Archive for the Union Europeenne et nouvel ordre mondial Category

Guerre impérialiste en Syrie: T-rex édenté rencontre l’ours russe… (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 13 avril 2017 by Résistance 71

Roberts parle ici à un moment donné de la visite de Tillerson-rex, ministre des AE de Trump, mais surtout ex-CEO d’Exxon-Mobil ne l’oublions pas, en Russie. On lui a d’abord dit qu’il ne rencontrerait pas Poutine, puis finalement, si. Tillerson est un employé des Rockefeller, tout comme Kissinger. Poutine a des relations « privilégiées » avec Kissinger depuis plus de 20 ans. L’ours russe est énervé, refuse de rencontre le T-rex, mais finalement va le faire, peut-être après un coup de fil de l’ami Henry ? Qui sait ?Vont-ils se taper sur le ventre en privé ? Est-on dans le scenario Meyssan ou doit-on prendre PCR au pied de la lettre ? Dans toutes ces histoires, il y a toujours l’officiel et l’officieux… La guerre par procuration de Syrie est une guerre en fait du gaz entre le Qatar (Exxon-Mobil, tiens donc…) dont le gazoduc refusé par Assad en 2009 perturberait les ventes de gaz russes à l’Europe. Nous parlons donc pour simplifier d’une guerre par procuration entre Exxon-Mobil et Gazprom (Russie et Poutine) par Syrie et Iran interposés.

à suivre donc encore et toujours…

Voir notre dossier: « Syrie et guerre du gaz »

~ Résistance 71 ~

 

Est-ce l’armaguédon que l’on voit poindre à l’horizon ?

 

Paul Craig Roberts

 

12 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2017/04/12/is-that-armageddon-over-the-horizon/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’insouciance du monde occidental est absolument extraordinaire. Ce ne sont pas seulement les Américains qui permettent que s’opère sur eux un lavage de cerveau en règle par les merdias tels que CNN, MSNBC, NPR, le New York Times, Washington Post et consorts, mais aussi leurs contre-parties en Europe, au Canada, en Australie et au Japon, qui dépendent pour leur information de la machine de propagande de guerre que sont les médias de ces pays respectifs.

Les “leaders” occidentaux, c’est à dire les marionnettes qui pendouillent au bout des ficelles animées par des groupes d’intérêt privés très puissants et l’état profond (NdT: que ces groupes ont acheté/créé) sont tout aussi insouciants. Trump et ses contre-parties dans l’empire américain ne doivent pas être au courant qu’ils sont en train de provoquer la guerre avec la Russie et la Chine, ou alors ce sont des psychopathes accomplis.

Un nouveau Bozo à la Maison Blanche a remplacé l’ancien. Le nouveau a envoyé son ministre des affaires étrangères en Russie. Pour quoi faire ? Pour y délivrer un ultimatum ? Pour y faire toujours plus de fausses accusations ? Pour s’excuser de tous les mensonges proférés ?

Considérez un peu l’audacité du ministre Tillerson. Il a passé la semaine avant de se rendre à Moscou à soutenir des mensonges tous plus incroyables les uns que les autres, à faire des accusations sans preuve qu’Assad et la Syrie ont utilisé des armes chimiques avec la permission de la Russie, ce qui justifia le crime de guerre flagrant de Washington d’une attaque militaire sur un pays auquel les Etats-Unis n’ont pas déclaré la guerre. Moins de 100 jours dans le burlingue ovale et Trump est déjà un criminel de guerre aux côtés du reste des gugusses de son gouvernement de va t’en guerre.

Le monde entier le sait, mais personne ne le dit. Et Tillerson, qui a lourdement menti et menacé, a la confiance en lui d’aller à Moscou pour dire aux Russes qu’ils doivent remettre Assad à la puissance unipolaire américaine.

La mission de Tillerson démontre le manque total de réalisme du monde dans lequel vit Washington. Essayez de mesurer l’arrogance de Tillerson. Si vous aviez insulté et menacé des gens importants et puissants, seriez-vous confiant d’aller chez eux pour souper ? Tillerson pense t’il que maintenant que la Russie a largement libéré la Syrie de l’EIIL/Daesh soutenu par les Etats-Unis, elle va lui donner la Syrie comme çà, et la laisser à Washington ?

Va t’il dire à Lavrov qu’il ne pensait pas vraiment toutes les saloperies qu’il a débitées au sujet de la Russie, mais que ce sont les nouveaux cons sionistes qui l’ont forcé à les dire ? Qu’il n’est pas vraiment en contrôle, mais juste un pion de l’empire anglo-américano-sioniste ?

Est-ce que Tillerson va s’excuser des paroles du secrétaire de presse de la Maison Blanche Sean Spicer qui a déclaré qu’Assad, l’allié de la Russie, était pire qu’Hitler ? Peut-être que Tillerson va demander l’asile politique à la Russie pour se retrouver du bon côté…

Stephen Cohen, un des derniers américains ayant une vaste et très bonne connaissance de la Russie, a dit aux deux putes pressetituées de CNN et au va t’en guerre de colonel Leighton, un des “experts” que les journalopes exhibent pour vomir leur propagande contre la Russie, que la Russie se préparait pour une guerre chaude. C’est passé carrément au-dessus des têtes des gusses de la pressetituée et du colon. Qui les paient ?…

Les leaders russes, qui, à l’encontre des menteurs de l’occident, disent la vérité, ont clairement dit et établi que la Russie ne combattrait plus jamais de guerre sur son propre sol. (NdT: plus de 20 millions de morts entre 1941 et 1945 en Russie, soviétique à l’époque certes, mais au demeurant le plus lourd tribut à la folie guerrière capitaliste qui est toujours à l’œuvre aujourd’hui…). Les Russes ne pouvaient pas être plus clairs. Provoquez une guerre et nous vous détruirons chez vous, sur votre propre territoire (NdT: qui pour l’empire américano-sioniste est, ne l’oublions jamais, un territoire VOLÉ aux peuples autochtones indiens ou palestinien…)

Lorsque vous observez le président et son gouvernement à Washington, les gouvernements européens, spécifiquement les abrutis de Londres, des gouvernements du Canada et de l’Australie, vous ne pouvez que vous émerveiller de la totale stupidité du “leadership occidental”. Ils ne font que demander, mendier pour la fin du monde.

Et les zouaves de la pressetituée sont à l’œuvre poussant vers la fin de toute vie sur terre. Une énorme quantité d’occidentaux sont préparés pour leur fin et ils ne voient pas ce qui se trâme grâce (à cause de) à leur insouciance programmée.

Washington est tellement arrogante et perdue dans sa faconde qu’elle ne comprend pas que des années de mensonges transparents au sujet de la Russie et des intentions russes ont convaincu cette même Russie que Washington prépare les populations des Etats-Unis et des peuples captifs en Europe de l’ouest et de l’est, du Canada, de l’Australie (et NZ) et du Japon à une frappe nucléaire préemptive contre la Russie. Des plans de guerre américains contre la Chine publiés ont convaincu celle-ci de la même chose.

Si ce n’est pas pour la guerre, à quoi peuvent donc bien servir les changements opérés dans la doctrine guerrière américaine ? Deubeuliou Bush a abandonné le rôle stabilisateur des armes nucléaires en changeant leur fonction de riposte à une fonction de première frappe nucléaire. Puis il a retiré le pays du traité anti-missiles balistiques qui avait été conclu sous Nixon. Maintenant, nous avons des sites de lancement de missiles aux frontières russes. Nous mentons aux Russes en leur disant que ces missiles existent pour prévenir une frappe de missile balistique nucléaire iranien contre l’Europe. Ce mensonge est vomit ad nauseam et cru par les marionnettes d’Europe et ce malgré le fait connu et indisputable que l’Iran n’a ni armes nucléaires, ni missiles balistiques inter-continentaux. Mais les Russes eux, ne l’acceptent pas ; ils savent très bien que c’est encore un des nombreux mensonges de Washington.

Quand la Russie entend ces mensonges éhontés et flagrants, elle comprend que Washington a l’intention d’utiliser une frappe nucléaire préemptive contre elle.

