Archive for the philosophie Category

Appel à communication de l’École Normale Supérieure de Lyon pour un colloque sur le philosophe anarchiste allemand Gustav Landauer (6 ~ 8 juin 2019)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 11 février 2019 by Résistance 71

 

Actualité de Gustav Landauer (1870 – 1919), philosophe et révolutionnaire

 

Anatole Lucet

Jean-Christophe Angaut

 

Ecole Normale Supérieure de Lyon

 

Février 2019

 

Site internet: Actualité Gustav Landauer 2019

 

Appel à Communication

Considéré en son temps comme « l’agitateur le plus important du mouvement révolutionnaire radical » en Allemagne, le philosophe et activiste anarchiste Gustav Landauer (1870-1919) bénéficie aujourd’hui d’un vif regain d’intérêt. Un siècle après son assassinat, ce colloque international – le premier organisé en France à son propos – entend rendre compte de ce renouveau. Grâce à plusieurs projets éditoriaux de grande ampleur (œuvres choisies, correspondance complète, traductions), les textes de Landauer sont accessibles dans un nombre croissant de pays et il est maintenant possible de prendre la mesure de la richesse d’une œuvre que l’on n’a longtemps connue que d’une manière fragmentaire.

Anarchiste atypique, Landauer a élaboré sa pensée de la communauté à l’intersection de traditions politiques, philosophiques et littéraires variées. Sa prolifique activité rédactionnelle et la quantité d’expérimentations communautaires auxquelles il prit part firent de Landauer une figure incontournable pour celles et ceux qui voulurent proposer une alternative au régime politique en place sans se conformer à la voie marxiste, prédominante dans un paysage politique marqué par l’ascension de la social-démocratie. Par les thématiques qu’elle aborde, et par-delà les différences évidentes de contexte, il n’est pas impossible que son œuvre puisse constituer une source d’inspiration pour le présent.

Ce colloque a pour ambition d’ouvrir un espace d’échanges sur l’œuvre de Landauer, ses sources, sa réception et son actualité, tant d’un point de vue théorique que pratique. Il sera également l’occasion de rendre compte de l’état actuel de la recherche, dans des champs aussi divers que la philosophie, l’histoire des idées, les théories de la religion, la littérature, la linguistique, la sociologie ou les sciences politiques.

Les contributions venues hors du monde académique sont également les bienvenues. La langue principale du colloque est le français, mais des propositions en anglais (éventuellement en allemand) sont possibles. Des traductions seront mises en place pour permettre à toutes et à tous de prendre part aux discussions.

Le colloque se tiendra du 6 au 8 juin 2019 à l’ENS de Lyon.

Les propositions de contribution (2500 signes au maximum) sont à adresser avant le 20 février 2019 à :

Jean-Christophe Angaut jean-christophe.angaut@ens-lyon.fr

Anatole Lucet anatole.lucet@ens-lyon.fr

La liste des contributeurs sera arrêtée au 1er mars 2019.

= = =

Note de Résistance 71: Nous pouvons dire que bien que les sources ayant servi à la réflexion, analyse et rédaction de notre « Manifeste pour la société des sociétés » (Octobre 2017) soient en provenance des domaines les plus variées des sciences humaines, la pensée du philosophe anarchiste allemand Gustav Landauer est incontestablement au cœur même de ce document tant elle est toujours non seulement d’une actualité brûlante, mais aussi emprunte de cette puissance organique, de cette radicalité (au sens étymologique de « racine ») dans la lutte sociale, qui nous montrent le chemin à suivre pour une transformation radicale de la société humaine. Nous avons du reste emprunté à Landauer son expression de « société des sociétés », que les zapatistes du Chiapas, d’obédience amérindienne, nomment « les mondes dans le monde ».

Afin de mieux connaître Gustav Landauer et ses pensée et expériences pratiques essentielles à la compréhension du pourquoi et du comment abandonner sans retour le modèle de gestion étatico-capitaliste de notre société humaine dont la diversité et la complexité appellent à la mise en place d’une société des sociétés, nous avons traduit et publié il y a plusieurs années de larges extraits de son « Appel au socialisme » (« Aufruf zum Sozialismus ») écrit en 1911 et réédité peu avant son assassinat en 1919 ; ainsi qu’une biographie et bibliographie de l’auteur.

Gustav Landauer est et demeure un des grands théoriciens et praticiens du grand changement de paradigme auquel aspire l’humanité depuis bien des générations.
Alors que nous sommes en train de vivre les premiers soubresauts de la phase finale du capitalisme et de son garde-chiourme, l’État, La pensée et la pratique de Gustav Landauer se doivent de ressurgir pour devenir un des flambeaux éclairant la voie de l’émancipation finale.

 


« Appel au socialisme » (1911)

Publicités

Gilets Jaunes: Lettre ouverte au larbin de la finance, occupant temporaire de l’Élysée et aux autres larbins le soutenant ou voulant le remplacer…

Posted in actualité, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 15 janvier 2019 by Résistance 71

« Ni Macron, ni personne »
~ Bombage mural, janvier 2019 ~ 

 

 

Lettre ouverte au technicien de surface financier qui occupe temporairement l’Elysée et à tous les larbins de la marchandise qui voudraient le soutenir ou le remplacer…

 

Collectif humain sans étiquette (transmis par F. Cousin)

 

15 Janvier 2019

 

Un spectre hante l’Europe et d’abord la France: le spectre de la révolution d’une vraie vie humaine débarrassée de toutes les obligations de la tyrannie marchande. Toutes les puissances du vieux monde de l’oppression se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : les diverses cliques de toutes les gauches et de toutes les droites, les réformistes de tout acabit et les policiers de tous les services. Il en résulte un double enseignement. 

