Archive pour société état et démocratie

COVID et « vaccin » tueur : la concoction OGM nanotech à ARNm est faite pour tuer ! Sortez de l’hypnose et faites face à la réalité aussi pourrie soit-elle !…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 décembre 2022 by Résistance 71

Ceci est tout à fait complémentaire de ces publication précédentes :

“SRAS-CoV-2 / COVID virus chimérique créé en laboratoire à l’université de Caroline du Nord Chapel Hill” (mars 2020)

“Le véritable A. Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique” (RFK Jr, avril 2022, version PDF)

“COVID19 crime contre l’humanité : un parasite nano-techno-biologique injecté aux populations » (Karen Kingston, novembre 2022)

“COVID19, injections ARNm et génocide planifié” (Dr J. Mercola, novembre 2022)

A (re)lire et diffuser sans aucune modération. 

Nous les peuples devons comprendre qu’une guerre sans merci a été déclarée à l’humanité par un système étatico-marchand en phase finale de métamorphose dictatoriale absolue et son “élite” auto-proclamée psychopathe hors-sol, menant le monde vers une réalité dystopique monstrueuse via la peur / terreur entretenues, guerres, privations et spéculations en tout genre, destinées à nous mettre KO debout et à accepter les solutions toutes prêtes qu’ils ont ourdies pour ces problèmes qu’ils ont crées de toutes pièces. Le seul complotisme est celui de cette pourriture qui veut notre mort et met ses desseins en application, technologie aidant, ce qui leur manquait ces dernières décennies.
La croisée des chemins est là, devant nous, l’heure du choix aussi , il est simple pour qui peut voir clairement sans voile et sans écran de fumée : leur société dictatoriale technotronique, donc la mort ou la société des sociétés de notre humanité enfin réalisée, donc la vie. Hors artifices, c’est aussi simple que cela.
Cessez donc d’avoir peur ! Dire NON ! est le premier pas… BOYCOTT ! Union ! Action Directe !
~ Résistance 71 ~

COVIDVax

Traduction de la pancarte ci-dessus : « Si je ne suis pas vacciné, je suis 100% protégé contre les effets secondaires du vaccin et à 99,8% protégé contre la COVID »
Gardant à l’esprit bien entendu que cette soupe ARNm OGM n’est en rien un « vaccin » mais une injection mortelle nanotech à moins d’avoir la chance d’être dans un groupe placebo… (Résistance 71)

COVID le “vaccin” tueur… Des gens meurent dans le monde entier, c’est une opération criminelle

Pr. Michel chossudovsky

30 novembre 2022

Url de l’article original:

https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-tueur-covid-des-gens-meurent-dans-le-monde-entier-cest-une-operation-criminelle/5673099

Nous sommes accusés de « diffuser de la désinformation » concernant le vaccin Covid-19.

Les « traqueurs » médiatiques Reuters et AP vont s’employer à dénigrer les témoignages des parents qui ont perdu leurs enfants.

« Une fois que le mensonge devient la vérité, il n’y a plus de retour en arrière possible. La folie prévaut. Le monde est complètement bouleversé. »

Ne nous faisons pas d’illusions, l’injection Covid n’est pas seulement « expérimental », c’est un « vaccin tueur » de Big Pharma qui modifie le génome humain. Les preuves de la mortalité et de la morbidité résultant de l’inoculation du vaccin, qu’elles soient immédiates (données officielles) ou futures (par exemple, des caillots sanguins microscopiques non détectés) sont accablantes.

Les données officielles (mortalité et morbidité) ainsi que de nombreuses études scientifiques confirment la nature du vaccin à ARNm Covid-19 qui est imposé à l’humanité entière.

Des rapports évalués par des experts confirment les causes des décès et des « événements indésirables » (blessures) liés au vaccin, notamment les caillots sanguins, les thromboses, les myocardites et les arrêts cardiaques.

L’objectif déclaré est d’imposer la vaccination mondiale de 8 milliards de personnes dans plus de 190 pays, suivie de l’imposition d’un « passeport vaccinal » numérisé. Inutile de dire qu’il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars au profit de Big Pharma. C’est un crime contre l’humanité.

Le projet mondial de vaccin intitulé COVAX est coordonné au niveau mondial par l’OMS, GAVI, CEPI, la Fondation Bill et Melinda Gates en lien avec le Forum économique mondial (WEF), le Wellcome Trust, DARPA et Big Pharma [les grandes sociétés pharmaceutiques] qui est de plus en plus dominé par le partenariat Pfizer-GSK qui avait été établi à peine quatre mois avant le début de la crise du Covid-19, début janvier 2020.

Le « vaccin » Covid-19 a favorisé, dès le début en janvier 2021, un accroissement de la mortalité à l’échelle mondiale.

Ce n’est pas un homicide involontaire. C’est un meurtre

Oui, c’est un vaccin meurtrier [tueur]. Ce message doit être fort et clair.

Cela se passe partout dans le monde : des enfants et des adolescents meurent.

Crimes contre l’humanité, crimes contre nos enfants.

Moins de deux mois après le lancement du « vaccin » à ARNm de Pfizer, une grande marche funèbre a été organisée pour les enfants décédés à la suite de l’administration du vaccin à Genève en Suisse (29 janvier 2021.

Myocardite, arrêt cardiaque : « Les jeunes meurent ». Mort subite à grande échelle

La Fondation pour la recherche sur la sécurité des vaccins a récemment publié « Until Proven Otherwise » (jusqu’à preuve du contraire), un court documentaire vidéo sur les conclusions concordantes de deux éminents cardiologues.

funerailles

Nos enfants sont les victimes

Partagez les vidéos suivantes qui montrent ce que les parents ont déjà vécu en perdant leurs enfants.

(NdR71 : voir dans l’article original)

La criminalité de Pfizer ne fait aucun doute.

Mais saviez-vous que Pfizer a déjà un casier judiciaire auprès du ministère de la Justice des États-Unis pour « marketing frauduleux ».

Et personne n’est au courant du casier judiciaire de Pfizer parce que les médias n’en parlent pas.

Peut-on faire confiance à un conglomérat de vaccins de Big Pharma qui, en 2009, a plaidé coupable à des accusations criminelles portées par le ministère américain de la justice (DoJ), notamment de « marketing frauduleux » et de « violation criminelle de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques » ?

En 2009, Pfizer a été mis en « probation » par le ministère américain de la Justice :

« Dans le cadre du règlement, Pfizer a également accepté de conclure un accord étendu sur l’intégrité de l’entreprise avec le Bureau de l’Inspecteur général du Département de la santé et des services sociaux. Cet accord prévoit la mise en place de procédures et d’examens pour éviter et détecter rapidement des comportements similaires à ceux qui ont donné lieu à cette affaire. »

Intégrité de l’entreprise ??? Où sont les procédures et les examens ?

Cette « conduite similaire » de Pfizer se répète en 2020-2022 à une échelle bien plus grande que celle de 2009.

Ce qui se déroule est le « marketing frauduleux » mondial d’un « vaccin tueur« , qui constitue un crime contre l’humanité.

Une bombe. Le Mea Culpa de Pfizer

Pfizer révèle dans un rapport secret (déclassifié dans le cadre de la liberté d’information) que son vaccin à ARNm est un « vaccin tueur ». Les preuves proviennent de la « bouche du cheval »

« En février 2021, Pfizer avait déjà reçu plus de 1 200 rapports de décès prétendument causés par le vaccin et des dizaines de milliers d’événements indésirables signalés, dont 23 cas d’avortements spontanés sur 270 grossesses et plus de 2 000 rapports de troubles cardiaques.

Gardez à l’esprit qu’il s’agit des propres données de Pfizer.

Dans une ironie tordue, les données révélées dans ce « rapport d’initié » réfutent le récit officiel sur les vaccins mis en avant par les gouvernements et l’OMS. Il confirme également l’analyse de nombreux médecins et scientifiques qui ont révélé les conséquences dévastatrices du « vaccin » de l’ARNm.

Ce qui est contenu dans le rapport « confidentiel » de Pfizer sont des preuves détaillées sur les impacts du « vaccin » sur la mortalité et la morbidité. Ces données qui émanent de la « bouche du cheval » peuvent maintenant être utilisées pour confronter ainsi que formuler des procédures juridiques contre Big Pharma, les gouvernements, l’OMS et les médias.

Pfizer était pleinement conscient que le vaccin à ARNm qu’elle commercialise dans le monde entier entraînerait une vague de mortalité et de morbidité. Cela équivaut à un crime contre l’humanité de la part de Big Pharma.

Pfizer savait dès le départ qu’il s’agissait d’un vaccin tueur.

C’est aussi un Mea Culpa et une trahison de la part de gouvernements nationaux corrompus du monde entier qui sont menacés et corrompus par Big Pharma.

Aucun nombre de tentatives a été faite par les gouvernements pour appeler au retrait du vaccin tueur.

On dit aux gens que le vaccin est destiné à sauver des vies. » (Michel Chossudovsky)

Cliquez ici pour lire le rapport « confidentiel » de Pfizer.

Les autorités sanitaires nationales affirment que le « vaccin » contre le Covid-19 sauvera des vies. C’est un mensonge.

« Si vous permettez que cela aille de l’avant [vaccin], je vous garantis qu’il y aura des décès évitables d’enfants en parfaite santé et des maladies graves dix fois plus. Et sans avantage possible. Savoir ce que je sais après 40 ans de formation et de pratique en toxicologie, biochimie et pharmacologie, participer à cet abus extraordinaire d’enfants innocents sous nos soins ne peut être classé d’autre sens que le meurtre » –Dr. Michael Yeadon, éminent scientifique, ancien vice-président de Pfizer

« Cette campagne de vaccination sera le plus grand scandale de l’histoire de la santé, … de plus, elle sera connue comme le plus grand crime jamais commis contre l’humanité. » –La députée Christine Anderson, membre du Parlement européen, juillet 2022

Ce qui est présenté ci-dessus n’est que la « pointe de l’iceberg » de ce qui se passe dans le monde entier

  • NE VOUS FAITES PAS VACCINER.
  • SOYEZ SOLIDAIRES AVEC LES PERSONNES QUI ONT ÉTÉ VACCINÉES.
  • INFORMER LES GENS À TRAVERS LE PAYS SUR LES RISQUES DE L’INJECTION POUR LA SANTÉ.
  • ADOPTEZ  UNE POSITION FERME CONTRE LE PASSEPORT VACCINAL.

La légitimité des politiciens et de leurs sponsors Big Money doit être remise en question.

Nous devons agir d’une seule et même voix au niveau national et international.

Notre première tâche est de bloquer la campagne de peur

Le programme de « vaccination » contre la COVID-19 devrait être immédiatement arrêté dans le monde entier.

Veuillez partager cet article. Les moteurs de recherche ne le reprendront pas.

= = =

Lire notre page constamment mise à jour depuis 2019 

“Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Savoir aussi qu’

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

cocktailMRNA
Là où nous sommes…

but_NOM
Là où nous allons… si on les laisse faire…

« Dernier appel avant liquidation finale » (Rien)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 1 décembre 2022 by Résistance 71

faut-pas-enerver-le-bonze-de-rien-231122

1er décembre 2022

Sur une mise en page de Jo, à lire et diffuser au grand large :

Rien_Dernier-appel-avant-notre-liquidation-finale(PDF)

GreatResist

Anarcho-indigénisme et rejet du diktat « civilisateur » impérialiste (Ziq)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 29 novembre 2022 by Résistance 71

“La vaste majorité des humains est déconnecté de la terre et de ses produits, de la terre et des moyens de production, de travail. Ils vivent dans la pauvreté et l’insécurité. […] L’État existe afin de créer l’ordre et la possibilité de continuer à vivre au sein de tout ce non-sens dénué d’esprit (Geist), de la confusion, de l’austérité et de la dégénérescence. L’État avec ses écoles, ses églises, ses tribunaux, ses prisons, ses bagnes, l’État avec son armée et sa police, ses soldats, ses hauts-fonctionnaires et ses prostituées ; là où il n’y a aucun esprit et aucune compulsion interne, il y a forcément une force externe, une régimentation, un État. Là où il y a un esprit, il y a société. La forme dénuée d’esprit engendre l’État, L’État est le remplaçant de l’esprit.”
~ Gustav Landauer ~

“La révolte est, dans l’homme, le refus d’être traité en chose et d’être réduit à la simple histoire. Elle est l’affirmation d’une nature commune à tous les hommes, qui échappe au monde, la puissance.”
~ Albert Camus ~

“Vous ne serez et ne demeurerez que des commodités aussi longtemps que l’empire existera…”
~ Russell Means, Oglala, Lakota ~

“Il y a des connexions philosophiques entre les sociétés indigènes et quelques sensibilités anarchistes sur l’esprit de la liberté et les idéaux pour une bonne société. Des idées critiques parallèles et des visions d’un futur post-impérialiste ont bien été notées par quelques penseurs, mais quelque chose qu’on pourrait appeler ‘anarcho-indigénisme’ doit toujours se développer en une philosophie et une pratique cohérentes. Il y a également une grande similitude entre les façons de voir le monde des anarchistes et des peuples autochtones: un rejet des alliances avec des systèmes légalisés, centralisés d’oppression et une non-participation aux institutions qui structurent la relation coloniale, ainsi que la croyance d’amener le changement par l’action directe et la résistance au pouvoir d’état.”
~ Taiaiake Alfred, professeur sciences politiques, Mohawk ~

“L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !”
~ Résistance 71 ~

neo-colonialisme1

Anarchie indigène et le besoin du rejet de la “civilisation” du colon

Ziq

Novembre 2018

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Novembre 2022

Définissons d’abord quelques termes de base. “Indigène” veut dire “de la terre sur laquelle nous sommes”. “Anarchie” veut dire “rejet de l’autorité”. Les principes de l’anarchisme incluent l’action directe, l’entraide, et la coopération volontaire. “Anarchie : un journal de désir armé” envisionne une anarchie primitive qui est “radicalement ccopérative et communautaire, écologique, égalitaire, spontanée et sauvage”.

La “civilisation” [occidentale] est une culture qui tourne autour des villes. Une ville est un agglomérat de personnes qui vivent dans un endroit de manière permanente, dans des densités de population suffisantes pour que ces personnes doivent importer leur nourriture et leurs ressources de l’extérieur de la ville afin de survivre et d’assurer la continuité de la croissance de la ville. Donc, les villes dépendent de l’exploitation d’entités externes pour se maintenir en existence.

Cette relation exogène nous aliène a la fois de notre source de nourriture et de nos déchets. Notre nourriture est achetée depuis un supermarché, produite loin de chez nous, préparée et empaquetée sur des chaînes alimentaires industrielles. On nous refuse toute participation dans le processus qui nous nourrit. Nos déchets sont emmenés par camions pour être traités hors de notre vue immédiate et nos déjections naturelles sont tirées dans un réseau de canalisations. Nous ne savons pas vraiment où tout cela va, si cela affecte l’environnement et quelle place cela a dans l’écosystème moderne.

La civilisation vise à dominer la vie au travers des structures variées qui sont faites pour nous domestiquer. Ces structures incluent l’industrie, le colonialisme, l’étatisme, le capitalisme, l’agriculture, le racisme, l’éducation scolaire, la religion, les médias, la police, les prisons, l’armée, le patriarcat, l’esclavage et plus encore…

Les peuples indigènes au travers de l’histoire ont combattu et sont morts pour résister à l’imposition de force de la civilisation sur leurs vies. Cette lutte est toujours active aujourd’hui, alors que les “non-civilisés” sont poussés toujours plus avant vers les limites de la survie par les “civilisés” de par le monde et le déséquilibre technologique entre nous continue de s’étendre et de créer une division sociologique qui nous rend incapables de nous comprendre les uns les autres ce même à un niveau des plus basiques.

