Archive for the presse et média Category

Police… Renseignement… Police du renseignement… Loi sur le renseignement… Entretien choc…

Posted in actualité, documentaire, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 3 juillet 2015 by Résistance 71

 

Résistance 71

3 Juillet 2015

 

Excellent entretien réalisé par le média indépendant Thinkerview qui s’entretient avec le Gardien de la Paix Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat CGT de la Police Nationale sur les conditions de travail de la PN, les services spécialisés, le renseignement, la dérive liberticide et totalitaire de la loi sur le renseignement et l’avènement futur d’une NSA sauce française.

Un entretien à voir et à diffuser sans modération. Merci à ce fonctionnaire (DEUG de droit et licence en science politique) visiblement soncère, de renseigner le peuple sur le renseignement puisqu’il ne fait surtout pas compter sur le « gouvernement » pour le faire bien évidemment. Ceci nous montre également que lorsque « le ventilateur touchera la merde ambiante », bien des policiers se rangeront du côté de l’intérêt général, c’est à dire du peuple…

Vidéo de l’entretien que nous remettrons pour vision directe en commentaire ci-dessous

 

 

La société contre l’État: Loi sur le renseignement un pas de plus vers le goulag…

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 30 juin 2015 by Résistance 71

Loi sur le renseignement : quoi de neuf ?

 

Groupe Salvador Segui, FA

 

26 juin 2015

 

url de l’article original:

http://salvador-segui.blogspot.com/2015/06/loi-sur-le-renseignement-quoi-de-neuf.html

 

Le pouvoir actuel, socialiste, met en place une nouvelle loi de surveillance. Devons-nous être étonnés de cette initiative ? Est-ce réellement une surprise que de voir ce pouvoir de « gauche » mettre en place des outils sécuritaires et liberticides dans ce qu’ils appellent une démocratie républicaine ? Qu’ils soient de droite ou de gauche, les gouvernements successifs n’ont cessé de promulguer des lois visant à surveiller, collecter, ficher, maîtriser, punir, emprisonner, au nom de la sacro-sainte sécurité. Mais la course à la sécurité dans un monde de plus en plus précaire cache mal les volontés d’asservissement du peuple. Faute d’assurer une sécurité réelle à chacun, les puissants assurent leur propre avenir.

Ainsi, depuis les années 1980 notamment, en matière de sécurité, comme en matière économique et sociale, les différents partis politiques travaillent les détails et la forme afin de masquer leur appartenance et adhésion commune au système capitaliste totalitaire marchand. Ce qu’ils appellent encore la social-démocratie ne ressemble qu’à une parodie tant les inégalités sociales, les injustices, et la mainmise de l’oligarchie sur les structures politiques empêchent l’application des droits fondamentaux de chaque individu. Il n’est pas d’égalité sans liberté et aujourd’hui, par cette énième loi, les libertés sont un peu plus rognées.

Pour faire accepter ces lois scélérates, le pouvoir fait tout naturellement appel aux plus bas instincts et profite de contextes adéquats afin de faire passer les lourdes pilules qu’ils préparent minutieusement.

Ainsi dès 1986, sous l’ère Mitterrand, une première législation spécifique au terrorisme voit le jour. À l’époque déjà on s’attache à lutter contre le mode d’action qu’est le terrorisme, plutôt que de se demander quelles sont les sources et les causes de ces actions. Sans excuser ou justifier l’acte de l’attentat, l’impérialisme, le néocolonialisme, et le néolibéralisme comme apogée du capitalisme doivent être interrogés.

Au milieu des années 1990, Pasqua additionne les mesures sécuritaires et liberticides. La vidéo-surveillance devient un outil privilégié et les préfets voient leur pouvoir s’agrandir avec notamment la possibilité d’interdire des manifestations dans le cas de crainte « de troubles graves à l’ordre public ». Déjà, les mouvements sociaux sont visés !

En 1996 est introduite la notion de délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste avec une définition très large permettant d’inquiéter à peu près n’importe qui, là non plus rien de nouveau donc. La loi habilite également les autorités à prendre des mesures préventives s’ils soupçonnent la future commission d’un crime.

En 2001, le gouvernement Jospin accouche de la loi sur la sécurité quotidienne quelques semaines après les attentats du 11 septembre. Déjà les données de communication sont convoitées par le pouvoir. Certaines mesures de cette loi sont annoncées comme temporaires, mais, en 2003, le fameux Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, entérinera ces mesures dans la loi de sécurité intérieure, qui permet, pêle-mêle, l’extension des contrôles d’identité et des fouilles des voitures ; l’extension des fichiers de police et du fichier national des empreintes génétiques ; la légalisation de la consultation de ces fichiers lors d’enquêtes administratives ; la création du délit de racolage passif ; la répression de la mendicité et du bruit dans les halls d’immeuble. Plus de sécurité, vous avez dit ?

En 2001 toujours, le fichier Stic, pour système de traitement des infractions constatées, est officiellement reconnu, alors qu’il fonctionne déjà depuis plusieurs années. On reconnaît ici la supercherie qui consiste à approuver et légitimer des outils utilisés de manière illégale par les services de police. Encore une fois, rien de neuf, nous étions prévenus.

En 2002 et 2004, ce sont les lois Perben qui modifient les modalités de la garde à vue, vous imaginez dans quel sens, autorisent les flics à poser des dispositifs d’écoute dans les véhicules et les domiciles, légalisent les missions d’infiltration, et le mandat de recherche, qui permet d’arrêter quelqu’un et de le mettre en garde à vue, s’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu’elle a commis ou tenté de commettre un crime ou un délit. Déjà, on était dans l’à peu près et déjà des magistrats avaient manifesté, en vain.

En 2006, la loi relative à la lutte contre le terrorisme généralise l’utilisation de la vidéosurveillance.

