Archive for the Union Europeenne et nouvel ordre mondial Category

Banques, Showbiz, Cocaïne, OTAN, Russie, Ukraine et 3ème guerre mondiale (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, santé et vaccins, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2023 by Résistance 71

GL_acronyme

Résistance 71

30 janvier 2023

Suite à l’excellente analyse historique d’Annie Lacroix-Riz sur le recyclage des nazis ukrainiens par les Etats-Unis, que nous avons relayée hier, nous désirerions résumer la situation ukrainienne comme suit :

Après un coup d’état (Maïdan 2014) éjectant un gouvernement ukrainien trop « pro-russe » au goût de l’empire marchand anglo-americano-sioniste, les nazillons locaux réhabilités ont mené une guerre ethnique contre les populations russophones de l’Est de leur pays, menant à la sécession des provinces du Donbass. Celle-ci sont bombardés depuis maintenant près de 10 ans par les forces nazies ukrainiennes (appelons un chat un chat…).

La répression contre le Donbass fut grandissante et calibrée pour provoquer l’intervention russe de février 2022. Ceci ne put se produire que par l’entremise de l’élection en 2019 d’un pitre du showbiz ukrainien (voir ci-dessous) comme président du pays. Manipulable à souhait, cocaïnomane avéré, et egomaniaque pathétique, l’occident est abreuvé depuis l’an dernier de ses gesticulations guerrières et de ses plaidoiries pleurnichardes, mendiant aides financière et militaire, ne faisant que remplir ses comptes offshores et ceux de sa clique au pouvoir.

En ce début d’année 2023, l’escalade, via une Allemagne redevenue des plus belliqueuses, alors que les Yankees ont saboté leur source majeure d’importation de gaz (les gazoducs Nordstream I et II), nous mène une nouvelle fois au bord de a guerre mondiale, cette fois-ci nucléaire. Tout ça, une fois de plus pour engrosser les rats de la haute finance et du gros business et ruiner une Europe seule concurrente immédiate de l’empire anglo-américain dirigé depuis la City de Londres er sa succursale de Wall Street.

Toutes les guerres sont des guerres de commerce, qui engraissent la même pourriture du monde marchand et financier au détriment des peuples, ce depuis des siècles. Aujourd’hui, les banquiers ont décidé de la troisième guerre mondiale pour redonner un souffle vain et futile au système étatico-marchand moribond, en se servant d’une petite pute du showbiz servile et déconnectée. Ukrainiens et Russes se battent pour des intérêts une fois de plus de pouvoir marchand et de contrôle d’influence. Halte à la connerie !

Quand comprendrons-nous ? Le problème c’est le système étatico-marchand que nous devons éradiquer au plus tôt… Il en va simplement maintenant de la survie de l’humanité. Si nous laissons faire ces dégénérés, c’en est fini de nous.
A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent ! A bas le salariat !
Mais on nous propose de tous crever pour ça :

Zelensky_Kokaine

zelensky_pute_showbiz

zelensky_pute_showbiz1

Schwab_et_papa

clowns-rois

ukr_neonazis4

VRAIMENT…

ukr_neonazis2

Bandera_nazi2

C’EST ÇA QUE VOUS VOULEZ ??…

ApocalypseNow1

ON VA BRONZER ALORS…

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

FTBs

Ukraine : le recyclage des nazis dans l’après seconde guerre mondiale (Annie Lacroix-Riz)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 29 janvier 2023 by Résistance 71

ALR1

Bandera, nazi d’Ukraine et champion de l’occident

Annie Lacroix-Riz (professeur émérite d’histoire, université Paris VII)

24 janvier 2023

Url de l’article original : 

https://www.legrandsoir.info/bandera-nazi-d-ukraine-et-champion-de-l-occident.html

Stepan Bandera nazi ukrainien, combattant avec Hitler et exécuteur en masse de dizaines de milliers de juifs et de résistants communistes, devient chaque jour un peu plus le héros des « démocrates » de l’Occident. Quand elle ne l’oublie, la presse trafique son histoire, transformant le bourreau en nationaliste glorieux ; d’ailleurs en1945 ne fût-il pas un agent Américain ? Ce qui démontre qu’un paradis existe pour les nazis.

La guerre d’Ukraine a été lancée par la Russie après huit ans d’agression ukraino-occidentale (2014-2022) contre les russophones de l’Est ukrainien. Leurs 14 000 morts, en majorité des civils, avaient intéressé nos grands médias aussi peu que ceux d’Irak, de Serbie, d’Afghanistan et de Syrie, attaqués, depuis 1991, par les États-Unis en quête mondiale de contrôle pétrolier et gazier et autres matières premières, sous couvert de l’OTAN soumis à commandement unique américain depuis sa fondation (1950). La coalition occidentale, qui a d’emblée ridiculisé l’objectif officiel russe de « dénazification » annoncé en février 2022 – conforme aux « principes politiques » inscrits dans le Protocole de la Conférence de Potsdam (1er août 1945) , affirme agir contre la Russie au nom de la « démocratie » (nouveau nom du « Monde libre » de l’époque soviétique) . La guerre se prolongeant, l’« Occident » fait évoluer le concept de « démocratie » et « couvre » la vénération de l’État ukrainien « allié » pour ses criminels de guerre et d’avant-guerre. Ainsi érige-t-il le nazi ukrainien Stepan Bandera (1909-1959) en héraut de l’« indépendance ukrainienne » : léger défaut qu’il lui pardonne autant qu’à la « démocratie » ukrainienne post-Maïdan la promotion des groupements nazis et les coups de gourdin que le milliardaire Zelenski, digne successeur du milliardaire Porochenko, administre au peuple ukrainien : destruction du code du travail, des horaires aux salaires, et interdiction des partis et journaux d’opposition, requis par les « investisseurs » états-uniens.

Bandera n’est devenu un « héros national » que depuis la « Révolution orange » américaine de 2004, et surtout depuis le coup d’État de Maïdan organisé en février 2014 par Washington contre un intolérable gouvernement ukrainien, légal mais prorusse. Sa cheffe d’orchestre la vice-secrétaire d’État aux affaires politiques, Victoria Nuland, madone néo-conservatrice du National Endowment for Democracy (CIA) et russophobe (et sinophobe) compulsive, assure son poste ukrainien depuis 1993, sous gestion démocrate ou républicaine (hors présidence Trump). Elle a avoué le 13 décembre 2013 devant le National Press Club, dans une conférence financée par le groupe pétrolier Chevron , puis le 15 janvier 2014 devant le comité de politique extérieure du Sénat, que le gouvernement américain avait, depuis la chute de l’URSS, « dépensé cinq milliards de dollars » pour faire triompher la « démocratie » en Ukraine et que Chevron avait signé le 5 novembre précédent un accord pour dix milliards de dollars d’investissement en vue de forages qui mettraient fin à la « dépendance du pays envers la Russie » . Mme Nuland, cantinière des putschistes de Maïdan, a depuis lors fabriqué les gouvernements ukrainiens et présidé, avec le reste de l’appareil d’État, au réarmement jusqu’aux dents de l’Ukraine, que Washington a intégrée de fait aux opérations de l’OTAN depuis juillet 2021 .

Bandera_nazi2

L’intimité des États-Unis avec le nazisme ukrainien en général a précédé la chute de l’URSS. Leur intérêt pour la caverne d’Ali Baba ukrainienne, comme celui de tous les impérialismes, n’a jamais cessé depuis l’« ouverture » de la Russie tsariste, qui leur avait cédé son économie moderne et concentrée, de la banque aux matières premières. Comme le Reich occupa longtemps le devant de la scène ukrainienne, surtout depuis la Première Guerre mondiale, les banques américaines accompagnèrent celles du Reich dans l’entre-deux-guerres. Mais au rôle second que dictait alors le primat allemand.

Car le Reich, première puissance à reconnaître la Russie en 1922, tint le haut du pavé dans la Russie soviétique traitée en paria par la « communauté internationale » impérialiste. Même dans l’Ukraine qu’il avait arrachée, en 1918 (jusqu’à sa défaite de novembre), à la Russie assaillie de toutes parts par quatorze puissances impérialistes de 1918 à 1920 , et que les bolcheviques reconquirent depuis 1920. En reconnaissant l’État soviétique, Berlin y récupéra sa capacité de nuisance, « couvert » par le Vatican : auxiliaire du Reich depuis la fin du 19e siècle et plus encore depuis 1914, la Curie mandata le clergé catholique germanique à l’espionnage militaire préparatoire au nouvel assaut projeté .

Les nazis bandéristes dans l’avant-guerre

C’est dans ce contexte que grandit Bandera, produit-type de l’uniatisme de Galicie orientale (Ukraine occidentale), arme de guerre de l’Église romaine contre l’orthodoxie depuis 1595-1596. Fils d’un prêtre uniate, il fut élevé comme ses pareils dans la haine fanatique des Polonais, des Russes, des juifs et des opposants, sous l’autorité d’Andreï Szepticky évêque uniate de Lemberg (Lwow en polonais, Lvov en russe, Lviv en ukrainien) nommé en 1900. Russophobe, polonophobe et antisémite de choc, Szepticky devait comme tous ses prédécesseurs convertir les orthodoxes de l’Est, mission liée à la conquête germanique. Ce fut d’abord au service de Vienne, maîtresse de la Galicie orientale, puis, Pie X préférant depuis 1907 les puissants Hohenzollern aux Habsbourg moribonds, l’évêque accompagna jusqu’à sa mort (novembre 1944) le Drang nach Osten (« poussée vers l’Est ») du Reich, impérial, « républicain » et hitlérien.
Le Reich, qui finançait avant 1914 « l’autonomisme ukrainien » contre la Russie, transforma l’Ukraine en fief militaire pendant la Première Guerre mondiale. Il accrut ensuite l’effort dans la Galicie orientale, dévolue en 1921 par la France antisoviétique à la Pologne réactionnaire Depuis 1929, Berlin entretenait l’« Organisation des Ukrainiens nationalistes » (OUN) que Stefan Bandera (20 ans), « chef de l’organisation terroriste ukrainienne en Pologne », avait fondée avec ses fidèles lieutenants Mykola Lebed et Iaroslav Stetsko. Ils participèrent, à la campagne antisoviétique sur « la famine génocidaire en Ukraine » décrite dès 1987 par le photographe et militant syndicaliste canadien Douglas Tottle, pionnier de l’étude du nazisme ukrainien . Lancée par le Reich et le Vatican, à l’été 1933, c’est-à-dire après que l’excellente récolte de juillet eut mis fin à la disette ou à la famine, répercutée avec zèle par tous leurs alliés, dont la Pologne, avec pour centre Lwow, elle prépara idéologiquement la conquête de l’Ukraine. Berlin et le Vatican s’étaient engagés par un des deux articles secrets du Concordat du Reich de juillet 1933 à la mener ensemble .

Les bandéristes rendirent en Pologne aussi de grands services, non seulement contre les juifs mais aussi contre l’État. Bandera et Lebed assassinèrent le 15 juin 1934, année faste des attentats allemands contre les chefs d’État et ministres, le ministre de l’Intérieur polonais, Bronisław Pieracki, pourtant en extase, comme ses chefs, Pilsudski et Beck, devant « l’ami allemand ». Les nazis de l’OUN jouaient en Galicie orientale, a écrit Grzegorz Rossolinski-Liebe en 2014 dans sa thèse de référence sur Bandera, le même rôle que les oustachis croates d’Ante Pavelitch, les nazis slovaques du Parti Hlinka, les Gardes de fer roumains et autres nazis d’Europe orientale : gavés de marks, ils avaient tous « adopté le fascisme, l’antisémitisme, le suprématisme racial, le culte de la guerre et toute une gamme de valeurs d’extrême droite » . Pour ne pas froisser ses « amis » allemands, Varsovie commua la peine de mort de Bandera et Lebed édictée (seulement) en 1936 en prison à vie. L’occupant allemand les en libéra dès l’invasion de septembre 1939.

Bandera_gestapo

Les nazis bandéristes dans la Deuxième Guerre mondiale

Depuis lors, l’OUN uniate, puissante en Ukraine slovaque et polonaise (absente d’Ukraine soviétique), fut le laquais du Reich. Elle fut subdivisée en 1939-1940 en OUN-M et OUN-B, respectivement dirigés par Andrei Melnik et par le trio Bandera-Lebed-Stetsko, divisés seulement par leur désaccord, de façade, sur « l’indépendance ukrainienne » : Melnik n’en parlait plus, Bandera chérissait par le verbe « l’indépendance » dont le Reich ne voulait à aucun prix.
Les deux OUN aidèrent le Sipo-SD (la Gestapo) et l’Abwehr à préparer l’occupation de la Pologne, puis de l’URSS. Ses membres peuplèrent les « académies [allemandes] de police » de Pologne occupée et accrurent leurs ravages après Barbarossa : aux côtés de la Wehrmacht, ils liquidèrent immédiatement 12 000 juifs en Galicie orientale, et ne cessèrent plus. Supplétifs du Sipo-SD, ils torturèrent et exterminèrent sans répit avec la bénédiction des clercs uniates, dont Szepticky, bénisseur des bandéristes de la 14e Légion des Waffen SS Galicia (1943-1944) et d’ailleurs. Dans les Einsatzkommandos, les prisons, les camps de concentration et ailleurs, les deux OUN massacraient les « ennemis de la nation ukrainienne » : Ukrainiens « non loyaux », juifs de toute nationalité, Russes et Polonais non juifs, dont les 100 000 de Volhynie, exploit de Bandera qui perturbe les actuels rapports (faussement) idylliques Varsovie-Kiev. En Pologne et en URSS, jusqu’à la libération soviétique complète de l’Ukraine (Lvov, juillet 1944), ces champions du « nettoyage ethnique » jouèrent dans « la destruction des juifs » le rôle des « États satellites [du Reich] par excellence » (Croatie et Slovaquie) . Le conflit officiel, très secondaire, entre Berlin et les bandéristes, sur « l’indépendance » ukrainienne, valut en 1942 à Bandera et Stetsko l’emprisonnement en « camp d’honneur » à Sachsenhausen (à 30 km de Berlin). Lebed, en fuite, dirigea en leur nom l’« armée insurrectionnelle ukrainienne » (UPA) : formée en 1942 de ces polices auxiliaires de la Wehrmacht et de la SS, l’UPA liquidait les ennemis communs.

