Archive for the France et colonialisme Category

Mise au point historique sur les sémites, antisémites, sionistes et antisionistes (Schlomo Sand)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 31 mars 2019 by Résistance 71

 

« Le chrétien est simplement un juif de la confession ‘réformée’. »
~ Friedrich Nietzsche ~

 

A propos des sémites et des antisémites, des sionistes et des antisionistes

 

Schlomo Sands

 

25 février 2019

 

Source: http://www.ujfp.org/spip.php?article6972&lang=fr

 

Si toute expression antijuive dans le monde ne cesse de m’inquiéter, j’éprouve un certain écœurement face au déluge d’hypocrisie et de manipulations orchestré par tous ceux qui veulent désormais incriminer quiconque critique le sionisme.

Bien que résidant en Israël, « Etat du peuple juif », j’ai suivi de près les débats, en France, sur : antisémitisme et antisionisme. Si toute expression antijuive dans le monde ne cesse de m’inquiéter, j’éprouve un certain écœurement face au déluge d’hypocrisie et de manipulations orchestré par tous ceux qui veulent désormais incriminer quiconque critique le sionisme.

Commençons par les problèmes de définition. Depuis longtemps déjà, je ressens un malaise non seulement face à la récente formule en vogue : « civilisation judéo-chrétienne  », mais aussi face à l’utilisation traditionnelle du vocable : « antisémitisme ». Ce terme, comme l’on sait, a été inventé dans la seconde moitié du 19ème siècle par Wilhelm Marr, nationaliste-populiste allemand qui détestait les juifs. Conformément à l’esprit de cette époque, les utilisateurs de ce terme tenaient pour présupposé de base l’existence d’une hiérarchie des races dans laquelle l’homme blanc européen se situe au sommet, tandis que la race sémite occupe un rang inférieur. L’un des fondateurs de la « science de la race  » fut, comme l’on sait, le français Arthur Gobineau.

De nos jours, l’Histoire un tantinet plus sérieuse ne connaît que des langues sémites (l’araméen, l’hébreu, et l’arabe, qui se sont diffusées au Proche Orient), et ne connaît, en revanche, nulle race sémite. Sachant que les juifs d’Europe ne parlaient pas couramment l’hébreu, qui n’était utilisé que pour la prière, (de même que les chrétiens utilisaient le latin), il est difficile de les considérer comme des sémites.

Faut-il rappeler que la haine raciale moderne envers les juifs constitue, avant tout, un héritage des églises chrétiennes ? Dès le quatrième siècle, le christianisme s’est refusé à considérer le judaïsme comme une religion légitime concurrente, et à partir de là, il a créé le fameux mythe de l’exil : les juifs ont été exilés de Palestine pour avoir participé au meurtre du fils de Dieu ; c’est pourquoi, il convient de les humilier pour démontrer leur infériorité. Il faut pourtant savoir, qu’il n’y a jamais eu d’exil des juifs de Palestine, et, jusqu’à aujourd’hui, on ne trouvera pas le moindre ouvrage de recherche historique sur le sujet !

Personnellement, je me range dans l’école de pensée traditionnelle qui se refuse à voir les juifs comme un peuple-race étranger à l’Europe. Dès le 19ème siècle, Ernest Renan, après s’être libéré de son racisme, avait affirmé que : Le juif des Gaules… n’était, le plus souvent, qu’un Gaulois professant la religion israélite. » L’historien Marc Bloch a précisé que les juifs sont : « Un groupe de croyants recrutés, jadis, dans tout le monde méditerranéen, turco-khazar et slave ». Et Raymond Aron d’ajouter : « Ceux que l’on appelle les juifs ne sont pas biologiquement, pour la plupart, des descendants des tribus sémites… ». La judéophobie s’est, cependant, toujours obstinée à voir les juifs, non pas comme une croyance importante, mais comme une nation étrangère.

Le lent recul du christianisme, en tant que croyance hégémonique en Europe ne s’est pas accompagné, hélas, d’un déclin de la forte tradition judéophobe. Les nouveaux « laïcs » ont transformé la haine et la peur ancestrales en idéologies « rationalistes » modernes. On peut ainsi trouver des préjugés sur les juifs et le judaïsme non seulement chez Shakespeare ou Voltaire, mais aussi chez Hegel et Marx. Le nœud gordien entre les juifs, le judaïsme et l’argent semblait aller de soi parmi les élites érudites. Le fait que la grande majorité des millions de juifs, en Europe orientale, ait souffert de la faim, et ait vécu en situation de pauvreté, n’a absolument pas eu d’effet sur Charles Dickens, Fiodor Dostoïevski, ni sur une grande fraction de la gauche européenne. Dans la France moderne, la judéophobie a connu de beaux jours non seulement chez Alphonse Toussenel, Maurice Barrès et Edouard Drumont, mais aussi chez Charles Fourier, Pierre-Joseph Proudhon, voire, pendant un temps, chez Jean Jaurès et Georges Sorel.

Avec le processus de démocratisation, la judéophobie a constitué un élément immanent parmi les préjugés des masses européennes : l’affaire Dreyfus a fait figure d’événement « emblématique », en attendant d’être surpassée, et de loin, par l’extermination des juifs durant la seconde guerre mondiale. C’est entre ces deux événements historiques qu’est né le sionisme, en tant qu’idée et mouvement.

