Archive for the réchauffement climatique anthropique Category

Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique: Vatican, réchauffement, terre plate et imbécilité ensoutanée…

Posted in actualité, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 25 août 2017 by Résistance 71

Pour un archevêque du Vatican tout le monde devrait accepter que le réchauffement global est un fait

 

Lisa Bourne

 

19 juillet 2017

 

Source: https://wattsupwiththat.com/2017/07/22/vatican-archbishop-all-should-accept-that-global-warming-is-a-fact/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le grand ponte de l’académie des sciences pontificale du Vatican a encore interféré en disant que le déni du réchauffement climatique anthropique correspond à la mentalité de dire que “la terre est plate” (NdT: ce que soutenait l’église en son temps du reste et qui mena le physicien Bruno au bûcher pour  avoir refuser le dogme, et forçant la rétractation de Galilée…): “d’un point de vue scientifique, la phrase disant que la Terre est réchauffée par l’activité humaine est aussi vraie que la phrase: la Terre est ronde !” a dit l’archevêque Marcelo Sanchez Sorondo.

L’archevêque a été un promoteur zèlé et très constant de la théorie du réchauffement climatique anthropique comme étant une vue de l’église non-négociable, malgré le statut de protection de l’environnement soit une affaire de business et de gros sous.

L’idéologie du changement climatique [anthropique] continue à être contestée comme étant un plan perpétré avec des données manipulées par la gauche pour faire passer des législations environnementalistes et de nouveaux impôts.

L’archevêque Sorondo a désavoué les “négationnistes climatiques” dans un entretien récent avec Radio Vatican, comme étant “un infime minorité”.

L’entretien qui se tint en allemand contenait cette manchette: “Vatican: le changement climatique est un fait”, et se concentra sur la réception de l7encyclique du pape François “Laudato Si”, deux ans après sa diffusion.

L’archevêque Sorondo expliqua dans l’entretien pour dire que le changement climatique provoqué par l’Homme était considéré comme scientifique. Il ajouta que le pape avait non seulement le droit mais aussi le devoir de se reposer sur la cience en plus de la doctrine et philosophie en recherchant la vérité.

Si le pape s’exprimait sur un tel sujet, alors cela n’était pas arbitraire, a t’il dit, car la parole du pape n’est pas restreeinte au domaine de “la doctrine de la foi et de la morale”.

Le pape utilise les vérités de la science et de la philosophie non seulement pour expliquer aux hommes comment parvenir au paradis, a dit l’archevêque, mais aussi ce qu’il doit faire sur terre.

Toutes les activités humaines ont un rapport avec l’éthique. a dit l’archevêque argentin, elles sont donc déjà dans la juridiction du pape. Sorondo est un proche conseiller du pape François 1er et le chancelier à la fois de l’académie des sciences pontificale et l’académie pontificale des sciences sociales. Il a accueilli à plusieurs reprises des avocats pro-avortement et du contrôle de la population (NdT: idéologies pourtant diamétralement opposées et antimomiques du dogme catholique) au Vatican pour des conférences sous le prétexte de l’affaire climatique.

Le mois dernier, juste avant que le président Trump ait annoncé que les Etats-Unis se retireraient du controversé accord de Paris, l’archevêque a assimilé les sceptiques de l’idéologie climatique a des “croyants de la terre plate”. Un retrait de l’accord de Paris “ serait non seulement un désastre mais complètement anti-scientifique,” a t’il dit.

“Dire que nous devons nous reposer sur le charbon et le pétrole c’est  dire que la terre n’est pas ronde”, a déclaré Sorondo. “C’est une absurdité dictée par le besoin de faire de l’argent.”

Il a aussi répétitivement déclaré que ceux qui ne souscrivent pas au changement climatique anthropique sont soudoyé par l’industrie du pétrole. Il l’a réaffirmé dans un entretien avec Radio Vatican.

“Bien sûr, certains secteurs qui dépendent du lobby pétrolier, incluant quelques institutions catholiques ! – ne sont pas d’accord avec Laudato si”, a déclaré l’archevêque. “Avec cela ils génèrent des dégâts sérieux parce que le climat se détériore et même les opposants du changement climatique seront parmi les victimes à court ou long terme.”

Publicités

Pour en finir avec l’escroquerie malthusienne de la « surpopulation »…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, crise mondiale, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 6 avril 2017 by Résistance 71

“Il n’y a pas le moindre doute que l’hésitation de bien des biologistes pour reconnaître la sociabilité et l’entraide comme caractéristiques fondamentales de la vie animale est dûe à la contradiction qu’ils perçoivent entre une telle reconnaissance et la dure lutte pour la survie malthusienne qu’ils considèrent être au plus profond de la théorie de l’évolution darwinienne. Même lorsqu’ils sont remémorés par Darwin lui-même dans son second ouvrage “La descendance de l’Homme”, qu’il reconnaissait la valeur dominante de la sociabilité et des sentiments “positifs” pour la préservation de l’espèce, ils ne peuvent pas réconcilier cette assertion avec la partie que Darwin et Wallace ont assigné à la lutte individuelle malthusienne pour le gain d’avantages individuels dans leur théorie de la sélection naturelle. […]”

~ Pierre Kropotkine ~

 

A lire aussi: “Le CO2 est le démon par ce que Malthus et Ehrlich ont eu tort sur la surpopulation” (https://resistance71.wordpress.com/2015/05/03/lescroquerie-du-rechauffement-climatique-anthropique-avatar-de-lescroquerie-malthusienne-de-la-surpopulation/ )

 

Et parce que l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique se dégonfle comme la baudruche qu’elle est, le retour au (neo)malthusianisme et le bidonnage de la “surpopulation” est de rigueur…  Nous n’avons pas un problème de surpopulation, nous avons un problème de gestion, énorme différence (Résistance 71)

 

La bombe démographique est un pétard mouillé

 

Rodolphe de Koninck et Sébastien Roux

Du département de géographie de l’université de Montréal

 

5 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/495376/la-bombe-demographique-est-un-petard-mouille

 

Dans la lettre intitulée « La bombe à retardement de la surpopulation », parue dans Le Devoir du lundi 20 mars, M. Jean-Pierre Sauvé soutient qu’à la source de la détérioration de la biosphère se trouve la surpopulation. Cette vision encore très répandue apparaît inadéquate et requiert quelques ajustements.

N’en déplaise aux tenants du néomalthusianisme, la croissance démographique n’est pas en soi une cause de la surexploitation des ressources naturelles et de la détérioration des écosystèmes. Les démographes s’accordent pour dire que l’ascension démographique des cent dernières années tire à sa fin. La population mondiale devrait atteindre 9 milliards en 2050 avant de se stabiliser progressivement durant la deuxième moitié du XXIe siècle. Malthus avait tort : la croissance démographique n’est pas infinie et la population mondiale ne doublera plus jamais.

Il n’est pas étonnant que le spectre de la surpopulation resurgisse dans un contexte d’augmentation des inégalités économiques et de déstabilisation écologique, même si nous savons depuis longtemps que la faim et la pauvreté sont en réalité des problèmes liés à la distribution inégale de la richesse et des ressources. D’ailleurs, les populations les plus démunies n’ont en général qu’une empreinte écologique modeste et en tout cas largement inférieure à celle des populations riches. Si les 7,5 milliards d’humains qui vivent sur terre aujourd’hui étaient des prédateurs aussi boulimiques que le sont la majorité des quelque 360 millions de Nord-Américains, l’humanité serait déjà définitivement condamnée à connaître le sort des dinosaures.

L’occupation du territoire

Le véritable problème, c’est la façon dont les humains occupent la planète, quel que soit leur nombre. L’habitent-ils de façon harmonieuse, raisonnable et responsable, ou plutôt d’une manière abusive, prédatrice et destructrice ? La réponse est que l’humanité, en particulier dans les pays riches, habite la planète de façon de plus en plus prédatrice. Cela est vrai notamment dans l’agriculture mondialisée, l’une des grandes responsables de la détérioration de la biosphère et des bouleversements climatiques, de même que de la destruction de la petite agriculture familiale appauvrissant les campagnes et contribuant à l’exode vers les villes.

L’agriculture industrielle, aujourd’hui largement entre les mains des multinationales de l’agroalimentaire, produit trop et mal, notamment en externalisant et en socialisant les coûts et les risques écologiques. Le bluff qui consiste à affirmer que l’on doit mettre en culture une part croissante de la planète, notamment en la déboisant davantage, n’est que cela, un bluff, par ailleurs fort coûteux. Le problème n’est pas le manque de nourriture, mais la distribution inégale tant de sa production que de sa consommation.

L’agriculture mondialisée, source de gigantesques profits, produit déjà assez de nourriture pour nourrir plus de dix milliards de personnes. Pour de multiples raisons et de multiples façons, nous gaspillons au moins le tiers de la production alimentaire mondiale, une production elle-même fort mal répartie sur le plan géographique, si mal qu’on en arrive à créer de véritables déserts alimentaires.

Le culte de l’automobile

On pourrait multiplier les exemples des faussetés sur lesquelles repose la propagande en faveur de la croissance de la production des biens de consommation, l’une des plus perverses concernant ce que les Français appellent « la petite reine ». Il y a déjà beaucoup trop de voitures sur la planète. Dans un nombre croissant de villes, y compris au Québec, nous sommes sur le point d’accorder le statut de citoyen à nos voitures et, pourquoi pas, des passeports et le droit de vote à celles qui, bientôt, se conduiront toutes seules ! Nous donnons littéralement les clés de la cité à nos « chars », à qui nous consacrons de plus en plus d’espaces et de ressources, en particulier collectives.

Tout cela relève de l’aliénation, de la crainte de contester les mensonges, tel celui selon lequel c’est la demande qui conditionne l’offre, alors qu’il faut être aveugle pour ne pas voir que c’est l’offre, par ailleurs excessive, qui pousse à la consommation et au gaspillage, lequel est devenu structurel. Le parc automobile mondial, qui dépasse actuellement 1,2 milliard de véhicules, connaît une croissance annuelle huit fois plus rapide que la population (9 % contre 1,1 %). La surpopulation n’est pas celle que l’on pense.

