Archive for the écologie & climat Category

Écologie sociale et société des sociétés, au delà de Murray Bookchin et vers le post-structuralisme (Reimaging)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 4 février 2023 by Résistance 71

MB_anarchisme_ecologie

Vers une écologie sociale post-structuraliste

Reimaging

Décembre 2022

Traduit de l’anglais par Résistance 71

Février 2023

Dans les récentes années, le domaine de l’écologie sociale a fait l’expérience d’une réémergence à la fois dans les milieux environnementalistes et anarchistes comme un puissant outil de compréhension de la relation dynamique et complexe entre l’humain et la nature. Développée par Murray Bookchin, l’écologie sociale insiste sur l’importance du comment des problèmes sociaux et écologiques surgissent de la relation de domination et comme cela se perpétue au travers l’organisation hiérarchique et centralisée de la société. Elle suggère que des formes non hiérarchiques et décentralisées d’organisation sociale, tenant compte des principes écologiques, sont la voie vers un futur qui estompe la dichotomie entre “humanité et nature” et résolve les divisions sociales et environnementales toxiques que cette séparation a facilité.

Tandis que l’écologie sociale a fourni de bonnes visions sur la racine des causes des problèmes sociaux et environnementaux, il est crucial de bien considérer comment cela peut être étendu ou modifié plus efficacement pour adresser les défis complexes et rapidement changeant du XXIème siècle. Une façon de le faire est d’embrasser une approche post-structuraliste de l’écologie sociale.

L’approche particulière suggérée ici est fondée sur un ethos d’autonomie épistémologique qui encouragerait une perspective fluide et décentralisée de la connaissance. Déboulonnons de leur piédestal les “grands théoriciens” d’avant et regardons leur travail comme des contributions à des théories vivantes devant être développées plus avant, en promouvant des idées de divers contributeurs. Cela aidera à réaffirmer l’écologie sociale dans sa tradition radicale d’anarchisme écologique de laquelle elle a émergé. Peu importe la relation chaotique de Murray Bookchin et de l’anarchisme dans ses dernières années, l’écologie sociale demeure une marque importante de la pensée anarcho-écologiste. Beaucoup de ses idées fondatrices sont basées sur le travail d’anarchistes historiques comme Élisée Reclus et Pierre Kropotkine. En regardant l’écologie sociale comme distincte de Murray Bookchin et en la voyant au contraire comme étant dans la lignée théorique dans laquelle elle se situe contextuellement, nous pouvons créer des espaces de contributions en provenance de divers groupes de penseurs contemporains et développer plus avant cette philosophie si distinctive de l’écologie sociale.

Pour en faire une brève revue, l’analyse post-structuraliste est une approche qui a émergé vers le milieu du XXème siècle en réponse aux limites des cadres modernistes. Ceux-ci, dominants à cette époque, focalisaient souvent sur des vérités universelles et par leur eurocentrisme, tendaient à donner la priorité à des expériences et perspectives de certains groupes par rapport à d’autres. L’analyse post-structuraliste d’un autre côté, insiste sur les contextes sociaux et culturels qui façonnent notre compréhension du monde. Elle argumente que la connaissance est façonnée par les dynamiques du pouvoir et des structures sociales qui forment notre société. Elle critique l’idée que les individus puissent être réduits à de simples identités ou catégories et met en valeur la nature fluide et complexe de l’expérience humaine. En encourageant une approche plus ouverte et inclusive de l’analyse du monde, elle cherche à déloger les narratifs dominants ainsi que les structures du pouvoir.

Par exemple Gilles Deleuze, philosophe français post-structuraliste, insista sur les relations complexes et dynamiques entre différentes forces et processus. Plutôt que de voir ces relations comme fondamentalement opposées les unes aux autres dans une approche dialectique hégélienne, Deleuze insista sur l’importance de comprendre la myriade de façons par lesquelles elles s’influences et de façonnent l’une l’autre. (NdT : ce qui rejoint notre vision du “rien ne s’oppose, tout se compose”, dans la complémentarité d’un grand Tout. Voir les choses de manière antagoniste entretient division et sclérose, la complémentarité est source de fiuidité et de souffle positif…)

Il s’ensuit que dans une écologie sociale post-structuraliste, la relation entre les humains et la nature serait vue comme étant fluide et dynamique, l’une influençant et façonnant l’autre de façons changeantes constantes et complexes. Cette approche offrirait une compréhension plus fine et plus nuancée sur le comment les problèmes sociaux et écologiques émergent et interagissent et pourrait informer sur de plus efficaces stratégies concernant ces affaires.

Une écologie sociale post-structuraliste reconnaîtrait les façons par lesquelles la dégradation écocide de la nature est interconnectée avec des instances spécifiques de domination. Cette approche informerait sur des approches plus holistiques (mixtes) des problèmes sociaux et écologiques en considérant des systèmes de pouvoir et d’oppression multiples et s’entrecoupant qui façonnent nos relations avec le monde naturel. Elle reconnaîtrait aussi les façons particulières dont ces systèmes ont été employés pour exploiter les humains et la nature. L’inclusion des perspectives des opprimés par ces systèmes ferait avancer la réalité du travail vers la création de sociétés facilitant l’autonomie de tous les peuples et des écologies. En prenant une approche intersectionnelle et holistique, une écologie sociale post-structuraliste peut plus efficacement s’occuper les causes profondes spécifiques des problèmes sociaux et écologiques, par opposition à demeurer théoriquement dépendant d’une conception macroscopique, parfois amorphique, de la hiérarchie et ainsi donc à travailler vers la création d’une transformation de notre réalité de manière véritable et durable.

R71_slogan

La nouvelle formulation de l’écologie sociale reconnaitrait aussi l’importance de formes diverses et décentralisées d’organisation sociale. Plutôt que de se faire l’avocat d’un modèle spécifique, comme le municipalisme libertaire de Bookchin, elle adhérerait à des approches multiples et complexes pour créer une société plus juste et équitable. Ceci pourrait impliquer d’expérimenter des formes variées d’organisation sociale et de tactique and d’être ouvert ÷a l’apprentissage de diverses perspectives et expériences. L’importance de la créativité et de l’expérimentation dans les problèmes sociaux et écologiques deviendrait en théorie intégrale Plutôt que la stricte adhérence à des modèles ou solutions prédéterminés, cela encouragerait nécessairement l’exploration de nouvelles approches innovatrices afin de créer le changement. Ceci pourrait impliquer la réimagination d’institutions et de systèmes ayant existé auparavant, tout en continuellement poussant à en créer de nouveaux, afin de s’occuper de manière plus fluide des défis socio-écologiques variés du XXIème siècle.

Peut-être plus important, un revampage post-structuraliste de l’écologie sociale pourrait déconstruire et faire la lumière sur les biais modernistes, eurocentriques et unilinéaires de l’écologie sociale originale de Murray Bookchin en mettant au défi la notion de processus singulier et linéaire du changement historique et social. (NdT : ceci vient de son passé profondément marxiste duquel il ne s’était jamais vraiment tout à fait départi…) L’approche de Bookchin est basée en grande partie sur un cadre de réflexion philosophique hégélien, qui voit le processus historique humain comme un conflit et sa résolution entre des forces opposées, avec chaque résolution donnant le jour à de nouveaux conflits et résolutions. Alors que cette approche a fourni des visions de valeur sur le comment surviennent des problèmes sociaux et écologiques résultant de la domination, cela peut aussi renforcer les notions modernistes et eurocentriques de progrès et de la supériorité de la pensée occidentale.

D’un autre côté, une approche post-structuraliste rejetterait l’idée d’un processus singulier et linéaire de changement et insisterait au contraire sur la complexité et la mulltiplicité des relations sociales et écologiques. Cela reconnaîtrait l’importance de formes diverses et décentralisée d’organisation sociale et du besoin d’être ouvert à l’apprentissage d’une variété de perspectives et d’expériences. Cela impliquerait de défier les cadre de pensée moderniste et les notions eurocentriques de progrès et de supériorité. Ainsi les voix des subalternes prendraient plus de signification et de pluralité a lieu de se fier aux voix toujours identiques de la pensée centralisée en provenance essentiellement d’un individu ou d’un petit groupe dominants.

Finalement, l’incorporation d’aspects post-structuralistes dans l’écologie sociale est une aventure qui en vaut la peine pour mettre à jour et étendre le champ de ce domaine. Il est important d’incorporer des visions multiples et une perspective décolonialiste mettant au défi et démantelant les systèmes spécifiques de domination. L’écologie sociale peut continuer à être une voie des plus intéressantes de la philosophie écologiste anarchiste et un outil analytique efficace pour créer un monde juste qui amènera la liberté et l’autonomie interconnectées de tous les peuples et de toutes les écologies.

MB_ecologiesociale1

= = =

Notre page « Murray Bookchin et le municipalise libertaire »

« Qu’est-ce que l’écologie sociale ? », Murray Bookchin, 1982 (format PDF)

N’oublions jamais…

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

AuroreSocieteEmancipee

Qui est derrière la « Grande Réinitialisation Alimentaire » ?… (James Corbett avec Children’s Health Defense)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 2 février 2023 by Résistance 71

Grande_Reinitialisation_Nourritre

“La grande réinitialisation alimentaire” : qui est derrière le plan de le refonte des ressources nutritives mondiales ?

James Corbett avec Children’s Health Defense (Suzan Burdick, Ph.D)

25 janvier 2023

Source :

https://childrenshealthdefense.org/defender/great-reset-global-food-supply/

En français :

https://childrenshealthdefense.org/defender/la-grande-reinitialisation-alimentaire-qui-est-derriere-le-plan-de-reorganisation-de-lapprovisionnement-alimentaire-mondial/?lang=fr

Le journaliste James Corbett identifie ceux qui sont derrière le projet d’une grande réinitialisation de la nourriture dans le monde sous couvert d’une fausse crise alimentaire

Selon le journaliste James Corbett, l’approvisionnement alimentaire mondial est en train d’être réorganisé sous le couvert d’une fausse crise alimentaire.

« Des boulettes de poudre de grillons et des burgers d’insectes aux OGM et au glyphosate, en passant par les bioréacteurs et les microbes de conception, la nutrigénomique et les matériaux imprimés en 3D, l’avenir de la « nourriture » s’annonce radicalement différent de tout ce que vous avez mangé auparavant », a déclaré l’auteur de « The Corbett Report ».

La nourriture, a noté M. Corbett une semaine plus tôt sur son Substack, a été utilisée tout au long de l’histoire de l’humanité comme un « puissant outil de contrôle ».

Mais il n’est pas trop tard pour « commencer à formuler nos propres plans pour contrer ce programme » de contrôle, a déclaré M. Corbett.

Quelle est la première étape ? Regardez bien qui est derrière l’agenda.

Selon M. Corbett :

« Afin de faire véritablement quelque chose pour dérailler le train en marche qu’est la Grande Réinitialisation Alimentaire [Great Food Reset], nous devons d’abord la comprendre. Et pour la comprendre, nous devons savoir quelque chose sur les personnes qui se cachent derrière cet agenda. »

M. Corbett a fourni un récapitulatif riche en informations des groupes et des individus qui, selon lui, sont les moteurs – historiquement et aujourd’hui – de la Grande Réinitialisation Alimentaire.

Pfizer_SnakeOil
Rockefeller… l’origine

La Fondation Rockefeller

Selon M. Corbett, les Rockefeller et leur fondation éponyme – qui « sont à bien des égards les géniteurs et les architectes de la Grande Réinitialisation Alimentaire » – poussent à une centralisation accrue du contrôle de l’approvisionnement alimentaire, y compris « un nouveau système intégré de sécurité nutritionnelle ».

« Depuis le début de la soi-disant révolution verte jusqu’à la soi-disant révolution génétique, les Rockefeller ont été là », a déclaré M. Corbett, « aidant à faire avancer les choses avec leurs dons philanthropiques ».

M. Corbett a cité les travaux récents des Rockefeller en Afrique, qui opèrent sous le nom d’Alliance for a Green Revolution in Africa [Alliance pour une révolution verte en Afrique]. L’objectif déclaré de l’alliance – « élever la voix unique de l’Afrique » – « semble agréable et flou, jusqu’à ce que vous appreniez que 200 organisations se sont unies pour dénoncer l’alliance et ses activités », a déclaré M. Corbett.

M. Corbett a déclaré que les 200 détracteurs de l’alliance « affirment que le groupe a non seulementéchoué sans équivoque dans sa mission, mais qu’il a en fait nui aux efforts plus larges visant à soutenir les agriculteurs africains ».

BTBG

Bill Gates

M. Corbett a souligné que En 2009, Bill Gates, père,a admis qu’il avait pris exemple sur la Fondation Rockefeller lorsqu’il a aidé son fils à créer la Fondation Bill et Melinda Gates. Il n’est donc pas surprenant que Bill Gates soit fortement investi dans la Grande Réinitialisation Alimentaire.

M. Gates est « littéralement investi » dans la réinitialisation de l’alimentation par son financement de l’industrie de la fausse viande, a déclaré M. Corbett.

« M. Gates a été, de manière tristement célèbre, l’un des premiers bailleurs de fonds de l’« Impossible Burger » et de son substitut alimentaire issu de la biologie synthétique et cultivé en laboratoire », a déclaré M. Corbett. « Il a aussi fourni du capital à son rival Impossible, Beyond Meat. . . jusqu’à ce que les actions de Beyond commencent à s’effriter. »

« Miraculeusement, le Bill & Melinda Gates Foundation Trust a pu se défaire de ses actions Beyond Meat juste avant que celles-ci ne s’effondrent en 2019 », a déclaré Corbett, ajoutant : « Les Gates doivent être des investisseurs super avisés ! »

M. Corbett a également fait remarquer que M. Gates a investi des millions dans le « piratage de votre microbiome » afin de remodeler les bactéries intestinales des humains.

M. Gates est devenu le plus grand propriétaire de terres agricoles américaines en 2021.

« Je me demande pourquoi quelqu’un qui est si obsédé par le remaniement complet de l’approvisionnement alimentaire et qui veut nous rendre dépendants des substituts alimentaires synthétiques cultivés en laboratoire qu’il finance achèterait des terres agricoles », M. Corbett a dit.

Schwab_et_papa
Schwab… tel père tel fils !… Ach !

Le Forum économique mondial

Le Forum économique mondial (WEF) est à l’origine de nombreux aspects de ce que l’on appelle la quatrième révolution industrielle, y compris des initiatives alimentaires de type « Great Reset », a déclaré M. Corbett.

Entre autres objectifs, le WEF souhaite que les gens mangent plus d’insectes.

« [Klaus] le désir de Schwab d’éloigner les humains des sources traditionnelles de protéines et de nutriments fait partie intégrante du plan Great Reset », a déclaré M. Corbett.