Il faut cependant rappeler que jusqu’à la seconde guerre mondiale, la grande majorité des juifs et leurs descendants laïques étaient antisionistes. Il n’y avait pas que l’orthodoxie, forte et organisée, pour s’indigner face à l’idée de précipiter la rédemption en émigrant vers la Terre Sainte ; les courants religieux plus modernistes (réformateurs ou conservateurs), s’opposaient aussi vivement au sionisme. Le Bund,parti laïque en qui se reconnaissait la majorité des yiddishophones socialistes de l’empire russe, puis de la Pologne indépendante, considérait les sionistes comme des alliés naturels des judéophobes. Les communistes d’origine juive ne perdaient pas une occasion de condamner le sionisme comme complice du colonialisme britannique.

Après l’extermination des juifs d’Europe, les rescapés qui n’avaient pas réussi à trouver à temps refuge en Amérique du Nord, ou en URSS, adoucirent leur relation hostile au sionisme, alors même que la majorité des pays occidentaux et du monde communiste en venait à reconnaître l’Etat d’Israel. Le fait que la création de cet Etat se soit effectuée, en 1948, aux dépens de la population arabe autochtone ne gêna pas outre mesure. La vague de la décolonisation en était encore à ses prémices, et ne constituait pas une donnée à prendre en compte. Israel était alors perçu comme un Etat-refuge pour les juifs errants, sans abri ni foyer.

Le fait que le sionisme ne soit pas parvenu à sauver les juifs d’Europe, et que les survivants aient souhaité émigrer en Amérique, et malgré la perception du sionisme comme étant une entreprise coloniale au plein sens du terme, n’altèrent pas une donnée significative : le diagnostic sioniste concernant le danger qui planait sur la vie des juifs dans la civilisation européenne du vingtième siècle (nullement judéo-chrétienne !), s’était avéré exact. Théodore Herzl, le penseur de l’idée sioniste, avait, mieux que les libéraux et les marxistes, compris les judéophobes de son époque.

Cela ne justifie pas, pour autant, la définition sioniste selon laquelle les juifs forment un peuple-race. Cela ne justifie pas davantage la vision des sionistes décrétant que la Terre Sainte constitue la patrie nationale sur laquelle ils auraient des droits historiques. Les sionistes ont, cependant, créé un fait accompli politique, et toute tentative de l’effacer se traduirait par de nouvelles tragédies dont seront victimes les deux peuples qui en ont résulté : les Israéliens et les Palestiniens.

Il faut en même temps se souvenir et le rappeler : si tous les sionistes ne réclament pas la poursuite de la domination sur les territoires conquis en 1967, et si nombre d’entre-eux ne se sentent pas à l’aise avec le régime d’apartheid qu’Israel y exerce depuis 52 ans, tout un chacun qui se définit comme sioniste s’obstine à voir en Israel, au moins dans ses frontières de 1967, l’Etat des juifs du monde entier, et non pas une République pour tous les israéliens, dont un quart ne sont pas considérés comme juifs, parmi lesquels 21% sont arabes.

Si une démocratie est fondamentalement un Etat aspirant au bien-être de tous ses citoyens, de tous ses contribuables, de tous les enfants qui y naissent, Israel, par-delà le pluralisme politique existant, est, en réalité, une véritable ethnocratie, à l’instar de ce qu’étaient la Pologne, la Hongrie, et d’autres Etats d’Europe de l’Est, avant la seconde guerre mondiale.

La tentative du président français Emmanuel Macron et de son parti visant aujourd’hui à criminaliser l’antisionisme comme une forme de l’antisémitisme s’apparente à une manœuvre cynique et manipulatoire. Si l’antisionisme devenait une infraction pénale, je recommanderais à Emmanuel Macron de faire condamner, à titre rétroactif, le bundiste Marek Edelman, qui fut l’un des dirigeants du ghetto de Varsovie et totalement antisioniste. Il pourrait aussi convier au procès les communistes antisionistes qui, plutôt que d’émigrer en Palestine, ont choisi de lutter, les armes à la main, contre le nazisme, ce qui leur a valu de figurer sur « l’affiche rouge ».

S’il entend faire preuve de cohérence dans la condamnation rétroactive de toutes les critiques du sionisme, Emmanuel Macron devra y joindre ma professeure Madeleine Rebérioux, qui présida la Ligue des Droits de l’Homme, mon autre professeur et ami : Pierre Vidal-Naquet, et aussi, bien évidemment : Éric Hobsbawm, Edouard Saïd, et bien d’autre éminentes figures, aujourd’hui décédées, mais dont les écrits font encore autorité.

Si Emmanuel Macron souhaite s’en tenir à une loi réprimant les antisionistes encore en vie, la dite-future loi devra aussi s’appliquer aux juifs orthodoxes de Paris et de New-York qui récusent le sionisme, à Naomi Klein, Judith Butler, Noam Chomsky, et à bien d’autres humanistes universalistes, en France et en Europe, qui s’auto-identifient comme juifs tout en s’affirmant antisionistes.

On trouvera, bien évidemment, nombre d’idiots à la fois antisionistes et judéophobes, de même qu’il ne manque pas de pro-sionistes imbéciles, judéophobes aussi, pour souhaiter que les juifs quittent la France et émigrent vers l’Etat d’Israel. Faudra-t-il les inclure également dans cette grande envolée judiciaire ? Prenez garde, Monsieur le Président, à ne pas vous laisser entraîner dans ce cycle infernal, au moment précis où la popularité décline !

