatifs en réclamant un passeport étranger.
Ces chiffres rendus public dans le cadre d’un sondage réalisé par l’Israel democratic institut illustrent l’état de pessimisme sur fond de scissions au sein de la société israélienne depuis l’avènement du nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahu, formée d’une coalition entre le Likoud et des partis d’extrême droite et religieux ultra orthodoxes et sa décision amplement contestée d’introduire une réforme judiciaire.
Selon le sondage, 43% des Israéliens jugent cette réforme plutôt mauvaise ou très mauvaise.

Le sondage précise que le taux de ceux qui veulent émigrer est le plus élevé parmi les partis du centre-gauche, beaucoup plus que parmi les partis de droite et les haridims.

37% seulement optimistes sur la situation sécuritaire

Interrogés sur les raisons de cette décision, les sondés avouent être préoccupés par la situation sécuritaire qui connait une dégradation importante aussi bien dans les territoires palestiniens occupés de 1948 que ceux de 1967.
Seulement 37% sont optimistes concernant la situation sécuritaire. Les autres le sont nettement moins. Ils étaient 46% à le croire le mois de janvier dernier.
Selon i24, cette situation rappelle celle qui avait prévalu après la seconde guerre du Liban, en 2006.

Autre chiffre jugé inquiétant pour les Israéliens est celui des juifs français qui émigrent en « Israël ». Il est en baisse de 42% , indique le quotidien israélien Israel Hayom. Sachant que les juifs français ont été pendant longtemps ceux qui effectuaient le plus leur aliya.

Ben Gvir fait peur aux Israéliens

L’une de causes de cette humeur moribonde est aussi le comportement du ministre de la Sécurité nationale Itamar ben Gvir qui fait de plus en plus peur aux Israéliens comme le montre bien un autre sondage réalisé par la chaine de télévision israélienne Channel 13. Selon lui, une majorité d’Israéliens souhaitent que le Premier ministre le limoge.

Depuis sa désignation, la scène israélo-palestinienne est le théâtre d’une escalade des violences considérable, en raison surtout de ses décisions répressives d’une agressivité accrue contre les Palestiniens. Il a décrété de nouvelles lois contre les détenus palestiniens provoquant une intifada dans les centres de détention israélien qui en est son 29eme jour.
Il réclame une loi pour ôter la nationalité israélienne des familles des auteurs palestiniens des opérations de résistance.
Depuis sa désignation, le rythme des destructions des maisons des Jérusalémites a augmenté.

Et il envisage aussi pour le mois de Ramadan une mesure qui risque de faire exploser la situation : l’interdiction aux Palestiniens de se rendre à la mosquée d’al-Aqsa pendant la troisième semaine de ce mois-ci, afin laisser la voie libre aux colons israéliens pendant les fêtes de Pâques juives. Une mesure réclamée par les groupuscules du temple.

Interrogé par la télévision al-Manar, l’expert des questions israéliennes D. Jamal Amro a mis en garde contre l’éclatement d’une 3eme intifada au cas où cette mesure est exécutée. Estimant que ben Gfir marche sur les pas d’Ariel Sharon en l’an 2000.

Le commissaire de la Police israélienne Kubi Shaptaï a pour sa part qualifié son attitude de « destructrice pour son appareil », a rapporté la radio israélienne.
Un ancien commissaire, Shlomo  Ahorenski l’a décrit comme « celui qui marche avec une boite d’essence et des allumettes, brûlant tous les recoins et qui va surement provoquer une 3eme intifada pendant laquelle il y aura des morts et des tués.

La semaine passée, Ben Gvir avait démis un commissaire de police dans la région de Tel Aviv mais la conseillère juridique l’a restituée.
Le ministre accuse les officiers de police de ne pas exécuter ses ordres concernant ceux qui avaient protesté contre la réforme juridique.
Au sein de la police israélienne, la fronde se fait de plus en plus grande contre Ben Gvir.

= = =

FPLP3

Notre traduction de Paulo Freire « La pédagogie des opprimés » traduit en arabe et disponible en format livre PDF gratuit (Résistance 71)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , on 10 mars 2023 by Résistance 71

PF_PDO

La pédagogie des opprimés de Paulo Freire en arabe

علم أصول المظلومين من باولو فريري بالعربية

En 2018, nous avons retraduit totalement et publié en français et pour la première fois depuis 1982, le livre phare du grand éducateur critique brésilien Paulo Freire “La pédagogie des opprimés” (1970). Le livre fut mis sous format PDF pour diffusion gratuite sur la toile.

En 2021, la maison de publication tunisienne Horizon nous contacta pour nous demander s’ils pouvaient utiliser notre traduction française de l’ouvrage comme référence pour le traduire pour la première fois en langue arabe. Nous avons accepté, toujours dans le schéma de la gratuité.

En octobre 2022, la traduction en arabe par Mohamed Al-Tayeb et Samira Ghamini fut achevée et le livre publié pour diffusion dans le monde arabophone.

Nous avons le plaisir de vous en proposer la version PDF gratuitement.

Bonne lecture !

ي عام 2018 ، قمنا بترجمة ونشر اللغة الفرنسية بالكامل وللمرة الأولى منذ عام 1982 ، الكتاب الرائد للمعلم الناقد البرازيلي العظيم باولو فريري “ علم أصول المظلومين ” ( 1970 ). تم وضع الكتاب بتنسيق PDF للتوزيع المجاني على القماش.

في عام 2021 ، اتصلت بنا دار النشر التونسية Horizon للسؤال عما إذا كان بإمكانهم استخدام الترجمة الفرنسية للعمل كأساس لترجمتها لأول مرة إلى العربية. قبلنا ، لا يزال في المخطط المجاني.

في أكتوبر 2022 ، تم الانتهاء من الترجمة العربية لمحمد الطيب وسميرة غميني ونشر الكتاب للتوزيع في العالم الناطق بالعربية.

يسعدنا أن نقدم لك إصدار PDF مجانًا.

قراءة جيدة ! 

La_pedagogie_des-opprimes_arabe
Livre PDF

Résistance 71

Le 10 mars 2023

PF_pedagogie_liberation
Retrouvez Paulo Freire et ses écrits dans la page qui lui est dédiée sur Résistance 71

Yankland complice de la corruption au Liban (H. Nasrallah)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 10 mars 2023 by Résistance 71

HN_messageJan23

Hassan Nasrallah : Les USA complices de la corruption au Liban. Pas question de nous soumettre

Al Manar

10 mars 2023

Url de l’article original : https://french.almanar.com.lb/2570394

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a appelé à la nécessité d’avoir un esprit d’espoir en ces temps difficiles.

Sayed Nasrallah a critiqué les États-Unis et a exhorté les Libanais à trouver des solutions au lieu de céder aux pressions internationales, et ce lors d’un discours le jeudi 10 mars à l’occasion du 30e anniversaire de la fondation de l’Institution islamique pour l’éducation – Écoles Al-Mahdi (S).

« Bien que la corruption soit un problème causé par des Libanais, les USA sont complices dans cette corruption en empêchant les dépôts, les prêts et les investissements d’entrer au Liban ».

Sayed Nasrallah a réitéré que « le Hezbollah ne se pliera pas à ces pressions », tout en insistant sur « la nécessité qu’il y ait une coopération et de courage pour trouver des solutions à la crise économique et politique à laquelle fait face le Liban ».

« Face à ce désespoir, l’arme de la résistance constitue l’espoir et la foi en Dieu ainsi que la détermination à affronter et à résister face à l’ennemi israélien », a renchéri le numéro un du Hezbollah.

« C’est grâce à cet espoir et cette foi, nous avons pu remporter la victoire et libérer la terre », a-t-il souligné.