Bandera et Stetsko auraient été libérés de leur « bunker d’honneur » hôtelier jusqu’en septembre 1944, contèrent-ils a posteriori à la CIA. En juillet 1944, une grande partie des massacreurs avait quitté l’Ukraine dans les fourgons allemands. Berlin fonda pour ses nazis ukrainiens le « Conseil suprême ukrainien de libération » (UHVR), puis, en novembre 1944 un « Comité national ukrainien » à majorité bandériste. Haute preuve de « résistance nationale et antinazie » ! La prise soviétique de Berlin les précipita à Munich, centre historique du nazisme intérieur et de l’expansion du Deutschtum depuis l’entre-deux-guerres , devenu au printemps 1945 une des capitales de la zone d’occupation américaine. Sur les « 250 000 Ukrainiens » établis en 1947 « en Allemagne, en Autriche et en Italie », prétendues « personnes déplacées », « un grand nombre étaient des membres avérés ou des sympathisants de l’OUN » .
Le reste des criminels de l’OUN-UPA étaient restés en Galicie orientale désormais soviétique où, clandestins, ils massacrèrent encore, sous la houlette de leurs clercs uniates : « en Ukraine occidentale », des « dizaines de milliers » d’entre eux tuèrent « 35 000 cadres de l’armée et du parti soviétiques entre 1945 et 1951 » , dirigés par leurs amis étrangers, non plus seulement allemands, mais aussi américains.

De la légende post-Stalingrad du combat pour l’indépendance nationale aux articles du Monde de janvier 2023
La défaite du Reich se profilant après Stalingrad, l’OUN-UPA commença à s’inventer une histoire « résistante » : clé de la propagande russophobe actuelle, cette légende fut diffusée dans tout l’« Occident » quand la clique Bandera devint officiellement « alliée » contre l’URSS. Ainsi se développa le mythe d’une « résistance des nationalistes ukrainiens » aussi antinazie qu’antibolchevique, qu’entretient désormais la grande presse « occidentale ». 

Le Monde a consacré les 7 et 8 janvier à Bandera, deux articles à ce héros naïf de l’indépendance ukrainienne. Le premier, « Stepan Bandera, l’antihéros ukrainien glorifié après l’agression russe » poussait l’indulgence à tel point qu’il y en eut, peut-être devant des réactions nombreuses, un second. Le titre fut plus engageant « Guerre en Ukraine : le mythe Bandera et la réalité d’un collaborateur des nazis » , pas le contenu : Bandera « luttait par tous les moyens pour libérer l’Ukraine des jougs successifs de la Pologne et de l’Union soviétique ». Il ne collabora avec « l’Allemagne nazie » que pour ce noble objectif qui lui fit voir en Hitler « un allié possible pour lancer la révolution nationale ukrainienne contre l’oppresseur soviétique qui avait orchestré, entre autres atrocités, la grande famine de 1932-1933, l’Holodomor, décimant de 3 à 5 millions d’Ukrainiens. » Il avait donc bien des excuses.

Les deux articles, truffés de gros mensonges et de mensonges par omission, font de Bandera « un symbole de résistance et d’unité nationale », un héros complexe et « contesté ». Ce qualificatif a indigné Arno Klarsfeld, qu’alarme désormais la glorification « occidentale » des nazis ukrainiens : « Le Monde devient un journal partial et mensonger : Bandera n’est pas une figure “controversée”, il a activement participé à la Shoah. Comment Le Monde qualifierait Goring ? “controversé” lui aussi ? honte pour un journal sérieux !!! c’est réellement honteux. » Le 15 mars 2014, le journal admettait encore que le coup d’État de Maïdan avait mis les nazis à la tête de l’Ukraine. Certes, avec sa russophobie héritée de l’organe du Comité des Forges, Le Temps, son prédécesseur : « L’extrême droite ukrainienne, cible inespérée pour Moscou. La visibilité sur Maïdan des groupuscules néonazis, ultra-minoritaires, nourrit la propagande russe contre le nouveau pouvoir à Kiev ». Alors, fondée ou pas ? La science historique avait avancé dès 1987, avec Tottle sur la « famine génocidaire », sur les massacres et sur les escroqueries de l’OUN-OPA sur ses activités de 1929 à 1945 . Rossolinski-Liebe dont l’après-« révolution orange » en Ukraine a menacé la sécurité personnelle et interdit les conférences , a complété le tableau sur le criminel absolu Bandera. L’article du Monde du 8 janvier mentionne sa thèse, sans mot dire, et pour cause, de son contenu.

Les héros ukraino-nazis de « l’indépendance nationale » ont compté beaucoup dans les longs préparatifs de la présente ère américaine de l’Ukraine. Dans leur objectif de conquête mondiale, les États-Unis incluaient la Russie en général, et l’Ukraine en particulier, mais durent ici se contenter à l’ère allemande de « l’Europe » d’un rôle mineur . Le capital financier américain s’était, depuis 1919, associé aux capitaux allemands en Europe orientale. Sa grande presse, dont Hearst, porte-parole des milieux germano-américains, participa à la campagne sur « la famine génocidaire en Ukraine » à partir de 1935 – cinquante ans avant le tapage reaganien sur « l’Holodomor » (son nouveau nom) . La fin de la Deuxième Guerre mondiale sonna l’heure, sinon de la relève du Reich, de la collaboration avec les héritiers du Reich en vue, notamment, de la conquête de l’Ukraine.

La stratégie américaine de conquête de l’Europe entière se dévoila entre le compromis territorial de Yalta en février 1945, haï d’emblée, et la décision définitive, en 1947-1948, de liquider, non seulement la zone d’influence soviétique, mais l’État soviétique avec. La tâche fut confiée à Frank Wisner et George Kennan. Wisner, avocat d’affaires de Wall Street, avait été envoyé en 1944 en Roumanie par l’avocat d’affaires Allen Dulles, chef de l’OSS-Europe depuis novembre 1942, à Berne : il fallait éviter un avenir soviétique à ce pays champion des massacres antisémites en négociant avec ses élites qui y avaient trempé . Kennan, diplomate, avait passé sa carrière, depuis 1931 à Riga (Lettonie) puis dans divers postes, à combattre l’URSS . Le Département d’État confia donc à ce tandem, dans le cadre de la CIA (successeur officiel de l’OSS) fondée en juillet 1947, l’application de la directive 10/2 du National Security Council du 18 juin 1948 qui prescrivait la liquidation générale du socialisme européen . Vedette de la Guerre froide, Kennan, raisonnable depuis sa retraite, mit, en vain, Washington en garde contre l’expansion de l’OTAN à l’Est, contre la Russie, après 1991 .

! Bandera_nazi

L’Ukraine occupait dans cette ligne un rôle central, et Washington s’appuya sur l’expérience de l’Allemagne (occidentale) redevenue alliée à peine vaincue (comme après la Grande Guerre). L’historien Christopher Simpson a décrit dès 1988 l’incroyable sauvetage-recyclage par l’OSS et ses successeurs (« Strategic Services Unit » puis CIA) des criminels de guerre européens, Allemands et Ukrainiens en-tête. Harry Rositzke, chef depuis 1945, à Munich, des « opérations secrètes à l’intérieur de l’URSS » des nazis ukrainiens – et agent loyal qui ne cita aucun nom , fit cet aveu en 1985 : « Nous savions parfaitement ce que nous faisions. La base du boulot était de se servir de n’importe quelle ordure du moment qu’elle était anticommuniste » . Les historiens américains Breitman et Goda, spécialistes de la « Shoah » collaborateurs réguliers du Département d’État, ont complété le dossier en 2010.

Washington eut grand besoin du Vatican qui, sauveteur de masse des criminels de guerre via le clergé européen, maintint sa collaboration avec les héritiers du Reich mais l’adapta à son alignement sur les États-Unis maîtres de l’« Europe occidentale » et grands bailleurs de fonds (à usage intérieur, italien, et international). La Curie continua à gérer son vivier uniate de Lvov, via les prélats et les prêtres clandestins. Avait succédé à Szepticky décédé en novembre 1944 le chef bandériste Ivan Bucko, ancien « évêque auxiliaire de Lvov » (depuis 1929), associé aux préparatifs de Barbarossa puis à la « rechristianisation » ratée des Russes. Washington agréa dès l’été 1945 cet « expert du Vatican sur les questions ukrainiennes [d’]opinions radicalement antirusses », comme « visiteur apostolique des Ruthènes de l’armée d’Ukraine » (l’OUN-UPA), chef, à Rome, jusqu’en 1971, « des Ukrainiens en Europe occidentale » .

Dès juillet 1944, juste avant l’entrée de l’Armée rouge à Lvov, les massacreurs du « Conseil suprême ukrainien de libération » (UHVR) avaient, prélats compris, traité, sous l’aile romaine, « avec les gouvernements occidentaux ». Les alliés-rivaux anglais et américains collaborèrent avec les groupes dirigés, d’une part, par Bandera-Stetsko (80% des effectifs ukrainiens des « camps de personnes déplacées en Australie, au Canada, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et autres pays occidentaux à la fin des années 1940 ») et, d’autre part, par Lebed et le prélat uniate Ivan Hrinioch, agent de liaison avec le Vatican .

Les Américains avaient dès mai 1945 récupéré et installé, tout près de Munich, comme espion en chef, le général nazi (membre du NSDAP) de la Wehrmacht Reinhard Gehlen : chef du « renseignement militaire allemand sur le front de l’Est » dans l’URSS occupée (Fremde Heere Ost, FHO), Gehlen, responsable des « interrogatoires », avait dirigé les collaborateurs soviétiques de toutes les régions occupées, dont l’Ukraine et fabriqué depuis 1942 l’armée Vlassov. Ces soldats de l’Armée rouge ralliés à la Wehrmacht pour ne pas périr formèrent des bandes criminelles qui rendirent, en URSS et jusque contre les résistants français en 1943-1944 , les mêmes services que les nazis uniates. Gehlen, grand criminel de guerre, reçut en 1945 d’immenses responsabilités : l’espionnage de renseignement et d’agression contre l’URSS, mais aussi l’action anticommuniste en zone américaine. Adenauer, qui l’appréciait autant, lui confia, à la fondation de la RFA, à l’automne 1949, ses services secrets : le grand nazi Gehlen dirigea donc le Bundesnachrichtendienst (BND) jusqu’à sa retraite en 1968 . Vu l’expérience allemande acquise depuis la décennie 1930, son apport en Ukraine fut décisif. Entouré exclusivement d’anciens nazis, dont ses anciens adjoints en URSS occupée, Gehlen maintint donc sans rupture la collaboration germano-ukrainienne.
Londres et Washington collaborèrent et rivalisèrent dans l’usage de Bandera et de ses sbires. Washington fut plus discret mais laissa les bandéristes (majoritaires) et autres membres de l’OUN se reconstituer à Munich et alentour. Les alliés-rivaux refusèrent sous tous les prétextes de livrer Bandera et autres criminels de guerre ukrainiens « réfugiés » à l’URSS, qui les réclamait depuis le début de 1946 pour les juger. Les Américains aidèrent Bandera à s’installer à Munich dès août 1945, lui forgèrent des papiers d’identité (au nom de Stefan Popel) et autres faux documents, dont l’un d’« interné dans les camps de concentration nazis du 15 septembre 1941 au 6 mai 1945 [et] libéré du camp de concentration de Mauthausen » une des légendes de la presse « occidentale » actuelle. Ils le logèrent et lui procurèrent maintes facilités, dont un lot de cartes de journaliste, y compris pour un journal « français ».

La CIA confia à Gehlen et à son BND le soin de « traiter » le compromettant Bandera, au service des « opérations » militaires en Ukraine – toujours classifiées. Bandera rapportait directement à Heinz Danko Herre, ancien second de Gehlen à la Fremde Heere Ost affecté entre autres à l’armée Vlassov et qui, « principal conseiller de Gehlen » au BND, adorait Bandera : « nous le connaissons depuis à peu près 20 ans, et, il dispose en Allemagne et en dehors, de plus d’un demi-million de partisans. » Washington fit traîner la demande de visa pour séjour aux États-Unis déposée par Bandera depuis 1955, mais le BND voulait mettre en contact direct son cher Bandera et les nazis ukrainiens d’Amérique, immigrés par dizaines de milliers depuis la fin des années 1940 : la complicité entre CIA et ministère de la Justice américain permit de violer la loi interdisant l’immigration aux nazis. « Les responsables de la CIA de Munich » finirent par accepter « l’octroi du[dit] visa en 1959 », mais Bandera ne put gagner les États-Unis : un agent du KGB l’exécuta à Munich, le 15 octobre 1959, « les Soviétiques ayant décidé qu’ils ne pouvaient se permettre la résurrection de l’alliance entre l’espionnage allemand et les fanatiques ukrainiens » (Breitman et Goda). Voilà pourquoi l’actuel « héros national » de l’Ukraine « indépendante » n’étendit pas ses activités outre-Atlantique.