Renverser le paradigme

Tout comme M. Sauvé, nous nous inquiétons des limites écologiques du modèle de croissance infinie actuel, du déclin de la biodiversité et des effets de la surconsommation. Par contre, nous soutenons que la surpopulation est un problème relatif plutôt qu’absolu, et qu’il est par conséquent le résultat de choix politiques, sociaux et économiques qui peuvent être changés. La prétendue surpopulation est le produit d’un système économique où la recherche sans fin du profit est diamétralement opposée aux rythmes écologiques.

Que faire ? Redresser la tête, s’informer et s’éduquer sur les modèles parallèles qui se multiplient aux quatre coins du monde, comme le démontre le film Demain. Il faut contester les modèles sociaux qui reposent sur l’aliénation, la surconsommation et la prédation réalisée sous couvert d’austérité et de déréglementation, toutes choses menant à l’accélération de la privatisation et à la destruction de la biosphère. Bref, inventer chacun à notre façon ainsi que collectivement un monde qui renverse celui qui, pour le moment, ne sert qu’une minorité tout en desservant une majorité.

La population mondiale ne menace en rien la Terre qu’elle peut encore habiter, à condition de le faire avec sagesse et mesure, en refusant et en remplaçant les modèles proposés par l’ultralibéralisme économique, actuellement et presque partout en plein délire !

Socrate et la maïeutique du réchauffement climatique anthropique

Posted in actualité, altermondialisme, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 19 janvier 2017 by Résistance 71

 

Ceci est un dialogue hypothétique qui aurait pu avoir lieu entre Socrate et un membre de la secte “réchauffiste” anthropique mondiale…

Socrate
 Content de vous rencontrer Mr Smith. On me dit que vous êtes très préoccupé au sujet d’un réchauffement climatique dangereux.

Mr Smith
 Oui en effet, nous devons faire face à la conjoncture alarmante d’une catastrophe de réchauffement climatique mondial.

Socrate
Qu’est-ce qui vous préoccupe tant ?

Mr Smith
Les émissions de gaz carbonique en provenance des combustibles de source fossile.

Socrate
 Comment ces sources fossiles furent-elles formées ?

Mr Smith
 Une grande variété de plantes a poussé, puis sont mortes et ont formé des sources de carburants fossiles pendant la période géologique du carbonifère.

Socrate
 Y a t’il eu un réchauffement mondial dangereux avant la période du Carbonifère ?

Mr Smith
 Non. Il n’y a aucune preuve d’un réchauffement mondial dangereux avant la période du Carbonifère.

Socrate
 D’où provient le carbone des carburants d’origine fossile ?

Mr Smith
 Les plantes ont absobé le gaz carbonique de l’atmosphère avant la formation des combustibles fossiles.

Socrate
 Alors le gaz carbonique absorbé par les plantes est maintenant relâché dans l’atmosphère au cours de la combustion de ces carburants fossiles ?

Mr Smith 
Cela doit être çà.

Socrate
 Vous avez observé qu’il n’y avait pas eu de réchauffement dangereux avant que le CO2 ne fut absorbé pour former le combustible fossile, donc comment ce même gaz carbonique maintenant relâché peut-il provoquer un réchauffement mondial dangereux ?

Mr Smith
 Je trouve l’implication de votre question très provocatrice et dérangeante. Vous devez savoir qu’il y a en ce moment même une action attentée contre vous pour corruption de la jeunesse avec vos questions philosophiques.

Socrate
 Je suis très sensible au fait que les gens sont dérangés par mes questions philosophiques qui révèlent la vérité au moyen d’une logique irréfutable et des faits qui réfutent des croyances ayant cours depuis bien longtemps. Notre conversation n’a pas été une exception.

Mr Smith
 Je dois partir maintenant.

Source: Climate Study Group

https://s3.amazonaws.com/jo.nova/guest/aust/academic/climate-study-group/The%20Australian%20Socrates%20Advertorial%20final%20to%20print%2013%20%26%2020.1.17.pdf

Traduction Résistance 71 le 19 jannvier 2017

Escroquerie réchauffement climatique anthropique: Fumisterie politique et science bidouillée…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 novembre 2016 by Résistance 71

“Le processus du GIEC est lié à l’activisme environnementaliste, à la politique et à l’opportunisme. Il n’est en rien lié ou connecté à la science.”

“La preuve que le CO2 ne dirige aucunement le climat est démontré par les glaciations précédentes. Les grandes glaciations silurienne et du jurassique-crétacé se produisirent avec des contenus atmosphériques de CO2 d’environ 2000 ppm… Ceci n’a jamais été expliqué par ceux qui argumentent que les additions humaines de CO2 dans l’atmosphère provoquent ou provoqueront un réchauffement climatique global.”

~ Ian Plimer, professeur de sciences environnementales, université d’Adélaïde, 2009 ~

Toute cette fumisterie est passée du “Refroidissement Global” des années 1970, au “Réchauffement Climatique Anthropique” (RCA) dans les années 1980 (Thatcher commença cette escroquerie planétaire), au “Changement Climatique” (le mot “anthropique” étant maintenant sous-entendu pour mieux faire passer la pilule sur un plan sémantique, en effet qui peut nier que le climat change ?…), depuis l’affaire du ClimateGate de novembre 2009 qui vit des milliers de courriels et de correspondances intranet de l’université d’East Anglia en Angleterre (le nid du RCA) être fuités, démontrant la collusion entre scientifiques et politiciens dans la falsification et le bidouillage des données fournies pour fabriquer les modèles climatique informatiques bidons utilisés par le GIEC et les agences politiques idoines. L’affaire du “Hide the decline” ou le “Cachez ce déclin [du réchauffement] que je ne saurais voir”, signa l’arrêt de mort du RCA et les débuts du “changement climatique”, fondé sur la même escroquerie scientifique, engraissant sur le marché des échanges carbones les Al Gore, Patchauri (alors grand gourou du GIEC) et consorts, associés comme larrons en foire dans le CCX ou la bourse du carbone basée à Chicago et ayant le monopole du boursicotage du CO2. CCX (Chicago Carbon Exchange) qui a fermé depuis, mais les escrocs Gore et Patchauri courent toujours. Nous avons couvert ces affaires depuis des années et nos fidèles lecteurs en savent autant que nous à ce sujet.
Le professeur Roy Spencer est un expert en la matière et ses analyses pesées sont toujours rafraîchissantes.
Pour les quelques ceux ayant manqué des épisodes ou prenant le train en marche…

Lire nos dossiers:

“Escroquerie du RCA” et aussi le dossier connecté au RCA sur “Le pétrole abiotique”, sachant que le bidouillage scientifique est rampant toujours pour le profit du plus petit nombre.

~ Résistance 71 ~

 

Réchauffement climatique anthropique: la fumisterie politique contre la science bidouillée

 

Pr. Roy Spencer (Ph.D météorologie, ex-NASA)

 

17 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.drroyspencer.com/2016/11/global-warming-policy-hoax-versus-dodgy-science/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Au début des années 1990, je rendis visite au conseiller scientifique de la Maison Blanche, le professeur Robert Watson, qui pontifiait sur le succès acquis de la réglementation du gaz fréon pour résoudre le problème du “trou dans la couche d’ozone” et que maintenant le nouvel objectif était de réglementer le gaz carbonique, qui à cette époque était pensé être la seule raison du réchauffement climatique.

J’étais alors un peu stupéfié de cette approche de la “charrue avant les bœufs”. Il me semblait vraiment que l’objectif de cette politique était bien trop gravé dans le marbre pour être honnête et dès lors le nouvellement formé GIEC avait la tâche des plus obscures de fabriquer la science qui soutiendrait une telle politique…

Maintenant, 25 ans plus tard, la préoccupation du public pour le réchauffement climatique anthropique (alias “changement climatique”, NdT: l’”anthropique” étant maintenant sous-entendu depuis le ClimateGate de novembre 2009…), demeure tout en bas de la liste des préoccupations environnementales.

Et pourquoi donc cela ?

Peut-être parce que les gens n’en voient pas les effets dans leurs vies quotidiennes….

1) En considérant toutes mesures objectives, le mauvais temps n’a en aucun cas empiré.

2) Le réchauffement ne s’est produit qu’à la moitié de ce que prédisait les modèles climatiques informatiques (NdT: fondées sur une “science” que nous savons totalement bidonnée depuis le ClimateGate de 2009 : “Cachez ce déclin que je ne saurais voir”…) et de ce que prédisait et affirmait le GIEC.

3) Le CO2 est nécessaire à la vie sur Terre. Il a fallu à l’humanité 100 ans d’utilisation intensive d’hydrocarbures pour augmenter le contenu de CO2 atmosphérique de 3 à 4 parts pour 10 000.

4) Le CO2 en excès est maintenant crédité pour causer un “verdissement” mondial.

5) Malgré les contorsions nerveuses au sujet des impacts du changement climatique sur l’agriculture, les rendements actuels de blé, de maïs, de soja sont records (NdT: dans le contexte de l’agro-business, certainement pas dans un contexte d’agriculture traditionnelle qui voyait des rendements bien supérieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui et de manière naturelle et non chimique…)

Comme exemple de la déconnexion entre la réalité et les modèles climatiques qui font foi pour guider la politique énergétique, voici une compilation graphique représentant les températures moyennes annuelles dans les 12 états américains de la “ceinture du blé” (données officielles de la NOAA), comparées avec les projections des modèles climatiques utilisés par le GIEC (voir le graphique sur l’article original en anglais)

Oui, il y a eu un petit réchauffement récent. Et alors ? Quelle en est la cause ? Cela est-il inhabituel en comparaison des siècles précédents ? Est-ce nécessairement une mauvaise chose ?

Et, ce qui est plus important de la perspective politique, que pouvons-nous y faire de toute façon ?

La supercherie politique du réchauffement climatique (anthropique)

Rush Limbaugh et moi avons eu un désaccord de bonne nature sur sa caractérisation du réchauffement climatique (anthropique) comme supercherie. Le président élu Donald Trump a aussi utilisé le terme de “supercherie”.

Je voudrais offrir ici ma perspective sur les manières dont le réchauffement climatique est en fait une supercherie, mais aussi un sujet légitime de recherche scientifique.

Bien que cela puisse paraître cynique de le dire, le réchauffement climatique a été utilisé politiquement afin que les gouvernements puissent gagner le contrôle sur le secteur privé. La vision de Bob Watson n’était qu’une indication de cela. En tant qu’ancien fonctionnaire, je peux confirmer l’angoisse et la pression que les fonctionnaires subissent afin de demeurer utile et efficace aux yeux des contribuables qui paient leurs salaires, il y a donc un désir continu d’augmenter le rôle de l’État et des gouvernements dans nos vies quotidiennes afin de simplifier leur existence.

