Archive for the police politique et totalitarisme Category

Gilets Jaunes: Compte Rendu de l’assemblée des assemblées de St Nazaire du 6 avril 2019

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 6 avril 2019 by Résistance 71


2ème Assemblée des Assemblées St Nazaire

 

Résistance 71

 

6 avril 2019

 

Nous avons suivi ce second jour de l’AdA se tenant à la Maison du Peuple de St Nazaire du 5 au 7 avril courant sur le direct retransmis depuis l’assemblée, dont nous saluons l’excellente initiative.

Nous ne ferons ici que mentionner les thèmes qui furent synthétisés par les portes paroles des groupes de travail et ne commenterons pas sur ce qui fut dit, ce n’est pas ici notre fonction.

Les représentants des groupes de travail ont synthétisé et parfois soumis à l’évaluation collective, le travail effectué sur les thèmes suivants:

  • Coordination et communication: interne et externe (régionale, nationale et internationale). Note faite sur le besoin de traductions
  • Refus de l’implication pour les élections européennes: le consensus étant non à l’UE, oui à l’union des peuples…
  • Nécessité d’un développement généralisé des Maisons du Peuple
  • Les revendications du mouvement: pas de consensus
  • Le municipalisme / communalisme populaire ou citoyen: choix de terminologie politique. Les assemblées sont les communes. Doit-on coopérer avec les maires ou entrer en désobéissance civile ?
  • Assemblées constituantes: une proposition (peu claire) fut déboutée en première évaluation
  • L’écologie
  • La session s’est terminée avec la présentation des synthèses de groupes sur les stratégies et actions pour le mouvement: à juste titre, ces synthèses de travail furent faites hors caméras et micros lors de cette phase initiale…

Demain dimanche 7 avril, d’autres synthèses déboucheront sur des votes des délégués et un communiqué officiel de cette Assemblée des Assemblées qui repartira dans les assemblées locales pour débat et vote de validation.

Nous l’avons dit et le répétons alors que Commercy dans un 1er temps et maintenant St Nazaire nous montrent la voie. Nous invitons le plus de personnes possibles à suivre ces débats en direct, pour ceux qui ne connaissant pas le principe et le fonctionnement d’une AG, c’est l’occasion de le découvrir de l’intérieur, ces retransmissions ont une fonction parfaitement éducative en plus de garantir la transparence du processus démocratique réellement en marche, RDV demain à partir de 09h00:

http://giletjaune44.livehost.fr/category/assemblee-des-assemblees/

 


Tout le pouvoir aux Ronds-Points !…

Assemblées Populaires partout, tyrannie nulle part…

Publicités

Gilets Jaunes : La dissidence gagne les forces de répression….

Posted in actualité, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 avril 2019 by Résistance 71


Tout le pouvoir aux Ronds-Points !…

 

Gilets Jaunes: Ces rapports de policiers qui ruinent les versions officielles de leur hiérarchie

 

Investig’action

 

1er avril 2019

 

Source: https://www.investigaction.net/fr/ces-rapports-de-policiers-qui-ruinent-les-versions-officielles-de-leur-hierarchie/

 

Signe alarmant pour le pouvoir, les policiers de base n’hésitent plus à contredire les versions officielles présentées par les autorités et à faire fuiter leurs rapports dans les médias.

On se souvient de la blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues lors de l’acte 11 du 26 janvier. La version officielle voulait qu’il ait été touché par les éclats d’une grenade de désencerclement et non par un tir tendu de LBD 40… jusqu’à ce qu’un policier reconnaisse dans son rapport avoir bien fait usage de son lanceur de balle de défense sur le lieu et dans le créneau horaire correspondant à la blessure du « Gilet jaune ».

Lors de « l’accident » survenu à Geneviève Legay lors de l’acte 19 du 23 mars, c’est encore un rapport de police, mystérieusement parvenu à Mediapart, qui a saccagé la version officielle défendue par le président de la République et le procureur de Nice, contraignant ce dernier à revenir sur ses déclarations précédentes :

« Ce dont on est sûr à la vue des images, pixels par pixels, c’est qu’elle n’a pas été touchée par les forces de police, par un bouclier ou par un homme » Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice, le 25 mars.

« Les blessures de Madame Legay résultent de l’action d’un fonctionnaire de police » Jean-Michel Prêtre, le 29 mars dans une interview à Nice matin.


