Archive pour avril, 2020

Crise artificielle du coronavirus : quand la cible est l’humanité et surtout ses réfractaires au Nouvel Ordre Mondial

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 30 avril 2020 by Résistance 71

 

 

L’État masqué

 

Miquel Amoros

 

25 avril 2020

 

source de l’article en français: https://www.lavoiedujaguar.net/L-Etat-masque

 

La crise actuelle a engendré plusieurs tours de vis dans le contrôle social étatique. L’essentiel dans ce domaine était déjà bien en place puisque les conditions économiques et sociales qui prévalent aujourd’hui l’exigeaient. La crise n’a fait qu’accélérer le processus. Nous participons contraints et forcés en tant que masse de manœuvre à un essai général de défense de l’ordre face à une menace globale. Le Covid-19 a servi de prétexte au réarmement de la domination, mais une catastrophe nucléaire, une impasse climatique, un mouvement migratoire imparable, une révolte persistante ou une bulle financière incontrôlable auraient tout aussi bien fait l’affaire.

Mais la cause la plus importante et vraisemblable est la tendance mondiale à la concentration du capital, ce que les dirigeants appellent indistinctement mondialisation ou progrès. Cette tendance est corrélée avec le processus de concentration du pouvoir, renforçant ainsi les appareils étatiques de maintien de l’ordre, de désinformation et de répression. Si le capital est la substance d’un tel œuf, l’État est sa coquille. Une crise qui met en danger l’économie mondialisée, une crise systémique, comme on dit maintenant, provoque une réaction défensive presque automatique, et réactive des mécanismes disciplinaires et punitifs déjà existants. Le capital passe au second plan et c’est alors que l’État apparaît dans toute sa plénitude. Les lois éternelles du marché peuvent prendre des vacances sans que leur vigueur en soit altérée.

L’État prétend se présenter comme la planche de salut à laquelle la population doit s’agripper lorsque le marché s’endort dans la tanière de la banque et de la bourse. Tout en travaillant au retour à l’ordre ancien, c’est-à-dire, comme disent les informaticiens, en essayant de créer un point de restauration du système, l’État joue le rôle d’un protagoniste protecteur, bien qu’en réalité il ressemble plus à un bouffon maquereau. Malgré tout, et quoi qu’il en dise, l’État n’intervient pas pour défendre la population ni même les institutions politiques, mais pour défendre l’économie capitaliste, et donc pour défendre le travail dépendant et la consommation induite qui caractérisent le mode de vie déterminé par cette dernière. D’une certaine manière, il se protège d’une éventuelle crise sociale résultant d’une crise sanitaire, c’est-à-dire qu’il se défend contre la population. La sécurité qui compte vraiment pour l’État n’est pas celle des personnes, mais celle du système économique, ce que l’on appelle généralement la sécurité « nationale ». Par conséquent, le retour à la normalité ne sera pas autre chose que le retour au capitalisme : aux HLM et aux résidences secondaires, au tumulte de la circulation, à l’alimentation industrielle, aux transports privés, au tourisme de masse, au panem et circenses… Les formes extrêmes de contrôle comme le confinement et la distance entre les individus prendront fin, mais le contrôle se poursuivra. Rien n’est transitoire : un État ne désarme pas volontairement ni ne renonce de bon gré aux prérogatives que la crise lui a accordées. Il se contentera de « geler » les moins populaires, comme il l’a toujours fait. Gardons à l’esprit que la population n’a pas été mobilisée, mais immobilisée, il est donc logique de penser que l’État du capital, plus en guerre contre elle que contre le coronavirus, tentera de s’en laver les mains en lui imposant des conditions de survie de plus en plus antinaturelles.

L’ennemi public désigné par le système est l’individu désobéissant, l’indiscipliné qui ignore les ordres unilatéraux venus d’en haut et le confinement, refuse de rester dans les hôpitaux et ne garde pas ses distances. Celui qui n’est pas d’accord avec la version officielle et qui ne croit pas à ses chiffres. Il est évident que personne ne reprochera aux responsables d’avoir laissé le personnel sanitaire et soignant sans équipement de protection, et les hôpitaux avec un nombre insuffisant de lits et d’unités de soins intensifs, ni aux gros bonnets d’être responsables du manque de tests de diagnostic et de respirateurs, ni aux chefs administratifs d’avoir négligé les anciens des maisons de retraite. On ne pointera pas du doigt non plus les experts de la désinformation, les hommes d’affaires spéculant sur les fermetures, les fonds vautours, ceux qui ont profité du démantèlement de la santé publique, ceux qui font du commerce avec la santé ou les multinationales pharmaceutiques… L’attention sera toujours détournée, ou mieux télécommandée vers d’autres aspects : l’interprétation optimiste des statistiques, la dissimulation des contradictions, les messages gouvernementaux paternalistes, l’incitation souriante à la docilité des personnalités médiatiques, le commentaire humoristique des banalités qui circulent sur les réseaux sociaux, papier toilette, etc. L’objectif est que la crise sanitaire soit compensée par un degré plus élevé de domestication. Que le travail des dirigeants ne soit pas remis en cause d’un iota. Que l’on supporte le mal et qu’on ignore le rôle de ceux qui l’ont déchaîné.

