Archive for the média et propagande Category

Google Nouvel Ordre Mondial et état policier: divorce de VT et de Google sur fond d’Israël…

Posted in actualité, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 16 février 2018 by Résistance 71

Plus on avance et plus les masques tombent… Nous n’utilisons plus aucun service de Google depuis plus de 4 ans maintenant, nos recherches en ligne sont effectuées au moyen de StartPage et de DuckDuckGo, qu’a choisi VT. Il est quand même étonnant que VT n’ait pas opéré le changement avant d7avoir la gueule dans le mur.. Comme quoi cela semble être une constante établie et qu’il faut briser: tant que tout va bien, personne ne bouge. Les gens bougent quand ils ont la tronche dans le mur. Qu’on ne vienne pas dire que tout cela n’était pas prévisible… Donc pourquoi attendre ?

Le changement de paradigme sera plus douloureux après que nous nous soyons fracassés dans le mur à Mach 12. On s’éviterait bien des soucis à changer AVANT. On appelle cela de l’anticipation et c’est valable pour tout…

~ Résistance 71 ~

 

VT et Google divorcent officiellement

 

John Allen

 

VT General Manager

 

19 janvier 2018

 

url de l’article: https://www.veteranstodaynetwork.com/2018/01/vt-google/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Bien que les déonthologies de Google et de VT se soient éloignées l’une de l’autre depuis des années, les derniers douze mois ont été particulièrement troublés et emplis d’une telle animosité que finalement le Rubicon a été traversé causant un divorce final d’où aucune machine arrière n’est possible.

Tout a vraiment commencé en avril 2017 lorsque Google a décidé que certaines de nos photos n’étaient PAS dans leur ligne de standard et violaient leur réglementation. Le censeur de Google NE NOUS A PAS DIT de quelles photos il s’agissait les ayant froissés. Ils nous donnèrent une idée générale de ce sur quoi ils objectaient en nous envoyant une notice standard de violation de réglementation. Nous avons donc recherché dans notre stock de photos archivées (des milliers) en essayant de savoir qu’elles photos étaient problématiques. Cela nous a pris 3 semaines pleines. Eventuellement, nous fûmes capables de les convaincre que nous étions en accord avec leur réglementation.

Pensant que cette épisode était terminé, VT continua ses fonctions usuelles pendant 9 mois. Puis, d’un seul coup d’un seul,  sans avertissement ni raison donnée, Google nous notifia que tout compte commercial que nous avions avec eux était annulé et qu’il n’y avait pas de recours possible. Comme vous pouvez l’imaginer nous fûmes pris à contre-pied et très perplexes. Que se passait-il ?

Comme beaucoup d’entre vous le savent, il n’y a personne à appeler chez Google, pas de contact physique possible. Il n’y a pas de “service clientèle” ni aucun service de soutien que des gens “normaux” puissent appeler en cas de pépin. Donc VT a contacté certains “amis” ayant accès au ventre de la bête au sein de l’empire Google. Après quelques jours d’enquête, ils nous envoyèrent une liste de ce que Google en réalité nous reprochait dans notre travail. Et de cela résultait le fait que ce qui les perturbait le plus était NOTRE CRITIQUE DE L’ETAT D’ISRAEL Et il y avait une mention de nos articles sur la Russie également ; mais ce qui les préoccupait le plus était ISRAEL et notre critique claire et affirmée de sa politique d’état.

De manière évidente, il n’y a RIEN que nous puissions faire à ce sujet parce que cela irait complètement contre notre déontologie. Donc comme dit le vieil adage “le meilleur accord est pas d’accord du tout”. Le temps d’un divorce officiel sans effort de réconciliation est arrivé. Notre relation ou plutôt ce qui en restait, avec Google est maintenant officiellement terminée.

Loin sont les jours où la petite startup Google déclarait son mantra de “Ne soyez pas malveillant”

Ceci a été bien tristement remplacé par quelque chose de plus sinistre, moins pour les gens et bien plus pour ce quelque chose qui de toute évidence n’inclut ni VT ni les valeurs qui nous animent. Bien triste en effet, temps de bouger en bloc. Donc, voilà c’est fait… Bye bye Google !!…

= = =

VT remplace la recherche avec Google par Duck Duck Go (DDG)

 

John Allen

 

VT General Manager

 

23 janvier 2018

 

Source: https://www.veteranstodaynetwork.com/2018/01/vt-replaces-google-custom-search-duck-duck-go/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pour commencer notre nouveau chemin en cette nouvelle année 2018, nous avons remplacé la Google Custom Search de tous nos sites par Duck Duck Go !

DuckDuckGo (DDG) est un moteur de recherche internet qui met l’accent sur la protection de la sécurité et du droit à l’anonymat dans la recherche internet et évite la bulle de filtrage des résultats de recherches personnalisées. DDG se distingue des autres moteurs de recherche en ne faisant pas de profil de ses utilisateurs et en montrant de manière délibérée à tous les utilisateurs les mêmes résultats de recherche pour des mots clef donnés. DDG insiste sur le fait de fournir les meilleurs résultats de recherche possible, la meilleure qualité en rapport aux mots clef à l’encontre du volume d’information trouvé, DDG génère les résultats de recherche depuis plus de 400 sources individuelles, incluant des sites clef crowdsourced comme wikipedia et autres moteurs de recherche comme Bing (NdT: Microsoft, un autre démon quand même), Yahoo! (NdT: autre merde à ne pas présenter), Yandex, Yummly. L’entreprise est basée à Paoli en Pennsylvanie, dans la grande banlieue de Philadelphie et a 40 employés. Le nom de l’entreprise a pour origine le nom d’un jeu pour enfant appelé “duck, duck, goose” ou canard, canard, oie.

Une partie du code source de DuckduckGo est un logiciel libre hébergé sur GitHub sous license Apache 2.0, mais le cœur de l’affaire est privé. Le 21 mai 2014, DDG a lancé une version revampée qui focalisait sur des résultats de recherches plus intelligents et une interface plus sympathique et agréable. La nouvelle version ajouta souvent des caractéristiques demandées comme des recherches photos, recherches locales, des auto-suggestions et bien plus.

Le 18 septembre 2014, Apple inclua DDG dans son navigateur Safari comme un moteur de recherche optionnel. Le 10 novembre 2014, ce fit le tour de Mozilla de l’intégrer comme option de recherche dans son Firefox 33.1. Le 30 mai 2014, le Tor Project (NdT: créé et utilisé par la Marine des Etats-Unis qui incidemment héberge le QG du Cybercommand de l’armée américaine…) a fait de DDG son moteur de recherche par défaut sur le navigateur Tor 6.0

Notre utilisation de DDG a plus de sens que le Google de Rollerball qui nous a traité comme des chiens sans aucun soutien clientèle et ce MR est de fait bien plus en accord avec nos valeurs.

Ainsi soit-il !

Après 14 années de vieille déontologie positive et d’effervescence Google, il est grand temps de dire adieu à sa nouvelle version façon état policier et de dire hello à DuckDuckGo.

Publicités

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: Nouvelle donne stratégique totale sur fond de désastre militaire israélien…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 12 février 2018 by Résistance 71

Un grand stratège à la manœuvre… Ce qui nous permet de citer Poutine. Il y a quelques années après un entretien avec Obama il avait déclaré: « Négocier avec Obama c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon: il chie sur l’échiquier, renverse les pièces et s’en va en roucoulant… »
Sacré Poutine ! S’il existait pas… faudrait l’inventer.

