Archives de amérindiens contre colonialisme

Résistance au colonialisme: Disparitions, assassinats de femmes indigènes au Canada et la China Connection du gaz naturel et de l’immobilier…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 mai 2017 by Résistance 71

A lire « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada », contre rapport de la Commission Vérité & Réconciliation

Dossier TICEE / TIDC

« Le bouclier du lanceur d’alerte »

 

Personnes disparues fausses enquêtes et la China connection

Un profit à quel prix ?

 

Kevin Annett

 

19 mai 2017

 

Source: http://kevinannett.com/2017/05/18/missing-people-fake-inquiries-and-the-china-connection-what-price-this-profit/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Nos femmes et nos enfants sont portés disparus depuis des siècles. Cela s’appelle un génocide.” – Wilf Price, Haida Nation, 2011

”Traduire en justice quelqu’un d’ici [guerre du Vietnam] pour meurtre, c’est comme distribuer des contredenses pour excès de vitesse aux 500 Miles d’Indianapolis….” – Captain Willard, Apocalypse Now

Marion Buller* a sûrement l’habitude d’être prise pour un symbole je suppose, mais même sa moue devant les caméras de télévision ne pouvait pas masquer la peur dans ses yeux cette dernière semaine. Un journaliste canadien inhabituellement provocateur venait juste de lui demander pourquoi après près de deux ans, son enquête, ayant coûté 64 millions de dollars au contribuable, sur les “femmes indigènes disparues et assassinées”, se devait toujours de découvrir un simple cadavre ou une piste sérieuse.

(*) Note de Résistance 71: Marion Buller de la nation Cree, est juge fédérale canadienne et directrice de la commission d’enquête nationale sur les femmes indigènes disparues. En tant que juge fédérale, elle fait partie de l’establishment et rend des comptes à l’état canadien…

Et bien, nous ne sommes pas supposés le faire”, aurait-elle pu répondre si elle avait quelques grammes d’honnêteté, si elle n’avait d’abord pas appris au sujet de l’affaire en siégeant comme juge aborigène sur la côte ouest canadienne, un terrain des plus importants dans les meurtres d’Indiens. Mais Marion est une joueuse initiée et elle a dit au journaliste que bon, vous savez, toutes ces choses, çà prend du temps.

Faire un écran de fumée pour un crime est sans aucun doute une activité à plein temps, spécifiquement lorsque les criminels ne coopèrent pas avec la couverture. Les gendarmes de la GRC (NdT: police montée canadienne) et leurs assassins sous contrat ne se sont bizarremernt pas bousculés au portillon. Toutes aussi silencieuses demeurent les entreprises en ressources naturelles chinoises qui financent les assassinats et le nettoyage ethnique de la partie nord de la province de Colombie Britannique, le cœur de la terre aborigène. Bien entendu, Marion Buller ne demandent rien à tous ces gens, de manière présumée parce qu’elle ne voit pas d’un bon œil d’établir sa résidence permanente dans le fin fond de Burrard Inlet. (NdT: une zone très reculée, en guise de mutation disciplinaire…)

La vie n’est jamais bien rose pour un larbin soudoyé.

En vérité, les assassins sont très occupés en ce moment à garder Pékin satisfaite. L’investissement direct de la Chine dans les ressources naturelles de la Colombie Britannique et dans ses infrastructures a plus que quadruplé depuis 2002 et les trois plus grosses entreprises pétrolières chinoises (PetroChina, Sinepec et Nexen) ont jusqu’au printemps 2020 pour signer des contrats afin de sécuriser l’énorme réserve de gaz naturel et sa liquéfaction (LNG) en CB. Bien malheureusement pour les diables d’étrangers, il n’y a pas 10% des membres des nations indigènes qui occupent ces territoires qui ont montré une volonté de faire ce types d’affaires. Et la Chine, comme nous le savons, a une façon particulière de gérer toute opposition (NdT: comme les Yanks et la GB ou toute puissance coloniale du reste…)

Irene Mack, une journaliste free lance près de Smithers, a passé des années à documenter où les indigènes sont portés disparus. D’apès ses recherches, la plus grosse concentration de ces disparitions se touve dans les régions riches en gaz naturel soumis à liquéfaction.

Ceci est indéniable lorsque vous mettez toutes ces affaires sur une carte. Les trois plus gros gazoducs pour le LNG courent directement le long de “l’autoroute des larmes” (NdT: le surnom d’un tronçon de 700km de l’autoroute 16 reliant Prince George à Prince Rupert en Colombie Britannique), d’ouest en est au travers des zones les plus denses en disparitions et assassinats. La Pacific Northern Gas Company, Prince Rupert Gas Transportation et la West Coast GasTransportation, relient les ports côtiers à Tumbler Creek et Fort St. John. Tout ceci à travers des terres qui sont toujours traditionnellement occupées par des groupes indigènes qui ont résisté à la signature de contrats avec ces entreprises.

Et pour citer le politicien local blanc de la région de Terrace:

“Nous avons dit aux gendarmes de la police montée depuis des années que les disparitions des familles natives sont des assassinats ciblés effectués par des professionnels. Dans la région de Carrier-Sekani, il est de notoriété publique que quiconque parle des accords d’arrières-salles des entreprises avec les Chinois se voit offrir un voyage aller-simple pour le lac. Mais j’ai arrêté de parler avec les gendarmes lorsque j’ai réalisé que c’était eux qui emmenaient les gens au lac.”

De manière importante, une des premières femmes indigènes assassinées qui fit la une des journaux, Wendy Poole de Moberley Lake, était la fille de l’activiste politique local, le chef Art Napolean, qui mena la lutte pour arrêter la rédition de ses terres Saulteaux Cree aux multinationales. Le corps de Wendy Poole fut retrouvé coupé en morceaux, certains parties de son corps et certains organes manquant. La GRC a refusé d’enquêter sur sa mort.

Les organes de Wendy manquaient pour une bonne raison. En effet, l’assaut qui l’a tuée pour le profit implique également l’armée chinoise: de manière spécifique, les mêmes généraux qui organisent et gèrent l’industrie du trafic d’organes de la Chine, ont exterminé de grandes portions des peuples indigènes propres à la Chine, comme par exemple les Ouïghours musulmans.