La pandémie n’a rien de naturel ; c’est un phénomène typique du mode de vie malsain imposé par le turbocapitalisme. Ce n’est ni le premier ni le dernier. Les victimes le sont moins du virus que de la privatisation des soins de santé, de la déréglementation du travail, du gaspillage des ressources, de l’augmentation de la pollution, de l’urbanisation galopante, de l’hypermobilité, de l’entassement concentrationnaire métropolitain et des aliments industriels, en particulier ceux issus des macro-exploitations, endroits où les virus trouvent leur meilleur foyer de reproduction. Toutes conditions idéales pour les pandémies. La vie qui dérive d’un modèle d’industrialisation où commandent les marchés relève déjà de l’isolement : pulvérisée, contingentée, techno-dépendante et sujette à la névrose, autant de qualités qui favorisent la résignation, la soumission et la citoyenneté « responsable ». Nous sommes dirigés par des inutiles, des incompétents et des incapables ; pour autant l’arbre de la bêtise gouvernante ne doit pas nous empêcher de voir la forêt de la servitude citoyenne, la masse impuissante disposée à se soumettre inconditionnellement et à s’enfermer dans la poursuite de l’apparente sécurité promise par l’autorité étatique. Laquelle ne récompense généralement pas la fidélité, mais se méfie des infidèles. Et, pour elle, potentiellement, nous sommes tous des infidèles.

D’une certaine manière, la pandémie est une conséquence de la poussée du capitalisme d’État chinois sur le marché mondial. La contribution orientale à la politique consiste principalement en sa capacité à renforcer l’autorité de l’État jusqu’à des limites inimaginables grâce au contrôle absolu des personnes par le biais d’une numérisation totale. À ce genre de compétence bureaucratique-policière on pourrait ajouter l’habileté de la bureaucratie chinoise à mettre la pandémie au service de l’économie. Le régime chinois est un exemple de capitalisme tutélaire, autoritaire et « ultra-productiviste » engendré par la militarisation de la société. C’est en Chine que la domination aura son futur âge d’or. Il y aura toujours des attardés pusillanimes pour se lamenter sur le « recul de la démocratie » qu’entraîne le modèle chinois, comme si ce qu’ils appellent ainsi avait été autre chose que la forme politique d’une période obsolète, celle qui correspondait à la partitocratie complaisante à laquelle ils participaient volontiers jusqu’à hier. Eh bien, si le parlementarisme commence à être impopulaire et malodorant pour la majorité des dirigés, et par conséquent, s’il devient de moins en moins efficace comme outil de domestication politique, c’est en grande partie dû à la prépondérance du contrôle policier et de la censure, acquise en ces temps nouveaux, sur les magouilles des partis. Les gouvernements ont tendance à utiliser les états d’alerte comme un outil régulier de gouvernement, car les mesures concernées sont les seules qui fonctionnent correctement dans les moments critiques. Mais elles masquent la fragilité réelle de l’État, la vitalité de la société civile et le fait que ce n’est pas la force qui entretient le système mais l’atomisation de ses sujets mécontents. Nous sommes dans une phase politique où la peur, le chantage émotionnel et les big data sont indispensables pour gouverner, les partis politiques se révélant moins utiles que les techniciens, les communicants, les juges ou la police.

Voilà ce qui devrait nous préoccuper le plus maintenant : la pandémie n’est pas seulement l’aboutissement de certains processus de longue date, telles que la production industrielle alimentaire standardisée, la médicalisation sociale et la gestion autoritaire de la vie quotidienne. Elle engendre également des progrès considérables dans le processus de numérisation sociale. Si la malbouffe en tant que régime alimentaire mondial, l’utilisation généralisée de remèdes pharmacologiques et la coercition institutionnelle sont les ingrédients de base du gâteau de la vie quotidienne postmoderne, la surveillance numérique (coordination technique des caméras vidéo, reconnaissance faciale et traçage des téléphones portables) est la cerise sur le gâteau. On récolte ce qu’on a semé.

Lorsque la crise sera passée, presque tout sera comme avant, mais le sentiment de fragilité et d’inquiétude demeurera plus longtemps que ne le souhaiterait la classe dirigeante. Ce malaise de la conscience entamera la crédibilité de la victoire des ministres et des porte-parole, mais il reste à voir si cela pourra les chasser du fauteuil où ils se sont installés. Mais s’ils devaient garder leur siège, l’avenir de l’espèce humaine resterait entre les mains d’imposteurs, car une société capable de prendre en main son propre destin ne peut jamais se former au sein du capitalisme et dans le cadre d’un État. La vie des gens ne suivra pas les chemins de la justice, de l’autonomie et de la liberté sans se détacher du fétichisme de la marchandise, sans apostasier la religion étatiste, ni sans déserter les grandes surfaces et les églises.

Miquel Amorós

Confiné chez lui,

à son grand regret,

le 7 avril 2020.

Traduit de l’espagnol

par les Giménologues,

14 avril 2020.

Texte d’origine :

El Estado con mascarilla.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Société des sociétés…

Coronavirus : Regard natif sur le bocal colonialiste infectieux (Mohawk Nation News)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 29 avril 2020 by Résistance 71

 

 

“Ça s’appelle le rêve américain parce que vous devez être endormi pour y croire.”
~ George Carlin ~

 

Le dernier avertissement

 

Mohawk Nation News

 

26 avril 2020

 

url de l’article original:

https://mohawknationnews.com/blog/2020/04/26/the-final-warning/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le CoV19 est devenu partie intégrante des 95% de la dépopulation du monde selon l’agenda 21 et 30 de l’ONU.

En 1974, l’ONU a informé le monde que l’État n’avait que faire de “bouches inutiles”. Les maîtres des colons établis sur l’Île de la Grande Tortue mirent en place un système décidant de qui allait vivre ou mourir. Les envahisseurs ont répandu virus et bactéries sur nous et 150 millions d’entre nous, natifs du continent, furent exterminés. Les envahisseurs établirent des lois afin de s’octroyer le droit de nous assassiner sans être accusés ni condamnés pour homicide. Nous fûmes déclarés être des non-personnes. Les immigrants [européens chrétiens] reçurent la permission de nous exterminer et de voler notre terre. Ils commencèrent avec les virus qu’ils amenèrent d’Europe, puis mirent nos têtes à prix, puis nos scalps. Maintenant, c’est le CoV19 qui est arrivé, il va se diluer dans l’environnement pour revenir ensuite. Les colons sont conditionnés psychologiquement à obéir à leurs maîtres qui les maintiennent sous un état hypnotique.