~ Résistance 71 ~

 

Moyen-Orient : le jour ou l’ordre stratégique a basculé

 

Strategika 51

 

11 février 2018

 

Source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article9523

 

Le basculement stratégique au Levant consécutif à la fin de l’hégémonie militaire israélienne au Moyen-Orient au lendemain de la guerre du Liban de juillet 2006 a commencé le 19 septembre 2016 lorsque pour la première fois depuis la guerre israélo-arabe d’octobre 1973, les forces armées syriennes ont riposté aux attaques aériennes israéliennes.

Le 10 février 2018 est un jour de tonnerre au Moyen-Orient : entamée par un intense brouillage électromagnétique israélien affectant l’ensemble des télécommunications, un drone de fabrication iranienne appartenant à une force alliée de l’Armée syrienne survole la partie du Golan occupée par Israël suite à des informations faisant état de l’imminence d’une attaque israélienne sur des positions syriennes. Des hélicoptères et des aéronefs israéliens interceptent et détruisent le drone de reconnaissance, mais l’état-major de Tsahal décide de lancer des raids de représailles à l’intérieur de la Syrie en ciblant les centres de commandement et de contrôle ainsi que des unités militaires du premier rang. C’était un piège tendu. Les israéliens s’y sont engouffrés la tête en avant.

Sept missiles de croisière israéliens Delilah ont été interceptés et détruits par la défense anti-aérienne syrienne tandis que trois se sont abattu sur deux sites au Nord de Damas.

Des batteries de missiles SA-5 (S200) améliorés basées au Sud de la Syrie ont ouvert le feu sur les appareils israéliens intrus. Une salve de cinq missiles est tirée dans un premier temps. Un F-16 I Sufa israélien est atteint par deux missiles au dessus du territoire israélien et un F-15 est gravement endommagé par l’explosion d’un missile à proximité.

Le premier appareil est totalement détruit ; le second prendra feu à l’atterrissage et sera perdu. Des missiles SAM syriens pénètrent à l’intérieur d’Israël et du Liban provoquant une panique indescriptible au sein des QG israéliens.

En représailles, les israéliens lancent une seconde salve de missiles de croisière ciblant la base aérienne T4, le QG de la 104ème Brigade, le QG des forces de défense aérienne du territoire et des batteries SAM.

Le Quartier général de la défense anti-aérienne syrienne à Damas, pris pour cible par les raids israéliens, est non seulement intact mais aucune explosion n’a été enregistrée à proximité. Au sud du pays, aucune batterie SAM ou radar n’a été touché malgré l’usage par les israéliens de missiles ARM (Anti Radiation Missiles). C’est au Nord de Damas que les missiles israéliens ont causé le plus de dégâts, notamment à l’intérieur de la base abritant la 104ème brigade d’élite de l’Armée syrienne.

Une seconde vague de raids aériens est lancée par des forces américaines et israéliennes mais les pilotes ont été surpris par l’allumage inattendu de dizaines de radars jamais répertoriés jusque là dans les bases de données des cibles militaires syriennes et un feu intense de la DCA syrienne dont les redoutables systèmes Pantsir S-1 de défense rapprochée/ Les syriens allument les avions intrus et des missiles S-200 sont lancés. Résultat de la journée : cinq appareils sont atteints par des obus de DCA et un autre F-16 dont les systèmes de commandes de vol sont endommagées s’écrase en Israël. Un autre appareil atterrit et prend feu de retour à sa base de départ.

La douzième agression israélienne contre la Syrie depuis le début du conflit dans ce pays en mars 2011 s’est non seulement avérée un véritable fiasco mais marque un basculement majeur dans l’équilibre des forces stratégiques au Moyen-Orient dans lequel Israël a perdu son hégémonie militaire.

Excédé par un rapport détaillant les premières pertes syriennes lors de la phase 1 des raids israéliens sur un site militaire très sensible au Nord de Damas, le président Assad a ordonné une riposte balistique visant trois cibles stratégiques en Israël. Des missiles balistiques de type SCUD modifiés par les iraniens ont failli être tirés à partir d’un site situé près de Hama.

Malgré 100 000 militaires tués au cours de sept années de guerre particulièrement meurtrière, la Syrie dispose toujours de près de 2000 missiles balistiques de type SCUD.

Selon un plan secret pré-établi avec le Hezbollah, cette action devait être la première étape d’une guerre totale entre la Syrie, l’Iran et le Hezbollah d’un côté et Israël et ses alliés de l’autre.

C’est les Russes qui ont évité in-extremis un tel scénario apocalyptique. le président russe Vladimir Poutine est intervenu personnellement auprès du président syrien Assad et du Premier ministre israélien Nétanyahu et si l’on sait rien de l’argumentation russe, elle devait être assez convaincante pour aboutir à une désescalade rapide.

En fin de journée, le brouillage électro-magnétique israélien persiste mais à Damas, on jubile : la dissuasion stratégique syrienne est désormais une réalité. A Tel-Aviv on continue à évoquer la menace iranienne mais on cache mal une consternation : le pire cauchemar des stratèges israéliens vient de prendre forme.

Washington nous avait promis un nouvel Moyen-Orient élargi. Nous sommes présentement devant un nouvel Moyen-Orient mais ses contours ne ressemblent guère aux rêves d’hégémonie du Nouveau siècle américain et encore moins aux ambitions demeurés d’un Grand Israël mythique…

L’empire continue son passage en force: Trump signe une loi de renforcement de l’espionnage des citoyens par la NSA et le FBI… L’occident devient l’archipel du Goulag !

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 29 janvier 2018 by Résistance 71

Ceci est une preuve de plus s’il en fallait toujours une, que le système étatico-capitaliste qu’il soit américain, français, ou tout autre, est au-delà de toute rédemption et qu’il n’y a de fait absolument aucune solution au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu et ne peut pas y en avoir.
L’auteur de cet article, le juge Napolitano est une star du droit constitutionnel outre-atlantique et a sa propre émission de télé. C’est un homme intègre, qui croit en la “république”, c’est un fervent constitutionnaliste qui ne désire que réformer le système pour que le peuple retrouve la “république” qui soi-disant lui échut en 1776, date de l’indépendance concrétisée de manière bien illusoire par la constitution des Etats-Unis d’Amérique en 1788.
Ses illusions sont en train de s’effriter une à une, ils sot des millions dans ce cas à Yankland et en occident… Puissent ces gens au bon fond réaliser qu’il est temps de lâcher-prise et que la solution est de fait non pas dans l’État et toute structure de la division et de la marchandisation, mais dans la société des sociétés, seule capable de nous réunifier dans l’Un… Planétairement…
Qu’on se le dise !
~ Résistance 71 ~

 

Trump signe une loi autorisant l’espionnage de masse sur les citoyens américains

 

Andrew Napolitano

 

25 janvier 2018

 

Source: http://www.informationclearinghouse.info/48656.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ces dernières trois semaines, le congrès a passé et le président Trump a signé en loi de nouveaux très grands pouvoirs pour que la National Security Agency (NSA) et le FBI puissent mieux espionner les citoyens américains innocents de tout et sélectivement passer sous forme de loi d’application les fruits de cet espionnage en règle.

Les fruits de cette moisson d’information peuvent maintenant inclure toutes les donnés par fibre-optique transmises depuis ou vers les Etats-Unis, comme les enregistrements numériques de tous messages téléphoniques qu’ils soient de postes fixes ou mobiles, les copies en temps réel de tous les messages de messagerie internet, les courriels et toutes les archives bancaires, médicales ou légales qui ont été stockées numériquement ou transmises.