Washington avait poursuivi, toujours en collaboration avec le BND, ses œuvres en Ukraine et alentour, notamment en Tchécoslovaquie, « la CIA fournissant l’argent, les approvisionnements, l’entraînement, les facilités radio et les parachutages des agents entraînés » de l’UPA. Aux États-Unis mêmes, la CIA promut d’autres alliés bandéristes en hérauts de la « démocratie » ukrainienne, tel Mykola Lebed, « sadique notoire et collaborateur des Allemands », qui avait début 1945 pris contact avec Allen Dulles à Berne : elle fit immigrer ce « chef responsable d’“assassinats de masse d’Ukrainiens, de Polonais et de juifs” », dénoncé par des immigrés d’Europe orientale, l’installa à New York en « résident permanent », puis fit naturaliser ce chef de la propagande « nationale ukrainienne » aux États-Unis. Depuis 1955, « des tracts furent jetés par avion au-dessus de l’Ukraine, et des émissions de radio intitulées Nova Ukraina furent diffusées depuis Athènes pour consommation ukrainienne ». Tous les pays de l’OTAN furent mobilisés à cet effet.

Quand le fiasco hongrois de novembre 1956 eut stoppé les actions militaires en Europe orientale (et poussé l’obsessionnel Wisnan Ber à la folie ), fleurit une prétendue « association sans but lucratif » (financée, comme le reste, par la CIA), dite Prolog, chargée d’inonder l’Ukraine de propagande antisoviétique. Hrinioch, second de Lebed, en dirigea l’antenne de Munich, l’« Ukrainische Gesellschaft für Auslandsstudien » (Société ukrainienne pour les études sur l’étranger). En « 1957, Prolog diffusa 1 200 programmes radiophoniques à raison de 70 heures par mois, et distribua 200 000 journaux et 5 000 tracts. » Elle organisait la distribution des « livres d’écrivains et poètes ukrainiens nationalistes », y compris en Ukraine soviétique, « jusqu’à la fin de la Guerre froide ». Elle « finançait le voyage des étudiants et des universitaires ukrainiens aux conférences universitaires, aux festivals internationaux de la jeunesse » et autres manifestations : à leur retour, les subventionnés rendaient compte à la CIA. Prolog était le seul « truchement des opérations de la CIA en direction de la République soviétique d’Ukraine et de ses quarante millions de citoyens ukrainiens. »

p@erationpaperclip2
Opération « paperclip » ou « trombone » : le recyclage des nazis par l’occident

Dans les années 1960, les bandéristes américains, dont Lebed, firent leur conversion publique au philosémitisme, dénonçant systématiquement « les Soviétiques pour leur antisémitisme » thème très en vogue ces temps-ci. L’aristocrate catholique polono-américain Zbigniew Brzezinski, pilier depuis les années 1950 de la subversion permanente de l’URSS et de la scission Ukraine-Russie , préconisa en 1977, comme conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter, l’extension de ce magnifique programme. Dans les années 1980, entre Carter et Ronald Reagan, Prolog se diversifia en direction des « autres nationalités soviétiques, qui incluaient les dissidents soviétiques juifs, suprême ironie », selon Breitman et Goda. Tactique géniale, après des décennies d’hostilité ou d’indifférence aux juifs européens , puisque la propagande « occidentale » transforma une URSS jadis haïe comme judéo-bolchevique en symbole de l’antisémitisme.

Les opérations américano-germano-ukraino-nazies contre l’URSS et l’Europe orientale, nommées « Cartel » puis « Aerodynamic » puis, dans les années 1980, « Qrdynamic », « Pddynamic » et « Qrplumb » n’avaient jamais cessé. L’étude de Breitman et Goda s’achève en 1990, « au seuil de l’effondrement » de l’URSS : tout était alors prêt, en Ukraine, pour la phase suivante, gérée par Mme Nuland et les siens.

Annie LACROIX-RIZ

* Annie Lacroix-Riz, agrégée d’histoire, docteur ès lettres, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII – Denis Diderot, est spécialiste des relations internationales dans la première moitié du XXᵉ siècle.

= = =

Notre dossier « Guerre en Ukraine »

Cia-Azov
Recyclage de la pourriture nazie…

vatican_Reich

La guerre par procuration de l’empire en Ukraine vise à la destruction de l’Europe. Qui est l’ennemi ? (Thierry Meyssan)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 26 janvier 2023 by Résistance 71

Peu de temps après la création de l’OTAN cette Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord, des généraux américains dans une réunion avec leurs homologues européens leur avaient dit qu’un jour ou l’autre, nous devrons vous détruire… Pourquoi ? Parce que l’Europe est et demeure le seul véritable concurrent de pointe de l’empire anglo-americano-sioniste à la fois sur un plan économique et technologique et que la pire hantise des pontes impérialistes est de voir un rapprochement / fusion entre l’Europe et la Russie, ce qui serait pourtant géopolitiquement et économiquement de la plus grande logique sur un plan systémique étatico-marchand. Tout est fait pour que cela ne puisse jamais arriver. Voilà la raison essentielle de cette guerre par procuration en Ukraine. Comme dit le vieil adage : avec un tel ami que les Etats-Unis, qui a besoin d’un ennemi ?
~ Résistance 71 ~

« Les Etats-Unis n’ont ni amis ni ennemis, nous n’avons que des intérêts. »
~ Henry Kissinger ~

bidenNS

La guerre en Ukraine pour maintenir l’UE sous tutelle [américaine]

Thierry Meyssan

24 janvier 2023

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article218695.html

C’est difficile à admettre, mais les Anglo-Saxons ne s’en cachent pas. Pour paraphraser une citation célèbre du premier secrétaire général de l’Alliance, l’Otan a été conçue pour « garder la Russie à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et l’Union européenne sous tutelle ».
Il n’y a aucune autre interprétation possible de la poursuite des inutiles « sanctions » contre Moscou et des vains combats meurtriers en Ukraine.

Cela fait presque un an que l’armée russe est entrée en Ukraine pour appliquer la résolution 2202 du Conseil de sécurité. L’Otan, rejetant ce motif, considère au contraire que la Russie a envahi l’Ukraine pour l’annexer. Dans quatre oblasts, les référendums d’adhésion à la Fédération de Russie semblent confirmer l’interprétation de l’Otan, sauf que l’Histoire de la Novorossia confirme l’explication de la Russie. Les deux narrations se poursuivent en parallèle, sans jamais se recouper.

Pour ma part, ayant édité un bulletin quotidien durant la guerre du Kosovo [1], je me souviens que la narration de l’Otan à l’époque était contestée par toutes les agences de presse des Balkans, sans que j’aie le moyen de savoir qui avait raison. Deux jours après la fin du conflit, des journalistes des pays membres de l’Alliance atlantique purent se rendre sur place et constater qu’ils avaient été bernés. Les agences de presse régionales avaient raison. L’Otan n’avait cessé de mentir. Par la suite, alors que j’étais membre du gouvernement libyen, l’Otan, qui avait un mandat du Conseil de Sécurité pour protéger la population, l’a détourné pour renverser la Jamahiriya arabe libyenne, tuant 120 000 des personnes qu’elle devait protéger. Ces expériences nous montrent que l’Occident ment sans honte pour couvrir ses actes.

Aujourd’hui l’Otan nous assure qu’elle n’est pas en guerre puisqu’elle n’a pas déployé d’hommes en Ukraine. Pourtant nous assistons d’une part à des transferts d’armes gigantesques vers l’Ukraine pour que les nationalistes intégraux ukrainiens [2], formés par l’Otan, résistent à Moscou et, d’autre part, à une guerre économique, elle aussi sans précédent, pour détruire l’économie russe. Compte-tenu de l’ampleur de cette guerre par Ukrainiens interposés, l’affrontement entre l’Otan et la Russie semble à tout instant possible.

Une nouvelle Guerre Mondiale est pourtant hautement improbable, à court terme tout au moins : en effet, les actes contredisent déjà la narration de l’Otan.

La guerre dure et dure encore. Non pas que les deux camps soient à égalité, mais parce que l’Otan ne veut pas affronter la Russie. Nous l’avons vu, il y a trois mois, lors du sommet du G20 à Bali. Avec l’accord de la Russie, le président ukrainien Volodymyr Zelensky est intervenu dans les débats en vidéo, depuis Kiev. Il a demandé l’exclusion de la Russie du G20, comme elle l’avait été du G8 après l’adhésion de la Crimée à la Fédération russe. À sa grande surprise et à celle des membres de l’Otan présents à ce sommet, les États-Unis et le Royaume-Uni ne l’ont pas soutenu [3]. Washington et Londres sont convenus qu’il y avait une ligne à ne pas dépasser. Et pour cause : les armes russes modernes sont bien supérieures à celles de l’Otan, dont la technologie date des années 90. En cas d’affrontement, il ne fait aucun doute que certes la Russie souffrirait, mais qu’elle écraserait les Occidentaux en quelques jours.

À la lumière de cet événement, nous devons relire ce qui se passe sous nos yeux.

L’afflux d’armes vers l’Ukraine n’est qu’un leurre : la majorité des matériels envoyés n’atteint pas le champ de bataille. Nous avions annoncé qu’elles seraient envoyées pour déclencher une autre guerre au Sahel [4], ce que le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a publiquement confirmé en attestant que de nombreuses armes destinées à l’Ukraine étaient déjà aux mains des jihadistes africains [5]. Au demeurant, constituer un arsenal de bric et de broc, en additionnant des armes d’âge et de calibres différents, ne sert à rien. Personne n’a la logistique suffisante pour approvisionner les combattants en munitions multiples. Il faut donc en conclure que ces armes ne sont pas données à l’Ukraine pour qu’elle gagne.

Le New York Times a sonné l’alerte en expliquant que les industriels occidentaux de la Défense ne parvenaient pas produire d’armes et de munitions en quantité suffisante. Les stocks sont déjà épuisés et les armées occidentales sont contraintes de donner le matériel indispensable à leur propre défense. Ceci a été confirmé par le secrétaire US à la Marine, Carlos Del Toro, qui a mis en garde face au déshabillage actuel des armées états-uniennes [6]. Il a précisé que si le complexe militaro-industriel US ne parvenait pas, dans les six mois, à produire plus d’armes que la Russie, les armées US ne pourraient plus accomplir leur mission.

Première remarque : si des politiciens US veulent déclencher l’Armageddon, ils n’ont pas les moyens de le faire dans les six prochains mois et ne les auront probablement pas non plus par la suite.

Étudions maintenant la guerre économique. Laissons de côté son camouflage sous un vocabulaire châtié : les « sanctions ». J’ai déjà traité cette question et souligné qu’il ne s’agit pas de décision d’un tribunal et qu’elles sont illégales en droit international. Observons les monnaies. Le dollar a écrasé le rouble durant deux mois, puis il est redescendu à la valeur qu’il avait de 2015 à 2020, sans que la Russie ait emprunté massivement. En d’autres termes, les prétendues « sanctions » n’ont eu qu’un effet négligeable sur la Russie. Elles ont gravement perturbé ses échanges durant les deux premiers mois, mais ne la gênent plus aujourd’hui. Par ailleurs, elles n’ont rien coûté aux USA et ne les ont pas du tout affectés.

Nous savons que, tout en interdisant à leurs alliés d’importer des hydrocarbures russes, les États-Unis en importent via l’Inde et reconstituent ainsi les stocks dans lesquels ils avaient puisé durant les premiers mois du conflit [7].

Par contre, nous observons un chamboulement de l’économie européenne qui est contrainte d’emprunter massivement pour soutenir le régime de Kiev. Nous ne disposons ni de statistiques sur l’ampleur de ces emprunts, ni de l’identification des créanciers. Il est cependant clair que les gouvernements européens font appel à Washington au titre de la loi de prêt-bail US (Ukraine Democracy Defense Lend-Lease Act of 2022). Tout ce que les Européens donnent à l’Ukraine a un coût, mais il ne sera comptabilisé qu’après la guerre. Ce n’est qu’à ce moment-là que la facture sera établie. Et elle sera exorbitante. Jusque-là, tout va bien.

nordstream-wile_e__coyote

Le sabotage des pipe-lines Nord Stream 1 et Nord Stream 2, le 26 septembre 2022, n’a pas été revendiqué après coup, mais avant par le président états-unien Joe Biden, le 7 février 2022, à la Maison-Blanche, en présence du chancelier allemand Olaf Scholz. Certes, il ne s’est engagé qu’à détruire Nord Stream 2 en cas d’invasion russe de l’Ukraine, mais c’est que parce que la journaliste qui l’interrogeait avait cadré le sujet sans oser imaginer qu’il pourrait le faire aussi pour Nord Stream 1. Par cette déclaration et plus encore par ce sabotage, Washington a montré le mépris dans lequel il tient son allié allemand. Rien n’a changé depuis que le premier secrétaire général de l’Otan, Lord Ismay, déclarait que le véritable but de l’Alliance était de « garder l’Union soviétique à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et les Allemands sous tutelle » (« keep the Soviet Union out, the Americans in, and the Germans down ») [8]. L’Union soviétique a disparu et l’Allemagne a pris la tête de l’Union européenne. S’il était toujours en vie, Lord Ismay dirait probablement que l’objectif de l’Otan est de garder la Russie à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et l’Union européenne sous tutelle.

L’Allemagne, pour qui le sabotage de ces pipe-lines est le plus grave coup depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a encaissé sans broncher. Simultanément, elle a avalé le plan Biden de sauvetage de l’économie US au détriment de l’industrie automobile allemande. À tout cela, elle a réagi en se rapprochant de la Chine et en évitant de se fâcher avec la Pologne, nouvel atout des États-Unis en Europe. Elle se propose aujourd’hui de reconstruire son industrie en développant des usines de munitions pour l’Alliance.

Par voie de conséquence, l’acceptation par l’Allemagne de la suzeraineté US a été partagée par l’Union européenne que Berlin contrôle [9].

Deuxième remarque : Les Allemands et les membres de l’Union européenne dans leur ensemble ont pris acte d’une baisse de leur niveau de vie. Ils sont, avec les Ukrainiens, les seules victimes de la guerre actuelle et s’en accommodent.

