Archive for the police politique et totalitarisme Category

La société contre l’État: Loi sur le renseignement un pas de plus vers le goulag…

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 30 juin 2015 by Résistance 71

Loi sur le renseignement : quoi de neuf ?

 

Groupe Salvador Segui, FA

 

26 juin 2015

 

url de l’article original:

http://salvador-segui.blogspot.com/2015/06/loi-sur-le-renseignement-quoi-de-neuf.html

 

Le pouvoir actuel, socialiste, met en place une nouvelle loi de surveillance. Devons-nous être étonnés de cette initiative ? Est-ce réellement une surprise que de voir ce pouvoir de « gauche » mettre en place des outils sécuritaires et liberticides dans ce qu’ils appellent une démocratie républicaine ? Qu’ils soient de droite ou de gauche, les gouvernements successifs n’ont cessé de promulguer des lois visant à surveiller, collecter, ficher, maîtriser, punir, emprisonner, au nom de la sacro-sainte sécurité. Mais la course à la sécurité dans un monde de plus en plus précaire cache mal les volontés d’asservissement du peuple. Faute d’assurer une sécurité réelle à chacun, les puissants assurent leur propre avenir.

Ainsi, depuis les années 1980 notamment, en matière de sécurité, comme en matière économique et sociale, les différents partis politiques travaillent les détails et la forme afin de masquer leur appartenance et adhésion commune au système capitaliste totalitaire marchand. Ce qu’ils appellent encore la social-démocratie ne ressemble qu’à une parodie tant les inégalités sociales, les injustices, et la mainmise de l’oligarchie sur les structures politiques empêchent l’application des droits fondamentaux de chaque individu. Il n’est pas d’égalité sans liberté et aujourd’hui, par cette énième loi, les libertés sont un peu plus rognées.

Pour faire accepter ces lois scélérates, le pouvoir fait tout naturellement appel aux plus bas instincts et profite de contextes adéquats afin de faire passer les lourdes pilules qu’ils préparent minutieusement.

Ainsi dès 1986, sous l’ère Mitterrand, une première législation spécifique au terrorisme voit le jour. À l’époque déjà on s’attache à lutter contre le mode d’action qu’est le terrorisme, plutôt que de se demander quelles sont les sources et les causes de ces actions. Sans excuser ou justifier l’acte de l’attentat, l’impérialisme, le néocolonialisme, et le néolibéralisme comme apogée du capitalisme doivent être interrogés.

Au milieu des années 1990, Pasqua additionne les mesures sécuritaires et liberticides. La vidéo-surveillance devient un outil privilégié et les préfets voient leur pouvoir s’agrandir avec notamment la possibilité d’interdire des manifestations dans le cas de crainte « de troubles graves à l’ordre public ». Déjà, les mouvements sociaux sont visés !

En 1996 est introduite la notion de délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste avec une définition très large permettant d’inquiéter à peu près n’importe qui, là non plus rien de nouveau donc. La loi habilite également les autorités à prendre des mesures préventives s’ils soupçonnent la future commission d’un crime.

En 2001, le gouvernement Jospin accouche de la loi sur la sécurité quotidienne quelques semaines après les attentats du 11 septembre. Déjà les données de communication sont convoitées par le pouvoir. Certaines mesures de cette loi sont annoncées comme temporaires, mais, en 2003, le fameux Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, entérinera ces mesures dans la loi de sécurité intérieure, qui permet, pêle-mêle, l’extension des contrôles d’identité et des fouilles des voitures ; l’extension des fichiers de police et du fichier national des empreintes génétiques ; la légalisation de la consultation de ces fichiers lors d’enquêtes administratives ; la création du délit de racolage passif ; la répression de la mendicité et du bruit dans les halls d’immeuble. Plus de sécurité, vous avez dit ?

En 2001 toujours, le fichier Stic, pour système de traitement des infractions constatées, est officiellement reconnu, alors qu’il fonctionne déjà depuis plusieurs années. On reconnaît ici la supercherie qui consiste à approuver et légitimer des outils utilisés de manière illégale par les services de police. Encore une fois, rien de neuf, nous étions prévenus.

En 2002 et 2004, ce sont les lois Perben qui modifient les modalités de la garde à vue, vous imaginez dans quel sens, autorisent les flics à poser des dispositifs d’écoute dans les véhicules et les domiciles, légalisent les missions d’infiltration, et le mandat de recherche, qui permet d’arrêter quelqu’un et de le mettre en garde à vue, s’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu’elle a commis ou tenté de commettre un crime ou un délit. Déjà, on était dans l’à peu près et déjà des magistrats avaient manifesté, en vain.

En 2006, la loi relative à la lutte contre le terrorisme généralise l’utilisation de la vidéosurveillance.

La loi relative à la prévention de la délinquance de 2007 durcit les sanctions contre les mineurs dès 10 ans. De nouvelles infractions d’embuscade et de guet-apens contre les policiers sont créées par la même occasion. Doit-on y voir un lien ?

En 2010, la loi relative au renforcement de la lutte contre les violences de groupes  et la protection des personnes chargées d’une mission de service public instituent la création du délit de participation à une bande violente, et les peines encourues sont supérieures pour une personne dissimulant volontairement son  visage.

Ces lois censées assurer la sécurité des individus contre la délinquance, le banditisme, le terrorisme sont d’une part inefficace et d’autre part servent, comme un filet de la NSA, à ratisser large, à offrir des outils de surveillance et de maîtrise de la population. Il s’agit surtout de combattre les déviants, l’ennemi intérieur par la mise en œuvre d’outils de répression toujours plus injustes.

Dans un jeu de dupe à l’Assemblée, les oppositions du moment se placent à tant que défenseur des libertés, mais dans cette mascarade législative, le système répressif et la surveillance généralisée avancent, se mettent en place irrémédiablement, et les uns après les autres, les partis politiques apportent leur contribution à l’édifice immonde.

