Archive pour USA terrorisme d’état

Dictature cybernétique: YouTube, Google, Facebook et la guerre contre la vérité… (VT)

Posted in actualité, altermondialisme, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 14 juin 2019 by Résistance 71

 

YouTube et la guerre contre la vérité

 

Gordon Duff

Veterans Today (VT)

 

9 juin 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/06/11/neo-youtube-and-the-war-on-truth/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

A partir de juin 2019, YouTube, propriété de Google Corporation, qui a une très longue histoire de récupérer les données cybernétiques pour des agences de renseignement diverses et des groupes d’extrême-droite, va “faire le ménage”…

Leur affirmation  de retirer tous “discours et propos de haine” et autres “matériaux tendancieux” non spécifiés, est une grande menace pour la liberté d’expression dans le monde.

Voyez-vous, YouTube de Google a littéralement moulé, façonné un monde à lui, s’associant financièrement avec le bidon, l’imbécile et l’absurde, tout en censurant profondément la liberté d’expression et ce dès le tout premier jour de son existence.

Pendant des années, Youtube a géré un système très obscur et opaque de faux-bénévoles financés par des think tanks et des agences d’espionage, des centaines d’entre eux situés dans des bâtiments spéciaux à Haïfa en Israël, interdisant des utilisateurs dont le matériel mis en ligne jette une mauvaise image sur l’apartheid d’Israël.

De plus, YouTube a fourni, en partenariat avec des entreprises très secrètes sous-traitantes dans le domaine militaire comme Idea Groups et Jigsaw, des systèmes de couverture de communication et de renseignement opérationnel à des groupes terroristes comme Al Qaïda et son neveu de l’EIIL / Daesh.

Les mêmes “chambres de trolls” d’Haïfa qui éliminent la libre expression de YouTube, aident à sécuriser des panneaux d’annonces protégés pour Daesh et autres groupes terroristes qui communiquent leur plan d’opération en utilisant ces plateformes pour y poster des vidéos.

Ceci fut le plan de retrait de Daesh lorsque leur système de discussion fut exposé et mis à jour sur Facebook et la NSA commença à tracer les cellules terroristes au travers de leur “chaîne Zuckerman”.

Les membres de l’EIIL et d’Al Qaïda restèrent simplement enregistrés sous leur app YouTube et mirent en place “tear sheet” pour des transmissions codées sous la pleine protection de Google Corporation. Plus que cela, ce processus d’utiliser des discussions YouTube pour planifier des attentats à la bombe, des flingages de masse ou des attaques au gaz toxique est enseigné par des groupes de conseil financés par le programme Jigsaw de Google de promouvoir “la résistance démocratique à la tyrannie”.

Les organisations de “résistance” financées par Google sont actives en soutien de ce qu’ils appellent “les mouvements démocratiques” en Syrie,en Egypte, en Libye, au Soudan, au Ghana, au Cameroun, au Nigéria, en Ukraine, en Georgie, en Turquie, en Iran, en Irak, au Bahreïn, au Sri Lanka, en Italie, en France, en Allemagne, en Belgique et dans deux douzaines d’autres nations.

Nos projections montrent que ces groupes ont été liés à des assassinats, à littéralement des centaines d’attentats à la bombe, des enlèvements et des viols de masse, du vol d’antiquités, d’un énorme trafic d’armes et bien entendu, de la manipulation des médias.

En fait, le partenariat Google-Facebook, qui inclut YouTube, gère 3 cellules sur 3 continents avec un scenario tiré directement de celui du Gladio de l’OTAN qui échoua. Pour ceux qui ne le savent pas, l’opération Gladio fut mis en place par l’OTAN à la fin des années 70 pour entrainer des combattants résistants en cas d’une invasion soviétique de l’Europe. Mais cette opération Gladio devint très vite Septembre Noir, les Brigades Rouges et finalement ISIS / EIIL / Daesh, d’après nos sources. Pendant 20 ans, les attentats terroristes du Gladio, une organisation supposée combattre l’URSS, terrorisèrent l’Europe. L’histoire se répète maintenant, mais à une échelle mille fois plus importante…

Les menteurs décident de ce qui est vrai

Les cibles les plus récentes de YouTube sont le BDS et tous ceux qui y sont affiliés, ce mouvement pour forcer les gouvernements à utiliser le Boycott, Diversion, Sanctions (BDS) pour renforcer l’application des résolutions de l’ONU concernant la Palestine.

Il est bon de noter que plus de 45% de ce qui est communément appelé “Israël”, sans Gaza, le Golan ou la Cisjordanie, est légalement l’état palestinien de Judée et de Samarie en accord avec les résolutions de l’ONU avec les programmes du BDS en direct accord avec la loi internationale comme stipulé dans la 4ème Convention de Genève. YouTube a décidé d’opérer en dehors du cadre de l’ONU et de ses résolutions et de s’opposer à l’autorité de la Cour Pénale Internationale de La Haye et de la Convention de Genève.

Nommer YouTube-Google-Facebook comme “état voyou” peut légalement être soutenu. Les appeler l’état profond serait même encore plus judicieux.

Du New York Times (NdT: la voix de la CIA…) du 5 juin 2019:

“YouTube a annoncé mercredi ses plans de retirer des milliers de vidéos et de chaînes qui se font les avocats du néo-nazisme, de la suprématie blanche et autres idéologies bigotes, ce dans une tentative de nettoyer les propos extrémistes et haineux de son service populaire.