Pour conclure, je ne pense pas qu’il y ait une montée significative de l’antijudaïsme en France. Celui-ci a toujours existé, et je crains, hélas, qu’il n’ait encore de beaux jours devant lui. Je n’ai, toutefois, aucun doute sur le fait que l’un des facteurs qui l’empêche de régresser, notamment dans certains quartiers où vivent des gens issus de l’immigration, est précisément la politique pratiquée par Israel à l’encontre des Palestiniens : ceux qui vivent, comme citoyens de deuxième catégorie, à l’intérieur de « l’Etat juif », et ceux qui, depuis 52 ans, subissent une occupation militaire et une colonisation brutales.

Faisant partie de ceux qui protestent contre cette situation tragique, je soutiens de toutes mes forces la reconnaissance du droit à l’autodétermination des Palestiniens, et je suis partisan de la « désionisation » de l’Etat d’Israel. Devrai-je, dans ce cas, redouter que ma prochaine visite en France, ne m’envoie devant un tribunal ?

Traduit de l’hébreu par Michel Bilis

= = =

Lectures complémentaires:

La Bible Déterrée Israel Finkelstein

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Manifeste pour la Société des Sociétés

Ashraf Ezzat Mythe Biblique

 

Publicités

Guerre impérialiste en Syrie: Une opération de provocation à l’arme chimique organisée par la France et la Belgique serait en cours

Posted in actualité, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 30 mars 2019 by Résistance 71

D’après un général russe, les services spéciaux français et belge préparent une attaque chimique de provocation en Syrie

 

Al Manar

 

30 mars 2019

 

url de l’article original: http://french.almanar.com.lb/1306098

 

La France et la Belgique prévoient d’organiser une provocation à l’arme chimique en Syrie, a affirmé la Défense russe.

«Les services secrets de France et de Belgique préparent une provocation à l’arme chimique en Syrie afin d’accuser les forces aérospatiales russes d’avoir porté des frappes contre les civils», a déclaré vendredi aux journalistes le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général de brigade Victor Kouptchichine.

«Les représentants des services secrets occidentaux ont déjà tenu une réunion appropriée avec les chefs de file des terroristes à Idlib», a-t-il indiqué.

Selon des informations détenues par le Centre, les formations armées illégales qui déploient leurs activités sur le territoire de la zone de désescalade d’Idlib préparent des provocations en vue d’accuser les militaires russes et les troupes gouvernementales syriennes d’avoir employé des substances toxiques.

«Pour organiser ces provocations, des représentants des services secrets français et belges sont arrivés à Idlib. Une rencontre s’est tenue sous leur direction avec des chefs de file des groupes terroristes Hayat Tahrir al-Cham (anciennement Front al-Nosra) et Tanzim Hurras ad-Din (ayant prêté allégeance à Al-Qaïda), ainsi qu’avec des représentants de l’organisation soi-disant humanitaire des Casques blancs», a poursuivi Victor Kouptchichine.

Il a ajouté que la réunion avait été consacrée à la mise en scène d’images «censées prouver que la Russie et la Syrie ont employé des substances toxiques contre les civils».

Toujours selon Victor Kouptchichine, chaque participant à la mise en scène de l’attaque chimique sera payé 100 dollars US (presque 90 euros).

Il a fait remarquer également que les organisateurs de la provocation pourraient avoir recours à des gaz toxiques réels afin de garantir «l’authenticité» des photos et des vidéos.

Dans ce contexte, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a appelé les chefs des formations armées illégales à refuser toute provocation armée et à s’engager dans la voie d’un règlement pacifique dans les régions qu’ils contrôlent.

Du 14 au 27 mars, des représentants des services secrets belges ont filmé les frappes aériennes réalisées par les forces aérospatiales russes contre des entrepôts de munitions et des centres d’assemblage de drones de groupes terroristes dans la zone de désescalade d’Idlib, afin de s’en servir par la suite comme «preuves» de l’emploi d’armes chimiques, a souligné le ministère russe de la Défense.

Le 23 mars, sous contrôle des services secrets français, une substance toxique, supposément à base de chlore, a été livrée depuis Saraqeb dans les localités de Khan Cheikhoun, Maaret al Horma et Kafr Zita, a encore révélé le ministère.

Abattre le colonialisme: le Canada entité entrepreneuriale coloniale de la City de Londres et génocide continu (MNN)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 mars 2019 by Résistance 71


La Grande Loi de la Paix du continent américain

 

La partie de poker du Canada

 

Mohawk Nation News

 

15 mars 2019

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2019/03/16/canadas-card-game/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le coup de poker du Canada a explosé en plein vol ! Le Canada est une dictature fasciste gérée par un petite groupe de l’élite criminelle. Le Canada est en fait une entreprises coloniale privée géré comme toute autre entreprise, simplement le Privy Council (NdT: conseil privée de la reine d’Angleterre qui décide et/ou donne son aval sur tout) en est le conseil d’administration, qui supervise ceux qui en font fonctionner les rouages. Leur fonction essentielle étant de perpétrer cette illusion de liberté tout en faisant tout pour augmenter les dividendes versés aux actionnaires de l’entreprise. Ces actionnaires sont la “Couronne” (NdT: la City de Londres) et la “couronne” est le Vatican. Le Canada a montré sa main lorsque le Privy Council est sorti de derrière le rideau pour montrer son rôle véritable, celui de diriger les officiants de l’entreprise. Les députés sont les abeilles ouvrières dont le boulot consiste à maintenir l’illusion de liberté et de “démocratie” sur l’ensemble des gens. Tout système pyramidal est géré comme votre loge maçonnique locale, suivant une formule de grille de contrôle pyramidale où chacun ne sait que le strict minimum permettant le fonctionnement et le cloisonnement du système.