Un de ces officiers les plus notoires, l’ancien chef de la sécurité chinoise le général Zhou Yongkang* est un des actionnaires principaux du conglomérat des centaines d’hôpitaux gérés par l’armée à travers la Chine, où les prisonniers et les dissidents politiques sont tués et leurs organes moissonnés pour être transplantés chez des receveurs payant. Ce même consortium hospitalier investit maintenant lourdement en Colombie Britannique, dans les maisons de retraite et les industries de la santé, investissements menés par le grand groupe financier de Pékin: Anbang Insurance Group.

(*) Note de Résistance 71: Zhou Yongkang, ancien tsar de la sécurité nationale chinoise a été condamné en juin 2015 à la prison à vie (il a aujourd’hui 75 ans), pour corruption et divulgation de secrets d’état…

La maison-mère / holding de toute cette opération, Cedar Tree Investments, possède de grands secteurs du centre-ville de Vancouver et est décrite par un journaliste d’affaire comme “une opération à peine voilée de triade (mafia chinoise) qui s’empare de l’immobilier et de l’industrie du gaz naturel liquéfié partout dans la province et principalement dans le nord.

Dire que les gouvernements de la Colombie Britannique et fédéral canadien sont les porte-manteaux de ces conglomérats criminels, ne fait que sous estimer la chose. Le premier ministre Justin Trudeau a tout récemment levé les restrictions sur la prise en compte de l’investissement chinois dans le domaine de la santé et de l’assurance maladie, tandis que Pékin gère des “groupes de conseil spéciaux” directement depuis le bureau de la première ministre de CB Christy Clark. Clark est même moquée par un lobbyiste chinois, pour être, non sans justesse, “notre chef de bureau local”.

Lorsque j’ai appris il y a plus de 40 ans comment des gens disparaissaient facilement à Vancouver, un journaliste au sage phrasé de la télévision du nom de Jack Webster m’avait averti en ces termes : “Ne voua attendez jamais à finir par savoir qui est responsable de tout cela parce que personne ne veut que vous le sachiez,” Jack aurait même pu ajouter “spécifiquement les riches qui en sont responsables.”

Le général Zhou Yongklang et ses amis n’ont pas besoin d’avoir peur. Le tout dernier blanchiment du Canada sur ses propres crimes de génocide, crime de guerre domestiques connus sous le vocable de l’enquête fédérale sur les femmes disparues s’assure qu’aucun nom ne soit jamais divulgué et qu’aucune fosse commune ne soit jamais découverte. Et les Canadiens, avec leur talent si péculier à la négligence malsaine quant à l’analyse de leur propre malfaisance, donnent leur aval habituel à toute cette mascarade.

Après tout, les affaires sont les affaires.

See this background report on the Disappeared of B.C.:

http://itccs.org/2011/02/02/memorandum-on-the-organized-disappearance-torture-exploitation-and-murder-of-women-and-children-on-canada-s-west-coast-a-summary-from-eyewitnes

Résistance au colonialisme: L’imposture du « Canada » et des « Etats-Unis » (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 11 mai 2017 by Résistance 71

 

Gros karma

 

Mohawk Nation News

 

8 mai 2017

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2017/05/08/major-karma/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nous sommes peut-être peu nombreux, mais nous sommes la majorité du vrai peuple naturel de cette terre. Les immigrants qui sont venus ici il y quelques siècles ont façonné notre angoisse. Ils sont venus pour s’emparer de nos terres, de nos ressources, de nos possessions et pour faire de l’argent. Jamais pour nous aider en quoi que ce soit.

Leurs artistes écrivent des poèmes, des chansons, font des films et écrivent des bouquins à notre sujet afin de faire toujours plus de fric, pour recevoir des récompenses et pour faire la promotion de leur gigantesque mensonge. Ils persuadent le monde que notre terre est en fait la leur et que nous n’existons plus. Ils nous ont même appelé “Indiens” en référence à des gens d’une autre terre, ceci est vulgaire.

Le maire merdeux de Montréal Codère a fait larguer tant de merde dans notre fleuve [St Laurent], qu’il y a eu une renverse. L’odeur putride des excréments noie Pierrefonds, Oka, Ste Anne de Bellevue, Rigaud et d’autres endroits.
Ceux faisant l’expérience de la grande inondation ne parlent jamais du génocide et de la profanation de notre terre. Ils ne font que pleurer la perte de ce qu’ils nous ont volé.
Nous rappelons à nos enfants ce que notre peuple a enduré pour que nous soyons toujours ici. Notre langue renferme toutes les réponses et les instructions originelles pour notre survie.

Les dirigeants corporatistes coloniaux jouent un vieux script, script écrit en “langue de droit”. Le patois anglais est une langue faite pour les esclaves afin de limiter leur pensée [critique], les rendre serviles et avilis. Leur système fait souffrir tout le monde, tandis qu’ils vivent aisément sur les tombes de nos ancêtres. Le président Trump a pondu un nouveau décret. Pas d’avortement et pas de contraception, ceci sera co-administré par les églises. Trump montre qui est le patron: l’empereur de l’empire occidental romain du Vatican, le pape. L’église craint l’amenuisement de la population catholique dans le monde.

Les Canadiens sont toujours après les basques des Américains. La charte corporatrice coloniale du Canada enregistrée aux Etats-Unis par le Vatican a été mise en place en 1867 et est célébrée le 1er juillet. Les Etats-Unis n’ont plus de constitution républicaine, devenant une entreprise coloniale de la couronne en 1871, bien qu’ils clâment toujours être un pays. Ils célèbrent leur mise sous tutelle le 4 juillet.
Nous avons essayé de leur enseigner au sujet de la démocratie et du processus de décision consensuelle (NdT: prise de décisions en conseil de manière unanime, cf Kaianerekowa ou Grande Loi de la Paix de la Confédération Iroquoise datant du XIIème siècle et que nous avons intégralement traduite en français…). Ils ne captent toujours pas ce concept.