S.U.P.R.A Gilets Jaunes !

Un mal-être policier de plus en plus criant et ouvertement exprimé

Cette pagaille dans les déclarations officielles des autorités ne témoigne pas d’un amateurisme approximatif de celles-ci, mais plus gravement d’un mal-être de plus en plus profond chez certains éléments des forces de l’ordre devant les consignes qu’on leur demande d’appliquer. Au point de faire fuiter leurs rapports dans les médias.

Sans même parler des suicides – plus de vingt depuis le début 2019 – qui reflètent un malaise encore plus profond dans les rangs policiers, on rappellera aussi les actes d’insubordination sur les lieux de manifestations – comme ce CRS frappant son supérieur hiérarchique à Toulouse en plein acte 15 – et on notera les témoignages concordantsrapportant les propos de policiers de base excédés par les ordres reçus après la « bavure » dont fut victime Geneviève Legay :

« Les mecs qui nous ont mis les menottes avaient honte ! Les gendarmes étaient dépités, et nous ont dit :“C’est Souchi… on peut rien dire, mais faites le nécessaire, vous avez son nom.” Tous les flics avec qui on a parlé en GAV [garde à vue] nous ont supplié de faire quelque chose contre Rabbah Souchi : “On peut rien dire mais vous, vous pouvez” » (un street-medic de Nice le 23 mars).


Liberté = Émancipation !…

= = =

Il n’y a pas de solutions au sein du système, et ne saurait y en avoir, il est plus que grand temps d’en sortir de manière posée et construite.
Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

Résistance 71

 


Vive la Commune !

Gilets Jaunes 19ème round: la dictature technologique déployée en manif…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 mars 2019 by Résistance 71

 

Comme Israël, la France utilise des nanoparticules et des marqueurs chimiques contre les manifestants

 

Al Manar

 

21 mars 2019

 

Source: http://french.almanar.com.lb/1297386

 

Les Gilets Jaunes et les passants sont devenus, à leur insu, des cobayes pour la première expérimentation mondiale sur des humains de nano-particules et de marqueurs chimiques dont l’effet sur les organismes biologiques est encore très mal connu.

Pour le gouvernement français, il s’agit de « produits de marquage chimique codé » inoffensifs qui imprègnent la peau, les cheveux et les vêtements des personnes visées pour une durée variant entre plusieurs semaines et des dizaines d’années.

Officiellement cette technologie floue n’a jamais été utilisée contre des êtres humains. Cependant, des informations précises recueillies auprès de certains professionnels de la sécurité indiquent que lors de l’Acte 18 des Gilets Jaunes (16 mars), des canons à eau et des gaz contenant des marqueurs d’ADN et des nano-particules ont été utilisés contre les manifestants sans que ces derniers n’en aient été avertis au préalable.

Outre les marqueurs chimiques et les nano-particules dont on connaît très mal les effets sur la santé humaine, l’adjonction de nouvelles substances psychotropes aux gaz CS s’assimile à une véritable expérimentation à grande échelle de nouvelles techniques de contrôle social similaires à celles des pires dystopies des films et romans de science-fiction.

Ces « armes à ADN » développés en Grande-Bretagne et largement utilisés par Israël contiennent des substances chimiques et biologiques dont la nocivité sur la santé humaine a été délibérément ignorée, notamment en Israël où des détenus palestiniens affirment avoir contracté divers types de cancers suite à leur marquage ADN ou l’usage d’autres techniques de contrôle impliquant des nano-particules susceptibles d’avoir endommagé le matériel génétique des cellules de leurs organismes.

Le gouvernement français a reconnu avoir utilisé des marqueurs chimiques sur des manifestants à titre d’expérimentation lors des manifestations du 1er mai 2018. Or, les populations auraient dû être averties qu’elles allaient faire l’objet d’expériences interdites.

Pour les défenseurs de tels procédés, les produits de marquage ADN ou ARN ne représentent aucun danger, mais leurs propos ne sont étayés par aucune évidence scientifique.

On sait que l’impact de la plupart des produits biochimiques utilisés sur l’homme ne peut être décelé qu’après des années puisque la plupart des études non positives sont systématiquement censurées par les grandes compagnies de l’industrie chimique.