La nouvelle politique interdira les “vidéos faisant allusion qu’un groupe est supérieur afin de justifier la discrimination, la ségrégation ou l’exclusion.”, a dit l’entreprise dans un post de blog (blog post) L’interdiction couvrira aussi les vidéos qui nient que des évènements violents, comme le carnage de l’école primaire de Sandy Hook dans le Connecticut, aient eu lieu.

YouTube n’a pas nommé de chaînes ni de vidéos spécifiques qui feront l’objet de cette mesure. Mais mercredi, un certain nombre de créateurs d’extrême-droite commencèrent à se plaindre que leurs vidéos ont été effacées ou dépouillées de leurs publicités (NdT: source de revenus bien entendu..), sans doute à cause de cette nouvelle politique mise en place.

“Il en va de notre responsabilité de protéger et d’empêcher que notre plateforme ne soit utilisée pour inciter à la haine, au harcèlement, à la discrimination et à la violence”, a précisé le blog.”

Il est intéressant de noter que le NY Times mentionne Sandy Hook. Un universitaire américain de renom est en procès pour diffamation pour avoir publié une série d’articles de journalistes indépendants qui commentent sur les inconsistances du narratif officiel.


Restrictions partout, liberté nulle part

Notre propre enquête sur cet incident, d’un point de vue du contre-terrorisme et contre-espionnage, a trouvé d’énormes irrégularités dans l’enquête et la gestion des preuves et de plus, il y a le fait que les fonds qui ont été utilisés pour punir ou réduire au silence des membres de la presse indépendante, sont d’origine bien mystérieuse.

En fait, bien des enquêtes sont bâclées voire même bidonnées. Pendant des années, j’ai géré des entreprises de sécurité qui, parmi d’autres capacités, enquêtaient sur des incidents critiques, incluant des catastrophes aériennes, des désastres miniers et des actes de terrorisme. La plupart de nos enquêteurs et experts de terrain venaient du FBI ou d’autres agences. Le mécanisme qu’on pense avoir été employé à Sandy Hook fut certainement employé lors du 11 septembre, à Khan Sheikhoun en Syrie, pendant les assassinants de John et Robert Kennedy ainsi que durant le suspecté empoisonnement des Skripal en Grande-Bretagne.

Affaire après affaire, comme il est facile de le constater, des gouvernements sont renversés, des bombardements ordonnés, des pays envahis, des sanctions employées, tout cela basé sur des “résultats” d’enquêtes bidons sur des incidents dont les véritables perpétrateurs sont ceux à qui profite, comme c’est toujours le cas, du chaos et de la souffrance causés.

Bien sûr maintenant YouTube vient de se lancer dans le retrait de vidéos offensantes, ce qui inclut celle du présentateur de CBS News Dan Rather rapportant l’arrestation d’agents du Mossad en possession d’explosifs sous le pont George Washington de New York le 11 septembre 2001, les vidéos d’explosions d’armes nucléaires tactiques utilisées contre le Yémen ou juste hors de Damas en mai 2013 et, par dessus tout, les déclarations de douzaines de témoins décrivant comment les Casques Blancs ont mis en scène des attaques au gaz toxiques en Syrie, incluant une vidéo des dires de 40 Casques Blancs eux-mêmes. Peut-on voir une sorte d’agenda ici ?…

Ceci me rappelle une expérience personnelle. Je venais juste de rentrer de Nairobi au Kenya, lorsqu’on me demanda de faire des recommandations au ministère de l’intérieur après la tristement célèbre attaque de la galerie marchande qui y fit 71 morts.

Lorsque je revins [aux Etats-Unis], un avocat local me demanda une assistance pro bono dans une enquête sur un accident de voiture mortel impliquant deux véhicules qui se télescopèrent frontalement juste hors de Wauseon dans l’état de l’Ohio. L’enquête de police, faite sur place en moins de 30 minutes, trouva la jeune femme conduisant un des véhicules être responsable de l’accident et d’homicide. Notre enquête montra que, sur la scène d’accident, la jeune femme se vit refuser des soins médicaux bien qu’étant dans une condition critique et fut plus tard arrêtée sur la base d’un aveu forcé fait lorsqu’elle était dans un semi-coma aux urgences d’un hôpital local. Elle mourut presque durant son transport en hélicoptère, important de le noter.

Il y avait un gros problème. Les deux véhicules furent retrouvés dans la même voie de circulation, la même que sur laquelle la jeune femme circulait et l’autre conductrice, une femme plus âgée, avait en fait traversé les voies et causé l’accident. L’examen des rapports médicaux montra que la dame âgée était sévèrement sous le coup de la substance Ambien, un sédatif hypnotique et d’un cocktail d’opiacés et de médicament psychothropes. Médicalement parlant, cette femme était un “zombie”.

Pire, lorsque les “boîtes noires” des véhicules furent téléchargés dans un simulateur d’accident “physique”, les animations qui reproduisent exactement les mouvements des voitures, les coups de volant, les freinages, vitesses etc, démontrèrent que la police avait en fait bidonnée l’enquête.

