Archive pour bulles papales colonialisme occidenal

Résistance au colonialisme: le code de domination en las Ame (amour) Ricas (richesses) tue…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 19 mars 2016 by Résistance 71

Superbe analyse et réflexion ici de Steven Newcomb sur l’assassinat de l’activiste amérindienne Berta Cáceres au Honduras. De plus il nous amène à une de ses réflexions sémantiques habituelles qui, à notre grande honte, nous avait jusqu’ici échappée, à savoir l’origine éthymologique du nom donné au continent par les Espagnols: Las Americas pour les Ameriques.
Pourquoi donc las Americas ? Newcomb nous dit:

Ame = amour + Ricas = richesses, le continent de l’amour des richesses… tout était déjà dit dès le départ ! Génocide, ethnocide et impérialisme galopant ne pouvaient que s’ensuivre. Les chrétiens européens ont tenu promesse, celles écrites noir sur blanc dans les bulles pontificales Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493), Berta Cáceres n’en est malheureusement qu’une des très, trop nombreuses victimes 524 ans plus tard. Il est impétatif que nous œuvrions tous pour la cause commune du démantèlement de l’empire actuel et de rendre politiquement et économiquement impossible la formation d’un quelconque remplaçant, parce que nous sommes tous des colonisés !

— Résistance 71 —

 

Le code de domination a tué Berta Cáceres

 

Steven Newcomb

 

15 Mars 2016

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/03/15/domination-code-killed-berta-caceres

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’assassinat le 3 Mars dernier de l’activiste indigène Berta Cáceres au Honduras nous a rappelé le livre de John Brodley “Victims of Progress” (1982) où il écrivit: “Il est généralement reconnu que les peuples tribaux sont dramatiquement affectés par la civilisation et que leurs schémas culturels et, dans bien des cas, les peuples eux-mêmes, disparaissent à mesure que la civilisation avance” (p.1) Bien que je ne préfère pas le mot “tribal” parce qu’il suggère que les nations originelles d’un endroit sont “primitives et barbares”, Brodley a mis le doigt sur quelque chose de critiquement important exemplifié par l’assassinat de Mme Cáceres. La forme de domination qui a été euphémistiquement appelée “civilisation” a eu et continue d’avoir d’horribles effets sur nos peuples et nations originels partout sur ce continent appelé typiquement continent “des Amériques”.

Le phénomène identifié par Brodley devient très clair lorsque nous réalisons que la “civilisation” est “le passage en force d’un schéma culturel particulier sur une population qui lui est étrangère.” En d’autres termes, la “civilisation” n’est qu’un mot de maquillage pour le mot “domination”. Qu’est-ce qui a causé la disparition de tant de nos langues et de nos cultures et qui a résulté en la disparition de tant de nos nations originelles et de leurs peuples eux-mêmes ? La domination et la déshumanisation qui en résulte est la réponse.

L’assassinat de Berta Cáceres et de quelques 110 activistes environnementaux au Honduras est une preuve graphique du système de domination-déshumanisation. Elle fut une leader activiste autochtone sans peur de la nation Lenca. Mère de quatre enfants, porte-parole de notre Terre-Mère et de nos écosystèmes vitaux. Elle osa se lever contre des forces et intérêts économiques et politiques très puissantes en s’opposant à un projet de centrale hydroélectrique. Le slogan des intérêts auxquels elle s’opposa semble être: “étendre son territoire et les accès aux ressources naturelles vitales par tous les moyens nécessaires et peu importe qui ou ce que vous avez à détruire dans ce processus.” Beaucoup de ces intérêts opérant au Honduras proviennent des secteurs d’élite des Etats-Unis (NdT: et du Canada). Berta a payé de sa vie d’avoir eu le courage d’exprimer son opposition à cet agenda élitiste de la richesse et du pouvoir aux dépends de peuples bien distincts et des écosystèmes si fragiles.

