Archives de juillet, 2014

Résistance au colonialisme: Un exemple (canadien) de la vaste fumisterie de l’ONU…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 31 juillet 2014 by Résistance 71

La fourberie de l’ONU

 

Mohawk Nation News

 

Avril 2013

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/tag/section-109-of-the-bna-act-1867/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Canada n’est pas une démocratie constitutionnelle. Ils suivent leur règlementation interne et non pas la règle de la loi (naturelle). Comme toute entreprise, le but est de fournir des dividendes toujours croissants aux actionnaires. Dans le cas de Thahoketoteh de Kanekota, la cour de justice fédérale du Canada a refusé de transférer la question constitutionnelle de la section 109 de la loi du BNA de 1867 (British North America Act de 1867) et de la loi sur la Constitution de 1982 (NdT: la citoyenneté canadienne n’existe que depuis… 1947 ! et même avec un passeport canadien, tout citoyen est sujet de la reine d’Angleterre, la naturalisation canadienne demande un serment d’allégeance à la reine d’Angleterre…). Maintenant la cour suprème du Canada refuse d’entendre l’appel des Chipewyan d’Athabasca (province d’Alberta) au sujet du projet d’extension d’exploitation minière de Jack Pipe Mine sur leur territoire.

Dans les années 1920, le Canada a exclus tous les peuples indigènes de toutes organisations internationales et de protection des droits de l’Homme. Nous fûmes tous placés sur la voie du génocide et de la disparition forcée.

En tant qu’alliés indépendants de la Grande-Bretagne, la Confédération Iroquoise n’a jamais accepté de faire partie du Canada. En 1920, nous avons pétitionné la cour suprême du Canada pour légiférer sur l’illégalité de la loi sur les Indiens (Indian Act) et de l’interférence avec le ministère des affaires indiennes. Le Canada a refusé que la cour suprême n’entende notre cas sur l’avis personnel de Duncan Campbell Scott du ministère des affaires indiennes. Nous avons pétitionné le gouverneur général du Canada (NdT: Nommé toujours jusqu’à aujourd’hui par le roi ou la reine d’Angleterre), qui envoya la pétition à… Duncan Campbell Scott !…

La Grande-Bretagne a illégalement mal géré notre fond fiduciaire indien en croissance permanente à plus de 70 000 milliards de dollars, a aloué nos terres sans aucun consentement et commença à donner le droit à l’auto-gouvernement aux colons européens implantés. Ils voulurent nous assimiler et forcer leurs lois sur nous.

En 1923, nous fîmes une demande pour rejoindre la Société des Nations (NdT: SDN, mère de l’ONU qui fut créée après la 1ère guerre mondiale), une entreprise/corporation établie par les banquiers (NdT: tout comme celle qui lui succéda… l’ONU dont la QG est construit à New York sur un terrain “donné” par la famille Rockefeller…). Le chef de la Confédération Iroquoise Deskaheh envoya une pétition à la reine de Hollande qui la fit suivre à la SDN. La Grande-Bretagne fit pression sur la Hollande pour que celle-ci enterre notre demande.

Deskaheh alla à Genève avec le soutien de l’Estonie, de la Perse (aujourd’hui l’Iran), de l’Irlande et du Panama pour que la cour permanente internationale de justice confirme que nous étions un “état”. Ils refusèrent d’entendre notre plaidoirie. L’empire britannique fit alors pression sur tous nos soutiens. Nous avons alors essayé le tribunal arbitral de La Haye. Un conseil de l’ordre illégal canadien déclara notre gouvernement de la confédération des six nations iroquoises comme ayant été remplacé par un conseil émanant de la loi sur les Indiens (Indian Act), enterriné par l’entreprise/corporation Canada.

Le 25 octobre 1924, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) éjecta les chefs de la confédération iroquoise de la Maison du Conseil pour installer un conseil émanant de la loi sur les Indiens, ainsi que les lois émanant de l’Indian Act et ce de manière tout à fait illégale dans le pays. Une résolution fut promptement adoptée déclarant que Deskaheh ne représentait plus les Six Nations iroquoises. Il fut assassiné peu de temps après par des agents de Duncan Campbell Scott.

Notre droit d’adjudication neutre permettant de nous représenter nous-mêmes fut annulé. Des nations à travers le monde adoptèrent la même position, décrétant que tous les indigènes devenaient un “problème interne”. Nous fûmes tous exclus d’être considérés membres à égalité de la société internationale des nations. Nous avons maintenu notre nationalité au travers de tout cela.

En 1948, la délégation canadienne emmenée par Lester B. Pearson s’est abstenue de voter pour la déclaration des droits de l’Homme de l’ONU. Les politiciens canadiens ne voulaient pas que les corps constitués internationaux des droits de l’Homme questionnent et analysent leurs violations de nos droits humains. Une “culture des droits de l’Homme” n’a jamais existé au Canada.

Aujourd’hui, l’ONU est une corporation ayant un département international des affaires indiennes qui essaie de renforcer la colonisation, soutenu en cela par la puissance létale des états ayant des armes et menaçant ceux qui résistent. Ce génocide à l’échelle nationale et internationale prendra bientôt fin tandis que de plus en plus de nations se séparent de la grille de contrôle des Nations-Unies (comme les pays du BRICS et une alliance de 180 nations). Comme Bob Marley l’a si bien chanté dans “Babylon System”, “Nous refusons d’être ce que vous voulez que nous soyons, nous sommes ce que nous sommes et c’est comme çà que cela sera.”