Les modes de vie des civilisés et non-civilisés ont divergé dans de telles proportions qu’il est devenu quasiment impossible pour les civilisés de voir que leur civilisation est devenue un obstacle à notre survie de base. Au lieu de cela, ils pensent que leur civilisation est l’instrument clef de leur survie et craignent de vivre dans un monde sans. Ils sont si conditionnés à l’ordre établi par leur civilisation, qu’ils ne peuvent pas sonder la possibilité d’une vie sans elle.

Le concept même de “civilisation” dépend de la règle émise par le colon et sa subjugation brutale des peuples indigènes. La marche perpétuelle vers la globalisation, la civilisation, se fait à marche forcée par le travail forcé et l’exploitation des ressources naturelles dans le grand sud et historiquement sur toutes terres au delà du continent européen.

Afin de pouvoir piller les ressources naturelles sur les terres occupées, les peuples y vivant doivent être éliminés ou déplacés dans des villes compactes, des fermes ou des “réserves” où ils seront forcés de travailler afin de transformer ces ressources en produits de consommation pour les marchés occidentaux. Ce processus de “civilisation” des peuples indigènes est rapide et notre culture, notre langue et notre histoire sont souvent éliminés par les colons afin d’assurer que nous ne tenterons pas de retourner à notre mode de vie précédent “non-civilisé” et que nous ne réclamerons jamais plus ces terres qu’ils ont volé pour leurs industries.

Les classes dirigeantes recherchent toujours de nouvelle façons et nouveaux endroits pour accumuler les richesses pour elles-mêmes. Les dirigeants créent des sous-castes soumises et privent les peuples non-civilisés de leur habitat naturel, ils n’ont donc pas d’autre choix que d’accepter la domestication et être intégrés dans le système industriel capitaliste. Le dirigeant peut alors convertir avec succès le peuple qu’il a apprivoisé et domestiqué en une commodité générant du profit ; des travailleurs dociles qui peuvent travailler toute leur vie afin de créer toujours plus de richesse pour les dirigeants.

Le dirigeant ne voit aucun intérêt dans le chasseur-cueilleur ni dans aucune personne qui ne crée pas de richesse ni de pouvoir pour la classe dirigeante. Si les gens ne devaient pas travailler pour elle afin d’obtenir nourriture et toit, les dirigeants cesseraient immédiatement d’avoir du pouvoir. Donc le pire ennemi du dirigeant est une personne qui ne dépend pas de lui pour vivre, pire même : une culture entière de gens auto-suffisants. Une culture non-civilisée sur laquelle il n’a aucun contrôle est le pire des cauchemars d’un dirigeant.

Sous le joug de la “civilisation”, les peuples indigènes ne sont plus permis de subsister et de vivre depuis leurs terres ancestrales en chassant et en récoltant. Maintenant pour survivre dans ce nouveau monde forcé sur nous par les colons, nous devons endurer des heures de labeur imbécile dans des usines, dans des entrepôts, des mines ou des fermes industrielles. Nos enfants doivent être éduqués de la façon des colons pour en faire, à terme, des travailleurs soumis et producteurs. Nous devons dépendre de l’état et des colons pour nous nourrir et nous vêtir. Nous devons consommer et gaspiller et participer à la destruction des écosystèmes qui nous ont entretenus pendant des millénaires. Nous devons être “civilisés” ainsi la classe dirigeant peut prospérer à nos dépends.

reflexionaborigene

Liberté par le rejet

Rejeter la civilisation [occidentale, coloniale] est s’opposer à cet arrangement coercitif par lequel notre culture, notre histoire, la connaissance collective qui nous a permis de vivre et de prospérer sur nos terres, nous sont retirées par des industrialistes parasites qui voudraient que nous dévouions notre vie entière à trimer pour leur profit alors qu’ils nous refusent l’accès à nos terres et à nos ressources.

Rejeter la civilisation, c’est s’opposer à l’urbanisation, à l’agglutination des gens dans de petites zones bétonnées qui peuvent encore mieux être contrôlées par les dirigeants pour qu’ils nous empêchent de refuser leurs demandes que nous soyons “civilisés” et obéissants.

Rejeter la civilisation, c’est s’opposer aux méthodes exploiteuses industrielles et agricoles qui forcent les pauvres des zones rurales à sacrifier leur travail pour aller entretenir la veulerie de riches cités, tout en privant rapidement la terre de sa fertilité et pompant les nappes phréatiques pour l’irrigation à un rythme plus grand qu’elles peuvent se régénérer.

La civilisation dépend d’une massive concentration inégale de richesse ; d’une brutale hiérarchie capitaliste où quelques uns ont eu la chance de gravir les échelons et de pouvoir contrôler les autres du haut de la pyramide. Tout en bas de celle-ci se trouvent les peuples indigènes du monde.

Contrôle & Domestication

Les voix des peuples indigènes, qu’elles soient acceptées par leurs colons comme raisonnablement “civilisées”, ou rejetées comme “non-civilisées”, ont été ignorées depuis bien longtemps par toux ceux qui bénéficient de la marche en avant de la “civilisation” et toutes ces choses brillantes et clinquantes qu’elle leur donne. Leurres marchands rendus possibles par l’exploitation rampante des terres indigènes, la manipulation et le contrôle des peuples  indigènes au travers de la domestication.

“Contrôle” est ici le mot clef pour comprendre pourquoi la civilisation est venue à l’existence. Les colons capitaliste travaillent d’arrache pied pour nous convaincre que nous devons être contrôlés par eux et leur civilisation. Que nous avons besoin de leur civilisation pour nous protéger de tout danger et que si nous travaillons pour eux, nous n’aurons plus faim. Si nous leur donnons nos terres et acceptons de nous relocaliser dans des “réserves”, ou dans leurs fermes ou dans leurs villes, en adoptant leur langue et leur religion, alors ils nous donneront leur protection et nous permettront de survivre avec “dignité”, nous accepteront comme des peuples domestiqués et civilisés avec succès.

L’ironie de tout cela est époustouflante. Les colons déciment nos forêts et éventrent notre terre pour la vider de ses ressources. Ils massacrent la vie sauvage de nos territoires jusqu’à extinction et arrosent nos cultures d’herbicides pour s’assurer que nous ne puissions pas subvenir à nos besoins. Ils rendent notre eau toxique et imbuvable. Ils polluent et nous assassinent si nous osons nous dresser sur leur chemin.

Puis ils nous offrent le sanctuaire de leur propre tyrannie. Nous laissent le choix entre la mise en esclavage ou l’extinction. Allez dans leurs villes, plantations, bidonvilles et réservent, pour être acceptés comme “civilisés” ou mourir de leurs mains en tant que “sauvages sous-hommes” qui ne peuvent pas être “sauvés” Tout ce que la “civilisation” ne peut pas contrôler doit être expurger afin d’assurer que la marche de la civilisation puisse continuer sans obstacles.

Embrasser l’anarchie, c’est s’opposer à l’idée même de contrôle. Rejeter l’autorité du colon et sa civilisation coercitive qui nous prend tout. L’anarchie c’est avoir confiance en soi et en ses voisins pour travailler ensemble dans l’entraide pour résoudre nos problèmes communs, sans avoir recours à la “charité” d’autorités aussi puissantes soient-elles.

Les anarcho-indigènes, anti-civilisation [occidentale] reconnaissent que le concept même de civilisation dépend de la capacité de nos colonisateurs à nous contrôler. Notre assimilation forcée dans la civilisation aliénée et aliénante des colons et les lois punitives auxquelles nous devons obéir sont faites pour nous maintenir serviles et ne pas résister à l’ordre pervers établi par les colons et qu’ils nous imposent. Leur ordre dépend exclusivement de notre domestication et de la destruction de nos modes de vie. Leur civilisation est ainsi faire qu’elle détruit tout ce qu’elle touche.

Embrassons notre “sauvagerie inhospitalière”

La soi-disante “sauvagerie inhospitalière” que la civilisation a vu nécessaire de soumettre à ses diktats est l’âme même de notre existence. Pendant des millénaires, nous avons vécu en paix avec la nature, en prenant soin au même titre qu’elle prenait soin de nous. Nous étions les gardiens de la terre plutôt que ses exploiteurs. Maintenant, “civilisés”, nous travaillons notre vie durant pour le droit d’affirmer un droit de propriété sur un tout petit lopin de terre, que nous pouvons bétonner pour y ériger un bloc de ciment dans lequel nous vivons, si on a cette chance. La plupart d’entre nous n’a même pas ce privilège et est forcé de payer un loyer à un propriétaire pour avoir ce droit de vivre dans un bloc de ciment dont il n’est pas le propriétaire et dont le loyer nourrit un parasite.

Non civilisés, nous bougions librement, fruits et plantes poussant dans les quatre directions, prêts à être recueillis. Des cours d’eau pure remplis de poissons abondaient dans le paysage. Les sons de la vie sauvage emplissaient l’air. Nous ne travaillions que peu et les récompenses étaient instantanées. Nous ne connaissions que l’abondance, ou par être plus précis, le confort du juste milieu sans l’abondance.

Les chasseurs-cueilleurs sont capables de subvenir à leurs besoins immédiats sans avoir besoin de stocker du surplus comme le font les civilisés pour survivre (avec l’agriculture, les boulots les prêts bancaires, les économies, les emprunts immobiliers, les retraites, les assurances de toute sorte). Les non-civilisés n’ont aucun désir de possession matérielle car une telle chose frivole serait un obstacle à leur capacité de vivre en nomades au gré des saisons. Avoir trop de biens vous force à rester en un endroit et à monter la garde pour défendre ces possessions de vos vies, ce afin de pouvoir continuer à les posséder et ne pas risquer de les voir dérober. Ceci crée un style de vie paranoïaque centrée sur la sécurité mettant la possession et la propriété privée au dessus des besoins nécessaires.

Les chasseurs-cueilleurs peuvent faire confiance en une chose : l’environnement va s’occuper d’eux, leur mode de vie va fournir tout le nécessaire à leurs familles, toute la nourriture et l’eau nécessaires pour quelques jours jusqu’à la prochaine collecte. Après avoir fait cette recherche de quelques heures, le reste de la journée est libre pour les plaisirs de la vie.

Les gens “civilisés” aiment se référer au mode de vie des chasseurs-cueilleurs comme étant un mode de vie de survie de tous les instants, de “pauvreté” et de promiscuité. Mais cette pauvreté est matérielle, un manque de surplus certes, de luxes, de choses souvent inutiles. En termes réels, ce mode de vie est bien plus riche que le mode de vie de la dette perpétuelle du travailleur “civilisé” qui n’a que très peu de temps pour le loisir, l’épanouissement personnel et qui ne mesure son existence entière qu’en matière de “temps”. Les “civilisés” et leurs sociétés fondées sur l’agriculture doivent travailler 5 ou 6 jours par semaine, 8 heures par jour ou plus, pour simplement survivre dans leur mode de vie. Les non civilisés n’ont que faire d’une telle absurdité. Comme l’a si bien noté l’anthropologue Marshall Sahlins, la société des chasseurs cueilleurs est la société affluente originelle. Sans désirs matériels, il n’y a aucune raison pour la richesse et la pauvreté. Tout le monde peut être égal à tout le monde ; la véritable anarchie.

Les gens civilisés plantent des rangés de céréales ou autres dans des monocultures barricadées dans des zones industrielles stérilisées qui ne ressemblent plus en rien aux forêts de nourriture interconnectées si diversifiées, qui nous ont nourri durant toute notre histoire. Les fermiers épuisent constamment les mêmes lopins de terre année après année pour faire pousser une unique récolte, noyant leur culture dans des tonnes d’engrais chimiques et de pesticides. Rien ne peut survivre sur le lopin de terre si ce n’est ce qui a été planté (NdT : comme le disait le toujours excellent ingénieur agronome Claude Bourguignon : “les agriculteurs ne font plus que de la gestion de pathologie”…) La terre est érodée, vide de toute vie, stérile, dépendante de concoctions chimiques qui endettent l’agriculteur en permanence. (NdT : agriculteurs qui le plus souvent ne possèdent même plus leur terre, hypothéquée aux banques pour rembourser une dette toujours croissante)

En civilisation, l’eau se fait rare, contrôlée et chère. Le fruit vous est vendu enveloppé de plastique et vous devez trimer misérablement un jour entier pour pouvoir vous le payer. Le poisson est contaminé par les produits toxiques rejetés par les industries et on nous demande toujours de l’argent pour avoir ce “privilège” de le manger. Le gibier et la viande sauvage ont été remplacés par de vastes usines à animaux emprisonnés. Les rivières sans fin d’excréments de ces usines à bétails finissent aussi dans nos cours d’eau, parachevant l’empoisonnement de l’écosystème et stérilisant la terre.

La nature qui autrefois nous caractérisait a été forcée hors de nous par nos colonisateurs. Comme les chiens fabriqués depuis le loup pour être obéissants et soumis à leurs maîtres, nous en sommes venus à dépendre de l’état et des capitalistes pour notre survie. Malades et domestiqués, nous entrons en concurrence les uns avec les autres pour les miettes de nourriture que les dirigeants nous jettent, ces miettes dirigeants qui nous ont privé de notre terre et de nos vies mêmes.

GR4
Peuple indigène opprimé…

Comprendre le Neo-colonialisme 

Le premier président du Ghana, Kwame Nkrumah a succinctement expliqué le Neo-colonialisme en ces termes en 1965 :

“L’essence du Neo-colonialisme est que l’état qui y est soumis est, en théorie, indépendant et possède tous les signes extérieurs de la souveraineté internationale. En réalité, son système économique et donc toute sa politique, est dirigé depuis l’extérieur. Les méthodes et formes de cette direction peuvent prendre des formes variées. Le plus souvent, le contrôle neo-colonial est exercé au travers des moyens économiques et/ou monétaires. Le contrôle de la politique gouvernementale peut être exercé et sécurisé par des paiements envers le coût de fonctionnement de l’état, par la mise en place de hauts-fonctionnaires pouvant dicter la politique et par un contrôle monétaire sur les changes avec l’étranger au travers de l’imposition Dun système bancaire contrôle par la puissance impérialiste (NdT : superbe exemple de cela toujours en cours : le Franc CFA, qui donne contrôle à la France des économies de ses anciennes colonies africaines devenues “indépendantes” dans l’après seconde guerre mondiale…).”

Cette description du Neo-colonialisme sonne toujours comme juste aujourd’hui, avec les cultures indigènes du monde faisant l’expérience de ce qu’avait décrit Nkrumah dans des formes variées. Plus récemment, des néo-colonisateurs chinois sont venus sur des terres indigènes, promettant de nous élever socialement avec leur richesse. Leurs investisseurs, banquiers, commençants, prêteurs sur gage, développeurs et charités, ont tous promis d’améliorer nos vies.

Les pays africains spécifiquement sont en train de développer une dette colossale envers Pékin, offrant leur terre, pétrole, gaz naturel, minéraux et autres ressources en garantie pour chaque nouveau milliard de dollars emprunté. Lorsqu’immanquablement ils feront défaut de cette dette gigantesque qui ne peut être repayée, la Chine va saisir les garanties et dépouiller le continent de sa richesse naturelle. La Malaisie a récemment compris ce danger du piège de la dette et s’est retirée des arrangements de prêts chinois et de développement. Le premier ministre malais Mahatir Mohamad a prévenu le monde “il y a aujourd’hui une nouvelle version du colonialisme qui se met en place.

L’Institut Confucius qui officie en terres indigènes, est un véhicule de la propagande chinoise, restreignant ce que les professeurs qu’il supplée depuis la Chine, peuvent dire, déformant ce que les étudiants apprennent. Cette propagande par l’école est faite pour promouvoir les intérêts économiques chinois en conditionnant mentalement les élèves indigènes à accepter la colonisation et une vie de soumission. Les colonisateurs se dépensent sans compter pour normaliser la terreur qu’ils amènent et nous convaincre que tout cela est bon pour nous. Toujours la même rengaine.

masquecarte

Kwame Nkrumah:

Le Neo-colonialisme est peut-être aussi la pire forme d’impérialisme. Pour ceux qui le pratiquent, cela veut dire pouvoir sans responsabilité et pour ceux qui en souffrent, cela veut dire exploitation sans rémission. Au bon vieux temps de l’ancien colonialisme, le pouvoir impérialiste avait au moins à expliquer et justifier en métropole les actions entreprises dans les colonies. Dans celles-ci, ceux qui servaient le pouvoir impérialiste pouvaient au moins s’attendre à sa protection contre toute action violente de l’opposition. Avec le Neo-colonialisme, plus rien de ceci ne vaut.

