Archive pour USA terrorisme d’état

Confédéralisme Démocratique du Rojava: De l’État à la démocratie… Anatomie d’un changement de paradigme 2ème partie

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 15 octobre 2019 by Résistance 71

La seconde partie nous indique ce qu’est le Confédéralisme Démocratique et comment il s’applique sur le terrain, au Rojava et potentiellement ailleurs…
Pour que voit le jour la Société des Sociétés, à bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent ! A bas le salariat ! Vive la confédération des communes libres volontairement associées !

~ Résistance 71 ~

En résultat [de la colonisation], la terre natale kurde fut divisée et les Kurdes furent forcés de se soumettre à des politiques d’états de déni et de diminution de leur volonté et pouvoir politique. Leurs réalités sociales furent divisées et bientôt ils se perdirent eux-mêmes. Pour subvenir à leurs besoins économiques, ils durent abandonner leur identité et furent démunis de statut légal et d’opportunités contemporaines d’éducation afin de récupérer leur existence idéologique et culturelle fondée sur leur identité. Ce déni d’identité tourna alors sur une question du fait qu’ils ne pouvaient pas vivre librement.
(Abdullah Öcalan)

“Les états sont maintenant des synonymes de chaos, de crise, de ruine et de malheur pour l’humanité. Nous devons nous libérer de cette calamité. Si vivre sous le joug de l’exploitation et de l’oppression n’est pas dans la nature de l’être humain, alors ni l’État, ni le drapeau qui le représente ne peuvent représenter le peuple et la société.”
(Commune Internationaliste du Rojava)

 


Réseau de Résistance & Rébellion International 

 

De l’État à la démocratie: anatomie d’un changement de paradigme

 

Komun

Commune Internationaliste du Rojava

 

Juin 2018

Source: https://komun-academy.com/2018/06/27/the-new-paradigm/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

1ère partie

2ème partie

 

De cette façon, depuis 2005, le PKK et toutes les organisations affiliées ont été restructurés sur la base d’un projet appelé KCK (Union des Communautés du Kurdistan ou Koma Civakên Kurdistan).

Le KCK est une organisation fondée sur la société et créée comme alternative à l’État, elle vise à s’organiser depuis la base sous la formes d’assemblées populaires.Le KCK est un mouvement qui lutte pour former sa propre démocratie, il ne voit pas les états existants comme un modèle, ni ne les voit comme un obstacle. 

Note de R71: Ce lâcher-prise de l’antagonisme est une excellente chose qui ne peut mener qu’à la synthèse politique adéquate, celle de la société des sociétés. Bien entendu, toutes les impostures et dictatures de la marchandise œuvrent et œuvreront contre…

Le but principal dans la formation du KCK est défini comme une lutte pour disséminer la démocratie radicale (fondamentale) sur l’organisation démocratique du peuple et sa capacité à prendre des décisions. La formation du KCK met en place un nouvel instrument qui surpasse la façon de voir étatique des relations sociales. En cela, le confédéralisme démocratique, qui constitue l’idée fondamentale du KCK et de son organisation, est valide partout dans la vie des Kurdes. Ceci inclut l’Irak, où les Kurdes vivent dans une structure d’état fédéral ayant des droits constitutionnels, incluant l’auto-gouvernement.

Il y a deux facteurs clefs dans le projet: une compréhension de la démocratie en tant que pouvoir du peuple, non pas une forme de gouvernement et que l’état et la nation doivent être laissés en dehors de cette compréhension.

Le confédéralisme démocratique est l’organisation du peuple, dans toutes les sphères non-étatiques de la vie. Il correspond à la diminution drastique de l’état existant dans le monde et de la tendance de la société à s’organiser en dehors de structures étatiques pour arranger sa propre vie sociale… Même si l’État fait obstacle, le mouvement de la liberté kurde exercera son droit légitime de s’organiser finalement démocratiquement. Il n’abandonnera définitivement pas ce but en disant: “l’état nous met des bâtons dans les roues”.

En définitive, tandis que la république démocratique est un projet de réforme d’un état, le confédéralisme démocratique et l’autonomie démocratique se situent au-delà de l’État et comprennent une idée politique sans État.

En conséquence, le projet de confédéralisme démocratique est lié au projet de république démocratique et d’après Öcalan, un Kurdistan libre ne peut exister que dans un Moyen-Orient démocratique. (a.g.e 34-5)

Nous avons mentionné que tout en suivant la ligne de développement de la pensée d’Öcalan, se situe l’importance centrale de ces trois concepts inter-reliés: la république démocratique, le confédéralisme démocratique et l’autonomie démocratique. Dans tous ces projets, le concept de démocratie est d’une importance capitale. La compréhension de ce terme a évolué vers plus de radicalité (NdT: une fois encore pris dans son sens de “racine”, d’ancrage profond dans la réalité et non pas dans le sens galvaudé usuel “d’extrémiste”, manipulation sémantique bien utile pour l’oligarchie…) depuis la contradiction entre les traditions démocratique et républicaine. Pour le PKK, la démocratie est un antidote à la structure centralisée de la république turque qui est fondée sur le concept d’état-nation et la version séculière française. L’idée la plus fondamentale de cette approche est que “la centralisation a tué la démocratie”.

Les différences principales entre le projet de république démocratique et le confédéralisme démocratique / autonomie démocratique sont que le point de focalisation de la première se situe sur la définition de l’état et de la citoyenneté tandis que les deux autres focalisent sur le développement d’une alternative à l’état et sur le peuple construisant sa propre organisation. Nous allons ici aborder le sujet du développement d’alternatives à l’État. Au lieu que les projets de confédéralisme et d’autonomie démocratiques ne soient vus comme potentiellement contradictoires vis à vis de l’organisation, il serait mieux de les considérer comme étant ensemble parties d’une stratégie d’harmonisation. Ils donnent une direction politique à la lutte d’aujourd’hui où que soit située l’action du PKK.

Le changement de paradigme qu’a vu le PKK au XXIème siècle a rendu une fière contribution aux vues politiques radicales en ce qui concerne une approche radicalement différente de ces trois aspects de la vie politique : l’état, la classe et le parti et “la politique non-étatique, l’organisation politique en dehors du parti et de thèmes politiques en dehors de la classe.” Du point de vue du PKK, ceci a impliqué une réforme de lui-même en amenant toute une série de transformations. Certaines de ces transformations du PKK et les changements radicaux effectués sur des points comme le droit à l’auto-détermination, la nation, la libération nationale, la violence et les femmes, sont particulièrement marquantes et frappantes.

Le principe d’auto-détermination des nations, qui fut soulevé dans le premier quart du XXème siècle, a laissé sa marque sur le siècle dernier. Les formes d’auto-détermination exprimées à la fois par le leader américain Woodrow Wilson et par le fondateur de l’URSS, Lénine, sont devenues un tremplin fondamental pour bien des luttes de libération et une partie inaliénable du droit international. Mais ce qui ne doit pas être oublié, est cette vérité que l’auto-détermination est en tout premier lieu, un principe d’action défini comme politique.