Une évaluation des policiers impliqués dans l’enquête montra qu’ils avaient mené des centaines d’autres enquêtes similaires, toutes sans aucune preuve légiste, le tout simplement fabriqué. Ce n’est pas dans le simple domaine des accidents de la route, mais aussi dans celui des enquêtes criminelles de toutes sortes qui font l’objet de telles négligences procédurières policières, trouver un coupable, fabriquer de fausses preuves et envoyer le/la “coupable” en prison.

Il y a une suite répétitive ici. Si une source officielle se présente, alors nous avons un lanceur d’alerte, un “criminel”. On ne peut pas les croire. En fait, ils doivent être chassés et emprisonnés.

Si c’est un journaliste indépendant, c’est un “complotiste” et YouTube efface son travail. Si la preuve vidéo est si puissante qu’on ne peut pas/plus l’ignorer alors cela devient de “l’incitation à la haine” et elle est virée.

Être fliqué par la police est déjà particulièrement pénible, mais être fliqué par des entreprises haute-technologie contrôlées par des mouvements politiques extrémistes, ce qui décrit parfaitement et justement les fonctions des Google, Facebook et consort, redéfinit carrément la tyrannie.

 

Publicités

Guerre impérialiste au Moyen-Orient : Paris se retire de l’accord nucléaire avec l’Iran… Un pas de plus vers la guerre voulue par l’oligarchie ?….

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 9 juin 2019 by Résistance 71

Macron et la macronie dans toute leur splendeur de fonction larbiniste pour l’empire anglo-américano-sioniste… Qu’attendre d’autre ?
~ Résistance 71 ~

 

 

Iran: Paris se retire de l’accord nucléaire ! Macron exige de nouveaux pourparlers et un nouvel accord…

 

Press TV

 

6 juin 2019

 

source de l’article en français:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/06/597872/Iran-Paris-se-retire-de-laccord-nuclaire-

 

Il est tout de même extraordinaire de voir Emmanuel Macron, le président de France, signataire de l’accord nucléaire internationalement reconnu de 2015, liquider si froidement ce même accord pour cause de ses liens de vassalité avec les États-Unis, ceux-là mêmes qui avaient tiré la première salve en direction des intérêts économiques français en Iran en brandissant sous le nez des entreprises françaises l’éventail des sanctions extraterritoriales qui allaient s’imposer à elles. Des entreprises qui ont bien reçu le message et vite : Total s’est retiré du marché pétrolier iranien au profit des Asiatiques, Renault et Peugeot l’ont suivi de près, quitte à en subir de sérieux contrecoups.

Ce jeudi donc, Emmanuel Macron a officiellement annoncé le retrait de la France du PGAC en exigeant de « nouvelles négociations », « un nouvel accord » et surtout en soulignant que son pays, tout comme les États-Unis, ne voulait pas que « l’Iran acquière l’arme nucléaire ». Peu importe si l’ami Trump a transmis la technologie nucléaire ou balistique à Riyad, dont le régime tue à coup d’armes françaises des centaines de civils yéménites par semaine.

La France d’Emmanuel Macron rejette ainsi sa part de responsabilité en tant que signataire du PGAC en plaidant en faveur de « nouveaux pourparlers » capables d’assurer l’objectif conjoint américano-français qui consisterait à empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

Mais ce faisant, elle discrédite plus de 10 ans d’efforts diplomatiques ayant abouti à l’accord de Vienne. Et ce n’est pas tout : sur les pas de l’« ami Donald », Paris foule au pied le droit international de même que le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique, qui confirme toujours la fidélité de Téhéran à cet accord. Ce jeudi alors que Trump réitérait pour la quatrième fois consécutive en l’espace de quelques jours son désir d’ouvrir un dialogue nucléaire « sous pression maximale » avec l’Iran, le président français a cru bon d’en rajouter : il veut intégrer les missiles iraniens et le rôle de l’Iran dans ces soi-disant pourparlers à venir.

Mais la question qui se pose désormais est la suivante : si ce dialogue venait jamais à s’ouvrir, à quel titre la France macroniste voudrait-elle y prendre part puisque son président vient de rendre nulle et non avenue sa signature au bas d’un document ayant fait l’objet d’une résolution du Conseil de sécurité ?

Le président américain Donald Trump et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés aujourd’hui à Caen, en Normandie dans le nord-ouest de la France, en marge des commémorations du 75e anniversaire du débarquement des Alliés de la Seconde Guerre mondiale.

Colonialisme et guerre impérialiste: Opération Condor 2.0 en marche contre le Venezuela… pétrole oblige (RT)

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, CIA et traffic de drogue, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 8 juin 2019 by Résistance 71


… aussi au Venezuela

 

Armées des ombres: paramilitaires, mercenaires et forces spéciales au Venezuela

 

Romain Mingus (RT)

 

7 juin 2019

 

url de l’article:

https://francais.rt.com/opinions/62807-armee-ombres-paramilitaires-mercenaires-forces-speciales-venezuela

 

Mercenaires, forces spéciales étrangères… à qui Washington essaie-t-il d’avoir recours pour arriver à ses fins au Venezuela? Romain Migus poursuit son analyse.

