Archive for the police politique et totalitarisme Category

Attaque de Nice: Le Sous-Directorat Anti-Terroriste (SDAT) demande aux autorités de Nice d’effacer les enregistrements des caméras de vidéo surveillance ayant capturé l’attaque du camion à Nice !..

Posted in actualité, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 23 juillet 2016 by Résistance 71

C’est même le Figaro qui en parle c’est tout dire…

A partir d’ici, les autorités d’état devraient être dessaisies de l’affaire et une enquête citoyenne indépendante émanant de la juridiction d’un tribunal de droit coutumier par exemple, devrait prendre le relai. Il est établi de manière on ne peut plus claire, que l’État et ses institutions ne peuvent plus être crus, en aucune circonstance. A ce titre, il est du devoir des citoyens de reprendre les affaires en main.

Nous sommes entrés de plein pied dans le domaine de la manipulation mafieuse, de la manipulation d’état, celui-ci n’agissant plus dans l’intérêt du peuple, mais l’a t’il jamais fait ? Notre réponse est claire: Non ! Jamais !

Conclusion ?

~ Résistance 71 ~

 

La police anti terroriste française demande la destruction de preuve dans l’affaire de Nice

 

Paul Craig Roberts

 

22 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/07/22/french-anti-terrorist-police-demand-destruction-of-nice-evidence-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le sous-directorat anti-terroriste (SDAT) a demandé que les autorités niçoises effacent les enregistrements des cameras vidéo de surveillance de l’attaque de Nice qui ont capturé l’attaque. https://www.rt.com/news/352631-police-nice-delete-footage/

Je me demande bien pourquoi cet ordre de détruire des preuves visuelles a t’il été donné.

Se pourrait-il que les preuves vidéo montre l’attaque être faux-drapeau, un attaque coup-monté, ou une fausse attaque mise en scène avec des acteurs de “crise” (NdT: comme le furent à Yankland les attaqaues de l’école de Sandy Hook et du marathon de Boston) ?

Comme je l’avais fait remarqué précédemment, les nombreuses photos disponibles sur les médias britanniques ne montrent pas de sang sur la chausée et trottoirs, pas de sang sur le camion, pas de gros dégâts sur le camion qui aurait pourtant percuté 186 personnes (NdT: plus des objets plus ou moins lourds sur le parcours). On nous a montré la police exposée au tir à quelques mètres du camion tirant dans la cabine contenant soi-disant une personne armée. La police ne prend pas ce genre de risque inutile lorsqu’elle est confrontée à un ou des suspects armés.

http://www.paulcraigroberts.org/2016/07/18/nice-brings-to-mind-operation-gladio/

La demande de destruction de ces preuves visuelles est très suspicieuse, c’est le moins que l’on puisse dire. La seule raison évidente pour que cette demande ait eu lieu est la suppression de preuves.

Vous souvenez-vous de toutes les caméras de vidéo-surveillance qui avaient enregistré ce qui était arrivé au Pentagone le 11 Septembre 2001 ? Tous les enregistrements furent immédiatement confisqués. L’histoire officielle nous dit que les enregistrements montrent l’avion de ligne percutant le Pentagone, mais aucune preuve, aucun enregistrement n’a été diffusé montrant la preuve formelle de ce qu’affirme le gouvernement.

A chaque fois que vous voyez que des preuves sont soustraites, détruites et que des demandes, ordres de destruction de preuve, comme celle émise par les autorités anti-terroristes françaises envers les autorités de la ville de Nice, se font jour, la plus sûre des conclusions à émettre est que la ou les preuves (à détruire) est fatale à l’histoire, au narratif officiel.

Notez également qui si RT comprend parfaitement ce que l’affaire qu’il rapporte veut dire, RT a aussi peur de le dire. Au lieu de cela, RT répète les allégations officielles non vérifiées que “des armes et des grenades furent trouvés dans le camion” et que “l’attaquant fut aidé par une équipe d’étroits collaborateurs qui l’ont aidé à mettre en place son plan et lui fournit des armes.

A la décharge de RT, des hauts-fonctionnaires américains ont accusé RT d’être une “organisation terroriste” et ont menacé de mettre fin à la diffusion de ses programmes en anglais [aux Etats-Unis] à moins que le service médiatique ne bride ses chevaux.

 

http://www.paulcraigroberts.org/2015/03/15/truth-country-paul-craig-roberts/ 
See also: https://www.rt.com/news/225543-rt-isis-us-broadcaster/

Meurtre par décret: Des langues se délient… le memo des services secrets canadiens et d’un premier ministre pour réduire au silence les témoins oculaires des crimes dans les pensionnats pour Indiens…

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 19 juillet 2016 by Résistance 71

Cette article fait suite à celui-ci que nous avions publié le 8 juillet au sujet d’un memo du Canadian Security and Intelligence Service (CSIS, services secrets canadiens) datant de 1998, fuité de l’intérieur et faisant nommément part d’un plan secret de corruption ou d’élimination des témoins oculaires  des crimes de l’état et des églises dans les pensionnats pour Indiens. Ce memo impliquait le premier ministre canadien de l’époque Jean Chrétien

Article a (re)lire donc si cela vous avait échappé pour mieux comprendre notre traduction de l’article ci dessous:

« Un programme secret d’opération ‘black op’ identifié par une source du gouvernement canadien »

~ Résistance 71 ~

 

La vérité est elle jamais suffisante au pays du mensonge ?

 

Kevin Annett

 

18 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2016/07/18/is-the-truth-ever-enough-in-the-land-of-the-lie/

 

Il ne faut qu’un homme pour commettre un crime, mais une communauté entière pour le cacher – Krishnamurti

Le mal n’est pas spectaculaire et est toujours humain, il couche dans notre lit et partage nos repas – W.H. Auden

………….

Dateline: Ottawa, aujourd’hui –Quelque part dans le bureau du premier ministre

Le petit Justin Waterhole arrêta soudainement de se mirer dans la glace après que l’on eut frappé hâtivement à sa porte. C’était un de ses assistants.

“Vous devriez lire ceci Mr le premier ministre”, haleta le rond-de-cuir, agitant un bout de papier vers lui.

Justin le lut.

Pas vraiment le plus malin sur la colline, Justin eut besoin de quelques explications.