Quelques membres du Privy Council représentant les actionnaires de l’élite de la Couronne sont sortis de l’ombre, des gens comme Michael Warwick, Keith Lynch [PCO, SNC], Frank Labucci {ancien juge de a Cour Suprême), David Lametti, Joe Wild de PCO et des Affaires Indiennes. Le public canadien devrait demander qui sont ces personnes non-élues et devraient aussi se demander si le peuple a besoin de ce Privy Council ? Seuls les actionnaires de la City de Londres en ont besoin !

Les hauts-fonctionnaires de l’entreprise coloniale sont: le premier ministre est le PDG, le leader de l’opposition le vice-président et le ministre des finances en est le trésorier.

Le contraire absolu du fascisme corporatiste est Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix.

Nous ne pourrons connaître la paix dans le monde que lorsque la dictature du 51% du système entrepreneurial étatique sera connu pour ce qu’il est: une mascarade de démocratie et sera éliminé. Quand les esclaves continuent de voter pour le système, le 1% (NdT: en fait le 0,0001%) continuera de tout posséder et de tout gérer à sa convenance.

Quand ceci prendra fin , alors la guerre prendra fin et le monde connaîtra la paix.

La solution pour éliminer le corporatisme entrepreneurial (colonial) est d’éliminer la clause de non-responsabilité des actionnaires et de fait les rendre responsables de tous les crimes commis envers la Nature par leur entreprise. La première question qui se pose dans toute consultation avec les peuples natifs originels du continent est celle-ci: “Nous voulons la liste complète des actionnaires de l’entreprise. Nous voulons savoir à quelles familles nous avons à faire, quelles corporations/entreprises font des affaires et du commerce sur nos terres ? Elles sont ici pour nous tuer et pour utiliser, piller nos terres et nos ressources afin de faire fonctionner leur machine de guerre autour du monde.”

Si les Canadiens arrêtaient de voter pour ce système inique et demandait au lieu de cela un referendum constitutionnel, ils pourraient alors célébrer leur émancipation de l’esclavage. (NdT: pourvu que ce sit hors système, l’État et la société marchande doivent être mise à bas !…)

Le Canada est coupable du plus grand crime humanitaire de l’histoire. Le Canada est une dictature fasciste qui est couramment dans le processus d’exterminer Onkwehonweh (peuples natifs) afin de forcer de manière illégale sa juridiction sur l’Île de la Grande Tortue et le monde. Le Canada vient juste de montrer ses cartes.

= = =

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

Et…

Kaianerekowa la Grande Loi de la Paix

Païens en Terre Promise, décoder la doctrine Chrétienne de la Découverte

Meurtre par Décret, le Crime de Génocide au Canada

Aimé Césaire: Discours sur le Colonialisme

Frantz Fanon: Peau Noire Masques Blancs

Comprendre le système légal colonial pour mieux le démonter avec:
– Peter d’Errico
– Steven Newcomb

Effondrer le colonialisme (Résistance 71 )

James C. Scott:

– L’art de ne pas être gouverné
– Contre le Grain, Histoire Profonde des Premiers États

 


1492-2019… continuité génocidaire

La domination sioniste en France… une plaie même pour VT (Gordon Duff)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 27 février 2019 by Résistance 71


Gordon nous le fait… à la Pilger: au dessus des lunettes

 

Le problème juif européen de Veterans Today (VT)

 

Gordon Duff (Senior Editor)

 

25 février 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/02/25/vts-european-jewish-problem/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Lecture connexe de VT:

« 3ème guerre mondiale: L’empire se prépare à bombarder l’Iran en avril-mai 2019 »

 

Veterans Today (VT) est à l’heure actuelle, la source de renseignement la plus efficace au monde. VT fut construit des contacts et des amis que nous avons autour du monde, certains en provenance de la communauté du renseignement, certains du milieu de la finance et des banques, certains du commerce comme le vin, le pétrole et le gaz naturel, l’extraction minière et autres. D’autres bien entendu, en provenance des contractants et sous-traitants de la défense.

Au fil du temps, nous avons aussi récupéré des retraités du journalisme, du monde universitaire et académique, de la diplomatie et un bon nombre d’espions proches de la limite d’âge. Nous avons même un éditeur qui est fonctionnaire à l’ambassade de Russie à Paris et qui partage un espace avec notre chef de bureau ‘juif”. A partir de là, ça devient compliqué…

Je dis ceci en préambule parce que nous avons un problème juif, spécifiquement en Europe. Ce problème a deux têtes. Des patrons des bureaux de VT, un bon nombre sont juifs. Ils sont tous des amis personnels et l’ont été depuis bien des années.

