Archive for the chine colonialisme Category

Anarcho-indigénisme et rejet du diktat « civilisateur » impérialiste (Ziq)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 29 novembre 2022 by Résistance 71

“La vaste majorité des humains est déconnecté de la terre et de ses produits, de la terre et des moyens de production, de travail. Ils vivent dans la pauvreté et l’insécurité. […] L’État existe afin de créer l’ordre et la possibilité de continuer à vivre au sein de tout ce non-sens dénué d’esprit (Geist), de la confusion, de l’austérité et de la dégénérescence. L’État avec ses écoles, ses églises, ses tribunaux, ses prisons, ses bagnes, l’État avec son armée et sa police, ses soldats, ses hauts-fonctionnaires et ses prostituées ; là où il n’y a aucun esprit et aucune compulsion interne, il y a forcément une force externe, une régimentation, un État. Là où il y a un esprit, il y a société. La forme dénuée d’esprit engendre l’État, L’État est le remplaçant de l’esprit.”
~ Gustav Landauer ~

“La révolte est, dans l’homme, le refus d’être traité en chose et d’être réduit à la simple histoire. Elle est l’affirmation d’une nature commune à tous les hommes, qui échappe au monde, la puissance.”
~ Albert Camus ~

“Vous ne serez et ne demeurerez que des commodités aussi longtemps que l’empire existera…”
~ Russell Means, Oglala, Lakota ~

“Il y a des connexions philosophiques entre les sociétés indigènes et quelques sensibilités anarchistes sur l’esprit de la liberté et les idéaux pour une bonne société. Des idées critiques parallèles et des visions d’un futur post-impérialiste ont bien été notées par quelques penseurs, mais quelque chose qu’on pourrait appeler ‘anarcho-indigénisme’ doit toujours se développer en une philosophie et une pratique cohérentes. Il y a également une grande similitude entre les façons de voir le monde des anarchistes et des peuples autochtones: un rejet des alliances avec des systèmes légalisés, centralisés d’oppression et une non-participation aux institutions qui structurent la relation coloniale, ainsi que la croyance d’amener le changement par l’action directe et la résistance au pouvoir d’état.”
~ Taiaiake Alfred, professeur sciences politiques, Mohawk ~

“L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !”
~ Résistance 71 ~

neo-colonialisme1

Anarchie indigène et le besoin du rejet de la “civilisation” du colon

Ziq

Novembre 2018

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Novembre 2022

Définissons d’abord quelques termes de base. “Indigène” veut dire “de la terre sur laquelle nous sommes”. “Anarchie” veut dire “rejet de l’autorité”. Les principes de l’anarchisme incluent l’action directe, l’entraide, et la coopération volontaire. “Anarchie : un journal de désir armé” envisionne une anarchie primitive qui est “radicalement ccopérative et communautaire, écologique, égalitaire, spontanée et sauvage”.

La “civilisation” [occidentale] est une culture qui tourne autour des villes. Une ville est un agglomérat de personnes qui vivent dans un endroit de manière permanente, dans des densités de population suffisantes pour que ces personnes doivent importer leur nourriture et leurs ressources de l’extérieur de la ville afin de survivre et d’assurer la continuité de la croissance de la ville. Donc, les villes dépendent de l’exploitation d’entités externes pour se maintenir en existence.

Cette relation exogène nous aliène a la fois de notre source de nourriture et de nos déchets. Notre nourriture est achetée depuis un supermarché, produite loin de chez nous, préparée et empaquetée sur des chaînes alimentaires industrielles. On nous refuse toute participation dans le processus qui nous nourrit. Nos déchets sont emmenés par camions pour être traités hors de notre vue immédiate et nos déjections naturelles sont tirées dans un réseau de canalisations. Nous ne savons pas vraiment où tout cela va, si cela affecte l’environnement et quelle place cela a dans l’écosystème moderne.

La civilisation vise à dominer la vie au travers des structures variées qui sont faites pour nous domestiquer. Ces structures incluent l’industrie, le colonialisme, l’étatisme, le capitalisme, l’agriculture, le racisme, l’éducation scolaire, la religion, les médias, la police, les prisons, l’armée, le patriarcat, l’esclavage et plus encore…

Les peuples indigènes au travers de l’histoire ont combattu et sont morts pour résister à l’imposition de force de la civilisation sur leurs vies. Cette lutte est toujours active aujourd’hui, alors que les “non-civilisés” sont poussés toujours plus avant vers les limites de la survie par les “civilisés” de par le monde et le déséquilibre technologique entre nous continue de s’étendre et de créer une division sociologique qui nous rend incapables de nous comprendre les uns les autres ce même à un niveau des plus basiques.

Les modes de vie des civilisés et non-civilisés ont divergé dans de telles proportions qu’il est devenu quasiment impossible pour les civilisés de voir que leur civilisation est devenue un obstacle à notre survie de base. Au lieu de cela, ils pensent que leur civilisation est l’instrument clef de leur survie et craignent de vivre dans un monde sans. Ils sont si conditionnés à l’ordre établi par leur civilisation, qu’ils ne peuvent pas sonder la possibilité d’une vie sans elle.

Le concept même de “civilisation” dépend de la règle émise par le colon et sa subjugation brutale des peuples indigènes. La marche perpétuelle vers la globalisation, la civilisation, se fait à marche forcée par le travail forcé et l’exploitation des ressources naturelles dans le grand sud et historiquement sur toutes terres au delà du continent européen.

Afin de pouvoir piller les ressources naturelles sur les terres occupées, les peuples y vivant doivent être éliminés ou déplacés dans des villes compactes, des fermes ou des “réserves” où ils seront forcés de travailler afin de transformer ces ressources en produits de consommation pour les marchés occidentaux. Ce processus de “civilisation” des peuples indigènes est rapide et notre culture, notre langue et notre histoire sont souvent éliminés par les colons afin d’assurer que nous ne tenterons pas de retourner à notre mode de vie précédent “non-civilisé” et que nous ne réclamerons jamais plus ces terres qu’ils ont volé pour leurs industries.

Les classes dirigeantes recherchent toujours de nouvelle façons et nouveaux endroits pour accumuler les richesses pour elles-mêmes. Les dirigeants créent des sous-castes soumises et privent les peuples non-civilisés de leur habitat naturel, ils n’ont donc pas d’autre choix que d’accepter la domestication et être intégrés dans le système industriel capitaliste. Le dirigeant peut alors convertir avec succès le peuple qu’il a apprivoisé et domestiqué en une commodité générant du profit ; des travailleurs dociles qui peuvent travailler toute leur vie afin de créer toujours plus de richesse pour les dirigeants.

Le dirigeant ne voit aucun intérêt dans le chasseur-cueilleur ni dans aucune personne qui ne crée pas de richesse ni de pouvoir pour la classe dirigeante. Si les gens ne devaient pas travailler pour elle afin d’obtenir nourriture et toit, les dirigeants cesseraient immédiatement d’avoir du pouvoir. Donc le pire ennemi du dirigeant est une personne qui ne dépend pas de lui pour vivre, pire même : une culture entière de gens auto-suffisants. Une culture non-civilisée sur laquelle il n’a aucun contrôle est le pire des cauchemars d’un dirigeant.

Sous le joug de la “civilisation”, les peuples indigènes ne sont plus permis de subsister et de vivre depuis leurs terres ancestrales en chassant et en récoltant. Maintenant pour survivre dans ce nouveau monde forcé sur nous par les colons, nous devons endurer des heures de labeur imbécile dans des usines, dans des entrepôts, des mines ou des fermes industrielles. Nos enfants doivent être éduqués de la façon des colons pour en faire, à terme, des travailleurs soumis et producteurs. Nous devons dépendre de l’état et des colons pour nous nourrir et nous vêtir. Nous devons consommer et gaspiller et participer à la destruction des écosystèmes qui nous ont entretenus pendant des millénaires. Nous devons être “civilisés” ainsi la classe dirigeant peut prospérer à nos dépends.

reflexionaborigene

Liberté par le rejet

Rejeter la civilisation [occidentale, coloniale] est s’opposer à cet arrangement coercitif par lequel notre culture, notre histoire, la connaissance collective qui nous a permis de vivre et de prospérer sur nos terres, nous sont retirées par des industrialistes parasites qui voudraient que nous dévouions notre vie entière à trimer pour leur profit alors qu’ils nous refusent l’accès à nos terres et à nos ressources.

Rejeter la civilisation, c’est s’opposer à l’urbanisation, à l’agglutination des gens dans de petites zones bétonnées qui peuvent encore mieux être contrôlées par les dirigeants pour qu’ils nous empêchent de refuser leurs demandes que nous soyons “civilisés” et obéissants.

Rejeter la civilisation, c’est s’opposer aux méthodes exploiteuses industrielles et agricoles qui forcent les pauvres des zones rurales à sacrifier leur travail pour aller entretenir la veulerie de riches cités, tout en privant rapidement la terre de sa fertilité et pompant les nappes phréatiques pour l’irrigation à un rythme plus grand qu’elles peuvent se régénérer.

La civilisation dépend d’une massive concentration inégale de richesse ; d’une brutale hiérarchie capitaliste où quelques uns ont eu la chance de gravir les échelons et de pouvoir contrôler les autres du haut de la pyramide. Tout en bas de celle-ci se trouvent les peuples indigènes du monde.

Contrôle & Domestication

Les voix des peuples indigènes, qu’elles soient acceptées par leurs colons comme raisonnablement “civilisées”, ou rejetées comme “non-civilisées”, ont été ignorées depuis bien longtemps par toux ceux qui bénéficient de la marche en avant de la “civilisation” et toutes ces choses brillantes et clinquantes qu’elle leur donne. Leurres marchands rendus possibles par l’exploitation rampante des terres indigènes, la manipulation et le contrôle des peuples  indigènes au travers de la domestication.

“Contrôle” est ici le mot clef pour comprendre pourquoi la civilisation est venue à l’existence. Les colons capitaliste travaillent d’arrache pied pour nous convaincre que nous devons être contrôlés par eux et leur civilisation. Que nous avons besoin de leur civilisation pour nous protéger de tout danger et que si nous travaillons pour eux, nous n’aurons plus faim. Si nous leur donnons nos terres et acceptons de nous relocaliser dans des “réserves”, ou dans leurs fermes ou dans leurs villes, en adoptant leur langue et leur religion, alors ils nous donneront leur protection et nous permettront de survivre avec “dignité”, nous accepteront comme des peuples domestiqués et civilisés avec succès.

L’ironie de tout cela est époustouflante. Les colons déciment nos forêts et éventrent notre terre pour la vider de ses ressources. Ils massacrent la vie sauvage de nos territoires jusqu’à extinction et arrosent nos cultures d’herbicides pour s’assurer que nous ne puissions pas subvenir à nos besoins. Ils rendent notre eau toxique et imbuvable. Ils polluent et nous assassinent si nous osons nous dresser sur leur chemin.

Puis ils nous offrent le sanctuaire de leur propre tyrannie. Nous laissent le choix entre la mise en esclavage ou l’extinction. Allez dans leurs villes, plantations, bidonvilles et réservent, pour être acceptés comme “civilisés” ou mourir de leurs mains en tant que “sauvages sous-hommes” qui ne peuvent pas être “sauvés” Tout ce que la “civilisation” ne peut pas contrôler doit être expurger afin d’assurer que la marche de la civilisation puisse continuer sans obstacles.

Embrasser l’anarchie, c’est s’opposer à l’idée même de contrôle. Rejeter l’autorité du colon et sa civilisation coercitive qui nous prend tout. L’anarchie c’est avoir confiance en soi et en ses voisins pour travailler ensemble dans l’entraide pour résoudre nos problèmes communs, sans avoir recours à la “charité” d’autorités aussi puissantes soient-elles.

Les anarcho-indigènes, anti-civilisation [occidentale] reconnaissent que le concept même de civilisation dépend de la capacité de nos colonisateurs à nous contrôler. Notre assimilation forcée dans la civilisation aliénée et aliénante des colons et les lois punitives auxquelles nous devons obéir sont faites pour nous maintenir serviles et ne pas résister à l’ordre pervers établi par les colons et qu’ils nous imposent. Leur ordre dépend exclusivement de notre domestication et de la destruction de nos modes de vie. Leur civilisation est ainsi faire qu’elle détruit tout ce qu’elle touche.

Embrassons notre “sauvagerie inhospitalière”

La soi-disante “sauvagerie inhospitalière” que la civilisation a vu nécessaire de soumettre à ses diktats est l’âme même de notre existence. Pendant des millénaires, nous avons vécu en paix avec la nature, en prenant soin au même titre qu’elle prenait soin de nous. Nous étions les gardiens de la terre plutôt que ses exploiteurs. Maintenant, “civilisés”, nous travaillons notre vie durant pour le droit d’affirmer un droit de propriété sur un tout petit lopin de terre, que nous pouvons bétonner pour y ériger un bloc de ciment dans lequel nous vivons, si on a cette chance. La plupart d’entre nous n’a même pas ce privilège et est forcé de payer un loyer à un propriétaire pour avoir ce droit de vivre dans un bloc de ciment dont il n’est pas le propriétaire et dont le loyer nourrit un parasite.

Non civilisés, nous bougions librement, fruits et plantes poussant dans les quatre directions, prêts à être recueillis. Des cours d’eau pure remplis de poissons abondaient dans le paysage. Les sons de la vie sauvage emplissaient l’air. Nous ne travaillions que peu et les récompenses étaient instantanées. Nous ne connaissions que l’abondance, ou par être plus précis, le confort du juste milieu sans l’abondance.

Les chasseurs-cueilleurs sont capables de subvenir à leurs besoins immédiats sans avoir besoin de stocker du surplus comme le font les civilisés pour survivre (avec l’agriculture, les boulots les prêts bancaires, les économies, les emprunts immobiliers, les retraites, les assurances de toute sorte). Les non-civilisés n’ont aucun désir de possession matérielle car une telle chose frivole serait un obstacle à leur capacité de vivre en nomades au gré des saisons. Avoir trop de biens vous force à rester en un endroit et à monter la garde pour défendre ces possessions de vos vies, ce afin de pouvoir continuer à les posséder et ne pas risquer de les voir dérober. Ceci crée un style de vie paranoïaque centrée sur la sécurité mettant la possession et la propriété privée au dessus des besoins nécessaires.

