Archive for the santé Category

Mise à jour COVID de l’IHU Marseille et du Pr. Raoult 16 juin 2021

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 18 juin 2021 by Résistance 71

conditionnement

Mise à jour COVID de l’IHU Marseille et du Pr. Raoult

16 juin 2021

Résumé de la vidéo (39min) “Kill the messenger” par Résistance 71

– Au 8 juin 2021 l’IHU de Marseille a fait depuis le début de la crise COVID 657 752 tests PCR, 455 094 patients ont été testés dont 46 645 ont été positifs (environ 10%)

– L’IHU a identifié 3614 souches isolées du SRAS-CoV-2

– 21 686 patients ont été suivis en hôpital de jour

– 3485 patients ont été hospitalisés à l’IHU

– 9556 doses de vaccin COVID ont été injectées depuis le 11 janvier 2021

– En suivi du traitement à l’Hydroxychloroquine, 26 223 électrogardiogrammes (ECG) ont été effectués pour étudier les arythmnes cardiaques. De celles détectées, 73% sont en lien avec le médicament Remdivisir du Labo Gilead Science.

– Lors d’un traitement précoce à l’HCQ + Azithromycine => diminution par 4 de la mortalité des patients gravement atteints

– Les variants du virus SRAS-CoV-2 s’établissent naturellement à partir d’un intermédiaire animal, essentiellement de l’espèce des mustélidés (furet, fouine, vison), animaux domestiqués et utilisés dans les expériences de laboratoires comme les furets et élevés en grande quantité comme les furets et les visons.

Chez les patients hospitalisés ayant refusé le traitement à l’HCQ + AZM, le taux de mortalité est de l’ordre de 4%, pour les patients traités avec le protocole, le taux de mortalité est de 0,75% soit environ 5 fois inférieur.

De 1er mars 2020 au 14 juin 2021, l’IHU de Marseille a traité 16 971 patients avec le protocole HCQ + AZM > 3 jours. Il y a eu 130 décès soit 0,8% ceci incluant les patients en soins intensifs.

Voir notre page : “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

On en parle beaucoup mais qui l’a lu ?.. L’article L-1111-4 du Code de la Santé Publique sur le refus de soins et d’actes médicaux : le voici dans son intégralité

Posted in actualité, coronavirus CoV19, politique et social, politique française, santé, santé et vaccins with tags , , on 15 juin 2021 by Résistance 71

vaxbof

“Primum non nocere” / “En premier lieu ne pas nuire”
~ Serment d’Hippocrate ~

On en parle beaucoup depuis un moment dans le contexte de cette injection OGM forcée sur le public, mais bien peu l’ont sans doute lu, voici donc cet article L-1111-4 du Code de la Santé Publique dans son intégralité. (Résistance 71 )

Article L-1111-4 du Code de la Santé Publique

Source : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000041721056

Note : les emphases de texte sont ajoutées par nos soins (Résistance 71 ). L’article a aussi été modifié par ordonnance en pleine crise « pandémique » du COVID en mars 2020, il serait intéressant de voir le libellé de l’article AVANT l’amendement…

Juin 2021

Modifié par ordonnance No 2020-232 du 11 mars 2020 – art.2

Toute personne prend, avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé.

Toute personne a le droit de refuser ou de ne pas recevoir un traitement. Le suivi du malade reste cependant assuré par le médecin, notamment son accompagnement palliatif.

Le médecin a l’obligation de respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix et de leur gravité. Si, par sa volonté de refuser ou d’interrompre tout traitement, la personne met sa vie en danger, elle doit réitérer sa décision dans un délai raisonnable. Elle peut faire appel à un autre membre du corps médical. L’ensemble de la procédure est inscrite dans le dossier médical du patient. Le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa fin de vie en dispensant les soins palliatifs mentionnés à l’article L. 1110-10.

-[]- Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. -[]-

Lorsque la personne est hors d’état d’exprimer sa volonté, aucune intervention ou investigation ne peut être réalisée, sauf urgence ou impossibilité, sans que la personne de confiance prévue à l’article L. 1111-6, ou la famille, ou à défaut, un de ses proches ait été consulté.

Lorsque la personne est hors d’état d’exprimer sa volonté, la limitation ou l’arrêt de traitement susceptible d’entraîner son décès ne peut être réalisé sans avoir respecté la procédure collégiale mentionnée à l’article L. 1110-5-1 et les directives anticipées ou, à défaut, sans que la personne de confiance prévue à l’article L. 1111-6 ou, à défaut la famille ou les proches, aient été consultés. La décision motivée de limitation ou d’arrêt de traitement est inscrite dans le dossier médical.

Le consentement, mentionné au quatrième alinéa du mineur, le cas échéant sous tutelle doit être systématiquement recherché s’il est apte à exprimer sa volonté et à participer à la décision.

Le consentement, mentionné au quatrième alinéa, de la personne majeure faisant l’objet d’une mesure de protection juridique avec représentation relative à la personne doit être obtenu si elle est apte à exprimer sa volonté, au besoin avec l’assistance de la personne chargée de sa protection. Lorsque cette condition n’est pas remplie, il appartient à la personne chargée de la mesure de protection juridique avec représentation relative à la personne de donner son autorisation en tenant compte de l’avis exprimé par la personne protégée. Sauf urgence, en cas de désaccord entre le majeur protégé et la personne chargée de sa protection, le juge autorise l’un ou l’autre à prendre la décision.

Dans le cas où le refus d’un traitement par la personne titulaire de l’autorité parentale ou par le tuteur si le patient est un mineur, ou par la personne chargée de la mesure de protection juridique s’il s’agit d’un majeur faisant l’objet d’une mesure de protection juridique avec représentation relative à la personne, risque d’entraîner des conséquences graves pour la santé du mineur ou du majeur protégé, le médecin délivre les soins indispensables.

L’examen d’une personne malade dans le cadre d’un enseignement clinique requiert son consentement préalable. Les étudiants qui reçoivent cet enseignement doivent être au préalable informés de la nécessité de respecter les droits des malades énoncés au présent titre.

Les dispositions du présent article s’appliquent sans préjudice des dispositions particulières relatives au consentement de la personne pour certaines catégories de soins ou d’interventions.

– Conformément à l’article 46 de l’ordonnance n° 2020-232 du 11 mars 2020, ces dispositions entrent en vigueur à une date fixée par décret en Conseil d’Etat et au plus tard le 1er octobre 2020.

– Elle est applicable aux mesures de protection juridique en cours au jour de son entrée en vigueur et aux situations dans lesquelles aucune décision n’a été prise au jour de son entrée en vigueur.

= = =

Dossier-pour-dire-non-a-linjection-transgenique-experimentale (PDF)

Notre page : « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

coronacircus

Science marchande… Pfizer multirécidiviste du mensonge et de la corruption…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, documentaire, guerres hégémoniques, média et propagande, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , on 20 mai 2021 by Résistance 71

nwo-covid-19-vaccin

Avec la clique associée des Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson et autres pourritures de la science marchande falsifiée, pas loin derrière dans leurs activités de lobbying et de tromperie généralisée. Ici l’objectif est double, la règle du 2 en 1 :

  • Engranger le fric dans un marché organisé comme un véritable racket international en bande organisée et..
  • Cocher les cases de l’agenda eugéniste de réduction de la population mondiale

Nous devons considérer et admettre une fois pour toute une vérité terrifiante mais bien réelle qui est celle-ci :
L’industrie pharmaceutique, en tant qu’industrie marchande dont le seule fonction est de rémunérer des actionnaires veules et imbéciles, n’a aucun intérêt à guérir les gens de quoi que ce soit. De fait, elle doit les rendre de plus en plus malades pour assurer une rente perpétuelle avant de finit le boulot en achevant les patients criblés de maux dérivés d’effets secondaires souvent dévastateurs. Nous irons même plus loin : cette industrie doit contrôler l’amont et l’aval  des maladies c’est à dire les créer et les « traiter ». Tout n’est que gestion de pathologies servant le double but du profit et de la réduction de la population mondiale selon un dogme néo-malthusianisme bien ancré dans la populace milliardaire « d’élites » auto-proclamées. Ce n’est pas un hasard si l’industrie pharmaceutique n’est en fait qu’une branche de l’industrie chimique… La seconde rend les gens malades dans un environnement de plus en plus toxique et la première, succursale de la seconde, engrange les profits sur une ligne thérapeutique chimérique et lucrative sous la forme d’une rente à vie avant de bien achever les bêtes de somme.
Simple et efficace. Ça l’est d’autant plus que nous les laissons faire, hypnotisés que nous sommes par le miroir aux alouettes de la « science » projeté à grand renfort d’effets de manches de blouse blanche portées par des scientifiques essentiellement (mais pas exclusivement…) véreux, vendus aux dieux du fric et de la gloriole.