En 1992, alors que la Fédération de Russie venait de naître sur les ruines de l’Union Soviétique, Dick Cheney, alors secrétaire à la Défense, commanda au straussien [10] Paul Wolfowitz un rapport qui ne nous est parvenu qu’amplement caviardé. Les extraits de l’original qu’en ont publié le New York Times et le Washington Post font apparaître que Washington ne considérait plus la Russie comme une menace, mais l’Union européenne comme un rival potentiel [11]. On pouvait y lire : « Bien que les États-Unis soutiennent le projet d’intégration européenne, nous devons veiller à prévenir l’émergence d’un système de sécurité purement européen qui minerait l’Otan, et particulièrement sa structure de commandement militaire intégré ». En d’autres termes, Washington approuve une Défense européenne subordonnée à l’Otan, mais est prêt à détruire l’Union européenne si elle s’imagine devenir une puissance politique capable de lui tenir tête.

La stratégie actuelle des États-Unis, qui n’affaiblit pas la Russie, mais l’Union européenne au prétexte de lutter contre la Russie, est la seconde application concrète de la doctrine Wolfowitz. Sa première application, en 2003, consistait à punir la France de Jacques Chirac et l’Allemagne de Gerhard Schröder qui s’étaient opposées à ce que l’Otan détruise l’Iraq [12].

C’est très exactement ce qu’a déclaré le président du comité des chefs d’état-major US, le général Mark Milley, lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion des alliés, le 20 janvier à Ramstein. Alors qu’il avait exigé de chaque participant le don d’armes à Kiev, il a reconnu que « Cette année, il sera très, très difficile d’éjecter militairement les forces russes de chaque centimètre carré de l’Ukraine occupée par la Russie » (« This year, it would be very, very difficult to militarily eject the Russian forces from every inch of Russian-occupied Ukraine »). En d’autres termes, les Alliés doivent se saigner, mais il n’y a aucun espoir de gagner quoi que ce soit en 2023 sur la Russie.

Troisième remarque : Cette guerre n’est pas conduite contre Moscou, mais pour affaiblir l’Union européenne.

[1] Le Journal de la guerre en Europe.

[2] « Qui sont les nationalistes intégraux ukrainiens ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 15 novembre 2022.

[3] « Zelensky piégé par Moscou et Washington », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 22 novembre 2022.

[4] « Une nouvelle guerre se prépare pour l’après défaite face à la Russie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 24 mai 2022.

[5] « Muhammadu Buhari met en garde contre le flux d’armes de la guerre russo-ukrainienne en Afrique », Actu Niger, 30 novembre 2022.

[6] « Navy Secretary Warns : If Defense Industry Can’t Boost Production, Arming Both Ukraine and the US May Become ‘Challenging’ », Marcus Weisgerber, Defense One, January 11, 2023.

[7] « India’s breaking all records for buying Russian oil, but who is the surprise buyer ? », Paran Balakrishnan, The Telegraph of India, January 16, 2022.

[8] Cette citation orne fièrement le site officiel de l’Alliance atlantique.

[9] « Déclaration conjointe sur la coopération entre l’UE et l’Otan », Réseau Voltaire, 10 janvier 2023.

[10] « Vladimir Poutine déclare la guerre aux Straussiens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 mars 2022.

[11] « US Strategy Plan Calls For Insuring No Rivals Develop », Patrick E. Tyler, and « Excerpts from Pentagon’s Plan : « Prevent the Re-Emergence of a New Rival » », New York Times, March 8, 1992. « Keeping the US First, Pentagon Would preclude a Rival Superpower » Barton Gellman, The Washington Post, March 11, 1992.

[12] « Instructions et conclusions sur les marchés de reconstruction et d’aide en Irak », par Paul Wolfowitz, Réseau Voltaire, 10 décembre 2003.

Zelensky_Kokaine
Zeze la reniflette…

narrative

Angela Merkel et François Hollande devant un tribunal militaire ? (Réseau Voltaire)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 20 janvier 2023 by Résistance 71

 

 

Cia-Azov

Bonne chance avec ça, mais c’est l’idée oui, ça devrait se faire par des tribunaux des peuples…
~ Résistance 71 ~

La Russie réclame le jugement d’Angela Merkel et de Francois Hollande par un tribunal militaire international

Réseau Voltaire

18 janvier 2023

Source : https://www.voltairenet.org/article218686.html

Le président de la Douma d’État russe, Viacheslav Volodine, a demandé la tenue d’un tribunal militaire international comparable à celui de Nuremberg pour juger l’ancienne chancelière allemande Merkel et l’ancien président français François Hollande.
 « Les aveux faits par le représentant du régime de Kyiv et les anciens dirigeants de l’Allemagne et de la France devraient être utilisés comme preuves devant un tribunal militaire international. Ces dirigeants ont comploté pour déclencher une Guerre Mondiale aux conséquences prévisibles. Et ils méritent d’être punis pour leurs crimes », a-t-il déclaré.
Angela Merkel avait assuré, lors d’un entretien à Die Zeit, avoir négocié et signé les Accords de Minsk non pas pour faire la paix en Ukraine, mais pour donner du temps à l’armée ukrainienne pour préparer la guerre actuelle [1]. François Hollande lui avait donné raison dans un entretien à Kyiv Independent [2].
Le Droit international considère les « crimes contre la paix » comme plus graves que les crimes contre l’humanité. Cependant, les Nations Unies n’ont jamais défini clairement ce qu’ils sont vraiment.
La non-application des Accords de Minsk a prolongé la guerre civile en Ukraine durant 8 ans faisant au moins 20 000 morts.
La Russie n’a pas envahi l’Ukraine, mais a lancé une opération militaire spéciale pour appliquer la résolution 2202 du Conseil de sécurité ; résolution qui valide les Accords de Minsk.

[1] « Hatten Sie gedacht, ich komme mit Pferdeschwanz ?« , Tina Hildebrandt und Giovanni di Lorenzo, Die Zeit, 7. Dezember 2022.

[2] « Hollande : ‘There will only be a way out of the conflict when Russia fails on the ground’ », Theo Prouvost, The Kyiv Independant, December 28, 2022.

 

UEnazie

Hypocrisie et mensonge de l’empire : le pétrole russe afflue à Yankland via l’Inde tandis que l’Europe crève… (Réseau Voltaire)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 17 janvier 2023 by Résistance 71

sautdepeur

Il est essentiel de bien comprendre une chose des plus importantes : le seul véritable ennemi de l’empire anglo-américain géré depuis la City de Londres et sa succursale de Wall Street, ce n’est ni la Russie, ni la Chine, mais l’Europe ! Celle-ci est le seul concurrent direct de l’empire sur le plan technologique et économique. La hantise des mondialistes serait de voir une alliance (de fait naturelle) entre l’Europe et la Russie, ce qui serait à terme, la fin de l’empire. La guerre par procuration en Ukraine se charge de creuser le fossé qu’ils veulent irréconciliable. Si l’empire suit la doctrine du nouveau con(servateur) trotskiste Wolfowitz, il n’en garde pas moins en vie la doctrine Kissinger antérieure qui disait aussi que « l’Amérique n’a pas d’ennemis ni d’amis, elle n’a que des intérêts. » Quand on a compris ça, on a tout compris et on est prêt à agir en conséquence, sans les politiques corrompus, hors système, pour et par les peuples.
~ Résistance 71 ~

Contrairement à ce qu’ils prétendent, les Etats-Unis importent massivement du pétrole russe

Réseau Voltaire

15 janvier 2023

Url d el’article : https://www.voltairenet.org/article218659.html

Alors que Washington a interdit l’achat de pétrole russe à toute sa population et à ses alliés, il en importe massivement sans violer ses prétendues « sanctions », rapporte The Telegraph of India [1].

L’Inde achète pour 1,7 million de barils par jour de pétrole russe. Ce pétrole est raffiné par Nayara Energy et par Reliance Industries, puis revendu légalement aux États-Unis.

Dans la pratique, la guerre économique des États-Unis n’affecte donc plus la Russie, mais exclusivement ses alliés de l’Union européenne qui, eux, sont les seuls à être privés d’hydrocarbures russes. Cette constatation doit être mise en perspective avec le sabotage des pipe-lines Nord Stream 1 et Nord Stream 2 privant l’Union européenne de sa principale source d’énergie.

Ceci démontre que Washington a parfaitement conscience que Moscou n’a pas envahi l’Ukraine, mais tente d’y appliquer la résolution 2202 du Conseil de Sécurité. L’ensemble de la propagande atlantiste accusant la Russie des pires crimes ne vise donc pas à mobiliser les troupes alliées contre elle, mais à manipuler les Européens pour leur faire accepter une récession économique imposée dans la droite ligne du rapport au Pentagone de Paul Wolfowitz (photo), en 1992 [2]. Le secrétaire d’Etat Antony Blinken et son adjointe Victoria Nuland appartiennent au même groupuscule idéologique que Paul Wolfowitz [3].

Il écrivait à l’époque : « Bien que les États-Unis soutiennent le projet d’intégration européenne, nous devons veiller à prévenir l’émergence d’un système de sécurité purement européen qui minerait l’Otan, et particulièrement sa structure de commandement militaire intégré ». Pour le Pentagone, l’ennemi principal ce n’est pas la Russie, mais une Europe indépendante.

[1] « India’s breaking all records for buying Russian oil, but who is the surprise buyer ? », Paran Balakrishnan, The Telegraph of India, January 16, 2022.

[2] « US Strategy Plan Calls For Insuring No Rivals Develop », Patrick E. Tyler, and « Excerpts from Pentagon’s Plan : « Prevent the Re-Emergence of a New Rival » », New York Times, March 8, 1992. « Keeping the US First, Pentagon Would preclude a Rival Superpower » Barton Gellman, The Washington Post, March 11, 1992.

[3] « Vladimir Poutine déclare la guerre aux Straussiens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 mars 2022.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

mazi_de_lannee

united-nations-devil3

6 puissantes stratégies pour protéger la génération suivante de la dictature technotronique et ne pas laisser se mettre en place la grille de contrôle 5G / NanoTech / Smart Cities (Children Health Defense de RFK Jr)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 janvier 2023 by Résistance 71

Alerte_Virus_Dangereux_Liberte

6 stratégies de non-conformité pour protéger enfants et adolescents en 2023

Association Children Health Defence

7 janvier 2023

Source de l’article en français : 

https://www.mondialisation.ca/6-strategies-de-non-conformite-pour-proteger-les-enfants-et-les-adolescents-en-2023/5673840

Depuis 2020, les parents doivent faire face à des efforts de plus en plus effrontés de la part des gouvernements, des écoles, des fondations, de Big Tech, de Big Pharma et d’autres pour détourner, blesser ou détruire l’esprit et le corps des enfants.

Loin d’être des réponses fragmentaires ou simplement opportunistes à une « pandémie » commode, ces agressions contre les enfants – et les adultes aussi – sont le reflet d’un programme de contrôle à long terme bien financé visant à la mise en œuvre des identités numériques, le scoring social et « la surveillance et le suivi complets de chaque être humain grâce aux mécanismes déjà en place ».

Lors du rassemblement « Defeat the Mandates » en janvier 2022, le président de la Children’s Health Defense et avocat en chef des litiges, Robert F. Kennedy Jr, a affirmé que « personne dans l’histoire de la planète n’a jamais réussi à se conformer pour échapper à un contrôle totalitaire » et a rappelé au public que « chaque fois que vous vous conformez, vous vous affaiblissez ».

M. Kennedy a également averti, « ils viennent pour nos enfants ».

Comme s’il s’agissait d’une confirmation, des nourrissons, des enfants de maternelle et des étudiants ont été harcelés tout au long de l’année pour recevoir des injections contre la COVID-19, qui leur ont causé des dommages atroces, malgré les preuves accablantes que ces vaccins devaient être retirés du marché de toute urgence.

Conscients de ces dangers et d’autres qui entourent leurs enfants, un nombre croissant de parents ont reconnu la nécessité de la non-conformité.

En gardant la non-conformité comme mot d’ordre pour 2023, voici quelques actions qui pourraient faire une réelle différence dans l’année à venir.

Choisir l’enseignement à domicile

Dans une série en neuf parties écrite au début de l’année, la journaliste Corey Lynn, de Corey’s Digs, a décrit les efforts globaux d’ingénierie sociale – « formation à l’obéissance » – déployés de manière coordonnée dans 110 pays, en partie par le biais de programmes scolaires d’ « apprentissage social et émotionnel ».

Mis en œuvre par des éducateurs, des conseillers et d’autres professionnels dans « les écoles publiques, les écoles à charte, les programmes extrascolaires, les camps d’été, les écoles virtuelles et l’enseignement à distance », l’objectif est, selon Lynn, « de former les esprits, de réguler les émotions, de contrôler les comportements, d’inculquer des croyances tordues et de constituer une main-d’œuvre obéissante ».

Comme le dit Anna L. Noble dans un article paru en avril 2022 dans The Defender, « les écoles constituent un terrain d’essai utile pour expérimenter des moyens de retenir l’attention des enfants, de développer des coups de pouce et de susciter des réponses comportementales souhaitables ».

La cinglante dénonciatrice de l’éducation Charlotte Thomson Iserbyt, ancienne conseillère politique principale du ministère américain de l’éducation, aujourd’hui décédée, a décrié « l’abrutissement délibéré de l’Amérique » et a retracé le passage du système éducatif « de l’académie à la modification du comportement » depuis au moins 1965.

Mme Iserbyt a fait remarquer que le ministère de l’éducation n’existait pas avant sa création en 1979 sous l’administration Carter, déclarant : « La constitution ne prévoit nulle part la création d’un ministère de l’éducation. »

Même les écoles privées, sous la coupe de l’Association nationale des écoles indépendantes [National Association of Independent Schools], semblent avoir perdu tout vestige d’« indépendance », les contrats d’inscription interdisant aux parents de « [voicing] désaccord profond avec la politique ou les programmes de l’école, sous peine d’expulsion ».

