Archive for the politique et lobbyisme Category

Nouvel Ordre Mondial: La marche en avant de l’écologie malthuso-social-darwiniste fait le lit du totalitarisme de demain…

Posted in actualité, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 30 septembre 2016 by Résistance 71

l’ONU fasciste utilisant le masque de l’écologie a préparé 300 ans d’esclavage de stérilisation, d’avortement, d’euthanasie forcés et financés par les impôts des citoyens du monde entier

Début annoncé de l’opération: Conférence sur le Débat Climatique de la COP22, à partir du 7 novembre 2016 à Marrakesh





 

Source anonyme

 

26 septembre 2016

 

L’OTAN VEUT FAIRE DU MAROC UN PARTENAIRE STRATÉGIQUE

https://mali-web.org/international/lotan-veut-faire-du-maroc-un-partenaire-strategique




Peu de gens sont au courant, car la COP22 n’est pas du tout médiatisée (mais en tapant COP22 dans le moteur de recherche vous trouverez leur site officiel et compte twitter) , alors qu’elle sera encore plus importante que la COP21 qui a lancé le projet de smart grid planétaire.

La COP22 c’est la suite de la COP21 mais entrainera encore plus de pertes de droits d’humains surtout pour les femmes que la COP précédente.

Les écologistes intéressés par les présidentielles de 2017 sont pour la réduction de la population mondiale et sont favorables à l’euthanasie

http://biosphere.blog.lemonde.fr/2016/09/25/euthanasie-un-mot-en-vogue-pour-la-mort-douce/

L’association Démographie Responsable qui a posté sa pétition sur le site écologiste Cyberacteurs.org qui l’a validé pour réduire la population en voulant que la Démographie soit un thème principal de la COP22 pour le 13 novembre 2016 est proche de l’ancien ministre de l’environnement sous l’ex président Sarkozy qui soutient lui-même une association pour l’euthanasie et aussi la suppression de viande et a signé le contrat sur les compteurs Linky.

http://biosphere.blog.lemonde.fr/2015/11/17/la-question-demographique-un-tabou-pour-la-cop21-2/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Cochet

l’Association qui a déposé sa pétition sur Cyberacteurs.org et est proche de l’ancien ministre de l’environnement sous l’ex-président Sarkozy accuse la surpopulation d’être une cause majeure d’effet de serre et de faire proposer par exemple les contraceptions aux pays en voie de développement principalement les pays d’Afrique du Sud mais qui concerneront en fait les pays du monde entier puisque un rapport de l’ONU montre plus loin le programme pour rabaisser la population dans tous les pays (qui pourront être des contraceptifs toxiques fournis par Bayer Monsanto) pour la COP22 du 13 novembre 2016.

Compteurs LINKY rendus obligatoires par l’ex président Sarkozy:

http://www.politique-actu.com/opinion/sante-environnement-sarkozy-compteurs-linky/235073/

L’ex-président Sarkozy avait déjà réclamé de faire de la démographie un thème principale de l’ONU

« On a fait une conférence sur le climat. On parle beaucoup de dérèglement climatique, c’est très intéressant, mais ça fait 4,5 milliards d’années que le climat change.

L’ancien président a poursuivi : « Je préférerais qu’on parle d’un sujet plus important : le choc démographique.

https://reporterre.net/Nicolas-Sarkozy-doute-des-causes-du-rechauffement-climatique




Après le smart grid planétaire, vient maintenant le contrôle des femmes du monde entier et leur stérilisation forcée.

En 2011, la Chine a commencé à déployer les compteurs intelligents http://www.researchinchina.com/UpLoads/ArticleFreePartPath/20111031144544.pdf,

pour espionner les femmes enceintes, savoir si elles sont en couple, savoir si leur grossesse a reçu l’autorisation de l’Etat, etc…

Résultat



En 2012

« Sommée de payer une amende de 40 000 yuans (4 880 euros) pour avoir enfreint la politique de l’enfant unique, Feng Jianmei, une jeune chinoise de 23 ans, aurait été forcée à l’avortement le 2 juin dernier par les autorités »

http://www.lepoint.fr/monde/avortement-force-en-chine-les-internautes-chinois-reagissent-14-06-2012-1473449_24.php

« La stérilisation involontaire ou forcée : elle est apparue aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède, pays d’éclosion de l’eugénisme. Elle fut aussi pratiquée en Allemagne sous le Troisième Reich, où beaucoup de recherches furent menées sur des moyens de stérilisation de masse, et continuées après la guerre, dans les pays anglo-saxons, par les mouvements eugénistes.

La stérilisation forcée est aujourd’hui appliquée en Chine par le gouvernement communiste, dans le cadre d’une politique ouvertement eugéniste. La stérilisation involontaire est appliquée dans beaucoup de pays du Sud : soit on stérilise les femmes à leur insu lors d’autres opérations, soit on les soumet à des campagnes de « vaccination » visant en fait à les stériliser par le mélange d’un stérilisant avec le vaccin.

L’euthanasie : (voir le chapitre « Euthanasie et eugénisme »). Elle est aujourd’hui pratiquée à grande échelle en France et dans tous les pays occidentaux, illégalement ou légalement. Elle a pour but de réduire le coût d’entretien des personnes âgées et de celles devenues socialement « inutiles » et en deçà des normes positives de « qualité de la vie », considérées donc comme « indignes de vivre » ; elle permet de pérenniser les systèmes de retraite pour les actifs bien-portants. Là encore l’hypocrisie est grande : on parle de réduction de la souffrance des malades, de leur qualité de vie, de mort dans la dignité.


Le projet du génome humain : c’est un vieux projet des eugénistes. Il a été lancé par la Société Américaine de Génétique Humaine (ASHG), fondée par le Dr Franz J. Kallmann (membre de la Société d’Eugénique Américaine) qui avait travaillé avec les nazis.

La connaissance de la carte du génome humain permettra d’affiner la sélection des enfants avant la naissance, et même leur production industrielle, dans l’optique de Francis H. Crick (prix Nobel en 1962 avec James D. Watson pour la découverte de l’ADN) :

« Aucun nouveau-né ne devrait être déclaré humain jusqu’à ce qu’il ait passé avec succès certains tests quant à son patrimoine génétique, et, en cas d’échec à ces contrôles, qu’il soit déchu du droit de vivre » (Pacific News Service, 01/1978). On présente ces recherches comme ayant pour but la « thérapie génique » ; en réalité la « thérapie génique » c’est la mort du malade ; ici, des êtres humains embryonnaires.

L’ingérence de l’État dans la famille : elle se fait de plusieurs façons. En Chine l’État, avec l’aide de l’I.P.P.F., force les familles à n’avoir qu’un enfant, quelquefois deux, par des moyens coercitifs (avortement ou stérilisation forcés) et de propagande (avec une forte répression pour les récalcitrants). D’autres États mettent en place des politiques pénalisant les familles nombreuses, ou les encourageant à la stérilisation.

Dans le même ordre d’idées, il arrive que l’État prétende à l’éducation des enfants alors que c’est du domaine des parents qui ne font que déléguer leur autorité. »

http://trdd.org/EUGBR_1F.HTM

« En fin de semaine dernière, de violents affrontements ont eu lieu, tournant à l’émeute lors de manisfestations contre un retour du contrôle coercitif des naissances dans plusieurs districts de la région du Guangxi, au sud de la Chine. La presse de Hongkong, non censurée, a avancé le chiffre de 50 000 manifestants.
La colère des agriculteurs a été déclenchée par l’envoi de fonctionnaires chargés de faire respecter la loi sur les naissances.

Les riches citadins paient de fortes amendes, tandis que les paysannes, trop pauvres, sont forcées d’avorter.

Alors que le pays vit un nouveau « baby boom », Pékin a reconduit en janvier, le contrôle des naissances par l’État « au moins jusqu’en 2033 », date à laquelle la Chine devrait plafonner à 1,5 milliard d’habitants.

Dans la province du Shandong (est), le militant aveugle Chen Guangcheng s’est rendu célèbre par sa dénonciation de pratiques abusives de stérilisation de milliers de femmes et d’avortements tardifs et forcés dans son district, concernant parfois des foetus de huit mois et plus. Il a été condamné en janvier à quatre ans de prison notamment pour « trouble à l’ordre public », un an après avoir été arrêté.

Les bureaucrates du Guangxi, pressés d’appliquer les consignes de Pékin parce que leur carrière en dépend, en sont revenus depuis deux mois à ce que les Chinois appellent la « terreur rouge » : une violation systématique de la vie privée et de l’intimité des femmes. Sous prétexte d’examen clinique, il s’agit de détecter, de sanctionner financièrement et assez souvent d’interrompre les grossesses qui menacent les quotas.

La Chine, pays le plus peuplé au monde avec 1,3 milliard d’habitants, avait adopté une politique de contrôle des naissances à la fin des années 1970, ce qui, selon les autorités, a permis d’éviter une explosion démographique, en passant de 5,8 enfants par femme dans les années 70 à 1,8 actuellement. Les couples vivant dans les villes ne peuvent avoir qu’un enfant. Dans les campagnes de 19 provinces, les parents sont autorisés à avoir un autre enfant si le premier est une fille. Les minorités ethniques ont droit à plus de deux enfants par couple.

On estime que 400 millions de naissances ont été empêchées par la politique de contrôle des naissances. Des conséquences sont le vieillissement de la population, l’augmentation des enfants non déclarés qui ne peuvent être scolarisés et la prédominance des garçons. On prévoit qu’en 2020, 30 millions d’hommes Chinois seront célibataires. »

http://www.psychomedia.qc.ca/societe/2007-05-24/chine-violentes-manifestations-contre-les-avortements-et-sterilisations-forces

Les lobbys agro-alimentaires mobilisent les ressources du globe au dépend de l’humanité (7 milliards d’habitants)

http://www.carevox.fr/nutrition-regimes/article/le-lobby-de-l-agroalimentaire

1 % des plus riches possèdent plus 
que 99 % de la population mondiale

http://www.humanite.fr/les-1-des-plus-riches-possedent-plus-que-99-de-la-population-mondiale-563209

« 10 entreprises agroalimentaires qui polluent le plus refusent les engagements dans la lutte contre le réchauffement climatique »

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/12227/top-10-des-multinationales-de-lagroalimentaire-plus-polluantes

Les 10 plus grosses multinationales au monde pèsent davantage, financièrement, que 180 États

https://multinationales.org/Les-10-plus-grosses-multinationales-au-monde-pesent-davantage-financierement




La COP22 accusera les gens de polluer quand ce n’est même pas eux qui possèdent la planète et ses ressources ni même le droit d’utiliser les semences elles-mêmes brevetés comme tout le reste par les industries agro-alimentaires et les multinationales des semences (Monsanto, Syngenta) , mais les multinationales !


Ils diront aussi que si le miel manque ce n’est pas à cause des pesticides néocotinoides utilisés par Monsanto mais à cause de la surpopulation !