L’usage des substances psychotiques pour le contrôle des manifestations et des émeutes urbaines s’est révélé bien plus dangereux sûr le terrain.

En 2014, les forces de maintien de l’ordre en Ukraine ont expérimenté des bombes à gaz contenant du LSD fournies par une société israélienne sur des manifestants à Kiev et le résultat fut catastrophique : les manifestants ciblés sont devenus bien plus agités et violents et certains ont commencé à avoir des convulsions violentes avant de se lancer à corps perdu vers les véhicules de police, nécessitant l’usage de balles réelles pour les arrêter.

Au Brésil, la police a expérimenté dès 2016 des substances chimiques censées calmer les émeutiers, mais l’expérience tourna mal et la police a fini par étouffer les violences en utilisant des armes de guerre. En réalité, la substance utilisée ressemblait à une drogue neurotoxique extrêmement dangereuse qui avait un impact direct sur le système nerveux.

En Palestine occupée, les forces israéliennes ont utilisé contre les manifestants certains gaz qui contiennent, outre des perturbateurs endocriniens, des substances hallucinogènes et du LSD afin de rendre les manifestants plus violents afin de justifier l’usage des snipers et des tirs de très haute vélocité (balles en alliage spécial pouvant avoir une vitesse initiale de 1200 m/seconde).

Les gaz utilisés en France pour le maintien de l’ordre incluent le CS (2-chlorobenzylidene malononitrile), des irritants, mais aussi depuis peu des neurotoxiques pouvant profondément altérer les capacités de perception et de conscience.

D’autres types de nano-particules sont de plus en plus utilisés dans le maintien de l’ordre, mais leur usage reste secret, car même les policiers qui les utilisent ne savent pas toujours la nature de l’arme non létale qu’ils utilisent.

Avec les marquages chimiques des individus, les sociétés israéliennes et françaises viennent de franchir un pas supplémentaire dans le contrôle totalitaire de l’individu, jusqu’aux racines de ses cheveux et son ADN.

Source: Strategika 51

 

Attentat de NZ… Flingage réel, flingueur fabriqué, les parallèles avec l’affaire Breivik (VT)

Posted in actualité, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 17 mars 2019 by Résistance 71

 

« Attentat NZ (suite)… Un meurtre de masse israélien ? (VT) »

 

Infos attentat Nouvelle-Zélande: le flingage est réel, le flingueur une fabrication, franc-maçon d’origine judaïque comme Breivik (VT a été hacké 7 minutes après avoir posté ce message)

 

VT

 

Gordon Duff, senior editor avec des sources en Israël, dans les Balkans et en Turquie

 

16 mars 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/03/16/intel-drop-shooting-real-shooter-fake-jewish-born-freemason-like-brevik/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

On a une “OP” qui se déroule. Le même jour, le faux site alternatif “the Intercept” a appelé  le TPI à traduire Assad, le sauveur du peuple syrien, en justice en tant que “criminel de guerre”. Nous attendions qu’ils fassent volte-face sur leur fausse critique d’Israël, alors que ce pays va maintenant faire face au fait d’être totalement complice pour avoir entraîné et armé le flingueur juif en Nouvelle-Zélande.

Commencez à bien observer, les cafards commencent à sortir de la menuiserie sur ce coup là. Confirmé, le journaliste Glenn Greenwald est pur Mossad ce qui fait de Snowden une grosse supercherie, tout autant que l’agent formé en Israël: Julian Assange. Le site de l’Intercept, très puissamment financé, était sous étroite surveillance. Nous savions que c’était trop beau pour être vrai.

Le tueur en série de Nouvelle-Zélande s’est entraîné en Israël en 2017 et 2018, puis a visité la Turquie et les Balkans, ceci est confirmé.

Lorsque des tirs d’arme automatique ont résonné à moins de 2km d’un commissariat de police néo-zélandais, la police truffée de franc-maçon a attendu, attendu, attendu, attendu et finalement, 17 minutes plus tard, s’est pointée. Nous avons vu cela aussi lors du carnage de Colombine et dans pratiquement tous les flingages de masse depuis, à de rares exceptions près.

Le 7 novembre 2018, à Thousand Oaks en Californie, un policier est entré dans un bar, arme à la main, pour tenter d’interrompre un meurtre de masse qui s’y commettait (attribué à un jeune ancien combattant ex-Marine de 28 ans, Ian Long). Ce policier fut assassiné sur la scène même du crime par ses propres collègues. Il ne connaissait pas les règles.

