Archive for the économie Category

Hypocrisie et mensonge de l’empire : le pétrole russe afflue à Yankland via l’Inde tandis que l’Europe crève… (Réseau Voltaire)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 17 janvier 2023 by Résistance 71

sautdepeur

Il est essentiel de bien comprendre une chose des plus importantes : le seul véritable ennemi de l’empire anglo-américain géré depuis la City de Londres et sa succursale de Wall Street, ce n’est ni la Russie, ni la Chine, mais l’Europe ! Celle-ci est le seul concurrent direct de l’empire sur le plan technologique et économique. La hantise des mondialistes serait de voir une alliance (de fait naturelle) entre l’Europe et la Russie, ce qui serait à terme, la fin de l’empire. La guerre par procuration en Ukraine se charge de creuser le fossé qu’ils veulent irréconciliable. Si l’empire suit la doctrine du nouveau con(servateur) trotskiste Wolfowitz, il n’en garde pas moins en vie la doctrine Kissinger antérieure qui disait aussi que « l’Amérique n’a pas d’ennemis ni d’amis, elle n’a que des intérêts. » Quand on a compris ça, on a tout compris et on est prêt à agir en conséquence, sans les politiques corrompus, hors système, pour et par les peuples.
~ Résistance 71 ~

Contrairement à ce qu’ils prétendent, les Etats-Unis importent massivement du pétrole russe

Réseau Voltaire

15 janvier 2023

Url d el’article : https://www.voltairenet.org/article218659.html

Alors que Washington a interdit l’achat de pétrole russe à toute sa population et à ses alliés, il en importe massivement sans violer ses prétendues « sanctions », rapporte The Telegraph of India [1].

L’Inde achète pour 1,7 million de barils par jour de pétrole russe. Ce pétrole est raffiné par Nayara Energy et par Reliance Industries, puis revendu légalement aux États-Unis.

Dans la pratique, la guerre économique des États-Unis n’affecte donc plus la Russie, mais exclusivement ses alliés de l’Union européenne qui, eux, sont les seuls à être privés d’hydrocarbures russes. Cette constatation doit être mise en perspective avec le sabotage des pipe-lines Nord Stream 1 et Nord Stream 2 privant l’Union européenne de sa principale source d’énergie.

Ceci démontre que Washington a parfaitement conscience que Moscou n’a pas envahi l’Ukraine, mais tente d’y appliquer la résolution 2202 du Conseil de Sécurité. L’ensemble de la propagande atlantiste accusant la Russie des pires crimes ne vise donc pas à mobiliser les troupes alliées contre elle, mais à manipuler les Européens pour leur faire accepter une récession économique imposée dans la droite ligne du rapport au Pentagone de Paul Wolfowitz (photo), en 1992 [2]. Le secrétaire d’Etat Antony Blinken et son adjointe Victoria Nuland appartiennent au même groupuscule idéologique que Paul Wolfowitz [3].

Il écrivait à l’époque : « Bien que les États-Unis soutiennent le projet d’intégration européenne, nous devons veiller à prévenir l’émergence d’un système de sécurité purement européen qui minerait l’Otan, et particulièrement sa structure de commandement militaire intégré ». Pour le Pentagone, l’ennemi principal ce n’est pas la Russie, mais une Europe indépendante.

[1] « India’s breaking all records for buying Russian oil, but who is the surprise buyer ? », Paran Balakrishnan, The Telegraph of India, January 16, 2022.

[2] « US Strategy Plan Calls For Insuring No Rivals Develop », Patrick E. Tyler, and « Excerpts from Pentagon’s Plan : « Prevent the Re-Emergence of a New Rival » », New York Times, March 8, 1992. « Keeping the US First, Pentagon Would preclude a Rival Superpower » Barton Gellman, The Washington Post, March 11, 1992.

[3] « Vladimir Poutine déclare la guerre aux Straussiens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 mars 2022.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

mazi_de_lannee

united-nations-devil3

Pour l’avènement de la société humaine véritable en corps et en esprit : Compilation PDF essentielle de textes et d’analyses de ce grand penseur spirituel, Gustav Landauer (Résistance 71 et JBL1960)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 13 janvier 2023 by Résistance 71

GL sur R71 cobra

Gustav Landauer, compilation pour une société des sociétés organique et spirituelle (PDF) :
Gustav_Landauer_Ultime_Compilation_pour_une_societe_des_societes

A lire et diffuser sans aucune modération

Résistance 71

13 janvier 2023

Nous espérons que les textes présentés dans cette compilation PDF ci-dessous vous feront comprendre à quel point le pensée pratique de Gustav Landauer résonne (raisonne) toujours si parfaitement quand il s’agit d’envisager la suite de notre histoire. Nous ne le répèterons jamais assez, et il est clair que la situation vécue par le monde dans cette ère de guerres par proxy et de génocide planétaire par armes biologiques ne fait que corroborer ce fait, qu’il n’y a pas et ne saurait y avoir de solution au sein du système. Nous devons en sortir, prendre cette tangente échappatoire du cercle vicieux mortifère étatico-marchand, pour enfin nous retrouver en humanité vraie, dans cette société des sociétés de la complémentarité bien comprise qui ne demande qu’à se réaliser dans cette bascule de l’histoire s’annonçant aussi nécessaire que définitive et si bien pressentie par Gustave Landauer.
L’heure est venue de cesser d’avoir peur et de lâcher prise de ces illusoires futilités présentes pour nous retrouver, frères et sœurs en humanité, de l’autre côté du miroir et des ponts du surhumain. Nous y sommes presque, il suffit de dire NON ! au cirque ambiant, de se tenir par la main et de les traverser pour que naisse enfin cette société des sociétés, réalité affirmée de notre nature ancestrale et universelle la plus profonde. Gustav Landauer avait compris il y a plus d’un siècle, que la nouvelle société, cèle de l’avènement ultime de notre humanité vraie et profonde, sera une société spirituelle. Regardons autour de nous, regardons ces évènements tous plus iniques les uns que les autres pour comprendre que le monde a totalement perdu sa spiritualité. Landauer expliquait il y a plus d’un siècle, que cet esprit, ce « Geist » de la société, quand il est évincé de la société, est remplacé par l’État et ses institutions rigides, violentes et dominatrices. L’esprit de la société ne demande qu’à être ravivé et il suffit de regarder alentour pour comprendre que son heure est venue… Vive la Commune Universelle de notre humanité enfin réalisée.
~ Résistance 71 ~

GL_le visionnaire

Landauer est pour moi celui qui se sera le plus approché de la philosophie amérindienne que les Natifs de l’Île de la Grande Tortue et Nations premières pratiquent au quotidien et même enseignent aujourd’hui un anarcho-indigénisme qui explose complètement le narratif officiel des colons de papier de l’Amérique moderne ; Comme l’a parfaitement analysé Steven Newcomb : « Le style de vie américain est fondé sur un “rêve américain” impérialiste fait de richesses et de fortune obtenues au moyen d’un système de domination qui est utilisé pour abuser et profiter de la Terre, des territoires et des eaux de nos nations originelles. »
Aussi après avoir lu, intégré et conscientisé, l’essentiel de Landauer, il est totalement impossible de laisser dire que l’esclavagiste George Washington ou l’instigateur de l’Indian Removal Act / Loi sur la déportation des Indiens ; Andrew Jackson ou plus près de nous Bill Clinton, Barack H. Obama, Joe Biden tous Présidents du Parti Démocrate qui désigne la Gauche américaine auraient quelque chose à voir avec le socialisme comme exploré par Gustav Landauer.
De la même manière, nous avons ainsi les moyens de démontrer que le National-Socialisme qui porta Hitler au pouvoir avait tout du Nationalisme et absolument RIEN à voir avec le Socialisme…
Enfin, il nous permet de comprendre la (de moins en moins) subtile manipulation des Zélites qui placent à des moments clefs des hommes liges et grandes figures de la Gauche étatique partout dans le monde et même dans le fauteuil élyséen, comme les derniers prétendus socialistes ; Mitterand, Hollande, Macron en alternance avec les hommes de partis ou d’appareils politiques dits de Droite, ce afin de se maintenir, le plus longtemps possible, au sommet de la pyramide.
Nous sommes arrivés à la croisée des chemins, soit continuer de les laisser-faire et c’est fin de partie pour l’Humanité ; Soit réaliser que la société future sera spirituelle et non plus religieuse ou ne sera tout simplement pas ; Soit se rejoindre ICI et MAINTENANT puisque NOUS sommes TOUT COMMENCE
~ JBL1960~

Gustav Landauer, compilation pour une société des sociétés organique et spirituelle (PDF) :
Gustav_Landauer_Ultime_Compilation_pour_une_societe_des_societes

A lire et diffuser sans aucune modération

GL_acronyme

2023 : l’esprit Gilet Jaune soufflera t’il de nouveau ? (Press TV)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 janvier 2023 by Résistance 71

L’esprit Gilets Jaunes, c’est l’occupation des ronds-points, une présence de terrain, de la communication, des assemblées et maisons populaires, la restructuration des relations sociales sur le local et la mise en place de zones autonomes temporaires que l’on voudra permanentes dans le temps. 2023 doit devenir l’année du début de l’organisation collective pour l’émancipation finale en Commune Universelle au sein d’une société des sociétés organique qui court-circuitera les institutions imbéciles et obsolètes du système étatico-marchand au bout de son rouleau. Le système se meurt ? Achevons-le ! Mais cela ne se produira pas entre deux cordons de CRS dans une manif’ encadrée et nassée à Paris, ça c’est une certitude ! Il n’y a pas de solution au sein du système, il faut en sortir et reprendre le pouvoir pour le diluer là où il est particulièrement soluble : dans le peuple, dans le corps social ! Lectures complémentaires sous l’article à lire et diffuser sans modération…
~ Résistance 71 ~

GJ_RP4
Tout le pouvoir aux ronds-points !…

Gilets Jaunes : Appels à manifester le 7 janvier…

Press TV France

31 décembre 2022

Source:

https://french.presstv.ir/Detail/2022/12/31/695489/Vers-un-retour-des-Gilets-jaunes-en-2023—

Des appels à manifester le 7 janvier 2023 émergent sur les réseaux sociaux, notamment avec le hashtag #GiletsJaunes7janvier sur Twitter. 