Les chasseurs-cueilleurs peuvent faire confiance en une chose : l’environnement va s’occuper d’eux, leur mode de vie va fournir tout le nécessaire à leurs familles, toute la nourriture et l’eau nécessaires pour quelques jours jusqu’à la prochaine collecte. Après avoir fait cette recherche de quelques heures, le reste de la journée est libre pour les plaisirs de la vie.

Les gens “civilisés” aiment se référer au mode de vie des chasseurs-cueilleurs comme étant un mode de vie de survie de tous les instants, de “pauvreté” et de promiscuité. Mais cette pauvreté est matérielle, un manque de surplus certes, de luxes, de choses souvent inutiles. En termes réels, ce mode de vie est bien plus riche que le mode de vie de la dette perpétuelle du travailleur “civilisé” qui n’a que très peu de temps pour le loisir, l’épanouissement personnel et qui ne mesure son existence entière qu’en matière de “temps”. Les “civilisés” et leurs sociétés fondées sur l’agriculture doivent travailler 5 ou 6 jours par semaine, 8 heures par jour ou plus, pour simplement survivre dans leur mode de vie. Les non civilisés n’ont que faire d’une telle absurdité. Comme l’a si bien noté l’anthropologue Marshall Sahlins, la société des chasseurs cueilleurs est la société affluente originelle. Sans désirs matériels, il n’y a aucune raison pour la richesse et la pauvreté. Tout le monde peut être égal à tout le monde ; la véritable anarchie.

Les gens civilisés plantent des rangés de céréales ou autres dans des monocultures barricadées dans des zones industrielles stérilisées qui ne ressemblent plus en rien aux forêts de nourriture interconnectées si diversifiées, qui nous ont nourri durant toute notre histoire. Les fermiers épuisent constamment les mêmes lopins de terre année après année pour faire pousser une unique récolte, noyant leur culture dans des tonnes d’engrais chimiques et de pesticides. Rien ne peut survivre sur le lopin de terre si ce n’est ce qui a été planté (NdT : comme le disait le toujours excellent ingénieur agronome Claude Bourguignon : “les agriculteurs ne font plus que de la gestion de pathologie”…) La terre est érodée, vide de toute vie, stérile, dépendante de concoctions chimiques qui endettent l’agriculteur en permanence. (NdT : agriculteurs qui le plus souvent ne possèdent même plus leur terre, hypothéquée aux banques pour rembourser une dette toujours croissante)

En civilisation, l’eau se fait rare, contrôlée et chère. Le fruit vous est vendu enveloppé de plastique et vous devez trimer misérablement un jour entier pour pouvoir vous le payer. Le poisson est contaminé par les produits toxiques rejetés par les industries et on nous demande toujours de l’argent pour avoir ce “privilège” de le manger. Le gibier et la viande sauvage ont été remplacés par de vastes usines à animaux emprisonnés. Les rivières sans fin d’excréments de ces usines à bétails finissent aussi dans nos cours d’eau, parachevant l’empoisonnement de l’écosystème et stérilisant la terre.

La nature qui autrefois nous caractérisait a été forcée hors de nous par nos colonisateurs. Comme les chiens fabriqués depuis le loup pour être obéissants et soumis à leurs maîtres, nous en sommes venus à dépendre de l’état et des capitalistes pour notre survie. Malades et domestiqués, nous entrons en concurrence les uns avec les autres pour les miettes de nourriture que les dirigeants nous jettent, ces miettes dirigeants qui nous ont privé de notre terre et de nos vies mêmes.

GR4
Peuple indigène opprimé…

Comprendre le Neo-colonialisme 

Le premier président du Ghana, Kwame Nkrumah a succinctement expliqué le Neo-colonialisme en ces termes en 1965 :

“L’essence du Neo-colonialisme est que l’état qui y est soumis est, en théorie, indépendant et possède tous les signes extérieurs de la souveraineté internationale. En réalité, son système économique et donc toute sa politique, est dirigé depuis l’extérieur. Les méthodes et formes de cette direction peuvent prendre des formes variées. Le plus souvent, le contrôle neo-colonial est exercé au travers des moyens économiques et/ou monétaires. Le contrôle de la politique gouvernementale peut être exercé et sécurisé par des paiements envers le coût de fonctionnement de l’état, par la mise en place de hauts-fonctionnaires pouvant dicter la politique et par un contrôle monétaire sur les changes avec l’étranger au travers de l’imposition Dun système bancaire contrôle par la puissance impérialiste (NdT : superbe exemple de cela toujours en cours : le Franc CFA, qui donne contrôle à la France des économies de ses anciennes colonies africaines devenues “indépendantes” dans l’après seconde guerre mondiale…).”

Cette description du Neo-colonialisme sonne toujours comme juste aujourd’hui, avec les cultures indigènes du monde faisant l’expérience de ce qu’avait décrit Nkrumah dans des formes variées. Plus récemment, des néo-colonisateurs chinois sont venus sur des terres indigènes, promettant de nous élever socialement avec leur richesse. Leurs investisseurs, banquiers, commençants, prêteurs sur gage, développeurs et charités, ont tous promis d’améliorer nos vies.

Les pays africains spécifiquement sont en train de développer une dette colossale envers Pékin, offrant leur terre, pétrole, gaz naturel, minéraux et autres ressources en garantie pour chaque nouveau milliard de dollars emprunté. Lorsqu’immanquablement ils feront défaut de cette dette gigantesque qui ne peut être repayée, la Chine va saisir les garanties et dépouiller le continent de sa richesse naturelle. La Malaisie a récemment compris ce danger du piège de la dette et s’est retirée des arrangements de prêts chinois et de développement. Le premier ministre malais Mahatir Mohamad a prévenu le monde “il y a aujourd’hui une nouvelle version du colonialisme qui se met en place.

L’Institut Confucius qui officie en terres indigènes, est un véhicule de la propagande chinoise, restreignant ce que les professeurs qu’il supplée depuis la Chine, peuvent dire, déformant ce que les étudiants apprennent. Cette propagande par l’école est faite pour promouvoir les intérêts économiques chinois en conditionnant mentalement les élèves indigènes à accepter la colonisation et une vie de soumission. Les colonisateurs se dépensent sans compter pour normaliser la terreur qu’ils amènent et nous convaincre que tout cela est bon pour nous. Toujours la même rengaine.

masquecarte

Kwame Nkrumah:

Le Neo-colonialisme est peut-être aussi la pire forme d’impérialisme. Pour ceux qui le pratiquent, cela veut dire pouvoir sans responsabilité et pour ceux qui en souffrent, cela veut dire exploitation sans rémission. Au bon vieux temps de l’ancien colonialisme, le pouvoir impérialiste avait au moins à expliquer et justifier en métropole les actions entreprises dans les colonies. Dans celles-ci, ceux qui servaient le pouvoir impérialiste pouvaient au moins s’attendre à sa protection contre toute action violente de l’opposition. Avec le Neo-colonialisme, plus rien de ceci ne vaut.

Similairement à la Chine, la Corée du Sud et ses entreprises multinationales a acheté des droits agricoles sur des millions d’hectares de terres agricoles dans des pays “sous-développés”, afin de sécuriser des ressources de nourriture pour ses citoyens. L’histoire du colonialisme et des républiques bananières nous a montré que ce type d’arrangement n’a fait que mener à la misère les peuples indigènes et à la d´´gradation de notre terre.

South Korea’s RG Energy Resources Asset Management CEO Park Yong-Soo:

La nation (sud-coréenne) ne produit pas une seule goutte de pétrole brut ni d’autres minerais vitaux pour l’industrie. Pour générer de la croissance économique et soutenir le mode de vie de son peuple, nous ne pouvons qu’insister sur la s´´curarisation de ressources naturelles vitales pour notre future survie.

Le patron de la Food and Agriculture Organisation (FAO), Jacques Diouf, a averti que l’augmentation de ces accords sur la terre pourrait créer une nouvelle forme de Neo-colonialisme voyant les régions le plus pauvres produire de la nourriture pour les plus riches aux dépends de leurs peuples affamés. Il est raisonnable de dire que cette dernière forme de Neo-colonialisme en date se produit déjà et que nos gouvernements corrompus signent des accords qui nous rendent de plus en plus dépendants de ces nations étrangères et de leurs promesses de nous “élever” en nous construisant des villes et de l’infrastructure.

Il est vital que nous résistions à leurs tentatives de civiliser nos terres afin que nous soyons forcés de travailler pour elles, les aidant dans le processus à voler nos ressources naturelles afin de faire croitre leurs empires, qu’ils puissent s’étendre toujours plus loin et exploiter les populations indigènes du monde.

Et nos autorités locales, toujours si promptes à vendre nos futurs pour le luxe des tours de béton et des trains toujours plus rapides, sont aussi responsables et coupables de cette poussée néo-coloniale pour nous façonner en ces travailleurs mendiants appartenant aux empires étrangers.

Les Masaï, peuple semi-nomade vivant essentiellement entre le Kenya et la Tanzanie, ont migré avec les saisons depuis des siècles. Ils ont de plus en plus été poussés hors de leurs terres ancestrales par les intérêts des états alliés aux intérêts privés entrepreneuriaux, provoquant une collusion pour l’écriture des lois que interdisent aux Masaï de cultiver leurs plantes et de faire brouter leurs troupeaux sur de larges portions de leurs terres traditionnelles.

Des dizaines de milliers de Masaï se retrouvèrent sans logis après que leurs habitations situées dans le cratère devenu touristique de Ngorongoro furent incendiées afin de soi-disant “protéger l’écosystème de la région” et d’attirer plus de touristes.

Le gouvernement tanzanien travaille de concert avec Tanzania Conservation Limited,, qui est la propriété de l’entreprise américaine Thomson Safaris et Ortelle Business Corporation, une entreprise organisant des safaris chasse de luxe, basée aux Emirats Arabes Unis, afin d’expulser les Masaï de leurs terres. Ils se font agresser, frapper, tirer dessus et leur propriété est confisquée. Les jeunes pastouriaux ont si peur pour leur vie maintenant, qu’ils se sauvent dès qu’ils voient un véhicule approcher.

L’état a maintenant ordonné aux Masaï de quitter leur terre ancestrale afin qu’il puisse transformer cette région en terres de chasse pour des touristes friqués qui paient beaucoup d’argent pour pouvoir abattre du gros gibier et ramener les carcasses empaillées et les têtes chez eux comme trophées.

Dans ces actions génocidaires, l’état participe en sécurisant les investissements étrangers  pour construire ses villes. L’État mettra toujours les “civilisés” devant les “non-civilisés” parce que la raison pour laquelle l’État existe est de faire pousser des villes et de piller les ressources et la nourriture pour nourrir cette croissance.

La civilisation a toujours été l’arme utilisée par les puissants pour nous condamner à ue vie de servitude. Rejetons la civilisation. Rejetons l’État. Rejetons le capitalisme. Rejetons toutes les tentatives de conquérir nos terres et de réduire nos peuples en esclavage.

tour_antennes_5G
Tyrannie technologique

La division technologique

Nous devons comprendre qu’il y a une grande différence entre “outil” et “technologie”. Les outils peuvent être fabriqués à petite échelle avec des matériaux locaux, soit par des individus, soit par de petits groupes de gens quand ils ont besoin d’outils. A l’encontre de la technologie, les outils ne peuvent pas construire des systèmes d’autorité et d’obéissance pour permettre à un groupe de dominer les autres, juste dans la mesure où tout le monde est capable d’acquérir réalistiquement ses propres outils. La technologie dépend de la capacité de monter de grandes opérations d’extraction, de production, de distribution et de consommation. Ceci demande une autorité coercitive et une hiérarchie, une oppression.

Le Cinquième Pouvoir a expliqué les pièges e la technologie en 1981 :

La technologie n’est pas un simple outil qui peut être utilisé de la façon dont on le désire. C’est une forme d’organisation sociale, une série de relations sociales. Elle a ses propres lois. Si nous devons nous engager dans son utilisation, nous devons accepter son autorité. L’énorme taille, les interconnexions complexes et la stratification des taches qui composent les systèmes technologiques modernes rendent un commandement autoritaire nécessaire et toute prise de décision individuelle et indépendante impossible.

La technologie est utilisé par les dirigeants pour contrôler et pacifier leurs citoyens. Les sociétés colonialistes sont bourrées de merveilles technologiques. Mais leur gens sont détachés de la terre sur laquelle ils vivent, aliénés les uns des autres, leurs yeux constamment fixés sur des distractions futiles émanant de leurs écrans et leurs terres se dessèchent et brûlent pour payer leur addiction à tous ces produits industriels toxiques.

La technologie est utilisé pour conquérir pour affirmer une domination, pour détruire d’entières autres cultures qui osent rejeter l’empire et son ordre mondial. La Libye, l’Afghanistan, l’Irak, des pays entiers décimés par la grande technologie des impérialistes faisant pleuvoir la mort depuis le ciel.

Les colonisateurs auront toujours une meilleure technologie que nous. Quelque soit cette technologie qu’ils nous promettent en retour de notre coopération avec leur agenda fera pâle figure en comparaison des technologies qui mènent leurs propres sociétés. Ils nous disent que nous avons besoin de leur technologie pour être civilisés, pour éviter d’être à la traine dans le monde, mas on ne peut pas rattraper la machine technologique de l’empire. Il va nous rattraper et nous broyer bien avant qu’il ne nous donne les secrets promis.

La technologie est une arme brandit par les plus puissants et nous ne pouvons pas rétablir l’équilibre de la puissance, pourquoi essayer ?…. Pourquoi dédier nos vies à jouer le jeu qu’il veulent nous faire jouer selon leur propres règles ? Pour recevoir en retour leurs machines obsolètes ? Ils utilisent leur technologie pour nous convaincre que nous sommes moins qu’eux, que nous sommes “arriérés” et qu’ils doivent nous “sauver” de notre existence “sauvage”. Ils disent tout cela et dans le même temps leur technologie dépend de nos ressources et de notre travail et sur leur capacité à nous forcer à nous sacrifier et nos enfants et les enfants de nos enfants pour qu’ils leur donnent le carburant pour leurs précieuses machines. Ces machines qui leur permettent de maintenir leur domination sur nous de façon à ce que nous demeurions toujours inférieurs à eux. S’ils nous donnent ce qu’ils nous ont promis , la libération qu’ils disent leur technologie apporter, alors leur pouvoir sur nous sera perdu. Nous n’aurons plus besoin d’eux pour nous “sauver” de l’état sauvage parce que nous serons aussi civilisés qu’eux.