En 1970, l’ Environmental Protection Agency (EPA) reçût un mandat légitime de nettoyage de notre air et de notre eau. Je me rappelle des crises de pollution auxquelles nous faisions face dans les années 1960. Mais tous ces problèmes furent (en partie) résolus, alors l’EPA se retrouva dans la situation précaire de ne simplement plus être d’aucune utilité.

Donc. L’EPA s’est embarquée dans une mission de toujours remonter les niveaux de réglementations gouvernementales. Toute substance faite par l’Homme et qui montre la plus petite preuve d’être dangereuse en larges concentrations a été la cible de réglementation. J’ai été dans une réunion de la Carolina Air Pollution Control Association (CAPCA) il y a quelques années où un employé de l’EPA déclara au groupe que “nous ne devons jamais cesser de rendre l’environnement plus propre” (ou quelque chose d’avoisinant).

Il y eut des hoquets dans l’assistance.

Voyez-vous, il y a un rôle tout à fait légitime pour l’EPA, celui de réguler les niveaux de pollution humaine clairement dangereux.

Mais ce n’est physiquement pas possible de faire que notre environnement soir à 100% propre.

En essayant de rendre notre environnement de plus en plus propre, le coût pour ce faire augmente dramatiquement. Vous pouvez nettoyer et assainir votre maison dans la zone de 90% et ce de manière assez facile, mais la rendre propre à 99% demandera d’énormes efforts et en augmentera le coût.

Comme tout économiste vous le dira, l’argent dépensé pour une chose n’est plus disponible pour une autre, comme la santé par exemple. Ainsi, le risque encouru en sur-régulant la pollution est que vous vous retrouvez à tuer plus de gens que vous n’en sauvez, parce qu’il y a une chose que nous savons et qui tue des millions de personnes par an et c’est la pauvreté. (NdT: Ici, le Dr. Spencer met le doigt sur un aspect très sensible sans peut-être même s’en rendre compte: le fait est que l’oligarchie planifie la mort de millions et millions de personnes, l’eugénisme est une grande partie de l’agenda oligarchique planétaire ne l’oublions jamais et le RCA est une des tactiques pour remplir cette tâche, Spencer le sait-il ou pas ? Nous ne le savons pas…)

Le réchauffement climatique (anthropique) est devenu une raison pour que le gouvernement mette en place des politiques, que ce soit celle de la taxe carbone ou quoi que ce soit d’autre, utilisant un mécanisme régulatoire que le public refuserait en masse s’il savait: (1) combien cela leur coûte en terme de réduction de prospérité et (2) le très peu d’effet que cela a et aura sur notre système climatique.

Ainsi, la prescription politique devient de fait une supercherie, parce que le public est trompé et on le force à croire que ses actions vont “améliorer” le climat.

Même en utilisant les chiffres du GIEC (et donc ceux de l’EPA), il n’y a rien que nous puissions faire sur le plan de la politique énergétique qui aurait un effet mesurable à terme sur les températures globales.

A cet égard, Les politiciens qui utilisent le réchauffement climatique (anthropique) comme outil politique pour résoudre un soi-disant problème ayant été identifié, sont de fait des fraudeurs et des enfumeurs. Les besoins énergétiques de l’humanité sont si importants, que dans les décennies à venir, il a été estimé par Bjorn Lomborg qu’il est fort peu probabe que 20% de ces besoins énergétiques soient satisfaits avec des sources d’énergie renouvelables.

Que cela vous plaise ou non, nous sommes coincés avec les hydrocarbures comme source primordiale d’énergie pour les décennies à venir. Gérez et intégrez cela. Et dans la mesure où nous avons besoin éventuelleemnt de plus d’énergie renouvelables, alors laissez le secteur privé s’en charger. (NdT: Il est bien évident que nous ne sommes pas d’accord sur ce point avec Spencer. La seule solution est de sortir du carcan capitalisto-étatique et entrer dans une ère de l’autogestion du bien commun, sans étiquette de prix, les choses même les plus complexes se simplifient grandement…). Les entreprises de l’énergie sont dans les affaires de fournir de l’énergie et elles se moquent d’où cette énergie provient (NdT: là réside aussi un des problèmes majeurs, le tout lié au PROFIT et aux conflits d’intérêts, impensable dans une société égalitaire sortie de l’exploitation et de la valeur ajoutée spéculative…)

La malhonnêteté de la science du réchauffement climatique

Le directeur de la NASA/GISS, Gavin Schmidt, vient juste de poser un défi au président nouvellement élu Donald Trump de ne pas interférer avec leur recherche sur le réchauffement climatique anthropique.

Les gars, il est temps de sortir le popcorn pour le spectacle!

Gavin joue la même carte que l’ancien directeur du GISS, James Hansen, celle qu’il avait joué il y a quelques années lorsque l’administration Bush avait essayé de “brider” Hansen de parler sans retenue à la presse et au Congrès.

A cette époque, j’étais le directeur scientifique pour les recherches sur le climat à la NASA/MSFC et la NASA avait de très strictes règlementations en ce qui concerne la presse et le Congrès des Etats-Unis. J’ai suivi ces règlements à la lettre; Hansen ne le fit pas. Lorsque j’en ai eu marre que l’administration bride mes libertés, j’ai exercé ma liberté et mon libre-arbitre et j’ai démissionné de la NASA pour trouver un boulot de recherche universitaire.

Hansen lui décida de jouer “le scientifique éternellement persécuté”. Après tout, lui (et ses supporteurs dans la communauté de l’environnement) avaient pour mission de “sauver la planète” et Gavin emprunte maintenant également ce chemin.

Je peux néanmoins sympathiser avec Gavin sur ce que le “changement climatique” est en fait un sujet légitime d’étude. Mais ils doit comprendre que le zèle de style EPA utilisée par par les agences de financement (NASA, NOAA, DoE, NSF) pour caractériser TOUT changement climatique comme étant de cause humaine ET aussi dangereux causeraient eventuellement un retour de flamme de ceux qui paient les factures.

Nous, les peuple, ne sommes pas si stupides.

Donc maintenant la recherche sur le climat se trouve à un carrefour des plus importants. Les scientifiques doivent arrêter de mal représenter le réchauffement climatique comme étant une science sûre, définie et admise.

Je veux aussi dire que la recherche sur le réchauffement climatique n’est pas de l’ingénierie spatiale, elle est en fait bien plus compliquée. Au mieux c’est une science malhonnête, parce qu’il y a tellement d’incertitudes que vous pouvez juste obtenir toute réponse que vous désirez des modèles climatiques simplement en utilisant à souhait ces incertitudes comme boutons de réglage.

La seule partie de cette science qui est relativement définie et admise est qu’ajouter du CO2 dans l’atmosphère de la planète a probablement contribué au réchauffement récent. Mais cela ne veut en rien dire que c’est dangereux.

Et cela ne veut certainement pas dire que nous pouvons y faire quoi que ce soit… et ce même si nous le voulions.

Vers un Nouvel Ordre Mondial eugéniste nucléaire + OGM d’un empire fusionné américano-chinois ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 22 août 2016 by Résistance 71

Nous avons reçu cet exposé/analyse d’un correspondant anonyme qui soulève quelques points particulièrement intéressants. Nous pensons également que la Chine est partie prenante du projet de Nouvel Ordre Mondial crypto-fasciste en cours de développement, il suffit de regarder les mouvements financiers, de suivre le fric, pour constater qu’il s’opère une fusion anglo-américano-chinoise au plus haut niveau et que le fameux « pivot vers l’Asie » amorcé par l’administration Obama n’est en rien ce pseudo pivot militaire de façade qu’on étale dans toute la pressetituée à la botte, mais bel et bien un « pivot financier » de convergence et de domination à terme, le tout géré par la City de Londres et sa succursale de Wall Street.

Dans cet imbroglio, l’affaire des OGM est cruciale, car selon la doctrine Kissinger, pour contrôler le monde il faut deux choses:

  1. Contrôler l’énergie (pétrole, gaz, nucléaire pour l’heure)
  2. Contrôler la nourriture (agro-business mondial)

Observons bien ce qui se passe depuis plusieurs décennies… Nous y reviendrons sous peu, car l’achat du géant suisse des OGM Syngenta par la Chine n’est pas un hasard…

— Résistance 71 —

 

Les USA et la Chine veulent une guerre nucléaire mondiale pour que les peuples soient dépendants de Monsanto/USA et Syngenta/Chine



 

Source: Correspondant anonyme

 

21 août 2016

 

Ils sont en train de préparer cette guerre nucléaire mondiale en prévoyant d’installer des réacteurs nucléaires à proximité de chaque ville pour 2021.



Bill Gates en plus de sa propre entreprise de nucléaire TerraPower investit aussi dans le nucléaire chinois, il a signé le contrat avec l’entreprise publique chinoise en présence du lieutenant-gouverneur de l’État de Washington

https://reporterre.net/Bill-Gates-investit-dans-le-nucleaire-chinois




Pour deux puissances USA/Chine prêtes à déclencher une guerre nucléaire mondiale, cela paraît bizarre de les voir ainsi s’entraider l’un l’autre dans leurs entreprises nucléaires respectives.

voir plus sur https://resistance71.wordpress.com/2016/08/18/totalitarisme-technologique-pour-un-nouvel-ordre-mondial-emmene-par-la-chine-et-sous-controle-de-la-city-de-londres/#comments

Les compteurs intelligents initiés par l’ONU dirigé par les USA et la Chine seront utilisés pour manipuler les réacteurs nucléaires à distance et les faire exploser dans n’importe quelle ville qu’ils souhaitent. 
Ainsi toute l’agriculture des paysans libres étant détruite, seuls Syngenta et Monsanto resteront pour fournir la population mondiale.

Monsanto et Syngenta ont déjà créé ensemble une banque commune de graines venant du monde entier dans une île en Arctique!