Notre histoire débute en 1948 lorsqu’une famille juive appauvrie quitte la Palestine pour la Grande-Bretagne, puis l’Australie, où elle obtient la citoyenneté en 1970 . Cinq ans plus tard, naît un fils, qui dans les 42 années écoulées, ne vieillit que de 28 ans. Avec la famille vivant maintenant en Australie, le père meurt de mésothélioma (cancer causé par l’amiante) et “Brenton” hérite soudainement de quelque argent pour voyager dans le monde, en tant que descendant de famille de l’holocauste, il n’a plus de famille hors d’Australie.

Quelques soient les voyages figurant sur la liste, dont nous avons des comptes-rendus toutes les heures, un grand séjour en Israël en fait partie, suivi de la Turquie et puis un tour des camps d’entrainement francs-maçons / néo-nazis, les mêmes endroits et services qui ont formé Anders Breivik, le flingueur de masse norvégien.

On se rappelle de Brevik et de sa petite berline Opel et la bombe à l’essence et engrais équivalente à 50 t d’explosif dans un véhicule qui est catalogué par le loueur de voiture Hertz comme un “véhicule pour deux passagers et une valise”.

Les mensonges s’entassent et la planification et l’exécution de ce meurtre de masse à Christchurch va de l’Australie et la NZ en Israël et dans les Balkans. Tout au sujet de Brenton Tarrant est mensonge, et les mensonges s’entassent.

La complicité de la police est confirmée, encore et encore, pas seulement en NZ et en Australie, mais ce faux Brenton Tarrant a voyagé autour du monde en tant que terroriste avec l’aide de quelques personnes puissantes, tout comme Anders Brevik, le tueur en série “norvégien”, l’avait fait.

Nous faisons déjà face à des histoires conflictuelles, des vidéos qui disparaissent, mais les mensonges n’ont fait que commencer. Les sources de renseignement, énervées envers un autre homme de paille envoyé pour abattre de l’innocent, balancent leurs données et infos à VT.

L’information ci-dessous nous est parvenue aujourd’hui en hébreu et en arabe et attend d’être confirmée.

Le groupe de planification incluait 4 femmes qui sont en ce moment en NZ dans un tour organisé touristique. Nous ne pouvons pas dire d’où elles viennent parce que nous ne le savons pas pour l’heure et qu’on ne va pas inventer des trucs.

Il y a des confirmations multiples du fait qu’il y a eut des notifications préalables de l’attentat et de l’implication de membres de la police néo-zélandaise, de sa hiérarchie dont bon nombre appartient à des loges maçonniques. Ceci est identique à ce qui s’est produit lors de la fusillade perpétrée par Anders Brevik, qui fut aussi un évènement “sponsorisé” par la franc-maçonnerie. Si vous vous rappelez bien, Brevik fut autorisé à acheter une grande quantité d’engrais, des fusils d’assaut, de participer à des camps d’entrainements d’organisations neo-nazis et pro-sionistes (maintenant la même chose) en Europe, ce que notre flingueur “attrapé” Brenton Terrant a également fait.

On assura une filière de sortie à Terrant pour après les attentats, tout comme pour Brevik, qui vit maintenant dans un appartement privé et peut sortir régulièrement. La NZ a aboli la peine de mort en 2007 et l’Australie en 2005.

Le “Brenton Tarrant” de 28 ans a en fait 42 ans, ceci est confirmé. Voir la biographie du “faux Tarrant” dans le Telegraph UK:

“Le jeune Brenton Tarrant venait juste de célébrer son anniversaire. Il grandirait pour jouir d’une enfance et adolescence normales dans le Grafton rural de Nouvelle Galles du Sud avec ses parents et sa sœur.

Rien ou si peu pointait vers l’horreur qu’il allait perpétrée.

De fait, il se décrit lui-même comme un “homme blanc ordinaire”, né dans une famille ouvrière au bas revenus et de descendance écossaise, irlandaise et anglaise.

En tous points, sa vie était banale, quittant l’école pour devenir préparateur physique dans une salle de gym locale. Il n’a eu “aucun intérêt” en l’éducation ou pour quoi que ce soit proposée par les cursus universitaires.