Toute cette histoire de surveillance de masse a pu voir le jour parce que la NSA a convaincu des juges fédéraux en réunion secrète que ceux-ci devaient l’autoriser. Maintenant le congrès et le président ont fait de tout cela la loi de la terre.

Cette mise en application pratique est arrivée nonobstant la garantie sur la vie privée des personnes, le droit d’être laissé tranquille, articulés autour du 4ème amendement de la constitution des Etats-Unis et ailleurs. Bien que cette expansion de la surveillance n’ait passé le sénat que d’une simple voix, elle marque apparemment une détermination politique publique que la constitution puisse être ignorée ou qu’on puisse ne plus y adhérer juste par la simple règle de la majorité à chaque fois que cela pose un obstacle aux objectifs des gouvernements. Le langage du 4ème amendement est un obstacle intentionnel au gouvernement en défense de la dignité humaine et de la liberté de l’individu. Il dit ceci: “Le droit du peuple d’être sécurisé dans ses personnes, habitations, documents et effets, contre toutes recherches et saisies déraisonnable, ne doit pas être violé et aucun mandat ne peut-être émis, à moins d’une cause de probabilité et ce soutenu par un serment ou une affirmation décrivant en particulier les endroits recherchés et les personnes ou biens à être saisis.

Ce langage très spécifique fur expressément écrit pour empêcher la surveillance de masse sans suspicion raisonnable que le gouvernement britannique avait utilisé contre les colons. Les tribunaux britanniques de Londres émirent des mandats généraux aux soldats britanniques en poste en Amérique, les autorisant à rechercher, fouiller où ils le désiraient et de saisir tout ce qu’ils trouvaient. Ces mandats n’étaient aucunement fondés sur une cause de probabilité évènementielle et ne décrivaient en rien les endroits, les choses ou les personnes à rechercher et à saisir.

La réaction des colons à l’utilisation par les Britanniques de tels mandats fut de prendre les armes et de combattre pour la révolution américaine.

La semaine dernière, le congrès des Etats-Unis et le président ont choisi d’ignorer notre histoire et les valeurs humaines sous-jacentes au droit à la vie et au domaine privés. Ces valeurs reconnaissent que la poursuite individuelle du bonheur est bien mieux effective dans une atmosphère libre de tout espionnage de la part du gouvernement. Pour le dire différemment, les auteurs et ceux qui ont ratifié le 4ème amendement de la constitution ont reconnu qu’une personne ne peut pas être pleinement heureuse lorsqu’elle est sujette à une surveillance constante de la part de son gouvernement.

Pourtant les valeurs constitutionnelles et les leçons universelles de l’histoire furent non seulement rejetées par le congrès mais aussi rejetées par ignorance et cette ignorance fut grandement facilitée par les membres du comité parlementaire du renseignement (NdT: commission du renseignement de l’assemblée nationale américaine)

Voici les dessous de l’affaire.

L’attitude récente du comité parlementaire du renseignement constitue au mieux de l’incompétence et au pire une faute professionnelle criminelle. Le leadership de ce comité était dépositaire de la connaissance sur les abus de surveillance de la NSA et du FBI, fait que quelques membres du comité ont qualifié “d’époustoufflant”, de “punissable de licenciement” et de “style KGB”, alors que les deux chambres du congrès (sénat et chambre basse, parlement), ignorantes de ce que leurs collègues du comité savaient, ont voté pour étendre les autorités de la NSA et du FBI en matière de surveillance des citoyens.

En d’autres termes, les 22 membres de ce comité ont volontairement tenu leurs 500 et quelques collègues à l’écart d’informations incendiaires qui, si elles avaient été révélées en temps et en heure, auraient sans aucun doute affecté l’issue du vote, particulièrement au sénat, où une différence de juste un vote aurait empêché le passage de cette extension de pouvoir pour la surveillance de masse des citoyens. Pourquoi les membres du congrès à l’exception des 22 du comité furent-ils tenus dans l’obscurité totale concernant les activités hors-la-loi de la NSA et du FBI ? Pourquoi le comité n’a t’il pas révélé au congrès ce qu’il trouve trop choquant de discuter en public avant que le congrès ne voter pour le passage de l’extension de capacité pour ces deux entités ? Où est le scandale sur le fait que cette information était en fait connue de quelques personnes au sein du congrès et gardée sous silence pour le reste des membres du congrès des Etats-Unis tandis que celui-ci votait en toute ignorance pour un assaut en règle sur la vie et le domaine privés ?

La nouvelle loi place trop de pouvoir aux mains de gens qui de l’avis même de ceux qui l’ont écrite ne bénéficient pas de suffisamment de confiance pour posséder ces pouvoirs. J’ai argumenté la semaine dernière que le président du comité parlementaire sur le renseignement, Devin Nunes, avait quelque chose en tête lorsqu’il a publiquement attaqué la confiance mise dans la NSA et le FBI et ces gens dont il finit par faire voter les pouvoirs secrets de manière inexplicable. Maintenant nous savons de quoi il parlait.

Que peut-on faire à ce sujet ?

Le CPR devrait publiquement révéler le contenu de son rapport de 4 pages qui résume les abus dans le domaine de la NSA et du FBI. Si cela échoue, un membre courageux de ce comité devrait prendre la parole au parlement comme la sénatrice Dianne Feinstein amena en son temps le rapport sur la torture de la CIA (NdT: certes édulcoré et tronqué) devant le sénat afin de révéler non pas juste le rapport de 4 pages mais aussi les données sous-jacentes sur lesquelles ce rapport est fondé. Les membres du congrès bénéficie de l’immunité totale concernant ce qui est révélé devant le parterre sénatorial, et pourtant, le courage personnel pour ce faire ne court plus les rues…

Mais il y a pire que les membres du comité s’asseyant sur du renseignement de valeur et le plaçant sous le boisseau. Le peuple américain a le droit de savoir comment le gouvernement dans les mains duquel il a placé la garde de la constitution a utilisé et abusé des pouvoirs qui lui ont été délégués. Le peuple américain a aussi le droit de savoir qui a abusé du pouvoir, qui le savait et qui a gardé le silence à ce sujet…

Le gouvernement travaille t’il pour nous ou travaillons-nous pour lui ? En théorie bien entendu, le gouvernement travaille pour nous ; en pratique, il nous traite comme des enfants. Pourquoi acceptons-nous cela d’un gouvernement auquel nous avons consenti ? La démocratie meurt dans l’obscurité tout autant que le liberté individuelle.