William A. Schabas. “Canada and the Adoption of the Universal Declaration of Human Rights”. 1998

Supreme Court refuses Athabasca/Chipewyan Constitutional challenge

Parlementaire du pays du goulag levant (ex-USA): « Fermez la CIA ! »…

Posted in actualité, CIA et traffic de drogue, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 31 juillet 2014 by Résistance 71

L’ancien parlementaire américain Ron Paul: “Fermez la CIA!”

 

RT

 

28 juillet 2014

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/176208-ron-paul-cia-torture/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’ancien parlementaire Ron Paul se fait l’avocat de l’abolition de la CIA dans un écrit où il condamne la CIA et ses pratiques controversées d’interrogatoire renforcé (NdT: doux euphémisme pour torture…).

Dimanche, le député en retraite a écrit sur le site internet du Ron Paul Institute for Peace and Prosperity que “Les opérations secrètes de la CIA dans le monde ont mené à la destruction de pays et de sociétés et à un ressentiment sans précédent envers les Etats-Unis.”

Pour notre propre sécurité, mettons un terme à la CIA” a insisté Paul, qui a servi au congrès américain pendant trois décennies et qui fut trois fois candidat aux élections présidentielles avant de partir en retraite l’an dernier.

Bien que le gouvernement américain ait largement contrôlé les pratiques sordides de torture de la CIA, Paul écrit qu’une décision récente prise de l’autre côté de la mare devrait servir de rappel que l’agence de renseignement devrait être mise au rencart une fois pour toute.

La semaines dernière, la cour européenne des droits de l’Homme a dit que le gouvernement américain a transféré des individus dans des centres de détention secrets en Pologne (et sûrement ailleurs) où ils furent torturés loin des yeux du public. Le gouvernemet polonais a été ordonné de payer des centaines de milliers de dollars de dommages et intérêts à deux victimes pour n’avoir rien fait pour arrêter la pratique de la torture sur le sol polonais”, a écrit Paul.

D’après Paul, la décision du tribunal marque la première fois qu’un corps européen ait connecté un nation de l’UE avec des pratiques de torture. Néanmoins, Paul écrit, “Le gouvernement Obama refuse d’admettre que de telles facilités existent ou aient existé et clâme au contraire que de tels programmes d’interrogation renforcé n’existent plus depuis 2009.

Nous ne pouvons qu’espérer que ceci soit vrai, mais nous devrions toujours nous méfier des promesses du gouvernement. Après tout, ils nous ont promis qu’ils n’utilisaient pas la torture et nous ne l’aurions probablement jamais su (officiellement) si des photos ou autre information n’avaient pas été fuitées à la presse,” a ajouté Paul.

Une fois de plus, la transparence est le problème, ajoute t’il, alors que les Américains continuent d’attendre la diffusion éventuelle d’un rapport du comité sénatorial du renseignement sur le programme de torture de la CIA, rapport qui a été étouffé et auquel on a mis des bâtons dans les roues depuis des années et qui mena momentanément le ministère de la justice à enquêter sur des accusations de mauvaises pratiques pour les branches exécutive et législative.

Dans le même temps, l’ancien directeur de la CIA George Tenet et d’autres officiels passés et présents de la CIA sont rapportés être en train de préparer frénétiquement une réponse à la diffusion planifiée d’une version non classifiée de 6500 pages en provenance du comité sénatorial sur le renseignement au sujet des pratiques de torture de la CIA. L’agence a déjà été prise à enregistrer dans les ordinateurs des enquêteurs du sénat l’an dernier, afin de voir quelles informations seraient contenues dans le rapport. Ceux qui ont vu le rapport ont dit qu’il commente en plus de détails les pratiques brutales de la CIA, plus que ce qui a jamais été révélé jusqu’à présent”, insiste Paul, lui donnant encore plus de raison pour appeler à l’abolition d’une des agences les plus secrètes du gouvernement américain.

Bien sûr, la CIA n’est pas la seule entité qui a mérité les foudres de l’ancien parlementaire (NdT: Il faut noter que Ron Paul est une figure politique américaine et que tout le monde le connaît…). En plus de toutes les années de campagne pour mettre fin à la banque de la réserve fédérale américaine, Paul a appelé également pour la fermeture de la Federal Emergency Management Agency et de la Transportation Security Administration.

Résistance au colonialisme: De la controverse de Valladolid aux massacres de Gaza… Le colonialisme fléau de l’humanité…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 31 juillet 2014 by Résistance 71

Enfin quelques articles commencent à sortir liant la cause originelle du « conflit en Palestine » pour ce qu’il est vraiment: une affaire coloniale ! Cette affaire ne trouvera pas de solutions avec l’occident et son empire dominant anglo-américain pour la simple et bonne raison, comme exposé ici, que cet empire est fondé, bâti, sur des terres colonisées, volées, usurpées à la fois en Amérique du nord (Etats-Unis et Canada), mais aussi de tous les territoires toujours sous le joug du Commonwealth de la « couronne » britannique, à savoir la City de Londres et sa Banque d’Angleterre représentant les intérêts de la famille Rothschild et des grandes familles banquières ainsi que du Vatican ; ce même Vatican à l’origine de la « doctrine chrétienne de la découverte » sur laquelle se fonde toutes les colonies occidentales depuis 1492 (bulles papales Romanus Pontifex de 1455 et Inter Caetera de 1493). La solution n’est pas non plus avec l’ONU qui est une entreprise vassale des banquiers et qui agit dans l’intérêt de l’oligarchie.