 Bill Gates, Monsanto des USA, Syngenta acheté récemment par la Chine, Rockfeller, le président de Norvège ont construit une banque des semences mondiales appelé Banque de Spitzberg dans l’archipel arctique de Svalbard, sur l’île de Spitzberg, à environ 1.000 kilomètres du pôle Nord, une « Arche de Noé »

http://www.arte.tv/sites/robin/2008/09/03/la-banque-de-semences-de-spitzberg-norvege-1/

Et pour atteindre leur objectif, ils vont commencer à partir de 2021 en complicité avec d’autres puissances nucléaires Royaume-Uni, Corée du Sud, Argentine, Japon, Russie, Canada, France à implanter des réacteurs nucléaires à proximité de chaque ville du monde entier!

Ces réacteurs nucléaires seront connectés aux compteurs intelligents qui auront déjà été installés par la COP21 ! (COP21=2021)

Que les peuples du monde entier s’unissent tous pour lutter contre le nucléaire et les compteurs intelligents! La fin immédiate du nucléaire civile est une question de survie pour l’humanité pour arrêter leur complot de destruction de l’agriculture libre des semences mondiales!

 Le peuple Chinois a compris et ont commencé à se battre contre les projets nucléaires de la Chine

http://www.lemonde.fr/energies/article/2016/08/09/violentes-manifestations-en-chine-contre-un-projet-nucleaire-d-areva_4980341_1653054.html

Le peuple britannique a compris et a commencé à se battre contre les projets nucléaires des puissances France, Royaume-Uni, Chine

http://www.lesechos.fr/23/08/1995/LesEchos/16966-029-ECH_les-anti-nucleaires-britanniques-lancent-une-campagne-contre-le-vin-francais.htm

http://www.rfi.fr/europe/20160227-royaume-uni-manifestation-bouclier-anti-missiles-nucleaires-trident

la Chine veut être le leader mondial du brevet des semences en achetant Syngenta


 »La Chine vient d’acquérir la société suisse Syngenta, l’un des leaders mondiaux des pesticides et des plantes génétiquement modifiées, pour la somme astronomique de 46 milliards de dollars. Cet achat, réalisé via l’entreprise publique China National Chemical Corp est le plus grand de toute l’histoire de la Chine. »

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201602081021580142-chine-nourriture-syngenta/



http://mai68.org/spip/spip.php?article11116

http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-chine-imperialiste-et-les-brevets/

voir les sources aussi sur:

https://resistance71.wordpress.com/2016/08/18/totalitarisme-technologique-pour-un-nouvel-ordre-mondial-emmene-par-la-chine-et-sous-controle-de-la-city-de-londres/#comments

la Chine a fait de nombreux partenariat avec Monsanto, Bayer, et Dupont Corporation.

http://www.novethic.fr/empreinte-terre/agriculture/isr-rse/la-chine-controle-t-elle-ses-ogm-135819.html

CHINE – Nouvelle loi sur les semences, plus ouverte sur le privé

http://www.infogm.org/5830-Chine-developpement-marche-semence

Chine : sanctions plus sévères pour la violation de brevets

http://french.xinhuanet.com/2015-12/02/c_134878154.htm

Ils attendent un cataclysme nucléaire pour que tous les paysans du monde dépendent d’eux!

 Les compteurs intelligents lancés mondialement dans tous les pays du monde entier (Europe, Amérique, Chine, Russie, Inde, Afrique, etc.) c’est pour soutenir l’industrie nucléaire mondiale.

« Par ailleurs, en France, Linky a aussi pour objet de « lisser » les violents pics de consommation générés par l’option absurde « centrales nucléaires + chauffages électriques », de façon à prolonger la main mise de l’industrie nucléaire sur la production française d’électricité, aggravant continuellement le risque d’un Fukushima français et la quantité de déchets radioactifs produits. » 
http://www.robindestoits.org/Compteurs-Linky-et-Gazpar-pretendus-intelligents-pour-berner-les-citoyens-Observatoire-du-nucleaire-02-12-2015_a2356.html

C’est le représentant de la Chine, Houlin Zhao, qui est directeur de l’Union Internationale des télécommunications (UIT)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_internationale_des_t%C3%A9l%C3%A9communications

 

et qui est à l’origine du lancement du smart grid planétaire et des compteurs intelligents.

 « L’Union internationale des télécommunications (UIT) dirigé par le Chinois Houlin Zhao , agence chapeautée par l’ONU, vient de lancer le 18 Janvier 2016 un site communautaire World Smart City qui s’est fixé pour objectif de soutenir et accompagner les différents acteurs urbains dans le développement des « smart cities ».

Le concept de « smart city » permet de réunir les moyens technologiques et stratégiques nécessaires pour honorer les ambitions écologiques définies par la communauté internationale, notamment lors de la COP21. 

« La prise en compte du potentiel des villes intelligentes va de pair avec la prise de conscience suivante : introduire des éléments d’intelligence dans une ville existante, ou encore créer à partir de rien une ville intelligente.

C’est une tâche complexe qui nécessite de renforcer la coopération et d’harmoniser la prise de décision entre les différents acteurs de la ville et les organismes internationaux de normalisation […]. », déclare Houlin Zhao, secrétaire général de l’UIT, par voie de communiqué.
»

http://www.les-smartgrids.fr/innovation-et-vie-quotidienne/18012016,l-onu-lance-un-site-collaboratif-pour-developper-les-smart-cities-,1362.html

Pour l’Organisation du développement industriel dirigé par le représentant de la Chine Li Yong chargé de la promotion du développement industriel dans les pays en développement et les économies en transition, pour la réduction de la pauvreté et le développement durable

https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_des_Nations_unies_pour_le_d%C3%A9veloppement_industriel

http://www.delegfrance-onu-vienne.org/ONUDI-965:

« Le nucléaire est une énergie qui émet très peu de CO2, l’un des principaux gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique.

Elle est particulièrement prisée des grands pays émergents, comme la Chine ou l’Inde, mais elle a aussi retrouvé les faveurs de certains dirigeants en Europe. Les autorités britanniques ont indiqué fin février qu’elles devraient donner leur feu vert provisoire à l’utilisation de la technologie EPR pour la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a, elle, décidé en 2009 de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires alors que son prédécesseur voulait les fermer au plus tard vers 2020. »

En savoir plus sur:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/03/13/les-anti-nucleaires-donnent-de-la-voix-apres-l-accident-de-fukushima_1492556_3244.html#Ki5aVf4VsY9sxlfX.99

Rosa Koire déclare que les compteurs intelligents ne sont que l’arbre qui cache la forêt ; que l’objectif c’est de chasser les ruraux et ceux qui vivent encore dans les campagnes pour obliger tout le monde à vivre dans les villes où ils seront surveillés 24H/24, 7 jours sur 7. Sous prétexte que les campagnes doivent être des zones protégés sauvages où les humains seront interdits. 

Si les compteurs intelligents ont fini d’être installés, ils vont ensuite créer des appareils ménagers munis de puces qui ne pourront fonctionner que si vous avez vos compteurs intelligents ou puces intelligentes.

Tout sera doté de puce RFID. (les compteurs intelligents Linky contiennent la puce RFID aussi). Les gens se dénonceront également les uns les autres. Pas un seul geste, même le plus anodin n’échappera à Big Brother.


Source https://youtu.be/Gy4jB21sNnM



« Rosa Koire est une légiste commercial évaluateur d’immbolier spécialisée dans l’évaluation du domaine. Au court d’une contestation juridique, Koire a pris connaissance de la source de révolution de la planification qu’elle avait observé depuis plus de 10 ans: l’agenda 21.

http://www.coasttocoastam.com/guest/koire-rosa/59617

La Chine , lors du COP21, s’est posé en chef des nations à travers son président chinois Xi Jinping qui a dit: “Les pays développés devraient honorer leur engagement à mobiliser 100 milliards d’euros chaque année d’ici 2020 et fournir ensuite un soutien financier plus fort aux pays en voie de développement, a-t-il déclaré.

Faire face au changement climatique ne devrait pas revenir à nier les besoins légitimes des pays en voie de développement de réduire la pauvreté et d’améliorer le niveau de vie des gens.“

http://fr.euronews.com/2015/11/30/cop-21-la-chine-rappelle-les-pays-developpes-a-leurs-devoirs/

Google est content de la COP 21 de l’ONU et travaille déjà comment exploiter les compteurs intelligents à distance et investit en Chine dans les industries de recherche de technologie Chinoises

https://www.roboticsbusinessreview.com/google_invests_in_chinese_ai_company/




Google saura et connaîtra chacun des gestes de tous les citoyens du monde à chaque seconde près grâce aux compteurs intelligents, et tous les objets intelligents qui suivront remplis de pleins de mouchards intelligents (vidéo intégré, micro intégré).

En savoir plus:

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/nous_sommes_le_gibier_linky_le_filet-2.pdf

« La Chine tire le marché des compteurs d’électricité intelligents
. Selon ABI Research, la base installée de compteurs intelligents devrait atteindre 780 millions d’unités à l’horizon 2020. Notamment grâce à une forte implantation en Chine.

Dans une récente étude, ABI Research évalue à 780 millions le nombre de compteurs électriques intelligents qui seront déployés en 2020, contre 210 millions d’unités en 2014.

Selon le cabinet d’analystes, avec près de 65% de la base installée, la région Asie-Pacifique, essentiellement la Chine, sera à l’origine de cette forte croissance.

Mais l’Europe devrait aussi tirer son épingle du jeu et arriver en seconde position, devant l’Amérique du Nord.

 Pour l’heure les technologies par courants porteurs en ligne (CPL), telles que PLAN, Prime et G3-PLC, sont dominantes.

Elles ont en effet été précocement adoptées dans des pays comme l’Espagne, l’Italie et la Chine pour le déploiement des compteurs intelligents. »
http://www.electroniques.biz/component/k2/item/54350-la-chine-tire-le-marche-des-compteurs-d-electricite-intelligents

La Russie a le projet de déployer les compteurs intelligents pour tous ses habitants Russes dans tout son pays de la Russie d’ici à 2030.

source page 11:

http://www.rvo.nl/sites/default/files/Final%20report%20DNV%20KEMA%20Market%20scan%20smart%20grids%20and%20smart%20meters%20in%20Russia.pdf

et elle invite des multinationales américaines sur son territoire pour installer ses compteurs intelligents.

Les USA et la Russie ne sont – ils pas en guerre froide en ce moment? Pourquoi la Russie fait confiance aux Etats-Unis pour installer les compteurs intelligents chez elle, c’est magique tout d’un coup, tout le monde est copain quand il s’agit des compteurs intelligents?

