Archive for the police politique et totalitarisme Category

Des anarchistes aux Gilets Jaunes… Retour aux lois scélérates, entretien avec l’avocat Raphaël Kempf (vidéo)

Posted in actualité, altermondialisme, documentaire, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 octobre 2019 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

6 octobre 2019

 

Excellent entretien de l’avocat des Gilets Jaunes (entre autre) Raphaël Kempf avec la journaliste Aude Lancelin pour Quartier Libre (vidéo ci-dessous), une des toutes dernières de cette profession qui pose encore des questions pertinentes mais surtout, surtout, qui laisse parler ses interlocuteurs sans les couper et sans réduire le débat à une bouillie inculte pré-digérée pour public infantilisé et dépolitisé de la société marchande.

Kempf, dans son dernier livre « Ennemis d’État, les lois scélérates des anarchistes aux terroristes » (La Fabrique, 2019) fait un juste parallèle entre ces lois anti-anarchistes de 1893 et 1894 et la dérive liberticide prise par les gouvernements français successifs depuis au moins Sarkozy. Sachons que la dernière de ces lois scélérates du 28 juillet 1894, interdisant tout prosélytisme anarchiste, ne fut officiellement abrogée qu’en décembre 1992, dans le second septennat de Mitterrand.

Il est grand temps de nous organiser pour mettre un terme à la dictature en marche qui se durcit semaine après semaine et ce n’est pas le dernier évènement sanglant récent de la préfecture de police de Paris qui va nous faire sortir de l’engrenage totalitaire pris depuis déjà un bon moment, c’est l’évidence même. Gageons que quelques projets de lois liberticides sont même déjà sous le coude, prêts à être passés par la fine équipe de clampins inutiles siégeant dans cette parodie, cette insulte, au concept même de démocratie, qu’est l’Assemblée Nationale, nid de parasites à la solde des intérêts particuliers du plus petit nombre.

Plus que jamais il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! Qu’on se le dise !

A voir et à diffuser sans modération…

 

 

La 4ème de couverture du livre de R. Kempf:

« Le 9 décembre 1893, l’anarchiste Auguste Vaillant lance une bombe dans la Chambre des députés en pleine séance parlementaire, faisant quelques blessés légers. Deux jours plus tard, la même Chambre vote à la hâte la première des « lois scélérates » réprimant la presse et les opinions anarchistes, dont certaines dispositions – le délit d’apologie par exemple – sont promises à un long avenir. On doit à La Revue blanche d’avoir mené la bataille contre les lois scélérates de 1893-1894 en rassemblant dans une brochure éponyme les plumes de Francis de Pressensé (fondateur de la Ligue des droits de l’homme), d’Émile Pouget et d’un jeune juriste, Léon Blum.
Lecteur averti de ces textes, Raphaël Kempf revient sur l’élaboration et l’application de ces lois d’exception et nous en livre la formule : votées dans l’émotion, elles donnent un pouvoir extraordinaire à l’État, à la police et au ministère public pour réprimer des adversaires politiques, avant de cibler peu à peu tous les citoyens. De la loi « contre les menées anarchistes » au XIXe siècle, aux lois « anticasseurs » et « antiterroristes » d’aujourd’hui, ce sont là autant d’indices des scélératesses législatives. »

= = =

Entrevoir une solution et sortir de la dictature marchande:

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

James-C-Scott-Contre-le-Grain-une-histoire-profonde-des-premiers-etats

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

 

 

 

 

Publicités

Dictature technotronique et la police de la pensée: Alphabet de Google et la City de Londres (Dean Henderson)

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 1 septembre 2019 by Résistance 71


Dictature technotronique

 

La police de la pensée “Alphabet” de la couronne / City de Londres

 

Dean Henderson

 

22 août 2019

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2019/08/22/the-crowns-alphabet-thought-police/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ces derniers mois, il y a eu une purge majeure de l’information sur l’internet DARPA. Les vidéos anti-vaccination et sur les chemtrails / épandages chimiques ont été ciblées et aussi certains livres mis au pilon sur Amazon. Ce site (Lefthook) a été enterré bien profondément par les algorithmes de Google et de YouTube.

Alors que des millions de personnes continuent de se réveiller au complot diabolique des banquiers de la Couronne / City de Londres voulant tuer une très large partie de l’humanité, leur gendarme de la Silicon Valley financé lui aussi par la City, se désespère d’étouffer aussi  toute information mettant en lumière cette cabale, qui récemment a été très occupée avec le lancement de son système Alphabet, sorte de sorcellerie électronique franc-maçonne à la sauce Wikipedia, conçu pour déjouer le grand éveil. L’outil principal est justement appelé Alphabet , une des actions les plus chères au monde et propriétaire à la fois de Google et de YouTube.

Le timing de cette purge n’est absolument pas une coïncidence. Le 16 février dernier, à la conférence sur la sécurité de Munich, Google a sorti un article de 30 pages qui exhibait sa stratégie pour combattre les “fake news” sur ses plateformes variées de l’internet, incluant YouTube.

Leurs propositions orwelliennes incluaient de “donner aux gens un contexte au sujet de l’information qu’ils voient” en “rendant directement visibles des sources faisant foi” et en empêchant le chargement sur YT de “théories conspirationnistes bizarres”.

Les associés de Google dans cet effort incluent la First Draft Coalition, le Trust Project et l’International Fact-Checking Network. Tous des vitrines pour des organisations médiatiques de masse et d’ONG gérées par l’élite mondialiste. Un des principaux intervenants dans cette vaste censure de l’internet est Haymarket Media, un groupe basé à Londres lancé cette année par un ancien attaché de cabinet du gouvernement Thatcher, Michael Heseltine.

Haymarket a son QG à Bridge House, QG de Bridge House Estates, une fondation charitable fondée sur la charte de 1282 de l’entreprise de la City de Londres, qui, avec City Cash et City Fund sont les trois fonds fiduciaires gérés par la corporation de la City de Londres (NdT: la véritable “couronne”…)

De manière intéressante, United States Federal Bridge Certification Authority (FBCA) est la base pour les communications sécurisées inter-gouvernementales des Etats-Unis. Bon nombre de ces communications sont sous-contractées et administrées par l’entreprise SERCO. Est-ce que la FBCA est espionnée par le City Bridge Fund et Bridge House Estates ?

Haymarket est le principal associé médiatique du Trust Project, qui placera une “Marque de Confiance” sur les site jugés valables. (NdT: “trust” en anglais veut dire “fond fiduciaire” en terme bancaire, mais aussi “confiance” en terminologie commune..). Le Trust Project fut fondé par Haymarket Media, the Globe & Mail (NdT: une des feuilles de chou nationales canadiennes), Hearst TV, le Washington Post et le magazine “The Economist” entres autres. The Economist est à 21% propriété de la famille Rothschild. D’autres proprios incluent Cadbury, la famille Schröder qui servit en son temps de banquier à un certain Adolf Hitler, la famille Agnelli, la famille Lazare et le baron Layton.

La First Draft Coalition est aussi basée à Londres. Ses associés incluent, CNN. BBC, ABC News, Facebook, The Telegraph et le Washington Post. Le financement se produit au travers de la Google News Initiative, les Koch Brothers, le lieutenant des Rothschild la Soros Open Society Foundation, la Fondation Ford (NdT: intérêts Rockefeller) et la Bill & Melinda Gates Foundation.

