Archive for the média et propagande Category

Dr Ashraf Ezzat: Entité sioniste et colonisation de la Palestine… Pour que Trump et la ligue mafieuse comprennent que…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 10 décembre 2017 by Résistance 71

 

Jerusalem n’est pas la capitale de l’Israel biblique

 

Dr Ashraf Ezzat

 

8 décembre 2017

 

url de l’article original:

https://ashraf62.wordpress.com/2017/12/08/mr-trump-jerusalem-is-not-the-capital-of-biblical-israel/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Si historiquement Jerusalem était bien la ville du roi David, la décision idiote de Trump d’y faire transférer l’ambassade des Etats-Unis ne m’aurait pas irrité outre mesure et je n’aurais pas écrit l’article que vous êtes en train de lire. Mais la vérité est que la Jerusalem moderne n’a jamais été la capitale du royaume de David.

Bien des gens ont pensé que l’idée de construire un mur à la frontière américano-mexicaine fut la promesse électorale la plus stupide de Trump. Mais en fait ça ne l’était pas, transférer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jerusalem le fut. La décision de Trump a ravivé l’idéologie sioniste de l’occupation illégale et d’apartheid et quelques sionistes fanatiques ont perçu l’affaire comme étant “plus grosse que Balfour” et tant pis pour ces analystes qui ont soutenu Trump en le voyant comme le candidat qui allait devenir le président anti-establishment. Ils ne semblaient pas vouloir comprendre que le seul establishment auquel Trump est attaché, c’est le sien.

Bouger l’ambassade vient-il vraiment comme une surprise ? En fait non, car contrairement à ses prédécesseurs, Trump veut être le premier président des Etats-Unis à remplir ses promesses électorales (aussi stupides furent-elles…). Peut-être veut-il que cela soit mémorisé comme son héritage présidentiel.

Mais ceci ne peut pas être le seul but de cette action si mal avisée, car relocaliser l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jerusalem va sûrement accordé à Trump le soutien (si nécessaire) du lobby juif et de ses organisations pleines de fric ainsi que le droit religieux sionistes et des évangélistes chrétiens (NdT: les plus sionistes de tous les chrétiens…)

Sans mentionner que cette pitrerie d’ambassade servira de diversion car un paquet de scandales sont en train de menacer la présidence de Trump et de transformer la Maison Blanche en un cirque.

Il semble que rien ne peut sauver Trump sauf de rendre Israël “encore plus grand”…

L’action de Trump, bien que stupide, va sans doute soulever de séreuses répercussions politiques et possiblement de la violence (et toujours plus d’extrémisme et de terrorisme) au Moyen-Orient et au-delà. Dans le même temps, peut-être pas, considérant que l’UE et le monde arabo-islamique s’opposent à cette décision scandaleuse.

Mais ce que ne réalise pas vraiment Trump, c’est que sa décision est extraordinairement ignorante du point de vue historique et c’est pourquoi je pense qu’elle est en même temps dangereuse. Ignorante parce que ni lui ni sont entourage de conseillers n’ont été éduqués, informés par des érudits et/ou universitaires impartiaux sur l’histoire ancienne du Proche Orient pour comprendre que Jerusalem n’est pas la ville historique de l’ancien Israël biblique. Décision dangereuse parce que cette décision inconsidérée va aider à consolider ce concept totalement falsifié au sujet de Jerusalem dans l’inconscient collectif des masses non informées dans le monde.

Le narratif/prétexte classique et déformé pour la justification de l’occupation de la ville palestinienne de Jerusalem (ainsi que du reste de la Palestine…) est qu’elle fut la capitale de ce magnifique royaume du roi David et de son fils Salomon.

Ce prétexte apparemment indiscutable parmi les pères du mouvement sioniste est que la Palestine est leur terre historique, terre sur laquelle eut lieu les histoires des patriarches. Ils voient aussi Jerusalem de manière non équivoque comme la ville établie par le roi David au 10ème siècle avant notre ère.

La construction de ce faux prétexte par le mouvement sioniste (aidé en cela par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis dans la première moitié du XXème siècle) ont encouragé les Européens convertis au judaïsme de voir la terre arabe de Palestine comme leur ancienne terre perdue qui fut promise à Abraham et ses descendants israélites. Le plus marrant qui a échappé à des milliers de juifs européens qui se sont ensuite installés en Palestine est qu’ils ne sont en rien les descendants d’Abraham ou de sa tribu israélite, mais qu’ils sont les descendants du royaume khazar.

Si les musulmans de Chine et des Philippines ne peuvent affirmer aucun droit historique sur la ville de La Mecque comme étant leur ancienne capitale, il en va ainsi de même pour les juifs européens et la ville de Jerusalem. La même logique s’applique.

La ville sainte de Jerusalem apparaît d’abord dans les descriptions de la bible pendant l’époque d’Abraham (vers 1850 avant notre ère). Ce fut dans cette ville qu’Abraham fut reçu par un mystérieux prêtre/prophète de dieu nominé comme le plus haut gradé Melchizedek (roi honnête dans l’ancienne langue arabe/hébraïque) et qui fut aussi le roi d’Ur-Salem. Salem en arabe veut dire paix et Ur-Salem / Jerusalem signifie la cité de la paix. Voyez-vous, tout le vocabulaire des histoires du patriarche israélite est véritablement arabe.

Un autre détail édifiant que nous donne la bible est qu’avant que David ne conquît la ville biblique de Jerusalem, celle-ci était habitée par une tribu appelée les Jebusites (2 Samuel 5:6-7) et que Jerusalem était sécurisée, placée au sommet d’une montagne, comme une forteresse.

Mais ce qui laisse perplexe, est que durant à la fois le temps d’Abraham (19ème siècle AEC) jusqu’au temps de la conquête de la ville par David (10ème siècle AEC), Jerusalem n’a pas existé comme une entité territoriale sur la carte de l’ancien Proche Orient et spécifiquement du Levant. Simplement la ville n’y existait pas encore.

Il n’y a pas eu de Jerusalem pouvant accommoder l’histoire d’Abraham datant du 19ème siècle AEC ni de David et de son fils Salomon aux 10ème – 9ème siècles avant notre ère.

Sans même mentionner que l’histoire antique de la Palestine n’a jamais été témoin d’un peuple ou d’une tribu répondant au nom des Jebusites et desquels on ne peut trouver de trace historique que dans l’Arabie et le Yémen antiques avec leurs terrains montagneux et leurs villages cadrant parfaitement avec le narratif géographique biblique.

““La montée des états territoriaux au Levant fut le résultat de l’expansion vers l’ouest de l’empire assyrien vers le 9ème siècle avant notre ère. De plus, ni les archives assyriennes, ni les archives égyptiennes ne font une quelconque référence au soi-disant royaume de David et Salomon. En fait, des sources extra-bibliques laissent peu de doute sur le fait que tous les états majeurs de la région comme par exemple Damas, Moab et bien sûr Jerusalem, émergèrent après le 9ème siècle AEC. Il est très difficile de concevoir un royaume unifié israélite qui aurait gouverné depuis Jerusalem plus d’un siècle avant ce processus. Le plus ennuyeux de tout après un siècle de recherches et d’excavations à Jerusalem, la (supposée) capitale de la monarchie unifiée d’israël si glamour, c’est que celles-ci ont échoué à montrer des preuves de toute construction notoire sur place au 10ème siècle. Il n’y a aucune trace de palais magnifiques ou de grands états, rien ne fut archéologiquement trouvé sur place concernant cette période. Bref, Jerusalem au 10ème siècle AEC, période de David et Salomon n’était rien de plus qu’un village perché et non pas cette capitale exquise et décorée d’un grand empire”, a éciri le professeur Israël Finkelstein, l’archéologue israélien de l’université de Tel Aviv et de l’académie des sciences israélienne dans son livre “The Bible Unearthed” (2001).

Quant à l’endroit de la Jerusalem biblique, d’autres universitaires de l’antiquité nous donnent certaines indications sur là où nous devrions regarder pour la trouver: sur la carte ancienne/antique de l’Arabie et du Yémen. La ville de Jérusalem d’après la Torah est située sur une montagne, c’est pour cela que le site le plus saint du judaïsme est nommé “Le Mont du Temple”. Mais lorsque nous regardons la carte de la Jerusalem actuelle, nous sommes surpris de découvrir qu’elle n’est pas située sur une montagne mais plutôt entre deux collines. N’est-ce pas un peu étrange ?

La mosquée Al-Aqsa et le dôme de la pierre (Le Mont du Temple pour les juifs) sont situés au point le plus bas de la topographie de Jérusalem. La question est: où est la montagne qui est mentionnée dans la bible ? Va t’elle venir avec l’ambassade de Trump ? Aucune intention de sarcasme ici.

Jerusalem pourrait être l’endroit où le temple d’Hérode (37 AEC ~ 70 EC) se situa mais elle n’est définitivement pas la terre du premier temple ou de la ville qui aurait été témoin des histoires des patriarches israélites.

Jerusalem n’est pas la ville historique du roi David ni la capitale de l’Israël biblique. Voilà pourquoi elle ne devrait jamais être reconnue ou acceptée comme la capitale de l’Israël moderne.

L’endroit réel du Mont du Temple et de la totalité de “l’état d’Israël” est basé sur une idéologie, à la fois fausse, mensongère et trompeuse. La décision fondée sur une ignorance crasse de Donald Trump, de transférer l’ambassade des Etats-Unis à Jerusalem ne fait que rendre l’affaire encore plus trompeuse.

Publicités

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: L’entité sioniste morfle… On lui donne un sucre d’orge… empoisonné ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 7 décembre 2017 by Résistance 71

Les sionistes perdent du terrain et vite, la manœuvre de Donnie « mains d’enfants » pour reconnaître Jérusalem comme « capitale d’Israël » est-elle un enfumage de plus pour compenser la perte de vitesse croissante de l’empire ?…. Possible, probable… A suivre.

~ Résistance 71 ~

 

Syrie: Israël le mauvais perdant

 

Press TV

 

5 décembre 2017

 

Source: http://www.presstv.com/DetailFr/2017/12/05/544530/Syrie-Isral-le-mauvais-perdant

 

Pour la deuxième fois en l’espace de trois jours, Israël fait profil bas: trois des six missiles tirés cette fois contre Jamraya à l’ouest de Damas ont été interceptés. Samedi, une autre localité dans la périphérie de la capitale avait été prise pour cible et là aussi, deux des cinq missiles tirés, avaient été détruits.

Alors que le journal israélien Yediot Aharonot présentait dans un récent article « ces tirs de missiles » illégaux comme étant « un carton rouge » brandi à l’adresse de l’Iran, les analystes y voient surtout « une alerte »: les batteries de défense anti-aériennes Pantsir S1 qui protègent la capitale, fonctionnent visiblement de mieux en mieux au grand dam d’Israël qui devrait sans doute revoir son système de feu.

Car il ne s’agissait pas de n’importe quel missile israélien! Tel-Aviv a utilisé les  » LORA », un système de missiles tactiques sol-sol qui « atteignent leurs cibles à plus de 400 kilomètres, avec une précision de 10 mètres » ! Les israéliens disent que le système peut se camoufler sur des navires commerciaux, et peut tirer jusqu’à 16 missiles avant détection. Or les Pantsir syriens ont eu raison de trois des six LORA.

Rai al-Youm revient d’ailleurs sur cet énorme progrès à portée à la fois politique et militaire qui prouve que « la stratégie de Damas reste toujours la même, et ce, après sept ans de guerre: l’État repoussera toute agression étrangère même s’il vient de sortir de sept années de guerre acharnée contre les terroristes et leurs sponsors.

Dans ces attaques hystériques qu’Israël lance contre la Syrie, un point retient particulièrement l’attention: qu’elles visent ou non les cibles syriennes, iraniennes ou le Hezbollah, aucune partie proche de Tel-Aviv ne réagit : pas un seul mot n’est prononcé par Washington pourtant si prompt à soutenir Israël à chaque fois qu’il commet un crime. Idem du côté des Européens qui ne soufflent mot comme si de rien n’était. Et à ce silence, il y a une raison: Israël est parfaitement seul dans ce nouvel aventurisme qui vise à provoquer l’Iran et le Hezbollah voire la Russie. Ni les Américains ni les Européens ne croient au discours maladivement alarmiste de Netanyahu quant à l’existence d’un danger iranien en Syrie, un discours qui, tout compte fait, est tenu dans l’objectif entre autres d’édulcorer les effets des problèmes domestiques de Netanyahu, le corrompu.

Et puis, les Américains et leurs alliés occidentaux n’ont nullement envie d’avoir à faire face à un Hezbollah particulièrement aguerri à la sortie de son expérience guerrière en Syrie. Les seules parties qui soutiennent à demi-mot Tel Aviv restent les régimes arabes du golfe Persique, eux-mêmes bien empêtrés dans des crises multiples.

S’il y a une chose que les Israéliens ont intérêt à ne pas commettre, c’est de vouloir mettre à l’épreuve la patience de l’axe de la Résistance: après sa victoire quasi acquise en Syrie et en Irak, cet axe, bien revigoré, ne souhaite vraisemblablement pas ouvrir un nouveau front. En d’autres termes, des « feux d’artifices » que Netanyahu fait tirer au dessus de Damas, ne l’impressionne guère. Maintenant cela dépend d’Israël: s’il veut réellement aller jusqu’au bout et provoquer une confrontation, qu’il le fasse, au risque évidemment de voir, comme le disait le défunt commandant Al Kuntar (tué en 2015 en Syrie, NDLR), débarquer par centaine les commandos du Hezbollah dans la Galilée. Ce jour là, Israël sera encore plus seul. Il ne peut compter ni sur les Américains ni sur les Saoudiens, encore moins sur les Russes dont les officiers ont été bien à l’œuvre au QG des unités de la DCA syrienne, ces trois derniers jours.

Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord, Yougoslavie, Irak, Libye et chaos organisé…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 décembre 2017 by Résistance 71

Les marchés aux esclaves dans la Libye “libérée” et le silence assourdissant des faucons humanistes

 

Neil Clark for RT

 

1er décembre 2017

 

url de l’article original:

https://www.rt.com/op-edge/411562-libya-slave-markets-nato/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les rapports nous parvenant établissant la vente d’Africains noirs pour 400 US$ sur des marchés aux esclaves se tenant dans la Libye “libérée” est une mise en accusation sans conteste de la soi-disante “intervention humanitaire” menée par l’OTAN pour renverser le gouvernement de Mouammar Kadhafi en 2011.

En mars 2011 des gravures de mode “libérales” occidentales donneurs de leçon de vertu firent équipes avec des va t’en guerre nouveaux cons de la pire espèce pour demander une action afin de “sauver” le peuple libyen du leader despote qui dirigeait le pays depuis la fin des années 1960. “On doit faire quelque chose !” crièrent-ils tous à l’unisson. Et quelque chose fut fait. La Libye fut transformée par l’OTAN d’un pays ayant le plus haut index de développement humanitaire du continent africain en 2009 en un enfer chaotique ayant des gouvernements rivaux, des chefs de guerre et des groupes terroristes se battant pour le contrôle du pays.

Sous l’ère Kadhafi, les Libyens avaient un système de santé et d’éducation gratuit. Le taux d’alphabétisation passa de 25% à 90%. Un rapport du Conseil pour les Droits de l’Homme de l’ONU félicita la Libye pour son système social en janvier 2011 (NdT: soit 2 mois avant sa destruction par l’OTAN bras armé de l’empire…). Bien entendu ce n’était pas parfait et il y avait encore des choses à améliorer et le pays s’y attelait dans bien des domaines.

Dans le Daily Telegraph, journal qui ne peut pas être accusé d’être une groupie de la Jamahiriya libyenne, la Libye fut encensée comme une des six meilleures destinations de croisière nautique en juin 2010.

Les paquebots n’ont plus la Libye sur leurs itinéraires aujourd’hui, bien trop dangereux.

La seule chose de surprenante au sujet des marchés d’esclaves (cela vaut la peine aussi de noter qu’avant le rapport de CNN, l’agence de l’ONU l’IOM avait rapporté également leur existence plus tôt cette année) est que cela surprenne encore quelqu’un. Les droits de l’Homme et le progrès social reculent en général de plusieurs centaines d’années après une “intervention humanitaire” de l’OTAN et ceci n’est pas du tout accidentel. Les “interventions” qui impliquent à dessein de gros bombardements des infrastructure du pays et le démantèlement subséquent de l’appareil d’état sont planifiés pour annihiler des décennies de progrès sociaux. “L’échec du plan” est en fait la partie la plus importante du plan comme le détaille très bien mon collègue Dan Glazebrook dans son livre “Diviser et détruire ou la statégie impérialisre de l’occident dans un âge de crise”.

La Libye fut ciblée, comme la Yougoslavie et l’Irak avant elle, non pas à cause d’une véritable préoccupation qu’un “nouveau Srebrenica” allait se produire mais parce qu’elle est un pays riche en ressources naturelles ayant un gouvernement indépendant d’esprit qui opérait dans un système économique d’état de manière prédominante et ce dans une partie des plus géostratégiques au monde.

Ni la Libye, ni l’Irak ni la Yougoslavie ne répondirent aux ordres du lobby guerrier occidental, lobby de la guerre sans fin, c’est pour cela qu’elle fut programmée pour la destruction. Le chaos qui suit routinièrement la destruction délivrée par l’OTAN est une cruelle expérience pour les locaux qui voient leurs standards de vie plonger et les risques de mourir dans une attaque terroriste violente augmenter dramatiquement, mais cette état de fait est excellent pour les entreprises coloniales occidentales lorsqu’elles entrent en masse dans le “pays libéré”, prenant avantage d’un manque d’autorité centrale.

Bien entendu, tout cela n’est jamais mentionné dans les médias amis de l’OTAN. Le rôle des élites occidentales dans la transformation d’états providence fonctionnant et états à la dérive n’est jamais mentionné dans les rapports des merdias sur ces pays après leur “libération”.

Dans son article récent pour le magazine FAIR, le journaliste Ben Norton a noté comment des rapports “parlaient à profusion de l’esclavage en Libye comme d’un problème de droits humains intemporel et non pas comme un problème politique enraciné dans une histoire très récente.”

Le narratif dominant est que les marchés aux esclaves ont ré-émergé en Libye “comme par magie”. L’”instabilité” est mentionnée mais pas sa cause, à savoir le renversement de régime en 2011 et le soutien de l’occident à des extrémistes dans dans certains cas, à des escadrons de la mort ouvertement racistes. Tout le monde est blâmé pour le chaos en place sauf les lobbyistes et les personnes protégées qui sont en fait responsables.

Le gouvernement français a joué un rôle primordial dans la destruction de la Libye en 2011 et pourtant aujourd’hui, le président français “progressiste” Macron blâme des “Africains” pour le problème de l’esclavage dans le pays. “Qui sont les trafiquants ? Posez-vous cette question, jeunes Africains. Vous êtes incroyables. Qui sont les trafiquants ? Ils sont Africains mes amis, ils sont africains.” Macron, comme d’autres leaders occidentaux, veut nous faire observer cette préoccupation de l’esclavage en mode macro et non pas en mode panoramique. Pourquoi ? Parce que si nous le faisons, automatiquement l’OTAN vient dans le champ, à la vue de tous.

Il y a le même type de blanchiment au sujet de l’Irak et sur la montée de l’EIIL/Daesh. Une fois de plus, nous sommes supposés regarder l’émergence du groupe comme “un truc qui arrive”. Mais l’EIIL n’était en rien une force lorsque le Baathiste séculier Saddam Hussein régnait sur l’Irak, il ne s’est développé que seulement après l’éviction de Saddam du pouvoir et du chaos qui s’ensuivit le démantèlement de l’appareil d’état par les occupants.

Six ans et demi plus tard, il est révélateur de prendre du recul et de regarder ce que les groupies de “l’intervention humanitaire” en Libye disaient au début de 2011 et ce qu’il s’est de facto produit après les 26 500 sorties aériennes de l’OTAN.

Le prix de l’inaction est trop élevé” était le titre d’un article de David Aaronovitch dans The Times du 18 mars 2011. “Si nous ne bombardons pas les chars de Kadhafi, l’Europe devra faire face à une marée de réfugiés et à une nouvelle génération de djihadistes”, en fut le résumé.

Devinez ? L’alliance militaire occidentale bombarda les chars de Kadhafi (et bien plus sur le côté…) et nous avons eu une vague de réfugiés de dimension biblique, incluant le poseur de bombe de Manchester Salman Abedi.

Il n’y a pas eu de mea culpa de la part d’Aaronovitch, ni de son collègue du Times Oliver Kamm qui m’attaqua après que j’eusse écrit un article dans le Daily Express appelant l’OTAN à tout arrêter.

En fait, l’expérience irakienne aurait dû mener tous les véritables humanitaires à s’opposer à l’assaut en règle de l’OTAN. Dans bien des cas, la Libye fut un crime encore plus grave que l’invasion de l’Irak, parce qu’elle est venue après Il n’y avait plus aucune excuse pour ne pas voir comment l’aventure de 2003 s’était transformée, pour soutenir une pareille affaire en Afrique du Nord.

Sans surprise, les politiciens et les experts qui ne pouvaient pas s’arrêter de parler de la Libye en 2011 et de la responsabilité de “protéger” les civils qui incombait à l’occident, semblent bien moins enclins à parler de ce pays aujourd’hui. La Libye et ses problèmes ont complètement disparu des pages des journaux. C’est la même chose après chaque intervention occidentale Toujours la même chose: saturation des médias avant et pendant la “libération”, appels belliqueux irresponsables de l’expertocratie nouveau con/libérale pour une action militaire afin de “sauver le peuple” du tout dernier Hitler en date, puis retour au silence dans l’après attaque alors que le pays concerné est de retour au moyen-âge.

Les “libérateurs” de la Libye ont bougé sur quelque chose de plus important en 2017, la Russophobie pour obsession courante. Tout en fait, pour nous distraire des conséquences des plus désastreuses de leurs actions.

Ne vous laissez pas enfumer sur la guerre qui se prépare… Pour avoir un avis informé: « Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur » de Naïm Qassem 2/3

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 23 novembre 2017 by Résistance 71

Hezbollah son histoire de l’intérieur 2/3

 

Naïm Qassem*

 

Traduction de larges extraits de la version anglaise (2005) par Résistance 71

 

Une version française de ce livre existe sous le titre: “Hezbollah, la voie, l’expérience, l’avenir”, publiée aux éditions Al Bouraq en septembre 2008 (376 pages)

 

(*) L’auteur de l’ouvrage Sheikh Naïm Qassem est le secrétaire général adjoint du Hezbollah (“Parti de Dieu”) depuis 1991, né au Liban en 1953, il possède une éducation universitaire et religieuse. Il fut professeur de chimie pendant plusieurs années en université. Il est l’auteur de plusieurs livres sur des sujets d’ordre politique et religieux. Mr Qassem est considéré comme l’historien du Hezbollah. 

 

1ère partie

2ème partie

3ème partie

La version intégrée en PDF réalisée par Jo:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

II. Organisation et travail public

[…] Il y eut un besoin de répondre à la question qui pose la direction générale à adopter: Est-ce que le parti devait juste être appelé “Hezbollah” (Parti de Dieu) ou “Nation (Oumma) du Hezbollah”? (Nation du Parti de Dieu)

Un danger inhérent à la structure des partis politiques est que cela restreint la taille du parti à ses membres, menant ainsi à l’exclusion des “autres”. Quelque soit la taille et la capacité de l’organisation, un parti est toujours limité en termes de rang et de fonctions. Ce fait pourrait facilement se traduire en un renoncement à un potentiel humain et une montée de l’esprit partisan, un esprit qui dénigre les non-membres et les individus dont les buts ne sont pas alignés sur les objectifs du parti.

D’un autre côté, le concept de la nation ou de corps politique repose sur une plateforme qui reconnaît tout le monde, quelque soit les allégeances, obligations ou préparation à la participation, mais qui ne manque pas d’obstacles quant à sa réalisation. La direction à suivre est donnée dans un contexte général et en des occasions particulières, auxquels la nation réagit et répond. Mais dans une société diversifiée comme l’est le Liban, une telle direction ne répond pas au défi de rassembler le potentiel de la nation et d’organiser son rôle et ses capacités, sa variété d’opinions, ses obligations individuelles, ses différences de niveaux intellectuels et son expérience pratique, son processus de décision et ses liens inter-factions.

Ainsi, une structure hiérarchique pyramidale fut finalement adoptée comme formule organisationnelle du Parti et fut agencée avec des lignes de conduite excluant les désavantages des deux propositions mentionnées ci-dessus. L’organisation prit ainsi cette forme:

  1. Le statut de membre a été conféré à ceux qui ont adopté les objectifs du parti dans leur totalité et se sont engagés à suivre les directives organisationnelles. […]
  2. Il ne fut distribué aucun signe de reconnaissance d’appartenance au parti, car les affiliés n’étaient pas les seuls individus contribuant aux objectifs du parti. La définition de l’affiliation au parti ne fut pas liée à l’obtention d’une “carte”.
  3. Les individus furent requis d’observer et d’accepter leurs fonctions au sein du parti, la plus importante étant celle de la résistance. […]
  4. Un large processus de recrutement fut lancé dans les districts et les villages, rassemblant tous ceux désirant rejoindre le parti. La gestion hiérarchique de ces recrues fut fondée sur la démographie et la distribution géographique. La participation, fonction des circonstances individuelles et de la disponibilité de temps. Tous les affiliés prirent part à l’entraînement militaire et culturel, aux fonctions de combat et de sécurité ainsi que des fonctions générales requises.
  5. Des sociétés de femmes furent créées et des rôles spécifiques distribués dans les mosquées et les districts. L’objectif était de parvenir à un recrutement culturel et sociétal afin de sécuriser la participation dans les activités et l’appel général du parti.
  6. Le recrutement de la jeunesse fut canalisé au travers du financement des Scouts de l’Iman al-Mahdi qui faisait participer aux activités du parti dans les grandes lignes et dans des activités en harmonie avec les besoins de la jeune génération.
  7. Des organisations gérées totalement indépendamment dans les domaines culturel, éducationnel, de la santé, des médias, de l’agriculture, de la construction et autres domaines, furent créées, ce qui était en plein accord avec les objectifs et la vision du parti.
  8. Le recrutement culturel ciblant les étudiants et les écoles secondaires ainsi que les professeurs d’université fut aussi activé. […]
  9. Une coopération continuelle avec les membres du clergé, les associations et les organisations variées était requise et devait être en harmonie avec les objectifs généraux du Hezbollah.
  10. Tous ceux qui participaient aux manifestations, rallies, activités et préoccupations du Hezbollah tout autant que ceux qui soutenaient l’idéologie du parti étaient (et sont) considérés comme soutiens du parti.