Pour faire rendre acceptable le mariage de Bayer-Monsanto!

http://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/monsanto/bayer-monsanto-bientot-le-mariage-et-la-naissance-dun-geant-4456096

Bayer et Monsanto sont déjà soutenus par l’ONU et ont reçu les labels « Global Compact » comme quoi c’était des multinationales humanitaires soucieuses de l’environnement en échange de quoi l’ONU espère en retour des subventions de Monsanto et Bayer

http://www.bayer.com/en/Global-Compact.aspx

https://www.unglobalcompact.org/what-is-gc/participants/6680




Syngenta qui fait aussi des pesticides néonicotinoides sera blanchie par la COP22 en faisant reporter le manque de miel sur la surpopulation.

Syngenta demande à l’Union Européenne d’augmenter sa tolérance d’admission pour les pesticides tueurs d’abeille

http://www.organicauthority.com/syngenta-asks-epa-to-raise-limits-for-neonicotinoid-pesticides-linked-to-honeybee-deaths/

Elle aussi soutenue par l’ONU avec Global Compact en échange de lui donner des fonds.

https://www.unglobalcompact.org/what-is-gc/participants/8957-Syngenta-International-AG




Les apiculteurs Canadiens attaquent en justice Bayer et Syngenta pour leurs pesticides tueurs d’abeille

http://www.cbc.ca/news/technology/canadian-beekeepers-sue-bayer-and-syngenta-over-neonicotinoid-pesticides-1.2754441

La seule chose qui sera faite en fin du compte à l’issu de ces conférences climatiques lobbyfiées par les multinationales , c’est le contrôle de la population avec les villes intelligentes, et le contrôle des femmes enceintes avec les compteurs intelligents et autres gadgets intelligents à l’intérieur des maisons.

« En 2012, aux USA, une cour de justice a ordonné à une femme Catholique et enceinte de 5 mois d’avorter son enfant une deuxième fois et de se faire stériliser parce qu’elle avait été hospitalisée plusieurs fois à cause d’un choc émotionnel dû à un premier avortement, et que ce n’était pas à elle de décider ou pas si elle devait garder son bébé, mais l’État qui devait décider à sa place.


En 2011, Dr. Priscilla Coleman de L’Université d’État Bowling Green a constaté que 10 % des femmes instables émotionnellement avaient connu un avortement. »

https://www.rutherford.org/publications_resources/tri_in_the_news/court_ordered_abortion_sterilization_of_catholic_woman_in_mass_overturned





Le planning familial internationale de l’ONU qui finance les plannings familiaux de tous les pays au nom de la lutte contre le réchauffement climatique a félicité le modèle de planning familiale de la Chine qui pratique l’avortement forcé et la stérilisation forcé


.

Des preuves montrent que l’IPPF a soutenu la politique coercitive chinoise de l’enfant unique dès sa création en 1979. Mme Peng Yu, vice-ministre d’état à la commission de planification familaile chinoise, a révélé que l’ International Planned Parenthood Federation (IPPF) est une des “agences internationales principales qui a étendu sa coopération avec la Chine.” Après près de deux décennies d’implication avec la Chine, il est raisonnable de conclure que l’IPPF n’est pas seulement particulièrement familière avec, mais de plus sutient totalement, le programme de planification familial coercitif de Pékin, un programme qui inclut la contraception, la stérilisation, l’avortement obligatoire, les avortements sélectifs au sexe forcés et aussi les tristement célèbres “chambres mouroirs” pour les bébés nés moins-que-parfait.

https://www.pop.org/content/abortion-for-all-how-the-international-planned-parenthood-federation-promotes-abortion-around-the-world-894





Xie Zenhua le représentant de la Chine sur le changement climatique contredit même les promesses du Président de la Chine qui avait affirmé que la Chine diminuerait ses émissions de CO2 pour 2030, en disant que en 2030, la Chine augmentera ses émissions de carbone .

Xie Zenhua a dit aux USA d’aider les pays en voie de développement donc à construire des villes intelligentes en Afrique et de partager plus au financement de l’ONU pour tous ces fonds.

En résumé, les pays riches vont mobiliser les impôts de leurs citoyens pour financer l’esclavage et l’extermination (campagne d’avortements forcés et de stérilisation) des citoyens des pays pauvres.

http://www.csmonitor.com/Science/2016/0606/China-US-should-do-more-to-help-poor-countries-on-climate-change

Les pays riches mobiliseront 100 milliards de dollars par an pour financer la transition énergétique des pays pauvres.

 Ils sont si pressés de faire leur loi écologique dans les autres pays qu’à se changer eux-mêmes.

La preuve que tout ceci n’est rien d’autre que du Colonialisme Vert.

http://www.csmonitor.com/Science/2016/0606/China-US-should-do-more-to-help-poor-countries-on-climate-change

Les impôts des citoyens des pays riches serviront donc à financer les fonds de l’ONU pour l’envoi de contraceptifs abortifs, vers les pays en voie de développement.

Les contraceptifs artificiels sont des pilules d’avortements à elles seuls et ne protègent pas contre la transmission de MST. Les conséquences peuvent aussi être plus dramatiques avec d’autres instruments de contraception qui entrainent la stérilisation en voir plus sur source:

https://www.pop.org/content/philippines-authentic-development-part2?bblinkid=22930444&bbemailid=1808190&bbejrid=121091810





Au Royaume-Uni, à Londres les lobbys de l’avortement ciblent les femmes enceintes d’origine polonaise

https://www.spuc.org.uk/news/news-stories/2016/september/pro-lifers-protest-london-abortion-center-that-targets-polish-babies




La violence cachée dans les cliniques d’avortements:
Des hommes chargés d’escortes sortent d’une clinique d’avortement américaine, saisissent violemment les femmes à l’entrée de la clinique, et poussent violement les accompagnateurs s’il y en a qui accompagnent les femmes pour les empêcher d’entrer avec elles.

https://www.pop.org/content/abortions-hidden-violence-0




La COP22 se passera au Maroc du 7 au 18 novembre 2016 qui veut être le nouveau gendarme climatique de l’Afrique encore une preuve que c’est l’Afrique qu’ils veulent dépeupler à tout prix pour que les multinationales puissent y accaparer toutes les ressources.

Chaque territoire occupé par un peuple est une gêne pour une multinationale qui veut s’y installer pour y exploiter les ressources. 
Alors ils préfèrent faire une politique globale d’extermination du peuple Africain, mettre les survivants dans les villes intelligentes et pouvoir tranquillement squatter le reste.

Les rechercheurs disent que la surpopulation est un mythe, la plupart des familles à travers le monde ont du mal à avoir des enfants, dans les pays riches à cause des mariages tardifs, dans les pays pauvres à cause de maladies chroniques non traités et ont besoin d’aide au contraire pour en avoir, contrairement à ce que disent les pro- activistes pour l’avortement qui disent que si on ne rend pas la contraception obligatoire la population mondiale serait sur-peuplée

http://womenspeakforthemselves.com/the-economist-claims-an-unmet-global-desire-for-babies-not-birth-control/

le colonialisme moderne, le Colonialisme Vert ou l’Ecologie de la Découverte:




« Le document maintenant déclassée propose des programmes de contrôle massif de population dans les pays en développement dans le but d’obtenir des avantages à long terme supposés pour les USA. Comme décrit par l’Institut Population Research (PO Box 2024, Baltimore MD 21298), l’étude de sécurité Memorandum National 200 (NSSM 200) fait valoir que la croissance rapide de la population dans les pays moins développés compromet l’ accès futur des États-Unis à des minéraux et d’autres matières premières et donc menace la sécurité économique et politique. La solution proposée? Des appels de fonds massifs via les impôts pour le contrôle de population en premier lieu.

En outre, d’autres prêts d’aides et de développement des États-Unis devraient être liés directement à la volonté de chaque pays de mettre en œuvre des mesures de contrôle de population sous la tutelle des États-Unis: «Voulez-vous nos dollars ? Alors obéissez: répandez la contraception et l’avortement. »

Le même document NSSM 200 avertit que cet ordre du jour doit rester caché. Les dirigeants des pays cibles ne devraient pas soupçonner que la pression étrangère pour la planification familiale est «une forme d’impérialisme économique ou raciale, ce qui pourrait créer un jeu très sérieux » (n ° 106). Le sens de cette phrase, le jargon de côté, est que les pays bénéficiaires ne devraient pas découvrir que l’empereur qui se pavane sur leur territoire, mais il est fortement acclamé par tous, est tout nu. Une telle découverte doit être évitée. Par conséquent, poursuit NSSM 200, «Il est essentiel les dirigeants des pays les moins avancés ne s’aperçoivent pas que les pays les plus avancés les tirent exprès vers le bas, pour maintenir leur force vers le bas ou de réserver des ressources pour une utilisation par les ` ‘pays riches» (114).

Les apparences de bonne volonté doivent être cultivées avec soin. les programmes de contrôle des naissances doivent porter les signes extérieurs de « préoccupation pour le droit des individus de décider librement du nombre et de l’espacement des enfants, ainsi que le souci pour le développement des pays pauvres (cf. 115). Ainsi, le« choix »et« développement » devrait être les slogans de camouflage derrière lequel les réservoirs de contrôle des naissances peuvent envahir le pays en toute impunité. Sweet-talk devrait ouvrir les portes à séducteurs qui portent des couteaux.

Le Congrès a demandé à nouveau d’allouer 410 millions $ pour l’AID cette année. Ce financement maintenant joue évidemment dans les mains des idéologues qui ont l’intention de propager la perversion sexuelle à l’étranger, dans le but de servir à des fins nationales imaginaires. Est-ce que ce que les citoyens américains veulent vraiment faire? »

http://www.lifeissues.net/writers/zim/zim_89americaexportcontra.html

l’éducation sexuelle à l’école, c’est pour encourager la surexploitation sexuel et la prostitution massive pour permettre de créer le marché sur l’avortement et le trafic de foetus

http://www.lifenews.com/2016/09/21/planned-parenthood-partners-with-hillary-clinton-to-push-sex-on-kids-to-create-market-for-abortion/

 

Les pays les plus peuplées du Tiers Monde polluent beaucoup moins que les pays les plus industrialisés et qui sont les moins peuplés puisque font déjà la politique de la contraception et de stérilisation imposé par l’ONU.


Les USA utilisent les impôts des citoyens américains pour offrir la stérilization gratuitement aux femmes américaines dans les universités

http://cnsnews.com/news/article/free-sterilizations-must-be-offered-all-college-women-says-hhs

Les multinationales polluent et les peuples trinquent !
http://www.voxnr.com/cc/etranger/EEFulAFuAFYZcJEYIe.shtml

l’Impunité des multinationales

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/23/de-l-impunite-des-multinationales_1688431_3232.html

 

« La démographie n’est pas responsable de la crise écologique »

les statistiques sont trompeuses et illusoires. Elles fournissent des chiffres mais ne décrivent pas une réalité toujours plus complexe. Comme le dit une ancienne responsable de l’UNESCO, Lourdes Arizpe, citée dans l’ouvrage : « Le concept de population en tant que nombre de corps humains n’a que peu d’intérêt pour comprendre l’avenir des sociétés dans le contexte mondial. C’est ce que font ces corps, ce qu’ils prennent et rendent à l’environnement, leur usage de la terre, des arbres et de l’eau (…) qui sont d’une importance cruciale. »

« La consommation individuelle n’est pas une cause majeure de destruction environnementale (de sorte) qu’une modification dans le comportement des individus ne fera au mieux qu’une différence minime ».

