Archive pour terrorisme d’état

Manifeste de la Société des Sociétés (Résistance 71)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 15 octobre 2017 by Résistance 71

Résistance 71

15 octobre 2017

 

Nous vous présentons notre réflexion politique pour un changement radical de paradigme politique et mettre fin à la mascarade criminelle de la gouvernance étatico-capitaliste qui arrive au bout du bout du banc… Nous laisserons notre lectorat absorber et analyser cette réflexion collective en demeurant silencieux pendant quelques temps… Nous répondrons néanmoins à tous commentaires et tous courriels sur le sujet. Bonne lecture et n’hésitez pas à nous contacter. Merci à Jo de JBL1960 pour la mise en page sobre et efficace du pdf.

-[]-[]-<I>-[]-[]-

 

Avant-propos du Manifeste de la société des sociétés

Inégalité galopante, division exacerbée, exploitation sans fin des ressources humaines et naturelles, destruction environnementale exponentielle, oppression, répression, guerres sans fin, terrorisme piloté par les états, pauvreté matérielle, intellectuelle et culturelle, parodies et illusions démocratiques, cirque politique, gouvernance oligarchique, éradication des libertés au profit d’une illusoire sécurité, mensonges et falsifications en tout genre, contrôle et censure de l’information, assujettissement à la marchandise, à l’argent roi et autres turpitudes économico-sécuritaires, sont non seulement les fondations de notre société moderne, mais aussi sont devenus la norme et le standard si peu critiqué d’une organisation humaine qui, depuis quelques décennies ne fait plus que tourner de plus en plus rapidement autour du siphon du tout-à-l’égoût du grand oubli.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Était-ce… Est-ce inéluctable ? Est-ce le résultat d’une évolution ? Où va la société humaine ? D’où vient-elle ? Y a t’il une solution ?…

Pour tenter de répondre à ces questions et quelques autres inhérentes, nous vous proposons un bref historique de la société humaine de son aube à aujourd’hui, analysé d’un point de vue socio-politique. Notre analyse, fruit de plusieurs années d’étude et de réflexion individuelles et collectives au moyen d’une littérature abondante alimentant une pensée critique, ne s’embarrassera ni de citations ni de références dans le texte. Nous publions en toute fin, une bibliographie essentielle mais non-exhaustive de ce qui nous a aidé à formuler le présent manifeste, que nous avons désiré être le plus succint et direct possible afin qu’il n’en soit que plus éclairant.

Ce cheminement nous amènera à communément définir le terme de “société”, de comprendre les différentes phases de son existence au cours de l’histoire pour entrevoir le chemin d’une transformation radicale de celle-ci ayant pour but ultime l’émancipation de la société des contraintes induites à dessein pour maintenir la division, outil essentiel de maintien du consensus du statu quo oligarchique en vigueur depuis déjà bien trop longtemps. Nous verrons aussi comment la société à venir, société des sociétés, n’a pas à être inventée, mais être recomposée des expériences passées et adaptée à notre monde dont la technologie doit servir à en faciliter le fonctionnement et non pas l’entraver comme c’est actuellement le cas dans le modèle politico-social sclérosé nous écrasant.

Lire la suite ici…

Manifeste de la societe des sociétés (PDF gratuit à télécharger)

Publicités

Résistance politique: Du leurre catalan…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 14 octobre 2017 by Résistance 71

Très bonne analyse de Tomas Ibanez à laquelle nous adhérons au sujet de l’affaire du referendum catalan, qui n’est qu’un referendum pour créer… un nouvel état qui ne sera en rien indépendant. De plus, imaginons un instant que la Catalogne devienne « indépendante » et que dans disons 10 ans, un pourcentage conséquent de la population désire réintégrer l’Espagne (comme les Écossais ont réintégré de leur plein gré la « couronne » britannique), alors ce nouvel état catalan enverra sa bidasserie cerbère pour mâter violemment ces « intégrationnistes » , de la même manière que l’état espagnol a envoyé sa chienlit en uniforme matraquer le peuple catalan… L’Etat ne sait rien faire d’autre qu’exercer son monopole de la violence.

