Archive for the crise mondiale Category

Gilets Jaunes 19ème round: la dictature technologique déployée en manif…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 mars 2019 by Résistance 71

 

Comme Israël, la France utilise des nanoparticules et des marqueurs chimiques contre les manifestants

 

Al Manar

 

21 mars 2019

 

Source: http://french.almanar.com.lb/1297386

 

Les Gilets Jaunes et les passants sont devenus, à leur insu, des cobayes pour la première expérimentation mondiale sur des humains de nano-particules et de marqueurs chimiques dont l’effet sur les organismes biologiques est encore très mal connu.

Pour le gouvernement français, il s’agit de « produits de marquage chimique codé » inoffensifs qui imprègnent la peau, les cheveux et les vêtements des personnes visées pour une durée variant entre plusieurs semaines et des dizaines d’années.

Officiellement cette technologie floue n’a jamais été utilisée contre des êtres humains. Cependant, des informations précises recueillies auprès de certains professionnels de la sécurité indiquent que lors de l’Acte 18 des Gilets Jaunes (16 mars), des canons à eau et des gaz contenant des marqueurs d’ADN et des nano-particules ont été utilisés contre les manifestants sans que ces derniers n’en aient été avertis au préalable.

Outre les marqueurs chimiques et les nano-particules dont on connaît très mal les effets sur la santé humaine, l’adjonction de nouvelles substances psychotropes aux gaz CS s’assimile à une véritable expérimentation à grande échelle de nouvelles techniques de contrôle social similaires à celles des pires dystopies des films et romans de science-fiction.

Ces « armes à ADN » développés en Grande-Bretagne et largement utilisés par Israël contiennent des substances chimiques et biologiques dont la nocivité sur la santé humaine a été délibérément ignorée, notamment en Israël où des détenus palestiniens affirment avoir contracté divers types de cancers suite à leur marquage ADN ou l’usage d’autres techniques de contrôle impliquant des nano-particules susceptibles d’avoir endommagé le matériel génétique des cellules de leurs organismes.

Le gouvernement français a reconnu avoir utilisé des marqueurs chimiques sur des manifestants à titre d’expérimentation lors des manifestations du 1er mai 2018. Or, les populations auraient dû être averties qu’elles allaient faire l’objet d’expériences interdites.

Pour les défenseurs de tels procédés, les produits de marquage ADN ou ARN ne représentent aucun danger, mais leurs propos ne sont étayés par aucune évidence scientifique.

On sait que l’impact de la plupart des produits biochimiques utilisés sur l’homme ne peut être décelé qu’après des années puisque la plupart des études non positives sont systématiquement censurées par les grandes compagnies de l’industrie chimique.

L’usage des substances psychotiques pour le contrôle des manifestations et des émeutes urbaines s’est révélé bien plus dangereux sûr le terrain.

En 2014, les forces de maintien de l’ordre en Ukraine ont expérimenté des bombes à gaz contenant du LSD fournies par une société israélienne sur des manifestants à Kiev et le résultat fut catastrophique : les manifestants ciblés sont devenus bien plus agités et violents et certains ont commencé à avoir des convulsions violentes avant de se lancer à corps perdu vers les véhicules de police, nécessitant l’usage de balles réelles pour les arrêter.

Au Brésil, la police a expérimenté dès 2016 des substances chimiques censées calmer les émeutiers, mais l’expérience tourna mal et la police a fini par étouffer les violences en utilisant des armes de guerre. En réalité, la substance utilisée ressemblait à une drogue neurotoxique extrêmement dangereuse qui avait un impact direct sur le système nerveux.

En Palestine occupée, les forces israéliennes ont utilisé contre les manifestants certains gaz qui contiennent, outre des perturbateurs endocriniens, des substances hallucinogènes et du LSD afin de rendre les manifestants plus violents afin de justifier l’usage des snipers et des tirs de très haute vélocité (balles en alliage spécial pouvant avoir une vitesse initiale de 1200 m/seconde).

Les gaz utilisés en France pour le maintien de l’ordre incluent le CS (2-chlorobenzylidene malononitrile), des irritants, mais aussi depuis peu des neurotoxiques pouvant profondément altérer les capacités de perception et de conscience.