L’essentiel des émissions de gaz à effet de serre est le fait de l’industrie et du commerce,

Il est difficile de soutenir l’idée que les gens dépensent avec excès lorsqu’on observe l’évolution du revenu d’une majorité d’Américains (…) depuis 40 ans (…) En dollars constants, le revenu moyen des 90 % les moins riches de la population a chuté de 4,5 % entre 1970 et 2002 ».


On devine où veulent nous conduire in fine les auteurs : à l’idée que le dérèglement climatique, comme tous les autres maux liés à l’environnement, résulte du système capitaliste et de lui seul. Ce qu’il faut pour s’en sortir c’est remonter à la source, changer de système économique, jeter le capitalisme par-dessus bord et opter pour « l’écosocialisme ».

Et de conclure : « L’obstacle principal dans la transition vers une société écologique n’est pas une insuffisance technologique ou financière, encore moins une population trop nombreuse. Les entraves sont politiques et économiques : les gouvernements et la grande industrie bloquent le passage à l’action. (…) La quête incessante du gain immédiat, sans se soucier de ses conséquences à long terme, s’inscrit dans le fonctionnement même du système. »

https://reporterre.net/La-demographie-n-est-pas




C’est la preuve que la population et le changement climatique sont deux problèmes entièrement différents.

 Et la preuve que les pays riches dirigés par les multinationales veulent réduire la population des pays pauvres uniquement pour pouvoir exploiter plus facilement leurs richesses et leurs ressources. Le fait qu’ils ne se soucient pas de leur propre pollution et que leur seule priorité c’est de contrôler la population des pays pauvres en est la preuve.

On l’a vu à la COP21, aucune multinationale n’a voulu changer ses émissions à effet de serre ni changer leur rapport avec l’environnement.

La COP21 a d’ailleurs été sponsorisé par les multinationales les plus polluantes de la planète
 »EDF, Engie, Renault-Nissan ou Air France sont en effet sur la liste des sponsors officiels aux côtés de dizaines d’autres multinationalesparmi les plus polluantes au monde.

Ils ont ainsi l’occasion de se racheter une image écologique pour quelques millions d’euros. Le sponsoring de la COP21 offre non seulement à ces multinationales le droit d’utiliser le logo du sommet climatique pendant un an, mais également d’avoir une « vitrine exceptionnelle » et un « accès privilégié aux espaces de rencontres et d’expression » durant le sommet, selon les autorités françaises qui organisent la COP.

Et Axa n’est pas en reste puisqu’elle est, comme les quatre autres, fervente partisane du gaz de schiste et des sables bitumineux, deux sources d’énergie hyper polluantes décriées par toutes les organisations environnementales du monde. Quant aux autres entreprises comme Renault-Nissan ou Air France, nul besoin d’un dessin pour comprendre les enjeux qu’il y a pour elles derrière le débat sur le réchauffement climatique. 

Apprendre que ces multinationales sont les « mécènes » officiels d’un sommet censé lutter contre le réchauffement climatique, c’est un peu comme imaginer Marlboro qui financerait des recherches sur la lutte contre le cancer des poumons. Outre l’hypocrisie flagrante, cela pose clairement la question de leurs intérêts.

http://www.levif.be/actualite/environnement/cop21-pour-un-sommet-climatique-dans-l-interet-des-peuples-et-pas-des-multinationales/article-opinion-433005.html

« Les 10 multinationales les plus dangereuses du monde »

https://realinfos.wordpress.com/2013/04/17/les-10-multinationales-les-plus-dangereuses-dans-le-monde/



 

l’ONU a déjà fait un plan de 400 ans de dépopulation de la planète pour permettre aux multinationales de tout accaparer sur Terre.


de page 169 à page 187 du rapport de l’ONU

http://www.un.org/esa/population/publications/longrange2/WorldPop2300final.pdf
,

ils ont mis les pays qui étaient déjà en déclin de population: Europe, Japon, les pays Afrique du Nord.

Plus loin dans la carte, ils font la moyenne des populations d’Afrique du Nord et Subsaharienne, donc on voit que la population d’Afrique Subsaharienne compense la perte de population en Afrique du Nord, donc apparait quand même sur le graphique en légère plus grande importante, avec l’Asie, (l’Inde dépassera la Chine en population

https://www.pop.org/content/debunking-myth-overpopulation



Et les pays en augmentation de population et où il y a déjà des conflits: Afghanistan, Irak, Yemen, Syrie, Palestine, Pakistan, Afrique Subsaharienne, Amérique du Sud.

Et là voici la carte de population mondiale prévu pour 2300

https://www.pop.org/content/debunking-myth-overpopulation




Vous pouvez la retrouver ici, mais le rapport fait 400 pages, donc difficile de chercher.

http://www.un.org/esa/population/publications/longrange2/WorldPop2300final.pdf

Depuis trois ans, les Etats-Unis sont devenus les champions de l’exploitation de gaz non conventionnels, qui représentent désormais quasi la moitié de la production de gaz totale.

http://www.lafranceagricole.fr/actualites/gaz-de-schiste-autant-d-emissions-de-co2-que-le-charbon-ou-le-petrole-etude-1,0,82355255.html

Gaz de schiste : 200 ans de réserves en Chine

https://www.contrepoints.org/2012/03/03/71503-gaz-de-schiste-200-ans-de-reserves-en-chine



Pékin qui, depuis longtemps déjà, considère le gaz naturel comme une solution à son addiction au charbon
 Mais les impératifs économiques ont de grande chance de prendre le dessus sur les considérations environnementales.

A terme, affirment les autorités chinoises, la production d’électricité engendrée par le gaz devrait s’élever à 285 milliards de KW/ h en 2020, soit 100 fois plus qu’en 2000.

http://www.rfi.fr/emission/20111221-chine-met-gaz-schiste/

La semaine dernière, la Russie et la Chine ont signé un accord commercial de 400 milliards de dollars sur une durée de 30 ans portant sur l’approvisionnement de la Chine en gaz schiste par Gazprom,à raison de 38 milliards de mètres cubes par an.

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140604trib000833360/energie-pour-l-europe-la-solution-passe-par-le-gaz-de-schiste.html

Energie : pour l’Europe, la solution verte passe par le gaz de schiste

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140604trib000833360/energie-pour-l-europe-la-solution-passe-par-le-gaz-de-schiste.html

Gaz de schiste : l’Algérie, terrain d’expérimentation pour la France 


Les Français ne veulent pas des gaz de schiste chez eux ? Qu’à cela ne tienne. Les expérimentations pourraient être menées en Algérie. Des groupes français seraient en effet en mesure de réaliser très prochainement des recherches sur le territoire algérien concernant les méthodes d’exploitation du fameux gaz. Avec pour objectif de trouver des alternatives « propres » à la technique de la fracturation hydraulique, cette injection d’eau et de solvants sous très haute pression accusée de détruire l’environnement et de vider les nappes phréatique

http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20140523.OBS8348/gaz-de-schiste-l-algerie-terrain-d-experimentation-pour-la-france.html

Mascarade électorale yankee et autre… L’Illusion démocratique bat son plein !

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 29 septembre 2016 by Résistance 71

Nous ne perdons plus de temps avec les fadaises électorales de tout poil, ce qui ne nous empêche pas de garder un œil distrait sur le cirque ambiant. Nous avons cette perle qui mérite d’être relayée sur le grand Barnum électoral corporatiste yankee et la litanie d’inepties confortant à qui mieux mieux le glissement vers un totalitarisme se durcissant. Rappelez-vous qu’où que ce soit: VOTER C’EST ABDIQUER, voter c’est déléguer votre pouvoir politique souverain à une clique de parasites ne servant que les intérêts particuliers d’une caste oligarchique bien spécifique.

Message à l’auteur: Robert, merci de tenter de ramener le marxisme au plus proche de la réalité politique. Nous pensons que tu te « bookchinises » (si, si, c’est un compliment…), encore un petit effort, tu y es presque… L’anarchisme t’attend, parce qu’honnêtement, le seul véritable communisme, est le communisme sociétal originel et il est anarchiste par essence… Marx est systémique, un autre rouage du système, une partie de la grande illusion étatique (capitalisme d’état et éternelle « dictature du prolétariat » sous la houlette du parti d’avant-garde tout puissant et de sa nomenklatura prétorienne à la botte), une « ruse de la Raison » si on veut… Revenons sur terre ! La nature de l’Homme est anarchiste au sein d’une société sans et donc CONTRE l’État.

~ Résistance 71 ~

 

Lire nos dossiers « Illusion démocratique » et « La société organique »

 

« Electeur, vote encore si tu l’oses ! » (Sébastien Faure, 1919)

 

Que se passe-t-il aux États-Unis d’Amérique ?

 

Robert Bibeau

 

28 septembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/trump-ou-clinton-ont-ils-le-choix/

 

La petite bourgeoisie et les analystes politiques d’estrades sont confondus.  Les experts ne comprennent pas que : 1) les États-Unis sont le fer-de-lance de l’impérialisme occidental ; 2) et que pour ce motif ce pays vit avant les autres la période de décadence économique, politique et idéologique qui balaiera bientôt tous les continents ; 3) le multimilliardaire Donald Trump représente la réponse la plus percutante que ce mode de production déchue peut offrir pour contrecarrer sa décadence. Hillary Clinton représente la vieille garde passéiste. La politicienne retorse, véreuse, menteuse, discréditée, épouse d’un ex-président dégénéré a fait son temps. Seuls, la petite bourgeoisie de gauche, les bureaucrates syndicaux, les ONG subventionnées et les assistés sociaux voteront pour l’ex-première dame cocue. Tous ceux-là, y compris Bernie Sanders, le New York Times et le Washington Post déchireront leur chemise sur la place publique et accréditeront ainsi le mythe du milliardaire « révolutionnaire ». Les riches ont décidé d’offrir le poste à une nouvelle génération d’arnaqueur, et Trump est leur vainqueur. La pire jambette que pourrait commettre un organe de gauche serait d’appuyer le candidat Républicain. Le multimilliardaire ne veut pas du soutien de la go-gauche discréditée.

Bien entendu, ni Donald ni Hillary ne peuvent résoudre la crise économique systémique qui secoue l’Amérique et l’ensemble du mode de production capitaliste. Chacune des factions du grand capital américain l’a bien compris.  Il n’y a que la gauche réformiste et altermondialiste – qui pense que des réformes sont envisageables, les riches savent que cela est invraisemblable.

Aux grands maux, les grands remèdes

Que cherchent donc les multimilliardaires qui soutiennent Donald Trump ? Oubliez les fanfaronnades à propos de murs frontaliers (déjà construits) ; à propos des restrictions à l’immigration musulmane (les musulmans riches pourront entrer et les musulmans pauvres seront interdits de séjour comme il en a toujours été) ; oubliez la discrimination contre les LGBT (la bourgeoisie promeut le mariage gai au moment où les hétérosexuels ne se marient plus). Le grand capital mondial vise trois objectifs avec son candidat outrancier :  premièrement, il souhaite placer les États-Unis dans une bonne position quand la situation économique aura dégénérée « Put America First »!  C’est la raison pour laquelle Trump crie à qui veut l’entendre qu’il ouvrira les traités de libre-échange afin non pas de les répudier, mais de les renégocier à l’avantage du capital américain moins profitable que celui de ses voisins (2). Trump oublie simplement que l’Amérique n’est déjà plus la première puissance économique mondiale. Elle est devancée par L’Allemagne-Union européenne et par la Chine. Deuxièmement, Trump veut faire ce qu’Obama n’a pas osé faire, hausser les taux d’intérêt domestiques et renchérir le crédit et sa rentabilité. En haussant le loyer de l’argent, le Président Trump va remplir les poches de l’oligarchie financière, mais ce faisant des millions de familles américaines seront mises en faillite, jetées à la rue, pire qu’en 2008. La pauvreté endémique s’épandra sur toute l’Amérique créant des turbulences sociales, des soulèvements et possiblement la guerre civile. Ce qui nous amène au troisième objectif de la présidence du multimilliardaire, soit réprimer, écraser dans le sang, ces soulèvements de la populace, des pauvres noirs, latinos ou blancs, et des prolétaires multiethniques de la grande Amérique.