Au lieu de continuer à attendre quelque chose de différent d’un système éducatif « abusif », Mme Lynn suggère que l’enseignement à domicile peut être une forme puissante de non-conformité.

De nombreux parents sont apparemment d’accord : en réponse à l’imposition désastreuse par les écoles de mesures telles que l’apprentissage à distance et le masquage en 2020, un nombre record de ménages se sont tournés vers l’enseignement à domicile.

Avant COVID-19, environ 3,4 % des enfants d’âge scolaire étaient scolarisés à domicile, mais au début de l’année scolaire 2020-2021, l’estimation du Bureau du recensement des États-Unis était passée à 11,1 %.

L’enseignement à domicile est aujourd’hui la forme d’enseignement qui connaît la plus forte croissance aux États-Unis.

Karen_Kingston_videoVOSTF
Compilation Karen Kingston en PDF

Arrêtez l’empoisonnement

Au début du mois, plus d’un tiers des parents interrogés (35 %) – contre moins d’un quart (23 %) en 2019 – ont remis en question le mandat de vaccination scolaire,

Et ce n’est que le dernier d’une série de rapports traitant de l’ambivalence croissante des parentsà l’égard des vaccins infantiles « de routine ».

Ces tendances suggèrent qu’une masse critique de parents en vient à considérer les vaccins comme un « truc d’escroc », comprenant que les promesses de sécurité des vaccins étaient fausses et empreintes de conflits d’intérêts bien avant l’arrivée des vaccins contre la COVID-19 – et en fait, depuis le tout début des programmes de vaccination des enfants.

Les experts mondiaux en matière de vaccins ont concédé ce point de manière détournée lors d’un sommet mondial sur la sécurité des vaccins organisé par l’Organisation mondiale de la santé fin 2019, comme l’a fait à peu près au même moment la chercheuse danoise Christine Stabell Benn, initiée de longue date aux vaccins.

Mme Benn a déclaré: « Les opposants à la vaccination ont raison d’être inquiets [about safety] », ajoutant :

« Aucun vaccin n’a été étudié pour ses effets non spécifiques sur la santé globale, et avant de les avoir examinés, nous ne pouvons pas réellement déterminer si les vaccins sont sûrs. »

Le collègue de Mme Benn, Peter Aaby, a admis, également en 2019 : « La plupart d’entre vous pensent que nous savons ce que font tous nos vaccins ; ce n’est pas le cas. »

Au milieu de l’année 2021, Mme Benn et M. Aaby ont prudemment plaidé contre les injections contre la COVID-19 pour les enfants dans la très prestigieuse revue scientifique BMJ.

Compte tenu des probabilités choquantes de lésions vaccinales qui prévalaient déjà avant COVID-19 – estimées de manière prudente dans un rapport commandé par le gouvernement en 2010 à un vaccin sur 39 administrés – il n’est pas surprenant que le carnage des piqûres contre la COVID-19 vienne maintenant grossir les rangs des contestataires et des « ex-vaxxers ».

Cependant, la vaccination – même avec sa charge d’ingrédients toxiques connus et non divulguéset son apparente variabilité d’un lot à l’autre – est loin d’être le seul moyen d’empoisonner nos plus vulnérables.

Les parents désireux d’effectuer leurs propres recherches et de forger le propre parcours nutritionnel et sanitaire de leur famille constateront qu’il est peut-être à leur portée de réduire, voire d’éliminer complètement, l’exposition de leurs enfants à d’autres poisons courants tels que les additifs alimentaires, le glyphosate, les pesticides organochlorés et organophosphorés et les médicaments en vente libre comme l’acétaminophène, dont les dangers sont largement sous-estimés.

Réduire le temps passé devant l’écran

En 2006, l’auteur Richard Louv a inventé le terme « trouble déficitaire de la nature » dans le sous-titre de son livre « Last Child in the Woods », suggérant que la « génération branchée » d’aujourd’hui, avec la permission consciente ou inconsciente des parents, a imprudemment privilégié les écrans au détriment du temps passé dans la nature.

Avec l’aggravation des habitudes des enfants face aux écrans au cours des dernières années, le déficit de nature est devenu un « sujet brûlant ».

Des chercheurs inquiets décrivent également comment les écrans supplantent des « activités bénéfiques pour le développement » aussi fondamentales que le sommeil, l’activité physique, les interactions familiales et la lecture de livres.

Le problème connexe de l’addiction aux écrans ou aux médias sociaux – lié non seulement à l’insomnie mais aussi aux troubles de l’alimentation et à des conséquences comme le suicide – est devenu l’objet de poursuites judiciaires alléguant que les sociétés de médias sociaux déploient « agressivement » des algorithmes conçus pour rendre les enfants et les adolescents dépendants.

Découvrant le rôle majeur que les « influenceurs sociaux » semblent jouer dans le phénomène explosif de la « dysphorie de genre à apparition rapide » chez les filles, l’auteur Abigail Shrierrecommande dans son livre, « Irreversible Damage : The Transgender Craze Seducing Our Daughters », est de ne pas donner de smartphone à sa fille.

Comme l’explique Catherine Austin Fitts, de « Financial Rebellion » et du Solari Report, « les enfants sont la cible de certaines des personnes les plus puissantes et des technologies les plus dangereuses de la planète » , et c’est aux parents de « comprendre cela et de les protéger ».

spikeproteine_armebiologique_IA

Apprenez aux enfants à utiliser de l’argent comptant, pas du plastique

Fin 2020, le directeur général de la Banque des règlements internationaux, Augustín Carstens, a fait part de la vision hostile des banquiers centraux d’un système monétaire permettant le contrôle total de toutes les transactions par le biais des monnaies numériques des banques centrales [central bank digital currency (CBDC)] qui, de manière inquiétante, permettraient également aux banques centrales d’activer et de désactiver l’argent des gens à volonté.

Malheureusement, les jeunes générations se dirigent résolument vers cette vision dystopique. Selon une étude réalisée par Capital One en 2021, les milléniaux « délaissent de plus en plus les dépenses en espèces » au profit des systèmes de paiement numériques.

Dans un souci de commodité, certaines banques – qui semblent ignorer que les CBDC menacent leur propre avenir – font la promotion de l’agenda sans numéraire en proposant aux lycéens des cartes de débit qui font également office de carte d’identité scolaire, en disant aux parents qu’ils n’auront plus à « s’inquiéter de la perte de l’argent du déjeuner ».

Mme Fitts est une fervente partisane de la revitalisation de l’ utilisation de l’argent liquide.

Les parents peuvent aider en étant eux-mêmes des modèles d’argent liquide, mais aussi en faisant en sorte que leurs enfants « commencent à manipuler de l’argent liquide dès leur plus jeune âge ».

En 2015, la rédactrice en chef Janet Bodnar du Kiplinger’s Personal Finance a estimé que « l’utilisation d’argent comptant est le meilleur moyen d’amener les jeunes esprits à penser sagement à l’argent », y compris les adolescents plus âgés qui peuvent bénéficier de « la discipline de la gestion d’une réserve d’argent réel ».

Mme Bodnar a rejeté comme imparfait l’argument parental selon lequel le plastique peut enseigner aux enfants la « responsabilité financière ».

Un expert britannique en mathématiques a déclaré au Guardian en 2021 : « Être capable de manipuler de l’argent et d’acheter quelque chose soi-même est très spécial : cela renforce votre confiance avec l’argent. »

Ne tombez pas dans les pièges de la santé mentale

Au fil des ans, de nombreux parents ont appris à se méfier des recommandations émanant des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), une agence tellement habituée aux conflits d’intérêts et à la fausse science qu’elle n’a pas honte de faire appel au même cabinet de relations publiques que Big Pharma.

Ainsi, les appels en faveur d’un dépistage accru de la santé mentale et d’un accès plus large aux « soins » – de la naissance au début de l’âge adulte – lancés par les CDC et les groupes de façadeCDC/pharma comme l’American Academy of Pediatrics méritent un examen minutieux.

Comme l’a récemment souligné The Defender, la surveillance psychiatrique du berceau à la tombe est un outil furtif de contrôle social, et risque également d’avoir des conséquences stigmatisantes et potentiellement mortelles comme le surdiagnostic, la surmédicalisation et la surmédication.

Les écoles servent de plus en plus de mécanisme de prestation de services pour le dépistage et les services de santé mentale, mais comme l’a fait l’organisation de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme (CCDH) – un groupe de surveillance de la santé mentale – a prévenu dans une fiche d’information que les outils de dépistage de la santé mentale « subjectifs et non scientifiques » que les écoles utilisent sont « développés par des psychiatres ayant principalement des liens financiers avec l’industrie pharmaceutique ».

Selon la CCDH :

« Le dépistage de la santé mentale pose aux jeunes étudiants des questions embarrassantes, personnelles et potentiellement bouleversantes que les psychiatres ont formulées de telle manière qu’aucun étudiant ne pourrait échapper à l’étiquette de malade mental à un moment ou à un autre de sa scolarité. »

La CCDH ajoute : « Ces questionnaires peuvent déboucher sur une intervention psychologique ou psychiatrique dans la vie d’un enfant et de sa famille – souvent contre leur gré ou sous la menace. »

Pour les foyers qui ne pratiquent pas l’enseignement à domicile, le groupe de surveillance recommande aux parents de prendre conscience de ce qui se passe, de signer des formulaires d’exemption avant tout dépistage ou conseil en matière de santé mentale et de « s’unir pour faire expulser le dépistage psychiatrique des écoles ».

ATE

Cessez de financer l’ennemi

L’auteure et chercheuse Naomi Wolf a récemment bravé le froid devant son alma mater, l’université de Yale, pour démontrer que le vaccin contre la COVID-19 imposé par l’université transforme les étudiants en « otages médicaux » et constitue un trafic d’êtres humains.

Dans son compte rendu de la visite à Yale, Mme Wolf décrit les conversations avec les parents, qui ont déclaré que « leurs enfants les avaient suppliés de ne pas parler, de ne pas appeler le doyen, de ne pas plaider en leur faveur pour les protéger de ces injections, de quelque manière que ce soit », par crainte de représailles et d’expulsion.

Cependant, les parents ont le devoir de s’assurer que leurs jeunes comprennent ce qu’ils échangent contre le prestige – y compris, potentiellement, leur santé, leur fertilité future ou leur vie.

En outre, même si, comme le prétend Mme Wolf, les universités sont désormais plus redevables aux contrats gouvernementaux qu’à ceux qui paient les frais de scolarité, les étudiants et leurs parents représentent toujours un bloc économique puissant capable de voter avec ses pieds.

L’un des outils à la disposition des parents, suggère Mme Wolf, est de mettre les dons potentiels sous séquestre pour montrer aux universités les fonds qui leur échappent.

Mais les parents qui donnent à leurs étudiants actuels ou futurs la permission et le courage de fuir tout établissement d’enseignement supérieur qui se montre prêt à les empoisonner et à les priver de leurs libertés constitutionnelles peuvent offrir à leurs enfants une leçon de vie encore plus puissante.

Un lycéen qui a reconnu que « les mandats ne cesseront pas tant que nous participerons » a élaboré une lettre destinée aux bureaux d’admission des universités (disponible comme modèle pour d’autres) qui dit ceci :

« Pour l’instant, je n’envisage que les écoles, collèges et universités qui n’exigent pas de vaccin contre la Covid-19, c’est-à-dire la série initiale, les rappels éventuels et les exigences à venir pour être considéré comme « à jour ». La liberté médicale et l’autonomie corporelle sont ma priorité absolue. »

but_NOM
Le futur planifié pour nous en une photo-montage…

Dites non à la grille de contrôle

Bien que cet article se soit concentré sur les mesures visant à protéger les jeunes, la grille de contrôle – sous la forme d’interventions telles que les identifications numériques, les passeports vaccinaux et les CBDC – s’en prend également aux adultes.

Comme M. Kennedy l’a écrit dans la postface de son best-seller, « The Real Anthony Fauci », « Nous pouvons nous incliner et nous conformer… Ou nous pouvons dire non. Nous avons le choix, et il n’est pas trop tard. »

L’émission « Financial Rebellion » de la CHD.TV propose chaque semaine des suggestions sur la manière de ne pas se conformer.

Selon les mots de M. Kennedy :

« Nous pouvons dire non à la conformité avec les vaccins pour le travail, non à l’envoi des enfants à l’école avec des tests et des masques forcés, non aux plateformes de médias sociaux censurées, non à l’achat de produits des entreprises qui font faillite et cherchent à nous contrôler. Ces actions ne sont pas faciles, mais vivre avec les conséquences de l’inaction serait bien plus difficile. En faisant appel à notre courage moral, nous pouvons arrêter cette marche vers un État policier mondial. »

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

AuroreSocieteEmancipee
Merci Jo…

2022 ou la fin d’un cycle de trois ans d’une attaque sans précédent sur l’humanité (Massimo Mazzucco)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 4 janvier 2023 by Résistance 71

mazzucco1

2022 : un cycle de trois ans s’achève 

Massimo Mazzucco

2 janvier 2023

Version française reçue anonymement par courriel

NdR71 : Massimo Mazzucco est le réalisateur de l’excellent documentaire, sans doute le meilleur sur le sujet, “American Moon”, démontrant l’escroquerie des missions lunaires Apollo et avant cela d’un documentaire de plus de 4 heures : “11 septembre, le nouveau Pearl Harbor”, démontrant le faux-drapeau et les faiblesses narratives de la version officielle sur les attentats. Il fait partie de longue date de la résistance italienne au Nouvel Ordre Mondial.

Ce qui se termine le 31 décembre n’est pas l’année habituelle de 12 mois, mais une période de temps compacte et unie de trois ans. Pour être précis, de janvier 2020 (date de l' »arrivée » du covid dans le monde) à aujourd’hui.

