Archive for the colonialisme Category

3 janvier 2020-3 janvier 2022, assassinat de Qassem Soleimani : deux ans après son esprit se déploie toujours (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 9 janvier 2022 by Résistance 71

soleimani-mahdi

Commémoration de l’assassinat du grand résistant Qassem Soleimani le 3 janvier 2020 à l’aéroport de Bagdhad par des missiles américains sur ordre de l’ordure impérialiste en chef du moment, le président yankee Donald Trump.
Soleimani était un grand penseur et stratège dont l’héritage et l’esprit perdureront indubitablement dans le temps.
~ Résistance 71 ~

Deux ans après, l’esprit de Soleimani se déploie

Pepe Escobar

6 janvier 2022

Source: https://www.mondialisation.ca/deux-ans-apres-lesprit-de-soleimani-se-deploie/5663890

Il y a deux ans, les années 2020 ont commencé par un meurtre.

Aéroport de Bagdad, 3 janvier, 00h52. L’assassinat du général de division Qassem Soleimani, commandant de la Force Quds du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), et d’Abu Mahdi al-Muhandes, commandant adjoint des forces irakiennes Hashd al-Shaabi, par des missiles AGM-114 Hellfire à guidage laser lancés depuis deux drones américains MQ-9 Reaper, était un acte de guerre.

Cet acte de guerre a donné le ton de la nouvelle décennie et a inspiré mon livre « Raging Twenties : Great Power Politics Meets Techno-Feudalism », publié un an plus tard.

Les frappes de drones à l’aéroport de Bagdad, directement approuvées par le président américain de l’époque, Donald Trump, étaient unilatérales, non provoquées et illégales : un acte impérial conçu comme une provocation brutale capable de déclencher une réaction iranienne qui serait ensuite contrée par la « légitime défense » américaine, présentée comme une « dissuasion ».

Appelez cela une forme perverse de double down, de false flag inversé.

Le barrage narratif impérial l’a présenté comme un « assassinat ciblé » : une opération préventive visant à écraser la planification présumée par Soleimani d’« attaques imminentes » contre des diplomates et des troupes américaines.

Aucune preuve n’a été fournie à l’appui de cette affirmation. Et le premier ministre irakien de l’époque, Adel Abdul-Mahdi, a présenté devant le Parlement le contexte ultime : Soleimani, en mission diplomatique, avait embarqué sur un vol régulier de l’Airbus A320 de Cham Wings entre Damas et Bagdad. Il était impliqué dans des négociations complexes entre Téhéran et Riyad, avec le Premier ministre irakien comme médiateur, et tout cela à la demande du président Trump.

Ainsi, la machine impériale – se moquant comme d’une guigne du droit international – a assassiné un envoyé diplomatique de facto. En fait deux envoyés, car al-Muhandis avait les mêmes qualités pour le commandement que Soleimani – promouvant activement la synergie entre le champ de bataille et la diplomatie – et était absolument irremplaçable en tant qu’articulateur politique clé en Irak.

L’assassinat de Soleimani avait été « encouragé » depuis 2007 par les néo-cons américains – qui ignorent tout de l’histoire, de la culture et de la politique de l’Asie occidentale – et par les lobbies israélien et saoudien. Les administrations Bush Jr. et Obama y avaient résisté, craignant une escalade inévitable. Trump ne pouvait pas voir la situation dans son ensemble et ses ramifications désastreuses lorsqu’il n’avait que des Israéliens de la variété de Jared-of-Arabia Kushner pour lui souffler à l’oreille, en tandem avec son proche ami le prince héritier saoudien Muhammad bin Salman (MbS).

La réponse iranienne mesurée à l’assassinat de Soleimani a été soigneusement calibrée pour éviter une surenchère impériale vengeresse et sans retenue : des frappes de missiles de précision sur la base aérienne d’Ain al-Assad en Irak, contrôlée par les Américains. Le Pentagone a été prévenu à l’avance.

Pourtant, c’est précisément cette réponse mesurée qui a changé la donne. Le message de Téhéran indiquait clairement que l’époque de l’impunité impériale était révolue : nous pouvons frapper vos ressources n’importe où dans le golfe Persique et au-delà, au moment de notre choix.

C’est donc le premier « miracle » que l’esprit de Soleimani a engendré : les frappes de missiles de précision sur Aïn al-Assad représentaient avec éclat une puissance de rang moyen, affaiblie par les sanctions et confrontée à une crise économique/financière massive, qui répondait à une attaque unilatérale en ciblant des actifs impériaux faisant partie de l’Empire aux bases tentaculaire.

C’était une première mondiale, du jamais vu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Et cela a été clairement interprété en Asie de l’Ouest et dans de vastes pans du Sudcomme une percée fatale dans l’armure hégémonique du prestige américain, vieille de plusieurs décennies. »

Évaluer la situation dans son ensemble

Tout le monde, non seulement le long de l’Axe de la Résistance – Téhéran, Bagdad, Damas, Hezbollah – mais aussi à travers le Sud global, sait comment Soleimani a dirigé la lutte contre Daesch en Irak de 2014 à 2015, et comment il a contribué à la reprise de Tikrit en 2015.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dans une interview extraordinaire, soulignait la « grande humilité» de Soleimani, même « avec les gens du peuple, les gens simples ». Nasrallah a raconté une histoire essentielle pour situer le modus operandi de Soleimani dans la guerre réelle – et non fictive – contre le terrorisme, qui mérite encore d’être citée intégralement deux ans après son assassinat :

« À cette époque, Hajj Qassem a voyagé de l’aéroport de Bagdad à celui de Damas, d’où il est venu (directement) à Beyrouth, dans la banlieue sud. Il est arrivé chez moi à minuit. Je me souviens très bien de ce qu’il m’a dit : « A l’aube, tu dois me fournir 120 commandants d’opérations (du Hezbollah) ». J’ai répondu : « Mais Hajj, il est minuit, comment puis-je vous fournir 120 commandants ? » Il m’a dit qu’il n’y avait pas d’autre solution si nous voulions lutter (efficacement) contre Daesch, défendre le peuple irakien, nos lieux saints [5 des 12 imams du chiisme duodécimain ont leurs mausolées en Irak], nos Hawzas [institutions éducatives islamiques], et tout ce qui existait en Irak. Nous n’avions pas le choix. Je n’ai pas besoin de combattants. J’ai besoin de commandants opérationnels [pour superviser les Unités de mobilisation populaire (UMP) irakiennes]. C’est pourquoi dans mon discours [sur l’assassinat de Soleimani], j’ai dit que pendant les quelque 22 années de notre relation avec Hajj Qassem Soleimani, il ne nous avait jamais rien demandé. Il ne nous a jamais demandé quoi que ce soit, pas même pour l’Iran. Oui, il ne nous adressé une requête qu’une seule fois, et c’était pour l’Irak, quand il nous a demandé ces (120) commandants d’opérations. Il est donc resté avec moi, et nous avons commencé à contacter nos frères (du Hezbollah) un par un. Nous avons pu faire venir près de 60 commandants d’opérations, dont certains frères qui étaient sur les lignes de front en Syrie, et que nous avons envoyés à l’aéroport de Damas [pour attendre Soleimani], et d’autres qui étaient au Liban, et que nous avons réveillés de leur sommeil et amenés [immédiatement] de leur maison, car le Hajj a dit qu’il voulait les emmener avec lui dans l’avion qui le ramènerait à Damas après la prière de l’aube. Et effectivement, après avoir prié ensemble la prière de l’aube, ils se sont envolés pour Damas avec lui, et Hajj Qassem a voyagé de Damas à Bagdad avec 50 à 60 commandants du Hezbollah libanais, avec lesquels il est allé sur les lignes de front en Irak. Il a dit qu’il n’avait pas besoin de combattants, car, Dieu merci, il y avait beaucoup de volontaires en Irak. Mais il avait besoin de commandants [aguerris] pour diriger ces combattants, les former, leur transmettre leur expérience et leur expertise, etc. Et il n’est pas parti avant d’avoir reçu ma promesse que dans les deux ou trois jours, je lui aurais envoyé les 60 commandants restants ».

Un ancien commandant sous les ordres de Soleimani que j’ai rencontré en Iran en 2018 nous avait promis, à moi et à mon collègue Sebastiano Caputo, qu’il essaierait d’organiser une interview avec le général de division – qui ne parlait jamais aux médias étrangers. Nous n’avions aucune raison de douter de notre interlocuteur – donc jusqu’à la dernière minute, pour Bagdad, nous faisions partie de cette liste d’attente sélective.

Quant à Abu Mahdi al-Muhandes, tué côte à côte avec Soleimani dans les frappes de drones de Bagdad, j’étais avec la journaliste Sharmine Narwani et un petit groupe qui ont passé un après-midi avec lui dans une maison sécurisée à l’intérieur – et non à l’extérieur – de la zone verte de Bagdad en novembre 2017. Mon rapport complet se trouve ici.

Soleimani a peut-être été une superstar révolutionnaire – beaucoup à travers le Sud global le considèrent comme le Che Guevara de l’Asie occidentale – mais derrière plusieurs couches de mythe, il était surtout un rouage assez articulé d’une machine très articulée.

Des années avant son assassinat, Soleimani avait déjà envisagé une inévitable « normalisation » entre Israël et les monarchies du golfe Persique.

Dans le même temps, il était également très conscient de la position adoptée par la Ligue arabe en 2002 – partagée, entre autres, par l’Irak, la Syrie et le Liban – selon laquelle cette « normalisation » ne peut même pas commencer à être discutée sans un État palestinien indépendant et viable dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Soleimani a vu la situation dans toute l’Asie occidentale, du Caire à Téhéran, du Bosphore au Bab-al-Mandeb. Il avait certainement calculé l’inévitable « normalisation » de la Syrie dans le monde arabe, ainsi que le calendrier suivi par l’Empire du Chaos pour abandonner l’Afghanistan – mais probablement pas l’ampleur de cette retraite humiliante – et la manière dont cela reconfigurerait tous les paris de l’Asie occidentale à l’Asie centrale.

Il n’est pas difficile de voir que Soleimani envisageait déjà ce qui s’est passé le mois dernier. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, s’est rendu à Dubaï et a signé plusieurs accords commerciaux d’une grande portée politique, enterrant en quelque sorte une rivalité viscérale entre sunnites.

Mohammad bin Zayed (MbZ) d’Abu Dhabi semble parier simultanément sur un accord de libre-échange entre Israël et les Émirats et sur une détente avec l’Iran. Son conseiller en matière de sécurité, Sheikh Tahnoon, a rencontré le président iranien Raisi à Téhéran à la mi-décembre et a même discuté du Yémen.

Mais la question clé de toutes ces tractations est la percée d’un couloir de transit terrestre qui permettrait de circuler entre les EAU, l’Iran et la Turquie.

Pendant ce temps, le Qatar – interlocuteur privilégié de la Turquie et de l’Iran – participe au financement des coûts de l’administration de Gaza, dans un équilibre délicat avec Israël qui rappelle un peu le rôle similaire joué par Doha dans les négociations entre les États-Unis et les Taliban.

Ce que Soleimani n’a pas pu accomplir, aux côtés d’al-Muhandes, c’est le traçage d’une voie viable pour l’Irak après l’inévitable retraite impériale – même si leur assassinat a peut-être accéléré le mouvement populaire en faveur de l’expulsion définitive des Américains. L’Irak reste profondément divisé et otage de la petite politique provinciale.

Pourtant, l’esprit de Soleimani persiste lorsqu’il s’agit de l’Axe de la Résistance – Téhéran-Bagdad-Damas-Beyrouth – confronté à une subversion impériale massive, il survit à tous les défis possibles.

L’Iran se consolide de plus en plus comme le nœud clé des nouvelles routes de la soie en Asie du Sud-Ouest : le partenariat stratégique Iran-Chine, stimulé par l’adhésion de Téhéran à l’OCS, sera aussi fort au niveau géoéconomique que géopolitiquement.

Parallèlement, l’Iran, la Russie et la Chine seront tous impliqués dans la reconstruction de la Syrie – avec des projets BRI allant de la voie ferrée Iran-Irak-Syrie-Méditerranée orientale jusqu’au gazoduc Iran-Irak-Syrie (dans un avenir proche), sans doute le facteur clé qui a provoqué la guerre par procuration américaine contre Damas.

Non, les missiles Hellfire ne sont pas les bienvenus.

= = =

Lecture complémentaire:

« Le Hezbollah son histoire de l’intérieur » Naïm Qassem

Gen_QS2

Textes modernes fondamentaux pour sortir de la merdasse totalitaire ambiante… (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 26 décembre 2021 by Résistance 71

Esprit_Cheval_Fou

26 décembre 2021

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Parce qu’il ne fut jamais oublier que… « Nous sommes tous des colonisés ! »

et que comme le disait Howard Zinn: « On ne peut pas être neutre dans un train en marche »

Il est impératif de faire tomber « Les chaînes de l’esclavage » moderne si l’humanité veut aller au delà de la survie… vers la vie, enfin.

Petite piqure de rappel sur « L’histoire du cartel pharmaceutique »

Université, laboratoires, gain de fonction : il court, il court le virus, le virus du bois mesdames…

Meurtre par décret : 1820, USA / 1840 Canada / 2020 France

Le grand timonier de l’apocalypse

Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande

Sortir de l’hypnose

L’art de ne pas être gouverné

1871-2021 : Recherche esprit communard désespérément

La solution à la crise COVID n’est ni scientifique ni médicale mais… POLITIQUE !

ying-yang-coeur-et-raison
Équilibre universel

Noël et / ou Rébellion…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique française with tags , , , , on 25 décembre 2021 by Résistance 71

desproges-par-rien

« La différence entre dieu et le père noël…
C’est que le père noël, il est vrai … »
~ Coluche ~

R71slogan

« Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique » de Robert F. Kennedy Jr (Introduction)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 11 décembre 2021 by Résistance 71

RFK_RealFauci

Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique

Larges extraits

Robert F. Kennedy Jr

Skyhorse Publishing, novembre 2021, 450 pages

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Décembre 2021

La présentation de ce projet de traduction (Résistance 71)

Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12

Introduction

“La première étape est d’abandonner cette illusion que le but principal de la recherche médicale moderne est d’améliorer la santé des Américains de la manière la plus efficace. De notre opinion, le but principal d’une recherche clinique financée commercialement est de maximiser le retour financier sur investissement et non pas la santé publique.”
– John Abramson, Docteur en médecine, Harvard Medical School –

J’ai écrit ce livre pour aider les Américains et les citoyens du monde entier, à comprendre le sous-jacent historique de ce cataclysme sauvage qui a commencé en 2020. En cette singulière annus horribilis, la démocratie libérale s’est effectivement effondrée dans le monde entier. Ces régulateurs gouvernementaux de santé publique, ces éminences des médias sociaux et les entreprises médiatiques sur lesquels des populations idéalistes et naïves se reposaient comme champions de la liberté, de la santé, de la démocratie, des droits civils et sur une politique publique fondée sur la preuve, ont semblé pivoter collectivement dans un assaut à l’unisson contre la libre-parole et les libertés individuelles.

