Archive for the Internet et liberté Category

52,3%

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 juin 2017 by Résistance 71

 

Résistance 71

13 juin 2017

 

Pas mal hein comme taux d’abstention même si on peut mieux faire… c’est le seul chiffre à noter de la dernière pantalonnade du cirque de l’illusion démocratique organisée.

Avec une abstention de plus de 52%, la nouvelle assemblée sera, quoi qu’il arrive, totalement illégitime car, une fois de plus, elle ne représentera pas et ne pourra pas se targuer de représenter le « peuple de France ». C’est là-dessus qu’il faut construire. C’est là-dessus que nous devenons cesser de laisser l’espace politique, celui de la prise de décision, à cette clique de menteurs et d’escrocs professionnels. C’est maintenant, assemblée et futur gouvernement discrédités d’emblée, que nous devons reprendre le pouvoir pour le rediluer là où il est particulièrement soluble: dans le peuple. La fenêtre d’opportunité de l’organisation sociale sur un mode non-pyramidal, non-étatique, égalitaire et solidaire est entrouverte, il ne tient qu’à nous de continuer le processus déjà engagé.

Il n’y a pas de solutions au sien du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

Mais il y a une « solution à 10% »…

N’attendons pas d’avoir la tronche dans le mur pour agir ! Organisons-nous en associations libres, partout, dans les voisinages, sur les lieux de travail, commençons à créer entre nous l’espace des communes libres volontairement associées, rien de vraiment neuf, des brouillons furent déjà historiquement établis, corrigeons-en les erreurs et améliorons sans cesse le processus. L’humanité a vécu dans l’anarchie et le communisme primordiaux pendant des milliers et des milliers d’années, c’est dans la nature humaine, c’est le fondement social organique humain. L’État et ses institutions en revanche, sont induits, forcés et anti-naturels, c’est à dire en tout point contre nature.

Il est l’heure de commencer à envisager l’initiation du « lâcher-prise » de l’illusion mortifère du fétichisme de la marchandise en mouvement (appelé « capitalisme ») et de devenir politiquement adulte en continuant notre évolution sociale qui n’a été que sclérosée sous tous les régimes étatiques que ce soit.

Oeuvrons ensemble pour la société des sociétés !

= = =

“L’État, c’est ainsi que s’appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement et le mensonge que voici sort de sa bouche: ‘Moi, l’État, je suis le peuple !’… Là où le peuple existe encore, il ne comprend pas l’État et il le hait comme un mauvais œil et comme un pêché contre les coutumes et les droits… L’État, lui, ment dans tous les idiomes du bien et du mal ; et quoi qu’il dise, il ment et ce qu’il possède il l’a volé. Tout est faux en lui, il mord avec des dents volées, lui qui mord si volontiers. Fausses sont même ses entrailles… ‘Sur Terre il n’est rien de plus grand que moi: je suis le doigt qui crée l’ordre, le doigt de dieu’, voilà ce que hurle ce monstre…”
~ Friedrich Nietzsche (Ainsi parlait Zarathoustra, 1883) ~

“La relation politique de pouvoir précède et fonde la relation économique d’exploitation. Avant d’être économique, l’aliénation est politique, le pouvoir est avant le travail, l’économique est une dérive du politique, l’émergence de l’État détermine l’apparition des classes.”
~ Pierre Clastres, directeur de recherche en anthropologie politique au CNRS, 1974 ~

“Le socialisme vient des siècles et des millénaires précédents. Le socialiste englobe toute la société et son passé, sent et sait d’où nous venons et ensuite détermine où nous allons.”

“La terre et l’esprit [Geist] sont donc la solution du socialisme… Les socialistes ne peuvent en aucune manière éviter le combat contre la propriété foncière. La lutte pour le socialisme est une lutte pour la terre ; la question sociale est une question agraire !”
~ Gustav Landauer ~

“L’État est une société d’assurance mutuelle entre le propriétaire terrien, le général militaire, le juge, le prêtre et plus tard, le capitaliste, afin de soutenir l’autorité de l’un l’autre sur le peuple et pour exploiter la pauvreté des masses tout en s’enrichissant eux-mêmes.
Telle fut l’origine de l’État, telle fut son histoire et telle est son essence actuelle.”
~ Pierre Kropotkine ~

“L’histoire nous dit que les révolutions ont toujours été l’œuvre de minorités entreprenantes qui osèrent exhorter le peuple contre les autorités constituées.”
~ Manifeste des Trente, 1931 ~

“On peut dire qu’il n’y a pas encore eu de révolution dans l’histoire, il ne peut y en avoir qu’une qui serait une révolution définitive. Le mouvement qui semble achever la boucle en entame déjà une nouvelle à l’instant même où le gouvernement se constitue. Les anarchistes, Varlet en tête, ont bien vu que gouvernement et révolution sont incompatibles au sens direct. Il implique contradiction, dit Proudhon, que le gouvernement puisse être jamais révolutionnaire et cela pour la raison toute simple qu’il est gouvernement.’  […] S’il y avait une seule fois révolution, en effet, il n’y aurait plus d’histoire. Il y aurait unité heureuse et mort rassasiée.“
~ Albert Camus ~

“Il y a des connexions philosophiques entre les sociétés indigènes et quelques sensibilités anarchistes sur l’esprit de la liberté et les idéaux pour une bonne société. Des idées critiques parallèles et des visions d’un futur post-impérialiste ont bien été notées par quelques penseurs, mais quelque chose qu’on pourrait appeler ‘anarcho-indigénisme’ doit toujours se développer en une philosophie et une pratique cohérentes. Il y a également une grande similitude entre les façons de voir le monde des anarchistes et des peuples autochtones: un rejet des alliances avec des systèmes légalisés, centralisés d’oppression et une non-participation aux institutions qui structurent la relation coloniale, ainsi que la croyance d’amener le changement par l’action directe et la résistance au pouvoir d’état.”
~ Taiaiake Alfred, professeur sciences politiques, Mohawk ~

