Quand la pourriture réformiste constituante fait systématiquement le jeu de l’exploitation et de la domination (Tract chilien distribué à l’occasion de l’anniversaire du 11 septembre 1973)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, documentaire, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 20 septembre 2022 by Résistance 71

ZAD_Partout

Le réformisme n’a jamais fait de révolutions

Ceux qui s’impliquent dans des demies-révolutions creusent leur propre tombe

Tract distribué dans les rues à l’occasion de l’anniversaire du 11 septembre 1973 et du coup d’´état au Chili

NB : le tract est originellement en espagnol, mais nous l’avons traduit de sa version anglaise (Résistance 71)

20 septembre 2022

Quand les exploités décident de prendre leur destinée et leur vie entre leurs mains, ces secteurs dont l’existence dépend de l’exploitation, s’unissent contre eux, appliquant des stratégies variées pour les contenir et les vaincre. C’est pourquoi, de la droite à la gauche du spectre politique, tous les partis qui défendent les catégories fondamentales de la civilisation capitaliste sont impliqués.

Dans les années 60 et 70, une immense vague révolutionnaire internationale a déferlé et au Chili, un processus qui captura l’attention du monde entier prit forme. Ce processus ne se cantonnait pas aux vicissitudes de l’alliance réformiste de l’Union Populaire avec Allende à sa tête. Au contraire, cela émergeait d’un mouvement social grandissant qui s’exprimait de manière hétérogène via l’occupation des usines, les saisies de terres et de fermes, de soupes populaires, d’associations culturelles et un grand nombre d’expériences communautaires et anticapitalistes. Comme cela se produit dans ces cas là, ce mouvement s’est levé contre les limites qui germèrent et grandirent au sein de sa propre dynamique, ainsi que contre la répression étatique de plus en plus féroce (il y eut plusieurs massacres documentés en quelques années comme ceux de Pampa Irigoin et de Puerto Montt en 1969, sous le gouvernement d’Eduardo Frei Montalva, lorsque 11 occupants furent tués incluant un nourrisson de 3 mois…) et le cadre réformiste.

Soutenu par ces luttes, l’UP est parvenue au gouvernement en 1970 pour appliquer un programme social-démocrate tout en combattant ouvertement ceux qui brisèrent depuis la base, le cadre de la légalité bourgeoise et osèrent agir de manière autonome.

Pendant trois ans, l’activité autonome des travailleurs, ouvriers, paysans et occupants porta ses fruits avec la formation de cordons industriels, de l’expropriation que l’UP ne put pas contrôler malgré tous ses efforts ; les commandements communaux et les comités de contrôle des approvisionnements et des prix (JAP), devinrent de plus en plus intolérables pour la classe capitaliste.

Le coup d’état militaire se produisit alors en dernière mesure de la protection de la classe dirigeante, coincé dans une réponse contre-révolutionnaire qui restructurait le capital en crise dans le monde entier. Mais son succès à vaincre le prolétariat ne peut pas être expliqué sans comprendre le travail réactionnaire constant de la gauche elle-même, qui désorganise, réprime et littéralement désarme le mouvement.

45 jours avant le coup d’état, Allende considérait que les problèmes principaux du pays étaient une demande excessive de réajustement des salaires des travailleurs, leur “économisme” et “le syndicalisme parallèle” des branches industrielles. Il prononça un sermon sévère contre la classe travailleuse et clarifia de manière catégorique : CE PAYS VIT UN PROCESSUS CAPITALISTE, il annonça une politique salariale sévère avertissant que dans l’année à venir, les réajustements des salaires seraient plus bas que l’augmentation du coût de la vie, il clarifia le fait que les forces armées continueraient d’appliquer strictement la loi sur le contrôle des armes et il suggéra dans une ovation des ses hôtes “communistes” que le MIR pourrait bien agir comme complice de la CIA. Comme on peut le voir, une excellente politique pour préparer le prol´´tarit aux confrontations à venir.

Il devient alors inévitable de se poser la question du rôle démobilisateur de la gauche du capital, qui bouge et agit au sein du cadre politique bourgeois et qui ne propose rien d’autre que le réarrangement de la logique mercantile, investissant en cela dans son rôle des années 70 et celui qu’elle a joué depuis la révolte de 2019 au travers de partis politiques aujourd’hui au gouvernement, mais aussi du rôle de ces groupes ayant donné un “soutien critique”, les secondant dans leurs manœuvres aves cette “naïve” prétention de les “submerger”. De cette façon, du “Pacte pour la paix et la nouvelle constitution” signé par presque tous les partis politiques ayant une représentation législative au 15 novembre 2019, tout l’ordre du parti a été dédié à la dilution du pouvoir de l’imposant mouvement développé depuis les jours historiques des 18 et 19 octobre. Son objectif explicite fut de sauver les institutions, essentiellement le gouvernement et le congrès, au travers d’évènements électoraux successifs qui ont diverti et kidnappé l’autonomie de la classe du travail, sabotant les assemblées territoriales et donnant le pouvoir “au propre sens commun” de cette société organisée autour de l’exploitation et de la domination sociales et donc, par là même, du fétichisme de l’État.

Ceci est l’objectif déclaré du processus constituant. (NdT : comme il le serait également en France du “processus constituant” réformateur qui avait émergé du mouvement des Gilets Jaunes, mouvement qui n’est qu’un vœu pieux pour rendre le système “plus vertueux”, “plus compatissant” aux besoins des gens, mais en préservant les institutions et les rouages de l’exploitation et de la domination étatico-marchandes) Son rôle fut certainement efficace : les campagnes électorales, d’abord pour le plébiscite de l’entrée, puis pour l’´action des constituants et autres, ont eu pour but de vider les rues, retirant la force des expressions variées de l’auto-organisation et des luttes de revendication, tout en donnant l’impunité à ceux responsables du terrorisme d’état, réaffirmant l’emprisonnement politique de dizaines de militants de la révolte. Mais pour satisfaire les illusions d’un large secteur qui vit dans l’écriture d’une nouvelle constitution une manière d’accéder aux droits sociaux, cette voie résulta en un gigantesque échec, consommé le 4 septembre dernier.

Le prolétariat n’est pas mobilisé par des slogans idéologiques ou des promesses qui lui sont présentés comme étant étrangères, mais par ses besoins concrets, ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut pas agir consciemment. La réduction et la codification des luttes vindicatives prolétariennes en catégories propres aux niches du marché académique n’ont pas d’autre effet que de fragmenter les luttes, de les isoler et finalement de les déconnecter de leur sens original, les imposant plus tard comme quelque chose d’externe semant la déception et l’impuissance. Ceci est un des facteurs derrière l’écrasante défaite électorale de “l’approbation”. En plus d’une campagne pathétique, les groupes politiques réactionnaires savaient comment avoir un avantage sur des thèmes comme l’unité nationale, la sécurité et l’ordre public, choses “propres” à leur “sphère” d’action politique.

Les thèmes de la gauche du capital ne semblent jamais approfondir les choses, mais mis en couple avec leurs rivaux de droite, ils utilisent également une méthode de prosélytisme. Les slogans patriotiques, réponses aux mensonges et aux “campagnes de terreur” de la droite, qui fait tout ce qui est possible pour se dissocier de toute véritable menace au pouvoir et ses laquais, la centralité de la famille et autres valeurs frelatées, incluant le sexisme, le racisme et l’homophobie, sont des éléments communs à observer dans des secteurs supposément critiques, ce qui a atteint un paroxysme après le récent triomphe du “rejet”, dans lequel une véritable vague de mépris envers la “populace” fut observée par ceux qui prétendaient combattre pour elle.

A la fois les processus des années 70 et ceux depuis 2019 interrompent leur extension et leur profondeur quand ils ne dirigent pas leur critique et leurs luttes contre le cœur des relations capitalistes (travail, argent, salariat, valeur) et l’État en tant que tels. Les leçons évidentes à tirer du rôle des secteurs réformistes, qui ne sont pas juste une version modérée au sein des luttes contre le capital, mais possèdent des objectifs radicalement différents (préservation de l’ordre social capitaliste contre sa négation radicale et son dépassement), ne devraient pas être balayés sous le paillasson pour retourner à l’abattoir.

Notre voie n’est en rien l’intégration dans la politique actuelle, mais sa destruction. Ceci est une nécessité provenant des mêmes expériences. Continuer à nous heurter la tête contre le mur des institutions, demander encore et toujours pour une véritable  et démocratique “assemblée constituante” et une nouvelle constitution au lieu de créer et de donner le pouvoir à nos propres espaces, de renforcer les liens et les discussions fraternelles entre les individus et les collectivités et de façonner les relations de solidarité, qui répondent à nos besoins les plus pressants et immédiats, ne peut en aucun cas être la voie à suivre.

Nous n’oublions pas ceux d’entre nous qui sont tombés. Nous ne pardonnons pas aux assassins, aux bourreaux et leurs complices de droite comme de gauche.

QUE LA MEMOIRE HISTORIQUE ENTERRE CEUX QUI CONDAMNENT LA VIOLENCE PROLETARIENNE!

Allons vers la vie, Septembre 2022

=*=*=*

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

permaculture2
Applicable à toute communauté…

relation_extatique

GJ_vive_la_commune

La société organique spirituelle pour un changement de paradigme politique avec Gustav Landauer et Saul Newman (1ère partie)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, documentaire, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 18 septembre 2022 by Résistance 71

Superbe essai du professeur Saul Newman que nous publions ici en deux parties et compilation PDF. La société future, celle de notre émancipation finale, la Commune Universelle de notre humanité enfin réalisée sera une société organique spirituelle (et non pas religieuse…), qui nous verra opérer un grand retour à la loi naturelle en tant qu’espèce humaine. Le système étatico-capitaliste se meurt, achevons-le et allons de l’avant… Comment, lisez la suite !
A bas l’État, à bas la marchandise, à bas l’argent et à bas le salariat, tout le reste n’est que pisser dans un violon !
~ Résistance 71 ~

gustav-landauer_biblio

L’anarcho-mysticisme de Gustav Landauer et la critique de la théologie politique*

Saul Newman

2020

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Septembre 2022

(*) théologie politique : croisée du chemin entre la philosophie politique et la théologie chrétienne, comment des concepts religieux, des croyances peuvent être sous-jacents à des modes d’organisation politiques, économiques et sociaux. Ceci peut également s’appliquer à d’autres religions comme l’Islam par exemple pour qui la théologie politique est inhérente.

1ère partie

2ème partie

Résumé

Cet article explore la pensée anarcho-mystique de Gustav Landauer comme réponse critique à la théologie politique centrée sur la souveraineté. Il a été disputé que la pensée politique de Landauer, centrale à tout ce qui est de retraite, retranchement mystique des institutions étatiques existantes et des relations sociales qui en résultent, effectue un déplacement radical du concept de souveraineté de l’État au travers l’émergence de nouvelles formes autonomes de subjectivité, d’affinité et de communauté. L’article commence avec une discussion de la réponse critique de Carl Schmitt à l’anarchisme, qui, j’argumente, est le registre par lequel nous devons interpréter sa version de la théologie politique. Je me tourne ensuite sur l’articulation originale de Landauer sur l’anarchisme, définie au travers d’une auto-transformation spirituelle ou micro-politique et de l’expérience mystique, comme manière de décentraliser la souveraineté. Finalement, je développe quelques parallèles entre Landauer et des interventions récentes dans la pensée (im)politique italienne, dans laquelle la fonction de la représentation souveraine de la théologie politique est radicalement mise en question. Je conclus en disant que l’anarcho-mysticisme, en tant qu’engagement avec la théologie politique, ne fait pas que seulement élargir cette catégorie, mais offre une manière d’interpréter de nouvelles formes d’activisme politique et de protestation dans lesquelles la représentation souveraine est fondamentalement délégitimisée.

[NdT : Nous nous focalisons ici sur ce qui est dit de la pensée de Landauer et n’avons pas traduit la première partie de ce texte sur Carl Schmitt]

Les pensées de Landauer sur l’anarchisme

Gustav Landauer était un penseur socialiste, anarchiste, juif, allemand et un activiste qui, en 1919, fut assassiné par des forces paramilitaires d’extrême-droite (NdT: les corps-francs) après l’écrasement de la république de Bavière. L’implication directe de Landauer dans la révolution communiste allemande de la fin de la première guerre mondiale aura représenté une des forces principales de la déstabilisation politique dont Schmitt voulait défendre l’ordre social contre. Ce qui revient à dire que Landauer, pour Schmitt, aurait sans doute été la figure emblématique de l’ennemi. Ici, je veux argumenter que l’anarchisme plus hérétique de Landauer, inspiré par une pensée mystique, est peut-être une réponse plus efficace à la théologie politique centrée sur la souveraineté, que la marque de fabrique révolutionnaire plus familière de l’anarchisme. En mettant face à face le “spirituel” plutôt que le matériel contre le théologique et en faisant la promotion de manières autonomes de vivre et de s’associer plutôt que de prôner un assaut direct sur l’État, Landauer évite de tomber dans le piège de la théologie politique qui attend quasiment toutes formes de politiques révolutionnaires.

Anarchiste avoué, Landauer avait en fait une relation ambivalente avec bon nombre d’anarchistes de son époque. L’assassinat par un anarchiste du président américain McKinley en 1901 mena Landauer à critiquer l’utilisation de la violence par les anarchistes en tant qu’outil révolutionnaire. Dans un essai intitulé “Pensées anarchistes sur l’anarchisme” (publié en 1901), Landauer argumentait que cette sorte de “propagande par les faits” n’était pas seulement contre-productive et même quelque peu vaniteuse et arrogante de la part de certains anarchistes, mais qu’elle allait contre l’orientation éthique de l’anarchie, qui est par essence non-violente et opposée à toute forme de coercition et de domination. Il était donc impossible, selon Landauer, de construire une société anarchiste sur la base de la violence. L’action révolutionnaire devrait plutôt refléter les principes éthiques et les idéaux de l’ordre social qu’on voulait créer, plutôt que de n’être qu’un moyen vers une fin : “Toute violence est soit despotisme soit autorité. Ce que les anarchistes doivent comprendre est que le but ne peut être atteint que s’il se reflète déjà dans son, ses moyens. La non-violence et la non-coercition ne peuvent pas être atteintes par la violence.

Ceci invoque l’idée de politique pré-figurative, qui est un ethos anti-instrumentaliste qui refuse de sacrifier ou de subordonner les moyens aux fins ; un refus qui peut mener certains à réfuter l’anarchisme de Landauer comme étant anti-politique mais qui, pourrais-je argumenter, mène à une expérience différente et plus intense de la politique. Les anarchistes “politiques” qui conseillèrent la violence comme moyen envers une fin qu’est la révolution “n’étaient pas suffisamment anarchistes”, selon Landauer.

En fait, pour Landauer, l’anarchisme ne devrait pas être vu du tout comme une fin, comme une certains sorte de société qu’on chercherait à établir, car ceci automatiquement impliquerait l’imposition d’une vision particulière de la société aux autres. “Ceux qui veulent amener la liberté au monde, ce qui sera toujours leur idée de la liberté, sont des tyrans et non pas des anarchistes.Plutôt que de rechercher l’anarchisme comme un but à atteindre, il devrait être quelque chose du présent ; c’est au sujet de la façon dont chacun vit dans l’ici et maintenant. L’anarchisme est une certaine forme de disposition, une façon d’être et de se conduire de se positionner aux autres. En fait, l’anarchisme implique une certaine forme de transformation spirituelle de soi-même et l’accomplissement d’un certain niveau de compréhension et de maîtrise de soi.Pour moi, quelqu’un qui n’a pas de maître, quelqu’un de libre, un individu, un anarchiste, est quelqu’un qui est son propre maître, qui est sorti des tréfonds, le désir lui disant qui il ou elle veut vraiment être. Ce désir est sa vie.