[…] Le choix fut fait de devenir le “Hezbollah” ou “Parti de Dieu”, qui couvre et inclut tous les segments de la nation comme détaillé ci-dessus et observe une totale promptitude à procéder à des amendements de politique interne lorsque le besoin d’un agrandissement d’échelle ou de stature se fait se fait sentir.

Le Conseil et le cadre organisationnel

Le choix a été en faveur du groupe et non pas du leadership individuel, le titre de ceci fut choisi comme étant al-Choura, le Conseil. Le nombre de membres délégués élus différaient d’un conseil à l7autre et il n’y eut initialement pas de tête individuelle ni de secrétariat général. A partir de 1985 se fit sentir le besoin d’une apparence politique officielle manifestant l’expression de la position du parti.

[…] En mai 1991, le Conseil a élu al-Sayyed Abbas al-Moussaoui comme secrétaire général, qui devint martyre le 16 février 1992. Le Conseil a alors élu son successeur en la personne de Sayyed Hassan Nasrallah. Son élection eut lieu à la mi-mai 1993. Il a été réélu depuis.

[…] De l’organisation générale initiale, des amendements furent mis en place afin de se conformer aux demandes fonctionnelles du Hezbollah. Cinq comités ou assemblées de conseil furent finalement créées: l’assemblée du djihad, l’assemblée politique, l’assemblée exécutive, l’assemblée parlementaire et l’assemblée judiciaire. Chaque assemblée se vit confier son leadership à un membre du conseil.

[…] Le Conseil est considéré être au sommet de la pyramide des objectifs stratégiques, en charge de créer la vision générale et la politique afférente, de superviser les stratégies des fonctions du parti et de prendre les décisions politiques. Le secrétaire général (SG) est en charge des responsabilités de supervision et de guidage administratif, de la coordination entre les membres du Conseil et les variés chefs d’assemblées ainsi que d’assumer la position politique du parti du manière officielle.

Attirer de nouveaux membres

Pour certains, une implication directe avec le parti et son cadre d’action était un obstacle, car pas tous ceux qui croyaient en la rectitude et la justesse de la résistance du Hezbollah pouvaient se conformer à son idéologie islamique. Similairement, ceux qui croient dans le mouvement politique du parti ne peuvent pas tous être d’accord avec le système de croyance et de réglementations de l’Islam, ou peuvent être intéressés tout en gardant une marge personnelle qui pourrait entrer en conflit avec les buts du parti et les requis pour être membre. De plus, la capacité du parti à accommoder les individus et à leur assigner des fonctions particulières n’est peut-être pas en ligne avec les perceptions individuelles des personnes de ce qui est approprié pour leurs carrières ou leurs chemins personnels.

Ainsi, le leadership a spécifiquement demandé aux assemblées de discuter des modes d’attraction de nouveaux membres de ses groupes spéciaux. Les suggestions suivantes furent faites:

  1. La création d’un nouveau cadre pour le parti afin de réduire les spécifications et les objectifs adoptés par le Hezbollah. […]
  2. La création de groupes indépendants et de cercles sympathisants ou la participation à leur création. Ces groupes doivent se conformer à certains objectifs du parti et observer un certain nombre de spécifications et de lignes de conduite. Dans le principe, il n’y a aucune objection à ce concept car il résulte d’un accord commun tacite. […]
  3. Membre périphérique: lorsqu’il n’y a pas conformité avec le minimum requis par la parti, il y a toujours une possibilité d’indépendance complète et de prise en compte des caractéristiques individuelles. […]

La différence entre les gens est une condition humaine des plus naturelle, liée à la culture, l’éducation, les inclinations et pôles d’Intérêt et de la sorte ne peut pas être géré au sein d’un cadre unique et unificateur. La responsabilité du choix est laissée aux individus en accord avec leurs propres convictions. Le parti fut lancé avec des objectifs particuliers soutenus par des mécanismes organisationnels afin de fonctionner adéquatement. Ceux qui sont d’accord et sont en harmonie avec ces objectifs sont sur la voie de l’affiliation comme membre, tandis que ceux qui ne le sont pas demeurent à une certaine distance du parti tout comme le parti accommode ou exclut des postulants sur la base de règles individuelles ou de groupe. Tel est le mode de vie. […] Les objectifs demeurent le point important et l’affiliation suit sur ce principe.

La résistance islamique

Les débuts

L’invasion du Liban par Israël en 1982 fut le 6ème conflit israélo-arabe:

  1. L’occupation par Israël des territoires de la Palestine en 1948 couvrant 20 770 des 27 027 Km2 que comprend la terre palestinienne. Ces terres sont appelées depuis “Les territoires occupés”.
  2. L’agression du trio France, Grande-Bretagne et Israël sur l’Egypte en 1956
  3. L’agression israélienne de 1967 occupant ce qu’il restait des territoires palestiniens (appelés maintenant “Les territoires de 1967” en plus de l’occupation et de l’annexion du Sinaï égyptien, des plateaux du Golan syrien et de la vallée Arabah jordanienne.
  4. La guerre d’octobre 1973 de l’Egypte et de la Syrie contre Israël fut marquée par la réclamation de territoires perdus par ces deux pays.
  5. L’agression israélienne de 1978 résultant par l’occupation par Israël de larges portions de territoires au sud-Liban et menant à la création d’une “zone de sécurité” dans laquelle demeurèrent un certains nombre de collaborateurs libanais emmenés par Saad Haddad.

Cinq guerres furent initiées par les sionistes tandis qu’une le fut par les Arabes. Ces guerres ont eu pour effet d’agrandir le contrôle géographique d’Israël, incluant des terres au-delà de la Palestine, dans les pays arabes voisins d’Egypte, du Liban, de la Syrie et de la Jordanie. La puissance militaire israélienne, soutenue par les moyens politiques internationaux, menés par les Etats-Unis, a créé suffisamment de pression pour imposer des concessions et légitimer le fait accompli (NdT: en français dans le texte original) de l’occupation des dits territoires.

Les sionistes considéraient que l’invasion du Liban handicaperait les structures de la résistance militaire palestinienne et aliénerait les combattants palestiniens au Liban, brisant ainsi leur capacité future de continuer leur quête pour la réclamation de leur terre.

[…]

Mais, alors que la Palestine est une terre musulmane et arabe occupée et qu’il est du devoir de chaque musulman de travailler pour sa libération et étant donné que d’autres zones de la terre arabe sont similairement occupées (incluant le Liban), zones auxquelles le devoir islamique de libération est aussi applicable, le juriste-théologien, l’Imam Kohmeini, a déclaré: “Israël est une glande cancéreuse.” Ansi le Hezbollah s’est dressé contre cette cible et a lancé des opérations de résistance islamique contre Israël avec les moyens humains limités dont il disposait. Ceci fut une étape sur le chemin vers un mouvement de résistance plus complet et intégrateur qui ne compromet pas la terre et qui refuse l’exploitation des faiblesses du monde arabe et de la Palestine par l’ennemi.

La priorité fut donc donnée à la confrontation, ce qui demanda l’emploi de toutes les ressources possibles pour remplir cet objectif. Les camps d’entraînement mis en place dans la Bekaa et supervisés par le corps des GRI iranien constituèrent la ressource première des combattants de la résistance ou “moudjahidines” de la “Résistance Islamique”. Ces camps furent une source d’inspiration culturelle, spirituelle, comportementale renforçant les qualités nécessaires au Djihad, ce qui étaient de fait les caractéristiques des membres du CGRI. Beaucoup de membres du Hezbollah participèrent à ces entrainements indépendamment de leurs fonctions au sein du parti, car l’entraînement est un pré-requis pour être accepter comme membre à part entière. L’ancien SG du parti, tombé en martyre, al-Sayyed Abbas al-Moussaoui, fut parmi les premiers à participer à l’entraînement qu’il termina vers la fin de 1982.

A cette époque, la capitale du Liban et ses proches banlieues, ainsi que le sud, l’ouest de la Bekaa et des parties du Mont Liban, étaient sous le joug de l’occupation israélienne. Les combattants de la résistance œuvrèrent dans des cercles secrets sans aucune apparence politique ou médiatique. S’activa en parallèle un mouvement de recrutement général qui se tint sans aucun cadre organisationnel formalisé.

Les combattants de la résistance accumulèrent très rapidement une grande expérience militaire. A ce moment furent créés des points de focalisation sur des tâches spéciales comme l’ingénierie, l’artillerie et autres spécificités dans le domaine militaire.

Jeunesse et efficacité

Le travail de résistance ne fut pas limité à ceux qui se dédièrent spécifiquement à celui-ci, mais s’étendit à l’enrôlement général de volontaires […] Les participants menaient leur vie quotidienne normalement, sur les lieux de travail, à l’université, dans le secteur privé. Il y eut un grand nombre de jeunes hommes attiré par ce volontariat et nous ne fûmes jamais à court de volontaires membres ou affiliés.

[…] Un développement militaire notoire fut celui associé à la précision du ciblage. Les unités d’ingénieurs et d’artillerie firent d’énormes progrès dans ce domaine, les rendant capables de frapper au cœur même de l’ennemi. Tout cela grâce à une meilleure maîtrise de l’environnement géographique, de la technique de mise à feu des roquettes Katiouchas, d’une meilleure compréhension des point faibles des véhicules blindés ennemis tant dans leurs formes les plus classiques qu’avec les chars à haute technologie Merkava qui devinrent très rapidement, les cercueils de leurs équipages [Note: un contrat de vente de chars Merkava à la Turquie fut annulé après la démonstration de l’efficacité des combattants du Hezbollah contre ces unités blindées israéliennes. L’opération servit à démontrer l’incapacité des chars Merkava à résister aux attaques de ceux qui comprennent son mode de confrontation…], d’une maîtrise dans la préparation des bombes sous leurs formes variées, le développement de l’expertise dans le placement de ces bombes sur le terrain des opérations, du développement d’une véritable expertise dans la reconnaissance du terrain permettant aux combattants de la résistance de s’infiltrer efficacement et d’atteindre les postes militaires ennemis avec précision, de la mise en place de technique de surveillance 24/24 de jour et de nuit des positions ennemies et de l’emploi des tactiques de pièges, des opérations de martyre et autres stratégies avancées.

De tels niveaux de performance militaire ne peuvent pas être vus en isolation de la croyance des combattants en leur cause, de la culture, du courage et de l’intrépidité de ces combattants, de leur volonté de tomber en martyre. Ceci est la véritable essence du succès de la résistance islamique.

[…] Il n’y a aucun cas de défaillance ni de désertion. […] La personnalité individuelle est le cœur même de la configuration de la résistance. C’est pour cette raison que le dossier de chaque postulant est étudié en détail avant que d’accorder le statut de membre de la Résistance. Sont analysées sa croyance individuelle en le Hezbollah, sa volonté et motivation à toujours développer plus avant sa conviction, ses capacités culturelles et militaires et la non-existence de quelque question ou doute que ce soit concernant la sécurité du postulant et de son entourage. L’individu est personnellement suivi au travers de sa formation afin de déterminer son plus fort potentiel pour le parti.

Les méthodes de combat et d’opération militaires

Le secret fut et est la clef du succès sur le champ de bataille du djihad. Surprendre l’ennemi permet les meilleurs résultats sur celui-ci tout en minimisant les pertes humaines dans les rangs de la résistance. L’ennemi œuvrait (et œuvre toujours) au moyen d’espions et d’agents de terrain pour découvrir des cibles, bénéficiant également de la reconnaissance aérienne et de moyens de surveillance militaire variés afin de détecter toute préparation d’attaque (NdT: comme la reconnaissance par satellites). Ainsi le secret devint de première importance afin de rendre ces opérations de surveillance futiles. Un groupe très restreint étaient au courant des opérations. Seuls ceux directement impliqués dans la préparation et la réalisation de ces opérations faisaient partie de ce cercle. De plus les participants du Hezbollah à ces opérations étaient choisis avec grande précision. Ainsi, l’ennemi fut incapable de découvrir quelle opération allait les frapper avant qu’elle n’ait lieu. C’est ce qui a rendu les opérations de la résistance si efficaces et imprévisibles.

L’équipement de combat était facilement transporté et caché. Il n’y avait pas besoin de chars ou d’artillerie lourde qui auraient pu facilement être ciblés par les forces aériennes ennemies, ceci n’était pas non plus en harmonie avec le plan sélectionné par la résistance en fonction de son armement.

La résistance, même lorsqu’elle fut à court d’armes et de munitions, a toujours combattu avec ce qu’elle avait sous la main. La sagesse employée dans la gestion des rares ressources militaires ont mené à la tactique de n’utiliser l’armement qu’en des lieux et temps bien déterminés. La sagesse tactique ne fut pas moins importante que les ressources militaires.

Des procédures pratiques furent mises en place pour construire un mouvement de résistance complètement différent d’une organisation militaire plus formelle. Habituellement, la résistance agissait au sein de cercles secrets, et ce même sur le champ de bataille. Ceci permettait plus de flexibilité et aussi permettait aux membres de continuer une vie normale dans les villes et villages d’où ils venaient, que ceux-ci soient proches ou éloignés de la ligne de combat. […] Les camps d’entraînement tombèrent aussi sous cette méthodologie et devinrent ainsi plus mobiles et mieux camouflés afin d’éviter les bombardements par l’aviation israélienne qui volait continuellement dans le ciel libanais.