A l’approche d’un début 2023 qui s’annonce particulièrement dense en matière de mobilisations sociales, un parfum de nostalgie semble imprégner divers groupes de Gilets jaunes sur les réseaux sociaux, où plusieurs appels à manifester portent sur la journée du 7 janvier.
Entre autres thématiques mises en avant dans les principaux appels à manifester : l’inflation, les salaires, le recours répété du gouvernement au 49.3, «le massacre des chômeurs» ou encore, de façon plus globale, la pauvreté, selon l’édition française de RT.
Si la capitale apparaît comme un incontournable point de rassemblement pour certains, des comptes plus ou moins influents appellent également à se mobiliser d’un bout à l’autre du pays.
«Metz, Strasbourg, Paris, Marseille, Lyon, Poitiers, Besançon, Épinal, Remiremont, Nice, Pau, Béziers, Carcassonne, etc. Les Gilets jaunes du 7 janvier seront partout ! Reprenons les ronds-points ! Fer de lance de la communication et de la communion», peut-on ainsi lire dans une récente publication du compte militant A , fort de plus de 10 000 abonnés sur Twitter.
«Etudiants, travailleurs, chômeurs, retraités… Unissons-nous face à Macron et son monde ! Utilisez en masse le hashtag : #GiletsJaunes7janvier !», a pour sa part écrit le compte Peuple Révolté, qui relaie également l’appel à manifester le 7 janvier.
Alors que la mobilisation dont l’ampleur est difficile à évaluer face à l’émergence de ces appels à la mobilisation, certains observateurs restent pour l’heure circonspects quant à l’ampleur du mouvement dans un contexte difficile. Ainsi, dans les colonnes du Figaro, Christophe Assens, professeur de stratégie à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, on estime que «les conditions ne sont pas réunies pour une manifestation massive».

GL_RP3

Pour rappel, le mouvement des Gilets jaunes a pris forme fin 2018 en opposition à une hausse de la taxation des carburants, à travers des rassemblements hebdomadaires autour des ronds-points, devenus emblématiques du mouvement, ainsi que des manifestations d’ampleur en milieu urbain.

= = =

Lire_diffuser_sans_moderation

Lectures complémentaires :

« Tout le pouvoir aux ronds-points » (Les Gilets Jaunes de Montreuil, video 2021)

“Gustav Landauer et le changement des relations sociales” (Anarqxista Goldman)

L’appel au socialisme de Gustav landauer (Renaud Garcia)

Lire notre page “Gustav Landauer et la société organique”

Et n’oubliez jamais :

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

COVID-19, ARNm et conspiration mondialiste : bilan de trois ans de guerre biologique contre l’humanité (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 décembre 2022 by Résistance 71

 

but_NOM

 

Affaire COVID-19 et conspiration mondialiste : une guerre biologique ouverte contre l’humanité

Petit bilan de trois ans (2020-2021-2022) de dictature et d’enfumage sanitaires, Que savons-nous et où allons-nous ?

Résistance 71

Décembre 2022

Note : pour les références de ce que nous avançons et analysons ci-dessous, voir notre page constamment mise à jour depuis 2019 “Coronavirus, guerre contre l’humanité” et la masse d’information traduite par nos soins contenue sur cette page. Voir aussi nos notes de lecture sous le texte.

Connaissez-vous la petite fable de dame tyrannie attribuée au dramaturge Bertold Brecht ? La voici : « Un homme vivant seul répond à une frappe à sa porte. Devant lui se tient Tyrannie, armée et toute puissante qui lui demande: ‘Te soumettras-tu ?’ L’homme ne répond pas et la laisse entrer. L’homme la sert durant des années, puis Tyrannie devient malade par empoisonnement de sa nourriture. Elle finit par mourir. L’homme ouvre alors sa porte, se débarrasse du corps encore chaud, retourne dans sa maison, ferme la porte derrière lui et dit: ‘Non ! » 

Sa portée est suffisamment explicite et se passe de commentaire superflu.

Depuis trois ans, dame tyrannie a sonné à la porte de l’humanité et nous l’avons laissée entrer sous couvert d’une sécurité sanitaire des plus douteuses. Où en sommes-nous ? Pourrons-nous nous en débarrasser comme dans la fable ? Dans ce petit bilan analyse, vital pour notre (sur)vie future, nous analyserons qui est à l’origine de tout cela et depuis quand, qui en profite ? Nous analyserons le niveau de corruption des systèmes impliqués et l’objectif final de cette ignominie planétaire avant d’analyser le chemin de sortie du piège eugéniste se refermant sur une humanité rendue servile et apeurée depuis des décennies de propagande abrutissante.

Depuis 2020 donc, que savons-nous de cette affaire planétaire COVID ?

Nous savons que le département de recherche biologique du Pentagone (DARPA) travaille sur la nanotechnologie et les Polyéthylène Glycols ou PEG depuis au moins 2012. Les PEG sont la technologie qui permet la fabrication des Particules Nano Lipidiques (PNL) intervenant dans tous les systèmes de “livraison” à ARN messager ou ARNm.

Nous savons que le virus SRAS-CoV-2 provoquant la COVID19, a été créé en laboratoire. D’abord entre 2006 et 2015, au laboratoire de l’université de Caroline du Nord, Chapel Hill, avec du matériel génétique viral provenant de Chine, puis a été récupéré par le Pentagone pour être mis sous forme d’arme biologique, non pas tant au niveau du virus lui-même, que de sa soi-disant prévention en forme injectable ARNm, les soi-disants “vaccins” qui eux sont des armes biologiques de grade militaire.

Nous savons que le tsar de la santé américain depuis 1984, le Dr Anthony Fauci, a monté un système mafieux redoutable de contrôle total des processus de recherches (associés au Pentagone), de réglementation et d’autorisation des produits pharmaceutiques mis sur le marché par le truchement des agences sanitaires qu’il contrôle avec quelques uns de ses sbires, le NIH, le CDC, les HHS et bien sûr le NIAID, son institut de recherche fédérale sur les allergies et les maladies infectieuses.

Nous savons que Fauci a commencé ses fraudes médicamenteuses dans l’ère VIH / SIDA des années 80 et n’a fait depuis que consolider son pouvoir et son emprise mafieuse sur les agences gouvernementales yankees ainsi que sur l’OMS.

Nous savons que Fauci s’est allié il y a plusieurs années avec Bill Gates et sa fondation, pour les financements, retour sur investissements et le contrôle de l’OMS. En 2020, la fondation Gates était le second pourvoyeur de fonds de l’OMS derrière le gouvernement fédéral américain. Ce qui veut dire en clair que toute la politique de santé mondiale émanant de l’ONU est dictée, directement ou indirectement, par le NIH / NIAID du Dr Fauci et par la Fondation Bill & Melinda Gates, dont l’origine eugéniste profonde n’est plus à démontrer (Le père de Bill Gates était un directeur de Planned Parenthood, une des branches successives post-seconde guerre mondiale de l’American Eugenics Society, le fils ne faisant que poursuivre le boulot entrepris il y a des décennies par son père). Fauci et Bill Gates, par leur alliance, ont phagocyté les agences de santé américaines et onusienne pour leur profit et le profit de leur idéologie eugéniste génocidaire néo-malthusienne.

Nous savons que si le virus SRAS-CoV-2 a été fabriqué en laboratoire (Etats-Unis, puis Wuhan-Chine), celui-ci ne fut que le leurre servant à apeurer, terroriser les populations pour qu’elles acceptent de se faire injecter avec l’arme biologique à ARNm, préservant ainsi les “élites” auto-proclamées, technologies ARNm diffusées par les entreprises privées Pfizer-BioNtech, Moderna, Johnson & Johnson et autres multinationales sous contrôle du complexe militaro-industriel dont elle est issue.

Nous savons que la COVID19 n’a tué que 0,03% des gens infectés dans le monde, presque tous ayant plus de 80 ans et souffrant de multiples pathologies et facteurs de co-mortalité. Ce qui veut dire en clair que 99,97% des gens infectés par le virus (dont l’auteur de ces lignes) ont survécu sans aucun problème à l’infection.

Nous savons que les tests RT-PCR gonflés à Ct=40 n’ont fait que produire des résultats falsifiés et des quantités astronomiques de faux positifs, ce contribuant à la distillation voulue de la terreur virale dans les populations crédules, préparant le terrain psychologique pour l’attaque biologique qui allait suivre.

Nous savons que ces “tests” ne sont pas des tests mais que la technique PCR n’est qu’une usine de reproduction génétique comme l’avait dit son inventeur Kary Mullis en son temps.

Nous savons que ces tests n’ont en fait servi qu’à collecter des données génétiques et à implanter des NPL dans le système laryngo-pharyngé des patients “testés”…

Nous savons qu’il y a des médicaments génériques efficaces contre la maladie COVID19 (hydroxychloroquine et ivermectine pour ne citer que ceux-là, l’auteur de ces lignes et son entourage ont été traités remarquablement et efficacement à l’ivermectine…) et qu’il n’y a en rien besoin d’injections ARNm pour enrayer l’épidémie et surtout pour diminuer les charges virales des gens infectés et enrayer la contagion.

Nous savons par l’analyse des brevets accordés à la technologie ARNm, notamment à Moderna, que ces injections sont des armes biologiques déployées contre l’humanité. Que la protéine “spike” virale injectée est en fait un parasite bio-nano-technologique à Intelligence Artificielle (IA).

Nous savons par les statistiques VAERS et autres, que les injections armes biologiques à ARNm ne sont ni sûres (jamais testés bien entendu, puisque la campagne d’injection mondiale EST le test…), ni efficaces (infection et contagion sont rampants chez les injectés, 83% des gens hospitalisés en relation avec la COVID en 2021-22 sont des doubles ou triples injectés à ARNm…)

Nous savons que la protéine “spike” est produite dans le corps longtemps après injection et provoque de nombreux effets secondaires indésirables allant de la simple allergie à la mort en passant par des AVC, myocardites, péricardites, abondants caillots sanguins altérant le système circulatoire, développement de “structures” protéiques dans les corps des injectés provoquant des troubles voire arrêts de la circulation et des thromboses, AVC et autres crises cardiaques surtout dans les jeunes générations.

Nous savons que les NPL traversent la barrière hémato-cérébrale et que par transcryptase inverse interne aux cellules, elles changent le génome des injectés. Que ceci est connu et que les autorités sanitaires ont sciemment menti à ce sujet.

Nous savons qu’il y a connexion de Big Pharma, des gouvernements et des géants de l’investissement Black Rock et Vanguard, poissons pilotes de la City de Londres et de sa succursale de Wall Street.

Nous savons que cette connexion a mené à un niveau de corruption des gouvernements, des médias et des agences de santé, sans précédent dans l’histoire.

Nous savons que les médias vendus et achetés depuis belle lurette ont eu un rôle clef dans la diffusion de la propagande de la terreur pour imposer la fausse solution “vaccinale”, avec des substances géniques mortifères non testées et qui ont pour but la quasi éradication, à terme, de l’espèce humaine.