Cette loi est donc la suite logique d’un processus que nous dénonçons et contre lequel nous nous mobilisons depuis des décennies. Aussi dangereuse soit-elle, cette nouvelle loi n’est qu’une étape supplémentaire dans un parcours déjà bien engagé par les gouvernements successifs qu’ils soient issus du RPR, de l’UMP, du PS, ou qu’ils accueillent des écologistes ou des communistes. Et comment voir des alliés potentiels au travers de ceux qui sont les complices ? Est-ce qu’une manifestation du type « 11 janvier », rassemblant un panel abject de puissants, sans une quelconque cohérence politique, si ce n’est un goût prononcé pour la récupération, pourra constituer une force capable d’inverser le sens de l’histoire? La liberté d’expression est-elle menacée par deux mecs avec des flingues ou par des lois de la sorte?

Nous pouvons espérer que la résistance à cette nouvelle loi constitue une rupture dans l’accompagnement et l’acception des lois liberticides et des politiques gouvernementales, mais cela réclamerait une véritable prise de conscience et une remise en cause des postures, du clientélisme adoptée par certains partis, syndicats, et certaines associations ou ONG. Comme les oppositions factices de l’Assemblée nationale, les opposants politiques se fourvoient dans des compromis pourtant inacceptables et dénués de perspectives réellement progressistes. Les contre-pouvoirs, en premier lieu la justice et les médias, restent chevillés à l’oligarchie à laquelle ils appartiennent. Ainsi, si rupture il y a, elle naîtra uniquement de véritables luttes et combats des opprimés contre les oppresseurs, des exploités contre les exploiteurs, des surveillés contre les surveillants. Une lutte concrète de la base est nécessaire, constituée de fronts communs, une lutte émancipée des partis, des centrales syndicales compromises, une lutte de classe, une lutte autogestionnaire, une lutte qui ne revendique pas mais qui applique. C’est uniquement dans ces perspectives que cette journée peut prendre sens.

Il s’agit pour le pouvoir de punir et de condamner le déviant, l’adversaire politique. Et nous attendons la prochaine vague de lois dégueulasses, pléonasme ! Elles pourraient bien nous venir du Sénat, qui a sorti, il y a quelques semaines, son rapport issu de la Commission d’enquête sur l’organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe. En effet, nos chers sénateurs souhaitent « prévenir la radicalisation et adapter la réponse répressive » en mettant « en place des actions obligatoires de formation à la détection de la radicalisation, à destination des acteurs de terrain (personnels enseignants, conseillers d’éducation, personnels de l’aide sociale à l’enfance, éducateurs sportifs, assistants sociaux, personnels pénitentiaires, etc.) » avec la création d’une « grille d’indicateurs listant les comportements susceptibles de signaler l’engagement dans un processus de radicalisation ». Autrement dit un dépistage dès l’enfance de la radicalisation. Ici encore, le phénomène de radicalisation pourra s’adapter à l’ennemi du moment, dissidents politiques en tête. Le rapport associe également radicalisation et troubles psychologiques ; comme dans les États totalitaires du XXe siècle, la psychiatrique serait utilisée afin de faire taire les opposants politiques.

Ce rapport est très instructif sur les ambitions futures du pouvoir. En tant qu’anarchistes, nous sommes les déviants, nous sommes les adversaires politiques des partis au pouvoir, nous sommes les adversaires du pouvoir et de ceux qui souhaitent le conquérir. Nous sommes les inadaptés, les récalcitrants, ainsi nous avons combattu les lois scélérates et nous les combattrons encore.

Il n’existe pas d’égalité et de liberté sous le joug d’un pouvoir, quel qu’il soit. Le pouvoir n’est pas à prendre ou à conquérir, il est à détruire ! Donnons un véritable sens à nos mobilisations et créons immédiatement les rapports de force nécessaires au renversement des lois scélérates et de ceux qui les soutiennent.

Lois liberticides Canada (C-51), France (Renseignement), USA (NDAA)… Surveillance partout, liberté nulle part !

Posted in actualité, altermondialisme, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 26 juin 2015 by Résistance 71

Canada: en état d’arrestation sous la loi C-51*

 

Dan Dicks

 

22 juin 2015

 

url de l’article original:

http://pressfortruth.ca/top-stories/being-arrested-under-c-51/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

(*) Loi scélérate “anti-terreur” appelée “patriot act” canadien tout comme la “loi sur le renseignement” est appelée le “patriot act” à la française. Intéressant de constater que ces lois passent quasi simultanément dans les pays occidentaux, ce qui bien sûr n’est pas un hasard mais la mise en place progressive de la grille de contrôle et de surveillance planétaire du Nouvel Ordre Mondial transnational fasciste (Résistance 71)

 

Maintenant que le projet de loi C-51 est passé, beaucoup de Canadiens semblent nerveux à l’idée que leurs actions pourraient être interprétées comme une sorte de menace. Sous la loi C-51, les Canadiens peuvent maintenant être détenus s’ils font la promotion ou défendent des “crimes ou délits de terrorisme au sens large”. Le phrasé de la loi est assez vague, c’est pour cette raison que bien des experts légaux ont tiré la sonnette d’alarme au sujet de cette loi C-51 et les risques qu’elle pose. Lorsqu’on aborde le discours privé ou sur internet, si on vous trouve en train de discuter de solutions aux conflits ou de débattre une opinion académique qui pourrait enjoindre l’auditeur de commettre un acte “terroriste”, ceci qualifie comme crime punissable et passible de cinq ans d’emprisonnement.

Le grand souci de cette loi C-51 est qu’en fait l’intention profonde de celui qui parle et son objectif n’ont plus d’importance et ne sont plus partie intégrante de l’affaire. Hypothétiquement, quelqu’un pourrait bien être aspiré dans le vortex de cette loi même si cette personne avait des intentions totalement innocentes et ne planifiait en aucun cas de commetre quelque acte violent que ce soit elle-même. Sous la loi C-51, celui qui tient les propos est pénalement responsable s’il est avéré que ses mots ou son message puissent par leur teneur irresponsable, inciter des auditeurs à commettre “un crime de terrorisme non spécifié”.

Lorsqu’on parle de “promotion” et de “prosélytisme”, nous voyons que le code pénal canadien interdit déjà la “promotion intentionnelle de la haine” dans sa section 319. Le code pénal affirme que ceux qui communiquent dans des espaces publics et qui “font la promotion intentionnelle de la haine contre des groupes identifiables de personnes” sont alors coupables d’un délit punissable et peuvent être condamnés à deux ans de prison. Mais, d’après le code et en regard de l’incitation à la haine, si les déclarations faites sont vraies, alors la personne ne peut pas être condamnée pour ce délit. Une ligne de défense réside aussi dans la possibilité de prouver que leurs déclarations étaient importantes pour l’intérêt public ou furent faites pour le bénéfice du public en général.