First Draft cible particulièrement les “communautés de la conspiration”. Leur site internet parle d’inoculer contre les “conspirations au sujet des réseaux mondiaux du pouvoir”, disant “debunker ou expliquer ces conspirations… leur donne non seulement une légitimité mais aussi un set de mots clefs pour votre audience à utiliser pour rechercher plus d’information… Avant l’internet, de telles communautés étaient marginales et avaient du mal à être connectées parce que c’était plus difficile de se rencontrer face à face. Aujourd’hui de telles communautés se développent et se portent très bien…

Le 3ème associé de Google dans la censure est l’International Fact-Checking Coalition, qui est gérée depuis le Poynter Institute. Des financiers importants de celui-ci incluent la Fondation Mellon, la fondation Charles Koch, la NED (NdT: officine de la CIA) et l’Open Society Foundation de George Soros. Les “élites” globalistes sont très nerveuses. Le charme vaudou de leur Alphabet franc-maçon est en train de se dissiper. Ils savent que les gens se réveillent du fait que tout ce qu’on leur a dit est un mensonge fait pour servir l’agenda luciférien des banquiers de la City de Londres. Ce dernier épisode frénétique de la censure emmené par l’Alphabet-Google de l’oligarchie, bien qu’alarmant, devrait en fait être vu comme une victoire tactique du Grand Réveil qui s’opère…

 

Gilets Jaunes: Jérôme Rodrigues va entrer en grève de la faim contre l’état (RT)

Posted in actualité, altermondialisme, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 2 juillet 2019 by Résistance 71

Pour l’un d’entre nous (qui y était), cela a une réminiscence directe avec la grève de la faim publique entreprise par le Gen Chamlong Srimuang à Bangkok en mai 1992, contre le pouvoir putschiste du Gen Premier Ministre Suchinda. Chamlong demandait la démission du PM Suchinda qui refusait de quitter le pouvoir après le putsch. Des dizaines de milliers de manifestants s’étaient rassemblés à Bangkok pour le soutenir durant des semaines avant et durant sa grève de la faim.

La crise se termina dans un bain de sang (plus de 1000 personnes toujours comptées “disparues” depuis les évènements) qui vit l’armée thaïlandaise ordonnée de tirer dans la foule, ce qui amena la chute du gouvernement dont le PM fut publiquement admonesté (les deux protagonistes en fait le furent) par le roi Bhumipol après quelques jours de quasi guerre civile, des images qui firent le tour du monde .

Il est important que Jérôme reçoive tout le soutien populaire et logistique nécessaire des Gilets Jaunes. La France n’est pas (encore) une dictature militaire comme l’était la Thaïlande des années 1990 (bien plus soft aujourd’hui, même si elle en est toujours une…) et il ne doit pas engager seul le bras de fer avec le pouvoir coercitif, qui s’enfonce pas à pas dans l’illégalité, comme le démontre une fois de plus le fiasco étatique sur la procédure de Jérôme.

Cet évènement a le potentiel générateur du grand souffle du changement tant attendu, car l’issue finale n’est pas seulement que justice soit rendue à Jérôme (peut-on y croire ?… vraiment ?… l’état corrompu bouffant au râtelier et aux ordres de ses maîtres de la finance transnationale…) , mais que le système soit remplacé par la conscience politique incarnée dans une société des sociétés. Soutien inconditionnel à Jérôme !

Hoka Hey !

~ Résistance 71 ~

 

 

Jérôme Rodrigues annonce une grève de la faim contre l’État

 

RT France

 

2 juillet 2019

 

url de l’article original:

https://francais.rt.com/france/63540-si-je-dois-mourir-je-mourrai-gilet-jaune-jerome-rodrigues-annonce-greve-faim-contre-etat

 

“Si je dois mourir, je mourrai.” (J. Rodrigues)

 

Alors que la justice a ordonné au ministère de l’Intérieur et à la préfecture de transmettre le dossier d’enquête administrative de l’IGPN sur les circonstances la blessure de Jérôme Rodrigues, ce dernier les accuse de ne pas appliquer la décision.

Jérôme Rodrigues, l’une des figures les plus médiatiques des Gilets jaunes, gravement blessé à l’œil le 26 janvier lors de l’acte 11 du mouvement à Paris, a annoncé sur son compte Twitter le 1er juillet qu’il allait démarrer une grève de la faim «devant» le ministère de l’Intérieur à partir de «vendredi matin», soit le 5 juillet. 

«Une décision de justice a été rendue, l’Etat français est dans l’obligation de me fournir l’enquête administrative [je n’ai] rien reçu à ce jour», a-t-il notamment dénoncé.

Le Gilet jaune originaire de Tremblay-en-France accuse le ministère de l’Intérieur de ne pas lui transmettre le dossier d’enquête administrative menée par l’inspection générale de la police nationale (IGPN) à la suite de sa blessure, attribuée à un tir des forces de l’ordre.

En juin, le tribunal administratif de Paris avait en effet enjoint au ministre de l’Intérieur et au préfet de police de lui communiquer «sans délai» les actes de «l’enquête administrative et de l’enquête menée par l’inspection générale de la police nationale concernant les blessures qu’il a subies», d’après la retranscription du jugement donnée par Le Parisien. Depuis, les sollicitations seraient, selon ses dires, restées lettre morte. Jérôme Rodrigues et son avocat Arié Alimi s’en sont d’ailleurs plaints à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux depuis quelques jours.

«Si un juge demande que j’aille en prison, j’y vais ce soir moi !», fustige le Gilet jaune contacté par RT France. Pour lui, l’Etat français ne «respecte pas la loi». «Si je dois mourir, je mourrai», déclare-t-il déterminé.

Ils sont entrés dans l’illégalité

«Ils sont entrés dans l’illégalité», a déclaré de son côté à RT France l’avocat de Jérôme Rodrigues Arié Alimi, qui dit n’avoir «jamais vu ça» dans sa carrière. Ce dernier assure s’être vu opposer un refus ferme par la Place Beauvau, une information que RT France n’a pas été en mesure de vérifier auprès de l’institution.

Quoi qu’il en soit, l’avocat de Jérôme Rodrigues a prévu de saisir le tribunal administratif, ce qu’il ne peut pas faire avant au moins trois mois, s’il n’obtient pas les informations qu’il réclame au ministère de l’Intérieur.

Cette procédure administrative est distincte des demandes que pourrait faire la justice dans le cadre de l’information judiciaire ouverte le 13 février sur cette affaire et menée par deux juges d’instructions pour «violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique avec arme».

= = =

Notre « dossier Gilets Jaunes »

 

 

 

Géopolitique, impérialisme et islam politique: les Frères Musulmans, la CIA, le MI6, Mossad et tutti quanti (Thierry Meyssan)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 25 juin 2019 by Résistance 71

Excellente enquête de Thierry Meyssan sur cette fabrication et manipulation de la « confrérie des frères musulmans » et du soi-disant « islam politique » inféodé à l’impérialisme occidental post-première guerre mondiale pour maintenir le statu quo oligarchique en place.
Pour mieux comprendre les turpitudes et les salades officielles qu’on nous fait ingurgiter de (moins en moins) force.

~ Résistance 71 ~

 

Les Frères Musulmans en tant qu’assassins

 

Thierry Meyssan

 

21 juin 2019

 

url de l’article original:

https://www.voltairenet.org/article206724.html

 

Nous poursuivons la publication du livre de Thierry Meyssan, « Sous nos yeux ». Dans cet épisode, il décrit la création d’une société secrète égyptienne, les Frères musulmans, puis sa réactivation après la Seconde Guerre mondiale par les services secrets britanniques. Enfin, l’utilisation de ce groupe par le MI6 pour procéder à des assassinats politiques dans cette ancienne colonie de la Couronne.

