Archive pour décembre, 2014

Bilan 2014 et résolutions 2015… Sur la voie d’un confédéralisme démocratique autogestionnaire mondial

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 31 décembre 2014 by Résistance 71

“Les anarchistes croient en l’action directe. Vous ne signez pas de pétition, vous ne faites pas pression au travers des groupes de lobbyisme, vous ne visitez pas votre député, vous prenez une action directe contre la source de vos problèmes. C’est ce que font les ouvriers lorsqu’ils prennent une action directe contre leur employeur, ce que font les femmes ou les minorités lorsqu’elles prennent une action directe contre la source de leur oppression.”
~ Howard Zinn (Radcliff College, Massassuchetts, 2002) ~

“Je suggérerais à ce point de considérer ce qu’on pourrait appeler l’anarcho-indigénisme… Les deux éléments venant à l’esprit sont l’indigènisme, évoquant l’enracinement culturel et spirituel dans cette terre et la lutte Ongwehonwe (native) pour la justice et la liberté et le mouvement philosophico-politique qui est fondamentalement anti-institutionnel, radical et démocratique, focalisant sur la prise d’action pour provoquer le changement: l’anarchisme.” 

~ Taiaiake Alfred, professeur de science politique université Victoria, Canada, “Wasase”, 2009 ~

 

Quelle suite ?

 

Résistance 71

 

31 Décembre 2014

 

Note: Veuillez consulter l’abondante biblio sous l’article qui contient les références nécessaires.

 

Une fois de plus, c’est la saison du bilan de fin d’année. Que fut 2014 ? L’année écoulée n’a fait que confirmer plus avant ce qui est connu et dit depuis des années dans les médias alternatifs.

2014 a été une autre année de fourberie, de crimes et de conquête impérialiste pour l’occident et une année pivot dans l’établissement des bases du nouveau conflit tant désiré par l’oligarchie. L’histoire moderne a prouvé que chaque crise économique a été pilotée pour reconcentrer la richesse dans le moins de mains possible, ce qui a été fait au cours de ces cinq dernières années, puis une grande remise à “zéro” des compteurs économiques bidons est déclenchée au moyen d’une guerre mondiale. Il en sera de même vraisemblablement pour celle-ci ; le problème de l’oligarchie n’est pas tant de tuer quelques 200 ou 500 millions de personnes (ou plus) que de le faire sans l’usage d’armes thermo-nucléaires, car de toute évidence, la fange oligarchique n’a aucune envie a priori, de vivre, elle et sa descendance dégénérée, enterrée dans des bunkers pour les 150 millions d’années à venir après que la nuit nucléaire se soit installée sur la planète…

Toute la subtilité oligarchique réside dans le déclenchement d’une guerre bien sanglante, mondiale, tuant le plus de monde possible, sans néanmoins avoir recours aux armes nucléaires de l’apocalypse. Ils y réfléchissent soyons-en certains…

Que nous a donc amené 2014 ?

Toujours plus de chaos économique (politiques d’austérité à travers le monde occidental, pillage en règle du reste du monde), plus de pauvreté, de précarité, d’enrichissement éhonté de la même classe de privilégiés pédalant pour le statu quo de son système, le tout agrémenté d’une redéfinition des camps politico-économiques qui a vu la ligne plus fermement tracée entre les deux blocs en présence: l’empire USA/Royaume-Uni contre les BRICS. Question en cette fin 2014: Cet antagonisme est-il factice ? Est-ce une autre création pour leurrer le monde vers une nouvelle guerre froide qui bien sûr profitera à la même clique d’ordures du haut de la pyramide.

2014 a amené toujours plus de chaos politique et de guerre asymétique. La création et l’avancée stratégique de l’armée mercenaire de la CIA et du Mossad qu’est l’EIIL/EI/Daesh ou de quelque nom que ce soit que l’empire veuille baptiser sa création, soutenue par les roitelets dictatoriaux du Golfe (Conseil de Coopération du Golfe ou CCG), fut l’évènement phare de l’année avec la coup d’état néo-nazi soutenu par l’occident en Ukraine.

La guerre s’est réétendue à l’Irak depuis la Syrie, continue en Afghanistan et au Pakistan ainsi que dans les zones de contrôle oligarchique et pétroliers que sont le Soudan, le Yémen, l’Afrique de l’Ouest en centrale avec un déclenchement d’opérations au Nigéria, au Cameroun, en Afrique de l’Ouest, signalant une reconquête du continent africain sous couvert de cette “guerre contre le terrorisme” bidon, totalement créée par l’empire depuis le 11 septembre 2001.

L’instabilité a gagné l’Ukraine avec une énième révolution colorée pilotée de l’extérieur par l’empire (USAID/NED/CIA et leur 5ème colonne d’ONG barbouzes) pour installer à Kiev un régime néo-nazi qui s’est empressé de commettre des exactions de nettoyage ethnique, provoquant la scission du pays en deux tout en essayant de présenter la Russie, aujourd’hui garante de la paix mondiale, comme le “méchant impérialiste” annexant des territoires. La manœuvre ayant échoué, la guerre civile s’est amplifiée pour affaiblir la Russie à ses frontieres.

Les problèmes de “sécurité”, évènements fausse-bannière dans la plupart des cas, comme les fusillades de St Jean sur Richelieu, d’Ottawa au Canada, la récente prise d’otage de Sydney, le renforcement des états policiers partout avec la militarisation croissante et abusive des forces de répression, se retournant contre les peuples est une grande avancée de l’oligarchie en 2014.

Cette année a aussi vu toujours plus de révélations sur les turpitudes et les fraudes de la science détournée au profit d’un eugénisme débridé: les OGM, le “réchauffement climatique anthropique”, la crise “ébola”, les révélations sur les vaccins, la science et la technologie détournées au profit des entreprises du complexe militaro-industriel et de la sécurité. Ceci a mené le monde à un contrôle totalitaire plus avancé.

2015 poussera tous ces agendas plus avant au profit de l’oligarchie, agendas qui mis bout à bout ne sont que des sous-ensembles du plus grand projet d’établissement de la dictature mondiale et de sa grille de contrôle transnationale, appelé par les oligarques eux-mêmes depuis des lustres: le Nouvel Ordre Mondial.

Tout cela n’est pas nouveau, tout cela n’est que logique du système et nous pouvons nous attendre à pire pour 2015, 2016 et les années suivantes.

La véritable question n’est plus dans la reconnaissance et la critique de faits pilotés et voulus, bien que cela soit toujours nécessaire, mais dans les solutions à y apporter.