D’autres types de nano-particules sont de plus en plus utilisés dans le maintien de l’ordre, mais leur usage reste secret, car même les policiers qui les utilisent ne savent pas toujours la nature de l’arme non létale qu’ils utilisent.

Avec les marquages chimiques des individus, les sociétés israéliennes et françaises viennent de franchir un pas supplémentaire dans le contrôle totalitaire de l’individu, jusqu’aux racines de ses cheveux et son ADN.

Source: Strategika 51

 

Publicités

Illusion démocratique: L’écologie imposture de l’aliénation (Internationale Incontrôlable)

Posted in actualité, écologie & climat, économie, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 19 mars 2019 by Résistance 71


Escroquerie du RCA

 

À bas l’aliénation économique !

À bas  l’imposture écologiste !

À bas la mobilisation capitaliste pour améliorer la merde climatique de la chosification de l’humanité asservie !

 

Internationale Incontrôlable

 

Mars 2019

 

L’aliénation  économique et l’imposture écologiste se relient d’elles-mêmes par l’Histoire et par l’étymologie dans la continuité organique du déploiement dialectique du sens pratique de la vie… L’économie, du grec ancien oikonomía, renvoie à l’administration de la maison propriétarienne en tant qu’activité humaine commercialisée ; laquelle consiste en la production, la distribution, l’échange et la consommation pour la vente et l’achat tels que ces catégories résultent de la mort advenue de la communauté  première quand l’oikos et le démos du produire solvable terminent de se substituer à la communauté originelle du génos sans argent ni État. L’écologie renvoie, elle aussi, à cet habitat aliénant du produire-l’argent… Elle émerge dans la seconde partie du XIXe siècle, lorsque les ravages de la marchandise commencent à devenir si visibles que, pour s’économiser, l’économie se doit de penser de façon protectrice les relations des organismes avec le monde environnant, de telle sorte que la survie de l’environnement soit garanti pour la sauvegarde de l’économie elle-même.

Dans la communauté, l’homme est en le cosmos immédiat de la vie sacrale. Il n’y a pas d’environnement et il n’y a pas d’économie puisqu’il n’existe aucune médiation. De la sorte, la nature n’est pas l’autre de l’homme : elle en est le cœur immanent de vie anti-marchande incarnée. De la même façon que l’auto-émancipation humaine abolira l’économie et la politique, elle liquidera l’écologie comme imposture capitaliste de reproduction de la nature aliénée par la société de la rentabilisation. L’écologie radicale, quant à elle, est consubstantielle à l’extrême droite et à l’extrême gauche du Capital ; elle est le projet illusoire le plus poussé de ceux qui veulent promouvoir une autre économie politique… En conséquence, l’économie de l’écologie disparaîtra avec l’écologie de l’économie… Dans le communisme, la nature n’est plus séparée de l’homme qui n’est plus séparé de lui-même… Il n’existe plus que le cosmos charnel de l’anti-mercantile et de l’anti-politique…

Aujourd’hui, l’écologie, comme toute forme d’expression du spectacle de la marchandise, est une mystification destinée à permettre la reproduction matérielle et symbolique du mode de production de la liberté despotique du profit. Ainsi, quasiment muette sur l’ampleur réelle du désastre des pesticides et de la chimie médicamenteuse qui tue progressivement la totalité de l’humus de l’être, l’idéologie écologiste, à la remorque trompeuse du gouvernement du spectacle mondial des angoisses universelles, a-t-elle fait des mythes du réchauffement climatique et du CO2 un vecteur cardinal de l’accumulation symbolique des nécessités de la valorisation de la servitude volontaire.