Les «  Printemps arabes  », vécus par les Frères musulmans

En 1951, les services secrets anglo-saxons constituèrent, à partir de l’ancienne organisation homonyme, une société secrète politique  : les Frères musulmans. Ils l’utilisèrent successivement pour assassiner des personnalités qui leur résistaient, puis à partir de 1979 comme mercenaires contre les Soviétiques. Au début des années 1990, ils les incorporèrent à l’Otan et dans les années 2010 tentèrent de les porter au pouvoir dans les pays arabes. En définitive, les Frères musulmans et l’Ordre soufi des Naqchbandis furent financés à hauteur de 80 milliards de dollars annuels par la famille régnante saoudienne, ce qui en fait une des armées les plus importantes au monde. La totalité des leaders jihadistes, y compris ceux de Daesh, appartient à ce dispositif militaire.

1— Les Frères musulmans égyptiens

Quatre empires disparaissent durant la Première Guerre mondiale  : le Reich germanique, l’Empire austro-hongrois, la Sainte Russie tsariste, et la Sublime Porte ottomane. Les vainqueurs manquent totalement de mesure en imposant leurs conditions aux vaincus. Ainsi, en Europe, le Traité de Versailles détermine des conditions inacceptables pour l’Allemagne qu’il rend seule responsable du conflit. En Orient, le dépeçage du Califat ottoman se passe mal  : à la conférence de San Remo (1920), conformément aux accords secrets Sykes-Picot-Sazonov (1916), le Royaume-Uni est autorisé à constituer un foyer juif en Palestine, tandis que la France peut coloniser la Syrie (qui incluait à l’époque le Liban actuel). Cependant, dans ce qui reste de l’Empire ottoman, Mustafa Kemal se révolte à la fois contre le Sultan qui a perdu la guerre et contre les Occidentaux qui s’emparent de son pays. À la conférence de Sèvres (1920), on découpe le Califat en petits bouts pour créer toutes sortes de nouveaux États, dont le Kurdistan. La population turco-mongole de Thrace et d’Anatolie se soulève et porte Kémal au pouvoir. En définitive, la conférence de Lausanne (1923) trace les frontières actuelles, renonce au Kurdistan et organise de gigantesques transferts de population qui font plus d’un demi-million de morts.

Mais, de même qu’en Allemagne Adolf Hitler contestera le sort de son pays, au Proche-Orient, un homme se lève contre le nouveau partage de la région. Un instituteur égyptien fonde un mouvement pour rétablir le Califat que les Occidentaux ont vaincu. Cet homme, c’est Hassan el-Banna et cette organisation, ce sont les Frères musulmans (1928).

Le Calife, c’est en principe le successeur du Prophète auquel tous doivent obéissance  ; un titre de fait très convoité. Plusieurs grandes lignées de califes se sont succédées  : les Omeyyades, les Abbassides, les Fatimides et les Ottomans. Le prochain Calife devrait être celui qui s’emparera du titre, en l’occurrence le «  Guide général  » de la Confrérie qui se verrait bien en maître du monde musulman.

La société secrète se développe très rapidement. Elle entend œuvrer de l’intérieur du système pour rétablir les institutions islamiques. Les postulants doivent jurer fidélité au fondateur sur le Coran et sur un sabre, ou sur un revolver. Le but de la Confrérie est exclusivement politique, même si elle l’exprime en termes religieux. Jamais Hassan el-Banna ni ses successeurs ne parleront de l’islam comme d’une religion ou n’évoqueront une spiritualité musulmane. Pour eux, l’islam est uniquement un dogme, une soumission à Dieu et un moyen d’exercer le Pouvoir. Évidemment, les Égyptiens qui soutiennent la Confrérie ne la perçoivent pas ainsi. Ils la suivent parce qu’elle prétend suivre Dieu.

Pour Hassan el-Banna, la légitimité d’un gouvernement ne se mesure pas à sa représentativité comme on évalue celle des gouvernements occidentaux, mais à sa capacité à défendre le «  mode de vie islamique  », c’est-à-dire celui de l’Égypte ottomane du XIXe siècle. Jamais les Frères n’envisageront que l’islam ait une Histoire et que les modes de vie musulmans varient considérablement selon les régions et les époques. Jamais ils n’envisageront non plus que le Prophète a révolutionné la société bédouine et que le mode de vie décrit dans le Coran n’est qu’une étape fixée pour ces hommes. Pour eux, les règles pénales du Coran – la charia – ne correspondent donc pas à une situation donnée, mais fixent les lois immuables sur lesquelles le Pouvoir peut s’appuyer.

Le fait que la religion musulmane se soit souvent diffusée par l’épée justifie pour la Confrérie l’usage de la force. Jamais, les Frères ne reconnaitront que l’islam ait pu se propager aussi par l’exemple. Cela n’empêche pas Al-Banna et ses Frères de se présenter aux élections — et de perdre. S’ils condamnent les partis politiques, ce n’est pas par opposition au multipartisme, mais parce qu’en séparant la religion du politique, ils seraient tombés dans la corruption.

La doctrine des Frères musulmans, c’est l’idéologie de l’«  islam politique  », en français on dit de l’«  islamisme  »  ; un mot qui va faire fureur.

En 1936, Hassan el-Banna, écrit au Premier ministre Mustafa el-Nahhas Pacha. Il exige  : 

  • «  une réforme de la législation et l’union de tous les tribunaux sous la charia  ; 
  • le recrutement au sein des armées en instituant un volontariat sous la bannière du jihad  ; 
  • la connexion des pays musulmans et la préparation de la restauration du Califat, en application de l’unité exigée par l’islam.  »

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Confrérie se déclare neutre. En réalité, elle se transforme en un service de Renseignement du Reich. Mais à partir de l’entrée en guerre des États-Unis, lorsque le sort des armes semble s’inverser, elle joue double jeu et se fait financer par les Britanniques pour leur livrer des informations sur son premier employeur. Ce faisant, la Confrérie manifeste son absence totale de principe et son pur opportunisme politique.

Le 24 février 1945, les Frères tentent leur chance et assassinent en pleine séance parlementaire le Premier ministre égyptien. Il s’en suit une escalade de la violence  : une répression contre eux et une série d’assassinats politiques, allant jusqu’à celui du nouveau Premier ministre, le 28 décembre 1948, et en rétorsion d’Hassan el-Banna lui-même, le 12 février 1949. Peu de temps après, un tribunal institué par la loi martiale condamne la plupart des Frères à une peine de détention et dissout leur association.

Cette organisation secrète n’était au fond qu’une bande d’assassins qui ambitionnaient de s’emparer du pouvoir en masquant sa convoitise derrière le Coran. Son histoire aurait dû s’arrêter là. Il n’en fut rien.

2— La Confrérie refondée par les Anglo-Saxons 

et la paix séparée avec Israël

La capacité de la Confrérie à mobiliser des gens et à les transformer en assassins ne peut qu’intriguer les Grandes puissances.