Pour nous 2014 a certes été une année de plus grande lucidité pour un plus grand nombre de personnes du monde colonialiste occidental, toujours plus de gens s’éveillent quotidiennement aux turpitudes et aux crimes des états et de l’oligarchie en contrôle, mais qu’est-il vraiment fait contre l’avancée de l’agenda mondialiste fasciste transnational sur le plan du politique au quotidien ? Il devient grand temps de penser à agir. Certains le font dans quelques parties du monde et c’est tout à leur honneur. Cela reste néanmoins bien insuffisant car par trop isolé.

Le temps est venu de s’intéresser aux solutions et de s’unir au-delà des divergences et des divisions entretenues par une oligarchie qui fait et fera tout pour nous diviser toujours plus.

A cet égard, les médias et mouvements alternatifs sont à l’image de la société créée: ils sont divisés. Il y a plusieurs années (Juin 2010 pour être plus précis), nous avions écrit sur ce sujet un article clin d’œil que nous avions intitulé “Que faire ?”. Cet écrit demeure valide aujourd’hui, mais nous avons évolué en pensée pour ajouter certaines solutions potentielles qui ne nous apparaissaient pas comme évidentes il y a quatre ans et demi.

Notre certitude est la suivante: Il n’y a pas de solutions au sein du système, qui est bien au-delà de toute réforme et rédemption possibles.

Il faut en sortir, voter pour remplacer Bozo par Kiri le clown n’a jamais servi à rien et ne servira jamais à rien dans un contexte étatique qui n’a de représentatif que le nom. Le système électoral n’est que la validation de l’escroquerie par une portion du peuple (celle qui vote et qui consent à se faire dépouiller toujours plus avant).

Etienne de la Boétie, avait, au XVIème siècle dans son “Discours de la servitude volontaire”, déjà édicté la meilleure des marches à suivre qui peut se résumer à ceci: Refuser de participer, retirer son consentement au système (au tyran). Sans l’aval du peuple, le système ne peut que capituler pour être remplacé par une confédération de la participation volontaire ou alors il peut lutter pour sa survie et entrer en guerre ouverte contre le peuple, ce qui à terme verra le triomphe de ce dernier sans l’ombre d’un doute, le prix à payer étant en fait la question essentielle.

Si notre vision de la société de remplacement demeure plus que jamais emprunte de l’Idée anarchiste sans cesse rappelée par les grands penseurs et praticiens du mouvement, nous y avons ajouté une dimension que nous pensons être primordiale: la coopération totale et immédiate avec les peuples et nations “indigènes” des continents toujours colonisés et sous domination du colonialisme occidental (nous inclus, comme nous l’avons expliqué dans notre article de Mai 2013 “Tous colonisés”). Nous avons en cela énormément à apprendre des sociétés traditionnelles non-étatiques, qui existeraient toujours aujourd’hui si elles n’avaient pas été placées sous tutelle illégale et forcée des états coloniaux qui ont volé et pillé leurs terres ancestrales depuis le XVème siècle et la “découverte” du “nouveau monde”.

Une grande partie de la solution au marasme de notre société occidentale réside dans ce que l’empire dominant actuel anglo-américain, utilisant l’expérience impérialiste de la City de Londres, la puissance financière de cette même City et de son valet de Wall Street ainsi que la puissance de l’armée des Etats-Unis pour forcer le monde à continuer à acheter leur dette croissante et à ne pas abandonner le dollar comme monnaie de singe de “réserve”, n’a aucune légitimité territoriale. Les territoires sur lesquelles repose l’empire états-unien sont fictifs, usurpés, volés aux peuples et nations originels et le gouvernement des États formés n’a aucune souveraineté ni aucun droit légal sur le continent américain, si ce n’est ceux qu’il s’est auto-accordé en faisant valider dans son code juridique des documents et textes religieux foncièrement racistes et eugénistes datant du XVème siècle, comme les deux bulles papales Romanus Pontifex de 1455 et surtout la bulle du pape Alexandre VI Inter Caetera de 1493 (voir à ce sujet nos traductions des excellents articles de Steven Newcomb sur ce blog), diktat religieux qui scella la “doctrine chrétienne de la découverte” et les crimes commis en son nom. Il suffit de faire reconnaître la nullité juridique de ces fondements coloniaux pour que la (pseudo) souveraineté territoriale de l’empire soit d’un coup, nulle et non-avenue. Qu’advient-il d’un empire sans terres ? Il s’effondre bien plus vite que les autres, car il ne repose que sur du vent.

C’est de fait exactement le but de bien des actions intentées par les peuples et nations originels du continent des Amériques et ils ont besoin de notre aide pour faire enfin reconnaître la vérité du vide juridique entourant les affirmations de “la souveraineté nationale coloniale” tant aux Etats-Unis qu’au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et de fait dans tous les pays du Commomnwealth sous domination coloniale britannique et des opérations ethnocidaires et génocidaires qui y ont été menées, ayant servi de modèle à la barbarie nazie et aujourd’hui servant celle israélienne.

Ayant analysé la situation, nous pensons que là réside la solution au problème de la croissance impérialiste mortifère occidentale et que nous, les peuples occidentaux devons nous libérer de l’idéologie colonialiste pour nous tenir debout, main dans la main avec nos frères toujours colonisés et c’est ensemble, en profitant des expériences sociétaires de chacun, que nous construirons la société à venir qui sera non-autoritaire, non-pyramidale, volontaire, libre, politiquement et économiquement émancipée du joug de domination et où l’état et ses institutions obsolètes et archaïques seront relélégués aux oubliettes de l’Histoire.

Parce que de plus en plus éveillés aux turpitudes, aux injustices et aux crimes commis en notre nom par des institutions étatiques gérées par de grands psychopathes qui ont rendu l’État et ses fonctions aussi obsolètes que le fil à couper le beurre, nous devons joindre l’action à la conscience politique et commencer à créer le contre-pouvoir autogestionnaire qui établira la confédération des communes libres.

On nous a fait croire depuis trop longtemps que l’État et son “évolution” (cf. structuralisme et l’école anthropologiste de Claude Lévi-Strauss) en “état-nation” sont la panacée de l’évolution humaine, alors que l’histoire nous a prouvé et nous prouve encore quotidiennement que l’État et ses institutions ne sont, au mieux, qu’un frein à la liberté humaine, et certainement une aberration historique néanmoins nécessaire à montrer le chemin de l’émancipation politique et sociale par la voie des peuples assemblés librement et volontairement (ruse de la raison hégélienne ?…).

2015 nous verra donc moins dénoncer mais toujours plus chercher et exposer des solutions à notre problème planétaire.

