Archive pour avril, 2012

La fumisterie des élections plus que jamais outil du Nouvel Ordre Mondial

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, désinformation, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 30 avril 2012 by Résistance 71

Comment l’empire a déjà remporté l’élection présidentielle française

 

Luc Chevallier

 

Le 28 Avril 2012,

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/Comment-l-Empire-a-deja-remporte-l

 

 

 

L’enjeu de l’élection présidentielle pour l’oligarchie qui a installé Nicolas Sarkozy au pouvoir en 2007 était d’infliger une nouvelle défaite au camp politique majoritaire en France, celui du Non au referendum constitutionnel européen de 2005.

À l’époque, le dispositif médiatico-politique avait été mobilisé en faveur d’une campagne massive pour le Oui, mais les Français avaient rejeté ce texte qui représentait à leurs yeux la fin de leur nation.

Lorsque Nicolas Sarkozy imposa malgré tout cette constitution, il respecta la lettre de la Constitution, mais pas son esprit : il viola la souveraineté populaire et brisa le fondement du pacte démocratique.

Depuis, il faut considérer que la légitimité de la représentation ne repose plus sur le mandat populaire, mais sur le soutien affiché par le système médiatique. Un régime post-démocratique, où la classe dirigeante s’appuie sur son dispositif d’influence pour désamorcer la contestation et faire accepter à une majorité des lois qui ne seront en définitive favorables qu’à une minorité. Les apparences démocratiques sont sauves, notamment les scrutins électoraux, partant du principe que le camp contrôlant les mass-médias et subventionnant la classe politique bénéficie d’un avantage décisif.

La Présidence de la République, clef de voute de la souveraineté française

« Veillez par tous les moyens sur cette souveraineté fondamentale que possède chaque nation en vertu de sa propre culture. Protégez-là comme la prunelle de vos yeux pour l’avenir de la grande famille humaine. » 
Jean-Paul II, discours à l’ Unesco, 2 Juin 1980

L’actuelle constitution française fut mise en place par Charles De Gaulle, qui avait façonné les institutions de façon à donner une autorité décisive au président. Il fit en sorte qu’il ait en main les orientations stratégiques du pays, via son statut de chef des armées et son élection au suffrage universel direct. Un pouvoir suffisant pour préserver l’indépendance de la France face aux grandes puissances de l’après-guerre.

La présidence étant devenue la fonction la plus importante, chacun accorde la plus haute importance à son élection. C’est vrai pour les électeurs qui se mobilisent en masse, comme pour la classe dirigeante qui fait alors fonctionner à plein régime les médias qu’elle contrôle.

Précisément, du point de vue de l’oligarchie, l’objectif est de prévenir la reconstitution des forces qui avaient fait triompher le Non en 2005. Pour y parvenir, sa priorité tactique est de s’assurer que seuls deux partisans du Oui concourront au second tour de l’élection présidentielle, de sorte que ses intérêts seront préservés quelle que soit la décision finale des Français. Le choix des électeurs se limiterait alors à deux personnalités incarnant des manières différentes d’appliquer la même politique.

Par conséquent, l’oligarchie doit utiliser son système médiatique pour concentrer les voix du Oui sur le plus petit nombre de candidats, et diluer les voix du Non sur le plus grand nombre de candidats. Il s’agit d’éviter le retour du clivage défavorable de 2005, qui ferait de l’élection présidentielle un nouveau référendum sur l’Europe dans un moment particulièrement difficile (effondrement de la Grèce et crise de l’euro).

En 2005, le camp du Non avait été principalement représenté par le Parti Communiste et la Ligue Communiste Révolutionnaire à gauche, et le Front National à droite. Le camp du Oui avait été représenté par le Parti socialiste, l’UDF (centre) et l’UMP, ainsi que les Verts (écologistes).

Parmi les quatre candidats à la présidentielle 2012 issus des formations ayant soutenu la constitution européenne, deux seulement recevront un coup de pouce médiatique au premier tour. François Bayrou, dont on avait fait le « troisième homme » de la campagne précédente, n’a pas bénéficié du même traitement.

Les dirigeants écologistes ont eux choisi d’être inexistants, notamment en désignant une candidate peu connue et maitrisant mal la langue française, Eva Joly, au détriment de Nicolas Hulot, ancien présentateur de télévision et vedette de l’écologie. La contre partie de ce seppuku politique en faveur du PS est un accord préélectoral entre les deux partis, garantissant aux « écologistes » un avenir dans la future majorité, quel que soit leur score au premier tour. Il faut en effet éviter de reproduire l’accident de 2002, quand un Lionel Jospin favori des sondages avait été éliminé dès le premier tour à cause de la dispersion des voix de gauche.

À l’aile droite du camp du Oui, l’UMP a fait place nette à Nicolas Sarkozy, malgré un mauvais bilan et une impopularité record. On aura pris le soin d’empêtrer Dominique de Villepin, son seul véritable rival à droite, dans des affaires judiciaires ; et si celui-ci menaça un temps de se présenter, il trouva finalement quelques raisons de se retirer de la course, privilégiant probablement la gestion de son cabinet d’avocat d’affaire avec le Qatar. D’autres candidats ont été délicatement écartés comme Christine Boutin (chrétiens-sociaux), Corine Lepage (écolo-sionistes) ou encore Frédéric Nihous (ruraux).

Neutraliser l’opposition au nouvel ordre européen

« Quels sont nos ennemis et quels sont nos amis ? C’est là une question d’une importance primordiale pour la révolution. » 
Mao Zedong, Œuvres choisies, tome IV

Reste à obtenir que le camp du Non ne place aucun de ses champions au second tour, alors que c’est en théorie là que se trouve le plus gros réservoir électoral.

