Archive for the Union Europeenne et nouvel ordre mondial Category

Italie, la mascarade électorale continue : Tout parti politique du système est un chaînon du système étatique oppresseur et donc de la pourriture étatico-marchande en place…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, société des sociétés, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 28 septembre 2022 by Résistance 71

UEnazie

Tout parti politique du système est assujetti à une simple règle pour ne serait-ce que pouvoir exister : jouer le jeu truqué “démocratique” sous gouvernance de la City de Londres et de sa succursale de Wall Street, véritables décideurs politiques et économiques de la mascarade étatico-marchande qui se joue sous nos yeux 24/24, 7/7. Croire qu’un quelconque “parti politique” puisse changer quoi que ce soit au marasme ambiant programmé n’est plus faire preuve de naïveté, mais en être carrément complice.
Il n’y a pas de solutions au sein du système et ne saurait y en avoir. La seule voie des peuples pour leur émancipation totale est celle-ci : A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent et à bas le salariat ! Tout le reste n’est que pisser dans un violon, poudre aux yeux et tactiques du diviser pour mieux régner et perpétuer l’escroquerie politique et la relation dominante exploiteur / exploité, oppresseur / opprimé par ses rouages coercitifs institutionnels.
Vive la Commune Universelle de notre humanité enfin réalisée !
~ Résistance 71 ~

ne-votons-plus-agissons

Le “Parti Américain” en Italie

Manlio Dinucci

24 septembre 2022

Source : https://www.mondialisation.ca/le-parti-americain-en-italie/5671446

Les partis institutionnels mènent la campagne électorale non seulement en Italie mais aux États-Unis. Le secrétaire du PD (Parti Démocrate) Enrico Letta, dans une interview à un journal étasunien déclare : “Avec la droite l’Italie [est] proche de la Russie, avec nous des USA”. Sur le même journal le président du Copasir (Comité Parlementaire pour la Sécurité de la République) Adolfo Urso, en visite à Washington, assure par contre que “pour les USA Giorgia Meloni (candidate du parti Fratelli d’Italia) est pleinement fiable”. Les partis de tout l’arc parlementaire rivalisent ainsi pour obtenir le consensus de Washington, indispensable à tout gouvernement qui sera issu des élections. Mais au même moment ils agissent d’un commun accord quand il s’agit de mettre en oeuvre les directives de Washington. Par exemple, celle de boycotter le Traité ONU sur la prohibition des armes nucléaires, ratifié par 66 États et signé par 20, mais boycotté par USA et OTAN. À la réunion de juin des adhérents au Traité, l’Italie, pourtant invitée, n’était pas présente, pas même en tant qu’observateur.

Toujours en juin le 6ème Escadron de l’Aéronautique italienne à Ghedi (Province de Brescia) a reçu le premier chasseur USA F-35A d’attaque nucléaire qui sera rapidement armé avec les nouvelles bombes nucléaires USA B61-12, prêtes à être employées par l’Aéronautique italienne sous commandement USA. L’Italie viole ainsi le Traité de non-prolifération ratifié en 1975, qui stipule :

“Tout État non doté d’armes nucléaires qui est Partie au Traité s’engage à n’accepter de qui que ce soit, ni directement ni  indirectement, le transfert d’armes nucléaires ou autres dispositifs explosifs nucléaires ou du contrôle de telles armes ou de tels dispositifs explosifs”.

Preuve supplémentaire de la sujétion de l’Italie aux USA, le 15 septembre dernier la Commission parlementaire d’enquête sur les causes du “désastre” du navire Moby Prince a conclu -ses travaux en cachant une fois de plus les véritables causes de la tragédie survenue dans la rade de Livourne il y a plus de 31 ans pour couvrir un trafic d’armes effectué dans la base étasunienne limitrophe de Camp Darby. Le rapport conclusif mystificateur, présenté par Andrea Romano du PD, a été approuvé à l’unanimité par les représentants de tous les autres partis. Par contre ce qu’a été la dynamique réelle de ce massacre est présenté dans cet épisode de Grandangolo par une enquête-vidéo d’une actualité brûlante, transmise en 2016 par Pandora TV du regretté Giulietto Chiesa.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

relation_extatique

election1

Hommage vibrant d’un général de l’armée de terre française aux non-injectés COVID « Ce sont des super-héros » ! (Général Christian Blanchon)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 17 septembre 2022 by Résistance 71

 

Si on nous avait dit que nous publierions un jour le communiqué d’un générai de l’armée française, nous nous serions certainement quelque peu gaussés. Comme quoi le vieil adage “Fontaine….” Prouve toujours sa véracité.
Là, franchement, cela en vaut la peine. Nous représentons un petite portion des non-injectés (nous préférons ce terme, puisque les injections ARNm ne SONT EN AUCUN CAS DES VACCINS, comme s’accordent maintenant à le dire et le divulguer un plus grand nombre de personnels médicaux partout dans le monde), alors à ce titre : Merci Mr Blanchon pour cette reconnaissance et hommage vibrants !

Nous aurions néanmoins une question pour le général, la voici : Si vous aviez dû organiser l’injection obligatoire de force de la population française sur ordre de votre commandement, de l’Élysée, qu’auriez-vous fait ? Auriez-vous désobéi aux ordres et auriez-vous protégé la population de cette ignominie ? Et que ferez-vous si cet ordre vient finalement, car il n’est pas trop tard… Si le général lit ces lignes, il est le bienvenu à répondre aux questions en section commentaires…
~ Résistance 71 ~

 

GenChristianBlanchonHommage

 

Hommage aux non-vaccinés

Par

Général Christian Blanchon, Armée de Terre

Ils sont là, à vos côtés, ils semblent normaux, mais ce sont des super-héros.

Même si j’étais entièrement vacciné, j’admirerais les non-vaccinés pour avoir résisté à la plus grande pression que j’ai jamais vue, y compris de la part de conjoints, de parents, d’enfants, d’amis, de collègues et de médecins.
Les personnes qui ont été capables d’une telle personnalité, d’un tel courage et d’une telle capacité critique incarnent sans aucun doute le meilleur de l’humanité. *
On en retrouve partout, dans tous les âges, niveaux d’éducation, pays et opinions.
Ils sont d’un genre particulier ; ce sont les soldats que toute armée de lumière souhaite avoir dans ses rangs.
Ils sont les parents que tout enfant souhaite avoir et les enfants que tout parent rêve d’avoir.
Ce sont des êtres au-dessus de la moyenne de leurs sociétés, ils sont l’essence des peuples qui ont construit toutes les cultures et conquis les horizons.
Ils sont là, à vos côtés, ils semblent normaux, mais ce sont des super-héros.
Ils ont fait ce que les autres ne pouvaient pas faire, ils ont été l’arbre qui a résisté à l’ouragan des insultes, de la discrimination et de l’exclusion sociale.
Et ils l’ont fait parce qu’ils pensaient être seuls, et croyaient être seuls.
Exclus des tables de Noël de leurs familles, ils n’ont jamais rien vu d’aussi cruel. Ils ont perdu leur emploi, ils ont laissé leur carrière sombrer, ils n’avaient plus d’argent… mais ils s’en fichaient. Ils ont subi d’incommensurables discriminations, dénonciations, trahisons et humiliations… mais ils ont continué.
Jamais auparavant dans l’humanité il n’y a eu un tel « casting », nous savons maintenant qui sont les résistants sur la planète Terre.
Des femmes, des hommes, des vieux, des jeunes, des riches, des pauvres, de toutes races et de toutes religions, des non vaccinés, les élus de l’arche invisible, les seuls qui ont réussi à résister quand tout s’est effondré.
C’est vous, vous avez passé un test inimaginable que beaucoup des marines, commandos, bérets verts, astronautes et génies les plus coriaces n’ont pu surmonter.
Vous êtes fait de l’étoffe des plus grands qui aient jamais vécu, ces héros nés parmi les hommes ordinaires qui brillent dans l’obscurité.»

Christian Blanchon, général de l’armée française

Source :

Le message du Général Christian Blanchon rendant hommage aux non-vaccinés

NdR71 : cet hommage a été traduit en anglais et publié sur Veterans Today (VT), que nous traduisons et publions régulièrement.

French General pays Tribute to the AntiVax: “They seem Normal, but They are Superheroes”

Eugénisme d’hier à aujourd’hui… Des expériences nazies à Noah Harari et Davos, le travail de contrôle et le projet d’extermination de masse continue (avec Ingmar Bergman et « L’Œuf du serpent »)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 13 septembre 2022 by Résistance 71

Œuf_du_serpent

Dans le sillage de la dictature technotronique se mettant en place pas à pas pour verrouiller le monde dans une grille de contrôle qui donnera carte blanche à toutes les ignominies eugénistes de l’idéologie élitiste de la fange transhumaniste de cette caste pour l’heure dominante et complètement dégénérée, représentée publiquement par le lot de psychopathes émanant des entités d’oppression que sont les États et les cénacles marchands de la doxa bien pensante, tels les Henry Kissinger, Klaus Schwab, Bill Gates, Anthony Fauci, Emmanuel Macron, Jacques Attali et autre Yuval Noah Harari, bras droit et conseiller du CEO du FEM/Davos, professeur d’histoire à l’université de Jérusalem, qui demandait récemment à un journaliste qui l’interviewait “qu’est-ce que nous allons faire de tous ces inutiles ?”, à propos de la masse de gens dans le monde se retrouvant sur la touche. Quand nous écoutons ce taré parler et élaborer sur ce qu’il pense être l’évolution de l’Homme, cela nous rappelle immanquablement le monologue du Dr eugéniste à la fin du film d’Ingmar Bergman (loin d’être son meilleur, mais son seul film hollywoodien, ceci expliquant sans doute cela…) “L’œuf du serpent” (1977).
Nous avons traduit ce monologue en français er le reproduisons ci-dessous. Regardez ce qu’il se passe autour de nous, écoutez les propos des porte-parole de la caste du haut de la pyramide et la haine incessante déversée à l’encontre de l’humanité vue comme une perversion de la nature, qui doit être corrigée par ces apprentis-sorciers ; lisez ce monologue. Y voyez-vous des similitudes ? Pour nous, c’est transparent… Avec l’adoption du darwinisme-social comme idéologie du contrôle humain, l’Europe et les Etats-Unis de la fin du XIXème siècle jusqu’à après la seconde guerre mondiale, ont vu fleurir ces “sociétés eugénistes” pour l’amélioration du “stock humain”. Les atrocités nazies en son nom, dûment inspirées et financée par leur contre-partie anglo-saxonne ont fait que le mot “eugénisme” tombe en désuétude pour être remplacé par le mot … “génétique” ou “génie génétique”.  Les sociétés eugénistes ayant auparavant pignon sur rue furent remplacées par des organismes comme Planned Parenthood, dont le père de Bill Gates fut un dirigeant. Comme le dit le psy psycho dans son monologue ci-dessous, le boulot continue et si nous les laissons faire, ils mettront leur plan à exécution jusqu’au bout.
~ Résistance 71 ~

“Qu’allons nous faire de tous ces gens inutiles ?”
~ Yuval Noah Harari, entretien avec Alexandra Bruce, 17 mai 2022 ~

“Nous n’avons simplement pas besoin de la vaste majorité de la population mondiale. Les gens ne font plus partie de l’histoire du futur.”
~ Yuval Noah Harari, entretien Chris Anderson pour TED, août 2022~

Plus on en connaît de ces psychopathes idéologues dégénérés et plus le proverbe Lakota “Quand l’Homme s’écarte de la nature, son cœur durcit.” s’avère exact.

the_serpents_egg_10_ans

Le monologue du Dr eugéniste à la fin de “L’œuf du serpent”, I. Bergman, 1977

Note du traducteur : sans raconter le film pour ceux qui ne l’ont pas vu, il convient néanmoins de situer cette scène de la toute fin du film. L’action se passe dans l’Allemagne de 1923. Abel Rosenberg (David Carradine) est un juif américain, artiste de cirque, au chômage et coincé en Allemagne. Après le suicide de son frère Max, partenaire de cirque, il sombre dans l’alcoolisme et la débauche. De fil en aiguille, il est le témoin de choses de plus en plus bizarres. La scène du monologue du médecin nazi intervient dans la confrontation finale dans une clinique psychiatrique entre ce dernier et Abel. Le psy lui a montré des scènes d’expériences psychologiques faites sur des humains, après le visionnage, le Dr eugéniste dit ceci : (la scène se passe en 1923 ne l’oublions pas)

Dr eugéniste* : […] Nos ressources économiques sont limitées, nous sommes entièrement financés par des intérêts privés. Je ne suis pas un monstre Abel. Ce que vous venez de voir ne sont que les trois ou quatre premiers pas d’un développement logique et nécessaire. […] Dans quelques instants, je vais croquer cette capsule de cyanure. J’ai considéré brûler les archives et détruire les résultats de notre travail (NdT : le psy sait que la police est en route pour l’arrêter), mais ceci m’a semblé être un peu mélodramatique. La loi confisquera nos résultats d’expériences et va les archiver. Dans quelques années, la science demandera ces documents et nous continuerons nos expériences, mais cette fois-ci sur une échelle gigantesque. Nous sommes en avance sur notre temps Abel, nous devons être sacrifiés, tout ceci n’est que très logique. Dans quelques jours, il y aura une tentative de coup d’état dans le sud de l’Allemagne menée par un homme du nom d’Adolf Hitler. Herr Hitler n’a pas la capacité intellectuelle, ni la méthodologie. Il ne comprend pas ce que ses forces vont mettre en place. […] Abel, regardez ces photos (NdT : il montre des photos de gens dans la foule de rue), regardez tous ces gens, ils sont incapables de faire une révolution, ils sont trop humiliés, trop apeurés, trop diminués, mais dans 10 ans, les gamins de 10 ans en auront 20, ceux de 15 ans, 25. A la haine héritée de leurs parents, ils y ajouteront leur propre idéalisme et leur impatience. Quelqu’un va se mettre en avant et exprimer leurs sentiments avec des mots.
Certains promettront un futur, d’autres feront des requêtes. Quelqu’un parlera de grandeur et de sacrifice. Les jeunes et inexpérimentés donneront leur courage et leur foi aux fatigués et aux indécis et alors… il y aura une révolution et nos chemins connaîtront le sang et le feu. Dans 10 ans, pas plus, ces gens vont créer une nouvelle société et une histoire également inversée. La vieille société Abel, fut construite sur des idées extrêmement romantiques reposant sur la bonté intrinsèque de l’Homme, c’était très compliqué, car les idées ne ressemblaient en rien à la réalité. La nouvelle société sera basée sur une liste d’évaluation des potentiels de l’Homme et ses limites.
L’humain est une malformation, une perversité de la nature, c’est là qu’interviennent nos expériences. Nous gérons la construction de base et la réorganisation, nous lui donnons une nouvelle forme. Nous libérons les forces de production et contrôlons les forces destructrices ; nous exterminons ce qui est inférieur et améliorons ce qui est utile. […] Un jour, vous pourrez raconter tout ceci à qui vous voudrez et personne ne vous croira. N’importe qui faisant un minimum d’effort peut distinguer et comprendre ce qui nous attend dans le futur. C’est comme l’œuf du serpent. Au travers des fines membranes, vous pouvez déjà discerner le reptile parfaitement formé…

