Archive for the guerre iran Category

Guerre coloniale en Palestine: La résistance palestinienne humilie le « dôme de fer » de l’entité sioniste…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 7 mai 2019 by Résistance 71

 

La tactique gagnante de la résistance pour briser le “dôme de fer” israélien

 

Al Manar et Press TV

 

6 mai 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1353981

 

Entre les 4 et 6 mai 2019, sur un total de près de 700 missiles palestiniens tirés contre Israël, seuls 173 ont été interceptés. C’est plus qu’une catastrophe quand on sait l’écart gigantesque entre le coût d’un missile du Dôme de fer (80 000 dollars) et le coût d’un missile palestinien  (300 à 1000 dollars), estimaient les analystes israéliens, approuvant à mots couverts ceux des colons sionistes qui dénonçaient leurs officiers pour s’être servi d’eux à titre de « bouclier humain » en les plaçant sous la protection d’une « passoire » dénommée « Dôme de fer »!

Le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam revient sur ce nouvel échec du soi-disant bouclier antimissile israélien face à la Résistance et explique comment celle-ci a su le franchir.

« La tactique qui nous a aidée à percer le bouclier et à atteindre nos objectifs a consisté à maintenir une puissance de feu élargie impliquant de nombreux missiles tirés en un laps de temps compact. La puissance de la charge a fait le reste », a souligné Abou Obaida, le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam

« Avec une haute puissance de destruction, les missiles que Qassam a tirés sur les cibles israéliennes, ont causé de lourds dégâts au régime sioniste et changé de tout en tout le rapport des forces. Surtout que des dizaines de missiles ont été lancés de façon coordonnées et simultanée, ce qui a pris de court à la fois les radars et le dispositif d’interception du bouclier israélien ».

En 48 heures de combats, près de 700 missiles ont été tirés contre les colonies du sud d’Israël et à mesure que le rayon des bombardements israéliens s’amplifiaient, les frappes aux missiles visaient des cibles israéliennes plus distancées de Gaza et plus proche du centre d’Israël.

Pour la première fois depuis 70 ans, les missiles palestiniens ont visé des maisons, des usines et des bâtiments dans les colonies et la presse israélienne évoque même l’incapacité dans certains cas à « se mettre à temps à l’abri ».

En Israël les médias restent trop vagues sur le bilan des dégâts tandis qu’ils n’avancent qu’un bilan de 4 morts et de 115 blessés.

Un simulacre de déploiement en vue d’une opération terrestre a eu lieu sur les frontières avec Gaza impliquant la 7e brigade blindée de l’Armée israélienne et les forces dites d’élite de Golani, mais selon le site israélien DEBKA, Tel-Aviv n’a pas osé s’y aventurer, rapatriant le tout au bout de deux heures.

Une trêve a ainsi été conclue lundi à 4h30 (heure locale) sous l’égide de l’ONU et de l’Égypte, engageant Israël à signer les accords prévoyant la levée du blocus de Gaza. Ce qui veut dire que le régime israélien entre pleinement dans une nouvelle ère, non pas celle promise par le Deal du siècle mais celle où « l’adversaire se mesure à lui et a de quoi le faire acculer ».

En effet, des dizaines de missiles tirés en 48 heures ont frappé le sud, l’est pour s’étendre au nord d’Israël sans que la « défense antimissile tri-couche » israélienne puisse servir à grand chose.

Dans une interview avec le journal israélien, Jerusalem Post, l’ancien chef du département de la recherche des renseignements militaires, Yaakov Amidrror reconnaît que le Dôme de fer n’a pas été en mesure d’intercepter tous les missiles lancés depuis Gaza et il invente pour cette contre-performance diverses raisons.

Selon lui, il y a d’abord la distance de tir : certains missiles ont été lancés depuis des zones limitrophes aux colonies, ce qui a privé Dôme de fer d’avoir le temps nécessaire pour entrer en action d’interception. Mais le manque de temps ne serait pas la seule raison de l’échec du Dôme de fer. Les particularités de la conception de ce système lui feraient échapper aussi « les projectiles destinés à des zones qu’il considère comme vides ou inhabitées ». Il a donc un problème de localisation, a déclaré l’expert militaire israélien arguant que cela avait été le cas du véhicule blindé israélien qui avait été visé et détruit par le missile Kornet de la Résistance palestinienne à Yad Mordechai, près de la frontière avec Gaza.

« Du point de vue du système, il s’agissait d’une zone ouverte sans personnes. Nous n’interceptons pas de telles roquettes », a justifié Yaakov Amidrror sans vraiment convaincre le public israélien qui sur les images de la vidéo diffusée de cette opération, voit un train passer juste derrière le véhicule, ce qui veut dire que le Kornet palestinien aurait bien pu cibler non seulement le blindé mais aussi le train. Un deuxième véhicule blindé israélien a d’ailleurs été visé, le lundi 6 mai. À ceci s’ajoute une autre faille : Les interceptions effectuées par le système n’ont pas fait exploser les charges des roquettes ce qui confirme son échec ».

Le Dôme de fer est un système de défense aérienne mobile israélien, développé par la société Rafael Advanced Defense Systems, conçu pour intercepter des roquettes et obus de courte portée. Le système a été créé à l’origine pour faire face aux attaques de roquettes lancées depuis la bande de Gaza et le Liban.

= = =

Lectures complémentaires:

Paulo_Freire_Extension ou Communication

Leducation-comme-pratique-de-la-liberte_Paulo_Freire_1965

La Bible Déterrée Israel Finkelstein

Zenon_Inversion

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

Publicités

Contre-mesure impérialiste: Le parlement iranien inscrit le Centcom et les troupes d’occupation yankees sur la liste terroriste de l’Iran (Press TV)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 17 avril 2019 by Résistance 71

Projet de loi soutenu au parlement iranien pour soutenir la CGRI et mettre le Centcom américain sur liste terroriste

 

Press TV

 

16 avril 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/04/16/593596/CGRI-terroristes-Iran-Etats-Unis-liste-noire-CENTCOM-projet-de-loi

 

Les députés du Parlement iranien ont adopté le cadre général d’un projet de loi soutenant le Corps des gardiens de la Révolution islamique face aux mesures entreprises par les États-Unis.

Les parlementaires iraniens ont adopté, ce mardi 16 avril, avec 204 votes pour et 2 votes contre, le cadre général d’un projet de loi soutenant le Corps des gardiens de la Révolution islamique face à la récente décision de Washington de le placer sur la liste des organisations terroristes.