Mais en 2010, son père Rodney, un athlète, est mort d’un cancer lié à l’exposition à l’amiante et peu de temps après, ayant touché quelques fonds d’héritage, Tarrant quitta la maison familiale pour voyager dans le monde.

Pendant les années où il fut loin du foyer, sa mère, professeur d’anglais, écrivit en ligne a quel point elle se languissait de son “fils incroyable” bien qu’elle dit alors “comprendre sa volonté d’errance”. Elle écrivait avec tendresse sur son “Brento” et paraissait totalement inconsciente du monde dans lequel il vivait.

Les voyages de Tarrant le menèrent à travers une grande partie de l’Europe, en Corée du Nord, en Inde et au Japon. L’an dernier il décrivait le Pakistan comme un “endroit incroyable rempli de gens les plus gentils et hospitaliers. La beauté de Hunza et de la vallée de Nagar ne peut pas être égalée.’, écrivit-il en ligne selon le Sydney Morning Herald.

Le faux garçon de 28 ans, mais de 42 ans, de parents britanniques d’origine juive dont la famille quitta les territoires palestiniens occupés durant la guerre de 1948 pour venir en GB puis en NZ, y restèrent 11 ans puis s’installèrent en résidence en Australie, en obtenant la nationalité en 1970.

Brenton a été en territoires occupés en 2017 et 2018 au cours de visites longues de 6 mois. Il est membre du Masonic Forum de Canberra, la capitale australienne, listé comme quelque chose d’autre qu’une organisation sociale.

Avant l’attaque [de Christchurch], 12 bombes furent implantées dans la même zone de la mosquée et étaient connectées pour exploser sur signal de téléphone cellulaire. Ce système fut désamorcé par la police après que toutes les maisons eurent été évacuées.

Une arme automatique est faite pour pouvoir tirer toutes les munitions d’un chargeur sur une pression unique de la queue de détente, sans avoir à presser celle-ci pour chaque coup tiré par des armes israéliennes. Les munitions et les armes ont été fabriquées en Israël.

La fusillade a duré 17 minutes et 4 secondes, temps bien suffisant pour la police de se rendre compte que l’attaque sur la mosquée se produisait à seulement moins de 2km d’un commissariat de police, ce qui immanquablement fait se poser des questions légitimes au sujet des autorités néo-zélandaises. La NZ est un pays qui combat l’islam et la plupart de sa hiérarchie officielle appartient à des loges maçonniques.

L’évènement fut filmé par le terroriste en guise d’offrande de sacrifice au diable dans un rite maçonnique tout comme photographier le Razila au pied de la pyramide et le meurtre d’enfant et l’avion éthiopien etc, etc…

 


La NZ est un des « 5 yeux » de l’empire

Terrorisme d’État: Destruction de la cabane des Gilets Jaunes de Commercy sur ordre du maire… Est-ce bien surprenant de la part d’un larbin ?…

Posted in actualité, altermondialisme, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 mars 2019 by Résistance 71


Tout le pouvoir aux Ronds-Points !
Tout le pouvoir aux Cabanes !

 

Destruction de la cabane des Gilets Jaunes de Commercy

 

Manif-Est

 

13 mars 2019

 

url de l’article:

https://manif-est.info/Destruction-de-la-cabane-des-Gilets-Jaunes-de-Commercy-979.html

 

Aujourd’hui, Jérôme Lefevre, le maire de Commercy, s’enfonce dans la violence antidémocratique. Après un référendum local qui a montré que les Commercien-ne-s soutenaient massivement le maintien de la cabane des Gilets Jaunes, il a pourtant ordonné sa destruction.

Pire que cela, il a lui-même participé au démontage de notre cabane montrant ainsi toute l’étendue du mépris qu’il a pour l’opinion de ses concitoyens. De même que pour toutes les cabanes de Gilets Jaunes détruites partout en France, en détruisant ce symbole de la lutte populaire et de la solidarité, le maire de Commercy s’affiche dans la droite ligne du gouvernement Macron.

Un autoritarisme borné, une absence totale de considération pour la souffrance du peuple. Face à ces despotes, une seule solution : continuer le mouvement et le renforcer. D’une manière ou d’une autre nous sommes là et y resterons. De toute façon, notre cabane est toujours debout dans nos cœurs. La souffrance, la colère et la solidarité lui servent de murs.