La Chine est parvenue à la même conclusion.

Donc, voici la situation. Deux pays ayant des forces nucléaires conséquentes s’attendent à ce que les grands barjots qui gèrent l’occident les attaquent avec des armes nucléaires. Que vont donc faire la Russie et la Chine ? Vont-elles demander grâce ?

Non. Elles se préparent à détruire l’occident malfaisant, un ramassis de menteurs et de criminels de guerre, d’un niveau encore jamais vu dans l’histoire.

Ce sont les Etats-Unis, les plaisantins “unipolaires”, qui après 16 ans de guerre sont toujours incapables de battre quelques milliers de Talibans légèrement armés en Afghanistan, qui ont besoin de demander grâce.

Les palabres de guerre irresponsables du gouvernement américain et des journalopes de la pressetituée et aussi parmi les vassaux de l’OTAN de Washington doivent cesser immédiatement. La vie sur terre est en jeu.

Poutine a fait montre d’une incroyable patience avec les mensonges et provocations répétés de Washington, mais il ne peut pas risquer la Russie en faisant confiance à l’empire, que personne de fait ne peut croire. Pas le peuple américain, ni le peuple russe, ni quelque peuple que ce soit. (NdT: demandez une fois encore aux populations et nations autochtones originelles de l’endroit, s’il faut croire la parole du gouvernement yankee. Plus de 400 traités signés, plus de 400 traités bafoués par Washington…)

En sautant dans le wagon propagandiste de l’état profond, la gauche libérale “progressiste” est en fait complice de la marche en avant vers l’armaguédon.

Nouvel Ordre Mondial: La CIA n’existe que comme plus gros trafiquant de drogue au monde…

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, CIA et traffic de drogue, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 5 avril 2017 by Résistance 71

“Lorsque la CIA a commencé son implication secrète en Birmanie au début des années 1950, la production d’opium local était de l’ordre de 80t par an. Dix ans plus tard, gràce aux seigneurs de la guerre du Kuomintang chinois (armée nationaliste du KMT de Chang Kaï Chek) soutenu par la CIA et la compagnie Civil Air Transport ou CAT (qui deviendra plus tard Air America, la compagnie aérienne de la CIA), la région produisit entre 300 et 400 t par an. Pendant la guerre du Vietnam, la production a atteint à un moment donné 1200t par an. Dès 1971, il y avait 7 labos de transformation de l’opium en héroïne dans la région, l’un d’entre eux était voisin de la base de la CIA de Ban Houei Saï au Laos. Ce labo produisait environ 3,6t d’héroïne par an.”

“Je ne pense pas qu’aucun livre ait jusqu’ici avancé mes révélations datant de 1970 au sujet de l’implication d’Air America (ex-CAT) et son personnel dans le trafic de la drogue asiatique. L’élément politique profond ici est la présence du crime organisé, à la fois asiatique et américain en toile de fond et ce à chaque étape de l’histoire ; depuis la toute première implication après la seconde guerre mondiale des Etats-Unis dans l’infrastructure du trafic de la drogue asiatique, jusqu’au recyclage de l’argent asiatique dans la vie politique américaine, via le lobby chinois (nationaliste de Taïwan) et plus tard de la firme légale Corcoran & Rowe. […] Une telle étude nous aiderait à déterminer pourquoi la CIA s’est alliée de manière répétitive avec des éléments du trafic de la drogue en Europe, en Afghanistan et au Moyen-Orient, en Amérique Latine et ailleurs, le plus récemment au Kosovo, en Colombie et en Afghanistan…”
~ Peter Dale Scott, “Drugs, Oil and War”, 2003 ~

-[]- Alors bien évidemment certains lecteurs vont dire “Eh, oui, bonne info, mais qu’est-ce qu’on en a à foutre maintenant ? l’heure est à la campagne électorale française… On doit s’occuper de qui on va avoir comme président le mois prochain…”
Ce à quoi nous répondons: mais tout est lié !
Réfléchissez 2 minutes et 2 autres après avoir lu l’article… La France est “l’alliée”, nous disons la vassale des Etats-Unis. Ceci veut dire que rien de ce qui se fait en France ne peut plus se faire sans l’accord de l’empire et de ses représentants. La France est impliquée dans des guerres impérialistes criminelles en Afghanistan, en Libye, en Syrie, elle est membre active de l’OTAN, sous commandement américain. L’ensemble de l’empire dont la CIA et le Pentagone sont les bras armés, ne peut fonctionner que grâce au fric du trafic mondial de la came, comme il a été prouvé et réétabli dans l’article que nous avons traduit ci-dessous. Il est dit plus bas que la CIA ne gère exclusivement que le trafic de drogue et ne fait rien d’autre
. Tous les services de renseignement occidentaux vassalisés par l’empire, travaillent d’une manière ou d’une autre avec la CIA, c’est à dire avec le grand parrain de la came dans le monde !
Qui que ce soit qui gagnera l’élection présidentielle le 7 mai 2017 en France se pliera de gré ou de force à l’omerta mise en place. Penser le contraire est pure fantaisie et mythomanie. Votre bulletin de vote (pas les nôtres car personne chez nous n’a voté depuis des années… donc RIEN ne se fait en notre nom, RIEN…) participera à la continuation de ce système criminel et inique. Il n’y a pas de solutions au sein du système, le système EST le problème. Il faut en sortir et cela commence avec son boycott et son remplacement par les associations libres et les communes libres œuvrant ensemble pour le bien commun.
Lisez ce qui suit. Lisez comment se joue la partition depuis les derniers 35 ans et ne pensez pas un seul instant que cela soit différent en France. La seule différence est l’amplitude. La France est une vassale modeste, qui picore les miettes de son maître. Il n’y a plus aucune possibilité de réforme de cette ignominie criminelle, il faut l’éliminer, pour ce faire, il faut dire NON ! et déjà arrêter de valider le consensus du statu quo oligarchique en y acquiesçant par le vote qui vous soumet à cette mafia sournoise, veule et qui n’en a rien à cirer de vous ni de vos familles.
Aujourd’hui, plus personne ne peut dire: “je ne savais pas”…
Voter, c’est accepter de mettre le prochain larbin corrompu à l’Elysée, larbin qui validera consciemment ou non, de gré ou de force, les décisions qui siéront le mieux à l’oligarchie impérialiste de la City de Londres et de Wall Street, qui ne fonctionnent plus qu’avec le fric de la came, du trafic illicite des êtres humains menant à la destruction de l’humanité.
Voter c’est être complice de ce cercle criminel !

~ Résistance 71 ~

 

A lire aussi: « La CIA et le trafic de la drogue » (James Corbett)

 

La sale vérité au sujet de la CIA

 

Gordon Duff

 

4 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2017/04/04/neo-the-nasty-truth-about-the-cia/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dire la vérité est une chose dangereuse comme chacun sait, illégale en fait. Le faire avec circonspection, en utilisant des allégories et une touche d’ironie est toujours le meilleur moyen, mais cela demande d’être fin, parfois un peu intello, choses qui ne courent plus les rues. Ceci dit, procédons…

J’ai récemment été en grande discussion avec des membres du renseignement remontant à l’ère Reagan, des militaires, des membres du contre-espionage du FBI et bien d’autres anonymes ; de ces discussions, je suis parvenu à certaines conclusions renversantes.

Voyez-vous, de récents évènements ont poussé le bouchon aussi loin que de se demander ce qui peut être dit et “fuité”. Il y a aussi suffisamment de colère dans ce milieu et il n’y a rien de plus dangereux que des anciens en colère, des choses qui furent auparavant muselées et dont on peut parler maintenant.

Ronald Reagan a pris ses fonctions en janvier 1981. La CIA commençait alors une guerre en Amérique Centrale, menait des opérations secrètes à travers le continent africain et était profondément impliquée dans des affaires en Egypte et au Liban. C’était des choses que je savais, mais je ne peux pas dire comment je l’ai su, ma connaissance est personnelle.

La Russie (alors l’URSS) était en guerre en Afghanistan, les Etats-Unis avaient toujours sur les bras l’affaire des otages en Iran et avaient plus de 500 000 soldats en Europe.