“Ainsi nous voyons qu’en observant les sociétés animales, — non pas en bourgeois intéressé, mais en simple observateur intelligent — on arrive à constater que ce principe : « Traite les autres comme tu aimerais à être traité par eux dans des circonstances analogues » se retrouve partout où il y a société.
Et quand on étudie de plus près le développement ou l’évolution du monde animal, on découvre (avec le zoologiste Kessler et l’économiste Tchernychevsky) que ce principe, traduit par un seul mot, Solidarité, a eu, dans le développement du règne animal, une part infiniment plus grande que toutes les adaptations pouvant résulter d’une lutte entre individus pour l’acquisition d’avantages personnels.”
~ Pierre Kropotkine ~

= = =

Politique française sous influence: Macron seconde taupe yankee à l’Elysée

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 24 mai 2017 by Résistance 71

Et çà continue, Sarko était déjà une taupe de la CIA au sommet de l’État français, Hollande un sbire des roitelets du Golfe, le gugusse Macron « Young Leader » de chez Rothschild va parachever le marasme au profit de ses payeurs de l’empire sis à la City de Londres…

~ Résistance 71 ~

 

Macron un cheval de Troie américain à l’Elysée

 

Wayne Madsen

 

17 mai 2017

 

url de l’article en français:

http://lesakerfrancophone.fr/macron-un-cheval-de-troie-americain-au-palais-de-lelysee

 

Le nouveau président français, Emmanuel Macron, qui a été poussé dans la course présidentielle française en tant que contrepoids pro-Union européenne pour empêcher l’élection de la leader du Front national Marine Le Pen, semble avoir plus qu’une relation décontractée avec les États-Unis. Alors qu’il travaillait au sein du ministère de l’Économie, successivement comme inspecteur spécial et comme ministre, Macron a supervisé le vol virtuel des industries françaises stratégiques, par des entreprises américaines ayant des liens solides avec la communauté américaine du renseignement.

Le piratage des ordinateurs du mouvement de campagne En Marche ! de Macron par des hackers inconnus a fourni un matériel intéressant. Les défenseurs de Macron affirment que les fichiers informatiques publiés sont soit faux, soit des informations externes. Cependant, un ensemble de fichiers portant sur le vol virtuel du géant de la technologie de l’information en France, par des personnes connectées à la CIA, est exactement le type de fichiers que l’on s’attend à trouver lors de la campagne de Macron. Le premier travail de Macron dans le gouvernement français était de protéger les intérêts des entreprises françaises de la concurrence et surtout des acquisitions étrangères.

Le travail des services de renseignement américains pour acquérir le leader de la technologie des cartes à puce français Gemplus International a débuté en 2001 et l’opération était en grande partie terminée en 2004, l’année où Macron est devenu inspecteur des finances au ministère de l’Économie française. L’industrie française a longtemps été une cible pour la surveillance et / ou l’acquisition par des entreprises américaines. La CIA a joué un rôle important dans ces opérations de guerre économique. Par exemple, la société française d’électronique Thomson-CSF était une cible majeure pour l’Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA) et la surveillance de la CIA.

Les documents concernant la reprise réussie de Gemplus, ainsi que sa principale usine de Gemenos, Bouches-du-Rhône, en France, par une firme américaine appelée Texas Pacific Group (TPG), sont inclus dans la tranche de fichiers extraits des ordinateurs de En Marche ! TPG a d’abord acquis des actions Gemplus en février 2000. En 2006, Gemplus a fusionné avec Axalto pour former Gemalto, et le contrôle effectif des États-Unis sur l’entreprise est alors devenu total.

En septembre 2002, Alex Mandl, un Américain originaire de Vienne, en Autriche, et ancien président d’AT & T, président et directeur de Teligent, membre du conseil d’administration de la société de capital-risque IN-Q-TEL de la CIA et membre du conseil d’administration du néoconservateur American Enterprise Institute, a été nommé PDG de Gemplus International. Il continue en tant que président exécutif de Gemalto.

À la suite de la divulgation de l’ancien contractant de la NSA Edward Snowden, on sait maintenant que le Siège des communications du gouvernement britannique (GCHQ), travaillant avec la NSA, a pénétré avec succès les cartes SIM utilisées par Gemalto. Le GCHQ / NSA a réussi à intercepter les communications mobiles en utilisant des cartes SIM Gemalto activées par cryptage en Afghanistan, au Yémen, en Inde, en Serbie, en Iran, en Islande, en Somalie, au Pakistan et au Tadjikistan. L’attaque GCHQ-NSA a également visé les centres de personnalisation de cartes SIM Gemalto au Japon, en Colombie et en Italie. Le hack NSA / GCHQ des chips SIM de Gemalto par leur équipe conjointe d’exploitation de combinés mobiles (MHET) représente peut-être la plus grande opération d’interception de la NSA dans l’histoire, qui a vu des milliards d’appels mobiles et de messages texto interceptés et décodés par la NSA et son partenaire britannique. Plus grave est l’inclusion des données d’identification de la carte SIM de Gemalto dans la base de données de la CIA contenant les numéros des téléphones cellulaires ciblés par les frappes de drones américaines.

Les documents internes de En Marche ! identifient quatre agences gouvernementales françaises qui ont mené des enquêtes sur la prise de contrôle de Gemplus. Ce sont les Renseignements généraux (RG), la Direction de surveillance du territoire (DST), le ministère de l’Industrie et le ministère de l’Économie de Macron.

La presse française aux ordres, qui a encensé Macron, un ancien banquier de Rothschild, décrit les documents Gemplus comme n’ayant rien à voir avec Macron. Les médias français font valoir que Macron était un simple élève de l’École nationale d’administration (ENA), l’élite de l’administration publique française, jusqu’à ce qu’il soit diplômé en 2004. Cependant, comme le montrent clairement les documents divulgués, la prise de contrôle de Gemplus était toujours menée par le gouvernement français, lorsque Macron est devenu inspecteur au sein du ministère de l’Économie en 2004. Comme le rôle de Macron était de s’assurer que les entreprises françaises étaient à l’abri des tentatives étrangères visant à bloquer la croissance économique française, sa performance, comme en témoigne la perte des emploi français au profit d’intérêts étrangers, a été consternante.