Pourtant cette maîtrise de soi demande une sorte d’auto-immolation en relation très étroite avec une expérience mystique. Pour Landauer, l’anarchisme est la rédemption spirituelle et la renaissance de l’humanité, mais qui passe au travers du tumulte de l’âme individuelle. L’éthique de la préfiguration, si importante dans l’anarchisme, est aussi spirituelle qu’un projet politique. C’est parfois obscur et seulement accessible par une expérience mystique, plutôt que quelque chose qui pourrait s’articuler comme une vision rationnelle des relations sociales : “Seulement lorsque l’anarchie devient pour nous, un rêve noir et profond et non pas une vision atteignable au travers de concepts, alors notre éthique et nos actions peuvent devenir UN.

Néanmoins, la concentration sur le soi ne doit pas être confondu avec un individualisme soliptique ou un désengagement de la politique. Au contraire, pour Landauer, nous devrions toujours agir dans le monde extérieur, nous impliquer dans des coopératives et des associations, construire des communautés et des organisations locales etc. Nous pouvons plutôt voir la forme individualiste, singulière de l’anarchisme en termes d’une sorte de micro-politique dans laquelle la transformation de la société et des institutions politiques au sens plus large, commence avec la transformation de l’individu et de ses relations immédiates avec les autres.

L’État en tant que relation

L’emphase sur la micro-politique est la base de la formulation originale de Landauer sur l’État, qu’il voit comme composé d’une série de relations individuelles : “L’État est une relation sociale ; une certaine façon pour les gens d’être en relation.” C’est ici que la pensée de Landauer représente une véritable césure de la théologie politique. Au lieu de voir l’État comme une institution simple, absolue, séparée de la société, comme Schmitt et les révolutionnaires anarchistes du XIXème siècle le voyaient, bien que de manière différente, Landauer le voit de la façon la plus ordinaire, en des termes quotidiens, comme une relation multiple entre des individus. Ainsi, l’État est désaffranchi de toute sacralité, de toute unité, de toue transcendance, il est démuni, en d’autres termes, de la dimension de souveraineté. La souveraineté n’est agitée que comme simplement une illusion pour masquer la banalité et l’inutilité déconcertantes de l’État.

C’est comme si Landauer dit que le pouvoir n’existe pas vraiment ou plutôt, s’il existe, c’est simplement une relation sociale produite par nos relations quotidiennes avec les autres. Notre sens de domination de l’état sur nous provient en réalité d’une sorte d’auto-domination, il en va de même en ce qui concerna la domination des autres, ce sont les deux faces de la même pièce. Ceci est un commentaire sur notre servitude volontaire, une idée que Landauer emprunte à l’écrivain humaniste français du XVIème siècle Etienne de la Boétie. Celui-ci affirmait que le pouvoir ne dépendait pas de la coercition mais de notre obéissance volontaire et de la soumission de notre propre pouvoir au sien. Ceci voulait dire que le pouvoir du tyran sur nous n’est en fait qu’une illusion et que cela n’était en fait que notre pouvoir sous une forme aliénée. Landauer fait exactement la même remarque dans son essai intitulé “Faibles hommes d’état, peuple encore plus faible !” (1910)

L’homme d’état, ou souverain, est de fait faible. Il est comparé à un compositeur, un individu singulièrement imparfait qui donne néanmoins l’illusion du pouvoir parce qu’il commande un orchestre, pourtant ce que l’audience, pour continuer dans cette métaphore, ne comprend pas c’est que son pouvoir provient vraiment de l’orchestre qu’il commande et non pas de lui-même. De la même manière, le pouvoir souverain dérive de l’obéissance de ceux qu’il gouverne. Il est, d’après Landauer et La Boétie, un individu faible et couard. Mais la véritable faiblesse réside dans l’obéissance volontaire, la docilité et le laisser-faire des masses qui permettent de se laisser gouverner. Dans l’analyse de Landauer, à la fois l’homme d’état et le public sont pris dans la spirale d’une illusion spéculative, l’homme d’état ne reconnaissant pas sa propre impuissance et le peuple ne reconnaissant pas son propre pouvoir. L’État n’a donc aucun pouvoir réel, aucune substance, aucun “esprit” [NdT: ce que Landauer appelle “Geist” en allemand, mot qui a cette consonance mystique qu’il n’a pas en français et est donc difficile à traduire…]. En fait, Landauer se réfère à l’État comme une “entité non spirituelle”, une coquille vide maintenu seulement par “l’ignorance et la passivité du peuple”. Voir l’État comme étant tout puissant, c’est s’engager dans un fétichisme qui finit par donner à l’illusion une forme réelle.

L’analyse de Landauer est une tentative de déloger la souveraineté en la désacralisant, en niant son esprit. Ceci est donc en contraste direct avec la théologie politique de Schmitt qui est concernée par revigorer cet esprit. De plus, le message de Landauer sur notre servitude volontaire est essentiellement émancipateur. Disant que nous sommes complice du pouvoir de l’État et que nous le produisons et le reproduisons dans nos relations et interactions quotidiennes. Nous pouvons aussi renverser la vapeur en nous comportant différemment, avec une relation différente envers les autres et envers nous-mêmes. “Ceci peut être détruit en créant de nouvelles relations sociales.En d’autres termes, c’est précisément parce que l’homme d’état dérive son pouvoir du peuple que son pouvoir est si précaire, qu’il peut-être renversé par le peuple formant des relations non dominantes et autonomes entre ses membres. C’est parce que la domination de l’État sur nous est simplement la réflexion de notre propre auto-domination que nous pouvons nous libérer de ce lien en nous détournant simplement de ce pouvoir. La révolution est moins un assaut direct et violent sur le pouvoir politique qu’un travail éthique conduit sur soi-même et qui résulte en une rédemption spirituelle dans laquelle la volonté d’être libre est réclamée par les individus.

Profondément influencé par l’idée de l’anarchiste individualiste allemand Max Stirner de l’insurrection ou du “soulèvement” [Empörung], Landauer pensait que toute forme de révolution commence d’abord avec un changement de soi. C’est comme si la révolution contre des institutions externes, contre un état souverain, doit d’abord commencer avec la mise à bas des institutions intérieures, intériorisées, d’un état d’esprit étatique ou autoritaire de cette, comme le dirait Landauer, disposition “non spirituelle” en chacun de nous qui mène à la création de nouvelles formes de pouvoir étatique dans le sillage de chaque révolution. L’État est plus dans nos têtes et nos cœurs, bien plus même, que dans le monde extérieur des relations sociales.

L’expérience mystique

Pour bien saisir cette notion de retrait de soi des institutions, nous devons comprendre l’anarchisme de Landauer comme une forme de mysticisme ; une façon de penser et une approche du monde qui dérivent en grande partie des traditions mystiques chrétiennes et, en particulier, du théologien des XIIIème-XIVème siècles, Maître Eckhart, dont les sermons radicaux et les écrits menèrent à des accusations d’hérésie. L’idée d’Eckhart de l’unité mystique de l’âme ou de l’UN avec Dieu fut d’une influence clef sur la compréhension de “l’esprit” par Landauer et de l’expérience mystique.

NdT : Si maître Eckhart était allemand, Gustav Landauer fut un de ceux qui firent la transcription des textes anciens d’Eckhart en allemand moderne. Il avait une profonde connaissance du sujet.

Il y a plusieurs éléments de la pensée mystique de Landauer auxquels je voudrais ici emprunter, avec pour but d’exciter au sujet des implications de son anarchisme pour la critique de la théologie politique. J’ai déjà fait allusion à l’idée de séparation ou de détachement des relations sociales existantes et particulièrement des institutions politiques, comme une manière de gagner une autonomie en rapport à celles-ci et de mettre en valeur des relations alternatives. Afin que l’individu puisse réclamer son autonomie, il ou elle doit se détacher du monde extérieur et retourner en lui ou elle-même. Ce retour à l’intérieur de soi implique même une sorte d’auto-destruction métaphorique, mais c’est cela, paradoxalement, qui permet qu’on ressente une connexion plus profonde avec le monde. Comme l’a dit Landauer dans un essai sur le mysticisme intitulé “De la séparation à la communauté” (1901) :

Je fais ceci afin de me sentir UN avec le monde dans lequel mon moi s’est dissout. Tout comme quelqu’un qui se jette à l’eau pour se suicider, je saute dans le monde, mais au lieu de la mort, je trouve la vie. Le moi se tue afin que le moi du monde puisse vivre. Ainsi, même si cela n’est pas absolu, ce qui veut vraiment dire “isolé”, la réalité que je crée, c’est la réalité qui est importante pour moi, née en moi-même, mise en place par moi-même et venant à la vie en moi-même.

Ce qui est important ici n’est pas seulement de quitter le monde extérieur, mais aussi de se quitter soi-même, de quitter une certaine conception pré-existante de soi-même. L’auto-annihilation spirituelle dont parle Landauer est, en même temps, une création d’un nouveau soi plus profondément connecté avec la vie et avec le monde. L’acte d’auto-rédemption ou d’auto-création, est nécessairement précédé d’un nettoyage du terrain, d’une destruction de soi pré-existant, qui demeure attaché aux conditions et aux relations sociales existantes. Nous trouvons une idée tout à fait similaire chez Maître Eckhart, qui conseille de se détourner du monde matériel externe et de se tourner vers l’intérieur de soi afin d’y trouver la liberté et de réaliser une connexion bien plus proche avec dieu. Mais ceci implique aussi un départ de soi : “Commencez par vous-même et donc quitter votre vous. Véritablement, si vous n’abandonnez pas votre vous-même, alors où que vous preniez refuge, vous y trouverez des obstacles et du tumulte et ce, où que ce soit.

De fait, pour Landauer, le désengagement ou le retrait de relations extérieurement définies, de rôles et d’identités du soi est la précondition à de nouvelles formes de communalisme pour qu’une véritable communauté émerge :

Mais nous ne pouvons trouver la communauté dont nous avons besoin et que nous désirons aussi loin que nous, la nouvelle génération, nous séparons des vieilles communautés. Si nous faisons de cette séparation, une séparation radicale et si nous, en tant qu’individus séparés, nous autorisons à couler au plus profond de notre être et d’y atteindre notre centre, celui de notre nature la plus cachée, alors nous trouverons la plus ancienne et la plus complète des communautés : une communauté qui englobe non seulement toute l’humanité, mais l’univers entier. Quiconque découvre cette communauté en lui-même sera éternellement béni et heureux et un retour aux communautés arbitraires et banales d’aujourd’hui deviendra impossible.”

Par cette séparation mystique, la grande distinction entre l’individu et la communauté est effacée. L’individu se découvre lui-même ou elle-même dans une communauté et la communauté se découvre elle-même dans l’individu. L’individu devient une sorte de conduit pour la communauté, mais pas dans le sens où il est éclipsé par celle-ci. C’est plutôt une expérience mystique de communion avec les autres, avec le monde, avec la nature, les individus deviennent comme le dit Landauer “L’étincelle électrique de quelque chose de plus grand, de quelque chose englobant tout.De plus, Landauer comprenait la communauté comme quelque chose étant supérieure à la somme de ses parties, plus qu’une collection d’individus. Nous avons plutôt une sorte de figure composée dans laquelle individu et communauté parviennent à une union extatique, dans laquelle chacun trouve un sens plus profond de soi-même.

Communauté mystique

La nouvelle communauté est mystique, une communauté impossible qui comprend, comme le dit Landauer, non seulement toute l’humanité mais aussi l’univers tout entier. Comment peut-on concevoir une telle communauté ? L’absence de véritables frontières bien définies et de limites ne rend-il pas une telle communauté impensable ? Il y a sans aucun doute un élément utopique dans cette communauté, une utopie qui est partagée par des penseurs juifs comme Martin Buber, pour qui la communauté est aussi définie par une profonde affinité spirituelle. (NdT : qui se caractérisera par le mouvement des khiboutzim, dont l’idée embrasse en apparence une telle vision de la communauté, mais qui en réalité, est un instrument de contrôle sioniste en “milieu hostile”, au service d’un état colonial et génocidaire… Landauer se rapprocha du concept mais s’en détacha, de la même manière qu’il se détacha du sionisme qu’il comprît dans sa vraie nature étatiste coloniale)

Mais la communauté mystique de Landauer doit en même temps être distingué de la communauté messianique. Pour Buber, seule la communauté messianique pourrait transcrire des idéaux religieux en forme politique et sociale, c’est à dire de devenir une “véritable” communauté, alors que la communauté mystique, quoi que réflexive sur les idéaux religieux, était essentiellement irréalisable. Jusqu’à ce que l’idée de Landauer de communauté résiste la politisation directe et ne prenne pas une forme distincte, ça n’est peut être pas du tout utopique du tout. Au moins et à l’encontre de Buber, elle ne peut pas être facilement assimilée en théologie politique parce qu’elle évite toute sorte de transcription directe de la théologie au politique.

La distinction entre anarcho-mysticisme et théologie politique devient plus nette si l’on contraste la notion de communauté de Landauer avec celle de Schmitt. La compréhension politico-théologique de la communauté de Schmitt est définie par la souveraineté, par un principe transcendant d’autorité politique qui maintient la communauté en place et définit ses frontières politiques conceptuelles. Et il en va de cette figure de souveraineté que les membres de cette communauté doivent leur allégeance et leur loyauté et pour ça ils doivent être prêts à se sacrifier eux-mêmes. (NdT : toujours cette notion de dette envers la “communauté-système”) Schmitt invoque l’idée d’une communauté politique cimentée par la foi et l’obéissance à l’autorité politique ainsi que par une animosité envers l’autre, l’étranger, l’outsider. Ceci fait parallèle à une communauté religieuse ancrée dans sa foi et son obéissance à une révélation divine.

Ceci est entièrement différent avec la communauté mystique anarchiste de Landauer dans laquelle il n’y a pas de souveraineté ou de forme centralisée d’autorité politique et dans laquelle un déterminant théologique est totalement absent. Au lieu d’une communauté tenue étroitement ensemble par l’obéissance et la foi aveugle, Landauer perçoit et pense à une forme totalement volontaire de participation. Comprise en ces termes, la notion de communauté de Landauer est complètement opposée à la communauté artificielle de l’état-nation. Bien que Schmitt et Landauer voient la communauté en terme “spirituel”, l’une définie théologiquement et l’autre mystiquement, elles ne pourraient pas être plus radicalement différentes l’une de l’autre. Pour Landauer, l’État en tant que communauté est le summum du “manque d’esprit / Ungeist” parce qu’il contraint les gens dans une fausse unification dans laquelle ils vivent une vie atomisée en isolation sans véritable esprit d’affinité. En ce sens, l’état-nation est une anti-communauté :Là où il n’y a pas d’esprit pas de compulsion interne, il y a une force externe, une régimentation, l’état. Là où il y a esprit, il y a société. Lorsque manque d’esprit il y a, l’état apparaît. L’État est un remplacement, un Ersatz de l’esprit.