Une des premières mesures de la présidence Reagan fut de “décommissionner” la CIA de certaines tâches et de la “re-commissionner” sur d’autres. Le vice président George H.W. Bush avait été le directeur de la CIA sous la présidence tronquée de Gerald Ford et avait passé son temps à apprendre le business du trafic de drogue en y plaçant en tête de pont sa famille.

En tant que directeur de la CIA en 1977 (NdT: sous la présidence Carter donc), Bush envoya son fils Jeb (NdT: devenu depuis gouverneur de Floride et qui se retira de la course à l’investiture 2016 à la présidence pour le parti républicain) au Vénézuéla pour prendre en charge les relations bancaires entre ce pays et la Colombie. George H.W. Bush et son fils Jeb furent d’une importance capitale dans la création et le soutien des cartels de la drogue en Colombie et établirent la connexion de la CIA qui bourgeonnera et fleurira sous Reagan, mais je m’avance. La Colombie était en fait au sujet du contrôle mondial de la cocaïne.

Simultanément, la CIA sous Bush (père) a établi de très fortes connexions avec les narco-tribus du nord de l’Afghanistan. Tandis que les Etats-Unis, par le truchement du Pakistan, de son armée et son service de renseignement l’ISI, géraient et contrôlaient les Moudjahidines , la CIA commença à bâtir un narco-empire là-bas, fondé sur l’héroïne (NdT: et en amont bien sûr la culture du pavot…)

On devra attendre qu’un autre fils de Bush (Deubeuliou) prenne avantage des attentats de 11 septembre 2001, en y ayant peut-être même une implication interne si une autre source de renseignement est correcte (NdT: le FSB russe), avant que la CIA ne puisse prendre également le contrôle de la production mondiale d’héroïne.

Lorsque Reagan a pris ses fonctions, Bush a mis en place un comité au sein duquel des noms tels qu’Oliver North (NdT: la figure de proue plus tard dans l’affaire Iran-Contra) et John Secord et même quelqu’un comme Oussama Ben Laden, furent parmi les planificateurs. Reagan lui-même amena Lee Wanta de VT qui ne participa qu’à quelques réunions, réunions qui planifièrent une guerre économique contre l’URSS, détruisant sa monnaie le rouble et éventuellement finissant par écraser économiquement l’Union Soviétique. (NdT: de fait, Wall Street et la City de Londres ne firent que détruire leur propre créature, puisqu’il est maintenant connu et établi que l’URSS dès le départ fut une fabrication, financée et contrôlée par la haute finance anglo-saxonne sous couvert des banques allemandes, cf notre traduction de la recherche de l’historien Antony Sutton: “Wall Street et la révolution bolchévique”)

Quoi qu’il en soit, l’effort principal était de simplement prendre en compte les activités de la CIA et de mettre fin au programme de renseignement américain, comme nous le constatons maintenant, “pour toujours”. Il n’y a pas de CIA. Ceci n’est pas un fait énoncé de manière saugrenue et irresponsable. Le véritable renseignement est dangereux et à partir de cette époque, le Congrès ne verra plus rien, ni ne sera plus nourri d’information qui n’ait été totalement approuvée par ceux qui gèrent le trafic mondial de la drogue.

Voyez-vous, avant cela, la CIA était toujours indépendante et sous un certain Allan Dulles a peut-être été impliquée dans l’assassinat de Kennedy, telles sont les rumeurs en tout cas… La CIA, tout comme le FBI sous le long règne de J. Edgar Hoover, était une loi en et par elle-même, un état dans l’état.

La CIA était certainement capable d’utiliser ses techniques visant précédement à assassiner des leaders étrangers et de refocaliser ces capacités sur les Etats-Unis.

La CIA, tout comme le Pentagone, étaient des expressions de la volonté de l’oligarchie mondiale et la vision de l’époque était celle d’un Nouvel Ordre Mondial. Cette vision a changé avec les idées et les situations, avec le changement technologique et alors que le temps et la mort poussaient de nouvelles idées et de nouveaux objectifs de l’avant. Est-il besoin de dire que la CIA et le Pentagone, aujourd’hui, font partie de l’Amérique mais ne sont certainement pas américains, loin s’en faut.

Voici à quoi cela ressemble si vous y étiez

Disons que vous travailliez dans une unité opérationnelle le lundi 26 janvier 1981. Les communications alors se faisaient par Télex, il n’y avait pas d’internet. Comme les téléphones n’étaient pas sécurisés, toute autre communication se faisait par courrier, parfois par les voies diplomatiques (NdT: la fameuse “valise diplomatique”), parfois au moyen des personnels navigants des compagnies aériennes, les “stewarts” qui transportaient des documents et autre matériel pour la CIA. Sans la Pan Am, il n’y aurait jamais eu de CIA.

De manière typique, un bureau d’opération de terrain, fondé sur son personnel et sa capacité technique, ses connexions et réseaux, pouvaient intersecter, en relation avec par exemple la Bulgarie et la Jordanie et même le Panama, simplement parce que les gens sur place avaient les relations, la capacité de langage et les fausses identités qui permettaient certaines opérations.

Rien n’était fait depuis Langley (NdT: QG de la CIA en Virginie), personne n’y était assis dans un burlingue, prenait le taxi direction Dulles Airport pour prendre l’avion vers une destination exotique pour y flinguer un dictateur local ou pour y faire truquer une élection, c’est ce qu’on voit à la télé et au cinéma. Pratiquement tout le monde bossait pour une grosse entreprise (NdT: nous l’avons dit et le répétons, la CIA est le bras armé de Wall Street et les portes tourniquets entre l’agence et les entreprises cador de WS fonctionnent à plein tube depuis des lustres… Il suffit de faire un inventaire du nombre de directeur de la CIA qui sont venus de WS ou qui y sont partis pantouffler après, idem pour les cadres de l’agence…) que ce soit chez Michelin, Dupont de Nemour, Fluor, Bechtel ou travaillait pour un gros média ou comme un cadre de la banque, voire même bien sûr comme diplomate. Tous étaient des voyous bien sûr, mais des voyous avec des boulots officiels, des couvertures. En janvier 1981, tout cela prit fin.

Maintenant nous entrons dans le domaine de l’allégorie et de la circonspection. Ce matin de tous les matins, le “nouveau balais” à Washington, un ancien directeur de la CIA comme vice-président (NdT: Bush père), tout changea. Des histoires internes disent qu’un chef de station de la CIA trouva un leader des cartels de la drogue colombien très connu assis en face de son bureau lorsqu’il y arriva. Voici ce que l’histoire raconte:

“Je suis arrivé ce matin là, je suis passé devant le réceptionniste, devant la sécurité armée que le public ne voit jamais, j’ai réceptionné mon courrier, mes télex et j’ai ouvert la porte de mon bureau. A ma grande surprise, un homme à l’apparence sud-américaine se trouvait là, vêtu d’une chemise à 4 poches, une grosse Rolex au poignet et une bague sertie d’un diamant de la taille d’une bille. Il se coupait un gros cigare. Il se présenta comme étant “un homme d’affaire colombien” et me dit qu’il avait été avisé que je pourrais l’aider. Ce fut ce jour que je rencontrais mon nouveau patron, du moins l’un d’entre eux.”

A partir de ce jour, les agents du KGB soviétique en Egypte ne furent plus un problème pour la CIA, renverser les gouvernements du Ghana n’avait plus grande importance, en fait, l’URSS avait été déplacée au placard. A partir de ce jour, toutes les activités et les efforts de la CIA se trouvaient dans le transport de narcotiques ou la gestion d’opérations qui ne servaient aucun autre objectif que de… gérer le trafic de la drogue.

Pourquoi une guerre en Amérique Centrale ? Pourquoi inventer Daniel Ortega, politicien libéral du Nicaragua, comme dangereux dictateur ? Pouvait-ce être parce qu’armer les “contras” utilisaient des avions qui “accidentellement” revenaient au bercail bourrés de cocaïne ?

