Archive for the désinformation Category

Sous le plus grand chapiteau du monde: Raid Oussama 2.0… Baghdadi et Baghdada turlututu chapeau pointu

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, désinformation, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 31 octobre 2019 by Résistance 71


Bis… ter repetita

 

La Russie explique que la mort d’Al Bagdhadi, chef de Daesh, a été mise en scène par les Etats-Unis comme partie intégrante d’un nouveau plan de l’État Profond dans la région

 

Gordon Duff & Nahed Al Huseini (VT Damas)

 

29 octobre 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/10/28/exclusive-russia-says-bagdadi-killing-faked-by-us-part-of-new-move-against-the-region-by-deep-state/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le renseignement russe en Syrie a rapporté que leur système anti-aérien S400 qui couvre toute la région d’Idlib, n’a vu aucun appareil américain survoler la zone du soi-disant raid américain contre Abou Bakhar Al-Bagdahdi.

Les Russes sont très déçus de Trump et disent que les Etats-Unis sont en train de mettre la grande force d’Al Qaïda d’Idlib sous le commandement joint d’une nouvelle forme d’EIIL/Daesh toujours sous protection américaine en Irak et dans de nouvelles zones occupées de Syrie où les forces américaines viennent juste de s’emparer de toujours plus de biens syriens. 

D’une source privée:

“L’Amérique voit son grand échec en Irak en ce que lorsque les USA, Israël et l’Arabie Saoudite ont créé ISIS/EIIL/Daesh, ils le firent alors que la Syrie, mis à part le Kurdistan, était unifiée. Maintenant ils poussent d’abord pour une guerre civile, puis un nouveau Daesh et la région kurde d’Irak est totalement sous le contrôle d’Israël. Al-Bagdahdi fait partie de ce processus, utilisant son influence personnelle sur la communauté sunnite irakienne.”

La Russie a donné à Trump trop de marge de manœuvre. Rappelez-vous qu’en mai 2018, les USA ont affirmé avoir tué 300 mercenaires russes qui étaient avec les forces syriennes pour sécuriser les mêmes champs pétroliers de Deir E-Zor.

La Russie a permis aux Etats-Unis de faire venir des entreprises pétrolières américaines en Syrie pour être ensuite victimes d’un chantage pour qu’ils regardent de l’autre côté alors que le pétrole syrien était pillé, afin de maintenir quelques opérations américaines et de limiter celles contre Damas, de créer des bases militaires saoudiennes et israéliennes dans la zone contrôlée par les Américains dans le sud de la Syrie, une zone toujours contrôlée par les Etats-Unis et qu’ils désirent garder afin de maintenir la menace pressante et directe sur Damas.

De RT:

Le ministère russe de la défense a dit que la coalition américaine n’a conduit aucun raid aérien de quelque sorte que ce soit sur Idlib récemment.

Plus tôt, Trump a fait une rare intervention depuis la Maison Blanche informant le monde qu’al-Bagdhadi a été éliminé dans le nord-ouest de la Syrie dans un “raid de nuit risqué” impliquant les forces spéciales américaines, des avions, des hélicoptères et des drones. Le chef de l’État Islamique (EI, ex-EIIL) a fini ses jours en “pleurant et en hurlant” devant la puissance américaine, a t’il dit.

Mais le ministère de la défense russe a insisté pour dire “qu’il y avait bien des questions et des doutes légitimes au sujet de cette opération militaire américaine et spécifiquement de son succès.”

Il a aussi rejeté les affirmations de Trump disant que les forces russes avaient ouvert l’espace aérien sous leur contrôle en Syrie pour faciliter les opérations des appareils américains en mission contre le leader de l’EI. Moscou a insisté sur le fait qu’elle n’a enregistré aucune attaque aérienne de la coalition américaine dans la zone de Idlib dans le nord-ouest de la Syrie le samedi de la supposée attaque.

Le ministère russe a questionné la possibilité même de la présence d’Al-Bagdhadi dans la région d’Idlib alors que la zone est sous contrôle d’une branche d’Al Qaïda, le Jabbat al Nosra, qui a toujours été l’ennemi mortel de Daesh. La ministre de la défense française Florence Parly a aussi questionné la signification de ce que les Américains disent avoir fait, indiquant que le raid ne faisait que marquer “une retraite prématurée d’un terroriste (al-Bagdhadi], mais pas de son organisation.” Moscou a noté que l’EI fut écrasé en Syrie au début 2018 dans un effort commun du gouvernement de Damas, et des forces russes, indiquant que ce rapport de la chute de Bagdhadi “n’a aucun effet sur la situation de terrain opérationnel en Syrie ou sur les actions de ce qu’il reste des terroristes à Idlib.”

Moscou nous a fait savoir il y a quelques instants que Bagdahdi est vivant, en bonne santé et qu’il travaille avec les Américains en Irak. Cette information est exclusive et provient directement de hautes sources qui donnent toujours des informations correctes et VT l’a prouvé encore et toujours.

Ce que nous ne savons pas est si Trump a menti délibérément, chose qu’il fait continuellement de toute façon, ou s’il est simplement manipulé. Maintenant que ce “retrait de Syrie” de Trump a été annulé et que les troupes envoyées en Irak sont retournées en Syrie, 100% d’entre elles, juste redéployées sur Deir E-Zor depuis Hasakah, son “mouvement pour la paix” est maintenant exposé au grand jour comme une supercherie.

Attendez la suite pour savoir ce que l’État Profond a en rayon pour a Syrie et l’Iran.

De plus, nos sources en Syrie et en Iran nous disent qu’Al-Baghdadi a été retiré de la protection turque et envoyé de l’autre côté de l’Euphrate et qu’il se trouve maintenant en compagnie du renseignement militaire américain en Irak. Ce genre de chose n’est pas du tout inhabituelle en ce qui concerne les faux leaders terroristes, fabriqués par les services, construits sur de fausses infos répandues par l’industrie du spectacle de l’information, ce sont des commodités de valeur. Voyons voir l’histoire complète.

*

L’État Profond mène une attaque concertée sur 4 fronts, commençant à Hong Kong pour faire pression sur la Chine à faire des concessions, pas commerciales mais sur la monnaie et le système bancaire, là où la Chine et d’autres partenaires non-alignés menacent le système mondial de transaction SWIFT des Rothschild avec un système parallèle de commerce et de nouvelles monnaies incluant les crypto-monnaies, défiant la supercherie sans fin de la crypto “pompée et larguée” qui a déjà versée des milliards dans les coffres du crime organisé transnational. (NdT: ici, nos lecteurs savent que nous ne sommes pas d’accord et que nous voyons la Chine comme partenaire principal de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial technotronique transnational, mais bon…)

La planification ici est laissée à la Google Corporation et à Facebook, le de facto cœur de l’organisation de l’État Profond et leur capacité en Intelligence Artificielle (IA). Nous craignons pour Mark Zuckerberg, patron de Facebook, pour son arrogance devant le congrès des Etats-Unis, il est devenu un embarras et il se peut qu’il soit en danger physique, quelque chose qui briserait le cœur des groupies des crapauds de l’État Profond.

De Hong Kong, le mécanisme qui auparavant fomentait les révolutions colorées blâmées sur Soros, a commencé la répression indienne (israélienne) des musulmans au Cachemire et des attaques sur le Pakistan. Les passages nord de la frontière pakistanaise ont aussi été attaqués, mais ce projet est une provocation contre Imran Khan (NdT: premier ministre pakistanais, ami personnel de Gordon Duff) essayant de fragiliser son mouvement de réforme dans le pays.

Des milliers de troupes indiennes sont envoyées au Cachemire où les gens sont sortis violemment de leurs maisons et battus dans la rue, la vengeance de l’Inde sur des centaines d’années de réglementations musulmanes et britanniques. Derrière tout cela réside une course à l’armement entre l’Inde et la Chine, dans laquelle la Russie fournit continuellement de la technologie à l’Inde, ce qui amène aussi des contrats juteux avec la Chine vers Moscou.

(NdT: ceci a notre sens, représente le piège dans lequel est tombé la Russie: celui de la dépendance aux contrats à la fois en matière énergétique, le gaz et de l’armement, les deux plus grosses sources de revenus de l’état russe.. tant que les robinets ne tarissent pas… Ceci représente le levier pour amener la Russie dans le N.O.M, ce qu’elle fera par intérêt se retrouvant pieds et poings liés. Le problème n’ayant jamais été la Chine pour les Banksters, mais la Russie, qu’ils corrompent et forcent, à terme, dans le système du nouvel empire en mutation…)

Le problème derrière cela est qu’Israël a fabriqué des missiles balistiques intercontinentaux en Inde, les installant dans des facilités que les Etats-Unis ont construit en Israël, des missiles capables de toucher l’Amérique du Nord et inefficaces contre l’Iran.

Ce sont des missiles qui pourraient simuler une première attaque nucléaire sur les Etats-Unis en “provenance” de la Russie, tout comme les attentats du 11 septembre 2001 simulèrent une attaque terroriste islamiste sur les Etats-Unis. Tout ceci est la création de ce bel esprit qu’est Benjamin Netanyahou.

L’étape suivante fut au Liban où de véritables manifestations contre un faible gouvernement sont maintenant récupérées, tout comme ceci se fit en Ukraine, par des agents provocateurs, ajoutant à la violence et payés par les Saoudiens ; nous voulons dire ici des milliers de faux manifestants essayant de rediriger les manifestations anti-gouvernement contre le Hezbollah.

Les services de renseignement du Hezbollah ont tracé tout cela et vont sans doute riposter contre ceux impliqués dans ce complot israélo-saoudien. Le Hezbollah, après des années de combat contre l’État Profond et sa tentative de renverser la Syrie et de détruire l’Irak et l’Iran, est maintenant l’armée la plus formidable et une des forces militaires la plus formidable au monde, entraînée et armée (maintenant) par la Russie et hautement expérimentée.


« Sécurisez le pétrole !… »

Tout ceci est coordonné avec les récents évènements de Baghdad, des émeutes qui ont tuée près de 100 personnes et qui en réalité devraient manifester contre le vol organisé americano-turco-KRG-Daesh de près de la moitié des revenus pétroliers de l’Irak depuis 2014 et de près de 1500 milliards de dollars depuis l’occupation américaine (de 2003), qui a mené à des désastres économiques en cascade et un chômage au travers du plafond depuis bien des années.

Un gouvernement marionnette des Etats-Unis est toujours au pouvoir en Irak tandis que la vie commerciale et économique du pays n’est plus qu’une coquille vide, alors que tout l’argent et les biens ont été transférés dans des banques de Dubaï, laissant l’Irak pourrir sur pied.

Le coup al-Baghdadi est coordonné avec les soulèvements de Beyrouth et de Baghdad, maintenant infiltrés par l’État Profond et la mise en place d’un nouvel Etat Islamique / Daesh financé par des revenus des pétroles irakiens et syriens volés.

Puis le 26 octobre 2019, La Russie a annoncé que leur imagerie satellite a confirmé le vol du pétrole syrien par les Américains.

De Sputnik News: “La Russie, se basant sur des images satellites, dit que les Etats-Unis ont fait passer en fraude du pétrole syrien dans d’autres pays sous la protection de ses troupes avant et après la défaite du groupe terroriste takfiriste Daesh dans la région. Le porte-parole du ministère de la défense russe la Major Général Igor Konachenkov a dit samedi que “les images de renseignement prises de l’espace ont montré que du pétrole était activement extrait et exporté pour être raffiné en dehors de Syrie, et ce sous la protection des troupes américaines et ce avant et après la défaite du groupe terroriste Daesh.” Konachenkov a insisté sur le fait que les convois étaient gardés par des forces spéciales américaines” Puis ceci:

“La Russie est préoccupé du retour de l’armée américaine dans le nord de la Syrie… Commentaire du porte parole du MD russe Konachenkov:

Ce que fait Washington maintenant, la capture et le contrôle armé des champs pétroliers de l’Est de la Syrie est, pour parler simplement, du banditisme international d’état… Les réserves de pétrole syriennes et autres ressources naturelles n’appartiennent qu’à la république Arabe Syrienne, pas à Daesh ni aux Américains, protecteurs des terroristes de Daesh.

Il a aussi ajouté que “ni la loi internationale, ni la législation américaine ne peuvent justifier le but des troupes américaines de garder les réserves d’hydrocarbures syriennes hors de portée de la Syrie et de son peuple.

L’adjoint au MAE russe Sergueï Ryabkov a déclaré:

“Nous sommes très préoccupés de ce que les signaux en provenance de la Maison Blanche puissent réfléchir la même attitude: la préservation des conditions pour continuer une pression multi-factorielle sur les autorités légitimes de Damas… Ceci constitue le moment où nous ne sommes pas d’accord et ne pouvons être d’accord avec les Etats-Unis sur cette situation.”

Ce à quoi nous assistons est en fait quelque chose de bien plus sinistre. Voyez-vous, quand l’Irak est poussée à la guerre civile et c’est ce qu’il se passe maintenant, orchestré depuis le nord de l’Irak sous contrôle israélien ou comme on l’appelle: le Gouvernement Régional Kurde (KRD) d’Erbil, en coordination avec les forces militaires américaines en Irak et en Syrie, un nouveau Daesh est en train d’être construit pour justifier toujours plus de troupes américaines en Irak.

Pour le faire avec succès, un nouveau gouvernement toujours plus contrôlé par les Américains doit être installé à la place du régime marionnette en place actuellement et l’influence iranienne doit être effacée au travers d’une autre “révolution colorée” comme cela est en train d’être tenté en ce moment même.

De là, bien sûr, une guerre contre l’Iran peut-être mise en place, les revenus du pétrole irakien peuvent être volés pour la financer et Daesh peut être reconstitué alors que les Etats-Unis bougent et relocalisent ses leaders qu’ils ont gardé dans des camps d’entrainement dans les régions kurdes de la Syrie et qui se sont récemment “sauvés” dans la nouvelle zone de contrôle américaine à la frontière syro-irakienne.

Puis, bien entendu, Mossoul sera reprise, elle sera jointe à Erbil, le groupe terroriste MEK (NdT: Moudjahidines du peuple, groupe terroriste iranien force inféodée aux services occidentaux depuis sa création…) reviendra pour s’associer au nouveau Daesh et une nouvelle décennie de guerre s’ensuivra.

[…]

 

Analyse politique: Surgissement d’un nouveau monde ?… (Réseau Voltaire)

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, désinformation, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 27 octobre 2019 by Résistance 71

Analyse intéressante de Meyssan dont nous admirons l’optimisme. En fait, il ne fait que décrire un des segments de la métamorphose de l’empire en un autre: la fusion de l’empire anglo-américain avec la Chine et la Russie dans un Nouvel Ordre Mondial capitaliste monopoliste supranational qui sera régi par le cartel banquier et des grosses multinationales énergétiques et technotronique. La collusion banquier entre la City de Londres, Wall Street et les banques chinoises va von train et les écrans de fumée remplissent leur fonction… d’enfumage de gogos.

Meyssan le dit du reste dès les deux 1ères phrases: “C’est un moment qui n’arrive qu’une ou deux fois par siècle. Un nouvel ordre du monde surgit.”

Ceci n’est en rien un espoir, mais la continuation de la même merdasse marchande à un autre niveau.

Pour nous, les peuples, la seule voie viable est celle qui mettra bas à l’État, à la marchandise, à l’argent et au salariat… Tout le reste, Russie, Poutine ou pas, n’est que pisser dans un violon.

~ Résistance 71 ~

 

 

Le nouveau monde surgit devant nous

 

Thierry Meyssan

 

22 octobre 2019

 

source: https://www.voltairenet.org/article208007.html

 

Thierry Meyssan souligne l’extrême gravité, non pas du retrait US de Syrie, mais de l’effondrement des repères actuels du monde. Nous entrons, selon lui, dans une courte période de transition, au cours de laquelle les actuels maîtres du jeu que sont les « capitalistes financiers » —et ceux qu’il désigne par là n’ont aucun rapport avec ni avec le capitalisme originel, ni avec la banque originelle— vont être écartés au profit des règles de droit énoncées par la Russie en 1899.

C’est un moment qui n’arrive qu’une ou deux fois par siècle. Un nouvel ordre du monde surgit. Toutes les références antérieures disparaissent. Ceux qui étaient voués aux gémonies triomphent tandis que ceux qui gouvernaient sont précipités aux enfers. Les déclarations officielles et les interprétations que livrent les journalistes ne correspondent manifestement plus aux événements qui s’enchainent. Les commentateurs doivent au plus vite changer leur discours, le renverser en totalité ou être happés par le tourbillon de l’Histoire.