Franchement, il n’y a pas si longtemps que çà, le peuple catalan nous a habitué à mieux. Il ferait mieux de reprendre l’affaire là où elle avait été trahie il y a quelques 80 ans…

~ Résistance 71 ~

 

 

Orages sur la Catalogne

 

Tomas Ibañez

 

11 octobre 2017

 

Source: http://www.lavoiedujaguar.net/Orages-sur-la-Catalogne

 

À propos d’orages et de boussoles

C’est dans les moments agités, complexes et orageux qu’il importe de consulter nos boussoles pour ne pas nous égarer. Mais c’est aussi au cœur de l’orage que leurs indications s’avèrent le moins fiables. C’est pourquoi il est crucial de ne pas se laisser emporter par le tourbillon des événements qui se succèdent de manière endiablée et qui exigent des réactions rapides. C’est pourquoi il est nécessaire de lever les yeux, ne serait ce qu’un instant, par-dessus le contexte immédiat, prendre une certaine distance par rapport à l’orage, et tenter d’entrevoir l’horizon vers lequel nous poussent les actes que la situation semble nous imposer.

Malgré la sympathie, l’affection et la compréhension que j’éprouve envers bon nombre des libertaires qui s’impliquent dans les mobilisations qui secouent la Catalogne, je ne peux m’empêcher de considérer qu’ils sont en train de favoriser, de manière totalement involontaire, le processus conçu par le gouvernement catalan et par les formations nationalistes pour créer « un nouvel État ».

Il est clair que tel n’est pas leur objectif, bien au contraire, et que ce n’est pas cela qui les conduit à exposer leur corps dans une paradoxale « défense des urnes » ou à convoquer une grève générale en contiguïté temporelle avec le référendum pour la création d’un nouvel État.

Leurs objectifs s’étendent depuis celui consistant à « détruire l’État espagnol » (souhaitons qu’il soit atteint) jusqu’à celui d’avancer vers une situation ou il soit possible de « décider de tout », et pas seulement de la forme politique du territoire, en passant par la volonté de radicaliser l’agitation actuelle en encourageant la créativité et les pincées d’auto-organisation qui pointent dans la population. Certains caressent même le rêve d’une (improbable) insurrection populaire ouvrant la voie à une véritable « autonomie », au sens fort du terme qui va bien au-delà du concept d’autodétermination des peuples.

Ces objectifs, ainsi que l’incontournable engagement à lutter contre la répression exercée par l’État sur ceux qui défient ses lois, m’inspirent le plus haut respect. Cela dit, il n’en demeure pas moins que les actions de ces camarades apportent leur petit grain de sable au développement du projet indépendantiste, ou plutôt nationaliste, comme il est plus exact de le dénommer car il ne poursuit pas « l’indépendance » d’autre chose que celle d’une « nation »… exclusivement.

Si cette contribution au développement du projet nationaliste me préoccupe ce n’est pas parce qu’il conduit à l’éventuelle création d’un nouvel État, car en fin de compte il nous faudrait poursuivre nos luttes en son sein comme nous le faisons dans l’État où nous nous trouvons, sans qu’un changement du cadre étatique entraîne une différence qualitative digne de mention. Vivre dans un nouvel État nous importe peu, par contre, la principale conséquence négative qui découlera de notre participation dans le conflit actuel c’est que ce sera nous, et les travailleurs impliqués, qui paierons les « pots cassés » de l’affrontement entre l’État institué et l’État naissant, comme cela va être le cas, par exemple, pour la vingtaine d’anarchistes grecs arrêtés suite à l’occupation de l’ambassade espagnole en solidarité avec « la Catalogne » (sic).