[la police frappe à la porte verrouillée et commence à la défoncer, le Dr nazi croque alors sa pilule de cyanure assis face à un miroir et se regarde mourir…]

(*) NdT : Originellement nous avions étiqueté le protagoniste comme « Dr nazi » mais il devient évident par la date (1923) et les propos du Dr qu’il n’est pas « nazi », il balaie Hitler d’un revers de pensée le disant incapable de comprendre. Il n’est qu’un représentant de cette caste eugéniste qui existe toujours aujourd’hui ! C’est ce qui fait la modernité du monologue et le génie et la capacité visionnaire de Bergman, qui aurait pu faire du personnage un simple nazi. Ce n’est pas le cas. Le nazisme n’a pas inventé l’eugénisme, il l’a mené à son pinacle de l’horreur moderne… jusqu’à aujourd’hui et cette affaire COVID dont les répercussions seront dramatiques pour l’humanité dans les années à venir. L’œuf va bientôt éclore si nous ne faisons rien…

“Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même. Quand votre regard pénètre longtemps au fond de l’abîme, celui-ci aussi, pénètre en vous.”
~ Nietzsche ~

“C’est la loi de la vie, son véritable sens. Nous ne pouvons pas imposer aux autres notre propre expérience ou les forcer à ressentir des émotions suggérées. Nous ne comprenons la vie qu’au travers de nos propres expériences.”
~ Andreï Tarkovski ~

IngmarBergman1
Ingmar Bergman et son chef opérateur Sven Nykvist, qui travailla avec Tarkovski
sur son dernier film « Le sacrifice » en 1986…

cauchemar-non

Faire tomber les mythes historico-anthropologiques sur l’État pour finir par… « N’être plus gouvernés »…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 juillet 2022 by Résistance 71

Chapas1
Pour un ¡Ya Basta! mondial…

N’être pas gouvernés

Roméo Bondon

Mai 2018

Source: https://www.revue-ballast.fr/netre-pas-gouvernes/

L’attention des anthropologues s’est bien souvent restreinte au « sauvage », à l’ailleurs, cette altérité en apparence si franche qu’elle semble parfaitement objectivable. La géographie, elle, bien qu’elle ait des racines libertaires certaines1, s’est aussi largement constituée comme science coloniale et étatique2. Peu nombreuses sont les recherches portant sur les « autres » d’ici, souvent présentés, du reste, comme d’archaïques ruraux déjà dépassés par l’avancée de l’Histoire3. Peu nombreuses aussi sont les études géographiques s’arrachant du cadre des États-nations4. Et si l’étrange, dont la différence fait aussi l’intérêt, n’était pas nécessairement lointain dans le temps et l’espace, ni aussi marginal qu’on pourrait le penser ? Et si l’Histoire s’était faite en majeure partie à l’écart de l’État, ou en tout cas contre ses premières formes (États rizicoles en Asie, proto-États dans l’Europe médiévale, jusqu’à leur consolidation progressive à l’époque moderne5) ? L’expérience en cours dans le bocage nantais, à « la ZAD », peut s’inscrire dans ce que le politologue James C. Scott a défini comme des « Zomia Studies », domaine de recherche ouvert avec son ouvrage Zomia, au sous-titre éloquent en ce contexte de lutte(s) : « ou l’art de ne pas être gouverné ».

« La Zomia est la dernière région du monde dont les peuples n’ont pas été intégrés à des États-nations6 ». Zone de deux millions et demi de kilomètres carrés en Asie du Sud-Est, la Zomia est avant tout une construction géographique dont les caractéristiques politiques et culturelles s’opposent fondamentalement à tout type d’État — en l’occurrence celui fondé sur la riziculture sédentaire autour des collines et montagnes de cette partie de l’Asie. « Zone refuge » formée de multiples « zones de morcellement7 », la Zomia n’obéit pas à des frontières fixes ; plus précisément, elle s’inscrit contre ces dernières, les fuyant à mesure qu’elles se sont étendues. Bien que la ZAD (Zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes se soit inscrite dans la délimitation stricte d’une ZAD (Zone d’aménagement différé) créée dans les années 1970, c’est sa pluralité d’identités, fédérées contre un projet et le monde qui le porte, qui la caractérise. Si l’on remplace dans le texte de James C. Scott le terme de « colline », propre à son terrain d’étude, par celui de « bocage », la ZAD apparaît comme un lieu exemplaire illustrant ce qu’est une Zomia. « Les collines ne sont pas seulement un espace de résistance politique : elles sont une zone de refus culturel8 ». C’est justement cet ajout que ne veulent pas voir les pourfendeurs de la ZAD, et qui les empêche d’en comprendre la portée.

Certes, le combat politique le plus visible a été gagné avec l’abandon du projet d’aéroport. Mais la lutte s’est toujours inscrite aussi contre une normalisation des comportements, dans la revendication d’une altérité qui se décline politiquement — des naturalistes en lutte aux autonomes, en passant par des paysans reconvertis — aussi bien que dans les pratiques — une agriculture à la marge des impératifs productivistes imposés par les subventions, des projets s’ancrant sur un territoire réduit mais en interdépendance avec celui-ci (là où la mondialisation implique une déterritorialisation des produits). Dans la région d’Asie qui occupe l’auteur, « “Habitants des forêts” ou “personnes des collines” est synonyme de non-civilisé9 » : n’est-ce pas comme tel que sont traités les opposants, traqués par une troupe de CRS détruisant toute habitation considérée comme précaire sur son passage ? Pour James C. Scott, « plus vous laissez de traces, plus grande est votre place dans l’histoire10 » : les archives sont matérielles ; l’Histoire qui en résulte est nécessairement partielle. De même qu’il ne reste plus rien du centre universitaire de Vincennes aujourd’hui, si ce n’est une clairière11, les autorités souhaitent que la lutte, victorieuse une fois, ne le soit pas de manière pérenne à travers une installation permanente. Les constructions collectives sont détruites pour cette même raison : elles symbolisent ce dont l’État ne veut pas, à savoir la mutualisation, la mise en commun, à rebours d’une jeune tradition propriétaire qui se veut originelle12. Le refus par l’État de tout projet collectif va dans ce sens ; la destruction d’un lieu au nom aussi symbolique que « La Ferme des Cent Noms » également. Car « même les structures sociales et les types d’habitats dans les collines pourraient être utilement envisagées comme des choix politiques13 ». L’utilisation de matériaux de récupération et légers sur la ZAD, comme dans les arbres à Bure ou à l’Amassada à deux pas des Causses, est une décision dictée par la nécessité de construire vite, mais est surtout la traduction d’une volonté de montrer qu’autre chose est possible : des chantiers collectifs pour des cabanes, des hangars, un phare, des habitations aussi diverses qu’il y a d’habitants, comme autant de pieds de nez à l’imposition de chantier décrétés « d’utilité publique ».

vivre_libre

Se fédérer contre, se diviser pour

Sur la ZAD peut-être plus que sur les autres sites en lutte, la diversité dans les profils d’habitants est la règle. Cette multiplicité s’est unie contre un projet, alors même que les installations sont diverses et les raisons de continuer la lutte aussi. Là où le cauteleux Nicolas Hulot a appelé à « ne pas confondre écologie et anarchie », les habitants de la ZAD prouvent que les deux sont indissociables dans leur combat. Une fois de plus, l’anarchie souffre de son image défigurée par ceux qui ont le pouvoir de le faire depuis plus d’un siècle. Qui mieux que le géographe libertaire Élisée Reclus pour rappeler que l’attention au milieu comme à la terre et l’anarchie s’associent bien plus qu’ils ne s’opposent ? Lui qui déplore les conséquences de l’industrialisation de son époque sur les montagnes et cours d’eau14 a également œuvré toute sa vie pour la réalisation de ses principes : « Notre destinée, c’est d’arriver à cet état de perfection idéale où les nations n’auront plus besoin d’être sous la tutelle ou d’un gouvernement ou d’une autre nation ; c’est l’absence de gouvernement, c’est l’anarchie, la plus haute expression de l’ordre15. » Les occupants de la ZAD l’avaient depuis le début annoncé : ils luttaient « contre l’aéroport et son monde » — Hulot n’a retenu que le premier de ces combats. L’aéroport étant abandonné, place au monde qui l’a porté : « Nous savons tous que ce que nous aurons à arracher demain sera le maintien de l’usage commun d’un territoire insoumis et ouvert, qui en inspire d’autres. Et que pour ce faire, nous devons construire des formes inédites16. »

Même si ce sont les barricades qui sont les plus visibles, la lutte est avant tout idéologique ; elle dessine un nouveau front entre les tenants de la propriété, l’État, et ceux qui souhaitent bâtir une vie hors d’un cadre uniformisé, dans un ensemble de projets collectifs. James C. Scott oppose une « agriculture d’évasion », qu’il perçoit comme faisant partie de « formes de culture destinées à se soustraire à l’appropriation étatique17 », à une agriculture sédentaire, pratiquée dans les plaines asiatiques et promue par les États pour fixer les populations. Les propositions d’installation sur la ZAD se veulent à la marge des cadres réglementaires habituellement mobilisés mais n’excluent pas d’être intégrées à un territoire dépassant la zone. Le grand écart avec l’État se situe dans la manière dont ces installations souhaitent durer. La « Ferme des Cent Noms » en est l’exemple le plus frappant : ce sont des projets collectifs qui étaient jusqu’à peu proposés, sans titre de propriété individuel. Le collectif des Cent Noms regroupait une vingtaine de personnes travaillant aux alentours de la ferme éponyme ; les chantiers collectifs, comme ceux menés au Très Petit Jardin en dépit des nuages de lacrymo, participent à la réalisation par tous d’un projet qui ne s’arrête pas à une personne. Étendre cette communalisation serait rendre les occupants invisibles pour les instances de régularisation agricoles (MSA et chambres d’agriculture) ; c’est cela même qui gêne tant l’État. « Les dirigeants étatiques considèrent comme presque impossible d’instaurer une souveraineté effective sur une population constamment en mouvement, qui n’a pas de forme permanente d’organisation, qui ne se sédentarise pas, dont le gouvernement est éphémère, dont les formes de subsistance sont flexibles et peuvent changer18».

L’impossible souveraineté, et dès lors l’improbable autorité étatique sur ces projets, implique un emploi de la force pour les détruire. La seule alternative proposée passe par la propriété individuelle. À cela, les habitants de la ZAD pourraient opposer l’histoire coloniale de l’État français et ceux qui lui ont résisté. C’est cette même altérité qui a été combattue dans une Algérie colonisée par la loi Warnier (1873), interdisant toute indivision des terres et permettant l’accaparement de plus de terres encore par les colons. S’appuyant sur d’autres exemples historiques, situés pour leur part en forêt, Jean-Baptiste Vidalou a rappelé la connivence entre la colonisation et l’aménagement du territoire, la colonisation et l’action violente de l’État, là où ce dernier peine à se faire « respecter »19. La propriété en indivision décrétée par les opposants au transformateur électrique de Saint-Victor-et-Melvieu, village où s’est bâti l’Amassada, est une manière de lutter contre une confrontation par trop déséquilibrée entre un propriétaire et l’État. Celui-ci trouve face à lui une pluralité d’habitants, qu’il ne sait dès lors comment traiter autrement que par la force.

rité qui a été combattue dans une Algérie colonisée par la loi Warnier (1873), interdisant toute indivision des terres et permettant l’accaparement de plus de terres encore par les colons. S’appuyant sur d’autres exemples historiques, situés pour leur part en forêt, Jean-Baptiste Vidalou a rappelé la connivence entre la colonisation et l’aménagement du territoire, la colonisation et l’action violente de l’État, là où ce dernier peine à se faire « respecter »19. La propriété en indivision décrétée par les opposants au transformateur électrique de Saint-Victor-et-Melvieu, village où s’est bâti l’Amassada, est une manière de lutter contre une confrontation par trop déséquilibrée entre un propriétaire et l’État. Celui-ci trouve face à lui une pluralité d’habitants, qu’il ne sait dès lors comment traiter autrement que par la force.