Deux ans et demi après sa dissolution, une nouvelle organisation est formée par les Anglo-Saxons en réutilisant le nom de «  Frères musulmans  ». Profitant de l’incarcération des dirigeants historiques, l’ancien juge Hassan Al-Hodeibi en est élu Guide général. Contrairement à une idée souvent admise, il n’y aucune continuité historique entre l’ancienne et la nouvelle confrérie. Il s’avère qu’une unité de l’ancienne société secrète, l’«  Appareil secret  », avait été chargée par Hassan el-Banna de perpétrer les attentats dont il niait la paternité. Cette organisation dans l’organisation était si secrète qu’elle n’a pas été touchée par la dissolution de la Confrérie et se tient désormais à la disposition de son successeur. Le Guide décide de la désavouer et déclare ne vouloir atteindre ses objectifs que de manière pacifique. Il est difficile d’établir ce qui s’est exactement passé à ce moment-là entre les Anglo-Saxons qui voulaient recréer l’ancienne société et le Guide qui croyait juste récupérer son audience dans les masses. En tous cas, l’«  Appareil secret  » a perduré et l’autorité du Guide s’est effacée au profit de celle d’autres responsables de la Confrérie ouvrant une véritable guerre interne. La CIA introduisit à leur direction le franc-maçon Sayyid Qutb [1], le théoricien du jihad, que le Guide condamna avant de conclure un accord avec le MI6.

Il est impossible de préciser les rapports de subordination interne des uns et des autres, d’une part parce que chaque branche étrangère a sa propre autonomie et d’autre part parce que les unités secrètes au sein de l’organisation ne dépendent plus nécessairement ni du Guide général, ni du Guide local, mais parfois directement de la CIA et du MI6.

Durant la période suivant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques essayent d’organiser le monde de manière à le tenir hors de portée des Soviétiques. En septembre 1946, à Zurich, Winston Churchill lance l’idée des États-Unis d’Europe. Sur le même principe, il lance la Ligue arabe. Dans les deux cas, il s’agit de faire l’unité d’une région sans la Russie. Dès le début de la Guerre froide, les États-Unis d’Amérique, de leur côté, créent des associations chargées d’accompagner ce mouvement à leur profit, l’American Committee on United Europe et les American Friends of the Middle East [2]. Dans le monde arabe, la CIA organise deux coups d’État, d’abord en faveur du général Hosni Zaim à Damas (mars 1949), puis avec les Officiers libres au Caire (juillet 1952). Il s’agit de soutenir des nationalistes que l’on suppose hostiles aux communistes. C’est dans cet état d’esprit que Washington amène en Égypte le général SS Otto Skorzeny et en Iran le général nazi Fazlollah Zahédi, accompagnés de centaines d’anciens responsables de la Gestapo pour diriger la lutte anticommuniste. Skorzeny a malheureusement modelé la police égyptienne dans une tradition de violence. En 1963, il choisira la CIA et le Mossad contre Nasser. Zahédi quant à lui créera la SAVAK, la plus cruelle police politique de l’époque.

Si Hassan el-Banna avait fixé l’objectif — prendre le pouvoir en manipulant la religion —, Qutb définit le moyen  : le jihad. Une fois que les adeptes ont admis la supériorité du Coran, on peut s’appuyer sur lui pour les organiser en armée et les envoyer au combat. Qutb développe une théorie manichéenne distinguant ce qui est islamiste et ce qui est «  ténébreux  ». Pour la CIA et le MI6, ce bourrage de crâne permet d’utiliser les adeptes pour contrôler les gouvernements nationalistes arabes, puis pour déstabiliser les régions musulmanes de l’Union soviétique. La Confrérie devient un inépuisable réservoir de terroristes sous le slogan  : «  Allah est notre but. Le Prophète est notre chef. Le Coran est notre loi. Le jihad est notre voie. Le martyre, notre vœu  ».

La pensée de Qutb est rationnelle, mais pas raisonnable. Il déploie une rhétorique invariable Allah/Prophète/Coran/Jihad/Martyre qui ne laisse à aucun moment de possibilité de discussion. Il pose la supériorité de sa logique sur la raison humaine.

La CIA organise un colloque à l’Université de Princeton sur «  La situation des musulmans en Union soviétique  ». C’est l’occasion de recevoir aux États-Unis une délégation des Frères musulmans conduite par un des chefs de sa branche armée, Saïd Ramadan*. Dans son rapport, l’officier de la CIA chargé du suivi note que Ramadan n’est pas un extrémiste religieux, mais plutôt un fasciste  ; une manière de souligner le caractère exclusivement politique des Frères musulmans. Le colloque se conclut par une réception à la Maison-Blanche par le Président Eisenhower, le 23 septembre 1953. L’alliance entre Washington et le jihadisme est conclue.

(*) Note de R71: Saïd Ramadan est le père de Tariq Ramadan…

La CIA, qui avait recréé la Confrérie contre les communistes, l’a d’abord utilisée pour aider les nationalistes. À cette époque l’Agence était représentée au Moyen-Orient par des antisionistes, issus des classes moyennes. Ils furent rapidement évincés au profit de hauts fonctionnaires d’origine anglo-saxonne et puritaine, sortis des grandes universités et favorables à Israël. Washington entra en conflit avec les nationalistes et la CIA retourna la Confrérie contre eux.

Saïd Ramadan avait commandé quelques combattants de la Confrérie durant la brève guerre contre Israël en 1948, puis aidé Sayyid Abul Ala Maududi a créer au Pakistan l’organisation paramilitaire de la Jamaat-i-Islami. Il s’agissait alors de fabriquer une identité islamique pour les Indiens musulmans afin qu’ils constituent un nouvel État, le Pakistan. La Jamaat-i-Islami rédigera d’ailleurs la constitution pakistanaise. Ramadan épouse la fille d’Hassan Al-Banna et devient le chef de la branche armée des nouveaux «  Frères musulmans  ».

Alors qu’en Égypte, les Frères ont participé au coup d’État des Officiers libres du général Mohammed Naguib — Sayyid Qutb était leur agent de liaison —, ils sont chargés d’éliminer un de leurs leaders, Gamal Abdel Nasser, qui est entré en conflit avec Naguib. Non seulement ils échouent, le 26 octobre 1954, mais Nasser prend le pouvoir, réprime la Confrérie et assigne Naguib à résidence. Sayyid Qutb sera pendu quelques années plus tard.

Interdits en Égypte, les Frères se replient dans les États wahhabites (Arabie saoudite, Qatar et Émirat de Charjah) et en Europe (Allemagne, France et Royaume-Uni, plus en Suisse neutre). Chaque fois, ils sont reçus comme des agents occidentaux luttant contre l’alliance naissante entre les nationalistes arabes et l’Union soviétique. Saïd Ramadan reçoit un passeport diplomatique jordanien et s’installe à Genève, en 1958, d’où il dirige la déstabilisation du Caucase et de l’Asie centrale (à la fois Pakistan / Afghanistan et vallée soviétique de Ferghana). Il prend le contrôle de la Commission pour la construction d’une mosquée à Munich, ce qui lui permet de superviser presque tous les musulmans d’Europe occidentale. Avec l’aide de l’American Committee for the Liberation of the Peoples of Russia (AmComLib), c’est-à-dire de la CIA, il dispose de Radio Liberty /Radio Free Europe, une station directement financée par le Congrès états-unien pour diffuser la pensée de la Confrérie [3].