Lorsque nous donnons suffisamment de nous-même pour recevoir leur technologie, ils s’assurent que nous aurons toujours besoin d’eux pour la maintenance. Nous devenons alors dépendants de leur technologie et aussi dépendants d’eux pour continuer à nous nourrir et pour réparer ce que nous cassons à l’usage. Nos vies alors tournent autour de leur technologie et nous oublions comment vivre sans. Et alors que nous sommes apaisés par la petite lumière émanant de nos petits écrans, nos écosystèmes sont décimés par les colonisateurs.

La technologie est la carotte au bout de la perche et elle ne peut en rien nous libérer, elle ne peut que nous domestiquer et nous réduire en un esclavage moderne. Rejetons la. Rejetons cette idée d’être mesurés, évalués par nos prouesses technologiques ou par à quel point nous sommes “civilisés”. Rejetons les colons et leurs faux cadeaux ainsi que leurs manipulations incessantes. Rejetons leur civilisation. Rejetons leur contrôle sur qui nous sommes et qui nous serons.

= = =

“Deviens celui que tu es.” (F. Nietzsche)

“La joie veut l’éternité de toute chose, elle veut une profonde, profonde éternité !”
(F. Nietzsche)

= = =

Lecture complémentaire :

“Résistance politique et anarcho-indigénisme avec Taiaiake Alfred et Gordon Hall”

https://resistance71.wordpress.com/2017/04/12/resistance-politique-anarcho-indigenisme-entretiens-avec-taiaiake-alfred-et-gord-hall/

“Le colonialisme et la dépendance étatique” (Taiaiake Alfred) :

https://resistance71.wordpress.com/2015/08/12/resistance-a-limperialisme-occidental-le-colonialisme-et-le-dependance-etatique-taiaiake-alfred/

Notre dossier “Anarcho-Indigénisme”

marcos-galeano

R71slogan

Mettre au jour la nouvelle escroquerie « verte » : le lithium et ses piles/batteries super polluantes rendent les VE, smartphones, compteurs Linky et autres ordinateurs ‘verts’, armes de destruction massive…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 25 octobre 2022 by Résistance 71

Une guerre du lithium aura lieu (est-elle déjà en marche ?…) pour cette matière première polluante, ultra inflammable et explosive au contact de l’eau dans son état de produit fini en usage.
L’escroquerie du Nouvel Ordre Mondial « vert » n’en finit plus… Exposons toute cette fumisterie marchande pour ce qu’elle est : la destruction de la société humaine et sa mise sous tutelle de la nouvelle tyrannie « verte » post-capitaliste.
~ Résistance 71 ~

lithium2
Bombe à retardement technologique…

Les batteries et piles au lithium utilisées dans les véhicules électriques et autre “technologie verte” sont tout ce qu’on veut sauf “propres”

Ethan Half

24 octobre 2022

Url de l’article original:

https://www.naturalnews.com/2022-10-24-lithium-batteries-ev-green-technology-unclean.html

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Les processus d’extraction du lithium de la terre afin de le transformer en ces piles et batteries “vertes” pour les véhicules électriques (VE), les bicyclettes électriques, les téléphones portables, les ordinateurs et autres, sont, croyez-le ou non, extrêmement toxiques.

Ceci attire rarement l’attention parce que les ustensiles qui utilisent des piles / batteries, nous dit-on, sont “plus propres” que ceux qui utilisent de l’essence, gasoil parce qu’ils n’émettent pas de pollution visible lors de leur utilisation. Ce qe les écolos ne semblent pas vouloir discuter, c’est ce que ça implique pour produire ces “batteries sans émission” dans un premier temps.

Il s’avère que le processus d’extraction et la transformation de juste une tonne de lithium consomment 2 millions de litre ou 2000m3 d’eau (500 000 gallons). De manière ironique, ce processus est similaire au processus de fragmentation hydraulique utilisé pour la production de gaz naturel, que les écolos détestent puisqu’hydrocarbure.

Afin d’extraire le lithium, les mineurs doivent forer le sol dans des plaines salines, souvent dans des des zones vierges et superbes du monde qui sont riches en minerais. Ceci inclut des régions montagneuses des Andes en Amérique du Sud et dans les régions sauvages de l’Australie occidentale.

Salar-de-Uyuni-lithium-Bolivia

Des trous forés par les mineurs sort une mixture salée riche en minéral qui est soumise à toute une batterie de transformation. Une fois de plus, beaucoup, beaucoup d’eau est nécessaire pour cela et dans quelques endroits du monde comme par exemple la zone Salar de Atacama au Chili, une majorité des réserves d’eau de la région est consommée à cette fin (en connexion : l’UE veut déclarer le lithium comme toxique afin de pouvoir spéculer sur des prix plus hauts à travers la chaîne de production…)

Les voitures Tesla et autres VE contiennent du lithium qui pollue l’environnement non pas une fois mais deux…

Le retrait de toute cette eau finit pas détruire les réserves phréatiques et autres nécessaires à la consommation d’eau potable et à l’irrigation et de manière non appropriée, les dépôts de lithium en Amérique du sud sont situés dans des zones très sèches ayant déjà peu de ressources aquifères en l’état.

Si ce n’était que l’eau utilisée pour extraire le lithium qu’il y avait en jeu, d’aucun pourrait dire que le prix à payer de cette perte en eau en vaut la peine pour éviter de contaminer l’environnement avec la consommation d’hydrocarbures ; mais la réalité est que les produits chimiques émis durant l’extraction du lithium laissent aussi toute une pléthore toxique dans l’environnement.

“Ces sites d’extraction émettent de dangereux produits incluant de l’arsenic dans les eaux souterraines environnantes et ces sites sont incroyablement consommateurs de ressources, relâchant 15t de CO2 par tonne de lithium extraite, pas exactement “eco-friendly” comme nous aimerions que ce le soit”, explique un rapport, ajoutant que la Chine, autre gros extracteur de lithium est maintenant hautement polluée à cause de cela.

En mai 2016, des poissons morts furent retrouvés dans les eaux de la rivière Liqi dans laquelle se répandirent des produits chimiques toxiques de la mine de lithium de Ganzizhou Rongda. Des carcasses de vaches et de yaks furent aussi trouvées flottant en aval de la mine, morts empoisonnés d’avoir bu l’eau contaminée.

Le VE moyen, d’après les chiffres du ministère de l’énergie américain, contient environ 8kg de lithium. La VE moyenne de Tesla en contient plus, jusqu’à 12kg de lithium.

Une fois utilisée, les batteries au lithium mortes de ces VE produisent un nouveau niveau de pollution environnementale, contaminant les réserves d’eau souterraines là où elles finissent par être abandonnées ou stockées.

L’Australie est le premier producteur mondial de lithium suivie de (pas forcément par ordre de taille de production), le Chili, la Chine, l’Argentine, le Brésil, le Zimbabwe, le Portugal et les Etats-Unis.

“L’extraction du lithium utilise des produits chimiques toxiques qui contaminent les cours d’eau, les cultures agricoles, les écosystèmes locaux et la vie sauvage”, avertissent bien des rapports.

“Ces endroits isolés peuvent être le lieu de croissance d’une flore en danger comme ces rares fleurs du désert dans le Silver Peak du Nevada.”

Pour en savoir plus sur toutes ces escroqueries  de “l’énergie verte”, allez lire : GreenTyranny.news.

= = =

Voir notre dossier sur le « Lithium »

Article connexe très récent : « Les batteries au lithium font exploser le nombre d’incendies dans les centres de recyclage » (LME du 24/10/22)

batterieLi-ion

biohazard4

Le pape reconnaît le génocide dans les pensionnats pour Indiens du « Canada » (Mohawk Nation News)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, documentaire, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 1 août 2022 by Résistance 71

papepfizer
Georges… comme tous les autres ensoutanés en chef,
tu as le sang de millions de personnes sur les mains !
Expie !!

Le pape reconnaît que les écoles pensionnats religieux ont commis un génocide

Mohawk Nation News

31 juillet 2022

Url de l’article original :
https://mohawknationnews.com/blog/2022/07/31/pope-acknowledges-church-schools-committed-genocide-audio/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le samedi 30 juillet 2022, le pape François 1er a admis les atrocités qui furent perpétrées contre les peuples indigènes. “Oui, c’est un génocide, oui, oui, clairement. Vous pouvez dire que j’ai dit que c’était un génocide”, a dit le pape. Khanisensera, les mères de clans de la nation mohawk, ont ajouté que “la culpabilité retombe aussi sur le gouvernement canadien qui a financé et a minutieusement  planifié le génocide.

Tout contrôle de l’Île de la Grande Tortue occupée en tant que “terre de la couronne” doit maintenant retourner immédiatement à ses propriétaires originaux. Le Canada qui se situe sur Onowaregeh, l’île de la tortue, ne fait que squatter notre terre. Il a admis le crime, de la même manière que le Canada admet ses abus sur les élèves pensionnaires indiens dans ses écoles, qui furent aussi gérées et administrées par les églises (NdT : catholique, anglicane et unifiée du canada), pour le gouvernement fédéral canadien.

On dirait que le serpent noir s’en est allé dans l’océan pour ne plus revenir, d’après les anciennes histoires des peuples indigènes.

Le Vatican est la toute première entreprise au monde, créée en l’an 902 au moment de la rupture, du schisme du grand empire romain entre ses branches orientale et occidentale. La reine d’Angleterre est actionnaire de l’entreprise connue sous le nom de “la Couronne”, les citoyens canadiens sont ses sujets. Les entreprises reçoivent leur numéro IPO du Vatican, là où est localisée la couronne. Toute entreprise au Canada est une sous-entreprise de la Couronne et tout cela va maintenant être dissout. Tout a toujours appartenu aux peuples indigènes originels.

Les envahisseurs appellent l’île de la tortue, “terre de la couronne”. Notre souveraineté n’a JAMAIS été rendue, vendue à qui que ce soit… JAMAIS ! Tous les documents que présentent les envahisseurs concernant leurs titres de propriétés sont des faux. Aucun ne montre de véritable titre de propriété de quoi que ce soit, où que ce soit sur Onowaregeh.

Ainsi maintenant, le chef de l’entreprise a admis le crime de génocide sur Onowaregeh. La Croix qui est sur le Mont Royal (tekanontaki) est le symbole de ce génocide et doit être immédiatement retirée. Elle représente pour les peuples indigènes la même chose que la svatiska représente pour le reste du monde.

= = =

Le Tribunal International contre les Crimes de l’Eglise et de l’Etat (TICEE) sur Résistance 71

« Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la sécouverte », Steven Newcomb

« Nous sommes tous des colonisés », Résistance 71

heritage_des_pensionnats_pour_indiens
Souillé à tout jamais !…

Huron
A bas la « couronne »… et donc, à bas l’état,
à bas la marchandise et l’argent !…

Le pape François reconnaît le crime de génocide de l’église catholique dans les pensionnats pour Indiens du Canada !! Action immédiate en justice mise en branle (TICEE / Kevin Annett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 31 juillet 2022 by Résistance 71

oswaldo-guayasamin7

Auparavant : « Stop au pape : les dessous de la visites pontificale au Canada du 23 juillet 2022 »

L’admission par le pape du crime de génocide au Canada déclenche un mouvement de mise en arrestation aux Nations-Unies

Le pape peut être détenu et la richesse et biens du Vatican saisis sous les termes de la convention internationale de l’ONU sur le génocide

Les accords financiers de la Chine avec le Vatican maintenant sur la sellette et remis en question

https://youtu.be/wer1-iS-BdI

Iqaluit, Canada:

Le pape François 1er (Jorge Bergoglio) a admis aujourd’hui qu’un génocide fut commis dans les écoles pensionnats pour Indiens su Canada dont la majorité étalent gérés et administrés par son église catholique romaine. (Pope says genocide took place at Canada’s residential schools for Indigenous children | CBC News)

Bergoglio a fait l’admission publique à des journalistes après s’être empressé de quitter le Canada afin d’éviter des manifestants.

L’admission de Bergoglio a déclenché une action immédiate auprès de l’ONU afin de mettre en application la Convention de l’ONU contre le génocide et mettre Bergoglio en état d’arrestation immédiate en tant qu’officier fiduciaire d’un corps constitué criminel.

D’après des sources diplomatiques, plusieurs pays se préparent à mettre en place une motion afin d’inculper Bergoglio et d’autres officiels du Vatican devant l’assemblée générale de l’ONU et la Cour Pénale Internationale (CPI).

Sous les termes de la Convention, les régimes qui admettent le génocide doivent être traduits en justice et punis et peuvent avoir leurs biens saisis en avoir pour les crimes commis.” A dit un conseiller juridique à un des pays.

“Cela ne fait aucune différence si le régime est séculier ou religieux. Leurs hauts-fonctionnaires doivent être traduits en justice par la CPI et les tribunaux locaux.”

Encore plus cataclysmique pour l’église de Rome, est que l’accord financier signé entre Bergoglio et les officiels chinois à Prince Rupert le 23 juillet est maintenant en danger, tout comme l’est la Banque du Vatican et son soutien de l’économie globale chinoise.

“Pékin ne peut plus dépendre de l’IOR (la Banque du Vatican) si ses biens sont soumis et sont la cible à une enquête criminelle”, a dit le conseiller légal. “Ceci ébranle toute l’alliance Pékin-Rome.”

Kevin Annett (secrétaire exécutif du TICEE), qui a mené la campagne pour exposer et mettre en accusation le crime de génocide au Canada commis et géré par l’église, a salué l’action à l’ONU mais a aussi appelé à la saisie immédiate des terres et bâtiments de l’église catholique comme réparations pour “des siècles d’assassinat de masse par une église qui a admis le génocide”.

“Ce n’est pas un accident si Jorge Bergoglio s’est dépêché hors du Canada peu de temps après que la mairie de la ville d’Iqaluit ait annulé l’exonération d’impôt de l’église dans leur communauté.” a dit Annett.

“Le monde s’éveille à ce monstre paré de l’aparat religieux. Chaque niveau du gouvernement doit faire comme Iqaluit et arrêter de soutenir les tueurs d’enfants. S’ils ne le font pas, ils sont complices d’un énorme crime.”