La loi relative à la prévention de la délinquance de 2007 durcit les sanctions contre les mineurs dès 10 ans. De nouvelles infractions d’embuscade et de guet-apens contre les policiers sont créées par la même occasion. Doit-on y voir un lien ?

En 2010, la loi relative au renforcement de la lutte contre les violences de groupes  et la protection des personnes chargées d’une mission de service public instituent la création du délit de participation à une bande violente, et les peines encourues sont supérieures pour une personne dissimulant volontairement son  visage.

Ces lois censées assurer la sécurité des individus contre la délinquance, le banditisme, le terrorisme sont d’une part inefficace et d’autre part servent, comme un filet de la NSA, à ratisser large, à offrir des outils de surveillance et de maîtrise de la population. Il s’agit surtout de combattre les déviants, l’ennemi intérieur par la mise en œuvre d’outils de répression toujours plus injustes.

Dans un jeu de dupe à l’Assemblée, les oppositions du moment se placent à tant que défenseur des libertés, mais dans cette mascarade législative, le système répressif et la surveillance généralisée avancent, se mettent en place irrémédiablement, et les uns après les autres, les partis politiques apportent leur contribution à l’édifice immonde.

Cette loi est donc la suite logique d’un processus que nous dénonçons et contre lequel nous nous mobilisons depuis des décennies. Aussi dangereuse soit-elle, cette nouvelle loi n’est qu’une étape supplémentaire dans un parcours déjà bien engagé par les gouvernements successifs qu’ils soient issus du RPR, de l’UMP, du PS, ou qu’ils accueillent des écologistes ou des communistes. Et comment voir des alliés potentiels au travers de ceux qui sont les complices ? Est-ce qu’une manifestation du type « 11 janvier », rassemblant un panel abject de puissants, sans une quelconque cohérence politique, si ce n’est un goût prononcé pour la récupération, pourra constituer une force capable d’inverser le sens de l’histoire? La liberté d’expression est-elle menacée par deux mecs avec des flingues ou par des lois de la sorte?

Nous pouvons espérer que la résistance à cette nouvelle loi constitue une rupture dans l’accompagnement et l’acception des lois liberticides et des politiques gouvernementales, mais cela réclamerait une véritable prise de conscience et une remise en cause des postures, du clientélisme adoptée par certains partis, syndicats, et certaines associations ou ONG. Comme les oppositions factices de l’Assemblée nationale, les opposants politiques se fourvoient dans des compromis pourtant inacceptables et dénués de perspectives réellement progressistes. Les contre-pouvoirs, en premier lieu la justice et les médias, restent chevillés à l’oligarchie à laquelle ils appartiennent. Ainsi, si rupture il y a, elle naîtra uniquement de véritables luttes et combats des opprimés contre les oppresseurs, des exploités contre les exploiteurs, des surveillés contre les surveillants. Une lutte concrète de la base est nécessaire, constituée de fronts communs, une lutte émancipée des partis, des centrales syndicales compromises, une lutte de classe, une lutte autogestionnaire, une lutte qui ne revendique pas mais qui applique. C’est uniquement dans ces perspectives que cette journée peut prendre sens.

Il s’agit pour le pouvoir de punir et de condamner le déviant, l’adversaire politique. Et nous attendons la prochaine vague de lois dégueulasses, pléonasme ! Elles pourraient bien nous venir du Sénat, qui a sorti, il y a quelques semaines, son rapport issu de la Commission d’enquête sur l’organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe. En effet, nos chers sénateurs souhaitent « prévenir la radicalisation et adapter la réponse répressive » en mettant « en place des actions obligatoires de formation à la détection de la radicalisation, à destination des acteurs de terrain (personnels enseignants, conseillers d’éducation, personnels de l’aide sociale à l’enfance, éducateurs sportifs, assistants sociaux, personnels pénitentiaires, etc.) » avec la création d’une « grille d’indicateurs listant les comportements susceptibles de signaler l’engagement dans un processus de radicalisation ». Autrement dit un dépistage dès l’enfance de la radicalisation. Ici encore, le phénomène de radicalisation pourra s’adapter à l’ennemi du moment, dissidents politiques en tête. Le rapport associe également radicalisation et troubles psychologiques ; comme dans les États totalitaires du XXe siècle, la psychiatrique serait utilisée afin de faire taire les opposants politiques.

Ce rapport est très instructif sur les ambitions futures du pouvoir. En tant qu’anarchistes, nous sommes les déviants, nous sommes les adversaires politiques des partis au pouvoir, nous sommes les adversaires du pouvoir et de ceux qui souhaitent le conquérir. Nous sommes les inadaptés, les récalcitrants, ainsi nous avons combattu les lois scélérates et nous les combattrons encore.

Il n’existe pas d’égalité et de liberté sous le joug d’un pouvoir, quel qu’il soit. Le pouvoir n’est pas à prendre ou à conquérir, il est à détruire ! Donnons un véritable sens à nos mobilisations et créons immédiatement les rapports de force nécessaires au renversement des lois scélérates et de ceux qui les soutiennent.

Média et propagande: Le fonctionnement du « journalisme » de guerre dans la nébuleuse propagandiste de l’empire…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, désinformation, documentaire, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 juin 2015 by Résistance 71

Excellent témoignage de Thierry Meyssan qui a vécu tout cela de l’intérieur d’abord en Libye puis en Syrie. Nous mettons en commentaire un entretien de Meyssan datant d’Août 2011 à Tripoli où il décortique les rouages des servides de renseignement en action avec les journalistes des grands médias opérant en zone de guerre. Son explication de la composition d’une « équipe de télévision » est édifiante à cet égard: Une équipe de « journaleux » en mission de couverture d’un conflit armé dans une guerre de 4ème génération comme cela existe en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie est composé d’une figure médiatique, « celui qui cause dans le poste », qui est un journaliste formé par les services de renseignement de son pays, d’un « producteur » qui est un officier du renseignement militaire en contact permanent via satellite avec sa cellule de l’OTAN et un « technicien/cameraman » qui est un militaire des forces spéciales, chargé de la protection du trio en vadrouille… A voir dans la vidéo de Meyssan ci-dessous ! Très instructif…

— Résistance 71 —

 

Les journalistes et la guerre

 

Thierry Meyssan

 

29 Juin 2015

 

url de l’article:

http://www.voltairenet.org/article187973.html

 

Considérant que les journalistes étaient au service de la paix, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité une résolution pour leur protection en zone de combat. Pourtant, deux semaines plus tard, le département US de la Défense publiait des instructions pour arrêter les professionnels des médias qui se livrent à de l’espionnage ; une décision qui pourrait se retourner contre les journalistes des États membres de l’Otan, observe Thierry Meyssan.