Lorsque 10% des gens se réveillent, comme des moutons le reste va aussi s’éveiller à la vérité de l’agenda du Nouvel Ordre Mondial.

L’élite a peur de l’apocalypse. La grande révélation se produit en ce moment même.

La loi karmique est universelle. Une action entraîne une réaction. Ils recevront le karma qu’ils méritent.
Notre karma est bon parce que nous avançons dans la vie et la traitons selon Kaianerekowa, la grande loi de la paix. Cela va totalement à l’encontre de l’ego fabriqué qui a conditionné leur esprit. Nous n’avons pas permis à ces états psychiques artificiels d’exister dans nos communautés.

Les colons ont perpétré la plupart des massacres de masse afin de s’emparer de notre terre, de la même manière qu’ils le font en Palestine. Chaque Israélien doit servir dans un escadron de la mort ou doit partir. Le plus grand des moment pour ces psychopathes est celui de décider qui peut vivre et qui doit mourir.

Résistance au colonialisme: Rouge-X et la psychose coloniale… (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 mai 2017 by Résistance 71

Qui allez vous appeler ?

 

Mohawk Nation News

 

1er mai 2017

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2017/05/01/who-you-gonna-call/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les bourreaux coloniaux, appelés conseils de bandes (Canada) ou de tribus (USA), se retrouvent confrontés à certains problèmes. Leur boulot n’est pas de se préoccuper de leur peuple, seulement d’eux-mêmes et de leurs familles. S’ils ne prennent pas ces pots-de-vin, ils sont alors ciblés par les chacals pour assassinat. S’ils y survivent, l’armée est envoyée pour terminer le boulot. Ce fut le cas au Panama, à la Grenade, au Nicaragua etc… en ce moment même la réserve de Pine Ridge (Lakota) est ciblée par la même “stratégie du tueur à gage économique”.

Nous sommes rotino’shonni’onwe (peuple iroquois). Si quiconque ou un groupe essaie d’établir quelque chose qui soit contraire à Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix, ils sont reconnus pour s’être aliénés. La corporation coloniale ne peut pas passer des lois au dessus de la création (nature). La vibration de notre terre-mère est maintenant bien haute dans la zone des 90 Hz. Elle avait pour habitude de chanter un doh bien plus bas à 7,83 Hz.

Lorsque les actionnaires de la corporation coloniale deviennent responsables des crimes de leur entreprise, alors la guerre sera finalement terminée. Comme dit toujours l’aveugle: “voyons voir !” La peur est une maladie. Elle va ramper dans votre esprit, dans l’âme de quiconque l‘engageant. Elle a taché notre paix. La nature ne nous élève pas pour vivre dans la peur. Celle-ci vient de nos esprits. La peur n’existe pas dans le monde naturel, tout comme tout fungus ne peut pas exister en milieu alcalin.

Nous avons cultivé ici. Nous avons chassé ici. Nous avons pêché ici. Jusqu’à ce que nos plus jeunes frères viennent depuis l’autre côté de la grande mare, tout était parfaitement durable au sein du monde naturel, en accord avec les instructions originelles.

= = =

Rouge-X: la psychose coloniale

 

Mohawk Mation News

 

2 mai 2017

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2017/05/02/red-x-colonial-psychosis/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Rouge-X, l’homme médecine mohawk, depuis le futur, le passé et le présent communique télépathiquement avec tout le peuple onkwe’hon:weh (originel de l’Île de la Grande Tortue). Il déclare: “Les immigrants sont venus voler notre terre et s’enrichir ainsi que leurs familles. Ils suivent toute loi que leur pouvoir pyromane, structuré pour la succession leur dicte.

Leur plus grande peur est lorsque leurs plus hauts initiés se rendent compte qu’on leur a menti. Alors le voile est levé.Tout le monde va savoir qui nous sommes et personne ne nous abritera plus ; nous serons des parias pour l’éternité.

Le véritable éléphant dans le salon est ce grand holocauste perpétré par la Couronne (NdT: La City de Londres et sa figure marionnette de la famille royale..) contre nous. 100 millions d’onkwe’honweh génocidés. “Ils seront balayés pour toujours”. Decanavida a dit “Le serpent noir verra la lumière Il aura peur et il nagera vers le sud pour ne plus jamais être revu par onkwe’honweh.

Au cours de leur visite, ils ont toujours essayé de nous effrayer, de façon à pouvoir garder ce qu’ils nous ont volé. Ils ont posé des pièges le long du chemin pour nous faire taire, mais au bout du compte la vérité prévaut toujours, quand bien même ils ont constamment réécrit l’histoire pour cacher la responsabilité de leurs actionnaires, qui les possèdent.

Au début, nous pensions que nous pourrions être amis. Nous les avons accueilli comme nos “jeunes frères” en leur offrant de les aider. Ce n’était pas dans leur nature. Au lieu de cela, ils ont créé un état policier selon leur propre structure, leur propre loi statutaire contrôlée au travers les tribunaux de l’amirauté.

Nous les surprenons constamment à mentir et à voler. Maintenant ils s’en foutent. Le chien qui mord la main qui le nourrit finit par devenir un chien fou finalement et doit être abattu.

Partout où le colonialisme a frappé, il a endoctriné ses victimes à penser que la Couronne ne sera pas inquiétée pour ses assassinats, ses vols ou toute autre brutalité. La politique étrangère de la couronne est fondée sur “la fin justifie les moyens”. La Couronne a admis ses crimes en disant: “Je suis désolé d’avoir tué vos enfants.” La couronne ne va pas se traduire elle-même devant la justice de ses tribunaux de l’amirauté.

Rouge-X dit qu’is devront passer par notre gauntlet (l’épreuve de force) comme le prescrit Kaianerekowa.

Rouge-X nous rappelle qu’”ils ont choisi un leader qui est un comédien qui sait pertinemment comment faire marcher son audience. On a déjà vu ces charlatans vendeurs d’élixirs qui ont des suiveurs enragés.