Il est très probable que les dossiers de En Marche ! sur la prise de contrôle de Gemplus avaient pour but d’avoir des informations de sauvegarde à disposition, au cas où le rôle de Macron dans la dissimulation des détails de la reprise américaine de Gemplus devait devenir public. Tout parti politique doit être prêt à faire face aux révélations exposées par les inquisition de l’opposition concernant ses candidats. Il est également à noter que quelques-uns des éléments publiés par En Marche ! déclaraient que la politique de Macron était de surveiller, mais pas d’empêcher, l’appropriation d’industries et d’entreprises françaises stratégiques par des firmes étrangères.

En 2008, Macron a quitté le gouvernement pour rejoindre la Banque Rothschild & Cie. Il est également devenu chef de file dans la Fondation franco-américaine (FAF), largement néoconservatrice, qui compte parmi ses collègues Hillary Clinton, le général Wesley Clark et l’ancien président de la Banque mondiale, Robert Zoellick.

La question pratique concernant Macron est la suivante : qu’est-ce qu’il savait de la prise de contrôle de Gemplus et quand l’a-t-il su ? Les fichiers Gemplus de En Marche !, contenus dans un dossier intitulé Macron, et traitant de la prise de contrôle par les Américains, ressemblent à un roman d’espionnage à la John LeCarré.

Un fichier, marqué Confidentiel, et envoyé à Stefan Quandt, de la famille milliardaire Quandt, propriétaire des firmes renommées BMW et Daimler en Allemagne, se préoccupe de la dépréciation de la valeur des actions de Gemplus en 2001, dans le contexte de « relations et d’affrontements extrêmement tendus entre les personnes principales aux échelons supérieurs et la rupture de la communication avec le personnel. En conséquence, la majeure partie d’entre eux est complètement démotivée aujourd’hui ».

En tant qu’inspecteur au sein du ministère de l’Économie, il est étonnant que Macron n’ait pas été au courant de la violation de la loi française qui a eu lieu avec la reprise américaine de Gemplus. Ceci est également décrit dans un autre fichier Gemplus de sa campagne, se focalisant sur la situation concernant Gemplus après la prise de contrôle par les US : « Les déclarations irresponsables, souvent suivies par des revirements sur les fermetures de sites et le licenciement du personnel, avant même de consulter leurs représentants (comme le requièrent la loi et le bon sens). »

Les Quandt sont très timides et ont une bonne raison pour cela. Günther Quandt a fabriqué des fusils Mauser et des roquettes antiaériennes pour le Troisième Reich. Il a divorcé de sa première épouse, Magde Quandt, après avoir eu un enfant, Harald Quandt. Magde a ensuite épousé le ministre de la Propagande nazie Joseph Goebbels. Stefan Quandt, qui a participé à la reprise de Gemplus, est le fils d’Herbert Quandt , qui est le demi-frère de Harald Quandt.

Les informations négatives sur Gemplus ont abouti à un rapport de Goldman Sachs du 24 janvier 2002, qui a exhorté l’entreprise à continuer sa restructuration, dirigée par les Américains, pour maintenir la santé du marché. Bien qu’il ait été étudiant à l’ENA à l’époque, il y a peu d’informations sur les projets auxquels Macron a été affecté de 2001 à 2003 par ses professeurs de service civil.

D’autres fichiers liés à Gemplus dans le dossier En Marche ! concernent l’une des vedettes de Gemplus, Ziad Takieddine, un courtier en armes druze franco-libanais et diplômé de l’Université américaine de Beyrouth, liée à la CIA. Takieddine a aidé à concevoir la reprise américaine de Gemplus, avec l’aide de Stefan Quandt. Takieddine a aidé à conclure des accords majeurs de vente d’armes françaises avec la Libye, la Syrie, l’Arabie saoudite et le Pakistan. Accusé de blanchiment d’argent dans les îles Vierges britanniques par son ex-femme, Takieddine est également l’oncle d’Amal Alamuddin, la femme de l’acteur George Clooney. Takieddine est aussi un amer ennemi politique de l’ancien président Nicolas Sarkozy, qui a perdu la primaire de la course à la présidentielle en 2017 contre son rival conservateur François Fillon. Macron a marginalisé Fillon au premier tour de l’élection présidentielle, arrivant en deuxième position devant lui.

Takieddine, Quandt et une société suspecte de la CIA, Texas Pacific Group (TPG), faisaient clairement partie d’un complot pour se débarrasser du cofondateur français de Gemini, Marc Lassus, et des cadres français de l’entreprise. La décision de licencier Lassus et ses collègues français a été prise lors d’une réunion du conseil d’administration de Gemplus qui s’est tenue à Washington, et non en France, le 15 décembre 2001. Un autre acteur important dans la reprise américaine de Gemplus était Lee Kheng Nam, un dirigeant d’affaires de Singapour et titulaire d’un diplôme en recherche opérationnelle et analyse systémique de l’École de troisième cycle de la marine américaine à Monterey, en Californie. Le cofondateur de TPG, David Bonderman, de Fort Worth, au Texas, a également été fortement impliqué dans la prise de contrôle hostile de Gemplus. L’acquisition de Gemplus par TPG a été menée à travers une société fantoche, coquille vide pratiquement inconnue, enregistrée à Gibraltar qui s’appelait Zensus. Bonderman, qui est juif, a provoqué un soulèvement politique en 2012 en Égypte, lorsqu’il a rencontré Khairat El-Shater, le chef-adjoint des Frères musulmans et membre du gouvernement de Mohamed Morsi. Bonderman a déclaré qu’il cherchait des « opportunités d’investissement » en Égypte.

Dans un document Word non daté, trouvé dans les ordinateurs de En Marche ! , Lassus cite : «Je suis convaincu que la société d’investissement TPG avait une forme d’accord avec son gouvernement [US, NdT] pour déménager le siège social en Californie. Ils ont essayé à nouveau en janvier 2002». Les syndicats ouvriers de Gemplus ont prédit que la production de l’entreprise passerait de la France à la Pologne. Le plus grand syndicat français, la CGT, a déclaré que le but de la reprise de Gemplus était de dépouiller la France de son leadership technologique sur les cartes à puce. Gemplus employait 7 000 travailleurs français, avant sa prise de contrôle par les Américains. Le document Word non daté fait également référence aux agences gouvernementales françaises ayant « lancé des enquêtes » et recherché des « informateurs internes ». Macron a-t-il joué un rôle, soit dans les enquêtes menées par le ministère de l’Économie, soit dans la dénonciation des  « informateurs internes » de Gemplus à ses amis américains ?