Le débat du Conseil de sécurité du 27 mai dernier sur la protection des journalistes en zone de combat n’a guère fait avancer les choses [1]. Les diplomates ont accusé divers États d’avoir tué ou laissé tuer des journalistes sans relever que la qualité de « journaliste » peut recouvrir des activités de nature différente, y compris de l’espionnage, du sabotage ou du terrorisme.

Jusqu’à présent, on considérait que pour bénéficier de la protection due aux journalistes, il fallait : 
 détenir une carte de presse délivrée par l’autorité compétente de son pays ou de celui dans lequel on travaille ; 
 ne pas prendre part aux combats ; 
 ne pas violer la censure militaire.

On notera l’étrangeté de cette dernière condition initialement prévue pour protéger les secrets militaires, mais utilisable pour masquer la propagande et les crimes de guerre.

En outre, on considérait que les soldats travaillant comme journalistes pour des médias militaires ou les journalistes civils embarqués dans les armées (embedded) ne devaient pas bénéficier du statut de journaliste, mais de celui de soldat.

Se référant au précédent de l’assassinat du commandant Ahmad Shah Massoud par deux journalistes, les États-uniens font valoir que cette profession peut servir de couverture pour une activité terroriste. Plus récemment le citoyen britannique Omar Hussein a rejoint l’Émirat islamique et a publié, sous le pseudonyme d’Abu Awlaki, des articles élogieux de la vie sous Daesh. Cependant, ces exemples de journalistes engagés dans des combats sont complètement marginaux. Le vrai problème est ailleurs avec les médias globaux et la Guerre de 4ème génération (4GW).

Les médias globaux

Jusqu’en 1989, les médias étaient nationaux. La propagande ne pouvait donc s’adresser qu’à son propre camp. On pouvait bien entendu lancer des tracts par avion ou utiliser des émissions de radio en ondes courtes, mais on était toujours perçu comme un locuteur ennemi.

En 1989, une télévision locale états-unienne, CNN, s’est soudainement transformée en télévision globale grâce aux satellites. Son changement de statut —elle n’était plus « américaine »— garantissait sa neutralité dans les conflits. Elle s’est affirmée comme un média d’« information en continu », relayant la chute des Ceaușescu. Le direct garantissait d’empêcher les manipulations et de restituer la vérité.

Or, ce fut exactement le contraire. La rédaction de CNN était —et est de manière définitive depuis 1998— sous la coupe d’une unité militaire installée dans ses locaux, l’United States Army’s Psychological Operations Unit. Elle ne rendit pas compte des événements, mais d’un spectacle mis en scène par la CIA et le Pentagone. On se souvient par exemple de la découverte du charnier de Timișoara. Les images des cadavres de plus de 4 500 jeunes gens [2], vidés de leur sang pour nourrir le dictateur des Carpathes atteint de leucémie ou abattus durant des manifestations, ont fait le tour du monde. Leurs visages avaient été mutilés à l’acide pour qu’on ne les identifie pas. La preuve était faite des horreurs infligées à son peuple par Nicolae Ceaușescu, le « Dracula roumain » [3]. Las ! on apprendra plus tard qu’il s’agissait de corps déterrés au cimetière de la ville.

En diffusant instantanément une fausse nouvelle dans le monde entier, les médias globaux lui ont donné l’apparence d’une vérité partagée. Ce qui faisait la force de cette intoxication, c’est qu’elle était parvenue à convaincre des médias du bloc soviétique, en Hongrie et en Allemagne de l’Est, qui l’ont reprise. Les faits se trouvaient ainsi authentifiés par des alliés de la Roumanie. D’où la concurrence actuelle entre les grandes puissances pour disposer de chaînes globales d’information en continu.

Par ailleurs, les idées selon lesquelles « les journalistes sont là pour dire ce qu’ils voient sur place » et que « le direct empêche les manipulations » sont grotesques. Au contraire, les journalistes ne doivent pas être des témoins, mais des analystes capables de découvrir la vérité derrière les apparences. C’est à cela qu’ils servent, de sorte que le concept d’« information en continu » (au sens de faits filmés sans s’arrêter) est la négation du journalisme. Soit les journalistes sont là pour recouper, vérifier, contextualiser, analyser et interpréter, soit ils ne servent à rien.

Des manipulations comme celle de Timișoara, l’Otan n’a cessé d’en fabriquer durant les guerres de Yougoslavie, d’Irak, d’Afghanistan, d’Irak encore, de Libye et de Syrie [4].

L’incorporation des journalistes de guerre

Cependant, un pas de plus a été franchi, en 1992. Vous avez remarqué que, depuis cette date, les États-Unis et l’Otan n’ont cessé d’être en guerre quelque part dans le monde. Une catégorie de journaliste s’est constituée pour couvrir ces événements. Un peu plus d’une centaine d’entre eux s’est précipitée en Bosnie, puis à Bagdad, à Kaboul ou à Tripoli, donnant ainsi la parole aux adversaires de l’Occident. Or, non pas quelques uns d’entre eux, mais presque tous sont devenus des collaborateurs permanents des services secrets de l’Otan. Et s’ils décrivent les résultats de bombardements de l’Alliance sur des populations civiles, c’est uniquement pour fournir des renseignements militaires et permettre à l’Otan d’ajuster ses tirs. Dès lors, ces journalistes doivent être qualifiés d’agents.