En février 1943, la victoire soviétique face au Reich nazi marquait le basculement de la Seconde Guerre mondiale. La suite des événements était inéluctable. Il fallut pourtant attendre le débarquement anglo-états-unien en Normandie (juin 1944), la conférence de Yalta (février 1945), le suicide du chancelier Hitler (avril 1945) et enfin la capitulation du Reich (8 mai 1945) pour voir se lever ce monde nouveau.

En un an (juin 44-mai 45), le Grand Reich avait été remplacé par le duopole soviéto-US. Le Royaume-Uni et la France, qui étaient encore les deux premières puissances mondiale, douze ans plus tôt, allaient assister à la décolonisation de leurs Empires.

C’est un moment comme celui-là que nous vivons aujourd’hui.

Chaque période historique a son propre système économique et construit une super-structure politique pour le protéger. Lors de la fin de la Guerre froide et de la dislocation de l’URSS, le président Bush père démobilisa un million de militaires US et confia la recherche de la prospérité aux patrons de ses multinationales. Ceux-ci firent alliance avec Deng Xiaoping, délocalisèrent les emplois US en Chine qui devint l’atelier du monde. Loin d’offrir la prospérité aux citoyens US, ils accaparèrent leurs profits, provoquant progressivement la lente disparition des classes moyennes occidentales. En 2001, ils financèrent les attentats du 11 septembre pour imposer au Pentagone la stratégie Rumsfeld/Cebrowski de destruction des structures étatiques. Le président Bush fils transforma alors le « Moyen-Orient élargi » en théâtre d’une « guerre sans fin ».

La libération en une semaine d’un quart du territoire syrien n’est pas seulement la victoire du président Bachar el-Assad, « l’homme qui depuis huit ans doit partir », elle marque l’échec de la stratégie militaire visant à établir la suprématie du capitalisme financier. Ce qui paraissait inimaginable a eu lieu. L’ordre du monde a basculé. La suite des événements est inévitable.

La réception en très grande pompe du président Vladimir Poutine en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis atteste du spectaculaire revirement des puissances du Golfe qui basculent dès à présent dans la camp russe.

La tout aussi spectaculaire redistribution des cartes au Liban sanctionne le même échec politique du capitalisme financier. Dans un pays dollarisé où l’on ne trouve plus de dollars depuis un mois, où les banques ferment leurs guichets et où les retraits bancaires sont limités, ce ne sont pas des manifestations anti-corruption qui stopperont le renversement de l’ordre ancien.

Les convulsions de l’ordre ancien s’étendent. Le président équatorien, Lenín Moreno, attribue la révolte populaire contre les mesures imposées par le capitalisme financier à son prédécesseur, Rafael Correa qui vit en exil en Belgique, et à un symbole de la résistance à cette forme d’exploitation humaine, le président vénézuélien Nicolás Maduro, bien qu’ils n’aient aucune influence dans son pays.

Le Royaume-Uni a déjà replié ses forces spéciales de Syrie et tente de sortir de l’État supranational de Bruxelles (Union européenne). Après avoir pensé conserver le Marché commun (projet de Theresa May), il décide de rompre avec toute la construction européenne (projet de Boris Johnson). Après les erreurs de Nicolas Sarkozy, de François Hollande et d’Emmanuel Macron, la France perd subitement toute crédibilité et influence. Les États-Unis de Donald Trump cessent d’être la « nation indispensable », le « gendarme du monde » au service du capitalisme financier pour redevenir eux-mêmes une grande puissance économique. Ils retirent leur arsenal nucléaire de Turquie et s’apprêtent à fermer le CentCom au Qatar. La Russie est reconnue par tous comme le « pacificateur » en faisant triompher le droit international qu’elle avait créé en convoquant, en 1899, la « Conférence internationale de la paix » de La Haye, dont les principes ont été depuis foulés aux pieds par les membres de l’Otan.

Comme la Seconde Guerre mondiale a mis fin à la SDN pour créer l’Onu, ce monde nouveau va probablement accoucher d’une nouvelle organisation internationale fondée sur les principes de la Conférence de 1899 du tsar russe Nicolas II et du Prix Nobel de la paix français, Léon Bourgeois. Il faudra pour cela d’abord dissoudre l’Otan, qui tentera de survivre en s’élargissant au Pacifique, et l’Union européenne, État-refuge du capitalisme financier.

Il faut bien comprendre ce qui se passe. Nous entrons dans une période de transition. Lénine disait, en 1916, que l’impérialisme était le stade suprême de la forme de capitalisme qui disparut avec les deux Guerres mondiales et la crise boursière de 1929. Le monde d’aujourd’hui est celui du capitalisme financier qui ravage une à une les économies pour le seul profit de quelques super-riches. Son stade suprême supposait la division du monde en deux : d’un côté les pays stables et mondialisés, de l’autre des régions du monde privées d’États, réduites à n’être que de simples réserves de matières premières. Ce modèle, contesté aussi bien par le président Trump aux États-Unis, les Gilets jaunes en Europe occidentale ou la Syrie au Levant agonise sous nos yeux.

 

Lubrizol : Scandale d’état et omerta ripoublicaine…

Posted in actualité, écologie & climat, désinformation, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, santé, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 21 octobre 2019 by Résistance 71


Lubrizol: toxique inique…

 

La colère d’un pompier intervenu dès les premiers instants sur l’incendie de Lubrizol à Rouen

 

Paris-Normandie

 

20 octobre 2019

 

url de l’article original:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/la-colere-d-un-pompier-intervenu-des-les-premiers-instants-sur-l-incendie-de-lubrizol-a-rouen-EF15767333

 

Lubrizol. Alors que la pression s’intensifie sur l’État pour mettre en place un suivi au long cours des victimes potentielles du nuage toxique, un pompier décrit les conditions ubuesques d’intervention le 26 septembre sur le site rouennais en flammes.

« J’ai la sensation d’avoir été inutile sur le terrain. On a laissé brûler de la m…. toute la journée. » Samuel (*) est pompier professionnel. Il fait partie des premiers intervenants, au matin du 26 septembre, qui ont tenté de circonscrire.

Plus de trois semaines après le sinistre, le soldat du feu est amer. Amer et agacé par la façon dont la crise a été gérée, du décalage entre la réalité du terrain et la communication qui a suivi.

« On ne savait pas » ce qu’il y avait dans les fûts

Au matin du 26 septembre, quand Samuel arrive sur les lieux avec ses collègues, il est surpris par l’ampleur de l’incendie. Ils tentent de brancher leurs tuyaux sur une borne d’incendie pourtant répertoriée. « Il n’y avait pas d’eau. On a appris plus tard que le réseau était en travaux, qu’elle n’était pas alimentée. » Ils trouvent une seconde borne, « un poteau » dans le jargon des pompiers. « Là, il n’y avait pas beaucoup de pression. »

Ils parviennent tout de même à mettre en service deux lances-canons qui arrosent le fameux hangar de stockage en feu. « Il y avait des fûts partout, des fûts de 200 litres et de 1 000 litres. On ne savait pas ce qu’il y avait dedans. Il y avait juste un code-barre pour les identifier. Personne sur place ne savait non plus que la toiture était en amiante. »

« On a perdu la maîtrise du feu »

Samuel et ses collègues ne portent pas leur ARI (Appareil respiratoire isolant). « Nous n’étions pas sous les fumées. » Une chance car « nous n’avons que 35 à 40 minutes d’autonomie » et aucune cellule d’assistance respiratoire sur place, un équipement qui permet de recharger les bouteilles d’air lors d’une intervention de longue durée.

« Les lances-canons ont été mises en place en vingt minutes, mais rapidement, nous n’avons rien pu faire d’autre. On a perdu la maîtrise du feu. À ce moment-là, nous avons manqué d’un engin capable de fabriquer de la mousse, la seule solution pour éteindre un feu d’hydrocarbure. On ne pouvait que reculer. » Selon Samuel, il a fallu attendre plusieurs heures pour qu’un fourgon mousse arrive sur les lieux, venu d’un autre département.

Puis c’est l’heure de la relève. « On a fait si peu de choses pendant l’intervention, on s’est sentis démunis. Avec plus de moyens humains et techniques, ce ne serait peut-être pas parti en sucette ! On avait l’impression de n’être que des spectateurs, de regarder un film catastrophe en 3 D, » se désole Samuel. « De retour à la caserne, quand on a vu les images à la télé, on a constaté l’ampleur des dégâts. »

« Une fierté ? Une honte, oui ! »

Un dépit partagé par une partie de ses collègues qui se transforme en colère quand il découvre quelques jours plus tard le courrier du colonel des pompiers affiché dans sa caserne. « Vous avez fait ce qu’il fallait, je suis fier de vous », écrit notamment alors le directeur départemental du Sdis 76.

« Une honte oui ! C’est la première fois de ma carrière de pompier que je quitte les lieux d’un incendie en les laissant dans un pire état que celui où je les ai trouvés. La première fois de toute ma carrière que je me replie. Le feu, dans la nuit, il a fini par mourir par manque de combustible », assène le pompier.

Nous avons tenté sans succès vendredi d’interroger le président du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis de Seine-Maritime), et vice-président du Conseil départemental, André Gautier.

(*) Le prénom a été modifié

Il a encore un sparadrap blanc à l’avant-bras. Celui de la prise de sang qu’il a effectuée le matin même dans un laboratoire d’analyses. 

« Cela fait trois semaines que j’ai l’ordonnance. J’ai toujours cru en ma bonne étoile. Mais bon, il y a des premiers résultats qui sont arrivés il y a quelques jours et il commence à y avoir des retours inquiétants. À la caserne, c’est un peu la sinistrose. Ma femme m’a poussé à aller faire la prise de sang. »

Samuel sort de sa poche l’ordonnance à en-tête des sapeurs-pompiers signé par le médecin du 3SM, le service de santé et de secours médical. Le courrier est daté du 30 septembre, quatre jours après l’incendie. Il invite tous ceux qui sont intervenus sur le sinistre de Lubrizol à effectuer la prise de sang. Dans le courrier qui accompagne l’ordonnance, le médecin explique notamment que « le passage dans la circulation sanguine est possible et peut à moyen terme avoir des conséquences sur la formule sanguine, le foie, les reins ».

Pourtant l’ordonnance ne comporte que quelques lignes : NFS, Créatinine, DFG, TGO, TGP. « Pourquoi ne recherche-t-on pas la présence de métaux lourds ? » s’étonne le pompier. Pas de plombémie (recherche de plomb dans l’organisme), pas de dosage urinaire pour déceler la présence de benzène, de toluène ou de sulfate comme certains médecins généralistes le prescrivent à Rouen. « Pourquoi n’a-t-on pas été soumis à une analyse d’urines dans les 48 h, » se demande également Samuel. Et comme pour les autres soldats du feu, les résultats seront envoyés sous pli confidentiel directement au Sdis. « Les laboratoires ne sont pas censés le faire, mais la plupart donneront aussi les résultats en direct à ceux qui leur demanderont. »

Pendant une dizaine de jours après l’incendie, Samuel constate des troubles intestinaux, des migraines et un mal de gorge. « Certains de mes collègues, sous les fumées, ont été pris de nausées et de vomissements sur place. Comme certains policiers chargés d’assurer la sécurité aux abords du site. » Qui continuent sûrement eux-aussi à se poser des questions.

 

Falsification historique: le cas de la non-épuration de la France de 1943 aux années 50 (avec Annie Lacroix-Riz)

Posted in actualité, désinformation, documentaire, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 1 octobre 2019 by Résistance 71


L’historienne Annie Lacroix-Riz

 

Ô toi, historien, qui d’encre non menteuse
Écris de notre temps l’histoire monstrueuse,
Raconte à nos enfants tout ce malheur fatal,
Afin qu’en te lisant ils pleurent notre mal,
Et qu’ils prennent exemple aux pêchés de leurs pères,
De peur de ne tomber en pareilles misères.
~ Ronsard, extrait du Discours des misères de ce temps, 1562 ~

 

La non-épuration de la France de 1943 aux années 50 : la leçon magistrale d’Annie Lacroix-Riz

 

Comité Valmy

 

29 septembre 2019

 

url de l’article original:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11490

 

En marge de ses tentatives pour comprendre, ou plus modestement pour proposer quelques contrechamps aux discours dominants sur les crises internationales, prochetmoyen-orient.ch a choisi, cette semaine, de parler d’un livre-événement (1) dont la grande presse n’a pas parlé et, sans doute, ne parlera plus davantage. Certes, le maniement de cette somme de plus de 600 pages requiert une bonne musculation, mais aussi une lecture attentive, sinon symptômale, tant le sujet sonde en profondeur l’un des virages les plus obscurs de notre histoire contemporaine. Davantage encore, l’entreprise de l’historienne Annie Lacroix-Riz constitue une leçon magistrale de politique générale.

Si on ne la voit guère sur les plateaux de télévision, parce qu’elle passe plus de temps à déchiffrer les archives que dans les dîners en ville, Annie Lacroix-Riz n’est pas n’importe quelle historienne. Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris-7, on lui doit nombre d’ouvrages importants, notamment : Le Vatican, l’Europe et le Reich ; Le Choix de la défaite ; De Munich à Vichy ; Industriels et banquiers sous l’occupation ; Les Elites françaises – 1940/1944 ; De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine ; Aux origines du carcan européen – 1900/1960.

Annie Lacroix-Riz est aujourd’hui l’un de nos grands historiens de la Seconde guerre mondiale et de ses filiations à la fois plus anciennes et tellement actuelles. Impossible de résumer l’ouvrage, mais voyons plutôt quelques-unes de ses importantes découvertes.

« MIEUX VAUT HITLER QUE STALINE ! »

« Mieux vaut Hitler que Staline » : le mot d’ordre a non seulement inspiré bien des opposants au Front populaire – qui, de nombreuses façons, préparaient une débâcle de Mai 1940 acceptée comme une sorte de moindre mal avant de justifier Vichy et la collaboration avec l’occupant – ; mais il a aussi constitué l’un des fils rouges de la Libération, puis de la restauration de la France. Plus encore, la formule a aussi inspiré une machinerie à remonter le temps, servant à fabriquer une souveraine détestation de la Révolution française, de Robespierre et d’autres grands inventeurs de la République.

Sous les plumes de François Furet et Ernest Nolte notamment, la même machinerie a popularisé l’improbable équivalence entre nazisme et communisme théorisée par Hannah Arendt, confidente de Martin Heidegger qui venait de s’installer dans la chaire de philosophie qu’Edmund Husserl avait dû quitter pour fuir le régime nazi. Jusqu’à nos jours, cette imposture idéologique a survécu à travers les pantomimes médiatiques d’une « nouvelle philosophie » qui va traquer les « maîtres penseurs » initiateurs du Goulag, de Marx/Engels, de Hegel jusqu’à Platon et Aristote : leurs tentatives de « pensée totale » n’ayant été que de successives anticipations des totalitarismes de l’époque contemporaine.

Dans ce contexte idéologique très clivé, qui se transforme mais perdure depuis La Nuit de l’abolition des privilèges, les événements allant de 1943 aux années 1950 ont donné lieu à passablement de déformations, de contresens, sinon de trahisons. Durant cette période tourmentée, peut-on vraiment parler d’« épuration », celle promise sur les ondes de Londres et d’Alger contre les collaborationnistes et « assassins de patriotes » ? A l’appui d’une étude approfondie d’archives multiples, Annie Lacroix-Riz apporte les preuves que cette « épuration » n’a jamais eu lieu.

Alors que s’est imposée la fable dominante d’une « épuration sauvage » et spontanée persécutant les femmes coupables de « collaboration horizontale » – « femmes tondues » en place publique – et des notables ayant sciemment choisi Vichy et la collaboration avec l’occupant, le général de Gaulle et ses alliés politiques ont plutôt opté pour une « non-épuration » favorable au statu quo général des élites, inauguré par le Comité français de libération nationale d’Alger (CFLN). Cette posture bénéficia même à une multitude de criminels de sang tandis qu’étaient inquiétés nombre d’authentiques résistants !

Le mot d’ordre « Mieux vaut Hitler que Staline » survit aux conditions historiques de son émergence pour alimenter une mythologie (2) dont nous sommes aujourd’hui loin, très loin d’être sortis.