Annett a aussi annoncé que la prochaine étape de la campagne pour stopper le financement et déstabiliser l’église de Rome au Canada et mondialement, commencera cette semaine.

Cette confession de culpabilité donne à tout le monde le feu vert pour cesser le financement et abattre le pouvoir de Rome et pour reconquérir l’énorme richesse accumulée, que l’église catholique nous a volée à tous. Nous et nos alliés des peuples indigènes, allons occuper les églises catholiques et réclamer le retour des territoires volés.

“Nous allons aussi présenter publiquement une facture de plus de 1 milliard de dollars au gouvernement canadien et demander le retour du transfert secret et illégal de l’argent des contribuables canadiens dans les coffres de la Banque du Vatican, rien que sur ces deux dernières années. Et comme ils ne rendront sans doute pas cet argent volé, nous le reprendrons nous-mêmes en saisissant l’argent des offrandes et des deniers du culte.

Pour plus d’information et pour rejoindre cette campagne, contactez republicnationalcouncil@protonmail.com ou angelfire101@protonmail.com .

Voir www.murderbydecree.com et www.republicofkanata.org

https://youtu.be/wer1-iS-BdI

Publié le 30 juillet 2022 comme communiqué joint du Tribunal International contre les Crimes de l’Eglise et de l’Etat et la souveraine république du Kanata.

(Traduction Résistance 71, 31 juillet 2022)

= = =

MaJ du 1er août 2022 : Jo a compilé une foule d’info que nous avons conjointement publiées depuis des années sur un très bon billet récapitulatif à lire et diffuser sans aucune modération. Notre émancipation de la tyrannie étatico-marchande passe par la mise à bas du colonialisme et du système qui en est responsable. Qu’on se le dise et agisse en conséquence…

Lire la traduction de Résistance 71 du contre-rapport à la CVR du Canada :

“Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada” (PDF)

Et aussi, lire et diffuser :

“Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte” de Steven Newcomb

« Effondrer le colonialisme », Résistance 71

“Comprendre la loi coloniale pour mieux la démonter1ère partie / 2ème partie

“Nous sommes tous des colonisés”, Résistance 71

« Effondrer les empires coloniaux par apostasie collective », JBL1960

« L’antéchrist », Friedrich Nietzsche

1492_Espagne_christianisme
Christianisme et Nouveau Monde…

oakflat2

Lire, analyser, comprendre, pour un changement faste de notre société, 7ème partie : le colonialisme (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 28 juillet 2022 by Résistance 71

lecture1

Résistance 71

21 juillet 2022

1ère partie : introduction
2ème partie : Histoire, anthropologie et archéologie
3ème partie : Science
4ème partie : religion et philosophie
5ème partie : spirituel et arts
6ème partie : analyse politique
7ème partie : colonialisme
8ème partie : anarchie et société des sociétés

Penser aujourd’hui, comme veut nous le faire croire l’idéologie dominante, que nous vivons dans un monde « post-colonial » est une illusion et une foutaise totale. L’empire anglo-americano-sioniste dont c’est le tour d’imposer la dictature marchande et les rouages idéologiques et institutionnels allant de paire, est fondé sur la prévalence coloniale d’états-nations toujours totalement dépendants de la City de Londres et de son 1,6km2 le plus riche du monde.
Depuis sa création, Wall Street n’est qu’une succursale de la City, certes devenue au fil du temps la plus importante, mais une branche néanmoins de la maison mère… Depuis la fin du XVème siècle, l’occident judéo-chrétien pille le monde et a mis en place la plus grosse machine marchande de l’histoire de l’humanité afin d’acquérir le monopole et d’assujettir le pouvoir aux diktats marchands.

Le colonialisme est le fléau qui s’est abattu sur l’humanité à des fins de contrôle total par une caste de parasites pour l’heure dominante, nous devons reconnaître son omniprésence et nous en défaire avec l’ensemble du système étatico-marchand. Il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir ! Penser que l’État et la marchandise peuvent être rendus plus « vertueux », qu’on peut réformer le capital pour le rendre plus « compatissant » et « juste » envers tous est non seulement faire preuve d’une imbécilité optimale et ne rien comprendre au film, mais c’est surtout être complice du génocide planétaire qui se met en place au nom du « progrès » et de « l’humanisme ».

La seule ligne de direction viable est celle-ci :
A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent ! et A bas le salariat ! Tout le reste n’est que pisser dans un violon !
L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés du carcan étatico-marchand, main dans la main avec les peuples opprimés depuis des siècles, pour ensemble marcher sur le chemin de la société des sociétés, celle de notre humanité enfin réalisée.

Lire pour mieux comprendre :

Nos pages sur Résistance 71 :

Les PDF sur le colonialisme, bibliothèque Résistance 71 :

Esprit_Cheval_Fou

Un tribunal de droit coutumier interdit l’entrée du criminel trafiquant d’enfants Jorge Bergoglio alias le pape François 1er, en vue de réunion le 23 juillet 2022 et son arrestation s’il entre au Kanata (TICEE)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 5 juillet 2022 by Résistance 71

enlevement

Notice publique et communiqué de presse

Mardi 5 juillet 2022

reçu par courriel le 5/7/22

Décision de justice interdit au pape François 1er d’entrer au Canada et d’y rencontrer les Chinois ; la police et le public ont autorité pour arrêter le pape alors que des manifestations sont prévues

Ottawa et Geneva:

Le pape François a été légalement interdit d’entrer au Canada le 23 juillet prochain par un tribunal international ayant une jurisdiction universelle.

The International Common Law Court of Justice (ICLCJ) a émis une injonction qui ordonne légalement sa mise en état d’arrestation et interdit les autorités et le public de l’assister en quoi que ce soit.

L’ICLCJ a émis cette injonction aujourd’hui fondée sur la condamnation légale de Jorge Bergoglio le 15 janvier 2022 pour complicité de génocide médical et pour le trafic, torture et assassinat d’enfants indigènes. (Breaking News from the International Common Law Court of Justice, January 15, 2022 (GMT)  Big pharma, government, church leaders face arrest as Court convicts them of Genocide, prohibits  injections – Murder by Decree)  

L’injonction et le mandat donnent le pouvoir à la police et au public d’arrêter Bergoglio et d’utiliser tout force ou action raisonnables pour arrêter ses mouvements.

L’action du tribunal menace de perturber une réunion planifiée entre Bergoglio et des officiels chinois dans la localité de Prince Rupert en Colombie Britannique le 23 juillet courant, une journée avant son arrivée prévue à Edmonton.

D’après des sources du Vatican et chinoises, le réunion formaliserait le financement par la banque du Vatican d’un plan sur 10 ans pour la Chine de renforcer sa prise de contrôle sur l’économie nord-américaine.

“La soi-disante “excuse” pontificale aux Indiens du Canada n’est qu’un écran de fumée pour cette réunion importante et pour des accords similaires que le pape François fait pour la Chine avec le peuple Inuit de Nunavut, où se situe plus du quart des réserves canadiennes de pétrole non exploitées”, explique une source de Rome.

Les anciens des nations indigènes du Canada ont rapidement applaudi l’injonction de l’ICLCJ.

“Nous saluons l’action du tribunal pour stopper Bergoglio”, a dit Suzanne Holland du congrès national Chilcotin. “Nous l’avons banni, lui et son église génocidaire de notre territoire et avons rejeté ses fausses excuses. Nous en appelons à tous les autres peuples indigènes de faire la même chose et de nous aider à arrêter ce criminel.”

Agissant par le pouvoir de cette injonction, la campagne “Arrêtez le pape” a annoncé aujourd’hui que des sit-ins, des blocages de routes et autres actions de désobéissance civiles allaient perturber la visite pontificale si celle-ci se produit. Ces actions protégées par le tribunal de droit coutumier se produiront à Prince Rupert et à Edmonton, dans la ville de Québec et à Iqaluit, Nunavut.

Une copie de la décision du tribunal est attachée au présent communiqué ainsi qu’une notification de responsabilité pour la police, l’église, le gouvernement et les officiels aborigènes. Cette n notification de l’ICLCJ est approuvée par les conseils traditionnels d’anciens des nations Squamish, Chilcotin, Cree, Naishinaabe, Mohawk et Metis.

Pour plus d’information, soyez à l’écoute de :  www.bbsradio.com/herewestand, see www.murderbydecree.com under “ITCCS Updates”, and write to itccsoffice@protonmail.com .

Émis le 5 juillet 2022, par l’ International Tribunal into Crimes of Church and State

Post-script update: Le tribunal a reçu la confirmation qu’une réunion spéciale du culte sacrificiel meurtrier du 9ème cercle se tiendra à Prince Rupert à minuit le 23 juillet en présence du pape Bergoglio et d’autres officiels de l’église. Le sacrifice rituel d’enfants, dans ce cas-ci d’enfants indigènes, est le protocole normal de ces rites, qui ont tendance à accompagner ou à précéder d’importants évènements pontificaux.(www.murderbydecree.com

Background: Here We Stand, July 3, 2022 | BBS Radio

https://youtu.be/IAify6B8zJg

(Traduction Résistance 71 )

Lire notre traduction de « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada », contre-rapport de la mascarade de la Commission Vérité et Réconciliation du Canada (PDF)
et notre page : « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada »

heritage_des_pensionnats_pour_indiens
L’héritage des pensionnats pour Indiens…
taché à tout jamais !

image

Fauci II le retour : Le nouveau livre de Robert F. Kennedy Jr sur l’origine du COVID 19: « Wuhan, the Cover-up » sortira début octobre 2022… Résistance 71 sera sur le coup pour une seconde série de traductions épisodiques…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, chine colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 5 juin 2022 by Résistance 71

WIV1
Chine, Pentagone et gain de fonction de virus chimériques

Le nouveau livre de Robert F. Kennedy Jr : “The Wuhan Cover-Up, How the US Officials Conspired with the Chinese Military to Hide the Origin of COVID-19” à paraître le 4 octobre 2022

Synopsis (reçu par courriel)

Traduit de l’anglais par Résistance 71

5 Juin 2022 

“Robert F. Kennedy Jr met au grand jour des décennies de mensonge”
Dr Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine —

 Les expériences sur le “gain de fonction” de virus sont faites pour développer de manière délibérée, des pathogènes coronavirus très virulents et facilement transmissibles dans le but déclaré de développer des vaccins préventifs pour les virus animaliers avant qu’ils ne passent à l’humain. Plus insidieuse encore est la nature de “double utilisation” de cette recherche, qui est spécifiquement dirigée vers le développement d’armes biologiques.

Le livre de RFK Jr “The Wuhan Cover-up” ou “Le maquillage de l’affaire de Wuhan” lève le rideau sur le comment le gouvernement des Etats-Unis a augmenté ses dépenses sur la biosécurité après les attaques terroristes de septembre 2001, emmené par son directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), le Dr Anthony Fauci. Celui-ci mit en marche un plan de transformation du NIAID en une de facto agence du ministère de la défense américain.

WIV_fauci
Fauci et le financement de Wuhan…

Alors que le dr Fauci poursuivit avec zèle la recherche sur le gain de fonction, les préoccupations montèrent chez certains scientifiques et hauts fonctionnaires au sujet de fuites accidentelles ou délibérées de ces virus modifiés en arme biologique de certains laboratoires, pouvant créer des pandémies mondiales. Un moratoire fut placé sur ces recherches, mais fidèle à lui-même, le dr Fauci trouva les moyens de continuer ses travaux sans être dérangé, faisant sous-traiter les plus controversées de ses expériences à l’étranger, en Chine, et en fournissant un financement fédéral (étatique) au Wuhan Institute of Virology (WIV) et à ses chercheurs sur le gain de fonction ce, en partenariat avec l’armée chinoise et le Parti Communiste Chinois (PCC).

Robert F. Kennedy Jr dont l’analyse de recherche est méticuleusement et rigoureusement sourcée, mène les lecteurs dans un stupéfiant voyage dans lequel ils apprendront sur :

  • Les organisateurs clef et les porte-flingues poussant la recherche du gain de fonction chimérique
  • La motivation du profit derrière cette recherche de gain de fonction
  • Les “virus chimériques” qui ont été fabriqués avec succès et qui peuvent infecter et tuer les humains
  • L’effort coordonné de réduire au silence toute spéculation sur la COVID19 fabriquée en laboratoire
  • La complicité des journaux et magazines scientifiques et de médecine pour cacher l’origine véritable de la COVID19
  • Le rôle du Wuhan IV dans le programme chinois de défense et de guerre biologique
  • Les relations entre les bureaucraties et les scientifiques de la santé, de l’armée et du renseignement avec leurs contre-parties chinoises
  • Le rôle de Bill Gates et Sir Jeremy Farr pour aider à orchestrer le maquillage de l’information chinoise à l’échelle mondiale

Le livre “The Wuhan Cover-up” révèle une conspiration sino-américaine de proportion épique et aux conséquences particulièrement létales.

= = =

Note de Résistance 71 : Ceci confirme ce que nous ressentons et disons depuis bien longtemps déjà, à savoir que la Chine non seulement fait partie du plan de Nouvel Ordre Mondial, mais qu’elle est, comme l’avait déjà plus qu’insinué David Rockefeller dans un éditorial du New York Times de 1971, le MODELE systémique à suivre pour le contrôle oligarchique du monde en une tyrannie / goulag planétaire. L’expérience in vivo très récente du confinement total de la ville de Shanghaï dans un absurde effort de “zéro COVID”, n’est pas en cela un hasard, c’est une répétition générale et une étude sur ce qui doit être mis en place à l’échelle planétaire. La Chine, depuis les deux guerres de l’opium du XIXème siècle est inféodée à la City de Londres et sa succursale de Wall Street plus récemment. Les flots financiers sont incessants et le grand capital règne en maître dans la plus grande zone de “capitalisme d’état” (en apparence) de la planète. Tout ceci est une mascarade, une illusion, la pseudo-rivalité Chine-Occident n’en est pas une, l’oligarchie anglo-saxonne contrôle la donne et le but est la destruction et la vassalisation , l’absorption de l’Europe et de la Russie, qui si alliées, changeraient la donne capitaliste à jamais. La guerre en Ukraine sert à cela : éloigner la Russie de l’Europe, la rapprocher de la Chine qui alors la tiendra par les couilles pour écluser ses stocks énergétiques. Le contrôle de la Russie ne sera pas militaire, car impossible, mais par la bande, en la rendant hyper dépendante de son commerce avec le voisin chinois qui lui, est tenu en laisse par la City… De plus, Poutine n’est pas éternel, là est le problème de toutes les figures de proue étatiques charismatiques. Comme seul Chavez pouvait faire du Chavez, Ahmadinejad pouvait faire de l’Ahmadinejad, seul Poutine peut faire du Poutine. Ceci n’a rien à voir avec une quelconque idôlatrie, le fait est que Poutine a sauvé la Russie de la destruction eltsienne oligarchique commanditée post-1991 et les Russes le savent fort bien.