Brutalement, ces institutions de confiance ont semblé agir de concert pour générer la peur, faire la promotion de l’obéissance aveugle, décourager l’esprit critique et canaliser sept milliards de personnes à fonctionner de la même manière, le tout culminant dans des expériences de santé publique de masse avec une nouvelle technologie [l’ARNm], quasiment pas testée et improprement étiquetée, technologie à si haut risque que les fabricants refusèrent de la produire à moins que chaque gouvernement de la planète les protègent de toute forme de responsabilité légale.

Dans les nations occidentales, des citoyens abasourdis ont fait l’expérience de toutes les tactiques bien usitées d’une montée du totalitarisme, propagande de masse et censure, la promotion organisée et orchestrée de la terreur, la manipulation de la science, la suppression du débat contradictoire, la diabolisation du désaccord et de la dissidence et l’utilisation de la force pour prévenir des manifestations. Les objecteurs de conscience qui ont résisté à ces interventions médicales expérimentales, non voulues et à zéro responsabilité, firent face à une campagne de haine, de marginalisation et d’ostracisation savamment orchestrée.

[…]

Au centre de tout ce chaos, les mains en toute confiance sur la barre du navire, se tenait une figure dominante. En tant que visage public de confiance de la réponse du gouvernement des Etats-Unis à la crise COVID, Le Dr Anthony Fauci mit la barre sur ce cap périlleux et vendit le public américain une nouvelle destination pour notre démocratie.

[…]

Mes quarante années de carrière en tant qu’avocat pour l’environnement et la santé publique m’ont permis d’obtenir une compréhension unique des mécanismes de corruption de ce qui est appelé “la capture régulatrice”, ce processus par lequel le régulateur devient lié, phagocyté, par l’industrie qu’il est censé réguler. J’ai passé quatre décennies à attaquer en justice l’Agence de Protection de l’Environnement gouvernementale (APE) et autres agences et exposer et remédier à leur relation amoureuse corrompue qui bien souvent met dans le même lit les régulateurs et les industries pollueuses qu’ils régulent. […] Je pensais tout savoir au sujet de la capture régulatrice et que je m’étais suffisamment abrité derrière une armure de cynisme. J’ai eu tort sur toute la ligne. Dès le moment où je suis rentré, un peu forcé, dans le débat sur les vaccins en 2005, je fus particulièrement étonné de réaliser Ô combien intrusive est l’implication du financement profond entre Big Pharma, le gouvernement et ses agences régulatrices. Tout ce système a mis la capture régulatrice sous stéroïdes ! Le Center for Disease Control (CDC) par exemple, possède 57 brevets de vaccins et dépense 4,9 milliards de dollars sur ses 12 milliards de budget annuel (en 2019) à acheter et distribuer des vaccins. L’Institut National de la Santé Publique (NIH) possède des centaines de brevets de vaccins et fait souvent des bénéfices de la vente de produits qu’il est supposé réguler. Des hauts-fonctionnaires, incluant Fauci reçoivent des dividendes annuels allant jusqu’à 150 000 dollars en paiement de commissions sur des produits qu’ils ont aidés à développer puis ont ensuite accompagné dans le processus de reconnaissance officiel et de validation. La Food & Drug Agency, FDA [agent régulateur des produits alimentaires et des médicaments aux Etats-Unis] reçoit 45% de son budget annuel de l’industrie pharmaceutique, avec ce qui est appelé du doux euphémisme de “primes d’utilisation”. Lorsque j’ai appris ce fait extraordinaire, l’état désastreux de la santé des Américains ne fut plus du tout un mystère. Je me demande bien à quoi ressemblerait l’environnement si l’EPA fédérale recevait 45% de son budget de l’industrie minière du charbon…

[…] Dans ce livre, je traque la montée d’Anthony Fauci depuis le début de sa carrière en tant que jeune chercheur fonctionnaire et médecin jusqu’à sa métamorphose en ce puissant technocrate qui aida à orchestrer et à mettre en action ce coup d’état historique de 2020 contre la démocratie occidentale. J’explore la militarisation et la monétisation méticuleusement planifiées de la médecine qui a laissé la santé publique américaine en bien piteux état et sa démocratie éparpillée aux quatre vents. Je fais la chronique du rôle bien trouble des médias si concentrés en si peu de mains, des barons voleurs de la grosse industrie technologique, des communautés de l’armée et du renseignement et de leurs profondes et anciennes alliances avec Big Pharma et les agences de santé publique. L’histoire bien glauque qui s’en dégage n’a jamais été dite et bon nombre de personnes au sein  du pouvoir ont travaillée d’arrache pied pour empêcher que le public n’ait connaissance de tout cela. Le personnage principal de cette histoire est Anthony Fauci.

[…]

Dr Fauci a encouragé sa propre canonisation et cette inquisition perturbante contre ses critiques vus comme blasphémateurs. Dans un entretien du 9 juin 2021 “je suis l’état”, il affirma que les Américains qui remettent en question ses déclarations étaient des “anti-science” per se. Il expliqua sans sourciller que “toute attaque contre moi, franchement, est une attaque contre la science.” Le sentiment qu’il exprimait alors nous rappelait qu’une confiance aveugle en l’autorité est la fonction d’une religion et non pas de la science. La science, tout comme la démocratie, fleurit du scepticisme envers ses orthodoxies officielles…

[…]

Anthony Fauci ne semble pas avoir considéré que sa mesure sans précédent de mettre en quarantaine les gens sains tuerait bien plus de personnes que le COVID, que cela annihilerait l’économie, plongerait des millions de gens dans la pauvreté et la banqueroute et blesserait à mort la démocratie constitutionnelle dans le monde entier.

[…] Alors que la politique de quarantaine du Dr Fauci se mettait en place dans le monde, quelques 300 millions de personnes tombèrent dans la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la famine. […] D’après Associated Press (AP), durant l’année 2020, 10 000 enfants sont morts chaque mois à cause de malnutrition due aux confinements liés au virus. […] De plus, des traitements différés pour cancers, maladies rénales et diabètes ont tué des centaines de milliers de personnes et créé une véritable épidémie de maladies cardio-vasculaires et de cancers non diagnostiqués.

[…]

Les fermetures des commerces du Dr Fauci ont pulvérisé la classe moyenne américaine et ont mis en place le plus grand transfert d’argent et de richesse du bas vers le haut de toute l’histoire humaine. En 2020, les travailleurs ont perdu 3700 milliards de dollars tandis que les milliardaires eux gagnaient 3900 milliards de dollars. On a compté 493 milliardaires de plus et 8 millions d’Américains en plus sont tombés sous le seuil de pauvreté. Les grands gagnants de la politique Fauci furent les barons voleurs, ces mêmes entreprises qui se sont faites les pom-pom girls du confinement Fauci et de la censure de ses critiques. Big Tech, Big Data, Big Pharma, Big Telecom, Big Finance, Big Medias et tous les titans internet de la Silicon Valley, les Jeff Bezos, Bill Gates, Mark Zuckerberg, Eric Schmidt, Sergey Brin, Larry Page, Larry Ellison et Jack Dorsey.

[…]

Le catastrophique échec du Dr Fauci d’obtenir un résultat bénéfique sur la santé publique durant la crise COVID19 est consistant avec le déclin désastreux de la santé publique aux Etats-Unis durant son demi-siècle de gestion du NIAID. Pour quiconque pensait encore que les bureaucrates publics et fédéraux survivent et sont promus au vu de leurs résultats à améliorer la santé publique (NdT: les doux rêveurs de la “méritocratie”…), la longévité du Dr Fauci au NIAID est un bien triste réveil à la réalité. En tout point, il a échoué de manière consistante sans coup férir.

Le “J.Edgar Hoover de la santé publique” (NdT : référence faite au bien glauque patron du FBI pendant des décennies, entre 1924 et sa mort en 1972…) a présidé au déclin cataclysmique de la santé publique de ce pays, incluant une explosion des maladies chroniques, ce qui a fait de la “génération Fauci”, ces enfants nés après l’arrivée de Fauci à la timonerie du NIAID en 1984, la génération la plus malade de l’histoire des Etats-Unis et a rendu les citoyens américains parmi les moins sains au monde. Sa soumission obséquieuse aux entreprises de Big Agriculture, Big Pharma, et Big Food a laissé nos enfants se noyer dans une infâme soupe toxique de résidus de pesticides, de sirops de maïs, de malbouffe industrielle, tout en servant aussi de coussin à 69 doses obligatoires de vaccins entre la naissance et 18 ans ; aucune d’elles proprement testée pour leur sécurité.

Lorsque le Dr Fauci a pris ses fonctions, l’Amérique était toujours au sommet des populations les plus saines au monde. En août 2021, une étude du Commonwealth Fund a positionné le système de santé des Etats-Unis dernier sur la liste des nations industrialisées, avec le plus haut taux de mortalité infantile et l’espérance de vie la plus basse.

[…]

Sous le leadership du Dr Fauci, les maladies auto-immunes, chroniques et les allergies que le congrès des Etats-Unis a expressément chargé le NIAID de contrôler et de prévenir ont bourgeonné pour affliger quelques 54% des enfants de ce pays, le taux était de 12,8% lorsqu’il prit ses fonctions de patron du NIAID en 1984.

[…]

Quelques 80 maladies auto-immunes, comme le diabète juvénile, l’arthrite rhumatisante, les maladies de Graves et de Crohn, qui étaient pratiquement inconnues avant 1984, sont soudain devenues comme épidémiques depuis sa prise de fonction. L’autisme, que bien des scientifiques considèrent maintenant comme une maladie auto-immune a explosé avec entre 2 et 4 / 10000 Américains touchés par la condition avant que Fauci n’arrive au NIAID, à 1/34 aujourd’hui ! Les maladies neurologiques comme les désordres de l’attention, de la parole, du sommeil, la narcolepsie, les tics faciaux et le syndrome de Tourette sont devenus très communs chez les enfants américains. Les coûts humains, en santé et économiques des maladies chroniques dominent de très loin ceux des maladies infectieuses aux Etats-Unis. A la fin de cette décennie, l’obésité, le diabète, les pré-diabètes sont en route pour détruire la santé de quelques 85% des Américains. Le pays est parmi les 10 pays au monde les plus obèses Les impacts de ces épidémies sur la santé publique, qui affectent beaucoup de jeunes, éclipsent même les impacts les plus exagérés de la COVID19.

Qu’est-ce qui cause ce cataclysme ? Puisque les gènes ne causent pas d’épidémies, cela doit être des toxines environnementales. Beaucoup de ces maladies ont pris cette tendance épidémique à la fin des années 1980, après que les fabricants de vaccins eurent reçu du gouvernement une protection contre la responsabilité légale, ce qui eut alors pour conséquence une accélération de la production de nouveaux vaccins. Les inserts des fabricants sur les 69 doses de vaccins obligatoires font la liste des maintenant si communes maladies, quelques 170 au total, comme effets secondaires des vaccins. Donc les vaccins sont un coupable potentiel, mais pas seulement eux. D’autres possibles perpétrateurs ou complices, qui correspondent au critère désirable, avec des effets prenant la proportion d’une épidémie vers 1989 sont, le sirop de maïs, les retardants chimiques de combustion ou PFOA (mis dans les vêtements synthétiques), la nourriture industrielle inondée de produits chimiques, les ondes émanant des téléphones cellulaires et les ondes magnétiques, les choloropyrifos, les ultrasons et les pesticides néo-nicotinoïdes.

La liste est limitée et il serait assez simple de mettre en place des recherches sur chacun de ces composants.

[…]

Est-il juste de blâmer Fauci pour tout cela ?…  De part ses accès politiques dans les agences gouvernementales variées, son autorité morale, sa tendance autoritaire, Tony Fauci a plus de pouvoir que n’importe quel autre haut-fonctionnaire pour diriger les énergies des pouvoirs publics vers les solutions s’il le désirait vraiment. Il a fait tout le contraire. Il a en fait utilisé systématiquement et délibérément son grand pouvoir administratif sur la recherche scientifique fédérale, les facultés de médecine, les journaux et magazines médicaux et les carrières de scientifiques, pour faire dérailler et faire obstruction à toute recherche qui pourrait trouver des réponses à ces graves questions de santé publique.

[…]

En tant qu’avocat pour la santé publique, une science robuste et des agences régulatrices indépendantes, libres de toute corruption et de magouilles financières avec Big Pharma, j’ai combattu le Dr Fauci durant des années. Je le connais personnellement et l’impression que j’ai de lui est très différente de celle de mes compagnons démocrates, qui l’ont d’abord rencontré comme la star chaleureuse, humble et affable des conférences de presse COVID de la Maison Blanche médiatique. Le Dr Fauci a joué un rôle d’architecte essentiel et primordial dans la capture d’agences, la saisie par le gros business de l’industrie pharmaceutique des agences de santé publique des Etats-Unis.

De manière bien lamentable, l’échec total du Dr Fauci de remplir les buts de santé publique durant la pandémie COVID19 n’est en rien une série d’erreurs représentant une anomalie, mais bel et bien consistant avec un certain schéma récurrent de sacrifice de la sécurité et de la santé publique à l’autel des profits de l’industrie pharmaceutique et donc de ses intérêts personnels. Il a toujours donné la priorité aux profits de l’industrie plutôt qu’à la santé publique. Les lecteurs de ce livre vont apprendre comment en exaltant la médecine des brevets, le Dr Fauci a, au travers de sa longue carrière, falsifié la science de manière routinière, menti au public et aux scientifiques, aux médecins et menti au sujet de la sécurité et de l’efficacité. Les malfaisances du Dr Fauci détaillées dans ce livre incluent ses crimes contre des centaines de jeunes orphelins afro-américains et hispaniques et placés en famille d’accueil, qu’il a soumis à des expériences médicamenteuses dangereuses et son rôle, avec Bill Gates, dans la transformation de centaines de milliers d’Africains en rats de laboratoire pour des essais cliniques bon marché sur des médicaments dangereux, qui, une fois approuvés, demeuraient hors de portée financière des Africains quoi qu’il en soit. Vous allez apprendre comment le Dr Fauci et Bill Gates ont transformé le continent africain en une décharge pour des médicaments inefficaces, dangereux et expirés. La plupart de ces médicaments ayant été interdit en Europe et aux Etats-Unis pour raisons de sécurité.