MYTHOLOGIES DE L’EPURATION

La première de ces mythologies recouvre les « approximations contemporaines sur la chronologie et les effectifs ». Selon Jean-Paul Cointet, il n’y aurait eu en France qu’un maximum de 1500 à 2000 collaborateurs « de sang », d’ailleurs exécutés « sommairement » en 1944 (avant ou après la Libération ?), pour dénoncer les parias, remplir les prisons, torturer, déporter, fusiller, massacrer, et parvenir à un bilan civil que la statistique officielle chiffra après-guerre à près de 150 000 morts. Les « pertes humaines » civiles furent fixées en mai 1947 à 30 000 fusillés, 150 000 déportés « morts ou disparus, sur un effectif (incluant une fraction des 766 000 travailleurs « déportés » en Allemagne) de 95 000 « déportés politiques » et de 100 000 « déportés raciaux ».

« Les recherches en cours nous rapprochent de cet effectif » , estime Annie Lacroix-Riz ; « les décès en Allemagne de travailleurs forcés (dont l’effectif total n’a pas varié depuis la statistique officielle de 1947) sont estimés à environ 30 000, soit moins de 5% du total déporté ; le chiffre de 75 000 déportés juifs fait consensus général. Celui des fusillés après condamnation atteint « sans doute 15 000 à 20 000 exécutés et massacrés », dont 36% de « communistes ». Encartés, c’est possible, FTP, c’est invraisemblable : ce pourcentage, avancé sans source, est incompatible avec la correspondance policière française et allemande, monomaniaque sur les FTP. Les « exécutés sommaires sont bien plus nombreux que les fusillés par condamnations », surtout dans les régions de « maquis puissants », auxquels s’ajoutèrent les liquidés en masse de « nettoyage des prisons au moment du départ des Allemands », et tant d’autres, tués « lors des libérations des villes, condamnés en France et exécutés en Allemagne », massacrés en masse de la fin de l’hiver 1943/44 à l’été 1944.

Elle conclut : « on peut évaluer le nombre de morts par balles dans une volonté de répression entre 15 et 20 000, sans compter les autres morts en camp de concentration et au combat. Bien plus nombreux : de combien ? Deux fois plus que les 20 000 condamnés ». Sur ces évaluations, la recherche n’a pas dit ses derniers chiffres…

Largement reprise par les historiens officiels de la Seconde guerre mondiale, une deuxième mythologie vise à réduire l’importance opérationnelle de la Résistance française. Exemple : Olivier Wieviorka, spécialiste déclaré de la Résistance française semble considérer que celle-ci n’a eu qu’un rôle militaire négligeable. Seuls les Anglais et surtout les américains auraient, depuis le débarquement de Normandie, assumé la dimension militaire du territoire français comme dans toute l’Europe occidentale. Annie Lacroix-Riz de commenter : « cette dépréciation de la Résistance et de ses combats attire logiquement les éditeurs champions de « l’épuration sauvage .. et de la réhabilitation de Vichy ».

De cette caricature témoigne l’un des ouvrages de la collection que dirige M. Wieviorka – Le Maquis des Glières -, de son ancien doctorant et disciple Claude Barbier. L’auteur s’y propose d’abattre le « mythe (du) maquis des Glières » ou de démontrer à la fois que « la bataille des Glières n’a(vait) pas eu lieu » et que les « réprimants « (sic) français des Glières étaient de braves gens, miliciens taraudés par « un cas de conscience », répugnant « à combattre aux côtés de la Wehrmacht ».

L’ouvrage, tiré en 2014 de sa thèse, devait valider le postulat de son directeur de recherches et éditeur sur la débilité militaire d’une Résistance française (surtout FTP) par ailleurs politiquement féroce : il était donc logique que les « miliciens ne (vissent) aux Glières que des partisans de Staline prêts à employer les méthode (du) NKVD pour assassiner des milliers d’officiers polonais » à Katyn sans les distinguer (…) des membres de l’AS (Armée secrète) » dignes de plus de ménagements.

La correspondance d’Otto Abetz, ambassadeur à Paris, exprime par exemple une grande inquiétude vis-à-vis des nombreux sabotages, assassinats ou « attaques perfides contre des soldats isolés » allemands perpétrés sur tout le territoire français. Et vers la fin de la guerre, le « commandant ouest » de la Wehrmacht, Gerd von Rundstedt, confirme lui-aussi la « gravité » de la situation pour les troupes allemandes dont les petites unités sont constamment attaquées « par des bandits en uniforme ou en civil », obligeant à mobiliser d’importantes forces de protection pour chacun de leurs déplacements.

Baptisée par Albert Speer – le ministre de l’armement de Hitler -, « l’armée des partisans », la résistance intérieure inquiéta assez les Allemands pour les convaincre de porter en France leurs troupes de 27 à 48 divisions entre novembre 1943 et avril 1944. En témoigne l’impressionnant bilan des FTP en matière de sabotages principalement dirigés contre le rail. D’avril à septembre 1943, en effet « 278 opérations contre les voies ferrées et les transports de troupes et de matériels allemands, avaient provoqué 138 déraillements, mettant hors d’usage 357 locomotives et 1698 wagons, et détruisant 38 wagons-citernes pleins d’essence ».

Les combattants patriotes responsables de ces attentats, rappelons-le, pratiquaient non des actes de terrorisme mais des « actes de guerre » définis comme tels par la jurisprudence du Comité de la France libre à Londres (qui s’était déclaré en guerre contre l’Allemagne en 1941).

Troisième mythe récurrent : le vieux distinguo entre « vilains SS » et une « Wehrmacht propre », légende que l’historiographie ouest-allemande a tardivement mais totalement liquidée pour l’Est occupé. Ce mythe s’était effrité à l’Ouest, contre les communistes et les juifs depuis l’été 1941. Il avait perdu tout son sens depuis 1943. Le Feld-Maréchal Hugo Sperrle et le général Gerd Von Rundsedt affichaient début 1944 la couleur dans « la guerre contre les partisans » conduite en France.

« SECTIONS SPECIALES » BLANCHIES

Retour à « l’épuration », engagée après la guerre sous le gouvernement gaulliste : le livre d’Annie Lacroix-Riz démontre qu’elle fut pratiquement inexistante, non en raison d’un climat de risque de guerre civile intérieure, ni de la menace extérieure soviétique, mais bien à cause d’un consensus établi à Alger entre le général de Gaulle et les Américains – pourtant à couteaux tirés (3).

A Alger, personne ne souhaitait une épuration massive de l’appareil économique, politique et militaire de Vichy. Annie Lacroix-Riz montre que, si des commissions d’épuration furent bien mises en place, ainsi que cela avait été prévu dès le début de l’Occupation au sein de la Résistance, elles furent aussitôt réduites à l’impuissance par différents subterfuges (absence de crédit, de personnel, non-transmission des dossiers, requalifications des chefs d’accusation, mesures dilatoires, etc.) avec l’assentiment des premiers ministres et hauts responsables de la Justice de la France libérée – dont François de Menthon, Pierre-Henri Teitgen et Robert Schuman.

A contrario, l’inventivité pour transformer les « épurables » en résistants semble ne pas avoir connu de limites. L’ardeur pour soustraire à l’examen des collaborationnistes notoires ou faire libérer ceux que les avocats décrivaient comme des « Français non coupables, injustement incarcérés » fut sans limite. Les efforts pour les disculper – qu’ils aient été responsables politiques, patrons de presse, banquiers, administrateurs de biens juifs, etc.) – se déployèrent sans relâche. Illustrés dans le livre par de nombreux extraits de lettres, de circulaires et autres, ils sont frappants de cynisme.

L’obstination des ministères et de la haute administration pour blanchir leurs membres donne une idée vertigineuse de la solidarité de « caste » ou de « classe » régissant alors la France de la Libération. Grâce à un système très ramifié de protections, peu de ceux qui devaient répondre « d’actes de trahison, collaboration avec l’ennemi et de menées antinationales » furent en effet condamnés. « Entre 44 et les années 1950 », souligne Annie Lacroix-Riz, « les pratiques d’Occupation indiscutablement établies ne pesèrent rien face aux témoignages dithyrambiques post-Liberationem, aux « certificats de résistance » ou médicaux, le plus souvent évidemment tarifés ».

Dans le domaine de ce blanchiment morbide, un seul exemple suffira, concernant l’appareil judiciaire : tous les dossiers des magistrats des « sections spéciales » qui avaient condamné à mort des résistants furent classés sans suite. Dans cette logique léviathanesque qui donne froid dans le dos, le cas de Maurice Papon est l’arbre qui cache la forêt !

Il faudra 17 années de batailles juridiques pour qu’il soit condamné le 2 avril 1998 à dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l’humanité pour les actes d’arrestation et de séquestration – lors de l’organisation de la déportation des Juifs de la région bordelaise vers le camp de Drancy d’où ils furent ensuite acheminés vers le camp d’extermination d’Auschwitz – commis lorsqu’il était secrétaire général de la préfecture de Gironde, entre 1942 et 1944. Mais, estimant qu’il n’existait pas de preuve que Papon ait eu connaissance – à l’époque – de l’extermination des Juifs, il fut acquitté pour toutes les charges de « complicité d’assassinat » et des « tentatives de complicité d’assassinat ».

Paradoxalement, ce furent les Résistants qui furent soupçonnés et attaqués. En 1948, le philosophe Vladimir Jankélévitch écrivait que sous l’égide de « la démocratie américaine » et du « libérateur de la France » (de Gaulle), « la défense de classe » avait « vite » permis aux « amis (français) du docteur Goebbels (…) redevenus les bien-pensants », de se remettre « de leur frayeur (…). Tout rentrait dans l’ordre », avec le retour en force de « l’ennemi numéro un : le communisme ». Il prévoyait aussi que « demain la Résistance devra(it) se justifier d’avoir résisté ».

LE « TOURNANT OBSCUR »

Dans sa jeunesse, l’auteur de ces lignes a eu la chance de partager l’amitié et les récits de plusieurs Résistants haut-savoyards. Issus des communautés de pêcheurs du lac Léman et des fermes de moyenne montagne, plus précisément de Rives (Thonon-les-Bains), d’Anthy-sur-Léman, de Meillerie et des villages de la Vallée Verte (Boëge), ces derniers avaient rejoint les Brigades internationales d’Espagne, se retrouvant intégrés à des unités républicaines soit de la FAI (Fédération anarchiste ibérique), soit du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste/Trotskiste) et d’autres groupes.

Leur crédo unanime était d’interroger sans cesse l’arrestation de Jean Moulin et son remplacement à la tête du CNR (Conseil national de la Résistance) par le démocrate-chrétien Georges Bidault (nom de guerre : Bip), qualifié par eux de « tournant obscur », reprenant ainsi le titre des mémoires du révolutionnaire russo-belge Victor Serge. « Tournant », expliquaient-ils parce qu’après la « neutralisation » de Jean Moulin – qui avant d’être préfet de Chartres fut nommé par Pierre Cot sous-préfet de Thonon-les-Bains (c’est durant cette période qu’il noue une relation forte avec le Rassemblement universel pour la Paix/RUP soutenant les effort de la Société des Nations/SDN contre la guerre de Mussolini en Ethiopie puis en appui de la République espagnole) – s’ensuivit une reprise en main opérationnelle et politique de la Résistance.

Sous la direction de Jean Moulin, les mouvements gardent une grande autonomie opérationnelle, adoptant le plus souvent les techniques asymétriques de la guérilla. Une fois les opérations terminées, ils se replient dans des régions boisées et montagneuses, prenant soin d’éviter les confrontations massives et frontales. Pour l’occupant, les fragmentations fluides de cet ennemi invisible donc insaisissable sont redoutables. Dans ces circonstances, les groupes de maquisards cultivent toutes leurs spécificités politiques et projettent leur combat dans la perspective de la reconstruction du pays. Pour Churchill et une partie de l’entourage du général de Gaulle, cette situation est insupportable. Anticipant les évolutions de la résistance en Grèce où la majorité des mouvements ancrés à gauche identifiait Libération et révolution sociale, ou celle prévalant en Yougoslavie avec les partisans de Tito, le commandement allié – selon les amis de l’auteur – a clairement privilégié une reprise en main « politique » de la Résistance française au détriment de son efficacité opérationnelle.

Ainsi, les parachutages d’armes furent attribués seulement aux maquis jugés « sûrs », alignés sur les directives de Londres. « Assez rapidement après l’arrestation de Caluire, les MURs (Mouvement unis de résistance) imposèrent leurs vues par l’intermédiaire de jeunes officiers et cadres issus, pour la plupart, des Chantiers de jeunesse de Vichy », expliquaient mes amis ; « la consigne était claire : il s’agissait impérativement de mettre sous tutelle nos groupes de guérilla, une tutelle d’encadrement et de commandement militaire classique pour reprendre la main idéologique. Les résultats se révélèrent rapidement dramatiques. Poursuivant leur obsession de reconstituer des corps d’armée classique centralisés, les responsables des MURs offraient ainsi des cibles faciles pour l’armée allemande. Début 1944 et sans surprise, suivirent les désastres du plateau des Glières au-dessus d’Annecy et des maquis du Vercors au-dessus de Grenoble. L’important pour Londres était bien-sûr de neutraliser Jean Moulin qui aurait pu faire de l’ombre au général de Gaulle dans une France libérée ».

Le récit de mes vieux amis – aujourd’hui disparus – correspond en tous points aux résultats des recherches bénédictines d’Annie Lacroix-Riz.

JEAN MOULIN TRAHI PAR LES SIENS

Le paroxysme de l’ignominie et du déshonneur culminera avec « l’affaire Jean Moulin » : l’arrestation du créateur et chef du CNR à Caluire (dans la banlieue lyonnaise) le 21 juin 1943 par le nazi Klaus Barbie (chef de la section IV (SIPO-SD) des services de la sûreté allemande basée à Lyon), se soldera par son supplice et sa mort officiellement datée du 8 juillet 1943 en gare de Metz durant son transfert à Berlin.

Comme Jean Multon, résistant retourné par la Gestapo, René Hardy est arrêté par Klaus Barbie, mais relâché juste avant la réunion de Caluire où Jean Moulin doit réorganiser la direction des maquis après l’arrestation à Paris du général Delestraint, le 9 juin 1943. D’après Pierre Péan, « c’est certainement René Hardy qui a vendu Jean Moulin, sur l’incitation de hauts responsables du plus proche entourage londonien du général de Gaulle » (4).

Annie Lacroix-Riz : « Pierre de Bénouville, Fradin et Dubost au secours des collaborationnistes notoires. Bénouville, passé sans transition de la Cagoule d’avant-guerre au MSR d’Occupation, faux gaulliste inféodé à Allen Dulles (NDLR : patron de l’OSS-117 qui deviendra la CIA) et anti-communiste obsessionnel avait depuis la Libération fait l’objet de rapports de police forts complaisants (…). Ami de Frenay, chef de file avec lui de la cohorte bigarrée des protecteurs d’Hardy, Bénouville fit la pluie et le beau temps à la justice où régnait son ami Fradin. Il y avait porte ouverte depuis l’automne 1944 pour soustraire les plus grands coupables à la prison et au jugement, à commencer par ses amis de la Cagoule, d’Eugène Schueller à Jean de Castellance ».

Encore : « le rôle des deux chefs de Combat est d’une autre portée que celui des « traîtres » avérés Multon et Hardy. Il explique la cohésion du bloc anticommuniste soudé autour d’Hardy pour nier les preuves formelles entassées de 1943 à 1947 contre l’exécutant et ses donneurs d’ordres. Et ce, plusieurs décennies avant les aveux partiels de Barbie et Hardy en 1983 et de Bénouville en 1997/98 qui ont convaincu Péan de la responsabilité des chefs de Combat dans les arrestations du général Delestraint et Jean Moulin ».


Le « trombone » avant le « Condor »

Dès la Libération, le nazi Klaus Barbie fut recyclé dans les services spéciaux américains et protégé par les autorités de Washington au plus haut niveau. Comme les ingénieurs allemands – concepteurs des V1 et V2, ayant semé la mort dans les villes britanniques – se retrouvèrent à la NASA et dans les laboratoires de la bombe atomique américaine, Klaus Barbie et de nombreux autres nazis, criminels de guerre notoires, se recyclèrent dans les services secrets des Etats-Unis. On retrouvera plusieurs d’entre eux – dont Barbie -comme conseillers de la CIA au cœur du « plan Condor » : une campagne d’assassinats, de lutte anti-guérilla et de coups d’Etat menée conjointement par les services secrets du Chili, de l’Argentine, de la Bolivie, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay au milieu des années 1970.