Il est temps de sortir de l’hypnose généralisée et de reprendre les affaires médicale (et scientifiques) en main pour redonner à la science sa fonction humaine. La science, en tout domaine, a été détournée au profit de ce double agenda depuis au moins 70 ans, voire plus si l’on considère la récupération de la médecine américaine par l’industrie pétrochimique des Rockefeller entre 1910 et 1916. Si l’on veut en sortir, il faut sortir de la relation toxique état-marchandise-argent-salariat et transformer radicalement notre société pour que surgisse enfin toute notre humanité réalisée.
Tout le reste n’est que pisser dans un violon !

~ Résistance 71 ~

antiterrorisme-covidelire

Nous ne devrions pas accorder notre confiance à des laboratoires pharmaceutiques condamnés et multirécidivistes comme Pfizer

Le média en 442

13 mai 2021

url de l’article orignal:
https://lemediaen442.fr/nous-ne-devrions-pas-accorder-notre-confiance-a-des-laboratoires-pharmaceutiques-condamnes-et-multi-recidivistes-comme-pfizer/

Une chose étonne dans la gestion de la crise sanitaire, c’est le choix de faire appel, avec le minimum de garanties, à des laboratoires pharmaceutiques multi-condamnées pour assurer les solutions médicales ou logistiques. Amendes record pour Pfizer ou Johnson & Johnson, idem pour Mc Kinsey dans des cas de scandales sanitaires de grande ampleur. Et visiblement, rien ne semble affecter la confiance que leur portent les dirigeants, totalement soumis aux conseils et aux conditions des maîtres lobbyistes en chef.

Pfizer

La firme américaine est à l’origine du vaccin à ARN messager, prouesse technologique saluée par tous et devrait, grâce à ce seul produit, engranger 15 milliards de dollars de recettes cette année.

Pfizer s’attend par ailleurs à dégager sur ce produit une marge avant impôt de 25% à 30%, selon un communiqué publié le 2 février.

À Bruxelles, la firme emploie de deux à cinq personnes qui peuvent aller et venir au sein des institutions et dépense environ 900 000 euros en lobbying. Et à Washington, les dépenses en lobbying de la firme se montent à 11 millions de dollars pour 2020.

Connaissez-vous l’affaire du virus synthétique de Pfizer?

En avril 2010, un jury fédéral américain (US District Court de Hartford) a accordé 1,37 million de dollars de dommages-intérêts à une ancienne scientifique de Pfizer, Becky McClain,  une biologiste moléculaire, qui a affirmé avoir été contaminée par un virus génétiquement modifié dans un laboratoire de l’entreprise, puis renvoyée pour avoir soulevé des problèmes de sécurité.

Le jury a jugé que Pfizer avait violé les lois protégeant la liberté d’expression et les lanceurs d’alerte en lançant des représailles à l’encontre de Mme McClain, qui a travaillé pour l’entreprise de 1996 à 2005.

« Lorsque je me suis opposé à Pfizer dans une bataille juridique en tant que lanceuse d’alerte pour la sécurité dans les laboratoires de biotechnologie, l’immense réseau de relations économiques et politiques de Pfizer était son plus puissant défenseur contre moi et contre la santé et la sécurité publiques.»

«Par exemple, la Division de la santé au travail de l’Université de Yale, sans aucune justification pour étayer ses affirmations, a envoyé une lettre à mon médecin indiquant que le lentivirus auquel j’ai été exposé chez Pfizer «est incapable de provoquer des maladies». Quand j’ai découvert cela, j’étais indignée ! Le lentivirus était en effet dangereux; les preuves publiées plus tard sur le lentivirus ont confirmé que ce virus pouvait infecter les humains et qu’il était conçu pour attaquer les gènes humains. J’ai appris plus tard que Pfizer donnait à Yale une somme substantielle.»

«Pfizer a infiltré de nombreuses agences gouvernementales et autres structures de pouvoir pour arrêter tous les lanceurs d’alerte. Le seul espoir que nous ayons est d’amener notre gouvernement à nous accorder le pouvoir de riposter. Cette bataille a besoin de plus de soutien public et j’espère que mon histoire pourra inciter les gens à se joindre à nous dans cette lutte.»

Le jugement a été confirmé en appel en décembre 2012.

Autre scandale de grande ampleur, celui de la trovafloxacine, médicament contre la méningite

Pfizer a été accusé d’avoir pratiqué un essai clinique sur son antibiotique Trovan (trovafloxacine) en 1996 sur plusieurs centaines d’enfants et nourrissons lors d’une épidémie de méningite et de rougeole dans l’Etat nigérian de Kano (nord). Le test de la trovafloxacine, médicament contre la méningite sur 200 enfants avait provoqué la mort de 11 enfants et handicapé de nombreux autres.

Pfizer avait alors affirmé que le Trovan “avait aidé à sauver des vies”.

En juillet 2009, après deux ans de bataille juridique, Pfizer et l’Etat de Kano avaient annoncé un accord à l’amiable de 75 millions de dollar.

Mais les familles des victimes, via le cabinet d’avocats Streamsowers & Kohn, ont rejeté l’offre initiale de dédommagement car les tests ADN menés par Pfizer pour savoir qui avait droit à des compensations n’étaient pas menés de manière indépendante.

Finalement, en 2011, la firme a négocié un accord à l’amiable pour mettre un terme aux poursuites de familles nigérianes qui l’accusaient d’avoir testé son antibiotique sans autorisation sur leurs enfants. Le montant de l’accord n’a jamais été communiqué.

Vous en voulez encore ? Une amende record ?

En 2009, Pfizer a été contraint de verser une amende historique de 2,3 milliards de dollars aux autorités américaines.

Pfizer était poursuivi pour pratiques commerciales abusives concernant un médicament contre l’arthrite retiré du marché pour raison de santé publique, le Bextra et trois autres traitements: le Zyvox (infections bactériennes), le Geodon (troubles bipolaires et schizophrénie) et le Lyrica (troubles nerveux).

Selon les avocats du cabinet Kenney Egan McCafferty & Young : “Pfizer a ciblé des pédiatres et des adolescents pour étendre la commercialisation du Geodon”, alors que “la FDA a validé le Geodon pour une population de 18-65 ans”. “Pfizer a aussi régulièrement versé des commissions à ces médecins pour enfants pour qu’ils fassent des présentations promotionnelles à leurs pairs sur les bienfaits du Geodon”.

La sanction pécuniaire était assortie d’une mesure de surveillance du laboratoire par les autorités américaines pendant cinq années.

Et concernant le vaccin actuel, Pfizer entend bien réaliser des profits records !

Il est “de plus en plus probable” que le vaccin contre le Covid-19 représentera une source régulière de revenus, comme pour la grippe, avait annoncé le PDG Albert Bourla lors d’une conférence, estimant qu’il faudra des rappels réguliers pour maintenir un niveau d’immunité satisfaisant dans l’ensemble de la population et contrer « la menace de nouveaux variants ».

La recherche et le développement ont été en grande partie financés par des fonds publics et l’Union européenne, tout comme les États-membres assument également le risque commercial et le risque financier en cas de vices cachés !

Un haut responsable de la Commission européenne l’a confirmé au journal Le Monde : « Les entreprises avaient une demande très forte de n’être responsables de rien du tout. Elles voulaient le même genre de clause qu’aux Etats-Unis. » Et dans les deux contrats rendus partiellement publics, on peut lire que les Etats membres participants s’engagent « à indemniser et dégager de toute responsabilité » le laboratoire en cas de recours de tiers.

Astra Zeneca, Johnson & Johnson, Mc Kinsey et bien d’autres n’échapperont pas à des rappels utiles de leur passé judiciaire et de leurs activités de lobbying.

= = =

Nos pages : “Coronavirus, guerre contre l’humanité” et “COVID-19 du mythe aux stats et des stats au scandale”

A lire aussi : « Injection COVID Pfizer, la Rolls Royce des poisons ? »

nbdecesvaxxins

Fukushima : 10 ans de désastre nucléaire

Posted in actualité, écologie & climat, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 11 mars 2021 by Résistance 71

 

 


Fukushima 2011 : explosion réacteur No2

 

 

11 mars 2011 ~ 11 mars 2021 : Fukushima, la dimension durable d’un désastre nucléaire des plus prévisibles

 

Résistance 71

 

11 mars 2021

 

Décidément ce mois de mars 2021 donne lieu à bien des “anniversaires”.

100 ans de Cronstadt, 150 ans de Commune de Paris et… 10 ans de désastre nucléaire après le tremblement de terre de force 9.0 sur l’échelle de Richter qui dévasta la région de Sendaï au Japon et le tsunami qui y déferla, faisant quelques dizaines de milliers de morts et sinistrant une région depuis plus d’une décennie.