Dans un premier temps, on multiplie les candidatures, six candidats du premier tour à la présidentielle appartenant à la mouvance du Non. Qu’importe la légitimité populaire, l’essentiel est de disperser les forces. Ces petits candidats doivent leur participation au mode d’organisation des élections, articulée en réalité sur trois tours. Par le jeu des 500 parrainages, ce sont les deux branches du parti oligarchique qui sélectionnent ceux qui participeront à la campagne présidentielle. Ils permettent à des candidats méconnus d’y participer, quand la menace d’une absence au premier tour plane sur l’un des principaux courant politique français.

Pour le Parti communiste, la tactique aura consisté à fondre celui-ci dans une coalition placée sous la direction de l’ex-trotskyste et ancien membre du Parti socialiste Jean-Luc Mélenchon. Malgré un positionnement très à gauche, le leader du Front de Gauche annonce tôt dans la campagne qu’il soutiendrait François Hollande au deuxième tour, signifiant qu’il rejoint de fait le camp du Oui avec sa formation.

Reste donc le Front National, qui est déjà parvenu à placer son candidat au deuxième tour d’une présidentielle en 2002. De plus, cette formation historiquement liée aux vaincus de la Seconde Guerre mondiale et aux victimes de la décolonisation, a fait peau neuve en transmettant sa direction de son leader emblématique à sa fille. Surtout, il ne se positionne plus comme le réceptacle du vote protestataire, mais ambitionne d’exercer le pouvoir.

Le camp du Non se retrouve par conséquent avec une candidate sur laquelle concentrer ses voix, dans un contexte où les difficultés financières européennes et l’expédition en Libye, entre autre, donnent raison à ceux qui craignaient que la mise en place du traité constitutionnel européen renforce le contrôle de la finance et de l’Otan sur l’Europe.

Le dispositif d’influence constitué par les instituts de sondage et les relais médiatiques va donc favoriser la division des voix du Non en assurant la promotion du Front de Gauche comme alternative au Front National.

Les dirigeants du Front de Gauche on bien compris l’intérêt de jouer cette carte du mouvement « rouge » et « citoyen », face à la vague « bleu marine » et « fasciste ». Leur candidat met en scène son hostilité à l’encontre de la formation de Marine Le Pen et reçoit l’attention bienveillante de médias qui en principe devraient être hostiles à ses postures anticapitalistes : il sera le troisième homme désigné de cette campagne marketing appelée élection présidentielle française.

République Vs Marketing

« La télévision est le premier pouvoir en France, et non le quatrième ». 
Valéry Giscard d’Estaing, Face à la 3, France 3, 7 novembre 1984

Bien qu’il soit difficile d’évaluer à quel point le système de communication mis en place par l’oligarchie influence le résultat des élections, il est certain que par le contrôle de plusieurs leviers à des niveau clés du processus médiatique et politique de la campagne électorale, celle-ci dispose de moyens d’influences considérables.

En définitive, l’oligarchie aura gagné son pari. Par une habile segmentation de l’offre électorale, elle à élaboré un choix qui lui a permit de placer ses deux candidats au second tour. Piégés par une campagne électorale basée sur les techniques publicitaires, les Français n’auront pas su distinguer toutes les contrefaçons. Ils n’ont désormais plus d’alternative. Le digues du tsunami financier seront bientôt levées, déversant son flot d’injustice sur la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, puis la France.

Le capitaine de ce qui fut autrefois un pays souverain dira que le bateau n’est pas assez fort pour une telle tempête, qu’il est nécessaire de lâcher du lest et de faire d’autres réformes. Le peuple verra la classe dirigeante s’agiter à la barre d’un navire à la dérive dont elle a elle-même pris soin de déchirer les voiles et de briser le gouvernail.

Qui alors restera debout dans l’ouragan ?

Publicités

Etats-Unis: de la liberté au fascisme, la descente aux enfers du pays du goulag levant…

Posted in 11 septembre, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 29 avril 2012 by Résistance 71

Des procès sans crimes ou preuve

 

Dr. Paul Craig Roberts

 

Le 25 Avril 2012,

 

url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=30525

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Andy Worthington est un très bon journaliste qui s’est spécialisé dans la dénonciation des faits de l’abus illégal du gouvernement américain sur “des détenus”, contre lesquels aucune preuve n’existe.( http://www.andyworthington.co.uk/ ) Dans un effort de créer des preuves, le gouvernement américain s’est consacré de manière illégale à employer la torture. La torture produit de fausses confessions, du troc d’information et de faux témoignages contre d’autres personnes afin d’éviter la douleur de la torture.

Pour toutes ces raisons, l’obtention d’aveux contre soi-même et autrui obtenue par le moyen de la torture n’a jamais été considérée comme preuve dans le système judiciaire anglo-saxon depuis des siècles. Il en va de même des preuves secrètes cachées à l’accusé et son (ses) avocats. Une preuve secrète ne peut pas être confrontée. Une preuve secrète doit être mise à l’écart comme étant fabriquée afin de faire condamner un innocent. Le preuve est secrète car elle ne peut pas soutenir la lumière du jour.

Le gouvernement américain se repose sur des preuves tenues secrètes dans ses procédures judiciaires contre de soi-disants terroristes, clâmant que la sécurité nationale serait en danger si la preuve était révélée. Ceci n’est qu’un non-sens abject. Ce n’est qu’une affirmation absurde que celle qui dit que présenter des preuves contre un terroriste puisse mettre en danger la sécurité nationale des Etats-Unis.

Bien au contraire, le fait de ne pas présenter de preuve met en danger la sécurité de tout à chacun d’entre nous. Dès que le gouvernement peut faire condamner des prévenus sur la base de preuve secrète, le concept même de procès équitable disparaît. Les procès équitables font déjà partie du passé, mais le concept perdure.

La preuve secrète assassine le concept même de procès équitable. Elle assassine le concept de justice et du droit. Une preuve secrète veut dire que tout le monde peut –etre accusé et condamné de tout et n’importe quoi. Comme dans le roman de Kafka “Le Procès”, les gens finiront même par ne plus savoir de quels crimes ils sont accusés et pourquoi ils sont condamnés.