Ces trois années ont été extrêmement difficiles, et seuls les esprits les plus forts et les plus équilibrés ont réussi à ne pas perdre complètement le sens de l’orientation.

Grâce à la panique qui a été créée, des résultats ont été obtenus qui auraient été impensables il y a seulement 10 ans :

1 – Des centaines de millions de personnes ont été contraintes d’introduire dans leur corps une substance expérimentale, les séduisant, d’une part, avec l’illusion d’une immunité qui n’a jamais existé, et les faisant chanter, d’autre part, avec la privation du droit au travail.

2 – Ces millions de personnes ont été contraintes d’accepter ce chantage sans qu’aucune entité ne soit responsable des éventuels effets indésirables : les entreprises pharmaceutiques qui produisent la substance expérimentale ne sont pas responsables, les agences du médicament qui l’autorisent ne sont pas responsables, et les médecins qui l’injectent ne sont certainement pas responsables. D’autre part – comble de la perversion – le citoyen DOIT également signer un papier dans lequel il assume, personnellement, la responsabilité de tout dommage subi.

3 – Grâce à cette obligation – imposée de manière lâche et fictive – tous les principes consacrant l’inviolabilité du corps humain et le droit au consentement LIBRE et éclairé ont été définitivement démolis (Constitution italienne, Traité d’Oviedo, Charte de l’Union Européenne, Déclaration des droits de l’homme, etc.) À partir d’aujourd’hui, l’État est maître de nos corps.

4 – Grâce à la complicité des hauts dirigeants européens, une escroquerie colossale a été perpétrée contre les citoyens de l’Union : plus de 90 milliards d’euros (manifestement surévalués) ont été versés à Pfizer pour nous fournir un sérum sans la moindre garantie quant à son efficacité, et sans que personne au sein de l’UE elle-même ne soit tenu responsable de ces actes. Les fameuses « conversations » entre Bourla et Von der Leyen n’ont jamais été rendues publiques, et les accords d’achat eux-mêmes restent secrets, ou ne sont que partiellement montrés au public, sous une forme scandaleusement obscure. Et lorsque Bourla lui-même refuse avec mépris de venir témoigner à Bruxelles, et que les dirigeants européens « oublient » curieusement de se scandaliser de ce refus, ils finissent par dénoncer implicitement leur collusion avec Big Pharma. Après le scandale du Qatargate, qui a révélé la corruption pour donner une meilleure image d’un État du Golfe, on ne peut qu’imaginer combien d’argent les sociétés pharmaceutiques ont investi pour corrompre tous les fonctionnaires européens impliqués dans le processus d’approbation et d’achat des sérums expérimentaux.

5 – Les syndicats italiens ont finalement jeté le masque, se révélant n’être qu’un outil aux mains du pouvoir : quand des millions de travailleurs sont empêchés de gagner leur vie s’ils n’acceptent pas de se faire vacciner, et que les  » dirigeants syndicaux  » sont d’accord et ne protestent pas contre cette abomination constitutionnelle, il est clair qu’ils ne sont que de misérables kapos aux mains du gouvernement. Ils reçoivent des salaires en or pour trahir leurs propres camarades qu’ils sont censés représenter.

6 – L’idée de pouvoir discriminer à tout moment les « bons » et les « mauvais » citoyens, sur la base de critères totalement aléatoires décidés par le gouvernement de temps à autre, a été écartée. Aujourd’hui, l’instrument s’appelle greenpass, demain il s’appellera autrement, mais peu importe : ce qui compte, c’est que l’État a sanctifié son droit de discriminer les citoyens sur la base de leur comportement, violant ainsi un autre des principes les plus sacro-saints de la constitution (art. 3). Cela ouvre bien sûr la porte à mille abus que nous devrons subir à l’avenir, dans lesquels nous devrons soit nous soumettre à la volonté des gouvernements, soit renoncer à une partie de nos libertés. Si ce n’est même l’indépendance économique, avec la menace du gel des comptes courants pour les citoyens « rebelles ».

7 – L’Etat a établi le principe de l’auto-absolution, lorsqu’il contrôle et détermine les décisions mêmes d’un tribunal qui est censé le juger. (Il s’agit des conclusions de la Cour constitutionnelle du 9 décembre dernier sur la vaccination obligatoire, dont nous attendons toujours de lire l’arrêt définitif). Lorsque parmi les juges, vous trouvez des personnes qui ont fait partie du même gouvernement que celui qui est jugé, il est très difficile de parler encore de séparation des pouvoirs.

trou_censure

Tout cela a été possible grâce à la complicité de 3 catégories de personnes : les journalistes, les médecins et les gens ordinaires.

JOURNALISTES – (à quelques très rares exceptions près) ce sont eux qui sont principalement responsables de cette dévastation civile. Si la classe des journalistes avait fait front contre ces violations flagrantes des droits individuels, rien de ce qui s’est passé n’aurait pu se produire. Au lieu de cela, lâches et obéissants, les journalistes italiens ont renoncé à leur mission de gardiens du pouvoir et se sont laissés utiliser pour valider la moindre tergiversation du gouvernement, afin de conserver leurs salaires et leurs emplois. Lorsqu’un Premier ministre prononce un anathème tel que « si tu ne vaccines pas, tu meurs », et qu’aucun journaliste n’ose s’y opposer, on a clairement affaire à une catégorie de mauviettes qui n’ont plus rien à faire dans la profession qu’elles ont choisie. Les journalistes sont une catégorie de travailleurs qui ont trahi toutes les autres catégories de travailleurs, par lâcheté et par intérêt personnel. Aucun processus révisionniste ne pourra jamais supprimer la responsabilité qu’ils portent sur leurs épaules pour les ravages sociaux qui ont résulté de leur comportement lâche et complaisant. Aucun journaliste ne pourra jamais dire « Je ne savais pas ».

MÉDECINS – De même, l’ensemble de la profession médicale (à quelques exceptions héroïques près) a choisi de soutenir une campagne d’inoculations fondée sur des preuves scientifiques clairement insuffisantes, voire inexistantes. Ils ont vendu aux patients une certitude de santé qu’ils ne pouvaient pas donner, sans offrir la moindre garantie personnelle en retour. Et puis il y a ceux qui sont passés à la télévision tous les jours : chaque « virostar » qui a personnellement garanti la sécurité des vaccins – sans disposer des données scientifiques ou de l’autorité pour le faire – est maintenant responsable des dizaines de milliers de décès et de réactions indésirables graves qui se sont produits dans tout le pays. Et si le silence des médias sur cette tragédie leur permet de se laver la conscience, il existe heureusement une cour bien plus élevée qui les jugera comme il se doit le moment venu. Profitez de vos Porsches et de vos villas en bord de mer tant que vous le pouvez encore.

PERSONNES NORMALES – Malheureusement, dans tout cela, des personnes normales, non préparées à discerner une tromperie d’une telle ampleur, se sont laissées emporter dans une guerre de haine qui a fait des victimes parmi leurs concitoyens et dans leurs propres familles. Au lieu de réagir de manière unie contre les abus de pouvoir, la majorité des gens se sont transformés en bourreaux de leurs semblables, devenant les outils dociles de ceux qui voulaient nous séparer pour mieux nous contrôler. Je n’impute pas de faute particulière à cette catégorie, parce que, contrairement aux médecins et aux journalistes, ils vivent dans l’ignorance et sont des proies faciles pour la propagande. Mais cela ne me laisse pas une seule goutte de sympathie pour eux.

C’est le tableau, tragique et déprimant, de ce qui s’est passé au cours des trois dernières années.

Et pourtant.

Et pourtant, malgré ce tableau, je vois une note positive, extrêmement encourageante : il y a plusieurs millions d’Italiens qui n’ont pas cédé au chantage, qui ont tenu bon, allant dans de nombreux cas jusqu’à perdre leur emploi, pour ne pas s’incliner. Ces personnes ont perdu une grande partie, voire la totalité, de leurs amitiés et, dans de nombreux cas, ont vu leurs liens familiaux se désintégrer en l’espace de quelques semaines.

Mais ils n’ont pas cédé. Pour eux, les principes sacro-saints et inviolables de la liberté individuelle demeurent. Pour chaque demi-douzaine de journalistes qui ont gardé leur cul au chaud en faisant comme si de rien n’était, il y a un millier de citoyens qui se sont exposés aux éléments de la vie pour ne pas renoncer à défendre les valeurs de la dignité humaine.

Je ne sais pas comment quantifier précisément ces personnes (5 millions ? 10 ? 15 ?) mais je sais avec certitude qu’elles sont plus que suffisantes en nombre pour ne pas être submergées lors d’une future opération de démolition sociale – que ce soit par une nouvelle « pandémie » ou par d’autres opérations similaires.

Ceux « qui ont compris » ne reviennent jamais. Vous ne pouvez pas ramener dans l’ignorance ceux qui ont atteint une certaine conscience. Ces quelques millions de personnes constituent désormais un bloc absolument insurmontable pour ceux qui veulent mettre en œuvre le programme de déshumanisation de la société.

Ce sera une bataille très difficile, car le pouvoir en place n’acceptera pas qu’il reste une trop grande poche de rebelles en son sein, et tentera par tous les moyens de nous faire plier.

Mais nous serons là, unis et solidaires comme jamais auparavant, parce que nous ne sommes pas unis par une simple croyance momentanée en une association, mais par la connaissance que nous sommes des êtres humains dotés de droits inaliénables, qu’aucun gouvernement ne nous a jamais « donnés » et qu’aucun gouvernement ne pourra jamais nous retirer.

Venez nous chercher, si vous en avez le courage.

Massimo Mazzucco »

https://luogocomune.net/28-opinione/6146-si-chiude-un-ciclo-di-tre-anni

= = =

Lectures complémentaires :

“Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique” (RFK Jr, PDF)

“SRAS-CoV-2 / COVID19 et injections ARNm attaques biologiques contre l’humanité” (Karen Kingston, PDF)

« Bilan de trois ans de guerre biologique contre l’humanité » (Résistance 71, PDF)

N’oublions jamais :

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

chasse_ordures

Religion covidiste et inquisition attenante, le point sur l’épopée eugéniste avec Jean-Yves Jézéquel

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 6 décembre 2022 by Résistance 71

passeportvaccinal

Le point sur l’épopée covidiste

Jean-Yves Jézéquel

2 décembre 2022

Url de l’article original:

https://www.mondialisation.ca/faisons-le-point-sur-lepopee-covidiste/5673186

Comme on le disait depuis très longtemps, notamment dans mondialisation.ca, l’article du 19 juin 2021, « vaccination Covid-19 : dernier avertissement par le Dr Vanden Bossche », il fallait s’attendre à ce que l’on découvre aujourd’hui la catastrophe annoncée et qui était parfaitement prévisible, sans surprise pour ceux qui ont un peu de cervelle et de jugeote ! Seuls les fanatiques hystérisés du covidisme sont étonnés, surpris, décontenancés : ils s’affolent en hurlant à la « triple épidémie de covid, grippe et bronchiolite », débordant actuellement les hôpitaux qui ont licencié plus de 15.000 soignants en France, refusant les injections expérimentales dangereuses… (Cf., D.Roucaute, Covid-19, bronchiolite et grippe : la triple épidémie de virus respiratoires qui menace la France cet hiver, dans Le Monde du 29 novembre 2022.)

La Belgique et la Suisse sont sur le même schéma d’épidémie.

Les hôpitaux en appellent au Gouvernement à travers une tribune signée par plus de 10.000 soignants demandant à Macron d’agir sans délai pour solutionner cette situation gravissime, principalement les services de pédiatrie. 

(Cf., Le Monde du 30 novembre 2022. Crise de la pédiatrie : « Monsieur le président, votre silence est assourdissant », la lettre de 10 000 soignants à Emmanuel Macron.) 

« Monsieur le président de la République, il s’agit de la dernière chance de notre société pour arrêter l’hémorragie massive des soignants qui quittent l’hôpital public, désabusés, épuisés, culpabilisés. Nous demandons simplement de pouvoir faire notre travail, de soigner, sereinement. »

Voici ce que Borne et Braun, ministre de la santé, Véran, porte-parole du Gouvernement, tous membres inconditionnels de la mafia mondialiste, ont trouvé à dire en réponse à cette tribune des soignants : « Remettez le masque ; adoptez à nouveau la distanciation sociale ; lavez-vous les mains ; vaccinez-vous… »

Pourquoi ce Gouvernements d’assassins ne remet-il rien en cause de sa politique criminelle depuis trois ans ?

Pourquoi cette organisation mafieuse continue-t-elle d’engouffrer l’argent public par milliards, dans des tests et des produits expérimentaux soit bidons, soit mortels, tout en déstabilisant volontairement le personnel soignant, en détruisant sciemment l’hôpital public et en le vidant de son personnel qualifié pour l’abandonner dans ce désastre incommensurable humain et financier ? 

Rappelons que le personnel soignant sanctionné n’a aucun moyen de subsistance et a l’interdiction formelle de chercher un travail.

Récemment la police des pervers au pouvoir, je veux dire la milice au service du gouvernement vichyste du Young Global Leader Macron, a convoqué les personnels soignants sanctionnés. Elle avait pour mission glorieuse de contrôler méticuleusement leurs comptes bancaires pour bien constater qu’ils étaient toujours en situation obligatoire de maltraitance et que le gouvernement pouvait être assuré qu’ils allaient crever rapidement comme des chiens abandonnés et sans moyens de survie !

La dette immunitaire est là : nos enfants et nos petits enfants sont en train de souffrir à cause de ces dérangés compulsifs au pouvoir. Pourquoi cette racaille n’en démord pas et persiste dans cette volonté contraire à toutes les règles sanitaires ?

Il n’est pourtant pas difficile de comprendre que cette flambée d’épidémie de bronchiolite, est la conséquence directe de la politique des « gestes barrière » à outrance menée depuis mars 2020 : le système immunitaire des plus jeunes ne pouvait pas s’élaborer et se préparer efficacement face aux VRS (virus à l’origine de la plupart des bronchiolites) circulant habituellement l’hiver.