Lorsque la firme américaine General Electric a repris la société française Alstom, productrice de turbines et spécialisée dans les technologies nucléaire, le ministre de l’Économie de l’époque, Macron, a déclaré qu’il avait approuvé ces prises de contrôle, parce que « l’intervention de l’État dans l’industrie ne se produit qu’au Venezuela ». Cette remarque est parvenue comme une musique très douce, aux oreilles des milliardaires de l’administration Donald Trump.

Quand l’agression yankee de la Syrie fait tomber les masques de Trump… et de certains médias alternatifs (Kevin Barrett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 11 avril 2017 by Résistance 71

Dénoncer InfoWars et Israël

 

Kevin Barrett

 

7 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2017/04/07/infowhores/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Maintenant que Trump “tient tête à Poutine” et nous mène vers la troisième guerre mondiale, les merdias l’adorent: “Trump a finalement pris de la maturité et est devenu un vrai président”: voilà le message des merdias qui est injecté profond dans le cortex frontal de l’Amérique.

Mais la pressetituée n’a pas fait élire Trump. Ce furent les supposés médias alternatifs qui le firent, emmenés par les Breibart et Infowars, ce sont eux qui ont poussé le Don au sommet de la pyramide.

Le New York Times est maintenant en train de diaboliser quiconque dit que “l’attaque au gaz sarin” en Syrie était un faux-drapeau. D’après le Times, seuls des “extrêmistes de droite” (anciens supporteurs de Trump) disent une telle chose. Le Times cite la pute de l’info alter et islamophobe génocidaire Paul Joseph Watson:

“Paul Joseph Watson, un éditeur et théoricien du complot du site Infowars, a dit sur Twitter que ‘Trump était une autre marionnette de l’état profond et des nouveaux cons’… Je suis officiellement débarqué du train Trump.” a t’il ajouté.”

Mais Watson et Alex Jones ne dénoncent pas ouvertement et sans équivoque l’évident faux-drapeau de “l’attaque au gaz sarin”. Ils n’exposent pas au public les grands mensonges obscènes de Trump.

Watson et son acolyte A. Jones ont fait élire Trump. Ils ont abandonné leur vieille tradition de diseur de vérité sur le 11 septembre, célébrant le lynchage verbal des musulmans prôné par Trump, ont ignoré le fait que la guerre contre l’Islam est une fraude sioniste et ont engrangé un gros paquet de pognon pour rejoindre l’équipe criminelle du 11 septembre.

J’ai échangé des courriels avec deux véritables géants des médias alternatifs, Kurt Nimmo (NdT: dont nous avions dit il y a quelques mois dans un commentaire qu’il avait quitté Infowars pour rejoindre Newsbud, ce qui était assez significatif de l’état de déliquescence de ce média…) et Jack Blood. Tous les deux sont franchement écœurés des putes d’Infowars (l’ancien employeur de Nimmo) et avec toutes les marionnettes et idiots utiles qui sont jusqu’ici montés dans le train Trump.

Si la déclaration de guerre de Trump contre la Syrie (et l’implication d’une déclaration de guerre contre la Russie et l’Iran) est un tournant géopolitique, c’est aussi un tournant dans l’histoire des médias alternatifs. Il est maintenant évident qui est un média alternatif et qui ne l’est pas.

Les vrais médias alternatifs ont été de manière constante au cours des années des médias combattant pour la vérité sur le 11 septembre, ils ont été anti-islamophobe (ce qui était l’objectif du 11 septembre: monter la fadaise du “choc des civilisations” néo-conservatrice…) et anti-Trump. Quiconque posant comme “média alternatif” et ne rapportant pas sur la vérité pour le 11 septembre et sur la multitude de faux-drapeaux qui ont suivi, des gens et médias comme Amy Goodman (Democracy Now !), The Nation, Counterpunch etc, sont des fraudes et bouffent au ratelier des va t’en guerre d’une manière ou d’une autre. De la même façon, quiconque cache la vérité au sujet de la guerre contre l’islam fomenté par les sionistes et mise en place par les attentats du 11 septembre 2001 et qui au lieu de cela soutiennent une folle islamophobie et la psychopathie générale de Trump (NdT: et des blaireaux avant lui, élus ou non comme la Harpie de Clinton…), est de même sur la feuille d’émargement des salauds.

Alors qui sont les vrais médias alternatifs ? Des gens comme Richie Allen, Kurt Nimmo, Jack Blood, Bonnie Faulkner, Vinnie Eastwood, l’équipe de VT et plein d’autres bien entendu.

Technologie et Nouvel Ordre Mondial: Quand on reparle de la puce RFID et que des employés suédois se font « pucer » volontairement…

Posted in actualité, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , on 4 avril 2017 by Résistance 71

Implants électroniques sur des employés volontaires en Suède

Pas à pas la réalité cybernétique du contrôle des masses par implant électronique s’implante au sus de tous. Le plus effarant est que la technologie trouve des volontaires pour expérimenter le nouvel esclavage électronique tant voulu par l’oligarchie transnationale…

 

Résistance 71

 

4 avril 2017

 

Source: https://www.yahoo.com/tech/cyborgs-employees-getting-implanted-microchips-125759240.html

 

Depuis janvier 2015, l’entreprise Epicenter de Stockholm en Suède, un centre d’activité qui héberge plus de 100 entreprises et où naviguent quotidiennement plus de 2000 employés, implante des salariés volontaires avec une puce électronique RFID utilisant la technologie Near Field Communication (NFC), similaire à celle employée pour les cartes de crédits et les paiements mobiles. Cette puce permet aux employés d’accéder aux portes électroniques, d’utiliser la machinerie comme les imprimantes et d’acheter des denrées dans le centre.

Alors bien entendu cette technologie n’est pas nouvelle, on en parle depuis longtemps, mais de constater que des gens depuis deux ans maintenant, acceptent de se faire implanter cette saloperie dans le main, est une chose qui malgré tout dépasse l’entendement.