Nous invitons nos lecteurs et l’ensemble de la blogosphère alternative à faire de même considérant la chose la plus évidente: ce ne seront JAMAIS les urnes qui nous sauverons du marasme. Voter, c’est abdiquer, voter c’est consentir, voter, c’est jouer la main oligarchique du contrôle et de la division. Boycott de tout vote ! Boycott pas à pas des institutions en les remplaçant par l’organisation populaire des assemblées depuis les lieux de travail, depuis les voisinages. Pensons, parlons entre nous, communiquons, rassemblons-nous, agissons pour les générations futures, révisons l’organisation sociale et adaptons les succès autogestionaires passés et présents à notre société, court-circuitons les institutions politiques et économiques par l’organisation populaire autonome, abandonnons la société de consommation mortifère, créons les alternatives de production et de consommation locales. Boycottons vote et instititions, boycottons les entreprises du CAC40, de Wall Street et autres transnationales criminelles, Là où nous dépensons notre argent à un énorme impact sur les entreprises. L’Espagne a par exemple récemment boycotté les produits Coca-Cola… L’effondrement des revenus locaux de cette transnationale criminelle est sans précédent. Cela commence pour Monsanto également. Il faut attaquer le système là où cela le touche directement: au porte-feuille par le boycott et le développement des économies participatives locales et aussi dans sa (pseudo) légitimité politique et économique et non pas dans la rue dans des manifestations devenues inutiles (sauf pour occuper, ou entrer en grève générale expropriatrice..) où l’oligarchie nous attend de pieds fermes avec ses forces de répression hyper-militarisées.

Il suffit de dire NON !

Ensemble !…

De construire l’alternative !

Ensemble !…

Regain de conscience politique… Action populaire concertée. Gagner les cœurs et les esprits, faire basculer les forces de coercition du côté du peuple, là où elles appartiennent et non pas dans ce mercenariat forcé.

2015 doit voir le regain de conscience politique se transformer en un élan de contre-pouvoir populaire.

Il faut penser et agir en dehors du moule, en dehors de la boîte où nous avons été enfermés souvent à notre insu.

Une réflexion sur l’organisation des sociétés dites “pré-étatiques” (anti-étatiques en fait, comme l’ont prouvé les anthropologues politiques Clastres et Sahlins) s’impose, car les solutions existent déjà, il suffit de dépoussiérer, de remettre au goût du jour des solutions qui ont fait leurs preuves dans la vie pratique de sociétés passées et présentes (sociétés traditionnelles amérindiennes et africaines par exemple..) en les adaptant à nos vies actuelles.

Une fois sur le chemin de l’autonomie populaire… Toute option est parfaitement discutable et les communautés gèreront leur vie immédiate sans directive de qui que ce soit. Une ligne d’association (confédération) devra être établie et cela se réalisera le mieux avec un accord, un traité, une charte associative dont quelques très bon exemples existent comme la DDHC de 1793 et la Grande Loi de la Paix (Kaianere’ko:wa) de la Confédération Iroquoise, que nous avons traduit entièrement en français pour la première fois du moins, en format de divulgation de masse. La traduction en français des 117 articles/wampums de Kaianere’ko:wa a été envoyée par nos soins à la confédération iroquoise via le conseil des anciennes (conseil des femmes de clans élisant traditionnellement les chefs). Elle sera publiée par la nation Mohawk en français, puis par nous-mêmes sur ce blog, afin de favoriser compréhension, partenariat et pour les Québecois, un retour plus facile au paradigme politique originel.

Le point commun entre la DDHC française de 1793 et Kaianere’ko:wa est que toutes deux sont fondées sur le droit naturel, ayant seul, une validité et une portée véritablement universelles. Le droit naturel est simple et répond à deux impératifs, qui si respectés, régissent l’ensemble de la vie sur terre:

  • Respecte ton environnement
  • Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’on te fasse

Tout le reste en découle…

Les solutions existent, rien n’est inéluctable, sauf peut-être encore la mort, mais ne le sont ni l’État, ni même l’impôt (si, si…), qu’il faudra aussi boycotter une fois le contre-pouvoir populaire renforcé, car refuser de payer le tribut au tyran que sont l’État et ses gestionnaires, est le commencement de l’émancipation réelle. Il faut renverser la vapeur de la dette: Nous, les peuples, ne devons rien à nos “chefs”, ce sont nos “chefs” au contraire, qui nous doivent tout. La dette va du “chef” vers son peuple et non pas du peuple vers son/ses “chef(s)”. Cette règle est millénaire et bien établie dans les sociétés non politiquement divisées où la “chefferie” est le privilège de porter la parole du peuple sans avoir quelque pouvoir que ce soit. (cf Pierre Clastres)

Une fois cela compris… Un énooooooorme pas est fait ! Beaucoup de choses ensuite coulent de source… L’idée est de “lâcher-prise” du modèle qui nous est imposé à grand renfort de propagande et de contraintes, de “lâcher-prise” du matérialisme consumériste et tout va aller beaucoup mieux très vite…

Alors ?… 2015 année du contre-pouvoir populaire ? Ceci représente une décision indivduelle à prendre, décision qui ensuite très vite trouve racine dans le terreau des autres décisions individuelles semblables. Tout part de l’individu qui prend la main de son voisin, le principe de la réaction en chaîne si bien connue des scientifiques.

Chiche ?… En tout cas, nous continuerons en 2015 à offrir des suggestions posées et réfléchies pour un changement de paradigme politico-social. Quand nous parlons aux gens, tout le monde dit “çà ne peut plus durer”… Certes, commençons à changer en comprenant et à débroussailler la voie de la confédération démocratique.

 

Bibliographie

Tirée de notre blog… et d’ailleurs:

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/25/que-faire-la-marche-vers-la-tyrannie-globale-comment-sen-sortir/

“Nous sommes tous des colonisés!”:
https://resistance71.wordpress.com/2013/05/17/resistance-politique-combattre-et-eradiquer-le-fleau-colonial-premiere-necessite/

“Discours de la servitude volontaire”, Etienne de la Boétie:

http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire/Édition_1922

Bulles papales Romanus Pontifex (1455) & Inter Caetera (1493):

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/09/lorigine-profonde-du-colonialisme-occidental-les-bulles-pontificales-romanus-pontifex-1455-et-inter-caetera-1493/

https://resistance71.wordpress.com/2013/10/23/resistance-au-colonialisme-occidental-revoquez-les-bulles-pontificales-de-1455-et-de-1493-justifiant-esclavage-et-colonialisme-1ere-partie/

Doctrine chrétienne de la découverte régissant le colonialisme occidental et ses pseudo-lois en découlant:

https://resistance71.wordpress.com/?s=doctrine+chrétienne+de+la+découverte

Anthropologie politique (Pierre Clastres, Marshall Sahlins et Robert Jaulin):

https://resistance71.wordpress.com/anthropologie-politique/

La question du pouvoir dans les sociétés dites “primitives” (Pierre Clastres):

https://resistance71.wordpress.com/2014/01/11/reflexion-sur-la-societe-contre-letat-la-question-du-pouvoir-dans-les-societes-primitives-pierre-clastres/

Pierre Clastres, écrits et réflexions sur la société contre l’État:

https://resistance71.wordpress.com/?s=pierre+clastres

Droit naturel: déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1793 et Kaianere’ko:wa, Grande Loi de la Paix de la confédération iroquoise:

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-du-24-juin-1793.5084.html

La Grande Loi de la Paix (à venir):

Russell Means, introduction à la pensée amérindienne:

https://resistance71.wordpress.com/?s=Russell+Means

Résurgence indigène et anarcho-indigénisme: Professeur de Science Politique Taiaiake Alfred (Université de Victoria, CB, Canada):

https://resistance71.wordpress.com/?s=Taiaiake+Alfred

Colonialisme et lutte anti-coloniale:

https://resistance71.wordpress.com/?s=colonialisme

Bonne lecture !… et meilleurs vœux 2015 !