Sayed Nasrallah a en outre noté que Dieu a fourni à l’humanité deux sauveurs importants, à savoir Jésus-Christ et l’Imam Mahdi (12ème imam descendant du prophète Mohammad ‘S’).

« Dans la situation actuelle au Liban, où la crise économique et la situation politique provoquent le désespoir et la frustration du peuple, nous devons nous accrocher à l’espoir et à la foi en Dieu, et oeuvrer pour affronter et résister face aux défis et aux difficultés auxquels nous sommes confrontés ».

« Lorsque les Israéliens ont occupé le Liban, ils visaient à répandre un esprit de désespoir sur fond de crises politiques et sociales, afin de frayer le chemin à l’acceptation de l’occupation sans dignité, souveraineté et honneur… Or la résistance, attachée à l’espoir, a poursuivi sa lutte contre l’ennemi israélien, et y a résisté en 2006 ».

« Dans le passé, les occupants avaient eu recours aux meurtres, aux massacres, aux déplacements forcés et à la démolition des maisons pour renforcer l’esprit de désespoir parmi le peuple libanais », a-t- il rappelé.

Sayed Nasrallah a cité exemple du massacre de Bir al-Abed, où plus de 75 martyrs, dont une majorité de femmes et d’enfants, ont perdu la vie. Il a souligné que « les USA étaient derrière cet attentat à la voiture piégée qui visait à semer la terreur et le désespoir. En plus de l’implication de certains individus revendiquant aujourd’hui la ‘souveraineté’ du Liban ».

Rappelons que le 8 mars 1985, les services de renseignement américains et leurs alliés visaient l’ayatollah Sayed Mohammad Hussein Fadlallah, qui était décrit comme le chef spirituel du Hezbollah au début des années 80.

Sayed Nasrallah a souligné que « le but de ces agressions est de semer la terreur et le désespoir dans le cœur des gens. Il a déclaré que les menaces de mort, la guerre militaire et la famine ne nous intimidaient pas ».

« Nous refusons de nous rendre, de nous soumettre ou d’abandonner parce que le désespoir mène à la reddition, et nous ne permettrons pas que cela se produise ».

= = =

Le livre à lire pour comprendre la situation au Moyen-Orient depuis la fin de la seconde guerre mondiale : “Hezbollah, son histoire de l’intérieur”, Naïm Qassem, à lire et diffuser sans modération, vous ne regarderez plus la propagande occidentale sur le Moyen-Orient de la même manière après la lecture de ce livre.

Resistance71_slogan

La marche accélérée vers l’annihilation planétaire, les jeux sont-ils faits ? (Dominique Muselet)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 4 mars 2023 by Résistance 71

ApocalypseNow1

« La machine de l’État est oppressive par sa nature même, ses rouages ne peuvent fonctionner sans broyer les citoyens, aucune bonne volonté ne peut en faire un instrument du bien public ; on ne peut l’empêcher d’opprimer qu’en le brisant. »
~ Simone Weil ~

Seuls des fanatiques sont capables de ne pas donner de valeur à leur propre existence à moins qu’elle ne serve la cause collective ; réagir contre la subordination de l’individu au collectif implique qu’on commence par refuser de subordonner sa propre destinée au cours de l’histoire. Afin de se résoudre à faire un tel effort d’analyse critique, tout ce dont on a besoin est de réaliser que ce qui permet d’échapper à la contagion de la folie et de l’excitation collectives est de réaffirmer de soi-même, par dessus la tête de l’idole sociale, le pacte originel entre l’esprit et l’univers.
~ Simone Weil ~

“La guerre est un racket.” (Général Smedley Butler, USMC)

Les jeux sont faits ! La troisième guerre mondiale est déclarée

Dominique Muselet

28 février 2023

Source : https://www.mondialisation.ca/les-jeux-sont-faits/5675537

Selon l’Internaute l’expression, « les jeux sont faits« , est récente (début du 20e siècle) et « elle puiserait ses origines dans les jeux de hasard et notamment dans le jeu de la roulette où le croupier indique que « les jeux sont faits » lorsqu’il n’est plus possible de miser. On peut la rapprocher du célèbre « Alea jacta est » ».

J’avais d’abord pensé mettre en titre le prestigieux « Alea jacta est » (le sort en est jeté), prononcé par César en franchissant d’un pas décidé le Rubicon, mais ce n’était pas possible car là, chez nous, en Occident, il n’y a pas de César décidé, il n’y a, aux manettes, que des psychopathes dominés par des passions tristes comme la haine, la cupidité, l’arrivisme, l’hubris.

La formule « le vin est tiré » me plaisait bien aussi. Après tout la France est connue pour être une terre de tradition vinicole qui offre une large variété de vins prestigieux plus gouleyants les uns que les autres, mais ce n’était pas possible car là, chez nous, en France, il n’y a plus de tradition, ni de variété, ni de prestige, et il n’y aura bientôt plus rien à boire ni à manger vu que les Américains se seront accaparé toutes nos terres et nos productions comme ils ont accaparé celles de l’Ukraine, ce qui fait que la seconde partie de l’expression « il faut le boire » avec un bon fromage de préférence, sonne comme une provocation.

Toutes ces expressions expriment l’idée que les choses ont pris un tour irréversible, mais, en plus, « les jeux sont faits« , « les dés sont jetés« , qui évoquent les jeux de hasard et d’argent, dénient clairement à la volonté humaine toute part dans le cours des évènements. Dans la vision polarisée occidentale, il n’y a rien entre la soumission des hommes à leur destin et la liberté triomphante du surhomme qui crée « sa propre réalité » comme dit Bush. « Le manichéisme serait même la nouvelle idéologie libérale. La guerre en Ukraine serait une sorte de bataille entre la lumière et les forces des ténèbres », selon Alistair Crooke. C’est sans doute pour cela que nous les surhommes, pardon surfemmes, qui avons été nourris au lait de l’exceptionnalisme américain, n’avons qu’une seule ambition : réduire les autres, tous les autres, en esclavage. 

Les Anciens étaient plus nuancés. Dans la tragédie antique, « les hommes sont les jouets des dieux, mais ils sont aussi des héros dans la façon dont ils succombent au Destin qui leur est assigné… » Et « je dirais même plus » – c’est sûrement le savoureux sketch Tintin à Rungis de Naïm sur l’époustouflante prestation de Macron à Rungis, prélude à son époustouflante prestation au Salon de l’agriculture qui a rappelé à ma mémoire ce célèbre tic des Dupond et Dupont – c’est dans la mesure où ils restent fidèles à eux-mêmes, à leur idée de bien, du beau, du juste et de la vérité qu’ils peuvent, malgré leurs déterminismes, devenir des héros. J’ai déjà parlé des héros grecs dans d’autres articles. Mais il s’en lève maintenant aussi chez nous, alors que les puissants occidentaux resserrent la vis sur des populations qui les haïssent. 

OTAN_marionnette

 

La guerre de l’OTAN contre la Russie et la Chine était inéluctable

La différence entre le destin des Anciens, le Karma des bouddhistes et notre déterminisme, c’est uniquement une différence d’approche de l’existence, spirituelle pour les uns, philosophique ou matérialiste pour les autres, mais dans tous les cas, la conclusion est la même : l’univers et tout ce qu’il contient est régi par des lois qui nous dépassent à tel point qu’il nous est impossible de les comprendre et de les contrôler. Il est donc tout aussi impossible de prévoir avec certitude le résultat de nos actions. 