Rappelons brièvement les faits : le 11 mars 2011 à 14h46 locales, un tremblement de terre de forte magnitude dont l’épicentre est sous-marin à 130km au large de la côte Est de l’île principale de Honshu sur l’archipel nippon, se produit. La secousse est sentie jusqu’à Tokyo et ailleurs où des dégâts sont occasionnés. Elle est ressentie jusqu’au nord de l’île septentrionale d’Hokkaïdo. Quelques minutes plus tard (41min pour être précis), un tsunami de 15m déferle sur la côte nord-est du Japon. La centrale nucléaire côtière de Daiichi dans la préfecture de Fukushima gérée par la Tokyo Electric Power Company (TEPCO) voit la vague submerger ses digues et noyer ses locaux électriques et de pompage aqueux, court-circuitant le système de refroidissement de la centrale qui comprend 4 réacteurs nucléaires qui tous furent endommagés et mis hors service. La situation devient critique dans les jours qui suivent, et le refroidissement des réacteurs devient une véritable urgence. Une accumulation de vapeur et d’hydrogène ionisés font sauter le toit du réacteur No2 dont le refroidissement n’est plus assuré causant une fusion du cœur de réacteur qui finira dans les mois qui suivent par s’échapper du niveau du container de sécurité endommagé par la secousse tellurique.

Si l’accident nucléaire n’a pas fait de victimes directement, il a forcé plus de 100 000 personnes à être évacuées de la région et une “zone interdite” irradiée fut mise en place dans un rayon de 20km de la centrale. Les fuites radioactives dues à l’explosion du toit du réacteur ont été mesurées jusque sur la côte ouest du continent nord-américain, la “plume” radioactive ayant traversé l’Océan Pacifique.

Aujourd’hui, 10 ans plus tard où en est-on ?

  • Toutes les tentatives de localiser la masse nucléaire en fusion du réacteur No2 s’étant échappée dans le sol ont échoué jusqu’en février 2019. Il aura fallu 8 ans pour qu’un robot puisse aller au contact de la masse radioactive qui s’enfonce inexorablement dans le sol sous la centrale. Il y a 600 tonnes de corium portées disparues…
  • 10 ans plus tard, il y a toujours plus de 30 000 personnes évacuées vivant dans des conditions précaires de logement temporaire et qui ont été incapables de retourner chez elles. TEPCO a manifesté peu de préoccupation pour ces gens.
  • Il est aujourd’hui estimé qu’il faudra entre 30 ou 40 ans à partir de maintenant pour décommissionner complètement la centrale, pour en sortir le combustible nucléaire ainsi que les barres usées toujours stockées dans les piscines de refroidissement, à la merci du prochain tremblement de terre…
  • Les 10 ans écoulés de refroidissement des réacteurs et des piscines de stockage du combustible usagé immergé ont provoqué le stockage sur place de plus de 1 million de tonnes d’eau contaminée déjà recyclée et devant être partiellement évacuée faute de place à l’horizon de l’été 2022. Il est envisagé de larguer une bonne quantité de cette eau contaminée au ruthenium, au cobalt, au strontium et au plutonium dans l’océan ! Le débat fait rage au Japon et toutes les communautés locales y compris les pêcheurs locaux y sont bien entendu, fermement opposées
  • En plus du très radioactif plutonium, cette eau est riche en tritium, isotope hautement radioactif de l’hydrogène. TEPCO prévoyant et proposant d’en balancer une bonne partie dans l’océan voisin…


1 million de tonnes d’eau radioactive

Si ces situations sont des plus inquiétantes, une autre l’est d’autant plus : tous les sismologues et vulcanologues s’accordent à dire qu’un mega tremblement de terre d’une force égale ou supérieure de ceux ayant dévasté la ville de Kobé ou du “Big One” de la province du Kansaï peut et va se produire. De fait un tel tremblement de terre aurait déjà du se produire et peut se produire à tout moment. La question en fait n’est pas de savoir si ça cela arrivera mais quand ? Et lorsque cela se produira, ce qu’il reste de la centrale de Daiichi / Fukushima sera balayé avec le reste… Un tel tremblement de terre fera des centaines de milliers de victimes en quelques secondes. Les Japonais gèrent ce stress au quotidien surtout dans les grandes conurbations de l’île de Honshu les plus prônes à ce désastre : Tokyo, Yokohama, la région du Kanto et celle du Kansaï (Osaka). Imaginez vivre au quotidien avec cette épée de Damoclès au dessus de vous en permanence : aujourd’hui sera t’il le jour du “Big One” ?…

Une question demeure et elle est bien ancienne, elle remonte à avant l’installation de la première centrale nucléaire sur l’archipel et peut être formulée de cette façon :

Pourquoi donc construire des centrales nucléaires sur un archipel sis sur la ceinture de feu tectonique, volcanique particulièrement active du Pacifique, endroit en proie à de constantes secousses telluriques, tsunamis et éruptions volcaniques ayant déjà dévasté des régions entières du pays au fil des siècles ? 

Le Japon est dépendant énergétiquement, il importe tout, certes, mais il y a pourtant une énergie qu’il aurait à revendre si exploitée correctement : l’énergie géothermique qui est là à fleur de croûte terrestre et en surabondance.

Mais voilà : cela ne rapporterait rien aux commanditaires de l’énergie nucléaire. Pourquoi donc faire simple et sans danger quand on peut faire compliqué et dangereux ?

Ah oui, une chose encore : la centrale de Daiichi TEPCO était un fournisseur de plutonium pour Yankland et ses armes nucléaires… Y voir une quelconque relation n’est bien entendu que pur conspirationnisme.

Décidément, le Japon n’en a jamais fini avec le nucléaire yankee.

 

« les séquences VIH dans le SARS-CoV-2 ne sont pas un hasard »… Le professeur Luc Montagnier persiste et signe dans un entretien avec France-Soir …

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 21 décembre 2020 by Résistance 71

 


« Ce sont des apprentis-sorciers » Luc Montagnier

 

Résistance 71

 

21 décembre 2020

 

Le prix Novel de médecine 2008  l’avait déjà dit il y a 6 ou 7 mois ; de nouvelles recherches, notamment avec une équipe de mathématiciens, viennent renforcer ses convictions précédentes ; il y a eu manipulation génétique du SARS-CoV-2 à qui on a inséré des séquences génétiques du VIH et du parasite paludéen… Pour le professeur Montagnier il ne fait aucun doute que ceci n’est pas arrivé par « hasard »…

Pour rappel nous avons publié ceci en mars 2020 (il y a 9 mois donc…)

Nous vivons dans un monde de la science détournée devenue folle et criminelle.

Nous continuons à être de plus en plus surpris de la prise de position d’un média de masse comme France-Soir contre la pensée et voix uniques dans cette affaire. Il est clair que certains sentent le vent qui tourne mieux que d’autres. Ne crachons pas dans la soupe, merci à eux de donner (enfin) la parole à ceux qui de toutes ´´évidences ont bien des choses à dire et à conseiller.

Bravo et merci au professeur Montagnier pour son courage, l’affaire Fourtillan est mentionnée dans l’entretien où Montagnier fustige le système qu’il qualifie de « stalinien ».

Rappelons au passage le vieux proverbe arabe: « Donne un cheval à l’homme qui dit la vérité, il en aura besoin pour s’enfuir. »

Notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

 

Cirque SRAS-CoV-2 / CoV19 : la fraude des tests RT-PCR qui permet le gonflage des chiffres pour un enfumage général…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 14 novembre 2020 by Résistance 71

 

 

Les tests au COVID19 sont une fraude !

Créer l’illusion d’une pandémie grâce à des tests de diagnostic pas fiables et non spécifiques 

 


Jon Rappoport

 


Avril 2020, repris en français en août 2020

 


Il est intéressant de voir que cette information a été reprise et divulguée par le blog “Profession Gendarme” et n’a pas été censurée. Jon Rappoport est un journaliste connu dans la sphère alternative. (Résistance 71)

 

Dans cet article, je vais présenter des citations de sources officielles concernant leurs propres tests de diagnostic du coronavirus.

Je parle des failles fatales de ces tests.

Parce que le nombre de cas est basé sur ces tests (ou sur aucun test), tout « l’effet pandémique » a été créé à partir d’une fausse science.

Dans un moment de vérité, un pro de la propagande pourrait murmurer à un collègue :

« Vous savez, nous avons un excellent test de diagnostic pour le virus.

Le test donne toutes sortes de résultats qui disent que cette personne est malade et que cette personne est malade.

Des millions de personnes malades.