Lorsque la CIA prit le contrôle des services de terrain dans le Golfe du Mexique vers cette époque, les bateaux qui arrivaient à la Nouvelle-Orléans et dans d’autres ports, avaient pour “tâche” de transporter des “fournitures médicales” au Honduras afin de soutenir la guerre secrète au Nicaragua. Ils revenaient eux aussi, bourrés de… vous avez deviné… de cocaïne.

Toute discussion tournait autour de la “cocaïne” et du comment utiliser la technologie de la CIA pour éviter la police, pour brouiller les radars, pour retrouver les cargos manquant et comment empêcher les alliés de l’Amérique en Colombie de s’entretuer et de ruiner les affaires.

Miami en Floride devint le centre de l’univers de la drogue (NdT: état dont le gouverneur est devenu … Jeb Bush, un ponte du trafic mondial de la came comme gouverneur, çà aide incontestablement…), là où les guerriers combattant le communisme s’asseyaient dans les lobbies des hôtels avec des cocktails aux petites ombrelles, se rendant aux toilettes toutes les quelques minutes pour, eux aussi, se bourrer le pif de cocaïne…

L’argent voyageait dans des sacs poubelle, il était devenu trop fatigant de compter les sommes folles, certains disent que peser un sac suffisait. Cet argent acheta Washington et fut un aspect clef de la politique de la Maison Blanche (NdT: durant cette époque, l’ex-flic du LAPD et futur lanceur d’alerte Michael Ruppert, enquêtait sur les filières de la came et il fut mis en garde par de sérieux contacts de la CIA lui disant clairement: “touche pas à la coke et la Colombie… chasse gardée de la Maison Blanche”… voir à ce sujet son excellent bouquin “Crossing the Rubicon”) et de l’opération secrète pour vendre des armes à l’Iran par Israël et l’Arabie Saoudite, puis utilisé ceci comme une couverture pour blanchir des milliards de dollars du fric de la cocaïne en liquide dans ce qui devint connu comme “l’affaire Iran-Contras”.

Il n’y avait pas de “Contra”, seulement de la cocaïne et le fric qu’elle rapporta et les villes américaines qui furent inondées de cette saloperie de “crack”, dérivé bon marché et hyper addictif de la cocaïne et une descente aux enfers à la dépendance et au crime qui continuent jusqu’à aujourd’hui.

La famille qui a amené le crack de la cocaïne aux écoliers américains délivre aujourd’hui l’héroïne afghane a un prix encore plus bas. (NdT: le lecteur aura ici compris qu’il s’agit de la famille Bush…) Lorsque la farce du 11 septembre 2001 mena à deux invasions, en Afghanistan pour mettre les seigneurs de la came de l’alliance nord en position de virer les Talibans anti-opium et anti-drogue et une autre pour piller l’Irak de ses ressources pétrolières, il n’y avait plus de CIA indépendante.

Même la CIA qui a servi les oligarques mondiaux, tout comme les autres agences de renseignement, se serait probablement levée contre la “guerre contre le terrorisme”, une expression du Nouvel Ordre Mondial, qui comme nous l’avons vu, partirait totalement en sucette emmenant tout et tout le monde dans son sillage.

Dès 2004, la famille Bush a privatisé la CIA, acheté le Pentagone avec le fric sale de la came afghane et a mis en place des armées mercenaires. Certains disent, certaines personnes qui en savent énormément, disent que tout officier supérieur américain qui a servi en Afghanistan est corrompu et a les mains sales. (NdT: voir aussi les recherches du professeur canadien Peter Dale Scott, que nous citons en préambule, sur le sujet. De ses recherches il résulte que l’armée américaine en Afghanistan et par extension, toutes les forces de l’OTAN qui y séjournent, n’ont eu et n’ont qu’une seule fonction: celle de la protection des champs de pavot servant à la 1ère production d’héroïne au monde. La came est acheminée par les avions américains d’Afghanistan à camp Bonsteele au Kosovo, plus grande base américaine en Europe et que de là la came est dispatchée via la mafia kosovare vers les marchés d’Europe. La compagnie aérienne de la CIA transbahute le reste pour le marché yankee…)

La décision fut prise, sur la base des leçons positives et négatives apprises de l’aventure Iran-Contra reaganienne, de maintenir une guerre continuelle comme couverture mais aussi de s’assurer qu’il ne pourrait jamais y avoir de possibilité d’enquête sur quoi ou qui que ce soit de la part du Congrès des Etats-Unis.

Pour ce faire, la Cour Suprême des Etats-Unis, serviteur des narco-voyous, au moins 5 membres jusqu’à la mort du juge Scalia, légalisèrent la narco-corruption sous ce qui est connu sous le vocable de “Citizens United” ou “Citoyens Unifiés”. Ce cas légalisa des contributions financières illimitées “entrepreneuriales” pour chaque campagne (électorale), pour tout pays, toute entreprise et ce “sans qu’aucune question ne soit posée”…

Cet argent provient essentiellement des trafics de la drogue et des êtres humains et cet argent, avec la restructuration bizarroïde des districts congressionnels dans l’après 11/9, qui fut aussi financée par le fric de la drogue, a mis le business du trafic de la came en charge de la chambre des représentants des Etats-Unis (le parlement), qui est le seul corps d’enquête fédéral du législateur, cette mise sous tutelle est à perpétuité.

A partir de ce moment, ils n’ont plus enquêté que ce sur quoi les seigneurs de la came leur donnaient l’aval.

Ce qui est très important à comprendre est que la CIA ne fait que gérer des opérations de trafic de came, rien d’autre. La drogue est une énorme ressource de capital et de pouvoir politique sans fin, le tout sans pouvoir être tracé, le tout pouvant être à la fois attribué à la guerre sans fin contre le terrorisme tout en la rendant interminable, surtout lorsque la CIA gère sa propre compagnie aérienne et vit dans un monde qui n’a absolument plus de frontières ni de possibilité de contrôle de quoi que ce soit et de qui que ce soit au sein de cette vaste mafia.

En attendre quoi que ce soit d’autre est de la pure folie.

Merdia et pressetituée: degré zéro du crétinisme propagandiste marchand atteint avec succès…

Posted in actualité, altermondialisme, désinformation, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 18 mars 2017 by Résistance 71

De nuisance à menace: le prix de la vérité

 

Paul Craig Roberts

 

16 mars 2017

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2017/03/16/nuisance-threat-high-cost-truth-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Je suis convaincu que les Etats-Unis et probablement tout le monde occidental, c’est à dire l’empire américain, sont maintenant entrés dans une ère dans laquelle le respect de la vérité n’existe ni dans les institutions publiques, ni dans les institutions privées. Nous avons pu observer cet avènement depuis déjà un certain temps. Pensez par exemple au 3 août 2002, une époque récente en ce qui nous concerne, mais une période hors de la conscience politique de tous ceux plus jeunes que 33 ans aujourd’hui. A l’été 2002, le monde a été préparé par la propagande américaine à l’invasion de l’Irak. Le 3 août de cette année là, la prestigieuse publication britannique de “The Economist” résuma la pensée consensuelle de l’opinion dominante en deux phrases lapidaires: “Les choix honnêtes sont d’abandonner et d’accepter ou alors de retirer Mr Hussein du pouvoir en Irak avant qu’il n’ait sa bombe atomique. Aussi douloureux que cela nous soit, notre vote va à la guerre.

Comme Lewis Lapham, moi-même et bien d’autres demandions à l’époque: quelle bombe ? La seule preuve de l’existence d’une bombe était fabriquée et tout le monde savait qu’elle l’était. Les inspecteurs du nucléaire de l’ONU avaient conclu que les fameuses armes de destruction massive irakiennes étaient une création de la propagande américaine. Le président George W. Bush reconnut éventuellement que l’Irak n’avait pas de telles armes. Le ministre des AE Colin Powell a dit que les mensonges qui lui furent imposés par déception par le régime Bush pour dire devant l’ONU que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, furent une tâche indélébile sur sa carrière. (NdT: sauf que Powell n’a pas été trompé, il savait pertinemment ce qu’il faisait…)

Bien qu’il fut connu que l’invasion de l’Irak en 2003 par les Etats-Unis avait entièrement été fondée sur des mensonges, les troupes américaines n’en furent pas évacuées pour autant et ce jusqu’en 2011 et qu’elles furent retirées ou pas, elles sont bel et bien de retour maintenant. Rien de ces faits avérés n’eut d’impact sur la bonne opinion que Washington et les médias ont d’eux-mêmes.

