Archive pour dissidence au nouvel ordre mondial

Lire les brevets et documents sur la technologie ARNm utilisée dans les pseudovax COVID19 et convenir qu’il s’agit bien d’armes biologiques de destruction massive (Karen Kingston)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 décembre 2022 by Résistance 71

 

 

KarenKingston1

 

Sommes-nous tous d’accord maintenant pour dire que ces injections ARNm anti-COVID19 sont des armes biologiques…

Quand est-ce le bon moment pour informer les Américains (et le monde) qu’ils ont été soumis à une guerre psychologique et biologique par leurs propres gouvernements sous le couvert de santé publique et de sécurité ?

Karen Kingston

5 décembre 2022

Url de l’article original:

https://karenkingston.substack.com/p/do-we-all-agree-that-the-covid-19

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

“Qu’y a t’il dans les injections ARNm ?” Fut une des questions les plus posées en 2021. Le 28 juillet 2021, j’ai été interviewée par Stew Peters pour répondre à cette question.( July 28, 2021) Pendant l’entretien, j’ai mis en évidence le contenu des brevets des vaccins ARNm anti-COVID19 et la documentation des fabricants démontrant que ces injections à ARNm étaient des armes biologiques éditant, transformant le génome et contenant des technologies électroniques de pointe (l’oxyde de graphème), qui ne pouvaient que causer des maladies, des handicaps et la mort. Après que l’interview fut diffusée, j’ai été contactée par nos leaders du mouvement et nous avons travaillé ensemble pour que ces injections ARNm anti-COVID19 soient rappelées, retirées de l’utilisation publique et criminalisées

Non, je plaisante. Voyez-vous, les preuves que j’ai présentées durant cet entretien (interview) n’étaient pas alignées avec le narratif alternatif 2021 sur la COVID-19. Ce narratif alternatif disait que “les vaccins anti-COVID19 sont sûrs et efficaces pour certaines personnes”, puis plus tard cela évolua pour dire que “cela devait rester un choix.

Je n’ai jamais cru au grand jamais que quiconque devait avoir le choix de se faire injecter, ou pas, ainsi que ses enfants, avec une arme biologique militaire. Une arme biologique qui utilise les technologies de transformation génique ARNm pour infliger aux personnes des dégâts permanents, des invalidités, de graves maladies et souvent causant une mort immédiate ou quasi-immédiate.

Je pense que si le peuple américain avait été correctement informé au sujet de ce que contiennent ces injections ARNm et avait été mis en garde que ces injections sont des armes biologiques militaires faites pour causer de graves maladies, des invalidités et la mort, les gens auraient illico demandé que ces injections soient retirées du marché et soient criminalisées dans chaque état des Etats-Unis.

Pendant mon entretien avec Stew Peters en juillet 2021, j’ai été on ne peut plus claire sur le fait que le peuple américain a été trompé et a été profondément trahi par ses leaders et toutes ces personnes d’influence auxquelles il faisait confiance. J’ai dit et répète que ces injections à ARNm anti-COVID19 sont des armes biologiques faites, conçues pour provoquer des maladies graves, des handicaps et la mort. (designed to cause disease, disabilities, and death)

… Ces injections à ARNm utilisées sous autorisation “d’urgence” sont non seulement le but de toute cette campagne de mensonges et de propagande pour terroriser les gens afin qu’ils se fassent injecter.. mais ces choses ne sont pas des vaccins, il n’y a aucun bénéfice pour votre santé si vous vous faites injecter. Les seules choses que ces injections puissent faire c’est vous rendre malade, invalide et vous tuer.” ~ Karen Kingston, Stew Peters Show, 28 juillet 2021 ~

En mai 2021, j’ai envoyé un courriel à des douzaines de médias, de gens d’influence, de médecins et de représentants politiques et de gouvernement. Je crois toujours en ce que j’ai écrit il y a plus de 20 mois de cela, à savoir que je pense que si quelqu’un ayant une expertise jetait un œil sur les documents de la FDA, sur les brevets et les recherches sur le “gain de fonction”, que j’ai inclus dans mon courriel aux médias etc, ces experts concluraient exactement de la même façon que je l’ai fait, c’est à dire que les injections à ARNm anti-COVID19 sont des armes biologiques utilisant une technologie de pointe avancée de nanoparticules lipidiques (NPL).

“Le plus important est l’attachement intitulé Brevet SM-102, qui est le brevet mondial pour la Nano Particule Lipidique ou NPL de l’ARNm, accordé par WIPO à Moderna le 6 août 2020. S’il vous plait, ayez un expert en recherche médicale sur les maladies auto-immunes analyser ce brevet et ceux mis en lien dans ce courriel. Je pense qu’ils concluront que ces injections ARNm sont des armes biologiques qui contiennent des virus OGM à gain de fonction et des toxines sous le couvert de vaccins thérapeutiques à ARNm combinés avec une plateforme ‘diagnostique / thérapeutique’ NPL. Par les dires même du brevet les NPL peuvent cibler des organes ou des systèmes organiques particuliers dans le corps, incluant mais n’étant pas limité aux systèmes reproductif, cardio-vasculaire, pulmonaire et du Système Nerveux Central (SNC), ayant la particularité de traverser la fameuse barrière hémato-neurologique (sang-cerveau).
– Karen Kingston, May 2021, 911 email to media, doctors, and government officials

L’information de ce que les injections ARNm sont des armes biologiques n’est pas nouvelle. La raison pour laquelle la plupart des gens ne sont pas au courant de cela n’est pas que le preuve de ceci n’est pas disponible ou pas fiable. C’est parce que nos experts scientifiques, médicaux et légaux ont décidé que “ce n’était pas dans leur meilleur intérêt” que de le dire aux gens, de dire qu’en fait ces injections à ARNm sont des armes biologiques.

En 2021, je fus conseillée par des experts que se référer précisément aux injections COVID19 comme des armes biologiques seraient trop pour les gens et serait aussi trop source de peur ; que les gens se fermeraient à l’info comme des coquillages. Ceci n’a aucun sens. Les Américains furent terrorisés à accepter de se laisser mettre en résidence surveillée, en confinement en mars et avril 2020 pour soi-disant contre-carrer les effets d’un virus mortel et duquel pourtant ils avaient 0% de chances de mourir.

La majorité du peuple américain a cru un mensonge fondé sur absolument aucune preuve, mais fondé exclusivement sur une propagande constamment répétée. Il est absurde de dire que ce serait “trop” que les citoyens soient informés au sujet de la véritable arme biologique prouvée causer mort et dégâts importants aux organismes. Que c’est “trop” de leur fournir une information et la preuve que les “vaccins” ARNm sont toxiques et que cette information pourrait de fait leur sauver la vie et la vie de leurs enfants.

En fin de compte, la raison pour laquelle certains de nos amis et de nos voisins ne veulent pas écouter la vérité au sujet de ces injections ARNm anti-COVID19, que ce sont en fait des armes biologiques, est parce que pas assez de gens sont enclins à leur dire la vérité. Les gens croient les mensonges parce qu’on leur répète encore et encore et encore, mensonges répétés par des personnes en qui ils ont confiance. C’est aussi simple que cela.

Imaginez ce qu’il se passerait si nos experts, leaders et autres plateformes médiatiques alternatives étaient aussi tenaces à couvrir toutes les preuves disponibles que ces injections ARNm sont de fait des armes biologiques, qu’ils ne le sont à vouloir arrêter l’obligation (pseudo)vaccinale ?

Ces injections à ARNm seraient empêchées de circuler, d’être distribuées et seraient criminalisées dans la plupart des états en quelques semaines…

“Jusqu’à ce que le peuple américain se révolte et dise “Assez est assez, Stop à cette vaste fumisterie !” Ils continueront de pousser leur agenda jusqu’à la destruction totale du pays. Ils s’en prennent maintenant aux enfants. C’est ce qui est encore plus triste et déchirant. Il n’y aura pas de postérité. Il n’y aura plus d’Amérique si les personnes en âge de procréer, hommes et femmes, deviennent stériles. Et les enfants sont le plus à risque des effets secondaires néfastes et de mortalité de ces injections, il suffit de regarder le nombre de myocardites et de problèmes cardiaques dans les jeunes groupes d’âge pour comprendre .” ~ Karen Kingston, Stew Peters Show, 28 juillet 2021 ~

En tant que chrétienne, je crois que mon devoir est faire la lumière sur la vérité. Je ne crois pas en le mensonge et la tromperie comme moyens de vérité et de justice. C’est pourquoi je ne suis jamais restée sur la ligne de démarcation entre le faux narratif COVID-19 et la vérité. Les injections ARNm sont des armes biologiques et doivent être identifiées et dénoncées comme telles de manière consistante, elles doivent être sorties de l’utilisation publique et criminalisées.

= = =

Lecture complémentaire :

Karen Kingston sur Résistance 71

Notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité” constamment mise à jour depuis 2019…

 

KK_SPS
Karen Kingston dans l’émission de Stew Peters

sinopeg1

toxic-contaminated-vaccine

Anarchie et double pouvoir : possibilité ou illusion, quelques notes critiques sur le développement du mouvement anarchiste avec Matt Crossin ?.. 1/2

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 décembre 2022 by Résistance 71

RIEN ne s'oppose TOUT se compose

Très bonne analyse ancrée dans la réalité des luttes quotidiennes dans le monde et les fondements essentiels du cœur de l’anarchie qui est un mode de vie ne l’oublions jamais et qui donc organise naturellement horizontalement la vie sociale pour nous mener à la société des sociétés des associations libres émancipées. Nous publions ce texte très récent en deux parties vu sa longueur avec PDF à suivre.
En ce qui nous concerne, nous ne pensons pas qu’il y ait opposition, antagonisme entre les deux visons anarchistes présentées ici par Crossin, mais complémentarité. Le succès de la société des sociétés à venir tiendra des deux et surtout dans ses APPLICATIONS PRATIQUES dans la vie quotidienne, c’est à dire qu’il faudra AGIR en plus de réfléchir et de discuter… La société émancipée à venir sera un nouveau MODE DE VIE, il est important de bien le comprendre et celui-ci emportera le vieux monde sur son passage, ce vieux monde qui n’en finit pas de mourir et qui crée des monstres dans son agonie pour paraphraser Gramsci.
A lire et diffuser sans aucune modération.
~ Résistance 71 ~

Notes critiques sur les développements au sein du mouvement anarchiste

Matt Crossin

Août 2022

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Décembre 2022

1ère partie
2ème partie

Les anarchistes et le double pouvoir : situation ou stratégie ?

Un étrange développement s’est produit, qui a mené à une théorie anarchiste devenant de plus en plus associée à une tactique appelée “la construction du double pouvoir”. Les aficionados de cette tactique pensent que les anarchistes, étant opposés aux patrons et aux gouvernements, devraient comme principale stratégie, créer des institutions parallèles auto-gérées, comme des coopératives des travailleurs, des assemblées de communauté, des groupes d’entraide etc… l’argument est qu’alors que ces groupes prolifèrent, ils vont constituer une forme de pouvoir populaire qui va non seulement fournir une vision attractive d’un autre monde, mais aussi laisser les capitalistes sans travailleurs et l’État obsolète et inutile.

Bien que le terme de “double pouvoir” pour se référer à de telles tactiques apparaît sporadiquement dans les années 90 (dans le matériel pédagogique du groupe Rage et Amour par exemple), il n’est cependant pas clair quant à savoir comment exactement l’association est devenue si largement popularisée ces dernières années. Ce qui est clair en revanche, est que cette conception de double pouvoir n’a rien en commun avec son utilisation originelle, inventée par Lénine, comme moyen de décrire une condition au potentiel révolutionnaire.

Le double pouvoir n’était pas une stratégie pour parvenir à de telles circonstances (sans parler du socialisme). Cela décrivait une situation existant réellement dans laquelle des organes du pouvoir des travailleurs (soviets/assemblées, comités d’usines, milices etc…), formés au travers de la lutte de classe, peuvent rassembler et coordonner des ressources et la légitimité populaire, pouvant rivaliser et même surpasser ceux de l’État. De telles conditions placèrent les ouvriers en position d’exproprier la classe capitaliste et de renverser l’État. Plus tard, au cours de la révolution sociale espagnole, des comités et des collectifs similaires, ayant le même potentiel révolutionnaire, émergèrent au sein de l’insurrection anti-fasciste, pour se retrouver assis de manière assez inconfortable aux côtés du gouvernement républicain s’étant graduellement reconstitué. Dans les deux cas, deux demandes rivales de pouvoir co-existèrent : l’une bourgeoise et l’autre prolétaire. En aucun cas le double pouvoir se réfère t’il à l’emploi d’une stratégie ; certainement pas une fondée sur le démarrage de lieux de travail coopératifs, de jardins communautaires ou de groupes d’entraide comme “Nourriture pas des bombes”, quelque soit le mérite de ces projets respectifs.

Le véritable double pouvoir est instable de manière inhérente, il représente une menace active au pouvoir des gouvernements et des capitalistes. A la fois dans le cas russe et le cas espagnol, les circonstances du double pouvoir se terminèrent en une inévitable confrontation. En Russie, le gouvernement provisoire fut renversé en faveur d’un gouvernement bolchévique de plus en plus autoritaire (légitimisé au départ sous le slogan de “tout le pouvoir aux soviets”, c’est à dire tout le pouvoir aux assemblées). En Espagne, les comités révolutionnaires ayant échoué à vaincre l’État au delà de toute réparation possible, ou de socialiser la production, furent soumis par le Front Populaire et éventuellement furent écrasés par la coalition stalino-libérale au sein du gouvernement républicain qu’ils aidèrent à raviver.

Loin de représenter la politique du classique anarchisme de masse (parfois étiqueté comme anarchisme de “lutte de classe”), les nouveaux aficionados du double pouvoir comme stratégie sont, en réalité, en train de raviver la vieille tradition “utopique” non-confrontationnelle du socialisme non-révolutionnaire. C’est, au mieux, la politique proto-anarchiste de Pierre Joseph Proudhon plutôt que l’anarchisme de Errico Malatesta, Michel Bakounine ou des organisations ouvrières anarchistes révolutionnaires qui se développèrent de l’aile fédéraliste de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT).

Comme Proudhon, et contrairement à la vision anarchiste révolutionnaire, les soutiens du double pouvoir argumentent qu’ils peuvent améliorer notre position sous le capitalisme et parvenir au final à l’anarchie, en rassemblant nos ressources et en les gérant de manière autonome et coopérative. En pratique, cela voudrait dire que ceux d’entre nous qui sont le mieux lotis fourniraient aux moins bien lotis, une forme de service souvent amalgamée avec le concept d’entraide. Ce qui mènerait à des entreprises entrant en concurrence avec des entreprises traditionnelles sur le marché.

Historiquement, cette stratégie a été perdante pour des raisons parfaitement bien comprises et articulées par les anarchistes et les marxistes. En tant que travailleurs, nous n’avons quasiment rien à partager entre nous. Dans le mime temps, les capitalistes ont tout. Ils seront toujours capables de gagner la lutte concurrentielle et annihiler le secteur coopératif. La logique du marché mettra toujours la pression sur les travailleurs-propriétaires de ces coopératives, c’est à dire une propriété privée gérée de manière coopérative sous la forme d’entreprises, ce qui empirera leurs conditions, forcera à baisser leurs propres salaires, à réduire la qualité de leurs produits et d’augmenter le prix de vente à la seule fin de pouvoir survivre.