Les parlementaires qui ont voté pour ce projet croient que celui-ci symbolise une lutte contre l’arrogance des États-Unis tandis que ceux qui ont voté contre le projet le qualifient d’insuffisant, ajoutant que cela ne garantit pas un respect plein et entier de la Constitution.

Le projet de loi reconnaît les militaires américains comme des terroristes et édicte que toute aide militaire, financière, technique, logistique et de renseignement aux forces américaines sera considérée comme un soutien aux terroristes.

Le secrétaire d’État américain a annoncé le lundi 8 avril inscrire le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), une des composantes des forces armées iraniennes, sur la liste noire des organisations terroristes.

C’est la première fois que les États-Unis s’autorisent à blacklister la force armée d’un État sous prétexte de vouloir la soumettre à un régime de sanctions.

Des juristes ont mis en garde Washington contre une telle décision, arguant que cela pourrait affaiblir la Convention de Genève et mettre en péril la vie des forces américaines déployées au Moyen-Orient.

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: Les Yanks mettent les Pasdarans sur liste terroriste… L’Iran inscrit l’armée d’occupation yankee au MO sur sa liste terroriste

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 9 avril 2019 by Résistance 71

Il y a du « faux-drapeau » dans l’air, rappelons-nous ce que transparaissait il y a peu… (Résistance 71 )

 

Les Etats-Unis placent les Gardiens de la Révolution Iranienne sur leur liste anti-terroriste et veulent empêcher l’achat du pétrole iranien

 

Al Manar

 

8 avril 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1315382

 

Les Etats-Unis ont haussé d’un cran leur offensive contre la république islamique d’Iran.

Comme l’avait annoncé le New York Times le samedi dernier, ils ont officiellement placé les Gardiens de la Révolution iraniens sur leur liste des organisations « terroristes » étrangères.

Cette mesure « sans précédent », « est une reconnaissance du fait que l’Iran n’est pas seulement un Etat soutenant le terrorisme, mais que les Gardiens participent activement, financent, et promeuvent le terrorisme », a précisé le président américain Donald Trump qui a annoncé en personne cette décision ce lundi 8 avril.

Est surtout concernée par cette désignation, selon le président américain, la force al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la Révolution.

Branche extérieure des Gardiens de la révolution, elle soutient les forces de l’Axe de la résistance au Moyen-Orient, avec le consentement de leur gouvernement. Comme c’est le cas avec les troupes du président syrien Bachar al-Assad ou les forces populaires irakiennes du Hachd al-Chaabi qui ont combattu Daech ainsi que le Hezbollah au Liban.

Cette décision « augmentera significativement l’échelle et la portée de notre pression maximale contre le régime iranien », précise le président américain, qui ajoute: « Si vous faites affaire avec les Gardiens de la révolution, vous financez le terrorisme ».

Directement après cette annonce, le secrétaire d’état américain Mike Pompeo a appelé les banques étrangères à couper tout lien avec les Gardiens de la Révolution.

En même temps, l’émissaire spécial américain Brian Hook a annoncé le renforcement des sanctions américaines, de sorte qu’elles ne se contenteront pas de viser le secteur de l’exportation du pétrole iranien mais empêcheront son achat.

Le but étant d’empêcher l’Iran d’avoir de l’argent en échange de son pétrole, à l’instar de ce qui s’était passé avec l’Irak, lors de l’application du programme connu sous l’appellation « Pétrole contre nourriture ».

Selon le magazine des renseignements américains Janes, cette démarche viserait à réduire la masse monétaire de l’Iran, dans le but de pousser les iraniens à la sédition contre le pouvoir. Ce sont les institutions étatiques qui devraient mener la marche, en entrainant le gouvernement iranien dans le défaut de paiement de salaires.

Pour sa part l’Iran s’est préparé pour riposter à cette décision.

Dimanche, son Parlement s’est mis à élaborer un projet de loi en urgence qui classera les troupes américaines sur la liste des groupes terroriste iranienne, au même titre que Daech, et dès que les Américains mettront les Gardiens sur leur liste. C’est aussi la première fois que l’armée américaine est classée comme organisation terroriste par un pays.

Une fois la décision prise, les forces américaines au Moyen-Orient pourraient devenir la cible des Gardiens de la révolution, appréhendent des responsables américains qui refusent cette décision.

= = =

L’Iran place les troupes américaines sur sa liste des groupes terroristes au même titre que Daesh

 

Al Manar

 

8 avril 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1314139

 

Le Parlement iranien a promis dimanche de riposter à la décision attendue des Etats-Unis de placer les Gardiens de la Révolution iraniens sur la liste des organisations « terroristes ».

« Nous avons élaboré un projet de loi en urgence et dès que les Américains mettront les Gardiens sur leur liste, nous classerons les troupes américaines sur la liste des groupes terroristes au même titre que Daech », a dit Heshmatollah Falahatpisheh, chef de la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la sécurité nationale, cité par dimanche l’agence Isna.

Selon le Wall Street Journal, Washington annoncera sa décision lundi sur les Gardiens de la Révolution islamique (Pasdaran), une armée idéologique créée en 1979 dans le but de protéger la Révolution iranienne des menaces étrangères et intérieures. Leur poids politique et économique est considérable en Iran.

Leur unité d’élite, la force Qods, est une branche extérieure qui soutient les forces de résistance dans la région.

« Nous devons riposter », a répété M. Falahatpisheh alors qu’une déclaration signée par la majorité des députés proclame que « toute atteinte à la sécurité nationale et aux forces armées de la République islamique est une ligne rouge ».

Le monde de la fabrication et de la manipulation derrière le « Russiagate » exposé (VT)

Posted in actualité, colonialisme, désinformation, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 1 avril 2019 by Résistance 71

Nous pensons que cette affaire du « Russiagate » illustre parfaitement bien et en temps presque réel puisque nous n’avons pas du attendre des décennies pour en savoir plus, le niveau effarant de manipulation et de mensonge auquel sont arrivées les entités étatiques sensées nous représenter, nous les peuples. Est-ce sans précédent ? Nous ne le pensons pas car le complotisme et la fabrication du mensonge à des fins de contrôle des opinions existent depuis que l’État existe à des degrés divers, simplement de nos jours, il est plus facile et plus rapide de tirer le rideau et d’entr’apercevoir ce qui se passe derrière ce qui était totalement impossible il y a encore 25 ou 30 ans.
L’internet, cette « Presse de Gütemberg 2.0 », possède le pouvoir révolutionnaire de son aînée, même si bien entendu, la méfiance et l’analyse doivent toujours être de mise. Bien entendu Duff, Dean et VT ne font qu’exposer des informations et des faits, des analyses sur une situation (géo)politique interne et internationale et ne proposent aucune solution viable. Ce sont des « réformistes » qui pensent toujours que purger le système et mettre les « bonnes personnes » aux postes clefs changera tout. Ils n’ont pas encore compris qu’il n’y a pas de solutions au sein du système et qu’il ne sautait y en avoir. Mais ceci est une autre histoire… Prenons leurs analyses pour ce qu’elles sont: une façon de lever une partie du voile du secret nauséabond qui recouvre toute cette fange étatico-capitaliste et remercions les simplement de le faire, car elles ne font qu’apporter toujours plus d’eau au moulin de la quête d’émancipation totale par la mise en place de la société des sociétés celle des communes libres émancipées et confédérées.
En section commentaire, nous mettons une vidéo hilarante du toujours excellent résistant canadien James Corbett pour « comprendre le Russiagate en 3min », vidéo faite sur le modèle de sa virale explication des attentats du 11 septembre en moins de 5min, vue des millions de fois dans le monde.

~ Résistance 71 ~

 

 


VT à Damas: Jim Dean et Gordon Duff avec le
grand Mufti

 

Le NothingGate ou la véritable histoire derrière Mueller (et son rapport)

 

Gordon Duff

VT

 

29 mars 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/03/30/neo-nothinggate-the-real-story-behind-mueller/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’enquête de Mueller qui s’est conclue récemment avec la remise de son rapport, s’est terminée dans un “gémissement”, en fait elle n’a jamais existé et n’aurait jamais dû existé. En tant que sujet impliqué dans cette enquête, j’ai aussi été assis à une place de choix.

Mon implication personnelle avec une organisation américaine et russe d’anciens combattants, le fait que j’écrive beaucoup en Russie et travaille là-bas sur des documentaires, ainsi que mon soutien ouvert et inconditionnel à l’implication russe en Syrie, ont fait de moi une cible.

Mes 40 années de travail dans le renseignement opérationnel ont fait de moi une source, éventuellement. Je peux maintenant clarifier ce que j’ai dit au FBI: “La Russie ne l’a pas fait.”

On a vu dès 2015 qu’il y avait une grosse interférence et il fut détecté qu’il y avait un gros effort de trucage des élections américaines, ce ne furent pas des journalistes qui s’en aperçurent, mais des personnels du renseignement à la retraite, à la fois du renseignement militaire et de la CIA, mais aussi d’autres organisations.

Un rapport fut écrit et présenté aux leaders politiques de Washington par l’avocat et éditeur de Veterans Today (VT) Thomas Mattingly, un avocat de Washington qui a travaillé étroitement avec l’activiste politique Ralph Nader pour le plus clair de sa carrière. Voici ce qui fut trouvé déjà en 2015:

  • La manipulation des médias sociaux menés par de clairs efforts en provenance des plus hauts niveaux de Google et de Facebook, travaillant avec des sous-traitants du renseignement israélien, crée la base de couverture de la falsification du vote électronique et des efforts de suppression illégale d’électeurs.
  • Le candidat qui “arrivera au sommet” sera contrôlé non pas par le gouvernement d’Israël mais par un cartel du crime organisé comme ce fut expliqué à la Conférence de Sécurité de Damas en décembre 2014 par Gordon Duff et le colonel James Hanke.
  • Un plan d’action fut mis en place citant une crise de sécurité nationale sans précédent. Mais ceux qui reçurent le rapport, qui portaient les recommandations d’un ancien directeur de la CIA et de plusieurs anciens patrons de l’agence à la retraite, rompirent toute communication.

A la fin 2017, Thomas Mattingly était mort, dans de mystérieuses circonstances et d’autres qui travaillèrent à ce rapport furent ciblés par le Department of Homeland Security (NdT: la Stasi yankee…), détenus, interrogés, leurs téléphones et leurs ordinateurs hackés, ils furent intimidés par des officiels de la sécurité. Personne ne succomba aux intimidations.

Il est nécessaire de remonter en amont de ce que certains pourront voir comme un contre-éditorial. Les opinions sont comme les orifices du corps humain, tout le monde en a et mieux vaut les garder pour soi-même. Il y a bien trop d’opinions alentours et bien peu de faits. Pour être le plus explicite possible de manière grinçante, la fabrication et la manipulation de l’opinion est aujourd’hui un business de 250 milliards de dollars… ne faisant que gérer l’espèce humaine comme on gère du bétail.

D’un coup, très peu pourrait comprendre à quelle hauteur tout cela peut aller, mais avec des outils mis dans les mains des enfants peu de temps après la naissance et un profile de chaque pensée et de chaque sentiment étant constamment demandé, catalogué, analysé et taillé sur mesure, un faux narratif parfaitement ciblé, citant des rêves, des espoirs, des peurs mais surtout des vulnérabilités peut être mis en place. Alors comment pourrait-on l’appeler ce truc du “Russiagate” ?…

Je pense que nous pouvons finalement utiliser le terme qui a toujours flotté dans l’air depuis le début: “une opération de tromperie et de couverture”.

Le “Russiagate” fut une fabrication, une construction, dont le but était un show, du théâtre public, tandis que pas seulement de simples crimes comme une corruption publique généralisée, mais bien plus, tandis que des actions de folie brutales et ouvertes demeuraient sans réponse et sans action.


Trump: « STP, dis à ta main gauche de lâcher mes couilles ! »

 

Robert Mueller

Commençons notre histoire par regarder l’ancien directeur du FBI Robert Mueller. Mueller est un ancien US Marine, un ancien combattant du Vietnam où il servit en tant qu’officier. Dans certains cercles militaires de la nation, ceci peut représenter quelque chose de spécial. Ici néanmoins nous noterons la haine de Donald Trump envers l’ancien sénateur et ancien prisonnier de guerre du Vietnam John McCain.

Trump a reçu de matériel classifié sur McCain, montrant que son attitude en tant que prisonnier de guerre fut très loin d’avoir été exemplaire. Son officier de commandement prisonnier de guerre, le colonel d’aviation Ted Guy, un des fondateurs de Veterans Today, avait recommandé que McCain passe en cour martiale après sa libération, car il fut un des 33 prisonniers de guerre accusés de collusion avec l’ennemi.

McCain fut accusée d’avoir perpétré 32 émissions de propagande et d’avoir aidé l’armée du Nord-Vietnam à mieux positionner son système de défense anti-aérien de façon à maximiser les pertes américaines dans le ciel vietnamien. D’après le colonel de l’armée américaine Earl Holliman et l’US Marine sergent-major John Holland, tous mort aujourd’hui tout comme McCain, celui-ci fut personnellement responsable de l’abattage de 60 pilotes américains au Vietnam. Tout ceci et plus encore a été effacé de l’histoire, je connaissais personnellement les deux accusateurs de McCain.

Pire encore est l’historique de McCain luttant contre les efforts de rechercher les prisonniers de guerre toujours disparus au Vietnam. D’après l’éditeur de VT, le colonel James Hanke, qui fut un temps le patron des opérations de récupération des prisonniers de guerre au Vietnam, dont le QG était en Thaïlande, l’Amérique a abandonné des centaines de prisonniers et ceci largement basé sur les efforts de McCain de classifier toute information et de bloquer tous les efforts de sauvetage de ces prisonniers. (NdT: de quoi pouvait donc bien avoir peur cette ordure notoire ?…)

Pourquoi racontons-nous cette histoire ? La réponse est très simple: le fait d’avoir été un combattant au Vietnam n’est en rien un indicateur de quoi que ce soit, dans une guerre où les médailles d’honneur furent distribuées treize à la douzaine à des personnes aucunement méritantes et dans laquelle ce furent les pauvres de l’Amérique qui y combattirent réellement et qui y moururent, tandis que les pontes de l’armée vivaient dans un confort de débauchés dans le luxe des bases arrières. En tant que NCO (NdT: Non-Commissionned Officer, c’est à dire un sous-officier faisant fonction d’officier sur le terrain comme ce fut et est toujours souvent le cas dans l’armée yankee) servant dans une unité de combat au Vietnam, j’ai été des mois sans savoir le nom même de mon officier commandant. Ils venaient et partaient et le plus souvent nous ne les voyions jamais…

En aucun cas je ne dis que ce fut le cas de Robert Mueller ; mais tout Américain qui a servi au Vietnam et qui ne s’est pas opposé à son retour aux Etats-Unis à cette guerre la plus sale et la plus corrompue de l’histoire de l’humanité ne peut en aucun cas être un héros sous quelques circonstances imaginables que ce soit, mais est de fait bien plus proche d’un Kapo de camp de concentration nazi. Ceci constitue une opinion acquise et livrée par les faits.

Mueller a attiré notre attention une première fois lorsqu’il est devenu le directeur du FBI, ce une semaine avant les attentats du 11 septembre 2001. Deux curieuses nominations eurent lieu ces jours précédant les faits, celle de Mueller et celle du général Richard Myers comme chef d’état major des armées.

Nos sources, certaines au sein même du FBI, identifient Mueller comme un chef de file de la vaste opération de couverture qui a eu lieu après les attentats du 11 septembre et camouflant les véritables évènements de ce jour, ce qui, d’après un rapport présenté au président Trump par l’ancien agent de la CIA Robert David Steele, nommait de très hauts responsables du gouvernement américain avec une très large complicité à la fois d’Israël et de l’Arabie Saoudite, comme en étant les véritables acteurs. Jusqu’ici, Trump a promis par deux fois de communiquer ces informations au public, mais ne l’a toujours pas fait.

Mueller fut cité dans un procès fédéral intenté par l’ancien agent du FBI et colonel de l’armée, Mick Dick, pour complicité de tentative de meurtre sur lui comme il fut l’agent qui mena la toute première enquête initiale sur les attentats du 11 septembre.

Nous avons encore rencontré Mueller en 2005 lors de l’arrestation de l’ancien député Mark Siljander pour 15 accusations d’aider le terrorisme. Siljander avait servi comme ambassadeur aux Nations-Unis sous le président Reagan et est de mes amis de toujours. Il a aussi été à la tête du “National Prayer Breakfast”, l’organisation “interne” la plus puissante de Washington. Alors que je travaillais avec Siljander et son équipe de la défense ayant à son bord un ancien ministre des affaires étrangères et un ancien ministre de la justice américains, nous avons rencontré une vaste corruption au sein du FBI et du ministère de la justice (NdT: Le FBI dépend du ministère de la justice américain)

Mueller était à la tête du FBI, tandis que le ministère de la justice était sous la férule de l’ancien sénateur John Ashcroft, un ami de longue date de Siljander. L’enquête contre Siljander vint peu de temps après que celui-ci ait approché le président Bush (fils), pour lui résumer les fausses infos de renseignement qui menèrent à l’invasion de l’Irak (en 2003) et fut commencée par un procureur régional qui était le beau-fils du général Myers, l’homme que beaucoup croient avoir donné l’ordre de maintenir la défense aérienne au sol, ce qui permit les attaques du 11 septembre.

Après des années d’actions légales, Siljander a accepté de plaider “l’obstruction à la justice” et, curieusement, contracta une forme très bizarre et improbable de cancer lors de sa très courte incarcération. Contre toute attente, Mark Siljander y survécût. L’affaire “d’obstruction” contre Siljander était basée sur le témoignage d’un témoin qui contredisait les déclarations que Siljander avaient faites au FBI. Le “témoin” fédéral avait reçu le choix de témoigner contre Siljander ou de se retrouver incarcéré indéfiniment au camp américain (du goulag) de Guantanamo Bay à Cuba. Ce fut Robert Mueller en pleine action et dans toute sa splendeur…

Si on devait assumer, comme beaucoup le considèrent maintenant, que l’enquête de Mueller fut un faux depuis le départ et que l’histoire personnelle de Mueller de sa “relativité morale” en faisait le candidat parfait pour gérer une fausse enquête qui bouffa deux ans alors que le monde s’enflammait, qui devons-nous blâmer ?…

Nous posons également la même question (toujours la même en de pareil cas…) Qui bono ? A qui profite le crime ? Tandis que Mueller jouait son air de pipeau, Trump bombarda la Syrie deux fois, les Etats-Unis menèrent le massacre au yémen avec des attaques massives, ils ouvrirent une guerre secrète en Somalie et à travers l’Afrique du Nord et commencèrent à déployer des missiles aux frontières de la Russie.

L’Amérique était déjà hors de Conventions de Genève, une action nécessaire pour Bush II afin de soutenir l’occupation illégale du Golan par Israël, de la Cisjordanie et de Jérusalem (Al Quds). Les Etats-Unis avaient aussi quitté le Tribunal International (CPI), alors que tant d’Américains devaient faire face aux tribunaux pour crimes de guerre pour les actions militaires perpétrées en Irak et en Afghanistan, ainsi que sans doute dans les Balkans.

Mais les choses allèrent plus loin, bien plus loin. Aujourd’hui, les procureurs et les juges de la Cour Pénale Internationale font face à l’assassinat ou à l’emprisonnement sur la base des menaces proférées par l’ex-directeur de la CIA Mike Pompeo, aujourd’hui ministre des affaires étrangères des Etats-Unis. Alors que Mueller jouait son air de pipeau, les Etats-Unis sortaient du plan joint d’action compréhensive (JCPOA) sur le nucléaire iranien et renouvelaient ses sanctions contre l’Iran. Les Etats-Unis se sont même retirés du Conseil des Droits de l’Hommes de l’ONU.

Aux Etats-Unis intra muros, la situation économique s’est retournée, une nation qui était en train d’éliminer sa dette (NdT: là, Duff pousse le bouchon un peu loin…) sous le président Obama est maintenant en train de générer 1000 milliards de dollars de déficits, alors que les Américains les plus riches paient peu voire pas d’impôts du tout.

Alors, demandons-nous, pourquoi Mueller fut-il choisi ? Notre analyse est-elle correcte ? Etait-il faux d’assumer que Mueller aurait voulu que sa dernière action publique soit un acte honorable ?…

Nous savons ceci: que très tôt dans l’enquête, les limiers de Mueller ont remonté “l’interférence russe” à sa véritable racine, le lobby israélien de Washington. De plus en plus, le parti démocrate est divisé sur le soutien à apporter à Israël. Le problème n’a rien à voir avec le Moyen-Orient, ni avec les violations par l’Amérique de la loi internationale en transférant leur ambassade à Jérusalem (Al Quds) ni de la reconnaissance du Golan syrien comme un territoire israélien.

Notez bien qu’en accord avec les nouvelles lois israéliennes, les résidents de Gaza ne pourront jamais devenir des citoyens israéliens parce qu’ils ne “sont pas nés juifs”.

La loi israélienne de l’”état-nation juif” nie de manière permanente même les protections limitées de “citoyen de seconde classe” aux chrétiens et aux musulmans vivant en Israël et dans les territoires occupés (comme définis par le conseil de sécurité de l’ONU).

Mueller a livré son rapport qui a échoué de donner suite aux véritables résultats de l’enquête, de la vaste falsification des votes et des violations sur le financement de la campagne électorale, pour lesquelles toutes les pistes menaient directement au lobby israélien, aux directeurs de l’American Israeli Public Affairs Committee (AIPAC) et d’autres organisations. Tout fut “mal placé et oublié”, incluant plus de 70 “actes d’accusation scellés” émis sur des preuves et des témoignages rapportés de longue date de ces deux ans soudainement effacés de l’histoire.

Le résultat de cet “air de pipeau” ?  Toute forme de méthode de guerre connue de l’humanité er d’autres pas encore imaginées auparavant ont été appliquées avec force brutalité. La confusion immerge nation après nation en regardant cette Amérique “devenue folle”, nation menée et gérée par les débauchés. Personne n’est en sécurité.

Est-ce la faute de Mueller ? Nous ne le savons pas. Nous ne le saurons jamais, c’est ainsi que fonctionne Washington. Au cours de toutes ces années, j’ai parlé à tant de personnes, écouté leurs excuses, pourquoi ils ont adhéré aux pratiques corrompues, pourquoi ils prirent le fric.

Ils/elles disent tous la même chose. “Quand j’en aurai assez et que ma famille sera bien confortable, quand je serai au pouvoir, alors “ils” verront, je me dresserais tel le lion et combattrais pour la décence et l’honneur.

Mais personne n’en a jamais “assez”. Ce jour de “décence et d’honneur” ne semble jamais venir. Voyez-vous, chacun a un prix. C’est pourquoi existent les Google, Facebook, Black Cube et leurs clones sans fin, ils sont en charge de trouver ce prix et qui vaut la peine d’être payé, d’être acheté.

L’honneur apprend-on, est une commodité très bon marché de nos jours…

 

Guerre impérialiste en Syrie: Une opération de provocation à l’arme chimique organisée par la France et la Belgique serait en cours

Posted in actualité, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 30 mars 2019 by Résistance 71

D’après un général russe, les services spéciaux français et belge préparent une attaque chimique de provocation en Syrie

 

Al Manar

 

30 mars 2019

 

url de l’article original: http://french.almanar.com.lb/1306098

 

La France et la Belgique prévoient d’organiser une provocation à l’arme chimique en Syrie, a affirmé la Défense russe.

«Les services secrets de France et de Belgique préparent une provocation à l’arme chimique en Syrie afin d’accuser les forces aérospatiales russes d’avoir porté des frappes contre les civils», a déclaré vendredi aux journalistes le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général de brigade Victor Kouptchichine.

«Les représentants des services secrets occidentaux ont déjà tenu une réunion appropriée avec les chefs de file des terroristes à Idlib», a-t-il indiqué.

Selon des informations détenues par le Centre, les formations armées illégales qui déploient leurs activités sur le territoire de la zone de désescalade d’Idlib préparent des provocations en vue d’accuser les militaires russes et les troupes gouvernementales syriennes d’avoir employé des substances toxiques.

«Pour organiser ces provocations, des représentants des services secrets français et belges sont arrivés à Idlib. Une rencontre s’est tenue sous leur direction avec des chefs de file des groupes terroristes Hayat Tahrir al-Cham (anciennement Front al-Nosra) et Tanzim Hurras ad-Din (ayant prêté allégeance à Al-Qaïda), ainsi qu’avec des représentants de l’organisation soi-disant humanitaire des Casques blancs», a poursuivi Victor Kouptchichine.

Il a ajouté que la réunion avait été consacrée à la mise en scène d’images «censées prouver que la Russie et la Syrie ont employé des substances toxiques contre les civils».

Toujours selon Victor Kouptchichine, chaque participant à la mise en scène de l’attaque chimique sera payé 100 dollars US (presque 90 euros).

Il a fait remarquer également que les organisateurs de la provocation pourraient avoir recours à des gaz toxiques réels afin de garantir «l’authenticité» des photos et des vidéos.

Dans ce contexte, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a appelé les chefs des formations armées illégales à refuser toute provocation armée et à s’engager dans la voie d’un règlement pacifique dans les régions qu’ils contrôlent.

Du 14 au 27 mars, des représentants des services secrets belges ont filmé les frappes aériennes réalisées par les forces aérospatiales russes contre des entrepôts de munitions et des centres d’assemblage de drones de groupes terroristes dans la zone de désescalade d’Idlib, afin de s’en servir par la suite comme «preuves» de l’emploi d’armes chimiques, a souligné le ministère russe de la Défense.

Le 23 mars, sous contrôle des services secrets français, une substance toxique, supposément à base de chlore, a été livrée depuis Saraqeb dans les localités de Khan Cheikhoun, Maaret al Horma et Kafr Zita, a encore révélé le ministère.

Guerres impérialistes et terrorisme d’état: les mutants Daesh / Al CIAda rejetons d’un Wahhabisme perfusé d’impérialisme occidental…

Posted in actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 28 mars 2019 by Résistance 71

.. au service de la pure fabrication néo-conservatrice du « choc des civilisations » afin de mener le monde au chaos géniteur de leur Nouvel Ordre Mondial. Un outil de plus pour un génocide planétaire organisé.

~ Résistance 71 ~

 


Daesh et ses sponsors + Royaume-Uni et France

 

Al Qaïda et Daesh enfants du Wahhabisme

 

Youssef Hindi

 

Mai 2015

 

Source:

https://youssefhindi.fr/2015/05/02/al-qaida-et-daech-enfants-du-wahhabisme/

 

Le Moyen-Orient, région traversée par les grands empires depuis l’Antiquité et où convergent les destinées du monde, a vu naître Daech, fils d’Al-Qaïda et de la CIA et petit-fils du wahhabisme. Cette entité qui paraît surgir du néant offre un spectacle apocalyptique dont l’humanité ne voit pas les coulisses.

Pour comprendre la démence sanguinaire de Daech, nous devons remonter aux origines du wahhabisme, cette doctrine que l’islamologue Jean-Michel Vernochet a identifiée comme étant un véritable « contre-islam » ayant pour vocation de détruire la religion musulmane de l’intérieur. Les massacres de masse, les destructions, la rage meurtrière de ces hordes téléguidées depuis Riyad, Doha et Washington et assistées par Tel Aviv, contre la Libye, la Syrie et l’Irak, ont donc une cause et une finalité autant politiques qu’eschatologiques.

C’est au père du wahhabisme qu’il faut d’abord s’intéresser pour comprendre l’entité à laquelle le monde fait face aujourd’hui. Le prédicateur Mohamed ibn Abd al-Wahhab (1703-1792) fut en son temps accusé d’être un innovateur, un égaré, un athée et un faux prophète, ceci par les plus grands savants et docteurs contemporains de l’imposteur, autant sunnites que chiites. Ils lui dénièrent le statut de savant mujtahid – l’aptitude exégétique -, ayant constaté l’insuffisance de sa maîtrise des sciences islamiques.

Or, la doctrine instituée par Abd al-Wahhab est simple, elle se résume à l’excommunication et au meurtre de tous les musulmans, sunnites et chiites, tombant sous l’accusation arbitraire d’idolâtrie, autrement dit de mécréance.

Néanmoins, Abd al-Wahhab seul n’aurait jamais pu élever sa doctrine de bédouin au-delà d’une secte éphémère sans l’aide de la tribu des Séoud avec qui il fit alliance pour conquérir l’Arabie devenue à présent la propriété personnelle des Séoud, ceci après l’institution du wahhabisme comme doctrine officielle de leur royaume. Un royaume qui n’aurait jamais vu le jour en 1932 sans le soutien actif des Britanniques durant et après la Première Guerre mondiale.

Le wahhabisme n’aurait pas, non plus, connu son essor actuel sans l’aide des États-Unis qui, en 1945, ont passé un pacte maléfique avec les Séoud : « Le pétrole contre une indéfectible protection armée. » Cet or noir qui, pompé par les majors anglo-américaines, a financé l’expansion du wahhabisme à travers le monde, notamment par des canaux prestigieux tels une chaire universitaire à Harvard ou des médias d’influence planétaire tels Al-Jazira. Le wahhabisme n’a pu développer son pouvoir de nuisance que grâce au soutien et à la bénédiction du monde anglo-protestant.

Au reste, le wahhabisme, doctrine pauvre, à l’origine destinée à des bédouins incultes, ne put accéder aux élites urbaines sans connaître une transformation adaptative. C’est ainsi qu’apparaît, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le réformisme islamique : le pendant libéral du wahhabisme qui va, en 1928, donner naissance aux Frères musulmans.

Nous avons là un wahhabisme « de gauche » utile à diluer l’islam traditionnel, dans une modernité délétère. Le réformisme islamique forme ainsi, avec le wahhabisme, deux faces d’une même pièce se complétant l’une et l’autre, soit une hérésie à deux visages suivant la dialectique infernale existant entre le capitalisme ultra et le communisme totalitaire.

Il n’est pas étonnant, alors, de voir aujourd’hui se bousculer les héritiers du courant réformiste à l’instar du Turc Erdoğan, pour apporter le poison sous forme de remède à cette maladie mortelle qui a frappé l’islam et qu’ils ont tant de mal à appeler par son nom : le wahhabisme. Le réformisme islamique à la façon des Frères musulmans et le wahhabisme séoudien et qatari sont des frères siamois… dont l’opposition apparente constitue, en vérité, cette synthèse dévastatrice que l’on voit à l’œuvre en Syrie, en Irak, au Yémen et dans les banlieues de l’Occident.

= = =

Voir notre dossier « Al CIAda »

 

Empire et hégémonie coloniale: H. Nasrallah démonte les mensonges de l’imbécile Pompeo sur le Golan et le Liban

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 27 mars 2019 by Résistance 71


« Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur »

 

Hassan Nasrallah décortique les mensonges de Pompeo et appelle les pays arabes à retirer l’initiative de paix

 

Al Manar

 

26 mars 2019

 

url de l’article original: http://french.almanar.com.lb/1302622

 

« La reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan syrien par les USA intervient après l’annonce d’AlQuds comme capitale d’Israël. Trump a humilié et insulté une nouvelle fois le monde arabe et islamique suite à leurs positions faibles face à la spoliation d’AlQuds », c’est ce qu’a déclaré le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, lors d’un discours transmis, ce mardi (26 mars), par la chaine AlManar.

Sayed Nasrallah a dans ce contexte appelé le sommet arabe qui doit se tenir en Tunisie à adopter une décision courageuse en retirant l’initiative de paix de la table des négociations israélo-palestinienne et par conséquent revenir à la case de départ.

Pour Sayed Nasrallah, la prochaine étape de l’administration US est la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie. La seule priorité des États-Unis est de renforcer, protéger et soutenir Israël.

Sur un autre plan, le chef du Hezbollah a répondu point par point aux propos du secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, lors de sa conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Beyrouth, affirmant qu’il n’a « pas prononcé une seule phrase vraie et correcte. Il a accusé les Etats-Unis de vouloir monter les Libanais les uns contre les autres et les inciter contre le Hezbollah qui a vaincu- aux cotés de ses alliés dans l’axe de la résistance- le projet américano-israélo-takfiriste dans la région.

Voici les principaux de son discours :

Tout d’abord avant de commencer mon discours je voudrais féliciter les musulmans pour la fête d’Al Isra’ wal Mi’raj et al-Mab’ath al-Nabawi et les chrétiens à l’occasion de la fête de l’Annonciation. Je présente aussi mes condoléances pour les victimes du naufrage d’un bac à Mossoul (Irak).

Je voudrais saluer la résistance du peuple palestinien face à l’agression israélienne contre Gaza, et rendre hommage aux auteurs des opérations en Cisjordanie, notamment le jeune héros Omar abou leila. Je salue également le soulèvement  des détenus palestiniens dans les geôles de l’occupation.

Je voudrais en outre féliciter la persévérance et la ténacité du peuple yéménite à l’occasion de la 5ème année d’agression contre le Yémen.

Mon discours était principalement axé sur la visite de Pompeo et ses diktats aux Libanais.

Mais j’ai voulu aborder un sujet plus important: la reconnaissance américaine de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan syrien.

La décision US porte plusieurs indices:

Cette reconnaissance et la signature du décret est une insulte pour tout le monde arabo-musulman et des dizaines d’Etats qui sont unanimes sur le fait que le Golan est un territoire syrien occupé par Israël. Trump a fait fi de la position de ces pays. Le seul qui viole cette unanimité est Trump pour l’intérêt d’Israël. Que le monde arabo-islamique sache sa véritable valeur auprès l’administration US.

Cette reconnaissance nous prouve que l’administration américaine, l’arrogance et l’hégémonie US ne reconnaît en rien les décisions du Conseil de sécurité, de l’ONU ni de la communauté internationale. Les États-Unis n’utilisent ces institutions que pour servir leur propre projet. Cela prouve que les décisions et institutions internationales ne sont pas capables de protéger les peuples et leurs droits en ce qui concerne la restitution des terres occupées et qu’elles ne sont capables que de dénoncer face à l’arrogance US.

La seule priorité des États-Unis est de renforcer, protéger et soutenir Israël. Aucune considération n’est prise en compte lorsqu’il s’agit de la force d’Israël. Cette reconnaissance US assène un coup fatal aux négociations dites de paix.

Ce pays qui soutient, d’une façon absolue Israël, ne peut pas être le sponsor ou un médiateur de paix.

Dans l’interprétation des dessous de cette reconnaissance US:

Quand le monde a permis à Trump de confisquer et de reconnaitre AlQuds comme la capitale d’Israël, ceci a ouvert la voie à tout type de transgression des lois internationales et de la spoliation des territoires, comme ce fut le cas dans le Golan. La position faible arabo-islamique à l’égard d’AlQuds l’a encouragé à oser sur le Golan syrien.

Nous devons être prêts dans l’avenir proche à voir Trump proclamer la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie. Ce territoire requiert une importance religieuse pour les Israéliens. Les Palestiniens n’auront que de se contenter de Gaza et une partie du Sinaï égyptien qui sera acheté aux Palestiniens avec l’argent arabe.

Je n’appelle pas les Arabes à déclarer la guerre mais à un peu de courage. S’il y a encore un minimum de dignité et de courage, la ligue arabe doit, lors du sommet qui se tiendra en Tunisie, retirer l’initiative de paix et revenir à la case de départ.

Il faut être convaincu que seul le choix de la résistance est censé restituer le Golan, les fermes de Chebaa (Liban) et les droits des Palestiniens.

Nous sommes dans un temps, où l’axe de la résistance est fort.

Les Américains veulent imposer leurs diktats, au moment où leur projet dans la région est vaincu.

Les mensonges de Pompeo

Sur la forme, le secrétaire d’Etat US a lu un texte écrit, lors de sa conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Beyrouth. Il n’y avait pas une seule phrase correcte dans le communiqué lu par le chef de la diplomatie américaine.

Pompeo a mentionné 18 fois le terme Hezbollah et 19 fois l’Iran en quelques minutes. Mais il n’a jamais évoqué Israël et a refusé de répondre aux questions des journalistes libanais, par arrogance ou pour échapper de faire face à leur logique.

Nous n’avons pas eu peur mais ça nous a fait plaisir que le ministre du pays le plus arrogant au monde a cité le Hezbollah 18 fois, en quelques minutes. Les propos de Pompéo et l’enragement des Etats-Unis à notre encontre nous ont rassurés que nous sommes dans la bonne position et que nos décisions sont sages et  correctes envers les Etats-Unis. Pour nous, cette administration représente le grand Satan, et quand les Etats Unis sont satisfaits de nous, ceci signifie que nous devons revoir nos positions.

Sur le fond, les USA mènent une bataille dans la région n’ayant pour objectif que de répondre aux intérêts d’Israël.

Le Liban fait partie de cette scène de bataille. Il a parlé de la prospérité et du développement du Liban, et nous a accusés d’être le seul problème pour le Liban, sans mentionner une fois le nom d’Israël qui a occupé plusieurs fois le Liban, commis de massacres et détenu des milliers de Libanais.

Israël viole chaque jour la souveraineté aérienne et maritime du Liban, tente de nous priver de nos ressources hydrauliques et pétrolières et construit des murs sur les territoires libanais.

Commençons par décortiquer ces mensonges

  • Pompeo appelle les Libanais à affronter le Hezbollah qui entrave la réalisation de leurs rêves. Est-ce vrai ?

Les Libanais rêvent de restituer leurs territoires occupés, que la souveraineté de leur pays ne soit pas violée. Ils aspirent à vivre dans un Etat fort capable de protéger ses ressources et intérêts et loin de toute corruption.

Est-ce le Hezbollah qui entrave ces rêves ? Ou bien c’est Israël et ceux qui la soutiennent (Etats Unis) qui menacent le Liban et qui imposent des sanctions financières sur les banques libanaises et interdisent le retour des réfugiés syriens et palestiniens.

  • Selon Pompeo, le Hezbollah a exposé le peuple libanais au danger depuis 34 ans, une allusion à la Résistance.

Depuis les années 48, c’est Israël qui est soutenu et parrainé par les USA qui a constitué une menace. Et c’est grâce la Résistance qui a repoussé ce danger et restitué les territoires occupés et chassé l’occupant israélien du Liban.

  • Il a accusé le Hezbollah d’avoir terrorisé les électeurs  libanais qui l’ont donné vainqueur aux législatives.

Pompeo répondait aux dirigeants libanais qui lui avaient affirmé que le Hezbollah est un parti démocratiquement élu et qui dispose de plusieurs sièges au gouvernement et au Parlement.

  • Le secrétaire d’Etat US a prétendu que le bras armé du Hezbollah propage la destruction !

C’est vous, vos ancêtres et votre armée qui avez répandu la destruction dans le monde. Je ne veux pas parler de votre passé au Vietnam et au Japon, mais de votre destruction aujourd’hui en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen, au Venezuela…

  • Pour lui, la participation du Hezbollah au conflit en Syrie pose un danger aux Libanais du Sud, de la Békaa et de Beyrouth, en d’autres ils s’adressent aux partisans du Hezbollah.

Le combat du Hezbollah en Syrie a par contre contribué à contrer le projet destructeur américano-israélo-takfiriste, pour protéger tout le peuple libanais et non pas ceux de la Bekaa, du sud et de Beyrouth. Tout le monde savait quel aurait été le sort du Liban en cas de victoire de Daesh ou du front al-Nosra.

  • Ce stupide s’est demandé comment protéger le Liban au moment où le Hezbollah renforce son arsenal militaire ?

Cet imbécile ignore que l’équilibre de la terreur représenté par les missiles et la force de la résistance, constitue la force de dissuasion la plus efficace pour protéger le Liban face à l’agression d’Israël.

Selon ses allégations, le Hezbollah et l’Iran voient dans la paix une menace pour leurs intérêts.

Est-ce que c’est nous qui entravons la paix interne ? Nous sommes le pilier de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité du Liban. Nous faisons partie de ceux qui luttent contre la corruption.

Pour sa part, quand l’Iran offre son aide gratuite au Liban, cela veut dire qu’il entrave la paix ?

  • Il a accusé le Hezbollah de piller les richesses de l’Etat libanais.

Tous les propos de Pompeo sont mensongers et infondés. J’avais demandé à quiconque en possession de preuves sur un cas de vol de notre part, d’aller se plaindre devant la justice.

Pour nous l’argent de l’Etat est respecté.

Le pays le plus grand criminel et terroriste au monde nous accuse de terrorisme. Pompeo incite la population libanaise contre le Hezbollah et l’appelle à l’action contre la résistance. Tel est le véritable objectif de sa visite : l’effusion du sang libanais parce qu’ils n’arrivent pas à déstabiliser la sécurité dans le pays.

Il faut que les Libanais s’entretuent pour obtenir la satisfaction de Trump et Pompeo. Pompeo est mécontent de voir les Libanais tenter de trouver des solutions pacifiques à leurs divergences.

Il nous a rappelé quand un allié de Pompeo (l’Arabie) a détenu le chef du gouvernement libanais et quant un de leur ministre (saoudien) a incité les Libanais à la guerre civile.

  • « Nous appuyons le retour des réfugiés syriens », voyez ce menteur !

Les Etats Unis ont empêché le retour des réfugiés du camp de réfugiés de Rokbane installé près de la base US d’al-Tanaf, bien que le gouvernement syrien a accepté leur retour aux régions qu’ils choisissent. Il en est de même pour les réfugiés syriens au Liban.

  • Qu’est ce que nous avons présenté pour le Liban, des cercueils pour les jeunes libanais !

Si le Hezbollah n’était pas présent au Liban, Pompeo n’y serait pas venu pour tenir des discours. Le véritable embarras US est que le Hezbollah a saboté son projet en Syrie… Par les armes iraniennes, nous avons combattu tous les mouvements terroristes que vous avez créés. Et par les armes iraniennes, nous avons libéré tous nos territoires d’Israël que vous soutenez ?

  • Selon lui, l’Iran entrave le processus de paix c’est-à-dire le deal du siècle. Et c’est ici réside leur vrai problème.

L’Iran soutient le peuple palestinien en armes et en argent et dans les institutions internationales. Alors que c’est vous qui étranglez ce peuple pour le forcer à accepter les miettes.

La force du Liban empêche Israël de nous agresser

Pompeo est venu aux Liban pour inciter les Libanais et les terroriser. Certains ont rapporté qu’il est venu menacer le Liban d’une guerre israélienne, d’autres l’ont nié. Ce qui empêche Israël de mener son agression contre le Liban c’est l’équation en or (Résistance-armée-peuple). Nous avons vu comment une roquette en provenance de Gaza a bouleversé les Israéliens. Qu’ils ne nous menacent pas. C’est la force du Liban qui empêche Israël de nous agresser.

Il est de notre devoir de remercier les positions des présidents Aoun et Berri, ainsi que le chef de la diplomatie. Gebran Bassil a fait preuve de courage en lui répondant en se tenant à ses côtés lors de la conférence de presse et devant les caméras.

Je voudrais aussi remercier les forces politiques et médias, les jeunes internautes et les manifestants pour leur position.

Je voudrais également remercier certaines forces qu’on ne s’attendait pas à une défense de leur part.

Il faut profiter des expériences passées. La seule chose qui importe aux  USA c’est l’intérêt d’Israël.

Israël fait partie de l’hégémonie US. C’est une base US développée dans notre région.

Nous sommes appelés à préserver notre unité et paix interne et à ne pas permettre aux grands et petits satans de s’ingérer. Les Libanais ont surmonté le danger de cette visite par leur sagesse et leur courage.

 


Article connexe