 

 

 

 

Publicités

Qui nous a lu et qu’est-ce qu’ils ont lu le plus sur Résistance 71 en 2014…

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 31 décembre 2014 by Résistance 71

Résistance 71

31 décembre 2014

Nous vous livrons quelques données pour mieux se faire une idée de notre lectorat et ce que celui-ci a le plus lu sur notre blog en cette année écoulée.

Nous parlerons ici en pourcentage et non pas en chiffre.

Origine géographique du lectorat de Résistance 71 en 2014 :

1- France métropolitaine et DOM-TOM-DROM: 70%

Premiers lecteurs  hors métropole: Île de la Réunion. Merci aux compagnons réunionnais de leur fidélité !

Les quelques 30% du lectorat restant se répartissent parmi ces 7 nations francophones et 2 nations non francophones mais ayant une population francophone avertie:

2- Canada

3- Belgique

4- Suisse

5- Algérie

6- Maroc

7- Etats-Unis

8- Tunisie

9- Espagne

10- Côte d’Ivoire

Les cinq premiers pays non-francophones nous lisant:

1- Etats-Unis

2- Espagne

3- Royaume-Uni

4- Allemagne

5- Italie

Quels sont les 10 articles qui ont été les plus lus sur Résistance 71 en 2014:

1- L’oligarchie financière et les huit familles (Dean Henderson)

2- Révélations sur un 11 Septembre nucléaire (Veterans Today)

3- La fin des Etats-Unis est-elle proche (Paul Craig Roberts)

4- Wall Street et la montée en puissance d’Hitler (Antony Sutton)

5- Le monde sans cancer, histoire de la vitamine B17 (Griffin)

6- Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le pétrole abiotique (Résistance 71)

7- Malaysian Airline, Ukraine, Donetsk, Gaza, Israël, BRICS… Coïncidence ? (Résistance 71)

8- 11 Septembre nucléaire seconde partie (Veterans Today)

9- Trois évènements inquiétants (Résistance 71)

10- La crise ébola aux Etats-Unis, ordre de non-intervention (InfoWars)

Mention spéciale à ces trois pages/dossiers qui ont été très visitées en 2014 par nos lecteurs afin d’y trouver une information plus abondante sur les sujets:

1- Articles de Résistance 71 (les articles que nous avons personnellement rédigé depuis Juin 2010 et depuis plus longtemps pour certains d’entre nous…)

2- Illusion démocratique

3- Cancer, Laétrile, Vitamine B17

Résistance politique: Les conditions de la fin de la colonisation (Mohawk Nation News)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 décembre 2014 by Résistance 71

Excellente analyse. L’auteure à la fin, cite Proudhon, ce qui veut bien dire que les idées anarchistes sont parfaitement en accord avec la méthode de gestion politique traditionnelle amérindienne. Ce n’est pas non plus pour rien que le professeur de science politique Taiaiake Alfred (Mohawk) dit ceci dans son livre « Wasase » (2009):

“Je suggérerais à ce point de considérer ce qu’on pourrait appeler l’anarcho-indigénisme… Les deux éléments venant à l’esprit sont l’indigènisme, évoquant l’enracinement culturel et spirituel dans cette terre et la lutte Ongwehonwe (native) pour la justice et la liberté et le mouvement philosophico-politique qui est fondamentalement anti-institutionnel, radical et démocratique, focalisant sur la prise d’action pour provoquer le changement: l’anarchisme.” 

— Résistance 71 —

 

Oratoire Ongwe’hon:we

 

Mohawk Nation News

 

29 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/29/ongwehonweh-oration/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Grande-Bretagne et ses colonies: Les Etats-Unis, Israël, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, sont associés dans une guerre perpétuelle contre la paix mondiale. La colonisation prendra fin:

  1. QUAND les officiels publics prêteront serment aux habitants naturels de la terre et non pas à un(e) autocrate étranger(e).
  2. QUAND le génocide sera puni au maximum de façon à ce qu’il ne se reproduise plus jamais.
  3. QUAND le Canada, une entreprise militaire qui n’a ni constitution (légale) ni démocratie, sera mis en arrêt. Il n’y aura plus besoin de police, de prisons, ni de l’appareil judiciaire de l’amirauté. La loi naturelle de la terre, Kaianer’ko:wa sera mise en application quand chaque conseil de femmes sera opérationnel dans chaque communauté.
  4. QUAND l’entreprise Canada sera démantelée, que ses créditeurs Ongwe’honwe seront remboursés de tout ce qui leur a été pris depuis l’invasion, incluant le retour de la terre et de fonds comme par exemple l’Indian Trust Fund.
  5. QUAND tous les programmes de terreur pour faire avancer plus avant l’agenda colonialiste cesseront, alors seulement la vérité prévaudra. Ongwehonwe ne sera pas menacé d’annihilation, maintenu sous occupation ou n’aura pas ses droits fondamentaux niés et bafoués. Nous ne serons pas criminalisé parce que nous nous défendons, nos vies, notre bien-être et notre futur.
  6. QUAND le programme de propagande de la COURONNE (NdT: la City de Londres et la Banque d’Angleterre / du Vatican) contre Ongwe’hon:we prendra fin. Tous les problèmes natifs seront exposés véritablement sous toute forme éducative possible.
  7. QUAND les INDIENS entrepreneuriaux et leur pouvoir illégal seront démantelés. Les INDIENS vendus aux corporations et qui font partie de l’agenda de génocide contre nous seront gérés par leur propre peuple dans leurs propres communautés. Si les INDIENS entrepreneuriaux refusent leur identité corporatrice et refusent spontanément d’aider les criminels de l’entreprise CANADA dans son programme génocidaire, ils (re)deviendront Ongwe’honwe et aideront à la transition vers la Grande Paix.
  8. QUAND nous ne seront plus victimisés, menacés ou affamés à des fins de soumission à cause de notre self-défense en tant que souverains d’Ono’ware:geh (NdT: Île de la Grande Tortue)
  1. QUAND des états voyous mettront fin à leur occupation militaire et décoloniseront, alors la Grande Paix prévaudra.
  2. QUAND Ongwe’hon:we ne sera plus menacé d’extermination, d’assimilation, de privatisation, de dé-communalisation, quand sera mis fin à la taxation pour les envahisseurs et à toutes les opérations fiduciaires illégales de la COURONNE sur notre terre et nos ressources. Chaque personne devra parvenir à la vérité et les colons devront avoir le choix de suivre la loi de la terre (Kaianere’ko:wa) ou de demeurer les sujets de l’entreprise Canada et partir, quitter Onoware:geh. Chaque personne aura la liberté, l’égalité et une voix.