Palresistance

Se diviser contre, se fédérer pour

On pourrait appliquer à chaque territoire en lutte ce que l’anthropologue Pierre Clastres relevait de ses observations chez les Guarani et dans ses lectures ethnographiques : une Zomia, la ZAD ou le Chiapas, ces espaces se définissent comme un « tout fini » parce qu’ils sont « un Nous indivisé ». Pour Clastres, « la communauté primitive peut se poser comme totalité parce qu’elle s’institue comme unité20 ». En dépit d’un essentialisme problématique chez l’auteur, on peut néanmoins souligner que ce même processus est visible à Notre-Dame-des-Landes et sur nombre de territoires en lutte : un combat fédère et englobe dès lors, sous un seul nom, une multitude de choix. Ce « Nous indivisé » que forment les « zadistes » peut également s’atomiser pour contraindre au mieux l’avancée des forces de l’ordre, en utilisant leur terrain. Cette connaissance de l’espace, les habitants de la ZAD la partagent avec les Ariégeois lors de la guerre des Demoiselles au XIXe siècle ou les Cévenols au XVIIe lors de la guerre des Camisards, chacun des deux territoires s’étant opposé à l’avancée de la puissance étatique. Comme le rappelle Jean-Baptiste Vidalou, la pratique quotidienne de la forêt était un atout dans la dispersion des habitants ou le regroupement opportun. Au sein de la ZAD, s’il y a division, c’est avec bienveillance — du moins, tant que faire se peut —, entre les différents choix de vie expérimentés : « Il y avait dans l’air comme un esprit joyeux de jacquerie et de partage : “On se côtoyait aussi bien autour d’un repas que derrière une barricade”. Gilles s’anime : “Au cours de ces moments intenses, les étiquettes disparaissent”, les identités deviennent poreuses, “de l’anarcho-communiste au paysan, du punk au naturaliste, on ne sait plus qui est qui”21. »

S’il y a division, c’est aussi sous la contrainte, comme outil stratégique pour éviter de s’enfoncer dans un conflit sans fin — c’est la « stratégie d’autodéfense administrative », soit l’acceptation, par une délégation, de proposer des projets d’installation individuels va dans ce sens. Mais il ne fait aucun doute que ces derniers n’auront d’individuel que le nom : le nom de celui ou celle qui subira les obligations imposées par l’UE et l’État à toute exploitation agricole. La multifonctionnalité des paysans, réclamée par l’OCDE dès les années 1990 et décrétée dans les années 2000 avec la réforme de la PAC, est pourtant au principe de ce qu’est la paysannerie. L’impératif « post-productif » lancé aux campagnes aujourd’hui croit être novateur en mêlant travail sur la terre et préservation du paysage : c’était pourtant un processus à l’œuvre bien avant que l’agriculture industrielle ne s’immisce au cœur des pratiques paysannes. Seulement, alors que l’accroissement normatif est avant tout dirigé vers les monocultures céréalières, chacun y est sujet comme s’il était aussi néfaste sur le plan environnemental — et les projets portés à Notre-Dame-des-Landes n’y feront peut-être pas exception. Bien que l’étude soit datée, les affirmations du sociologue rural Henri Mendras prophétisant La Fin des paysans (1967) peuvent encore être lues avec profit : « c’est le passage de la logique paysanne à la rationalité économique dans la gestion des exploitations qui résume et symbolise le conflit de civilisation et la transformation du paysan en producteur agricole22 ». C’est aujourd’hui le mouvement inverse qui effraie l’État et déclenche sa logique répressive.

BD_assembleedupeuple

L’indivision est un principe fondamental de ces luttes, laissant à la diversité des projets la possibilité de s’étendre sans entrave. Mais la fédération de chacun autour d’un combat ne s’opère pas seulement contre un monde ou une agression ; elle se construit également pour un avenir commun. Des expérimentations similaires se retrouvent sur chacun des territoires en lutte ou en passe de l’être : des projets agricoles ayant à cœur de revenir à l’autonomie paysanne, des lieux de vie communs où échanger et partager comme à l’Amassada de Saint-Victor-et-Melvieu, des bibliothèques comme celle du Taslu à la ZAD, communes elles-aussi… L’importance des moyens mis en œuvre pour déloger les habitants de la ZAD indique la crainte de l’État de voir son autorité remise en cause. Mais, peut-être plus encore, c’est de voir émerger un contre-pouvoir qui, au lieu de combattre frontalement, ne souhaite que rester à l’écart et prouver que ce qu’il fait est possible, qui effraie. Ce qui se joue à Notre-Dame-des-Landes prouve que se poser à la marge n’est pas une attitude si absurde que ça ; que c’est plutôt encourager l’inacceptable — de l’agriculture industrielle à la financiarisation de la culture, de la précarisation des travailleurs au délaissement des plus démunis — qui est inimaginable.

Notes :

Élisée Reclus et Pierre Kropotkine ont tous deux appliqué leur raisonnement géographique à leur anarchisme, et inversement. Le premier a écrit une Nouvelle Géographie Universelle (1876–1894) aussi bien que L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchique (1902) ; le second appuie sa théorisation de l’entraide sur les observations qu’il a pu mener en Sibérie. Sur leurs travaux et parcours respectifs, voir Philippe Pelletier, Géographie et anarchie : Reclus, Kropotkine, Metchnikoff, Éditions du Monde libertaire, 2013.↑

L’Institut Géographique National (IGN) est issu du Service Géographique de l’Armée (SGA) ; les colonies françaises ont servi de terrain à de nombreux géographes, constituant un courant à part entière — la géographie coloniale — dont la géographie tropicale puis du développement sont issues.↑

Pour des approches hétérodoxes, voir Jeanne Favret-Saada, Les Mots, la Mort, les Sorts, Gallimard, 1977 et Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979.↑

Le géographe libertaire canadien Simon Springer revient sur cette connivence dans son ouvrage Pour une géographie anarchiste (2018) : les géographes ont d’abord été mobilisés dans des contextes belliqueux — Emmanuel De Martone a par exemple été convoqué pour la modification des frontières européennes suite à la Première Guerre mondiale — puis pour l’aménagement du territoire. Par ailleurs, si le marxisme, à la suite de David Harvey, est bien représenté dans la discipline, l’anarchisme était jusqu’à peu quasiment inexistant.↑

Voir Philippe Contamine (dir.), Guerre et concurrence entre les États européens du XIVe au XVIIIe siècle, PUF, 1998.↑

James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Seuil, 2013, p. 9.↑

Ibid., p. 29.↑

Ibid., p. 44.↑

Ibid., p. 54.↑

Ibid., p. 61.↑

Voir Virginie Linhart, Vincenne, l’université perdue, coproduction Arte France, Agat films & Cie, 2016.↑

Le droit de propriété est défini comme droit naturel et imprescriptible dans l’article deux de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen ; la Loi du partage du 5 juin 1793 réduit la possibilité d’user de biens communaux. Tout comme le mouvement des enclosures en Angleterre, l’avènement de la propriété privée comme droit est historique, datable donc, et non naturel.↑

James C. Scott, op. cit., p. 59.↑

« Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », Revue des Deux Mondes, 1864, réédité aux éditions Barthillat, 2019.↑

Élisée Reclus, « Développement de la liberté dans le monde » (1851), dans Écrits sociaux, Héros-Limite, 2012.↑

Collectif Mauvaise Troupe, Saisons – nouvelles de la zad, éditions de l’Éclat, 2017.↑

James C. Scott, op.cit., p. 47.↑

Ibid., p. 67.↑

Voir Jean-Baptiste Vidalou, Être forêts, habiter des territoires en lutte, La Découverte, 2017.↑

Pierre Clastres, Archéologie de la violence, la guerre dans les sociétés primitives, éditions de l’Aube, 2013, p. 43.↑

Gaspard d’Allens et Lucile Leclair, Les Néo-paysans, Seuil / Reporterre, 2016, p. 62.↑

Henri Mendras, La Fin des paysans, Acte Sud, 1992, p. 24.↑

= = =

Lectures anthropologiques complémentaires sur Résistance 71 :

Notre page “Anthropologie politique”

Notre page “Pierre Clastres”

Zomia et le travail de James C Scott, nos traductions :

“L’art de ne pas être gouvernés” et “Contre le grain, une histoire profonde des premiers états”

pirate

revolutionsociale

Révolte des paysans hollandais, éveil mondial et rébellion pour un mouvement Gilets Jaunes 2.0 universel contre la dictature technotronique planétaire (avec James Corbett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 17 juillet 2022 by Résistance 71

 

but_NOM
Dictature technotronique en marche…

Une chose à dire ici avant de laisser la place au toujours excellent James Corbett : le fond de l’affaire hollandaise est intéressant, parce que cela implique une réalité de terrain, contrairement à toutes les fadaises climato-anthropiques, celle du surplus polluant des produits nitrés et ammoniaqués en provenance des fermes animales. Le même problème existe en Bretagne par exemple, avec l’excès de nitrate dans l’environnement dû aux fermes porcines, provoquant un grand déséquilibre dans la nature et une prolifération de végétation indésirable (les marées d’algues), la prolifération accrue de mauvaises herbes nécessitant toujours plus de chimique. Le problème polluant est réel, les solutions apportées par les gouvernements globalistes à la solde de la tyrannie étatico-marchande sont bien entendu, totalement inappropriées et ne font que suivre un agenda de mesures bien précises énoncées et analysées ci-dessous et avec précision par Corbett. Ce qui est pernicieux dans cette crise hollandaise, c’est qu’elle est fondée sur un véritable problème, généré à la base par des politiques de production totalement inappropriées si ce n’est à une logique marchande inique et criminelle, que les paysans ont dû suivre, parce que tout ce système est géré par une clique de technocrates incompétents, pire, criminels, car inféodés aux implacables rouages de la marchandise en mouvement.
Le problème vient de l’irresponsabilité criminelle d’un système hors de contrôle entretenant et pataugeant dans sa propre fange, un système au bout de son rouleau, cherchant à se métamorphoser une énième fois pour perdurer.  La seule solution viable, qui devra être et sera atteinte par les peuples unis au delà des frontières et de l’illusion étatico-marchande, est celle qui nous verra mettre en place une société sans État, sans marchandise (sans rapport marchand), sans argent et sans salariat pour que se réalise enfin notre humanité vraie. L’avenir de l’humanité est là, passe par là et non pas par la manipulation du génome humain et le trans humanisme en cours, dernier avatar pseudo-scientifique d’une soi-disant élite dégénérée hors-sol et dont les intérêts sont à l’opposé total des 99,999% des humains et des mondes animal et végétal de cette planète.
Rappelons-nous aussi ce que nous disait déjà Gustav Landauer en 1911 : “La question sociale est une question agraire.” Certains commencent vraiment à la poser dans les bons termes… Agissons donc en conséquence. Tout le pouvoir aux ronds-points ! Devenons des Gilets Jaunes Solidaires Unis Persévérants Réfléchis Agissants… des S.U.P.R.A Gilets Jaunes !
Dans l’esprit de Cheval Fou
~ Résistance 71 ~

“Dès que l’État n’est plus à même d’imposer l’union forcée, l’union surgit d’elle-même, selon les besoins naturels. Renversez l’État, la société fédérée surgira de ses ruines, vraiment une, vraiment indivisible, mais libre et grandissant en solidarité par sa liberté même.”
~ Pierre Kropotkine ~

« La machine de l’État est oppressive par sa nature même, ses rouages ne peuvent fonctionner sans broyer les citoyens, aucune bonne volonté ne peut en faire un instrument du bien public ; on ne peut l’empêcher d’opprimer qu’en le brisant. »
~ Simone Weil ~

formatage
A bas le formatage !

Maintenant, nous sommes tous des paysans hollandais

Par James Corbett

corbettreport.com

17 juillet 2022

Article original : https://corbettreport.substack.com/p/were-all-dutch-farmers-now

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

NdT : le texte original contient une foule d’hyperliens vers les sur ces de tout ce qui est avancé dans l’analyse.

Depuis des semaines maintenant, les paysans hollandais se sont engagés dans des manifestations des plus chaudes contre le plan de leur gouvernement de diminuer de moitié les émissions d’azote et d’ammoniaque agricoles de la Hollande d’ici à 2030. Il est estimé qu’avec ce plan, qui demandera des réduction d’émission jusqu’à 95% dans certains endroits, demandera aussi une réduction de 30% du cheptel et mènera bon nombre de paysans du pays à la banqueroute.

Les manifestations ont été particulièrement chaudes alors que des dizaines de milliers de personnes descendaient dans les rues pour bloquer les routes du pays, brûler des ballots de paille et arroser les maisons des politiciens de purin. Dans un incident récent, la police hollandaise a même tiré à balles réelles sur un des manifestants (de 16 ans) qui tentait de passer un cordon de police avec son tracteur.

Oui, les scènes en provenance de la campagne hollandaise habituellement si paisible sont choquantes. Mais elles ne devraient pas l’être. Elles ne sont juste que le début d’une grande bataille mondiale qui est en train de prendre forme entre les peuples libres du monde et les technocrates qui ont commencé leur répression sur eux au nom du néo-esclavagisme du développement durable de l’agenda 2030.

Ne vous y trompez pas : Qui que vous soyez, où que vous viviez, quoi que vous fassiez, ces élitistes affamés de pouvoir vont attaquer votre vie juste après. Nous sommes tous des paysans hollandais maintenant.

Ceci est l’histoire du comment on en est arrivé là, où nous allons et ce que cela veut dire.

gilets-jaunes-pouvoir_au_peuple

La bataille a commencé

Vous rappelez-vos du mouvement des Gilets Jaunes en France ? Ce mouvement populiste qui s’est levé en 2018. Ces gens endossant le gilet jaune comme signe de ralliement, ce gilet obligatoire dans tous les véhicules pour des raisons de sécurité routière ? Vous rappelez-vous comment ils occupèrent les rues de France semaine après semaine après semaine après semaine, dans une série de manifestations allant crescendo qui menacèrent à un moment de renverser le gouvernement Macron ? Bien sûr vous vous en rappelez.

Maintenant, vous rappelez-vous pourquoi ce mouvement a débuté ? Probablement pas, parce que la réponse ne s’intègre pas facilement dans le narratif propagandiste des merdias de masse. La taxe carbone (NdT : sur le gasoil). Les manifestations initiales étaient à la taxe carbone.

Spécifiquement, le ministère français de la transition écologique (si, si, ça existe apparemment donc…) avait décidé dans sa grande sagesse, que la “taxe écologique” sur le carburant et spécifiquement le gasoil (qui existe notons-le), était trop faible, alors ils l’ont augmenté. Ceci a déclenché la fureur du public, qui souffrait déjà d’augmentation des prix du carburant. Et là, juste comme ça, un nouveau mouvement de protestation national (puis international) est né.