Leur homme médecine sans aucune éducation suggère même qu’ils s’injectent des produits de nettoyage pour tuer le virus. Tout le monde est mis en quarantaine à la maison, les gens doivent rester à 2m de distance les uns des autres, porter des masques filtrant, se laver constamment les mains et ne doivent pas aller dans leur résidence secondaire. Ils n’ont plus de travail, plus d’argent. Les commerces sont fermés. Le prix du pétrole s’est effondré à un prix négatif au baril. Les vieilles personnes tombent comme des mouches et maintenant leurs maîtres leur suggèrent de jouer à la roulette russe avec leur santé en retournant au travail et en tentant leur chance de ne pas mourir du virus.

Le gouvernement contrôle la fourchette et donc la population. De plus en plus de personnes constatent à quel point leur existence est inutile. Ils ne font que le sale boulot de leur maître. Ils veulent retourner à ce qui est “normal”, c’est à dire continuer de détruire notre mère nature dans le monde entier.

Leur routine est la suivante: le couple se lève le matin et chacun va son chemin différent. Maintenant, ils sont ensembles tout le temps et les relations s’effondrent. Les crimes venus d’Europe comme l’inceste, la pédophilie et l’abus d’enfants montrent leurs sales têtes maintenant plus que jamais.

Changer leur routine a occasionné une énorme confusion. Leur système éducatif les conditionne à faire exactement la même chose chaque jour et à la même heure. Extinction des feux, dormir, se lever, manger, s’assoir à un bureau des heures durant, ou aller à l’usine, obéir à leurs maîtres.

Ils sont obnubilés par leur salaire et se jalousent les uns les autres au sujet d’une existence matérialiste. Le rêve américain est devenu un cauchemar depuis longtemps. L’industrie du spectacle ne peut plus renforcer leur vie fondée sur l’argent. On leur raconte des mensonges et on les trompe comme nous le fûmes il y a plus de 500 ans Ils sont terrifiés de la pénurie de travail, de nourriture et d’argent.

Le fondement même de leur vie est contre nature et soit ils ne savent pas quoi faire ou soit ils sont trop fainéants pour le faire.

Okwehonweh, le peuple natif, a été programmé pour suivre la nature. Nous sommes éduqués à ne jamais faire passer l’argent en premier. Faites votre activité du mieux de votre capacité et vos besoins seront assouvis.

Le virus a intensifié leur frustration, leur stress et leur paranoïa. La peur, la perte et un futur inconnu dominent leurs vies. L’industrie pétrolière a fermé parce que plus personne n’achète. On fabrique maintenant des camions sans conducteurs. Il n’y a plus d’immigrants techniquement qualifiés qui sont amenés dans la force de travail.

Pratiquement plus personne ne conduit, les avions ne volent plus, les usines sont fermées, plus personne ou presque ne travaille, tous les commerces sont fermés pour une durée indéterminée.

Leurs maîtres psychopathes veulent qu’ils retournent au boulot et qu’ils “tentent leur chance”.

Onkwehonweh n’écoute pas ces dictateurs étrangers. Nos ancêtres nous ont prevenu de ne jamais faire confiance à l’homme blanc. Ceux qui le peuvent rassemblent de la nourriture tandis que l’infrastructure s’effondre.

Les hommes blancs ont besoin de maîtres qui leur donnent des ordres. Ils vont obéir et retourner au travail parce qu’ils sont absolument désespérés. La société de consommation perd des clients qui achètent des trucs dont ils n’ont pas besoin.

Et tous ces gens vont passer le reste de leur vie à acheter des trucs dont ils n’ont pas besoin avec de l’argent qu’ils n’ont pas et à payer 18% d’intérêt pour le crédit de ces conneries qu’ils n’aiment plus dès qu’ils arrivent à la maison de toute façon… pas très malin tout ça les gars, pas très malin…”
~George Carlin ~

Lectures complémentaires:

« Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (Steven Newcomb)

« Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada » (TIDC)

« Effondrer le colonialisme » (Résistance 71)

« Nous sommes tous des colonisés ! » (Résistance 71 )

« Manifeste pour la société des société » (Résistance 71)

« Comprendre le système de l’oppression coloniale » (Peter d’Errico)

« Comprendre le système d’oppression coloniale » (Steven Newcomb)

 


La révolution sociale… est la question de la terre !

Bienvenue à Corona… et son cyborg en marche !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 29 avril 2020 by Résistance 71

 

 

Macron le cyborg

 

Autre Futur

 

21 avril 2020

 

url de l’article original : https://www.autrefutur.net/Macron-le-cyborg

 

Après l’allocution d’Emmanuel Macron, au soir du 13 avril 2020, les commentateurs ont été nombreux à souligner, à juste titre, les incohérences, les approximations, les propositions inacceptables et même la feinte « humilité » (le terme est revenu plusieurs fois) que lui auront fortement suggéré ses conseillers en communication. J’aimerais, moi, partir d’un autre bord. 

Ce qui m’a frappé en le regardant et en l’écoutant, c’était le total manque d’humanité du personnage. Un regard vide, une langue et un visage de bois. Ses mots défilaient sans que l’on puisse le moins du monde y croire. Mais y croyait-il lui-même ? Entre robot et mannequin de cire, il débitait son laïus d’une voix monocorde sans qu’aucune inflexion ne parvienne à l’animer. Nulle chair n’habitant ses mots vides, même sa fonction présidentielle était alors désincarnée.