“C’est un memo interne des services de renseignement du CSIS datant d’avril 1998, monsieur. Apparemment il a été fuité…”

“Hein ? quoi ?” dit alors Justin d’une expression bovine. L’assistant, répondant au nom de Dick, expliqua.

“Il décrit l’opération de contrôle de Jean Chrétien monsieur… vous savez… celle au sujet des Indiens…”

“Quels Indiens ?” interpela nerveusement Justin.

“Les Indiens des pensionnats, monsieur. Ce memo exposait comment on les a stoppé.”

“Ah ouais…” murmura le premier ministre, regardant de nouveau dans le miroir pour ajuster sa coiffure. “Je me souviens avoir entendu quelque chose à ce sujet. Je pense que papa [ancien premier ministre] en avait parlé une fois…”

Dick parut surpris mais ne pipa mot, espérant que son patron allait continuer sur sa lancée. Mais Justin ne lui fit qu’un sourire triste et vide.

“Mr Trudeau, monsieur, ce memo implique un ancien premier ministre libéral (de “gauche”), Jean Chrétien, un de vos plus proches soutiens politiques, monsieur, impliqué dans un plan de harcèlement, de réduire au silence, par tous les moyens, les témoins des crimes ayant eu lieu dans les pensionnats pour Indiens. On appelle cela un plan d’opérations secrètes de terrorisme d’état, monsieur…”

Justin fronça légèrement des sourcils et fit remarquer: “Qui dit cela ?”

“Je vous l’ai dit monsieur, le memo a été fuité par quelqu’un de l’intérieur du CSIS. Il est sorti le 8 juillet [2016]. La chaîne d’info CBC va y regarder de plus près. Le truc est devenu viral partout sur internet !”

“Hmmm, bizarre. Je ne l’ai jamais vu.” Répliqua Justin.

“Les gugusses de l’internet passent même la nouvelle de ce memo accompagnée d’une photo de Mr Chrétien étranglant un manifestant, monsieur….”

Justin éclata de rire et dit

“Yeah, c’était cool …”

Dick respira un bon coup et continua

“Bon, quoi qu’il en soit monsieur, ceci va très certainement venir dans la période des questions réponses à la chambre [parlement] et vous feriez mieux d’avoir une bonne explication !”

Justin fronça de nouveau des sourcils.

“Ok ouais ? Alors que devrais-je dire ?”

“J’ai déjà écrit quelque chose pour vous monsieur, vous allez tout nier en bloc…”

“Ok pas de problème”, répliqua Justin, se mirant furtivement dans la glace de nouveau.

Dick semblairt quelque peu perturbé, mais Justin ne sembla pas le remarquer.

“Ne voulez-vous pas savoir pourquoi monsieur Trudeau ?” demanda Dick.

“Pourquoi quoi ?”

“Pourquoi vous devez nier l’existence de ce memo ou le plan secret de Chrétien, monsieur”, répliqua Dick, sa patience s’amenuisant.

“Ouais, ok, pourquoi donc ?”

“Nos amis à la corporation de Cameco and Power Corp. seraient vraiment énervés si vous ne le faisiez pas monsieur le premier ministre.”

Justin regarda Dick sans comprendre

“L’uranium monsieur”, explique Dick. “L’hydro-électricité…”

Justin haussa des épaules alors que Dick se demandait pourquoi il avait refusé l’offre d’emploi comme consultant à Bay Street.

“Et bien, ne me laisses pas suspendu là Dick…” s’exclama Justin, harborant le même sourire qu’il réservait aux journalistes.

“Mr Chrétien et plusieurs de ses proches ministres étaient tous de lourds investisseurs dans ces entreprises monsieur ; ils le sont toujours. Leur plan de réduire au silence tous ces Indiens n’était pas seulement une affaire politique urgente…”

Justin ne comprenait toujours pas, Dick continua:

“Les autochtones gênent monsieur le premier ministre. Ils sont encore plus sur le chemin et gênent encore plus lorsqu’ils commencent à geindre auprès des médias au sujet des fosses communes sur les sites des pensionnats pour Indiens. J’assume que votre prédécesseur savait qu’il devait faire quelque chose à ce sujet avant que tout cela ne devienne incontrôlable…”

“Waouh!” dit Justin.

“Oui monsieur” répondit Dick.

…………………………..……..

Ce dialogue est fictif… mais pas l’histoire qu’il raconte.

Le romancier William Styron a écrit que les seules choses qui empêchaient le désespoir absolu dans la vie étaient soit un mariage heureux, soit un bon livre. J’ajouterai: et botter le plus gros cul de la ville…

La première fois que j’ai entendu parler de ce memo du CSIS en question le jour où l’info fuit fuitée depuis l’Europe, où se cache apparemment l’homme opaque de l’intérieur du CSIS sous protection policière et qui a fuité cette information. Je pense qu’il ou elle ne fait pas du tout confiance en la réputation débonnaire du Canada…

Qu’est-ce que cela veut donc dire quand une nation entière et ses églises massacrent un grand nombre d’enfants et puis qui avec la même volonté délibérée, achètent ou éliminent les témoins oculaires du crime ?

Ma réponse naïve est qu’on doit mettre un terme à ce quoi que ce soit étant responsable d’un tel crime. L’arrêter pour de bon. Le démanteler. Le réduire en petits morceaux de façon à ce que jamais il ne puisse nuire de nouveau ; alors quelque chose doit naître pour le remplacer, quelque chose qui n’est ni meurtrier ni criminel.

Cette attitude m’a rendu extrêmement impopulaire ici au Canada. Les gens ne veulent plus me parler, incluant mes amis. Enfer et damnation, même les gens qui sont avec moi politiquement ne vont pas m’écrire directement mais au travers de quelqu’un d’autre, car, vous savez bien, ils pourraient aussi être ciblés non ?…

J’ai beaucoup à dire à notre homme ou femme mystère qui a fuité ce memo du CSIS au sujet du plan du gouvernement canadien d’écrasr les diseurs de vérité au sujet du massacre par l’église et par l’état de petits enfants bronzés. Une chose déjà d’entrée, ami(e), reste en Europe.