Ceux d’Europe et particulièrement en France, se sont retrouvés sous les attaques de ceux qui démontrent un ostracisme ouvert envers les juifs. Je n’utiliserai pas le faux terme impliquant le mot “sémite”. Aucun juif travaillant pour RT est “sémite” et ils le savent tous et s’en moquent tout le temps.

Mais, surtout en France, nous avons été les récipients de harcèlement de la part du gouvernement et ce à tous les niveaux et nous en avons vraiment plein les bottes. J’ai personnellement un très long historique de travail avec les plus hauts niveaux du contre-terrorisme en France et de la communauté de la défense et devrait être traité avec une certaine déférence, celle-ci devant fort justement passer aux membres de nos bureaux.

Je peux vous dire ceci: la “puissante” communauté juive de Paris, la vraie, n’a aucun pouvoir. Il y a là une très forte présence sioniste et du Mossad et cela n’a rien de bon pour les juifs [de France], bien au contraire.

Ceci m’amène au second point de discussion. Nous avons également des sources islamiques, des écrivains, des érudits, des universitaires, certains en France d’autres ailleurs. Ceux-ci sont profondément opposés à l’influence sioniste en France et en Grande-Bretagne. Ceci n’est pas un problème en GB, car il y a toujours une forme de liberté de la presse et une certaine civilité. Londres possède une puissante communauté juive où VT a de très puissants amis et où nous discutons pleinement de véritables différences. C’est particulièrement rafraîchissant.

En France, nos frères musulmans qui pourraient ne pas comprendre la communauté juive si bien, mais qui attaquent ouvertement l’influence sioniste sur Macron et ses sbires, chose que nous tous voyons comme le nez au milieu de la figure, sont attaqués.

Certains sont des universitaires, d’autres ont des liens avec les services de renseignement français ayant travaillé en Afrique du Nord et ailleurs. Nous vivons notre propre version du film “Vol au dessus d’un nid de coucou”. Ceci sort en droite ligne de “Mengele”.

Ils sont arrêtés et certains sont mis en asile psychiatrique et mis sous substances sédatives pour être “haineux envers les juifs”.

L’anti-sionisme n’est en rien la “haine des juifs”. Celle-ci me met du reste en colère.

C’est une maladie, la haine est une maladie. Au début en Allemagne, nous avions pris l’habitude de mettre un Menorah à notre fenêtre, un sur une place de la ville et un sur le plus actif des marchés de Noël en Allemagne chaque année. Il y avait une raison à cela. Vous pouvez la deviner.

Il y a des années, en Tchécoslovaquie (avant la scission), nous avons établi la première distribution de nourriture kosher pour une population juive quasi non-existante et bien sûr, avons produit la première bière kosher d’Europe de l’Est.

La règle principale de VT est de se dresser contre la haine, l’ostracisme et l’exclusion sous toutes leurs formes. En Israël, cela fait de nous des gens politiquement modérés, et étant modérés, cela fait de nous des “haïsseurs de juifs”

En France, on en a ras le bol de Macron et de ses petits jeux, petit laquais des extrémistes de droite et du crime mondial organisé (NdT: la banque et haute finance internationales qui entre autre, lavent toujours plus blanc le fric de tous les trafics que ce soit de came, d’êtres humains ou d’armes…). Il rend la vie impossible pour tout le monde, juif, musulman et ah oui, ne l’oublions pas… Il y a encore des Français qui ne sont ni l’un ni l’autre…

Voyez-vous, en France, cela n’est pas supposé avoir une importance. Pour VT, les petits jeux de Macron nous rappellent les nazis, pareil pour Netanyahou en Israël, nettoyage ethnique et guerre raciale. Nous reconnaissons cela, nous ne sommes pas des idiots, ni nos lecteurs du reste… Voilà, voilà.

 

Lecture connexe de VT:

« 3ème guerre mondiale: L’empire se prépare à bombarder l’Iran en avril-mai 2019 »

 


Le sionisme pyromane !

Résistance à l’impérialisme occidental: Bloc anti-terroriste entre Moscou et l’axe de la résistance…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 23 février 2019 by Résistance 71

Moscou et l’axe de la résistance* font bloc contre le terrorisme

 

Press TV

 

22 février 2019

 

url de l’article en français:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/02/22/589231/Russie-Rsistance-divergence-de-vue-unanimit-lutte-contre-le-terrorisme-Alexander-Zasypkine

 

(*) Note de R71: “L’axe de la résistance” est un axe Damas-Téhéran passant par Beyrouth-sud, le sud-Liban et les zones où vivent les populations affiliées au Hezbollah. Cet axe lutte depuis nombre d’années contre l’impérialisme occidental dans la région, allié au sionisme pour la mise en place du projet du “Grand Israël” du Nil à l’Euphrate qui permettrait aux entités coloniales de contrôler toutes les ressources naturelles (eau, gaz et pétrole) et les populations de la région.

L’ambassadeur de Russie au Liban, Alexander Zasypkin a déclaré que les relations qu’entretient la Russie avec l’axe de la résistance ne se limitaient pas à la lutte antiterroriste, et comprenaient d’autres volets.

« L’objectif de l’axe de la Résistance est de faire face à Israël, nous ne faisons donc pas partie de cet axe. Nous jouons plutôt un rôle de médiateur dans le cadre du processus de paix », a affirmé à la chaîne Al-Jazeera Alexander Zasypkin.