C’est pourquoi, lorsque le président Wilson a annoncé ce principe au congrès américain le 11 février 1918, il insista ouvertement sur le fait que : “L’auto-détermination n’est pas qu’une simple expression, c’est un principe impératif d’action que les hommes d’état ne pourront ignorer qu’à leur péril.” Ainsi, le PKK, du noyau de ce qui en a émergé dans les années 1970 et plus avant, adressa le principe d’auto-détermination comme principe impératif d’action puisque le peuple kurde avait été privé de tous droits fondamentaux et de libertés et condamnés sur leur terre même à un manque de statut, en retrait même du statut et de la règle coloniaux. Les territoires sur lesquels vivaient traditionnellement le peuple kurde furent divisés entre 4 états-nations (La Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran) dans les années 1920 et les très nombreuses réglementations et politiques coloniales imposées par ces états menèrent le peuple kurde à la ruine. Abdullah Öcalan exprime cet état de fait de la façon suivante:

En résultat, la terre natale kurde fut divisée et les Kurdes furent forcés de se soumettre à des politiques d’états de déni et de diminution de leur volonté et pouvoir politique. Leurs réalités sociales furent divisées et bientôt ils se perdirent eux-mêmes. Pour subvenir à leurs besoins économiques, ils durent abandonner leur identité et furent démunis de statut légal et d’opportunités contemporaines d’éducation afin de récupérer leur existence idéologique et culturelle fondée sur leur identité. Ce déni d’identité tourna alors sur une question du fait qu’ils ne pouvaient pas vivre librement.” (A. Öcalan, Kurdish Question and Democratic Nation Solution, published in Turkish, p.226).

Dans un tel environnement, le PKK a adopté comme guide le droit à l’auto-détermination du peuple kurde comme principe d’action fondamental. Bien sûr, sa conception et son application de ce principe fut lourdement influencé par les caractéristiques idéologiques, politiques et sociales de la période. Après la seconde guerre mondiale, les luttes de libération nationale se déroulèrent dans un système bi-polaire, d’abord au Vietnam et en Algérie, ce qui mena à l’indépendance de bon nombre d’anciennes colonies. Ceci affecta grandement le monde des années 1970. a ce sujet, Öcalan dira ceci plus tard:

Dans cette période des années 50 à 70, lorsque les luttes de libération nationale arrivèrent à leur point culminant et qu’elles eurent pour résultat des états séparés, ceci devint presque le seul modèle valide… En fait, le principe du droit des nations à l’auto-détermination fut en premier lieu exprimé par le président américain Wilson après la 1ère guerre mondiale et fut très lié avec les politiques hégémoniques des Etats-Unis. Lénine, afin de ne pas être en reste devant Wilson et pour gagner le soutien de nations opprimées et des peuples colonisés, radicalisa le même principe et le réduisit au fait de fonder un état indépendant. Une course commença alors entre les deux systèmes.
(The Kurdish Question and the Democratic Nation Solution [Turkish], p. 271-2).

Le PKK a approché l’auto-détermination au sein d’un cadre de compréhension d’un socialisme déjà existant à cette époque, se faisant ainsi l’avocat du modèle de la création d’un état. Mais, à partir du début des années 1990, la critique d’Öcalan de, premièrement, la compréhension du socialisme existant et, plus tard, de l’idéologie même de l’état-nation dans les premières années du nouveau millénaire, ont démontré un renouveau radical de l’approche du PKK sur le sujet. Aujourd’hui, l’auto-détermination est toujours un principe impératif d’action, mais la façon de le mettre en pratique ne passe plus par l’État, mais de mettre ce principe d’auto-gouvernement en mouvement à chaque niveau de la société.

La compréhension de l’autonomie démocratique constitue le cadre principal de cet auto-gouvernement. Les résultats de cette ligne de conduite, basés sur les Kurdes déterminant leur propre destinée sur la base du principe d’auto-gouvernement sans incliner à créer leur propre état séparé, où qu’ils vivent, d’abord et en premier lieu en Turquie, en Irak, en Iran et en Syrie, ont clairement émergé avec les développements historiques en Irak et en Syrie, au cœur même du Moyen-Orient.

En conséquence, le PKK a renversé l’argument de Lénine qu’”il serait erroné d’amener une interprétation différente au droit d’auto-détermination que d’être le droit à un état séparé d’exister.”, disant qu’il serait tout aussi erroné et trompeur de ne voir le droit à l’auto-détermination que comme s’il ne contenait aucune autre signification que ce droit à un état séparé d’exister. Cette vision est aussi corroborée dans l’analyse historique de l’état moderne en tant que projet bourgeois. (Mustafa Karasu, Radical Democracy, 2009).

Une fois de plus, lié à cela, le concept de nation du PKK a aussi été radicalement renouvelé. Au milieu des années 70, lorsque le PKK fut formé, la plupart des mouvements socialistes et de libération nationale étaient sous l’influence de l’idéologie de l’état-nation avec la plus rigide des définitions de ce terme exprimée par Staline. Sa célèbre formule: “Les nations ont une langue, un territoire, une vie économique et une culture en commun”, fut aussi un point de départ pour le PKK. Avec le nouveau paradigme politique, Öcalan critiqua cette formule, développant la définition d’une nation démocratique:

D’abord il est nécessaire de montrer qu’il n’y a pas qu’une seule définition de la nation. Quand un état-nation est fondé, la définition la plus commune est justement d’être un “état-nation”. Si l’élément unificateur est l’économie, alors il est possible de l’appeler nation-marché… On ne peut pas faire la généralisation qu’une nation partage une langue, une culture, un marché, une histoire, ce qui veut dire qu’on ne peut pas rendre absolu une unique compréhension de ce qu’est une nation. Cette compréhension de nation qui fut adoptée par le socialisme existant est contraire à la notion de nation démocratique. Cette définition qui fut développée par Staline en particulier pour l’appliquer à l’URSS, fut en fait une des raisons principales de l’effondrement de celle-ci. Aussi longtemps que la définition de nation, qui est rendue absolue par la modernité capitaliste, n’est pas transcendée, la résolution des questions nationales restera dans une impasse. Le fait que se pose toujours la question nationale avec une intense gravité après 300 ans est intimement lié à cette définition inepte se voulant absolue.” (2012, p.432).

D’après Öcalan: “En ce qui concerne la nation démocratique, c’est une société mutualiste établie par la libre volonté, la libre association d’individus et de communautés. La force unificatrice de la nation démocratique est la volonté d’association libre des individus et des groupes qui décident d’être dans la même nation… a définition de la nation démocratique exprime une vie commune de solidarité de citoyens pluralistes, libres et égaux qui ne sont pas entravés par des frontières politiques rigides, une langue unique, une religion ou une interprétation de l’histoire. Une société démocratique ne peut se réaliser qu’avec un tel modèle de nation.”(p.432).

