Archive pour guerres imperialistes

Merdias, médias alternatifs et dissidence contrôlée, de Chomsky à Hedges et consorts, les masques tombent toujours plus…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 18 mai 2022 by Résistance 71

controle_permaent
Dissidence contrôlée incluse !…

Cet article ci-dessous ne fait que confirmer ce que nous pensons et avons dit depuis bien des années concernant ces faux-nez de la “dissidence” bien contrôlée que sont des gens comme Noam Chomsky, Chris Hedges, Amy Goodman et toute la fine équipe du journalisme anglo-saxon soi-disant dissident de “gauche”. Ce n’est pas un hasard comme nous l’avons souvent dit, qu’aucun texte de Chomsky n’ait été repris, diffusé ou traduit sur Résistance 71… Cette pourriture, ce traître à la cause anarchiste, a atteint les sommets de l’ignominie il y a quelques mois, lors de ses remarques incitant au meurtre en regard des résistants à l’injection criminelle à ARNm OGM de Big Pharma et ses larbins de la politique. La crise fabriquée du COVID aura eu cet avantage : celui de faire tomber quelques masques supplémentaires. Celui de Chomsky est de ceux-là. Il est plus que temps ! Ceci dit, LGS ne va pas assez loin dans sa descente dans le terrier du lapin, nous expliquons pourquoi plus bas….
~ Résistance 71 ~

Les subtilités de la rhétorique gauchiste anti-russe

Edward CURTIN

16 mai 2022

Source :
https://www.legrandsoir.info/les-subtilites-de-la-rhetorique-gauchiste-anti-russe.html

Le fait déconcertant est que de nombreux intellectuels de gauche « respectés » sont en réalité les gardiens de l’empire. Opposition contrôlée. Chez de telles personnes, l’anticommunisme est profond et des demi-vérités sont habilement brandies pour prétendre à une impartialité élevée.

Chomsky : Maître de la demi-vérité. Il blâme et sauve souvent l’empire dans un même souffle. « Un fléau sur vos deux maisons » – tel que pratiqué par lui et d’autres personnes de stature publique similaire – reste une posture sournoise, typique des libéraux, et non des véritables anti-impérialistes.

Alors que les médias dits libéraux et conservateurs – tous à la solde des agences de renseignement – déversent la propagande la plus flagrante sur la Russie et l’Ukraine, si évidente qu’elle en deviendrait comique si elle n’était pas si dangereuse, les connaisseurs autoproclamés ingèrent également des messages plus subtils, souvent issus des médias alternatifs.

Une femme que je connais et qui est au courant de mes analyses sociologiques de la propagande m’a contacté pour me dire qu’il y avait un excellent article sur la guerre en Ukraine dans The Intercept, une publication en ligne financée par le milliardaire Pierre Omidyar que je considère depuis longtemps comme un exemple majeur de reportage trompeur où la vérité est mélangée à des mensonges pour véhiculer un récit « libéral » qui soutient fondamentalement les élites dirigeantes tout en semblant les combattre. Cela n’a rien de nouveau, bien sûr, puisque c’est le modus operandi de tous les médias institutionnels, chacun à sa manière idéologique et malhonnête, comme le New York Times, CBS, le Washington Post, le New York Daily News, Fox News, CNN, NBC, etc. depuis très longtemps.

Néanmoins, par respect pour son jugement et sachant combien elle se sent profondément concernée par toutes les personnes qui souffrent, j’ai lu l’article. Écrit par Alice Speri, son titre semblait ambigu – « La gauche en Europe fait face à la résurgence de l’OTAN après l’invasion de l’Ukraine par la Russie » – jusqu’à ce que je voie le sous-titre qui commence par ces mots : « L’invasion brutale de la Russie complique… » Mais j’ai continué à lire. Au quatrième paragraphe, il est devenu clair où cet article voulait en venir. Speri écrit que « En Ukraine, par contraste [avec l’Irak], c’était la Russie qui avait organisé une invasion illégale et non provoquée, et le soutien à l’Ukraine par les États-Unis était considéré par beaucoup comme crucial pour éviter des atrocités encore pires que celles que l’armée russe avait déjà commises. »

Alors qu’il s’agit ostensiblement de militants européens anti-guerre et anti-OTAN pris dans un dilemme, l’article poursuit en affirmant que si les États-Unis et l’OTAN se sont rendus coupables d’une expansion injustifiée pendant de nombreuses années, la Russie a été un agresseur en Ukraine et en Géorgie et est coupable de terribles crimes de guerre, etc.

Il n’y a pas un mot sur le coup d’État fomenté par les États-Unis en 2014, ni sur les mercenaires soutenus par la CIA et le Pentagone en Ukraine, ni sur leur soutien au bataillon néonazi Azov et aux années d’attaques de l’Ukraine dans le Donbass où plusieurs milliers de personnes ont été tuées. On suppose que ces actions ne sont pas criminelles ou ne sont pas des provocations. Et il y a ceci :

« La réponse hésitante des militants pacifistes européens est à la fois le reflet d’une invasion brutale et non provoquée qui a stupéfié le monde (sic) et celui d’un mouvement anti-guerre qui s’est réduit et marginalisé au fil des ans. La gauche, tant en Europe qu’aux États-Unis, a eu du mal à répondre à une vague de soutien à l’Ukraine qui va à l’encontre des efforts déployés depuis des décennies pour libérer l’Europe d’une alliance militaire dirigée par les États-Unis. »

En d’autres termes, l’article, couché dans une rhétorique anti-guerre, était une propagande anti-Russie. Lorsque j’ai fait part de mon analyse à mon amie, elle a refusé d’en discuter et s’est mise en colère contre moi, comme si j’étais donc un partisan de la guerre. J’ai constaté que c’est une réaction courante.

Cela m’a fait réfléchir à la raison pour laquelle les gens passent si souvent à côté des contre-vérités contenues dans des articles qui sont en grande partie véridiques et exacts. Je le remarque constamment. Elles sont comme de petites graines glissées dans l’article en espérant que personne ne s’en rende compte ; elles opèrent leur magie presque inconsciemment. Peu de gens les remarquent, car elles sont souvent imperceptibles. Mais elles ont leurs effets, sont cumulatives et sont bien plus puissantes au fil du temps que les déclarations fracassantes qui rebuteront les gens, surtout ceux qui pensent que la propagande ne fonctionne pas sur eux. C’est le pouvoir d’une propagande réussie, qu’elle soit intentionnelle ou non. Elle fonctionne particulièrement bien sur les personnes « intellectuelles » et très éduquées.

Par exemple, dans une interview récente, Noam Chomsky, après avoir été présenté comme un Galilée, un Newton et un Descartes des temps modernes, parle de la propagande, de son histoire, de Edward Bernays, de Walter Lippman, etc. Ce qu’il dit est historiquement exact et instructif pour quiconque ne connaît pas cette histoire. Il parle avec sagesse de la propagande des médias étasuniens concernant leur guerre non provoquée contre l’Irak et il qualifie avec précision la guerre en Ukraine de « provoquée ». Et ensuite, concernant la guerre en Ukraine, il lâche cette déclaration surprenante :

« Je ne pense pas qu’il y ait des « mensonges significatifs » dans les reportages de guerre. Les médias américains font généralement un travail très honorable en rapportant les crimes russes en Ukraine (sic). C’est précieux, tout comme il est précieux que des enquêtes internationales soient en cours en vue d’éventuels procès pour crimes de guerre. »

En l’espace d’un battement de cil, Chomsky dit quelque chose de si incroyablement faux qu’à moins de le considérer comme un Galilée des temps modernes, ce que beaucoup font, cela peut passer pour vrai et vous passerez sans problème au paragraphe suivant. Pourtant, c’est une déclaration si fausse qu’elle en devient risible. La propagande médiatique concernant les événements en Ukraine a été si manifestement fausse et ridicule qu’un lecteur attentif s’arrêtera tout de suite et pensera : est-ce qu’il vient de dire ça ?

resistance1

Chomsky considère donc maintenant que les médias, tels que le New York Times et ses semblables, qu’il a correctement fustigés pour avoir fait de la propagande pour les États-Unis en Irak et au Timor oriental, pour ne citer que deux exemples, font « un travail très honorable en rapportant les crimes russes en Ukraine », comme si, soudain, ils n’étaient plus les porte-parole de la CIA et de la désinformation étasunienne. Et il dit cela alors que nous sommes au milieu du plus grand blitz de propagande depuis la Première Guerre mondiale, avec sa censure, son Disinformation Governance Board (conseil de gouvernance de la désinformation) traquant les dissidents, qui frôlent la parodie de 1984 de Orwell.

Il est encore plus malin lorsqu’il affirme avec désinvolture que les médias font du bon travail en rapportant les crimes de guerre de la Russie, alors qu’il a déjà dit ceci à propos de la propagande :

« Ainsi, ça continue. En particulier dans les sociétés plus libres, où les moyens de violence de l’État ont été limités par l’activisme populaire, il est très important de concevoir des méthodes de fabrication du consentement et de s’assurer qu’elles sont bien assimilées, devenant aussi invisibles que l’air que nous respirons, notamment dans les cercles éduqués et structurés. L’imposition de mythes de guerre est une caractéristique régulière de ces entreprises. »

C’est tout simplement magistral. Expliquer comment la propagande atteint les sommets et comment s’y opposer, puis en glisser un soupçon dans son analyse. Et pendant qu’il y est, Chomsky s’assure de faire l’éloge de Chris Hedges, l’un de ses disciples, qui a lui-même récemment écrit un article – “ L’âge de l’auto-illusion ” – qui contient également des points valables faisant appel à ceux qui en ont assez des guerres, mais qui aussi contient les mots suivants :

« Le revanchisme de Poutine est égalé par le nôtre.

La désorganisation, l’inaptitude et le moral bas des conscrits de l’armée russe, ainsi que les échecs répétés du haut commandement russe en matière de renseignement, apparemment convaincu que la Russie écraserait l’Ukraine en quelques jours, révèlent le mensonge selon lequel la Russie est une menace mondiale.

« L’ours russe s’est effectivement dégonflé », écrit l’historien Andrew Bacevich.

Mais ce n’est pas une vérité que les faiseurs de guerre transmettent au public. La Russie doit être gonflée pour devenir une menace mondiale, malgré neuf semaines d’échecs militaires humiliants. »

Le revanchisme de la Russie ? Où ? Revanchisme ? Pour récupérer quel territoire perdu les États-Unis ont-ils jamais fait la guerre ? L’Irak, la Syrie, Cuba, le Vietnam, la Yougoslavie, etc. ? L’histoire des États-Unis n’est pas une histoire de revanchisme mais de conquête impériale, de saisie ou de contrôle de territoire, tandis que la guerre de la Russie en Ukraine est clairement un acte d’autodéfense après des années de provocations et de menaces EU/OTAN/Ukraine, ce que Hedges reconnaît. « Neuf semaines d’échecs militaires humiliants » ? – alors qu’ils contrôlent une grande partie de l’est et du sud de l’Ukraine, y compris le Donbass. Mais son faux message est subtilement tissé, comme celui de Chomsky, dans des phrases qui sont vraies.

« Mais ce n’est pas une vérité que les faiseurs de guerre communiquent au public. » Non, c’est exactement ce que les médias porte-parole des faiseurs de guerre – c’est-à-dire le New York Times (l’ancien employeur de Hedges, qu’il ne manque jamais de mentionner et pour qui il a couvert la destruction sauvage de la Yougoslavie par l’administration Clinton), CNN, Fox News, le Washington Post, le New York Post, communiquent chaque jour au public pour leurs maîtres. Des gros titres qui disent comment la Russie, tout en commettant des crimes de guerre quotidiens, échoue dans ses objectifs de guerre et que le héros mythique Zelensky mène les Ukrainiens à la victoire. Des propos selon lesquels « l’ours russe s’est effectivement dégonflé » présentés comme des faits.

Oui, ils gonflent le mythe du monstre russe, pour ensuite le percer avec le mythe de David battant Goliath.

Mais étant dans le domaine des jeux d’esprit (trop de cohérence conduit à la clarté et trahit le jeu), on peut s’attendre à ce qu’ils brouillent leurs messages de manière continue pour servir l’agenda étasunien en Ukraine et poursuivre l’expansion de l’OTAN dans la guerre non déclarée avec la Russie, pour laquelle le peuple ukrainien sera sacrifié. Orwell l’a appelé « double pensée » :

« La double pensée est au cœur même de l’Ingsoc, puisque l’acte essentiel du Parti est de recourir à la tromperie consciente tout en conservant la fermeté d’intention qui va de pair avec une honnêteté totale. Dire des mensonges délibérés tout en y croyant sincèrement, oublier tout fait devenu gênant, puis, lorsque cela devient nécessaire, le tirer de l’oubli juste le temps qu’il faut, nier l’existence de la réalité objective et, en même temps, tenir compte de la réalité que l’on nie – tout cela est indispensable… avec le mensonge toujours en avance sur la vérité. »

Révélant tout en dissimulant et en injectant des inoculations de contre-vérités qui n’obtiendront qu’une attention superficielle de la part de leurs lecteurs, les écrivains mentionnés ici et d’autres ont un grand attrait pour l’intelligentsia de gauche. Pour des gens qui vénèrent fondamentalement ceux qu’ils ont investis d’infaillibilité et de génie, il est très difficile de lire attentivement des phrases et de déceler l’arnaque. Le subterfuge est souvent très habile et fait appel au sentiment d’indignation des lecteurs face à ce qui s’est passé dans le passé – par exemple, les mensonges de l’administration de George W. Bush sur les armes de destruction massive en Irak.