Alors que Landauer rejette la communauté de l’état-nation, il évoque parfois l’idée de nation en tant que communauté de l’esprit, mais là il pense à la façon dont les racines partagées de traditions culturelles et les coutumes peuvent former la base d’une véritable affinité entre les gens. bien que ceci puisse paraître en porte-à-faux avec sa notion de communauté universelle mentionnée auparavant, son idée de la communauté nationale est sans état et donc par conséquent sans frontières et donc, complètement opposée à toutes formes de nationalisme, que Landauer déteste tout particulièrement : “L’État avec ses frontières et les nations et leurs conflits sont les substituts d’un manque d’esprit des membres de la communauté.

A suivre…

= = =

Saul_Newman

Saul Newman : 

Ph.D en Science Politique de l’université de Nouvelle-Galles-du-Sud (Australie) et co-directeur de l’Unité de Recherche sur la Théorie Politique Contemporaine de l’University of London (Goldsmiths). Il est spécialiste des théories politiques radicales et a extensivement publié sur le sujet (livres et articles), notamment sur le “post-anarchisme”, la théologie politique et des penseurs comme Max Stirner, Gustav Landauer.

Lire Gustav Landauer sur Résistance 71 (format PDF) :

L’appel au socialisme (traduction Résistance 71) et Texte complet

Vie et Œuvre de Gustav Landauer 

Notre page « Gustav Landauer et la société des sociétés organique »

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

SN_Postanarchisme

GL1

Hommage vibrant d’un général de l’armée de terre française aux non-injectés COVID « Ce sont des super-héros » ! (Général Christian Blanchon)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 17 septembre 2022 by Résistance 71

 

Si on nous avait dit que nous publierions un jour le communiqué d’un générai de l’armée française, nous nous serions certainement quelque peu gaussés. Comme quoi le vieil adage “Fontaine….” Prouve toujours sa véracité.
Là, franchement, cela en vaut la peine. Nous représentons un petite portion des non-injectés (nous préférons ce terme, puisque les injections ARNm ne SONT EN AUCUN CAS DES VACCINS, comme s’accordent maintenant à le dire et le divulguer un plus grand nombre de personnels médicaux partout dans le monde), alors à ce titre : Merci Mr Blanchon pour cette reconnaissance et hommage vibrants !

Nous aurions néanmoins une question pour le général, la voici : Si vous aviez dû organiser l’injection obligatoire de force de la population française sur ordre de votre commandement, de l’Élysée, qu’auriez-vous fait ? Auriez-vous désobéi aux ordres et auriez-vous protégé la population de cette ignominie ? Et que ferez-vous si cet ordre vient finalement, car il n’est pas trop tard… Si le général lit ces lignes, il est le bienvenu à répondre aux questions en section commentaires…
~ Résistance 71 ~

 

GenChristianBlanchonHommage

 

Hommage aux non-vaccinés

Par

Général Christian Blanchon, Armée de Terre

Ils sont là, à vos côtés, ils semblent normaux, mais ce sont des super-héros.

Même si j’étais entièrement vacciné, j’admirerais les non-vaccinés pour avoir résisté à la plus grande pression que j’ai jamais vue, y compris de la part de conjoints, de parents, d’enfants, d’amis, de collègues et de médecins.
Les personnes qui ont été capables d’une telle personnalité, d’un tel courage et d’une telle capacité critique incarnent sans aucun doute le meilleur de l’humanité. *
On en retrouve partout, dans tous les âges, niveaux d’éducation, pays et opinions.
Ils sont d’un genre particulier ; ce sont les soldats que toute armée de lumière souhaite avoir dans ses rangs.
Ils sont les parents que tout enfant souhaite avoir et les enfants que tout parent rêve d’avoir.
Ce sont des êtres au-dessus de la moyenne de leurs sociétés, ils sont l’essence des peuples qui ont construit toutes les cultures et conquis les horizons.
Ils sont là, à vos côtés, ils semblent normaux, mais ce sont des super-héros.
Ils ont fait ce que les autres ne pouvaient pas faire, ils ont été l’arbre qui a résisté à l’ouragan des insultes, de la discrimination et de l’exclusion sociale.
Et ils l’ont fait parce qu’ils pensaient être seuls, et croyaient être seuls.
Exclus des tables de Noël de leurs familles, ils n’ont jamais rien vu d’aussi cruel. Ils ont perdu leur emploi, ils ont laissé leur carrière sombrer, ils n’avaient plus d’argent… mais ils s’en fichaient. Ils ont subi d’incommensurables discriminations, dénonciations, trahisons et humiliations… mais ils ont continué.
Jamais auparavant dans l’humanité il n’y a eu un tel « casting », nous savons maintenant qui sont les résistants sur la planète Terre.
Des femmes, des hommes, des vieux, des jeunes, des riches, des pauvres, de toutes races et de toutes religions, des non vaccinés, les élus de l’arche invisible, les seuls qui ont réussi à résister quand tout s’est effondré.
C’est vous, vous avez passé un test inimaginable que beaucoup des marines, commandos, bérets verts, astronautes et génies les plus coriaces n’ont pu surmonter.
Vous êtes fait de l’étoffe des plus grands qui aient jamais vécu, ces héros nés parmi les hommes ordinaires qui brillent dans l’obscurité.»

Christian Blanchon, général de l’armée française

Source :

Le message du Général Christian Blanchon rendant hommage aux non-vaccinés

NdR71 : cet hommage a été traduit en anglais et publié sur Veterans Today (VT), que nous traduisons et publions régulièrement.

French General pays Tribute to the AntiVax: “They seem Normal, but They are Superheroes”

Séquençage du génome du SRAS-CoV-2 et virologie… Réalité scientifique ou imposture ?

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 17 septembre 2022 by Résistance 71

L’IHU de Marseille du Pr. Raoult a publié ses séquençage génomiques du SRAS-CoV-2. La question est : ce virus, créé au laboratoire de l’université de Caroline du Nord Chapel Hill entre 2006 et 2015 et militarisé au labo P4 de Wuhan, a t’il vraiment été séquencé ? La réponse serait : oui, puisqu’il a été artificiellement créé, ses créateurs ont forcément son séquençage. Pourquoi tant d’informations contradictoires ? Maintenir la division. Jézéquel soulève le problème ici, mais manque grandement de sources.
La position de Résistance 71 sur le sujet est la suivante : Nous ne sommes en rien des spécialistes génétiques, nous avons lu des articles scientifiques en plusieurs langues publiés donnant le séquençage complet du SRAS-CoV-2, mais sommes bien incapables de savoir si tout cela est juste, encore moins de prouver une imposture. Simplement, des généticiens du monde entier ont publié des travaux sur leur séquençage du virus originel et de bon nombre de variants. L’IHU de Marseille en France est sans doute la source la plus pointue sur le sujet et ils ont publié leurs séquençage en ligne. Nous pensons que le SRAS-CoV-2 existe bel et bien, qu’il a été créé en labo, mais qu’il n’est pas dangereux. Il a été créé pour faire cadrer un narratif de paranoïa planétaire et introduire les injections ARNm qui elles, sont des armes biologiques de destruction massive. Nous publierons un article sur notre théorie à ce sujet très bientôt. Nous pensons néanmoins qu’il est utile de toujours questionner les narratifs officiels. Le séquençage du virus fait parti du narratif officiel, en douter est donc normal.
~ Résistance 71 ~

Creutzfeldt-Jakob-Disease-covid-vaccine

Coronavirus : la stratégie utilisée, celle du Cheval de Troie

Jean-Yves Jézéquel

10 septembre 2022

Source :
https://www.mondialisation.ca/coronavirus-suite-la-strategie-utilisee-celle-du-cheval-de-troie/5671029

C’est un cheval de Troie qui trompe nos esprits et nos corps, dans le but de rendre possible la réalisation de l’agenda mondialiste sur la mutation du Génome humain dont la finalité est celle d’un contrôle radical de toutes les populations du Globe !

Le fameux virus n’a jamais été isolé dans une partie quelconque du corps humain : celui qui prétend le contraire serait bien incapable d’apporter les preuves scientifiques d’une telle affirmation qui serait tout à fait mensongère !

L’absence physique comme l’isolement du virus ou le séquençage de ce théorique SARS-CoV-2 est une fraude spectaculaire à toute épreuve, car elle est de plus cautionnée par des virologues qui, bien entendu, ont été grassement financés par le complexe médico-pharmaceutique…

On doit également signaler plus de deux siècles d’impostures : un historien comme Marc Menant, a édité chez Plon en 2022, une étude approfondie sur « L’inquiétante histoire des vaccins ». La critique historique permet aujourd’hui de connaître dans le détail l’imposture de Pasteur avec laquelle commençait ce comportement sectaire de la médecine allopathique… Je recommande vivement la lecture de ce livre de Marc Menant qui remet les pendules à l’heure sur la vérité scientifique et historique concernant les vaccins.

Les virus pathogènes n’ont jamais été clairement identifiés : lorsqu’on nous bombarde les modèles graphiques du « coronavirus », les gens ne se rendent pas compte que cette représentation imagée du virus est née d’une image générée par un ordinateur. Les médias du monde entier ont ensuite divulgué cette représentation qui passe pour la visibilité du virus invisible afin d’alimenter le délire hystérique et la peur pathologique…

Les populations ont réellement été prises en otages, car les virologues n’isolent pas le virus en ajoutant « qu’ils le font » et ne sont pas troublés par le fait que la « guerre » actuelle contre l’humanité repose entièrement sur cette fraude scientifique flagrante !

Lorsque les autorités imposent « l’isolement », cet isolement repose intégralement sur la violation et la volonté délibérée de tromper les personnes ainsi maltraitées !

La prémisse de l’existence du virus est établie sur un mensonge et son affirmation continue confirme l’existence d’un virus inexistant…

La virologie prospère sur cette affirmation, car sans elle il n’y aurait pas de virus, pas de virologie pas de tests PCR positifs non plus et donc pas de Jackpot pour Big Pharma…

Il est clair que tout ce qui va à l’encontre du récit « officiel » de l’Etat mafieux, se voit censuré impitoyablement par les commis du système, ainsi que par les médias inféodés. Les agences de sécurité terrorisent toutes les personnes qu’elles prétendent protéger !

Tout l’appareil d’Etat est dédié actuellement au service de cette fraude virologique.

Il est possible de trouver l’explication de la fraude scientifique sur le site NIH.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19246619/#affiliation-1

Il n’existe pas de consensus sur la meilleure façon d’effectuer et d’interpréter les expériences quantitatives de PCR en temps réel (qPCR).

Les chercheurs qui ont prétendu avoir « isolé » le virus ont fait une déclaration mensongère car aucun d’entre eux n’a été capable d’en apporter la preuve. Fan Wu a choisi un coronavirus de chauve-souris « in silico », comme le modèle qui permettrait de créer le WH-Human 1 ou SARS-CoV-2. « In silico » signifie une méthode d’étude réalisée par ordinateur qui analyse des données et axiomatise des phénomènes biologiques générés par la bio-informatique.

Des fragments d’ADN permettent de reconstruire peu à peu un contig. Un contig est une séquence génomique continue et ordonnée générée par l’assemblage des clones d’une bibliothèque génomique. Puis, l’assemblage des contigs entre eux permet d’obtenir un « scaffold » ou une sorte d’échafaudage de virus. Lorsque des millions de fragments uniques ont été trouvés, des programmes informatiques prennent le relais pour reconstituer le génome basé sur des paramètres définis par le programme utilisé… Les virologues ne travaillent pas avec un génome complet puisqu’ils ne travaillent pas avec un virus complet, c’est là qu’est essentiellement la tromperie… Ils travaillent avec des morceaux aléatoires de matériel biologique et disent ensuite que cela constitue la preuve de l’existence d’un virus donné ! La seule chose qui existe, c’est le séquençage d’échantillons bruts qui contiennent des fragments génétiques de provenance « inconnue » ! Il n’y a aucune preuve que le « génome » in silico qui en résulte, existe réellement dans la nature ou même qu’il n’ait quoi que ce soit à voir avec un virus ! Cette falsification opérée par une fausse science a permis aux politiciens de se transformer en dictateurs et en tyrans, cette version généralisée de l’isolement du virus donnant l’occasion aux politiciens de violer nos libertés.

Le chercheur Chinois Fan Wu s’est révélé être un imposteur tout comme cet autre chercheur Peng Zhou ! Fan Wu a été le premier inventeur du SARS-CoV-2 après avoir envoyé un échantillon extrait du liquide pulmonaire d’un patient, directement au séquençage sur deux plateformes d’assemblage de novo afin de rechercher de courts fragments génétiques appelés « lit ».

Dans cet échantillon il y avait des millions de fragments génétiques du patient lui-même, d’innombrables microbes et pour finir l’air pollué que le patient avait respiré…

C’est à partir de cette « soupe » génétique à la chinoise qu’il a prétendu reconstituer 384096 contigs sur Megahit et 1,32 million de contigs sur Trinity ! A partir de là Fan Wu a choisi la plus longue séquence, celle de 30474 nucléotides qui correspondait à 89,1% au génome in silico du coronavirus de la chauve-souris le SL-CoVZC45 inventé en 2018 !

***

[Note de R71 : voici la publication du “génome” du Dr Fan Wu et al. sur le SRAS-CoV-2 par le NIH du Dr Fauci, alors est-ce le génome complet ou celui de fragments inconnus ? Nous ne pouvons pas répondre à cette question. Elle se doit d’être posée… https://www.ncbi.nlm.nih.gov/nuccore/NC_045512 ]

***

Conclusion : un génome qui était aussi proche génétiquement qu’un humain l’est d’un chat domestique abyssin, est devenu le modèle utilisé pour la conception de l’amorce de la méthode RT-PCR pour détecter le CORONAVIRUS, dont l’existence n’a pas encore été démontrée !

Un autre médecin Chinois, le Dr Zunyou rétablissait l’équilibre rompu par son collègue. Il démontrait durant toute l’année 2020 que personne n’avait jamais prouvé l’existence du SARS-CoV-2, qui n’avait encore jamais été isolé. De plus dire que le SARS-CoV-2 avait croisé des espèces animales et humaines sur le marché de Wuhan, était une affirmation pour le moins fantaisiste, cocasse ou délirante !

Le Dr Zunyou expliquait pourquoi les gens mourraient, pourquoi le test PCR était un non-sens, inutile, trompeur, abusif ; Il expliquait comment les chiffres des morts par « COVID-19 » étaient falsifiés et les raisons pour lesquelles ce mensonge était imposé à la population mondiale ! De nombreux scientifiques ont été largement payés pour affirmer qu’ils avaient isolé le SARS-CoV-2. Il fallait ajouter que ces scientifiques peu scrupuleux, avaient torturé, déformé, inversé le sens du verbe « isoler ». 

Ce sont ces gens qui ont fourni le modèle de verrouillage à l’Occident, où Bill Gates, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention), l’OMS, ont fait l’éloge du Régime Chinois et y ont adopté leur stratégie de confinement, étant certains que de cette manière ils détruiraient assurément les économies nationales et locales ainsi que des centaines de millions de vies !

Une opération « couverte » !