[…] La résistance n’avait pas besoin de postes militaires fixes sauf dans quelques terrains montagneux ou zones forestières. Il y eut un besoin de poste afin de lancer des opérations, mais ceux-ci ne furent jamais établis près des zones de combat.

Ainsi, il n’était aucunement attendu que la résistance occupe quelque terre libérée que ce soit, comme ce fut le cas à la libération des postes de Sujud, Aramta et Dabshe, qui virent le déploiement du drapeau du Hezbollah et la brève présence des combattants de la résistance sur les lieux avant que l’aviation israélienne ne vienne intensément bombarder les places. Une opération de la résistance était considérée réussie si les occupants des positions ennemies étaient tués, blessés ou contraints d’évacuer et non pas nécessairement une opération qui reprenait pour l’occuper la position ennemie.

Il n’était pas non plus attendu de la résistance qu’elle concentre ses ressources humaines et militaires sur la ligne de front pour s’engager dans une guerre classique avec l’ennemi, ceci revenait à une armée régulière ayant le nombre suffisant. Le travail de la résistance était essentiellement “frapper et décrocher”, laissant l’ennemi surpris, choqué, en désarroi et sans aucune cible pour répliquer.

Une telle intensité, diversité et extension des opérations a aidé à remplir plusieurs objectifs capitaux:

  1. Confusion de l’ennemi et obliger son commandement à maintenir un état d’alerte permanent, menant éventuellement à l’extrême fatigue physique et mentale des troupes et un déclin en puissance et en efficacité.
  2. Extension du sentiment de panique au sein des troupes ennemies, la peur de la mort persistait après chaque attaque réussie de la résistance ou chaque attaque potentielle. Ceci a servi à secouer le moral de l’ennemi et à directement affecter le rendement des troupes ennemies.
  3. L’interdiction pour l’ennemi d’étendre ses objectifs expansionnistes étant donné l’intense pression exercée sur les zones déjà occupées.
  4. La libération de la terre comme objectif final et ultime, ceci s’est produit par étapes et au travers de bien des confrontations. [note: retrait progressif des forces israéliennes zone par zone jusqu’à la grande victoire en cinq décennies que représente l’évacuation par Israël du sud-Liban et de la Bekaa occidentale le 24 mai 2000…]

Le choix du temps et de l’endroit pour chaque opération était de la plus haute importance pour le succès, mais la stratégie principale était aussi celle des opérations constantes (selon les circonstances de terrain), évitant ainsi toute ouverture de feu inutile et inefficace, tout en travaillant totalement indépendamment de tout développement se tenant sur la scène politique. Un tel plan opérationnel a aidé de manière la plus importante au succès des opérations militaires de terrain et ceci a eu des répercussions inévitables sur le front politique.

Entre libération et négociation

La Résistance a toujours défini ses opérations de djihad comme visant à la libération de la terre et n’ayant aucune incidence politique. Les opérations de libération de la terre sont planifiées et exécutées sur le terrain sans recours à quelque développement politique que ce soit ou à la volatilité de politiciens. Les opérations politiques quant à elles, appellent à un effort d’amélioration des conditions de la négociation politique avec l’ennemi, qu’on lui offre des périodes de grâce, de rémission et qu’on relie les opérations de terrain avec la nature et le cours des négociations en cours.

[…] Ainsi, le Hezbollah ne vit pas de conséquence positive à la négociation politique… La solution pratique, légitime et objective est donc représentée par les opérations de résistance qui forcent, en effet clair et direct, un retrait de l’ennemi et la reconsidération tout à la fois de son agenda politique et de ses méthodes. Il n’est pas possible d’isoler tout mouvement de djihad de ses répercussions politiques et la sagesse nous demande de faire quelques pas pratiques à la suite d’un important changement politique.

[…] Il n’y a aucune restitution de terres suite à des négociations et l’occupation ne peut pas soutenir la pression de la résistance. La dépendance et la subordination aux régimes politiques enferme l’activité de résistance dans une zone d’obligations et de systèmes de requis ; ceci compromet la liberté et l’efficacité qui caractérisent habituellement de telles activités. […]

La sphère cible

Les ressources disponibles au mouvement de la résistance sont, par défaut, plus faibles que les moyens de l’envahisseur occupant. […] La résistance a identifié que la sécurité est le point faible et décisif de l’ennemi israélien. Les opérations de terrain se sont donc concentrées à lui infliger le plus grand nombre de pertes et la topographie libanaise bien particulière, a permis d’y parvenir.

Lorsque l’ennemi persista à outrepasser les limites du combat au moyen de bombardements incessants de cibles civiles au Liban, la Résistance s’est résolue à diriger les tirs de ses roquettes Katiouchas sur les colonies du nord d’Israël. La formule de blesser l’ennemi seulement au travers de ses pertes militaires ne fut pas suffisante pour empêcher l’armée israélienne de cibler les civils libanais. Ainsi, le bombardement direct de zones civiles israéliennes fut une réaction, en réciproque de la tactique initiée par l’armée israélienne. Ces mesures ont permis d’aboutir aux accords du juillet 1993 et d’avril 1996 ; accords qui établirent que toutes les zones civiles devenaient des zones neutres. Un fait qui n’est approprié et harmonieux qu’avec les objectifs de la Résistance.

[..] De plus, la résistance considère futile de cibler des Israéliens à travers le monde. La confrontation avec l’ennemi dans les zones occupées est la seule action valide et légitime, ceci amène beaucoup de soutien au mouvement. Limiter la sphère cible aux territoires occupés sert à parvenir au bris de la sécurité ennemie, de sa stabilité et de son sentiment auto-protecteur. Ceci a un effet cumulatif et n’a pas de conséquences néfastes ou d’effets secondaires sur la résistance. Cette vision des choses n’est en aucun cas séparée de l’aspect de la doctrine déterminant les règles et les lignes de conduite de la confrontation.

[…] L’objectif est de toujours maintenir le tempo et la fréquence des opérations de terrain au niveau requis approprié.

L’activité de résistance est un effort cumulatif qui ne peut pas se réaliser au travers d’un nombre limité de coups, car c’est la persistance d’une telle activité qui porte les fruits du futur.

[…] Les opérations martyres ont émergées comme une approche adoptée par la résistance. Malgré le fait que seulement 12 opérations au véhicule piégé ne furent enregistrées, ces opérations dangereuses de résistance où la possibilité de devenir martyre sont très hautes, ont été d’une valeur incommensurable.

[…]

Nomenclature islamique

Le nom “Hezbollah” ou “Parti de Dieu” provient du Coran: “Le parti d’Allah, ce sont eux les victorieux.” [Sourate 5, verset 56]

[…]

La Résistance et le travail public

Le délai entre la création d parti et ses interactions politiques est lié à ces raisons:

  1. La période de fondation s’est concentrée sur le développement militaire car l’objectif principal était la résistance à l’occupation israélienne.
  2. Le secret fut la caractéristique principale de la période fondatrice. Le travail de résistance demande qu’une bonne partie de travail soit réalisée dans le secret pour des raisons de sécurité évidentes. Le secret était une nécessité absolue dans la mesure où l’espace aérien libanais était ouvert à l’aviation israélienne. Le travail politique demande une représentation publique, le temps n’était pas venu…
  3. Depuis 1975, le Liban est le domaine de circonstances compliquées générées par une guerre civile qui mena à des conflits internes importants. Ceci fut associé à l’expulsion de l’OLP du Liban. […]
  4. La préoccupation initiale de la préservation coûte que coûte de la Résistance demanda une attention sans équivoque de tous les instants, celle-ci força à repousser l’implication politique du parti. […] Une fois que la résistance fut sortie de son enfance et qu’elle eut prouvé sa valeur et pesait de sa présence, de telles préoccupations furent diluées. Ainsi vint le temps de poser une définition du Hezbollah qui peut se lire comme suit: “Le Hezbollah est un mouvement de djihad ayant pour mission principale d’entreprendre le djihad contre l’occupant israélien. Un effort politique sage et intelligent pourrait et devrait être un soutien important pour un tel mouvement.”
  5. La stabilisation de l’identité et de l’individualité du parti fut une grande préoccupation, ainsi que de clarifier ses objectifs théologiques et pratiques, résolvant quelques préoccupations internes, comme les pensées du parti concernant le gouvernement libanais, spécifiquement après l’accord de Taïf et aussi de définir sa politique générale quant à son approche des relations envers les différents pouvoirs politiques en place.
  6. Ce n’est pas un secret que ce parti naissant absorbait les expériences de ses membres, ce qui fut d’un grand bénéfice au cours de l’année de fondation. Puis le parti grandit et ses plans et méthodes se cristallisèrent, ses positions sur certaines préoccupations devenant plus claires et déterminées.
  7. Au niveau de sa relation avec le peuple, l’action décisive du parti fut celle qui amena à la décision de participer aux élections législatives du Liban. […]

[…]

Services sociaux

Le Hezbollah est tout particulièrement attentif au travail social. Aucun aspect de l’aide aux pauvres ne fut négligé alors que le parti travaillait a réaliser une responsabilité sociale commune, répondant ainsi au besoin urgent d’introduire des programmes bénéfiques. Ce travail est simplement considéré comme un devoir du parti et a consisté en des efforts de levées de fonds et de les rendre disponibles aux ressources des services sociaux. Le parti a travaillé au mieux de ses capacité, coopérant avec les institutions publiques officielles pour répondre aux besoins sociétaux. […]

De plus, le Hezbollah a créé l’association Jihad al-Binaa (construction et développement), servant l’effort de reconstruction après les bombardements de 1985 […]  Chaque maison endommagée par les raids israéliens depuis 1991 a été restaurée par cette institution, ce qui porte un total de 17 212 maisons, magasins et structures d’utilité publique, réparés.

Entre 1988 et 1991, la parti a travaillé à enlever toute l’accumulation d’ordures ménagères et de débris dans les banlieues sud de Beyrouth, où vivent plus de 500 000 habitants. Une moyenne de 65 tonnes de détritus par jour furent retirées, ce qui résolut un problème grandement négligé par le gouvernement. Aune compensation financière ne fut demandée aux habitants et ce service a continué à être fourni gratuitement aux résidents depuis, comme part de ses efforts humanitaires.

Avec 110 citernes d’eau potable distribuées dans la banlieue sud de Beyrouth, la parti donne ainsi de l’eau potable dans des zones qui ne sont pas fournies par les services publics. 300 000 litres d’eau atteignent ainsi quelques 15000 familles quotidiennement. Ce service est fourni gratuitement à ces familles depuis 1990 jusqu’à ce jour.

Le Hezbollah est aussi concerné par les activités agricoles allant d’études de terrain à la prévision de crédit agricole en passant par la distribution de tracteurs, la fertilisation des sols, le transfert de connaissance pour l’apiculture et autres productions et le conseil de centres pilotes de développement.

[…] Pour la santé, le parti a créé L’Organisation Islamique de la Santé (OIS) qui gère 9 centres de santé, 16 cliniques fixes et 3 mobiles desservant 51 villages. Ces centres fournissent une assistance médicale gratuite, des médicaments aux personnes résidentes et à 88 écoles. Ils mettent en place des campagnes régulières contre la tabagie et la prévention de maladies. L’OIS a aussi dix antennes pour la protection civile.

Le parti fut attentif à l’éducation pour ceux dans le besoin et a fourni un support éducatif pour plus de 16 000 élèves tout en payant l’éducation de plus de 6000 étudiants. Des bourses d’études allant de 25 à 100% furent données à plus de 8000 élèves.

L’Institution pour les Blessés prend en compte plus de 3000 blessés dont plus de 2000 combattants de la résistance. La prise en charge est totale. Elle consiste en assistance médicale, pension, rééducation des handicapés. […]

Les occidentaux ont suspecté que le travail social du Hezbollah était essentiellement un outil de recrutement, alors même que ceci fut une conséquence naturelle des activités sociales du parti. Ils ont aussi suspecté que les gens qui se rassemblent autour du parti le font afin de bénéficier de ces services. Bien que ces services ont indéniablement un grand effet sur le peuple, l’essence pour la participation à de tels programmes réside ultimement en la croyance à la voie sur laquelle on s’engage. Le travail social sert à enrichir la confiance des soutiens dans la viabilité du parti, de sa cause et de son chemin, alors qu’il coopère, collabore et joint ses forces pour le bien commun afin de demeurer fort et tenace dans ses rôles de résistance et de représentation politique.

A suivre…

Ne vous laissez pas enfumer sur la guerre qui se prépare… Pour avoir un avis informé: « Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur » de Naïm Qassem 1/3

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 19 novembre 2017 by Résistance 71

L’oligarchie nous concoctant la prochaine guerre devant impliquer l’Arabie Saoudite, Israël et la clique sioniste usuelle contre l’Iran et ses alliés, il est important de ne pas se laisser enfumer par les salades propagandistes dont nous allons immanquablement être inondés via les merdias de base, notamment sur le croquemitaine forcément « terroriste » que serait le Hezbollah, allié de l’Iran et grand vainqueur en Syrie des mercenaires pseudo-djihadistes de Daesh/Al CIAda. C’est ainsi que nous pensons le temps venu pour aider ceux qui le veulent encore, à mieux comprendre qui est le Hezbollah et quelles sont ses relations avec la politique internationale. Pour ce faire nous avons traduit de larges extraits du livre de son SG adjoint, Naïm Qassem.
~ Résistance 71 ~ 

 

Hezbollah son histoire de l’intérieur 1/3

 

Naïm Qassem*

 

Traduction de larges extraits de la version anglaise (2005) par Résistance 71

 

Une version française de ce livre existe sous le titre: “Hezbollah, la voie, l’expérience, l’avenir”, publiée aux éditions Al Bouraq en septembre 2008 (376 pages)

(*) L’auteur de l’ouvrage Sheikh Naïm Qassem est le secrétaire général adjoint du Hezbollah (“Parti de Dieu”) depuis 1991, né au Liban en 1953, il possède une éducation universitaire et religieuse. Il fut professeur de chimie pendant plusieurs années en université. Il est l’auteur de plusieurs livres sur des sujets d’ordre politique et religieux. Mr Qassem est considéré comme l’historien du Hezbollah. 