Chomsky, bien sûr, est le chef de la meute, et ses disciples sont légion, y compris Hedges. Depuis des décennies, ils évitent ou soutiennent les versions officielles des assassinats de JFK et RFK, des attentats du 11 septembre 2001 qui ont directement conduit à la guerre contre le terrorisme et à tant de guerres d’agression, et de la récente propagande Covid-19 avec ses verrouillages et ses répressions dévastatrices des libertés civiles. Ils sont loin d’être des amnésiques historiques, bien sûr, mais considèrent manifestement que ces événements fondateurs n’ont aucune importance, car sinon ils les auraient abordés. Si vous attendez d’eux des explications, vous attendrez longtemps.

guerre_par_la_tromperie

-[]- NdR71 : A ce sujet, on intervient ici pour faire la même remarque au sujet de cette taupe de Julian Assange que pourtant LGS et toute la presse bobo protègent et défendent. Assange fait partie de la même clique que Chomsky, Hedges, Goodman etc… La position d’Assange sur le 11 septembre 2001 est effarante ! Toutes les infos « fuitées » par wikileaks sont approuvées / validées par l’entité sioniste et son service de renseignement dont Assange est un agent. Notre conseil ici au Grand Soir : quand on fait le boulot, faut le faire à fond et nettoyer dans les coins et quand on descend à la cave, dans le terrier du lapin blanc… faut aller au fond aussi et pas s’arrêter à mi-chemin…-[]-

Dans un article récent – “ How the organized Left got Covid wrong, learned to love Lockdowns and lost its Mind : an Autopsy ” – Christian Parenti écrit ceci à propos de Chomsky :

« La quasi-totalité de l’intelligentsia de gauche est restée psychiquement bloquée en mars 2020. Ses membres ont applaudi la nouvelle répression de la biosécurité et traité de menteurs, d’escrocs et de fascistes tous ceux qui n’étaient pas d’accord. Généralement, ils l’ont fait sans même s’engager sur des preuves et en évitant le débat public. Parmi les plus visibles, citons Noam Chomsky, l’anarcho-syndicaliste autoproclamé qui a appelé les personnes non vaccinées à « se retirer de la société » et a suggéré que l’on devrait les laisser mourir de faim si elles refusaient de se soumettre. »

La critique de Parenti sur la réponse de la gauche (pas seulement celle de Chomsky et Hedges) au Covid s’applique également aux événements fondateurs mentionnés ci-dessus, ce qui soulève des questions plus profondes sur la pénétration de la CIA et de la NSA dans les médias en général, un sujet qui dépasse le cadre de cette analyse.

Pour ceux, comme la femme libérale qui m’a renvoyé à l’article de The Intercept, qui diraient sans doute de ce que j’ai écrit ici : Pourquoi vous en prendre aux gauchistes ? ma réponse est très simple.

Les agendas pernicieux de la droite et des néoconservateurs sont évidents ; rien n’est vraiment caché ; on peut et on doit donc s’y opposer. Mais de nombreux gauchistes servent deux maîtres et sont beaucoup plus subtils. Ostensiblement du côté des gens ordinaires et opposés à l’impérialisme et aux prédations des élites à l’intérieur et à l’extérieur du pays, ils sont souvent les auteurs d’une rhétorique séduisante qui échappe à leurs partisans. Une rhétorique qui alimente indirectement les guerres auxquelles ils prétendent s’opposer.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

De_la_vie_des_marionnettes

Communiqué des 7 du Québec du 14 mai 2022 : vers un saut qualitatif de la conscience politique propice à une (r)évolution…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 15 mai 2022 by Résistance 71

masquecarte

Nous ne pouvons qu’approuver ce communiqué des 7 du Québec (reçu par courriel) en ces temps de crises profondes. L’oligarchie a décidé de nous mener à une nouvelle grande boucherie dans sa soif de contrôle absolu et de dépopulation mondiale au nom de pseudos-sciences ancrées dans un neo-malthusianisme et darwinisme-social tout aussi nauséabonds que moribonds dans leur idéologie. La capacité de nuisance et de destruction de la pourriture étatico-marchande est gigantesque certes, mais elle ne peut se mettre en œuvre qu’avec notre consentement. Nous l’avons dit de très longue date : il suffit de dire NON ! et leur vaste fumisterie s’arrête de facto.
La voie / voix prolétarienne mentionnée ci-dessous par Robert, passe avant tout par la compréhension radicale et définitive qu’il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir. A bas tous les réformismes stériles et futiles voués à l’échec avant même de commencer ! A bas l’État, à bas la marchandise, à bas l’argent, à bas le salariat, pour que surgisse la voie de la Commune Universelle de notre humanité enfin réalisée au travers des associations libres.
Résistance 71 s’associe au communiqué des 7 du Québec et au chemin entrepris, ainsi que celui du collectif Guerre de Classe. L’heure de l’union et de la rébellion, du pouvoir de dire NON ! a sonné. Qu’on se le dise !
~ Résistance 71 ~

Communiqué des 7 du Québec, mai 2022

Aux lecteurs de Les7duquebec.net  https://les7duquebec.net/archives/272766 

Robert Bibeau

14 mai 2022

Chers lecteurs voici quelques précisions sur notre orientation politique prolétarienne. 

1) Nous ne sommes ni de gauche – ni de droite – deux catégories politiques crées par la bourgeoisie afin de structurer et de pacifier les conflits qui opposaient divers segments du capital national ancestral.

2) Gauche et droite sont les deux faces de la même pièce de monnaie capitaliste.

3) Le grand capital multinational ne voit plus l’intérêt de maintenir ces différents clans opportunistes souverainistes – nationalistes chauvins dans ce monde mondialisé-globalisé ou le capital apatride circule sans frontière…(paradis fiscaux y compris). Voilà pourquoi surgissent de-ci de-là des petits godillots qui se prétendent sans attache politique…avant d’entreprendre leur petit tour de piste.

4) Voici que surgit du fond de la nuit de la lutte des classes une troisième option – la vis-a-vis des deux premières – qui n’en font qu’une comme nous le disions – la voie – la voix prolétarienne internationaliste révolutionnaire…face à face contre la voie du Grand capital mondialiste.

5) Encore très faible – à peine audible – sans moyens financiers – si ce n’est la force du nombre et du désespoir – la voix-la voie prolétarienne rétablit d’abord les principes de l’analyse matérialiste dialectique – scientifique – dans l’étude concrète d’une situation concrète afin de pister la classe dans la bonne direction de lutte et démasquer les fourberies du Grand capital mondialiste.

6) Dans l’article qui précède nous traitons des préparatifs de la Troisième guerre mondiale dans laquelle le grand capital s’engouffre et nous entraîne comme esclave salarié et chair à canon du sacrifice…à la suite du prolétariat ukrainien – russe – etc…

7) Voilà le niveau de conscience de classe sociale auquel je vous convie chers lecteurs. L’analyse socio-politico-économique de classe ne souffre pas de se laisser tromper par le «culte de la personnalité» qui a si souvent berner les ouvriers à l’époque des « gauches » et des « droites » populistes utopistes et opportunistes.

8) En terme clair : Poutine – Xi-Jinping – Biden – Trump – Macron – Trudeau et les autres polichinelles – godillots et larbins politiciens, ne sont que les symptômes du mal – de la maladie qui a pour nom « Le système capitaliste »… Tant que nous n’aurons pas renverser – annihiler – détruit ce mode de production moribond d’autres épouvantails nous seront proposés dont nous n’avons que faire.

9) L’étape présente des préparatifs de l’insurrection populaire est de nous opposer par tous les moyens à la Troisième guerre mondiale en préparation – une guerre sanitaire (virale) et nucléaire.

Robert Bibeau pour Les7duquebec.net

= = =

A voir : Excellente intervention de F. Cousin dans l’émission Zoom sur TVL le 14 mai 2022, un résumé magistral de la situation passée et présente en moins de 30 minutes… « La grande explosion sociale arrive ! »

http://guerredeclasse.fr/2022/05/14/la-grande-explosion-sociale-arrive-le-zoom-francis-cousin/

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Chapas1
Coopération Réflexion Interaction…
Le C.R.I des peuples !…

citation-jean-paul-marat.png
Réseau de Résistance et de Rébellion International

Russie-Occident : le choc des chrétientés (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre ukraine, guerres imperialistes, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , on 7 mai 2022 by Résistance 71

schisme_eglise

La foutaise religieuse encore à la manœuvre…Il devient de plus en plus urgent de foutre toute cette merdasse par dessus bord.
~ Résistance 71 ~

Le choc des chrétientés : pourquoi l’Europe ne peut pas comprendre la Russie

Les Européens occidentaux considèrent les Orthodoxes et les Chrétiens d’Orient comme des satrapes et une bande de contrebandiers, tandis que les Orthodoxes considèrent les Croisés comme des usurpateurs barbares déterminés à conquérir le monde.

Par Pepe Escobar

Source : The Cradle, 29 avril 2022

Publication en français : 4 mai 2022

Source :
https://lecridespeuples.fr/2022/05/04/le-choc-des-chretientes-pourquoi-leurope-ne-peut-pas-comprendre-la-russie/

Le christianisme, une fois de plus, est au cœur d’une bataille de civilisation, mais cette fois entre chrétiens eux-mêmes.

Dans une atmosphère toxique et omniprésente de dissonance culturelle imprégnée de russophobie, il est absolument impossible d’avoir une discussion sérieuse sur des points précis de l’histoire et de la culture russes dans l’espace de l’OTAN – un phénomène que je vis actuellement à Paris, après un long séjour à Istanbul.

Au mieux, dans un semblant de dialogue civilisé, la Russie est cataloguée dans la vision réductrice d’un empire menaçant, irrationnel et en expansion constante – une version beaucoup plus vicieuse de la Rome antique, de la Perse achéménide, de la Turquie ottomane ou de l’Inde moghole.

La chute de l’URSS, il y a un peu plus de trois décennies, a bien ramené la Russie trois siècles en arrière, –jusqu’à ses frontières du XVIIe siècle. Historiquement, la Russie avait été considérée comme un empire séculaire –immense, multiple et multinational. Tout cela est fondé sur l’histoire, très vivante encore aujourd’hui dans l’inconscient collectif russe.

Lorsque l’opération Z a commencé, j’étais à Istanbul, la deuxième Rome. J’ai passé une partie considérable de mes promenades nocturnes autour de Sainte-Sophie à réfléchir aux corrélations historiques entre la Deuxième Rome et la Troisième Rome –qui se trouve être Moscou, puisque le concept a été énoncé pour la première fois au début du XVIe siècle.

Plus tard, de retour à Paris, le bannissement dans le territoire des soliloques semblait inévitable jusqu’à ce qu’un universitaire me signale une information substantielle, bien que fortement déformée par le politiquement correct, disponible dans le magazine français Histoire.

Il y a au moins une tentative de discuter de la Troisième Rome. L’importance de ce concept était initialement religieuse avant de devenir politique – résumant la volonté russe de devenir le leader du monde orthodoxe par opposition au catholicisme. Il faut également le comprendre dans le contexte des théories panslaves nées sous les premiers Romanov et qui ont atteint leur apogée au XIXe siècle.

L’eurasisme – et ses différentes déclinaisons – traite l’identité russe complexe comme une identité à double visage, entre l’Est et l’Ouest. Les démocraties libérales occidentales n’arrivent tout simplement pas à comprendre que ces idées – qui infusent diverses marques de nationalisme russe – n’impliquent pas une hostilité à l’égard de l’Europe « éclairée », mais une affirmation de la Différence (ils pourraient s’instruire un peu en lisant plus Gilles Deleuze d’ailleurs). L’eurasisme pèse également sur le rapprochement avec l’Asie centrale et les alliances nécessaires, à des degrés divers, avec la Chine et la Turquie.

Un Occident libéral confus reste l’otage d’un tourbillon d’images russes qu’il ne parvient pas à décoder correctement – de l’aigle bicéphale, symbole de l’État russe depuis Pierre le Grand, aux cathédrales du Kremlin, à la citadelle de Saint-Pétersbourg, à l’entrée de l’Armée rouge dans Berlin en 1945, aux défilés du 9 mai (le prochain sera particulièrement significatif), et aux personnages historiques d’Ivan le Terrible à Pierre le Grand. Au mieux – et nous parlons ici d’experts de niveau universitaire – ils qualifient tout ce qui précède d’imagerie « flamboyante et confuse ».

Le fossé entre Chrétiens et Orthodoxes

L’Occident libéral, apparemment monolithique, ne peut pas non plus être compris si nous oublions que, historiquement, l’Europe est aussi une animal à deux têtes : l’une va de Charlemagne jusqu’à l’affreuse machine eurocrate de Bruxelles ; l’autre vient d’Athènes et de Rome et, via Byzance/Constantinople (la deuxième Rome), arrive à Moscou (la Troisième Rome).

L’Europe latine, pour les Orthodoxes, est considérée comme un usurpateur hybride, prêchant un christianisme déformé qui ne fait référence qu’à Saint Augustin, pratiquant des rites absurdes et négligeant le très important Saint-Esprit. L’Europe des papes chrétiens a inventé ce qui est considéré comme une hydre historique – Byzance – où les Byzantins étaient en fait des Grecs vivant sous l’Empire romain.

Pour leur part, les Européens de l’Ouest considèrent les Orthodoxes et les Chrétiens d’Orient (voir comment ils ont été abandonnés par l’Occident en Syrie sous Daech et Al-Qaïda [sans parler des chrétiens de Palestine]) comme des satrapes et une bande de contrebandiers, tandis que les Orthodoxes considèrent les Croisés, les chevaliers teutoniques et les jésuites – à juste titre, il faut le dire – comme des usurpateurs barbares décidés à conquérir le monde.

Dans le canon orthodoxe, un traumatisme majeur est la quatrième croisade de 1204 qui a détruit Constantinople. Les chevaliers francs ont éviscéré la métropole la plus éblouissante du monde, qui rassemblait à l’époque toutes les richesses de l’Asie.

C’était la définition du génocide culturel. Les Francs se sont également alignés sur des pillards en série notoires : les Vénitiens. Pas étonnant qu’à partir de ce moment historique, un slogan soit né : « Mieux vaut le turban du sultan que la tiare du pape. »

Ainsi, depuis le 8e siècle, l’Europe carolingienne et l’Europe byzantine étaient de facto en guerre à travers un rideau de fer allant de la Baltique à la Méditerranée (à comparer avec le nouveau rideau de fer émergeant de la Guerre froide 2.0). Après les invasions barbares, elles ne parlaient pas la même langue et n’avaient pas la même écriture, les mêmes rites ou la même théologie.

Cette fracture, de manière significative, empiétait également sur Kiev. L’Ouest était catholique – 15 % de grecs catholiques et 3 % de latins – et au Centre et à l’Est, 70 % d’orthodoxes, devenus hégémoniques au XXe siècle après l’élimination des minorités juives par les Waffen-SS de la division de Galicie principalement, précurseurs du bataillon Azov ukrainien.

Constantinople, même en déclin, a réussi un jeu géostratégique sophistiqué pour séduire les Slaves, en misant sur la Moscovie contre le tandem catholique polono-lituanien. La chute de Constantinople en 1453 permet à la Moscovie de dénoncer la trahison des Grecs et des Arméniens byzantins ralliés au pape romain, lequel souhaitait vivement une Chrétienté réunifiée.

Par la suite, la Russie finit par se constituer comme la seule nation orthodoxe qui n’est pas tombée sous la domination ottomane. Moscou se considère – comme Byzance – comme une symphonie unique entre les pouvoirs spirituel et temporel.