L’approche de la violence dont l’utilisation stratégique et tactique fut toujours une pierre angulaire de la lutte du PKK est aussi passée par un changement radical. Au départ, l’approche de la violence, “la sage-femme de la société nouvelle”, fut une approche marxiste classique. Dans le processus induit de la révolte, la violence, sous forme de méthode de combat de guérilla, fut une tactique fondamentale de la lutte. A terme, la violence prit même une dimension fanonnienne, gagnant une personnalité existentielle et le rôle de libérateur social et individuel. Mais dans le nouveau paradigme, le PKK n’envisage pas un rôle de la violence au-delà du cadre de la self-defense légitime.
(Legitimate Defence Strategy, 2004).

La plus sévère forme de domination

Aujourd’hui, à la fois l’État et sa version capitaliste moderne, l’état-nation, sont sérieusement mis en question. Il est reconnu que l’état-nation ne profite en rien aux peuples et à l’humanité et qu’il contient même en lui une caractéristique génocidaire qui prépare le terrain pour la disparition de différentes cultures et différentes identités. Dans les circonstances de la règle du profit maximum du capitalisme de l’état-nation et de la modernité capitaliste, tout comme cela mena à la grande douleur des deux guerres mondiales, il a commis autant de crimes contre l’humanité que tous ceux qui ont été commis au cours de l’histoire de l’humanité.

La plus grande preuve de ceci est la disparition, ou la mise au bord de l’extinction de groupes ethniques qui vivaient au Moyen-Orient jusqu’à il y a encore quelques 200 ans. Les peuples arménien et assyro-syrien ont été décimés à cause de cette mentalité. Les Kurdes ont aussi été amenés au bord de l’abîme de la destruction sous la domination incessante des états-nations. Les peuples Alevis, Yazidis, Druze et autres groupes de foi ont été chassés de leurs terres en résultat de cette compréhension du concept. La même chose est arrivée aux peuples circassiens qui furent expulsés des montagnes du Caucase.

Il est trop difficile de comptabiliser tous les maux engendrés par les états-nations ; mais quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas seulement de l’état-nation de la modernité capitaliste, mais tous les États qui sont devenus une charge bien trop lourdes à supporter pour l’humanité. Les premiers problèmes sociaux ont commencé avec la domination masculine sur les femmes et avec ceux s’établissant hiérarchiquement plus haut que les autres, affirmant une domination sur d’autres segments sociaux pour mieux les exploiter. Après tout, l’État a été défini comme un instrument d’oppression des classes dirigeantes de la société. Ceci n’a en rien diminué avec le temps et est devenu une des pires formes de domination jusqu’à ce jour. De fait, l’État-nation est devenu la pire forme de domination.

L’état-nation a atteint la caractéristique d’être une sphère de domination et d’exploitation de la société entière, avec ses frontières, tout comme le patron d’une usine entouré de ses murs. tandis que dans le passé les états ne représentaient que la domination politique, dans l’époque capitaliste, ils se sont développés en une domination totalitaire qui cherche à dominer tous les aspects de la société et d’aller aussi loin que de dominer toutes les cellules de celle-ci.

Avec le système dirigeant de l’état intensifiant les problèmes sociaux, l’État et son gouvernement ont été amenés à être de plus en plus critiqués. Dans le passé, les anarchistes se sont opposés à l’État comme l’origine de tous les maux, graduellement développant des solutions politiques, idéologiques et de paradigme sur une base historique et systémique. Dans le présent, le zénith de l’analyse en ce qui concerne l’état et son gouvernement provient de ceux semblables à Abdullah Öcalan. La grande différence avec celui-ci résidant dans la profondeur de son analyse sur les femmes et l’État. Il a aussi soumis le capitalisme et l’état-nation à une analyse critique compréhensive. L’analyse d’Öcalan sur les femmes en particulier, est de très grande valeur dans la mesure où elle a apronfondi toutes les autres analyses et aidé à atteindre son véritable caractère.

Plus il y a de démocratie, moins il y a d’État : le système confédéral démocratique

Le gouvernement et l’État sont, par essence, une concentration et une intensification du pouvoir, une centralisation. A cet égard, ils sont des facteurs qui sont opposés au peuple. Il ne peut ainsi pas y avoir d’état et de gouvernement qui appartiennent au peuple. Le gouvernement et le peuple ne devraient pas être confondus. Un gouvernement populaire (NdT: de par et pour le peuple) est une démocratie. Ce n’est pas la concentration ni l’intensification du pouvoir, celui-ci étant donné à certains cercles particuliers, mais celui-ci allant à la base, au local, appartenant et retournant au peuple. La démocratie et l’État peuvent coexister pendant un certain temps dans une accommodation, mais ce sont des faits contradictoires par nature. Il y a une formule dialectique qui dit que plus il y a d’État et moins il y a de démocratie et plus il y a de démocratie et moins il y a d’État. Même aujourd’hui, dans l’âge moderniste, avec le capitaliste qui dirige les états, la diminution de l’État est en discussion.

Nous sommes maintenant dans une ère où on peut penser, envisager une vie sans l’État, une société sans (NdT; contre) l’État, sans vie politique, économique, sociale et culturelle dirigée par l’État. L’humanité doit trouver un système qui la libèrera de l’État qui la tyrannise. Nous sommes entrés dans l’ère où nous pouvons penser vivre sans État. Même si les gens peuvent s’accommoder de vivre avec l’Etat un peu plus longtemps, ils doivent atteindre un système politique, social, économique et culturel qui n’aura pas d’État. Ce n’est ni une obligation, ni une fatalité que de vivre sous un régime étatique, car la démocratie exprime la transcendance de l’État. Aujourd’hui, une alternative à l’État est un système confédéral démocratique fondé sur une société démocratique organisée. Le peuple peut se gouverner lui-même dans un système confédéral démocratique sans être exposé à l’oppression et à l’exploitation.

Un système démocratique peut mettre en place un système administratif démocratique où il n’y aura ni exploitation ni oppression. L’État et ses rouages appartiennent aux dirigeants, tandis que le confédéralisme démocratique est le système de fonctionnement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Les états sont maintenant des synonymes de chaos, de crise, de ruine et de malheur pour l’humanité. Nous devons nous libérer de cette calamité. Si vivre sous le joug de l’exploitation et de l’oppression n’est pas dans la nature de l’être humain, alors ni l’État, ni le drapeau qui le représente ne peuvent représenter le peuple et la société.

Öcalan a mis en place le confédéralisme démocratique en le fondant sur une société démocratique organisée comme une alternative viable à l’État et ce pour toutes les sociétés et non pas pour le peuple kurde uniquement. C’est un système qui par sa différence crée une identité unique contrairement à l’état-nation. Toute différence peut parvenir à la liberté avec sa propre identité au sein d’une confédération démocratique. A cet égard, le confédéralisme démocratique représente la vie libre pour tout peuple et toute communauté. Ceci peut aussi être appelé la démocratie complète réalisée. Il ne peut pas y avoir de démocratie dans un système étatique. Qui peut parler de démocratie véritable et complète là où il y a des dirigeants ?