Ce développement extraordinaire du système légal anglo-américain, développement demandé par les régimes Bush / Obama qui se sont placés au dessus des lois, n’a pourtant pas résulté en procédure de destitution, cela n’a pas non plus provoqué une levée de boucliers au congrès des Etats-Unis, dans les cours de justice fédérales, dans les médias presstituées, dans les facs de droit, chez les experts en droit constitutionnel, ni au barreau.

Ayant accepté la théorie du complot gouvernementale sur le 11 Septembre, les citoyens américains veulent juste que quelqu’un paie. Ils se moquent de savoir qui, pourvu que quelqu’un paie. Pour accommoder ce désir profond, le gouvernement a mis au pilori quelques “détenus de haute valeur” avec des noms bien sûr arabes ou musulmans. Mais au lieu d’amener ces soi-disants malfaiteurs devant une cour de justice, le gouvernement les a maintenu au secret dans les donjons de la torture pendant des années pour essayer de créer dans le temps un sentiment de culpabilité et une auto-incrimiation, obtenues par les moyens de la douleur et de la dépression psychologique, ce afin de créer un dossier contre eux.

Le gouvernement n’a pas réussi et il n’a rien qu’il puisse amener devant une véritable cour de justice. Ainsi les régimes Bush et Obama ont recréé les “tribunaux militaires” pour redorer le blason de la “sécurité nationale” et le besoin impératif que les preuves non-existantes doivent rester secrètes.

Andy Worthington fait un excellent travail dans ses différents reportages, de retracer l’histoire de ces détenus et les traitements qu’ils ont subis. Il a droit à notre respect et notre soutien. Mais ce que je désire faire est de poser quelques questions, pas sur Worthington, mais sur l’idée que les Etats-Unis sont sous la menace terroriste.

Ce mois de Septembre, il y aura 11 ans que les attentats du 11 septembre ont eu lieu. Et pourtant, malgré la guerre contre la terreur, la perte des libertés civiles et privées aux Etats-Unis et de le dépense de milliers de milliards de dollars dans de nombreuses guerres, des violations de la loi internationale par les Etats-Unis, l’emploi de la torture et ainsi de suite, personne n’a été rendu responsable de quoi que ce soit. Ni les perpétrateurs des crimes ni ceux que ces perpétrateurs ont berné, tout en assumant qu’ils soient des personnes différentes, personne n’a été rendu responsable. 11 ans et pas de procès des méchants ou de mise en cause pénale des officiels du gouvernement coupables de négligence criminelle. Ceci est tout à fait remarquable !

L’histoire gouvernementale du 11 septembre implique un effondrement totale de tous les systèmes de renseignement et de sécurité américains en même temps que ceux de nos marionnettes de l’OTAN et du Mossad israélien. La ligne officielle du gouvernement américain sur les attentats implique également un plantage total du conseil national de la sécurité, du NORAD, de l’armée de l’air états-unienne, du contrôle aérien et de la sécurité des aéroports, pas une fois, mais quatre fois en une heure dans la même matinée ! Elle implique également l’échec total des fonctions du président, du vice-président, du conseiller à la sécurité nationale et du ministre de la défense.

Beaucoup de personnes à gauche et parmi les libertariens (NdT: à ne pas confondre avec les libertaires…) trouvent cet échec apparent du gouvernement centralisé et oppressif si opportun qu’ils continuent à s’acrocher à “l’échec gouvernemental” officiel comme explication du 11 Septembre. Quoi qu’il en soit, une tel échec généralisé est simplement impensable. Comment diable les Etats-Unis auraient-ils pu survivre la guerre froide contre les soviétiques avec un gouvernement aussi incompétent ?

Si nous attribuons des pouvoirs de super-héros aux soi-disant 19 pirates de l’air, des pouvoirs surnaturels bien supérieurs à ceux de V dans “V for Vendetta”, ou de James Bond ou de Captain Marvel, et si nous assumons que ces jeunes terroristes, principalement venant d’Arabie Saoudite, ont pu tromper Dick Cheney, Condi Rice, les chefs d’état-major, Tony Blair en même temps que la CIA, le MI6, le MI5, le Mossad, etc… On aurait pu s’attendre à ce que le président ou le congrès demandent à ce que des têtes tombent. Aucune super-puissance n’a subi de pire affront que celui dont les Etats-Unis ont souffert ce 11 Septembre 2001. Et pourtant absolument personne, pas même un petit contrôleur aérien, n’a été sacrifié comme bouc-émissaire comme responsable de la plus incroyable attaque terroriste de l’histoire de l’humanité, une attaque qui a eu tant de succès, qu’elle implique une négligence totale à travers le spectre complet du gouvernement américain et de ses alliés.

Ceci ne sent pas seulement le soufre. Echec total et aucune responsabilité dégagée. L’appareil de sécurité le plus cher que le monde ait jamais connu a été vaincu par une poignée de saoudiens. Comment quiconque au sein de la CIA, FBI, NSA, NORAD, NSC, peut-il encore garder la tête haute ? Quelle belle brochette d’imbéciles et d’incompétents. Pourquoi en a t’on besoin ?

Considérez les soi-disant pirates de l’air. Malgré le fait d’avoir été complètement pris à contre-pied par les attaques du 11 Septembre, le FBI identifia très tôt les 19 pirates de l’air, et ce malgré le fait qu’aucun des noms des soi-disant pirates n’était sur les listes de passagers des avions qu’ils ont soi-didant détournés.

Comment 19 passagers ont-ils pu monter dans des avions sur le sol des Etats-Unis sans même être sur la liste des passagers ?

