Archive pour septembre, 2015

La Russie va bombarder L’EIIL…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 septembre 2015 by Résistance 71

Mise à jour: Première frappes aériennes russes à 13h54 près de la ville de Homs en Syrie (Source: Sputnik)

Avec ce qu’ils vont se prendre sur la gueule les mercenaires « djihadistes » de la CIA et du Mossad, çà devrait être vite torché.

Les Russes ne vont pas faire semblant comme les yanks et la « coalition anti-Daesh » de façade menée par l’empire du goulag levant, de bombarder la légion islamiste de la CIA ! Avec au sol l’armée syrienne, les milices et le Hezbollah dans les zones frontalières du Liban et du Golan annexé par les sionistes. l’affaire devrait être assez vite réglé…

Ce qui est désolant, c’est que l’ensemble de la machine d’information se met en branle pour totalement blanchir le pays du goulag levant voire Israël et la Turquie. Il ne faut quand même jamais oublié que l’EIIL/EI/Daesh ainsi qu’Al Qaïda/Al Nosra quels que soient les noms qu’on leur donne, sont des créations de l’empire, agissent sur ordre et sont encadrés par les forces spéciales de l’empire (US, Israël, GB, France, Turquie, Arabie Saoudite…).

Qui paiera pour tout cela ? Verra t’on des généraux, des présidents de l’empire devant la justice pour crimes contre l’humanité ?

Poutine sort déjà grand vainqueur de ce bras de fer, c’était prévu, mais là… C’est la fessée…

— Résistance 71 —

 

La Russie entre en guerre avec l’EIIL !

 

RT

 

30 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.rt.com/news/317021-russia-syria-engagement-how/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Moscou se prépare maintenant à utiliser ses forces armées en Syrie. RT explique pourquoi la russie s’engage, qui va combattre, comment et pour combien de temps…

Dernière minute: La Douma (parlement) russe a voté à l’unanimité l’intervention militaire russe en Syrie contre l’EIIL.

Pourquoi ?

Des milliers de combattants étrangers se battent aux côtés de l’EIIL en Syrie. Ces combattants pour beaucoup proviennent des pays voisins ex-soviétiques de la Russie ou de Russie elle-même. Il est bien mieux de combattre ces gens en Syrie que de permettre leur retour

Qui l’a permis ?

Le gouvernement syrien a officiellement demandé l’aide de la Russie. Ceci donne une justification légale d’envoyer des forces combattantes en Syrie, à l’encontre des forces occidentales qui bombardent en Syrie sans y avoir été invitées et sans aucun mandat de l’ONU.

Comment ?

En fournissant un intense soutien aérien aux troupes syriennes, sans troupes au sol.

Qui va aider ?

L’Iran et l’Irak sont à bord avec un centre de centralisation du renseignement à Baghdad. La coalition anti-EIIL menée par les Etats-Unis va t’elle y prendre part ? La question demeure ouverte pour le moment… (NdT: sachant que l’EIIL est une création de la CIA/Mossad/Arabie Saoudite financé par l’Arabie et dont la logistique au sol est gérée par Israël, la Turquie, les USA, la France, la GB, la Jordanie et l’Arabie Saoudite… on peut présumer de la réponse…)

Où sont les troupes russes en Syrie?

Sur la base navale russe de Tartous et probablement sur la base aérienne reconstruite de Lattaquié. Aurtrement… C’est un secret.

Y a t’il des limites ?

Oui. Il y a une limite de temps. C’est classifié secret défense. Demandez à l’OTAN et aux généraux bureaucrates sur twitter pour avoir des réponses.

 

 

Voyage du cureton en chef au pays du goulag levant (ex-USA): Le criminel Bergoglio continue de justifier les crimes génocidaires de la chrétienté…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 septembre 2015 by Résistance 71

L’esquive prudente du pape François

 

Steven Newcomb

 

26 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/09/26/pope-franciss-careful-side-step

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Durant son discours au congrès des Etats-Unis le 24 Septembre dernier, le pape François a fait allusion à une collision entre les nations colonisatrices de la chrétienté et nos nations originelles de ce continent. Dans un exemple typique de louvoiement bureaucratique, le pape a dit: “tragiquement, les droits de ceux qui étaient ici bien avant nous ne furent pas toujours respectés.” Cela veut-il dire qu’il est suggéré un instant que les droits de nos ancêtres et de nos nations furent principalement respectés, mais simplement pas toujours ? L’histoire nous fournit bien des preuves que le droit de nos nations de vivre libres de toute domination et de toute déshumanisation n’a quasiment jamais été respecté par les sociétés dominantes, comme les Etats-Unis.

Le pape François a également dit ceci: “Ces premiers contacts furent souvent turbulents et violents, mais il est difficile de juger le passé avec les critères du présent.” En regard de la loi fédérale US sur les Indiens et la politique des Etats-Unis les concernant, le pontife de Rome a fait deux erreurs de logique avec cette simple déclaration. Les affaires auxquelles nous avons a traité ici en regard de la “doctrine chrétienne de la découverte” et la domination ne sont pas “dans le passé”. La doctrine de la domination chrétienne s’est maintenue, a été maintenue au fil du temps de génération en génération dans la société. Elle est toujours bien maintenue aujourd’hui en 2015.