Déjà le mouvement des Gilets jaunes qui porte en lui la dynamique montante d’une colère in-subordonnable est reconnu comme une puissance terriblement dangereuse par tous les gangs gouvernementalistes qui entendent maintenir le règne de l’exploitation économique et du mensonge politique. 

Il est donc grand temps que des hommes d’intransigeance exposent à la face du monde entier, la véritable signification du séisme actuel; qu’ils opposent aux contes et boniments des politiciens, syndicalistes, journalistes, artistes, sociologues, flics, juges, publicitaires et autres parasites sociaux de toutes sortes une claire déclaration du mouvement lui-même. 

C’est à cette fin que nous, simple expression anonyme parmi d’autres du prolétariat universel en soulèvement d’histoire – c’est à dire des humains privés de tout pouvoir sur leur existence asservie par l’argent et venant de tous les territoires ouvriers, paysans ou artisanaux écrasés par la crise généralisée du capitalisme mondial – avons rédigé la Lettre ouverte suivante. Celle-ci vient signifier que la force spontanée des Gilets jaunes va continuer d’avancer afin de contrecarrer les nombreux pièges que ne cesse de lui tendre le pouvoir du spectacle de la marchandise lequel est d’ailleurs condamné à tomber à mesure que va s’effondrer l’ordre économique international de l’illusion qui le fonde. 

Alors que la crise totale de la mystification mercantile ne peut que partout se poursuivre, l’État intervient massivement pour toujours renforcer ses batteries de mesures sécuritaires et anesthésiantes …Une frénésie qui dénote la peur et l’impuissance d’une mafia aux abois et qui est ici couronnée par la tentative d’endormissement du baratin propagandiste et des causeries sous contrôle pour distraire et gagner du temps… 

Emmanuel Macron, affligeant représentant de commerce de l’OTAN et des diktats de l’Europe américaine de Bruxelles, petit commis inculte des privilégiés métropolisés du mondialisme de la marchandise vient aujourd’hui de nous pondre une pitoyable bafouille totalement creuse et affligeante supposée endiguer la désobéissance de la France périphérique du prolétariat infiniment méprisé. Le dérisoire ancien associé-gérant de la banque d’affaires Rothschild & Cie nous presse ainsi d’accepter un système social d’obéissance rénovée en nous implorant d’aller nous perdre en de multiples bavardages insipides et grotesques. Mais il a cependant raison sur un point ; La France n’est pas un pays comme les autres… En effet, elle est l’éclaireur de la lutte de classe internationale qui voit s’opposer depuis des lustres les insurgés de la vie aux gestionnaires de la fausseté généralisée. Et dès lors, cette France communarde de la longue histoire, avec un mépris total pour le « grand débat national » de la manipulation qui nous propose d’être esclaves autrement, va prouver à tous qu’elle sait faire la différence entre le chemin de la parole insoumise et celui du jacasser servile. C’est pourquoi la France réfractaire refusera de perdre son temps à discutailler avec les représentants de l’oppression… 

L’immense tremblement de terre historique que nous connaissons aujourd’hui et qui a déclenché la panique répressive du pouvoir qui s’affirme désormais publiquement comme le parti policier de l’ordre capitaliste en décomposition a démontré que l’offensive sociale ne doit pas se contenter de cibler les marionnettes mises aux commandes de l’État par les multinationales du rendement et du saccage. Tous les successeurs appliqueraient à quelques degrés près, les mêmes politiques d’escroquerie et de prédation. C’est le système de la liberté despotique du profit lui-même qu’il faut éradiquer en commençant par comprendre que toute négociation est un traquenard destiné à briser la lutte. 

Le mouvement social n’en est qu’à ses débuts mais il ira loin même si ce loin est encore éloigné car la crise de la dictature du marché mondial va prochainement tout faire exploser, industriellement, monétairement et bancairement… 

À bas les carriéristes, les donneurs de leçons et tous les récupérateurs qui posent leur candidature pour « structurer » le mouvement ! 

À bas les chefs et tous les falsificateurs qui entendent canaliser et chapeauter le combat pour l’assagir, le divertir et le faire mourir dans des cahiers de somnolence ! 

À bas les gadgets référendaires et l’arnaque des débats citoyens pour améliorer la misère et nous manipuler dans les parleries débiles de l’asservissement repeinturluré ! 

Non à toutes les foires électorales et d’abord celle de l’esbroufe européenne. Non à toutes les refondations du contrat social de la domestication… 

NOUS REFUSONS DE DEMEURER ASSIGNÉS DANS LE MONDE DU CHIFFRE D’AFFAIRES… 

NOUS N’ACCEPTERONS JAMAIS QUE NOTRE VIE SOIT UN ARTICLE DE COMMERCE ENFERMÉ DANS LES VOTATIONS MORTIFÈRES DU SUFFRAGE UNIVERSEL DE LA CITÉ DU CAPITAL … 

VIVE la grève générale sauvage et illimitée pour un monde anti-mercantile qui corresponde aux seuls besoins de l’humain ! 