Le candidat Trump, saura-t-il réaliser les plans de l’establishment ? Le risque de guerre civile est-il trop élevé ? La dame Clinton saurait-elle le faire plus subtilement, plus nuancé ?  L’armée, la garde civile, la police accepteront-elles de tirer sur la foule révoltée ? La population américaine surarmée saurait-elle tenir la milice et les services de police en échec ? Les premiers tests réalisés dans le cadre de la répression des noirs et des latinos démontrent que la situation est très volatile et que rien n’est moins certain qu’une victoire des forces de l’ordre dans le cas d’un soulèvement de masse dans les grands centres métropolitains. Voilà, les questions qui hantent l’oligarchie financière américaine qui en dernière analyse décidera de qui sera le 45e Président des États-Unis.

Pourquoi la mascarade électorale ?

Puisque les dés sont pipés et que l’un ou l’autre candidat mènera l’Amérique au bord du précipice, par une voie ou par une autre, à quoi sert cette mascarade électorale sous la démocratie des riches ? Une campagne électorale bourgeoise a trois fonctions, la première fonction est de mettre les candidats à l’épreuve de la confrontation… Lequel parviendra à créer la mystification la plus crédible autour de sa personnalité controversée ? La seconde fonction est de créer du consentement, de préparer l’opinion parmi la petite bourgeoisie – le prolétariat – le lumpenprolétariat et les assistés sociaux – aux sacrifices qui seront imposés par le prochain chef de l’État des riches. La troisième fonction est de compromettre tous ces gens à qui on dira un jour de révolte – « C’est vous qui l’avez voulu! » – « c’est vous qui l’avez élu! » – même à ceux qui protesteront « Je n’ai pas voté pour ça ! »… Mais oui vous avez voté pour ça… à quoi vous vous attendiez ?

Finalement, Trump ou Clinton c’est la même tromperie, excepté que Donald croit fermement qu’il saura briser la classe prolétarienne américaine alors qu’Hillary sait qu’elle n’y parviendra pas… Veut-elle vraiment de l’emploi ? La classe prolétarienne ne doit se commettre pour aucune de ces girouettes, surtout pas pour ceux de la go-gauche collaboratrice de service chargée d’accréditer cette mascarade alambiquée (3).

Notes

(1)   http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/le-krach-est-en-marche/

(2)   http://www.les7duquebec.com/7-au-front/les-vrais-patrons-sont-derriere-les-rideaux-quatre-traites-inegaux/

http://plus.lapresse.ca/screens/71edb5db-ffdf-4250-b841-614284defb9a%7C_0.html

Guerre impérialiste en Syrie: Entretien avec un chef d’Al-Nosra (Al CIAda)… « Les Américains sont avec nous ! »

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 septembre 2016 by Résistance 71

Cet article ne fait que confirmer ce que beaucoup, nous compris, disons depuis des années a savoir que le Front Al-Nosra (Al Qaïda en Syrie, créé comme la maison mère par la CIA => Al CIAda…) est formé, soutenu et protégé par les USA et l’OTAN, du reste le gugusse en chef de la “diplomatie” française en 2012, Laurent “sang contaminé” Fabius ne nous avait-il déjà pas dit qu’”Al Nosra fait du bon boulot sur le terrain” ?…

Rien de nouveau sous le soleil donc, juste une confirmation de plus, combien en faudra t’il pour que les peuples réagissent enfin ?…

~ Résistance 71 ~

 

“Les Américains sont de notre côté”, déclare le commandant du Front Al-Nosra

 

Les Etats-Unis arment les djihadiste au travers de pays tiers

 

RT et KSTA (chaîne allemande)

 

26 septembre 2016

 

url de l’article original:

https://www.rt.com/news/360690-us-arms-nusra-syria/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note du traducteur: Le lien vers le site internet allemand est sous l’article.

 

Des armes américaines sont délivrées au Front Al-Nosra (NdT: renommé al-Sham) par des gouvernements soutenus par Washington, a dit un commandant du groupe à un média allemand, ajoutant que les instructeurs américains étaient en Syrie pour leur enseigner comment utiliser ce nouvel équipement.
“Oui, les Etats-Unis sutiennent l’opposition [en Syrie], mais pas directement. Ils soutiennent les pays qui nous soutiennent, mais nous ne sommes pas entièrement satisfaits de ce soutien.” A dit Abou al Ezz commandant d’unité pour le Front Al-Nosra dans un entretien avec le quotidien allemand du Kölner Stadt-Anzeiger (Cologne), depuis la ville dévastée d’Alep en Syrie.

D’après le commandant, les militants devraient recevoir encore plus “d’armement sophistiqué” de leurs souteneurs pour avoir un succès contre le gouvernement syrien.
“Le combat est difficile. Le régime est fort et reçoit un gros soutien de la Russie”, a t’il expliqué.

Al Ezz a dit que Jabhat Al-Nosra “a gagné des batailles grâce aux missiles anti-chars TOW. Par ces missiles nous avons pu atteindre une sorte d’équilibre avec le régime en place. Nos chars viennent de Libye via la Turquie, ainsi que les lanceurs de roquettes multiples de type BM-21.” A t’il dit.

Les forces du gouvernement ont un avantage à cause de leur aviation et de leurs lanceurs de missiles, mais “nous avons les missiles anti-chars américains TOW et la situation dans quelques zones et sous contrôle”, a ajouté Al Ezz.

Quand on lui a demandé si les missiles TOW étaient à l’origine destinés pour Jabhat al-Nosra ou si le groupe les a obtenu de l’Armée Syrienne Libre (ASL), le djihadiste a clarifié: “Non, les missiles nous ont été directement livrés.”

Il a aussi dit que lorsque Jabhat al-Nosra était sous siège “nous avions parmi nous des officiers turcs, qataris, saoudiens, israéliens et américains… Des experts en utilisation de satellites, de roquettes, en reconnaissance et en caméras de sécurité thermiques.”

Le journaliste a spécifiquement demandé si les instructeurs américains étaient vraiment présents parmi les djihadistes et al Ezz a répliqué: “Les Américains sont avec nous.”

Il a aussi déclaré que Jabhat al-Nosra a été payé pour parachever certains buts militaires bien spécifiques durant ce conflit syrien.

“Nous avons reçu 500 millions de livres syriennes (environ 2,3 millions de dollars..) de l’Arabie Saoudite. Pour avoir capturé l’école d’infanterie à Al Muslimya il y a quelques années, nous avions reçu 1,5 millons de dinars koweitiens (environ 500 000 US$) et 5 millions de l’Arabie Saoudite,” a dit Al Ezz.

L’argent est venu des gouvernements de ces états et non pas d’individus privés a t’il dit.

“Israël nous donne maintenant un soutien parce qu’Israël est maintenant en guerre contre la Syrie et le Hezbollah,” a dit Al Ezz.

L’occident a aussi “pavé la route” pour les djihadistes venant en Syrie, disant que “nous avons beaucoup de combattants qui viennent d’Allemagne, de France, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et de tous les pays occidentaux”, a dit le commandant.

Al Nosra utilise le cessez-le-feu pour se regrouper et se préparer à une nouvelle attaque !”

Dans l’entretien, il a confirmé les affirmations faites par Moscou et le gouvernement syrien de ce que les militants utilisent le cessez-le-feu en Syrie sur lequel la Russie et les USA sont tombés d’accord le 9 septembre, pour préparer une nouvelle offensive.

“Nous ne reconnaissons pas le cessez-le-feu. Nous allons nous regrouper. Nous allons conduire la prochaine attaque dévastatrice contre le régime dans quelques jours. Nous avons regroupé nos forces dans toutes les provinces incluant Homs, Alep, Idlib et Hama”, a dit Al Ezz.

Il a dit que Jabhat al-Nosra ne laissera pas entrer de camions contenant une aide humanitaire dans Alep “aussi longtemps que les forces du régime seront le long de la route Castello à Al Malah et dans les régions du nord.”

“Le régime dit sortir de tous les territoires et alors nous laisserons passer les camions. Si un camion y va, nous arrêterons le chauffeur,” a t’il dit.

L’idée d’un gouvernement transitoire en Syrie n’est pas non plus soutenu par Jabhat al-Nosra a dit le commandant.

“Nous n’acceptons personne du régime Assad ni de l’ASL, décrite comme modérée. Notre objectif est de renverser le régime et d’établir un état islamique en accord avec la Charia,” a t’il dit.

Quant aux gens qui représentent l’opposition syrienne aux pourparlers de Genève, Al Ezz a dit que “ces gens sont faibles, ils ont beaucoup d’argent. Ils se sont vendus.”

“Il y a des mercenaires en Syrie, Allouch combat avec Al-Nosra,”a t’il dit parlant de Mohamed Allouch, un leader du Jaysh al-Islam, faisant partie du Haut Comité de Négociations de l’opposition dans les pourparlers de paix. “Le groupe qui a été abrité en Turquie et qui a été transformé en Armée Syrienne Libre, était auparavant partie du Front Al-Nosra.”

Le commandant a ouvertement confirmé que jabhat al-Nosra “fait partie d’al Qaïda” le réseau terroriste responsable des attaques du 11 septembre (NdT: création de la CIA, donc on en tire les conclusions qui s’imposent…)

“En fait, nous sommes dans un groupe avec l’EI (anciennement EIIL). Mais l’EI/Daesh a été utilisé en accord avec les intérêts et les objectifs politiques des grandes puissances comme les Etats-Unis et le groupe a dérivé de nos principes. La plupart des leaders de l’EI travaillent pour des services de renseignement, ceci est maintenant très clair pour nous. Nous le Jabhat al-Nosra, avons notre propre voie,” a dit al Ezz.

L’entretien avec le commandant de Jabhat Al-Nosra s’est tenu dans une carrière désaffectée près d’Alep le 17 septembre, entretien effectué par le journaliste du quotidien Kôlner Stadt-Anzeiger, Jürgen Todenhöfer lors de son septième voyage en Syrie.