Le temps des peuples

Le confédéralisme démocratique est une alternative viable à l’État. Si nous disons que le temps et l’ère des peuples arrive, cela veut dire que l’ère du confédéralisme démocratique pointe à l’horizon. Au sein d’un état il ne peut y avoir ni démocratie, ni socialisme. L’État ne peut pas être éradiqué en tant qu’état par un état. L’État ne peut être transcendé et mené à l’extinction que par le confédéralisme démocratique. Les peuples ne peuvent pas s’émanciper avec l’État ni atteindre une vraie liberté et une véritable vie démocratique. Les peuples seront libérés par le confédéralisme démocratique.

Ceci constitue la ligne politique et idéologique d’Öcalan, son paradigme politique. Ceci constitue sa compréhension de la démocratie, de la liberté et du socialisme. Il ne peut pas y avoir de gouvernement de par et pour le peuple en dehors du Confédéralisme Démocratique.

Partant de ce principe, il est impossible pour les peuples de défendre l’État.

= = =

Lectures complémentaires:

Longue vie au Rojava !… Le texte du Confédéralisme Démocratique

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Pierre_Bance_Lheure_de_la_commune_des_communes_a_sonne

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

Ricardo_Flores_Magon_Textes_Choisis_1910-1916

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Appel au Socialisme Gustav Landauer

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique

Entraide_Facteur_de_L’evolution_Kropotkine

6ème_déclaration_forêt.lacandon

kaianerekowa Grande Loi de la Paix

 


Commune Internationaliste du Rojava

Publicités

Escroquerie Réchauffement Climatique Anthropique, Greta Thunberg et capitalisme, fascisme transnational verts (F. William Engdahl)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, crise mondiale, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 8 octobre 2019 by Résistance 71


Greta Thunberg et la filière Al Gore, Soros, Goldman Sachs

 

Le climat et la piste du fric

 

F. William Engdahl

New Eastern Outlook

 

28 septembre 2019

 

Source:

http://landdestroyer.blogspot.com/2019/09/climate-and-money-trail.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le climat. Qui aurait pu penser ? Les mêmes mega-entreprises et mega-milliardaires qui sont derrière le mondialisme, la mondialisation de l’économie ces dernières décennies, dont la poursuite de la valeur et du profit d’actionnaire et la réduction des coûts, qui ont tant et tant ruiné notre environnement à la fois dans le monde industrialisé et dans les économies sous-développées d’Afrique, d’Asie, d’Amérique Latine, sont les soutiens les plus importants du mouvement  de la “décarbonisation par la base” qui va de la Suède à l’Allemagne en passant par les Etats-Unis et au-delà. Est-ce le remords ou serait-ce en accord avec un agenda plus profond de la monétarisation de l’air même que nous respirons ?…

Indépendamment de ce qu’on peut penser des dangers représentés par le CO2 et les risques que le réchauffement global crée une catastrophe planétaire avec une augmentation moyenne de température de 1,5 à 2 degré Celsius dans les prochaines douze années, il convient néanmoins de noter qui fait la promotion de ce flot actuel de propagande et d’activisme climatique.


Suivez le fric…

La finance verte

Plusieurs années avant qu’Al Gore et d’autres ne décident d’utiliser une jeune écolière suédoise pour être l’égérie de l’urgence climatique, ou aux Etats-Unis d’appeler une Alexandria Ocasio-Cortez (AOC) pour une réorganisation complète de l’économie autour de la Nouvelle Donne Verte, les géants de la finance ont commencé à cogiter sur des plans efficaces pour diriger les centaines et milliers de milliards de dollars des futurs fonds d’investissement dans des entreprises “climatiques” souvent sans valeur et inutiles.

En 2013, après des années de préparation attentive, une entreprise immobilière suédoise, Vasakronan, a émis la première obligation entrepreneuriale “l’obligation verte”. Elle fut suivie par bien d’autres comme Apple, la SNCF et la banque majeure française du Crédit Agricole. En novembre 2013, Tesla Energy plombée par le problème Elon Musk, a émis la première sécurité basée sur le solaire/photovoltaïque. Aujourd’hui, d’après quelque chose qui est appelé la Climate Bonds Initiative (Initiative sur les Obligations du Climat), plus de 500 milliards de dollars de ces obligations sont disséminées. Les créateurs de l’idée de cette obligation disent que leur but est de gagner une part majeure de 45 000 milliards de dollars en acquisitions globalement sous gestion et qui ont investi nominalement dans des “projets climato-sympathiques” (“climate friendly” projects.)

Bonnie Prince Charles, futur roi d’Angleterre et du Royaume-Uni, avec la Banque d’Angleterre et la finance de la City de Londres, ont promu les “instruments financiers verts”, emmenés par les “obligations vertes”, pour rediriger les plans de retraite et les fonds mutuels vers des projets verts. Un joueur clef dans le lien entre les institutions financières mondiales avec l’Agenda Vert est le patron sortant de la Banque d’Angleterre Mark Carney. En décembre 2015, la Banque des Règlements Internationaux (NdT: Bâle, GQG des banques centrales, toutes privées rappelons-le…) et son comité pour la stabilité financière (CSF), alors présidé par Carney, créa une force spéciale sur la divulgation financière en relation avec le climat afin de “conseiller les investisseurs, prêteurs et assurances au sujet des risques liés au climat”. Ceci fut sans aucun doute un point de focalisation des plus bizarres pour des banquiers centraux.

En 2016, ce comité, avec la Corporation de la City de Londres et le gouvernement britannique, lancèrent l’initiative de la finance verte, visant à engranger des milliers de milliards au gré d’investissements “verts”. Les banquiers nommèrent 31 personnes pour former le comité. Présidé par le milliardaire de la finance Michael Bloomberg, ce comité inclut des personnes clefs en provenance d’institutions telles que la JP Morgan Chase, BlackRock-one, un des plus gros gérants de biens au monde avec un portefeuille de gestion de près de 7000 milliards de dollars, la banque Barclays, la HSBC, la banque londonienne de Hong Kong qui a été mis à l’amende moultes fois pour blanchiment de l’argent de la drogue et autres malversations, Swiss Re, la banque chinoise de l’ICBC, les Aciers Tata, ENI oil le géant italien, Dow Chemical, le géant minier BHP Bellington et David Blood de Generation Investment LLC d’Al Gore… De fait, il semble que les renards écrivent les règles de gestion de ce nouveau poulailler vert.

Carney de la Banque d’Angleterre fut aussi un acteur clef dans les efforts de rendre la City de Londres le centre financier de la finance verte mondiale. Le Chancelor of the Exchequer sortant de GB, Philip Hammond, publia une marche à suivre en juillet 2019 sur “La stratégie de la finance verte : transformer la finance pour un futur plus vert”. L’article dit: “Une des initiatives les plus influentes qui a émergé est la force spéciale sur la divulgation financière en relation avec le climat (TCFD) du comité de stabilité financière, soutenu par Mark Carney et présidé par Michael Bloomberg. Il a été endorsé par des institutions représentant globalement quelques 118 000 miliards de dollars.” On dirait bien qu’il y a un plan derrière tout cela. Le plan est la financiarisation de l’économie mondiale en utilisant la peur d’un scenario de fin du monde (climatique) afin d’atteindre des buts arbitraires tels que “des émissions zéro nettes de gaz à effet de serre”.