La leçon magistrale d’Annie Lacroix-Riz nous permet de relier et de comprendre ces événements, de la non-épuration à la domination d’une grande partie du monde : une grande leçon d’épistémologie historique et de politique générale. A lire bien-sûr, à faire lire et à diffuser le plus largement possible.

La semaine prochaine, nous poursuivrons notre rentrée studieuse en faisant retour aux Proche et Moyen-Orient avec un autre livre-événement très important : celui de Régina Sneifer (5) consacré à la « Grande Syrie » et au « Croissant fertile » d’Antoun Saadé, d’après les mémoires de sa femme Juliette. Safia Antoun Saadé, leur fille sera présente à la présentation-signature du livre de Régina Sneifer, le 26 septembre dès 18 heures dans les locaux des éditions Riveneuve – 85, rue de Gergovie, 75014 Paris (téléphone : 01 45 42 23 85 – M/Ligne 4/Alésia, M/Ligne 13/Plaisance). La rédaction de prochetmoyen-orient.ch y sera !

Richard Labévière 16 septembre 2019

1 Annie Lacroix-Riz : La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950. Editions Armand Colin, août 2019.

2 Dans le sens de ce que Roland Barthes conceptualise dans ses Mythologies (Editions du Seuil, 1957), à savoir vider la réalité de sa dimension historique pour la transformer en une espèce de « nature éternelle » vouée au bons sens populaire, à la morale et à la haine du politique !

3 Eric Branca : L’ami américain – Washington contre De Gaulle 1940 – 1969. Editions Perrin, août 2017.

4 Entretiens avec Pierre Péan. Lire son livre : Vies et morts de Jean Moulin – éléments d’une biographie. Editions Fayard – 1998, abondamment cité (plus d’une vingtaine de fois) par Annie Lacroix-Riz.

5 Regina Sneifer : Une femme dans la tourmente de la Grande Syrie. D’après les mémoires de Juliette Antoun Saadé. Editions Riveneuve, septembre 2019.

= = =

Lectures complémentaires:

Compilation Howard Zinn

Sutton_Le_meilleur_ennemi_quon_puisse_acheter

Sutton_Wall-Street_et_la_Révolution_Bolchévique

Dans ce livre, l’historien anglais Antony Sutton en 1976 (Professeur à l’université de Stanford), fait le boulot côté anglo-américain qu’Annie Lacroix-Riz a fait côté français avec ses recherches sur la collusion de la synarchie industrio-banquière française avec l’Allemagne nazie:

Sutton_Wall_Street_et_la_montée_d’Hitler

 


« La vraie passion du XXème siècle, c’est la servitude »
~ Albert Camus, 1957 ~

Organiser la révolution sociale avec Fesse Bouc, Gogole, Touitteur et autres inepties technotroniques… Vraiment ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, désinformation, gilets jaunes, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 1 septembre 2019 by Résistance 71

 

De l’utilisation des “moyens de communication modernes” dans les milieux militants

 

Le Monde Libertaire

 

juin 2019

 

url de l’article:

https://www.monde-libertaire.fr/?article=De_lutilisation_des__moyens_modernes_de_communication__dans_les_milieux_militants

 

Il y a quelques mois de cela, je fus par hasard invitée à lire l’essai de Stéphane Hessel intitulé Indignez Vous ! (2010), texte qui promeut la résurgence de l’indignation, comme moteur d’un véritable « esprit de la Résistance ». Un point du texte, qui n’était certes pas central et semblait même plutôt anodin, retint cependant mon attention. Voilà ce qu’il y était dit : « Je constate avec plaisir qu’au cours des dernières décennies se sont multipliés, les organisations non gouvernementales, les mouvements sociaux (…) qui sont agissants et performants. Il est évident que pour être efficace aujourd’hui, il faut agir en réseau, profiter de tous les moyens modernes de communication. » J’aimerais partager l’interrogation qui me traversa à l’occasion de cette lecture. D’une part, les techniques modernes peuvent-elles être considérées comme de simples moyens ? Et d’autre part, permettent-elles vraiment d’incarner un esprit de résistance ?

Souvent, lorsque l’on pose la question des médias que l’on utilise pour lutter, on se voit souvent rétorquer que « la fin justifie les moyens ». C’est à dire que si l’intention que nous mettons dans notre action est défendable (sensibiliser, informer, mobiliser, échanger, organiser à propos des diverses causes qui nous sont chères), l’utilisation des nouvelles techniques de l’information et de la communication (réseaux sociaux, mails, téléphones, internet…) se verrait automatiquement justifiée – et cela même si l’on est plus ou moins conscient des questions que ces techniques soulèvent. Par rapport à cette question difficile, Sartre proposait dans Qu’est-ce que la littérature ? (1947) la thèse suivante : « La fin est l’unité synthétique des moyens employés. Il y a donc des moyens qui risquent de détruire la fin qu’ils se proposent de réaliser, en brisant par leur simple présence l’unité synthétique où ils veulent entrer. » Il prenait ensuite l’exemple d’un parti aux fins authentiquement révolutionnaires, mais qui mentirait pour arriver au pouvoir. Même si l’objectif de ce parti était la fin de l’oppression, pour Sartre, l’utilisation des techniques de propagande étant elle-même oppression, elle contribuerait à créer une « humanité mentie et menteuse », participerait à sa manière à l’avènement d’un monde qui était pourtant rejeté au départ. Anders disait qu’à ce titre, tout moyen est davantage qu’un moyen et qu’il est insuffisant de concevoir de manière uniquement instrumentale les techniques que nous utilisons : « Affirmer que ce système des instruments, le macro-instrument, ne serait qu’un « moyen », et qu’il serait donc à notre disposition pour réaliser des fins que nous aurions d’abord librement définies, est complètement absurde. Ce système des instruments est notre « monde ». Et un « monde » est tout autre chose qu’un moyen (1). » Il serait alors illusoire de diviser notre existence en « moyens » et « fins » clairement distincts, les uns restant de simples instruments ou médias, qui obéiraient à des finalités déterminées par l’homme et ne se contenteraient que de construire un monde à l’image de ses plus belles intentions.

McLuhan fut un des premiers théoriciens de la communication et des médias à vouloir attirer l’attention sur le média lui-même et non son contenu, le média étant selon lui n’importe quel prolongement de nous-mêmes susceptible de transmettre un message de façon plus ou moins implicite et abstraite. Cela comprend finalement tout ce que nous appelons Technique : le langage, les voitures, le téléphone, l’argent, le logement, la radio, etc. Sa théorie étonna beaucoup à l’époque : pour McLuhan, le message, c’est le médium, en tant qu’il « façonne le mode et détermine l’échelle de l’activité et des relations des hommes (2). » Ce message nous est martelé comme subliminalement à chaque fois que nous employons un média x, et c’est donc moins son contenu ou l’emploi que nous en faisons qui importe que « le changement d’échelle, de rythme ou de modèles qu’il provoque dans les affaires humaines ». « Le chemin de fer n’a pas apporté le mouvement, le transport, la roue, ni la route aux hommes, mais il a accéléré et amplifié l’échelle des fonctions humaines existantes, créé de nouvelles formes de villes et de nouveaux modes de travail et de loisirs. Et cela s’est produit partout où le chemin de fer a existé, que ce soit dans un milieu tropical ou polaire, indifféremment des marchandises qu’il transportait, c’est-à-dire indifféremment du contenu du médium « chemin de fer » (3). » Ainsi, il nous invite à regarder au-delà de l’évidence pour comprendre l’importance des changements qui se jouent à travers la généralisation d’un média. Celui-ci, bien plus que le simple instrument au service d’un message militant auquel on tente de le réduire (qu’il s’agisse de communication sur des événements, d’organisation en interne…), infère par lui-même un projet de société, et participe à un certain type de monde. On parle souvent de militer contre le nucléaire et son monde, contre Notre-Dame-des-Landes et son monde. C’est pourquoi, en proposant une réflexion sur l’utilisation d’Internet dans des organisations militantes, je propose de critiquer plus largement Internet et son monde, car vivre aujourd’hui, « ce n’est pas vivre comme en 1950, l’ordinateur en plus, mais vivre dans le monde de l’ordinateur (4). »

Ainsi, la plupart des organisations et mouvements militants ont suivi la tendance des vingt dernières années qui a consisté à créer des pages Web, faire de la communication sur les réseaux sociaux, s’organiser par l’intermédiaire des « nouvelles technologies de l’information et de la communication », échanger sur diverses plateformes, et passer par des « outils numériques » pour mener à peu près n’importe quel projet. Mais quel est précisément le message véhiculé par Internet, indépendamment de nos contenus militants ? C’est celui d’une société organisée à l’échelle planétaire, c’est-à-dire une échelle qui dépasse largement l’échelle humaine (5). C’est celui d’un monde d’extractions minières et de processus industriels, d’organisation militarisée du travail, d’esclavage moderne, de chaînes de productions mondialisées, de concentration capitalistique des richesses, de villes-usines, de guerres et de situations d’exploitation de l’homme par l’homme. C’est celui d’une société thermo-industrielle et nucléaire, qui demande toujours plus d’énergie, et donc de croissance, peu importe qu’elle soit dite verte ou non. C’est celui d’un monde d’infrastructures complexes et gigantesques dont les citoyens ne peuvent qu’être dépossédés, d’une prolétarisation généralisée donc. Internet est, indépendamment des contenus qu’il fait circuler, le rouage de la Mégamachine au service d’un Empire Industriel : il crée un monde de flux, d’accélération généralisée, d’instantanéité, de relations par écrans interposés ; un monde où l’espace et le temps sont abolis, ainsi que l’ensemble de la réalité compressé sur un même plan.

Le développement du numérique dans les associations et le militantisme 2.0 ne sont qu’un enfumage qui vise plus à justifier la production industrielle de moyens dont nous sommes toujours plus dépendants, jusque dans la sphère politique, au détriment d’une véritable réflexion sur le monde qu’ils contribuent à créer. Il est devenu évident d’utiliser ce qui semble à première vue faciliter l’échange, l’engagement, et le partage, face aux difficultés rencontrées pour porter une voix, face aux rapports de force qui sont en notre défaveur. D’une part quel est le réel impact de cette voix, réduite à de l’information, et noyée dans des montagnes de mails, dans une mer de notifications, dans un flux toujours plus assaillant de données ? Lorsque l’homme ne s’informe plus mais « est informé » disait Ellul, on assiste à une forme de désinformation par excès d’information, qui paralyse l’action plus qu’elle ne la favorise. D’autre part, quelle est la réelle pertinence d’une communication de masse, impersonnelle, pensée à travers des critères techniciens (efficacité, quantité, vitesse, économie), en comparaison à un échange humain véritable qui demande une réelle écoute et présence, pour tenter de mettre en commun deux mondes différents ? Enfin, nous devrions nous demander si l’utilisation tous azimuts des « moyens modernes de communication » ne nous rendrait pas aveugles au fait que ceux-ci sont porteurs d’un message contraire au projet que nous défendons.

« L’abandon de la critique des machines et du monde technologique qu’elles produisent (…) a conduit à l’acceptation béate et émerveillée, deux siècles plus tard, de l’Internet et des outils numériques, même dans les milieux voulus les plus subversifs (6). » Pourtant, si nous prônons un idéal de société sans domination et sans exploitation, porté sur l’autogestion et la réappropriation du politique, la préservation du vivant et des espaces naturels, ne devrions-nous pas chercher d’autres manières de faire plus cohérentes, en dehors d’Internet et son monde, qui se situent aux antipodes de tout cela ? Si nous prétendons être des esprits critiques, en quête d’émancipation, refusant les logiques autoritaires et d’exploitation du vivant, ne devrions-nous pas nous indigner devant la tyrannie d’Internet – tyrannie qui fait de l’attirail du « bon communicant » un « must have » et de notre présence sur les réseaux une nécessité pour exister aux yeux du reste du monde ? En nous indignant et en refusant l’investissement d’espaces virtuels pour mener notre lutte, nous participerions peut-être déjà à la création d’un monde autre. Un monde où des rues et espaces seraient réinvestis, où se multiplieraient des lieux pour se rencontrer, échanger et construire en vrai. Un monde où la régularité des rencontres remplacerait la nécessité d’une connexion journalière pour déterminer des dates et horaires. Un monde où des brochures, textes, journaux seraient distribués et partagés plus régulièrement et inviteraient à la discussion « in real life ». Un monde où quelques affiches, flyers, et bouche-à-oreille suffiraient à réunir.

Laïnae

1) L’obsolescence de l’homme : Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Günther Anders, 1956.

2) Pour comprendre les médias : les prolongements technologiques de l’homme, Marshall McLuhan, 1964.

3) Op. cit.

4) Rendez-nous notre objet d’aliénation favori !, Pièces et main d’œuvre, 2007.

5) Lire à ce sujet Une question de taille, Olivier Rey, 2014.

6) Internet ou le retour à la bougie, Hervé Krief, 2018.

 

20 juillet 1969 ~ 20 juillet 2019… 50 ans pour passer de héros à zéro (version PDF)

Posted in actualité, altermondialisme, désinformation, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 22 juillet 2019 by Résistance 71

 

 

MAJ R71 du 22 juillet 2019:

Jo de JBL1960 nous a fait un superbe PDF de notre article d’avant-hier (sans doute un des plus lu sur une période de 48 heures de l’histoire de Résistance 71…) sur le cinquantenaire de l’alunissage d’Apollo 11:
« 20 juillet 1969 ~ 20 juillet 2019… 50 ans pour passer de héros à zéro »

 

La version PDF à télécharger:
20-juillet-1969-20-juillet-2019-50-ans-pour-passer-de-heros-a-zero

 

Retrouvez les 123 PDF sur la bibliothèque de Résistance 71:

Les PDF à lire et diffuser sans modération

 

20 juillet 1969 ~ 20 juillet 2019… 50 ans pour passer de héros à zéro ?…

Posted in actualité, désinformation, documentaire, Internet et liberté, média et propagande, pédagogie libération, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 20 juillet 2019 by Résistance 71

« Dans un monde de mensonge perpétuel, dire la vérité est un acte révolutionnaire. »
~ George Orwell ~

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps que ça, nous n’avions aucune raison tangible de mettre en doute la plus formidable des réalisations exploratrices humaines: l’envoi d’êtres humains sur notre satellite naturel: la lune.
Puis est venu le 11 septembre 2001 et pour bon nombre d’entre nous… tout a changé. Il ne devenait plus possible de croire en le narratif officiel d’un évènement historique de grande ampleur 
impactant sur la destinée de l’humanité. Il ne devenait plus possible de croire les élucubrations de nos gouvernements mis en place pour perpétrer ad vitam aeternam, la dictature de la marchandise et des intérêts particuliers.
Pour beaucoup d’entre nous, nous avons vu l’alunissage d’Apollo 11 en direct. On nous avait rappelés dans les écoles pour suivre l’évènement, car en 1969, aussi incroyable que cela puisse paraître à la jeune génération, tout le monde n’avait pas la télévision… Qui pouvait alors douter de la véracité de l’évènement ? Nos grands-parents et arrières-grands-parents ? Mais ces vieux schnocks n’étaient que des rétrogrades refusant la modernité n’est-ce pas ?…
Pas à pas, avec le décorticage des évènements du 11 septembre, l’analyse historique sur le fond des affaires se généralisa. L’alunissage d’Apollo 11 et ceux qui suivirent ne pouvait plus échapper à l’analyse critique. Bien des choses farfelues ont été dites et écrites, d’autres bien plus sensées et argumentées l’ont aussi été.
Ci-dessous, nous avons traduit un long article de VT sur le sujet, sans aucune doute le meilleur que nous ayons lu sur le sujet, car il analyse non seulement l’aspect technique, technologique et humain mais aussi le contexte géopolitique de l’époque. Nous vous le soumettons et de là, chacun est libre de continuer son analyse et de croire en ce qu’il veut, mais une chose est certaine: il y a d’énormes zones ouvertes à toute sorte de mise en question dans le narratif de ce qui se présente comme la plus grande aventure de l’histoire de l’humanité. Ne prenez rien pour garanti et recherchez par vous-mêmes. A vous de juger… Nous ne sommes plus sûrs de rien…
~ Résistance 71 ~

 

 OU

 

Les alunissages, énorme escroquerie sur l’humanité ?