 La Russie commande 80 000 compteurs intelligents supplémentaires de l’entreprise des Etats-Unis Echelon

http://www.automatedbuildings.com/releases/jun08/080612115205echelon.htm

le gouvernement Russe a signé un partenariat avec une entreprise des Etats-Unis pour installer le réseau des compteurs intelligents en Russie !

http://earthtechling.com/2011/04/russian-smart-meter-project-announced/

La Russie fait un contrat avec l’entreprise des Etats-Unis Waviot pour installer des compteurs intelligents d’eau en Russie

http://waviot.com/newsroom/in-the-web/mete.html

Everspin la multinationale des Etats-Unis a elle aussi eu l’autorisation de la Russie pour y déployer ses compteurs intelligents : « RIM 3-phase smart meters are GOST 52320-2005 certified in Russia, specified to deploy for 30 years »

http://www.everspin.com/smart-energy

« 
A cet égard, des pirates informatiques allemands, Dario Carluccio et Stephan Brinkhaus, sont parvenus non seulement à intercepter mais également à modifier les données émises par un compteur appartenant à un fournisseur d’énergie américain Discovergy. Ils ont pu à cette occasion constater la précision des informations relayées par le boitier en question, puisqu’il était possible d’identifier jusqu’à la chaine de télévision visionnée. »

http://www.myprivacyspace.net/notre-vie-privee/

N’Est-ce pas bizarre que la Russie accepte les compteurs intelligents américains sachant que les compteurs intelligents sont des outils d’espionnages et que les multinationales américaines peuvent espionner le peuple Russe ainsi?

 Saft l’entreprise française a déjà fabriqué des batteries en lithium pour les compteurs intelligents de gaz et d’eau en Chine


« Saft wins major lithium battery orders for smart gas and water meter projects in China »

http://www.saftbatteries.com/press/press-releases/saft-wins-major-lithium-battery-orders-smart-gas-and-water-meter-projects-chi-0

Les compteurs intelligents de chauffage de la multinationale allemande ISTA obligatoires à partir de 31 décembre 2016. »

https://www.ista.com/fr/solutions/repartition-des-frais-de-chauffage/



ISTA l’entreprise allemande de compteurs intelligents est présent en Chine, en Russie, en France, en Europe, en Thailande, au Danemark, aux émirats arabe unis dans 24 pays au total

https://www.ista.com/corporate/company/what-we-do/?et_cid=1&et_lid=1&et_sub=/corporate/ 



Elster , la multinationale allemande des compteurs intelligents, outre l’amérique du nord et du sud a aussi conquis la Russie et la Géorgie dans le marché des compteurs intelligents

http://www.elster.com/en/elster-grouphttp://www.elstersolutions.com/en/smart-metering-for-residential

Bon, là encore cela dérange pas la Chine et la Russie de laisser leur population être surveillée par les entreprises allemandes ISTA ou Elster.

Alors que l’Allemagne joue le jeu des USA.

 C’est la multinationale Russe Gazprom entre autres qui est chargé d’installer les compteurs intelligents de gaz en France:

« Gazprom, après avoir installé ses compteurs intelligents de gaz au Royaume-Uni, c’est au tour de la France de tester les compteurs intelligents de Gazprom.

Depuis le 23 octobre 2010, Gazprom marketing & Trading France (GM&T), l’une des filiales de Gazprom, procède à l’installation de compteurs intelligents AMR (Automated Meter Reading) sur le territoire français.

http://selectra.info/Gazprom-lance-l-installation-de-compteurs-intelligents-en-France.html

Bon, là, la France est censée être russophobe mais cela ne la dérange pas de laisser sa population être surveillée par des entreprises russes au moyen des compteurs intelligents.

Pourquoi, avec les compteurs intelligents, tout le monde devient soudain copain?

Gazprom travaille avec GDF Suez et autres entreprises de gaz dans toute l’Europe

http://sputniknews.com/voiceofrussia/news/2013_06_21/Gazprom-and-GDF-SUEZ-to-study-the-possibility-of-expanding-the-Nord-Stream-6543/

En plus selon le Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques CRIIREM reconnu par le gouvernement lui-même qui lui a demandé un rapport

http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-58435QE.htm

les compteurs intelligents à gaz sont les plus dangereux car ils peuvent être considérés comme des bombes à retardement explosives !

Source citation du CRIIREM : « Les compteurs à gaz équipés de télérelevés sont à déconseiller, car les lieux où ils seront installés doivent être considérés comme des zones à atmosphère explosive (zones ATEX) en cas de fuite de gaz. De plus, l’installation de ces compteurs va encore entrainer la mise en place d’équipements supplémentaires, en antennes de réception et en répéteurs dont les émissions ne feront qu’augmenter le niveau de champ électromagnétique global dans les lieux de vie. »

http://www.criirem.org/autres-emetteurs/compteurs-telereleve-radioreleve

Et pour les compteurs intelligents d’électricité en France, c’est la partenaire de la Russie, Toshiba qui s’occupe de construire les compteurs intelligents Linky ! 

Toshiba a acheté Landys-Gyr en 2011

http://www.landisgyr.com/careers/a-brighter-future-brought-to-you-by-landisgyr-and-toshiba/?redirected=1

« la filiale nucléaire public Russe Atomenergoprom a fait une grande alliance avec la filiale public japonaise Toshiba. »

http://www.lesechos.fr/21/03/2008/LesEchos/20136-140-ECH_nucleaire—toshiba-negocie-avec-la-russie-pour-rivaliser-avec-areva.htm

Et c’est ce cher Toshiba qui est chargé de construire nos compteurs intelligents Linky espions en France pour fliquer notre consommation d’électricité ! 

 »A l’issue d’un appel d’offre, Landis+Gyr, filiale du groupe Toshiba, a été choisie par ERDF pour fabriquer les compteurs Linky destinés à la première étape du déploiement en France. »

http://www.constructioncayola.com/reseaux/article/2014/09/05/94449/-toshiba-fabriquera-les-compteurs-linky-.php

Toshiba et Hitachi cachent leurs responsabilités de Fukushima

http://www.greenpeace.org/international/en/news/Blogs/makingwaves/how-can-the-nuclear-industry-profit-from-nucl/blog/44192/

Nucléaire: Toshiba et Tepco actionnaires

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/02/10/01011-20090210FILWWW00389-nucleaire-toshiba-et-tepco-actionnaires.php

En 2015 avant le Brexit, La Chine et le Royaume-Uni ont signé à Londres une série d’accords sur le nucléaire

http://reinformation.tv/chine-royaume-uni-accords-nucleaire-romee-44658/

AREVA jamais sans la Chine

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/05/04/areva-jamais-sans-la-chine_4626952_3234.html

Les actionnaires anglo-saxons ont des intérêts dans l’entreprise publique Chinoise qui a acheté Syngenta. Et ils se fichent si les intérêts viennent des impôts des citoyens Chinois.


https://www.letemps.ch/economie/2016/02/03/syngenta-choisi-se-vendre-aux-chinois




A partir de 2021 après l’installation de tous les compteurs intelligents, voici l’ étape suivante de leur agenda:

 Une usine de petits réacteurs nucléaires à proximité de chaque ville du monde entier!

Les industries nucléaires sont en train de dépenser des centaines de milliards depuis 2015 pour préparer ce projet.


Maintenant la COP21 veut construire des centrales nucléaires à proximité de chaque ville !

Les puissances du monde, les Etats-Unis, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni, la France, l’Argentine font la course pour vendre leurs centrales nucléaires à travers le monde.

 Et ils vont tous construire leurs centrales nucléaires au Royaume-Uni, car le Royaume-Uni a une main d’oeuvre qualifié et une chaine d’approvisionnement longue pour le nucléaire.

Les puissances nucléaires (USA, Chine, Royaume-Uni, Russe, France, Japon, Argentine, Corée du Sud, etc…) sont en train de faire la recherche car ils veulent lancer une nouvelle génération de réacteurs nucléaires.

Les petits réacteurs nucléaires qui seraient selon eux moins coûteux et moins longs à construire et ils pourront le transporter par camion, par bâteau, par avion, pour les placer dans les villes du monde entier.

Et pourtant ils reconnaissent qu’un petit réacteur nucléaire fournira moins d’électricité qu’un grand.

Et ils reconnaissent qu’il faudra plusieurs petits réacteurs nucléaires pour fournir l’équivalent d’un seul grand réacteur nucléaire et que déjà il faut plusieurs grands réacteurs nucléaires pour fournir de l’énergie à la ville.

Ils reconnaissent que plusieurs petits réacteurs nucléaires présentent un risque plus élevé d’accident, car il faudrait encore plus de personnel de sécurité et de soutien que pour les grands réacteurs nucléaires, et comme les entrepreneurs ont justement choisi les petits réacteurs à cause de leur faible coût de construction, ils seront tentés par la même occasion de réduire le personnel de sécurité et de soutien aux réacteurs nucléaires et par conséquent, sinon l’énergie électrique ne serait plus rentable pour eux, et par conséquent, ils vont causer inévitablement des accidents.

Et cette fois-ci ce sera pire que les grands réacteurs nucléaires, car ils veulent à tout prix planter leur groupement de petits réacteurs nucléaires à proximité des villes, car selon eux c’est le seul moyen pour réduire les coûts d’électricité et augmenter la rentabilité de l’énergie.

Et pour faire accepter ces petits réacteurs nucléaires dangereux à la population, ils disent que ces réacteurs peuvent également se combiner avec de l’énergie renouvelable ! 

Alors qu’on voit que ce sont que des journaux nucléaires qui les promeuvent, et les industries nucléaires qui les fabriquent !

 Et de toute façon, quand on veut zéro nucléaire, on ne construit pas de réacteur.

Faire accepter le nucléaire en disant qu’il y aura un peu d’énergie renouvelable est un piège pour faire accepter aux écologistes le nucléaire sans que ceux-ci s’en aperçoivent.

 La Chine soutient les programmes nucléaires de France et du Royaume-Uni en avançant toujours l’argent dans les projets.