Voyez-vous, le Canada est un endroit bien trop plaisant pour lancer des alertes. Les Canadiens n’aiment pas être dérangés. Nous sommes comme les deux personnages grimaçant que j’ai vu une fois décorant une longue maison Haida, montrant des esclaves qui allaient être sacrifiés sur un totem. Souriez tout le monde, tout va bien se passer !

Il y a 20 ans j’ai été assez stupide pour croire qu’en publiant des vérités mortelles qui accusent les puissants, cela changerait les choses. L’imbécilité remplit sa fonction bien sûr, car aucune de mes fouilles dans ces trous mortuaires d’enfants indiens ne se seraient produits si cela avait été en provenance d’un homme plus sage. Mais le monde et le temps réveillent espérons-le même le plus motivé des activistes à ce dans quoi il est en train de nager. Cela a pris un bon nombre de coups de pieds dans ma tête de la part de cette bête appelée Canada pour que je comprenne vraiment de quoi il retournait.

Quand j’étais stupide et approchable et aussi profondément engagé dans la mise à jour des atrocités ayant eu lieu dans les pensionnats pour autochtones, la machine gouvernementale médiatique de la Canadian Broadcating Corporation (CBC) avait pris pour habitude de me téléphoner régulièrement, tous les quelques mois, pour voir ce que j’avais déterré de plus sur le massacre local. Quelque jeune voix nouvelle m’assurait que la CBC plannifiait une “grand reportage” sur les crimes dans les écoles pour Indiens ; puis après avoir pompé toutes les infos du moment, ils disparassaient toujours, aussi rapidement que les promesses d’un politicien ou député élu du public et jamais un mot de ce que j’avais partagé avec eux, des preuves que j’avais collectées ne trouvèrent jamais grâce auprès des JT de la chaîne.

De nos jours, bien enteundu, je ne reçois plus de coups de téléphone des médias. La version officielle a été gravée dans le marbre.

Tout ceci m’a trotté dans la tête cette semaine lorsque quelqu’un m’a passé l’info qu’un journaliste de CBC de Montréal était “intéressé” d’interviewer le pigeon voyageur du memo du CSIS. Hé hé hé…

Cela ne vous énerve t’il pas quand les méchants vous prennent toujours pour des imbéciles ?…

J’ai appris à ne plus rien prendre personnellement. Journalistes, politiciens, papes ou premiers ministres sont tous pareils, spécifiquement au début, dans leur premier terme (pour les politiciens), ils veulent tous faire des vagues pour qu’on se rappelle d’eux. La façon de faire çà ici dans le Grand Nord tout blanc est de maintenir les choses tranquilles, mortes, et le plus important, non controversives. Personne en prison n’aime qu’on pose trop de questions n’est-ce pas ?…

Ce fut une bonne âme néanmoins qui fuita ce memo du CSIS sur le plan de Chrétien de réduire au silence les témoins de notre génocide bien canadien et d’empêcher toute enquête sur le sujet. J’espère seulement que leur valeur rencontre une velléité de réalisme politique que même le plus expériementé des activistes canadiens semble manqué lorsqu’on en vient à parler de la nature de son propre pays.

Réalistiquement, le diseur de vérité en question ne devrait rien attendre de mieux pour sa révélation que l’impasse d’une “enquête officielle” sur le sujet par les mêmes gens qui sont coupables des faits bien entendu… C’est la façon de faire canadienne… (NdT: de tout gouvernement et de tout état en fait, rien d’exceptionnel dans l’attitude canadienne, c’est le moule étatique du crime impuni pour “raison d’état…”)

Ceci dit, j’encourage vivement ce même lanceur d’alerte d’y aller à fond et de botter le plus gros postérieur de la ville avec tout ce qu’il a, tout ce qu’il connaît. Mon seul regret étant que ce faisant il pourrait obtenir l’insigne honneur de devenir quelqu’un d’encore plus détesté que je ne le suis ici au Canada.

Résistance au colonialisme: Nouvelle dimension du vol et de l’escroquerie coloniaux au Canada

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 19 juillet 2016 by Résistance 71

Destinée manifeste et les 10 petits Indiens

 

Mohawk Nation News

 

15 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/07/15/manifest-destiny-10-little-indians/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistane 71 ~

 

Nous manifesterons notre destinée en accord avec la création. Les entreprises corporatistes des Etats-Unis et du Canada ne peuvent jamais être souveraines sur notre terre dans la mesure où elles n’ont aucune base territoriale, aucun langage ni aucun lien avec notre terre-mère. Nous sommes la terre, l’air, l’eau, les nuages et les sommets montagneux. Ces étrangers ne peuvent pas créer de règles pour que leurs marionnettes signent des accords bidons au nom des générations non-nées. Seuls ceux qui sont sous l’aile protectrice des 49 familles originelles de tekentiokwanhoxta peuvent le faire.

Notre devoir est de protéger la destinée du monde naturel. Le Canada essaie de créer une nouvelle ligne de crédits pour couvrir sa dette envers les banquiers. Ses sbires réorganisent leur statut entrepreneurial pour utiliser notre crédit. Pour nous criminaliser, le Canada nous offre de l’argent pour que nous rachetions nos propres terres des mains des colons voleurs qui nous les ont pris en première instance: “Hey ! Combien voulez-vous pour ce bout de terrain que vous nous avez volé ?” Ceci est un épongeage de la dette corporatiste. C’est en violation directe avec Kaiane’re:kowa, la Grande Loi de la Paix. Sous leur propre loi ils pourraient être mis en accusation pour la revente de terres qu’ils ont volées au préalable (NdT: ceci porte un nom: recel, recel de biens, recel de biens sociaux…). Nous ne paierons jamais volontairement pour nos terres ou l’utilisation de nos ressources naturelles, personne ne peut nous dire ce que nous devons faite sur nos terres ! Ils sont responsables de tout ce qu’ils ont volé sur le continent américain.