« Moscou apportait un soutien tous azimuts à la Syrie jusqu’à ce qu’une intervention militaire conjointe a été évoquée, bien sûr avec la coopération de nos alliés au sein de la Résistance. Certains tentent vainement de créer des divergences entre nous, mais cela n’arrivera jamais, car chaque partie a sa propre place géographique en Syrie. L’approche de la Russie consiste à établir des relations avec tout le monde à l’exception des terroristes. En dépit de sa divergence de vue avec la Turquie, Moscou est en contact avec Ankara. Mais nos relations avec l’axe de la Résistance sont plus solides », a-t-il souligné.

En réponse à la question de savoir pourquoi la Russie n’a pas empêché le régime israélien de prendre pour cible ses alliés au sein de l’axe de la Résistance Zasypkin s’est exprimé en ces termes : « Il y a un conflit israélo-arabe et la Syrie a le droit de se défendre face à tout agresseur. Lorsque nous sommes entrés militairement en Syrie, on a décidé d’éviter toute confrontation avec les autres groupes ; notre objectif était seulement de combattre les terroristes. Par conséquent, il ne faut pas imaginer que nous sommes entrés en Syrie en vue d’entrer, conformément au principe du processus de paix israélo-arabe, en guerre avec les autres parties. Nous jouons seulement un rôle politique. Nous ne nous concentrons que sur les terroristes. Mais en ce qui concerne les Israéliens, si quelque chose arrive, la défense aérienne y résistera ».

Solution politique en Syrie

« La réhabilitation de la souveraineté syrienne est notre objectif conjoint avec toutes les autres parties. L’éradication du terrorisme est l’objectif stratégique à travers la Syrie. Le processus de règlement politique doit être relancé conformément à la commission constitutionnelle. Nous nous sommes accordés sur la liste des nomes et l’émissaire des Nations unies doit travailler dans ce cadre », a indiqué l’ambassadeur de Russie au Liban, Alexander Zasypkine.

Guerre impérialiste en Syrie: Du rififi dans les forces d’occupation… Les Yankees se servent des forces françaises comme de bouclier…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 13 février 2019 by Résistance 71

MAJ: confirmation de Stratégika51

 

Syrie: Les USA se servent des forces françaises comme d’un bouclier

 

Press TV

 

13 février 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/02/13/588432/Syrie-Raqqa-France-cellule-de-renseignement-espionnage

 

En France où les médias sont visiblement sommés de désinformer au lieu d’informer, personne n’en parle et pourtant, l’information est bien fiable. Des sources militaires syriennes ont fait part d’une forte explosion produite dans le QG de renseignement et d’espionnage des forces françaises, à Raqqa. Des forces spéciales françaises auraient été tués ou blessés. Il s’agirait, selon Sputnik, d’une moto piégée qui a explosé au sein même de la cellule de renseignement et d’espionnage des forces françaises à Raqqa, ville qui a été le théâtre, il y a quelques jours, des manifestations anti-américaines et anti-françaises à l’occasion desquelles les habitants ont brûlé les drapeaux de ses deux pays, en réclamant le retrait des « forces d’occupation étrangères » de leur ville et de toute de la Syrie.

Selon Sputnik, « personne n’a réussi jusqu’à présent à pénétrer dans le lieu de l’explosion et de plus amples informations sur le niveau des dégâts causés par l’explosion se font toujours attendre ».

Des camions de pompiers et des ambulances ont pourtant été aperçus sur les lieux de l’explosion où les forces de la coalition américaine ont immédiatement mis en place un périmètre de sécurité, ajoute Sputnik.

L’usine sucrière qui abrite le QG des forces françaises à Raqqa est située sur la route Raqqa/Hassaké dans le nord de Raqqa. La déflagration est intervenu alors que des sources syriennes ont fait part lundi de la fuite de militaires américains, en pleine nuit, de la ville de Tabqa dans la banlieue sud-ouest du gouvernorat de Raqqa, après que les habitants de la ville ont brûlés le drapeau américain.

Selon Sputnik, une colonne militaire composée de 30 véhicules s’est dirigée de Tabqa vers le chef-lieu de la province de Raqqa. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis avaient coupé l’électricité des localités et villages situés dans la banlieue ouest de Raqqa, au moment du retrait des troupes US. Ces sources ajoutent que la majorité de forces américaines se seraient retirées de Tabqa et que seule une unité d’espionnage serait restée dans une école au sud de la ville, avec pour mission de brouiller les systèmes de communication des forces syriennes et de perturber leur fonctionnement.

Des habitants syriens de la province de Raqqa ont manifesté le samedi 9 février pour réclamer une fois de plus le retrait des forces américaines et françaises de Syrie et la fin des ingérences étrangères dans leur pays.

Sur les images vidéo diffusées à ce sujet sur les réseaux sociaux, on voit les manifestants réclamer la fin de l’occupation américaine et le retrait de toutes les troupes étrangères de Syrie. Les participants à cette manifestation ont brûlé les drapeaux américains et français en signe de protestation contre l’occupation de leur pays. Ils scandaient aussi des slogans contre les forces d’occupation.