 

1ère partie

2ème partie

3ème partie

La version intégrée en PDF réalisée par Jo:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

Note de Résistance 71:

Le présent ouvrage a été publié en arabe en 2004, traduit en anglais en 2005 et publié aux éditions Saqi (Londres). C’est cet ouvrage qui a servi de base à notre traduction partielle certes mais substantielle.

Nous invitons les lecteurs à se procurer ce livre et de le lire en entier. On ne regarde plus jamais la géopolitique moyen-orientale et mondiale avec les mêmes yeux après l’avoir lu. Nous le considérons comme essentiel pour une compréhension accrue et pointue de la situation passée, présente et à venir du Moyen-Orient sous influence.

La version anglaise du livre fait 282 pages index et références compris. Il est inévitable pour l’auteur de couvrir certains aspects religieux concernant la génèse et l’évolution du Hezbollah. Nous devons ici dire que les 54 premières pages de l’ouvrage situent la toile de fond religieuse de la création du parti depuis 1982 et sa relation profonde à l’Islam, ce qui représente moins de 20% du livre. N. Qassem présente la chose de manière posée, sans prosélytisme et avec grand savoir et humilité, ce qui rend la lecture de ce passage beaucoup plus digeste pour un lectorat non averti, ou non chiite, non musulman, voire même, ce qui est notre cas… complètement athée. Nous traduirons le strict nécessaire de ce segment en nous attachant essentiellement à ce qui est décrit et expliqué comme étant les “trois piliers du Hezbollah”, le second étant l’inévitable Djihad. Nous avons appris bien des choses durant la lecture de ce passage et y avons trouvé de grandes similitudes avec des codes chevaleresques occidentaux et orientaux comme par exemple celui du Bushido japonais. Mr Qassem explique de manière assez détaillée ce qu’est le Jihad, nous ne nous y attarderons pas car ce n’est pas l’objectif du livre, mais néanmoins un aspect important à saisir pour mieux comprendre l’ensemble.

Nous réitérons ici le fait que Résistance 71 est un collectif anarchiste pour qui toute religion est une aliénation et un frein à la pensée humaine et la liberté intrinsèque de l’Homme et de son être générique. Nous pensons néanmoins qu’il est sectaire d’ignorer les réalités culturelles et religieuses du monde dans lequel nous vivons et que nous appelons à changer.

Nous considérons ce travail de traduction comme une action pédagogique destinée à l’ouverture des esprits et non pas à l’enfermement communautaire que l’oligarchie et sa pressetituée de service ne vont pas hésiter à promouvoir pour nous vendre la salade de leur prochaine guerre contre l’Iran et ses alliés. Le Hezbollah a du reste prouvé sur le terrain, encore et encore, son ouverture d’esprit et son humanité universelle à chaque fois que ses membres en ont eu l’occasion. Ce sont les membres du Hezbollah dans le Liban-sud qui portèrent assistance et aide logistique aux familles chrétiennes victimes de la nouvelle invasion sioniste en 2006. Depuis des années, les chrétiens libanais de l’ex-général et actuel président du Liban Michel Aoun, sont de proches alliés du Hezbollah, les raisons en sont claires.

La traduction partielle de ce livre à mettre en ligne est un projet que nous avons depuis pas mal d’années, nous avons mentionné et cité l’ouvrage à maintes reprises sur le blog, mais nous avons pensé que le moment n’était alors pas venu. A la vue de l’orientation que prennent les choses au Moyen-Orient avec une nouvelle guerre, sans doute bien plus meurtrière, en préparation dans cette région où serait impliqués le Hezbollah (Liban), l’Arabie Saoudite, Israël, la Syrie et sans aucun doute l’Iran sur toile de fond militaire russo-américaine, il devient aujourd’hui évident que le temps est venu pour qu’une plus large audience comprenne un peu mieux qui est le Hezbollah, d’où vient-il et que fait-il  et que se passe t’il vraiment au Moyen-Orient ?

Nous publierons notre traduction partielle en 3 parties qui ne sont pas les parties du livre, qui lui est divisé en 7 chapitres + une préface.

Bonne lecture

= = =

1ère partie

I. Visions et objectifs

[…] Dans le même temps, Israël avait envahi le Liban [1982]. Des groupes d’hommes croyant en l’Islam, participèrent à la confrontation avec l’envahisseur dans les faubourgs de Beyrouth, coopérant avec l’armée syrienne, quelques Palestiniens et quelques combattants libanais de la résistance. Leurs efforts eurent pour résultat d’handicapper l’avance d’Israël vers Beyrouth, Mais, aucune de ces entités islamiques factuelles n’avaient été préparées pour cette grande mission. La préoccupation et le besoin de trouver une organisation islamique unifiée fit alors surface. Une telle organisation devait reposer sur trois objectifs clef:

  • L’Islam est un programme approprié complet et compréhensif pour une vie meilleure. Il est la fondation intellectuelle, religieuse, idéologique et pratique de l’organisation proposée
  • La résistance contre l’occupation d’Israël qui est un danger pour le présent et le futur, reçoit une priorité ultime de confrontation étant donnés les effets anticipés qu’aura une telle occupation sur le Liban et sur toute la région. Ceci nécessite la création de la structure d’un Jihad (guerre sainte) qui prolongera cette obligation et en faveur duquel toutes les capacités devront être employées
  • Le leadership légitime est désigné par le théologien-juriste qui est considéré être le successeur du prophète et des imams (QLPSAE) [note: il est ici fait référence aux 12 imams descendants du prophète Mahomet et qui sont de grandes figures de révérence pour les Chiites]. Le théologien-juriste élabore les lignes de conduite générales pour la nation de l’Islam. Ses commandements et prescriptions doivent être exécutés

Pour parvenir à ces fins, un nombre de représentants des groupes islamiques principaux commencèrent de grandes discussions en ce qui concerne la perception de l’activité islamique au Liban. Les résultats de ces discussions furent résumés dans un document final suivant lequel neuf représentants furent élus pour parler aux parties participantes: trois représentants pour le clergé de la Bekaa (Liban oriental), trois représentants les comités islamiques variés et trois représentants pour le Mouvement Islamique Amal [note: successeur du mouvement historique Amal qui en arabe veut dire “Espoir” et dont l’acronyme veut dire “Les Rangs de la Résistance Libanaise”, originellement emmené par Nabih Berri. Il y eut une scission du mouvement Amal suite à l’occupation d’Israël, en émergea le Mouvement Islamique Amal, mené par Hussein al-Moussaoui]

Ce document devint connu sous le nom du “Manifeste des Neuf”, qui mirent en place les objectifs sus-mentionnés et fut présenté à l’ayatollah Khomeini, qui l’approuva, prenant ainsi en charge la responsabilité de la position de théologien-juriste.

Plusieurs groupes islamiques adoptèrent ensuite le manifeste, dissolvant leurs organisations existantes en faveur d’un nouveau cadre de fonctionnement, qui devint un peu plus tard connu sous le nom de “Hezbollah”.

Des programmes d’intégration des membres furent mis en place, d’abord de manière erratique et une activité de mobilisation effective fut lancée avec les membres du clergé convaincant les nouveaux membres de rejoindre l’entrainement militaire et tout travail mis en place focalisé sur la résistance à l’occupation d’Israël. Tout ceci se passa au sein de cadre défini par le théologien-juriste.

Ces développements se produisirent à une époque de grande solidarité de l’Iran avec la Syrie et le Liban. L’Ayatollah Khomeini demanda aux Gardiens de la Révolution Islamique (GRI) de soutenir la confrontation du Liban avec Israël, essentiellement avec un entrainement militaire, l’envoi de provisions et l’infrastructure nécessaire. Une délégation de hauts-dignitaires des GRI se rendit en Syrie qui accepta son passage au Liban par sa frontière et des camps d’entrainement furent établis dans la plaine de la Bekaa et son district ouest.

[…]

Les trois piliers du Hezbollah

Premièrement: La croyance en l’Islam

Note de Résistance 71: Cette partie procure un très bon résumé de ce qu’est l’Islam et sa croyance chiite. Cette partie fait 14 pages. Cela vaut la peine d’être lu. L’auteur explique et ne cherche pas à “convaincre”, ce n’est pas un texte prosélyte, ce qui lui évite de s’aliéner une partie potentielle du lectorat. Le style est posé, emprunt de conviction, mais modéré au sens le plus large.

Dans la fin de ce passage, voici ce que Mr Qassem dit de manière si visionnaire si on se réfère aux évènements se déroulant dans la région depuis 2011…

La création d’un état islamique n’est donc pas une fonction d’adoption de celui-ci par un groupe ou une branche et l’imposition subséquente de cet état de fait aux autres groupes. Un tel chemin est refusé à la fois dans ce projet et dans les autres et ce indépendamment de qui en serait l’instigateur.

La toute première expression, communication officielle dans ce contexte fut émise par la Lettre Ouverte du Hezbollah de 1985 (Lettre Ouverte, Hezbollah, 1985, adressée au peuple opprimé du Liban et au reste du monde), dans laquelle il fut dit ceci:

“Nous confirmons par la présente notre conviction en l’Islam comme pilier de notre système à la fois intellectuel et législateur et nous appelons le plus de monde à apprendre de son enseignement et de se conformer à son code. Nous appelons le peuple à l’adopter et à se commettre à ses instructions tant aux niveaux individuel que politique et social. Quand la liberté de choisir un système de gouvernement est attribuée au peuple du Liban, il ne trouvera pas une meilleure alternative que l’Islam ; c’est pourquoi nous appelons à la mise en place d’un système islamique fondé sur le choix libre et direct du peuple et non pas au travers de l’imposition forcée comme cela pourrait être assumé par certains.”

Le message de la lettre est clair et encourage la création d’un état islamique basé seulement sur le libre choix public. Nous sommes ainsi en parfaite harmonie avec nos convictions et avec les circonstances pratiques et objectives qui nous entourent.

[…]

Deuxièmement: le djihad

[note de Résistance 71: cette partie fait 17 pages dans le livre et est un élément important. Nous allons essayer de le retranscrire au mieux par la traduction de passages clef, mais nous encourageons nos lecteurs à lire le texte intégral qui vaut la peine d’être lu entièrement]

Le djihad ou la guerre sainte, a ses racines éthymologiques dans le verbe “lutter”. Cela signifie pousser et faire tous les efforts possibles pour combattre un ennemi. Dans son contexte islamique, le mot possède un sens plus large que le combat militaire, car le combat inclut également celui contre les ennemis internes à l’Homme comme représenté par les tentations et les insinuations de l’âme vers le mal ou les appels sataniques du faux et tout ce qui mène à l’errance et à la corruption.

[…]

Vision du monde

Un tel chemin vers le djihad est étroitement associé avec la vision de la vie qu’a l’Islam. Ce monde est une maison périssable, un plaisir éphémère et une vie temporaire. C’est un endroit de tribulation et de test permanents pour l’Homme dont le résultat de ses actions détermine sa destinée le jour de la Résurrection lorsque Dieu fait revivre toute la création, envoyant les incroyants en enfer et les croyants au paradis. […]

Personne ne peut éviter les vicissitudes de la vie, car cette capacité est au-delà du contrôle de l’Homme et du code naturel de la vie. Et si certains croient qu’au travers du blasphème, de la désobéissance ou de l’errance, ils repousseront ces vicissitudes, alors simplement ils se trompent, car de plus grandes difficultés les attendent en résultat de leur conduite néfaste, alors que leur chance d’endurance positive durant leur temps de vie est passée, menant à la punition dans l’au-delà. Il est donc bien mieux que la souffrance soit au bénéfice de la rectitude et de la bonté afin que tout à chacun y gagne à la fois dans le présent et dans l’au-delà. Ainsi, nous endurons tous, car nous sommes tous dans le cercle de l’examen, la différence entre nous étant dans le résultat final.

L’argument principal réside en deux logiques: la première est celle adoptée par les matérialistes qui dévouent leurs vies à croire que le monde est la fin de toute existence et qui donc placent tous leurs efforts dans la vie, se résolvant à tous les moyens possibles, sans regard pour les répercussions maléfiques que cela pourrait avoir. Leur vision de base est celle de l’intérêt personnel, même si cela peut mener à la corruption, à la diversion individuelle ou collective du droit chemin, à l’oppression, au meurtre ou au viol des droits d’autrui.