Vous apprendrez comment le Dr Fauci et son étrange fascination et investissements avec les expériences de soi-disant “gain de fonction”, expériences qui fabriquent des super-bestioles à pandémies virales, ce qui laisse la possibilité ouverte que le Dr Fauci ait pu jouer un rôle dans le déclenchement d’une contagion mondiale que deux présidents des Etats-Unis l’avaient laissé gérer. Vous lirez également au sujet de sa stratégie sur deux décennies de promotion de fausse pandémie comme schéma de promotion de nouveaux vaccins, de nouveaux médicaments pour le profit de l’industrie pharmaceutique. Vous apprendrez au sujet de ses actions pour cacher la vaste contamination dans le sang et les vaccins, ses vendettas destructrices contre les scientifiques qui défient le paradigme de Big Pharma, son sabotage délibéré de remèdes aux brevets expirés qui traitent les maladies infectieuses, du VIH au COVID, afin de graisser la patte à des “remèdes” bien moins efficaces mais surtout plus profitables. Vous apprendrez au sujet du nombre grotesque de cadavres qui se sont accumulés au fil de sa motivation pour travailler de sang froid aux bénéfices de l’industrie, ce au détriment de la santé publique. Toutes ses stratégies au fil de la crise COVID, falsification de la science pour amener sur le marché des médicaments inefficaces et dangereux, supprimant et sabotant les produits concurrents qui ont une marge de profit bien plus basse et ce même si le coût en est de prolonger la pandémie et de sacrifier des milliers de vies, tout ceci partage un but commun : une dévotion myope à Big Pharma. Ce livre va vous démontrer qu’Anthony Fauci ne fait pas de la santé publique ; c’est un homme d’affaire, qui a utilisé sa position officielle pour enrichir ses associés de l’industrie pharmaceutique et étendre l’influence qui a fait de lui le docteur le plus puissant et le plus despotique de l’histoire de l’humanité. Pour certains lecteurs, parvenir à cette conclusion va demander qu’ils traversent quelques ponts, mais bien des lecteurs savent intuitivement qui est le véritable Anthony Fauci et n’ont besoin en fait que de voir les faits exposés et organisés sous les feux de la rampe.

J’ai écrit ce livre pour que les Américains, à la fois démocrates et républicains, puissent comprendre le rôle pernicieux du Dr Fauci qui a permis aux entreprises pharmaceutiques de dominer notre gouvernement et de subvertir notre démocratie et aussi de faire une chronique du rôle clef qu’a joué le Dr Fauci dans le coup d’état en cours contre la démocratie.

FIN DE L’INTRODUCTION DU LIVRE

Note de Résistance 71 :

Nous tenons ici à préciser certaines choses avant d’aller plus avant dans la traduction et la publication pour le grand public francophone de larges extraits de ce remarquable ouvrage de recherche de RFK Jr.
Si nous pensons bien entendu que toutes les informations présentées dans ce livre sont excellentes et déterminantes, nous ne voulons pas non plus tomber dans le piège de la facilité. Expliquons-nous.
Il serait facile d’utiliser ces informations pour accuser et faire tomber le moment venu des boucs-émissaires, Fauci, Gates et quelques autres collabos de l’industrie, mais tout ceci n’est que l’arbre qui cache la forêt et il convient d’en être parfaitement conscient… Si indéniablement Fauci et Gates sont des ordures qui devront payer pour leurs crimes contre l’humanité, il faut aussi bien comprendre que ces deux énergumènes existent parce qu’un certain système de fonctionnement, que nous appelons étatico-capitaliste marchand, leur a permis de fonctionner, mieux même de fleurir sous le régime proposé. Fauci et Gates, s’ils ont des prédispositions psychologiques aux rôles qu’ils endorsent, sont aussi de purs produits du système de la marchandisation et de la phagocytose à outrance.
Ainsi donc, faire tomber quelques têtes ne changera rien à terme, car le système en place produit continuellement ses nouveaux leaders. C’est l’ensemble qu’il faut abattre, pour que nous, les peuples, reprenions les rênes de notre destinée et puissions enfin achever notre évolution historique.
Certains parlent déjà d’un Nüremberg 2.0 qui fera suite à cette ignominie planétaire qu’est cette fausse pandémie COVID tentant de mettre en place une dictature sanitaire de contrôle planétaire. Ceci est limitateur. Se contenter d’un tel projet, c’est dire : “réformons le système, scions les branches pourris et sauvons ce qui peut l’être…” Ceci est un leurre. Il doit maintenant devenir évident pour le plus grand nombre qu’il n’y a pas de solution au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il ne saurait y en avoir.
Nous pensons que l’intention de RFK Jr, qui part d’un bon sentiment bien évidemment, et de montrer du doigt la pourriture du système, pour mieux le sauver. Il n’a pas compris ou ne veut pas comprendre que ce système est inique et coercitif de manière inhérente, le totalitarisme planétaire ne peut qu’en être le but final, le système ne fait que réaliser son inexorable devenir. Il est au delà de toute rédemption depuis sa création même. Nous devons en sortir et changer radicalement de paradigme POLITIQUE, le reste suivra. Ne faisons pas De Fauci, Gates et quelques autres pantins mégalos des boucs émissaires de convenance pour sauver ce qui ne peut pas l’être.

A bas l’État, à bas la marchandise, à bas l’argent, à bas le salariat !

Vive les associations libres de la Commune Universelle de notre humanité enfin réalisée, celle de la société des sociétés !

Le reste n’est que pisser dans un violon ! Qu’on se le dise !

vax_tagueule

Resistance71_slogan

Inde : Les principes anarchistes appliquées par les paysans mènent à leur victoire contre un gouvernement mondialiste fasciste (CrimethInc)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, documentaire, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 8 décembre 2021 by Résistance 71

IFP0

Comment les paysans ont vaincu le gouvernement indien

Novembre 2020 – Novembre 2021 Un an de manifestations montre l’efficacité de l’horizontalité et de l’action directe

Décembre 2021

Url de l’article original:

https://crimethinc.com/2021/11/19/how-the-farmers-defeated-the-government-of-india-a-year-of-protests-shows-the-effectiveness-of-horizontality-and-direct-action

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Dans le rapport qui suit, Pranav Jeevan explore le conflit entre les paysans et le gouvernement d’extrême-droite du premier ministre indien Narendra Modi, le caractère même de ce mouvement que les paysans ont initiés et les moyens par lesquels ils ont triomphé.

“Les peuples ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernements. Les gouvernements devraient avoir peur de leurs peuples.”
– Alan Moore, V for Vendetta –

Les paysans en Inde ont gagné une victoire historique contre les efforts de l’état à privatiser le secteur agricole à des fins d’exploitations par les entreprises privées. La parti autoritaire d’extrême droite du gouvernement le Bharatiya Janata Party (BJP) du premier ministre Narendra Modi a du finalement courber l’échine devant les protestations des paysans, acceptant la demande de rejet de trois lois anti-paysans. Le succès de la lutte paysanne d’un an montre que des protestations horizontales, auto-organisées et décentralisées sont capables d’impliquer des centaines de milliers de personnes, qu’elles peuvent persister au travers de lourds obstacles pour finir par gagner devant des régimes autoritaires très déterminés.

Ni la propagande médiatique, ni la répression d’état, ni les attaques par des gangs pro-gouvernements, ne réussirent à supprimer la résistance paysanne. Les manifestations sont devenues un des plus grands mouvements de masse anti-corporation et anti-gouvernement au monde, identifiant le nexus corporation-gouvernement comme ennemis de la liberté, du bien-être et de l’auto-détermination du reste de la population de l’Inde. Même lorsque l’opposition parlementaire au régime régnant est faible, le judiciaire demeure silencieux sur les injustices dont sont victimes les gens et la bureaucratie sert les oppresseurs et pave le chemin pour toujours plus d’exploitation ; ainsi, les mouvements de masse peuvent toujours trouver une voie pour battre ces systèmes d’oppression.

Les paysans furent capables d’entretenir ces manifestations massives mois après mois face à tant de dureté pour deux raisons principales : l’auto-organisation et la décentralisation. Il n’y avait pas de leaders au commandement de chaque manifestation ; des réunions impliquant tous les groupes paysans prirent toutes les décisions ensemble. La participation des femmes et des paysans sans terre, des ouvriers agricoles s’est ajouté à la cause, se préoccupant de leurs problèmes et préoccupations et créant un front unifié allant bien au delà des lignes de fractures habituelles de la société indienne.

Ceci déclencha des discussions au sujet de la discrimination de caste et de genre prévalante dans la société indienne et sur d’autres législations anti-sociales comme l’annulation de l’Article 370 (retirant le statut d’état au Cachemire et au Jammu), la démonétisation, le Citizenship Amendment Act (CAA), the New Education Policy (NEP), l’Environmental Impact Assessment (EIA), la privatisation rampante des terres, les augmentations de prix du carburant et des biens de nécessité première, le chômage, et la crise économique. La lutte contre la loi sur les fermes est devenue très rapidement une lutte contre toutes les formes d’oppression auxquelles les gens doivent faire face aujourd’hui en Inde alors que les manifestants gagnaient pas à pas conscience de des problèmes politiques et sociaux qui minent le pays. Ceci mena à plus d’attention et de déchaînement contre les violences policières, la propagande médiatique et la négligence judiciaire. Les manifestants tinrent les politiciens et les bureaucrates pour responsables de leurs actions.

Ceci fut particulièrement visible lors de la réponse à l’incident de Lakhimpur Kheri, où le fils d’un ministre du parti BJP fonça sur les fermiers avec un SUV ; les paysans forcèrent le gouvernement BJP de remplir un rapport de première information et d’arrêter le coupable, ce malgré la claire intention du gouvernement de ne rien faire. Les paysans firent aussi des sit-ins en protestation de la violence policière ciblant les activistes du syndicat Dalit, Nodeep Kaur et Shiv Kumar. Ils forcèrent le retrait d’un officier de l’IAS qui ordonna la charge de Lhati contre les paysans de Karnal. Ils protestèrent contre l’assassinat d’un homme du Dalit, Lakhbir Singh, par un groupe de Hihang Sikhs qui affirmaient qu’il avait insulté le livre sacré des Sikhs, un cas très clair du comment les gens du Dalit sont toujours considérés comme intouchables en Inde.

IFP5

Les méthodes utilisés par les manifestants furent à la fois sans précédent et révolutionnaires. Les paysans commencèrent par marcher sur Delhi la capitale, où ils occupèrent la zone entourant la ville, se positionnant sur les grandes routes d’accès. Des manifestations de Rail Roko ou arrêt des trains eurent lieu dans lesquelles les paysans arrêtaient les trains et s’adressaient directement aux occupants pour leur signifier l’importance extrême de leur lutte et de leurs manifestations.

Les manifestants rencontrèrent une extrême violence étatique, à la fois la police et l’armée tentèrent de les briser. La police employa des gaz lacrymogènes, des canons à eau, fit des trous dans les routes et utilisa de multiples barricades pour bloquer la progression des manifestants. Plus de 700 paysans périrent dans ces manifestations. Le gouvernement essaya de démanteler les manifestations et leur organisation et coupant l’eau, l’électricité et les services internet dans les zones occupées par les manifestants. En réponse à cela, les paysans amenèrent tout ce dont ils avaient besoin de leurs villages afin de survivre sur les sites de manifestation. Ils organisèrent également d’énormes “langars”, fournissant ainsi de la nourriture aux manifestants.

NdT : Le “langar” vient de la culture et tradition sikh qui prévoit le partage de tout dans les moments difficiles, la nourriture certes, mais aussi, vêtements, logement, médicaments, livres, divers services etc… Le “langar” est initialement la “cuisine commune”, mais par extension, la mise en commun de tout pour le bien commun où tout le monde s’y met pour fournir son effort à l’effort général selon le slogan “d’à chacun selon sa capacité. à chacun selon son besoin”…

Petit à petit, ces formes d’auto-organisation ont permis l’établissement d’autres choses utilitaires comme les tentes, les points de recharge électrique solaire, la lessive, la librairie, des centres médicaux et de chirurgie dentaire. Dans le même temps, les paysans prirent une attention particulière à ne pas laisser les partis politiques d’opposition infiltrer leurs manifestations. Ils refusèrent d’endorser quelque leader politique que ce soit et n’offrirent aucune plateforme politique à aucun politicien (NdT: ce que firent aussi les Gilets Jaunes…). La vaste majorité des manifestants ont perdu toute confiance dans les partis politiques établis, sachant très bien qu’ils se détourneront de toute promesse une fois que la renverse de marée politique se met en place. Ils questionnent la sincérité de ces politiciens qui affirment es soutenir contre ces lois scélérates anti-paysans, considérant à juste titre que bon nombre de ces politiciens ont soutenu d’autres lois oppressives et autoritaires comme celle de l’Abrogation de l’Article 370.

Les paysans ont continué de bloquer les autoroutes vers Delhi au travers d’un hiver rude, au travers des très chauds mois d’été et même au travers des vagues mortelles de la pandémie. Ils appelèrent à la grève à travers le pays. Ils n’abandonnèrent jamais, tant bien même que des douzaines d’entre eux mouraient de froid, de chaleur et du COVID.

Les paysans savent très bien que pratiquement toute la politique du gouvernement est dictée par de massifs monopoles entrepreneuriaux qui financent les partis alternant au pouvoir et surtout le parti aujourd’hui en place. Ils ciblèrent les politiciens et les bureaucrates, mais aussi les empires entrepreneuriaux des deux top milliardaires indiens Mukesh Ambani et Gautam Adani. Ils étaient parfaitement éveillés au fait de la menace que représentaient ces deux empires pour leur mode de vie, refusant d’accepter les assurances des “experts” et des “économistes” qui décrivaient les lois comme étant une politique de libre échange qui par principe “aideraient les paysans”. Ils savaient pertinemment que tous ces “experts” et “économistes” n’étaient jamais sortis de leurs bureaux climatisés financés par le gros business afin d’apprendre sur le terrain au sujet des nuances de l’économie agricole indienne.

Ils savent très bien que si tous les top économistes de la Banque Mondiale et du FMI sont d’accord sur le fait que l’Inde a soi-disant besoin de nouvelles lois sur les fermes, les terres et l’agriculture, alors tout ceci est définitivement une très mauvaise nouvelle pour eux. Comme Ambani et Adani étaient les premiers bénéficiaires de ces lois agricoles que le gouvernement du BJP avait mises en place, les paysans du Punjab et de Haryana cessèrent d’utiliser les cartes JIO SIMS propriété de Ambani et passèrent sur des réseaux de télécom rivaux. Un certain nombre de tours antennes de JIO Telecom et autres infrastructures furent endommagées au Punjab. Des paysans commencèrent à boycotter les produits possédés par Reliance ainsi que ses services comme ses pompes à essence.

A un moment donné, la cour suprême d’Inde est intervenue pour mettre fin au face à face entre les paysans et le gouvernement. Les paysans étaient fermes dans leurs demandes et défièrent la cour de justice ouvertement, assurant qu’ils n’abandonneraient pas la lutte même si la cour le leur ordonnait, parce que cela n’était ni plus ni moins qu’une affaire de vie ou de mort pour eux. Les paysans avaient aussi perdu toute foi en le système judiciaire, dans la mesure où de récentes décisions de la cour suprême avaient largement accommodées le gouvernement. La cour fut obligée de céder, ordonnant un report de 18 mois pour l’application des lois.

Pratiquement tous les médias avaient soutenu la politique du gouvernement et diffusés des narratifs pro-gouvernement, répandant de fausses informations sur le mouvement paysan, les appelant “Khalistanis” et “terroristes”, les diabolisant, infantilisant leurs manifestations et les appelant des “ignorants”. Les médias de masse supprimèrent toute nouvelle concernant l’ampleur du mouvement. Ceci ne fit rien pour étouffer le mouvement. Les participants allaient directement de village en village, organisant des réunions dans chaque état, organisant et réunissant des centaines de milliers de participants. Durant ces réunions, ils y discutaient de ces lois et comment cela allait négativement impacter leurs vies, les plaçant à la merci des grosses entreprises. Ceux qui assistaient à ces réunions recevaient pour mission de parler autour d’eux dans leurs villages et leurs familles de ce qu’ils avaient vu et entendu. Ces chaînes de communication depuis la base, d’adressant directement aux gens concernés, furent bien plus forte que toute la propagande mise en place par le gouvernement indien et ce même avec tout le réseau de merdia corporatiste à la botte.