Nous savons qu’il y a convergence de cette crise planifiée vers la pseudo-solution planétaire proposée par ceux-là même qui ont créé le problème, au sein du Forum Economique Mondial FEM / Davos, emmenés par les grands prêtres de la nouvelle religion transhumaniste Klaus Schwab de descendance nazie et son mignon idéologue et historien eugéniste Yuval Noah Harari.

Nous savons que, le temps passant, de plus en plus de gens s’éveillent à la supercherie et au crime commis et que donc le temps est aussi venu pour la pourriture mondialiste de faire passer la crise sanitaire fabriquée vers une crise pseudo-“climatique” toute aussi fabriquée. De faire passer les populations de l’acceptation des confinements sanitaires aux confinements climatiques “pour sauver la planète”.

Nous savons que tout cela passe par l’établissement d’une nouvelle société séquestrée dans les “smart-cities” / villes “intelligentes”, les districts 15 minutes où tout sera géré et centralisé à coup de connexions 5G d’internet des choses et des corps devenus choses, de contrôles sanitaires et climatiques / énergétiques, de crédit social, le tout passé sur carte d’identité numérique implantée dans les corps via la nanotechnologie ARNm, maintenue sous tension par les ondes électro-magnétiques 5G et les radiations LED… bref une “Grande Réinitialisation” de notre société dégénérée, allant dans le sens de l’idéologie eugéniste transhumaniste dominante.

Nous savons que cela est le but final de l’oligarchie gérant le système étatico-marchand dans sa phase capitaliste réelle terminale en cours d’implosion, car c’est la seule solution possible et logique à l’effondrement systémique en cours : métamorphoser le capitalisme monopoliste en dictature technotronique planétaire où le “capital” ne sera plus nécessaire le contrôle absolu étant achevé. Résoudre la question posée par le cynique Harari du “Que va t’on faire de tous ces gens inutiles ?” par le totalitarisme du goulag urbain placé sous stéroïdes 5G et ARNm, la limitation, la réduction du “cheptel humain” et le contrôle par crédit social du reste des esclaves, maintenu en place pour servir la clique parasitaire du haut de la pyramide.

Nous savons que depuis plus d’un siècle et demi, le pensée dominante est celle du darwinisme-social teintée de néo-malthusianisme ; une pensée élitiste, égocentrique, focalisée sur les privilèges de caste et la haine de l’humanité, de cette “plèbe” vue comme nuisance, alors que cette pourriture élitiste d’un système criminel institutionnel obsolète, n’est de fait que parasitisme de l’ordre naturel bien ordonné des choses.

Nous savons que la seule voie de sortie de cette ignominie dictatoriale qui se met en place est par le haut, par le peuple, ce peuple humain qui, durant des centaines de milliers d’années a évolué sans contraintes, sans coercition et sans violence sociale de domination.

Nous savons que la violence, la guerre, le contrôle étatique centralisé,  le rapport marchand, la religion, l’argent, le salariat sont des constructions sociales en rien inéluctables, des commodités ne servant qu’un seul maître et en rien l’humanité dans son ensemble ; que nous pouvons en sortir en disant simplement NON ! Individuellement et collectivement simultanément et que nous pouvons construire une société des sociétés changeant de mode relationnel, embrassant la complémentarité de notre diversité tout en refusant le rapport antagoniste systématique ne menant qu’à la division, la destruction et au nihilisme.

Nous savons que si nous laissons faire la pourriture criminelle mondialiste, celle-ci refermera la grille de contrôle technotronique sur des peuples apeurés et abrutis de propagande ; elle n’a de toute façon plus le choix, il en va aussi de sa survie en tant que telle. Suivre le chemin sur lequel nous mènent les psychopathes aux manettes débouchera sur notre mort physique et sociale. Sortir, prendre la tangente de ce cercle vicieux de violence et de division, nous mènera à enfin réaliser notre humanité par cette créativité qui nous est propre ; à devenir ceux que nous sommes sans le savoir encore vraiment. A choisir la Vie, l’Amour et l’Harmonie contre la mort, la haine et le chaos.

Au bout du compte…

Nous savons, viscéralement, qu’il n’en tient qu’à nous…

Nous savons qu’il nous faut cesser d’avoir peur…

Nous savons ce qu’il y a à faire… vraiment…

Alors qu’attendons-nous ?…

Le texte en format PDF à télécharger :

COVID_Bilan_Trois_ans_Guerre_Biologique_vs_humanite

= = =

Lectures complémentaires :

Notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Notre page “Anthropologie politique”

Notre traduction du livre de Robert F. Kennedy Jr (PDF):

“Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique”

Notre testament politique :

Du chemin de la société vers son humanité réalisée (PDF)

N’oublions jamais :

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

coercition

experience-de-milgram-rien-241122

MAIS …

on-ne-se-soumettra-pas-r71

GJVH

Déliquescence sociale, État et pourriture marchande…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 29 octobre 2022 by Résistance 71

GJVH

Les patrons se gavent, les salarié(e)s en bavent !

Fédération Anarchiste

Groupe de Rouen

Octobre 2022

Source : https://federation-anarchiste.org/?g=Lien_Permanent&b=1_217

Alors que les dirigeants d’Exxon et de TotalEnergies se gavent : TotalEnergies double son bénéfice net au 2e trimestre 2022, le bénéfice net d’Exxon bondit lui de 4,69 milliards de dollars en 1 an à 17,85 milliards et le CAC a engrangé en 2021, 174 milliards de profit… Les salarié.e.s, eux en bavent ! Leur demande de revalorisation des salaires à TotalEnergies à hauteur de 10 % est largement justifiée en regard du pillage des richesses de l’entreprise par leurs dirigeants-voyous et le taux d’inflation qui n’en finit pas de grimper (plus de 6% en 1 an) et diminuer fortement leur pouvoir d’achat. Et les usagers ont leurs déplacements empêchés par l’intransigeance des patrons, uniquement.

Attaques en règle !

Le patronat, aidé par Macron et Cie, n’a jamais été aussi arrogant : la réforme du chômage s’annonce comme un traitement des conditions de chômage assimilé à de la marchandise : suivant le contexte constaté sur le « marché » du travail (sic), si il y a beaucoup de travail potentiel (offre), indemnités à la ramasse. « Au boulot, bande de fainéants ! ».Et au contraire, si il y a peu de travail à proposer, et beaucoup de chômeurs.euses, les indemnités se trouveraient relevées. Il n’y a donc pas de statut réel du chômage, de définition, de contenu.
Le chômage n’est bien sûr pas considéré par le MEDEF et ses représentants comme palliant même difficilement des emplois supprimés et donc des salaires, encore moins des renvois massifs des travailleurs.euses pour augmenter le rendement des actions, mais comme un produit marchand que le patronat fait varier à la baisse ou à la hausse (plus rarement) suivant ses appétits et ses calculs !
Et la réforme des retraites brandie à nouveau fait craindre la suppression des régimes spéciaux, l’allongement du temps de cotisations pour un départ à taux plein et un recul du départ à la retraite : 64, 65, 67 ans hein Édouard Philippe !

On doit se défendre !

Donc, le conflit des salarié.e.s contre les patrons pétroliers n’est pas isolé dans le contexte social. Il s’insère dans un vaste plan de remise en cause des intérêts du salariat pour montrer notamment à Bruxelles que Macron peut et veut réformer le statut salarial, que son dernier quinquennat sera actif et non pas un quinquennat de « sénateur », tout en faisant bonne mine aux capitaux potentiels.
Il n’y a donc pas à barguigner : solidarité totale avec les travailleurs.euses des raffineries et dépôts en grève par toutes formes d’action : blocage des ronds-points comme en 2018 par les Gilets Jaunes notamment, manifestations de soutien, grèves, piquets de grève, occupations dans tous les secteurs… pour aller vers la grève générale !

L’État toujours du côté des saigneurs !

Il y a deux parties dans ce rapport de force : l’État une fois de plus donne raison au plus fort, dont il est le défenseur inconditionnel, à l’exploiteur pollueur. Et la répression s’abat sur les grévistes et les salarié.es dont on exige une reprise du travail sans rien demander en retour aux patrons.
Quelle que soit l’issue du conflit, ce gouvernement va le payer très cher, en rallumant la poudrière des tensions sociales annoncées.

    Vive le prolétariat en lutte, à bas l’État et les patrons !
    Abolition du salariat et de la propriété des moyens de production !
    Autogestion généralisée !

tract du groupe de Rouen de la Fédération Anarchiste

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

on-ne-se-soumettra-pas-r71

obeisssance-resistance

Mettre au jour la nouvelle escroquerie « verte » : le lithium et ses piles/batteries super polluantes rendent les VE, smartphones, compteurs Linky et autres ordinateurs ‘verts’, armes de destruction massive…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 25 octobre 2022 by Résistance 71

Une guerre du lithium aura lieu (est-elle déjà en marche ?…) pour cette matière première polluante, ultra inflammable et explosive au contact de l’eau dans son état de produit fini en usage.
L’escroquerie du Nouvel Ordre Mondial « vert » n’en finit plus… Exposons toute cette fumisterie marchande pour ce qu’elle est : la destruction de la société humaine et sa mise sous tutelle de la nouvelle tyrannie « verte » post-capitaliste.
~ Résistance 71 ~

lithium2
Bombe à retardement technologique…

Les batteries et piles au lithium utilisées dans les véhicules électriques et autre “technologie verte” sont tout ce qu’on veut sauf “propres”

Ethan Half

24 octobre 2022

Url de l’article original:

https://www.naturalnews.com/2022-10-24-lithium-batteries-ev-green-technology-unclean.html

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les processus d’extraction du lithium de la terre afin de le transformer en ces piles et batteries “vertes” pour les véhicules électriques (VE), les bicyclettes électriques, les téléphones portables, les ordinateurs et autres, sont, croyez-le ou non, extrêmement toxiques.

Ceci attire rarement l’attention parce que les ustensiles qui utilisent des piles / batteries, nous dit-on, sont “plus propres” que ceux qui utilisent de l’essence, gasoil parce qu’ils n’émettent pas de pollution visible lors de leur utilisation. Ce qe les écolos ne semblent pas vouloir discuter, c’est ce que ça implique pour produire ces “batteries sans émission” dans un premier temps.

Il s’avère que le processus d’extraction et la transformation de juste une tonne de lithium consomment 2 millions de litre ou 2000m3 d’eau (500 000 gallons). De manière ironique, ce processus est similaire au processus de fragmentation hydraulique utilisé pour la production de gaz naturel, que les écolos détestent puisqu’hydrocarbure.