Que faire alors ? Eh bien, faire la volonté de Dieu diraient les croyants, faire de notre mieux diraient les autres, puis lâcher prise et faire confiance à la providence, à dieu, à la vie pour que le résultat soit honorable. Faire de son mieux, en effet, ne garantit pas du tout le résultat, car nous ne nous connaissons pas plus que nous ne connaissons l’univers et, moins nous nous connaissons, plus nous sommes esclaves de nos passions-pulsions-habitudes-déterminismes-préjugés-émotions-etc. Et même si nous sommes parvenus, par la connaissance de soi, à un certain contrôle de nous-mêmes qui nous permet de garder l’esprit clair et de ne pas se laisser emporter par la folie ambiante, il y a des logiques, des enchaînements de cause à d’effet, auxquels on ne peut pas échapper. 

Par exemple un banquier a une logique de banquier comme le note Bruno Bertez : 

« L. Blankfein, PDG de Goldman Sachs a dit : « Je ne suis qu’un banquier qui accomplis l’œuvre de dieu (God’s Work) ». Il voulait dire qu’il accomplissait la logique du système du pognon. » Il est vrai que l’argent est notre nouveau dieu…

On s’étonne souvent que les gens changent en changeant de condition. Les gens ne comprennent pas qu’Olivier Dussopt, qui est né dans une famille ouvrière veuille maintenant imposer deux ans de travail de plus à ses anciens camarades ouvriers. C’est pourtant bien normal, en passant dans le camp de Macron, il a adopté la logique du camp de Macron. Il passe du camp des opprimés au camp des oppresseurs. Tout le monde comprend qu’il ne peut pas garder la même logique.

Les individus ont des logiques internes différentes selon leur appartenance à une classe, une religion, un peuple, une époque, et ne peuvent pas y échapper, sauf rares exceptions. Patrick Reymond cite Chris Hedges :

« Nous vivons maintenant dans un pays où les médecins détruisent la santé, les avocats détruisent la justice, les universités détruisent le savoir, les gouvernements détruisent la liberté, la presse détruit l’information, la religion détruit la morale, et nos banques détruisent l’économie » et note que Chris Hedges « reprend simplement des propos plus anciens, ceux d’Ivan Illitch ». 

C’est vrai qu’Ivan Illitch était un sacré visionnaire. Il n’aurait pas été surpris, s’il avait été encore en vie, par le projet fou d’éradiquer un virus, qui a conduit les pays (sauf une bonne partie des Africains) à la folie liberticide et meurtrière et qui a complètement discrédité le monde scientifique et médical, lui qui avait écrit, il y a 25 ans : 

« Dans les pays développés, l’obsession de la santé parfaite est devenue un facteur pathogène prédominant. » 

Dans tous les domaines, il y a des visionnaires du même calibre mais je ne les qualifierais pas de héros, car, même s’ils ont certainement subi des critiques, ils n’ont pas eu à choisir entre l’honneur et la mort sociale comme des opposants au Covidisme et à l’Ukrainisme ont dû et doivent toujours le faire.  

Les systèmes, les civilisations, les peuples, les états aussi ont une logique interne, des aspirations, des besoins auxquels ils ne peuvent pas échapper. 

PK_GL_Etat_Terroriste

Les États-Unis ont pris l’habitude de vivre, comme des cigales, aux dépens des autres peuples grâce au dollar, au pillage et aux valeurs progressistes. Les milliardaires qui ont pris le pouvoir en Occident comme le note, entre autres, Mike Whitney, ne veulent pas perdre les avantages que leur procure la position hégémonique des Etats-Unis. Pour maintenir leur hégémonie, les États-Unis ne connaissent qu’une seule méthode : la force. C’est dans leurs gènes. Et quand la force ne marche pas, ils rajoutent plus de force. Pour changer cela il faudrait soit des siècles soit un grand choc.

La Russie et la Chine telles des fourmis industrieuses, habiles et prévoyantes, sont désormais en mesure d’opposer un niet officiel et définitif à l’empire du chaos, du mensonge, du pillage et des valeurs inversées. Ces deux pays n’aiment pas la guerre, ils préfèrent le commerce et la paix, mais le seul choix que l’Empire leur laisse, c’est se soumettre ou se battre. Ils se battront donc. C’est fait pour la Russie. C’est imminent pour la Chine. Le Rapport sur l’hégémonie des États-Unis et ses dangers est, comme l’explique Pepe Escobar, la version chinoise de la déclaration de guerre : 

« Cette énumération cinglante de toutes les folies meurtrières de l’hégémon, depuis des décennies, constitue un point de non-retour pour la diplomatie chinoise de marque, jusqu’ici caractérisée par la passivité, l’ambivalence, la retenue réelle et la politesse extrême.

« Il s’agit en fait d’une proclamation morale, philosophique et politique justifiant une guerre d’une grande gravité, ce qui dans l’univers chinois signifie une guerre ordonnée par une Puissance Supérieure capable de restaurer la Justice et l’Harmonie dans un Univers altéré. »

On assiste à un alignement de planètes. La Russie a enfin compris « que le pivot de la Russie vers l’Est, vers le soleil levant, désormais irréversible, était la seule voie logique », et il « était prévisible que, tôt ou tard, les héritiers de la civilisation chinoise en auraient assez – et se rallieraient à l’analyse de Poutine, pour qui l’hégémon est la première source de chaos, d’inégalité et de guerre sur la planète. 

« Pour le dire crûment, dans un langage de rue, au diable ces conneries américaines d’hégémonie justifiée par la « destinée manifeste ».

« Alors nous y voilà. Vous voulez une guerre hybride ? La voilà ! »

La guerre est inéluctable. L’Occident va la perdre et la Russie et le Chine érigeront le monde multipolaire que 85% de la planète appelle de ses vœux. L’Occident va la perdre, mais rien ne l’empêchera de la faire, car c’est tout simplement dans sa logique de fonctionnement. Les États-Unis ne connaissent rien d’autre et l’Europe ne compte pas. Souvenez-vous, c’est pour ça que John F. Kennedy a été assassiné le 22 novembre 1963, peu après son discours d’ouverture à l’American University de Washington DC, le 10 juin 1963, qui portait sur :

« Le sujet le plus important sur terre : la paix mondiale. De quel genre de paix est-ce que je parle ? Quel genre de paix recherchons-nous ? Pas une Pax Americana imposée au monde par les armes de guerre américaines. Pas la paix de la tombe ou la sécurité de l’esclave. Je parle de paix véritable, le genre de paix qui rend la vie sur terre digne d’être vécue, celle qui permet aux hommes et aux nations de grandir, d’espérer et de construire une vie meilleure pour leurs enfants – pas seulement la paix pour les Américains, mais la paix pour tous les hommes et toutes les femmes – pas seulement la paix à notre époque, mais la paix pour toujours ».

C’est pour ça aussi que Jaurès a été assassiné le 31 juillet 1914. Le complexe militaro-industriel et tous ceux qui ont intérêt à la guerre n’aiment pas les pacifistes.

Ucaine
L’Europe dans le piège…

Et l’Europe là-dedans ? 

Dans un article du 27 février 2023 intitulé « « Zeitenwende! », le tournant militariste d’une Europe disparue », Karine Bechet-Golovko nous donne la réponse, et elle n’est pas gaie : 

« L’on pourrait penser que l’Europe est passée en un an d’un extrême à l’autre : de la vie rose des Bisounours, vivant dans une vision maladive de la « paix », à l’annonce du passage à l’économie de guerre et au réarmement accéléré. Il n’y a aucune contradiction, cette paix artificielle était alimentée par les sédatifs de l’OTAN et la domination américaine. Désormais, le patient est prêt, il peut aller se battre non pas pour défendre l’intérêt national de la France, qui lui mériterait d’être défendu, mais l’intérêt supérieur de la domination globaliste. Et cela passe par une confrontation en Ukraine.