Le 4 mars 2016, un article dans le quotidien britannique du Guardian: “Hypocrisy surrounds the murder of Berta Cáceres in Honduras,” Bert Schouwenburg rapporta un phénomène appelé “femmicide” (le meurtre de masse de femmes). Il écrit: “En 2014, 513 femmes furent assassinées et en 2015 il a été estimé qu’une femme était assassinée toutes les 16 heures…” Parlons de domination et de déshumanisation. Où sont les cris d’orfraies du ministère des affaires étrangères US sur ces évènements ? Le 10 mars 2016, un article de Greg Grandin dans le journal The Nation, met en évidence que Berta Cáceres avait critiqué ouvertement Hillary Clinton et son soutien à un coup d’état au Honduras en 2009, et ce 5 jours avant son assassinat. Clinton était alors ministre des AE des Etats-Unis. Ce coup retira du pouvoir le président réformiste Manuel Zalaya. Le ministère de Clinton qualifie simplement de “non-sens” tout effort de suggérer que la politique du ministère d’Hillary Clinton créa le contexre pour l’assassinat de Mme Cáceres.

Le grand nombre de meurtres et autres actes de traumatisme induisant la répression au Honduras sont clairement la façon adoptée par les soi-disantes Zones de Libre-Entreprise (ZLE), financées par des institutions telle que la Banque Mondiale. Derrière tout ceci réside des intérêts très puissants qui demandent que leur droit d’auto-détermination impérialiste leur soit permis pour passer au rouleau compresseur les peuples sans retenue, comme les chars de Tienanmen en 1989. (NdT: mauvais exemple, Newcomb ferait bien d’analyser et de rechercher les évènements de Tienanmen en 1989…)

Les assassins de Berta, en tant qu’agents d’intérêts toujours plus veules et gourmands, font partie d’une façon de penser qui dit au travers de ses actions: “Au diable vos peuples et nations originels, au diable tous vos écosystèmes”. Le chemin, vieux de quelques siècles de ce “progrès capitaliste”, est pavé des os des peuples originels dans les endroits où il passa. Il laisse derrière lui un héritage de déchets toxiques, de déforestation et autres naufrages de proportion incommensurable.

Tout ceci fut amené à nos nations originelles au travers de ce continent grâce à une idéologie néolibérale qui s’est manifestée directement depuis le même type de mentalité qui créa les décrets (bulles) pontificaux du Vatican pour la domination au XVème siècle: envahissez, capturez, vainquez, subjuguez et dominez les “nations païennes et barbares”. Cette mentalité croit qu’elle a besoin de maintenir sa domination sur les peuples et nations originels. Elle croit en la libération des corporations multinationales et transnationales de toutes régulations qui soient qui pourraient entraver le chemin vers de gigantesques profits et le siphonage des ressources naturelles vitales.

Les ZLE créées par la Banque Mondiale et autres intérêts banquiers au Honduras sont des endroits où la domination est laissée libre de toute action de façon à retirer tout obstacle qui empêcherait les corporations d’exploiter la Terre-Mère, ses eaux, et ses ressources naturelles et ce pour un profit toujours plus important et un accroissement du pouvoir, à perpétuité. En contraste, les histoires de la création native et les enseignements des nations autochtones sont faits pour honorer, respecter et préserver la Terre et tous les êtres vivants la partageant, à perpétuité. Ces enseignements et les peuples et nations originels qui les maintiennent en place, posent une menace fondamentale et existentielle à la mentalité de domination et à ce type de vie particulier qui résulte de l’amour des richesses (Ame = amour + Ricas = richesses)

“Les Amériques” (du nord, centrale et du sud) est le continent où le rêve d’empire de la chrétienté, celui de la domination et du profit, devint la base du “rêve américain” (le rêve des richesses et de la richesse, de l’abondance matérielle) et la base du “mode de vie américain” la fameuse “American way of Life”. C’est un modèle mental de vie idéalisé mis en place sur l’amour des richesses et de la richesse, accumulées en s’accaparant les territoires des peuples et nations originels d’une région géographique donnée et de soit “contrôler ou éliminer la population autochtone”, comme l’a dit l’historien Samuel Eliot Morison. La domination est le moyen utilisé pour parvenir à ce but et le meurtre brutal de Berta Cáceres est une preuve additionnelle de ce que nous décrivons dans notre documentaire “The Doctrine of Discovery: Unmasking the Domination Code.

Dans son livre Empire or Democracy (1939), Leonard Barnes écrit: “Pour bien des hommes le sens de la domination est un bienfait et avoir d’autres humains travaillant comme vos serviteurs et produisant une richesse que vous pouvez vous approprier d’un coup et vous en réjouir est, pour le moins, utile” (p.187). Le système institutionnalisé de domination a soufflé brutalement la vie de Berta Cáceres, ainsi que celle de bien d’autres femmes autochtones au Honduras parce qu’elle et bien d’autres ont essayé de se mettre en travers du chemin de cette soi-disante ZLE du “progrès” pour des intérêts qui sont directement liés à l’empire américain (les Etats-Unis).

