Archive pour avril, 2013

Épidémie d’attentats ?… Que fait l’OMS ?

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 30 avril 2013 by Résistance 71

 « C’est le commencement de la fin lorsque nous nous taisons à propos de choses importantes » ~ Martin Luther King Jr ~

 

Résistance 71

 

30 Avril 2013

 

Attentat de Boston, suivi presque immédiatement d’attentats perpétrés en succession rapide en Pologne, en République Tchèque et en Italie ; il faudrait être d’une naïveté sans borne pour n’y voir qu’une succession de coïncidences malheureuses.

Nous invitons notre lectorat à se (re)plonger dans la lecture de l’étude de l’historien suisse Daniele Ganser au sujet des armées secrètes de l’OTAN, cette Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord, et de la tristement célèbre opération Gladio des réseaux de l’armée secrète “stay behind”, que l’OTAN mit en place dès la fin de la seconde guerre mondiale avec le concours du prédécesseur de la CIA, l’OSS (Organization of Secret Service), totalement inspiré et entraîné par les services secrets britanniques (les services de renseignement extérieurs américains étaient quasiment inexistants jusqu’à la seconde guerre mondiale, l’OSS est une co-entreprise des services britanniques qui formèrent les cadres de l’OSS en Angleterre durant la guerre).

La stratégie de la tension, qui était l’objectif majeur de l’opération Gladio afin de faire accuser l’extrême gauche européenne d’attentats qu’elle n’avait soit pas commis, soit avait été manipulée à perpétrer (enlèvement et assassinat d’Aldo Moro en Italie) pour des raisons géopolitiques, est remise au goût du jour, même si elle n’avait pas totalement disparue, elle avait été mise en sourdine depuis la chute de l’URSS en 1991.

Quel serait le motif aujourd’hui de cette stratégie de la tension ?

Essentiellement le renforcement des états policiers déjà en marche, tout en pointant du doigt les suspects usuels musulmans si possible, en essayant de connecter tout çà avec la Syrie, l’Iran ou autre. Même si ce n’est pas convainquant, cela continue à semer discorde et potentiellement ralliement populaire aux mesures extrêmes et criminelles que l’occident veut prendre pour renforcer son hégémonie néo-colonialiste fondamentalement raciste.

N’oublions pas l’objectif principal de l’oligarchie, qui demeure l’établissement de leur Nouvel Ordre Mondial, sous la forme d’un état fasciste mondial supra-national, géré par les cartels financiers et industriels monopolistes. Pour ce faire, l’oligarchie doit mettre les peuples totalement à genoux pour qu’ils acceptent cette solution toute prête à leur misère induite. Par quels moyens s’y prennent-ils ? Chaos global, implosion économique, guerre régionale de grande intensité non thermo-nucléaire (Moyen-Orient, Asie Centrale) et éradication des libertés individuelles dans les nations occidentales afin d’imposer loi martiale et états gestapistes, le tout bien sûr au nom de la “sécurité” pour les citoyens…

Regardons autour de nous. L’économie mondiale crée plus de super-riches et une masse énorme de nouveaux pauvres de jour en jour. Chômage, misère induite, plans criminels d’austérité pour laminer la classe moyenne occidentale, jugée potentiellement révolutionnaire (pas au sens marxiste du terme, mais au sens éthymologique: prône à provoquer un changement radical de la société), guerres directes ou par procurations (Libye, Syrie) et donc chaos interne par le terrorisme fausse bannière pour imposer de plus en plus l’état policier domestiquement, la répression de la dissidence et l’instauration des goulags et autres camps d’internement et d’extermination (camps FEMA, bien réels aux Etats-Unis, qui ne demandent plus qu’à fonctionner à plein régime).

Les attentats commis sont des pièces intégrantes de ce scenario de la stratégie de la tension renouvelée.

Nous vivons une époque très dangereuse évoluant vers le fascisme absolu. Si l’oligarchie réussit dans son entreprise, le monde connaîtra alors l’époque totalitaire la plus absolue de son histoire, car n’oublions pas une chose fondamentale, les psychopathes en charge ont dit et répété que leur objectif principal une fois leur totalitarisme global achevé, est d’amener la population mondiale à environ 500 millions d’individus. Le projet ultime de ces criminels est l’élimination de 6,5 milliards de personnes à court terme. De quoi faire passer Hitler, Staline, Mao, Pol Pot et Suharto pour de purs amateurs.

Comment en sortir ? En dénonçant ces crimes, en les exposant et surtout, en agissant au delà du consensus propagandiste, en nous unifiant, et en disant NON ! Haut et fort aux oligarques et à leur clique d’agents du chaos et de la mort.

C’est uni que nous vaincrons, l’oligarchie le sait et redouble d’efforts pour nous diviser plus avant !