Afin d’extraire le lithium, les mineurs doivent forer le sol dans des plaines salines, souvent dans des des zones vierges et superbes du monde qui sont riches en minerais. Ceci inclut des régions montagneuses des Andes en Amérique du Sud et dans les régions sauvages de l’Australie occidentale.

Salar-de-Uyuni-lithium-Bolivia

Des trous forés par les mineurs sort une mixture salée riche en minéral qui est soumise à toute une batterie de transformation. Une fois de plus, beaucoup, beaucoup d’eau est nécessaire pour cela et dans quelques endroits du monde comme par exemple la zone Salar de Atacama au Chili, une majorité des réserves d’eau de la région est consommée à cette fin (en connexion : l’UE veut déclarer le lithium comme toxique afin de pouvoir spéculer sur des prix plus hauts à travers la chaîne de production…)

Les voitures Tesla et autres VE contiennent du lithium qui pollue l’environnement non pas une fois mais deux…

Le retrait de toute cette eau finit pas détruire les réserves phréatiques et autres nécessaires à la consommation d’eau potable et à l’irrigation et de manière non appropriée, les dépôts de lithium en Amérique du sud sont situés dans des zones très sèches ayant déjà peu de ressources aquifères en l’état.

Si ce n’était que l’eau utilisée pour extraire le lithium qu’il y avait en jeu, d’aucun pourrait dire que le prix à payer de cette perte en eau en vaut la peine pour éviter de contaminer l’environnement avec la consommation d’hydrocarbures ; mais la réalité est que les produits chimiques émis durant l’extraction du lithium laissent aussi toute une pléthore toxique dans l’environnement.

“Ces sites d’extraction émettent de dangereux produits incluant de l’arsenic dans les eaux souterraines environnantes et ces sites sont incroyablement consommateurs de ressources, relâchant 15t de CO2 par tonne de lithium extraite, pas exactement “eco-friendly” comme nous aimerions que ce le soit”, explique un rapport, ajoutant que la Chine, autre gros extracteur de lithium est maintenant hautement polluée à cause de cela.

En mai 2016, des poissons morts furent retrouvés dans les eaux de la rivière Liqi dans laquelle se répandirent des produits chimiques toxiques de la mine de lithium de Ganzizhou Rongda. Des carcasses de vaches et de yaks furent aussi trouvées flottant en aval de la mine, morts empoisonnés d’avoir bu l’eau contaminée.

Le VE moyen, d’après les chiffres du ministère de l’énergie américain, contient environ 8kg de lithium. La VE moyenne de Tesla en contient plus, jusqu’à 12kg de lithium.

Une fois utilisée, les batteries au lithium mortes de ces VE produisent un nouveau niveau de pollution environnementale, contaminant les réserves d’eau souterraines là où elles finissent par être abandonnées ou stockées.

L’Australie est le premier producteur mondial de lithium suivie de (pas forcément par ordre de taille de production), le Chili, la Chine, l’Argentine, le Brésil, le Zimbabwe, le Portugal et les Etats-Unis.

“L’extraction du lithium utilise des produits chimiques toxiques qui contaminent les cours d’eau, les cultures agricoles, les écosystèmes locaux et la vie sauvage”, avertissent bien des rapports.

“Ces endroits isolés peuvent être le lieu de croissance d’une flore en danger comme ces rares fleurs du désert dans le Silver Peak du Nevada.”

Pour en savoir plus sur toutes ces escroqueries  de “l’énergie verte”, allez lire : GreenTyranny.news.

= = =

Voir notre dossier sur le « Lithium »

Article connexe très récent : « Les batteries au lithium font exploser le nombre d’incendies dans les centres de recyclage » (LME du 24/10/22)

batterieLi-ion

biohazard4

Il y a 130 ans… « La conquête du pain » de Pierre Kropotkine et la préface d’Élisée Reclus toujours d’actualité dans le contexte de précarité actuel

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 23 octobre 2022 by Résistance 71

Reclus_A

Préface à “La Conquête du Pain” de Pierre Kropotkine

Élisée Reclus

1892

Pierre Kropotkine m’a demandé d’écrire quelques mots en tête de son ouvrage, et je me rends à son désir, tout en éprouvant une certaine gêne à le faire. Ne pouvant rien ajouter au faisceau d’arguments qu’il apporte dans son œuvre, je risque d’affaiblir la force de ses paroles. Mais l’amitié m’excuse. Alors que pour les « républicains » français le suprême bon goût est de se prosterner aux pieds du tsar, j’aime à me rapprocher des hommes libres qu’il ferait battre de verges, qu’il enfermerait dans les oubliettes d’une citadelle ou pendre dans une cour obscure. Avec ces amis, j’oublie un instant l’abjection des renégats qui s’enrouaient dans leur jeunesse à crier : Liberté, Liberté ! et qui s’appliquent maintenant à marier les deux airs de la Marseillaise et de Boje Tsara Khrani.

Le dernier ouvrage de Kropotkine, les Paroles d’un Révolté, se livrait surtout à une critique ardente de la société bourgeoise, à la fois si féroce et si corrompue, et faisait appel aux énergies révolutionnaires contre l’État et le régime capitaliste. L’ouvrage actuel, faisant suite aux Paroles, est de plus paisible allure. Il s’adresse aux hommes de bon vouloir qui désirent honnêtement collaborer à la transformation sociale, et leur expose suivant les grands traits les phases de l’histoire imminente qui nous permettront de constituer enfin la famille humaine sur les ruines des banques et des États.

Le titre du livre : La Conquête du Pain doit être pris dans le sens le plus large, car « l’homme ne vit pas de pain seulement. » A une époque où les généreux et vaillants essaient de transformer leur idéal de justice sociale en réalité vivante, ce n’est point à conquérir le pain, même avec le vin et le sel, que se borne notre ambition. Il faut conquérir aussi tout ce qui est nécessaire ou même simplement utile au confort de la vie ; il faut que nous puissions assurer à tous la pleine satisfaction des besoins et des jouissances. Tant que nous n’auront pas fait cette première « conquête », tant « qu’il y aura des pauvres avec nous », c’est une moquerie amère de donner le nom de « société » à cet ensemble d’êtres humains qui se haïssent et s’entre-détruisent, comme des animaux féroces enfermés dans une arène.

Dès le premier chapitre de son ouvrage, l’auteur énumère les immenses richesses que l’humanité possède déjà et le prodigieux outillage de machines qu’elle s’est acquis par le travail collectif. Les produits obtenus chaque année suffiraient amplement à fournir le pain à tous les hommes, si le capital énorme de cités, d’usines, de voies de transport et d’écoles devenait propriété commune au lieu d’être détenu en propriétés privées, l’aisance serait facile à conquérir : les forces qui sont à notre disposition seraient appliquées, non à des travaux inutiles ou contradictoires, mais à la production de tout ce qu’il faut à l’homme pour l’alimentation, le logement, les habits, le confort, l’étude des sciences, la culture des arts.

Toutefois la reprise des possessions humaines, l’expropriation, en un mot, ne peut s’accomplir que par le communisme anarchique : il faut détruire le gouvernement, déchirer ses lois, répudier sa morale, ignorer ses agents, et se mettre à l’œuvre en suivant sa propre initiative et en se groupant selon ses affinités, ses intérêts, son idéal, et la nature des travaux entrepris. Cette question de l’expropriation, la plus importante du livre, est aussi l’une de celles que l’auteur a traitées avec le plus de détails, sobrement et sans violence de paroles, mais avec le calme et la netteté de vision que demande l’étude d’une révolution prochaine, désormais inévitable. C’est après ce renversement de l’État que les groupes de travailleurs affranchis, n’ayant plus à peiner au service d’accapareurs et de parasites, pourront se livrer aux occupations attrayantes de labeur librement choisi et procéder scientifiquement à la culture du sol et à la production industrielle, entremêlée de récréations données à l’étude ou au plaisir. Les pages du livre qui traitent des travaux agricoles offrent un intérêt capital, car elles racontent des faits que la pratique a déjà contrôlés et qu’il est facile d’appliquer partout en grand, au profit de tous et non pas seulement pour l’enrichissement de quelques-uns.

Des plaisants parlent de la « fin de siècle » pour railler les vices et les travers de la jeunesse élégante ; mais il s’agit maintenant de bien autre chose que de la fin d’un siècle ; nous arrivons à la fin d’une époque, d’une ère de l’histoire. C’est l’antique civilisation tout entière que nous voyons s’achever. Le droit de la force et le caprice de l’autorité, la rude tradition juive et la cruelle jurisprudence romaine ne nous imposent plus ; nous professons une foi nouvelle, et dès que cette foi, qui est en même temps la science, sera devenue celle de tous ceux qui cherchent la vérité, elle prendra corps dans le monde des réalisations, car la première des lois historiques est que la société se modèle sur son idéal. Comment les défenseurs de l’ordre suranné des choses pourraient-ils le maintenir ? Ils ne croient plus ; n’ayant plus ni guide ni drapeau, ils combattent au hasard. contre les novateurs, ils ont des lois et des fusils, des policiers à gourdins et des parcs d’artillerie, mais tout cela ne peut faire équilibre à une pensée, et tout l’ancien régime de bon plaisir et de compression est destiné à se perdre bientôt dans une sorte de préhistoire.

situslog

Certes, l’imminente révolution, si importante qu’elle puisse être dans le développement de l’humanité, ne différera point des révolutions antérieures en accomplissant un brusque saut ; la nature n’en fait point. Mais on peut dire que, par mille phénomènes, par mille modifications profondes, la société anarchique est déjà depuis longtemps en pleine croissance. Elle monte partout où la pensée libre se dégage de la lettre du dogme, partout où le génie du chercheur ignore les vieilles formules, où la volonté humaine se manifeste en actions indépendantes, partout où les hommes sincères, rebelles à toute discipline imposée, s’unissent de leur plein gré pour s’instruire mutuellement et reconquérir ensemble, sans maître, leur part à la vie et à la satisfaction intégrale de leurs besoins. Tout cela c’est l’anarchie, même quand elle s’ignore, et de plus en plus elle arrive à se reconnaître. Comment ne triompherait-elle pas, puisqu’elle a son idéal, et l’audace de sa volonté, tandis que la foule de ses adversaires, désormais sans foi, s’abandonne à la destinée, en criant « Fin de siècle ! Fin de siècle ! »

La révolution qui s’annonce s’accomplira donc, et notre ami Kropotkine agit en son droit d’historien en se plaçant déjà au jour de la révolution pour exposer ses idées sur la reprise de la possession de l’avoir collectif dû au travail de tous et en faisant appel aux timides, qui se rendent parfaitement compte des injustices régnantes, mais n’osent pas se mettre en révolte ouverte contre une société de laquelle mille liens d’intérêts et de traditions les font dépendre. Ils savent que la loi est inique et menteuse, que les magistrats sont les courtisans des forts et les oppresseurs des faibles, que la conduite régulière de la vie et la probité soutenue du labeur ne sont pas toujours récompensées par la certitude d’avoir un morceau de pain, et que la cynique impudence du boursicotier, l’âpre cruauté du prêteur sur gages sont de meilleures armes que toutes les vertus pour la « conquête du pain » et du bien-être ; mais au lieu de régler leurs pensées, leurs vœux, leurs entreprises, leurs actions d’après leur sens éclairé de la justice, la plupart s’enfuient dans quelque impasse latérale pour échapper aux dangers d’une franche attitude. Tels les néo-religieux, qui ne pouvant plus confesser la « foi absurde » de leurs pères, s’adonnent à quelque mystagogie plus originale, sans dogmes précis et se perdant dans un brouillard de sentiments confus : ils se feront spiritistes, rose-croix, bouddhistes ou thaumaturges. Disciples prétendus de Çakyamouni, mais sans se donner la peine d’étudier la doctrine de leur maître, les messieurs mélancoliques et les dames vaporeuses feignent de chercher la paix dans l’anéantissement du nirvana.