Dès sa création, les Etats-Unis, que George Washington appela “notre empire nouveau-né”, furent fondés sur l’amour de l’opulence matérielle et la richesse. Durant plus de deux cents ans, il s’est engraissé au travers du processus de l’impérialisme. Il a utilisé ce même processus pour s’emparer des territoires traditionnels de nos nations et peuples originels. C’est un état Léviathan. Ses politiques impérialistes sont le moyen par lequel il étend ses tentacules politiques et économiques dans de syperbes endroits comme le Honduras et ce avec une impunité froide, déterminée et mortelle. Les peuples et nations originels finissent par être sacrifiés aux dieux du capitalisme et de la veulerie.

Comme l’a fait remarqué Rupert Emerson dans son From Empire to Nation (1960), “l’impérialisme par définition, implique la domination d’un peuple sur un autre” (p.6) ; la proclamation d’apporter “la civilisation humaine et chrétienne” aux “non civilisés, sauvages” (non dominés) “païens et infidèles”, fut le martelage précoce de ce code. Maintenant, il est mis en avant par des mots à la consonnance si bénigne tels que “développement” et par des phrases ou expressions d’enfumage comme “the Central American Free Trade Agreement (CAFTA).” Tout réside dans le fait de rendre l’entreprise de domination “libre” de toute contrainte ou réglementation, du moins du mieux possible et ce même si cela implique tuer de braves gens comme Berta Cáceres en toute impunité, Et ainsi la domination continue… à perpétuité.

Publicités

Aux sources du colonialisme occidental: L’usurpation des terres de l’empire fondée sur les prérogatives données à Colomb et consolidées par les bulles papales de 1493

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 août 2015 by Résistance 71

Nous l’avons dit et le répétons: L’empire actuel n’a aucune validité légale territoriale. Pour la première fois de l’histoire, l’empire est sans terre, il est temps de s’en rendre compte et de mettre fin à cette supercherie et aux crimes engendrés depuis le XVème siècle. Les peuples natifs et originels de l’Île de la Grande Tortue ont besoin de l’appui des occidentaux émancipés de l’idéologie coloniale pour qu’ensemble nos  reprenions nos vies et la planète en main dans l’intérêt commun.

La seule solution au Nouvel Ordre Mondial, qui s’impose par la force est de se tenir debout, la main dans la main avec nos frères aborigènes de tous les continents. L’oligarchie est au bout du rouleau et elle le sait. Aidons ceux qui luttent contre le terrorisme depuis 1492 ! La Terre-Mère nous le rendra au centuple !

— Résistance 71 —

 

Terres sacrées apaches, métaphores et le sénateur John McCain

 

Steven Newcomb

 

17 Août 2015

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/08/17/sacred-apache-lands-metaphors-and-senator-mccain

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Sur la base de la bigoterie chrétienne, du racisme, et du dominium (domination) des générations antérieures, les Etats-Unis se sont arrogés la permission et se l’arrogent toujours de prendre pour eux-mêmes et pour les entreprises commerciales de leur choix, les terres, territoires et ressources naturelles de nos nations et peuples originels. Nos voyons ceci aujourd’hui se dérouler devant nos yeux avec l’affaire des terres sacrées apaches en Arizona, des terres sacrées que les Etats-Unis ont déclaré être la “Tonto National Forest” dont une partie appelée Oak Flat, est maintenant programmée pour un projet d’extraction minière de cuivre. Cet exemple démontre une fois de plus ce qu’est le jeu de cette société fondée sur la domination que sont les Etats-Unis: utiliser créativement des métaphores pour étendre leur contrôle du territoire afin d’avoir accès et de profiter au maximum des ressources naturelles et de toutes choses de valeur se trouvant sur les territoires de nos nations originelles.

Faire des métaphores implique de nommer une chose par un nom qui appartient à quelque chose d’autre ou penser à une chose en termes de quelque chose de différent. Le philosophe du droit Steven L. Winter a dit que pour nous humains, “les métaphores sont notre façon d’avoir une réalité.” Mon ancien professeur C.A. Bowers a montré que les métaphores font avancer et maintiennent dans notre époque les idées problématiques (erronées, mal interprétées) du passé. Les Etats-Unis ont utilisé et continuent d’utiliser des métaphores pour créer une réalité du présent dans laquelle nos nations originelles sont maintenant attendues de vivre “recluses” (ce qui est en soi déjà une métaphore…)

Le peuple des Etats-Unis doit toujours comprendre et admettre la réalité de domination que les Etats-Unis ont construite comme moyen de tenir nos nations et peuples originels dans une forme de “captivité sémantique”, au nom d’un précédent politique et légal.