Après la crise du Canal de Suez et le spectaculaire retournement de Nasser du côté soviétique, Washington décide de soutenir sans limites les Frères musulmans contre les nationalistes arabes. Un haut cadre de la CIA, Miles Copeland, est chargé — en vain — de sélectionner dans la Confrérie une personnalité qui puisse jouer dans le monde arabe un rôle équivalent à celui du pasteur Billy Graham aux États-Unis. Il faudra attendre les années 1980 pour trouver un prêcheur de cette envergure, l’Égyptien Youssef Al-Qaradâwî.

En 1961, la Confrérie établit une connexion avec une autre société secrète, l’Ordre des Naqchbandis. Il s’agit d’une sorte de franc-maçonnerie musulmane mêlant initiation soufie et politique. L’un de ses théoriciens indiens, Abou Al-Hasan Ali Al-Nadwi, publie un article dans la revue des Frères. L’Ordre est ancien et présent dans de nombreux pays. En Irak, le grand maître n’est autre que le futur vice-président Ezzat Ibrahim Al-Douri. Il soutiendra la tentative de coup d’État des Frères en Syrie, en 1982, puis la «  campagne de retour à la Foi  » organisée par le Président Saddam Hussein pour redonner une identité à son pays après l’instauration de la zone de non-survol par les Occidentaux. En Turquie, l’Ordre jouera un rôle plus complexe. Il comprendra comme responsables aussi bien Fethullah Güllen (fondateur de l’Hizmet), que le président Turgut Özal (1989-93) et que le Premier ministre Necmettin Erbakan (1996-97), responsable du Parti de la Justice (1961) et de la Millî Görüs (1969). En Afghanistan, l’ancien président Sibghatullah Mojaddedi (1992) en fut le grand maître. En Russie, avec l’aide de l’Empire ottoman, l’Ordre avait soulevé la Crimée, l’Ouzbékistan, la Tchétchénie et le Daghestan, au XIXe siècle contre le Tsar. Jusqu’à la chute de l’URSS, on sera sans nouvelle de cette branche  ; de même dans le Xinjiang chinois. La proximité des Frères et des Naqchbandis est très rarement étudiée compte tenu de l’opposition de principe des islamistes à la mystique et aux ordres soufis en général.

En 1962, la CIA encourage l’Arabie saoudite à créer la Ligue islamique mondiale et à financer la Confrérie et l’Ordre contre les nationalistes et les communistes [4]. Cette structure est d’abord financée par l’Aramco (Arabian-American Oil Company)*. Parmi la vingtaine de ses membres fondateurs, on compte trois théoriciens islamistes dont nous avons déjà parlé  : l’Égyptien Saïd Ramadan, le Pakistanais Sayyid Abul Ala Maududi et l’Indien Abou Al-Hasan Ali Al-Nadwi.

(*) Note de R71: Si ARAMCO est officiellement sous contrôle du gouvernement saoudien, ses actionnaires principaux sont Exxon-Mobil (Rockefeller), Royal Dutch Shell (Rothschild), BP-Amoco. Rien ne se fait sans l’aval de la grande puissance financière. La famille Al Saoud n’existe que par ses commanditaires d’origine… Le wahhabisme est le serviteur garde-chiourme du statu quo oligarchique pétrolier et financier.

De facto l’Arabie, qui dispose soudainement d’énormes liquidités grâce au commerce de pétrole, devient le parrain des Frères dans le monde. Sur place, la monarchie leur confie le système d’enseignement scolaire et universitaire, dans un pays où presque personne ne sait lire et écrire. Les Frères doivent s’adapter à leurs hôtes. En effet, leur allégeance au roi les empêche de prêter fidélité au Guide général. Quoi qu’il en soit, ils s’organisent autour de Mohamed Qutb, le frère de Sayyid, en deux tendances  : les Frères saoudiens d’un côté et les «  sourouristes  » de l’autre. Ces derniers, qui sont Saoudiens, tentent une synthèse entre l’idéologie politique de la Confrérie et la théologie wahhabite. Cette secte, dont la famille royale est membre, porte une interprétation de l’islam issue de la pensée bédouine, iconoclaste et antihistorique. Jusqu’à ce que Riyad dispose de pétrodollars, elle jetait l’anathème sur les écoles musulmanes traditionnelles qui, en retour, la considérait comme hérétique.

En réalité, la politique des Frères et la religion wahhabite n’ont rien en commun, mais elles sont compatibles. Sauf que le pacte qui lie la famille des Séoud aux prédicateurs wahhabites ne peut exister avec la Confrérie  : l’idée d’une monarchie de droit divin se heurte à l’appétit de pouvoir des Frères. Il est donc convenu que les Séoud soutiendront les Frères partout dans le monde, à la condition qu’ils s’abstiennent d’entrer en politique en Arabie.

Le soutien des wahhabites saoudiens aux Frères provoque une rivalité supplémentaire entre l’Arabie et les deux autres États wahhabites que sont le Qatar et l’Émirat de Charjah.

De 1962 à 1970, les Frères musulmans participent à la guerre civile du Yémen du Nord et tentent de rétablir la monarchie aux côtés de l’Arabie saoudite et du Royaume-Uni, contre les nationalistes arabes, l’Égypte et l’URSS  ; un conflit qui préfigure ce qui va suivre durant un demi-siècle.

En 1970, Gamal Abdel Nasser parvient à trouver un accord entre les factions palestiniennes et le roi Hussein de Jordanie qui met fin au «  septembre noir  ». Le soir du sommet de la Ligue arabe qui entérine l’accord, il meurt, officiellement d’une crise cardiaque, beaucoup plus probablement assassiné. Nasser avait trois vice-présidents, un de gauche — extrêmement populaire —, un centriste — fort connu —, et un conservateur choisi à la demande des États-Unis et de l’Arabie saoudite  : Anouar el-Sadate. Subissant des pressions, le vice-président de gauche se déclare indigne de la fonction. Le vice-président centriste préfère abandonner la politique. Sadate est désigné comme candidat des Nassériens. C’est le drame de nombreux pays  : le président choisit un vice-président parmi ses rivaux de manière à élargir sa base électorale, mais celui-ci le remplace lorsqu’il meurt et anéantit son héritage.

Sadate, qui avait servi le Reich durant la Seconde Guerre mondiale et professe une grande admiration pour le Führer, est un militaire ultra conservateur qui servait d’alter ego à Sayyid Qutb comme agent de liaison entre la Confrérie et les Officiers libres. Dès son accession au pouvoir, il libère les Frères emprisonnés par Nasser. Le «  Président croyant  » est l’allié de la Confrérie pour ce qui concerne l’islamisation de la société (la «  révolution de rectification  »), mais son rival lorsqu’il en tire un profit politique. Cette relation ambigüe est illustrée par la création de trois groupes armés, qui ne sont pas des scissions de la Confrérie mais des unités extérieures lui obéissant  : le Parti de la libération islamique, le Jihad islamique (du cheikh Omar Abdul Rahman), et Excommunication et immigration (le «  Takfir  »). Tous déclarent appliquer les instructions de Sayyid Qutb. Armé par les services secrets, le Jihad islamique lance des attaques contre les chrétiens coptes. Loin d’apaiser la situation, le «  Président croyant  » accuse les coptes de sédition et emprisonne leur pape et huit de leurs évêques. En définitive, Sadate intervient dans la conduite de la Confrérie et prend position pour le Jihad islamique contre le Guide général, qu’il fait arrêter [5].