Dans les années 1970, israël et les sionistes avaient invité et fait envoyé en Israël, les représentants d’un grand nombre de « conseils de tribus/bandes » amérindiens, conseils représentant l’administration coloniale sous les lois fédérales sur les Indiens. Le but propagandiste était le suivant: Convaincre et propager l’idée que les Indiens des Amériques étaient comme les Hébreus cherchant leur « retour à la terre », assimilant ainsi les luttes pour l’auto-détermination indigène à la lutte pour la survie de l’état d’Israël, alors qu’il est tout à fait évident que si parallèle il y a à faire, c’est celui de la cause autochtone indienne et celle des Palestiniens. Cela avait marché ! Bon nombre de leaders Indiens et d’intellectuels, universitaires amérindiens avaient embrassé l’idée et le soutien à Israël. L’American Indian Mouvement (AIM) quant à lui soutenait la cause palestinienne, qu’il voyait, à juste titre, comme une lutte anti-coloniale. L’article ci-dessous éclaire sur la question coloniale…

— Résistance 71 —

 

De Valladolid à Gaza

 

Brahim Senouci

 

28 juillet 2014

 

url de l’article:

http://www.michelcollon.info/De-Valladolid-a-Gaza.html?lang=fr

 

Israël c’est le nouveau Cortès, chargé de faire régner la loi de l’Occident sur cette terre qu’il aura auparavant débarrassé de sa population par le massacre ou la domestication. Etre solidaire de la Palestine aujourd’hui, c’est se battre contre cette perspective et militer pour une démocratie monde dans laquelle l’égalité entre les hommes, tous les hommes, deviendrait la règle….

Au 16ème siècle, la puissance espagnole est à son apogée. Ses bateaux traversent l’Atlantique, conquièrent l’Eldorado américain et font main basse sur les extraordinaires richesses qu’il recèle. Les populations indigènes leur facilitent la tâche. Elles ne connaissent pas les armes et, en dépit de leur nombre, finissent par se soumettre à un petit détachement espagnol conduit par Hernan Cortès.

Des colons s’installent dans ces régions et accumulent des fortunes considérables tirées de l’exploitation d’immenses terres et d’une main d’œuvre constituée d’esclaves peu enclins à se rebeller.

Les nouveaux maîtres en profitent pour leur infliger des corvées épuisantes, exercer sur eux des sévices sexuels, des tortures pouvant aller jusqu’à la mise à mort.

Il s’est tout de même trouvé des Espagnols pour s’émouvoir du sort de ces malheureux et porter plainte devant l’Eglise. Pour leur défense, les colons soutiennent que, au vu de leurs coutumes « barbares », ces indigènes ne méritent pas d’appartenir à l’espèce humaine et que, de ce fait, il est licite de les traiter comme des animaux ordinaires. Un débat s’ensuit et débouche sur la fameuse controverse de Valladolid. De nombreuses personnalités, religieux, philosophes, sont requises. C’est ainsi qu’en 1550 a lieu ce que l’Histoire retiendra comme le premier débat sur les droits de l’homme. La question posée est simple : « Les Indiens ont-ils une âme ? ». L’affrontement se cristallise rapidement entre le père Bartolomé de Las Casas et Ginès de Sepùlveda, ami d’Hernan Cortes, chanoine de Cordoue. La thèse de ce dernier est simple : Dieu a donné à l’Espagne des royaumes inférieurs sur lesquels étendre son pouvoir pour Sa gloire. Dans cette optique, les Indiens sont des « animaux » nés pour être sous le joug des Espagnols. De l’autre côté, le père Bartolomé de Las Casas, âgé de 27 ans, plaide pour respecter leur dignité, allant jusqu’à s’opposer juridiquement aux conquistadors en imposant un territoire protégé, sans esclaves, sans violence. C’est lui qui remporte la mise ! Le sort des indiens est ainsi quelque peu adouci. Ils doivent toutefois se convertir par la force au christianisme. L’épilogue de la controverse est beaucoup plus sombre. Les colons, ayant perdu la masse d’ouvriers dociles et corvéables à merci dont ils disposaient, se mettent en quête de « chair fraîche ». L’Afrique la leur fournit. C’est ainsi que naît le sinistre commerce triangulaire, tragédie des Noirs qui a enrichi des trafiquants sans scrupules dont la fortune s’exhibe dans les somptueux hôtels particuliers de Nantes ou de Bordeaux, hôtels dont les frontons s’ornent, encore aujourd’hui, d’une « tête de nègre »…

IL EST TELLEMENT LOIN, LE 16EME SIECLE. LES CHOSES ONT BIEN CHANGE DEPUIS… VRAIMENT ?