Lorsque les paysans se tournèrent vers Facebook et Instagram pour diffuser leur information, Facebook et sa succursale commencèrent à fermer les pages des paysans ainsi que les pages critiquant le gouvernement. Twitter retira plus de 500 comptes que des paysans utilisaient pour discuter ensemble des lois. Facebook retira la page de Kisan Ekta Morcha, une source d’information du mouvement lui-même, suite à un énorme tollé public, ils furent astreints de reposter la page.

Lorsque Rihanna tweeta son soutien au mouvement paysan indien, aidant à la contribution d’un mouvement international de solidarité et une harangue contre le gouvernement indien, l’état essaya d’entrer en contrôle des dégâts en faisant répondre ses propres célébrités médiatiques qui clamèrent à une “conspiration internationale” de diffamation de l’Inde.

IFP2

Dans chaque état où devait se produire une élection, comme au Bengal, que le BJP veut gagner depuis des années, des paysans envoyèrent leurs délégués parler directement aux gens afin d’expliquer la nature même des lois anti-paysans et leur demander de ne pas voter pour le BJP. Ceci mena à de gigantesques défaites électorales pour le parti dans bien des états. Les futures élections du Uttar Praresh (UP), qui décideront du gouvernement du BJP sur l’Inde, sont arrivées à un moment où les paysans intisifièrent leurs manifestations. De gigantesques manifs sont prévues partout en Inde pour l’anniversaire de ce mouvement de protestation qui vit le jour le 26 novembre 2020. Le BJP craint un gros retour de bâton durant ces élections, à la fois en provenance des paysans mais aussi à cause de leur gigantesque échec dans le contrôle de la seconde vague de la pandémie COVID-19, qui fut un désastre notamment à cause d’une pénurie d’oxygène dans les hôpitaux entre autres raisons.

En réponse à cela, ils prirent des mesures immédiates pour museler les paysans avant les élections. Le gouvernement n’avait pas d’autre alternative que de plier aux demandes des paysans. Ceux-ci ont reconnu que la déclaration du premier ministre Modi n’avait aucune valeur et qu’il voulait voir les lois abrogées dans la prochaine session du parlement et que les manifestations continueraient jusqu’alors. Ils veulent aussi que le gouvernement assure un prix de soutien minimum pour les productions agricoles. Ce gouvernement, qui a été si indifférent aux demandes du peuple, qui a continuellement attaqué la dissidence avec brutalité, violence et force propagande, qui était ultra déterminé à poursuivre les privatisations forcées quel qu’en soit le coût pour le peuple, a été vaincu et forcé de changer son fusil d’épaule.

[…]

Les principes de l’anarchisme, y compris la prise de décision horizontale et participatrice, le décentralisation du pouvoir, la solidarité, l’entraide et l’association volontaire, sont tous bien visibles dans ce mouvement de protestation paysan. Les anarchistes emploient l’action directe, la perturbation hiérarchique, la protestation contre l’injustice, l’auto-organisation de leurs vies en créant des contre-institutions comme les communes ou les collectifs non-hiérarchiques. Les anarchistes recherchent la création d’une relation anti-autoritaire dans un agencement collectif de façon à ce que tout le monde ait son mot à dire dans chaque décision qui va affecter la vie de tous, recherchant toujours un consensus sans avoir recours à un leader, chef ou cadre. Les anarchistes organisent le récupération des espaces publics où l’art, la poésie, la musique se mélangent pour représenter l’idéal anarchiste. Le squatt est une des façons de se réapproprier cet espace public du marché capitaliste d’un état autoritaire ; il sert aussi d’exemple à l’action directe.

Nous pouvons trouver des éléments de tous ces principes et pratiques dans les manifestations paysannes et là est la raison de leur robustesse et de leur succès. Cette victoire met à bas le mythe qui veut que ne devons avoir une chaîne de commandement centralisée avec des leaders en son sommet et des suiveurs dociles et aveugles en bas pour qu’une organisation de grande envergure puisse réussir. Toutes ces manifestations et actions se sont faites dans le temps, sans aucun leader : les participants eux-même atteignaient un consensus décisionnel sur le cours de l’action à suivre. Lorsque les gens prennent les décisions eux-mêmes et se coordonnent les uns les autres en petites communautés, s’aidant les uns les autres, ceci crée les plus fortes formes de pouvoir collectif et de solidarité.

Le fait que ces manifestations à terme réussirent, grâce à tant de gens s’unifiant et s’organisant collectivement, coopérant entre eux pendant si longtemps, nous montre que nous pouvons parfaitement créer des communautés sans institutions exogènes (imposées de l’extérieur), que nous n’avons pas besoin de bureaucratie autocrate et de gouvernement autoritaire, qui concentrent le pouvoir et oppriment les gens. Pour l’essentiel, ces manifestations furent menées et gérées par de pauvres paysans, des femmes sans éducation formelle, et des gens d’autres communautés marginalisées. Ensemble, ils ont démontré qu’ils pouvaient créer des communautés bien plus éthiques et égalitaires que celles qui existent chez les gens plus riches et éduqués. Ils ont montré que les opprimés et les indigents peuvent s’organiser en communautés d’entraide et de prise de décision directe, éliminant le supposé besoin de systèmes de gouvernance hiérarchisés et coercitifs, qui en fait n’existent que pour les exploiter.

Le succès de ce mouvement de contestation des paysans offre un modèle duquel tout le monde peut apprendre quelque chose, que tous nous pouvons mettre en place dans nos luttes contre les régimes oppresseurs qui nous exploitent. Le monde est le témoin d’une nouvelle ère de protestation et d’activisme. Les manifestations des paysans indiens devraient devenir le phare de la démocratie montrant comment il est possible de vaincre les régimes autoritaires.

= = =

Crimethinc sur Résistance 71

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

IFPa

Resistance71_slogan

Affaire Epstein / Maxwell : chantage à la pédophilie au sein d’un réseau d’espionnage israélien à Yankland et ailleurs…

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 4 décembre 2021 by Résistance 71

Epstein_Maxwell

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell est finalement traduite en justice !

Jonas Alexis et Philip Girardi

1er décembre 2021

url de l’article original: https://www.veteranstoday.com/2021/12/01/ghislaine-maxwell-is-finally-on-trial/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La suspicion qu’Epstein travaillait pour l’agence de renseignement extérieur d’Israël, le Mossad, ou sa contre-partie du renseignement militaire est fondé sur de nombreuses preuves et le fait qu’il ait été “protégé” a aussi été vraisemblablement confirmé par des sources américaines et israéliennes.

Jonas E Alexis: Ghislaine Maxwell, l’entremetteuse sociale qui aurait recruté des jeunes-filles mineures pour Jeffrey Epstein et des oligarques comme le prince Andrew, voit finalement son procès s’ouvrir. Nous sommes impatients de voir ce qui va sortir de cette affaire. L’évaluation de Philip Girardi ci-dessous est intéressante.

de Philip Giraldi

La rabatteuse de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, est finalement au tribunal, dans le processus de la sélection des jurés et des déclarations d’ouverture de procès après avoir passé 17 mois au Centre de Détention Métropolitain de Brooklyn. Etant donnant le départ quelque peu suspicieux d’Epstein de cette terre dans ce qui aurait plus été un assassinat qu’un suicide (NdT : ou une mascarade, l’intéressé ayant été exfiltré vers Israël, ce qui est aussi plausible…), Maxwell a été emprisonnée selon un régime pénitencier plus intrusif demandant une surveillance constante et ne pouvant pas faire grand chose d’autre que de s’assoir sur le banc en ciment de sa cellule et contempler son futur.

Maxwell s’est souvent plainte de son isolation, de l’abus de ses geôliers et de la terrible bouffe. Il ne fait aucun doute qu’elle a raison sur la bouffe. Sa proposition de donner 28 millions de dollars de caution pour sortir en attendant son procès a été refusée par le juge qui observa que Maxwell avait plus de quinze comptes en banque d’investissement différents ainsi que de multiples passeports. Elle suggéra que Ghislaine pourrait bien avoir plus d’argent et autres biens épargnés hors des Etats-Unis, ce qui faisait d’elle un haut risque d’évasion et de disparition, de manière présumée vers Israël qui n’a aucun accord d’extradition avec les Etats-Unis.

Il y a une toile de fond conséquente à considérer lorsqu’on examine la saga Ghislaine Maxwell / Jeffrey Epstein. La suspicion que Jeffrey Epstein travaillait pour l’agence de renseignement extérieur d’Israël, le Mossad ou sa contre-partie du renseignement militaire est fondée sur une considérable série de preuves et qu’il était “protégé” est aussi semble t’il confirmé par des sources israéliennes et américaines.

De fait, il existe déjà des preuves qu’Epstein a été le bénéficiaire inhabituel d’un laxisme lorsqu’il fut condamné en Floride en 2008 pour crimes sexuels impliquant 19 jeunes filles mineures ; il ne reçut qu’une peine s’apparentant plus à une tape sur la main qu’autre chose. Après l’affaire, le procureur de Miami Alexander Acosta, qui était impliqué dans l’affaire, a rapporté que l’arrestation et la condamnation venait de plus haut que sa position, qu’on lui avait dit qu’Epstein “appartenant aux services de renseignement” et de “le laisser tranquille”, un commentaire qui n’a jamais été pris en compte par les enquêteurs.

Aussi dans un livre récent d’Ari Ben-Menashe “Epstein : Dead Men Tell No Tales”, l’ancien officier du renseignement israélien qui affirme avoir mené l’opération Epstein, a décrit comment Epstein faisait chanter des politiciens connus pour les services israéliens. Epstein a commencé à travailler pour le gouvernement israélien dans les années 80 et son opération, qui était financée par Israël et des juifs américains influents, était une classique opération de piège à la séduction (honey trap), qui utilisait des mineures d’âge pour appâter des politiciens du monde entier, une liste de gens piégés incluant Bill Clinton et le prince Andrew. Clinton a été rapporté avoir volé au moins 26 fois dans le jet privé Boeing 727 d’Epstein, le “Lolita Express”, vers une propriété privée en Floride ainsi que sur une île privée, propriété d’Epstein, dans les Caraïbes. L’île était connue des locaux du vocable de “l’île aux pédophiles”. Les politiciens y étaient photographiés et filmés dans leurs ébats avec les jeunes filles. Ils étaient plus tard approchés pour “rendre quelques services et faveurs” à Israël.

Ghislaine Maxwell est en fait la fille du super espion d’Israël Robert Maxwell, qui a reçu des funérailles d’état en Israël après sa mort mystérieuse en 1991, funérailles où figuraient le premier ministre ainsi que tous les anciens patrons des services de renseignement du pays. Ghislaine est présumée avoir été une participante active dans l’opération d’Epstein, agissant en rabatteuse et gérante des jeunes filles (NDT : mère maquerelle quoi…) et qui a laissé entendre en au moins une occasion, qu’elle savait où étaient les enregistrements des ébats de Bill Clinton et de Donald Trump avec les mineures.

Cela ne prend pas grand chose pour tirer ce qui est déjà connu et poser la question “qui parmi les célébrités et les politiciens de haut-niveau cultivés par Epstein furent et sont encore des espions d’Israël ?” Et bien sûr il y a  un complot sous-jacent : assumant qu’Epstein était de fait bien impliqué dans le recrutement et/ou la gestion d’agents de haut niveau américains dans une “opération d’influence” (NdT: en clair, de chantage à la pédophilie…) qui aurait utilisé des manœuvres de chantage, il devient alors plausible qu’il ait été tué en prison et que l’histoire du suicide ne fut q’une opération de couverture de l’assassinat. L’affaire Epstein demeure officiellement ouverte et non résolue, toujours sous le coup d’une enquête, bien qu’il ne semble pas que grand chose ne se passe, le signe certain que quelqu’un de puissant au sein de l’establishment s’assure que rien de compromettant ne puisse faire surface. Ceci est parfois appelé une couverture gouvernementale.

Donc dans tout ce fatras de drame et de possibilités, on pourrait légitimement se demander pourquoi la couverture médiatique du procès Maxwell est bien moins sous les feux de la rampe que ne le furent récemment les procès Rittenhouse et Arbery ? Bien moins même que le procès en cours d’Elisabeth Holmes. Et bien la réponse est en fait assez simple, même en ignorant les médias libéraux et leur désir d’enflammer la passion raciale dès que possible ; nous sommes dans une ère de contrôle de l’information par le gouvernement (NdT : faudra nous expliquer quand le gouvernement n’aurait-il pas contrôlé l’information d’une manière ou d’une autre ?… La théorie de la presse libre “4ème pouvoir” est un vaste leurre qui ne fait plus recette aujourd’hui…) et nous sommes les témoins de la gestion sélective de ce que Maxwell sera accusée d’avoir fait afin d’éliminer tout dégât possible à des politiciens américains connus ou à Israël.

Nonobstant les drames juridiques télévisuels, le fait est que les gens ne sont traduis devant un tribunal une fois que des chefs d’accusation sont émis pour un ou des crimes spécifiques. Le résultat passe ensuite devant un procureur généralement politiquement orienté, qui s’il est d’accord qu’il y a effectivement une affaire judiciaire, la fait ensuite passer devant un juge élu ou politiquement nommé pour passage devant un tribunal. Ceci veut dire en pratique que les procès devant un jury de pairs sont sujets à un processus d’effeuillage minutieux avant qu’ils n’arrivent devant un cour de justice et ce qui en sort à la fin n’est souvent que ce que le système de justice criminelle voit comme “gagnable” ou désirable en termes de politiquement correct.

Pour le dire autrement plus à propos des cas Maxwell et Epstein, malgré de considérables preuves suggérant l’espionnage, il n’y a absolument aucune suggestion qu’à la fois le NYPD et le FBI n’aient jamais interrogé sérieusement quelque partie que ce soit sur leur relation avec Israël ou toute forme de renseignement lié à Israël. Il n’y a pas non plus la moindre indication que des “célébrités” qui auraient pu être ciblées comme par exemple Bill Clinton, n’aient jamais même été questionnées. Ceci n’est en rien une coïncidence dans la mesure où Israël évite presque toujours toute forme d’attention trop poussée.