Un exemple de telles manipulations rendues possibles par les métaphores et une telle captivité sémantique est l’accord pour le moins douteux auquel est parvenu en décembre dernier le sénateur républicain de l’État d’Arizona John McCain (NdT: la même ordure néo-con va t’en guerre qui chante en public “bombardons, bombardons l’Iran” et qui a déclaré il y a quelques mois “être en contact permanent avec les rebelles/terroristes en Syrie”…) et quelques uns de ses acolytes du congrès US. Ils ont fait rajouter en catimini une provision, section 3003, dans la National Defense Authorization Act (NdT: NDAA, loi liberticide passée par le congrès…), sur le tard avant que la loi ne soit votée tard dans la nuit. La provision permet une subtilisation des terres sacrées apaches en Arizona pour les donner à une énorme transnationale minière: Rio Tinto (NdT: L’entreprise est un énorme conglomérat minier anglo-australien dont le QG est à Londres. L’entreprise fut rachetée en 1873 au gouvernement espagnol. Rio Tinto veut dire “Rivière Rouge” en espagnol. Elle est active sur tous les continents mais concentre ses activités minières essentiellement sur l’Australie et le Canada, sur les terres volées aux nations aborigènes. Ses liens avec la City de Londres et Wall Street sont très développés…) et sa succursale du cuivre: Resolution Copper. Se focaliser sur de telles entités colonisatrices nous amène à la racine du terme “colon”, qui peut-être pensée comme étant un énorme système digestif, celui d’un corps envahisseur (corpo), qui a l’intention de dévorer, d’assimiler, de digérer (de profiter) les territoires des nations originelles de ce continent.

Le mot “colon” peut–être divisé en “colo”, qui mène à l’imagerie métaphorique de “filtration des impuretés dans le processus de l’extraction minière (digérer).” Métaphoriquement, un processus “digestif” de l’extraction minière du sol, pour l’accumulation de richesse et de pouvoir, ceci est le contexte sous-jacent et le but des opérations de colonisation engagées par les entreprises comme Rio Tinto et Resolution Copper.

En ce qui concerne les terres sacrées d’Oak Flat, que Resolution Copper va détruire et “digérer” pour le profit, il en vient à la question de savoir qui a le droit de contrôle (subjuguer et dominer) le sol et d’en extraire la richesse. En remontant les systèmes politique et légal des Etats-Unis et de l’Arizona jusqu’à la source de l’empire espagnol, ceci révèle l’extension de ces métaphores déshumanisantes et dominantes créées il y a des siècles et qui continuent d’être maintenues par les Etats-Unis contre nos nations originelles dans le temps présent. Les anciennes idées au sujet des relations entre “le sol”, “la terre” et les nations originelles continuent d’être profondément d’influence en notre époque, spécifiquement en termes judiciaires, législatifs, exécutifs et d’attitudes entrepreneuriales envers nos nations originelles.

Quelques-unes de ces idées et attitudes colonisantes passées au sujet des relations entre “le sol” et les nations natives libres et indépendantes (“sauvages et nomades”), furent exprimées dans un rapport écrit en 1849 par William Carey Jones. Mr Jones fut nommé par le ministre des affaires étrangères des Etats-Unis et le sécrétariat à l’intérieur pour enquêter et rapporter sur la nature des titres fonciers dans la vaste zone couvrant le traité de Guadalupe Hidalgo, une zone dont ce qui est appelé l’Arizona fait partie. (NdT: ce traité fut signé le 2 Février 1848 et mit fin à deux ans de guerre entre les Etats-Unis et le Mexique. Les Etats-Unis annexèrent près de la moitié du “territoire” mexicain – terres aborigènes également ne l’oublions pas, volées préalablement par la couronne d’Espagne – dont la Californie, l’Arizona, le Nouveau-Mexique, le Nevada et l’Utah. 90% de la population “mexicaine” de ces territoires choisît alors de devenir américaine…)