La seconde, est la logique des croyants en dieu qui vont dans la vie comme sur un chemin menant à l’au-delà. Pour ceux-là, la vie n’est pas la résidence éternelle et s’ils doivent souffrir une perte en résultat de suivre leurs obligations et en étant indifférents à leurs sautes d’humeur, alors ils auront la promesse de la récompense au jour de la Résurrection. Il n’y a donc aucun besoin à l’oppression, à la tyrannie, à l’agression, car ceci ne portent que des résultats éphémères. Il est du devoir des croyants de refuser et de confronter l’oppression et de lutter avec eux-mêmes pour la victoire de la vertu, de la justice, des droits humains et de la droiture. Ils ne sont pas libres de marginaliser leur rôle ni de demeurer des observateurs, de renoncer à leurs choix et de s’abandonner à leurs tourmenteurs. [citation d’une sourate du Coran]

[…] Ce qui importe est la dédication au chemin de la droiture, qui est représenté par ces droits et obligations ordonnés et compréhensifs, l’objectif est le bien, la bonté, non pas le plaisir ; la justice et non pas la domination et la suprématie, le consentement et la soumission à ce que Dieu nous donne comme récompense après que nous ayons prouvé la valeur de nos efforts et de ne pas se résoudre au chemin de l’abomination, de la répression et de l’antagonisme. La vision doit être de libérer la terre et l’Homme quelqu’en soit le prix, non pour l’acquiescence et la soumission à une vie abjecte ou pour la résignation, l’abandon des rôles influents et vertueux de la vie.

Les fondements du djihad

L’Islam considère le djihad comme une attitude basique de la vie d’un musulman, que ce soit le djihad de l’âme ou le djihad contre un ennemi extérieur. La seconde forme est  à l’évidence la pratique la plus difficile du concept et ne vient qu’après la réussite de la première, après que l’Homme ait lâché prise de ses désirs et se soit préparé pour la confrontation pratique de terrain avec l’oppresseur et l’occupant. Le djihad de l’âme est le plus grand des deux défis, car il est une lutte permanente et quotidienne, présent dans chaque conflit entre le vice et la vertu, entre l’obéissance à la parole de dieu et les impulsions de l’âme. La lutte contre l’ennemi est le moindre des deux tests.

[…]

L’Islam a construit le djihad sur un nombre spécifiques de piliers objectifs desquels quatre sont plus importants:

  • Tribulation et mauvais coups du sort. La vie est un continuum d’obstacles et de difficultés. Il ne se passe pas un jour où l’Homme n’est pas confronté aux difficultés face soit à lui-même, soit face à la société ou face à tout intervenant de ce monde. […]
  • Le chemin vers dieu. Le djihad pour la gloire de dieu est l’objectif. Ainsi celui qui s’abstient de faire le mal est sur le chemin de dieu et celui qui combat pour la gloire de la parole de dieu par dessus tout et exécute Sa volonté, est sur le chemin de dieu. Mais celui qui combat pour gagner de l’argent, un salaire ne fait que lutter pour cela, il est donc celui qui se bat par prédisposition ou par fanatisme. Nous n’avons pas été ordonné au djihad pour rien ou à des fins de souffrance, mais pour être sur le chemin de dieu avec ses instructions pour guide et modèle. […]
  • De l’intérêt de l’Homme: Quand vous réussissez à déloger votre ennemi de votre terre, cela est dans votre intérêt. Quand vous réussissez dans votre djihad contre vos démons, c’est dans votre intérêt également. Quand vous vainquez le mal et travaillez pour voir le bien et la bonté prédominer parmi les gens, ceci est aussi dans votre intérêt. […] Le djihad est une anxieuse récompense en faveur de l’humanité, tandis que la poursuite des désirs, des pêchés et des actions désapprouvées ne peut résulter que dans la souffrance des individus et de la société. […] Ainsi, la domination et le commandement peuvent être attractifs et une source de plaisir intense, mais portent des répercussions sociales bien douloureuses ainsi que de futures ramifications.
  • Illumination: […] Le djihad est une porte sur la vie et non pas sur la mort. Car la droiture est un concept de vie, tout comme l’est la fierté, la libération de la terre occupée et la victoire sur soi-même. Même le martyre est la vie dans le sens où il est le triomphe de pouvoir passer sa vie éternelle au Paradis et ainsi est la verve, la fierté et la victoire d’une nation influencée par le sang des martyres. […]

Le djihad militaire:

Dans sa représentation de combattre l’ennemi, il est une partie intégrante de ce livre, analysons le plus avant. Le clergé divise le djihad militaire en deux parties:

  1. Le djihad de base: la confrontation des musulmans avec d’autres et l’entrée sur leurs terres pour des raisons qui ne sont pas liées à la réclamation de terre ou pour combattre une agression. C’est une ordonnance du Prophète ou d’un des imams infaillibles (QLPSAE) et donc ceci n’est pas considéré applicable dans le temps présent étant donné que l’imam al-Mahdi n’est toujours pas apparu, puisse son émergence arriver au plus tôt.
  2. Le djihad défensif: Ceci correspond à la défense de leur terre par les musulmans, leurs peuples ou eux-mêmes individuellement faisant face à une agression ou une occupation. Ceci n’est pas seulement considéré comme légitime, mais comme un devoir. […]

Mais la décision du djihad est liée au théologien-juriste sur lequel repose le diagnostique de la situation et la catégorisation dans laquelle celle-ci tombe, si celle-ci peut-être considérée comme un djihad défensif ou pas. Il est responsable de définir les fondamentaux et les lignes de conduite de la confrontation. La responsabilité de répandre le sang est grande et les combattants ne doivent jamais être consignés dans quelque bataille que ce soit sans avoir identifié ce qui est en harmonie avec l’objectif et le devoir au djihad.

Bien que l’opinion cléricale puisse différer de celle du juriste-théologien, le verdict de ce dernier est suprême et est décisif car il est le défenseur principal et la personne que les gens ont désigné . […]

Martyre contre suicide

La culture du martyre renforce l’acceptation de la mort pour la gloire de dieu, car la logique fondamentale derrière cela est la conception qu’il y a une vie après la mort, une vie dans laquelle la personne vit heureuse et réalise ses rêves. […] Le martyre est un acte volontaire entreprit par une personne qui a toutes les raisons du monde de vouloir vivre, qui a l’amour de la vie et s’y attache. C’est l’acte d’une personne qui ne souffre pas de quelque raison que ce soit de vouloir commettre un suicide […] Ceci correspond à l’acte suprême d’abandon de soi, une confrontation avec l’ennemi dans la droite ligne claire et légitime de la loi islamique. […] Ainsi, le martyre est bien différent du suicide, qui est l’expression ultime du désespoir, de la frustration et de la défaite, tout ceci menant à la perte d’objectif de l’existence et pousse un homme désespéré à mettre fin à ses jours. Ceci est généralement un acte commis par un non-croyant. Par contraste, le croyant espère une récompense divine, sait que sa patience sera remboursée et réalise qu’il ne met pas fin à ses jours par désespoir, car ce serait l’enfer qui l’attendrait. Il sait qu’il n’a pas le droit de mettre fin à cette existence que dieu lui a donné et qu’il n’est pas libre de disposer de sa vie comme bon lui semble.

[…]

Les résultats pratiques au Liban:

  • Compensation du déséquilibre militaire et affliction de pertes considérables dans les rangs de l’ennemi
  • La reconsidération par le commandement israélien de son approche militaire au Liban: difficulté de reconsidérer une invasion, une agression n’était plus possible sans la peur d’une riposte appropriée dévastatrice… Menacer ceux qui aspirent au martyre avec la notion de mort n’a plus aucun sens et devient une menace creuse et futile. Admission par l’ennemi des effets de leur mauvais calcul ne prenant pas en compte les aspirants au martyr. […] Le membre de la Knesset, le parlement israélien, Yossi Beilin a dit: “Les membres du Hezbollah ne font pas que rendre dingue notre armée, mais ils rendent tout Israël fou. Tout le monde est concerné par ce problème.
  • Montée sans précédent d’une ferveur patriotique dans toute la région, l’avènement de l’Intifada palestinienne et la restauration de l’espoir envers une libération compréhensive
  • La mise en évidence du soldat israélien se cachant dans ses machines militaires pour se protéger et ayant peur de la confrontation militaire directe.

Le martyre seul ne peut pas donner la victoire totale et renverser l’équilibre des choses et tous les autres moyens possibles doivent aussi être employés dans un conflit. Mais les opérations des martyrs comblent un vide signifiant en ce qui concerne le déséquilibre des forces en présence. Tenter de battre un ennemi avec le moins d’effusion de sang possible est un devoir.

[…]

Troisièmement: la juridiction du juriste-théologien (al-Wali al-Faqih)

[…] Note de R71: Ce segment est très important pour comprendre le fonctionnement du parti.

L’inter-relation caractéristique des verdicts de l’Islam place l’individu au centre de toute responsabilité, à laquelle il se doit de répondre au mieux de ses capacités en accord avec la situation. Si une distinction entre les gens doit être appliquée, elle ne peut l’être qu’en réponse à des différences de capacité, de situation, ou des circonstances objectives entourant les individus.

Le gardiennage du juriste-théologien est impératif pour la préservation et la mise en application de l’Islam. Il n’est pas possible de réaliser le large projet de l’Islam au travers des initiatives individuelles ou de programmes détachés. Il y a un besoin pour une voie bien tracée qui rassemble la nation. Avec le gardiennage et la tutelle le juriste-théologien parvient à ces fins.

L’autorité du juriste-théologien représente ainsi une continuation de celle du Prophète et des Imams infaillibles (QLPSAE) aussi loin que son rôle soit concerné. Ceci ne veut en aucun cas dire qu’il y a une ressemblance personnelle entre le juriste-théologien et le Prophète ou quelque infaillible imam que ce soit, ni une similarité dans le statut d’élu de dieu. Plutôt, le juriste-théologien est le second de l’Imam, celui qui conduit la doctrine et les fonctions de jurisprudence de l’Imam comme cela est nécessaire.

L’autorité du juriste-théologien

Le degré d’autorité qui lui est alloué est certainement important car il est responsable de mettre en application la jurisprudence islamique, de garder la structure islamique, de prendre des décisions politiques d’un poids considérable et de porter l’intérêt général de la nation. Il a l’autorité de décider de la guerre et de la paix, il rend des compte à tout le monde. Il est aussi le tuteur de la richesse de la nation collectée par le zakat et le khoum [NdT: tout musulman doit payer 1/5 soient 20% de ses revenus annuels qui sont redistribués aux nécessiteux ou selon les circonstances sur avis du dirigeant] et autres sources. Il établit les lignes de conduite pour tout état islamique dès sa création, le dirigeant vers l’obédience au moyen de la jurisprudence et à la préservation des intérêts constituants en accord avec l’Islam.

[…]

Depuis les jours des Imams infaillibles (QLPSAE), il n’y a eu aucune stature similaire en tant que figure religieuse que celle de l’imam Kohmeini. Il est parvenu à une telle stature par son mérite, sa compétence juridique et politique et la haute qualité de ses qualifications requises. Le simple fait d’assumer les rôles de Commandant des fidèles, de Caliphe ou de juriste-théologien ne qualifie pas nécessairement la personne pour cela, car le tuteur de la loi islamique n’est pas celui qui l’exécute comme il pense être le mieux, mais plutôt celui qui possède la connaissance adéquate et le charisme pour ce faire.

La relation du parti [Hezbollah] avec le juriste-théologien

La terre native du juriste-théologien n’a pas de relation avec son leadership. La même chose est vraie en ce qui concerne l’autorité spirituelle et l’amplitude géographique d’une telle autorité. Il peut être iranien ou irakien, libanais ou koweïtien ou de quelqu’autre nationalité que ce soit. Sa nationalité n’est en rien liée à ses qualifications, car il porte le fardeau de l’Islam et travaille pour cette religion qui a de la compassion pour tous les êtres. “Nous t’avons envoyé pour rien d’autre que la compassion envers toutes les créatures” (Sourate 21, al-Anhiya, verset 107). Les limites de l’autorité sont définies par la réponse de ces individus responsables.

En tant que gardiens des musulmans, l’imam Khomeini gouvernait l’état islamique en Iran, il en était le guide, le leader ainsi que le superviseur du système islamique mis en place sur ce territoire, mais il définissait les commandements de politique générale pour tous les musulmans, où qu’ils vivent dans le contexte de la préservation des ressources des états musulmans, de l’animosité envers l’hégémonie, de la protection de l’indépendance contre toute domination et subjugation, du travail vers l’unité spécifiquement dans le domaine des affaires courantes, de la confrontation avec le cancer coercitivement implanté en Palestine et représenté par l’entité sioniste d’Israël, du refus de toute forme d’oppression, de l’attention portée aux plus démunis et réprimés et du renforcement de la pratique de la responsabilité conjointe parmi le peuple. Son successeur l’imam Ali Khamenei assume le même rôle et la même autorité.

[…]

Ainsi, lorsque le Hezbollah bénéficie du soutien de la République Islamique d’Iran (RII), tout comme la république de Liban en bénéficierait, ceci est en harmonie avec la conviction de l’Iran que le chemin du Hezbollah est vertueux, juste dans le djihad et la résistance étant bien compris le droit du Liban de récupérer des terres perdues, ce qui est également un droit du peuple palestinien. Ceci est aussi en harmonie avec la conviction du Hezbollah du chemin vertueux emprunté par la RII dans son approche et sa pratique, dans les changements qu’elle apporte à la carte de la région au travers de son indépendance de toute subordination à l’occident et à l’adoption d’une vision islamique prometteuse. L’engagement de l’Iran envers les commandements du juriste-théologien a facilité l’identification d’un terrain commun avec la vision du Hezbollah en ce qui concerne les objectifs de libération et d’avenir pour la région. Il n’y a absolument aucune connexion entre l’administration interne de l’Iran et l’administration du Hezbollah. Elles sont deux affaires complètement séparées, chacune ayant ses propres caractéristiques, particularités et corps administratifs malgré l’engagement des deux parties envers les commandements et directions du juriste-théologien, qui est la tuteur de toute la nation de l’Islam et dont le pouvoir de commandement n’est pas confiné à quelque cercle interne.