De plus, aucune réforme n’a jamais été faite en argumentant qu’un schéma injuste de pensée et d’attitude du passé doivent être continués dans le présent. Si cela était le cas, il n’y aurait pas eu de décision de la cour suprême des Etats-Unis dans l’affaire Brown contre le comité directeur de l’éducation, parce que la décision de Plessy contre Ferguson n’aurait pas été abrogée. En cela, la ségrégation serait toujours la loi de la terre aux Etats-Unis. Aucun mouvement de réforme n’a jamais réussi à créer une réforme en étant d’accord avec la proposition qu’un système d’injustice se doit d’être maintenu dans le présent parce qu’il fut créé dans le passé et qu’il a été perpétué continuellement et scrupuleusement jusqu’au temps présent par ceux-là même qui bénéficient de ce système injuste.

Lord Acton a dit cette phrase célèbre: “Tout pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.” Il condamnait aussi ceux qui utilisaient cet argument foireux qu’une attitude ou action mauvaise ou injuste du passé ne pouvaient pas être jugées avec les standards du présent. Il avait pris pour exemple les “hérétiques” brûlés vifs sur les bûchers de l’inquisition, omettant de manière fort à propos la perspective et le critère de ceux-là même qui furent brûlés vifs ainsi que la perspective de la famille de ces personnes, il est possible de prétendre que seul le point de vue de l’inquisiteur existe. D’après la logique papale, nous ne pouvons pas utiliser nos critères de jugement d’aujourd’hui pour dire que l’inquisiteur a eu tort de faire brûler telle ou telle personne innocente. On ne peut regarder l’affaire que du point de vue de la “sainte inquisition”.

En regard de la mention du pape “ceux qui étaient ici longtemps avant nous”, le pape a dit “pour ces gens, ces peuples et ces nations, depuis le cœur de la démocratie américaine, je souhaite réaffirmer ma plus haute estime et mon appréciation.” Il fit cette déclaration juste un jour après avoir déclaré la “sainteté” de Junipero Serra, pour avoir mis en application avec grand zèle ce que le pape Alexandre VI (Borgia) avait appelé le but “sacré… et méritoire” de “subjuguer”, de “réduire”, les “nations barbares” aux fins de “propagation de l’empire chrétien”.

Le système de mission catholique espagnol que Junipero Serra fonda en haute Californie, eut pour résultat la mort de plus de 150 000 Indiens dans ces missions et pourtant le pape François n’a rien dit, pas un mot de sympathie pour les morts des nations californiennes à qui il dit après coup, vouloir “réaffirmer sa plus haute estime et appréciation.” Quelqu’un devrait informer lae pape que des actions ont bien plus de portée que des mots et qu’il n’est pas possible d’estimer et d’apprécier des nations distinctes en manquant de respect à leurs morts et ce tout spécifiquement lorsque votre propre institution a déchaîné sur la planète un système de domination et de déshumanisation sans précédent qui mena à la mort de ces centaines de milliers d’ancêtres. Si le pape François veut tangiblement démontrer son estime et son appréciation auprès des nations et peuples originels de ce continent, il doit révoquer les bulles/décrets pontificaux du XVème siècle.

Résistance politique: L’État n’est plus rien… Soyons tout (Raoul Vaneigem)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 29 septembre 2015 by Résistance 71

Plus on lit Vaneigem, plus on se dit qu’on ne fait pas fausse route.
A lire et diffuser sans aucune modération !

~ Résistance 71 ~

 

Raoul Vaneigem La gratuité est l’arme absolue

 

26 septembre 2015

 

Texte repris sur:

http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-invites/raoul-vaneigem-nous-sommes-au-coeur-dun-changement-de-civilisation-2/

Interview du situationniste historique par un de ses vieux potes.

(2011)

Membre de l’Internationale situationniste de 1961 à 1970, Raoul Vaneigem est l’auteur du Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations (Gallimard, 1967), d’où furent tirés les slogans les plus percutants de Mai 68, et d’une trentaine d’autres livres. Dernier titre paru : L’État n’est plus rien, soyons tout (Rue des Cascades, 2011).

Siné Mensuel : Peux-tu donner une brève définition des situationnistes ?

Raoul Vaneigem : Non. Le vivant est irréductible aux définitions. Ce qu’il y avait de vie et de radicalité chez les situationnistes continue à se développer dans les coulisses d’un spectacle qui a toutes les raisons de le taire et de l’occulter. En revanche, la récupération idéologique dont cette radicalité a été l’objet connaît une vague mondaine dont les intérêts n’ont rien de commun avec les miens.