Le 14 mars 2018, Erick Prince, le fondateur de l’entreprise militaire privée Academi (NdR71: ex-Blackwater), réunissait une centaine de personnalités dans son ranch de Virginie. L’invité d’honneur, ce jour-là, n’était autre que Oliver North, figure principale avec Elliott Abrams, l’actuel envoyé spécial des Etats-Unis pour le Venezuela, de la sale guerre contre le Nicaragua dans les années 80. Ce retour de Erick Prince sous le feu des projecteurs, après sa mise à l’écart des administrations états-uniennes (tout comme son collègue Abrams), aurait dû être un signal d’alerte. Mais ce n’est qu’un an plus tard que l’on apprendra que le fondateur d’Académi se disposait à recruter 5 000 mercenaires pour le compte de Juan Guaido. Ce plan macabre n’aurait, pour l’instant, trouvé ni l’écho de la Maison Blanche, pourtant sensible à l’influence de Prince, ni le financement nécessaire de 40 millions de dollars, somme ridicule si l’on tient compte du vol de plusieurs milliards de dollars appartenant à l’Etat vénézuélien par l’administration étatsunienne.

Pourtant, le recrutement de mercenaires a déjà commencé. Le 29 novembre 2018, le président Maduro dénonçait lors d’une allocution télévisée la constitution d’un bataillon de 734 chiens de guerre sur les bases militaires d’Eglin en Floride et de Tolemaida en Colombie. Le 23 mars 2019, le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, annonçait que 48 mercenaires recrutés au Salvador, au Honduras et au Guatemala étaient rentrés sur le territoire vénézuélien, dans le but d’y commettre des attentats contre les hautes autorités du pays, ainsi que des actes de sabotages, et d’opérations sous fausses bannières. Selon les services de renseignement du Venezuela, ces mercenaires avaient été recrutés par Roberto Marrero, bras droit de Juan Guaido. Que ce soit via Erick Prince ou par d’autres modalités, le recrutement de mercenaires afin de déstabiliser le Venezuela, est une sinistre réalité.

Le jour de l’arrestation de Marrero, les services de sécurité vénézuéliens ont capturé Wilfrido Torres Gómez alias Necocli, le chef de la bande narcoparamilitaire colombienne «Los Rastrojos». Comme les mercenaires, les paramilitaires colombiens sont un acteur étranger fondamental de la future armée dont pourrait disposer Guaido.

Le jour de l’arrestation de Marrero, les services de sécurité vénézuéliens ont capturé Wilfrido Torres Gómez alias Necocli, le chef de la bande narcoparamilitaire colombienne «Los Rastrojos». Comme les mercenaires, les paramilitaires colombiens sont un acteur étranger fondamental de la future armée dont pourrait disposer Guaido.

Les paramilitaires sont une excroissance du conflit colombien. D’abord créés par des propriétaires terriens et des militaires, ou dans le sillage des cartels de la drogue, ces groupes chargés des besognes les plus inavouables, se sont rassemblés sous le commandement des Autodéfenses Unies de Colombie (AUC). De 1997 à 2006, ils firent régner la terreur en déplaçant des populations entières sur le territoire colombien, et se chargeant des exactions que ne voulaient pas assumer les services de l’Etat. Sous le gouvernement d’Alvaro Uribe (2002-2010), les paramilitaires ont acquis une véritable prestance sur la scène politique, en tissant des liens avec des responsables politiques et économiques et allant même jusqu’à financer un tiers des parlementaires de ce pays, comme l’ont montré les documents saisis dans l’ordinateur du chef paramilitaire Jorge 40. Si leur activité principale reste liée au trafic de cocaïne, les paramilitaires agissent comme un Etat parallèle et influent. Dotés d’une autorité acquise au moyen d’une violence extrême et d’une terreur psychologique, ils imposent leurs normes sociales, politiques et économiques sur les territoires qu’ils contrôlent. La «démobilisation» des AUC en 2006 a eu pour conséquence l’implosion en plus petites structures, qui ont gardé le même modus operandi.

Les paramilitaires colombiens arrivent au Venezuela après le coup d’Etat contre Hugo Chávez en 2002. D’abord comme tueurs à gage de certains propriétaires terriens, soucieux d’éliminer les leaders paysans qui revendiquaient l’application de la réforme agraire. Ils commencent alors à investir certains quartiers des grandes villes tout en restant très actifs à la frontière colombienne.

Ils deviennent connus des vénézuéliens en mai 2004, après que 124 paramilitaires furent arrêtés dans les alentours de Caracas. Ils avaient été amenés par Roberto Alonso, un politicien d’opposition, dans le but d’assassiner Hugo Chávez et de hauts responsables de la Révolution. Au fil des ans, leur présence s’est confortée le long de la frontière, ainsi que dans certains quartiers des grandes villes où ils ont constitué plusieurs cellules dormantes. Sans oublier l’axe de communication stratégique menant des Andes à la côte caribéenne, couloir primordial pour la distribution de la cocaïne. C’est sur cette portion de territoire qu’ont d’ailleurs été arrêtés ou abattus la plupart des dirigeants paramilitaires qui se trouvait au Venezuela. C’est aussi sur cet axe que se trouvent, et ce n’est pas un hasard, les villes où ont eu lieu les affrontements les plus rudes lors des guarimbas de 2014 et 2017.