Finalement, les peuples prévaudront, pas forcément au prix fort et alors la question demeurera: Que voulons-nous pour futur ? Quelle orientation devra prendre la société pour empêcher toute reprise en main oligarchique ? Elle devra suivre la voie de l’autogestion et de l’anti-étatisme égalitaire, c’est notre destinée et le plus tôt nous en conviendrons collectivement, au moins nous souffrirons aux mains des psychopathes qui tirent les ficelles de ce monde mortifère et chaotique à dessein.

Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique: Quand l’observation empirique fait taire les modèles informatiques abusifs…

Posted in actualité, écologie & climat, média et propagande, N.O.M, réchauffement climatique anthropique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies with tags , , , , , , on 30 avril 2013 by Résistance 71

Le professeur (Ph.D) Roy Spencer est un climatologue, maître de recherche de l’université d’Alabama, il a longtemps travaillé à la NASA sur la climatologie satellite avec son collègue et ami le professeur John Christy. Tous deux ont reçu  la médaille pour excellence scientifique de la NASA. Ces deux professeurs sont parmi les experts climato-sceptiques les plus éminents.

— Résistance 71 —

 

Ralentissement du réchauffement climatique: Une vue de l’espace

Roy W. Spencer, Ph. D.

 

16 Avril 2013

 

url de l’article original (avec graphiques):

http://www.drroyspencer.com/2013/04/global-warming-slowdown-the-view-from-space/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Depuis que le ralentissement du réchauffement de surface de ces quinze dernières années soit devenu un sujet de discussion populaire récemment, j’ai pensé montrer les résultats  d’une étude comparée de la température de la troposhère inférieure (TI) avec les modèles de climat calculés sur les mêmes couches atmosphériques enregistrées par les satellites.

En remerciant John Kristy pour son apport et basée sur les données du KNMI Climate Explorer, vous trouverez ci-dessous (NdT: voir le graphique dans l’article original en anglais) la comparaison de 44 modèles de climat contre les observations satellites UAH et RSS pour les variations de température globales de la couche TI, ce pour la période de 1979 à 2012 pour les satellites et de 1975 à 2012 pour les modèles:

~ Voir graphe sur l’article original en anglais ~

Clairement, il y a une divergence qui va en augmentant au cours des années entre les observations satellites (UAH et RSS) et les modèles. Les raisons de ce désaccord ne sont pas évidentes, car il y a plusieurs possibilités:

1) Le système climatique réel n’est pas aussi sensible à l’augmentation du CO2 que les modèles le disent par programmation (ceci correspond à mon explication préférée)

2) La surface supplémentaire de réchauffement provenant de plus de CO2 a été diluée plus qu’attendu par une augmentation du mélange avec des eaux océaniques plus profondes et plus froides (Explication de Trenberth)

3) Une pollution aérosol humaine cause une influence de refroidissement, minimisant partiellement le rechauffement par CO2 anthropique.

Si j’ai raison (explication #1), alors nous continuerons de constater de moins en moins de réchauffement dans le futur. Une preuve additionnelle pour une sensibilité plus basse du climat dans ce scenario sus-mentionné est la réponse observée à l’éruption du volcan Pinatubo en 1991: La chute de la température temporaire de 1992-93 et le retour à la norme subséquent, est plus faible dans les observations empiriques que dans les modèles. Ceci est exactement ce qui serait prédit avec une plus basse sensibilité climatique.

D’un autre côté, si Trenberth a raison (explication #2), il y aurait alors une période de réchauffement rapide de la surface qui devrait recommencer à un moment donné, le système climatique devant éventuellement essayer de parvenir à un équilibre de l’énergie radiative. Exactement quand est bien sûr inconnu.

L’explication #3 (refroidissement par aérosol anthropique), bien que théoriquement possible, m’a toujours semblée être une tricherie, car la quantité de refroidissement par aérosol est tellement incertaine, qu’elle pourrait être invoquée en quelque quantité que ce soit pour expliquer les observations.. De plus, faire porter le chapeau du “manque de réchauffement” par l’humain semble juste un peu bizarre ne trouvez-vous pas ?

La ligne noire dans le graphique ci-dessus est la moyenne des 44 modèles et cela représente approximativement ce que le GIEC utilise pour sa meilleure estimation officielle de la projection du réchauffement. De manière évidente, il y a un décalage plus que substantiel entre les modèles et les observations empiriques pour cette statistique.

Je trouve un peu abusifs ceux qui disent que parce que tous les modèles individuels ne sont pas en désaccord avec les observations, que les modèles sont alors exempts de tout reproche. Ce que ces soi-disant experts omettent de mentionner est que les quelques modèles qui soutiennent un bien plus faible réchauffement en 2012 sont en général ceux qui épousent une sensibilité climatique inférieure.

Donc, si vous voulez clâmer que les observations empiriques soutiennent quelques modèles, soyez au moins honnêtes et admettez qu’elles soutiennent  des modèles qui ne SONT PAS consistants avec les meilleures estimations de réchauffement du GIEC.