De fait, Israël, malgré son historique démontré et très bien documenté d’espionnage massif aux Etats-Unis, a très peu de chances de se retrouver confronté judiciairement parce qu’il y a un consensus bipartite qu’un tel embarras à la plus formidable amitié du monde entre Washington et Tel Aviv ne devrait jamais être sujet à un examen sérieux et poussé (NdT: suffit aussi de voir l’enfouissement total de la “piste Israël” concernant les attentats du 11 septembre…). Voilà pourquoi Maxwell n’a été officiellement accusée que de complicité avec le prédateur sexuel condamné Epstein dans le traffic et l’abus sexuel de quatre femmes, dont trois mineures, ainsi que de mensonge et parjure dans une affaire de droit civil. Elle a refusé les accusations, elle est puissamment entourée d’avocats et sa défense va sans aucun doute impliquer le bris du narratif de la nature et de l’intimité de sa relation avec Epstein. Un compromis sera sans doute atteint après plusieurs semaines de joutes judiciaires et tout cela finalement accouchera d’une souris.

L’acte d’accusation de Maxwell portant sur huit chefs d’accusation a été publié le 29 mars courant. Si sa défense échoue de convaincre et qu’elle est condamnée pour les huit chefs d’accusation liés au traffic sexuel et conspiration de traffic sexuel, Maxwell est passible de 80 ans de prison. De la même manière, Epstein ne fut arrêté et accusé que de traffic sexuel et d’abus sexuel sur mineurs lorsqu’il mourut en attente de son procès et pas d’avoir été engagé dans le renseignement avec une puissance étrangère impliquée dans l’espionnage dirigé contre les Etats-Unis et autres nations.

Au fait, il existe des lois contre ces activités incluant la loi contre l’espionnage de 1918 et le Foreign Agents Registration Act (FARA) de 1938, ce dernier ayant été récemment invoqué et appliqué contre des médias russes. Si quiconque s’attend à ce que l’angle de l’espionnage ne fasse surface au cours du procès Maxwell, il y aura une bien grosse déception parce qu’Alison Nathan, la juge du district sud de New York nommée par Obama et de manière appropriée, lesbienne, ne le permettra pas, le procureur n’ira pas sur ce terrain et les avocats de la défense n’y feront aucunement allusion dans leurs plaidoiries et arguments de défense.

Ne vous attendez donc à rien de bien dramatique en provenance de ce tribunal de New York. Nous devons suspecter qu’une affaire impliquant le Mossad gérant un gros cercle d’espionnage aux Etats-Unis utilisant un pédophile et des jeunes filles mineures pourrait bien être bien trop grosse à tolérer pour certaines personnes du pouvoir et ces personnes se sont assurées que cet angle de l’affaire ne verra jamais le jour. Ceci est la véritable histoire qui est maquillée. Une fois de plus, Israël espionne et Washington nie l’évidence.

biometriqueNOM1

constituSION

Marasme économico-politique inévitable : L’UE amorce sa dissolution (Thierry Meyssan)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 4 décembre 2021 by Résistance 71

deshumanisation
Solution… dissolution…

L’Union européenne amorce sa dissolution

Thierry Meyssan

30 novembre 2021

url de l’article original: https://www.voltairenet.org/article214870.html

Le Traité du Quirinal, conclu par la France et l’Italie, ainsi que le projet de gouvernement du prochain chancelier allemand, Olaf Schotz, sont incompatibles avec l’histoire de l’Union européenne. Paris et Berlin viennent de poser des actes concrets qui ne peuvent qu’amorcer l’inévitable dissolution de l’Union européenne.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill imagina un système permettant aux Anglo-Saxons de s’assurer que l’Europe occidentale ne tomberait pas dans les mains de l’Union soviétique et qu’ils en conserveraient le contrôle. Il s’agissait de créer un marché commun européen avec les pays ruinés qui acceptaient le Plan Marshall [1].

Les États-Unis et le Royaume-Uni avançaient alors de concert. En quelques années, ils jetèrent les bases de notre monde : l’Otan est une alliance militaire dominée par eux, tandis que ce qui est devenu l’Union européenne est l’organisation civile pour leurs alliés. Certes, les membres d’une institution ne sont pas nécessairement membres de l’autre, mais il n’en reste pas moins que, basées à Bruxelles, l’une et l’autre sont les deux faces d’une même médaille. Les services communs des deux structures sont discrètement installés au Luxembourg.

Après la crise entre Washington et Londres lors de l’expédition de Suez, le Royaume-Uni qui était en train de perdre son Empire, décida d’entrer dans ce qui n’était pas encore l’Union européenne. Si Harold Macmillan échoua en 1958, Edward Heath y parvint en 1973. Mais l’équilibre des forces évoluant encore, le Royaume-Uni quitta l’Union européenne fin 2020, se tournant à nouveau vers son ancien Empire (« Global Britain »).

Tous les documents de l’Union européenne sont traduits dans chaque langue officielle des pays membres. Plus l’anglais qui en est devenu la langue officielle alors qu’il ne l’est plus d’aucun de ses membres. Ce n’est pas parce que les Britanniques en ont fait partie, mais parce que l’Union est sous la coupe de l’Otan ainsi que le précise l’article 42, paragraphe 7 du Traité sur l’Union européenne modifié par le Traité de Lisbonne (qui a remplacé par la force le Traité constitutionnel rejeté par les peuples) [2].

L’Allemagne, qui fut occupée par les quatre vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale jusqu’en 1990, c’est-à-dire après sa réunification, s’est toujours satisfaite de ne plus être une puissance militaire. Aujourd’hui encore, ses services secrets, réorganisés par les USA avec leur ancien personnel nazi, leur sont toujours tout dévoués, tandis que le Pentagone y dispose de très importantes bases militaires avec fiction d’exterritorialité.

La France, au contraire, rêve d’indépendance militaire. C’est pourquoi Charles De Gaulle, qui avait été le leader de la France Libre durant la Seconde Guerre mondiale, la fit quitter le commandement intégré de l’Otan, en 1966. Mais Nicolas Sarkozy, qui avait été élevé adolescent par le fils du créateur états-unien du réseau Stay-behind de l’Otan (« Gladio »), la réintégra en 2009. Aujourd’hui, les opérations extérieures de l’armée française sont donc, en pratique, commandées in fine par des officiers états-uniens.

Durant des années, l’Allemagne et la France prirent le leadership de ce qui est devenu l’Union européenne. François Mitterrand et Helmut Kohl imaginèrent de transformer le marché commun en un État supranational —toujours vassal des États-Unis— capable de rivaliser avec l’URSS et la Chine : l’Union européenne. Cette structure, à la quelle les États-Unis exigèrent que les anciens membres du Pacte de Varsovie adhérent en même temps qu’ils rejoignaient l’Otan, devint une bureaucratie colossale. Malgré les apparences, le Conseil des chefs d’État et de gouvernement n’est pas un super-gouvernement, mais une chambre d’enregistrement des décisions de l’Otan. Celles-ci sont élaborées par l’Alliance atlantique —toujours dominée par les États-Unis et le Royaume-Uni—, puis transmises à la Commission européenne, soumises au Parlement et en définitive ratifiées par le Conseil.

Il faut bien comprendre que l’Otan à vocation à se mêler de tout : de la composition du chocolat (il y a une barre de chocolat dans la ration du soldat) à la construction des ponts (ils doivent être utilisables par des blindés), en passant par les vaccins anti-Covid (la santé des civils conditionne celle des militaires) ou les virements bancaires (il faut surveiller les transactions ennemies).

Les armées britannique et française étaient les deux seules qui pesaient dans l’Union européenne. Elles se sont donc rapprochées avec les Traités de Lancaster House, en 2010. Mais lorsqu’intervint le Brexit, l’armée française se retrouva encore seule, comme l’atteste la résiliation des contrats franco-australiens de construction de sous-marins au profit de Londres. La seule option qui restait à la France était de se rapprocher de l’armée italienne, pourtant deux fois plus petite que la française. C’est ce qui vient d’être décidé avec le Traité du Quirinal (2021). Cette opération a été facilitée par l’idéologie commune d’Emmanuel Macron (ancien banquier chez Rothschild) et Mario Draghi (ancien banquier chez Goldman Sachs) et leur leadership commun sur la réponse politique à l’épidémie de Covid. Au passage, on remarquera l’invraisemblable jargon politiquement correct dans lequel ce document est rédigé, très loin des traditions latines [3].

Il se trouve que dans le même temps, la chancelière Angela Merkel cède sa place à Olaf Scholtz. Celui-ci n’a que faire, ni des questions militaires, ni des déficits budgétaires français et italiens. L’accord de coalition de son gouvernement [4] aligne la politique étrangère allemande en tous points sur celle des Anglo-Saxons (USA + Royaume-Uni).

Jusqu’alors les gouvernements d’Angela Merkel luttaient contre l’antisémitisme. Le gouvernement Scholz va plus loin en s’engageant à soutenir « toutes les initiatives qui promeuvent la vie juive et promeuvent sa diversité ». Il ne s’agit plus de protéger une minorité, mais de la promouvoir.

Concernant Israël, que le Royaume-Uni et les États-Unis ont créés dans une logique impériale [5], le nouvel accord stipule également que « la sécurité d’Israël est un intérêt national » de l’Allemagne, et promet de bloquer « les tentatives antisémites de condamner Israël, y compris à l’ONU ». Il déclare que l’Allemagne continuera à soutenir la solution à deux États du conflit israélo-palestinien (c’est-à-dire qu’elle s’opposera au principe « un homme, une voix ») et se félicite de la normalisation des relations entre Israël et les pays arabes. Ce faisant, le gouvernement Scholz enterre la politique traditionnelle du SPD, dont le ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel (2013-18), qualifiait le régime israélien d’« apartheid ».

Olaf Schotz est un avocat préoccupé de faire fonctionner l’industrie de son pays sur la base d’un compromis entre les ouvriers et le patronat. Il n’a jamais trop été présent sur les questions internationales. Il a désigné la juriste verte Annalena Baerbock comme ministre des Affaires étrangères. Elle n’est pas seulement une partisane des énergies décarbonées, mais un agent d’influence de l’Otan. Elle soutient haut et fort le principe de l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan et à l’Union européenne. Elle est opposée à la Russie et donc refuse le gazoduc Nord Stream 2 et encourage le projet de terminaux gaziers pour importer du gaz des États-Unis par méthaniers malgré le prix exorbitant de ces installations. Enfin elle qualifie la Chine de « rival systémique » et soutient tous ses séparatismes, taïwanais, tibétains et ouïghours.

Il est prévisible que les politiques de Berlin et de Paris vont donc lentement s’éloigner jusqu’à faire ressurgir le conflit qui opposa les deux pays, causant trois guerres de 1870 à 1945. Contrairement à la publicité, ainsi que je l’ai rappelé plus haut, l’Union européenne n’a pas été créée pour assurer la paix en Europe occidentale, mais pour stabiliser les populations dans le camps anglo-saxon durant la Guerre froide. Le conflit franco-allemand n’a jamais été résolu. L’Union européenne, bien loin de faire la paix, a posé un édredon sur le problème plutôt que de le régler. Durant les guerres de Yougoslavie, les deux pays se sont durement affrontés militairement : l’Allemagne soutenait la Croatie, tandis que la France soutenait la Serbie. Berlin et Paris s’entendaient dans les frontières de l’Union, mais se faisaient la guerre à l’extérieur. Les spécialistes des opérations spéciales savent qu’il y a eu des morts des deux côtés.

Les politiques étrangères qui fonctionnent sont celles qui traduisent l’identité de leur nation. Aujourd’hui, le Royaume-Uni et l’Allemagne poursuivent leur route, fiers de ce qu’ils sont, pas la France qui traverse une crise d’identité. Emmanuel Macron assurait au début de son mandat qu’« il n’y a pas de culture française ». Il a changé de discours depuis, sous la pression de son peuple ; de discours, mais pas de pensée. La France a des moyens, mais ne sait plus qui elle est. Elle poursuit la chimère d’une Union européenne indépendante rivalisant avec les États-Unis alors que les 26 autres membres n’en veulent pas. L’Allemagne commet cependant une erreur en s’abritant sous le parapluie nucléaire états-unien alors que cette grande puissance est entrée en décomposition.

Il est évident que nous venons d’enter dans la phase de dissolution de l’Union européenne. C’est une chance pour chacun de retrouver sa pleine indépendance, tant cette structure est sclérosée. Mais c’est aussi, et surtout, un défi qui peut vite tourner au drame. Les États-Unis s’effondrent sur eux-mêmes et bientôt l’Union européenne n’aura plus de suzerain. Ceux qui la composent devront se positionner chacun face aux autres. Il est extrêmement urgent de commencer à nous comprendre non plus comme de simples partenaires commerciaux, mais comme des partenaires en toutes choses. Ne pas le faire conduira inévitablement à la catastrophe, à la guerre généralisée.

Chacun a pu constater que tous les membres de l’Union européenne —sauf les Anglais, mais ils sont partis— partagent des éléments culturels communs. Ces éléments sont aussi ceux de la Russie qui est plus proche de l’Union que ne l’est le Royaume-Uni. Il est désormais possible de reconstruire l’Europe comme un réseau d’États et non plus comme une bureaucratie centralisée, en s’ouvrant à ceux qui étaient artificiellement séparés par les Anglo-Saxons pour assurer leur domination sur le continent durant toute la Guerre froide. C’est ce dont parlait Charles De Gaulle lorsque, s’opposant à Winston Churchill, il déclarait vouloir l’« Europe de Brest à Vladivostok ».

Notes :

[1] « Histoire secrète de l’Union européenne », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 juin 2004.

[2] Art. 42 §7 : « Au cas où un État membre serait l’objet d’une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l’article 51 de la charte des Nations unies. Cela n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres.

Les engagements et la coopération dans ce domaine demeurent conformes aux engagements souscrits au sein de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, qui reste, pour les États qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l’instance de sa mise en œuvre ».

[3] « Traité du Quirinal », Réseau Voltaire, 26 novembre 2021.

[4Mehr Fortschritt wagen. Bündnis für Freiheit, Gerechtigkeit und Nachhaltigkeit, Sozialdemokratischen Partei Deutschlands (SPD), Bündnis 90 / Die Grünen und den Freien Demokraten (FDP), 2021.

[5] « Qui est l’ennemi ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 août 2014.

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Gladio

Colonialisme et ingérence : la bataille de l’indépendance du Liban sous la menace sioniste (Al Manar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 30 novembre 2021 by Résistance 71

HN1a
Quand Nasrallah parle… le monde écoute !

H. Nasrallah : “Nous sommes engagés dans la bataille de l’indépendance tant que les menaces israéliennes et les ingérences américaines persistent”

Al Manar

27 novembre 2021

url de l’article en français: https://french.almanar.com.lb/2199562

Le secrétaire général du Hezbollah , sayyed Hassan Nasrallah, a rappelé, à l’occasion de la commémoration de la  Fête de l’Indépendance  du Liban, que « cette Indépendance, quelle que soit sa forme, nécessite la poursuite de la lutte pour la défendre contre les ingérences des puissances occidentales, contre les menaces israéliennes qui se sont intensifiées ces deux derniers jours, et aussi longtemps que les hameaux de Chebaa seront occupés »..

Son éminence a souligné que « la responsabilité de tous les Libanais consiste à préserver leur indépendance, et si leur indépendance est formelle, de la transformer en une indépendance réelle et totale ».