  1. M. : Que voulaient dire les situs quand ils affirmaient que le situationnisme n’existait pas ?
  2. V. : Les situationnistes ont toujours été hostiles aux idéologies, et parler de situationnisme serait mettre une idéologie où il n’y en a pas.
  3. M. : Pour quelles raisons as-tu rompu avec l’Internationale situationniste en 1970 ? Avec le recul, que penses-tu de Guy Debord ?
  4. V. : J’ai rompu parce que la radicalité qui avait été prioritaire jusqu’en mai 1968 était en train de se dissoudre dans des comportements bureaucratiques. Chacun a alors choisi ou de poursuivre seul sa voie, ou d’abandonner le projet d’une société autogérée. Peut-être Debord et moi étions-nous plus dans la complicité que dans l’affection, mais qu’importe la rupture ! Ce qui a été sincèrement vécu n’est jamais perdu. Le reste n’est que l’écume de la futilité.
  5. M. : Quel regard portes-tu sur le mouvement des Indignés ?
  6. V. : C’est une réaction de salut public, à l’encontre de la résignation et de la peur qui donnent à la tyrannie du capitalisme financier son meilleur soutien. Mais l’indignation ne suffit pas. Il s’agit moins de lutter contre un système qui s’effondre qu’en faveur de nouvelles structures sociales, fondées sur la démocratie directe. Alors que l’État envoie à la casse les services publics, seul un mouvement autogestionnaire peut prendre en charge le bien-être de tous.
  7. M. : L’utopisme est-il toujours à l’ordre du jour ?
  8. V. : L’utopisme ? Mais c’est désormais l’enfer du passé. Nous avons toujours été contraints de vivre dans un lieu qui est partout et où nous ne sommes nulle part. Cette réalité est celle de notre exil. Elle nous a été imposée depuis des millénaires par une économie fondée sur l’exploitation de l’homme par l’homme. L’idéologie humaniste nous a fait croire que nous étions humains alors que nous restions, pour une bonne part, réduits à l’état de bêtes dont l’instinct prédateur s’assouvissait dans la volonté de pouvoir et d’appropriation. Notre « vallée de larmes » était considérée comme le meilleur des mondes possibles. Or, a-t-on inventé un mode d’existence plus fantasmatique et plus absurde que la toute-puissante cruauté des dieux, la caste des prêtres et des princes régnant sur les peuples asservis, l’obligation de travailler censée garantir la joie et accréditant le paradis stalinien, le Troisième Reich millénariste, la Révolution culturelle maoïste, la Société de bien-être (le Welfare state), le totalitarisme de l’argent hors duquel il n’y a ni salut individuel ni salut social, l’idée enfin que la survie est tout et que la vie n’est rien ? À cette utopie-là, qui passe pour la réalité, s’oppose la seule réalité qui vaille : ce que nous essayons de vivre en assurant notre bonheur et celui de tous. Désormais, nous ne sommes plus dans l’utopie, nous sommes au cœur d’une mutation, d’un changement de civilisation qui s’esquisse sous nos yeux et que beaucoup, aveuglés par l’obscurantisme dominant, sont incapables de discerner. Car la quête du profit fait des hommes des brutes prédatrices, insensibles et stupides.
  9. M. : Explique-nous comment la gratuité est, selon toi, un premier pas décisif vers la fin de l’argent.
  10. V. : L’argent n’est pas seulement en train de dévaluer (le pouvoir d’achat le prouve), il s’investit si sauvagement dans la bulle de la spéculation boursière qu’elle est vouée à imploser. La tornade du profit à court terme détruit tout sur son passage, elle stérilise la terre et dessèche la vie pour en tirer de vains bénéfices. La vie, humainement conçue, est incompatible avec l’économie qui exploite l’homme et la terre à des fins lucratives. À la différence de la survie, la vie donne et se donne. La gratuité est l’arme absolue contre la dictature du profit. En Grèce, le mouvement « Ne payez plus ! » se développe. Au départ, les automobilistes ont refusé les péages, ils ont eu le soutien d’un collectif d’avocats qui poursuit l’État, accusé d’avoir vendu les autoroutes à des firmes privées. Il est question maintenant de refuser le paiement des transports publics, d’exiger la gratuité des soins de santé et de l’enseignement, de ne plus verser les taxes et les impôts qui servent à renflouer les malversations bancaires et à enrichir les actionnaires. Le combat pour la jouissance de soi et du monde ne passe pas par l’argent mais, au contraire, l’exclut absolument.

Il est aberrant qu’une grève entrave la libre circulation des personnes alors qu’elle pourrait décréter la gratuité des transports, des soins de santé, de l’enseignement. Il faudra bien que l’on comprenne, avant le krach financier qui s’annonce, que la gratuité est l’arme absolue de la vie contre l’économie.

Il ne s’agit pas de casser les hommes mais de casser le système qui les exploite et les machines qui font payer.

  1. M. : Tu prônes la désobéissance civile. Qu’entends-tu par là ?
  2. V. : C’est ce qui se passe en Grèce, en Espagne, en Tunisie, au Portugal. C’est ce que résume le titre de mon pamphlet écrit pour des amis libertaires de Thessalonique : L’État n’est plus rien, soyons tout. La désobéissance civile n’est pas une fin en soi. Elle est la voie vers la démocratie directe et vers l’autogestion généralisée, c’est-à-dire la création de conditions propices au bonheur individuel et collectif.

Le projet d’autogestion amorce sa réalisation quand une assemblée décide d’ignorer l’État et de mettre en place, de sa propre initiative, les structures capables de répondre aux besoins individuels et collectifs. De 1936 à 1939, les collectivités libertaires d’Andalousie, d’Aragon et de Catalogne ont expérimenté avec succès le système autogestionnaire. Le Parti communiste espagnol et l’armée de Lister l’écraseront, ouvrant la voie aux troupes franquistes.