Résistance politique: La France et la censure de la dissidence malienne…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 30 avril 2013 by Résistance 71

Interdite de séjour dans l’espace Shengen, Aminata Traoré parle de sa déconvenue

 

Cameroon Voice

 

Le 24 Avril 2013

 

url de l’article original:

http://www.cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=10646

 

Ceux qui voyaient dans la présidence d’Hollande la fin de la Françafrique ou une politique africaine de la France plus équitable, peuvent enfin se faire à la cruelle évidence de la realpolitik.  Aminata Traoré, la militante altermondialiste malienne, n’a pas eu son visa Schengen, sur instruction de la France à tous les pays de l’espace Schengen. 

Aminata Traoré paierait-elle cash sa prise de position audacieuse, contre l’intervention française au Mali, qui selon elle cacherait à peine de gros intérêts miniers et géostratégiques au Mali et dans la sous région ?

La France n’a pas d’amis elle n’a que des intérêts disait le Général De Gaule, et les intérêts eux, s’accommodent très mal de toutes voix discordantes.

L’ancienne ministre de la culture malienne et porte-flambleau du « Non à l’intervention militaire étrangère au Mali » livre à cameroonvoice son sentiment après cette déconvenue

Cameroon voice : Nous avons appris avec stupéfaction que les autorités françaises ont refusé de vous accorder un visa d’entrée en France pour participer à une réunion publique le 22 avril dernier. Pouvez vous nous confirmer cette information?

Aminata Traoré :  En fait, j’ai été invitée par Die Linke, un parti de gauche allemand, et des militants français. Je devais faire un tour à Berlin et par la suite donner une conférence à Paris et Lille. J’avais un visa de circulation de 4 ans de l’espace Schengen qui a expiré au mois de Février.

Quand je me suis rendue à l’ambassade d’Allemagne pour solliciter un droit d’entrée dans l’espace Schengen, ils m’ont accordé un visa de trois jours uniquement pour leur pays en  me notifiant que la France a donné des instructions pour qu’aucun pays de l’espace Schengen ne m’accorde de visa.

Il y avait donc une interdiction de circulation dans l’espace Schengen vous concernant, dont vous ignoriez totalement l’existence?

Non non, on ne me l’avait pas notifié avant, c’est à la faveur de ce voyage que je l’ai su. J’ai été autorisée à aller en Allemagne et à revenir au Mali directement sans fouler le sol de l’espace Schengen mis à part l’ Allemagne. Je ne sais pas si c’était une exception allemande, ou si les autres pays de l’espace Schengen pourront m’accorder la même « faveur ».

Ma liberté de circuler est maintenant restreinte. Les consulats européens échangent entre-eux, des listes de personæ-non-grata, et les dispositions changent selon la gravité du délit entre guillemets. En ce qui me concerne, je ne sais pas ce que l’on me reproche. Dans mon cas, j’ai eu la chance d’avoir cette ouverture de la part de l’Allemagne, mon compatriote Oumar Mariko( Secrétaire général du SADI, Ndlr), lui il  n’a pas pu voyager du tout.

Vos prises de position contre l’intervention militaire des forces étrangères au Mali et  notamment celle de la France ne seraient pas la cause de cette interdiction?

Certainement,  sinon je ne comprends pas pourquoi, la France et surtout les membres de ce gouvernement de gauche, qui m’ont reçu et qui me connaissent parfaitement le feraient. En principe, nous partageons les même idées.

Sauf que, la France considère son intervention au Mali comme une réussite politique et militaire, c’est le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui l’a dit et ce success story de leur point de vue exige certainement un verrouillage, qu’il n’ y ait pas de critiques, puisque l’unanimité leur réussit si bien! Vous vous souvenez bien que toutes les résolutions concernant cette guerre ont été adoptées à l’unanimité au Conseil de sécurité des Nations Unies, et avant-hier ( mardi 23 avril Ndlr) ils viennent aussi de voter à l’ unanimité à l’ Assemblée nationale et au Sénat français pour la prolongation de l’Opération Serval au Mali.

Le pouvoir  politique a changé de main en France voilà bientôt un an et on peut constater pour le déplorer avec cette opération que la politique africaine de la France, demeure toujours la même.

Elle demeure inchangée et il ne nous le cache pas. Le Général De Gaulle l’a dit : « la France n’a pas d’amis mais des intérêts ». Peut-être c’est nous qui nous faisons des illusions, François Hollande l’a d’ailleurs répété récemment en parlant dossier Centrafricain quand François Bozizé l’appelait à l’aide. Il lui a fait savoir que la France défendait ses intérêts et ses ressortissants.