M. Corbett a indiqué aux lecteurs qu’une recherche rapide du mot « insectes » sur le site web du WEF révèle que l’organisation a régulièrement émis des idées telles que « 5 raisons pour lesquelles manger des insectes pourrait réduire le changement climatique » et « Lesinsectes pourraient bientôt apparaître sur les menus des restaurants en Europe ».

« Les gros bonnets sont en train de décompresser après leur dure semaine à Davos », a déclaré M. Corbett. « Vous pouvez être sûrs qu’ils ne grignotent pas de croquettes de grillons ou de teignes flambées… … même s’ils s’attendent à ce que vous le fassiez. »

Le Forum EAT (Davos de l’alimentation)

Se décrivant comme le « Davos de l’alimentation », une organisation appelée le forum EAT, cofondée par le Wellcome Trust, se présente comme une « plateforme mondiale à base scientifique pour la transformation du système alimentaire ».

M. Corbett a souligné que, selon une analyse du Dr Joseph Mercola datant du 17 février 2022, la plus grande initiative du forum EAT – FReSH – vise à transformer le système alimentaire dans son ensemble et compte parmi ses partenaires de projet Bayer, Cargill, Syngenta, Unilever et Google.

En outre, le forum EAT, a-t-il précisé, travaille également avec « près de 40 gouvernements municipaux en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Australie, et aide le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), financé par M. Gates, à élaborer des directives diététiques actualisées ».

HK_NSSM200_nourriture_arme
L’USAID fait ouvertement aujourd’hui ce que la CIA
faisait secrètement hier… La nourriture comme instrument de domination

USAID

M. Corbett a discuté d’un document de travail – «Solutions systémiques pour l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets dans l’agriculture, la nutrition et les systèmes alimentaires » – publié en 2022, par le Conseil pour le développement international de l’alimentation et de l’agriculture de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) en conjonction avec «Feed the Future » [Nourrir l’avenir],l’initiative du gouvernement américain sur la faim et la sécurité alimentaire dans le monde.

L’ensemble du document est formulé dans le double langage bureaucratique insipide de l’« équité », de l’« inclusion » et de la « durabilité », M. Corbett a dit. « Mais, si vous savez lire entre les lignes, il n’est pas difficile de comprendre ce que le rapport dit vraiment. »

L’« influence » de l’USAID sur les pays en développement – spécifiquement mentionnée pas moins de 125 fois – donne un aperçu de la mentalité kissingerienne de l’alimentation comme arme qui est la base même de l’USAID et de sa mission », a déclaré M. Corbett.

Il a ajouté :

« Toute cette entreprise pue l’accaparement de terres néocoloniales déguisé en « philanthropie » – le genre de prise de territoire contre lequel les gens en Afrique et ailleurs mettent en garde depuis des décennies. »

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

5 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Société des sociétés organique avec Gustav Landauer

R71slogan

COVID-19, ARNm et conspiration mondialiste : bilan de trois ans de guerre biologique contre l’humanité (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 décembre 2022 by Résistance 71

 

but_NOM

 

Affaire COVID-19 et conspiration mondialiste : une guerre biologique ouverte contre l’humanité

Petit bilan de trois ans (2020-2021-2022) de dictature et d’enfumage sanitaires, Que savons-nous et où allons-nous ?

Résistance 71

Décembre 2022

Note : pour les références de ce que nous avançons et analysons ci-dessous, voir notre page constamment mise à jour depuis 2019 “Coronavirus, guerre contre l’humanité” et la masse d’information traduite par nos soins contenue sur cette page. Voir aussi nos notes de lecture sous le texte.

Connaissez-vous la petite fable de dame tyrannie attribuée au dramaturge Bertold Brecht ? La voici : « Un homme vivant seul répond à une frappe à sa porte. Devant lui se tient Tyrannie, armée et toute puissante qui lui demande: ‘Te soumettras-tu ?’ L’homme ne répond pas et la laisse entrer. L’homme la sert durant des années, puis Tyrannie devient malade par empoisonnement de sa nourriture. Elle finit par mourir. L’homme ouvre alors sa porte, se débarrasse du corps encore chaud, retourne dans sa maison, ferme la porte derrière lui et dit: ‘Non ! » 

Sa portée est suffisamment explicite et se passe de commentaire superflu.

Depuis trois ans, dame tyrannie a sonné à la porte de l’humanité et nous l’avons laissée entrer sous couvert d’une sécurité sanitaire des plus douteuses. Où en sommes-nous ? Pourrons-nous nous en débarrasser comme dans la fable ? Dans ce petit bilan analyse, vital pour notre (sur)vie future, nous analyserons qui est à l’origine de tout cela et depuis quand, qui en profite ? Nous analyserons le niveau de corruption des systèmes impliqués et l’objectif final de cette ignominie planétaire avant d’analyser le chemin de sortie du piège eugéniste se refermant sur une humanité rendue servile et apeurée depuis des décennies de propagande abrutissante.

Depuis 2020 donc, que savons-nous de cette affaire planétaire COVID ?

Nous savons que le département de recherche biologique du Pentagone (DARPA) travaille sur la nanotechnologie et les Polyéthylène Glycols ou PEG depuis au moins 2012. Les PEG sont la technologie qui permet la fabrication des Particules Nano Lipidiques (PNL) intervenant dans tous les systèmes de “livraison” à ARN messager ou ARNm.

Nous savons que le virus SRAS-CoV-2 provoquant la COVID19, a été créé en laboratoire. D’abord entre 2006 et 2015, au laboratoire de l’université de Caroline du Nord, Chapel Hill, avec du matériel génétique viral provenant de Chine, puis a été récupéré par le Pentagone pour être mis sous forme d’arme biologique, non pas tant au niveau du virus lui-même, que de sa soi-disant prévention en forme injectable ARNm, les soi-disants “vaccins” qui eux sont des armes biologiques de grade militaire.

Nous savons que le tsar de la santé américain depuis 1984, le Dr Anthony Fauci, a monté un système mafieux redoutable de contrôle total des processus de recherches (associés au Pentagone), de réglementation et d’autorisation des produits pharmaceutiques mis sur le marché par le truchement des agences sanitaires qu’il contrôle avec quelques uns de ses sbires, le NIH, le CDC, les HHS et bien sûr le NIAID, son institut de recherche fédérale sur les allergies et les maladies infectieuses.

Nous savons que Fauci a commencé ses fraudes médicamenteuses dans l’ère VIH / SIDA des années 80 et n’a fait depuis que consolider son pouvoir et son emprise mafieuse sur les agences gouvernementales yankees ainsi que sur l’OMS.

Nous savons que Fauci s’est allié il y a plusieurs années avec Bill Gates et sa fondation, pour les financements, retour sur investissements et le contrôle de l’OMS. En 2020, la fondation Gates était le second pourvoyeur de fonds de l’OMS derrière le gouvernement fédéral américain. Ce qui veut dire en clair que toute la politique de santé mondiale émanant de l’ONU est dictée, directement ou indirectement, par le NIH / NIAID du Dr Fauci et par la Fondation Bill & Melinda Gates, dont l’origine eugéniste profonde n’est plus à démontrer (Le père de Bill Gates était un directeur de Planned Parenthood, une des branches successives post-seconde guerre mondiale de l’American Eugenics Society, le fils ne faisant que poursuivre le boulot entrepris il y a des décennies par son père). Fauci et Bill Gates, par leur alliance, ont phagocyté les agences de santé américaines et onusienne pour leur profit et le profit de leur idéologie eugéniste génocidaire néo-malthusienne.

Nous savons que si le virus SRAS-CoV-2 a été fabriqué en laboratoire (Etats-Unis, puis Wuhan-Chine), celui-ci ne fut que le leurre servant à apeurer, terroriser les populations pour qu’elles acceptent de se faire injecter avec l’arme biologique à ARNm, préservant ainsi les “élites” auto-proclamées, technologies ARNm diffusées par les entreprises privées Pfizer-BioNtech, Moderna, Johnson & Johnson et autres multinationales sous contrôle du complexe militaro-industriel dont elle est issue.

Nous savons que la COVID19 n’a tué que 0,03% des gens infectés dans le monde, presque tous ayant plus de 80 ans et souffrant de multiples pathologies et facteurs de co-mortalité. Ce qui veut dire en clair que 99,97% des gens infectés par le virus (dont l’auteur de ces lignes) ont survécu sans aucun problème à l’infection.

Nous savons que les tests RT-PCR gonflés à Ct=40 n’ont fait que produire des résultats falsifiés et des quantités astronomiques de faux positifs, ce contribuant à la distillation voulue de la terreur virale dans les populations crédules, préparant le terrain psychologique pour l’attaque biologique qui allait suivre.

Nous savons que ces “tests” ne sont pas des tests mais que la technique PCR n’est qu’une usine de reproduction génétique comme l’avait dit son inventeur Kary Mullis en son temps.

Nous savons que ces tests n’ont en fait servi qu’à collecter des données génétiques et à implanter des NPL dans le système laryngo-pharyngé des patients “testés”…

Nous savons qu’il y a des médicaments génériques efficaces contre la maladie COVID19 (hydroxychloroquine et ivermectine pour ne citer que ceux-là, l’auteur de ces lignes et son entourage ont été traités remarquablement et efficacement à l’ivermectine…) et qu’il n’y a en rien besoin d’injections ARNm pour enrayer l’épidémie et surtout pour diminuer les charges virales des gens infectés et enrayer la contagion.

Nous savons par l’analyse des brevets accordés à la technologie ARNm, notamment à Moderna, que ces injections sont des armes biologiques déployées contre l’humanité. Que la protéine “spike” virale injectée est en fait un parasite bio-nano-technologique à Intelligence Artificielle (IA).

Nous savons par les statistiques VAERS et autres, que les injections armes biologiques à ARNm ne sont ni sûres (jamais testés bien entendu, puisque la campagne d’injection mondiale EST le test…), ni efficaces (infection et contagion sont rampants chez les injectés, 83% des gens hospitalisés en relation avec la COVID en 2021-22 sont des doubles ou triples injectés à ARNm…)

Nous savons que la protéine “spike” est produite dans le corps longtemps après injection et provoque de nombreux effets secondaires indésirables allant de la simple allergie à la mort en passant par des AVC, myocardites, péricardites, abondants caillots sanguins altérant le système circulatoire, développement de “structures” protéiques dans les corps des injectés provoquant des troubles voire arrêts de la circulation et des thromboses, AVC et autres crises cardiaques surtout dans les jeunes générations.

Nous savons que les NPL traversent la barrière hémato-cérébrale et que par transcryptase inverse interne aux cellules, elles changent le génome des injectés. Que ceci est connu et que les autorités sanitaires ont sciemment menti à ce sujet.

Nous savons qu’il y a connexion de Big Pharma, des gouvernements et des géants de l’investissement Black Rock et Vanguard, poissons pilotes de la City de Londres et de sa succursale de Wall Street.

Nous savons que cette connexion a mené à un niveau de corruption des gouvernements, des médias et des agences de santé, sans précédent dans l’histoire.

Nous savons que les médias vendus et achetés depuis belle lurette ont eu un rôle clef dans la diffusion de la propagande de la terreur pour imposer la fausse solution “vaccinale”, avec des substances géniques mortifères non testées et qui ont pour but la quasi éradication, à terme, de l’espèce humaine.

Nous savons qu’il y a convergence de cette crise planifiée vers la pseudo-solution planétaire proposée par ceux-là même qui ont créé le problème, au sein du Forum Economique Mondial FEM / Davos, emmenés par les grands prêtres de la nouvelle religion transhumaniste Klaus Schwab de descendance nazie et son mignon idéologue et historien eugéniste Yuval Noah Harari.

Nous savons que, le temps passant, de plus en plus de gens s’éveillent à la supercherie et au crime commis et que donc le temps est aussi venu pour la pourriture mondialiste de faire passer la crise sanitaire fabriquée vers une crise pseudo-“climatique” toute aussi fabriquée. De faire passer les populations de l’acceptation des confinements sanitaires aux confinements climatiques “pour sauver la planète”.

Nous savons que tout cela passe par l’établissement d’une nouvelle société séquestrée dans les “smart-cities” / villes “intelligentes”, les districts 15 minutes où tout sera géré et centralisé à coup de connexions 5G d’internet des choses et des corps devenus choses, de contrôles sanitaires et climatiques / énergétiques, de crédit social, le tout passé sur carte d’identité numérique implantée dans les corps via la nanotechnologie ARNm, maintenue sous tension par les ondes électro-magnétiques 5G et les radiations LED… bref une “Grande Réinitialisation” de notre société dégénérée, allant dans le sens de l’idéologie eugéniste transhumaniste dominante.

Nous savons que cela est le but final de l’oligarchie gérant le système étatico-marchand dans sa phase capitaliste réelle terminale en cours d’implosion, car c’est la seule solution possible et logique à l’effondrement systémique en cours : métamorphoser le capitalisme monopoliste en dictature technotronique planétaire où le “capital” ne sera plus nécessaire le contrôle absolu étant achevé. Résoudre la question posée par le cynique Harari du “Que va t’on faire de tous ces gens inutiles ?” par le totalitarisme du goulag urbain placé sous stéroïdes 5G et ARNm, la limitation, la réduction du “cheptel humain” et le contrôle par crédit social du reste des esclaves, maintenu en place pour servir la clique parasitaire du haut de la pyramide.

Nous savons que depuis plus d’un siècle et demi, le pensée dominante est celle du darwinisme-social teintée de néo-malthusianisme ; une pensée élitiste, égocentrique, focalisée sur les privilèges de caste et la haine de l’humanité, de cette “plèbe” vue comme nuisance, alors que cette pourriture élitiste d’un système criminel institutionnel obsolète, n’est de fait que parasitisme de l’ordre naturel bien ordonné des choses.

Nous savons que la seule voie de sortie de cette ignominie dictatoriale qui se met en place est par le haut, par le peuple, ce peuple humain qui, durant des centaines de milliers d’années a évolué sans contraintes, sans coercition et sans violence sociale de domination.

Nous savons que la violence, la guerre, le contrôle étatique centralisé,  le rapport marchand, la religion, l’argent, le salariat sont des constructions sociales en rien inéluctables, des commodités ne servant qu’un seul maître et en rien l’humanité dans son ensemble ; que nous pouvons en sortir en disant simplement NON ! Individuellement et collectivement simultanément et que nous pouvons construire une société des sociétés changeant de mode relationnel, embrassant la complémentarité de notre diversité tout en refusant le rapport antagoniste systématique ne menant qu’à la division, la destruction et au nihilisme.

Nous savons que si nous laissons faire la pourriture criminelle mondialiste, celle-ci refermera la grille de contrôle technotronique sur des peuples apeurés et abrutis de propagande ; elle n’a de toute façon plus le choix, il en va aussi de sa survie en tant que telle. Suivre le chemin sur lequel nous mènent les psychopathes aux manettes débouchera sur notre mort physique et sociale. Sortir, prendre la tangente de ce cercle vicieux de violence et de division, nous mènera à enfin réaliser notre humanité par cette créativité qui nous est propre ; à devenir ceux que nous sommes sans le savoir encore vraiment. A choisir la Vie, l’Amour et l’Harmonie contre la mort, la haine et le chaos.