Rien ne me paraît plus important aujourd’hui que la mise en œuvre de collectivités autogérées, capables de se développer lorsque l’effondrement monétaire fera disparaître l’argent et, avec lui, un mode de pensée implanté dans les mœurs depuis des millénaires.

  1. M. : Tu désapprouves le système carcéral mais, en 1996, à la suite de l’affaire Dutroux, tu as participé à Bruxelles à la « Marche blanche » qui, selon la presse française, réclamait une répression accrue des actes de pédophilie. N’est-ce pas contradictoire ?
  2. V. : Voilà bien un exemple de contre-vérité journalistique manifeste. Si les parents des victimes de Dutroux avaient réclamé la peine de mort pour l’assassin, la foule aurait abondé dans leur sens. Or, c’est le contraire qui s’est passé. J’admire le courage et le sens humain de Gino et Carine Russo, qui se sont opposés résolument à toute idée de peine de mort (ils ont même prévenu qu’ils n’accepteraient pas que le meurtrier soit, comme de coutume, liquidé par les autres prisonniers). La Marche blanche a été l’exemple rarissime d’une émotion populaire qui en appelait au refus de la pédophilie au nom de l’humain et du refus des prédateurs, et non par le biais de la répression pénale. Il y avait là une dignité tranchant avec l’ignominie populiste qui consiste à se servir de l’émotion pour promouvoir la bestialité répressive, la vengeance. Où voit-on aujourd’hui une réaction collective dénoncer cette stratégie du bouc émissaire qui, pour empêcher que la colère des citoyens s’en prenne aux mafias affairistes, qui les ruinent, sonne le tocsin de la peur et du sécuritaire pour désigner comme menace et ennemi potentiel l’autre, l’étranger, le « différent » – juif, arabe, tzigane, homosexuel ou, au besoin, simple voisin ?
  3. M. : Tu as plusieurs enfants. Ne trouves-tu pas cruel de faire délibérément naître de nouveaux êtres dans ce monde-ci ?
  4. V. : J’exècre la politique nataliste qui, en multipliant mécaniquement les enfants, les condamne à la misère, à la maladie, à la désaffection, à l’exploitation laborieuse, militaire et sexuelle. Seul l’obscurantisme religieux, idéologique et affairiste y trouve son compte. Mais je refuse qu’un État ou une autorité, quelle qu’elle soit, m’impose ses ukases. Chacun a le droit d’avoir des enfants ou de n’en avoir pas. L’important est qu’ils soient désirés et engendrés avec la conscience que tout sera fait pour les rendre heureux. Ce sont ces nouvelles générations – tout à fait différentes de celles qui furent les fruits de l’autoritarisme familial, du culte de la prédation, de l’hypocrisie religieuse – qui aujourd’hui sont en train d’opposer, si confusément que ce soit, la liberté de vivre selon ses désirs au totalitarisme marchand et à ses larbins politiques.
  5. M. : Parle-nous de la cause animale, dont les penseurs révolutionnaires n’ont longtemps tenu aucun compte.
  6. V. : Il s’agit moins d’une cause animale que d’une réconciliation de l’homme avec une nature terrestre qu’il a exploitée jusqu’à présent à des fins lucratives. Ce qui a entravé l’évolution de l’homme vers une véritable humanité, c’est l’aliénation du corps mis au travail, c’est l’exploitation de la force de vie transformée en force de production. Notre animalité résiduelle a été refoulée au nom d’un esprit qui n’était que l’émanation d’un pouvoir céleste et temporel chargé de dompter la matière terrestre et corporelle. Aujourd’hui, l’alliance avec les énergies naturelles s’apprête à supplanter la mise à sac des ressources planétaires et vitales. Redécouvrir notre parenté avec le règne animal, c’est nous réconcilier avec la bête qui est en nous, c’est l’affiner au lieu de l’opprimer, de la refouler et de la condamner aux cruautés du défoulement. Notre humanisation implique de reconnaître à l’animal le droit d’être respecté dans sa spécificité.
  7. M. : En Belgique, le vote, en principe, est obligatoire. As-tu déjà voté dans ta vie ? Tu paies les amendes ?
  8. V. : Je ne vote jamais, je n’ai jamais reçu d’amende.
  9. M. : Quelle leçon peut-on tirer de cette longue année pendant laquelle la Belgique s’est passée de tout gouvernement ?
  10. V. : Aucune. Pendant le sommeil lucratif des hommes politiques – 55 ministres qui n’ont pas de problèmes de fins de mois – les mafias financières continuent à faire la loi et se passent très bien des larbins qui sont à leur botte.
  11. M. : Comment vois-tu la « révolution » en cours dans les pays arabes ? L’islam te semble-t-il une menace pour elles ?
  12. V. : Où le social l’emporte, les préoccupations religieuses s’effacent. La liberté qui se débarrasse aujourd’hui de la tyrannie laïque n’est pas disposée à s’accommoder d’une tyrannie religieuse. L’islam va se démocratiser et connaître le même déclin que le christianisme. J’ai apprécié le slogan tunisien : « Liberté pour la prière, liberté pour l’apéro ! »
  13. M. : Finalement, tu restes un optimiste irréductible, non ?
  14. V. : Je pourrais me contenter de la formule de Scutenaire* : « Pessimistes, qu’aviez-vous donc espéré ? » Mais je ne suis ni optimiste, ni pessimiste. Je me fous des définitions. Je veux vivre en recommençant chaque jour. Il faudra bien que la dénonciation et le refus des conditions insupportables qui nous sont faites cèdent la place à la mise en œuvre d’une société humaine, en rupture absolue avec la société marchande.