Je ne sais pas personnellement si les soi-disant pirates de l’air étaient bien à bord des quatre avions de ligne. De plus, les défenseurs de la “version officielle” du 11 Septembre disent que les listes de passagers qui ont été diffusées au public étaient en fait la liste “des victimes”, pas celle des passagers, parce que les noms des pirates furent enlevés et publiés seulement quelques quatre ans après les évènements et après que les chercheurs aient eu des années à leur disposition pour rendre  la confusion totale à propos de la liste des passagers et de la liste des victimes. Cela semble être une explication très bizarre. Pourquoi entretenir la confusion publique pendant des années en substituant une liste des victimes à une liste des passagers ? Cela ne pouvait pas être pour garder les noms des pirates de l’air secrets, le FBI ayant publié une liste complète de ceux-ci quelques jours après les évènements. Encore plus troublant: si les noms des pirates de l’air étaient sur la liste des passagers, pourquoi cela a t’il pris plusieurs jours au FBI pour confirmer les noms et numéros des pirates ?

Les chercheurs ont trouvé des contradictions dans les rapports du FBI concernant la liste des passagers, le FBI ajoutant et enlevant des noms de ses listes variées, des noms étant mal ortographiés, ce qui indique que potentiellement le FBI ne sait même pas qui ces personnes peuvent bien être. L’authenticité des listes de passagers qui ont finalement été publiées en 2005 est contestée et la liste n’a apparemment pas été présentée comme preuve à charge par le FBI dans le procès Moussaoui en 2006. David Ray Griffin a fait une recherche extensive sur l’histoire du 11 Septembre. Dans un de ses livres, “Le 11 Septembre 10 ans plus tard”, Griffin écrit:  “Bien que le FBI affirme qu’il a reçu les documents des vols par les compagnies aeriennes le matin du 11 septembre, le “manifeste” qui apparut en 2005 avait des noms qui n’étaient pas connus du FBI jusqu’à une journée ou plus après les attentats. Ces documents / manifestes ne peuvent donc pas être les originaux des quatre vols détournés le 11 Septembre.”

Les compagnies aériennes elles-mêmes n’ont fait aucun effort. Nous sommes en proie au mystère du pourquoi une preuve si simple et évidente, comme les listes de passagers des vols, a été escamotée et mise au placard du secret et de la controverse pendant des années.

Nous avons toujours le problème supplémentaire de la BBC, puis par la suite d’autres antennes médiatiques, qui ont établies subséquemment que 6 ou 7 des soi-disants pirates de l’air étaient touours en vie et bien portants et n’ont jamais pris part à ce complot terroriste.

Ces points ne sont même pas un point de départ des raisons volumineuses pour lesquelles la version du gouvernement concernant le 11 Septembre est très très fine.

Mais le public américain, qui est branché dans la matrix de manière très sécure, n’est pas suspicieux de l’histoire plus que douteuse du gouvernement. Par contre, il est suspicieux des faits et des experts qui sont suspicieux de la version du gouvernement. Des architectes, des ingénieurs, des scientifiques, des personnels para-médicaux et médicaux qui étaient sur les lieux au moment des faits, des pilotes commerciaux et d’anciens fonctionnaires, qui ont manifestés des objections valides à la version officielle sont balayés comme étant des théoriciens du complot. Pourquoi un public américain ignorant pense qu’il en connaît plus que des experts ? Pourquoi les Américains croient ils un gouvernement qui leur a martelé le mensonge tout à fait intentionnel, à savoir que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive, et ce malgré le fait que les inspecteurs d’armement de l’ONU aient rapporté au président Bush qu’Hussein ne possédait pas de telles armes ? Et maintenant nous voyons le même scenario se dérouler de nouveau avec l’affaire des soi-disantes armes nucléaires iraniennes pourtant inexistantes.

Comme l’a écrit Frantz Fanon, le pouvoir de la dissonance cognitive est extrême. Il maintient les gens confortables et en sécurité par rapport à une information menaçante. La plupart des Américains préfèrent les mensonges de leur gouvernement à la vérité. La vérité est bien trop inconfortable pour des Américains émotionnellement et mentalement faibles.

Worthington insiste sur le mal fait aux détenus. Ils ont été abusés une grande partie de leurs vies. Leur innocence ou leur culpabilité ne peuvent pas être établies parce que si preuve il y a, elle est compromise par la torture, l’auto-incrimination et le témoignage forcé contre autrui. Ils ne sont coupables que par des accusations gouvernementales seules. Celles-ci sont la véritable nuisance et Worthington a raison de les dénoncer.

Par contraste, mon point de focalisation est le mal fait à l’Amérique, le mal fait à la vérité et le pouvoir de la vérité, le mal fait au droit et à la responsabilité des membres des gouvernements et de ses institutions, au mal fait à la fabrique morale du gouvernement américain et à la liberté aux Etats-Unis.

Comme le dit si bien l’adage: un poisson pourrit par la tête. Alors que le gouvernement pourrit, il en va de même des Etats-Unis d’Amérique.

Contrôle d’internet: un projet de loi liberticide draconien (CISPA) passe la chambre du pays du goulag levant…

Posted in actualité, altermondialisme, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 28 avril 2012 by Résistance 71

L’attaque de la toile continue avec cette loi du Counter Intelligence Sharing and Protection Act (CISPA) qui vient de passer Jeudi dernier le parlement yankee, cette loi qui vise à légaliser la transmission de données privées des clients d’entreprises privées au gouvernement « pour raisons de sécurité », provoque une levée de boucliers outre-Atlantique. Richard Stallman, gourou informatique et père spirituel (et technique) du logiciel libre s’exprime sur RT.

L’oligarchie se doit de museler la toile, qui l’empêche de fomenter et de perpétrer ses crimes en toute impunité… Ils nous appartient à tous de nous battre pour l’internet, qui appartient à tous. La liberté d’expression sur un internet libre et au moyen de logiciels libres (dont les utilisateurs ont le contrôle et non pas des entités privées) représente un combat vital pour l’humanité.