Note de résistance 71: pour les germanophones, voici le lien vers l’article de l’entretien en allemand:

http://www.ksta.de/politik/interview-mit-al-nusra-kommandeur–die-amerikaner-stehen-auf-unserer-seite–24802176

Guerre par procuration en Syrie… Le pourquoi de l’échec du cessez-le-feu…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 27 septembre 2016 by Résistance 71

Pourquoi le cessez-le-feu a échoué en Syrie

 

Thierry Meyssan

 

26 septembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article193427.html

 

Le public occidental s’est enthousiasmé pour le cessez-le-feu russo-états-unien en Syrie et a cru qu’il pouvait ramener la paix. C’est n’avoir aucune mémoire du début de la guerre et ne rien comprendre aux enjeux qu’elle poursuit. Explications…

Le cessez-le-feu en Syrie n’a tenu que la semaine de l’Aïd. C’était le énième depuis la signature de la paix entre les États-Unis et la Russie. Il n’a pas plus duré que cette paix et que les précédents.

Rappelons les faits : le 12 décembre 2003, le président George W. Bush signait une déclaration de guerre à la Syrie, le Syrian Accountability Act. Après une série de tentatives pour ouvrir les hostilités (sommet de la Ligue arabe de 2004, assassinat de Rafic Hariri en 2005, guerre contre le Liban en 2006, création du Front du salut en 2007, etc.), les Forces spéciales US passaient à l’offensive au début 2011 tout en se livrant à une mise en scène visant à faire accroire à une « révolution » intérieure. Après deux vétos au Conseil de sécurité de la Russie et de la Chine, les États-Unis acceptaient une paix à Genève qu’ils signaient en l’absence des parties syriennes, le 30 juin 2012.

Première remarque : 
Ceux qui prétendent que le conflit actuel n’est pas une agression extérieure, mais une « guerre civile », ne peuvent pas expliquer les conséquences de la déclaration de guerre à la Syrie par le président Bush en 2003, ni pourquoi la paix de 2012 a été signée par les grandes puissances en l’absence de tout Syrien.

Depuis la signature de la paix, il y a quatre ans, la guerre a repris, malgré les multiples tentatives de règlement négociées, seul à seul, par le secrétaire d’État John Kerry et son homologue russe Sergey Lavrov.

Tout au long de ces quatre années, j’ai détaillé au fur et à mesure les conflits au sein de l’appareil d’État US (les manœuvres de Jeffrey Feltman et des généraux David Petraeus et John Allen contre le président Obama, ainsi que les problèmes au sein du CentCom). Aujourd’hui, selon la presse états-unienne, les hommes de la CIA et ceux du Pentagone se livrent une bataille féroce en Syrie ; tandis que le secrétaire à la Défense Ashton Carter a dit publiquement qu’il ne pensait pas que ses hommes appliqueraient l’accord signé par son collègue John Kerry ; lequel s’est déclaré sceptique sur sa propre capacité à faire respecter sa signature par son pays.

Deuxième remarque : 
Non seulement le président Barack Obama n’est pas en mesure d’imposer sa volonté aux différentes branches de son administration, mais il ne parvient pas non plus à arbitrer entre elles. Chaque branche poursuit sa propre politique, à la fois contre les autres branches et contre des ennemis extérieurs.

Les États-Unis ont changé plusieurs fois de but de guerre, ce qui rend leur politique peu lisible.

En 2001, Washington cherchait à contrôler toutes les ressources pétrolières et gazières disponibles dans le monde, persuadé qu’il était que nous nous dirigions vers une période de pénurie. C’est sur cette base qu’il a réuni des alliés contre la Syrie. Pourtant, à la fin des années 2010, il avait abandonné la théorie du « pic pétrolier » et se dirigeait au contraire vers l’indépendance énergétique.

En 2011, Washington a organisé les émeutes de Deraa en pensant provoquer un soulèvement populaire et changer le gouvernement laïque syrien par les Frères musulmans. C’était le modèle du « Printemps arabe ». Pourtant, en 2013, après le renversement de Mohamed Morsi en Égypte, il tire les conclusions de l’échec de cette expérience et abandonne l’idée de confier le pouvoir dans les pays arabes à la Confrérie islamiste.

En 2014, puisque la guerre se poursuivait, Washington décide de l’utiliser pour couper le projet du président Xi Jinping de restauration de la « route de la soie », ce qui l’oblige à transformer l’« Émirat islamique en Irak » en Daesh.

En 2015, après l’intervention militaire russe, sans abandonner l’objectif anti-chinois qu’il s’est fixé, Washington en ajoute un second : empêcher Moscou de contester son hégémonie et l’organisation unipolaire des relations internationales.

Troisième remarque : 
Les changements d’objectif ont forcément été refusés par les puissances qui en ont fait les frais : le Qatar pour ce qui est des questions énergétiques et les Frères musulmans pour le renversement de régime. Or, ces acteurs sont soutenus par de puissants lobbies aux USA : Exxon-Mobil —la plus importante multinationale mondiale— et la famille Rockfeller pour le Qatar, la CIA et le Pentagone pour les Frères musulmans.

Sur le champ de bataille, les moyens déployés par la Russie attestent sans équivoque de la supériorité de ses armes nouvelles sur celles de l’Otan.

Quatrième remarque : 
Pour les chefs d’état-major et les commandants interarmées de combat des États-Unis (CentCom, EuCom, PaCom, etc.), la fin de leur domination en matière conventionnelle ne doit pas permettre de contester leur statut de première puissance militaire au monde. Ce qui les amène à se désolidariser de la CIA sur l’usage des Frères musulmans, tout en restant leurs alliés à propos de la prévention du déploiement chinois et donc du soutien à Daesh.

L’accord russo-états-unien du 9 septembre prévoyait clairement de séparer quelques groupes —dont les leaders avaient été jugés fréquentables par les deux parties— des autres jihadistes [1]. Puis d’établir une coordination militaire pour écraser les jihadistes avec l’aide des « modérés ». Et enfin de former un gouvernement d’union nationale incluant des leaders des groupes que l’on avait séparés ; sur le modèle des gouvernements locaux imposés par les Empires européens au XIXè siècle à l’Empire ottoman.

Le Pentagone a accepté cet accord sous deux conditions : d’abord couper la route de la soie. Ce qui l’a conduit à bombarder l’Armée arabe syrienne à Deir ez-Zor pour empêcher que l’on puisse à terme contourner Daesh par la vallée de l’Euphrate. Puis, travailler avec les Russes, mais pas sur un pied d’égalité.

La première condition est un acte de guerre contre la Syrie, en plein cessez-le-feu, qui offense l’ensemble de la communauté internationale. La seconde est évidemment inacceptable pour la Russie.

Pour masquer le crime commis par le Pentagone et le Royaume-Uni à Deir ez-Zor, le MI6 britannique a organisé l’affaire du « bombardement » d’un convoi humanitaire.

En réalité, ce convoi avait été fouillé par l’Armée arabe syrienne. Il ne contenait pas d’armes (ou plus d’armes) et avait été autorisé à passer après la fin du cessez-le-feu. Il était affrété par le Croissant rouge syrien, une ONG liée au gouvernement de Damas, et était destiné à des populations syriennes occupées par les jihadistes. Contrairement aux déclarations occidentales, il n’a jamais été bombardé ainsi que le montrent les images diffusées par le MI6 sous l’étiquette des « Casques blancs ». Nulle part, on ne voit de cratère, ni d’enfoncement des structures. Le convoi a été attaqué au sol et a brûlé. Les images d’un drone de l’Armée russe montrent la présence de jihadistes au moment de l’attaque alors que la zone était censée être démilitarisée.

Peu importent les faits et les menaces du « Conseil d’Alep[-Est] », les États-Unis ont accusé la Russie d’avoir violé le cessez-le-feu, ce qu’elle n’a pas fait, et alors qu’ils venaient de le violer eux-mêmes en bombardant l’Armée arabe syrienne à Deir ez-Zor. La propagande anglo-saxonne a été répétée, le 21 septembre, avec aplomb par les ministres et présidents du camp occidental, John Kerry (USA), Petro Porochenko (Ukraine), Jean-Marc Ayrault (France) et Boris Johnson (Royaume-Uni).

Dernière remarque : 
Les négociations entre John Kerry et Sergey Lavrov ont repris. Elles n’ont pas pour objectif de réécrire une nouvelle fois un accord de paix sur lequel tout a déjà été dit. Mais d’aider le département d’État à vaincre les résistances qu’il rencontre dans son propre pays.

1] “Russian-US Agreement on Syria”, Associated Press (USA) , Voltaire Network, 9 September 2016.

Pentagone et mafia militaire transnationale (OTAN)… Une entreprise criminelle fructifiante à tous les étages (VT)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, CIA et traffic de drogue, colonialisme, documentaire, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 septembre 2016 by Résistance 71

Qui pilote l’armée américaine ? Certainement pas Obama

 

Gordon Duff

 

23 septembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/09/20/neo-who-runs-americas-military-surely-not-obama/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Alors que les chiffres des pertes montent au sujet des bombardements intentionnels des positions de l’armée arabe syrienne de Deir Ezzor près de son aéroport et que les familles enterrent leurs morts d’une attaque pas si accidentelle que cela sur un convoi de réfugiés kurdes au nord de la ville de Mandjib, des questions ne manquent pas de se poser. Et de fait celle-ci: qui pilote vraiment l’armée américaine ?

Nous savons ceci, les Etats-Unis savent bombarder. Les avions américains comme les F-16 sont continuellement mis à jour, des millions de dollars dépensés sur chaque appareil, de nouveaux systèmes de bombardement et l’armée US n’utilise que des bombes intelligentes guidées par GPS, les Etats-Unis n’utilisent aucune munition non guidée. Il n’y a donc aucune excuse.

Là encore, les pilotes, les mieux payés et les plus expérimentés au monde, certains ayant une quinzaine d’années d’expérience dans les bombardements de mariages, de funérailles, de villages et de villes autour du monde, beaucoup de ces pilotes ont un décompte de victimes civiles se chiffrant par plusieurs centaines (voire milliers). Où est-ce que je veux en venir ?

Je vois deux choses ici: l’une où l’armée américaine, le Pentagone, répond, par notre estimation, à des éléments extrémistes qui utilisent l’armée américaine comme une force mercenaire en soutien d’un agenda caché formulé par “L’académie de la théorie du chaos” de Tel-Aviv.

L’avant-garde de cette “académie” est l’ Institute for the Study of War (Institut pour l’Étude de la Guerre), un think-tank israélien qui tout simplement passe des ordres au Pentagone, assez souvent semble t’il, afin de saboter la politique étrangère du pays et le plus certainement en soutien de l’EIIL, d’Al-Nosra et autres groupes terroristes.

Il nous apparaît de manière plus évidente que ces groupes terroristes sont contrôlés par les Etats-Unis et Israël, incluant des unités de l’armée turque déguisées en djihadistes. La vaste majorité du reste des forces sont des mercenaires payés par l’Arabie Saoudite. Il n’y a pas d’EIIL/Daesh à proprement parler et la majorité des autres groupes, ils sont maintenant plus de 200, sont tous liés à des entreprises paramilitaires sous-traitantes (NdT: comme Blackwater/Academi ou DynCorps), qui utilisent des ONG et autres vitrines caritatives ou humanitaires pour passer des dhihadistes et même des armes chimiques en Syrie via la Turquie et la Jordanie.

Il y a un autre problème. De quel personnel se compose l’armée états-unienne et l’énorme force privée de voyous et d’assassins, au nombre approchant 150 000, que les Etats-Unis ont inséré au Moyen-Orient et en Asie du Sud ? Après la guerre du Vietnam, des dizaines de milliers d’anciens combattants ont rejoint le mouvement anti-guerre.