VIVE LA COMMUNE !

Des humains sans étiquette qui entendent bien demeurer in-contrôlables… 

= = =

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

Le texte ci-dessus en version PDF:

lettre ouverte au technicien de surface financier…

 


Vive la Commune !

Réflexions politiques: Sortir par le haut ! (Patrice Sanchez)

Posted in actualité, altermondialisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , on 14 janvier 2019 by Résistance 71

“L’État, c’est ainsi que s’appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement et le mensonge que voici sort de sa bouche: ‘Moi, l’État, je suis le peuple !’… Là où le peuple existe encore, il ne comprend pas l’État et il le hait comme un mauvais œil et comme un pêché contre les coutumes et les droits… L’État, lui, ment dans tous les idiomes du bien et du mal ; et quoi qu’il dise, il ment et ce qu’il possède il l’a volé. Tout est faux en lui, il mord avec des dents volées, lui qui mord si volontiers. Fausses sont même ses entrailles… ‘Sur Terre il n’est rien de plus grand que moi: je suis le doigt qui crée l’ordre, le doigt de dieu’, voilà ce que hurle ce monstre…”

“L’Église ? répondis-je, c’est une espèce d’État et c’en est l’espèce la plus mensongère. Cependant, tais-toi donc, chien hypocrite, mieux que personne tu connais ta propre espèce !

Tout comme toi, l’État est un chien hypocrite ; tout comme toi il aime à parler par fumée et hurlement afin de faire croire, tout comme toi, qu’en lui parle le ventre des choses. Car il veut à toute force, l’État, être l’animal le plus important sur terre ; et on le croit.”

~ Friedrich Nietzsche (Ainsi parlait Zarathoustra, 1883) ~

 

 

Sortir par le haut !

 

Patrice Sanchez

 

Janvier 2019

 

«  La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent. » (Albert Camus)

Le système matérialiste capitalistique est en bout de course, à bout de souffle, nous le voyons, le sentons, et non seulement il ne tourne plus rond, mais par surcroît, il est devenu fou, insensé, inversé et inverti… c’est pourquoi, nous n’aurons d’autre choix que de franchir un cap décisif, la seule planche de salut qui soit susceptible de nous offrir la perspective d’accéder à un monde plus Humain, un monde rien qu’Humain.

Je vais vous parler une ultime fois de mon expérience de vie unique consécutivement à mon apocalypse cérébrale en 1995 après que j’aie accompli une douloureuse Odyssée de plus de 20 années, je vais vous faire une synthèse sur notre système paradoxal que j’aurai « décrypté » au terme de ces longues années de cogitation et d’introspection afin de vous redonner espoir et espérance, et je vais vous prouver surtout que l’accession à un autre mode de pensée est possible, car c’est collectivement avec cette prise de conscience hautement supérieure, que nous pourrons nous défaire de ce système dualiste mortifère pour ainsi ne nous consacrer qu’à l’amour et à l’entraide, ces deux seules valeurs qui soient véritablement Humaines.

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas pour faire les miracles d’une seule chose » : cette phrase sibylline attribuée à Hermès Trismégiste, le père de l’alchimie, illustre à merveille notre Monde paradoxal.

Il nous faudra remettre en question trois notions fondamentales !

I  Les notions du Bien et du Mal:

Les notions du bien et du mal sont le premier problème auquel nous devrons nous attacher, car aussi paradoxal qu’il semble dans notre société hédoniste où nous allons bien souvent au plus facile et au plus agréable, c’est en se colletant à la difficulté quand ce n’est pas carrément avec la complicité du mal que nous pourrons accéder à l’éveil, à cette prise de conscience supérieure, car n’oublions pas que le bien et le mal sont intimement liés et inextricablement mêlés comme nous l’enseigne Nietzsche, ce si cher philosophe au marteau qui aura amplement contribué à ma renaissance…

II La notion du temps:

Je ne regarde presque pas la télévision, cependant ces dernières années deux émissions ont suscité mon intérêt et je pense que pour illustrer mon propos, rien de mieux que des preuves par l’image…

La première émission s’intitule : «  Nus et culottés », dans laquelle deux jeunes sympathiques zigotos partent nus et dénués de tout en ne s’en remettant qu’à la solidarité et à la générosité naturelle de la population qu’ils croisent tout au long de leurs pérégrinations pour arriver aux buts hautement improbables qu’ils se sont fixés, et avec leurs débrouillardise, leurs détachement et leurs joie de vivre, ils atteignent leurs objectifs immanquablement grâce à ces rencontres fortuites qu’ils provoquent avec leurs lâcher-prise ; ces innombrables synchronicités qu’ils créent à l’insu de leurs plein gré sont tout simplement édifiantes et bluffantes !

Cette émission devrait être reconnue de salubrité publique tant la preuve est flagrante qu’en vivant pleinement le moment présent, sans rien attendre en retour, le destin se montre d’une prodigalité infinie.