Le texte complet de la loi CISPA et analyse (en anglais), ici

— Résistance 71 —

 

D’après l’activiste de la toile Stallman la loi CISPA “abolit presque” le droit de ne pas être légalement inquiété de manière irraisonnable

 

RT

 

Le 27 Avril 2012,

 

url de l’article original (avec vidéo):

http://rt.com/news/stallman-cispa-human-rights-abuse-174/

 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le projet de loi très controversé sur la sécurité de l’internet CISPA (Counter Intelligence Sharing and Protection Act) n’est plus qu’à deux pas d’être promulgué en loi. L’activiste de la liberté des logiciels Richard Stallman dit que les utilisateurs d’internet doivent être avertis et faire très attention, dans la mesure où le gouvernement est une bien plus grande menace que n’importe lequel des hackers individuels.

“Ce que dit la loi CISPA, qui vient de passer la chambre basse (le parlement), est que tout fournisseur d’accès internet (FAI), tout site web, toute compagnie qui a des données vous concernant en ligne peut les donner volontairement au gouvernement pour une multitude de raisons”; et il est du ressort du gouvernement d’interpréter ces données de la façon dont il le souhaite, a expliqué le père de la philosophie du logiciel libre.

“Donc, s’il voit la plus petite anicroche ou chose qu’il pense bizarre dans vos courriels, ils peuvent le donner au gouvernement et si le gouvernement décide que cela a à voir avec la sécurité nationale, et il est très facile de le dire, que ce soit vrai ou non, alors le gouvernement peut étudier le cas pour n’importe quelle raison. Ceci abolit pratiquement le droit constitutionnel de ne pas être sujet à une enquête irraisonable.”

The CISPA battleground in numbers (lien sur les chiffres de la bataille du CISPA)

Stallman met en garde les gens de protéger leur droit de vie privée sur internet, ajoutant que des précautions se doivent d’être prises à la fois sur le plan individuel et fédéral.

“Si vous stockez quelques données que ce soit avec une compagnie américaine, cette entreprise, à quelques rares exceptions près, est légalement requise de faire parvenir vos données au gouvernement américain et ce sans mandat, sans enquête, c’est pourquoi je pense qu’à la fois les individus et les gouvernements  doivent prendre des précautions pour être certains que les données de leurs citoyens ne soient par transmises à des entreprises américaines ou à leurs subsidiaires étrangers, qui sont aussi soumis de manière hypocrite au Patriot Act”, a t’il averti.

Stallman a aussi déclaré que la loi CISPA est différente dans son essence même de la loi SOPA, qui a été défaite en instance, cette dernière ayant été poussée par l’industrie de la publication et de l’édition afin de se prémunir contre le partage illégal de fichiers, alors que CISPA, elle, est une loi motivée par la soi-disante sécurité cybernétique.

“La sécurité cybernétique n’est pas un but invalide, mais bien sûr cela ne justifie en rien l’application de choses terribles, simplement parce que vous le faites au nom d’un objectif valide”, a averti l’activiste.

Lorsque nous lui avons demandé si Obama serait fidèle à sa promesse de mettre son veto sur cette loi si elle passait le Sénat, Stallman a dit que “cela était inhabituel pour Obama de soutenir les droits de l’homme”, mais qu’il serait content si le présidfent aposait son veto à la loi.

Jeudi la chambre basse (parlement) a approuvé CISPA dans un vote  inattendu de dernière minute. La loi doit maintenant passer le Sénat et ensuite, le président Obama pourra soit la signer soit y aposer son veto.

Illusion démocratique: de l’urne à l’abattoir…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, démocratie participative, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 avril 2012 by Résistance 71

“La République nous appelle aux urnes, pour se repaître de notre consentement. Nous ne nous rendrons pas à son sinistre rendez-vous.” (CNT-AIT)

 

Le bétail électoral

 

Albert Libertad

L’Anarchie, 19 avril 1906

 

Ici même, j’ai croqué à grands traits le bétail syndical, le bétail patriotique, le bétail des jaunes, le bétail des honnêtes, il faut aujourd’hui que je dépeigne le plus important des bétails, le plus fort par la bêtise, le bétail électoral.

Sur la peau d’âne du tambour nationaliste, sur la baudruche des tambourins républicains, aux cordes de la guitare sentimentalement humanitaire, aux cuivres de la trompette révolutionnaire, voilà que se bat, que se touche, que se donne le rappel du bétail ; c’est le ranz des électeurs qui retentit partout à travers l’espace.

Votez pour Tartempion, votez pour Machin, votez pour Truc. Des affiches multicolores vous rapprochent à tous les coins de rue afin de vous raconter la candeur, l’esprit, la loyauté d’un quelconque candidat.

En peu de lignes, un Gérault-Richard des boulevards extérieurs, un Rouvier de grands chemins, un Marchand du surin et de la pince (Allusion au général Jean-Baptiste Marchand) deviennent des parangons de vertu, d’honnêteté et de douceur.

Le bétail électoral commente la force de la houlette d’Untel, le coup de fouet de Tel autre, le doigté crapuleux de Chose et le coup de gueule tonitruant de Machin. Le bétail pèse aussi la valeur des promesses faites ; non pas qu’il ignore que jamais elles ne sont tenues, mais pour se donner un peu d’illusion.

La lune, le bonheur, la diminution des impôts, la liberté, autant de chimères auxquelles il ne croit plus mais auxquelles pourtant il lui paraît bon de sembler croire encore. Il court aux rendez-vous que lui donnent les apprentis bergers après avoir fait un choix au zanzibar du troquet. Chez les nationalos ou chez les socialos ? Les dés répondent.

Il garnit la salle et il écoute religieusement l’orateur-candidat qui découpe des tranches de bonheur et débite des petits paquets de réformes. Il ouvre la gueule et les oreilles pour en prendre davantage.