Survivre tout en maintenant l’esprit du projet coopératif est en soi une lutte. Pousser les entreprises capitalistes à la faillite, s’approprier leurs ressources, placer leurs biens et propriétés sous un plus vaste contrôle social et avoir l’État disparaître dans le processus, n’est que pure fantasmagorie.

Les avocats du double pouvoir évitent toute la question de savoir à quoi ressemble la victoire. Même si la stratégie du double pouvoir pouvait aboutir à la situation d’un véritable double pouvoir (comme édicté par Lénine), notre but en tant qu’anarchistes est d’ELIMINER l’État et la capital, de ne pas exister “en dehors” ou “en parallèle” en tant que “second pouvoir”. Clairement, à un moment donné, nous devrons exproprier le capital et ceci impliquera nécessairement une réponse de l’État, qui à la fois dépend de et reproduit la société de classe.

Et pourtant le contre-pouvoir, pouvoir au sein des entreprises capitalistes traditionnelles, contre les patrons et les gouvernements, capable de saisir le contrôle sur la vie économique de la société, la mettant au service des besoins humains, et défendant avec force cette transformation des relations sociales, est rarement mentionné par les champions du double pouvoir. Il y a ici aussi une faiblesse fondamentale dans la vision de réforme du double pouvoir, car il en est de notre position structurelle au sein des entreprises capitalistes (qui ont besoin de notre travail), qui nous permet de faire levier sur les patrons et les gouvernements qui les servent.

Les anarchistes devraient garder présent à l’esprit les mots de Pierre Kropotkine à ce sujet et son avertissement aux travailleurs qui refusent d’abandonner de telles tactiques de lutte révolutionnaire :

“Travaillez pour nous pauvres créatures, qui pensez que vous pouvez améliorer votre sort par les coopératives sans oser toucher en même temps à la propriété, à l’impôt et à l’État ! Maintenez-les en place et demeurez leurs esclaves !”
~ Kropotkin, P. 1914. “Science moderne et anarchie” ~

Anarchistes et neo-anarchistes : horizontalisme et espaces autonomes

Il n’est pas rare, surtout en Amérique du Nord, de voir l’anarchisme défini comme une idéologie enracinée dans la “démocratie directe”, la prise de décision par consensus et la maintenance de relations sociales “horizontales” (c’est à dire non-hiérarchiques), particulièrement dans des zones autonomes ou les espaces publics.

Cette idée de l’anarchisme est inhabituelle en ce qu’elle place au centre de sa définition, une adhérence à des formes spécifiques de procédure et de comportement interpersonnels tout en minimisant les buts politiques qu’un mouvement “horizontal” devrait essayer d’établir. De ce point de vue, se réaproprier les espaces publics comme opportunité d’y tenir des assemblées publiques non-hiérarchiques, où nous pouvons décider par consensus est, en soi, “anarchiste”, quelque soit le résultat d’un tel processus.

Ceci n’a pas grand chose à voir avec la tradition classique de masse anarchiste et sa politique de socialisme révolutionnaire. C’est au lieu de ça, une approche qui est le mieux décrite comme tombant sous la bannière du “neo-anarchisme”, qui est une conception moderne de l’anarchisme largement informé par les mouvements féministe et pacifiste des années 70, le mouvement environnementaliste vert des années 80, le mouvement alter-mondialisation des années 90 et de la révolte argentine de 2001, qui a inventé le terme “horizontalisme” ou “horizontalidad”, pour décrire le rejet par le mouvement de la démocratie représentative, l’utilisation des assemblées générales pour coordonner les activités et la conversion d’usines abandonnées ou en banqueroute en des entreprises coopératives.

Prenez par exemple, l’insistance des neo-anarchistes pour l’utilisation du consensus dans la prise de décision. Bien que le consensus (ou “l’unanimité” comme c’était typiquement appelé), était parfois une caractéristique des organisations politiques anarchistes et souvent vu comme un idéal pour travailler via une discussion entre camarades, ce ne fut jamais un composant fondamental du mouvement anarchiste. Les anarchistes ont généralement été d’accord pour dire que la forme appropriée de prise de décision dépend des circonstances et ont fréquemment endorsé des variations sur le vote majoritaire, particulièrement dans les organisations de masse fondées sur des communautés autre que des affinités idéologiques, comme les syndicats. Le point de focus des anarchistes n’a généralement pas été la forme du processus de prise de décision, mais plutôt les principes des associations libres et de la solidarité. De plus, bien que les anarchistes aient toujours insisté sur le “droit de la minorité d’être libre de la coercition de la majorité”, il est même plus important que la grande majorité soit libre de la règle minoritaire ou du sabotage. Comme l’écrivit Malatesta dans son essai “Entre paysans : un dialogue sur l’anarchie”.

Tout est fait pour atteindre l’unanimité et quand c’est impossible, le vote désignerait une majorité ou alors la décision résiderait en une tierce partie, qui agirait comme arbitre en la matière, respectant l’inviolabilité des principes d’égalité et de justice sur lesquels est basée la société. En réponse à la préoccupation du sabotage de la minorité, une telle situation rendrait nécessaire une action de force, parce que s’il est injuste que la majorité opprime la minorité et il est tout aussi injuste que l’opposé ne se produise. Et tout autant que la minorité a le droit à l’insurrection, la majorité a aussi le droit de se défendre.

Quant aux “zones autonomes” et la tactique de se réaproprier les espaces publics (comme vu lors du mouvement Occupy Wall Street), nous n’avons ici aucune connexion avec l’anarchisme en tant que tradition révolutionnaire et un exemple de tactique qui a montré de manière répétitive son incapacité à extraire des réformes significatives, sans parler de révolutionner la production et de détruire l’État.

Les limites fondamentales de “l’occupation publique” ou des “zones autonomes” et les défaites qui ont résulté de ces limites, ont mené quelques anciens promoteurs de la stratégie à faire une transition notable du Neo-anarchisme à la politique parlementaire. Bien qu’inexplicable aux observateurs extérieurs, le changement est facilement compris quand on considère la vision péculière du Neo-anarchisme sur la “démocratie directe” ou “les espaces horizontalement organisés” comme la caractéristique affirmée de l’anarchisme et non pas celé d’une théorie et pratique révolutionnaires libertaires contre l’État et le capital.

Si on accepte l’idée de l’anarchisme comme proposé par les Neo-anarchistes, il n’y a pas de contradiction fondamentale entre anarchisme et implication dans la politique parlementaire (!!!). Si le parti politique est un parti de démocratie directe, composé de mouvements sociaux et investi dans les relations interpersonnelles horizontales, quelle différence cela fait-il si la décision prise (idéalement par consensus) est pour faire campagne pour des candidats politiques, voire même administrer l’État ?

Nous avons vu cela avec le soi-disant “mouvement des places” en Europe. Les activistes qui prirent part au mouvement 15M ou des “Indignés”/“Los Indignados” en Espagne ont fini par abandonner leur notion des politiciens au slogan du “Ils ne nous représentent pas !” Avec la formation du parti politique Podemos et autres multiples partis politiques “municipalistes”.

Une trajectoire similaire fut suivie par l’anthropologue anarchiste David Graeber vers la fin de sa vie. Graeber, une figure du mouvement Occupy Wall Street et avant ca, un participant au mouvement altermondialiste, ne vit apparemment aucune contradiction  entre son (Neo)anarchisme et ses efforts de rejoindre le parti travailliste britannique en soutien de Jeremy Corbyn.

Graeber fut particulièrement enthousiaste avec l’organisation affiliée au parti travailliste Momentum ; une excroissance de la campagne de leadership de Corbyn, qui, argumentait-il constituait une tentative unique de fusionner le mouvement radical avec un parti parlementaire.

Plus récemment, nous avons été les témoins de l’absurdité du “socialiste libertaire” autoproclamé Gabriel Boric vantant son association avec le mouvement étudiant radical chilien et accédant à la présidence suite à un soulèvement populaire militant.

Les dégâts causés par ces supposées “tentatives uniques” de traduire l’horizontalisme du Neo-anarchisme en une forme de parti politique, qui en réalité ne diffère pas grandement de l’approche historique offerte par les marxistes en alternative à l’anarchisme, ont été bien documentés par ailleurs et il ne convient pas ici d’en faire une revue de détail. Il va sans dire qu’à chaque fois, il y eut bureaucratisation, accommodation des nécessités d’administre l’état capitaliste  (ou juste de faire campagne pour l’administrer) et il n’y a eu aucun gain de pouvoir des travailleurs contre les patrons.

La réalité est qu’on ne peut pas se préfigurer l’anarchie et le communisme au travers de la “démocratie directe” et des “espaces d’autonomie”. L’anarchisme demande un mouvement anarchiste spécifique et surtout… une pratique anarchiste. Bien que nous pouvons sans aucun doute nous organiser depuis la base au sein d’une structure fédéraliste consistante, nous ne pouvons pas faire vivre notre idéal de “vivre en anarchie” ou notre relation les uns aux autres le plus “horizontalement” possible. De la même manière, le contenu de l’anarchisme ne peut pas se limiter à la structure de notre mouvement, son contenu de lutte de classe dit être maintenu. Pour citer Luigi Fabbri :

Si l’anarchisme n’était qu’une éthique individuelle, à être cultivée pour soi-même et en même temps être adapté dans les actions de la vie matérielle et des mouvements en contradiction avec lui, nous pourrions nous appeler anarchistes et appartenir aux partis les plus divers et beaucoup pourraient aussi être appelés anarchistes, qui bien qu’ils soient spirituellement et intellectuellement émancipés, sont et demeurent, en base pratique, nos ennemis. Mais l’anarchisme est différent… Il est prolétarien et révolutionnaire, une participation active au mouvement pour l’émancipation humaine avec des principes et des buts égalitaires et libertaires dans le même temps. La partie la plus important de son programme n’est pas seulement le rêve que nous voulons devenir réalité d’une société sans patrons et sans gouvernements, mais avant tout la conception anarchiste de la révolution, de la révolution contre l’État et non pas à travers l’État…

heroisme

Anarchistes et insurrection : Organisation, lutte de classe et émeutes

La période “classique” de l’anarchisme, qui peut être définie comme allant de la fondation de l’Internationale Anarchiste de St Imier (NdT : créée par Michel Bakounine après l’expulsion des anarchistes de la 1ère Internationale Ouvrière suivant un plan fomenté par Marx et Engels qui prirent alors le contrôle de l’Internationale…) en 1872, à la fin de la seconde guerre mondiale en 1945. Il y eut deux courants significatifs, l’anarchisme social ou “de masse”, représenté par l’anarcho-syndicalisme (la formation de fédérations syndicales anarchistes) et l’organisation dans la dualité (formation d’organisations anarchistes spécifiques intervenant dans les luttes de masse), ce mouvement fut dominant et prend sa source au congrès de St Imier, l’aile libertaire de la 1ère Internationale et autres précurseurs fédéralistes au sein du mouvement des travailleurs.

Opposé à celui-ci fut un courant minoritaire d’anarchisme insurrectionnel, qui voyait le mouvement des travailleurs en développement comme réformiste (avec des réformes à la valeur douteuse), opposé aux organisations formelles comme étant inconsistantes avec l’anarchie et se limitant à des tactiques dont l’intention était de provoquer une insurrection généralisée : attaques armées contre l’État et la propriété privée ou étatique, assassinats de patrons et de politiciens etc…

L’anarchisme insurrectionnel a trouvé un nouvel élan avec le déclin du mouvement des travailleurs à la fin des années 1970. Les formes radicales furent réprimées. Les syndicats gérés par des bureaucraties professionnelles et dévolus à la stabilité du système capitaliste (incluant bien sûr leur position bien protégée et confortable en son sein) et de manière générale, soumis aux intérêts des partis politiques affiliés, acceptant l’intégration du travail organisé au sein de réseaux hautement régulés de gestion des litiges, qui a criminalisé toute action directe efficace et a restreint le contrôle des travailleurs sur leur propre lutte.

Plutôt que de reconnaître ce tournant de la défiance à la loi vers une impuissance légale en tant que résultat demandant un renouvellement de l’implication envers le long et patient travail de l’agitation sociale sur les lieux de travail, certains “révolutionnaires” choisirent d’accepter le narratif plus facile disant que cette tragédie historique était de fait inévitable. Notre position en tant que “travailleurs”, individus forgés par le développement capitaliste en une classe, mais capable de devenir une classe agissante par et pour elle-même, n’était plus, d’après eux, quelque chose d’important à notre émancipation.

Les insurgés affirment que la lutte pour la production a mené à la bureaucratisation et une accommodation au sein de la société de classe. De leur perspective, il n’y a donc aucun intérêt de tenter de collectivement s’identifier à une classe de “travailleurs” opprimés, ou d’organiser des manifestations de lutte de masse sur cette base. En fait, les anarchistes insurrectionnels s’opposent à toute forme d’organisation formelle et sont le plus souvent sceptiques à l’idée même “d’organisation”. Ils argumentent que des projets spécifiques ne demandent rien d’autre qu’une “affinité de groupe” informelle : des camarades rapprochés, travaillant ensemble pour parvenir à mettre en place des buts communs et concrets, sans aucune structure ni programme politique.

Mais si nous ne luttons pas en tant que classe organisée au travail, où de tels groupes d’affinité devraient-ils être engagés dans la lutte ? Les insurrectionnistes se sont fait typiquement les avocats d’une politique “de constante attaque”. Ils se délectent des images d’émeutes et de combats de rue contre la police, des feux allumés et du pillage, de la destruction des magasins. Comme avec la politique des Neo-anarchistes du mouvement Occupy, le point de lutte est généralement vu comme étant la rue ou l’espace public, façonnés comme une expérience “d’autonomie”. Mais là où les Neo-anarchistes trouvent la liberté dans l’autogestion de villes de tentes ou de jardins potagers communs, les insurgés d’aujourd’hui semblent la trouver dans l’acte de rébellion lui-même ; dans la démonstration de leur supposée ingouvernabilité. Les insurgés et leurs “équipages” de combat volent de la nourriture pour la distribuer à ceux qui ont faim et repoussent les flics quand ceux-ci essaient de les en empêcher et de les arrêter.

Il est bien évident que c’est bien de nourrir quelqu’un qui a faim et nous n’avons aucune objection à enfreindre la loi, mais ceci est néanmoins une étrange notion de la liberté. Cela assume la permanence insurmontable d’une société fondée sur l’existence des patrons, des gouvernements et des commodités. Ceci propose que nos agissions comme si le capital et l’État ne puissent jamais être renversés au travers de la transformation concrète des relations sociales en production. Les choses ne peuvent pas être changées, elles ne peuvent qu’être  détournées ou défiées.

Les plus myopes des supporteurs de l’insurrection voient les émeutes, l’assassinat et la destruction de la propriété comme une sorte de propagande de l’exemple à suivre ou autrefois appelée “propagande par le fait”. Ceci vise à déclencher des évènements par des minorités courageuses dans l’espoir que tout ceci spirale en insurrection généralisée contre le gouvernement ; nous libérant de la banalité d’une vie passée à travailler et de tout risquer dans un “retour à la normalité”. 