Partout où règne le spectacle du fétichisme marchand, les seules paroles autorisées sont celles qui veulent confirmer et conforter le fétichisme de la marchandise spectaculaire. Aucune ne peut donc être contradictoire à ce qui existe par la volonté tyrannique de la liberté capitaliste, ni contre-venir à la censure qui concerne le Tout de l’essentiel… On reconnaît le faux tout simplement à ce qu’il fuit et interdit, par principe, tout débat… Marx avait compris dès 1843, dans son fameux texte sur la Censure, que toute interdiction de discussion cache fondamentalement le faux triomphant du despotisme de l’argent, qui – dans l’impuissance qu’il a à pouvoir tolérer la véridique réalité explosive de l’ex-ister – est nécessairement inapte à accepter la plus petite confrontation au moindre contradictoire…

Tous ceux qui avaient, il y a déjà bien longtemps, commencé à critiquer les illusions et le mensonge de la démocratie, en la définissant comme la négation achevée de l’homme, ne s’étaient pas trompés. On la reconnaît à ce signe distinctif qu’elle est bien la consécration de l’abjection et de l’avilissement puisqu’elle est le triomphe des fictions du marché qui capitalise toute émotion…

Tout ce qui est censuré dit à la fois le vrai véridique du faux officiel et le faux véridique du vrai officiel…

À l’heure où la COP 21 des Nations unies du capitalisme mondialiste s’est réunie à Paris dans une vaste messe soliloquiste de débilisme profond où toute parole différente était immanquablement prohibée, redisons simplement des choses essentielles…

Le climat n’a pas attendu la révolution industrielle du Capital pour mettre en marche des fluctuations importantes. Le climat a toujours bougé. On retiendra plusieurs grandes époques climatiques sur le dernier millénaire :

– Autour de l’an 1000, une phase chaude a notamment permis à des groupes vikings significatifs d’aller s’implanter au Sud du Groenland (la « terre verte ») et de s’y développer avec cultures et bétail.

– Le climat du bas Moyen Âge s’est, ensuite, graduellement refroidi pour laisser la place à ce que l’on a appelé « le petit âge glaciaire », qui a duré jusqu’au milieu du XIXe siècle. Pendant cette période, les glaciers alpins ont avancé de 1 000 m avant de céder progressivement du terrain, au fil du réchauffement constaté durant le XXe siècle et qui se poursuit probablement aujourd’hui, en révélant ainsi progressivement les vestiges d’habitats médiévaux abandonnés.

On précisera que la planète Mars est actuellement en phase de réchauffement et que cela n’est certainement pas dû à l’activité humaine de production du CO2… Et on indiquera que la dernière étude approfondie de la NASA, publiée en novembre 2015, confirme, à la suite des précédentes, que les glaces de l’Antarctique sont en pleine expansion…

La théorie de l’origine humaine du réchauffement en raison d’une production excessive de gaz à effet de serre, s’appuyant exclusivement sur des modèles informatiques foncièrement incertains, est très loin de faire l’unanimité, mais, comme toute discussion contradictoire est interdite, seul a droit de diffusion, dans le crétinisme universitaire et médiatique de la marchandise, le GIEC du gouvernement du spectacle mondial de la marchandise.

L’absolutisme du spectacle de l’argent planétaire, qui, désormais, possède tous les moyens de déformer et défigurer l’ensemble de ce qui se passe, est, dorénavant, propriétaire intégral de tout ce qui a lieu comme il est tyran incontrôlable de tout ce qui prépare, sur le terrain, des réorganisations de l’économie politique de la soumission. Il dirige seul l’intégralité des espaces pour la totalité du temps de l’argent… Il décide, gouverne et régente tout ce dont on jargonne pour ne point penser…

Que la cause substantielle des changements climatiques en sus de la variation normale de l’orbite terrestre puisse être l’activité solaire constitue, encore pour l’instant, une controverse condamnée… Comme pour tous les totems et tabous issus notamment de la Seconde Boucherie capitaliste mondiale, l’on attend donc, ici aussi, que l’interrogation vraie puisse enfin se substituer aux vérités officielles qui dissimulent toujours le faux omni-présent…

On se souviendra, avec humour et sens critique, d’autres manœuvres du même genre utilisées dans le passé par le spectacle de la marchandise totalitaire : 

– l’hiver nucléaire, le refroidissement climatique durant les années 1970 ;

– les pluies acides censées détruire toutes les zones forestières de la planète durant les années 1980 ;

– le trou de la couche d’ozone laissant passer des rayons ultraviolets nocifs et contribuant à l’effet de serre durant les années 1980-1990.