Certes, l’esclavage et les conversions forcées ont disparu. Les indigènes d’hier vivent dans leur grande majorité dans des pays libres. Les Occidentaux ont fini en effet par se soumettre à la volonté d’indépendance des peuples qu’ils ont longtemps asservis. Force est de constater toutefois que cette nouvelle configuration du monde n’a pas débouché sur la généralisation du bien-être économique, resté cantonné peu ou prou à la sphère occidentale. Surtout, la libération des peuples est restée largement théorique. La plupart d’entre eux sont encore dans un tête-à-tête inégal avec leurs anciennes puissances tutélaires qui continuent de dicter leurs lignes politiques et même de peser sur le choix de leurs dirigeants ! L’exemple de la Françafrique en dit long sur le caractère factice des indépendances de bon nombre de pays africains et de la permanence de leur sujétion vis-à-vis des intérêts de l’ex métropole. Au besoin, l’Occident ne répugne pas à recourir à la bonne vieille politique de la canonnière. Il le fait souvent au nom de principes moraux dont il nous explique qu’ils constituent les fondements de sa politique. Il s’agit, proclame-t-il, de chasser des dictateurs et d’offrir à des peuples asservis la perspective d’un horizon de liberté et de démocratie. Le résultat de cet interventionnisme est là, sous nos yeux. L’Irak et la Libye se liquéfient sous le regard indifférent de leurs « sauveurs ». L’effet domino se propage jusqu’à la Syrie, vouée sans doute à se transformer en un conglomérat de chefferies régionales en état de guerres incessantes…

Ecartons l’hypothèse d’un aveuglement de l’Occident qui l’aurait conduit à méconnaître les effets de ses interventions. Ce serait lui prêter une dose d’imbécillité sans rapport avec la réalité. Ecartons de la même façon la thèse d’une bonne action aboutissant à des effets pervers. Qui pourrait imaginer que Blair et Bush, ne trouvant plus le sommeil à cause de la situation du peuple irakien gémissant sous la botte de Saddam, en soient venus à mentir de façon éhontée pour pouvoir voler à son secours ? Cette guerre menée contre l’Irak constitue une démonstration de la réalité du paradigme occidental, qui subordonne le devenir du monde à son intérêt exclusif. Peu importe que des peuples entiers soient emportés dans la tourmente, peu importe que des centaines de milliers d’enfants meurent des effets du long embargo qui a précédé l’invasion de l’Irak, peu importe que le devenir même de la Terre soit compromis par une pollution désastreuse engendrée par un mode de vie follement consumériste. La prééminence de l’Occident doit être maintenue quel qu’en soit le prix. Il ne se contente pas de faire tomber des obus. Il habille ses équipées militaires d’un discours moral, démocratique, de respect des droits de l’homme. Il veut conserver non seulement sa supériorité militaire mais aussi le monopole de l’universalisme. Les valeurs qu’il prône, tout en s’en affranchissement, sont les valeurs universelles. Il ne saurait y en avoir d’autres. La « communauté internationale », c’est lui. Le reste du monde n’est qu’un fournisseur de matières premières, de main d’œuvre bon marché, tenu par des dirigeants obligeants et attentifs aux desiderata de celui qui leur assure le maintien sur le trône. Voilà donc l’immense zone grise à laquelle nous appartenons, dans laquelle ceux qui président à nos destinées n’en sont pas comptables devant leurs peuples mais devant ceux à qui ils doivent leurs positions. Au regard de l’Occident, il y a « eux et nous ». Eux, ce sont ceux dont l’humanité est questionnable, voire niée. Ce déni fait aussi partie de la matrice occidentale. C’est grâce à lui qu’il a pu les massacrer à grande échelle, les torturer, sans que sa conscience et son inoxydable foi en lui-même en soient significativement altérées. Massu, le Massu de la bataille d’Alger, expliquait que la torture n’avait été possible que parce que les soldats qui la pratiquaient avaient entre les mains non pas des êtres humains mais des « bicots », des « ratons », des « bougnoules ». Songeons que la République française n’a même pas eu besoin de modifier sa constitution pour instaurer le code noir en Afrique ou le code de l’indigénat en Algérie. Les populations qui les subissaient formaient le « corps d’exception », constitué de sujets n’ayant pas vocation à être des citoyens. Cette attitude n’était pas le fait d’une minorité raciste. Elle était partagée par la majorité des artistes, intellectuels, personnalités politiques de l’époque. Jamais revisitée, jamais formellement remise en cause, la matrice essentialiste continue d’être la boussole de l’Occident !