Sur instruction du secrétaire d’État US, Henry Kissinger, il convainc la Syrie de se joindre à l’Égypte pour attaquer Israël et restaurer les droits des Palestiniens. Le 6 octobre 1973, les deux armées prennent Israël en tenaille pendant la fête de Yom Kippour. L’armée égyptienne traverse le canal de Suez tandis que la syrienne attaque depuis le plateau du Golan. Cependant, Sadate ne déploie que partiellement sa couverture antiaérienne et arrête son armée à 15 kilomètres à l’est du canal, tandis que les Israéliens se ruent sur les Syriens qui se trouvent piégés et hurlent au complot. Ce n’est qu’une fois les réservistes israéliens mobilisés et l’armée syrienne encerclée par les troupes d’Ariel Sharon, que Sadate ordonne à son armée de reprendre sa progression, puis de la stopper pour négocier un cessez-le-feu. Observant la trahison égyptienne, les Soviétiques qui ont été déjà perdu un allié avec la mort de Nasser, menacent les États-Unis et exigent un arrêt immédiat des combats.

Quatre ans plus tard — poursuivant le plan de la CIA — le Président Sadate se rend à Jérusalem et décide de signer une paix séparée avec Israël au détriment des Palestiniens. Désormais, l’alliance entre les Frères et Israël est scellée. Tous les Peuples arabes conspuent cette trahison et l’Égypte est exclue de la Ligue arabe, dont le siège est déplacé à Alger.

Washington décide de tourner la page, en 1981. Le Jihad islamique est chargé de liquider Sadate, désormais inutile. Il est assassiné lors d’une parade militaire, alors que le Parlement s’apprêtait à le proclamer «  Sixième Calife  ». Dans la tribune officielle 7 personnes sont tuées et 28 blessées, mais, assis à côté du président, son vice-président le général Moubarak en réchappe. Opportunément il était la seule personne de la tribune officielle à porter un gilet pare-balles. Il succède au «  président croyant  » et la Ligue arabe peut être rapatriée au Caire.

[1] « Sayyid Qutb était franc-maçon », Réseau Voltaire, 28 mai 2018.

[2] America’s Great Game : The CIA’s Secret Arabists and the Shaping of the Modern Middle East, Hugh Wilford, Basic Books (2013).

[3] A Mosque in Munich : Nazis, the CIA, and the Rise of the Muslim Brotherhood in the West, Ian Johnson, Houghton Mifflin Harcourt (2010). Version française : Une Mosquée à Munich : les nazis, la CIA et la montée des Frères musulmans en Occident, Jean-Claude Lattès (2011).

[4] Dr. Saoud et Mr. Djihad. La diplomatie religieuse de l’Arabie saoudite, Pierre Conesa, préface d’Hubert Védrine, Robert Laffont (2016).

[5] Histoire secrète des Frères musulmans, Chérif Amir, préface d’Alain Chouet, Ellipses (2015).

Dictature cybernétique: YouTube, Google, Facebook et la guerre contre la vérité… (VT)

Posted in actualité, altermondialisme, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 14 juin 2019 by Résistance 71

 

YouTube et la guerre contre la vérité

 

Gordon Duff

Veterans Today (VT)

 

9 juin 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/06/11/neo-youtube-and-the-war-on-truth/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

A partir de juin 2019, YouTube, propriété de Google Corporation, qui a une très longue histoire de récupérer les données cybernétiques pour des agences de renseignement diverses et des groupes d’extrême-droite, va “faire le ménage”…

Leur affirmation  de retirer tous “discours et propos de haine” et autres “matériaux tendancieux” non spécifiés, est une grande menace pour la liberté d’expression dans le monde.

Voyez-vous, YouTube de Google a littéralement moulé, façonné un monde à lui, s’associant financièrement avec le bidon, l’imbécile et l’absurde, tout en censurant profondément la liberté d’expression et ce dès le tout premier jour de son existence.

Pendant des années, Youtube a géré un système très obscur et opaque de faux-bénévoles financés par des think tanks et des agences d’espionage, des centaines d’entre eux situés dans des bâtiments spéciaux à Haïfa en Israël, interdisant des utilisateurs dont le matériel mis en ligne jette une mauvaise image sur l’apartheid d’Israël.

De plus, YouTube a fourni, en partenariat avec des entreprises très secrètes sous-traitantes dans le domaine militaire comme Idea Groups et Jigsaw, des systèmes de couverture de communication et de renseignement opérationnel à des groupes terroristes comme Al Qaïda et son neveu de l’EIIL / Daesh.

Les mêmes “chambres de trolls” d’Haïfa qui éliminent la libre expression de YouTube, aident à sécuriser des panneaux d’annonces protégés pour Daesh et autres groupes terroristes qui communiquent leur plan d’opération en utilisant ces plateformes pour y poster des vidéos.

Ceci fut le plan de retrait de Daesh lorsque leur système de discussion fut exposé et mis à jour sur Facebook et la NSA commença à tracer les cellules terroristes au travers de leur “chaîne Zuckerman”.

Les membres de l’EIIL et d’Al Qaïda restèrent simplement enregistrés sous leur app YouTube et mirent en place “tear sheet” pour des transmissions codées sous la pleine protection de Google Corporation. Plus que cela, ce processus d’utiliser des discussions YouTube pour planifier des attentats à la bombe, des flingages de masse ou des attaques au gaz toxique est enseigné par des groupes de conseil financés par le programme Jigsaw de Google de promouvoir “la résistance démocratique à la tyrannie”.

Les organisations de “résistance” financées par Google sont actives en soutien de ce qu’ils appellent “les mouvements démocratiques” en Syrie,en Egypte, en Libye, au Soudan, au Ghana, au Cameroun, au Nigéria, en Ukraine, en Georgie, en Turquie, en Iran, en Irak, au Bahreïn, au Sri Lanka, en Italie, en France, en Allemagne, en Belgique et dans deux douzaines d’autres nations.

Nos projections montrent que ces groupes ont été liés à des assassinats, à littéralement des centaines d’attentats à la bombe, des enlèvements et des viols de masse, du vol d’antiquités, d’un énorme trafic d’armes et bien entendu, de la manipulation des médias.

En fait, le partenariat Google-Facebook, qui inclut YouTube, gère 3 cellules sur 3 continents avec un scenario tiré directement de celui du Gladio de l’OTAN qui échoua. Pour ceux qui ne le savent pas, l’opération Gladio fut mis en place par l’OTAN à la fin des années 70 pour entrainer des combattants résistants en cas d’une invasion soviétique de l’Europe. Mais cette opération Gladio devint très vite Septembre Noir, les Brigades Rouges et finalement ISIS / EIIL / Daesh, d’après nos sources. Pendant 20 ans, les attentats terroristes du Gladio, une organisation supposée combattre l’URSS, terrorisèrent l’Europe. L’histoire se répète maintenant, mais à une échelle mille fois plus importante…

Les menteurs décident de ce qui est vrai

Les cibles les plus récentes de YouTube sont le BDS et tous ceux qui y sont affiliés, ce mouvement pour forcer les gouvernements à utiliser le Boycott, Diversion, Sanctions (BDS) pour renforcer l’application des résolutions de l’ONU concernant la Palestine.

Il est bon de noter que plus de 45% de ce qui est communément appelé “Israël”, sans Gaza, le Golan ou la Cisjordanie, est légalement l’état palestinien de Judée et de Samarie en accord avec les résolutions de l’ONU avec les programmes du BDS en direct accord avec la loi internationale comme stipulé dans la 4ème Convention de Genève. YouTube a décidé d’opérer en dehors du cadre de l’ONU et de ses résolutions et de s’opposer à l’autorité de la Cour Pénale Internationale de La Haye et de la Convention de Genève.