En 2013, Pour le Premier ministre français, Jean Marc Ayrault, le nucléaire est une «aventure industrielle commune» entre la France et la Chine.

http://www.leparisien.fr/international/ayrault-vante-le-nucleaire-en-chine-06-12-2013-3383061.php

« Pékin devient actionnaire du nucléaire français »

http://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/areva-pekin-devient-actionnaire-du-nucleaire-francais_1158175.html

Alors qu’EDF allait laisser tomber le projet d’Hinkley Point qui était crucial pour continuer son programme nucléaire, la Chine l’a sauvée de justesse en décidant de prendre de 30 à 40 % du projet d’EDF.

EDF ne peut plus fonctionner sans l’aide de l’investissement chinois :

Hinkley Point est vital pour la survie du nucléaire Français

http://www.liberation.fr/futurs/2016/07/29/hinkley-point-le-quitte-ou-double-d-edf_1469379

la Chine va investit de 30 à 40% dans le projet de centrales nucléaires d’EDF au Royaume-Uni dont Hinkley Point

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/nucleaire-un-pied-au-royaume-uni-la-chine-vise-l-international-24-10-2013-3255247.php

« le patron d’EDF Energy a répondu avec une tranquille assurance. « Nos équipes sont prêtes pour construire Hinkley Point C selon le calendrier et le budget prévus, a-t-il déclaré. Je suis confiant et fier car le projet correspond aux besoins britanniques d’une électricité abordable et bas-carbone. »

A ses côtés, Zhu Minhong, directeur de la filiale du groupe chinois CGN qui cofinance le projet, a manifesté la même confiance : « Notre partenariat avec EDF date de trente ans », a-t-il insisté. »
En savoir plus sur:

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/23/edf-tente-de-rassurer-les-deputes-britanniques-sur-l-avenir-de-la-centrale-d-hinkley-point_4888823_3234.html#Z3ipIRfZtoyecgEx.99

C’est donc la Chine qui va sauver le lobby nucléaire Français. Et donc le plan d’installer des réacteurs nucléaires à côté de chaque ville de France!

 Pour le programme nucléaire du Royaume-Uni, elle a avancé l’argent pour la construction de ses centrales nucléaires.

Un an avant le Brexit, Le Royaume-Uni n’ayant plus de fonds publics pour assurer son programme nucléaire invite la Chine à produire ses centrales nucléaires chez elle.

« Le gouvernement conservateur du Royaume-Uni compte sur les investissements chinois pour suppléer les carences de l’Etat en matière de grands équipements. Il souhaite aussi faire de la City la tête de pont financière chinoise en Occident. »

En savoir plus sur:

http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2015/10/20/grande-pompe-a-londres-pour-xi-jinping_4792770_1656941.html#FT1IDJxYDxmiQVcR.99

Le Brexit n’affecte pas le projet Hinkley Point, assure Londres

https://fr.news.yahoo.com/le-brexit-naffecte-pas-le-093047140.html



« Nucléaire: un pied au Royaume-Uni, la Chine vise l’international »

La Chine n’a pas choisi le Royaume-Uni par hasard, Le Royaume-Uni ayant des exigences les plus strictes d’Europe en matière de nucléaire, les réussir à implanter ses centrales nucléaires, lui permet au niveau mondial d’acquérir une crédibilité qui lui permet d’acquérir tous les marchés pour des prix peu chère, la Chine proposant les centrales nucléaires, les moins chères, tous les pays l’invitent pour installer des centrales nucléaires chez eux.

Son objectif après l’Europe et l’Afrique, c’est le Moyen-Orient et l’Amérique du Sud :

« En accumulant des expériences hors de leur pays, les entreprises chinoises gagnent en crédibilité pour entrer en lice sur d’autres marchés » au Moyen-Orient ou en Amérique du sud, a abondé Zhou Xizhou, expert basé à Pékin d’IHS Global Insight. »

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/nucleaire-un-pied-au-royaume-uni-la-chine-vise-l-international-24-10-2013-3255247.php

« Huit réacteurs made in China pourraient être exportés d’ici 2020, selon les plans du gouvernement chinois.

« A ce rythme, la Chine pourrait rapidement devenir le premier constructeur mondial de centrales, assure George Borovas, responsable des dossiers nucléaires au cabinet PWSP. La puissance financière et industrielle de la Chine en fait un acteur incontournable pour les pays en développement. »

En savoir plus sur:

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/14/le-nucleaire-chinois-a-la-conquete-de-l-afrique_4756877_3212.html#wdWqcuAw0y3A3IuP.99

Qu’on aime ou pas, Etats-Unis, Royaume-Uni, Chine, Russie, Argentine, etc… les puissances sont toutes les mêmes, quand elles ont du fric, la première chose qu’elles font c’est pour financer le nucléaire et tant pis pour les populations.

Maintenant, comme vous pouvez le constater, soutenir une puissance mondiale économique quel qu’elle soit, c’est comme inviter généreusement un groupe de réacteurs nucléaires multiples de s’installer près de votre ville.



Article d’un journal pro-nucléaire publié le 24 novembre 2015
source en anglais

https://www.theguardian.com/environment/2015/nov/24/mini-nuclear-reactors-answer-to-climate-change-crisis



« Les petits réacteurs nucléaires une solution au changement climatique ?

« Le Royaume-Uni pourrait être le centre mondial d’une nouvelle industrie nucléaire composée par des mini-réacteurs dont chacune serait transportée par camion et installée dans une ville de n’importe quel pays, votre ville par exemple pour pouvoir faire chauffer votre eau, ou livrer à tout pays qui veut brancher ces petits réacteurs dans leur réseau d’électricité à partir du quai.

Le Chancelier George Osbone a révélé mercredi que 250 millions de dollars seront dépensés d’ici à 2020 dans un programme ambitieux pour faire positionner le Royaume-Uni en tant que leader mondial des technologies nucléaires.

Les SMR (small reactor) visent à capturer les avantages de l’énergie nucléaire-toujours en service, énergie à faible émission de carbone- tout en évitant les problèmes, principalement le grand coût et le temps pour construire les grandes centrales nucléaires.

Les centrales nucléaires en cours comme le projet franco-chinois d’Hinkley Point dans le Sommerset prévu doivent être construits sur place, une tâche assimilée à « la construction d’une cathédrale dans une cathédrale ».

Au lieu de cela, les petits réacteurs nucléaires (SMR) seraient gérés par une douzaine d’employés dans l’usine, puis transportés vers des sites (villes) pour être branchés au réseau d’électricité de la ville, ce qui les rendraient en théorie moins cher.

Les entreprises du monde entier, y compris en Russie, en Corée du Sud et en Argentine tentent maintenant de transformer cette théorie en pratique et beaucoup cherchent à construire leurs petits réacteurs nucléaires à partir de chez leur ami nucléaire le Royaume-Uni.

En effet, il y a beaucoup de choses qui font que le Royaume-Uni est un lieu idéal pour n’importe quel entreprise au monde pour y construire des petits réacteurs nucléaires, la nouvelle génération de la nouvelle technologie nucléaire. Du point de vue législatif, le gouvernement voit dans le nucléaire une solution pour réduire l’effet de serre, et il a un héritage substantiel et pré-éminent pour ses lois sur les opérations nucléaires et de plus il a une main d’œuvre qualifiée et capable ainsi qu’une chaîne d’approvisionnement en source nucléaire bien organisée.

Un rapport financé par le laboratoire national nucléaire du gouvernement du Royaume-Uni en décembre 2014 a suggéré qu’il y avait potentiellement un marché « très important » pour des centaines de SMR (65-85 gigawatts) d’ici 2035, avec une douzaine de SMR (75W) situés au Royaume-Uni.

Le marché pourrait rapporter 250 à 400 milliards de dollars d’après les estimations du laboratoire national nucléaire disant que cela représenterait une opportunité économique pour le Royaume-Uni.

Les SMR sont des réacteurs qui produisent de 300MW (0.3GW) en électricité ce qui est beaucoup moins que les 1000 MW (1GW) produits par la plupart des centrales nucléaires existantes.

En plus, l’avantage est que les SMR (petits réacteurs nucléaires) peuvent varier la nature de leur production, ce qui signifie qu’ils pourraient être utilisés pour équilibrer le vent intermittent et l’énergie solaire à la différence des grandes centrales nucléaires. »


source en anglais https://www.theguardian.com/environment/2015/nov/24/mini-nuclear-reactors-answer-to-climate-change-crisis

article d’un journal pro-nucléaire publié le 12 avril 2016
source en anglais

http://www.climatechangenews.com/2016/04/12/are-small-nuclear-reactors-the-answer/

« Les petits réacteurs nucléaires une solution pour une énergie propre ?

Les entreprises nucléaires du monde entier se réunissent pour discuter des licences sur les réacteurs modulaires controversés devant coûter des milliards de dollars et être construits à proximité des villes.



Les préoccupations sont soulevés au sujet des milliards de dollar consacrés à la recherche pour construire des petits réacteurs nucléaires pour la production d’électricité.

Les grandes puissances de ce monde font la course pour construire une nouvelle génération de technologie nucléaire, les petits réacteurs modulaires nucléaires (SMR) qui, selon eux, pourraient se combiner avec les énergies renouvelables pour créer un avenir faible en carbone pour la planète.



Les petits réacteurs modulaires (SMR) sont à peine entendus parlés par le public, mais plusieurs milliards de dollar sont en train d’être dépensés aux Etats-Unis, en Chine, en Russie, au Royaume-Uni, en France, pour la recherche et le développement.

L’industrie nucléaire mondiale estime que les premiers réacteurs pourraient être déployés dès 2025, et le plan pour eux est de les installer à proximité des villes pour produire l’alimentation électrique locale.

Cette semaine, les dirigeants d’entreprises nucléaires du monde entier se réunissent à Atlanta, en Géorgie, pour évaluer les progrès sur les prototypes et répondre à la question cruciale sur la licence de ces nouveaux modèles pour la sécurité.

Le gouvernement américain a déjà placé 217 millions de dollars dans un seul design commercial et offre des milliards de dollars en garanties de prêts pour les autres pays.

Le gouvernement du Royaume-Uni vient d’annoncer un concours mondial pour obtenir le meilleur design de SMR et a mis 250 millions de dollars pour financer la recherche et le développement en cours des 5 prochaines années.

Les designs préférés seront choisis lors du concours mondial et le Royaume-Uni prévoit d’être le leader mondial dans la technologie et l’exportation des petits réacteurs à travers le monde, selon le ministère de l’Energie et du changement climatique.