Similairement à la Chine, la Corée du Sud et ses entreprises multinationales a acheté des droits agricoles sur des millions d’hectares de terres agricoles dans des pays “sous-développés”, afin de sécuriser des ressources de nourriture pour ses citoyens. L’histoire du colonialisme et des républiques bananières nous a montré que ce type d’arrangement n’a fait que mener à la misère les peuples indigènes et à la d´´gradation de notre terre.

South Korea’s RG Energy Resources Asset Management CEO Park Yong-Soo:

La nation (sud-coréenne) ne produit pas une seule goutte de pétrole brut ni d’autres minerais vitaux pour l’industrie. Pour générer de la croissance économique et soutenir le mode de vie de son peuple, nous ne pouvons qu’insister sur la s´´curarisation de ressources naturelles vitales pour notre future survie.

Le patron de la Food and Agriculture Organisation (FAO), Jacques Diouf, a averti que l’augmentation de ces accords sur la terre pourrait créer une nouvelle forme de Neo-colonialisme voyant les régions le plus pauvres produire de la nourriture pour les plus riches aux dépends de leurs peuples affamés. Il est raisonnable de dire que cette dernière forme de Neo-colonialisme en date se produit déjà et que nos gouvernements corrompus signent des accords qui nous rendent de plus en plus dépendants de ces nations étrangères et de leurs promesses de nous “élever” en nous construisant des villes et de l’infrastructure.

Il est vital que nous résistions à leurs tentatives de civiliser nos terres afin que nous soyons forcés de travailler pour elles, les aidant dans le processus à voler nos ressources naturelles afin de faire croitre leurs empires, qu’ils puissent s’étendre toujours plus loin et exploiter les populations indigènes du monde.

Et nos autorités locales, toujours si promptes à vendre nos futurs pour le luxe des tours de béton et des trains toujours plus rapides, sont aussi responsables et coupables de cette poussée néo-coloniale pour nous façonner en ces travailleurs mendiants appartenant aux empires étrangers.

Les Masaï, peuple semi-nomade vivant essentiellement entre le Kenya et la Tanzanie, ont migré avec les saisons depuis des siècles. Ils ont de plus en plus été poussés hors de leurs terres ancestrales par les intérêts des états alliés aux intérêts privés entrepreneuriaux, provoquant une collusion pour l’écriture des lois que interdisent aux Masaï de cultiver leurs plantes et de faire brouter leurs troupeaux sur de larges portions de leurs terres traditionnelles.

Des dizaines de milliers de Masaï se retrouvèrent sans logis après que leurs habitations situées dans le cratère devenu touristique de Ngorongoro furent incendiées afin de soi-disant “protéger l’écosystème de la région” et d’attirer plus de touristes.

Le gouvernement tanzanien travaille de concert avec Tanzania Conservation Limited,, qui est la propriété de l’entreprise américaine Thomson Safaris et Ortelle Business Corporation, une entreprise organisant des safaris chasse de luxe, basée aux Emirats Arabes Unis, afin d’expulser les Masaï de leurs terres. Ils se font agresser, frapper, tirer dessus et leur propriété est confisquée. Les jeunes pastouriaux ont si peur pour leur vie maintenant, qu’ils se sauvent dès qu’ils voient un véhicule approcher.

L’état a maintenant ordonné aux Masaï de quitter leur terre ancestrale afin qu’il puisse transformer cette région en terres de chasse pour des touristes friqués qui paient beaucoup d’argent pour pouvoir abattre du gros gibier et ramener les carcasses empaillées et les têtes chez eux comme trophées.

Dans ces actions génocidaires, l’état participe en sécurisant les investissements étrangers  pour construire ses villes. L’État mettra toujours les “civilisés” devant les “non-civilisés” parce que la raison pour laquelle l’État existe est de faire pousser des villes et de piller les ressources et la nourriture pour nourrir cette croissance.

La civilisation a toujours été l’arme utilisée par les puissants pour nous condamner à ue vie de servitude. Rejetons la civilisation. Rejetons l’État. Rejetons le capitalisme. Rejetons toutes les tentatives de conquérir nos terres et de réduire nos peuples en esclavage.

tour_antennes_5G
Tyrannie technologique

La division technologique

Nous devons comprendre qu’il y a une grande différence entre “outil” et “technologie”. Les outils peuvent être fabriqués à petite échelle avec des matériaux locaux, soit par des individus, soit par de petits groupes de gens quand ils ont besoin d’outils. A l’encontre de la technologie, les outils ne peuvent pas construire des systèmes d’autorité et d’obéissance pour permettre à un groupe de dominer les autres, juste dans la mesure où tout le monde est capable d’acquérir réalistiquement ses propres outils. La technologie dépend de la capacité de monter de grandes opérations d’extraction, de production, de distribution et de consommation. Ceci demande une autorité coercitive et une hiérarchie, une oppression.

Le Cinquième Pouvoir a expliqué les pièges e la technologie en 1981 :

La technologie n’est pas un simple outil qui peut être utilisé de la façon dont on le désire. C’est une forme d’organisation sociale, une série de relations sociales. Elle a ses propres lois. Si nous devons nous engager dans son utilisation, nous devons accepter son autorité. L’énorme taille, les interconnexions complexes et la stratification des taches qui composent les systèmes technologiques modernes rendent un commandement autoritaire nécessaire et toute prise de décision individuelle et indépendante impossible.

La technologie est utilisé par les dirigeants pour contrôler et pacifier leurs citoyens. Les sociétés colonialistes sont bourrées de merveilles technologiques. Mais leur gens sont détachés de la terre sur laquelle ils vivent, aliénés les uns des autres, leurs yeux constamment fixés sur des distractions futiles émanant de leurs écrans et leurs terres se dessèchent et brûlent pour payer leur addiction à tous ces produits industriels toxiques.

La technologie est utilisé pour conquérir pour affirmer une domination, pour détruire d’entières autres cultures qui osent rejeter l’empire et son ordre mondial. La Libye, l’Afghanistan, l’Irak, des pays entiers décimés par la grande technologie des impérialistes faisant pleuvoir la mort depuis le ciel.

Les colonisateurs auront toujours une meilleure technologie que nous. Quelque soit cette technologie qu’ils nous promettent en retour de notre coopération avec leur agenda fera pâle figure en comparaison des technologies qui mènent leurs propres sociétés. Ils nous disent que nous avons besoin de leur technologie pour être civilisés, pour éviter d’être à la traine dans le monde, mas on ne peut pas rattraper la machine technologique de l’empire. Il va nous rattraper et nous broyer bien avant qu’il ne nous donne les secrets promis.

La technologie est une arme brandit par les plus puissants et nous ne pouvons pas rétablir l’équilibre de la puissance, pourquoi essayer ?…. Pourquoi dédier nos vies à jouer le jeu qu’il veulent nous faire jouer selon leur propres règles ? Pour recevoir en retour leurs machines obsolètes ? Ils utilisent leur technologie pour nous convaincre que nous sommes moins qu’eux, que nous sommes “arriérés” et qu’ils doivent nous “sauver” de notre existence “sauvage”. Ils disent tout cela et dans le même temps leur technologie dépend de nos ressources et de notre travail et sur leur capacité à nous forcer à nous sacrifier et nos enfants et les enfants de nos enfants pour qu’ils leur donnent le carburant pour leurs précieuses machines. Ces machines qui leur permettent de maintenir leur domination sur nous de façon à ce que nous demeurions toujours inférieurs à eux. S’ils nous donnent ce qu’ils nous ont promis , la libération qu’ils disent leur technologie apporter, alors leur pouvoir sur nous sera perdu. Nous n’aurons plus besoin d’eux pour nous “sauver” de l’état sauvage parce que nous serons aussi civilisés qu’eux.

Lorsque nous donnons suffisamment de nous-même pour recevoir leur technologie, ils s’assurent que nous aurons toujours besoin d’eux pour la maintenance. Nous devenons alors dépendants de leur technologie et aussi dépendants d’eux pour continuer à nous nourrir et pour réparer ce que nous cassons à l’usage. Nos vies alors tournent autour de leur technologie et nous oublions comment vivre sans. Et alors que nous sommes apaisés par la petite lumière émanant de nos petits écrans, nos écosystèmes sont décimés par les colonisateurs.

La technologie est la carotte au bout de la perche et elle ne peut en rien nous libérer, elle ne peut que nous domestiquer et nous réduire en un esclavage moderne. Rejetons la. Rejetons cette idée d’être mesurés, évalués par nos prouesses technologiques ou par à quel point nous sommes “civilisés”. Rejetons les colons et leurs faux cadeaux ainsi que leurs manipulations incessantes. Rejetons leur civilisation. Rejetons leur contrôle sur qui nous sommes et qui nous serons.

= = =

“Deviens celui que tu es.” (F. Nietzsche)

“La joie veut l’éternité de toute chose, elle veut une profonde, profonde éternité !”
(F. Nietzsche)

= = =

Lecture complémentaire :

“Résistance politique et anarcho-indigénisme avec Taiaiake Alfred et Gordon Hall”

https://resistance71.wordpress.com/2017/04/12/resistance-politique-anarcho-indigenisme-entretiens-avec-taiaiake-alfred-et-gord-hall/

“Le colonialisme et la dépendance étatique” (Taiaiake Alfred) :

https://resistance71.wordpress.com/2015/08/12/resistance-a-limperialisme-occidental-le-colonialisme-et-le-dependance-etatique-taiaiake-alfred/

Notre dossier “Anarcho-Indigénisme”

marcos-galeano

R71slogan

Kotoku Sushui : lettre de prison d’un anarchiste japonais au sujet de l’action directe et de l’expropriation

Posted in actualité, altermondialisme, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 27 novembre 2022 by Résistance 71

Aa

“En fait, Landauer se réfère à l’État comme une “entité non spirituelle”, une coquille vide maintenu seulement par “l’ignorance et la passivité du peuple”. Voir l’État comme étant tout puissant, c’est s’engager dans un fétichisme qui finit par donner à l’illusion une forme réelle.”
~ Saul Newman ~

“il faut sinon se moquer, en tout cas se méfier des bâtisseurs d’avenir. Surtout quand pour bâtir l’avenir des hommes à naître, ils ont besoin de faire mourir les hommes vivants. L’homme n’est la matière première que de sa propre vie. Je refuse d’obéir.”
~ Jean Giono ~

Kotoku-Shusui

Lettre de prison

Sotoku Sushui

Décembre 1910

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Novembre 2022

NdT : Cette lettre fut écrite en décembre 1910 par Sotoku Sushui, journaliste et activiste anarchiste, condamné à mort avec 12 autres anarchistes pour la soi-disante intention d’assassiner l’empereur Meiji. Sotoku fut pendu un mois après, en janvier 1911. Ceci est une constante dans le mouvement anarchiste japonais qui a été physiquement décimé par des emprisonnements politiques, des exécutions, des assassinats et des lynchages entre la fin du XIXème siècle et la fin des années 1920. L’impérialisme nippon ne s’embarrasse pas et emploie des méthodes expéditives contre toute dissidence à plus forte raison anarchiste. Toute idée “marxiste”, “social-démocrate” est assimilable et contrôlable par le systèmes et ne présentent donc aucun danger pour sa pérennité ; seule l’anarchie sous sa forme de mode de vie radicale, sous ce nom ou un autre, est un danger mortel pour le paradigme étatico-marchand. Pour paraphraser le grand Georges : dès qu’il s’agit de rosser les anars, tout le monde se réconcilie (Paris 1871, Italie 1920, Cronstadt 1921, Ukraine 1918-23, Espagne 1937, Budapest 1956, France 1967-8 et les grèves sauvages, l’écrasement de l’esprit communard Gilet Jaune 2018-20)  … C’est bien connu et surtout, cela en dit long sur le véritable chemin émancipateur à emprunter…

-[]-[]-[]-[]-

A chaque fois que le mouvement anarchiste est mentionné, beaucoup de personnes ne font que le comprendre par l’assassinat à la bombe ou au pistolet, ce qui montre leur parfaite ignorance de ce qu’est l’anarchisme. Vous les avocats et hommes de loi, savez déjà que l’anarchisme est une sorte de philosophie, mode de vie similaire à ce que nous enseignaient Lao Tseu et Tchouang Tseu, à savoir que nous devions progresser en accord avec la tendance générale de satisfaire notre besoin de liberté et de bonheur, parce que cette tendance est naturelle à la société humaine pour qu’elle soit réalisée par l’entraide et la vie communale, unifiée dans la moralité et la charité, sans compulsion gouvernementale comme c’est actuellement le cas.

Il est donc inutile de dire que l’anarchiste déteste l’oppression, dénigre l’entrave tout comme la violence et personne d’autre n’aime la liberté et la justice au point de l’anarchiste…

En vérité, des assassins ont émergé parmi les anarchistes, mais cela ne veut en rien dire que tous les anarchistes sont des assassins. De plus, beaucoup d’assassins ont émergé non pas des rangs anarchistes, mais de ceux du socialisme d’état, des républicains, les Minkenka, patriotes et loyalistes… le nombre d’assassinats commis par les anarchistes est infime comparé à celui des autres. Si une idée est déclarée “terroriste” à cause de l’apparence d’un assassin, il n’y a pas plus violente idée que celle du patriotisme et du loyalisme au système, la violence est le plus souvent déclenchée par les officiels gouvernementaux, les fonctionnaires, les riches et les aristocrates, tandis que les militants et les travailleurs sont provoqués, sont si exploités qu’ils sont obligés de se révolter violemment en dernier ressort.

Le problème est de savoir comment mener une révolution anarchiste quand vous n’attaquez pas le souverain exploiteur avec une bombe… (notre) révolution veut dire une transformation des institutions politiques et sociales fondamentale et non pas un changement de dirigeants. La révolution se produit spontanément, elle ne peut être induite ni par un individu ni par un parti politique. Nous ne pouvons donc pas planifier par avance comment l’initialiser et comment la faire. Basé sur la présupposition que les institutions et la hiérarchie d’aujourd’hui ne vont pas suivre les avancées et développements de la société et de l’humanité, leur renversement et la création d’un nouveau système deviendra inévitable.

Considérant le processus évolutionniste, nous pensons qu’après une décrépitude plus avancée de la concurrence individualiste et de l’institution de la propriété privée, une société communiste s’en suivra, les idées anarchistes. Repoussant le despotisme de l’état moderne ; ainsi nous voulons avoir cette révolution…

Bien que nous ne puissions pas prédire sous quelles conditions une révolution doit être réalisée et comment elle doit l’être, en tous les cas, les participants à la révolution pour l’émancipation des masses doivent essayer de limiter au maximum la violence. De fait, de telles collisions violentes ont toujours été provoquées par les éléments conservateurs et protecteurs du système en place, se battant contre la tendance générale du processus évolutionnaire.

Le mouvement anarchiste révolutionnaire à proprement parler ne cherche pas à faire une révolution immédiate, il n’est pas non plus une sorte d’assaut mutin. Loin s’en faut, il inclut tous les efforts de la culture de la compréhension de chacun et la discipline que cela implique pour contribuer à servir la révolution qui vient. Publier des journaux et des tracts, écrire des livres et des pamphlets, des discours, se produire dans des meetings publics, tous ces moyens sont utilisés pour expliquer les raisons et les vicissitudes de la tendance à la révolution sociale, en cultivant par là même, la connaissance qui lui est liée.

De plus, organiser les syndicats en des coopératives variées est une occasion avantageuse pour nous de développer la capacité de vivre en commune soit dans le temps de la révolution ou dans son après.