Ce livre de RFK Jr lève un coin du voile sur la supercherie oligarchique, mais il ne descend pas encore assez profond dans le terrier du lapin blanc. C’est sans doute pour cela qu’il est encore en vie… Ceci dit, son travail et sa motivation sont irréprochables, Robert F. Kennedy Jr est sans aucun doute un héros des temps modernes. Honneur à lui !

Nous nous procurerons bien entendu ce livre et il y a de très grandes chances que nous procédions à la même opération de traduction / publication par épisodes avec PDF de synthèse à l’issue, que pour son livre “Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique”. Le livre sera à disposition du public début octobre, nous essaierons de commencer le nouveau feuilleton RFK Jr COVID / Wuhan Chine en novembre courant.

A suivre donc.

WIV3
Font-elles du tricot ?…

WIV2
Contrôle des populations et coercition…
Chine : le Modèle !

Empire anglo-americano-sioniste, Chine, Russie, guerre de contrôle sous influence… La fin de la domination occidentale ? Points de vues contrastés (avec Thierry Meyssan et Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 26 avril 2022 by Résistance 71

Analyse intéressante bien entendu, mais nous pensons que c’est beau l’optimisme. La mise en place du Nouvel Ordre Mondial continue, les banquiers n’ont plus besoin de la mondialisation. Maintenant ils sont passés à l’étape finale : réduction de la population mondiale de plus de 90%, mise en place de la grille de contrôle pour la dictature technotronique du reste de l’humanité. Les psychopathes sont aux manettes et seuls les peuples pourront les déloger. La Chine est le modèle de contrôle, Rockefeller l’avait annoncé en 1971 avant d’envoyer son larbin Kissinger préparer le terrain pour la “normalisation” des relations USA-Chine qui eut lieu en 1973. La Russie est rebelle, mais pas opposée, simplement les banquiers utilisent la Chine pour la contrôler, car oui sa puissance militaire est devenue relativement indomptable. Des milliards de dollars ont été transfusés dans la nouvelle Banque Asiatique d’Infrastructure et d’Investissement (BAII) basée à Shanghaï, tous les grands financiers du monde s’y donnent joyeusement la main… Voir à ce sujet notre article datant d’avril 2015 « Une nouvelle banque pour le Nouvel Ordre Mondial ? »  et sa suite en juillet 2016 : « L’empire chinois en devenir sort du placard ». Le reste n’est que poudre aux yeux, un leurre de plus. Si nous voulons sortir de ce piège qui se referme, c’est à nous de reprendre le pouvoir, personne ne le fera pour nous, certainement pas l’occident, mais pas non plus Poutine et encore moins Xi Jinping… Réveille-toi Thierry, la géopolitique est un leurre, une autre fadaise du système pour mieux nous maintenir divisés et donc asservis pendant que la même clique de privilégiés continue de contrôler le pouvoir toujours plus avant et accessoirement de se barrer avec la caisse, ça mange pas de pain !
~ Résistance 71 ~

tyrans_chine

La fin de la domination occidentale

Thierry Meyssan

20 avril 2022

Url de l’article : https://www.voltairenet.org/article216522.html

Les États-Unis, qui ne participèrent que tardivement aux Guerres mondiales et ne subirent aucune perte sur leur territoire, sont sortis vainqueurs des conflits mondiaux. Héritant des empires européens, ils ont élaboré un système de domination faisant d’eux le « gendarme du monde ». Cependant, leur hégémonie était fragile et ne pouvait résister au développement de grandes nations. Dès 2012, des politologues commencèrent à décrire le « piège de Thucydide » par analogie avec l’explication que le stratège grec avait donné des guerres opposant Sparte à Athènes. Selon eux, la montée en puissance de la Chine rendait aussi inévitable l’affrontement avec les États-Unis. Constatant que, si la Chine est devenue la première puissance économique mondiale, la Russie est devenue la première puissance militaire, Washington décida de les combattre l’une après l’autre.

C’est dans ce contexte qu’intervient la guerre en Ukraine. Washington la présente comme « agression russe », adopte des sanctions et contraint ses alliés à les prendre aussi. La première remarque qui vient à l’esprit, c’est que les Etats-Unis, se sachant inférieurs militairement, mais supérieurs économiquement, ont décidé de choisir leur champ de bataille. Cependant l’analyse des forces en présence et des mesures prises dément cette lecture des événements.

LE SYSTÈME ÉCONOMIQUE MONDIAL

Le système économique mondial a été créé par les Accords de Bretton Woods, en 1944. Ils visaient à instaurer un cadre pour le capitalisme au-delà de la crise de 1929, dont le nazisme n’avait pas été la solution. Les États-Unis imposèrent leur monnaie comme référence convertible en or. Ni l’Union soviétique, ni la Chine ne participèrent à cette conférence.

En 1971, le président Richard Nixon décida d’en finir officieusement avec la parité de dollar en or. Il peut ainsi financer la guerre du Vietnam. Concrètement, il n’y avait plus de taux de change fixes. La mesure ne fut officialisée qu’une fois la guerre finie, en 1976. C’est aussi à ce moment-là que la Chine fit alliance avec les multinationales anglo-saxonnes. La Communauté européenne (ancêtre de l’Union) s’adapta en encadrant les taux de change désormais flottants, en 1972 (le « serpent monétaire »), puis en créant l’euro.

À partir de 1981, les États-Unis commencent à laisser filer leur dette. Elle passa de 40 % de leur PIB à aujourd’hui 130 %. Ils tentèrent de globaliser l’économie mondiale, c’est-à-dire d’imposer leurs règles aux pays solvables et de détruire les structures étatiques des pays restants (la stratégie Rumsfeld/Cebrowski). Pour payer leur créance, ils imprimèrent des dollars, espionnèrent les sociétés de leurs alliés et volèrent toutes les réserves de deux gros États pétroliers, l’Iraq et la Libye. Personne n’osa rien dire, mais à partir de 2003, le système économique des États-Unis n’était plus celui qu’il prétendait être. Officiellement ils étaient toujours libéraux, mais chacun pouvait constater qu’ils ne produisaient plus ni leur nourriture, ni leurs marchandises de première nécessité, et qu’ils ne se nourrissaient plus que de rapines.

L’économie états-unienne, qui représentait un tiers de l’économie mondiale lors de la dissolution de l’URSS, n’en est plus qu’un sixième.

De nombreux États anticipent la fin des règles de Bretton Woods et réfléchirent à une nouvelle donne. En 2009, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, bientôt rejoints par l’Afrique du Sud pour l’Afrique, créent les BRICS. Ces pays se sont dotés d’institutions financières qui, à la différence du FMI et de la Banque mondiale, ne conditionnent pas leurs prêts à des réformes structurelles ou à des engagements politiques d’alignement sur Washington. Ils préfèrent investir en leasing, le pays hôte devenant propriétaire de l’investissement lorsque celui-ci est rentabilisé.

En 2010, la Biélorussie, le Kazakhstan et la Russie, bientôt rejoints par l’Arménie, fondèrent l’Union économique eurasiatique. Ces pays frontaliers instaurèrent une zone de libre échange avec l’Égypte, la Chine, l’Iran, la Serbie, Singapour et le Viêt Nam. Ils pourraient être rejoints par la Corée du Sud, l’Inde, la Turquie et la Syrie.

En 2013, la Chine débuta son vaste projet de « Nouvelles routes de la soie ». L’année suivante, lorsque son PIB dépasse celui des États-Unis en parité de pouvoir d’achat, Beijing créa la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB), puis en 2020, il encadra les capitaux étrangers.

En 2021, l’Union européenne imagina sa Passerelle mondiale (Global Gateway) pour concurrencer la Chine et imposer son modèle politique. Mais cette exigence fut vécue comme un sursaut colonial par de nombreux pays et fit l’objet d’un rejet massif.

Progressivement le bloc russe et le bloc chinois se sont rapprochés grâce au projet commun de Grand Partenariat Eurasiatique Global (2016) dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghai. Il s’agit de développer l’ensemble de cet espace en y créant des voies de communication équilibrées sur les bases idéologiques définies par le Kazakh Sultan Nazerbayev : l’inclusivité, l’égalité souveraine, le respect de l’identité culturelle et socio-politique, l’ouverture et la disponibilité à intégrer d’autres ensembles.

La tentative de Washington de détruire cet ensemble en formation n’a aucune chance d’aboutir. Il est frappant de constater que :
l’attaque économique a débuté non pas avec l’invasion de l’Ukraine, mais deux jours avant.
elle se porte avant tout contre les banques russes, les milliardaires russes et l’industrie gazière russe et pas du tout sur le nouveau système de communication eurasiatique.
enfin elle vise à exclure la Russie des organisations internationales, mais ne concerne pas les Etats qui refusent de condamner la Russie. Par conséquent elle va la pousser dans les bras de Beijing.

En d’autres termes, les États-Unis n’isolent pas la Russie, mais ils isolent l’Occident (10 % de l’humanité) du reste du monde (90 % de l’humanité).

LE PROCESSUS DE SÉPARATION DE L’OCCIDENT DU RESTE DU MONDE

– 0. Le lendemain même de la reconnaissance par Moscou de l’indépendance des Républiques populaires de Donestsk et de Lougansk (21 février 2022), les États-Unis attaquaient économiquement la Russie (22 février). L’Union européenne leur emboitait le pas le surlendemain (23 février). Vnesheconombank et Promsvyazbank étaient exclues du système financier mondial.

Vnesheconombank (VEB.RF) est une banque de développement régional. Elle aurait pu aider celui du Donbass. Promsvyazbank (PSB) investit principalement dans le secteur de la Défense. Elle aurait pu jouer un rôle en application du traité d’Assistance mutuelle.

-1. La Russie ayant débuté une opération militaire spéciale en Ukraine (24 février), les États-Unis étendirent l’exclusion des deux premières banques du système financier mondial, à toutes les banques russes (25 février). L’Union européenne lui emboîta le pas (25 février).

-2. Afin de prévenir le maximum d’États de se rallier à la Russie, Washington étendit les interdictions commerciales à la Biélorussie. L’Union européenne commença à priver les banques russes d’accès au système SWIFTn selon les instructions états-uniennes précédentes, étendit à son tour les sanctions au Belarus et censura les médias publics russes, Russia Today et Sputnik (2 mars)

-3. Washington commença à s’en prendre à des citoyens russes fortunés (appelés à tort « oligarques ») ayant de mauvais rapports avec le Kremlin (3 mars) et à interdire les importations de sources d’énergie russes (8 mars). L’Union européenne lui emboîta le pas, mais résista en ce qui concerne l’interdiction d’importer le gaz russe qui lui est indispensable (9 mars).

-4. Washington étend les sanctions financières au sein du FMI et de la Banque mondiale, en outre, il élargit la liste des oligarques et interdit l’exportation de produits de luxe en Russie (11mars). L’Union européenne lui emboite le pas (15 mars).

– 5. Washington s’assure que les membres de la Douma et les oligarques n’ont plus aucun droit en Occident ; que la Russie ne pourra plus utiliser ses avoirs aux USA pour payer ses dettes aux USA ; et qu’elle ne pourra plus utiliser son or pour payer ses dettes à l’étranger (24 mars). L’Union européenne la suit dans ces interdictions. Elle prononce l’interdiction d’importer du charbon et du pétrole russe, mais toujours pas d’interdiction du gaz.

LA RÉPONSE DU RESTE DU MONDE

C’est un phénomène extrêmement surprenant à observer : les États-Unis sont parvenus à faire basculer une majorité d’États de leur côté, mais ces États sont les moins peuplés du monde. Tout se passe comme s’ils n’avaient pas de moyens de pression sur des pays capables d’indépendance.

Du fait des actions unilatérales des Anglo-Saxons et de l’Union européenne, le monde est en train de se diviser en deux espaces hétérogènes. L’ère de la globalisation économique est terminée. Les ponts économiques et financiers sont brisés un à un.

Réagissant avec rapidité, la Russie a convaincu ses partenaires du BRICS de stopper leurs échanges en dollars et de créer à terme une monnaie virtuelle commune pour leurs échanges. D’ici là, ils procéderont en or. Cette monnaie devrait être basée sur un panier des monnaies du BRICS, pondérées en fonction du PIB de chaque État membre, et sur un panier de matières premières cotées en bourse. Ce système devrait être beaucoup plus stable que l’actuel.

Surtout, la Russie et la Chine apparaissent comme beaucoup plus respectueux de leur partenaires que les Occidentaux. Jamais ils n’exigent de réformes structurelles, ni économiques, ni politiques. L’affaire ukrainienne montre aux yeux de tous que Moscou ne cherche pas à prendre le pouvoir à Kiev et à occuper l’Ukraine, mais à repousser l’Otan et à combattre les bandéristes (les « néo-nazis » selon la terminologie du Kremlin). Rien que de très légitime, même si la méthode est brutale.

Dans la pratique, on assiste à la fin de quatre siècles de domination des Occidentaux et de leurs empires. C’est un affrontement entre des manières de penser différentes.
Les Occidentaux ne pensent plus qu’en termes de semaines. Avec cette courte vue, ils peuvent avoir l’impression que les États-Unis ont raison et les Russes tort. Au contraire, le reste du monde pense en décennies, voire en siècles. Dans ce cas, il ne fait pas de doute que les Russes ont raison et les Occidentaux dans leur ensemble ont tort.
Par ailleurs, les Occidentaux rejettent le Droit international. Ils ont attaqué la Yougoslavie et la Libye sans autorisation du Conseil de sécurité et ont menti pour attaquer l’Afghanistan et l’Iraq. Ils n’acceptent que les règles qu’ils édictent. Au contraire, les autres États aspirent à un monde multipolaire dans lequel chaque acteur penserait en fonction de sa propre culture. Ils ont conscience que seul le Droit international permettrait de préserver la paix dans le monde tel qu’ils le rêvent.