Stop aux injustices !

Stop aux violences d’État !

Stop au mépris des élus !

Vive l’assemblée populaire !

==

Rappel de l’appel des Gilets Jaunes de Commercy:

Le 1er appel des GJ de Commercy

Le second appel des GJ de Commercy

Le texte du 1er appel

Appel de la 1ère assemblée des assemblées

Dossier Gilets Jaunes

 

1er appel des Gilets Jaunes de Commerce:

 

 

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 

Communiqué de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) et des juifs antisionistes

Posted in actualité, colonialisme, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 21 février 2019 by Résistance 71

« Le lobby juif américain l’AIPAC n’est pas non plus réticent au sujet de son agenda, de ses pratiques et de ses succès. L’AIPAC, le CFI au Royaume-Uni et le CRIF en France opèrent ouvertement et se vantent très souvent de leurs succès.
Nous nous sommes accoutumés à voir nos leaders démocratiquement élus faire la queue sans honte pour s’agenouiller devant leurs maîtres-payeurs. Les néo-conservateurs n’ont jamais fait tentative de masquer leurs étroites affiliations sionistes… Mais bien qu’elles soient omniprésentes, ces entités de l’AIPAC, CFI, CRIF, ADL etc ne sont que des symptômes du pouvoir juif. Le véritable pouvoir juif réside en fait dans le pouvoir, la capacité de réduire au silence toute critique du pouvoir juif. »

~ Gilad Atzmon, 2017 ~

Halte à l’amalgame ! Une position antisioniste est une position POLITIQUE. Y a t’il des anti-sionistes antisémites ? Probablement, ne nous voilons pas la face, mais comme les poissons volants « ils ne constituent pas la majorité du genre » dans ce domaine… Nous sommes ici dans le cas par cas et il est HORS DE QUESTION d’accepter tout amalgame. Quand on pond une loi, c’est ce qu’on fait: de l’amalgame en l’occurence ciblé et biaisé en faveur d’un intérêt particulier, mais doit-on encore prouver que l’État n’est que ça: le perpétuation et la protection des intérêts du plus petit nombre… L’État n’est bon qu’à réprimer, en général à sens unique.
Prenez la citation ci-dessus: Gilad Atzmon, grand artiste israélien, né en Israël dans une famille sioniste, lui-même longtemps sioniste, puis réflexion, révélation, exil au Royaume-Uni et devenu grande voix anti-sioniste s’il en est une. Qui accuserait Atzmon d’antisémitisme ? Il en va de même avec les grands critiques juifs du sionisme, les Schlomo Sand, Illan Pappe, Norman Finkelstein, Uri Avreny et bien d’autres.
Gilets Jaunes ! Ne nous laissons pas embarquer dans cette manipulation qui ne vise qu’à enterrer le mouvement. Si des propos racistes sont tenus, les auteurs en subiront les conséquences d’une manière ou d’une autre, mais refusons la grande salade de l’amalgame qui ne vise qu’à enterrer et étouffer toute critique.

Merci à l’UJFP d’avoir publié ce communiqué ci-dessous… A lire et diffuser sans aucune modération !

~ Résistance 71 ~

 

Nous sommes juifs et nous sommes antisionistes

 

Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

 

18 février 2019

 

url de l’article: https://www.ujfp.org/spip.php?article6938&lang=fr

 

Nous sommes juifs, héritiers d’une longue période où la grande majorité des Juifs ont estimé que leur émancipation comme minorité opprimée, passait par l’émancipation de toute l’humanité.

Nous sommes antisionistes parce que nous refusons la séparation des Juifs du reste de l’humanité.

Nous sommes antisionistes parce la Nakba, le nettoyage ethnique prémédité de la majorité des Palestiniens en 1948-49 est un crime qu’il faut réparer.

Nous sommes antisionistes parce que nous sommes anticolonialistes.

Nous sommes antisionistes par ce que nous sommes antiracistes et parce que nous refusons l’apartheid qui vient d’être officialisé en Israël.

Nous sommes antisionistes parce que nous défendons partout le « vivre ensemble dans l’égalité des droits ».