Quant à la seconde émission, elle a pour titre : « Seuls face à l’Alaska » où l’on suit au cours d’instants de vie des hommes et des femmes dans un environnement ô combien rude quand celui-ci n’est pas carrément hostile. Ces montagnards sont tous influencés par le mode de vie traditionnel Indien ou Inuit, un mode de vie respectueux de la nature et des anciens, un monde dans lequel l’entraide indéfectible est érigée en règle absolue ; ils ne vivent que dans l’instant présent, ce qui leurs donne les moyens et la disposition psychologique qui les arme pour affronter les innombrables difficultés et les caprices de la nature qu’ils rencontrent au quotidien…

III La notion de l’argent:

Vous remarquerez que dans les deux précédents exemples, il n’y a point de place pour l’argent qui contrevient à toutes valeurs humaines naturelles si l’on y réfléchit de plus près, car force est de reconnaître que l’argent, de tous temps, fut source d’addiction et un moyen de conditionnement et de contrôle des populations ; il suffit d’évoquer l’adage populaire inepte qui associe le temps à l’argent … En revanche, le Temps avec la complicité de l’Amour indéfectible permet d’accomplir des quasi-miracles soit dit en passant !

Je m’interrogeais depuis de nombreuse années sur notre monde qui part inexorablement à vau-l’eau, sur notre destin collectif auquel nous n’avons plus aucune prise, cet état de fait tragique avec ces inégalités de plus en plus délirantes et inhumaines m’étaient de plus en plus intolérables… tandis que tel Sisyphe, je menais ma barque contre vents et tsunamis, m’étonnant malgré tout de ma bonne fortune après que j’aie vécu tant d’années dans ma vie d’avant avec le spectre de cette maudite épée de Damoclès logée dans mon cerveau et qui attendait son heure pour accomplir l’irréversible œuvre hémorragique dévastatrice de mon abominable karma…

Bien et Mal, quand ils nous tiennent en un paradoxe jusqu’à présent insurmontable sur l’échelle du temps de nos existences !

Seul face à moi-même et grâce à mon travail d’introspection, au bout de ces innombrables années de cogitation avec pour seuls guides, mon sémaphore nietzschéen associé à des notions de base sur ce mystérieux et paradoxal monde quantique si fascinant, j’aurai réussi à approcher le secret de mon existence en redécouvrant les grands principes fondamentaux qui régissent toute vie humaine et qui me permettent de clamer à la face du monde : Par delà toutes croyances, irréligion et apories, aimons-nous les uns les autres, accomplissons de bonnes actions envers notre prochain et soyons respectueux des lois universelles, ce sont à ces seules et uniques conditions que nos particules élémentaires associées à nos pensées éthiques et morales se manifesteront à nous par l’intermédiaire des signes que nous enverra notre destin … car ces signes, j’aime autant vous assurer qu’ils ne manqueront pas de vous étonner et de vous émerveiller.

Je fais le vœu que dans un avenir proche, nous nous réapproprions collectivement ces principes de vie et que « nous réapprenions enfin à penser dans le droit chemin » dans la perspective d’une renaissance de notre mental afin que les historiens du futur puissent écrire que l’ère du matérialisme ne fut en définitive que l’étape préparatoire, la propédeutique par delà Bien, Mal et Paradoxes, à l’ascension de l’Humanité, à la prise de conscience que nous sommes tous inter-reliés et interconnectés par l’univers de l’infiniment petit créateur de réalité … ce que j’aime à nommer : Le Cap de l’espérance retrouvée en la Reliance et en la Guidance Quantiques.

« Rien de ce qui s’accomplit dans le monde ne saurait être inutile d’autant plus que les événements qui se profilent à l’horizon ne tarderont pas à nous démontrer que la vérité triomphera sur l’obscurité et le mensonge », comme il était enseigné dans les écoles de sagesse antique.

Fraternellement,

Patrice Sanchez

P.S.. Vous trouverez en lien ci-joint un texte de présentation de mon Odyssée sous le soleil de Zarathoustra au travers d’une très longue lettre ouverte à l’attention de la présidence de la république !

https://reseauinternational.net/droit-de-reponse-dun-hemiplegique-a-la-pensee-zarathoustrienne-a-lattention-dune-presidence-jupiterienne-texte-integral/7/

Et je vous offre mon livre : « Renaissance d’une apocalypse cérébrale » au format pdf.

https://drive.google.com/open?id=1YUQxp7ELK2cdLBAp5m58fggO_RFsAprM 

Pour ceux qui voudraient l’acheter au format papier, voici le site de l’éditeur :

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=51998&motExact=0&motcle=&mode=AND

Le texte en format PDF:

Patrice Sanchez_Sortir par le Haut !

=*=*=

“Oui, il a été inventé là une mort pour les multitudes, une mort qui se vante d’être la vie: en vérité un fier service rendu à tous les prédicateurs de mort. J’appelle État le lieu où sont tous ceux qui boivent du poison, qu’ils soient bons ou méchants… État le lieu où le lent suicide de tous s’appelle… la vie.”

“Là où cesse l’État, c’est là que commence l’Homme, celui qui n’est pas superflu : là commence le chant de ce qui est nécessaire, la mélodie unique et irremplaçable. Là où cesse l’État — regardez donc mes frères ! Ne les voyez-vous pas, l’arc-en-ciel et les ponts du surhumain ?”