Les révélations survenues dans le cadre du Climategate en 2009 ont démontré l’ampleur des nombreuses manipulations et manigances mises en place pour faire artificieusement correspondre de multiples observations discordantes à la construction théorique de l’origine humaine du réchauffement, de même que la censure du débat a été systématiquement mise en place pendant que de nombreuses pièces étaient dissimulées, et ce alors que d’innombrables sentences d’excommunication étaient évidemment partout proférées…

Finalement, le réchauffisme aura constitué une des plus grandes impostures intellectuelles de la science moderne du spectacle marchand, et les bétonnières de l’implantation des effrayantes éoliennes capitalistes qui brassent tant de vent pécuniaire nous enseignent, à coup sûr, que l’écologie représente admirablement le stade suprême de la fabulation économique. Comme Marx le développe dès le Livre Premier du Capital, « la production capitaliste disloque l’interaction métabolique entre l’humanité et la terre ; elle empêche, autrement dit, le retour à la terre de ses éléments nutritifs constituants […]. Tout progrès dans l’agriculture capitaliste devient ainsi un progrès dans l’art non seulement de dépouiller le travailleur, mais [encore] de spolier le sol ; tout progrès qui accroît la fertilité du sol pour une durée déterminée est aussi un progrès qui ruine ses sources à plus long terme. Ainsi, la production capitaliste ne développe la technique et ne contribue au procès social de production qu’en minant simultanément les sources originelles de toute richesse : le sol et le travailleur ».

Ainsi, les choses sont claires… Toute vraie défense de l’homme en la vérité du naturalisme cosmique est anti-capitaliste et donc anti-écologique, puisque l’écologie n’est rien d’autre que le spectacle de reconstitution d’une pseudo-nature dans le territoire d’un capitalisme aménagé où les ressources de la vie correctement asservie permettent que l’homme réifié affiche la preuve de son intimité économe avec la marchandisation mesurée du vivant.

Commentaires sur l’extrême radicalité des temps derniers…
Critique de la dictature démocratique du spectacle de la marchandise terminale...

Éditions le Retour aux sources

Internationale Incontrôlable,

Mars 2019

= = =

« Escroquerie du réchauffement climatique anthropique »

 

Gilets Jaunes: La culture est dans la rue.. Hommage à l’imagination populaire…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 19 mars 2019 by Résistance 71

Resistance 71

 

19 mars 2019

 

En ces temps si pénibles, apprécions cette note de culture et d’humour populaires circonstanciés. Si le bonheur est dans le pré, la (r)évolution est sans nul doute dans nos rues et nos campagnes.

Voici un petit florilège (subjectif) de slogans trouvés de ci de là, vous en trouverez bien plus sur « La rue ou rien » qui a fait un remarquable boulot de compilation des tags et slogans des Gilets Jaunes et autres manifs ayant eu lieu récemment ou non.

Certains nous ont fait rire aux larmes. Notre « Tag d’or » et son 1er accessit en toute fin.

L’art du slogan est un art populaire et pour cause…

 

1er accessit:

Notre « Tag d’Or » à l’hilarité générale
mais aussi pour sa profondeur:

 

L’imagination populaire est intarissable !
Vive la Commune !

Crise du « Grande America », Gilets Jaunes et écologie radicale…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, gilets jaunes, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 16 mars 2019 by Résistance 71


La déferlante de la merde marchande

 

Contre la marée noire de la merde du Capital…

 

Collectif In-Contrôlable

 

15 mars 2019

 

« La production capitaliste ne développe donc la technique et la combinaison du procès de production sociale qu’en épuisant en même temps les deux sources d’où jaillissent toute richesse : la terre et le travailleur ».
Charles Marx, Livre I du Capital

Après le naufrage du Grande America, bateau poubelle baptisé d’un nom de crotte impérialiste qui fait soumission au colonisateur yankee, à 300 km au large de La Rochelle, la côte atlantique est, une nouvelle fois,  menacée par une nappe d’hydrocarbures de plus de 10 km de long. Le fuel pourrait toucher les côtes de Gironde et de Charente-Maritime dimanche ou lundi. Le bateau transportait plus de 300 conteneurs, dont un grand nombre contenant des matières dangereuses complètement incontrôlables et encore non reconnues…