« Troisième Rome » ne devient un concept politique qu’au XIXe siècle – après que Pierre le Grand et Catherine la Grande eurent largement étendu le pouvoir russe. Les concepts clés de Russie, d’Empire et d’Orthodoxie sont fusionnés. Cela implique toujours que la Russie a besoin d’un « domaine étranger proche », ce qui présente des similitudes avec la vision du président russe Vladimir Poutine (qui, de manière significative, n’est pas impériale, mais culturelle).

Comme le vaste espace russe est en mouvement constant depuis des siècles, cela implique également le rôle central du concept d’encerclement. Chaque Russe est très conscient de la vulnérabilité territoriale (rappelez-vous, pour commencer, Napoléon et Hitler). Une fois que la frontière occidentale est franchie, il est facile de se rendre jusqu’à Moscou. Cette ligne très instable doit donc être protégée ; la corrélation actuelle est la menace réelle d’une Ukraine faite pour accueillir des bases de l’OTAN.

En route pour Odessa

Avec la chute de l’URSS, la Russie s’est retrouvée dans une situation géopolitique qu’elle n’avait plus connue depuis le XVIIe siècle. La lente et douloureuse reconstruction a été menée sur deux fronts : le KGB – devenu FSB – et l’Église orthodoxe. L’interaction au plus haut niveau entre le clergé orthodoxe et le Kremlin était menée par le patriarche Kirill – qui devint plus tard le ministre des affaires religieuses de Poutine.

Pour sa part, l’Ukraine est devenue un protectorat de facto de Moscou dès 1654, en vertu du traité de Pereyaslav : bien plus qu’une alliance stratégique, il s’agissait d’une fusion naturelle, en cours depuis des lustres, de deux nations slaves orthodoxes.

L’Ukraine tombe alors dans l’orbite russe. La domination russe s’étend jusqu’en 1764, lorsque le dernier hetman (commandant en chef) ukrainien est officiellement déposé par Catherine la Grande : c’est alors que l’Ukraine devient une province de l’empire russe.

Comme Poutine l’a clairement indiqué cette semaine, « La Russie ne peut pas permettre la création de territoires anti-russes autour du pays. » L’opération Z englobera inévitablement Odessa, fondée en 1794 par Catherine la Grande.

Les Russes de l’époque venaient d’expulser les Ottomans du nord-ouest de la mer Noire, qui avait été successivement dirigé par les Goths, les Bulgares, les Hongrois puis les Turcs – jusqu’aux Tatars. Au départ, Odessa était peuplée, croyez-le ou non, de Roumains que les sultans ottomans avaient encouragés à s’y installer après le XVIe siècle.

Catherine a choisi un nom grec pour la ville – qui, au départ, n’était pas du tout slave. Et tout comme Saint-Pétersbourg, fondée un siècle plus tôt par Pierre le Grand, Odessa n’a jamais cessé de flirter avec l’Occident.

Le tsar Alexandre Ier, au début du XIXe siècle, décide de faire d’Odessa un grand port de commerce – développé par un Français, le duc de Richelieu. C’est à partir du port d’Odessa que le blé ukrainien commence à atteindre l’Europe. Au tournant du XXe siècle, Odessa est véritablement multinationale – après avoir attiré, entre autres, le génie de Pouchkine.

Odessa n’est pas ukrainienne : c’est une partie intrinsèque de l’âme russe. Et bientôt, les vicissitudes de l’histoire feront qu’elle le sera à nouveau : en tant que république indépendante ; en tant que partie d’une confédération de Novorossiya ; ou rattachée à la Fédération de Russie. Les habitants d’Odessa décideront.

NdR71 : Le grand cinéaste russe S.M. Eisenstein a aussi immortalisé Odessa avec la fameuse “descente des escaliers” de son film “Le cuirassé Potemkine”(1925).  La descente “libre” du landau sur les marches de l’escalier immortalisa Odessa la russe, insurgée contre le tsarisme, au cinéma. Notons au passage que l’épisode des “escaliers d’Odessa” est une fiction mise en scène par Eisenstein à des fins propagandistes. Si la révolution de 1905 eut bien lieu, il ne s’est en revanche rien passé sur les escaliers d’Odessa à cette date…

Odessa_les marches

= = =

Voir notre dossier “Guerre impérialiste en Ukraine”

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

future_ukraine
Future carte de l’Ukraine…

Ukraine, partie prenante de la bataille mondiale du lithium

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 6 mai 2022 by Résistance 71

lithiumBolivie

La bataille du Lithium

VT

Avril 2022

Url de l’article original:
https://www.veteranstoday.com/2022/04/22/the-battle-for-lithium/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

De la part de l’unité spéciale du Pentagone pour la stabilité commerciale…

“La bataille du lithium”, un article sous ce titre fut publié par le journal italien “Giornale”, décrivant le conflit qui a éclaté en Espagne, où a été découvert le plus grand gisement de lithium d’Europe dans la vallée Valdeflores. L’entreprise multinationale australienne Infinity Lithium devait y construire une mine d’extraction du métal, mais le projet a été bloqué en justice grâce à l’action de protestation de résidents locaux.

Le lithium est un métal léger et assez rare ayant de profondes propriétés ressemblant au plastique. On l’appelle le métal du futur. Le lithium est utilisé dans l’ingénierie de la production d’énergie nucléaire (une source de production de tritium), dans la fabrication des batteries et piles à ion-lithium de la téléphonie cellulaire 8la plus grande part de la production de ce métal y est consommée), Dans l’aviation et l’aéronautique, dans la fabrication de matériaux pour laser, en médecine, dans l’industrie métallurgique et autres industries. (NdT : les batteries pour voitures et véhicules électriques, les compteurs dits “intelligents”…)

Les réserves totales mondiales connues de lithium sont de moins de 50 millions de tonnes. De cette réserve, 10 millions de tonnes sont en Argentine, 9 en Bolivie, 8,5 au Chili, 7 en Chine, 6,5 aux Etats-Unis, 5 en Australie. La Russie est dépendante d’importations de lithium. En 2019, la Russie a acheté 61 tonnes de ce métal, dont 41 tonnes du Chili, 14 tonnes d’Argentine et 6 tonnes de Chine. Comme expliqué par le conseil de la fédération russe, le Chili et l’Argentine (NdT: vassaux serpillères des USA) ont arrêté leurs livraisons de lithium brut vers la Russie.

Oui, il y a d’autres sources de lithium disponibles pour la Russie et son industrie. “Voulez-vous savoir pourquoi nous sommes toujours coincés en Afghanistan ?” A demandé il y a quelque temps le publicitaire J. Ventura dans l’émission de TV “Tonight with Pierce Morgan”, expliquant les raisons de l’invasion américaine de ce pays. Il répondit : “Nous sommes là-bas pour le lithium afin de continuer à vivre comme nous le faisons… maintenant vous pouvez raconter toutes les fables que vous voulez au sujet d’apporter la “démocratie” au monde…

Il y a de grandes réserves de lithium en Afghanistan (NdT: et sans aucun doute au Congo et autres pays africains aux sous-sols si riches, mais jusqu’ici personne n’en parle…). En 2014, Centar American a commencé l’exploration pour le lithium dans la province du sud-est de Ghazni. La recherche afghane fut commissionnée par la Task Force for Business Stability Operations (TFBSO) du Pentagone. Celle-ci a estimé a valeur des réserves de lithium en Afghanistan de l’ordre de 60 milliards de dollars. Après le retrait en hâte des forces d’occupation américaines de ce pays, la Chine s’est empressée de devenir le principal concurrent pour le développement des ressources minérales d’Afghanistan. La Russie est aussi en train d’établir une coopération avec le gouvernement afghan.

Il  y a aussi de larges réserves de lithium en Ukraine, où trois dépôts naturels explorés sont localisés ayant une capacité d’exploitation de 5 millions de tonnes. Il y a le gisement de Polokhovskoye près de Kirovograd, Shevchenkovskoye (Donetsk region) et la mine de Krutaya Balka en trente Marioupol et Berdyansk, le gisement de Shevchenkovskoye est à 10km de Vugledar (57 km au sud-ouest de Donetsk). En 2017, ces gisements furent transférés pour 20 ans à des personnes associées à Petro Porochenko. La famille Biden est aussi intéressée dans le lithium ukrainien avec le fils Hunter et le père Joseph “Joe le dormeur”.

Dans le même temps, la Russie possède sa propre réserve de lithium, jusqu’ici de l’ordre de 5 millions de tonnes. Elles ne furent jamais exploitées par la fédération de Russie qui préfère acheter les matières premières critiques de l’étranger (NdT : pour préserver ses propres ressource pour les moments difficiles…). Il y a au moins trois entreprises dans le pays capables d’organiser la production de lithium et de ses composants. Nous parlons des usines de Krasnoyarsk, Novosibirsk et de la région de Tula. Un gisement se situe dans la région de Mourmansk, le lithium est aussi exploré dans la région des champs gaziers de Kovykta dans l’Est de la Sibérie. Néanmoins, la production demeure très faible. Ce n’est qu’en octobre 2021 que le patron de l’agence fédérale russe Subsoil Use, Evgueny Petrov, a promis que 17 sites ayant des gisements de lithium seraient immédiatement mis sous licence d’exploitation.

En Russie, en plus de la Sibérie orientale, il  a d’autres gisements de grande importance dans la région de Mourmansk. D’après le magazine “Expert”, les prospectives pour la Russie de cesser d’être dépendante en terme de lithium ne sont pas mauvaises du tout.

= = =

En novembre 2019, nous avions publié « Chine et Etats-Unis, la géopolitique du lithium » de F. William Engdahl

shadoks_dynamique

Crise et tyrannie alimentaires : Refuser les fermes verticales citadines pour un retour à une agriculture traditionnelle…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 mai 2022 by Résistance 71

Le sujet de l’alimentation devient particulièrement pertinent au fil du temps tyrannique qui s’écoule. L’information présentée ci-dessous est une partie du problème auquel nous devons faire face en tant que population mondiale, où une solution logique, naturelle et saine est apportée.
Les mêmes ordures qui nous ont amené le SRAS-CoV-2 et sa COVID19 et autre “plandémies” précédentes comme banc d’essai, les Bill Gates, Bezos et consort, sont en tain de mettre en place une crise alimentaire planétaire afin de parfaire leur contrôle de la population mondiale, en accord avec la doctrine Kissinger du contrôle absolu de l’énergie et de la nourriture (voir NSSM 200 de 1974). Gates a investi des milliards chez Monsanto et toute la fine équipe oligarchique se retrouve dans le plan de mise en place des “fermes verticales” hors sol et à OGM qui seront implantées dans les villes et les ceintures de villes pour soi-disant, “palier à la pénurie alimentaire”, qu’ils ont eux-même déclenchée dans la bonne logique dialectique du “problème-réaction-solution” en contrôlant tous les éléments de la chaîne.
Nous engageons nos lecteurs à en apprendre plus sur ce futur dystopique alimentaire qui se met en place et qui verra par exemple, notre énième injection COVID destructrice de notre système immunitaire, remplacée par la consommation d’une laitue OGM de ferme verticale citadine, qui produira dans ses feuilles, les substances “vaccinales” synthétiques nécessaires pour notre dose pathogène quotidienne. La technologie existe, suffit de la mettre sur le marché et quoi de mieux qu’une crise alimentaire de grande amplitude pour que la masse des gens accepte la “Frankenbouffe” OGM que les ordures ne nous voulant que du bien vont nous forcer à ingurgiter en nous supprimant le choix.
Tout ceci n’est pas de la science-fiction, c’est en train de se mettre en place, la technologie existe, bouffe OGM et de substitution synthétique… On est plus bien loin de “Soleil Vert”, ce film de Science-fiction qui marqua les année ’70. La réalité le plus souvent dépasse la fiction. Les psychoses en charge nous le rappelle chaque jour un peu plus. Pour arrêter tout ça : Compréhension Réflexion Intervention
~ Résistance 71 ~

« Nous ne faisons plus de l’agriculture, nous ne faisons que de la gestion de pathologie… »
~ Claude Bourguignon, agronome spécialiste des sols vivants ~

systeme_alimentaire_controle
Tyrannie alimentaire technotronique : les fermes verticales OGM
… bientôt dans votre voisinage !

L’ignorance des peuples citadins sur comment faire des potagers et biocomposts est le pouvoir de l’élite

Anonyme

2 mai 2022

Comment les peuples peuvent reconquérir l’autonomie alimentaire dans les villes et dans les campagnes. Les peuples citadins peuvent donner en masse leur biocompost aux agriculteurs pour leurs grands champs

si les gens des villes apprenaient à fabriquer du biocompost et le donnaient aux associations des jardins partagés et agriculteurs, on résoudrait le problème de manque d’engrais posé le nouvel ordre mondial

https://tous-au-potager.fr/le-rapport-carbone-azote-pour-composter/

d’où le fait que notre ignorance est leur pouvoir

1) vous pouvez planter des pots de légumes ou fruits sur les bétons, ou cultivez dans les mini espaces verts des villes,  c’est l’idée du mouvement « Incroyables Comestibles  » en Angleterre de planter des fruits et légumes partout dans les villes:

Bienvenue dans mon potager lancé par le mouvement « Incroyables Comestibles » en Angleterre et repris en France par le mouvement Colibris

Cultiver des salades ou des plants de tomates devant chez soi, dans des jardinières à disposition des passants, et y planter une pancarte « Food to share » (nourriture à partager)…

L’idée, née à Todmorden, près de Manchester, a pris racine dans de nombreuses villes du Royaume-Uni et dans le monde sous le joli nom d’ « Incroyables Comestibles«  

En 2008, afin de recréer du lien social dans leur cité industrielle sinistrée, Mary et Pam plantent des pieds de rhubarbe près d’un arrêt de bus. Une soixantaine d’habitants jouent le jeu et installent des bacs de fruits et légumes partout dans la ville. Aujourd’hui, le Festival des récoltes accueille des visiteurs venus de tous horizons.  