« La question, qui se pose dans ces cas-là, est toujours la même : à qui profite le crime ? Aux États-Unis, dans leur dimension de centre atlantiste. L’Ukraine a été poussée à faire la guerre au Monde russe, afin d’entraîner l’Europe dans ce conflit, de l’affaiblir en la détachant de la Russie, en brisant l’équilibre du Continent européen et en poussant la Russie à la confrontation, ce à quoi elle se refusait désespérément.

« Comme on peut le lire dans le NYT ce matin, l’Europe, qui avait de bonnes relations, pragmatiques, avec la Russie c’est fini. Le commerce et l’énergie en Europe, c’est fini. La paix, la vie facile et tranquille, c’est fini. Et cela fait manifestement le bonheur du pouvoir globaliste, qui est arrivé à sa fin en Europe, en la dominant totalement. »

Les enfants des Ukrainiens vont tous y passer, puis ceux des Polonais, et après ce sera les nôtres… Tout ça au profit des États-Unis… Faut-il qu’on les aime !

Conclusion

A mon sens les jeux sont faits… La Chine s’apprête à rejoindre la Russie dans le conflit contre l’Occident collectif, et le monde va être coupé en deux, aussi irrémédiablement que pendant la guerre froide, mais en proportion inverse. Nous, en France et en Europe, nous allons passer un sale quart d’heure sous la férule des néocons étasuniens et de leur Kapo, l’UE, qui sont en train de nous enfermer dans une dictature qui se durcira au fil de la décadence étasunienne. Nous avons échappé aux Nazis allemands grâce principalement à de Gaulle et à la Russie, mais nous n’échapperons pas aux néocons US/UE/OTAN. 

Il faut mieux, pour protéger sa santé mentale, lâcher prise et prendre du recul. S’acharner à vouloir moraliser/changer/corriger le système occidental est vain. Il n’est plus maîtrisable. Le capitalisme s’effondre comme l’avait prédit Marx sous le poids de ses contradictions, mais l’humanité ne disparaîtra pas et elle sera meilleure une fois libérée de ce cancer, au moins dans les premiers temps de sa libération. Il faut donc à mon sens, s’occuper surtout de nous-mêmes et de ceux qui nous entourent, comme on ferait dans un naufrage. Ce n’est pas pour rien que le Titanic est dans tous les esprits…

Quant aux organisations internationales, on continuera, sans doute, dans l’Occident que dirige d’une main de fer des élites aveuglées par l’arrogance, l’ignorance, la lâcheté et la cupidité, de les appeler internationales, même alors que les 85% du reste du monde en auront créé d’autres (c’est déjà commencé avec les BRICS, etc.)

La civilisation occidentale est devenue monstrueuse sous l’égide anglo-saxonne et personne ne la regrettera, même pas la Caste qui aura quitté le navire bien avant qu’il ne sombre tout à fait.

chine_NOM

NdR71 : Bonne analyse certes de Dominique Muselet, mais nous nous devons ici d’y mettre notre note d’analyse : nous pensons de longue date qu’historiquement, depuis les guerres de l’opium, la Chine est inféodée à la City de Londres (puis de sa succursale de Wall Street). La Chine fait partie du système du Nouvel Ordre Mondial mis en place, louée par le couple Rockefeller/Kissinger dès 1971 pour sa maîtrise du contrôle du peuple, érigée en modèle de dictature dystopique, la Chine est l’outil des globalistes pour faire muter le système capitaliste qui se meurt en une hydre de la corporatocratie supranationale toute puissante. La Russie diffère en cela qu’elle veut être sur un pied d’égalité, ce qui lui est refusé, elle doit donc être combattue. La Chine servira à contrôler à terme la Russie sous couvert des transactions commerciales et de l’écoulement des matière énergétiques dont la Russie deviendra dépendante envers la Chine si énergivore. La Chine le fera pour le nouvel empire sur le point de sortir de sa chrysalide, le tout est de savoir si ce sera avant ou après la guerre. Dominique Muselet voit la guerre arriver et semble penser qu’elle sera “libératrice”. Nous ne comprenons pas ce mode de pensée. La guerre reste la guerre, un racket pour le profit toujours de quelqu’un, de toujours les mêmes. La Chine est partie intégrante du Nouvel Ordre Mondial, elle est partie du problème en l’état actuel des choses et en rien de la solution. Une fois de plus on nous mène par le bout du nez, par l’illusion… Si nous les laissons faire, les ordures psychopathes aux manettes iront au bout de la logique systémique implacable, la 3ème guerre mondiale verra des milliards de personnes mourir, ce qui est un des buts et si elle n’est pas encore en cours c’est parce que la pourriture de la caste privilégiée craint quand même une guerre nucléaire qui les verrait disparaître de la surface de la terre pour vivre dans des bunkers sous-terrains pour les 10 000 prochaines années, adieu yachts, îles paradisiaques, hôtels de luxe, paradis fiscaux, jets et îles privés, partouzes aux quatre coins de la planète… C’est ça qui les emmerde et les fait réfléchir… certainement pas le fait qu’ils seront responsables de la mort de plusieurs milliards de personnes. Çà, ça les réjouit au contraire !

en 2015, nous publiions ceci : [Maurice Strong] Mort d’une ordures (2 parties)

Rappelons toujours ce texte on ne peut plus d’actualité jour après jour :

Manifeste_de_linternationale_anarchiste_contre_la_guerre

= = =

autodefense-populaire_chiapas3
¡Ya Basta!

“La division majeure de la société, celle qui fonde toutes les autres, y compris sans doute la division du travail, c’est la nouvelle disposition verticale entre la base et le sommet, c’est la grande coupure politique entre détenteurs de la force, quelle soit guerrière ou religieuse et les assujettis à cette force. La relation politique du pouvoir précède et fonde la relation économique d’exploitation. Avant d’être économique, l’aliénation est POLITIQUE, le pouvoir est avant le travail, l’économique est une dérive du politique, l’émergence de l’État détermine l’apparition des classes.
~ Pierre Clastres ~

“il faut sinon se moquer, en tout cas se méfier des bâtisseurs d’avenir. Surtout quand pour bâtir l’avenir des hommes à naître, ils ont besoin de faire mourir les hommes vivants. L’homme n’est la matière première que de sa propre vie. Je refuse d’obéir.”
~ Jean Giono ~

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

NOM1
Le N.O.M / Great Reset… Tout se prépare depuis 30 ans…

Peuple en arme et autodéfense : les milices populaires dans la révolution sociale espagnole (Edward Conlon)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, syndicalisme et anarchisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 3 mars 2023 by Résistance 71

milicienne_espagne36

“Qu’est-ce que l’État ? C’est le signe achevé de la division dans la société, en tant qu’il est l’organe séparé du pouvoir politique: la société est désormais divisée entre ceux qui exercent le pouvoir et ceux qui le subissent. La société n’est plus un Nous indivisé, une totalité une, mais un corps morcelé, un être social hétérogène… »
~ Pierre Clastres ~

“Les deux grandes questions incontournables de l’anthropologie politique sont:
1- Qu’est-ce que le pouvoir politique, c’est à dire qu’est-ce que la société ?
2- Comment et pourquoi passe t’on du pouvoir politique non-coercitif au pouvoir politique coercitif, c’est à dire qu’est-ce que l’histoire ?”
~ Pierre Clastres, 1974 ~

Les milices dans la guerre civile espagnole

Edward Conlon

Extraits du chapitre 2 de son livre “La guerre civile espagnole, l’anarchisme en action” (1986)

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le gouvernement se retrouva dans une situation particulière lorsque la poussière retomba après le 19 juillet. Alors qu’il demeurait gouvernement, il n’avait aucun moyen d’exercer son autorité. La vaste majorité de l’armée s’était rebellée contre lui. Où la rébellion fut vaincue, l’armée avait été démantelée et les travailleurs étaient maintenant armés. Les syndicats et les organisation de gauche se mirent immédiatement à organiser ces travailleurs armés. Des milices furent formées et elles devinrent des unités de l’armée révolutionnaire. Dix jours après le coup d’état, il y eut 18 000 travailleurs organisés dans les milices de Catalogne. Leur très grande majorité faisaient partie de la CNT (NdT : syndicat anarcho-communiste). Il y avait plus de 150 000 volontaires prêts à se battre à tout moment.