Nous sommes entrés dans la phase terminale de la fermeture de la grille de contrôle oligarchique planétaire, grille, qui comme l’avait annoncé l’écrivain Aldous Huxley, frère de l’eugéniste britannique et fondateur de l’UNESCO Julian Huxley, s’effectue avec le consentement de la masse insouciante, petit à petit, on infuse le concept “d’utilité” et “d’inéluctabilité” de la chose sous couvert de la science et du “progrès”.

Nous vous conseillons de regarder la vidéo qui accompagne l’article source qui nous a servi pour rédiger ce billet. Les ordures d’en haut continuent de pousser leur agenda du “devenez un cyborg demain, c’est très mode…”

Que la Suède serve de laboratoire pour ce genre d’expérience d’ingénierie sociale n’a rien de réelleemnt surprenant dans la mesure où la société suédoise est déjà sérieusement avancée dans le domaine du fichage informatique. En Suède, les informations personnelles informatisées sont accessibles à tout employeur potentiel d’un simple clic.

Une chose est certaine, si l’affaire passe pour anodine aujourd’hui, qu’en sera t’il lorsque les données personnelles de santé, bancaires, de sécurité personnelle, seront stockées sur ces puces et accessibles à toute “autorité” le plus souvent auto-proclamée ? Les oligarques parlent aujourd’hui de supprimer l’argent physique de n’en garder que l’empreinte virtuelle ; ceci fait assurément partie du système de la grille de contrôle: pourquoi trimbaler toutes ces cartes alors que tout peut-être contenu dans votre puce électronique ?

Allons, allons… ne voyez vous pas l’utilité du procédé ? Allez, mettez votre main sur la table (voir la vidéo)… Non ? Hum… Vous êtes sérieusement anti-social… Vous êtes psychologiquement déséquilibré de refuser de vous faire implanter alors que tous vos collègues le font sans rechigner, pour leur bien et celui de l’entreprise… Nous vous prescrivons une visite chez le psychiâtre… Comment çà “Non !”…

Sécurité ?.. Nous avons une classe C233Z au 4ème C…

(plus personne n’entendit plus jamais parle de Mr Tuttle.. ou était-ce Mr Tutle ?…)

Merdia et pressetituée: degré zéro du crétinisme propagandiste marchand atteint avec succès…

Posted in actualité, altermondialisme, désinformation, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 18 mars 2017 by Résistance 71

De nuisance à menace: le prix de la vérité

 

Paul Craig Roberts

 

16 mars 2017

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2017/03/16/nuisance-threat-high-cost-truth-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Je suis convaincu que les Etats-Unis et probablement tout le monde occidental, c’est à dire l’empire américain, sont maintenant entrés dans une ère dans laquelle le respect de la vérité n’existe ni dans les institutions publiques, ni dans les institutions privées. Nous avons pu observer cet avènement depuis déjà un certain temps. Pensez par exemple au 3 août 2002, une époque récente en ce qui nous concerne, mais une période hors de la conscience politique de tous ceux plus jeunes que 33 ans aujourd’hui. A l’été 2002, le monde a été préparé par la propagande américaine à l’invasion de l’Irak. Le 3 août de cette année là, la prestigieuse publication britannique de “The Economist” résuma la pensée consensuelle de l’opinion dominante en deux phrases lapidaires: “Les choix honnêtes sont d’abandonner et d’accepter ou alors de retirer Mr Hussein du pouvoir en Irak avant qu’il n’ait sa bombe atomique. Aussi douloureux que cela nous soit, notre vote va à la guerre.

Comme Lewis Lapham, moi-même et bien d’autres demandions à l’époque: quelle bombe ? La seule preuve de l’existence d’une bombe était fabriquée et tout le monde savait qu’elle l’était. Les inspecteurs du nucléaire de l’ONU avaient conclu que les fameuses armes de destruction massive irakiennes étaient une création de la propagande américaine. Le président George W. Bush reconnut éventuellement que l’Irak n’avait pas de telles armes. Le ministre des AE Colin Powell a dit que les mensonges qui lui furent imposés par déception par le régime Bush pour dire devant l’ONU que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, furent une tâche indélébile sur sa carrière. (NdT: sauf que Powell n’a pas été trompé, il savait pertinemment ce qu’il faisait…)

Bien qu’il fut connu que l’invasion de l’Irak en 2003 par les Etats-Unis avait entièrement été fondée sur des mensonges, les troupes américaines n’en furent pas évacuées pour autant et ce jusqu’en 2011 et qu’elles furent retirées ou pas, elles sont bel et bien de retour maintenant. Rien de ces faits avérés n’eut d’impact sur la bonne opinion que Washington et les médias ont d’eux-mêmes.

Enhardis, Washington et sa horde pressetituée ont menti au sujet de la Libye et ont détruit ce pays prospère. Ils ont menti au sujet de l’utilisation par Assad d’armes chimiques pour “gazer son propre peuple” et auraient détruit aussi la Syrie si la Russie ne s’était pas interposée.

Bloqués par la Russie, Obama, Hillary et Victoria Nuland se sont retournés contre elle, d’abord en renversant le gouvernement démocratiquement élu d’Ukraine et lorsque le peuple de Crimée vota massivement et pratiquement à l’unanimité pour son rattachement à la Russie, le régime Obama et ses putes des médias ont fabriqué une “invasion russe de l’Ukraine”.

Cette fausse accusation, répétée inlassablement jusqu’à aujourd’hui par la pressetituée occidentale, est devenue la justification pour des sanctions économiques contre la Russie que Washington a fait imposer par ses vassaux européens et ce entièrement à leurs dépends, ce qui montrent parfaitement le niveau crasse de couardise des gouvernements impliqués. Si Washington leur ordonne “sautez!”, le premier ministre britannique, le chancelier allemand et le président français demandent en chœur: “de quelle hauteur ?…”

Une des raisons pour laquelle Donald Trump a été élu président fut son implication à normaliser les relations avec la Russie et à reconsidérer la prolongation de l’OTAN, un quart de siècle après que son objectif de départ eut cessé d’exister après l’effondrement de l’URSS. L’implication de Trump constitua une menace directe au pouvoir et aux sources de profit du complexe militaro-industriel et de la sécurité américain, dont les 1000 milliards de dollars de budget annuel demandent l’existence justificative d’une menace majeure que seule la Russie peut fournir.