Enhardis, Washington et sa horde pressetituée ont menti au sujet de la Libye et ont détruit ce pays prospère. Ils ont menti au sujet de l’utilisation par Assad d’armes chimiques pour “gazer son propre peuple” et auraient détruit aussi la Syrie si la Russie ne s’était pas interposée.

Bloqués par la Russie, Obama, Hillary et Victoria Nuland se sont retournés contre elle, d’abord en renversant le gouvernement démocratiquement élu d’Ukraine et lorsque le peuple de Crimée vota massivement et pratiquement à l’unanimité pour son rattachement à la Russie, le régime Obama et ses putes des médias ont fabriqué une “invasion russe de l’Ukraine”.

Cette fausse accusation, répétée inlassablement jusqu’à aujourd’hui par la pressetituée occidentale, est devenue la justification pour des sanctions économiques contre la Russie que Washington a fait imposer par ses vassaux européens et ce entièrement à leurs dépends, ce qui montrent parfaitement le niveau crasse de couardise des gouvernements impliqués. Si Washington leur ordonne “sautez!”, le premier ministre britannique, le chancelier allemand et le président français demandent en chœur: “de quelle hauteur ?…”

Une des raisons pour laquelle Donald Trump a été élu président fut son implication à normaliser les relations avec la Russie et à reconsidérer la prolongation de l’OTAN, un quart de siècle après que son objectif de départ eut cessé d’exister après l’effondrement de l’URSS. L’implication de Trump constitua une menace directe au pouvoir et aux sources de profit du complexe militaro-industriel et de la sécurité américain, dont les 1000 milliards de dollars de budget annuel demandent l’existence justificative d’une menace majeure que seule la Russie peut fournir.

En conséquence, la Russie et son président ont été diabolisés. La propagande américaine et ses mensonges éhontés, a semé la peur de la Russie et de Poutine au travers de l’empire américain. Le réponse de l’empire à ceux qui confrontent cette propagande avec des faits et la vérité est de les dénoncer comme des “agents russes” ou des “dupes de Poutine”. La haine de la Russie qui a été inculquée par les nouveaux cons et la pressetituée a eu pour résultat de voir le sénateur républicain McCain, représentant l’Arizona (à la grande honte des Arizoniens), étiqueter lors d’une session sénatoriale le sénateur Rand Paul du Kentucky, comme quelqu’un qui “travaille maintenant pour Vladimir Poutine”, parce qu’il objectait qu’un tout petit pays comme le Montenegro devinsse un membre de l’OTAN.

http://news.antiwar.com/2017/03/15/sen-john-mccain-rand-paul-is-working-for-vladimir-putin/

Lorsque mon site internet a été inclus dans la liste de plus de 200 sites soi-disant “agents ou dupes des Russes” par un groupe secret appelé “PropOrNot”, j’ai questionné l’origine du financement d’une telle entreprise aussi bien camouflée qu’une opération de blanchiment d’argent offshore. J’en ai fait une blague qui a beaucoup amusé les Russes.

Comme personne ne sait ce qu’est PropOrNot, le site n’a aucune crédibilité. Alors les forces va t’en guerre ont monté l’affaire de plusieurs crans avec l’affaire de la bibliothèque de l’université d’Harvard. Sur ce site internet, quelqu’un a posté ce qui est essentiellement la liste de PropOrNot. Harvard ne dit rien de cette liste ni n’explique pourquoi quiconque devrait la croire. Cette liste est attribuée à une assistante professeur en média et communication du nom de Melissa Zindars, enseignant dans une institution qui n’est pas citée. C’est une liste, dit-elle, qu’elle utilise dans ses classes pour enseigner aux élèves comment ils peuvent éviter les “mensonges et fausses nouvelles”. En d’autres termes, la liste est un reflet de sa propre ignorance et de ses préjugés.

Comme l’a observé un lecteur, Melissa ne fait que montrer sa propre endoctrination par les médias pressetitués, les médias de masse américains, putes de la CIA: “Je lis, regarde, écoute très largement des sources d’information des médias de masse (New York Times, Washington Post, Boston Globe, Wall Street Journal, Forbes) et aussi de The Atlantic de la NPR et d’autres sources locales et alternatives ayant une perspective différente (Truth Out).”

Donc, nous avons le monde occidental informé par la bibliothèque de l’université de Harvard de qui il peut prendre ses informations sûres, le tout sur la base des préjugés d’une sombre inconnue. Ceux qu’on peut lire et écouter en toute sécurité sont les médias pressetitués qui mentent à tour de bras et qui servent la cause de la guerre et de l’état policier.

Quand on est le témoin d’un tel niveau de corruption de ce qui prétend être la meilleure université des Etats-Unis et qui est au sommet de 24 années de rien d’autres que des mensonges en provenance des trois derniers présidents ayant fait deux tours en fonction et qui entre eux ont massacré et disloqué des millions de personnes dans bien des pays et qui ne sont aucunement tenus pour responsables des millions de vies détruites, on ne peut cesser de réellement comprendre que pour les Etats-Unis et ses états vassaux corrompus, la vérité est quelque chose qui doit être évitée à tout prix.

Lorsque Trump s’est effondré sous la pression et a viré son conseiller à la sécurité, le gén. Flynn, il donna sans le vouloir un certain crédit à l’accusation de dire que quiconque cherche à normaliser les relations avec la Russie est un “agent russe2 et qu’être un “agent russe” veut dire que vous êtes coupable de trahison et méritez d’être destitué si vous êtes le président des Etats-Unis.

La conséquence du départ de Flynn a été de permettre aux forces russophobes de définir comme trahison le simple désir d’une détente avec la Russie. Si ceci avait été imposé aux présidents américains durant la première guerre froide, la vie sur la planète terre n’existerait probablement plus aujourd’hui.

Ce qui fait peur au sujet des Etats-Unis et de l’Europe n’est pas simplement la naïveté et l’insouciance d’un grand pourcentage de leurs populations ; ce qui fait peur est la volonté des médias, des hauts-fonctionnaires, des militaires et des membres des organsiations professionnelles de mentir pour préserver leur carrière. Essayez de trouver un quelconque remord parmi tous ces menteurs au sujet du fait que leurs mensonges exposent l’humanité a l’annihilation thermo-nucléaire. On ne le trouve nulle part. Ils n’en ont rien à cirer. Laissez moi ma Mercédès et ma mansion pour une autre année.

Le Saker, être particulièrement observateur, dit que la révolution colorée menée par les nouveaux cons, le parti démocrate, la pressetituée, la gôche libérale bobo/progressiste et par quelques républicains contre le président Trump ne fait que “délégitimer le processus démocratique complet qui mena Trump au pouvoir et sur lequel les Etats-Unis ont construit leur société.” La conséquence de cela, poursuit le Saker, est que “l’illusion de la démocratie et du pouvoir du peuple” a été détruite à la fois intra muros et à l’étranger. L’image propagandiste de la “démocratie américaine” a perdu sa crédibilité. Alors que la fausse image s’effondre, ainsi s’effondre aussi le pouvoir qui fut fondé sur l’autorité construite par la propagande.

Le Saker demande: “Faisons nous face à une horreur sans fin ou à une fin horrible ?”

Comme l’a dit George Orwell il y a quelques décennies: “Dans une époque de mensonge universel, dire la vérité est un acte révolutionnaire.

C’est comme çà que le voient les criminels qui nous dirigent et c’est aussi la façon dont ces putes des médias le voient. Si vous dites la vérité en Amérique (NdT: et en France et partout dans l’empire du crime occidental), vous êtes le pourvoyeur de fausses nouvelles et possiblement un traître. (NdT: pourquoi Roberts ne dit-il pas ici que ce sont toutes ces ordures du pouvoir et facilitant le pouvoir qui sont les traîtres à leurs peuples et que nous les tiendront pour responsables de leurs crimes…)

Aussi longtemps que vous soutiendrez ce site, je continuerai à faire face aux conséquences évidentes que cela implique. Et qui sait… peut-être que Néo va pointer le bout de son nez ?