“Hangman, Hangman, wait for a little while. I think I see my brother coming from many a mile. Brother, did you bring some silver? Brother, did you bring some gold? Brother, what did you bring to keep me from the gallows pole.” Chante Robert Plant et Led Zeppelin pour tous les Canadiens lorsqu’il demande aussi, “Brother, what do you have to keep me from the gallows pole? Ongwehon:weh possède la Grande Paix qui va vous préserver du bourreau.

Vidéo: “Gallows Pole” ~ Led Zeppelin

http://www.youtube.com/watch?v=wTrdHX9hvVw

Dans son ouvrage: “L’idée générale de la révolution” The General idea of the Revolution en 1851, Proudhon insistait pour une “société sans autorité” et dans la partie intitulée: “Qu’est-ce que le gouvernement?” il écrivait ceci:

Être gouverné

C’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, reglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni titre ni la science, ni la vertu…
Etre gouverné, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. C’est, sous pretexte d’utilité publique, et au nom de l’intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendié, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale!

Et qu’il y a parmi nous des démocrates qui prétendent que le gouvernement a du bon ; des socialistes qui soutiennent, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, cette ignominie ; des prolétaires qui posent leur candidature à la présidence la République !

Pierre-Joseph Proudhon (« Idée générale de la révolution au XIXe siècle », 1851)

Science détournée et chimère génétique: Monsanto reprend une claque et recule…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, sciences et technologies with tags , , , , , , , , , , , , , , on 30 décembre 2014 by Résistance 71

Il faut empêcher ces ordures du quasi-monopole de la biotechnologie de nuire et de détruire le monde naturel.

De plus en plus de monde s’éveille aux crimes des apprentis sorciers et disent non ! Ne relâchons pas notre prise, car l’objectif des oligarques et de contrôler à 100% les systèmes énergétiques et l’agro-alimentaire. Nous devons les en empêcher coût que coûte et les peuples du monde y parviendront. Il faudra ensuite, dans le même temps en fait, remplacer ce système politico-économique mortifère par la confédération démocratique des communes libres. L’humanité y viendra, c’est la seule solution viable politiquement et économiquement pour une humanité libre et émancipée. Cela passe naturellement par la liberté alimentaire et énergétique…

— Résistance 71 —

 

Nouvelle dimension chimérique: Monsanto essaie de faire breveter des tomates naturelles

Le géant de la biotechnologie essaie de posséder la biosphère

 

Christina Sarich

 

29 décembre 2014

 

url de l’article:

http://www.infowars.com/new-level-monsanto-tries-patenting-natural-tomatoes/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Bien des personnes sont au courant que l’industrie de la biotechnologie a développé un monopole sur les semences largement en faisant breveter des organismes génétiquement modifiés (OGM), mais pas tout le monde réalise que Monsanto a essayé de faire breveter une tomate qui n’a aucune caractéristique biotechnologique. Maintenant le Bureau Européen des Patentes (EPO en anglais), avec l’aide d’une coalition internationale, No Patents on Seeds!, a revoqué le brevet frauduleux de Monsanto et son affirmation de patente sur des tomates qui sont naturellemet résistantes à une maladie dûe à des champignons (fungus) appelée botrytis.

Ces tomates naturelles non-OGM, comme beaucoup de plantes en bonne santé, ont une résistance naturelle à certaines pestilences. Dans ce cas précis, à une maladie provoquée par un champignon, mais ceci n’est pas du tout un phénomène nouveau. Pourquoi Monsanto essaierait il de clâmer qu’ils l’ont créé est aussi crédible que si Syngenta ou Dow Chemical disait qu’ils ont inventé le soleil.

Il est vrai que des botanistes peuvent aider les plantes à développer cette résistance naturelle aux pestilences, qui est innée pour la majeure partie, tout comme notre propre système immunitaire. Lorsque des plantes se reproduisent, elles passent leurs combinaisons de gènes à leurs pousses. Un environnement changeant et varié (froid, sec, humide ou venteux) favorise certains individus qui ont des caractéristiques physiques différentes. Les plantes avec des gènes qui améliorent leur survie auront plus de chances de les passer comparées au reste de leur population.

Bien sûr, si le sol est rechargé avec des nutrients non-industriels et organiques, les plantes peuvent développer un système immunitaire bien meilleur et devenir bien plus résistantes, passant mieux leurs caractéristiques à leur progéniture.

Bien que Monsanto n’ait absolument rien à voir avec ce processus de culture d’une tomate spécifique, ils furent capables d’obtenir la patente EP1812575 ( Patent EP1812575 ) qui a maintenant été révoquée. Les tomates utilisées pour obtenir ce “monopole” sur une autre semence furent obtenues d’une banque génétique à Gatersleben en Allemagne et il était déjà connu que ces tomates étaient particulièrement résistantes à la maladie botrytis.

Les avocats de Monsanto, particulièrement malins, ont créé un phrasé de patente donnant l’impression que la graine était génétiquement modifiée afin de produire cette qualité. Ils ont fait paraître que la tomate était leur “invention”. Ceci n’est qu’un piratage biotechnologique.

La révocation de cette patente est particulièrement importante parce que cela annonce à Monsanto and co des autres entreprises de la biotechnologie que le monde ne va pas se coucher devant leurs abus des lois sur les patentes. Ceci va aussi permettre à ceux qui font pousser ces plantes et aux jardiniers particuliers d’avoir accès à une plus large variété de plantes naturellement résistantes.

Christoph Then, coordinateur avec l’association No Patents on Seeds! déclare:

“La résistance tentée est fondée sur les conditions génétiques complexes qui ne sont pas connues dans le détail. Ansi l’ingénierie génétique n’est clairement pas une option dans cette affaire.”