Slog1

Bien sûr, la plus grande partie des manifestants ne questionnaient pas la grande escroquerie du réchauffement climatique anthropique per se. Ils ne connectaient pas les points entre l’escroquerie du changement climatique (anthropique) et l’agenda eugéniste du carbone et les plans de dépopulations néo-malthusiens, pondus par l’élites mondialistes hors-sol. Ils ne se souciaient que de leur porte-feuille et pouvoir d’achat. (NdT : pas tout le monde, nous le savons, certains groupes Gilets Jaunes allèrent au-delà, bien au delà, rendons ici hommage au mouvement des assemblées populaire, de l’Assemblée des Assemblées démarré à Commercy, des maisons du peuple, initiatives qui doivent être continuées… Corbett ne connaît pas tous les détails du mouvement des GJ et nous l’en excusons, pas facile à suivre depuis le Japon, sans comprendre le français…)

Mais peut-être est-ce le point crucial. Alors que le masque tombe sur cet agenda “vert” et que les gens commencent à y voir clair et comprendre ce que c’est vraiment, une attaque délibérée sur les vies des citoyens de base, des travailleurs salariés du quotidien, de plus en plus de gens sont attirés dans le combat, qu’ils comprennent ou non la véritable nature de toute l’affaire.

Comme je l’ai documenté auparavant, cette grande lutte entre les sans-dents et leurs soi-disants saigneurs néo-féodaux, a commencé à se produire fin 2019… mais la grande confrontation fut retardée par la plandémie. Soudainement, des millions de personnes qui seraient descendues dans les rues pour protester les dernières taxes carbone et autres mesures vertes déjantées, se retrouvèrent bloquées chez elles par leurs gouvernements respectifs, pour beaucoup d’entre elles de manière volontaire, terreur aidant. Mais, maintenant que la télé ne dit plus aux gens de rester enfermés chez eux par la terreur fondamentale organisée par la coterie covidiste (sauf si vous vivez en Chine), le cessez-le-feu temporaire est venu à terme. Les derniers coups en date sont donc délivrés par les paysans hollandais.

Mais la bataille ne fait pas rage qu’en Hollande bien entendu. En 2020, le Canada a fait le même topo sur les réductions azotées, promettant de diminuer les émissions de dérivés nitrés des engrais de 30% d’ici 2030. Et nous savons déjà comment la gouvernement canadien réagira aux inévitables manifestations des paysans canadiens. Regardez simplement ce qu’ils ont fait aux routiers du “convoi de la liberté” bloquant Ottawa.

Et comme le fait remarquer Kit Knightly d’Off-Guardian, “Le Danemark, la Belgique et l’Allemagne considèrent déjà des politiques de réduction de produits nitrés” et la GB et les Etats-Unis ont déjà mis en place des plans pour payer les paysans… à ne plus produire.

Kit Knightly conclut :

De fait, dans un monde voué à une pénurie d’engrais à cause de sanctions contre la Russie et la Biélorussie, cela paraît complètement fou de se plaindre d’un surplus de purin et d’engrais naturel, encore plus de vouloir le réduire. Nous sommes bien au delà du point ou tout ceci pourrait être considéré comme accidentel, n’est-ce pas ? Disons le en ces termes : Si les gouvernements occidentaux essayaient d’appauvrir et d’affamer leurs citoyens, que ferait-il différemment en fait ?…

Il n’y a plus aucun doute à ce stade : avec leurs taxes carbone et leurs restrictions sur la production agricole, les apprentis contrôleurs sont en train de délibérément effondre l’économie mondiale. Les flammes de la protestation ne sont que les résultat parfaitement prévisible de cette démolition contrôlée en règle.

Et aussi loin que cela paraisse être bien mauvais, nous n’avons encore rien vu…

Lion_eveil

Où allons-nous ?

Il y a un truc bizarre au sujet de cette guerre qui couve entre les élitistes et la classe travailleuse (NdT : celle qui produit vraiment la richesse et le bien-être commun) : Ces escrocs psychopathes ne cachent même pas le fait qu’ils sont radieux à l’idée du projet de réduction du travailleur de base à un servage abject.

Prenez l’assertion récente du candidat libéral de l’Ontario Granville Anderson disant qu’augmenter les prix du carburant a en fait un effet bénéfique : moins de mignons pourront se permettre de conduire, ce qui les forcera à trouver d’autres modes de transport (en d’autres termes : laissez les bouffer de la voiture électrique)

Ou voyez le FEM/Davos (ainsi que bien d’autres) déclarer que les confinements ont en fait “amélioré les villes” en freinant les gens de s’engager dans leurs vies quotidiennes ; alors que la raison évidente pour le travailleur moyen fut que les confinements furent conçus comme arme dirigée contre lui, l’empêchant de gagner sa vie, contribuant ainsi à l’augmentation, pandémique elle, de la pauvreté, de l’isolation sociale, de la dépression nerveuse, menant beaucoup à la consommation et à l’abus de substances (alcool, drogues, anti-dépresseur / anxiolytiques…) ou, dans certains cas même, au suicide.

Une fois de plus, il est important de se rappeler que ni ces attaques sur la classe travailleuse appauvrie ni la réponse colérique qu’elles déclenchent sont le résultat d’une incompétence ou d’un manque d’attention et de connaissance de la part de ces faiseurs d’agenda. Absolument pas, tout ceci fait partie intégrante du plan.

Vous vous rappelez du “zéro absolu” ? Titre d’un rapport de l’UK FIRES, “une collaboration entre les universités d’Oxford, Cambridge, Nottingham, Bath et l’Imperial College of London”, qui “a pour but de révéler et de stimuler la croissance industrielle en Grande-Bretagne, de manière compatible avec une transition rapide vers le zéro émissions.” Comme vous pouvez vous en rappeler de mon rapport sur le sujet, leur plan prévoit l’élimination du voyage aérien, de l’envoi de cargo et de parcels, de la construction et en fait de toute autre activité productrice humaine d’ici à 2050, ce au nom de cet “agenda vert” absolument anti-humain, anti-humanité.

Nous devenons ici clarifier quelque chose : ceci n’est en rien une menace voilée. Si les eugénistes qui tirent les ficelles des affaires globales réussissent dans leur entreprise, ils lâcheront leurs chiens d’attaque, les mignons vendus au système de la bureaucratie ONUesque et du FEM/Davos ainsi que les “leaders” politiques de chaque pays, afin de remplir et satisfaire cet agenda.

Cet agenda implique la fermeture de l’économie productrice (au nom de sauver la planète Terre bien sûr) et de réduire la population mondiale dans ce processus. Que la population finisse par riposter à cet assaut assassin n’est en rien surprenant ; ainsi donc va la création de tous ces départements de sécurité de la patrie et de la bio-sécurité étatique, qui se sont mis en place ces dernières décennies. Nous sommes maintenant arrivés au point où toute manifestation peut être étiquetée comme “insurrection” menée par des “terroristes intérieurs” pouvant justifier toute sorte de punitions, incluant le verrouillage externe de la personne hors du système financier, ne la laissant plus avoir accès à rien.

La pression monte. Le chalut a été mis en place. La bataille va commencer bientôt… Qu’est-ce qui va suivre ?

cauchemar-non

Ce que cela veut dire

Qu’on le sache ou pas, nous sommes en guerre. Et que nous le sachions ou pas, cette guerre est une bataille entre une majorité massive de la population humaine et les quelques ceux au sommet de la pyramide qui cherchent toujours plus de contrôle sur la population pour finalement pouvoir la réduire dramatiquement. Les lignes de bataille ne sont peut-être pas encore très claires, il y a encore pas mal de dupes inconscients qui agissent pour faire échouer les systèmes de contrôle technocrates sans savoir ce qu’ils font. Et il y a ceux qui croient toujours dans ces mensonges institutionnalisés des élitistes mondialistes, comme par exemple, cette vaste escroquerie au réchauffement climatique anthropique et qui donc jouent le jeu, sans le savoir, de cet agenda 2030.

Mais alors que le système financier global perd de plus en plus ses boulons et que le train de la croissance économique déraille toujours plus avant, de plus en plus de gens s’éveillent à la vérité fondamentale : ceci est une guerre pour notre vie même. Ceci est une guerre pour le droit de vivre comme nous l’entendons, libres de toute interférence avec ces dirigeants auto-proclamés qui oseraient nous dire ce que nous pouvons manger ou pas, si oui ou non nous pouvons voyager et même si nous pouvons ou pas travailler la terre et nous nourrir. Ceci est une guerre d’indépendance de ces parasites élitistes qui tentent de fermer notre économie et nous précipiter dans une ère néo-féodale.

Etant donné que nous sommes engagés dans cette guerre d’indépendance, le célèbre discours de Patrick Henry lors de la seconde convention de Virginie semble devenir de plus en plus important.

Il est vain, monsieur, d’exténuer l’affaire. Les braves gens peuvent bien crier Paix, Paix, mais il n’y en a point. La guerre a en fait débuté ! La prochaine bourrasque qui va balayer en provenance du Nord amènera à nos oreilles le choc et la fureur des armes ! Nos frères sont déjà sur le champ de bataille ! Pourquoi demeurons-nous ici si passifs ? Que désirent les gentlemen ? Qu’auraient-ils ? La vie est-elle si chère ou la paix si suave, que cela suffise à être acheté au prix des chaînes de l’esclavage ? Ne le permettons pas ! Par dieu tout puissant ! Je ne sais pas ce que feront les autres, mais pour moi, donnez moi la liberté ou la mort !

Tout aussi important à notre lutte d’aujourd’hui que cela l’était pour ceux combattant dans le révolution américaine, est cette observation d’un tel conflit : “Nous devons nous tenir les coudes, nous devons être suspendus les uns aux autres, ou alors nous serons (sus)pendus séparément.

C’est une vérité auto-évidente que de réaliser que la classe dirigeante a investi une grande partie de son temps et a dévoué beaucoup de ses considérables ressources à atomiser la société, à la rendre dysfonctionnelle. La classe dirigeante et ses dupes de service ont focalisé leur attention sur toute les lignes de fracture possibles : classe, race, sexe, genre, religion, allégeances politiques et toute chose nous séparant que vous pouvez imaginer, ceci comme stratégie consciente de maintenir les masses en antagonisme permanent pour qu’elles se combattent, les empêchant ainsi de s’unir contre leur véritable ennemi : les mondialistes et leur système. Nous ne pouvons pas contester le fait que ces contrôleurs en herbe ont été incroyablement satisfaisant dans leur stratégie du diviser pour mieux régner. Leur succès au fil des siècles est indéniable.

vax_tagueule

L’implication évidente est que ce dont les mondialistes ont le plus peur c’est qu’une grande masse de gens s’unissent en opposition à leur non-sense profondément impopulaire. Ces pourquoi toute la fine équipe de lèche-bottes de l’establishment et des merdias de masse ainsi que les pitres du monde universitaire, passent maintenant le plus clair de leur temps à décrier et vouer aux gémonies le “populisme” de l’époque actuelle. Au cas où vous ne vous en seriez pas encore rendus compte jusqu’à présent, toute les platitudes que les politiciens ont déblatéré au sujet de la “liberté” et de la “démocratie” n’ont été juste que ça : des platitudes pour mener les gens à acquiescer autour d’eux et approuver les agendas politiques à la demande pour finalement les rejeter et diaboliser comme “populisme crasse” quand les gens rejettent et désavouent ce que les dirigeants dictent et affirment.

Oui, il est grand temps de balancer cette division bidon et illusoire du paradigme politique “gauche / droite” et autres coins enfoncés, qui nous ont maintenu divisés et asservis depuis si longtemps. L’idée que des groupes qui ne se voient physiquement pas peuvent s’unir contre une menace existentielle à laquelle ils font face, n’est pas un délire de midinette ahurie. En France, les forces populiste de “gauche” et de “droite” se sont unifiées pour mettre en échec le passeport sanitaire COVID mis en place par le pays.

Cela peut être fait. Cela doit être fait. Il n’y a pas d’alternative. Nous devons commencer à bâtir le mouvement de masse contre l’agenda 2030 avant que le nœud coulant ne se resserre autour de nos cous et que nous nous retrouvions dans les griffes du système de contrôle technocratique (NdT : ce que nous appelons ici la grille de contrôle technotronique, alliant les paSS sanitaires à la technologie / bureaucratie de la 5G, smart cities etc etc…). Que ceci nous affecte ou pas encore, nous devons comprendre que cela va nous rattraper suffisamment tôt si nous ne nous soulevons pas en masse dès maintenant !

Et c’est exactement ce qui se passe…

A travers l’Europe, des gens se soulèvent en solidarité avec les paysans hollandais. Les paysans allemands aident les paysans hollandais à verrouiller la frontière germano-hollandaise. Les paysans italiens sont dans les rues aux cris de “Nous ne sommes pas des esclaves, nous sommes des paysans !” Les paysans polonais se soulèvent à Varsovie. Même les Canadiens se mettent en mouvement portant des banderoles “Je soutiens les paysans hollandais” dans ;leurs propres manif’ pour la liberté.

Et cette semaine, une nouvelle video a émergé appelant pour des manifestations mondiales en soutien des paysans hollandais. Soutenant la ligne du “Le monde est hollandais”, la vidéo fait un parallèle entre le mouvement de résistance actuel avec les mouvements de résistance non-violent du XXème siècle et appelle les gens du monde entier de soutenir et être solidaires des paysans hollandais, ce dans une manifestation mondiale qui se tiendra le 23 juillet.

Un Grand Éveil est en train de se produire. Les barrières entre les peuples sont en train de tomber alors que de plus en plus de monde comprend l’agenda mondial et les injustices qui sont infligées et que celles-ci arrivent toujours tôt ou tard là où on est, Beaucoup comprennent maintenant qu’une ligne a été tracée dans le sable et que le moment de se tenir debout et de cesser de reculer est venu.