Toute cette histoire, qui serait la même pour tous, était basée sur la vente d’une affaire de virus ! La communication sur cette histoire unanime de virus non encore isolé, dont l’existence n’était toujours pas prouvée, a été orchestrée par Anser. C’est Anser qui a été l’entreprise majeure de la communication sur la campagne de peur autour de la COVID-19.

http://www.anser.org/about/

Comme vous le voyez, cette société de communication n’a pas son site Internet sécurisé : on pouvait s’attendre à un https://

Ainsi, ni la FDA (Food and Drug Administration), ni le CDC (centre américain pour le contrôle des maladies) n’ont la preuve que la COVID-19 existe et encore moins que le SARS-CoV-2 existe !

Cette fraude monumentale a été récompensée par la Fondation Bill & Melinda Gates, en 2020, par 900.000 dollars donnés aux deux institutions américaines. Or, 14 des 19 co-auteurs de cette fraude étaient affiliés à la Fondation Bill & Melinda Gates !

L’Université Fudan au titre de l’INV-006277, 2021 = 300.000 dollars

Le CDC chinois recevait au titre de l’INV-005832 = 600.000 dollars

Peng Zhou faisait partie de ceux qui disaient avoir « isolé le virus responsable de la COVID-19 », mais ce virus était resté entièrement théorique. Pourtant, la Fondation Bill & Melinda Gates n’hésitait pas à donner à l’Académie chinoise des sciences à laquelle 24 des 27 co-auteurs étaient affiliés, une subvention pour les travaux sur la COVID-19, en 2020, et dans le cadre de l’INV-006377, de 359.820 dollars avec les conditions de la destination suivante : « soutenir le développement d’une plateforme de tests de dépistage, de médicaments et de vaccins sous-unitaires contre le coronavirus, qui contribuera à l’innovation des produits de lutte contre la pandémie de COVID-19. »

La liste des imposteurs s’est considérablement allongée, au fur et à mesure que les financements étaient gracieusement offerts à tous ceux qui défendaient le narratif mensonger de la propagande sur la « crise pandémique » et les « vaccins » !

Sous prétexte du devoir de protéger « les autres », de la « responsabilité » humaine et de la « conscience morale », comme des « obligations sanitaires », ce mensonge criminel allait pénétrer les consciences encore vulnérables, aidé par la peur, afin que beaucoup d’entre nous finissent par accepter de recevoir dans leur corps une substance dont la nature réelle était absolument inconnue ! Les Gouvernements, sachant parfaitement quel en était le but réel soigneusement caché aux peuples, n’avaient pas besoin de contrôler les laboratoires pharmaceutiques, comme Pfizer qui avait pourtant été condamné à des milliards de dollars d’amendes pour fraude marketing ! 

La « pandémie de la COVID-19 » a été la plus grande escroquerie de toute l’histoire sanitaire du monde. Le SARS-CoV-2 n’a toujours pas été isolé, ses petits frères les « Variants » n’existent que dans les ordinateurs, les banques de gènes, dans le Cloud et dans l’esprit abusé d’innocentes personnes qui se laissent volontiers tromper par leurs « élites » politiques…

L’histoire de la COVID-19 est une véritable guerre déclarée contre l’humanité et menée par Anser, Fors Marsh, Palantir, propageant cette escroquerie planétaire à travers Big Pharma avec ses bailleurs de fonds et ses facilitateurs comme le FEM, L’OMS, La Fondation Bill & Melinda Gates, les conglomérats technologiques, les médias inféodés au système, les Gouvernants complices, certaines Universités comme celle de Chapel Hill, EcoHealth Alliance ainsi que l’Imperial College London…

Le 11 mars 2020, l’OMS inventait une « pandémie » inexistante, sous l’influence du généreux donateur Bill Gates !

Le docteur Astrid Stuckelberger de la Faculté de Médecine de Genève, experte en santé publique à l’OMS, dévoilait sur L’Info en question #73, le 4 novembre 2021, que Bill Gates et ses associés étaient à l’origine de ce plan de « vaccination létale mondiale » et qu’ils savaient parfaitement ce qu’ils faisaient !

C’est pourquoi, les Instituts de pharmaco vigilance de certains pays, avaient beau alerter les gouvernements du désastre qui se déroulait dans l’ombre, suite aux « vaccinations » anti-Covid-19, cela ne changeait absolument rien aux décisions prises, car le but était bien de détruire une bonne partie de l’humanité « inutile » et en surnombre, comme de pouvoir achever le plus tôt possible le programme élaboré par le Nouvel Ordre Mondial sur le Tout numérique (y compris la monnaie) et le passage au transhumanisme. 

https://soleilverseau.com/2021/11/05/linfo-en-questions-73-avec-le-docteur-astrid-stuckelberger-4-novembre-2021/

Tout a commencé en 2011/2012, avec le plan d’Action Mondial pour les Vaccins (GVAP) du SAGE. 194 Etats membres de l’OMS ont approuvé ce plan. Il s’agissait de donner un accès plus équitable aux vaccins pour éviter des millions de décès avant 2020 !

Or, le GVAP est le résultat des travaux d’experts sur la vaccination : les dirigeants de la Fondation Bill & Melinda Gates, l’Alliance GAVI, l’UNICEF, l’OMS, Universités, fabriquants, agences mondiales, société civile, médias et secteur privé…

Les signataires de ce plan Mondial de Vaccination sont : le Dr Seth Berkley responsable de GAVI, fonctionnant grâce au généreux donateur, la Fondation Bill & Melinda Gates, encore elle ! Le Dr Christophe Elias, Président de Global Development Program de la Fondation Bill & Melinda Gates, encore elle ! Le Dr Margaret Chan, Directeur Général de l’OMS dont le sponsor principal et majoritaire est la Fondation Bill & Melinda Gates, encore elle ! Le Dr Antony Fauci, directeur du NIAID américain.

Ces gens-là veulent absolument « vacciner » la totalité de la population mondiale, pour la contrôler (sauf eux-mêmes) ; Ils sont donc prêts à inventer tous les « faux variants » que vous voulez, du moment que cela permette d’entretenir la peur, le traumatisme du confinement et du masquage dans le but de jeter les braves gens sur les seringues des génocidaires…

L’escroquerie vaccinale est au cœur de ces crimes contre l’humanité. Sur le site de l’OMS, vous trouvez des « techniques de l’évaluation du virus » alors qu’il n’y a strictement rien sur son séquençage ! Faut-il encore en rajouter pour ouvrir les yeux des traumatisés de la propagande !?

L’hécatombe est énorme : les chiffres officiels ne recensent pas les effets collatéraux destructeurs comme les pertes d’emploi pour cause de non-vaccination, les nombreux suicides d’étudiants, des entrepreneurs, des soignants, des forces de l’ordre et des enfants …

Au 15 septembre 2021, le Yellow Card, Grande Bretagne, signale 1.204.555 événements d’effets destructeurs sur les personnes « vaccinées », 1662 décès suite aux « vaccins » anti-covid.

Au 25 septembre 2021, l’AEM (Agence Européenne du Médicament) signalait 2.690.019 effets indésirables graves sur la santé de gens « vaccinés » et 26.061 décès, 30.402 handicaps irréversibles…

Au 1er octobre 2021, le VAERS (USA) totalisait 2.826.646 effets indésirables et 16.310 décès dus aux « vaccins ».

Les statistiques publiées en France démontrent que c’est une pathologie cardiaque associée aux symptômes grippaux qui entraîne 73% des décès.

https://fr.statista.com/statistiques/1183996/victimes-coronavirus-comorbidite-france/

Le 20 septembre 2021, à l’Institut de pathologie de Reutlingen en Allemagne, les professeur Walter Lang et Burkhardt présentaient une enquête qu’ils avaient réalisée sur 10 décès de personnes ayant reçu le « vaccin » anti Covid-19, le Cominarty de Pfizer : les décès étaient liés aux « vaccins ». Les substances inoculées avaient provoqué des maladies auto-immunes rares pour trois d’entre eux.  L’une des maladies auto-immunes était si rare qu’il a fallu qu’ils regardent de près l’image numérisée : il s’agissait de la maladie auto-immune de Hashimoto. Puis, ils ont également trouvé une vascularite leuco clastique entraînant des saignements cutanés. Puis le syndrome de Sjögren qui est une inflammation de la salive et des glandes lacrymales…etc. Ils ont observé de même que les lymphocytes inondaient les cellules en les détruisant massivement. Ils ont observé des images qui montraient une accumulation de lymphocytes dans une grande variété de tissus (muscle cardiaque, foie, rein, rate et utérus) ; du coup ces tissus étaient massivement attaqués par les lymphocytes donnant à voir une série de follicules lymphocytaires dans des endroits inappropriés comme le tissu pulmonaire… Ils ont également remarqué des détachements de cellules endothéliales, des amas de globules rouges provoquant des thromboses, ainsi que des cellules géantes qui s’étaient formées autour de corps étrangers piégés. Une véritable tempête lymphocytaire avait annihilé la fonction immunitaire externe combinée à une inflammation et à une destruction des tissus par les lymphocytes et la réaction auto-immune prolongée… ! Ces injections à ARNm sont une bombe immunologique à retardement, concluait le Professeur Arne Burkhardt, pathologiste.

De plus, des images d’objets non biologiques étaient trouvées dans le liquide vaccinal injecté. C’est l’appareil immunitaire des personnes « vaccinées » qui s’attaque aux tissus de ces personnes ! Ces « vaccins » déclenchent donc des maladies auto-immunes qui peuvent très bien ne pas se manifester avant des années. Les professeurs Allemands concluaient en disant qu’il fallait s’attendre à une explosion des cancers dans les années à venir.

Jean-Yves Jézéquel

A suivre

= = =

Lire notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

WIV3

WIV2

La nouvelle société des sociétés sera spirituelle ou ne sera pas… Trouver la voie du milieu, aujourd’hui avec Simone Weil (OSRE)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, documentaire, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , on 14 septembre 2022 by Résistance 71

« Le totalitarisme moderne est au totalitarisme catholique du XIIe siècle ce qu’est l’esprit laïque et franc-maçon à l’humanisme de la renaissance. L’humanité se dégrade à chaque oscillation. Jusqu’où cela ira-t-il ? »
~ Simone Weil, “La pesanteur et la grâce”, 1940 ~

« L’enracinement reste peut-être le besoin le plus important de l’âme humaine. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l’existence d’une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d’avenir. Participation naturelle, c’est-à-dire amenée automatiquement par le lieu, la naissance, la profession, l’entourage. Chaque être humain a besoin d’avoir de multiples racines. Il a besoin de recevoir la presque totalité de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle par l’intermédiaire dees milieux dont il fait naturellement partie. »
~ Simone Weil, “L’enracinement”, 1943 ~

“Ecarter les croyances combleuses de vides, adoucisseuses des amertumes. Celle à l’immortalité. Celle à l’utilité des péchés : etiam peccata. Celle à l’ordre providentiel des événements — bref les « consolations » qu’on cherche ordinairement dans la religion.
Aimer Dieu à travers la destruction de Troie et de Carthage, et sans consolation. L’amour n’est pas consolation, il est lumière.”
~ Simone Weil, “La pesanteur et la grâce”, 1940 ~

“Tout ce qui est fait par amour est fait par delà le bien et le mal.”
~ Friedrich Nietzsche, “Le gai savoir”, 1882 ~

SW2

Simone Weil : Rencontre avec dieu

Camille Mordelynch

22 juillet 2022

Source: https://rebellion-sre.fr/simone-weil-rencontre-avec-dieu/

Simone Weil est une météorite dans le ciel de la pensée. Professeur de philosophie, ouvrière, militante syndicale, combattante et mystique chrétienne, elle fût, le temps de sa courte vie, un esprit libre et indocile, aussi lumineux qu’aucun carcan doctrinal ne pût le brider. Au-dessus de tout parti idéologique, à rebours de quelque chapelle dogmatique qui soit, Weil brille par son grand amour – à entendre au sens de quête – pour la vérité : « J’aimais mieux mourir que vivre sans elle.» (S. Weil, Autobiographie spirituelle). Cette vérité, qui a valeur de bien absolu, ne peut être conçue que comme transcendante, surnaturelle, et par là même anhistorique, approchée de plus ou moins près par les différentes civilisations. Passionnée par le génie de l’esprit grec, elle voit dans ses mythes et dans la philosophie antique une anticipation, une préfiguration de ce qui sera pour elle l’image culminante de la vérité : la figure du Christ.

« Le Christ aime qu’on lui préfère la vérité, car avant d’être le Christ il est la vérité. Si on se détourne de lui pour aller vers la vérité, on ne fera pas un long chemin sans tomber dans ses bras » (Autobiographie spirituelle).

Si Simone rejette son judaïsme initial et le Dieu qu’elle présente comme cruel et vengeur dans l’Ancien Testament, elle finit par embrasser un christianisme d’amour qui, bien que n’ayant jamais été concrétisé par le baptême à cause de sa méfiance vis-à-vis de l’Eglise institutionnelle et censeure, l’a rendue chrétienne au sens étymologique du terme : disciple du Christ. Sa spiritualité est la confluence de ses influences qui, par absence de cloisonnement, se sont nourries mutuellement : elle réussit le pari de conjuguer à la fois la pensée grecque comme la sagesse orientale, l’inspiration marxiste et socialiste de ses débuts, et sa fascination profonde pour le Christ et son message, percevant l’ensemble comme autant de réverbérations de la vérité. Celles-ci n’en sont par ailleurs pas restées à de simples spéculations métaphysiques, mais ont raisonné jusque dans son vécu : passée par l’usine pour endurer la condition ouvrière et donner corps à son engagement auprès des travailleurs, elle s’enrôlera dans la guerre d’Espagne en 1936 puis dans la résistance, tout en rencontrant le Christ au cours d’expériences mystiques.