C’est ce que j’expliquais durant la guerre de Libye, soulevant l’indignation de la profession. Pourtant, c’est ce qu’a finalement admis le lieutenant-général Charles Bouchard lorsque l’opération fut terminée. À l’antenne de Radio-Canada, il déclara que le quartier-général de l’Otan à Naples analysait la situation grâce à des « renseignements [qui] venaient de beaucoup de sources, dont les médias qui étaient au sol et nous donnaient beaucoup d’informations sur les intentions et où étaient les forces terrestres ».

Pour crédibiliser le mythe de la « révolution démocratique », l’Otan mettait en scène, en 2012, un village témoin, en Syrie, Jabal al-Zouia. Le cabinet du Premier ministre turc organisait sur place le transport des journalistes qui en faisaient la demande. Ils pouvaient alors filmer les manifestations dans le village et se persuader que toute la Syrie était ainsi. Mais l’Armée arabe syrienne a, elle aussi, envoyé des journalistes —pas des Syriens, bien sûr— auprès des « rebelles » de manière à recueillir des renseignements sur le soutien que leur apportait l’Alliance.

Aussi, la publication cette semaine par le département US la Défense de son Manuel de Droit de la guerre est-elle bienvenue. Ce document explicite l’évolution de la guerre en affirmant que certains journalistes sont en réalité des combattants [5].

Ce faisant, le département de la Défense prend le risque que la plupart des journalistes de guerre occidentaux soient déclarés « belligérants non-privilégiés », une catégorie qu’il a créée lui-même et qui les prive du bénéfice des Conventions de Genève. Lors du prochain conflit, ce pourrait être le sort des collaborateurs d’Al-Jazeera, Al-Arabiya, BBC, CNN, Corriere della Sera, Fox News, France2, France24, Le Monde, Libération, New York Times, Sky News, Washington Post etc… Pour ce citer que ceux que j’ai identifiés.

Les fausses vidéos d’actualité

C’est encore un pas de plus qui a été franchi, en 2011, avec l’usage de vidéos de fiction, tournées en studio à ciel ouvert au Qatar, placées dans les actualités télévisées. Le summum ayant été atteint avec la diffusion, d’abord par Fox News puis par l’ensemble des télévisions atlantistes et du Golfe, d’images de fiction présentant la chute de Tripoli et l’entrée des « rebelles » sur la Place verte, trois jours avant que ces faits ne deviennent réalité.

Un point qui fut violemment démenti par l’Otan avant d’être reconnu par le président du Conseil national de transition, Moustapha Abdel Jalil, au micro de France24 en arabe.

Alors que les États-Unis négociaient avec la Russie un éventuel partage du « Moyen-Orient élargi », en juin 2012, l’Otan envisageait d’utiliser cette technique des fausses vidéos d’actualité pour casser la résistance syrienne et s’emparer du pouvoir. Washington fit déconnecter les télévisions satellitaires syriennes d’ArabSat et s’apprêtait à les chasser également de NileSat. Un pool de chaînes atlantistes (Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV) se préparait à utiliser des images réalisées en studio au Qatar montrant la chute de la République arabe syrienne et des images de synthèse montrant la fuite du président el-Assad [6]. Le signal des fausses chaînes syriennes fut calé sur ArabSat depuis la base de la NSA en Australie. Cependant, l’opération fut annulée juste avant la conférence de Genève 1 du fait des protestations internationales.

Les lois de la propagande sont toujours les mêmes

Ceci dit les développements techniques ne modifient pas les techniques de la propagande. Ce mécanisme reste fondé sur deux principes : 
 par la répétition incessante, un mensonge grossier devient une évidence incontestée ; 
 il ne suffit pas de convaincre les personnes-cibles d’un mensonge, il faut qu’ils le défendent. Et pour cela, il convient de les contraindre, par un moyen ou par un autre, à professer —ne serait-ce qu’une fois— ce qu’ils considèrent encore comme un mensonge. Leur amour-propre suffira à les empêcher de retourner en arrière et de dénoncer la manipulation.

Par exemple, lorsque les services secrets britanniques ont lancé l’idée que la République arabe syrienne lançait des barils d’explosifs depuis des hélicoptères sur sa population civile, vous n’y avez pas cru. En Syrie, où l’on reproche au président el-Assad de brider les actions de l’armée contre les jihadistes par souci de protéger les civils, on n’y a pas cru non plus. Cette accusation est d’autant plus absurde que l’armée dispose de bombes, bien plus efficaces, fournies par la Russie. Pourtant, au bout d’un an de répétition quotidienne, ce mensonge est devenu une vérité incontestée, aussi bien en Occident qu’en Syrie. Peu importe que l’armée n’utilise pas d’hélicoptères à Alep parce que les jihadistes les détruiraient avec des missiles sol-air, la presse publie quand même des « témoignages » de largage de barils d’explosifs depuis des hélicoptères à Alep.

Le système est ainsi fait que les journalistes refusent de reconnaître avoir été trompés et se transforment en propagandistes qui vont, à leur tour, répéter ce que n’importe qui savait au départ être un mensonge. De facto, des professionnels qui pensent être honnêtes, quoique utilisant la rhétorique à la mode, travaillent à répandre le mensonge.

L’incorporation des médias dans l’art de la guerre

Même si de fausses images de la fuite du président el-Assad n’ont finalement pas été utilisées en Syrie, l’Otan a adopté une nouvelle technique de combat : la guerre de 4ème génération (4GW).