Gaza en fournit une nouvelle illustration aujourd’hui. Tout a été dit sur l’horreur que connait cette petite bande de terre, soumise à un blocus inhumain depuis 8 ans. Pas besoin d’en rajouter, sauf quelque chose d’essentiel. Tout le monde a constaté le soutien unanime de l’Occident à Israël, ou plutôt la réitération de ce soutien qui dure en réalité depuis qu’Israël existe. Tout le monde a constaté la singulière absence d’empathie de la part de l’Occident pour les victimes palestiniennes, le peu de sensibilité à l’égard de morts d’enfants ou de nourrissons. Parfois se glisse un mot de compassion mais suivi aussitôt par un reportage fortement empathique sur la « souffrance » d’Israéliens ne pouvant pas rester tranquillement sur une plage, s’adonner au surf ou à la dégustation de glaces. C’est la matrice essentialiste qui parle. Les Palestiniens n’ont ontologiquement pas les mêmes droits que leurs bourreaux. Leur mort est dans l’ordre des choses. Celle des Israéliens fait en revanche scandale. Les frontières politiques cessent d’être pertinentes quand l’essentiel, c’est-à-dire la prééminence du « Nous » sur le « Eux », est en jeu. La gauche de gouvernement française vole au secours de l’extrême droite israélienne. Obama, Merkel, Hollande, Cameron, et la quasi-totalité des dirigeants occidentaux, à l’exception de quelques pays tels que la Suède ou la Norvège, oublient leurs divergences pour communier dans leur amour pour Israël. Ils en oublient même de tenter de donner le change en assortissant leurs déclarations enflammées du couplet habituel sur la nécessité de trouver un accord. Hollande va même jusqu’à accuser le Hamas de torpiller le processus de paix. Personne ne l’a donc prévenu qu’il n’existait plus ?

Que l’Occident jette aux orties son discours moral habituel au profit de la défense inconditionnelle de l’un des siens n’est pas pour surprendre. Il le fera de plus en plus, à mesure que son leadership jusque là incontesté se fissurera avec l’arrivée de nouveaux acteurs. Plus désolante, en revanche, est l’attitude de certains de nos compatriotes qui reprennent à leur compte les arguments favoris des sionistes. Ainsi dénoncent-ils l’antisémitisme qui serait l’aliment des manifestations contre le massacre de Gaza. De même, ils s’insurgent contre une sorte de solidarité automatique avec la Palestine qui s’exercerait au détriment du soutien au peuple syrien, de l’aide aux mozabites de Ghardaïa et, de façon plus générale, les détournerait du combat pour l’instauration de la démocratie dans notre propre pays. Cukierman et Prasquier, dirigeants du CRIF, ne disent pas autre chose. Eux sont en service commandé. Les nôtres, en revanche, malgré leur bonne foi évidente, jouent contre leur camp. Il est tout de même étrange, au vu des images atroces de corps d’enfants disloqués, d’imaginer que ce n’est pas contre ces assassinats que les manifestants crient leur colère mais qu’ils le font par un antisémitisme qui serait inscrit dans leurs gènes. Cela s’appelle un procès d’intention particulièrement mal venu au moment où des populations sans défense sont sous les bombes. Il y en a même qui reprennent à leur compte la plaisanterie des « boucliers humains » dont se servirait le Hamas pour se protéger. C’est l’argument favori d’Israël… Cela revient à justifier les crimes qu’il est en train de commettre. Un autre reproche récurrent : Si les Algériens sont solidaires des Palestiniens, c’est par un réflexe tribal arabo-islamique. Pourquoi devrions-nous nous interdire de nous solidariser avec un peuple avec qui nous avons tant de choses en partage ? Pourquoi devrions-nous obéir aux injonctions de ceux qui nous somment de nous défaire de ces « archaïsmes » qui nous portent vers ceux qui nous ressemblent, d’autant plus que la justice est de leur côté ? Les auteurs de ces critiques ont-ils quelques chose à redire quand 26 des 27 pays de l’Union européenne voulaient faire figurer la dimension chrétienne de l’Europe dans le projet de constitution ? Trouvent-ils normal que la Turquie, pourtant laïque, soit déclarée non grata dans l’UE parce que musulmane ? Rien à dire sur les solidarités entre pays orthodoxe ou entre pays catholiques ? Dernière chose, pour ceux qui reprochent aux manifestants leur tropisme palestinien : je les invite à la lecture de l’ouvrage d’Alain Gresh « De quoi la Palestine est-elle le nom ? ». On y retrouve les raisons de la centralité de la cause palestinienne, cause qui dépasse le simple enjeu du partage de quelques arpents de terre, et qui a beaucoup à voir avec la carte géographique du Moyen-Orient qui se redessine sous nos yeux dans le sang des enfants de Syrie,

Les enjeux sont donc globalement les mêmes qu’en 1550. Il s’agit pour l’Occident de réaffirmer sa suprématie, à un moment où elle est contestée. La région la plus sensible est ce Proche et Moyen-Orient dispensateur généreux de pétrole. C’est donc là que le fer est porté et qu’à grands coups de ciseaux, on fait disparaître des pays aussi vieux que le monde. Sans états d’âme. Les millions de victimes, directes ou indirectes, sont des arabes ou assimilés, des « bougnouls », une espèce inférieure qui ne vaut pas la peine qu’on prenne des gants avec elle. Israël, dès sa création, s’est défini comme une « citadelle avancée de la civilisation ». C’est le nouveau Cortès, chargé de faire régner la loi de l’Occident sur cette terre qu’il aura auparavant débarrassé de sa population par le massacre ou la domestication. Etre solidaire de la Palestine aujourd’hui, c’est se battre contre cette perspective et militer pour une démocratie monde dans laquelle l’égalité entre les hommes, tous les hommes, deviendrait la règle….