Certains pourront dire qu’un mouvement est inutile si la révolution ne peut être que spontanée, ce qui n’est pas vrai. Quand un vieux régime et de vieilles institutions ont atteint une apogée, la société a commencé à décliner de son propre chef. Lorsqu’il n’y a pas d(idée et de connaissance de la tendance générale de l’évolution sociale, de la nouvelle organisation qui va prendre sa place et qu’il n’y a pas de capacité à anticiper le changement et y participer, la société s’étiole avec le vieux régime sans faire émerger le bourgeonnement de la révolution. Par contraste, si nous y sommes préparés avec connaissance et capacité, un nouveau bourgeon va naître, même si l’original est peut-être mort…

Il n’y a aucune institution ou organisation qui ne fluctue sans cesse ni n’évolue, car l’être humain est dynamique par essence ainsi l’est sa société. Il est nécessaire d’avancer et de se renouveler en accord avec son temps. Une petite période de tel renouvellement est appelée une réforme ou une innovation, une grande période est appelée une révolution. Afin d’empêcher la dégénérescence et la chute d’une société, je pense qu’il est nécessaire de propager de nouvelles idées et de nouveaux modes de pensée ; en d’autres termes, un mouvement révolutionnaire est nécessaire et indispensable.

J’ai été surpris d’entendre que l’action directe était comprise comme synonyme de révolution violente et de lancer de bombes. Ce que cela veut dire est que les travailleurs, afin de promouvoir leur propre intérêt, en tant que groupe, doivent agir d’eux mêmes sans avoir à dépendre d’entité lentes tels les parlements ; pas d’action indirecte au travers du système parlementaire et de ses parlementaires, mais action directe des travailleurs, sans représentation. Au lieu de demander des lois sur les usines et la régulation du travail, les travailleurs négocient directement aves les patrons, si ces derniers refusent de négocier, alors les travailleurs organisent la grève générale expropriatrice. Un autre exemple : un travailleur manifestant demandant l’expropriation de la nourriture des riches lorsque les travailleurs affamés sont dans la rue. L’expropriation est une autre méthode d’action directe.

Juste parce que quelqu’un est en faveur de l’action directe ne veut pas dire que cette personne soutienne tout ce qui est fait en dehors de la procédure parlementaire, l’action directe ne doit pas non plus être confondue avec l’émeute, le meurtre, le vol ou la fraude parce que tout ceci ne passe pas non plus par la voie parlementaire… (NdT : beaucoup à dire là dessus, car les parlementaires, caste dirigeante, sont impliqués dans une énorme quantité de vols, fraudes, abus de pouvoir et de biens sociaux, voire de meurtres oui… Le système y a constamment recours depuis son inception…)

Je pense que cela ne sert pas la révolution de mener des perturbations sans causes dans un pays en paix, de causer de vains sacrifices et la destruction de propriété et de vies humaines. Mais quand la tyrannie des riches et du gouvernement atteint son zénith et que le peuple est mené à la ruine, alors une révolution doit l’aider.

= = =

“Oui, il a été inventé là une mort pour les multitudes, une mort qui se vante d’être la vie: en vérité un fier service rendu à tous les prédicateurs de mort. J’appelle État le lieu où sont tous ceux qui boivent du poison, qu’ils soient bons ou méchants… État le lieu où le lent suicide de tous s’appelle… la vie.”
“Là où cesse l’État, c’est là que commence l’Homme, celui qui n’est pas superflu : là commence le chant de ce qui est nécessaire, la mélodie unique et irremplaçable. Là où cesse l’État — regardez donc mes frères ! Ne les voyez-vous pas, l’arc-en-ciel et les ponts du surhumain ?”
~ Friedrich Nietzsche, “De la nouvelle idole” ~

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

RIEN ne s'oppose TOUT se compose

voter_agir

Dictature technotronique : rénovation HLM, 5G, internet des choses et contrôle des populations

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2022 by Résistance 71

heroisme
Résistance !

Rénovations HLMS, 5G et contrôle de la population

Les rénovations en cours dans les HLMS serviront à installer des objets connectés Big Brother énergivores en électricité pour la dictature du pass « carbone » pour fliquer le moindre aspect de votre vie et envoyer la Gestapo à domicile pour la prison de la piqouze forcée à l’insu de tous…

Anonyme

25 novembre 2022

Le grand comble de toute cette hypocrisie, c’est que l’Arctique bien loin de fondre, est bourré de leurs usines de forages gazières et pétrolières et ils veulent en construire d’autres en 2023, ce qui ne nous regarde pas bien sur, vu que les gueux seront interdits de voitures à pétroles dès 2025 de gaz dès 2023 si on croit la publicité qu’on voit sur internet.

https://greenhired.fr/gaz-russe-en-arctique/

et le deuxième grand comble, c’est que sous prétexte de contrôler notre consommation, ils nous obligent à consommer leurs objets connectés énergivores supplémentaires dont on devra payer la facture de notre poche.

(alors que leur graphène produit de l’électricité en illimité sur nous https://www.journaldugeek.com/2020/10/06/circuit-graphene-energie-indefiniment/ https://www.tomsguide.fr/un-circuit-a-base-de-graphene-produit-une-energie-propre-et-illimitee/ , nous transformant en générateurs d’ampoules https://www.bitchute.com/video/IfwkVSa8npmo/…) 

enfin n’oublions pas le plus grand comble,  que les compteurs linky , et leurs objets connectés big brother déjà énergivores sont connectés à des concentrateurs, antennes relais supplémentaires 5G (la 5G est 3.5 fois plus énergivore que la 4G https://resistance71.wordpress.com/2020/09/29/dictature-technotronique-le-passage-4g-5g-sera-extremement-energivore-et-plombera-les-budgets-en-plus-de-detruire-notre-peu-de-liberte-et-de-sante-restant/) et des Data centers ultra énergivores pour collecter toutes les données de vos objets connectés, ce qui montre bien que leur vraie objectif n’est pas la réduction de la consommation d’électricité mais le contrôle de votre vie pour vous empêcher de vivre, pour la dépopulation, car  leur vrai objectif c’est la réduction de la population, et ils ne s’en cachent même plus avec leur faux réchauffement climatique à la gomme.

(Sarkozy qui avait aussi avoué qu’il voulait la dépopulation dès 2011, avait lancé dès cet époque le projet des compteurs linky en expérimentation dans certaines zones https://resistance71.wordpress.com/2019/04/08/agenda-oligarchique-de-depopulation-sarkozy-et-compteurs-intelligents/)

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/11/09/reduire-la-population-contribuerait-a-l-attenuation-du-rechauffement-climatique_6149100_3232.html

https://resistance71.wordpress.com/2021/02/12/covid-escroquerie-du-rechauffement-climatique-anthropique-great-reset-ou-la-planification-neo-malthusienne-de-notre-mise-en-esclavage-echnotronique-finale-f-william-engdahl/

https://resistance71.wordpress.com/2021/04/19/compteur-linky-piratage-cpl-grille-de-controle-et-dictature-technotronique/

l’autre grand comble, c’est qu’ils envoient des fusées thermiques et satellites ultra énergivores dans l’espace avec des data centers énergivores alors qu’ils veulent interdire les gens d’utiliser leurs voitures thermiques et l’électricité

https://www.lessentiel.lu/fr/story/bientot-des-data-centers-dans-l-espace-932001769201

https://les7duquebec.net/archives/278512

NOM_demasque

ces tarés veulent mettre un capteur connecté sur notre frigidaire pour savoir combien de fois on ouvre la porte par jour et décider selon ces données s’ils peuvent se permettre de faire une visite à votre domicile.

Ils veulent aussi mettre un objet connecté dans nos pièces qui permet de diminuer la température à distance.

Et comme cet objet connecté mesure aussi la température de votre salon à distance, si vous faites de l’électricité à partir du compost ou du charbon ou du son ou des ondes ou tout autre alternative, la Guestapo aura l’info que la température de votre salon viole la loi du 19 degré qu’ils veulent nous imposer cet hiver, et viendra à votre domicile pour vous foutre une amende, et au bout de 3 représailles, la Suisse envoie les gens en taule pour 3 ans. Et on sait que leur programme sera dans tous les pays pareil.

en plus on sait que les compteurs linky et les objets connectés contiennent des piles en lithium qui peuvent causer des incendies, et comme par hasard, ils veulent imposer une porte connecté électrique qui empêchera les gens de sortir.

il y avait une famille qui est morte ans un incendie et n’a pas pu s’échapper car leurs volets étaient électriques donc inutilisables et bloqués au moment de l’incendie.

voilà la conséquence du tout connecté.

https://www.sudouest.fr/faits-divers/une-famille-piegee-dans-un-incendie-par-la-panne-des-volets-electriques-7728887.php

ils veulent mettre des capteurs de lumières qui indiquent les déplacements de la personne dans le logement. Là ils pourront fliquer le nombre de personnes, la distanciation sociale, et toute la dictature couillevid à l’intérieur des gueux.

tous leurs objets connectés sont en graphène et lithium, 2 poisons humains et environnementales.

https://resistance71.wordpress.com/2019/02/28/compteurs-gazpar-risques-averes-dexplosion/

https://resistance71.wordpress.com/2018/07/15/geo-ingenierie-et-nouvel-ordre-mondial-la-nasa-admet-les-epandages-de-lithium-dans-lionosphere/

https://resistance71.wordpress.com/2022/10/30/covid-19-crime-contre-lhumanite-un-parasite-nano-techno-biologique-injecte-sciemment-aux-populations-karen-kingston-article-video-entretien/

ils veulent se faire les champions de l’économie de l’eau avec un objet connecté en lithium dont l’extraction elle même de ce rare minéral toxique cause la pollution des nappes phréatiques et la pénurie d’eau.

Un beau foutage de gueule.

https://resistance71.wordpress.com/2022/10/25/mettre-au-jour-la-nouvelle-escroquerie-verte-le-lithium-et-ses-piles-batteries-super-polluantes-rendent-les-ve-smartphones-compteurs-linky-et-autres-ordinateurs-verts-armes-de-destruction/

« Le parc de logements du bailleur social Les Résidences Yvelines Essonne se

modernise progressivement. Les appartements rénovés intègrent des équipements qui permettent de gérer, avec ou sans smartphone, différentes fonctionnalités comme le chauffage, l’éclairage, les ouvertures ou même certains équipements ménagers

À terme, tous les logements seront équipés. Une porte d’entrée blindée que l’on peut ouvrir avec son smartphone, une tablette posée dans le salon qui règle la température, l’éclairage qui fait aussi capteur de

fuite d’eau… »

« . Il a expérimenté le capteur d’ouverture de porte qui, fixé sur le réfrigérateur par exemple, permet d’alerter si

la personne se nourrit moins. 

De même, le capteur de lumière entre la chambre et les autres pièces peut donner des informations sur les changements dans les heures de sommeil ou dans les déplacements de l’habitant : « Des signaux qui peuvent indiquer aux proches qu’il y a peut-être un problème », explique Adrien Rolland, responsable de l’Innovation chez le bailleur social. »

source page 23 du https://www.yvelines.fr/publication/magazine-novembre-decembre-2022/

et à la page 27, ils veulent faire un forage de 1500 mètres de profondeur pour la géothermie pour alimenter des immeubles, hôpitaux, écoles, ce qui va causer des pénuries d’eau, car la nappe phréatique va tomber dans leur trou de forage.https://www.yvelines.fr/publication/magazine-novembre-decembre-2022/

tour_antennes_5G
Les miradors modernes…

avec toutes les ondes 5G cancérigènes qu’ils nous bombardent à gogo ils ont de quoi chauffer tout le monde en convertissant les ondes en électricité. 

Surtout s’ils utilisent le graphène qui :

-crée l’électricité 

https://www.transitionsenergies.com/produire-graphene-electricite/ et multiplie l’électricité

http://www.inmesol.fr/blog/cest-demontre-le-graphene-multiplie-lelectricite-a-partir-de-la-lumiere, 

-crée des ondes 5G 

https://region-aura.latribune.fr/innovation/2019-10-30/sante-comment-le-graphene-pourrait-devenir-le-pansement-connecte-de-demain-831826.html

https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/apres-l-ampoule-une-antenne-en-graphene_35902 , 

-et convertit les ondes en électricité https://trustmyscience.com/dispositif-permet-transformer-ondes-wifi-energie-utilisable/. 

Pas étonnant que les  graphenisés sont des générateurs ambulants… et il n’y a pas que les injectés de la piqouze qui sont graphenisés, du graphène, il y en a partout (hydrogel, masque, écouvillons, boites de conserve, coca cola, certaines marques d’eau, etc…(emmenez un petit aimant avec vous et vous verrez comme dans ces vidéos https://www.bitchute.com/video/CbOuFnotNSET/ https://www.bitchute.com/video/oNtl7GyyiRJn/)

https://www.bitchute.com/video/IfwkVSa8npmo/

un mec non injecté raconte qu’il a été graphenisé à cause de la nourriture graphenisé qu’il a bouffé, que sa clé restait collée à sa poitrine, et que c’est en prenant de la NAC et du Zinc qu’il a pu chelater le graphène et se démagnétiser.

https://www.bitchute.com/video/DiI0K7HcRllT/

ils veulent aussi nous shampoonner au graphène, désinfecter au graphène, masquer au graphène, écouvilloner au graphène et éclairer au graphène https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/apres-l-ampoule-une-antenne-en-graphene_35902, nous panser au graphènehttps://region-aura.latribune.fr/innovation/2019-10-30/sante-comment-le-graphene-pourrait-devenir-le-pansement-connecte-de-demain-831826.html, traiter  l’eau potable au graphène https://trustmyscience.com/filtre-graphene-purifie-eau-contaminee-en-une-seule-etape/, nous faire du détartrage au graphène, nous nourrir au graphène, nous habiller au graphène, connecter les objets connectés  en graphène aux antennes 5G en graphène.

https://www.dentaire365.fr/actualites/graphene-le-desinfectant-du-futur

https://nouveau-monde.ca/le-graphene-outil-de-surveillance-de-la-sante-se-trouve-dans-les-masques-ecouvillons-et-les-vaccins-consequences-potentiellement-desastreuses-sur-la-sante-humaine/

https://www.flashmcclean.re/product-page/shampooing-au-graph%C3%A8ne-armor-suds

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/la-une-de-la-science/transformer-l-eau-de-mer-en-eau-potable-grace-au-graphene-2897851

https://www.usinenouvelle.com/article/plastique-un-emballage-biodegradable-contenant-du-graphene.N1194292

https://www.modeintextile.fr/textiles-intelligents-graphene-vetements-rafraichissants/

Sans compter l’effet thermique que dégage les Data Centers ultra énergivores et qui est aussi suffisant pour chauffer tout le monde.

https://www.connaissancedesenergies.org/afp/en-finlande-la-chaleur-dun-data-center-de-microsoft-va-rechauffer-les-logements-220317

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Lire notre dossier « Dictature technotronique »

FEM_religion
Scientisme : religion du XXIème siècle

on-ne-se-soumettra-pas-r71

Guerre impérialiste par procuration en Ukraine : Zelensky piégé par Moscou et Washington (Thierry Meyssan)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 novembre 2022 by Résistance 71

ukraine_zelensky-marionnette
De la vie d’une marionnette…

Zelensky piégé par Moscou et Washington

Thierry Meyssan

22 novembre 2022

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article218419.html

Article précédent : “Ukraine : qui sont les nationalistes intégraux ?” (Thierry Meyssan)

L’évolution du rapport de forces sur le champ de bataille ukrainien et l’épisode tragique du G20 de Bali marquent un retournement de situation. Si les Occidentaux croient toujours vaincre prochainement Moscou, les États-Unis ont déjà débuté des négociations secrètes avec la Russie. Ils s’apprêtent à lâcher l’Ukraine et à faire porter le chapeau au seul Volodymyr Zelensky. Comme en Afghanistan, le réveil sera brutal.