La guerre de 1ère génération, c’est la ligne et la colonne, comme au XVIIe siècle. Les armées étaient très hiérarchisées et progressaient lentement. Mais cette organisation ne résista pas à la généralisation des armes à feu. 
La guerre de 2ème génération, c’est la ligne et le feu, comme durant la Première Guerre mondiale. Mais cette organisation s’embourba dans les guerres de tranchées. 
La guerre de 3ème génération, c’est l’infiltration des lignes ennemies et la défense en profondeur. Elle implique la participation des civils, comme lors de la Seconde Guerre mondiale. Mais cette organisation n’a pas résisté au développement des arsenaux et, notamment, aux bombes atomiques. 
La guerre de 4ème génération, c’est celle que l’on ne livre pas soi-même, mais que l’on fait livrer dans des pays lointains par des groupes non-étatiques, comme durant la Guerre froide avec de vraies et de fausses insurrections.

Dans ce type de guerre, qui s’apparente à un désordre général, le Pentagone intègre des médias dans sa salle d’état-major, en tant qu’unités combattantes. Il faut avoir en tête que les médias ont évolué. Ils ne sont plus des coopératives, mais des entreprises capitalistes avec des salariés qui peuvent être instantanément licenciés. Il ne s’agit donc plus d’une centaine de correspondants de guerre qui travaillent en sous-main comme espions, mais de médias qui participent en tant que tels aux combats en mettant l’ensemble de leur personnel à disposition des armées.

Peu importe ici que les journalistes participent eux-mêmes à des relevés militaires ou à des intoxications. Leur travail, même irréprochable, s’insère dans un ensemble qui fait la guerre. Pis : ceux qui sont sincères servent de paravent à ceux qui trichent en leur donnant de la crédibilité.

En définitive, la résolution 2222 n’a été adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité que parce qu’elle ne répond pas à l’évolution du métier de journaliste.

 

[1] « Résolution 2222 et débats (journalistes en zones de conflit) », Réseau Voltaire, 27 mai 2015.

[2] “Mass Graves Found in Rumania ; Relatives of Missing Dig Them Up”, Associated Press, December 22, 1989.

[3] « Les vautours de Timisoara », par Serge Halimi, La Vache folle, août 2000.

[4] « L’effet CNN », cours de Thierry Meyssan à l’Accademia Nazionale della Politica (Palerme, Italie), Réseau Voltaire, 19 mai 2003.

[5] Law of War Manuel, US Defense Department, June 2015.

[6] « L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication », par Thierry Meyssan, Komsomolskaïa Pravda (Russie), Réseau Voltaire, 10 juin 2012.

Ingérence impérialiste en Syrie: Le ministère de la défense du pays du goulag levant (ex-USA) reconnaît financer les terroristes en Syrie…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 24 juin 2015 by Résistance 71

Pendant que la pressetituée franchouillarde s’émoustille sur ce que tout le monde savait déjà (La NSA espionne tout le monde… Elle espionnait Merkel, alors les autres clowns… du cousu main…), faisant bonne diversion, personne ne mentionne et encore moins ne s’émeut de cet aveu yankee qui passe sous le radar: Les Yanks financent les rebelles terroristes en Syrie… Il y aurait pourtant de quoi en faire une « Une » non ?… Le grand cirque continue, mais il y a de moins en moins de monde sous le chapiteau…

— Résistance 71 —

 

Les Etats-Unis reconnaissent avoir soutenu financièrement les rebelles/terroristes syriens

 

IRIB

 

23 juin 2015

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/373800-les-etats-unis-reconnaissent-avoir-soutenu,-financièrement,-les-terroristes-syriens

 

Une semaine après  les révélations sur l’aide d’un milliard de dollars des Etats-Unis aux terroristes actifs en Syrie, le département américain à la Défense a annoncé verser les salaires d’une partie des terroristes opposés au gouvernement syrien.

Lundi, le département américain à la Défense a affirmé, dans un rapport, verser entre 250 et 400 dollars à tout opposant au gouvernement syrien, suivant sa formation, son grade et son fonctionnement, face à Daech.

De même, Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense, avait annoncé, la semaine dernière, que les opposants syriens, qui participeraient à la lutte contre Daech, recevraient, chaque mois, une somme d’argent, en tant que salaire, sans, cependant, préciser le montant.

L’information, sur le paiement de salaires mensuels, par le Pentagone, à des milliers de terroristes opposés au gouvernement syrien, a été diffusée, alors que le quotidien américain, « Washington Post », avait fait part, la semaine dernière, d’une aide d’un milliard de dollars aux terroristes actifs en Syrie.

Selon le rapport de ce quotidien, confirmé par le département américain à la Défense, outre les aides octroyées, par Israël, l’Arabie, le Qatar, la Turquie et la Jordanie, aux terroristes takfiris, en Syrie, l’Agence centrale du renseignement américain, (CIA), attribue, chaque année, au nom de l’administration de ce pays et de son Congrès, un milliard de dollars à ce groupe de terroristes.

Les révélations, sur le paiement de salaires mensuels et des aides de milliards de dollars des Etats-Unis aux terroristes syriens, interviennent alors que, quelques jours auparavant, Washington avait émis l’autorisation de la formation de groupes, qu’il appelle les opposants « modérés » syriens.

Le mois dernier, les responsables américains et turcs avaient, officiellement, annoncé leur accord sur la formation, en Turquie, d’environ, 2.000 opposants au gouvernement syrien.

Les aides financières et militaires, octroyés par certains pays, comme les Etats-Unis, aux terroristes, en Syrie, ont lieu, alors que Staffan de Mistura, émissaire des Nations Unies, pour la Syrie, a précisé que la seule solution à la crise syrienne est de mettre fin aux affrontements et d’amorcer un dialogue politique.

Soulignant sa disponibilité à participer aux négociations syro-syriennes, en tant que seule voie censée mettre un terme à la crise, dans ce pays, la Syrie a, maintes reprises, affirmé que le soutien tous-azimuts de certains pays occidentaux et de la région aux terroristes est à l’origine de ces difficultés.