Mais le test ne mesure pas vraiment cela.

Le test est ridicule, mais ridicule en notre faveur.

Il construit l’image d’une pandémie mondiale.

Une excuse pour enfermer la planète et détruire les économies et les vies… »

Le test répandu pour le virus COVID-19 s’appelle la PCR. J’ai beaucoup écrit à ce sujet dans des articles précédents.

Passons maintenant à la littérature officielle publiée, et voyons ce qu’elle révèle.

Extrait de « CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) Real-Time RT-PCR Diagnostic Panel » :

« La détection de l’ARN viral peut ne pas indiquer la présence d’un virus infectieux ou que le 2019-nCoV est l’agent causal des symptômes cliniques. »

Traduction : Un test positif ne garantit pas du tout que le virus COVID cause l’infection. Et, ahem, en lisant entre les lignes, peut-être que le virus COVID n’est pas du tout dans le corps du patient non plus.

De l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : « Guide technique sur la maladie à coronavirus (COVID-19) : Tests de laboratoire pour le 2019-nCoV chez l’homme » :

« Plusieurs tests qui détectent le 2019-nCoV ont été et sont actuellement en cours de développement, tant en interne que commercialement. Certains tests peuvent détecter uniquement le nouveau virus [COVID] et d’autres peuvent également détecter d’autres souches (par exemple le SRAS-CoV) qui sont génétiquement similaires ».

Traduction : Certains tests PCR sont positifs pour des types de coronavirus qui n’ont rien à voir avec le COVID, y compris les vieux coronas qui ne causent rien de plus qu’un rhume.

Le document de l’OMS ajoute cette petite pièce : « Limites d’utilisation du protocole : Les échantillons cliniques facultatifs pour les tests n’ont pas encore été validés ».

Traduction : Nous ne sommes pas sûrs des échantillons de tissus à prélever sur le patient pour que le test soit valable.

De la FDA : « LabCorp COVID-19RT-PCR test EUA Summary : ACCELERATED EMERGENCY USE AUTHORIZATION (EUA) SUMMARYCOVID-19 RT-PCR TEST (LABORATORY CORPORATION OF AMERICA) » [3] :

« …Le SARS-CoV-2RNA [virus COVID] est généralement détectable dans les échantillons respiratoires pendant la phase aiguë de l’infection.

Des résultats positifs indiquent la présence de l’ARN du CoV-2-SARS ; une corrélation clinique avec les antécédents du patient et d’autres informations diagnostiques est nécessaire pour déterminer l’état d’infection du patient…

L’AGENT DÉTECTÉ NE PEUT PAS ÊTRE LA CAUSE DÉFINIE DE LA MALADIE (les capitales sont de moi !).

Les laboratoires des États-Unis et de ses territoires sont tenus de signaler tous les résultats positifs aux autorités de santé publique compétentes ».

Traduction : D’une part, nous affirmons que le test peut « généralement » détecter la présence du virus COVID chez un patient.

Mais nous admettons que « l’agent détecté » sur le test, par lequel nous entendons le COVID, « peut ne pas être la cause certaine de la maladie ».

Nous admettons également que, sauf si le patient a une infection aiguë, nous ne pouvons pas trouver le COVID. Par conséquent, l’idée de « patients asymptomatiques » confirmés par le test est absurde.

Et même si un test positif pour la COVID peut ne pas indiquer la cause réelle de la maladie, tous les tests positifs doivent être déclarés – et ils seront comptés comme des « cas de COVID ». Quoi qu’il en soit.

D’un fabricant d’éléments de kits de tests PCR, Creative Diagnostics, « SARS-CoV-2 Coronavirus Multiplex RT-qPCR Kit » :

« Statut réglementaire : Pour la recherche uniquement, pas pour les procédures de diagnostic ».

Traduction : N’utilisez pas le résultat du test seul pour diagnostiquer une infection ou une maladie. Oups.

« interférence non spécifique du virus de la grippe A (H1N1), du virus de la grippe B (Yamagata), du virus respiratoire syncytial (type B), de l’adénovirus respiratoire (type 3, type 7), du virus parainfluenza (type 2), de Mycoplasma Pneumoniae, de Chlamydia Pneumoniae, etc.

Traduction : Bien que cette société affirme que le test peut détecter le COVID, elle affirme également que le test peut se révéler FAUSSEMENT positif si le patient a dans son corps un des nombreux autres virus non pertinents. Qu’est-ce que le test prouve alors ? Qui sait ? Tirez à pile ou face.

« Application Qualitative »

Traduction : Cela signifie clairement que le test n’est pas adapté pour détecter la quantité de virus présente dans l’organisme du patient. Je vous expliquerai l’importance de cette admission dans une minute.

« Le résultat de détection de ce produit est uniquement destiné à servir de référence clinique, et il ne doit pas être utilisé comme seule preuve pour le diagnostic et le traitement cliniques. La prise en charge clinique des patients doit être envisagée en combinaison avec leurs symptômes/signes, leurs antécédents, les autres tests de laboratoire et les réponses au traitement.

Les résultats de la détection ne doivent pas être utilisés directement comme preuve pour le diagnostic clinique, et sont uniquement destinés à servir de référence aux cliniciens ».

Traduction : N’utilisez pas le test comme base exclusive pour diagnostiquer une personne atteinte de COVID.

Et pourtant, c’est exactement ce que font les autorités sanitaires dans le monde entier.

Tous les tests positifs doivent être signalés aux agences gouvernementales, et ils sont comptés comme des cas de COVID ».

Ces citations, provenant de sources gouvernementales et de tests officiels, torpillent toute la base « scientifique » du test.

Et maintenant, j’ajouterai un autre coup mortel : le test n’a jamais été validé correctement en tant qu’instrument de détection des maladies.

Même en supposant qu’il puisse détecter la présence du virus COVID chez un patient, il ne montre pas COMMENT BEAUCOUP de virus est présent dans le corps.

Et c’est là l’essentiel, car pour pouvoir commencer à parler de la maladie dans le monde réel, et non dans un laboratoire, il faudrait que le patient ait des millions et des millions de virus qui se répliquent activement dans son corps.

Les partisans du test affirment qu’il PEUT mesurer la quantité de virus dans l’organisme.

Ce à quoi je réponds : prouvez-le.

Prouvez-le d’une manière qui aurait dû être prouvée il y a des décennies – mais ne l’a jamais été.

Prenez cinq cents personnes et prélevez des échantillons de tissus sur elles.

Les personnes qui prélèvent les échantillons ne font PAS le test.

Les testeurs ne sauront jamais qui sont les patients et dans quel état ils se trouvent.

Les testeurs effectuent leur PCR sur les échantillons de tissus.

Dans chaque cas, ils disent quel virus ils ont trouvé et COMMENT ils en ont trouvé BEAUCOUP.

« Très bien, chez les patients 24, 46, 65, 76, 87 et 93, nous avons trouvé beaucoup de virus. »

Maintenant, nous rendons ces patients aveugles. Ils devraient tous être malades, parce qu’ils ont tellement de virus qui se répliquent dans leur corps. Sont-ils malades ? Courent-ils des marathons ?

C’est ce que nous allons découvrir.

Cette vérification OBVISOIRE du test n’a jamais été faite. C’est un énorme scandale.

Où sont les résultats du test contrôlé sur 500 patients, un millier de patients ? Nulle part.

Le test est une fraude non prouvée.

Et, par conséquent, la pandémie de COVID, qui est censée être basée sur ce test, est également une fraude.

« Mais…mais…et tous les malades et les mourants…pourquoi sont-ils malades ? »

J’ai écrit des milliers de mots pour répondre à cette question, dans des articles précédents.

UN NOMBRE de maladies – aucune n’impliquant le COVID, et la plupart impliquant de vieilles maladies traditionnelles – rendent les gens malades.

Pour des liens vers des références, voir cet article sur le blog de Jon. Cliquez ici .

Jon Rappoport le mercredi 8 avril 2020 :

https://operationdisclosure1.blogspot.com/2020/04/creating-illusion-of-pandemic-through.html#more

Source : La Table Ronde

= = =

Notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

Documentaire « Hold Up », CoV19 décortiqué, à voir et diffuser sans modération

 

« Hold-Up » : documentaire sur la fumisterie CoV19 et la dictature sanitaire mise en place. A voir et diffuser sans modération…

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 13 novembre 2020 by Résistance 71


SRAS-CoV-2 alias COVID19… « Silence on tourne! »

Résistance 71

13 novembre 2020

Merci à « Bernardo » de nous avoir transmis le lien vidéo.