Les nouvelle réglementations sous la loi C-51 permettent maintenant que toutes les communications privées des Canadiens tombent sous le coup de la surveillance en ce qu’elles peuvent potentiellement mener à une menace, un danger ou de la violence. La loi C-51 étend la culpabilité criminelle au-delà du déclarant et de son message et maintenant nous devons sérieusement plus nous préoccuper de savoir comment nos mots pourront être interprétés par d’autres personnes qui pourraient y avoir accès. Non seulement un écrivain peut-être tenu pour responsable, mais aussi un éditeur, une maison de publication et toutes autres parties impliquées avec la publication qui pourrait être perçue comme “aidant et endorsant” l’acte. Cette législation anti-terreur très controversive, qui a été sévèrement critiquée par bien des professionels du droit, incluant l’association du barreau canadien, a créé une atmosphère de peur au Canada. Les citoyens ne sont plus sûrs de ce qu’ils peuvent maintenant dire ou pas en ligne, quels articles ils peuvent partager, s’ils doivent “aimer” certaines vidéos ou pages en ligne ?…

Sous la loi C-51, les fournisseurs d’accès internet et de télécommunications seront sommés de retirer tout contenu qu’un juge pourrait considérer comme de la “propagande terroriste” ou tout ce qui rend accessible la “propagande terroriste”. Même ceux qui maintenant partagent des “informations terroristes” pour en condamner les actions prennent eux-mêmes des risques.

Le Nouvel Orde Mondial en marche: Le traité du partenariat trans-pacifique (TPP) passe en force au sénat yank… La dictature des corporations s’installe pour de bon…

Posted in actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 25 juin 2015 by Résistance 71

Dans la pratique, le Nouvel Ordre Mondial est une grille de surveillance et de contrôle totale qui passe par la connexion et le verrouillage de l’Union Européenne, de l’Union Nord-Américaine (évolution du TAFTA étendu au TPP) et des Unions Asiatique (en cours, le TPP étant un grand pas en avant..) et Africaine (en cours, gérée par AFRICOM et le Pentagone…). La question demeure: la Chine et la Russie sont-elles vraiment dans « l’opposition » à cette grille de contrôle planétaire ? Regardez-y à deux fois…

On peut penser ce qu’on veut d’Alex Jones (nous pensons que ses orientations ces 2 ou 3 dernières années lui font perdre une partie du crédit qu’il avait accumulé, nous n’avons jamais été d’accord politiquement avec lui, mais il a levé de sacrés lapins au fil des années…), mais une chose reste certaine: en 2007, il avait réalisé son meilleur documentaire et de loin, « End Game » ou « Fin de partie, modèle pour une mise en esclavage globale ». Tout y était dit. Y compris ce qu’il se passe en ce moment avec le TPP et son frère jumeau du traité trans-atlantique, dont le but est de sceller dictatorialement l’UE et L’UNA (Union Nord-Américaine).

Avant que les peuples ne passent à l’action, ils doivent:
1- Comprendre vraiment de quoi il retourne
2- Avoir une conscience politique et un plan d’action pour ce par quoi nous remplacerons ce système capitaliste esclavagiste et criminel…

Sans cela, toute rébellion est vouée à l’échec, comme le disait le pédagogue critique brésilien Paolo Freire: « L’union des opprimés se produit au niveau humain, pas au niveau des choses. » Ainsi, la révolte sans conscience politique n’est qu’une explosion d’impuissance…

Note: Nous ne publions rien par hasard… Certaines solutions se trouvent dans les dossiers que nous avons ouvert. Les solutions existent depuis bien longtemps, elles sont enfouies, il faut les déterrer et dépoussiérer pour ensuite adapter

 

Le Partenariat Trans-Pacifique (TPP) passe, Obama maintenant officiellement un dictateur

 

Alex Jones

 

24 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/tpp-passes-obama-now-a-dictator/

 

Vidéo (en anglais):
http://www.youtube.com/watch?v=hCGsUTQBx-c

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un des coups les plus sévères à la souveraineté des Etats-Unis depuis la création de ce pays vient de lui être porté aujourd’hui alors que le sénat a offert au président Obama sa victoire du Partenariat Trans-Pacifique (TPP)

Malgré une massive opposition du peuple américain, des républicains de la Tea Party et d’une bonne majorité de démocrates, Obama a obtenu du sénat son autorité pour faire passer le traité en accéléré (et en catimini) par un vote favorable de 60 pour et 38 contre.

Des segments du traité trans-pacifique (TPP) publiés par Wikileaks ont révélé son énorme influence sur tout, des droits individuels à l’immigration en passant par le droit, la législation eux-mêmes ; des comités d’entreprises non élus et le président peuvent maintenant faire valoir un contrôle sans aucun précédent sur pratiquement tous les aspects de l’activité humaine.

“Si vous écrivez, lisez, publiez, pensez, écoutez, dansez, chantez ou inventez ; si vous cultivez la terre ou consommez de la nourriture ; si vous êtes malade ou le soyez dans le futur, alors le TPP vous a en ligne de mire”, a écrit Julian Assange de Wikileaks.

Ceci place l’Amérique du Nord sous la même structure de gouvernement que l’Union européenne où les lois sont faites et édictées en dehors de toute influence publique.