Mais puisqu’elles parlent sans cesse de l’idéal, que ces « belles âmes » se rassurent. Êtres matériels que nous sommes, nous avons, il est vrai, la faiblesse de penser à la nourriture, car elle a manqué souvent ; elle manque maintenant à des millions de nos frères slaves, les sujets du tsar, et à des millions d’autres encore ; mais par delà le pain, par delà le bien-être et toutes les richesses collectives que peut nous procurer la mise en œuvre de nos campagnes, nous voyons surgir au loin devant nous un monde nouveau dans lequel nous pourrons pleinement nous aimer et satisfaire cette noble passion de l’idéal que les amants éthérés du beau, faisant fi de la vie matérielle, disent être la soif inextinguible de leur âme ! Quand il n’y aura plus ni riche, ni pauvre, quand le famélique n’aura plus à regarder le repu d’un œil d’envie, l’amitié naturelle pourra renaître entre les hommes, et la religion de la solidarité, étouffée aujourd’hui, prendra la place de cette religion vague qui dessine des images fuyantes sur les vapeurs du ciel.

La révolution tiendra plus que ses promesses ; elle renouvellera les sources de la vie en nous lavant du contact impur de toutes les polices et en nous dégageant enfin de ces viles préoccupations de l’argent qui empoisonnent notre existence. C’est alors que chacun pourra suivre librement sa voie : le travailleur accomplira l’œuvre qui lui convient ; le chercheur étudiera sans arrière-pensée ; l’artiste ne prostituera plus son idéal de beauté pour son gagne-pain et tous désormais amis, nous pourrons réaliser de concert les grandes choses entrevues par les poètes.

Alors sans doute on se rappellera quelquefois les noms de ceux qui, par leur propagande dévouée, payée de l’exil ou de la prison, auront préparé la société nouvelle. C’est à eux que nous pensons en éditant la Conquête du Pain : ils se sentiront quelque peu fortifiés en recevant ce témoignage de la pensée commune à travers leurs barreaux ou en terre étrangère. L’auteur m’approuvera certainement si je dédie son livre à tous ceux qui souffrent pour la cause, et surtout à un ami bien cher dont la vie tout entière fut un long combat pour la justice. Je n’ai point à dire son nom : en lisant ces paroles d’un frère, il se reconnaîtra aux battements de son cœur. [1]

— Élisée Reclus

= = =

Lire Kropotkine sur Résistance 71

Élisée Reclus : « Évolution et révolution » et « Textes choisis » (PDF)

Astyle

« A bas l’argent! »… Cri du Japon datant de 122 ans résonnant toujours aujourd’hui (Kotoku Shusui)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 19 octobre 2022 by Résistance 71

Kotoku_Shusui2

Abolissons la monnaie !

Shusui Kotoku

1900

NdR71 : Shusui Kotoku (né à Kochi en 1871- décédé à Tokyo en 1911), journaliste et essayiste politique anarchiste japonais, exécuté pour “trahison”. Grandement inspiré par le travail et la pensée de Pierre Kropotkine qu’il traduisit en japonais, Kotoku fut un pilier majeur et grand diffuseur des idées anarchistes au Japon à la fin du XIXème siècle et au début du XXème. Il fut d’abord social-démocrate, tout premier traducteur en japonais du “Manifeste du parti communiste” de Karl Marx. Emprisonné pour ses idées politiques, c’est en prison qu’il approfondît sa compréhension de la pensée anarchiste par la lecture de Kropotkine et autres penseurs. Il dit plus tard qu’il entra en prison marxiste et en sortit profondément anarchiste. Il commença une correspondance avec Pierre Kropotkine en 1909 et traduisit en exil aux Etats-Unis, “La conquête du pain” en japonais.
A son retour au Japon, il critiqua violemment la tendance sociale-démocrate nipponne de s’imposer politiquement par les urnes et prôna l’action directe, ce qui provoqua un profond schisme dans la gauche sociale-démocrate nipponne de l’époque. Kotoku fut ensuite accusé de conspiration contre l’empereur, arrêté avec 25 autres anarchistes. Suite à une mascarade de procès, 13 anarchistes dont Kotoku furent pendus en janvier 1911.

= = =

Lorsque des bactéries pénètrent dans le sang d’une personne, sa santé est progressivement minée.

Il en va de l’argent comme des bactéries. Puisque l’argent a un pouvoir illimité dans le monde, les habitudes du monde sont vouées à être de plus en plus avilies. Pas à pas, la moralité est vouée à la ruine et la nature humaine à la corruption. En fin de compte, la société est conduite à la destruction.

NdR71 : Kotoku a écrit cela il y a 122 ans… Où en est-on aujourd’hui ?… La logique systémique destructrice interne est implacable. Kotoku ne “prophétisait” pas, il anticipait tout simplement.

Il y a des gens qui demandent l’abolition de la prostitution, qui s’indignent de la dépravation de la noblesse, qui prônent la réforme des mœurs populaires, qui demandent l’amélioration de la moralité… et ainsi de suite. Pourtant, il me semble qu’à des moments comme celui-ci, alors qu’il faut de l’argent ne serait-ce que pour se procurer un volume traitant de la moralité ou pour être admis à un cours d’une demi-journée, tout le bavardage sans fin de leurs sermons est totalement inutile.

Personne ne se prostitue volontairement. Personne ne vend volontairement son honneur. Il n’y a personne qui ne souhaite pas que les coutumes populaires soient réformées ou que la moralité soit améliorée. Pourtant, si les choses se passent différemment, c’est tout simplement à cause de l’argent.

Au lieu que les gens s’efforcent de surmener leur langue et d’user leur stylo, ils feraient mieux de donner la priorité à la démonstration du pouvoir omnipotent de l’argent. Si on ne se débarrasse pas de l’argent, on ne peut pas détruire le pouvoir omnipotent que l’argent exerce dans d’autres sphères. En d’autres termes, si l’on ne supprime pas la nécessité de l’argent dans ce monde, il est tout à fait impossible d’améliorer le fonctionnement du monde ou de la nature humaine.

Quelqu’un qui n’a pas d’argent ne peut pas vivre. C’est ainsi que va le monde aujourd’hui. Pourtant, même dans la société corrompue d’aujourd’hui, personne ne peut dire que cela est juste et approprié. En réalité, une personne vit d’autres choses que de l’argent. Au-delà de l’argent, il y a la force et l’honneur. Il y a le droit et il y a le devoir. Il y a le pain et il y a les vêtements. Pourtant, de nos jours, alors que l’argent a un pouvoir illimité, y a-t-il une place pour la vérité dans le monde  ? Peut-on faire ce qui est juste  ?

Si un beau matin on le mettait à l’épreuve, si l’argent était aboli et que son besoin était complètement éradiqué, quel endroit noble serait le monde  ! Quelle paix  ! Quel bonheur  !

Les pots-de-vin, la corruption, les gens qui vendent leurs principes – tout cela disparaîtrait complètement. Le meurtre, le vol et l’adultère seraient également fortement réduits. Il ne serait pas nécessaire de demander l’abolition de la prostitution, ni de préconiser la réforme des coutumes populaires. D’un seul coup, ce serait comme le pays pur des bouddhistes et le paradis des chrétiens.

Il est naturel que l’histoire connaisse des hauts et des bas, mais si l’argent n’avait pas existé dans les civilisations de l’Inde, de l’Égypte, de la Grèce et de la Rome antiques, je crois qu’elles auraient pu durer quelques milliers d’années de plus.

Mais à une époque comme celle-ci, où l’argent a un tel pouvoir, si nous prononçons les mots « Abolition de l’argent », les gens nous regardent comme si nous étions fous. Mais est-ce de la folie  ? Êtes-vous prêt à dire que les socialistes européens modernes qui se répandent partout dans le monde (sic) sont tous fous, alors  ? – parce que les socialistes ont pour idéaux l’abolition de l’argent et la suppression de la propriété privée du capital.

Ils adoptent cette position parce qu’ils veulent voir l’individu – et la société dans son ensemble – vivre d’autres choses que de l’argent. En d’autres termes, ils veulent remplacer l’argent par la force et l’honneur, par le droit et le devoir. En effet, la vérité et la droiture consistent à faire exactement cela. Si vous êtes d’accord avec le fait que la vérité et la droiture doivent être mises en pratique, pourquoi devriez-vous penser que le socialisme est difficile à réaliser dans la vie réelle  ? Le socialisme est loin d’être une impossibilité. C’est simplement qu’il n’a pas été mis en œuvre jusqu’à présent.

Pourquoi les gens qui veulent améliorer la nature humaine et la marche du monde n’arrêtent-ils pas leurs petites querelles et ne s’efforcent-ils pas de réaliser le socialisme  ? S’ils le faisaient, ce serait le moyen le plus rapide pour eux d’atteindre leurs objectifs.

Le XIXe siècle a été l’ère du libéralisme, mais le XXe siècle est sur le point de devenir l’ère du socialisme. Toutes les personnes capables doivent s’éveiller à cette nouvelle tendance dans le monde – et à elle seule.