Ce n’était pas une armée ordinaire. Il n’y avait pas d’uniforme (des foulards portés autour du cou indiquaient de quelle organisation un milicien faisait partie), pas d’officiers privilégiés sur les soldats du rang. C’était une armée révolutionnaire qui reflétait les principes révolutionnaires de ceux qui la composaient. La démocratie était en contrôle. L’unité de base était le groupe, généralement composé de dix personnes, qui élisaient un délégué. Dix groupes formaient une centurie, qui elle aussi élisait un délégué. Un certain nombre de centuries formaient une colonne. Il y avait des élections internes et les colonnes rendaient compte aux travailleurs. Les colonnes souvent avaient des anciens officiers et experts en artillerie qui les conseillaient mais ne commandaient pas. Ils n’avaient aucun pouvoir.

Les travailleurs rejoignaient les colonnes sur la base du volontariat. Ils comprenaient la nécessité du combat et de créer une “armée populaire”. Ils acceptaient la discipline non pas parce que cela leur était imposé, mais ils comprenaient le besoin d’agir de manière coordonnée. Les membres des milices acceptaient les ordres parce qu’ils avaient vraiment confiance en ceux qui les donnaient, pas parce qu’ils étaient obligés (NdT : principe du “chef de guerre” amérindiens, qui n’a aucun pouvoir en dehors de la manœuvre militaire…). Ils avaient été élus depuis leurs rangs. Les milices étaient alignés avec différentes organisations qui comprenaient le lien entre la politique révolutionnaire et la guerre. Les milices formées à Barcelone ne perdirent pas de temps pour marcher sur l’Aragon où la capitale, Saragosse, avait été prise par les fascistes. La colonne Durutti, du nom d’un des leaders de la CNT, mena cette marche et graduellement libéra la région village par village. Le but était de libérer Saragosse qui reliait la Catalogne avec la seconde région industrielle, le Pays Basque, qui en plus d’être une source de matière première, possédait une industrie lourde et des usines de fabrication d’armes.

los-amigos_de_durutti1

La colonne Durruti montra la voie du comment combattre le fascisme. Ils avaient compris qu’une guerre civile est une guerre politique, pas seulement un conflit militaire. Alors qu’ils remportaient victoire après victoire, ils encourageaient les paysans de se saisir des terres et de les collectiviser. La colonne fournissait la défense nécessaire afin que ceci puisse se faire. Les paysans se rallièrent à eux. Ils nourrirent les travailleurs-soldats et bon nombre rejoignirent leur force. De fait, Durutti lui-même dû supplier un bon nombre de ne pas rejoindre la colonne afin de ne pas dépeupler les terres arables qui devaient être cultivées et pour que la collectivisation puisse continuer à se faire.

Alors que les milices anarchistes remportaient nombre de succès, du terrain était perdu sur d’autres fronts. Saragosse ne fut pas libérée et une longue ligne de front se développa. Le système de milice en fut blâmé. Les stalinistes dirent que les travailleurs étaient indisciplinés et n’obéissaient pas aux ordres. Ils accusèrent les anarchistes de ne pas vouloir travailler avec les autres pour battre les fascistes.

Bien sûr, tout ceci n’était que non-sens. Les anarchistes appelaient continuellement à un effort de guerre uni et même pour un commandement unifié. Ce qu’ils demandèrent en revanche, fut que le contrôle de l’armée demeure dans la classe travailleuse. Les anarchistes ne pensaient pas que l’établissement d’un commandement unifié veuille dire la restauration du vieux régime militaire et de caste des officiers.

Le problème majeur auquel devaient faire face les milices était le manque d’armes. L’industrie des munitions fut coupée et les ouvriers de Barcelone improvisèrent grandement. Des armes furent fabriquées et transportés au front mais il n’y en avait toujours pas assez. George Orwell (qui combattit avec les  milices P.O.U.M) décrivit la situation des armes sur le front d’Aragon (NdT : où il fut blessé à la gorge par une balle perdue…). L’infanterie “était bien plus mal armée qu’un Officers Training Corps d’école publique anglaise, avec de vieux fusils Mauser qui souvent s’enrayaient après cinq cartouches, environ une mitrailleuse pour 50 hommes (sic) et un pistolet ou revolver pour 30 hommes (sic). Ces armes, si nécessaires dans la guerre de tranchées, n’étaient pas fournies par le gouvernement… Un gouvernement qui envoyait des gamins de 15 ans au front avec des fusils vieux de 40 ans et qui gardaient ses meilleurs soldats et armes les plus modernes à l’arrière, montrant par là sans équivoque, qu’il était plus inquiet de la révolution sociale que des fascistes.

Ô combien avait-il raison ! Une embargo sur les armes fut imposé par la Grande-Bretagne empêchant la vente d’armes des deux côtés, mas pas avant la mi-août. Le gouvernement qui avait 600 millions de dollars en or, aurait pu acheter des armes. Eventuellement, cet or fut envoyé à Moscou en échange d’armes mais lorsqu’elles arrivèrent, il y eut un refus systématique de fournir les zones d’Aragon contrôlées par les anarchistes. Les armes qui arrivèrent, furent mises entre les mains des stalinistes et des centres qu’ils contrôlaient. Un membre du ministère de la guerre se référant aux armes arrivées en septembre commenta : “J’ai remarqué que ces armes ne furent pas données en quantité égale, mais il y avait une préférence marquée pour des unités constituant le 5ème régiment.

Ceci fut contrôlé par les stalinistes. Les usines de munitions catalanes, qui dépendaient du gouvernement central pour leur financement, furent obligées de fournir leur production à qui le gouvernement choisissait. Cette restriction sur les armes fut fondamentale dans la stratégie des stalinistes et de leurs alliés au gouvernement pour briser la puissance et le prestige de la CNT. Les marxistes voulaient diminuer les milices dans leurs efforts de redémarrage de l’armée.

peiuple_en_arme_esp36

Le manque d’armes ne fit pas qu’affecter le front d’Aragon. La ville d’Irun tomba à cause de cette pénurie d’armes. Un journaliste le décrivit comme suit : “Ils (les travailleurs d’Irun) combattirent jusqu’à la dernière cartouche. Quand ils furent à court de munitions, ils balancèrent de la dynamite. Quad ils furent à cours de dynamite, ils se ruèrent à l’assaut à mains nues, tandis qu’un ennemi soixante fois plus fort les massacrait à la baïonnette.” Dans les Asturies, les travailleurs furent contraints d’essayer de prendre Oviedo armés de quelques fusils et de bombes artisanales. Alors que furent demandés quelques avions et pièces d’artillerie, leur demande fut refusée. Là encore, la peur du gouvernement des travailleurs révolutionnaires fut plus grande que celle des fascistes et cela domina les débats et prévalut sur l’objectif de vaincre les fascistes.

C’est un mensonge courant de dire que les milices, supposées être indisciplinées et incontrôlables, furent responsables de l’avancée et gains de terrain de Franco. Tous ceux qui virent les milices en action n’ont eu que louanges pour l’héroïsme dont ils furent les témoins. Le gouvernement a fait un choix tout à fait délibéré, il a choisi de restreindre l’accès aux armes pour les travailleurs révolutionnaires en armes, le gouvernement a décidé que vaincre la révolution sociale était plus important que de vaincre le fascisme.