La coalition de No Patents on Seeds! a enregistré plus d’oppositions contre des patentes tenues par des entreprises américaines sur des broccoli qui peuvent être récoltés mécanniquement (EP 1597965), des melons résistants à des virus de plantes (EP1962578), et une sélection de plantes pour élever du soja adapté aux changements climatiques (EP 2134870).

Des activistes appellent le gouvernement européen à la révision sur la façon dont les brevets sont obtenus par l’industrie de la biotechnologie et de s’assurer que les interdictions existantes sur le brevetage des plantes soient observées. Ceci, à terme, devrait faire que ceux qui font pousser notre nourriture deviennent moins dépendants des créations de la biotechnologie et plus indépendants, alors que des semences plus diversifiées deviennent accessibles pour leurs semis.

Des centaines de variétés de plantes et d’animaux résultant du processus biologique et non pas de la manipulation génétique ont reçu des patentes par l’EPO et plus de 2400 brevets/patentes pour des semences mofifiées génétiquement ont été donné au seul Monsanto. Cette entreprise contrôle plus de 25% de la production de semence au monde, et leur but est d’en contrôler toujours plus. Nous ne pouvons simplement pas laisser ceci se produire.

Ingérence impérialiste en Syrie: La division territoriale planifiée du pays

Posted in actualité, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 décembre 2014 by Résistance 71

L’incroyable plan de “paix” pour la Syrie

 

Thierry Meyssan

 

29 décembre 2014

 

url de l’article:

http://www.voltairenet.org/article186317.html

 

Le peuple syrien a gagné deux guerres successives en quatre ans. Pourtant, il ne parvient pas à connaître la paix. Non seulement à Washington, les « faucons libéraux » font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire durer la crise, mais ils ont imaginé un plan pour préparer une troisième guerre. Thierry Meyssan révèle ici la manière dont ils entendent utiliser à leur profit la conférence de paix, prévue à Moscou fin janvier 2015.

Lorsqu’en, en 2001, le président George W. Bush décida de placer la Syrie dans sa liste de cibles à détruire, il poursuivait trois objectifs : 
 briser « l’Axe de la Résistance » et favoriser l’expansion israélienne ; 
 faire main basse sur les gigantesques réserves de gaz ; 
 remodeler le « Moyen-Orient élargi ».

Les projets de guerre échouèrent en 2005 et en 2006, pour finalement prendre la forme du « printemps arabe », en 2011 : une guerre de 4ème génération devait porter les Frères musulmans au pouvoir. Cependant, à l’issue d’une année de manipulations médiatiques, le peuple syrien sortit de sa torpeur et soutint son armée. La France se retira du jeu après la libération de Baba Amr, tandis que les États-Unis et la Russie se partageaient la région à la conférence de Genève 1 (juin 2012). Mais, à la surprise générale, Israël parvint à renverser la table de négociations en s’appuyant sur le nouveau président français, François Hollande, la secrétaire d’État US Hillary Clinton et le directeur de la CIA David Petraeus. Une seconde guerre, de type nicaraguayen cette fois (c’est-à-dire alimentée par la venue continuelle de nouveaux mercenaires) ensanglanta à nouveau la région. Quoi qu’il en soit, cette seconde guerre a également échoué sans pour autant déboucher sur une paix durable. Au contraire, John Kerry modifia deux jours avant le format de la conférence de Genève 2 et tenta de la transformer en une tribune pro-Saoudienne. Dans ce désordre survint la troisième guerre, celle de Daesh : soudain un groupuscule de quelques centaines de jihadistes se transforma en une vaste armée de plus de 200 000 hommes, bien équipés, et sa lança à l’assaut de la partie sunnite de l’Irak et du désert syrien.

Il y a plusieurs mois, j’expliquais que le projet de Daesh correspond à la nouvelle carte US du partage du Moyen-Orient, publiée par Robin Wright dans le New York Times, en 2013 [1]. Dans le prolongement des accords Sykes-Picot, l’état-major états-unien envisageait de réduire encore drastiquement la Syrie. Aussi, lorsque les USA —après avoir attendu que Daesh termine en Irak le nettoyage ethnique pour lequel ils l’avaient créée— commencèrent à bombarder les jihadistes, la question se posait de savoir si les zones libérées de Daesh seraient ou non restituées à Bagdad et à Damas.

Alors que les États-Unis ont refusé de coordonner leur action militaire contre Daesh avec la Syrie, et que la Russie prépare une conférence de paix, les « faucons libéraux » de Washington ont fixé de nouveaux objectifs.

Puisque le peuple syrien n’a pas cru à la « révolution » mise en scène par al-Jazeera et consorts, puis qu’il a refusé de soutenir les Contras contre la République, il n’est pas possible de « changer le régime » à court terme. Force est de constater que la nouvelle constitution, bien qu’imparfaite, est à la fois républicaine et démocratique ; et que le président Bachar el-Assad a été réélu par 63 % du corps électoral (88 % des suffrages exprimés !). Aussi, les États-Unis doivent-ils adapter leur discours à la réalité.

Le plan de « paix » des « faucons libéraux » consiste donc à parvenir aux objectifs initiaux en divisant la Syrie en deux : une zone gouvernée par Damas et une autre par les « rebelles modérés » (comprendre : par le Pentagone). À la République : la capitale et la côte méditerranéenne ; au Pentagone : le désert syrien et ses réserves de gaz (c’est-à-dire la zone libérée des incursions de Daesh par les bombardiers du général John Allen). Selon leurs propres documents, les « faucons libéraux » ne laisseraient que 30 % de leur territoire au Peuple syrien !

Le principe est simple : actuellement, la République contrôle toutes les grandes villes, sauf Rakka et une petite partie d’Alep, mais personne ne peut prétendre contrôler un vaste désert, ni le gouvernement, ni les jihadistes. Donc le Pentagone pose que ce qui n’est pas clairement gouverné par Damas revient de droit à ses mercenaires !

Ce n’est pas tout. Puisque les Syriens ont élu Bachar el-Assad, il sera autorisé à rester au pouvoir, mais pas ses conseillers privés. En effet, chacun sait que l’État syrien a réussi à résister à l’agression étrangère parce qu’il comprend une partie secrète, difficile à identifier et donc à éliminer. Cette opacité avait été voulue par le fondateur de la Syrie moderne, le président Hafez el-Assad, pour résister face à Israël. La réforme constitutionnelle de 2012 ne l’a pas fait disparaître, mais en a rendu le président élu responsable devant la Nation. Même si l’on peut déplorer que, par le passé, certaines personnes aient abusé à leur profit de l’opacité de ce système, s’en séparer aujourd’hui reviendrait à renoncer à terme à l’indépendance du pays.

Bien sûr, dira-t-on, les « faucons libéraux » ne peuvent espérer réaliser ce plan dans son ensemble. Mais n’en réaliser que le centième serait rendre inévitable une nouvelle guerre.