 

Kevin Barrett

 

15 juillet 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/07/15/landings/

 

Nous recommandons après lecture de notre traduction d’aller sur l’article original de KB car il y a un foisonnement de photos, de vidéos et de liens à suivre pour chaque argument invoqué. Nous en mettons quelques-uns mais pas tous (tout est en anglais…) ~ R71 ~

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
~ Publié le 20 juillet 2019 ~

 

L’article ci-dessous en version pdf téléchargeable (merci Jo ! ):

20-juillet-1969-20-juillet-2019-50-ans-pour-passer-de-heros-a-zero

 

Alors que les Etats-Unis célèbrent le 50ème anniversaire de l’alunissage d’Apollo 11, la vaste majorité du monde demeure quelque peu sceptique.

Etait-ce juste encore un mensonge du gouvernement des Etats-Unis sur la véritable histoire des années 1960, comme les versions officielles sur les affaires Kennedy, Matin Luther King, Malcom X, les assassinats de Manson, l’incident du Golfe du Tonkin, la naissance du mouvement hippie et bien d’autres encore ? Ou est-ce alors une de ces fois où les sources officielles semblent dire la vérité ?

Jusqu’à il y a encore assez récemment, l’hypothèse des faux alunissages était une de ces théories de la conspiration à laquelle je ne croyais pas. Mais après avoir regardé le documentaire (de 3h30) de Massimo Mazzucco American Moon, et après avoir lu l’article du sceptique sur les alunissages ci-dessous, j’ai dû reconsidérer ma position.

Note: La personne se cachant derrière le pseudonyme de “Moon Landing Sceptic” va très bientôt révéler sa véritable identité lors d’un entretien qu’il/elle aura avec moi sur mon émission de radio –Kevin Barrett, Veterans Today Editor

Voici une version révisée de mon article éponyme posté en avril sur  unz.com , corrigé et enrichi de ce que j’ai appris de la richesse des commentaires et des sources fournies (le documentaire “American Moon” étant en tête de liste… Note de R71: le documentaire de Massimo Mazzucco existe en français en DVD sur le site de l’auteur). Ceci est maintenant et plus que jamais un travail collectif. Merci à toutes et à tous.
– Moon Landing Sceptic –

 

 

Les alunissages: un vaste canular joué à l’humanité ?

version révisée

Moon Landing Skeptic

 

Est-ce que les croyants sont en danger d’extinction ?

Voilà, on y est: le 50ème anniversaire de l’alunissage d’Apollo 11.

En 2016, un sondage a montré que 52% du public britannique pensaient que les alunissages étaient bidons. Le scepticisme est plus important chez ceux qui sont trop jeunes pour avoir vu l’évènement en direct à a télévision: 73% des personnes interrogées dans la tranche d’âge 25-34 ans ne croient pas qu’on ait jamais aluni, comparés au 38% des plus de 55 ans. Ces chiffres semblent augmenter d’année en année.

Les non-croyants britanniques n’étaient que 25% il y a 10 ans. On ne sait pas combien ils sont aujourd’hui, mais un sondage russe de 2018 par le Centre de Recherche en Opinion Publique a révélé que 57% des russes interrogés croyaient qu’il n’y avait jamais eu d’alunissages humains. Le pourcentage grimpe à 69% chez les gens de l’éducation supérieure: ainsi, plus les gens sont éduqués et moins ils croient aux alunissages humains.

Pour les Américains, un sondage Gallup de 1999 a donné juste 6% de sceptiques et en 2013, un sondage de l’institut de recherche Pew a montré que leur nombre était passé à juste 7%. Ceci est suspicieusement bien bas. Un sondage en 2005-2006 “a trouvé que plus d’un quart des Américains de 18 à 25 ans ont exprimé certains doutes sur le fait que l’être humain ait jamais posé le pied sur la lune.” Ceci est plus proche des données britanniques et bien plus plausible. Il est intéressant de noter que dans un sondage de Knight Newspaper réalisé juste un an après le premier alunissage, plus de 30% des sondés étaient suspicieux des voyages de la NASA sur la lune. Un bon nombre de ces sceptiques de la première heure ont pu se convertir par la suite à la croyance ou ont simplement perdu leur énergie de dissident.

Mais la théorie du canular lunaire a repris du mouvement avec l’avènement de l’internet et le développement de YouTube, qui permet une scrutinité accrue des vidéos du programme Apollo pour tous ceux qui ‘y intéressent. Avant l’internet, toux ceux qui avaient de sérieux doute n’avaient que peu de moyens pour les partager et de faire des recherches pour rendre leur argument convaincant. Un des pionniers de l’affaire fut Bill Kaysing qui attaqua le sujet avec son livre de 1976 publié à compte d’auteur  We Never Went to the Moon: America’s Thirty Billion Dollar Swindle. On peut parler de lui comme d’un lanceur d’alerte, car il travaillait pour Rocketdyne, une entreprise qui a créé et construit les fusées du programme Apollo. Puis vint le physicien Ralph René avec son  NASA Mooned America: How We Never Went to the Moon and Why, qui fut le premier à introduire toute l’affaire des radiations des ceintures de Van Allen.

La recherche gagna en profondeur et en diversité et l’incrédulité devint une épidémie aux alentours du 30ème anniversaire de l’alunissage d’Apollo 11, ce grâce en grande partie au cinéaste britannique David Percy, qui fut le co-auteur du livre Dark Moon avec Mary Bennett et qui réalisa le documentaire de 3 heures What Happened on the Moon? An Investigation into Apollo (2000), présenté par Ronnie Stronge. Ce documentaire demeure jusqu’à aujourd’hui, essentiel pour quiconque ayant la volonté de développer une opinion bien informée. Puis il y eut le bien plus court A Funny Thing Happened on the Way to the Moon (2001), de Bart Sibrel, qui offre une vision du contexte historique de l’évènement.

Sibrel défia aussi les astronautes de la NASA de jurer sur la bible, devant caméra, qu’ils avaient bien marché sur la lune et il compila ces séquences dans son Astronauts Gone Wild, avec d’autres extraits de déclarations embarrassantes et bizarres faites par des astronautes de la NASA qui étaient supposés avoir marché sur la lune mais qui paraissaient et résonnaient comme étant incompétents et inconsistants ; Allan Bean par exemple de la mission Apollo 12 apprenant de la bouche de Sibrel qu’il avait traversé la ceinture de radiations de Van Allen, ce morceau de choix est à voir… (also here).

Puis, utilisant du matériel de ces films et d’autres sources, s’en vint le documentaire télévision dévastateur Did We Land on the Moon? en 2001, réalisé par John Moffet pour Fox TV. C’est une super introduction à la controverse, bien qu’il contienne quelques erreurs d’interprétation sur les photos lunaires. Vous pouvez regarder ce documentaire dans cette version de 2013 qui a été rediffusée:

Avons-nous aluni ?

Très récemment, le photographe et réalisateur italien Massimo Mazzucco, qui a préalablement réalisé un super documentaire sur les attentats du 11 septembre 2001, a diffusé American Moon (2018), qui est jusqu’ici le meilleur documentaire jamais réalisé sur la controverse des alunissages. Le documentaire est remarquable en tous points sur la précision de l’argumentation et de la documentation fournie. Mazzucco a le grand mérite de répondre en détail à chaque contre-argument des debunkers. En tant que réalisateur et photographe professionnel, sa contribution majeure, bien que ce ne soit pas la seule, se situe dans la qualité de l’analyse des photos (il corrige quelques erreurs communes trouvées dans le documentaire Did We Land On The Moon?). Mazzucco a aussi sollicité les contributions analytiques de plusieurs grands photographes de renom, dont les analyses sont absolument dévastatrices pour la crédibilité de la NASA en ce qui concerne ses photos lunaires. Vous pouvez écouter l’entretien de Mazzucco sur l’émission radiophonique de Kevin Barrett, mais je recommande grandement que vous visionniez le DVD du documentaire.

Il y a peu de livres disponibles sur le sujet. Je n’ai pas connaissance d’un livre mieux documenté que One Small Step? The Great Moon Hoax and the Race to Dominate Earth From Space du chercheur allemand Gerhard Wisnewski, publié originellement en 2005 et duquel je tire souvent mes références et mes citations.

Il y a aussi d’autres bonnes sources dont je ne parlerai pas plus que cela ici par manque de temps et d’espace, comme Randy Walsh’s The Apollo Moon Missions: Hiding a Hoax in Plain Sight (Part I), publié en 2018. Son chapitre 2 démontre que, comme le suspectait déjà Kaysing, les moteurs F-1 de la fusé Saturne V utilisée pour les missions Apollo n’avaient pas suffisamment de carburant ni de puissance pour envoyer la fusée en condition de décollage (poids d’environ 3000 tonnes) en orbite basse terrestre. Son chapitre 3 détaille le composant de guidage de l’ordinateur de navigation d’Apollo construit par Raytheon et les taches impossibles qu’on attendait qu’il produise afin de naviguer en sécurité la mission vers la lune et son retour,

Hautement recommandée est aussi l’enquête humoristique de feu David MacGowan Wagging the Moondoggie (aussi here on pdf). Je ne vais pas discuter de toutes les preuves amenées par ces sources ; je ne peux que les recommander ainsi que quelques autres. Je vais simplement énoncer ce que je pense être les arguments les plus convaincants, j’y ajouterai quelques développements récents, je donnerai ma meilleure conclusion, placerai l’affaire dans une perspective historique plus large et tirerai quelques leçons de tout cela à propos de la matrix dans laquelle nous vivons.

D’abord, nous devons être clairs sur le but d’une telle enquête.

Nous ne devons pas nous attendre à une preuve conclusive que Neil Armstrong ou tout autre astronaute, n’aient pas marché sur la lune. Ceci ne peut pas être prouvé, sans la preuve absolument irréfutable qu’il était ailleurs (orbitant la Terre par exemple) au moment précis où il a affirmé avoir marché sur la lune. Dans la plupart des cas, on ne peut pas prouver que quelque chose ne s’est pas produit, tout comme vous ne pouvez pas prouver que quelque chose n’existe pas. Vous ne pouvez pas prouver par exemple que les licornes n’existent pas. C’est pour cela que le poids de la preuve réside sur ceux qui affirment qu’elles existent. Si je vous dis que j’ai marché sur la lune vous allez me demander de le prouver et vous ne prendrez pas pour réponse quelque chose comme : “non, c’est à vous de prouver que je n’y ai pas été.”

Est-ce que cela fait une différence si je suis la NASA ? Oui, parce que dire que la NASA ment va inévitablement vous mener à questionner tout ce que vous avez toujours cru en provenance de votre gouvernement, des institutions éducatives, de la communauté scientifique et des médias de masse. C’est un pas de géant en effet ! Tout comme les enfants de parents abusifs, les citoyens décents de gouvernements abusifs tendront à réprimer la preuve de la malveillance impliquée. Donc, les gens choisissent de croire dans les alunissages sans même demander plus de preuves, simplement parce que “Ils n’auraient pas pu mentir pendant 50 ans. Les médias auraient exposé le mensonge il y a bien longtemps (rappelez-vous de l’affaire du Watergate…). Et quid des quelques 250 000 personnes impliquées dans le projet ? Quelqu’un aurait fatalement parlé.” Je peux en fait m’entendre parler de la sorte il y a encore 10 ans. Toutes ces objections doivent être de fait adressées.

Mais avant cela, la chose scientifique à faire est de se poser cette question: Est-ce que la NASA peut prouver qu’elle a envoyé des hommes sur la lune ? Si la réponse est non, l’étape suivante est de décider si on doit les croire sur parole ou non. Ceci implique de se demander quelles auraient bien pu être les raisons d’un tel énorme mensonge. Nous y viendrons. Mais d’abord, la NASA peut-elle fournir des preuves tangibles des alunissages ?

Preuve solide comme la roche.. d’Antarctique

Oui Elle le peut. Ils ont ramené des morceaux de la lune: environ 380 kg de pierres lunaires et d’échantillons de sol sur toutes les missions Apollo combinées. Les pierres lunaires prouvent les alunissages n’est-il pas ? Oui sans aucun doute, pourvu qu’on puisse établir sans l’ombre d’un doute qu’elles ne furent pas excavées de la terre. Là réside le problème. Comme expliqué ici (lien dans l’article original) “des météorites ont été trouvées en Antarctique ayant les mêmes caractéristiques que les pierres lunaires.” Il peut être utile de savoir qu’en 1967, deux ans avant la mission lunaire d’Apollo 11, la NASA envoya une mission en Antarctique, à laquelle se joignit Werner von Braun, le propagandiste (allemand) de la NASA pour les missions lunaires (NdT: et spécialiste allemand des fusées et moteurs à réaction pour les nazis durant la seconde guerre mondiale, récupéré par les Yankees au cours de “l’opération paperclip” d’exfiltration des nazis ayant une valeur pour travailler avec l’empire et aussi les soustraire à l’URSS…). L’Antarctique est la région terrestre la plus riche en météorites. Des spécimens furent ramenés de cette expédition, officiellement à titre de référence comparative pour les échantillons lunaires à venir. (comme le dit Mazzucco dans son documentaire)

Ainsi donc les pierres lunaires sont bien loin de représenter une preuve tangible des alunissages. De fait, aucune des soi-disantes pierres lunaires ne peuvent être prouvées en provenance de la lune et non pas de l’Antarctique ou quelque part d’autre sur terre. Mais il y a pire: quelques unes de ces soi-disantes pierres lunaires ont été prouvées fausses de manière conclusive. L’astro-biologiste britannique Andrew Steele reçut le rare privilège de voir de très près quelques uns des précieux échantillons fournis par la NASA dans une de ses places hautement sécurisées. Imaginez sa surprise lorsqu’il découvrit que ces échantillons contenaient des poils, des morceaux de plastique, de nylon et de téflon et de petits animaux terrestres (Wisnewski p.207). Une autre de ces pierres lunaires fit la une des journaux lorsque, 40 ans après avoir été personnellement donnée par Neil Armstrong et Buzz Aldrin au premier ministre hollandais, elle fut analysée et prouvée être du bois pétrifié.

Bien entendu, une fausse pierre lunaire ne prouve pas que tous les échantillons sont faux. Mais cela devrait être une raison suffisante pour commencer à faire un examen scientifique systématique des centaines d’autres échantillons que les Etats-Unis donnèrent le plus cérémonieusement du monde en 1969 et dans les années 70. Malheureusement, la plupart sont perdus. Comme l’a rapporté Associated Press le 13 septembre 2009: “Près de 270 pierres ramassées par la astronautes furent données à des nations étrangères par l’administration Nixon. […] Des 135 pierres données après Apollo 17 aux leaders des nations, seules environ 25 ont pu être localisées. […] La prospective pour tracer les quelques 134 pierres d’Apollo 11 données est même bien plus basse. L’endroit de moins d’une douzaine est connu.” (Associated Press reported on September 13, 2009, )

La preuve vidéo et photographique

Quelle autre preuve a la NASA de ses alunissages ? Les films et les photos bien sûr !… Malheureusement, les films disponibles des archives télévisées sont très flous. Comment par exemple, peut-on être sûr que l’astronaute David Scott de la mission Apollo 15, lâche bien un vrai marteau et une vraie plume pour démontrer la gravitation newtonnienne dans un environnement sans atmosphère, alors que l’on peut à peine voir les objets ? Plus important, comment peut-on être sûr que l’apparence d’une gravité moins forte lors des sorties extra véhiculaires lunaires n’a pas été obtenue en simplement utilisant un ralenti d’images ? Des sceptiques ont fait remarqué que si on double la vitesse de passage des films, cela donne l’impression de mouvements quasi similaires à ceux qu’ils auraient sur Terre.

Certains même questionnent si le ralenti des films des missions Apollo est réaliste. William Cooper par exemple, explique que dans un environnement où la gravité est de 1/6 de celle de la Terre, les bonds et sauts des astronautes devraient être bien plus longs et plus haut que sur terre: ils pourraient en toute logique sauter 6 fois plus haut que sur terre. Certains Astronautes comme Eugene Cernan de la mission Apollo 17 ont particulièrement aimé apparemment faire des sauts de kangourous sur la lune, mais pourquoi ne semblent-ils pas capables de sauter plus haut qu’une trentaine de centimètres ?