Avec la rébellion suite à l’affaire de George Floyd (NdT : générant le mouvement Black Live Matters, lui même se retrouvant politiquement infiltré et neutralisé à terme, il ne représente plus aucun danger pour le système, il a été neutralisé de l’intérieur), la politique de l’anarchisme insurrectionnel fut mise à rude épreuve. Les insurgés furent présentés à une émeute nationale qui échappa à la légalité et au contrôle de toute organisation. Des commissariats furent attaqués et des magasins pillés. Une coalition multi-raciale de la classe travailleuse envahit la rue, coude à coude, pour faire face aux flics. Dans la dite “Zone Autonome de Capitol Hill” ou ZACH (NdT : ou CHAZ en anglais), un très vaste voisinage fut déblayé de toute présence policière et il y fut établi un espace pour projets communs coopératifs (comme un potager communautaire “Noir et Indigène seulement”, ainsi qu’une esplanade à micro ouvert constant pour le libre échange de paroles et d’idées.

La CHAZ / ZACH (qui ne fut jamais en fait capable de se développer au delà d’une assemblée anti-flic…) a très rapidement stagné, en n’ayant pas d’autre but que celui de maintenir l’occupation de l’espace public. Les groupes d’affinité tentèrent de maintenir la rage, mais furent bien incapables d’encourager et de canaliser la rébellion dans une direction révolutionnaire.

Les choses se terminèrent rapidement dans le chaos et le désastre. Tous les barjots et aventuriers possibles furent attirés dans l’affaire. Des notions libérales de “privilège politique”, une compréhension très superficielle de la domination fondée sur l’identité, furent promues de manière agressive, minimisant les nouveaux liens créés de solidarité. Finalement, quelques individus armés (s’étant eux-mêmes nommés comme “la patrouille”) tirèrent sur et tuèrent quelques jeunes ados afro-américains qui faisaient les cons en voiture. Dans le brouillard de l’incertitude, de vagues rapports apparurent dans les réseaux sociaux, excitant ceux qui mettent sur le même plan l’usage des armes et le militantisme. Les tueries furent initialement louées dans certains cercles insurrectionnels de l’internet comme étant un bon exemple “d’auto-défense révolutionnaire” contre des “infiltrés de l’extrême-droite”.

A suivre…

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

GJVH

Religion covidiste et inquisition attenante, le point sur l’épopée eugéniste avec Jean-Yves Jézéquel

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 6 décembre 2022 by Résistance 71

passeportvaccinal

Le point sur l’épopée covidiste

Jean-Yves Jézéquel

2 décembre 2022

Url de l’article original:

https://www.mondialisation.ca/faisons-le-point-sur-lepopee-covidiste/5673186

Comme on le disait depuis très longtemps, notamment dans mondialisation.ca, l’article du 19 juin 2021, « vaccination Covid-19 : dernier avertissement par le Dr Vanden Bossche », il fallait s’attendre à ce que l’on découvre aujourd’hui la catastrophe annoncée et qui était parfaitement prévisible, sans surprise pour ceux qui ont un peu de cervelle et de jugeote ! Seuls les fanatiques hystérisés du covidisme sont étonnés, surpris, décontenancés : ils s’affolent en hurlant à la « triple épidémie de covid, grippe et bronchiolite », débordant actuellement les hôpitaux qui ont licencié plus de 15.000 soignants en France, refusant les injections expérimentales dangereuses… (Cf., D.Roucaute, Covid-19, bronchiolite et grippe : la triple épidémie de virus respiratoires qui menace la France cet hiver, dans Le Monde du 29 novembre 2022.)

La Belgique et la Suisse sont sur le même schéma d’épidémie.

Les hôpitaux en appellent au Gouvernement à travers une tribune signée par plus de 10.000 soignants demandant à Macron d’agir sans délai pour solutionner cette situation gravissime, principalement les services de pédiatrie. 

(Cf., Le Monde du 30 novembre 2022. Crise de la pédiatrie : « Monsieur le président, votre silence est assourdissant », la lettre de 10 000 soignants à Emmanuel Macron.) 

« Monsieur le président de la République, il s’agit de la dernière chance de notre société pour arrêter l’hémorragie massive des soignants qui quittent l’hôpital public, désabusés, épuisés, culpabilisés. Nous demandons simplement de pouvoir faire notre travail, de soigner, sereinement. »

Voici ce que Borne et Braun, ministre de la santé, Véran, porte-parole du Gouvernement, tous membres inconditionnels de la mafia mondialiste, ont trouvé à dire en réponse à cette tribune des soignants : « Remettez le masque ; adoptez à nouveau la distanciation sociale ; lavez-vous les mains ; vaccinez-vous… »

Pourquoi ce Gouvernements d’assassins ne remet-il rien en cause de sa politique criminelle depuis trois ans ?

Pourquoi cette organisation mafieuse continue-t-elle d’engouffrer l’argent public par milliards, dans des tests et des produits expérimentaux soit bidons, soit mortels, tout en déstabilisant volontairement le personnel soignant, en détruisant sciemment l’hôpital public et en le vidant de son personnel qualifié pour l’abandonner dans ce désastre incommensurable humain et financier ? 

Rappelons que le personnel soignant sanctionné n’a aucun moyen de subsistance et a l’interdiction formelle de chercher un travail.

Récemment la police des pervers au pouvoir, je veux dire la milice au service du gouvernement vichyste du Young Global Leader Macron, a convoqué les personnels soignants sanctionnés. Elle avait pour mission glorieuse de contrôler méticuleusement leurs comptes bancaires pour bien constater qu’ils étaient toujours en situation obligatoire de maltraitance et que le gouvernement pouvait être assuré qu’ils allaient crever rapidement comme des chiens abandonnés et sans moyens de survie !

La dette immunitaire est là : nos enfants et nos petits enfants sont en train de souffrir à cause de ces dérangés compulsifs au pouvoir. Pourquoi cette racaille n’en démord pas et persiste dans cette volonté contraire à toutes les règles sanitaires ?

Il n’est pourtant pas difficile de comprendre que cette flambée d’épidémie de bronchiolite, est la conséquence directe de la politique des « gestes barrière » à outrance menée depuis mars 2020 : le système immunitaire des plus jeunes ne pouvait pas s’élaborer et se préparer efficacement face aux VRS (virus à l’origine de la plupart des bronchiolites) circulant habituellement l’hiver.

Les médecins et « experts » bonimenteurs des plateaux de télévisions, proclamaient triomphalement la quasi-disparition de la grippe et des virus respiratoires !

Pourtant, cela ne faisait aucun doute pour tout épidémiologiste qui se respecte : ce mensonge était grotesque et témoignait surtout d’une volonté qui n’avait forcément rien à voir avec une cause sanitaire ! Pourquoi les VRS et les rhinovirus sont plus répandus cette année et trouvent devant eux un terrain si favorable à leur développement ? Parce que les enfants n’ont pas eu l’occasion de pouvoir construire les anticorps nécessaires à la défense de l’organisme, depuis deux hivers consécutifs !

Cet effet dévastateur était parfaitement prévisible et sans aucun doute, l’équipe des pervers au pouvoir ne pouvait que le savoir, c’est pourquoi nous ne pouvons pas leur pardonner.

Ce qui est en train de se produire prouve également que les « vaccins » ne servent à rien. Non seulement ils ne servent à rien mais ils aggravent la situation.

Bien entendu ces criminels qui nous « gouvernent » radotent que la virulence du Covid de cet hiver est due au fait que la population a en général refusé de faire sa troisième, voire sa quatrième dose programmée ! Les gens ont tout simplement fait le raisonnement de bon sens suivant : « si je dois faire un rappel tous les six mois, c’est que ce « vaccin » ne marche pas, il est totalement inefficace ! »

Conclusion de la personne à qui il reste un peu de bon sens : « je ne me fais plus injecter cette saloperie qui ne me protège absolument pas et qui manifestement, au regard des statistiques sérieuses, est potentiellement dangereuse ! » Pourquoi faudrait-il bêtement engraisser les mafieux de l’industrie pharmaceutique à nos dépens ? 

La réponse du Gouvernement revient à dire : « moins cela ne marche, plus il faut se faire injecter ces produits expérimentaux à ARNm truffés de nanotechnologie graphénisée » !

day_of_dead

85% de la population éligible en France a reçu la première injection et son rappel. Quant à la troisième et quatrième injections (ne parlons même pas de la cinquième), c’est la débandade totale pour les imbéciles du gouvernement français.

Le peuple constate la nouvelle flambée des infections quotidiennes à raison de plus de 40.000 malades par jour avec impossibilité de recevoir les victimes dans les hôpitaux qui ont été volontairement désorganisés sur tous les plans. Pour lui, la réponse est claire : ces infections montrent la complète inefficacité de ces injections qui manifestement n’étaient pas destinées à protéger des virus, ni à assurer une quelconque prévention sanitaire ! Les traîtres du Gouvernement Macron continuent, certes, de radoter aux demeurés qui veulent bien les écouter, que c’est à cause du refus de la « vaccination » massive que nous avons aujourd’hui ce problème…

Les Français, dans leur majorité, constatent désormais que ces injections aggravent le risque de développer une autre infection respiratoire en ce qu’elles sursollicitent le système immunitaire devenu incapable de jouer correctement son rôle comme l’avait si bien expliqué le Dr Vanden Bossche. Ces injections expérimentales dangereuses fragilisent manifestement le système immunitaire, comme nous avions été nombreux sur mondialisation.ca à le dénoncer.

Une étude publiée en mars 2022 dans The Lancet, démontrait qu’en cas de co-infection du théorique SARS-CoV-2 et d’un autre virus respiratoire (grippe ou rhinovirus, à l’origine de la plupart des rhumes) le risque de décès était significativement plus élevé. (Cf., Swets M, Russell C, Harrison E, et al (2022). SARS-CoV-2 co-infection with influenza viruses, respiratory syncytial virus, or adenoviruses. The Lancet.)

Bien entendu, on pouvait tout à fait s’attendre à une conjonction des virus de l’hiver, provoquant un plus grand risque pour notre santé : cela était commenté, pensé, prévu par les épidémiologistes sérieux, les virologues et les spécialistes des vaccins, non corrompus par des conflits d’intérêts et non terrorisés par les menaces sur leur carrière ou leurs moyens de subsistance, comme on l’a vu et revu depuis trois ans ! (Relire les nombreux articles publiés sur cette crise dans mondialisation.ca : toutes les références sérieuses sont là)

Lundi 28 novembre 2022, le Professeur Cyrille Cohen prenait la parole sur CNews. Il disait que pour les moins de 70 ans, le Covid n’était pas plus meurtrier qu’une grippe ordinaire. Il trouvait scandaleux qu’on ait « confiné » toute une population pour cette raison et encore plus qu’on ait « vacciné » plus de 80% de la population en utilisant la peur et les menaces !

Au plus fort de la crise, on avait 140 malades pour 100.000 habitants par semaine. Dans une grippe saisonnière normale, on a entre 500 et 600 malades pour 100.000 habitants par semaine, soulignait le Professeur Laurent Toubiana, chercheur à l’INSERM. (Cf., Pr Laurent Toubiana, « Covid 19, une autre vision de l’épidémie », ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas, les vérités d’un épidémiologiste, éditions l’Artilleur, 2022, 272 pages.)

Cf., https://www.cnews.fr/les-replays/l-heure-des-pros

Le Pr Cyrille Cohen disait encore sur CNews, que les effets secondaires avec ces injections à ARNm étaient nettement plus fréquents que tout ce qu’on connaissait sur le sujet concernant les vaccins, en particulier les myocardites pour les jeunes, alors que ces derniers ont un risque quasi zéro d’aller en réanimation !

Il ajoutait qu’il n’avait jamais compris cette « histoire de pass vaccinal, à un moment où tout le monde savait que le vaccin n’arrêtait pas les contaminations » !

Le professeur complétait son commentaire en disant que seuls 10 % des Français éligibles à la 4ème ou 5ème dose cet automne l’avaient reçue ! Ce qui faisait 90 % de Français « antivax », c’est-à-dire, en clair, 90% de Français qui réfléchissaient par eux-mêmes et qui n’écoutaient plus les recommandations de nos autorités considérées par nos concitoyens comme des charlatans !

De son côté, le Professeur Perronne démontrait récemment sur le plateau de CNews, que s’observait, de manière très précise, une surmortalité dans les pays les plus « vaccinés ».

Mais, disons-le sans ambages, tout cela ne fait pas changer de cap pour autant ! Le 16 novembre 2022, en accord avec les pro-nazis du G20, les « autorités » mondialistes rappelaient l’importance des « passeports vaccinaux » pour « faciliter les voyages internationaux ».

https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/11/16/g20-bali-leaders-declaration/

Le 20 novembre 2022, celui qui nous sert de ministre de la santé, François Braun, déclarait rendre obligatoire la vaccination des adolescents contre le papillomavirus ! C’est un des vaccins ayant le plus d’effets secondaires graves, et pour lequel il n’y a strictement aucune preuve d’efficacité clinique. 

Nous allons tout droit vers le vaccin de la grippe obligatoire tous les hivers, pour les plus de 60 ans et bien entendu truffés de nanotechnologie à l’oxyde de graphène pour un marquage efficace du bétail humain !

Pourquoi le gouvernement cache les chiffres d’infections, d’hospitalisations et de morts selon le statut vaccinal, car en réalité, tout le monde sait aujourd’hui, que plus on a reçu de doses, plus on risque d’être contaminé par la Covid-19 ?

Pourquoi dans les essais cliniques Pfizer et Moderna, il y avait un peu plus de morts dans le groupe vacciné que dans le groupe non-vacciné et pourquoi les autorités sanitaires l’ont ignoré ?

Pourquoi les autorités sanitaires ne peuvent pas reconnaître les effets indésirables graves et les nombreux morts suite aux injections anti covid, alors que ce sont ces mêmes autorités qui s’acharnent à nous les imposer ? 

Pourquoi, dans cette affaire, l’Agence du médicament est-elle juge et partie ?

Pourquoi Bill Gates s’est-il emparé financièrement de l’OMS en imposant par ce moyen son idéologie ultra-vaccinaliste au monde entier ?

Les nombreux travaux d’historiens et d’experts de l’histoire des vaccins ont désormais démontré que la légende de la vaccination était objectivement un mythe, il faudrait plutôt dire qu’elle est un abominable mensonge ! Non, les vaccins n’ont pas éradiqué la variole ; non les vaccins n’ont pas maîtrisé les fléaux pandémiques du 20ème siècle…

(Cf., Marc Menant, historien, « L’inquiétante histoire des vaccins », Plon 2022, 265 pages.

Xavier Bazin, « Antivax toi-même », Guy Trédaniel éditeur, novembre 2022, 296 pages.)

Comment se fait-il que Pfizer ait fait 100 milliards de chiffre d’affaires grâce à la Covid 19, et comment cet argent massif a pu conduire à une corruption systématique de tout le système de santé ?

On se demande comment le nouveau Torquemada de la santé, François Braun, peut rendre obligatoire le vaccin contre le cancer du col de l’utérus, lorsqu’on sait que ce vaccin a déjà ruiné un nombre incalculable de vies de femmes ?!

Un professeur de médecine disait encore : « On ne sait pas ce qu’on fait quand on vaccine, faute d’avoir étudié sérieusement la question des vaccins » !

Sachons pourquoi vacciner des nourrissons contre l’hépatite B est un crime, une abomination absolue, un scandale insupportable, alors que ce vaccin est pourtant actuellement obligatoire ?