Eugénisme et Nouvel Ordre Mondial: Nouvelle dimension de la grille de surveillance globale… Jade Helm 15 répétition générale

Posted in actualité, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 17 juin 2015 by Résistance 71

“Un corps scientifique auquel on aurait confié le gouvernement de la société finirait bientôt par ne plus s’occuper du tout de science, mais d’une toute autre affaire et cette affaire, affaire de tous les pouvoirs établis, serait de s’éterniser en rendant la société confiée à ses soins toujours plus stupide et par conséquent toujours plus nécessiteuse de son gouvernement et de sa direction […] Ainsi, nous reconnaissons l’autorité absolue de la science, mais nous repoussons l’infaillibitité et l’universalité (prétendues) des représentants de la science.”
~ Michel Bakounine ~

A lire en complément de cet article:

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/26/elite-globaliste-eugenisme-et-controle-des-populations/

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/25/que-faire-la-marche-vers-la-tyrannie-globale-comment-sen-sortir/

 

 Enquête: Le mystère de l’opération Jade Helm 15 résolu

Trois mois d’enquête révèlent la vérité derrière la vaste opération militaire Jade Helm 15: le chemin de l’eugénisme moderne

 

Jackari Jackson

 

16 Juin 2015

 

url de l’article original avec vidéo:
http://www.infowars.com/jade-helm-the-road-to-eugenics/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Transcriptin de la vidéo:

Jade Helm 15: Un exercice militaire à une échelle encore jamais vue

Vidéo: Nous la plaçons également en section commentaires…

http://www.youtube.com/watch?v=22V3rTMwNzY

 

L’armée affirme que l’exercice est pour l’entraînement des troupes sur des théâtres d’opérations à l’étranger, pourtant des états réels de l’union ont été désignés comme étant “hostiles”.

L’expression “maîtriser le domaine humain”, nous révèle que Jade Helm 15 est bien plus qu’un simple exercice militiare, c’est aussi un exercice concernant un nouveau terrain de renseignement géo-spatial utilisant l’analyse du domaine humain pour cartographier la politique et les pensées de quelque nation que ce soit, d’un état, d’une ville, jusqu’à l’individu.

Dans un rapport récent d’InfoWars “Master the Human Domain: The Domestic Plan Behind Jade Helm,”, nous détaillions ce à quoi le slogan apparaissant sur le logo de l’opération Jade Helm se réfère.

Brièvement, une nouvelle discipline du renseignement a été au centre de l’attention cette dernière décennie: l’Activity Based Intelligence, Renseignement Basé sur l’Activité (RBA)

En 2010, des feuillets d’explication sur Surveillance for Irregular Warfare and Understanding the Human Dimension furent publiés par le sous-secrétariat à la défense.

D’après Trajectory Magazine.com, “Le domaine humain ou la dimension humaine, qui est une partie vitale intégrante du RBA, se définit comme la présence, les activités (incluant les transactions à la fois physiques et virtuelles), la culture, la structure et l’organisation sociales, les réseaux et les relations, la motivation, l’intention, les vulnérabilités, et les capacités des humains (en tant qu’individu ou en groupe), au travers tous les domaines de l’environnement opérationnel (espace, air, maritime, terrestre et cyberespace).

L’article continue pour dire que le point de focalisation de la “maîtrise du domaine humain” était né de la fusion de trois autres disciplines existantes du renseignement. Cela peut-être le cas pour cet étiquetage de l’idée concernant ce programme spécifique, mais l’exercice de la cartographie du domaine humain, du général au particulier, est une stratégie institutionnalisée sur le long terme qui est en cours depuis plus d’un siècle.

Pour quelle raison le gouvernement des Etats-Unis investirait-il tant de temps, de ressources et d’argent afin de cibler très précisément les poches de pensée dans un pays qui fut fondé sur la libre-pensée, la libre-expression et plus que tout sur la critique sans réserve de son propre gouvernement ? Peut-être y a t’il ici bien plus qu’il n’apparaît…

Durant son célèbre discours d’adieu, le président Dwight Eisenhower avait prévenu les Américains d’une menace éminente et interne: celles d’une “élite scientifique”. Le titre “d’élite scientifique” pour la plupart des Américains ne semble être rien d’autre que la rhétorique typique intangible lancée par les politiciens lors de leurs discours. Cette fois là quoi qu’il en soit, Eisenhower n’utilisait pas une abstraction. Il y a effectivement une élite scientifique, un groupe de gens qui croit que la société devrait être gouvernée et dirigée par des scientifiques au travers l’utilisation d’une méthode de gestion scientifique appliquée aux masses.

Ce rapport va tracer cette élite scientifique depuis la seconde guerre mondiale jusqu’à maintenant. Jade Helm 15 est tout ce qu’on veut sauf la voie américaine ; c’est une grille de contrôle domestique, scientifiquement élaborée, dont le but n’est rien d’autre que la domination et le contrôle des populations (NdT: rappelez-vous notre article de Mai 2013: “Nous sommes tous des colonisés !”…). Une infrastructure technologique pour le contrôle politique autoritaire n’est pas le but final, mais un MOYEN de la fin eugéniste du projet.

Le terme d’eugénisme, inventé par le cousin de Charles Darwin, Sir Francis Galton en 1883, est une science dédiée à l’ingénierie du génôme humain en reproduisant sélectivement ces humains ayant des qualités “désirables” (comme l’intelligence, l’athléticité etc…) et éliminant ceux n’ayant pas ces attributs et en éliminant aussi les races indésirables d’humains. De ceci, la théorie des races et la science des “races” naquirent. Karl Pearson, un protégé de Galton, mit en place un laboratoire de biométrie à l’université de Londres en 1907 afin de collecter des données sur les gens, collecte essentiellement basée sur la race. Ainsi son journal “Biometrika”, se consacrant à l’eugénisme, devint très populaire auprès des scientifiques et des financiers américains et britanniques.

Alors que ce mouvement prenait de l’ampleur, des industriels de haut niveau américains investirent beaucoup dans ce jeu. Des gens comme Carnegie (NdT: la magnat de l’acier aux Etats-Unis), Harrimon, John D. Rockefeller, furent parmi les plus grands contributeurs. La Californie devint la capitale mondiale de l’eugénisme tandis que le laboratoire de recherche de la côte Est à Cold Springs Harbor sur l’île de Long Island, collectait et stockait l’information biométrique des Américains moyens afin de commencer à éliminer des familles ainsi que des races entières de personnes.

Au travers des efforts des eugénistes californiens, surtout par de la propagande écrite, et la prise en charge essentiellement par les Rockefeller et les Harrimon, le mouvement eugéniste trouva une seconde maison en Allemagne avec le Kaiser Wilhelm Institute.