Source : brahim-senouci.over-blog.com

Résistance politique: Palestiniens, Amérindiens même combat contre le colonialisme…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 30 juillet 2014 by Résistance 71

Du massacre de Wounded Knee au massacre de Gaza

 

Mohawk Nation News

 

29 juillet 20104

 

url de l’article original:

 

http://mohawknationnews.com/blog/2014/07/29/wounded-knee-to-gaza-massacre/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les bouchers sionistes massacrant les Palestiniens de Gaza sont, représentent les mêmes intérêts que ceux qui ont perpétré le génocide de 150 millions de personnes des peuples et nations autochtones du continent américain. Comme pour nous, les Britanniques ont mis en place ce génocide. Tout comme celle des Palestiniens, chaque centimètre carré de notre terre est occupé de manière illégale.
Les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne sont derrière le programme israélien de génocide contre l’humanité et de notre Terre-Mère. Ces trois entités entrepreneuriales ont été les marqueurs à suivre pour Israël. Voilà pourquoi Harper, Obama et Cameron donnent un soutien sans fin aux sionistes afin de couvrir leurs crimes historiques commis dans l’hémisphère américain. Leur but est l’annihilation complète des Palestiniens et la saisie intégrale de tous leurs territoires.

Chaque pays du monde regarde passivement assis sur son cul de singe Israël commettre ses “crimes faits pour la télévision”. Combien de maisons, de femmes et d’enfants vont-ils oblitérer aujourd’hui ? Le monde est totalement conditionné pour faire comme on lui dit de faire.

Ceux qui observent le conflit à la télé changent le résultat en accord avec les lois de la mécanique quantique. Une série de conférences à Solvay, Bruxelles avec les plus grands scientifiques (Einstein, Eisenbach, Curie, Bohr…) a découvert que le résultat d’une expérience change toujours quand il y a un observateur.

La vitrine originelle du sionisme est un mouvement nationaliste pour créer une patrie juive en Palestine. En fait, le sionisme est la monnétisation de tout, même de la pensée. Celui qui a le plus d’argent fait les règles. Le sionisme est le 51% dictant sa volonté aux 49% restant. C’est la majorité d’un vote des actionnaires d’une entreprise qui contrôlera toujours le résultat. La Grande Loi de la Paix est 50-50, ce qui veut dire l’égalité pour tout le monde. Le résultat de tout sujet débattu doit être établi pour les meilleurs intérêts de tout le monde, ce qui de fait est la seule voie de la paix sur Terre.

Les Palestiniens ont besoin que les femmes du monde leur viennent en aide.

Comme se lamente Pink Floyd: “Mother, do you think they’ll drop the bomb?” Pink Floyd. “Mother”.

Regardez l’histoire sioniste: Who are the Zionists.

Palestinian Resistance. Susan Abdulhawa.

Zionists rule the world. Video.

Solvay Conference, Brussells.

  1. What in the Bleep Do We Know.

Résistance palestinienne: Bibi le tueur d’enfants pleurniche chez ses maîtres yankees pour une aide au cessez-le-feu…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 30 juillet 2014 by Résistance 71

Nétanyahou a hissé le drapeau blanc !

 

Abdoul Bari Atwan

 

30 juillet 2014

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/334988-netanyahu-a-levé-le-drapeau-blanc-par-abdul-bari-atwan

 

Selon le célèbre journaliste et spécialiste du monde arabe,

Abdul Bari Atwan, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu a levé le drapeau blanc, en demandant aux Etats-Unis d’aider à sceller un cessez-le-feu. Dans son récent article publié dans l’édition électronique du quotidien al-Ray al-Youm, Abdul Bari Atwan écrit : « Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry a dit avoir eu au téléphone mardi le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu qui a lui demandé à aider, de nouveau, à sceller un cessez-le-feu. Cette déclaration de John Kerry signifie que le Premier ministre israélien a levé le drapeau blanc et s’est bien aperçu qu’il n’obtiendra aucune victoire, petite ou grand,e, dans son agression barbare ».

Tout louant les forces de la résistance palestinienne pour avoir asséné des coups lourds aux occupants, Abdul Bari Atwan poursuit : « Netanyahu a mis de côté son orgueil et son arrogance, pour supplier son « sauveur » américain d’intervenir. La reddition de Netanyahu est intervenue, grâce aux vaillants combattants dans la bande de Gaza qui ont surpris le monde entier, par leur gestion extraordinaire de la guerre, leur endurante et leur vaillante résistance face à l’occupation, leurs produits militaires, leur confiance en soi, leurs martyrs, et en tournant le dos à tous les comploteurs arabes, à leurs argents et à leurs arsenaux d’armes qui ne sont utilisés que tuer leurs propres peuples ». Et atwan de rappeler : « Netanyahu qui a mené, Lundi, d’élargir son offensive terrestre, a envoyé ses avions de combat pour tuer 10 enfant. Il a comprend bien qu’il a perdu cette guerre. Donc, il a décidé de prendre la clé du champ pour réduire ses pertes et ses dégâts. Netanyahu pensait que la guerre serait simple et facile. Il imaginait que comme les précédentes guerres, il tuera par des raids aériens des centaines de personnes innocentes et puis les arabes du camp « modéré », prétendant à la pensée et à l’esprit de réalisme et de paix, interviendraient pour jouer leur rôle et établir le cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Mais cela ne s’est pas produit pour la première fois dans l’histoire des affrontements entre les Arabes et Israël, car les combattants de la résistance ont rejeté toutes les propositions du cessez-le-feu n’incluant pas, pleinement, leurs conditions pour la levée du blocus de Gaza. » l’évolution la plus importante survenue, cette fois-ci, était le soutien total et sans précédent populaire à toute tendance de la résistante et la plus grande disponibilité à faire du sacrifice et du dévouement pour faire face aux agressions, avec l’entre-aide populaire, la confiance en soi et la foi en la victoire ».