D’autres présidents de la République ne furent certainement pas plus admirables : Le général de Gaulle faisait preuve d’un orgueil et d’une vanité qui ont fait les beaux jours du Canard enchaîné ; François Mitterrand s’est montré d’une fourberie peu commune en pratiquant une politique néo-libérale en contradiction flagrante avec le programme sur lequel il avait été élu ; l’arrivisme, la bêtise et la vulgarité de Nicolas Sarkozy en firent le digne pendant français de l’inqualifiable Berlusconi, etc. Mais enfin, orgueil, vanité, fourberie, bêtise et vulgarité sont des défauts fort répandus et finalement très humains. 

Rien de tel avec Emmanuel Macron. Chez lui, on chercherait en vain un défaut majeur et particulier. Le personnage est pure fonction, comme on dit « fonction » en langage informatique. En l’écoutant, on retrouve ces voix synthétiques : « Si votre appel concerne un dossier en cours, tapez un. S’il s’agit d’une première demande, tapez deux. Pour toute autre question, tapez trois. » 

Il faut bien se rendre à l’évidence : Macron, qui vénère la « start-up nation », est un cyborg, exerçant une fonction managériale au sein d’un quantum de capital, ce capital que Marx qualifiait en son temps de sujet automate. Il faut cesser de croire que le capitalisme et ses ravages proviennent de la seule cupidité (indéniable par ailleurs) des patrons et des grands de ce monde, majordomes et intendants d’un rapport social qui les domine également. Ces gens-là ne ravagent pas la planète et n’asservissent pas les populations par pur esprit de lucre ou par goût de la domination. Ils les gèrent et les administrent via « une machine folle » qui s’est autonomisée et dont le seul carburant est l’accroissement illimité de la valeur. La valeur se « valorise » et ce, même lorsque que celle-ci a perdu toute substance et ne se nourrit plus, fictivement, que d’une anticipation financière de profits qui ne viendront jamais. 

Les autres sphères de la vie, la politique, la santé, l’art, l’éducation, etc. ne se réduisent pas « en dernière instance » à « l’infrastructure économique » comme le proclame encore parfois un marxisme de charbonnier qui a tout de la foi des simples. Ce qui est vrai, en revanche, c’est que ces différentes sphères, chacune à leur façon, contribuent à la reproduction de la totalité sociale capitaliste. Dans cette optique, il existe une relation exclusive entre l’Etat (la politique) et l’économie où il peut arriver que l’Etat dicte sa loi à l’économie ou que ce soit l’inverse. Mais dans chaque occurrence, c’est la reproduction du sujet automate qui apparaît comme la cause efficiente. 

Macron le cyborg incarne à merveille cette dualité fonctionnelle. Il y a quelques mois à peine, il proclamait dans la moindre de ses phrases le primat de l’économie, le culte de la croissance, le mépris pour « ceux qui ne sont rien. » Aujourd’hui que le virus grippe un peu plus la machinerie capitaliste, il ne craint pas d’affirmer, comme n’importe quel militant gauchiste, que la santé doit échapper aux lois du marché. 

Le sujet automate a simplement appuyé sur une nouvelle touche et la voix synthétique, a retenti.

Débranchons Macron et son monde.

= = =

Notre page « CORONAVIRUS, guerre contre l’humanité »

Dossier spécial Coronavirus et dictature technotronique


Que sortent les masques jaunes !…

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Dossier spécial CoV19 : Ingénierie sociale et dictature technotronique (JBL1960)

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 28 avril 2020 by Résistance 71

 

 

Résistance 71

 

28 avril 2020

 

Nous relayons ci-dessous le gros travail compilateur de mise en PDF de Jo sur le dossier coronavirus CoV19. A lire et diffuser sans aucune modération.

Dossier_special_CoV19_ingenierie_sociale_et_dictature_technotronique

 

Conseil de Résistance 71 pour la suite des évènements CoV19…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 28 avril 2020 by Résistance 71

 

 

 

Qu’on se le dise !…

Résistance 71
28 avril 2020

Coronavirus crise et manipulation… Prédictions sur la suite des évènements pré-fabriqués (James Corbett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, documentaire, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 avril 2020 by Résistance 71

 


Coronacontrôle et dictature technotronique

 

Une fois de plus analyse décapante et des plus pertinentes de James Corbett sur cette “crise pandémique du CoV19”, à laquelle nous adhérons totalement. Nous avions également mentionné (le 27 mars) que tout ceci était en fait une guerre biologique menée contre l’humanité, les pistes mènent de plus en plus vers cette thèse quelle que soit l’origine du CoV19.
Nous attirons particulièrement l’attention de nos lecteurs sur le second point de Corbett où il énonce que « les médias alternatifs reçoivent la corde qui va les pendre », point de vue intéressant qui ne peut que renforcer ce que nous disons depuis bien longtemps et que nous reformulerons différemment ici : Il ne sert à rien d’y voir clair si c’est pour ne pas agir. L’humanité est mûre pour une (r)évolution radicale, nous ramenant à nos sources et donc sur le chemin de notre réalisation humaine. Nous n’avons été que trop fourvoyés sur des voies de garages ne profitant qu’au plus petit nombre. La réflexion critique sans l’action n’est que masturbation intellectuelle. De fait, réflexion, pensée critique, compréhension critique de notre réalité et action pour la transformer doivent être étroitement imbriquées ; il ne doit pas y avoir entre elles l’épaisseur d’un cheveu. Nous sommes loin du compte, mais à un moment donné faudra bouger son cul dans le bon sens ou faire face à notre mise en esclavage perpétuelle. Ne donnons pas raison à cette vision de G. Orwell nous disant « Vous voulez savoir ce que sera le futur ? Imaginez une botte écrasant un visage… pour toujours. »

Ne soyons pas dupes, analysons, gardons notre sens et pensées critiques et… agissons en conséquence.