Le directeur des questions de santé sur BFMTV, R. Grably, en authentique « collabo du système actuellement au pouvoir », déclarait concernant une interview du docteur Xavier Bazin sur Radio Courtoisie, que tout d’abord cette radio était le repère des « antivax » et que ce que le docteur avait déclaré au cours de cette interview pouvait « coûter la vie à des jeunes femmes potentiellement touchées par le cancer du col de l’utérus » ! Alors que c’est justement ce que disait le docteur Xavier Bazin qui est vrai et cette déclaration irresponsable du collabo de BFMTV, une abomination criminelle ! En effet, on a aujourd’hui assez de recul pour savoir que les campagnes de vaccination contre le papillomavirus sont la cause d’une sérieuse augmentation du nombre des cancers du col de l’utérus… (Cf., le documentaire diffusé sur Arte : « Des vaccins et des hommes » !)

OMS_Organisation_Merdique_dela_Sante
OMS : Organisation Mortifère de la Santé

Que chacun sache où sont les véritables assassins !

Ce monsieur R. Grably, sans complexe, n’hésitait pas à pratiquer l’intimidation sur la journaliste qui avait invité le Dr Xavier Bazin en lui disant : « Vous savez Madame Houdiakova, vous êtes au courant que votre émission peut mettre en danger la vie des jeunes femmes et des jeunes hommes ? »

Les pervers sont sans scrupules, sans états d’âme ! Il est bien connu qu’ils osent tout : on les reconnaît même à cela !

Dès que quelqu’un dit naturellement la vérité, il est assassiné de toutes les manières : on s’arrange pour qu’il ne soit plus jamais invité, au moins sur aucun média collabo du système.

Il est clair que Big Pharma ne supporte pas la vérité. La puissance démesurée du pouvoir financier de ces organisations tentaculaires, mafieuses, criminelles se charge d’éliminer tout opposant au projet prédateur de ces individus qui ont décidé de dominer le monde en éliminant un maximum de personnes pour ne contrôler que les survivants …

(Cf., les articles du même auteur sur BlackRock/Vanguard, dans mondialisation.ca, 28 et 30 octobre 2022)

C’est dans le cadre du contrôle acharné des populations par le moyen du Great Reset [la Grande réinitialisation] organisé par les prédateurs du Nouvel Ordre Mondial et leur projet de monnaie numérique unique, mondiale, que l’arrestation du Capitaine Alexandre Juving Brunet a été organisée. Il est aujourd’hui emprisonné à la prison La Farlède de Toulon : il avait osé organiser le Franc libre et la Foncière Financière Libre qui sont des initiatives diamétralement opposées au projet des « élites » du N.O.M. Son projet du Franc libre pour une souveraineté de la France libre et l’idée de la Foncière Financière Libre, prévoyaient la création d’une coopérative pour les Français voulant préserver leur souveraineté, tout en contournant la crise énergétique, alimentaire et sanitaire organisée qui se met en place…

Voir également :

Exclu : le capitaine Juving-Brunet est en détention provisoire à la prison la Farlède à Toulon

Alexandre Juving-Brunet | Conférence de presse du 19 novembre 2022

Enfin, rappelons que le Conseil de l’Europe publiait une résolution en janvier 2021 (Cf., Document 2361/2021) disant que « Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut : personne ne peut être vacciné contre sa volonté, sous la pression. »

Les 14 Etats membres du Conseil Européen sont obligés de signaler avant toute injection que la vaccination n’est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discrimination !

La discrimination est également interdite en cas de risques sanitaires existants ou si une personne ne souhaite pas être vaccinée, précisent les textes européens.

Les fabricants de vaccins sont tenus de publier toutes les informations sur la sécurité des vaccins !
En tant que membre du Conseil des pays de l’Union Européenne, la France, est tenue d’observer cette résolution ! Macron n’a pas hésité pourtant à menacer les récalcitrants en promettant « affectueusement » qu’il se chargerait en personne de les « emmerder » !

Les accords internationaux contraires à la vaccination obligatoire et qui supplantent les Lois comme les décrets du Gouvernement français, sont toujours actuels :

  • La Déclaration de Genève
  • La Déclaration d’Helsinki
  • La Convention d’Oviedo
  • La Charte européenne des droits fondamentaux, art. 3
  • La Déclaration des droits de l’Homme, art. 4
  • Les lois suivantes contraires aux mesures liberticides sont à égalité avec la loi de gestion sanitaire et supérieures au décret sur les mesures COVID :
  • La Loi Kouchner
  • L’Article 16-1 du Code civil français
  • L’Article 222-1 du Code Pénal français.

CONCLUSION

Que veulent les mondialistes ? Massacrer un maximum de gens ! Après avoir réalisé ce tour d’horizon sur la tournure actuelle liée au délire du covidisme obscurantiste des autorités collaboratrices du projet mondialiste du Great Reset, nous avons encore plus de moyens à notre disposition pour constater à quel point les motivations sanitaires sont une hypocrisie absolue et que tout cela relève effectivement du projet d’élimination du plus grand nombre, puis de marquage et de contrôle du bétail humain survivant, rien d’autres. 

Il va de soi que dans ce contexte, les récalcitrants sont du coup des résistants qu’il faut trouver le moyen d’éliminer urgemment et les projets de nouvelles vaccinations obligatoires, bien entendu truffées de nanotechnologie pour le contrôle des individus, sont imaginés à cette fin. C’est aussi, prévoyant la réaction de défense légitime de leur vie, que l’Etat mafieux a demandé à tous les Français de bien vouloir rendre les armes non déclarées dans les préfectures : un programme identique à celui que le gouvernement de Vichy avait lui-même promulgué !

Nous savons désormais à quoi nous attendre. Nous savons que nous allons devoir défendre nos vies. Nous savons que la perversion mondialiste sera éradiquée par la résistance à son projet criminel, car ce n’est pas le petit nombre des « élites » se considérant comme toute-puissante, qui pourra imposer sa loi au plus grand nombre d’entre nous, ce plus grand nombre comptant dans ses rangs la nature elle-même qui a toujours eu le dernier mot sur tous les délires de ceux qui se sont crus au-dessus d’elle ! 

= = = 

Lire notre page constamment mise à jour depuis 2019:

“Coronavirus, guerre contre l’humanité”

çavapeter

news-complot

COVID19 : pseudovax ARNm et flambée de cancers incontrôlables (Dr Nicole Delépine, cancérologue)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 décembre 2022 by Résistance 71

 

Cancer1

 

Notre traduction du livre de Robert F. Kennedy Jr (PDF) :
« Le véritable A. Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique »
~ Résistance 71 ~

Flambée de cancers sous pseudovax (COVID-ARNm) : conseils aux naïfs tentés par un énième booster / rappel

Dr Nicole Delépine

Cancérologue

1er décembre 2022

Source:

https://www.mondialisation.ca/flambee-de-cancers-sous-pseudovax-conseils-aux-naifs-tentes-par-un-nieme-booster/5673143

Si répéter est la base de l’enseignement, il est bien une technique que possèdent les gouvernants du Nouvel Ordre Mondial (et donc les nôtres), celui de ressasser encore et encore une propagande contraire aux faits avérés pour conduire les administrés à obéir et à se faire injecter ce poison inefficace et dangereux alors qu’elle est démentie par des milliers d’articles internationaux.

Il convient de répéter aux menteurs compulsifs (et grassement payés ?) des plateaux télé :

Non, le masque ne protège pas de ce virus contrairement aux dires et supplications de la ministre.1

Non, le pseudovax n’est pas un vaccin, malgré les changements de définition du Petit Robert et cette injection encore expérimentale en AMM provisoire ne protège ni des contaminations ni des formes graves sinon il n’y aurait pas plus de décès2 liés, reconnus par les agences de santé internationales, chez les vax que chez les non-vax. Les appels internationaux à stopper le désastre sont nombreux.3

REFUSEZ LE BOOSTER À CEUX QUE VOUS AIMEZ

Si vous aimez vos proches injectés (par confiance mal placée aux médias menteurs, ou par nécessité vitale pour vivre), protégez-les du booster proposé, car les effets s’accumulent avec les doses successives, et surtout le contenu de ces nouveaux pseudovax paraît de plus en plus riche en substances toxiques. Les premières doses contenaient beaucoup de placebos, mais les suivantes sont de plus en plus riches en ARNm et en graphène, dont une multiplication des complications que chacun peut constater dans son entourage s’il ne se voile pas la face.

Comme clinicienne, je veux attirer votre attention sur les flambées de cancer qui désolent les cancérologues pourtant taiseux.

En octobre dernier 2022, une étude suédoise a révélé que la protéine de pointe associée à la maladie COVID-19 et ses vaccins expérimentaux pénètre dans le noyau des cellules et interfère de manière significative avec les fonctions de réparation des dommages à l’ADN, compromettant l’immunité adaptative d’une personne et encourageant peut-être la formation de cellules cancéreuses.

En mars 2021, le Dr Ryan Cole a signalé une « hausse » massive de diverses maladies auto-immunes et cancers chez les patients vaccinés contre la COVID.

« Depuis le 1er janvier 2021, en laboratoire, je constate une multiplication par 20 des cancers de l’endomètre par rapport à ce que je vois sur une base annuelle ». En ce qui concerne l’immunité adaptative globale, Cole décrit : « Après le vaccin, ce que nous voyons est une baisse de vos cellules T tueuses » qui « gardent tous les autres virus sous contrôle », laissant le patient vulnérable à une variété de maladies.

En janvier 2022 trois militaires décorés de haut rang, médecins et responsables de la santé publique aux USA, ont déclaré sous serment qu’à la suite de l’adoption du vaccin COVID dans l’armée américaine ils avaient constaté une augmentation des cancers de 296 %.4

toxic-contaminated-vaccine

Un post d’Alexandra pour sensibiliser les humains au risque de cancer après injection anticovid5

« Je remarque que l’humain comprend mieux sur l’animal que sur lui-même. Alors je vous raconte l’histoire de Kimani, le petit gorille, né dans un zoo à Calgary. Il est né le 9 mars 2016 d’une mère Kioja, âgée de 15 ans (primipare) et d’un père illustre Kakinga, connu comme le “gentle giant” (le gentil géant), mort à 37 ans d’une déchirure dans l’aorte. Bénéficiant du nec plus ultra du traitement de l’humanité, le jeune Kimani âgé de 6 ans a été injecté début avril 2022 avec les premières doses anti-COVID19 disponibles au zoo. En moins de 2 mois, l’état de santé de Kimani s’est profondément dégradé. Il est dans un état critique, et seuls les soins palliatifs sont désormais envisagés. Il a été diagnostiqué d’un cancer du foie… Cancer pédiatrique du foie ». 6

Ces cancers foudroyants que médecins et vétérinaires n’essaient même pas de traiter, nous les appelons entre cancérologues les TURBO CANCERS. Merci d’en parler autour de vous, car il nous faut trouver un moyen pour les prendre en charge, mais aussi pour en limiter l’incidence, ce qui revient probablement à la sagesse de la déclaration du médecin en chef Dr @LeibowitzRaya : NE PLUS SE FAIRE INJECTER

Les témoignages se multiplient par mail, téléphone, rencontre. Tel un voisin bien portant de 83 ans injecté qui meurt en deux mois d’un cancer du pancréas, cancer au premier rang des récits pris au hasard, peut-être parce que ce cancer est particulièrement difficile à traiter et rapidement mortel.

Un des autres cancers les plus rapportés dans nos contacts récents est le lymphome chez de jeunes adultes…

Et tous ces articles qui fusent et disparaissent rapidement via la censure7.

« En tant qu’oncologue, je vois des personnes atteintes d’un cancer stable [qui a] progressé rapidement après avoir été forcées de recevoir un rappel ». Et suit une lettre du Dr Angus Dalgleish, professeur d’oncologie à l’Université St George de Londres, au Dr Kamran Abbasi, rédacteur en chef du BMJ.

Il écrit à l’appui de l’appel d’un collègue au Dr Abbasi pour que le BMJ fasse du consentement éclairé valide pour la vaccination Covid un sujet prioritaire.

« Cher Kamran Abbasi,

Covid n’a plus besoin d’un programme de vaccination étant donné que l’âge moyen de décès de Covid au Royaume-Uni est de 82 ans et de toutes les autres causes est de 81 ans et en baisse.

Le lien avec les caillots, la myocardite, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux est maintenant bien accepté, tout comme le lien avec la myélite et la neuropathie. (Nous avons prédit ces effets secondaires dans notre article de juin 2020 Sorensenet al. 2020, l’analyse de l’explosion ayant révélé 79 % d’homologies avec les épitopes humains, en particulier PF4 et la myéline.)

Cependant, il y a maintenant une autre raison d’arrêter tous les programmes de vaccination. En tant qu’oncologue praticien, je vois des personnes atteintes d’une maladie stable progresser rapidement après avoir été forcées de prendre un rappel, généralement pour pouvoir voyager.

Même au sein de mes contacts personnels, je vois une maladie à base de cellules B après les rappels. Ils décrivent être nettement malades quelques jours à quelques semaines après le rappel — une leucémie en développement, deux collègues de travail lymphome non hodgkinien et un vieil ami qui a eu l’impression d’avoir eu le Covid long depuis qu’il a reçu son rappel et qui, après avoir eu une douleur osseuse intense, a été diagnostiqué comme ayant de multiples métastases d’une maladie rare des cellules B.

J’ai suffisamment d’expérience pour savoir que ce ne sont pas les anecdotes fortuites que beaucoup suggèrent, d’autant plus que le même schéma est observé en Allemagne, en Australie et aux États-Unis.

Les rapports d’immunosuppression innée après ARNm pendant plusieurs semaines conviendraient, car tous ces patients à ce jour ont un mélanome ou des cancers à base de cellules B, qui sont très sensibles au contrôle immunitaire — et c’est avant les rapports de suppression du gène suppresseur par ARNm dans les expériences de laboratoire.

Cela doit être diffusé et débattu immédiatement ».

Angus Dalgleish Professeur d’oncologie à St George’s, Université de Londres.

Quant aux mécanismes ils sont débattus par les chercheurs8, mais l’urgence pour chacun d’entre nous est de résister à l’injection poison dont les effets toxiques ne sont plus à démontrer.

https://twitter.com/JosefSa39957439
La relation possible avec les cancers du sang et les vaccins COVID-19 et les mécanismes scientifiques avérés qui peuvent l’expliquer… Mieux que quiconque, les scientifiques qui travaillent sur l’immunologie/pathologie peuvent l’expliquer et montrer comment la hausse des cancers depuis 2021 est désormais de 9-sigma…
Le cancer est à une hausse de 9 sigma. Les chiffres sont plus que clairs à ce sujet.
Le cancer est un navire difficile à tourner, lent à se déplacer 1-sigma. C’est un virage difficile pour le cancer, ce qui signifie que quelque chose est devant nous. Et le CDC a suffisamment paniqué à ce sujet pour risquer une fraude pour le dissimuler.

pinocchiovax

L’argument selon lequel l’épidémie de cancer serait due au retard dans les dépistages ne tient pas, car l’arrêt des dépistages et le retard aux traitements aboutissent à des formes plus évoluées de cancers et peut en augmenter la mortalité, mais est incapable d’en augmenter significativement l’incidence. De plus si c’était le cas il s’agirait des cancers classiques. Or ici ce sont de nouveaux types de cancer, à des âges inhabituels avec des comportements particuliers tels leur vitesse majeure de développement et leur résistance à tous les traitements habituels.