Comme les arbres et les pierres, nous sommes ici, observant, depuis bien avant qu’ils n’arrivent. La terre-mère chante une nouvelle note et nous rappelle des changements à venir.” Puis, Rouge-X chevaucha ses aigles argentés et nous laissa sur un air de Ted Nugent alors qu’il s’envolait de retour vers la 5ème dimension.

Lecture complémentaire: « Nous sommes tous des colonisés » (Résistance 71, mai 2013)

Visions politiques: L’abécédaire du Subcomandante Insurgente Marcos de l’EZLN

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 mai 2017 by Résistance 71

« Par ma voix parle la voix de l’EZLN.
Frères et sœurs d’Afrique, des Amériques, d’Asie, d’Europe et d’Océanie. Frères et sœurs venant assister à la 1ère rencontre internationale pour l’humanité et contre le néolibéralisme.
Bienvenue à la Realidad zapatiste. Bienvenue sur ce territoire en lutte pour l’humanité, bienvenue sur ce territoire en rébellion contre le néolibéralisme et l’oppression. »
~ Subcommandante Insurgente Marcos, août 1996 ~

« Planter l’arbre de demain, voilà ce que nous voulons faire… L’arbre de demain est un espace où tout le monde se trouve, où l’autre respecte et connait les autres et où la fausse lumière perd sa dernière bataille. »
~ Sub Marcos, août 1999 ~

« Étant ce qu’ils étaient, veilles et mémoires chargées sont plus réelles que l’intangible présent. La soirée précédant un voyage est un précieux moment de celui-ci. »
 Jorgès Luis Borgès ~

A lire en complément:

6ème_déclaration_forêt.lacandon

Appel au Socialisme (PDF)

 

L’abécédaire du sous commandant Marcos (Galeano)

 

Ballast

 

1er mai 2017

 

url de l’article original:

http://www.revue-ballast.fr/labecedaire-commandant-marcos/

 

Le zapatisme semble être passé de mode. Après avoir secoué le monde au mitan des années 1990 — les puissants juraient que leur « démocratie » marchande avait partout triomphé lorsqu’une armée, masquée et majoritairement composée d’Indiens mexicains, se dressa contre ce qu’elle nommait la Quatrième Guerre mondiale : le néolibéralisme et le capitalisme financier —, le mouvement porté par le sous-commandant insurgé Marcos, dit « Sup », a quelque peu disparu des radars médiatiques, voire militants. Ne parlons d’ailleurs plus de Marcos puisqu’il annonça lui-même son auto-dissolution il y a trois ans de cela : il se nomme à présent Galeano. Marcos n’est plus mais le zapatisme bouge encore ; il entend même présenter, en 2018, une candidate indienne aux élections présidentielles. Diable ! Le zapatisme n’a-t-il pas martelé qu’il refusait de s’emparer de l’État, qu’il se félicitait d’avoir permis « la création du pouvoir d’en-bas » (contre « l’en-haut »), qu’il se réjouissait d’avoir pratiqué une politique du quotidien et d’être passé « des leaders aux peuples » ? Galeano et son camarade Moisés s’en sont expliqué il y a quelques mois maintenant : il ne s’agit pas d’accéder à la fonction suprême ni de devenir un parti mais d’utiliser cette visibilité pour « amener le message de lutte et d’organisation aux pauvres de la campagne et de la ville du Mexique et du monde ». L’occasion de revenir, par cet abécédaire, sur ce mouvement et cette figure qui nous sont chers.

Armes : « Nous pensons que celui qui conquiert le pouvoir par les armes ne devrait jamais gouverner, car il risque de gouverner par les armes et par la force. Celui qui recourt aux armes pour imposer ses idées est certainement très pauvre en idées. » (La Dignité rebelle — Conversations avec le sous-commandant Marcos, Galilée, 2001)

Blues : « Quand Dieu a créé le monde, il a d’abord créé le blues. Après, le blues a commencé à avoir ses humeurs, comme on dit, et de là est né le jazz et ensuite le rock. Mais au début, comme dans la Genèse, qui dit qu’en premier la lumière fut, en musique, au début fut le blues, c’est de là que tout vient. Le blues, c’est comme si on vous agrippait le cœur et qu’on le chiffonnait comme ça. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Cœur : « Quand nous, hommes et femmes zapatistes, parlons, nous mettons en avant le cœur rouge qui bat en nous collectivement. […] Je sais que les sentiments n’ont pas leur place dans la théorie, du moins dans celle qui avance en trébuchant aujourd’hui. Qu’il est très difficile de ressentir avec la tête et de penser avec le cœur. Et qu’envisager cette possibilité a donné lieu à pas mal de masturbations théoriques […]. Nous le savons et nous le comprenons. Mais nous insistons : c’est la bonne conception. » (Saisons de la digne rage, « Sentir le rouge », Climats, 2009)

Droite, gauche et centre : « Le centre du pouvoir n’est plus dans les États nationaux. Cela ne sert donc à rien de conquérir le pouvoir. Un gouvernement peut être de gauche, de droite, centriste et, finalement, il ne pourra pas prendre les décisions fondamentales. » (La Dignité rebelle — Conversations avec le sous-commandant Marcos, Galilée, 2001)

Échec : « Si on arrivait à se fondre dans la montagne, ce serait notre arme la plus puissante. […] On vivait de fruits sauvages, de la chasse, on a ouvert un réseau de chemins qui nous permettait de nous déplacer d’une montagne à l’autre sans être vus. C’était une époque de grande solitude : rien dans la réalité mondiale ou nationale n’indiquait que ce sacrifice valait la peine ou qu’on avait une chance de gagner, au contraire, tout semblait dire qu’on allait à l’échec total. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Fertiliser : « Je t’assure, on n’aspire pas à fertiliser de notre sang le chemin de la libération du Mexique. On préférerait franchement le fertiliser de notre vie ! […] Notre mort n’est pas indispensable pour que le Mexique soit libre, on fera tout ce qu’on pourra pour rester en vie. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Guerre : « On ne peut comprendre et expliquer le système capitaliste sans le concept de guerre. Sa survie et sa croissance dépendent de façon primordiale de la guerre et de tout ce qui s’y associe et qu’elle implique. Par la guerre et dans la guerre, le capitalisme pille, exploite, réprime et discrimine. Dans l’étape de mondialisation néolibérale, le capitalisme fait la guerre à l’humanité entière. » (Saisons de la digne rage, Climats, 2009)