C’est pourquoi, la Syrie doit poser comme condition préalable à toute nouvelle conférence de paix qu’il ne sera pas discuté de l’intégrité territoriale du pays.

 

[1] “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, 28 septembre 2013.

 

Vision à court terme sur l’économie… La destruction à venir

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 29 décembre 2014 by Résistance 71

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il faut en sortir en créant le contre-pouvoir autogestionnaire et fermer toutes les institutions. Pas vraiment compliqué, il faut deux ingrédients essentiels: la solidarité et une inflexible volonté de résister solidairement…

Notre destruction est planifiée, rien n’arrive par hasard. Ceux qui le pensent encore et pensent pouvoir changer cette ignominie en votant, en pétitionnant, en visitant leur « député », sont des utopistes, des victimes d’une hypnose quasi générale…

Sortez de votre transe ! Solidarité, Union, Action !

— Résistance 71 —

 

La destruction de la classe moyenne est en phase finale

L’élite qui est au courant de la proche destruction monnétaire a placé sa monnaie de singe en dollars dans des biens physiques tangibles

 

Tom Chatham

 

27 Décembre 2014

 

url de l’article:

http://www.infowars.com/the-destruction-of-the-middle-class-is-nearing-the-final-stages/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les évènements de ces derniers mois sont époustoufflants lorsqu’on les prend dans leur globalité. Le plan pour détruire le dollar US et la classe moyenne américaine évolue à une vitesse toujours croissante.

A la réunion récente du G20 de Brisbane, les nations se sont mises d’accord pour dire qe les dépôts bancaires ne seraient dorénavant plus considérés comme de l’argent. Ces dépôts deviennent la propriété de l’institution bancaire et peuvent ainsi être utilisés de la façon dont les banques pensent être le mieux. Ceci veut dire que l’argent que vous avez en dépôt dans une banque maintenant ne vous appartient plus, mais cela vous fait investisseur dans la banque et sujet à la perte de cet argent si une crise bancaire, financière, coule la banque en question.

La loi sur le budget et les dépenses que vient juste de passer le congrès des Etats-Unis rend les contribuables américains responsables des pertes sur les marchés dérivatifs qui pourraient être subies par les banques. Les tenants des dérivatifs ont maintenant la priorité absolue lorsque des fonds sont versés et les dépositaires, propriétaires des comptes sont relégués en dernière place pour la rémunération. L’assurance FDIC devra payer ces fonds mais elle est loin d’avoir l’argent nécessaire pour ce faire et payer plus de 300 000 milliards de dollars de pertes qui seront dûs dans le cas d’une grave crise bancaire. Ce qui veut dire que tout dépositaire aura très peu d’espoir de revoir son argent. Afin que les dépositaires puissent recouvrer leur argent, il devra y avoir une énorme impression de monnaie, qui ne remboursera que quelques centimes sur le dollar dû.

Si vous pensez qu’il n’y a aucun danger de crise bancaire aux Etats-Unis, vous devriez garder présent à l’esprit que le ministère des finances a récemment passé la commande pour 200 000 US$ de kits d’urgence à 72 heures afin qu’ils soient dispersés dans toutes les banques majeures au travers des Etats-Unis. Ceux-ci sont connus sous le nom de sacs de survie et sont utilisés pour soutenir une personne lors d’un désastre naturel et que les personnes doivent être auto-suffisantes pendant les quelques premiers jours de la crise.

Une nouvelle législation donne maintenant le droit aux plans de retraite de couper les bénéfices des retraités futurs, ce qui rend le bien-être de ces personnes tout à fait incertain pour les années à venir. Ils disent qu’il est nécessaire d’empêcher ces fonds d’investissement d’aller à la banqueroute. Ceci s’appliquera “aux retraites d’employeurs multiples, quand un groupe d’entreprises de la même industrie unit ses forces avec les syndicats pour couvrir les retraites des employés. Ces plans couvrent plus de 10 millions de travailleurs américains” ; Vous serez ravis d’apprendre que ces mesures drastiques n’affecteront bien sûr pas les plans de retraites des membres du congrès des Etats-Unis, aussi longtemps qu’ils sont financés par les contribuables.

Les sanctions économiques qui sont placées contre la Russie commencent à sérieusement déstabiliser le monde en bien des points. La chute soudaine des prix du pétrole va envoyer des ondes de choc à travers bien des nations étrangères et va enflammer une situation déjà bien tendue internationalement. Il semblerait que c’est précisément ce qui est voulu pour provoquer une nouvelle guerre mondiale tout en masquant la complicité des banquiers et des politiciens dans la destruction a venir de l’économie.

Ces dernières années, ceux parmi l’élite qui ont connaissance de la destruction monnétaire a venir, ont converti leur monnaie de singe dollars en des biens tangibles, tout ce qu’ils pouvaient trouver. Les prix récents atteints dans des ventes aux enchères d’objets de collections, n’est qu’un indicateur supplémentaire de ce qu’il se passe et une autre démonstration par ceux qui sont dans la confidence du transfert en biens tangibles de tout leur cash afin de préserver leur richesse.

Cette diversification dans l’achat inclut les métaux précieux, les terres, l’immobilier. Je pense que lorsqu’il n’y aura pratiquement plus de métaux précieux ou de propriétés valables à acheter, ces entités qui contrôlent le jeu financier vont retirer le bouchon de l’évier et vont laisser l’ensemble de l’économie s’effondrer. Ceux qui détiendront du papier monnaie, des électrons ou autres promesses papier seront dévastés alors que ces avoirs s’évaporeront dans l’air du temps.

Vous pouvez vous sentir en sécurité parce que vous avez un bon travail mais parmi les dépots bancaires qui disparaîtront, figureront les milliards des comptes commerciaux qui appartiennent aux entreprises employeuses. Quand ces entreprises perdront cet argent, beaucoup fermeront leurs portes, détruisant des millions d’emplois dans le processus, Ceci enverra une onde de choc dans le systeme de transport, de production et de distribution. Dans une économie basée à 70% sur la consommation, ceci sera dévastateur très vite et à grande échelle et il y aura peu de ressources de choix sur lesquelles se rabattre lorsque cela se produira.

Il y a trois leçons que les gens apprendront dans les mois à venir: Si vous ne l’avez pas déjà tout prêt, il vous sera difficile de l’avoir. Si vous ne l’avez pas physiquement dans vos mains, alors vous ne le possédez pas. Si vous ne pouvez pas le protéger, alors vous ne l’aurez pas pour longtemps.