~ Friedrich Nietzsche, “De la nouvelle idole” ~

Gilets Jaunes: 2ème Appel de Commercy (Meuse) pour une Assemblée des Assemblées le 26 janvier 2019…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 30 décembre 2018 by Résistance 71


Le 1er Appel de Commercy

 

Bonjour

2ème Appel des Gilets Jaunes de Commercy : assemblée des assemblées à Commercy.

 

 

Si vous êtes intéressés par notre démarche, relayez cette vidéo et ce message en masse.

Nous proposons que  l’assemblée des assemblées se tienne le samedi 26 janvier à 14h à Commercy ou environs.

Ordre du jour et modalités pratiques à venir sur notre page Facebook  » Les Gilets Jaunes de Commercy  » (https://www.facebook.com/Les-Gilets-Jaunes-de-Commercy-440617629803047/?ref=br_rs)

Inscription et remarques à adresser sur giletsjaunescommercy@gmail.com

Hébergement possible sur demande.

N’hésitez pas à nous contacter si possible avant le 13 janvier 2018

Solidairement,

Un Gilet Jaune de Commercy

Notre page Facebook

Notre chaîne YouTube

Notre adresse:

La cabane des gilets jaunes
Place Charles de Gaulle
55200 COMMERCY (FRANCE)

= = = Fin de communiqué = = =

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 

Résistance politique: Ce n’est qu’un début… (Francis Cousin)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 18 décembre 2018 by Résistance 71

C’est au pied du mur de l’argent qu’on voit tous les larbins du pouvoir de la marchandise !

«  Lorsque le prolétariat annonce la dissolution de l’ordre social actuel, il ne fait qu’énoncer le secret de sa propre existence, car il constitue lui-même la dissolution effective de cet ordre social. »

Karl Marx, 1843

 

Francis Cousin

 

Novembre- Décembre 2018

 

Mais qui sont donc ces Gilets jaunes qui emmerdent tant le quotidien tranquille à la fois des spéculateurs tristement cossus de la Bourse et des chiens de garde bobos du gauchisme réformiste de la merde marchande ?

C’est la vieille France gauloise et réfractaire du prolétariat indocile qui fit à la fois la Commune de 1871 et la grève sauvage généralisée de 1968 et qui tant de fois fut la grande peur de tous les gangs de l’argent et de l’État. C’est cette France qui a été expulsée à la périphérie des mégapoles de la mondialisation marchande, après avoir été chassée de ses quartiers centraux historiques par les privilégiés de toutes les restructurations immobilières du progrès de la marchandisation pendant que les proches banlieues devenaient, elles, des quartiers immigrés d’où la vieille pensée communarde était ainsi enfin éliminée.

Depuis des décennies, les malléables « Minorités » avantagées du spectacle moderniste de la marchandise avaient pris l’habitude d’être les seules à être médiatiquement entendues et estimées. Cette fois, avec les Gilets jaunes, de façon massive et incontrôlable, c’est la Majorité prolétaire constamment déconsidérée que le pouvoir du Capital voulait pourtant définitivement faire taire, qui se réveille en prenant massivement la parole pour dire que les fables écologistes, antisexistes et antiracistes de la modernité obligatoire de la soumission capitaliste sans arrêt ressassées expriment d’abord la logique des mystifications de la domination de classe.

La rage de la France du prolétariat invisible, cette classe universelle de tous les hommes qui n’ont plus aucun pouvoir sur leur vie ne cesse de grandir à mesure que les précarisations, les délocalisations et la décomposition sociales voient toute une frange de l’artisanat et de la paysannerie se prolétariser à grande vitesse pendant qu’une masse croissante de retraités sombre dans une détresse exaspérée … Cette France-là, c’est celle de la longue histoire récalcitrante que la liberté despotique du profit a rejeté avec mépris dans les périphéries de l’oubli et qui a donc revêtu un gilet jaune pour se rendre visible, parce qu’elle a tout simplement décidé de mettrefin à son bannissement programmé. C’est ainsi essentiellement le mouvement du surgissement humain des masses qui veulent précisément cesser d’être de simples masses…

La lutte de classe est le moteur de l’histoire… Aujourd’hui comme Hier… Cela fait des décennies que la gauche et l’extrême gauche du Capital sabotent les luttes ouvrières dans les usines pendant que la paysannerie et l’artisanat sont vampirisés par le rendement financier et que la classe capitaliste organise le grand remplacement des prolétaires insoumis de l’histoire d’avant par l’armée de réserve immigrée de l’obéissante consommation des grandes surfaces de demain

Porté au pouvoir par la classe capitaliste mondialiste de l’économie de la crise, le phénomène Macron est dès lors en train de s’écrouler face à la mobilisation des Gilets Jaunes qui monte insensiblement à proportion de la crise de l’économie quine cesse de se développer mondialement…

Sur les barrages spontanés de la vraie colère humaine contre le diktat du calcul et du rendement fiscal de l’oppression capitaliste, la diversité et la boboïtude des quartiers chéris du spectacle de la mondialisation brillent par leur absence…C’est, en effet, le mouvement profond des prolos de la vieille souche communeuse tant décriés par l’arrogance des cercles mondains de l’inculture financière et médiatique qui vient là rappeler avec force le poids historique de la réalité. C’est le vieux communard indisciplinable qui aime le saucisson, le beaujolais, la femme éclatante et l’humour gaulois et qui, dans la tradition multi-séculaire des jacqueries paysannes et des soulèvements ouvriers, considère que la tune n’est pas l’horizon indépassable du monde mais la souillure infinie des Beautés de la vie.