Maintenant… Nous sommes TOUS des paysans hollandais !

manifGJ
Gilets Jaunes 2.0 !…

= = =

“La question sociale est une question agraire…” (Gustav Landauer, 1911)

“Obéir, non ! Et gouverner ? Jamais !”
~ F. Nietzsche (Le gai savoir #33) ~

“Celui qui est contre la guerre est par ce seul fait dans l’illégalité. L’état capitaliste considère la vie humaine comme la matière véritablement première de la production du capital. Il conserve cette matière tant qu’il est utile pour lui de la conserver. Il l’entretient car elle est une matière et elle a besoin d’entretien et aussi pour la rendre plus malléable il accepte qu’elle vive.
[…] L’état capitaliste se sert de la vie. La guerre n’est pas une catastrophe, c’est un moyen de gouvernement. L’état capitaliste ne connaît pas les hommes qui cherchent ce que nous appelons le bonheur, les hommes dont le propre est d’être ce qu’ils sont, les hommes en chair et en os ; il ne connaît qu’une matière première pour produire du capital. Pour en produire, il a besoin à un certain moment de la guerre, comme un menuisier a besoin d’un rabot, il se sert de la guerre. […] L’état capitaliste a besoin de la guerre, c’est un de ses outils. On ne peut tuer la guerre sans tuer l’état capitaliste. Je parle objectivement. Voilà un être organisé qui fonctionne… Dans cet être organisé, si j’enlève la guerre, je le désorganise si violemment que je le rend impropre à la vie, à sa vie, comme si j’enlevas le cœur au chien, comme si je sectionnais le 27ème centre moteur de la chenille. […]
Je préfère vivre. Je préfère vivre et tuer la guerre et tuer l’état capitaliste. Je préfère m’occuper de mon propre bonheur. Je ne veux pas me sacrifier ; je n’ai besoin de sacrifier qui que ce soit. Je ne veux me sacrifier qu’à mon bonheur et au bonheur des autres. Je refuse les conseils des gouvernements de l’état capitaliste, des professeurs de l’état capitaliste, des poètes, des philosophes de l’état capitaliste. […] Il n’y a qu’un seul remède: notre force. Il n’y a qu’un seul moyen à utiliser: la révolte, puisqu’on n’a pas entendu notre voix. Puisqu’on ne nous a jamais répondu quand on a gémi.”
~ Jean Giono, “Refus d’obéissance”, 1937 ~

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

R71 ON NE SE SOUMETTRA PAS

« La question sociale est une question agraire » (Gustav Landauer)… Défendre les terres agricoles contre la tyrannie marchande est un élément révolutionnaire vital ! ZAD partout… Bonheur au bout !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 11 juillet 2022 by Résistance 71

ZAD_Partout

“La question sociale est une question agraire…”
~ Gustav Landauer ~

Quand les mouvements de ZAD et des Gilets Jaunes se rencontreront, fusionneront, alors nous aurons une superbe base (r)évolutionnaire. Ne pas penser « survie », mais penser « vie » totale et achevée dans une société habitée de nouveau de l’esprit de puissance organique et du souffle vital, qui a dû être éradiqué pour que perdure le système étatico-marchand. Se donner les moyens du but, c’est commencer par dire NON !. C’est tout.
~ Résistance 71 ~

Appel à défendre les terres agricoles pour empêcher le grand reset de Klaus Schwab en créant des ZAD (zone à défendre) sur toutes les terres agricoles que le NWO veut encore nous voler!

Anonyme

9 juillet 2022

« le commissaire Frans Timmermans a demandé que dix pour cent des terres agricoles soient mises en jachère dans toute l’Europe »

« Mardi soir, la police a tiré des coups de feu sur une manifestation d’agriculteurs à Heerenveen. Le groupe Facebook Verzet Friesland rapporte que Jouke, 16 ans, a été abattu par la police alors qu’il s’enfuyait avec son tracteur. »

« Les anti-mondialistes néerlandais prient pour que cette manifestation soit la goutte d’eau qui sonnera le glas de Rutte  »

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/07/08/demolition-controlee-aux-pays-bas-une-ferme-sur-trois-doit-etre-fermee-ou-expropriee/?unapproved=216685&moderation-hash=30a5502dc06292945e2f84ac03d6d966#comment-216685

Donc on a bien la confirmation que tant que 10% des terres agricoles appartiennent encore à nos agriculteurs européens, ils ne pourront pas encore faire leur grand reset, crash économique, tickets de rationnements, chantage pour la piquouze forcée, etc… 

et ces anti mondialistes néerlandais et agriculteurs néerlandais n’ont pas compris que la résistance n’est pas d’aller dans les smart city manifester et se faire tirer dessus.

C’est d’inviter des antimondialistes fans de la campagne amateurs de jardinage sur leurs terres.

ZAD1

Comment nos agriculteurs bretons ont défendu Notre Dame des Landes contre le lobby Vinci pendant 60 ans?
https://video.lefigaro.fr/figaro/video/notre-dame-des-landes-retour-sur-60-ans-de-desaccords/5707617184001/

En faisant des manifs?

Que nenni!

Ils ont fait une annonce et des tracts main à main dans leurs villages et environs pour inviter tous ceux qui veulent défendre Notre Dame des landes contre l’invasion des lobbys à venir camper, et faire des projets d’agriculture sur notre dame des landes!

Résultat, les gouvernements français successifs ont envoyés des armées pendant 60 ans, sans jamais réussir à faire déguerpir, malgré qu’après l’état d’urgence de 2015, ils ont essayé de faire passer les campeurs de notre dame des landes pour des radicaux.
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/notre-dame-des-landes-la-zad-sera-evacuee-des-elements-les-plus-radicaux_1976455.html

Voilà ce que c’est que la résistance!

Devenir une montagne.
https://www.20minutes.fr/planete/3280271-20220429-pres-dame-landes-zadistes-opposent-implantation-station-totalenergies
https://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-sous-Macron-une-victoire-et-des-dechirements

https://www.liberte-entraide.com/petites-annonces/annonces/105/jardins-partages/

ils veulent nous voler les terres?

Alors créons des montagnes humaines sur ces terres, et voyons comment ils vont les dégager de là! Créons des ZAD (zone à défendre) sur toutes les terres agricoles à défendre contre ces envahisseurs dépopulationnistes qui nous imposent la piqouze OGM, et volent nos terres agricoles pour nous affamer pour les offrir à Big Pharma et ses actionnaires qui ne se contentent pas de nous tuer, mais en plus de voler notre planète!
https://zad.nadir.org/

Ne les laissons pas voler les dernières terres agricoles qu’ils nous restent pour nous affamer et créer leur grand reset de fin du cash biométrique tickets de rationnement contre la piqouze forcé, alors qu’ils ont déjà volé 90% des terres agricoles des européens en fourrant 80% de la population dans les smart city!

permaculture2

Aux agriculteurs à qui on fait des menaces de voler leurs terres

Si vous souhaitez acheter une terre agricole, vous pouvez demander des dons sans contrepartie sur Givesendgo
https://www.givesendgo.com/

c’est un site de charité, donc si  en plus vous dites que vous voulez une terre agricole pour donner de la nourriture gratuitement aux pauvres, vous aurez des dons et le mieux c’est créer un groupe de jardiniers pour défendre la terre d’expropriation contre le NWO plus tard.

Vous pouvez utiliser ces sites pour appeler à une mobilisation de résistants pour aider à défendre votre terre contre l’armée du NWO
https://www.liberte-entraide.com/petites-annonces/annonces/105/jardins-partages/
https://mrmondialisation.org/un-irreductible-paysan-refuse-de-ceder-ses-terres-au-grand-stade-de-lyon/
https://zad.nadir.org/spip.php?article3884
https://www.pretersonjardin.com/
https://www.plantezcheznous.com/
https://www.papayoux.com/fr/cagnotte/collectif-de-defense-des-jardins-ouvriers-d-aubervilliers

L’échange des graines dérange le NWO vu qu’il a censuré 2 liens

https://www.trocvert.fr/ (source censuré)

https://seeddating.grainesdetroc.fr/ (source censuré)

NdR71 : contre la mafia des semences, soutenons l’association Kokopelli, pour des semences libres de droit

kokopelli2

ZAD2

et vous pouvez vous inspirer des méthodes utilisés par les zadistes de notre dame des landes pour défendre leurs terres contre les lobbys
http://rebonds.net/lazadpartout/419-commentestneelazaddenotredamedeslandes

il faut aussi savoir, que dans le contrat Pfizer avec les pays ou groupe de pays comme la commission européenne, Pfizer réclame des terres, réserves bancaires en garantie, donc cela impose la mise en jachère des terres de tous les états qui ont fait un contrat avec Pfizer.

Donc la mise des terres en  jachère est probablement dans le contrat avec Big Pharma (Pfizer, Moderna, Astrazeneca, Johnson, etc…), et c’est probablement une des raisons pour laquelle ils refusent de rendre le contrat avec Big Pharma public, et qu’ils ont même supprimé les SMS de Pfizer avec Ursula.
http://www.luttedeclasse.org/dossier58/COVID-19_Argentine_Pfizer_30122020.pdf
https://www.medias-presse.info/comment-pfizer-a-tente-dintimider-largentine-et-le-bresil-en-echange-de-vaccins/140711/
il faut savoir aussi que leur réunion secrète Bilderberg a dit qu’ils voulaient s’accaparer 50% de la planète (au nom de la sauver comme d’hab comme si seuls les milliardaires pouvaient sauver la planète en la gardant pour eux mêmes), ce qui signifie de confisquer et de mettre en jachère officiellement 50% de la planète pour les donner secrètement aux milliardaires
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/09/comment-proteger-30-voire-50-de-la-planete_6055388_3244.html

si vous connaissez d’autres sites qui dénoncent les expropriations ou menaces d’expropriations de terres agricoles et organisent la défense des terres agricoles, mettez les en commentaires sous cet article, merci.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

autonomie_alimentaire

arbre_esprit
Du chemin de la société vers son humanité réalisée

Guerre contre la Fédération de Russie : en marche! (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 juin 2022 by Résistance 71

cauchemar-non

Nous n’avons plus traduit Paul Craig Roberts (PCR) depuis bien longtemps. Nous fûmes des pionniers dans la traduction de ses textes il y a plus de 10 ans. PCR est un insider, il a travaillé au plus haut sommet du gouvernement américain sous l’ère Reagan et les reaganomics. Il connaît bien le système de l’intérieur et c’est tout à son honneur qu’il ait décidé à un moment donné, de dire la vérité et de participer à une critique et un éveil massifs concernant la turpitude et le mensonge ambiant. A Résistance 71, nous sommes les pionniers de la traduction de ses analyses en français depuis 2010 et le respectons pour le chemin qu’il a pris. Depuis quelques années, nous avons cessé de le traduire pour une raison simple : nous donnons depuis un bon moment la priorité aux solutions en plus de la critique du système étatico-marchand. Roberts, comme Pepe Escobar, John Pilger, Thierry Meyssan et tant d’autres, sont de bons analystes, mais ne savent faire que cela : analyser pour mieux faire comprendre. C’est bien, mais pas, ou plus suffisant, nous devons maintenant penser aux solutions… Comment radicalement sortir de cette merde systémique dont l’aboutissement implosif final est programmé dans sa propre “mécanique” ? Comment reprendre la barre du bateau ivre et mener la société humaine sur la voie émancipatrice de l’exploitation, de la répression, du mensonge perpétuel et de la division politico-sociale qui entretient le système dans sa dérive et décadence permanentes, sachant qu’il n’y a pas de solution en son sein, ce que Roberts et autres critiques ne voient pas ou ne veulent pas voir… Ceci dit, PCR est correct dans son évaluation de la croisée des chemins à laquelle mène cette énième crise politico-marchande résolue dans la guerre. Les stratèges yankees l’ont dit depuis des lustres : le seul ennemi dangereux de l’empire anglo-américano-sioniste n’est ni la Russie, ni la Chine… mais l’Europe, qui seule a la capacité économique et technologique de rivaliser avec l’empire et si l’Europe s’alliait avec la Russie dans un élan unificateur politico-économique, ce serait très vite la fin de l’hégémonie anglo-saxonne et de ses vassaux. Elle doit donc être détruite. Ainsi donc, cette guerre en Ukraine est un piège qui se referme sur la Russie et l’Europe, qui a terme, verra le triomphe de la marchandise mondialisée et de sa dictature planétaire achevée… si, une fois de plus, nous les laissons faire !
La solution est hors système, dans la reprise en main des affaires politiques, économiques et sociales par les peuples du monde, unis en une vaste Commune Universelle, une société des sociétés horizontale, non-hiérarchique et non coercitive. Roberts et consort sont incapables de comprendre cela parce que ce sont d’indécrottables réformistes, des sbires du système, critiques certes, mais sbires quand même puisque pour eux, rien n’existe et ne saurait exister hors du moule, ce qui les rend invalides et obsolètes… Nous ne devons rien attendre d’eux, la solution est en nous et nous seuls. Personne ne viendra nous aider. C’est à nous de (re)prendre nos affaires en main comme les Zapatistes l’ont fait il y a 28 ans et continuent de montrer la marche à suivre à un monde aveuglé et distrait par l’illusion marchande et son spectacle perpétuel.
~ Résistance 71 ~

bateau_ivre
Reprendre la barre et foutre le système par dessus bord !…

Guerre contre la Fédération de Russie

Paul Craig Roberts

24 juin 2022

Url de l’article original :
https://www.paulcraigroberts.org/2022/06/24/war-with-the-russian-federation/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Je me souviens lorsque l’on félicitait mes analyses et dires. Le gouvernement français de François Mitterrand m’a décerné la légion d’honneur pour la restauration de la science économique. Le président Reagan envoya son directeur du budget, Jim Miller, à la cérémonie de remise de la médaille avec une lettre de Reagan me donnant crédit pour la politique économique réussie de Reagan qui aida à résoudre la stagflation. Le ministère de l’économie américain m’a donné sa médaille d’argent pour “une remarquable contribution à la politique économique des Etats-Unis.” Le Who’s Who des Etats-Unis me donna son Lifetime Achievement Award. Le Club de la Presse du Mexique m’a donné sa palme du journalisme international. Lorsque mes enfants sont nés, des lettres de félicitations s’amassèrent en provenance de personnalités telles que le chef des opérations de la marine américaine et le chef d’état-major des armées, etc, etc.