Analyse politique: la « gauche » étatique occidentale complice de l’empire (Paul Craig Roberts)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 16 mars 2017 by Résistance 71

Les révolutions sont sanglantes… tout comme ne rien faire

 

Paul Craig Roberts

 

14 mars 2017

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2017/03/14/revolutions-bloody-nothing-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Graeme MacQueen, un professeur d’université au Canada, fait remarquer l’incapacité de la gauche américaine à être imaginative en regard des rapports de la commission Warren (NdT: sur l’assassinat de JFK) et de la commission sur le 11 septembre. Une tripotée d’individus et de publications, vus comme étant de gauche, ont prouvé être des agents actifs de l’état conspirateur contre la véritable dissidence.

Lien vers l’article de Graeme (en anglais): https://truthandshadows.wordpress.com/2017/03/14/911-and-american-left/#more-4073

Les Etats-Unis n’ont plus de “gauche” (NdT: la gauche radicale a été annihilée sous le règne du tsar du contrôle étatique yankee: Edgard J. Hoover, grand patron tout puissant du FBI qui fut à la tête du bureau de 1935 à … 1972…), l’Europe non plus, encore moins la Grèce, pays dont le gouvernement soi-disant de “gauche” a accepté que les créditeurs de la Grèce puissent piller son peuple et les biens publics au profit du 1%. Le parti travailliste britannique est aussi à droite que son homologue conservateur et le parti socialiste français est bien plus de droite et en acceptance de ses seigneurs américains que ne le fut la droite, surtout celle du général Charles DeGaulle.

En Allemagne, l’électorat a mis en place comme chancelier une marionnette américaine qui représente Washington et non pas le peuple allemand. Et elle va continuer de représenter Washington, même si cela signifie la guerre avec la Russie.

La gauche, qui fut autrefois une force politique (NdT: dans le contexte du consensus du statu quo oligarchique bien entendu, c’est à dire la perpétuation du cirque étatico-capitaliste de la domination et de l’exploitation, qu’à terme Roberts soutient sans se rendre compte que toute réforme est vaine et irresponsable. Il faut sortir de cercle vicieux et prendre la tangente qui mène à la société des sociétés) qui tenta de rendre les gouvernements responsables, a fusionné avec l’empire américain. La “gauche” américaine a maintenant rejoint le complexe militaro-industriel pour enterrer le projet de détente avec la Russie, par exemple:

http://www.counterpunch.org/2017/03/14/trump-and-russia-the-shortest-reset-ever/

La “gauche” américaine s’est jointe aux nouveaux cons(ervateurs), aux médias de la pressetituée et au complexe militaro-industriel dans un accord commun, disant que quiconque favorise de meilleures relations avec la Russie est un agent russe ou un dupe de Vladimir Poutine et que si vous en savez assez pour douter des rapports de la commission Warren et de celle sur le 11 septembre, vous êtes un frapadingue et devez être mis sur la liste de l’université de Harvard des pourvoyeurs de “fake news”. Quiconque n’est pas d’accord avec la ligne éditoriale de l’establishment est étiqueté “fake news” et ceci bien sûr dans une “démocratie de la libre parole et de la libre pensée”. L’Amérique est devenue une sombre mascarade !!…

En d’autres termes, la “gauche” a accepté la ligne néo-conservatrice affirmant que ceux qui se font les avocats de la paix avec la Russie, autre que celle imposée par les termes des Etats-Unis, sont des traîtres à la nation, ceci incluant le président. (NdT: qui par ailleurs a monté d’un ton la rhétorique belliqueuse envers l’Iran, et envoie des troupes au sol en Syrie, est-ce bien surprenant ?… En adoucissant la rhétorique anti-russe, il a acheté l’aval de la Russie pour envoyer des troupes au sol dans le nord de la Syrie… Les Russes sont-ils dupes ?…) L’université de Harvard vient de sortir son type de liste des sites internet jugés suspects pour l’establishment (NdT: un “déconneurex” sauce yankee). Tous ceux qui sont en faveur de relations normales avec la Russie sont sur cette liste.

Nous avons atteint le point où, même pour une institution comme Harvard, aucune dissidence à la haine de la Russie n’est possible, admise. Ceci ne laisse que la guerre comme seule option.

Êtes-vous prêts à mourir pour le complexe militaro-industriel et son énorme budget ? (NdT: et afin de le perpétrer…)

Parce que c’est tout ce pourquoi vous mourrez.

Moment de vérité sur la télé italienne: l’ex-député européen Giuletto Chiesa se lâche et nous offre un épique moment de vérité télévisée…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 7 février 2017 by Résistance 71

Résistance 71

7 février 2017

Le journaliste et écrivain italien Giuletto Chiesa, ancien député européen et ancien membre de la commission européenne d’enquête sur les prisons secrètes de la CIA (qui confirma la présence des ces prisons secrètes en Pologne, en Lithuanie entre autre…) était invité de l’émission « La Gabbia » (La cage) sur une chaîne italienne le dimanche 11 janvier 2017.

Lors de cette émission, sur une chaîne et heure de grande écoute, il a argumenté et pointé vers les preuves de la création de l’EIIL/Daesh par les services occidentaux chapeautés par la CIA. Que Chiesa soit toujours invité dans les programmes télé de grande écoute est déjà exceptionnel en soi, mais il ne fut pas interrompu et les journalistes présents furent très timides dans leur rôle de cerbères du système et de filtre propagandiste. Il est très possible que les pressetitués italiens sentent le vent du boulet et commencent à tourner casaque sur un muselage de la vérité qui devient intenable… A quand une telle bouffée d’air pur sur les merdias franchouillards ?… Prochaine étape: expliquer que l’EIIL / Daesh est une opération Gladio 2.0 de l’OTAN sous l’égide de la CIA, MI6, Mossad, DGSE, MIT et avec le financement saudo-qatari (Exxon-Mobil, ARAMCO), le tout sur fond de guerre du gaz et des hydrocarbures…

 

L’intervention de Chiesa en VOSTF:

Boycott: Association de boycott du compteur Linky, comment refuser cette escroquerie Big Brother…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, sciences et technologies, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 31 janvier 2017 by Résistance 71

Le collectif stop linky de Montreuil montre son courage alors que la date de pose du Linky dans leur ville est imminente (1 er février)




 

Source anonyne

 

31 janvier 2017

 

Le collectif Stop Linky Montreuil agit alors contre le compteur Linky qui lui sera imposé dès le 1 er février :

« Il arrive à Montreuil le 1er février 2017

Vous avez le droit de refuser Linky. Que vous soyez propriétaire ou locataire, dans le privé ou dans un logement social :

Aucune sanction n’est instaurée en cas de refus du Linky

Le nouveau compteur électrique espion provoque des pannes, des incendies, l’augmentation de toutes les factures

  • Radiofréquences cancérigènes, électrosensibilité…

Personne n’a remboursé les centaines d’appareils déjà grillés par le Linky dans toute la France : télévisions, ordinateurs, frigos, congélateurs, machines à laver, thermostats de chauffage, lampes, etc.

2 compteurs Linky brûlent dans le Tarn 
source la dépêche

http://www.santepublique-editions.fr/images/2-compteurs-Linky-brulent-la-depeche-27-10-2016.png

Le nouveau compteur Linky provoque des pannes et des incendies

http://www.santepublique-editions.fr/objects/Linky-et-les-pannes-linky-et-les-incendies-diaporama-18-12-2015.pdf

Un compteur Linky explose en Auvergne

http://www.santepublique-editions.fr/objects/Un-compteur-Linky-explose-en-Auvergne-27-decembre-2016.pdf

EDF et ERDF s’exonèrent de toute responsabilité en cas de pannes, d’incendies et d’explosions.