A la différence du crime organisé «classique», les paramilitaires disposent d’une hiérarchie militaire*, d’un appareil de renseignement, d’un armement conséquent, mais surtout agissent en fonction d’une politisation marquée par leur anticommunisme, acquise dès leur genèse dans la lutte contre les guérillas. Ils imposent leur orientation idéologique aux populations qu’ils soumettent.  A la différence de la pègre, ils gardent de très bonnes relations avec les élites colombiennes, pour qui ils jouent le rôle d’une armée parallèle. Leur utilisation contre le Venezuela permettrait à la Colombie de ne pas dégarnir les fronts internes que son armée maintient avec la guérilla.

A la frontière avec le Venezuela, les paramilitaires contrôlent le trafic de drogue, ainsi que la contrebande d’essence et d’aliments. Comme nous l’a rappelé Freddy Bernal dans une interview exclusive : «La Colombie produit 900 tonnes de cocaïne. Pour produire un kilo, tu as besoin de 36,5 litres d’essence et la Colombie n’en produit pas suffisamment. Les paramilitaires sont chargés d’acheminer par contrebande 36 millions de litres d’essence en provenance du Venezuela et destinés en grande partie à la production de cocaïne», et en retour contrôlent la distribution de drogue dans le pays voisin, par le biais des bandes criminelles vénézuéliennes.

Les affrontements de l’Etat bolivarien avec les paramilitaires sont de plus en plus récurrents. Non seulement pour lutter contre leurs multiples trafics mais surtout pour défendre la souveraineté de l’Etat sur le territoire. Selon Freddy Bernal, «les paramilitaires jouent le même rôle que celui qu’a tenu Daesh en Irak, en Libye et en Syrie. Ils visent à fragmenter notre territoire. C’est le Daesh d’Amérique Latine». Ils sont un rouage essentiel dans l’atomisation de l’Etat-Nation vénézuélien, un des objectifs majeurs de la guerre qui s’annonce.

De Roberto Alonso à Roberto Marrero, il existe de nombreux exemples montrant que les paramilitaires colombiens sont en lien avec l’opposition vénézuélienne. Mais ils répondent aussi aux desseins du Pentagone dans ses actions planifiées contre le Venezuela. Comme nous l’a révélé un document du SouthCom, la force militaire des Etats-Unis responsable de l’Amérique latine, les stratèges militaires étatsuniens préconisent de «recruter des paramilitaires principalement dans les camps de réfugiés de Cúcuta, La Guajira et le nord de la province de Santander, vastes zones peuplées de citoyens colombiens qui avaient émigré au Venezuela et maintenant rentrent au pays, pour fuir un régime qui a augmenté l’instabilité aux frontières, en mettant à profit l’espace vide laissé par les FARC, l’ELN toujours belligérant, et les activités [paramilitaires] dans la région du cartel du Golfe».

Comme on peut le voir, les Etats-Unis et leurs alliés latino-américains disposent déjà d’une armée. Celle-ci est composée d’une poignée de déserteurs et de combattants civils vénézuéliens, de membres du crime organisé, de mercenaires étrangers et de paramilitaires colombiens, le tout structuré par des forces spéciales des Etats-Unis, déjà présentes dans la région, et de l’appui tactique des armées des pays limitrophes. D’autres acteurs pourraient même s’inviter dans ce conflit. Ce qui expliquerait la présence de plusieurs centaines de militaires israéliens au Brésil et au Honduras.

L’armement de cette force militaire irrégulière est lui aussi en cours. Comme l’a dénoncé le gouvernement russe par la voix de  Maria Zakharova, porte-parole du ministère des affaires étrangères de ce pays : «Les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN étudient actuellement la possibilité d’acquérir dans un pays d’Europe de l’Est d’un lot important d’armes et de munitions destinés aux opposants vénézuéliens. Il s’agit de mitrailleuses lourdes, de lance-grenades intégrés et automatiques, de missiles sol-air portables, de différentes munitions pour armes à feu et de pièces d’artillerie. Cette cargaison devrait être transportée au Venezuela via le territoire d’un pays voisin à l’aide d’avions-cargos de l’entreprise d’Etat ukrainienne Antonov.» Pas besoin d’être un expert militaire pour comprendre que ce type d’arsenal est le même que celui utilisé par les belligérants qui combattent la République Arabe Syrienne. Dans ce cas de figure, les Etats-Unis ou les pays voisins n’auraient même pas à assumer un rôle protagonique de premier plan dans la guerre irrégulière contre le Venezuela.

Dans le cas où l’étranglement économique, politique et financier du Venezuela ainsi que les différentes pressions psychologiques et diplomatiques ne parviendraient pas à renverser le président Maduro, alors le scénario que nous décrivons s’appliquera immanquablement. Les différentes composantes du front militaire auront la tâche de morceler le Venezuela, sans forcément répondre à un commandement central, mais avec l’objectif commun de rendre impossible le contrôle du territoire par le pouvoir légitime. Il convient maintenant d’analyser les stratégies pour arriver à de telles fins.