C’est tout le littoral qui va puer, s’enlaidir et mourir un peu plus…

La marée noire qui se prépare à déferler sur  la côte atlantique n’est pas un accident de parcours naval… C’est le produit de la logique des grands trafics maritimes de la loi despotique du profit et de la crise généralisée du système de la concurrence marchande…

A l’heure où tous les clowns réformistes écolos bobos vont nous appeler au cul de tous les gangs politiques et syndicaux de toutes les droites et de toutes les gauches de l’aliénation afin de  réformer, améliorer les mécanismes d’exploitation de la nature et de l’humanité asservie pour que la déchetterie capitaliste universelle soit plus belle et moins sale et davantage sécurisée, nous entendons réaffirmer que c’est cette société toute entière qui, par essence, est cancérigène, pourrie, meurtrière et anti-humaine et que nous n’en voulons plus…

Contre tous les gangs officiels et officieux du Capital… Contre toutes les maffias étatiques, médiatiques, politiciennes, universitaires, artistiques, commerciales, industrielles et bancaires qui sont du même monde que toutes les pègres qui spéculent sur le marché des armateurs…

Nous n’avons rien à négocier… ni avec le larbin commercialMacron, ni avec aucune des chapelles de rechange de la pourriture marchande…

Vive la colère de la terre et de la mer pour un monde sans argent !

NOUS VOULONS VIVRE ET NOUS IMPOSERONS L’EMANCIPATION HUMAINE CONTRE LA DICTATURE DU PROFIT TOTALITAIRE !

Demeurons In-contrôlables… Mars 2019

 

Gilets Jaunes: 16 mars pour un 18ème round faisant date…

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 12 mars 2019 by Résistance 71

“La Commune ne supprimera pas l’État pour le reconstituer, et bien des communes sauront prêcher d’exemple, en abolissant le gouvernement de procuration, en se gardant de confier leur souveraineté aux hasards du scrutin.”
~ Pierre Kropotkine ~

Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir… Tout le pouvoir aux Ronds-Points !

 

 

Appel du collectif Cerveaux Non Disponibles pour la journée du 16 mars à Paris.

 

Collectif Cerveaux Non Disponibles

 

12 mars 2019

 

Source: https://paris-luttes.info/du-16-mars-a-jupiter-11796?lang=fr

 

Samedi 16 mars s’annonce comme une date importante pour le mouvement des Gilets Jaunes. Personne ne peut prédire le résultat de cette nouvelle mobilisation nationale à Paris. Ce qui est sûr, c’est qu’elle sera un tournant pour la suite. Il ne tient qu’à nous que ce tournant prenne la bonne direction. Celle de la révolte contre ce système et ceux qui en profitent sur le dos des plus faibles. C’est la fin du grand débat, et le début du grand débarras.

Certains caressent l’espoir de revivre un 17 novembre ou un 1er décembre. Nous pensons que cela n’arrivera pas. En quatre mois, le pouvoir et ses forces armées ont totalement changé leur façon de gérer les rassemblements des GJ. En quatre mois, plus de 15 000 GJ ont été blessés et/ou incarcérés. 15 000 !

Non, le 16 mars doit devenir LE 16 mars. Une des dates importantes dans l’histoire des Gilets Jaunes, et peut être même au delà. Nous ne savons pas où, quand, et comment. Mais nous savons que des milliers de citoyens en colère seront présents et décidés à ne plus enchaîner les manif « bien dociles » qui ont été imposées depuis 4 ou 5 semaines par quelques dizaines de GJ ayant joué le jeu du pouvoir en déclarant les manif et en acceptant que le cortège soit encerclé de CRS.

Ces milliers de GJ déterminés vont tous jouer un rôle ce 16 mars. Chacun à son niveau, chacun à sa manière, mais tous solidaires et tolérants avec les pratiques des autres.

Car nous savons où est l’ennemi : à l’Élysée et dans tous les palais de la République. Dans tous les sièges de banques et de multinationales.

Nous savons que les personnes âgées vivent dans une précarité de plus en plus intolérable. Nous savons que l’éducation nationale est en pleine crise de moyens. Nous savons que les hôpitaux et tous les services de santé sont en sous effectifs, pour raison financière. Nous savons que les millions de français aux revenus les plus modestes ont de plus en plus de mal à vivre. Et même à survivre.