Les médecins et « experts » bonimenteurs des plateaux de télévisions, proclamaient triomphalement la quasi-disparition de la grippe et des virus respiratoires !

Pourtant, cela ne faisait aucun doute pour tout épidémiologiste qui se respecte : ce mensonge était grotesque et témoignait surtout d’une volonté qui n’avait forcément rien à voir avec une cause sanitaire ! Pourquoi les VRS et les rhinovirus sont plus répandus cette année et trouvent devant eux un terrain si favorable à leur développement ? Parce que les enfants n’ont pas eu l’occasion de pouvoir construire les anticorps nécessaires à la défense de l’organisme, depuis deux hivers consécutifs !

Cet effet dévastateur était parfaitement prévisible et sans aucun doute, l’équipe des pervers au pouvoir ne pouvait que le savoir, c’est pourquoi nous ne pouvons pas leur pardonner.

Ce qui est en train de se produire prouve également que les « vaccins » ne servent à rien. Non seulement ils ne servent à rien mais ils aggravent la situation.

Bien entendu ces criminels qui nous « gouvernent » radotent que la virulence du Covid de cet hiver est due au fait que la population a en général refusé de faire sa troisième, voire sa quatrième dose programmée ! Les gens ont tout simplement fait le raisonnement de bon sens suivant : « si je dois faire un rappel tous les six mois, c’est que ce « vaccin » ne marche pas, il est totalement inefficace ! »

Conclusion de la personne à qui il reste un peu de bon sens : « je ne me fais plus injecter cette saloperie qui ne me protège absolument pas et qui manifestement, au regard des statistiques sérieuses, est potentiellement dangereuse ! » Pourquoi faudrait-il bêtement engraisser les mafieux de l’industrie pharmaceutique à nos dépens ? 

La réponse du Gouvernement revient à dire : « moins cela ne marche, plus il faut se faire injecter ces produits expérimentaux à ARNm truffés de nanotechnologie graphénisée » !

day_of_dead

85% de la population éligible en France a reçu la première injection et son rappel. Quant à la troisième et quatrième injections (ne parlons même pas de la cinquième), c’est la débandade totale pour les imbéciles du gouvernement français.

Le peuple constate la nouvelle flambée des infections quotidiennes à raison de plus de 40.000 malades par jour avec impossibilité de recevoir les victimes dans les hôpitaux qui ont été volontairement désorganisés sur tous les plans. Pour lui, la réponse est claire : ces infections montrent la complète inefficacité de ces injections qui manifestement n’étaient pas destinées à protéger des virus, ni à assurer une quelconque prévention sanitaire ! Les traîtres du Gouvernement Macron continuent, certes, de radoter aux demeurés qui veulent bien les écouter, que c’est à cause du refus de la « vaccination » massive que nous avons aujourd’hui ce problème…

Les Français, dans leur majorité, constatent désormais que ces injections aggravent le risque de développer une autre infection respiratoire en ce qu’elles sursollicitent le système immunitaire devenu incapable de jouer correctement son rôle comme l’avait si bien expliqué le Dr Vanden Bossche. Ces injections expérimentales dangereuses fragilisent manifestement le système immunitaire, comme nous avions été nombreux sur mondialisation.ca à le dénoncer.

Une étude publiée en mars 2022 dans The Lancet, démontrait qu’en cas de co-infection du théorique SARS-CoV-2 et d’un autre virus respiratoire (grippe ou rhinovirus, à l’origine de la plupart des rhumes) le risque de décès était significativement plus élevé. (Cf., Swets M, Russell C, Harrison E, et al (2022). SARS-CoV-2 co-infection with influenza viruses, respiratory syncytial virus, or adenoviruses. The Lancet.)

Bien entendu, on pouvait tout à fait s’attendre à une conjonction des virus de l’hiver, provoquant un plus grand risque pour notre santé : cela était commenté, pensé, prévu par les épidémiologistes sérieux, les virologues et les spécialistes des vaccins, non corrompus par des conflits d’intérêts et non terrorisés par les menaces sur leur carrière ou leurs moyens de subsistance, comme on l’a vu et revu depuis trois ans ! (Relire les nombreux articles publiés sur cette crise dans mondialisation.ca : toutes les références sérieuses sont là)

Lundi 28 novembre 2022, le Professeur Cyrille Cohen prenait la parole sur CNews. Il disait que pour les moins de 70 ans, le Covid n’était pas plus meurtrier qu’une grippe ordinaire. Il trouvait scandaleux qu’on ait « confiné » toute une population pour cette raison et encore plus qu’on ait « vacciné » plus de 80% de la population en utilisant la peur et les menaces !

Au plus fort de la crise, on avait 140 malades pour 100.000 habitants par semaine. Dans une grippe saisonnière normale, on a entre 500 et 600 malades pour 100.000 habitants par semaine, soulignait le Professeur Laurent Toubiana, chercheur à l’INSERM. (Cf., Pr Laurent Toubiana, « Covid 19, une autre vision de l’épidémie », ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas, les vérités d’un épidémiologiste, éditions l’Artilleur, 2022, 272 pages.)

Cf., https://www.cnews.fr/les-replays/l-heure-des-pros

Le Pr Cyrille Cohen disait encore sur CNews, que les effets secondaires avec ces injections à ARNm étaient nettement plus fréquents que tout ce qu’on connaissait sur le sujet concernant les vaccins, en particulier les myocardites pour les jeunes, alors que ces derniers ont un risque quasi zéro d’aller en réanimation !

Il ajoutait qu’il n’avait jamais compris cette « histoire de pass vaccinal, à un moment où tout le monde savait que le vaccin n’arrêtait pas les contaminations » !

Le professeur complétait son commentaire en disant que seuls 10 % des Français éligibles à la 4ème ou 5ème dose cet automne l’avaient reçue ! Ce qui faisait 90 % de Français « antivax », c’est-à-dire, en clair, 90% de Français qui réfléchissaient par eux-mêmes et qui n’écoutaient plus les recommandations de nos autorités considérées par nos concitoyens comme des charlatans !

De son côté, le Professeur Perronne démontrait récemment sur le plateau de CNews, que s’observait, de manière très précise, une surmortalité dans les pays les plus « vaccinés ».

Mais, disons-le sans ambages, tout cela ne fait pas changer de cap pour autant ! Le 16 novembre 2022, en accord avec les pro-nazis du G20, les « autorités » mondialistes rappelaient l’importance des « passeports vaccinaux » pour « faciliter les voyages internationaux ».

https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/11/16/g20-bali-leaders-declaration/

Le 20 novembre 2022, celui qui nous sert de ministre de la santé, François Braun, déclarait rendre obligatoire la vaccination des adolescents contre le papillomavirus ! C’est un des vaccins ayant le plus d’effets secondaires graves, et pour lequel il n’y a strictement aucune preuve d’efficacité clinique. 

Nous allons tout droit vers le vaccin de la grippe obligatoire tous les hivers, pour les plus de 60 ans et bien entendu truffés de nanotechnologie à l’oxyde de graphène pour un marquage efficace du bétail humain !

Pourquoi le gouvernement cache les chiffres d’infections, d’hospitalisations et de morts selon le statut vaccinal, car en réalité, tout le monde sait aujourd’hui, que plus on a reçu de doses, plus on risque d’être contaminé par la Covid-19 ?

Pourquoi dans les essais cliniques Pfizer et Moderna, il y avait un peu plus de morts dans le groupe vacciné que dans le groupe non-vacciné et pourquoi les autorités sanitaires l’ont ignoré ?

Pourquoi les autorités sanitaires ne peuvent pas reconnaître les effets indésirables graves et les nombreux morts suite aux injections anti covid, alors que ce sont ces mêmes autorités qui s’acharnent à nous les imposer ? 

Pourquoi, dans cette affaire, l’Agence du médicament est-elle juge et partie ?

Pourquoi Bill Gates s’est-il emparé financièrement de l’OMS en imposant par ce moyen son idéologie ultra-vaccinaliste au monde entier ?

Les nombreux travaux d’historiens et d’experts de l’histoire des vaccins ont désormais démontré que la légende de la vaccination était objectivement un mythe, il faudrait plutôt dire qu’elle est un abominable mensonge ! Non, les vaccins n’ont pas éradiqué la variole ; non les vaccins n’ont pas maîtrisé les fléaux pandémiques du 20ème siècle…

(Cf., Marc Menant, historien, « L’inquiétante histoire des vaccins », Plon 2022, 265 pages.

Xavier Bazin, « Antivax toi-même », Guy Trédaniel éditeur, novembre 2022, 296 pages.)

Comment se fait-il que Pfizer ait fait 100 milliards de chiffre d’affaires grâce à la Covid 19, et comment cet argent massif a pu conduire à une corruption systématique de tout le système de santé ?

On se demande comment le nouveau Torquemada de la santé, François Braun, peut rendre obligatoire le vaccin contre le cancer du col de l’utérus, lorsqu’on sait que ce vaccin a déjà ruiné un nombre incalculable de vies de femmes ?!

Un professeur de médecine disait encore : « On ne sait pas ce qu’on fait quand on vaccine, faute d’avoir étudié sérieusement la question des vaccins » !

Sachons pourquoi vacciner des nourrissons contre l’hépatite B est un crime, une abomination absolue, un scandale insupportable, alors que ce vaccin est pourtant actuellement obligatoire ?

Le directeur des questions de santé sur BFMTV, R. Grably, en authentique « collabo du système actuellement au pouvoir », déclarait concernant une interview du docteur Xavier Bazin sur Radio Courtoisie, que tout d’abord cette radio était le repère des « antivax » et que ce que le docteur avait déclaré au cours de cette interview pouvait « coûter la vie à des jeunes femmes potentiellement touchées par le cancer du col de l’utérus » ! Alors que c’est justement ce que disait le docteur Xavier Bazin qui est vrai et cette déclaration irresponsable du collabo de BFMTV, une abomination criminelle ! En effet, on a aujourd’hui assez de recul pour savoir que les campagnes de vaccination contre le papillomavirus sont la cause d’une sérieuse augmentation du nombre des cancers du col de l’utérus… (Cf., le documentaire diffusé sur Arte : « Des vaccins et des hommes » !)

OMS_Organisation_Merdique_dela_Sante
OMS : Organisation Mortifère de la Santé

Que chacun sache où sont les véritables assassins !

Ce monsieur R. Grably, sans complexe, n’hésitait pas à pratiquer l’intimidation sur la journaliste qui avait invité le Dr Xavier Bazin en lui disant : « Vous savez Madame Houdiakova, vous êtes au courant que votre émission peut mettre en danger la vie des jeunes femmes et des jeunes hommes ? »

Les pervers sont sans scrupules, sans états d’âme ! Il est bien connu qu’ils osent tout : on les reconnaît même à cela !

Dès que quelqu’un dit naturellement la vérité, il est assassiné de toutes les manières : on s’arrange pour qu’il ne soit plus jamais invité, au moins sur aucun média collabo du système.

Il est clair que Big Pharma ne supporte pas la vérité. La puissance démesurée du pouvoir financier de ces organisations tentaculaires, mafieuses, criminelles se charge d’éliminer tout opposant au projet prédateur de ces individus qui ont décidé de dominer le monde en éliminant un maximum de personnes pour ne contrôler que les survivants …

(Cf., les articles du même auteur sur BlackRock/Vanguard, dans mondialisation.ca, 28 et 30 octobre 2022)

C’est dans le cadre du contrôle acharné des populations par le moyen du Great Reset [la Grande réinitialisation] organisé par les prédateurs du Nouvel Ordre Mondial et leur projet de monnaie numérique unique, mondiale, que l’arrestation du Capitaine Alexandre Juving Brunet a été organisée. Il est aujourd’hui emprisonné à la prison La Farlède de Toulon : il avait osé organiser le Franc libre et la Foncière Financière Libre qui sont des initiatives diamétralement opposées au projet des « élites » du N.O.M. Son projet du Franc libre pour une souveraineté de la France libre et l’idée de la Foncière Financière Libre, prévoyaient la création d’une coopérative pour les Français voulant préserver leur souveraineté, tout en contournant la crise énergétique, alimentaire et sanitaire organisée qui se met en place…

Voir également :

Exclu : le capitaine Juving-Brunet est en détention provisoire à la prison la Farlède à Toulon

Alexandre Juving-Brunet | Conférence de presse du 19 novembre 2022

Enfin, rappelons que le Conseil de l’Europe publiait une résolution en janvier 2021 (Cf., Document 2361/2021) disant que « Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut : personne ne peut être vacciné contre sa volonté, sous la pression. »

Les 14 Etats membres du Conseil Européen sont obligés de signaler avant toute injection que la vaccination n’est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discrimination !

La discrimination est également interdite en cas de risques sanitaires existants ou si une personne ne souhaite pas être vaccinée, précisent les textes européens.

Les fabricants de vaccins sont tenus de publier toutes les informations sur la sécurité des vaccins !
En tant que membre du Conseil des pays de l’Union Européenne, la France, est tenue d’observer cette résolution ! Macron n’a pas hésité pourtant à menacer les récalcitrants en promettant « affectueusement » qu’il se chargerait en personne de les « emmerder » !

Les accords internationaux contraires à la vaccination obligatoire et qui supplantent les Lois comme les décrets du Gouvernement français, sont toujours actuels :

  • La Déclaration de Genève
  • La Déclaration d’Helsinki
  • La Convention d’Oviedo
  • La Charte européenne des droits fondamentaux, art. 3
  • La Déclaration des droits de l’Homme, art. 4
  • Les lois suivantes contraires aux mesures liberticides sont à égalité avec la loi de gestion sanitaire et supérieures au décret sur les mesures COVID :
  • La Loi Kouchner
  • L’Article 16-1 du Code civil français
  • L’Article 222-1 du Code Pénal français.