Propos recueillis par Jean-Pierre Bouyxou
Illustration : Etienne Delessert

L’écrivain belge Louis Scutenaire (1905-1987) est l’auteur de Mes inscriptions. Raoul Vaneigem lui a consacré un livre dans la collection « Poètes d’aujourd’hui » (Seghers, 1991).
Le questionnaire de Siné Mensuel
Votre blague belge favorite ?
Je les oublie, le temps d’en rire.

Le livre que vous préférez ?
Le Discours de la servitude volontaire de La Boétie.

Le métier que vous vouliez faire, enfant ?
Tous, pour être malheureux, et aucun, pour avoir le temps de fabriquer un peu de bonheur.

Si vous étiez un animal ?
Je serais une proie et un prédateur, comme tant d’abrutis qui peuplent le monde. Qu’on me laisse le plaisir de devenir de plus en plus humain et de continuer à choyer mes chats.

Paru dans Siné Mensuel N°2 – octobre 2011

Résistance au colonialisme: Ramener les brebis égarées…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 29 septembre 2015 by Résistance 71

Cet injonction de MNN aux fourvoyés des leurs peut parfaitement être à notre sens étendue à nous-mêmes. Quand le slogan anarchiste dit « voter c’est acquiescer, voter c’est se soumettre », il ne dit pas autre chose: Arrêtons d’acquiescer, arrêtons de tenir la main des abuseurs publics, devenons politiquement adultes ! Nous sommes tous des colonisés, ce n’est qu’une question de degré. La colonisation passe d’abord par la colonisation des esprits.

Il ne tient qu’à nous de sortir de ce cercle vicieux, boycott du vote, boycott des institutions et retour à une société égalitaire où le pouvoir n’est plus séparé du peuple.

— Résistance 71 ~

 

Indien “made in Canada”

 

Mohawk Nation News

 

27 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/09/27/made-in-canada-indian/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

A lire sur la City de Londres / “Couronne”:

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/22/le-coeur-de-lempire-le-vatican-la-city-de-londres-et-le-district-of-columbia/

https://resistance71.wordpress.com/2015/06/29/resistance-au-colonialisme-dechirer-le-voile-de-la-couronne-city-de-londres/

https://resistance71.wordpress.com/2014/01/20/resistance-a-lideologie-dominante-comprendre-le-coeur-du-probleme-la-city-de-londres/

https://resistance71.wordpress.com/2013/05/31/oligarchie-financiere-la-city-de-londres-le-nid-de-lhydre-a-eliminer/

 

Ces Ongwe’hon:weh (autochtones) qui sont passés de l’autre côté sont comme ces souveneirs INDIENS vendus aux touristes avec leur “made in China” inscrit au revers. Tehati’natsa’hia:ton veut dire ceux des Ongwe’hon:weh qui votent dans les élections entrepreneuriales coloniales et ils ont inscrits sur leurs culs “made in Canada”. En votant, ils prêtent serment de soutenir la reinette d’Angleterre et de soutenir le génocide que la COURONNE perpétue contre nous.

La seule façon qu’a la colonie d’occupation du Canada de qualifier pour être un pays est de nous éliminer en nous assimilant ou en nous exterminant nous et notre exisentence. Ils doivent nous faire acquiescer à leur système en votant pour lui. Stephen Harper est si horrible que nous allons nous dresser et voter contre lui. Mulcair et Trudeau seront exactement comme Harper. Il n’y a pas de territoire “canadien” ou de langue “canadienne” ; dès lors le Canada n’est pas un pays, juste une entreprise, une corporation qui est la possession privée de la COURONNE (NdT: La City De Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican). Tout Ongwe’hon:weh qui vote, acquiesce au fait qu’ils peuvent nous assassiner, voler tout ce que nous avons, notre terre, nos ressources, nos enfants futurs et détruire notre Mère.

La loi de la terre est Kaianere:kowa. Ceux qui ont rejoint une entité étrangère viole le wampum 58 (NdT: le Wampum 58:

“Les chefs des Cinq Nations se trouvent maintenant debout en cercle se tenant par les mains. Ceci signifie et garantit qui si un des chefs de la confédérations quitte le conseil et cette confédération, ses bois de cerf, emblème de son titre de chef, ainsi que ses droits de naissance, devront être hébergés sur les bras des chefs de l’union dont les mains sont jointes. Il renonce à son titre, les bois de cerf tombent de son front mais restent au sein de la confédération.

Une autre signification est que si à un moment donné, un des chefs de la confédération choisit de se soumettre à la loi d’un peuple étranger, il n’est plus dans, mais en dehors de la confédération et on devra dire des personnes de cette classe qu’ils “se sont aliénés”. De même, de telles personnes qui se soumettent aux lois de nations étrangères doivent abandonner leurs droits et appartenance à la confédération des Cinq Nations et son territoire.