L’industrie nucléaire affirme que les plus petits réacteurs pourraient être produits sur une ligne de production en usine et transportés en masse par des camions et que les plus grands pourraient être produits en tant que composants pré-fabriqués à assembler sur place.

Cela réduirait considérablement les coûts de construction et le temps de construction.

Dans un éditorial, le journal de l’Energie Nucléaire Insider exprime son enthousiasme pour la stratégie, mais appelle à « davantage de ressources pour accélérer le développement et l’approbation des conceptions design des SMR (Small modular reactor) afin que les consommateurs puissent bénéficier de coûts inférieurs et aussi permettre la renaissance du nucléaire au Royaume-Uni qui sera ainsi cimenté.

Les SMR(small modular reactor) multiples peuvent effectivement présenter un risque plus élevé qu’un seul grand réacteur, surtout si les propriétaires des centrales tentent de réduire les coûts en réduisent le personnel de soutien ou de sécurité par réacteur.

Les nouveaux réacteurs nucléaires de la nouvelle génération peuvent avoir une capacité de production de 10 à 300 mégawatts selon que la ville est grande ou petite.

Ils seront fabriqués selon les besoins prévus en énergie pour la ville, selon si la ville est grande ou petite.

Pour être rentables, les petits réacteurs nucléaires doivent être placés à proximité des villes, là où la production en électricité est nécessaire.

Ce que la population locale va dire d’avoir une centrale nucléaire au milieu de leur cadre de vie est difficile à dire- les parcs éoliens en Grande Bretagne ont soulevé une telle opposition que le gouvernement a permis aux gens d’utiliser le droit de veto.

Les critiques disent que si les petits réacteurs nucléaires (SMR) sont connus pour fonctionner car ils sont déjà utilisé dans le secteur militaire, les coûts ne sont pas connus, car dans le secteur militaire l’économie concernant le nucléaire n’est pas pris en considération.

Les membres du parlement britannique de la chambre des communes de l’énergie et le comité des changements climatiques sont enthousiastes sur les SMR.

 Leur rapport d’enthousiasme est que les SMR sont conçus d’une manière qui leur permettent d’être pré-fabriqués dans une usine, puis ensuite transporté par camion sur le site choisi et assembler les modules ce qui pourrait selon eux, améliorer l’efficacité de fabrication et les coûts de financement.

En revanche, l’Union des Scientifiques Concernés des Etats-Unis souligne les difficultés pour la mise en place des petits réacteurs à proximité des centres de population et les doutes qu’ils ont sur les capacités de ces réacteurs à produire de l’énergie à plus faible coût que les grands réacteurs. 
Il souligne que les réacteurs commerciaux qui existent actuellement sont obligés de devenir sans cesse plus large et plus grand pour produire une énergie électrique de bon marché à grande échelle.

La plupart des scientifiques acceptent les dires de l’industrie nucléaire qui affirme que les petits réacteurs (quand ils ne sont pas rassemblés en étant plusieurs au même endroit) sont moins dangereux que les plus grands mais déclarent : « Si cela est vrai en revanche, elles seront moins rentables, car les petits réacteurs produiront moins d’électricité que les plus grands lesquels sont plus nécessaires pour répondre aux besoins d’énergie électrique de la population. »

Commentaire : Le rapport dit qu’un groupe de petits réacteurs nucléaires au même endroit est plus dangereux qu’un seul réacteur. 

Qu’un seul petit réacteur est moins dangereux qu’un seul grand réacteur. 

Mais un petit réacteur fournit moins d’électricité qu’un grand réacteur.


Donc pour fournir la même production d’électricité qu’un grand réacteur, ils seront obligés de produire plusieurs petits réacteurs au même endroit.

Donc leur projet va foirer et causer des accidents nucléaires dans tous les endroits où ils installeront leur groupement multiple de petits réacteurs nucléaires.



Comme c’est à proximité des villes qu’ils installeront leurs petits réacteurs nucléaires multiples personne n’y échappera.

 Et avec le réseau intelligent sur lesquels ces réacteurs seront branchés, n’importe quel hacker peut couper l’électricité de toute une ville ou pire planter un virus car les réacteurs nucléaires sont tous liés à des programmes informatiques avec les réseaux intelligents et les compteurs intelligents, et donc c’est la catastrophe assuré.

 »Peur atomique sur l’Allemagne : les ordinateurs d’une centrale nucléaire infectés par un virus »

https://francais.rt.com/international/19688-allemagne–virus-dordinateur-trouve



Conclusion : Arrêter les compteurs intelligents, réseaux intelligents et le nucléaire.



Suite de l’article du journal pro-nucléaire d’avril 2016

http://www.climatechangenews.com/2016/04/12/are-small-nuclear-reactors-the-answer/:

« Les petits réacteurs modulaires (SMR) multiples peuvent effectivement présenter un risque plus élevé qu’un seul grand réacteur, surtout si les propriétaires des centrales tentent de réduire les coûts en réduisant le personnel de soutien ou de sécurité par réacteur.

Leur rapport conclut : « A moins qu’un certain nombre d’hypothèses optimistes des industriels se réalisent, les petits réacteurs modulaires (SMR) ne sont pas susceptibles d’être une solution viable face aux problèmes économiques et de sécurité rencontrés par l’énergie nucléaire »

http://www.climatechangenews.com/2016/04/12/are-small-nuclear-reactors-the-answer/

Escroquerie du changement climatique anthropique: Escroquerie d’un marché « vert » de 5 à 7000 milliards de dollars !

Posted in actualité, écologie & climat, économie, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 20 juillet 2016 by Résistance 71

Pour les banquiers l’escroquerie du changement climatique anthropique représente un marché potentiel de 7000 milliards de dollars

La marée du fric, le flot des conflits d’intérêts

 

JoNova

 

17 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://joannenova.com.au/2016/07/climate-change-is-potentially-a-7-trillion-dollar-money-making-venture-for-bankers/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’industrie “verte” actuelle représente déjà environ la somme de 1500 milliards de dollars par an. Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre a dit qu’il s’attendait à ce que ce marché croisse juqu’à 5 ou 7000 milliards de dollars.

Financial Post: Climate change a $7 trillion funding opportunity

Il a déclaré qu’étant donnés les énormes besoins de financement pour une infrastructure propre, il estime le rebond des opportunités d’investissements quelque part entre 5000 et 7000 milliards de dollars par an.

Si l’énergie verte propre était efficace, bon marché et viable il n’y aurait aucun “besoins de financement” car le marché bondirait pour exploiter cette opportunité. Au lieu de cela, la plupart des investisseurs agissent comme de véritables sceptiques (climatiques). Le fait même que les banquiers centraux vendent si agressivement en dit suffisamment long sur l’affaire. Peut-être que les banquiers centraux veulent aider les pauvres et sauver le monde, ou bien se pourrait-il que l’industrie de la finance dans sa totalité profiterait d’un faux marché forcé et d’une autre monnaie de singe ? Quelles sont les commissions de change sur un marché de 7000 milliards de dollars ?…

Une fois de plus on nous fait le coup de ce mythe du “marché libre”:

“Mettre un prix sur le carbone est le moyen le plus sûr pour que les marchés jugent une exposition tangible au changement climatique”, a dit Carney.

Etiqueter le carbone a été un gros échec pour changer le temps qu’il fait partout dans le monde. Le libre-échange et le libre-marché ne fonctionnent pas quand il ne sont pas libres et quand ils s’appliquent à une molécule qu’on trouve partout (C) et qui est impliquée dans quasiment toute forme de vie sur la planète. De plus, que veut dire “prix propre” de toute façon ? L’évaluation du coût de l’utilisation de panneaux solaires pour réduire votre exposition aux dégiats occasionnés par les inondations en 2100 est un sale calcul, peut pas faire plus sale en fait. Les calculs ne peuvent pas devenir plus bordéliques, plus sombres ou plus inutiles que çà. Pulvérisez ces chiffres et enterrez-les 6 pieds sous la cendre volcanique.

L’idée de coller un marché sur un produit qui est essentiellement produit et consommé par la nature est bizarre, bizarre à l’extrême même. Pratiquement aucun des joueurs dans un marché global du carbone ne répondra aux avantages offerts. L’Océan Pacifique ne va pas acheter de crédit carbone, ni le phytoplancton, les vaches, les moutons et encore moins la levure. Même dans le pauvre marché des 4% contrôlé par les humains, la demande n’est pas élastique, ce qui veut dire que les coûts de l’énergie forcent déjà la majorité du marché à être efficace. Les gains demeurant sont mineurs et pathétiques. Donc de larges mesures balayant tout le secteur économique sont inefficaces, et ce même si les modèles du GIEC n’étaient pas à la ramasse.

Bien que ce ne soit pas à 100% sûr que Carney voulait dire “annuellement” ou sur les 20 prochaines années ; Bloomberg implique cette dernière possibilité. Mais hé, 1000 milliards par-ci, 1000 milliards par-là hein ?…

“En termes des ordres de magnitude de l’énergie propre ou d’une infrastructure basse d’énergie carbone, de purification de l’eau etc, ceci serait mis en place dans le courant des prochaines 15 ou 20 années,” a dit Carney. “Étant donné la croissance de l’urbanisation, des champs, étant donnés les cadres politiques qui sont mis en place, cela représenterait de l’ordre de 5 à 7000 milliards de dollars.”

Étant donné que l’investissement est déjà de l’ordre de 1500 milliards de dollars, je présume qu’il voulait dire 7000 milliards de dollars dans 10-20 ans. Comme on essaie de changer le climat global avec des moulins à vent et des douches froides, un feu de joie de cette amplitude est auss “réaliste” que de créer un financement pour capturer la petite souris collectrice des dents de lait, ceci pourrait réalistiquement coûter à peu près autant.

Quelqu’un peut-il en trouver une transcription ?