Nous l’apprenons peut-être à nos dépens, parce qu’on se disait aussi que les temps ont changé et puisqu’ils sont confrontés aux mêmes difficultés que nous, liées au même environnement économique international, avec les questions d’aide, de chômage de pauvreté etc. Mais à la lumière de ce qui se passe, il y a une grille de lecture qui s’applique à l’Afrique, on est considéré comme des pays en faillite, pas de d’états, pas d’ armées, ils peuvent faire la pluie et le beau temps et ne tolèrent pas de voix discordantes.

Ils ne tolèrent pas de voix discordantes, pourtant ils se clament chantre de la liberté de la d’expression. Peut-on interpréter cette interdiction de territoire comme une entrave à la liberté d’expression, puisque vous avez un point de vue discordant?

Oui! Pourtant moi je n’ ai pas changé, tout ceux qui me suivent depuis savent que j’ai pas changé de discours ceux sont les mêmes idées que je véhicule. Je ne m’attaque à personne, je condamne tout simplement un système économique mondial cynique et la guerre fait parti de ce système.

Aujourd’hui la militarisation pour le contrôle des ressources de l’Afrique fait parti de l’agenda. C’est ce que j’ai dit et c’est ce qu’ eux mêmes ils reconnaissent!!! Alors moi malienne, pourquoi je n’ai pas le droit de poser ce regard sur les réalités de mon pays en guerre!!!

Comment envisagez-vous l’avenir du Mali et de la sous-région suite à cette intervention militaire française appuyée par des troupes africaines?

Je pense que les troupes africaines sont mises à contribution, et comme je l’ai déjà dit dans mon manifeste ce n’est pas notre guerre, nous sommes entrés dans une phase de la globalisation qui implique la diplomatie économico-offensive et la militarisarisation.

Mais seulement, Al Qaida  est une réalité et en même temps une aubaine, elle permet aux dirigeants Africains qui ont mal géré de dire maintenant que la priorité c’est la lutte contre le terrorisme et aux puissance étrangères de dire faisons cause commune luttons d’abord contre le terrorisme.

Et moi je dis que le véritable terrorisme c’est la misère, c’est les injustices, parce que je sais qu ‘une bonne partie des combattants des djihadistes sont avant tout, des jeunes désespérés sans boulot, ils n’ont pas de visas et se font recruter à la fois par les narcotrafiquants et les djihadistes. C’est cette réalité qu’il nous faut regarder maintenant de près.

Quelles leçons devrons nous tirer de la situation au Mali et de ce qui vous arrive à vous?

Je souhaite que les Maliens et les Africains s’ouvrent grandement les yeux et les oreilles et se disent qu’en réalité, il n’y a pas un cas malien. Ce qui se passe aujourd’hui au Mali est l’illustration d’une nouvelle étape de la politique de mainmise sur les ressources du continent, notamment les ressources énergétiques, sans lesquelles la sortie de crise, la croissance et la compétitivité ne sont pas  envisageables par l’Occident.

Au lieu de jouer cartes sur table et changer les règles du jeu on préfère, nous écrire un autre histoire, nous humilier, nous culpabiliser. Avec tout ce qui se passe je considère que le Mali est humilié, il y a donc aucune raison d’en ajouter en gardant le silence et c’est ce que tout le monde fait, et les occidentaux le savent pertinemment.

Raison pour laquelle, je me réjouis aujourd’hui de ce soutien international parce qu’il y a énormément de gens qui ne comprennent pas, quelque soit la différence de lecture qu’un tel traitement me soit réservé. C’est donc une nouvelle phase de la décolonisation de l ‘Afrique. Il nous appartient maintenant à nous mêmes de voir ou sont les véritables défis.

La rédaction de cameroonvoice

NB. L’intégralité de l’entretien sera diffusée à l’émission « Antenne Libre », ce Samedi 27 Avril 2013, 14h/16 à Montréal / New York, 19h à Douala, 18h à Bamako, sur la radio

Ingérence occidentale en Syrie: vers une alliance Russie, Iran, Hezbollah ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , on 30 avril 2013 by Résistance 71

La résistance contre l’empire et les crimes du néo-colonialisme moderne s’organise en ce moment même à Téhéran. Avant de partir pour Téhéran, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, a eu un entretien privé de quatre heures avec le vice ministre russe des affaires étrangères Bogdanov, flanqué de l’ambassadeur russe au Liban. La conversation a été axée essentiellement sur la Syrie.

Devant la possibilité montante d’une nouvelle agression impérialiste contre la Syrie (avant l’Iran…), l’axe de résistance à l’empire, c’est à dire l’axe de la paix, a décidé de mettre un coup d’arrêt aux crimes de l’occident et de son chien de garde colonialiste l’OTAN. refaire le coup de la Libye ou de l’Irak, semble de plus en plus impossible pour les criminels de guerre occidentaux en charge de nos nations.

— Résistance 71 —

 

Guerre contre la Syrie, vers une alliance Russie, Iran, Hezbollah ?