Ce qui me préoccupe, et c’est précisément ici que prend sens mon appel à « lever les yeux », c’est que la contribution aux affrontements actuels est en train de donner des ailes à « l’essor des nationalismes », comme cela se produit à chaque fois qu’il y a un choc entre nationalismes, et cela augure un affrontement entre travailleurs aussi bien en Catalogne qu’entre des travailleurs d’ici avec ceux d’autres parties du territoire. Sans parler, par ailleurs, du correspondant « essor de l’extrême droite » que l’on constate déjà en divers points d’Espagne. Bien entendu, il ne s’agit pas de renoncer à lutter sous prétexte que cela peut susciter l’essor de l’extrême droite, mais ce qu’il ne faut certainement pas faire c’est lutter dans une bataille définie en termes nationalistes car c’est cela qui garantit cet essor.

En cet instant, les interventions respectives de Puigdemont (président du gouvernement catalan), qui laissa hier dans les limbes la proclamation du nouvel État, et de Rajoy (président du gouvernement espagnol), qui a mis en marche, de façon pour l’instant voilée, la suspension de l’autonomie catalane, révèlent leur soucis de ne pas nuire aux intérêts des grandes corporations, des entreprises ou des entités financières, et signalent les limites qu’aucun des deux gouvernements en lice n’est disposé à transgresser. Cela se traduit par une atténuation de la tension existante, accompagnée de la mise en scène d’un spectacle fait de poses et de tromperies assorties de tirs de balles à blanc. Jusqu’à présent le seul sang qui a été versé, et il faudrait éviter qu’il continue à l’être, est celui de « ceux d’en bas » qui se sont laissé entraîner à participer à une partie orchestrée et arbitrée par la classe politique en fonction de ses intérêts. Il nous faut lutter, bien sûr, mais pas dans des combats où nos ennemis nous appellent à les rejoindre.

Gilad and All That Jazz (2012)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 13 octobre 2017 by Résistance 71

Résistance 71

13 octobre 2017

Enfin disponible après des années de censure, la vidéo restera t’elle longtemps en ligne ?… Excellent film de Golriz Kolahi sur le grand saxophoniste de Jazz Gilad Atzmon. Nous le suivons dans sa vie, son œuvre et ses positions politiques, celles d’un Israélien volontairement expatrié en Grande-Bretagne, farouche antisioniste et que bien entendu  la clique usuelle (qui a la parole dans le documentaire…) refuse de débattre, un Atzmon qui déclare dans son dernier livre en date « Being in Time » (2017):

« L’appel sioniste et celui de l’Etat Islamique sont des réactions somme toute identique à la politique identitaire de la nouvelle gauche. »

« Au lieu d’imposer une idéologie particulière, qu’elle soir de droite, de gauche, marxiste, capitaliste, libérale, fasciste etc ; j’examine la complémentarité entre un système politique et la condition humaine… »

« L’être et le temps sont comme le bout de notre nez, si proches qu’on échoue à les percevoir. La vérité est là, disponible à tout moment, tout ce que nous avons à faire est d’ouvrir les yeux et de la contempler. »

A voir et diffuser sans modération (l’anglais d’Atzmon est facile à comprendre car il n’est pas natif de la langue…)

 

Résistance politique: Vivre sa journée et ne pas la rêver…

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 12 octobre 2017 by Résistance 71

Vous m’avez fait le don infiniment précieux de la pauvreté

 

Simone Weil (octobre 1941)

 

Source: http://www.investigaction.net/fr/vous-mavez-fait-le-don-infiniment-precieux-de-la-pauvrete/

 

Il ne s’agit pas de Simone Veil dont le nom demeure lié à l’abolition de la répression des femmes pour avoir avorté, mais de Simone Weil la philosophe. Le 24 août 1943 mourait Simone Weil, à l’âge de 34 ans. Sa pensée et sa trajectoire fulgurante demeurent largement méconnues au-delà d’un cercle de spécialistes.