Judge Andrew P. Napolitano fut le plus jeune juge de la Cour Suprême du New Jersey. Il est l’auteur du livre à grand succès “Les mensonges que vous a raconté le gouvernement: Mythe, pouvoir et mensonge dans l’histoire américaine”

Technologie et Nouvel Ordre Mondial: quand un ancien gourou de Facebook dit: « Ma décision est de ne pas utiliser cette merde »…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, sciences et technologie, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 21 janvier 2018 by Résistance 71

L’actualité déconcertante de la pensée de Michel Bakounine, tirée de son texte posthume « Dieu et l’État », recueil d’écrits publié par ses amis Carlo Cafiero et Élisée Reclus en 1882 soient 6 ans après sa mort. Analysez la pensée de Bakounine après la lecture du texte de Henderson que nous avons traduit ci-dessous (et vice versa) et observez ce qu’il se passe autour de vous dans le rapport de l’Homo imbecilus moderne avec ses gadgets électroniques. « Etonnant non ?… » dirait le professeur Cyclopède…
~ Résistance 71 ~

« Un corps scientifique auquel on aurait confié le gouvernement de la société finirait par bientôt ne plus s’occuper du tout de science, mais d’une toute autre affaire, l’affaire de tous les pouvoirs établis serait de s’éterniser en rendant la société confiée à ses soins toujours plus stupide et par conséquent toujours plus nécessiteuse de son gouvernement et de sa direction. »

« Je ne reconnais point d’autorité infaillible, même dans les questions toutes spéciales ; par conséquent, quelque respect que je puisse avoir pour l’honnêteté et la sincérité de tel ou tel autre individu, je n’ai de foi absolue en personne. Une telle foi serait fatale à ma raison, à ma liberté et au succès de mes entreprises ; elle me transformerait immédiatement en un esclave stupide et un instrument de la volonté et des intérêts d’autrui… »
~ Michel Bakounine ~

 

L’addiction technologique et l’agenda du Nouvel Ordre Mondial

 

Dean Henderson

 

8 janvier 2018

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2018/01/09/tech-addiction-the-illuminati-agenda/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans une lettre ouverte récente, les deux plus grands investisseurs d’Apple, Jana Partners et le California State Teacher’s Retirement System ont appelé le géant de la technologie à sérieusement regarder et analyser en quoi l’augmentation du temps passé devant les écrans affectent et enchaînent les enfants à la technologie électronique.

La lettre dit: “Apple peut jouer un rôle important en signalant à l’industrie de prêter particulièrement attention à la santé et au développement de la prochaine génération de nos enfants et que ceci est une bonne pratique affairiste et la chose correcte à faire.”

Tandis qu’une poignée de commentateurs, moi compris (https://hendersonlefthook.wordpress.com/2016/07/13/the-internet-psyop-the-coming-collapse/) ont averti contre les dangers d’un monde opérant en mode de “réalité accrue”, cette lettre pourrait-elle être une sonnette d’alarme pour un saut quantique de conscience sociétale en ce qui concerne les dangers de l’addiction technologique sur une très grande échelle ?

Espérons-le.

Avec le CERN qui ouvre la boîte de Pandore dans sa quête arrogante de la “particule de dieu” et les antennes émettrices/réceptrices toujours plus puissantes de notre téléphonie mobile émettant la matière noire générée par le CERN et les appareils démoniaques à “reconnaissance faciale” aux mains de presque chaque américain, enfant et adulte de manière indifférenciée, nous sommes maintenant à une croisée des chemins spirituelle sur cette planète Terre.

La programmation illuminati à la fois sur les télévisions et sur internet, sort au grand jour. La fin de la toute dernière publicité pour la chaîne de Fastfood Taco Bell contient l’admission tacite de l’existence des sociétés secrètes.

Le 13 novembre dernier, la Food and Drug Administration (NdT: FDA, l’organisme américain régissant l’agro-alimentaire, la nourriture et les médicaments – “drugs” en anglais…) a approuvé le premier médicament sous prescription contenant un micro-processeur.  Abilify MyCite contient un “système de traçage d’ingestion numérique”, qui va enregistrer si le patient a pris ou non son médicament.

La fin de partie pour les oligarques est proche et la technologie est leur fer de lance. Ironiquement, c’est le disCERNement qui devient très important alors que les médias de l’oligarchie montent d’un cran dans le mensonge et la déception et brouillent les cartes de qui sont les anges et qui sont les démons.

Les médias sociaux sont leur endroit privilégié.

En novembre dernier, l’ancien président de Facebook, Sean Parker, a demandé au sujet des plateformes de médias sociaux: “Quel effet cela a t’il sur les cerveaux de nos enfants ?”

Un ancien top exécutif de Facebook Chamath Palihapitiya a parlé de la solution évidente: “Je peux contrôler ma décision, qui est en fait de na pas utiliser cette merde.” Ceux qui choisissent de rester accrocs à leur portable et autres instruments électroniques, tablettes, agissent comme conducteurs électriques pour un portail démoniaque de foule prône au lynchage et qui ne fait qu’apporter mensonge, haine, division, mort et destruction sur cette planète.

Ceux qui choisissent de retourner parler aux animaux, aux arbres, au ciel et à la terre-mère vont voir le mensonge ambiant et vont chercher à réunifier les gens pour devenir les ennemis de l’état satanique.

C’est assez simple en fait. et c’est précisément là où on peut trouver dieu/la Nature…

= = =

Comprendre et agir:

Manifeste de la societe des societes

Que faire ?

La fumisterie totale de la résistance interne au système…

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 15 janvier 2018 by Résistance 71

Ce qui est dit ci-dessous s’applique à tous les systèmes étatiques passés, présents et à venir si nous n’en sortons pas.
Nous l’avons dit et le répèterons sans cesse: Il n’y a pas de solution au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais.
Une fois de plus l’analyse de Johnstone (et bien d’autres) est juste, mais que propose t’elle ? Que propose la véritable résistance ? Il serait grand temps d’y réfléchir et d’agir, parce que la critique, aussi éclairée soit-elle, ne ralentit que peu la marche en avant du totalitarisme étatico-marchand global.
En ce qui nous concerne, nous nous sommes positionnés dans le post-blablabla et dans l’action pour l’avènement d’un changement politico-social radical.

A lire:

Manifeste de la societe des societes

 

 

Le soutien démocrate pour la machine de surveillance Trump prouve que la “résistance” interne au système n’est que vaste fumisterie

 

Caitlin Johnstone

 

13 janvier 2018

 

url de l’article: http://www.informationclearinghouse.info/48587.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La soi-disante “résistance” (NdT: toujours interne au système…), la campagne de pensée générée pour continuer la véritable énergie de la base envers la campagne de Bernie Sanders (NdT: énergie très mal dirigée puisqu’épousant toujours un sbire du système qui s’empresserait de trahir dès son élection…) et qui est artificiellement créée pour faire opposition à Donald Trump est une vaste fumisterie. Elle l’a toujours été et le sera toujours.

Les leaders de cette “résistance” ne s’oppose pas à Trump. Ils sont des travestis de Donald Trump.

Comme nous en avions discuté auparavant, la communauté du renseignement américain a agressivement demandé au Congrès qu’il autorise de nouveau sa Section 702 orwellienne des pouvoirs de surveillance et le président s’est fait l’écho de cette demande. Les députés démocrates auraient pu forcer un amendement appelé “The USA Rights Act” pour mettre un terme à la capacité de cette administration à espionner les citoyens américains, mais ils ne l’ont pas fait. Ce même président qui a été accusé par des élus démocrates comme Adam Schiff et Eric Swalwell, d’être un agent russe, a reçu des pouvoirs de surveillance non restreints par à la fois Schiff et Swalwell ainsi que par la chef de l’opposition parlementaire Nancy Pelosi. Ils ne croient pas que Trump soit un agent du Kremlin et ils ne s’opposent en rien à lui.

Ceci n’est que la continuation d’une tendance standard par laquelle les leaders de la “résistance” clament publiquement que Trump est un traître, un autocrate en herbe, un nazi qui se cache, un dangereux incompétent et un déséquilibré mental et qui pourtant continuent à lui faire octroyer des pouvoirs dignes d’un dieu, comme lorsqu’ils ont autorisé la continuation de ses pouvoirs de guerre étendus, tout ceci est passé comme une lettre à la poste il y a quelques mois. Leurs paroles disent une chose, leurs actions le contraire.