(*) Note de R71:
Les groupes paramilitaires, devenus une spécialité créative de la CIA depuis l’opération Condor des années 70, sont partout du Mexique au Chili. Ces groupes criminels liés par essence au narco-trafic (gérée par la CIA et rendant compte à la Maison Blanche) sont ceux qui harcèlent sans cesse les mouvements d’autonomie natifs au Mexique (Chiapas, Oaxaca, Guerrero), au Guatemala, au Brésil, en Argentine, au Chili etc… Ces groupes sont partie intégrante du programme de « contre-insurrection » de la CIA (COINTELPRO) dans tous les pays au sud de sa frontière. Au Moyen-Orient, de tels groupes furent créés par cette même CIA et les forces spéciales de l’OTAN et sont connues sous les dénominations d’Al Nosra et de l’EIIL ou Daesh de son acronyme arabe et tous les groupes affiliés…

 

Célébration du 6 juin 1944… Devoir de mémoire et enfumage mythologique

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française with tags , , , , , , , , , , , on 7 juin 2019 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

7 juin 2019

 

Le foutage de gueule continue de battre son plein:

la mascarade pompeuse des festivités de célébration du 75ème anniversaire du débarquement allié en Normandie fait la part (trop) belle à l’hégémon yankee, on y invite les représentants politiques du pays vaincu et ne l’oublions pas, responsable des 60 ou 70 millions de morts de cette guerre abominable faite au profit exclusif des banquiers et de la puissance industrielle anglo-américaine, dont au moins 27 millions de soviétiques toutes nations confondues et on tourne le dos au pays qui, selon les chiffres officiels, est reconnu pour avoir fourni plus de 60% de l’effort total de guerre contre l’Allemagne nazie: la Russie (ex-URSS). Voir l’entretien de l’historienne Annie Lacroix-Riz sur RT que nous mettons ci-dessous, elle y résume parfaitement bien la situation en moins de 10 minutes…
Tous les historiens sérieux, même non marxistes, s’accordent à dire que le grand vainqueur de la seconde guerre mondiale fut l’URSS, mais la glorification du représentant ultime de la dictature marchande: les Etats-Unis, ne fait que croître depuis 1945 au seul profit de l’extension de son empire et de son influence idéologique.
Que fait la marionnette américano-rothshildienne Macron à la botte de ses commanditaires ? Il n’invite pas de délégation du pays qui a vaincu l’Allemagne nazie: la Russie sans que cela ne choque personne outre mesure, dans un contexte de (pseudo) guerre froide 2.0 sciemment entretenu.
De surcroit, que le petit roquet de l’élysée ait rencontré en « marge des commémorations » le grand roquet de la maison blanche et qu’à l’issue, il annonce le retrait de la France de l’accord sur le nucléaire iranien, n’a bien entendu rien à voir l’un avec l’autre… Prendre les gens pour des cons est un sport national dans tous les États existant. Il est grand temps d’arrêter de gober les mouches et de mettre fin à ces mascarades de la grande gloriole étatico-capitaliste qui se gave sur le dos des peuples et des millions de morts de ces gens n’ayant rien l’un contre l’autre si ce n’est que leurs élites complices les jettent dans des charniers gargantuesques en sacrifice au dieu argent et la puissance qui en découle ! La fin de la guerre passe par la fin de l’État et la fin de la marchandise, faute de quoi les grands massacres continueront. Il s’en prépare du reste un aux allures gigantesques, alors que l’empire et ses satellites, dont la France de Micronus 1er fait partie, met en place les circonstances d’un « casus belli » contre la résistance à son hégémonie emmenée par l’Iran.

A lire:

« Ce qu’on ne vous dira pas sur le 6 juin 1944 »

« Dans un monde de mensonge, dire la vérité est un acte révolutionnaire » nous disait George Orwell… En voici un ci-dessous:

 

 

A lire:

Manifeste pour la Société des Sociétés

Que faire ?

Compilation Howard Zinn

Sutton_Wall_Street_et_la_montée_d’Hitler


L’empire en mission commandée pour le capital…

Dernières nouvelles du Nouvel Ordre Mondial: Les Rothschild ont déjà redistribué vos richesses (Dean Henderson)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, guerres hégémoniques, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 28 mai 2019 by Résistance 71


L’homme nomade… avant son extermination

 

Les Rothschild ont redistribué vos richesses

 

Dean Henderson

 

24 mai 2019

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2019/05/24/rothschild-redistributed-your-wealth/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Alors que la plupart du monde demeure hypnotisé par et englué dans l’opération psychologique (PsyOp) des médias sociaux des féodaux babyloniens générant les guerres civiles, la richesse de la planète continue d’être redistribuée vers le haut de la pyramide, vers ceux de la même lignée sanguine médiévale, spéculateurs et accumulateurs opérant ces casinos transnationaux qu’on appelle “bourses” et “marchés boursiers”.

Le généreux programme de contrôle des esprits de la Silicone Valley, possession de la City de Londres, fournit à chaque paysan sa “ration” quotidienne de prison électronique auto-gérée sous forme “d’inbox”, fracturant les cerveaux toujours rapetissant des ploucs ignorants, au moyen d’un barrage d’informations des plus inutiles, permettant ainsi de fermer leur capacité à la fois à l’empathie et à la pensée critique, les distrayant toujours plus avant de leur réalité catastrophique et, de manière encore plus importante, dressant les uns contre les autres les amis et familles de toujours dans une furie anti-sociale faite pour créer le chaos, la guerre civile et toujours plus de nouvelles catégories sociales alimentant la division parmi ceux qu’on tond et qu’on escroque en long, en large et en travers.

Leur carte Trump jouée, les anciens contrôleurs de troupeaux de l’humanité, obsédés par l’eugénisme, sortent du placard. La semaine dernière, leur dernière tentative a même prononcé la phrase “complexe militaro-industriel”, non pas comme un avertissement, mais comme la déclaration d’un simple fait similaire en celui qui dirait: “Nous devons saisir le pétrole du Venezuela”. Les oligarques sociopathes mondialistes ont laissé tomber tout prétexte ou illusion de droiture et affichent maintenant leur propension à la malfaisance et nous le jette à notre visage collectif.