La très mauvaise qualité des images télévisées est due au processus de leur réalisation : “parce que l’équipement de la NASA n’était pas compatible avec la technologie de la TV de cette époque, les transmissions originales ont dû être diffusées sur un moniteur et être refilmées par une caméra de TV pour être rediffusées à l’antenne.” (comme expliqué dans ce rapport de l’agence Reuters le 15 août 2006: Reuters). Pour être précis, la NASA affirme que les images reçues de la lune étaient en couleur et qu’elles furent refilmées depuis un moniteur 16mm noir et blanc (en couleur à partir de la mission Apollo 14), utilisant un kinescope, qui est un objectif se focalisant sur le moniteur / écran. Ce dont nous avons besoin pour une enquête de bonne qualité sont les enregistrements originaux de la NASA. Des chercheurs demandent depuis des années, des décennies, d’y avoir accès sous une procédure de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act ou FoIA)

En 2006, ils reçurent une réponse. Le porte-parole de la NASA, Grey Hautaluoma déclara : “Nous ne les avons pas vu depuis un bon moment. On a cherché pendant plus d’un an et on ne les a pas trouvées…” Ainsi, 700 cartons contenant des bandes vidéo magnétiques ont disparu, dit le rapport déjà cité de Reuters, ajoutant:

La NASA a admis en 2006 que personne n’a pu retrouver les vidéos originales et les enregistrements du 20 juillet 1969 et de l’alunissage. Depuis lors, Richard Nafzager, un ingénieur du Goddard Space Flight Center de la NASA dans le Maryland, qui supervisa le processus télévisé d’Apollo 11, les recherche. La bonne nouvelle est qu’il a trouvé où elles sont parties. La mauvaise nouvelle est qu’elles firent partie des quelques 200 000 cassettes vidéos qui furent effacées magnétiquement pour être réutilisées afin d’économiser de l’argent.

Toutes les données télémétriques ont aussi apparemment disparu, reçues et enregistrées pour contrôler la localisation et le fonctionnement mécanique du vaisseau spatial, ainsi que les fréquences cardiaques des astronautes.. Perdus également sont les plans des modules lunaires (LEM), des rovers lunaires et des fusées multi-sections Saturne V.

As a result of this NASA admission, Russian officials have started demanding an international investigation. les Russes ont demandé une enquête internationale.

Pour conclure sur le sujet des enregistrements vidéos originaux disparus et donc manquants, il est approprié ici de mentionner un des arguments les plus puissants présentés par les “Apollo truthers”: la capacité limitée de batterie embarquée dans les modules lunaires comme dûment documenté par la NASA (as documented by NASA), celle-ci était ridiculement insuffisante pour la transmission d’un signal vidéo vers la Terre, et ce même s’ils avaient une antenne directement pointée sur Houston, ce qu’ils n’avaient pas. Ce point est particulièrement bien débattu par le cinéaste américain Joe Frantz et un ingénieur en fréquences radio dans cette vidéo (this video ), vous y verrez également ce clip absolument stupéfiant d’astronautes transparents, trahissant une mauvaise composition en studio.

Nous n’avons pas les films, mais heureusement nous avons les photos. A part planter des drapeaux américains et collecter des échantillons de roche (“ne venez jamais sur la lune sans un marteau”, avait plaisanté Allan Bean, astronaute de la mission Apollo 12), les astronautes ont passé beaucoup de temps à prendre des photos sur la lune. Et soyons juste: en 2015, la NASA a publié pour le public des milliers d’entre elles en très haute résolution. On peut les voir là (here,) et on peut les examiner dans le détail. La plupart d’entre elles sont absolument remarquables dans leur qualité. L’équipage de la mission Apollo 11 a utilisé un Hasselblad 500C standard avec quelques modifications, incluant le retrait du miroir réflex. Le film utilisé était un standard Ektachrome diapositives de 160 ASA.

De manière surprenante, ceci est un film très sensible pour prendre des photos dans un endroit où la lumière solaire n’est pas filtrée par une atmosphère, considérant spécifiquement que certaines photos sont sorties sans être surexposées alors que prises directement dans la lumière du soleil. Il y a aussi quelques problèmes d’ordre technique et de fiabilité de ce matériel photographique à la surface de la lune où la température au soleil et à l’ombre passe de +100oC à -100oC: la seule protection contre la chaleur pour à la fois l’appareil photo et le magasin contenant le film n’était qu’une couche protectrice réfléchissante. (comment les astronautes ont eux-mêmes survécus à ces amplitudes thermiques est même encore plus un problème…)

Un autre aspect posant problème est la qualité professionnelle de la vaste majorité de toutes ces photos. Toutes les photos prises par Neil Armstrong par exemple, sont parfaitement cadrées et exposées. Wisnewski (144-149) fait correctement remarquer à quel point ceci est remarquable, considérant le fait qu’Armstrong et tous les autres astronautes, ne pouvaient pas viser, car l’appareil photo était fixé sur leurs poitrines et qu’il ne pouvait même pas le voir. Sans mentionner la difficulté de sélectionner et de régler l’exposition pour chaque photo, de régler la distance focale, la vitesse d’exposition du film, le tout manuellement dans des gants pressurisés, sans système de visée et sans expérience de photographie sur la lune et son environnement. Nous devons nous rappeler qu’à l’époque, la photographie était un métier et ce même sur terre et il est absolument étonnant de voir que les photos prises par Armstrong furent juste parfaites. Plus directement. Y a t’il une preuve quelconque que ces photos ont été prises sur la lune ? Absolument aucune.

Elles sont facile à faire en studio. Et de fait, la NASA a été très loin dans l’entraînement des astronautes dans des endroits intérieurs protégés pour recréer les conditions de la surface de la lune telles qu’ils l’imaginaient, fabricant des tonnes de “poussière lunaire” à cet effet (avant même que quiconque n’ait pu voir à quoi ressemblait vraiment cette poussière) ; ils allèrent même jusqu’à simuler le ciel noir. Quelques-unes de ces photos prises lors d’entrainement dans ce type de studios de cinéma, comme celle-ci prise des archives de la NASA, seraient difficiles de distinguer des “vraies” si elles étaient cadrées un peu différemment.

Armstrong et Aldrin s’entraînant sur de la fausse poussière lunaire sous un faux ciel noir

Soyons francs: il n’y a aucune preuve qu’une quelconque photo prise durant le programme Apollo soit vraie. Cela ne sera pas suffisant pour déstabiliser les croyants. Mais ce qui devrait est qu’un bon nombre de ces photos “débordent d’anomalies et d’inconsistances”, des mots de David Percy, qui prouve son argument dans son documentaire What Happened on the Moon? Le film contient un entretien avec Jan Lundberg, l’ingénieur du projet pour le Hasselblad Apollo. Lorsque questionné sur certaines inconsistances en regard des ombres et de l’exposition à la lumière (comme par exemple une photo d’un astronaute complètement éclairé alors qu’il se tient dans l’ombre du LEM, comme celle qui illustre la couverture du livre de Wisnewski, il répond: “Je ne peux pas l’expliquer. Ça m’échappe… pourquoi ?..

Incidemment, l’admission embarrassante de Lundberg est la parfaite illustration de phénomène de compartimentage, ce qui a sans doute rendu cette supercherie d’alunissage possible. Comme les centaines de milliers de personnes impliquées dans ce projet, Lundberg travaillait sur une base de “minimum de connaissance” et n’avait aucune raison de suspecter qu’il travaillait sur quelque chose  d’autre que ce dont on lui avait dit, du moins jusqu’à ce que quelqu’un le mit au défi d’expliquer des photos impossibles dans le contexte du programme. Juste une poignée de personnes devaient savoir le plan complet et il n’est même pas certain que le président Nixon lui-même ait été au courant. Il a été estimé que quelques 20 000 entreprises sous-traitantes et fournisseurs, répartis aux quatre coins des Etats-Unis, ont travaillé sur le projet Apollo: aucun de leurs employés n’avait les moyen sans parler même de l’intérêt, de questionner l’utilité de ce qu’ils faisaient.

Comme l’illustre très bien Wisnewski dans son livre (p. 121-126) avec le programme Corona alias Discoverer (un satellite de recherche américain lancé en 1959 avec le but secret d’espionner l’URSS), il est faux d’assumer que l’armée et les communautés du renseignement et de l’aérospatiale ne peuvent pas garder un secret. Un autre exemple, des centaines de milliers de personnes ont travaillé sur le Manhattan Project, qui est resté totalement inconnu du public jusqu’à ce que la bombe soit larguée sur Hiroshima.

Je ne vais pas ici lister ni analyser toutes les anomalies des photos du programme Apollo, car tout cela a été analysé dans les documentaires mentionnés ci-dessus. Le plus récent d’entre eux, celui de Massimo Mazzucco, “American Moon”, donne sans aucun doute les meilleures preuves, qui nous sont présentés par des photographes professionnels (NdT: de réputation mondiale et qui, comme le dit Mazzucco dans le film, était tous convaincus de la véracité des alunissages…) sur la falsification des photos Apollo. Un de ses mérites supplémentaires est aussi de corriger certains faux arguments des “chercheurs de vérité” notamment en ce qui concerne l’angle et la direction des ombres sur certaines photos et aussi les “croix” des photos recouverts par des sujets.

Ajout de R71: Nous vous mettons ici un entretien en français avec le réalisateur/photographe Massimo Mazzucco au sujet de son dernier documentaire « American Moon ». A voir et diffuser sans aucune modération. Le passage des entretiens avec les top photographes professionnels qui analysent les photos lunaires est absolument dévastateur…

Pour juste donner une idée aux débutants, voici un exemple d’inconsistance dans la direction des ombres sur la photo de la NASA #AS14-68-9486/7, qui, d’après des sceptiques, prouve que la source de lumière est plus proche que le soleil (et non pas “sources de lumière multiples”, comme il est dit de manière erronée dans Did we Go to the Moon?): [voir la photo en question sur l’article original…]

Les affirmations concernant les analyses sur les ombres sont néanmoins ouvertes à des réfutations sans fin. Je trouve beaucoup plus instructif et pertinent d’examiner attentivement quelques photos des modules lunaires qui peuvent être trouvées en haute résolution sur le site internet des archives de la NASA (NASA archive site.) Je recommande de les observer et d’utiliser votre simple bon sens. Demandez-vous par exemple si vous pouvez vraiment croire le que module lunaire Eagle de la mission Apollo 11 que l’on peut voir (here, here, ou here), aurait pu faire alunir deux astronautes et les faire repartir vers le module de commandement en orbite lunaire. Ou bien prenez le LEM Antares d’Apollo 14 (here), ou Orion d’Apollo 16 (here, or here avec le rover lunaire qui en est miraculeusement sorti…) ou Challenger de la mission Apollo 17 (here). 

Gardez présent à l’esprit que ces cabanes délabrées devaient demeurer tout ce temps hermétiquement pressurisées dans un environnement de vide spatial, à chaque fois qu’un astronaute sortait ou rentrait de ses explorations extra-véhiculaires et dans les deux derniers cas, deux astronautes ont passé plus de 3 jours (respectivement 71 et 76 heures), sur la lune et ont dormi 3 nuits dans le module. Si vous voulez être guidé dans cette réflexion voici une vidéo de 15 minutes [en anglais] ( this 15-minute video.) Mais vous aurez une bien meilleure explication de ce problème dans le récent documentaire American Moon.

Où sont passées toutes les étoiles ?

Si les équipages des missions Apollo avaient photographié le ciel étoilé depuis la lune, la NASA aurait pu utiliser ces images pour contrer les accusations de fraude. Dans les années 1960, il aurait été particulièrement difficile d’utiliser des calculs ordinateur pour rendre frauduleusement les constellations d’étoiles consistantes avec ce qu’elles devaient être.

Malheureusement, personne n’y a pensé à la NASA. On a demandé aux astronautes de regarder par terre et de collecter des cailloux et pas de regarder en l’air et étudier les étoiles. C’est comme si la NASA était devenue une congrégation de géologues qui détestaient l’astronomie. Et de penser que de nos jours la même administration dépense des milliards de dollars pour envoyer des télescopes en orbite…

Avant les missions Apollo, on pensait largement que les étoiles seraient particulièrement brillantes lorsque vues au delà de l’atmosphère terrestre: “exceptionnellement brillantes” les avaient décrites Youri Gagarine depuis son orbite terrestre en 1961. Les astronautes du programme Gemini témoignèrent également de s’être émerveillés à la beauté des étoiles.

Voici une photo du site internet de la NASA avec l’explication suivante: “Si vous pouviez arrêter l’atmosphère d’éparpiller la lumière solaire si brillante, le ciel de jour aujourd’hui pourrait ressembler à quelque chose comme cela” (de McGowan, chapitre 12) [NdT: photo sur l’article original]

Pourtant les missions Apollo ont apparemment torpillé cette croyance: il n’y avait pas d’étoiles visibles dans le ciel lunaire. Point barre. Le problème n’est pas que les étoiles ne sont pas visibles sur les photos de la NASA prise de la surface de la lune: c’est normal, disent les photographes interviewés par Mazzucco, car l’exposition nécessaire pour capturer les étoiles sur film aurait surexposé la surface lunaire.

Le problème réside dans le fait que les astronautes n’ont pas vu d’étoiles avec leurs propres yeux. Tous, d’Apollo 11 à Apollo 17, ont déclaré de manière consistante que le ciel était complètement noir: “Un ciel immense noir de velours, totalement noir”, des mots mêmes de l’astronaute Edgar Mitchell, le 6ème homme sur la lune.

Etait-ce parce que la surface lunaire était trop brillante et qu’ainsi leurs yeux ne pouvaient pas s’ajuster (un jour sur la lune dure 27 jours terrestres, donc les astronautes qui ont aluni sur la face illuminée de la lune n’ont jamais fait l’expérience d’une nuit lunaire} ? Si telle est la raison, alors les astronautes auraient dû voir plein d’étoiles lors de leur voyage de la terre à la lune. Ils n’ont pas rapporté en avoir vu aucune. Lorsqu’ils orbitèrent autour de la lune et passèrent du côté sombre, ils se sont retrouvés dans un noir d’encre et ils n’ont toujours pas vu d’étoiles. Michael Collins qui a orbité autour de la lune plusieurs fois à bord du module de commandement alors qu’Armstrong et Aldrin étaient sur la lune, a déclaré dans leur conférence de presse en 1969: “Je ne me rappelle pas en avoir vu une !” Voilà une des remarques les plus bizarres que vous pouvez entendre de la part d’un astronaute, mais toute cette conférence de presse est bizarre, en faire l’expérience est aussi bizarre.

Ne demandez pas à Neil Armstrong

L’interview de Neil Armstrong de novembre 1970 est juste très bizarre. (November 1970 interview ) Elle a été utilisée par quelques sceptiques comme preuve qu’il ment. Je ne peux que recommander cette analyse professionnelle commissionnée par Richard D. Hall de RichPlanet TV par Peter Hyatt, expert national reconnu sur la détection du mensonge. je trouve cette analyse absolument dévastatrice pour la crédibilité d’Armstrong.

[Analyse vidéo du mensonge de Neil Armstrong par le psychologue analyste spécialiste Peter Hyatt, en anglais -]

Après ça, Armstrong a dû être ordonné de rester à l’écart de tout entretien. Il fit une toute dernière apparition très rapide le 20 juillet 1994 en présence du président Clinton, seulement pour se comparer à un perroquet, “le seul oiseau capable de parler” mais “qui ne vole pas très bien” et de conclure sur une remarque cryptique au sujet “des avancées encore non effectuées disponibles à ceux qui peuvent enlever une des couches de protection de la vérité”. Puis il retourna dans son isolement et refusa de participer (ou on ne lui a pas demandé…) aux célébrations du 40ème anniversaire de l’alunissage et de ses premiers pas sur la lune. Fort heureusement pour les gardiens du mythe, il a maintenant vraiment et définitivement quitté la Terre et son histoire peut maintenant être narrée par Hollywood.

Bouclez vos ceintures Van Allen

On s’est fixé de savoir si une quelconque preuve des alunissages est réelle. Jusqu’ici, nous n’en avons trouvée aucune. En lieu et place, nous avons trouvé la preuve qu’ils n’étaient pas réels. Mais en fait, tout ceci était à peine nécessaire, car les ingénieurs de la NASA eux-mêmes nous disent qu’ils sont impossibles, pour la simple et bonne raison que les astronautes auraient dû voyager à travers les létales ceinture de radiations de Van Allen (Van Allen Radiation Belts) qui commencent à partir de 1600 km au-dessus de la Terre et qui vont jusqu’à 42 000km. Même au-delà de ces ceintures de radiations, les astronautes continueraient à être bombardés par toutes sortes de radiations mortelles (un très bon article là-dessus here). Le 24 juin 2005, la NASA fit cette déclaration remarquable:

La vision de la NASA pour l’exploration spatiale appelle à un retour sur la lune comme préparation à de plus longs voyages vers mars et au-delà. Mais il y a un rabat-joie potentiel: les radiations. L’espace au-delà de l’orbite basse terrestre, est noyé dans une intense radiation en provenance du soleil et de sources profondes galactiques comme par exemple les supernovas. […] la façon la plus commune de gérer les radiations est de simplement les bloquer physiquement, tout comme la très épaisse paroi de béton armé le fait autour d’un réacteur nucléaire. Mais fabriquer des vaisseaux spatiaux en béton armé n’est pas une option…” (cité de McGowan, chapitre 3).