Et Atwan d’ajouter : « Les tunnels demeurent et symbolisent l’innovation des combattants dans la bataille. Les missiles s’abattant comme une pluie sur les territoires occupés, sur les villes et colonies à population sioniste, dont Tel-Aviv, Haïfa, Yafa, Quds, Ashkelon et Ashdod. Ils exposent, à tout moment, l’aéroport de Ben Gourion au danger de la fermeture. La précision de ces missiles sera optimisée et et ils seront munis des vecteurs beaucoup plus destructeurs.

Tout en critiquant, vivement, ceux des pays arabes « alliés d’Israël et inquiets de la culture de la résistance », il indique : « les complices arabes sont beaucoup plus paniqués que les Israéliens de la culture de la résistance et nous sommes surs qu’ils seront atteint de déception et savoureront la défaite, après que le Premier ministre israélien ait levé le drapeau le drapeau blanc pour supplier Kerry de le sauver, car « leur héros » israélien n’a pas pu satisfaire leurs attentes d’anéantir la résistance, de la désarmer, et de conduire la bande de Gaza à un compris de paix et de tractation économique. Ils ont commis cette erreur, car ils ne connaissent pas leur peuple palestinien, ni sa forte détermination et sa confiance en soi ».

Et Atwan d’ajouter : « Au cours de ces trois semaines de l’offensive et de l’agression israélienne contre Gaza, les médiateurs arabes ont observé le silence dans l’attente de la victoire de Netanyahu, en pronostiquant que les habitants de Gaza finiraient par lever le drapeau blanc, mais leur attente a duré, longtemps, poussant certains d’entre à parler, tout comme par exemple, l’ancien chef des services secrets de l’Arabie Saoudite qui a réprimandé la victime « la population de Gaza » et innocente le bourreau( le régime israélien ».

« Le premier ministre israélien a reculé, d’une manière humiliante, car il a vu comment ses militaires et officiers étaient abattus, lors des combats avec les combattants de la résistance. Les combattants surgissaient des tunnels souterrains et affrontaient, vaillamment, avec eux, l’exemple le plus manifeste est ce qui s’est passé dans la colonie à population sioniste, « Nahal Oz », au nord de la Bande de Gaza où les combattants palestiniens ont tué 10 militaires israéliens et blessé des dizaines d’autres.

Et Abdul Bari Atwan de marteler : « la légitimité est la résistance ;et la résistance est la légitimité. Le processus des changements a commencé. Ce processus démarrera du cimetière des martyrs, des tunnels de Gaza, des bras des combattants palestiniens, des combattants qui ont créé le miracle de la victoire ».

Média et propagande: Le niveau de mensonge de la presse caniveau occidentale contre la Russie n’a qu’un seul but… LA GUERRE !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 29 juillet 2014 by Résistance 71

La guerre arrive

 

Paul Craig Roberts

 

28 juillet 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/07/28/war-coming-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l‘anglais par Résistance 71 ~

 

La propagande extraordinaire produite par les ministères de la propagande, alias les merdias de masses des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne contre la Russie, a pour but de mener le monde à la guerre, une guerre que personne ne peut gagner. Les gouvernements européens ont besoin de se réveiller de leur insouciance, parce que l’Europe sera la première a être vaporisée à cause des bases de missiles américaines que l’Europe héberge pour “garantir sa sécurité”.

Comme l’a rapporté Tyler Durden sur Zero Hedge, la réponse russe à la décision hors de la loi par la cour corrompue de Hollande, qui n’a aucune jurisdiction sur l’affaire sur laquelle elle tranche, récompensant de 50 milliards de dollars, qui proviendront du gouvernement russe, au bénéfice des actionnaires de Yukos, une entité entrepreneuriale corrompue qui pillait la Russie et pratiquait l’évasion fiscale de masse, en dit suffisamment long. Alors qu’on lui demandait ce qu’allait faire la Russie au sujet de cette décision de justice, un conseiller du président Poutine a répliqué: “Il y a une guerre qui arrive en Europe… Croyez-vous vraiment que cette décision importe vraiment ?…

L’occident s’est ligué contre la Russie, parce que l’occident est totalement corrompu. La richesse des élites est fondée non seulement sur le pillage des pays les plus faibles dont les leaders peuvent être achetés (lisez l’excellent ouvrage de John Perkins “Confession d’un assassin économique” pour plus d’information sur le comment le pillage fonctionne…), mais aussi sur le pillage des richeses de leurs propres concitoyens, Les élites américaines excellent à piller leurs concitoyens et ont quasiment éradiqué la classe moyenne des Etats-Unis dans ce nouveau XXIème siècle.

Par contraste, la Russie elle, a émergé de la tyrannie et d’un gouvernement fondé sur le mensonge, tandis que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne s’immergent dans la tyrannie, soutenue et protégée par les mensonges. L’élite occidentale n’a qu’un seul désir: piller la Russie, un jackpot et Poutine se trouve sur leur chemin. La solution est de se débarrasser de lui comme ils se sont débarrassés du président Yanoukovitch d’Ukraine.