Vous, les chefs de la confédération des Cinq Nations, demeurez fermes de façon à ce que si un arbre tombe sur vos bras joints, il ne pourra pas vous séparer ou affaiblir votre poigne. Ainsi se préservera la force de l’union.”).

Ils perdent donc leurs droits de naissance sur la terre, leur mère, nom et clan. Ils rejoignent la population des envahisseurs.

A ceux qui votent le message est ceci: “Voter veut dire que vous avez abandonné le fait d’être Ongwe’hon:weh. Vous êtes en accord avec le système qui nous opprime. Vous devenez la possession des actionnaires de la corporation canadienne comme tous les électeurs/votards canadiens. Le plan sur cent an mis en place en 1924 pour nous annihiler est toujours en vigueur. Vous quittez le canoë et montez à bord du vaisseau de l’amirauté des banquiers. Ce navire ne peut pas venir à quai. Vous devenez des sans-terre et vous n’avez plus aucune racine sur Onowaregeh, l’île de la Grande Tortue (NdT: Amérique du Nord en langage amérindien) ; vous prêtez serment à la reine pour l’aider dans ses désirs et vous devenez un avec ses autres orphelins de terre. Votre mère n’est plus Onowaregeh.

Si vous votez, vous allez contre vos ancêtres qui sont morts pour votre liberté. Vous pouvez néanmoins toujours changer d’avis (et revenir).

Comme le chante si bien Bob Dylan: “Come gather round, people, wherever you roam. And admit that the waters around you have grown. And accept it that soon you’ll be drenched to the bone. If your time to you is worth saving, then you better start swimming or you’ll sink like a stone. For the times they are a’changing.” 

 

women interrupt pipeline consultation.

 

CKUT McGill Radio on seizure notice interview

Ingérence de l’empire en Syrie… Le dessous des cartes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, France et colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 28 septembre 2015 by Résistance 71

Duff de retour vivant

 

Gordon Duff

 

26 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2015/09/26/duff-back-alive/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

[ Note de l’éditeur: Veterans Today (VT) est amené à faire ce qu’aucune autre publication ne peut faire. Nous rencontrons nos contre-parties dans les services de renseignement et gouvernement et nous comparons nos notes. Si vous pensez par exemple que votre vision des choses en lisant InfoWhores ou BeforeeltzSnooze ressemble à celle de disons, Poutine, on vous conseillerait de ne jamais le rencontrer et si vous le faisiez, de la fermer. Il y a une énorme différence entre une information open source et “l’imagination” et la fabrication. Si vous voulez par exemple qu’on vous regarde comme un insecte, mentionnez les mots “nanothermite” ou “Jade Helm”. Dans les semaines à venir, Jim Dean de VT va vous dire comment les dossiers nous furent ouverts et à quel point cette vision du monde est bien différente de celle dépeinte sur internet. Dans la plupart, mais pas tous les cas, VT possède ce que beaucoup ont mais n’ont jamais publié ou fuité, en certaines circonstances, nous en avons bien plus que certaines agences gouvernementales.

Le véritable renseignement ne ressemble que très peu au narratif enfantin qui parvient au public. La question bien évidemment est de savoir combien de couches possède l’information et surtout combien de ces couches pouvons-nous peler ? ]

___________________________

Une équipe emmenée par VT qui incluait un représentant de la communauté du renseignement de Washington, à son plus haut niveau, vient de rentrer (de Syrie). D’autres rentrèrent plus tôt. Je me suis personnellement arrêté en Allemagne pour une semaine et je publierai photos et vidéos.

Je sortais de la douane à Detroit et fut repéré par une agréable femme du DHS (Homeland Security). Imaginez cette conversation:

Q:  Monsieur Duff, que faisiez-vous en Syrie ?

A: Imaginez ceci, hypothétiquement, et si les Etats-Unis avaient été kidnappés par une sinistre puissance incluant Al Qaïda et que les Etats-Unis seraient en fait en train de soutenir l’EIIL et un bon nombre de groupes terroristes dans le monde ? Vous avez remarqué que le second groupe qui fut entraîné par les Américains a rejoint “accidentellement” Al Qaïda une fois de plus ? Pourquoi croyez-vous que le général Allen vient de démissionner ?

Q: Puis-je porter vos bagages à la voiture?

J’ai particulièrement apprécié être conduit au travers de l’inspection des bagages et de sa file d’attente et d’être hâté, plutôt manu militari, hors de l’aéroport.

Surprise

En Syrie, au cours d’une réunion avec le plus haut fonctionnaire du renseignement syrien, pas “un des” plus hauts fonctionnaires… “Le” plus haut fonctionnaire, la Syrie a confirmé à VT l’histoire qu’elle a de fait été touchée par une arme nucléaire en Mai 2013.

Les Etats-Unis étaient parfaitement au courant qu’Israël avait utilisé une arme nucléaire tactique en Syrie et pourtant, pendant plus de 2 ans, ont continué la farce au sujet de la menace nucléaire iranienne. Ceci est tout simplement à gerber.