Discutant , il y a une dizaine de jours à Bruxelles, avec un chef de file des députés européens que l’on dit ouvert d’esprit, je l’écoutais me dire que le conflit ukrainien était certes complexe, mais que la chose la plus évidente était que la Russie avait envahi ce pays. Je lui répondis en observant que le droit international faisait obligation à l’Allemagne, à la France et à la Russie d’appliquer la résolution 2202, ce que Moscou, seul, avait fait. Je poursuivais en lui rappelant la responsabilité de protéger les populations en cas de défaillance de leur propre gouvernement. Il me coupa la parole et me demanda : « Si mon gouvernement se plaint du sort de ses ressortissants en Russie et attaque ce pays, vous trouverez cela normal ? ». Oui, lui répondis-je, si vous avez une résolution du Conseil de sécurité. En avez-vous une ? Décontenancé, il changea de sujet. Trois fois, je lui demandais si nous pouvions aborder la question des « nationalistes intégraux » ukrainiens. Trois fois, il refusa. Nous nous séparâmes avec courtoisie.

La question de la responsabilité de protéger aurait dû être nuancée. Ce principe n’autorise pas à une guerre, mais à une opération de police, menée avec des moyens militaires. C’est pourquoi le Kremlin veille à ne pas désigner ce conflit comme une « guerre », mais comme une « opération militaire spéciale ». Les deux manières de parler désignent les mêmes faits, mais « opération militaire spéciale » limite le conflit. Dès l’entrée de ses troupes en Ukraine, le président russe, Vladimir Poutine, a précisé qu’il n’entendait pas annexer ce territoire, mais uniquement libérer les populations persécutées par les « nazis » ukrainiens. Dans un long article précédent, j’ai indiqué que, si l’expression « nazis » est juste au sens historique, elle ne correspond pas à la manière dont ces gens se désignent. Ils utilisent l’expression : « nationalistes intégraux ». Rappelons que l’Ukraine est le seul État au monde à disposer d’une Constitution explicitement raciste.

Le fait d’observer que le droit international donne raison à la Russie ne signifie pas qu’on lui donne un blanc-seing. Chacun doit critiquer la manière dont elle applique le droit. Les Occidentaux trouvent toujours la Russie « asiatique », « sauvage » et « brutale », même s’ils se sont montrés eux-mêmes bien plus destructeurs en de nombreuses occasions.

RENVERSEMENT DE SITUATION

Les points de vue russe et occidentaux ayant été précisés, force est de constater que plusieurs évènements ont suscité une évolution occidentale.
Nous entrons dans l’hiver, une saison rude en Europe centrale. La population russe a conscience, depuis l’invasion napoléonienne, qu’elle ne peut pas défendre un pays aussi grand. Aussi a-t-elle appris à utiliser précisément l’immensité de son territoire et les saisons pour vaincre ceux qui l’attaquaient. Avec l’hiver, le front est figé pour plusieurs mois. Chacun peut constater que, contrairement au discours selon lequel les Russes sont vaincus, l’armée russe a libéré le Donbass et une partie de la Novorussia.
Avant que l’hiver ne tombe, le Kremlin a replié la population libérée qui habitait au Nord du Dniepr, puis a retiré son armée, abandonnant la partie de Kershon située sur la rive Nord du Dniepr. Pour la première fois, une frontière naturelle, le fleuve Dniepr, marque une frontière entre les territoires contrôlés par Kiev et ceux contrôlés par Moscou. Or, durant l’entre-deux-guerres, c’est l’absence de frontières naturelles qui a fait tomber tous les pouvoirs successifs en Ukraine. Désormais, la Russie est en position de tenir.
Depuis le début du conflit, l’Ukraine peut compter sur l’aide illimitée des États-Unis et de leurs alliés. Or, les élections de mi-mandat aux USA ont enlevé la majorité de l’administration Biden à la Chambre des Représentants. Désormais, le soutien de Washington sera limité. Identiquement, l’Union européenne trouve aussi ses limites. Ses populations ne comprennent pas la hausse des coûts de l’énergie, la fermeture de certaines usines et l’impossibilité de se chauffer normalement.
Enfin, dans certains cercles de pouvoir, après avoir admiré les talents de communiquant de l’acteur Volodymyr Zelensky, on commence à s’interroger sur les rumeurs concernant sa soudaine fortune. En huit mois de guerre, il serait devenu milliardaire. L’imputation est invérifiable, mais le scandale des Pandora Papers (2021), la rend crédible. Est-il nécessaire de se saigner aux quatre veines pour ne pas voir arriver les dons en Ukraine, mais disparaître dans des sociétés off shore ?

Les Anglo-Saxons (c’est-à-dire Londres et Washington, NdR71 : c’est à dire la City de Londres et sa succursale de Wall Street...) souhaitaient transformer le G20 de Bali en sommet anti-Russe. Ils avaient d’abord fait pression pour que Moscou soit exclu du Groupe comme ils y sont parvenus au G8. Mais si la Russie avait été absente, la Chine, de très loin le premier exportateur mondial, ne serait pas venue. Aussi, c’est le Français Emmanuel Macron qui a été chargé de convaincre les autres invités de signer une déclaration sanglante contre la Russie. Durant deux jours, les agences de presse occidentales ont assuré que l’affaire était dans le sac. Mais, en définitive, la déclaration finale, si elle résume le point de vue occidental, ferme le débat en ces mots : « Il y avait d’autres points de vue et différentes évaluations de la situation et des sanctions. Reconnaissant que le G20 n’est pas le forum pour résoudre les problèmes de sécurité, nous savons que les problèmes de sécurité peuvent avoir des conséquences importantes pour l’économie mondiale ». En d’autres termes, pour la première fois, les Occidentaux ne sont pas parvenus à imposer leur vision du monde au reste de la planète.

Cia-Azov

Le piège

Pire : les Occidentaux ont imposé une intervention vidéo de Volodymyr Zelensky comme ils l’avaient fait, le 24 août et le 27 septembre, au Conseil de sécurité des Nations unies. Or, alors que la Russie avait vainement tenté de s’y opposer en septembre à New York, elle l’a accepté en novembre à Bali. Au Conseil de sécurité, la France, qui détenait la présidence, avait violé le règlement intérieur pour donner la parole à un chef d’État par vidéo. Au contraire, au G20, l’Indonésie tenait une position absolument neutre et ne risquait pas d’accepter de lui donner la parole sans autorisation russe. Il s’agissait à l’évidence d’un piège. Le président Zelensky, qui ne connaît pas le fonctionnement de ces instances, y est tombé.

Après avoir caricaturé l’action de Moscou, il a appelé à l’exclure du… « G19 ». En d’autres termes, le petit Ukrainien a donné, au nom des Anglo-Saxons, un ordre aux chefs d’État, Premiers ministres et ministres des Affaires étrangères des 20 plus grandes puissances mondiales et n’a pas été entendu. En réalité, le litige entre ces dirigeants ne portait pas sur l’Ukraine, mais sur leur soumission ou pas à l’« ordre mondial américain ». Tous les participants latino-américains, africains et quatre asiatiques ont dit que cette domination était finie ; que désormais le monde est multipolaire.

Les Occidentaux ont dû sentir le sol trembler sous leurs pieds. Ils n’ont pas été les seuls. Volodymyr Zelensky a vu, pour la première fois, que ses parrains, jusqu’ici maîtres absolus du monde, le laissaient tomber sans hésiter pour maintenir quelques temps encore leur position.

Il est probable que Washington a été de mèche avec Moscou. Les États-Unis constatent qu’à l’échelle du monde, les choses tournent à leur désavantage. Ils n’auront aucune hésitation à faire porter le chapeau au régime ukrainien. William Burns, directeur de la CIA et opposant à la ligne straussienne, a déjà rencontré Sergueï Narychkine, le directeur du SVR, en Turquie. Ces entretiens font suite à ceux du straussien Jacob Sullivan, le conseiller national de Sécurité US, avec plusieurs officiels russes. Or, Washington n’a rien à négocier en Ukraine. Deux mois avant le conflit en Ukraine, j’expliquais que le fond du problème n’avait aucun rapport avec ce pays, pas plus qu’avec l’Otan. Il porte essentiellement sur la fin du monde unipolaire.

Aussi ne faut-il pas s’étonner que, quelques jours après la gifle du G20, Volodymyr Zelensky ait contredit, pour la première fois en public, ses parrains états-uniens. Il a accusé la Russie d’avoir lancé un missile sur la Pologne et a maintenu ses propos lorsque le Pentagone a indiqué qu’il avait tort, c’était un contre-missile ukrainien. Il s’agissait pour lui de continuer à agir dans la droite ligne du Traité de Varsovie, conclu le 22 avril 1920, par les nationalistes intégraux de Symon Petlioura avec le régime de Piłsudski ; de pousser la Pologne à entrer en guerre contre la Russie. C’est la seconde fois que Washington faisait sonner une clochette à ses oreilles. Il ne l’a pas entendue.

Probablement, ces contradictions ne vont plus se manifester en public. Les positions occidentales vont s’assouplir. L’Ukraine est prévenue : dans les prochains mois, elle va devoir négocier avec la Russie. Le président Zelensky peut prévoir dès à présent sa fuite car ses compatriotes meurtris ne lui pardonneront pas de les avoir dupés.

Zelenskyy1

25/11~2/12 2022 : Le peuple « invité » à rendre le peu d’armes qu’il a… Çà sent les rafles et le terrorisme d’état à plein nez…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 21 novembre 2022 by Résistance 71

peuple_en_arme

Source anonyme

21 novembre 2022

« Fusils, munitions, sabres… les Français invités à rendre leurs armes non déclarées du 25 novembre au 2 décembre

Une vaste opération de collecte est organisée par le ministère de l’Intérieur pour permettre aux particuliers de se débarrasser de ces biens illégaux sans risque de poursuite.

Si vous possédez une vieille arme de famille non déclarée, c’est le moment de la rendre aux autorités. Les plus de 2 millions de particuliers en possession d’armes de ce type, principalement de chasse ou issues de la Première et Seconde Guerres mondiales, sont incités à régulariser leur situation lors d’une opération organisée fin novembre et présentée ce jeudi par le ministère de l’Intérieur.

Plus de 300 sites sur le territoire métropolitain et en Outre-mer seront ouverts du 25 novembre au 2 décembre pour collecter des armes à feu, mais aussi des sabres, poignards ou autres armes détenues irrégulièrement, souvent issues d’héritages »
https://www.leparisien.fr/societe/fusils-munitions-sabres-les-francais-invites-a-rendre-leurs-armes-non-declarees-10-11-2022-SPBSAMHCWZF7LAKSOGQ7T5EKGE.php
= = =
Rappel : Marche_programmee_vers_notre_destruction_faits-et-solutions(PDF)
= = =
Résistance du peuple en arme, Naplouse, Novembre 2022 :
resistance_naplouse1122
L’état génocidaire sioniste leur a sûrement demandé de rendre les armes…
-[]-[]-[]-[]-[]-
relation_extatique
desarmer
« Rendez vos armes, le gouvernement va prendre soin de vous… »
Lallement-Heydrich
Faites confiance à « l’autorité »…

Progrès technotronique et marche programmée vers notre destruction : faits et solutions (Résistance 71) 2/2

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, documentaire, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 novembre 2022 by Résistance 71

GJVH

I. Les faits

II. Les solutions :

La marche vers notre rédemption…
Si nous ne les laissons pas faire

Résistance 71

20 novembre 2022

Le texte complet en PDF dans une superbe réalisation de Jo en un temps record :

Marche_programmee_vers_notre_destruction_faits-et-solutions (PDF)

Nous l’avons dit en dernière instance dans notre analyse précédente : tout est une question d’attitude, de relation, de rapport, entretenus avec le système et ses institutions. Celui-ci perdure parce que nous l’acceptons, nous avons été persuadés individuellement et collectivement dans les grandes largeurs, sur une longue durée, par une puissante propagande ne servant qu’une caste élitiste qui a perduré au fil des siècles car si l’Homme crée le système, le système finit par créer les humains qui le perpétuent, Cette propagande nous explique dans les grandes largeurs que “l’humain est mauvais”, que nous “sommes incapables de nous gérer convenablement” et que la “seule gouvernance possible est celle de l’État, de ses institutions et de la production en mode capitaliste, seul chemin progressiste de l’humanité”, que la gouvernance de “quelques personnes meilleures, qui ‘savent’ mieux que nous ce qui est bon pour nous” et le mieux qu’on puisse faire… Nous avons été endoctrinés dans ce paradigme de la falsification à grand renfort  de déclarations péremptoires, d’abus d’autorité voire de mensonges tant politiques que scientifiques. L’ensemble institutionnel a brossé et maintient sous le paillasson tant que faire se peut, la réalité de l’histoire de l’humanité commencée il y a quelques 2 millions d’années et qui n’a vu les prémices du développement étatique institutionnel centralisé qu’il n’y a que quelques 5000 ans et encore, sporadiquement et dans des sociétés qui passèrent alternativement au cours de siècles, d’un mode de fonctionnement non coercitif à un mode de fonctionnement coercitif selon des circonstances le plus vraisemblablement géo-économico-politiques, ces faits ont été établis par les archéologues et anthropologues dans leurs recherches de ces dernières décennies. La “nature humaine” est complexe et ne se résume en rien au dicton hobbésien de “l’homme est un loup pour l’homme”, constat erroné si utile à la doxa oligarchique dominante en place en renfort des élucubrations darwinistes sociales qui cimentent jusqu’ici les murs de la tyrannie étatico-marchande, qu’on pourrait aisément penser qu’il fut créé sur mesure comme outil propagandiste idoine.

Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous invitons à (re)lire la compilation de nos deux essais de 2017 et 2019 : “Du chemin de la société vers son humanité réalisée”, qui résume et analyse les dernières conclusions archéologiques et anthropologiques sur 2 millions d’années de l’histoire de l’humanité et montre le chemin potentiel de notre (r)évolution sur un véritable chemin progressiste et non pas sur celui proposé par la fange sectaire qui perpétue le système en place de domination et de mise en esclavage final.

Volontairement ou involontairement, nous nous engageons quotidiennement dans une relation avec les institutions et le système en place. Le simple fait de nous rendre à notre travail, que souvent nous détestons, nous fait remplir la base du contrat social que nous avons avec la société telle qu’elle est agencée aujourd’hui. Nous passons notre vie à acquiescer à des choses que nous n’approuvons pas forcément, mais que nous faisons par mimétisme social et par souci de conformité de groupe. La “peur du gendarme” a créé des réflexes pavlovien du style, je vois un gyrophare, je lève le pied, même si je suis dans la limite… Toute notre vie sociale est construite de petites et plus grandes interactions sociales faisant de nous les maillons d’une chaîne sociale faisant fonctionner une société assimilée aux concepts modernes d’état-nations et leur réforme en cours d’avènement, qui verra leur fusion avec la grande entreprise et finance transnationales (concept du Nouvel Ordre Mondial aujourd’hui rebaptisé Grande Réinitialisation ou Great Reset, sous les auspices mercantiles tyranniques d’un scientisme débridé incarné par le Forum Economique Mondial / FEM / Davos de Klaus Schwab et consorts et leur idéologie totalitaire technocrate, qui ne font qu’exécuter au grand jour ce qui a été décidé en catimini parfois des années auparavant dans des réunions de type Bilderberg et autre). Ce système à géométrie variable allant de la social démocratie douce aux pires dictatures de “droite” comme de “gauche”, les deux systèmes financés et entretenus par les mêmes pouvoirs visant un contrôle absolu, ne perdure que par notre aveuglement et notre obéissance volontaire ou forcée, l’épisode de l’injection ARNm étant là pour nous faire comprendre cette réalité : j’obéis à l’injonction d’inoculation ou je me vois contraint de le faire sous de multiples pressions (perte d’emploi, refus d’accès, discrimination, ostracisation etc…). Là réside une croisée des chemins individuelle : obéissance ou désobéissance avec les conséquences que chaque choix implique.