Au bout du compte…

Nous savons, viscéralement, qu’il n’en tient qu’à nous…

Nous savons qu’il nous faut cesser d’avoir peur…

Nous savons ce qu’il y a à faire… vraiment…

Alors qu’attendons-nous ?…

Le texte en format PDF à télécharger :

COVID_Bilan_Trois_ans_Guerre_Biologique_vs_humanite

= = =

Lectures complémentaires :

Notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Notre page “Anthropologie politique”

Notre traduction du livre de Robert F. Kennedy Jr (PDF):

“Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique”

Notre testament politique :

Du chemin de la société vers son humanité réalisée (PDF)

N’oublions jamais :

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

coercition

experience-de-milgram-rien-241122

MAIS …

on-ne-se-soumettra-pas-r71

GJVH

Mettre au jour la nouvelle escroquerie « verte » : le lithium et ses piles/batteries super polluantes rendent les VE, smartphones, compteurs Linky et autres ordinateurs ‘verts’, armes de destruction massive…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 25 octobre 2022 by Résistance 71

Une guerre du lithium aura lieu (est-elle déjà en marche ?…) pour cette matière première polluante, ultra inflammable et explosive au contact de l’eau dans son état de produit fini en usage.
L’escroquerie du Nouvel Ordre Mondial « vert » n’en finit plus… Exposons toute cette fumisterie marchande pour ce qu’elle est : la destruction de la société humaine et sa mise sous tutelle de la nouvelle tyrannie « verte » post-capitaliste.
~ Résistance 71 ~

lithium2
Bombe à retardement technologique…

Les batteries et piles au lithium utilisées dans les véhicules électriques et autre “technologie verte” sont tout ce qu’on veut sauf “propres”

Ethan Half

24 octobre 2022

Url de l’article original:

https://www.naturalnews.com/2022-10-24-lithium-batteries-ev-green-technology-unclean.html

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les processus d’extraction du lithium de la terre afin de le transformer en ces piles et batteries “vertes” pour les véhicules électriques (VE), les bicyclettes électriques, les téléphones portables, les ordinateurs et autres, sont, croyez-le ou non, extrêmement toxiques.

Ceci attire rarement l’attention parce que les ustensiles qui utilisent des piles / batteries, nous dit-on, sont “plus propres” que ceux qui utilisent de l’essence, gasoil parce qu’ils n’émettent pas de pollution visible lors de leur utilisation. Ce qe les écolos ne semblent pas vouloir discuter, c’est ce que ça implique pour produire ces “batteries sans émission” dans un premier temps.

Il s’avère que le processus d’extraction et la transformation de juste une tonne de lithium consomment 2 millions de litre ou 2000m3 d’eau (500 000 gallons). De manière ironique, ce processus est similaire au processus de fragmentation hydraulique utilisé pour la production de gaz naturel, que les écolos détestent puisqu’hydrocarbure.

Afin d’extraire le lithium, les mineurs doivent forer le sol dans des plaines salines, souvent dans des des zones vierges et superbes du monde qui sont riches en minerais. Ceci inclut des régions montagneuses des Andes en Amérique du Sud et dans les régions sauvages de l’Australie occidentale.

Salar-de-Uyuni-lithium-Bolivia

Des trous forés par les mineurs sort une mixture salée riche en minéral qui est soumise à toute une batterie de transformation. Une fois de plus, beaucoup, beaucoup d’eau est nécessaire pour cela et dans quelques endroits du monde comme par exemple la zone Salar de Atacama au Chili, une majorité des réserves d’eau de la région est consommée à cette fin (en connexion : l’UE veut déclarer le lithium comme toxique afin de pouvoir spéculer sur des prix plus hauts à travers la chaîne de production…)

Les voitures Tesla et autres VE contiennent du lithium qui pollue l’environnement non pas une fois mais deux…

Le retrait de toute cette eau finit pas détruire les réserves phréatiques et autres nécessaires à la consommation d’eau potable et à l’irrigation et de manière non appropriée, les dépôts de lithium en Amérique du sud sont situés dans des zones très sèches ayant déjà peu de ressources aquifères en l’état.

Si ce n’était que l’eau utilisée pour extraire le lithium qu’il y avait en jeu, d’aucun pourrait dire que le prix à payer de cette perte en eau en vaut la peine pour éviter de contaminer l’environnement avec la consommation d’hydrocarbures ; mais la réalité est que les produits chimiques émis durant l’extraction du lithium laissent aussi toute une pléthore toxique dans l’environnement.

“Ces sites d’extraction émettent de dangereux produits incluant de l’arsenic dans les eaux souterraines environnantes et ces sites sont incroyablement consommateurs de ressources, relâchant 15t de CO2 par tonne de lithium extraite, pas exactement “eco-friendly” comme nous aimerions que ce le soit”, explique un rapport, ajoutant que la Chine, autre gros extracteur de lithium est maintenant hautement polluée à cause de cela.

En mai 2016, des poissons morts furent retrouvés dans les eaux de la rivière Liqi dans laquelle se répandirent des produits chimiques toxiques de la mine de lithium de Ganzizhou Rongda. Des carcasses de vaches et de yaks furent aussi trouvées flottant en aval de la mine, morts empoisonnés d’avoir bu l’eau contaminée.

Le VE moyen, d’après les chiffres du ministère de l’énergie américain, contient environ 8kg de lithium. La VE moyenne de Tesla en contient plus, jusqu’à 12kg de lithium.

Une fois utilisée, les batteries au lithium mortes de ces VE produisent un nouveau niveau de pollution environnementale, contaminant les réserves d’eau souterraines là où elles finissent par être abandonnées ou stockées.

L’Australie est le premier producteur mondial de lithium suivie de (pas forcément par ordre de taille de production), le Chili, la Chine, l’Argentine, le Brésil, le Zimbabwe, le Portugal et les Etats-Unis.

“L’extraction du lithium utilise des produits chimiques toxiques qui contaminent les cours d’eau, les cultures agricoles, les écosystèmes locaux et la vie sauvage”, avertissent bien des rapports.

“Ces endroits isolés peuvent être le lieu de croissance d’une flore en danger comme ces rares fleurs du désert dans le Silver Peak du Nevada.”

Pour en savoir plus sur toutes ces escroqueries  de “l’énergie verte”, allez lire : GreenTyranny.news.

= = =

Voir notre dossier sur le « Lithium »

Article connexe très récent : « Les batteries au lithium font exploser le nombre d’incendies dans les centres de recyclage » (LME du 24/10/22)

batterieLi-ion

biohazard4

État-marchand et pourriture toxique… Nous sommes empoisonnés (Claude Janvier)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, crise mondiale, désinformation, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 16 octobre 2022 by Résistance 71

empoisonnement

“Le capitalisme est la croyance que les hommes les plus tordus feront les choses les plus tordues pour le bien-être de tous.”
~ John Maynard, Keynes, économiste ~

“Cette loi sur la réserve fédérale établit le plus grand trust financier au monde. Quand le président [Wilson] la signera, le gouvernement du pouvoir invisible de l’argent et de la finance sera légalisé. Le plus grand crime législatif de notre temps est perpétré par cette loi régissant la banque et la monnaie. A partir de maintenant, les dépressions économiques seront créées scientifiquement.”
~ Sénateur Charles Lindbergh Sr dans une déclaraiton au congrès des Etats-Unis en 1913 ~

“Il n’y a pas de moyens plus subtils, plus sûrs pour retourner les bases d’existence de la société que de débaucher la monnaie. Le processus engage toutes les forces cachées des lois économiques du côté de la destruction et le fait de telle manière que pas un homme sur un million est capable de la diagnostiquer.”
~ John Maynard Keynes, 1926 ~

Ce que dit Claude Janvier ci-dessous est tout à fait correct et il est certes particulièrement important de diffuser au grand large cette information, mais nous ajouterions ceci : rien n’arrive par hasard, tout est VOULU ET PLANIFIE de longue date. Les soi-disantes “réponses” à la terreur planifiée du 11 septembre et de la vraie fausse pandémie COVID19 ne sont que des outils de la mise en place de ce Nouvel Ordre Mondial / Grande Réinitialisation pensé par l’oligarchie post-capitaliste, de la mise en place de la tyrannie planétaire achevée de la dictature entrepreneuriale marchande transnationale, menée par une caste de larbins corrompus et inféodés à un système eugéniste, transhumantise et donc génocidaire. Une fois ceci compris, nous devons réaliser individuellement puis collectivement, qu’il n’y a pas et ne saurait avoir de solution au sein du système qui est depuis bien longtemps et par construction même, au-delà de toute rédemption possible. Alors que faire ?…
Des éléments de réponse sous l’analyse de Claude sous la forme de lectures pédagogiques complémentaires. Ce dont nous avons besoin par-delà la compréhension de la réalité qui nous incombe, est d’AGIR, individuellement et collectivement. Refuser d’obéir, arrêter de consentir à notre éradication planifiée, nous unir par delà les guéguerres de clochers politiques savamment entretenues par la clique du pouvoir et les maîtres de la division “gauche-droite” et mettre en place notre propre réalité en devenir, pensée et interactive, celle de notre humanité enfin réalisée au sein d’espaces politiques autonomes conquis et entretenus dans l’association libre.
Quant à cet “état de droit” mentionné par Claude en fin d’article, il n’existe pas plus que le beurre en branche. Il n’y a pas “d’état de droit”, il n’y a qu’une illusion légale, une illusion démocratique… L’État est coercitif par essence, sa violence est la “loi”, celle du quidam, un crime par défaut. L’État oppresseur possède le monopole de la violence dite “légitime”, demandez aux Gilets Jaunes ce qu’ils pensent de “l’état de droit”. L’État c’est le pouvoir de la matraque et du fusil (flashball pour l’heure) et il n’y a qu’une bien fine ligne rouge entre « l’état de droit » de la Vème république française et “l’état de droit” d’un Pinochet, d’un Videla, d’un Mao ou d’un Lénine. N’oublions jamais que la Commune de Paris fut réprimée dans un bain de sang par une république dite « modérée ».
L’heure est venue de retirer les gants, l’oligarchie les ayant retirés depuis un bail et de nous réaliser enfin, hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat… Il n’y a pas de solution au sein du système ! Y croire encore n’est plus de la naïveté mais de la complicité pure et simple !
Qu’on se le dise !
~ Résistance 71 ~

GJ_repression_etat1
« état de droit » et république bananière…
du poison étatique à l’antidote en action !

Nous sommes empoisonnés

Claude Janvier

16 octobre 2022

Nous sommes empoisonnés par un Président plus préoccupé de plonger notre pays dans la guerre plutôt que de jouer la carte de l’apaisement dans le conflit russo-ukrainien. (1)

Nous sommes empoisonnés par un déficit et une dette publique record, par une précarité et par une misère grandissante, pendant que la caste dirigeante continue à s’en mettre plein les poches. Les grands patrons du CAC 40, continuent de recevoir chaque année 200 milliards de cadeaux fiscaux. – Subventions publiques, crédit d’impôts, et exonérations fiscales -. (2)

Nous sommes empoisonnés par des politiciens corrompus qui ne démissionnent pas et qui ne seront probablement jamais jugés correctement. Qu’il s’agisse d’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, mis en examen pour « prises illégales d’intérêts », d’Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, accusé lui aussi de « prises illégales d’intérêts », et d’Édouard Philippe bientôt convoqué le 24 octobre 2022 devant la Cour de justice de la République, reste-t-il un politicien intègre dans notre pays ?

Nous sommes empoisonnés par des écolos de pacotille, les « Khmers Verts », favorisant les éoliennes qui, non seulement produisent peu d’énergie, mais dont les pales, les montants et les batteries sont non recyclables. Quand tous les parcs éoliens défigurant la France seront achevés, les éoliennes ne produiront que 13 % de nos besoins en électricité. Des milliards d’euros investis pour rien, mais pas perdus pour tout le monde. Bienvenue dans le monde glauque de la cupidité. (3)

Nous sommes empoisonnés par des usines de méthanisation censées produire du gaz et de l’électricité. Sauf que la production de ce gaz à partir d’excréments d’animaux et de déchets végétaux rejette 90 % de déchets. Ces déchets, appelés « Digestat » sont étalés dans les champs, détruisant les vers de terre indispensables à la survie des terres arables. Pollution olfactive, sonore, des nappes phréatiques et j’en passe. Déjà 1075 méthaniseurs en France qui produisent, tenez vous bien, 0,6 % d’électricité et 0,5 % de gaz naturel. On croit rêver. (4)

Nous sommes empoisonnés par des médias mainstream aux ordres. Depuis plusieurs jours, la météo de l’électricité fait son apparition :

– Eco Watt Rouge, éteignez tout et mettez des cols roulés.

– Eco Watt Orange, alternez entre les pulls et les sous-pulls,

– Eco Watt Vert, consommez, mais avec modération.

Le compteur Linky va vous couper l’électricité à distance. Souriez, vous allez geler. La centrale Fessenheim est fermée sous des prétextes fallacieux, car tout fonctionne à l’intérieur. Un pas de plus vers l’esclavage voulu par nos gouvernants.

Nous sommes empoisonnés tous les jours par de la nourriture chimique, où règne en maître les colorants, les sucres blancs, les huiles bas de gamme, les antibiotiques, les hormones, les pesticides et les fongicides. Les grandes firmes agroalimentaires ne cherchent qu’à engranger des bénéfices au détriment de votre santé et aussi de celle de vos animaux de compagnie. Jetez un œil sur la composition des croquettes et des pâtées pour chiens et chats. Édifiant. Un exemple : les chats sont des carnivores, mais leurs croquettes contiennent des légumes, des fibres et des sous-produits animaux tel que des cornes et des sabots qui ont été pulvérisés.