Homosexuels : « Dans les communautés indiennes, on ne persécute pas les gays. Les gens font des blagues, rigolent, mais ils ne sont ni exclus ni pourchassés… En plus, depuis le premier moment, les gens ont vu que le mouvement gay, mexicain surtout, envoyait de l’aide ; ils se sont fait expliquer ce qu’était ce mouvement et ce n’est pas l’aspect sexuel qui les a frappés mais l’exclusion sociale. “Ils doivent se cacher pour ce qu’ils sont, c’est comme nous, on devait se cacher pour être zapatistes.” » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Inversion : « Nous n’allons pas créer une force politique pour participer à la lutte pour le pouvoir, nous voulons au contraire organiser une inversion du pouvoir. Voilà le pari que nous faisons. On nous dit que cela ne peut pas être fait, que cela n’existe dans aucune théorie politique, qu’il est impossible de projeter une révolution politique sans vouloir la prise du pouvoir. Mais tout cela est faux […]. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Joie : « Nous, on dit qu’on est un joyeux bordel ! Par notre composition sociale, on est un mouvement indien, ou majoritairement indien, en armes ; politiquement, on est un mouvement de citoyens en armes, avec des exigences de citoyens. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Kissinger : « “Une guérilla qui ne perd pas gagne. Et une armée régulière qui ne gagne pas perd…” Et ça, ce n’est pas le Che qui l’a dit, c’est Kissinger ! Nous, tant qu’on ne perd pas on gagne, et notre ennemi, tant qu’il ne gagne pas il perd — même s’il est très supérieur, avec tous ses tanks et ses hélicoptères. » (Propos recueillis par Dauno Tótoro Taulis, La Realidad, octobre 1995)

Lectures : « Quand je suis quelque part, comme ici, où il y a Internet, je me connecte et je lis et je regarde tout. Mais, en littérature, je lis surtout du théâtre, les pièces de Brecht, des romans et les classiques comme Cervantès. Le meilleur livre de théorie politique est L’Ingénieux Hidalgo don Quichotte de la Manche. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Médias alternatifs : « Pour nous, le rôle que jouent les médias alternatifs et celui des gens qui y travaillent continuent d’être essentiel. Je peux même vous dire qu’un jour, je ne me rappelle plus où, j’ai eu une prise de bec avec les organisateurs d’une des étapes parce qu’ils voulaient commencer sans attendre les médias alternatifs qui n’étaient pas encore là et que moi, j’insistais en disant qu’eux étaient plus importants que moi. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Nos cris : « Est-ce utile de parler ? Nos cris sont-ils chargés comme des bombes ? Notre parole sauve-t-elle la vie d’un enfant palestinien ? Nous, nous pensons que, oui, ça sert à quelque chose, que peut-être que nous n’arrêtons pas une bombe, que peut-être que notre parole ne se transforme pas en un bouclier blindé qui empêche que cette balle de calibre 5.56 mm ou 9 mm dont les lettres IMI, “Industrie militaire israélienne”, sont gravées sur la cartouche, n’arrive à la poitrine d’une petite fille ou d’un petit garçon palestinien, mais que peut-être notre parole arrivera à s’unir à d’autres du Mexique et du monde et peut-être qu’en premier elle se convertira en un murmure, puis en une voix plus forte et enfin en un cri qu’on entendra à Gaza. » (Intervention du sous-commandant Marcos lors du Festival de la Digne Rage, janvier 2009)

Ouvriers : « Le zapatisme a du mal à embrayer sur le mouvement ouvrier en général, pas seulement sur les maquiladoras [usines, ndlr]. Il a eu beaucoup d’impact dans les communautés indiennes, chez les employés, les enseignants, les intellectuels, les artistes, mais pas dans la classe ouvrière mexicaine. […] C’est un échec flagrant. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Peur : « Ce que nous voulons, c’est pouvoir nous lever chaque matin sans que la peur soit à l’ordre du jour. La peur d’être Indiens, femmes, travailleuses ou travailleurs, homosexuels, lesbiennes, jeunes, vieux, enfants, autres. Mais nous pensons que cela n’est pas possible dans le système actuel, dans le capitalisme. » (Saisons de la digne rage, Climats, 2009)

Question éthique : « La révolution devient une question essentiellement morale. Éthique. Plus qu’une question de répartition de la richesse ou l’expropriation des moyens de production, la révolution représente la possibilité d’un espace de dignité pour l’être humain. La dignité commence à devenir un mot très important et cette idée ne vient pas de nous, groupe urbain, elle vient des communautés. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Régime cubain : « Le zapatisme adopte une distance respectueuse, mais pas suiviste : on n’est pas des fanatiques du régime cubain ; d’ailleurs il faut reconnaître qu’on ne sait pas au juste ce qui se passe là-bas et quoi qu’on dise, pour ou contre, ça nous retomberait dessus. […] Ils ne parlent pas de nous, ni en bien ni en mal, faisons pareil. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Starification : « [Le Che] était un homme droit, honnête, noble, mais un homme, au bout du compte. Ce n’était pas un Dieu ou un leader. Et si je pouvais, c’est ce que j’aimerais être, un homme honnête et juste, avec ses défauts, etc., et ne pas être déifié ou transformé en une idole ou en une personnalité éminente. D’ailleurs, je ne sais pas ce qui est pire, être une idole ou un monstre sacré. » (« Entretien avec le sous-commandant insurgé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Théories : « Les théories non seulement ne doivent pas s’isoler de la réalité, mais doivent chercher en elles les leviers qui leur sont parfois nécessaires quand elles se retrouvent dans une impasse conceptuelle. Les théories rondes, complètes, achevées, cohérentes, sont parfaites pour présenter un examen professionnel ou remporter un prix, mais généralement elles sont réduites en miettes au premier coup de vent de la réalité. » (Saisons de la digne rage, « Sentir le rouge », Climats, 2009)