Ces pillards et hégémonistes néoconservateurs ont le même but: faire de la Russie un état vassal. Ce but ultime unit les impérialistes de la finance occidentaux avec les impérialistes politiques.

J’ai compilé pour les lecteurs la propagande issue et utilisée pour diaboliser Poutine et la Russie. Mais même moi ai été abassourdi par les mensonges vils et vicieux publiés dans la revue “The Economist” dans son édition du 26 juillet courant. La couverture représente le visage de Poutine dans une toile d’araignée et, vous l’avez deviné, le reportage phare est “Un tissu de mensonges” (NdT: en anglais “A web of lies” ou une “toile de mensonges”…)

http://www.economist.com/news/leaders/21608645-vladimir-putins-epic-deceits-have-grave-consequences-his-people-and-outside-world-web?spc=scode&spv=xm&ah=9d7f7ab945510a56fa6d37c30b6f1709

Vous devez lire cette propagande pour vous rendre compte à la fois du niveau de presse de caniveau que cela représente mais aussi de constater l’évidente dérive de l’occident vers la guerre avec la Russie. Il n’y a absolument aucune preuve dans l’article pour prouver les vastes accusations portées par la revue et pour demander la fin d’un “apaisement” de l’occident avec la Russie et de promouvoir les sanctions les plus dures contre Poutine.

Ce type de mensonges éhontés et de propagande si évidente incorporés dans l’article du magazine, n’a pas d’autre but que de mener le monde à la guerre.

Les élites et gouvernements occidentaux ne sont pas seulement complètement corrompus, mais ils sont également totalement fous. Comme je l’ai précédemment écrit, ne vous attendez pas à vivre bien plus longtemps. Dans cette vidéo ci-dessous (NdT: A voir absolument nous la rajoutons en section commentaires !…) un conseiller de Poutine parlant en conféfrence interne et des journalistes russes et autres experts parlent ouvertement des plans américains pour mener une première frappe (nucléaire) sur la Russie:

 

http://financearmageddon.blogspot.co.uk/2014/07/official-warning-u-s-to-hit-russia-with.html

Résistance au colonialisme: La déconfiture sioniste sur le terrain prend de plus en plus forme à Gaza…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 29 juillet 2014 by Résistance 71

Fin du pouvoir de dissuasion d’Israël ? Réponse de Mofaz (ancien ministre de la sécurité israélien)

 

IRIB

 

29 juillet 2014

 

url de l’article original:

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/334836-fin-du-pouvoir-de-dissuasion-d-israël-mofaz-répond

 

L’ex ministre israélien de la Sécurité , Shaol Mofaz le regrette :

Israël a perdu partiellement son pouvoir de dissuasion. l’ex ministre qui s’exprimait devant une conférence faisait allusion aux échecs cumulés par l’armée israélienne en plus de 20 jours de combats contre Gaza. la chaine 10 de la TV israélienne qui a évoqué ce discours a tout de suite affirmé que l’armée israélienne avait demandé aux colons de la colonie Shaar Hanegev d’évacuer leurs habitations et ce pour éviter tout incident sécuritaire! selon la chaine,  » il existe des craintes concernant l’infiltration des palestiniens dans cette colonie où les unités de l’armée israélienne procèdent en ce moment à une fouille maison par maison ». En ce sens, Mofaz n’a pas eu tort. outre les missiles palestiniens qui ont prouvé la défaillance total du dôme de fer, Israël est exposé désormais aux opération d’infiltration des commandos palestiniens. plusieurs colonies sionistes ont déjà été infiltrés par les commandos palestiniens et la liste s’allonge de jour en jour . les colons confient leur crainte :  » on avait l’habitude des roquettes et des missiles mais depuis le 7 juillet, on attend les terroristes venir nous tuer chez nous , dans nos maisons » . Cependant, les commandos militaires palestiniens diffèrent totalement de militaires sionistes en ce sens qu’ils n’ont jamais attaqué les civils sionistes !!

= = =

100 soldats et officiers sionises tués !

IRIB

29 juillet 2014

 

l’armée sioniste a confirmé la mort de 9 de ses effectifs lundi à Gaza!

l’armée israélienne évite toutefois et de façon très soignée d’expliquer les circonstances dans lesquelles les militaires sionistes ont été tués !! le communiqué mentionne  » des accrochages » sans préciser le caractère  » commando » de ces opérations menées par des combattants palestiniens qui agissent en  » soldat professionnels » , rappellent les experts. avec ces nouvelles morts, le bilan officiel des pertes militaires israéliennes s’élève désormais à 52 tués. le vrai bilan est toutefois celui diffusé par la Résistance palestinienne qui confirme la mort de plus de 100 soldats et officiels israéliens et ce uniquement au cours des combats du corps contre les militaires sionistes. Plus de 1100 palestiniens, tous des civils ont été tués au cours des raids israéliens contre Gaza . la seule journée de lundi, célébrée comme l’Aïd al Fitr, a laissé 47 morts du côté des civils palestiniens, Israël ayant bombardé le plus grand hôpital de Gaza, Chafa.

Source:

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/334838-100-soldats-et-officiers-sionistes-tués