A Lire et diffuser: MANIFESTE POUR LA SOCIETE DES SOCIETES (livre pdf gratuit)


des Sociétés

 

Le document de 66 pages à télécharger gratuitement (format pdf)

Manifeste pour la Société des Sociétés

 

Notre « testament » politique en quelque sorte qui donnera, nous l’espérons, une vision synthétique ne pouvant plus mener qu’à l’action: celle du changement d’attitude envers toute institution existante dans un souci de reprendre collectivement le contrôle de la société humaine dans l’intérêt collectif égalitaire de tous.

Nous traduirons ce manifeste en anglais dans un futur le plus proche possible et nous cherchons des volontaires multilingues afin de le traduire à terme en espagnol, en allemand, en russe, en italien. Merci de nous contacter sur manifeste2017@yandex.com  

Depuis octobre 2018, nous répondons à l’appel de l’EZLN du Chiapas pour remplir la nécessité de développement d’un Réseau de Résistance et de Rébellion International (3RI). Aidez-nous dans cette démarche qui mènera à l’avènement de la société des sociétés.

Mise à jour de Mars 2018:
Sur les statistiques de la dernière année, notre « Manifeste pour la société des sociétés » vient de passer #1 des téléchargements, passant en début de mois devant celui qui fut le PDF le plus téléchargé avant lui: « Un monde sans cancer, l’histoire de la vitamine B17 ». Pas mal pour un document qui n’est en ligne que depuis le 15 octobre 2017.
Merci à tous ceux qui l’ont lu et le diffusent sans modération…

-[]-[]-<I>-[]-[]-

Avant-propos du Manifeste de la société des sociétés

Inégalité galopante, division exacerbée, exploitation sans fin des ressources humaines et naturelles, destruction environnementale exponentielle, oppression, répression, guerres sans fin, terrorisme piloté par les états, pauvreté matérielle, intellectuelle et culturelle, parodies et illusions démocratiques, cirque politique, gouvernance oligarchique, éradication des libertés au profit d’une illusoire sécurité, mensonges et falsifications en tout genre, contrôle et censure de l’information, assujettissement à la marchandise, à l’argent roi et autres turpitudes économico-sécuritaires, sont non seulement les fondations de notre société moderne, mais aussi sont devenus la norme et le standard si peu critiqué d’une organisation humaine qui, depuis quelques décennies ne fait plus que tourner de plus en plus rapidement autour du siphon du tout-à-l’égoût du grand oubli.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Était-ce… Est-ce inéluctable ? Est-ce le résultat d’une évolution ? Où va la société humaine ? D’où vient-elle ? Y a t’il une solution ?…

Pour tenter de répondre à ces questions et quelques autres inhérentes, nous vous proposons un bref historique de la société humaine de son aube à aujourd’hui, analysé d’un point de vue socio-politique. Notre analyse, fruit de plusieurs années d’étude et de réflexion individuelles et collectives au moyen d’une littérature abondante alimentant une pensée critique, ne s’embarrassera ni de citations ni de références dans le texte. Nous publions en toute fin, une bibliographie essentielle mais non-exhaustive de ce qui nous a aidé à formuler le présent manifeste, que nous avons désiré être le plus succint et direct possible afin qu’il n’en soit que plus éclairant.

Ce cheminement nous amènera à communément définir le terme de “société”, de comprendre les différentes phases de son existence au cours de l’histoire pour entrevoir le chemin d’une transformation radicale de celle-ci ayant pour but ultime l’émancipation de la société des contraintes induites à dessein pour maintenir la division, outil essentiel de maintien du consensus du statu quo oligarchique en vigueur depuis déjà bien trop longtemps. Nous verrons aussi comment la société à venir, société des sociétés, n’a pas à être inventée, mais être recomposée des expériences passées et adaptée à notre monde dont la technologie doit servir à en faciliter le fonctionnement et non pas l’entraver comme c’est actuellement le cas dans le modèle politico-social sclérosé nous écrasant.

Le document de 66 pages à télécharger gratuitement (format pdf)

Manifeste pour la Société des Sociétés

 


Aurore d’une société émancipée

Publicités

10 Réponses to “A Lire et diffuser: MANIFESTE POUR LA SOCIETE DES SOCIETES (livre pdf gratuit)”

  1. N’hésitez pas à commenter après lecture du Manifeste… Merci de votre intérêt.

  2. reçu de Zénon:

    « Salut à tous!

    Un grand merci à vous de cet immense boulot. Réunir tant d’éléments dans une synthèse aussi concise et cohérente est un exercice hautement difficile, et celle-ci nous amène tout simplement à l’essentiel. Chapeau bas et respect.
    Je vous rejoints à 200% sur les principes de division et de compétition à l’origine du merdier où nous sommes rendus, ainsi que sur ceux, fondamentaux, d’unité et de complémentarité à leur opposer pour en sortir. Votre vision de la société des sociétés résonne en tous points avec un idéal que nous sommes, je l’espère, de plus en plus nombreux à partager.