L’engagement du parti envers l’Islam se traduit comme une obligation pour tout ce qui est commandé et interdit par Dieu. Le parti a donc juré de ne jamais dévier des instructions divines. Pour ces raisons, l’engagement envers une instruction doctrinale ou une opinion n’est pas considéré comme étant un point de vue ouvert à négociation ou changement.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’un problème tombe dans le cercle des choix permis, une ré-évaluation et un changement d’opinion deviennent des choses possibles fondée sur une preuve, l’intérêt général ou toutes autres considérations valides et importantes. L’occupation [d’un territoire] est donc considérée comme un pêché et ceci représente un verdict juridique qui est irréversible et ce quelque soit les conditions. Néanmoins, le mode de confrontation à adopter entre dans le domaine du choix, qui à son tour est une fonction des circonstances.

A suivre…

Pétrole, géopolitique, Maison des Saoud et Nouvel Ordre Mondial…

Posted in actualité, économie, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, politique et lobbyisme, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 15 novembre 2017 by Résistance 71

A lire:

« Les huit familles du cartel de la réserve fédérale » (Dean Henderson)

« Cartel de la réserve fédérale: Francs-Maçons et la maison Rothschild »

« La Maison Rothschild » (Dean Henderson)

Théorie_russo_ukrainienne_origine_profonde_abiotique_du_pétrole

 


4 cavaliers du pétrole:
Royal Dutch-Shell / Exxon-Mobil /
Chevron-Texaco & BP-Amoco

 

Les maîtres payeurs saoudiens se lâchent au gré d’un revirement géopolitique

 

Dean Henderson

 

7 novembre 2017

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2017/11/07/saudi-paymaster-lashes-out-amid-geopolitical-shift/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Samedi (dernier), le président Trump a appelé le géant saoudien du pétrole  ARAMCO à mettre en vente 5% de ses actions que les Saoudiens ont décidé de vendre à cause de prix pétroliers très bas et d’une économie saoudienne en dépression.

ARAMCO a été “officiellement” nationalisée dans les années 1970, mais est toujours contrôlée par ce que j’appelle les 4 cavaliers du pétrole à savoir: la Royal Dutch/Shell, Exxon-Mobil, Chevron Texaco et BP Amoco et en fait leurs banquiers de soutien (NdT: les intérêts essentiellement Rothschild et Rockefeller).

Le même jour, le prince héritier saoudien Mohamed bin Salman (MBS) a fait arrêté 11 autres princes, annonçant durant le week-end qu’ils seraient jugés pour corruption. Tous ceux détenus sont des membres du clan Sudairi de la famille royale saoudienne, descendants du roi fondateur de la dynastie Abdoulaziz et son épouse favorite Hussa bint Ahmed al Sudairi.

Le plus important de la clique, le prince Al Walid bin Talal, est un propriétaire principal du géant de la finance Citigroup, formé dans les années 1990 suite à une fusion entre Citibank (intérêts Rockefeller), Discover, Travellers, Salaman Brothers et autres.

Bin Talal est aussi le second plus gros actionnaire, derrière Ruppert Murdoch, de la News Corporation, parente de Fox News et du Wall Street Journal (NdT: une des voix de la CIA avec le New York Times). J’ai déjà dit auparavant que Fox News paraît être une opération de guerre psychologique (PsyOp) entre Israël (Murdoch) et l’Arabie Saoudite (bin Talal) afin d’abrutir toujours plus le public américain. Le torchon cité avec Fox News, le WSJ, sert de fait aux mêmes fonctions.

En septembre, le roi Salman a sévi contre les critiques du régime. Il avait déjà secoué son cabinet économique et militaire, tout en bombardant les rebelles du Ansar Allah Houthi au Yémen.

Toujours samedi, tandis que Trump paradait devant ARAMCO et que MBS mettait au frais les princes à l’hôtel Ritz-Carlton, Ansar Allah a tiré un missile sur l’aéroport de Ryad. Les Saoudiens ont dit qu’ils l’ont abattu et ont blâmé l’Iran.

Mais le cirque n’était toujours pas fini.

En visite en Arabie, le premier ministre libanais Saad Hariri a soudainement démissionné dans une adresse télévisée en direct. Hariri a affirmé que sa vie était en danger et a encore pointé du doigt l’Iran et son influence grandissante dans la région.

Le ministre des affaires étrangères iranien a répondu que “La démission de Hariri a été coordonnée entre le président américain Trump et le prince saoudien MBS.”

Hassan Nasrallah, SG du Hezbollah a déclaré: “La démission fut une décision saoudienne… Hariri fut forcé de le faire.”

Le jour suivant, les Saoudiens avaient retourné leur rhétorique va t’en guerre sur le Liban, disant que celui-ci avait, en votant pour un parlement à majorité du Hezbollah, “déclaré la guerre à l’Arabie”.

Puis, le lundi les Saoudiens annonçaient un blocus du Yémen, qui mettrait un terme à l’aide humanitaire de l’ONU dans une nation où déjà 13 000 enfants sont morts, où le choléra est une réalité quotidienne et bon nombre de personnes font face à la famine à cause des bombardements saoudiens soutenus par les Américains.

Ce qui se passe vraiment avec les Etats-Unis et leur marionnette MBS est que l’emprise anglo-israélo-américano-saoudienne sur la région est en train de sérieusement s’affaiblir. C’est une déroute en fait depuis que les troupes irakiennes ont récupéré le nord de l’Irak des griffes des proxies kurdes de la CIA. (NdT: la clique de la mafia Barzani)

L’Iran, l’Irak, le Liban, la Syrie et même maintenant le Qatar  et la Turquie ont formé un front unifié, soutenu par la Russie et sa force militaire, pour battre les faux islamistes créés par les services de renseignement et d’actions de l’occident pour diviser les peuples arabes et voler leur pétrole et ressources naturelles.

Israël et l’Arabie Saoudite ont toujours servi de goupille de sécurité néo-coloniale pour la main mise sur les ressources par les 4 cavaliers du pétrole des Rothschild/Rockefeller. La couronne britannique (NdT: La City de Londres…) a fait établir tout cela par la déclaration de Balfour en 1917 et le traité de Djeddha de 1927.

La déroute des mercenaires de l’EIIL/Daesh et des Peshmergas kurdes en Irak et en Syrie veut dire que ces jours touchent à leur fin. Et les financiers saoudiens sont plus que nerveux.

La décrépitude de l’empire vue de l’intérieur (VT le jour des anciens combattants)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, CIA et traffic de drogue, colonialisme, documentaire, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 novembre 2017 by Résistance 71


« Les soldats ne sont pas les protecteurs
de la liberté, ils sont les marionnettes
des intérêts entrepreneuriaux et
d’État afin d’augmenter profit et pouvoir
aux dépends de la sécurité physique et 
financière du contribuable. »

 

L’information en ce 11 novembre 2017

 

Gordon Duff

 

11 novembre 2017

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2017/11/11/intel-drop-november-11-2017/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le faux narratif, le prosélytisme religieux et Hollywood n’ont pas seulement changé la réalité de la guerre, mais ont défini le service militaire moderne. Pendant les années 1920-30, les Marines (NdT: fusiliers marins, corps d’élite de l’armée impérialiste yankee) opéraient dans toute l’Amérique latine et centrale en tant que porte-flingues pour les banques, les compagnies pétrolières et l’agro-industrie.

Ils étaient l’équivalent des voyous de Pinkerton et de leurs meurtres dépeints dans les nouvelles séries télévisées comme “Damnation”, ce d’après Smedley Butler. Le général de l’USMC Butler est bien entendu dépeint par les instructeurs des Marines comme le père du coprs des Marines moderne. Butler a reçu cinq fois la médaille d’honneur du congrès et il fut une fois candidat à la présidence des Etats-Unis, il fut toujours un puissant activiste social et était pleinement socialiste.

En 1934, Wall Street, aidée par l’extrême-droite et la bien anti-américaine “American Legion”, un groupe d’anciens combattants dont les origines les amenèrent en partenariat avec le renouveau du Ku Klux Klan des années 1920, reçurent pour mission de décapiter le gouvernement Roosevelt.

Voyez-vous, la légion, qui louaient régulièrement les services de voyous et de briseurs de grèves durant la grande dépression, admirait profondément Adolf Hitler et avait endossé le manteau de “nativiste” comparable aux mouvements anti-immigrants réapparaissant aujourd’hui. Ce fut Smedley Butler qui les arrêta. Il fut secrètement demandé de commander le coup d’état, mais au lieu de cela, il alla voir Roosevelt et le congrès.

A un moment donné et cela vous en dira bien plus sur le véritable Américain que quoi que ce soit d’autre, Butler, en tant que commandant du corps des Marines, fut assigné à résidence. Il avait apparemment offensé l’élite servile des banksters de Washington en racontant une histoire au cours d’un dîner au sujet de Benito Mussolini qui avait renversé un enfant en voiture et continua son chemin en rigolant. Ceci était vrai, une histoire absolument authentique. Pas une de ces histoires qu’on lit dans les livres. Pas comme une de ces fausses infos d’aujourd’hui.

Mais attendez, il semble que je suis en train de voler des répliques du “Faucon Maltais”. Les ennemis de l’Amérique ont toujours été de l’intérieur. Madison nous avait déjà averti, ainsi que Thomas Jefferson et Lincoln puis J.K Kennedy et d’autres plus récemment. “Ceux” d’aujourd’hui sont virés des chaînes de télévision et d’information, des réseaux journalistiques, virés des universités, leurs sites internets sont bloqués par Google et ils sont toujours accusés de “détester les juifs”. Si vous trouvez cela bizarre, surtout considérant que la majorité de ces diseurs de vérité et dissidents sont probablement juifs eux-mêmes, alors vous commencez à comprendre.

Nous allons commencer aujourd’hui avec l’histoire du comment le corps des Marines a perdu son chemin et pas pour la première fois. Il y a une raison de la mort de 19 000 Marines au Vietnam. J’y étais. Je vais le dire simplement. Les Marines passaient des mois sur le front ou derrière les lignes ennemies, si tant est que cela existait. Les blessés n’étaient que très rarement évacués et mourraient d’hémorragies là où ils étaient tombés et dans les moments critiques, la nourriture, l’eau potable et les munitions étaient inexistantes.

Les conditions décrites par Richard Tregaskis dans son livre de 1943, “Journal de Guadalcanal”, conditions endurées pendant de courtes semaines, laissant les Marines comme des squelettes ambulants, étaient la norme au Vietnam. Les Marines combattants survivants quittèrent le Vietnam sous effet de malnutrition chronique, de conditions de santé constamment dégradées par les effets a posteriori de l’Agent Orange (NdT: défoliant chimique fabriqué par Dow Industry et dont les épandages fréquents causèrent d’énormes dégâts sur la santé humaine des Vietnamiens et de la bidasserie yankee au sol…), qui finirent par les tuer, pour beaucoup dans les quelques années qui suivirent leur retour avec en cadeau le stress post-traumatique.

Le corps des Marines avait lu le bouquin de Tregaskis et avait décidé que comme très peu de ceux qui dirigent le corps avaient de fait expérimenter le combat, ils construiraient leur guerre autour d’un bouquin qui, franchement, était largement un livre de fiction. C’était de la fiction de la seconde guerre mondiale oui, à la John Wayne (NdT: grand militariste et propagandiste de l’extrême-droite yankee, qui néanmoins refusa de s’enrôler pour la guerre tout en incitant les autres bien entendu à le faire… Au delà de la légende, une des plus belles ordures d’Hollywood), qui mena le corps des Marines vers son histoire d’abus de ses recrues et de ses charges à la baïonnettes désespérées, qui devinrent sa tactique commune au Vietnam.

Fiction dans la réalité, falsification de tout, c’est ce qui a mené l’armée américaine, et ce certainement depuis la Corée. Dire que l’armée américaine aujourd’hui est en lambeaux est une vérité qui est devenue un de nos secrets le mieux gardé. Une armée qui tourne sur son corps de sous-officiers d’expérience et de déploiements sans fin pour protéger les champs de pavot d’Afghanistan ou pour jouer un côté contre l’autre en Irak pour le bénéfice d’une politique étrangère menée par Israël, ont rendu une carrière dans l’armée tout a fait intenable. S’ajoutant à tous ces problèmes bien entendu, fut celui de notre déplorable corps d’officiers, une clique de fils à maman, pas différents des dizaines de milliers que le général George Marshall avait extirpé en 1940 er 1941. 30 000 officiers passèrent à la caisse et furent remerciés. Laissée à elle-même, l’armée américaine, menée par les académies militaires, gravite autour de l’extrémisme de droite et la corruption, Quand vous y ajoutez aujourd’hui la religion bidon, celle “de la fin des temps, de l’apocalypse” que professe ces frapadingues de la bible, ceci se transmet dans le corps et dans le curriculum des trois services militaires (NdT: Terre, Air, Mer) et cela devient de la pure trahison.