NdT : ce qui est tristement logique… tout gouvernement va défendre l’État et les institutions, la révolution sociale espagnole a été écrasée à partir de 1937 par l’alliance entre les factions de préservation de l’état-marchand : les fascistes de Franco d’un côté aidés par Mussolini et Hitler et l’URSS de l’autre, marxiste-stalinisme, quelques traîtres anarchistes entrés au gouvernement, et les états européens, dont la France du Front Populaire socialo-marchande ne l’oublions pas, qui ferma ses frontières et n’aida en rien la révolution sociale espagnole en cours et parqua les réfugiés espagnols, anarchistes ou non dans des camps jusqu’à la seconde guerre mondiale. Pourquoi croyez-vous que TOUS se soient ligués contre la société anarchiste organique en mouvement en Espagne ? Parce que cette société nouvelle qui voyait le jour dans les collectifs catalans, aragonais et de Levant, faisait trembler le système étatico-marchand, qui s’en est instinctivement protégée en déployant toutes les énergies en apparence antagonistes pour que tout puisse politiquement et économiquement continuer comme de routine… Une révolution est un changement pour qu’en fait, rien ne change vraiment. Nous n’avons pas besoin de révolution mais d’évolution et la société des sociétés est cette évolution tant attendue pour que se réalise enfin pleinement notre humanité muselée, freinée et étouffée depuis quelques cinq mille ans.

L’état n’est pas quelque chose qui peut être détruit par une révolution, mais il est un conditionnement, une certaine relation entre les êtres humains un mode de comportement humain, nous le détruisons en contractant d’autres relations, en nous comportant différemment.
~ Gustav Landauer ~

“On peut dire qu’il n’y a pas encore eu de révolution dans l’histoire, il ne peut y en avoir qu’une qui serait une révolution définitive. Le mouvement qui semble achever la boucle en entame déjà une nouvelle à l’instant même où le gouvernement se constitue. Les anarchistes, Varlet en tête, ont bien vu que gouvernement et révolution sont incompatibles au sens direct. Il implique contradiction, dit Proudhon, que le gouvernement puisse être jamais révolutionnaire et cela pour la raison toute simple qu’il est gouvernement.’  […] S’il y avait une seule fois révolution, en effet, il n’y aurait plus d’histoire. Il y aurait unité heureuse et mort rassasiée.“
~ Albert Camus ~

-[]-

« Réflexions sur le peuple en arme, la résistance et la rébellion, 3 textes » (PDF)

« Petits précis sur la société et l’État » (Résistance 71)

-[]-

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

EZLN_autodefense1

milicespopulaires36
Aujourd’hui comme hier…
¡Ya Basta!

Palestine occupée : pogroms anti-palestiniens en cours… La résistance au colonialisme sioniste ne lâche rien (Al Manar et Chronique de Palestine)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 2 mars 2023 by Résistance 71

resistance_palestinienne_jenine
Résistance unifiée à Jénine

Pogroms anti-palestiniens sous la supervision des forces d’occupation

Al Manar avec Chronique de Palestine

1er mars 2023

Source : https://french.almanar.com.lb/2564586

Au milieu des assassinats de l’armée israélienne et de la terreur semée par les colons, les Palestiniens se rallient à la résistance armée dans une démonstration de mobilisation de masse spontanée qui n’a pas été vue depuis des décennies.

Le raid sur Naplouse, l’un des plus sanglants de ces derniers mois, visait à assassiner des résistants recherchés de La Tanière des Lions, Muhammad Juneidi et Hussam Isleem. Les forces spéciales israéliennes les ont tués ainsi que leur camarade, Walid Dakhil, cousin de l’un des cofondateurs du groupe.

Quatre autres combattants des groupes de résistance armée des environs de Naplouse ont également été tués dans les combats, ainsi que quatre passants dans la ville (trois hommes âgés et un adolescent).

Naplouse était en deuil, et La Tanière des Lions a lancé un appel demandant à la population de manifester son soutien à minuit, le 23 février :
« Ne désespérez pas et ne cédez pas au chagrin, nous avons besoin de vous tous, comme vous nous y avez habitués… pour descendre dans la rue si vous le pouvez, de sortir sur toutes les grandes places, dans toutes les villes de Cisjordanie, de Jérusalem, de la bande [de Gaza] bien-aimée, et dans tous les camps de réfugiés de la patrie, pour entendre ceux qui ont promis fidélité au sang versé. »

Tout le monde a répondu à l’appel des Lions. De Ramallah à Hébron, à Naplouse et à Jénine, à Bethléem et ses camps, à Tulkarem et à Jéricho, les gens sont sortis par milliers à minuit, dans une manifestation de soutien massif inconnue de toutes les factions politiques palestiniennes.

Ni le Fatah ni aucune autre faction n’a été capable de rassembler ce type de soutien de masse spontané depuis la première Intifada. Il est devenu évident que la légitimité politique ne se trouve pas dans les salles des rendez-vous au sommet ni dans les accords de sécurité, mais qu’elle jaillit du canon d’un fusil lorsqu’il est pointé vers le colonisateur.

En d’autres termes, le Repaire aux Lions a capté l’imagination des Palestiniens d’une manière que les « dirigeants » politiques n’ont pas réussi à faire depuis des décennies. Qui plus est, cette élite a depuis longtemps cessé d’imaginer pouvoir y parvenir.

Pourtant, elle reconnaît son emprise de plus en plus faible sur les cantons de Cisjordanie qu’elle appelle un État, ce qui l’a poussée à participer à une réunion organisée par la Jordanie avec de hauts responsables israéliens à Aqaba le dimanche 27 février.
Annoncé comme visant à « mettre fin à l’effusion de sang », selon le Fatah, le sommet d’Aqaba a été organisé dans le but exprès de calmer la tempête de la résistance palestinienne.

Le même jour où se tenait le sommet, un Palestinien armé non identifié a mené une attaque contre un véhicule de colons dans la ville palestinienne de Huwara, au sud de Naplouse. Deux colons ont été tués, et le Sommet d’Aqaba est mort-né.

Les Palestiniens ont vu dans cette attaque une réplique à l’invasion de Naplouse, tout comme la fusillade de Khairi Alqam à Neve Yaacov, considérée comme une réplique pour le massacre de Jénine il y a plusieurs semaines.

Selon Reuters, l’un des colons tués à Huwara faisait partie de l’armée israélienne, et les deux colons seraient originaires de la colonie israélienne de Har Bracha, située à 8 km du site où ils ont été tués.

Har Bracha est l’une des nombreuses colonies israéliennes notoirement violentes de la région de Naplouse, d’où les colons israéliens lancent régulièrement des attaques contre les Palestiniens.
Et c’est précisément ce que les colons ont fait après la fusillade d’hier à Huwwara.

L’émeute des colons a été largement décrite comme un « pogrom », et ce à juste titre. Les gangs de colons enragés se sont déchaînés à Huwara et dans de nombreuses autres villes de Cisjordanie, brûlant complètement 35 maisons palestiniennes, en endommageant 40 autres, et tuant un Palestinien à Zaatara, Sameh Aqtash, âgé de 37 ans.
Pendant tout ce temps, l’armée israélienne accompagnait les colons en quête de sang, assurant leur sécurité et leur liberté de lyncher et de brûler à leur guise.

Les forces israéliennes ont également imposé un bouclage de la région de Naplouse, l’agence de presse Wafa ayant signalé des bouclages aux postes de contrôle de Huwara, Awarta, la route d’al-Muraba’a, Za’tara et les entrées de Beita.
Lundi 27 février, Wafa a rapporté qu’un colon israélien a tenté d’écraser un groupe de journalistes qui couvraient l’actualité à Huwara.

