Archive for the économie Category

Analyse du livre de J. Baschet « Basculements, mondes émergents, possibles, désirables » (Pierre Bance)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 11 juin 2021 by Résistance 71

La société des sociétés se construira hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat ou ne sera pas. L’État et le capitalisme sont au bout du rouleau certes, mais se métamorphosent une énième fois, fusionnent en ce que leur oligarchie appelle le “Nouvel Ordre Mondial”, fusion supranationale des mega-entreprises et des états en une entité dictatoriale technotronique et transhumaniste supra-élitiste.
L’antidote à ce cauchemar dystopique est la société des sociétés de notre humanité réalisée au sein de la diversité de notre complémentarité, hors antagonisme et en harmonie avec la simple loi naturelle.
Tout part de l’individu qui dit NON ! à tout et en tout et se ligue avec ses semblables à la racine humaine profonde du refus d’obtempérer. L’individu comprend, refuse, agit en se liguant, rayonnant ainsi de l’individu au collectif. Nous avons mis sous cet article d’analyse de livre, quelques textes qui pourront aider à la réalisation individuelle et collective de la seule société future viable pour l’humanité, quelque soit le nom qu’on lui donne.
~ Résistance 71 ~

Cronstadt100ans1
1871, 1921, 1936, 1956, 1968…
Vive Commune Universelle de notre humanité réalisée !

Basculer d’accord mais du bon côté

Pierre Bance

Mai 2021

Source:
http://www.autrefutur.net/Basculer-d-accord-mais-du-bon-cote

Jérôme Baschet n’aime pas l’idée d’effondrement « inéluctable et fatal », chère à la collapsologie, parce qu’elle n’a d’autre perspective que la résignation. Il préfère parler de « basculements », titre de son dernier livre. Certes les basculements portent une part d’incertitude mais ils n’écartent aucune hypothèse émancipatrice ‒ « le champ des possibles ».

La crise du Covid-19 ne se terminera pas par le basculement final. L’État-nation pourrait même s’en trouver ragaillardi, sollicité par les citoyens pour renforcer le service public de santé, sollicité par le capital pour rétablir l’ordre sanitaire qu’ils ont ensemble contribué à désorganiser. Il ne faudrait cependant pas s’arrêter à cette impression, déclare Jérôme Baschet, car, parallèlement, cette crise « a mis en évidence les hésitations, les louvoiements et les défaillances des gouvernements plutôt que leur toute puissance » (p. 24). Il y a donc des raisons d’espérer. La crise peut servir d’appui « pour porter la réflexion jusque vers l’après-capitalisme » (p. 17). Le Léviathan aurait des bases pourries et si le capitalisme est désorganisé par un virus, c’est peut-être un autre des signes annonçant qu’il est en bout de course, sans toutefois sous-estimer sa capacité de réaction, d’adaptation. Ainsi Baschet réfléchit-il au sens de la promotion d’un capitalisme vert et numérisé, nouvelle image de sa modernité. Ce leurre néolibéral qui permettra de saper la contestation écologique tout en évitant le seul effondrement certain s’il persévère dans sa dynamique de domination et de d’accumulation : l’extinction de l’humanité. Quels que soient les scénarios que le capitalisme empruntera – continuer comme aujourd’hui, se verdir ou adhérer au modèle autoritaire chinois ‒, ses méfaits chaque jour constatés, ses crises à répétition ne peuvent que favoriser des réactions antisystémiques et nourrir l’espérance en des « mondes émergents » et des « possibles désirables » (sous-titre du livre). Comment et lesquels ? C’est à cette question que l’auteur tente de répondre dans ce livre servi par d’impressionnantes connaissances et une plume agile.

Si l’on veut en finir avec la domination étatique et le productivisme capitaliste afin de respecter la nature, promouvoir la liberté et l’égalité des différentes communautés humaines, ce monde émancipé sera fondé sur l’autonomie communale, l’équilibration des contraires et la fédération des « espaces libérés ». Voilà un programme ‒ un parti pris ‒ sur lequel s’accordent de plus en plus de personnes même si les voies pour y parvenir sont multiples et peuvent se combiner, du grand soir insurrectionnel aux luttes interstitielles, en passant par l’action institutionnelle (sociale-démocrate).

Encore faudra-t-il renoncer aux références philosophiques et éthiques de nos sociétés. « On ne peut espérer sortir du capitalisme, écrit Jérôme Baschet, sans récuser une modernité qui a pour principaux fondements le naturalisme, l’individualisme et l’universalisme ‒ à quoi il faudrait ajouter la vision d’une histoire linéaire, identifiée au mouvement unique et illimité du Progrès » (p. 175). C’est un préalable qui fera déjà problème, à commencer par son rejet de l’universalisme. Pour Baschet, ce rejet n’est pas négociable si l’on veut que, sur la terre, des mondes multiples s’entrelacent dans des existences communales et se fondent dans « une condition planétaire vécue dans son hétérogénéité constitutive » (p. 178).

L’auto-administration et ses instituions

Les grandes lignes du modèle de société communaliste que propose Jérôme Baschet sont connues : assemblée communale souveraine, mandat précis et révocable des délégués, rotation des responsabilités, fédération « postlocale » pour les questions relevant de plusieurs unités territoriales. Il ne pousse pas plus loin la question de l’organisation, considérant qu’il appartiendra aux assemblées concernées de la mettre en place. Certainement sous-estime-t-il l’importance d’avoir posé la règle préalablement à « l’événement ». Pourtant, tout en disant qu’une constitution n’est pas nécessaire, au paragraphe suivant, il en écrit un morceau sur les conditions de la délégation (p. 112). Si le projet révolutionnaire ne prévoit pas les institutions de l’auto-administration [1] et leur fonctionnement, si ce n’est dans le détail tout au moins dans leurs principes politiques et juridiques, s’il s’en remet à la spontanéité du moment révolutionnaire ou aux fragiles fédérations d’alternatives mises en place en régime capitaliste, il y a fort à parier que l’État reprendra le dessus militairement ou, encore mieux, par des élections, comme en 1968. Si l’appareil d’État est affaibli au point de n’être plus en mesure de réagir, l’absence d’institutions capables d’agir immédiatement laissera le champ libre à quelque parti ou quelque leader charismatique pour s’approprier la révolution et rétablir un État sous leur domination.

De même, une fois l’installation révolutionnaire réussie, si comme le dit Jérôme Baschet chacun doit participer à la décision politique, n’en va-t-il pas autrement pour son exécution. Sont nécessaires des instances administratives stables qui n’ont pas seulement « un rôle spécial d’initiative et d’impulsion » (p. 121), mais qui exercent une autorité de compétence sous le contrôle des assemblées locales ou fédérales mandantes pour que ne se constitue pas une bureaucratie « d’intelligents ».

L’auteur, bien sûr, n’ignore pas tout cela mais se méfie de toute règle, tout « programme contraire à l’esprit de l’autonomie » (p. 119) telle qu’il la conçoit : « la reconnaissance d’une capacité partagée qui récuse toute suspicion d’incompétence ou d’ignorance » (p. 125). Il n’est pas non plus naïf : « Les discordances sont inévitables, comme les manquements au faire-commun ; et, en cas d’infraction aux règles collectivement assumées, des décisions visant à réparer le tort commis doivent être prises par les instances de justice communale » (p. 165), une justice du consensus, ajoutera-t-on.

L’autogestion de la production

Jérôme Baschet est plus à l’aise avec la question économique. Il conduit une critique serrée de la nature productiviste du capitalisme, puis envisage le « démantèlement de l’actuel système productif-destructif » (p. 83). Pour ce, il recense les secteurs qui pourraient être rationnalisés voire supprimés vu leur inutilité ou leur nuisance et conclut que « ce qu’il est pertinent de produire n’est rien d’autre que ce qui est défini comme tel par les collectifs concernés » (p. 88, voir aussi p. 103). La formule est belle, mais recouvre nombre de difficultés pratiques et juridiques pour lesquelles il vaudrait mieux envisager des procédures dès aujourd’hui. Ainsi de « la disparition des principales formes de propriété des moyens de production », du remplacement de la propriété privée par l’usage (p. 88), ou de la question de la planification que Baschet rejette au nom des mauvais souvenirs du socialisme réel qui ne le fut guère (p. 87). Peut-on envisager le fédéralisme sans planification, avancer à l’aveuglette ?

Il aborde aussi un sujet qui intéressera particulièrement les lecteurs des Chroniques Noir et Rouge : la production relève-t-elle de l’assemblée des producteurs ou de l’assemblée des citoyens de la commune ? Elle revient à la commune ou à l’instance « supralocale » compétente, répond Baschet. Si cela est vrai pour le choix de ce que l’on produit, le comment-on-le-fait doit rester aux mains des travailleurs ‒ encore un mot qui relève des catégories du capitalisme. Ce sont eux, par exemple, qui sont en mesure de mieux rompre avec la division du travail, d’édicter les normes du point de vue des exigences écologiques.

Pour résumer, il s’agira, le moment venu, de « relocaliser et réduire drastiquement la production, retrouver le sens des proportions, réencastrer les décisions productives dans les choix de vie » (p. 103). Du Bookchin.

Bookchin justement

Après avoir écarté l’option étatique pour enclencher la transformation révolutionnaire et souligné la nécessité pour les expériences alternatives de s’organiser en réseau pour sortir de « leur impuissance, sinon [de] leur insignifiance » (p. 183, voir aussi p. 197), Jérôme Baschet se rapproche, en partie, des propositions de Murray Bookchin. Il adhère à la stratégie de marginalisation de l’État par l’autonomie communale, en l’associant avec des actions de blocages (grèves, occupations, barrages routiers, boycottages par les consommateurs, etc.). Cependant, Baschet critique Bookchin sur certains points. Il lui reproche de ne pas prendre en compte la diversité culturelle, ce qui est vrai et ce grief lui est souvent opposé. Il lui reproche aussi, mais c’est moins convaincant parce que réducteur [2], « de faire d’une politique municipale alternative le levier exclusif de la sortie du capitalisme » (p. 198). Il aurait aussi pu parler du « progrès » chez Bookchin, objet de discussions, parfois de disputes, dans le monde de l’écologie sociale.

Pendant que l’on débat des mérites des théories de Bookchin, les révolutionnaires du Rojava qui s’en revendiquent au travers du confédéralisme démocratique, mesurent concrètement combien il est difficile d’abattre l’État pour mettre en place une démocratie directe. Plus qu’au Chiapas [3], dont on rappelle que Jérôme Baschet est l’un des meilleurs connaisseurs, c’est en Syrie du Nord que le discours alternatif et les théories autonomiste se confrontent au réel sur une grande échelle et dans des conditions géopolitiques dantesques. Les reculs, les échecs, les tergiversations que les ennemis de l’Administration autonome démocratique ne manquent pas de relever, peuvent, en effet, décourager, faire douter. Il faut alors prendre les oiseaux de mauvais augure à contrepied. L’analyse de chaque défaillance doit être une source d’avancée dans la compréhension du processus révolutionnaire au même titre que l’œuvre constructive de la révolution comme, simple exemple, l’application systématique du principe d’égalité [4]. Avancées qui, quel que soit le sort de cette révolution, contribueront à imaginer des réponses aux problèmes sous-jacents aux thèses de Baschet. Car il serait périlleux, le jour venu, de décider dans l’urgence, voire la panique, faute d’anticipation.

* * *

Pour conclure, Jérôme Baschet propose, sans écarter d’autres pistes, une hypothèse de basculement qui « allie stratégies interstitielles antagoniques et stratégies non étatiques de rupture – les deux interagissant dans une dynamique de crise structurelle » (p. 217). Qu’on soit ou non d’accord avec cela, ou d’autres de ses analyses adjacentes, on remerciera Baschet d’avoir alimenté la dynamique réflexive vers l’après-capitalisme et, du coup, de nous pousser à aller plus loin encore pour penser le projet d’un autre futur, pour le faire partager au plus grand nombre. Autant dire qu’il reste du travail contre-et-au-delà, comme dirait John Holloway [5].

Pierre Bance

(article paru dans les Chroniques Noir et Rouge N°5)

Jérôme Baschet, « Basculements. Mondes émergents, possibles désirables », 

La Découverte, 2021, 254 pages dont 18 pages de bibliographie, 15 € –

[1] Voir, Floréal M. Romero, Agir ici et maintenant. Penser l’écologie sociale de Murray Bookchin, Éditions du commun, 2019, 272 pages, 16 €

[2] Voir, Floréal M. Romero, Agir ici et maintenant. Penser l’écologie sociale de Murray Bookchin, Éditions du commun, 2019, 272 pages, 16 €

[3] Pierre Bance, « Rojava et Chiapas, deux lueurs d’émancipation dans un monde halluciné », Autre futur.net, 22 mars 2017 (http://www.autrefutur.net/Rojava-et-Chiapas-deux-lueurs-d-emancipation-dans-un-monde-hallucine).

[4] Pierre Bance, La Fascinante Démocratie du Rojava. Le Contrat social de la Fédération de la Syrie du Nord, Éditions Noir et Rouge, 2020, 600 pages. Voir cette revue, n° 2, mai-juin 2020, page 7.

[5] « Le mouvement vers l’autodétermination est un mouvement contre cette société basée sur la négation de l’autodétermination, et c’est en même temps une projection au-delà de cette société – une projection permettant de rêver, de parler, d’agir » (John Holloway, « Douze thèses pour l’anti-pouvoir », Contretemps, n° 6, « Changer le monde sans prendre le pouvoir ? Nouveaux libertaires, nouveaux communistes », février 2003, article page 38 ; également sur le site Europe solidaire sans frontière (www.europe-solidaire.org/spip.php?article4498).

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

desobeissance-civile

SlogBD5

SlogBD4

Hommage à une grande résistante : Rosa Koire, femme de vérité et d’aplomb…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , on 8 juin 2021 by Résistance 71

rosa_koire2
« Derrière le masque vert »…

« Il n’est pas du tout désirable que vous remarquiez que vous n’avez en fait le choix de rien du tout dans les choses les plus importantes de votre vie, on ne vous donne que l’illusion du choix et que vous prenez les décisions par vous-même… »
~ Rosa Koire ~

Auteure du livre : « Behind the Green Mask, U.N Agenda 21 », 2011

Hommage à Rosa Koire

Anonyme

Reçu par courriel le 6 juin 2021

En l’honneur de Rosa Koire, femme de vérité, auteur de Behind the Green Mask, décédée le 31 mai 2021, jour du Memorial Day.

https://www.cielvoile.fr/2021/06/en-l-honneur-de-rosa-koire-femme-de-verite-auteur-de-behind-the-green-mask-decedee-le-31-mai-2021-jour-du-memorial-day.html

Rosa Koire dénonçait l’agenda 21, le but, l’exode rurale des gens vers les villes, l’appropriation de toutes les zones vertes naturels par les riches, la concentration de la population mondiale dans les smart cities, le but des compteurs intelligents, etc…

Rosa Koire déclare que les compteurs intelligents ne sont que l’arbre qui cache la forêt.

Que l’objectif c’est de chasser les ruraux et ceux qui vivent encore dans les campagnes pour obliger tout le monde à vivre dans les villes où ils seront surveillés 24H/24, 7 jours sur 7. Sous prétexte que les campagnes doivent être des zones protégés sauvages où les humains seront interdits.

Si les compteurs intelligents ont fini d’être installés, ils vont ensuite créer des appareils ménagers munis de puces qui ne pourront fonctionner que si vous avez vos compteurs intelligents ou puces intelligentes. Tout sera doté de puce RFID. (les compteurs intelligents Linky contiennent la puce RFID aussi). Les gens se dénonceront également les uns les autres. Pas un seul geste, même le plus anodin n’échappera à Big Brother.

Source https://youtu.be/Gy4jB21sNnM (vidéo censurée, preuve que Rosa koire a bien été éliminée par le NVO) mais qu’on peut retrouver ici https://odysee.com/@FlowerPower:b/Rosa-Koire—Agenda-21:a

https://lumieresurgaia.com/erdf-joue-la-carte-du-conspirationnisme-contre-les-opposants-au-linky-attaque-en-justice-une-commune/

Rosa Koire dénonce l’agenda 2030 de dépopulation mondiale dans ces 2 vidéos

https://odysee.com/@MafiaBigPharma:b/Agenda-21-Agenda-2030-Expos%C3%A9-Rosa-Koire-(VOSTFR):3

https://odysee.com/Agenda-21-Agenda-2030-Rosa-Koire:e

Message de Rosa Koire à tous les résistants

https://odysee.com/@FlowerPower:b/Rosa-Koire—Message-%C3%A0-tous-les-r%C3%A9sistants:6

https://www.etresouverain.com/2021/06/07/cogiito-com-nous-ne-serons-pas-des-cobayes-humains-117-medecins-et-infirmieres-poursuivent-leur-employeur-pour-un-vaccin-experimental-force/

Pour ceux qui comprennent l’anglais

Rosa Koire dénonçait le grand reset, il y a 5 mois

https://odysee.com/@ComputingForever:9/rosa-koire-explains-agenda-21-and-the:6

Avant sa mort inexpliquée (NdR71 : Koire est décédée le 31 mai des suites d’un cancer des poumons, maladie qu’elle avait depuis un bon moment, sa mort n’est donc pas « inexpliqué »…), Rosa Koire explique que le but de la fausse pandémie c’est d’imposer l’agenda 21 au monde entier :

« L’Agenda 21 est le plan d’action visant à inventorier et à contrôler toutes les terres, toutes les eaux, tous les minéraux, toutes les plantes, tous les animaux, toutes les constructions, tous les moyens de production, toute l’énergie, tous les systèmes éducatifs, répressifs et judiciaires ; toutes les informations, toute la nourriture et tous les êtres humains de la planète.

« Il s’agit d’un plan d’inventaire et de contrôle. Il s’agit de partage de données, de transfert d’argent des nations développées vers les nations moins développées et, en fin de compte, il s’agit de détruire votre capacité à avoir une voix, à avoir un gouvernement représentatif. 

Il s’agit de changer votre gouvernement en  » gouvernance « … détruisant entièrement votre capacité à être libre et à être indépendant.

« Et le but, bien sûr, est de transférer le pouvoir des locaux et des individus à un système de gouvernance mondiale. Vous ne pouvez pas faire cela d’un seul coup, donc c’est un long processus et vous le voyez exactement comme ce que vous voyez en ce moment : C’est un plan pour perturber et détruire le système existant. C’est un plan de transformation et de contrôle – et c’est ce que nous vivons en ce moment…

« Ce que ce plan fait, c’est qu’il détruit le concept de l’État-nation et il le détruit complètement et le dévolue aux villes-états ou aux régions. Et ce ne sont pas des villes individuelles, comme San Francisco ou New York, ce sont des régions qui sont gouvernées par des mégapoles, qui sont des villes énormes, énormes qui pourraient faire partie de l’État de Washington, de l’Oregon, de l’Idaho et de la Colombie-Britannique.

« Donc, cela brise les frontières nationales, cela brise les frontières des États, cela brise, bien sûr, les frontières des comtés et des villes et il s’agit de détruire votre capacité à pouvoir réellement contrôler ce qui vous arrive….

« C’est un plan global qui est mis en œuvre localement… c’est un plan furtif et vous ne le verrez jamais appelé ‘Agenda 21’…

« S’ils avaient pu organiser un atterrissage d’extraterrestres, ils l’auraient fait… une crise mondiale exige une réponse mondiale et cela justifie une gouvernance mondiale. Qu’est-ce qui pourrait être plus mondial que le changement climatique ? Eh bien, que diriez-vous d’une pandémie ? »

Selon elle, ce plan existe ouvertement sur le papier depuis les années 1880 avec la Fabian Society, attirant des sommités comme HG Wells, George Bernard Shaw et Bertrand Russell, mais il a tendance à se cacher derrière des causes environnementalistes et, plus récemment, derrière COVID-19 et le « racisme systémique ». Ce n’est que maintenant que la technologie existe pour faire de leurs rêves une réalité.

La destruction des forces de police locales a pour but de faire place à une police plus automatisée grâce à l’intelligence artificielle, aux drones et aux robots. « Ensuite, vous aurez une véritable situation dangereuse où vous ne serez pas en mesure de raisonner un véritable être humain », dit-elle.

« Il s’agit de la dépopulation, parce que vous savez quoi ? Vous n’en valez tout simplement pas la peine. Vous consommez trop. Vous prenez trop de place. C’est de cela qu’il s’agit avec le changement climatique. Vous consommez trop d’énergie, trop d’eau et trop de terres et vous devez être isolés et déplacés vers le centre-ville à haute densité, où vous pouvez être plus facilement contrôlés, gérés et surveillés – et c’est ce que cela vous fait en ce moment. »

Quant aux solutions à cette menace inquiétante, Rosa affirme que la prise de conscience est la première étape de la Résistance et que l’action est la seconde.

« Nous sommes conditionnés pour être passifs en ce moment. Nous sommes conditionnés à cliquer sur un « j’aime » et à penser que nous sommes un activiste politique… Je ne veux pas vous insulter – mais laissez-moi vous insulter, ici : vous ne savez même pas où se réunit votre conseil municipal. Vous pensez que cela n’a pas d’importance. Mais ce sont les personnes qui établissent les règles dans lesquelles vous vivez, ici même dans votre ville, et vous feriez mieux de croire que c’est important.

« Et ne me dites pas que votre gouvernement est si mauvais que vous ne pouvez rien y faire… vous l’avez laissé faire et si vous continuez à le laisser faire, ça ne va pas s’améliorer.

« Donc, ce que vous devez faire, c’est… être votre gouvernement. Nous sommes à la fin de la partie, il ne reste plus beaucoup de temps, vous auriez dû le faire il y a longtemps mais… vous devez savoir à quoi ressemble l’Agenda 21 et le reconnaître, de sorte que lorsque vous le voyez dans votre ville, vous pouvez en parler, vous pouvez vous faire élire – ou ne pas être élu – mais en parler.

« Vous pouvez vous présenter à votre conseil municipal. Chaque point de l’ordre du jour est probablement lié à l’Agenda 21, si vous savez ce que vous cherchez…

« Mais il ne suffit pas de savoir sans faire quelque chose… Il faut donc devenir plus actif politiquement et ne pas être un adepte de la première heure…

« Vous allez voir la réalité virtuelle, qui va remplacer votre réalité, ce sera tellement mieux… Une fois que vous aurez fait cela, votre vie sera terminée. Vous allez vouloir ce genre de choses. Ils font en sorte que vous le vouliez… Nous devons combattre cela ensemble. Nous devons résister. »

https://forbiddenknowledgetv.net/rosa-koire-explains-agenda-21-and-the-great-reset/

Après leur COVID-19 bidon qui prend l’eau, ils vont embrayer sur le CLIMAT bidon, bien évidemment, afin que la PEUR soit toujours présente dans les TOUS les foyers.

Le magazine TIME montre un monde en feu pour dépeindre le changement climatique bidon.

Rosa Koire sur la Finalisation de leur Nouvel Ordre Mondial.

La plupart des gens sont loin de se douter qu’un gouvernement mondial se prépare et s’implémente peu à peu sous des airs de protection de la Terre et, accessoirement de l’humanité. D’autres pensent que l’on va soudainement nous imposer une dictature fasciste totalitaire. C’est bien plus vicieux que cela. Une fois de plus, tout est fait de manière très progressive pour que les gens n’y voient que du feu et l’ensemble du projet se veut d’utilité publique.

Les esclaves de demain seront tellement embrigadés que non seulement ils collaboreront de leur plein grès à leur mise en esclavage mais ils en feront volontairement la promotion autour d’eux.

Bienvenue dans l’Agenda 21.

vidéo de Rosa Koire  sur le lien https://odysee.com/@FlowerPower:b/Rosa-Koire—Agenda-21:a

C’est du GRAND BANDITISME TERRORISTE, au Nom de la Planète qu’il faut sauver, bien entendu.

Et ces Bandits Terroristes osent user et abuser des mots : Ecologie et Planète Verte (EVERGREEN) alors que leur Plan est NOIR COMME DU CHARBON.

https://profidecatholicacom.files.wordpress.com/2021/04/image-472.png

Le Forum économique mondial fait allusion à la cyber «pandémie» mondiale cet été pour faciliter une «grande réinitialisation»

https://www.afinalwarning.com/510944.html

En 2020, le Forum économique mondial (FEM) a réalisé une simulation appelée « Cyber Polygone 2020 » qui prévoyait une catastrophe mondiale à venir causée par une « cyberpandémie » mondiale. Tout comme l' »Événement 201″ de l’eugéniste milliardaire Bill Gates a prédit le coronavirus de Wuhan (Covid-19) avant qu’il ne se produise, le Cyber Polygone 2020 a programmé une cyberattaque de la chaîne d’approvisionnement similaire à celle de SolarWinds qui s’est produite plus tôt cette année. Le Cyber Polygone 2020 fait partie de la « grande remise à zéro » prévue par le WEF, qui a été annoncée publiquement il y a plusieurs mois comme un stimulus nécessaire à la transition vers un nouvel ordre mondial. Cette grande réinitialisation, nous a-t-on dit, implique « la transition coordonnée vers une économie mondiale de la quatrième révolution industrielle dans laquelle les travailleurs humains deviennent de moins en moins pertinents ». L’un des plus grands partisans de la grande réinitialisation est le porc mondialiste et fondateur du WEF, Klaus Schwab, qui semble souhaiter ardemment l’extermination de milliards de personnes afin de faciliter l’entrée dans l' »âge d’or » à venir, également connu sous le nom de Grande Tribulation ou Temps de la détresse de Jacob. « Les nouveaux systèmes économiques qui sont basés sur le numérique et qui sont soit en partenariat avec les banques centrales, soit dirigés par elles, sont un élément clé de la Grande Réinitialisation du WEF, et ces systèmes seraient une partie de la réponse au contrôle des masses de chômeurs récents », explique un article sur la transition. « Comme d’autres l’ont noté, ces monopoles numériques, et pas seulement les services financiers, permettraient à ceux qui les contrôlent de ‘couper’ l’argent et l’accès aux services d’une personne si celle-ci ne se conforme pas à certaines lois, mandats et réglementations. »

L’événement catalyseur qui provoquera la grande réinitialisation pourrait être dans quelques jours seulement…

Sur le site Web nouvellement mis à jour de l’événement Cyber Polygone 2021, la prochaine phase du changement implique « un seul lien vulnérable » dans le cyber réseau mondial qui sera exploité afin de « faire tomber l’ensemble du système, tout comme un effet domino. » Sur la base de la description de cet événement à venir, il semble que le WEF et d’autres entités mondialistes prévoient de faire tomber l’ensemble du système afin de le reconstruire dans une image entièrement nouvelle. « Tout cela est lié directement au revenu de base universel », prévient Robert Wheeler du blog The Organic Prepper. « Le très populaire UBI, introduit avec encore plus de vigueur après la pandémie de COVID 19, a popularisé des ‘paiements de stimulation’ conséquents pour survivre à la crise. L’idée de l’UBI a été lancée comme solution à la pauvreté depuis un certain temps, avec des blogueurs comme Daisy Luther la comparant au féodalisme moderne. » Les éléments constitutifs de cette grille de contrôle technologique sont d’ailleurs déjà en place. Il ne reste plus qu’à débrancher la prise, ce qui n’est pas encore arrivé, selon la prophétie biblique – et n’arrivera pas – tant que le Retracteur ne sera pas retiré. Le WEF appelle ce nouveau modèle « capitalisme participatif », qui en réalité n’est rien d’autre que la fusion des secteurs public et privé en une seule bête. C’est un système qui « ressemble plus au fascisme corporatiste de Mussolini qu’à toute autre chose », ont noté des observateurs. Pour en arriver là, le système existant doit être réduit en cendres afin de pouvoir être ressuscité dans ce nouveau système mondialiste. Ce changement entraînera l’élimination de milliards de personnes, la suppression de toute entreprise libre et de toute propriété personnelle, et une transition absolue vers le despotisme mondial. « Ils nous disent toujours ce qu’ils prévoient de faire avant de le faire – du 11 septembre à l’événement 201 », a écrit un commentateur de Zero Hedge observant la tendance. « Mettez juste votre second masque et ne posez pas de questions », a plaisanté un autre. Vous trouverez d’autres informations sur ce sujet à l’adresse suivante https://collapse.news/

https://www.afinalwarning.com/510944.html

Une cyberattaque met hors service toutes les usines de production de viande bovine de JBS aux États-Unis, démontrant la vulnérabilité de l’approvisionnement alimentaire aux attaques informatiques.

https://collapse.news/2021-06-06-cyberattack-shuts-down-all-jbs-beef-plants-in-the-us-showing-food-supply-vulnerability-to-hacking-attacks.html#

pucé par son médecin, elle dénonce source témoignage 7 sur l’article https://covherfrance.wordpress.com/temoignages/

rosa_koire1
« Le néo-féodalisme de l’agenda 21 de l’ONU et son
développement durable fait renaître le servage comme
condition du futur, si nous le laissons faire… »
~ Rosa Koire ~

Dans une vidéo de mars 2020, un colonel du GRU russe explique ce qu’est la crise coronavirus et l’agenda totalitaire à laquelle elle répond (Vladimir Kvachkov)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , on 25 mai 2021 by Résistance 71

colonel-du-gru-quest-ce-qui-se-cache-derriere-la-pandemie-de-coronavirus
Que se cache t’il derrière le coronavirus ?

Quand le renseignement militaire russe crache le morceau… Nous avons cette vidéo sous le coude depuis l’an dernier, mais nous avions alors pensé qu’il était un peut trop tôt pour pour en parler et qu’il était sans doute plus prudent de voir un peu l’évolution de cette affaire COVID-19.
15 mois plus tard, il suffit de constater le quotidien  et de le comparer avec ce que dit ce colonel du renseignement militaire russe, le colonel Vladimir Kvachkov. Nous avons traduit le sous-titrage anglais de la vidéo ci-dessous.
L’analyse des 4 dimensions de cette affaire SRAS-CoV-2 / COVID-19 est simple, directe et brillante.
A voir, lire et diffuser sans modération.
~ Résistance 71 ~

Entretien avec l’ex-colonel du renseignement militaire russe (GRU) Vladimir Kvachkov sur l’origine et le développement de la COVID-19

25 mars 2020

~ Traduction Résistance 71 ~

Ceci est la transcription traduite en français par nos soins du sous-titrage de la vidéo:

https://www.bitchute.com/video/WyYUFXWqaQtc/

Journaliste : Aujourd’hui, nous avons comme invité Vladimir Kvachkov. colonel du renseignement militaire russe (GRU), figure publique et possédant un doctorat en science militaire.

Vladimir Kvachkov : Bon après-midi.

J: Oui bon après-midi Vladimir Vassilievitch, Je sais que vous avez servi entre autre comme chef chercheur au Centre pour la Recherche Stratégique de la Défense de l’état-major des armées ; considérant votre expertise, que tirez-vous de ce phénomène coronavirus ?

VK : Vous devez examiner cela du point de vue de cette perspective et non pas du point de vue de la santé publique ni épidémiologique, etc. Le phénomène du coronavirus qu’ils ont faussement nommé pandémie, doit être examiné du point de vue de la perspective des puissances mondiales. Religieuse, politique, financière, économique et nationale. Le phénomène coronavirus, la soi-disante pandémie – laissez-moi vous dire qu’il n’y a pas de pandémie. C’est un mensonge. Ceci doit être considéré du point de vue des opérations spéciales stratégiques. Voilà exactement la façon dont vous devez voir la chose. Ce ne sont que des exercices de commandement et de personnels des puissances mondiales agissant derrière le rideau et qui veulent contrôler l’humanité. Ceci est le véritable but de ce coronavirus. Je vais le répéter une fois de plus : nous n’avons que bien peu de foi en dieu et encore moins en l’existence de satan, l’ennemi de la race humaine. Donc, le but des puissances sionistes et financières de derrière le rideau est de réduire la population mondiale. C’est leur idée fixe. Ils pensent qu’il y a beaucoup trop de nous, de ces gens ordinaires, dans le monde. Il devrait n’y avoir qu’environ 100 millions de leur propre caste et un grand maximum 1 milliard de personnes sur la planète pour les servir. Alors pourront-ils vivre en toute abondance ici sur Terre. Parce qu’il y a bien trop de nous autres, simples terriens pour ces puissances de derrière le rideau.

Voilà pourquoi le coronavirus et la crise financière qui a émergé presque immédiatement, et ils sont inextricablement liés l’un à l’autre, le but est d’arrêter le mouvement des gens dans le monde, de réduire les libertés politiques. En termes politiques, il serait pratiquement impossible de faire tout cela. Il y a des différences dans les constitutions, qu’elles soient mises en application ou pas, ceci est une autre affaire, mais il y a des droits politiques auxquels les gens sont attachés et ils pensent qu’ils leur appartiennent pour toujours. La première tentative de prendre ces droits aux peuples s’est produite avec les attentats du 11 septembre 2001. Plus beaucoup de personnes semblent se rappeler de cela, mais après les soi-disantes attaques sur le WTC de New York, le Pentagone et la Maison Blanche aux Etats-Unis, la guerre globale au terrorisme fut déclarée. Rappelons-nous, afin de bien comprendre ce qu’est aujourd’hui cette affaire du coronavirus et analysons cette première tentative. La déclaration de guerre contre l’humanité qui fut déguisée en guerre contre le terrorisme. C’était il y a 19 ans. Les puissances mondiales de derrière le rideau ont créé les évènements du 11 septembre 2001. Maintenant, ils ont besoin d’une autre excuse pour contrôler l’humanité. C’est ainsi qu’ils ont pensé au coronavirus. En fait, pour le dire de cette façon, il ne s’agit pas d’une pandémie, pas une épidémie. Même maintenant, j’ai juste regardé les dernières données ce matin [NdT: rappelons-nous que nous sommes alors le 20 mars 2020, il y a 15 mois, la France en est à son 3ème jour de confinement commencé le 17 mars quand Kvachkov fait sa déclaration sur une chaîne russe devant quelques millions de téléspectateurs…], il y a 300 personnes par jour dans le monde qui meurent de la maladie. Vous pouvez imaginer quelle échelle cela représente. Bien entendu, je suis profondément désolé pour chaque personne qui meurt. Mais 300 personnes / jour sur une base de 7,5 milliards de personnes, c’est quasiment négligeable.

Ces exercices de commandement et de personnels des puissances mondiales de derrière le rideau ont un but de limiter certains droits politiques et de faire peur aux gens. Des idiots sont déjà en train de faire des stocks dans les magasins ici, ils stockent du millet, des céréales etc…

J : et du papier toilette !

VK : Oui, même du papier toilette ? bon dieu !

Pourquoi ? Le but est d’effrayer les gens. Une fois de plus, ce sont des exercices de commandement en provenance des pouvoirs de derrière le rideau sioniste et des puissances financières libérales ayant pour but de limiter les droits politiques auxquels les gens sont habitués et ce spécifiquement en Europe occidentale. Ceci est leur second objectif. Le premier est la réduction de la population mondiale. C’est leur objectif satanique. Le second, objectif politique des pouvoirs de l’envers du décor, et de saisir le pouvoir et le troisième objectif est relié aux finances et au pouvoir sur l’économie. Pouvoir financier, ça nous le savons déjà, du moins ceux qui sont intéressés par cette question. Maintenant, pour chaque produit qui existe… Prêtez-moi votre crayon SVP… OK, disons que ce crayon vaut 1 rouble ou 1 dollar, disons 1 dollar pour ce crayon. Il a été émis 20 fois le montant en argent, en notes de crédit en équités et autres dérivatifs financiers. Cela veut dire que si vous prenez la valeur véritable de ce crayon, 1 dollar, elle vient avec différents papiers qui augmentent sa valeur 20 fois. Par ce principe, toutes les relations financières et économiques sont passées d’une économie réelle à cette forme d’économie virtuelle. C’est une bulle financière qui existe maintenant et qui comprend, je pense quelques 1 quadrillion et 200 trillions de dollars. C’est une bulle financière fictive qui doit être percée. Le Système de la Réserve Fédérale (SRF) américain, il y a quelques jours, c’était en février je crois, a introduit un taux d’intérêt de zéro pourcent sur les dépôts.

Maintenant, dans beaucoup de pays, on est même dans des taux d’intérêts négatifs, c’est à dire que si vous déposez 100 dollars, vous n’avez en fait que 90 ou 95 dollars, mais au moins vous les aurez toujours. Donc, on a déjà des taux négatifs sur les dépôts. Alors cette richesse doit être dégonflée. Comment ? Là encore, au travers de cet artifice international… nous voyons que l’économie s’est effondrée. C’est très clair et donc, nous ne pouvons plus remplir notre demande domestique comme nous le faisions avant, vous devez vous serrez la ceinture, etc… Un moment important maintenant. Notez bien, cela a commencé apparemment en Chine. Alors même que les Chinois sont maintenant sceptiques et rapportent que le coronavirus a été créé artificiellement. Il a une origine artificielle, ceci a déjà été prouvé scientifiquement. Bien sûr avec chaque virus, voyant que c’est le plus simple des micro-organismes, aussi loin que je me souvienne, les mutations peuvent se produire, mais elles sont de nature accidentelle. Et lorsque vous prenez la molécule d’ARN, pas d’ADN, ils ont de l’ARN et il y a une partie du génome qui a été clairement retirée et une autre insérée à sa place et que ceci s’est produit 3 ou 4 fois, il est parfaitement évident et les scientifiques chinois s’en sont aperçus, qu’il a été créé artificiellement et a été disséminé volontairement, initialement à Wuhan. OK et maintenant quid de l’Italie, que s’est-il passé là-bas ? Comment se fait-il qu’une souche du virus, plus virulente que celle apparue en Chine, fasse soudain son apparition en Italie ? Je crois que maintenant ils ont déjà plusieurs milliers de personnes infectées et environ un millier de personnes sont déjà mortes. Mais une fois de plus, disons que 100 fois plus de gens en Italie meurent de la grippe, de pneumonie et de l’hépatite. Mais on ne parle pas de ça. On nous sert une information de propagande politique, une propagande psycho-informative. C’est une opération psycho-informative [PSYOP] des médias mondialistes de masse, servant les puissances libérales sionistes de derrière le rideau et qui créent cette nouvelle terreur maintenant. C’est pourquoi nous devons gérer ce phénomène comme nous le ferions d’une opération spéciale [militaire] menée sous la forme d’exercices de commandement et de personnels. Maintenant, ils observent, qui obéit et qui n’obéit pas. En Chine, ils ont introduit des mesures très strictes. Mais le camarade Xi a été à Wuhan et a mis la faction du parti pro-américaine qui a pris cette direction à leur place. En Chine, tout n’est pas comme un long fleuve tranquille. Ils ont, appelons la comme ça, une faction pro-chinoise (patriotique) qui est proche de nous et qui est associée avec Xi Jinping. Et il y a évidemment des pro-américains, membres de l’ex-Komsomol, qui sont orientés sur le fric et le profit ou plus simplement, focalisent sur le “flouze, l’oseille”. Et ceux-là bien entendu, essaient d’utiliser le coronavirus à Wuhan pour gagner certains avantages et bénéfices économiques et politiques. Le camarade Xi les a remis à leur place et en conséquence, c’en fut terminé du virus en Chine. Cela a commencé ensuite en Europe. Dès lors, nous, le renseignement militaire, regardons le “qui ?” qui est évident et aussi le “où?” qui est aussi évident. L’Europe et la Chine sont deux adversaires géo-économiques des Etats-Unis. C’est donc là qu’ils ont injecté ce virus. Ce virus a aussi une quatrième dimension, la dimension économique. La première est religieuse, la destruction des populations sur terre, réduire la population mondiale. La seconde est d’établir un contrôle politique sur l’humanité. La troisième est le dégonflage de cette immense bulle financière et la quatrième dimension est l’élimination de leur concurrence géo-économique. Je vous dis tout cela du point de vue de la perspective d’un officier du Centre de Recherches Stratégiques de la Défense de l’état-major des armées russes. Ceci est mon évaluation de l’épidémie actuelle.

J : Vladimir Vassilievitch, vous avez parlé avec une très grande clarté. Vous l’avez expliqué dans un style militaire. Pouvez-vous nous donner des prédictions pour le futur proche ? En connexion avec cette affaire du coronavirus ?

VK : Oui…

J : Que pensez-vous, quels pays pourraient être ensuite sous pression ?

VK : La Russie bien entendu, ce sera sûrement la Russie. Parce que pour l’Amérique, la Russie n’est en rien un concurrent économique. Maintenant, les plus gros efforts en coulisse en provenance de ces pouvoirs mondiaux sont focalisés sur la perturbation de la Chine et de l’Europe occidentale. La Russie est leur cible aussi pour deux raisons : ils veulent en réduire la population et nettoyer le territoire. Ceci doit toujours se produire.

J : Bien entendu, nous voudrions entendre votre avis sur un plan d’action pratique, comment agir. Comment se protéger, des recommandations ? Peut-être n’est-ce pas votre domaine d’expertise (ce qu’il faut faire), mais peut-être pourriez-vous nous dire deux ou trois choses en ce domaine.

VK : Bien sûr, je ne suis pas épidémiologiste, bien que vous pourriez dire que je suis un parasitologue, parce que vous devez en être un pour comprendre les structures du pouvoir en Russie. Je parle donc comme un médecin militaire, épidémiologiste et parasitologue. Tant que nous ne sommes pas capables de nous débarrasser des parasites internes qui nous gouvernent, nous ne pourrons pas nous occuper des autres parasites.

= = Fin de la vidéo = =

A lire en complément :

Nos pages « Coronavirus, guerre contre l’humanité » et
« COVID19 du mythe aux statistiques et des stats au scandale »

VK_interview
Col. Kvachkov entretien 20/3/20

Ces infos qui passent sous le radar : A partir du 22 juin le Liban n’aura plus d’électricité !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social on 19 mai 2021 by Résistance 71

Les super effets du capitalisme et de l’impérialisme dans toutes leurs splendeurs… (Résistance 71)

Il n’y aura plus d’électricité au Liban à partir du 22 juin 2021

Réseau Voltaire

17 mai 2021

url de l’article : https://www.voltairenet.org/article213102.html

La société publique Électricité du Liban (EDL) a commencé à baisser sa production (six heures par jour actuellement). Elle a annoncé que, faute de moyens, elle cessera toute activité au plus tard le 22 juin 2021.

Vendredi 14 mai 2021, les bateaux-centrales turcs de Zouk et Jiyé ont cessé leur travail. Ils n’avaient pas été payés depuis 18 mois et le procureur de Beyrouth les avait immobilisé dans le cadre d’une enquête pour corruption. EDL doit déjà 180 millions de dollars à la société turque Karpowership.

Les centrales libanaises n’ont plus de quoi payer de carburant. Le Parlement a annulé la loi 215/2021 permettant de puiser dans les fonds de la Banque centrale pour en acheter.

Le 22 juin, les ascenseurs cesseront de fonctionner. Les climatiseurs aussi. Il sera impossible de recharger des téléphones portables ou de travailler avec des ordinateurs.

Une petite réserve serait néanmoins prévue pour certains hôpitaux.

Des privilégiés pourront encore acheter de l’essence et produire de l’électricité pour eux avec des groupes électrogènes. Mais le tiers de la population, qui ne mange déjà plus à sa faim, ne pourra jamais y avoir accès.

La reprise de justice Pfizer monopolise le marché européen du vaccin COVID-19 pour 1,8 milliards de doses… Sera t’elle reprise de justesse ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 24 avril 2021 by Résistance 71

 

chiffreEU_mortsVaxCov
Stats officielles, donc minimisées: au 13 mars 2021 (plus d’un mois)
3,900 morts et 162 000 effets secondaires graves dus aux vaccins
de la troïka de Big Pharma…

 

Un conglomérat pharmaceutique au casier judiciaire chargé : Pfizer s’empare du marché européen des vaccins soit 1,8 mililards de doses

 

Michel Chossudovsky

 

21 avril 2021

 

url de l’article en français:
https://www.mondialisation.ca/un-conglomerat-pharmaceutique-au-casier-judiciaire-charge-pfizer-sempare-du-marche-europeen-des-vaccins-soit-18-milliard-de-doses/5655722

 

« Des centaines de millions de personnes ont accepté de recevoir une injection qui introduit une molécule bio-réactive de « thérapie génique » dans leur corps, et ce, simplement à cause de la peur, de l’ignorance et du refus de considérer que les personnes qui font cette promotion … ont des arrière-pensées » ~ Edward Curtin, avril 2021

Introduction

Le 14 avril 2021, le président de la Commission européenne a confirmé que Bruxelles négocie un contrat avec Pfizer pour la production de 1,8 milliard de doses de vaccin à ARNm.

Ce chiffre astronomique représente 23% de la population mondiale. C’est exactement quatre fois la population des 27 États membres de l’Union européenne (448 millions, données 2020).

Il s’agit du plus grand projet de vaccination de l’histoire mondiale, qui s’accompagne de l’imposition d’un « calendrier » diabolique aux citoyens de l’Union européenne, consistant en des inoculations récurrentes d’ARNm au cours des « deux prochaines années et au-delà ».

L’ensemble du processus sera associé à une campagne de peur incessante et au passeport vaccinal numérique intégré, approuvé par le Parlement européen quelques semaines à peine avant l’annonce de l’UE.

Le passeport vaccinal numérique de l’UE qui sera mis en œuvre par Pfizer BioNTech fait partie du tristement célèbre projet ID2020 parrainé par l’Alliance mondiale pour les Vaccins et la Vaccination (GAVI) de Bill Gates « qui utilise la vaccination généralisée comme plateforme pour l’identité numérique ».

Si ce contrat européen avec Pfizer, qui s’étend jusqu’en 2023, devait être exécuté comme prévu, chaque personne de l’Union européenne serait vaccinée quatre fois sur une période de deux ans (2021-2023).

Et n’oubliez pas qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’ARNm de Pfizer (ainsi que ceux de ses concurrents, dont AstraZeneca, Moderna et J & J) sont légalement classés (aux États-Unis) comme « non approuvés » et « produits expérimentaux ». Ce sont des médicaments illégaux.

Aux États-Unis, la FDA, dans une déclaration ambiguë, a accordé une autorisation dite d’utilisation d’urgence (EUA) au vaccin Pfizer-BioNTech, à savoir « permettant l’utilisation d’urgence du produit non approuvé, … pour l’immunisation active… » (voir ci-dessous)

J’ai vérifié cette déclaration auprès d’un éminent avocat. Il est manifestement illégal de commercialiser un « produit non approuvé » (indépendamment des autorisations gouvernementales y afférentes).

Une aubaine de plusieurs milliards de dollars pour Pfizer BioNTech

Le même jour que la décision historique de l’UE du 14 avril 2021, Pfizer a annoncé que le prix de son vaccin a été porté à 23 dollars la dose.

Beaucoup d’argent pour Big Pharma. Le projet de vaccin de 1,8 milliard de doses coûtera 41 milliards de dollars, qui seront en grande partie financés par des emprunts. Le projet de vaccin contribuera ainsi à la spirale de la crise de la dette publique qui touche la plupart des pays européens et qui résulte des blocages survenus au cours des 14 derniers mois.

Entre-temps, Pfizer a étendu son marché mondial en grande partie au détriment de ses concurrents.

  • Un contrat pour fournir aux États-Unis jusqu’à 600 millions de doses,
  • au Brésil, environ 100 millions,
  • à l’Afrique du Sud, 20 millions de doses,
  • aux Philippines, 40 millions, etc.

Le moyen terme : 2021-2023 et « au-delà ». Pas de retour à la « nouvelle normalité » une fois vacciné

Ce qui est envisagé dans l’UE est un plan dit « à moyen terme » qui s’étend jusqu’en 2022/23. Ce calendrier « à moyen terme » implique-t-il une quatrième et une cinquième vague ?

Le projet « à moyen terme » sera réalisé en liaison avec le « Great Reset » proposé par le Forum économique mondial. Il sera très probablement accompagné de mesures de confinement et autres mesures restrictives. Aucun retour prévisible à la « nouvelle normalité » n’est envisagé :

« Mais laissez-moi [la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen] me concentrer également sur le moyen terme. … Il est clair que pour vaincre le virus de manière décisive, nous devrons nous préparer à ce qui suit : … nous pourrions avoir besoin de rappels pour renforcer et prolonger l’immunité ; … nous devrons développer des vaccins adaptés aux nouveaux variants ; et nous en aurons besoin rapidement et en quantité suffisante. Dans cette optique, nous devons nous concentrer sur les technologies qui ont fait leurs preuves. Les vaccins à ARNm en sont un bon exemple …

Sur la base de tout cela, nous entamons maintenant une négociation avec BioNTech-Pfizer pour un troisième contrat. Ce contrat prévoit la livraison de 1,8 milliard de doses de vaccin sur la période 2021-2023. Et il impliquera que non seulement la production des vaccins, mais aussi tous les composants essentiels, qui seront basés dans l’UE …

Les négociations que nous lançons aujourd’hui [14 avril 2021] – et que nous espérons conclure très rapidement – constituent une nouvelle étape importante dans la réponse de l’Europe à la « pandémie » …

Je tiens à remercier BioNTech-Pfizer. Cette société a prouvé qu’elle était un partenaire fiable. Pfizer a tenu ses engagements et il est à l’écoute de nos besoins. Les citoyens de l’UE en tirent un bénéfice immédiat » ~ président de la Commission européenne

Un partenaire fiable ? Le casier judiciaire de Pfizer

Il existe une autre dimension, une « boîte de Pandore » que l’UE ne veut pas ouvrir. Le plus grand projet de vaccin d’un « médicament non approuvé » doit être mis en œuvre par une grande entreprise pharmaceutique qui a un long passé de corruption de médecins et de responsables de la santé publique.

Pfizer a été un « contrevenant habituel », s’engageant de manière persistante dans des pratiques commerciales illégales et corrompues, soudoyant des médecins et supprimant des résultats d’essais défavorables. Depuis 2002, l’entreprise et ses filiales se sont vu imposer 3 milliards de dollars de condamnations pénales, de sanctions civiles et de récompenses par un jury. (Dr Robert G. Evans, National Institutes of Medicine)

De plus, Pfizer a un casier judiciaire aux États-Unis, car inculpé par le ministère américain de la justice en 2009 pour « marketing frauduleux ».

« Pfizer, la plus grande entreprise pharmaceutique du monde, a été frappée de la plus grosse amende pénale de l’histoire des États-Unis dans le cadre d’un accord de 2,3 milliards de dollars avec les procureurs fédéraux pour avoir fait la promotion abusive de médicaments et versé des pots-de-vin à des médecins complaisants » ~ Guardian

Dans une décision historique du Département américain de la justice en septembre 2009, Pfizer Inc. a plaidé coupable face à des accusations criminelles. Il s’agissait du « plus important règlement pour fraude dans le domaine de la santé » de l’histoire du Département américain de la Justice.

Comment pouvez-vous faire confiance à un conglomérat de vaccins Big Pharma qui a plaidé coupable face à des accusations criminelles portées par le Département américain de la Justice (DoJ), notamment en matière de « marketing frauduleux » et de « violation criminelle de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques » ?

Dans le jugement rendu par le DOJ en 2009, Pfizer a été pour ainsi dire « mis en probation » pour une période de quatre ans. Il a été ordonné à Pfizer de conclure « un accord d’intégrité de l’entreprise » avec l’inspecteur général du Department of Health and Human Services (DHHS), agissant de facto comme un « agent de libération conditionnelle ». « Cet accord prévoyait « des procédures et des examens visant à … éviter et à détecter rapidement » les (futurs) écarts de conduite de la part de Pfizer, Inc.

Le « vaccin » tueur

L’intégrité de l’entreprise ? Le comportement de Pfizer BioNTech en matière de « commercialisation frauduleuse » prévaut en ce qui concerne les 1,8 milliard de doses prévues de son « vaccin » à ARNm COVID 19 Tozinameran, « non approuvé » et « expérimental », vendu sous la marque Comirnaty.

Nous avons affaire à la « commercialisation frauduleuse » de ce qui est décrit comme un « vaccin » mortel.

Mais en fait, le « vaccin » à ARNm qui modifie le génome humain « n’est PAS » un vaccin. Il est basé sur la thérapie génique combinée à un passeport vaccinal intégré.

Décès et effets secondaires graves résultant du « vaccin expérimental » à l’ARNm

La Commission européenne a-t-elle l’intention d’écarter AstraZeneca et J & J (au nom de Pfizer ??). Des déclarations officielles laissent entendre que Pfizer BioNTech finira par s’emparer de l’ensemble du marché européen des vaccins.

Début mars 2021, 18 pays européens dont la France, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne ont décidé de suspendre le vaccin à ARNm d’AstraZeneca. AstraZeneca était la cible des gouvernements nationaux de l’UE, de l’Agence européenne des Médicaments (EMA) ainsi que de la Commission européenne.

L’UE a maintenant confirmé qu’elle ne renouvellerait pas ses contrats avec J et J et AstraZeneca malgré le fait (selon les données de l’UE et du Royaume-Uni) que les décès et les effets secondaires graves résultant du « vaccin » Pfizer BioNTech sont beaucoup plus élevés que ceux de l’AstraZeneca.

Les données officielles de l’UE relatives aux décès et effets secondaires graves liés aux vaccins de Pfizer, Moderna et AstraZeneca font état de : 3 964 décès et 162 610 effets secondaires graves (27 décembre 2020 – 13 mars 2021).

La répartition (AstraZeneca, Pfizer, Moderna)

Total des réactions pour le vaccin expérimental AZD1222 (CHADOX1 NCOV-19) d’Oxford/AstraZeneca : 451 décès et 54 571 effets secondaires graves au 13/03/2021.

Nombre total de réactions pour le vaccin expérimental à ARNm Tozinameran (code BNT162b2, Comirnaty) de BioNTech/Pfizer : 2 540 décès et 102 100 effets secondaires graves au 13/03/2021.

Total des réactions au vaccin expérimental à ARNm mRNA-1273 (CX-024414) de Moderna : 973 décès et 5 939 effets secondaires graves au 13/03/2021.

Les données britanniques confirment également que les soi-disant effets secondaires du mRNA sont nettement plus élevés pour le « vaccin » Pfizer BioNTech (par rapport à AstraZeneca).

Voir le rapport choquant du gouvernement britannique sur les effets secondaires des vaccins Corona : Accidents vasculaires cérébraux, cécité, fausses couches.

Alors pourquoi les concurrents de Pfizer, à savoir Astrazeneka et J & J, sont-ils évincés du marché européen ?

Il y a une guerre au sein de Big Pharma.

Remarques finales

Comme c’est amplement documenté, le vaccin n’est pas nécessaire. Il n’y a pas de pandémie.

Et pourquoi la Commission européenne, qui représente 450 millions de personnes dans 27 pays, s’engagerait-elle à acheter 1,8 milliard de doses du « vaccin » à ARNm de Pfizer, dont on sait dès le départ qu’il a entraîné des décès et des effets secondaires graves, notamment des réactions auto-immunes, des anomalies de la coagulation sanguine, des accidents vasculaires cérébraux et des hémorragies internes.

Voir la réfutation de Doctors for Covid Ethics adressée à l’Agence européenne des Médicaments (EMA).

Dites NON au virus tueur. Le « vaccin » Pfizer parrainé par l’UE doit faire l’objet d’un mouvement populaire coordonné dans les 27 États membres de l’Union européenne, ainsi que dans le monde entier.

Les preuves scientifiques confirment amplement qu’un vaccin Covid-19 n’est PAS nécessaire. C’est plutôt le contraire.

Les estimations des soi-disant cas positifs au Covid-19 sont basées sur le test RT-PCR qui, selon la dernière déclaration de l’OMS (20 janvier 2021), n’est absolument pas fiable et qui a servi à gonfler les chiffres, tout en justifiant la nécessité d’un vaccin à ARNm, qui en fait n’est pas un vaccin.

Voir : L’OMS confirme que le test PCR Covid-19 est défectueux : Les estimations de « cas positifs » n’ont aucun sens. Le confinement n’a pas de base scientifique.

Alors que les médias mettent en avant le « virus tueur », avec des « preuves » maigres et contradictoires, ce qui est en jeu est mieux décrit comme « un vaccin tueur ».

Estimations trompeuses des décès dus au Covid

En outre, les estimations des décès dus au Covid utilisées pour justifier la nécessité d’un vaccin sont fausses. Aux États-Unis, les certificateurs ont reçu l’ordre d’indiquer que la « cause sous-jacente du décès » était le Covid-19 « le plus souvent possible ».

Voir Covid-19 et la falsification des certificats de décès : La clause « More Often Than Not » du CDC.

Pour une étude plus large, voir le livre électronique en dix chapitres de Michel Chossudovsky intitulé :

The 2020-21 Worldwide Corona Crisis: Destroying Civil Society, Engineered Economic Depression, Global Coup d’État and the “Great Reset” (« La crise mondiale de Corona 2020-21 : Destruction de la société civile, dépression économique artificielle, coup d’État mondial et “Great Reset” »).

= = =

En lectures complémentaires, notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

et notre page « COVID-19 du mythe aux statistiques et des statistiques au scandale »

 

COV_piquouze

OGMa

Errico Malatesta : Capitalisme et irréconciliable contradiction…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, sciences et technologies, syndicalisme et anarchisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 6 avril 2021 by Résistance 71

Nous avons traduit et publié bon nombre de texte d’Errico Malatesta depuis quelques années sur Résistance 71. Ce texte ci-dessous est remarquable dans sa justesse d’analyse et son actualité… 121 ans plus tard. Serait-ce un signe une fois de plus que rien n’a vraiment changé depuis ?…

Malatesta (1853-1932) rejoignit la 1ère Internationale en 1871 à l’âge de 18 ans. En 1872, il rencontra Bakounine et rejoignit l’Internationale Anarchiste du congrès de St Imier. Malatesta fut longtemps un adepte de la “propagande par le fait”, c’est à dire un avocat de l’insurrection armée, mais il changea d’avis avec le temps. Il fut un des leaders anarchistes qui refusa d’accepter la 1ère guerre mondiale, argumentant que tout cela n’était qu’un accord des riches pour faire s’entretuer les pauvres au nom de leur profit et de leur richesse. Mécanicien et électricien de formation, il milita et aida à l’organisation de la lutte ouvrière dans l’optique de l’établissement de la société anarchiste dans bon nombre de pays, en Italie, son pays d’où il dût s’exiler pendant 35 ans, en Belgique, en France, en Suisse, aux Etats-Unis et en Argentine. Il passa 12 années de sa vie en prison et fut condamné 3 fois à mort.

Errico Malatesta est une des grandes figures historiques de l’anarchisme, grand organisateur et fédérateur de volonté. Il maniait le verbe et l’action avec la même efficacité. Ce n’est pas un hasard si nous le sortons du “placard” à intervalles réguliers. Quand on parle de complémentarité osmotique, il est intéressant de lire et de puiser dans les écrits et la pensée de Proudhon, Kropotkine, Bakounine, Landauer et Malatesta, le meilleur de chacun d’entre eux se cristallisera dans la société des sociétés que nous sommes déjà en train de construire, pour beaucoup sans même le savoir…

~ Résistance 71 ~

L’irréconciliable contradiction

Errico Malatesta

Mars 1900

Traduit de l’anglais par Résistance 71

Avril 2021

Ils écrivent depuis Bari en Italie :

Notre ville subit une bien triste crise. La fabrique de tonneaux, qui fut autrefois une industrie flamboyante, est de plus en plus sur le déclin. La cause de ce déclin réside dans l’introduction de nouveaux tarifs pour le transport ferrovier, qui permet le retour de tonneaux vides à un très bas prix, ce qui occasionne un déclin dans la consommation de tonneaux. Il y a quelques temps, les maîtres d’œuvre de la fabrication des tonneaux demandèrent que les prix de transport des tonneaux vides soient augmentés. Dimanche dernier, devant la préfecture, ils ont rencontré les autorités pour leur demander de les aider. Un comité de 12 membres de la corporations des tonneliers, accompagnés d’un inspecteur de la sécurité publique, fut reçu par le préfet, qui a promis de résoudre cette affaire.

Comment diable le préfet va t’il résoudre cela ?

En donnant l’ordre aux compagnies ferrovières d’augmenter encore le prix de transport des tonneaux vides ? Comment cela se peut-il, si les capitalistes sont ceux qui possèdent les chemins de fer, ceux qui commandent aux préfets et qui sont les maîtres de ceux-ci !

Et puis, augmenter le prix du retour des tonneaux vides fera immanquablement augmenter le prix du vin.

Si les consommateurs de vin en venaient à se retourner contre le préfet, leur promettrait-il ces choses aussi ?

Ce pauvre préfet doit se sentir dans la position de dieu tout puissant à qui une personne demande de la pluie et une autre le beau temps. Et il n’est même pas omnipotent !…

Mais nous nous préoccupons en vain de la position des préfets, qui savent parfaitement bien comment se sortir de tels meli-melos… en faisant des promesses à tout le monde et n’en tenant aucune !

Ce sont ces pauvres travailleurs qui méritent bien plus notre considération car, ignorants de la cause initiale de leurs problèmes, se laissent berner et moquer d’eux au point qu’ils se laissent escorter à la préfecture par un inspecteur de la sécurité publique et espèrent que les autorités vont s’occuper de leur fardeau.

Ce cas des tonneliers de Bari est un cas typique, qui montre on ne peut plus clairement la totale absurdité de la société capitaliste.

Dans ces cas similaires, il ne peut pas y avoir d’autre cure que l’abolition du capitalisme et la transformation radicale du système de production. Et chaque corps de métier, chaque forme d’activité humaine doit, tôt ou tard, se retrouver dans le même dilemme, ce qui est déjà abondamment étendu dû au fait de la surabondance de travail.

Les associations ne sont d’aucun secours, ni ne le sont les grèves, ni les coopératives ni toute autre forme de résistance dans le système.

A chaque fois qu’on n’a pas besoin du travail d’un ouvrier, celui-ci ne peut pas imposer quelque sorte d’accord que ce soit : il doit mourir de faim, plus ou moins lentement, plus ou moins convulsivement, mais il doit mourir de faim… à moins qu’il puisse se libérer du système en cours.

De plus, le progrès a la tendance à rendre le travail de plus en plus de personnes inutile.

Ceci est l’ultime et irréconciliable contradiction entre le capitalisme et le progrès. Tous deux empêchent un véritable progrès, glorifiant les castes actuelles, abolissant la concurrence entre les capitalistes, interdisant tout développement de production, toute nouvelle machine, toute application scientifique nouvelle et réduisant les ouvriers au statut d’animaux domestiques auxquels leurs maîtres donnent une pitance rationnée, en bref, un régime tel que celui mis en place par les jésuites au Paraguay. Pour en sortir, nous devons détruire le capitalisme et organiser la production non pas pour le profit du petit nombre, mais pour le plus grand bien-être de tous.

La requête des tonneliers de Bari pour augmenter le tarif de transport des tonneaux vides afin que les marchands de vin trouvent plus faciles de les brûler après usage plutôt que de les renvoyer, est la même chose que de demander aux tonneliers de n’envoyer que 10 tonneaux sur 100 qu’ils fabriquent sur le marché et de détruire les 90 autres avant qu’ils ne soient utilisés.

Est-il possible de faire cela ? Bien sûr que non, et pourtant la structure actuelle de la société est si absurde que cela rendrait bénéfique une telle mesure.

Quand des gens meurent de faim parce qu’il y a trop de choses ou parce que c’est trop facile de le produire ou parce que c’est trop durable, la destruction peut apparaître et bizarrement être plus utile que la production. Un grand incendie ou un tremblement de terre peuvent être une aubaine, amenant du travail et du pain aux sans emplois. [NdT: à noter que toutes les grandes crises modernes se sont “résolues” au sein du système par de non moins grandes guerres, détruisant beaucoup et tuant des millions de gens. Guerre et reconstruction sont faites par les mêmes entités qui profitent de tout et les banques qui les financent plus encore, le contrôle est mis d’amont en aval de toute crise, le plus souvent planifiée, rien ou si peu n’arrive par hasard…]

Mais la destruction de richesse n’est pas la manière dont les travailleurs pourront s’émanciper. Et par bonheur, le temps est passé, du moins dans les pays les plus avancés, durant lequel les ouvriers pensaient pouvoir arrêter le progrès et mettre autant d’énergie à briser les machines que cela aurait demander pour les contrôler.

Nous ne devons pas nous battre contre le progrès, mais au contraire le diriger pour qu’il profite vraiment à tout le monde.

Pour que cela se produise, il faut que les travailleurs prennent possession du capital, de toute la richesse sociale de façon à ce que ce soit dans leur intérêt de voir une abondance de produits et une production demandant le moins d’effort possible.

Voilà pourquoi il est nécessaire de faire une révolution [sociale]

L’organisation du travail, les syndicats, les grèves et toute sorte de résistance peuvent à un certain point de l’évolution capitaliste améliorer les conditions de travail et de vie des travailleurs ou empêcher que ces conditions ne se détériorent ; elles peuvent bien servir à entraîner les travailleurs à la lutte ; ils sont toujours en de bonnes mains, un bon moyen de promotion des idées ; mais ils sont sans espoir et impuissants à résoudre la question sociale. Tout cela doit donc être utilisé de façon à aider à préparer les esprits et le muscle pour la révolution, pour l’expropriation.

Quiconque ne voit pas et ne comprend pas cela en est réduit à aller mendier devant les préfets… et d’en être la risée.

= = =

Lecture complémentaire : Nous conseillons tout particulièrement cette compilation d’écrits de Malatesta qui sont d’une justesse et d’une actualité (hélas !) sans bornes…

Errico Malatesta, écrits choisis

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie


1ère action directe : dire NON !

Oligarchie financière et géopolitique : Quand Victor Rothschild était un agent soviétique… (Veterans Today)

Posted in actualité, économie, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , on 26 mars 2021 by Résistance 71

RothandCo

Victor Rothschild était un agent soviétique

Jonas E. Alexis et Henry Makow

19 mars 2021

url de l’article original:
https://www.veteranstoday.com/2021/03/19/victor-rothschild-was-a-soviet-agent-2/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Henry Makow possède un doctorat en littérature anglaise de l’université de Toronto (1982) et est l’auteur de livres à succès comme “Cruel Hoax: Feminism & New World Order and Illuminati: The Cult that Hijacked the World.”

Jonas E. Alexis : éditeur et fréquent analyste / contributeur de VT, il est professeur de mathématiques en Corée du Sud. (R71)

JEA: 

Une des “forces industrieuses” qui a contrôlé le monde financier aux XVIIIe et XIXe siècles au travers d’opérations secrètes n’était autre que la famille Rothschild. Le quotidien britannique “The Independentlui-même a rapporté en 2011 que les Rothschild avaient dominé la paysage politique par moults projets sous-jacents depuis au moins 200 ans : [1]

La famille Rothschild et la politique ont été inbriquées l’une dans l’autre depuis des générations, depuis que Nathan rothschild, qui fonda la branche anglaise des affaires de la famille, finança la guerre de l’Angleterre contre Napoléon il y a deux siècles…

La domination et le pouvoir des Rothschild par ces moyens cachés a été admise par l’historien Gustavus Myers qui écrivit dans son “Histoire des grandes fortunes américaines” que “sous la surface, les Rothschild ont une puissante influence pour dicter les lois financières  américaines. Les archives législatives montrent qu’ils furent le pouvoir  derrière la vieille banque américaine.” [2]

S.C Mooney écrit que “la famille Rothschild se démarque dans l’histoire comme l’exemple principal du pouvoir manipulateur de la banque internationale… Au moyen de l’usure menée à une échelle internationale, ils furent capables de consolider leur richesse et leur pouvoir afin de tourner les affaires du monde en accord avec leur préférence.”[3] Les Rothschild ont financé des guerres avec l’Angleterre et en Amérique, collectant au passage d’énormes intérêts sur la dette, faisant ainsi un énorme profit. Dès le milieu du XIXe siècle, la Banque d’Angleterre était dominée de manière proéminente et contrôlée par la famille Rothschild. Un écrivain juif autrichien du nom de Frédéric Morton écrivit qu’à la mi-XIXe siècle “Les Rothschild étaient maintenant les banquiers d’empires et de continents, de tous les principaux pays européens, de la Russie eurasienne, des Amériques, des Indes… A Paris, Vienne, Francfort et Naples, les branches gigantesques de l’entreprise étaient juste tout aussi occupées à engranger les profits.”[4]

La jeune historienne juive Esther Benbassa a des vues similaires.[5] Elle dit que “les Rothschild sont des francs-maçons du rite écossais.”[6], mais pour Benbessa la franc-maçonnerie est noble et une organisation religieuse tolérante qui a bien accueilli les juifs.[7]

L’historien philosémite Niall Ferguson a déclaré que Nathan Rothschild “devint capable de devenir le principal conduit de l’argent du gouvernement britannique vers les champs de bataille continentaux sur lesquels la destinée de l’Europe se jouait en 1814 et 1815.”[8] Nathan, d’après Ferguson “devint un maître du marché des bons du trésor” et le “maître de la politique européenne” pendant les guerres napoléoniennes.[9]

Au XIXe siècle, Nathan a établi “la plus grande banque au monde”[10]. Un magazine américain se plaignait dans les années 1830 que “pas un cabinet ministériel ne bouge sans un conseil des Rothschild. Ils étendent leurs mains avec la même facilité de St Petersbourg à Vienne, de Vienne à Paris, de Paris à Londres et de Londres à Washington.”[11]

Les Rothschild, en relation avec la fondation Rockefeller, furent derrière “la monnaie de singe et la politique inflationniste du début du New Deal de Roosevelt.”[12] (en 2012, les Rothschild tentèrent de fusionner des opérations bancaires françaises et britanniques afin de gagner toujours plus de contrôle). David de Rothschild déclara que le nouveau système “collerait a mieux aux nouveaux requis de la mondialisation de manière générale et dans notre environnement particulièrement concurrentiel en particulier, le tout en assurant le contrôle à ma famille sur le très long terme.”[13])

Bien entendu, Ferguson n’attribue en rien la puissance économique des Rothschild à l’usure, la spéculation et à la manipulation économique, ni même au vol pur et simple mais “une une bonne étoile”[14], quelque chose qui n’a rien de rationnel.

Néanmoins, il y eut d’autres voix, qui pensèrent que les Rothschild fomentaient quelque chose. En 1828, Thomas Dunscombe déclara :

“Maître d’une fortune sans limite, Nathan martèle qu’il est l’arbitre de la paix et de la guerre et que le crédit financier des nations dépend de son bon vouloir ; ses correspondances sont innombrables ; ses courriers sont bien plus rapides que tous ceux des princes et des ministres d’état sont payés par lui.”[15]

Henry Clews, le financier américain qui a écrit “28 ans à Wall Street” en 1888 déclara que les Rothschild faisaient une fortune en Amérique au travers du banquier allemand August Schonberg qui changea son nom en Belmont lorsqu’il arriva aux Etats-Unis.[16]

Clews déclare qu’au travers de son “avarice” et de son “sens de la pénurie”, Nathan Rothschild en particulier manipulerait le marché.[17] L’historien Caroll Quigley affirma que les Rothschild, parmi d’autres banquiers, trompaient secrètement les gouvernements et les peuples ; il dit que Mirabaud et les Rothschild devinrent le système financier dominant entre 1871 et 1900. L’économiste britannique J.A. Hobson a déclaré en 1902 que rien ne pouvait être fait “par aucun état européen, si la maison rothschild en avait décidé autrement.”[18]

Les Rothschild ont fait fortune durant les guerres napoléoniennes.[19] L’écrivain juif né autrichien Frederic Morton (né Fritz Mandelbaum) a déclaré que “les Rothschild ont mieux conquis le monde, de manière plus perverse et sur une bien plus grande longévité que tous les Césars avant eux et les Hitler après eux.”[20]

L’assertion de Morton est corroborée par le biographe Derek Wilson qui déclara que les Rothschild étaient si financièrement et politiquement puissants que même les gouvernements royaux et les leaders politiques avaient peur d’eux.[21] Leur influence était si intrusive et secrète que Wilson continue pour dire que :

“la clandestinité était et demeure la caractéristique de l’activité politique des Rothschild… Et pourtant durant tout ce temps, ils aidèrent à façonner les évènements majeurs de leur temps, en accordant ou en retenant des fonds, en fournissant aux hommes d’état un service diplomatique officieux ; en influençant les agendas des plus hauts services et en intervenant de manière quasi quotidienne avec les grands décideurs de ce monde.”[22]

Ferguson déclara:

“Personne ne fait plus pour faire avancer la révolution que les Rothschild eux-mêmes et, bien que cela puisse paraître bien étrange, ces Rothschild, les banquiers des rois, ces gardiens des bourses princières, dont l’existence pourrait bien être menacée par l’effondrement du système étatique européen, continue de porter la conscience de leur mission révolutionnaire. Je vois dans les Rothschild parmi les plus grands révolutionnaires ayant fondé la démocratie moderne.”[23]

De bien des manières, ils ont fondé ce qui est “la démocratie moderne” en détruisant l’ancien système et en le remplaçant par le mammon juif. “Rothschild a détruit la prédominance de la terre en développant le système des bons du trésor jusqu’à devenir la puissance suprême, mobilisant par là la propriété et quelques revenus et dans le même temps donnant accès à l’argent aux privilèges de la terre. Ils créèrent il est vrai une nouvelle aristocratie, mais celle-ci reposant sur le moins stable des éléments, l’argent et qui ne pourra jamais jouer un rôle aussi régressif dans le temps que l’ancienne aristocratie, qui elle était ancrée dans la terre elle-même.”[24]

Ferguson a même admis que les Rothschild représentaient “une nouvelle religion matérialiste”, rien d’autre que celle de l’argent. Heinrich Heine, le poète allemand vit la même chose : “L’argent est le dieu de notre temps.” déclarait-il en mars 1841, “et Rothschild est son prophète.”[25]

Bref, ce ne devrait pas être une surprise de réaliser que les Rothschild étaient de mèche avec l’URSS. Henry Makow a quelque chose à dire à ce sujet (NdT: voir aussi l’excellente recherche de l’historien de Stanford U Antony Sutton dans son “Wall Street et la révolution bolchévique”…)

Henry Makow: 

En 1942, Sir Mark Oliphant, un physicien britannique de renom fut choqué lorsqu’un messager livra une partie de sa nouvelle technologie de radar avec un avertissement de l’inspecteur à la sécurité du MI5 (NdT: contre espionnage britannique), Victor Rothschild, pour “renforcer votre sécurité”.

Quelques jours plus tôt, Rothschild avait visité le laboratoire universitaire d’Oliphant à l’université de Birmingham, l’avait interrogé sur sa recherche et empoché le magnetron de 7,5cm de diamètre.

Mais parlez-nous donc de Chutzpah !

Le baron de Rothschild était lui-même un agent soviétique ! Avant de rendre le magnetron, il avait transmis des dessins des plus détaillés à Moscou, un fait plus tard confirmé par ses contacts du KGB.

Oliphant raconta cette histoire à Roland Perry en 1994, l’auteur du livre “The Fifth Man” ou “Le cinquième homme” (1994, Sedgwick and Jackson, 475 pages).

Entre 1935 et 1963, l’URSS était au courant de tous les secrets militaires et scientifiques de la Grande-Bretagne, ce grâce au “Cinq de Cambridge”, un réseau d’espionnage qui opérait au sein même du MI6 et du MI5 et du ministère des affaires étrangères britannique. Les agences de renseignement occidentales devinrent inefficaces et les secrets des alliés, y compris la méthodologie de fabrication de la bombe A, furent volés.

Les traîtres s’appelaient Kim Philby, Donald McLean, Guy Burgess et Anthony Blunt. Mais il y a une hésitation naturelle à admettre que le “Cinquième homme” fut Nathaniel Meyer Victor Rothschild (1910-1990), le 3ème baron Rothschild, le patron britannique de la plus riche dynastie bancaire, qui contrôle la Banque d’Angleterre.

En 1993, après la dissolution de l’URSS (1991), six colonels en retraite du KGB confirmèrent l’identité de Rothschild à Roland Perry. Le colonel Youri Modin, le contact en chef du réseau, témoigna officiellement.

Perry écrit : “D’après Modin, Rothschild était la clef de pratiquement toute l’infiltration du réseau de Cambridge du renseignement britannique. “Il avait les contacts”, nota Modin. “Il fut capable de présenter Burgess, Blunt et les autres à des personnes importantes du renseignement comme Stewart Menzies, Dick White et Robert Vansittart du ministère des affaires étrangères… qui contrôle le MI6.” (page 89 de son livre)

On peut comprendre l’hésitation. Les Rothschild sont sans aucun doute les plus gros actionnaires du système mondial de banques centrales. La carrière de Victor Rothschild comme agent soviétique confirme que ces banquiers basés à Londres planifient de transcrire leur monopole sur le crédit en un monopole sur absolument tout, utilisant les gouvernements comme leur instrument, finalement la dictature d’un “gouvernement mondial” ressemblant au “communisme d’état”.

Ceci ajoute à la crédibilité du fait que les Rothschild furent derrière la révolution bolchévique et utilisèrent la “guerre froide” et plus récemment l’escroquerie du 11 septembre 9/11 et sa “guerre contre le terrorisme” bidon pour faire avancer leur hégémonie mondiale.

Qu’est-ce qui est le plus plausible ? 

Un des hommes les plus riches du monde, Victor Rothschild, épousa les idées communistes (marxistes) de façon à ce que sa propre fabuleuse fortune et sa position des plus enviables puissent lui être retirées ?

Ou bien que le communisme (d’état) fut une tromperie mise en place pour nous retirer notre richesse et notre liberté au nom de “l’égalité” et de la “fraternité” ?

Homme d’action

D’après “Le cinquième homme”, Victor Rothschild avait un QI de 184. Il était un très talentueux pianiste de jazz et possédait une compréhension intuitive de bien des disciplines scientifiques. Il voyait le monde des affaires et de la banque comme quelque chose de pénible et futile et préférait l’exemple excitant de son arrière-grand-père Lionel Rothschild (1808-1879) que Benjamin Disraeli immortalisa comme “Sidonie” dans son roman “Coningsby” (1844)

“Aucun ministre d’état n’avait autant de communication avec des agents secrets et des espions politiques que Sidonie. Il entretenait des relations avec tous les parias les plus intelligents au monde. Le catalogue de ses connaissances allait de Grecs aux Carbonari en passant par des Arméniens, des Maures, des juifs secrets, des Tatares, des Gitans et des Polonais errants, ce qui jetterait une lumière bien curieuse sur ces agences sous-terraines dont le monde sait si peu, mais qui exercent une très grande influence sur les évènements publics. L’histoire secrète du monde était son passe-temps. Son plus grand plaisir était de mettre en contraste le motif secret avec le prétexte public, des transactions.” (Coningsby pp. 218-219)

Rothschild étudia la zoologie à l’université de Cambridge où Antony Blunt le recruta pour le KGB vers 1936. Blunt dira plus tard que Rothschild en fait le recruta, ce qui avait bien plus de sens. Rothschild rejoignit plus tard le MI5 et fut mis en charge  du contre-sabotage. Il enseigna à l’armée sur le comment reconnaître des bombes et comment les désamorcer. Rothschild était un ami personnel de Winston Churchill, Perry écrit :

“Les deux hommes socialisèrent beaucoup durant les années de guerre. Rothschild utilisa sa richesse et sa position pour inviter le premier ministre dans des parties, fêtes privées. Son entrée auprès du leader de guerre plus ses accès à l’information clef, à tous les développements militaires et d’armement importants et son commandement au sein des opérations de contre-sabotage en Grande-Bretagne firent de Rothschild un personnage secret très très puissant durant les années de guerre… Le résultat fut que Staline en savait autant que Churchill au sujet d’informations vitales, souvent même avant que le Haut Commandement britannique fut même avisé.”(XXVIII-XXIX)

Rothschild a aidé à neutraliser les ennemis de l’URSS qui vinrent chercher un soutien auprès de la GB. Par exemple, il fut impliqué dans la couverture de l’assassinat du leader politique polonais durant la guerre et allié des Britanniques Vladislaw Sikorski, dont l’avion explosa en juin 1944. Sikorski était préoccupé avec Staline après avoir découvert que le KGB (NdT: à l’époque le NKVD et non pas les Allemands…) avait massacré quelques 16 000 officiers de l’armée polonaise dans les bois de Katyn et ailleurs en 1940.

En 1944, Blunt, Burgess et Philby restèrent tous avec Victor dans la maison/manoir des Rothschild à Paris. Rothschild fut brièvement en charge du renseignement allié à Paris et interrogea beaucoup de prisonniers.

Après la guerre, Rothschild passa du temps aux Etats-Unis pour superviser les tentatives d’apprendre les secrets de la bombe A. A cause en partie des Cinq de Cambridge, Perry dit “Les Russes étaient au courant de toute opération majeure de renseignement mise en œuvre contre eux entre les années 1945 et 1963.”(XXXI)

CONCLUSION

Victor Rothschild a eu pas mal de boulots et de fonctions qui servirent de paravent à son véritable rôle que je suspecte être celui d’un membre de Grand Conseil des Illuminati. (Les Illuminati représentant le plus haut rang de la franc-maçonnerie). Il n’était un agent de bas étage. Il donnait probablement des ordres à des gens comme Winston Churchill, franklin Delano Roosevelt et Joseph Staline.

Il s’assura par exemple que l’URSS soutint la mise en place et le développement de l’état d’Israël. “Il connaissait très bien les couloirs secrets adéquats de derrière le rideau pour entrer en contact avec les preneurs de décision à Moscou”, a déclaré à Perry un colonel du KGB. “Disons qu’il a fait en sorte que des choses se produisent et vous ne pouvez y parvenir que si vous savez toucher le sommet. Il était très persuasif.” (176)

T Stokes a écrit:

“Dans les archives du renseignement russe, Lord et Dame Rothschild ont un nom de code : “David et Rosa”. Rothschild et Churchill étaient inséparables durant la seconde guerre mondiale. Les banquiers ont acheté les services de Churchill durant la seconde guerre mondiale pour la somme archivée de 50 000£ afin de faire pression pour une guerre totale contre l’Allemagne et durant la première GM, Churchill avait un compte en banque au nom de “colonel Arden”, afin d’accepter et de toucher ces dons secrets.”

Le fait que Rothschild fut protégé jusqu’à sa mort suggère que ceci est en fait une conspiration émanant de la classe dirigeante. D’après Greg Hallett, Anthony Blunt, un comparse espion, était un fils illégitime du roi George V, demi-frère et quasi sosie du roi Edouard VIII, le Duc de Windsor. Jusqu’à son dévoilement en 1964, Blunt fut anobli et fut le curateur de la collection privée d’œuvres d’arts de la reine Elisabeth II. Il reçût l’immunité totale en échange de ses aveux.

Beaucoup pensent que cette conspiration est “juive”. Alors oui, mais “sataniste générationnelle” serait en fait un terme bien plus précis. Ces juifs sabbatéens se marient avec des gentils. L’actuel Lord Jacob Rothschild, le 4ème Baron Rothschild, est le fils de Victor par sa première femme Barbara Hutchinson qui n’était pas juive mais qui s’est convertie. De par la loi hébraïque, Jacob Rothschild n’est pas juif. Il s’est marié avec Serena Dunn. Au fait, Meyer Amschel, Le seul fils de Victor de son second mariage, aussi un non juif, s’est “suicidé” en 1996.

Alors que Victor Rothschild prétendait adhérer à des “idéaux socialistes”, ceci ne fut qu’une ruse pour piéger des idéalistes trompés. Le banquier était un traître parfaitement conscient de ce qu’il faisait. La trahison est la règle, l’étalon de la politique contemporaine. Le cartel des banques centrales érige sa “gouvernance mondiale” dictatoriale et quiconque veut avoir du succès doit être loyal au nouveau paradigme dégénéré et un traître au véritable ancien.

En nous distrayant avec du sport et du cul, nos “leaders” politico-culturels attaquent nos fondations nationales, religieuses, raciales et familiales en utilisant la guerre, l’homosexualité, la pornographie, le féminisme, la migration et la “diversité”.

Nous avons clairement besoin de nouveaux leaders qui se dresseront devant les propriétaires du système monétaire international. Il en va du destin de l’humanité.

Note de Résistance 71 : Si nous trouvons l’analyse et les révélations faites dans cet article suffisamment intéressantes et originales pour être traduites, nous ne sommes en revanche pas d’accord avec la conclusion qui propose ou du moins envisage une fois de plus un énième réformisme du système en le rendant plus “vertueux” et changeant les aristocrates en charge. Tout cela n’est que reculer pour mieux sauter à la corde. Tirer les conclusions qui s’imposent de cette fange ne peut mener qu’à cette conclusion fatale: il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir. Il ne peut pas y avoir de “leaders” se dressant contre cette fabrication sociale élitiste et dominatrice car tout “leader” est immédiatement phagocyté, digéré ou dûment éliminé si incorruptible. Le système étatico-capitaliste est fondé sur ce principe, la duperie, l’exploitation, le crime et la domination sont dans son “ADN”. Les cas sont nombreux dans l’histoire de leaders assassinés après avoir refusé d’en croquer. 

La solution réside dans l’abolition de l’État, de la marchandise, de l’argent et du salariat et la réintégration du pouvoir au sein du corps social pour y être exercé par toutes et tous dans la complémentarité de oui… notre diversité ! Tout le reste n’est que pisser dans un violon !

Qu’on se le dise !

[1] Andy Mcmith, “The Rothschilds and their 200 years of political influence,” Independent, October 23, 2011.

  1. [2] Gustavus Myers, The History of the Great American Fortunes, Vol. III (Chicago: Charles H. Kerr & Co., 1910), 183-184.
  2. [3] S. C. Mooney, Usury: Destroyer of Nations (Warsaw, OH: Theopolis, 1988), 90.
  3. [4] Frederic Morton, The Rothschilds (New York: Scribners, 1988), 101.
  4. [5] Esther Benbassa, The Jews of France: A History from Antiquity to the Present (Princeton: Princeton University Press, 1999), 104.
  5. [6] Ibid.
  6. [7] Ibid., 122.
  7. [8] Niall Ferguson, The House of Rothschild, 19.
  8. [9] Niall Ferguson, The Ascent of Money: A Financial History of the World (New York: Penguin, 2008), 78.
  9. [10] Ibid.
  10. [11] Ferguson, The House of Rothschilds, 19.
  11. [12] Murray N. Rothbard, A History of Money and Banking in the United States (Auburn, AL: Ludwig von Mises, 2002), 307.
  12. [13] Harry Wilson, “Rothschids to Merge British and French Banking Operations to Secure Control,” Telegraph, April 5, 2012.
  13. [14] Ferguson, House of Rothschilds, vol. I, 85.
  14. [15] Ferguson, Ascent of Money, 78.
  15. [16] See Henry Clews, Twenty-Eight Years in Wall Street (New York: Vintage Boosk, 2005), chapter 28.
  16. [17]  Ibid.
  17. [18] Liaquat Ahamed, Lords of Finance: The Bankers Who Broke the World (New York: Penguin, 2009), 210.
  18. [19] Ibid., 210; see also Egon Caesar Corti, The Rise of the House of Rothschild (New York: Cosmopolitan Book Corp., 1928).
  19. [20] Morton, The Rothschilds, 14.
  20. [21] Derek Wilson, Rothschild: The Wealth and Power of a Dynasty (New York: Scribner’s, 1980), 98-99.
  21. [22] Ibid., 99.
  22. [23] Ferguson, The House of Rothchild, Vol. I, 16.
  23. [24] Ibid., 16-17.
  24. [25] Ibid., 17.

= = =

Lectures complémentaires :

Géopolitique, guerres impérialistes des hydrocarbures, Asie Centrale et Moyen-Orient… Quand COVID rime avec Rothschild (1ère partie)

Le dossier Rockefeller (PDF)

Notre “dossier Rothschild”

oswaldo-guayasamin7

Soulèvements de la terre : Communiqué de la confédération paysanne pour la manie de Vaîtes (Besançon)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, crise mondiale, militantisme alternatif, politique et social, politique française, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , on 26 mars 2021 by Résistance 71

 

 

BDsloganE

 

Les soulèvements de la terre acte I 27 mars 2021 Communiqué de la confédértion paysanne pour la manif des Vaîtes

Les soulèvements de la terre

26 mars 2021

Pour rappel l’acte 1 des soulevements de la terre débutera à Besançon ce 27 mars à 11h pour une journée de défense des terres des Vaîtes, jardins populaires et zone humide, à l’intense bouillonnement social et biologique mais toujours menacés par un projet d’urbanisation. A cette occasion la confédération paysanne vient de publier un communiqué  appelant à se soulever contre « contre l’artificialisation des terres et pour défendre les outils garantissant le droit au travail des paysans.nes ». Vous le trouverez ci-dessous et sur leur site. On espère vous retrouvez nombreux-ses à Besançon samedi ! https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/vaites27mars

Communiqué de presse

Lutter contre l’artificialisation des terres et défendre les outils garantissant le droit au travail des paysans.nes

communqué complet sur le site de la confédération paysanne ici : http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=11257&PHPSESSID=935evn7t5pjn9jec0ftn43sj60#.YFuenpbqJqo.twitter

« Placer la lutte contre l’artificialisation au cœur de l’aménagement du territoire » : c’est un des objectifs du projet de loi Climat qui, en l’état, ne propose rien de concluant pour y parvenir. Or, sur le terrain, les projets d’artificialisation des sols pullulent en France.

C’est pourquoi la Confédération paysanne, partenaire de la campagne « Les Soulèvements de la terre », participera à son lancement ce samedi 27 mars aux Vaîtes à Besançon[1]. Le premier volet de cette campagne, consacré à l’artificialisation des terres, nous permettra de mettre en avant la question primordiale de la sécurisation de l’accès au foncier agricole.

L’artificialisation menace les terres nourricières de deux manières : directement car des terres artificialisées sont perdues à jamais. La compensation n’est qu’un leurre car la « renaturation » ne fonctionne pas. Compenser : c’est juste blanchir des activités destructrices par de l’argent. Indirectement, la pression à l’artificialisation encourage la spéculation foncière sur les zones à fortes demandes (proximité des villes, zones littorales) et précarise les paysan-nes installé-e-s sur ces terres, considérées au final comme une réserve foncière pour l’extension des villes.

Les terres agricoles, naturelles et forestières doivent être protégées. Nous revendiquons le zéro artificialisation. En même temps, il faut aussi combattre pour défendre l’accès à la terre des paysans. Et garantir une pérennité de ce droit au travail paysan : aux Vaîtes, deux paysannes doivent obtenir ce droit pour sortir de la précarité.

Notre pays a besoin de produire son alimentation, d’avoir des paysannes et paysans nombreux et donc des terres productives. Préservons nos terres nourricières de la main du béton. Tandis que les outils publics de gestion des terres agricoles doivent être renforcés et réinventés pour permettre l’installation de futurs paysans. L’enjeu est social, l’enjeu est écologique ! La Terre, en commun ! Ainsi, nous nous soulevons !

[1] Toutes et tous à Besançon, le 27 mars, à 11h, départ place de la Révolution : https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/vaites27mars

Contacts : 

– Nicolas Girod, porte-parole national : 06 07 55 29 09

– Véronique Marchesseau, secrétaire générale : 06 98 53 76 46

– Cécile Muret, Confédération paysanne Bourgogne-Franche-Comté : 06 31 26 85 48

Grande Réinitialisation et Nouvel Ordre Mondial : une réalité et comme d’habitude… suivez le fric ! (William Engdahl)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , on 24 mars 2021 by Résistance 71

 

 

Rappelons que tout comme nous, William Engdahl pense que le pétrole et tous les hydrocarbures plus lourds que le méthane ne sont en rien « fossiles » ou biotiques mais qu’ils sont abiotiques et ont leur origine dans le manteau terrestre à de grandes profondeurs et sous de très hautes pressions et températures. Ceci est important à avoir en tête lorsqu’on parle de « crise énergétique », de « pic pétrolier » qui dit depuis 1908 « le pétrole y en a encore pour 5 ans… » avec la théorie de l’ingénieur de la Shell Hubbart dans les années 1950. Or il se trouve que nous nageons littéralement dans cette merde noire et visqueuse et ces gaz puants. La pénurie n’existe pas, elle est fabriquée de toute pièce. Les réserves hydrocarbonées de la planète sont inépuisables à l’échelle humaine. Tous les ans de nouveaux « champs » pétroliers et gaziers sont découverts un peu partout. Nous avons traduit et publié sur ce sujet depuis 2011, 10 ans ! et il est grand temps de le comprendre car toute cette affaire énergétique et de réchauffement climatique anthropique (RCA) est un enfumage et une des plus grandes escroqueries pondues par les cerveaux malades des guignols de l’oligarchie.
Donc pour résumer, pétrole et gaz ne sont pas « fossiles » mais abiotiques, on ne sait pas quoi en faire tellement il y en a (ce qui ne veut pas dire que Ça ne pollue pas, au contraire, mais pas en CO2 qui n’est pas un polluant rappelons-le…), que toute rareté du produit est induite et spéculative pour gonfler les profits des multinationales qui se gavent de l’exploitation de ces hydrocarbures, plus du reste avec la pétrochimie qu’avec le reste… et le RCA est une vaste escroquerie servant à ramener le monde à un niveau féodal de rareté induite. Là dessus vient la cerise sur le gâteau : la crise sanitaire tout autant 100% fabriquée que le virus SRAS-CoV-2 qui en est responsable.

Pour en savoir plus sur ces sujets:
Notre dossier (PDF) sur le pétrole et hydrocarbures abiotiques
Notre page « Escroquerie du RCA »
Notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

~ Résistance 71 ~

 

La Grande Réinitialisation est là : Suivez le fric !

 

F. William Engdahl

 

19 mars 2021

 

url de l’article original:
http://www.williamengdahl.com/englishNEO19Mar2021.php

Source de l’article en français:
https://reseauinternational.net/la-grande-reinitialisation-est-la-suivez-largent/

 

La réorganisation descendante de l’économie mondiale par une cabale de technocrates corporatistes, dirigée par le groupe du Forum économique mondial de Davos – la fameuse Grande Réinitialisation ou Agenda 2030 de l’ONU – n’est pas une proposition future. Elle est en cours d’actualisation, alors que le monde reste enfermé dans un confinement insensé pour un virus.

Le domaine d’investissement le plus en vogue depuis le début du confinement mondial dû au coronavirus est ce qu’on appelle l’investissement ESG. Ce jeu hautement subjectif et très contrôlé déplace de façon spectaculaire les flux de capitaux mondiaux vers un groupe restreint d’actions et d’obligations d’entreprises « approuvées ». Il fait notamment avancer le dystopique Agenda 2030 des Nations unies ou le programme de Grande Réinitialisation du FEM. Cette évolution est l’un des changements les plus dangereux et les moins bien compris depuis au moins le siècle dernier.

Le programme « d’économie durable » des Nations unies est réalisé en toute discrétion par les mêmes banques mondiales qui ont provoqué les crises financières de 2008. Cette fois-ci, elles préparent la Grande Réinitialisation du FEM de Klaus Schwab en orientant des centaines de milliards, et bientôt des milliers de milliards, d’investissements vers leurs entreprises « éveillées » triées sur le volet, au détriment de celles qui ne le sont pas, comme les compagnies pétrolières et gazières ou le charbon.

Les banquiers et les fonds d’investissement géants comme BlackRock ont créé une nouvelle infrastructure d’investissement qui sélectionne les « gagnants » et les « perdants » en fonction du sérieux de l’entreprise en matière d’ESG (investissement environnemental social et de gouvernance). Par exemple, une entreprise obtient des notes positives pour le sérieux avec lequel elle embauche des cadres et des employés de sexe différent, ou prend des mesures pour éliminer son « empreinte » carbone en rendant ses sources d’énergie vertes ou durables pour utiliser le terme des Nations unies. La façon dont les entreprises contribuent à une gouvernance mondiale durable est le plus vague des critères ESG, et peut aller des dons à Black Lives Matter au soutien d’agences de l’ONU comme l’OMS.

L’objectif central crucial des stratèges des ESG est de créer une transition vers des énergies alternatives inefficaces et coûteuses, l’utopie promise du zéro carbone. Les grandes institutions financières et les banques centrales du monde entier sont à l’origine de ce mouvement. Elles ont créé un éventail éblouissant d’organisations pour mener leur programme d’investissement vert.

En 2013, bien avant le coronavirus, la grande banque de Wall Street, Morgan Stanley, a créé son propre Institut pour l’Investissement durable. Ce dernier a rapidement été élargi en 2015 lorsque Morgan Stanley a rejoint le comité directeur du Partnership for Carbon Accounting Financials (PCAF). Sur son site internet, ils déclarent :

« Le PCAF se fonde sur la position de l’Accord de Paris sur le climat selon laquelle la communauté mondiale doit s’efforcer de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels et la société doit se décarboniser et atteindre zéro émission nette d’ici 2050″.

En 2020, le PCAF comptait plus de 100 banques et institutions financières, dont ABN Amro, Nat West, Lloyds Bank, Barcylays, Bank of America, Citi Group, CIBC, Danske Bank et d’autres. Plusieurs des banques membres du PCAF ont été inculpées dans des affaires de blanchiment d’argent. Elles se sentent maintenant investies d’un nouveau rôle de modèles de vertu pour changer l’économie mondiale, si l’on en croit la rhétorique. Notamment, l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, est un « observateur » ou un consultant du PCAF.

En août 2020, le PCAF a publié un projet de norme décrivant une proposition d’approche pour la comptabilité carbone mondiale. Cela signifie que les banquiers sont en train de créer leurs propres règles comptables sur la façon de noter ou d’évaluer l’empreinte carbone ou le profil vert d’une entreprise.


La City de Londres, cœur de l’empire…

Le rôle central de Mark Carney

Mark Carney est au centre de la réorganisation de la finance mondiale pour soutenir l’agenda vert de l’ONU 2030 derrière la Grande Réinitialisation du FEM de Davos, où il est membre du conseil d’administration. Il est également conseiller du secrétaire général des Nations unies en tant qu’envoyé spécial des Nations unies pour l’Action climatique. Il a décrit le plan du PCAF comme suit :

« Pour atteindre le zéro net, nous avons besoin d’une transition de l’ensemble de l’économie – chaque entreprise, chaque banque, chaque assureur et chaque investisseur devra ajuster ses modèles d’affaires, développer des plans crédibles pour la transition et les mettre en œuvre. Pour les entreprises financières, cela signifie qu’elles doivent examiner plus que les émissions générées par leur propre activité commerciale. Elles doivent mesurer et déclarer les émissions générées par les entreprises dans lesquelles elles investissent et auxquelles elles prêtent. Le travail du PCAF pour standardiser l’approche de la mesure des émissions financées est une étape importante pour garantir que chaque décision financière prenne en compte le changement climatique ».

En tant que gouverneur de la Banque d’Angleterre, Carney a joué un rôle essentiel dans le soutien des banques centrales mondiales à l’agenda vert du programme des Nations unies pour 2030. Les principales banques centrales du monde, par l’intermédiaire de la Banque des Règlements internationaux (BRI) à Bâle, ont créé un élément clé de l’infrastructure mondiale croissante qui oriente les flux d’investissement vers les entreprises « durables » et les éloigne de celles qu’elle juge « non durables », comme les compagnies pétrolières et gazières. Lorsque Mark Carney, alors gouverneur de la Banque d’Angleterre, était à la tête du Conseil de Stabilité financière (CSF) de la BRI, il a créé en 2015 un Groupe de travail sur l’Information financière relative aux Changements climatiques (GIFCC).

Les banquiers centraux du CSF ont nommé 31 personnes pour former le GIFCC. Présidée par le milliardaire Michael Bloomberg, il comprenait, outre BlackRock, JP MorganChase, Barclays Bank, HSBC, Swiss Re, le deuxième réassureur mondial, la banque chinoise ICBC, Tata Steel, ENI Oil, Dow Chemical, le géant minier BHP et David Blood de Generation Investment LLC d’Al Gore.

Anne Finucane, la vice-présidente de la Bank of America, membre à la fois du PCAF et du GIFCC, a noté que « nous nous engageons à faire en sorte que les risques et les opportunités liés au climat soient correctement gérés au sein de notre entreprise et que nous collaborions avec les gouvernements et les marchés pour accélérer les changements nécessaires… le changement climatique présente des risques pour le monde des affaires, et il est important que les entreprises définissent comment ces risques sont gérés ».

La vice-présidente de la Bank of America décrit comment ils évaluent les risques dans leur portefeuille de prêts immobiliers en procédant à « une analyse des risques physiques aigus sur un portefeuille échantillon de prêts hypothécaires résidentiels de la Bank of America à travers les États-Unis Chaque propriété a reçu un score basé sur le niveau de risque associé à 12 dangers potentiels : tornade, tremblement de terre, cyclone tropical, tempête de grêle, incendie de forêt, inondation fluviale, crue soudaine, inondation côtière, foudre, tsunami, volcan et tempête hivernale ». De même, le « risque » d’investissement des banques dans le pétrole et le gaz ainsi que dans d’autres secteurs industriels est examiné selon les critères du GIFCC de Carney. Tous les risques sont définis comme étant liés au CO2, malgré le fait qu’il n’existe aucune preuve scientifique concluante que l’émission de CO2 par l’homme est sur le point de détruire notre planète par le réchauffement climatique. Les preuves de l’activité solaire suggèrent plutôt que nous entrons dans une période de refroidissement instable, le Grand Minimum solaire. Cela ne préoccupe pas les intérêts financiers qui vont récolter des billions de dollars au cours de la prochaine décennie.

Un autre élément clé de la préparation financière de la Grande Réinitialisation, la transformation fondamentale d’une économie à forte intensité énergétique en une économie à faible intensité et économiquement inefficace, est le Conseil des Normes comptables de Durabilité (CNCD). Le CNCD déclare qu’il « fournit un ensemble de normes claires pour la communication d’informations sur la durabilité dans un large éventail de domaines… » Cela semble rassurant jusqu’à ce que l’on regarde qui compose les membres du CNCD qui donneront l’imprimatur favorable au climat. Parmi les membres figurent, outre le plus grand gestionnaire de fonds du monde, BlackRock (plus de 7 000 milliards de dollars sous gestion), les fonds Vanguard, Fidelity Investments, Goldman Sachs, State Street Global, Carlyle Group, Rockefeller Capital Management, et de nombreuses grandes banques comme la Bank of America et UBS. Beaucoup d’entre eux sont responsables de l’effondrement financier mondial de 2008. Que fait ce groupe-cadre ? Selon leur site web, « Depuis 2011, nous travaillons à un objectif ambitieux : développer et maintenir des normes comptables de durabilité pour 77 industries ».

L’objectif est de créer un réseau d’entités financières mondiales qui contrôlent la richesse combinée, incluant les assurances et les fonds de pension, pour une valeur de 100 000 milliards de dollars. Elles fixent les règles et définiront une entreprise, voire un pays, en fonction du degré d’émission de carbone qu’elle crée. Si vous êtes propre et vert, vous pouvez potentiellement obtenir des investissements. Si vous êtes considéré comme un pollueur de carbone, comme c’est le cas aujourd’hui pour les industries du pétrole, du gaz et du charbon, les flux de capitaux mondiaux éviteront de vous financer. La cible immédiate de cette cabale financière est l’épine dorsale de l’économie mondiale, l’industrie pétrolière et gazière ainsi que le charbon.

Les hydrocarbures attaqués

La cible immédiate de cette cabale financière est l’épine dorsale de l’économie mondiale, le secteur du pétrole, du charbon et du gaz naturel. Les analystes de l’industrie pétrolière prévoient qu’au cours des cinq prochaines années, voire moins, les flux d’investissement dans le plus grand secteur énergétique du monde vont chuter de façon spectaculaire. « Compte tenu de la place centrale qu’occupera la transition énergétique dans les perspectives de croissance de chaque entreprise, nous demandons aux entreprises de divulguer un plan expliquant comment leur modèle économique sera compatible avec une économie zéro net », a écrit Larry Fink, président-directeur général de BlackRock, dans sa lettre aux PDG de 2021. Blackrock est le plus grand groupe d’investissement au monde, avec plus de 7 000 milliards de dollars à investir. Un autre dirigeant de BlackRock a déclaré lors d’une récente conférence sur l’énergie que « là où BlackRock va, les autres suivront ».

« Pour continuer à attirer les capitaux, les portefeuilles doivent être construits autour d’actifs avantageux de base – des barils à faible coût, à longue durée de vie et à faible intensité de carbone », a déclaré Andrew Latham, vice-président de l’exploration mondiale chez WoodMac, une société de conseil en énergie.

L’administration Biden tient déjà sa promesse d’éliminer progressivement le pétrole et le gaz en interdisant les nouvelles concessions sur les terres fédérales et en mer, ainsi que l’oléoduc Keystone XL. Le secteur du pétrole et du gaz et ses dérivés tels que la pétrochimie sont au cœur de l’économie mondiale. Les 50 plus grandes entreprises pétrolières et gazières du monde, comprenant à la fois des entreprises publiques et des entreprises cotées en bourse, ont enregistré des revenus d’environ 5 400 milliards de dollars en 2015.

Alors qu’une nouvelle administration Biden pousse son opposition idéologique aux combustibles hydrocarbonés, le monde verra un déclin précipité des investissements dans le pétrole et le gaz. Le rôle des mondialistes de Davos et des acteurs financiers des ESG est de garantir cela. Et les perdants seront nous. Les prix de l’énergie vont monter en flèche, comme ce fut le cas lors des récents blizzards au Texas. Le coût de l’électricité dans les pays industriels deviendra prohibitif pour l’industrie manufacturière. Mais soyez rassurés. Tout cela fait partie de la Grande Réinitialisation en cours et de sa nouvelle doctrine d’investissement ESG.

En 2010, le chef du groupe de travail 3 du Groupe d’Experts intergouvernemental sur l’Évolution du Climat de l’ONU (GIEC), le Dr Otmar Edenhofer, a déclaré à un journaliste : « … il faut dire clairement que nous redistribuons de facto la richesse mondiale par la politique climatique. Il faut se libérer de l’illusion que la politique climatique internationale est une politique environnementale. Cela n’a presque plus rien à voir avec la politique environnementale… » La Grande Réinitialisation du FEM n’est pas simplement une grande idée de Klaus Schwab réfléchissant aux ravages économiques du coronavirus. Elle a été planifiée de longue date par les maîtres de l’argent.

= = =

Lectures complémentaires :

La City de Londres, au cœur de l’empire

Coronavirus et spectacle marchand

Recherche esprit communard désespérément

Résistance 71, l’essentiel 2010-2020 (mis à jour)

Du chemin de la société vers son humanité réalisée

 

 

 

Géopolitique, guerres impérialistes des hydrocarbures, Asie Centrale et Moyen-Orient… Quand COVID rime avec Rothschild (5ème et dernière partie)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 12 mars 2021 by Résistance 71

 

 

ParaBellum666

1ère partie
2ème partie
3ème partie
4ème partie
5ème partie

12 mars 2021

C’est important de comprendre par quel canal les Rothschild agissent…
Et comment Rothschild et l’état russe / Poutine travaillent ensemble…

L’arbre qui cache l’arbre…

http://www.happyjobandlife.com/wp-content/uploads/2017/10/brandon-green-1024×685.jpg

Tout le monde se focalise toujours sur le numéro un…
Rarement sur le numéro 2…
Le number one est un leurre…
Même si il est aussi un leur…

Tout le monde connaît  Blackrock… société multinationale américaine spécialisée dans la gestion d’actifs, dont le siège social est situé à New York. Fondée en 1988, elle est devenue le plus important gestionnaire d’actifs au monde, avec près de 7 800 milliards de dollars d’encours en octobre 2020

https://fr.wikipedia.org/wiki/BlackRock

Mais entendons-nous parler de the Vanguard group...?

Société américaine de fonds d’investissement. Le groupe est basé à Malvern en Pennsylvanie et offre différents types de placements et autres produits financiers pour des individus, des sociétés ou des investisseurs institutionnels. Le groupe est le gérant d’environ 190 fonds de gestion aux États-Unis et d’environ 230 sociétés en dehors des États-Unis. 

Il annonce gérer en décembre 2016 pour plus de 5 100 milliards de dollars américains d’actifs.

6 200 milliards en 2020…

The Vanguard Group détient des parts dans de grandes sociétés comme MichelinPernod RicardMonsantoExxonMobilAlphabetDow Chemical ou encore Foxconn

Il est le premier actionnaire de Goldman Sachs devant State Street Corporation, avec 5,73 % et le premier actionnaire d’Apple, avec 7,01 %, et actionnaire d’Amazon, avec 5,6 % des actions. 

Il est aussi actionnaire d’American Express pour environ 4,70 % de son capital.

https://www.wikizero.com/fr/The_Vanguard_Group

Premier actionnaire de Goldman Sachs….
La fameuse…celle qui a plombé  l’Europe par la Grèce…
Là où arrivent comme par hasard certains pipelines gaziers…

Le système rothschildien passe par the vanguard group…

https://kontrainfo.com/wp-content/uploads/2015/05/VanguardGroup.png

Connaissez-vous RIT Capital Partners …?

« En 1961, la société a été fondée, à l’initiative de Jacob Rothschild, pour servir la succursale anglaise de la famille Rothschild pour des investissements en dehors de leur banque N M Rothschild & Sons : elle a été nommée « Rothschild Investment Trust ».En 1980, il y a eu un conflit entre Jacob Rothschild et Evelyn de Rothschild »

https://en.wikipedia.org/wiki/RIT_Capital_Partners

Les frangins anglais…

https://kontrainfo.com/wp-content/uploads/2016/11/Lord-Rothschild-Sir-Evelyn-Rothschild.jpg

Lien avec the Vanguard group et RIT Capital Partners / Rothschild 

RIT CAPITAL PARTNERS PLC (LEI: P31Q1NLTW35JJGHA4667)

26 April 2018

Election of Directors

Following the passing of all resolutions by shareholders at its Annual General Meeting, RIT Capital Partners plc (‘RIT’) announces the following elections to the Board with immediate effect:

André Perold

André Perold has been elected to the Board as a Non-Executive Director.  Mr Perold is a Co-Founder, Managing Partner and Chief Investment Officer of HighVista Strategies, a Boston based investment firm. He is a board member of the Vanguard Group, the global investment company and also serves on the Investment Committee of the Partners Healthcare System.

Mr Perold will sit on the Audit & Risk Committee.

There are no other details that require to be disclosed in respect of the appointment of Mr Perold  pursuant to Rule 9.6.13 of the UK Listing Rules.

https://www.investegate.co.uk/article.aspx?id=201804261241412611M

Parcours

André Perold a rejoint Vanguard en 2018. 

André Perold est actuellement

https://www.theofficialboard.fr/biographie/andre-perold-013e1

https://www.theofficialboard.fr/organigramme/vanguard#469757

https://www.highvistastrategies.com/Customer-Content/www/our-team/Images/perold-andre.jpg

Lien avec Rothschild and co…branche française…

Changement d’époque. Quatre ans après avoir pris la succession de sir Evelyn à la tête de la maison britannique du groupe Rothschild, David de Rothschild poursuit la réunification des deux branches de la famille. Au terme d’une réorganisation annoncée hier, la branche britannique deviendra minoritaire dans le groupe au bénéfice de la française. Le holding coté Paris Orléans, structure de tête regroupant les intérêts français, va racheter pour 446 millions d’euros les 50 % détenus par la famille de sir Evelyn dans Concordia BV, un holding intermédiaire, actionnaire indirect des activités bancaires.

La branche française étant majoritaire dans le holding familial, la prise de décision s’en trouvera simplifiée. « Il n’y a plus de raison de parler de branche anglaise et de branche française aujourd’hui », résume David.

http://photos.geni.com/p13/be/f9/2c/f0/5344484225c10e80/david_de_rothschild_profile_300x293_large.jpg

https://www.lesechos.fr/2007/07/la-branche-francaise-de-la-famille-devient-majoritaire-dans-le-groupe-rothschild-535473

Rothschild co (ex Paris Orléans) Est une société cotée en bourse pour financer ‘Euronext Paris et contrôlé par la branche française et anglaise du Rothschild famille. Rothschild Co est la société phare du groupe bancaire Rothschild et contrôle les activités de N M Rothschild Sons et Rothschild Cie Banque.

https://boowiki.info/art/les-banques-francaises/rothschild-co.html

Actionnaires de Rothschild and co…

Tout en bas de la liste…

Rothschild Concordia SAS 

27,104,652

34.9%

Rothschild & Co SCA

5,882,880

7.58%

Maurel Bernard Family

4,229,704

5.45%

Jardine Matheson Holdings Limited

4,217,310

5.43%

De Edouard E A Rothschild

4,057,079

5.23%

Global Alpha Capital Management Ltd. 

1,043,918

1.34%

Invesco Advisers, Inc. 

811,398

1.05%

François Henrot

762,470

0.98%

Norges Bank Investment Management 

754,406

0.97%

The Vanguard Group, Inc. 

705,469

0.91%

https://www.marketscreener.com/quote/stock/ROTHSCHILD-CO-5306/company/

Show part of quote

https://www.numeroservicioalcliente.com/wp-content/uploads/2017/07/Vanguard-Group-servicio-al-cliente.png

David de Rothschild a passé les rênes à son fils Alexandre en 2018…

Alexandre de Rothschild est devenu le nouveau président exécutif de la banque d’affaires Rothschild & Co, en 2018, à l’âge de 37 ans, après avoir succédé à son père David de Rothschild. Il représente ainsi la huitième génération de banquiers de la société. Zoom sur le parcours d’une figure emblématique du monde de la finance et de la banque d’affaires.

https://d31dn7nfpuwjnm.cloudfront.net/images/valoraciones/0030/0232/Alex_de_Rothschild.jpg

https://business-cool.com/vie-pro/portraits-inspirants/portrait-alexandre-de-rothschild-president-rothschild/

Lien entre l’état russe / Poutine / Rothschild Vanguard …

Souvenez-vous en 2015…
Poutine parlait de virer les Rothschild de la Russie…
Beaucoup y ont cru…
Forgeant ainsi la légende Poutine…

Début 2015, des confidents au plus haut niveau de Vladimir Vladimirovitch Poutine ont laissé fuiter que celui-ci a l’intention de nationaliser la Banque centrale qui est contrôlée par les Rothschild via la Cité de Londres et de purger ses “collaborateurs” avec l’Ouest. Un de ces confidents est Evgueni Fedorov.

En vertu de la Constitution, la CBR (Banque Centrale Russe) appartient à un État étranger – la City de Londres – et prend les commandes de Londres et de Washington. Cette banque ne peut imprimer de l’argent que correspondant à sa trésorerie en devises étrangères, ce qui ne suffit pas aux finalités de Poutine et aux besoins d’une vraie Banque Centrale.

https://numidia-liberum.blogspot.com/2016/08/poutine-va-t-il-virer-les-rothschild-de.html

C’était des conneries…

Poutine est la pièce maîtresse de l’échiquier Rothschildien…

Cyber polygone 2021

L’année dernière, le Forum économique mondial (FEM / Davos) s’est associé au gouvernement russe et aux banques mondiales pour mener une simulation de cyberattaque très médiatisée qui visait le secteur financier, un événement qui ouvrirait la voie à une « réinitialisation » de l’économie mondiale. Cette simulation, baptisée Cyber Polygone, était peut-être plus qu’un simple exercice de planification et présente des similitudes avec la simulation de pandémie, l’Évènement 201, parrainé par le FEM qui a précédé la crise du COVID-19.

Cet exercice intervient plusieurs mois après que le FEM, « l’organisation internationale pour la coopération public-privé » qui compte parmi ses membres l’élite la plus riche du monde, ait officiellement annoncé son initiative pour une Grande Réinitialisation, qui impliquerait la transition coordonnée vers une économie mondiale de la Quatrième Révolution industrielle dans laquelle les travailleurs humains deviennent de plus en plus insignifiants. Cette révolution, dont son plus grand partisan, le fondateur du FEM, Klaus Schwab, a déjà présenté un problème majeur pour les membres et les organisations membres du FEM, à savoir le sort réservé aux masses de personnes laissées au chômage par l’automatisation et la numérisation croissantes sur le lieu de travail.

Par exemple, la personne choisie pour ouvrir l’événement Cyber Polygone était le premier ministre de la Fédération de Russie, Mikhail Mishustin, et son hôte principal, BI.ZONE, était une filiale de la Sberbank contrôlée par le gouvernement russe. Cela suggère que le récit récurrent du « piratage russe » pourrait toucher à sa fin ou sera bientôt remplacé par un autre croque-mitaine plus approprié à la lumière des réalités politiques actuelles.

https://reseauinternational.net/de-levenement-201-a-cyber-polygone-simulation-dune-cyberpandemie-a-venir-au-forum-economique-mondial/

Sberbank est la banque nationale de Russie…

https://www.lebureauexport.fr/info/2020/10/russie-la-banque-publique-russe-sberbank-lance-son-offre-streaming/

ce n’est pas une banque privée, mais une banque publique appartenant au gouvernement russe…

la banque Sberbank a été racheté par le gouvernement russe en février 2020

htps://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-gouvernement-russe-rachete-sberbank-pour-financer-les-depenses-sociales-20200212

octobre 2020, Sberbank vole les données biométriques des enfants russes dans les cantines scolaires

https://thebell.io/en/russia-s-largest-bank-is-using-school-canteens-to-collect-children-s-biometric-data/

https://sputniknews.com/russia/201609161045379739-russia-sberbank-schools-payment-system/

https://www.electronicpaymentsinternational.com/news/sberbank-fingerprint-payments-technology/

Sberbank en Turquie…

« Deutsche Bank, Rothschild et Troika Dialog ont agi en tant que conseillers financiers de la Sberbank. Linklaters LLP et Taboglu étaient les conseillers juridiques de Sberbank, tandis que KPMG effectuait une diligence raisonnable financière et fiscale pour le compte de Sberbank… »

https://www.sberbank.at/press-releases/sberbank-announces-agreement-acquire-9985-denizbank

Vanguard et Sberbank…

Owner

Government of Russia(52,32%)

The Vanguard Group (1.63%)[3]

https://en.wikipedia.org/wiki/Sberbank_of_Russia

https://zupimages.net/up/21/06/cb3e.jpeg

https://www.zupimages.net/up/21/06/v0q5.jpeg

https://www.coursehero.com/file/69444136/Sberbank-of-Russiadocx/

VHGEX – Vanguard Global Equity Fund Investor Shares dans SBER / Sberbank of Russia PJSC

2020-11-27 – VHGEX – Vanguard Global Equity Fund Investor Shares a déposé un formulaire NPORT-P divulguant la propriété de 16 020 actions de Sberbank of Russia PJSC (Royaume-Uni : SBER) avec une participation totale évaluée à 187 024 USD au 30 septembre 2020. VHGEX – Vanguard Global Equity Fund Investor Shares avait déposé un NPORT-P précédent le 29/08/2020 divulguant 16 020 actions de Sberbank of Russia PJSC d’une valeur de 182 111 000 dollars américains.

https://fintel.io/so/uk/sber/vanguard-horizon-funds-vanguard-global-equity-fund-investor-shares

Vanguard est la force de frappe de David de Rothschild et Jacob de Rothschild…
Vanguard est un fond d’investissement de 6 200 milliards de dollars…
Le fond Vanguard a la particularité d’appartenir à ses actionnaires.

= = =

Lecture complémentaire :

Gary Allen « Le dossier Rockefeller »

Que faire ? La marche vers la tyrannie globale comment s’en sortir (Résistance 71, 2010)

La City de Londres, au cœur de l’empire

Pierre Kropotkine « Champs, usines et ateliers »

Pierre Kropotkine « La conquête du pain »

Guy Debord « La société du spectacle »

Dean Henderson, les 8 familles derrière le cartel financier mondial

La solution à 10%