A un moment donné dans son rapport, Jones dit ceci: “En ces tribus sauvages et nomades la loi espagnole ne reconnaît aucun titre de propriété de la terre que ce soit.” Ceci est une attitude métaphorique datant de siècles en arrière, que Jones applique aux nations natives, incluant la nation apache, en 1849. Cette attitude est toujours maintenue aujourd’hui par le sénateur McCain et les autres membres du congrès des Etats-Unis en ce qui concerne les terres sacrées apaches d’Oak Flat. La doctrine stipulant que la loi espagnole ne reconnaît pas de titre sur la terre en ces nations “sauvages et nomades” existantes libres et indépendantes, peut-être tracée à au moins deux sources anciennes de droit fondamental sur lequel se repose toujours les Etats-Unis aujourd’hui.

1) Les prérogatives royales accordées à Cristobal Colón par la reine Isabelle et le roi Ferdinand de Castille.

et

2) Les bulles pontificales du Vatican émises par le pape Alexandre VI en 1493.

Ces deux documents peuvent-être trouvés dans l’American Charters Constitutions and Organic Laws 1492-1908, de Francis Newton Thorpe, “Compiled and Edited under the Act of Congress of June 30, 1906.” Ces deux documents peuvent aussi être trouvés dans le Federal and State Constitutions Colonial Charters and Other Organic Laws of the United States, d’abord publié en 1877 par ordre des prédécesseurs de McCain au sénat des Etats-Unis. Ces deux livres furent publiés à Washington D.C par l’imprimerie nationale des Etats-Unis et ces deux livres tracent la loi organique américaine aux prérogatives données à Christophe Colomb (celles de “découvrir et de conquérir”) et à une version latine d’un des décrets pontificaux de 1493.

Les manœuvres législatives menées par le sénateur McCain sur la base des publications ci-dessus mentionnées, démontrent comment les Etats-Unis continuent d’appliquer dans les zones du traité de Guadalupe Hidalgo, la loi fondamentale des Etats-Unis, à savoir, les prérogatives en provenance de Colomb et les bulles pontificales de 1493. Ces documents, incluant leur langage de domination, servent de contexte de couverture légale pour la provision ajoutée par le congrès en regard des endroits sacrés de la nation Apache. Ces documents ont servi de base pour regarder la loi espagnole comme ne reconnaissant pas de titre de propriété du sol aux nations natives et en l’occurence à la nation Apache. Les Etats-Unis sont les successeurs de cette vision de ce qui est nommé les “tribus sauvages et nomades” existant dans la zone du traité de Guadalupe Hidalgo.

Les deux livres ci-dessus mentionnés, publiés par le congrès des Etats-Unis au travers de l’imprimerie nationale du gouvernement, sont là pour rappeler à quiconque l’existence de ces documents qui forment la base des lois fondamentales des Etats-Unis. Ces sources nous permettent de voir que les schémas idéologiques de domination trouvés dans les prérogatives données à Christophe Colomb ainsi que les bulles pontificales du XVème siècle, sont toujours maintenues aujourd’hui même par les Etats-Unis comme la base de la réalité existante pour nos nations originelles en regard de la loi américaine et de la politique des Etats-Unis.

Le commentaire subtil de C.A. Bowers au sujet des métaphores du passé continuant les idées et les attitudes des temps anciens nous permet de focaliser notre attention sur un point clef: Les concepts de domination et de déshumanisation du XVeme siècle, imbriqués dans la loi américaine existante, sont toujours utilisés aujourd’hui pour créer une forme subjective de la réalité pour nos nations et peuples originels de ce continent. Ces conceptions sont appliquées à la nation Apache en 2015 en ce qui concerne leurs terres sacrées d’Oak Flat. C’est sur cette base que les terres sacrées apaches sont appelées “terres publiques” des Etats-Unis.

Dire non au colonialisme… Pour une répudiation de la Doctrine Chrétienne de la Découverte

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 17 août 2015 by Résistance 71

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Démanteler la doctrine de la découverte

 

Idle No More

 

15 Août 2015

 

url de l’article original:

http://www.idlenomore.ca/dismantling_the_doctrine_of_discovery

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En savoir plus sur la Doctrine Chrétienne de la Découverte

 

Idle No More maintient ses relations avec l’ International Tribunal of Justice Abya Yala  qui est en train d’être organisé au Guatémala pour les 15-17 Septembre 2015. Nous continuerons de soutenir le mouvement de résistance continental afin de faire mettre en application l’auto-gouvernance et la souveraineté de nos peuples et nations par la reconnaissance de ceux-ci. Nous travaillerons ensemble par-delà les frontières afin de construire une véritable décolonisation du continent par l’adoption d’une stratégie adéquate, dans l’esprit de l’autogestion et de l’auto-détermination de nos nations et peuples indigènes originels à ce continent.