«En favorisant le terrain au transfert d’environ, 80.000 terroristes, formés et armés, en Syrie, la Turquie, l’Arabie, la Jordanie et le Qatar sont les principaux responsables de la poursuite de la crise et du massacre du peuple, dans ce pays», a indiqué Bachar al-Jaafari, le représentant syrien, auprès des Nations Unies.

Aux dires des responsables syriens, depuis 2011, les groupes terroristes, soutenus, financièrement et logistiquement, par certain pays occidentaux et de la région, ont commis de multiples crimes, en Syrie.

Liste des participants au Bilderberg 2015

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 8 juin 2015 by Résistance 71

Résistance 71

 

8 Juin 2015

 

Mise à jour de notre billet précédent sur l’agenda du Bilderberg 2015

La liste complète se trouve ici:

http://www.infowars.com/bilderberg-2015-full-attendee-list-agenda/

 

Nous ne nommerons ici (par ordre alphabétique) que les Français et les Canadiens officiellement invités à la table du grand cirque complotiste oligarchique annuel qu’est cette réunion Bilbergerg:

Pour la France:

– Henri de Castries, PDG AXA et chairman du Bilderberg Group

– Nicolas Baverez, Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP

– Laurent Bigorgne, Directeur de l’Institut Montaigne

– Patrick Calvar, Directeur Général de la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure)

– Alain Juppé, Maire de Bordeaux

– Gilles Kepel, Prof. Science Po

– Catherine Pégard, présidente musée national de Versailles

– Jean Dominique Senard, PDG Michelin

Pour le Canada:

– Edmund Clark, ex-directeur banque TD

– Andrew Coyne, Editeur au National Post

– David Mckay, PDG Royal Bank of Canada

– Heather Munroe-Blum, Présidente du Canada Pension Plan Investment Board

– Heather Reisman, PDG Indigo Books

A noter:

En parallèle à l’invitation de directeur français de la DGSI, figurent également sur la liste des invités:

– Ahrenkiel Thomas, directeur de la DDIS (service de renseignement du Danemark)

– Ursula von der Leyen, ministre allemande de la défense et …

– Katrin Suder, ministre de la défense adjointe de l’Allemagne

– Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN

– Alexander Stubb, premier ministre de la Finlande

Notre question a 10 balles:

Que font tous ces grands pontes de la sécurité des états français, danois, allemand, un ex-premier ministre français, toujours maire d’une ville importante et actif en politique et le premier ministre finlandais, dans une réunion secrète, à huis-clos, engageant des pourparlers avec des hommes d’affaires et des politiciens d’autres nations, sans aucun contrôle, sans aucune déclaration officielle, sans aucun compte rendu de presse, conférence de presse, etc ??..

Appelons un chat un chat, messieurs, mesdames Calvar, Juppé, Thomas, Von der Leyen, Suder, Stoltenberg, Stubb…

VOUS ETES DES TRAITRES A VOS NATIONS !

Que les peuples s’en souviennent en temps et en heure !

L’histoire officielle contre les faits… Narratifs conflictuels dans une époque de propagande: Le cas du massacre de Tiananmen en 1989…

Posted in actualité, colonialisme, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 8 juin 2015 by Résistance 71

Narratif (version) officiel contre faits et témoignages émergents à l’époque ou subséquemment. Cette vision des évènements du massacre de la place Tiananmen de Pékin en 1989 sous l’angle de témoignages et de preuves connues d’époque n’est pas nouvelle, par contre on peut se demander pourquoi faire surgir la vérité maintenant ? L’empire se prépare à la guerre contre la Chine.. soi-disant, mais désire faire sortir le narratif correct pour sinon blanchir le régime chinois, du moins lui trouver des circonstances bien atténuantes… Pourquoi ?.. Pourquoi maintenant ?…

Un ancien diplomate australien sinologue averti, professeur et président d’université au Japon (où les tensions historiques et politiques entre les deux pays Chine et Japon sont toujours plus que vivaces…) est autorisé à publier contre le narratif officiel, ce qui une fois largement établit, atténuera la mauvaise réputation de la RPC et de son régime… Dans quel but ? Rétablir la vérité historique au moment où l’empire aurait justement besoin de « diaboliser » l’ennemi toujours plus ? Vraiment ?… Juste quelques questions comme çà en l’air…

— Résistance 71 —

 

Le massacre de la place Tiananmen en 1989 est un mythe, une opération de désinformation britannique

 

Gregory Clark

 

7 Juin 2015

 

url de l’article:

http://www.globalresearch.ca/the-1990-tiananmen-square-massacre-is-a-myth-british-black-information-operation/5454063

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pour beaucoup le 4 Juin 2015 a marqué le 26ème anniversaire du massacre de la place Tiananmen à Pékin.

Ceci devrait en fait marquer l’anniversaire d’une des plus spectaculaires opérations de désinformation secrète menée par le Royaume-Uni, une qui est presque à égalité avec celle du mythe des armes de destruction massives irakiennes.

L’histoire originale des troupes chinoises mitraillant des manifestants étudiants chinois innocents et sans défense dans le nuit du 3 au 4 juin 1989 sur la place icônique Tiananmen de Pékin, a depuis été sérieusement discréditée par bien des témoins qui y étaient, parmi eux une équipe de télévision espagnole de TVE, un correspondant de l’agence Reuters et des manifestants eux-mêmes, qui disent que rien d’autre ne s’est produit qu’une unité de l’armée chinoise entrant sur la place pour demander aux quelques centaines de personnes y demeurant toujours de quitter les lieux, tard dans la nuit.

Et pourtant rien de tout cela n’a arrêté le ressassement constant du massacre et la croyance dans les fais rapportés. Tout ce qui a changé est l’endroit, le massacre n’a pas eu lieu sur la place elle-même mais dans les rues adjacentes.