A voir et diffuser SANS AUCUNE MODERATION, censurée sur YouTube, cette video demeure sur d’autres plateformes, en voici une:

« Hold Up » (documentaire français, durée : 2h43)

https://odysee.com/@Wilfrid:a/Hold-up–Le-film-de-TProd:7


A tous les niveaux…
Notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

La fraude des tests RT-PCR concernant la COVID19

Entretien avec le Dr Carrie Madej sur le vaccin CoV19

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 9 novembre 2020 by Résistance 71

Traduction de la transcription d’un entretien avec le Dr Carrie Madej, médecin interne des hôpitaux sur la situation et vaccination CoV19

Novembre 2020

voici une autre vidéo de Carrie Madej qui a été retranscrite en anglais https://www.kla.tv/17427

maintenant des gens commencent à retranscrire ses vidéos car ils savent que ses vidéos font peur et se font censurer très vite.

voici la traduction de la transcription de l’entretien avec le Dr Carrie Madej https://www.kla.tv/17427:

Le Dr Carrie Madej, médecin en médecine interne et ostéopathie, a dirigé pendant dix-neuf ans deux cliniques dans l’État de Géorgie, aux États-Unis. Très tôt, elle a été fascinée par les vaccinations, en particulier par le vaccin antitétanique, qui faisait l’objet d’une forte publicité. Étonnée et troublée par le fait qu’elle n’ait pas pu trouver un collègue qui ait réellement vu un « cas de tétanos », elle a commencé ses recherches. À sa grande surprise, elle a trouvé un additif dans le vaccin qui cause la stérilisation des femmes. [www.kla.tv/16254]

Son scepticisme à l’égard des vaccins s’est accru et le Dr Madej a entrepris de plus en plus de recherches dans le domaine de la vaccination. Ses recherches approfondies l’ont amenée à découvrir une technologie innovante dans les nouveaux vaccins contre le COVID-19 ; elle a donc tiré la sonnette d’alarme.

Le Dr Madej est devenue une dénonciatrice, mettant ses connaissances à la disposition du grand public sous forme de conférences, d’interviews et de vidéos. Sa vidéo : « Human 2.0 : Wake Up Call To The World » [voir en anglais ici : https://banned.video/watch?id=5f4d56c5838dfb0597dd8187%5D, s’est répandue comme une traînée de poudre sur Internet – jusqu’à ce qu’elle soit censurée par YouTube et d’autres sites similaires.

Le Dr Madej n’hésite pas à dévoiler sans relâche leurs intentions cachées.

Elle expose actuellement les objectifs que les gouvernements poursuivent, main dans la main avec l’industrie pharmaceutique et les géants technologiques tels que Google et Microsoft, afin de vacciner le plus rapidement possible l’ensemble de la population mondiale.

Notre correspondant Kla.TV a pu joindre le Dr Madej pour une interview. Ce qu’elle révèle dans cette interview est à la fois choquant et alarmant.

Mais voyez par vous-même quelles technologies et méthodes sont mises en place avec le vaccin contre COVID-19. Ses découvertes laissent supposer qu’une guerre massive touchant l’ensemble de l’humanité est en train de se dérouler, ce qui est incontestable.

Dan : Bonjour, Dr. Madej, merci d’avoir accepté l’interview !

Dr. Madej : Merci de m’avoir invité, Danny, c’est un plaisir d’être ici avec vous !

Dan ( faisant semblant d’être mouton qui croit à la propagande) : D’accord. Disons que je crois complètement à la maladie Covidienne et que je suis d’accord avec tous les protocoles qu’ils ont mis en place, je porte mon masque partout où je vais, j’ai une distance sociale. Et je suis d’accord avec les mesures de confinement, mais ils ont investi des milliards dans ce nouveau vaccin, de nombreuses entreprises sont en concurrence les unes avec les autres pour produire le plus sûr et le plus efficace. Je dis que nous devons prendre le vaccin et revenir à la normale. Qu’en dites-vous ?

Dr. Madej : Eh bien, je dis aux gens que nous devons vraiment faire une pause et y réfléchir très sérieusement, parce que ce vaccin ne ressemble à aucun autre vaccin ou médicament du passé qui fait l’objet d’une procédure accélérée.

Nous sautons les essais d’innocuité, nous sautons les essais sur les animaux, et les gens doivent savoir que ce n’est pas un vaccin sûr, qu’il n’a pas été prouvé qu’il est sûr.

Et moi, ainsi que mes autres collègues, nous nous demandons pourquoi ils sautent les essais sur les animaux.

La raison en est que les tentatives précédentes, au cours des vingt dernières années, d’essayer un vaccin similaire – parce que celui-ci est très différent – ont échoué dans les études sur les animaux.

Par exemple, dans le passé, lorsqu’ils ont administré ce type de vaccin à ARN messager modifié ou à ADN modifié, les animaux semblaient très robustes avec leur système immunitaire au début. Ça avait l’air d’être un succès ! Les taux d’anticorps ont augmenté dans les échantillons de sang et la réponse des cellules T s’est améliorée. C’est génial !

Mais, dans les études sur les animaux, ils font ce qu’on appelle un test de provocation. Ce n’est pas éthique dans les tests sur l’homme, mais seulement sur les animaux, ce qui signifie qu’après avoir obtenu un bon résultat avec les échantillons de sang, ils donnent aux animaux le virus ou la bactérie ou ils les exposent au virus ou à la bactérie. Et c’est à ce moment-là que nous avons vu beaucoup de problèmes se produire. À chaque fois, les animaux ont eu une réaction cytokine, une réaction inflammatoire, ce qui signifie que leur réaction s’est aggravée lorsqu’ils ont été exposés au virus ou à la bactérie. Ils étaient plus malades, ils avaient plus d’inflammation pulmonaire, plus de problèmes de foie, et plus de morts se produisaient. Donc, si cela se produisait, presque à chaque fois dans les précédents types de vaccins de cette nature, nous pourrions nous attendre à ce que cela arrive à celui-ci, celui-là même qu’ils essaient de nous introduire.

Alors, disons qu’ils nous donnent des vaccins : Au début, tout semble aller bien pour tout le monde, c’est vrai. Et puis, s’ils sont exposés au rhume, à la grippe, au CV 20 ou à tout ce qu’ils veulent, quelque chose de semblable au désastre qui s’est passé avant. Et je m’attends, tout comme mes collègues, à ce que les gens voient plus de décès, plus de morbidité, plus de problèmes – et, je le soupçonne, ils ne rejetteront pas la faute sur le vaccin, car les fabricants de vaccins n’ont aucune responsabilité pour le moment, ils se contenteront de dire : Eh bien, c’est la nature de ce nouveau virus qui est sorti. C’est la nature de ce nouveau virus qui est sorti. Ils le blâmeraient pour cela. Nous devons être très prudents car ce vaccin n’est pas sûr, sur la base des données dont nous disposons déjà, rien que cela !

(les conséquences du vaccin 2020 seront blamés sur un faux bouc émissaire, un nouveau virus 2021 mutant imaginaire dangereux)

De plus, ce vaccin est tout nouveau pour la race humaine. Il n’a jamais été dévoilé auparavant. Ils jouent avec l’ADN, l’ARN, le génome, les gènes, ce sont tous les mêmes types de mots à utiliser sur la même chose. Le génome est ce qui nous rend humains. C’est le modèle humain pour nous. Ce qui nous fait grandir, ce qui nous fait nous reproduire, ce qui nous fait évoluer, ce qui nous fait guérir, c’est tout ce dont le corps a besoin pour savoir quoi faire, d’accord.

Donc, lorsqu’ils manipulent cela de quelque manière que ce soit – un tout petit changement peut avoir un résultat désastreux. Il peut en résulter des cancers, des mutagenèses, des mutagènes et des troubles auto-immuns. Il pourrait donc en résulter des effets à long terme. C’est tout nouveau.

Or, les études ne sont pas faites correctement. Elles sont accélérées. Nous devons également nous pencher sur des études à long terme, dont aucune ne sera terminée avant octobre 2021. Cela signifie donc que, techniquement, nous serons tous au milieu d’une grande expérience lorsqu’ils lanceront le vaccin.

Tout d’abord, c’est incroyable. Cela nous ramène au code de Nuremberg de la Seconde Guerre mondiale. Nous ne devrions pas être soumis à des expériences sans notre consentement. Les gens doivent savoir : Nous sommes en plein milieu d’une expérience.

Dan : C’est vrai, et même en octobre 2021, ce serait assez rapide. Combien de temps faut-il généralement pour qu’un vaccin soit testé et que son innocuité soit prouvée ?

Dr. Madej : Une bonne étude – de bonnes études devraient durer dix à quinze ans. Maintenant, ils disent cinq ans. D’accord, mais quand même, cinq ans, c’est trop tôt, mais laissons-leur le bénéfice du doute. Même cinq ans, ce n’est pas ce que nous faisons. Nous le faisons en moins d’un an.