Nous sommes empoisonnés par une médecine allopathique corrompue dont une grande majorité de praticiens ont oublié le serment d’Hippocrate. Rappelez-vous : « Vous êtes malades ? Vous avez de la fièvre ? Restez chez vous. Prenez du Doliprane et si vous vous étouffez faites le 15 ». En revanche, faites vous inoculer des liquides appelés frauduleusement vaccins toujours en essais cliniques phase 3. (5)

Nous sommes empoisonnés par des poulets ukrainiens, – et oui, il ne manquait plus que ça -, déferlants en France. Yuriy Kiousuk, un oligarque ukrainien, spécialiste de la malbouffe, exporte depuis 2022 ses poulets aux hormones vers l’UE et la France. Au motif qu’il est Ukrainien – et qu’il faut soutenir l’Ukraine – la Commission européenne a décidé de laisser entrer sa production sans droits de douane ni vérification de la conformité de ses poulets avec les règlements phytosanitaires européens. C’est bien connu, la grippe aviaire n’existe pas en Ukraine… Allô, allô, les éleveurs français ? Il est temps de vous réveiller ! (6)

Nous sommes empoisonnés par une justice de plus en plus laxiste et aux ordres. Article du média 442 : « Olivier Bailly, ancien Premier vice-président du tribunal judiciaire de Dijon, juge des enfants de 2003 à 2008, avait proposé de violer sa fille de 12 ans sur des sites libertins entre octobre 2019 et juin 2020. Condamné le 11 mars 2022 à deux ans de prison, dont un ferme, il a été radié de la magistrature le 28 juillet 2021, mais cette décision fait l’objet d’un recours devant le Conseil d’État. Sa peine a été allégée en appel, le 29 septembre 2022. Le tribunal l’a reconnu coupable d’ « instigation à la corruption de mineur non suivie d’effet », mais l’a relaxé pour les faits d’ « instigation à commettre un viol et une agression sexuelle sur mineur non suivie d’effet » ce qui ramène sa peine à deux ans avec sursis. Les juges ont été cléments envers un des leurs, car l’article 227-2 du Code pénal prévoit que « Le fait de favoriser ou de tenter de favoriser la corruption d’un mineur est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. ». (7)

Nous sommes empoisonnés par d’innombrables chefaillons de la république. Vire, capitale de l’Andouille, mais au propre comme au figuré. Car, si vous vous étouffez, direction les urgences de son hôpital. Et là, vous risquez en plus de mourir à cause du froid. En effet, il a été relevé 15° C dans une de ses chambres. La direction refuse d’allumer le chauffage depuis les déclarations fracassantes de la clique gouvernementale à propos du port des pulls cols roulés. Dociles, cupides et stupides, tel est le credo d’un bon nombre de petits chefs, plus soucieux de la taille de leur compte en banque que du bien-être de leur prochain. Que font les soignants et les syndicats de cet hôpital à part dénoncer les « mauvaises conditions de travail  » ? Rien. (8)

Nous sommes empoisonnés par une dictature covidiste toujours omniprésente. Un article récent paru dans 20 minutes en date du 21 septembre 2022 fait état qu’entre le 12 et le 18 septembre 2022, 1.132.300 tests PCR et antigéniques ont été validés, ce qui représente la bagatelle de 56 615 000 Euros engrangés dans les poches des fabricants de tests. Trop fort !

Jean Lassalle, ancien député, dans une vidéo devenue virale, annonce la couleur :  » Maintenant, tout est fait pour saboter et détruire tous les fondements de nos civilisations. Et puis ces vaccins, moi, je n’ai pas eu le Covid, j’ai eu le vaccin Johnson qui a failli me tuer, qui m’a déformé le cœur, j’ai eu 4 opérations depuis le 3 janvier de cette année.  » Cerise sur le gâteau, il déclare que le chef de l’Etat, les ministres et la majorité des parlementaires n’auraient pas été vaccinés. Voir sa courte vidéo (9)

Nous sommes empoisonnés par des zones de non-droit dues au laxisme de la police, de la justice et du gouvernement. D’après Alain Chouet (10), ancien chef du service de renseignement de crise à la DGSE, nous avons la bagatelle de 1514 quartiers de non-droit, répartis sur 859 communes et regroupant 4 millions d’habitants. Ces quartiers s’autogèrent. La police, les forces de sécurité, les secours, les services médicaux et sociaux n’y entrent jamais. La France, Etat de droit ? Vraiment ?

Nous sommes une minorité à dire non. Rejoignez la résistance et la désobéissance civile. À moins que votre credo ne soit de mourir à petits feux, atomisés et empoisonnés, vous avez le  pouvoir de dire non. Sortons de l’UE, sortons du joug de Bruxelles inféodée aux USA, reprenons notre souveraineté et remettons de l’ordre dans notre pays.

Claude Janvier

Écrivain, essayiste. https://www.is-edition.com/

Notes : 

(1) : Imposture et Trahison. Jean-Michel Vernochet. Edition Dualpha

(2) « Le virus et le président ». Jean-Loup Izambert et Claude Janvier. IS Edition

(3) Eoliennes. Un scandale d’état. Alban d’Arguin. Collection Pourquoi ? Synthèse

(4) Méthanisation. La nouvelle escroquerie écologiste. Bernard Germain. Collection Pourquoi ? Synthèse

(5) https://www.is-edition.com/actualites/parution-de-covid-19-le-bilan-en-40-questions-de-jean-loup-izambert-et-claude-janvier/

(6) https://www.youtube.com/watch?v=UVdvV9ugKxI

(7) https://lemediaen442.fr/le-magistrat-qui-proposait-sur-internet-de-violer-sa-fille-de-12-ans-a-eu-sa-peine-allegee-en-appel/

(8) https://www.ouest-france.fr/normandie/vire-normandie-14500/hopital-de-vire-la-direction-refuse-d-allumer-le-chauffage-on-a-releve-150c-dans-une-chambre-017830ec-4490-11ed-921f-8a68cbe64445

(9) https://ntdtv.fr/jean-lassalle-tout-est-fait-pour-detruire-notre-civilisation/

(10)  Sept pas vers l’enfer, Flammarion, 2022.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

GJ_repression_etat

ne-votons-plus-agissons

GJVH

Escroquerie climatique et religion écologique ou le passage du vert au brun…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 27 septembre 2022 by Résistance 71

Suffit de regarder la nature… A l’automne, l’essentiel du vert devient brun, c’est la logique des choses… Quand l’écologie marchande devient croyance, dogme et religion, elle se fascise. Le vert brunit, autre logique.
Pas plus d’anthropisme climatique que de beurre en branche. Tout cela n’est qu’une vaste escroquerie forcée pour mettre en place un agenda eugéniste connu et bien analysé succinctement ci-dessous par Peter Kœnig.
~ Résistance 71 ~

RCA_escroquerie1

Quand le vert devient brun et que personne ne le remarque

Peter Kœnig

26 septembre 2022

Source :
https://www.mondialisation.ca/quand-le-vert-devient-brun-et-que-personne-ne-le-remarque/5671513

Figurez-vous qu’il existe un mouvement vert, censé être respectueux de l’environnement et des personnes. Il a une histoire relativement courte, de 20 à 30 ans, peut-être ?

Qui n’aimerait pas ça ? Le Vert est beau. Il prétend protéger la Terre Mère et l’humanité. Au fil des ans, il devient de plus en plus populaire et se transforme en un parti politique. « Les Verts ». De plus en plus fort dans le monde occidental.

Ils parlent et prédisent contre le style de vie gaspilleur des hommes. Ils font la promotion de l’alimentation biologique et luttent contre les aliments génétiquement modifiés ou OGM.

Ils font des incursions dans les parlements des pays occidentaux et deviennent des décideurs importants.

Ils transforment le « réchauffement de la planète », vieux de deux décennies, en « changement climatique » dans leur programme.

Le changement climatique devient bientôt la force motrice des Verts. Le changement climatique d’origine humaine – c’est-à-dire les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) causés par les combustibles fossiles – culminera en 2022 à près de 420 parties par million (PPM). C’est ce qu’indique la station météorologique de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) située à Mauna Loa, sur l’île d’Hawaï. Le budget de la NOAA pour 2022 est estimé à 6,9 milliards de dollars.

S’agit-il d’un niveau dangereux ? On nous fait croire qu’il l’est.

L’agence NOAA alimente en informations importantes l’agenda des Verts – dans le monde entier.

Peu importe que les océans à l’échelle mondiale absorbent quelque 67 milliards de tonnes de dioxyde de carbone depuis la création de la NOAA en 27 ans, de 1992 à 2018. Mais un système complexe de « flux positifs et négatifs » créant un équilibre, les océans émettent également du dioxyde de carbone dans l’air, à savoir lorsque la concentration de CO2 dans l’eau est plus élevée que dans l’air. Le CO2 des océans aide à nourrir les plantes sur terre, lorsqu’elles ne trouvent pas assez de CO2 dans l’air. Les plantes vivent du dioxyde de carbone et rejettent de l’oxygène dans l’atmosphère. Sans CO2, pas de plantes. Pas d’oxygène. Pas de vie.

Voir ceci.

Ce petit détail est ignorée comme par hasard par les obsédés du climat, par les Verts. Il ne correspond pas à leur programme.

Que l’explication ci-dessus des flux positifs et négatifs ne soit qu’une illustration inspirant une réflexion sur la réalité qui est totalement ignorée par les obsédés du climat et surtout par les Verts. Ils se sont emparés d’un mouvement politique lucratif, financé par des philanthropes comme Soros et Bill Gates. Ils font également pression sur les mangeurs de viande, dans l’espoir de les convertir en mangeurs d’insectes.

L’agenda vert est en train de restreindre les libertés des gens par une manipulation mentale et absurde. En d’autres termes, on fait croire à l’humanité pour vrai ce qui est faux.

On peut se demander à qui appartient ce programme ?

Et pourquoi les Verts de tous les pays du Nord sont-ils si désireux de contribuer à sa promotion ?

Peut-être parce que cela fait partie d’un programme plus vaste d’oppression, de contrôle total et de transfert des biens du bas et du milieu vers le haut.

arnaque_verte

Les Verts savent exactement ce qu’ils font. Il suffit de regarder ce qu’ils font à l’Allemagne. Ils contribuent à ruiner l’économie allemande, et par association l’économie de l’UE. C’est un processus bien engagé. Les Verts occupent cinq ministères en Allemagne, dont les deux plus puissants, la ministre des affaires étrangères Annalena Baerbock et le ministre de l’économie Robert Habeck.

Ils sont chargés de promouvoir sans relâche le programme de sanctions contre la Russie – manifestement dicté par les États-Unis – plongeant l’Allemagne et par association l’Europe, potentiellement dans la pire récession que l’Europe ait jamais connue, coupant l’approvisionnement en gaz de la Russie dont l’économie de l’Allemagne dépend à 50% et le reste de l’Europe dans une proportion légèrement moindre.

Mme Baerbock et M. Habeck, ainsi que leur chancelier, M. Scholz, sont au moins coresponsables de l’acceptation du programme de sanctions russes dicté par Washington, qui a conduit au suicide de l’Europe. D’autres, comme le Français Macron, le Néerlandais Mark Rutte et d’autres soi-disant dirigeants européens, rejoignent allègrement le club. C’est un suicide insensé, car ils savent tous ce qu’ils font et pourquoi ils le font.

Ils ne travaillent pas pour le bénéfice du peuple européen, de leurs compatriotes, mais pour le bénéfice de l’empire défaillant et de ceux qui tirent les ficelles même à Washington, comme les géants financiers, BlackRock, Vanguard, StateStreet et Cie. Ces soi-disant dirigeants du monde trahissent leur peuple avec des mensonges misérables et une machine médiatique d’endoctrinement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour leur propre bénéfice et celui des géants financiers qui sont prêts à prendre le contrôle du monde.

Donc, ce que nous vivons n’est pas vraiment le diktat de Washington.

Il y a peut-être quelque chose de bien plus grand derrière les Verts et leur programme ?

Peut-être le Forum économique mondial (FEM) – qui est à son tour l’instrument visible du secteur financier dominant, dirigé par BlackRock and Co. et quelques autres « poissons » plus petits mais suffisamment gros, comme City Bank, Chase et d’autres. Tous ceux qui sont élégamment étiquetés « trop gros pour échouer et trop gros pour être emprisonnés ».

Les PDG et les directeurs de ces géants financiers ont peut-être reçu une sorte de « compensation » pour jouer le jeu. Il est certain qu’ils savent ce qu’ils font – ruiner la vie de la population et de l’économie de leur pays. Cela vaut certainement une récompense importante, peut-être une récompense « salvatrice ».

Dans de nombreuses régions du monde, en particulier en Europe, les Verts sont encore présentés comme les sauveurs de l’environnement et de l’humanité, personne ou presque n’a remarqué la métamorphose des Verts aux Bruns, de leur programme environnemental et social en fascisme pur et simple. Et oui, ils sont généreusement financés par des « philanthropes » tels que la Fondation Gates, le Fonds Soros, les Rockefeller et les Rothschild.

arnaque_transition_energetique1

Établir des liens

Quelqu’un de très crédible pourrait faire le lien entre la crise climatique, la destruction des récoltes (géo-ingénierie) (famine et mort), la pénurie d’énergie pendant les hivers froids de l’Ouest, l’absence de chauffage, la poussée des personnes avec une faible immunité vers des maladies de type grippal, pour lesquelles les remèdes efficaces sont refusés, de sorte qu’elles tombent malades et que beaucoup peuvent ainsi mourir.

Les hivers froids seront l’occasion d’administrer aux population des « vaccins » contre la grippe (même substances que les vaccins Covid), tuant des millions de personnes, car les gens font encore confiance aux vaccins contre la grippe et les reçoivent par centaines de milliers. Comme leur système immunitaire est déjà compromis par les divers vaccins Covid et ses diverses doses de rappel, de nombreuses personnes, peut-être des centaines de milliers, peuvent mourir. En effet, cela sous l’effet des vaccins contre la grippe. Cause officielle de la mort : Covid.

C’est un bon prétexte de donner plus de vaccins Covid, alors la série de dommages à la santé continue. Les gens vont-ils se réveiller, avant qu’il ne soit trop tard ?

Ensuite, il y a la destruction massive des infrastructures – le Pakistan en est un bon exemple – par la géo-ingénierie météorologique (voir ceci), conduisant les pays « en banqueroute » à se plier aux mesures d’austérité du FMI et de la Banque mondiale.

La destruction des infrastructures causée par le changement climatique contribue à réduire davantage la consommation d’énergie, la réduction du chauffage, la production d’engrais à base de pétrole fossile, ce qui entraîne des pénuries alimentaires et une mortalité causée par la famine ou par des maladies liées à la famine.

*

Schwab_et_papa
Schwab père et fils, pour le bien de l’humanité
Sieg !…

Le plan [agenda] est parfait. Tout s’inscrit dans les scénarios de réduction de la population de l’Agenda 2030 du Great Reset (Grande réinitialisation) de l’ONU, laissant à la fin de la décennie du « vaccin Covid », comme l’OMS l’appelle les années 2020, beaucoup moins de personnes sur la planète. L’élite – les hégémonies financières – s’attend à profiter allègrement de la faillite des petites et moyennes entreprises dont les actifs ont été absorbés par le sommet du paradis des milliardaires.

Les criminels de toujours, les géants de la finance, mènent le bal contre les survivants les plus ordinaires – peut-être vous et moi – ou de la prochaine génération.