Des groupes d’ Incroyables Comestibles entretiennent le buzz et font pousser menthe, aubergines et salades sur les trottoirs d’Ile-de-France (Essonne, Seine-et-Marne, Paris, notamment devant le Moulin à café, bar associatif du XIVe arrondissement), encouragés par le mouvement Colibris fondé par Pierre Rabhi. « Planter partout, même dans de tout petits bacs, note Cyril Dion, directeur de Colibris, est un moyen de sensibiliser le plus grand nombre à cette nécessité de se relier par un acte fort à la terre qui nous nourrit. »

https://www.cotemaison.fr/plantes-fleurs/troc-de-plantes-nourriture-a-partager-jardin-a-cultiver_19298.html

Ce mouvement dérange le NWO puisque même poser des pots de fruits et légumes sur du béton faut demander un permis de planter…

2) essayer de cultiver un jardin via une association ou prêté par un particulier pour cultiver dans un jardin vous pouvez adhérer à une association locale propriétaire de jardins, appelée communément « association jardins partagés » (en gros, un jardin coupé en plusieurs mini jardins chacun cultivé par un membre de l’association) et qui est géré nationalement par l’association national « Le jardin dans tous ses états »

http://jardins-partages.org/spip.php?page=presentation

Voici un site qui recense les jardins partagés sur Paris 19 arrondissement

https://www.cheminsdejardins.com/

Pour connaitre les jardins partagés dans votre ville, tapez jardin partagé en mot clé plus le nom de votre ville sur le moteur de recherche internet

Sinon vous pouvez repérer un espace vert proche de votre immeuble et demander à votre bailleur d’immeuble la permission de le cultiver avec l’accord de vos voisins

« Le jardin partagé est créé à l’initiative d’habitants qui désirent jardiner ensemble dans un lieu convivial. Pour aider les porteurs de projet, le Centre ressource pour les jardiniers urbains anime des rencontres et des ateliers d’information. »

https://www.paris.fr/pages/les-jardins-partages-203/

Le nouvel ordre mondial a peur vu qu’il oblige les gens qui veulent cultiver des espaces verts en ville de lui demander l’autorisation et de se regrouper en associations, bref des tas de paperasse compliqués.

Sinon il y a des propriétaires qui vous prêtent leur jardin gratuitement  sur les sites leboncoin.fr (en tapant jardin et prix 0 euros), https://www.pretersonjardin.com/, https://www.plantezcheznous.com/, mais faut là aussi faire gaffe au  prêt gratuit ou payant car le contrat peut être bourré de pièges comme ici

https://www.pretersonjardin.com/images/stories/contrat-psj.pdf

Si par exemple le propriétaire vous donne oralement la permission pour planter des tomates, mais plus tard dit qu’il n’a jamais dit cela, et qu’il dit que  vous avez gâché son terrain avec les tomates, que les tomates ont attrapé une maladie mildiou ou autre,  il pourra vous demander une compensation financière…

ou même ne pas vous laisser récolter le nombre de fruits et légumes que vous avez espéré avoir le droit de récolter

Sur le bon coin.fr et d’autres sites, ils prêtent leur jardin gratuitement, mais faut jamais faire sans un contrat bien défini sinon ils peuvent vous demander des compensations financières pour chaque culture ratée sur leur terrain…

3) soutenir les associations ou agriculteurs sur le point d’être expropriés par les multinationales:

Le NWO attaque directement les jardins des associations avec des engins de chantier pour les voler de leurs jardins avec la bénédiction de l’état expropriateur pour les empêcher de distribuer gratuitement à plein de monde des fruits et des légumes bio gratuits comme ici

https://www.papayoux.com/fr/cagnotte/collectif-de-defense-des-jardins-ouvriers-d-aubervilliers

billgates_monsanto

Bill Gates : « Je veux juste que le monde soit sain,
c’est pourquoi j’ai acheté 500 000 actions de Monsanto… »

Apparemment cela passe mieux si l’association fait passer le jardin pour un lieu pédagogique d’apprentissage pour les enfants, vu que les enfants font des erreurs, ils peuvent gâcher les plantations ce qui explique pourquoi le NWO n’a pas attaqué ces jardins ci

https://www.papayoux.com/fr/cagnotte/jardins-partages-millery

https://www.colibris-lafabrique.org/les-projets/lecovillage-de-pourgues

4) échanger les graines et les pots de fruits et légumes ou vos biocomposts contre les graines, pots de fruits, légumes dont vous avez besoin.

L’échange des graines dérange le NWO vu qu’il a censuré 2 liens

https://www.trocvert.fr/ (source censuré)

https://seeddating.grainesdetroc.fr/ (source censuré)

Troc de plantes ou de pots de fruits ou de légumes ou de graines ou semis ou boutures

vous pouvez organiser des évènements trocs de plante sur ce site ou voir ceux organisés par les autres associations sur ces sites

https://www.troc-aux-plantes.com/

https://labouture.fr/FETE-DES-JARDINS-MOROGUES-10202.html

https://www.jardinature.net/page_echanges.htm

https://www.pretersonjardin.com/reseau.html

https://www.letrocjardins.fr/Les-annonces-du-troc-jardins#forum479

N’allez pas dans les évènements qui demandent votre inscription pour se rendre au troc  et font du fichage (voilà pourquoi sur les sites en même temps qu’ils parlent de troc de plantes, ils parlent aussi de bourses de plantes et disent que c’est la même chose).

Certains évènements sont organisés dans les mairies pour ficher les propriétaires restants et ensuite les exproprier dans le plan de Klaus Schwab.

Vous pouvez par contre aller dans des petits évènements organisés dans les rues sans inscription par des petites associations non big brother.

Un troc de plantes, comment ça marche ?

Un troc de plantes est une manifestation des amoureux des jardins et des plantes. Ce type d’événement a lieu, le plus souvent, deux fois par an, en début de printemps et d’automne. L’objectif est de réunir des jardiniers au même endroit et de faciliter ainsi les échanges entre les passionnés et les amateurs.

Participer à un troc aux plantes, c’est l’occasion :

  • d’échanger des plantes, des graines, des semis, des boutures, des bulbes et bulbilles, des rejets, des drageons… mais aussi des plantes dont vous ne voulez plus. Il est possible d’échanger des plantes contre des savoir-faire, concernant des techniques de jardinage par exemple. Parfois, on peut vendre ou acheter mais ce n’est pas dans la philosophie de la bourse aux plantes.
  • de rencontrer d’autres jardiniers passionnés et de passer un moment convivial,
  • de revenir avec des nouvelles plantes à moindre frais,
  • de partager des connaissances, des expériences de jardinage,
  • de découvrir de plantes inconnues ou oubliées,
  • de dénicher des plantes introuvables dans le commerce.

Ces événements sont organisés par des associations, des collectivités ou des particuliers et le plus souvent, c’est gratuit.

Voici quelques conseils pour bien échanger vos plantes et être prêt pour le jour J

Pour proposer des plantes à l’échange :

  • Prévoyez plusieurs types de plantes : des vivaces ou arbustes de culture facile, à la portée des débutants mais aussi des plantes moins courantes qui raviront les jardiniers expérimentés et constitueront une bonne monnaie d’échange avec les passionnés. Évincez celles qui, trop dynamiques, posent problème dans votre jardin (celles qui drageonnent beaucoup ou se ressèment à outrance), ce serait un cadeau empoisonné !
  • Anticipez et préparez les plantes à échanger plusieurs semaines voir plusieurs mois à l’avance pour que les plantes soient bien enracinées et offrent une bonne reprise. Pour ce faire, pensez à garder tous vos surplus, vos excédents de semis ou les semis spontanés, divisions, etc. Par contre, si vous voulez proposer des plantes en racines nues en automne, attendez le dernier moment pour les prélever.
  • Fournissez le maximum d’information : essayez de mettre les noms, en français et si possible en latin, avec le nom du genre, de l’espèce et de la variété, si vous la connaissez (cherchez sur Internet ou demandez de l’aide sur les réseaux sociaux ou les forums jardins) sur chaque godet ou pot (si vous n’avez pas d’étiquettes, découpez-en dans des bouteilles de lait et utilisez un marqueur à pointe fine indélébile pour écrire le nom). Pour échanger des graines, récoltez puis mettez en sachets étiquetés avec le nom et si possible la date et le lieu de récolte. Vous pouvez noter quelques informations sur la plante et quelques conseils pour le semis afin d’aider les jardiniers débutants. Si vous n’avez pas de sachets, vous pouvez les fabriquer en papier, très facilement, vous trouverez des tutoriels sur Internet. S’il s’agit de plantules issues de semis, notez la date du semis et la couleur si vous la connaissez.
  • Soignez le conditionnement et le transport : pour transporter des plantes en racines nues, des boutures racinées sans dommage, disposez-les dans du papier journal ou de l’essuie-tout, sans trop serrer et manipulez-les avec délicatesse. Si vous n’avez pas de godet ou de pot, recyclez des pots de yaourts ou de fromage blanc, le cul de bouteilles plastiques, des boîtes de conserve (tout cela percés pour que vos plantules ne s’y noient pas), des rouleaux de papier toilette, des barquettes ou des boîtes à œufs pour les semis. Arrosez vos godets avant de partir et prévoyez un petit pulvérisateur si la journée s’annonce très chaude (utile pour les boutures et les jeunes semis). Enfin, prévoyez des cagettes ou des cartons pour le transport à l’aller et au retour !
  • Pour adopter de nouvelles plantes en toute sérénité :
  • Prenez le temps de discuter avec les participants pour en savoir plus sur les besoins de la plante, son comportement… C’est souvent la meilleure façon de savoir si elle se plaira dans votre jardin mais aussi de se faire de nouveaux amis jardiniers !
  • Soyez vigilant et n’échangez pas de plantes maladives ou de mauvaises qualités  
  • Prévoyez un stylo, un bloc-note et des étiquettes à remplir sur place ! C’est toujours utile pour noter des noms de plantes ou des conseils.

https://www.promessedefleurs.com/conseil-plantes-jardin/ficheconseil/troc-ou-bourse-aux-plantes-nos-conseils-pour-sorganiser

NdR71 : des graines saines, naturelles et des idées sur le site de l’association Kokopelli :

https://kokopelli-semences.fr/fr/

Le blog Kokopelli :

https://blog.kokopelli-semences.fr

Nous avons relayé les écrits et informations du fondateur de Kokopelli Dominique Guillet depuis 2011 sur le blog Résistance 71. A lire ici 

MaJ 3 mai 2022 : Vidéo Greg Reese
« Big Pharma va contrôler l’alimentaire » :

fermes-verticales_GMO
Fermes verticales hors sols…

IA_agriculture
et IA : le cauchemar alimentaire dystopique de demain…

Guerre d’Ukraine : récapitulatif et mode d’emploi…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 2 mai 2022 by Résistance 71

future_ukraine
La carte à venir de l’Ukraine…

Récapitulatif rapide pour ceux qui n’ont pas suivi ce qui se passe en Ukraine mais qui veulent comprendre la situation

Par Gonzalo Lira

Source : Twitter

Traduction : lecridespeuples.fr

Url de l’article:
https://lecridespeuples.fr/2022/04/28/ukraine-apres-deux-mois-de-guerre-un-recapitulatif-de-la-situation/

Le 24 février, les Russes ont envahi par le sud, le sud-est, l’est et le nord, dans une campagne éclair. Les Russes ont lancé 190 000 soldats dans l’offensive, contre 250 000 soldats ukrainiens.

Les forces russes ont placé 30 000 soldats près de Kiev, loin d’être suffisants pour prendre la ville, mais suffisants pour immobiliser quelque 100 000 défenseurs des forces armées ukrainiennes. Les forces russes ont également lancé plusieurs axes d’attaque, avec des renforts en attente (dont une célèbre colonne de chars de 40 km de long), pour voir où leur présence pourrait être requise.

Le blitz russe sur plusieurs axes a permis d’éviter un blitzkrieg ukrainien imminent. Les forces armées ukrainiennes étaient sur le point d’envahir le Donbass. C’était la motivation immédiate de l’invasion russe : les devancer et déjouer l’invasion imminente de l’Ukraine, ce qu’elle a fait.

En outre, en attaquant par le nord et le sud, les Russes ont perturbé la chaîne d’approvisionnement en armes de l’OTAN. Si les forces russes n’avaient attaqué qu’à l’est pour empêcher l’invasion du Donbass par les forces armées ukrainiennes, il y aurait eu un couloir ouvert pour le réapprovisionnement depuis l’ouest. Menacer Kiev a empêché cela.

L’armée principale ukrainienne est donc restée bloquée dans l’est de l’Ukraine, tandis que le reste des forces ukrainiennes était isolé et bloqué, sans possibilité de ravitaillement facile depuis l’ouest. Les forces russes ont ensuite frappé les liens de commandement/contrôle et de réapprovisionnement des forces armées ukrainiennes, les isolant et immobilisant davantage.

Les Russes ont bientôt contrôlé nominalement un territoire de la taille du Royaume-Uni en Ukraine, mais ce contrôle était ténu. Le sud de l’Ukraine était plus complètement sous l’emprise de la Russie. Autour de Kherson, l’armée ukrainienne s’est simplement dispersée. Marioupol est devenu un champ de bataille majeur, tout comme le Donbass proprement dit.

Ce que les Russes voulaient initialement était :

  • court-circuiter l’invasion imminente du Donbass, ce qu’ils ont fait.
  • forcer la main au régime de Zelensky pour qu’il négocie un règlement politique, ce qu’ils n’ont pas réussi à faire.

Kiev n’avait aucune intention de négocier un cessez-le-feu en raison des ordres qui lui ont été donnés par Washington : « Combattez la Russie jusqu’au dernier ukrainien ! » De plus, les milices néo-nazies qui entouraient Zelensky l’ont menacé s’il négociait et se rendait, car elles sont terrifiées par les Russes.

Zelensky a donc lancé une campagne massive de relations publiques et de propagande, principalement pour motiver les forces armées ukrainiennes à se battre jusqu’à la mort. Des mythes ont été créés (Fantôme de Kiev), des faux drapeaux ont été réalisés (Boutcha, Kramatorsk) et des fictions médiatiques ont été diffusées sans relâche.

Les Russes ont continué à négocier et à essayer de NE PAS détruire les infrastructures ukrainiennes. En fait, au début, ils essayaient même de minimiser les pertes des forces ukrainiennes. Les preuves en sont accablantes : l’armée russe n’a pas touché les infrastructures civiles telles que l’eau, l’électricité, le téléphone, les transports. Les Russes n’ont [initialement] pas touché les casernes, les centres de commandement, les bâtiments gouvernementaux, etc., des forces ukrainiennes.

La priorité initiale des Russes était un *règlement négocié*. Mais fin mars, ils ont compris que c’était impossible.

C’est pourquoi les forces russes se sont retirées de Kiev. Il était inutile de maintenir des hommes près de la ville alors qu’ils ne faisaient plus ce qu’ils étaient censés faire : exercer une pression politique sur le régime de Zelensky pour qu’il négocie. Ce retrait a été revendiqué comme une « victoire » dans la « bataille de Kiev » (à mourir de rire) !

À partir de la fin mars, les Russes se sont retirés et ont consolidé leur contrôle sur la zone qu’ils avaient capturée, cédant aux forces armées ukrainiennes des zones qu’il était inutile ou potentiellement trop coûteux de contrôler. La machine de propagande ukrainienne a qualifié toutes ces retraites de « victoires ».

Il y avait encore une lueur d’espoir que la guerre puisse se terminer par un règlement négocié, mais elle s’est éteinte début avril. Après les pourparlers d’Istanbul du 30 mars, la partie ukrainienne a accepté avec précaution certains compromis, mais dans la semaine qui a suivi, elle a publiquement désavoué ces concessions.