Aujourd’hui, on ne me félicite plus, je dois le faire moi-même, ce que je n’ai jamais fait, mais vais le faire. Je me suis ruiné à dire la vérité et on ne me donne même pas le crédit de cela.

Hier (23 juin), The Saker (Andrei Raevsky) a écrit que cela devenait indéniable que ce qui avait commencé comme une opération militaire russe limitée en Ukraine avait tourné en une guerre ouverte et totale entre la Russie et l’occident.

Je fus la première personne qui écrivit que l’aspect “limité” de l’intervention russe au Donbass n’était qu’une illusion. Washington, avais-je dit, ne permettrait jamais que cela soit limité. Pour cette analyse correcte, Andrei m’a dénoncé comme un anti-russe. Dmitry Orlov m’a traité de barjot qui voulait une guerre nucléaire. En d’autres termes, le fait que je pointais du doigt un mauvais calcul du Kremlin qui résulterait en une guerre plus large n’était pas le bienvenu, ce malgré la vérité évidente que cela annonçait.

Et bien, alors qu’Andrei maintenant le reconnaît, la guerre plus large que j’avais prédite est sur nous. La réceptivité du Kremlin aux provocations les a amené à la situation où un pays insignifiant, du moins militairement, a bloqué les provisions russes vers une partie de la Russie, Kaliningrad. Si le Kremlin, toujours tolérant envers les provocations, tolère ceci, La Russie est finie. Si le Kremlin ne l’accepte pas, la Lithuanie est finie.

Comme la Lithuanie est un membre de l’OTAN, l’OTAN et ses mauvaises décisions devra entrer en guerre ou reculer. Les néo-conservateurs juifs qui contrôlent la politique étrangère américaine ne les laisseront pas reculer. Washington paienbeaucoup pour l’obéissance et s’attend à ce que l’OTAN acquiesce et obéisse.

En d’autres termes, Les “leaders” européens vont certainement très bientôt devoir prendre une décision : détruisons-nous l’Europe ou abandonnons-nous notre pognon américain ?

Ils vont prendre l’oseille et se tirer, mais où ?

En tant qu’ancien guerrier de la guerre froide, en tant qu’ex-membre d’un comité d’enquête présidentiel (NdT : dans l’ère Reagan) pour évaluer les vues de la CIA sur la capacité militaire et économique de l’URSS, je peux dire en toute confiance, qu’il n’y a nulle part où aller, nulle part où se planquer.

A moins que l’emprise hégémonique sur la politique étrangère des Etats-Unis et donc de l’occident, tenue par les juifs néo-conservateurs ne soit brisée, l’Occident et la Russie sont en marche pour une guerre nucléaire.

La guerre sera nucléaire, parce que l’occident est trop faible pour gagner une confrontation conventionnelle contre la Russie. L’occident ne le sait pas, parce que l’intervention russe dans le Donbass n’implique que peu de troupes russes et celles-ci bougent lentement dans des manœuvres d’encerclement. Normalement, une force d’invasion table sur une supériorité numérique de 3 pour 1, mais dans le conflit du Donbass, les Ukrainiens étaient probablement bien plus nombreux que les Russes, la masse de l’armée russe elle, attendant en renfort dans l’éventualité d’une intervention des troupes de l’OTAN.

Il n’y a absolument aucun doute que la Russie va nettoyer le Donbass de toutes forces militaires ukrainiennes. Le boulot est presque fini du reste ; mais pas le conflit plus large.

“L’UE et l’OTAN forment une coalition pour une guerre contre la Russie” – Lavrov

Le ministre des affaires étrangères russe a dit aujourd’hui : “Hitler a rallié une portion significative si pas la plupart des nations européennes sous sa bannière pour mener une guerre contre l’Union Soviétique,” ajoutant “maintenant, L’UE avec l’OTAN sont en train de former une autre coalition, moderne, pour un défi, plus ultimement, une guerre contre la Fédération de Russie.

https://www.rt.com/russia/557741-nato-europe-coalition-war-moscow/

AmAzNazflag

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

ne-pas-abandonner-cest-la-vie

Guerre biologique contre l’humanité : les injections COVID à ARNm liées à un nouveau type de la maladie neuro-dégénérative de Creutzfeld-Jacob (Le Défenseur / Children Health’s Defense)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on 13 juin 2022 by Résistance 71

Creutzfeldt-Jakob-Disease-covid-vaccine

Les injections ARNm COVID liées à un nouveau type de trouble cérébral dégénératif incurable et fatal

Des études suggèrent un lien entre une maladie à prions à progression rapide, incurable et mortelle, connue sous le nom de maladie de Creutzfeldt-Jakob, et les vaccins COVID-19.

Le Défenseur

Children’s Health Defense

7 juin 2022

Source de l’article en français :
https://childrenshealthdefense.org/defender/les-vaccins-covid-lies-a-un-nouveau-type-de-trouble-cerebral-degeneratif-incurable-et-fatal/?lang=fr

Des études suggèrent un lien entre une maladie à prions incurable et mortelle, connue sous le nom de maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), et les vaccins COVID-19.

Les chercheurs pensent que la région prion de la protéine spike de la variante originale Wuhan COVID-19 a été incorporée dans des vaccins à ARNm et des vaccins à vecteur adénovirus – administrés à des centaines de millions d’humains – et qu’elle peut provoquer un nouveau type de MCJ sporadique à progression rapide.

Selon la clinique Mayo, la MCJ est une maladie dégénérative du cerveau qui entraîne la démence et, finalement, la mort.

Bien que la variante Omicron ne possède pas de région prion sur sa protéine spike, les vaccins COVID-19 actuels utilisent toujours le matériel génétique – y compris la région prion – de la souche parente Wuhan.

Un article français publié en mai sur la MCJ et la vaccination COVID-19 a identifié une nouvelle forme de MCJ sporadique survenant dans les jours suivant l’administration d’une première ou d’une deuxième dose de vaccins Pfizer ou Moderna COVID-19.

Les chercheurs ont analysé 26 cas de MCJ et ont constaté que les premiers symptômes sont apparus en moyenne 11,38 jours après l’injection d’un vaccin COVID-19.

Sur les 26 cas, 20 étaient décédés au moment de la publication de l’étude et six étaient encore en vie.

« Les 20 décès sont survenus seulement 4,76 mois après l’injection. Parmi eux, 8 ont conduit à une mort subite (2,5 mois) », ont écrit les chercheurs.

« Cela confirme la nature radicalement différente de cette nouvelle forme de MCJ, alors que la forme classique nécessite plusieurs décennies », ont écrit les chercheurs.

Le 6 juin, le Dr Jean-Claude Perez, auteur principal de l’étude française, a déclaré à The Epoch Times que les 26 cas avaient entraîné la mort.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les maladies à prions sont une famille de troubles neurodégénératifs progressifs rares qui affectent les humains et les animaux. Les maladies à prions sont généralement rapidement progressives et toujours mortelles.

Bien que les prions soient naturellement présents dans le cerveau et généralement inoffensifs, ils peuvent devenir malades ou mal repliés, ce qui affecte les prions voisins et les rend difformes.

The abnormal folding of the prion proteins «leads to brain damage and the characteristic signs and symptoms of the disease », the CDC’s website states.

La MCJ sporadique survient lorsqu’une personne est infectée sans raison apparente. Une fois qu’un seul prion est infecté, il se propage à d’autres prions, et il n’existe aucun traitement capable de l’arrêter.

Zone prion de la protéine de pointe de la souche originale Wuhan, présente dans tous les vaccins COVID, pouvant interagir avec les cellules humaines.

Bien que la variante Omicron ne possède pas de région prion sur sa protéine de pointe, les chercheurs français ont déclaré que d’autres variants de COVID-19, y compris la souche mère Wuhan utilisée dans les vaccins actuellement administrés, en possèdent une.

« Nous étudions actuellement les tout premiers cas de patients atteints d’Omicron, dans le sud de l’Europe.

Africa, Europe and the USA and Canada in particular », the researchers wrote. « Dans TOUS ces cas, la région de Prion a disparu ».

Cependant, les informations du gène de la protéine spike de la variante Wuhan – y compris sa région prion – ont été intégrées dans les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna et dans les vaccins à vecteur adénovirus d’AstraZeneca et Johnson & Johnson.

« Nous avons également démontré […] que les Spikes des injections d’ARNm de Pfizer et Moderna contiennent également cette même région de Prion », écrivent les chercheurs. « Il en va de même pour TOUS les autres vaccins contre le SRAS-CoV2, puisque TOUS sont fabriqués à partir de la séquence Spike du SRAS-CoV2 de Wuhan, dont nous avons démontré qu’elle contient la région Prion ».

Avec les vaccins à ARNm, une fois l’ARNm incorporé dans les cellules, celles-ci transforment les instructions de l’ARNm en une protéine de pointe COVID-19 qui trompe les cellules en leur faisant croire qu’elles ont été infectées, afin que l’organisme crée une mémoire immunologique contre un morceau du virus.

Avec les vaccins à vecteur adénovirus, l’ADN de la protéine de pointe est transporté dans la cellule par un vecteur adénovirus, puis dans le noyau où est stocké tout l’ADN humain. Une fois sur place, l’ADN est transcrit en ARNm et transformé en protéine de pointe.

Une étude américaine publiée dans Microorganisms en janvier 2022 a montré que la zone prion de la protéine spike du SRAS-CoV-2 incorporée dans les vaccins COVID-19 est capable d’interagir avec les cellules humaines.

Bien que les CDC affirment que les vaccins COVID-19 ne peuvent pas « modifier votre ADN »,des études montrent que l’ARNm peut être transformé en ADN et incorporé dans le génome humain.

Une étude américaine a émis l’hypothèse qu’une protéine spike mal repliée pourrait créer une région prion mal repliée qui pourrait être capable d’interagir avec des prions sains pour causer des dommages, conduisant à la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Un rapport de cas évalué par des pairs et publié en Turquie ainsi que le préprint français ont identifié des cas soudains de MCJ apparus après la vaccination avec les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca, suggérant des liens entre la vaccination et la maladie.

Une étude publiée l’année dernière dans la revue Microbiology & Infectious Diseases a établi un lien potentiel entre le vaccin de Pfizer et les maladies à prions chez l’homme.

Malgré l’existence de nouveaux variants du SRAS-COV-2, les gens reçoivent toujours les vaccins originaux COVID-19 développés avec la protéine spike de la variante mère de Wuhan.

De nombreux cas de MCJ ont été signalés aux États-Unis

En mars, un rapport de cas américain a mis en lumière le combat de Cheryl Cohen, 64 ans, contre la MCJ, qui s’est développée dans les jours qui ont suivi sa deuxième dose du vaccin COVID-19 de Pfizer.

Le rapport indique :

« Nous présentons ici le cas d’une femme de 64 ans qui a présenté une perte de mémoire à déclin rapide, des changements de comportement, des maux de tête et des troubles de la démarche environ une semaine après l’administration de la deuxième dose du nouveau vaccin Pfizer-BioNTech à base d’acide ribonucléique messager (ARNm) COVID-19.

Après une enquête approfondie, des preuves concluantes ont permis d’identifier le diagnostic fatal de la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique ».

Dans une interview exclusive accordée au Defender en août 2021, la fille de Cohen, Gianni, a déclaré que la régression de sa mère était « époustouflante, déroutante et vraiment déchirante ».

Elle est passée de la capacité de travailler et de faire des activités quotidiennes normales à l’incapacité de marcher, de parler ou de contrôler les mouvements de son corps, a déclaré sa fille, Gianni. Mme Cohen a eu l’impression que sa tête allait « exploser » et est décédée trois mois après avoir reçu sa deuxième dose de Pfizer.

Dans une déclaration écrite au Defender, son médecin a dit :

« Ce cas identifie des effets indésirables potentiels qui pourraient survenir lors de l’administration du nouveau vaccin contre la COVID-19. En outre, les cliniciens doivent prendre en compte les maladies neurodégénératives telles que les maladies à prions (par exemple, la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique), les encéphalites auto-immunes, les infections, les crises non épileptiques, les troubles toxico-métaboliques, etc. dans leurs diagnostics différentiels lorsqu’un patient présente une démence rapidement progressive, en particulier dans le cadre d’une vaccination récente. »

« Bien qu’il n’existe actuellement aucun traitement curatif de la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique (MCJS), un diagnostic précoce est crucial pour éviter l’administration inutile de médicaments empiriques pour des troubles psychologiques ou neurologiques présumés.

En outre, le suivi des effets indésirables pourrait permettre de mieux caractériser et comprendre le nouveau vaccin COVID-19 à base d’acide nucléique ribonucléique messager (ARNm) ainsi que l’étiologie de la sMCJ.

holocauste_seringue

Plus important encore, la reconnaissance des effets indésirables fournit aux individus des informations essentielles pour prendre une décision plus éclairée concernant leur santé ».

Dans une autre interview exclusive accordée au Défenseur, Jeffrey Beauchine a déclaré que sa mère, Carol, savait que sa maladie de Creutzfeldt-Jakob était liée à l’injection de Moderna. Assister à sa mort était comme « quelque chose que l’on voit dans un film », a-t-il dit.

M. Beauchine a déclaré que sa mère avait reçu sa première dose de Moderna le 16 février 2021 et qu’elle n’avait signalé aucune plainte. Après avoir reçu la deuxième dose le 17 mars, Carol a immédiatement déclaré qu’elle « se sentait différente ».

Les symptômes de Carol ont commencé par un engourdissement qui s’est propagé du bras dans lequel elle a reçu son injection à tout le côté gauche de son corps.

Elle se plaignait que quelque chose n’allait pas dans son cerveau, qu’elle n’arrivait pas à rassembler ses idées ou à donner un sens aux choses, qu’elle développait une double vision et une cécité et qu’elle commençait à avoir des hallucinations.