__________________________

VT a encore raison

Il n’y a pas de troupes russes ou chinoises en Syrie mis à part quelques spécialistes en équipement et ceux qui sont depuis des années et des années sur la base navale russe de Tartous.

De plus, à quel niveau d’imbécilité, et nous connaissons la réponse de ceci, sont rendus les psychos de Washington ? Les photos satellites utilisées pour identifier les armes russes, dites avoir été soi-disant fuitées du Pentagone, étaient, si vous lisez les inscriptions de dessous, des images de publicité que quiconque peut acheter et qui ne montraient absolument rien.

Elles ont été achetés, comme on le voit si on les agrandi un peu, par un affilié de Microsoft en Alaska, qui les a envoyé à Reuters. Toute cette affaire est une vaste escroquerie.

Le bon côté de la chose est que cela a fait flipper suffisamment de personnes pour que Poutine se serve de cette escroquerie pour faire levier en un superbe retour des choses. Que j’aime voir les salauds se faire mettre en fin de compte.

_____________________

Réunions

La grande raison de ce voyage fut de permettre à la Syrie de fuiter des informations à quelques comités du congrès des Etats-Unis soigneusement sélectionnés, suffisamment pour faire paraître Assad comme étant la “meilleure alternative” et pour justifier d’une nouvelle et bien plus saine politique américaine, et ce même durant une année électorale.

Bien évidememnt, Assad paraît bien plus attractif quand il a avec lui des milliers de troupes russes et des armes modernes, qui existent, dans son hangard. Ceci est typique de la morale de Washington.

_______________________

VT encore et encore correct

Il y a deux ans, alors que bien “d’autres” avaient les yeux braqué sur l’Iran et l’Ukraine seulement, ou suivaient les évènements en Egypte, VT décida alors de bâtir la plus robuste capacité de toutes les organisations de presse ou même des agences de renseignement au monde, à l’intérieur de la Syrie.

Nous avions raison, la Syrie est maintenant le centre de l’univers et seul VT en a un accès direct car ayant gagné sa confiance. De manière plus importante, nous avons une relation forte avec le grand moufti, conseiller principal du président Assad. (NdT: Thierry Meyssan ? )

Avec de la chance et l’aide du président Poutine, VT sera capable, au moyen d’une excellence journalistique qui n’existe maintenant nulle part ailleurs, nous mener tous hors de cet enfer.

Résistance à l’empire: Des femmes amérindiennes bloquent une réunion sur l’oléoduc pour sables bitumeux à Montréal…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 28 septembre 2015 by Résistance 71

Des femmes des premières nations du Canada mettent un terme aux auditions concernant l’oléoduc pour sables bitumeux

 

John Vibes

 

25 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.trueactivist.com/women-of-the-first-nations-shut-down-tar-sands-pipeline-hearing/#.VgXxDIUdkPk.email

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Cette semaine, des femmes représentant des nations premières ont bouclé une réunion concernant un oléoduc à Montréal. La réunion portait sur le très controversif et controversé oléoduc de TransCanada, qui pourrait potentiellement déplacer des dizaines de milliers de personnes et créer une pollution environnementale non dite mais bien réelle. Les communautés autochtones seront celles qui seront le plus touchées par cet oléoduc alors que les compagnies pétrolières prévoient de construire ce pipeline directement au travers de leurs terres ancestrales, cette terre qui leur fut promise par les tous premiers traités signés avec le gouvernement du jeune Canada.

Amanda Lickers de la communauté Seneca-Haudenosaunee (Seneca de la Confédération Iroquoise) a été une des femmes se joignant à la manifestation. Elle a dit aux journalistes présents qu’elle était tout à fait déterminée à protéger sa terre et l’environnement qui l’entoure.

Ce que nous voulons, c’est que l’entreprise TransCanada comprenne que non veut dire non. Ceci est territoire Kanien’ke, ceci est une terre Mohawk, et nous sommes fatigués de l’occupation incessante, nous sommes fatigués et en avons ras-le-bol des désastres environnementaux. Ceci est notre terre et nous allons la protéger,” a t’elle déclaré.

Durant la protestation, quatre femmes autochtones tenaient une banderole où on pouvait lire “Pas de consentement, pas d’oléoduc”, alors que la réunion se voyait annulée.

“Le NEB ne prend même pas de décision. Tout ce qu’ils font est de recommander une action au gouvernement fédéral. Nous avons voulu marteler le fait que tout cela n’est qu’un processus totalement futile et nous allons mettre un coup d’arrêt à cet oléoduc, nous devons continuer avec l’action directe. Nous avons cette responsabilité de rétablir et maintenir notre souveraineté pour les générations futures,” a dit Lickers à Common Dreams.

La police fut appelée sur les lieux de la manifestation, aucune arrestation ne fut faite.

Plutôt cette année, à Rosebud dans l’état du Dakota du Sud, le président du conseil tribal Sioux de Rosebud a fait une déclaration officielle disant que le conseil considérerait le passage de l’oléoduc Keystone XL au travers de leurs terres comme un “acte de guerre”.

Une des meilleures campagnes de propagande menée pour eux par le gouvernement est l’idée que c’est leur boulot de protéger l’environnement.