~ Résistance 71 ~

 

Prédictions : Ce qui arrivera ensuite dans la crise du Coronavirus

 

James Corbett

 

25 avril 2020

 

url de l’article original:

https://steemit.com/news/@corbettreport/predictions-what-will-happen-next-in-the-corona-crisis

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Parfois il n’est pas difficile de prédire le futur. Tout ce que vous avez à faire c’est d’écouter ce que les ingénieurs sociaux vous disent qu’ils vont faire. Par exemple, quand des néo-conservateurs vous disent que nous avons besoin “d’un nouveau Pearl Harbor” pour justifier la transformation de l’armée américaine, vous pouvez être certains que ce nouveau Pearl Harbor va se produire bientôt, dès qu’ils arriveront au pouvoir. (NdT: Corbett réfère ici à la célèbre phrase du document du think-tank PNAC un an avant les attentats de 11 septembre 2001…) Et maintenant, après avoir entendu pendant des années Bill Gates nous prévenir qu’une pandémie allait nous frapper et allait de ce fait transformer le monde tel que nous le connaissons, nous y sommes et il a même été aussi loin que de “simuler” l’exact scénario  de ce que nous vivons depuis quelques mois, juste un peu avant que cela ne se produise (NdT: comme il y avait des exercices en cours du NORAD le 11/9/01 simulant des détournements d’avions, durant les évènements de ce même jour et comme il y avait aussi en cours un scénario identique d’attaque du métro et des bus à Londres lors des attentats du 7/7/05… mais on nous explique que tout ça n’est que coïncidence bien entendu…).

Donc, vous voyez où je veux en venir. Parfois, entrevoir ce qui va se produire ensuite n’est juste qu’une question d’écouter ce que les planificateurs nous disent. Ceci à l’esprit, regardons 4 prédictions sur ce que la crise du coronavirus va bien pouvoir produire à partir de maintenant.

1. La “seconde vague” de pandémie sera blâmée sur les contestataires du confinement

Il y a une seconde vague du CoV19 qui va déferler dans quelques mois. Nous n’avons pas à spéculer là-dessus. Non seulement l’avons nous entendu de toutes les façons possibles par les politiciens et les “autorités” sanitaires ces derniers mois, mais c’est aussi une partie intégrale du maintenant célèbre article de la revue du MIT « We’re not going back to normal » (“Nous ne retournerons pas à la normale”), qui a révélé comment les vagues successives de confinement et de déconfinement allaient restructurer nos vies et nous conditionner dans l’Ordre Mondial du Corona (Corona World Order. )

Il n’y a aucun doute que ceci fasse partie du narratif de la pandémie alors que Bill Gates vient juste de le réaffirmer dans ses dernières notes sur la “première pandémie moderne” (« The first modern pandemic.”).

En fait, les planificateurs de la pandémie ont averti le public d’une seconde (puis troisième, quatrième…) vague de cette crise tellement de fois que nous pouvons affirmer sans crainte qu’une seconde vague va se produire.. Une telle vague pourrait se produire seulement si, comme le note le Dr. Dan Erickson dans son récent briefing sur le CoV19, si les gens donc émergent de leur confinement avec un système immunitaire affaibli et seraient donc plus susceptibles aux pathogènes de toute sorte.

Mais cette redoutée “seconde vague” ne doit même pas se produire dans la réalité, on peut toujours compter sur le bidouillage statistique des fraudeurs pour donner l’impression d’un nouveau round d’infections dans l’esprit public. Merde, si le gouvernement japonais peut magiquement affirmer une augmentation dramatique des infections au CoV-SARS-2 le même jour où les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ont été officiellement reportés (comme je l’avais prédis du reste…), alors vous pouvez croire que les gouvernements dans le monde entier vont pouvoir délivrer leur narratif de “seconde vague” du virus sans se soucier du nombre de personnes malades ou pas.

Voici l’astuce : Quoi qu’il arrive, les planificateurs de la pandémie qui poussent un agenda bien précis (NdT :de contrôle) vont blâmer cette seconde vague sur ces satanés réfractaires au confinement qui se plaignent sans cesse d’être assignés à résidence. Vous savez, ces horribles tueurs de grand-maman qui osent s’opposer aux ordres de fermer les affaires qu’ils ont passé une vie de labeur à mettre en place et tous ces haïssables répandeurs de maladie qui refusent abruptement leur chômage forcé.

Vous pouvez déjà constater les grandes lignes de ce narratif être plantées dans la couverture médiatique entourant ce mouvement anti-confinement qui croît globalement. Ce sont ces ignorants imbéciles qui protestent qui mettent la vie de ces vaillants personnels médicaux en danger et qui osent exercer leur droit de se rassembler pacifiquement et demandent un remède à leurs griefs !

Donc vous verrez que lorsque le confinement va se terminer juste un petit peu, alors déferlera avec force la “seconde vague”.. du moins dans les médias. Et chaque mort supplémentaire sera blâmée sur ces inconscients qui contestent leur emprisonnement à la maison et sont forcés au chômage.

2. Les médias alternatifs reçoivent la corde pour se pendre eux-mêmes

Cette prédiction est fondée sur les observations :

  1. Il y a environ un an, YouTube a mis en place un nouveau système qui rend public les comptes des abonnés, ceci a eu pour résultat une chute des abonnements pour beaucoup de chaînes altmedias, incluant la mienne.
  2. A peu près à la même époque, ils ont commencé à mettre en place des changements dans la recommandation d’algorithme assurant que des “contenus dangereux” (lire : les médias alternatifs), ne seraient plus si souvent recommandés aux visionneurs.
  3. Vers le moment où la crise du coronavirus a vraiment commencé à se faire sentir, il y a environ 6 semaines, ces restrictions semblent avoir été levées, les abonnés de mon compte soudainement augmentant et mon travail étant d’un seul coup recommandé de nouveau par l’algorithme de YT

Bon, je n’ai aucune info de l’intérieur sur le pourquoi de ces changements. Je ne peux ici que travailler en observant et je peux confirmer (ainsi que d’autres personnes des altmedias avec qui je suis en contact) ceci de ma propre expérience. Mais il n’y a aucun doute dans mon esprit que certains filtres qui mettaient mon travail sous le boisseau ainsi que celui des medias alternatifs de manière générale, ont été retirés.