    L’imbrication, au cours de notre évolution, des destinées individuelles et collectives dépasse l’entendement. Il est donc nécessaire d’inviter comme vous le faites à se retrousser les manches sans davantage de jugements extérieurs. Autrement, nous n’aurons pas demain la veille « le cul sorti des ronces » (clin d’œil à Jo;)
    A propos de notre conscience de faire partie du grand Tout, il se pourrait que le phénomène ait été un peu plus complexe. Nous aurions à cet âge de l’humanité quitté la sphère mentale de l’ »âme-groupe » ou conscience collective pour évoluer depuis ces cinq à six-mille ans dans un processus d’individuation toujours plus marqué, et aujourd’hui paroxystique, comme vous le décrivez fort bien. Plusieurs écoles auront gardé vivace la connaissance des fonctionnements de notre psyché collective ; à laquelle s’adresse le volet intellectuel/mental du « programme ». Ce qui ne doit pas pour autant nous désespérer, car si l’actualité en déverse à longueur d’ondes les manifestations négatives, leur souvenir ; savoir ou science, est aussi de plus en plus employé à des fins de don, de soin ou d’éveil. Un retour de balancier semble poindre dans les consciences. Le « projet » est devenu si gros et visible que de plus en plus de monde en abandonne le navire… Du reste, tout s’exprime dans la Nature de façon cyclique. Le retour conscient et volontaire à l’unité originelle, pouvait-il ailleurs trouver son élan que dans l’ultime aliénation de ce matérialisme enragé?

    Le chemin de conscience sur lequel nous sommes, chacun à notre manière, engagés, a l’air de l’ascension en spirale, depuis des versants différents, d’une même montagne pour s’y retrouver sur la crête. L’image est si belle que je l’emporte avec moi auprès des vaches et des oiseaux:)

    Merci encore de cette lecture.

    Zénon »

  3. Excellent entretien avec Francis Cousin qui rejoint notre point de vue par un chemin quelque peu différent mais convergent:

  4. […] le collectif Résistance71 a publié son Manifeste Politique en octobre 2017 en version PDF gratuite de 66 pages incluant une […]

  5. […] pourquoi, Résistance 71, m’a demandée d’annoter la page 11 de la version PDF de leur Manifeste Politique ► […]

  6. On nous a envoyé cet entretien de F. Cousin et si nous avons emprunté des chemins différents, nous en sommes arrivés à la même conclusion.. Entretien tout à fait complémentaire de notre « Manifeste pour la société des sociétés » pour lequel, comme le dit Cousin à propos de ses écrits, nous n’avons rien inventé et n’avons fait que mettre en page une dialectique menant à terme à un retour à l’être générique émancipé et finalement unifié dans la complémentarité…

  7. Flocon vert Says:

    Bonjour,

    Si je comprends bien, la société des sociétés, c’est de rendre malléable l’abstraction organisationnelle de chaque société?

    J’ai déjà eu idée d’une société dans laquelle il n’y aurait pas de règles précises. Alors s’il y a un conflit (parce que des conflits finissent toujours par arriver), plutôt que de punir, on responsabilise le/les personnes du conflit, avec des règles conçus sur mesure, expressément pour eux. Et ces règles resteraient tant et aussi longtemps que les acteurs du conflit n’auraient pas appris à ne plus reproduire le conflit. La présentation de mon idée est simpliste, mais c’est en gros ce que je pense.

    Également, je voudrais vous signaler une coquille dans votre texte. À la page 51, deuxième paragraphe, le mot « ehtnocentrisme » .

    En terminant, je crois que beaucoup de cette antagonisme dans nos sociétés « mode-rnes » tient d’un sentiment de culpabilité induit par des personnes qui se croient tout permis, envers tout le reste du monde. Je crois que pour libérer les humains du délire Étatique (statique), qu’il faille commencer par les libérer de leurs sentiments coupables. Parce que beaucoup de ceux qui perpétuent l’État des choses actuel, le font dans le but d’un salut possible de leur âmes, croyant à tort que leurs souffrances seront récompensés. En fait ils ne souhaitent qu’être soulagés du fardeau du maintient du système en place.

    Si ce que j’ai écrit n’est pas très cohérent, désolé. Il fait très chaud aujourd’hui, et je n’ai pas la tête toute claire.

    • merci de ce commentaire et d’avoir lu le manifeste. La règle de la société des sociétés serait la mise en application de la formule: « Fais à autrui ce que tu voudrais qu’on te fasse en pareille circonstance ». Il faut aussi comprendre qu’une fois le pouvoir retourné en dilution dans le corps social, l’égalitarisme de fait mis en place, argent et salariat abolis, il n’y aura que très peu de sources de conflit possible, lorsque cela arrivera, une médiation sera mise en place localement. 90% ou plus des problèmes actuels disparaitront d’eux-mêmes car ils sont directement induits par le système en place. Nous y verrons bien plus clair et bien plus facilement qu’actuellement sans l’arbitraire du « droit positif » oligarchique.
      Nous ne pensons pas que le « salut de l’âme » soit de nos jours le moteur des actions du monde occidental. Nous pensons que les gens suivent le mouvement parce qu’il est facile de le suivre sans trop se poser de questions. Il suffit de discuter autour de soi pour se rendre vite compte que pas mal de gens au bout d’un moment posent cette simple question: « mais pourquoi veux-tu savoir tout ça ? ça va te donner mal à la tête c’est tout… » La passivité rend les choses bien plus faciles sans avoir à se culpabiliser. La vie moderne et les gadgets mis à dispositions aident à toujours endormir plus la masse, mais il suffit d’un déclic, qui vient toujours malheureusement lorsque les gens sont directement négativement affectés, alors ils bougent mais ne savent pas comment et que faire, ce qui mène à la récupération des mouvements par un système en métamorphose. Nous sommes en ce moment même dans ce cas de figure, il y a une fenêtre politique qui s’ouvre, mais la conscience politique est au 36ème dessous, il y a 100 ans c’était l’inverse. Un jour viendra, sans doute pas si lointain, où les deux fenêtres coïncideront, alors viendra le temps de la société des sociétés.
      Merci de nous lire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.