Cela nous amène au point clef suivant : tout choix est avant tout INDIVIDUEL. Une personne décide de faire ou non quelque chose de son propre chef, forcée ou non est aléatoire, le choix (éclairé ou non) est individuel. Tout part de l’individu pour ensuite rayonner vers un groupe de pairs. Obéir ou désobéir est une décision personnelle, la prise de décision l’est, comment on en arrive à faire un choix peut être manipulé certes, mais le choix en lui-même est individuel.

Tout part de la décision individuelle et doit rayonner vers un groupe ayant un but commun, pour se faire, il faut se chercher, se trouver, communiquer. Obéir aux injonctions nous voit rejoindre une majorité où il est facile de se reconnaître, désobéir aux diktats dominants nous met derechef dans la minorité, il faut donc nous trouver et nous assembler, réfléchir et créer ensemble des zones de pensée et d’action libérées. Tout part de là et cela implique une recherche et une action locale, un épanouissement dans l’entraide, la coopération, à l’image de ce qu’il s’est produit sur les ronds-point Gilets Jaunes de 2018 à 2020, c’est cet esprit organique qu’il nous faut construire plus avant et faire rayonner à grande échelle dans les communautés / communes se développant horizontalement de manière interconnectées et gérant nos vies selon des critères altruistes et coopératifs. 

La solution à la pourriture étatico-marchande en phase terminale de dégénérescence tyrannique n’est pas unique, il y a une myriade de solutions locales mais toutes ont un point commun : la compréhension de l’obsolescence et de la toxicité finale de la société telle qu’actuellement agencée et la volonté individuelle et collective de mettre en place non pas une “réforme” du système qui est depuis bien longtemps au-delà de toute rédemption possible, mais un nouveau type de société fondée sur nos racines humaines profondes de solidarité, d’entraide, d’amour, d’action de bien commun pour un intérêt général bien compris de tous, hors caste, hors marchandise, hors valeur d’échange, hors argent et hors salariat. Une société organique de la complémentarité et non plus de l’antagonisme, une société dont l’esprit, l’âme, sera le bien-être de toutes et tous dans le respect mutuel des uns et des autres et de l’environnement de la Terre-Mère. Une société qui ne pensera plus “conquête”, “gains”, “profit”, “pouvoir”, “division”, “tromperie”, “mensonge” et “guerre de castes/classes”, mais qui pensera “bien-être”, “harmonie”, “entraide”, complémentarité”, “coopération”, “partage”, “commune”, “amour”, “sincérité” et “égalité”. Ce type de société a existé et existe toujours dans des conditions souvent plus précaires. Pensons à ce que nous pourrions réaliser, ce que la créativité humaine, non bridée par des dogmes de caste pourrait faire, avec les moyens technologiques que nous avons aujourd’hui. Car ne nous leurrons pas : la technologie per se est amorale, ni bonne, ni mauvaise, ce qui l’est, c’est l’usage qu’on en fait. Le monde de gestion technotronique actuel, cette dictature scientiste du privilège exacerbé, cette société de la réification absolue de tout et tout le monde, nous mène via un usage malfaisant et toxique de la technologie à la perte totale de notre humanité au profit d’une oligarchie hors sol possédant tous les leviers d’action pour mettre en place une dictature planétaire technotronique.

Ce système toxique et destructeur, eugéniste et génocidaire balancé par dessus-bord verra la société humaine retrouver ses racines profondes communes d’entraide et de solidarité, ces racines dormantes mais toujours bien présentes. L’homme n’est pas un loup pour l’homme, la guerre n’est pas dans la nature humaine. La violence est une construction sociale, elle perdure dans un environnement toxique créant des rapports et relations tout aussi toxiques et n’est en rien inéluctable. Dépasser les rapports antagonistes est une des clefs de la réussite. L’antagonisme est apparent, parfois factice, créé de toute pièce, parfois réel en apparence, mais de fait partie d’une complémentarité. Rien ne s’oppose, tout se compose… Voilà la base…

Ainsi, tout part de l’individu et à ce titre, chacun doit :

  • Réfléchir, remettre au goût du jour la pensée critique qui mène à l’action critique
  • Remettre en cause tout ce qui semble être acquis de notre connaissance institutionnalisée
  • Rechercher l’information depuis des sources alternatives ou officielles jetées aux oubliettes (il y en a plus qu’on le croit, des historiens comme Howard Zinn et Anthony Sutton firent leurs recherches et publièrent alors qu’ils étaient dans le système avant de devenir des “figures” de l’alternatif et de la dissidence…)
  • Comprendre que nous sommes dans une guerre de l’information contre un ennemi tout puissant parce qu’on le laisse manœuvrer à sa guise. Chacun doit se documenter et diffuser l’information autour de soi, même si on a l’impression parfois de prêcher dans un désert, notre expérience de plus d’une décennie nous a enseigné une chose certaine : personne ne peut savoir qui il touche en diffusant de l’info vitale pour la compréhension et le changement de notre réalité… Nous avons ouvert bien des esprits dans des endroits insoupçonnés, nous sommes loin d’être les seuls…
  • Ne jamais sous-estimer (ni sur-estimer bien sûr…) le pouvoir de l’individu. Tout part d’une personne ou de plusieurs personnes qui, concertées ou non, dit/disent NON ! Et ne recule plus sur tel ou tel sujet, tel Rosa Parks dans son bus qui le 1er décembre 1955, déclencha le mouvement des droits civiques afro-américain sans le savoir, parce qu’elle décida de son propre chef que la ségrégation au quotidien devait finir. Une personne, une décision, une action, un NON ! qui résonna dans le monde entier. Question : pourquoi croyez-vous que l’oligarchie dépense des milliards pour garder l’individu dans l’ignorance de tout ? Parce qu’elle est terrifiée à l’idée qu’un individu éveillé et conscient puisse s’associer librement à ses semblables pour changer à jamais la réalité sociale imposée et maintenue par la force par le plus petit nombre.
  • Ignorer le vieux monde, le vieux système et se consacrer à la création du nouveau.

De là s’ensuit :

  • La nécessité d’une action de recherche d’association libre. Chacun cherche et s’assemble avec ses semblables, quels semblables ? Seul critère : la recherche active et critique de la réalité vécue localement et la volonté individuelle et maintenant collective de la changer hors système, en association libre d’action politique et sociale horizontale avec pour seul objectif le bien commun…
  • Ceci peut se passer dans chaque village, ville, quartier, lieu de travail, lieu de loisir, université, centre de formation, trouver sans cesse l’opportunité de communiquer PHYSIQUEMENT avec l’autre et rechercher similarité et complémentarité…
  • Commencer collectivement des actions de changement en quelque domaine que ce soit, d’abord en restant dans les clous en s’appropriant les zones de flou, puis pas à pas en sortant du système sachant qu’à un moment donné, la désobéissance civile deviendra inévitable et qu’il faudra l’assumer et toujours refuser d’obéir et de plier aux diktats oligarchiques et ses forces de répression.
  • Un des buts devrait être la création de zones autonomes qu’elles soient temporaires ou définitives, fixes ou mobiles, zones accueillant toutes celles et ceux désirant fonctionner en association libre toujours en recherchant la connexion avec les zones autonomes créées ailleurs.
  • Créer un réseau horizontal, acéphale, impossible à infiltrer clandestinement en pensant sans cesse que le système ne peut pas décapiter un mouvement qui n’a pas de tête. En ce sens, le mouvement des Gilets Jaunes tenaient le bout bout => TOUT LE POUVOIR AUX RONDS-POINTS !
  • Rechercher à étendre les zones autonomes pour qu’elles deviennent des communes actives, productives, horizontales, associées librement à d’autres et produisant biens et services uniquement pour le bien commun sans passer par la case “marchandise et fric”, court-circuitant ainsi les rouages du système.
  • Comprendre et admettre qu’il n’y a pas de “solution unique”, de “balle d’argent” qui va tuer d’un coup le loup-garou étatico-marchand et que nous devons œuvrer pour des solutions à géométrie variable selon les besoins et les capacités locales tout en étendant le réseau de fonctionnement organique de manière exponentielle au fur et à mesure que l’effet boule de neige fait basculer toujours plus de gens dans la nouvelle réalité de la société des sociétés…
  • Communiquer, écrire, diffuser les expériences individuelles et collectives. Partager le savoir, le savoir-faire, l’expérience avec autant de personnes possibles. Utiliser les espaces communs gagnés sur la pourriture dégénérée pour produire de l’utile pour tous, en quelque domaine que ce soit.
  • Enseigner par l’exemple : c’est en voyant le succès que les cœurs et les esprits se gagnent, qu’un plus grand nombre se joint à l’effort collectif dans une prise de décision individuelle, comme cela se produisit dans les collectifs aragonais en 36.
  • Là encore, collectivement ignorer le vieux monde et se consacrer à développer notre nouvelle réalité. Œuvrer à faire sauter les verrous institutionnels qui empêchent la redilution du pouvoir dans le corps social, là où il est particulièrement soluble et efficace ; court-circuiter le système en le rendant définitivement obsolète par la superposition des associations libres sur les structures effritées de l’état-marchand.

En définitive, la croisée des chemins se présente et l’oligarchie est sans équivoque à ce sujet, leur choix est la destruction de l’humanité telle que nous la connaissons pour mener le monde dans une dictature religieuse scientiste technotronique transhumaniste. La crise COVID et la manipulation génétique à ARNm n’est qu’un outil de contrôle supplémentaire. 

L’autre chemin est celui de notre humanité enfin réalisée dans une société horizontale faite d’amour et  de coopération au sein d’un réseau planétaire d’associations et d’entraide libres et altruistes ayant vaincu les mirages de la pathologie étatico-marchande. Ce chemin est tout aussi réel, il convient de le débroussailler. Notre génération est la génération éclaireuse, pionnière de cette nouvelle réalité qui bourgeonne. Tournons le dos à l’abomination de la déchéance transhumaniste totalitaire et avançons sur le chemin de notre humanité enfin réalisée. Rejetons le laid, la perversion et la haine et embrassons la beauté, l’amour et l’harmonie naturelle qui nous tendent les bras depuis toujours. Retournons dans le sein de notre nature profonde véritable et rappelons-nous de ces sublimes paroles du grand Jacques qui nous disait juste avant de mourir : “Toi, toi si t’’étais le bon dieu, mais toi tu es beaucoup mieux… tu es un Homme !”

La croisée des chemins qui arrive nous propose deux directions très simples : d’un côté la mort… de l’autre la Vie ! C’est toujours une question de CHOIX  individuel d’abord et avant tout, collectif quasi simultanément ! Puisse t’il enfin être éclairé !

Résistance 71
19 novembre 2022

Lectures complémentaires :

“Du chemin de la société vers notre humanité réalisée” Résistance 71, 2019, PDF)

“Que faire ?” (Résistance 71, 2010, PDF)

« Petit précis sur la société et l’État », Résistance 71, PDF

“L’essentiel de Résistance 71 2010-2021”, PDF

Notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité” (mise à jour depuis 2019)

« Stopper la dictature technotronique », JBL1960, PDF

“L’art de ne pas être gouverné”, James C. Scott, PDF

« Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande », Raoul Vaneigem, 2019, PDF

Et aussi

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Aa

citation_Marat

arbre_yinyang

Euthanasie légalisée : Société étatico-marchande = société de mort… Société des sociétés = société de vie… Le choix est-il si difficile ? (avec la Dr Nicole Delépine)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 17 novembre 2022 by Résistance 71

Attali_euthanazi
Euthanasie ou état nazi ?…

Quand on lit l’arrogante prose du gourou ci-dessus, on ne peut s’empêcher de dire : à 80 balais Jacquou, qu’est-ce que t’attends pour mettre tes dires en pratique ?… ça débarrassera le plancher d’un coup !…
~ Résistance 71 ~

Légalisation de l’euthanasie et pulsion de mort de notre société

Dr Nicole Delépine

14 novembre 2022

Source :

https://www.mondialisation.ca/legalisation-de-leuthanasie-et-pulsion-de-mort-de-notre-societe/5672736

Et le maître de nos sociétés et mentor du président Macron :

« L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figures.Dans une société capitaliste, des machines à tuer, des prothèses qui permettront d’éliminer la vie lorsqu’elle sera trop insupportable, ou économiquement trop coûteuse, verront le jour et seront de pratique courante. » (Jacques Attali, 1981)Lui, qui a 79 ans, ne recourt pas à l’euthanasie qu’il prône pour les « inutiles ».Et c’est encore lui qu’on écoute, qu’on invite sur le sévice public… C’est une obsession, et une nouvelle fois, ce chantier est imposé !« Ce devrait être l’un des chantiers du quinquennat. Une grande concertation a été lancée cet automne sur la fin de vie. Pilotée par le Conseil économique social et environnemental (CESE), elle associera un panel de citoyens avec l’objectif d’aboutir au printemps prochain »2.

Ne nous laissons pas instrumentaliser une énième fois pour aboutir à une décision déjà prise par le président au prétexte d’un retard sur la Belgique ou autre, pays dans lequel les dérives lourdes sont pourtant bien souvent signalées.

« La Belgique porte et portera toujours, d’une manière indélébile, cette tâche morale, ce péché de mensonges, cette trahison par omission qui, par effet de contagion, a déteint sur les autres pays européens.

Elle porte une immense responsabilité d’aveuglement collectif.

Elle s’est crevé les yeux – comme dans une tragédie grecque et je pense en particulier à Œdipe qui se crève les yeux quand il comprend qu’il a tué son père. Elle a cassé les indicateurs, les baromètres, les cadrans de vitesse et de surveillance préférant laisser l’euthanasie en roue libre, livrée à ses promoteurs et surveillée par ses thuriféraires »3.

Alors que les élections américaines se terminaient en ce soir du 9 novembre 2022, nous eussions aimé des commentaires pertinents sur les machines à voter, permettant l’élection d’un député démocrate mort depuis le 9 octobre4, sur les conséquences du changement de majorité au moins à la chambre des représentants, tant le pouvoir américain nous concerne, la France comme l’UE étant suiviste.

Curieusement ce fut l’annonce par le président Macron d’une nouvelle tentative d’imposer une légalisation de l’euthanasie pour faire plaisir à Line Renaud, semble-t-il, qui occupa l’antenne… Problème de l’heure, manifestement ou nouvelle diversion pour faire oublier le grotesque de la nouvelle COP sur le climat qui réunit les mêmes que les futurs spectateurs de la coupe du monde dans un stade climatisé en plein désert, ou l’accumulation des vrais problèmes des Français en ce nouveau jour de grève avec l’inflation, la pauvreté galopante dont témoignent les queues des étudiants aux distributions de repas, etc.. Non le sujet du jour est comment aider à mourir.

Et mensonge indigne des sondages au service du pouvoir

Neuf Français sur dix seraient d’accord avec une légalisation de l’euthanasie ! Ceci est faux, complètement faux, tout dépend de la façon de poser la question et évidemment la poser à un bien portant qui ne peut se projeter de fait dans sa mort imminente n’a rien n’a voir avec l’avis du mourant qui, lui, supplie souvent de lui préserver encore quelques jours, voire quelques instants pour écouter sa chanson préférée ou revoir le parent venu d’Afrique ou d’Asie… Que de mensonges sincères ou manipulatoires, comme souvent en cette période de déni de la réalité.

DISCOURS INDIGNE SUR LA DIGNITÉ !

Serait-ce indigne d’être malade, d’être blessé, d’être souffrant ? Un patient bien pris en charge dans son lit avec l’aide de soignants et de parents aimants qui l’accompagnent est-il indigne ? Impossible à regarder ? Seul est indigne ce regard méprisant sur un être qui souffre. Ce cinéma de la dignité bafouée, de la fausse compassion qui conduirait à faire disparaître un malade qui souffre alors qu’on peut le soulager par des médicaments à doses suffisantes est honteux. Il traduit seulement le désir parfois inconscient d’oublier notre condition humaine qui se termine constamment par la mort.

L’indignité est de laisser la malade abandonnée dans son lit, voire par terre avec des couches insuffisamment changées, des repas traînant sur la table de nuit, des vêtements sales non lavés ni changés.