La belle chose au sujet de cette idéologie anti-Trump tournant au culte démocrate est que cela ne ressemble à rien. Cela ne fait qu’assimiler le président à un gros nul à montrer du doigt en criant “Pas ça !” sans jamais faire quoi que ce soit pour faire avancer le bien-être des Américains ou fournir une quelconque inertie envers les menaces réelles que cette administration pose de toute évidence et en plus arrive à faire applaudit tout le monde en disant “Oui, c’est vrai, pas ça !” Tout ça n’est qu’un faux jouet qu’ils donnent aux pseudo-démocrates pour jouer ; ainsi ils sont trop préoccupés pour atteindre quelque chose de tangible, comme la santé, la paix ou la justice.

L’anti-trumpisme n’a jamais été au sujet de s’opposer à Trump. C’est au sujet de tuer ce qu’il reste de la gauche (NdT: du capital…) aux Etats-Unis en la forçant à rentrer dans le rang de l’establishment et en les accusant de soutenir un sale traître nazi si elle ne le fait pas. C’est en fait au sujet de la fabrication du soutien pour de nouvelles escalades dans la guerre froide avec la Russie ; au sujet de soutenir la censure de l’internet pour écraser les idées anti-establishment et non politiquement correctes. C’est au sujet de sauver les carrières de tous ces “experts” des médias de masse qui ont eu tout faux depuis au moins 2015 ; c’est au sujet de distraire du scandale du DNC (Democratic Nationale Congress) qui a prouvé sans plus l’ombre d’un doute que la démocratie n’existe pas aux Etats-Unis de quelque manière signifiante que ce soit. C’est au sujet de modérer les démocrates de base et de les aligner avec les nouveaux cons de l’ère Bush. L’opposition à Trump n’a rien à voir là-dedans.

Et non, quand on en vient à la politique qui en fait compte vraiment, Trump et ceux qui lui MacRésistent jouent dans la même équipe. La même expansion de la machine de guerre américaine, la même expansion des réseaux de surveillance orwelliens qui ne rendent de comptes à personne, la même opacité de gouvernement et persécution des lanceurs d’alerte, le même état policier militarisé croissant sans relâche et à vue d’œil, la même économie Wal-Mart écrasant l’âme, la même oligarchie, le même agenda. Même jeu, différents masques, jus vert et vert jus…

Les deux partis politiques vous mentent en permanence et tout ce cirque n’est qu’illusion et écran de fumée. La politique américaine n’est qu’un spectacle de catch de style WWE ayant l’audience profondément investie dans le résultat du match, chaque partie du stade hurlant pour son lutteur favori alors que le seul facteur déterminant est ce qui fera le plus de fric à Vince MacMahon (NdT: l’organisateur du spectacle WWE). Tout cela n’est que cirque et illusion et est fait pour vous baiser dans les grandes largeurs.

Ignorez ce grand cirque politique et regardez ce qu’il se passe vraiment et vous discernerez une Amérique très différente que celle qu’on vous montre et celle que les acteurs  des narratifs pour gogos vous demandent de regarder. Ignorez leurs paroles et regardez leurs actions et surtout confrontez quiconque est du côté de la machine.

(NdT: oui c’est bien, mais en proposant quoi en remplacement ?… une piste à suivre ici…)

 

Médias et propagande: Les soi-disants réseaux sociaux à la botte de l’empire…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 11 janvier 2018 by Résistance 71

Facebook aux ordres d’Israël

 

Glen Greenwald

 

8 janvier 2018

 

Source: http://french.almanar.com.lb/731014

 

The Intercept, magazine d’investigation en ligne, apporte les preuves : Facebook a passé un accord avec la ministre la plus extrémiste et raciste du gouvernement israélien, Ayelet Shaked, en charge du portefeuille de la « justice » et s’est engagé à censurer tous les posts qui ne plaisent pas à Israël.

Comme le révélait The Intercept et le rapportait The Guardian, une délégation de Facebook et le gouvernement israélien se sont rencontrés en septembre 2016. L’objectif de cette entrevue : pousser Facebook à censurer les posts « incitant à la violence », et avant tout ceux des militants palestiniens qui protestent contre l’occupation israélienne.

Suite à cette rencontre, il semble désormais clair que le gouvernement israélien et Facebook ont trouvé un arrangement. En effet, la ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, a déclaré que Tel-Aviv avait soumis 158 demandes afin de faire retirer des contenus considérés comme incitant à la haine. Selon elle, Facebook aurait accepté 95 % des demandes.

Des centaines de Palestiniens arrêtés pour leurs posts Facebook

Dans les semaines suivant cet accord, le « collective Palestinian Information Center » a également constaté qu’au moins 10 comptes des administrateurs de leurs pages Facebook en arabe et en anglais — suivies par plus de 2 millions de personnes — ont été suspendus, et sept d’entre eux de façon permanente.

En mars 2017, Facebook a également brièvement fermé la page du Fatah, pour le post d’une ancienne photo de Yasser Arafat tenant un fusil.

L’étendue de cette censure est détaillée dans un rapport publié par le Centre palestinien pour le développement et les libertés des médias (MADA). Celui-ci liste une vingtaine de comptes de journalistes et d’activistes pro-palestiniens suspendus ainsi que la fermeture de pages du même type.

« Israël ne veut pas que le récit des violations commises dans les territoires occupés atteigne une audience mondiale », assure, sur Al Jazeera, Musa Rimawi, le directeur du MADA.

Une branche de l’armée israélienne pour recueillir des renseignements en ligne et surveiller les mots-clés sur les réseaux sociaux

D’ailleurs, parmi les comptes supprimés par Facebook figurent des membres de deux agences qui couvrent l’information quotidienne dans les territoires palestiniens occupés. Quatre éditeurs de l’agence de presse Shehab, qui compte plus de 6,3 millions de « likes » sur Facebook, et trois cadres du Quds News Network, avec environ 5,1 millions de « likes », avaient déclaré en 2016 ne pas avoir accès à leurs comptes personnels.

Dans la longue liste des pages supprimées par Facebook à la demande d’Israël, on peut aussi citer : Palestinian Dialogue Network (PALDF.net) Gaza now, Jerusalem News Network, Radio Bethlehem 2000, Orient Radio Network, page Mesh Heck, Ramallah news, celle du journaliste Huzaifa Jamous d’Abu Dis, celle des militants Qassam Bedier, et Mohammed Ghannam, du journaliste Kamel Jbeil, les comptes de Al Quds Page, ceux de Abdel-Qader al-Titi, des jeunes activistes Hussein Shajaeih, Mohammad Za’anin, Amer Abu Arafa, ou encore Abdulrahman al-Kahlou).

Une censure qui s’étend de façon générale aux citoyens palestiniens. Des centaines d’entre eux ont été arrêtés par Israël pour leurs posts Facebook, même pour de simples messages qui critiquent la domination israélienne mais ne soutiennent pas explicitement la violence. Une branche de l’armée israélienne serait d’ailleurs spécialement chargée de recueillir des renseignements en ligne et de surveiller les mots-clés sur les réseaux sociaux.

Le 11 octobre 2015 par exemple, Dareen Tatour, 34 ans, Palestinienne possédant la citoyenneté israélienne, a été arrêtée pour ses messages sur Facebook. Elle avait, entre autres, publié un poème intitulé « Résistez mon peuple, résistez leur. »

Et le11 juillet 2016, comme le rapporte The Intercept, le centre juridique israélien Shurat HaDin a même poursuivi Facebook devant un tribunal fédéral américain au nom des familles de citoyens américains tués par des assaillants palestiniens en Israël. Pour Shurat HaDin, Facebook aurait « sciemment » apporté un soutien matériel au Hamas parce que le groupe militant palestinien « a utilisé et compté sur la plateforme et les services de communication de Facebook » pour perpétrer des actions terroristes.