Les dissidents par leur nombre seul constituent une force massive. Même l’actuel ministre des affaires étrangères US, John Kerry, un ancien combattant du Vietnam, a parlé ouvertement des atrocités commises par l’armée américaine, atrocités étrangement similaires de celles qui se sont produites “accidentellement” sous sa responsabilité encore et encore et encore.

Aujourd’hui, il n’y a plus aucune voix de l’intérieur ou de l’extérieur de l’armée pour s’élever contre la guerre, seule Chelsea Manning qui pourrit dans une cellule et Pat Tillman, pourrisant dans sa tombe. Quinze ans de guerre et seulement deux voix ? Que peut-on en déduire ?…

Parlant d’expérience personnelle, lorsque l’éditeur de VT, le colonel Jim Hanke et moi-même rencontrons les militaires d’aujourd’hui, nous sommes estomaqués. Ce sont des idiots, beaucoup rien de moins que des criminels de droit commun. Ils admettent ouvertement torturer des gens, trafiquer la drogue et sont invariablement derrière de gros crapauds de pontes qui bouffent les mensonges comme des bonbons.

J’ai rejoint le mouvement anti-guerre en 1970 et suis resté actif en son sein jusqu’au retrait des Etats-Unis du Vietnam (NdT: chute de Saïgon, 1975). Pour certains d’entre nous, la guerre fut une épée à deux tranchants. Le Vietnam est devenu notre maison, pour certains la seule véritable maison qu’ils n’aient jamais connue.

Nous sentions vraiment que la guerre allait durer pour toujours et il nous a été rendu très clair que nous retournerions toujours au Vietnam en quelque capacité que ce soit, militaire ou CIA, pour sortir des Etats-Unis. Aucun d’entre nous n’aimait être ici et nous n’aimons toujours pas.

Ainsi, à la fin de la guerre, nous fûmes très tristes, car le Vietnam représentait un échappatoire de la futile routine de la vie dans ce vide moral et intellectuel qu’étaient devenus les Etats-Unis. Malgré le fait que le combat et les maladies tuèrent près de deux millions de soldats et d’anciens combattants, pour trop d’entre nous, la guerre était la seule maison que nous connaissions.

Note de Résistance 71: Après la chute de Dien Bien Phu en 1954 et la sortie de la France d’Indochine, France qui était soutenue logistiquement par les Etats-Unis, qui jouèrent comme d’habitude un double jeu pour que la colonisation française en Asie du Sud-Est prenne fin ; les Yankees ont repris le flambeau et ont envoyé conseillers techniques et troupes d’assistance au Sud Vietnam après le “partage” du Vietnam en zones Nord et Sud et l’imposition d’une DMZ (Demilitarized Zone) le long du 17ème parallèle. Suite à l’incident (false-flag/mensonge) du Golfe du Tonkin (août 1964), les USA entrent à 100% dans la guerre. Entre la guerre de Corée et leur intervention larvée puis ouverte au Vietnam, les Etats-Unis engagèrent des troupes en Asie entre 1950 et 1975, c’est à dire pendant un quart de siècle !… Imaginez un jeune bidasse engagé à 19 ans en disons 1953, dans l’hypothèse où il aurait survécu et n’aurait pas été estropié, il aurait pu avoir fait un tour en Corée et 3 ou 4 tours au Vietnam + des boulots de contractants paramilitaires ou de renseignement, l’emmenant jusqu’en 1975, à 41 ans dont 22 de guerre !… 22 ans de service comme racketteurs de Wall Street.

Quoi qu’il en soit, pour beaucoup d’entre nous qui on servi en zones de combat, nous n’avons jamais adhéré au programme, jamais cru en la guerre, avons essentiellement refusé de massacrer des civils lorsqu’on nous a ordonné de le faire et on nous a ordonné de le faire, à maintes reprises, tout comme les pilotes américains maintenant reçoivent les ordres, ceci étant évident pour tout le monde y compris ceux ayant une faible capacité de discernement.

Cela demande une très forte flexibilité morale d’ignorer le terrorisme faux-drapeau comme les attentats du 11 septembre qui ont tué des milliers de personnes ou ces guerres sans fin clairement combattues pour l’avancement du gâchis et de la corruption ; et puis il y a cette autre affaire.

Lorsque l’Amérique est arrivé en Afghanistan en 2001, ils avaient des alliés dans la place, les cartels de la drogue afghans. Ceux-ci travaillaient avec la CIA depuis des décennies, cartels aussi connus sous le nom de “l’alliance du nord”. Les Etats-Unis en ont fait la promotion, une minorité pastorale afghane, des membres de tribus migratoires en provenance des steppes russes, qui dominaient et dirigeaient brutalement et par la corruption la majorité Pachtoune.

Ces gens sont aujourd’hui le gouvernement de l’Afghanistan et la guerre d’indépendance continue là-bas mais le contexte sous-jacent est la drogue. L’Amérique a pris l’Afghanistan de nation sans drogue pour l’amener au pire enfer d’adiction à la drogue et au rang de plus gros producteur d’héroïne hautement raffinée au monde.

L’armée américaine a supervisé tous les aspects de ce processus, travaillant en relation très étroite avec des membres du congrès des Etats-Unis, qui personnellement contrôlent l’offre mondiale de l’héroïne.

Pendant des années, les Etats-Unis ont raconté des histoires au sujet des réseaux de drogue des Talibans, au sujet d’aéroports secrets, un peu comme les fadaises racontées en 2001 par Donald Rumsfeld et Tim Russert au sujet de villes souterraines où les comploteurs du 11 septembre se seraient entraînés. En 2001, le ministre de la défense Donald Rumsfeld affirmait qu’il existait une douzaine de ces villes souterraines à travers l’Afghanistan, certaines sur 5 étages en sous-sols, avec des routes et des hôpitaux, abritant des centaines de milliers de personnes, une justification pour une invasion des Etats-Unis…

Nous sommes en 2016 et on doit toujours découvrir ne serait-ce qu’une de ces fameuses “villes” et pourtant personne ne pipe mot, l’armée américaine ne dit jamais rien, ce qui nous ramène à la discussion sur la drogue. Quel est le profit du pentagone ? Comment distribue t’il le cash ? Combien prend un général ?…

Nous savons cela, ils sont payés, nous savons où se trouvent leurs comptes en banque: aux Iˆles Caïmans (NdT: dans les Caraïbes), nous savons qu’ils furent mis en place par Bain Capital qui appartient à Mitt Romney (NdT: un ancien candidat à la présidence des USA pour le parti républicain !!…) et nous savons que cet argent finance des fondations qui lavent plus blancs des milliards de dollars dans des réserves de chasse, dans des entreprises de leasings de Mercédès, envoient des gamins à Harvard et dans une suite sans fin de voyages de débauche dans toutes les capitales du pêchés au monde.

Voilà ce qu’est le véritable Pentagone, ils sont des personnes qui se rendent à des sessions quotidiennes de prières, portent des médailles plein leurs poitrines et se pavanent en s’attendant à l’adulation d’un public américain totalement ignorant.

Le co-fondateur de VT, le colonel David Hackworth, le militaire le plus décoré de ces derniers cent ans, ancien combattant de la seconde guerre mondiale, de Corée et du Vietnam (NdT: qu’avons-nous dit précédemment ?…), est le seul officier à s’être retourné contre le Pentagone (NdT: on pourrait quand même ajouter à cette très courte liste certes, le général de l’US Marine Corps Smedley Butler…). L’écrivain à succès Hackforth passa le reste de sa vie à exposer la corruption sans nom du Pentagone et la complicité militaire dans le ganstérisme de haut niveau.

Hackforth fut unique, il n’y eut personne d’autre à ce niveau, personne n’a parlé, pas sur la drogue, le trafic, ni sur les 3000 milliards de $$ des contribuables volés par les contractants militaires, ni sur la torture et certainement pas non plus sur la tendance pour l’armée à choisir de fonctionner de la sorte autour du monde, ne répondant de ses actes qu’aux banquiers et aux gros trafiquants de drogue qui les ont acheté corps et âmes il y a bien des années.

Nous pourrions étoffer sans discontinuer pendant un bon moment. Il est certain que des groupes bien financés et puissants ainsi qu’un faible leadership politique qui contrôlent Washington, un mélange de banque et de finance, de crime organisé, d’intérêts spéciaux et du nexus de la terreur turco-israélo-saoudien, ont laissé les Etats-Unis prostrés et totalement ouvert à toute subjugation.

L’armée américaine est un plus grand maillon faible que le congrès si on peut le croire, avec son armée de princes pouponnés subjugués depuis longtemps par les ennemis de l’Amérique.

Où donc nous mènera une analyse réaliste ? La vérité est que personne ne veut le savoir et y aller. La vérité, si une telle chose existe, est si sombre, si malveillante, que les vies débauchées des leaders de ce monde font pâles figures en comparaison…

=*=

Article connexe:

https://resistance71.wordpress.com/2016/09/24/resistance-politique-letat-detenteur-du-monopole-de-la-violence-par-son-armee-est-lennemi-de-la-societe-civile-une-voix-quebecoise/

Terrorisme d’état: Gladio, Yankland, OTAN et guerres de l’ombre… Entretien avec l’historien suisse Daniel Ganser

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 septembre 2016 by Résistance 71

Entretien avec l’historien suisse Daniel Ganser*

 

“Tant Trump que Clinton sont un danger pour la paix mondiale”

 

21 septembre 2016

 

Source:

http://arretsurinfo.ch/daniele-ganser-tant-trump-que-clinton-sont-un-danger-pour-la-paix-mondiale/

 

(*) Daniele Ganser est professeur d’histoire est l’université de Bâle (bio sous l’article)

 

Mohsen Abdelmoumen : Vos travaux portent essentiellement sur la stratégie de la guerre masquée. Pouvez-vous nous expliquer ce concept ?

Dr. Daniele Ganser : Une guerre secrète, une guerre masquée, est une guerre où l’attaquant ne reconnaît pas qu’il attaque le pays cible. En 1961, par exemple, la CIA a fait une invasion de Cuba et a tenté de renverser le gouvernement de Fidel Castro. C‘était une opération secrète, et ensuite à l’Organisation des Nations Unies, l’ambassadeur américain a menti en disant: Nous n’avons rien à voir avec cela.

Quel est le rôle des médias dans la stratégie de la guerre masquée ?

Aujourd’hui, nous avons une guerre secrète contre la Syrie. En 2011, les quatre pays de l’OTAN, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et la Turquie ont attaqué la Syrie, ainsi que le Qatar et l’Arabie Saoudite. Ces six pays veulent renverser le gouvernement du président Assad. Ceci est illégal selon la Charte des Nations Unies. Mais les médias embrouillent le public. Ils répandent des histoires selon lesquelles ce que nous avons en Syrie est une guerre civile d’un dictateur brutal contre sa propre population. Avec ce récit, les médias cachent que les puissances internationales tentent de provoquer un changement de régime. Mais il y a toujours des journalistes courageux qui tentent d’informer le public sur ce qui se passe réellement. Ces journalistes rapportent par exemple comment les pays de l’OTAN coopèrent avec des terroristes en Syrie qui veulent aussi renverser Assad. Bien sûr, les pays de l’OTAN disent alors que jamais ils ne coopéreraient avec des terroristes comme al Nosra, mais seulement avec des « rebelles modérés ». Donc, nous sommes au milieu d’une guerre de l’information.