Goldman Sachs, acteur clef

La banque omniprésente de Wall Street de la Goldman Sachs, qui a pondu entre autre, le président sortant de la Banque Centrale Européenne Mario Draghi et le patron de la Banque d’Angleterre Mark Carney, vient juste de dévoiler le premier index mondial des top actions boursières pour l’environnement, fait avec la CDP de Londres, anciennement le Carbon Disclosure Project. Celui-ci est notoirement financé par des investisseurs comme HSBC, JP Morgan Chase, Bank of America, Merrill Lynch, Goldman Sachs, American International Group (AIG) et la State Street Corp.

Ce nouvel index, appelé CDP Environment EW et CDP Eurozone EW, vise à leurrer les fonds d’investissement, les systèmes de retraites des états comme CalPERS (the California Public Employees’ Retirement System) and CalSTRS (the California State Teachers’ Retirement System) qui ont des biens combinés de quelques 600 milliards de dollars, à investir dans leurs cibles choisies avec attention. Des entreprises du haut de cet index incluent Alphabet de Google, Microsoft, ING Group, Diageo, Philips, Danone et de manière fort à propos… Goldman Sachs.

Entre Greta, AOC and Co.

A ce point, les évènements prennent une tournure des plus cyniques alors que nous sommes confrontés avec des activistes climatiques des plus populaires et très bien promus comme par exemple la suédoise Greta Thunberg ou la New-Yorkaise de 29 ans Alexandria Ocasio-Cortez et la Nouvelle Donne Verte. Quelque soit le niveau de sincérité de ces activistes, il y a derrière eux, une très belle machine financière bien huilée, qui les promeut afin d’y gagner et d’y gagner gros.

Greta Thunberg fait partie d’un réseau très bien connecté lié à l’organisation de Al Gore, qui est professionnellement et cyniquement promue et utilisé par des agences comme l’ONU, la Commission Européenne et les intérêts financiers se trouvant derrière l’agenda climatique actuel. Comme le documente très bien le chercheur et activiste climatique canadien, Cory Morningstar dans une excellente série d’articles, la jeune Greta travaille avec un réseau bien tricoté qui est lié à l’investisseur  climatique américain et grand profiteur de la “crise climatique”, Al Gore, président du Generation Investment Group. L’associé de Gore, l’ex-Goldman Sachs David Blood, est un membre du TCFD créé par la BRI de Bâle. Greta Thunberg et son ami de 17 ans américain, Jamie Margolin, furent tous deux listés comme “special youth advisor and trustee” par la NGO suédoise “We Don’t Have Time”, fondée par son CEO Ingmar Rentzhog, qui est un membre de la Climate Reality Organization Leaders, de Al Gore et fait partie de la European Climate Policy Task Force. Il fut formé par Al Gore en mars 2017 à Denver, Colorado, puis en juin 2018 à Berlin. Le Climate Reality Project d’Al Gore est un associé de l’ONG “We Don’t Have Time”.

La membre du congrès américain (députée) Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), qui fit l’effet d’une bombe lors de ses premiers jours en fonction en dévoilant la “Nouvelle Donne Verte” pour réorganiser complètement l’économie américaine à un coût qui sera probablement de l’ordre de 100 000 milliards de dollars, n’est pas non plus sans guide avisé. elle a ouvertement admis qu’elle s’est présentée aux élections à l’instance d’un groupe appelé Justice Democrats. elle a dit à un journaliste dans un entretien: “Je ne participerai pas à cette élection si ce nétait pour le soutien de Justice Democrats et de Brand New Congress. Euh, en fait ce furent ces organisations, JD et BNC, toutes deux qui m’ont demandé de me présenter. Ce sont elles qui m’ont appelé il y a un an et demi…” Maintenant, en tant que députée, les conseillers d’AOC incluent le co-fondateur de JD, Zack Exley, qui fut un Open Society Fellow (NdT: George Soros) et fut financé par, entra autre, l’Open Society Foundation de Soros et la Ford Foundation (NdT: gestion et intérêt Rockefeller) qui créèrent un prédécessur à JD pour recruter des candidats triés sur le volet pour participer aux campagnes électorale et être élus députés.

Le véritable agenda est économique

Les liens entre les plus grands groupes financiers au monde, les banques centrales et les entreprises transnationales avec la poussée actuelle pour une stratégie climatique extrémiste d’abandon de l’économie fondée sur les hydrocarbures en faveur d’une vague économie verte largement inexpliquée, est semble t’il, moins au sujet de la véritable préoccupation de rendre notre planète plus propre et plus saine à vivre, mais ceci serait plutôt un agenda, intimement lié à l’Agenda 2030 de l’ONU pour une économie “durable” et pour développer littéralement des milliers de milliards de dollars en nouvelle richesse pour les banques transnationales et les géants de la finance qui constituent le véritable pouvoir en place.

En février 2019, après un discours à la Commission Européenne de Bruxelles par Greta Thunberg, le président de la CE, Jean-Claude Juncker, après avoir élégamment embrassé la main de Greta, est apparu passer aux véritables actes. Il a dit à Greta et à la presse que l’UE devrait dépenser des milliards d’Euros pour combattre la changement climatique ces 10 prochaines années. Juncker a proposé qu’entre 2021 et 2027, “un euro sur quatre dépensé au sein de l’UE et de son budget le sera pour une action envers la limitation du changement climatique.” Ce que le rusé Juncker n’a pas dit, est que cette décision n’a absolument rien à voir avec la plaidoirie de la jeune suédoise. Ceci avait été décidé en conjonction avec la Banque Mondiale une année complète avant le 26 septembre 2018 au sommet One Planet et impliquant la BM, les fondations Bloomberg le World Economic Forum et autres. Juncker a intelligemment utilisé l’attention des médias donnée à la jeune Greta pour promouvoir son agenda climatique.

Le 17 octobre 2018, quelques jours après l’accord de l’UE au One Planet Summit, l’UE de Juncker signa un Memmorandum de Compréhension avec Breakthrough Energy-Europe dans lequel des membres associés de Breakthrough Energy-Europe auront un accès préférentiel à tout financement à ce sujet.

Les membres de Breakthrough Energy incluent: Virgin Air’s Richard Branson, Bill Gates, Alibaba’s Jack Ma, Facebook’s Mark Zuckerberg, HRH Prince Al-waleed bin Talal (NdT: Qatar), Bridgewater Associates’ Ray Dalio; Julian Robertson of hedge fund giant, Tiger Management; David Rubenstein, founder Carlyle Group; George Soros, Chairman Soros Fund Management LLC; Masayoshi Son, fondateur Softbank, Japon. 