Ceci est dit être accompli en punissant ceux qui endommagent l’environnement. Mais, des situations comme celle-ci donnent une bien meilleure vue de la réalité.

Dans ce cas et dans bien d’autres, les détenteurs de la propriété privée individuelle sont personnellement investis dans la terre, ils ont ainsi une bien meilleure raison de prendre soin de cette propriété et d’être conscient de l’environnement.

Dans cette affaire d’oléoduc pour sables bitumeux, nous voyons comment le gouvernement est en fait en train de retirer la propriété des gens qui en prennent le plus de soin pour la vendre à des gens qui vont sans aucun doute possible lui manquer totalement de respect.

Sans le bras coercitif du gouvernement pour exproprier la propriété, les entreprises qui construisent cet oléoduc seraient forcés de négocier directement avec les tenants du titre de propriété ou leur offrir des arrangements généreux en échange de cette propriété.

De fait, la vaste majorité de ces gens ont une très grande part de leur histoire personnelle investie dans cette terre, la plupart d’entre eux refuseraient de négocier, rendant la construction de cet oléoduc complètement impossible.

Il est bien triste de constater que les politiciens n’ont aucun problème pour négocier la propriété des autres, ils peuvent donc être soumis au lobbying pour qu’ils utilisent les armes du gouvernement pour exproprier la terre au profit d’un tiers, rendant ainsi possible des projets dont personne ne veut dans son “propre jardin” et les faisant passer de projet à la réalité.

Participez à la résistance politique à l’empire: Envoyez vos questions pour une interview…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, Internet et liberté, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 26 septembre 2015 by Résistance 71

Participez à un entretien avec Kahentinetha Horn de Mohawk Nation News

 

Résistance 71

 

26 Septembre 2015

 

Kahentinetha Horn, du clan de l’ours de la nation Mohawk, membre du conseil traditionnel des anciens (elders) et du conseil des mères de clan, fondatrice de Mohawk Nation News, Kanahwake, l’organe de communication de la société traditionnelle Mohawk depuis la crise d’Oka en 1990, va nous accorder un entretien très prochainement.

Afin de maximiser l’efficacité de notre interaction, nous sollicitons notre lectorat pour poser des questions qui permettront de clarifier, nous l’espérons, certains malentendus concernant la gouvernance traditionnelle. Devons-nous rappeler que la ville de Montréal par exemple, se trouve en territoire Kanienke:haka (Mohawk), sur des terres jamais cédées, ni abandonnées. De nombreuses incompréhensions proviennent de l’ignorance sur la façon dont les sociétés traditionnelles natives gèrent souverainement leurs affaires.

Les Conseils de Bandes au Canada (Conseils de Tribus aux Etats-Unis), ne représentent aucunement leurs communautés respectives. Ils ne sont que les représentants officiels, officialisés du gouvernement colonial dans les nations autochtones. Ces conseils, dont l’AFN est au Canada l’épicentre, ou Association des Premières Nations, n’ont absolument aucune autorité légale ou légitime de quelque manière que ce soit pour réguler les affaires des communautés et des nations indigènes. Bien peu de gens au Canada et aux Etats-Unis le savent. Pour beaucoup de colons du Canada, les Conseils de Bande sont les représentants des Indiens auprès des gouvernements provincial et fédéral… Rien n’est plus faux, il s’agit d’une usurpation sous le coup de la loi sur les Indiens ou Indian Act (1867, 1924). Il en va de même aux Etats-Unis où les Conseils de Tribus sont régis par l’Indian Law ou la loi sur les Indiens (création du Bureau des Affaires Indiennes en 1824 suivant la première mouture de 1790).

Nous vous donnons l’opportunité de pouvoir poser les questions de votre choix afin de mieux comprendre les problèmes et surtout comment les résoudre ENSEMBLE, blancs et autochtones la main dans la main contre l’empire qui nous contrôle tous !

L’objectif de cet entretien est de clarifier les questions de gouvernance et d’amener occupants occidentaux de la terre et détenteurs naturels du titre de la terre à mieux se comprendre et ainsi à pouvoir finalement mieux coopérer.

Tout le monde peut participer, les questions ne sont pas réservées à nos amis Canadiens francophones, mais nous encourageons bien évidemment ceux-ci, directement concernés, à poser le plus de questions possibles.

Si vous aviez l’opportunité de vous retrouver assis(e) à une table avec un membre représentant la gouvernance traditionnelle amérindienne, quelles seraient les 2 ou 3 questions importantes à votre sens que vous lui poseriez ?…

Pour poser vos questions, faites le via courriel à cette adresse:

commune1871@yandex.com

Nous compilerons les questions reçues pour les poser à Kahenthinetha. Envoyez vos questions en français, nous les traduirons pour Kahentinetha. L’entretien aura lieu en anglais et sera publié sur MNN, nous traduirons l’ensemble en français et le publierons sur Résistance 71. La date de publication n’est pas encore fixée, nous vous le ferons savoir.

Vous avez jusqu’au Lundi 5 Octobre pour nous envoyer vos questions à l’adresse courriel ci-dessus.

Nous comptons sur vous. C’est une super opportunité pour progresser ensemble dans la bonne direction !

Merci

Fraternellement à toutes et tous

Résistance 71