Dans son recueil Attente de dieu, Simone Weil raconte avoir été d’abord touchée par la beauté des chants d’une procession dans un village portugais, voyant l’essence populaire du christianisme : « Là j’ai eu soudain la certitude que le christianisme est par excellence la religion des esclaves, que des esclaves ne peuvent pas ne pas y adhérer, et moi parmi les autres ». Puis, lors d’une visite dans une chapelle à Assise, elle est submergée par une force qui la pousse à se mettre à genoux. Enfin, à la récitation du poème Amour de George Herbert, elle est saisie par la présence du Christ : « C’est au cours d’une de ces récitations que, comme je vous l’ai écrit, le Christ lui-même est descendu et m’a prise. Dans mes raisonnements sur l’insolubilité du problème de Dieu, je n’avais pas prévu la possibilité de cela ». Cette révélation, cette levée du voile suivant son étymologie latine revelare, est le geste de la vérité au sens grec et platonien du terme : la vérité, l’alètheia, est dévoilement ; elle transperce le voile des apparences. Dans l’expérience mystique, c’est Dieu qui transperce le voile et se manifeste sous le mode de l’amour ; mais un tel contact, s’il gagne le cœur, est un défi pour la raison. Comment l’intelligence peut-elle consentir à ce qui la dépasse ? Et comment, dès lors, penser ensemble un Dieu qui est absolutisation de l’amour, et le mal sur Terre ? Cette question parcourt la pensée weilienne. Pour quiconque que la souffrance d’autrui affecte, l’écharde de la foi, épine tant conceptuelle que morale, est de faire coexister la perfection d’un Dieu-Bien et omnipotent, avec un monde chaotique qui, même né de Lui, ne connaît que son miroir inverse : un malheur qui s’abat indistinctement sur les bons comme sur les mauvais. Simone Weil concevait ce monde comme le règne de la pesanteur, cette force descendante qui dirige tout vers le bas. Pesanteur matérielle, pesanteur morale : tout ce qui se rapporte à de la bassesse, qu’il s’agisse de la force gravitationnelle qui précipite les corps au sol ou des vicissitudes de l’âme qui la pousse à dominer, à posséder, à se rapporter à soi. La pesanteur nous place à une distance infinie de Dieu : nous sommes infiniment loin de Dieu, parce qu’infiniment loin du Bien. Ici-bas, nous ne connaissons que le mal ; telle est, pour nous, la tragédie de la pesanteur, mais aussi, paradoxalement, notre plus grande chance. Nous sommes au point où le mal est extrême, « point où l’amour est tout juste possible » écrit Simone Weil dans La pesanteur et la grâce (PG). Mais cela ne débouche sur aucun pessimisme existentiel ; au contraire pour elle, il s’agit là d’une faveur : « C’est un grand privilège, car l’amour qui unit est proportionnel à la distance » (PG). L’écart incommensurable qui nous sépare de Dieu donne la mesure de l’amour nécessaire pour s’unir : seul un amour incommensurable peut vaincre un éloignement infini. Plus on est loin, et plus il faut d’amour pour venir jusqu’à l’autre ; Dieu est celui qui a fait le premier pas, et qui n’a cessé de le faire, de son amour sans faille. C’est lui qui, dans la Création, « renonce à tout pour que nous soyons quelque chose » (PG), lui qui, dans l’incarnation, traverse l’épaisseur du temps et de l’espace pour s’abaisser jusqu’à nous. A nous, maintenant, de le recevoir, nous laissant toucher par son amour. Comment ? Simone Weil parle de l’attention, cette mise à disposition de nous-même offerte à la rencontre avec Dieu. Par l’attention, il s’agit d’accueillir Dieu en lui laissant l’espace nécessaire pour venir à notre rencontre. L’attention est comparable à une prière profonde qui n’est qu’attente, et qui exige de faire le vide en et autour de soi :

« L’attention est un effort, le plus grand des efforts peut-être, mais c’est un effort négatif. […] La pensée doit être vide, en attente, ne rien chercher, mais être prête à recevoir dans sa vérité nue l’objet qui va y pénétrer. […] Les biens les plus précieux ne doivent pas être cherchés, mais attendus » (PG)

Le vide que réclame l’attention n’est pas un vide privatif, pas une néantisation qui serait pure négation, mais un vide qui accueille la présence de Dieu. Il faut pouvoir endurer et accepter le vide, sans consolation, pour laisser Dieu venir le combler. Pour ce faire, Weil pense un dépouillement extrême, à la fois objectif et spirituel, qui passe par un renoncement aux biens matériels, avec pour seul vêtement intérieur celui de l’humilité : tel est le prix de la vérité. L’attention demande donc de faire taire l’ego : il faut accepter sa condition d’étant né de Dieu, et maintenu à l’existence par lui, pour intégrer le fait de n’être rien en dehors de l’intercession divine. Il faut concéder à n’être, par soi, strictement rien. Simone ira jusqu’à parler du « suicide du je », cet ego encombrant, source d’illusions et d’idolâtrie, qui s’aveugle et s’enorgueilli sur ses capacités. Nous devons être capables de détruire le je pour être pleinement attentifs, autrement dit réceptifs, à la rencontre avec Dieu :

« Il faut reconnaître que rien dans le monde n’est le centre du monde, que le centre du monde est hors du monde, que nul ici-bas n’a le droit de dire je. Il faut renoncer en faveur de Dieu, par amour de Lui et de la vérité, à ce pouvoir illusoire qu’Il nous a accordé de penser à la première personne. Il nous l’a accordé pour qu’il nous soit possible d’y renoncer par amour. » (PG)

Il faut aimer la vérité jusqu’à se mettre à nu, jusqu’à s’anéantir soi-même. Mais cela nécessite de renoncer à ce qui, fatalement, nous commande en ce monde : la pesanteur. Comment déjouer la loi naturelle qui nous pousse à l’expression de notre puissance, à la domination, à l’égoïsme ? Comment renoncer à être, abandonnant tout, y compris soi-même, dans l’attention soutenue ? « Cela est contraire à toutes les lois de la nature : la grâce seule le peut. », écrit Weil. Une seule force est capable de contrer l’implacable pesanteur : la grâce. La grâce est le mouvement ascendant qui lutte contre la descente de la pesanteur, la force qui, comme les plantes qui défient l’attraction terrestre, fait croître vers le haut. Mais cette élévation ne se fait que dans un second temps, qui suit un abaissement : la grâce est la montée, mais une montée qui ne passe que par l’amoindrissement. La pesanteur entraîne tout vers le bas : la grâce, elle, ne va vers le bas que pour grandir. « Abaisser quand on veut élever. » écrit Simone, là réside le cœur du christianisme : la croix est le levier du monde. Elle est le point de renversement où Dieu tout puissant meurt en esclave ; où le Bien absolu, maculé du sang innocent, s’humilie dans la mort infâme. Mais, aussi incompressible que ce pût l’être pour les juifs et les grecs disait Saint-Paul, c’est précisément là que réside toute sa grandeur. A nous, maintenant, d’imiter la kénose divine ; mais cela, on ne le fait pas par nos propres moyens. Assumer le vide, aller à sa néantisation, ce n’est pas l’œuvre de la volonté ; c’est celle de la grâce qui nous pousse à nous « décréer » : la grâce, estime Simone, est un processus de décréation. Dans la Création, Dieu a renoncé à être tout pour que nous puissions être quelque chose : il a permis l’existence d’une réalité extérieure à la sienne, indépendante de lui, et par là même indifférente au Bien. Dieu s’est retiré, et c’est ce qui explique le mal en ce monde. A nous maintenant de consentir au mouvement inverse, d’abdiquer, de « renoncer à être » écrit Simone, pour que Dieu soit tout.

« La création est un acte d’amour et elle est perpétuelle. À chaque instant notre existence est amour de Dieu pour nous. Mais Dieu ne peut aimer que soi-même. Son amour pour nous est amour pour soi à travers nous. Ainsi, lui qui nous donne l’être, il aime en nous le consentement à ne pas être. Notre existence n’est faite que de son attente, de notre consentement à ne pas exister. » (PG)

La mystique weilienne est une prouesse d’humilité, qui pense un don d’amour infini dont nous ne pouvons nous faire que le réceptacle. Dans la Création, Dieu a consenti par amour à se retirer, à renoncer à sa toute-puissance, tolérant un monde sous domination d’une mécanique implacable, à l’épreuve du mal : mais le mal ne peut atteindre le Bien pur. La lumière divine, faisceau de vérité, perce les couches qui nous en sépare pour descendre jusqu’à nous et infiltrer l’âme : à nous, en retour, de l’accueillir, de nous abandonner à la grâce, pour ne faire plus qu’un.

Camille Mordelynch

NOTE

1 « Nous, nous prêchons Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens […] » ( 1 Co 1-23)

2 « La grâce comble, mais elle ne peut entrer que là où il y a un vide pour la recevoir, et c’est elle qui fait ce vide. » (PG)

“Dans le péché deux choses se brisent : la communion des hommes entre eux et la communion de l’homme avec dieu. Le souci de l’autre et de l’universel s’enferme dans l’égoïsme et dieu devient le rival d’un trône que l’homme convoite. La communauté de biens de Jérusalem n’est pas seulement une pratique sociale et économique accommodante : elle contient toute la métaphysique de la déchéance de l’humanité, dont elle est une tentative de réparation. 

On peut interpréter le mode de vie des premiers chrétiens comme une remontée de l’homme à son origine, empruntant le chemin inverse à celui de la chute : s’élever du privé au souci du commun et de l’universel, se dresser contre la possession de l’Avoir, pour retrouver l’Être de dieu. La dénaturation du christianisme primitif par l’église elle-même, qui se constituera comme une institution de pouvoir s’alliant aux classes dirigeantes, apparaît dès lors d’autant plus flagrante. Le moment de bascule, celui qui donne à la propriété son statut de droit naturel dans la théologie chrétienne, s’opère certainement après la divinisation de l’homme, où toute l’attention est portée à la place qu’il occupe dans le monde, au sommet de la hiérarchie d’une création qu’il domine…”

~ Camille Mordelynch, “Le Christ contre l’Avoir”, 2020 ~

= = =

Lecture complémentaire sur Résistance 71 :

Léon Tolstoï sur la politique et la religion, textes choisis (PDF)

L’Appel au socialisme de Gustav Landauer et l’anarcho-mysticisme (PDF)

Et l’incontournable et puissant :

“L’Antéchrist” de Friedrich Nietzsche, 1895 (PDF)

yin-yang_univers

L’anarchisme est la rédemption spirituelle et la renaissance de l’humanité…

Astyle

Onfray et le souverainisme : de l’écume des jours politiques franchouillardes et du lâcher-prise nécessaire (Monde Libertaire)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 14 septembre 2022 by Résistance 71

ne-votons-plus-agissons

Onfray nous refait le coup du “Cercle Proudhon”

Philippe, du groupe Makhno 42

5 septembre 2022

Url de l’article original :
https://www.monde-libertaire.fr/?articlen=6713&article=Onfray_nous_refait_le_coup_du_Cercle_Proudhon

Le philosophe Michel Onfray a déclaré sur C-News le 4 septembre 2022 qu’il allait conduire une liste aux prochaines élections européennes et que son équipe songeait déjà à une candidature aux élections présidentielles de 2027. Le pilier de son programme : le souverainisme ; sa déclinaison : sortir de Maastricht.

Au moment où la Macronie s’agite pour esquisser un successeur au grand patron qui ne pourra pas se représenter (des noms circulent : Édouard Philippe, Bruno Lemaire, Gérald Darmanin…), le moins que l’on puisse dire, c’est que tous ces gens-là voient loin, y compris Michel Onfray. Celui-ci n’a d’ailleurs pas tort de son point de vue compte tenu du contexte politique. 

En effet, sauf booster, Mélenchon ne se représentera pas, et ses dauphins ne font pas trop le poids. Les écologistes sont dans les choux à l’échelon national. S’ils peuvent triompher localement, leur bilan municipal sera néanmoins contrasté puisque les quelques mesures socio-environnementales seront annulées par les politiques de gentrification des centres-villes qui passent par le tout-vélo et les éco-quartiers haut de gamme. Quant à la rhétorique d’une Sandrine Rousseau, elle ne dépassera guère le rang des croisés, bien que pouvant compter sur les jeunes d’Extinction-Rébellion, organisation financée par des milliardaires américains (Trevor Neilson, Aileen Getty, Rory Kennedy). 

Sauf booster, Marine Le Pen ne se représentera pas non plus. Mais son dauphin familial prévisible, Jordan Bardella, l’écolo-postfasciste partisan des circuits courts localistes et de l’électro-nucléaire, sera mordillé par un ou une zemmouriste. 

Le PS continuera à s’effriter, et le parti des Républicains à se demander quelle est la bonne stratégie.

Indiscutablement, il y a un espace politique qui s’ouvre, favorable aux souverainistes de tout bord voulant, au moins dans le discours, transcender le clivage gauche-droite comme je l’écrivais et l’annonçais dans un article du Monde libertaire paru il y a huit ans (« Le Piège du souverainisme », ML hors-série 54, 2012). 

Il s’agit pour eux de mêler des thématiques apparemment anti-capitalistes, de relancer la notion de peuple susceptible de transcender les classes sociales, et de brandir des aspirations à la justice sociale. Cette mixture n’est rien moins que ce qui a fait le lit du fascisme dans les années 1920 qui correspond à l’émergence politique des classes moyennes, avec néanmoins un certain nombre de différences : pas le même poids des syndicats, arrivée de la question écologique, échec des régimes marxistes, décolonisation, question nucléaire, d’autres thèmes encore qui ne seront pas abordés. Mais aussi quelques similitudes inquiétantes comme nous le verrons plus loin.

Onfray, qui s’est intéressé à Bakounine mais qui n’est jamais allé jusqu’à Malatesta ou Rocker, et encore moins la Makhnovtchina ou la Révolution espagnole, est un grand lecteur de Proudhon. Il reprend finalement le flambeau de certains intellectuels des années 1910 qui, en France, avaient constitué le Cercle Proudhon (1911-1914). 

Ce club est lancé par Georges Valois, un ancien syndicaliste anarchiste qui fondera le premier parti fasciste en France en 1925, mais qui, opposé au nazisme et au pétainisme, mourra dans le camp de concentration de Bergen-Belsen. Il regroupe des intellectuels comme le sorélien Edouard Berth ou comme Marius Riquier qui a fondé avec l’anarchiste Emile Janvion et Georges Darien le bimensuel anti-franc-maçon et anti-sémite Terre Libre. Il a pour objectif de combiner le syndicalisme révolutionnaire et le nationalisme, selon une optique idéologique anti-républicaine et anti-démocrate plus ou moins proche du royalisme de l’Action française. 

Il ne s’agit pas ici ni de refaire l’histoire du Cercle Proudhon pour laquelle nous renvoyons à plusieurs auteurs (Manfredonia, Navet, Netter, Sternhell…), ni de dresser contre lui une autre interprétation supposée plus vraie du personnage Proudhon et de sa pensée, mais d’exhiber quelques thèmes qui en orientent la lecture et qui sont susceptibles d’éclairer la démarche d’Onfray. 

Sans tomber dans l’anachronisme, rappelons le contexte de l’apparition du Cercle Proudhon en 1911 : le prolétariat se sent floué au sortir de l’alliance dreyfusarde entre libéraux et républicains qui a bénéficié du soutien de nombreux anarchistes, dupé par l’arrivée au pouvoir de quelques socialistes (Millerand), et heurté par la casse des grèves effectuée par un ancien socialiste (Clemenceau) que le dreyfusisme a remis en selle. Il est inquiet de la menace d’une guerre mondiale renforcée par l’atermoiement de la social-démocratie dont le double caractère confondu — marxiste et allemande — valorise a contrario la pensée d’un autre socialisme. Selon le Cercle, ce socialisme « à la française » serait celui de Proudhon, une sorte de génie français, plébéien, paysan, viril, martial, porteur de valeurs familiales sinon traditionnelles…

Comme la pensée de Proudhon est particulièrement complexe, qu’elle manie la contradiction à hauts risques et qu’elle-même évolue, il fut aisé pour le Cercle d’alors d’en tirer des fragments tronqués et de la surinterpréter, comme cela le reste de nos jours encore. 

Sur le même registre, le girondin Onfray utilise la critique proudhonienne de la centralisation, mais en oubliant son fédéralisme anti-étatique. Le rejet des élites et du grand capital se fait en faveur d’un néo-corporatisme franco-français, à la fois anti-allemand (avatar de « maastrichtien ») et anti-américain (avatar d’« anti-néo-libéralisme »). 

Onfray transmute la référence proudhonienne au peuple ou aux classes ouvrières en une mystique nationaliste dépassant la lutte des classes. Ce nationalisme est débarrassé, au moins au départ, des excès xénophobes ou racistes portés par l’extrême droite mariniste et zemmourienne qui ne peuvent pas amener au pouvoir malgré les apparences et l’agitation de l’épouvantail. 

Onfray tente sa chance pour remplacer le « en même temps » macronien par un souverainisme tout azimut où chacun aurait l’illusion de retrouver des « capacités ». Sur les sujets environnementaux, il lui sera facile de dégommer les idéologues ou les bobios parisianistes. 