Obama, aidé par Hagle et Dempsey, a viré les pires d’entre eux, retirant des centaines de chefs militaires incompétents et dangereux, prévenant du reste un coup d’état qui allait impliquer une attaque nucléaire sur l’Iran perpétrée par ces barjots du Strategic Air Command qui étaient parvenus à éviter toutes les sécurités. C’est le même groupe que Trump est en train de ramener pour sa guerre planifiée contre la Corée, tous ces frapadingues du missel qui répondent désormais à Steve Bannon.

Nous allons maintenant passer à autre chose. Nous avons déjà secoué pas mal d’illusions comme cela. Il était grand temps d’admettre que l’armée américaine est aussi bidon que les infos d’aujourd’hui. Lorsque les Américains se sont réveillés et ont réalisé qu’ils soutenaient Al Qaïda et l’EIIL, et personne de mentalement sain ne doute plus de cela aujourd’hui, lorsqu’ils se sont réveillés plus avant et ont réalisé que l’Arabie Saoudite et Israël sont des amis depuis plus de 60 ans et non pas des ennemis comme ils ont prétendu l’être, alors le monde aurait dû clairement identifier qu’il marchait sur les mains.

Ceci veut bien évidemment dire que la guerre de 1973 fut une guerre bidon (NdT: même si de véritables personnes y sont mortes, mais pour des raisons établies comme bidon…), que l’embargo sur le pétrole n’était qu’une mascarade, tout autant que le bombardement du Liban par la Marine et les attentats du 11 septembre, ainsi que tous les mensonges qui aidèrent à mettre en place l’invasion de l’Irak en 2003, la totalité.

Pendant que tout cela se déroule, l’Amérique est systématiquement détruite. Nous avons certainement établi comment l’armée fut mise hors de combat. Nommez un général d’aujourd’hui, ou un amiral, n’importe lequel de ces chefs militaires, qui ne parle pas comme un clown. Nommez-en un, essayez de penser à l’un d’entre eux, essayez plus fort. Aussi pourris qu’il ait été, Petraeus au moins n’était pas fou et vous avez vu ce qu’ils lui ont fait. Ils ont eu aussi McCrystal.

Puis ils ont eu le journaliste du magazine Rolling Stone qui l’a épinglé, Michael Hastings, éliminé. (NdT: Hastings est mort dans un accident de la route des plus suspicieux en juin 2013…). Au fait, jetez un œil sur toutes les histoires au sujet de la mort de Hastings et notez qui est arrivé en premier sur la scène de l’accident supposé. J’en ai assez dit.

C’est une nouvelle fois le jour des anciens combattants (11 novembre) et VT est littéralement bombardé d’histoires, certaines de la part des idiots utiles, d’autres de gens qui essaient de faire une différence. Tout le monde ici passe pas mal à la télé simplement parce que nous sommes une organisation avec le mot d”ancien combattant dans son nom et qu’il est assumé que nous ne sommes pas aussi indépendants que nous le sommes.

Regardons la réalité en face, quand les Américains voient le mot “ancien combattant”, le mot “idiot” vient aussi à l’esprit, tout comme radoteur et cartoonesque. Les anciens combattants sont supposés être des racistes totalitaires, sans esprit, idiots, institutionnalisés et égoïstes. Ce n’est pas comment le public américain les voit vraiment, mais c’est comme ça que les voit le congrès, les politiciens, ce qui explique pourquoi VT a débuté il y a toutes ces années et pourquoi nous continuons de lutter.

L’opération “Tempête du Désert” est un autre fiasco. La première invasion de l’Irak, pas celle qui est toujours en cours. Celle qui n’a pris que 96 heures [en 1991]. Les hommes et les femmes qui ont combattu cette guerre de 96 heures on commencé à mourir nombreux d’une mystérieuse maladie appelée “Le Syndrome de la Guerre du Golfe”. Etait-ce dû aux vaccins expérimentaux ? A l’utilisation de munitions à uranium appauvri par les Etats-Unis sur le champ de bataille ? Ce ne fut certainement pas à cause des incendies des puits de pétrole. Les Etats-Unis ont-ils utilisé des armes chimiques et bactériologiques sur la garde républicaine de Saddam Hussein ? Restons une minute là dessus. L’utilisation d’armes chimiques et biologiques de la part de quiconque n’étant pas un allié des USA, surtout Israël, est une ligne rouge à ne pas franchir. Par ligne rouge nous entendons une chose qui amènera une riposte des Etats-Unis sur toute nation, et ce sans avoir besoin de preuves d’utilisation et aussi bien entendu aussi loin que cette nation n’est pas capable de se défendre. Le gouvernement syrien n’a jamais utilisé de gaz de combat sur son peuple. Encore et toujours, ces attaques au gaz [sarin] en Syrie furent tracées jusqu’aux alliés secrets des Américains, à savoir:

  • Les usines de production chimique secrètes à Tbilissi en Georgie
  • Des groupes sous-traitants privés paramilitaires, incluant le Google Idea Groups/Google Jigsaw
  • Le régime fasciste de Kiev et ses alliés et amis en Turquie et en Israël
  • Des containers d’argent liquide saoudien
  • Les “casques blancs” de George Clooney
  • L’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH, NdT: une opération d’intox du MI5 britannique basée à Londres)
  • Les agences et réseaux de presse Reuters et Al Jazeera

C’est un véritable who’s who du soutien des organisations terroristes que nous avons maintenant étalées des côtes marocaines jusqu’aux Philippines. Les armées par procuration des agences de sécurité dont vous connaissez si bien les noms, à commencer avec la CIA, le Mossad qui font le sale boulot que Smedley Butler a si bien décrit comme “Le racket de la guerre” (NdT: le titre de son livre du reste…)

Cette semaine, ce jour des anciens combattants, l’EIIL/daesh est vaincu. Le reste du monde a appris que l’Arabie Saoudite avait kidnappé le premier ministre libanais Saad Hariri dans une tentative de commencer une nouvelle guerre, après que la dernière en date ait échoué. Si l’EIIL et Al Qaïda sont des organisations terroristes, pourquoi donc des milliers de personnes, de l’Arabie Saoudite, des princes al Saoud, jusqu’aux think tanks du Potomac à Washington, peuvent être crédités de l’aide qui leur est accordée pour être disséminées à travers le monde.

Voila les questions qui attaquent dans le bois dur. Donc, nous revenons aux institutions. Qui va protéger la vérité ? Google et Facebook, tous deux très intimement liés aux banksters, manipulent tout sur l’internet. Leur rumeur d’une IA lisant chaque recherche en ligne, chaque courriel, chaque post sur les réseaux sociaux, chaque discussion de forum, qui enregistre chaque achat fait et crée des algorithmes prédiseurs afin de fabriquer un niveau de contrôle global au-delà de l’imagination même d’un George Orwell.

Les institutions, la presse, le gouvernement, la religion, nos écoles, ont tous été systématiquement détruits. Le plan a été simple: guerre, pauvreté, pestilence et mort sont le business de tous les businesses et les gouvernements ne sont rien de plus que des gérants intermédiaires servant un syndicat du crime organisé planétaire, celui sur lequel on tombe systématiquement à chaque fois qu’on regarde ce qu’il se passe derrière le rideau.

Là où les armées ne servent pas, elles sont remplacées par des contractants militaires privés (CMP, mercenaires). Au Moyen-Orient aujourd’hui, incluant l’Afghanistan, il y a sur le terrain de manière effective 200 000 CMP. Il y en a plus de 20 000 qui se battent actuellement au Yémen, payés par l’Arabie Saoudite, la moitié sous le drapeau de l’EIIL et d’Al Qaïda. Près de 50 000 sévissent en Afghanistan, un chiffre que même leurs propres gouvernements n’ont aucune idée.

Ajoutons un fait étrange à tout cela, dès 2004, deux organisations clef ont été privatisées par l’administration Bush. Ces groupes menaçaient de prendre en charge des fonctions du renseignement US au moyen d’éléments contrôlés par Israël, amenés dans le gouvernement américain après les élections truquées de 2000. Au fait, il s’agit du même groupe qui a truqué les élections de novembre 2016. Ce sont des organisations qui furent privatisées et qui sont: l’Agence Centrale du Renseignement (CIA) et le JSOC ou Joint Special Operations Command (NdT: Etat-Major des Opérations Spéciales, EMOS)

Nous avons ensuite ceci:

L’instructeur militaire des Marines Joseph Felix a été condamné à 10 ans de prison pour abus de pouvoir et violences sur de jeunes recrues, des recrues musulmanes. Il faisait partie d’un gang, celui des Christian Evangeslista, qui a fait vœux de garder l’armée américaine libre de tous juifs, musulmans et catholiques. Au centre d’entrainement de Parris Island, la torture des recrues fait partie du programme depuis des décennies. Il y a eu des douzaines de recrues décédées depuis les années 1960 et les instructeurs militaires, certains anciens combattants victimes du Syndrome de Stress Post-Traumatique, voient comme partie de leur boulot de rendre la vie des jeunes recrues un enfer sur terre. Ceci fut toujours la base de l’entrainement des Marines.

Les recrues ont toujours été régulièrement battues, humiliées et même sexuellement agressées. Les instructeurs du corps des Marines font un des plus durs boulots de quelque armée que ce soit. C’en est devenu une plaisanterie dans le show télévisé “Saturday Night Live”, que de dire que les Navy SEALs, les forces spéciales commandos et toute la litanie des opérations spéciales et leurs mecs “glamour”, ne sont rien d’autres que de faux Marines.

Et puisque c’est le jour des anciens combattants, laissons-nous aller à un autre cliché: est-ce que les Marines d’aujourd’hui sont des Marines par les mêmes standards que ceux qui ont combattu durant la guerre du Vietnam ? Tant que nous y sommes, nous allons couvrir ici quelques faits. Les Marines du Vietnam étaient villipendés par leurs compatriotes de la seconde guerre mondiale pour être trop mous et apathiques. Mais en fait, c’est l’opposé qui est la réalité. Il y a eu trop de temps écoulé entre la seconde guerre mondiale et la guerre du Vietnam. La guerre de Corée n’a jamais vraiment affecté l’entrainement de l’armée américaine et elle fut combattue essentiellement avec des rempilés de la seconde guerre mondiale et des conscrits.

Le corps des Marines était énorme durant la seconde guerre mondiale, un million d’hommes et les débarquements étaient typiquement renforcés par de grandes unités de l’armée de terre et dans la plupart des cas, à l’exception de Guadalcanal, les Marines étaient relevés de la zone de combat les jours suivant le débarquement. Pourtant, le corps d’un million d’hommes a perdu 17 000 membres durant la seconde guerre mondiale. Pendant cette guerre, les unités de débarquement des Marines tournaient entre la Nouvelle-Zélande, Hawaii et la Californie, parfois parquées pendant plus d’un an avant d’être sélectionnées pour un nouveau débarquement quelque part.

Ainsi, en moyenne, un Marine de la seconde guerre mondiale a vu environ un quart des combats qu’un Marine a vu durant la guerre du Vietnam. Au Vietnam, 19 000 Marines furent tués au combat, alors que l’effectif de ce corps ne fut que de quelques 20% de celui de la seconde guerre mondiale. Les taux de mortalité pour les 10% du corps des Marines, ceux qui étaient le fer de lance des combats, ont atteint des niveaux de folie avec bon nombre d’unités souffrant jusqu’à 100% de perte et retournant au combat à taux plein de substitution…

Que sommes-nous en train de dire ? Que des entreprises privées, la plupart des sbires corrompus arrosés de fric émanant de “caisses noires” du blanchiment d’argent sale, ont créé un réseau de firmes sous-traitantes privées qui analysent le renseignement, filtrent toute l’information sur les menaces existantes à destination du gouvernement américain et de concert avec l’EMOS, planifient et exécutent des opérations spéciales secrètes dans le monde entier.

Depuis des années, les plus capables et professionnels de l’armée américaine ont quitté le service qu’il soit militaire ou d’opérations clandestines  et ont  commencé à servir des maîtres outre-mer qui leur sont inconnus mais que nous connaissons. Protégés par tout un réseau d’agences de presse, par la législation qui classifie “secret défense” toute l’information et compartimentalise l’affaire pour bien masquer la vérité. C’est ce que nous voyons aujourd’hui dans le monde, en Lybie, Ukraine, Irak, Afghanistan, Syrie, au Yémen, des continents entiers précipités dans une guerre durant des décennies.

Le mariage est simple. Tous les médias sous contrôle, éventuellement Google seul gèrera et les services de renseignement du monde et les gouvernements s’aligneront comme nous l’avons si bien vu en 1914 et si souvent depuis. Ce que nous avons aujourd’hui est ce qui fut auparavant, simplement à bien plus grande échelle. La science, la théorie du chaos et la guerre psychologique, depuis les années 1980, ont rapidement appris que le contrôle est basé sur la distillation d’un sentiment de désespoir, le sentiment “qu’on ne peut rien faire”.

Les flingages publics de masse et les attaques terroristes, l’un après l’autre et pire encore, les théories de la conspiration des suppléants de Google et leur Intelligence Artificielle (IA), maintiennent le public en général ferré à l’appât, troublé, dépassé et à la recherche de boucs émissaires.

Le plan d’action pour aujourd’hui est de SORTIR DES MEDIAS SOCIAUX, rappelez-vous bien ce que nous avons écrit aujourd’hui, partagez-le avec d’autres et RESISTEZ.