= = =

NdR71 : Kotoku anticipait, mais le “socialisme” du XXème siècle ne fut qu’une branche supplémentaire de l’hydre étatico-marchande. Le socialisme ne peut en aucun cas surgir de l’État et de sa complice marchandise. Accomplir le socialisme, la société de l’être, c’est éradiquer la société de l’avoir. Cela ne peut se faire qu’hors État, hors institutions, hors marchandise, hors argent et hors salariat. Notre nature humaine nous y pousse, la caste en charge de la survie du système mortifère de l’État et de l’argent nous en empêche. Conclusion ?…

« Shusui Kotoku ou l’appel au bonheur » (publié sur Résistance 71 en octobre 2017)

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

BPKM

Post modernisme, post-structuralisme, post-anarchisme, pour que les néologismes n’entretiennent ni la confusion ni la division (avec Saul Newman) 2ème partie

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, démocratie participative, documentaire, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 18 octobre 2022 by Résistance 71

Saul_Newman

“Les deux grandes questions incontournables de l’anthropologie politique sont:
1- Qu’est-ce que le pouvoir politique, c’est à dire qu’est-ce que la société ?
2- Comment et pourquoi passe t’on du pouvoir politique non-coercitif au pouvoir politique coercitif, c’est à dire qu’est-ce que l’histoire ?”
~ Pierre Clastres, 1974 ~

“La relation politique de pouvoir précède et fonde la relation économique d’exploitation. Avant d’être économique, l’aliénation est politique, le pouvoir est avant le travail, l’économique est une dérive du politique, l’émergence de l’État détermine l’apparition des classes.”
~ Pierre Clastres, directeur de recherche en anthropologie politique au CNRS, 1974 ~

La politique du post anarchisme

Saul Newman

2010

Traduit de l’anglais par Résistance 71 

1ère partie

2ème partie

Le rôle du généalogiste est de “réveiller sous la forme des institutions et législations, le passé oublié des véritables luttes, des victoires ou défaits masquées, le sang qui a séché sur les codes de la loi.” Dans les institutions, lois et pratiques que nous tenons pour garanties ou que nous voyons comme naturelles ou inévitables, il y a une condensation de luttes et d’antagonismes violents, qui ont été réprimés. Par exemple, Jacques Derrida a montré que l’autorité de la loi est basée sur une gestuelle fondatrice de la violence qui a été désavouée. La loi doit être fondée sur quelque chose qui pré-existe, qui lui est antérieur, et par conséquent ses fondations sont par définitions illégales. Le secret de l’être de la loi doit donc être une sorte d’illégalité désavouée, un crime originel ou acte de violence qui amène le corps de la loi dans l’existence et qui est maintenant caché dans ses structures symboliques. En d’autres termes, les institutions politiques et sociales ainsi que les identités doivent être vues et perçues comme ayant des origines politiques, c’est à dire antagonistes , plutôt que des origines naturelles.

Ces origines politiques ont été réprimées au sens psycho-analytique, c’est à dire qu’elles ont été “placées autre part” plutôt qu’entièrement éliminées et peuvent toujours être réactivées une fois que le sens de ces institutions et de ces narratifs est contesté. Alors que l’anarchisme devrait partager cet engagement déconstructeur avec l’autorité politique, il a rejeté la théorie du contrat social de l’État, par exemple et souscrit toujours à la vision dialectique de l’histoire. Le développement social et politique est vu comme étant déterminé par le déroulement d’une essence sociale rationnelle et des lois historiques et naturelles immuables. Le problème est que si ces lois immuables déterminent les conditions de la lutte révolutionnaire, il y a alors très peu de place pour regarder le politique comme contingent et indéterminé.

De plus, la critique généalogique pourrait aussi être étendue aux “institutions et relations naturelles” que les anarchistes voient comme étant opposées à l’ordre du pouvoir politique. Parce que la généalogie regarde l’histoire comme un clash de représentations et un antagonisme de forces, dans lequel les relations de pouvoir sont inévitables, ceci déstabiliserait toute identité, structure ou institution, même celles qui pourraient exister dans une société anarchiste post-révolutionnaire. 

Ces quatre problématiques qui sont centrales au post-structuralisme / analyse discursive, ont des implications fondamentales pour la théorie anarchiste : si l’anarchisme veut être théoriquement efficace aujourd’hui, s’il veut s’engager pleinement dans les luttes contemporaines politiques et d’identités, il doit abandonner le cadre humaniste des Lumières dans lequel il est articulé, ses discours essentialistes, sa compréhension positiviste des relations sociales et sa vision dialectique de l’histoire. En lieu et place, il doit complètement assumer la contingence de l’histoire, l’indétermination de l’identité et la nature antagoniste des relations socio-politiques. En d’autres termes, l’anarchisme doit suivre sa vision intérieure de l’autonomie de la dimension politique jusqu’à ses implications logiques et voir le politique comme un domaine constitutif ouvert de l’indétermination, de l’antagonisme et de la contingence, sans les garanties de la réconciliation dialectique et de l’harmonie sociale.

La problématique post-anarchiste

-[]- Le post-anarchisme peut donc être vu comme la tentative de corriger la théorie anarchiste le long de lignes non-essentialistes et non-dialectiques, par l’application et les développement de visions en provenance du post-structuralisme / analyse discursive qui est précisément la théorisation de l’autonomie et de la spécificité du domaine politique et la critique déconstructive de l’autorité politique. Ce sont ces aspects cruciaux de la théorie anarchiste qui doivent être mis en lumière et dont les implications doivent être explorées. Elles doivent être libérées des conditions épistémologiques qui, bien qu’elles leur ont donné originellement naissance, maintenant les restreignent. Le post-anarchisme accomplit ainsi une opération de sauvetage de l’anarchisme classique, tentant d’extraire son centre vital de l’autonomie du politique et d’explorer ses implications pour une politique radicale contemporaine. -[]-

La force de cette intervention post-anarchiste est venue de mon point de vue, du fait que la théorie anarchiste était centrale au post-structuralisme, mais aussi que le post-structuralisme lui-même était central à l’anarchisme. Cela veut dire que l’anarchisme a permis, comme je l’ai suggéré, la théorisation de l’autonomie du politique avec ses multiples sites de pouvoir et de domination ainsi que ses multiples identités et sites de résistance au delà du cadre économique réductionniste marxiste. Mais, comme je l’ai aussi argumenté, les implications de ces innovations théoriques furent restreintes par les conditions épistémologiques du temps, à savoir les idées essentialistes au sujet de la subjectivité, la vision déterministe de l’histoire et les discours rationnels des Lumières.

A son tour, le post-structuralisme est, du moins dans son orientation politique, fondamentalement anarchiste, particulièrement son projet déconstructiviste de démasquer et de déstabiliser les institutions de l’autorité et ses pratiques de contestation du pouvoir qui sont dominantes et exclusives. Le problème du post-structuralisme fut que, tandis qu’il impliquait un engagement politique anti-autoritaire, il manquait non seulement de contenu explicite politico-ethnique, mais aussi d’un compte adéquat de l’agencement individuel. Le problème central avec Foucault par exemple, était que si le sujet est construit par les discours et les relations de pouvoir qui le dominent, comment fait-il exactement pour résister à cette domination ? C’est pourquoi amener ensemble l’anarchisme et le post-structuralisme devait explorer les façons par lesquelles chacun pouvait mettre en valeur et s’occuper des problèmes théoriques de l’autre.

Par exemple, l’intervention post-structuraliste dans la théorie anarchiste a montré que l’anarchisme avait une faiblesse, un “point aveugle” : il ne reconnaissait pas les relations de pouvoir cachées et l’autoritarisme potentiel des identités essentialistes et des cadres épistémologiques et discursifs, qui ont formé la base de sa critique de l’autorité. L’intervention anarchiste dans la théorie post-structuraliste, d’un autre côté, a exposé ses faiblesses politiques et éthiques et en particulier, les ambigüités d’expliquer agencement et résistance dans le contexte de relations de pouvoir intégralement imbriquées.

Sur ces problèmes théoriques centrés autour de la question du pouvoir : il fut trouvé que tandis que l’anarchisme classique était capable de théoriser, dans le sujet essentiel révolutionnaire, une identité ou endroit de résistance en dehors de l’ordre du pouvoir, ce sujet fut prouvé, dans des analyses subséquentes, être imbriqué dans les relations de pouvoir qu’il conteste ; alors que le post-structuralisme tout en exposant précisément cette complicité entre le sujet et le pouvoir, n’avait pas de point de départ théorique, un extérieur, depuis lequel critiquer le pouvoir. Ainsi, le dilemme théorique que j’ai tenté de résoudre en partant de Bakounine et de Lacan, fut que, alors que nous devons assumer qu’il n’y a pas d’extérieur essentialiste au pouvoir, pas de terrain ferme ontologique ou épistémologique pour une résistance, au delà de l’ordre du pouvoir, la politique radicale a néanmoins besoin d’une dimension théorique en dehors du pouvoir et une certaine notion d’agencement radical qui n’est pas totalement déterminé par le pouvoir. J’ai exploré l’émergence de cette aporie, découvrant deux “cassures épistémologiques” centrales dans la pensée politique radicale.

La première fut trouvé dans la critique de l’humanisme des Lumières par Max Stirner, qui a formé la base théorique de l’intervention post-structuraliste au sein de la tradition anarchiste elle-même. La seconde fut trouvée dans la théorie de Jacques Lacan, dont les implications allèrent au delà des limites conceptuelles du post-structuralisme, faisant remarquer les déficiences dans les structures de pouvoir et de langage et la possibilité d’une notion indéterminée radicale de l’agencent émergeant de cette carence.

Donc, le post-anarchisme n’est pas tant un programme politique cohérent qu’une problématique anti-autoritaire qui émerge généalogiquement, c’est à dire, au travers de toute une série de conflits et d’apories théoriques, d’une approche post-structuraliste de l’anarchisme (ou de fait, une approche anarchiste du post-structuralisme). Mais le post-anarchisme implique aussi une large stratégie d’interrogation et de contestation des relations de pouvoir et de hiérarchie, de la découverte de sites auparavant invisibles de domination et d’antagonisme. En ce sens, le post-anarchisme peut être vu comme un projet politico-éthique ouvert de décontraction de l’autorité. Ce qui le distingue de l’anarchisme classique est qu’il est politique non-essentialiste. C’est à dire que le post-anarchisme ne se repose plus sur une identité essentielle de résistance et n’est plus ancré dans les épistémologues des Lumières ou des garanties ontologiques du discours humaniste.