Nous soutenons la formation d’une Commission Indigènes Continentale (Continental Indigenous Commission North-Central-South Abya Yala – Turtle Island) afin de délivrer les conclusions du Tribunal International de Justice Abya Yala dans les territoires Lenape-Delaware de Philadelphie, de Pennsylvannie en Septembre, lorsque le pape François 1er sera présent. Nous espérons que cette commission adressera directement le problème de la sanctification continuelle des doctrines coloniales de la découverte au travers de la bulle papale Inter Caetera. L’Indigenous Law Institute (NdT: de Steven Newcomb) a reconnu que cette bulle “a été et continue d’être dévastatrice pour nos religions, nos cultures et la survie de notre population.” Dans un Communiqué to the Vatican, le 5ème sommet continental d’Abya Yala V Continental Summit Abya Yala qui s’est tenu sur les Cauca Territories en Colombie, a appelé le pape François 1er à révoquer publiquement la doctrine chrétienne de la découverte (et sa bulle Inter Caetera).

Notre position est que l’État du Vatican et le pape François doivent prendre la responsabilité du rôle qu’a eu et continue d’avoir l’église catholique en tant qu’auteurs intellectuels de la docrine de la découverte. La Doctrine de la Découvete continue de marginaliser les peuples indigènes et de normaliser des violations criminelles des droits de l’Homme, comme par exemple le droit de consentir librement et de manière informée ainsi que le droit à l’auto-détermination des peuples indigènes,

Idle No More endorse et soutient la Continental Proclamation Abya Yala donnée au Forum Permanent des Problèmes Indigènes des Nations-Unies le 18 Mai 2006 qui déclare:

Que la bulle du pape Alexandre VI Inter Caetera est par-là même annulée, ainsi que tout processus de la Doctrine de la Découverte qui prétend déformer la relation d’harmonie, de justice et de paix de nous, les peuples indigènes de l’humanité dans notre entièreté.

La Doctrine de la Découverte n’a jamais eu de quelconque validité légale et ne sert qu’à perpétuer le processus de la colonisation et de la violation des droits des peuples indigènes en ayant donné le titre de propriété des terres indigènes aux colons en ignorant ou en invalidant le titre à la terre des peuples et nations indigènes.

Nous en appelons à tous les peuples et nations indigènes de l’Île de la Tortue Abya Yala de joindre leur force et de se soulever dans un mouvement continental fondé sur nos cérémonies traditionnelles pendant la célébration de l’équinoxe d’automne le 23 Septembre. Nous appelons nos coalitions et nos alliés sur la Terre-Mère de faire ce pas avec nous ainsi qu’en solidarité et en volontarisme de démanteler la Doctrine (Chrétienne) de la Découverte.

Doctrine chrétienne de la découverte, colonialisme occidental et violence religieuse…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 février 2015 by Résistance 71

« Au nom de la sainte trinité, envoyons en Espagne, tous les esclaves (Indiens) qui puissent-être vendus. »
~ Christophe Colomb ~

« … Quand il devint clair qu’il n’y avait plus d’or à prendre (sur l’île d’Hispagnola/Haïti), les Indiens furent pris et vendus comme esclaves pour les grandes terres, connues plus tard sous le nom d’encomiendas. Ils furent forcés à travailler dur et moururent par milliers. En 1515, ils restaient peut-être 50 000 des 500 000 Indiens natifs de l’île. Il n’en resta plus que 500 en 1550. Un rapport datant de l’an 1650 a confirmé qu’il n’y avait plus aucun descendants de la nation Arawak sur l’île (aujourd’hui Haïti)…)
~ Howard Zinn ~

 

La violence chrétienne: Obama touche un point sensible de la politique américaine

 

Peter d’Errico

 

12 février 2015

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/02/12/christian-violence-obama-touches-sore-spot-american-politics

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Etes-vous étonné, concerné par la violence commise par l’État Islamique, par le comment le meurtre et la torture peuvent-être justifiés par des doctrines religieuses ? Pensez-vous que la violence de certains musulmans aujourd’hui fait écho à la violence chrétienne qui s’exerça lors des croisades et de l’inquisition ? Si c’est le cas, vous avez sans doute approuvé les commentaires récents du président Obama au National Prayer Breakfast début Février.