Une plainte qu’un porte-parole de Facebook a jugée « sans fondement. » Les militants palestiniens se défendent également. Pour eux, ce n’est pas tant les réseaux sociaux qui incitent à la violence, mais ce sont surtout les discriminations et l’occupation israélienne dont ils sont victimes depuis des décennies.

Un discours de haine envers les Arabes propagé sur les réseaux sociaux :

En revanche les posts israéliens qui appellent à la violence contre les Palestiniens ou les Arabes, ne sont généralement pas mis en cause par Facebook.

Il est pourtant très courant que les Israéliens se servent de Facebook pour inciter à la violence, appeler au meurtre de Palestiniens.

Et le discours de haine contre les Arabes en général a pris de l’ampleur sur Facebook. Des vidéos sur YouTube et Facebook montrent des centaines de foules israéliennes en colère qui chantent, « Mort aux Arabes. » Une autre vidéo montre aussi un juif israélien attaquant un Palestinien dans un bus public et criant : « De sales Arabes, des enfants de sales meurtriers. »

Pourtant, l’état hébreu semble convaincu que seuls les post d’opposants palestiniens sont une réelle menace à la sécurité.

Par Glenn Greenwald

Source : https://theintercept.com/2017/12/30/facebook-says-it-is-deleting-accounts-at-the-direction-of-the-u-s-and-israeli-governments/

CAPJPO-EuroPalestine

Manipulation et Nouvel Ordre Mondial: Néo-conservatisme, trotskisme, sionisme, sainte trilogie de l’empire… (VT)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 9 janvier 2018 by Résistance 71

Durant les quatre années qu’a duré la guerre civile en Russie, les anarchistes se sont presque tous battus aux côtés des bolcheviks, même s’ils se rendaient chaque jour davantage compte de l’effondrement imminent de la révolution. Ils se sentaient obligés de garder le silence et d’éviter tout acte ou déclaration qui pourrait aider et conforter les ennemis de la révolution.
Certes, la révolution russe s’est battue sur de nombreux fronts et contre de nombreux ennemis, mais à aucun moment la situation n’a été aussi effrayante que celle que doivent affronter le peuple et les anarchistes espagnols durant la révolution actuelle. La menace de Franco, aidé par les forces des États allemand et italien et leur matériel militaire, les bienfaits de Staline s’abattant sur l’Espagne, les manœuvres des puissances impérialistes, la trahison des prétendues démocraties et l’apathie du prolétariat international, tous ces éléments dépassent largement les dangers qui menaçaient la révolution russe. Et que fait Trotsky face à une aussi terrible tragédie ? Il se joint à la meute hurlante et lance son poignard empoisonné contre les anarchistes espagnols, à l’heure la plus décisive. Mais les anarchistes espagnols ont sans doute commis une grave erreur. Ils ont eu tort de ne pas inviter Trotsky à prendre en charge la révolution espagnole et à leur montrer comment ce qu’il avait si bien réussi en Russie pouvait être appliqué sur le sol espagnol. Tel semble être son principal chagrin.”
~ Léon Trotsky, John G. Wright et les anarchistes espagnols ~

 

Le mouvement néo-conservateur est trotskisme

 

Jonas Alexis

 

22 janvier 2013

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2013/01/22/the-neoconservative-movement-is-trotskyism/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’ancien ponte néo-conservateur de Stanford U, Francis Fukuyama, compare le mouvement néo-conservateur au léninisme. Le néo-conservatisme, d’après Fukuyama, est la réincarnation de quelques extensions à la fois du léninisme et du bolchévisme.

L’observation de Fukuyama fait sens lorsque même Irving Kristol, celui qui fonda le mouvement, a fièrement admis que “l’honneur dont je suis le plus fier est le fait que que je fus un membre en bonne et due forme de la Young People’s Socialist League (trotskiste) de la 4ème Internationale.”

Et ce mouvement néo-conservateur, comme l’a montré l’écrivain Sidney Blumenthal, a trouvé son idéologie politique et intellectuelle “ dans l’héritage controversé du Talmud”.

Même après la naissance du mouvement néo-conservateur, beaucoup de ses membres comme Stephen Schwartz du magazine du Weekly Standard et Joan Wohlstetter de la RAND Corporation avaient toujours grande soif de Lev Davidovitch Bronstein, plus connu sous le nom de Léon Trotsky.

En ce sens, la persuasion néo-conservatrice est un mouvement subversif qui a commencé dans les années 1920 et 1930. Le professeur de droit Michael Lind a fait remarquer il y a quelques années que:

“La plupart des intellectuels néo-conservateurs de la défense sont enracinés dans la gauche et non pas dans la droite. Ils sont les produits du secteur très influent juif-américain du mouvement trotskiste des années 1930 et 1940, qui s’est métamorphosé en libéralisme anti-communiste entre les années 1950 et 1970 et finalement en une sorte de droite militariste et impérialiste, n’ayant aucun précédent ni dans l’histoire ni dans la culture américaines.”

Ceci fut le cas d’Irving Kristol, qui se vantait du comment ses camarades intellectuels juifs comme Nathan Glazer d’Harvard, Philip Selznick de Berkeley, Peter Rossi de John Hopkins, Merroe Berger de Princeton, I.Milton Sacks de Brandels et Seymour Melman de Colombia n’étaient pas seulement trotskistes mais étaient “de manière indubitable les plus forcenés et articulés” pour endoctriner leurs étudiants dans leur Weltanshauung (NdT: qu’on peut traduire par “vision/perception du monde”)

Kristol argumente dans son ouvrage “La persuasion néo-conservatrice” que ces intellectuels juifs n’ont pas abandonné leur héritage (idéologique révolutionnaire) lorsqu’ils ont abandonné le communisme et autres mouvements révolutionnaires, mais ont dû opérer quelques changements dans leur mode de pensée. L’Amérique est remplie de ces anciens trotskistes qui ont mis en place une politique étrangère sans précédent qui a mené à l’effondrement de l’économie du pays. Nous devons garder présent à l’esprit que l’Amérique et une bonne partie du monde occidental ont eu une peur bleue du bolchévisme et du trotskisme dans les années 1920 et 30 à cause de leur activité subversive.

Winston Churchill lui-même écrivit un article en 1920 dans le Illustrated Sunday Herald intitulé: “Sionisme contre bolchévisme: Une lutte pour l’âme juive.”

Les Etats-Unis avaient bien des documents dans leurs archives (particulièrement à la fac de droit de Yale) sur la révolution bolchévique. Un de ces documents est intitulé: “Papers Relating to the Foreign Relations of the United States 1918 Russia Vol. I – The Bolshevik ‘Coup d’Etat’ November 7, 1917.” Pratiquement personne ne voulait tolérer le bolchévisme (NdT: qui est en fait le marxisme-léninisme ou capitalisme d’état, arrivé au pouvoir comme la démontré l’historien Antony Sutton, grâce au financement de la City de Londres et de Wall Street… Tout le monde n’était pas “terrorisé” par l’affaire vraisemblablement…)

L’économiste australien John Quiggin déclare dans son récent ouvrage “Zombie Economics” que “Les idées le plus souvent survivent ceux qui les ont énoncées et prennent des formes et orientations nouvelles. Certaines idées survivent parce qu’elles sont utiles. D’autres sombrent dans l’oubli. Mais même lorsqu’elles ont prouvé être fausses et dangereuses, des idées sont difficile à tuer. Même après que la preuve semble avoir été faite qu’elles soient mortes, elles continuent de ressurgir.