C’est alors que les Russes ont compris que le régime de Zelensky était incapable de conclure un accord : ses maîtres à Washington, Victoria Nuland et Anthony Blinken en particulier, ne permettront pas de paix. Ils veulent que cette guerre draine la Russie. C’est une guerre classique par procuration et l’Ukraine en paiera le prix.

Autre chose que les Russes ont compris : les sanctions. Elles ont fait mal, mais la Russie a rebondi avec une rapidité remarquable. Elles n’ont pas vraiment fait mal à la Russie. Mais le vol par l’Occident des 300 milliards de dollars de réserves de change de la Russie a fait mal, très mal. Les Russes ont réalisé qu’ils étaient en guerre totale avec l’Occident et que, puisque leurs réserves étrangères étaient perdues à jamais (probablement pour être pillées par des politiciens occidentaux corrompus), les Russes n’avaient plus rien à perdre. En volant ses réserves, l’Occident a perdu tout pouvoir sur la Russie.

Cela a scellé le sort de l’Ukraine : les Russes n’ont désormais aucune raison de renoncer à ce qu’ils ont conquis. Cela leur a coûté trop cher en termes d’hommes et de trésor. Et ils savent qu’ils ne peuvent pas négocier un cessez-le-feu. Le régime de Zelensky le romprait simplement plus tard.

Ce qui signifie ceci : les Russes ont l’intention de conquérir et d’annexer définitivement tout le sud et l’est de l’Ukraine [ou du moins d’en faire de Nouvelles Républiques indépendantes alliées]. C’est pourquoi leur stratégie sur le champ de bataille a radicalement changé : ils procèdent désormais à un lent et méthodique démantèlement et à la destruction des forces armées ukrainiennes.

Au cours des 30 premiers jours, la guerre n’était que vitesse, feintes, capture nominale de vastes étendues de territoire ukrainien, dans le but de faire pression sur le régime de Zelensky en vue d’un règlement négocié. Mais la rupture financière et politique totale de l’Occident avec la Russie signifie qu’elle n’a rien à perdre. Et elle a beaucoup à gagner : le Donbass est riche en minéraux, les terres agricoles réellement productives de l’Ukraine se trouvent à l’est et au sud, Kharkov est une grande ville industrielle, la mer d’Azov recèle d’innombrables réserves de gaz naturel.

Et en plus, les populations de ces régions sont majoritairement pro-russes. Pourquoi les Russes renonceraient-ils maintenant à ce prix durement gagné ?

Et ils *ont* gagné, ne vous y trompez pas. Demandez à n’importe quel militaire qui n’est pas un porc du système, il vous le dira : il n’y a aucun moyen pour les forces ukrainiennes de reprendre leur pays. Ils n’ont pas de blindés, pas de défense aérienne, pas de carburant, pas de communications. C’est fini.

La grande tragédie est que tant de MILLIERS de jeunes hommes vont mourir, et mourir INUTILEMENT, afin de repousser l’inévitable. Ces braves garçons auront combattu si vaillamment, et seront morts si jeunes, si cruellement, à cause du régime Zelensky malfaisant.

C’est la dure vérité.

Et au final, voici la carte qui restera, une image amère de l’avenir de l’Ukraine. La Russie va déverser des milliards sur ces territoires nouvellement acquis, qui vont prospérer et s’épanouir. Mais l’État croupion de l’Ukraine sera laissé pauvre, détruit et oublié.

Une véritable tragédie.

= = =

Notre dossier « Guerre en Ukraine »

ukr_neonazis4
Pourriture systémique…

ukraine_zelensky-marionnette
… dégénérescence politique

Décolonisation : Mont Royal Québec… Que tombe La Croix ! (Mohawk Nation News)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 1 mai 2022 by Résistance 71

doctrine_de_la_decouverte
Combien de millions de mort sous ce symbole ?

Déclaration des mères de clans Mohawks : Retrait immédiat de la croix de Mont Royal

Mohawk Nation News

25 avril 2022

url de l’article original :
https://mohawknationnews.com/blog/2022/04/25/declaration-mmediate-removal-of-mount-royal-cross-audio/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les kahnistensera, mères de clan de la nation Mohawk ont déclaré qu’en accord avec Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix, la Croix, symbole religieux de contrôle de la pensée afin que les gens n’utilisent plus jamais leur esprit pour penser mais juste pour “croire” en des mensonges, doit être mise à bas.

La croix est un symbole de domination, de génocide et de violation de kaianerekowa. Sous cette croix réside des tombes inconnues de natifs qui ont été massacrés par les envahisseurs. Tout pensionnat pour Indiens où les enfants furent massacrés a sa croix. Le symbole de contrôle des esprits surplombe tekanontak (Mont Royal), un village kanienkehaka (mohawk). La croix contrôle l’esprit de quiconque la regarde, y pense et la vénère.

Cette croix sert de rappel commémoratif du génocide qui a eu lieu et qui continue aujourd’hui. Les envahisseurs occupent des terres qui ne leur appartiendront jamais. L’université McGill est attaquée en justice à la Cour Supérieure du Québec par les mères de clans mohawks. La première session aura lieu le 30 mai prochain. Les envahisseurs doivent vider les lieux de nos terres. Ils n’y ont jamais été invités. Jamais. Les mères de clans mohawks ont pris leur décision en accord avec kaianerekowa, la loi de la grande paix, afin que ce symbole soit immédiatement retiré.

Ceux qui ont perpétré et ont profité des massacres des peuples originels peuvent commencer à empaqueter leurs affaires dès maintenant et quitter l’Île de la Grande Tortue à moins qu’ils ne reconnaissent la grande loi de la paix comme étant la seule loi régissant l’Île de la Grande Tortue. Tous les symboles de l’injustice systémique et de la haine seront retirés de notre terre.

Le peuple originel refuse de regarder chaque jour et de voir ce symbole qui leur rappel tant d’horreur, de colère et de souffrance de cette expérience de contrôle de masse et des expériences conduites par le Allen Memorial de l’université McGill, la CIA et le gouvernement canadien, que cette croix représente. Tous les noms originels des endroits seront restaurés parce que notre mère déteste être appelée en des termes comme “St Louis de ha-ha-ha” et tout autre nom étranger.

Nous ne les laisseront pas passer au travers les mailles du filet en les aidant à produire le plus grand holocauste de l’histoire de l’humanité. Quand la crois sera abattue, nous pourront avoir une tranquillité d’esprit. Merci.

Ces soi-disants “Indiens” qui allèrent à Rome et embrassèrent la bague du pape ne font que montrer leur soumission, tout comme ces sous-fiffres de la mafia embrassant la bague du parrain. De vrais indigènes n’embrasseraient jamais l’artifice d’un tueur en série. Et oui, une culture qui glorifie les tueurs en série tout comme ces croix le font doit prendre fin.

= = =

Lectures complémentaires :

« Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (Steven Newcomb)

« Comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter » (Steven Newcomb)

« Nous sommes tous des colonisés » (Résistance 71)

« Manifeste pour la société des sociétés » (Résistance 71)

« Que faire ? » (Résistance 71)

« Épiphanie » (Zénon)

« Crash-test » (Zénon)

« Effondrer les empire coloniaux » (Jo Busta Lally)

« Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada », TIDC

« La grande loi du changement » (Pr. Taiaiake Alfred)

« Réflexions sur le peuple en armes et la rébellion » (3 textes)

« L’art de ne pas être gouverné » (James C. Scott)

« Les formes quotidiennes de la résistance paysanne » (James C. Scott)

Esprit_Cheval_Fou

Apache-Puberty-Ceremony

Nouvel Ordre Mondial eugéniste : des sabotages volontaires politiques mènent à une famine globale. La guerre en Ukraine n’en est que la courroie de transmission ( F. William Engdahl)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 29 avril 2022 by Résistance 71

Rappelons à nos lecteurs le National Security Special Memorandum 200 ou NSSM 200 de Henry Kissinger dans lequel il disait, entre autre, il y a plusieurs décennies qu’il était des plus important pour les Etats-Unis de contrôler deux choses dans le monde :  les ressources énergétiques (pétrole, gaz, uranium) et la nourriture. Contrôlez l’énergie disait-il en substance, vous contrôlez les pays, contrôlez la nourriture, vous contrôler les peuples. Les guerres, toutes énergétiques depuis plus de 40 ans (y compris celles d’Afghanistan et de Syrie sur toiles de fond de gazoduc refusé à l’empire par les régimes en place ) et la “révolution” génétique de l’agriculture (avec les OGM et produits affiliés), ont assuré à l’empire le contrôle global de ces deux ressources vitales. Aujourd’hui, l’oligarchie ferme les robinets, il n’a jamais été aussi facile d’affamer des milliards de personnes volontairement. Ils sont en train de le faire, ceci sera doublé de nouveaux confinements soit “sanitaire”, soit “climatique”, pour faire crever les gens chez eux en silence.
Tout ça bien sûr… SI ON LES LAISSE FAIRE !
La faim fait sortir le loup du bois dit le vieil adage… Nous disons que c’est triste d’en arriver là, on aurait pu résoudre tout cela en s’économisant bien des souffrances passées, présentes et surtout à venir. Une chose est sûre, l’étau oligarchique se resserre et notre marge de manœuvre s’amenuise car c’est bien plus compliqué de lutter efficacement et d’avoir les idées claires collectivement quand on a faim et froid. Les prendre de vitesse à ce stade est la meilleure des options, mais les réformistes sont les gardiens de l’oligarchie et le boulet des peuples à traîner. Ah oui, au passage… Poutine et Kissinger sont copains comme cochons…
~ Résistance 71 ~

HK_NSSM200_nourriture_arme
L’arme de la nourriture (Rapport Kissinger 1974)

Vers une catastrophe alimentaire mondiale provoquée par des actes de sabotage politique

Biden utilise cyniquement l’Ukraine pour couvrir le sabotage alimentaire

F. William Engdahl

28 avril 2022

Source de l’article en français:
https://www.mondialisation.ca/vers-une-catastrophe-alimentaire-mondiale-provoquee-par-des-actes-de-sabotage-politique/5667739

Il commence à sembler que certains mauvais acteurs prennent délibérément des mesures pour garantir une crise alimentaire mondiale à venir. Chaque mesure prise par les stratèges de l’administration Biden pour « contrôler l’inflation énergétique » endommage l’approvisionnement ou gonfle le prix du gaz naturel, du pétrole et du charbon dans l’économie mondiale. Cela a un impact énorme sur les prix des engrais et la production alimentaire. Cela a commencé bien avant l’Ukraine. Aujourd’hui, des informations circulent selon lesquelles les hommes de Biden sont intervenus pour bloquer le transport ferroviaire d’engrais au moment le plus critique pour les plantations de printemps. Dès cet automne, les effets seront explosifs.

Alors que les semis de printemps aux États-Unis sont dans leur phase critique, CF Industries de Deerfield, dans l’Illinois, le plus grand fournisseur américain d’engrais azotés ainsi que d’un additif vital pour les moteurs diesel, a publié un communiqué de presse indiquant que « Le vendredi 8 avril 2022, l’Union Pacific a informé CF Industries sans préavis qu’il demandait à certains expéditeurs de réduire le volume de wagons privés sur son chemin de fer avec effet immédiat ». Union Pacific est l’une des quatre grandes compagnies ferroviaires qui transportent ensemble quelque 80% de tout le fret ferroviaire agricole américain. Le PDG de la société CF, Tony Will, a déclaré : « Cette action de l’Union Pacific ne pouvait pas tomber à un pire moment pour les agriculteurs. Non seulement les engrais seront retardés par ces restrictions d’expédition, mais les engrais supplémentaires nécessaires pour effectuer les applications de printemps risquent de ne pas pouvoir être acheminés du tout aux agriculteurs. En imposant cette restriction arbitraire à une poignée d’expéditeurs seulement, l’Union Pacific met en péril les récoltes des agriculteurs et augmente le coût des aliments pour les consommateurs ». CF a lancé des appels urgents à l’administration Biden pour qu’elle remédie à la situation, sans qu’aucune action positive n’ait été entreprise jusqu’à présent.

Sabotage direct

CF Industries a fait remarquer qu’elle était l’une des trente entreprises soumises à cette mesure sévère, qui est indéfinie. Elle expédie ses produits via les lignes ferroviaires de l’Union Pacific, principalement à partir de son complexe de Donaldsonville en Louisiane et de son complexe de Port Neal en Iowa, pour desservir les principaux États agricoles, notamment l’Iowa, l’Illinois, le Kansas, le Nebraska, le Texas et la Californie. L’interdiction touchera les engrais azotés tels que l’urée et le nitrate d’ammonium et d’urée (NAU), ainsi que le fluide d’échappement diesel, le FED (appelé AdBlue en Europe). Le FED est un produit de contrôle des émissions exigé aujourd’hui pour les camions diesel. Sans lui, les moteurs ne peuvent pas fonctionner. Il est fabriqué à partir d’urée. CF Industries est le plus grand producteur d’urée, de NAU et de FED en Amérique du Nord, et son complexe de Donaldsonville est la plus grande installation de production de ces produits en Amérique du Nord.

Dans le même temps, la bande à Biden a annoncé un faux remède aux prix record de l’essence à la pompe. Washington a annoncé que l’Agence de Protection de l’Environnement des États-Unis (EPA) autoriserait une augmentation de 50% du mélange de carburant à base de biodiesel et d’éthanol de maïs pour l’été. Le 12 avril, le secrétaire à l’Agriculture a annoncé une initiative « audacieuse » de l’administration américaine visant à accroître l’utilisation des biocarburants à base de maïs et d’éthanol produits dans le pays. Le secrétaire d’État Tom Vilsack a affirmé que cette mesure permettrait de « réduire les prix de l’énergie et de lutter contre la hausse des prix à la consommation causée par la hausse des prix de Poutine (sic) en exploitant l’avenir solide et brillant de l’industrie des biocarburants, dans les voitures et les camions ainsi que dans les secteurs ferroviaire, maritime et aérien, et en soutenant l’utilisation du carburant E15 cet été ».