Sayyed Nasrallah a affirmé que tant « le Liban est menacé par l’ennemi israélien, cela implique que nous sommes toujours engagés dans le cœur de la bataille pour l’Indépendance et pour la souveraineté du Liban, et nous avons remporté à plusieurs de ses étapes diverses victoires, voire nous sommes convaincus que si nous poursuivons dans cette voie avec détermination et constance, nous réaliserions encore plus de victoires ».

Et d’ajouter : « Lorsque nous assistons chaque jour à une ingérence américaine flagrante dans les systèmes judiciaire, politique, sécuritaire voire dans l’organisation des prochaines élections législatives, cela signifie que notre Indépendance est incomplète. »

Commentant l’inscription récente du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes en Australie, S. Nasrallah a déclaré que cela « pourrait être lié aux développements dans la région ou aux élections législatives », soulignant que « l’inscription de la résistance sur les listes terroristes n’affectera point la détermination de la résistance encore moins la conscience de son environnement. »

Concernant le dossier de l’enquête judiciare sur l’explosion du port de Beyrouth, menée par le juge d’instruction Tarek Bitar, il a rappelé que  » les récentes décisions judiciaires dans l’affaire du port de Beyrouth confirment tout ce dont nous avons mis en garde depuis le début de l’enquête, à savoir la partialité et la politisation de cette affaire « , s’interrogeant,  « existe-t-il aujourd’hui un seul juge libanais qui oserait révoquer le juge Bitar ou accepter les mises en accusations soulevées contre lui ? »

Et de poursuivre :  » toutes les données indiquent que les juges impliqués dans le dossier du port de Beyrouth sont dans le circuit des accusations et des soupçons « , notant que « le processus judiciaire actuel dans l’affaire du port de Beyrouth est un processus discrétionnaire qui ne mènera pas à la vérité ».

Principaux points du discours

1- Fête de l’Indépendance

A chaque occasion de commémoration de la Fête de l’indépendance, on lance le débat sur l’histoire du Liban, de son indépendance ..

Nul doute qu’en 1943 le Liban est entré dans une nouvelle étape, celle de la construction de l’état. Certains qualifient cette indépendance d’incomplète, d’autres de semi-indépendance en raison de l’ingérence des certaines puissances, mais il faut reconnaitre que le Liban a formé un état.

Le plus important est que les libanais doivent assumer leur responsabilité envers cette indépendance, ainsi si elle est formelle, ils doivent la rendre réelle, ils doivent préserver sa souveraineté. Et pour ce faire, il faut lutter pour cette indépendance.

Durant notre époque contemporaine, les Libanais se sont battus pour défendre leur indépendance face à l’ennemi israélien en 1982 qui a occupé la capitale Beyrouth, tout le monde se souvient les images des soldats israéliens dans le palais présidentiel. Cette période du Liban était la plus dangereuse qu’a connue le Liban car elle a failli entrainer le Liban dans l’ère israélienne, d’en faire un état assujetti.

Or les libanais se sont regroupés dans la résistance, et en 1985 ils ont remporté une importante victoire contre l’occupation israélienne la repoussant jusqu’au sud du Liban, puis en l’an 2000, sous les coups de la résistance islamique, les forces de l’occupation israélienne ont déguerpis du Liban-sud, marquant une grande victoire pour le Liban, pour son indépendance, sa souveraineté empêchant le Liban de basculer sous le règne israélien.

Or cette indépendance est incomplète tant que les hameaux de Chebaa sont toujours occupés, tant que les USA s’ingèrent dans les systèmes judicaire, sécuritaire, politique, dans les prochaines élections. On peut qualifier que l’indépendance du Liban est incomplète.

Tant que les israéliens nous menacent, nous sommes toujours engagés dans la bataille de l’indépendance et nous sommes convaincus que si nous poursuivons cette voie, celle de la lutte pour l’indépendance totale du Liban, nous réaliserons ce dessein. Nous allons défendre l’indépendance totale du Liban avec notre sang et nos corps.

2- Liste de terrorisme

Récemment, de nombreux mouvements de résistance à travers le monde, ont été inscrits sur la liste des organisations terroristes, que ce soit leurs dirigeants, leur cadres, ou tout le mouvement. Ce processus se poursuit avec les pays où la résistance est effective et ce qui se passe au Liban aura des répercussion graves. Parallèlement, le processus d’accélération du processus de normalisation israélien avec de nombreux pays arabes, dont le dernier en date est ce qui s’est passé au Maroc, est honteux et indigne. Ces deux processus sont accompagnés du processus de l’étau économique de celui des menaces émises par de nombreux états contre toute personne qui soutient la résistance ou tout mouvement de résistance …

L’inscription du Hezbollah sur les listes du terrorisme, pourrait être liée aux développements dans la région ou les élections législatives, l’inscription de la résistance sur des listes terroristes n’affectera pas la détermination de la résistance encore moins la conscience de l’environnement de la résistance.

Tout cela n’affectera point la détermination de la résistance et de tous les mouvements de résistance, les efforts de nos ennemis pour casser toute résistance sont voués à l’échec.

3 – Covid-19

Le monde est de nouveau le témoin d’une recrudescence du coronavirus, et au Liban,  la hausse du nombre  des décès et de ceux atteints par le coronavirus est très inquiétant, j’appelle l’Etat libanais à prendre au sérieux cette recrudescence, les hôpitaux ont sonné l’alerte, ce qui exige des efforts de la part de la population en respectant le port du masque etc.

Au début de la pandémie, nous avons annoncé un plan de lutte contre le coronavirus, aujourd’hui j’annonce que nous allons relancer ce plan à 100 pour 100. J’appelle les frères et les sœurs dans nos établissements à se mobiliser, pour servir les gens et les protéger. Le ministre de la Santé doit doubler ses efforts, je souhaite m’adresser au ministre de la Santé et lui dire que nous sommes prêts à lui offrir toute aide en ce qui concerne le cadre humain, certes nous étions aux côtés de l’ex- ministre de la Santé connu pour ses affinités avec le Hezbollah mais notre soutien n’était pas motivé par ses affinités avec le Hezbollah mais plutôt par notre sens du devoir religieux et humain. Nous sommes confrontés à un vrai danger. La question n’est pas liée au succès d’un ministre ou de marquer des points pour un parti ou un autre.

Concernant la question des médicaments, j’appelle l’Etat à revenir sur sa décision de lever son soutien sur certains médicaments.

Notre position sur la levée de tout soutien sans un plan alternatif est claire : nous sommes contre cette décision, or certaines forces politiques ont encouragé cette levée sans élaborer de plan alternatif… il y a des médicaments qu’il faut soutenir car la vie des gens en dépend, qu’on ne prétende pas qu’il n’y a pas de l’argent dans l’Etat, l’Etat peut annuler certains ministères. On peut vivre sans essence mais pas sans médicaments, j’exhorte le Premier ministre, la banque centrale, il faut que l’Etat intervienne car c’est la vie des gens qui est en danger, il ne faut pas lever le soutien aux prix de certains médicaments, et cela n’a rien avoir avec la politique ..

Nous avons convenu de mobiliser nos centres médicaux, nos hôpitaux pour garantir un nombre de médicaments.

4- la hausse du dollar

Il ne faut pas que l’Etat prétende qu’il ne peut rien faire, il ne faut pas permettre au dollar de grimper de manière incontrôlée, comme si l’Etat a réduit son rôle à celui d’un média qui nous prévient que le dollar risque de grimper mais il ne prend aucune mesure courageuse et j’insiste sur le terme courageuse.

5- L’enquête de l’explosion du port de Beyrouth

Concernant les mesures judicaires sur l’enquête de l’explosion du port de Beyrouth… je tiens à rappeler que nous avons exprimé nos craintes que l’enquête menée par le juge d’instruction Tarek Bitar ne soit partiale mais partisane, ces craintes se sont avérées êtres réelles car nous avons découvert que certaines parties judiciaires sont partisanes, et que l’enquête est politisée.

Ce qui s’est passé ces deux derniers jours prouvent que tout ce que nous avons mis en garde durant un an s’est réalisé… récemment , des voix se  sont élevées pour s’interroger comment peut-on révoquer un juge alors qu’il jouit du soutien du monde entier, ces voix traduisent la position des USA qui s’ingèrent dans ce dossier via leur ambassadrice au Liban, et là une question s’impose : y a-t-il  un juge qui osera révoquer le juge Bitar ou d’accepter de mener des poursuites judiciaires contre le juge Bitar ? Un seul a osé prendre une telle position et depuis il a été menacé, sa résidence a été attaquée, son honneur bafoué. Puis vous nous accusez de terroriser des juges ??

Mais encore, nous n’avons pas vu  des juges  impliqués dans cette affaire c’est- à- dire ceux qui ont autorisé l’emmagasinement et le stockage du nitrate d’ammonium dans le port,  poursuivi en justice ?? Ne sont-ils pas suspects ? une question s’impose, elle est adressée aux parties judiciaires :   avez-vous pris des mesures contre ces juges ou bien vous cherchez à les protéger ? Autrement dit, certains juges protègent d’autres juges  alors qu’il y a des fonctionnaires qui pourrissent depuis un an dans les prisons sans avoir été jugé.

6-Le massacre de Tayyouné

Il y a quelques jours, les familles des martyrs, 7 martyrs, ont commémoré la quarantième jour de leurs martyrs tués par le parti des Forces Libanaises, et malgré toutes nos remarques sur le pouvoir judicaire, nous avons convenu avec les familles des martyrs de nous remettre à la justice, et de laisser l’enquête suivre son parcours normal pour juger les coupables, loin de toute vengeance personnelle.

Or, la justice militaire et l’enquête militaire ont subi d’énormes pressions de la part de forces politiques et de la part de références religieuses voire de nombreux suspects se sont refugiés à Maarab (fief du parti des Forces Libanaises de Samir Geagea) pour ne pas être poursuivis en justice, d’autres ont été libérés pour des raisons ridicules, il faut dire qu’il s’agit là d’un comportement dangereux, suspicieux.

Car, les pressions exercées par les forces politiques et références religieuses sur la justice militaire reflètent un mépris des familles, mais ce qui est plus grave c’est que cela pourrait encourager les familles des martyrs à chercher vengeance par eux-mêmes. Je ne menace point mais j’attire l’attention sur ce point, sachant que le Hezbollah et Amal cherchent à leur rendre justice à travers le processus judiciaire traditionnel.

Bref, ce genre de comportement sert leur projet initial, celui de provoquer une zizanie,  or j’insiste de rester dans le cadre de la justice,   mais si l’enquête se poursuit ainsi et que la justice manque à ses obligations,  alors nous serons confrontés à une situation dangereuse.

7-Le projet de distribution du mazout (en chiffres) intitulé alléger la souffrance du peuple libanais

Il y a quelques mois, nous avons lancé notre plan de sauvetage du peuple libanais pour faire face à la pénurie en essence et en mazout, et mettre un terme aux interminables files d’attente devant les stations d’essence, files d’humiliation. Cela dit, la soi-disant pénurie n’était en fait qu’un sale jeu entre des forces politiques, des cartels corrompus, car ces matières premières étaient bloquées en mer, bref.

A l’époque, nous avons annoncé notre intention de demander le soutien d’un ami, soit l’Iran qui a accepté de nous assurer ces matières, dans le but de briser l’hégémonie des cartels d’essence et de mazout. Or, quand il a été décidé de lever le soutien au prix de ces matières, et quand l’essence est devenue accessible à tous, et que les files d’attente ont disparus, notre promesse d’assurer au peuple libanais de l’essence n’avait plus lieu d’être.

Aujourd’hui, nous réitérons notre volonté et détermination à alléger la souffrance des gens. Nous insistons que nous ne voulons pas entrer en compétition avec les sociétés d’essence etc, et donc nous accordons la priorité au mazout car l’essence est accessible alors que le mazout ne l’est toujours pas à cause de son prix plus élevé sachant qu’il est primordial pour la vie des gens, surtout que nous sommes aux portes de l’hiver..

Notre espoir était de faire venir les navires au port de Tripoli mais, selon nos informations, les USA ont menacé et nous ne voulions pas embarrasser le gouvernement libanais, nouvellement formé, nous avons donc détourné le parcours des navires vers le port de Banias, en Syrie, et nous avons transporté le mazout et l’essence dans des camions citernes, depuis Banias vers Baalbek, malgré tous les dangers du trajet.

Notre projet d’alléger la souffrance du peuple libanais comprend deux étapes, la première s’étalait sur deux mois, et la 2e étape débutera dans quelques jours. Durant notre 1ere étape nous avons défini les parties qui devraient bénéficier prioritarement de mazout durant 2 mois . Puis, nous avons défini les parties à qui nous comptons offrir le mazout à des prix soutenus. Le groupe des dons comporte 80 maisons de retraite, les municipalités les plus démunies qui ont besoin du mazout pour faire fonctionner leurs trombines à eau, 320 sociétés de distribution d’eau, 176 puits, 22 hôpitaux publics, 17 unités de pompiers, sachant que nous leur avons délivrés directement le mazout. Cela dit, nous avons fait face à quelques complications à cause de l’infrastructure de la société Amana qui n’était pas préparée à des demandes aussi nombreuses, provenant de toutes les régions du Liban.

La valeur des dons en mazout est de 2 millions et 600 milles dollars.

Le 2e groupe de ceux qui ont bénéficié du mazout à un prix soutenu comprenait , les boulangeries (316), les générateurs d’électricité  (22.779), les puits d’agricultures (3.787), les usines et les firmes (437), les hôpitaux privés 157, etc

Le coût du soutien au prix du mazout que nous avons vendu au 2e groupe :  7 millions 750 milles dollars. Certains au Liban ont prétendu que le Hezbollah a réalisé des gains, arguant que le Hezbollah a pu soutenir le prix du mazout qu’il a vendu parce qu’il n’a pas payé d’impôt ou de taxes ou de douanes, or un simple calcul prouve le contraire, car ces ignares, noyés dans leur haine et leur rancune, ont oublié que le mazout au Liban n’est soumis ni aux impôts ni aux douanes ni à aucune taxe…

Cela dit, j’avoue que nos mécanismes de distribution étaient lents, ce qui est normal, car nous devions nous assurer que le mazout ne se revende pas dans le marché noir et donc nous devions nous assurer de l’identité des bénéficiaires que ce soit du groupe 1 ou 2.

Nous avons consommé trois navires. Nous avons clôturé la première étape de notre projet d’alléger la souffrance du peuple libanais.

Conclusion : la première étape est estimée à 10 millions de dollars.

Pour ce qui est de la 2 étape de ce projet, elle comprend elle aussi deux groupes : Nous allons offrir un don pour un mois pour le même groupe 1 de la première étape. Par contre, le 2e groupe comprend exclusivement des familles.

Nous avons défini un seul critère, il s’agit de toutes les familles au Liban qui résident dans les régions situées à 500 mètres au dessus de la surface de la mer, le mazout sera offert aux familles démunies  comme dans  la Békaa, et la distribution touchera toutes les régions, le cout du baril sera vendu moins que son prix officiel d’un million de L.L , les frères vont assurer trois services :Distribution, vente en L.L et soutien du prix.