Son ontologie est plutôt ouverte constitutivement à d’autres et pose un horizon radical vide et indéterminé, qui peut inclure une pluralité de différentes luttes politiques et d’identités. En d’autres termes, le post-anarchisme est un anti-autoritarisme qui résiste le potentiel totalisant d’un discours fermé ou d’une identité. Ce qui ne veut bien sur pas dire que le post-anarchisme n’a pas de contenu éthique ou de limites. De fait, son contenu politico-éthique peut même être fourni par des principes émancipateurs traditionnels de liberté et d’égalité, principes dont la nature irréductible et inconditionnelle fut affirmée et reconnue par l’anarchisme classique. Mais le point est que ces principes ne sont plus ancrés dans une identité fermée mais deviennent des “signifiants vides”, ouverts à un nombre de différentes articulations décidées de manière contingente au cours de la lutte.

De nouveaux défis : La bio-politique et le sujet

Un des défis centraux de la politique radicale d’aujourd’hui serait la déformation de l’état-nation en un état bio-politique ; une déformation qui, paradoxalement, montre son vrai visage. Comme l’a montré Giorgio Agamben, la logique de la souveraineté, au delà de la loi, et la logique de la bio-politique, se sont recoupées sous la forme de l’état moderne. Ainsi, la prérogative de l’État est de réguler, de contrôler et de policer la santé biologique de ses populations internes. Comme l’a argumenté Agamben, cette fonction produit une forme particulière de subjectivité, ce qu’il appelle Homo nacer, ce qui est défini par la forme de “simple vie” ou la vie biologique dépouillée de sa signification politique et symbolique, ainsi que par le principe de meurtre légal, ou meurtre en toute impunité.

De manière paradigmatique serait la subjectivité du réfugié et des camps d’internement des réfugiés, que nous voyons émerger de partout. Dans ces camps, une nouvelle forme arbitraire de pouvoir est directement exercée sur la vie dénudée des détenus. En d’autres termes, le corps du réfugié, qui a été dépouillé de tous droits politiques et légaux, est le point d’application d’un bio-pouvoir souverain. Mais le réfugié n’est qu’emblématique au statut bio-politique auquel nous sommes tous peu à peu réduits. En fait, ceci mène vers un nouvel antagonisme qui émerge comme étant central à la politique.

Une critique post-anarchiste serait dirigée sur précisément ce lien entre le pouvoir et la biologie. Ce n’est pas suffisant de simplement affirmer les droits humains du sujet contre les incursions du pouvoir. Ce qui doit être examiné de manière critique est la façon par laquelle certaines subjectivités humaines sont construites comme conduits du pouvoir.

Le vocabulaire conceptuel pour analyser ces nouvelles formes de pouvoir et subjectivité n’auraient pas été disponibles à l’anarchisme classique. Mais, même dans ce nouveau paradigme de pouvoir de la soumission, les motivations et implications éthiques et politiques de l’anarchisme pour remettre en question l’autorité, aussi bien que son analyse de la souveraineté de l’État, qui ont été au delà d’explications de classes, continuent d’être valides aujourd’hui. Le post-anarchisme est novateur parce qu’il combine ce qui est crucial dans la théorie anarchiste avec une critique post-structuraliste / analyse discursive de l’essentialisme. Ce qui en résulte est un projet ouvert anti-autoritaire politique pour le futur.

QuintetA

Le texte complet de Saul Newman en PDF superbement réalisé par Jo :

Saul-Newman-la-politique-du-post-anarchisme

Notes :

[1] See David Graeber’s discussion of some of these anarchistic structures and forms of organization in “The New Anarchists,”New Left Review 13 (Jan/Feb 2002): 61–73.

[2] Ernesto Laclau and Chantal Mouffe, Hegemony and Socialist Strategy: Towards a Radical Democratic Politics. London: Verso, 2001. p. 159.

[3] Ibid., p. 160.

[4] Mikhail Bakunin, Political Philosophy: Scientific Anarchism, ed. G. P Maximoff. London: Free Press of Glencoe. p. 221.

[5] See Murray Bookchin, Remaking Society, Montreal: Black Rose Books, 1989. p. 188.

[6] The last two in particular have remained resistant to poststructuralism/postmodernism. See, for instance, John Zerzan, “The Catastrophe of Postmodernism,”Anarchy: A Journal of Desire Armed (Fall 1991): 16–25.

[7] See Jean-Francois Lyotard, The Postmodern Condition: a Report on Knowledge. Trans. Geoff Bennington and Brian Massumi. Manchester: Manchester University Press, 1984.

[8] See Judith Butler, Ernesto Laclau and Slavoj Zizek, Contingency, Hegemony, Universality: Contemporary Dialogues on the Left. London: Verso. pp. 112–113.

[9] See Gilles Deleuze and Felix Guattari. Anti-Oedipus: Capitalism and Schizophrenia. Trans. R. Hurley. New York: Viking Press, 1972. p. 58.

[10] For a comprehensive discussion of the political implications of this Lacanian approach to identity, see Yannis Stavrakakis, Lacan and the Political. London: Routledge, 1999. pp 40–70.

[11] Peter Kropotkin, for instance, believed that there was an natural instinct for sociability in men, which formed the basis for ethical relations; while Bakunin argued that the subject’s morality and rationality arises out of his natural development. See, respectively, Peter Kropotkin, Ethics: Origin & Development. Trans., L.S Friedland. New York: Tudor, 1947; and Bakunin, Political Philosophy, op cit., pp. 152–157.

[12] Michel Foucault. Discipline and Punish: The Birth of the Prison. Trans. A. Sheridan. Penguin: London, 1991. p. 30.

[13] Michel Foucault, “Nietzsche, Genealogy, History,”in The Foucault Reader, ed. Paul Rabinow. New York: Pantheon, 1984. 76–100. p. 83.

[14] Michel Foucault, “War in the Filigree of Peace: Course Summary,”trans. I. Mcleod, in Oxford Literary Review 4, no. 2 (1976): 15–19. pp. 17–18.

[15] See Jacques Derrida, ‘Force of Law: The Mystical Foundation of Authority,’in Deconstruction and the Possibility of Justice, ed. Drucilla Cornell et al. New York: Routledge, 1992: 3–67.

[16] See Jacob Torfing, New Theories of Discourse: Laclau, Mouffe and Zizek, Oxford: Blackwell, 1999.

[17] The question of whether Lacan can be seen as ‘poststructuralist’or ‘post- postructuralist’forms a central point of contention between thinkers like Laclau and Zizek, both of whom are heavily influenced by Lacanian theory. See Butler et al. Contingency, op. cit.

[18] This notion of the “empty signifier”is central to Laclau’s theory of hegemonic articulation. See Hegemony, op. cit. See Ernesto Laclau, “Why do Empty Signifiers Matter to Politics?”in The Lesser Evil and the Greater Good: The Theory and Politics of Social Diversity, ed. Jeffrey Weeks. Concord, Mass.: Rivers Oram Press, 1994. 167–178

[19] See Giorgio Agamben, Homo Sacer: Sovereign Power and Bare Life. Trans., Daniel Heller- Roazen. Stanford, Ca: Stanford University Press, 1995.

[20] As Agamben argues: : “The novelty of coming politics is that it will not longer be a struggle for the conquest or control of the State, but a struggle between the State and the non-State (humanity)…”Giorgio Agamben, The Coming Community, trans., Michael Hardt. Minneapolis: University of Minnesota Press, 1993. p. 84.

= = =

Lectures complémentaires :

“Manifeste pour la société des sociétés” (Résistance 71)

“Anthropologie politique, résolution de l’aporie de Pierre Clastres” (Résistance 71)

“La généalogie de la morale”, Friedrich Nietzsche

“L’entraide, facteur de l’évolution”, Pierre Kropotkine

« L’appel au socialisme », Gustav Landauer

Notre page “Anthropologie politique”

a-mour-rien

État-marchand et pourriture toxique… Nous sommes empoisonnés (Claude Janvier)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, crise mondiale, désinformation, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 16 octobre 2022 by Résistance 71

empoisonnement

“Le capitalisme est la croyance que les hommes les plus tordus feront les choses les plus tordues pour le bien-être de tous.”
~ John Maynard, Keynes, économiste ~

“Cette loi sur la réserve fédérale établit le plus grand trust financier au monde. Quand le président [Wilson] la signera, le gouvernement du pouvoir invisible de l’argent et de la finance sera légalisé. Le plus grand crime législatif de notre temps est perpétré par cette loi régissant la banque et la monnaie. A partir de maintenant, les dépressions économiques seront créées scientifiquement.”
~ Sénateur Charles Lindbergh Sr dans une déclaraiton au congrès des Etats-Unis en 1913 ~

“Il n’y a pas de moyens plus subtils, plus sûrs pour retourner les bases d’existence de la société que de débaucher la monnaie. Le processus engage toutes les forces cachées des lois économiques du côté de la destruction et le fait de telle manière que pas un homme sur un million est capable de la diagnostiquer.”
~ John Maynard Keynes, 1926 ~

Ce que dit Claude Janvier ci-dessous est tout à fait correct et il est certes particulièrement important de diffuser au grand large cette information, mais nous ajouterions ceci : rien n’arrive par hasard, tout est VOULU ET PLANIFIE de longue date. Les soi-disantes “réponses” à la terreur planifiée du 11 septembre et de la vraie fausse pandémie COVID19 ne sont que des outils de la mise en place de ce Nouvel Ordre Mondial / Grande Réinitialisation pensé par l’oligarchie post-capitaliste, de la mise en place de la tyrannie planétaire achevée de la dictature entrepreneuriale marchande transnationale, menée par une caste de larbins corrompus et inféodés à un système eugéniste, transhumantise et donc génocidaire. Une fois ceci compris, nous devons réaliser individuellement puis collectivement, qu’il n’y a pas et ne saurait avoir de solution au sein du système qui est depuis bien longtemps et par construction même, au-delà de toute rédemption possible. Alors que faire ?…
Des éléments de réponse sous l’analyse de Claude sous la forme de lectures pédagogiques complémentaires. Ce dont nous avons besoin par-delà la compréhension de la réalité qui nous incombe, est d’AGIR, individuellement et collectivement. Refuser d’obéir, arrêter de consentir à notre éradication planifiée, nous unir par delà les guéguerres de clochers politiques savamment entretenues par la clique du pouvoir et les maîtres de la division “gauche-droite” et mettre en place notre propre réalité en devenir, pensée et interactive, celle de notre humanité enfin réalisée au sein d’espaces politiques autonomes conquis et entretenus dans l’association libre.
Quant à cet “état de droit” mentionné par Claude en fin d’article, il n’existe pas plus que le beurre en branche. Il n’y a pas “d’état de droit”, il n’y a qu’une illusion légale, une illusion démocratique… L’État est coercitif par essence, sa violence est la “loi”, celle du quidam, un crime par défaut. L’État oppresseur possède le monopole de la violence dite “légitime”, demandez aux Gilets Jaunes ce qu’ils pensent de “l’état de droit”. L’État c’est le pouvoir de la matraque et du fusil (flashball pour l’heure) et il n’y a qu’une bien fine ligne rouge entre « l’état de droit » de la Vème république française et “l’état de droit” d’un Pinochet, d’un Videla, d’un Mao ou d’un Lénine. N’oublions jamais que la Commune de Paris fut réprimée dans un bain de sang par une république dite « modérée ».
L’heure est venue de retirer les gants, l’oligarchie les ayant retirés depuis un bail et de nous réaliser enfin, hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat… Il n’y a pas de solution au sein du système ! Y croire encore n’est plus de la naïveté mais de la complicité pure et simple !
Qu’on se le dise !
~ Résistance 71 ~

GJ_repression_etat1
« état de droit » et république bananière…
du poison étatique à l’antidote en action !