Et nous savons que les quelques milliers d’ultras riches en France sont de plus en plus riches, y compris depuis la crise financière.

Sachant cette injustice, nous ne pouvons plus continuer nos vies comme si tout allait bien. Comme si tout était normal. Ce serait immoral et inhumain.

C’est notre humanité et notre désir d’un monde meilleur pour le plus grand nombre qui va nous pousser samedi à exprimer notre colère, et pas qu’avec des paroles.

Une colère qui sera renforcée par l’insoutenable bilan de la répression de ce mouvement depuis quatre mois : plus de 2 500 blessés, plus de 14 000 tirs de LBD, 22 éborgnés, 5 mains arrachées, un décès, plus de 8 500 arrestations, dont la plupart totalement arbitraires.

La Ligue des droits de l’Homme, Amnesty International, la commission européenne ou encore l’ONU ont lancé des avertissements au gouvernement français. Nous savons que l’histoire retiendra de Macron et de son gouvernement qu’il a répondu à une crise sociale par une ultra violence aveugle mais totalement calculée.

Reste à savoir si cette réponse sera appréhendée dans les cours d’histoire comme une réponse efficace (à défaut d’être morale), ou si elle aura au contraire accéléré le soulèvement de tout un peuple. Le 16 mars va, en ce sens, être un début de réponse. Tout reste encore possible.

Il nous reste 5 jours pour mettre toutes les chances de notre côté, en étant le plus nombreux possible dans les rues de Paris samedi.

A vous tous, il vous appartient de mobiliser votre entourage : amis, familles, collègues. En premier lieu ceux qui ont déjà participé à des rassemblements de GJ depuis quatre mois, et qui auraient peut être perdu la force. S’il n’y a qu’un seul samedi à consacrer à nouveau à la lutte, c’est celui là. Mais également à tous vos amis et familles qui n’ont pas encore franchi le pas mais qui partagent ce sentiment d’injustice sociale et d’indécence des plus riches et des plus puissants. Les tenants du pouvoir s’efforcent par tous les moyens à nous faire croire qu’aucun autre horizon n’est possible, et que le seul mécontentement possible est celui qui s’exprime dans le cadre de leurs règles, elles mêmes faites pour maintenir le système.

Mais leur pouvoir ne tient finalement qu’à un fil. Et sous leur apparence de fermeté et de tranquillité, Macron et son monde espèrent fortement que le mouvement s’essouffle (depuis le temps qu’on vous le dit). Car s’il ne s’essouffle pas, il suffira de souffler sur les braises pour que leur château s’enflamme.

Et si leurs remparts tombent, il sera alors bien plus facile d’aller les chercher.

= = =

Six textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 


Howard Zinn

Effondrer le colonialisme de l’intérieur par l’apostasie collective généralisée.. (Jo Busta Lally)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 mars 2019 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

5 mars 2019

 

Nous sommes particulièrement heureux d’introduire le pdf tout récent réalisé par Jo de JBL1960 sur son parcours du combattant pour renier et se faire radier des registres de baptême de l’église.
La démarche de Jo est un des moyens d’effondrer le colonialisme, qui depuis l’époque de la formation des états-Nations fin XVème et XVIème siècles, possède une fondation  religieuse avérée et dont l’ancrage historique est toujours le plus souvent bel et bien réel.

Jo nous y rappelle ces fondements, puis le développement intrinsèquement génocidaire de la conquête de nouveaux territoires au détriment des populations indigènes ; sa prise de conscience et sa volonté de boycott de l’institution religieuse originairement responsable du grand méfait colonial des ces 500 dernières années, poussant l’affaire plus loin même, allant jusqu’au reniement du baptême.

Les dessous de l’affaire révélés dans ce PDF des plus intéressants et d’une actualité toujours des plus brûlantes, cadrant particulièrement dans notre mouvement conjoint pour la répudiation de la doctrine chrétienne de la découverte.