Si nous ne nous levons pas, si nous ne nous élevons pas au niveau supérieur de l’humanité, en devenant, à partir d’êtres purement matériels, des entités spirituelles, vibrant sur une corde supérieure, nous pourrions être pucés. L’idée d’être manipulable électroniquement, par des algorithmes ou des robots, pour leur bénéfice de l’élite, bien sûr, bien sûr, peut être acceptée volontairement, parce que c’est tellement « cool » d’être un transhumain pucé, 5G-heureux, tout en ne possédant rien.

Ce serait l’étape finale. Largement facilitée par les légendaires Verts devenus Bruns.

Cela n’arrivera pas. Nous sommes nombreux, ils sont peu nombreux, et nous résisterons pacifiquement, avec un tout nouveau mode de vie non matériel qui va évoluer dynamiquement.

Peter Koenig est un analyste géopolitique et un ancien économiste principal à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il a travaillé pendant plus de 30 ans sur l’eau et l’environnement dans le monde. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne et est l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed ; et co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sneezes : From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » (Clarity Press – 1er novembre 2020).

= = =

Lire notre page “Escroquerie réchauffement climatique anthropique”

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

FEM_religion
… il n’y a pas si longtemps encore appelé « Nouvel Ordre Mondial »
Via la religion écolo-climatologique…

yin-yang-zenon

Quand la pourriture réformiste constituante fait systématiquement le jeu de l’exploitation et de la domination (Tract chilien distribué à l’occasion de l’anniversaire du 11 septembre 1973)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, documentaire, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 20 septembre 2022 by Résistance 71

ZAD_Partout

Le réformisme n’a jamais fait de révolutions

Ceux qui s’impliquent dans des demies-révolutions creusent leur propre tombe

Tract distribué dans les rues à l’occasion de l’anniversaire du 11 septembre 1973 et du coup d’´état au Chili

NB : le tract est originellement en espagnol, mais nous l’avons traduit de sa version anglaise (Résistance 71)

20 septembre 2022

Quand les exploités décident de prendre leur destinée et leur vie entre leurs mains, ces secteurs dont l’existence dépend de l’exploitation, s’unissent contre eux, appliquant des stratégies variées pour les contenir et les vaincre. C’est pourquoi, de la droite à la gauche du spectre politique, tous les partis qui défendent les catégories fondamentales de la civilisation capitaliste sont impliqués.

Dans les années 60 et 70, une immense vague révolutionnaire internationale a déferlé et au Chili, un processus qui captura l’attention du monde entier prit forme. Ce processus ne se cantonnait pas aux vicissitudes de l’alliance réformiste de l’Union Populaire avec Allende à sa tête. Au contraire, cela émergeait d’un mouvement social grandissant qui s’exprimait de manière hétérogène via l’occupation des usines, les saisies de terres et de fermes, de soupes populaires, d’associations culturelles et un grand nombre d’expériences communautaires et anticapitalistes. Comme cela se produit dans ces cas là, ce mouvement s’est levé contre les limites qui germèrent et grandirent au sein de sa propre dynamique, ainsi que contre la répression étatique de plus en plus féroce (il y eut plusieurs massacres documentés en quelques années comme ceux de Pampa Irigoin et de Puerto Montt en 1969, sous le gouvernement d’Eduardo Frei Montalva, lorsque 11 occupants furent tués incluant un nourrisson de 3 mois…) et le cadre réformiste.

Soutenu par ces luttes, l’UP est parvenue au gouvernement en 1970 pour appliquer un programme social-démocrate tout en combattant ouvertement ceux qui brisèrent depuis la base, le cadre de la légalité bourgeoise et osèrent agir de manière autonome.

Pendant trois ans, l’activité autonome des travailleurs, ouvriers, paysans et occupants porta ses fruits avec la formation de cordons industriels, de l’expropriation que l’UP ne put pas contrôler malgré tous ses efforts ; les commandements communaux et les comités de contrôle des approvisionnements et des prix (JAP), devinrent de plus en plus intolérables pour la classe capitaliste.

Le coup d’état militaire se produisit alors en dernière mesure de la protection de la classe dirigeante, coincé dans une réponse contre-révolutionnaire qui restructurait le capital en crise dans le monde entier. Mais son succès à vaincre le prolétariat ne peut pas être expliqué sans comprendre le travail réactionnaire constant de la gauche elle-même, qui désorganise, réprime et littéralement désarme le mouvement.

45 jours avant le coup d’état, Allende considérait que les problèmes principaux du pays étaient une demande excessive de réajustement des salaires des travailleurs, leur “économisme” et “le syndicalisme parallèle” des branches industrielles. Il prononça un sermon sévère contre la classe travailleuse et clarifia de manière catégorique : CE PAYS VIT UN PROCESSUS CAPITALISTE, il annonça une politique salariale sévère avertissant que dans l’année à venir, les réajustements des salaires seraient plus bas que l’augmentation du coût de la vie, il clarifia le fait que les forces armées continueraient d’appliquer strictement la loi sur le contrôle des armes et il suggéra dans une ovation des ses hôtes “communistes” que le MIR pourrait bien agir comme complice de la CIA. Comme on peut le voir, une excellente politique pour préparer le prol´´tarit aux confrontations à venir.

Il devient alors inévitable de se poser la question du rôle démobilisateur de la gauche du capital, qui bouge et agit au sein du cadre politique bourgeois et qui ne propose rien d’autre que le réarrangement de la logique mercantile, investissant en cela dans son rôle des années 70 et celui qu’elle a joué depuis la révolte de 2019 au travers de partis politiques aujourd’hui au gouvernement, mais aussi du rôle de ces groupes ayant donné un “soutien critique”, les secondant dans leurs manœuvres aves cette “naïve” prétention de les “submerger”. De cette façon, du “Pacte pour la paix et la nouvelle constitution” signé par presque tous les partis politiques ayant une représentation législative au 15 novembre 2019, tout l’ordre du parti a été dédié à la dilution du pouvoir de l’imposant mouvement développé depuis les jours historiques des 18 et 19 octobre. Son objectif explicite fut de sauver les institutions, essentiellement le gouvernement et le congrès, au travers d’évènements électoraux successifs qui ont diverti et kidnappé l’autonomie de la classe du travail, sabotant les assemblées territoriales et donnant le pouvoir “au propre sens commun” de cette société organisée autour de l’exploitation et de la domination sociales et donc, par là même, du fétichisme de l’État.

Ceci est l’objectif déclaré du processus constituant. (NdT : comme il le serait également en France du “processus constituant” réformateur qui avait émergé du mouvement des Gilets Jaunes, mouvement qui n’est qu’un vœu pieux pour rendre le système “plus vertueux”, “plus compatissant” aux besoins des gens, mais en préservant les institutions et les rouages de l’exploitation et de la domination étatico-marchandes) Son rôle fut certainement efficace : les campagnes électorales, d’abord pour le plébiscite de l’entrée, puis pour l’´action des constituants et autres, ont eu pour but de vider les rues, retirant la force des expressions variées de l’auto-organisation et des luttes de revendication, tout en donnant l’impunité à ceux responsables du terrorisme d’état, réaffirmant l’emprisonnement politique de dizaines de militants de la révolte. Mais pour satisfaire les illusions d’un large secteur qui vit dans l’écriture d’une nouvelle constitution une manière d’accéder aux droits sociaux, cette voie résulta en un gigantesque échec, consommé le 4 septembre dernier.

Le prolétariat n’est pas mobilisé par des slogans idéologiques ou des promesses qui lui sont présentés comme étant étrangères, mais par ses besoins concrets, ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut pas agir consciemment. La réduction et la codification des luttes vindicatives prolétariennes en catégories propres aux niches du marché académique n’ont pas d’autre effet que de fragmenter les luttes, de les isoler et finalement de les déconnecter de leur sens original, les imposant plus tard comme quelque chose d’externe semant la déception et l’impuissance. Ceci est un des facteurs derrière l’écrasante défaite électorale de “l’approbation”. En plus d’une campagne pathétique, les groupes politiques réactionnaires savaient comment avoir un avantage sur des thèmes comme l’unité nationale, la sécurité et l’ordre public, choses “propres” à leur “sphère” d’action politique.

Les thèmes de la gauche du capital ne semblent jamais approfondir les choses, mais mis en couple avec leurs rivaux de droite, ils utilisent également une méthode de prosélytisme. Les slogans patriotiques, réponses aux mensonges et aux “campagnes de terreur” de la droite, qui fait tout ce qui est possible pour se dissocier de toute véritable menace au pouvoir et ses laquais, la centralité de la famille et autres valeurs frelatées, incluant le sexisme, le racisme et l’homophobie, sont des éléments communs à observer dans des secteurs supposément critiques, ce qui a atteint un paroxysme après le récent triomphe du “rejet”, dans lequel une véritable vague de mépris envers la “populace” fut observée par ceux qui prétendaient combattre pour elle.

A la fois les processus des années 70 et ceux depuis 2019 interrompent leur extension et leur profondeur quand ils ne dirigent pas leur critique et leurs luttes contre le cœur des relations capitalistes (travail, argent, salariat, valeur) et l’État en tant que tels. Les leçons évidentes à tirer du rôle des secteurs réformistes, qui ne sont pas juste une version modérée au sein des luttes contre le capital, mais possèdent des objectifs radicalement différents (préservation de l’ordre social capitaliste contre sa négation radicale et son dépassement), ne devraient pas être balayés sous le paillasson pour retourner à l’abattoir.

Notre voie n’est en rien l’intégration dans la politique actuelle, mais sa destruction. Ceci est une nécessité provenant des mêmes expériences. Continuer à nous heurter la tête contre le mur des institutions, demander encore et toujours pour une véritable  et démocratique “assemblée constituante” et une nouvelle constitution au lieu de créer et de donner le pouvoir à nos propres espaces, de renforcer les liens et les discussions fraternelles entre les individus et les collectivités et de façonner les relations de solidarité, qui répondent à nos besoins les plus pressants et immédiats, ne peut en aucun cas être la voie à suivre.

Nous n’oublions pas ceux d’entre nous qui sont tombés. Nous ne pardonnons pas aux assassins, aux bourreaux et leurs complices de droite comme de gauche.

QUE LA MEMOIRE HISTORIQUE ENTERRE CEUX QUI CONDAMNENT LA VIOLENCE PROLETARIENNE!

Allons vers la vie, Septembre 2022

=*=*=*

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

permaculture2
Applicable à toute communauté…

relation_extatique

GJ_vive_la_commune

Faire tomber les mythes historico-anthropologiques sur l’État pour finir par… « N’être plus gouvernés »…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 juillet 2022 by Résistance 71

Chapas1
Pour un ¡Ya Basta! mondial…

N’être pas gouvernés

Roméo Bondon

Mai 2018

Source: https://www.revue-ballast.fr/netre-pas-gouvernes/

L’attention des anthropologues s’est bien souvent restreinte au « sauvage », à l’ailleurs, cette altérité en apparence si franche qu’elle semble parfaitement objectivable. La géographie, elle, bien qu’elle ait des racines libertaires certaines1, s’est aussi largement constituée comme science coloniale et étatique2. Peu nombreuses sont les recherches portant sur les « autres » d’ici, souvent présentés, du reste, comme d’archaïques ruraux déjà dépassés par l’avancée de l’Histoire3. Peu nombreuses aussi sont les études géographiques s’arrachant du cadre des États-nations4. Et si l’étrange, dont la différence fait aussi l’intérêt, n’était pas nécessairement lointain dans le temps et l’espace, ni aussi marginal qu’on pourrait le penser ? Et si l’Histoire s’était faite en majeure partie à l’écart de l’État, ou en tout cas contre ses premières formes (États rizicoles en Asie, proto-États dans l’Europe médiévale, jusqu’à leur consolidation progressive à l’époque moderne5) ? L’expérience en cours dans le bocage nantais, à « la ZAD », peut s’inscrire dans ce que le politologue James C. Scott a défini comme des « Zomia Studies », domaine de recherche ouvert avec son ouvrage Zomia, au sous-titre éloquent en ce contexte de lutte(s) : « ou l’art de ne pas être gouverné ».

« La Zomia est la dernière région du monde dont les peuples n’ont pas été intégrés à des États-nations6 ». Zone de deux millions et demi de kilomètres carrés en Asie du Sud-Est, la Zomia est avant tout une construction géographique dont les caractéristiques politiques et culturelles s’opposent fondamentalement à tout type d’État — en l’occurrence celui fondé sur la riziculture sédentaire autour des collines et montagnes de cette partie de l’Asie. « Zone refuge » formée de multiples « zones de morcellement7 », la Zomia n’obéit pas à des frontières fixes ; plus précisément, elle s’inscrit contre ces dernières, les fuyant à mesure qu’elles se sont étendues. Bien que la ZAD (Zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes se soit inscrite dans la délimitation stricte d’une ZAD (Zone d’aménagement différé) créée dans les années 1970, c’est sa pluralité d’identités, fédérées contre un projet et le monde qui le porte, qui la caractérise. Si l’on remplace dans le texte de James C. Scott le terme de « colline », propre à son terrain d’étude, par celui de « bocage », la ZAD apparaît comme un lieu exemplaire illustrant ce qu’est une Zomia. « Les collines ne sont pas seulement un espace de résistance politique : elles sont une zone de refus culturel8 ». C’est justement cet ajout que ne veulent pas voir les pourfendeurs de la ZAD, et qui les empêche d’en comprendre la portée.