Nommer YouTube-Google-Facebook comme “état voyou” peut légalement être soutenu. Les appeler l’état profond serait même encore plus judicieux.

Du New York Times (NdT: la voix de la CIA…) du 5 juin 2019:

“YouTube a annoncé mercredi ses plans de retirer des milliers de vidéos et de chaînes qui se font les avocats du néo-nazisme, de la suprématie blanche et autres idéologies bigotes, ce dans une tentative de nettoyer les propos extrémistes et haineux de son service populaire.

La nouvelle politique interdira les “vidéos faisant allusion qu’un groupe est supérieur afin de justifier la discrimination, la ségrégation ou l’exclusion.”, a dit l’entreprise dans un post de blog (blog post) L’interdiction couvrira aussi les vidéos qui nient que des évènements violents, comme le carnage de l’école primaire de Sandy Hook dans le Connecticut, aient eu lieu.

YouTube n’a pas nommé de chaînes ni de vidéos spécifiques qui feront l’objet de cette mesure. Mais mercredi, un certain nombre de créateurs d’extrême-droite commencèrent à se plaindre que leurs vidéos ont été effacées ou dépouillées de leurs publicités (NdT: source de revenus bien entendu..), sans doute à cause de cette nouvelle politique mise en place.

“Il en va de notre responsabilité de protéger et d’empêcher que notre plateforme ne soit utilisée pour inciter à la haine, au harcèlement, à la discrimination et à la violence”, a précisé le blog.”

Il est intéressant de noter que le NY Times mentionne Sandy Hook. Un universitaire américain de renom est en procès pour diffamation pour avoir publié une série d’articles de journalistes indépendants qui commentent sur les inconsistances du narratif officiel.


Restrictions partout, liberté nulle part

Notre propre enquête sur cet incident, d’un point de vue du contre-terrorisme et contre-espionnage, a trouvé d’énormes irrégularités dans l’enquête et la gestion des preuves et de plus, il y a le fait que les fonds qui ont été utilisés pour punir ou réduire au silence des membres de la presse indépendante, sont d’origine bien mystérieuse.

En fait, bien des enquêtes sont bâclées voire même bidonnées. Pendant des années, j’ai géré des entreprises de sécurité qui, parmi d’autres capacités, enquêtaient sur des incidents critiques, incluant des catastrophes aériennes, des désastres miniers et des actes de terrorisme. La plupart de nos enquêteurs et experts de terrain venaient du FBI ou d’autres agences. Le mécanisme qu’on pense avoir été employé à Sandy Hook fut certainement employé lors du 11 septembre, à Khan Sheikhoun en Syrie, pendant les assassinants de John et Robert Kennedy ainsi que durant le suspecté empoisonnement des Skripal en Grande-Bretagne.

Affaire après affaire, comme il est facile de le constater, des gouvernements sont renversés, des bombardements ordonnés, des pays envahis, des sanctions employées, tout cela basé sur des “résultats” d’enquêtes bidons sur des incidents dont les véritables perpétrateurs sont ceux à qui profite, comme c’est toujours le cas, du chaos et de la souffrance causés.

Bien sûr maintenant YouTube vient de se lancer dans le retrait de vidéos offensantes, ce qui inclut celle du présentateur de CBS News Dan Rather rapportant l’arrestation d’agents du Mossad en possession d’explosifs sous le pont George Washington de New York le 11 septembre 2001, les vidéos d’explosions d’armes nucléaires tactiques utilisées contre le Yémen ou juste hors de Damas en mai 2013 et, par dessus tout, les déclarations de douzaines de témoins décrivant comment les Casques Blancs ont mis en scène des attaques au gaz toxiques en Syrie, incluant une vidéo des dires de 40 Casques Blancs eux-mêmes. Peut-on voir une sorte d’agenda ici ?…

Ceci me rappelle une expérience personnelle. Je venais juste de rentrer de Nairobi au Kenya, lorsqu’on me demanda de faire des recommandations au ministère de l’intérieur après la tristement célèbre attaque de la galerie marchande qui y fit 71 morts.

Lorsque je revins [aux Etats-Unis], un avocat local me demanda une assistance pro bono dans une enquête sur un accident de voiture mortel impliquant deux véhicules qui se télescopèrent frontalement juste hors de Wauseon dans l’état de l’Ohio. L’enquête de police, faite sur place en moins de 30 minutes, trouva la jeune femme conduisant un des véhicules être responsable de l’accident et d’homicide. Notre enquête montra que, sur la scène d’accident, la jeune femme se vit refuser des soins médicaux bien qu’étant dans une condition critique et fut plus tard arrêtée sur la base d’un aveu forcé fait lorsqu’elle était dans un semi-coma aux urgences d’un hôpital local. Elle mourut presque durant son transport en hélicoptère, important de le noter.

Il y avait un gros problème. Les deux véhicules furent retrouvés dans la même voie de circulation, la même que sur laquelle la jeune femme circulait et l’autre conductrice, une femme plus âgée, avait en fait traversé les voies et causé l’accident. L’examen des rapports médicaux montra que la dame âgée était sévèrement sous le coup de la substance Ambien, un sédatif hypnotique et d’un cocktail d’opiacés et de médicament psychothropes. Médicalement parlant, cette femme était un “zombie”.

Pire, lorsque les “boîtes noires” des véhicules furent téléchargés dans un simulateur d’accident “physique”, les animations qui reproduisent exactement les mouvements des voitures, les coups de volant, les freinages, vitesses etc, démontrèrent que la police avait en fait bidonnée l’enquête.

Une évaluation des policiers impliqués dans l’enquête montra qu’ils avaient mené des centaines d’autres enquêtes similaires, toutes sans aucune preuve légiste, le tout simplement fabriqué. Ce n’est pas dans le simple domaine des accidents de la route, mais aussi dans celui des enquêtes criminelles de toutes sortes qui font l’objet de telles négligences procédurières policières, trouver un coupable, fabriquer de fausses preuves et envoyer le/la “coupable” en prison.

Il y a une suite répétitive ici. Si une source officielle se présente, alors nous avons un lanceur d’alerte, un “criminel”. On ne peut pas les croire. En fait, ils doivent être chassés et emprisonnés.

Si c’est un journaliste indépendant, c’est un “complotiste” et YouTube efface son travail. Si la preuve vidéo est si puissante qu’on ne peut pas/plus l’ignorer alors cela devient de “l’incitation à la haine” et elle est virée.

Être fliqué par la police est déjà particulièrement pénible, mais être fliqué par des entreprises haute-technologie contrôlées par des mouvements politiques extrémistes, ce qui décrit parfaitement et justement les fonctions des Google, Facebook et consort, redéfinit carrément la tyrannie.

 

Communiqué des Gilets Jaunes Rungis Île-de-France: On vote pas on lutte !…

Posted in actualité, autogestion, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 25 mai 2019 by Résistance 71

On vote pas on lutte

 

Gilets Jaunes Rungis Île-de-France

 

23 mai 2019

 

Source:

https://paris-luttes.info/gilets-jaunes-rungis-ile-de-france-12205?lang=fr

 

Vendredi 17 mai, Emmanuel Macron, président de la République, a encore parlé de nous. 

Comme d’habitude, il parle de nous pour nous faire taire.