IRIB

 

29 Avril 2013

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/254670-guerre-contre-la-syrie-une-alliance-russie-hezbollah

Le secrétaire général du Hezbollah, qui vient d’arriver, à Téhéran, pour participer à la conférence consacrée aux révolutions arabes, avait rencontré, auparavant, à Beyrouth, le vice-ministre russe des A.E Bogdanov.

Les analystes affirment que l’axe des conversations avait tourné autour de l’éventuelle intervention armée des puissances occidentales, d’Israël et de leurs alliés arabes et turcs, contre la Syrie. Les discussions ont duré quatre heures et les parties ont affirmé la nécessité de trouver une solution syro-syrienne à la crise. « Ni la Russie, ni le Hezbollayh, ne permettront que soit utilisée une solution autre que politique, en Syrie. Les deux parties rejettent, fermement; tout recours à la solution militaire et à l’ingérence étrangère; en Syrie, a affirmé une source présente aux entretiens. Bogdanov s’est fait accompagner, au cours de sa rencontre avec Nasrallah, par l’ambassadeur russe. Selon les analystes, le voyage de Nasrallah, à Téhéran, l’une de ses rares visites publiques, à l’étranger, devra se comprendre, dans le sens de la formation d’une alliance impliquant la Russie, l’Iran et le Hezbollah, et qui est destinée à faire face à une éventuelle agression étrangère contre la Syrie.

=  =  =

Mise à jour du 30 Avril:

 

Guerre contre la Syrie: le Hezbollah en état d’alerte !

 

IRIB

 

30 Avril 2013

 

Selon le journal Al Qods al Arabi qui cite les sources libanaises,  » les forces du Hezbollah sont en état d’alerte en prévision d’une intervention militaire étrangère en Syrie ».

 » La mobilisation des forces du Hezbollah intervient après la rencontre entre le secrétaire général du Hezbollah et le vice6ministre russe des AE, rencontre qui s’est déroulée derrière les portes closes. Cette rencontre a fourni aux parties l’occasion de coordonner leurs efforts pour faire face à une éventuelle offensive israélienne contre la Syrie »  Toujours selon le journal, le vice-ministre russe des AE, Mikhaël Bogdanov a remis une lettre du président Poutine à Hassan Nasrallah  traitant à la fois de la Syrie et du Liban.  Toujours selon le journal,  » la guerre isarélienne contre la Syrie pourrait être déclenchée d’ici six semaines. Le climat au Liban est celui de la pré -guerre , une guerre qui pourrait impliquer outre la Syrie, le Liban et même l’Iran ».

url de l’article:

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/254811-guerre-contre-la-syrie-le-hezbollah-en-état-d-alerte

Histoire et propagande… Pour une réappropriation populaire de l’histoire ~ 3ème partie ~

Posted in actualité, désinformation, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique with tags , , , , , , , , , , on 29 avril 2013 by Résistance 71

Troisième article sur la recherche historique hors des sentier battus comme nous l’avions annoncé dans notre récent article « L’histoire science sociale, science primordiale », il faut nous réapproprier l’Histoire, l’historiographie des évènements et empêche la caste dominante de nous dicter son histoire, sa vision des plus utile de l’histoire…

Aujourd’hui avec l’historienne française Sonia Combe qui nous montre le deux poids deux mesures dans les autorisations de consultation d’archives… L’histoire est vraiment sous influence…

— Résistance 71 —

 

Entretien avec Sonia Combe (historienne)

 
Auteur de « archives interdites » ed. Albin Michel

(paru dans « différences » Février 2000).

url de l’article original:

http://felina.pagesperso-orange.fr/doc/arch/sonia%20combe.htm

 

Différences : Quelles sont les principales faiblesses de la loi actuelle concernant la communication des archives ?