Certes, le combat politique le plus visible a été gagné avec l’abandon du projet d’aéroport. Mais la lutte s’est toujours inscrite aussi contre une normalisation des comportements, dans la revendication d’une altérité qui se décline politiquement — des naturalistes en lutte aux autonomes, en passant par des paysans reconvertis — aussi bien que dans les pratiques — une agriculture à la marge des impératifs productivistes imposés par les subventions, des projets s’ancrant sur un territoire réduit mais en interdépendance avec celui-ci (là où la mondialisation implique une déterritorialisation des produits). Dans la région d’Asie qui occupe l’auteur, « “Habitants des forêts” ou “personnes des collines” est synonyme de non-civilisé9 » : n’est-ce pas comme tel que sont traités les opposants, traqués par une troupe de CRS détruisant toute habitation considérée comme précaire sur son passage ? Pour James C. Scott, « plus vous laissez de traces, plus grande est votre place dans l’histoire10 » : les archives sont matérielles ; l’Histoire qui en résulte est nécessairement partielle. De même qu’il ne reste plus rien du centre universitaire de Vincennes aujourd’hui, si ce n’est une clairière11, les autorités souhaitent que la lutte, victorieuse une fois, ne le soit pas de manière pérenne à travers une installation permanente. Les constructions collectives sont détruites pour cette même raison : elles symbolisent ce dont l’État ne veut pas, à savoir la mutualisation, la mise en commun, à rebours d’une jeune tradition propriétaire qui se veut originelle12. Le refus par l’État de tout projet collectif va dans ce sens ; la destruction d’un lieu au nom aussi symbolique que « La Ferme des Cent Noms » également. Car « même les structures sociales et les types d’habitats dans les collines pourraient être utilement envisagées comme des choix politiques13 ». L’utilisation de matériaux de récupération et légers sur la ZAD, comme dans les arbres à Bure ou à l’Amassada à deux pas des Causses, est une décision dictée par la nécessité de construire vite, mais est surtout la traduction d’une volonté de montrer qu’autre chose est possible : des chantiers collectifs pour des cabanes, des hangars, un phare, des habitations aussi diverses qu’il y a d’habitants, comme autant de pieds de nez à l’imposition de chantier décrétés « d’utilité publique ».

vivre_libre

Se fédérer contre, se diviser pour

Sur la ZAD peut-être plus que sur les autres sites en lutte, la diversité dans les profils d’habitants est la règle. Cette multiplicité s’est unie contre un projet, alors même que les installations sont diverses et les raisons de continuer la lutte aussi. Là où le cauteleux Nicolas Hulot a appelé à « ne pas confondre écologie et anarchie », les habitants de la ZAD prouvent que les deux sont indissociables dans leur combat. Une fois de plus, l’anarchie souffre de son image défigurée par ceux qui ont le pouvoir de le faire depuis plus d’un siècle. Qui mieux que le géographe libertaire Élisée Reclus pour rappeler que l’attention au milieu comme à la terre et l’anarchie s’associent bien plus qu’ils ne s’opposent ? Lui qui déplore les conséquences de l’industrialisation de son époque sur les montagnes et cours d’eau14 a également œuvré toute sa vie pour la réalisation de ses principes : « Notre destinée, c’est d’arriver à cet état de perfection idéale où les nations n’auront plus besoin d’être sous la tutelle ou d’un gouvernement ou d’une autre nation ; c’est l’absence de gouvernement, c’est l’anarchie, la plus haute expression de l’ordre15. » Les occupants de la ZAD l’avaient depuis le début annoncé : ils luttaient « contre l’aéroport et son monde » — Hulot n’a retenu que le premier de ces combats. L’aéroport étant abandonné, place au monde qui l’a porté : « Nous savons tous que ce que nous aurons à arracher demain sera le maintien de l’usage commun d’un territoire insoumis et ouvert, qui en inspire d’autres. Et que pour ce faire, nous devons construire des formes inédites16. »

Même si ce sont les barricades qui sont les plus visibles, la lutte est avant tout idéologique ; elle dessine un nouveau front entre les tenants de la propriété, l’État, et ceux qui souhaitent bâtir une vie hors d’un cadre uniformisé, dans un ensemble de projets collectifs. James C. Scott oppose une « agriculture d’évasion », qu’il perçoit comme faisant partie de « formes de culture destinées à se soustraire à l’appropriation étatique17 », à une agriculture sédentaire, pratiquée dans les plaines asiatiques et promue par les États pour fixer les populations. Les propositions d’installation sur la ZAD se veulent à la marge des cadres réglementaires habituellement mobilisés mais n’excluent pas d’être intégrées à un territoire dépassant la zone. Le grand écart avec l’État se situe dans la manière dont ces installations souhaitent durer. La « Ferme des Cent Noms » en est l’exemple le plus frappant : ce sont des projets collectifs qui étaient jusqu’à peu proposés, sans titre de propriété individuel. Le collectif des Cent Noms regroupait une vingtaine de personnes travaillant aux alentours de la ferme éponyme ; les chantiers collectifs, comme ceux menés au Très Petit Jardin en dépit des nuages de lacrymo, participent à la réalisation par tous d’un projet qui ne s’arrête pas à une personne. Étendre cette communalisation serait rendre les occupants invisibles pour les instances de régularisation agricoles (MSA et chambres d’agriculture) ; c’est cela même qui gêne tant l’État. « Les dirigeants étatiques considèrent comme presque impossible d’instaurer une souveraineté effective sur une population constamment en mouvement, qui n’a pas de forme permanente d’organisation, qui ne se sédentarise pas, dont le gouvernement est éphémère, dont les formes de subsistance sont flexibles et peuvent changer18».

L’impossible souveraineté, et dès lors l’improbable autorité étatique sur ces projets, implique un emploi de la force pour les détruire. La seule alternative proposée passe par la propriété individuelle. À cela, les habitants de la ZAD pourraient opposer l’histoire coloniale de l’État français et ceux qui lui ont résisté. C’est cette même altérité qui a été combattue dans une Algérie colonisée par la loi Warnier (1873), interdisant toute indivision des terres et permettant l’accaparement de plus de terres encore par les colons. S’appuyant sur d’autres exemples historiques, situés pour leur part en forêt, Jean-Baptiste Vidalou a rappelé la connivence entre la colonisation et l’aménagement du territoire, la colonisation et l’action violente de l’État, là où ce dernier peine à se faire « respecter »19. La propriété en indivision décrétée par les opposants au transformateur électrique de Saint-Victor-et-Melvieu, village où s’est bâti l’Amassada, est une manière de lutter contre une confrontation par trop déséquilibrée entre un propriétaire et l’État. Celui-ci trouve face à lui une pluralité d’habitants, qu’il ne sait dès lors comment traiter autrement que par la force.

rité qui a été combattue dans une Algérie colonisée par la loi Warnier (1873), interdisant toute indivision des terres et permettant l’accaparement de plus de terres encore par les colons. S’appuyant sur d’autres exemples historiques, situés pour leur part en forêt, Jean-Baptiste Vidalou a rappelé la connivence entre la colonisation et l’aménagement du territoire, la colonisation et l’action violente de l’État, là où ce dernier peine à se faire « respecter »19. La propriété en indivision décrétée par les opposants au transformateur électrique de Saint-Victor-et-Melvieu, village où s’est bâti l’Amassada, est une manière de lutter contre une confrontation par trop déséquilibrée entre un propriétaire et l’État. Celui-ci trouve face à lui une pluralité d’habitants, qu’il ne sait dès lors comment traiter autrement que par la force.

Palresistance

Se diviser contre, se fédérer pour

On pourrait appliquer à chaque territoire en lutte ce que l’anthropologue Pierre Clastres relevait de ses observations chez les Guarani et dans ses lectures ethnographiques : une Zomia, la ZAD ou le Chiapas, ces espaces se définissent comme un « tout fini » parce qu’ils sont « un Nous indivisé ». Pour Clastres, « la communauté primitive peut se poser comme totalité parce qu’elle s’institue comme unité20 ». En dépit d’un essentialisme problématique chez l’auteur, on peut néanmoins souligner que ce même processus est visible à Notre-Dame-des-Landes et sur nombre de territoires en lutte : un combat fédère et englobe dès lors, sous un seul nom, une multitude de choix. Ce « Nous indivisé » que forment les « zadistes » peut également s’atomiser pour contraindre au mieux l’avancée des forces de l’ordre, en utilisant leur terrain. Cette connaissance de l’espace, les habitants de la ZAD la partagent avec les Ariégeois lors de la guerre des Demoiselles au XIXe siècle ou les Cévenols au XVIIe lors de la guerre des Camisards, chacun des deux territoires s’étant opposé à l’avancée de la puissance étatique. Comme le rappelle Jean-Baptiste Vidalou, la pratique quotidienne de la forêt était un atout dans la dispersion des habitants ou le regroupement opportun. Au sein de la ZAD, s’il y a division, c’est avec bienveillance — du moins, tant que faire se peut —, entre les différents choix de vie expérimentés : « Il y avait dans l’air comme un esprit joyeux de jacquerie et de partage : “On se côtoyait aussi bien autour d’un repas que derrière une barricade”. Gilles s’anime : “Au cours de ces moments intenses, les étiquettes disparaissent”, les identités deviennent poreuses, “de l’anarcho-communiste au paysan, du punk au naturaliste, on ne sait plus qui est qui”21. »

S’il y a division, c’est aussi sous la contrainte, comme outil stratégique pour éviter de s’enfoncer dans un conflit sans fin — c’est la « stratégie d’autodéfense administrative », soit l’acceptation, par une délégation, de proposer des projets d’installation individuels va dans ce sens. Mais il ne fait aucun doute que ces derniers n’auront d’individuel que le nom : le nom de celui ou celle qui subira les obligations imposées par l’UE et l’État à toute exploitation agricole. La multifonctionnalité des paysans, réclamée par l’OCDE dès les années 1990 et décrétée dans les années 2000 avec la réforme de la PAC, est pourtant au principe de ce qu’est la paysannerie. L’impératif « post-productif » lancé aux campagnes aujourd’hui croit être novateur en mêlant travail sur la terre et préservation du paysage : c’était pourtant un processus à l’œuvre bien avant que l’agriculture industrielle ne s’immisce au cœur des pratiques paysannes. Seulement, alors que l’accroissement normatif est avant tout dirigé vers les monocultures céréalières, chacun y est sujet comme s’il était aussi néfaste sur le plan environnemental — et les projets portés à Notre-Dame-des-Landes n’y feront peut-être pas exception. Bien que l’étude soit datée, les affirmations du sociologue rural Henri Mendras prophétisant La Fin des paysans (1967) peuvent encore être lues avec profit : « c’est le passage de la logique paysanne à la rationalité économique dans la gestion des exploitations qui résume et symbolise le conflit de civilisation et la transformation du paysan en producteur agricole22 ». C’est aujourd’hui le mouvement inverse qui effraie l’État et déclenche sa logique répressive.

BD_assembleedupeuple

L’indivision est un principe fondamental de ces luttes, laissant à la diversité des projets la possibilité de s’étendre sans entrave. Mais la fédération de chacun autour d’un combat ne s’opère pas seulement contre un monde ou une agression ; elle se construit également pour un avenir commun. Des expérimentations similaires se retrouvent sur chacun des territoires en lutte ou en passe de l’être : des projets agricoles ayant à cœur de revenir à l’autonomie paysanne, des lieux de vie communs où échanger et partager comme à l’Amassada de Saint-Victor-et-Melvieu, des bibliothèques comme celle du Taslu à la ZAD, communes elles-aussi… L’importance des moyens mis en œuvre pour déloger les habitants de la ZAD indique la crainte de l’État de voir son autorité remise en cause. Mais, peut-être plus encore, c’est de voir émerger un contre-pouvoir qui, au lieu de combattre frontalement, ne souhaite que rester à l’écart et prouver que ce qu’il fait est possible, qui effraie. Ce qui se joue à Notre-Dame-des-Landes prouve que se poser à la marge n’est pas une attitude si absurde que ça ; que c’est plutôt encourager l’inacceptable — de l’agriculture industrielle à la financiarisation de la culture, de la précarisation des travailleurs au délaissement des plus démunis — qui est inimaginable.

Notes :

Élisée Reclus et Pierre Kropotkine ont tous deux appliqué leur raisonnement géographique à leur anarchisme, et inversement. Le premier a écrit une Nouvelle Géographie Universelle (1876–1894) aussi bien que L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchique (1902) ; le second appuie sa théorisation de l’entraide sur les observations qu’il a pu mener en Sibérie. Sur leurs travaux et parcours respectifs, voir Philippe Pelletier, Géographie et anarchie : Reclus, Kropotkine, Metchnikoff, Éditions du Monde libertaire, 2013.↑

L’Institut Géographique National (IGN) est issu du Service Géographique de l’Armée (SGA) ; les colonies françaises ont servi de terrain à de nombreux géographes, constituant un courant à part entière — la géographie coloniale — dont la géographie tropicale puis du développement sont issues.↑

Pour des approches hétérodoxes, voir Jeanne Favret-Saada, Les Mots, la Mort, les Sorts, Gallimard, 1977 et Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979.↑

Le géographe libertaire canadien Simon Springer revient sur cette connivence dans son ouvrage Pour une géographie anarchiste (2018) : les géographes ont d’abord été mobilisés dans des contextes belliqueux — Emmanuel De Martone a par exemple été convoqué pour la modification des frontières européennes suite à la Première Guerre mondiale — puis pour l’aménagement du territoire. Par ailleurs, si le marxisme, à la suite de David Harvey, est bien représenté dans la discipline, l’anarchisme était jusqu’à peu quasiment inexistant.↑

Voir Philippe Contamine (dir.), Guerre et concurrence entre les États européens du XIVe au XVIIIe siècle, PUF, 1998.↑

James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Seuil, 2013, p. 9.↑

Ibid., p. 29.↑

Ibid., p. 44.↑

Ibid., p. 54.↑

Ibid., p. 61.↑

Voir Virginie Linhart, Vincenne, l’université perdue, coproduction Arte France, Agat films & Cie, 2016.↑

Le droit de propriété est défini comme droit naturel et imprescriptible dans l’article deux de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen ; la Loi du partage du 5 juin 1793 réduit la possibilité d’user de biens communaux. Tout comme le mouvement des enclosures en Angleterre, l’avènement de la propriété privée comme droit est historique, datable donc, et non naturel.↑

James C. Scott, op. cit., p. 59.↑

« Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », Revue des Deux Mondes, 1864, réédité aux éditions Barthillat, 2019.↑

Élisée Reclus, « Développement de la liberté dans le monde » (1851), dans Écrits sociaux, Héros-Limite, 2012.↑

Collectif Mauvaise Troupe, Saisons – nouvelles de la zad, éditions de l’Éclat, 2017.↑

James C. Scott, op.cit., p. 47.↑

Ibid., p. 67.↑

Voir Jean-Baptiste Vidalou, Être forêts, habiter des territoires en lutte, La Découverte, 2017.↑

Pierre Clastres, Archéologie de la violence, la guerre dans les sociétés primitives, éditions de l’Aube, 2013, p. 43.↑

Gaspard d’Allens et Lucile Leclair, Les Néo-paysans, Seuil / Reporterre, 2016, p. 62.↑

Henri Mendras, La Fin des paysans, Acte Sud, 1992, p. 24.↑

= = =

Lectures anthropologiques complémentaires sur Résistance 71 :

Notre page “Anthropologie politique”

Notre page “Pierre Clastres”

Zomia et le travail de James C Scott, nos traductions :

“L’art de ne pas être gouvernés” et “Contre le grain, une histoire profonde des premiers états”

pirate

revolutionsociale

Révolte des paysans hollandais, éveil mondial et rébellion pour un mouvement Gilets Jaunes 2.0 universel contre la dictature technotronique planétaire (avec James Corbett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 17 juillet 2022 by Résistance 71