Le Canada se prépare à nous déclarer séparés et souverains afin d’essayer de nous attaquer et de nous battre ainsi ils pourront “conclure” un accord pour utiliser notre souveraineté. Le Canada est en train de mettre en place des zones enclaves franches dans nos communautés qui seront incorporées de manière privée dans les villes proches canadiennes et américaines, comme Cornwall. Ils contrôleront la terre onkwe’hon:weh des alentours et nous devrons en être expulsés. Leurs marionnettes désignées demeureront en place pour l’exécution de notre statut de zone franche et pour protéger les affaires internationales et les “banques offshore” pour y mettre leurs QG sur nos terres. Tout ceci sera séparé du Canada et des Etats-Unis, des états américains et des provinces canadiennes et sera sous le contrôle corporatiste privé de l’ONU. Des ports francs seront établis et amèneront, fabriqueront et distriburont les produits en provenance du monde entier.

Des Equipes de Réponse Aborigène (ERA) sont déjà actives et ciblent des individus au sein des communautés rotin’shonni/iroquoises. Cette police secrète a émergé au sein du CSIS (NdT: service de renseignement canadien) pour protéger ces entités qui opèreront illégalement dans ces cités internationales au sein de nos communautés.

Quelques jours avant une réunion au Kiteri Hall d’Akwesasne, les gens ont donné une pétition objectant le Conseil Mohawk d’Akwesasne Inc. (CMA), la ville de Cornwall et le ministère des transports afin qu’ils cessent et se désistent de leur escroquerie malfaisante du double-jeu. Le CMA a promis de ne pas signer, mais il l’a néanmoins fait secrètement le 15 avril 2016. Ceci est une fraude manifeste !

La Doctrine Monroe fut mise en place par le cercle indien pour renforcer la destinée manifeste (blanche) sur le continent américain, pour subjuguer et exterminer notre peuple autochtone. Agatha Christie nous a rappelé le but du cercle indien dans: “Ten little Indians all in a row …. And then there were none”. Ou “Dix petits indiens bien alignés… Et puis, il n’y en eut plus un seul.”

Résistance politique: Franco est-il vraiment mort ? La torture en Espagne sur les prisonniers politiques basques… Un rapport accablant

Posted in actualité, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 14 juillet 2016 by Résistance 71

En Espagne on torture… Plus de 4000 Basques peuvent le confirmer

5 juillet 2016

Olivier Peter

url de l’article:

http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs/espagne-a-madrid-on-torture-quatre-mille-basques-peuvent-le-confirmer/

http://www.lecourrier.ch/140552/a_madrid_on_torture_quatre_mille_basques_peuvent_le_confirmer

 

Un récent rapport établi par le Gouvernement régional basque pointe l’ampleur de l’usage de la torture sur des détenus basques placés au secret. Parmi lesquels figure le nom de Nekane Txapartegi, réfugiée basque arrêtée à Zurich, et dont Madrid réclame l’extradition. Olivier Peter, son avocat, s’inquiète du sort que lui réservera la Suisse.

Aztnugal. C’est avec ce mot que l’indépendantiste basque Jon Patxi Arratibel a signé le procès verbal d’audition à la police dans lequel il s’auto-accusait de collaborer avec l’ETA. Une déclaration rendue en 2011 après avoir passé 120 heures de détention, dans le sous-sol d’un commissariat de Madrid, sans aucun contact avec ses avocats, avec ses proches ou avec des médecins de confiance. Lu de droite à gauche, Aztnugal signifie « à l’aide » en langue basque. Violenté, frappé, privé de sommeil, asphyxié avec des sacs en plastique, Arratibel avait confié à sa signature un appel au secours désespéré. Un appel ignoré par les juges espagnols, qui ont rapidement classé sa plainte, mais qui a été entendu par la Cour européenne des droits de l’homme, laquelle a condamné l’Etat espagnol pour ne pas avoir enquêté face aux indices crédibles des tortures subies par le requérant.

Entre 2010 et 2016, l’Espagne a été condamnée à neuf reprises par des juridictions internationales pour avoir torturé et/ou ne pas avoir enquêté sur des plaintes de torture formulées par des Basques détenus au secret dans le cadre d’opérations antiterroristes. Ce même problème a été évoqué dans des dizaines de rapports du Comité de prévention de la torture, du Rapporteur spécial sur la torture des Nations Unies ou de nombreuses organisations internationales. Des magistrats, comme le juge d’instruction Balthazar Garzon ou le juge Ricardo De Prada, ont reconnu dans les médias qu’il y avait eu des « excès » dans la politique antiterroriste au Pays basque et que la torture avait été « clairement pratiquée ».

Un récent rapport établi par le Gouvernement régional basque confirme ces constats et démontre l’ampleur de cette pratique honteuse. Une équipe d’experts (médecins légistes, juristes, psychologues, représentants d’ONG) a enquêté durant plusieurs années, étudiant des dizaines de milliers de documents et de témoignages, avant de rendre un rapport aux conclusions accablantes : plus de 4000 personnes ont été torturées entre 1960 et 2013, certaines à plusieurs à reprises. Les auteurs des tortures étaient des policiers ou des militaires intervenant dans le cadre d’opérations antiterroristes. Trois quarts des cas recensés se sont produits après la fin de la dictature franquiste.

Du côté du Gouvernement espagnol, la version officielle n’a pas varié : la torture serait un mensonge inventé par l’ETA pour « décrédibiliser la justice espagnole et ses forces armées ». Celles et ceux qui osent dénoncer cette pratique feraient le jeu des terroristes. L’écrasante majorité des victimes ont ainsi vu leurs plaintes classées par les juridictions espagnoles et n’ont obtenu aucune réparation. Plusieurs dizaines d’entre elles purgent encore des longues peines fondées sur des déclarations extorquées par la violence et l’humiliation.

Cette réalité tragique est venue récemment frapper à la porte des autorités fédérales. En avril dernier, la réfugiée basque Nekane Txapartegi a été arrêtée à Zurich, où elle vivait depuis plusieurs années. Mme Txapartegi s’est opposée à son extradition demandée par l’Espagne, en expliquant que les aveux à l’origine de sa condamnation ont été obtenus sous la torture. En 1999, à la suite de son arrestation, Mme Txapartegi avait dénoncé avoir été détenue au secret, violée et brutalisée par des agents de la Guardia civil jusqu’à ce qu’elle accepte de rendre une déclaration par laquelle elle déclarait avoir collaboré avec l’ETA. Sa plainte pour torture avait rapidement été classée, les journaux espagnols l’avaient traitée de menteuse et ses déclarations avaient été considérées comme étant exploitables par les tribunaux de Madrid. Aujourd’hui, pourtant, le nom de Mme Txapartegi figure dans la liste des cas de torture recensés par le Gouvernement basque. De nombreux rapports médicaux démontrent que, dix-sept ans après les faits, la refugiée porte encore les traces de son calvaire. Il appartient désormais au Département fédéral de Justice et Police de trancher sur son sort. Dans sa cellule de la prison de Dielsdorf (ZH), Nekane Txapartegi attend de savoir si les autorités fédérales choisiront de la livrer à ses tortionnaires, pour ne pas contrarier Madrid, ou de respecter le droit international, en lui permettant de soigner ses blessures en liberté.