Il y a des centaines de documents disponibles d’ingénieurs de la NASA expliquant pourquoi voyager au-delà de la basse orbite terrestre demeure un obstacle pour les missions impliquant des êtres humains embarqués, par exemple celui-ci: this one:

“Les radiations dans l’espace sont bien plus dangereuses que les radiations rencontrées sur terre. Même si la Station Internationale se situe juste dans le champ magnétique protecteur de la planète, les astronautes y reçoivent plus de 10 fois les radiations que celles qu’ils recevraient naturellement sur terre. Hors du champ magnétique terrestre, c’est le domaine des Rayons Cosmiques Galactiques (RCG), des évènements de particules solaires et des ceintures de Van Allen qui contiennent des radiations piégées ne pouvant s’échapper. La NASA parvient à protéger les astronautes des évènements solaires en leur disant de se mettre derrière des accessoires de protection supplémentaire dans une zone spécifique à cet effet. Mais il est plus difficile de se protéger contre les RCG. Ces particules à haute énergie proviennent de partout dans la galaxie. Elles ont tant d’énergie qu’elles peuvent passer au travers de métaux, de plastique, d’eau et tout matériau cellulaire. Alors que ces particules énergétiques traversent l’environnement, des neutrons, des protons et d’autres particules sont générées dans une réaction en chaîne qui se produit à travers les matériaux de protection. Cette radiation secondaire peut parfois créer une situation plus dangereuse pour l’équipage.

L’ingénieur de la NASA, Kelly Smith, a expliqué dans un documentaire très court, le programme Orion, que les ceintures de Van Allen posent un sérieux défi que “nous devons résoudre avant d’envoyer des humains dans cette région de l’espace” (voir le documentaire complet ici, here). La séquence clef est incluse dans la vidéo ci-dessous, parmi d’autres séquences d’astronautes qui admettent par inadvertance que la technologie pour envoyer des astronautes au-delà de l’orbite basse terrestre n’a pas encore été inventée. Ne manquez surtout pas l’astronaute expérimenté de la NASA Donald Roy Pettit qui explique qu’en fait la technologie n’est plus disponible : “Le problème est que nous n’avons plus la technologie pour le faire. On l’avait, mais on a détruit cette technologie et c’est un processus très douloureux que de la reconstruire.

L’obstacle des radiations est peut-être la raison du pourquoi aucune mission humaine vers la lune n’a été tentée, ni même au-delà de l’orbite basse terrestre, depuis les jours de Tricky Dick. Rappelez-vous que la Station Spatiale Internationale orbite la terre à une distance de 370 km, alors que la lune est à environ une distance 1000 fois supérieure. Le 14 janvier 2004, le président Bush, qui parlait depuis le QG de la NASA, a annoncé une nouvelle aventure, celle de “remettre le pied sur la lune” et au-delà, faisant remarquer: “Ces trente dernières années, aucun être humain n’a mis le pied sur un autre monde ou ne s’est aventuré plus loin dans l’espace que la distance entre Washington DC et Boston.” (cité par Wisnewski p-329). Aucune mission humaine vers la lune n’est venue de cette annonce.

Le temps travaille pour les chercheurs de vérité au sujet du programme Apollo, car chaque année qui passe et plus de gens se demandent: “si ce fut facile d’envoyer des hommes sur la lune entre 1969 et 1972, pourquoi est-ce que cela ne s’est jamais reproduit depuis ?” Moins de la moitié des Britanniques et des Russes interrogés croient toujours aux alunissages. Parmi les gens plus éduqués, ce pourcentage chute de plus en plus vite. Que se passera t’il dans 20 ans lorsque les Américains réaliseront qu’il n’y a plus qu’eux qui y croient encore ? Les Etats-Unis survivront-ils à la divulgation de cette immense supercherie ? Les mensonges tendent à se reproduire, un peu comme des organismes vivants, car chaque mensonge doit être couvert par encore plus de mensonges. Ainsi, la mise au grand jour d’un mensonge conduit à mettre à jour d’autres mensonges alors que les gens perdent confiance et commencent à sérieusement questionner tout ce qu’on leur a appris.

Si les alunissages étaient réels, il serait facile pour la NASA de mettre fin à toute controverse. Comme le dit Massimo Mazzucco dans son documentaire American Moon:La possibilité d’inspecter l’endroit des alunissages s’est produite en 2007 lorsque Google a lancé le concours international du Lunar X Prize. Le concours offrait 30 millions de dollars de récompense à la première organisation privée qui pourrait envoyer sur la lune un robot capable de voyager au moins 500 m en retransmettant des images en direct vers la Terre. Plus de vingt équipes du monde entier avaient exprimé leur désir de participer à ce concours. Google avait aussi introduit un bonus de 4 millions de dollars pour ceux qui pourraient transmettre des images en direct d’un des sites d’alunissage des missions Apollo sur la lune.

A cette époque, Astrobotic Technology, une entreprise de Pittsburg, annonça qu’elle planifiait de visiter avec sa propre sonde le site le plus célèbre de tous… Celui d’Apollo 11.” Mais bizarrement, au lieu de voir ce défi comme une opportunité d’apporter une preuve de source indépendante pour leurs missions Apollo, la NASA publia en 2011 une législation sans précédent demandant qu’aucun robot n’approche aucun des sites d’alunissages des missions Apollo dans un rayon de 2km…

Le document de 93 pages de la NASA “Recommendations to Space-Faring Entities: How to Protect and Preserve the History and Scientific Value of U.S. Government Lunar Artifacts” justifie la décision prise par le besoin de préserver les sites historiques des premiers alunissages de toute contamination possible. Pour satisfaire à la demande de la NASA, Astrobotic Technology transféra son objectif de mission vers le pole nord de la lune et tous les participants au concours de Google décidèrent de jouer selon les règles de la NASA, le bonus de 4 millions de dollars fut levé comme fut rapporté dans l’article cité par Mazzucco “Rocketeers obey NASA moon rules”.

En 2018, Google annonça qu’aucun concurrent ne pourrait être prêt à la date butoir de mars 2018. Dans le même temps, la NASA produisait un nouveau document insistant encore que tout projet interférant avec les sites des alunissages des missions Apollo devraient faire l’objet d’une autorisation préalable de l’administration.

Kennedy, Johnson et la NASA

Si les alunissages Apollo furent bidons, de sérieuses questions doivent être posées au sujet de la NASA pour commencer. Puis, il y a besoin d’une réflexion profonde sur ce que sont devenus les Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale. Plus encore, l’escroquerie des alunissages est le parfait point de départ pour réfléchir sur le contrôle hypnotique exercé par la télévision et les médias d’information sur nos esprits. Ce n’est pas qu’un problème politique, c’est aussi une bataille pour nos esprits, nos âmes.

Le premier pas est de grandir et de sortir de nos croyances infantiles au sujet de la NASA et de faire quelques recherches de base sur ce qu’elle est. L’Administration Nationale de l’Espace et de l’Aéronautique (de son acronyme anglais: NASA) a été fondée par le président Eisenhower en 1958. Pas mal de gens aujourd’hui félicite Eisenhower pour avoir averti les Américains en quittant ses fonctions à la Maison Blanche, contre la menace grandissante du complexe militaro-industriel et le “potentiel pour une montée désastreuse d’un pouvoir déplacé/détourné”. De manière tout à fait ironique, la création de la NASA fut un pas de géant pour ce complexe militaro-industriel. Il ne fait aucun doute que le programme de la NASA soi-disant “programme aérospatial civil” était en premier lieu et principalement “une couverture élaborée pour la recherche, le développement et le déploiement d’un armement et de systèmes de surveillance depuis l’espace” (des mots de McGowan). La loi de 1958 créant la NASA explicite une collaboration avec le ministère de la défense et dans la pratique, le Pentagone fut impliqué dans toutes les décisions impliquant les programmes Mercury, Gemini et Apollo (NdT: d’où proviennent les astronautes en très vaste majorité si ce n’est de l’USAF et de l’aéro-navale yankee, sauf Armstrong il est vrai, mais il voulait un “non-militaire” pour “faire les premiers pas sur la lune”……)

Erlend Kennan et Edmund Harvey ont très bien documenté ce point dans leur Mission to the Moon: a critical examination of NASA and the space program, dès 1969 pour conclure:

Il est impératif que la NASA conserve son statut de decorum  de porte-parole de l’âge de l’espace et donne au ministère de la défense et ses efforts spatiaux une ‘couverture’ efficace.” (cité par Wisnewski, p.296) a part lancer des satellites à des fins d’espionnage la NASA devait contribuer au développement des fusées transcontinentales, car après la seconde guerre mondiale, l’équation était devenu très simple: Fusée + bombe atomique = pouvoir mondial. (Wisnewski p.62)

Le but paramilitaire de la NASA est essentiel pour bien comprendre l’escroquerie Apollo. Car en matière de programmes militaires, “ce que le public sait est aussi connu de l’ennemi. Ce qui veut dire qu’en principe, le public et l’ennemi peuvent être vus comme une seule et même chose.” (Wisnewski 7) C’est pourquoi nous devons bien comprendre que tromper les Américains ne fut pas une perversion du but original de la NASA, mais cela faisait partie intégrante du processus.

Ce fut le rôle de Kennedy de vendre le programme spatial au congrès et au public américain afin de faire augmenter dramatiquement le budget de la NASA. Le 25 mai 1961. juste 43 jours après que Youri Gagarine ait soi-disant accompli son tour de la Terre en orbite, Kennedy délivra un message spécial devant le congrès des Etats-Unis (Kennedy delivered before the Congress a special message) sur les “besoins urgents nationaux”. Il demanda un rajout de 7 à 9 milliards de dollars sur une période de 5 ans pour le programme spatial, pour le but, affirma t’il, “de parvenir au but, avant la fin de la décennie, de faire alunir un homme sur la lune et de le ramener sur Terre en sécurité. Aucun projet spatial dans cette période ne sera plus impressionnant pour l’humanité, ou plus important pour l’exploration de longue portée de l’espace.

On peut blâmer Kennedy pour avoir tromper le public américain, mais il est plus que probable qu’il ait été lui-même trompé, tout comme il fut trompé par la CIA dans cette désastreuse invasion loupée de la Baie des Cochons à Cuba juste un mois plus tôt. En tout cas, la lune était le projet de Johnson, pas celui de Kennedy. On pense que ce fut un memorandum de Lyndon Johnson qui convainquit Kennedy, “Evaluation of Space Program”, daté du 28 avril 1961, supposément fondé sur des discussions avec des tops exécutifs de la NASA. Le memo assurait le président de “la possibilité de l’alunissage et du retour en toute sécurité d’un homme sur la lune vers 1966-67”, si “un gros effort” était fait.

Pour le bénéfice de l’affaire, Johnson le présenta de cette façon:

D’autres nations, sans regard aucun sur leur appréciation de nos valeurs idéales, tendront à s’aligner sur le pays qu’elles pensent être le leader mondial, le vainqueur sur la durée. Des réussites dramatiques dans le domaine de l’espace sont de plus en plus identifiées comme indicateur majeur d’un leadership mondial.

Deux semaines après avoir reçu le memo de Johnson, Kennedy fit son célèbre discours au congrès (le 25 mai 1961) disant: “Je pense que cette nation devrait se commettre au but avant la fin de la décennie, de mettre un homme sur la lune et de le ramener en toute sécurité sur terre.” Puis, un mois plus tard, Il nomma officiellement son vice-président chef du National Aeronautics and Space Council à charge d’explorer le projet lunaire. Comme l’a dit Alan Wasser: “Peu de gens réalisent ou se souviennent aujourd’hui, qu’un seul homme, Lyndon Baines Johnson ou “LBJ”, est principalement responsable d’à la fois avoir commencé et mis un terme à la “course à l’espace’”.

Ceci explique pourquoi les industries texanes furent les plus grosses bénéficiaires du programme spatial et pourquoi le NASA Manned Spacecraft Center de Houston fut rebaptisé le Lyndon B. Johnson Space Center en 1973. Sous Eisenhower, Johnson fut à la fois le leader de la majorité au sénat et un joueur clef dans le secteur texan du complexe militaro-industriel. Il est du reste intéressant de savoir que dans le brouillon original du discours de départ d’Eisenhower, écrit par ses assistants Malcom Moos et Ralph Williams, il devait parler de “complexe militaro-industrio-congressionnel”, mais Eisenhower fit retirer le mot “congressionnel” par peur peut-être de Johnson.

La corruption de Johnson s’aggrava lorsqu’il devint vice-président et nomma ses amis texans à la tête de la marine, d’abord John Connally, puis Fred Korth, qui démissionna en 1963 après que le ministère de la justice, emmené par Robert Kennedy, l’impliqua dans un réseau de corruption dans les contrats des avions TFX pour la force commune armée de l’air-aéronavale. Le contrôle de Johnson sur la NASA fut fait par James E. Webb, que Johnson nomma grand administrateur de la NASA. Celui-ci joua un rôle décisif dans le lobbying en faveur du programme Apollo. Web était si lié à Johnson qu’il démissionna lorsque LBJ annonça sa décision de ne pas se représenter à un second mandat présidentiel en 1968, évitant ainsi d’être en charge lors des glorieux alunissages Apollo.

Le programme Apollo reçut également le soutien efficace du sénateur Robert S. Kerr de l’Oklahoma, autre associé en affaire et allié politique de Johnson. Dans ses mémoires “Wheeling and Dealing: Confessions of a Capitol Hill Operator”, l’aide de camp de Johnson Bobby Baker “se rappelle des efforts pour collecter 500 000 dollars en liquide demandés par le sénateur Kerr de l’industrie Savings and Loans en retour d’un ajustement législatif favorable.

(Andrew Cockburn, “How the Bankers Bought Washington: Our Cheap Politicians,” CounterPunch).

Dans son très récent film, Massimo Mazzucco apporte une information clef qui enrichit notre compréhension de la relation entre Johnson et Kennedy et pourrait bien faire de la lumière sur l’assassinat de Kennedy. Nous y apprenons que, bien que Kennedy ait laissé le projet Apollo sous la supervision directe de Johnson, le 18 septembre 1963, il fit appeler Webb au bureau ovale pour partager ses doutes quant à la possibilité et la valeur d’envoyer des hommes sur la lune, ce qui allait coûter “un sacré paquet de pognon”, suggérant que suffisamment de données et de connaissances scientifiques pourraient être recueillies en y envoyant simplement des sondes. “Envoyer un homme sur la lune ne vaut pas tout ce paquet de milliards”, dit-il lors de cette conversation enregistrée. Webb insista alors qu’il était trop tard pour changer les plans.

Deux jours après cette réunion, dans un discours qu’il fit à l’ONU, Kennedy invita publiquement l’URSS à collaborer à l’exploration spatiale et en particulier dans une “expédition commune vers la lune”. Kroutchev déclina poliment l’offre américaine en faisant cette déclaration:

Nous ne planifions pas en ce moment de vols de cosmonautes vers la lune. J’ai lu un rapport que les Américains veulent alunir avant 1970. Nous leur souhaitons tout le succès possible. Et nous verrons comment ils voleront là-bas et comment ils vont alunir et plus important encore, comment ils vont en décoller et revenir. Nous ne voulons pas entrer en concurrence en envoyant des gens vers la lune sans une préparation des plus sérieuses.

Deux jours plus tard, Kennedy fut assassiné à Dallas. La chronologie est importante parce qu’elle révèle que Kennedy essaya de neutraliser un des arguments majeurs de la course vers la lune, ce qui devait en faire un champ de bataille de la guerre froide. Cette tentative de Kennedy doit être mise en relation avec ce qui est par ailleurs connu des communications secrètes entre Kennedy, Kroutchev et Castro dans ses efforts de mettre fin justement à la guerre froide, en relation aussi avec son intention aujourd’hui bien documentée de retirer les troupes américaines du Vietnam.