Votre thèse de doctorat portait sur Gladio. Pouvez-vous nous éclairer à ce sujet ?

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), la plus grande alliance militaire menée par les USA sur la planète, avait mis en place des armées secrètes dans tous les pays d’Europe occidentale après la Seconde Guerre mondiale. En Italie, l’armée secrète avait pour nom de code Gladio. Ces réseaux ont été armés et entraînés par la CIA et le MI6. Leur mission initiale était de se battre derrière les lignes ennemies en cas d’une invasion soviétique, d’où le nom de réseau stay-behind (rester derrière). Mais dans certains pays comme l’Italie, la France et la Turquie, ces armées secrètes sont devenues opérationnelles en l’absence totale d’une invasion soviétique en ciblant l’opposition intérieure et sont devenues tragiquement liées au crime et à la terreur.

Comment se fait-il que dans les soi-disant « démocraties » occidentales, des armées secrètes liées souvent à l’extrême-droite agissent en toute impunité ? Où sont les États et leurs institutions ?

En Suisse, en Belgique et en Italie il y a eu une enquête sur les armées stay-behind, donc au moins dans certains pays, les parlements locaux se sont penchés sur cette affaire délicate. Mais dans de nombreux autres pays, dont l’Allemagne, la France et la Turquie, il n’y a pas eu d’enquête approfondie. En outre l’OTAN et la CIA ont refusé de commenter. Ce fut un grand scandale militaire, et le président américain Bush père, qui était en poste à Washington lorsque l’existence des armées secrètes a été révélée en 1990, a tout simplement refusé de commenter. Des agents de la CIA ont confirmé que le rôle des armées secrètes existait, mais ils ont affirmé qu’elles avaient été conçues uniquement pour lutter contre une invasion soviétique. La CIA a déclaré que les armées secrètes Gladio n’étaient en rien liées avec le terrorisme. En novembre 1990, le parlement de l’UE a protesté « vigoureusement contre la prise en charge par certains membres du personnel de l’armée américaine du SHAPE et de l’OTAN du droit d’encourager la création en Europe d’un réseau clandestin de renseignement et d’opérations » et a appelé à « une enquête complète sur… ces organisations clandestines… et le problème du terrorisme dans Europe ». Mais rien ne s’est produit, l’affaire était délicate et le parlement européen était impuissant contre l’OTAN et de la CIA.

Vous appuyez souvent vos travaux avec des documents déclassifiés de diverses agences de renseignement, CIA, MI6, etc. Avez-vous pu obtenir facilement certaines informations confidentielles ou top secret ?

Non, il a toujours été très difficile de trouver des documents historiques sur la guerre secrète en général et sur l’opération Gladio en particulier. J’ai introduit une requête FOIA (Freedom of Information Act) avec la CIA, mais la CIA a refusé de me remettre les documents Gladio. L’OTAN a refusé aussi l’accès aux documents pertinents.

Peut-on dire que nous vivons le prolongement de la Guerre Froide, notamment avec le conflit larvé entre l’Union européenne et les USA d’un côté et la Russie de l’autre dont l’un des épicentres est l’Ukraine ?

Oui, en Ukraine, nous avons une nouvelle confrontation entre Washington et Moscou, une confrontation entre deux puissances nucléaires. Le 20 Février 2014, les États-Unis ont parrainé un coup d’État à Kiev, la capitale de l’Ukraine, dans le but de renverser le gouvernement Ianoukovytch et d’installer le nouveau gouvernement intérimaire de Porochenko. Le plan des États-Unis est de faire glisser l’Ukraine dans l’OTAN. Porochenko veut se joindre à l’OTAN. Le responsable du coup d’État de Kiev était Victoria Nuland qui est devenue célèbre pour son commentaire « Fuck the UE« , parce qu’elle ne se souciait pas ce que l’UE pense quand les États-Unis réalisent un coup d’Etat en Ukraine.

Mais les Russes ne veulent pas de cela. Ils ne veulent pas que l’Ukraine devienne un membre de l’OTAN. Donc, en mars, Poutine a réagi et a pris la Crimée. Aussi maintenant l’Ukraine est divisée en deux parties : l’une est alignée avec Washington, l’autre alignée avec Moscou.

Les États-Unis vont élire un nouveau président et choisir entre Trump et Clinton. Ne croyez-vous pas que ces deux candidats sont dangereux pour la stabilité et la paix dans le monde ?

Malheureusement, tant Trump que Clinton sont un danger pour la paix mondiale, ils serviront tous deux le complexe militaro-industriel, par conséquent ils serviront l’intérêt des puissants groupes de pression à Washington qui veulent plus de guerres et vendre plus d’armes.

D’après vos analyses, des dirigeants ont fomenté des complots en dehors du contrôle de leur Parlement et des institutions, certains sont vivants comme Blair, Bush, Cheney, Sarkozy, etc. Pourquoi ne sont-ils pas jugés ? Est-il utopique de croire à leur procès ?

Bush, Blair et Cheney devraient être traduits devant la Cour pénale internationale CPI à La Haye parce qu’ils ont attaqué l’Irak en 2003, ce qui était illégal. Sarkozy devrait également être traduit devant la CPI parce qu’il a attaqué la Libye en 2011avec Obama et Cameron. Mais ces dirigeants de pays de l’OTAN sont très puissants. Il est très difficile de les amener devant un tribunal, et en ce moment, cela semble impossible.

D’après vous, cette stratégie de guerre masquée et de création de tensions vise-t-elle à s’accaparer les ressources naturelles des pays, ou y a-t-il d’autres objectifs sous-jacents ?

Les guerres secrètes ont toujours été utilisées pour augmenter l’influence de l’empire américain et des pays alignés de l’OTAN. Donc, c’est vraiment le désir d’avoir plus de puissance et plus d’argent. La soi-disant guerre contre le terrorisme, qui a commencé en 2001, est pleine de mensonges. Surtout l’effondrement du WTC7 qui est tout à fait incertain. Je pense que la guerre entière contre le terrorisme n’a pas pour but de capturer des terroristes, mais d’obtenir le contrôle de l’approvisionnement en pétrole et en gaz.

D’après vos travaux, les groupes occultes qui commettent ces attentats et ces complots sont minoritaires. D’où tiennent-ils leur influence, et est-ce que les agences de renseignement ne sont pas infiltrées par ces groupes ?

Oui, les gens qui commencent toutes ces guerres et mentent au public sont une minorité. Mais ils sont puissants et ils contrôlent les services de renseignement comme la CIA et le MI6.

On constate un rôle croissant des sociétés militaires privées, comme Blackwater maintenant Academi, CACI, etc. Allons-nous assister à la privatisation de secteurs sensibles tels que la Défense et le Renseignement ? Qui est derrière ces sociétés ?

Je sais que l’influence d’Academi et d’autres sociétés militaires privées est en augmentation. Mais vraiment, je ne sais pas grand-chose à ce sujet parce que je ne l’ai pas étudié en détail.

À votre avis, pourquoi les puissances occultes au service de l’impérialisme éprouvent-elles le besoin d’accuser ceux qui contestent leurs thèses officielles d’être des conspirationnistes, des adeptes de la théorie du complot, et autres qualificatifs péjoratifs ?

Le terme théorie du complot est utilisé pour discréditer tout qui critique l’élite et aussi l’abus de pouvoir de l’élite. Si vous doutez des attaques terroristes du 11 Septembre, vous êtes immédiatement attaqué comme un théoricien de la conspiration. Mais de plus en plus de gens commencent à comprendre que la soi-disant guerre contre le terrorisme dans son ensemble est pleine de mensonges et de brutalité.

Toutes les informations dont nous disposons au sujet de ces criminels en col blanc, leurs assassinats de masse, les mensonges d’État, ne sont-ils pas une goutte dans l’océan ?

Non, cette information est importante; nous devons essayer de comprendre ce qui se passe.

En manipulant le terrorisme, les pays occidentaux ne jouent-ils pas avec le feu ?

En effet, il est très dangereux de manipuler les terroristes. La CIA l’a fait en armant Al-Qaïda en Afghanistan dans les années 1980. Et maintenant, la même chose arrive à nouveau en Syrie.

Vous êtes également un expert en énergie, quelles sont vos prévisions par rapport à ce marché ? L’humanité peut-elle se permettre de rester dépendante des énergies fossiles?

Non, nous devons aller vers les énergies renouvelables. Nous devrions essayer de réduire la consommation de pétrole, de gaz, de charbon et d’énergie nucléaire et aller vers l’énergie solaire, l’énergie éolienne, l’énergie de l’eau, et l’énergie géothermique.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen | Publiée le 20 septembre 2016

Daniele Ganser est né en 1972 à Lugano en Suisse. Il est historien et chercheur spécialisé dans les questions énergétiques, l’histoire économique, la géostratégie et l’histoire contemporaine internationale depuis 1945. Il est le fondateur et le directeur de l’Institut suisse pour la recherche sur la paix et l’énergie (SIPER). Il a étudié à partir de 1992 l’Histoire et les relations internationales à l’Université de Bâle, à l’Université d’Amsterdam (UVA) et à la London School of Economics (LSE). Il a obtenu sa licence en 1998 summa cum laude et son doctorat en 2001 insigni cum laude. De 2001 à 2003, il a mené des recherches dans le think tank Avenir Suisse à Zurich, de 2004 à 2006 au Centre d’études de sécurité (CSS) à l’ETH Zurich. Il enseigne à l’Université de Saint-Gall (HSG) sur l’histoire et l’avenir des systèmes d’énergie et a été chargé de cours en histoire contemporaine à l’Université de Bâle, à l’Université de Zurich et à l’Université de Lucerne. Il est membre du conseil consultatif de la Swisscleantech Business Association. Il a reçu le prix allemand QI 2015 décerné par Mensa en Allemagne, l’association pour les personnes surdouées. Son livre « Les armées secrètes de l’OTAN en Europe » a été traduit dans 10 langues. Son livre « L’Europe dans la ruée vers le pétrole » est sorti en septembre 2012 et décrit la lutte mondiale pour le pétrole. Le TOP 10 de ses conférences et interviews récolte plus de 3 millions de vues sur Youtube. Daniele Ganser a une fille et un fils et vit avec sa famille près de Bâle.