CONCLUSION

Que veulent les mondialistes ? Massacrer un maximum de gens ! Après avoir réalisé ce tour d’horizon sur la tournure actuelle liée au délire du covidisme obscurantiste des autorités collaboratrices du projet mondialiste du Great Reset, nous avons encore plus de moyens à notre disposition pour constater à quel point les motivations sanitaires sont une hypocrisie absolue et que tout cela relève effectivement du projet d’élimination du plus grand nombre, puis de marquage et de contrôle du bétail humain survivant, rien d’autres. 

Il va de soi que dans ce contexte, les récalcitrants sont du coup des résistants qu’il faut trouver le moyen d’éliminer urgemment et les projets de nouvelles vaccinations obligatoires, bien entendu truffées de nanotechnologie pour le contrôle des individus, sont imaginés à cette fin. C’est aussi, prévoyant la réaction de défense légitime de leur vie, que l’Etat mafieux a demandé à tous les Français de bien vouloir rendre les armes non déclarées dans les préfectures : un programme identique à celui que le gouvernement de Vichy avait lui-même promulgué !

Nous savons désormais à quoi nous attendre. Nous savons que nous allons devoir défendre nos vies. Nous savons que la perversion mondialiste sera éradiquée par la résistance à son projet criminel, car ce n’est pas le petit nombre des « élites » se considérant comme toute-puissante, qui pourra imposer sa loi au plus grand nombre d’entre nous, ce plus grand nombre comptant dans ses rangs la nature elle-même qui a toujours eu le dernier mot sur tous les délires de ceux qui se sont crus au-dessus d’elle ! 

= = = 

Lire notre page constamment mise à jour depuis 2019:

“Coronavirus, guerre contre l’humanité”

çavapeter

news-complot

Organisation Merdique de la Santé : gestation génocidaire à l’ARNm

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 3 décembre 2022 by Résistance 71

 

OMS_Organisation_Merdique_dela_Sante
OMS = Organisation Merdique de la Santé…
sous contrôle de la Bill & Melinda Gates Foundation

 

OMS : Organisation Merdique de la Santé ou la gestation génocidaire de l’ARNm

Résistance 71

3 décembre 2022

Le calendrier piquouze de l’OMS pour l’injection ARNm sur 9 mois :

  • Mai : 95% de protection
  • Juin : 70% de protection
  • Juillet : 50% de protection
  • Août : Pas de protection mais réduit la contagion
  • Septembre : Ne réduit pas la contagion mais la sévérité de l’infection
  • Octobre : Ne réduit pas la sévérité, mais les hospitalisations
  • Novembre : Ne réduit pas les hospitalisations, mais vous ne mourrez pas
  • Décembre : Vous mourrez, mais vous irez au paradis
  • Janvier : Vous n’irez pas au paradis, vous serez juste mort, comme voulu et planifié

 

covidmort

monpassanitairedantonq

jokerCoV19

 

COVID et « vaccin » tueur : la concoction OGM nanotech à ARNm est faite pour tuer ! Sortez de l’hypnose et faites face à la réalité aussi pourrie soit-elle !…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 décembre 2022 by Résistance 71

Ceci est tout à fait complémentaire de ces publication précédentes :

“SRAS-CoV-2 / COVID virus chimérique créé en laboratoire à l’université de Caroline du Nord Chapel Hill” (mars 2020)

“Le véritable A. Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique” (RFK Jr, avril 2022, version PDF)

“COVID19 crime contre l’humanité : un parasite nano-techno-biologique injecté aux populations » (Karen Kingston, novembre 2022)

“COVID19, injections ARNm et génocide planifié” (Dr J. Mercola, novembre 2022)

A (re)lire et diffuser sans aucune modération. 

Nous les peuples devons comprendre qu’une guerre sans merci a été déclarée à l’humanité par un système étatico-marchand en phase finale de métamorphose dictatoriale absolue et son “élite” auto-proclamée psychopathe hors-sol, menant le monde vers une réalité dystopique monstrueuse via la peur / terreur entretenues, guerres, privations et spéculations en tout genre, destinées à nous mettre KO debout et à accepter les solutions toutes prêtes qu’ils ont ourdies pour ces problèmes qu’ils ont crées de toutes pièces. Le seul complotisme est celui de cette pourriture qui veut notre mort et met ses desseins en application, technologie aidant, ce qui leur manquait ces dernières décennies.
La croisée des chemins est là, devant nous, l’heure du choix aussi , il est simple pour qui peut voir clairement sans voile et sans écran de fumée : leur société dictatoriale technotronique, donc la mort ou la société des sociétés de notre humanité enfin réalisée, donc la vie. Hors artifices, c’est aussi simple que cela.
Cessez donc d’avoir peur ! Dire NON ! est le premier pas… BOYCOTT ! Union ! Action Directe !
~ Résistance 71 ~

COVIDVax

Traduction de la pancarte ci-dessus : « Si je ne suis pas vacciné, je suis 100% protégé contre les effets secondaires du vaccin et à 99,8% protégé contre la COVID »
Gardant à l’esprit bien entendu que cette soupe ARNm OGM n’est en rien un « vaccin » mais une injection mortelle nanotech à moins d’avoir la chance d’être dans un groupe placebo… (Résistance 71)

COVID le “vaccin” tueur… Des gens meurent dans le monde entier, c’est une opération criminelle

Pr. Michel chossudovsky

30 novembre 2022

Url de l’article original:

https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-tueur-covid-des-gens-meurent-dans-le-monde-entier-cest-une-operation-criminelle/5673099

Nous sommes accusés de « diffuser de la désinformation » concernant le vaccin Covid-19.

Les « traqueurs » médiatiques Reuters et AP vont s’employer à dénigrer les témoignages des parents qui ont perdu leurs enfants.

« Une fois que le mensonge devient la vérité, il n’y a plus de retour en arrière possible. La folie prévaut. Le monde est complètement bouleversé. »

Ne nous faisons pas d’illusions, l’injection Covid n’est pas seulement « expérimental », c’est un « vaccin tueur » de Big Pharma qui modifie le génome humain. Les preuves de la mortalité et de la morbidité résultant de l’inoculation du vaccin, qu’elles soient immédiates (données officielles) ou futures (par exemple, des caillots sanguins microscopiques non détectés) sont accablantes.

Les données officielles (mortalité et morbidité) ainsi que de nombreuses études scientifiques confirment la nature du vaccin à ARNm Covid-19 qui est imposé à l’humanité entière.

Des rapports évalués par des experts confirment les causes des décès et des « événements indésirables » (blessures) liés au vaccin, notamment les caillots sanguins, les thromboses, les myocardites et les arrêts cardiaques.

L’objectif déclaré est d’imposer la vaccination mondiale de 8 milliards de personnes dans plus de 190 pays, suivie de l’imposition d’un « passeport vaccinal » numérisé. Inutile de dire qu’il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars au profit de Big Pharma. C’est un crime contre l’humanité.

Le projet mondial de vaccin intitulé COVAX est coordonné au niveau mondial par l’OMS, GAVI, CEPI, la Fondation Bill et Melinda Gates en lien avec le Forum économique mondial (WEF), le Wellcome Trust, DARPA et Big Pharma [les grandes sociétés pharmaceutiques] qui est de plus en plus dominé par le partenariat Pfizer-GSK qui avait été établi à peine quatre mois avant le début de la crise du Covid-19, début janvier 2020.

Le « vaccin » Covid-19 a favorisé, dès le début en janvier 2021, un accroissement de la mortalité à l’échelle mondiale.

Ce n’est pas un homicide involontaire. C’est un meurtre

Oui, c’est un vaccin meurtrier [tueur]. Ce message doit être fort et clair.

Cela se passe partout dans le monde : des enfants et des adolescents meurent.

Crimes contre l’humanité, crimes contre nos enfants.

Moins de deux mois après le lancement du « vaccin » à ARNm de Pfizer, une grande marche funèbre a été organisée pour les enfants décédés à la suite de l’administration du vaccin à Genève en Suisse (29 janvier 2021.

Myocardite, arrêt cardiaque : « Les jeunes meurent ». Mort subite à grande échelle

La Fondation pour la recherche sur la sécurité des vaccins a récemment publié « Until Proven Otherwise » (jusqu’à preuve du contraire), un court documentaire vidéo sur les conclusions concordantes de deux éminents cardiologues.

funerailles

Nos enfants sont les victimes

Partagez les vidéos suivantes qui montrent ce que les parents ont déjà vécu en perdant leurs enfants.

(NdR71 : voir dans l’article original)

La criminalité de Pfizer ne fait aucun doute.

Mais saviez-vous que Pfizer a déjà un casier judiciaire auprès du ministère de la Justice des États-Unis pour « marketing frauduleux ».

Et personne n’est au courant du casier judiciaire de Pfizer parce que les médias n’en parlent pas.

Peut-on faire confiance à un conglomérat de vaccins de Big Pharma qui, en 2009, a plaidé coupable à des accusations criminelles portées par le ministère américain de la justice (DoJ), notamment de « marketing frauduleux » et de « violation criminelle de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques » ?

En 2009, Pfizer a été mis en « probation » par le ministère américain de la Justice :

« Dans le cadre du règlement, Pfizer a également accepté de conclure un accord étendu sur l’intégrité de l’entreprise avec le Bureau de l’Inspecteur général du Département de la santé et des services sociaux. Cet accord prévoit la mise en place de procédures et d’examens pour éviter et détecter rapidement des comportements similaires à ceux qui ont donné lieu à cette affaire. »

Intégrité de l’entreprise ??? Où sont les procédures et les examens ?

Cette « conduite similaire » de Pfizer se répète en 2020-2022 à une échelle bien plus grande que celle de 2009.

Ce qui se déroule est le « marketing frauduleux » mondial d’un « vaccin tueur« , qui constitue un crime contre l’humanité.

Une bombe. Le Mea Culpa de Pfizer

Pfizer révèle dans un rapport secret (déclassifié dans le cadre de la liberté d’information) que son vaccin à ARNm est un « vaccin tueur ». Les preuves proviennent de la « bouche du cheval »

« En février 2021, Pfizer avait déjà reçu plus de 1 200 rapports de décès prétendument causés par le vaccin et des dizaines de milliers d’événements indésirables signalés, dont 23 cas d’avortements spontanés sur 270 grossesses et plus de 2 000 rapports de troubles cardiaques.

Gardez à l’esprit qu’il s’agit des propres données de Pfizer.

Dans une ironie tordue, les données révélées dans ce « rapport d’initié » réfutent le récit officiel sur les vaccins mis en avant par les gouvernements et l’OMS. Il confirme également l’analyse de nombreux médecins et scientifiques qui ont révélé les conséquences dévastatrices du « vaccin » de l’ARNm.

Ce qui est contenu dans le rapport « confidentiel » de Pfizer sont des preuves détaillées sur les impacts du « vaccin » sur la mortalité et la morbidité. Ces données qui émanent de la « bouche du cheval » peuvent maintenant être utilisées pour confronter ainsi que formuler des procédures juridiques contre Big Pharma, les gouvernements, l’OMS et les médias.

Pfizer était pleinement conscient que le vaccin à ARNm qu’elle commercialise dans le monde entier entraînerait une vague de mortalité et de morbidité. Cela équivaut à un crime contre l’humanité de la part de Big Pharma.

Pfizer savait dès le départ qu’il s’agissait d’un vaccin tueur.

C’est aussi un Mea Culpa et une trahison de la part de gouvernements nationaux corrompus du monde entier qui sont menacés et corrompus par Big Pharma.

Aucun nombre de tentatives a été faite par les gouvernements pour appeler au retrait du vaccin tueur.

On dit aux gens que le vaccin est destiné à sauver des vies. » (Michel Chossudovsky)

Cliquez ici pour lire le rapport « confidentiel » de Pfizer.

Les autorités sanitaires nationales affirment que le « vaccin » contre le Covid-19 sauvera des vies. C’est un mensonge.

« Si vous permettez que cela aille de l’avant [vaccin], je vous garantis qu’il y aura des décès évitables d’enfants en parfaite santé et des maladies graves dix fois plus. Et sans avantage possible. Savoir ce que je sais après 40 ans de formation et de pratique en toxicologie, biochimie et pharmacologie, participer à cet abus extraordinaire d’enfants innocents sous nos soins ne peut être classé d’autre sens que le meurtre » –Dr. Michael Yeadon, éminent scientifique, ancien vice-président de Pfizer

« Cette campagne de vaccination sera le plus grand scandale de l’histoire de la santé, … de plus, elle sera connue comme le plus grand crime jamais commis contre l’humanité. » –La députée Christine Anderson, membre du Parlement européen, juillet 2022

Ce qui est présenté ci-dessus n’est que la « pointe de l’iceberg » de ce qui se passe dans le monde entier

  • NE VOUS FAITES PAS VACCINER.
  • SOYEZ SOLIDAIRES AVEC LES PERSONNES QUI ONT ÉTÉ VACCINÉES.
  • INFORMER LES GENS À TRAVERS LE PAYS SUR LES RISQUES DE L’INJECTION POUR LA SANTÉ.
  • ADOPTEZ  UNE POSITION FERME CONTRE LE PASSEPORT VACCINAL.

La légitimité des politiciens et de leurs sponsors Big Money doit être remise en question.

Nous devons agir d’une seule et même voix au niveau national et international.

Notre première tâche est de bloquer la campagne de peur

Le programme de « vaccination » contre la COVID-19 devrait être immédiatement arrêté dans le monde entier.

Veuillez partager cet article. Les moteurs de recherche ne le reprendront pas.

= = =

Lire notre page constamment mise à jour depuis 2019 

“Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Savoir aussi qu’

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

cocktailMRNA
Là où nous sommes…

but_NOM
Là où nous allons… si on les laisse faire…