Figure majeure de la philosophie du XXe siècle, dont Albert Camus édita une grande partie de l’œuvre après sa mort, elle fut également une femme de combat. Impliquée dans les luttes et les débats de son temps, elle a marqué de son empreinte la culture politique de la gauche.

Abandonnant provisoirement sa carrière d’enseignante, la philosophe Simone Weil, après avoir été ouvrière chez Renault en 1934-1935, devient ouvrière agricole en 1941… C’est dans ce contexte qu’elle écrit cette incroyable lettre chargée de courage et d’ironie, à Xavier Vallat, Commissaire général aux questions juives, qui vient juste de formaliser le second statut des Juifs et leur recensement, ainsi que la loi du 22 juillet 1941 qui organise la spoliation des biens juifs par l’État Français.

= = =

18 octobre 1941

 

Monsieur,

Je dois vous considérer, je suppose, comme étant en quelque sorte mon chef ; car, bien que je n’aie pas encore bien compris ce qu’on entend aujourd’hui légalement par Juif, en voyant que le ministère de l’Instruction publique laissait sans réponse, bien que je sois agrégée de philosophie, une demande de poste déposée par moi en juillet 1940 à l’expiration d’un congé de maladie, j’ai dû supposer, comme cause de ce silence, les présomptions d’origine israélite attachée à mon nom.

Il est vrai qu’on s’est abstenu également de me verser l’indemnité prévue en pareil cas par le statut des Juifs ; ce qui me procure la vive satisfaction de n’être pour rien dans les difficultés financières du pays.

Quoi qu’il en soit, je crois devoir vous rendre compte de ce que je fais.

Le gouvernement a fait savoir qu’il voulait que les Juifs entrent dans la production, et de préférence aillent à la terre. Bien que je ne me considère pas moi-même comme juive, car je ne suis jamais entrée dans une synagogue, j’ai été élevée sans pratique religieuse d’aucune espèce par des parents libres-penseurs, je n’ai aucune attirance vers la religion juive, aucune attache avec la tradition juive, et ne suis nourrie depuis ma première enfance que de la tradition hellénique, chrétienne et française, néanmoins j’ai obéi.

Je suis en ce moment vendangeuse ; j’ai coupé les raisins, huit heures par jour, tous les jours, pendant quatre semaines, au service d’un viticulteur du Gard. Mon patron me fait l’honneur de me dire que je tiens ma place. Il m’a même fait le plus grand éloge qu’un agriculteur puisse faire à une jeune fille venue de la ville, en me disant que je pourrais épouser un paysan. Ignoré, il est vrai, que j’ai du seul fait de mon nom une tare originelle qu’il serait inhumain de ma part de transmettre à des enfants.

J’ai encore à faire une semaine de vendange. Ensuite je compte aller travailler comme ouvrière agricole au service d’un maraîcher chez qui des amis m’ont procuré une place. On ne peut pas, je pense, obéir plus complètement.

Je regarde le statut des Juifs comme étant d’une manière générale injuste et absurde ; car comment croire qu’un agrégé de mathématiques puisse faire du mal aux enfants qui apprennent la géométrie, du seul fait que trois de ses grands-parents allaient à la synagogue ?

Mais, en mon cas particulier, je tiens à vous exprimer la reconnaissance sincère que j’éprouve envers le gouvernement pour m’avoir ôtée de la caté­gorie sociale des intellectuels et m’avoir donné la terre, et avec elle toute la nature. Car seuls possèdent la nature et la terre ceux à qui elles sont entrées dans le corps par la souffrance quotidienne des membres rompus de fatigue.

Les jours, les mois, les saisons, la voûte céleste qui tournent sans cesse autour de nous appartiennent à ceux qui doivent franchir l’espace de temps qui sépare chaque jour le lever et le coucher du soleil en allant péniblement de fatigue en fatigue.

Ceux-là accompagnent le firmament dans sa rotation, ils vivent chaque journée, ils ne la rêvent pas.