La fabrication de la croyance

La NASA n’était pas juste une opération de camouflage pour les développements militaires. elle était aussi un rêve fabriqué pour que les Américains continuent de regarder vers le ciel alors que leur gouvernement commettait les pires atrocités au Vietnam. Ainsi donc, la NASA avait aussi de très étroites relations avec l’industrie cinématographique. Son premier patron T. Keith Glennan (de 1958 à 1961) avait une longue expérience dans la gestion de studios de cinéma à Hollywood (Wisnewski p.298)

Dans la période de transition entre Johnson et Nixon, Apollo 8 soi-disant transporta trois astronautes 10 fois autour de la lune. Puis, après deux autres missions tests (Apollo 9 et 10), six équipages Apollo alunirent entre 1969 et 1972, toutes durant la présidence Nixon. Wisnewski (130-139) fournit un parallèle spectaculaire montrant comment les informations de Une en rapport avec le programme Apollo détournèrent de manière fort utile l’œil du public américain des crimes de la guerre du Vietnam (voir aussi McGowan, Chap.3). Apollo 11 alunit deux mois après que les médias aient exposé le bombardement parfaitement illégal du Cambodge. Le coup de téléphone de Nixon depuis la Maison Blanche à Neil et Buzz sur la lune fit monter sa popularité. Le programme Apollo s’arrêta juste après la fin officielle de l’ingérence américaine en Asie du Sud-Est. Wisnewski écrit:

Tandis que les Etats-Unis massacraient des milliers de Vietnamiens, brûlant un hectare après l’autre de la jungle vierge et empoisonnant les sols avec des produits chimiques [agent orange], ils tentaient d’un autre côté de fasciner ou devrions-nous dire d’hypnotiser ? le monde avec sa conquête d’une toute autre nature.” (p.131)

Pour le reste du monde l’excitation culturelle et technologique causée par les alunissages dut être submergeante et aussi désarmante comme l’impact négatif des attentats du 11 septembre 2001 le fut plus tard. Jusqu’à aujourd’hui, les Etats-Unis tirent profit et force de l’admiration sans bornes qu’a générée ces alunissages. Et je maintiens toujours que cette ‘conquête’ de la lune, cet ancien mythe de l’humanité, a élevé l’Amérique au statut de nation quasi-divine. Les alunissages cadrent parfaitement avec la grande stratégie psychologique du pays de l’auto-agrandissement, combiné avec le fait de subjuguer, de diminuer et de démoraliser les autres.” (p.287)

Le voyage spatial civil est devenu une forme ‘d’opium du peuple’, une promesse de rédemption amenant un nouveau et meilleur futur à l’univers.” (p.63)

Il est vrai que voyager de la terre à la lune et en revenir vivant est un exploit aux proportions mythiques. Cela relève de voyager vers “l’au-delà” et revenir dans le monde des vivants avec votre corps physique. Cela fait des astronautes de la NASA des équivalents des héros super-naturels antiques (Hercule etc…), des demis-dieux immortels et cet aspect semi-divin se rapporte de fait aux Etats-Unis dans son entièreté. Telle fut la signification des alunissages Apollo: une nouvelle religion qui éleva les Etats-Unis au dessus de toutes les autres nations. Beaucoup a été dit au sujet des religions institutionnalisées comme moyen de contrôle mental collectif. Mais aucune croyance religieuse ne peut se comparer à la croyance aux alunissages en terme d’abus cynique de la naïveté des gens. Et aucune religion ne peut de fait entrer en compétition, du moins jusqu’à récemment, avec le nombre global de croyants.

La leçon plus profonde aussi à retenir est que tout ceci fut rendu possible grâce à la télévision et cela aurait été impossible sans elle. Pratiquement personne ne l’aurait cru s’ils ne l’avaient pas vu de leurs propres yeux. Dans le livre de Lewis Carroll Through the Looking Glass, Alice dit à la reine blanche “on ne peut pas croire aux choses impossibles”, mais la reine insiste que cela est possible avec suffisamment de pratique: “Quand j’avais ton âge, je le faisait pour au moins une demi-heure par jour. Ainsi, parfois, j’ai pu croire en jusqu’à six choses impossibles avant même le petit déjeuner.” Avec la télévision, croire en six impossibles alunissages s’est produit sans aucun effort.

Appendice: l’hypothèse Kubrick

Avant d’être diffusé à la télévision, les alunissages Apollo furent des productions de studios. Pas étonnant donc qu’un des plus importants et influents lanceurs d’alerte fut le réalisateur d’Hollywood Peter Hyams avec son film Capricorn One (1978).

Bien que cela n’ait aucune incidence sur l’affaire de la réalité ou de la possibilité des alunissages et ne doit pas être pris comme argument, je voudrais ici mentionner un des développements les plus intrigant de la théorie de la conspiration sur l’escroquerie de ces alunissages: la suggestion que le réalisateur Stanley Kubrick collabora avec la NASA dans la conception des films Apollo en faisant son célèbre film “2001: Odyssée de l’espace” (1968), film sur lequel il commença à travailler dès 1964, juste après avoir fini sont très anti-militariste “Dr Folamour”.

La rumeur veut que Kubrick ait été poussé à signer un contrat faustien en échange de financements et autre aide. Que Kubrick ait reçu une aide de la NASA pour faire son “2001…” n’est absolument pas un secret: le scenario fut co-écrit par Arthur C. Clarke, supporteur enthousiaste et contributeur des aventures de la NASA et plusieurs assistants sur le film comme Harry Lange et Frederick Ordway, travaillèrent pour la NASA et des sous-contractants de l’aérospatiale. Certains croient en conséquence que “2001…” faisait partie d’un programme de la NASA pour à la fois fasciner le public avec des histoires de voyages spatiaux mais aussi pour tester des techniques de production.

Cette hypothèse s’est d’abord développée lorsque des sceptiques étudiant des photos des missions Apollo furent convaincus que celles-ci furent faites dans des studios de cinéma utilisant la technique dite de “la projection sur écran”, qui fut perfectionnée par Kubrick pour son film “2001…” La théorie était déjà émise depuis un certain temps losqu’un documentaire satirique français appelé Dark Side of the Moon, ou “La face cachée de la lune”, réalisé par le cinéaste franco-israélien William Carel, fut diffusé sur la chaîne Arte en 2002 dans une tentative de discréditer la théorie en proposant la fausse confession d’un faux Kubrick ainsi que mettant en scène des paroles détournées et hors contexte de gens comme Donald Rumsfeld et Henry Kissinger.

La stratégie est de prétendre soutenir la théorie de la conspiration avec quelques “preuves” bidons facilement réfutables afin de fabriquer un argument prêt-à-l’usage contre l’ensemble de toute la théorie expliquant l’escroquerie des alunissages. A mon avis, le fait même que des médias officiels financent et diffusent un tel documentaire en obtenant la permission de Rumsfeld et de Kissinger de détourner leurs paroles afin de discréditer la théorie Kubrick, est une raison en elle-même suffisante pour prendre cette thèse sérieusement.

La théorie Kubrick gagna une nouvelle vigueur lorsque le réalisateur Jay Weidner, après avoir documenté la technique de la projection sur écran utilisée dans les photos et les films des missions Apollo (voir ici, here), y ajouta le fait que Kubrick fit une crypto-confession de sa participation dans son film de 1980 “The Shining”. Weidner présente son argumentation dans son documentaire de 2011:

 Kubrick’s Odyssey: Secrets Hidden in the Films of Stanley Kubrick. Part One: Kubrick and Apollo. Il y donne aussi un bref résumé de sa théorie dans son documentaire Room 237 (2012), visible on Vimeo (Weidner’s contribution is between 00:44:25 and 00:51:55, and between 1:16:00 and 1:16:45).

Lorsque j’ai pris connaissance de cette théorie et que j’ai visionné Room 237 (je n’ai as vu Kubrick’s Odyssey), je n’en ai d’abord pas pensé grand chose. Mais après avoir regardé de nouveau le film de Kubrick “The Shining” avec le documentaire présent à l’esprit et avoir étudié d’autres films de Kubrick, spécifiquement son tout dernier “Eyes Wide Shut”, mis en salles le 16 juillet 1999, soit 30 ans jour pour jour après le premier jour du lancement d’Apollo 11, comme Kubrick l’avait spécifié sur son contrat avec les studios, et leurs couches de signification implicite, masquée, en apprenant aussi à quel point Kubrick était un perfectionniste, à la limite de l’obsession pour chaque détail d’un film, je trouvais alors la théorie non seulement fascinante, mais franchement hautement plausible.

Le point de départ de Weidner est l’observation que, bien que le film de Kubrick The Shining soit supposément basé sur le roman éponyme de Stephen King, Kubrick ignora le scenario adapté par King lui-même et changea tant de choses dans l’histoire qu’on peut dire que c’est en fait une histoire complètement différente, ce qui rendit King mécontent. Kubrick semble avoir utilisé le roman de King comme d’une couverture pour une histoire qui lui était propre. Ce qui est donc particulièrement intéressant, c’est de se concentrer exclusivement sur les éléments du film qui sont différents du roman de King et sur les détails qui semblent n’avoir aucun lien direct avec le narratif central. Weidner n’est pas le seul à adopter cette approche du film: bon nombre des admirateurs de Kubrick pensent que le film a bel et bien des significations cachées.

Certains argumentent, je pense de façon convaincante, que le film contient des crypto-références sur l’abus des enfants, ce qui est aussi un thème sous-jacent de “Eyes Wide Shut” ; mais Weidner fait une crypto-lecture du film qui s’apparente à une auto-confession de Kubrick sur son rôle dans la falsification des alunissages Apollo onze ans plus tôt.

D’après cette interprétation, Jack Torrance, joué par Jack Nicholson dans le film, représente Kubrick lui-même, tandis que le Overlook Hotel (construit sur un site funéraire indien), représente les Etats-Unis. Le gérant de l’hôtel, Stuart Ullman (joué par Barry Nelson), représenté physiquement comme JF Kennedy, représente le gouvernement des Etats-Unis (ainsi que peut-être le JFK Space Center), tandis que son assistant Bill Watson, qui ne fait qu’observer Torrance sans dire un mot lors de leur réunion, représente le monde sous-terrain du renseignement (NdT: ce qu’on appelle aussi le composant actif essentiel de l’état profond…).

Deux scènes du film en particulier donnent les clefs de ce crypto-narratif. La première est lorsque Danny (le fils de Torrance, représentant l’enfant de Kubrick c’est à dire les films Apollo) se lève portant un sweat-shirt “Apollo 11” sur un tapis ayant un motif graphique similaire au complexe de lancement depuis lequel les fusées du programme Apollo furent lancées. Peu après, Danny entre dans la fameuse chambre 237 qui contient le secret de l’hôtel. Dans le livre de King, le numéro de chambre était 217, mais Kubrick a changé le numéro en 237 en référence à la distance communément admise à l’époque, de la terre à la Lune qui est de 237 000 miles.

La “chambre 237” est en fait la “chambre de la lune”, parce que “room” (NdT: chambre en anglais) est similaire à “moon” (Ndt: lune en anglais) lorsqu’on le lit à l’envers et Kubrick nous a appris à lire les mots à l’envers dans la scène où le mot “redrum” devient en fait “murder” (meurtre) dans le miroir.

La seconde scène plus importante du film du point de vue de l’interprétation de la sous-jacence de Kubrick dans le film est lorsque Wendy (NdT: la femme de Torrance jouée par Shelley Duvall) découvre que Jack, son mari, qui est supposé écrire un roman, n’a en fait tapé q’une seule et même phrase encore et encore sur des pages et des pages: “All work and no play makes Jack a dull boy.” Cette phrase, qui a été choisie par Kubrick pour un but très précis, prend une dimension supplémentaire une fois que vous comprenez que le mot “All”, tapé sur une machine à écrire américaine, ne peut pas être différencié de A11, qui signifie Apollo 11.

Lorsque Jack surprend alors Wendy lisant ses pages, il lui dit [NdT: dans une longue tirade que Nicholson rend à la perfection] à quel point mortel son contrat est sérieux:

As-tu déjà pensé un seul petit moment à mes responsabilités envers mes employeurs ?… […] Est-ce que cela a une quelconque importance pour toi, que les propriétaires aient placé leur confiance complète et totale en moi et que j’ai signé une lettre d’accord, un contrat, dans laquelle j’ai accepté cette responsabilité ? […] As-tu seulement pensé ce qui arriverait à mon futur si j’échouais dans mes responsabilités ?..

En dehors de ces deux scènes clefs, il y a un grand nombres d’autres indices soutenant cette lecture sous-jacente du film. Pourquoi par exemple Kubrick a t’il fait de la grande tapisserie murale indienne dans le lobby de l’hôtel, une grande fresque représentant des fusées ? Est-ce que Jack les visant en faisant rebondir une balle de baseball sur elles représente Kubrick “shooting” les films Apollo ?… [NdT: lors de cette scène, Torrance/Nicholson est nerveux, voire hargneux et il lance la balle sur la fresque avec violence, ceci peut aussi être interprété comme la hargne et la colère qui ronge Kubrick de l’intérieur 11 ans plus tard… 11 ans, comme Apollo 11… « The Shilling » n’est pas sorti en 1979 ni en 1981, mais en 1980, 11 ans après Apollo 11… coïncidence ? venant de Kubrick ?…]

Juste après cette séquence, Wendy et Danny entre dans le labyrinthe végétal dans le jardin de l’hôtel. Jack observe une maquette du labyrinthe dans le lobby de l’hôtel qui bientôt se confond dans un fondu-enchaîné avec le vrai labyrinthe, suggérant que celui-ci n’est pas réel. Ceci est aussi suggéré par une vue aérienne de l’hôtel Overlook, qui montre clairement qu’il n’y a pas de labyrinthe à côté de lui. De la part de Kubrick, ceci ne peut pas être une simple erreur de continuité dans le film.

Certaines impossibilités spatiales ont aussi été détectés dans le film par des analystes très attentifs du film comme Rob Ager. Il n’y a pas d’erreurs, Kubrick s’est donné beaucoup de mal pour les produire. Ainsi, elles doivent avoir un message à dire, possiblement que ce qui apparaît se passer en extérieur était en fait filmé en intérieur.

Il y a aussi deux très brèves allusions à la télévision qui cadrent parfaitement avec le narratif sous-jacent: une remarque sarcastique de Torrance sur la notion que si on le voit à la TV “c’est OK !” (voir la scène ici, here), et une mystérieuse télévision sans aucun fil (impossible en 1980) qui montre le film “Summer of 42”.

“Tu vois, c’est OK, il l’a vu à la télé !””

Un autre indice possible laissé ar Kubrick pour nous faire savoir qu’il avait l’intention que son film “The Shining” soit vu et lu avec son crypto-contexte autobiographique, est le documentaire qu’il demanda à sa fille Vivian de réaliser sur le tournage du film (qui est maintenant inclus comme bonus dans les DVD de réédition du film). Le documentaire fait apparaître Kubrick comme une véritable image miroir de Torrance. Ceci a même été détecté par des critiques de cinéma n’ayant absolument aucun intérêt dans l’histoire de la théorie sur les films Apollo, comme Rob Ager qui écrit:

La décision de Kubrick de permettre qu’un documentaire soit filmé sur le tournage et sur les lieux de tournage mêmes du film “the Shining” fut un bris de routine sans précédent dans sa politique de travail qui est de procéder de manière ultra-secrète. Toutes les scènes de plateaux hors champs furent filmées par sa fille Vivian. Sans en être conscient, beaucoup de critiques de cinéma et de biographes ont accidentellement identifiés les motifs de Kubrick pour diffuser ce documentaire. Encore et toujours ont-ils décrit son attitude très psychologiquement limite dans des scènes de derrière les décors, comparable à celle de Jack Torrance, le personnage principal du film. Une des biographies que j’ai lue […] a même affirmé qu’il y avait des blagues de plateau au sujet des similarités dans l’apparence et l’attitude du personnage joué par Nicholson et Kubrick lui-même.

Ma théorie est que Kubrick a délibérément créé ces parallèles de personnalité et de caractère entre lui-même et Jack Torrance, à la fois dans le documentaire et parmi les personnels de son film de manière générale. Mais l’exemple le plus probant de ce parallèle volontaire est le traitement absolument dégradant que Kubrick réserva à l’actrice Shelley Duvall (Wendy) et à l’acteur Scatman Crothers (Halloran), dont les deux personnages dans le film étaient les victimes de la folie de Jack Torrance.

 


La vérité libère !…