Au moment où ceux qui défendent inconditionnellement la politique israélienne malgré l’occupation, la colonisation, le blocus de Gaza, les enfants arrêtés, les emprisonnements massifs, la torture officialisée dans la loi …

préparent une loi liberticide assimilant l’antisémitisme qui est notre histoire intime à l’antisionisme,

Nous ne nous tairons pas.

La Coordination nationale de l’UJFP, le 18 février 2019

Gilets Jaunes 14ème round: État, répression et manipulation… La vieille trilogie toujours à l’œuvre !

Posted in actualité, altermondialisme, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 16 février 2019 by Résistance 71

 

Gilets jaunes et manipulations étatiques de la violence : une vieille histoire

 

Régis de Castelnau

 

11 février 2019

 

url de l’article: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article10908

 

L’époque est à la dénonciation du « complotisme » concept élastique et désormais complètement galvaudé. Aidé par quelques supplétifs zélés comme le démontre la nouvelle « étude » réalisée par la socialiste « Fondation Jean-Jaurès  », et par les éditocrates habituels, le bloc élitaire au pouvoir en fait deux usages. Tout d’abord disqualifier toute critique de la politique visant à adapter la France à la mondialisation financière et néolibérale, ensuite justifier toutes les atteintes à la liberté d’expression, celles déjà mises en place et celles projetées. Gare à celui qui prête des intentions et des actions au pouvoir, l’anathème tombera sur lui telle la foudre : « complotiste ! ». Depuis le début du mouvement « gilets jaunes » tous les observateurs honnêtes ont été amenés à se poser de beaucoup de questions concernant le comportement des forces de l’ordre dans les manifestations. Certains ont été jusqu’à accuser le ministère de l’intérieur de laisser faire les casseurs dans le but évident de disqualifier le mouvement et de faire peur. Malgré certaines évidences que la multiplication des vidéos a pu établir, ils ont immédiatement été foudroyés, hérétiques et relaps, par l’accusation majeure : «  complotistes ! Comment pouvez-vous imaginer que le pouvoir puisse user de ce genre de comportement contre un mouvement social ? »

Eh bien justement il peut. Et c’est de cela que je peux témoigner.

23 mars 1979, la grande provocation

J’ai constaté la présence dans les manifestations de policiers ( ?) sans uniforme, habillés comme des Black blocks, et munis de marteaux sur l’usage desquels on pouvait légitimement s’interroger. Lorsque l’on sait que sous le régime d’Emmanuel Macron n’importe qui peut s’affubler d’un brassard et tabasser des manifestants, sans que la justice ne s’en émeuve beaucoup. J’ai lu force témoignages parlant de la passivité de la police au moment des déprédations et des pillages. J’ai vu que le profil des personnes arrêtées en masse et condamnées lourdement pour des infractions fantaisistes, démontrait qu’il ne s’agissait absolument pas des casseurs habituels qu’en général la police connaît. Alors, j’ai fini par me dire « tiens cela me rappelle quelque chose ».

C’était il y a longtemps, 40 ans précisément au moment des grandes luttes ouvrières qui sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, s’opposaient au démantèlement commencé de la sidérurgie française. La Lorraine et notamment la ville de longwy vivaient une situation de mobilisation populaire intense bénéficiant d’un large soutien dans l’opinion publique. Pour la première fois le monopole d’État de radiodiffusion était battu en brèche par la création de la toute première et illégale «  radio libre » nommée : « Lorraine Cœur d’Acier ». Les organisations syndicales décidèrent d’organiser une grande manifestation à Paris le 23 mars 1979. Celle-ci aurait dû être un grand succès, mais elle fut complètement dévoyée par des violences considérables dont furent accusés les membres d’un groupuscule anarchisant appelé « les autonomes ». Naturellement, les médias ne s’intéressèrent qu’aux violences, pillages et déprédations. Et le pouvoir giscardien par l’intermédiaire du ministre de l’intérieur Christian Bonnet ne se gêna pas pour enfoncer le clou afin de disqualifier le mouvement des sidérurgistes. Sollicité pour défendre des personnes arrêtées à cette occasion, ce fut une totale surprise de constater que parmi elles ne figurait aucun des fameux autonomes que l’on avait pu voir sur les photos de presse. Étaient poursuivis des manifestants paisibles, parfois de simples passants, sur la base de dossiers manifestement fabriqués, ou sur des incriminations fantaisistes, mais en aucun cas des casseurs. Ce qui n’empêcha pas une justice zélée de distribuer des peines considérables qui furent confirmées en appel. Malgré la mobilisation d’un barreau de gauche ou les avocats socialistes avaient encore le souci des libertés publiques. Un autre épisode exactement de même nature eut lieu cette fois-ci à longwy avec la prise d’assaut et la fermeture par la police de la radio libre, provoquant ainsi une manifestation de protestation. Celle-ci fut brutalement réprimée et quelques participants arrêtés. Pour être poursuivis sur la base de dossiers, j’en témoigne, là aussi rigoureusement vides. Les médias, quoique très différents de ceux d’aujourd’hui, en profitèrent à nouveau pour prétendre à la disqualification du mouvement des sidérurgistes.