Sonia Combe : La loi actuellement en vigueur, votée en 1979, était implicitement destinée à empêcher l’accès des citoyens et des historiens aux archives publiques de Vichy. Avant 79, au terme de cinquante ans, on pouvait accéder au document ; avec cette loi, des délais supplémentaires ont été rajoutés concernant les fonds dits sensibles, et cela au nom des principes du secret d’Etat, du secret défense et de la protection de la vie privée. Comme si les délibérations du gouvernement de Vichy en 1942 pouvaient porter atteinte à la sécurité de la France en 1990. Cette clause-là n’est plus fondée. En revanche, les citoyens ont bien évidemment le droit au respect de leur vie privée. Mais dans le cas des archives de Vichy, cette clause semble destinée à protéger la vie privée de l’Etat, c’est-à-dire celle de ses agents dans l’exercice de leur fonction. Par extension, dès qu’un document mentionne un nom propre, il n’est pas communicable. Ainsi, les dossiers concernant les décisions prises par les commandants de camps d’internement sous l’Occupation ne sont pas communicables, car leurs noms y figurent : on estime que leur vie privée est en cause. On voit très bien là l’hypocrisie de la loi de 79 qui prolonge la réservation des dossiers de l’Etat de Vichy et par extension celle des archives de la guerre d’Algérie au nom de clauses illégitimes. Autre incohérence de la loi : elle prévoit le principe de la dérogation à elle-même. Rappelons que c’est une « fuite » aux Archives de la Gironde qui a permis l’inculpation et le jugement de Maurice Papon. Ce système de la dérogation est contestable sur le plan de la déontologie comme sur le plan de l’établissement de la vérité historique. Les documents non communicables peuvent l’être sur dérogation. On donne accès aux documents non communicables à des « personnes fiables » du point de vue de la raison d’Etat : ce sont des personnes dont on sait, par leurs travaux antérieurs et par leurs titres, qu’elles ne divulgueront pas des noms propres ou des informations qui pourraient mettre en cause « l’honneur » de la France. C’est discriminatoire parce qu’on divise ainsi les citoyens en deux catégories : les privilégiés en qui l’Etat a confiance et tous les autres qui doivent se débrouiller sans ces documents pour écrire l’Histoire, si tel est leur désir. C’est grave parce que de cette façon on a empêché des générations d’étudiants et d’historiens de travailler sur Vichy, et on continue de le faire pour la guerre d’Algérie. Il faut ajouter que la loi stipule que toutes les institutions de l’Etat doivent déposer leurs archives aux Archives nationales ou départementales au terme d’un certain délai qui n’est d’ailleurs pas précisé. Or, la préfecture de police de Paris fait exception à cette règle, elle n’est pas tenue de verser ses archives, elle dispose d’un service propre. Donc l’historien, qui voudrait accéder à des documents mettant en question les agissements des agents de la préfecture, doit s’adresser à un fonctionnaire de cette même préfecture de police, qui est naturellement lié à l’institution.

Différences: Trier, conserver, communiquer les archives en toute sécurité exige malgré tout des règles qui entre autres respectent la vie privée des personnes…

Sonia Combe : Il faut des règles pour conserver et communiquer les documents d’archives, mais il faut définir les choses avec un peu plus de précision. La notion de vie privée est tout à fait floue et donc sujette à toutes les interprétations. On pourrait s’inspirer de la législation allemande qui, dès la fin de la guerre, a écarté de la vie privée des fonctionnaires ce qui a trait à leur vie professionnelle, sous l’uniforme ou dans l’exercice de leurs fonctions. Etablissons clairement cette distinction entre vie privée et vie professionnelle. Je ne vois pas pourquoi un haut fonctionnaire aurait droit à plus de secret autour des actes qu’il commet que le boulanger. Les archivistes qui brandissent l’étendard de la vie privée font preuve en réalité et le plus souvent d’hypocrisie, car ce qu’ils redoutent en fait ce sont les retombées politiques. Ce ne sont pas les noms qui intéressent les chercheurs, c’est le comportements de l’individu dans l’exercice de sa fonction. Un seul historien, Marc-Olivier Baruch, auteur d’un livre sur l’administration sous Vichy, a eu le droit de consulter la quasi-totalité des archives. Quel est son profil ? Il est énarque, polytechnicien, il a été détaché pendant cinq ans pour mener son travail à terme. Il a peut-être produit un travail très consciencieux, mais à contrario, Rita Thalmann, professeur d’université, s’est vu refuser des dossiers. Pourquoi Rita Thalmann n’a-t-elle pas le droit d’accéder à des dossiers communiqués à Marc-Olivier Baruch ? En accordant une dérogation à l’un et pas à l’autre, l’administration exprime sa confiance en un énarque, fonctionnaire de l’Etat français, et sa défiance en une universitaire, qui – de surcroît – a son franc parler. Dans ce cas de figure, ce ne sont même plus les titres qui entrent en jeu, car R. Thalmann est professeur d’université, c’est simplement la fonction

Q: Quel délai devrait-on adopter pour rendre les archives communicables ?

Sonia Combe: Il faut toujours un délai pour rassembler, collecteur, traiter. Il faudrait, comme le préconisait d’ailleurs, le rapport Braibant, que la plupart des archives soient communicables au bout de vingt-cinq ou trente ans. Selon nos informations, le projet de loi ramènerait le délai maximum à cinquante ans. A contrario, les délais des dossiers médicaux (cent cinquante ans aujourd’hui) devraient être tenus secrets toute la durée de vie de l’individu. Mais le projet de loi maintiendrait le système de la dérogation. Or, c’est une pratique malsaine : quand on vous donne accès à des documents en vous faisant comprendre que l’on vous accorde une faveur, vous avez nécessairement un sentiment de gratitude à l’égard de l’administration et de l’Etat qui vous donnent accès à un privilège. On ne peut pas écrire l’Histoire sous la contrainte.

Q: Vous êtes pour l’abolition pure et simple de la dérogation ?