La montée des états policiers: Pourquoi la police assassine t’elle aux États-unis et ailleurs ? Parce qu’elle est militarisée et est formée pour… (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 juillet 2016 by Résistance 71

Excellente analyse et hypothèse de PCR sur le sujet du pourquoi des bavures et assassinats par l’ensemble des polices aux USA. Comme nous l’avons dit pour d’autres choses, ne pensez pas que “ceci n’arrive qu’aux autres”… que ceci “n’arrive que chez les Ricains”. La France en prend le chemin et à grands pas. Bientôt les stages obligatoires de nos pandores franchouillards en Israêl seront routiniers. Les ordures du pouvoir de “gauche” comme de “droite”, à la botte de la haute finance ne rêvent que de cela: réduire l’ensemble de la population française à celle de Gaza, parquer les gens pour mieux pouvoir les brutaliser et les abuser. Nous l’avons dit depuis un bon moment et le répétons, si aujourd’hui le peuple américain n’a pas encore été parqué dans les camps de la FEMA et réduit à la survie dans un goulag généralisé, c’est parce que le peuple est en arme et qu’il y a plus de 200 millions de flingues dans la nature.
Un général japonais à la fin des années 1930 avait dit à ses collègues après avoir séjourné à une époque à Yankland: “si nous envahissons les Etats-Unis, il y aura un fusil derrière chaque brin d’herbe…”
C’est toujours le cas aujourd’hui et ce n’est pas un hasard si l’oligarchie fait tout ce qu’elle peut pour faire révoquer ou mettre au placard le second amendement de leur constitution, celui qui leur donne le droit de posséder et porter des armes et de s’organiser en milice populaire.

Voici ce fameux second amendement de la constitution américaine qui emmerde l’oligarchie moderne jusqu’à la gauche:

Amendment II

A well regulated militia, being necessary to the security of a free state, the right of the people to keep and bear arms, shall not be infringed.

Traduction:
Une milice bien réglementée étant nécessaire à la sécurité d’un état libre, le droit pour le peuple de garder et de porter les armes ne sera pas enfreint.

C’est cet amendement qui sauve le peuple américain aujourd’hui d’une “goulagisation” totale des colonisateurs en chef. Dans l’état actuel des choses, enfreindre ou transgresser le second amendement mènerait droit à la guerre civile, si cela devait se produire, les oligarques veulent sécuriser au maximum le ralliement à leur cause des forces de police et de répression. Les évènements récents de Dallas vont dans ce sens… Mais comme en France et ailleurs et comme aussi notifié par un policier américain en activité se confiant à PCR ci-dessous, la vaste majorité des fonctionnaires de police ne sont ni des sadiques, ni des psychopathes, ni des corrompus bouffant à tous les rateliers, mais ils sont, par soucis essentiellement alimentaire, des moutons… Jusqu’à quand ? Messieurs, dames, n’oubliez jamais que vous venez du peuple que vous en faites partie intégrante, que votre mission est de protéger le peuple, pas les institutions oligarchiques et ceux qui les font fonctionner, très mal du reste et de mal en pis…

Votre seule option face à l’histoire est de rallier les peuples ! Crosses en l’air, refusez les ordres de tirer dans la foule, parce qu’au train où vont les choses, cet ordre sera donné… sans doute plus tôt qu’on ne le pense ! La France état policier est déjà là (état d’urgence, lois liberticides, répression du mécontentement populaire etc… bientôt interdiction de se rassembler, camp et goulag…), ce n’est plus de la science-fiction, tout n’est qu’une question de degré

— Résistance 71 —

 

La police assassine parce qu’elle est entraînée à assassiner

 

Paul Craig Roberts

 

11 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/07/11/police-murder-because-they-are-trained-to-murder-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En réponse à ma requête d’information sur l’entraînement de la police, des lecteurs ont envoyé une variété d’informations qui semble corroborer certains faits. Je vais essayer d’assembler tout cela du mieux possible en tant qu’hypothèse de travail ou de compte provisionnel. Peut-être qu’un ancien ou actuel policier préoccupé par le changement d’attitude de la police des Etats-Unis, ou un expert en entraînement et pratiques policiers, pourront vérifier l’exactitude de cette hypothèse.

D’abord nous savons que les polices ont été ou sont en train d’être militarisées. Elles sont armées d’armes de guerre qui ont été testés sur les champs de bataille (NdT: ceci représente le slogan des firmes d’armement israéliennes qui vendent des armes en disant: “elles ont été testées sur le terrain”, c’est à dire sur les cobayes de labo que sont devenus les Palestiniens dans les rues de leurs villes et villages…). Nous ne savons pas pourquoi la police est armée de cette façon, car ce type d’armes n’est pas utile pour remplir les fonctions de maintien de l’ordre aux Etats-Unis et ne sont pas utilisées pour ce type de travail de police sauf en Palestine occupée par les Israéliens.

Il y a un agenda non déclaré derrière cet armement et ni le congrès, ni les medias pressetitués n’ont un quelconque intérêt apparent à dévoiler cet agenda caché.

Quoi qu’il en soit, la militarisation de la police est concordante avec ce que nous savons de son entraînement.

Il y a des rapports sourcés qui disent que les forces de police reçoivent un entrainement de la part d’Israël, à la fois en se rendant sur place et aux Etats-Unis de la part de firmes de sécurité et de formation israéliennes ou d’entreprises américaines utilisant des méthodes israéliennes.