Seulement la « Hausse des Prix de Poutine » avec majuscule n’est pas le résultat d’actions russes, mais des décisions énergie verte de Washington d’abandonner progressivement le pétrole et le gaz. L’inflation des prix de l’énergie est également sur le point d’augmenter considérablement dans les mois à venir en raison des sanctions économiques américaines et européennes sur l’exportation du pétrole et du gaz russe. Cependant, le point central est que chaque acre de terre agricole américaine consacrée à la culture du maïs pour les biocarburants retire cette production de la chaîne alimentaire, pour la brûler comme carburant. Depuis l’adoption, en 2007, de la loi américaine sur les normes en matière de carburants renouvelables (Renewable Fuel Standards Act), qui imposait des objectifs de production de maïs destinés à la fabrication de mélanges d’éthanol augmentant chaque année, les biocarburants ont accaparé une part considérable de la superficie totale consacrée au maïs, soit plus de 40% en 2015. Cette évolution, imposée par la loi, vers la combustion du maïs comme carburant a entraîné une inflation majeure des prix des denrées alimentaires bien avant le début de la crise de l’inflation. Les États-Unis sont de loin le plus grand producteur et exportateur de maïs au monde. Le fait de rendre obligatoire une augmentation significative de l’éthanol de maïs comme carburant à un moment où les prix des engrais sont astronomiques et où les transports ferroviaires d’engrais sont bloqués, semble-t-il, par des ordres de la Maison Blanche, va faire exploser les prix du maïs. Washington le sait très bien. C’est délibéré.

Il n’est pas étonnant que le prix du maïs américain ait atteint son plus haut niveau depuis 10 ans à la mi-avril, alors que les exportations de la Russie et de l’Ukraine, sources majeures, sont désormais bloquées par les sanctions et la guerre. Outre l’utilisation inefficace du maïs américain pour l’approvisionnement en biodiesel, la dernière initiative de Biden sur l’éthanol ne fera qu’aggraver la crise alimentaire croissante tout en ne faisant rien pour faire baisser les prix de l’essence aux États-Unis. Le maïs fourrage américain est principalement utilisé pour l’alimentation du bétail, des porcs et de la volaille, ainsi que pour l’alimentation humaine. Cette commande cynique de biocarburants n’a rien à voir avec « l’indépendance énergétique » des États-Unis. Biden y a mis fin dès les premiers jours de son mandat par une série d’interdictions de forages pétroliers et gaziers et de pipelines dans le cadre de son programme « zéro carbone ».

rapport-kissinger-1974
La doctrine Kissinger : NSSM 200, 1974

Dans ce qui est clairement en train de devenir une guerre de l’administration américaine contre l’alimentation, la situation est aggravée de façon dramatique par les demandes de l’USDA aux éleveurs de poulets de tuer des millions de poulets dans maintenant 27 États, prétendument pour des signes d’infection par la grippe aviaire. Le « virus » H5N1 de la grippe aviaire a été révélé en 2015 comme étant un canular complet. Les tests utilisés par les inspecteurs du gouvernement américain pour déterminer la grippe aviaire sont maintenant les mêmes tests PCR non fiables utilisés pour le COVID chez les humains. Le test n’a aucune valeur à cet égard. Les responsables du gouvernement américain estiment que depuis que les premiers cas ont été « testés » positifs en février, au moins 23 millions de poulets et de dindes ont été abattus pour soi-disant contenir la propagation d’une maladie dont la cause pourrait être le confinement en cage incroyablement insalubre des CAFO (opération d’alimentation animale concentrée) de poulets industriels de masse. Il en résulte une forte augmentation du prix des œufs de quelque 300% depuis novembre et une grave perte de sources de protéines de poulet pour les consommateurs américains, à un moment où l’inflation générale du coût de la vie n’a jamais été aussi élevée depuis 40 ans.

Pour aggraver la situation, la Californie et l’Oregon déclarent à nouveau l’urgence en matière d’eau dans le cadre d’une sécheresse pluriannuelle et réduisent fortement l’eau d’irrigation des agriculteurs californiens, qui produisent la majeure partie des fruits et légumes frais américains. Cette sécheresse s’est depuis étendue à la plupart des terres agricoles situées à l’ouest du fleuve Mississippi, c’est-à-dire à une grande partie des terres agricoles américaines.

La sécurité alimentaire des États-Unis n’a jamais été aussi menacée depuis le Dust Bowl des années 1930, et le « programme vert » de l’administration Biden fait tout pour aggraver l’impact sur ses citoyens.

Dans des commentaires récents, le président américain Biden a fait remarquer, sans élaborer, que les pénuries alimentaires aux États-Unis « vont être réelles ». Son administration reste également sourde aux appels des organisations d’agriculteurs à autoriser la mise en culture de quelque 4 millions d’acres de terres agricoles dont on a ordonné l’abandon pour des « raisons environnementales ». Cependant, ce n’est pas la seule région du monde où la crise alimentaire se développe.

si-le-peuple-se-leve-le-jeu-est-fini

Un désastre mondial

Ces actions délibérées de Washington se déroulent à un moment où une série de catastrophes alimentaires à l’échelle mondiale crée la pire situation en matière d’approvisionnement alimentaire depuis des décennies, voire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dans l’UE, qui dépend largement de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine pour ses céréales fourragères, ses engrais et son énergie, les sanctions aggravent considérablement les pénuries alimentaires provoquées par le Covid. L’UE utilise son stupide programme vert comme excuse pour interdire au gouvernement italien d’ignorer les règles européennes limitant les aides d’État aux agriculteurs. En Allemagne, le nouveau ministre de l’Agriculture du parti vert, Cem Özdemir, qui veut éliminer progressivement l’agriculture traditionnelle, prétendument pour ses émissions de « gaz à effet de serre », a répondu froidement aux agriculteurs qui veulent cultiver davantage. L’UE est confrontée à un grand nombre des mêmes menaces désastreuses pour la sécurité alimentaire que les États-Unis et à une dépendance encore plus grande vis-à-vis de l’énergie russe, qui est sur le point d’être suicidairement sanctionnée par l’UE.

Les principaux pays producteurs de denrées alimentaires d’Amérique du Sud, en particulier l’Argentine et le Paraguay, sont en proie à une grave sécheresse attribuée à une anomalie périodique de La Niña dans le Pacifique, qui a paralysé les cultures dans cette région. Les sanctions contre les engrais de la Biélorussie et de la Russie menacent les cultures du Brésil, aggravées par les goulets d’étranglement dans le transport maritime.

La Chine vient d’annoncer qu’en raison de fortes pluies en 2021, la récolte de blé d’hiver de cette année pourrait être la pire de son histoire. Le PCC a également institué des mesures sévères pour inciter les agriculteurs à étendre leurs cultures à des terres non agricoles, sans grand effet. Selon un rapport d’Erik Mertz, observateur de la Chine, « dans les provinces chinoises de Jilin, Heilongjiang et Liaoning, les autorités ont signalé qu’un agriculteur sur trois ne dispose pas de suffisamment de semences et d’engrais pour commencer à planter pour la période optimale du printemps… Selon des sources dans ces régions, ils sont bloqués dans l’attente de semences et d’engrais qui ont été importés en Chine depuis l’étranger – et qui sont bloqués dans les cargos au large de Shanghai ». Shanghai, le plus grand port à conteneurs du monde, est soumis à une étrange quarantaine totale « Zéro Covid » depuis plus de quatre semaines, sans qu’aucune fin ne soit en vue. Dans une tentative désespérée du PCC d’« ordonner » une augmentation de la production alimentaire, les responsables locaux du PCC dans toute la Chine ont commencé à transformer des terrains de basket et même des routes en terres cultivables. La situation alimentaire en Chine oblige le pays à importer beaucoup plus à une époque de pénurie mondiale, ce qui fait grimper encore plus les prix mondiaux des céréales et des aliments.

L’Afrique est également gravement touchée par les sanctions imposées par les États-Unis et par la guerre qui met fin aux exportations de nourriture et d’engrais de la Russie et de l’Ukraine. Trente-cinq pays africains obtiennent de la nourriture de la Russie et de l’Ukraine. Vingt-deux pays africains importent des engrais de ces pays. Les alternatives font cruellement défaut alors que les prix s’envolent et que l’offre s’effondre. La famine est annoncée.

David M. Beasley, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial des Nations unies, a déclaré récemment à propos des perspectives alimentaires mondiales : « Il n’y a pas eu de précédent, même proche, depuis la Seconde Guerre mondiale. »

Notamment, c’est le département du Trésor de Biden qui a dressé une liste des sanctions économiques les plus complètes contre la Russie et la Biélorussie, faisant pression sur une UE complaisante pour qu’elle suive consciencieusement, sanctions dont l’impact sur l’approvisionnement et les prix mondiaux des céréales et des engrais et de l’énergie était entièrement prévisible. Il s’agissait en fait d’une sanction contre les États-Unis et l’économie mondiale.

Ce ne sont là que les derniers exemples du sabotage délibéré de la chaîne alimentaire par le gouvernement américain dans le cadre du programme vert de Biden, du Forum économique mondial (FEM) de Davos, de Bill Gates et de la Fondation Rockefeller, dans le cadre de leur programme eugénique dystopique de la Grande Réinitialisation. L’agriculture traditionnelle doit être remplacée par un régime synthétique cultivé en laboratoire, composé de fausses viandes et de protéines provenant de sauterelles et de vers, dans le monde entier. Tout cela pour la gloire supposée de contrôler le climat mondial. C’est vraiment fou.

= = =

Lectures complémentaires :

Cette analyse du compagnon Anarchix datant de juin 2010 et publié en avant première à l’époque sur le blog du “Gaulois Déchaîné” : “Elite Globaliste, eugénisme et contrôle des populations”. Lisez tout, mais la conclusion fait froid dans le dos tant elle est “prémonitoire” neuf ans avant l’escroquerie COVID et la famine planifiée qui se prépare… William Engdahl, l’auteur de l’article ci-dessus est déjà cité par Anarchix en 2010 ! Tout ça ne date pas d’hier !…

En août 2016 nous publions cet article : « OGM, pour un contrôle planétaire totalitaire »

En février 2021 ceci : « Ce qui nous est promis », lisez attentivement ce que nous disions, le contrôle de la nourriture y est mentionné…

HK-NSSM-200a

votre-ignorance-est-leur-pouvoir.png

Guerre en Ukraine : Le grand chaudron de la tambouille OTANesque impliquant les habituels barbouzes et mercenaires pour un racket et chaos en bande organisée

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 28 avril 2022 by Résistance 71

Asov_nazi

Guerre secrète : Comment la barbouzerie sous-traitante de l’OTAN a assisté et assiste encore la guerre en Ukraine ?

“Les Etats-Unis forment et entraînent une insurrection”

Nauman Sadiq, VT Islamabad*

23 avril 2022

url de l’article original :
https://www.veteranstoday.com/2022/04/23/covert-warfare-how-natos-defense-contractors-assisted-ukraine-in-war/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les forces spéciales britanniques ont entraîné les troupes ukrainiennes à Kiev depuis le début du mois, ont dit des commandants ukrainiens au journal The Times à la mi-avril.

Le capitaine Youri Myronenko, dont le bataillon est stationné à Obolon dans la banlieue nord de Kiev à dit au média que les formateurs militaires sont venus instruire de nouvelles recrues ou des soldats revenant dans l’armée, à utiliser les NLAW, missiles anti-chars britanniques qui furent livrés à l’Ukraine en février alors que commençait l’invasion russe.

D’anciens militaires britanniques, des fusiliers marins et des forces commandos sont aussi en Ukraine et y travaillent avec des sous-traitants (mercenaires) et des volontaires, mais les officiers ukrainiens sont d’accord pour dire que leur entrainement ce mois-ci fut conduit par des soldats britanniques en service actif.

Les forces d’élite britanniques du SAS sont présentes en Ukraine depuis le début de la guerre, tout comme le sont les forces spéciales américaines Delta”, a twitté le 9 avril le journaliste français Georges Malbrunot pour le journal Le Figaro, citant des sources du renseignement. Le journaliste a vendu la mèche le jour même où le premier ministre britannique Boris Johnson fit sa visite surprise à Kiev. Le PM britannique était entouré de gardes appartenant au SAS britannique.

Le journaliste français expérimenté qui est revenu d’Ukraine après y être arrivé avec des combattants volontaires a dit à la chaîne CNews que les Américains étaient directement en charge de la guerre sur le terrain. “J’ai eu la surprise, ainsi que les volontaires, de découvrir qu’afin de rentrer dans l’armée ukrainienne, et bien ce sont les Américains qui prennent les décisions et qui gèrent,” a dit Malbrunot.

Il ajouta que lui et les volontaires furent “presque arrêtés” par les Américains, qui affirmèrent être en contrôle, le journaliste révéla qu’ils furent tous alors forcés de signer un contrat jusqu’à la fin de la guerre. “Et qui est en charge ? Les Américains, je l’ai vu de mes propres yeux.” a dit le journaliste français ajoutant “Je pensais être dans les brigades internationales et je me retrouvais face au Pentagone”.

En plus des forces du SAS britannique, des forces spéciales américaines et des agents de la CIA sous couvert, il y a quelques 6824 mercenaires étrangers en provenance de 63 pays différents qui sont venus en Ukraine pour combattre du côté du gouvernement Zelensky, a révélé le ministère de la défense russe la semaine dernière. De ces mercenaires, 1035 ont été “éliminés” tandis que plusieurs milliers demeurent. Quelques 400 combattants étrangers sont sous le siège des forces russe et de la RPD dans le complexe industriel d’Azovstal de Marioupol, avec des forces ultra-nationalistes et neo-nazies qui ont refusé de se rendre.

Le plus grand groupe de ces combattants étrangers au nombre de 1717 est arrivé de la Pologne ; environ 1500 combattants sont venus des Etats-Unis, du Canada et de Roumanie. 300 Britanniques, 300 Georgiens et 193 combattant venus de la zone turque de contrôle en Syrie. Ces chiffres furent annoncés le 17 avril par le porte-parle du ministère de la défense le Major General Igor Konachenkov. D’après le général, 1035 mercenaires étrangers ont été tués par les forces russes, 912 se sont enfuis d’Ukraine, laissant 4877 de ces mercenaires actifs dans les villes de Kiev, Kharkov, Odessa, Nikolaiev et Marioupol.

La plus grande force armée secrète que le monde ait jamais connue est celle créée par le Pentagone cette dernière décennie. Cette armée secrète comporte maintenant quelques 60 000 membres, la plupart y travaillant sous de fausses identités et en profil bas, le tout fait partie d’un programme appelé ‘Signature Reduction” (NdT : Une “signature reduction” en anglais veut dire une anonymitée accrue, rendre quelque chose ou des personnes plus indétectables). Un nombre substantiel de ces contractants de la défense a assisté les forces ukrainiennes et ses milices néo-nazies alliées depuis plus de 8 ans, dans cette guerre par procuration contre la Russie, ce depuis le coup d’état de Maïdan en 2014, renversant le gouvernement de Viktor Yanoukovitch.

La force, plus de 10 fois supérieure aux éléments clandestins de la CIA, remplit des taches domestiques et à l’étranger à la fois en uniforme militaire ou en civil, a rapporté le magazine Newsweek en mai dernier.