« Les dépistages différés n’ont pas produit cela. Nous voyons des cancers rares/bizarres et des augmentations hors saison. Les dépistages différés ne déclenchent pas une augmentation des cancers en une seule semaine. Il s’agit d’une intervention spécifique, intense et inédite » selon THE Random Dude  @EthicalSkeptic sur twitter9

Et si vous n’y croyez toujours pas, pensez à ce voisin dont le cancer a flambé et lisez l’article suivant 10

Par exemple on comprend pourquoi les injections suivant la première sont plus toxiques :

« Lorsqu’il y a une stimulation du système immunitaire, la microglie ramifiée passe au stade de la microglie amorcée. Les pseudopodes sont rétractés et cela devient une cellule plus arrondie. À l’intérieur de la microglie amorcée, il y a une intense régulation à la hausse de la production de cytokines, de chimiokines et d’excitotoxines — mais elles ne sont pas libérées de la cellule, il peut donc y avoir une réaction immunitaire mineure, mais sinon il n’y a pas beaucoup de signes de réaction. C’est ce qui se passerait avec la première injection de cet injectable qu’ils appellent un “vaccin” », a déclaré le Dr Blaylock.

Il est important de noter que les chimiokines attirent les macrophages, ou globules blancs, vers le cerveau. Un macrophage dans le cerveau ressemble exactement à la microglie et peut également subir un amorçage.

« Avec la deuxième stimulation immunitaire, [qui serait la deuxième injection et] qui peut être des mois plus tard, cette microglie amorcée devient complètement activée. Et lorsque cela se produit, il libère tous ces composants toxiques… vous obtenez une microglie activée de manière chronique, [un] état suractivé et il y a une réaction inflammatoire 3 fois plus élevée que celle que vous obtiendriez normalement avec l’activation microgliale. »

Il insiste sur les dangers sur les fœtus et les risques prévisibles à long terme. « Chez le bébé, il y a le même processus qui se produit chez les adultes, l’amorçage et l’activation et une activation microgliale à long terme — par exemple, lors de l’examen de l’autisme adulte, après 40 ans, la microglie était toujours activée. Le Dr Blaylock a averti :

« Je pense que nous allons tout voir [comme conséquence des injections de Covid]. Nous allons assister à une augmentation considérable des troubles du spectre autistique. L’autre trouble dont on ne parle jamais est la schizophrénie. Ce que nous voyons, c’est que si nous stimulons le système immunitaire au cours du troisième trimestre, l’incidence de la schizophrénie augmente d’environ 6 fois. Mais ça n’arrive qu’à l’adolescence donc ça va être long avant qu’on le voie.

“Mais je pense que tout — les malformations augmentent déjà de 300 à 400 %, les fausses couches — nous allons voir des choses que nous n’avons jamais vues auparavant. C’est la tragédie de tout cela.

Que les organisations pédiatriques approuvent les injections de Covid est monstrueux. »

Le Dr Ryan Cole a remarqué qu’il y avait une augmentation considérable des cancers agressifs après le déploiement de l’injection de Covid. Il a également remarqué que les personnes qui avaient des cancers bien contrôlés développaient des cancers incontrôlables et mouraient très rapidement.

De longues publications abordent maintenant ce sujet. L’important en urgence est de stopper ces injections et de les éviter à vos proches en attendant une suppression mondiale.

Dre Nicole Delépine

Cancérologue

Cet article a été publié initialement sur le site nouveau-monde.ca

Notes :

1 L’imposture du masque, outil d’enfermement — Docteur Nicole Delépine (nicoledelepine.fr)

2Bilan catastrophique de la politique sanitaire Française (nicoledelepine.fr)

3Maître Jacques Schroeter : Vaccins Covid — Un peuple gravement trompé par ses autorités | Mondialisation — Centre de Recherche sur la Mondialisation

4 : https://yournews.com/2022/11/27/2461321/govt-database-shows-10000-increase-in-cancer-reports-due-to/

5https://t.me/alexandrahenrioncaude

6 Naissance : https://calgaryherald.com/news/local-news/calgary-zoos-baby-gorilla-finally-has-a-name

Antécédents : https://calgaryherald.com/news/local-news/zoos-gentle-giant-gorilla-kakinga-dead-at-37

Injection : https://globalnews.ca/news/8742848/calgary-zoo-animals-first-dose-covid-19-vaccine/

Soin palliatif comme seule solution : https://www.cbc.ca/news/canada/calgary/gorilla-kimani-calgary-zoo-cancer-1.6479712

7As an Oncologist I Am Seeing People With Stable Cancer Rapidly Progress After Being Forced to Have a Booster – The Daily Sceptic

8Spike protein suppresses DNA repair mechanisms. News (imuno-medica.ro)

Hypothèse : le fait que la réponse immunitaire innée soit supprimée après l’injection d’ARNm pendant plusieurs semaines pourrait être la cause de ces nombreux cancers de type cancers à base de cellules B, #mélanome, #leucémie, #lymphome, #métastases osseuses…

9 Article sur les possibles mécanismes pour les curieux
Differences in Vaccine and SARS-CoV-2 Replication Derived mRNA:
Implications for Cell Biology and Future Disease
Kevin McKernan, Anthony M. Kyriakopoulos 2and Peter A. McCullough
Medicinal Genomics, Beverly Mass, USA; Kevin.McKernan@medicinalgenomics.com
Nasco A.D. Biotech

10 Dr Russell Blaylock : Comment les protéines de pointe induites par les vaccins endommagent le cerveau et causent le cancer
PAR RHODA WILSON SUR 22 NOVEMBRE 2022

= = =

Lire notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

 

Nanowire-clot-20x.png
Construction protéïnique chez les injectés ARNm

R71 ON NE SE SOUMETTRA PAS

Organisation Merdique de la Santé : gestation génocidaire à l’ARNm

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 3 décembre 2022 by Résistance 71

 

OMS_Organisation_Merdique_dela_Sante
OMS = Organisation Merdique de la Santé…
sous contrôle de la Bill & Melinda Gates Foundation

 

OMS : Organisation Merdique de la Santé ou la gestation génocidaire de l’ARNm

Résistance 71

3 décembre 2022

Le calendrier piquouze de l’OMS pour l’injection ARNm sur 9 mois :

  • Mai : 95% de protection
  • Juin : 70% de protection
  • Juillet : 50% de protection
  • Août : Pas de protection mais réduit la contagion
  • Septembre : Ne réduit pas la contagion mais la sévérité de l’infection
  • Octobre : Ne réduit pas la sévérité, mais les hospitalisations
  • Novembre : Ne réduit pas les hospitalisations, mais vous ne mourrez pas
  • Décembre : Vous mourrez, mais vous irez au paradis
  • Janvier : Vous n’irez pas au paradis, vous serez juste mort, comme voulu et planifié

 

covidmort

monpassanitairedantonq

jokerCoV19

 

COVID et « vaccin » tueur : la concoction OGM nanotech à ARNm est faite pour tuer ! Sortez de l’hypnose et faites face à la réalité aussi pourrie soit-elle !…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 décembre 2022 by Résistance 71

Ceci est tout à fait complémentaire de ces publication précédentes :

“SRAS-CoV-2 / COVID virus chimérique créé en laboratoire à l’université de Caroline du Nord Chapel Hill” (mars 2020)

“Le véritable A. Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique” (RFK Jr, avril 2022, version PDF)

“COVID19 crime contre l’humanité : un parasite nano-techno-biologique injecté aux populations » (Karen Kingston, novembre 2022)

“COVID19, injections ARNm et génocide planifié” (Dr J. Mercola, novembre 2022)

A (re)lire et diffuser sans aucune modération. 

Nous les peuples devons comprendre qu’une guerre sans merci a été déclarée à l’humanité par un système étatico-marchand en phase finale de métamorphose dictatoriale absolue et son “élite” auto-proclamée psychopathe hors-sol, menant le monde vers une réalité dystopique monstrueuse via la peur / terreur entretenues, guerres, privations et spéculations en tout genre, destinées à nous mettre KO debout et à accepter les solutions toutes prêtes qu’ils ont ourdies pour ces problèmes qu’ils ont crées de toutes pièces. Le seul complotisme est celui de cette pourriture qui veut notre mort et met ses desseins en application, technologie aidant, ce qui leur manquait ces dernières décennies.
La croisée des chemins est là, devant nous, l’heure du choix aussi , il est simple pour qui peut voir clairement sans voile et sans écran de fumée : leur société dictatoriale technotronique, donc la mort ou la société des sociétés de notre humanité enfin réalisée, donc la vie. Hors artifices, c’est aussi simple que cela.
Cessez donc d’avoir peur ! Dire NON ! est le premier pas… BOYCOTT ! Union ! Action Directe !
~ Résistance 71 ~

COVIDVax

Traduction de la pancarte ci-dessus : « Si je ne suis pas vacciné, je suis 100% protégé contre les effets secondaires du vaccin et à 99,8% protégé contre la COVID »
Gardant à l’esprit bien entendu que cette soupe ARNm OGM n’est en rien un « vaccin » mais une injection mortelle nanotech à moins d’avoir la chance d’être dans un groupe placebo… (Résistance 71)

COVID le “vaccin” tueur… Des gens meurent dans le monde entier, c’est une opération criminelle

Pr. Michel chossudovsky

30 novembre 2022

Url de l’article original:

https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-tueur-covid-des-gens-meurent-dans-le-monde-entier-cest-une-operation-criminelle/5673099

Nous sommes accusés de « diffuser de la désinformation » concernant le vaccin Covid-19.

Les « traqueurs » médiatiques Reuters et AP vont s’employer à dénigrer les témoignages des parents qui ont perdu leurs enfants.

« Une fois que le mensonge devient la vérité, il n’y a plus de retour en arrière possible. La folie prévaut. Le monde est complètement bouleversé. »

Ne nous faisons pas d’illusions, l’injection Covid n’est pas seulement « expérimental », c’est un « vaccin tueur » de Big Pharma qui modifie le génome humain. Les preuves de la mortalité et de la morbidité résultant de l’inoculation du vaccin, qu’elles soient immédiates (données officielles) ou futures (par exemple, des caillots sanguins microscopiques non détectés) sont accablantes.

Les données officielles (mortalité et morbidité) ainsi que de nombreuses études scientifiques confirment la nature du vaccin à ARNm Covid-19 qui est imposé à l’humanité entière.

Des rapports évalués par des experts confirment les causes des décès et des « événements indésirables » (blessures) liés au vaccin, notamment les caillots sanguins, les thromboses, les myocardites et les arrêts cardiaques.

L’objectif déclaré est d’imposer la vaccination mondiale de 8 milliards de personnes dans plus de 190 pays, suivie de l’imposition d’un « passeport vaccinal » numérisé. Inutile de dire qu’il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars au profit de Big Pharma. C’est un crime contre l’humanité.

Le projet mondial de vaccin intitulé COVAX est coordonné au niveau mondial par l’OMS, GAVI, CEPI, la Fondation Bill et Melinda Gates en lien avec le Forum économique mondial (WEF), le Wellcome Trust, DARPA et Big Pharma [les grandes sociétés pharmaceutiques] qui est de plus en plus dominé par le partenariat Pfizer-GSK qui avait été établi à peine quatre mois avant le début de la crise du Covid-19, début janvier 2020.

Le « vaccin » Covid-19 a favorisé, dès le début en janvier 2021, un accroissement de la mortalité à l’échelle mondiale.

Ce n’est pas un homicide involontaire. C’est un meurtre

Oui, c’est un vaccin meurtrier [tueur]. Ce message doit être fort et clair.

Cela se passe partout dans le monde : des enfants et des adolescents meurent.

Crimes contre l’humanité, crimes contre nos enfants.

Moins de deux mois après le lancement du « vaccin » à ARNm de Pfizer, une grande marche funèbre a été organisée pour les enfants décédés à la suite de l’administration du vaccin à Genève en Suisse (29 janvier 2021.

Myocardite, arrêt cardiaque : « Les jeunes meurent ». Mort subite à grande échelle

La Fondation pour la recherche sur la sécurité des vaccins a récemment publié « Until Proven Otherwise » (jusqu’à preuve du contraire), un court documentaire vidéo sur les conclusions concordantes de deux éminents cardiologues.

funerailles

Nos enfants sont les victimes

Partagez les vidéos suivantes qui montrent ce que les parents ont déjà vécu en perdant leurs enfants.

(NdR71 : voir dans l’article original)

La criminalité de Pfizer ne fait aucun doute.

Mais saviez-vous que Pfizer a déjà un casier judiciaire auprès du ministère de la Justice des États-Unis pour « marketing frauduleux ».

Et personne n’est au courant du casier judiciaire de Pfizer parce que les médias n’en parlent pas.

Peut-on faire confiance à un conglomérat de vaccins de Big Pharma qui, en 2009, a plaidé coupable à des accusations criminelles portées par le ministère américain de la justice (DoJ), notamment de « marketing frauduleux » et de « violation criminelle de la loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques » ?

En 2009, Pfizer a été mis en « probation » par le ministère américain de la Justice :

« Dans le cadre du règlement, Pfizer a également accepté de conclure un accord étendu sur l’intégrité de l’entreprise avec le Bureau de l’Inspecteur général du Département de la santé et des services sociaux. Cet accord prévoit la mise en place de procédures et d’examens pour éviter et détecter rapidement des comportements similaires à ceux qui ont donné lieu à cette affaire. »

Intégrité de l’entreprise ??? Où sont les procédures et les examens ?

Cette « conduite similaire » de Pfizer se répète en 2020-2022 à une échelle bien plus grande que celle de 2009.

Ce qui se déroule est le « marketing frauduleux » mondial d’un « vaccin tueur« , qui constitue un crime contre l’humanité.

Une bombe. Le Mea Culpa de Pfizer

Pfizer révèle dans un rapport secret (déclassifié dans le cadre de la liberté d’information) que son vaccin à ARNm est un « vaccin tueur ». Les preuves proviennent de la « bouche du cheval »

« En février 2021, Pfizer avait déjà reçu plus de 1 200 rapports de décès prétendument causés par le vaccin et des dizaines de milliers d’événements indésirables signalés, dont 23 cas d’avortements spontanés sur 270 grossesses et plus de 2 000 rapports de troubles cardiaques.

Gardez à l’esprit qu’il s’agit des propres données de Pfizer.

Dans une ironie tordue, les données révélées dans ce « rapport d’initié » réfutent le récit officiel sur les vaccins mis en avant par les gouvernements et l’OMS. Il confirme également l’analyse de nombreux médecins et scientifiques qui ont révélé les conséquences dévastatrices du « vaccin » de l’ARNm.

Ce qui est contenu dans le rapport « confidentiel » de Pfizer sont des preuves détaillées sur les impacts du « vaccin » sur la mortalité et la morbidité. Ces données qui émanent de la « bouche du cheval » peuvent maintenant être utilisées pour confronter ainsi que formuler des procédures juridiques contre Big Pharma, les gouvernements, l’OMS et les médias.

Pfizer était pleinement conscient que le vaccin à ARNm qu’elle commercialise dans le monde entier entraînerait une vague de mortalité et de morbidité. Cela équivaut à un crime contre l’humanité de la part de Big Pharma.

Pfizer savait dès le départ qu’il s’agissait d’un vaccin tueur.

C’est aussi un Mea Culpa et une trahison de la part de gouvernements nationaux corrompus du monde entier qui sont menacés et corrompus par Big Pharma.

Aucun nombre de tentatives a été faite par les gouvernements pour appeler au retrait du vaccin tueur.

On dit aux gens que le vaccin est destiné à sauver des vies. » (Michel Chossudovsky)

Cliquez ici pour lire le rapport « confidentiel » de Pfizer.

Les autorités sanitaires nationales affirment que le « vaccin » contre le Covid-19 sauvera des vies. C’est un mensonge.