Les moyens de distribution seront différents de la 1ere étape de notre projet car nous ne pouvons couvrir une distribution directe à des centaines de milliers de familles résidant  dans les régions de plus 500 mètres d’altitude, alors nous allons compter sur les municipalités, qui vont définir les familles résidentes et la quantité de mazout qu’ils comptent demander, nous n’avons pas besoin des noms des résidents, ce sont les municipalités  qui coopéreront et coordonneront la distribution du mazout avec Amana .

Avec cette étape, nous aurions clôturé ce projet de soutenir nos gens. Un important stock de mazout se trouve déjà à Beyrouth , d’autres sont en Syrie et des navires sont en route.

8- la  campagne de diffamation contre le Hezbollah

Les armées cybernétiques ou de réseaux sociaux font rage contre le Hezbollah, ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’elles tentent de nuire à l’image du Hezbollah et tentent de lui coller des étiquettes erronées.  Sauf que cette fois, si j’en parle c’est qu’il y a une nouveauté dans ces campagnes.

Ces armées cybernétiques diffusent de faux documents accusant le Hezbollah d’actes ou d’actions inexistantes, le plus hilarant dans cette campagne est que ces documents sont fabriqués par des amateurs, qui ne sont pas des libanais et qui ne connaissent pas le langage du Hezbollah, et donc quand ils prétendent diffuser un document émanant du Hezbollah, les titres utilisés, les verbes, les allocutions prouvent la fausseté du document.

Par exemple :  quand le Hezbollah signe un document, il écrit le Hezbollah- Bureau médiatique, ou bureau politique etc, mais jamais le mouvement de résistance islamique. Ne soyez pas aussi ridicules.

Cela dit, ce qui est regrettable c’est que certains libanais croient ces documents, au point de les diffuser sur certains médias, d’en faire toute une analyse, ou de les exploiter à des fins politiques afin de soulever l’opinion publique contre le Hezbollah. .

FIN

= = =

Lecture complémentaire :

Qu’est-ce que le Hezbollah ? D’où sort-il ? Quels sont ses objectifs politiques, sociaux et militaires ? Est-ce une entité terroriste ou résistante ? Réponses ici :

« Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur », Naïm Qassem, 2005

HBgroupe
Voix et voie de résistance…

Transcription / traduction de la vidéo analyse de la prédiction début novembre d’un nouveau variant COVID par l’ex-conseiller à la sécurité yankee, le général Michael Flynn (Banned Vidéo)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, chine colonialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 29 novembre 2021 by Résistance 71

MF

Excellente analyse d’Alex Jones, qui retrouve son talent de 2007 lorsqu’il produisit ce remarquable documentaire, sans doute son meilleur : « End Game, Blueprint for Global Enslavement » (existe toujours sur la toile en VOSTF pour ceux qui ne l’ont pas encore vu car toujours malheureusement on ne peut plus d’actualité…)
~ Résistance 71 ~

Quand le général Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité des USA, prédisait le variant Omicron plus de deux semaines avant sa découverte

Transcription annonce vidéo d’Alex Jones

27 novembre 2021

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Vidéo: 13 minutes

https://banned.video/watch?id=61a198d9aaac246c59ab3d76

Alex Jones :

Il y a deux semaines aujourd’hui, je m’entretenais sur les ondes avec le Gen. Michael Flynn, ancien conseiller à la sécurité de Président Trump. Il était venu pour annoncer au monde qu’il avait vu tous les signes avant-coureurs de la mise en place d’un nouveau variant du virus COVID, ceci pour créer toujours plus de peur, de contrôle de l’ONU et de mener à bien une sorte de dépression économique et nous voyons maintenant tout cela se dérouler quelques 12 jours après son allocution. Il a fait cette déclaration sur notre antenne et depuis, nous voyons l’ONU, l’UE, Israël, le parti démocrate ici aux Etats-Unis, déclarer qu’ils veulent plus de confinements à cause de ce soi-disant nouveau variant COVID.

[Clip vidéo d’une responsable de l’UE faisant une déclaration sur le nouveau variant]

Comment est-ce que des individus comme le général Flynn, moi-même et autres personnes, peuvent prédire ce qu’il va se passer des semaines, des mois, voire des années en avance ? Parce que les grandes corporations multinationales au travers de leurs think tanks comme celui de la Fondation Rockefeller et l’opération “Lock Step” il y a 12 ans, établissent des scénarios dans lesquels elles prennent contrôle de la planète. Et maintenant, ils avancent leur variant, leur COVID21 par lequel ils vont instaurer une tyrannie mondiale au moyen d’une grille de contrôle “intelligente” (smart grid) et du passeport vaccinal. Mais avant que nous exposions tout ceci, voici le clip de la prédiction, vérifiée depuis, du général Flynn sur la venue d’un nouveau variant COVID, prédiction faite il y a juste deux semaines.

[clip du gen. Flynn sur le plateau d’InfoWars le 12 novembre 2021]

Comment est-ce que le gen. Flynn est-il capable de faire encore et toujours des prédictions qui s’avèrent justes et précises ? Il était un des généraux au Pentagone il y a 10 ans qui disait que la Chine est en train de jouer double jeu avec nous et il fut prouvé qu’il disait vrai il y a quelques années… Comment diable le savait-il ? Parce qu’il faisait sa recherche interne et lisait les documents chinois disant ce qu’il faisaient. Il y a 20 mois en arrière, Pfizer disait que tout ceci serait un excellent business, qu’il y allait avoir des piqures de rappel en plus des vaccins, qu’il y aura toujours de nouveaux variants forçant les gens à se refaire injecter tous les 6 mois, que cette nouvelle thérapie ARNm allait nous débarrasser du système immunitaire des gens, qu’il y aura une douzaine de nouveaux vaccins par an, pas seulement pour le COVID, mais aussi pour les rhumes, les grippes, les pneumonies etc. Ceci est un plan de prise de contrôle mondial via une ID numérique mise sous forme de passeport vaccinal sur lequel viendra se rattacher une taxe carbone et un système de crédit social mondialisés ; tout ceci verra les états-nations devenir totalement serviles non pas seulement à l’ONU, mais surtout aux grandes entreprises transnationales comme Pfizer et Moderna qui ont forcé des douzaines de nations dans le monde y compris les Etats-Unis, à signer des documents secrets résignant toute souveraineté, droits et aussi mettant des terres publiques en garanties pour ces entreprises en échange de quoi, elles nous donneront cet élixir miracle qui va nous protéger de cette si terrible et horrible pandémie. Quand on regarde les véritables chiffres de 2020, on se rend compte que pas plus de gens ne sont morts que d’une grippe normale, mais maintenant nous voyons en 2021 des records de décès dus aux “vaccins”. Il y a cette information très importante émanant d’Afrique du Sud où il est confirmé que les 4 premières personnes infectés par le variant omicron de la COVID, sont des gens ayant reçu deux injections ARNm et ce sont les mêmes types d’information concernant les “vaccinés” en provenance d’Israël, de GB, du Canada, de Gibraltar, de Singapour, disant que la vaste majorité des patients hospitalisés sévèrement malades et mourant sont des patients qui ont reçu deux injections anti COVID. Il y a aussi ces informations en provenance d’Allemagne et de GB, chiffres officiels du gouvernement, montrant qu’il y a le double de personnes vaccinées mourant de conditions COVID que de personnes non vaccinées. Cette simple information est déjà explosive en elle-même, mais la plus grande des prédictions faite par Flynn ne fut pas celle du nouveau variant impliquant plus de confinements, mais qu’ils allaient utiliser tout ça pour faire chuter les cours boursiers dans le monde, ce qui permettra une clique d’initiés de venir tout racheter pour une bouchée de pain. Ceci constitue la guerre moderne, ceci constitue ce qu’ils appellent “la grande réinitialisation”, où les globalistes vont contrôler l’ensemble de nos sociétés et plus nous acquiesçons plus nous acceptons, plus nous acceptons ces passeports vaccinaux et au plus de pouvoir nous donnons à ces groupes criminels, qui ont un historique de produire et de balancer dans la nature des virus auparavant, qui ont un historique dans la pratique d’expérimentation secrète sur le public, qui ont un historique d’avoir diffusé sur le marché des médicaments qui ne marchaient pas et étaient dangereux, ils ne payèrent que quelques amendes sur les immenses profits qu’ils engrangèrent.

[clip d’un officiel israélien parlant du nouveau variant en Af’sud et de la préparation d’Israël à cette situation]

N’est-il pas intéressant qu’Israël ait mené un exercice il y a quelques semaines pour étendre leur loi martiale en fonction d’un nouveau variant, n’est-ce pas un super timing de la chose ? Si nous prenons du recul et regardons la situation, nous savons ce qu’il s’est passé : un conglomérat d’entreprises multinationales qui ont créé l’ONU avec la Fondation Rockefeller, a travaillé en utilisant Anthony Fauci, Bill Gates et autres, pour développer des armes biologiques au laboratoire de Wuhan en Chine, ils créèrent de nouvelles formes de vie, des espèces différentes de virus combinées ensemble et ont disséminé ces nouveaux organismes, ces créatures étrangères crées en laboratoire. Les entreprises qui les ont créées détiennent maintenant les brevets de ces inventions ce qui leur permet dans le futur de développer des vaccins eux-aussi patentés et ces vaccins ne sont pas des vaccins mais des thérapies géniques qui induisent le corps à produire des variants et de sérieux syndromes en effets secondaires. Ce furent Fauci et Gates et quelques autres qui ont travaillé ensemble et qui ont transféré du laboratoire de Chapel Hill en Caroline du Nord, leurs trouvailles au laboratoire de Wuhan, dans un endroit neutre, où rien ne pourrait être blâmé sur l’ONU ou sur l’UE ou sur les Etats-Unis ni sur les Chinois, personne ne pourrait être blâmé sans avoir à blâmer les autres groupes. Ainsi, ce projet de gouvernement mondial a pu le lâcher dans la nature afin de contrôler le monde via une ID numérique mondialisée, un passeport vaccinal, la taxe carbone, la grille de surveillance, la peur, la dépopulation, ils vont obtenir tout le contrôle qu’ils veulent. Voilà ce qu’est la guerre du XXIème siècle, la prise de pouvoir mondial et comment j’ai pu prédire durant toutes ces années que ceci allait se produire, parce que dans leurs documents internes, ceux de la John Hopkins U, de Davos, de la Bill & Melinda Gates Foundation, la Fondation Rockefeller, la Fondation Carnegie, ils sont obsédés par la création de virus et de les utiliser pour contrôler le monde. Ils ont commencé à se vanter de tout cela dans les années 90, aussi il y a quelques années sur C-Span, qu’un nouveau virus en provenance de Chine pourrait éradiquer le système de santé. Tout a été fait pour amener la nouvelle technologie ARNm afin de pouvoir mettre en place un système de dictature planétaire, ce qui représente le fer de lance d’un système de pouvoir corporatiste fasciste. Mesdames et messieurs, tout ceci a été pondu dans un laboratoire de haute sécurité P4 multinational. Ceci a été mis en gestation dans le plus horrible des régimes communistes que le monde ait jamais vu : la Chine communiste. Ceci fut lâché sur le monde avec la complicité de nos institutions, de l’UE autoritaires corrompues, ceci pour créer un climat de peur absolue propice au contrôle des esprits ; en ayant même le Pentagone, l’armée britannique, canadienne, australienne et autres, utilisant des opérations psychologiques interdites sur le public pour l’amener à la soumission et lui faire accepter cette forme de loi martiale mondiale, une loi martiale sanitaire dont ils disent qu’ils vont pousser sur le virus puis mettre en place des confinements anti-carbone routiniers pour couper les émissions de CO2 et “sauver la planète”, mais tout cela ne fait qu’augmenter la technocratie qui voit votre téléphone portable vous donner l’autorisation de sortir de votre maison ou pas, vous devenez des prisonniers de votre propre maison alors que le monde entier devient un gigantesque camp de concentration à ciel ouvert. 

Pour résumer : ceci constitue une prise de contrôle corporatiste multinational mondialisé où ils utilisent la peur et le virus pour engranger des dizaines de milliers de milliards de dollars chaque trimestre, ils utilisent ce fric pour acheter les infrastructures et faire passer sur nous le coût de l’inflation. Ils utilisent tout ceci comme prétexte pour amener le monde vers une dépression économique fabriquée qu’ils pourront blâmer sur le COVID19 qu’ils ont eux-mêmes créé pour ensuite se poser en “sauveurs” en nous menant pas à pas vers un niveau de tyrannie toujours plus oppresseur et répressif. Ils répètent simplement ce processus encore et encore et encore… Je vous ai dit cela il y a 10 ans déjà, il y a 20 mois quand tout ceci a commencé et que ce ne sera pas une question de deux semaines pour “aplatir la courbe”. Je vous l’avais dit : le plus dur dans ces deux semaines pour “aplatir la courbe”, ce sont les deux premières années… Bientôt, ce sera les 10 premières années, ceci est le grand coup du Nouvel Ordre Mondial, ceci est l’agenda de dépopulation généralisée. Ils essaient maintenant d’imposer le second confinement mondial qui sera plus intense que le dernier. Nous sommes dans le processus de serrage de vis, desserage de vis, serrage de vis,,, puis les globalistes vont larguer de vrais virus bien mortels sur les populations affaiblies pour une grande dépopulation. Ce n’est qu’en nous éveillant à cette réalité et en la refusant que nous avons encore un futur. Accepter, toujours accepter plus ne vous aide pas ni vous ni votre famille, cela ne vous protège pas. Il est certain que vous et votre famille serez lentement affamés et finalement tués.

Je suis Alex Jones, la balle est maintenant dans votre camp, que dieu vous garde et bonne chance.

= = =

A lire notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

AJIW1

Et pendant ce temps là… la popote financière oligarchique bat son plein : Vanguard, BlackRock et Rothschild… suivez le pognon !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , on 28 novembre 2021 by Résistance 71

BRVG

Vanguard et Rothschild

Parabellum 666

Novembre 2021

Ce qui suit est un complément de l’analyse en 5 parties “Quand COVID rime avec Rothschild” que nous avions publiée à partir de février 2021 (Résistance 71)

https://zupimages.net/up/21/46/kwo6.jpeg

Les trois fonds qui contrôlent « corporate America »

En quelques années, Vanguard, State Street et BlackRock sont devenus le premier actionnaire de 90 % des entreprises de l’indice S & P. Une influence grandissante qui commence à susciter des interrogations.

« Si ces fonds ne sont pas techniquement propriétaires des actions qu’ils achètent, ce sont eux qui votent en assemblée générale et sont potentiellement les interlocuteurs des états-majors des entreprises. Ils se défendent d’ailleurs d’être des actionnaires passifs, conscients du caractère péjoratif que ce qualificatif revêt aux Etats-Unis, et se présentent ironiquement comme la « main invisible du marché ».

« Par le passé, certains ont pu penser que notre gestion passive s’accompagnait d’une attitude passive en matière de gouvernance, a remarqué le « PDG » de Vanguard, Bill McNabb en 2015. Rien n’est plus faux ».