« Les alouettes tomberont toutes rôties dans ta bouche ; ton taudis deviendra un palais ; tu auras des rentes à trente ans, dit le candidat. —Ah ! Ah ! Ah ! qu’il parle donc bien, cet homme ! Ce sont des mensonges qu’il nous raconte, mais que cela nous fait du bien de croire un moment que ce sont des vérités », dit le votard.

Quelquefois, il arrive qu’un autre candidat interrompe pour dire : « Ce n’est pas exact, les alouettes tomberont toutes bouillies dans ta bouche. » Et le bétail électoral suit, attentif, le débat passionnant : « Bouillies ou rôties ? Comment seront préparées ces alouettes qu’il ne mangera pas ? »

Alors que tous sont dans le rêve, une voix interrompt brutalement, sans précautions oratoires, les bonimenteurs : « Les alouettes ne tomberont ni rôties ni bouillies dans ta bouche, nigaud. Et si elles tombaient jamais toutes prêtes, ce serait de par ta bêtise, dans la gueule des candidats. » Alors, ce sont des cris, des vociférations : « À mort ! qu’on le tue ! qu’on le chasse ! La ferme ! Mouchard ! Agent de la réaction ! Jaune ! Rouge ! Jésuite ! Communard ! »

Celui qui veut jeter la vérité est entouré, bousculé ; les poings se lèvent sur sa tête, on lui crache au visage, on le jette dehors.

Et tranquille, le prometteur détaille le bonheur, offre le paradis et le bétail électoral reprend le fil du rêve qu’il fait tout éveillé, boit à nouveau le vin décevant de l’espérance.

Comme dans tous les troupeaux, il y a les meneurs, les gens du comité. Ce sont ceux à qui le candidat a promis autre chose que la viande creuse de l’espoir. Ils ont mission de « chauffer » la salle, de veiller à ce qu’aucun gêneur ne puisse entrer. Ils préparent le public, ils soûlent de vinasse quelques forts-à-bras qui feront de leur poitrine un rempart au bonimenteur.

À coté d’eux, il y a quelques sincères : ceux dont la bêtise atteint le dernier degré. Ils font l’appoint le meilleur, ce sont les moutons qui sautent par-dessus bord, montrant la voie à tout le troupeau.

Disons-le bien haut : que le bétail électoral soit tondu, mangé, accommodé à toutes les sauces, qu’est-ce que cela peut bien nous faire ? Rien.

Ce qui nous importe, c’est qu’entraînés par le poids du nombre nous roulons vers le précipice où nous mène l’inconscience du troupeau. Nous voyons le précipice, nous crions « Casse-cou ! » Si nous pouvions nous dégager de la masse qui nous entraîne, nous la laisserions rouler à l’abîme ; pour ma part même, le dirai-je ? je crois bien que je l’y pousserais. Mais nous ne le pouvons pas. Aussi devons-nous être partout à montrer le danger, à dévoiler le bonimenteur. Ramenons sur le terrain de la réalité le bétail électoral qui s’égare dans les sables mouvants du rêve.

Nous ne voulons pas voter, mais ceux qui votent choisissent un maître, lequel sera, que nous le voulions ou non, notre maître. Aussi devons-nous empêcher quiconque d’accomplir le geste essentiellement autoritaire du vote. Chez les nationalistes et les socialistes, chez les républicains et les royalistes, partout nous devons porter la parole anarchiste « Ni dieux ni maîtres ».

Et par la raison, et par la violence, il nous faut empêcher la course à l’abîme où nous entraînent la veulerie et la bêtise des votards. Que le bétail électoral soit mené à coups de lanières, cela nous importe peu, mais il construit des barrières dans lesquelles il se parque et veut nous parquer  ; il nomme des maîtres qui le dirigeront et veulent nous diriger.

Ces barrières sont les lois. Ces maîtres sont les législateurs. Il nous faut travailler à détruire les unes et les autres, dû-t-on, pour cela, disperser au loin le fumier où poussent les députés, le fumier électoral.

Albert Libertad dans L’anarchie, 19 avril 1906.

Hommage à un héros des Océans… Albert Falco n’est plus… Qui le savait ?…

Posted in actualité, écologie & climat, sciences et technologies with tags , on 27 avril 2012 by Résistance 71

Il est époustouflant de constater que le décès de cette légende française est totalement passé inaperçu dans les médias. Albert Falco, compagnon d’aventures de Cousteau  et véritable légende de la plongée sous-marine, a donné ses lettres de noblesse tant à Cousteau qu’à la Calypso. Sans Falco, Cousteau et la Calypso n’auraient jamais été ce qu’ils ont été.

Mais même pour une légende des Océans, il ne fait pas bon mourir la veille d’une mascarade comme celle des élections présidentielles. Albert Falco avait plus de charisme, d’honnêteté et de bonté dans sa palme gauche que l’ensemble de la classe politique débilitante qui nous afflige de son arrogance malsaine.

Adieu Falco, ton trou au panthéon de l’océan ne se refermera jamais !…

— Résistance 71 —

 

Avec tristesse, nous pleurons la mort du Capitaine Albert Falco

 

Par le Capitaine Paul Watson (Sea Shepherd)

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.fr/news-and-media/news-120423-1.html

 

 

Ce week-end de la journée de la Terre a été marqué par la disparition d’un des grands défenseurs de nos océans. Nous tous, membres de Sea Shepherd Conservation Society, officiers, membres d’équipage, bénévoles, sommes attristés par la mort d’un des membres les plus chers du Comité consultatif de Sea Shepherd.

Le capitaine Albert Falco est mort le 21 avril à l’âge de 84 ans.

Il était né à Marseille le 17 octobre 1927. C’est aussi à Marseille qu’il est mort.

Albert Falco avait été capitaine et chef plongeur sur la Calypso. Il a été un pionnier de la plongée avec bouteilles et il a longtemps été le compagnon de plongée du Commandant Jacques-Yves Cousteau.