Les Américains se servent-ils des forces françaises à titre de bouclier? Tout est possible, affirment les analystes qui soulignent aussi l’implication directe des Rafale français dans des frappes qui ont visé ces derniers jours les localités de Deir ez-Zor. Une information reprise samedi par SANA a évoqué des frappes de l’aviation française contre la localité stratégique d’Abou Kamal sur les frontières avec l’Irak.

Guerre impérialiste en Syrie… Fin de la guerre propagandiste vendue par l’occident ?

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 30 décembre 2018 by Résistance 71

La guerre en Syrie telle qu’elle nous à été vendue par les médias est terminée

 

Stratégika 51

 

28 décembre 2018

 

Source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article10754

 

Le rétablissement des relations diplomatiques entre les Émirats Arabes Unis et la Syrie a coïncidé avec un remaniement ministériel en Arabie Saoudite où Adel Al-Jubayr, ministre des Affaires étrangères a été relégué au rang de Secrétaire d’État. Al-Jubayr fut le responsable saoudien ayant multiplié le plus grand nombre de déclarations hostiles à la Syrie.

Le retour de la Syrie au sein de la Ligue Arabe de laquelle elle a été exclue au début de la guerre en Syrie n’est plus qu’une question de formes.

La Ligue Arabe est entièrement sous l’influence de Ryad depuis le début de ce que certains ont baptisé le Printemps Arabe.

Cela veut dire qu’il y a eu des contacts entre les pays du Golfe et Damas et qu’ils ont trouvé moins un terrain d’entente qu’une preoccupation commune : la Turquie.

Damas est en train d’envoyer des renforts vers Manbij tout en appelant les populations kurdes à se retourner contre les forces étrangères et à contrer l’envahisseur turc. Cette tentative de récupération vise avant tout à saper la politique de Paris et de Londres.

En parallèle, Ankara renforce ses unités militaires et le président turc Tayep Recep Erdogan jure que l’Armée turque ira mettre un pied sur la rive orientale de l’Euphrate et que les jours de la kermesse autonomiste kurde sont comptés.

Ankara est en brouille avec Ryad et ses alliés du Golfe, maintient des troupes au Qatar, émirat en conflit avec Ryad sur fond de rivalité régionale. Du coup, l’hostilité avec Damas en est atténuée d’autant plus que les syriens crient à qui veut les entendre que leur pays a subi l’ingérence du Qatar, pays pour qui sous-traitent la France et le Royaume-Uni.

Si vous croyez que c’est compliqué, patientez un peu. Ce n’est que le début : le retrait et la diminution de l’organisation Daech ont débuté avec le déclenchement du conflit ouvert entre Ryad et Doha. Cette brouille qui a failli se transformer en conflit armé a également impacté Al-Qaïda en Syrie mais également sa branche soeur au Yémen.

Remarquez aussi que le Royaume-Uni a lancé l’organisation des casques blancs, la Turquie parraine une douzaine de puissants groupes politiques armés dont un se prévalant représenter le gouvernement de la province rebelle d’Idleb tandis que la France louvoie entre les groupuscules kurdes et le Front Ennosra (un ultime avatar de la franchise Al-Qaïda).

En termes moins châtiés, ces pays, tous de vénérables membres de l’Alliance Atlantique et se prévalant d’appartenir au monde faussement libéral soutiennent tous le terrorisme en Syrie.

Le président américain Donald Trump a débarqué sur une base militaire US en Irak pour débusquer ses adversaires internes. Les réactions des politiques irakiens ne trompent personnes. Le clientélisme de la classe politique irakienne, l’une des plus corrompues au monde, fait partie des rouages de la corruption de la faune de parasites tournant autour du complexe militaro-industriel US et donc l’État profond américain dans ce qu’il a de plus caricatural.

Personne n’avait trouvé à redire lorsque Obama, Hillary Clinton ou Cameron mettaient les pieds en Irak et pour cause. Le régime fantôche irakien est une création des néoconservateurs les plus rétrogrades. Trump n’est pas du tout le type avec qui ils peuvent faire des affaires.

Trump a affirmé que les forces US stationnés en Irak allaient continuer à intervenir en Syrie. Une façon de dégonfler les rumeurs d’une fronde organisée par les soutiens de Jim Mattis et ses partisans. L’information est confirmée par des fuites savamment distillés par les grands titres de la presse néocon (devenue subitement démocrate ! )

La déclaration du retrait des forces US de l’est de l’Euphrate mais pas d’Al-Tanf ou du moins pas encore aurait du inciter les israéliens à moins de retenue car cela signifie que Washington se désengage partiellement de la Syrie sans les conditions requises, à savoir un retrait des forces pro-iraniennes de Syrie. De ce fait, Israël aurait pu se sentir libéré des entraves US et aurait pu agir. Ce qu’il a tenté de faire, en envoyant une vingtaine de bombes et de missiles sur des sites militaires syriens situés au Sud-Ouest de Damas et qui recevaient la nuit du raid manqué, la visite d’une délégation de haut rang du Hezbollah libanais. Les israéliens ont tente d’utiliser deux avions de ligne à la fois comme bouclier et comme leurre. Une tactique fort reprehensible et contraire aux principes de la guerre. Les israéliens espéraient que la Syrie abatte un avion de ligne chinois pour crier à l’État paria et en même temps brouiller Damas avec Beijing.