Le ministre des Finances d’extrême droite, Bezalel Smotrich, qui est maintenant en charge de l’administration civile en Cisjordanie, a apprécié un tweet du chef adjoint du Conseil régional de Samarie qui appelait à « effacer » le village de Huwara (voir le tweet de Edo Konrad du 972), tandis que son compagnon politique et ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, rendait visite à l’avant-poste illégal des colons d’Evyatar lundi – alors qu’il était en cours d’expulsion – jurant d’« écraser nos ennemis » et déclarant que les colons sont dans un état de guerre qui « ne va pas se terminer en un jour ».

En cela, Ben-Gvir a raison. La guerre perpétuelle des sionistes contre les Palestiniens est aussi vieille que le sionisme lui-même, tout comme la résistance palestinienne.

Et alors que nous écrivons ces mots, des rapports nous parviennent sur la mort d’un colon israélien dans une autre opération de la résistance à Jéricho.

Source : MondoWeiss via Chronique de Palestine

= = =

Nos dossiers :
« Palestine occupée »
« Sionisme et colonialisme »

FPLP1

FPLP4FPLP3
Front Populaire de Libération de la Palestine : FPLP
parce que l’oppression sioniste se fait aussi, surtout, sur les enfants…

Réflexions pertinentes et nécessaires sur le peuple en arme et l’autodéfense armée libératrice avec Scott Crow

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 28 février 2023 by Résistance 71

milicespopulaires36

Extraits de la Constitution française du 24 juin 1793 (6 messidor de l’an I):
Article 9. – La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l’oppression de ceux qui gouvernent.
[…]
Article 31. – Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.
Article 33. – La résistance à l’oppression est la conséquence des autres Droits de l’homme.
Article 34. – Il y a oppression contre le corps social lorsqu’un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.
Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Le_Reveil

Imaginons les Gilets Jaunes en armes réorganisant la France des sections non pas dans des défilés stériles sous contrôle à Paris ou ailleurs, mais dans toutes les villages et villes de France sur la base du pouvoir redilué dans le peuple et l’égalité décisionnaire. Tout le pouvoir aux Ronds-Points qui auraient alors la capacité de se défendre physiquement de toute agression extérieure… On ne parle plus de la même chose là, le peuple ne subit plus, n’est plus dépendant ni à la merci de la déshumanisation exploiteuse institutionnalisée… Il est en charge finalement de sa destinée et du renouveau politique dans une société des sociétés organique et humaine.
Ce n’est pas un rêve, cela peut être une réalité, celle de la transformation finale par l’émancipation définitive. Ceci peut et doit devenir notre nouvelle réalité. Elle n’attend que nous et notre pouvoir de dire NON ! au système délétère et mortifère en place pour le remplacer par le NOUS un et organique de nos complémentarités bien comprises.
~ Résistance 71 ~

La communauté de libération, autodéfense armée

Une approche théorique

Scott Crow (American Indian Movement, AIM)

2017

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Février 2023

Notions de défense

Le monde est dans le tumulte depuis des décennies avec toujours plus de crises à venir, de l’écologie à l’économique en passant par l’oppression politique et les guerres. Ces lents désastres vont demander de nouvelles approches et de nouvelles possibilités. Je pense qu’il est temps pour chacun d’entre nous au sein de la société civile de penser sérieusement à la manière dont nous voulons répondre, de manière autonome et collective, sans attendre d’être “sauvés” par ces mêmes gouvernements tous plus réactionnaires les uns que les autres et les entreprises, corporations qui ont produit ces crises [avec l’aide des états] en premier lieu.

Dans cet essai, je vais essayer de faire le portrait de quelques pratiques potentielles, de praxis, de pensées, centrées sur l’utilisation de ce que j’appelle “l’autodéfense armée de libération de communauté”. Ce concept très différent s’inspire des historiques d’autodéfense de communautés comme pratiquée par des groupes variés de gens dans le monde et aussi des principes libérateurs dérivés des traditions anarchiste et anti-autoritaire.

Le concept d’autodéfense armée de communauté est un développement bien distinct de modèles d’organisation populaire politique et sociale et des notions de défense de communauté, qui en leur cœur affirment le droit des peuples opprimés à protéger leurs intérêts “par tous moyens nécessaires”. “[NdT : ce que nous voyons ici à R71 comme le fait évident que tous les peuples sous joug étatico-marchand, sont en état de légitime défense permanent et se doivent d’agir en conséquence…] Ceci inclurait la signature de pétitions et voter d’un côté du spectre d’action à des moyens extra-légaux d’action, d’insurrection ou de rébellion d’un autre côté. Le parti des Black Panther par exemple, s’engageait dans la défense de communautés non seulement via leurs patrouilles armées, mais aussi au moyen de programmes de survie, qui fournissaient des stages de santé et de premiers secours et des écoles gratuites pour les quartiers noirs pauvres qui n’avaient pas ce genre de services. Cet essai est une tentative de réévaluation critique d’autodéfense armée libératrice de communauté : pour réviser les histoires et l’analyse, pour examiner la praxis et amener des leçons vers de futurs engagements ainsi que d’élargir tout en renforçant nos tactiques et nos réponses aux crises.

milicienne_espagne36

Une bonne définition

L’autodéfense armée libératrice de communauté est la pratique collective de groupe de prendre temporairement les armes à des fins d’autodéfense en tant que partie de plus larges engagements d’autonomie collective pour maintenir une éthique libératrice.

Je propose cela comme une idée distincte émergente d’une réévaluation sur des décennies, de l’expérience historique de la lutte armée et des plus larges théories du droit à l’autodéfense.

L’autodéfense, habituellement, décrit des contre-mesures employées par un individu pour protéger la sécurité de sa personne et parfois de sa propriété. Aux Etats-Unis, l’autodéfense n’est pratiquement toujours discutée qu’en termes légaux ayant trait aux “droits” reconnus par les gouvernements ou constitutions et seulement occasionnellement comme droits de l’Homme. En limitant la discussion aux droits attachés aux individus, ce cadre ne considère jamais les intérêts de la communauté, la violence structurelle et l’oppression et les actions collectives. Le discours néglige donc en tant que telle la défense des communautés et spécifiquement laisse en dehors de toute discussion les demandes politiques des peuples de couleur, des femmes, des immigrants et des pauvres.

L’autodéfense des communautés sous quelque forme que ce soit n’est pas définie par des lois mais par une morale fondée sur le besoin de protection et les principes de l’anarchie (que les gens l’appellent comme cela ou non) par lesquels des groupes de gens exercent collectivement leur pouvoir, leur capacité de décider de leur futur et de déterminer comment répondre à des menaces sans dépendre des gouvernements quels qu’ils soient.

En tant que concept, l’autodéfense armée libératrice de communauté tente de prendre en compte des types non reconnus de violence et les limites auxquelles des groupes marginalisés doivent faire face dans leur capacité à déterminer leur propre futur ou de se protéger collectivement. Par exemple en 1973, lorsque l’AIM a pris les armes pour défendre “son peuple” par le moyen de l’occupation des terres de Wounded Knee, ses membres le firent pour attirer l’attention sur les horribles conditions de vie dans les réserves indiennes et la violence à laquelle les communautés devaient faire face à la fois par manque de services de base mais aussi de la part d’escadrons de vigilantes armés. La ville de Wounded Knee ne fut pas elle-même attaquée, mais elle représentait ce que les Nations premières subissaient un peu partout. Le défi politique de l’AIM fut un exemple clair et limpide d’une autodéfense armée de communauté, mais elle ne correspond pas vraiment aux typologies existantes d’autodéfense.