Ces idées ne sont ni vivantes ni mortes, elle sont plutôt des idées zombies, mort-vivantes…”

Le bolchévisme ou le trotskisme est une de ces idées zombies qui ne fait que revenir sous différentes formes. Elle s’est réincarnée idéologiquement dans les disputes politiques du mouvement néo-conservateur.

Si cela vous semble exagéré et si vous pensez que la projection dynamique du trotskisme est terminée, écoutez Gabriel Schoenfeld, top conseiller du candidat Mitt Romney durant sa campagne présidentielle sur le pourquoi il a soutenu Romney pour président:

“Mon soutien à Mitt Romney est lié à un navire nommé le Serpa Pinto et à un révolutionnaire américain marxiste.”

Schoenfeld a plus tard déclaré que son père était un trotskiste au sens révolutionnaire et qu’Obama était trop mou sur la question du Moyen-Orient, que Romney était un meilleur choix pour s’occuper de l’Iran. Schoenfeld a été un contributeur et éditeur pour la magazine néo-conservateur “Commentary.

A ce titre, des think tanks néo-conservateurs comme l’American Enterprise Institute sont très largement des extensions trotskistes en regard de la politique étrangère. D’autres think tanks comme la Bradley Foundation ont été récupérées par la machine néo-conservatrice en 1984 (NdT: sous Reagan).

Quelques-uns de ces agents doubles sont reconnus avoir travaillé avec des groupes juifs soutiens du Likud israélien comme le Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA) une organisation connue pour avoir coopté plusieurs experts de la défense non juifs en les envoyant en “stage” en Israël. L’institut y envoya le général en retraite Jay Garner, maintenant prévu par Bush pour être le pro-consul de l’Irak occupé.” Les universitaires philosémites Stephen Halper de Cambridge et Jonathan Clarke de la CATO Institute tombent d’accord pour dire que les agendas néo-conservateurs “ont emmené les relations internationales américaines sur la voie d’un long détour infortuné”, ce qui est une autre manière de dire que le mouvement révolutionnaire n’est pas ce que les pères fondateurs de la nation avaient en tête, car tous maintenaient que les Etats-Unis serviraient au mieux le peuple américain en évitant de s’emmêler dans des alliances avec des entités étrangères.

Dès que le lobby d’Israël s’est pointé, dès que le mouvement néo-conservateur a commencé à façonner la politique étrangère américaine, dès qu’Israël a commencé à dicter aux Etats-Unis ce qui devait être fait au Moyen-Orient, l’Amérique a été universellement détestée par le monde musulman.

De plus, l’ancien ministre de la défense Robert Gates (NdT: ex-CIA) a clarifié aux Etats-Unis que les Israéliens n’ont pas et ne devraient pas avoir un monopole sur les intérêts américains au Moyen-Orient. Pour cela il fut vilipendé par le né-conservateur Elliott Abrams.

En ce sens, le mouvement néo-conservateur comme mouvement intellectuel et politique représente une véritable 5ème colonne aux Etats-Unis en cela qu’il cherche subtilement et subrepticement à diminuer ce que les père fondateurs mirent en place pour lui substituer par ce que ces mêmes pères fondateurs auraient considéré comme d’horribles politiques étrangères, qui ont grandement contribué à la chute du respects qu’avaient autrefois les Etats-Unis dans le monde.

Halper et Clarke ont continué en disant que le mouvement né-conservateur est “en contraste complet… avec la tendance générale du tempérament américain comme il est décrit dans la déclaration d’indépendance.”

La persuasion néo-conservatrice est horrible dans le sens que la plus grande partie de la guerre faisant rage au Moyen-Orient a été construite sur des supercheries et des fabrications monumentales.

Ce point particulier est devenu encore plus intéressant lorsqu’il fut découvert qu’Israël a maintenu des opérations secrètes contre les Etats-Unis à de multiples niveaux, incluant le trafic d’armes illégales depuis des années, tandis que la machine néo-conservatrice n’a jamais rien dit à ce sujet et a continué de marteler qu’Israël est un modèle des valeurs occidentales au Moyen-Orient.

Israël a espionné les Etats-Unis pendant des années en utilisant des individus israéliens ou juifs états-uniens, incluant des figures clef néo-conservatrices de confession israélite comme Paul Wolfowitz et Douglas Feith, qui furent tous deux mis en examen pour avoir passé des documents classifiés à Israël.

Le FBI possède de nombreux documents traçant et montrant l’espionnage israélien aux Etats-Unis, mais personne ne s’est mis en avant et l’a dénoncé dans les médias parce que la vaste majorité des soi-disants experts en politique valorisent bien plus Mammon que la vérité.

Par exemple, lorsque deux membres de l’AIPAC (NdT: plus gros lobby sioniste aux USA, celui qui dicte sa politique à la maison blanche), Steven Rosen et Keith Weissman, furent pris passant des documents classifiées du Pentagone à Israël, Gabriel Schoenfeld les a défendu.

Dans le rapport annuel du FBI appelé “Foreign Economic Collection and Industrial Espionage,”, Israël est un des pays qui est souvent mentionné. Ceci est bien connu parmi les agents du FBI et de la CIA ainsi que des officiels hauts-fonctionnaires depuis des années.

Un ancien membre des services de renseignement américain a déclaré: “Il y a un énorme et agressif effort sans relâche d’activités israéliennes dirigées contre les Etats-Unis. Quiconque travaille dans le contre-espionnage de manière professionnelle vous dira que les Israéliens sont parmi les pays les plus agressifs et actifs ciblant les Etats-Unis. Ils mettent en place un large spectre d’opérations techniques et humaines. Des gens ici sont des officiers de liaisons… Ils poursuivent agressivement toute forme de renseignement classifié. Tous les dénis sont simplement risibles.”

En 1991, Les Israéliens ont essayé de recruter un ancien agent du renseignement américain, mais il refusa. “J’avais un agent du renseignement israélien sur moi à Washington du temps de la première guerre du Golfe. J’ai dit ‘non, allez-vous en’ et j’en ai fait le rapport au contre-espionnage.”

Des opérations secrètes étaient menées par les israéliens dans une “affaire de 1997 dans laquelle la NSA enregistra à Washington deux agents israéliens discutant de leurs efforts pour obtenir un document diplomatique américain sensible. Israël nia toute mauvaise action dans cette affaire et dans bien d’autres et personne ne fut traduit en justice.” Et pourtant, tout ceci n’a que très rarement été mentionné dans les médias. Parler ou faire allusion à ces faits, d’après Omri Ceren du magazine de la 5ème colonne “Commentaire”, s’apparente à de l’antisémitisme.

En 2003, le premier ministre israélien Ariel Sharon a fait une déclaration disant que les Etats-Unis avaient déjà conquis l’Irak et qu’il était temps qu’ils marchent sur la Libye, la Syrie et l’Iran.

Sous Obama, la prédiction de Sharon est devenue une réalité pour la Libye et maintenant les Etats-Unis déstabilisent la Syrie (NdT: cet article date de 2013…) en soutenant secrètement les rebelles syriens tandis que les tambours de la guerre battent contre l’Iran.

Dans le processus, l’Iran a été blâmée pour une attaque cybernétique au Moyen-Orient avec des preuves quasi inexistantes. A l’automne 2012, les Etats-Unis et Israël considéraient même des “frappes chirurgicales” contre l’Iran.