« Si vous permettez que cela aille de l’avant [vaccin], je vous garantis qu’il y aura des décès évitables d’enfants en parfaite santé et des maladies graves dix fois plus. Et sans avantage possible. Savoir ce que je sais après 40 ans de formation et de pratique en toxicologie, biochimie et pharmacologie, participer à cet abus extraordinaire d’enfants innocents sous nos soins ne peut être classé d’autre sens que le meurtre » –Dr. Michael Yeadon, éminent scientifique, ancien vice-président de Pfizer

« Cette campagne de vaccination sera le plus grand scandale de l’histoire de la santé, … de plus, elle sera connue comme le plus grand crime jamais commis contre l’humanité. » –La députée Christine Anderson, membre du Parlement européen, juillet 2022

Ce qui est présenté ci-dessus n’est que la « pointe de l’iceberg » de ce qui se passe dans le monde entier

  • NE VOUS FAITES PAS VACCINER.
  • SOYEZ SOLIDAIRES AVEC LES PERSONNES QUI ONT ÉTÉ VACCINÉES.
  • INFORMER LES GENS À TRAVERS LE PAYS SUR LES RISQUES DE L’INJECTION POUR LA SANTÉ.
  • ADOPTEZ  UNE POSITION FERME CONTRE LE PASSEPORT VACCINAL.

La légitimité des politiciens et de leurs sponsors Big Money doit être remise en question.

Nous devons agir d’une seule et même voix au niveau national et international.

Notre première tâche est de bloquer la campagne de peur

Le programme de « vaccination » contre la COVID-19 devrait être immédiatement arrêté dans le monde entier.

Veuillez partager cet article. Les moteurs de recherche ne le reprendront pas.

= = =

Lire notre page constamment mise à jour depuis 2019 

“Coronavirus, guerre contre l’humanité”

Savoir aussi qu’

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

cocktailMRNA
Là où nous sommes…

but_NOM
Là où nous allons… si on les laisse faire…

« Dernier appel avant liquidation finale » (Rien)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 1 décembre 2022 by Résistance 71

faut-pas-enerver-le-bonze-de-rien-231122

1er décembre 2022

Sur une mise en page de Jo, à lire et diffuser au grand large :

Rien_Dernier-appel-avant-notre-liquidation-finale(PDF)

GreatResist

Anarcho-indigénisme et rejet du diktat « civilisateur » impérialiste (Ziq)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 29 novembre 2022 by Résistance 71

“La vaste majorité des humains est déconnecté de la terre et de ses produits, de la terre et des moyens de production, de travail. Ils vivent dans la pauvreté et l’insécurité. […] L’État existe afin de créer l’ordre et la possibilité de continuer à vivre au sein de tout ce non-sens dénué d’esprit (Geist), de la confusion, de l’austérité et de la dégénérescence. L’État avec ses écoles, ses églises, ses tribunaux, ses prisons, ses bagnes, l’État avec son armée et sa police, ses soldats, ses hauts-fonctionnaires et ses prostituées ; là où il n’y a aucun esprit et aucune compulsion interne, il y a forcément une force externe, une régimentation, un État. Là où il y a un esprit, il y a société. La forme dénuée d’esprit engendre l’État, L’État est le remplaçant de l’esprit.”
~ Gustav Landauer ~

“La révolte est, dans l’homme, le refus d’être traité en chose et d’être réduit à la simple histoire. Elle est l’affirmation d’une nature commune à tous les hommes, qui échappe au monde, la puissance.”
~ Albert Camus ~

“Vous ne serez et ne demeurerez que des commodités aussi longtemps que l’empire existera…”
~ Russell Means, Oglala, Lakota ~

“Il y a des connexions philosophiques entre les sociétés indigènes et quelques sensibilités anarchistes sur l’esprit de la liberté et les idéaux pour une bonne société. Des idées critiques parallèles et des visions d’un futur post-impérialiste ont bien été notées par quelques penseurs, mais quelque chose qu’on pourrait appeler ‘anarcho-indigénisme’ doit toujours se développer en une philosophie et une pratique cohérentes. Il y a également une grande similitude entre les façons de voir le monde des anarchistes et des peuples autochtones: un rejet des alliances avec des systèmes légalisés, centralisés d’oppression et une non-participation aux institutions qui structurent la relation coloniale, ainsi que la croyance d’amener le changement par l’action directe et la résistance au pouvoir d’état.”
~ Taiaiake Alfred, professeur sciences politiques, Mohawk ~

“L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !”
~ Résistance 71 ~

neo-colonialisme1

Anarchie indigène et le besoin du rejet de la “civilisation” du colon

Ziq

Novembre 2018

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Novembre 2022

Définissons d’abord quelques termes de base. “Indigène” veut dire “de la terre sur laquelle nous sommes”. “Anarchie” veut dire “rejet de l’autorité”. Les principes de l’anarchisme incluent l’action directe, l’entraide, et la coopération volontaire. “Anarchie : un journal de désir armé” envisionne une anarchie primitive qui est “radicalement ccopérative et communautaire, écologique, égalitaire, spontanée et sauvage”.

La “civilisation” [occidentale] est une culture qui tourne autour des villes. Une ville est un agglomérat de personnes qui vivent dans un endroit de manière permanente, dans des densités de population suffisantes pour que ces personnes doivent importer leur nourriture et leurs ressources de l’extérieur de la ville afin de survivre et d’assurer la continuité de la croissance de la ville. Donc, les villes dépendent de l’exploitation d’entités externes pour se maintenir en existence.

Cette relation exogène nous aliène a la fois de notre source de nourriture et de nos déchets. Notre nourriture est achetée depuis un supermarché, produite loin de chez nous, préparée et empaquetée sur des chaînes alimentaires industrielles. On nous refuse toute participation dans le processus qui nous nourrit. Nos déchets sont emmenés par camions pour être traités hors de notre vue immédiate et nos déjections naturelles sont tirées dans un réseau de canalisations. Nous ne savons pas vraiment où tout cela va, si cela affecte l’environnement et quelle place cela a dans l’écosystème moderne.

La civilisation vise à dominer la vie au travers des structures variées qui sont faites pour nous domestiquer. Ces structures incluent l’industrie, le colonialisme, l’étatisme, le capitalisme, l’agriculture, le racisme, l’éducation scolaire, la religion, les médias, la police, les prisons, l’armée, le patriarcat, l’esclavage et plus encore…

Les peuples indigènes au travers de l’histoire ont combattu et sont morts pour résister à l’imposition de force de la civilisation sur leurs vies. Cette lutte est toujours active aujourd’hui, alors que les “non-civilisés” sont poussés toujours plus avant vers les limites de la survie par les “civilisés” de par le monde et le déséquilibre technologique entre nous continue de s’étendre et de créer une division sociologique qui nous rend incapables de nous comprendre les uns les autres ce même à un niveau des plus basiques.

Les modes de vie des civilisés et non-civilisés ont divergé dans de telles proportions qu’il est devenu quasiment impossible pour les civilisés de voir que leur civilisation est devenue un obstacle à notre survie de base. Au lieu de cela, ils pensent que leur civilisation est l’instrument clef de leur survie et craignent de vivre dans un monde sans. Ils sont si conditionnés à l’ordre établi par leur civilisation, qu’ils ne peuvent pas sonder la possibilité d’une vie sans elle.

Le concept même de “civilisation” dépend de la règle émise par le colon et sa subjugation brutale des peuples indigènes. La marche perpétuelle vers la globalisation, la civilisation, se fait à marche forcée par le travail forcé et l’exploitation des ressources naturelles dans le grand sud et historiquement sur toutes terres au delà du continent européen.

Afin de pouvoir piller les ressources naturelles sur les terres occupées, les peuples y vivant doivent être éliminés ou déplacés dans des villes compactes, des fermes ou des “réserves” où ils seront forcés de travailler afin de transformer ces ressources en produits de consommation pour les marchés occidentaux. Ce processus de “civilisation” des peuples indigènes est rapide et notre culture, notre langue et notre histoire sont souvent éliminés par les colons afin d’assurer que nous ne tenterons pas de retourner à notre mode de vie précédent “non-civilisé” et que nous ne réclamerons jamais plus ces terres qu’ils ont volé pour leurs industries.

Les classes dirigeantes recherchent toujours de nouvelle façons et nouveaux endroits pour accumuler les richesses pour elles-mêmes. Les dirigeants créent des sous-castes soumises et privent les peuples non-civilisés de leur habitat naturel, ils n’ont donc pas d’autre choix que d’accepter la domestication et être intégrés dans le système industriel capitaliste. Le dirigeant peut alors convertir avec succès le peuple qu’il a apprivoisé et domestiqué en une commodité générant du profit ; des travailleurs dociles qui peuvent travailler toute leur vie afin de créer toujours plus de richesse pour les dirigeants.

Le dirigeant ne voit aucun intérêt dans le chasseur-cueilleur ni dans aucune personne qui ne crée pas de richesse ni de pouvoir pour la classe dirigeante. Si les gens ne devaient pas travailler pour elle afin d’obtenir nourriture et toit, les dirigeants cesseraient immédiatement d’avoir du pouvoir. Donc le pire ennemi du dirigeant est une personne qui ne dépend pas de lui pour vivre, pire même : une culture entière de gens auto-suffisants. Une culture non-civilisée sur laquelle il n’a aucun contrôle est le pire des cauchemars d’un dirigeant.

Sous le joug de la “civilisation”, les peuples indigènes ne sont plus permis de subsister et de vivre depuis leurs terres ancestrales en chassant et en récoltant. Maintenant pour survivre dans ce nouveau monde forcé sur nous par les colons, nous devons endurer des heures de labeur imbécile dans des usines, dans des entrepôts, des mines ou des fermes industrielles. Nos enfants doivent être éduqués de la façon des colons pour en faire, à terme, des travailleurs soumis et producteurs. Nous devons dépendre de l’état et des colons pour nous nourrir et nous vêtir. Nous devons consommer et gaspiller et participer à la destruction des écosystèmes qui nous ont entretenus pendant des millénaires. Nous devons être “civilisés” ainsi la classe dirigeant peut prospérer à nos dépends.

reflexionaborigene

Liberté par le rejet

Rejeter la civilisation [occidentale, coloniale] est s’opposer à cet arrangement coercitif par lequel notre culture, notre histoire, la connaissance collective qui nous a permis de vivre et de prospérer sur nos terres, nous sont retirées par des industrialistes parasites qui voudraient que nous dévouions notre vie entière à trimer pour leur profit alors qu’ils nous refusent l’accès à nos terres et à nos ressources.

Rejeter la civilisation, c’est s’opposer à l’urbanisation, à l’agglutination des gens dans de petites zones bétonnées qui peuvent encore mieux être contrôlées par les dirigeants pour qu’ils nous empêchent de refuser leurs demandes que nous soyons “civilisés” et obéissants.

Rejeter la civilisation, c’est s’opposer aux méthodes exploiteuses industrielles et agricoles qui forcent les pauvres des zones rurales à sacrifier leur travail pour aller entretenir la veulerie de riches cités, tout en privant rapidement la terre de sa fertilité et pompant les nappes phréatiques pour l’irrigation à un rythme plus grand qu’elles peuvent se régénérer.

La civilisation dépend d’une massive concentration inégale de richesse ; d’une brutale hiérarchie capitaliste où quelques uns ont eu la chance de gravir les échelons et de pouvoir contrôler les autres du haut de la pyramide. Tout en bas de celle-ci se trouvent les peuples indigènes du monde.

Contrôle & Domestication

Les voix des peuples indigènes, qu’elles soient acceptées par leurs colons comme raisonnablement “civilisées”, ou rejetées comme “non-civilisées”, ont été ignorées depuis bien longtemps par toux ceux qui bénéficient de la marche en avant de la “civilisation” et toutes ces choses brillantes et clinquantes qu’elle leur donne. Leurres marchands rendus possibles par l’exploitation rampante des terres indigènes, la manipulation et le contrôle des peuples  indigènes au travers de la domestication.

“Contrôle” est ici le mot clef pour comprendre pourquoi la civilisation est venue à l’existence. Les colons capitaliste travaillent d’arrache pied pour nous convaincre que nous devons être contrôlés par eux et leur civilisation. Que nous avons besoin de leur civilisation pour nous protéger de tout danger et que si nous travaillons pour eux, nous n’aurons plus faim. Si nous leur donnons nos terres et acceptons de nous relocaliser dans des “réserves”, ou dans leurs fermes ou dans leurs villes, en adoptant leur langue et leur religion, alors ils nous donneront leur protection et nous permettront de survivre avec “dignité”, nous accepteront comme des peuples domestiqués et civilisés avec succès.

L’ironie de tout cela est époustouflante. Les colons déciment nos forêts et éventrent notre terre pour la vider de ses ressources. Ils massacrent la vie sauvage de nos territoires jusqu’à extinction et arrosent nos cultures d’herbicides pour s’assurer que nous ne puissions pas subvenir à nos besoins. Ils rendent notre eau toxique et imbuvable. Ils polluent et nous assassinent si nous osons nous dresser sur leur chemin.

Puis ils nous offrent le sanctuaire de leur propre tyrannie. Nous laissent le choix entre la mise en esclavage ou l’extinction. Allez dans leurs villes, plantations, bidonvilles et réservent, pour être acceptés comme “civilisés” ou mourir de leurs mains en tant que “sauvages sous-hommes” qui ne peuvent pas être “sauvés” Tout ce que la “civilisation” ne peut pas contrôler doit être expurger afin d’assurer que la marche de la civilisation puisse continuer sans obstacles.

Embrasser l’anarchie, c’est s’opposer à l’idée même de contrôle. Rejeter l’autorité du colon et sa civilisation coercitive qui nous prend tout. L’anarchie c’est avoir confiance en soi et en ses voisins pour travailler ensemble dans l’entraide pour résoudre nos problèmes communs, sans avoir recours à la “charité” d’autorités aussi puissantes soient-elles.

Les anarcho-indigènes, anti-civilisation [occidentale] reconnaissent que le concept même de civilisation dépend de la capacité de nos colonisateurs à nous contrôler. Notre assimilation forcée dans la civilisation aliénée et aliénante des colons et les lois punitives auxquelles nous devons obéir sont faites pour nous maintenir serviles et ne pas résister à l’ordre pervers établi par les colons et qu’ils nous imposent. Leur ordre dépend exclusivement de notre domestication et de la destruction de nos modes de vie. Leur civilisation est ainsi faire qu’elle détruit tout ce qu’elle touche.

Embrassons notre “sauvagerie inhospitalière”

La soi-disante “sauvagerie inhospitalière” que la civilisation a vu nécessaire de soumettre à ses diktats est l’âme même de notre existence. Pendant des millénaires, nous avons vécu en paix avec la nature, en prenant soin au même titre qu’elle prenait soin de nous. Nous étions les gardiens de la terre plutôt que ses exploiteurs. Maintenant, “civilisés”, nous travaillons notre vie durant pour le droit d’affirmer un droit de propriété sur un tout petit lopin de terre, que nous pouvons bétonner pour y ériger un bloc de ciment dans lequel nous vivons, si on a cette chance. La plupart d’entre nous n’a même pas ce privilège et est forcé de payer un loyer à un propriétaire pour avoir ce droit de vivre dans un bloc de ciment dont il n’est pas le propriétaire et dont le loyer nourrit un parasite.