Quand la CGT enquête

La CGT, prise par surprise par ce dévoiement et saisie de nombreux témoignages entreprit alors un minutieux travail d’enquête à base d’investigations de recueil de photographies et de témoignages qui faisaient apparaître de façon criante les manipulations de la police et la volonté gouvernementale de cette provocation. Le service d’ordre de la CGT procéda d’ailleurs au moment de la manifestation, lui-même à l’interpellation de deux soi-disant « autonomes » pour constater qu’il s’agissait de policiers déguisés. Utilisant ce travail et le complétant avec celui que nous avions nous-mêmes effectués dans la défense des personnes poursuivies, Daniel Voguet, François Salvaing et moi-même avons publié un livre à ce moment-là intitulé : « La Provocation  » qui relatait la façon dont les choses s’étaient déroulées. C’était il y a 40 ans, l’ouvrage a un peu vieilli ainsi que ses auteurs mais d’une certaine façon il reste de d’actualité car il témoigne comment un pouvoir politique confronté à un mouvement social populaire n’a aucun problème pour utiliser manipulations et provocations policières dans le but de le disqualifier. À cela s’ajoute la complaisance de la justice pour jouer sa partition dans l’opération. Si celle-ci fut déjà fort zélée à l’époque, ce qui vient de se produire avec l’incroyable répression de masse des gilets jaunes montre qu’on pouvait faire pire. Je me suis replongé dans la lecture de ce que j’avais écrit il y a 40 ans, ce qui m’a confronté à des bouffées de nostalgie mais aussi à des rappels qui trouvent quand même un drôle d’écho aujourd’hui. Volonté du pouvoir de l’époque d’affaiblir, isoler, et disqualifier la lutte des sidérurgistes, s’attaquer de front à des libertés fondamentales et d’abord au droit de manifestation. Les députés de la majorité refusèrent une commission d’enquête parlementaire, la presse de prendre en compte les preuves fournies par la CGT, et les magistrats acceptèrent de compléter le spectacle policier par un spectacle judiciaire tout aussi dévoyé. À la lumière de ce parallèle avec aujourd’hui, je peux rassurer ceux qui pensent que les gens du pouvoir Macronien n’auraient aucun scrupule à utiliser ce genre de méthodes : ils ne sont pas complotistes ! Pas plus que je ne l’étais il y 40 ans en faisant la démonstration de l’implication du pouvoir étatique de l’époque.

Être réaliste, pas complotiste

J’ajoute pour conclure que dans l’histoire du mouvement ouvrier et social, les provocations policières et judiciaires ont toujours été là. On rappellera que la date du 1er mai fête internationale des travailleurs, a été choisie à cause de ce qui s’est passé le 1er mai 1886 à Chicago. Une grève générale fut lancée pour obtenir la journée de huit heures. Dans une des manifestations qui se déroulaient une bombe sera jetée dans la foule. Sans la moindre preuve quatre dirigeants syndicaux seront condamnés à mort et pendus le 11 novembre 1887. Ils montèrent à l’échafaud en chantant la Marseillaise. En 1893, la révision du procès reconnaîtra l’innocence des inculpés ainsi que la machination policière et judiciaire destinée à briser le mouvement.

Emmanuel Macron et Christophe Castaner n’en sont pas encore là, heureusement. Mais penser, devant certains événements évidents ou troublants, que la brutale répression qu’ils ont décidée contre le mouvement des gilets jaunes peut faire l’objet de dévoiements et de manipulations, c’est être réaliste, pas complotiste.