Utopie : « Je demande qu’on me dise s’il y a jamais eu un progrès social dans l’histoire du monde qui n’ait d’abord été considéré comme une utopie avant de voir le jour. Non, il n’y a jamais rien eu de tel. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Visages : « Pourquoi ces masques ? Pourquoi vous cachez-vous ? Soyons sérieux. Personne ne nous regardait lorsque nous avancions à visage découvert, et maintenant on nous remarque parce que nous dissimulons nos visages. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Way of life : « Cette mondialisation répand aussi un modèle général de pensée. L’American way of life, qui avait suivi les troupes américaines en Europe lors de la Deuxième Guerre mondiale, puis au Vietnam et, plus récemment, dans le Golfe, s’étend maintenant à la planète par le biais des ordinateurs. Il s’agit d’une destruction des bases matérielles des États-nations, mais également d’une destruction historique et culturelle. […] Le néolibéralisme impose ainsi la destruction de nations et de groupes de nations pour les fondre dans un seul modèle. Il s’agit donc bien d’une guerre planétaire, la pire et la plus cruelle, que le néolibéralisme livre contre l’humanité. » (« La quatrième guerre mondiale a commencé », Le Monde diplomatique, août 1997)

XXe siècle: « Le néolibéralisme, comme système mondial, est une nouvelle guerre de conquête de territoires. […] L’ordre mondial est revenu aux vieilles époques des conquêtes de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Océanie. Étrange modernité qui avance à reculons. Le crépuscule du XXe siècle ressemble davantage aux siècles barbares précédents qu’au futur rationnel décrit par tant de romans de science-fiction. De vastes territoires, des richesses et, surtout, une immense force de travail disponible attendent leur nouveau seigneur. » (« La quatrième guerre mondiale a commencé », Le Monde diplomatique, août 1997)

Yeux : « Nous sommes des guerriers et en tant que tels nous connaissons notre rôle et notre heure. À l’aube du premier jour du premier mois de l’année 1994, une armée de géants, c’est-à-dire d’indigènes rebelles, est descendue dans les villes pour, de son pas, secouer le monde. À peine quelques jours plus tard, le sang de nos tombés encore frais dans les rues citadines, nous nous sommes rendus compte que ceux de l’extérieur ne nous voyaient pas. Habitués à regarder de haut les indigènes, ils n’ont pas levé les yeux pour nous voir. Habitués à nous voir humiliés, leur cœur ne comprenait pas notre digne révolte. » (Dernier communiqué du sous-commandant Marcos, annonçant sa propre disparition, mai 2014)

Zapatistes : « Pour les zapatistes, les valeurs éthiques sont une référence fondamentale, beaucoup plus que la realpolitik. Les choix des zapatistes leur font manquer beaucoup d’occasions de realpolitik, parce qu’ils accordent plus de valeur aux implications morales. » (Le Rêve zapatiste, Seuil, 1997)

Résistance au colonialisme: Le Vatican origine de l’entreprise coloniale…

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 1 mai 2017 by Résistance 71

Abolir l’empire…

 

Terre volée

 

Mohawk Nation News

 

27 avril 2017

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2017/04/27/stolen-earth/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les immigrants de l’Île de la Grande Tortue sont psychologiquement condtionnés à penser que nous avons disparu. Ils se sont servis et ont volés nos terres, nos ressources et tout ce sur quoi ils peuvent mettre leurs sales pattes. En 1302, le pape Bonicace VIII a affirmé péremptoirement posséder tout être vivant, la planète et tout ce qu’elle contient ; il l’a fait au travers d’une bulle (édit) pontifical auto-déclaré. Il affirma être le représentant de “dieu” sur Terre. (NdT: bulle Unam Sanctam, 1302: http://didascale.com/bulle-unam-sanctam-1302-de-boniface-viii/ )

Ceci a transformé toute notre terre en leur terre sans que nous le sachions ni ne consentions a quoi que ce soit. De fausses lois affirmèrent les droits naturels sur toute vie de l’Île de la Grande Tortue. Toutes les corporations, entreprises coloniales sont des sous-entreprises de la corporation originelle: le Vatican (alias la “couronne”).

Le Vatican nous enregistre et vend nos certificats de naissance sur le marché boursier comme une obligation à la banque centrale privée de la nation. Notre chair est vendue à un esclavage perpétuel (NdT: comme stipulé dans les bulles pontificales Dum Diversas de 1452 et Romanus Pontifex 1455, renouvelé avec la bulle Inter Caetera de 1493…)

En 1537, une autre bulle pontificale a réclâmé toutes les “âmes perdues”. Ceci donna à Henri VIII d’Angleterre l’autorité de secrètement collecter nos “âmes”. La mise sous tutelle corporatrice de l’Haudenosaunee Confederacy Chiefs Council ou HCCC l’a maintenant rendue entité artificielle créée par le Vatican en tant qu’entreprise privée. Le code de Handsome Lake est une religion, secte chrétienne, créée par l’humain et n’est pas fondé sur l’ordre naturel. (NdT: au début du XIXème siècle, les jésuites aidèrent à créer une nouvelle religion au sein de la confédération iroquoise afin de diviser ses membres le long d’une ligne “religieuse”… Cette secte s’appelle le Code de Handsome Lake ou Gaiwiio et fut créée pour diviser et à terme annihiler la société traditionnelle iroquoise suivant Kaianerekowa depuis le XIIème siècle, possédant ses “gardiens de la foi”, son dogme mélange les mythologies locales et chrétiennes …)

En 1816, l’Angleterre fit banqueroute et perdit la couronne. Elle fut donnée au temple du barreau de la City de Londres (ville état au même titre que… le Vatican et Washington D.C, le district de Colombia, partie indépendante de la ville de Washington). Les avocats de l’association du barreau enregistrent et collectent nos “âmes”, celles des “perdus et des damnés”.

Lorsqu’un enfant est baptisé, les parents donnent le titre et vendent leur âme au fond fiduciaire propriété des banquiers. Depuis 1933, chaque enfant n’est pas connu comme étant un homme ou une femme, mais une créature ou un animal, parce que le Vatican a volé son “âme”.