Les médecins ont d’abord pensé que Carol avait souffert d’une attaque ou d’une anxiété. Des scanners ont ensuite montré que son cervelet présentait des anomalies.

L’état de Carol a progressé rapidement et on lui a finalement diagnostiqué la MCJ et donné quelques jours à vivre. Elle est morte quelques mois après avoir reçu sa deuxième dose de Moderna.

Les médecins de Carol ont déposé un rapport auprès du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS I.D. 2180699) du CDC.

À ce jour, le CDC n’a pas pris contact avec la famille, bien qu’une autopsie ait confirmé que son décès était dû à la MCJ – une maladie qu’elle ne présentait pas avant de recevoir le vaccin COVID-19.

Dans une autre interview exclusive accordée au Défenseur, Richard Sprague a déclaré que sa femme, Jennifer, a développé la MCJ après l’injection de COVID-19 de Pfizer et est décédée dans les cinq mois suivant la deuxième dose.

Jennifer a reçu la première dose de Pfizer le 29 août 2021, et la seconde le 21 septembre 2021. Bien que son mari n’ait pas été vacciné, Jennifer a dû se faire vacciner dans le cadre de son travail.

Quatre jours après la deuxième dose, Jennifer a connu son premier épisode d’un « événement étrange soudain qu’elle ne pouvait pas expliquer ».

Jennifer a commencé à avoir d’autres épisodes et sa main et son côté gauche ont commencé à trembler. Le 13 octobre 2021, Jennifer est retournée chez le médecin, qui lui a prescrit du Xanax pour l’anxiété.

La maladie de Jennifer a progressé rapidement jusqu’à ce qu’elle soit incapable de s’asseoir et de marcher de manière autonome. Les scans ont confirmé que Jennifer avait des changements significatifs sur le côté droit de son cerveau. Une nouvelle équipe médicale a effectué un examen de la colonne vertébrale et a confirmé que Jennifer était atteinte de la MCJ. À ce moment-là, Jennifer était incapable de sortir du lit.

« Votre cerveau est juste en train de disparaître. C’est fou », a déclaré Sprague. « Vous êtes dans ce corps parfait et sain et votre cerveau meurt en quelques mois ».

Après le diagnostic de MCJ de Jennifer le 12 février, sa compagnie d’assurance a déclaré qu’elle ne paierait plus ses soins et M. Sprague a appris que sa femme ne se rétablirait pas.

Jennifer est morte le 21 février, cinq mois après avoir reçu sa deuxième dose de Pfizer.

Selon les dernières données du VAERS, 56 cas de MCJ à déclenchement rapide ont été signalés après l’administration du vaccin COVID-19 depuis le 14 décembre 2021.

Historiquement, il a été démontré que le VAERS ne rapporte que 1 % des effets indésirables réels des vaccins.

= = =

Lire notre page : “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Lire notre traduction compilée en PDF du livre de Robert F. Kennedy Jr :
« Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique »

Montagnier_nonvax_gardienshumanite

menace_nonvax

Guerre Ukraine : La Russie contre un occident maquereau de sa pute néo-nazie…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 8 juin 2022 by Résistance 71

Encore une excellente analyse de Thierry Meyssan. Nous ajouterions ceci : le but de l’empire et de la politique du Nouvel Ordre Mondial n’est pas/plus de gagner les guerres qu’il met en place , mais que ces guerres durent. Les guerres occidentales ne sont plus faites pour être gagner mais pour générer le plus de chaos possible sur la longue durée, maintenir la division des peuples tout en engrangeant le plus de fric possible pour le complexe militaro-industriel. Ceci n’est bien entendu pas le cas pour la Russie, qui fixe ses objectifs et arrête lorsque ceux-ci sont atteints. Ceci veut dire que l’OTAN, géré par l’empire anglo-américano-sioniste, fera durer cette guerre et essaiera de l’étendre par procuration toujours. A terme, il y a deux solutions pour marre fin à cette saloperie : soit la Russie devra frapper de manière décisive l’OTAN et l’empire, soit l’empire de l’intérieur doit être anéanti par ses peuples en rébellion contre le système étatico-marchand qui, bien que moribond, entraîne le monde à sa perte.
La question est toujours et encore la même : qu’allons-nous faire pour empêcher ce chaos annoncé ? Quand allons-nous enfin cesser d’être spectateurs hypnotisés et enfin devenir les acteurs éclairés de notre futur ?…
~ Résistance 71 ~

nazis_ukraine
Nazis en Ukraine ?… Pfff ! complotisme…

Ukraine : quiproquos, méprises et incompréhensions 

Thierry Meyssan

7 juin 2022

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article217171.html

La guerre d’Ukraine n’a lieu qu’en raison d’abord de l’ignorance des Occidentaux de ce qui se passait en Ukraine et d’autre part d’une série de quiproquos et de méprises. Les Occidentaux, centrés sur eux-mêmes, incapables de penser comme leurs interlocuteurs, n’ont cessé de se tromper. Finalement, lorsque les opérations militaires prendront fin et que les Russes auront atteint leurs objectifs publiquement énoncés dès le premier jour, ils pourront même se persuader d’avoir gagné. En définitive, la seule chose qui compte pour les Occidentaux, ce n’est pas d’épargner des vies humaines, mais d’avoir la conviction de se tenir du bon côté de l’Histoire.

La guerre en Ukraine est interprétée très différemment selon que l’on est Occidental ou Russe. L’expérience précédente de chacun conditionne son interprétation des mots et des événements. De fait, nul ne réagit aux mêmes choses et recherche pas les mêmes informations que les autres. En définitive, les deux camps n’ont plus du tout la même perception de la réalité. Cette succession de quiproquos et de méprises enclenche une incompréhension qui peut favoriser involontairement un conflit majeur.

ukr_neonazis2
Pourriture en marche, soutenue par l’UE et l’OTAN

LES BANDÉRISTES

Les deux camps, qui ont combattu côte à côte face au nazisme, n’ont pas du tout vécu la même chose durant cette période et par conséquent n’en ont pas le même souvenir.

La presse russe ne distingue pas les bandéristes des nazis. Il s’agit pour elle de réveiller le souvenir de la « Grande Guerre patriotique » (dite en Occident : « Seconde Guerre mondiale »). Lorsque l’Allemagne attaqua la Russie, en juin 1941, celle-ci n’était pas du tout prête. Le choc fut désastreux. Staline ne parvint à unir son peuple qu’en s’alliant avec l’Église orthodoxe qu’il avait jusque-là combattue et en libérant ses opposants politiques condamnés au Goulag. Évoquer aujourd’hui cette période, c’est prendre l’engagement de reconnaître à chacun sa place pourvu qu’il défende la Nation.

Les Russes perçoivent les bandéristes/nazis contemporains comme des dangers existentiels contre leur peuple. Ce faisant, ils ont raison car les nationalistes ukrainiens considèrent qu’ils sont « nés pour éradiquer les Moscovites ».

Par conséquent, toutes les attaques occidentales contre la personne de Vladimir Poutine sont décalées et inopérantes. Pour les opposants russes, ce n’est plus le sujet. Qu’ils l’apprécient ou le combattent, Poutine est leur chef comme Staline l’avait été à partir de juin 1941.

La presse occidentale, quant à elle, assimile aussi les bandéristes aux nazis, mais c’est pour en relativiser plus facilement l’importance. Dans le souvenir des populations d’Europe de l’Ouest, le nazisme ne menaçait que des minorités. Les malades mentaux et les vieillards malades incurables d’abord, puis les juifs et les tsiganes ont été séparés du lot pour disparaître à jamais. Au contraire, les Slaves se souviennent d’armées qui avançaient en rasant un à un tous les villages qu’elles prenaient. Nul ne pouvait survivre. Non seulement le nazisme fait moins peur aux Européens de l’Ouest, mais les Anglo-Saxons suppriment discrètement les symboles qui pourraient raviver cette mémoire. Par exemple, les conseillers en communication britanniques ont modifié fin mai l’écusson du régiment Azov. Ils ont substitué au crochet du loup (Wolfsangel) associé à la division SS Das Reich, trois épées en trident évoquant la République nationale ukrainienne (1917-20). Ce faisant, ils ont fait disparaître un insigne nazi pour le remplacer par un insigne anti-bolchévique. Or, dans l’imaginaire ouest-européen, on assimile l’Union soviétique à la Russie, ignorant que la majorité des dirigeants soviétiques n’étaient pas russes.

Les conseillers en communication britanniques assurent que les bandéristes/nazis ukrainiens sont comparables aux nazis occidentaux actuels : des groupuscules marginaux d’enragés. Ils ne nient pas leur existence, mais laissent à penser qu’ils n’ont aucune importance. Aussi font-ils disparaître à la fois les traces de leur activité parlementaire et gouvernementale depuis l’indépendance de 1991 et les images des monuments qui leur ont été élevés depuis un peu partout dans le pays.

De 1991 à 2014, les journaux du monde entier ont ignoré la lente reformation des bandéristes en Ukraine. Cependant en février 2014, lors du renversement du président élu Viktor Ianoukovytch tous les journalistes qui couvraient la « Révolution de la dignité » ont été frappés par le rôle central de milices d’extrême-droite dans les manifestations. Les médias du monde entier ont produit des reportages sur ces étranges « nationalistes » arborant des croix gammées. Mais la presse occidentale a brusquement cessé ses investigations, un mois plus tard, lorsque la Crimée, refusant l’arrivée au pouvoir de ces extrémistes, proclama son indépendance. Continuer à rendre compte de la dérive de l’Ukraine aurait été donner raison à la Fédération de Russie qui avait accepté son rattachement. À partir de là et durant 8 ans, aucun média occidental n’a enquêté par exemple sur les accusations d’enlèvement et de torture à grande échelle qui ont parcouru le pays. Parce qu’ils ont délibérément ignoré les bandéristes durant cette période, ils ne sont plus capables d’estimer leur rôle politique et militaire aujourd’hui.

Cet aveuglement se poursuit avec l’évolution du pouvoir ukrainien durant la guerre. La presse occidentale ignore tout de la dictature mise en place : confiscation par l’État de tous les médias, arrestation des personnalités d’opposition, confiscation des biens des personnes évoquant les crimes historiques des bandéristes et des nazis, etc. Au contraire, la presse russe ne manque rien de cette soudaine évolution et se morfond d’avoir fermé les yeux durant des années.

Pour notre part, nous avons écrit —avec retard— l’histoire des bandéristes ; un sujet auquel aucun livre n’a été consacré, signe que l’Ukraine sous cet angle ne passionnait personne. Notre travail, traduit en une dizaine de langues, a fini par toucher de nombreux responsables militaires et diplomates occidentaux. Ces derniers font désormais pression sur leurs gouvernements pour qu’ils ne soutiennent plus ces ennemis de l’humanité.

ukraine_NATO_expansion

LA CRÉDIBILITÉ DES DIRIGEANTS OCCIDENTAUX ET RUSSES

Il y a deux manières d’évaluer la crédibilité d’un dirigeant : on examine soit ses bonnes intentions, soit son bilan. Les Européens de l’Ouest, qui se sont placés sous la protection des États-Unis, ont la conviction de ne plus faire l’Histoire, mais de la subir. Ils n’ont donc plus besoin de dirigeants politiques comme au siècle dernier. De fait, ils n’élisent plus que des gestionnaires se présentant comme pétris de bonnes intentions. Au contraire, les Russes, après l’effondrement de leur pays durant les années Eltsine, ont voulu restaurer leur indépendance et finalement couper avec le libéralisme US auquel ils avaient cru une décennie. Pour cela, ils ont élu et réélu Vladimir Poutine, dont ils vérifient l’efficacité. Leur pays s’est ouvert à l’étranger tout en devenant auto-suffisant en de nombreux domaines, y compris alimentaire. Ils interprètent les sanctions de l’Otan non pas comme des punitions, mais, sachant que l’Alliance atlantique ne représente que 12 % de la population mondiale, comme une fermeture de l’Occident au reste du monde.

Indépendamment des régimes politiques, les dirigeants civils qui cherchent à rassembler leur peuple le plus largement possible s’interdisent de mentir pour conserver la confiance de leurs concitoyens, au contraire ceux qui sont au service d’une minorité pour exploiter la majorité sont tenus de mentir pour ne pas être renversés. Par ailleurs, les dirigeants militaires s’ils ont tendance à prendre leurs rêves pour des réalités, donc à mentir, en temps de paix, sont tenus de coller au plus près des réalités en temps de guerre pour vaincre.

Les Occidentaux sont marqués par un très fort traumatisme vécu lors des attentats du 11 septembre 2001 et de la prestation du secrétaire d’État états-unien, le général Colin Powell, devant le Conseil de sécurité des Nations unies, le 5 février 2003. Ils ont d’abord tremblé durant les attentats de New York, en voyant les gens qui se jetaient par les fenêtres, puis les tours qui s’effondraient avant de réaliser que les explications qu’on leur donnait ne tenaient pas la route. Une défiance s’est installée entre eux et les dirigeants qui faisaient mine de croire à ces fariboles [1]. Puis ils ont cru ce que leur disait un général parce qu’un militaire ne pouvait pas mentir à propos d’une très grave menace sécuritaire. Enfin, ils sont devenus dépressifs lorsqu’ils ont constaté que toute cette mise en scène n’était qu’une excuse pour renverser un gouvernement qui résistait aux USA et s’emparer des richesses pétrolières et financières de son pays. C’est que le discours du général Powell [2] avait été écrit par des politiciens civils, les Straussiens de l’Office of Strategic Influence (OSI) comme, honteux, il l’avoua plus tard. Cette confiance mal placée à coûté la vie à plus d’un million de personnes [3]. Depuis 2003, les Occidentaux n’ont plus confiance dans la parole donnée par leurs dirigeants ; un phénomène un peu moins marqué en France dans la mesure où ce pays fut le seul à contredire publiquement le général Powell.