Ne vous y trompez pas. Lorsque des entreprises multinationales des plus influentes, des investisseurs du plus haut niveau mondial incluant BlackRock et la Goldman Sachs, l’ONU, la Banque Mondiale, la Banque d’Angleterre (NdT: et la City de Londres derrière) et autres banques centrales, leur GQG de la BRI de Bâle, s’alignent derrière le financement d’un soi-disant “agenda vert”, appelez-le Nouvelle Donne Verte ou ce que vous voulez, il est grand temps de regarder sous la surface publique de ces campagnes d’activistes climatiques et l’image qui en émerge est celle d’une tentative de réorganisation financière de l’économie mondiale en utilisant la “crise climatique”, quelque chose sur quoi le soleil et son énergie naturelle auront toujours par ordre de magnitude, beaucoup plus à voir que l’humanité ne l’aura jamais, pour essayer de nous convaincre, nous les gens ordinaires, de faire des sacrifices incommensurables pour “sauver notre planète”.

En 2010, le patron du Working Group 3 du GIEC, le Dr Otmar Edenhofer a dit à un journaliste qui l’interviewait: “… on doit dire clairement que nous redistribuons de facto la richesse mondiale par la politique climatique. On doit se libérer de l’illusion que la politique internationale sur le climat est une politique pour l’environnement. Ceci n’a plus rien à voir avec l’environnement, avec des problèmes comme la déforestation ou le trou dans la couche d’ozone.” Depuis, la stratégie de la politique économique s’est développée bien plus avant.

= = =

Lectures complémentaires:

F. William Engdahl sur Résistance 71

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

Notre page « Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique »

Manuel_du_sceptique_climatique_No1

Manuel du Sceptique II-V4

 

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: le fiasco saoudien au Yémen et la réalité sous-jacente (Pepe Escobar)

Posted in actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 7 octobre 2019 by Résistance 71

Pepe Escobar: Les Houthis continueront jusqu’à la Mecque

 

Pepe Escobar

 

4 octobre 2019

 

Source: http://french.almanar.com.lb/1515802

 

Ne jamais sous-estimer le pouvoir du retour de flamme. En ce moment même, le prince héritier Mohammad bin Salman (MBS), le dirigeant de facto de la Maison des Saoud, regarde fixement un abîme inquiétant ouvert par les Houthis au Yémen.

Le week-end dernier, le porte-parole des forces armées yéménites, le brigadier Yahya al-Sari, a décrit cliniquement comment Ansarallah, également connu sous le nom de mouvement rebelle houthi, aidé par ce que les Yéménites appellent les « comités populaires », a capturé trois brigades saoudiennes de 2 400 soldats – en haillons – et des mercenaires yéménites et soudanais ainsi que des centaines de véhicules de combat. Au moins 500 soldats saoudiens ont été tués et blessés, a affirmé Ansarallah. (Un porte-parole de la coalition dirigée par les Saoudiens a nié l’allégation).

Cela faisait partie de l’Opération Nasrallah dans l’axe de Najrane, limitrophe de l’Arabie Saoudite. Les Houthis, qui ont beaucoup appris, tactiquement et stratégiquement, du Hezbollah, ont fait l’éloge des moudjahidins et des « comités populaires » impliqués dans l’Opération Nasrallah.

Le colonel Pat Lang, dans son blog, offre une observation particulièrement utile sur les véhicules saoudiens capturés. Certains appartenaient à la Garde nationale saoudienne (SANG) :

« Je suppose que ces troupes provenaient du SANG modernisé que les États-Unis ont travaillé dur pour former et équiper pendant cinquante ans ou plus. La reddition facile de ces bédouins est une très mauvaise nouvelle pour la monarchie saoudienne ».

(…)

Comme je l’ai déjà dit, les opérations de plus en plus audacieuses des Houthis en Arabie Saoudite ne peuvent être couronnées de succès qu’avec des renseignements solides sur le terrain.

Quant aux soldats saoudiens capturés et dépouillés, Mohamed Al-Bukhaiti, qui fait partie de l’aile politique d’Ansarullah, confirme qu’ils sont pour la plupart des takfiristes – de vrais croyants qui pensent voir parmi leurs compagnons musulmans des légions d’apostats, méritant la peine capitale – et des Djihadistes.

A Beyrouth, j’ai passé beaucoup de temps dans des conversations détaillées avec Hassan Ali Al-Emad, érudit, homme politique et fils d’un cheikh yéménite influent dominant 12 tribus. A l’origine Zaydi lui-même, Al-Emad avec l’aide d’autres sources yéménites a confirmé que les principaux acteurs sont en fait le mouvement houthi – et pas seulement la tribu houthie, qui n’est qu’une tribu parmi de nombreuses tribus Zaydi du nord du Yémen. La capitale Sana’a a été reprise par le mouvement houthi, et pas seulement par la tribu houthie.

C’est essentiel pour comprendre le fait que la majeure partie du nord du Yémen a désormais adhéré au mouvement houthi – qui est aussi le gouvernement du nord du Yémen. Il n’est pas exagéré de penser que le mouvement houthi pourrait finir par unir l’écrasante majorité du Yémen contre la Maison des Saoud.

Ce que MBZ est en train de faire

Al-Emad a tenu à souligner que parmi la mosaïque tribale yéménite d’une complexité vertigineuse, le seul facteur unificateur est la lutte contre un envahisseur étranger, en l’occurrence un bombardeur en série, responsable depuis 2015 de la crise humanitaire la plus grave du monde selon les Nations Unies. J’ai fait remarquer à Al-Emad que le modèle tribal yéménite ressemble beaucoup à celui de l’Afghanistan. Il a visiblement apprécié la comparaison.

Al-Emad a également confirmé que les mercenaires qui combattent dans le sud du Yémen rejoignent en masse le mouvement houthi. Cela posera encore plus de défis à la soi-disant « coalition » qui bombarde le Yémen depuis 2015 et qui est maintenant réduite à la Maison des Saoud après que les EAU aient opté pour des « pourparlers ».

Sur le terrain, la situation est encore plus sombre. Les Houthis – soutenus par l’Iran – combattent peut-être Riyad, mais ils combattent aussi les restes d’Al-Qaïda et quelques Djihadistes de Daesh. La Maison des Saoud crée l’illusion qu’ils font la même chose. En fait, ils ne font rien.

De plus, les Houthis combattent également le Conseil de Transition du Sud (CTS), formé il y a seulement deux ans. C’est un groupe séparatiste qui veut un Yémen du Sud indépendant. Pourtant, le CTS est avant tout une cinquième colonne des Émirats Arabes Unis, financée et militarisée par Abu Dhabi.

Alors, qu’est-ce que Mohammed Bin Zayed (MBZ), le mentor de MBS à Abu Dhabi, fait vraiment au Yémen ? Suivez l’argent (du pétrole). Ce qui compte vraiment, c’est le contrôle total du détroit immensément stratégique de Bab-el-Mandeb qui relie la mer Rouge au golfe d’Aden. C’est une question de commerce du pétrole et de connectivité. La Chine, avec une base à proximité de Djibouti, est très attentive à ce qui se passe à Aden et dans le sud du Yémen.

Pendant ce temps, le « gouvernement » du Yémen, dirigé par le président Abed Rabbo Mansour Hadi, reste une fiction inefficace. Fondamentalement, la seule chose que fait Hadi est de soutenir le Conseil de Transition du Sud pour combattre les Houthis.