Nous sommes traités comme des choses de façon à ce que les avocats puissent mettre en application la loi maritime [ou loi de l’amirauté des mers]. Une personne ne possède rien et n’est qu’un bénéficiaire, parce que tout le monde est un esclave et le monde est la propriété du Vatican (NdT: dont les biens sont gérés depuis la City de Londres par… la banque Rothschild). Des droits supplémentaires furent ajoutés plus tard, monétarisant tout. Banqueroutes, mineurs, incompétents, emprunts fonciers et entreprises privées sont la propriété du Vatican. Ces bulles pontificales furent créées par des hommes en jupes il y a 700 ans.

Le Vatican clâme la véritable propriété (sur Terre), la propriété personnelle (le corps) et la propriété religieuse (l’âme). Le juge est le caitaine du navire qui peut vous faire balancer par dessus bord sans aucune répercussion, en toute impunité. Le juge peut vous faire payer toutes les amendes qu’il veut ou vous faire jeter en prison à son gré.

Lorsqu’un onkwe’onweh (personne naturelle à la terre) se rend dans un tribunal (de l’amirauté) avec le wampum deux rangées et explique comment la Grande-Bretagne devint le Canada en août 1701 et se créa à Kingston au travers de cet instrument, il montre au juge la ligne du haut (du wampum) et dit: “Voilà pourquoi vour pouvez vous assoir dans le fauteuil où vous vous trouvez maintenant. La ligne du dessous, c’est nous. Maintenant, nous pouvons parler.”

Il est plus que temps de rendre responsables les actionnaires de la “couronne” [City de Londres, Washington DC et le Vatican] de leur crime de génonide à l’encontre d’ongwe’onweh sur Ono’waregeh (Île de la Grande Tortue).

= = =

A lire:

Meurtre par Décret version PDF

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

kaianerekowa Grande Loi de la Paix

Un_manifeste_indigène_taiaiake_alfred

La Grande Loi du Changement (Taiaiake Alfred)

Etats-Unis et Canada états coloniaux et instrumentalisation de la peur (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 27 avril 2017 by Résistance 71

Le texte ci-dessous dépeint la vie des nations autochtones des Amériques sous le joug colonial depuis 1492, sans discontinuer.
Expérience intéressante: après avoir lu ce texte, relisez-le non plus en pensant aux Amérindiens, mais détachez-vous et pensez à nous. Ne constatez-vous pas comme nous, que nous sommes tous des colonisés !

Le combat des peuples de l’humanité est identique au-delà du temps et de l’espace. En prendre conscience est essentiel pour la suite des évènements. Nous arrivons à la croisée des chemins et choix il faudra faire…

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie colonialiste, se tenant debouts, main dans la main avec leurs frères indigènes du monde et avançant ensemble dans une société des sociétés égalitaire, non coercitive, solidaire et donc libre.

Comme le dit si bien la légende d’une des photos de l’article original en anglais:

“Que sont les frontières ? Des lignes artificielles au sol. C’est une construction inique faite pour nous séparer et nous contrôler. Frontières, langues, monnaies, religions, races, tout çà ne sont que des conneries.”. A méditer profondément…

~ Résistance 71 ~

Pour mieux comprendre l’article, lire la version PDF du contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation publié en 2016 par le TIDC:

Meurtre par Décret version PDF ou le crime de génocide au Canada

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

 

La stratégie de l’inutile

 

Mohawk Nation News

  

26 avril 2017

  

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2017/04/26/its-no-use-strategy/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Onowa’regeh ou l’Île de la Grande Tortue (Amérique du Nord) n’avait pas de prisons, pas de foyers ni de maisons pauvres, pas d’orphelinats, pas de maisons pour les personnes âgées, pas d’armée, pas de police, pas de gens sans abris mourant de faim, pas d’asiles de fous ni du subsides. Le désespoir planifié a été mis en place par Duncan Campbell Scott afin “de se débarrasser du problème INDIEN”.
La corporation coloniale veut nous frustrer de faire quoi que ce soit au sujet de l’état dans lequel nous sommes aujourd’hui et nous faire continuer de dépendre d’elle pour tout. Quand elle peut contrôler notre fourchette, elle peut tout contrôler. Nous avions l’habitude de travailler collectivement et de tout partager.

Une peur générée par l’entreprise coloniale nous a condtionné d’avoir peur de nos propres vies. Ceci n’est en aucun cas la vie que menait notre peuple originel.
Une fausse colère et des hurlements incessants de leur gouvernement illusoire existent pour nous intimider, spécifiquement les faibles d’esprit. On nous montre comme étant une société sale et vilaine.

C’est le syndrome hiérarchique entrepreneurial et colonial du “je compte pour du beurre”.

On nous rend désespérés et sans défense. Des durées limités, des dates butoir, de la papasserie à signer et / ou à envoyer quelque part, des demandes par ordinateur, des écoutes de messages futiles, inutiles et pertes de temps, avoir une carte d’identité pour tout, une pédophilie et des molestations rampantes, des expulsions, l’impossibilité de payer les dettes à la banque qui vous possède jusqu’au trognon, etc, etc…
On nous fait ressentir que nous ne pouvons rien faire sans l’autorité militaire et la menace planant au-dessus de nos têtes. On nous force à vivre sans défense, sans espoir et dans un état de culpabilité constante. Cela porte un nom: la dictature !

On finit par ne plus avoir confiance en nous-mêmes, on perd notre motivation en tout. Les autorités certifiées conformes du gouvernement nous envoient en prison pour avoir violé leurs règles “humaines, créées de toute pièce par l’Homme” ou on nous envoie chez des “psys” pour apprendre l’obéissance.

Tout cela n’est que contrôle de l’esprit. Ils nous maintiennent dans un état de tristesse, de dépression et de dépendance afin que nous dépendions d’eux pour toujours. Nous sommes anxieux pour l’avenir de nos enfants, spécifiquement alors qu’ils font l’expérience de pensées auto-destructrices. L’euthanasie assistée par le gouvernement est maintenant encouragée. La drogue est vendue à la vue de tous par le gouvernement. L’État trouve toujours quelque chose qui ne va pas pour nous punir ou nous menacer.