Les zombies des médias sociaux sus-mentionnés servent de bouclier à ces féodaux de la pire noblesse obscure, abattant toute discussion ou véritable histoire comme étant de dangereuses théories conspirationistes, toujours déviant les critiques de ces vampires en les ramenant sur des lignes de débats de conflits entre races, entre homos et hétéros, entre chrétiens et musulmans, entre immigrants et agitateurs de drapeaux, entre écolos et bûcherons etc, etc ad nauseam. La fausse gauche financée par Soros est la nouvelle prêtresse et nomme ses gourous de la haute moralité, se mouvant sur un chemin sans fin de la politique identitaire, de la division et de la guerre culturelle. La soi-disant “droite alternative ou alt-right” continue de défendre naïvement les modèles économiques fascistes prônés par Chatham House qui résultent en des privatisations sans fin, la consolidation des richesses et toujours plus de pompage de celles-ci vers le haut de la pyramide.

Ils prétendent se combattre au sujet d’absurdités, comme sous le coup d’un charme Wicca hollywoodien, très probablement instigué par le clan Windsor (“vent de sorcière”, NdT: le clan de la reine Elisabeth II d’Angleterre…), ce dernier finançant une guerre météorologique électronique centrée sur le HAARP et sur une humanité qu’on continue à abrutir au dernier degré.

Les prima donna gardiennes des portes de l’internet et si facilement offusquées s’enragent dans ce drame virtuel, ajoutant à la densité de l’environnement à haute gravitation et à basse fréquence que crée l’ange déchu HAARP, avec les accélérateurs de particules comme le CERN contrôlé par SERCO qui ont déjà créé cet environnement. Notre ADN est en train d’être terra-formée. Nos âmes électriques sont éteintes et sont remplacées par une grille de contrôle de CEM (Champ Electro-Magnétique) de réduction newtonienne, qui est en train de générer un monde froid, irascible et malade.

Ce cercle vicieux de maladies et de mal-être renforce l’agenda de dépopulation de cette cabale va t’en guerre assoiffée de sang ayant en son sein des noms tels que: Rothschild, Warburg, Hapsburg, Albani, Guelph, Lombard, Colonna, Massimo, Bernadotte, von Turn & Taxis, Savoy, Ruspoli, Payseur, Rockefeller, Torlonia, Borghese, Hohenzollern, Medici, Pallavicini, Farnese, Boubon et Crescenzi.

Vous n’avez probablement jamais entendu parler de la plupart de ces familles ; pourtant elles contrôlent le comité des 300, le groupe Bilderberg, la Commission Trilatérale (NdT: créée par David Rockefeller et son poulain Henry Kissinger..), le Council on Foreign relations, le Tavistock Institute, la Banque d’Angleterre, la banque de la réserve fédérale américaine, la Banque des Règlements Internationaux (NdT: la BRI de Bâle, GQG des banques centrales et entité constituée d’un cartel de banques absolument privées…), la City de Londres, Israël, l’Arabie Saoudite et la Virginia Corporation, maintenant connue comme la branche militaire de l’United States Corporation.

Depuis 6000 ans, ces spéculateurs de l’ombre toujours bien habillés ont volé nos terres, nos cultures des plus variées et notre richesse. Les richesses du monde ont déjà été redistribuées. Peut-être qu’avant que cette lignée sanguine corrompue assassine encore des millions d’entre nous avec leur système 5G qu’ils mettent en place, devrions-nous gicler hors de leur transe générée par leurs médias sociaux issus de leur Silicone Valley ne faisant que nous diviser pour mieux régner, élever le niveau de débat et de conversation ainsi que la fréquence et nous focaliser sur récupérer nos vies et richesses volées ainsi que notre puissance électrique.

= = =

Lectures complémentaires:

Dean Henderson NOM 4 cavaliers apocalypse pétrolière et familles banquières de l’oligarchie

Resistance71_L’essentiel_articles_2010_2018

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Discours de la Servitude Volontaire La Boetie 1548

Manifeste pour la Société des Sociétés

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

Que faire ?

 

Guerre impérialiste au Moyen-Orient : La marchandise à tout va… Les mercenaires de Blackwater forment Daesh en Irak…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 8 mai 2019 by Résistance 71

Gilets Jaunes !… Le jour où les mercenaires de Blackwater (et autres) viendront faire le « maintien de l’ordre oligarchique » dans les rues des villes de France n’est non seulement plus de la « science-fiction », mais sûrement plus proche qu’on ne le croit…
La dictature marchande ne peut plus qu’employer des mercenaires à tous les niveaux pour faire un boulot de plus en plus sale et qui salira aussi de plus en plus…

Le mercenariat est le passage obligé de la dictature de la marchandise en mouvement, nous le disons depuis des années, les jours de la flicaille d’état sont comptés, bientôt l’ordre fasciste marchand sera maintenu par les hordes de mercenaires qui ne rendront compte qu’aux entreprises transnationales qui les emploient. Blackwater / Academi ou quelque soit le nom actuel de cette entité, en est le meilleur exemple. N’oublions pas que l’entité mercenaire a créé une entreprise en Chine et sera (grassement) payée pour assurer la protection de la « nouvelle route de la soie » chinoise… L’empire en mutation et ses armées privées se mettent en place. La Chine est entrée au capital de Blackwater depuis 2017.