Pétrole et géopolitique: Dégonflage de la théorie propagandiste du « pic pétrolier »…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 juin 2016 by Résistance 71

Thierry Meyssan revient ici sur un point important de l’équation géopolitique pétrolière, celui de la fameuse théorie fumeuse du “pic pétrolier de Hubbert”. Il impute la chute de cette “croyance” fabriquée à la chute du prix du pétrole alors qu’en fait la raison de l’idiotie de cette théorie propagandiste est purememt scientifique à la base, même si une exploitation géopolitique en a émergé: le véritable nœud de l’affaire réside, comme nous l’avons dit ici il y a bien des années (juin 2011), dans le fait que le pétrole (tout hydrocarbure plus lourd que le méthane de fait…) n’est pas une substance “fossile”, mais une substance abiotique, non biologique, créée depuis les matériaux primordiaux de la planète dans le manteau terrestre. Le pétrole et le gaz naturel sont abiotiques et sont inépuisables à l’échelle humaine. En fait nous nageons littéralement de cette saloperie responsable de tant de pertes en vies humaines. Le “pic pétrolier” est une théorie de contrôle par la scarcité et l’outil d’une politique spéculative, qui vraisemblablement touche à sa fin. Que va sortir l’oligarchie de son chapeau en remplacement ?…

Encore un petit effort Thierry, tu y es presque…

A lire pour mieux comprendre: « L’origine abiotique profonde du pétrole: le pic pétrolier est un dogme spéculatif »

« Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le pétrole (abiotique)… »

— Résistance 71 —

 

La baisse des prix du pétrole renverse l’échiquier géopolitique

 

Thierry Meyssan

 

13 juin 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article192232.html

 

La baisse des prix du pétrole a démenti la théorie du « pic de Hubbert ». Il ne devrait pas y avoir de pénurie énergétique dans le siècle à venir. La baisse des prix a probablement aussi commencé le démantèlement de la théorie de « l’origine humaine du réchauffement climatique ». Elle a privé de toute rentabilité les sources d’énergie alternatives et les investissements dans les hydrocarbures de schistes et les forages en eaux profondes. Renversant l’échiquier géo-politique, elle est susceptible de rappeler les militaires US au Proche-Orient et de contraindre le Pentagone à abandonner définitivement la théorie du « chaos constructeur ».

En deux ans, le marché mondial des sources d’énergie a été bouleversé. D’abord, l’offre et la demande ont considérablement changé, puis les flux commerciaux, enfin les prix qui se sont écroulés. Ces changements radicaux remettent en cause tous les principes de la géo-politique du pétrole.

Le mythe de la pénurie

Le ralentissement de l’économie des pays occidentaux et celui de certains pays émergents s’est traduit par une baisse de la demande, tandis que la croissance continue en Asie l’a, au contraire, augmentée. En définitive, la demande globale poursuit son lent développement. Côté offre, non seulement aucun État producteur n’a vu ses capacités s’effondrer, mais certains ont pu l’augmenter comme la Chine, qui amasse désormais d’importantes réserves stratégiques. De sorte qu’au total, le marché est très excédentaire.

Ce premier constat contredit ce qui était la doxa des milieux scientifiques et professionnels durant les années 2000 : la production mondiale s’approchait de son pic, le monde allait connaître une période de pénurie au cours de laquelle certains États allaient s’effondrer et des guerres de ressources éclater. Dès son retour à la Maison-Blanche, en janvier 2001, le vice-président Dick Cheney avait formé un groupe de travail sur le développement de la politique nationale de l’énergie (National Energy Policy Development — NEPD), qualifié de « société secrète » par le Washington Post [1]. Dans une ambiance ultra-sécurisée, les conseillers de la présidence auditionnèrent les patrons des grandes entreprises du secteur, les scientifiques les plus reconnus, et les patrons des services de Renseignement. Ils arrivèrent à la conclusion que le temps pressait et que le Pentagone devait garantir la survie de l’économie états-unienne en s’emparant sans attendre des ressources du « Moyen-Orient élargi ». On ignore qui participa exactement à ce groupe de travail, sur quelles données il travailla, et les étapes de sa réflexion. Tous ses documents internes ont été détruits afin que nul ne connaisse les statistiques auxquelles il avait eu accès.

C’est ce groupe qui conseilla de mener des guerres contre l’Afghanistan, l’Iran l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie et le Soudan ; un programme qui fut officiellement adopté par le président George W. Bush lors d’une réunion, le 15 septembre 2001, à Camp David.

Je me souviens d’avoir rencontré à Lisbonne, lors d’un congrès de l’AFPO, le secrétaire général du groupe de travail de la Maison-Blanche. Il avait présenté un exposé sur l’étude des réserves annoncées, l’imminence du « pic de Hubbert » et les mesures à prendre pour limiter la consommation d’énergie aux USA. J’avais alors été convaincu —à tort— par son raisonnement et son assurance.

Nous avons constaté avec le temps que cette analyse est complétement fausse et que les cinq premières guerres (contre l’Afghanistan, l’Irak, le Liban, la Libye et la Syrie) ont été de ce point de vue inutiles, même si ce programme se poursuit aujourd’hui. Cette énorme erreur de prospective ne doit pas nous surprendre. Elle est la conséquence de la « pensée de groupe ». Progressivement une idée s’impose au sein d’un groupe que nul n’ose remettre en question au risque de se voir exclure du « cercle de la raison ». C’est la « pensée unique ». Dans ce cas, les conseillers de la Maison-Blanche sont partis et sont restés dans la théorie malthusienne qui domina la culture anglicane du XIXe siècle. Selon elle, la population augmente à un rythme exponentiel, tandis que les ressources ne le font qu’à un rythme arithmétique. À terme, il ne peut pas y avoir de ressources pour tous.

Thomas Malthus entendait s’opposer à la théorie d’Adam Smith selon laquelle, lorsqu’il est libre de toute réglementation, le marché se régule de lui-même. En réalité, le pasteur Malthus trouvait dans sa théorie —non démontrée— la justification de son refus de subvenir aux besoins des innombrables pauvres de sa paroisse. À quoi bon nourrir ces gens si, demain, leurs nombreux enfants mourront de faim ? Le gouvernement de George W. Bush était alors largement WASP et comprenait de nombreuses personnes issues de l’industrie pétrolière, à commencer par le vice-président Cheney, ancien patron de l’équipementier Halliburton.

Si le pétrole est une ressource non renouvelable et qu’il aura donc une fin, rien ne permet de penser que celle-ci est proche. En 2001, on raisonnait en fonction du pétrole de type saoudien que l’on savait raffiner. On ne pensait pas exploitables les réserves du Venezuela par exemple, dont on admet aujourd’hui qu’elles suffisent à pourvoir à l’ensemble des besoins mondiaux pour au moins un siècle.

On observera que la théorie de l’« origine humaine du réchauffement climatique » n’est probablement pas plus sérieuse que celle du pic pétrolier. Elle procède de la même origine malthusienne et a en outre l’avantage d’enrichir ses promoteurs à travers la Bourse des droits d’émission de Chicago [2]. Elle a été popularisée dans le but d’apprendre aux Occidentaux à diminuer leur consommation d’énergie d’origine fossile, donc de se préparer à un monde où le pétrole serait devenu rare et cher.

La fin des prix artificiels

La hausse du prix du baril à 110 dollars a semblé conforter la théorie de l’équipe de Dick Cheney, mais sa chute brutale à 35 dollars montre qu’il n’en est rien. Comme en 2008, cette chute a débuté avec les sanctions européennes contre la Russie qui ont désorganisé les échanges mondiaux, déplacé les capitaux et en définitive crevé la bulle spéculative du pétrole. Cette fois, les prix bas ont été encouragés par les États-Unis qui y ont vu un moyen supplémentaire de couler l’économie russe.

La chute s’est aggravée lorsque l’Arabie saoudite y a trouvé son intérêt. En inondant le marché de ses produits, Riyad maintenait le cours du baril d’Arabian light entre 20 et 30 dollars. De la sorte, il détruisait la rentabilité des investissements dans les sources alternatives d’énergie et garantissait son pouvoir et ses revenus à long terme. Il est parvenu à convaincre ses partenaires de l’OPEC de soutenir cette politique. Les membres du cartel ont pris la décision de sauver leur autorité à long terme quitte à gagner beaucoup moins d’argent durant quelques années.

Par conséquent, la baisse des prix, encouragée par Washington contre Moscou, a fini par l’atteindre lui aussi. Si plus de 250 000 emplois ont été détruits dans les industries de l’énergie en deux ans dans le monde, environ la moitié l’ont été aux États-Unis. 78 % des plateformes pétrolières US ont été fermées. Même si le recul de la production n’est pas aussi spectaculaire, il n’en reste pas moins que les États-Unis ne sont probablement plus indépendants énergétiquement ou ne vont pas tarder à le devenir.

Et ce ne sont pas que les États-Unis : tout le système capitaliste occidental est impacté. En 2015, Total a perdu 2,3 milliards de dollars, ConocoPhillips 4,4 milliards, BP 5,2 milliards, Shell 13 milliards, Exxon 16,2 miliards, Chevron près de 23 milliards.

Cette situation nous renvoie à la « Doctrine Carter » de 1980. À l’époque, Washington s’était donné le droit d’intervenir militairement au Proche-Orient pour garantir son accès au pétrole. Par la suite, le président Reagan avait créé le CentCom pour appliquer cette doctrine. Aujourd’hui on exploite du pétrole un peu partout dans le monde et sous des formes assez différentes. Le fantasme du « pic de Hubbert » s’est dissipé. De sorte que le président Obama a pu ordonner de déplacer les troupes du CentCom vers le PaCom (théorie du « pivot vers l’Asie »). On a pu observer que ce plan a été modifié avec l’accumulation de forces en Europe orientale (EuCom), mais il devra l’être encore si les prix stagnent entre 20 et 30 dollars le baril. Dans ce cas, on cessera d’exploiter certaines formes de pétrole et l’on reviendra vers l’Arabian light. La question du repositionnement des forces au Proche-Orient se pose donc dès à présent.

Si Washington s’engage dans cette voie, il devra probablement également modifier les méthodes du Pentagone. La théorie straussienne du « chaos constructeur », si elle permet de gouverner des territoires immenses avec très peu d’hommes sur le terrain, exige beaucoup de temps pour permettre l’exploitation de vastes ressources, comme on le voit en Afghanistan, en Irak et en Libye. Peut-être faudra-t-il revenir à une politique plus sage, cesser d’organiser le terrorisme, admettre la paix, pour pouvoir commercer avec les États ou ce qu’il en reste.

 

[1] “Energy Task Force Works in Secret”, Dana Milbank & Eric Pianin, Washington Post, April 16th, 2001.

[2] « 1997-2010 : L’écologie financière », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie) , Réseau Voltaire, 26 avril 2010.