L’entraînement de la police américaine par les forces d’occupation israéliennes n’est pas une rumeur émanant de l’internet ou une “théorie de la conspiration” ; c’est un fait reconnu par la presse israélienne elle-même (lien dans l’article original)

Les pratiques policières israéliennes émanent de décennies d’occupation et de contrôle d’une population palestinienne hostile tout en volant sa terre et en isolant la population dans des ghettos et des enclaves. Essentiellement, les méthodes de police israéliennes consistent en intimidation et violence illégitime.

Nous savons par d’inombrables rapports de presse sur bien des années que l’attitude de l’armée israélienne envers la population palestinienne est, pour le fire en deux mots lapidaires: extrêmement brutale.

Pour un soldat, spécifiquement une femme soldat, exécuter un enfant et sa mère dans les rues palestiniennes ou dans une maison familiale, demande que ce soldat ait été particulièrement désensibilisé au préalable pour toute vie humaine qui n’est pas israélienne. Ceci demande que les Palestiniens aient été déshumanisés, tout comme le furent auparavant les habitants de ce que sont aujourd’hui les Etats-Unis, et l’Australie, par les immigrants colons européens qui volèrent leurs terres. (NdT: PCR oublie ici les habitants indigènes du Canada, de la Nouvelle-Zélande, de toute l’Amérique du Sud, des îles du Pacifique…)

Sur la base de cette information, nous pouvons inférer que l’entrainement israélien de la police américaine enseigne la police à ne concevoir que les vies policières comme étant de valeur et les vies du public en général comme des menaces potentielles aux vies des policiers. C’est pourquoi les policiers aux Etats-Unis assasinent souvent des personnes suspectées à tort et presque toujours désarmées. Les exemples sont nombreux. Vous pouvez passer une bonne partie de votre vie éveillée à regarder sur YouTube les vidéos existantes des assassinats gratuits de citoyens américains par leur police.

Les policers américains sont entraînés aux frais du contribuable pour penser que leurs vies sont plus importantes, ont plus de valeur que les notres. Ainsi, à chaque interaction avec un citoyen, il est automatiquement supposé que le citoyen essaie de nuire à la police et doit être immédiatement et coercitivement maîtrisé, menotté ou alternativement abattu (NdT: parfois les deux… menottés et abattus ou abattus et menottés…). Les policers sont entraînés à penser et à agir sur le mode que la meilleure sécurité pour des policiers est de terminer le suspect même s’il s’agit d’une mère de famille conduisant son fils au foot et qui a oublié de mettre son clignotant pour tourner.

En d’autres termes, la police américaine n’a pas plus d’obligations de respecter les vies et les droits des citoyens américains que les forces d’occupation israéliennes ne doivent respecter les vies et les droits des Palestiniens.

Ceci paraît être une description juste et précise de la sitiation. Même le New York Times a lancé l’alerte sur William J. Lewinski qui entraîne la police à tirer en premier et qui dit qu’il répondra aux questions pour ses fonctionnaires après devant les tribunaux, dans les rares occasions où un de ces assassinats gratuits que ses policiers ont commis se termine devant un tribunal.

Qu’en est-il du racisme ? Le racisme est la réponse mise en avant par les libéraux et progressistes, la gauche bobo et par les noirs eux-mêmes.

Il y a des problèmes avec l’explication raciste. Un de ces problèmes est que la police brutalise et assassine gratuitement des blancs aussi. Juste l’autre jour, la police a assassiné un jeune blanc de 19 ans alors qu’il était allongé au sol. La TSA (NdT: Transportation Security Authority, les gestapistes des aéroports yankees…) harcèle et abuse bien plus de blancs que de noirs. Voyez sur mon site internet pour des exemples récents des deux.

Un ex-policier noir nous donne une vision révélatrice de la véritable situation. Il dit qu’environ 15% d’un département de police consistent en des gens qui sont là pour les bonnes raisons et représentent véritablemet une culture de service public. Un autre 15% sont de véritables psychopathes qui abusent de leurs pouvoirs de manière routinière. Les 70% restant suivent laquelle de ces deux culture prévaut. Malheureusement, “les brebis galeuses corrompent le département” et la police de Chicago (CPD) sous son ancien chef Jon Burge prouve cela parfaitement.

L’ex-policier noir blâme un “racisme institutionnel”. Mais, au vu de ce que nous avons appris au sujet de l’entrainement israélien de la police, le biais de la police contre les noirs américains n’est peut-être pas raciste ou totalement raciste. Les noirs aux Etats-Unis ont un historique d’avoir été déshumanisés. Aux yeux d’un formateur de la police, les noirs du public américain sont parfaitemet dans le moule des Palestiniens. Il est plus facile de commencer l’entrainement en rendant la police américaine indifférente aux vies d’un élément qui a déjà été déshumanisé au sein de la population américaine (NdT: A ce titre les Amérindiens sont probablement logés à pire enseigne que les afro-américains…). Lorsque les policiers ont été endoctrinés à se percevoir non pas comme les serviteurs du public mais comme des “gens exceptionnels et indispensables” dont les vies ne doivent jamais être mises en danger, ce n’est plus qu’une simple tâche que de généraliser le sentiment de supériorité de la police sur la population blanche également.

J’ai toujours été très suspicieux de l’explication raciste. C’est une explication qu’on donne à ronger au public afin de diviser une fois de plus celui-ci en factions opposantes qui ne peuvent pas s’unifier contre de véritables oppresseurs ; endoctrinés que nous sommes à nous détester et à nous craindre les uns les autres, ainsi ceux qui nous dirigent, nous harcèlent et nous abusent, pouvant le faire à volonté.

Il est très clair que seul un tout petit pourcentage de la population blanche américaine fait partie des tristement célèbre 1%. Le reste d’entre nous n’est de pas plus de conséquence pour ceux qui dirigent que ne le sont les afro-américains. Et pourtant, nous sommes divisés, apeurés et opposés les uns aux autres. Quel triomphe pour le 1% !!