PDF à lire et diffuser sans aucune modération:

L’apostasie collective comme triomphe anticolonial en PDF:

Effondrer-les-empires-coloniaux-par-apostasie-collective-de-jo-busta-lally

 

La gangrène capitaliste globale et l’assaut contre les peuples indigènes du monde…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 5 mars 2019 by Résistance 71

 

L’assaut mondial contre les peuples indigènes

 

Ken Orphan

 

4 mars 2019

 

url de l’article original:

https://www.counterpunch.org/2019/03/04/the-global-assault-on-indigenous-peoples/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Il n’y a pas vraiment de sans voix. Il n’y a que ceux délibérément réduits au silence ou ceux qu’on ne préfère pas entendre.”
– Arundhati Roy

“Nous devons répondre à leur appel. Notre terre-mère, militarisée, clôturée, empoisonnée, un endroit où les droits les plus fondamentaux sont systématiquement violés, demande que nous agissions. Construisons des sociétés capables de coexister dignement, d’une manière qui protège la vie. Rassemblons-nous et œuvrons dans la défense et l’attention du sang de la terre et de ses esprits.”
– Berta Caceres, activiste des droits indigènes et de l’environnement du peuple Lenca, assassinée au Honduras en 2016

Il y a quelques années lorsque j’étais au Panama, j’ai eu la chance de passer du temps parmi le peuple indigène Ngabe-Buglé, qui réside dans la jungle qui couvre la plupart du pays. Leurs villages sont simples, mais harmonieusement construits au sein du monde naturel qui les entoure. Les gens ont une révérence naturelle pour la vie sauvage, n’utilisant que ce dont ils ont besoin et pour qui la culture, les modes de vie ancestraux et la communautés sont des choses d’une importance capitale. Mais, comme partout sur la planète, leur existence même de peuple indigène est mise en péril, est placée sous état de siège par les forces du capital.

Des projets de barrage hydraulique, essentiellement conçus pour favoriser les compagnies minières ont inondés un grand nombre de ces villages et dévastés les cultures et les zones de pêche. Des espèces animales rares comme la grenouille de Tabasara sont menacées d’extinction à cause de la perte accélérée de leur habitat. Il y a quatre ans, un barrage a fait disparaître un village indigène sur la rivière sacrée Tabasara. Les villageois ont échappé de peu à la mort dans leur village qui fut inondé de nuit. On ne leur avait donné aucun avertissement de ce qui allait se produire.

Au moins de mai de l’an dernier, la rivière fut bloquée pour cause de réparations sur le barrage électrique de Barro Blanco. Des dizaines de milliers de poissons et de crustacées périrent asphyxiés dans la boue. Beaucoup d’autres projets hydrauliques sont prévus pour ce petit pays. Tandis que les Ngage-Buglé ot protesté de leur dépossession et de la destruction de leur mode de vie, ils n’ont rencontré que menaces, disparitions et violences de la part de l’état et des opérateurs des entreprises variées qui s’alignent pour profiter de la manne de ces projets. Mais les seigneurs du capital, les banques, détiennent le plus de pouvoir. Par exemple, la banque FMO de Hollande et la banque DGE d’Allemagne sont responsables du financement du barrage de Barro Blanco.

En parfait contraste avec le mode de vie des Ngabe-Buglé se situe la nouvelle haute section du capital, Panama City. Ici, des tours de d’acier et de verre escaladent le ciel chaud de la ville d’Amérique centrale. Pourtant il y a très peu de trottoirs dans cette zone. L’élite argentée rentre directement dans ses condominiums de luxe par des portes de garages sécurisés ayant un accès direct à la rue. Il n’y a ici ni désir ni besoin de marcher, à moins que vous ne soyez pauvre.

Ce paysage d’aliénation se répète dans le monde entier, de Djakarta à Manille en passant par Mumbaï, où les riches et puissants s’isolent de la masse croissante des gueux grouillante au-delà de leurs grilles dorées. Mais à à peine une heure de route de la capitale se situe la ville de Colón dont les habitants sont pratiquement tous de couleur et où la pauvreté est rampante. En réalité, la plus grande partie de la grande richesse qui pénètre le pays via le canal de Panama, est concentrée dans la classe dominante des 0,01%

Et ici touche t’on à un des résultats les plus tragiques de ces assauts économiques et écologiques: le déplacement des populations. Des millions et des millions de gens des peuples indigènes du monde entier ont été évincés de leurs terres ancestrales pour venir s’entasser dans les bidonvilles infernaux des mégapoles. Là, ils sont le plus souvent coincés dans la plus extrêmes des pauvretés, forcés d’abandonner leur culture, leur langage et leur conformité et sont immédiatement oubliés de la société. Soyez sûrs d’une chose: c’est le monde que veut pour nous tous le capitalisme mondialiste.