Quelques différences importantes

L’autodéfense armée libératrice de communauté est différente des autres formes armées d’action pour deux raisons majeures. La première est que c’est temporaire mais organisé. Les gens peuvent s’entrainer aux tactiques et à la sécurité avec armes à feu individuellement ou en groupe, mais seront appelés sur un modèle se rapprochant de celui des brigades de pompiers volontaires, seulement quand on en a besoin et en réponse à des circonstances bien spécifiques. La seconde et sûrement la plus importante, le partage du pouvoir et des principes égalitaires sont incorporés dans l’éthique et la culture de groupe bien avant qu’un conflit ne soit même engagé. Ces deux grandes idées la séparent de la plupart des conflits armés.

Par exemple, les milices d’extrême-droite, comme les patrouilles anti-immigrants de la milice Minutemen le long de la frontière américano-mexicaine ou la raciste milice d’Algiers Point qui a opéré dans l’après ouragan Katrina, n’ont rien à voir avec le type d’autodéfense armée de communauté enracinée dans des principes collectifs libérateurs. Ces milices sont construites sur des peurs abstraites et des croyances racistes et une culture machiste dans laquelle le plus fort et la plus grande gueule est leader. Ils sont typiquement organisés sous une hiérarchie militaire sans rendre vraiment compte aux gens de la société civile et des communautés desquelles ils émanent. Ce genre de milices sont par trop similaires aux types de groupes armés contre lesquels les groupes des mouvements de libération ont du se défendre encore et encore.

Ceci dit, l’adoption de tactiques armées dans tout conflit ou situation de péril a toujours le potentiel de transformer des mesures défensives temporaires en hiérarchies militaires permanentes à moins que des efforts conscients pour contrer cette tendance et partager le pouvoir soient maintenus. Une approche libératrice, émancipatrice est nécessaire pour minimiser ou a moins grandement amoindrir ce danger.

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 88

Le peuple en armes : l’exemple zapatiste

Principes proposés

Le composant armé ne doit jamais devenir le centre de l’affaire, autrement nous risquons de devenir une armée sur pieds. Pour éviter cela et pour équilibrer le pouvoir du mieux possible, une analyse libératrice est nécessaire pour façonner ceux qui apprennent à exercer leur pouvoir et ceux qui doivent être responsables de leurs groupes ou communautés. Le cadre libérateur, émancipateur est fondé sur des principes anarchistes d’entraide (coopération), d’action directe (être capable d’agir sans attendre l’approbation ou les ordres des autorités), de solidarité (reconnaître que le bien-être de groupes disparates est inter-relié) et l’autonomie collective autodétermination de la communauté.

Les armes de défense ne doivent être utilisées qu’en ayant pour buts la libération collective et non pas pour saisir le pouvoir de manière permanente, même si leur utilisation peut potentiellement et de manière possible nécessairement, faire escalader les conflits. Dans tous les cas, les armes ne sont pas la première ligne de défense et ne sont prises qu’après que toute autre résolution de conflit ait été épuisée. (NdT : on reconnaît là un grand principe amérindien de gestion de crise et de conflit…)

L’utilisation des armes n’est efficace sur le long terme que si cela fait partie d’un cadre de double pouvoir, c’est à dire la résistance à l’oppression et l’exploitation tout en développant d’autres initiatives vers l’autonomie et la libération comme partie intégrante d’autres efforts d’auto-suffisance et d’autodétermination.

Ceux engagés avec les armes devront avoir le même pouvoir que ceux impliqués dans d’autres formes de défense de la communauté ou dans l’auto-suffisance. Porter les armes doit être vu comme une tache privilégiée, ayant la même importance que l’attention portée aux enfants, produire la nourriture ou collecter les ordures ménagères, rien de plus. Pour maintenir un équilibre du pouvoir, faire une rotation des taches armées et des entrainements parmi ceux qui désirent y participer. Tout entraînement aux armes se doit d’inclure une éthique et des pratiques libératrices dynamiques et évolutives en plus du savoir-faire et de la sécurité. Au sein de toute opération d’entrainement, il devra y avoir une insistance particulière sur la défiance des assomptions au sujet des rapports de classe, de genre, de race afin d’interrompre l’archétype de la culture des armes.

Réflexions et questions pour une théorie

Ces notes ne sont qu’un début. Il y a toujours beaucoup de questions, incluant celles concernant l’organisation, les considérations tactiques, le pouvoir coercitif inhérent aux armes à feu, rendre compte à la communauté qui est défendue et l’élargissement du mouvement social et finalement, espère t’on, le processus de démilitarisation. Par exemple : Est-ce que des engagements défensifs doivent demeurer isolés géographiquement ? Est-ce que les groupes d’affinité sont les meilleures formations de partage de pouvoir et de mobilisation élargie ?

Comment peut-on créer des cultures de soutien à ceux qui s’engagent dans un conflit défensif, spécifiquement en ce qui concerne le droit des peuples opprimés historiquement à se défendre ? A quoi ressemblent ces engagements de soutien ? De plus, il y a un bon nombre de considérations et de questions tactiques  à discuter et à d´´battre pour éviter la réplique de la culture dominante des armes. Comment empêche t’on les armes et l’entrainement aux armes de devenir la préoccupation principale, que ce soit par habitude, culture ou romantisme ?

Il peut y avoir une fin à cette violence insensée pour la domination ou les ressources. Mais si nous voulons transcender la violence sur le long terme, nous aurons peut-être à l’utiliser sur le court terme. Nous devons donc nous posons quelques dures questions au sujet de nos approches et de nos méthodes. Quand l’engagement armé est-il approprié ? Quel aspect voudrions-nous qu’il prenne ? Comment créons-nous des cultures de soutien tacite ou directe et incluons-nous les personnes qui ne s’engageraient jamais d’elles-mêmes dans une autodéfense armée ?

milice_populaire_rojava
Unités de protection populaire au Rojava

Comment allons-nous empêcher que le pouvoir une fois de plus se centralise ? Quand les conséquences deviennent-elles plus néfastes que les bénéfices ? Il n’y a pas de modèles parfaits ; nous allons devoir créer cela ensemble, pas à pas. Nous devons nous surpasser et dépasser nos limites auto-imposées et devons lâcher prise de nos pré-conceptions de ce que la résistance et l’émancipation sont. Lorsque nous le ferons, nous gagnerons la confiance en l’utilisation d’outils potentiellement létaux avec une conscience libératrice, émancipatrice. Cela veut dire que nous devons comprendre que les valeurs du partage du pouvoir et de l’ouverture (NdT : ce que nous appelons la compréhension de notre complémentarité annihilant de fait les antagonismes factices socialement construits pour nous maintenir divisés…) sont toutes aussi importantes que le pouvoir de porter une arme chargée.

Les armes n’offriront jamais la seule réponse à l’exercice et l’équilibre du pouvoir. Nous seuls pouvons le faire, mais les armes peuvent être une dissuasion contre de véritables menaces et peuvent grandement étendre notre boîte à outils pour l’émancipation. L’autodéfense armée de communauté ouvre la possibilité de changer les règles du jeu et de l’engagement. Cela ne rend pas toujours les situations moins violentes, mais cela peut aider à équilibrer l’inégalité de pouvoir parmi les individus et les diverses communautés. Je n’appelle pas à un soulèvement armé général, mais à repenser comment nous défendre. Nous pouvons rêver, nous pouvons construire de nouveaux mondes (NdT : une société des sociétés), mais pour ce faire, nous ne devons pas oublier de résister en nos propres termes.

= = =

Voir nos pages :

“La fin de l’État”

“Paulo Freire, la pédagogie des opprimés”

“Réseau de résistance et de rébellion international”

“Textes fondateurs pour un changement politique”

“Gustav Landauer et la société organique”

Notre dossier sur « Le peuple en armes »

resistance_palestinienne_jenine
Palestine : peuple opprimé en résistance active…

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

chiapas_autodefense2

EZLN_autodefense1
Depuis 1994 : ¡Ya Basta!