Que je sois bien clair. De la même manière que nous nous opposons à la violence qui est inculquée à nos forces de police qui vivent de nos rémunérations taxées, beaucoup de juifs et d’israéliens s’opposent à la mentalité coloniale d’occupation que le gouvernement israélien a fini par représenter ; les juifs sont parmi les plus ardents défenseurs des droits de l’Homme de notre époque. Pensez à des gens comme Norman Finkelstein, Noam Chomsky, Illan Pappe et l’ American Civil Liberties Union mieux connue sous son acronyme de l’ACLU. Pensez aux courageuses associations israéliennes qui s’opposent au vol des territoires et villages palestiniens. Nous ne pouvons pas condamner l’ensemble de ces gens pour les crimes de leurs maîtres politiques. Si c’est le cas, alors après Clinton, Bush et Obama, les Américains sont foutus.

Les deux plus grandes menaces pour le monde aujourd’hui sont les “exceptionalismes” américain et israélien C’est le succès de l’endoctrination par cette doctrine nazie qu’est l’exceptionalisme qui est la source de la violence dans le monde aujourd’hui.

Le problème avec la violence de la police américaine est que les forces de l’ordre sont maintenant définies comme étant exceptionnelles et au-delà de toute responsabilité. Ils peuvent tous nous tuer impunément, tout comme Washington massacre sans relâche un nombre incalculable de personnes en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Libye, en Somalie, au Yémen et au Pakistan. Les gens exceptionnels sont indispensables (croient-ils…) et par là-même, les gens non-exceptionnels ne le sont pas et donc jetables.

Il est tout à fait paradoxal que l’entrainement de la police américaine aux méthodes violentes des forces d’occupation israéliennes soit justifié par l’argument qu’il soit nécessaire pour sauver des vies américaines des terroristes, de procéder de la sorte alors que le résultat réel aboutit au fait que bien plus de citoyens américains sont tués par la police que par des terroristes.

Il est évident que cet entrainement policier est contre-productif…

Il semblerait également que les familles de ceux qui ont été assassinés et abusés par la police aient de très bonnes bases légales pour attaquer les maires des villes en justice, les mairies, les chefs de police locaux, les gouverneurs et les législateurs d’état pour cas grave de négligence dans le contrôle et la supervision de la police. Les preuves sont là. La police prend des vies, ne les sauve pas. L’entrainement est un échec total et pourtant il continie de plus belle. Ceci est un cas de haute négligence et d’échec de la part des autoritees publiques.

Génocide au Canada: Un mémo de 1998 au premier ministre demande l’élimination des témoins occulaires des crimes dans les pensionnats pour Indiens…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 juillet 2016 by Résistance 71

De manière évidente, le bateau prend l’eau d toutes parts… Le système colonial criminel ne peut plus contenir le maquillage de ses crimes et les fuites d’infos sont de plus en plus nombreuses… La fenêtre d’opportunité est là de mettre ce système colonial à bas ainsi que l’ensemble de toute la gouvernance étatique. Des fonctionnaires des services de renseignement, de la police et des administrations, visiblement outrés de l’ampleur des crimes commis, sabotent le navire de l’intérieur.

Il faut en finir et exposer ces crimes au grand jour ce qui mettra un coup d’arrêt au colonialisme toujours rampant et si actuel. La censure du contre-rapport à la Commission Vérité & Réconciliation gouvernementale par les instances de Colombie Britannique est sans doute la goutte d’eau mettant le feu aux poudres…

Lisez le contre-rapport en français: « Meurtre par décret: le crime de génocide au Canada »

— Résistance 71 —

 

Un programme secret d’opérations “Black Ops” identifié par une source du gouvernement canadien

 

Rapport spécial de l’International Tribunal into Crimes of Church and State (ITCCS)

8 juillet 2016

Programme pour éliminer les activistes menant campagne au sujet des pensionnats pour Indiens et pour arrêter l’enquête qui a commencé officiellement au printemps de 1998

url de l’article original:

http://itccs.org/2016/07/08/secret-black-ops-program-identified-by-canadian-government-source-2/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ottawa et Bruxelles:

Une source au sein des services de renseignement canadiens a fuité au Tribunal International contre les Crimes de l’Eglise et de l’État (TICEE) une information classée secrète qui révèle l’existence d’un programme secret de réduction au silence des témoins occulaires des crimes s’étant déroulés dans les pensionnats pour Indiens et de prévention de toute enquête indépendante sur ces crimes.

D’après cette source, ce programme impliquait la surveillance et le harcèlement des activistes, le sabotage de leurs organisations et l’élimination de témoins occulaires des pensionnats pour Indiens pouvant potentiellement “créer des problèmes”, un programme qui continue aujourd’hui même.

Ce plan est expliqué dans un memorandum classifié adressé au bureau du Premier Ministre canadien en dare du 3 avril 1998 et en provenance de la direction des opérations du Canadian Security Intelligence Service (CSIS). Le memo est marqué du sceau “stirctement confidentiel”. Des copies de ce memo furent reçues par le premier ministre libéral d’alors Jean Chrétien, son assistant Herb Gray, la ministre des Affaires Indiennes Jane Stewart et la ministre de la justice et Attorney-General Anne McClellan.

Le memo dit ceci en partie:

“Une montée du mécontentement chez les aborigènes de la côte ouest associée à la litigation présentement en cours devant la cour suprême de Colombie Britannique pourrait mener à la montée en puissance de factions qui chercheraient à exploiter un arrangement public au sujet des révélations sur le pensionnat indien d’Alberni. Des manifestations et autres actions directes ont déjà été planifiées par le Mouvement de la Jeunesse Native et le groupe qui est associé avec ANNETT et NAHANEE. Toute enquête indépendante qui serait menée par ces groupes sur les sites d’enterrement près du pensionnat d’Alberni pourrait être désastreuse et doit être arrêtée par le moyen d’opérations spéciales conduites par les habituelles unités de la Gendarmerie Royale du Canada et des contractants privés. Les témoins occulaires toujours en vie posent une menace à la sécurité du gouvernement aussi importante que toute enquête qui pourrait être menée. Ces témoins doivent être contrôlés ou éliminés.” (emphase de fin de texte de notre initiative)

La source gouvernementale responsable de cette fuite a déclaré au TICEE que plus de preuves encore révèlent que les mêmes “unités de la GRC/RCMP et des entités privées sous contrats” responsables de l’élimination des témoins des crimes des pensionnats pour Indiens sont aussi impliquées dans les disparitions continuelles de personnes aborigènes à travers la province de la Colombie Britannique. (Voir www.itccs.org , July 1, 2016)

Cette source gouvernementale est d’accord pour se soumettre à un entretien confidentiel afin d’élaborer sur les détails de ce programme secret qui continue à être opérationnel aujourd’hui.