Non civilisés, nous bougions librement, fruits et plantes poussant dans les quatre directions, prêts à être recueillis. Des cours d’eau pure remplis de poissons abondaient dans le paysage. Les sons de la vie sauvage emplissaient l’air. Nous ne travaillions que peu et les récompenses étaient instantanées. Nous ne connaissions que l’abondance, ou par être plus précis, le confort du juste milieu sans l’abondance.

Les chasseurs-cueilleurs sont capables de subvenir à leurs besoins immédiats sans avoir besoin de stocker du surplus comme le font les civilisés pour survivre (avec l’agriculture, les boulots les prêts bancaires, les économies, les emprunts immobiliers, les retraites, les assurances de toute sorte). Les non-civilisés n’ont aucun désir de possession matérielle car une telle chose frivole serait un obstacle à leur capacité de vivre en nomades au gré des saisons. Avoir trop de biens vous force à rester en un endroit et à monter la garde pour défendre ces possessions de vos vies, ce afin de pouvoir continuer à les posséder et ne pas risquer de les voir dérober. Ceci crée un style de vie paranoïaque centrée sur la sécurité mettant la possession et la propriété privée au dessus des besoins nécessaires.

Les chasseurs-cueilleurs peuvent faire confiance en une chose : l’environnement va s’occuper d’eux, leur mode de vie va fournir tout le nécessaire à leurs familles, toute la nourriture et l’eau nécessaires pour quelques jours jusqu’à la prochaine collecte. Après avoir fait cette recherche de quelques heures, le reste de la journée est libre pour les plaisirs de la vie.

Les gens “civilisés” aiment se référer au mode de vie des chasseurs-cueilleurs comme étant un mode de vie de survie de tous les instants, de “pauvreté” et de promiscuité. Mais cette pauvreté est matérielle, un manque de surplus certes, de luxes, de choses souvent inutiles. En termes réels, ce mode de vie est bien plus riche que le mode de vie de la dette perpétuelle du travailleur “civilisé” qui n’a que très peu de temps pour le loisir, l’épanouissement personnel et qui ne mesure son existence entière qu’en matière de “temps”. Les “civilisés” et leurs sociétés fondées sur l’agriculture doivent travailler 5 ou 6 jours par semaine, 8 heures par jour ou plus, pour simplement survivre dans leur mode de vie. Les non civilisés n’ont que faire d’une telle absurdité. Comme l’a si bien noté l’anthropologue Marshall Sahlins, la société des chasseurs cueilleurs est la société affluente originelle. Sans désirs matériels, il n’y a aucune raison pour la richesse et la pauvreté. Tout le monde peut être égal à tout le monde ; la véritable anarchie.

Les gens civilisés plantent des rangés de céréales ou autres dans des monocultures barricadées dans des zones industrielles stérilisées qui ne ressemblent plus en rien aux forêts de nourriture interconnectées si diversifiées, qui nous ont nourri durant toute notre histoire. Les fermiers épuisent constamment les mêmes lopins de terre année après année pour faire pousser une unique récolte, noyant leur culture dans des tonnes d’engrais chimiques et de pesticides. Rien ne peut survivre sur le lopin de terre si ce n’est ce qui a été planté (NdT : comme le disait le toujours excellent ingénieur agronome Claude Bourguignon : “les agriculteurs ne font plus que de la gestion de pathologie”…) La terre est érodée, vide de toute vie, stérile, dépendante de concoctions chimiques qui endettent l’agriculteur en permanence. (NdT : agriculteurs qui le plus souvent ne possèdent même plus leur terre, hypothéquée aux banques pour rembourser une dette toujours croissante)

En civilisation, l’eau se fait rare, contrôlée et chère. Le fruit vous est vendu enveloppé de plastique et vous devez trimer misérablement un jour entier pour pouvoir vous le payer. Le poisson est contaminé par les produits toxiques rejetés par les industries et on nous demande toujours de l’argent pour avoir ce “privilège” de le manger. Le gibier et la viande sauvage ont été remplacés par de vastes usines à animaux emprisonnés. Les rivières sans fin d’excréments de ces usines à bétails finissent aussi dans nos cours d’eau, parachevant l’empoisonnement de l’écosystème et stérilisant la terre.

La nature qui autrefois nous caractérisait a été forcée hors de nous par nos colonisateurs. Comme les chiens fabriqués depuis le loup pour être obéissants et soumis à leurs maîtres, nous en sommes venus à dépendre de l’état et des capitalistes pour notre survie. Malades et domestiqués, nous entrons en concurrence les uns avec les autres pour les miettes de nourriture que les dirigeants nous jettent, ces miettes dirigeants qui nous ont privé de notre terre et de nos vies mêmes.

GR4
Peuple indigène opprimé…

Comprendre le Neo-colonialisme 

Le premier président du Ghana, Kwame Nkrumah a succinctement expliqué le Neo-colonialisme en ces termes en 1965 :

“L’essence du Neo-colonialisme est que l’état qui y est soumis est, en théorie, indépendant et possède tous les signes extérieurs de la souveraineté internationale. En réalité, son système économique et donc toute sa politique, est dirigé depuis l’extérieur. Les méthodes et formes de cette direction peuvent prendre des formes variées. Le plus souvent, le contrôle neo-colonial est exercé au travers des moyens économiques et/ou monétaires. Le contrôle de la politique gouvernementale peut être exercé et sécurisé par des paiements envers le coût de fonctionnement de l’état, par la mise en place de hauts-fonctionnaires pouvant dicter la politique et par un contrôle monétaire sur les changes avec l’étranger au travers de l’imposition Dun système bancaire contrôle par la puissance impérialiste (NdT : superbe exemple de cela toujours en cours : le Franc CFA, qui donne contrôle à la France des économies de ses anciennes colonies africaines devenues “indépendantes” dans l’après seconde guerre mondiale…).”

Cette description du Neo-colonialisme sonne toujours comme juste aujourd’hui, avec les cultures indigènes du monde faisant l’expérience de ce qu’avait décrit Nkrumah dans des formes variées. Plus récemment, des néo-colonisateurs chinois sont venus sur des terres indigènes, promettant de nous élever socialement avec leur richesse. Leurs investisseurs, banquiers, commençants, prêteurs sur gage, développeurs et charités, ont tous promis d’améliorer nos vies.

Les pays africains spécifiquement sont en train de développer une dette colossale envers Pékin, offrant leur terre, pétrole, gaz naturel, minéraux et autres ressources en garantie pour chaque nouveau milliard de dollars emprunté. Lorsqu’immanquablement ils feront défaut de cette dette gigantesque qui ne peut être repayée, la Chine va saisir les garanties et dépouiller le continent de sa richesse naturelle. La Malaisie a récemment compris ce danger du piège de la dette et s’est retirée des arrangements de prêts chinois et de développement. Le premier ministre malais Mahatir Mohamad a prévenu le monde “il y a aujourd’hui une nouvelle version du colonialisme qui se met en place.

L’Institut Confucius qui officie en terres indigènes, est un véhicule de la propagande chinoise, restreignant ce que les professeurs qu’il supplée depuis la Chine, peuvent dire, déformant ce que les étudiants apprennent. Cette propagande par l’école est faite pour promouvoir les intérêts économiques chinois en conditionnant mentalement les élèves indigènes à accepter la colonisation et une vie de soumission. Les colonisateurs se dépensent sans compter pour normaliser la terreur qu’ils amènent et nous convaincre que tout cela est bon pour nous. Toujours la même rengaine.

masquecarte

Kwame Nkrumah:

Le Neo-colonialisme est peut-être aussi la pire forme d’impérialisme. Pour ceux qui le pratiquent, cela veut dire pouvoir sans responsabilité et pour ceux qui en souffrent, cela veut dire exploitation sans rémission. Au bon vieux temps de l’ancien colonialisme, le pouvoir impérialiste avait au moins à expliquer et justifier en métropole les actions entreprises dans les colonies. Dans celles-ci, ceux qui servaient le pouvoir impérialiste pouvaient au moins s’attendre à sa protection contre toute action violente de l’opposition. Avec le Neo-colonialisme, plus rien de ceci ne vaut.

Similairement à la Chine, la Corée du Sud et ses entreprises multinationales a acheté des droits agricoles sur des millions d’hectares de terres agricoles dans des pays “sous-développés”, afin de sécuriser des ressources de nourriture pour ses citoyens. L’histoire du colonialisme et des républiques bananières nous a montré que ce type d’arrangement n’a fait que mener à la misère les peuples indigènes et à la d´´gradation de notre terre.

South Korea’s RG Energy Resources Asset Management CEO Park Yong-Soo:

La nation (sud-coréenne) ne produit pas une seule goutte de pétrole brut ni d’autres minerais vitaux pour l’industrie. Pour générer de la croissance économique et soutenir le mode de vie de son peuple, nous ne pouvons qu’insister sur la s´´curarisation de ressources naturelles vitales pour notre future survie.

Le patron de la Food and Agriculture Organisation (FAO), Jacques Diouf, a averti que l’augmentation de ces accords sur la terre pourrait créer une nouvelle forme de Neo-colonialisme voyant les régions le plus pauvres produire de la nourriture pour les plus riches aux dépends de leurs peuples affamés. Il est raisonnable de dire que cette dernière forme de Neo-colonialisme en date se produit déjà et que nos gouvernements corrompus signent des accords qui nous rendent de plus en plus dépendants de ces nations étrangères et de leurs promesses de nous “élever” en nous construisant des villes et de l’infrastructure.

Il est vital que nous résistions à leurs tentatives de civiliser nos terres afin que nous soyons forcés de travailler pour elles, les aidant dans le processus à voler nos ressources naturelles afin de faire croitre leurs empires, qu’ils puissent s’étendre toujours plus loin et exploiter les populations indigènes du monde.

Et nos autorités locales, toujours si promptes à vendre nos futurs pour le luxe des tours de béton et des trains toujours plus rapides, sont aussi responsables et coupables de cette poussée néo-coloniale pour nous façonner en ces travailleurs mendiants appartenant aux empires étrangers.

Les Masaï, peuple semi-nomade vivant essentiellement entre le Kenya et la Tanzanie, ont migré avec les saisons depuis des siècles. Ils ont de plus en plus été poussés hors de leurs terres ancestrales par les intérêts des états alliés aux intérêts privés entrepreneuriaux, provoquant une collusion pour l’écriture des lois que interdisent aux Masaï de cultiver leurs plantes et de faire brouter leurs troupeaux sur de larges portions de leurs terres traditionnelles.

Des dizaines de milliers de Masaï se retrouvèrent sans logis après que leurs habitations situées dans le cratère devenu touristique de Ngorongoro furent incendiées afin de soi-disant “protéger l’écosystème de la région” et d’attirer plus de touristes.

Le gouvernement tanzanien travaille de concert avec Tanzania Conservation Limited,, qui est la propriété de l’entreprise américaine Thomson Safaris et Ortelle Business Corporation, une entreprise organisant des safaris chasse de luxe, basée aux Emirats Arabes Unis, afin d’expulser les Masaï de leurs terres. Ils se font agresser, frapper, tirer dessus et leur propriété est confisquée. Les jeunes pastouriaux ont si peur pour leur vie maintenant, qu’ils se sauvent dès qu’ils voient un véhicule approcher.

L’état a maintenant ordonné aux Masaï de quitter leur terre ancestrale afin qu’il puisse transformer cette région en terres de chasse pour des touristes friqués qui paient beaucoup d’argent pour pouvoir abattre du gros gibier et ramener les carcasses empaillées et les têtes chez eux comme trophées.

Dans ces actions génocidaires, l’état participe en sécurisant les investissements étrangers  pour construire ses villes. L’État mettra toujours les “civilisés” devant les “non-civilisés” parce que la raison pour laquelle l’État existe est de faire pousser des villes et de piller les ressources et la nourriture pour nourrir cette croissance.

La civilisation a toujours été l’arme utilisée par les puissants pour nous condamner à ue vie de servitude. Rejetons la civilisation. Rejetons l’État. Rejetons le capitalisme. Rejetons toutes les tentatives de conquérir nos terres et de réduire nos peuples en esclavage.

tour_antennes_5G
Tyrannie technologique

La division technologique

Nous devons comprendre qu’il y a une grande différence entre “outil” et “technologie”. Les outils peuvent être fabriqués à petite échelle avec des matériaux locaux, soit par des individus, soit par de petits groupes de gens quand ils ont besoin d’outils. A l’encontre de la technologie, les outils ne peuvent pas construire des systèmes d’autorité et d’obéissance pour permettre à un groupe de dominer les autres, juste dans la mesure où tout le monde est capable d’acquérir réalistiquement ses propres outils. La technologie dépend de la capacité de monter de grandes opérations d’extraction, de production, de distribution et de consommation. Ceci demande une autorité coercitive et une hiérarchie, une oppression.

Le Cinquième Pouvoir a expliqué les pièges e la technologie en 1981 :

La technologie n’est pas un simple outil qui peut être utilisé de la façon dont on le désire. C’est une forme d’organisation sociale, une série de relations sociales. Elle a ses propres lois. Si nous devons nous engager dans son utilisation, nous devons accepter son autorité. L’énorme taille, les interconnexions complexes et la stratification des taches qui composent les systèmes technologiques modernes rendent un commandement autoritaire nécessaire et toute prise de décision individuelle et indépendante impossible.

La technologie est utilisé par les dirigeants pour contrôler et pacifier leurs citoyens. Les sociétés colonialistes sont bourrées de merveilles technologiques. Mais leur gens sont détachés de la terre sur laquelle ils vivent, aliénés les uns des autres, leurs yeux constamment fixés sur des distractions futiles émanant de leurs écrans et leurs terres se dessèchent et brûlent pour payer leur addiction à tous ces produits industriels toxiques.

La technologie est utilisé pour conquérir pour affirmer une domination, pour détruire d’entières autres cultures qui osent rejeter l’empire et son ordre mondial. La Libye, l’Afghanistan, l’Irak, des pays entiers décimés par la grande technologie des impérialistes faisant pleuvoir la mort depuis le ciel.

Les colonisateurs auront toujours une meilleure technologie que nous. Quelque soit cette technologie qu’ils nous promettent en retour de notre coopération avec leur agenda fera pâle figure en comparaison des technologies qui mènent leurs propres sociétés. Ils nous disent que nous avons besoin de leur technologie pour être civilisés, pour éviter d’être à la traine dans le monde, mas on ne peut pas rattraper la machine technologique de l’empire. Il va nous rattraper et nous broyer bien avant qu’il ne nous donne les secrets promis.

La technologie est une arme brandit par les plus puissants et nous ne pouvons pas rétablir l’équilibre de la puissance, pourquoi essayer ?…. Pourquoi dédier nos vies à jouer le jeu qu’il veulent nous faire jouer selon leur propres règles ? Pour recevoir en retour leurs machines obsolètes ? Ils utilisent leur technologie pour nous convaincre que nous sommes moins qu’eux, que nous sommes “arriérés” et qu’ils doivent nous “sauver” de notre existence “sauvage”. Ils disent tout cela et dans le même temps leur technologie dépend de nos ressources et de notre travail et sur leur capacité à nous forcer à nous sacrifier et nos enfants et les enfants de nos enfants pour qu’ils leur donnent le carburant pour leurs précieuses machines. Ces machines qui leur permettent de maintenir leur domination sur nous de façon à ce que nous demeurions toujours inférieurs à eux. S’ils nous donnent ce qu’ils nous ont promis , la libération qu’ils disent leur technologie apporter, alors leur pouvoir sur nous sera perdu. Nous n’aurons plus besoin d’eux pour nous “sauver” de l’état sauvage parce que nous serons aussi civilisés qu’eux.