Hourra ! Un point pour les medias alternatifs et la vérité non ?

On peut rêver. Non, je pense que ce que nous voyons actuellement est une poussée voulue et une large promotion d’une certaine pensée questionnant la version officielle du CoV19 de façon à ce qu’ils aient précisément une excuse pour avancer vers leur agenda de purge de l’internet, sûrement durant la seconde (et troisème, quatrième) vague de la crise. Ma théorie est qu’on nous met en scène pour “une seconde vague mortelle” non seulement dans le narratif “pandémique viral”, mais aussi dans la “mortelle infodémie” son narratif et ce soudain “bourgeonnement” de conspiration en ligne théorisant sur le sujet, va être utilisé comme une excuse pour purger toute information qui ne suit pas le narratif officiel des gouvernements sur la pandémie.

Pensez à une opération faux-drapeau de guerre de l’info : poussez toute sorte de contenu “conspirationniste”, du bien pensé au plus délirant de façon que ce soit une présence bien visible que les gens ont en ligne de cette crise. Puis, alors que les choses s’aggravent et partent en sucette, les théoriciens du complot peuvent être blâmés (comme les réfractaires au confinement) d’avoir troublé les eaux de l’info avec de la “désinformation”.

Nous voyons déjà le tout début de ce narratif qui se joue. Les géants des réseaux sociaux  se sont déjà impliqués pour combattre “la fraude et la désinformation” en ce qui concerne le CoV19 et la CEO de YT, Susan Wojciki vient juste de confirmer ce qu’ils voulaient exactement dire par “fraude et désinformation”, à savoir : tout ce qui défie les dires et annonces de l’OMS (NdT: dont le premier investisseur est Bill Gates maintenant que les Yankees ne la financent plus… pour l’instant…).

Personnellement, je vais tirer avantage de cette courte fenêtre d’opportunité pour atteindre le plus possible de personnes, mais je ne me fais aucune illusion que la promotion  d’une information fondée sur la vérité trouvera sa juste place pour très longtemps encore sur les grosses plateformes high tech des réseaux sociaux. Comme je l’avais prédit dans mon New World Next Year 2020, il est plus que possible que cette année restera comme la dernière pour l’internet que nous connaissons toutes et tous.

3. La Chine sera blâmée

N’est-il pas marrant de constater qu’il y a encore juste quelques semaines, c’était un crime de la pensée streng verboten que de suggérer que ce nouveau coronavirus ait pu provenir d’un laboratoire classé P4 dans l’échelle du biohazard sis à Wuhan et que maintenant cette théorie est devenue une thèse des merdias de masse et fait les manchettes. Pourquoi donc ? Je vais vous le dire : c’est parce que nous sommes en 3ème guerre mondiale.

Si tout ceci paraît familier, c’est parce que j’ai exactement écrit cela le mois dernier. Je sais que vous me l’avez déjà entendu dire, mais cela vaut de le répéter : les historiens du futur prendront peut-être la crise du CoV19 de 2020 comme le marqueur du début de la 3ème guerre mondiale ; et j’ai aussi dit auparavant que ces historiens auront tort, en assumant du moins qu’ils ne se réfèrent qu’au jeu d’échecs à 2 dimensions de surface que semblent jouer les Etats-Unis et la Chine dans cette version de la 3ème GM. Mais comme je l’ai déjà dit le mois dernier (NdT: nous aussi sur R71 de manière indépendante…), la 3ème guerre mondiale a déjà commencé et elle oppose l’humanité libre contre les oligarques qui cherchent à nous réduire en esclavage.

Mais on peut être certain que si et quand les oligarques décideront de vraiment plonger le monde dans le chaos et de lâcher les chiens de guerre, les escrocs du pouvoir utiliseront le narratif du “coronavirus fait dans un laboratoire” (chinois) pour justifier cette guerre. La guerre des mots fait déjà rage. Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères Zhao Lijian a déjà levé la possibilité que l’armée américaine a amené le virus à Wuhan durant les derniers jeux militaires qui s’y sont déroulés en octobre dernier. En retour, le sénateur américain Tom Cotton suggère que le virus a fuité et est une arme biologique chinoise, une affirmation qui est maintenant suivie de manière bien cavalière par certaines parties de la presse américaine sous influence “Mockingbird” (NdT : du nom de code de l’opération de contrôle de la CIA sur les médias..)

Il y a maintenant un bon nombre de plaintes en justice déposées sur la théorie que ceci fut en fait une arme biologique chinoise et que le gouvernement chinois doit être tenu pour responsable de tous les dégâts causés par le CoV19 ainsi que la fermeture de l’économie mondiale qui s’en suit (il y a une plainte enregistrée pour une somme en dommage et intérêt de 20 000 milliards de dollars !!…). Bien entendu personne ne pense ou ne compte sur Pékin déboursant cette somme sur le jugement éventuel d’un juge américain, mais si une telle condamnation survenait, il y a fort à parier que cela ajouterait grandement au cas des faucons chinois pataugeant dans le marécage Trump.

Pour la millionnième fois, laissez-moi rajouter que toute guerre sino-américaine qui se trame est en fait un conflit forcé et totalement manipulé, tout comme le conflit qui opposa au XXème siècle les Etats-Unis et l’URSS (guerre froide) ; mais les pertes en vie humaine dans le premier cas seront bel et bien réelles.