Plutôt que d’affronter la Russie et la Chine, les États-Unis ont choisis de se replier sur leur empire : d’isoler l’Occident afin d’y maintenir leur hégémonie.

Depuis 2001, tous les dirigeants mondiaux considèrent les Occidentaux et particulièrement les États-Unis, comme des prédateurs blessés. Ils n’osent pas les affronter et cherchent comment les accompagner gentiment au cimetière. Nul n’avait envisagé qu’ils s’isoleraient pour mourir.

Chine_modele
Notre hypothèse est la suivante : La Chine, modèle du N.O.M
et inféodée à la City de Londres depuis le XIXème siècle et
les deux guerres de l’opium, est utilisée par l’empire pour piéger la Russie rebelle.
Nous sommes dans une partie de billard à trois bandes…

A suivre donc…

Transcription / traduction de la vidéo analyse de la prédiction début novembre d’un nouveau variant COVID par l’ex-conseiller à la sécurité yankee, le général Michael Flynn (Banned Vidéo)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, chine colonialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 29 novembre 2021 by Résistance 71

MF

Excellente analyse d’Alex Jones, qui retrouve son talent de 2007 lorsqu’il produisit ce remarquable documentaire, sans doute son meilleur : « End Game, Blueprint for Global Enslavement » (existe toujours sur la toile en VOSTF pour ceux qui ne l’ont pas encore vu car toujours malheureusement on ne peut plus d’actualité…)
~ Résistance 71 ~

Quand le général Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité des USA, prédisait le variant Omicron plus de deux semaines avant sa découverte

Transcription annonce vidéo d’Alex Jones

27 novembre 2021

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Vidéo: 13 minutes

https://banned.video/watch?id=61a198d9aaac246c59ab3d76

Alex Jones :

Il y a deux semaines aujourd’hui, je m’entretenais sur les ondes avec le Gen. Michael Flynn, ancien conseiller à la sécurité de Président Trump. Il était venu pour annoncer au monde qu’il avait vu tous les signes avant-coureurs de la mise en place d’un nouveau variant du virus COVID, ceci pour créer toujours plus de peur, de contrôle de l’ONU et de mener à bien une sorte de dépression économique et nous voyons maintenant tout cela se dérouler quelques 12 jours après son allocution. Il a fait cette déclaration sur notre antenne et depuis, nous voyons l’ONU, l’UE, Israël, le parti démocrate ici aux Etats-Unis, déclarer qu’ils veulent plus de confinements à cause de ce soi-disant nouveau variant COVID.

[Clip vidéo d’une responsable de l’UE faisant une déclaration sur le nouveau variant]

Comment est-ce que des individus comme le général Flynn, moi-même et autres personnes, peuvent prédire ce qu’il va se passer des semaines, des mois, voire des années en avance ? Parce que les grandes corporations multinationales au travers de leurs think tanks comme celui de la Fondation Rockefeller et l’opération “Lock Step” il y a 12 ans, établissent des scénarios dans lesquels elles prennent contrôle de la planète. Et maintenant, ils avancent leur variant, leur COVID21 par lequel ils vont instaurer une tyrannie mondiale au moyen d’une grille de contrôle “intelligente” (smart grid) et du passeport vaccinal. Mais avant que nous exposions tout ceci, voici le clip de la prédiction, vérifiée depuis, du général Flynn sur la venue d’un nouveau variant COVID, prédiction faite il y a juste deux semaines.

[clip du gen. Flynn sur le plateau d’InfoWars le 12 novembre 2021]

Comment est-ce que le gen. Flynn est-il capable de faire encore et toujours des prédictions qui s’avèrent justes et précises ? Il était un des généraux au Pentagone il y a 10 ans qui disait que la Chine est en train de jouer double jeu avec nous et il fut prouvé qu’il disait vrai il y a quelques années… Comment diable le savait-il ? Parce qu’il faisait sa recherche interne et lisait les documents chinois disant ce qu’il faisaient. Il y a 20 mois en arrière, Pfizer disait que tout ceci serait un excellent business, qu’il y allait avoir des piqures de rappel en plus des vaccins, qu’il y aura toujours de nouveaux variants forçant les gens à se refaire injecter tous les 6 mois, que cette nouvelle thérapie ARNm allait nous débarrasser du système immunitaire des gens, qu’il y aura une douzaine de nouveaux vaccins par an, pas seulement pour le COVID, mais aussi pour les rhumes, les grippes, les pneumonies etc. Ceci est un plan de prise de contrôle mondial via une ID numérique mise sous forme de passeport vaccinal sur lequel viendra se rattacher une taxe carbone et un système de crédit social mondialisés ; tout ceci verra les états-nations devenir totalement serviles non pas seulement à l’ONU, mais surtout aux grandes entreprises transnationales comme Pfizer et Moderna qui ont forcé des douzaines de nations dans le monde y compris les Etats-Unis, à signer des documents secrets résignant toute souveraineté, droits et aussi mettant des terres publiques en garanties pour ces entreprises en échange de quoi, elles nous donneront cet élixir miracle qui va nous protéger de cette si terrible et horrible pandémie. Quand on regarde les véritables chiffres de 2020, on se rend compte que pas plus de gens ne sont morts que d’une grippe normale, mais maintenant nous voyons en 2021 des records de décès dus aux “vaccins”. Il y a cette information très importante émanant d’Afrique du Sud où il est confirmé que les 4 premières personnes infectés par le variant omicron de la COVID, sont des gens ayant reçu deux injections ARNm et ce sont les mêmes types d’information concernant les “vaccinés” en provenance d’Israël, de GB, du Canada, de Gibraltar, de Singapour, disant que la vaste majorité des patients hospitalisés sévèrement malades et mourant sont des patients qui ont reçu deux injections anti COVID. Il y a aussi ces informations en provenance d’Allemagne et de GB, chiffres officiels du gouvernement, montrant qu’il y a le double de personnes vaccinées mourant de conditions COVID que de personnes non vaccinées. Cette simple information est déjà explosive en elle-même, mais la plus grande des prédictions faite par Flynn ne fut pas celle du nouveau variant impliquant plus de confinements, mais qu’ils allaient utiliser tout ça pour faire chuter les cours boursiers dans le monde, ce qui permettra une clique d’initiés de venir tout racheter pour une bouchée de pain. Ceci constitue la guerre moderne, ceci constitue ce qu’ils appellent “la grande réinitialisation”, où les globalistes vont contrôler l’ensemble de nos sociétés et plus nous acquiesçons plus nous acceptons, plus nous acceptons ces passeports vaccinaux et au plus de pouvoir nous donnons à ces groupes criminels, qui ont un historique de produire et de balancer dans la nature des virus auparavant, qui ont un historique dans la pratique d’expérimentation secrète sur le public, qui ont un historique d’avoir diffusé sur le marché des médicaments qui ne marchaient pas et étaient dangereux, ils ne payèrent que quelques amendes sur les immenses profits qu’ils engrangèrent.

[clip d’un officiel israélien parlant du nouveau variant en Af’sud et de la préparation d’Israël à cette situation]

N’est-il pas intéressant qu’Israël ait mené un exercice il y a quelques semaines pour étendre leur loi martiale en fonction d’un nouveau variant, n’est-ce pas un super timing de la chose ? Si nous prenons du recul et regardons la situation, nous savons ce qu’il s’est passé : un conglomérat d’entreprises multinationales qui ont créé l’ONU avec la Fondation Rockefeller, a travaillé en utilisant Anthony Fauci, Bill Gates et autres, pour développer des armes biologiques au laboratoire de Wuhan en Chine, ils créèrent de nouvelles formes de vie, des espèces différentes de virus combinées ensemble et ont disséminé ces nouveaux organismes, ces créatures étrangères crées en laboratoire. Les entreprises qui les ont créées détiennent maintenant les brevets de ces inventions ce qui leur permet dans le futur de développer des vaccins eux-aussi patentés et ces vaccins ne sont pas des vaccins mais des thérapies géniques qui induisent le corps à produire des variants et de sérieux syndromes en effets secondaires. Ce furent Fauci et Gates et quelques autres qui ont travaillé ensemble et qui ont transféré du laboratoire de Chapel Hill en Caroline du Nord, leurs trouvailles au laboratoire de Wuhan, dans un endroit neutre, où rien ne pourrait être blâmé sur l’ONU ou sur l’UE ou sur les Etats-Unis ni sur les Chinois, personne ne pourrait être blâmé sans avoir à blâmer les autres groupes. Ainsi, ce projet de gouvernement mondial a pu le lâcher dans la nature afin de contrôler le monde via une ID numérique mondialisée, un passeport vaccinal, la taxe carbone, la grille de surveillance, la peur, la dépopulation, ils vont obtenir tout le contrôle qu’ils veulent. Voilà ce qu’est la guerre du XXIème siècle, la prise de pouvoir mondial et comment j’ai pu prédire durant toutes ces années que ceci allait se produire, parce que dans leurs documents internes, ceux de la John Hopkins U, de Davos, de la Bill & Melinda Gates Foundation, la Fondation Rockefeller, la Fondation Carnegie, ils sont obsédés par la création de virus et de les utiliser pour contrôler le monde. Ils ont commencé à se vanter de tout cela dans les années 90, aussi il y a quelques années sur C-Span, qu’un nouveau virus en provenance de Chine pourrait éradiquer le système de santé. Tout a été fait pour amener la nouvelle technologie ARNm afin de pouvoir mettre en place un système de dictature planétaire, ce qui représente le fer de lance d’un système de pouvoir corporatiste fasciste. Mesdames et messieurs, tout ceci a été pondu dans un laboratoire de haute sécurité P4 multinational. Ceci a été mis en gestation dans le plus horrible des régimes communistes que le monde ait jamais vu : la Chine communiste. Ceci fut lâché sur le monde avec la complicité de nos institutions, de l’UE autoritaires corrompues, ceci pour créer un climat de peur absolue propice au contrôle des esprits ; en ayant même le Pentagone, l’armée britannique, canadienne, australienne et autres, utilisant des opérations psychologiques interdites sur le public pour l’amener à la soumission et lui faire accepter cette forme de loi martiale mondiale, une loi martiale sanitaire dont ils disent qu’ils vont pousser sur le virus puis mettre en place des confinements anti-carbone routiniers pour couper les émissions de CO2 et “sauver la planète”, mais tout cela ne fait qu’augmenter la technocratie qui voit votre téléphone portable vous donner l’autorisation de sortir de votre maison ou pas, vous devenez des prisonniers de votre propre maison alors que le monde entier devient un gigantesque camp de concentration à ciel ouvert. 

Pour résumer : ceci constitue une prise de contrôle corporatiste multinational mondialisé où ils utilisent la peur et le virus pour engranger des dizaines de milliers de milliards de dollars chaque trimestre, ils utilisent ce fric pour acheter les infrastructures et faire passer sur nous le coût de l’inflation. Ils utilisent tout ceci comme prétexte pour amener le monde vers une dépression économique fabriquée qu’ils pourront blâmer sur le COVID19 qu’ils ont eux-mêmes créé pour ensuite se poser en “sauveurs” en nous menant pas à pas vers un niveau de tyrannie toujours plus oppresseur et répressif. Ils répètent simplement ce processus encore et encore et encore… Je vous ai dit cela il y a 10 ans déjà, il y a 20 mois quand tout ceci a commencé et que ce ne sera pas une question de deux semaines pour “aplatir la courbe”. Je vous l’avais dit : le plus dur dans ces deux semaines pour “aplatir la courbe”, ce sont les deux premières années… Bientôt, ce sera les 10 premières années, ceci est le grand coup du Nouvel Ordre Mondial, ceci est l’agenda de dépopulation généralisée. Ils essaient maintenant d’imposer le second confinement mondial qui sera plus intense que le dernier. Nous sommes dans le processus de serrage de vis, desserage de vis, serrage de vis,,, puis les globalistes vont larguer de vrais virus bien mortels sur les populations affaiblies pour une grande dépopulation. Ce n’est qu’en nous éveillant à cette réalité et en la refusant que nous avons encore un futur. Accepter, toujours accepter plus ne vous aide pas ni vous ni votre famille, cela ne vous protège pas. Il est certain que vous et votre famille serez lentement affamés et finalement tués.

Je suis Alex Jones, la balle est maintenant dans votre camp, que dieu vous garde et bonne chance.

= = =

A lire notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

AJIW1

Taoïsme et anarchie : vagabondages sans but, un chemin

Posted in actualité, chine colonialisme, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 9 octobre 2021 by Résistance 71

“La voie qui peut être exprimée par la parole n’est pas la voie éternelle ; le nom qui peut être nommé n’est pas le Nom Eternel. L’être sans nom est l’origine du ciel et de la terre ; avec un nom, il est l’origine de toutes les choses.”

“Revenir à son origine s’appelle être au repos. Être au repos s’appelle revenir à la vie. Revenir à la vie s’appelle être constant.”

~ Lao Tseu, Tao Te King, I, c. VIème s. AEC ~

YY_anar

Taoïsme : Extraits et introduction à l’œuvre de Tchouang-Tseu

Compilation de Résistance 71 depuis la traduction de l’UNESCO, 1969

Octobre 2021

NdR71 : Lisez Tchouang-tseu et son narratif des interventions et conseils de Lao-Tan / Lao-tseu à Confucius ainsi que son analyse historique de la société humaine plus de 2000 ans avant Pierre Clastres et l’anthropologie politique. Certains passages peuvent-être DIRECTEMENT appliqués à ce que nous vivons aujourd’hui. Effarant d’actualité et lumineux de profond bon sens. La sagesse est universelle et fait fi des facteurs spatio-temporels. Lao-tseu, Tchouang-tseu sont dans la lignée des pré-socratiques par delà les mers et les continents, le temps et les contingences. A lire et diffuser sans modération. Ces penseurs sont l’antidote absolu contre la connerie humaine et leurs écrits sont parties intégrantes du patrimoine spirituel de l’humanité… Ils doivent être (re)lus de toute urgence…

Le texte complet en français “Nan Hoa Chen King”, Chouang-tseu œuvre complète en format PDF, il est constitué de 33 chapitres alternant les anecdotes, les paraboles, les allégories et le narratif philosophique sur le Tao, son principe, la nature et la gestion des affaires humaines en accord avec le principe. Une foule de personnages rend le narratif passionnant parfois truculent. En cela, le Tchouang-tseu est plus agréable à lire que le Tao Te King de Lao-tseu, plus court, plus dense, ce sont deux grands ouvrages taoïstes totalement complémentaires, devenus de grands monuments de la pensée humaine. A rapprocher des “fragments” pré-socratiques (Vème s. AEC), seuls équivalents en provenance d’occident.