L’INDIGNITÉ N’EST JAMAIS LE MALADE, MAIS SON ABANDON par le décadent système de soins qui n’effectue pas ce pour quoi il coûte encore 13% du PIB. Pour ne pas voir cette indignité majeure qui conduit à découvrir aux urgences un malade mort sur une chaise, doit-on TUER les patients en perte d’autonomie pour éviter qu’ils ne nous infligent ce spectacle insoutenable ? Notre société est moribonde, agonisante, devons-nous l’euthanasier ou tenter de la réanimer ?

Euthanasie : signifie faciliter la mort et donc provoquer la mort.

Dans une société dans laquelle le président ne cesse de répéter que nous sommes en guerre, et de le prouver en envoyant les quelques canons qui nous restent et des milliards d’euros en Ukraine, dans une société morte de peur depuis trois ans avec la terreur d’un virus assez inoffensif qui a conduit à la fermeture des écoles, et de tant de faillites, dans une société où la bizarre « mort subite » touche les jeunes, que les AVC et les Alzheimer se multiplient comme des petits pains, que les cancers flambent après les injections toxiques, le problème de l’heure est pour nos gouvernants l’euthanasie…

Alors que des patients meurent à l’hôpital aux urgences sur des brancards sans un mot et sans un verre d’eau pendant des heures et qu’une malade en attente de prise en charge d’une fracture de fémur pendant six jours meurt littéralement de faim, alors que des soignants suspendus se suicident ou abandonnent définitivement les carrières de soin, et que le nouveau ministre de la Santé s’enferme dans une posture intenable5, l’obsession du peuple serait le suicide assisté ou même la mort donnée par un soignant, légalisée ! L’obsession pour trop de Français est de fuir ce pays moribond et toxique et non de tuer ses ressortissants.

Est-ce vraiment l’urgence de bloquer des commentateurs sur ce sujet mille fois rediscuté, pesé, sous pesé, depuis vingt ans avec la succession de « l’amélioration » des lois Leonetti, puis Clays Leonetti, qui de fait donnent le feu vert (trop facilement) aux médecins pour donner la mort sans ennui médicolégal, par pose d’une perfusion létale prolongée sans réveil possible de l’endormi.

Culte de la mort d’une société décadente et agonisante

Alors pourquoi ce culte obsessionnel de nos « élites » de la mort ? Quelques illuminés écologistes pensent que la diminution du nombre d’humains sur terre, émettant comme les vaches trop de CO2, limiterait le réchauffement climatique et préserverait la planète bleue. Quelle prétention ! La terre a vécu avant nous et nous survivra et de vrais humains feraient mieux de s’occuper du bien être des vivants que d’un monde qui nous dépasse.

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises le danger inhérent (et peut-être caché) à la légalisation de l’euthanasie, particulièrement dans une société de violence, de pauvreté, de pertes de repères, d’ensauvagement comme la nôtre depuis quelques décennies6,7.

Schwab_et_papa
Où a t’on déjà entendu tout ça papa Schwab?…

Aider un patient à mourir a toujours été vrai, mais dans le secret de la chambre du malade

Le seul rapport valable entre un malade et un médecin est le colloque singulier, sans témoin, qui a de tout temps permis à un médecin de famille de soulager un patient, quitte à accélérer le décès, mais dans la communion réelle entre le désir du malade et l’aide du médecin.

Mais la marchandisation de la mort avec renfort de publicité comme les cliniques suisses d’euthanasie n’a rien à voir avec la compassion, mais bien avec la manipulation de personnes fragiles et de leurs proches pour certains compatissants, pour d’autres complices.

Nous écrivions en mai 20228 que depuis des lustres et comme pédiatre oncologue et toute l’équipe, nous nous battions CONTRE cette nouvelle « théorie » qui consiste à éliminer les malades considérés comme incurables (par qui ?) et en particulier les enfants cancéreux qui furent probablement le terrain d’essai social de cette pratique immonde dès les années 2000.

Les propositions d’essais thérapeutiques usées, les familles se voient expliquer que la compassion de ces médecins chercheurs pour votre enfant les conduit à les « endormir » puisqu’on ne peut plus rien pour eux. En tous cas, ces équipes-là…

Ce fut ma première révolte évoquée dans la publication de « neuf petits lits au fond du couloir »9 en 2000, relatant quelques exemples d’enfants condamnés par les soi-disant sachants et auxquels la médecine classique individualisée avait finalement pu donner quelques mois ou années de survie en bonnes conditions, voire la guérison et un avenir professionnel et familial pour d’autres. Mais ils avaient dû quitter (grâce à leurs familles) le chemin déjà consensuel de la « recherche clinique » prioritaire et devenue toute puissante via la corruption de Big Pharma et l’hégémonie du plan cancer depuis les années 200010.

L’explication économique fut une des premières évoquées dans la période récente11.

« 3,1% des décès font suite à un acte visant délibérément à abréger la vie, par un arrêt du traitement ou une intensification de la sédation. Dans 0,8% des décès, des médicaments ont été administrés afin de donner la mort (dont 0,2% seulement à la demande du patient). Aujourd’hui illégale, l’euthanasie est pratiquée et dans un nombre significatif de cas sans la demande du patient, selon l’INED »12.

Mais ne nous y trompons pas, l’explication seulement financière était probablement naïve, vu l’évolution actuelle de la société occidentale, du Canada à la Belgique…

Elle doit être « progressiste » cette théorie qui consiste à « liquider des êtres embarrassants, inutiles et pesants », dirait Attali (toujours là, jamais suicidé malgré son âge avancé — ça ne vaut que pour les gueux), soit par leur grand âge, soit par leurs handicaps.

« La prescription du Rivotril a contribué à la Solution létale »

Le drame a de nouveau explosé avec le scandale du Rivotril et les fameuses instructions aux médecins en mars 2020 puis le décret du 28 mars 2020 permettant aux médecins d’injecter du Rivotril aux patients susceptibles d’être atteints du covid13.

L’euthanasie devenue une habitude pour certains

L’AP-HP (les hôpitaux de Paris) a mis en place des Groupes d’intervention rapide pour aller administrer du Rivotril dans toute l’Île-de-France. Or la fameuse « surmortalité » de mars-avril 2020 n’a quasiment eu lieu qu’en Île-de-France » dans la zone d’action de ces fameux groupes d’intervention rapide.

« L’euthanasie prend sa place dans les outils de gestion du grand âge ! »14

L’euthanasie comme moyen de réguler le coût des retraites et le grand âge redevient un sujet d’intérêt médiatique dans la mesure où le président réélu remet sur les rails une loi sur la fin de vie pour le début 2023.

L’euthanasie devient une « proposition sociale »

« Une liste de « choses concrètes » qui débute par « l’évocation d’une prime à l’adaptation de l’habitat, alignée non pas sur la prime à la casse, mais c’est plus délicat sur Ma Prime Rénov, pour la rénovation énergétique », ironise Erwan Le Morhedec dans son article du figaro.

« Puis, après d’autres propositions aussi peu ambitieuses et inventives les unes que les autres, vient l’euthanasie, souligne-t-il. Pour être concrète, l’euthanasie sera concrète, pour qui la subira ». Ainsi, « voilà l’euthanasie qui, dans les mentalités, prend sa place dans les outils de gestion du grand âge ! »

« Voilà que cette euthanasie — qui doit être demandée et que nul n’est jamais censé proposer — devient une proposition sociale ». « C’est la vulnérabilité de l’individu laissé à lui-même, dans un monde construit par les forts pour les forts »15.

3-lettres-et-tout-sarrete

Conditionnement et culpabilisation des personnes âgées et/ou handicapées

Alors on conditionne les gens âgés pour qu’ils se sentent de plus en plus surnuméraires d’autant que le mythe de notre responsabilité dans les changements du climat les conditionne à vouloir disparaître pour ne pas ruiner la sécu et sauver la planète !

Quelle vantardise, quelle prétention de croire que les pauvres humains vont interférer avec les périodes glaciaires ou chaudes ! Quoi que nous fassions, la planète survivra ! Seules les espèces vivantes, dont la nôtre, peuvent disparaître.

Depuis plusieurs décennies, les associations pour la « mort dans la dignité » ont fait un lobbying important auprès des politiques pour ancrer dans la population la notion de suicide assisté, voire d’euthanasie. Comme médecin cancérologue, pendant ces longues années, on a vu les demandes des familles augmenter alors que celles des patients restaient proches de zéro comme l’avait bien expliqué le Pr Lucien Israël dans « la vie jusqu’au bout » il y a plus de vingt ans.

Et le nouveau quinquennat devrait à nouveau tenter de faire passer une loi pour l’euthanasie, pour la culture de la mort et de la diversion. L’Ukraine, la variole du singe et le covid ne feraient-ils plus recette ?

« Les esprits ont été, de longue date, préparés à cette évolution, puisqu’il est convenu désormais que « l’on meurt mal en France ». Un slogan, à la signification obscure, qui suggère qu’il faudrait mourir mieux. Pour finir par mourir quand même. »

« Un contexte juridique nouveau » et ils reviennent encore et encore sur ce sujet morbide et malsain, et pourtant les Français n’en veulent pas16

Contrairement à leurs mensonges répétitifs sur radio pouvoir !

En 2005, la loi Leonetti a autorisé « l’arrêt des traitements qui n’ont pour seul effet que le maintien artificiel de la vie du patient ». En 2016, la loi Claeys-Leonetti y a associé « systématiquement » une sédation profonde et continue jusqu’au décès. Ce fut déjà une terrible escroquerie, sédation continue dont on ne vous réveille pas !! Qu’est-ce d’autre qu’une euthanasie sans l’accord véritable du patient ou de sa famille, une fantastique hypocrisie qui dure des toujours !

Et quand l’on sait que certains patients dans le coma « pensent » au moins par moments, par bribes, comme tant de survivants l’ont raconté dans des livres ou directement ! Combien d’entre eux se sont-ils sentis abandonnés et pendant combien de jours ? Pire qu’une euthanasie « habituelle » en quelques heures maximum. Une torture sûrement parfois.

Ce « contexte juridique nouveau » « a permis au Conseil d’État de juger légale la décision médicale de provoquer la mort par arrêt de l’hydratation et de l’alimentation artificielle d’un homme placé dans l’impossibilité d’exprimer ses volontés, et qui n’était pas en fin de vie », dénonce Jean-Marie Le Méné.

Ces lois Leonetti et Claeys-Leonetti de 2005 et 2016, relatives aux droits des malades et des personnes en fin de vie, ont créé une véritable rupture avec la loi du 9 juin 1999 visant à garantir le droit à l’accès aux soins palliatifs.

La loi Leonetti constitue le terreau qui permettra, demain, de légaliser le droit de se donner la mort, par injection/administration d’une substance létale avec l’aide du corps médical. Les pièges de cette loi sont multiples comme le souligne Emmanuel Hirsch en octobre 202017.

« Le parcours chaotique de M. Vincent Lambert dans les dédales médico-juridiques est exemplaire d’une déroute éthique et politique qui interroge nos valeurs de sollicitude et de solidarité ». « M. Vincent Lambert, dans sa mort même, nous interroge sur ce qu’est l’esprit de notre démocratie ».

Au regard des souffrances provoquées par l’arrêt de la nutrition et l’hydratation, la loi Claeys-Leonetti, votée dix ans après la loi Leonetti, l’a associé systématiquement à une sédation profonde et continue jusqu’au décès. Cette pratique vise incontestablement à accélérer voire à provoquer la mort du patient.

LA TRANSGRESSION DUE AU SERMENT D’HIPPOCRATE – « JE NE PROVOQUERAI JAMAIS LA MORT DÉLIBÉRÉMENT » est consommée. Il ne reste plus qu’à débattre de la méthode : une injection par le médecin ? Un comprimé à prendre soi-même ?

De surcroît, le médecin reste impliqué dans le processus, car il devra établir la recevabilité de la demande de suicide faite par son patient. Comment concilier cette perspective avec le délit de non-assistance à personne en danger, prévu et réprimé par l’article 223-6 du Code pénal ?

Rappelons-nous que « le médecin est fait pour se battre contre la mort. Il ne peut subitement changer de camp et se mettre du côté de la mort » (Dr Jérôme Lejeune).

Pour Jean-Marie Le Méné, « la seule manière efficace de combattre la légalisation de l’euthanasie est effectivement le développement des soins palliatifs, mais en excluant clairement de son contenu tout arrêt des soins ». Pour « rompre un continuum inexorable ». Les hommes politiques n’ont pas à imposer aux soignants « la mise en œuvre de lois sociétales qui n’ont rien à voir avec l’exercice de leur art »18.

« IL Y AURAIT POURTANT TANT À FAIRE, TANT À INVENTER POUR MIEUX S’OCCUPER DE NOS PARENTS ».

Alors « comment notre société et les « progressistes » ont-ils pu perdre ce réalisme et ce simple humanisme en l’espace de trente ans ?, interroge Erwan Le Morhedec. Parce que l’euthanasie répondrait au mouvement perpétuel d’émancipation qu’ils vénèrent ? » « Qu’ils réalisent donc qu’à terme, l’émancipation a pour nom isolement et solitude, interpelle l’avocat. C’est la vulnérabilité de l’individu laissé à lui-même, dans un monde construit par les forts pour les forts. Alors réveillons-nous, il y a tout un pays à remettre sur ses pieds, pour remettre la personne au centre »19 de nos préoccupations.

Rappelons une nouvelle fois À SITUATION EXCEPTIONNELLE SOLUTION PARTICULIÈRE, MAIS PAS DE LOI ! Cet article, pas plus que les précédents n’est pas un papier souhaitant interdire de soulager un malade en fin de vie qui n’en peut vraiment plus et ne peut pas se suicider lui-même. Ces situations exceptionnelles ont, du temps où la vraie médecine existait, et n’était pas polluée par les dérives médicolégales, médiatiques et autres, toujours été résolues dans le secret du cabinet en liaison par le colloque singulier médecin-patient20.

Mais légiférer est une aberration qui permet toutes les dérives

Le professeur Léon Schwarzenberg qui avait promu l’euthanasie CHOISIE pour les cancéreux au bout du rouleau et que j’ai connu dans les années 80 dans le service du Pr Mathé à Villejuif insistait beaucoup sur ce danger. Il nous disait se mettre en avant sur ce sujet pour protéger les médecins anonymes qui auraient « aidé » leur patient des poursuites juridiques qui commençaient à apparaître.

Rien n’est simple, mais il faut se garder de la manipulation médiatique de sujets aussi graves, par des personnes même bien intentionnées, mais loin des patients et du tragique du vécu des derniers moments, utilisés par des idéologues de la vie et de la mort et de la manipulation de certains espérant un poste ou quelques voix.

L’expérience du scandale du Rivotril a démontré que, même sans loi, les dérives sont rapides.

Ne jamais légiférer

Et si, par malheur l’autorisation de donner la mort devenait légale, comme l’ont fait en leur temps les nazis par l’aktion T421 je conseille à tous, mais surtout à ceux qui ont des ennemis où dont le patrimoine pourrait susciter des convoitises de bien choisir leur personne de confiance…

Une prudence complémentaire discutable, mise en cause de fait par l’avis du Conseil constitutionnel, les directives anticipées

Certains avaient l’illusion de leur propre protection par des « directives anticipées » dont néanmoins nous nous méfions beaucoup. La demande des « bien portants » qui donnent des directives anticipées ne correspond pas toujours au vécu du grand malade quand il arrive devant l’échéance. Ces directives anticipées sont aussi le plus souvent une manipulation psychique de celui auquel on fait signer « un papier » abstrait, administratif, sans lien avec la réalité qu’il aura à subir. Préparation aux documents qu’on signera bientôt aux assurances privées pour savoir si on veut la réa ou non comme aux USA (en cas de refus programmé de réa, vous bénéficiez d’une ristourne sur la prime d’assurance). Et le jour venu, on vous refusera l’entrée en réa ou la grosse opération, car votre prime d’assurance ne le prévoyait pas !