Ne vous y trompez pas, vous n’avez pas encore tout entendu au sujet de la disputaille entre Pékin et Washington sur qui est à blâmer pour le présent bordel que nous vivons toutes et tous.

4. Les vraies armes biologiques attendent sous le coude

En parlant d’arme biologique, ne mettons pas de côté la possibilité que nous soyons en fait en train de gérer une telle situation. En fait, il y a de très fortes raisons de penser que c’est en fait le cas et que le déni patenté de l’idée par la clique habituelle est en fait facilement démontable comme bidouillage non-scientifique.

Un autre indice des plus intéressants le long de ce jeu de piste aux miettes de biscuit émerge avec le travail de Li Lanjuan de l’université de Zhejiang, qui rapporte maintenant la découverte de quelques 30 espèces différentes de ce SRAS-CoV-2. Quelques unes de ces espèces, incluant celle prévalente en certaines parties de l’Europe et à New York, sont capables de reproduire jusqu’à 270 fois la charge virale des espèces plus faibles. La recherche a aussi découvert un développement des plus inhabituels chez un des patients étudiés :

Les chercheurs ont aussi trouvé trois changements consécutifs, connus sous le terme de mutations tri-nucleotidiques, chez un patient de 60 ans, ce qui est un évènement rare. D’habitude, les gènes mutaient sur un site à la fois. Ce patient a passé plus de 50 jours à l’hôpital, bien plus longtemps que les autres patients du CoV19 et même ses matières fécales étaient contaminantes avec des espèces virales actives et vivantes.

Prenez cette recherche avec tout ce qu’on entend sur ce virus avec un bon grain de sel certes ; mais si tout cela est vrai, cela pourrait certainement ajouter toujours d’eau au moulin de la théorie que nous n’avons pas à faire à un virus naturel.

Quoi qu’il en soit, nous savons tous que toutes les puissances militaires ont dépensé des sommes considérables d’argent dans le développement d’armes biologiques très variées. Officiellement, ces programmes de recherche et de développement d’armes biologiques sont toujours faits sous le prétexte qu’elles ne serviraient que de moyen de “défense”. Après tout, si nous ne développons pas ces armes comment pourrons-nous apprendre à nous en défendre.. vous savez, si l’ennemi en développe ? (n’y pensez-pas trop fort ni trop longtemps quand même hein ?…)

Bien sûr, ceux qui sont à l’écoute et lisent le Corbett Report sont plus au courant. La vérité est que les programmes d’armes biologiques sont mis en place à des fins offensives. Le fait que l’anthrax par exemple, qui a terrorisé les Etats-Unis à la fin 2001 provenait du labo de Fort Detrick n’est qu’une toute petite indication que ces programmes existent. Le PNAC avait même mis des armes biologiques créées spécifiquement contre certaines races sur sa liste de vœux à la page 60 de leur document sur la reconstruction de la défense américaine « Rebuilding America’s Defenses .

La triste vérité est que la possibilité que des armes biologiques soient lâchées et inévitablement, utilisées dans des attentats terroristes faux-drapeau afin de blâmer la chose sur l’ennemi du moment, a toujours existé. Mais maintenant que nous opérons la transition de l’âge de la terreur à l’âge de la bio-terreur, cette possibilité a considérablement augmenté.


Bill « la piquouze » nous attend…

Donc, sur cette note, je vous laisse avec cette observation à glacer le sang : Rappelez-vous les dernières “Gates Notes” en date que je mentionnais dans la prédiction #1 plus haut ? Vous savez cette fameuse “première pandémie moderne” ? Et bien voici comment Bill “planificateur de pandémie” Gates parle de cette crise courante du coronavirus dans sa conclusion :

“Melinda et moi-même avons grandi en apprenant que la seconde guerre mondiale fut le moment qui a défini la génération de nos parents. De manière similaire, la pandémie du CoV19, la première pandémie moderne, va définir cette ère. Personne survivant à cette pandémie #1 ne pourra l’oublier et il est impossible d’en dire trop sur la douleur que les gens ressentent maintenant et vont continuer à ressentir dans les années à venir.”

Et oui, non seulement il assimile la lutte contre cet “ennemi invisible” à la seconde guerre mondiale, comme tous les politiciens et “experts” semblent vouloir le faire dernièrement, mais il va même jusqu’à qualifier cette crise de “pandémie #1”, comme dans “1ère partie”. L’implication évidente ici est que, juste comme la première guerre mondiale fut suivie par la seconde, également, la “pandémie #1” sera suivie de la “pandémie #2”.

On se demande vraiment ce qu’il a encore comme tour dans son sac à nous montrer non ?…

= = =

L’article le plus lu sur R71 ces 30 derniers jours:
« Coronavirus * L’oligarchie lance une guerre biologique contre les peuples »

Notre page « CORONAVIRUS, guerre contre l’humanité »

Notre dossier « Dictature technotronique »

Dossier spécial CoV19, ingénierie sociale & dictature technotronique

5 textes modernes pour mieux comprendre et agir :

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


L’humanité vaincra…

Résistance politique : Guerre contre la domination militaro-médiatico-capitalo-impérialo-colonialo-patriarco-policière

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 26 avril 2020 by Résistance 71

 

 

Nous ne voulons plus de vos images

 

Paris-Luttes Info

 

25 avril 2020

 

url de l’article original:

https://paris-luttes.info/nous-ne-voulons-plus-de-vos-images-13868?lang=fr

 

Lettre ouverte à ceux qui capturent. Sur la nécessité de filmer et de diffuser un feu d’artifice. Sur la nécessité de filmer et diffuser un feu d’artifice quand celui-ci est tiré sur la police. Sur la nécessité de soutenir les insurgés sans les mettre en difficulté.