Un autre angle pétrolier fascinant entre encore en jeu. Hadi est en train de déménager son entreprise dans la mythique Ma’arib – la légendaire capitale de Balqis, la reine de Saba.

Tout comme Freud comparant les couches de l’inconscient aux couches de ruines romaines, il y a une myriade de Ma’aribs superposés dans l’histoire extraordinaire du Yémen. Ma’arib était la capitale originelle de l’Arabie Heureuse, louée par d’éminents historiens tels que Strabo et Diodore de Sicile, une ville envoyant mille talents d’encens à Babylone tous les douze lunes pour la fête de Baal ou pour la vente d’ivoire, d’or et de peaux de léopard aux caravanes d’Hatchepsout, la reine d’Egypte.

Le regard de Ma’arib est fixé sur le Rub al-Khali, le Grand Désert Vide, rêvant d’un nouvel Empire arabe – certainement pas gouverné par la Maison des Saoud, minable, corrompue et suprêmement ignorante. Entre en jeu, encore une fois, le point de vue des Émirats arabes unis.

Ma’arib est la terre d’origine du cheikh Zayed, le père de MBZ. C’est de là que sa tribu est partie. Dans les années 1970, Cheikh Zayed finançait en fait une armée d’archéologues et d’ingénieurs agricoles impliqués dans la renaissance de Ma’arib. Aujourd’hui, en tant que pouvoir caché derrière le gouverneur Sultan al-Aradah, son fils MBZ voudrait le contrôler pour peut-être réaliser le rêve de papa. Le problème, c’est que les Houthis ne le laisseront jamais faire.

Le désert recèle tous les secrets

Essayer de décoder le puzzle yéménite, c’est comme être plongé dans un labyrinthe de miroirs de Jorge Luis Borges. En fait, une pyramide de miroirs.

A Beyrouth, j’ai eu le privilège de partager d’innombrables histoires avec mon amie la Princesse Vittoria Alliata de Sicile, incarnation de l’aristocratie cool, islamiste de renom et première traductrice italienne du « Seigneur des Anneaux » (Tolkien a beaucoup aimé la traduction).

Vittoria, qui a traduit nos conversations avec al-Emad, m’a gracieusement offert l’un des rares exemplaires restants de la première édition de 1980 de Garzanti de son fascinant « Harem » , une étude sur les femmes du monde arabe sous la forme de souvenirs de voyage. J’y ai trouvé ce passage immaculé de Hasan ibn Ahmad al-Hamdani, écrit en 935 de notre ère à Sana’a :

« Dans les sables du désert est enterrée une pyramide à l’envers ; elle contient la vérité de la race humaine. La vérité est enterrée dans les sables du désert, donc celui qui la découvre par hasard sera considéré par les hommes comme un fou avec son cerveau brûlé par la solitude et le soleil ».

Le fait que les barbares de la Maison des Saoud cherchent à détruire l’Arabie Heureuse – le siège d’une fabuleuse civilisation millénaire du désert et une réserve de connaissances – en dit long sur notre époque sordide. Les vrais Yéménites y voient clair.

En termes plus prosaïques, après l’attaque spectaculaire et révolutionnaire contre Abqaiq, le mouvement houthi, via le président du Conseil politique suprême du Yémen Mahdi al-Mashat, a offert un cessez-le-feu à MBS. Son entourage n’a accepté qu’un arrêt « partiel » de la campagne de bombardements incessants. Des opérations plus audacieuses, avec des essaims de drones et des missiles Quds-1, sont donc inévitables. Comme l’a fait remarquer Boukhaiti, ils « viseront des installations plus vitales et critiques des Saoudiens ».

Un avant-goût de ce qui nous attend est l’incendie de la gare de Djeddah – qui est la plaque tournante de plus de 7 milliards de dollars de la liaison ferroviaire à grande vitesse de 300 km de MBS vers La Mecque et Medina. La rue arabe est dévorée par les rumeurs selon lesquelles les Houthis ne s’arrêteront pas avant d’atteindre La Mecque.

En ce qui concerne les capacités du missile de croisière yéménite Quds-1, voici une superbe analyse technique, qui s’accompagne d’un aperçu crucial au vu des affirmations britanniques, allemandes et françaises selon lesquelles l’Iran est derrière les attaques pétrolières saoudiennes:

« Notamment, le Pentagone n’a pas accusé l’Iran de l’attaque et se tait, sachant très bien que le missile de croisière Quds venait du territoire houthi » .

Après Abqaiq et l’Opération Nasrallah, dire que MBS se prend un brutal retour de flammes est un euphémisme. Le bombardement incessant du Yémen pendant plus de quatre ans pendant son mandat de ministre de la Défense est son bébé Frankenstein.

À Beyrouth, j’ai également passé de nombreuses heures à discuter du bourbier interne saoudien avec des analystes de l’opposition organisée, qui dirigent le site Web The Saudi Reality.

Entre autres choses, ils ont dit que Jamal Khashoggi avait été tué parce que le consul saoudien à Istanbul avait exagéré la dose de la piqûre pour le paralyser. Puis il a été scié à la scie à os et le corps a été brûlé – donc pas étonnant qu’on ne l’ait jamais retrouvé.

L’opposition considère la dynamique interne saoudienne comme l’homme de Trump à Riyad – à cause de l’angle pétrolier – alors que la CIA, comme Khashoggi, préfère traiter avec une monarchie constitutionnelle et avoir son propre atout en main.

L’instabilité totale règne. La seule certitude est que l’offensive de plus en plus sophistiquée du mouvement houthi continuera d’être déployée en Arabie Saoudite, à moins que MBS n’abandonne sa guerre brutale. Sinon, il ferait mieux de réserver un aller simple pour Londres.

= = =

Lecture complémentaire:

Le_mythe_biblique_ashraf_ezzat

La racine profonde de l’empire: La Banque d’Angleterre et la City de Londres (Est. 1694)

Posted in actualité, altermondialisme, crise mondiale, gilets jaunes, guerres imperialistes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 2 octobre 2019 by Résistance 71


Le cœur de l’hydre impérialiste (Est. 1694)

 

La Grande-Bretagne ne fut jamais “grande” et l’Amérique a été flinguée il y a bien longtemps

 

VT Editors

 

28 septembre 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/09/28/britain-was-never-great-and-america-was-snuffed-out-long-ago/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Introduction

La bibliothèque du Congrès des Etats-Unis a maintenant numérisé les journaux américains de la fin du XIXème à la fin du XXème siècles. Vous pouvez y rechercher des dates de naissances, de décès, des banqueroutes, des analyses d’information, des ventes, des offres, tout ce que vous voulez…

Ceci fut une vaste entreprise et une mine d’or qui révèle bien des choses, laissez-moi vous dire pourquoi.

L’Amérique fut fondée très largement par des fermiers propriétaires d’esclaves qui saisirent l’avantage du travail à plus que bon marché et de vastes étendues gratuites. Mais, en un demi-siècle, le commerce et l’industrialisation ont transféré la plupart des fonctions financières et gouvernementales des Etats-Unis au même groupe de personnes en Europe qui contrôlait la Royaume-Uni, la France, la Hollande, l’Espagne, toute l’Europe en fait.