Dans le même temps, la “démocratie” que les néo-conservateurs rêvaient d’installer en Irak est devenue “de plus en plus totalitaire et étroitement sectaire”, d’après un ancien de 28 ans de service à la CIA et professeur à l’université de Georgetown, Paul R. Pillar dans son discours inaugural de second terme, le président Obama a suggéré que la guerre perpétuelle en vienne à une fin.

Mais dans ce même temps, les Etats-Unis envoyaient déjà quelques uns de nos précieux hommes au Mali et le PM britannique David Cameron a récemment déclaré que la guerre au Mali durerait probablement quelques décennies, ce qui est une autre façon de dire que la guerre perpétuelle sera… perpétuelle et que les gens qui paieront pour tout cela seront les contribuables américains, les braves gens qui essaient de mettre à manger sur leur table à chaque repas et les enfants des générations présente et à venir qui seront noyés dans une dette perpétuelle et des remboursement d’emprunts étudiants.

Quels sont donc quelques résultats du mouvement néo-conservateur ? Quelles sont quelques unes de leurs pousses subversives ou révolutionnaires ? Nous explorerons tout ça dans des articles à venir mais un des résultats indirects de ce mouvement est que personnne, démocrate ou républicain, ne peut être élu président des Etats-Unis sans être un sioniste ou du moins favoriser Israël plus que les pères fondateurs de cette nation. Ceci est devenu on ne peut plus clair lorsque Obama est redevenu président en 2012.

Des mois avant l’élection, Romney et Obama étaient en compétition de celui qui donnerait le plus gros tribut à Israël. Romney alla en Israël et y déclara que l’Iran était la plus grande menace pour le monde et Obama y envoya son ministre de la défense Léon Panetta juste après le départ de Romney pour faire dire à Israël que son administration est en accord avec les officiels israéliens en regard de l’Iran. Romney et Obama soutinrent le déploiement de troupes en Syrie su Assad, disaient-ils, utilisait des armes chimiques. Pour Alan Dershowitz d’Harvard, ce furent les juifs de Floride qui aidèrent à faire réélire Obama. Ceci n’est pas sans preuve, car il a été depuis rapporté qu’au moins 70% des votes juifs allèrent à Obama. Dershowitz continue en disant que les juifs, comme lui, “doivent maintenant comprendre que notre soutien au président sera bon pour Israël ces quatre prochaines années. Les juifs votent pour les deux partis.

Personne ne nous ignore. Chaque candidat rationnel sait que lui et son parti doivent gagner nos voix dans chaque élection.”

On pourrait dire que ceci ne veut absolument rien dire car les juifs représentent moins de 5% de la population américaine, mais comme nous le verrons dans la suite, les milliardaires juifs furent des véhicules principaux de soutien à la fois des démocrates et des soi-disants républicains.

Dershowitz déclara ensuite quelque chose qui aurait profondément choqué les pères fondateurs de la nation: “La plupart des Américains, quelque soit leur religion,  sont unis en soutien d’Israël et de sa sécurité, mais divisés sur des problèmes sociaux et économiques. Il est d’une importance capitale que le soutien pour la sécurité d’Israël demeure une affaire bi-partisanne et ne devienne jamais un coin enfoncé pour diviser l’électorat le long de la ligne de fracture des partis comme cela est le cas dans les pays européens.”

En d’autres termes, bien que l’économie soit un marasme total, que les Américains n’ont plus de travail, que les gens subissent des escroqueries sur leur plan de retraite. alors que les emprunts étudiants sont passés au travers du plafond, les Américains doivent soutenir Israël (d’au moins 3 milliards de dollars par an…). Comme les Pharisiens et les rabbins qui ont dû dire que faire à Ponce Pilate au 1er siècle de notre ère, Dershowitz déclare: “Moi et bien d’autres qui soutenons Obama, nous aurons son attention ces quatre prochaines années…”

Presque deux mois avant qu’il ne gagne les élections, Obama avait invité Dershowitz à la maison blanche et lui avait dit: “Je ne plaisante ni ne bluffe.” Obama avait aussi invité Edgar Bronfman, l’ex-président Congrès Juif Mondial et lui avait dit: “Mon engagement pour la sécurité d’Israël est jusqu’à la moëlle des os.” Qu’auraient dit George Washington, Thomas Edison et autres ? Ecoutons-les.

George Washington: “La grande règle du comportement pour nous, en ce qui concerne les nations étrangères, est l’extension de nos relations commerciales, d’avoir avec ces nations le moins de connexion politique possible. L’Europe a ses propres intérêts, qui ne sont pas les nôtres ou de très loin. C’est pourquoi elle doit s’engager dans de fréquentes controverses dont les causes nous sont essentiellement étrangères.

Ainsi, il serait très déraisonnable pour nous de nous impliquer, par des liens artificiels, dans les vicissitudes ordinaires de leur politique ou dans les combinaisons et collisions ordinaires de leurs amitiés ou inimitiés.

Thomas Jefferson: “La paix, le commerce et l’honnête amitié avec toutes les nations, alliances emmêlées avec personne.” Grover Cleveland: “C’est la politique de Monroe, de Washington et de Jefferson: paix, commerce, honnête amitié avec toutes les nations, alliances confuses et emmêlées avec personne.”

Quel président aurait l’audace, le courage, de prononcer ces mots aujourd’hui ? La réponse est claire et sans appel: aucun ! Le seul récent candidat à la présidence qui a essayé de mettre en place cette politique étrangère fut Ron Paul, mais il fut fustigé et classé comme un “antisémite de la pire espèce” pour l’avoir fait.

Pour résumer, si vous suivez les préceptes des pères fondateurs lorsqu’on en vient à la politique étrangère des Etats-Unis, vous êtes un “sale antisémite” ; de plus, si les pères fondateurs étaient en vie aujourd’hui, ils seraient tous taxés d’antisémitisme ! (NdT: en plus du fait qu’il étaient des esclavagistes… ) Ces dernières semaines, plus de 60 articles ont été écrits contre Chuck Hagel  par juste deux magazines néo-conservateurs, “Commentary” et le “Weekly Standard” (sans mentionner le Washington Post, la National Review, le Wall Street Journal etc…)

Ceci nous amène à un point critique essentiel que nous analyserons plus en détail dans d’autres articles: le mot antisémitisme a été appliqué légèrement au paysage politique pour mettre un terme aux arguments rationnels et aux problèmes importants. Il est devenu une arme dans les mains de ceux qui cherchent à déstabiliser la discussion réfléchie et critique.

Soit vous soutenez l’idéologie néo-conservatrice ou alors….

= = =

En ce qui concerne les “pères fondateurs” de l’empire ango-américain, nous en pensons la même chose que le grand humoriste new-yorkais George Carlin qui disait:

“Notre pays a été fondé sur le double standard. Il a été fondé par des propriétaires d’esclaves qui voulaient être libres, donc ils ont tué plein d’Anglais blancs afin de pouvoir continuer à posséder des Africains noirs pour continuer à éradiquer les hommes rouges indiens, envahir l’Ouest et voler plus avant les terres de ces gens et aussi prendre les terres des Mexicains basanés, pour finir pas balancer leur bombe A sur les Japonais jaunes. Le slogan de ce pays devrait être: ‘Donnez-nous une couleur et on va l’éradiquer !’… “

De plus, en 1783, George Washington soi-même, celui dont se gargarisent tant les Yankees , avait qualifié la jeune “république” américaine d’ “empire levant”, que nous avons rebaptisé il y a quelques années “empire du goulag levant”… à juste titre s’est-il avéré et on n’en voit pas encore la fin.

~ Résistance 71 ~

 

Vidéo du texte de Carlin:

http://www.youtube.com/watch?v=VSJmYnHdvsc