En conséquence, la Russie et son président ont été diabolisés. La propagande américaine et ses mensonges éhontés, a semé la peur de la Russie et de Poutine au travers de l’empire américain. Le réponse de l’empire à ceux qui confrontent cette propagande avec des faits et la vérité est de les dénoncer comme des “agents russes” ou des “dupes de Poutine”. La haine de la Russie qui a été inculquée par les nouveaux cons et la pressetituée a eu pour résultat de voir le sénateur républicain McCain, représentant l’Arizona (à la grande honte des Arizoniens), étiqueter lors d’une session sénatoriale le sénateur Rand Paul du Kentucky, comme quelqu’un qui “travaille maintenant pour Vladimir Poutine”, parce qu’il objectait qu’un tout petit pays comme le Montenegro devinsse un membre de l’OTAN.

http://news.antiwar.com/2017/03/15/sen-john-mccain-rand-paul-is-working-for-vladimir-putin/

Lorsque mon site internet a été inclus dans la liste de plus de 200 sites soi-disant “agents ou dupes des Russes” par un groupe secret appelé “PropOrNot”, j’ai questionné l’origine du financement d’une telle entreprise aussi bien camouflée qu’une opération de blanchiment d’argent offshore. J’en ai fait une blague qui a beaucoup amusé les Russes.

Comme personne ne sait ce qu’est PropOrNot, le site n’a aucune crédibilité. Alors les forces va t’en guerre ont monté l’affaire de plusieurs crans avec l’affaire de la bibliothèque de l’université d’Harvard. Sur ce site internet, quelqu’un a posté ce qui est essentiellement la liste de PropOrNot. Harvard ne dit rien de cette liste ni n’explique pourquoi quiconque devrait la croire. Cette liste est attribuée à une assistante professeur en média et communication du nom de Melissa Zindars, enseignant dans une institution qui n’est pas citée. C’est une liste, dit-elle, qu’elle utilise dans ses classes pour enseigner aux élèves comment ils peuvent éviter les “mensonges et fausses nouvelles”. En d’autres termes, la liste est un reflet de sa propre ignorance et de ses préjugés.

Comme l’a observé un lecteur, Melissa ne fait que montrer sa propre endoctrination par les médias pressetitués, les médias de masse américains, putes de la CIA: “Je lis, regarde, écoute très largement des sources d’information des médias de masse (New York Times, Washington Post, Boston Globe, Wall Street Journal, Forbes) et aussi de The Atlantic de la NPR et d’autres sources locales et alternatives ayant une perspective différente (Truth Out).”

Donc, nous avons le monde occidental informé par la bibliothèque de l’université de Harvard de qui il peut prendre ses informations sûres, le tout sur la base des préjugés d’une sombre inconnue. Ceux qu’on peut lire et écouter en toute sécurité sont les médias pressetitués qui mentent à tour de bras et qui servent la cause de la guerre et de l’état policier.

Quand on est le témoin d’un tel niveau de corruption de ce qui prétend être la meilleure université des Etats-Unis et qui est au sommet de 24 années de rien d’autres que des mensonges en provenance des trois derniers présidents ayant fait deux tours en fonction et qui entre eux ont massacré et disloqué des millions de personnes dans bien des pays et qui ne sont aucunement tenus pour responsables des millions de vies détruites, on ne peut cesser de réellement comprendre que pour les Etats-Unis et ses états vassaux corrompus, la vérité est quelque chose qui doit être évitée à tout prix.

Lorsque Trump s’est effondré sous la pression et a viré son conseiller à la sécurité, le gén. Flynn, il donna sans le vouloir un certain crédit à l’accusation de dire que quiconque cherche à normaliser les relations avec la Russie est un “agent russe2 et qu’être un “agent russe” veut dire que vous êtes coupable de trahison et méritez d’être destitué si vous êtes le président des Etats-Unis.

La conséquence du départ de Flynn a été de permettre aux forces russophobes de définir comme trahison le simple désir d’une détente avec la Russie. Si ceci avait été imposé aux présidents américains durant la première guerre froide, la vie sur la planète terre n’existerait probablement plus aujourd’hui.

Ce qui fait peur au sujet des Etats-Unis et de l’Europe n’est pas simplement la naïveté et l’insouciance d’un grand pourcentage de leurs populations ; ce qui fait peur est la volonté des médias, des hauts-fonctionnaires, des militaires et des membres des organsiations professionnelles de mentir pour préserver leur carrière. Essayez de trouver un quelconque remord parmi tous ces menteurs au sujet du fait que leurs mensonges exposent l’humanité a l’annihilation thermo-nucléaire. On ne le trouve nulle part. Ils n’en ont rien à cirer. Laissez moi ma Mercédès et ma mansion pour une autre année.

Le Saker, être particulièrement observateur, dit que la révolution colorée menée par les nouveaux cons, le parti démocrate, la pressetituée, la gôche libérale bobo/progressiste et par quelques républicains contre le président Trump ne fait que “délégitimer le processus démocratique complet qui mena Trump au pouvoir et sur lequel les Etats-Unis ont construit leur société.” La conséquence de cela, poursuit le Saker, est que “l’illusion de la démocratie et du pouvoir du peuple” a été détruite à la fois intra muros et à l’étranger. L’image propagandiste de la “démocratie américaine” a perdu sa crédibilité. Alors que la fausse image s’effondre, ainsi s’effondre aussi le pouvoir qui fut fondé sur l’autorité construite par la propagande.

Le Saker demande: “Faisons nous face à une horreur sans fin ou à une fin horrible ?”

Comme l’a dit George Orwell il y a quelques décennies: “Dans une époque de mensonge universel, dire la vérité est un acte révolutionnaire.

C’est comme çà que le voient les criminels qui nous dirigent et c’est aussi la façon dont ces putes des médias le voient. Si vous dites la vérité en Amérique (NdT: et en France et partout dans l’empire du crime occidental), vous êtes le pourvoyeur de fausses nouvelles et possiblement un traître. (NdT: pourquoi Roberts ne dit-il pas ici que ce sont toutes ces ordures du pouvoir et facilitant le pouvoir qui sont les traîtres à leurs peuples et que nous les tiendront pour responsables de leurs crimes…)

Aussi longtemps que vous soutiendrez ce site, je continuerai à faire face aux conséquences évidentes que cela implique. Et qui sait… peut-être que Néo va pointer le bout de son nez ?