L’histoire originelle a commencé avec un long article en anglais publié six jours plus tard dans le Hong Kong South China Morning Post par un soi-disant manifestant dont on a jamais rien su avec certitude. (NdT: n’oublions pas qu’à cette époque, Hong Kong était toujours une colonie britannique…) Des histoires bidons anonymement introduites dans les médias sont une des techniques favorites des autorités britanniques responsables des opérations clandestines de désinformation / propagande. Ceci n’a pas empêché l’histoire d’être reprise et publiée dans le New York Times le 12 Juin (NdT: n’oublions pas une fois de plus que le NYT est la voix médiatique officielle de la CIA, entre autre…), avec des photos de bus transporteurs de troupes en feu suivies par celle de “l’homme au char”, la photo d’un étudiant seul essayant supposément d’arrêter des chars d’entrer sur la place. Le mythe d’un massacre non provoqué a depuis pris racine.

Vrai, personne ne nie qu’un grand nombre de citoyens et d’étudiants ont été tués près de la place Tiananmen par des militaires en apparence hors de contrôle. Mais pourquoi ?

Revenons en arrière sur les photos de ces bus militaires en flamme. La vision populaire est que ces bus furent incendiés par les manifestants en colère APRES que le mitraillage ait commencé. En fait, ils furent incendiés AVANT. La preuve ? Des rapports de cadavres calcinés ayant été suspendus par des cordes sous les passerelles piétonnes (une photo de ces cadavres de militiares prises par un reporter de Reuters n’a jamais été publiée) et des photos de soldats gravement brûlés cherchant refuge dans des maisons avoisinantes. Des soldats dans ce genre de situation ont une tendance à répliquer en ouvrant le feu sur tout ce qui bouge, demandez donc aux bons citoyens irakiens de la ville de Falloujah.

Heureusement, nous avons aussi à notre disposition les rapports horaires de l’ambassade des Etats-Unis à Pékin, qui sont disponibles sur internet et qui nous disent ce qui s’est vraiment passé. Ils notent qu’au départ, les autorités de Pékin avaient voulu envoyer des troupes non-armées pour faire évacuer la place des étudiants qui y demeuraient toujours alors que les manifestants commençaient à diminuer. Bloquées par la foule, les troupes en armes arrivèrent par bus et cette fois furent accueillies et bloquées par une foule armées de bombes incendiaires, ce qui eu un résultat particulièrement laid et néfaste. Il y a eu des cas où certaines unités de l’armée essayèrent de calmer les soldats hors de contrôle. Le rapport d’une ambassade de la foule d’étudiants tuant un militaire qui essayait de pénétrer sur la place pourrait expliquer le carnage qui a eu lieu en périphérie.

En ce qui concerne “l’homme au tank”, nous savons maintenant par le photographe lui-même que sa photo devenue icône fut prise de la fenêtre de sa chambre d’hôtel le jour APRES les émeutes et que les chars n’essayaient pas d’entrer sur la place Tiananmen mais de sortir de la zone.

Un rapport détaillée émanant de la très respectée Columbia Journalist Review, “Le mythe du massacre de Tiananmen et le prix à payer pour une presse passive”, a depuis noté la préférence avérée des médias pour les histoires gore et bien sanglantes. Mais rien de tout ceci ne semble avoir édenté la crédibilité de l’histoire officielle du massacre de Tiananmen.

Il est vrai qu’une certaine responsabilité de ces évènement incombe à Pékin. Sa campagne de chasse des leaders de la protestation étudiante et de tout mettre sur le dos d’un complot contre le régime n’a pas créé une bonne impression. Mais il y a sans doute des raisons. Par frustration alors que leur longue manifestation tendait à se dissiper, quelques uns des leaders étudiants avaient été appelés à l’action par la foule en colère résidant toujours aux alentours de la place. Comment ces personnes dans la foule furent-elles armées et eurent-elles accès à des bombes incendiaires à essence, une arme qui n’est pas utilisée par les manifestants ou émeutiers chinois et qui furent responsables de quelques 400 véhicules détruits ?

Le régime avait toléré les manifestants en les autorisant à occuper la place centrale de Pékin pendant six semaines. Le secrétaire général du PCC (NdT: Zhao Ziyang) avait essayé en vain de négocier avec eux. Les autorités regrettèrent plus tard leur manque d’expertise dans le contrôle des foules ainsi que leur manque d’équipement adéquat, les forçant à se reposer sur des militaires inexpérimentés en la matière. Une fois encore, tout cela ne serait pas arrivé si le régime lui-même n’avait pas fauté dans le passé.

Les mots du célèbre écrivain taiwanese Hu Dedjian, qui se mit en grève de la faim sur la place en solidarité avec le mouvement étudiant expliquent tout: “Des gens disent que 200 personnes sont mortes sur la place et d’autres clâment que 2000 sont mortes. Il y a aussi des histoires de chars d’assaut écrasant des étudiants qui essayaient de partir. Je dois dire que je n’ai rien vu de tout cela. J’étais moi-même sur Tiananmen jusqu’à 6 heures et demie du matin cette nuit là.

“Je n’ai cessé de penser, allons-nous utiliser des mensonges pour attaquer un ennemi qui ment ?”

Gregory Clark est un ancien diplomate australien, correspondant parlant mandarin et président d’université résident au Japon. On peut le joindre sur www.gregoryclark.net Les vues exprimées dans cet article ne représentent pas forcément celles d’IBTimes UK.