 

but_NOM
Dictature technotronique en marche…

Une chose à dire ici avant de laisser la place au toujours excellent James Corbett : le fond de l’affaire hollandaise est intéressant, parce que cela implique une réalité de terrain, contrairement à toutes les fadaises climato-anthropiques, celle du surplus polluant des produits nitrés et ammoniaqués en provenance des fermes animales. Le même problème existe en Bretagne par exemple, avec l’excès de nitrate dans l’environnement dû aux fermes porcines, provoquant un grand déséquilibre dans la nature et une prolifération de végétation indésirable (les marées d’algues), la prolifération accrue de mauvaises herbes nécessitant toujours plus de chimique. Le problème polluant est réel, les solutions apportées par les gouvernements globalistes à la solde de la tyrannie étatico-marchande sont bien entendu, totalement inappropriées et ne font que suivre un agenda de mesures bien précises énoncées et analysées ci-dessous et avec précision par Corbett. Ce qui est pernicieux dans cette crise hollandaise, c’est qu’elle est fondée sur un véritable problème, généré à la base par des politiques de production totalement inappropriées si ce n’est à une logique marchande inique et criminelle, que les paysans ont dû suivre, parce que tout ce système est géré par une clique de technocrates incompétents, pire, criminels, car inféodés aux implacables rouages de la marchandise en mouvement.
Le problème vient de l’irresponsabilité criminelle d’un système hors de contrôle entretenant et pataugeant dans sa propre fange, un système au bout de son rouleau, cherchant à se métamorphoser une énième fois pour perdurer.  La seule solution viable, qui devra être et sera atteinte par les peuples unis au delà des frontières et de l’illusion étatico-marchande, est celle qui nous verra mettre en place une société sans État, sans marchandise (sans rapport marchand), sans argent et sans salariat pour que se réalise enfin notre humanité vraie. L’avenir de l’humanité est là, passe par là et non pas par la manipulation du génome humain et le trans humanisme en cours, dernier avatar pseudo-scientifique d’une soi-disant élite dégénérée hors-sol et dont les intérêts sont à l’opposé total des 99,999% des humains et des mondes animal et végétal de cette planète.
Rappelons-nous aussi ce que nous disait déjà Gustav Landauer en 1911 : “La question sociale est une question agraire.” Certains commencent vraiment à la poser dans les bons termes… Agissons donc en conséquence. Tout le pouvoir aux ronds-points ! Devenons des Gilets Jaunes Solidaires Unis Persévérants Réfléchis Agissants… des S.U.P.R.A Gilets Jaunes !
Dans l’esprit de Cheval Fou
~ Résistance 71 ~

“Dès que l’État n’est plus à même d’imposer l’union forcée, l’union surgit d’elle-même, selon les besoins naturels. Renversez l’État, la société fédérée surgira de ses ruines, vraiment une, vraiment indivisible, mais libre et grandissant en solidarité par sa liberté même.”
~ Pierre Kropotkine ~

« La machine de l’État est oppressive par sa nature même, ses rouages ne peuvent fonctionner sans broyer les citoyens, aucune bonne volonté ne peut en faire un instrument du bien public ; on ne peut l’empêcher d’opprimer qu’en le brisant. »
~ Simone Weil ~

formatage
A bas le formatage !

Maintenant, nous sommes tous des paysans hollandais

Par James Corbett

corbettreport.com

17 juillet 2022

Article original : https://corbettreport.substack.com/p/were-all-dutch-farmers-now

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

NdT : le texte original contient une foule d’hyperliens vers les sur ces de tout ce qui est avancé dans l’analyse.

Depuis des semaines maintenant, les paysans hollandais se sont engagés dans des manifestations des plus chaudes contre le plan de leur gouvernement de diminuer de moitié les émissions d’azote et d’ammoniaque agricoles de la Hollande d’ici à 2030. Il est estimé qu’avec ce plan, qui demandera des réduction d’émission jusqu’à 95% dans certains endroits, demandera aussi une réduction de 30% du cheptel et mènera bon nombre de paysans du pays à la banqueroute.

Les manifestations ont été particulièrement chaudes alors que des dizaines de milliers de personnes descendaient dans les rues pour bloquer les routes du pays, brûler des ballots de paille et arroser les maisons des politiciens de purin. Dans un incident récent, la police hollandaise a même tiré à balles réelles sur un des manifestants (de 16 ans) qui tentait de passer un cordon de police avec son tracteur.

Oui, les scènes en provenance de la campagne hollandaise habituellement si paisible sont choquantes. Mais elles ne devraient pas l’être. Elles ne sont juste que le début d’une grande bataille mondiale qui est en train de prendre forme entre les peuples libres du monde et les technocrates qui ont commencé leur répression sur eux au nom du néo-esclavagisme du développement durable de l’agenda 2030.

Ne vous y trompez pas : Qui que vous soyez, où que vous viviez, quoi que vous fassiez, ces élitistes affamés de pouvoir vont attaquer votre vie juste après. Nous sommes tous des paysans hollandais maintenant.

Ceci est l’histoire du comment on en est arrivé là, où nous allons et ce que cela veut dire.

gilets-jaunes-pouvoir_au_peuple

La bataille a commencé

Vous rappelez-vos du mouvement des Gilets Jaunes en France ? Ce mouvement populiste qui s’est levé en 2018. Ces gens endossant le gilet jaune comme signe de ralliement, ce gilet obligatoire dans tous les véhicules pour des raisons de sécurité routière ? Vous rappelez-vous comment ils occupèrent les rues de France semaine après semaine après semaine après semaine, dans une série de manifestations allant crescendo qui menacèrent à un moment de renverser le gouvernement Macron ? Bien sûr vous vous en rappelez.

Maintenant, vous rappelez-vous pourquoi ce mouvement a débuté ? Probablement pas, parce que la réponse ne s’intègre pas facilement dans le narratif propagandiste des merdias de masse. La taxe carbone (NdT : sur le gasoil). Les manifestations initiales étaient à la taxe carbone.

Spécifiquement, le ministère français de la transition écologique (si, si, ça existe apparemment donc…) avait décidé dans sa grande sagesse, que la “taxe écologique” sur le carburant et spécifiquement le gasoil (qui existe notons-le), était trop faible, alors ils l’ont augmenté. Ceci a déclenché la fureur du public, qui souffrait déjà d’augmentation des prix du carburant. Et là, juste comme ça, un nouveau mouvement de protestation national (puis international) est né.

Slog1

Bien sûr, la plus grande partie des manifestants ne questionnaient pas la grande escroquerie du réchauffement climatique anthropique per se. Ils ne connectaient pas les points entre l’escroquerie du changement climatique (anthropique) et l’agenda eugéniste du carbone et les plans de dépopulations néo-malthusiens, pondus par l’élites mondialistes hors-sol. Ils ne se souciaient que de leur porte-feuille et pouvoir d’achat. (NdT : pas tout le monde, nous le savons, certains groupes Gilets Jaunes allèrent au-delà, bien au delà, rendons ici hommage au mouvement des assemblées populaire, de l’Assemblée des Assemblées démarré à Commercy, des maisons du peuple, initiatives qui doivent être continuées… Corbett ne connaît pas tous les détails du mouvement des GJ et nous l’en excusons, pas facile à suivre depuis le Japon, sans comprendre le français…)

Mais peut-être est-ce le point crucial. Alors que le masque tombe sur cet agenda “vert” et que les gens commencent à y voir clair et comprendre ce que c’est vraiment, une attaque délibérée sur les vies des citoyens de base, des travailleurs salariés du quotidien, de plus en plus de gens sont attirés dans le combat, qu’ils comprennent ou non la véritable nature de toute l’affaire.

Comme je l’ai documenté auparavant, cette grande lutte entre les sans-dents et leurs soi-disants saigneurs néo-féodaux, a commencé à se produire fin 2019… mais la grande confrontation fut retardée par la plandémie. Soudainement, des millions de personnes qui seraient descendues dans les rues pour protester les dernières taxes carbone et autres mesures vertes déjantées, se retrouvèrent bloquées chez elles par leurs gouvernements respectifs, pour beaucoup d’entre elles de manière volontaire, terreur aidant. Mais, maintenant que la télé ne dit plus aux gens de rester enfermés chez eux par la terreur fondamentale organisée par la coterie covidiste (sauf si vous vivez en Chine), le cessez-le-feu temporaire est venu à terme. Les derniers coups en date sont donc délivrés par les paysans hollandais.

Mais la bataille ne fait pas rage qu’en Hollande bien entendu. En 2020, le Canada a fait le même topo sur les réductions azotées, promettant de diminuer les émissions de dérivés nitrés des engrais de 30% d’ici 2030. Et nous savons déjà comment la gouvernement canadien réagira aux inévitables manifestations des paysans canadiens. Regardez simplement ce qu’ils ont fait aux routiers du “convoi de la liberté” bloquant Ottawa.

Et comme le fait remarquer Kit Knightly d’Off-Guardian, “Le Danemark, la Belgique et l’Allemagne considèrent déjà des politiques de réduction de produits nitrés” et la GB et les Etats-Unis ont déjà mis en place des plans pour payer les paysans… à ne plus produire.

Kit Knightly conclut :

De fait, dans un monde voué à une pénurie d’engrais à cause de sanctions contre la Russie et la Biélorussie, cela paraît complètement fou de se plaindre d’un surplus de purin et d’engrais naturel, encore plus de vouloir le réduire. Nous sommes bien au delà du point ou tout ceci pourrait être considéré comme accidentel, n’est-ce pas ? Disons le en ces termes : Si les gouvernements occidentaux essayaient d’appauvrir et d’affamer leurs citoyens, que ferait-il différemment en fait ?…

Il n’y a plus aucun doute à ce stade : avec leurs taxes carbone et leurs restrictions sur la production agricole, les apprentis contrôleurs sont en train de délibérément effondre l’économie mondiale. Les flammes de la protestation ne sont que les résultat parfaitement prévisible de cette démolition contrôlée en règle.

Et aussi loin que cela paraisse être bien mauvais, nous n’avons encore rien vu…

Lion_eveil

Où allons-nous ?

Il y a un truc bizarre au sujet de cette guerre qui couve entre les élitistes et la classe travailleuse (NdT : celle qui produit vraiment la richesse et le bien-être commun) : Ces escrocs psychopathes ne cachent même pas le fait qu’ils sont radieux à l’idée du projet de réduction du travailleur de base à un servage abject.

Prenez l’assertion récente du candidat libéral de l’Ontario Granville Anderson disant qu’augmenter les prix du carburant a en fait un effet bénéfique : moins de mignons pourront se permettre de conduire, ce qui les forcera à trouver d’autres modes de transport (en d’autres termes : laissez les bouffer de la voiture électrique)

Ou voyez le FEM/Davos (ainsi que bien d’autres) déclarer que les confinements ont en fait “amélioré les villes” en freinant les gens de s’engager dans leurs vies quotidiennes ; alors que la raison évidente pour le travailleur moyen fut que les confinements furent conçus comme arme dirigée contre lui, l’empêchant de gagner sa vie, contribuant ainsi à l’augmentation, pandémique elle, de la pauvreté, de l’isolation sociale, de la dépression nerveuse, menant beaucoup à la consommation et à l’abus de substances (alcool, drogues, anti-dépresseur / anxiolytiques…) ou, dans certains cas même, au suicide.

Une fois de plus, il est important de se rappeler que ni ces attaques sur la classe travailleuse appauvrie ni la réponse colérique qu’elles déclenchent sont le résultat d’une incompétence ou d’un manque d’attention et de connaissance de la part de ces faiseurs d’agenda. Absolument pas, tout ceci fait partie intégrante du plan.

Vous vous rappelez du “zéro absolu” ? Titre d’un rapport de l’UK FIRES, “une collaboration entre les universités d’Oxford, Cambridge, Nottingham, Bath et l’Imperial College of London”, qui “a pour but de révéler et de stimuler la croissance industrielle en Grande-Bretagne, de manière compatible avec une transition rapide vers le zéro émissions.” Comme vous pouvez vous en rappeler de mon rapport sur le sujet, leur plan prévoit l’élimination du voyage aérien, de l’envoi de cargo et de parcels, de la construction et en fait de toute autre activité productrice humaine d’ici à 2050, ce au nom de cet “agenda vert” absolument anti-humain, anti-humanité.

Nous devenons ici clarifier quelque chose : ceci n’est en rien une menace voilée. Si les eugénistes qui tirent les ficelles des affaires globales réussissent dans leur entreprise, ils lâcheront leurs chiens d’attaque, les mignons vendus au système de la bureaucratie ONUesque et du FEM/Davos ainsi que les “leaders” politiques de chaque pays, afin de remplir et satisfaire cet agenda.

Cet agenda implique la fermeture de l’économie productrice (au nom de sauver la planète Terre bien sûr) et de réduire la population mondiale dans ce processus. Que la population finisse par riposter à cet assaut assassin n’est en rien surprenant ; ainsi donc va la création de tous ces départements de sécurité de la patrie et de la bio-sécurité étatique, qui se sont mis en place ces dernières décennies. Nous sommes maintenant arrivés au point où toute manifestation peut être étiquetée comme “insurrection” menée par des “terroristes intérieurs” pouvant justifier toute sorte de punitions, incluant le verrouillage externe de la personne hors du système financier, ne la laissant plus avoir accès à rien.

La pression monte. Le chalut a été mis en place. La bataille va commencer bientôt… Qu’est-ce qui va suivre ?

cauchemar-non

Ce que cela veut dire

Qu’on le sache ou pas, nous sommes en guerre. Et que nous le sachions ou pas, cette guerre est une bataille entre une majorité massive de la population humaine et les quelques ceux au sommet de la pyramide qui cherchent toujours plus de contrôle sur la population pour finalement pouvoir la réduire dramatiquement. Les lignes de bataille ne sont peut-être pas encore très claires, il y a encore pas mal de dupes inconscients qui agissent pour faire échouer les systèmes de contrôle technocrates sans savoir ce qu’ils font. Et il y a ceux qui croient toujours dans ces mensonges institutionnalisés des élitistes mondialistes, comme par exemple, cette vaste escroquerie au réchauffement climatique anthropique et qui donc jouent le jeu, sans le savoir, de cet agenda 2030.

Mais alors que le système financier global perd de plus en plus ses boulons et que le train de la croissance économique déraille toujours plus avant, de plus en plus de gens s’éveillent à la vérité fondamentale : ceci est une guerre pour notre vie même. Ceci est une guerre pour le droit de vivre comme nous l’entendons, libres de toute interférence avec ces dirigeants auto-proclamés qui oseraient nous dire ce que nous pouvons manger ou pas, si oui ou non nous pouvons voyager et même si nous pouvons ou pas travailler la terre et nous nourrir. Ceci est une guerre d’indépendance de ces parasites élitistes qui tentent de fermer notre économie et nous précipiter dans une ère néo-féodale.

Etant donné que nous sommes engagés dans cette guerre d’indépendance, le célèbre discours de Patrick Henry lors de la seconde convention de Virginie semble devenir de plus en plus important.