Le PDG d’IBM d’alors, Thomas J. Watson, travailla la main dans la main avec l’Allemagne nazie. En 1933, ce fut Watson qui aida enthousiatiquement les nazis, leur plan et finança leur recensement national, qui d’après l’historien Edwin Black dans on livre de 2001 “IBM et l’Holocauste”, le recensement de 1933 fut fait avec l’aide de services de tabulation fournit par IBM au travers de sa sucursale allemande, ce qui fut prouvé avoir été déterminant pour les nazis dans leurs efforts d’identifier, d’isoler et ultimement de détruire les juifs, les tziganes et autres communautés minoritaires du pays ainsi que de cadrer l’opposition politique. Une version similaire et dangereusement bien plus avancée est en train d’être testée maintenant sous le nom de Jade Helm 15. La technologie est finalement au point pour y parvenir…

La communauté scientifique très bien financée d’avant la seconde guerre mondiale, basée autour du mouvement eugéniste cimentait sa place comme standard académique humain lorsque la seconde guerre mondiale éclata. Tandis que la vaste majorité du monde fut altérée à tout jamais par les évènements de la guerre, cette communauté scientifque fondée sur l’eugénisme demeura unie.

Bien que le terme “eugénisme” ne soit plus utilisé ouvertement (NdT: il a été remplacé par le mot… “génétique” ou “génie génétique”…), la pratique de l’eugénisme est toujours présente et plus forte que jamais. Jade Helm 15 est un exercice de la prochaine génération de technologie dans l’arène de la domination politique des populations. C’est un grand bond technologique au delà de celui de s labos biométriques de Cold Springs Harbor Research ou de l’expérience de recensement d’IBM pour les nazis. Jade Helm 15 met en œuvre les nouveaux outils haute-technologie de domination politique afin de faciliter la mise en place du nouveau système eugéniste.

Nous savons que Jade Helm, qui est appelé un “exercice”, va se passer sur le territoire états-unien avec 10 états participant. Des états sont “étiquetés” comme étant des “territoires hostiles”. Les documents expliquant l’exercice disent qu’il y aura des troupes au sol ayant pour instructions de se fondre dans la population du mieux qu’ils le peuvent ; une fois de plus, le logo de l’exercice dit “maîtriser le domaine humain”.

Le domaine humain comprend la totalité des environnements physiques, culturels et sociaux qui influencent l’attitude et le comportement humain”, a expliqué l’amiral McRaven à l’audience de la conférence à l’Institut pour l’Analyse de la Politiqe Étrangère- Tufts University Fletcher School. “Le succès dans ce domaine ne sera pas acquis par la voie traditionnelle terrestre, naval ou aérienne, mais le succès dans le domaine humain déprendra de la compréhension du terrain humain et de l’établissement d’une confiance avec ces humains occupant l’espace.” McRaven a poursuivi en disant: “Construire la compréhension du domaine humain demande des troupes au sol, fournissant de l’information au réseau.

Avec toute la technologie de traçage disponible aujourd’hui, avec la NSA collectant ouvertement toutes vos données personnelles et avec notre volonté délibérée de partager notre vie privée en ligne, d’après l’amiral McRaven, les forces spéciales de terrain sont l’ingrédient ajouté indispensable pour faire que toute cette information collectée devienne efficace dans un réseau accessible, une carte vivante et active où les êtres humains sont des marques au sol en temps réel et les pensées de chacun, les sentiments, l’information médicale, les systèmes de croyance, l’histoire, et de fait chaque petite parcelle d’information au sujet des individus de chaque région de cette carte soit réelle sur le terrain. Lorsqu’ils “maîtrisent le domaine humain”, les opérateurs spéciaux deviennent les maîtres du jeu. Ils sont les clefs qui font tourner cette vaste machine.

Indépendamment du fait que l’armée appelle ce projet RBA ou renseigneent géo-spatial, couplé avec des analyses du domaine humain, ce que nous contemplons est le nexus entre les entreprises privées de la haute technologie, le département de la sécurité de la patrie (NdT: DHS, la stasi du pays du goulag levant…) , la surveillance intra muros par les forces de police et l’utilisation domestique des forces spéciales de l’armée (NdT: et ce malgré l’amendement du Posse Comitatus interdisant à l’armée des Etats-Unis d’intervenir sur son propre peuple… On peut dire de fait que la constitution est suspendue…).

Pendant la conférence GeoInt en 2012, fut discuté le concept d’utilisation du pouvoir de l’espace-temps et sa capacité pour permettre des prédictions toujours plus précises. Une startup high-tech, Recorded Future, qui utilise un système de filtre et de classification de données open-source, démontra ses capacités de prédictions analytiques. Le magazine Trajectory rapporte: “Le concept est de trouver des gens qui parlent du futur. Les analystes peuvent utiliser cette info, fusionner leurs propres données, pour prédire le futur en recommandations aux preneurs de décision. Les officiels des gouvernements peuvent surveiller des manifestations dans d’autres pays ou des réunions entre d’autres gouvernements.” Le vice-président de Recorded Future, Matt Kodema dit: “Nous pouvons en fait remonter la pendule… Nous savons que ceci ou cela s’est produit en temps et en heure et en ce lieu. Maintenant, revenons une semaine avant et regardons les publications. Qui prédisait cela de manière correcte ? Qui ne le faisait pas ?”

Ajoutez cette couche d’analyses prédictives au dessus de l’autre “analyse de domaine humain” et vous commencez à avoir une idée de l’amplitude et de la porté de la grille de contrôle s’étendant sans qu’on puisse lui échapper, mise en place par ces contrôleurs scientifiques.

A cette même conférence GeoInt en 2012, Jeff Jonas, le patron du département scientifique d’IBM, IBM Entity Analytics, a parlé au sujet du potentiel de l’utilisation de données open source (libres). Il a dit que “beaucoup de ces données sont là et beaucoup arrivent et c’est incroyable ce qu’on va pouvoir faire.” Il ajouta dans la pure tradition IBM: “Les données de voyage dans l’espace-temps sont les ultimes données biométriques.” Il semblerait que la perspective d’IBM et de l’élite scientifique se soit déplacée de la “race maîtresse” à “maîtriser le domaine humain”.