Guerre cybernétique… Big Brother, CIA et arsenal informatique…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 9 mars 2017 by Résistance 71

Des sociétés privées ont récupéré l’arsenal informatique de la CIA

 

Réseau Voltaire

 

8 mars 2017

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article195566.html

 

Selon Wikileaks, l’arsenal informatique de la CIA lui permet de hacker tout système contenant un micro. Cela s’applique aussi bien aux téléphones mobiles, aux ordinateurs qu’à certaines télévisions, mais uniquement sous Windows et Android.

La CIA peut également lire les messages sur Signal, Telegram, Confide et WhatsApp, bien qu’ils soient cryptés et qu’elle ne dispose pas des clés d’encodage. Elle parvient en effet a espionner avant le cryptage des données.

Cet arsenal peut être utilisé même parfois lorsque ces systèmes sont hors ligne.

Wikileaks assure que cet arsenal est passé aux mains de sociétés privées.

L’État profond états-unien aurait donc la possibilité d’espionner quiconque, via des sociétés privées, et non plus via la CIA.

Technologie et Nouvel Ordre Mondial: Le Hi-Tech sous contrôle Big Brother…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, désinformation, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 6 février 2017 by Résistance 71

Article à relier avec le dernier Zénon: “Tangente”. Nous l’avons traduit pour sa complémentarité sur le sujet de l’internet à la fois nouvelle presse de Gütemberg 2.0 diffusant l’information vite et loin, empêchant sa censure et en même temps le plus gros outil de surveillance et de contrôle oligarchique jamais créé par l’humain. Le Janus technologique entretenant la relation attraction / répulsion.

~ Résistance 71 ~

 

Comment Big Brother a planté les graines de la révolution technologique

 

James Corbett

 

24 janvier 2017

 

Transcription d’un documentaire vidéo publié en juin 2012

 

url de l’article original avec video:

https://www.corbettreport.com/how-big-brother-seeded-the-tech-revolution/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Cette semaine le magazine Wired a publié une étude sur Steve Jobs (Apple) faite par la ministère de la défense en 1988. Cette étude sur Jobs insiste sur son utilisation de la drogue LSD dans les années 1970 et de sa peur viscérale du chantage et d’être kidnappé à cause de sa fortune assez conséquente. Cette étude faisait partie d’une enquête d’acréditation à la confidentialité faite par le ministère lorsque Jobs était avec l’entreprise Pixar (NdT: oui, oui, celle des dessins animés…), enquête qui a juste été révélée cette année (NdT: en 2012 donc). Pourquoi précisément Steve Jobs avait besoin d’une acréditation de confidentialité défense n’a pas encore été révélé, mais que Jobs ait certainement eu des relations avec le ministère de la défense ne sera une surprise pour personne, encore moins pour ceux qui savent l’histoire étroite et intriquée entre l’armée américaine, l’appareil du renseignement des Etats-Unis et Silicon Valley.

Silicon Valley est née dans l’ère post seconde guerre mondiale lorsque le prévôt d’alors du Stanford College, Frederick Terman, proposa la création du Parc Industriel de Stanford, connu maintenant sous le nom de Stanford Research Park. Le terrain devait être loué à long terme à des entreprises de la haute technologie créées par des anciens (Alumni) élèves de Stanford.

Terman lui-même eut une histoire personnelle intéressante en tant qu’ingénieur radio et chercheur qui fut appelé par le gouvernement US à diriger le laboratoire top secret de recherche radio à l’université de Harvard pendant la seconde guerre mondiale. Là, Terman et ses chercheurs ont développé parmi les tous premiers équipements de signalisation et de transmission secrètes, incluant les détecteurs de radars, les brouilleurs de radars et les leurres en aluminium utilisés comme contre-mesures aux défenses anti-aériennes allemandes.

A son retour à Stanford après la guerre, Terman y amena son expérience et ses contacts militaires. Il commença à transformer la zone de la baie de San Francisco en une zone de recherche hi-tech affublée du sobriquet de “la vallée des micro-ondes”.

En 1951, William Shockley, un des co-inventeurs du transistor, installa le Shockley Semiconductor Laboratory in Mountain View, en Californie, aujourd’hui base de Google Inc. Bien qu’il ne fut pas un homme d’affaire fructueux, les transfuges de son entreprise fondèrent ce qui est devenu le cœur du système de la Silicon Valley et de ses entreprises, incluant Intel Corporation, National Semiconductor, et Advanced Micro Devices.

Alors que la Vallée des Micro-Ondes de Terman cédait doucement la place à la silicon Valley de Shockley, un eugéniste avoué, en faveur de la stérilisation des gens moins intelligents, ainsi changea aussi la nature de l’implication du gouvernement des Etats-Unis dans l’industrie de la haute-technologie. Plutôt que d’employer directement les entreprises tech pour produire la technologie, l’électronique de consommation serait régulée de manière croissante, elle serait dirigée, supervisée et infiltrée par des fonctionnaires du gouvernement, qui pourraient ensuite utiliser cette technologie comme le fondement d’une opération de renseignement mondiale, dirigée non pas sur les puissances militaires étrangères, mais sur la population mondiale dans son ensemble.

Bien que bon nombre de personnes soient maintenant au courant de l’origine de l’internet dans l’ARPANET, le premier réseau d’échange interconnecté au monde, financé par l’agence des projets en recherche avancée du ministère de la défense américaine et plus connue sous son acronyme de DARPA (pour Defense Advanced Research Projects Agency), peu sont au courant en fait du combien la technologie moderne a été financée originellement par ou créée par des clients du gouvernement des Etats-Unis, de son armée et de ses services de renseignement.

En 1958 la Mitre Corporation fut fondée employant des personnels de l’armée de l’air américaine, plus précisément de son projet de défense anti-aérienne, ceci continue jusqu’à aujourd’hui afin de fournir de nombreuses agences du gouvernement avec des systèmes d’ingénierie et d’informatique, ces agences incluent le ministère de la défense (Pentagone), le département (ministère) de la sécurité de la patrie (NdT: Department of Homeland Security, la Stasi yankee…), la Federal Aeronautic Administration (FAA) et l’Internal Revenue Service (NdT: IRS le fisc yankee, petite note intéressante à ce sujet: dans le film et la série télévisée très célèbres mettant en scène le fameux Eliott Ness, “Les Incorruptibles”, les agents représentés sont souvent confondus avec des agents du FBI, il s’agit en fait d’agents de l’IRS, Eliott Ness et ses collègues sont des inspecteurs du fisc yankee !…). Cette entreprise est actuellement présidée par un ancien directeur de la CIA, James Schlesinger.