Pire BDF peut vous couper si son compteur marche mal en disant que si le compteur ne fonctionne pas, ce n’est pas la faute du compteur mais à celui du client source page 3 du contrat de vente d’EDF

http://www.santepublique-editions.fr/objects/edf-conditions-generales-de-vente.pdf

Les assurances ont d’ores et déjà exclu des garanties « les dommages de toute nature causés
par les champs et ondes électromagnétiques ». Même exclusions pour les communes : les incendies provoqués par le Linky ne seront pas couverts.

http://www.santepublique-editions.fr/objects/GROUPAMA_RESPONSABILITE_GENERALE_DES_COMMUNES_EXCLUSIONS_PAGES_8_9_VILLASSUR.pdf

Si votre compteur est à l’intérieur de votre appartement 
ou de votre jardin fermé à clé : 

- N’ouvrez pas la porte au poseur

- Envoyez la lettre recommandée de refus proposée en ligne

- Téléphonez au numéro indiqué sur la lettre d’ENEDIS pour dire que vous connaissez
votre droit de refus et mentionnez votre contact avec le Collectif Stop Linky Montreuil. Si votre compteur est à l’extérieur, sur le pallier ou dans la rue :
Organisez la vigilance avec les voisins pour vous interposer collectivement. 

Une lettre recommandée ne suffit pas (ENEDIS passe outre et installe quand même le Linky). Une solution a été utilisée avec succès par 2 500 personnes dans toute la France : la « sommation de ne pas faire » délivrée par huissier (voir en ligne comment procéder).

319 villes françaises ont refusé Linky par délibération du conseil municipal, mais la municipalité de Montreuil a refusé de nous protéger. 

Pour en savoir plus, participez aux réunions organisées par le Collectif Stop Linky Montreuil

www.santepublique-editions.fr/alerte-linky-montreuil.html

Nous sommes présents au marché Croix de Chavaux devant la rôtisserie Rue de Paris 
tous les dimanches de 10h30 à 12h30

stoplinkymontreuil@riseup.net

Bon à savoir : à Montreuil, Attac, la CNL et 
des conseils de quartier refusent le Linky ! »

Le collectif stop Montreuil propose des réunions ces jours-ci:
Ralentir la progression du compteur Linky à Montreuil, c’est ralentir la progression du compteur Linky dans toute la France!

 »Le 1er février, premier jour du déploiement du Linky à
Montreuil, approche. Vous êtes cordialement invité-e-s à la
réunion d’organisation du collectif Stop Linky Montreuil qui se
déroulera ce soir.

Le premier groupe de « sommations de ne pas faire » montreuilloises a
été déposé vendredi, directement chez l’huissier, essentiellement avec
des sommations membres du collectif qui sont
venus lundi dernier à la réunion d’organisation
(13 dossiers complets déposés).

Venir aux réunions d’organisation (le lundi soir) et aux réunions
publiques d’information (le samedi après midi) ou passer au marché
Croix de Chavaux (le dimanche entre 10h30 et 12h30) est la meilleure façon
d’être informé-e de l’actualité Linky à Montreuil.

Bien sincèrement à vous,

Pour le Collectif Stop Linky Montreuil

Annie Lobé

 

Samedi prochain de 15h à 18h

Réunion Pourquoi et comment refuser Linky

A la Boissière, attendons confirmation du lieu. »

« Les délibérations communales de refus du Linky sont légales.
Une commune peut s’écarter des décisions d’investissement prises au niveau du syndicat départemental.

Les communes ont :
• la capacité d’agir (article L. 111-56-1 du Code de l’énergie) 
•le devoir d’agir   (article L. 2224-31 du CGCT) 
•un intérêt à agir   (article 1384 alinéa 1er du Code civil).

Quand des compteurs Linky installés dans les écoles provoqueront des incendies, si des décès d’enfants adviennent, les maires des communes n’ayant pas délibéré en Conseil municipal pour refuser la pose des Linky pourront être tenus pour responsables.

Le défaut d’assurance et ses conséquences sont détaillés relativement au risque incendie, en prenant appui sur un document publié par la Fédération française des métiers de l’incendie. voir plus sur:

http://www.santepublique-editions.fr/objects/linky-capacite-devoir-interet-a-agir-des-communes.pdf

Résistance politique: Ingérence directe d’Israël dans la vie politique britannique et d’ailleurs…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on 19 janvier 2017 by Résistance 71

Combien de députés britanniques (et français) travaillent pour Israël?

 

Jonathan Cook

 

18 janvier 2017

Source: https://www.legrandsoir.info/combien-de-deputes-britanniques-et-francais-travaillent-pour-israel.html

« Jadis, personne n’aurait hésité à appeler les politiciens britanniques agissant dans l’intérêt d’une puissance étrangère, et obtenant très probablement des avantages financiers pour le faire, des « traîtres ». Et pourtant, comme le montrent les vidéos secrètement filmées par Al Jazeera, les espions israéliens comme Shai Masot peuvent facilement rencontrer et conspirer avec le proche assistant d’un ministre conservateur pour discuter de la meilleure façon de « faire tomber » le ministre adjoint des Affaires étrangères, Alan Duncan, à cause de ses critiques contre les colonies illégales d’Israël dans les territoires occupés. Maria Strizzolo, l’assistante du ministre de l’éducation Robert Halfon, suggère de façonner un « petit scandale » pour porter préjudice à Duncan. »

Cet article concerne la Grande-Bretagne, mais un pays qui organise une conférence pour la paix en Palestine et décommande les Palestiniens, dont la capitale arbore le drapeau israélien, dont le candidat socialiste à la présidentielle se targue d’être « éternellement lié à Israël, quand même ! », où la Ligue de Défense Juive, classée organisation terroriste par Washington et Tel-Aviv, peut jouer les vigilantes (et les vigiles) en toute impunité (fi des promesses gouvernementales de démanteler la miliceMeyer Habib veille au grain), où un Président de région finance la colonisation israélienne avec l’argent public, et où la dénonciation de l’influence du premier lobby américain (l’AIPAC, ouvertement sioniste) équivaut à un arrêt de mort politique (liste non exhaustive) devrait certainement se poser la question : des élus français feraient-ils passer les intérêts d’Israël – et leurs intérêts personnels – avant ceux de la France ? Et qu’en est-il des médias ? La France reste-t-elle le pays des droits de l’homme ou le pays collaborationniste par excellence ?

Voir la liste interminable des « Amis Français d’Israël » où gauche et droite rivalisent de servilité : votre élu en fait-il partie ? N’hésitez pas à l’en féliciter : les valeurs racistes, colonialistes et suprématistes se perdent, et les criminels de guerre et criminels contre l’humanité sont par trop décriés. Heureusement que des hommes et femmes courageux savent reconnaître le mérite et portent haut nos couleurs. Mention spéciale pour le Front de Gauche François Asensi, Député-maire de la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis, qui conjugue la vice-présidence du groupe France-Palestine avec celle du groupe d’Amitié France-Israël. Comme disait l’autre, « Ce ne sont pas les girouettes qui tournent, c’est le vent. »

Sayed Hasan

* * *

Al Jazeera doit être félicitée pour une enquête clandestine exposant quelque chose que la plupart d’entre nous aurions probablement pu deviner : que certains membres du personnel de l’ambassade d’Israël au Royaume-Uni – ne faisons pas les vierges effarouchées, des agents du Mossad – travaillent avec des militants et de hauts responsables politiques des Partis conservateur et travailliste afin de subvertir leurs propres partis de l’intérieur, et réorienter la politique étrangère britannique pour qu’elle profite aux intérêts d’Israël au lieu des intérêts britanniques.

On ne peut pas vraiment blâmer Israël pour cela. La plupart des États promeuvent leurs intérêts du mieux qu’ils peuvent. Mais on peut et doit exposer et faire honte aux politiciens britanniques qui collaborent avec Israël pour nuire davantage à la démocratie représentative de la Grande-Bretagne.