« Blackwater en route pour la Chine » (février 2017)

Il ne tient qu’à nous de dire NON ! Assez ! ¡Ya Basta! En masse…
A bas l’État, à bas les institutions, à bas la société marchande, à bas l’argent, à bas le salariat ! Pour que vive la Commune des communes libres, la société des sociétés de notre humanité émancipée en enfin épanouie. Tout le reste n’est que pisser dans un violon !

~ Résistance 71 ~

 


Erik Prince… Prince de Chine avec Blackwater/Academi

 

Blackwater revient en Irak… pour entraîner les djihadistes takfiristes (Daesh)

 

Al Manar

 

6 mai 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1352760

 

Le tristement célèbre groupe paramilitaire américain Blackwater est retourné en Irak pour former des miliciens jihadistes takfiristes contre le gouvernement irakien, a révélé le journal libanais al-Akhbar, le samedi 4 mai.

Selon le rapport, une source proche du chargé de mission étatsunien en Irak, Judy Hood, a déclaré que Blackwater a transféré des équipements militaires étatsuniens depuis la Jordanie à destination de la province occidentale d’al-Anbar, en pleine coordination avec la base de Ain al-Assad, ajoutant que la compagnie forme actuellement les terroristes de l’EI dans cette base.

A la foi de sources sur le terrain, le journal libanais ajoute que durant les affrontements à Baghouz, la dernière poche de Daech à Deir Ezzor, des camions escortés par des véhicules américains ont transporté des miliciens de Daech depuis cette ville en direction de Ain al-Assad.

L’information de retour de Blackwater en Irak avait auparavant été rendue publique par le site en ligne de la télévision qatarie al-Jazeera, se fiant au site américain BuzzFeed News. Selon ce dernier, c’est la sénatrice américaine Jan Schakowski qui est derrière cette révélation, indiquant qu’il s’est fait  cette fois-ci sous une nouvelle appellation, « Frontier Services Group»

Le 29 avril dernier, BuzzFeed  a assuré que le fondateur de cette société Eric Prince a créé une nouvelle société sécuritaire dans le sud de l’Irak, et plus précisément dans la région de Bassorah, riche en pétrole.

Avec son quartier général à Hong Kong et une succursale aux Emirats arabes unis, elle serait financée par des capitaux chinois, d’après BuzzFeed News.

Blackwater avait été expulsé d’Irak en 2007, après des tirs de feu meurtriers perpétrés contre 14  civils à Bagdad.  Pour échapper aux poursuites judiciaires, elle a opéré un premier changement d’appellation vers Academi.

 

Le New York Times, voix de la CIA, se lâche sur Donnie « mains d’enfant » et Bibi le sanguinaire…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 29 avril 2019 by Résistance 71

 

Dessin “antisémite” dans le New York Times: les choses bougent aux USA ?

 

Leila Mazboudi

Rédactrice en chef, Al Manar

 

28 avril 2019

 

Source: http://french.almanar.com.lb/1343663

 

La publication par le quotidien américain The New York Times du dessin montrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en chien-guide portant un collier avec une étoile de David et menant un Trump aveugle et coiffé d’une kippa n’a rien d’anodin.


Dessin du New York Times International, 25 avril 2019
Bibi & Donnie « Mains d’enfant »

Un journal comme lui ne peut qu’être parfaitement conscient qu’il lui attirera la taxation d’antisémite, et donc les foudres du lobby pro israélien, d’une puissance inégalable au pays de l’Oncle Sam, et qu’il va en conséquent être obligé de présenter ses excuses.

C’est d’ailleurs déjà fait. Le dessin « comprenait des clichés antisémites…L’image était offensante, et c’était une erreur de jugement de la publier », a regretté la section Opinion du NYT. Ses excuses publiées sur Twitter seront reprises dans l’édition de lundi du journal.

Mais « le mal » est déjà fait… Si «mal » est. Avec l’effet inverse qui va avec. Une gaffe médiatique suivie d’une excuse contribue à la propager davantage.

Et le dessin passé inaperçu jusque-là a fait le tour du monde avec les excuses qui l’ont suivi.

Ces regrets ne sauraient toutefois cacher que la publication d’une caricature pareille relève d’un acte volontaire de la part de sa rédaction. Il va de soi de s’interroger quelles sont les réelles intentions qui la motivent.

D’autant qu’aux Etats-Unis les choses bougent. Concernant justement cette mainmise pro sioniste sur la politique américaine sur le traitement du conflit arabo-israélien et qui s’est accrue avec le président actuel.

La preuve en est la montée de l’étoile de la sénatrice musulmane Elhane Omar, qui s’est fait remarquer avec son discours qui brave les interdits de la politique américaine en matière de conflit arabo-israélien. Au coeur du Congrès.

Sans oublier non plus la rhétorique hostile à la politique israélienne du sénateur Bernie Sanders, dont la judaïté devrait en principe débarasser le traitement de ce conflit politique des projections religieuses aux effets hypocrites.

Avec ce dessin, il faut croire que le NYT  rejoint à son tour cette tendance…  Affaire à suivre…