Si vous êtes parmi ceux qui critiquent systématiquement tout ce que dit Obama ou si vous êtes amouraché des baveurs des médias de droite, il se peut que vous ayez eu une indigestion à la déclaration d’Obama disant que “durant les croisades et l’inquisition… des gens ont commis des actes terribles au nom du Christ.

L’ancien gouverneur républicain de Virginie, Jim Gilmore, a dit que la comparaison d’Obama de la violence musulmane avec la violence chrétienne était “le commentaire le plus offensant qu’il ait jamais entendu d’un président des Etats-Unis de son vivant”, il a ajouté “il a offensé tous les chrétiens croyants des Etats-Unis”. Le président de la Ligue Catholique, Bill Donohue, a dit que la comparaison d’Obama était “insultante” et “pernicieuse”.

Qu’est-ce qui choque ces gens ? On se demande vraiment si Gilmore et Donohue ne connaissent vraiment pas l’histoire du christianisme, ou s’ils pensent que cette histoire devrait être cachée. Devant le triste tableau de l’éducation aux Etats-Unis, la possibilité de leur ignorance existe. De manière toute aussi triste,il existe la possibilité qu’ils connaissent cette histoire et veulent la cacher.

Les archives historiques montrent que le christianisme a été très violent durant de longues périodes de son développement. Les horreurs des croisades et de l’inquisition auxquelles Obama a fait référence, sont démontrées dans les documents officiels de l’église. Les croisades furent une longue série d’expéditions militaires totalement sponsorisées par l’église durant une période de 300 ans afin d’éjecter les musulmans de la “terre sainte”. L’inquisition a duré 400 ans et fut un réseau multinational de terreur géré par l’église contre les autres religions et spécifiquement contre les “infidèles” (non-croyants) et les “hérétiques” (personnes ayant de “mauvaises” croyances).

Par exemple, sous le pape Innocent III, les puissances chrétiennes menèrent une guerre de terreur contre “l’hérésie” dans ce qui est maintenant le sud-ouest de la France. Un million de personnes furent massacrés en 15 ans. Les chrétiens rasèrent des villes entières. Lorsque les “soldats du christ” demandèrent à l’évêque Cocteau ce qu’ils devaient faire avec les catholiques d’une ville, l’évêque répondit: “Tuez les tous, dieu reconnaîtra les siens”. L’envoyé du pape notifia plus tard celui-ci que la population entière de la ville, soient 20 000 personnes, avaient été tuée. (NdT: Il s’agit du massacre des habitants de la ville de Béziers où entre 15 et 20 000 personnes furent massacrées par les troupes sous commandement de l’église…)

La violence de la chrétienté s’étendit aux “païens” (les gens qui n’avaient pas entendu la parole du christ) du “nouveau monde”. Le Requerimiento espagnol de 1513, fondé sur la bulle papale de 1493 (Inter Caetera), confirmant le titre de souveraineté espagnole aux terres “découvertes”, déclara que les colons pouvaient “vous (peuples natifs) faire la guerre de quelques manières que ce soit et vous soumettre au joug et à l’obéissance à l’église ; nous vous prendrons vous, vos femmes et vos enfants et vous réduirons en esclavage et ainsi pourrons en disposer et les vendre ; nous prendrons la totalité de vos biens et nous vous ferons tout le mal et le dommage possible en invoquant le fait que la responsabilité des morts et des pertes vous en incombe.

L’étude de l’histoire des Etats-Unis montrent des évènements tout aussi horribles dans lesquels les peuples et nations autochtones furent les victimes de violences inouïes aux mains des “découvreurs chrétiens”. En 1637, les Anglais brûlèrent un village entier de la nation Pequot après en avoir bloqué tous les chemins d’accès. Le capitaine John Underhill a expliqué l’assassinat des vieillards, des femmes et des enfants en disant: “parfois les saintes écritures déclaraient que les femmes et les enfants devaient mourir avec leurs parents… Nous avions suffisamment de lumière par la parole de dieu pour que nous puissions procéder.