= = =

Références:

 

http://www.popularresistance.org/docs/bail-in.pdf

http://www.zerohedge.com/news/2014-11-12/russell-napier-declares-november-16-2014-day-money-dies

Cette vidéo date de Mars 2013, mais est de plus en plus d’actualité et ne vous leurrez pas: Lorsque le pays du goulag levant (ex-USA) deviendra le pays du goulag… Ceci déferlera sur le monde occidental à vitesse grand “V”:

http://www.youtube.com/watch?v=MkAn3VIe1yQ#t=521

 

Organisation de la résistance politique au colonialisme: Xochicuautla (Mexique)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 29 décembre 2014 by Résistance 71

Dans les montagnes de Xochicuautla inauguration du festival des résistances et des rébellions

 

Guillaume Goutte

 

25 Décembre 2014

 

url de l’article:

http://www.lavoiedujaguar.net/Dans-les-montagnes-de-Xochicuautla

 

Le coup d’envoi du Festival mondial des résistances et des rébellions contre le capitalisme a eu lieu le 21 décembre 2014 au sein de la communauté San Francisco Xochicuautla, dans l’État de Mexico. Rattachée à la municipalité de Lerma, cette petite communauté indigène ñahtö est située dans les montagnes, à environ 2 500 mètres d’altitude, à quelques dizaines de kilomètres du Nevado de Toluca (qu’ici on appelle aussi Xinantécatl), volcan massif qui culmine à 4 680 mètres. Le paysage y est donc magnifique, si l’on parvient toutefois à faire abstraction de la vaste étendue de béton qu’est la ville de Toluca, capitale de l’État de Mexico. En ce mois de décembre, les températures sont plutôt basses en journée — bien que parfois chaudes lorsque le soleil domine —, mais glaciales la nuit venue ; durant les trois jours que nous passerons ici, plusieurs couches de vêtements ne seront pas de trop.

Il n’était pas évident pour le Congrès national indigène (CNI) et l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) d’organiser ici l’inauguration et la première compartición du festival. Car cette partie de l’État de Mexico est l’un des gros bastions du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), actuellement au pouvoir au Mexique, et certaines zones y sont aussi connues pour être le terrain de jeu de groupes de narcotrafiquants. Pour le festival, s’implanter ici relevait donc à la fois du défi et d’un important acte symbolique, et ce d’autant plus que l’actuel président du Mexique, Enrique Peña Nieto, y a son fief, à quelques dizaines de minutes à peine de Xochicuautla : la municipalité d’Atlacomulco, dont il fut le député PRI dès 2003.

Arrivée à la communauté…

Après avoir livré toute une bataille sur les routes de l’État de Mexico — véritable labyrinthe où les indications sont rares —, nous arrivons, vers 13 heures, à la communauté de Xochicuautla. Sur le trajet, quelques kilomètres avant de parvenir à bon port, nous avons pu voir de nos yeux l’avancée des travaux de l’autoroute Toluca-Naucalpan contre laquelle se battent les Ñahtö de Xochicuautla : de gros piliers de béton commencent déjà, ici et là, à jaillir de la montagne, éventrant la forêt, bientôt parés à soutenir l’énorme route.

Arrivés à la communauté, nous sommes accueillis par le service de sécurité, qui veille à ce que personne d’autres que les délégués du CNI et de la Sexta n’entre dans l’enceinte du festival — précaution légitime, Xochicuautla faisant figure de petit village gaulois dans cette zone terriblement priiste. Passé les contrôles, nous descendons enfin de voiture et procédons à l’enregistrement de notre présence pour obtenir le gafete (badge qui nous identifiera comme délégué tout au long du festival). Un vaste chapiteau a été installé, au bord de la route, pour accueillir les interventions et les échanges qui vont avoir lieu pendant ces trois jours. Une grande banderole souhaite la bienvenue à tous et à toutes et les murs de certaines maisons arborent déjà de belles fresques, lesquelles, pour la plupart peintes la veille, mettent en scène des symboles de la résistance indigène. Un coin cuisine a été installé et, déjà, les « marmites » mijotent à côté des casseroles pleines de café. À l’entrée du chapiteau, comme pour rappeler que nous ne sommes pas ici au Club Med, un panneau invite les délégués à ne surtout pas sortir de l’enceinte du festival et à contacter le service de sécurité si nous apercevons certains des hommes et des femmes dont les photos sont affichées — et qui ne sont autres que des flics ou des agents du PRI.

L’accueil du Conseil suprême indigène

Vers 14 heures, tous les délégués sont appelés à se réunir sous le chapiteau pour la cérémonie d’ouverture du festival. Nous accueillons d’abord une délégation de parents d’étudiants disparus d’Ayotzinapa, moment fort intense et particulièrement grave, la réalité de ce crime d’État cessant soudain d’être de simples articles de journaux pour prendre chair dans ces corps marqués par la douleur. S’ensuit une petite procession, baignée dans l’encens et rythmée par une musique semblant jaillir de temps anciens, qui marque l’arrivée, sous le chapiteau, du Conseil suprême indigène autonome de San Francisco Xochicuautla — nos hôtes, donc.

L’un des membres du conseil prend ensuite la parole pour nous souhaiter la bienvenue dans la communauté et saluer tous ces délégués venus d’horizons, d’États, de pays, de luttes, de cultures si variés. Bien sûr, la question du respect de la terre est au cœur de ce discours, et le Conseil suprême indigène insiste sur l’importance aujourd’hui de se battre pour préserver la nature face à l’avidité des entreprises capitalistes qui, pour accumuler toujours plus de capital, sont prêtes à détruire l’équilibre de la planète, avec la complicité des États. Il salue ainsi les peuples, les organisations, les collectifs, les individus qui, partout dans le monde, luttent, avec courage, pour « défendre la vie » contre les gouvernements assassins et corrompus. Pour le Conseil suprême de Xochicuautla, c’est rien moins que le futur de la planète et de nos générations qui se joue en partie au sein de ce premier Festival mondial des résistances, qui doit nous permettre de franchir une nouvelle étape dans le combat anticapitaliste : celle de la mise en lien des rébellions et des luttes, à l’échelle internationale, pour rompre l’isolement.

Après l’intervention du Conseil suprême et celle de la communauté San Lorenzo Huitzizilapan (municipalité de Lerma) — qui se bat, elle aussi, contre le projet d’autoroute Toluca-Naucalpan —, les compañeros de San Sebastián Bachajón (Chiapas) prennent la parole pour exiger la libération immédiate de trois de leurs frères de lutte, actuellement incarcérés et torturés, et pour nous annoncer une bonne nouvelle, à savoir la récupération de plusieurs terres, la veille. Une belle façon de clôturer cette inauguration et cette première journée du Festival mondial des résistances et des rébellions contre le capitalisme, avant d’entamer, le lendemain, l’essentiel : la compartición du CNI et de la Sexta.