Dans le spectacle actuel de la crise du fétichisme de l’argent, tout apparemment semblait continuer à encore tourner rond mais à y bien regarder de plus près, les choses commencent maintenant très visiblement à bouger vers un commencement de radicalité explosive qui annonce une possible généralisation insurrectionnelle de la lutte de classe prolétaire… C’est pourquoi le mouvement d’ébullition des Gilets jaunes est bien entendu d’ores et déjà ciblé par toutes les cliques syndicales et politiques de tous horizons capitalistes afin d’être torpillé et asphyxié dans de multiples récupérations lamentables et négociations méprisables mais heureusement ce dernier signale avant tout et simultanément qu’une tempête des profondeurs, porteuse d’un autre regard, est bien en train de naître du fin fond des difficultés de la vie humaine arraisonnée par le système des objets…

En plusieurs semaines de contrastes, de tiraillements et de contradictions mais aussi et surtout de rencontres ouvertes extrêmement riches, la dynamique des Gilets jaunes fait novation de sédition potentielle et de désir infini puisqu’elle signale là la production d’un bouleversement assurément inédit sous le règne crépusculaire de l’univers de plus en plus pourri de la tyrannie de la marchandise.

Par-delà toutes les manipulations idéologiques qui de l’extrême droite à l’extrême gauche du gouvernementalisme de la domestication, s’emploient à tenter de calmer le mouvement que l’on voudrait réduire à une simple protestation pour aménager les prisons du coût de la vie, il y a bien la dynamique de la base qui, elle, se met à renâcler en commençant à voir que ceux qui neutralisent et paralysent le mieux de l’intérieur cette embarrassante insoumission qui commence à tant déranger le parti de l’ordre mercantile sont évidemment et comme toujours les portes paroles du réformisme extrême… C’est-à-dire ces baratineurs de la fausse mutinerie qui bien loin d’appeler à une extension généralisée de la lutte à tous les secteurs de la vie emprisonnée, s’emploient à cloisonner chaque espace dans l’horizon aliénatoire et étriqué de particularités illusoires en recherche d’interlocuteurs convenables

La police du Capital dans la rue, dans les campagnes, dans les usines et dans la totalité du territoire où circule la reproduction de l’aliénation doit d’abord empêcher qu’émerge les conditions d’un mouvement conscient vers une rencontre étendue et subversive de tous les prolétaires soulevés, au-delà des cloisonnements de chaque prison revendicative. La défaite programmée des cheminots en début d’année, savamment et naturellement orchestrée dans le double langage, le sabotage, l’illusion, la claustration et le freinage par tous les faux séditieux de toutes les gauches complices de toutes les droites, doit servir d’exemple

La période dans laquelle nous entrons est certes encore déterminée par l’extrême dispersion des forces de vie humaine susceptibles de contester de manière maximaliste l’ordre existant des galeries marchandes de la mort. Mais la situation désormais advenue de crise cataclysmique du spectacle mondial de l’argent ouvre la voie montante d’une gigantesque crise sociale qui fera, de toutes façons, de la rupture révolutionnaire une possibilité manifestement évidente.

La contradiction essentielle de la domination spectaculaire en crise finale, c’est qu’elle est irrémédiablement condamnée à échouer en ce moment même où étant devenue le temps de la puissance historique la plus forte de son apogée, elle a perdu simultanément toute chance désormais de ne plus pouvoir être autre chose que l’histoire progressive de son dépérissement définitivement arrivé.

Tous les lamentables experts syndicalo-politiques du pouvoir de la merde marchande appuyés sur toutes les machineries numériques de l’intoxication sont partout réunis en permanents conciliabules pluridisciplinaires de vacuité et d’ineptie pour tenter de trouver les moyens de donner à un ordre moribond une dernière apparence de survie… Mais rien n’y fera… Les jours de la société du règne de la quantité sont de plus en plus comptés à mesure que son compter historique invalide lui-même toute l’histoire de ses comptages et qu’un nombre croissant de vivants va vouloir véridiquement exister. Il s’ensuit irrépressiblement qu’elle doit et va disparaître.

Contre tous les rackets politiques du Capital, la conscience radicale de l’Être de la vie sait que pour devenir elle-même, la jouissance authentique doit se produire comme acte cosmique de subversion absolue vers la constitution de la communauté humaine universelle pour un monde sans argent, ni salariat ni État.

Gilets jaunes ;

Ne nous laissons jamais enfermer dans une revendication délimitée !

N’acceptons jamais de porte-parole !

Défendons seulement et exclusivement le principe de mandatés révocables à tout moment et sur la seule base du refus absolu de toute servitude !

Ce qui nous mènera peu à peu au pouvoir anti-étatique des Conseils Ouvriers fédérés sur le seul terrain qui tienne ; celui des besoins humains anti-marchands…

Refusons d’améliorer ce qui nous abîme !

Refusons de négocier avec ceux qui veulent nous enterrer !

Des Gilets jaunes et des humains sans étiquette qui quel que soit
ce qui arrivera, ne veulent plus être ce qu’on les force à ne pas devenir…


Groupe Dépassement Nécessaire
Groupe L’Internationale

Au lieu du mot d’ordre conservateur: « Un salaire équitable pour une journée de travail équitable », les prolétaires doivent inscrire sur leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire: « Abolition du salariat ».

Karl Marx, 1865

Paris-Province, novembre-décembre 2018
A diffuser largement…

= = =

Lectures complémentaires:

Enfin de nouveau disponible en français !… Le livre pédagogique le plus subversif de l’histoire: « La pédagogie des opprimés » de Paulo Freire (format pdf gratuit)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 13 décembre 2018 by Résistance 71

“La rébellion sans la conscience critique est pour ainsi dire une explosion d’impuissance.”
~ Paulo Freire ~

“Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même. Quand ton regard pénètre longtemps au fond de l’abîme, celui-ci aussi pénètre en toi.”
~ Friedrich Nietzsche ~

“Voici l’arbre des émancipés.
L’arbre de la terre, l’arbre nuage.
L’arbre pain, l’arbre flèche.
L’arbre poing, l’arbre feu.
L’eau tumultueuse de notre
époque nocturne l’inonde,
mais son mât équilibre
l’arène de sa force.”
~ Pablo Neruda ~

“Planter l’arbre de demain, voilà ce que nous voulons […] L’arbre de demain est un espace où se trouve tout le monde, où l’autre sait et respecte les autres et où la fausse lumière perd sa dernière bataille. Si vous insistez pour que je sois plus précis, je vous dirais que c’est un endroit ayant la démocratie, la liberté et la justice, voilà ce qu’est l’arbre de demain…”
~ SCI Marcos, 1999 ~

“Voilà pourquoi nous autres Zapatistes sommes des combattants, parce que nous voulons: ‘Tout pour tout le monde et rien pour nous-mêmes’. Si nous avions capitulé, si nous nous étions vendus, nous ne serions plus pauvres, mais d’autres auraient continué à l’être. […] Nous Zapatistes disons: ‘Je suis ce que je suis et tu es ce que tu es. Construisons un monde où je puisse être et ne devrais pas cesser d’être, où tu puisses être et ne pas avoir à cesser de l’être et où ni toi ni moi ne forcerons un autre à être comme toi ou moi.’ Donc quand nous, Zapatistes disons: ‘Un monde où beaucoup de mondes sont inclus’, nous disons plus ou moins que ‘chacun fasse ses propres trucs’…”
~ SCI Marcos, 1999 ~

 

Introduction au livre de Paulo Freire: “La pédagogie des opprimés”, version pdf

 

Résistance 71 

 

13 décembre 2018

 

La conjoncture socio-politique française du moment avec l’avènement du mouvement populaire des Gilets Jaunes, nous amène à publier plus tôt ce que nous considérons, juste après notre “Manifeste pour la société des sociétés”, publié en octobre 2017, le travail dont nous sommes les plus fiers: la traduction complète d’un des plus remarquables textes éducatifs, qui n’est plus disponible en français depuis quelques 30 ans: “La pédagogie des opprimés”, du grand éducateur, penseur et pédagogue critique brésilien Paulo Freire, dans une superbe mise en page claire et aérée de Jo.

Le livre en format Pdf gratuit
Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Publié en espagnol puis en portugais en 1970 alors que l’auteur était en exil au Chili, après le coup d’état brésilien de 1964 (il ne retournera au Brésil qu’en 1980), ce livre est très rapidement devenu LE livre de la révolution pédagogique pour l’émancipation de l’humanité du rapport dominant/dominé entretenu sciemment par les systèmes socio-politiques en place quels qu’ils soient.

Très rapidement, ce livre a été traduit en quelques 18 langues et est devenu le livre éducatif et pédagogique le plus subversif de l’histoire. Il est toujours interdit de nos jours dans certains pays ou états (comme par exemple en Arizona aux Etats-Unis).  

“La pédagogie des opprimés” est, sans nul doute, le livre le plus subversif de l’histoire de la pédagogie au service de la pensée critique et donc de la libération.

Paulo Freire (1921-1997, voir sa bio plus complète dans le pdf) fut secrétaire à l’éducation de la ville de Sao Paulo, enseigna en université et à l’UNESCO. Son héritage pédagogique est énorme et de nombreux élèves de Freire devinrent et sont toujours, d’éminents éducateurs continuant son œuvre dans le monde entier.

Nous pensons qu’il est grand temps qu’enfin ce livre et cette méthode pédagogique critiques soient de nouveau accessibles en français. Dans le cadre du grand mouvement populaire des Gilets Jaunes, qui s’est mis en marche en France depuis le 17 novembre dernier, nous pensons que cet ouvrage et ses enseignements d’une richesse phénoménale, trouveront leur juste place dans la perspective d’une réflexion et action critiques permettant le saut qualitatif nécessaire à toute avancée (r)évolutionnaire pour une société définitivement émancipée de l’oppression, de la violence et de la domination du plus petit nombre sur le plus grand nombre, tel que nous le subissons depuis des millénaires.

On ne sort pas indemne de sa lecture. Vous ne percevrez sans doute plus le monde de la même façon après lecture, mais de là jaillira la fontaine d’eau cristalline qui abreuvera l’élan vers ce changement radical de société tant attendu par nous tous, les opprimés du monde.

Les citations que nous avons employées ci-dessus ne sont pas anodines, surtout les deux dernières du Sup Marcos, du mouvement (néo)zapatiste du Chiapas au Mexique ; en effet, avant la sortie au grand jour du ¡Ya Basta! zapatiste le 1er janvier 1994, beaucoup se sont demandés ce qu’avaient fait les leaders zapatistes et le peuple en toute clandestinité entre 1984 et 1994 pour préparer l’éruption de liberté et d’émancipation qui s’en est suivie…

La réponse à cette question pertinente se trouve dans et avec “La pédagogie des opprimés” de Paulo Freire. Nous pensons que ce qui est aujourd’hui et depuis 1994, le mouvement émancipé du Chiapas du sud-Mexique est le résultat direct d’une application de terrain de la “pédagogie des opprimés” de Freire. La méthodologie ne fait quasiment plus aucun doute quand on observe le résultat obtenu et son évolution dans la longévité.

Nous offrons cet ouvrage gratuitement à tous les peuples francophones, en espérant qu’il en sera fait bon usage. Vous aurez énormément de mal à trouver un texte académique aussi subversif et utile à la cause de l’humanité opprimée, pour son émancipation définitive. 

Ce n’est pas un hasard s’il n’a jamais été réédité en français. Il n’y a jamais de hasard dans le domaine politique. 

N’oublions jamais ce que nous a dit Albert Camus en 1951 dans “L’homme révolté”: “On peut dire qu’il n’y a pas encore eu de révolution dans l’histoire. Il ne peut y en avoir qu’une qui serait la révolution définitive. Le mouvement qui semble achever la boucle en entame déjà une nouvelle dès l’instant où le gouvernement se constitue. Les anarchistes, Varlet en tête, ont bien vu que le gouvernement et la révolution sont incompatibles au sens direct. “Il implique contradiction, dit Proudhon, que le gouvernement puisse être jamais révolutionnaire et cela pour la raison toute simple qu’il est gouvernement.”… S’il y avait une seule fois révolution, en effet, il n’y aurait plus d’histoire. Il y aurait unité heureuse et mort rassasiée. C’est pourquoi tous les révolutionnaires visent finalement à l’unité du monde et agissent comme s’ils croyaient à l’achèvement de l’histoire…

Lisons Paulo Freire et appliquons ensemble sa méthodologie pour une “unité heureuse et une mort rassasiée”…. !

Longue vie aux Gilets Jaunes ! Mais que ce mouvement se transcende pour parvenir à l’émancipation réelle, nous en fournissons ici un outil remarquable avec cet ouvrage de Paulo Freire.

A bas l’État, à bas la société marchande, à bas les institutions, à bas l’argent et à bas le salariat, pour que resplendisse la société des sociétés ou, comme le disent les compas zapatistes, “un monde où beaucoup de mondes sont inclus.

 

L’essentiel de Résistance 71 entre 2010 et 2018

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 décembre 2018 by Résistance 71

Pour accompagner quelques unes de nos analyses en format PDF, voici quelques citations que nous trouvons particulièrement appropriées à notre travail de recherche et aux circonstances socio-politico-culturelles du moment en France et dans le monde… (Résistance 71)

« La rébellion sans la conscience critique est pour ainsi dire une explosion d’impuissance. »
~ Paulo Freire ~

« Ce n’est plus d’être heureux que je souhaite maintenant, mais seulement d’être conscient. »
~ Albert Camus ~

« La révolution sociale plutôt que les urnes. »
~ Buenaventura Durutti ~

« Un spectacle épouvantable et douloureux s’est révélé devant mes yeux: j’ai écarté le rideau de la corruption des Hommes. »
~ Friedrich Nietzsche ~

« Donne un cheval à l’homme qui dit la vérité, il en aura besoin pour s’enfuir. »
~ Proverbe arabe ~

« Le conflit est la sage-femme de la conscience critique. »
~ Paulo Freire ~

Mitakuye Oyasin (Nous sommes tous inter-reliés)
~ Formule de conclusion de prise de parole chez les Lakota ~

 

 

Résistance 71

 

5 décembre 2018

 

Entre 2010, année de lancement de notre blog et cette année, nous avons publié un peu de de 300 billets et articles de fond, qui nous l’espérons, ont aidé à une certaine prise de conscience de ce monde factice et illusoire dans lequel nous vivons depuis bien trop longtemps déjà.
Nous avions pensé publier cette compilation PDF de quelques uns de nos écrits avec nos vœux d’année 2019, mais vu les circonstances socio-politiques actuelles, nous avons décidé de le publier un peu plus tôt.
N’hésitez pas à commenter après lecture sur les pages des articles en suivant leur lien respectif dans le document, il n’est jamais trop tard pour engager quelque débat que ce soit.
Bonne lecture à toutes et à tous !

Compilation PDF d’articles de Résistance 71
Mise en page de Jo de JBL1960 que nous remercions pour son énorme travail dans le domaine de nos publications:

Resistance71_L’essentiel_articles_2010_2018

 

« La machine de l’État est oppressive par sa nature même, ses rouages ne peuvent fonctionner sans broyer les citoyens, aucune bonne volonté ne peut en faire un instrument du bien public ; on ne peut l’empêcher d’opprimer qu’en le brisant. »
~ Simone Weil ~