Ce glissement sans précédent a placé un plus grand nombre de soldats, de civils et de sous-traitants dans des conditions de travail sous de fausses identités, à la fois à cause du résultat de la croissance des forces spéciales secrètes mais aussi à cause d’une réponse intentionnelle aux défis de voyager et d’opérer dans un monde de plus en plus transparent. (NdT: ce qui est ici une erreur de jugement à notre sens. En effet, si le monde est de plus en plus “transparent” pour les quidams de base qui ont de plus en plus de mal à vivre sans être tracés, répertoriés, surveillées, réprimés, intimidés pour un oui ou pour un non etc… Il n’en va pas de même pour toute la barbouzerie et finance transnationales qui peuvent tout faire, partout en toute impunité, car protégées par la “raison d’état” ou la “sécurité nationale” ou la prévalence d’intérêts privés privilégiés… La surveillance est omniprésente pour les citoyens, l’opacité est omniprésente et entretenue pour les sbires et bras armés du Nouvel Ordre Mondial… Ceci est une réalité quotidienne qui se vérifie partout dans le monde occidental…)

-[]- Les opérations de guerre secrètes qui sont montées par l’armée secrète du Pentagone dans des zones de conflits à travers le monde ne sont pas juste un secteur peu connu de l’armée américaine, mais aussi une pratique totalement dérégulée. Personne ne connait la taille exacte de ce programme et l’explosion de la “signature reduction” n’a jamais été examinée pour son impact sur la politique militaire et sa culture. Le Congrès des Etats-Unis n’a jamais mis en place d’audit sur le sujet. Et pourtant, l’armée qui développe ce gigantesque projet et cette force clandestine sans précédent, défie les lois des Etats-Unis, de la Convention de Genève (NdT : qui n’a bien sûr cours que dans le canton de Genève…), le code d’éthique militaire (NdT : comme si cela pouvait exister…) et la base même de toute responsabilité. -[]-

L’effort de “Signature Reduction” engage quelques 130 entreprises privées pour administrer ce nouveau monde clandestin. Aussi des douzaines d’organisations gouvernementales secrètes et très peu connues soutiennent ce programme, établissant des contrats classés secrets et supervisant des opérations totalement cachées du public. Ensemble, ces entreprises cumulent plus de 900 millions de dollars annuellement pour le service de cette force clandestine (NdT : on peut dire un Super Gladio de l’OTAN, un Gladio 2.0 à la puissance 10…)

Les forces d’opérations spéciales constituent plus de la moitié de la totalité de la force de Signature Reduction, des guerriers de l’ombre qui chassent des “terroristes” dans les zones de guerre du Pakistan à l’Afrique occidentale, mais qui travaille aussi de plus en plus dans des points chauds non reconnus, incluant derrière les “lignes ennemies” dans des endroits comme la Corée du Nord, l’Ukraine et l’Iran. Des spécialistes du renseignement, de la collecte de l’information, des agents du contre-espionnage, mêmes des linguistes, constituent le second plus vaste élément : des milliers d’entre eux sont déployés à tous moments avec des degrés divers de couverture pour protéger leurs véritables identités.

Depuis le tristement célèbre massacre de la place Nisour de Baghdad en 2007, le sous-traitant privé mercenaire Blackwater, rebaptisé Academi en 2011 et devenant une succursale du Constellis Group suite à une fusion avec Triple Canopy en 2014, a construit un véritable empire en ce domaine. En 2013, la succursale d’Academi, International Development Solutions (IDS), a reçu environ 92 millions de dollars en contrat de sécurité pour le ministère des affaires étrangères américain.

Après avoir vendu Blackwater à un groupe d’investisseurs en 2010, Erik Prince, ancien Navy SEALs et fondateur de l’entreprise mercenaire Blackwater, a fondé une autre entreprise de sécurité privée le Frontier Services Group, enregistrée au Hong Kong Stock Exchange, qui conseille et fournit des solutions logistiques et aériennes aux oligarques chinois pour la sécurité de leurs projets d’affaires très lucratifs en Afrique.

De plus, à côté du conseil et de l’assistance de la pétro-monarchie des EAU dans le renforcement de son état policier, Erik Prince a aussi fourni des armes et un avion modifié au chef de guerre de l’Est Libyen et ancien barbouze de la CIA, Khalifa Haftar, soutenu par l’Egypte et les EAU, dans sa campagne militaire avortée contre le gouvernement de Tripoli entre avril 2019 et juin 2020.

Utilisant les bons tuyaux et aides de sa sœur Betsy Devos qui a travaillé comme ministre de l’éducation dans le gouvernement Trump, Erik Prince a même fait une offre à Trump pour sous-traiter la guerre en Afghanistan à des contractants mercenaires conseillant et assistant les forces afghanes après le retrait des troupes américaines. Mais Trump eut un accord de paix avec les Taliban en février 2020 puis perdit les élections avant qu’il ne puisse considérer cette proposition bizarre.

Bien que les sous-traitants militaires du Pentagone soient connus pour avoir entrainé et conseillé plusieurs brigades neo-nazies intégrées aux forces ukrainiennes contre la région du Donbass depuis 2014, Erik Prince, ainsi que des exécutifs de grandes entreprises de sécurité privées fournissant des mercenaires pour le ministère de la défense américain, a personnellement visité Kiev début février suivant la mise en place de troupes russes à proximité et a rencontré des officiels de la sécurité du gouvernement Zelensky, d’après des sources informées.

Avant de s’embarquer pour cette visite clandestine à Kiev, Erik Prince a consulté le ministre de la défense Lloyd Austin et la directrice nationale du renseignement Avril Haines avec laquelle EP a une longue relation remontant au début des années 90 après qu’elle eut acheté un bar à Fell’s Point, Baltimore, suite à sa saisie lors d’une descente de police anti-narcotique. Elle en fit une librairie-café exotique offrant des “lectures érotiques” entre autres passes-temps licencieux.

Dans ses rencontres avec les hauts-placés des agences de la sécurité nationale américaine, Erik Prince a obtenu une “promesse de gentleman”, sans aucune preuve documentée dû au fait de l’aspect “faustien” du pacte, que lui et ses associés ne seraient en rien rendus légalement responsables pour tout le sale boulot effectué dans la guerre par procuration en Ukraine.

En fait, les sous-traitants militaires mercenaires en coordination étroite et en consultation permanente avec les opérateurs clandestins de la CIA, des forces spéciales et des agences de renseignement occidentales, ne font pas qu’entrainer les forces de sécurité ukrainiennes largement constituées de conscrits et de milices neo-nazies alliées pour l’utilisation des plus de 60 000 armes anti-chars et 25 000 missiles anti-aériens portables fournis collectivement comme assistance à l’Ukraine par les nations de l’OTAN, mais ils dirigent toute la stratégie de défense de l’Ukraine en prenant une part active dans les opérations de combat dans quelques unes des plus âpres batailles contre les forces russes à Marioupol, Kharkov et dans la région orientale du Donbass en Ukraine.

Dans un scoop explosif, The Times a rapporté le 4 mars que des sous-traitants de la défense recrutaient des anciens combattants pour des opérations secrètes en Ukraine, payés 2000 US$ par jour : “Le boulot n’est pas sans risque mais, à près de 60 000 US$ par mois, la paie est bonne. Les appliquants doivent avoir au moins 5 ans d’expérience militaire en Europe de l’Est, être bons en opération de reconnaissance, être capables de conduire des opérations de sauvetage avec très peu de soutien et connaître le type d’armement de l’ère soviétique.

Les médias russes ont dit le mois dernier que les agences de sécurité des Etats-Unis avaient lancé un vaste programme de recrutement pour envoyer des mercenaires en Ukraine, incluant des mercenaires entrainés d’Academi, ex-Blackwater, de Cubic et de la Dyn Corporation.

Le porte-parole du ministère de la défense russe Igor Konachenkov a averti que les mercenaires capturés en Ukraine ne seront pas considérés comme des prisonniers de guerre et qu’au mieux, ils seront soumis à des charges d’actions criminelles et traduits en justice.

Dans un entretien avec Dana Bash de CNN le 3 avril, le SG de l’OTAN Jens Stoltenberg a dit que “Les alliés de l’OTAN ont soutenu l’Ukraine des années durant”, ajoutant que l’aide militaire “a été élevée depuis plusieurs semaines suite à l’invasion.” Il a clarifié que “Les alliés de l’OTAN comme les Etats-Unis, mais aussi la Grande-Bretagne et le Canada et quelques autres, ont entrainé les troupes ukrainiennes depuis des années…

D’après les estimations de Stoltenberg “des dizaines de milliers de troupes ukrainiennes” ont reçu ce type d’entrainement et “sont maintenant au front combattant les forces d’invasion russes.” Le SG donne crédit à l’OTAN pour le fait “que les forces armées ukrainiennes sont plus importantes, mieux équipées, mieux entrainées et mieux dirigées qu’auparavant.

En plus d’un programme de la CIA existant depuis bien longtemps visant à cultiver une insurrection anti-russe en Ukraine, le Department of National Defense du Canada a révélé le 26 février, deux jours après le début de l’opération russe en Ukraine, que l’armée canadienne avait formé environ “33 000 personnels militaires et de la sécurité ukrainiens à toute une série de techniques et de tactiques de niveau avancé.” Tandis que le Royaume-Uni, vis l’Operation Orbital, a entraîné 22 000 combattants ukrainiens, comme remarqué par le bien informé SG de l’OTAN.

Un autre scoop explosif rapporté par Zach Dorfman le 16 mars : “Dans le programme d’entrainement basé en Ukraine, la CIA et ses paramilitaires ont enseigné aux Ukrainiens des techniques de tireur embusqué (sniper), comme faire fonctionner les missiles anti-chars américains “javelin” et autre équipement, ainsi que comment échapper au traçage électronique numérique que les Russes utilisent pour donner des coordonnées très précises à leur artillerie sur l’endroit où se trouvent très précisément les troupes ukrainiennes. L’utilisation aussi des outils de communication secrète et comment demeurer indétectable en zone de guerre tout en attirant aussi les forces russes hors de leurs positions.”

Quand les paramilitaires de la CIA sont arrivés en Ukraine orientale après la première incursion russe de 2014. Ils avaient deux objectifs. D’abord on leur ordonna de déterminer comment l’agence de renseignement pouvait le mieux aider les personnels d’opérations spéciales ukrainiennes à combattre les forces russes et leurs alliés séparatistes, qui avaient déclenché une guerre d’usure contre les troupes ukrainiennes dans la région du Donbass. La seconde partie de la mission était de tester les Ukrainiens eux-même dans l’adversité,” d’après d’anciens agents.”

A côté du programme clandestin de la CIA pour entrainer l’armée ukrainienne essentiellement constituée de conscrits et de milices neo-nazies et le programme des forces spéciales américaines pour entrainer les forces de sécurité ukrainiennes au Yavoriv Combat Training Center en Ukraine occidentale près de la frontière polonaise, ce centre même qui fut touché par un barrage de 30 missiles russes tuant au moins 35 mercenaires le 13 mars dernier, Dorfman affirme dans un rapport du mois de janvier que la CIA avait aussi un programme d’entrainement secret pour entrainer les forces spéciales ukrainiennes dans un centre militaire non spécifié dans le sud des Etats-Unis.

La CIA supervise un programme d’entrainement secret intensif aux Etats-Unis pour l’élite des forces spéciales ukrainiennes et autres personnels du renseignement, d’après cinq anciens fonctionnaires du renseignement et de la sécurité nationale familiers avec l’initiative. Le programme, qui a débuté en 2015, est basé dans un endroit tenu secret dans le sud des Etats-Unis.

“Alors que le programme secret, géré par des paramilitaires (mercenaires) travaillant pour la Ground Branch de la CIA, maintenant officiellement connus comme Ground Department, fut mis en place par le gouvernement Obama après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, le programme s’étendit sous le gouvernement Trump. Le gouvernement Biden l’a encore agrandi.”

Dès 2015, comme partie de l’extension de ses efforts anti-russes, les paramilitaires du Ground Branch de la CIA ont aussi “commencé à voyager sur le front en Ukraine de l’Est”, pour conseiller et assister les forces de sécurité ukrainiennes et leurs alliés des forces neo-nazies. Le programme de la CIA de plusieurs semaines, basé aux Etats-Unis, incluait “l’entrainement aux armes, techniques de camouflage, navigation terrestre, tactiques, renseignement et autres.

Une personne très familière avec le programme l’a dit de manière plus directe. “Les Etats-Unis entrainent une insurrection”, a dit un ancien de la CIA, ajoutant que le programme a enseigné aux Ukrainiens “comment tuer les Russes”.

Il y a plusieurs décennies, la CIA avait donné un minimum d’entrainement aux unités du renseignement ukrainien pour essayer de façonner un allié en Kiev pour les Etats-Unis et pour saboter l’influence russe, mais la coopération a considérablement augmenté avec l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 suivant le coup d’état de la place Maïdan de Kiev, qui avait renversé le gouvernement du président ukrainien Viktor Yanoukovitch, a confié un ancien agent de la CIA à Dorfman.

(*) Nauman Sadiq est un géo-politologue et analyste en sécurité nationale basé à Islamabad au Pakistan. Il se spécialise dans l’analyse des guerres asymétriques du Moyen-Orient et d’ailleurs. Il est un expert en analyse du néo-colonialisme, du complexe militaro-industriel et de l’impérialisme pétrolier. Il participe activement à la recherche analytique de VT.

= = =

Voici ce qu’écrivait le 1er février 2022, Manlio Dinucci dans “Il Manifesto” à propos de la CIA et de Blackwater/Academi en Ukraine, 3 semaines donc AVANT l’opération militaire russe commencée le 24 février :

Blackwater est dans le Donbass avec le bataillon Azov

L’entretien téléphonique entre le président Biden et le président ukrainien Zelensky « ne s’est pas bien passé », titre CNN : alors que « Biden a prévenu que l’invasion russe est pratiquement sûre en février, quand le terrain gelé rend possible le passage des chars d’assaut », Zelensky « a demandé à Biden de baisser le ton, soutenant que la menace russe est encore ambigüe ». Pendant que le président ukrainien lui-même prend une attitude plus prudente, les forces armées ukrainiennes s’amassent dans le Donbass au bord de l’aire de Donetsk et de Lugansk habitée par des populations russes. Selon des informations provenant de la Mission de surveillance spéciale de l’OSCE en Ukraine, occultées par nos médias mainstream qui ne parlent que du déploiement russe, il y a là des unités de l’Armée et de la Garde nationale ukrainiennes d’environ 150 000 soldats. Ils sont armés et entraînés, donc de fait commandés, par des conseillers militaires et instructeurs des USA et de l’Otan.