“J’étais venu en Espagne dans l’intention d’écrire quelques articles pour les journaux, mais à peine arrivé je m’engageai dans les milices, car à cette date, et dans cette atmosphère, il paraissait inconcevable de pouvoir agir autrement.”

George Orwell, Hommage à la Catalogne, 1938

Nous ne voulons plus de vos images. Nous voudrions nous les procurer nous-mêmes aux côtés de ceux que vous filmez.

Vous êtes-vous posé la question de l’utilisation de vos images ? 

Détrompez-vous, on ne parle pas ici d’un débat qui semble clos et dont les conclusions semblent être évidentes. On ne parle pas des images de manifs où l’on peut discerner aisément les protagonistes d’une action jusqu’à la couleur de leur caleçon ou de la semelle de leurs chaussures (toute ressemblance avec des personnes ou des évènements passés n’est que fortuite). 

Non. Objectivement, ces images-là, on ne peut pas les prendre. Et, quand individuellement (comprendre par là, en se dissociant du groupe), on prend le risque de les capturer, on ne peut pas les diffuser. Ceux qui le font s’associent objectivement aux preneurs d’images ayant les plus mauvaises intentions : s’associer au maintien de l’ordre et se dissocier par là du groupe qu’ils médiatisent.

« Médiatiser » définition : rendre média. Constituer un intermédiaire.

Quel objectif donc pour ceux qui médiatisent ? 

A priori, constituer un intermédiaire entre ce qu’ils voient et le plus grand nombre (et chacun peut voir sa propre réalité dans les images).

Quel objectif pour ceux qui se révoltent ? 

Exprimer leur colère ou la médiatiser ? Gagner une guerre ou livrer une bataille ?

Dans son livre La Domination policière, paru en 2012, Mathieu Rigouste aborde très largement la question du rôle que jouent les médias dans le maintien de l’ordre militaro-policier. On pourrait même dire : maintien de l’ordre militaro-médiatico-capitalo-impérialo-colonialo-patriarco-policier.

En effet. Les médias jouent un rôle central dans le maintien de cet ordre-là.

L’aspiration sans doute la plus partagée par les humains en ce moment doit être « pour un autre futur » (parce que dire « plus jamais comme avant », c’est nier que parmi nous actuellement, certain·e·s ne distinguent pas d’avant / de pendant / d’après, mais bien la continuité d’un monde et d’une domination).

Alors cet ordre-là pour le renverser, il faudra que nous soyons nombreux·euses. Inutile de compter sur les médias pour jouer les intermédiaires entre les insurgé·e·s et les gouvernant·e·s. Lorsqu’on est renversé.es, on le constate. On ne l’apprend pas par un intermédiaire.

Cet ordre-là. Beaucoup le contestent. Chacun·e selon ses possibilités, depuis des décennies. Aujourd’hui, c’est ce que font les émeutier·ère·s partout dans nos banlieues qui s’embrasent et sont réprimées suite à la tentative d’homicide d’un flic de la Bac de Villeneuve-la-Garenne sur un homme à deux roues.

Ils s’insurgent et nous voudrions les rejoindre plutôt que les voir de loin. Nous voudrions être avec eux par nos corps en mouvement plutôt que de les voir de loin derrière nos écrans, nos corps confinés.

Pour Mathieu Rigouste, une véritable ingénierie de la tension est à l’œuvre dans les quartiers populaires français. Elle se restructure en permanence. Chaque jour, chaque émeute, chaque insurrection est l’occasion d’expérimenter une contre-insurrection médiatique et policière. 

Les doctrines de contre-insurrection sont organisées autour de l’articulation d’un versant de propagande (des structures « d’action psychologique » et de « conquête des cœurs et des esprits ») et d’un versant de coercition combinant des forces d’occupation et de quadrillage militaro-policier avec des techniques de contre-guérilla et d’extrême brutalisation.

C’est dans cette doctrine du « Heart and Mind » (« cœur et esprit ») que les médias et la médiatisation ont leur rôle à jouer. C’est dans ce cadre-là qu’ils le jouent actuellement.

Que nous (« nous » au sens de tous ceux qui ont de l’empathie pour les insurgés) recevions les images prises à la volée ici ou là d’un feu d’artifice (à ne pas confondre avec du mortier) ou d’une voiture qui brûle avec bonheur et bienveillance (il faut bien le dire) c’est une chose. Mais ces images sont rendues publiques. Elles sont mises à disposition de toutes et tous : y compris ceux qui n’ont pas d’empathie ni de bonnes intentions. Ceux qui mènent la contre-insurrection endocoloniale (voir Mathieu Rigouste encore) et ceux qui la soutiennent (consciemment ou non).

Alors, s’il vous plait, cessez de nous proposer vos images qui nous informent si peu et nous inquiètent tant pour les insurgés. 

Cessez de proposez vos images en toute connaissance de cause qu’elles seront récupérées et diffusées par la police elle-même. Sans intermédiaire.

Prenez votre part de l’émeute, goutez-y, et si, comme nous, vous n’y avez pas le corps (le cœur, le courage, la témérité, etc.) d’être avec les insurgés, prenez la plume, et racontez-nous en n’oubliant pas de manquer d’objectivité. Car ne l’oublions pas, dans cette guerre contre la domination militaro-médiatico-capitalo-impérialo-colonialo-patriarco-policière nous avons besoin d’une soigneuse contre-propagande.

Vive les insurgés qui partout en France et dans le monde font vivre la flamme d’un objectif éternel et vital : la Révolution !

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

« Pour l’EZLN, la chose qui a le plus de valeur est la vie et
la dignité ; paradoxalement, c’est pour cette raison

que nous voulons de mourir. »
~ SCI Marcos ~