Résistance politique: L’État détenteur du monopole de la violence par son armée est l’ennemi de la société civile… Une voix québécoise

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 24 septembre 2016 by Résistance 71

Les épouses, compagnes, mères connaissent le prix de la guerre sur leurs époux, compagnons et leurs fils. Bien des sociétés ancestrales laissaient la décision d’entrer en guerre ou pas à leur conseil des femmes. Il en a été ainsi dans bien des sociétés amérindiennes, notamment la société de la Confédération des 6 Nations Iroquoises, où le wampum 95 (article 95) de la Grande Loi de la Paix prévoit les conseils de femmes dans les décisions consensuelles prises à l’unanimité. Dans l’article ci-dessous, Ysengrimus stipule et stimule le rôle croissant des femmes dans le rejet de la violence, ceci fait partie de la voie vers un retour nécessaire à l’équilibre de nos sociétés que l’État et les institutions variées ont gangréné et perverti de longue date au profit exclusif du plus petit nombre. Il semblerait que de plus en plus de gens s’en aperçoivent et désirent surtout agir en véritable membre d’une société politique responsable et émancipée. Le vent du changement commence à souffler et il est impossible de l’arrêter…

~ Résistance 71 ~

 

L’armée ennemie de la société civile

 

Ysengrimus

 

23 septembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/larmee-ennemie-de-la-societe-civile/

 

Article connexe: « Qui pilote l’armée américaine? »

 

Encore de la commémoration sanglante. Dix ans de guerre pharaonique et catastrophique en Irak et nos journaleux continuent sans cesse de se demander s’ils doivent couvrir les conflits armés. Ils se disent que c’est quand même dangereux… Le danger, c’est une chose. Mais la question fondamentale est: si les forces armées laissent un journaliste monter dans un de leurs chars d’assaut et les accompagner dans une mission offensive, le font-elles dans un soucis d’information impartiale du public? Réponse: non. Si l’armée procède ainsi c’est uniquement parce qu’elle juge que le journaliste en question servira, volontairement ou non, les intérêts exclusifs de sa propagande. L’armée n’est pas une institution transparente. C’est une institution opaque, qui considère que tuer et mentir font partie de ce sur quoi elle a impunité. L’armée ne dit JAMAIS la vérité sur ses opérations, sur son existence, sur sa reproduction. L’armée soucieuse d’info, ouverte, sincère, cela n’existe pas.

Il serait pourtant crucial de couvrir les conflits armés adéquatement pour montrer que la guerre tue. Mais le fait est que, lors de la première campagne Koweit/Irak, celle de 1991, une énergie massive, nouvelle alors, inusitée, fut investie aux USA dans l’art subtil et pervers de masquer les pertes des conflits locaux pour les banaliser dans l’avenir. Ce fut la grande dévietnamisation de la propagande de guerre US. Et ce fut une réussite de relation publique majeure du temps et tous nos journaleux entrèrent alors dans le bal sans protester ou riposter. Cette doctrine joue depuis, comme sur des roulettes. Omerta… Omerta aussi sur cinq millions de capotés lors de l’occulte et brutal conflit zaïrois/congolais. C’est la moitié des pertes de la Première Guerre Mondiale… On n’en a pas vu passer 10% aux nouvelles! D’ailleurs le conflit en question fut justement surnommé Première guerre Mondiale de l’Afrique. Silence mat. Évidemment de là à glisser vers des insinuations pro-US qui minimiseraient en douce leur propre impact sous prétexte d’ouverture/couverture envers les guerres oubliées, je freine… Le vrai ethnocentrisme de nos communicateurs et de leurs lecteurs se manifeste crûment lors de la couverture tapageuse et ostentatoire des conflits occidentaux. Écoeuranterie similaire à celle du silence sur les gigantesques conflits africains. Quel que soit le théâtre où on se prend les pieds, on hurle et braille sur “nos” pertes, mais sur “leurs” pertes, dix fois, vingt fois, cent fois supérieures: Omerta toujours. Tout est présenté, par l’insidieuse intoxidentale, comme si l’ennemi n’était qu’une vermine grouillante et inane. Le silence occulte, mieux que tout, ce qu’il faudrait pourtant dire et redire.

Voici donc ce qu’il faut dire froidement de l’armée. L’armée est une instance fondamentalement factieuse, trublionne, cancéreuse, parasitaire. Son pire ennemi ce n’est pas l’ennemi. Elle respecte et admire l’ennemi. L’ennemi la fascine, lui ressemble, lui permet de se légitimer, de se perpétuer, d’exister. Le vrai ennemi de l’armée, celui qu’elle combat de toutes ses forces hypocrites, c’est la société civile, la transparence et la paix. L’armée ne veut pas d’un monde où il n’est pas besoin d’armée et fera tout pour entraver l’émergence de ce monde. Son financement et son existence autonome en dépendent crucialement. Tout journaliste qui se tait ou la décrit autrement qu’en ces termes, la sert servilement. Et c’est alors que commence le vrai danger de la couverture médiatique des conflits armés. Disons la chose comme elle est, quiconque expose nos enfants à cette manipulation propagandiste est un irresponsable qui démérite entièrement de la parentalité. Le corpus littéraire et cinématographique des oeuvres anti-guerre issues de la société civile est pourtant volumineux et parle bien plus profondément de tout ceci que la couverture sélective et non-critique des conflits armés. Notre culture collective anti-armée et anti-guerre a connu sa première explosion solide après la guerre de 1914. On peut citer, entres autres, le roman LE FEU d’Henri Barbusse. L’oeuvre la plus curieuse en la matière, pour nous en tout cas, reste le roman du canadien Charles Yale Harrison intitulé GENERALS DIE IN BED. On y suit au jour le jour les exactions, atrocités et souffrances perpétrées par un régiment canadien pendant la guerre de 1914. La description du sauvage et brutal sac d’Arras (France) par ses « libérateurs » canadiens vous laisse sur le cul d’édification. Ces oeuvres n’ont vieilli que pour la technologie et l’histoire locale. Au niveau du principe criminel fondamental de la guerre et de l’armée, tout y est, intact.

La fonction commerciale fondamentale de la guerre est désormais exclusivement le bellicisme. Celui-ci consiste à détourner les fonds publics vers des entreprise parasitaires et improductives tenues par la jet-set des petits copain qui enfilent la fleur au fusil des autres. Il est vrai que la guerre est le dernier des grands monopoles avec privilèges n’ayant pas à rendre le moindre compte sur sa productivité. Pour le coups, je pense à tous nos militaires. Contrairement à certain(e)s Tartuffes locaux, je n’ai absolument AUCUN respect pour les soldoques. Leur ruban jaune caca trouille ils peuvent sincèrement se torcher avec. Les chialeux factieux qui les appuient moralement devraient méditer aujourd’hui ce fait fondamental du parasitisme social de l’armée. La voilà, soldoques & suppôts, la raison pour laquelle votre secteur militaire est l’ennemi ouvert et direct de la société civile: il détourne massivement des fonds publics qui reviennent à la santé, à l’éducation à la prévention des catastrophes naturelles, au renouvellement des infrastructures urbaines et les enlise à jamais dans une inextricable bouillie improductive, polluante et meurtrière de merde et de sang, dont les coups tordus sont de facto protégée de la vérité par leur propagande belliqueuse. C’est un cancer curable mais négligé, que le cancer militaire. Soldoque, garde à toi… rends toi compte une bonne fois que les maîtres que tu sers sont les ennemis direct de tes enfants et des enfants de tes victimes.

La société civile commence imperceptiblement à se rendre compte de combien la soldatesque lui est nuisible. Improductive, ruineuse, factieuse, nuisible. Je ne supporte PAS nos troupes nulle part. Moratoire militaire inconditionnel et immédiat. Fini le gaspillage et les crimes immondes.

Ceci dit et bien dit, mesdames, je vais peut-être maintenant vous surprendre, mais c’est grâce à ce rejet constant et stable de la mort de nos petits gars au combat dans des conflits de théâtre absurdes (que vous exprimez si sincèrement, et qui est vécu et articulé par des millions d’autres femmes comme vous, en toute simplicité) que nous n’avons pas eu de troisième guerre mondiale. Je m’explique. Quand Eisenhower se fit rapporter, au tout premier jour du débarquement de Normandie de 1944, que 10,000 hommes avaient été tués sur le coup, il répondit, sans cynisme, et avec un soulagement réel: «So far so good, I was expecting 20,000» [Pas mal du tout, Je m’attendais à 20,000]. Ce type d’insensibilité implacable (et, disons–le, si masculine…) des états-majors n’est plus possible aujourd’hui, simplement parce que les mères, les soeurs, les copines des soldats et leurs amies et nos amies veillent et influent de leur massive sensibilité pacifiste tout le rapport de la société civile à la guerre. Comparons le contraste entre la couverture par un journaliste homme et la couverture par une journaliste femme du même drame d’un de nos ti-clins soldoques mort à Kandahar. Sous la plume du journaliste homme, d’accord ou pas, on garde la tête bien froide et les yeux sur la rondelle. Il va falloir s’habituer à revoler dans le bande pis y en aura pas de faciles. D’ailleurs (comme l’expriment aussi assez oiseusement encore trop de nos compatriotes) les petits gars sont là-bas pour sauver les FEMMES afghanes. «Alors écrasez vous les filles, Rambo s’en vient. Comme on disait dans mon enfance: Les filles, les guénilles, les gars les soldats. Calmez vos nerfs. Ce n’est que la politique par d’autres moyens…» Sauf que la journaliste femme et ses semblables, elles, ont pleuré de tristesse et de rage devant leur ordi et l’on exprimé sans honte au monde dans les canards, les carnets et ailleurs sur Internet. Leurs arrières-grand-mères de la guerre ’14, avaient d’ailleurs pleuré et protesté comme ça, elles aussi, mais au fond d’une cuisine silencieuse. Leurs grand-mères de la guerre ’39 ont pleuré et protesté comme ça, elles, dans le tapage d’une tannerie ou d’une usine de bombes. On ne les a pas trop entendu non plus, dans le temps. Maintenant la vision vague et femme de Madame la Journaliste apparaît dans un medium qui vaut pour 50/50 face à la vision précise et eisenhowerienne de Monsieur le Journaliste. Compareurs, comparez. Choisisseurs, choisissez. Moi, je ne m’habituerai JAMAIS au meurtre de mes fils et des fils du soi-disant ennemi au nom de l’impérialisme pétrolier et opiacé de l’Occident.

La montée du pouvoir de masse et de l’impact social des femmes vont donc de pair avec l’impossibilité de disposer aujourd’hui sans obstacle de l’attitude d’Eisenhower envers les petits gars qui sont aux bouttes des fusils. Un mort québécois en Afghanistan et le Premier Ministre du Canada est obligé de patiner comme un perdu dans la propagande humanitaire. C’est à la portion FEMME (que les hommes ressentent aussi de plus en plus profondément de nos jours) de la société civile qu’il s’adresse dans ses salades pour québécois(e)s velléitaires. Subitement, l’inepte unifolié jambette et bafouille dans ses sourates et ses redites intoxidentales: il est en croisade exclusivement… pour sauver les FEMMES afghanes! Personne n’est dupe, allons, et la résistance polie mais ferme joue, sentie, dense, pesante… Et évidemment, cet exploit majeur des femmes de ce temps (nous éviter de nous jeter en compagnie de notre pire ennemi, notre armée, dans un troisième conflit mondial, ce n’est pas rien) étant un exploit silencieux, en creux, en vide, in absentia (vu que cette guerre n’est PAS arrivée), on ne le remarque pas, ne l’analyse pas, ne le comptabilise pas dans l’Histoire, mais il est avec nous en permanence. Ces femmes qui ont dit : je ne fais pas de politique, je ne me prononce pas sur la légitimité de la guerre ou quoi, mais bondance les gars là, il me semble que voir les ti-pits revenir dans des boîte, ça marche pas… eh bien elles ont fait toute la fichue différence avec leur larmes froides, leur colère sourde, leur résistance ouverte. Alors, du fond du cœur, merci Mesdames. Mes fils et moi même vous devons la vie.