Dan : Moins d’un an. Et vous pouvez probablement parier qu’ils vont commencer à utiliser les militaires comme cobayes pour faire d’autres tests. Je me demande qui va recevoir ce vaccin en premier et s’ils vont commencer à l’exiger pour les voyages en avion et ainsi de suite.

Dr. Madej : C’est ça le problème ! Maintenant, nous sommes tous au milieu d’une grande expérience, nous ne savons pas ce qui va se passer, et j’aimerais rappeler aux gens que ce type de vaccin utilise une technologie appelée « Transfection ».

Et quand ils le font, c’est la même technologie qu’ils ont utilisée pour les organismes génétiquement modifiés.

Ainsi, les fruits et les légumes, les gens s’en rendent probablement compte, sont stériles – ils ne reproduisent généralement pas leurs propres graines – ce qui pourrait arriver à un humain.

De plus, ces légumes ne sont pas aussi sains, ils n’ont pas la composition nutritive qu’un fruit et un légume biologique normal et sain possède .

Si vous regardez les animaux génétiquement modifiés, ils ne vivent pas aussi longtemps, ils ont une durée de vie très courte

Donc, cela nous rendrait en fait génétiquement modifiés d’une certaine manière.

Et nous pourrions nous attendre aux mêmes choses, vous pouvez extrapoler cela aux humains. Nous devons vraiment nous arrêter et regarder cela.

L’excuse pour l’utilisation de ce type de vaccin est qu’ils peuvent le fabriquer très rapidement, le produire en masse et l’envoyer. C’est vraiment la raison, la seule raison qu’ils donnent pour l’utilisation de ce type de vaccin.

Dan : Eh bien, ils partent également du principe que le Covid lui-même est incroyablement dangereux. Êtes-vous d’accord que c’est – comme j’ai parlé à un ami il y a peu de temps et il a dit : « Oh, c’est dix fois plus mortel que la grippe ». Je ne vois pas ce chiffre, même dans les chiffres officiels.

Dr. Madej : Non, toutes les données vous montrent que ce n’est pas du tout aussi mortel. Le CDC, l’Organisation mondiale de la santé – tous ces groupes admettent qu’elle n’est pas aussi mortelle. Nous pouvons le mettre au même niveau que la grippe H1N1 et nous n’avons pas fermé le monde pour cela, n’est-ce pas ?

Et aussi, vous savez, les données sont très manipulées…

Dan : C’est vrai.

Dr. Madej : … et il y a beaucoup de faux chiffres qui circulent ici et avec autant d’erreurs, je ne pourrais pas dire que ce n’était pas… je crois : C’est intentionnel. C’est intentionnel d’augmenter les chiffres parce que lorsque vous avez – par exemple – l’État de Floride, qui a plus de 300 laboratoires (=laboratoires), qui ont rapporté 100% de résultats positifs – ce n’est pas une erreur, ce sont des laboratoires individuels. Et puis ils ont fait une enquête et ils ont trouvé que moins de 10 % étaient en fait positifs, et non 100 %. Il y a quelque chose qui se passe là-bas. Cela a été reproduit, non seulement aux États-Unis dans d’autres États, mais aussi dans d’autres pays du monde entier ! Attendez une minute, qu’est-ce qui se passe ici ? Nous voyons que tout se reflète dans le monde entier, d’accord, donc, il y a quelque chose de plus important qui se passe ici.

Vous savez, ce n’est pas seulement la manipulation des données, vous regardez comment les élltes ont investi beaucoup d’argent dans ce domaine. Il y a beaucoup d’argent à gagner. Et ce sont eux qui font pression pour ce vaccin, bien sûr ce sont les élites qui vont gagner de l’argent.

Et aussi, les gens doivent savoir que pources vaccins, nous n’avons aucun recours judiciaire légal si quelque chose nous arrive.

Ils n’ont aucune responsabilité, une responsabilité zéro.

Si vous mourez, si quelqu’un meurt, si quelqu’un est mutilé, si quelqu’un a des effets secondaires ou des maladies à long terme, tant pis : vous ne pouvez rien y faire.

Ils continuent à gagner tout leur argent, tout leur argent, et nous souffrons. En quoi est-ce juste, en quoi est-ce correct, en quoi est-ce bien ?

Pensez que vous avez eu l’autonomie de fabriquer n’importe quel produit que vous avez toujours voulu, vous n’avez pas à faire la recherche et le développement correctement, vous n’avez pas à faire les tests de sécurité, vous le mettez simplement sur le marché et vous pouvez gagner tout l’argent que vous voulez et rien ne vous arrive.

Imaginez cela !

Nous n’achèterions jamais une voiture [comme ça], mais vous feriez cela à votre corps ? Notre corps est plus précieux qu’une marchandise, qu’un produit.

Dan : C’est vrai. J’ai écouté votre entretien avec le Dr Kaufman (Dr Andrew Kaufman = docteur en médecine, licencié en biologie) hier et pourriez-vous nous le dire : Qu’est-ce que c’est que ce truc appelé luciférase et aussi, quel est le brevet de Bill Gates qui porte le numéro de la Bête ?

Dr. Madej : Oui… c’est ce qui m’énerve vraiment plus que le vaccin dont je parlais. C’est la technologie qui y est associée. Et donc, quand ils parlent de ce vaccin, ils sont tellement déterminés à faire en sorte que nous soyons tous vaccinés dans le monde.

Bill Gates a même dit qu’il voulait qu’au moins 7 milliards de personnes – c’est-à-dire le monde entier – soient vaccinées avant que nous puissions passer à la « nouvelle normalité ».

Pour s’en assurer, il ne fait pas confiance aux médecins ou à l’establishment médical. Il ne vous fait pas confiance, en disant que vous avez le vaccin. Vous allez devoir le prouver. Ils veulent te marquer, t’identifier avec un tatouage invisible qui va sous ta peau et qui pourrait être lu avec une application spéciale sur ton téléphone ou un autre appareil.

Et cela vous donnerait un identifiant unique.

D’accord ?

Donc pour moi, c’est comme si on vous marquait comme une vache.

Et ce n’est pas différent de ça.

Et cet identifiant contiendrait votre carnet de vaccination, votre dossier médical et d’autres informations.

Et ce qu’ils utilisent pour s’assurer que votre corps ne le rejette pas, c’est l’hydrogel et la nanotechnologie.

Il s’agit d’une invention très spéciale de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), une entité du ministère de la défense appelée « DARPA ». Et elle n’est pas rejetée par l’organisme. Et elle fait beaucoup de choses différentes.

Mais ils ont décidé de le breveter afin de pouvoir gagner plus d’argent, bien sûr, lorsqu’ils le breveteront. Et ils appellent cette ID « luciférase ». C’est une enzyme qui s’allume, ok. C’est donc le nom qu’ils lui ont donné : la luciférase. Je n’aime pas ce nom et je pense que c’est un nom terrible. Et ce serait votre marque, ce serait votre identifiant. Le problème avec ça, c’est qu’il y a beaucoup de choses.

Non seulement vous allez avoir cette marque, mais ils ont introduit, par hasard, le 26 mars 2020 ils ont introduit un brevet international et devinez qui a fait ça ? Bill Gates – c’est sa société Microsoft qui l’a introduit. Vous voyez les mêmes noms encore et encore.

Non seulement il peut faire de l’argent avec ce vaccin, mais il ne peut pas faire de l’argent juste avec cette luciférase.

Il peut faire de l’argent avec le brevet de cette luciférase – le numéro est 060606 – un brevet international dans le monde entier.

Et cela permettrait de connecter cette nanotechnologie, cet hydrogel, cette luciférase – qui vous connecterait au cloud, au 5G.

Cela fonctionnerait par le biais de votre smartphone et cela irait jusqu’au cloud.

Une fois dans le cloud, ces données sont accumulées. En fait, toutes vos données biométriques s’accumulent. Et ce numéro ID « lucféras », ces données seraient reliées à la monnaie cryptée.

Ainsi, votre corps deviendrait essentiellement leur marchandise.

Plus d’argent liquide, plus de cartes de crédit.

Vous voyez, comme c’est dangereux !

Parce que vous pouvez vous faire pirater n’importe quoi.

Nous savons que nos téléphones ont des problèmes, nos ordinateurs ont des problèmes.

N’importe quel appareil électronique peut être piraté.

Qui a dit qu’on ne pouvait pas se faire pirater notre corps à ce stade ?

Et si vous faites quelque chose que le gouvernement n’aime pas que vous fassiez, par exemple vous vous opposez à quelque chose ou vous êtes un fauteur de troubles. Peut-être qu’on vous retirera votre monnaie cryptée .