N’empêche, depuis six mois, on existe. 

On est sorti du bois, sorti de la résignation.

Ça fait six mois que le président voudrait qu’on rentre chez nous, qu’on se calme, qu’on rentre dans le rang.

Mais malgré nos divergences, malgré notre hétérogénéité (ou peut-être grâce à elle, dans une certaine mesure ?), on est toujours là.

Il déclare avoir « apporté des réponses aux Françaises et aux Français sur ce qui avait conduit à ce mouvement ». 

Deux possibilités, une seule réponse :

A- Macron est stupide.

B- Macron nous prend pour des cons.

Réponse B bien sûr. Macron n’est pas stupide, il est simplement avide de pouvoir et comme tout bon chef, comme tout bourgeois, il cherche avant tout à préserver ses privilèges, ceux de la classe possédante. 

Pourtant, notre principale revendication est claire depuis le début : MACRON DÉMISSION.

Macron ajoute que pour « celles et ceux qui continuent aujourd’hui [à manifester], il n’y a plus de débouché politique ». Il appelle « au calme », incite chacun·e à « retrouver le cours de sa vie » et « à exprimer ses divergences d’opinions (…) dans les temps que prévoit la démocratie, ceux du vote ». Si on n’a plus de « débouché politique », pourquoi on irait voter ? Hmm ?

On le dit depuis le début du mouvement : on ne veut pas de changement de personnel politique, on ne veut pas remplacer Macron par Le Pen ou Mélenchon ou qui que ce soit. On veut autre chose. On n’a pas besoin de chef, de leader, on ne veut pas de représentants, de pantins opportunistes-carriéristes pour fonder un nouveau parti. On le dit depuis le début : notre mouvement se situe hors de la politique institutionnelle, hors des partis, des syndicats, nous ne voulons pas devenir des « partenaires sociaux » du pouvoir qui ne servent qu’à conforter l’image démocratique du système et préserver l’ordre établi.

Les listes étiquetées « Gilets jaunes » aux Européennes ne sont que pure récupération politique. Ce sont des tentatives de nous faire rentrer dans le rang, tout comme les prétendu·e·s représentant·e·s des Gilets jaunes qui déclarent les manifestations en préfecture. Tout cela vise un retour à la normale en passant par autre chose que la méthode policière : ce qui est recherché est le maintien de l’ordre en changeant simplement quelques têtes.

Mais nous ne voulons pas quelques miettes lâchées à contrecœur par le pouvoir politique, nous voulons une révolution sociale. Un changement profond, qui nous dépasse tout autant que Macron (lui qui voudrait qu’on se contente de dialoguer avec ses sous-fifres, qu’on crée des listes électorales, qu’on perpétue le système contre lequel on lutte…).

Exploité·e·s et dominé·e·s ici et à l’autre bout du monde par les mêmes politicien·ne·s, les mêmes capitalistes, nos perspectives de changement social ne sont pas « simples », car il y a tout à renverser, ici comme ailleurs. Nos solutions n’entrent pas dans les cases légales du système et on a bien compris que le pouvoir nous mettrait des bâtons dans les roues à chaque initiative autonome, à chaque moment qui sort de son contrôle. Mais on ne lâchera pas l’affaire : assemblées, occupation de ronds-points, construction de cabanes, manifestations, actions de toutes sortes, nous vivons désormais à travers la lutte contre ce système basé sur les inégalités sociales, mais nous vivons aussi l’entraide, l’auto-organisation, l’expérimentation sociale. 

Nous sommes le présent et le futur.

Le 26 mai, on n’ira pas voter. 

On a bien mieux à faire !

Mai 2019, Paname, 

Collectif Gilets jaunes Rungis Île-de-France

Guerre impérialiste au Moyen-Orient : La marchandise à tout va… Les mercenaires de Blackwater forment Daesh en Irak…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 8 mai 2019 by Résistance 71

Gilets Jaunes !… Le jour où les mercenaires de Blackwater (et autres) viendront faire le « maintien de l’ordre oligarchique » dans les rues des villes de France n’est non seulement plus de la « science-fiction », mais sûrement plus proche qu’on ne le croit…
La dictature marchande ne peut plus qu’employer des mercenaires à tous les niveaux pour faire un boulot de plus en plus sale et qui salira aussi de plus en plus…

Le mercenariat est le passage obligé de la dictature de la marchandise en mouvement, nous le disons depuis des années, les jours de la flicaille d’état sont comptés, bientôt l’ordre fasciste marchand sera maintenu par les hordes de mercenaires qui ne rendront compte qu’aux entreprises transnationales qui les emploient. Blackwater / Academi ou quelque soit le nom actuel de cette entité, en est le meilleur exemple. N’oublions pas que l’entité mercenaire a créé une entreprise en Chine et sera (grassement) payée pour assurer la protection de la « nouvelle route de la soie » chinoise… L’empire en mutation et ses armées privées se mettent en place. La Chine est entrée au capital de Blackwater depuis 2017.

« Blackwater en route pour la Chine » (février 2017)

Il ne tient qu’à nous de dire NON ! Assez ! ¡Ya Basta! En masse…
A bas l’État, à bas les institutions, à bas la société marchande, à bas l’argent, à bas le salariat ! Pour que vive la Commune des communes libres, la société des sociétés de notre humanité émancipée en enfin épanouie. Tout le reste n’est que pisser dans un violon !

~ Résistance 71 ~

 


Erik Prince… Prince de Chine avec Blackwater/Academi

 

Blackwater revient en Irak… pour entraîner les djihadistes takfiristes (Daesh)

 

Al Manar

 

6 mai 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1352760

 

Le tristement célèbre groupe paramilitaire américain Blackwater est retourné en Irak pour former des miliciens jihadistes takfiristes contre le gouvernement irakien, a révélé le journal libanais al-Akhbar, le samedi 4 mai.

Selon le rapport, une source proche du chargé de mission étatsunien en Irak, Judy Hood, a déclaré que Blackwater a transféré des équipements militaires étatsuniens depuis la Jordanie à destination de la province occidentale d’al-Anbar, en pleine coordination avec la base de Ain al-Assad, ajoutant que la compagnie forme actuellement les terroristes de l’EI dans cette base.

A la foi de sources sur le terrain, le journal libanais ajoute que durant les affrontements à Baghouz, la dernière poche de Daech à Deir Ezzor, des camions escortés par des véhicules américains ont transporté des miliciens de Daech depuis cette ville en direction de Ain al-Assad.

L’information de retour de Blackwater en Irak avait auparavant été rendue publique par le site en ligne de la télévision qatarie al-Jazeera, se fiant au site américain BuzzFeed News. Selon ce dernier, c’est la sénatrice américaine Jan Schakowski qui est derrière cette révélation, indiquant qu’il s’est fait  cette fois-ci sous une nouvelle appellation, « Frontier Services Group»

Le 29 avril dernier, BuzzFeed  a assuré que le fondateur de cette société Eric Prince a créé une nouvelle société sécuritaire dans le sud de l’Irak, et plus précisément dans la région de Bassorah, riche en pétrole.

Avec son quartier général à Hong Kong et une succursale aux Emirats arabes unis, elle serait financée par des capitaux chinois, d’après BuzzFeed News.

Blackwater avait été expulsé d’Irak en 2007, après des tirs de feu meurtriers perpétrés contre 14  civils à Bagdad.  Pour échapper aux poursuites judiciaires, elle a opéré un premier changement d’appellation vers Academi.