C’est il y a moins d’un an, le 25 mai 2011, à La Ciotat, que Falco a lancé officiellement le navire Brigitte Bardot. de Sea Shepherd

Nous avons été honorés et fiers de le voir rejoindre notre comité consultatif pour la préservation des océans.

Toute ma vie, j’ai suivi la carrière du Capitaine Falco et je garderai toujours un excellent souvenir des moments passés en sa compagnie.

Les membres d’équipage de la Calypso ont inspiré deux générations de plongeurs et d’écologistes. Le Capitaine Falco a fait partie des rares hommes, avec Philippe Cousteau et le Commandant Jacques-Yves Cousteau, dont je puisse dire qu’ils ont eu une grande influence sur le cours de mon existence. Malheureusement, le monde les a maintenant perdus tous les trois.

Le Capitaine Falco a été le témoin de la réduction de la biodiversité dans nos océans sur une période de presque sept décennies. Il s’était consacré à la protection de la vie marine et des écosystèmes marins. C’était un marin, un plongeur, un océanographe et un écologiste légendaire. Il a rendu le monde meilleur.

Tous, à Sea Shepherd Conservation Society, nous ne cesserons jamais de nous souvenir de lui et de l’honorer.

Nouvel Ordre Mondial: L’armée russe en exercice sur le sol américain…

Posted in actualité, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 27 avril 2012 by Résistance 71

Cela se passera à la fin du mois prochain ! Les paras russes s’entraîneront avec les paras yankees pour neutraliser des « insurgents » (comprendre ici des citoyens américains en rebellion contre la dictature et la précarité sociale extrême)… Quoi de mieux que de faire réprimer son peuple par des troupes étrangères ? Cela enlève une partie du problème de la troupe rejoignant le peuple… La prochaine étape sera les mercenaires de Black Water / XE ou Dynacorps, firme d’Halliburton (dont Dick Cheney et Donald Rumsfeld sont actionnaires…), rôdés au massacre de civils en Irak, en Afghanistan et en Libye / Syrie, qu’on lâchera dans les rues de Paris, Lille et Marseille…

Ne riez pas !… On y arrive à grands pas !… Car dans l’esprit de l’oligarchie, les « terroristes », ce sont nous les peuples. Le réveil sera difficile braves gens !…

RT confirme la nouvelle

— Résistance 71 —

 

Des troupes russes en exercices anti-terroristes sur le sol américain

 

Un exercice programmé de lutte anti-terroriste combiné entre les forces américaines et russes ravive les craintes d’installation de la loi martiale.

 

Paul Joseph Watson


 

Le 26 Avril 2012

 

url de l’article original:

http://www.infowars.com/russian-troops-to-target-terrorists-in-america-as-part-of-drill/print/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Des troupes aéroportées russes sont programmées pour un entraînement anti-terroriste sur le sol états-unien comme partie intégrante d’un exercice qui doit avoir lieu à Fort Carson dans le Colorado à la fin du mois prochain.

“Des troupes aéroportées venant de Russie et des Etats-Unis feront des manœuvres anti-terroristes jointes dans le Colorado, aux USA, entre le 24 et le 31 Mai 2012”, a rapporté l’agence chinoise Xinhua, citant le ministre de la défense russe Alexander Kucherenko. La nouvelle a aussi été rapportée par l’agence de presse russe RIA Novosti.

Les exercices, qui marqueront le premier entraînement militaire conjoint sur le sol américain pour les forces aéroportées des deux pays, auront pour thème “la reconnaissance de camps terroristes imaginaires et leur attaque”, les exercices impliqueront également l’évacuation des troupes par hélicoptère. Les soldats russes auront également accès au système d’armement spécial américain à Fort Carson.

Quoi qu’il en soit, les troupes russes ne seront pas seulement confinées dans une base militaire américaine, le 27 Mai, ils seront au sein de la communauté locale en attendance à un match de baseball à Colorado Springs.

“Cette annonce arrive à un moment où la Russie a des troupes travaillant en collaboration avec l’armée chinoise”, note Eloise Lee de Business Insider, faisant référence à une des plus grosses manœuvres navales sino-russe jamais entreprise et qui se déroule en ce moment même dans la Mer Jaune.

Alex Jones a documenté dans le passé les entraînements de troupes étrangères sur le sol américain pour gérer des “insurgents” et ce depuis la fin des années 1990, ceci faisant partie “d’exercices de guerre urbaine”.

En Juillet 2010, nos journalistes avaient reporté sur les exercices ayant eu lieu à Chicago sous le nom d’Operation Vigilant Guard, qui impliqua des troupes polonaises s’entraînant aux côtés de la garde nationale, dans des exercices qui se focalisaient sur des raids anti-terroristes et contre les trafiquants de drogue.

D’après le Caporal Mark Ballard de la Garde Nationale de l’Illinois, les forces polonaises étaient “intégrées dans quelques unes des unités militaires civiles qui participaient à ces exercices”, ceci dans le cadre du partenariat de l’état de l’Illinois avec la Pologne, une relation basée autour d’un “entraînement intégré” visant à mélanger les forces militaires et civiles dans le cadre d’un évènement d’urgence nationale, ainsi que de rendre le processus d’intégration avec des troupes étrangères plus “visible”.

Les exercices impliquèrent également des volontaires des Boy Scouts of America, confirmant un reportage du New York Times de 2009, concernant un programme du Department of Homeland Security (NdT: DHS, la Stasi, Securitate du pays du goulag levant), entraînant les Boy Scouts à confronter et à désarmer “les anciens combattants en colère”, qui étaient décrits comme des “terroristes”.