Dan : Cela semble trop fantasque pour être vrai. Mais le brevet sur la technologie 060606 existe. Il existe vraiment, il n’y a rien de conspiratoire là-dedans.

Dr Madej : Oui, et pas seulement cela, si vous regardez l’Afrique,

ils ont commencé à tester les adultes et les enfants avec cette technologie.

Mastercard et la Fondation Gates sont derrière tout cela.

Ils utilisent les données biométriques et l’identification de ces personnes, au moment où nous parlons, pour la vaccination.

Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie, ils sont déjà en train de la lancer en Afrique.

Dan : Maintenant, je suppose que vous connaissez la résolution 6666 de la Chambre des Représentants, la loi Trace ?

( commentaire non lié à l’interview entre Dan et 

Madej: House Resolution 6666. TRACE ACT. Covid-related bill passed to allow government to remove members of your household (your kids, spouse, grandparents… you) if suspected sick… get ready for #HR6666 and #FalsePositives to start trending. https://t.co/7SBGSQPCwLhttps://twitter.com/drbuttar/status/1258927073407586305 HR6666 will allow them into your home to force test and then take you or your kids. when are you going to have on people that will speak out against this insanity! you have over 8 million subscribers! what are you waiting for!? https://t.co/GmQi8DQ11O

On May 1, 2020 the US House introduced H.R. 6666. US House Introduces HR 6666 for forced Covid-19 testing in residences by contact tracers. This bill is intended to:

Authorize the Secretary of Health and Human Services to award grants to eligible entities to conduct diagnostic testing for COVID-19, and related activities such as contact tracing, through mobile health units and, as necessary, at individuals’ residences, and for other purposes.

This bill, should it become law, will give contact tracers the full legal right to come to your home and demand a test if you are shown to have come across any individual who has tested positive for COVID-19.

If you weren’t aware, your phone is being tracked to determine if you have been in the vicinity of anyone who has tested positive.

Should you test positive for coronavirus, even with the countless false positives being reported, you will be force-quarantined and potentially have your children removed from your home.)

Dr. Madej : Oui, oui !

Dan : Tu sais, si j’étais, si j’étais… Disons que c’est 1995, et que je suis un cadre d’Hollywood et que nous sommes au bureau, nous pensons à un scénario de film, et nous allons faire un film de science-fiction sur le futur où c’est une dystopie, où tout le monde est contrôlé tout le temps, et nous allons mettre en place un système appelé luciférase, qui va vous connecter à un cloud avec un identifiant à trois chiffres, et de plus, pour s’assurer que tout le monde fait cela et est suivi, nous allons ajouter quatre autres six.

C’est bizarre. Qu’est-ce qui se passe ? Cela devrait nous faire réfléchir.

Dr. Madej : En fait, si je lis le scénario, je dirais, oh c’est trop fou, personne ne va acheter ce film. Je ne considérerais même pas ce film ou ce scénario, comme si vous deviez le rendre un peu plus vague ou un peu plus intéressant.

Dan : crédible ?

Dr. Madej : Oui, exactement. Mais ils le font sous nos yeux et vous savez, je suis un enfant de Dieu, je crois, je suis un croyant de Jésus-Christ, je crois en Dieu, ok, et je crois aussi, et moi – nous – il y a des preuves, il y a des gens, qui sont des adorateurs sataniques, ils croient en Satan, ils croient en 666, ils croient au symbolisme. Et je crois, qu’ils pensent, qu’ils doivent nous dire ce qu’ils font avant de le faire.

Il y a quelque chose qui ne se passe pas seulement dans le domaine physique, mais aussi dans le domaine spirituel, je le crois.

Et si vous regardez autour de vous, vous verrez le symbolisme partout si vous choisissez de regarder cela. Quelles sont les coïncidences de l’utilisation de ces chiffres, quelles sont – je ne crois pas que ce soit une simple coïncidence. Pourquoi cela se produit-il dans le monde entier, pas seulement dans un pays, vous pourriez dire, il y a de la corruption dans un pays, mais cela se produit dans le monde entier. Et si vous regardez les mêmes noms qui reviennent sans cesse, la Fondation Gates, Bill Gates à chaque fois, c’est lui qui profite de nous. Et en Afrique, en Inde, il est connu pour avoir paralysé et/ou tué environ 500 000 enfants. Il l’a fait sans consentement éclairé, il leur a menti, et il s’en est quand même tiré, il ne lui est rien arrivé.

Pourquoi pensez-vous qu’il ferait quelque chose de différent pour nous, pour les autres ?

Il croit aussi à la dépopulation, il croit à l’eugénisme, il vient de cette lignée familiale.

Il pense que nous sommes trop nombreux, il veut réduire le troupeau.

Les gens, réveillez-vous ! Cet homme ne veut pas que nous vivions tous sur la terre !

Il l’a dit à de nombreuses reprises et de différentes manières, ses antécédents l’ont prouvé, et il n’est pas un scientifique, il n’est pas un médecin, il n’est pas un épidémiologiste.

Pourquoi lui donnons-nous ce pouvoir ? Il a tout à gagner et nous avons tout à perdre.


Bill « la piquouze » engrange le flouze…

Dan : C’est vrai. Il y a un point sur les tests que j’ai oublié de demander et je veux y revenir. Je suis un peu confus sur ce qu’est une lecture faussement positive, etc. Mais ce qui me frappe, c’est ceci : nous avons ces courbes qui ont commencé à descendre en avril ou mai et le taux de mortalité est descendu à près de zéro ; c’est comme si nous étions au-dessus de zéro, c’est vrai. Soit les tests sont légitimes et les cas sont en augmentation. Cela signifie que le nombre de cas augmente, que le taux de mortalité est stable et très faible, que le virus lui-même est moins mortel chaque jour, ce qui est une bonne chose. Soit il s’agit de faux positifs, ce qui signifie que nous n’avons pas vraiment de cas. Donc, d’un côté comme de l’autre, n’est-ce pas une victoire pour : revenons à la normale ?

Dr. Madej : Oui, vous faites preuve de bon sens, et je suis tout à fait d’accord avec vous. Il n’y a pas lieu de prendre des mesures d’urgence pour le moment.

Pourquoi sommes-nous toujours en état d’urgence, techniquement nous le sommes toujours. Pourquoi est-ce que cela se produit ?

Non, il n’y a pas de raison d’agir en urgence.

Il y a beaucoup d’avocats qui essaient de porter cela devant les tribunaux, parce que nous ne devrions pas être en état d’urgence.

Et je dois dire que le test PCR n’a jamais eu pour but de diagnostiquer qui que ce soit. Il ne prenait qu’un minuscule morceau d’ADN et vous l’amplifiez. En fait, vous le rendez plus nombreux afin de pouvoir l’analyser et l’examiner. Ainsi, ce que vous regardez n’est qu’un minuscule morceau – cela signifie que ce morceau peut provenir de beaucoup de choses différentes : il peut provenir du rhume, il peut provenir de la grippe.

Et nous avons vu que cette séquence provient du chromosome 8 du corps humain, ce qui signifie que si vous l’amplifiez suffisamment, je suppose que nous serons tous positifs.

Et chaque laboratoire effectue un type d’amplification différent. Il n’y a pas de processus standardisé ici.

C’est de la folie. Donc techniquement, il faut être un scientifique pour le réaliser ou le comprendre, si vous utilisez un test PCR d’une certaine manière, techniquement, presque tout le monde peut devenir positif.

Cela ne signifie pas vraiment qu’ils sont positifs pour cette infection, ok – parce que ce n’est qu’un tout petit morceau qu’il prend.

C’est donc très préoccupant. Tant de médecins et de scientifiques ont pris la parole et ils sont censurés et étouffés. Ce n’est pas de la bonne science, ce n’est pas de la bonne médecine que nous pratiquons en ce moment.

Dan : Avez-vous vu la citation d’Elon Musk l’autre jour, c’était hier.

Dr. Madej : Non, qu’a-t-il dit ?

Dan : Vous savez, je ne sais pas quoi penser de Elon Musk. Parfois, je pense qu’il fait partie de ce mouvement transhumaniste. D’un autre côté, il dit des choses très raisonnables de temps en temps. Au début, il a exprimé, il pensait que c’était une réaction excessive, tout le truc du COVID était une réaction excessive. Il a dit qu’il n’y avait aucune raison de fermer l’économie, de mettre en quarantaine, etc. Et puis, il en est arrivé au point où l’interviewer a dit « Ok, bien, il semble que nous ayons une réponse à tout cela. Il y aura un vaccin qui sortira », et il (Elon Musk) dit : « Je ne le prends pas ! ». Et l’interviewer, elle est choquée, c’est vrai. Je ne pense pas que l’interview était censée se dérouler de cette façon. Et il dit : « Non, je ne le prends pas et je ne le donne pas à ma famille ». Elle dit : « Pourquoi pas ? », et il répond : « Aaa parce que ce n’est pas assez dangereux pour moi et certainement pas assez dangereux pour mes jeunes enfants ». J’ai pensé que c’était un signe positif.