Au contraire, les Russes font la distinction entre ceux de leurs dirigeants qui tiennent le même discours que les autres et ceux qui défendent l’intérêt collectif. Ils ont d’abord cru, dans les années 2000, au discours occidental et espéré connaître eux aussi la liberté et la prospérité. Mais ils ont vécu un effroyable effondrement tout en observant quelques voyous s’approprier leur richesse collective. Ils se sont alors tournés vers des valeurs sûres : des concitoyens soucieux de l’intérêt général et formés par le KGB. Ils vivent aujourd’hui en espérant être délivrés de ce qui reste de cette période d’égarement : des oligarques installés à l’étranger et une certaine bourgeoisie mondialiste à Moscou et à Saint-Petersbourg. Ils perçoivent les premiers comme des voleurs et se félicitent que leur biens, déjà perdus pour le pays, soient saisis par les Occidentaux. Quant aux seconds, ils savent qu’il n’en existe pas seulement chez eux, mais partout dans le monde globalisé. Ils voient sans regret partir certains d’entre eux. Pour les Russes, le président Poutine et son équipe sont parvenus à résoudre le problème alimentaire et à leur redonner du travail. Ils ont restauré leur armée et les protègent de la résurgence du nazisme. Bien sûr, tout n’est pas rose, mais c’est beaucoup mieux depuis qu’ils sont aux manettes.

otan_terro

L’OTAN EST-ELLE LA PLUS GRANDE ALLIANCE MILITAIRE DU MONDE OU UNE MENACE CONTRE LA RUSSIE ?

Pour les Européens de l’Ouest, qui sont nés et ont été élevés dans une région sous protectorat US, l’organisation unipolaire du monde semblait couler de source. N’ayant jamais connu la guerre chez eux depuis une soixantaine d’années (les Français ont oublié les attentats à Paris durant la guerre d’Algérie), ils ne comprennent pas pourquoi le reste du monde ne veut plus de la Pax Americana.

Au contraire, les Russes ont éprouvé une brutale baisse de leur espérance de vie de 20 ans lorsqu’ils ont élu Boris Eltsine et ses conseillers US. En outre, ils ont vécu deux guerres dans leur province de Tchétchénie avec les attentats islamistes qui les accompagnèrent de Beslan à Moscou. Les bandéristes ukrainiens étaient venus prêter main forte aux jihadistes de l’Émirat islamique d’Itchkérie.

Pour les Européens de l’Ouest peu importe que l’Otan ait tenté d’éliminer Charles De Gaulle en France, fait assassiner Aldo Moro en Italie ou organisé le coup d’État des colonels en Grèce [4]. Ces événements ne sont connus que des spécialistes et ne sont pas enseignés dans les manuels scolaires. L’Otan est la plus grande alliance militaire de l’Histoire et sa taille lui garantit théoriquement la victoire.

Or, l’Otan a refusé l’adhésion de la Russie dans les années 1990. Elle s’est redéfinie non pas comme une force stabilisant le continent, mais comme une organisation anti-Russe, au risque de provoquer la guerre en Europe. Les Occidentaux récrivent l’Histoire en affirmant n’avoir jamais pris la décision de ne pas étendre leur alliance à l’Est. Or, lors de la réunification allemande, le président français François Mitterrand et le chancelier allemand Helmut Köhl firent inscrire dans le Traité portant règlement définitif concernant l’Allemagne (13 octobre 1990) que les quatre puissances vainqueurs du nazisme établiraient des mesures de confiance en matière d’armement et de désarmement pour garantir la paix sur le continent conformément aux principes de l’Acte final d’Helsinki (1er août 1975). Ces principes furent réaffirmés dans les Déclarations d’Istanbul (Charte de sécurité européenne, 19 novembre 1990) et d’Astana (2 décembre 2010). Ils posent :
le droit de chaque État à conclure les alliances militaires de son choix
et, comme corolaire, le devoir de chaque État de ne pas prendre de disposition de sécurité menaçant ses voisins.

C’est pourquoi la Russie n’a jamais contesté l’adhésion des États d’Europe centrale et orientale au Traité de l’Atlantique-Nord, mais a toujours dénoncé l’installation de forces états-uniennes sur leur sol. En d’autres termes, elle ne conteste pas l’existence de l’Otan, mais son fonctionnement au sein du Commandement intégré. Soyons précis : aujourd’hui, elle n’a aucune objection à ce que l’Ukraine, la Finlande ou la Suède fassent alliance avec les États-Unis et soient protégées par l’article 5 du Traité de l’Atlantique-Nord, mais refuse que cela implique l’installation de troupes US et d’armes US sur son sol.

Il ne s’agit pas de prévenir des tirs de missiles depuis sa frontière terrestre, car des sous-marins pourraient toujours s’approcher de sa frontière maritime. La préoccupation de Moscou est ailleurs. À la différence de la plupart des États, la Fédération de Russie a une faible population par rapport à l’étendue de son territoire. Elle ne peut donc pas défendre ses frontières. Depuis son invasion par Napoléon en 1812, elle a appris à se protéger en misant sur son immensité : couper l’envahisseur de ses lignes d’approvisionnement et le laisser mourir de froid l’hiver venu. C’est la « stratégie de la terre brûlée » qui conduisit à l’abandon de Moscou et au déplacement de toute sa population vers l’Est. Or, cette stratégie suppose que l’envahisseur ne puisse pas bénéficier de bases arrières dans un pays proche.

Cette stratégie est aussi source de quiproquos. La Russie ne cherche pas à disposer d’une zone d’influence en Europe comme l’avait fait Union soviétique de l’Ukrainien Léonid Brejnev. Elle n’a pas non plus de visée impérialistes comme la Russie tsariste. Elle cherche uniquement à ce qu’aucune grande armée ne s’approche pas d’elle. Une attitude que les Kremlinologues les mieux informés qualifient à tort de « paranoïaque », alors qu’elle est mûrement réfléchie.

tchetchenes1
Symbole ?.. Les volontaires tchétchènes écrasent les nazis
ukrainiens… au cri d' »Allah Akbar ! »

L’ART OPÉRATIF

Alors que les films de guerre hollywoodiens mettent en scène des initiatives héroïques de quelques hommes faisant basculer le sort d’une bataille, les films de guerre russe ne parlent que de héros qui se sacrifient pour retarder l’avancée ennemie et permettre à la population de se replier. Les Russes n’éprouvent aucune honte à fuir si cela peut éviter un bain de sang.

Cette différence a conduit les militaires slaves à imaginer l’« art opératif », à mi-chemin entre la stratégie et la tactique. Il ne s’agit ni de penser le déploiement des armées, ni la conduite d’une bataille, mais ce qui pourrait être fait pour retarder l’armée ennemie et prévenir la bataille. Les armées occidentales ont elles aussi tenté d’imaginer un « art opératif », mais elles n’y sont pas parvenues parce qu’elles n’en ont aucun besoin.

Au plan militaire, la guerre en Ukraine peut être résumée ainsi : l’objectif, fixé publiquement par le président Vladimir Poutine, était « de désarmer et de dénazifier » l’Ukraine. Sa mise en œuvre par son état-major a d’abord consisté à semer la confusion chez les adversaires, puis à réaliser l’objectif une fois l’armée ukrainienne désorganisée.

L’état-major russe a attaqué par toutes les frontières possibles ; depuis la Crimée, depuis Rostov, depuis Belgorod, depuis Koursk et depuis la Biélorussie. De la sorte, les armées ukrainiennes ne savaient où elles devaient se concentrer. Dans cet apparent désordre, les armées russes ont détruit les défenses aériennes ukrainiennes et foncé sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, dont elles ont récupéré les réserves illégales d’uranium et de plutonium, et sur plusieurs laboratoires militaires où elles ont détruit des containers de virus et autres armes biologiques [5]. Elles ont détruit les chemins de fer lorsque les Occidentaux se sont proposé d’envoyer des armes sur le front. Puis elles ont combattu le régiment bandériste Azov dans son fief de Marioupol. Enfin, elles nettoient les parties des oblasts de Donetsk et Lougansk qui étaient occupées par les Ukrainiens.

Pendant ce temps, les Occidentaux ont cru que les Russes voulaient prendre Kiev et arrêter le président Volodymyr Zelensky, qui n’ont jamais fait partie de leurs cibles, puis qu’ils allaient occuper l’ensemble du pays, ce qu’ils ne veulent surtout pas. Il y a donc eu méprise sur la Blitzkieg. Les États-Unis croyaient qu’ils devaient prévenir une chute rapide du régime, tandis qu’ils auraient dû défendre les réserves de Zaporijjia. Puis ils ont cru qu’ils devaient protéger Odessa et Lviv, tandis que Marioupol tombait. L’« art opératif » des Russes s’est exercé en atteignant les objectifs annoncés en un temps record tandis que les Occidentaux se félicitaient d’empêcher la prise d’objectifs imaginaires.

Les Occidentaux en général sont tellement nombrilistes qu’ils n’ont pas été capables de penser comme leurs adversaires. Le Pentagone s’est d’autant plus facilement trompé que la plupart des officiers ignoraient le travail des Straussiens : la structuration des bandéristes, leurs liens avec les éléments d’extrême droite de nombreuses armées occidentales (l’ordre secret Centuria [6]), et leurs programmes secrets d’armement [7].

Notes :

[1] L’auteur de cet article, Thierry Meyssan, est l’auteur de L’Effroyable imposture, le livre qui révéla les mensonges du 11-Septembre. [NdlR].

[2] “Colin Powell Speech at the UN Security Council”, by Colin L. Powell, Voltaire Network.

[3] « Plus d’un million d’Irakiens tués sous l’occupation US », par Dahr Jamail, Michael Schwartz, Joshua Holland, Luke Baker, Maki al-Nazzal, Réseau Voltaire, 9 février 2010.

[4Les Armées Secrètes de l’OTAN, Danielle Ganser, Demi-Lune (2007).

[5] « Les programmes militaires secrets ukrainiens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 31 mai 2022.

[6] « L’alliance du MI6, de la CIA et des bandéristes », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 avril 2022.

[7] Ibid. « Les programmes militaires secrets ukrainiens ».

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

ukr_neonazis4

Fuck_NATO

GDC_Ukraine

Schwab, Davos, bandéristes, nazisme et Nouvel Ordre Mondial, une routine établie de longue date (Réseau Voltaire)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on 3 juin 2022 by Résistance 71

Schwab_et_papaDrEvil

Peut-on vraiment s’étonner du soutien de l’oligarchie patronale et politique occidentale via son Forum Economique Mondial (FEM) de Davos aux neo-nazis, bandéristes ukrainiens et du projet général de cette ignominie de “Great Reset” ? Pas vraiment quand on connait l’origine profonde de toute cette fange étatico-marchande et son rôle joué dans la mise au pouvoir à la fois des bolchéviques en Russie et des nazis en Allemagne.
Ainsi, le père de Klaus Schwab, grand gourou actuel du FEM, antenne publique du groupe Bilderberg, établi sous la houlette de Kissinger, lui-même protégé de David Rockefeller et de sa fondation, était un nazi de haut rang, impliqué dans bien des crimes contre l’humanité.
Rien à faire… Tel père, tel fils dit le vieil adage, que la famille Schwab ne fait rien pour démentir…
~ Résistance 71 ~ 

Klaus Schwab contre la Russie

Réseau Voltaire

31 mai 2022

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article217130.html

Le président du Forum économique mondial, Klaus Schwab, a organisé l’édition 2022 pour soutenir l’Ukraine face à la Russie. Il a non seulement laissé l’oligarque Pinchuk installer une « Maison des crimes de guerre russes », mais il a planifié des prises de parole en séance plénière dont une du président Volodymyr Zelensky.

Ce soutien inconditionnel aux bandéristes s’explique par l’origine de Klaus Schwab. Contrairement à sa légende familiale, il est le fils d’un général de la Wehrmacht (photo). Celui-ci a été décoré non seulement pour ses faits d’armes durant les deux Guerres mondiales, mais pour son action dans l’empire ottoman/Turquie pendant le génocide des chrétiens, principalement arméniens.

Dans les années 70-80, Klaus Schwab fut l’un des directeurs de la société Escher-Wyss (absorbée par Sulzer AG) qui joua un rôle important dans le programme de recherche atomique de l’Afrique du Sud de l’apartheid ; contribution qui eut lieu en violation de la résolution 418 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Avec l’aide du Commissaire européen pour les questions économique, le Français Raymond Barre (membre de la Commission trilatérale), il fut le créateur d’un cercle de chefs d’entreprise qui devint le Forum économique mondial. Ce changement de nom fut opéré avec l’aide du Centre pour l’entreprise privée internationale (CIPE) ; la branche patronale de la National Endowment for Democracy (NED/CIA). C’est pourquoi il était enregistré en 2016 au Groupe de Bilderberg (organe d’influence de l’Otan) comme fonctionnaire international, ce qu’il n’a jamais été officiellement.

Transhumaniste, promoteur de la globalisation équitable, il est l’auteur de The Great Reset, une réflexion prospective sur ce que pourrait devenir la civilisation.

= = =

A (re)lire en PDF : Anthony C. Sutton 

« Wall Street et la montée d’Hitler »

« Wall Street et la révolution bolchévique »

NOM1
« Hello, nous construisons une tyrannie mondiale où
tout le monde sera nos esclaves sans aucun droit, 
propriété ou vie privée. Il semble que la plupart d’entre vous
soient d’accord avec cette démarche et nous vous en remercions. »

Les logos représentés de haut en bas et de gauche à droite :
La commissions trilatérale (Rockefeller/Kissinger), le blason jésuite (dont l’actuel pape est le patron)
les armoiries de la maison Rothschild, les armoiries de la City de Londres et le blason des Chevaliers de l’Ordre de Malte – dessous :
Le Conseil en Relations Etrangères (CFR), le FEM/Davos (vitrine officielle du groupe Bilderberg) et la Maison Chatham (Institut Royal des Affaires Internationales, la maison mère du CFR basée en Angleterre dont il existe une branche française)

new-normal-ceci-est-une-coincidence.jpg