Mais que ce soit les Ngabe-Buglé du Panama, les Bonda d’Inde, les Wet’suwet’en du Canada, les Papoues de Nouvelle-Guinée, les Kariri-Xoko du Brésil, les Aborigènes d’Australie, les Ogoni du Nigéria ou les Lakota des Etats-Unis, la menace de l’annihilation est à la fois réelle et imminente. Par l’entremise d’un système capitaliste global, ils font face à des forces puissantes qui cherchent à piller la terre de ressources vitales pour le profit du plus petit nombre. Ces forces éliminent quiconque se trouve sur leur chemin. L’ONG Global Witness rapporte que plus de 200 activistes indigènes ont été assassinés dans le monde l’an dernier. Un record. L’activiste Berta Caceres fut une victime de ce crime global [au Honduras] et il n’y a aujourd’hui aucun signe indiquant que ce carnage va s’arrêter ou même ralentir.

Les assauts sur les peuples indigènes du monde ont tous un point commun. Ces gens sont en première ligne de la lutte féroce dans une guerre pour ce qui reste à piller. Une guerre des ressources qui rapporte énormément au plus petit nombre. Bien sûr, ces peuples ont toujours été sur cette ligne de front depuis les tous débuts du colonialisme ; ces jours où le génocide était chose commune. Mais au travers du prisme de l’effondrement écologique de la biosphère, l’ordre économique actuel doit être regardé comme le culte de la mort qu’il est, incapable d’introspection ou de contrôle, enivré par son arrogance et son narcissisme, tuant tout dans la poursuite de l’argent roi. Ce sont les peuples indigènes, qui sont les plus proches de la terre vivante qui se tiennent en obstacle à ce pillage. On en fait des non-personnes dans les médias entrepreneuriaux, on les déplace, les élimine de façon à ce que le flot du capital continue ininterrompu. Avec le capitalisme au bout de son rouleau, ce culte de la mort devient de plus en plus désespéré, veule, vicieux et sans pitié.

Je me souviens au Panama, marcher dans un village Ngabe un de ces tièdes après-midi, les insectes bourdonnant autour de moi.  Les cris des oiseaux tropicaux perçant la canopée de la jungle, l’air humide détrempant mes vêtements. Je pouvais entendre le son des enfants qui riaient en revenant de l’école. Des anciennes accrochaient des étoffes chatoyantes à sécher, qui me rappelèrent immédiatement des fanions et drapeaux de prière tibétains. Un jeune artiste assis dans l’encadrure d’une porte, sculptant un morceau de bois tombé. Il me regarda et sourit. “bienvenue, entrez je vous en prie…” dit-il. Je me demande parfois ce qu’il est advenu de lui et de son village, mais je dois admettre que j’ai peur de savoir.

= = =

Lectures complémentaires:

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

3ri-et-societe-des-societes-du-chiapas-zapatistes-aux-gilets-jaunes-en-passant-par-le-rojava-fevrier-2019

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

Aime_Cesaire_Discours_sur_le_colonialisme

Ricardo_Flores_Magon_Textes_Choisis_1910-1916

James-C-Scott-Contre-le-Grain-une-histoire-profonde-des-premiers-etats

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Manifeste pour la Société des Sociétés

David Graber Fragments Anthropologiques pour Changer l’histoire de l’humanité

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

Comprendre-le-systeme-legal-de-loppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-peter-derrico1

Comprendre-le-systeme-legal-doppression-coloniale-pour-mieux-le-demonter-avec-steven-newcomb1

Effondrer le colonialisme

Meurtre par décret le crime de génocide au Canada

Un_manifeste_indigène_taiaiake_alfred

6ème_déclaration_forêt.lacandon

La Grande Loi du Changement (Taiaiake Alfred)

si-vous-avez-oublie-le-nom-des-nuages-vous-avez-oublie-votre-chemin

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte