Archive for the guerre iran Category

Résistance au colonialisme : « Israël sait qu’il disparaîtra… » (Hassan Nasrallah)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 7 mai 2021 by Résistance 71

 

 

QS_HN
Qassem Soleimani et Hassan Nasrallah

 

H. Nasrallah : “Israël sait qu’il disparaîtra… Que les colons quittent l’entité avant qu’il ne soit trop tard”

 

Al Manar

 

6 mai 2021

 

Source: https://french.almanar.com.lb/2058674

 

« Le régime sioniste sait que son sort est voué à la disparition et que l’axe de la Résistance déterminera l’avenir de la région », c’est ce qu’a déclaré, mercredi 5 avril, le secrétaire général du Hezbollah libanais.

Dans un discours télévisé dans le cadre d’un forum réalisé à l’approche de la célération de la Journée mondiale de Qods, et diffusé par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, Sayed Hassan Nasrallah a appelé tout le monde à exprimer sa position envers la question palestinienne avec sincérité et courage.

Le secrétaire général du Hezbollah a réfuté les propos de ceux qui prétendent que les Palestiniens ont abandonné leurs idéaux et leur patrie, car « les événements qui se produisent ces derniers temps montrent que le peuple palestinien ne renonce absolument pas à ses droits, et cela responsabilise davantage la Oumma islamique ».

Il a dit: « Le soulèvement des Jérusalémites ces dernières semaines à al-Qods prouve l’engagement de la jeunesse palestinienne et sa détermination à faire face à la machine d’oppression sioniste. La solidarité de la Cisjordanie et l’appui militaire limité et réfléchi de Gaza avec les Jérusalémites constitue une évolution importante visant à imposer de nouvelles équations. Le peuple palestinien a toujours été héroïque et le restera. Les jeunes générations palestiniennes portent toujours cet esprit, ce sang, cette foi et cette volonté de sacrifice, et en tout cas, ils sont sur le chemin de la victoire décisive, si Dieu le veut».

Et d’ajouter : « L’étape de l’ex-président US, Donald Trump et son accord du siècle sont révolus ».

Plus loin dans son discours, le numéro un du Hezbollah s’est félicité de la cohérence et de la stabilité de l’axe de la Résistance qui a su surmonter l’étape la plus dangereuse qui visait son existence et son unité:

« Le souffle salvateur du haut commandant Soleimani continue à animer la Résistance à travers toute la région, bien que l’ennemi ait tout fait pour qu’il n’en soit pas ainsi…Son image, son âme et sa pensée resteront éternels et encourageront l’axe de la Résistance sur tous les fronts.  Aussi aujourd’hui se tient derrière le peuple palestinien et derrière la cause palestinienne une autre cause, aussi sincère que véridique qu’est l’axe de la Résistance qui reste aux côtés des Palestiniens ».

Le secrétaire général du Hezbollah a souligné que le processus de normalisation avec l’entité sioniste a permis à l’axe de la Résistance de se faire mieux entendre dans le monde.

« L’axe de la Résistance doit renforcer sa cohésion et augmenter sa puissance, car c’est lui qui déterminera l’avenir de notre région », a-t-il affirmé.

Sayed Nasrallah a en outre abordé les graves crises internes qui secouent l’entité sioniste.

«Les crises profondes secouent l’entité sioniste, les crises sociales, politiques, morales qui ont commencé à apparaître clairement et être portées au grand jour. Désormais, des experts sionistes évoquent leur crainte au sujet de la survie de l’entité face à ces crises … ce sont là des occasions à saisir et qui devraient nous rappeler davantage notre responsabilité ».

Sayed Nasrallah s’est ensuite adressé aux Israéliens en ces termes : « Selon vos croyances religieuses, vos prophéties et vos textes sacrés, voire le discours de vos rabbins, vous savez parfaitement que cette entité n’a aucun avenir et qu’elle est en phase de disparition et de destruction. Et que sa vie restante est courte, très courte. Pourquoi alors gaspiller vos efforts dans cette bataille perdue d’avance, pourquoi gaspiller la vie de votre jeunesse. Vos jeunes, vous les conduisez vers l’anéantissement et vous ferez perdre leur sang. »

Et sayed Nasrallah de conseiller aux sionistes : « laissez la terre que vous occupez  à ses vrais habitants. Retournez d’où vous êtes venus, sinon vous y serez renvoyés de gré ou de force. Cette terre appartient au peuple palestinien, elle appartient aux peuples de cette région, quelles que soient leurs affiliations religieuses ou idéologiques, mais cette terre n’appartient pas à Israël, ni aux colons, qui viennent de tous les coins du monde».

NdR71 : Voyez-vous une similitude avec la colonisation du « Nouveau Monde » ? Frappant non ?

Et de conclure en adressant un dernier mot aux jeunes jérusalémites, à tous les fils du peuple palestinien opprimé, aux résistants et à ceux qui s’accrochent à leurs droits : « tant que le peuple palestinien restera attaché à ses droits et poursuivra sa lutte, personne en ce monde ne pourra liquider la cause palestinienne. Le présence du peuple palestinien sur le champ de bataille constitue le meilleur argument divin pour chaque arabe, chaque musulman et chaque personne libre en ce monde, afin qu’ils se tiennent aux côtés de la Palestine».

Sources : AlMayadeen + PressTV

= = =

A lire : « Hezbollah, son histoire de l’intérieur », Naïm Qassem

 

QS_HN

COVID-19 n’est pas le virus… La guerre l’est (John Pilger + R71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , on 9 avril 2021 by Résistance 71

“Une minorité est impuissante tant qu’elle se conforme à la majorité, ce n’est du reste plus une minorité ; mais elle devient irresistible quand elle la bloque de tout son poids.”
“L’État ne s’adresse jamais intentionnellement à la raison de l’Homme, intellectuelle ou morale, mais seulement à son corps, à ses sens. Il n’est pas armé d’un esprit ou d’une honnêteté supérieure, mais d’une force physique supérieure. Je ne suis pas né pour être contraint.”
~ Henry David Thoreau ~

“Aujourd’hui, pour les neuro-scientifiques, il n’y a pas de “violence naturelle” en l’Homme. La nature humaine n’est ni bonne, ni mauvaise, des facteurs environnementaux (d’ordre familial ou social) étant la cause du recours à la violence.” […]
“Combattre les comportements violents suscités et légitimés après coup par des idéologies qui tiennent que la violence est inhérente à l’Homme, telle doit être notre ardente obligation.”
~ Marylène Patou-Mathis, paléontologue, directrice de recherche CNRS, 2013 ~

L’affaire COVID-19 est planifiée pour : a) masquer le déclin final du capitalisme et pouvoir blamer la crise sur le virus, b) faire passer la pilule de la dictature technotronique du Nouvel Ordre Mondial planétaire sous couvert de “crise sanitaire” et c) faire passer un projet masqué de dépopulation de masse de la planète… projet qui s’évente au fil des jours tant de plus en plus de gens s’éveillent aux mensonges systémiques vomis à tout va par les politiques et médias à la botte.
Tout ceci est en train de partir en sucette et de péter à la tronche de l’oligarchie, qui, comme on le voit partout en toutes les langues (occidentales), redouble de propagande pour diaboliser la Russie et la Chine (et l’Iran), pour créer un nouveau croquemitaine et un fond guerrier dont les tambours de guerre se font de plus en plus entendre. John Pilger a le même ressentis dans cet article de décembre dernier et nous rappelle certains précédents récents comme celui de la guerre d’Irak de 2003 fondée à 100% sur des mensonges d’état divulgués par des médias trompés au mieux ou complices pour la plupart. Idem pour l’affaire de la destruction de la Libye en 2011 et dans la foulée depuis 2011 également, de la Syrie.
Le Capital a besoin d’une grande guerre. C’est de cette façon qu’il a toujours résolu ses “crises” induites depuis au moins la guerre de 1870 et pour sûr les deux grandes guerres mondiales.
La résistance, la dissidence doit dès maintenant changer de cap et anticiper ce qui se prépare. L’heure ne sera pas à sauter de joie quand toute la supercherie de la “crises SRAS-CoV-2 / COVID-19” sera dévoilée au grand jour, mais d’embrayer direct sur la lutte contre ce qui se prépare: la 3ème guerre mondiale qui elle-même n’est qu’une nécessité systémique de la seule guerre qui soit: la guerre de classe, la guerre du 0,00001% contre les 99,99999% du reste de l’humanité, la guerre d’une infime minorité criminelle et arrogante ayant monopolisé au fil du temps le pouvoir par le fric et nous, les peuples qui ne les voyons grands et puissants que parce que nous sommes à genoux (pour la plupart..) et obéissants. Il suffit de dire NON !… Ils commencent à nous vendre leur projet de guerre, les budgets militaires, comme le souligne Pilger ci-dessous, n’ont jamais été si importants, partout, alors que l’appauvrissement des masses se généralise. Pour la classe parasite, l’heure a de nouveau sonné de faire s’entretuer les pauvres par dizaines de millions, avec ou sans armes nucléaires, pour que leur système et leurs privilèges perdurent. Mais il est au bout du rouleau. L’heure des peuples est venue, enfin !

Debout! Union et Rébellion car, plus que jamais sans doute au vu de ce qui se profile à l’horizon :

“C’est la lutte finale,
Groupons-nous et demain,
L’internationale sera le genre humain…”

~ Résistance 71 ~

Le virus mortel n’est pas le COVID mais la guerre

John Pilger

Décembre 2020

url de l’article original:
http://johnpilger.com/articles/the-most-lethal-virus-is-not-covid-it-is-war-

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

9 avril 2021

John Pilger décrit l’arme invisible des guerres passées et présentes et la menace de la guerre nucléaire sous couvert de la pandémie COVID.

Ceci est une propagande, aidée par la censure et l’omission.

Visionner le film de John Pilger (2010)The War You Don’t See here.

Le mémorial des services armés britanniques est un endroit silencieux et hanté. Établi dans la très belle campagne du Staffordshire, dans un arboterum de quelques 30 000 arbres et superbes pelouses, ses figures sculptées célèbrent la détermination et le sacrifice.

Les noms de plus de 16 000 soldats, hommes et femmes y sont enregistrés. La littérature nous dit qu’ils “sont morts sur les théâtres d’opérations ou furent la cible de terroristes.”

Le jour où j’y suis allé, un sculpteur sur pierre y ajoutait les noms de ceux qui étaient tombés dans quelques 50 opérations s’étant déroulées à travers le monde en ce soi-disant “temps de paix”. En Malaisie, en Irlande, au Kenya, à Hong Kong, en Libye, en Irak, en Palestine et bien d’autres endroits, incluant des opérations secrètes, comme en Indochine.

Pas une année ne s’est passée depuis la déclaration de la paix en 1945 où la Grande-Bretagne n’a pas envoyé des forces militaires pour combattre les guerres de l’empire. (NdT: que Pilger ne nomme pas, on le fera à sa place : l’empire anglo-américano-sioniste)

Pas une année ne s’est écoulée sans que des pays, essentiellement pauvres et rivés de conflits, n’aient acheté ou aient “loué” des armes britanniques pour continuer les guerres, ou les “intérêts”, de l’empire.

L’empire _ Quel empire ? Le journaliste d’enquête Phil Miller a récemment révélé dans Declassified que la GB de Boris Johnson maintenait 145 bases militaires dans 42 pays différents. Johnson a clamé que la GB doit être “la plus grande puissance navale d’Europe”.

Dans le plus grande urgence de santé des temps modernes (NdT: vraiment ?… allons, allons John…) ayant retardé plus de 4 millions de procédures chirurgicales rien qu’en GB (NdT : là on est d’accord…), Johnson a annoncé une augmentation record du budget de la “défense” de 16,5 milliards de Livres, un chiffre , une somme qui rétablirait largement le système de santé public en déficit permanent.

Mais ces milliards ne sont pas pour la défense. La GB n’a pas/plus d’ennemis, si ce n’est ceux qui trahissent la confiance des gens ordinaires, de ses infirmières et médecins, de ceux qui s’occupent des personnes âgées, des sans logis et de la jeunesse, comme tous ces gouvernements néo-libéraux successifs l’ont fait, des deux bords, conservateur ou travailliste / socialiste.

Explorant la sérénité du mémorial national de la guerre, j’ai soudain réalisé qu’il n’y avait pas ici un seul monument, ou plaque, ou rosier, honorant les victimes de la Grande-Bretagne, les civils de ces opérations “de temps de paix”.

Il n’y a aucun souvenir pour les Libyens tués  alors que leur pays était sciemment détruit par le premier ministre David Cameron et ses collaborateurs de Paris et de Washington (NdT: Sarkozy et Obama en 2011)

Il n’y a aucun mot de regret pour les femmes et les enfants serbes tués par les bombes britanniques, larguées depuis une hauteur très respectable et sûre sur des écoles, des usines, des ponts, des villes, sur les ordres de Tony Blair ; ou pour les enfants yéménites appauvris exterminés par les pilotes saoudiens (NdT: et israéliens) avec leurs logistiques et cibles fournis par les Britanniques bien en sécurité dans les burlingues climatisés de Ryadh ; ou pour les Syriens affamés par les “sanctions”.

Il n’y a aucun monument pour les enfants palestiniens assassinés par l’élite britannique et son endurante connivance, comme cette campagne récente qui a détruit un modeste mouvement de réforme au sein du parti travailliste (socialiste) et ses accusations trompeuses d’antisémitisme.

Il y a deux semaines, le chef d’état major israélien et son homologue britannique ont signé un accord pour “formaliser et améliorer” la coopération militaire entre les deux pays. Ceci n’est pas nouveau. Toujours plus d’armement britannique et de soutien logistique vont être acheminés vers le régime hors-la-loi de Tel Aviv, dont les tireurs embusqués ciblent les enfants palestiniens et leurs psychopathes interrogent d’autres enfants palestiniens dans des conditions d’isolement extrême. (Allez consulter le rapport récent et choquant de Defense for Children, Isolated and Alone).

Peut-être bien que l’omission la plus frappante au mémorial de Staffordshire est une reconnaissance des millions d’Irakiens dont les vies et le pays furent détruits par l’invasion illégale de Blair et de Bush en 2003.

ORB, un membre du British Polling Council, a chiffré cela à 1,2 millions. En 2013,  l’organisation ComRes a demandé à un grand échantillon de la société britannique combien d’Irakiens pensaient-ils avaient été tués durant l’invasion de 2003. Une grande majorité des gens interrogés ont répondu : “moins de 10 000”.

Comment un tel silence de mort peut-il être maintenu dans une société sophistiquée ? Ma réponse est que la propagande est bien plus effective dans les sociétés qui se voient comme libres que dans des dictatures et des autocraties. J’inclus la censure par omission.

Nos industries de la propagande, à la fois politique et culturelle, incluant la plupart des médias, sont les plus puissantes, les plus présentes et les plus raffinées de la planète. D’énormes mensonges peuvent-être répétés incessamment, en boucle, par ces voix si confortantes de la BBC. Les omissions ne sont en rien un problème.

Une question similaire se réfère à la guerre nucléaire, dont la menace “n’est d’aucun intérêt”, pour citer un célèbre discours d’Harold Pinter (NdT: son discours d’acceptance du prix nobel de littérature en 2005). La Russie, grande puissance nucléaire, est encerclée par ce groupe va t’en guerre notoire connu sous le vocable d’OTAN (NdT: vous savez… Cette Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord…), ayant les troupes britanniques manœuvrant juste à la frontière qu’Hitler avait envahie.

La diffamation constante de tout ce qui est russe, et non des moindres. la vérité historique sur le fait que c’est l’Armée Rouge soviétique qui a gagné la seconde guerre mondiale dans les grandes largeurs, est infusée dans la conscience publique. Les Russes ne sont “d’aucun intérêt”, sauf à être des “démons”.

La Chine, aussi une puissance nucléaire, est la cible d’une provocation incessante, des bombardiers stratégiques et des drones américains constamment fleurtant avec ses frontières et son espace aérien et, hourrah ! le navire de guerre HMS Queen Elisabeth II, un porte-avions britannique de 3 milliards de Livres, va bientôt partir et couvrir quelques 6500 miles nautiques pour renforcer “la liberté de navigation”, ce à une porté de fusil de la côte chinoise.

Il y a quelques 400 bases militaires américaines qui encerclent la Chine, “comme un collet”, m’a confié un planificateur du Pentagone. Ces bases s’étendent de l’Australie, à travers le Pacifique vers le sud et le nord de l’Asie en en Eurasie.

En Corée du Sud, un système de missile connu sous le nom de Terminal High Altitude Air Defense, or THAAD, pointe à bout portant sur la Chine au delà de la toute petite Mer de Chine Orientale. Imaginez un instant des missiles chinois au Mexique ou au Canada ou au large des côtes californiennes. (NdT: il y a quelques années, un sous-marin nucléaire russe d’une classe super furtive, équipé de missiles et torpilles nucléaires, a patrouillé plus d’une semaine aux petit large des côtes ouest américaines sans être détecté. Les Russes l’ont fait savoir aux Yanks, preuve à l’appui…)

Quelques années après l’invasion de l’Irak, j’ai fait un film intitulé “The War You Don’t See”, dans lequel je pose des questions à des journalistes américains et britanniques ainsi qu’à des exécutifs de journaux télévisés, des gens que je connaissais comme collègues, comment et pourquoi Bush et Blair furent autorisés à sortir indemnes de ce grand crime que fut la guerre d’Irak, considérant le fait que les mensonges n’étaient même pas particulièrement intelligents.

Leur réponse m’a surpris. Ils dirent “Si nous avions [les journalistes et les JT] défier les affirmations de la Maison Blanche et de Downing Street, si nous avions enquêté et dénoncé les mensonges au lieu de les amplifier et de nous en faire l’écho, l’invasion de l’Irak en 2003 n’aurait probablement pas eu lieu et un grand nombre de personnes seraient toujours en vie aujourd’hui. 4 millions de réfugiés n’auraient pas fui la guerre. La saloperie Daesh, un produit de l’invasion Bush/Blair n’auraient peut-être pas été conçue.” David Rose, qui était alors avec le London Observer, journal qui soutenait bec et ongles l’invasion, décrivit “le paquet de mensonges dont on m’a gavé par le truchement d’une campagne de désinformation vraiment sophistiquée.”

Rageh Omah, alors l’homme de la BBC en Irak m’a dit : “Nous n’avons pas poussé suffisamment les boutons les plus inconfortables.” Dan Rather, le reporter de terrain de CBS News est d’accord, ainsi que de nombreux autres.

J’ai admiré ces journalistes qui ont brisé le silence. Mais ils sont d’honorables exceptions. Aujourd’hui, les tambours de la guerre ont de nouveaux percussionnistes enthousiastes en GB, en Amérique et en Occident.

Choisissez parmi la légion de critiques de la Russie et de la Chine et les promoteurs de friction comme ceux de la cohorte du Russiagate. Mon oscar personnel va à Peter Hartcher du Sydney Morning Herald, dont la harangue sans relâche au sujet d’une “menace existentielle” (de la Chine et de la Russie mais surtout de la Chine) est sans égal.

Le covid a fourni une couverture pour cette pandémie de la propagande. En Juillet, Morrison a emboité le pas de Trump et a annoncé que l’Australie, qui n’a aucun ennemi, dépenserait 270 millions de dollars pour en provoquer un, incluant des missiles capables d’atteindre la Chine.

Que l’achat par la Chine des minerais et de la production agricole australiens a bel et bien souligné que l’économie australienne “n’avait aucun intérêt” pour le gouvernement de Canberra.

Les médias australiens se sont ralliés en bons petits caniches, délivrant une bordée d’injures à la Chine. Des milliers d’étudiants chinois, qui avaient garanti les gros salaires des vice-chanceliers universitaires australiens, furent conseillés par leur gouvernement d’aller étudier autre part. Les Sino-Australiens ont été insultés et les livreurs chinois ont été agressés. Le racisme colonial n’est jamais bien difficile à raviver.

Il y a quelques années, j’ai interviewé l’ancien patron de la CIA pour l’Amérique Latine, Duane Claridge. En quelques mots honnêtes et rafraîchissants, il résuma la politique étrangère occidentale comme étant directement ordonnée par Washington.

La super-puissance, avait-il dit, pouvait faire ce qu’elle voulait, où que ce soit et quand ses “intérêts stratégiques” le demandaient. Ses mots furent aussi : “Monde, faudra t’y habituer”.

J’ai rapporté depuis le terrain sur de nombreuses guerres. J’ai vu les restes sanguinolents d’enfants et de femmes et de personnes âgées bombardés et brûlés vifs ; leurs villages en ruine, leurs arbres pétrifiés éclaboussés de débris de chair humaine et bien d’autres choses encore.

C’est peut-être pourquoi je réserve un mépris très spécial à ceux qui font la promotion du crime des guerres prédatrices et qui en font l’apologie par leur mauvaise foi et leurs profanités, ne les ayant jamais expérimentées eux-mêmes. Leur monopole doit être brisé.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Géopolitique : Avertissement de l’Iran aux Yankees : « vous devrez impérativement quitter l’Irak et la Syrie »

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 13 mars 2021 by Résistance 71


et Soleimani gagna…

“Les Etats-Unis devront impérativement quitter et au plus vite l’Irak et la Syrie” (Ayatollah Khamenei, Iran)

Al Manar

12 mars 2021

url de l’article original: https://french.almanar.com.lb/2025102

Le Leader de la révolution islamique en Iran, l’Ayatollah Sayed Ali Khamenei, a dénoncé la rhétorique médiatique occidentale qui « cherche à inculquer à l’Iran et à ses alliés au sein de la résistance, l’image des parties qui refusent les « offres de paix » et qui « cherchent à faire la guerre ».

Lors d’un discours, jeudi 11 mars, à l’occasion de l’Eid Al-Mab’ath ou l’anniversaire de l’envoi du saint Prophète Mohammad (S) le numéro un iranien a déclaré : «C’est faux de dire que la République islamique d’Iran veut la guerre partout. Non et non: l’Iran n’a aucun problème avec les Etats et les parties qui ne recherchent pas à l’affronter. Le Coran, Livre saint auquel nous nous référons, a bien défini l’ennemi, et l’ennemi n’est pas celui qui a une religion différente, une conviction différente mais bien celui qui vous refuse vos droits fondamentaux. Le Coran recommande à tout musulman de se défendre, de s’armer pour faire peur aux ennemis. Aux ennemis et aux ennemis seuls. Des ennemis « actifs », genre ceux qui souffrent nous avons fait face tout au début de notre Révolution. L’Iran a été bien tolérant mais les ennemis n’ont pas tardé à comploter et les USA plus que les autres ».

Et d’ajouter : « Pour faire face à ces ennemis il nous faut deux éléments importants: le discernement et la patience qui nous immuniserait définitivement en tous les lieux et situation. Le discernement revient à être subtile et à savoir faire le meilleur et le bon choix. Quant à la patience, elle veut dire la persévérance dans la voie qu’on s’est fixée et choisie. »

Plus loin dans ses propos le Leader iranien a dénoncé la défiguration systématique de la vérité et ces mensonges que les Américains et leurs alliés profèrent « sans honte » et avec « un courage révoltant »: «Tenez le cas d’un pays comme le Yémen dont le peuple est bombardé dans ses maisons, à l’hôpital, à l’école… par un allié des Américains (Arabie saoudite). Un peuple soumis au blocus, privé de vivres et de médicaments et tout ceci avec le feu vert des États-Unis et à l’heure même que les démocrates étaient au pouvoir. Cette férocité anti-yéménite est certes l’oeuvre d’un Etat arabe (Arabie) mais les USA y apportent leur bénédiction. De l’autre côté il y a ce peuple, intelligent et talentueux qui a su se défendre en s’en procurant d’armes pour  riposter depuis plus de six ans aux bombardements. Et les USA l’accusent de terrorisme. Pire, l’ONU en fait autant … Voilà un exemple parfaitement clair de l’imposture qui régit le camp d’en face son langage, sa politique et son comportement ».

Et de poursuivre : « Quant aux Etats-Unis, ils possèdent l’un des plus grands arsenaux du monde qui a été même utilisé. Les USA sont de loin le seul pays au monde à avoir utilisé la bombe atomique. Et c’est ce même pays qui crie à la non prolifération et prétend être contre les Armes de Destruction Massive (ADM). »

«Les USA ont tué en un seul jour 220 000 personnes en usant de la bombe atomique. Cette Amérique défend bec et ongle un pays coupable d’avoir dépecé ses opposants à coup de scie et ce, sous les yeux du monde entier et elle a le culot de se considérer un défenseur des droits de l’homme. C’est cette Amérique qui a créé Daech et qui l’a même reconnu et l’aveu est venu aussi bien des démocrates que des républicains. Les USA arment et financent Daech et se sert de ce groupe (takfiro-wahhabite) pour implanter des bases militaires et pour détourner le pétrole de la Syrie. Et ils font tout ceci sous prétexte de la lutte contre Daech », a expliqué l’Ayatollah Khamenei.

« Quant à l’Iran et à sa politique régionale, cette même Amérique ne cesse de la dénoncer avec colère et rancune alors même que l’Iran n’a aucune présence militaire où que ce soit. Et encore là où cette présence existe, elle ne dépasse guère le stade de conseil militaire. Y a-t-il des chars, des avions de combat iraniens quelques part? Cette présence est souvent politique et pas plus; et pourtant l’Amérique nous accuse de « déstabiliser » le Moyen-Orient. Alors que l’Iran ne s’engage jamais nulle part à moins que l’État légal le lui demande. Bien au contraire des Américains qui occupent les pays entiers, quitte à y former des bases militaires et tout ceci sur le dos des gouvernements légitimes. Quant à l’Irak, c’est la même chose: la loi irakienne et les Irakiens exigent des Américains de quitter leur pays. Idem pour la Syrie. Les USA devront impérativement et au plus vite quitter l’Irak et la Syrie », a souligné le leader de la Révolution islamique.

Géopolitique, trotskisme, islamo-gauchisme et Nouvel Ordre Mondial (Thierry Meyssan)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, documentaire, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , on 11 mars 2021 by Résistance 71

 

 

 

Qu’est-ce que l’Islamo-Gauchisme ?

 

Thierry Meyssan

 

9 mars 2021

 

url de l’article original: https://www.voltairenet.org/article212376.html

 

Au XVIème et XVIIème siècle, les Européens distinguaient la « sphère publique » visible de tous, de la « sphère privée » plus intime. Cependant au XVIIIème siècle, la Révolution française donna une définition différentes de ces deux expressions : la « sphère privée » devint le domaine du travail, de la famille et de la religion tandis que la « sphère publique » celui de la politique et de la nation. Dès lors, si des militants politiques trouvent dans des religions la force de leur engagement, il paraît incongru qu’ils soutiennent des religions particulières.

Or, cette manière de voir est désormais battue en brèche par le soutien apporté par quelques personnalités et groupes politiques à des mouvements « islamistes ». Par islamisme, je ne désigne rien ayant un rapport avec la religion musulmane, mais une idéologie politique qui instrumente cette religion. Mahomet ayant été à la fois un prophète, un leader politique et un chef militaire, son héritage est facile à détourner.

L’islam politique

Dans la pratique, l’islam politique consiste à mobiliser les foules en invoquant la religion musulmane. Cela peut-être avec des moyens très différents et des objectifs opposés, selon la conception que l’on a de cette religion. Le fait de recourir à des arguments religieux pour faire de la politique permet d’obtenir un sens du sacrifice sans limite qui peut vite tourner au fanatisme. La langue arabe contemporaine, qui accorde plus de valeur aux émotions qu’aux raisonnements, rend probablement les arabes beaucoup plus réceptifs que d’autres à ce type d’engagement.

Au XXème siécle, les Britanniques ont demandé au mufti d’Al-Azhar de déterminer une version unique du Coran pour contrer la secte du Mahdi au Soudan. Il y en avait jusque là une quarantaine de différentes. Ils ont également demandé à Hassan al-Banna de créer une société secrète, la Confrérie des Frères musulmans, sur le modèle de la Grande Loge Unie d’Angleterre pour disposer d’un moyen de pression sur le pouvoir égyptien. Durant la Guerre froide, la CIA a placé deux de ses agents, Sayyed Qtob et Saïd Ramadan, dans cette société secrète sunnite pour y théoriser le jihad.

D’autres écoles d’islam politique contemporaines se sont développées d’abord au sein du soufisme contre les empires russe et chinois, puis avec Rouhollah Khomeiny au sein du chiisme contre l’empire britannique. Si l’école soufie a fait alliance avec la Confrérie des Frères musulmans autour du président Recep Tayyip Erdoğan, l’école chiite a au contraire passé un accord de non-ingérence réciproque avec elles. Cependant tous se sont battus ensemble contre les Russes et sous les ordres de l’Otan durant la guerre de Bosnie-Herzégovine. À l’époque ils croyaient partager la même idéologie, mais aujourd’hui ils considèrent tous que ce n’était et n’est toujours pas le cas.

Les Français font remonter le soutien de penseurs de gauche à l’islamisme à l’exil de l’ayatollah Khomeiny en région parisienne (1978-9). À l’époque Jean-Paul Sartre et Michel Foucault l’avaient rencontré et lui avaient apporté leur soutien. Ils avaient parfaitement compris son combat contre l’impérialisme occidental, tandis que Zbigniew Brzeziński (le conseiller de Sécurité nationale du président Jimmy Carter) le considérait, à tort, comme superficiel.

Mais ce dont on parle aujourd’hui est d’une toute autre nature : des penseurs de gauche attribuent aux musulmans dans leur ensemble la même fonction d’avant-garde populaire qu’au prolétariat du XIXème siècle. C’est une stupidité. En effet : 

  • les musulmans appartiennent à toutes les classes sociales ; 
  • l’islam est absolument compatible avec le capitalisme le plus débridé.

En réalité, ils appréhendent différemment les musulmans selon qu’ils sont sunnites ou chiites. Les premiers seraient progressistes, tandis que les seconds seraient réactionnaires. Ils ont soutenu le pro-US Frère musulman Mohamed Morsi en Égypte, mais dénoncent le nationaliste Mahmoud Ahmadinejad en Iran. Or le président Morsi n’a jamais cherché à améliorer les conditions de vie des plus pauvres, tandis que le président Ahmadinejad l’a fait avec succès jusqu’à la fin de ses mandats. Identiquement, Mohamed Morsi n’est devenu président qu’en menaçant de mort les magistrats du conseil électoral et leurs familles [1], tandis que Mahmoud Ahmadinejad a été élu démocratiquement. Force est de constater que les islamo-gauchistes ne se déterminent pas par rapport à l’action intérieure des personnes qu’ils soutiennent, mais à leur politique étrangère. Ils approuvent l’islam politique pro-US et dénoncent l’islam politique anti-impérialiste.

L’islamo-gauchisme n’existe que dans les pays occidentaux, à l’exception de la Tunisie. L’opposant en exil Moncef Marzouki apporte son soutien à la Confrérie des Frères musulmans et devient de premier président de la République du Printemps arabe. Il servira de paravent aux Frères d’Ennahdha et est écarté du pouvoir aux élections présidentielles de 2014.

La stratégie de la NED :

alliance de certains trotskistes avec certains islamistes

Le soutien de personnalités de gauche à la Confrérie des Frères musulmans et à l’Ordre des Naqshbandi a été organisé par la National Endowment for Démocracy (NED) dans le cadre de la Guerre froide, dès 1983. Le président Ronald Reagan venait de rallier à lui un groupe de trotskistes juifs et new-yorkais pour lutter contre l’URSS. En vertu du conflit qui opposa le pro-Britannique Trotski [2] et Staline, ces disciples rejoignirent les services secrets des « Cinq Yeux » (Australie, Canada, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni). Ils fondèrent notamment la NED. Dans le contexte des scandales entourant la CIA, ils imaginèrent de réaliser certaines parties de ses opérations par la voie légale. Ils recrutèrent des personnalités trotskistes de part le monde pour se joindre à leur combat, particulièrement dans les deux théâtres d’opération de l’époque : l’Afghanistan et le Liban.

Pour son combat anti-soviétique en Afghanistan, la NED recrute le « french doctor » (médecin français) Bernard Kouchner. C’est un ancien de l’Union des étudiants communistes qui a quitté cette organisation lors de la purge contre les trotskistes. Le jeune homme soignera au Pakistan les anticommunistes afghans et les moudjahidines arabes d’Oussama ben Laden. À l’époque ces derniers sont applaudis en Occident comme des « combattants de la Liberté ».

Au même moment, durant la guerre civile libanaise, la NED peine à recruter. Finalement elle choisit les scissionnistes du Parti communiste syrien, Riyad Al-Turk, Georges Sabra et Michel Kilo. Les trois hommes signent un manifeste qui assimile les Frères musulmans à un nouveau prolétariat et appelle de ses vœux une intervention militaire états-unienne au Moyen-Orient. Pour la Syrie, c’est un soutien clair au putsch des Frères musulmans à Hama. Le président Hafez el-Assad les fait donc arrêter et emprisonner jusqu’à ce qu’ils abjurent ce texte.

La guerre de Bosnie-Herzégovine est l’occasion pour la NED de recruter l’essayiste Bernard-Henri Lévy. Celui-ci deviendra le conseiller médiatique du président Alija Izetbegović. Au même moment, celui-ci prend pour conseiller politique le néoconservateur Richard Perle et pour conseiller militaire Oussama ben Laden.

Dans le contexte de la guerre froide, toutes les personnalités citées ci-dessus ont probablement sincèrement cru agir pour le mieux. Mais une fois l’URSS dissoute, certains d’entre elles ont poursuivi leur parcours dans cette voie nauséabonde.

Ainsi Riyad Al-Turk, Georges Sabra et Michel Kilo sont devenus des porte-parole du Pentagone lors des événements en Syrie. Au nom de leur passé communiste, ils ont convaincu la gauche européenne qu’il s’agissait d’une guerre civile et non pas d’une attaque par des jihadistes internationaux. Ils ont même réussi à leur faire croire que le Front al-Nosra (branche d’Al-Qaïda en Syrie) était une organisation révolutionnaire syrienne.

Ou encore Bernard-Henri Lévy, après avoir fait l’apologie de Guantánamo, est devenu le porte-parole des jihadistes libyens. Il a présenté la Jamahiriya arabe libyenne —un régime inspiré des socialistes utopistes français du XIXème siècle— comme une dictature. Il a soutenu le bombardement de Tripoli par l’Otan et la nomination d’un des chefs historiques d’Al-Qaïda, Abdelhakim Belhaj, comme gouverneur militaire de Tripoli. Pour finir, il a même aidé à la réception officielle de celui-ci au ministère français des Affaires étrangères à Paris.

La théorisation de l’islamo-gauchisme

Si l’islamo-gauchisme est d’abord une pratique des services secrets occidentaux, il est devenu une théorie politique en 1994 autour de Chris Harman. Ce penseur trotskiste britannique est un militant du Socialist Workers Party (Parti socialiste des travailleurs). Il publia en 1994, dans Socialism International, un article intitulé « The prophet and the proletariat » (Le prophète et le prolétariat). Il tente d’y démontrer que les musulmans ne sont ni des fascistes, ni des progressistes, mais qu’ils forment le nouveau prolétariat.

Les trotskistes de Reagan comme Claude Harman ont tous adhéré à la théorie d’Ygael Gluckstein (dit « Tony Cliff ») de la « révolution permanente déviée » selon laquelle tous les États dits « communistes » (Chine, Corée du Nord, Cuba) sont en réalité staliniens. Cette manière de voir leur permet à la fois de militer pour la révolution mondiale et de condamner les adversaires des États-Unis. Ils ont été exclus de la Quatrième internationale. Il ne s’agit donc pas d’assimiler tous les trotskistes à leur dérive.

Au vu de ces éléments, l’islamo-gauchisme ne s’explique pas tant par une course aux voix des musulmans immigrés en Europe que par l’inversion des valeurs depuis la dissolution de l’Union soviétique. La disparition des partis communistes a laissé le champ libre à une gauche atlantiste. Celle-ci a spontanément choisit la direction idéologique de ses alliés US. Elle l’a épousée au point de participer à ses coups tordus, notamment à son instrumentation de l’islam politique sunnite.

Désormais la logique des services secrets comme celle des idéologies sont subverties par le réveil (woke) du puritanisme états-unien. Ces derniers trouvent chez les Frères musulmans la même quête de Pureté qui les anime. Plusieurs membres de l’administration Biden participaient, le 13 juin 2013, à la réunion du Conseil de sécurité nationale à laquelle un délégué officiel de la Confrérie, cheik Abdallah Bin Bayyah, était invité. Il existe donc un réel danger de voir maintenant s’inscrire dans la durée l’islamo-gauchisme dans les partis politiques, d’autant que les Occidentaux n’ont toujours pas assimilé que tous les chefs d’Al-Qaïda et de Daesh sont ou ont été membres de la Confrérie des Frères musulmans.

[1] « La Commission électorale présidentielle égyptienne cède au chantage des Frères musulmans », Réseau Voltaire, 20 juin 2012.

[2] Il n’a jamais été démontré que Trotski ait été un agent de la Couronne, mais que sa secrétaire était, elle, une agente britannique. Cependant Léon Trotsky décapita la Marine russe dont il fit assassiner presque tous les officiers pour la plus grande joie du Royaume-Uni.

= = =

Lectures complémentaires :

Antony Sutton « Wall Street et la révolution bolchévique »

Du trotskisme yankee au néo-conservatisme

L’extrême gauche impérialiste sauce yankee

DSK, lambertisme, FMI et Nouvel Ordre Mondial 

 


Trotskisme en marche…

Géopolitique, guerres impérialistes des hydrocarbures, Asie Centrale et Moyen-Orient… Quand COVID rime avec Rothschild (4ème partie)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, chine colonialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on 9 mars 2021 by Résistance 71

 

 

Élimina-Sion sans conces-Sion…

 

ParaBellum666

1ère partie
2ème partie
3ème partie
4ème partie
5ème partie

9 mars 2021

 

La banque Edmond De Rothschild c’est quoi…?
Edmond de Rothschild est une Maison d’investissement de convictions fondée sur l’idée que la richesse doit servir à construire demain.
Familial, indépendant et spécialisé, le Groupe privilégie des stratégies audacieuses et des investissements ancrés dans l’économie réelle, qui combinent performance de long-terme et impact.

htps://www.edmond-de-rothschild.com/fr/groupe/presentation

L’impact a été fatal pour Benjamin de Rothschild…

https://zupimages.net/up/21/08/so6p.jpeg

Il n’a pas pris le bon bateau…
Il préfèrerait le Gitana…

https://zupimages.net/up/21/08/7dh8.jpeg

Au Vanguard…

https://zupimages.net/up/21/08/o6e6.png

Le problème venait essentiellement du fait qu’il avait transmis les rênes de la banque à sa reine…
Que celle-ci n’a pas hésité une seconde à attaquer David de Rothschild en justice pour l’usage du célèbre et légendaire patronyme…

Et qu’au niveau géopolitique mondiale il était impossible de laisser un tel électron libre dans la nature…

Il ne pouvait déjà plus mettre les pieds en Israël…

https://theworldnews.net/fr-news/cesaree-ville-des-rothschild-et-pomme-de-discorde-avec-israel

Quelle bonne idée il a eu de mourir lui aussi…

Sa banque fait un travail de banquier…basé sur la gestion en bon père de famille comme on dit…et avec beaucoup de produits d’investissements…et si la banque n’est pas si rentable…

C’est peut-être qu’ils préfèrent ne pas assassiner leurs partenaires locaux…

Quelques uns de leurs produits financiers…Edmond de Rothschild…

Les OPCVM… organismes de placement collectif en valeurs mobilières…

EdR Goldsphere B

L’objectif de l’OPCVM est de rechercher, sur un horizon de placement recommandé supérieur à 5 ans, une performance supérieure à l’indicateur de référence FTSE Gold Mines dividendes nets réinvestis, en sélectionnant discrétionnairement des valeurs intervenant principalement dans le secteur aurifère et liées à l’exploration, l’extraction, la transformation et/ou la commercialisation de l’or.Le Fonds est géré activement, ce qui signifie que le Gestionnaire prend des décisions d’investissement dans le but d’atteindre l’objectif et la politique de placement du Fonds.

https://www.boursorama.com/bourse/opcvm/cours/MP-407618/

EdRF China A EUR

L’objectif du Compartiment consiste à réaliser une appréciation à long terme du capital du Compartiment en investissant ses actifs dans les actions de sociétés dont l’activité est majoritairement liée à la Chine.

https://www.boursorama.com/bourse/opcvm/cours/0P00016716/

EdRF US Growth B

https://www.boursorama.com/bourse/opcvm/cours/performances-risques/MP-470822/

Et aussi et surtout l’Inde…

Edmond de Rothschild India A

La gestion de l’OPCVM, sur un horizon de placement recommandé supérieur à 5 ans, tend à procurer une progression de la valeur liquidative grâce à des placements dans des sociétés du sous-continent indien (comprenant essentiellement l’Inde, mais aussi le Pakistan, le Sri Lanka et le Bengladesh), vérifiant les critères de sélection décrits dans la stratégie d’investissement. Ces sociétés seront sélectionnées sur la base d’une analyse alliant rentabilité financière et respect de critères extra-financiers. Le Fonds est géré activement, ce qui signifie que le Gestionnaire prend des décisions d’investissement dans le but d’atteindre l’objectif et la politique de placement du Fonds. Cette gestion active inclut de prendre des décisions concernant la sélection d’actifs, l’allocation régionale, les vues sectorielles et le niveau global d’exposition au marché. Le Gestionnaire n’est en aucun cas limité par les composants de l’indice de référence dans le positionnement de son portefeuille.

https://www.morningstar.fr/fr/funds/snapshot/snapshot.aspx?id=F0GBR05V32

Le Groupe Edmond de Rothschild a développé depuis plus de 20 ans une offre de gestion complète sur les marchés émergents. Elle s’appuie aujourd’hui sur les compé- tences d’une équipe de 10 gérants actions spécialistes et 4 gérants crédit et souverains émergents. Le gérant du fonds EdR India a une expérience des marchés de plus de 10 ans et bénéficie de synergies importantes au sein de son équipe.

L’équipe bénéficie également de l’apport d’une étude externe propriétaire trimestrielle menée auprès de plus de 100 décideurs sur les marchés émergents (experts, straté- gistes, académiques…). Cette étude permet de mettre en lumière les tendances de long terme et les développements géopolitiques en cours dans les pays émergent.

l’analyse de l’environnement macroéconomique permet de mettre en particulier l’accent sur un ou plusieurs moteurs de la croissance indienne. En parallèle, le gérant réalise une modélisation des différentes variables financières de l’entreprise en fonction de son secteur d’activité. Il effectue une analyse qualitative grâce à des rencontres régulières avec le management et les analystes. 

http://medianet.edmond-de-rothschild.fr/edram/pdf/RV_SH%20INDE_fr.pdf

Donc voilà une banque qui est présente un peu partout et qui propose des produits financiers qui contentent les deux côtés de la chaîne…

Seulement voilà…y’a le T-Rex…

https://zupimages.net/up/21/08/jls0.jpeg

On l’appelle l’œil gauche dans la profession…

Le niveau de jeu aujourd’hui est tellement élevé que l’hégémonie doit être totale…

Surtout que lui aussi est en Inde…

Le terrain a été préparé par Sir Evelyn spécialisé dans les dénationalisations…

Il devait mettre dans le portefeuille Rothschild & Co le marché indien…

Sans laisser sur place une « Rothschild » dissidente…

La banque Edmond de Rothschild sera absorbée par Rothschild & Co…

Rothschild & Co India Private Limited est une société privée constituée le 8 octobre 1998. Elle est classée comme société non gouvernementale et est enregistrée au Registrar of Companies, Mumbai. 

https://www.zaubacorp.com/company/ROTHSCHILD-CO-INDIA-PRIVATE-LIMITED/U65990MH1998PTC116788

La technique Rothschildienne & Co contrairement à celle de l’Edmond…

N’est pas utilisé pour le bien du pays concerné…

Mais plutôt pour le tenir par les couilles…

Les occidentaux connaissent déjà…

Et l’Inde est géostratégique pour Israël…et pour l’Amérique aussi…

C’est pour cette raison que le changement d’alliance à eu lieu dans cette région du monde en 2014…

https://atlantico.fr/article/decryptage/le-grand-renversement-la-russie-s-allie-avec-le-pakistan-les-etats-unis-avec-l-inde-jean-luc-racine

Voilà ce qui va bouger dans un proche avenir…

https://zupimages.net/up/21/08/zk45.png

Les saoudiens ont bien tenté de faire entendre raison aux pakistanais…

« L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont, semble-t-il, fait pression sur Islamabad pour que le Pakistan rejoigne les rangs des pays musulmans qui normalisent leurs relations avec Israël. »

http://monde-antigone.centerblog.net/6627-pakistan-inde-chine-realignement-des-planetes-en-asie

La réponse…

11 janvier 2021…

TÉHRAN (Tasnim) – Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a exprimé l’espoir que les sanctions contre l’Iran seront levées, affirmant que la République islamique a la capacité de se transformer en puissance économique dans la région.

https://www.tasnimnews.com/en/news/2021/01/11/2430740/iran-capable-of-turning-into-regional-economic-power-pakistan-s-pm

15 janvier…

décès de Benjamin de Rothschild…

11 février 2021…

PESHAWAR : Le ministre provincial de la Culture et du Travail, Shaukat Yousafzai, a déclaré ici mercredi que le Pakistan et l’Iran étaient des pays voisins frères ayant des liens étroits fondés sur les valeurs culturelles et traditionnelles et le commerce bilatéral.

https://www.dawn.com/news/1606662

Réponse à la réponse..

8 février 2021

A peine privatisée…la SOCAR azerbaïdjanaise…envoie du matos en Inde…

Le coke de pétrole produit à la Heydar Aliyev Oil Refinery à Bakou de la compagnie pétrolière nationale de la République d’Azerbaïdjan (SOCAR) a commencé à être exporté vers l’Inde.

Selon l’entreprise férroviaire « ADY Express » (filiale de la Société des chemins de fer azerbaïdjanais), qui rélève l’information, ces cargaisons sont transportées vers le port géorgien de Poti.

Le coke, chargé dans des wagons ouverts à la gare azerbaïdjanaise de Keshla, est transporté jusqu’au port de Poti, où il est chargé sur un navire et livré par mer au pays de destination.

Comme indiqué, 25.000 tonnes de coke ont été expédiées en Inde depuis début 2021 : « Sur ce volume, le dernier lot de 1.000 tonnes a déjà été déchargé. Le transport de 25 000 tonnes de coke supplémentaires est prévu pour le mois de février. Les wagons sont fournis directement par l’entreprise « ADY Express ».

https://www.lagazetteaz.fr/news/economie/4208.html

Voilà voilà…

L’Inde va devoir comprendre que l’alliance avec le saint empire se signe avec du sang…

Et elle le sait probablement déjà…faut du pogrome…elle va devoir s’occuper de l’ennemi pakistanais…

L’échange sera économique et gazier…sa position géographique l’empêche actuellement de se développer correctement…

L’Inde au niveau surveillance de sa population a autant de potentiel que la chine…

Et est déjà un très bon élément du nouvel ordre mondial…

https://www.contrepoints.org/2016/12/19/275433-suppression-cash-inde-bientot-france

Si le régime Iranien  et le régime Pakistanais tombent…

Le bouclier ainsi formé sera parfait pour contenir la Chine…pays qui n’est pas appelé à être pulvérisé dans le nouvel ordre mondial…vu qu’il va être demain encore plus qu’aujourd’hui l’usine du nouvel eldorado…

Qu’est l’Afrique…

La nouvelle disposition de l’échiquier forcera la chine a passer par la Russie…

Et là il y’aura à l’arrivée l’Ukraine Rothschild land…et l’Europe…

La chine est échec et mat…

L’Afrique  n’aura pas été maintenu dans la misère pour rien…

En fait…tout le monde va en croquer…vu la cascade d’intermédiaires…

Mais surtout la caste « and Co »…

Qui ne manquera pas de privatiser tout ce qu’il y’a à privatiser en mer Caspienne…

Et tout ce qu’il y a à privatiser en Afrique…et l’Europe aussi…

Avec les légions de missionnaires pour aider les pauvres qu’il y’a là-bas depuis des décennies…ils savent où trouver ce qu’il y’a à trouver…😉

Et de contrôler…bien sûr…intégralement les vaisseaux sanguins financiers mondiaux…

Et le grand reset dans tout ça…

Ça pourrait…je dis bien pourrait…

Effacer la dette américaine serait une bonne idée…et Fort Knox est déjà en Russie…

Le casino à deux portiers…souvenez-vous…

https://zupimages.net/up/20/53/c4mm.jpeg

Réduire la dette européenne…peut-être un peu…

Virer toute la merde dans les bilans des too big to fail…

Un Bretton  Wood 2 puissance 10…

jer U.S.A lem… c’était écrit…

Le monde ne sera en paix que le jour où ils posséderont tout…

Leur système est calqué sur le système vasculaire du corps humain…

https://zupimages.net/up/21/08/jmuf.png

Voilà Adam sur la terre Ève…

Et Israël leur jardin d’Eden…

Et l’Ukraine futur Rothschild land…

Le Poudlard bancaire talmudique…

Mettre des nazis dans un terrain pour gagner du temps…

Est une technique qui a déjà fait ses preuves…

https://zupimages.net/up/21/08/h0ah.jpeg

Finalement…ça pourrait être bien…

Mais il ne faudra pas moufter dans ce nouveau monde…

Même pas un peu…

La surveillance sera totale…

Marxiste fasciste…

Alors…

Dystopie ou réalité…?

Et surtout…

Comment l’arrêter…?

On dit non…?

Alors non…et ?

Eux disent N.O.M…

Pendant que tant de gens leur disent oui…

Dans l’épisode 1 de la série diffusé sur Arte…en 3 épisodes consacrés à Rupert Murdoch…

Il y’a une intervention de Nigel Farrage à propos de Murdoch…

Il révèle que si Murdoch n’avait pas été d’accord sur le Brexit…

Il n’aurait pas persévéré sur le divorce de l’Angleterre avec l’Europe…

Le Brexit avait donc l’aval de Murdoch…

https://www.arte.tv/fr/videos/098154-000-A/murdoch-le-grand-manipulateur-des-medias-1-3/

Murdoch pouvait-il donner son aval sur une telle question en étant en désaccord avec un certain Jacob de Rothschild…?

Vu que…

Rupert Murdoch et Lord Rothschild : Les barons du pétrole de la Syrie occupée

FOX News soutient l’action militaire contre le gouvernement syrien d’Assad, mais n’informe pas ses téléspectateurs que le propriétaire du réseau, Rupert Murdoch, est copropriétaire d’une société d’exploration pétrolière exploitant illégalement les ressources de la Syrie occupée par Israël.

Rupert Murdoch et Lord Jacob Rothschild sont des actionnaires majeurs de Genie Energy, une société israélienne qui a obtenu les droits d’exploration pétrolière et gazière dans la moitié sud du plateau du Golan occupé.

Israël a accordé des droits d’exploration pétrolière à l’intérieur de la Syrie, sur le plateau du Golan occupé par Israël, à Génie Energy. Rupert Murdoch et Lord Jacob Rothschild sont les principaux actionnaires de Génie Energy – qui détient également des intérêts dans le gaz de schiste aux États-Unis et le pétrole de schiste en Israël. Dick Cheney siège également au conseil consultatif de l’entreprise.

Il est illégal en vertu du droit international qu’Israël accorde des droits d’exploration pétrolière sur le territoire occupé, comme Craig Murray l’a écrit dans son article de février 2013 « Israël accorde des droits pétroliers en Syrie à Murdoch et Rothschild » :

https://stillnessinthestorm.com/2013/09/rupert-murdoch-and-lord-rothschild-oi/

https://zupimages.net/up/21/08/qqbp.jpeg

Murdoch a vendu une partie de son empire à la surprise générale… à Disney en 2018…pour un montant de 66 milliards de dollars…

Fin de mon épanchement de 2021…

Oserais-je…

Epanchement de Sino-vie…?

Portez-vous bien…

Et à la prochaine…ou pas.

https://youtu.be/92WKbtocEA0

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


La spirale du tout-à-l’égout 

Géopolitique, guerres impérialistes des hydrocarbures, Asie Centrale et Moyen-Orient… Quand COVID rime avec Rothschild (1ère partie)

Posted in colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 19 février 2021 by Résistance 71

 

 

Un angle d’analyse que nous n’avons pas vu jusqu’ici concernant à la fois le grand cirque géopolitique mondial actuel dans le contexte de la refonte et de la tentative de mutation du capitalisme et de sa dictature marchande en un système d’absorption des états en une entité corporatrice dictatoriale, totalitaire et transnationale, sur toile de fond de guerre des hydrocarbures et des oléo/gazoducs d’Asie centrale et mineure…
Pour la petite histoire étouffée des cartels banquiers et pétroliers, il est amusant de constater que si la famille Rockefeller d’outre Atlantique est une famille pétrolière passée à la banque, la famille Rothschild d’Europe est une famille banquière passée au pétrole. Depuis la fin XIXème l’un ne va pas sans l’autre, le capital suit sa logique interne implacable qui le mène aussi à sa destruction qui est du reste en cours et déjà bien entamée… 
Aussi suite aux inconvénients néfastes, résultats de la tentative de la City de Londres de reconquérir les Etats-Unis lors de la guerre de sécession, les Rothschild ne pouvaient venir au grand jour piller l’économie américaine, ils facilitèrent et commanditèrent les Rockefeller, toute “rivalité” n’étant plus dès lors que de façade. Le verrou était mis. Avec les autres cavaliers de l’apocalypse transnationaux de la finance et du pétrole, ils se sont partagés le monde depuis. Toute cette construction sociale totalitaire arrive au bout de son chemin aujourd’hui. L’empire n’a jamais été aussi puissant mais aussi si faible. Saurons-nous finalement nous unir pour le mettre définitivement à bas et mettre en place la société des sociétés, société organique des associations libres à pouvoir non coercitif fonctionnant hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat ? Là est toute la question dont la réponse ne saurait plus tarder.

A lire avec intérêt.

~ Résistance 71 ~

 


… et les Shadoks pompaient

 

Quand COVID rime avec Rothschild

 

ParaBellum666

 

19 février 2021

 

1ère partie
2ème partie
3ème partie
4ème partie
5ème partie

 

Théorie conspira-sioniste…
Le co-vid…c’est David…
Connaissez-vous…?
La State Oil Company of Azerbaijan Republic…
Les Rothschild…oui.
C’est comme la voiture de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche-Este en 14…

https://zupimages.net/up/21/07/89xf.jpeg

C’est So Car…

La State Oil Company of Azerbaijan Republic (SOCAR) est la compagnie nationale pétrolière et gazière d’Azerbaïdjan. Ses activités comprennent la production de pétrole et de gaz naturel, la gestion de deux raffineries pétrolières et du réseau d’oléoducs et de gazoducs dans le pays. La SOCAR supervise les consortiums internationaux sur les projets pétroliers et gaziers en Azerbaïdjan. La SOCAR est un des premiers employeurs du pays avec plus de 60 000 employés et représente plus de 10 % du PNB azéri. C’est l’une des 20 plus grandes entreprises non cotées en bourse d’Asie.

D’où viennent les armes de l’Azerbaïdjan…?

Naturellement, d’Israël. Il s’agit d’armes à sous-munitions M095 DPICM fabriquées en Israël qui sont tirées sur des civils arméniens par l’Azerbaïdjan. Amnesty International et d’autres ont identifié la source des munitions.

En échange de la vente d’armes à l’Azerbaïdjan, non seulement Israël reçoit de l’argent, mais il reçoit également 37 % des exportations de pétrole de l’Azerbaïdjan. En fait, l’Azerbaïdjan est le premier fournisseur de pétrole d’Israël.

La route turque signifiait qu’un pipeline en provenance de l’Azerbaïdjan passerait par la Géorgie ou l’Arménie, mais la route à travers l’Arménie était politiquement impossible en raison de la guerre non résolue entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour le statut de l’Artsakh. Cela a laissé la route détournée Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie – plus longue et plus coûteuse à construire que l’autre option.

La Eilat Ashkelon Pipeline Company exploite plusieurs oléoducs et gazoducs en Israël, notamment l’oléoduc Eilat Ashkelon – également appelé oléoduc trans-israélien, ou « ligne de pointe ». Elle exploite également deux terminaux pétroliers et dépôts dans le pays.

La société a été créée à l’origine en 1968 sous le règne du Sha en tant que co-entreprise à parts égales entre Israël et l’Iran pour transporter du pétrole brut de l’Iran vers l’Europe. Après la révolution iranienne de 1979, Israël a unilatéralement nationalisé l’entreprise – sans compensation pour l’Iran.

En 2015, un tribunal suisse a ordonné à Israël de verser 1,1 milliard de dollars en compensation à l’Iran, qu’Israël a refusé de payer. La position d’Israël était qu’un tel paiement violerait son « Trading with the Enemy Act ».

Dans le magazine « Visions of Azerbaijan », nous apprenons qu’Alfonse Rothschild et sa famille étaient beaucoup plus impliqués dans le projet pétrolier que de simplement mettre de l’argent pour un seul oléoduc. Tout au long de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, les hommes Rothschild ont été connus sous le nom de « rois du Kérosène », devenant les principaux exportateurs de produits pétroliers russes. Gardez à l’esprit qu’à l’époque, le pétrole de l’Azerbaïdjan était appelé pétrole russe.

Réaliser ce monopole virtuel n’a pas été un mince exploit. Cela a nécessité des décennies d’activité acharnée contre les concurrents et le contrôle d’un puissant cartel pétrolier – plaçant les Rothschild au sommet des échelons supérieurs des élites de pouvoir en Russie. Avec cet argent et ce pouvoir, la famille Rothschild a plié le gouvernement russe à sa volonté.

En 1910, la société russe Neft Oil a été achetée par Edmund Rothschild. Jusqu’à la révolution russe d’octobre 1917, les Rothschild détenaient des actions majoritaires dans les 15 plus grandes sociétés liées à l’industrie pétrolière russe.

Juste avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, les Rothschild ont vendu leurs compagnies pétrolières russes à Royal Dutch Shell – le principal rival européen de America’s Standard Oil. En retour, les Rothschild ont reçu 20 % des actions de la fiducie Shell.

Les Rothschild savaient à l’avance que la Première Guerre mondiale allait éclater, c’est pourquoi ils ont déversé leur propriété de compagnies pétrolières russes à la société anglo-néerlandaise Shell. Lorsque la révolution russe a eu lieu et que les bolcheviks ont nationalisé les compagnies pétrolières russes, les Rothschild s’étaient déjà dessaisies et réinvesties en toute sécurité dans Shell, qui a subi le poids des pertes.

À ce jour, la famille Rothschild conserve d’importantes participations dans Royal Dutch Shell. Les banquiers continuent de jouer un rôle dans la fomentation de conflits internationaux dans toute l’Afrique et le Moyen-Orient qui ouvrent et solidifient le contrôle sur les ressources et les marchés pétroliers.

Les gouvernements et les industries influencés par Rothschild, y compris l’État d’Israël et son complexe militaire et industriel, jouent un rôle essentiel dans les guerres pétrolières en cours qui font rage dans le monde entier.

Pour comprendre les conflits géopolitiques d’aujourd’hui, il suffit de regarder les stratagèmes des banquiers du passé. Parce que le présent n’est rien de plus qu’un cycle répété d’avidité, de corruption et d’intrigue.

https://www.blackstoneintel.com/post/jake-morphonios-armenia-azerbaijan-rothschild-oil-wars

Pour rappel…

Toute la séquence que nous venons de traverser au Moyen-Orient…jusqu’à l’Ukraine…du coup d’état raté en Turquie…et maintenant l’Azerbaïdjan…
Débouche en Grèce…
Et pour découper la Grèce…
Il fallait Goldman Sachs pour trafiquer les comptes de celle-ci pour rejoindre le club européen…
Et une crise en 2008 pour finir de l’achever…
Depuis…on rame…

https://www.gifmania.com/Gif-Animados-Deportes/Imagenes-Billar/Billar-83074.gif

N’oublions pas non plus la nécessité de passer par la Grèce pour le bébé Léviathan… (NdR71 : l’énorme champ gazier découvert en Méditerranée s’étendant entre la Syrie, le Liban , Gaza, Israël et Chypre)

 https://zupimages.net/up/21/07/3mr7.jpeg

L’Italie, Israël, la Grèce et Chypre se sont engagés, à faire avancer un projet commun de gazoduc sous-marin, qui devrait être le plus long du monde, reliant la Méditerranée orientale au sud de l’Europe, avec le soutien financier de l’Union Européenne.

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/07/31/le-gaz-de-gaza-la-face-cachee-de-la-guerre-israelienne/

Franchement les mecs…

Mazel Tov…

Chronologie de la vente du réseau gazier DESFA par LA GRÈCE…

20 juin 2013

L’Azerbaïdjan achète une compagnie de gaz en Grèce« Après avoir échoué à s’entendre avec Gazprom, la Grèce va vendre 66% des actions dans DESFRA pour une somme de 400 millions de dollars à la SOCAR, la compagnie pétrolière de l’Azerbaïdjan.

 

https://www.turquie-news.com/14494-azerbaidjan-achete-une-compagnie

11 janvier 2017

Le gouvernement grec et le premier raffineur du pays, Hellenic Petroleum, étaient parvenus à un accord pour vendre la participation dans DESFA à l’azerbaïdjanais SOCAR pour 400 millions d’euros.

Athènes a ensuite augmenté moins que prévu les tarifs du gaz et SOCAR a demandé une baisse du prix, ce qui a fait échouer la transaction.

19 avril 2018

« Le gouvernement grec a retenu jeudi une offre de 535 millions d’euros d’un consortium emmené par Snam pour une participation majoritaire dans le réseau gazier DESFA. »

« Ce consortium, qui regroupe Snam, l’espagnol Enagas Internacional et le belge Fluxys, pense finaliser l’opération au second semestre, une fois toutes les autorisations recueillies. »

https://www.tradingsat.com/actualites/informations-societes/marche-rpt-athenes-retient-l-offre-du-consortium-snam-pour-desfa-800325.html

11 février 2021

La Grèce repoussera l’échéance du réseau gazier DESFA – source ATHÈNES (B.M) – L’agence grecque de privatisation (HRADF) repoussera à février la date limite de soumission d’offres contraignantes pour une participation de 66% 

« Les parties intéressées ont demandé une prolongation, elle sera accordée avec la date limite en février. Cette date n’a pas encore été fixée »

https://www.bruxelles.marketing/la-grece-repoussera-lecheance-du-reseau-de-gaz-desfa-source-par-reuters/

SOCAR VA PEUT-ÊTRE REVENIR DANS LA DANSE..

Pour mémoire…

En 2017…

La banque Rothschild va aider la Grèce à faire son retour sur les marchés financiers
Le Premier ministre Alexis Tsipras a rencontré des représentants de la banque d’affaires à Paris fin janvier. Le gouvernement grec devrait confirmer qu’il va s’appuyer sur ses conseils pour réintégrer les marchés financiers, courant 2017. 
La Grèce s’est trouvée un conseiller technique de premier ordre : la banque Rothschild.

https://francais.rt.com/economie/33650-banque-rothschild-va-aider-grece-faire-retour-marche-financier

Chronologie de SOCAR EN AZERBAÏDJAN

1 février 2016

La privatisation de SOCAR est maintenant hors de question.

« Dans la situation actuelle, la privatisation de la SOCAR n’est pas à l’ordre du jour », a déclaré le ministre azerbaïdjanais de l’Énergie Natig Aliyev. Il a souligné que la SOCAR joue un rôle important non seulement dans l’économie de l’Azerbaïdjan, mais influence également la politique étrangère du pays.

Le ministre a souligné que le secteur de l’énergie devrait se concentrer sur la privatisation des entreprises auxiliaires. « Le réseau de distribution dans le secteur de l’énergie est très ancien. Dans ce réseau, il y a d’importantes pertes, et la privatisation nécessite d’importants investissements », a déclaré Aliyev. Le ministre a expliqué que la modernisation du système de distribution nécessitera environ 4 milliards de dollars américains et que ce processus devrait impliquer de grandes entreprises.

https://azertag.az/en/xeber/Privatization_of_SOCAR_is_now_out_of_question-923403

20 septembre 2018

Rencontre Rothschild et  Ilham Aliyev…tendue 

https://www.azernews.az/media/2018/07/20/rothschild1.jpg

https://video.azertag.az/fr/video/65218

Le 19 avril 2019

Les actionnaires d’ACG-BP et de SOCAR ont signé un nouveau contrat d’une valeur de 6 milliards de dollars  dans le cadre du projet de plateforme Azeri Central East (ACE)

https://www.nsenergybusiness.com/projects/azeri-central-east-development-project/

18 décembre 2019

La compagnie pétrolière azerbaïdjanaise étend ses opérations en Ukraine.

Les présidents d’Azerbaïdjan et d’Ukraine discutent de projets communs d’investissement et de développement des relations bilatérales.

La compagnie pétrolière d’État de la République d’Azerbaïdjan (SOCAR) étendra ses opérations en Ukraine, a déclaré mardi le président du pays, Ilham Aliyev.

https://www.actualite-news.com/fr/economie/28997-la-compagnie-petroliere-azerbaidjanaise-etend-ses-operations-en-ukraine-fr

En sachant que…

2015…

La famille Rothschild a racheté la majeure partie de la dette souveraine de l’Ukraine

« La majeure partie de la dette souveraine de l’Ukraine a été rachetée par le fonds d’investissement américain Franklin-Templton pour le compte de la famille américaine Rothschild, selon une information de l’agence Bloomberg. Ainsi, le groupe Rothschild a proposé la création d’un groupe de détenteurs des titres de l’Ukraine. Sur ce chapitre, le groupe français Rothschild & Cie a exprimé sa volonté de devenir un médiateur dans les négociations entre le ministère des Finances de l’Ukraine et les créanciers pour restructurer la dette du pays. »

https://www.liberte-algerie.com/radar/la-famille-rothschild-a-rachete-la-majeure-partie-de-la-dette-souveraine-de-lukraine-221940

« Le groupe Rothschild a pris l’initiative de créer un groupe de détenteurs de titres en Ukraine pour développer une position commune sur le règlement des problèmes d’endettement de ce pays. Les Rothschild, représentés par la division française du groupe Rothschild & Cie, ont offert leurs services en tant que «médiateur» dans les négociations entre le ministère des Finances de l’Ukraine et les créanciers sur la restructuration de la dette ukrainienne. »

« D’après les informations concises, Bloomberg comprend que, d’une part, le défaut de paiement de l’Ukraine est inévitable, les détenteurs de titres de créance ukrainiens en découlent et, d’autre part, le défaut s’accompagnera d’une restructuration de la dette dans des conditions difficiles pour l’Ukraine. 

Il est à noter que les informations sur le défaut imminent et la restructuration de la dette ont été divulguées le jour même où le FMI a pris la décision d’allouer un milliard de dollars à l’Ukraine pour financer un programme de stabilisation économique sur quatre ans. La coïncidence temporelle de ces deux événements peut être interprétée de différentes manières. 

La première version. Il n’y a pas assez de coordination entre le FMI et le groupe Rothschild, ils se disputent le contrôle de l’économie ukrainienne. »

https://fr.topwar.ru/71184-rotshildy-i-ukraina.html

https://www.strategic-culture.org/news/2015/03/17/ukraine-and-rothschild-family/

6 août 2020 

Privatisation de SOCAR…

« Afin de surmonter la double crise sanitaire et économique qui s’est abattue sur le pays. L’épidémie du Covid-19 a en effet été suivie par la chute des prix du gaz et du pétrole »

https://regard-est.com/azerbaidjan-privatisation-de-la-compagnie-petroliere-et-gaziere-socar

27 septembre 2020

guerre dans le Haut-Karabakh 

Fin de la chronologie.

Route des pipelines depuis l’Azerbaïdjan…

Quelle bonne idée ont eu les russes d’occuper L’Ossétie du Sud-Alanie…

Depuis 2008…

Le hasard franchement…

http://www.atahq.org/wp-content/uploads/2016/07/ms-2016-south-caucasus-map-1.png

Synthèse…
A l’aise…
C’est une sacré partie de poker qui se joue dans cette région du monde…
Et on en subit tous les conséquences…
Dans cette histoire azerbaïdjanaise…
David de Rothschild était obligé de négocier avec quelqu’un en position de force…
C’est pour ça que la réunion de 2018 avait l’air de s’annoncer tendue au vu des images…
Images qui ont probablement dû emmerder David d’ailleurs…qui aurait probablement préféré resté caché sur cette partie de l’échiquier…
Mais que le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev…musulman chiite…
A judicieusement montré pour se dédouaner… si jamais…
« Vous l’avez bien vu le T-Rex à côté de moi…c’est bon…? »
Pourquoi était-il en position de force ce brave monsieur…?
A cause du temps que cela prendrait de le renverser…

L’histoire de l’Azerbaïdjan et des Rothschild est ancienne et il est impossible que Ilham Aliyev soit là où il est sans eux et surtout son père Heydar Aliyev…

C’est une dynastie comme les Assad…
Quand le système renverse un dictateur pour installer une « démocratie »…
C’est surtout pour gagner du temps…
Amusez-vous bien les mecs…
Et du temps Israël n’en a pas…

Toute cette histoire est pour David de Rothschild un coup multi-bandes…

C’est pour ça qu’il a passé les rênes de la banque éponyme à son fils Alexandre…
Même plus le temps de pisser l’ancien…
Aliyev ne voulait pas céder sa compagnie pétrolière SOCAR…
Ils l’ont emmerdé autant qu’ils pouvaient en plombant la vente de la compagnie gazière grec DESFA…Rothschild conseille la Grèce…
Aliyev veut faire affaire avec l’Ukraine…Ukraine qui est la chasse gardée des Rothschild…
Dans la théorie du Heartland / Rimland…l’Ukraine a une position géostratégique…

Sans parler des Khazars et de cette région du monde…

L’Ukraine sera un jour Rothschild-land…et il seront maîtres de toute la chaîne énergétique jusqu’à eux…Et Israël en profitera aussi…
Leur gisement Léviathan ne tarira jamais…

https://resistance71.files.wordpress.com/2021/02/4fa78-rimland.jpeg

https://zupimages.net/up/21/07/w7r8.png

Il y’a aussi de drôles d’histoires entre SOCAR et la Suisse…

Bref…

Comment Aliyev pouvait-il penser qu’il allait pouvoir garder sa compagnie…?

T’es cinglé toi…ou…?

Si il n’y avait pas l’Iran menaçante avec Israël et vice-versa… Rothschild / Poutine l’aurait viré…souvenez-vous de la Crimée…il fallait bien la récupérer pour le pipeline Turkish Stream…et sauver les fesses d’Erdogan lors du coup d’état fomenté par les américains…

S’assurant au passage sa fidélité…faisant de lui quelqu’un de central dans l’échiquier Rothschildien…

Il n’est pas prêt de partir…le sultan…

https://zupimages.net/up/21/07/7tkl.jpeg

Il peut dire merci à Georges Soros sans qui tout cela n’aurait pas été possible…

Sacré Soros…main des Rothschild…devenu d’un coup milliardaire en pariant contre la banque d’Angleterre…contrôlée par les mêmes Rothschild…

C’était pas du génie…c’était des lits d’initiés…

Comme en décembre 1926 quand le président Raymond Poincaré fut appelé à la rescousse pour sauver un franc qui devait chuter au plus bas jusqu’à 50 contre le dollar en juillet de la même année.

Cette crise du franc aurait pu rester sans effet sur l’économie mondiale, mais les autorités françaises en décidèrent autrement puisqu’elles optèrent pour convertir en or la totalité de leurs excédents libellés en dollars et en livres sterling.

La fed…c’est qui…?

La banque d’Angleterre…c’est qui aussi…?

Il avait la science infuse le Raymond ou il était conseillé…?

Pour mémoire…

Alphonse de Rothschild,naturalisé français, il peut accéder au conseil de régence de la Banque de France (1855), dont la banque Rothschild est le premier actionnaire.

Résultat de l’action coordonnée…le NSDAP en 33…

Merci les mecs…et IG FARBEN…

Reprenons…

Remplacer Aliyev prendrait trop de temps…et négocier avec un dictateur facilite toujours les transactions…les rapports…
Les dictateurs dans le business n’ont que des avantages…
Seulement…il y’a le revers de la médaille…
Il est fort et maître chez lui…
Avec à disposition du gaz et du pétrole…
Et plutôt en bon terme avec tout le monde…
Un vrai renard…

Alors comment le contraindre de privatiser…?

C’est « simple »…
Une pandémie mondiale…!

Ils ne peuvent plus jouer sur le prix du brut…
C’est ce qui a mis au pas les « BRICS » et flingué le Venezuela au passage…rappelez-vous…
Ce plan passait par les pays arabes producteurs de pétrole…
Mais ce jeu a ses limites…il faut bien la mettre quelque part la surproduction…
C’est de  la technique américaine high-tech…

On ouvre le robinette…on ferme le robinette…

Comme le nouveau président américain…
C’est de la démocratie…mais avec de l’eau dans le gaz…
Les Rothschild jouent eux sur la consommation de pétrole… mondiale…!  
Non mais…!
Et comme en bourse…ils misent sur la baisse…
Un dictateur ne peut rester dictateur que si il arrose…
Si il n’arrose plus…ses jours sont comptés…et comme il fonctionne en flux tendu…

Le Covid a eu pour conséquences...au delà de nous cloîtrer chez nous et de nous faire porter des masques…en attendant l’inoculation…
De faire tomber la consommation de pétrole…
Le motif de vente est sérieux…

« Le gouvernement azerbaïdjanais est donc contraint de reconsidérer sa gestion des entreprises pétrolières du pays, 40 % du PIB du pays dépendant de la production d’hydrocarbures, qui contribue à plus de 80 % de ses recettes d’exportations. »

A qui la compagnie SOCAR a été vendue…?
On ne le trouve pas encore sur le net…
BP / Rothschild a le contrat en mer Caspienne…
Pourquoi pas Shell / Rothschild …
comme ça ils sont tranquilles…

Et Israël dans tout ça me direz-vous…?

Partie du Haut-Karabakh reprise par l’Azerbaïdjan en 2020…
C’était dans les petites lignes du contrat de privatisation…
En vert fluo…
Ou flux haut comme on dit chez les Rothschild…

https://zupimages.net/up/21/07/7605.png

Tout le monde connaît l’expression…
« Avoir un flingue sur la tempe… »

Ben voilà…

https://zupimages.net/up/21/07/kb6f.jpeg

Tant que cette transaction ne sera pas finalisée…
On aura droit à la pandémie…
Le variant anglais…ils ont de l’humour…
Et les laboratoires des copains feront du pognon…
Et si ça peut aider à réguler la population des animaux…
Pourquoi se gêner…La religion l’autorise…
C’est casher…

https://zupimages.net/up/21/07/247a.jpeg

https://zupimages.net/up/19/25/1d63.png

« Notre plan sera dévoilé et nous échouerons. »
.: Albert Pike :.

https://zupimages.net/up/21/07/eikt.jpeg

Courage à tous et à toutes…!

Parabellum666

= = =

A lire : notre dossier “Syrie et guerre du gaz”

Aussi : Dean Henderson « Les 8 familles du cartel banquier »
Gary Allen « Le dossier Rockefeller »
« La City de Londres au cœur de l’empire »
« Du chemin de la société vers son humanité réalisée »

 

 

Comment le général Qassem Soleimani a convaincu Poutine d’intervenir en Syrie (Pepe Escobar)

Posted in actualité, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, résistance politique with tags , , , , , , on 1 février 2021 by Résistance 71

 

 

 

Il y a deux choses à notre sens qui ont été laissé à l’écart dans ce CR du Pepe, mais que sans aucun doute Soleimani a pris en compte pour ses négociations avec Poutine, qui de son côté en était manifestement conscient:
1- L’aide traditionnelle russe et le soutien indéfectibles apportés au temps de l’URSS à la Syrie d’Hafez al Assad, le président père de Bachar al Assad…
2- Le port de Tartous en Syrie qui est la seule base navale militaire russe sur la Méditerranée, que la Russie ne pouvait pas abandonner, même si elle pensait sans doute obtenir un “accord” avec les vainqueurs si tout cela tournait mal. Tartous est d’une influence stratégique capitale pour les Russes, leur porte sur la Méditerranée…
~ Résistance 71 ~

 


Qassem Soleimani et Hassan Narallah

 

Comment Soleimani a convaincu Poutine d’aider Damas

 

Pepe Escobar

 

30 janvier 2021

 

Source en français:
https://french.almanar.com.lb/1997943

 

Pourquoi l’État profond américain, même après le départ de Trump, qui a fait tuer le général, ne pardonne pas à la Russie et à l’Iran.

Dans une interview saisissante accordée au réseau Al Mayadeen basé à Beyrouth, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a expliqué comment le major général Qassem Soleimani – assassiné par un drone américain à l’aéroport de Bagdad il y a un peu plus d’un an – a contribué à convaincre la Russie d’aider militairement la Syrie dans sa guerre contre les djihadistes salafistes.

Nasrallah prépare le terrain pour la visite cruciale du major général Soleimani à Moscou en 2015, où il a eu un entretien de deux heures avec le président Poutine :

« (Lors de cette réunion), il (Soleimani) a présenté un rapport stratégique (complet) à (Poutine) sur la situation en Syrie et dans la région, (et a expliqué) l’idée proposée et les résultats attendus. Bien sûr, (lors de la réunion) il a utilisé un langage scientifique, objectif, militaire et de champ de bataille, et a basé ses déclarations sur des cartes, des zones terrestres, des chiffres et des statistiques. Lors de cette réunion, le président Poutine a dit au Hadj (Qassem) « Je suis convaincu », et la décision (pour un effort militaire russe en Syrie) a été prise. C’est ce que j’ai entendu de la part de Hajj Soleimani ».

Nasrallah apporte également une précision importante : tout le processus était déjà en marche, à la demande de la Syrie :

« Je suis un peu objectif et rationnel. Je n’aime pas créer des mythes. Il n’est pas exact de dire que le Hajj Qassem Soleimani (seul) est celui qui a convaincu Poutine d’intervenir (en Syrie). Je préfère dire que grâce à sa lecture stratégique (des événements), son argumentation, sa logique convaincante et sa personnalité charismatique, Hajj Qassem Soleimani a pu apporter un complément remarquable à tous les efforts précédents qui ont conduit la Russie à prendre la décision de venir en aide à la Syrie. De grands efforts avaient été faits (auparavant) et de nombreuses discussions s’étaient tenues, mais apparemment, le président Poutine restait hésitant.

Nasrallah ajoute que Soleimani, « était habile dans (l’art de) la persuasion et avait une logique (impeccable). Il n’a pas poussé la Russie à (rejoindre la guerre), ni n’a utilisé de rhétorique (vide). Il a utilisé un langage scientifique en expliquant les résultats (possibles) militaires et sur le champ de bataille, ainsi que les résultats politiques de l’intervention (russe en Syrie) ».

Tout est question de renseignements au sol

Maintenant, mettons tout cela dans son contexte. Poutine est un maître du jeu d’échecs géopolitique. Nasrallah observe qu’il y avait « un certain nombre de responsables militaires, politiques et de sécurité » à la réunion. Cela implique le ministre russe de la Défense Sergeï Shoigu et surtout le stratège de haut niveau Nikolai Patrushev.

Tous étaient très conscients que l’objectif ultime de la fureur de l’État islamique/Daech en Syrie – en tandem avec la fameuse campagne « Assad doit partir » – était de créer les conditions pour qu’un faux califat atteigne le pouvoir, se répande dans le Caucase et déstabilise la Russie. C’est ce que résume la formule russe « il n’y a que 900 km entre Alep et Grozny ».

Le mérite de Soleimani a été de produire l’argumentaire de vente définitif. Fort de sa vaste expérience sur le terrain, il savait qu’un front de résistance ne suffirait pas à lui seul à protéger Damas. Le « secret » de cette rencontre de deux heures à Moscou est que Soleimani a dû faire comprendre très clairement que la prochaine étape du faux califat serait dirigée contre le ventre mou de la Russie, et non contre l’Iran.

La décision de Moscou a surpris le Pentagone et l’OTAN en train de dormir : Les atlantistes ne s’attendaient pas à ce qu’un étroit contingent de l’armée de l’air russe et une équipe de conseillers militaires de haut niveau soient déployés en un clin d’œil en Syrie.

Mais la décision politique avait sans doute déjà été prise. Une opération militaire aussi complexe nécessite une planification exhaustive – et cela avait eu lieu avant la visite de Soleimani. De plus, les services de renseignement russes connaissaient tous les détails de l’état de guerre sur le terrain et de l’extension excessive et flagrante de l’Armée arabe syrienne (AAS).

Ce que Soleimani a apporté à la table des négociations, c’est une coordination absolument inestimable : Les commandants du Hezbollah, les conseillers du CGRI, les diverses milices dirigées par l’Iran, en collaboration avec les Tigres syriens, en tant que troupes de choc de premier plan, appuyées par les forces spéciales d’élite russes, intervenant soit dans le désert, soit dans des zones urbaines saturées – tous capables de détecter des frappes aériennes russes chirurgicales contre l’État islamique/Daech et les « rebelles modérés » d’Al-Qaïda reconvertis.

Soleimani savait que pour gagner cette guerre, il avait besoin de la puissance aérienne – et il a finalement réussi à la mettre en place, car il a coordonné à la perfection le travail sur le renseignement/terrain de plusieurs armées et des échelons supérieurs de l’état-major général russe.

À partir de cette rencontre fatidique de 2015, l’alliance entre Soleimani et l’armée russe a pris des proportions de fer. Plus tard, le Pentagone et l’OTAN ont été très conscients de la façon dont Soleimani, toujours le commandant suprême du champ de bataille, travaillait en étroite collaboration avec Bagdad et Damas pour expulser définitivement les bottes américaines d’Irak. Ce fut la principale raison, pas si secrète, de son assassinat.

Tout cela explique pourquoi les néoconservateurs américains et les puissantes factions de l’État profond ne «pardonneront » jamais à l’Iran et à la Russie ce qui s’est passé en Syrie – indépendamment des actions futures des responsables de la nouvelle administration des hologrammes à Washington.

Les signes, jusqu’à présent, indiquent une diabolisation habituelle et continue de la Russie ; les sanctions illégales de l’administration Trump contre les exportations énergétiques iraniennes restent en place ; et aucune perspective d’admettre que la Russie, l’Iran et le Hezbollah ont prévalu en Syrie.

= = =

Notre dossier « Assassinat Qassem Soleimani »

 

Assassinat du Gen. Soleimani par l’empire et son larbin Trump en janvier 2020… Hassan Nasrallah raconte Soleimani, l’homme, le stratège, l’ami

Posted in actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, politique et social, résistance politique with tags , , , , , , , , , , on 8 janvier 2021 by Résistance 71

 

 

 

Hassan Nasrallah raconte le général Qassem Soleimani et les dessous de sa victoire contre Daesh en Irak

 

Le Cri des Peuples

 

2 janvier 2021

 

url de l’article en français:
https://lecridespeuples.fr/2021/01/02/une-legende-vivante-nasrallah-raconte-qassem-soleimani-et-sa-victoire-contre-daech-en-irak/

 

Interview du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, consacrée au Hajj Qassem Soleimani, Commandant des Forces al-Quds (dont l’objectif officiel est la Libération de Jérusalem) des Gardiens de la Révolution, à l’occasion du 40e jour après sa mort, le 13 février 2020.

Le 3 janvier 2021 commémorera le 1er anniversaire de l’assassinat de Qassem Soleimani et d’Abu Mahdi al-Muhandis. A cette occasion, nous traduisons un nouvel extrait de cette interview.

Source : https://video.moqawama.org/details.php?cid=1&linkid=2099

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription:

Journaliste: […] Vous avez mentionné à plusieurs reprises le concept « École du Hajj Qassem Soleimani ». Son Éminence le Guide (Khamenei) y a également fait référence. Quel sens donnez-vous à ce concept ? Pouvez-vous nous l’exposer ? Que signifie le concept « École du Hajj Qassem » ?

Hassan Nasrallah : Bien sûr, ce concept est issu de la Voie de l’Imam Khomeini, que Dieu l’agréé, de l’École de l’Imam Khomeini. Mais nous pouvons dire qu’en pratique et sur le terrain, dans toutes les responsabilités qu’a assumées le Hajj Qassem et de tout ce qu’il a enduré, nous pouvons parler d’une Voie, au sens —et c’est peut-être quelque chose de délibéré— d’une certaine pensée, d’un ensemble de pensées, d’une culture particulière, d’une manière de faire spécifique… Je vais vous donner quelques exemples. Bien sûr, nous parlons d’une question qui mériterait une réflexion et une étude (approfondies), mais je vais avancer quelques illustrations de manière rapide.

Par exemple, le Hajj Qassem est le dirigeant d’une force des Gardiens (de la Révolution) [en persan]. Il pourrait rester en Iran, à Téhéran, et dire aux autres (forces de l’Axe de la Résistance) de venir à lui régulièrement pour un entretien, afin qu’il puisse les écouter, et suivre leurs affaires (à distance) de manière simple et routinière. Ou, s’il se rendait auprès d’eux, que ce soit au Liban, en Syrie, en Irak ou ailleurs, il pourrait par exemple (se contenter de le faire) une fois tous les 6 mois ou une fois par an, il pourrait simplement leur rendre visite de temps à autre pour s’informer et s’enquérir. En général, c’est ainsi qu’agissent certains (grands) dirigeants.

La Voie du Hajj Qassem consiste à se rendre sur le terrain d’action, sur le champ de bataille, auprès des autres. Depuis 1998 (année où Soleimani est devenu le dirigeant des Forces d’Al-Quds), depuis qu’a commencé notre connaissance et notre relation avec le Hajj Qassem, soit depuis une vingtaine d’années, 21 ou 22 ans, le nombre de fois où nous sommes allés auprès de lui (en Iran) est très restreint. Mais pour sa part, il venait toujours à nous, très souvent. Naturellement, le fait même de venir sur le terrain, sur le champ de bataille, pour rencontrer ici les frères (du Hezbollah), les rencontrer tous, le fait de se rendre directement sur le terrain, d’entendre (directement) les combattants et moudjahidines, cela a d’énormes bienfaits et avantages en ce qui concerne la direction et l’administration (des opérations, de la logistique, etc.).

Soleimani s’adressant à des combattants en première ligne. Il leur demande s’ils sont contents d’être là, s’ils ont bien obtenu l’autorisation de leurs parents et/ou épouses. Puis il leur raconte le pire épisode de la guerre Iran-Irak qu’il ait vécu, le comparant aux difficultés qu’ils traversent actuellement. Il leur dit que même si c’était les moments les plus difficiles de sa vie, aujourd’hui c’est du passé et il n’en subsiste aucun mal, et c’est sa plus belle expérience, car il n’y a rien de plus beau que de souffrir pour l’amour de l’Imam Hussein (as).

Premièrement, cela renforce ces combattants (en leur donnant le moral), et exprime le respect et l’affection qu’il a pour eux. « C’est moi qui viens toujours à vous, je suis à votre service. Ne vous dérangez pas pour venir à moi en Iran, c’est moi qui viens à vous. » Pour les responsables (du Hezbollah ou d’autres mouvements de Résistance) présents sur le terrain, (cette attitude) a des conséquences éthiques et sur le moral (des troupes). Deuxièmement, cela lui permet d’entendre tous les avis, tous les points de vue (directement), et non pas seulement l’avis des gens qui viendraient à lui (en Iran) pour exprimer leur (propre) point de vue. Cela l’aide à avoir une idée plus claire, plus globale et plus juste (de la réalité du terrain). Troisièmement, cela l’aide à accéder à tous les niveaux (hiérarchiques), jusqu’aux combattants de première ligne, et à les entendre exposer leurs problèmes, leurs manques, leurs besoins, leurs remarques, etc. Quatrièmement, cela lui apporte une idée plus profonde, plus exhaustive et plus vaste de (tous) les terrains dont il est responsable. Il ne s’appuie pas (seulement) sur la lecture des rapports rédigés par les (différents) responsables, non ! Il se rend en personne sur le terrain pour voir de ses propres yeux, pour écouter (les renseignements de première main), et discuter et débattre avec tous les échelons. C’est l’une des significations de la Voie du Hajj Qassem. C’est une manière de faire inhabituelle, surtout chez un général militaire (parmi les plus hauts gradés du pays). Certes, peut-être qu’au front de la guerre Iran-Irak, les grands dirigeants descendaient sur le terrain, auprès des combattants, mais c’est quelque chose de spécifique à l’Iran qui ne se fait pas à l’extérieur de l’Iran. Mais c’est l’un des aspects (de la Voie du Hajj Qassem).

Un autre aspect est l’absence de fatigue et de lassitude. Vous dites [Nasrallah cite une expression en persan]. Il ne se fatigue jamais. Nous sommes tous sujets à la fatigue. Parfois, nous sentons que les choses pèsent très fort sur nous, nous subissons une pression (à la limite du tolérable), mais le Hajj travaillait (inlassablement) durant de longues heures, même lorsqu’il devait être épuisé. Je me souviens que durant certaines l’une de ses visites (au Liban), il souffrait d’une rage de dents, et (il est bien connu) que cette douleur est insupportable. On lui avait proposé de faire venir un dentiste, mais il a répondu « Pas maintenant, après notre réunion. » C’est-à-dire après 6 heures pendant lesquelles il allait supporter la douleur, tout en dirigeant et participant à la réunion, en prenant des décisions (cruciales), et tout à la fin, il se rend chez le dentiste. La capacité d’endurance et de patience du Hajj Qassem face à la fatigue, aux plus âpres difficultés, est tout à fait exceptionnelle. Je n’ai jamais connu personne, et je n’exagère nullement, qui soit capable de tant supporter la fatigue, les efforts, le manque de sommeil, etc., autant que le Hajj Qassem.

Un autre aspect important de sa personnalité est sa minutie. Il était extrêmement minutieux et appliqué. Il suivait en permanence (les différents dossiers) [Nasrallah illustre ce propos par une expression en persan]. Par exemple, quelqu’un peut se mettre d’accord (sur quelque chose) avec quelqu’un d’autre, puis après une semaine, deux ou trois, s’enquérir du dossier ou pas, s’informer ou pas (de l’affaire en question), mais pas le Hajj Qassem. Dès le deuxième ou le troisième jour, il s’informait de l’avancée du dossier, il suivait (toutes les affaires) de manière précise et avec insistance. Et bien sûr, il ne le faisait pas de manière empressée (et bâclée), mais de manière précise, détaillée et réactive. C’est l’un des aspects de la Voie du Hajj Qassem.

Journaliste : On dirait qu’il a toujours gardé l’énergie d’un jeune homme.

Hassan Nasrallah : Peut-être qu’une autre personne se dirait qu’elle aura tout le temps de suivre ou de s’enquérir de tel ou tel dossier durant les mois à venir, mais pas le Hajj Qassem (qui suivait les questions presque au jour le jour). Il était très important pour lui de ne pas perdre de temps. Par exemple, ce qui pouvait être fait en cinq ans (pour d’autres) devait être bouclé en un ou deux ans (seulement avec lui), grâce à son insistance et son suivi assidu des dossiers.

Un autre aspect de sa personnalité est sa très grande humilité. Il était extrêmement humble. Et son humilité avait une très grande influence. Vous savez qu’en général, les soldats, lorsqu’ils sont au combat, se sentent forts et puissants, et peuvent être touchés par l’arrogance, la superbe, s’enorgueillir, etc. Le Hajj Qassem était quelqu’un de très humble, même avec les gens du commun, les gens simples. C’est l’un des aspects de sa Voie. Bien sûr, nous devons tous êtres humbles, mais le fait que ce commandant, avec sa position et cette responsabilité (énorme qui pèse sur lui), soit si humble avec tout le monde, c’est quelque chose de très important.

La Voie du Hajj Qassem est celle de la confrontation des dangers. Il se rendait toujours dans la gueule du loup, sur les premières lignes de front, bravant la mort. Je n’étais pas d’accord avec lui sur ce point. J’insistais toujours pour qu’il reste en retrait, prenant des dispositions en ce sens. Mais nous tous avons été incapables de l’empêcher de se rendre en première ligne. C’est l’homme qui est toujours présent dans les moments (les plus) difficiles, les jours (les plus) sombres. Par exemple, durant la guerre de juillet 2006, la guerre de 33 jours, il s’est rendu de Téhéran à Damas, puis nous a contactés pour nous dire qu’il voulait venir à nos côtés, dans la banlieue sud de Beyrouth (bastion du Hezbollah). Nous avons répondu (incrédules) : « Comment ? C’est impossible ! » Les ponts avaient été détruits, les routes coupées, les avions de guerre israéliens frappaient toutes les cibles (réelles ou supposées), etc. C’était une situation de guerre totale ! Il (nous semblait) impossible de le faire venir jusqu’à nous, dans la banlieue sud de Beyrouth. Mais il a énormément insisté, nous disant que si nous ne lui envoyions pas de voiture, il viendrait par ses propres moyens. Il a insisté, et il est venu à nous. Et il est resté avec nous pendant toute la durée de la guerre.

Voir Révélations de Qassem Soleimani sur la guerre de 2006

De même pour les événements en Syrie et en Irak, dans la lutte face à Daech, nos frères irakiens également nous racontaient qu’il était toujours en première ligne, marchait en première ligne. C’est quelque chose d’exceptionnel. Normalement, les généraux restent en retrait et dirigent les armées ou brigades (depuis l’arrière), du moins dans les armées régulières, à l’exception de la guerre Iran-Irak qui est une expérience particulière.

Quoi qu’il en soit, en vérité, tout ce qu’on peut dire sur la Voie du Hajj Qassem vient de l’Imam Khomeini et de son école, et des indications de Son Éminence le Guide (Khamenei), que Dieu le préserve, et de l’expérience de la guerre Iran-Irak. C’était une expérience grandiose quant à ses conséquences idéologiques, culturelles, spirituelles et militaires. Nous avons trouvé cette expérience grandiose incarnée dans la personnalité du Hajj Qassem.

e pourrais dire bien des choses encore sur la Voie du Hajj Qassem Soleimani, mais je me contenterai de ces éléments pour répondre à vos (autres) questions. […]

Journaliste : Pouvez-vous nous parler de souvenirs communs avec lui concernant la crise en Irak et en Syrie ? Quelle aide vous a-t-il demandée ?

Hassan Nasrallah : Nous ne parlons donc pas des derniers développements en Irak, (mais) de l’apparition de Daech. Lorsque Daech est apparu en Irak, et que cette organisation a commencé à s’emparer d’un certain nombre de provinces irakiennes, il est apparu que la situation était critique. L’armée irakienne était incapable de faire face à la situation, du fait (de son démantèlement par l’occupant américain et) des effondrements qui se sont produits. J’ai entendu dire par plusieurs responsables irakiens que de nombreux entrepôts d’armes étaient vides de munitions et d’obus utilisables. La situation morale et psychologique (était catastrophique).

Le Hajj Qassem s’est donc rendu en personne à Bagdad, accompagné d’un groupe de commandants des Gardiens de la Révolution. Il a pris contact avec les frères irakiens et avec les factions de la Résistance avec lesquels il était en contact permanent depuis longtemps. C’est lui qui s’est rendu sur le terrain pour (lancer) les premiers combats, il est allé de l’avant. Et l’événement bien connu sur la route Bagdad-Samarra a eu lieu, dans lequel le Hajj Qassem Soleimani et d’autres frères présents avec eux ont failli être tués. Quelques jours après cet incident, ou au même moment, le Grand Ayatollah Sayed Sistani, que Dieu le préserve, a édicté sa fatwa célèbre et historique (enjoignant les Irakiens au djihad contre Daech), décrétant l’état d’alerte pour que le peuple irakien et les factions combattantes affluent sur les lignes de front. Tout cela avait besoin d’organisation.

A ce moment, le Hajj Qassem s’est rendu de l’aéroport de Bagdad à l’aéroport de Damas, d’où il est venu (directement) à Beyrouth, dans la banlieue sud. Il est arrivé auprès de moi à minuit. Je me souviens très bien de ce qu’il m’a dit : « Il faut qu’à l’aube, tu m’aies fourni 120 commandants d’opération (du Hezbollah) ». Je lui ai répondu « Mais Hajj, il est minuit, comment pourrais-je te fournir 120 commandants ? » Il m’a dit qu’il n’y avait pas d’autre solution si on voulait lutter (efficacement) contre Daech, défendre le peuple irakien, nos lieux saints (5 des 12 Imams du chiisme duodécimain ont leur mausolée en Irak), nos Hawzas (séminaires islamiques), et tout ce qui existait en Irak. Il n’y avait pas le choix. « Je n’ai pas besoin de combattants. Il me faut des commandants opérationnels (pour encadrer les forces populaires irakiennes). » C’est pour cela que dans mon discours (commémorant l’assassinat de Soleimani), j’ai déclaré que durant les quelques 22 ans de notre relation avec le Hajj Qassem Soleimani, il ne nous avait jamais rien demandé. Il ne nous a jamais rien demandé, pas même pour l’Iran. Oui, il nous a demandé une seule fois (notre aide), et c’était pour l’Irak, lorsqu’il nous a demandé ces (120) commandants d’opérations. Il est donc resté avec moi, et nous nous sommes mis à contacter nos frères (du Hezbollah) un par un. Nous avons pu faire venir près de 60 commandants opérationnels, dont certains frères qui étaient présents sur les lignes de front en Syrie, et que nous avons envoyés à l’aéroport de Damas (pour y attendre Soleimani), et d’autres qui étaient au Liban, et que nous avons réveillés de leur sommeil et fait venir (immédiatement) depuis leur maison car le Hajj a dit qu’il voulait les prendre avec lui dans l’avion qui le ramènerait à Damas après la prière de l’aube. Et de fait, après avoir prié ensemble la prière de l’aube, ils se sont envolés pour Damas avec lui, et le Hajj Qassem s’est rendu de Damas à Bagdad avec 50 à 60 commandants libanais du Hezbollah, avec lesquels il s’est rendu sur les lignes de front en Irak. Il avait dit qu’il n’avait pas besoin de combattants, car Dieu merci, il y en avait abondance de volontaires en Irak. Mais il lui fallait des cadres pour diriger ces combattants, les entraîner, leur transmettre l’expérience et l’expertise, etc. Et il n’est pas parti avant de prendre mon engagement que d’ici deux ou trois jours, je lui aurais envoyé les 60 commandants restants.

Soleimani donnant des instructions aux combattants pour respecter les biens d’autrui, suivi du récit d’un syrien qui a trouvé une lettre de Soleimani dans sa maison abandonnée, dans laquelle le Hajj Qassem s’excusait d’y avoir séjourné une nuit sans pouvoir demander la permission.

Bien sûr, cette nuit-là, j’ai senti qu’aux yeux du Hajj Qassem, le monde entier était l’Irak et la bataille qui s’y déroulait. En vérité, il était complètement immergé dans cette bataille, et il la considérait comme décisive pour le destin de la région. Il n’était pas permis de la négliger. Il était prêt à y être tué. Je lui ai dit « Hajj, les frères m’ont informé que sur la route de Bagdad à Samarra, tu étais dans le convoi (qui a été attaqué), et c’est très dangereux. » Il a répondu qu’il n’avait pas d’autre choix, et qu’il devait avancer pour que les autres avancent aussi. « Le temps est compté, et nous n’avons qu’une minuscule fenêtre pour intervenir », m’a-t-il dit. Ce n’était pas le moment de la prudence et de la pondération, mais il fallait tout donner (dans cette bataille). Il était très ému par ce qui se passait en Irak et prêt à y être tué 1000 fois afin de sauver le peuple irakien, les saints mausolées, les Hawzas, et éloigner ce danger de l’Irak, de la République Islamique et de toute la région. Nous savons tous que si Daech était parvenu à s’emparer de l’Irak, cela aurait menacé l’Iran et toute la région. Mais ceux qui auraient payé le plus grand prix face au projet de Daech sont les Irakiens, le peuple irakien en premier lieu.

Journaliste : Quand est-ce que vous avez fait la connaissance du Hajj Abu Mahdi (al-Muhandis, assassiné avec Soleimani) ? Quand l’avez-vous rencontré pour la première fois ? Pouvez-vous évoquer des souvenirs de cette rencontre ?


Al-Muhandis – Nasrallah – Soleimani

Hassan Nasrallah : J’ai fait la connaissance du Hajj Abu Mahdi au début des années 1990, vers 1991-1992. Je ne le connaissais pas avant cette date, il était alors au Koweït. Je l’ai ensuite connu, et la première fois que je l’ai rencontré, c’était à Téhéran. C’était l’un des principaux commandants des Brigades Badr [troupes irakiennes ayant combattu contre Saddam durant la guerre contre l’Iran], qui sont ensuite devenues l’Organisation Badr. Rapidement, une relation d’affection, d’amitié et de respect s’est tissée entre nous. Il avait également de bonnes relations avec nos frères au Liban, avec le frère Zulfiqar en particulier (commandant du Hezbollah tué en Syrie en 2016), avec le Hajj Imad Moghniyeh et les autres frères. Et par la suite, cette relation s’est développée après que le Hajj Qassem devienne le commandant des Forces al-Quds. Depuis sa position (de responsabilité) en Irak, la relation d’Abu Mahdi avec le Hajj Qassem (s’est développée), de même que la nôtre au Liban, ce qui a augmenté les liens que nous avions avec Abu Mahdi.

Mais notre relation avec Abu Mahdi s’est véritablement renforcée durant ces dernières années, du fait des événements en Irak et de la lutte contre Daech qui a vu de nombreux membres du Hezbollah se rendre en Irak pour aider le Hachd al-Cha’bi et les factions de la Résistance. Nos frères étaient en contact permanent avec le Hajj Abu Mahdi, qui est venu plusieurs fois au Liban pour me rencontrer. A peine 3 mois environ avant son martyre, il était ici au Liban. Une fois, il est même venu avec sa famille. Durant notre dernière rencontre il y a plusieurs mois, nous nous sommes entretenus pendant des heures, évoquant la situation en Irak, évaluant les sphères sécuritaire et militaire, la manière de renforcer le Hachd al-Cha’bi comme défenseur authentique du peuple irakien, etc. Et du fait de la force de notre relation, il me disait : « Militairement, Daech est vaincu, et il ne reste que quelques cellules isolées qui seront (rapidement) éliminées avec la grâce de Dieu. Mais je redoute que la bataille contre Daech se termine et que je sois toujours en vie. » Et il a mis sa main sur sa barbe, disant « Ma barbe est grise, de même que mes cheveux, et après toutes ces longues années (de lutte), je crains vraiment de mourir dans mon lit. Je te demande donc avec insistance de prier Dieu le Très-Haut et l’Exalté de m’accorder le martyre. »

Naturellement, conformément aux édits de Son Éminence le Guide (Khamenei), que Dieu le préserve, lorsque quelqu’un demande au Guide de prier pour qu’il obtienne le martyre, il ne demande pas à Dieu d’accélérer son martyre, mais demande de lui accorder de mourir en martyr. Et il ajoute parfois en plaisantant « J’espère que tu auras passé les 80 ans (lorsque Dieu t’accordera le martyre) ! » L’important est que nous mourions en martyr, (mais le plus tard possible). C’est ce que j’ai répondu à Abu Mahdi, à savoir que je n’invoquerais pas Dieu pour qu’il accélère son martyre, mais pour que sa mort soit celle d’un martyr, et je lui ai demandé de prier lui aussi Dieu pour qu’il nous accorde la même fin. Cela s’est passé durant notre dernière rencontre.

Je tiens également à dire que notre connaissance (intime) d’Abu Mahdi nous permet d’affirmer que c’était un homme très sincère, très loyal, très pieux. Il avait un haut sens de la responsabilité, et c’était un moudjahid au vrai sens du terme. Et gloire à Dieu, il a de nombreux points communs avec le Hajj Qassem Soleimani. Et c’est l’une des raisons de la relation exceptionnelle qui les liait.

Journaliste : La guerre en Irak a contraint le Hajj Qassem à être plus présent sur le champ de bataille. En vérité, il se rendait dans tous les endroits sensibles des premières lignes. Et nous l’avons vu à plusieurs reprises durant des opérations de reconnaissance et autres. Ces conditions n’étaient-elles pas dangereuses pour sa vie ? Il surgissait par surprise en plein cœur des combats. Pourquoi ?

Hassan Nasrallah : Il était toujours en danger, en très grand danger. Sur les premières lignes de front et les champs de bataille où il s’est rendu en Irak et également en Syrie, il était en danger en permanence. Et il refusait d’être présent seulement en retrait. Il se rendait en première ligne, et voulait voir les choses de ses propres yeux pour estimer la situation directement et de première main, et échanger avec les combattants en première ligne. Il tenait à aller à leur rencontre et à se trouver parmi eux. C’était sa manière de procéder. Bien sûr, nous le lui reprochions en permanence.

(Il faut bien comprendre) qu’il ne faisait pas cela seulement parce qu’il aspirait ardemment au martyre. Certains disaient que le Hajj Qassem recherchait (seulement) le martyre et cherchait l’occasion d’être tué, et que cela expliquait sa présence en première ligne. Ce n’est pas vrai, ou du moins ce n’est pas exact. Car il savait également qu’une obligation religieuse pesait sur lui, et qu’il n’avait pas le droit de s’exposer à la mort sans nécessité. Non ! Le Hajj avait une vision, qui était vraie dans une grande mesure : il disait que cette bataille en Irak et en Syrie nécessitait une grande endurance, un grand courage, une persévérance sur les champs de bataille. Cela ne pouvait pas être obtenu par une gestion en retrait, loin des lignes de front. La présence d’un commandant du niveau du Hajj Qassem Soleimani sur les lignes de front était d’une importance capitale pour assurer cette fermeté du moral, des âmes et des cœurs. Sa présence même sur tel front suffisait à donner une force énorme aux combattants, les aidant à rester, à persévérer, à endurer, malgré tous les dangers et toutes les difficultés qu’ils affrontaient. Sans même parler de tous les autres avantages que confère à un commandant le fait d’être au plus près des données du terrain.

Mais je considère, et c’est ce que je l’entendais dire lorsque je débattais de cette question avec lui, que l’aspect moral, psychologique et émotionnel était de la plus grande importance à ses yeux. Et c’est la vérité ! Tu peux voir sur les (innombrables) vidéos de quelle manière il se comportait avec les jeunes (combattants) en première ligne, dans les tranchées, (et comment ils réagissaient) lorsque le Hajj Qassem venait à eux. Ils l’embrassent, lui embrassent la main, pleurent, le serrent dans leur bras, lui reprochent d’être venu à eux (s’exposant ainsi au danger), etc. Cette influence émotionnelle est très importante. C’est pour cela qu’est née et s’est façonnée une (véritable) relation d’amour, d’affection, de passion entre les combattants et le Hajj Qassem Soleimani. Cela ne se serait jamais produit s’il dirigeait les opérations depuis l’arrière. La cause de cette grande affection est sa présence directe sur les lignes de front.

Par ailleurs, lorsque toutes ces vidéos et toutes ces photos ont commencé à apparaître dans les médias et sur les réseaux sociaux, je lui en ai parlé, lui disant « O Hajj, c’est quelque chose de très dangereux ! » Mais il ne le faisait pas à dessein. Lorsqu’il se rendait en première ligne, il n’avait pas de caméras avec lui pour le filmer, mais ce sont les (combattants) présents sur place qui le filmaient, car comme tu le sais, ils ont tous des smartphones avec lesquels ils photographiaient ou filmaient le Hajj et diffusaient les images sur les réseaux sociaux. (Lorsque je lui reprochais cette imprudence), il me répondait « Mais ces jeunes (combattants) sont en première ligne, prêts à se sacrifier, risquant leur vie à chaque instant. Je n’ose pas leur dire de ranger ces téléphones ou leur interdire de me filmer parce que cela me met en danger. » C’est pourquoi il les laissait faire. Et en vérité, les premières images et films du Hajj Qassem à avoir été diffusées ne l’ont pas été par lui ni par les forces d’Al-Quds (Jérusalem), mais par les combattants de première ligne qui filmaient et photographiaient ses visites et sa présence parmi eux puis les diffusaient. Et c’est comme ça que ces images se sont répandues sur les réseaux sociaux. Il n’y avait pas d’autre choix. Car il se serait senti honteux d’interdire à ces jeunes combattants de le filmer sous prétexte que cela le mettrait en danger, alors qu’ils étaient eux-mêmes les plus exposés à la mort. Telle est la véritable raison de la présence du Hajj Qassem dans les médias durant ces dernières années, qui n’était nullement un acte délibéré.

Journaliste : Après la défaite du projet daechi et takfiri en Irak et en Syrie, avez-vous rencontré le Hajj Qassem et Abu Mahdi al-Muhandis ensemble ?

Hassan Nasrallah : Oui, nous nous sommes rencontrés tous les trois. Cette photo [cf. ci-dessus] a été prise chez nous, dans la banlieue sud de Beyrouth. Les frères ont fait un montage (incluant tous les martyrs tués aux côtés de Soleimani et al-Muhandis), mais sur la photo originale, ils sont assis sur un canapé dans mon bureau.

Nous étions ensemble. Et il y a également des photos de nous trois réunis, moi, le Hajj Qassem et le Hajj Abu Mahdi.

Nous avions eu une longue rencontre dont l’objectif était l’évaluation des derniers événements en Irak, de ce que nous (le Hezbollah) pourrions faire pour l’aider dans la prochaine étape, et d’un autre côté, au cas où une guerre israélienne contre le Liban ou contre la région serait déclenchée, de ce que nos frères irakiens pourraient faire pour nous aider face à cette guerre. […]

 

Lecture complémentaire :

« Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur » (format PDF)

 

Entretien avec le General Qassem Soleimani sur la guerre de juillet 2006 contre le Hezbollah…
Les dessous de la guerre : VIDEO

 

 

Assassinat de Qassem Soleimani par Trump : L’Irak émet un mandat d’arrêt contre « Donnie mains d’enfant »…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 8 janvier 2021 by Résistance 71

 

 

 

Assassinat de Soleimani : La justice irakienne lance un mandat d’arrêt contre Trump

 

Al Manar

 

7 janvier 2021

 

url de l’article en français :
https://french.almanar.com.lb/1980772

 

Un tribunal irakien a délivré, jeudi 7 janvier, un mandat d’arrêt national contre le président américain sortant Donald Trump dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat d’Abou Mehdi al-Mouhandes, numero deux du Hachd Chaabi en Irak, assassiné par un drone US l’année dernière aux côtés du général iranien Qassem Soleimani.

Le tribunal des enquêtes de Roussafa, le secteur oriental de Bagdad, « a décidé de délivrer un mandat d’arrêt contre le président sortant des États-Unis d’Amérique Donald Trump conformément à l’article 406 du Code pénal irakien », détaille un communiqué de l’Autorité judiciaire.

Cet article prévoit la peine de mort pour tout meurtre avec préméditation.

Le tribunal assure avoir conclu l’enquête préliminaire mais « les investigations se poursuivent pour démasquer les autres auteurs de ce crime, qu’ils soient Irakiens ou étrangers ».

En juin déjà, l’Iran avait émis un mandat d’arrêt et réclamé l’émission d’une « notice rouge » auprès d’Interpol contre Trump pour la mort du général Soleimani, une procédure qui n’a jusqu’ici pas abouti.

Le drone qui a pulvérisé les véhicules des deux hommes le 3 janvier 2020 à l’aéroport de Bagdad avait décollé sur ordre de M. Trump qui s’était réjoui quelques jours plus tard d’avoir assassiné « deux (hommes) pour le prix d’un ».

Cet assassinat a été qualifié d’ »illégal » et « arbitraire » par Agnès Callamard, Rapporteure spéciale sur les exécutions extrajudiciaires de l’ONU.

Le Premier ministre irakien accusé de complicité

Depuis un an, des partis irakiens ne cessent d’accuser nommément le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, alors uniquement chef du renseignement, de complicité dans ces assassinats.

Avec les commémorations du premier anniversaire de l’assassinat des deux hommes, le climat politique déjà tendu à l’approche de législatives promises en juin est devenu délétère.

 

Réflexions sur la résistance, le peuple en arme et la rébellion (suite) : le cas emblématique du Hezbollah « le Superbe »

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 décembre 2020 by Résistance 71

 


Peuple en arme et auto-défense

 

Ce texte fait suite à notre première publication sur le sujet du 8 décembre 2020

Les 3 textes en format PDF :
Reflexions-sur-le-peuple-en-armes-la-resistance-et-la-rebellion-3 textes

“La guerre est un acte de pouvoir, de meurtre, de vol. Elle est l’expression la plus claire et la plus précise de l’État.”
~ Gustav Landauer ~

“Un spectacle épouvantable et douloureux s’est élevé devant mes yeux : j’ai écarté le rideau de la corruption des Hommes.”
~ Friedrich Nietzsche ~

“Le gouvernement américain planifie t’il vraiment de frapper les perpétrateurs et les sponsors des récentes attaques [du 11 septembre 2001], ou veut-il prendre avantage de ces évènements tragiques pour élargir son hégémonie sur le monde et poursuivre toujours plus avant sa politique injuste, qui a dégénéré à ce niveau de haine au sein des peuples du monde et de beaucoup de leurs gouvernements ?…”
~ Communiqué du Hezbollah dénonçant les attentats du 11 septembre 2001, publié le 17/9/01 ~

“Libérons nos esprits de l’impression que notre ennemi est insurmontable, car il y a un point de faiblesse en chaque ennemi et il est de notre devoir d’identifier ce point et d’y focaliser toute notre attention. Prenons à notre compte le devoir d’exercer tout effort possible pour préserver notre indépendance et nos principes. Comprenons enfin que la victoire commence de l’intérieur…”
~ Naïm Qassem, SG adjoint du Hezbollah, 2005 ~

 

 

Hezbollah le superbe

 

Taxi

 

24 novembre 2020

 

url de l’article original:
https://platosguns.com/2020/11/24/hezbollah-the-beautiful/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’âme d’un guerrier dort dans son poing, se réveille dans son poing et jusqu’à sa mort, so dernier souffle, existera dans son poing.
Aucune arme et aucun danger mortel ne peut défaire ce poing. Un guerrier vivra et mourra le poing serré.
Ceci non pas par amour de la violence ni pour l’excitation de la guerre. Pas non plus à cause d’une démente passion pour la mort, mais parce qu’un guerrier sait que même en temps de paix, le mal et les malfaisants se tapissent dans l’ombre de la paix.

Le guerrier l’est par vocation, Ce n’est pas du mercenariat, ce n’est pas matériel, pas négociable. Le monde du véritable guerrier est un monde purement de la défense. Il est fixé seulement sur la protection d’une justice supérieure, l’auto-défense et celle du faible. Il n’est jamais prédateur. Un guerrier est imbriqué dans une culture de dignité, de droiture et de martyr. Humble dignité et martyr sacré. Un véritable guerrier n’est pas un soldat ordinaire, ni un personnage de célébration dans les médias ou de mythologie. Le guerrier est vrai. Il est rare. Un véritable guerrier est la seule classe d’être humain capable d’embrasser la mort sur son œil. Il n’y a aucune peur du vide noir infini dans le cœur du véritable guerrier.
Au travers de l’histoire, les cultures dans l’adversité et sous attaque par des ennemis envieux de leurs ressources, ont produit leur propre variété de guerriers. Les Amérindiens nous ont donné les “Braves” ; le Japon les “Samouraïs”, la France nous a donné Jeanne d’Arc, l’Afrique nous a donné la “reine guerrière Amina” et le Liban moderne nous a donné le Hezbollah.

Le Hezbollah, le groupe actuel de résistance-guerrier ayant le plus de succès face à la plus malveillante de toutes les abominations modernes, à savoir l’axe du mal composé des Etats-Unis, d’Israël et leurs alliés arabes wahabbites du Golfe. Le Hezbollah est aussi le groupe guerrier le plus craint de l’ère moderne. Car, incapables de vaincre le Hezbollah sur le terrain et après avoir déjà dépensé 11 milliards de dollars sur bien des coups d’états échoués et des campagnes de propagande de dénigrement cette dernière décennie, l’axe du mal en est maintenant réduit à ne pouvoir attaquer le Hezbollah qu’avec le mensonge et des accusations bidons. Pour le diaboliser, ternir leur réputation immaculée dans une vaste campagne médiatique est la seule arme qui reste à l’axe du mal. Cette attaque diffamatoire peut marcher sur des gens mal informés, mais cela ne minimisera en rien les formidables capacités militaires du Hezbollah sur le terrain du champ de bataille. L’écume de l’agitation ne changera en rien la donne ni les faits de terrain. Ce ne sera que toujours plus de fric des contribuables gaspillé sur une chimère.

Le Hezbollah est noble mais pas aristocrate. Ses guerriers et ses leaders viennent essentiellement de la classe laborieuse, des communautés paysannes, qui se regroupent pour repousser un envahisseur colonial vicieux et génocidaire connu sous le nom d’Israël. Trente ans environs après la naissance du groupe de résistance (NdT: créé en 1982 en émergence du groupe Amal de résistance libanaise à l’occupation israélienne), le Hezbollah demeure exceptionnellement humble et profondément ancré dans ses débuts modestes. Bien que le Hezbollah ait perdu des guerriers au combat, le nombre de ses martyrs est demeuré relativement bas et il doit toujours perdre une bataille dans ses plus de 30 ans de lutte armée et d’existence. Et malgré ses succès stratosphériques sur le champ de bataille, le Hezbollah demeure magnanime et généreux dans la victoire. Ce qui est aussi sans doute le plus impressionnant est que son leadership ne pratique pas la mesquinerie, la tromperie. Simplement, ils ne mentent pas. Pas une seule fois son leadership n’a menti ou trompé qui que ce soit, encore moins ses combattants, ses alliés ou ses supporteurs. Disant la vérité et tenant toujours parole, même les citoyens israéliens d’après bien des sondages, croient plus les leaders du Hezbollah que leurs propres dirigeants et politiciens de Tel Aviv. Parce que encore et toujours, ce que dit le Hezbollah est ce qui est et ce qu’il promet arrive toujours. De fait, le Hezbollah a toujours été plus intelligent que son ennemi plus puissant, ce à chaque coin de rue et a toujours tenu ses promesses.

Toutes les batailles menées par le Hezbollah le furent pour des raisons défensives. TOUTES. Ils sont particulièrement bien disciplinés et focalisés sur la tache d’une libération juste des forces cruelles et oppressives. Leur système d’entraînement ne produit absolument aucun traître et aucun disciple de Mammon facilement leurré par l’appât du gain, de plaisirs physiques ou d’un statut politique quelconque. Les membres du Hezbollah sont immunisés contre toute forme de chantage, contre toute distraction de leur cause. Ancré dans une culture du martyr inspirée par le petit-fils du prophète Mahomet, Hussein, et son horrible martyr, une agonie emprunte de passion en parallèle avec celle du Christ, les guerriers du Hezbollah sont au-delà de toute corruption possible de leur âme.

Leur entrainement a deux segments : ils sont entraînés au combat de guerilla flexible et asymétrique tout en recevant simultanément une entrainement spirituel et religieux. Une philosophie inspirée par leur croyance religieuse en un dieu juste et miséricordieux, un dieu qui récompense les justes et les purs. Ceci est justement ce qui les distingue des autres mouvements armés ou armées : leur dévouement physique et spirituel à un dieu juste et bon. Bien que profondément religieux et dévoués strictement à l’islam, ils sont remarquablement tolérant avec les autres sectes, autres fois et autres cultures, comme exemplifié par leur récente volonté de martyr en défense de musulmans sunnites, druzes et alaouites aussi bien que par leur héroïque défense de villages chrétiens et de leurs très anciennes églises au Levant. Les guerriers du Hezbollah ont sacrifié leur propre vie pour libérer la progéniture même du christianisme original du monde qui existe toujours au Levant, de les libérer de terroristes et envahisseurs de l’état islamique EIIL et de ses militants occidentaux soutenus pas Israël (NdT: et l’OTAN, Turquie en tête de pont…). il convient aussi ici de préciser que d’après un général libanais avec lequel j’ai discuté, le Hezbollah est aussi le protecteur de la toute dernière synagogue juive du Liban et de sa communauté de quelques 400 membres.

Peut-être est-il aussi bon d’ajouter aussi ici que durant leurs guerres contre Israël, le leadership du Hezbollah a même soutenu les efforts de résistance de groupes communistes libanais athées (NdT: comme le FPLP) se battant contre l’armée envahisseuse juive. Ils ont partagé le pain et se sont liés d’amitié avec croyants et athées de la même façon au nom du combat et afin de repousser un ennemi génocidaire et cleptomane. Le Hezbollah demeure très lié avec d’autres groupes de résistance libanais, ce même en temps de paix. Leurs amitiés sont toujours sincères et fortes, totalement dénuées de rapport exploiteur et de tendance à la realpolitik. Ils sont préoccupés de réunifier le peuple de leur patrie et non pas de le diviser et de le dominer. Ils soutiennent une coexistence équitable et pacifique entre les 18 religions et sectes reconnues au Liban, dont la population actuelle est de l’ordre de 6,8 millions d’habitants. Il est également officiel et historique que le Hezbollah ait donné l’immunité à des traîtres libanais qui avaient coopéré avec Israël durant les 18 mois de l’occupation du Liban. 

Le Hezbollah suit des règles morales très strictes pour faire la guerre, qui ne permettent pas de tuer l’ennemi sans raison : leur tactique primordiale et la plus importante et de repousser l’ennemi et non pas de l’annihiler et si cela est insuffisant, alors l’annihilation devient une possibilité permise et sanctifiée (NdT: Il est intéressant ici de noter qu’exactement la même démarche est prévue dans Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix régissant la confédération iroquoise depuis le XIIème siècle..). La règle islamique de la guerre insiste sur le traitement humain des prisonniers de guerre et le Hezbollah a toujours rempli cette obligation. Les combattants sont entraînés à être courtois envers leurs captifs : ils sont entraînés non seulement à la guérilla mais aussi éduqués aux principes de charité et de pitié envers ceux qui sont capturés et repentant. Le Hezbollah n’abuse jamais de la victoire en déclarant un pouvoir absolu : ils croient au partage du pouvoir avec leurs compatriotes, même avec ceux qui n’ont jamais mis un pied sur le champ de bataille.

Le Hezbollah est suprême et pourtant en aucun cas suprémaciste.

Ils ne dérogent jamais à leur règle de la guerre par peur de leur dieu. Ils préféreraient mourir que de déroger à ces lois ainsi déplaisant à leur dieu. Ils suivent leur protocole militaire et philosophico-religieux avec extrême précision et pratiquent un respect dévoué et une confiance sans limite envers la droiture de leur cause et de leurs commandants. Les exécutions extra-judiciaires sont absolument interdites ainsi que l’assaut injustifié de l’ennemi. Ils ne tirent jamais sur des gens désarmés, femmes et enfants, ni sur des hommes désarmés. Ils ne prennent jamais pour cible des handicapés dans leur fauteuil roulant comme c’est le cas avec l’armée israélienne et autres entités de l’appareil de sécurité israélien. Ils n’envahissent pas, ils libèrent. Le Hezbollah est un résistant actif et défensif et pas une armée d’usurpateurs, de voleurs et de psychopathes vouée à l’assassinat de masse et au pillage de ce qui ne leur appartient pas.

Leur culture de la résistance est pleinement humaniste en long en large et en travers.

Ils ambitionnent un monde juste et beau, pacifique, peu importe ce qu’il leur en coûte en vie humaine. En fait, ils vivent pour le martyr, ils l’attendent et l’embrassent pour la cause d’un monde juste et pacifique. Ils ont élu le martyr comme étant la plus haute distinction possible dans une vie.

“Nous n’avons pas peur de la mort car la mort est notre martyr. Le martyr signifie vivre toujours au plus près de dieu. Vivre près de lui est le but ultime dans l’évolution de l’humanité et cela ne peut pas être atteint en dehors du martyr.” dit un combattant du Hezbollah.

Il y a une trinité de principes contenue dans la philosophie du martyr du Hezbollah. Ils sont prêts à mourir pour trois choses : dieu, la famille et la nation. Ils vivent et meurent pour rien d’autre que dieu, la famille et la nation. Je ne peux pas suffisamment insister sur la haute signification de ces trois éléments pour tous les membres du Hezbollah. En tant que guerriers de la foi, ils ne se séparent pas de leur philosophie de la vie et de son triptique, pas même lorsqu’ils combattent ou en temps de paix, pas même momentanément, pas même une nanoseconde. Leur philosophie du martyr est leur bouffée d’oxygène. Leur colonne vertébrale. Ils sont toujours consistant dans leur profonde implication dans leur philosophie divine triangulaire. Ceci est la mère de tout absolu pour eux. Ceci leur donne un courage et une rectitude sans peur et sans reproche à l’infini. Ceci inspire leur attachement et leur amour à la rectitude et la discipline avec une légèreté physique et mentale sans limite.

Durant l’entrainement à la guerre et sur le champ de bataille, ils demeurent intimement connectés à cette trilogie de motivation. Dans leur univers, le muscle, le moral et le divin sont étroitement imbriqués. Ceci est la raison même de leur record de victoires sans jamais essuyer de défaite et leur force et popularité ne cessant d’augmenter dans le monde.

Le Hezbollah révère son dieu par dessus tout, celui-ci est assis au sommet de leur pyramide spirituelle lié directement aux deux choses terrestres dignes d’intérêt la famille et la nation. Leur vénération pour cette triade est au-delà de leur propre vie. Leurs devoirs terrestres à la famille et la nation sont directement liés à leur service de dieu. Les guerriers du Hezbollah sont les serviteurs altruistes de dieu et de la protection de la famille et de la nation. Ceci satisfait leur dieu et les guerriers du Hezbollah ne vivent que pour servir leur dieu. Leurs ennemis doivent être avertie et attentifs. Les guerriers du Hezbollah vont activement neutraliser toutes menaces à cette trilogie et ils ne briseront jamais ce contrat moral, même au prix de leurs vies. Ceci constitue leur seule mission sur terre : dévotion à dieu et défense sans relâche de la famille et de la nation. Ceci constitue très brièvement le manifeste du Hezbollah. Rien de moins que ça, rien au-delà de ça.

Le modèle et système de résistance a gagné beaucoup de traction positive et s’est étendu au dehors de leur géographie du Levant : des dunes du Yémen jusqu’en Amérique du Sud, du croissant fertile jusqu’à travers le continent asiatique, le modèle de résistance du Hezbollah s’est étendu et continue à être reçu à bras ouverts, au grand dam de leurs fourbes ennemis vaincus.

Une autre qualité unique du Hezbollah est sa sobre patience. Ce sont des gens particulièrement adeptes à l’art de la patience : leurs amis iraniens, maîtres de la tapisserie leur ont enseigner cette technique vital et ils appliquent cette discipline mentale à toutes leurs stratégies militaires. Croyant que leur foi en leur dieu est permanente mais que toute chose matérielle et terrestre est sujet à changement, ils jouent un jeu de long terme contre leur ennemi avec pleine confiance et un succès des plus évidents.

Pourtant, malgré toutes ces qualités admirables présentées ci-dessus, leurs ennemis et les mégaphones médiatiques de leurs ennemis étiquettent le Hezbollah comme “narco-trafiquants”, “narco-terroristes” et “terroriste islamiste”. Accuser le Hezbollah de trafiquer la drogue est aussi absurde que d’accuser Mère Thérésa de vente globale d’héroïne. Tous ceux qui connaissent le Hezbollah et son mode de vie savent parfaitement que leurs guerriers et leurs leaders vivent une vie sobre et parfaitement propre. Ils ne parlent même jamais en mal, ne calomnient pas et n’insultent jamais leurs ennemis. Ils sont aussi propre dans leur langage que dans leur vie. Connaissant le style de vie et la philosophie auxquels adhèrent strictement ses membres que ce soit sur le champ de bataille ou en dehors, il est tout a à fait inconcevable que le Hezbollah se risquerait à déplaire à leur dieu en mettant en place des réseaux internationaux de vente de drogue qui ruinent la vie des gens, brisent des familles et affaiblissent des nations. Cette accusation insensée appartient à la longue liste des mensonges perfides fabriqués par leurs ennemis qui eux-mêmes de fait, participent au commerce international de la drogue et à son trafic, les Etats-Unis gérant un business très lucratif avec la CIA en charge, de la culture et de la transformation du pavot et de l’opium en Afghanistan et le Mossad gérant le trafic international vers l’Europe et l’Amérique des pilules d’amphétamines et d’ecstasy.

Incapables donc de trouver un talon d’Achille dans la capacité militaire du Hezbollah ni un défaut de caractère dans son modus operandi, ses ennemis ont produit une très longue litanie de soi-disants crimes perpétrés sans JAMAIS apporter une simple preuve de ce qui est avancé et de tout crime ou malversation. Les ennemis du Hezbollah ont inclus ce nom de bien sur leur tristement célèbre et politisée “liste des terroristes” sans jamais avoir prouvé ne serait-ce qu’une fois une activité terroriste de l’organisation. Regardons donc ensemble la liste d’accusations ci-dessous et gardez surtout bien présent à l’esprit que si les actes de terrorisme contre les Etats-Unis, le Liban, reprochés au Hezbollah étaient vrais, surtout dans le sud-Liban où est basé essentiellement le Hezbollah, il aurait déjà reçu un échantillon du traitement “choc et terreur”, stratégie militaire américaine de choix.

Il n’y a jamais eu de preuve en quoi que ce soit que le leadership du Hezbollah ait jamais ordonné ou perpétré ce qui suit : l’attaque au camion piégé de l’ambassade US à Beyrouth en 1983, ainsi que les attaques aux camions piégés la même année des camps militaires américains et français de Beyrouth (NdT: Drakkar). L’attentat à la bombe dans un restaurant près de la base aérienne de Torrejon en Espagne. L’attentat à la voiture piégé de l’annexe de l’ambassade des Etats-Unis à Beyrouth et le détournement d’un avion de ligne de la Koweit Airline, en 1984. Le détournement du vol TWA 847 en 1985. L’enlèvement et l’exécution de trois juifs libanais en 1986 sous le pseudonyme de “L’Organisation des Opprimés sur Terre”. L’assassinat de trois diplomates saoudiens en 1988. L’assassinat du secrétaire de l’ambassade saoudienne à Bangkok en 1989. L’assassinat de deux diplomates saoudiens et de l’opérateur du télex de l’ambassade à Bangkok en 1990. L’enlèvement et l’assassinat d’un homme d’affaire saoudien à Bangkok la même année. L’assasinat d’Ehud Sadan, chef de la sécurité à l’ambassade d’israël à Ankara ainsi que l’attentat à la bombe contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires en 1992. La tentative d’assassinat d’un leader de la communauté juive turque à Istanboul en 1993.

La tentative d’attentat à la voiture piégée de l’ambassade d’Israël en Thaïlande et une attaque suicide de l’Association Juive Mutuelle d’Argentine à Buenos Aires, toutes deux en 1984. L’explosion au camion piégé des tours Khobar dans leur segment américain en Arabie Saoudite en 1996. L’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005 à Beyrouth. L’attaque d’un bus de touristes israéliens en Bulgarie en 2012 et bien plus encore de ces “tentatives de ceci ou échec à cela” qui furent faussement et injustement attribuées au Hezbollah par personne d’autre que son ennemi, Israël et ses alliés et agents en Europe et aux Etats-Unis, ainsi que par son ignoble ennemi arabo-wahabbite.

Une bonne poignée des fausses accusation politisées mentionnées ci-dessus passent en boucle dans les médias occidentaux et juifs et pourtant pas même l’ombre d’une preuve ne fut jamais apportée à ces allégations. Se fondant sur une tendance médiatique islamophobe, ces accusations de terrorisme sont publiées et re-publiées encore et toujours dans l’espoir que la rumeur et le ragot finissent par prévaloir et devenir fait et vérité dans les esprits de gens raisonnables. En d’autres termes, les accusations mentionnées ci-dessus ne sont rien d’autre que des opérations de propagande menées contre le Hezbollah et malgré cela jamais son esprit de combat ni sa vigueur n’ont été mis en défaut et la dissémination de ces fausses informations n’a pas non plus empêché la croissance de sa popularité dans le monde.

Même les académies militaires de ses ennemis, dans une admiration silencieuse, incluent maintenant l’étude des stratégies et tactiques suprêmes du Hezbollah dans leurs cours de formation, confirmant ainsi le très haut niveau de leurs techniques de combat et de leur philosophie de la guerre. Il est impossible de séparer ses stratégies de guerre de la fondation même de leur philosophie humaniste. Ceci est constamment employé en tandem. Le Hezbollah va toujours laisser une porte de sortie pour que l’ennemi puisse se replier durant une embuscade.

Le Hezbollah reçoit un soutien moral des plus enthousiastes de tout le monde musulman et également de nations non musulmanes, de nations de l’Occident et de l’Orient. Le Hezbollah est respecté, aimé et révéré aux quatre coins du monde, incluant une certaine appréciation des citoyens de nations ennemies qui ne sont pas molestés et trompés par la propagande d’état. Ceci n’est pas juste parce que par nature les humains aiment un héros de guerre invincible ; c’est parce que le humble Hezbollah a établi avec succès son image de l’armée d’un peuple, pour le peuple et par le peuple.

Ici repose l’essence même de toute sa popularité. Une force libanaise du bien qui englobe le peuple et agit par et pour le peuple ce qui est similaire en cela au slogan historique américain “d’un gouvernement du peuple, par et pour le peuple”. Ce que le Hezbollah a accompli en tant que groupe de résistance pour sa nation et ses compatriotes, les politiciens américains doivent encore le démontrer et le réaliser pour le bénéfice du peuple américain.

Et pourquoi cela ?

Ceci parce que les Libanais ont clairement défini leur ennemi comme étant Israël, alors que le collectif américain doit toujours identifier son ennemi interne insidieux comme “le pouvoir juif”. Un pouvoir qui s’est levé au travers d’un cronisme, d’un népotisme, d’un chantage et d’une coercition bien non-américains. Une suprématie juive qui a été ouvertement dominante sur toute la vie interne américaine ainsi que dans sa politique extérieure internationale ces 60 dernières années et plus (depuis l’assassinat de Kennedy en fait). Un pouvoir juif qui a défiguré et corrodé la vie traditionnelle américaine domestiquement et qui a été ruineux pour son porte-feuille et sa réputation sur le plan international.. Mais si les Libanais peuvent circonvenir si habilement et répétitivement vaincre ce pouvoir juif abusif, alors les Américains qui vivent sous la botte d’une occupation juive anti-démocratique peuvent aussi le faire. La mise en pièce récente de notre précieux et adoré premier amendement de la constitution (NdT: celui sur la liberté de parole et d’expression) n’est que la dernière victime de la tyrannie juive et une expression indéniable de leur haine de notre démocratie. 

Mais pour que les Américains se libèrent, ils doivent d’abord vaincre tous les artifices et les défis de la distraction de masse, toute l’ingénierie sociale mise en place et les nombreux projets d’abrutissement total que l’élite juive américaine et son lobby ont imposé insidieusement à la fois aux citoyens américains et à leurs politiciens. Pour que les Américains soient véritablement libres et indépendants, car ils sont un peuple captif en ce moment, ils doivent d’abord franchir, contourner toutes les divisions inventées et sponsorisées à l’intérieur même des Etats-Unis. Les divisions telles que la politique identitaire, la disharmonie générée par le conflit de race factice, la diabolisation par un Hollywood sous emprise juive des valeurs traditionnelles américaines, le néolibéralisme, la mondialisme, la [banque] Réserve Fédérale, Wall Street, les médias de masse sous contrôle, la vaste majorité des médias alternatifs et cette liste n’est en rien exhaustive.

Ils doivent aussi écarter et se rebeller contre les polluants mentaux imposés comme l’enseignement obligatoire de ce faux livre d’Anne Franck dans leurs écoles et très certainement, ils doivent aussi rejeter le financement de tous ces horribles musées sur l’holocauste qui opèrent pour habiliter les continuels crimes juifs contre les Américains en faisant le portrait des juifs comme étant “les éternelles victimes ayant des besoins spéciaux”. Tous ces musées de l’holocauste ne sont rien d’autre que des usines à propagande payées et financés par les dollars du contribuable et non pas par des Shekels israéliens ou des donations privées juives. C’est le sommet de l’absurdité qui voit les Américains devoir payer pour leur propre lavage de cerveau et esclavage mental. Les Américains doivent PAR DESSUS TOUT, se réapproprier les droits du 1er amendement de la constitution qui a été détourné et récemment mis en miettes par le pouvoir juif. Les Américains doivent reconquérir leur liberté de parole et d’expression et être capable d’appeler un chat un chat et un juif, un juif.

Il n’y a aucune compréhension du nombre de chaînes juives actuellement entravant  le corps et l’esprit américain. Je parle ici de votre corps et esprit individuel.

La question est évidente ici : Où sont votre dignité et votre auto-respect chers Américains ? Où est votre honneur et votre esprit guerrier  au sens noble du terme? Où est le fruit du travail que vous avez investi dans votre famille et dans votre pays année après année ? Ce n’est plus entre vos propres mains, et ce n’est pas profitable à votre communauté non plus. Le lobby juif s’est bien assuré que votre liberté et vos impôts aillent en priorité directement vers le service de l’état d’Israël. Le lobby juif a tué votre démocratie, créé une dévastation sociale à travers la nation et vous a dépouillé de vos impôts pour bénéficier à l’état cleptomane et oppresseur qu’est Israël. Le lobby juif ne vous a pas traité différemment qu’une nation d’esclaves qu’il possède et façonne socialement par le biais de l’ingénierie sociale.

Présentement, l’Amérique n’est pas dans un état du justice et de grâce. Les Américains, quelque soit leur couleur de peau ne sont pas un peuple libre. On ne peut plus parler de la “superbe Amérique”, elle est sous occupation du pouvoir tribal juif. Et les Libanais ?. Malgré leur montagne de crises politiques actuelles internes, vivent en fait une vie libérée bien gagnée. Les Libanais meurtris sont bien plus libres que les Américains. Une vie de libération de l’occupation leur a été donnée par un Hezbollah sacrificiel et constamment vigilant. Le Hezbollah patriote, le superbe Hezbollah.

Quand les citoyens occidentaux et américains comprendront-ils que le Hezbollah est bien plus de leur côté que ce Sion belliqueux et vampirisant leurs impôts ? Après tout, le Hezbollah existe pour libérer et non pas pour voler l’Europe et l’Amérique, pas pour être va t’en guerre dans des guerres de choix coûtant un prix exorbitant en argent et en vies humaines. Et de manière certaine, le Hezbollah n’opprime en rien les droits des peuples occidentaux à leur liberté d’expression, un droit que les lobbies politiques d’Israël en Europe et aux Etats-Unis se sont fixés d’abolir pour ces peuples.

Alors, chers Américains, où est votre Hezbollah ? Où est votre résistance à l’occupant ? (NdT: au passage, phrase particulièrement ironique sachant que les colons européens sont eux-mêmes les occupants et oppresseurs du continent des Amériques et de ses peuples natifs depuis plus de 500 ans, qui se ressemble s’assemble sans aucun doute…) Où est votre esprit résistant ? Vos paroles résistantes ? Votre art résistant ? Vos armes résistantes ?

En tant qu’expatrié américain étant témoin des dégâts et des bien tristes divisions infligés à notre société par les élites juives, je vous conjure de ne pas retourner les armes les uns contre les autres. Ceci serait une folie sans nom. C’est là-dessus que parie votre occupant. Votre division le rend plus fort, plus puissant. Pour vous tondre encore plus avant pour la gloire d’Israël, l’ennemi interne vous veut toujours plus divisés et plus faibles. Ne vous soumettez pas. Contournez la menace en vous unissant. Vous ne devez pas vous aimer les uns les autres à en mourir, mais vous devez vous unir et résister contre cet ennemi intérieur si vous pensez que vous méritez vraiment un vie de liberté, de paix et de prospérité. Unissez-vous malgré vos différences, unissez-vous malgré votre rage. Ceci est la clef de votre libération.

“Par la tromperie tu feras la guerre” est le slogan d’Israël. (NdT: et de son Mossad..)

“Vivre libre ou mourir” est un slogan de l’Amérique… C’est aussi un slogan du Hezbollah !

= = =

Lecture absolument complémentaire à lire et diffuser sans modération :

“Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur”, Naïm Qassem, SG adjoint du Hezbollah, 2005, traduction de très larges extraits depuis la version anglaise par Résistance 71 et mise en page sous format PDF par Jo