Pari manqué. Les syriens n’ont pas été autorisés par les russes à utiliser leur batteries de missiles S-300 car ils avaient flairé le piège. La DCA syrienne a intercepté 12 des 19 GBU et les missiles Air-Sol israéliens lancés à partir de l’espace aérien libanais. Une batterie de S-200 syrienne positionnée au Golan a détecter l’évasion des dizaines de F-16 israéliens et leur a tiré dessus : des missiles S-200 ont pénétré dans l’espace aérien israélien.

Le dôme ABM s’est déclenché et cela a été le prétexte de crier à l’agression.

Dans cet imbroglio fort complexe et que personne n’arrive vraiment à analyser sans parti pris, quelle est l’utilité pour la France de se ruiner et d’aller s’embourber dans un conflit où personne n’est près à en sortir indemne ? 

Réponse claire : les lobbies pro-Israël en France. Ces derniers considèrent désormais la France comme leur dernière chance et une alternative. Ce qui est en soi un aveu d’échec.

Il n’y a aucune chance qu’une solution militaire s’impose en Syrie.

Le pari sur un État kurde indépendant à cheval entre la Turquie et la Syrie et l’Irak est perdu d’avance. Non seulement aucun pays de la région n’accepte cette éventualité mais cela risque de fédérer des États rivaux en guerre autour d’une menace existentielle commune.

Les deux pays qui en sortent déjà perdants sur tous les plans sont les deux pions que sont la France et le Royaume-Uni. D’abord vis à vis de leur propres populations, lesquelles découvrent effarées que leurs gouvernements sont devenus dignes de la dernière république bananière.

Les vieux démons de la Turquie se sont réveillés et Ankara poursuit, décomplexé, une politique étrangère néo-ottomane spécifique aggressive, résolue et répondant par dessus tout à ses propres intérêts stratégiques. Sa présence au sein de l’OTAN n’est plus que symbolique pour les turcs : Washington a besoin de l’importance stratégique de la Turquie comme un État pivot aux confluences de l’Occident et de l’Orient, à la jonction de l’Europe et l’Asie et du Nord et du Sud.

La guerre en Syrie telle qu’elle nous été vendue par les médias est terminée.

Ironie du sort, la Syrie est désignée comme un pays « frère » par les Émirats Arabes Unis. Lorsqu’on sait ce qu’ont dépensé les Émirats Arabes Unis pour abattre le régime syrien il y a de quoi suspecter la présence d’un couteau derrière le sourire.

La Syrie est détruite mais son régime politique et son idéologie sont toujours debout. Son retour dans la ligue arabe signifie la fin de la guerre. Le président Bashar Al-Assad cherche maintenant à retablir l’autorité de l’État sur Idleb et au Nord-Est tout en revendiquant le Golan. Il lui faudra aussi faire preuve de pragmatisme politique et débloquer le système syrien, afin de neutraliser toute nouvelle contestation interne susceptible d’être exploitée par ses ennemis. La nécessité d’une nouvelle constitution garantissant une plus grande ouverture politique, un dialogue politique inclusif ainsi que les principes d’un État de droit garantissant les libertés individuelles et politiques. C’est le seul gage de sortie de crise.

Les États-Unis s’en sortent plutôt bien cette fois mais en se retrouvant dans une situation de guerre civile jusqu’ici circonscrite au sein de l’État profond. Les USA abandonnent les guerres asymétriques et reviennent au modèle de confrontation symétrique en s’opposant à la Russie et à la Chine, deux puissances qualifiées officiellement aux États-Unis de « puissances révisionnistes » car contestant le leadership US ou le concept du nouveau siècle américain.

La Russie a réussi ce que l’ex-Union Soviétique a toujours rêvé. Elle est est revenue de très loin. Moscou joue désormais un rôle de premier plan au Moyen-Orient mais se heurte à la résurrection de la rivalité symétrique US dans ses marches occidentales, septentrionales (Arctique) et méridionales. Moscou le sait et perçoit la menace directe pesant sur son existence en tant que puissance militaire de premier ordre. D’où son rapprochement stratégique et assez spectaculaire dans tous les domaines avec la Chine de Xi Jinping. Une propagande outrancière pourrait considérer cette super alliance entre le pays disposant du plus grand arsenal nucléaire avec le pays le plus peuplé et en même temps la fabrique du monde comme un autre avatar plus puissant de l’empire Mongol eurasien. En fait nous avons assisté en 2018 à l’émergence d’une très grande concentration de puissance militaire et économique entre la mer de Chine et les grandes plaines européennes à l’ouest de la Russie. Cela préfigure l’état du rapport de forces d’ici 2039.

Israël est en crise. Sa stratégie régionale et extra-régionale a aggravé sa posture stratégique. Son obsession à anéantir les régimes qui lui sont hostiles par des puissances tierces s’est retourné à son détriment. En 1995, Israël n’était entouré par aucune puissance susceptible de lui tenir tête ou le menacer. En 2018, il est parvenu à se créer de formidables adversaires à deux pas de Tibériade et à quelques encablures de l’emplacement antique d’Armageddon. En dépit de l’immense soutien qu’il reçoit des pays occidentaux et de son arsenal fort impressionnant, L’avenir d’Israël n’a jamais paru aussi sombre et sans perspectives.

Au final, c’est la Chine qui va rafler la mise : La reconstruction de la Syrie. Un marché faramineux de 500 milliards de dollars !