Il a bien senti dans le mouvement des Gilets jaunes toutes les tendances contradictoires qui peuvent alimenter son projet. Il constate la décrépitude du syndicalisme incapable de sortir des enjeux politiciens et de comprendre l’évolution de la société française comme l’a révélé son mépris initial vis-à-vis des GJ. Fort de ses origines sous-prolétaires, il sait jouer de la bonne corde. Il a aussi vu les drapeaux français brandis dans les différentes manifestations (GJ, anti-pass…) dont il pense extraire l’histoire révolutionnaire pour en faire une bannière anti-élitiste. 

Face à ce « néo-souverainisme », appelons-le comme cela en vertu de sa prétention à dépasser les clivages habituels, la tâche des anarchistes sera aussi rude que face à l’hégémonie intellectuelle sinon politique de l’écolocratie. 

Ne pas se laisser piéger par la vocabulaire est une première exigence. Le principe de « souveraineté », aussi naïf et généreux apparaisse-t-il, suppose un « souverain » qui ne peut être ni la fiction de la nation, ni celle du peuple, ni celle du prolétariat, mais qui doit être la réalité concrète, non idéologique, des travailleurs-habitants qui vivent dans une commune et qui fédèrent leurs activités d’une commune à l’autre. 

L’idée séduisante d’une « souveraineté alimentaire », par exemple, pourrait tout à fait bénéficier à une agro-industrie française qui renoncerait même à son culte de l’exportation, au moins en partie. Elle ferait passer à l ‘arrière-plan le principe, et l’exigence, que chacune et chacun mange à sa faim, pleinement et sainement. 

Le souverainisme chez Onfray cache de moins en moins un nationalisme. Un nationalisme-nationaliste franco-français, si l’on peut dire, qui respecte le nationalisme de Poutine, de Trump ou de Mohammed VI puisque chacun d’eux « défend son pays » (cf. son entretien à C-News), mais qui entend, lui, être vertueux, correct et sain. 

Le nationalisme — qu’il soit guerrier ou pacifiste (est-ce possible ?) — est donc le point d’attaque : commençons par réclamer le retrait des forces militaires françaises de tous les pays et la diminution du budget militaire français (revendication pour laquelle il faudra aussi ferrailler à propos de la guerre impérialiste en Ukraine).

Le principe d’autonomie, opposable au souverainisme d’Onfray ou d’autres, ne suffit pas en ce qu’il postule que chacun et chacun pourrait être vraiment autonome économiquement, ce qui est un vœu pieu à moins de tomber dans le primitivisme ou de renouer avec le monastère auto-suffisant, avec ou sans Dieu. 

Le fédéralisme libertaire organisant le communalisme semble être la réponse appropriée : sur le plan théorique déjà. Quant au plan pratique, il ne peut passer que par un abandon de l’idéologie surplombante, donc de la démarche sectaire, et par un renoncement à toutes les fausses pistes. Pas simple. 

Philippe (Makhno 42, 5 septembre 2022).

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

BPKM

Eugénisme d’hier à aujourd’hui… Des expériences nazies à Noah Harari et Davos, le travail de contrôle et le projet d’extermination de masse continue (avec Ingmar Bergman et « L’Œuf du serpent »)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 13 septembre 2022 by Résistance 71

Œuf_du_serpent

Dans le sillage de la dictature technotronique se mettant en place pas à pas pour verrouiller le monde dans une grille de contrôle qui donnera carte blanche à toutes les ignominies eugénistes de l’idéologie élitiste de la fange transhumaniste de cette caste pour l’heure dominante et complètement dégénérée, représentée publiquement par le lot de psychopathes émanant des entités d’oppression que sont les États et les cénacles marchands de la doxa bien pensante, tels les Henry Kissinger, Klaus Schwab, Bill Gates, Anthony Fauci, Emmanuel Macron, Jacques Attali et autre Yuval Noah Harari, bras droit et conseiller du CEO du FEM/Davos, professeur d’histoire à l’université de Jérusalem, qui demandait récemment à un journaliste qui l’interviewait “qu’est-ce que nous allons faire de tous ces inutiles ?”, à propos de la masse de gens dans le monde se retrouvant sur la touche. Quand nous écoutons ce taré parler et élaborer sur ce qu’il pense être l’évolution de l’Homme, cela nous rappelle immanquablement le monologue du Dr eugéniste à la fin du film d’Ingmar Bergman (loin d’être son meilleur, mais son seul film hollywoodien, ceci expliquant sans doute cela…) “L’œuf du serpent” (1977).
Nous avons traduit ce monologue en français er le reproduisons ci-dessous. Regardez ce qu’il se passe autour de nous, écoutez les propos des porte-parole de la caste du haut de la pyramide et la haine incessante déversée à l’encontre de l’humanité vue comme une perversion de la nature, qui doit être corrigée par ces apprentis-sorciers ; lisez ce monologue. Y voyez-vous des similitudes ? Pour nous, c’est transparent… Avec l’adoption du darwinisme-social comme idéologie du contrôle humain, l’Europe et les Etats-Unis de la fin du XIXème siècle jusqu’à après la seconde guerre mondiale, ont vu fleurir ces “sociétés eugénistes” pour l’amélioration du “stock humain”. Les atrocités nazies en son nom, dûment inspirées et financée par leur contre-partie anglo-saxonne ont fait que le mot “eugénisme” tombe en désuétude pour être remplacé par le mot … “génétique” ou “génie génétique”.  Les sociétés eugénistes ayant auparavant pignon sur rue furent remplacées par des organismes comme Planned Parenthood, dont le père de Bill Gates fut un dirigeant. Comme le dit le psy psycho dans son monologue ci-dessous, le boulot continue et si nous les laissons faire, ils mettront leur plan à exécution jusqu’au bout.
~ Résistance 71 ~

“Qu’allons nous faire de tous ces gens inutiles ?”
~ Yuval Noah Harari, entretien avec Alexandra Bruce, 17 mai 2022 ~

“Nous n’avons simplement pas besoin de la vaste majorité de la population mondiale. Les gens ne font plus partie de l’histoire du futur.”
~ Yuval Noah Harari, entretien Chris Anderson pour TED, août 2022~

Plus on en connaît de ces psychopathes idéologues dégénérés et plus le proverbe Lakota “Quand l’Homme s’écarte de la nature, son cœur durcit.” s’avère exact.

the_serpents_egg_10_ans

Le monologue du Dr eugéniste à la fin de “L’œuf du serpent”, I. Bergman, 1977

Note du traducteur : sans raconter le film pour ceux qui ne l’ont pas vu, il convient néanmoins de situer cette scène de la toute fin du film. L’action se passe dans l’Allemagne de 1923. Abel Rosenberg (David Carradine) est un juif américain, artiste de cirque, au chômage et coincé en Allemagne. Après le suicide de son frère Max, partenaire de cirque, il sombre dans l’alcoolisme et la débauche. De fil en aiguille, il est le témoin de choses de plus en plus bizarres. La scène du monologue du médecin nazi intervient dans la confrontation finale dans une clinique psychiatrique entre ce dernier et Abel. Le psy lui a montré des scènes d’expériences psychologiques faites sur des humains, après le visionnage, le Dr eugéniste dit ceci : (la scène se passe en 1923 ne l’oublions pas)

Dr eugéniste* : […] Nos ressources économiques sont limitées, nous sommes entièrement financés par des intérêts privés. Je ne suis pas un monstre Abel. Ce que vous venez de voir ne sont que les trois ou quatre premiers pas d’un développement logique et nécessaire. […] Dans quelques instants, je vais croquer cette capsule de cyanure. J’ai considéré brûler les archives et détruire les résultats de notre travail (NdT : le psy sait que la police est en route pour l’arrêter), mais ceci m’a semblé être un peu mélodramatique. La loi confisquera nos résultats d’expériences et va les archiver. Dans quelques années, la science demandera ces documents et nous continuerons nos expériences, mais cette fois-ci sur une échelle gigantesque. Nous sommes en avance sur notre temps Abel, nous devons être sacrifiés, tout ceci n’est que très logique. Dans quelques jours, il y aura une tentative de coup d’état dans le sud de l’Allemagne menée par un homme du nom d’Adolf Hitler. Herr Hitler n’a pas la capacité intellectuelle, ni la méthodologie. Il ne comprend pas ce que ses forces vont mettre en place. […] Abel, regardez ces photos (NdT : il montre des photos de gens dans la foule de rue), regardez tous ces gens, ils sont incapables de faire une révolution, ils sont trop humiliés, trop apeurés, trop diminués, mais dans 10 ans, les gamins de 10 ans en auront 20, ceux de 15 ans, 25. A la haine héritée de leurs parents, ils y ajouteront leur propre idéalisme et leur impatience. Quelqu’un va se mettre en avant et exprimer leurs sentiments avec des mots.
Certains promettront un futur, d’autres feront des requêtes. Quelqu’un parlera de grandeur et de sacrifice. Les jeunes et inexpérimentés donneront leur courage et leur foi aux fatigués et aux indécis et alors… il y aura une révolution et nos chemins connaîtront le sang et le feu. Dans 10 ans, pas plus, ces gens vont créer une nouvelle société et une histoire également inversée. La vieille société Abel, fut construite sur des idées extrêmement romantiques reposant sur la bonté intrinsèque de l’Homme, c’était très compliqué, car les idées ne ressemblaient en rien à la réalité. La nouvelle société sera basée sur une liste d’évaluation des potentiels de l’Homme et ses limites.
L’humain est une malformation, une perversité de la nature, c’est là qu’interviennent nos expériences. Nous gérons la construction de base et la réorganisation, nous lui donnons une nouvelle forme. Nous libérons les forces de production et contrôlons les forces destructrices ; nous exterminons ce qui est inférieur et améliorons ce qui est utile. […] Un jour, vous pourrez raconter tout ceci à qui vous voudrez et personne ne vous croira. N’importe qui faisant un minimum d’effort peut distinguer et comprendre ce qui nous attend dans le futur. C’est comme l’œuf du serpent. Au travers des fines membranes, vous pouvez déjà discerner le reptile parfaitement formé…

[la police frappe à la porte verrouillée et commence à la défoncer, le Dr nazi croque alors sa pilule de cyanure assis face à un miroir et se regarde mourir…]

(*) NdT : Originellement nous avions étiqueté le protagoniste comme « Dr nazi » mais il devient évident par la date (1923) et les propos du Dr qu’il n’est pas « nazi », il balaie Hitler d’un revers de pensée le disant incapable de comprendre. Il n’est qu’un représentant de cette caste eugéniste qui existe toujours aujourd’hui ! C’est ce qui fait la modernité du monologue et le génie et la capacité visionnaire de Bergman, qui aurait pu faire du personnage un simple nazi. Ce n’est pas le cas. Le nazisme n’a pas inventé l’eugénisme, il l’a mené à son pinacle de l’horreur moderne… jusqu’à aujourd’hui et cette affaire COVID dont les répercussions seront dramatiques pour l’humanité dans les années à venir. L’œuf va bientôt éclore si nous ne faisons rien…

“Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même. Quand votre regard pénètre longtemps au fond de l’abîme, celui-ci aussi, pénètre en vous.”
~ Nietzsche ~

“C’est la loi de la vie, son véritable sens. Nous ne pouvons pas imposer aux autres notre propre expérience ou les forcer à ressentir des émotions suggérées. Nous ne comprenons la vie qu’au travers de nos propres expériences.”
~ Andreï Tarkovski ~

IngmarBergman1
Ingmar Bergman et son chef opérateur Sven Nykvist, qui travailla avec Tarkovski
sur son dernier film « Le sacrifice » en 1986…

cauchemar-non

COVID19, QR code, technologie et marquage du bétail humain… « L’œuf du serpent » revisité

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 12 septembre 2022 by Résistance 71

Sur ce qui est abordé ici, nous conseillons aussi nos lecteurs à (re)voir le film d’Ingmar Bergman “L’œuf du serpent” (1977), la dénonciation du scientisme et de l’eugénisme qui vont de paire, nouvelle religion moderne sur toile de fond de la montée du nazisme en Allemagne (l’action se passe en 1923 sous Weimar). Le dernier tiers du film est édifiant. Le monologue du médecin psychopathe de la fin du film rappelle on ne peut plus dramatiquement les propos de ce pitre de Noah Harari aujourd’hui et de toute la clique de barjots avant lui en espérant qu’il n’y en ait plus après eux, les peuples mettant un terme à cette ignominie une bonne fois pour toute.
~ Résistance 71 ~

pinocchiovax

Coronavirus et campagne pour le marquage forcé du bétail humain

Jean-Yves Jézéquel

19 août 2022

Source :
https://www.mondialisation.ca/coronavirus-et-campagne-forcenee-pour-le-marquage-du-betail-humain/5670608

On sait aujourd’hui que le décompte des « morts du Covid » doit être radicalement remis en cause. On sait aujourd’hui que les « vaccins anti-covid » ont provoqué de graves effets secondaires… ainsi que des morts par milliers ! On se souvient que ceux qui osaient donner ces informations, il y a quelques mois à peine, étaient aussitôt traités « d’irresponsables » ou de « complotistes » !

Chacun doit se demander en conscience : qui sont donc ces gens qui ont pu se permettre de traiter les veilleurs, les lanceurs d’alertes, les informateurs responsables, des experts dans ces questions de santé, « d’irresponsables et de complotistes » ? Qui sont ces personnes arrogantes, habitées par le mensonge et méprisant à ce point l’humanité par leurs motivations égocentriques donnant raison à leurs conflits d’intérêts placés de ce fait bien au-dessus de toute conscience morale de base ?

En réalité, l’humanité a toujours produit ce genre « d’anomalie  » qu’elle a régulièrement été obligée de corriger, afin d’empêcher qu’elle ne conduise les humains à leur fin prématurée… C’est difficile à entendre mais c’est la réalité !

La revue scientifique Nature et cette autre revue, The Lancet, qui veut sans doute se refaire une virginité, ont décidé toutes les deux de traiter objectivement les questions du décompte des morts de la Covid-19 et des myocardites provoquées à la chaîne par les injections dites anti-Covid.

Selon ces deux revues et les scientifiques qui s’y prononcent, il y a 40% d’erreur dans le décompte des décès de la Covid-19. Ce décompte n’a servi qu’à fomenter la terreur de la mort et à préparer le terrain de la propagande pour la campagne de « vaccination », en réalité cette injection de nanotechnologie pour « le piratage des animaux humains » comme l’ont si bien formulé les pervers amis de Klaus Schwab du Forum Economique Mondial de Davos. 

Pour que ce marquage puisse fonctionner et donc pour que le « piratage des animaux humains » soit possible, il faut sans doute une quantité de graphène suffisante injectée dans le corps ; cela expliquerait la stratégie des « vaccinations » répétitives organisées dans le mensonge absolu (une dizaine de prévues, compte tenu des stocks achetés par l’UE) et d’où viendraient la colère et la volonté de Macron « d’emmerder » « affectueusement », dixit le « Young Global leader » de l’Elysée, tous ceux qui refusent de se faire marquer comme de vulgaires animaux domestiques du troupeau des  nouveaux « esclaves » !

Selon Harari, un grand ami de Klaus Schwab, la technologie du cloud, comme la plate-forme d’IBM ou celle de Bill Gates, Microsoft, sera l’une des « forces motrices » de cette évolution. 