Ce n’est pas comme si ces personnes ne pouvaient pas être facilement identifiées. Ils annoncent même ce qu’ils vont faire. Ils sont membres du groupe parlementaire des Amis conservateurs d’Israël et des Amis travaillistes d’Israël. Ils dominent les deux partis du Parlement, mais surtout les conservateurs. Selon les chiffres des Amis conservateurs d’Israël, 80% des députés conservateurs appartiennent au groupe des Amis d’Israël du parti.

Jadis, personne n’aurait hésité à appeler les politiciens britanniques agissant dans l’intérêt d’une puissance étrangère, et obtenant très probablement des avantages financiers pour le faire, des « traîtres ». Et pourtant, comme le montrent les vidéos secrètement filmées par Al Jazeera, les espions israéliens comme Shai Masot peuvent facilement rencontrer et conspirer avec le proche assistant d’un ministre conservateur pour discuter de la meilleure façon de « faire tomber » le ministre adjoint des Affaires étrangères, Alan Duncan, à cause de ses critiques contre les colonies illégales d’Israël dans les territoires occupés. Maria Strizzolo, l’assistante du ministre de l’éducation Robert Halfon, suggère de façonner un « petit scandale » pour porter préjudice à Duncan.

Masot et les services de renseignement d’Israël ne peuvent pas influencer la politique étrangère britannique à travers le parti d’opposition travailliste, mais cela ne les empêche pas d’avoir aussi un vif intérêt pour les députés travaillistes. Masot est filmé en train de parler au Président des Amis travaillistes d’Israël, Joan Ryan, à propos de « beaucoup d’argent » – plus d’un million de livres sterling – qu’il a reçu du gouvernement israélien pour envoyer encore une autre brochette de députés travaillistes dans un voyage tous frais payés en Israël, où ils seront choyés, cajolés, et apprêtés par de hauts fonctionnaires israéliens pour qu’ils adoptent des positions pro-israéliennes encore plus extrêmes. Les Amis travaillistes d’Israël sont connus pour envoyer la plus grande proportion de députés en Israël dans ces genres de voyages.

Est-ce que cela a un effet sur la politique intérieure britannique ? Vous pouvez le parier ! Israël n’est pas un organisme de bienfaisance.

Un grand nombre de ceux qui ont rendu infernale la vie du leader travailliste Jeremy Corbyn font partie des Amis travaillistes d’Israël. Ce sont les mêmes députés qui ont fait tout un tapage sur une prétendue « crise d’antisémitisme » dans le parti travailliste – basée sur zéro preuve tangible – depuis que Corbyn est devenu le chef du parti. Suivaient-ils alors ce que leur dictait leur conscience ? Craignaient-ils vraiment qu’une épidémie d’antisémitisme ait soudainement frappé leur parti ? Ou jouaient-ils une politique profondément cynique pour évincer un leader qui soutient la justice pour le peuple palestinien et est considéré par le gouvernement de droite d’Israël, qui n’a aucun intérêt à faire la paix avec les Palestiniens, comme de mauvaises nouvelles pour Israël ?

L’enquête menée par Al Jazeera n’a pas encore été diffusée, et nous ne pouvons donc nous baser que sur les extraits publiés jusqu’à présent, soit par Al Jazeera elle-même, soit d’autres fuites de l’enquête fournies par le Mail on Sunday.

Il vaut la peine d’écouter un ministre conservateur du gouvernement de David Cameron, qui nous a récemment quittés, qui s’exprime anonymement dans le Mail on Sunday. Il nous avertit d’un double coup dur pour la politique du Royaume-Uni causé par Israël et ses partisans britanniques – et qui commence à se rapprocher des dommages causés au système politique des États-Unis par Israël.

Le gouvernement britannique biaise sa politique étrangère pour éviter de contrarier les donateurs juifs, dit-il. Les députés, quant à eux, agissent comme des agents d’une puissance étrangère – à leur insu, suppose-t-il généreusement – plutôt que des représentants du peuple britannique. Oubliez le droit international, ces politiciens ne promeuvent pas même les intérêts britanniques.

Voici ce que le ministre écrit :

La politique étrangère britannique est soumise à l’influence israélienne au cœur de notre politique, et les personnes en autorité ont ignoré ce qui se passe.

Pendant des années, les Amis conservateurs d’Israël et les Amis travaillistes d’Israël ont travaillé avec – et même pour – le gouvernement israélien et leur ambassade de Londres pour promouvoir la politique israélienne et contrecarrer la politique du gouvernement du Royaume-Uni et les actions des ministres qui tentent de défendre les droits des Palestiniens.

Beaucoup de pays essaient d’imposer leurs points de vue aux autres, mais ce qui est scandaleux au Royaume-Uni est que, au lieu d’y résister, les gouvernements successifs s’y sont soumis, ont pris l’argent des donateurs, et ont permis au trafic d’influence israélien de façonner la politique et même de déterminer le sort des ministres.

Même maintenant, si je devais révéler qui je suis, je serais soumis à un barrage incessant d’injures et à une mise à mort politique. […]

Il semble maintenant clair que les membres des Partis conservateur et travailliste ont travaillé avec l’ambassade d’Israël, qui les a utilisés pour diaboliser et honnir les députés qui critiquent Israël ; une armée d’idiots utiles d’Israël au Parlement.

C’est quelque chose de politiquement corrompu et de diplomatiquement indéfendable. La conduite de certains députés doit être exposée au grand jour, de même que l’infiltration toxique et trompeuse de notre politique par les agents involontaires d’un autre pays. […]

Nous avons besoin d’une enquête complète sur l’ambassade d’Israël, les liens, les accès et le financement des Amis conservateurs d’Israël et des Amis travaillistes d’Israël. Il est rare que je sois d’accord avec un ministre du gouvernement conservateur, mais une telle enquête ne peut pas être diligentée trop tôt.

Notez également que le fait qu’Al-Jazeera, plutôt que le quatrième pouvoir britannique, ait exposé les agissements d’Israël pour subvertir le système politique britannique constitue un acte d’accusation contre les médias du Royaume-Uni. Ce n’est pas comme si les journalistes de la BBC, du Guardian, du Times et du Mail n’avaient pas vu des ministres comme celui/celle citée précédemment se plaindre à eux durant des années au sujet des interférences en provenance d’Israël. Alors pourquoi n’ont-ils pas envoyé depuis longtemps des équipes d’infiltration pour exposer cette collusion entre Israël et les députés britanniques ?

Nous avons eu des semaines d’histoires sur les efforts supposés de la Russie et de Poutine pour subvertir l’élection américaine, sans encore le moindre soupçon d’aucune preuve, et sur la base d’une allégation centrale contre les Russes selon laquelle ils auraient compromis le résultat des élections en diffusant des informations véridiques sur des actes répréhensibles du Parti démocrate. Des diplomates russes ont été expulsés sur la base de ces affirmations infondées, et le Président Obama a promis d’autres mesures secrètes contre la Russie.

Ici, nous avons des preuves documentées que le gouvernement israélien complote secrètement avec des députés britanniques « amis » pour évincer un ministre du gouvernement britannique. Si ce n’est pas là de l’ingérence dans le système politique britannique, je ne sais pas ce qui en serait. Aurons-nous de même des semaines de couverture de cette histoire dans les médias au Royaume-Uni, ou sera-t-elle rapidement classée et oubliée ?

Et au-delà du renvoi de Masot, une quelconque action sera-t-elle exigée par le gouvernement britannique ? Cela semble peu probable. Le Ministère des Affaires étrangères a déjà publié une déclaration disant que, après le renvoi de Masot, il considérait l’affaire close.

Jonathan Cook

Jonathan Cook est un journaliste britannique indépendant basé à Nazareth, lauréat du prix spécial Martha Gellhorn pour le journalisme, et spécialiste du conflit israélo-palestinien.

Article en anglais : http://www.jonathan-cook.net/blog/2017-01-08/how-many-british-mps-are-…

Épisodes du documentaire d’Al-Jazeera (en anglais) :
https://youtu.be/ceCOhdgRBoc
https://youtu.be/Vuk1EhkEctE
https://youtu.be/L3dn-VV3czc
https://youtu.be/pddH2sfNKNY

Traduction : Sayed Hasan