Comme la capacité de Recorded Future à réviser les données open source et à déterminer qui disait quoi pendant les moments qui menaient à un désastre, nous avons aussi cette capacité, en remontant les sources historiques et analyser les données qui entourèrent un désastre à responsabilité humaine (NdT: comme une guerre…). Un de ces exemples est bien sûr l’Allemagne nazie au XXème siècle. Si nous prenons donc quelques pas de recul sur ce point d’histoire et regardons ce que faisaient les groupes impliqués dans ce désastre humanitaire, nous verrons que ceux-ci furent aussi trompés , comme l’avait prédit Zbigniew Brzezinski dans son livre “Between Two Ages” en 1970, une grille “pour assurer une surveillance quasi continue sur chaque citoyen et pour maintenir à jour des fichiers complets contenant les données les plus personnelles au sujet du citoyen. Ces fichiers seraient sujets à une consultation immédiate et instantanée de la part des autorités.

Ainsi, nous ne verrons probablement pas de portes enfoncées et de camions militaires emmenant des opposants politiques vers leur triste destinée pendant la procédure militaire Jade Helm 15 se tenant cet été de Juillet à Septembre. Mais cmme Brzezinski le dit dans “Between Two Ages”: “l’ère technotronique implique l’apparence graduelle d’une société placée sous bien plus de contrôle.

Comme le recensement IBM de Watson ne fut pas l’objectif recherché par les nazis, Jade Helm 15 ne l’est pas non plus, mais un moyen pour arriver à une fin historiquement prévisible.

Colonialisme et génocide: La Commission Vérité & Réconciliation blanchit le Canada de son héritage génocidaire… Les crimes continuent néanmoins…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 juin 2015 by Résistance 71

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Le Canada échappe à son héritage génocidaire pour mieux masquer ses crimes en cours

Quand ce sont les assassins qui font l’autopsie, ne vous attendez pas à la vérité !…

 

Kevin Annett

 

7 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2015/06/07/canada-evades-its-genocidal-legacy-to-mask-its-ongoing-crimes/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

A lire: Génocide des nations premières au Canada

 

A chaque fois que les vainqueurs d’une guerre écrivent l’histoire officielle et prononcent leur propre absolution, les résultats de cela deviennent tragi-comiques. Le Canada a démontré ceci à profusion cette dernière semaine lorsque la “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR) gérée par le gouvernement canadien, a rendu son rapport “officiel” sur le massacre domestique par l’église et l’état de milliers d’enfants indigènes dans ce qui était appelé le système de “pensionnats pour Indiens”.

Malgré l’enthousiasme avec lequel ce rapport fut accueilli dans la presse mondiale, il n’a rien dit que nous ne savions déjà et que je n’avais déjà divulgué à un monde sourd et inattentif aussi loin qu’en Juin 1998. En revanche, ce que la CVR a fait, est de faire tomber un lourd rideau autour des crimes du Canada dans le passé afin de protéger ses crimes présents, comme par exemple le traffic d’enfants institutionnalisé.

Pour ceux qui ne sont pas informés et pour ceux qui considèrent normal quelque part que des criminels soient autorisés à enquêter sur eux-même, ceci représente un voile somme toute assez convaincant. (NdT: Il faut admettre que confier l’enquête sur l’assassinat de plus de 50 000 enfants indigènes à l’état qui a perpétré le crime reviendrait à donner à Hitler, Staline, Mao ou Pol Pot et leurs sbires le droit d’enquêter sur leurs crimes contre l’humanité…) Tous les justes mots furent utilisés dans le rapport de la CVR, camouflant bien entendu par des adjectifs minimisant l’horreur, comme le terme aseptisé de “génocide culturel”, qui devient un substitut pour la vérité sur les corps torturés, les parties génitales stérilisées et des corps d’enfants violés, violentés et déchirés, jetés dans des fosses communes de nuit. La mort de 50 000 enfants innocents peut-elle constituer un simple “génocide culturel”, une simple extermination “culturelle ??…

De plus, sans compter son double-langage et ses mensonges éhontés, le rapport de la CVR n’aurait pas pu faire sortir une quelconque vérité au sujet des crimes commis dans les pensionnats pour Indiens quand les perpétrateurs essentiels de ces crimes, les églises catholiques, anglicanes et unifiée du Canada, bénéficièrent de quelques années pour faire disparaîtres traces, preuves ou pour cacher, détruire des documents vitaux, faire taire certains témoins oculaires et faire disparaître certains de leurs charniers remplis de leurs jeunes victimes.

N’importe quel juge qui autorise un tueur présumé à faire de telles choses serait de toute évidence accusé de complicité, de dissimulation de preuves et d’entrave à la justice et serait retiré de l’affaire et de ses fonctions. Mais ceci est précisément ce que la CVR, dont les directeurs furent nommés par ces mêmes églises, leur permit de faire.

Dans les forums de la CVR, qualifiés par la presse elle-même de “cirque”, tout survivant des pensionnats indiens qui désirait témoigner devait soumettre ses déclarations par avance aux officiers de la CVR pour qu’elles soient étudiées et censurées avant qu’il ne puisse les faire. Puis ils avaient dix minutes pour leur déclaration. D’un autre côté, les officiels des églises qui utilisèrent les forums de la CVR pour pousser leur propagande du “mais nous n’essayions que de bien faire”, n’avaient quant à eux, aucune restriction de temps pour parler et commenter. Une vieille femme de la nation Cowichan me déclara après l’évènement de la CVR à Victoria, C.B: “C’était écœurant, comme si j’étais dans la même pièce que mon violeur et que je devais tout recommencer à zéro…”

Pire même, à chaque fois qu’un survivant nommait de les noms ses bourreaux ou de ceux qui avaient tués des enfants, ceci était soigneusement retiré des transcriptions de la CVR. Ce simple fait disqualifie totalement toute velléité de légitimité ou de légalité de cette CVR. Ceci est une chose que les médias semblent totalement ignorer.

“Comment toute cette connerie peut ne pas produire une exonération totale de notre génocide ?” s’est plaint le chef Squamish Gerry Kiapilano auprès de moi après avoir suivi un des premiers forum de la CVR à Vancouver.