Lorsque nous donnons suffisamment de nous-même pour recevoir leur technologie, ils s’assurent que nous aurons toujours besoin d’eux pour la maintenance. Nous devenons alors dépendants de leur technologie et aussi dépendants d’eux pour continuer à nous nourrir et pour réparer ce que nous cassons à l’usage. Nos vies alors tournent autour de leur technologie et nous oublions comment vivre sans. Et alors que nous sommes apaisés par la petite lumière émanant de nos petits écrans, nos écosystèmes sont décimés par les colonisateurs.

La technologie est la carotte au bout de la perche et elle ne peut en rien nous libérer, elle ne peut que nous domestiquer et nous réduire en un esclavage moderne. Rejetons la. Rejetons cette idée d’être mesurés, évalués par nos prouesses technologiques ou par à quel point nous sommes “civilisés”. Rejetons les colons et leurs faux cadeaux ainsi que leurs manipulations incessantes. Rejetons leur civilisation. Rejetons leur contrôle sur qui nous sommes et qui nous serons.

= = =

“Deviens celui que tu es.” (F. Nietzsche)

“La joie veut l’éternité de toute chose, elle veut une profonde, profonde éternité !”
(F. Nietzsche)

= = =

Lecture complémentaire :

“Résistance politique et anarcho-indigénisme avec Taiaiake Alfred et Gordon Hall”

https://resistance71.wordpress.com/2017/04/12/resistance-politique-anarcho-indigenisme-entretiens-avec-taiaiake-alfred-et-gord-hall/

“Le colonialisme et la dépendance étatique” (Taiaiake Alfred) :

https://resistance71.wordpress.com/2015/08/12/resistance-a-limperialisme-occidental-le-colonialisme-et-le-dependance-etatique-taiaiake-alfred/

Notre dossier “Anarcho-Indigénisme”

marcos-galeano

R71slogan

Kotoku Sushui : lettre de prison d’un anarchiste japonais au sujet de l’action directe et de l’expropriation

Posted in actualité, altermondialisme, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 27 novembre 2022 by Résistance 71

Aa

“En fait, Landauer se réfère à l’État comme une “entité non spirituelle”, une coquille vide maintenu seulement par “l’ignorance et la passivité du peuple”. Voir l’État comme étant tout puissant, c’est s’engager dans un fétichisme qui finit par donner à l’illusion une forme réelle.”
~ Saul Newman ~

“il faut sinon se moquer, en tout cas se méfier des bâtisseurs d’avenir. Surtout quand pour bâtir l’avenir des hommes à naître, ils ont besoin de faire mourir les hommes vivants. L’homme n’est la matière première que de sa propre vie. Je refuse d’obéir.”
~ Jean Giono ~

Kotoku-Shusui

Lettre de prison

Sotoku Sushui

Décembre 1910

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Novembre 2022

NdT : Cette lettre fut écrite en décembre 1910 par Sotoku Sushui, journaliste et activiste anarchiste, condamné à mort avec 12 autres anarchistes pour la soi-disante intention d’assassiner l’empereur Meiji. Sotoku fut pendu un mois après, en janvier 1911. Ceci est une constante dans le mouvement anarchiste japonais qui a été physiquement décimé par des emprisonnements politiques, des exécutions, des assassinats et des lynchages entre la fin du XIXème siècle et la fin des années 1920. L’impérialisme nippon ne s’embarrasse pas et emploie des méthodes expéditives contre toute dissidence à plus forte raison anarchiste. Toute idée “marxiste”, “social-démocrate” est assimilable et contrôlable par le systèmes et ne présentent donc aucun danger pour sa pérennité ; seule l’anarchie sous sa forme de mode de vie radicale, sous ce nom ou un autre, est un danger mortel pour le paradigme étatico-marchand. Pour paraphraser le grand Georges : dès qu’il s’agit de rosser les anars, tout le monde se réconcilie (Paris 1871, Italie 1920, Cronstadt 1921, Ukraine 1918-23, Espagne 1937, Budapest 1956, France 1967-8 et les grèves sauvages, l’écrasement de l’esprit communard Gilet Jaune 2018-20)  … C’est bien connu et surtout, cela en dit long sur le véritable chemin émancipateur à emprunter…

-[]-[]-[]-[]-

A chaque fois que le mouvement anarchiste est mentionné, beaucoup de personnes ne font que le comprendre par l’assassinat à la bombe ou au pistolet, ce qui montre leur parfaite ignorance de ce qu’est l’anarchisme. Vous les avocats et hommes de loi, savez déjà que l’anarchisme est une sorte de philosophie, mode de vie similaire à ce que nous enseignaient Lao Tseu et Tchouang Tseu, à savoir que nous devions progresser en accord avec la tendance générale de satisfaire notre besoin de liberté et de bonheur, parce que cette tendance est naturelle à la société humaine pour qu’elle soit réalisée par l’entraide et la vie communale, unifiée dans la moralité et la charité, sans compulsion gouvernementale comme c’est actuellement le cas.

Il est donc inutile de dire que l’anarchiste déteste l’oppression, dénigre l’entrave tout comme la violence et personne d’autre n’aime la liberté et la justice au point de l’anarchiste…

En vérité, des assassins ont émergé parmi les anarchistes, mais cela ne veut en rien dire que tous les anarchistes sont des assassins. De plus, beaucoup d’assassins ont émergé non pas des rangs anarchistes, mais de ceux du socialisme d’état, des républicains, les Minkenka, patriotes et loyalistes… le nombre d’assassinats commis par les anarchistes est infime comparé à celui des autres. Si une idée est déclarée “terroriste” à cause de l’apparence d’un assassin, il n’y a pas plus violente idée que celle du patriotisme et du loyalisme au système, la violence est le plus souvent déclenchée par les officiels gouvernementaux, les fonctionnaires, les riches et les aristocrates, tandis que les militants et les travailleurs sont provoqués, sont si exploités qu’ils sont obligés de se révolter violemment en dernier ressort.

Le problème est de savoir comment mener une révolution anarchiste quand vous n’attaquez pas le souverain exploiteur avec une bombe… (notre) révolution veut dire une transformation des institutions politiques et sociales fondamentale et non pas un changement de dirigeants. La révolution se produit spontanément, elle ne peut être induite ni par un individu ni par un parti politique. Nous ne pouvons donc pas planifier par avance comment l’initialiser et comment la faire. Basé sur la présupposition que les institutions et la hiérarchie d’aujourd’hui ne vont pas suivre les avancées et développements de la société et de l’humanité, leur renversement et la création d’un nouveau système deviendra inévitable.

Considérant le processus évolutionniste, nous pensons qu’après une décrépitude plus avancée de la concurrence individualiste et de l’institution de la propriété privée, une société communiste s’en suivra, les idées anarchistes. Repoussant le despotisme de l’état moderne ; ainsi nous voulons avoir cette révolution…

Bien que nous ne puissions pas prédire sous quelles conditions une révolution doit être réalisée et comment elle doit l’être, en tous les cas, les participants à la révolution pour l’émancipation des masses doivent essayer de limiter au maximum la violence. De fait, de telles collisions violentes ont toujours été provoquées par les éléments conservateurs et protecteurs du système en place, se battant contre la tendance générale du processus évolutionnaire.

Le mouvement anarchiste révolutionnaire à proprement parler ne cherche pas à faire une révolution immédiate, il n’est pas non plus une sorte d’assaut mutin. Loin s’en faut, il inclut tous les efforts de la culture de la compréhension de chacun et la discipline que cela implique pour contribuer à servir la révolution qui vient. Publier des journaux et des tracts, écrire des livres et des pamphlets, des discours, se produire dans des meetings publics, tous ces moyens sont utilisés pour expliquer les raisons et les vicissitudes de la tendance à la révolution sociale, en cultivant par là même, la connaissance qui lui est liée.

De plus, organiser les syndicats en des coopératives variées est une occasion avantageuse pour nous de développer la capacité de vivre en commune soit dans le temps de la révolution ou dans son après.

Certains pourront dire qu’un mouvement est inutile si la révolution ne peut être que spontanée, ce qui n’est pas vrai. Quand un vieux régime et de vieilles institutions ont atteint une apogée, la société a commencé à décliner de son propre chef. Lorsqu’il n’y a pas d(idée et de connaissance de la tendance générale de l’évolution sociale, de la nouvelle organisation qui va prendre sa place et qu’il n’y a pas de capacité à anticiper le changement et y participer, la société s’étiole avec le vieux régime sans faire émerger le bourgeonnement de la révolution. Par contraste, si nous y sommes préparés avec connaissance et capacité, un nouveau bourgeon va naître, même si l’original est peut-être mort…

Il n’y a aucune institution ou organisation qui ne fluctue sans cesse ni n’évolue, car l’être humain est dynamique par essence ainsi l’est sa société. Il est nécessaire d’avancer et de se renouveler en accord avec son temps. Une petite période de tel renouvellement est appelée une réforme ou une innovation, une grande période est appelée une révolution. Afin d’empêcher la dégénérescence et la chute d’une société, je pense qu’il est nécessaire de propager de nouvelles idées et de nouveaux modes de pensée ; en d’autres termes, un mouvement révolutionnaire est nécessaire et indispensable.

J’ai été surpris d’entendre que l’action directe était comprise comme synonyme de révolution violente et de lancer de bombes. Ce que cela veut dire est que les travailleurs, afin de promouvoir leur propre intérêt, en tant que groupe, doivent agir d’eux mêmes sans avoir à dépendre d’entité lentes tels les parlements ; pas d’action indirecte au travers du système parlementaire et de ses parlementaires, mais action directe des travailleurs, sans représentation. Au lieu de demander des lois sur les usines et la régulation du travail, les travailleurs négocient directement aves les patrons, si ces derniers refusent de négocier, alors les travailleurs organisent la grève générale expropriatrice. Un autre exemple : un travailleur manifestant demandant l’expropriation de la nourriture des riches lorsque les travailleurs affamés sont dans la rue. L’expropriation est une autre méthode d’action directe.

Juste parce que quelqu’un est en faveur de l’action directe ne veut pas dire que cette personne soutienne tout ce qui est fait en dehors de la procédure parlementaire, l’action directe ne doit pas non plus être confondue avec l’émeute, le meurtre, le vol ou la fraude parce que tout ceci ne passe pas non plus par la voie parlementaire… (NdT : beaucoup à dire là dessus, car les parlementaires, caste dirigeante, sont impliqués dans une énorme quantité de vols, fraudes, abus de pouvoir et de biens sociaux, voire de meurtres oui… Le système y a constamment recours depuis son inception…)

Je pense que cela ne sert pas la révolution de mener des perturbations sans causes dans un pays en paix, de causer de vains sacrifices et la destruction de propriété et de vies humaines. Mais quand la tyrannie des riches et du gouvernement atteint son zénith et que le peuple est mené à la ruine, alors une révolution doit l’aider.

= = =

“Oui, il a été inventé là une mort pour les multitudes, une mort qui se vante d’être la vie: en vérité un fier service rendu à tous les prédicateurs de mort. J’appelle État le lieu où sont tous ceux qui boivent du poison, qu’ils soient bons ou méchants… État le lieu où le lent suicide de tous s’appelle… la vie.”
“Là où cesse l’État, c’est là que commence l’Homme, celui qui n’est pas superflu : là commence le chant de ce qui est nécessaire, la mélodie unique et irremplaçable. Là où cesse l’État — regardez donc mes frères ! Ne les voyez-vous pas, l’arc-en-ciel et les ponts du surhumain ?”
~ Friedrich Nietzsche, “De la nouvelle idole” ~

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

RIEN ne s'oppose TOUT se compose

voter_agir

Qatar, coupe du monde de foot, ExxonMobil, « droits de l’Homme » et tutti quanti…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 26 novembre 2022 by Résistance 71

QatarExxonMobil1
Interchangeable…

Excellente analyse courte et concise de Manlio Dinucci ci-dessous à propos de cette pathétique CM de foot au Qatar et ce qu’est cette autre dictature de la péninsule arabe. Nous rajouterons ceci :
Le Qatar depuis sa création, est une aventure du géant pétrolier ExxonMobil (descendant direct de la Standard Oil des Rockefeller). Au Gabon, on parlait d’Elf-Aquitaine comme “l’état dans l’état”, le Qatar fait plus fort encore : il est une créature d’ExxonMobil, cette enclave dictatoriale n’existerait pas sans le géant pétrolier et ses vues gazières de longue date. Qatar et ExxonMobil fonctionnent main dans la main, sur place et à Yankland : l’expansion pour le GNL d’ExxonMobil au Texas dans un projet avec le Qatar pour 10 milliards de dollars en dit suffisamment long…

Lire ou relire notre PDF compilation des traductions  que nous avons faites des recherches de Dean Henderson sur ce sujet, tout y est ou presque… Boycott de toute cette fumisterie !..

~ Résistance 71 ~

Les poisons dans la coupe du monde de football

Manlio Dinucci

26 novembre 2022

Source: 

https://www.mondialisation.ca/les-poisons-dans-la-coupe-du-monde/5673021

La Coupe du Monde FIFA 2022 au Qatar cache une tragique réalité sur laquelle le courant dominant politico-médiatique a fait tomber une chape de silence. Avant tout le fait que ce soit cet émirat du Golfe qui ait été choisi par la FIFA pour organiser la World Cup 2022. La FIFA, la fédération internationale de foot-ball, est profondément corrompue, au point que ses hauts administrateurs ont été arrêtés pour fraudes, racket et recyclage d’argent. Il n’y a donc pas à s’étonner que la FIFA, alors qu’elle a choisi le Qatar, a expulsé la Russie du Mondial. La Coupe du Monde 2022 est la plus couteuse de l’histoire : le Qatar y a dépensé 220 milliards de dollars (par rapport aux 4 milliards dépensés par l’Allemagne pour organiser les Mondiaux de 2006).

Le Qatar -émirat de 3 millions d’habitants -dont la force travail est constituée à 95% par 2 millions d’immigrés- pour construire les stades et les infrastructures de la Coupe du Monde s’est servi de travailleurs immigrés recrutés au Népal, Bangladesh et autres pays asiatiques. Attirés par de fausses promesses, une fois au Qatar ils ont été soumis à une exploitation de type esclavagiste. Leur passeport a été séquestré pour empêcher qu’ils puissent quitter le pays. Ils ont été contraints à des horaires de travail massacrants, dans des conditions dangereuses, avec des températures de 40-50 degrés, pour des payes très inférieures à celles promises. Ils ont été obligés de vivre dans des taudis avec des conditions d”hygiène désastreuses. Les preuves existent qu’environ 15 mille d’entre eux sont morts, leur décès étant attribué officiellement à des “causes naturelles”. Aux familles a été par conséquent refusé toute indemnisation.

Tout cela est ignoré par la “communauté internationale” parce que le Qatar, pays qui viole les plus élémentaires droits humains, a été nommé par le président Biden “Plus grand Allié Non-OTAN des Etats-Unis”. La base aérienne de Al Udeid au Qatar est la plus grande base militaire étasunienne au Moyen-Orient. Y sont, entre autres, déployés des bombardiers stratégiques d’attaque nucléaire. L’Italie, qui a envoyé plus de 600 militaires surveiller les stades où se déroule la Coupe du Monde, a d’importanTs accords militaires avec le Qatar, à qui elle fournit des hélicoptères de guerre et autres armements.

QatarExxonMobil2
ExxonMobil est le Qatar…