Tchouang-Tseu: vers 369 – 286 AEC (pour donner un ordre d’idée, Tchouang-tseu a vécu dans la période où le Gaulois Brennos conquît Rome, près de 3 siècles avant la conquête de la Gaule par Jules César). Issu de la caste marchande de la production de laque, il en partit pour vivre dans l’errance et  la pauvreté. Il est postérieur à Lao Tseu qui écrivit le Tao Te King, il est le dernier grand penseur et praticien du taoïsme de l’antiquité.

La pensée de Tchouang-Tseu prône la recherche du bonheur primitif de l’humanité, ce bonheur universel en harmonie avec le tao régissant l’univers. Le message de Tchouang-Tseu est distillé au fil de son œuvre au moyen d’histoires courtes et d’anecdotes mettant en scène des situations où sont décrits la vertu et le non-agir propre à la voie taoïste de la recherche de l’harmonie perdue.

Extraits de l’œuvre :

Ciel et Terre

[…] Qui saisit l’unité originelle réussit dans toutes ses entreprises ; qui est sans préjugé obtient la soumission des mânes et des esprits.

Le sage dit : “Le tao recouvre et soutient tous les êtres.” Infinie est sa grandeur ! Le sage doit faire table rase de son esprit pour le comprendre : pratiquer le non-agir, voilà le ciel, exprimer le sans-parole, voilà la vertu. Aimer les Hommes et être bon envers les êtres ; voilà la bonté. Considérer comme identiques les différences, voilà la grandeur. Ne se montrer ni hautain ni excentrique, voilà la largeur d’esprit. Embrasser la variété des différences, voilà la richesse. S’attacher à la vertu voilà la règle.

[…] L’homme vertueux chevauche la lumière dans laquelle il s’anéantit avec son corps. On dit que son rayonnement éclaire l’immensité. Il va jusqu’au bout de son destin et de ses possibilités. L’univers entier en est rempli de bonheur, toutes les préoccupations du monde disparaissent et tous les êtres retrouvent leur nature originelle. Cela s’appelle s’identifier avec l’indistinction primordiale.

[…] Qui reconnaît son ignorance n’est pas un grand ignorant ; qui reconnaît son égarement n’est pas un grand égaré. Un grand égaré ne prend jamais conscience de son égarement ; un grand ignorant ne prend jamais conscience de son ignorance.

[…]

La voie du ciel

Qu’il est tranquille l’esprit du sage ! Il est le miroir de l’univers et de tous les êtres. Le vide, la tranquillité, le détachement, l’insipidité, le silence, le non-agir, sont le niveau de l’équilibre de l’univers, la perfection de la voie et de la vertu. Le sage demeure toujours en repos. Ce repos conduit au vide, un vide qui est plénitude, une plénitude qui est totalité. Ce vide confère à l’âme une tranquillité qui fait que toute action accomplie est efficace. Qui garde sa tranquillité n’agit pas. Il laisse ce soin à ceux qui reçoivent mission d’agir. […] Ceci constitue le principe de tous les êtres.

[…] Qui comprend la vertu du ciel et de la terre est censé retrouver le principe premier. Celui-là participe à l’harmonie du ciel. Qui fait régner la paix du monde participe à l’harmonie des hommes, celui-là éprouve la joie des hommes. Qui participe à l’harmonie du ciel partage la joie du ciel

Joie suprême

[…] La vie d’un homme s’accompagne dès la naissance, de soucis de toute espèce  ; s’il vit longtemps, il tombe dans l’abrutissement et finit par se soucier de ne pas mourir. Combien cette condition est misérable et s’éloigne du bien-être du corps.

[…] Dans le non-agir selon moi, réside la vraie joie. […] Le vrai et le faux ici-bas ne sauraient être définis, mais le non-agir permet de déterminer le vrai du faux. Si la joie suprême est de faire la personne, seul le non-agir conserve l’existence. Le ciel n’agit pas, d’où sa limpidité ; la terre n’agit pas, d’où sa stabilité. Ainsi les deux s’accordent pour ne pas agir et cependant par eux, toutes choses se transforment et se produisent.

[…]

La femme de Tchouang-Tseu étant morte, Houei-tseu s’en fut lui offrir ses condoléances. Il trouva Tchouang-tseu assis les jambes écartées, chantant et battant la mesure sur une écuelle. Houei-tseu lui dit : “Que vous ne pleuriez pas la mort de celle qui fut la compagne de votre vie et qui éleva vos enfants, c’est déjà assez, mais que vous chantiez en battant l’écuelle, c’est trop fort !”

“Pas du tout, dit Tchouang-tseu. Au moment de sa mort, je fus naturellement affecté un instant, mais réfléchissant sur le commencement, je découvris qu’à l’origine elle n’avait pas de vie ; non seulement elle n’avait pas de vie, mais pas même de forme, non seulement pas de forme, mais même pas de souffle. Quelque chose de fuyant et d’insaisissable se transforme en souffle, le souffle en forme, la forme en vie et maintenant voici que la vie se transforme en mort. Tout cela ressemble à la succession des quatre saisons de l’année. En ce moment, ma femme est couchée tranquillement dans la Grande Maison (NdR71: le ciel et la terre protecteur de l’être). Si je me lamentais en sanglotant bruyamment, cela signifierait que je ne comprends pas le cours du destin. C’est pourquoi je m’abstiens.”

[…] La vie n’est qu’un emprunt ; c’est par cet emprunt qu’on naît La vie n’est que poussière et ordure. La mort et la vie se succèdent comme le jour et la nuit. D’ailleurs toi et moi sommes ici à contempler un exemple de transformation. Si la transformation me saisit pourquoi en aurais-je horreur ?

[…]

Avoir une pleine compréhension de la vie

Celui qui comprend vraiment la vie ne se préoccupe pas de ce sur quoi sa vie ne peut rien faire : celui qui comprend vraiment le Destin ne se préoccupe pas de ce que son intelligence ne peut rien faire.

[…] “N’avez-vous jamais entendu parler du comportement de l’homme parfait ? demanda maître Pien. L’homme parfait oublie qu’il a un foie et une vésicule biliaire, ne se soucie ni de ses oreilles, ni de ses yeux ; il se promène sans but en dehors du monde poussiéreux et trouve sa liberté dans la pratique du non-agir. Cela veut dire qu’il agit sans rien attendre et guide les hommes sans les contraindre…”

===

Qu’est ce que ces Hommes Vrais ?.. Les Hommes Vrais de l’antiquité se laissaient conseiller même par des minorités. Ils ne recherchaient aucune gloire, ni militaire, ni politique. Leurs insuccès ne les chagrinaient pas, leurs succès ne les enflaient pas. Aucune hauteur ne leur donnait le vertige. L’eau ne les mouillait pas, le feu ne les brûlait pas ; parce qu’ils s’étaient élevés jusqu’aux régions sublimes du Principe. — Les Hommes Vrais anciens, n’étaient troublés par aucun rêve durant leur sommeil, par aucune tristesse durant leur veille. Le raffinement dans les aliments leur était inconnu. Leur respiration calme et profonde pénétrait leur organisme jusqu’aux talons ; tandis que le vulgaire respire du gosier seulement, comme le prouvent les spasmes de la glotte de ceux qui se disputent ; plus un homme est passionné, plus sa respiration est superficielle. — Les Hommes Vrais anciens ignoraient l’amour de la vie et l’horreur de la mort. Leur entrée en scène, dans la vie, ne leur causait aucune joie ; leur rentrée dans les coulisses, à la mort, ne leur causait aucune horreur. Calmes ils venaient, calmes ils partaient, doucement, sans secousse, comme en planant. Se souvenant seulement de leur dernier commencement (naissance), ils ne se préoccupaient pas de leur prochaine fin (mort). Ils aimaient cette vie tant qu’elle durait, et l’oubliaient au départ pour une autre vie, à la mort. Ainsi leurs sentiments humains ne contrecarraient pas le Principe en eux ; l’humain en eux ne gérait pas le céleste. Tels étaient les Hommes Vrais.

Alors pourquoi haïrais-je la mort, le commencement de mon prochain contentement ? Le Sage s’attache au tout dont il fait partie, qui le contient, dans lequel il évolue. S’abandonnant au fil de cette évolution, il sourit à la mort prématurée, il sourit à l’âge suranné, il sourit au commencement, il sourit à la fin ; il sourit et veut qu’on sourie à toutes les vicissitudes. Car il sait que tous les êtres font partie du tout qui évolue.

~ Tchouang-tseu, le principe, Œuvre ~

La nature régit le monde. Par l’effet de cette nature, les êtres courbes sont devenus tels, sans intervention du quart de cercle ; les êtres droits, sans qu’on ait employé la ligne ; les ronds et les carrés, sans le compas et l’équerre. Tout se tient dans la nature, sans liens, sans colle, sans vernis. Tout devient, sans violence, par suite d’une sorte d’appel ou d’attraction irrésistible. Les êtres ne se rendent pas compte du pourquoi de leur devenir ; ils se développent sans savoir comment ; la norme de leur devenir et de leur développement étant intrinsèque. Il en fut ainsi de tout temps ; il en est encore ainsi ; c’est une loi invariable. Alors pourquoi prétendre ficeler les hommes et les attacher les uns aux autres, par des liens factices de bonté et d’équité, par les rites et la musique, cordes colle et vernis des philosophes politiciens ? Pourquoi ne pas les laisser suivre leur nature ? Pourquoi vouloir leur faire oublier cette nature ?…

~ Tchouang-tseu, Œuvre, chapitre 8 ~

Dans l’être qui naît, certaines lignes déterminées spécifient sa forme corporelle. Dans cette forme corporelle est renfermé le principe vital. Chaque être a sa manière de faire, qui constitue sa nature propre. C’est ainsi que les êtres descendent du Principe. Ils y remontent, par la culture taoïste mentale et morale, qui ramène la nature individuelle à la conformité avec la vertu agissante universelle, et l’être particulier à l’union avec le Principe primordial, le grand Vide, le grand Tout. Ce retour, cette union, se font, non par action, mais par cessation. Tel un oiseau, qui, fermant son bec, cesse son chant, se tait. Fusion silencieuse avec le ciel et la terre, dans une apathie qui paraît stupide à ceux qui n’y entendent rien, mais qui est en réalité vertu mystique, communion à l’évolution cosmique.”

~ Tchouang-tseu, Œuvre, chapitre 12 ~

“Lao-tzeu dit : Infini en lui-même, le Principe pénètre par sa vertu les plus petits des êtres. Tous sont pleins de lui. Immensité quant à son extension, abîme quant à sa profondeur, il embrasse tout et n’a pas de fond. Tous les êtres sensibles et leurs qualités, toutes les abstractions comme la bonté et l’équité sont des ramifications du Principe, mais dérivées, lointaines. C’est ce que le sur-homme seul comprend ; Confucius, Sage vulgaire, s’est trompé sur ce point. Aussi, quand il gouverne, le sur-homme ne s’embarrasse pas dans ces détails, et par suite le gouvernement du monde n’est pour lui qu’un poids léger. Il ne s’occupe que du manche (la barre du gouvernail), et se garde d’entrer en contact avec les affaires. De haut son coup d’œil domine tout. Aucun intérêt particulier ne le touche. Il ne s’enquiert que de l’essence des choses. Il laisse faire le ciel et la terre, il laisse aller tous les êtres, sans la moindre fatigue d’esprit, puisqu’il est sans passion. Ayant pénétré jusqu’au Principe et identifié son action avec la sienne, il rejette la bonté et l’équité artificielles, les rites et la musique conventionnels. Car l’esprit du sur-homme est dominé par une idée unique et fixe, ne pas intervenir, laisser agir la nature et le temps.”

~ Tchouang-tseu, Œuvre, chapitre 13 ~

La leçon de Lao-Tan à Confucius :

“Une autre fois, Confucius ayant visité Lao-tan, lui exposa ses idées sur la bonté et l’équité. Ecoutez, lui dit celui-ci, les vanneurs n’y voient pas, à force de poussière ; quand les moustiques sont légion, impossible de reposer. Vos discours sur la bonté et l’équité me produisent un effet analogue ; j’en suis aveuglé, affolé. Allons ! laissez les gens tranquilles ! Croyez ce que vous voudrez, en théorie ; mais pratiquement, pliez au vent, acceptez les changements survenus dans le monde, ne battez pas la caisse pour rappeler le fils évadé (ce qui reste de l’antiquité ; comparez chapitre 13 E). Les oies sauvages sont naturellement blanches, les corbeaux sont naturellement noirs ; aucune dissertation ne changera rien à ce fait. Il en est de même des temps successifs, et des hommes de ces temps. Vos discours ne feront pas, des corbeaux d’aujourd’hui, des oies d’antan. Vous ne sauverez pas ce qui reste du monde antique ; son heure est venue. Quand les eaux se dessèchent, les poissons s’amassent dans les trous, et cherchent à sauver leur vie, en s’enduisant mutuellement des viscosités qui les couvrent. Pauvre expédient ! Ils auraient dû se disperser à temps, et gagner les eaux profondes. — Après cette visite, Confucius resta trois jours sans parler. Ses disciples lui demandèrent enfin : Maître, comment avez vous réfuté Lao-tan ? — En la personne de cet homme, j’ai vu le dragon, dit Confucius. Le dragon se replie visible, puis s’étend invisible, produisant le temps couvert ou le temps serein, sans que personne comprenne rien à sa puissante mais mystérieuse action. Je suis resté bouche bée devant cet homme insaisissable. Il est de trop forte envergure pour moi. Que pouvais-je dire pour le réfuter ?