En réponse, un porte-parole du TICEE a commenté aujourd’hui depuis Bruxelles:

“Ce memo explique parfaitement pourquoi la première enquête indépendante sur les crimes ayant eu lieu dans les pensionnats pour Indiens, qui commença en juin 1998, fut si efficacement enrayée et stoppée et aussi pourquoi tant de témoins clef ont été réduits au silence ou sont morts depuis 1998. Ceci montre combien cette énorme opération secrète malfaisante et la campagne de diffamation entreprise contre le TICEE et Kevin Annett est connectée à ce programme secret mis en place et géré par le gouvernement canadien et que ce programme continue de tuer des membres des communautés autochtones aujourd’hui. Ceci confirme une énorme et délibérée mascarade de justice mise en place par l’église et l’état pour camoufler leurs propres crimes.”

(see www.murderbydecree.com , Chronology)

Le TICEE Canada et Kevin Annett vont bientôt émettre une diffusion séparée et détaillée en réponse à ce memo d’avril 1998.

Issued by ITCCS Central Office

Fusillade de Dallas… résultat de la militarisation de la flicaillerie

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 9 juillet 2016 by Résistance 71

La réalité est que les États forment et arment les forces de police non pour faire semblant de maintenir la paix et la sécurité publique, mais pour entrer en guerre contre les peuples. Au passage, la militarisation de ces forces fait passer à la caisse les entreprises privilégiées de la sécurité et de l’équipement. Des milliards sont engrangés par un tout petit secteur privilégié et totalement inutile et parasitaire, le tout à l’encontre de l’intérêt des peuples. Le goulag est pour demain ! Les laisserons-nous faire ?

— Résistance 71 —

 

Pourquoi Dallas s’est-il produit

Paul Craig Roberts

8 juillet 2016

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/07/08/why-dallas-happened-paul-craig-roberts/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le flinguage de policiers à Dallas est-il une opération faux-drapeau en faveur du contrôle des armes aux Etats-Unis ? Est-il le résultat du stress post-traumatique d’un ancien combattant ? Est-il le début d’un règlement de compte pour les milliers de meurtres gratuits effectués par la police sur les citoyens américains en ce XXIème siècle ? Ou y a t’il une autre explication ?

Nous ne le saurons jamais. Le perpétrateur est mort. Les autorités ne feront dès lors que nous dire ce qui les sert au mieux.

On pourrait dire que la police a en fait provoqué tout ceci et en serait la seule responsable au vu de son attitude indisciplinée et violente vis à vis du public en général. D’un autre côté, nous pourrions tenir les chefs de police, les syndicats policiers, les maires des villes (NdT: Ne jamais oublier que l’essentiel des forces de police aux Etats-Unis sont des polices MUNICIPALES, c’est à dire que les “célèbres” LAPD ou NYPD dont hollywood et les séries télévisées se gargarisent, sont des employés de la ville, le chef de la police est nommée par le maire, ce sont des milices politiques dans les grandes largeurs, toutes corrompues à un degré extrême…), les gouverneurs, les procureurs et le ministère de la justice (sic), comme responsables de l’échec à culpabiliser ces flics qui assassinent et commettent des violences inutiles et gratuites contre le public.

Lorsque la police exécute quelqu’un, l’excuse produite prend très souvent cette forme: “L’individu a mis la main sous sa chemise à sa ceinture. Je pensais qu’il avait une arme. Je ne voulais pas que mes enfants deviennent orphelins ni ma femme veuve.” En revanche, la femme et les enfants de la victime assassinée, si elle en avait, n’ont absolument aucune importance.

Les conservateurs, spécifiquement ceux à qui on a appris à avoir peur du crime, n’objectent en rien à ces meurtres par la police. Leur point de vue est toujours: “la police ne l’aurait pas abattu sans raison.” Le même biais en faveur de la police est aussi le pourquoi des jurés conservateurs vont toujours condamner quelqu’un.

Les libéraux eux, tendent à interpréter les flinguages comme des actes racistes, alors ils veulent combattre le racisme.

Le véritable problème est que les autorités publiques ne protègent pas du tout le public contre les violences illégitimes. C’est pourquoi le manque de respect et la haine envers la police ne font que croître. Les meurtres routiniers par la police, plusieurs chaque jour aux Etats-Unis, dont la très grande majorité demeurent impunis, génèrent ce type de colère qui provoque le pétage de plombs chez certaines personnes et les incitent à répliquer à la violence par la violence.

Si le système de justice criminelle s’appliquait aussi à la police, celle-ci penserait à deux fois avant de se livrer à des meurtres complètement gratuits.

Devenir policier, être un policier n’est pas sans risques. Un fonctionnaire de police doit avoir en considération le bien et la sécurité publics et non pas uniquement ceux de sa famille. Nous ne pouvons en aucun cas accepter la violence gratuite et illégitme de policiers sur la base que l’attitude de ces policiers est dictée par leurs préoccupations familiales ! Si un policier ne peut pas accepter les risques inhérents à ses fonctions, alors il doit changer de métier.

La violence policière est hors de contrôle parce que les maires, les procureurs et les gouverneurs d’états commettent un acte anti-public en refusant d’y mettre un terme. D’après le discours conservateur, la peur de la punition minimise le crime, mais ils n’appliquent pas cette “logique” à la police…

La violence policière est aussi hors de contrôle parce que la révolution dans l’entraînement des forces de police a amené les policiers à se protéger avant tout et à mettre un suspect hors d’état de nuire quelqu’en soit le coût. Un bon nombre d’anciens policiers m’ont écrit et m’ont dit que la raison pour laquelle ils ont abandonné le métier est que les policiers d’aujourd’hui sont entraînés à tuer comme les militaires le sont.

Si un ancien policier ou quelqu’un ayant la connaissance de ces formes et méthodes d’entraînement voulait bien les décrire et en donner un historique, d’où cela provient et pourquoi, je posterai ce témoignage sur le site.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 554 autres abonnés