« Les humains (qui continuent de croire au mensonge) sont désormais des animaux piratables ». « Toute idée que les humains ont cette âme ou cet esprit, et qu’ils ont le libre arbitre, et que personne ne peut savoir ce qui se passe en chacun, quoi qu’il choisisse, que ce soit aux élections ou au supermarché, ce libre arbitre est fini. » 

« Aujourd’hui, nous avons la technologie pour pirater les êtres humains à grande échelle », poursuit Harari, qui ajoute : « Tout est numérisé. Tout est surveillé. » 

« En cette période de crise, vous devez suivre la science ». « On dit souvent qu’il ne faut jamais laisser une bonne crise se perdre, parce qu’une crise [COVID-19] était l’occasion de faire les bonnes réformes, qu’en temps normal, les gens n’auraient jamais acceptées . Mais en temps de crise, c’est une fenêtre d’opportunité ! »

« Et si nous réussissons à pirater et à concevoir la vie, ce ne sera pas seulement la plus grande révolution de l’histoire de l’humanité, ce sera la plus grande révolution de la biologie depuis le tout début de la vie, il y a quatre milliards d’années », disent triomphalement les « élites » du FEM de Davos. « Pendant quatre milliards d’années, rien de fondamental n’a changé dans les règles du jeu. Les dinosaures, les amibes, les tomates, les humains, toute la vie était soumise aux lois de la sélection naturelle et aux lois de la biochimie organique, mais cela est sur le point de changer … »

« Mais, poursuit Harari, notre conception intelligente et la conception intelligente de nos cloud, le cloud d’IBM, le cloud de Microsoft, ce sont les nouvelles forces motrices de l’évolution et en même temps la science peut permettre à la vie, après avoir été confinée pendant quatre milliards d’années dans le domaine limité des composés organiques, de sortir dans le domaine inorganique ainsi après quatre milliards d’années de vie organique façonnée par la sélection naturelle. » 

« Nous entrons dans l’ère de la vie inorganique façonnée par la conception intelligente », ajoute le complice de Klaus Schwab. 

Comme si la vie organique n’avait pas été façonnée par la conception intelligente de la nature. Au lieu d’avoir une sélection naturelle nous aurons maintenant une sélection artificielle !

Ces hommes arrogants prétendent donc être plus intelligents que la nature et d’être désormais capables de façonner une vie qui sera supérieure à tout ce qui est vivant dans le monde ! Ce sont des gens pareils qui ont pris le pouvoir et qui nous imposent cet abominable transhumanisme dans lequel il n’y a plus trace de ce qu’est la beauté de la conscience et de la liberté qui est une manifestation de la conscience ! (Source : anguillesousroche.com)

Selon les scientifiques de ces deux revues spécialisées, Nature et The Lancet, les « injections » à ARN messager, n’avaient pas du tout une finalité sanitaire, comme on le dit déjà depuis le début de cette comédie pathétique…

Le 9 juin, Nature révèle dans le détail comment les experts de l’OMS ont pu compter 40% en trop dans le simple calcul de l’excès de mortalité causé par l’épidémie de la Covid-19. (Cf.,  Van Noorden, Richard. « COVID death tolls: scientists acknowledge errors in WHO estimates», Nature, 1er juin 2022, vol. 606,7913 (2022) : 242-244. Doi :10.1038/d41586-022-01526-0, https ://www.nature.com/articles/d41586-022-01526-0)

C’est la méthodologie utilisée à dessein par les experts de l’OMS, qui a permis aisément cette falsification. Les « modélisateurs » mathématiques qui ont été utilisés, étaient défaillants et cela se savait depuis le début.

A son tour, The Lancet publiait le 11 juin quelque chose d’encore plus sidérant : une étude rétrospective pour comparer les risques cardiaques (péricardites et myocardites) suite aux injections des produits à ARNm de Pfizer et de Moderna. 

Pour les deux substances injectées, le risque était le même, c’est-à-dire, bien plus élevé que ce qui a été constaté habituellement chez les 18-25 ans, sachant que les données récoltées par la pharmacovigilance ont été largement insuffisantes du fait de la résistance des médecins à déclarer ce qu’ils constataient et compte tenu de la pression scandaleuse qui s’est exercée sur eux, les menaçant de suspension ou de radiation de l’Ordre des Médecins…

(Cf., Hui-Lee Wong, Mao Hu, Cindy Ke Zhou, Patricia C Lloyd, Kandace L Amend, Daniel C Beachler et al, « Risk of myocarditis and pericarditis after the COVID-19 mRNA vaccination in the USA : a cohort study in claims database », The Lancet, 11 juin 2022, https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(22)00791-7/fulltext)

Les doses dites de “rappel » augmentaient ce risque et les médecins de ville, généralistes, constataient cette hausse inexpliquée des troubles cardiaques chez les jeunes. Le ministre de la santé allemand a admis, le 12 juin dernier, que la campagne d’injections dite « anti-Covid », avait eu pour effet principal, un affaiblissement du système immunitaire de ses concitoyens, ce qui expliquait désormais qu’ils étaient devenus plus vulnérables aux autres virus toujours existants !

Du coup, ce même ministre recommandait la poursuite intensive des « vaccinations », car le mal étant fait, il n’y avait plus d’autres solutions que celle de s’enfoncer davantage dans cette erreur ! (Cf., David Berger, «Lauterbach gibt zu: Coronamaßnahmen haben Immunsystem schwer geschädigt», Philosophia Perennis, 6 juin 2022, (en allemand), https://philosophia-perennis.com/2022/06/06/lauterbach-gibt-zu-coronmassnahmen-haben-immunsystem-schwer-geschaedigt/)

Selon les derniers chiffres officiels, 65.629 décès sont dus aux injections anti-Covid-19 et 10.439.642 blessures ont été signalées au 24 février 2022 pour l’ensemble des pays de l’Union Européenne, des USA, du Royaume-Uni… (Cf., The European Medicines Agency (EMA); The Medicines And Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA); The United States Food And Drug Administration (FDA); The Centers For Disease Control And Prevention (CDC)-)

Les médias aux mains des milliardaires, qui se sont entendus pour soutenir la campagne de propagande à la demande des responsables du FEM de Davos voulant exploiter « la fenêtre d’opportunité » qu’offrait cette fausse pandémie, se sont livrés corps et âme à la cause du « transhumanisme » qui se cachait derrière toutes ces aberrations que l’OMS elle-même avait répétitivement été obligée de démentir en se contredisant de multiples fois. Le Pr Perronne, ancien expert de l’OMS, nous expliquait dans une interview, que la fondation Bill Gates avait le contrôle total de l’OMS, puisqu’elle est le sponsor principal, majoritaire des fonds attribués à l’OMS. (Cf., « Les Incorrectibles » GETTR, du 16 janvier 2022, animée par Eric Morillot.)

Tout ce qu’a publié le Professeur Perronne durant ces deux dernières années, est fondé, prouvé, démontré scientifiquement. Il est inattaquable sur le plan scientifique. C’est pourquoi personne ne veut un débat scientifique avec lui ; les ordures qui nous gouvernent préfèrent radoter que Perronne « affirme des contre-vérités sur la Covid-19 », « qu’il ne sait plus ce qu’il dit », que c’est un « charlatan », sans rien démontrer, sans jamais rien argumenter. Les pervers aux commandes se contentent de dénigrer, d’humilier, de détruire par le mensonge et la diffamation, la réputation de tous ceux qui s’opposent à leur agenda mondialiste et à leur « croyance obscurantiste sur la Covid- 19 ». 

A l’heure actuelle, le wokisme, le covidisme, le « vaccinalisme » et l’Ukraine ont fait de nos Talibans médiatiques des références doctrinales incontournables pour le triomphe de la vérité révélée par le dieu du Nouvel Ordre Mondial : les véritables scientifiques sont harcelés par la terreur de ces charlatans au service du système.

Prochainement nous aurons un sérieux nettoyage à planifier au sein de la société humaine : la colonie pénitentiaire de Kafka ou le monde orwellien, faisant partie de l’épisode obscurantiste des talibans médiatiques…

Rappel : En France au pic le plus élevé de la crise de la Covid-19, il y avait 140 malades par semaine pour 100.000 habitants ; pour une grippe normale c’est entre 500 et 600 malades par semaine pour 100.000 habitants, sachant que le chiffre de 140 n’a jamais été dépassé depuis deux ans et demi, (chiffre qu’il faut encore revoir à la baisse, compte tenu des falsifications relevées récemment dans les statistiques rapportées par les organismes officiels !) 

Depuis que les théoriques « vaccins » ont été reconnus comme inutiles, (ils ne protègent pas de l’infection par le SARS-Cov-2 et n’empêchent pas d’infecter ses contacts), le chef de la stratégie vaccinale de « l’Agence Européenne du Médicament » a déclaré en début d’année : 

« Si nous avons une stratégie dans laquelle nous donnons des rappels tous les quatre mois, nous finirons par avoir potentiellement des problèmes de réponse immunitaire ». (Cf. AEM de janvier 2022)

(Cf., Sommet mondial sur le Covid: 17 000 scientifiques appellent à mettre fin à l’état d’urgence sanitaire, France Soir, 26 mai 2022. Covid-19 : un déficit immunologique responsable de près d’un quart des formes sévères chez les vaccinés, TF1 Info, 15 juin 2022.)

 Les travaux les plus avancés semblent être ceux de L’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Techniques OPECST : 

« Un vacciné sur 340 consulte un médecin après sa vaccination, pour grande fatigue, fièvre, maux de tête, de ventre, musculaires, rougeurs sur sa peau, paralysie partielle, troubles cérébraux ou cardiaques … Un sur 1434 a quelque chose de très grave qui peut se terminer en handicap permanent et enfin un sur 28 000 en meurt. » 

Au printemps 2022, les chiffres des contaminations deviennent franchement catastrophiques pour les défenseurs de ces « vaccins » : les « vaccinés » ont désormais plus de risques d’être infectés que les non-vaccinés !

(Cf., site officiel « Vax Impact », pour les 60 à 79 ans : la proportion d’infection parmi les vaccinés (2 ou 3 doses) est systématiquement supérieure à celle observée chez les non-vaccinés, à partir du mois de mars 2022. https://covidtracker.fr/vaximpact/)

Résultat : les Britanniques cessent brutalement de publier le taux d’infection selon le statut vaccinal. En France, on ne communique plus sur les chiffres officiels de la DREES. 

En mai 2022, un Bill Gates abattu reconnaît hypocritement, sur la scène du Forum économique mondial, que « ces vaccins ne sont pas bons pour bloquer l’infection ».

https://www.youtube.com/watch?v=jEmy9PeuRLU

Il en tire même la conclusion que les passeports vaccinaux n’ont aucun sens, dès lors qu’on peut être vacciné et infecté ! Pour se moquer du monde personne ne fait mieux !

https://www.clarkcountytoday.com/news/bill-gates-whats-the-point-of-mandates-if-the-vaccines-dont-work/

Cerise sur le gâteau, le Laboratoire Pfizer déclare : « aucun des effets secondaires ou graves survenus chez les personnes après le « vaccin » anti-Covid, n’est lié au « vaccin » ! Les cas de problèmes graves sont tellement nombreux que le laboratoire faisait cette déclaration en vue de se protéger face au déluge de plaintes qui allaient inévitablement lui tomber sur la tête. 

Pfizer refuse catégoriquement d’admettre que l’un des effets très néfastes tels que la mort ou des lésions neurologiques soit dû à son vaccin.

https://southfront.org

Mais, qu’à cela ne tienne, les Macron et leurs équipes de pervers, veulent à tout prix continuer et renforcer la campagne de « vaccination » en la généralisant aux enfants eux-mêmes ! Ils continuent de dépenser l’argent public dans l’achat de ces substances mortelles ou dangereuses pour la santé physique et mentale, sans parler des objectifs réels poursuivis par ces injections …

SRAS-CoV-2_masque

CONCLUSION

Dans cette histoire de la « pandémie Coronavirus » tout est faux de A à Z ; tout est manipulé ; tout a été acheté, et ce qui ne pouvait pas l’être a été menacé de « mise à pied », de « suspension », de « radiation », de sanction, de répression judiciaire, policière, fiscale… Les scientifiques qui ne pouvaient pas être achetés ont été purement et simplement menacés dans leur existence ou pour l’avenir de leur carrière. 

Les médecins eux-mêmes ont été obligés de se taire et de tenir le discours du narratif officiel mensonger, sous peine de radiation de l’Ordre des médecins ou d’une condamnation pour « faute professionnelle » ou rébellion…

Tout a été martyrisé, persécuté, menacé, sanctionné sans pitié et sans scrupules… L’argent de la trahison a coulé à flot, bien plus que les trente deniers symboliques de la tradition judéo-chrétienne paulinienne !

Les salauds, les ordures et les pervers ont proliféré soudain sous nos yeux ébahis, faisant ouvertement de la vérité un mensonge et du mensonge la vérité, nous traitant de « complotistes », de « terroristes », d’extrême droite, de « populistes »… 

Lorsque nous affirmions que c’était « la Terre qui tournait autour du soleil et non pas le soleil autour de la Terre », ces chiens de garde de la trahison de l’humanité aboyaient en meutes nous renvoyant à « l’évidence du contraire », nous condamnant au bûcher pour avoir osé critiquer la doxa du narratif des mondialistes au pouvoir, eux qui savaient contrairement aux pauvres rebelles que nous étions et qui n’étaient « qu’ignorance et inutilité » depuis notre naissance ! Nous devions « croire » que c’est le soleil qui tourne autour de la Terre, cela étant une « évidence » que seuls les « complotistes » refusaient de voir !

Les « inutiles » devaient être éliminés, les « substituables » devaient être transformés par le transhumanisme en machines à servir les Maîtres absolus de la vie piratée !

Plus que jamais, nous avons le devoir de nous battre en résistant, en refusant de nous soumettre à cette tyrannie déguisée de bons « prétextes sanitaires », de « responsabilité morale », de « devoir »…

L’humanité a été conduite à l’échafaud, des vies ont été ruinées, les récalcitrants sont encore maltraités, les vieux ont été achevés à coups de Rivotril, les enfants sont muselés et piqués aux produits toxiques remplis d’oxyde de graphène et d’autres substances dangereuses pour la santé physique et mentale. 

La chute fatidique du Capitalisme ultra libéral devait être camouflée par le triomphe des plus riches, la ruine de l’économie, le chômage de masse, les faillites tragiques en très grand nombre, le passage forcé au tout numérique, la disparition de l’argent liquide et le passage au contrôle par le passe vaccinal dont le QR code permettra une identification numérique reliant tout à tout ce qui regarde une personne : ses dossiers de santé, son activité bancaire, ses loisirs, ses fréquentations, ses centres d’intérêts, ses affaires privées, ses idées, sa sexualité … etc.

Le code de vérification QR ouvre potentiellement la voie à la mise en place d’un « Etat policier mondial », contrôlé par la finance. C’est de cette manière que la gouvernance mondiale se mettra en place, grâce à la marque du chiffre dont chacun devra être porteur sous peine d’exclusion et d’élimination du champ contrôlé de la vie.

= = =

Lectures complémentaires :

Voir notre page constamment mise à jour “coronavirus, guerre contre l’humanité”

Le PDF le plus lu de notre blog ces 12 derniers mois, notre traduction de : 

“Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique”, Robert F. Kennedy jr

Et aussi pour en sortir :

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

holocauste_seringue
Génocide en cours…

11 septembre… Nucléaire sinon rien…

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 septembre 2022 by Résistance 71

formatage
La case 11 septembre déjà oubliée ?…

Résistance 71

11 septembre 2022

Ça ne sert à rien de radoter sur le sujet, simplement les faits : les attentats du 11 septembre 2001 furent une attaque nucléaire de démolition contrôlée, consultez notre dossier « Un 11 septembre nucléaire » et son PDF à lire et diffuser sans modération.