Damien Le Guay le résume très bien dans son Interview :

« Les Directives Anticipées (D.A.) deviennent de plus en plus indispensables dans les dispositifs législatifs. Les politiques les demandent. Les lois aussi. La solution, disent-ils tous, viendra de cette expression par avance des volontés. Or, cette expression est tout à fait impossible face à une situation inimaginable par avance. Nous ne savons pas ce que nous réserve l’avenir. Nous ne savons pas ce qu’est une maladie tant que nous n’y sommes pas. Penser est une chose, vivre en est une autre. Le sens de l’histoire, fait de ces D.A. des indications non contraignantes qui vont vite devenir contraignantes, qui restent encore à apprécier par les médecins et qui seront vite opposables au tiers. Or, les D.A. vont être, de plus en plus, la porte d’entrée de l’euthanasie. Et plus elles vont devenir contraignantes, plus elles vont mettre au grand jour leurs injonctions aussi contradictoires qu’impossibles. Plus elles vont solliciter des qualités morales qui auront été affaiblies par la « passion de l’égalité » et plus elles produiront des « volontés » qui seront soumises à l’opinion dominante. »

Mais finalement le médecin a le droit de ne pas respecter ces directives ! Avis du 10 novembre 20200

Et si on pensait être protégé par les fameuses directives anticipées, une décision du Conseil constitutionnel vient de tomber :

« Un médecin n’est pas contraint de respecter les directives anticipées (DA) d’un patient sur son maintien en vie, lorsqu’il les juge « manifestement inappropriées ou non conformes » à sa situation médicale. Et cela est bien conforme à la Constitution, notamment aux principes de sauvegarde de la dignité de la personne et de la liberté personnelle », confirme le Conseil constitutionnel dans une décision rendue ce 10 novembre »22.

Dre Nicole Delépine

Notes :

1.N’oubliez pas que « l’avortement » d’un bébé viable de 9 mois est maintenant autorisé par la loi dite de bioéthique…

2.« France – Pourquoi le gouvernement pousse-t-il à l’euthanasie ? », Nouveau Monde

3.Entretien Damien Le Guay : Quand l’euthanasie sera là…, publié aux éditions Salvator. Entretien avec l’auteur.

4.« Bien que nous soyons incroyablement attristés par la perte du représentant Tony DeLuca, nous sommes fiers de voir les électeurs continuer à lui témoigner leur confiance et leur engagement envers les valeurs démocrates en le réélisant à titre posthume », ont déclaré les démocrates de Pennsylvanie dans un tweet. » « Tony DeLuca : Le défunt législateur de Pennsylvanie est réélu un mois après sa mort », meaww.com

5.Di vizio et réintégration des soignants

6.« La pandémie d’euthanasie médico-économique (1/2) », Les 7 du Québec

7.« La pandémie d’euthanasie médico-économique (2/2) », Nouveau Monde

8.« L’euthanasie bientôt légalisée comme mesure progressiste ? Dérive humaine et sociétale », Nouveau Monde

9.Éditions Michalon N. Delépine 2000

10.« Le cancer, un fléau qui rapporte », éd Michalon, N. Delépine, 2013

11.« L’euthanasie, ou la réduction radicale des dépenses de santé », Nicole Delépine, publié sur Économie Matin

12.« Aide à l’euthanasie pour les pauvres au Canada. Vite la dépopulation ! », Nouveau Monde

13.« Décret Rivotril : compassion, euthanasie ou meurtre sur ordonnance ? Versus traitement prometteur par chloroquine, interdite ? », Nouveau Monde, publié le 6 avril 2020 dans Agoravox. Tout le monde savait, tous pouvaient savoir et refuser, tant médecins que citoyens… Mais quel silence !

14.« Nous avons ouvert la voie à une euthanasie qui virera sans le dire à la modalité de gestion du grand âge », Genethique

15.« Le glissement de la sédation profonde vers l’euthanasie est en marche, inéluctable », La Croix

16.ibid. 15

17.Emmanuel Hirsch : « L’affaire Vincent Lambert, « un échouement éthique et politique dont nous devrions tirer quelques leçons », Genethique. « Vincent Lambert, une mort exemplaire ? », publié aux éditions du Cerf, Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale de l’Université Paris-Saclay, rassemble cinq années de chroniques (2014-2019) qui retracent les étapes d’une procédure qui a pris le pas sur l’humain, sur la rencontre de l’autre tel qu’il est, dans ses limites et sa fragilité. Il répond aux questions de Gènéthique. La marche inexorable vers la légalisation de l’euthanasie. Publié le 7 avril 2022

18.sources : Le Figaro, Erwan Le Morhedec (18/03/2022) ; Le Monde, Béatrice Jérôme (18/03/2022)

19.https://www.lefigaro.fr/2022/03/18/erwan-le-morhedec-si-l-euthanasie-est-legalisee-elle-risque-de-devenir-un-outil-de-gestion-du-grand-age

20.Confidence d’un proche « Comme chirurgien cancérologue j’ai aidé, avec Léon Schwarzenberg, quelques malades en phase terminale à mourir dans un colloque singulier ou ils avaient plusieurs fois exprimé leur volonté irréversible et les raisons qui la motivaient ».

21.https://www.geo.fr/nazisme-aktion-t4-la-mise-a-mort-des-inutiles

22.« Le Conseil constitutionnel a été saisi par la famille d’un patient de 43 ans, plongé dans le coma depuis mai après un accident – patient qui, en juin 2020, avait rédigé des DA, précisant souhaiter être maintenu en vie « même artificiellement » en cas de coma.Deux mois après son arrivée au service de réanimation de l’hôpital de Valenciennes (Nord), et après des examens approfondis et la consultation de réanimateurs extérieurs à l’équipe comme le veut la procédure collégiale prévue par la loi Leonetti-Claeys de 2016, les médecins ont estimé « inutile et même disproportionnée » la poursuite des traitements de maintien artificiel de la vie. La décision d’arrêt des soins – une ventilation mécanique, avec nutrition et hydratation artificielles – est prise le 15 juillet. L’hôpital se réfère à l’article L. 1111-11 du Code de la santé publique, dont l’alinéa 3 prévoit que les directives anticipées s’imposent au médecin sauf lorsqu’elles « apparaissent manifestement inappropriées ou non conformes à la situation médicale » – pour passer outre la volonté du patient ». « Fin de vie : le médecin a bien une marge de manœuvre dans l’application des directives anticipées, confirme le Conseil constitutionnel », Le Quotidien du Médecin

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Lagarde_euthanazi
Eh christine… à ton âge faut penser à faire quelque chose et fissa !
Ta disparition sera une salubrité publique !

narrative
Sortez de l’hypnose !… Embrassez la Vie !
société étatico-marchande = MORT
société des sociétés = VIE
Diantre ! Que choisir ?…

Censure, pensée unique et pathétiques pantins systémiques ou balancer la merdiasserie par dessus-bord…

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, crise mondiale, désinformation, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 15 novembre 2022 by Résistance 71

FTBs

Debunker les debunkeurs, checker les « factcheckers » et arrêter de prendre les vessies pour des lanternes…
~ Résistance 71 ~

Triste Mendès France

Pas touche à Israël et aux Etats-Unis. La Palestine et la vérité, on peut. Sur la Russie tout est permis

Xiao Pignouf

13 novembre 2022

Url de l’article original : https://www.legrandsoir.info/triste-mendes-france.html

Les médias français fourmillent de prescripteurs d’opinion prétendant faire oeuvre de journalisme, experts en ceci ou cela et qui sévissent aussi sur les réseaux sociaux, histoire que leur parole soit la seule à émerger de la cacophonie permanente. Ils se croient soleil alors qu’ils ne sont que brouillard. Parmi eux, Tristan Mendès France. Celui-ci personnifie à lui seul la duperie du microcosme médiatique parisien étant parvenu à remplacer les véritables journalistes par de sombres crétins bien nés et par des saintes-nitouches sans aspérités qui diront ce qu’on attend d’eux pour maintenir coûte que coûte l’ordre établi dans un tempo bien réglé : culte des États-Unis, eurolâtrie, russophobie, sinophobie, haine du peuple, complaisance avec Israël et son corollaire : antisémites à tous les étages.

Tristan Mendès France illustre bien les us et coutumes d’un système médiatico-artistique parisianocentré calqué sur celui de la monarchie de droit divin. Ces êtres sans talent mais favorisés par leur naissance succèdent à leurs aînés par le simple fait d’être fils et filles de, dans son cas, petit-fils de. Chanteurs, acteurs et maintenant chroniqueurs nagent dans les mêmes eaux où la consanguinité intellectuelle garantit la perpétuation des privilèges de leur classe. Les uns divertissent le peuple de leurs fadaises sans profondeur, les autres narrent leur vision du monde sur les ondes et modèlent les esprits passifs.

Ces gens sont pour la grande bourgeoisie et le haut-patronat un moyen de sortir de scène, de faire oublier ses vicissitudes, de détourner les colères et les haines. Les bouffons ont disparu. Place aux cireurs de bottes.

Tristan est parvenu là où il est sans briller autrement que par son nom. Co-auteur, c’est vrai, d’Happy World un documentaire honnête sur la vie quotidienne au Myanmar sous le joug de la soldatesque, mais qui, trop concentré sur sa personne, ressemble plus aux aventures de « Tristan en Birmanie ». Si nous étions mauvaise langue, on y verrait l’embellissement de son curriculum vitae sur le dos des peuples opprimés. Et comme il est justement disponible en ligne sur son site web perso (il fallait bien ça pour (re)faire briller l’étoile de ce nom illustre)… jetons-y un oeil.

De papa parisien (« français » eût été trop commun, trop populo) et de maman anglaise, Tristounet, d’un an mon aîné, a eu son premier Mac à 12 ans (*). À douze ans, je ne savais même pas ce qu’était un ordinateur, je courais les champs et les bois de ma cambrousse ardennaise. En tout cas, il le clame : il ne lâchera plus son Mac(intosh). Ça pourrait amplement suffire à résumer le personnage, cette coquille vide. Mais en grattant un peu, comme à la fin d’une Saint-Jacques les résidus de sauce béchamel qui subsistent dans les rainures, on lit que pourvu d’un diplôme universitaire médiocre (un DEA, équivalent obsolète de Master 2), il est quand même devenu maître de conférence et enseignant à la Sorbonne dans le domaine du numérique sans autre « certification » que son amour immodéré pour la marque à la pomme. C’est bien là la preuve que ces gens n’ont pas besoin de trimer comme les autres pour réussir.

Après avoir glissé le pied dans la porte entrouverte de Radio France par la magie de son patronyme, il a vite intégré la domesticité médiatique et est devenu zélé critique de la Chine et de la Russie, les deux mamelles auxquelles tout carriériste des médias se doit de téter goulûment s’il veut faire son trou. Bien qu’il soit lui-même le fruit d’un népotisme sans complexe qu’il n’aurait manqué de mettre ailleurs sur le compte d’un régime stalinien ou maoïste.

Sur sa page Wikipédia, il est qualifié d’essayiste, ce terme galvaudé qui ne veut plus rien dire, définissant autant Montaigne que Tristan Mendès France – la pensée tout autant que l’absence de pensée – et qui semble être de nos jours le stade chrysalidaire entre le journaliste et le politique.

Voilà. Il n’y aurait guère plus à dire sur Tristan Mendès France.

Je pourrais m’arrêter là.

Mais je n’ai pas envie.

Du coup, je vais bifurquer vers Conspiracy Watch, cet observatoire du conspirationnisme, sur lequel en compagnie de Rudy Reichstadt évolue TMF, comme le poisson-pilote dans l’ombre du requin. En attendant de déterminer lequel est le requin, contentons-nous de les considérer comme les Laurel et Hardy du fact-checking. En moins drôle. Beaucoup moins drôle.

Leur podcast, Complorama, diffusé sur Radio France, payé par nos impôts donc, et Les Déconspirateurs, visible sur Youtube, usent de la même technique éculée : foutre tout ceux qui leur déplaisent et dont le discours déplaît rive gauche dans le même sac que les hurluberlus aux propos et aux comportements qui ridiculisent toute version alternative, mélanger les questionnements légitimes à des théories branquignoles. Bref amalgamer les uns et les autres, assimiler les unes aux autres dans le but de décrédibiliser. Et surtout rendre tabou, interdire à tout prix que certains sujets soient abordés.

Ainsi, le générique des Déconspirateurs est tout à fait signifiant : le journaliste Michel Collon et le constitutionnaliste Étienne Chouard y sont associés à des personnalités borderline comme Alain Soral, Silvano Trotta ou Kim Glow. Ridiculiser, discréditer, salir.

Les faux débats qui s’y déroulent ne souffrent aucune contradiction. Évidemment.

Même traitement réservé au Grand Soir et à ses administrateurs, pour les positions alternatives qu’ils proposent sur des sujets divers de politique internationale, notamment sur la Chine et plus récemment encore sur la Russie, pour leur opposition à l’hégémonisme états-unien et à la politique israélienne et surtout pour leur soutien à Cuba et à la Palestine, ce crime de haute trahison qui leur vaut l’oxymorique qualificatif de « rouges-bruns » comprenant ce principe même de l’association déshonorante.

Nul besoin de fact-checker les fact-checkeurs. Peine perdue même. La meilleure chose à faire est de continuer à produire le contenu qui fait la marque de fabrique du Grand Soir. Cela ne signifie pas nécessairement d’être d’accord avec tous les auteurs et toutes les publications. Le Grand Soir, lui, n’est pas une chapelle où l’on croit tous à la même version.

Une dernière chose avant de conclure. Un exemple de l’anti-conspirationnisme à deux vitesses des duettistes. Il nous est fourni par Acrimed.

Lors du premier numéro de Complorama consacré aux théories du complot de l’ère Trump, ce dernier n’ayant pas été avare en bonnes blagues, l’impasse fut faite sur une des théories les plus emblématiques de cette période ô combien sombre pour nos précieux Parisiens : le Russiagate.

Pas un mot ni une allusion sur ce complot créé de toutes pièces par les gentils pour expliquer la victoire des méchants, naturellement fomentée par le Kremlin : Hystérie Clinton défaite aux portes du bureau ovale par Vladimir Poutine en personne… Trusty et Ridan n’en dirent rien parce que ça, comme c’est du conspi made in USA, c’est forcément aussi bon à avaler qu’un Big Mac.

Ouais, ben moi, les anti-conspi conspi, je les conspue.

* * * * * * * * *

Du droit à se poser des questions sur le 11 septembre 2001

Le moindre doute émis, la moindre question posée sur la version officielle de l’évènement de ce début des années 0 qui a fait pousser un « Ouaaaah ! Génial ! » à notre Pujadas national sont frappés du sceau de l’infamie par les gardiens de l’ordre et de la pensée propre officiant dans les divers bureaux de la Französische Propagandastaffel, j’ai nommé TF1BFMTVLCIF23524ARTEC+.

Je rappellerai seulement que l’Américain Michael Moore a été parmi les premiers à remettre en question cette version dans son docu Fahrenheit 9/11… Du lourd, cher Tristan. Du Cannois palmé d’or avec standing ovation de 25 minutes. Réfléchis : les mythes nous en apprennent beaucoup sur nous-mêmes. Le Tristan de la légende est mort à cause de la première fake news. Alors, à ton avis, la voile est-elle vraiment noire ?

* * * * * * * * *

(*) Le diable est dans les détails, comme on dit. Sur son site perso, TMF se vante d’avoir possédé son premier Mac à 12 ans, soit en 1982, un Apple IIe précise-t-il. Je ne connais rien à l’affaire, mais ça m’a quand même fait lever une paupière assoupie. Après vérification, ce modèle de Mac n’a été commercialisé qu’à partir de 1983. Voilà pour du fact-checking.

Xiao PIGNOUF

EN COMPLEMENT

Le Grand Soir et ses administrateurs traités de nazis par des suppôts français de la politique d’Israël
Conspiracy Watch et le chercheur complice

https://www.legrandsoir.info/conspiracy-watch-et-le-chercheur-complice.html

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

verificationInfo