6 Juin 1944: « La France traitée comme un paillasson » (Charles de Gaulle)

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , on 6 juin 2015 by Résistance 71

De Gaulle a subséquemment viré les bases américaines de France, refusé d’engager la France dans l’OTAN, ce qui lui a valu la haine de l’empire et le soutien de l’OAS par la CIA ainsi que quelques tentatives d’assassinat… De Gaulle était ce qu’il était, il a fait des erreurs, comme tout le monde, mais il est le DERNIER homme politique français qui a agi pour le pays, pour ce qu’il pensait être le meilleur intérêt de la France, parfois à tort, parfois à raison. C’est son héritage…

— Résistance 71 —

 

De Gaulle à propos du débarquement du 6 Juin 1944: “La France a été traitée comme un paillasson”

 

Baptiste Mannaia

 

6 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/06/06/de-gaulle-a-propos-du-debarquement-du-6-juin-44-la-france-a-ete-traitee-comme-un-paillasson/

 

Les entretiens entre Charles de Gaulle et Alain Peyrefitte, lequel a occupé divers postes au sein du gouvernement entre 1959 et 1969, ont été compilés par ce dernier dans « C’était de Gaulle » publié en 1994.

Ce livre est une véritable mine d’or (plus de 300 entretiens auxquels il faut ajouter les conseils des ministres) pour quiconque souhaite cerner la pensée et comprendre la politique du père de la Vème République. Mettre en perspective ses actes et ses discours, dictés à chaque instant par l’intérêt supérieur de la France, avec ceux des autres dirigeants du XXème siècle révèle le niveau de trahison du peuple par les élites depuis son départ mais également avant son arrivée au pouvoir.

Nous vous livrons ci-dessous les raisons profondes qui ont conduit de Gaulle à ne jamais participer aux commémorations du débarquement allié du 6 juin 1944.

Salon doré (bureau du Général de Gaulle nldr), le 30 octobre 1963.

Alain Peyrefitte (l’air candide) : « Croyez-vous, mon Général, que les Français comprendront que vous ne soyez pas présents aux cérémonies de Normandie ?

Général de Gaulle (sévèrement) : – C’est Pompidou qui vous a demandé de revenir à la charge ? (Je ne cille pas). Eh bien, non ! Ma décision est prise ! La France a été traitée comme un paillasson ! Churchill m’a convoqué d’Alger à Londres, le 4 juin, il m’a fait venir dans un train où il avait établi son quartier général, comme un châtelain sonne son maître d’hôtel. Et il m’a annoncé le débarquement, sans qu’aucune unité française ait été prévue pour y participer. Nous nous sommes affrontés rudement. Je lui ai reproché de se mettre aux ordres de Roosevelt, au lieu de lui imposer une volonté européenne (il appuie). Il m’a crié de toute la force de ses poumons : « De Gaulle, dites-vous bien que quand j’aurai à choisir entre vous et Roosevelt, je préférerai toujours Roosevelt ! Quand nous aurons à choisir entre les Français et les Américains, nous préférerons toujours les Américains ! Quand nous aurons à choisir entre le continent et le grand large, nous choisirons toujours le grand large ! » (Il me l’a déjà dit. Ce souvenir est indélébile.)

« Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne ! Ils avaient préparé leur AMGOT (Allied Military Government for Occupied Territories nldr) qui devait gouverner souverainement la France à mesure de l’avance de leurs armées. Ils avaient imprimé leur fausse monnaie, qui aurait eu cours forcé. Ils se seraient conduits en pays conquis.

« C’est exactement ce qui se serait passé si je n’avais pas imposé, oui imposé, mes commissaires de la République, mes préfets, mes sous-préfets, mes comités de libération ! Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi ! Je veux bien que les choses se passent gracieusement, mais ma place n’est pas là !

« Et puis, ça contribuerait à faire croire que, si nous avons été libérés, nous ne le devons qu’aux Américains. Ça reviendrait à tenir la Résistance pour nulle et non avenue. Notre défaitisme naturel n’a que trop tendance à adopter ces vues. Il ne faut pas y céder !

Suite à la commémoration des 20 ans du débarquement, le Général en parlant des journalistes qui lui reprochaient sa position, confia à Peyrefitte après le conseil des ministres du 10 juin 1964 :

« Ces messieurs de la presse qui me reprochent de ne pas aller en Normandie vingt ans après, que faisaient-ils alors? S’étaient-ils battus pour que la France recouvre sa liberté, pour qu’elle contribue à sa délivrance? Que faisaient-ils pendant la guerre? Ils ne se battaient ni en Normandie, ni ailleurs. La libération s’est passée sans eux. Elle s’est passée d’eux.

De Gaulle est sévère à l’encontre d’une presse qu’il considère soumise aux intérêts atlantistes. Il est effectivement troublant de constater à quel point elle lui a été hostile à chaque fois qu’il prenait une décision en faveur de l’indépendance nationale, que ce soit, par exemple, lors de son refus de placer la force atomique française sous la coupe américaine via les missiles Polaris, ou sur sa critique du système monétaire international basé sur l’étalon dollar. Nous vous livrons ci-dessous les mots de de Gaulle sur la presse française de son époque:

Salon doré, le 16 janvier 1963:

Le Général me répète, avec encore plus d’énergie, ce qu’il m’a dit déjà plusieurs fois au sujet des journalistes: « Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille bassesse – et en même temps, une pareille inconscience de la bassesse.

« Vos journalistes (Peyrefitte est alors ministre de l’information nldr) ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national.

« En réalité, il y a deux bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir.

« Cela m’est complétement égal que vos journalistes soient contre moi. Ça m’ennuieraient même qu’il ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où Le Figaro et L’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une catastrophe nationale !

« Les Américains se sont infiltrés dans tous les organes de propagande et dans les partis. Ils ont noyauté les structures politiques. Seul le peuple a encore des réflexes.

Finalement, si l’on en croit de Gaulle, l’oligarchie française via ses médias et ses partis politiques joue contre son propre camp depuis au moins plusieurs décennies, même si cette réalité n’a explosé aux yeux de nombreux français qu’au cours des dernières années, avec les mandats des young leaders de la French American Foundation.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 480 autres abonnés