Si c’est l’ex « PDG » de Vanguard qui le dit…

https://www.lesechos.fr/2017/11/les-trois-fonds-qui-controlent-corporate-america-188436

Sauf que…en y regardant de plus près…

The Vanguard group est le premier actionnaire de BlackRock et de State Street…

BlackRock :

https://zupimages.net/up/21/46/n61v.jpeg

State Street:

https://zupimages.net/up/21/46/34rm.jpeg

The Vanguard group est un fond d’investissement très particulier…

C’est le cas de le dire…

« Vanguard a une structure assez unique en termes de sociétés de gestion de portefeuille. La société est détenue par ses fonds. Les différents fonds de l’entreprise sont alors détenus par les actionnaires. Ainsi, les actionnaires sont les véritables propriétaires de Vanguard. La société n’a pas d’investisseurs extérieurs autres que ses actionnaires. La plupart des grandes entreprises d’investissement sont cotées en bourse. »

https://fr.talkingofmoney.com/who-are-owners-of-vanguard-group

Société américaine de fonds d’investissement. Le groupe est basé à Malvern en Pennsylvanie et offre différents types de placements et autres produits financiers pour des individus, des sociétés ou des investisseurs institutionnels. Le groupe est le gérant d’environ 190 fonds de gestion aux États-Unis et d’environ 230 sociétés en dehors des États-Unis.

Il annonce gérer en décembre 2016 pour plus de 5 100 milliards de dollars américains d’actifs.

7 100 milliards de $ en 2020…

The Vanguard Group détient des parts dans de grandes sociétés comme MichelinPernod RicardMonsantoExxonMobilAlphabetDow Chemical ou encore Foxconn.

Il est le premier actionnaire d’Apple, avec 7,25%, et actionnaire d’Amazon, avec 6,20 % des actions.

Il est aussi actionnaire d’American Express pour  5,78% de son capital.

Mais également premier actionnaire deJP Morgan avec 8.30%…

Premier actionnaire de Citigroup avec 7,83%…

Premier actionnaire de Goldman Sachs avec 7,23 %…

Deuxième actionnaire de Bank of America avec 6,93 % derrière Berkshire Hathaway, Inc. (Warren Buffett)…

Actionnaires de BNP avec 2,24 %…

Actionnaires de Deutsche bank avec 2,40 %…

Deuxième actionnaire de Banque of china ltd avec 2,94 %…(derrière le PCC)

Deuxième actionnaire de China construction bank avec 1,21 %…(derrière le PCC)

Actionnaire de Mitsubishi UFJ Financial Group, Inc. avec 2,32 %

Deuxième actionnaire d’HSBC avec 3,07 %

En poursuivant les recherches sur cette liste de banques :

https://fr.fxssi.com/top-20-des-plus-grandes-banques

The Vanguard group réapparaîtrait certainement de nombreuses fois…

Systématiquement même…

Oserais-je dire…  « systématiquement Rothschildien »

https://www.wikizero.com/fr/The_Vanguard_Group

https://zupimages.net/up/21/46/3asv.jpeg

Pas de BlackRock ou de State Street au seing des actionnaires de Vanguard…

Notez que la liste des actionnaires connus ne représente que 52.02 %…

Qui sont les 47.98 % restants ?

Qui est la main invisible de Vanguard ?

Affiche intéressante du célèbre jeu pour PlayStation…

« l’appel du devoir »…

Ça colle tellement bien au sujet…

https://zupimages.net/up/21/46/h6yp.jpeg

Dans mes dernières recherches que le groupe 71 a eu la gentillesse de publier…

J’exposais le lien entre Vanguard et la famille Rothschild…

Retour en arrière…

RIT Capital Partners …

« En 1961, la société a été fondée, à l’initiative de Jacob Rothschild, pour servir la succursale anglaise de la famille Rothschild pour des investissements en dehors de leur banque N M Rothschild & Sons : elle a été nommée « Rothschild Investment Trust ».En 1980, il y a eu un conflit entre Jacob Rothschild et Evelyn de Rothschild »

https://en.wikipedia.org/wiki/RIT_Capital_Partners

Les frangins anglais…

https://kontrainfo.com/wp-content/uploads/2016/11/Lord-Rothschild-Sir-Evelyn-Rothschild.jpg

Lien avec the Vanguard group et RIT Capital Partners / Rothschild

RIT CAPITAL PARTNERS PLC (LEI: P31Q1NLTW35JJGHA4667)

26 April 2018

Election of Directors

Following the passing of all resolutions by shareholders at its Annual General Meeting, RIT Capital Partners plc (‘RIT’) announces the following elections to the Board with immediate effect:

André Perold

André Perold has been elected to the Board as a Non-Executive Director.  Mr Perold is a Co-Founder, Managing Partner and Chief Investment Officer of HighVista Strategies, a Boston based investment firm. He is a board member of the Vanguard Group, the global investment company and also serves on the Investment Committee of the Partners Healthcare System.

Mr Perold will sit on the Audit & Risk Committee.

There are no other details that require to be disclosed in respect of the appointment of Mr Perold  pursuant to Rule 9.6.13 of the UK Listing Rules.

Élection des administrateurs

Suite à l’adoption de toutes les résolutions par les actionnaires lors de son assemblée générale annuelle, RIT Capital Partners plc (‘RIT’) annonce les élections suivantes au conseil d’administration avec effet immédiat :

André Perold

André Perold a été élu au conseil d’administration en tant qu’administrateur non exécutif. M. Perold est cofondateur, associé directeur et directeur des investissements de HighVista Strategies, une société d’investissement basée à Boston. Il est membre du conseil d’administration du Vanguard Group, la société d’investissement mondiale et siège également au comité d’investissement du Partners Healthcare System.

M. Perold siégera au comité de l’audit et des risques.

Il n’y a pas d’autres détails qui doivent être divulgués en ce qui concerne la nomination de M. Perold conformément à l’article 9.6.13 des règles de cotation du Royaume-Uni.

https://www.investegate.co.uk/article.aspx?id=201804261241412611M

Parcours

André Perold a rejoint Vanguard en 2018.

André Perold est actuellement

Lien avec Rothschild and co…branche (americano) française…

Bref rappel…

Changement d’époque. Quatre ans après avoir pris la succession de sir Evelyn à la tête de la maison britannique du groupe Rothschild, David de Rothschild poursuit la réunification des deux branches de la famille. Au terme d’une réorganisation annoncée hier, la branche britannique deviendra minoritaire dans le groupe au bénéfice de la française. Le holding coté Paris Orléans, structure de tête regroupant les intérêts français, va racheter pour 446 millions d’euros les 50 % détenus par la famille de sir Evelyn dans Concordia BV, un holding intermédiaire, actionnaire indirect des activités bancaires.

La branche française étant majoritaire dans le holding familial, la prise de décision s’en trouvera simplifiée. « Il n’y a plus de raison de parler de branche anglaise et de branche française aujourd’hui », résume David.

http://photos.geni.com/p13/be/f9/2c/f0/5344484225c10e80/david_de_rothschild_profile_300x293_large.jpg

https://www.lesechos.fr/2007/07/la-branche-francaise-de-la-famille-devient-majoritaire-dans-le-groupe-rothschild-535473

Rothschild co (ex Paris Orléans) Est une société cotée en bourse pour financer ‘Euronext Paris et contrôlé par la branche française et anglaise du Rothschild famille. Rothschild Co est la société phare du groupe bancaire Rothschild et contrôle les activités de N M Rothschild Sons et Rothschild Cie Banque.

https://boowiki.info/art/les-banques-francaises/rothschild-co.html 

lien avec Vanguard…

Actionnaires de Rothschild and co…en février 2021…

Rothschild Concordia SAS 27,104,652 34.9%
Rothschild & Co SCA 5,882,880 7.58%
Maurel Bernard Family 4,229,704 5.45%
Jardine Matheson Holdings Limited 4,217,310 5.43%
De Edouard E A Rothschild 4,057,079 5.23%
Global Alpha Capital Management Ltd. 1,043,918 1.34%
Invesco Advisers, Inc. 811,398 1.05%
François Henrot 762,470 0.98%
Norges Bank Investment Management 754,406 0.97%
The Vanguard Group, Inc. 705,469 0.91%

https://zupimages.net/up/21/46/a9vb.jpeg

Il est intéressant de noter quelque chose…

Si on revient sur les actionnaires de Vanguard…on s’aperçoit que son premier actionnaire est Dimensional fund advisors avec 7,58 %.

L’entrée en tant que premier actionnaire de Vanguard par « Dimensional fund advisors » est récente.

Et il se trouve que ce nouveau venu est également devenu actionnaire de Rothschild & co…

Capture d’écran de novembre 2021…

https://zupimages.net/up/21/46/pkhy.jpeg

Selon moi…un lien est bien établi entre Vanguard et David de Rothschild (Rothschild & co) et Jacob de Rothschild (RIT capital partners).

Je remets ici la citation de l’ancien « PDG » de Vanguard…

« Par le passé, certains ont pu penser que notre gestion passive s’accompagnait d’une attitude passive en matière de gouvernance, a remarqué le « PDG » de Vanguard, Bill McNabb en 2015. Rien n’est plus faux ».

Dites-vous bien également qu’il y’a forcément une réunion annuelle des actionnaires de Rothschild & co au moins une fois par an…

Imaginez-vous la puissance de feu financière autour de la table ?

Il est évident que nous sommes en présence d’une chaîne de Ponzi…

Pour finir…

Actionnaires de Sberbank devenue récemment SBER…

Le gouvernement russe rachète Sberbank pour financer les dépenses sociales

Par Le Figaro avec AFP

Publié le 12/02/2020 à 16:12

Le ministère russe des Finances s’apprête à prendre une participation majoritaire dans la première banque du pays, Sberbank, actuellement détenue par la Banque centrale, une manoeuvre qui doit faciliter les dépenses sociales prévues par Vladimir Poutine.

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-gouvernement-russe-rachete-sberbank-pour-financer-les-depenses-sociales-20200212

https://zupimages.net/up/21/46/o846.jpeg

Gazprom…

https://zupimages.net/up/21/46/ad4t.jpeg

https://www.zonebourse.com/cours/action/GAZPROM-4001050/societe/

Un diagramme intéressant…

https://www.dzig.de/sites/default/files/Putin-Rothschild-Rockefeller.htm

https://zupimages.net/up/21/46/vc5z.jpeg

A

https://zupimages.net/up/21/46/93sv.jpeg

https://zupimages.net/up/21/46/tzxc.jpeg

https://zupimages.net/up/21/46/knzo.jpeg

https://zupimages.net/up/21/46/zkiw.jpeg

Merck…https://zupimages.net/up/21/46/nueh.jpeg

Macron & Rothschild & co…

Tirs à balles réelles…pour être raccord avec l’article…

https://zupimages.net/up/21/47/umba.jpeg

https://i.postimg.cc/XJ7sJVrZ/680-F821-D-05-C6-4-DE2-BA3-A-A22-BC66-C69-BC.png

https://zupimages.net/up/21/47/udeb.jpeg

https://zupimages.net/up/21/47/0rdh.jpeg

Le Keizer à toute l’attention de notre première dame…Jean-Brigitte…

Dans le rapport annuel public de la banque Rothschild & co…

Alexandre le bienheureux fait une entrée remarquée et remarquable…

https://zupimages.net/up/21/47/gc1u.jpeg

https://zupimages.net/up/21/47/uvkc.jpeg

« Auparavant, Alexandre de Rothschild a travaillé chez Bank of America à Londres et Bear Stearns à New York, où il a développé son expertise en matière

de capital-investissement et de banque d’investissement. »

Vanguard…Deuxième actionnaire de Bank of America avec 6,93 % derrière Berkshire Hathaway, Inc. (Warren Buffett)…

Warren buffet…grand pote de Bill et Melinda gates…

Le portefeuille de Warren Buffet :

Industrie (1) : UPS

Finance (14) : Bank of America, Wells Fargo, American Express, Moody’s Corporation, JP Morgan, US Bancorp, Bank New York Mellon, Visa, Mastercard, PNC Financial Services Group, M&T Bank Corp, Global Life, Synchrony Financial, Goldman Sachs

Technologie de l’information (3) : Apple, VeriSign, StoneCo

Immobilier (1) : Store Capital

Consommation défensive (6) : Coca Cola Company, Kraft Heinz, Costco Wholesale, Kroger, Mondelez International, Procter & Gamble

Consommation discrétionnaire (4) : General Motors, Amazon, Restaurant Brands International, RH

Matériaux de base (1) : Axalta Coating Systems

Énergie (2) : Suncor Energy, Occidental Petroleum

Services de télécommunications (8) : Charter Communications, Liberty SirusXM Group (Ticker : LXSMA et LXSM), Sirius XM Holding, Liberty Global PLC (Ticker : LBTYA et LBTYK), Liberty Latin America (Ticker : LILA et LILAK)

Santé (4) : DaVita Inc, Teva Pharmaceuticals, Biogen, Johnson & Johnson

Chercher Vanguard, State Street et BlackRock dans ce portefeuille…c’est rigolo…

https://zupimages.net/up/21/47/2p5x.jpeg

https://zupimages.net/up/21/47/9zkm.jpeg

Bears Stearns…

« Le 16 mars 2008, annonce de l’acquisition de Bear Stearns, qui comptait alors 14 000 employés5, par JPMorgan Chase Bank à 2 $ l’action 5. Elle en valait 130 en octobre 2007 et plus de 60 le 12 mars. Le 24 mars suivant, JPMorgan réévalue son offre à 10 $ l’action (les bureaux de Madison Avenue inclus5). La transaction a été aidée par la Fed5. En avril 2008, une enquête est en cours par les tribunaux du Delaware sur la légalité de cette acquisition par JPMorgan Chase. »

On notera également qu’il détient…Alexandre…41 615 parts de la banque…

Son père en détenant encore 2520…

Maintenant à la tête de la banque…

Il va commencer à se faire les dents…

Il ne doit pas manquer…lui… d’instinct de tueur…

Amschel Mayor James Rothschild lui passe le bonjour…

Dans la fiche du gouvernement 2020 de la banque…David de Rothschild est encore présent…bien sûr…

Mais il y’a une petite présentation qui n’était pas là l’année précédente…

https://zupimages.net/up/21/47/mopp.jpeg

« David de Rothschild a commencé à travailler pour le Groupe il y a plus de 40 ans. En 1981, la Banque Rothschild, société fondée en 1812 par James de Rothschild sous le nom de Rothschild Frères, est nationalisée par le gouvernement Français. David de Rothschild et son cousin Éric de Rothschild joignent alors leurs forces pour regagner le droit de créer une nouvelle banque opérant sous leur nom de famille, ce qu’ils obtiennent en 1986. »

Ce qu’il ne dit pas…

C’est que Mitterrand leur a en réalité sauver les fesses en nationalisant leur banque…qui battait sérieusement de l’aile dans les années 80.

Mitterrand a seulement sauver la branche française.

Merci tonton…

Donc désormais…

Le David étant retraité…

Ça va être géopolitique à Donf…

Un beau bordel en Ukraine en perspective…

https://zupimages.net/up/21/47/d98s.jpeg

Et ils vivent vieux en plus…

https://zupimages.net/up/21/47/ifu3.jpeg

RothandCo
Au cœur de l’empire… La City de Londres