Le crime contre l’humanité SRAS-CoV-2 / COVID19 et ses injections mortelles à ARNm, armes biologiques de dépopulation massive n’a pu avoir lieu que parce qu’à eu lieu le faux-drapeau du 11 septembre 2001 et ce jusqu’à aujourd’hui en toute impunité. Tout part de là, c’est l’essence même, l’origine de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial aujourd’hui rebaptisé « Grande Réinitialisation » par les baltringues psychopathes du FEM / Davos. Tous les chemins mènent au 11 septembre…

Il est plus que grand temps de balancer toute cette merdasse étatico-marchande par dessus-bord et de reprendre la barre du bateau ivre. Qu’on se le dise !

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

construction_ruines

11 septembre 2001 ~ 11 septembre 2022… Démolition contrôlée du WTC et de nos sociétés pour un N.O.M technotronique, Mektoub de Zénon

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 10 septembre 2022 by Résistance 71

“Les deux grandes questions incontournables de l’anthropologie politique sont:
1- Qu’est-ce que le pouvoir politique, c’est à dire qu’est-ce que la société ?
2- Comment et pourquoi passe t’on du pouvoir politique non-coercitif au pouvoir politique coercitif, c’est à dire qu’est-ce que l’histoire ?”
~ Pierre Clastres ~

Tout bonheur sur la terre,
Amis, est de la lutte !
Oui, pour devenir amis
Il faut la fumée de la poudre !
Trois fois les amis sont unis :
Frères devant la misère,
Égaux devant l’ennemi,
Libres devant la mort !
(Friedrich Nietzsche)

mektoub

Mektoub

De l’obsessionelle volonté de contrôle au nécessaire lâcher-prise

Le déclin avait commencé sans crier gare par une matinée ensoleillée de septembre 2001. Ivre de son sentiment de toute puissance et d’impunité, faute d’ennemi susceptible de justifier son régime d’exception sur la scène internationale, l’Empire avait perpétré sur son propre sol les attentats que l’on sait, comme un mannequin vieillissant s’automutilant pour toucher la prime d’assurance. Il en résulta deux décennies de représailles aveugles, d’abus de toutes sortes et de renversements de dirigeants non-alignés au projet de dissolution des nations sous la férule d’un ordre mondial hégémonique et unipolaire.

À cette folie guerrière était couplée l’émission illimitée d’argent-dette, censée garantir la fidélité de ses détenteurs aux intérêts impériaux au nom de l’étrange concept du droit extraterritorial. Pour la première fois dans l’Histoire, une monnaie adossée à une simple promesse octroyait à son émetteur le pouvoir de dicter leur politique économique aux autres pays. Il fallait accepter les termes du contrat ou se voir banni des plateformes de transactions internationales. Le Père Ubu attablé seul devant son festin, beuglant des ordres ineptes à des cohortes de serviteurs pour seuls convives, illustrerait assez bien la géopolitique de ce début de vingt-et-unième siècle.

Une certaine fébrilité couvait cependant sous les dehors de ce règne absolu. Les investissements militaires à n’en plus finir avaient une certaine tendance à grossir les portefeuilles des comptes offshore, tandis que les soldats rencontraient sur le terrain toutes les peines du monde à monter la garde autour des drapeaux plantés à la va-vite au cœur de nouveaux déserts radioactifs. Quant à la cohésion sociale des ressortissants de l’Empire, celle-ci était laborieusement entretenue à coups de propagande Hollywoodienne et de bien-pensance, trop grossières toutefois pour que quelques sceptiques n’y soupçonnent pas l’ombre d’une tentation totalitaire.

Les fissures étaient à ce stade insoupçonnables. Les magnats de la Silicon-Valley promettaient un avenir dans lequel les moindres faits et gestes du cheptel humain seraient anticipés, tracés et contrôlés – pour le bonheur du plus grand nombre et l’assouvissement du rêve de quelques-uns. Ces champions de l’ingénierie sociale œuvraient à bannir du vocabulaire et de la pensée de leurs ouailles tout semblant de « haine », toute expression d’opinion à-même de mettre à mal le sacro-saint consensus progressiste, eco-responsable et humanitaire.

Ce concert d’intentions louables ne pouvait soupçonner l’ingratitude d’une frange grandissante de cette population réfractaire et sourde au plus élémentaire bon-sens, ni l’incompréhensible désir de souveraineté de nations ayant pourtant par le passé déjà goûté aux joies du libéralisme. Il fallut intensifier la pression sur les esprits et sur les corps. Remobiliser les troupes autour d’un ennemi pernicieux, invisible et omniprésent, offrant le prétexte au plus formidable déploiement publicitaire et biopolitique de l’histoire Humaine. C’est ainsi que l’opération « covid » fut lancée.

Si spectaculaire que fut son développement, une dissonance ne tarda pas à se faire jour entre le narratif de peur uniformément répercuté sur toutes les ondes, la disproportion des moyens employés pour endiguer l’épidémie et la mortalité réelle du terrible fléau annoncé. Très vite, la mise en œuvre d’un agenda politico-économique, dont le volet sanitaire n’était qu’un prétexte, apparut comme le véritable enjeu de cette « crise ». Il s’agissait en réalité de passer d’un système de prédation basé sur des bulles spéculatives à un mode de gouvernance financière oligarchique entièrement numérique et centralisé : le programme du « grand reset » du forum de Davos. Nous étions conduits vers une démolition contrôlée de nos modes de vie.

Sur ces entrefaites survint cet hiver l’opération militaire russe en Ukraine, visant à mettre un terme à la guerre entamée en 2014, suite au coup d’état du Maïdan, par le gouvernement de Kiev envers les provinces séparatistes du Donbass. Cette année 2014 fut au passage celle au cours de laquelle Christine Lagarde, alors présidente du FMI, prophétisa l’avènement prochain du fameux « reset » économique à l’échelle mondiale. L’intervention russe consistait en priorité à protéger les populations russophones de Lougansk et de Donetsk, mais aussi à stopper les velléités guerrières de l’OTAN à ses frontières. La réponse de l’Occident à cette surprise géopolitique fut un soutien logistique et financier sans faille à sa marionnette ukrainienne, ainsi qu’une pluie de sanctions censées affaiblir l’économie russe et isoler le pays sur la scène internationale.

Comme on le sait, en pratique, ce fut exactement le contraire qui se produisit. Lesdites sanctions conduisirent la Russie à renforcer ses partenariats eurasiatiques, à exiger le paiement en roubles de ses exportations de gaz et de pétrole, à intégrer davantage d’alliés dans la sphère d’influence des BRICS, et à prendre à leur propre piège économique les pays déclarés hostiles, en particulier ceux d’une Union Européenne sacrifiée sur l’autel des desiderata états-uniens. C’est ainsi que la lente euthanasie occidentale entamée depuis l’épisode covid s’est muée en suicide collectif à la vitesse d’une chute libre depuis la falaise de Sénèque.

Tandis que la lumière décline et que le crépuscule tombe autour de lui, l’Occident imprégné de son sentiment d’infaillibilité ignore tous les signaux de sa débâcle prochaine. C’est à peine si l’inflation galopante commence à faire se murmurer quelques doutes sous les chaumières. Est-il possible que nous manquions de chauffage à l’automne ? Que nous soyons bientôt rationnés sur l’essence ou les biens de première nécessité ? Se pourrait-il que tout ce que nous ayons jusque-là connu soit voué à finir ? Que nos dirigeants ne veillent pas tant à nos intérêts qu’aux leurs ? Quelques lézardes commencent à se creuser dans les certitudes de notre inconscient collectif. Les plus avisés osent regarder en face l’obsolescence de notre ancien cadre de référence, mais le gros des troupes contemple encore comme une chimère la sombre silhouette en approche de notre effondrement.

Au contraire des formes brutales de tyrannie, l’accroissement du pouvoir étatico-marchand sur les peuples des nations « démocratiques » a été rendu possible par l’infantilisation croissante des individus, jusqu’à rendre ces derniers dépendants d’une autorité dans les moindres aspects de leur vie quotidienne. On a vu se développer la police, puis la banque, les assurances, la « sécurité sociale » comme d’indéniables progrès, sources de confort et de sécurité, sans voir le vice. Puis la technologie nous a facilité la tâche au point de nous endormir, d’ériger la passivité en vertu et la science en religion. Jusqu’à nous enchaîner littéralement, nous contraindre à l’avilissement de prouver notre humanité à des robots pour jouir de l’accès à des services pour lesquels nous cotisons – et qui en pratique n’existent plus. Tout ceci n’aurait pas été rendu possible sans un long et méthodique travail de domestication des esprits dont il est devenu impératif de nous défaire pour espérer avoir une petite chance de survivre aux temps à venir.

Tout l’art de ce dressage a consisté à développer un mécanisme de conditionnement déguisé en « éducation » et visant à produire des générations de faux adultes. Il suffisait pour cela de faire passer la simple reproduction des modèles établis pour une marque d’intelligence, l’obéissance aveugle à des règles inexpliquées pour de la responsabilité, ou encore l’irrépressible besoin de se conformer à l’opinion majoritaire comme une preuve de bonne intégration à la société. Pour que ce schéma se perpétue sans rencontrer de réelle remise en cause, il était nécessaire de mettre en œuvre un système de récompenses à l’égard des individus les plus disciplinés, ou de punitions contre les empêcheurs de tourner en rond et les créatifs. C’est ainsi que s’est instaurée toute la hiérarchie sociale que nous connaissons, depuis les bancs de l’école jusqu’en entreprise et de l’échelon le plus bas du sous-prolétariat jusqu’aux plus hautes fonctions administratives.

S’ensuit une condition psychologique de dépendance envers l’autorité empêchant, toute leur vie durant, les individus de prendre la mesure de leur propre pouvoir et de choisir la voie, certes périlleuse mais ô combien plus riche, de la liberté. J’entendais au début de l’été deux adolescents discuter sur un banc, et l’un déclarer à l’autre d’un ton résigné : « c’est Parcoursup qui va décider de mon avenir ». Voilà où nous ont conduits plusieurs siècles de renoncement progressif à notre autodétermination. N’est-ce pas d’une tristesse infinie ?

Nous nous trouvons ici, depuis longtemps de manière subreptice et de façon flagrante depuis l’épisode du covid, dans la situation d’enfants confrontés à une autorité maltraitante. Dans la plupart des cas, la conscience des abus commis sera refoulée, l’individualité-même des victimes s’autocensurera face à la violence et la sidération qu’implique un tel constat. D’aucuns iront jusqu’à défendre bec et ongles leurs tortionnaires pour préserver leur statut d’enfants et ne pas avoir à se prendre en charge. Il arrive pourtant au contraire que des jeunes battus ou abusés se rebiffent, et développent une acuité de perception de loin supérieure à celle de la moyenne de leur âge. La violence subie devient alors le terreau fertile à l’indépendance d’esprit, prélude à la révolte, à la libération puis à l’épanouissement dans un nouveau paradigme.

Le problème qui nous occupe est qu’une immense majorité de nos contemporains soit encore persuadée de compter parmi la population adulte. Les principales caractéristiques mentales de ces personnes sont la certitude d’avoir raison en tout, celle de ne pas pouvoir être dupe de quoi ou de qui que ce soit, ainsi qu’un attachement maladif à tout ce qui peut conforter leur système de croyances. De là découle une inexpugnable résistance au moindre changement, nous plaçant tous devant la perspective d’un chaos complet lorsque s’évanouira pour eux la mythologie d’un environnement sain et sécurisé. Aussi devient-il nécessaire de se préparer à accompagner notre entourage – proche ou inconnu, cela revient au même – sur le chemin du deuil de l’ancien monde. Aucune préparation matérielle ni aucun ermitage ne nous permettra de faire l’économie de ce travail. Nous sommes qu’on le veuille ou non dans le même bateau quel que soit notre niveau de conscience.

Il est inutile pour ce faire de discourir ou de nous lancer dans de laborieuses théories. Le lâcher-prise est un savoir-être davantage qu’un quelconque savoir-faire. Il se perçoit dans la gestuelle, dans le rythme du souffle, dans le regard. Il ne se paie pas de mots mais s’offre comme énergie communicative. C’est une roue, un saut périlleux, un mouvement circulaire de jeu avec l’espace et la gravité. Une facétie qui prête à sourire mais offre un parfait exemple de liberté de l’âme. C’est une vibration qui vient remuer le souvenir commun à tous de l’adaptation, de la souplesse, de l’intuition et de la spontanéité de l’enfance. Un trésor dont on fait cadeau au premier venu et qui nous revient sous la forme d’une obole céleste.

L’enjeu de l’époque qui s’ouvre à nous est le souvenir. Non la mémoire d’un évènement qui nous a jadis concerné, mais au contraire les retrouvailles avec le sans-forme, les affinités naturelles de la cour de récréation, l’instinct à l’état pur, antérieur à la pensée. Mais aussi la cessation de tout jugement, de toute référence au cadre connu pour apprécier chaque chose dans toute sa richesse et sa singularité. Ce n’est qu’ainsi que peut naître en chacun de nous le véritable adulte : celui qui ne censure ni ne brime plus, mais prend sa propre enfance par la main pour marcher à ses côtés. La maturité n’est pas une position mais un équilibre. Elle est la découverte de ce que nous avions toujours été sans en avoir conscience, et l’acceptation de chaque dimension de l’être avec sa part d’ombre comme de lumière.

Nous nous apprêtons à quitter les sentiers balisés d’une vie sans heurt ni surprise, sans occasion de nous rencontrer hors des cadres préétablis, sans opportunité de se retrouver réellement face à soi-même. Et ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Les projets concoctés par l’oligarchie pour nous imposer une existence uniforme et fade à base de « sobriété heureuse » ne réussiront qu’à détruire les vieilles structures de gouvernance, sans parvenir à générer quoi que ce soit d’autre qu’un ingérable chaos, bien éloigné de leur fantasme de grille de contrôle technologique. Passée l’appréhension de nager pour la première fois sans avoir pied, nous retrouverons la capacité de nous mouvoir librement, sans tuteur ni bouée gonflable. Et chaque instant passé dans les eaux vives nous gratifiera d’une confiance nouvelle en notre capacité d’évoluer dans le grand courant de l’existence.

Ainsi affranchis de toute idée préconçue et de toute emprise, nous constaterons avec joie que l’Univers orchestre chaque chose de façon plus juste et plus harmonieuse que ne l’aurait jamais permis notre pauvre intellect. Les signes se multiplieront à nos yeux. Le sort nous deviendra de plus en plus favorable. Nous comprendrons alors que la véritable liberté ne consiste pas à faire ce qu’on veut ou croit vouloir, mais à décider de notre plein gré de vivre et d’agir selon les lois naturelles. Nous vivrons en accord avec notre plus intime vérité. Définitivement passés de la foi en la prédictibilité du sort aux mains d’un système à la certitude du parfait ordonnancement de la Vie. Notre transmutation mentale aura été accomplie.

Zénon – Juillet 2022

Le texte en format PDF (merci Jo) : Zenon_Mektoub

but_NOM
Dictature Technotronique

Verite