Le gouvernement, que vous représentez à mon égard, m’a donné tout cela. Vous et les autres dirigeants actuels du pays, vous m’avez donné ce que vous ne possédez pas. Vous m’avez fait aussi le don infiniment précieux de la pauvreté, que vous ne possédez pas non plus.

J’aurais hésité à vous écrire, sachant votre temps pris par d’innombrables soucis, mais vous ne recevez certainement pas beaucoup de lettres de remerciements de ceux qui se trouvent dans ma situation. Cela vaut donc peut-être pour vous les quelques minutes que vous perdrez à me lire.

Veuillez recevoir, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

Simone Weil

= = =

Simone Weil mettra ses parents à l’abri aux États-Unis en 1942 et se rendra en Grande-Bretagne pour y travailler comme rédactrice dans les services de la France Libre.

Atteinte d’une tuberculose sans doute aggravée par sa période de vie ouvrière, Simone Weil meurt au sanatorium d’Ashford le 24 août 1943. 

Dénoncer encore et toujours le colonialisme: Le Canada colonie pénitentiaire (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 8 octobre 2017 by Résistance 71

Pour ceux qui pensent toujours que le Canada est un pays “indépendant et souverain”…
~ Résistance 71 ~

 

Le Canada est une colonie pénitentiaire 

 

Mohawk Nation News

 

6 octobre 2017

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2017/10/06/canada-is-a-penal-colony/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le conte de fée démocratique appelé l’entreprise coloniale du Canada maintient les dirigeants derrière le rideau pour qu’ils n’aient jamais à faire face à la vengeance qu’ils suscitent. Le Canada est une prison dirigée par un CEO ; ce CEO est appelé le Gouverneur Général. Il est le seul capable de suspendre le parlement. (NdT: pour information, le GG du Canada est appointé(e) par la reine d’Angleterre. Il/elle est le représentant officiel de la couronne britannique au Canada, il répond directement au monarque… Depuis le 2 octobre 2017, le GG du Canada est une femme Julie Payette, elle est la 4ème femme à être appointée GGC)

Les Affaires Indiennes sont le ministère principal de l’occupation militaire de la terre onk’we:honweh (native) autrement connue sous le vocable de CANADA. Notre terre et notre destitution en sont le prix. Nous vivons dans des camps de prisonniers de guerre appelés “réserves”, à moins que nous n’acceptions d’être assimilés et de servir l’entreprise coloniale avant de mourir. Les Canadiens sont dans la prison entrepreneuriale.

Le Gouverneur Général travaille en relation étroite avec l’”état major de guerre” qui siège au 14ème étage du ministère des Affaires Indiennes, qui est le centre de commandement de l’occupation. Le Canada est un état policier fonctionnant sous des statuts légaux édictés par une constitution qui n’a jamais été ratifiée. Au travers de l’ordre de la Jarretière (The Garter), le Canada est sous le joug et la répression financière des banquiers de la City de Londres (NdT: historiquement, la véritable “couronne”, le kilomètre carré et demi le plus riche de la planète…).

Le boulot des parlementaires est de maintenir l’illusion de la liberté et de la démocratie face au peuple qu’ils affirment représenter. Le Gouverneur Général est le dictateur absolu de l’entreprise coloniale appelée CANADA. Les actionnaires de cette entreprise privée engrangent et orientent tout l’argent résultant du pillage de nos terres et de nos ressources naturelles vers les banquiers de la City de Londres.

Tout le monde est maintenu les yeux bandés à dessein. Pour renforcer l’illusion de liberté, les oligarques utilisent leurs médias corporatistes privés pour promouvoir un sentiment en leur faveur à chaque opportunité.

Sans le monarque, le GG et le Privy Counsel, les banques de Londres ne peuvent plus continuer le pillage et le vol de l’argent des gens par l’impôt forcé sur les gens au moyen d’un état policier et de lois statutaires (NdT: illégales…)

De fait, Le GG est le dictateur en place et les parlementaires continuent leur mission de maintenir l’illusion de la liberté et de la démocratie.

Tout le monde a le choix. 98% des Canadiens ont choisi de “dériver”, c’est à dire de laisser quelqu’un d’autre penser pour eux. Ceci constitue l’arme principale aux mains des contrôleurs des esprits. Par le moyen de la peur, ils resserrent la vis de la répression sur le peuple.

Resistance politique: Léon Tolstoï, politique et religion (version pdf)

Posted in actualité, altermondialisme, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 7 octobre 2017 by Résistance 71

Résistance 71

7 octobre 2017

Jo de JBL1960 a compilé un très beau PDF des cinq textes de Léon Tolstoï que nous avons récemment publiés, à lire et diffuser sans aucune modération.

Leon_Tolstoi_Politique_et_Religion

 

Resistance politique: Le judaïsme antisioniste avec Hassan Nasrallah

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 7 octobre 2017 by Résistance 71

Point de vue intéressant jamais mis en lumière par les merdias inféodés. Il est pourtant avéré que la religion judaïque ne peut être qu’anti-sioniste puisque la croyance veut  que « seul un messie puisse ramener le peuple juif en Israël. » Le témoignage du rabbin nous éclaire aussi sur ce qu’il se passe en Israël même. Il serait erroné de penser que la pensée y est uniforme, même si le dogme sioniste demeure toujours dominant. Il nous informe que les juifs antisionistes sont également persécutés.

Rappelons au passage que les résultats des recherches archéologiques n’ont jamais démontré la présence des Israélites de l’ère « biblique » dans cette région du monde.

~ Résistance 71 ~

“Après 70 ans d’excavations et de fouilles extensives sur la terre d’Israël, les archéologues ont trouvé que les actions du patriarque sont des histoires de légende ; nous n’avons pas séjourné en Egypte, ni fait un exode, nous n’avons pas conquis la terre. Il n’y a pas non plus de mention de l’empire de David et de Salomon. Ceux qui s’y intéressent savent tout cela depuis des années, mais Israël est un peuple têtu et ne veut pas en entendre parler.”
~ Professeur Ze’ev Herzog, chef du département d’archéologie et d’études de l’ancien Proche-Orient à l’université de Tel-Aviv, dans un entretien avec le magazine Ha’aretz le 29 octobre 1999 ~

Sur les mythes bibliques et et l’origine arabo-yéménite du judaïsme

 

Entretien avec un rabbin antisioniste suite au discours de Hassan Nasrallah

 

Al Manar

Source: Press TV

 

5 octobre 2017

 

url de l’article en français:

http://french.almanar.com.lb/599267

 

En cas de guerre Israël/Hezbollah, pour qui se battront les juifs antisionistes ? La distinction faite par le secrétaire général du Hezbollah entre juifs et sionistes continue à faire couler beaucoup d’encre. Dans son discours, Nasrallah a évoqué comment l’impérialisme s’est souvent servi de juifs à titre de « bûcher » pour embraser différentes régions du monde.

Le site iranien Dolat Bahar (DB) a interrogé l’une des plus célèbres figures du judaïsme antisioniste, le rabbin Yisroel Dovid Weiss. Il dirige le mouvement antisioniste Neturei Karta, qui plaide depuis bien longtemps pour le retour des juifs dans leur pays d’origine. Taxé d’ultra-orthodoxie en Israël, le discours du rabbin est désormais d’une cuisante actualité.

Dolat Bahar: Au cours de son dernier discours , Nasrallah a annoncé que son combat ne visait pas les juifs, mais les sionistes. Il a mis en garde contre une nouvelle guerre que les Américains projettent de déclencher et pour laquelle ils comptent bien se servir des juifs comme d’un bûcher. Que pensez-vous de ces propos ?