En 1977, les Software Development Laboratories créèrent la première base de données Oracle sous contrat avec leur client de la CIA. En 25 ans, virtuellement toutes les entreprises du top 100 de Fortune Magazine dans le monde se sont basées sur la base de données d’Oracle pour gérer leurs informations.

Le programme du Global Positioning System ou GPS, qui fait maintenant partie de tout, des systèmes de navigation de nos véhicules aux apps de nos smartphones, fut créé par le Pentagone. Après le désastre du vol KAL 007, le système passa au civil incluant la gestion du trafic aérien.

Il y a plus important que ces interventions dans le secteur de l’informatique: la façon dont les mains du gouvernement américain dans le développement du matériel et des logiciels, ont été cachées derrière des paravents d’affaire. Ce système moderne de financement des startups clefs de la haute technologie a effectivement caché les relations très intimes qui continuent d’exister entre la Silicon Valley et le cœur de l’appareil du renseignement américain.

Comme nous l’avons dit l’an dernier, la firme In-Q-Tel fut créée en 1999 par la CIA en tant qu’entreprise de financement afin d’identifier et d’acquérir des technologies bonnes à utiliser par les services de la communauté du renseignement. Depuis lors, cette entreprise a investi dans un nombre varié d’entités technologiques orwelliennes invasives de la vie privée et qui seraient três intéressantes pour un gouvernement désirant devenir un Big Brother du XXIème siècle.

A peine différente d’In-Q-Tel sont les entreprises de financements qui ont financé entre autres les Paypal, Facebook et Google. L’ancien CEO d’IN-Q-Tel Gilman Louie fut dans le comité directeur de la National Venture Capital Association avec Jim Breyer, patron d’Accel Partners qui fournir les 12 millions de dollars de départ pour fnancer Facebook. Un autre investisseur dans Facebook fut Peter Thiel, un ancien co-fondateur de PayPal et un membre du comité directeur du groupe Bilderberg.

En 2000. Un article dans le journal the Independant annonça que la CIA recherchait à investir dans un moteur de recherche afin de gérer et d’analyser l’information en croissance perpétuelle du www. A la même époque, Sequoia Capital and Kleiner Perkins Caufield & Byers, deux agences de financement de la Silicon Valley ont investi 25 millions de dollars dans une toute nouvelle startup: Google Inc. Sequoia and Kleiner Perkins sont quasiment voisines de In-Q-Tel à Menlo Park et ont co-investi dans de nombreux projets. En 2006, l’ancien agent de la CIA Robert Steele a dit à Homeland Security Today que Google “a pris de l’argent et des directives pour des éléments de la communauté du renseignemnt américain, incluant l’ Office of Research and Development at the Central Intelligence Agency, In-Q-Tel et plus que probablement, la NSA et le DIA, renseignement militaire et le Commandement à la Sécurité.

En 2005, In-Q-Tel a vendu plus de 5000 actions de Google qu’elle possédait. Il n’a jamais été clarifié le pourquoi et comment In-Q-Tel avait en sa possession ces actions de Google, mais ceci est supposé s’être produit lorsque Google a acheté Keyhole Inc, le développeur de logiciels qui est après devenu Google Earth. Le nom de l7entreprise, keyhole, est une référence pas très subtile à la classe Keyhole de satellites de reconnaissance (espions) que les agences de renseignement américaines ont utilisé pendant des décennies et qui produisaient une imageie en 3D et une analyse cartographique.

En 2010, des détails de la relation entre la NSA et Google commencèrent à émerger, mais jusqu’à aujourd’hui, tous les détails sont bloqués de la vue publique.

En 2011, Apple a introduit “Siri”, un assistant personnel virtuel intelligent dans sa nouvelle série d’inovation pour SmartPhone iPhone. Même à cette époque, certaines personnes reconnurent une ressemblance confinant au bizarre entre Siri et d’aures assistants personnels développés par le Pentagone dans le passé.

Que toutes ces connexions, actionnariats, régulations et infiltrations deviennent quelque chose de particulièrement dérangeant est indiscutable. Après tout, nous vivons maintenant dans une ère où pratiquement tous les foyers du monde occidental ont des engins aux capacité multiples concernant l’internet, où le monde se connecte en ligne au moyen de la téléphonie mobile et où la très vaste majorité du public est particulièrement heureuse d’utiliser Google, Facebook et autres services à la mode de recherche d’infos, de courriels, de connexion avec les amis et de partage des détails intimes de leurs vies personnelles. Ceci est le type d’information que tout dictateur du passé aurait rêvé d’avoir en sa possession, le type d’info lui disant à lui et ses services de contrôle, ce que les fgens font, ce qu’ils pensent, où ils passent le plus clair de leur temps, avec qui, sur quoi dépensent-ils leur argent ? et tout cela en temps réel !…

Et maintenant, ces dernière révélations au sujet de Steve Jobs et de son “habilitation avec le Pentagone” sont passées au dessu de la tête des gens, car la vaste majorité a été conditonnée à vénérer ces nouveaux gourous hautes technologies du XXIème siècle représentant le “rêve américain”: des petits génies qui se sont emmêlés les pinceaux dans des fortunes sans précédents avec sans rien d’autre que leur cerveau. C’est ce qu’on nous fait croire, bien sûr en laissant toujours de côté les machinations qui sont ourdies derrière le rideau, impliquant le Pentagone, le DHS, la NSA, In-Q-Tel et autres agences qui sans faire de bruit ouvrent des portes et signent les chèques pour les quelques ceux choisis par l’industrie. Il faut voir si le public en général peut être amené à s’intéresser à ce problème, ou s’il va continuer à partager ses données privées et détails intimes de la vie sans cligner des yeux sur Facebook ainsi que partager leurs pensées privées et intimes avec la Goggle Search bar…