Une exonération est précisément ce qu’a produit le rapport de la CVR sept ans plus tard. Mais si quelqu’un a l’estomac de lire ses centaines de pages, rédigées dans lla langue du politiquement correct par des avocats, dont la plupart n’est que distraction et amortissement des faits, la stratégie ultime du rapport émerge, à savoir: minimiser le nombre de victimes dans les pensionnats de façon à “prouver” que le génocide ne fut pas intentionnel. Car en ce qui concerne la loi: pas d’intention… pas de crime génocidaire…

La moitié des enfants morts est clairement le résultat d’un génocide délibéré, et environ 10% des morts le furent par “négligence”, ainsi donc, la machine à pirouetter de la CVR s’est mise au travail pour nous convaincre que, au lieu du chiffre de plus de 50 000 enfants tués, auquel on parvient en calculant simplement à partir du taux constant de mortalité moyenne établi sur archives de 40% qui fut la norme pendant près d’un siècle ; pour la commission, seulement ‘4000 ou 5000” enfants moururent.

Ce chiffre très bas, étalé sur plus des cent pensionnats, veut dire que d’après la CVR, environ seulement 50 enfants moururent par an DANS TOUT LE SYSTEME de pensionnats pour Indiens, ou un mort toutes les deux écoles, pendant plus d’un siècle !… Un tel déni d’holocauste est non seulement absurde mais est prouvé faux par toutes les archives des pensionnats qui routinièrement rapportent des douzaines de morts par an et par école, spécifiquement dans l’Ouest du Canada. (NdT: considérant aussi le fait que ces mêmes comptes peuvent aussi être loin de la réalité et furent peut-être aussi “bidouillés” à la baisse…)

Devant tant de falsifications et de mensonges éhontés, il n’est pas surprenant que le président de la CVR, un Indien bien gros et bien gras du nom de Murray Sinclair, a publié récemment le mensonge que “le gouvernement canadien a arrêté de publier les décès dans ses pensionnats pour Indiens en 1920”. Ceci est une affirmation des plus bizarres, même propagandiste, dans la mesure où j’ai moi-même trouvé et publié de telles archives gouvernementales entre les années 1889 et 1969. J’en ai même envoyé des copies à Murray.

Si l’intention des ces écoles/pensionnats n’était pas génocidaire, alors pourquoi donc ce taux de mortalité de 40 à 60% selon les années, n’a jamais décemment baissé décennie après décennie ? Et pourquoi ce taux fut-il présent dès la toute première année de l’ouverture des pensionnats dans l’Ouest du Canada en 1889 ?

Ni la CVR, ni personne au parlement d’Ottawa, ou des médias ou des universitaires, n’ont jamais trouvé important de s’intéresser à ces questions, pas plus qu’ils ne recherchent ces enfants officiellement disparus dans les 28 charniers et fosses communes identifiés par mes soins à travers le Canada. Car si cela se faisait, cela mettrait sur la piste de la conclusion évidente que la CVR fut établie pour éviter que se sache: que le Canada et ses églises ont délibérément exterminé des dizaines de milliers d’enfants et que cette machine génocidaire n’a jamais été arrêtée.

Le trafic massif et la torture des enfants aborigènes du Canada dans le régime gouvernemental du “child care” et du système d’adoption, le meurtre continu des Indiens des réserves pour leurs terres et leurs ressources et l’agenda 21, plan de dépopulation (sous l’égide de l’ONU) des nations indigènes à un dixième de leur niveau actuel å l’horizon 2050 sont les indicateurs tangibles de ces crimes canadiens que la CVR fut planifiée à dissimuler.

Heureusement, il y a une petite chose qui s’appelle la loi internationale, qui a clairement dit depuis le procès de Nüremberg que les personnes sous un régime criminel prouvé, comme celui du Canada, sont obligés, requis même, de ne pas lui payer d’impôts, ni d’obéir à ses lois, Un tel régime a de fait perdu tous droits de gouverner et doit être remplacé par un nouvel arrangement politique légal qui reflète la volonté de son peuple.

En bref, il y a eu plus que du contrôle de dégâts au travail dans cette CVR et du fiasco qui en a résulté. La survie même de cette redondance entrepreneuriale appelée la Couronne d’Angleterre (NdT: La City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican) est en jeu, spécifiquement maintenant quand des patriotes ont proclamé une alternative à cette entité et au Canada génocidaire et ce au travers de la nouvelle jurisdiction de droit coutumier de la République du Kanata.

(www.kanatarepublic.ca)

Au lieu de cette résolution bien nette espérée par ses créateurs au mains baignant dans le sang, la CVR a sans le vouloir ouvert la porte du démantèlement de l’église et de l’état du Canada en tant qu’acteurs criminels condamnés, en confirmant que des milliers d’enfants sont morts de leurs mains. Aucun d’entre nous n’est obligé de coopérer avec ces institutions génocidaires et de fait, le faire est se faire complice d’un crime contre l’humanité.

Au milieu d’une révolution similaire contre la couronne d’Angleterre et sa tyrannie en 1778, Thomas Paine observa que les régimes qui s’effondrent ont tendance à prendre des décisions qui sont de plus en plus suicidaires, comme s’ils recherchaient leur propre destruction. Le Canada chrétien et ses sponsors de Londres et de Rome ont confirmé cet axiome. La seule question maintenant est de savoir si nous, le peuple du Kanata, tirerons avantage d’une telle opportunité historique et nettoierons notre pays une bonne fois pour toute de cet héritage de meurtre de masse institutionnalisé.

Bilderberg 2015 phase action: La police autrichienne déploie 2000 flics pour sécuriser une zone d’exclusion de 10km à la ronde…

Posted in actualité, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 9 juin 2015 by Résistance 71

Bilderberg 2015: zone d’exclusion de liberté de parole, de liberté de manifester pacifiquement… On remonte d’un cran dans le fascisme étatique. De fait, oppression et répression sont les deux mamelles de l’État, le « plus froid des monstres froids »… Rien de nouveau sous le soleil, mais une preuve supplémentaire, simplement.

— Résistance 71 —

 

Réunion Bilderberg 2015: La police a mis en place une zone d’exclusion similaire à celle entourant Tchernobyl autour de l’hôtel abritant la réunion secrète

La zone d’exclusion anti-libre parole est un cercle de 10km représentant une surface trois fois la taille de l’île de Manhattan…

 

Kit Daniels

 

8 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/bilderberg-cops-set-up-chernobyl-style-exclusion-zone-around-secretive-meeting-of-world-leaders/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

A lire: l’agenda du Bilderberg 2015 et la liste des participants

 

Similaire à la zone d’exclusion de 10km entourant la centrale nucléaire radioactive de Tchernobyl, la police fédérale autrichienne a mis en place une zone de 10km autour de l’hôtel pour tenir à l’écart le public et les journalistes de la réunion tenue secrète des quelques 140-150 leaders mondiaux s’y rencontrant.