Nous sommes empoisonnés

Claude Janvier

16 octobre 2022

Nous sommes empoisonnés par un Président plus préoccupé de plonger notre pays dans la guerre plutôt que de jouer la carte de l’apaisement dans le conflit russo-ukrainien. (1)

Nous sommes empoisonnés par un déficit et une dette publique record, par une précarité et par une misère grandissante, pendant que la caste dirigeante continue à s’en mettre plein les poches. Les grands patrons du CAC 40, continuent de recevoir chaque année 200 milliards de cadeaux fiscaux. – Subventions publiques, crédit d’impôts, et exonérations fiscales -. (2)

Nous sommes empoisonnés par des politiciens corrompus qui ne démissionnent pas et qui ne seront probablement jamais jugés correctement. Qu’il s’agisse d’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, mis en examen pour « prises illégales d’intérêts », d’Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, accusé lui aussi de « prises illégales d’intérêts », et d’Édouard Philippe bientôt convoqué le 24 octobre 2022 devant la Cour de justice de la République, reste-t-il un politicien intègre dans notre pays ?

Nous sommes empoisonnés par des écolos de pacotille, les « Khmers Verts », favorisant les éoliennes qui, non seulement produisent peu d’énergie, mais dont les pales, les montants et les batteries sont non recyclables. Quand tous les parcs éoliens défigurant la France seront achevés, les éoliennes ne produiront que 13 % de nos besoins en électricité. Des milliards d’euros investis pour rien, mais pas perdus pour tout le monde. Bienvenue dans le monde glauque de la cupidité. (3)

Nous sommes empoisonnés par des usines de méthanisation censées produire du gaz et de l’électricité. Sauf que la production de ce gaz à partir d’excréments d’animaux et de déchets végétaux rejette 90 % de déchets. Ces déchets, appelés « Digestat » sont étalés dans les champs, détruisant les vers de terre indispensables à la survie des terres arables. Pollution olfactive, sonore, des nappes phréatiques et j’en passe. Déjà 1075 méthaniseurs en France qui produisent, tenez vous bien, 0,6 % d’électricité et 0,5 % de gaz naturel. On croit rêver. (4)

Nous sommes empoisonnés par des médias mainstream aux ordres. Depuis plusieurs jours, la météo de l’électricité fait son apparition :

– Eco Watt Rouge, éteignez tout et mettez des cols roulés.

– Eco Watt Orange, alternez entre les pulls et les sous-pulls,

– Eco Watt Vert, consommez, mais avec modération.

Le compteur Linky va vous couper l’électricité à distance. Souriez, vous allez geler. La centrale Fessenheim est fermée sous des prétextes fallacieux, car tout fonctionne à l’intérieur. Un pas de plus vers l’esclavage voulu par nos gouvernants.

Nous sommes empoisonnés tous les jours par de la nourriture chimique, où règne en maître les colorants, les sucres blancs, les huiles bas de gamme, les antibiotiques, les hormones, les pesticides et les fongicides. Les grandes firmes agroalimentaires ne cherchent qu’à engranger des bénéfices au détriment de votre santé et aussi de celle de vos animaux de compagnie. Jetez un œil sur la composition des croquettes et des pâtées pour chiens et chats. Édifiant. Un exemple : les chats sont des carnivores, mais leurs croquettes contiennent des légumes, des fibres et des sous-produits animaux tel que des cornes et des sabots qui ont été pulvérisés.

Nous sommes empoisonnés par une médecine allopathique corrompue dont une grande majorité de praticiens ont oublié le serment d’Hippocrate. Rappelez-vous : « Vous êtes malades ? Vous avez de la fièvre ? Restez chez vous. Prenez du Doliprane et si vous vous étouffez faites le 15 ». En revanche, faites vous inoculer des liquides appelés frauduleusement vaccins toujours en essais cliniques phase 3. (5)

Nous sommes empoisonnés par des poulets ukrainiens, – et oui, il ne manquait plus que ça -, déferlants en France. Yuriy Kiousuk, un oligarque ukrainien, spécialiste de la malbouffe, exporte depuis 2022 ses poulets aux hormones vers l’UE et la France. Au motif qu’il est Ukrainien – et qu’il faut soutenir l’Ukraine – la Commission européenne a décidé de laisser entrer sa production sans droits de douane ni vérification de la conformité de ses poulets avec les règlements phytosanitaires européens. C’est bien connu, la grippe aviaire n’existe pas en Ukraine… Allô, allô, les éleveurs français ? Il est temps de vous réveiller ! (6)

Nous sommes empoisonnés par une justice de plus en plus laxiste et aux ordres. Article du média 442 : « Olivier Bailly, ancien Premier vice-président du tribunal judiciaire de Dijon, juge des enfants de 2003 à 2008, avait proposé de violer sa fille de 12 ans sur des sites libertins entre octobre 2019 et juin 2020. Condamné le 11 mars 2022 à deux ans de prison, dont un ferme, il a été radié de la magistrature le 28 juillet 2021, mais cette décision fait l’objet d’un recours devant le Conseil d’État. Sa peine a été allégée en appel, le 29 septembre 2022. Le tribunal l’a reconnu coupable d’ « instigation à la corruption de mineur non suivie d’effet », mais l’a relaxé pour les faits d’ « instigation à commettre un viol et une agression sexuelle sur mineur non suivie d’effet » ce qui ramène sa peine à deux ans avec sursis. Les juges ont été cléments envers un des leurs, car l’article 227-2 du Code pénal prévoit que « Le fait de favoriser ou de tenter de favoriser la corruption d’un mineur est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. ». (7)

Nous sommes empoisonnés par d’innombrables chefaillons de la république. Vire, capitale de l’Andouille, mais au propre comme au figuré. Car, si vous vous étouffez, direction les urgences de son hôpital. Et là, vous risquez en plus de mourir à cause du froid. En effet, il a été relevé 15° C dans une de ses chambres. La direction refuse d’allumer le chauffage depuis les déclarations fracassantes de la clique gouvernementale à propos du port des pulls cols roulés. Dociles, cupides et stupides, tel est le credo d’un bon nombre de petits chefs, plus soucieux de la taille de leur compte en banque que du bien-être de leur prochain. Que font les soignants et les syndicats de cet hôpital à part dénoncer les « mauvaises conditions de travail  » ? Rien. (8)

Nous sommes empoisonnés par une dictature covidiste toujours omniprésente. Un article récent paru dans 20 minutes en date du 21 septembre 2022 fait état qu’entre le 12 et le 18 septembre 2022, 1.132.300 tests PCR et antigéniques ont été validés, ce qui représente la bagatelle de 56 615 000 Euros engrangés dans les poches des fabricants de tests. Trop fort !

Jean Lassalle, ancien député, dans une vidéo devenue virale, annonce la couleur :  » Maintenant, tout est fait pour saboter et détruire tous les fondements de nos civilisations. Et puis ces vaccins, moi, je n’ai pas eu le Covid, j’ai eu le vaccin Johnson qui a failli me tuer, qui m’a déformé le cœur, j’ai eu 4 opérations depuis le 3 janvier de cette année.  » Cerise sur le gâteau, il déclare que le chef de l’Etat, les ministres et la majorité des parlementaires n’auraient pas été vaccinés. Voir sa courte vidéo (9)

Nous sommes empoisonnés par des zones de non-droit dues au laxisme de la police, de la justice et du gouvernement. D’après Alain Chouet (10), ancien chef du service de renseignement de crise à la DGSE, nous avons la bagatelle de 1514 quartiers de non-droit, répartis sur 859 communes et regroupant 4 millions d’habitants. Ces quartiers s’autogèrent. La police, les forces de sécurité, les secours, les services médicaux et sociaux n’y entrent jamais. La France, Etat de droit ? Vraiment ?

Nous sommes une minorité à dire non. Rejoignez la résistance et la désobéissance civile. À moins que votre credo ne soit de mourir à petits feux, atomisés et empoisonnés, vous avez le  pouvoir de dire non. Sortons de l’UE, sortons du joug de Bruxelles inféodée aux USA, reprenons notre souveraineté et remettons de l’ordre dans notre pays.

Claude Janvier

Écrivain, essayiste. https://www.is-edition.com/

Notes : 

(1) : Imposture et Trahison. Jean-Michel Vernochet. Edition Dualpha

(2) « Le virus et le président ». Jean-Loup Izambert et Claude Janvier. IS Edition

(3) Eoliennes. Un scandale d’état. Alban d’Arguin. Collection Pourquoi ? Synthèse

(4) Méthanisation. La nouvelle escroquerie écologiste. Bernard Germain. Collection Pourquoi ? Synthèse

(5) https://www.is-edition.com/actualites/parution-de-covid-19-le-bilan-en-40-questions-de-jean-loup-izambert-et-claude-janvier/

(6) https://www.youtube.com/watch?v=UVdvV9ugKxI

(7) https://lemediaen442.fr/le-magistrat-qui-proposait-sur-internet-de-violer-sa-fille-de-12-ans-a-eu-sa-peine-allegee-en-appel/

(8) https://www.ouest-france.fr/normandie/vire-normandie-14500/hopital-de-vire-la-direction-refuse-d-allumer-le-chauffage-on-a-releve-150c-dans-une-chambre-017830ec-4490-11ed-921f-8a68cbe64445

(9) https://ntdtv.fr/jean-lassalle-tout-est-fait-pour-detruire-notre-civilisation/

(10)  Sept pas vers l’enfer, Flammarion, 2022.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

GJ_repression_etat

ne-votons-plus-agissons

GJVH