Sonia Combe: Je suis pour l’abolition d’un privilège qui constitue une entrave à l’établissement de la discipline historique et une atteinte aux droits civiques. Il faut fixer des règles qui soient les mêmes pour tous. Je sais que l’Histoire est une discipline difficile à défendre pour les historiens. L’élévation du niveau culturel de la population est incontestable, et de plus en plus de gens, qui n’ont pas de diplôme d’historiens mais qui ont appris à lire et à écrire, qui ont fait des études poussées, ont envie de raconter un événement dont ils ont été témoins parce qu’ils pensent que ça a quelque chose à voir avec la grande Histoire. L’historien contemporain se sent à tort menacé par le témoin alors qu’ils pratiquent deux styles d’écriture radicalement différents et complémentaires. Et si on n’est pas d’accord, tant mieux, on débat. Je suis pour que tous les citoyens se réapproprient leur Histoire, pour que toute personne qui a le désir d’écrire l’Histoire ait accès aux mêmes documents que l’historien professionnel.

Q: Ne faut-il pas aussi évoquer la question des moyens ?

Sonia Combe: L’administration des archives devrait employer beaucoup plus de moyens pour imposer aux administrations le versement de leurs archives. Elle est, me semble-t-il, dans une situation délicate. A titre d’exemple, dans le cadre d’une émission pour France Culture, j’ai demandé au directeur des Archives de Paris pourquoi il ne disposait pas des archives de la préfecture de police de Paris, et il m’a répondu : « Je ne peut pas y aller avec un tank ».

Q: Vous évoquez dans votre livre le culte du secret de l’Etat français, n’est-ce pas le propre de tous les Etats ?

Combe Sonia : Tout les Etats préféreraient que leurs secrets soient bien gardés mais il y a des pratiques démocratiques plus ou moins ancrées. Tous les pays d’Europe ont une législation beaucoup plus libérale que la nôtre. En France, jusqu’à présent, on a traité la rétention d’archives comme une fatalité. Je rattache notre législation à celle de la Turquie concernant les archives ottomanes du début du siècle, seuls les historiens turcs y ont accès. Ils affirment ne trouver aucune trace qui ferait la preuve de l’ordre donné de décimer la population arménienne. Peut être, mais dans ce cas, qu’ils ouvrent les archives ottomanes à tous les chercheurs, turcs et étrangers, y compris les Arméniens.

Q: Pouvez-vous citer des exemples de traitement plus démocratique de cette question des archives ?

Sonia Combe : Aux Etats-Unis, la vie politique fonctionne par groupes de pression. Les historiens, organisés en différentes associations, forment des groupes de pression qui pèsent sur les décisions du gouvernement, ce sont donc eux qui régulent le système des archives. Tout se fait sous la surveillance et la vigilance des historiens. Par exemple, les documents manquant sont précisés et répertoriés dans les archives communicables. Chez nous, on n’inscrit rien : un document non communicable n’est même pas mentionné, et c’est comme cela que le fichier des juifs est passé aux oubliettes. Mis à part quelques restrictions, l’Allemagne se comporte mieux du point de vue des archives que la France. Il faut noter que l’ouverture des archives de la Stasi a été imposée par le mouvement des citoyens de l’ex-RDA, un mouvement dissident qui avait donc subi les surveillances de la Stasi. Ils ont obtenu que les archives soient conservées à Berlin et communicables à tout le monde. Le gouvernement de l’époque a cédé parce qu’il avait tout intérêt à ce que les crimes de la Stasi apparaissent au grand jour pour légitimer l’opération de réappropriation de la RDA, mais il ne l’a pas fait pour ce qui concerne les relations entre les deux Etats allemands, parce que cela met en cause les agissements de la RFA. L’ouverture des archives de la Stasi n’a pas troublé la paix sociale. Des personnes ont probablement été épinglées abusivement, mais beaucoup d’autres ont, à cause de leurs comportements, subi, à raison, l’opprobre de leurs concitoyens. La paix sociale n’a pas été menacée par ces révélations, elle l’est en revanche beaucoup plus par le chômage. Les Allemands ont trouvé une solution dont on pourrait s’inspirer pour protéger les personnes : les archivistes anonymisent le document, c’est-à-dire qu’ils barrent les noms propres d’un gros trait noir quand il s’agit d’informations relatives à leur vie privée. C’est ce que l’on devrait faire chez nous concernant en particulier les dossiers sur Vichy ou sur la guerre d’Algérie. Dans les pays scandinaves, les historiens assument également dans l’ensemble leur responsabilité civique. En France, on pèche par un fatalisme très ancré, on s’incline, on contourne la difficulté, on négocie dans les couloirs. Aucune situation n’est parfaite, mais on travaille mieux en Allemagne, aux Etats-Unis, en Espagne, et en Israël où a été édité le premier livre « Le septième million » de Tom Segev qui remet en cause l’idéologie sioniste à partir d’archives qui vont jusqu’en 1952. En France, on est vraiment en retard.