Confucius dit à Lao-tan : J’ai donné mes soins aux Odes, aux Annales, aux Rites et à la Musique, aux Mutations, à la Chronique. Je me suis appliqué longtemps à l’étude de ces six traités, et me les suis rendus familiers. J’ai parlé devant soixante-douze princes déréglés, leur exposant les principes des anciens souverains, des ducs de Tcheou et de Chao, pour leur amendement. Aucun d’eux n’a profité de mes discours. C’est difficile de persuader pareilles gens ! — Quel bonheur ! dit Lao-tzeu, qu’aucun d’eux ne vous ait écouté ! S’ils l’avaient fait, ils seraient devenus pires. Vos six traités, ce sont des vieilleries, récits de faits qui sont arrivés dans des circonstances qui ne sont plus, de gestes qui seraient déplacés dans les circonstances actuelles. Que déduire de l’empreinte d’un pied, sinon qu’elle a été faite par un pied ? Qui ? pourquoi ? comment ? et autres circonstances, l’empreinte est muette sur tout cela. Il en est de même des empreintes laissées par les faits dans l’histoire ; elles ne nous apprennent pas la réalité telle qu’elle fut, vivante et vraie. — Chaque temps a sa nature, comme chaque être a la sienne ; nature à laquelle rien ne peut être changé. Les hérons se fécondent en se regardant, certains insectes en bourdonnant, d’autres sont hermaphrodites, d’autres font autrement. Il n’y a qu’à les laisser faire, chaque espèce d’après sa nature. La nature ne se modifie pas, le destin ne se change pas, le temps ne peut être arrêté, l’évolution ne peut être obstruée. Laissez tout aller son cours naturel, et vous n’aurez que des succès : allez à l’encontre, et vous n’aurez que des insuccès. — Confucius se confina chez lui durant trois mois, pour méditer cette leçon. Au bout de ce temps, il alla trouver Lao-tzeu. J’y suis maintenant, lui dit-il. Les corbeaux et les pies couvent, les poissons imprègnent leur frai, le sphex naît par transformation d’une araignée ; les hommes ont des enfants successifs, la naissance de chaque cadet faisant pleurer l’aîné. Voilà longtemps que moi K’iou je me tenais à l’écart de l’évolution naturelle, ou tentais même de la faire revenir en arrière. C’est pour cela que je n’ai pas réussi à faire évoluer l’humanité. — Bien ! dit Lao-tzeu. Maintenant, K’iou, tu as trouvé la clef.

~ Tchouang-tseu, Œuvre, chapitre 14 ~

Pierre Clastres et l’anthropologie politique moderne résumés plus de 2000 ans avant leur formulation…

Tout au commencement, les hommes étaient simples, comme la nature à ses débuts. Alors aucun trouble dans les mouvements naturels, aucun désordre venant des forces physiques. Le cours des saisons était régulier, aucun être ne souffrait, pas de morts prématurées, ni théories ni sciences. Ce fut l’âge de la parfaite unité et union, de l’homme avec la nature et des hommes entre eux. Personne n’intervenait dans l’ordre naturel. Tout suivait son cours spontanément. — Cependant la décadence vint. Elle commença par les institutions de Soei-jenn et de Fou-hi (production artificielle du feu, lois du mariage et de la famille), qui parurent un progrès, mais inaugurèrent la ruine de la simplicité et de la promiscuité premières. La décadence s’accentua au temps de Chenn-noung et de Hoang-ti (abandon de la vie nomade, agriculture, formation de l’État), le bien-être augmentant, mais aux dépens de la spontanéité ancienne. Elle s’accentua bien davantage, quand Yao et Chounn, régnant, introduisirent l’amendement systématique (par les lois et les écoles), la pratique obligatoire d’un soi-disant bien conventionnel. C’en fut fait des mœurs primitives. Depuis lors les hommes substituèrent leurs théories à l’instinct inné, et la paix disparut de l’empire. Enfin le progrès des lettres et des sciences, acheva d’éteindre ce qui restait de la simplicité naturelle, et remplit les esprits de distractions. Aussi tout n’est plus que désordre et perversion.

~ Tchouang-tseu, Œuvre, chapitre 15 ~

“J’ai rapporté des discours d’autrui, afin de mettre bien au jour certaines controverses ; ceux qui discutent étant enclins à faire grand cas de la thèse de leur parti, et à trop ignorer celle du parti adverse. Les hommes que j’ai cités ainsi, ce sont mes anciens, mes devanciers. Non que je considère tout ancien comme une autorité. Bien loin de là ! Celui qui n’a pas été jusqu’au fond des choses, quelque ancien qu’il soit, il n’est pas à mes yeux une autorité, il ne devrait pas à mon avis avoir d’influence. Ce peut être un conteur de choses anciennes (Confucius), ce n’est pas un maître ès choses anciennes. — J’ai parlé sans art, naturellement, suivant l’impulsion de mon sens intime ; car seules ces paroles là plaisent et durent. En effet, préalablement à tous les discours, il préexiste une harmonie innée dans tous les êtres, leur nature. Du fait de cette harmonie préexistante, mon verbe, s’il est naturel, fera vibrer celui des autres, avec peu ou pas de paroles. De là les axiomes connus : Il est un verbe sans paroles. … Il n’est parfois pas besoin de paroles. … Certains ont parlé toute leur vie sans rien dire. … Certains, qui se sont tus durant toute leur vie, ont beaucoup parlé.

~ Ibid. chapitre 27 ~

Des politiciens

Un certain Ts’ao-chang, politicien de Song, fut envoyé par son prince au roi de Ts’inn. Parti en assez modeste équipage, il revint avec une centaine de chars, chargés des cadeaux reçus du roi de Ts’inn, auquel il avait plu extrêmement. Il dit à Tchoang-tzeu : Jamais je ne pourrais me résoudre à vivre comme vous dans une ruelle de village, mal vêtu et mal chaussé, maigre et hâve à force de faim et de misère. J’aime mieux courtiser les princes. Cela vient encore de me rapporter cent charretées de présents. — Tchoang-tzeu répondit : Je sais le tarif du roi de Ts’inn. Au chirurgien qui lui ouvre un abcès il donne une charretée de cadeaux ; il en donne cinq charretées à celui qui lui lèche ses hémorroïdes. Plus le service qu’on lui rend est vil, mieux il le paye. Qu’avez vous bien pu lui faire pour recevoir encore plus que celui qui lui lèche ses hémorroïdes ? Débarrassez-moi de votre présence !

Détourner les hommes du vrai, et leur enseigner le faux, cela ne profite pas. Et puis, dans ce qu’il fait, cet homme cherche son propre avantage. Agir ainsi, ce n’est pas agir comme le ciel, cela ne profite donc pas. Si vous introduisiez un marchand dans la hiérarchie de vos officiers, l’opinion publique s’en offenserait. Elle s’offenserait bien davantage, si vous faisiez ministre ce trafiquant en politique. Cet homme ne réussira à rien, et ne finira pas bien. Il est des crimes extérieurs, que le bourreau punit. Il est des crimes intérieurs (l’ambition de Confucius), que le yinn et le yang châtient (usure du corps, mort prématurée). Seul le Sage échappe à la sanction pénale.

~ Ibid. chapitre 32 ~

= = =

LaoTseu

Vagabondage sans but : la linguistique du chaos de Tchouang-tseu (larges extraits)

Hakim Bey

1990

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Octobre 2021

Le taoïsme a t’il une “métaphysique” ?

Il est certain que le taoïsme postérieur, influencé par le bouddhisme et le néo-confucianisme, développa une cosmologie, une ontologie, une théologie, une téléologie et même une eschatologie élaborées, mais ces ajouts “médiévaux” peuvent-ils être parties intégrantes des textes classiques comme le Tao Te King de Lao-tseu, le Tchouang-tseu ou le Li-tseu ?

Et bien oui et non. Le taoïsmne religieux a certes établi une telle connexion ; mais comme le fit si justement remarquer J. Needham, les maoïstes de notre siècle furent capables de faire une lecture marxiste du taoïsme ou du moins de son Tao Te King. Il ne fait aucun doute que toute lecture d’un texte “spirituel” peut trouver une validité dans la meure où l’esprit est par définition indéfini. Le texte du Tao Te King a prouvé être particulièrement malléable.

Mais non seulement Tchouang-tseu n’a pas de métaphysique, mais il condamne et fait dérailler toute métaphysique. Le supernaturel et le matérialisme lui apparaissent tous deux également bizarroïdes. Son seul principe cosmogonique est celui du “chaos”. De manière assez singulière, le seul outil philosophique qu’il utilise est la logique, bien que ce soit la logique du rêve. Il ne fait aucune mention d’un principe divin, du but de l’être ni d’une immortalité personnelle. Il est au-delà du bien et du mal, se moque de la morale et tourne même le yoga en dérision.

Le texte de Tchouang-tseu est sans aucun doute unique dans les écritures catégorisées comme religieuses pour sa tout à fait remarquable anti-métaphysique. On peut qualifier le texte de “révélation”, non pas parce qu’il révèle une connaissance révélée de manière exogène, hors du soi, comme les autres écrits affirment le faire, mais parce qu’il transmet une voie sûre vers la “réalisation spirituelle”. L’AUTO-réalisation, dans ce temps de vie, dans ce corps, dans cette vie quotidienne. Si on pouvait résumer cette voie ou méthode en un mot, on pourrait avancer le mot de spontanéité et si ce terme devait être “défini”, on pourrait mentionner la phrase “wei wu wei” on action / non-action.

L’univers vient à l’existence spontanément, comme le dit Kuo Hsiang, la recherche d’un “dieu” (ou agens) de cette création est un exercice de régression infinie vers le vide. Le Tao n’est pas “dieu”, comme le croit toujours des traducteurs chrétiens de l’ouvrage. Le Tao se produit, il est. A l’échelle humaine, la misère ne surgit que de l’unique capacité humaine à tomber hors de l’harmonie avec le Tao, sa tendance à ne pas être spontané.

Tchouang-tseu n’a aucun intérêt de savoir pourquoi les humains sont si ineptes (aucun concept de “pêché” ici) ; sa seule préoccupation est de renverser le processus et de “retourner” vers le flot, la fluidité. Le “retour” est une action. Le flot lui-même n’est pas une action mais un état, d’où le paradoxe “action / non-action”. Le concept de wu wei joue un tel rôle central dans le taoïsme qu’il survit même dans l’époque moderne du taoïsme religieux comme étant la vérité DERRIERE toutes métaphysiques et rituels. Dans les grands rites communaux et expiatoires du taoïsme de culte comme il est pratiqué par exemple sur l’île de Taïwan ou à Honolulu aujourdhui, au moins une personne, le prêtre, doit atteindre l’union avec le Tao et doit le faire par un processus de vider sa conscience de toute “déité”, de tous principes métaphysiques. Pour ce qui est du très ancien taoïsme “philosophique”, nous pouvons dire qu’il a le wu wei en lieu et place de métaphysique.

Le but de Lao-tseu semble avoir été de convertir l’empereur au taoïsme sur l’assomption que si le dirigeant ne fait rien (wu wei), l’empire va se gérer de lui-même.

En revanche, Tchouang-tseu ne montre quasiment aucun intérêt à conseiller les dirigeants et ses exemples pris de “véritables humains” sont pratiquement toujours des gens de la classe laborieuse (des bouchers, des tailleurs de pierre, des cuisiniers) ou des ermites parias ou des bandits. Si on peut dire que Tchouang-tseu se fasse l’avocat d’un programme social, et je ne suis pas convaincu qu’il le fasse, ceci n’a certainement rien a voir avec des valeurs ou structures impériales, bureaucratiques et confucéennes. Son programme pourrait être résumé en une expression : VAGABONDAGE SANS BUT.

Tchouang-tseu est plus anarchiste que Lao-tseu, mais est-il “anarchiste” ? Je pense que oui, pas parce qu’il veut renverser le gouvernement mais parce qu’il pense le gouvernement être impossible, pas qu’il tomberait si bas que d’épouser un “-isme”, mais parce qu’il voit le chaos comme l’essence de tout devenir.

Laissez-moi d’abord définir quelques termes. J’appelle la “linguistique hermétique” le concept que dieu révéla le langage et qu’il existe une chose appelée la transmission de l’essence par le langage. Cette transmission peut être directe (L’hébreu et l’arabe sont des langues “parlées” par dieu) comme dans la linguistique néo-platonicienne. Elle peut-être “hermétique” (ou occulte comme dans la Kabale) ou même méta-linguistique, mais dans les deux cas cela sauve le langage d’une relativité et d’une opacité crues.

Contre cette théorie traditionnelle du langage, nous les modernes, avons développé une linguistique nihiliste dans laquelle les mots ne transmettent rien de l’essence et en fait ne communiquent pas vraiment quoi que ce soit mis à part le langage lui-même. Je trace ce courant à Nietzsche, à Saussure et son expérience cauchemardesque avec les anagrammes en latin et éventuellement à dada.

[…]

Tchouang-tseu distingue trois sortes de discours et il les utilise tous trois lui-même.

Le premier est parler depuis un endroit. En second lieu, parler avec poids marche 7 fois sur dix. C’est l’aphorisme, la déclaration faite d’autorité / d’expertise, parlé depuis une position en avant des autres.. La troisième catégorie est celle qui intéresse Tchouang-tseu le plus et il l’appelle le “parler par débordement”. “Je l’utilise fréquemment et je laisse la vapeur générée trouver ses propres voies de propagation.”

[…]

Une bonne partie des écritures taoïstes, à la fois canoniques et hétérodoxes, ont été produites de cette façon. […] Comme Nietzsche et G. Bataille l’ont suggéré, le mythe de la rareté n’est qu’un moyen de contrôle par appauvrissement alors que la véritable nature du monde est un débordement d’excès constant. En terme de langage, cette surabondance de sens est trop importante pour pouvoir être gérée par la conscience humaine, d’où l’intervention des esprits, des “muses” et autre sources hors de la conscience. Les écrits taoïstes servent de monument à la “générosité de l’être” ou au débordement perpétuel de la cornucopée du Tao. Au faîte le plus ambigu et chaotique de son expression, cela “sauve” le langage lui-même à la fois de la tyrannie de tout dieu mais aussi de l’abysse de la solitude.

FIN

= = =

Les textes intégraux en format PDF du Tao Te King de Lao-tseu et de l’œuvre de Tchouang-tseu sur Résistance 71 :

Lao_Tseu_Tao_Te_King

Taoisme_Tchouang Tseu_Œuvre

trounoir

tao3