D’abord il y a une petite dépression, puis une dépression sévère, puis des hallucinations, de la folie furieuse, ensuite viennent la punition ou l’exécution. Dans les pays européens ils avaient les décapitations, les chambres de torture, le bûcher, les pendaisons publiques où les gens venaient en famille avec un pique-nique. Aujourd’hui, il y a 80 000 personnes qui sont enfermés en isolement de haute sécurité. Ce programme fut inventé par les Hollandais afin de rendre les gens fous. Ils n’ont jamais réussi parce qu’ils ne le veulent pas. Ils veulent continuer à contrôler tout le monde.
Comment soigne t’on les dépressions induites par l’État ? Dites adieu à la peur. Arrêtez le chantage.

Mettre fin au colonialisme: démantèlement des corporations « USA et Canada » par les peuples (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 18 avril 2017 by Résistance 71

“Regardez bien ce qui se passe ici, parce quand ils en auront fini avec nous ce sera votre tour.”

~ Membre du conseil des femmes de la nation Mohawk aux Québécois locaux venus aux nouvelles lors du siège d’Oka en 1990~

 

A lire: « Païens en terre promise, décoder la doctrie chrétienne de la découverte » (Steven Newcomb, 2008, traduction Résistance 71, mise en page Jo de JBL1960) et « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada », TIDC, 2016, traduction Résistance 71

 

Guerre mondiale zéro

 

Mohawk Nation News

 

17 avril 2017

 

Url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2017/04/17/world-war-0/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Une personne a été frappée et sortie d’un vol de l’Unitedf Airlines par des agents de sécurité de la compagnie aérienne à l’aéroport O’Hare. Les gens dans le monde entier ont manifesté leur colère et leur désaprobation. Il y a maintenant des discussions internationales afin de protéger les passagers de telles violences.

Depuis 2016, Standing Rock est la scène d’une brutalité étatique ouverte et vicieuse, des attaques chimiques ont eu lieu contre des protecteurs pacifiques et désarmés de l’eau si précieuse. L’entreprise coloniale appelée USA attaque et essaie de tuer ceux qui se mettent en travers de son chemin. Depuis plus de 500 ans nous avons combattu cette entreprise seuls. Maintenant les autres sont ciblés également.

Les Etats-Unis, le Canada et le Mexique ont systématiquement couvert leur brutalité à notre encontre. Des milliers des nôtres sont brutalisés et victimisés, assassinés en prison comme prisonniers politiques et otages. Beaucoup sont vicieusement battus à mort pour être déclarés “mourir de pneumonie”. Nos prisonniers politiques et économiques doivent être libérés. L’ordre d’extermination totale de nos peuples doit être répudié. Le système carcéral nous individualise et nous sépare. Pour être libéré, vous devez vous soumettre et obéir.

Des forums publics se tiennent maintenant au sujet des problèmes et affaires indigènes afin “d’enregistrer” notre souffrance émanant de la politique du génocide qui continue jusqu’à ce jour. L’entreprise coloniale a mis en place des conseils de bandes (Canada) et de tribus (USA) et des organisations d’état et provinciales pour nous représenter de manière frauduleuse au travers du prisme politique colonial. Les membres de ces conseils aident au vol de notre terre, de nos ressources, de nos possessions et au meurtre de masse.

De véritables négociations doivent faire valoir un tiers neutre que les deux côtés jugent équitable.

Le gouvernement a mis en place notre souffrance et notre mort planifiée, chose que nous essayons d’enrayer. On nous met sous pression d’accepter les termes entrepreneuriaux coloniaux. Le public est soumis à une intense propagande pour qu’il soutienne les concessiosn en leur faveur.
Les criminels ne peuvent pas tracer la voie, Ils n’ont du reste jamais essayé de rectifier leur tort.

Des attaques faux-drapeau régulières et des menaces créent la peur de ce qui en découle. Nous sommes le peuple de la paix mondiale. Nous n’avons pas d’armée qui puisse être achetée ou contrôlée.

Le sens des mots doit bien être compris par les deux parties impliquées dans les deux langues utilisées. Le gouvernement dit généralement: “Nous avons dit ceci mais nous voulions dire cela…” Nous, Onkwe’honweh, le peuple originel de l’Île de la Grande Tortue, ne pouvons qu’utiliser notre cerveau, notre esprit, et ne nous occuper que de la vérité.

L’État utilise la propagande menée par ses merdias de masse afin de tromper le public. Celui-ci est conditionné à croire que “c’est une situation sans espoir” et que nous devons abandonner et nous en remettre à la corporation. Les critiques sont étiquetés comme terroristes et ciblés. Nous avons refusé d’être dépeints comme des terroristes pour ne faire que défendre nos vies, notre terre-mère et la vie qu’elle supporte en révélant le passé.

L’ennemi est rompu à la tactique du diviser pour mieux règner, de séparer les gens en groupes afin de créer des conflits de toute pièce.
Le peuple va dissoudre la corporation coloniale et tous les actionnaires seront traînés devant la justice pour les crimes commis par leurs entreprises. Nous déciderons qui parle pour nous, en accord avec notre processus politique traditionnel et ancestral. Notre position sur tel ou tel sujet sera lue ouvertement et publiquement, aux conseils et assemblées publiques. Le monde va enfin savoir la vérité au sujet du plus grand holocauste de l’histoire de l’humanité qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui.

La corporation coloniale semble ne pas se sentir concernée du fait que le monde entier voit sa brutalité éhontée. Les actionnaires de l’entreprise ne pourront jamais échapper aux conséquences des crimes commis et des génocides passés et présents. Nous continuons inlassablement à suivre la loi naturelle de la terre.

Les piètres compensations (financières) n’y feront rien. Les règles entrepreneuriales seront démantelées et ne domineront plus jamais les lois naturelles d’Ono’waregeh (Île de la Grande Tortue).

Les Etats-Unis doivent prendre un engagement ferme de paix pour le monde.