A travers le continent (en Californie), environ 100 ans plus tard, le missionnaire franciscain Junipero Serra fut responsable de la coercition des peuples natifs dans le christianisme, les confinant dans des “missions” où ils furent contraints de travailler pour les Espagnols. Serra justifia supplices et flagellations des Indiens qui résistaient en écrivant: “Les pères spirituels doivent punir leurs fils les Indiens, avec des coups qui semblent être aussi vieux que la conquête des Amériques, si général en fait que les saints ne semblent pas être une exception à la règle.” L’intention du pape François 1er de canoniser Serra durant une visite aux Etats-Unis en 2014 a déclenché une controverse à cause de la violence du système de mission de Serra.

La congrégation vaticane du saint siège, le bureau de l’église responsable de ces guerres de terreurs existe toujours aujourd’hui, appelé maintenant la congrégation pour la doctrine de la foi. Jusqu’à son élection comme pape Benoit XVI, le cardinal Joseph Ratzinger était le leader de cette congrégation, il était connu pour ses efforts à déraciner les “hérésies” dans l’église moderne et dans la littérature.

Les conséquences de la domination chrétienne subsiste aujourd’hui et ce le plus notoirement avec la doctrine légale de la “découverte chrétienne” intégrée dans la loi de propriété aux Etats-Unis ainsi que dans la loi fédérale et politique indiennes (et en parallèle au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande, toutes des extensions coloniales de la chrétienté anglaise) et sous laquelle les Indiens se voient refuser la propriété de leurs terres et leur souveraineté parce qu’ils sont “païens”.

La campagne en cours pour faire abolir cette doctrine de la “découverte chrétienne” de la loi américaine attire une certaine attention envers cette sale histoire. Quelques églises chrétiennes ont rejoint l’effort, appelant pour une reconnaissance honnête des conséquences historiques de la terreur chrétienne. Nous verrons si le pape François béatifira Junipero Serra devant l’attention publique croissante des archives historiques.

Le pape Jean Paul II, bien qu’il béatifia Junipero Serra, avait reconnu l’histoire violente du christianisme. Il délivra plus de cent excuses pour les activités de l’église catholique apostholique et romaine au cours des siècles. En mars 2000, il délivra une large excuse pour 2000 ans de violence et de persécution par l’église. Comme alors décrit par un journaliste (NdT du Guardian de Londres), le pape “électrifia les rangs des cardinaux et des évêques” en “défiant les mises en garde de quelques théologiens disant que cette excuse sans précédent historique diminuerait l’autorité de l’église.

On peut trouver l’histoire de l’église “offensante”, mais cela est-il offensant d’en parler ? Devons-nous prétendre que l’histoire ne s’est pas passée ?

Le gouvernement de la Turquie nous donne un exemple de la distance que peuvent couvrir les leaders politiques pour nier des faits historiques. Quiconque en Turquie mentionne le massacre des Arméniens et des Kurdes pendant la première guerre mondiale et s’y réfère en tant que “génocide” peut-être envoyé en prison pour le crime de “dénigrement de la turquicité”. L’ “histoire officielle” nie l’archivage et la constatation historique qui montre sans équivoque qu’un tiers du peuple arménien a été éliminé.

Des arguments légitimes au sujet de l’histoire proviennent des différentes visions et interprétations des documents et aussi de la découverte de nouveaux matériaux concernant des affaires. Dans la cas de la violence chrétienne, les critiques d’Obama n’ont pas mis à jour de nouveaux matériaux d’études et aucuns calculs politique différents avec lesquels (ou mettant en valeur) regarder l’histoire connue et reconnue.

Ainsi nous pouvons remercier Obama de parler juste au sujet de la violence religieuse. Nulle part dans ses remarques a t’il justifié de la violence commise par l’État Islamique. Il a au contraire essayer de désamorcer la colère anti-musulmane en nous rappelant que le christianisme et la chrétienté ont également énormément de sang sur les mains. Ceux qui critiquent ces remarques sont les mêmes que ceux qui critiquèrent le pape Jean Paul II à l’époque: Ils sont plus préoccupés de maintenir leur “autorité” que de reconnaître la vérité.

Peter d’Errico est diplômé de droit de l’université de Yale en 1968. Il a été avocat pour le Dinebeiina Nahiilna Be Agaditahe Navajo Legal Services, 1968-1970 à Shiprock. Il a enseigné le droit à l’université du Massachussetts, Amherst de 1970 à 2002. Il est avocat consultant sur les affaires indiennes.