Des craintes concernant le fait que des troupes étrangères puissent être utilisées pour la confiscation des armes du public et l’incarcération des citoyens américains durant une période de loi martiale, ont circulé depuis des décennies, renforcées par des remarques telle celle formulée par Henry Kissinger en 1991 lors de la conférence du groupe Bilderberg à Evian en France:

“Aujourd’hui les Américains seraient outragés si des troupes des Nations Unies entraient dans Los Angeles pour restaurer l’ordre; demain ils seront reconnaissants”, avait déclaré Kissinger.

L’idée que des soldats étrangers prennent le contrôle de l’Amérique a souvent été semée dans les séries télévisées et les films, le plus notablement dans le film de 1984 “Aube Rouge”, qui narrait l’invasion des Etats-Unis par les troupes soviétiques.

Il est important ici de préciser qu’une histoire circulant et essayant de chevaucher les rapports de ces exercices confirmés est celle qui dit que les Etats-Unis auraient donné la permission aux troupe russes “de prendre et de tenir l’aéroport de Denver” ; ceci provient d’une source de désinformation connue qui lance régulièrement de faux articles devant être considérés comme des falsifications. Malheureusement, Glenn Beck et son “Blaze” ainsi que d’autres ont mordu à l’hameçon de l’escroquerie, ce qui enlève une partie de l’importance réelle de ces exercices, qui eux sont confirmés réels de sources sûres.

Regardez ci-dessous la vidéo sur l’entraînement des troupes polonaises aux raids anti-terroristes sur le sol américain…

(NdT: pour se faire, cliquez sur le lien de l’article original en haut de notre traduction)

Cirque des présidentielles: Déjà en 2002…

Posted in actualité, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , , on 26 avril 2012 by Résistance 71

« Les anarchistes ont trop de respect pour l’ordre et n’en supportent aucune caricature. »

– Antonin Artaud –

*  *  *

Flashback ! En 2002, avant la présidentielle…  Une fois de plus les abstentionnistes politiques avaient raison !

— Résistance 71 —

 

Abstentionniste mon frère, soit fier !

CNT-AIT

 

url de l’article original:

http://cnt-ait.info/article.php3?id_article=278

 

mardi 2 avril 2002 


 

Bien sûr qu’on n’ira pas à la kermesse électorale de printemps ! Trop de respect pour la démocratie, la vraie ! Trop de mémoire de ce que nous ont promis et fait les élus de tout poil ! Trop de rancœur contre cette bourgeoisie voleuse et exploiteuse ! Trop de rage contre toute cette canaille parlementaire qui s’en fout plein les poches et nous donne des leçons de justice.

Les élus, ces voleurs de vie, croque-morts et cancrelats, rien que de la gangrène, de la vermine. Tout ce beau monde en costard nous ruine la vie. On ne rêve que d’une chose, c’est de les foutre à la porte, c’est de leur vider les poches, qu’ils nous rendent tout ce qu’il nous ont volé, à commencer par l’espoir d’une vie meilleure.

Pour nous, la démocratie, la justice, ce sont les gens d’Argentine qui en ont marre de crever la faim et qui ensemble s’en vont se servir dans les grands magasins. Ca, c’est de la démocratie active, c’est de la ré-appropriation, de la redistribution, de la justice. La démocratie, c’est cette mère de famille au chomdu qui pique les jouets de Noël dont ses gosses rêvaient. C’est Simon, mon copain de Haifa, qui s’en va d’Israël pour ne pas faire le service militaire et tuer ses frères au coin d’une rue. C’est Gérard, employé dans un hôtel de Roissy qui refuse d’aménager des chambres pour que les flics y stockent des sans papiers en attente d’expulsion. C’est Alice quand elle crache à la gueule du délégué CFDT de sa boite lorsqu’il signe l’accord sur les 35 heures. La démocratie, la vraie ce sont tous ces hommes et ces femmes qui refusent ce système, tous ces exploités qui s’entraident et résistent tant qu’ils peuvent à ce monde infâme qui leur parle de justice et organise le pillage.

On l’a collée mille fois sur les murs, et on la collera encore l’affiche “Abstention, abstention active !” Abstentionniste mon frère, soit fier ! Refuser de participer à cette arnaque mondialisée, c’est la moindre des choses si l’on a encore un soupçon de mémoire et un zeste de lucidité. N’élisons plus nos voleurs, ne légitimons plus la vraie racaille, celle des bandits en col blanc qui nous enferme dans des banlieues de misère, celle qui nous fait travailler comme des chiens pour des salaires de rien, celles qui nous lâche ses flics pour mieux cacher ses larcins.

Ils veulent nous parler de justice, eux qui s’engraissent sur notre dos et s’auto-amnistient ? Ils veulent nous parler d’insécurité, eux qui nous entassent dans des banlieues aux portes des usines de morts et nous font bouffer leurs OGM et leur dioxine ? Ils veulent nous parler de solidarité, eux qui ne rêvent que de privatiser la santé comme tous les services publics ? Ils veulent nous parler d’humanité, eux qui bombardent les populations et intronisent les dictateurs ? Ils veulent nous parler de mémoire et de transparence, eux qui crachent tous les jours sur leur promesse de la veille ?

Qu’ils aillent au diable ! Bientôt pour se faire élire, il ne leur restera que les voix enchaînées de quelques chiens à la botte. Alors, il tenteront d’inventer une nouvelle arnaque démocratique, le référendum ou le sondage. Et si cela ne suffit pas, ils introniseront une nouvelle gauche. Les ATTAC, Bovet, Motivés et consorts sont déjà dans les starting-blocks, Vieux chevaux de retour ou mules de cirque, ils sont tous prêts pour la course au pouvoir, au pognon, au privilège.

Il fut un temps où les abstentionnistes se cachaient, se taisaient, lucides mais honteux. Au moins maintenant, ce pouvoir immonde nous a fait subir tant d’humiliations, tant d’arnaques qu’il devient de plus en plus difficile d’aller voter sans passer pour un con … ou un collabo.