Plus de 2000 policiers autrichiens patrouillent la campagne autrichienne et établissent des barrages routiers afin de maintenir journalistes et public des kilomètres à l’écart de l’hôtel Interalpen près de la petite ville de Telfs au Tyrol, où le groupe Bilderberg se réunit annuellement ce Jeudi.

En interdisant aux gens le droit de se rassembler paisiblement en public, la zone d’exclusion établie est sans aucun doute une des plus grandes zones d’exclusion de la libre-parole que le monde ait jamais connu.

A 10km de l’hôtel en question, les jourmalistes Josh Owens et Rob Dew furent harcelés par un flic en particulier dont l’apparence était similaire à celle de Schwarzenegger dans Terminator.

“Nous lui avons demandé sur quels chemins nous pouvions aller, que nous désirions essayer de coopérer avec les règles et nous sommes restés calmes et polis alors même que les policiers devenaient obsessivement ridicules,” a dit Owens. “Il nous a dit [tout en pointant] : ceci n’est pas pour vous, ce n’est pas pour vous et où vous êtes maintenant est le plus loin que vous pourrez aller, ces chemins ne sont pas pour vous.” Tandis que ses yeux pulsaient un magma rouge…”

Pour le dire simplement, la police autrichienne dit aux journalistes qu’ils n’ont pas accès à une zone publique de la taille de trois fois l’île de Manhattan, assumant que la zone d’exclusion fait environ un cercle de 10km de diamètre, l’hôtel Interalpen étant en son centre.

“C’est presque comme s’ils adoraient ce côté méchant,” a dit Owens au sujet du groupe Bilderberg. “Les Alpes sous le brouillard passant au sommet des arbres et il y a ce château au milieu de nulle part… c’est juste comme un repère de méchants dans un film…”

De manière plus qu’intéressante, le chef conseiller de la candidate présidentielle américaine pour 2016 Hillary Clinton, Jim Messina, participera à la réunion.

“La présence de Messina au bilderberg se concentrera sur le fait de s’assurer qu’aucun des challengers potentiels de Clinton ne reçoivent de grosses sommes pour leur campagne de la part des banques transnationales et des méga-entreprises qui seront représentées au Bilderberg” a rapporté Steve Watson.

Résistance au colonialisme: la farce de la Commission Vérité et Réconciliation démasque Canada Inc. pour ce qu’il est…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 juin 2015 by Résistance 71

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Canada tu es baisé !

 

Mohawk Nation News

 

7 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/06/07/canada-youre-screwed/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) est un produit fabriqué par l’entreprise Canada. Bien que d’habitude innofensive, elle va finir par mordre son inventeur. Ceci révèle le prétexte du Canada concernant sa pratique de nous effacer, de nous faire disparaître et de nous voler de tout. Ils essaient de nous dire qu’ils sont meilleurs maintenant et que nous devons pardonner et oublier, mais qu’il n’y aura pas de justice. Voici comment on légalise le génocide, comme en Palestine. C’est une commission pour l’injustice qui offre à tout va des bonbons et des perles. La malhonnêteté obscène est prouvée. Essayer de nous effacer a dû impliquer la violence, les menaces, l’interdiction de nos langues, l’ethnocide (NdT: « génocide culturel » selon la CVR), le viol et le meurtre de nos femmes, les abus sexuels de nos enfants, essayant de créer un peuple soumis à ses maîtres. Nous refusons d’être complices !

Cette relation a été toxique et doit être dissoute. Nous allons complètement contrôler notre souveraineté. On ne peut pas reprendre ce qui n’a jamais été donné, abandonné en toute première instance. Les criminels des corporations voient, tout comme nous, que leurs jours sont finis, le jeu est terminé, mais ils essaient de le cacher.
Ce qui est le plus utile dans l’insulte faite par cette CVR est que ceux qui voudraient nous posséder doivent maintenant remonter leur froc descendu sur leurs chevilles, remettre leur engin derrière la braguette et enlever leurs mains des shorts de nos enfants, de nos poches et de notre terre, notre eau et notre air.

Dès le début nos femmes ont vu leur maladie. Elles ont ont dit: “ia onkweh tikon”, ce ne sont pas des gens naturels et ils ne devraient pas vivre parmi nous. Leur sagesse en ce qu’elles craignaient alors pour nous fut prouvée du tout au tout.

Les pensionnats pour Indiens, mis en place pour nous effrayer, pour nous faire questionner notre identité, pour nous faire cesser de croire que nous sommes un peuple, une nation, avec des droits inhérents et une liberté, une valeur pour cette planète et son futur.

Le ministre de la mise sous tutelle corporatrice des INDIENS, Bernard Valcourt, n’a pas pu tenir face aux gens qui demandaient une enquête sur les milliers de nos femmes disparues et assassinées.

Son message fut “Nous conservons le pouvoir ultime, ayez peur. Ayez peur pour vos femmes, pour vos enfants et pour vous-mêmes.” Mais c’est la même vieille fumée et air chaud. Il n’a rien entre les oreilles et rien dans le pantalon. Lui et ses cohortes n’ont aucun droit légal de continuer cette mascarade de prétendre qu’ils sont nos maîtres. Stephen Harper et son silence à huis clos est là pour pépétuer la fraude qui affirme qu’ils ont du pouvoir. Mais ils n’en ont pas, ils n’en ont jamais eu. Maintenant, ils fuient comme les couards qu’ils sont. Tout le monde peut finalement voir qu’ils n’ont même pas une quelconque autorité morale.

Nous sommes et avons toujours été un peuple souverain, une nation souveraine. Nous n’allons pas demander notre droit de naissance. C’est à nous. Nous sommes libres. Sortez de notre maison !

Comme le chantait si bien Annie Lennox, c’est un jour nouveau !. “You have taken my existence. You have filled it full of stones
. … Now I need to walk alone. But I won’t be sad. 
I won’t be destroyed. No, I won’t be. 
No I won’t be sad. .. and the word is it’s a brand new day. .. 
I need to walk alone. And the word said, It’s a brand new day.”

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 481 autres abonnés