Q: Les historiens français seraient-ils trop raisonnables ?

Sonia Combe : La fonction de l’historien est de créer du consensus national, du sentiment national, il doit le savoir et être vigilant. Mais du fait peut-être que la France soit un vieil Etat nation où le sentiment national est très fort, l’historien français – celui qui obtient les postes de direction et qui encadre la discipline historique – est enclin à être un historien raisonnable et respectueux de la raison d’état. Heureusement, l’université française forme malgré tout des personnes qui conservent un esprit critique, qui ne plaisent pas aux pouvoirs publics, et qui ont la possibilité de s’exprimer car nous sommes encore en démocratie.

Entretien réalisé par Chérifa Benabdessadok et Jessica Moulin

Crimes de l’empire: L’avertissement du président iranien Ahmadinejad

Posted in actualité, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 29 avril 2013 by Résistance 71

Notre vision et position politique est pour un monde non-étatique, anti-autoritaire, égalitaire et libertaire. Néanmoins il est impossible d’ignorer le fait que nous vivons toujours, pour l’heure, dans des sociétés hiérarchisées et fondamentalement inégalitaires sur les plans politiques et économiques.

Dans cette optique, nous considérons, sans endorser les systèmes qu’ils impliquent, que les trois hommes d’état, politiques digne de ce nom aujourd’hui dans ce monde décadent sont: Vladimir Poutine, Mahmoud Ahmadinejad et Hassan Nasrallah. A ceux-ci ajoutons le défunt Hugo Chavez. Tout le reste n’est qu’un ramassis de faire-valoir et de marionnettes sans aucun intérêt, qui ne méritent pas cinq minutes de l’attention et du temps précieux de tout citoyen du monde.

Chavez parti, il n’y a que ces trois hommes à écouter attentivement, tout le reste n’en vaut absolument pas la peine, ce n’est que bruit de fond et balbutiements propagandistes.

— Résistance 71 —

 

Les ennemis essaient de désintégrer le Moyen-Orient, président iranien

 

Press TV

 

28 Avril 2013

 

url de l’article original:

http://www.presstv.ir/detail/2013/04/28/300747/enemies-seek-me-disintegration/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le président iranien Mahnoud Ahmadinejad a averti des complots ourdis par des puissances arrogantes afin de créer la discorde parmi les nations régionales et de désintégrer les pays régionaux.

“Toutes les nations doivent être vigilantes car des puissances arrogantes veulent nous lancer les uns contre les autres et briser l’Irak, la Syrie et la Pakistan. Nous sommes au courant de ces plans”, a dit Ahmadinejad.

Il a fait cette remarque lors d’une large réunion dans la ville du nord-ouest de Tabriz, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental, Dimanche.

Le président a dit que les nations régionales devraient protéger leur pays et leurs droits par le moyen des négociations.

Ahmadinejad a prévenu que des ennemis transforment la richesse des nations en bombes et en armes, ajoutant: “Il est évident qu’ils veulent créer un conflit en Asie orientale”.

Il nota que l’ère des puissances arrogantes arrive à sa fin et que leurs complots ne les sauverony pas, car “le futur appartient aux nations”.

Attentat de Boston: Le lien par le tonton des Tsarnaev à la CIA…

Posted in actualité, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 29 avril 2013 by Résistance 71

Boston: Les Tsarnaev liés au Fuller (CIA)

 

Réseau Voltaire

 

28 Avril 2013

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article178336.html

 

La fille de Graham E. Fuller, Samantha A. Fuller, a épousé Ruslan Tsarnaev, oncle des « suspects » de l’attentat de Boston, Tamerlan et Dzhokhar Tsarnaev.

Graham E. Fuller est ancien chef de poste de la CIA en Afghanistan, ancien « agent traitant » de Fethullah Gulen aux USA, ancien analyste de la RAND, et ancien collaborateur du Monde diplomatique. Il est aujourd’hui professeur adjoint à l’Université Simon Fraser de Vancouver (Canada).

Samantha A. Fuller travaillait au milieu des années 90 pour Price Waterhouse à Bichkek (Kirghizistan) sur des projets de privatisation. Elle a épousé Ruslan Tsarnaev dont elle a divorcé en 1999.

Ruslan Tsarnaev (photo) est le frère d’Ansor Tsarnaev, père des « supects ». Il a travaillé pour l’USAID (qui servait alors de couverture pour la CIA), puis comme cadre pour plusieurs sociétés du Groupe Halliburton. Il vit aujourd’hui à Montgomery Village, MD, et décrit ses neveux comme des « perdants ».

Graham E. Fuller a qualifié d’« absurde » toute tentative de lier son ex-gendre à l’acte de ses neveux.

Selon Izvestia du 24 avril, Tamerlan Tsarnaev a participé à un séminaire de la CIA en 2012.

 

Traduction de l’article d’Izvestia par Résistance 71