Il est vain, monsieur, d’exténuer l’affaire. Les braves gens peuvent bien crier Paix, Paix, mais il n’y en a point. La guerre a en fait débuté ! La prochaine bourrasque qui va balayer en provenance du Nord amènera à nos oreilles le choc et la fureur des armes ! Nos frères sont déjà sur le champ de bataille ! Pourquoi demeurons-nous ici si passifs ? Que désirent les gentlemen ? Qu’auraient-ils ? La vie est-elle si chère ou la paix si suave, que cela suffise à être acheté au prix des chaînes de l’esclavage ? Ne le permettons pas ! Par dieu tout puissant ! Je ne sais pas ce que feront les autres, mais pour moi, donnez moi la liberté ou la mort !

Tout aussi important à notre lutte d’aujourd’hui que cela l’était pour ceux combattant dans le révolution américaine, est cette observation d’un tel conflit : “Nous devons nous tenir les coudes, nous devons être suspendus les uns aux autres, ou alors nous serons (sus)pendus séparément.

C’est une vérité auto-évidente que de réaliser que la classe dirigeante a investi une grande partie de son temps et a dévoué beaucoup de ses considérables ressources à atomiser la société, à la rendre dysfonctionnelle. La classe dirigeante et ses dupes de service ont focalisé leur attention sur toute les lignes de fracture possibles : classe, race, sexe, genre, religion, allégeances politiques et toute chose nous séparant que vous pouvez imaginer, ceci comme stratégie consciente de maintenir les masses en antagonisme permanent pour qu’elles se combattent, les empêchant ainsi de s’unir contre leur véritable ennemi : les mondialistes et leur système. Nous ne pouvons pas contester le fait que ces contrôleurs en herbe ont été incroyablement satisfaisant dans leur stratégie du diviser pour mieux régner. Leur succès au fil des siècles est indéniable.

vax_tagueule

L’implication évidente est que ce dont les mondialistes ont le plus peur c’est qu’une grande masse de gens s’unissent en opposition à leur non-sense profondément impopulaire. Ces pourquoi toute la fine équipe de lèche-bottes de l’establishment et des merdias de masse ainsi que les pitres du monde universitaire, passent maintenant le plus clair de leur temps à décrier et vouer aux gémonies le “populisme” de l’époque actuelle. Au cas où vous ne vous en seriez pas encore rendus compte jusqu’à présent, toute les platitudes que les politiciens ont déblatéré au sujet de la “liberté” et de la “démocratie” n’ont été juste que ça : des platitudes pour mener les gens à acquiescer autour d’eux et approuver les agendas politiques à la demande pour finalement les rejeter et diaboliser comme “populisme crasse” quand les gens rejettent et désavouent ce que les dirigeants dictent et affirment.

Oui, il est grand temps de balancer cette division bidon et illusoire du paradigme politique “gauche / droite” et autres coins enfoncés, qui nous ont maintenu divisés et asservis depuis si longtemps. L’idée que des groupes qui ne se voient physiquement pas peuvent s’unir contre une menace existentielle à laquelle ils font face, n’est pas un délire de midinette ahurie. En France, les forces populiste de “gauche” et de “droite” se sont unifiées pour mettre en échec le passeport sanitaire COVID mis en place par le pays.

Cela peut être fait. Cela doit être fait. Il n’y a pas d’alternative. Nous devons commencer à bâtir le mouvement de masse contre l’agenda 2030 avant que le nœud coulant ne se resserre autour de nos cous et que nous nous retrouvions dans les griffes du système de contrôle technocratique (NdT : ce que nous appelons ici la grille de contrôle technotronique, alliant les paSS sanitaires à la technologie / bureaucratie de la 5G, smart cities etc etc…). Que ceci nous affecte ou pas encore, nous devons comprendre que cela va nous rattraper suffisamment tôt si nous ne nous soulevons pas en masse dès maintenant !

Et c’est exactement ce qui se passe…

A travers l’Europe, des gens se soulèvent en solidarité avec les paysans hollandais. Les paysans allemands aident les paysans hollandais à verrouiller la frontière germano-hollandaise. Les paysans italiens sont dans les rues aux cris de “Nous ne sommes pas des esclaves, nous sommes des paysans !” Les paysans polonais se soulèvent à Varsovie. Même les Canadiens se mettent en mouvement portant des banderoles “Je soutiens les paysans hollandais” dans ;leurs propres manif’ pour la liberté.

Et cette semaine, une nouvelle video a émergé appelant pour des manifestations mondiales en soutien des paysans hollandais. Soutenant la ligne du “Le monde est hollandais”, la vidéo fait un parallèle entre le mouvement de résistance actuel avec les mouvements de résistance non-violent du XXème siècle et appelle les gens du monde entier de soutenir et être solidaires des paysans hollandais, ce dans une manifestation mondiale qui se tiendra le 23 juillet.

Un Grand Éveil est en train de se produire. Les barrières entre les peuples sont en train de tomber alors que de plus en plus de monde comprend l’agenda mondial et les injustices qui sont infligées et que celles-ci arrivent toujours tôt ou tard là où on est, Beaucoup comprennent maintenant qu’une ligne a été tracée dans le sable et que le moment de se tenir debout et de cesser de reculer est venu.

Maintenant… Nous sommes TOUS des paysans hollandais !

manifGJ
Gilets Jaunes 2.0 !…

= = =

“La question sociale est une question agraire…” (Gustav Landauer, 1911)

“Obéir, non ! Et gouverner ? Jamais !”
~ F. Nietzsche (Le gai savoir #33) ~

“Celui qui est contre la guerre est par ce seul fait dans l’illégalité. L’état capitaliste considère la vie humaine comme la matière véritablement première de la production du capital. Il conserve cette matière tant qu’il est utile pour lui de la conserver. Il l’entretient car elle est une matière et elle a besoin d’entretien et aussi pour la rendre plus malléable il accepte qu’elle vive.
[…] L’état capitaliste se sert de la vie. La guerre n’est pas une catastrophe, c’est un moyen de gouvernement. L’état capitaliste ne connaît pas les hommes qui cherchent ce que nous appelons le bonheur, les hommes dont le propre est d’être ce qu’ils sont, les hommes en chair et en os ; il ne connaît qu’une matière première pour produire du capital. Pour en produire, il a besoin à un certain moment de la guerre, comme un menuisier a besoin d’un rabot, il se sert de la guerre. […] L’état capitaliste a besoin de la guerre, c’est un de ses outils. On ne peut tuer la guerre sans tuer l’état capitaliste. Je parle objectivement. Voilà un être organisé qui fonctionne… Dans cet être organisé, si j’enlève la guerre, je le désorganise si violemment que je le rend impropre à la vie, à sa vie, comme si j’enlevas le cœur au chien, comme si je sectionnais le 27ème centre moteur de la chenille. […]
Je préfère vivre. Je préfère vivre et tuer la guerre et tuer l’état capitaliste. Je préfère m’occuper de mon propre bonheur. Je ne veux pas me sacrifier ; je n’ai besoin de sacrifier qui que ce soit. Je ne veux me sacrifier qu’à mon bonheur et au bonheur des autres. Je refuse les conseils des gouvernements de l’état capitaliste, des professeurs de l’état capitaliste, des poètes, des philosophes de l’état capitaliste. […] Il n’y a qu’un seul remède: notre force. Il n’y a qu’un seul moyen à utiliser: la révolte, puisqu’on n’a pas entendu notre voix. Puisqu’on ne nous a jamais répondu quand on a gémi.”
~ Jean Giono, “Refus d’obéissance”, 1937 ~

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

R71 ON NE SE SOUMETTRA PAS

« La question sociale est une question agraire » (Gustav Landauer)… Défendre les terres agricoles contre la tyrannie marchande est un élément révolutionnaire vital ! ZAD partout… Bonheur au bout !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 11 juillet 2022 by Résistance 71

ZAD_Partout

“La question sociale est une question agraire…”
~ Gustav Landauer ~

Quand les mouvements de ZAD et des Gilets Jaunes se rencontreront, fusionneront, alors nous aurons une superbe base (r)évolutionnaire. Ne pas penser « survie », mais penser « vie » totale et achevée dans une société habitée de nouveau de l’esprit de puissance organique et du souffle vital, qui a dû être éradiqué pour que perdure le système étatico-marchand. Se donner les moyens du but, c’est commencer par dire NON !. C’est tout.
~ Résistance 71 ~

Appel à défendre les terres agricoles pour empêcher le grand reset de Klaus Schwab en créant des ZAD (zone à défendre) sur toutes les terres agricoles que le NWO veut encore nous voler!

Anonyme

9 juillet 2022

« le commissaire Frans Timmermans a demandé que dix pour cent des terres agricoles soient mises en jachère dans toute l’Europe »

« Mardi soir, la police a tiré des coups de feu sur une manifestation d’agriculteurs à Heerenveen. Le groupe Facebook Verzet Friesland rapporte que Jouke, 16 ans, a été abattu par la police alors qu’il s’enfuyait avec son tracteur. »

« Les anti-mondialistes néerlandais prient pour que cette manifestation soit la goutte d’eau qui sonnera le glas de Rutte  »

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/07/08/demolition-controlee-aux-pays-bas-une-ferme-sur-trois-doit-etre-fermee-ou-expropriee/?unapproved=216685&moderation-hash=30a5502dc06292945e2f84ac03d6d966#comment-216685

Donc on a bien la confirmation que tant que 10% des terres agricoles appartiennent encore à nos agriculteurs européens, ils ne pourront pas encore faire leur grand reset, crash économique, tickets de rationnements, chantage pour la piquouze forcée, etc… 

et ces anti mondialistes néerlandais et agriculteurs néerlandais n’ont pas compris que la résistance n’est pas d’aller dans les smart city manifester et se faire tirer dessus.

C’est d’inviter des antimondialistes fans de la campagne amateurs de jardinage sur leurs terres.

ZAD1

Comment nos agriculteurs bretons ont défendu Notre Dame des Landes contre le lobby Vinci pendant 60 ans?
https://video.lefigaro.fr/figaro/video/notre-dame-des-landes-retour-sur-60-ans-de-desaccords/5707617184001/

En faisant des manifs?

Que nenni!

Ils ont fait une annonce et des tracts main à main dans leurs villages et environs pour inviter tous ceux qui veulent défendre Notre Dame des landes contre l’invasion des lobbys à venir camper, et faire des projets d’agriculture sur notre dame des landes!

Résultat, les gouvernements français successifs ont envoyés des armées pendant 60 ans, sans jamais réussir à faire déguerpir, malgré qu’après l’état d’urgence de 2015, ils ont essayé de faire passer les campeurs de notre dame des landes pour des radicaux.
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/notre-dame-des-landes-la-zad-sera-evacuee-des-elements-les-plus-radicaux_1976455.html

Voilà ce que c’est que la résistance!

Devenir une montagne.
https://www.20minutes.fr/planete/3280271-20220429-pres-dame-landes-zadistes-opposent-implantation-station-totalenergies
https://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-sous-Macron-une-victoire-et-des-dechirements

https://www.liberte-entraide.com/petites-annonces/annonces/105/jardins-partages/

ils veulent nous voler les terres?

Alors créons des montagnes humaines sur ces terres, et voyons comment ils vont les dégager de là! Créons des ZAD (zone à défendre) sur toutes les terres agricoles à défendre contre ces envahisseurs dépopulationnistes qui nous imposent la piqouze OGM, et volent nos terres agricoles pour nous affamer pour les offrir à Big Pharma et ses actionnaires qui ne se contentent pas de nous tuer, mais en plus de voler notre planète!
https://zad.nadir.org/

Ne les laissons pas voler les dernières terres agricoles qu’ils nous restent pour nous affamer et créer leur grand reset de fin du cash biométrique tickets de rationnement contre la piqouze forcé, alors qu’ils ont déjà volé 90% des terres agricoles des européens en fourrant 80% de la population dans les smart city!

permaculture2

Aux agriculteurs à qui on fait des menaces de voler leurs terres

Si vous souhaitez acheter une terre agricole, vous pouvez demander des dons sans contrepartie sur Givesendgo
https://www.givesendgo.com/

c’est un site de charité, donc si  en plus vous dites que vous voulez une terre agricole pour donner de la nourriture gratuitement aux pauvres, vous aurez des dons et le mieux c’est créer un groupe de jardiniers pour défendre la terre d’expropriation contre le NWO plus tard.

Vous pouvez utiliser ces sites pour appeler à une mobilisation de résistants pour aider à défendre votre terre contre l’armée du NWO
https://www.liberte-entraide.com/petites-annonces/annonces/105/jardins-partages/
https://mrmondialisation.org/un-irreductible-paysan-refuse-de-ceder-ses-terres-au-grand-stade-de-lyon/
https://zad.nadir.org/spip.php?article3884
https://www.pretersonjardin.com/
https://www.plantezcheznous.com/
https://www.papayoux.com/fr/cagnotte/collectif-de-defense-des-jardins-ouvriers-d-aubervilliers

L’échange des graines dérange le NWO vu qu’il a censuré 2 liens

https://www.trocvert.fr/ (source censuré)

https://seeddating.grainesdetroc.fr/ (source censuré)

NdR71 : contre la mafia des semences, soutenons l’association Kokopelli, pour des semences libres de droit

kokopelli2

ZAD2

et vous pouvez vous inspirer des méthodes utilisés par les zadistes de notre dame des landes pour défendre leurs terres contre les lobbys
http://rebonds.net/lazadpartout/419-commentestneelazaddenotredamedeslandes

il faut aussi savoir, que dans le contrat Pfizer avec les pays ou groupe de pays comme la commission européenne, Pfizer réclame des terres, réserves bancaires en garantie, donc cela impose la mise en jachère des terres de tous les états qui ont fait un contrat avec Pfizer.

Donc la mise des terres en  jachère est probablement dans le contrat avec Big Pharma (Pfizer, Moderna, Astrazeneca, Johnson, etc…), et c’est probablement une des raisons pour laquelle ils refusent de rendre le contrat avec Big Pharma public, et qu’ils ont même supprimé les SMS de Pfizer avec Ursula.
http://www.luttedeclasse.org/dossier58/COVID-19_Argentine_Pfizer_30122020.pdf
https://www.medias-presse.info/comment-pfizer-a-tente-dintimider-largentine-et-le-bresil-en-echange-de-vaccins/140711/
il faut savoir aussi que leur réunion secrète Bilderberg a dit qu’ils voulaient s’accaparer 50% de la planète (au nom de la sauver comme d’hab comme si seuls les milliardaires pouvaient sauver la planète en la gardant pour eux mêmes), ce qui signifie de confisquer et de mettre en jachère officiellement 50% de la planète pour les donner secrètement aux milliardaires
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/09/comment-proteger-30-voire-50-de-la-planete_6055388_3244.html

si vous connaissez d’autres sites qui dénoncent les expropriations ou menaces d’expropriations de terres agricoles et organisent la défense des terres agricoles, mettez les en commentaires sous cet article, merci.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

autonomie_alimentaire

arbre_esprit
Du chemin de la société vers son humanité réalisée