Dr. Madej : Oui, il m’embrouille aussi, je suis d’accord avec vous. Parce qu’il dit cela ; et d’un autre côté, il croit en la transhumanisation, que nous devrions fusionner avec les cyborgs, et ne faire qu’un avec l’IA (intelligence artificielle). Mais aussi, peut-être que c’est une question financière qui l’a poussé à dire cela. À cause de ses usines. Il perd de l’argent dans ses usines en ce moment : elles ne fonctionnent pas à pleine capacité. J’ai donc le sentiment que cela pourrait avoir un rapport avec son gain monétaire. Mais j’ai entendu dire qu’il s’est lui aussi lancé récemment dans l’industrie des vaccins. Il est donc contradictoire, vous savez. Je ne sais pas quoi faire de lui.

Dan : Moi non plus. Mais j’ai récemment vu une photo de lui aux côtés de Ghislaine Maxwell, et c’est suffisant pour que je l’oublie presque, vous savez ?

Dr. Madej : Oui, je ne lui fais pas confiance.

Dan : Non, oui.

Eh bien, cela a été très instructif et informatif et… oh ! Une chose que je voulais vous demander avant que nous terminions, c’est Qu’est-ce que la loi sur la protection civile ?

Dr. Madej : Oui. Cette loi a donc été adoptée, je pense, vers février 2020. Et celle-ci a donné l’immunité aux fabricants de vaccins contre toute responsabilité. Parce qu’ils voulaient les encourager à produire leurs vaccins le plus rapidement possible et ne pas avoir peur des répercussions des effets néfastes du vaccin, parce que, vous savez, si des gens tombaient très malades et mouraient, ils ne voulaient pas perdre d’argent.

Et donc pour les protéger, ils les ont couverts avec cela. C’était donc une partie de l’acte.

Dan : Je pensais qu’en 1986, d’après ce que j’ai entendu de RFK. Junior qu’il y avait déjà une immunité pour les vaccins. Qu’est-ce que c’était ? C’était juste un pas de plus ?

Dr. Madej : C’est pour les protéger vraiment. C’était un langage très fort, d’accord, c’était comme faire double emploi. Parce qu’avec la loi de 1986 – au sein du système judiciaire – vous avez reconnu qu’il y avait des problèmes liés aux blessures causées par les vaccins, alors ils ont donné un peu, une cour spéciale pour eux. D’accord, donc, dans ce tribunal spécial, vous pouvez toujours poursuivre et obtenir de l’argent pour les dommages causés par le vaccin. Cependant, cette loi d’urgence supprimerait également ce tribunal.

Dan : D’accord. C’est vrai. Bien, je suppose que j’ai une dernière question pour vous. Je pense que je connais la réponse, mais faites comme si c’était un de vos amis, ou votre mère, ou je ne sais pas qui. Et elle me dit : « Eh bien, Carrie, vas-tu te faire vacciner ?

Dr. Madej : Absolument pas. En fait, je ne vais pas me faire vacciner. Je n’ai pas du tout confiance en eux. Pas à ce stade.

Nous avons perdu toutes nos mesures de sécurité, nos freins et contrepoids ont disparu.

Absolument pas. J’accorde trop d’importance à mon corps et à ma souveraineté.

Dan : Maintenant la deuxième fausse vague arrive, nous le savons, ils vont faire du battage médiatique sur chaque affaire qui se présente, ils vont essayer de nous fermer à nouveau, c’est mon opinion. Avez-vous un dernier mot à dire aux gens : À quoi devrions-nous penser à l’approche de la saison automnale de la grippe ?

Dr. Madej : Je refuserais également le vaccin antigrippal ordinaire parce qu’il contient des ingrédients qui n’ont pas été testés pour être sûrs. Et par le passé, lorsque les gens se faisaient vacciner contre la grippe, lorsqu’ils étaient confrontés à une souche étrange comme le H1N1, la grippe porcine, le Covid 19, leur réaction s’est aggravée, ils ont en fait fait pire que la personne qui n’avait pas été vaccinée. Je ne leur fais pas du tout confiance et nous avons des études qui montrent que c’est vrai. J’aimerais dire aux gens que tant que nous n’aurons pas une enquête indépendante menée par des scientifiques et des médecins internationaux du monde entier sur les vaccins eux-mêmes, je ne leur ferai pas confiance.

Dan : Vous avez donc très peu confiance dans le vaccin contre la grippe, et encore moins dans le prochain vaccin Covid ?

Dr. Madej : Absolument, c’est exact.

Dan : D’accord. Dr. Madej, je vous remercie beaucoup d’avoir pris votre temps aujourd’hui, pour nous parler et j’espère que nous pourrons nous revoir un jour.

Dr. Madej : Danny, merci de m’avoir reçu. C’est un plaisir.

https://www.kla.tv/17427

= = =

Notre page : « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »


L’eugénisme en marche…

Bill « la piquouze », vaccin COVID19, labo Moderna et corruption généralisée…

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 5 novembre 2020 by Résistance 71


Je suis votre salut bande d’ignares !

Bill Gates, corruption des labos pharmaceutiques et labo Moderna qui nous sort la merde du vaccin COVID19

Anonyme

5 novembre 2020

Le labo Moderna a aussi un lien avec Bill Gates, et il sera également exonéré de toutes responsabilités des effets secondaires de ses vaccins transhumanistes OGM car il sait que ses vaccins covid sont toxiques

https://resistance71.wordpress.com/2020/10/09/dictature-technotronique-en-marche-vaccin-covid-arnm-hydrogel-enzyme-luciferase-cocktail-modificateur-genetique/

le labo Moderna est financé par Bill Gates

https://fort-russ.com/2020/05/exposed-bill-gates-funding-partnerships-and-moderna-americas-tangled-vaccine-web/

Astranezeca (également financé par Bill Gateshttps://www.businessinsider.fr/us/bill-gates-backing-boosts-2-billion-doses-astrazeneca-coronavirus-vaccine-2020-6?op=1)  a 7,7% d’actions sur Moderna

https://www.marketwatch.com/story/astrazeneca-made-a-bet-on-moderna-back-in-2013-heres-what-its-worth-now-2020-05-20

https://www.thetimes.co.uk/article/astrazeneca-investment-in-moderna-hits-2bn-as-vaccine-hopes-soar-pjt3x3lpl

et le vaccin d’Astranezeca a causé un mort

https://edition.cnn.com/2020/10/21/health/covid-19-vaccine-trial-brazil-astrazeneca-death-bn/index.html

Moderna ne prend que des gens en bonne santé comme cobbayes de ses vaccins et même une personne en bonne santé à failli mourir à cause de ses vaccins (fièvre 103.2 degrés, douleurs musculaires, évanouissement nécessitant une  réanimation dans la salle d’urgence de l’hôpitalhttps://fort-russ.com/2020/05/catastrophe-modernas-corona-vacc-test-subject-ian-haydon-suffers-major-illness/)

https://www.forbes.com/sites/greatspeculations/2020/05/21/what-if-modernas-covid-19-vaccine-fails/

80%  ont des effets secondaires du vaccin Moderna et une douleur au site de l’injection

https://elmoudjaweb.com/people-harmed-by-vaccines-will-have-little-recourse-jaweb/

le vaccin covid du labo Jonhson Jonhson filiale du labo janssen  qui est acheté par l’UE avant sa création pour l’envoyer à 400 millions de personnes dans le tiers monde utilise la même technologie qu’Astranezeca dont le vaccin a déjà causé la mort d’un cobbaye

https://www.sowetanlive.co.za/news/world/2020-10-09-eu-secures-johnson-johnson-covid-19-vaccine-for-400-million-people/

ils ont peur que la population mondiale détruise les vaccins, alors ils vont stocker leurs poisons vaccins dans des endroits gardés comme des coffres forts

https://www.dailymail.co.uk/news/article-8864015/COVID-19-vaccines-stored-secret-locations-prevent-theft.html

= = =

Voir notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »


Silence… On tourne !…

Société et technologie : La téléphonie mobile et la santé publique (CRIIREM)

Posted in actualité, documentaire, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 20 octobre 2020 by Résistance 71


Téléphonie mobile et santé publique

Que dire de la relation entre notre santé et la téléphonie mobile (3G, 4G et 5G à venir) ?
Un élément de réponse dans ce document du CRIIREM (format PDF)

CRIIREM_Telephonie-mobile-et-Sante