De 1991 à 2014, selon le Service de recherche du Congrès US, les États-Unis ont fourni à l’Ukraine une assistance militaire de 4 milliards de dollars, auxquels se sont ajoutés plus de 2,5 milliards après 2014, et plus d’un milliard fourni par le Fonds fiduciaire de l’Otan auquel participe aussi l’Italie. Cela n’est qu’une partie des investissements militaires faits par les plus grandes puissances de l’Otan en Ukraine. La Grande-Bretagne, par exemple, a conclu avec Kiev divers accords militaires, investissant notamment 1,7 milliards de livres sterling dans la potentialisation des capacités navales de l’Ukraine : ce programme prévoit l’armement de navires ukrainiens avec des missiles britanniques, la production conjointe de 8 unités lance-missiles rapides, la construction de bases navales sur la Mer Noire et aussi sur la Mer d’Azov entre l’Ukraine et la Russie. Dans ce cadre, la dépense militaire ukrainienne, qui en 2014 équivalait à 3 % du PIB est passée à 6 % en 2022, correspondant à plus de 11 milliards de dollars.

Aux investissements militaires du bloc USA-Otan en Ukraine s’ajoute celui de 10 milliards de dollars prévu par le plan qu’est en train de réaliser Erik Prince, fondateur de la compagnie militaire privée états-unienne Blackwater —à présent rebaptisée Academi— qui a fourni des mercenaires à la CIA, au Pentagone et au département d’État pour des opérations secrètes (dont des tortures et des assassinats), en gagnant des milliards de dollars. Le plan d’Erik Prince, révélé par une enquête de la revue Time [1], consiste à créer en Ukraine une armée privée à travers un partenariat entre la compagnie Lancaster 6, par laquelle Prince a fourni des mercenaires au Moyen-Orient et en Afrique, et le principal bureau de renseignements ukrainien contrôlé par la CIA. On ne sait pas, évidemment, quelles seraient les missions de l’armée privée créée en Ukraine par le fondateur de Blackwater, sûrement avec des financements de la CIA. On peut en tous cas prévoir que, depuis la base en Ukraine, il conduirait des opérations secrètes en Europe, en Russie et dans d’autres régions.

Sur un tel fond se trouve particulièrement alarmante la dénonciation, par le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, indiquant que dans la région de Donetsk se trouvent « des compagnies militaires privées US qui préparent une provocation avec emploi de substances chimiques inconnues ». Ce pourrait être l’étincelle qui provoque la détonation d’une guerre au cœur de l’Europe : une attaque chimique contre des civils ukrainiens dans le Donbass, immédiatement attribuée aux Russes de Donetsk et de Lugansk, qui seraient attaqués par les forces ukrainiennes prépondérantes déjà déployées dans la région, afin d’obliger la Russie à intervenir militairement pour leur défense. En première ligne, prêt à massacrer des Russes du Donbass, il y a le bataillon Azov, promu régiment de forces spéciales, entraîné et armé par les USA et l’Otan, qui s’est distingué par sa férocité dans les attaques contre les populations russes d’Ukraine. L’Azov, qui recrute des néo-nazis de toute l’Europe sous la bannière calquée sur celle des SS Das Reich, est commandé par son fondateur Andrey Biletsky [2], promu colonel. Ce n’est pas qu’une unité militaire, mais un mouvement idéologique et politique, dont Biletsky est le chef charismatique en particulier pour l’organisation de jeunesse qui est éduquée dans la haine des Russes avec son livre Les paroles du Führer blanc.

Source : Réseau Voltaire

otan_terro
Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord
+

BWXEAC
= Association de malfaiteurs 

Un ponte des Human and Health Services (HHS) yankee confirme les injections ARNm tueuses

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, média et propagande, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 27 avril 2022 by Résistance 71

grippe-a

Le secrétaire Xavier Becerra du HHS (ministre de la santé des USA) avoue que les  » vaccins »  (qui sont en réalité des armes biologiques à protéine spike) tuent

Anonyme

26 avril 2022

https://resistance71.wordpress.com/?s=prot%C3%A9ine+spike

Nettoyage ethnique par les faux vaccins: Xavier Becerra, secrétaire du HHS (ministère de la santé des USA https://www.hhs.gov/about/leadership/xavier-becerra.html), confirme que les vaccins tuent des Noirs et des Latins à un taux « deux fois supérieur à celui des Américains blancs ».

Donc il avoue que les vax tuent tout le monde, et qu’ils tuent les non blancs 2 fois plus vite.

Pourquoi? Parce que les vax à faible dose de poison sont en plus grande quantité que les vax à forte dose de poison.

Les vax à faible dose de poison tuent immédiatement ceux qui sont en déficité de vitamine D, et les non blancs ont moins de stock de vitamine D que les autres à cause de la mélanine qui bloque la synthèse de vitamine D.

évidemment les blancs en déficit de vitamine D peuvent crever aussi rapidement des vax à faible dose de poison.

mais sont plus susceptibles de crever des vax à forte dose de poison plus rares que les vax à faible dose de poison.

https://www.cqv.qc.ca/selon_les_analystes_un_petit_pourcentage_de_lots_de_vaccins_est_responsable_d_un_grand_nombre_d_effets_indesirables

Pour les non blancs, ils meurent des vaccins même à faible dose de poison

pour les blancs il faut des vaccins à forte dose de poison pour les tuer en quelques heures ou quelques minutes.

Fuellmich a montré la preuve que les lots des faux vax ont différentes toxicité ( doses de poison) qui expliquent pourquoi des gens mourront en quelques heures d’autres en quelques mois, d’autres en quelques années pour n’importe quel humain.

https://la-verite-vous-rendra-libres.org/video-tous-les-lots-de-vaccins-ne-contiennent-pas-la-meme-chose-certains-lots-sont-mortels-reiner-fuellmich-dr-wodarg-dr-white/

un vax à faible dose de poison qui tue un blanc en quelques mois, tuera un noir en quelques heures parce qu’un non blanc (amérindien, latinos, noir, etc..) a moins de vitamine D en stock qu’un blanc pour lutter contre le poison. et vu que les faux vax transforment les cellules en protéine spike, il lui est impossible de faire la synthèse de nouvelle vitamine D.

En gros ils veulent génocider les non blancs plus vite que les blancs vu que les vax à faible dose de poison tuent les non blancs en quelques heures, et que les vax à faible dose de poison sont plus nombreux que les vax à forte dose de poison voilà pourquoi on voit plus de morts chez les non blancs sur le court terme (quelques jours à quelques heures), les blancs meurent sur le court terme mais uniquement s’ils ont pris des vax à forte dose de poison, tandis que les non blancs, les vax à faible dose de poison suffit pour les tuer à court terme

mais au bout du compte ils veulent génocider toute l’humanité  vu qu’ils distribuent à tout le monde leur poison, les seules différences sont la quantité de poison et la différence de résistance contre le poison.

guerrebiologique

 Nous avons maintenant une déclaration officielle du secrétaire du HHS, Xavier Becerra, qui dit : « Nous savons que les vaccins tuent les personnes de couleur… les Noirs, les Latinos, les autochtones, à un taux environ deux fois supérieur à celui des Américains blancs. » (voilà pourquoi ils font le fichage biométrique, comme cela en disant le nom et le prénom, ils auront immédiatement la photo de la personne et vont préparer un « vaxxassinat » plus toxique que les autres. Fuellmich a apporté la preuve que les vax ont différentes catégories de toxicité selon le numéro de lot.https://commonsensetv.nl/fr/preuve-d%27une-intention-d%C3%A9lib%C3%A9r%C3%A9e-de-toxicit%C3%A9-variable-dans-diff%C3%A9rents-lots-de-vaccin-pfizer-covid-19/)

le secrétaire Xavier Becerra de l’HHS n’a pas bégayé.

Il a confirmé ce que nous dénonçons depuis le premier jour de la campagne de dépeuplement par les vaccins : Les gens de couleur sont tués par les « vaccins »  à un taux beaucoup plus élevé que les Blancs.

Vous pouvez l’entendre dire cela dans les premières secondes de cette vidéo de compilation de TimTruth.com, dans laquelle on voit également Jen Psaki admettre qu’il s’agit d’une « plandémie ».

voir vidéo sur https://www.brighteon.com/a249c478-cc80-46ed-804b-448aec6fd3c6

https://www.naturalnews.com/2022-04-19-vax-ethnic-cleansing-hhs-secretary-becerra-confirms-vaccines-are-killing-blacks-and-latinos.html

En d’autres termes, les injections expérimentales de thérapie génique appelées « vaccins » sont des armes de dépeuplement visant l’ensemble de l’humanité, mais elles tuent de manière disproportionnée beaucoup plus de Noirs et de Latinos par habitant.

La carence en vitamine D est le facteur le plus important

La raison en est évidente : la carence chronique en vitamine D

Les personnes de couleur sont rarement informées du fait que la pigmentation de leur peau bloque la synthèse de la vitamine D activée par la lumière du soleil dans leur propre peau.

Sans une quantité suffisante de vitamine D, ils courent un risque beaucoup plus élevé de cancer, de diabète, de troubles osseux (comme le rachitisme) et même de problèmes cardiaques et cardiovasculaires. Il est important de noter que la carence en vitamine D est fortement liée à la mortalité , et comme les « vaccins »  transforment le corps en une usine d’armes biologiques à base de protéines spikes, le manque de vitamine D ne fait qu’exacerber le risque de décès.

C’est pourquoi de plus en plus de personnes de couleur meurent après avoir pris le « vaccin » car ils n’ont pas assez de vitamines D contrairement aux blancs pour lutter contre la protéine spike des vaccins. 

les blancs meurent aussi des vaccins s’ils sont encore plus toxiques.

Fuellmich a montré que les lots des faux vax ont différentes toxicité qui expliquent pourquoi des gens mourront en quelques heures d’autres en quelques mois, d’autres en quelques années pour n’importe quel humain.

https://la-verite-vous-rendra-libres.org/video-tous-les-lots-de-vaccins-ne-contiennent-pas-la-meme-chose-certains-lots-sont-mortels-reiner-fuellmich-dr-wodarg-dr-white/

Pour les non blancs, ils meurent des vaccins même à faible dose de poison.

un vax qui tue un blanc en quelques mois, tuera un noir en quelques heures.

En gros ils veulent génocider les non blancs plus vite que les blancs, mais au bout du compte ils veulent génocider toute l’humanité.

Personne au gouvernement ne prend la peine d’informer les Noirs et les Latinos et les Amérindiens de tout cela, car l’objectif de longue date du gouvernement américain est de réaliser un nettoyage ethnique mondial pour éliminer les personnes de couleur tout en prétendant les célébrer.

Dans les années 1970, par exemple, le conseiller scientifique de Richard Nixon a proposé de souiller les exportations alimentaires américaines vers l’Afrique avec des produits chimiques infertiles. Au cours des décennies qui ont suivi, les efforts de dépeuplement se sont concentrés sur l’avortement (ciblant les quartiers noirs), les traitements anticancéreux mortels ciblant les Noirs, les produits chimiques infertiles dans les vaccins destinés aux nations africaines (comme le Kenya), l’empoisonnement de l’approvisionnement en eau des Noirs par des métaux lourds et la malnutrition délibérée des Noirs en Amérique par le biais de nombreux programmes gouvernementaux tels que le système SNAP (coupons alimentaires) qui finance la malbouffe transformée (ce programme enrichit les détaillants et les sociétés de malbouffe tout en donnant aux Noirs américains le cancer, le diabète, les maladies cardiaques, l’obésité, etc.)

En vérité, le tir au clou n’est que le dernier round de l’effort génocidaire visant à exterminer les Noirs en Amérique et dans le monde. Malheureusement, beaucoup trop de Noirs en Amérique continuent de soutenir le gouvernement qui tente de les exterminer, bien que de plus en plus de Noirs se fassent vacciner et prennent conscience de la vérité sur tout cela.

L’agenda scientifique pour exterminer les Noirs

En 2017 – plus de deux ans avant COVID – j’ai publié un documentaire choquant, « L’agenda scientifique pour exterminer les Noirs ». Le documentaire a été largement partagé jusqu’à ce que YouTube le bannisse, prouvant une fois de plus que Big Tech gardera les Noirs dans l’ignorance de toute forme de génocide visant les Noirs.

Google veut voir les Noirs exterminés, en d’autres termes, et n’a pas peur de censurer les documentaires véridiques et factuels qui tentent de sauver des vies. Grâce à de nombreux utilisateurs, il existe maintenant plusieurs copies de ce documentaire téléchargées sur Brighteon.com et d’autres plateformes vidéo alternatives. N’hésitez pas à le réafficher sur Rumble, Bitchute, Gab ou d’autres plateformes :

voir vidéo https://www.brighteon.com/00000000-0000-0000-0005-827974413001

Apprenez toute la vérité et passez le mot

La race humaine a été ciblée pour être éliminée, et les mondialistes de la dépopulation donnent la priorité à certaines races et certains groupes ethniques pour une extermination rapide.

En d’autres termes, nous sommes tous dans la ligne de mire, mais ils veulent désespérément que les Noirs et les latinos, Amérindiens soient éliminés le plus rapidement possible.

Aujourd’hui, nous vivons sous des gouvernements du monde entier qui complotent activement pour assassiner en masse leurs propres citoyens en utilisant une variété de vecteurs :

– des armes biologiques de dépeuplement déguisées en « vaccins ».

– quarantaine forcé de tous les gens bossant dans la chaine alimentaire, suppression du diesel et de l’essence pour une famine de masse

-contamination généralisée de l’approvisionnement alimentaire par des métaux lourds, des plastiques et des pesticides.

–  La destruction des familles par la promotion des programmes LGBT dans les écoles publiques et la culture populaire.

– l’engagement de la police pour les rafles pour la vaccination forcé et les quarantaines des tests bidons forcés et les pass

–   Promouvoir les avortements tardifs et même les avortements après la naissance afin d’assassiner littéralement les bébés noirs après leur naissance.

–  La rétention d’informations vitales pour les Noirs (sur la vitamine D et d’autres sujets similaires) par le biais d’une censure coordonnée par les grandes entreprises technologiques et la dé-platisation des personnes qui tentent de tirer la sonnette d’alarme. Google a censuré les articles conseillant la vitamine D aux noirs.

https://www.brighteon.com/a249c478-cc80-46ed-804b-448aec6fd3c6

https://www.naturalnews.com/2022-04-19-vax-ethnic-cleansing-hhs-secretary-becerra-confirms-vaccines-are-killing-blacks-and-latinos.html

= = =

Lire notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Lire le PDF de notre traduction du livre de Robert F. Kennedy Jr : « Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates et Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique »

menace_nonvax