Rabbin Weiss : Nasrallah est un homme très sérieux et son approche est toujours empreinte de sincérité. Il se présente comme le porte-voix des deux peuples libanais et palestinien. En Israël, pas un jour ne passe sans que des jeunes filles et garçons refusent de servir dans l’armée. Il s’agit d’une opposition qui s’étend et dont une partie est motivée par la religion. Les juifs croyants estiment que Dieu leur a interdit de porter des armes, de former un État.

DB: Combien de juifs antisionistes vivent en Israël ?

RW : il y a 300 ans naquit un mouvement politique dont le slogan était ceci : « Pour être un bon juif, pas besoin de respecter toutes les instructions religieuses. » Ce mouvement voulait inciter les juifs à créer un État et il s’appelait « le sionisme ». De nombreux juifs vivant en Israël ne réclament jamais une carte d’identité, ou une fiche d’état civil, car pour eux, Israël n’est pas un État légitime. Les rabbins, et je parle de ceux qui pratique le vrai judaïsme, estiment qu’il faut éviter tout acte qui reconnaît de près ou de loin une quelconque légitimité à Israël.

DB: Ces juifs agissent-ils contre le gouvernement israélien ?

RW : Quand ces juifs sont arrêtés, le gouvernement les met en prison. Après avoir subi toutes sortes de pressions, ils comparaissent devant les tribunaux. Quand le juge leur demande leur nom, ils lui disent : je ne te reconnais pas. Et tout est à recommencer : la police les place en isolement, pendant des semaines voire des mois avant qu’ils ne comparaissent à nouveau. Il se pourrait qu’ils ne sortent jamais de prison ou qu’ils disparaissent.

DB: À quel point les juifs antisionistes pourront-ils influer sur le cours des événements ?

RW : Nous sommes en minorité en Israël et pourtant, nous pesons de tout notre poids. Et puis notre communauté tend à s’agrandir de jour en jour. Tout le monde sait que Nasrallah ne parle jamais pour ne rien dire. Quand il s’adresse aux juifs antisionistes, c’est que ces derniers ont suffisamment de poids pour changer le cours des choses.

DB: Si une guerre venait à éclater entre Israël et le Hezbollah, à côté de qui vous tiendrez-vous ? Resterez-vous neutres ou agirez-vous contre le gouvernement israélien ?

RW : Quand Israël voulait naître, les sionistes sont venus avec leurs armes menacer les juifs de mort : « Si vous ne coopérez pas avec nous, nous allons vous tuer tous. » Et effectivement, ils ont tué et emprisonné des juifs. Le judaïsme nous recommande de ne pas porter des armes quand bien même on nous menacerait de mort ou on nous tuerait. Les juifs ne pactiseront jamais avec les sionistes. On leur a résisté une première fois ; il n’y a aucune raison pour que l’on ne leur résiste pas de nouveau. Si une guerre venait à éclater entre Israël et le Hezbollah, nous ne serons sans doute pas du côté d’Israël. Nous serons dans le camp du Hezbollah et nous prierons Dieu pour que l’État d’Israël soit anéanti sans que beaucoup de sang soit versé.

DB : Les juifs sont interdits de porter des armes. Quelles sont les chances d’une action armée venant de l’intérieur d’Israël contre le gouvernement israélien ?

RW : Nous ferons de notre mieux pour empêcher le régime sioniste de déclencher une nouvelle guerre. Nous organiserons des manifs, nous irons partout dans le monde pour dénoncer le régime israélien, qui n’est pas légitime.

J : On connaît Nasrallah pour sa franchise, puisque c’est un homme qui tient parole. Qu’en pensez-vous ?

RW : J’aimerai bien le rencontrer. Je n’ai pas encore eu cet honneur. En Israël, on essaie de le présenter comme un antisémite, alors qu’il n’en est rien. J’ai fait plusieurs voyages au Liban et j’ai vu que le Hezbollah s’entendait bien avec les juifs. Nasrallah est un dirigeant antisioniste et pas anti-juif. Son image ne sera jamais ternie auprès de ceux qui s’opposent au sionisme.