Voyez-vous, alors que les “pères fondateurs” tombaient en désuétude, de nouvelles “familles” émergèrent, des noms bien américains comme Astor (Astorga-Séfarade), Cabot (Cabota, séfarade) ou Rockefeller, Bush et même Drumpf.

Pour les fausses familles allemandes comme les Drumpf, de petits fonctionnaires au service des Rothschild, qui géraient les putes pour les mines d’or de Californie et du Yukon, cela les mena à contrôler les titres de propriété des mines d’or et s’affirmèrent plus tard dans la plus grande industrie de trafic au monde, le boum migratoire du XIXème siècle, les prostituées, les Irlandais pour combattre dans la guerre de sécession, plus de prostituées et les esclaves qui remplissaient les voisinages immigrants de New York, de Boston, et une douzaine d’autres villes où vivaient et se développait le crime organisé non par irlandais ou italien, mais de la “Mafia Kazhare Rothschild” (MKR) et qui y vit toujours aujourd’hui. 

Quand vous chassez des dates de naissance, de décès, des ventes de terrain, des relations de famille, toutes ces millions de choses que les Américains ont mentionné dans de brèves infos qu’on peut maintenant consulter à la bibliothèque du Congrès, ces familles n’existent pas.

Leur histoire sera une fiction.

Le plus souvent quand on regarde les familles des sociétés secrètes comme les “Skulls & Bones” ou les barons voleurs, on se rend compte assez vite que la richesse émanant des maisons banquières de New York, 100% propriétés européennes, c’est à dire de l’Espagne anciennement séfarade puis de Venise ou de Gêne, puis de Francfort ou d’Amsterdam, vers finalement Londres et toutes possessions des mêmes gens qui contrôlent maintenant la réserve fédérale américaine, la MKR et l’état d’Israël.

On y voit un schéma émerger. L’Ouest, le “Wild West” américain fut développé depuis la ville de St Louis où Kuhn & Loeb des Rothschild, assortissaient les wagons de trains, puis contrôlèrent plus tard les chemins de fer, puis les affaires de l’élevage d’abattage, puis le pétrole et bien entendu le marché des céréales et celui des échanges, des commodités et de la bourse.

Ils furent aidés en cela par Jacob Schiff, qui gérait de fait la banque américaine, JP Morgan et Harriman n’étant que des vitrines / hommes de paille. Derrière, la mystérieuse famille Bush, que certains affirment être du clan nazi “Scherf”, la famille originelle du sionisme mais d’autres personnes qui utilisèrent des sources plus récentes, voit maintenant la famille Schiff comme étant celle à l’origine du sionisme, le Jakob Schiff qui manœuvra la Russie, la Chine et le Japon vers la guerre en 1905, qui amena les Etats-Unis dans le système de la réserve fédérale, la “Fed” et les 1ère et 2ème guerres mondiales et plus tard, par le biais d’agents, furent mis en place les attentats du 11 septembre 2001 et la guerre contre le terrorisme qui s’en suivit.


Domination judéo-chrétienne

Guillaume d’Orange, âne juif et homosexuel

Guillaume d’Orange, connu de ses mignons comme “Billy le rose”, était un inconnu hollandais qui fut choisi par les juifs d’Amsterdam avec un objectif particulier en vue. Les juifs avaient été virés d’Angleterre par le roi Edouard 1er en 1290 pour leur usure et parce que plusieurs d’entre eux avaient été condamnés pour sacrifices ayant pour victimes des enfants chrétiens.

Les juifs pensaient que l’Angleterre était un endroit bien juteux et firent plusieurs tentatives pour y regagner droit de cité, ceci incluant le financement d’Olivier Cromwell, qui pensa un moment donner l’Irlande aux juifs en guise de nouveau Sion, une fois l’extermination des Irlandais parachevée. En fin de compte, Cromwell n’autorisa jamais les juifs à revenir en Angleterre, bien qu’il eut pris leur argent.

Les juifs furent les garçons de chambre de l’empire romain. Ils suivirent les légions à travers toute l’Europe, achetant les peuples conquis comme esclaves, particulièrement les filles et femmes celtes et germaines blondes qui se vendaient à haut prix en Europe du sud, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Ils amassèrent aussi une fortune en prêtant à intérêt (usure) aux officiers et aux soldats romains, sachant que ceux-ci simplement voleraient et pilleraient ce dont ils avaient besoin pour rembourser les emprunts.

La raison principale pour laquelle Jules César envahît alors la Gaule était parce qu’il était endetté jusqu’au cou et que sa famille était en grand danger de banqueroute et de voir ses biens saisis. César se vanta avoir tué un million de Gaulois et d’en avoir réduit en esclavage un autre million, un million de Celtes vendus aux juifs comme esclaves. Ceci fut le pire holocauste de l’histoire de l’Europe et tout ça parce qu’un homme croulait sous les dettes.

A l’effondrement de l’empire romain, les juifs l’eurent dur. La chrétienté et l’islam essayèrent d’arrêter l’holocauste que l’usure avait créé et pendant quelques siècles, les peuples d’Europe eurent un peu de paix et de confort. Mais la découverte des Amériques par les Espagnols donna aux juifs une opportunité en or de retourner à leurs vieilles affaires.

Ils financèrent les navires, il y eut même un bon nombre de juifs participant au premier voyage de Christophe Colomb, des convertis (Conversos), juifs qui prétendaient s’être convertis au christianisme pour des raisons d’affaire. Au temps où Cortez atteignit l’Amérique du Sud, il était submergé de dettes. Même s’il pilla des milliards en or et en argent (en valeur moderne), il mourut pauvre et endetté.

Tout comme au bon vieux temps de l’empire romain, les juifs s’assurèrent que les soldats espagnols n’étaient rien d’autre que leurs bourricots et plus ces bourricots s’endettaient, plus vicieux et génocidaires étaient-ils envers les populations indigènes alors qu’ils essayaient désespérément de voler et de piller suffisamment d’or et d’argent pour payer leurs dettes et pouvoir voir venir.

La conquête espagnole de l’Amérique du Sud laissa l’Espagne criblée de dettes et fournit aux juifs une immense richesse. Comme cela s’est souvent produit au cours de l’histoire en d’autres lieux, les Espagnols tournèrent très hostiles contre les juifs qui les avaient escroqués d’une vaste fortune. Ainsi, les juifs transférèrent leur argent et leur richesse vers Amsterdam où déjà régnait un était d’esprit bien plus libéral.

Les juifs retournèrent au boulot et bientôt l’empire hollandais commença à éclipser l’espagnol et les profits juifs s’envolèrent.

Mais Amsterdam était toujours sous l’influence du roi d’Espagne et parfois sous occupation espagnole directe. Ce n’était pas une situation idéale.. Mais il y avait un endroit qui était bien au delà de tout contrôle espagnol, qui avait tourné le dos à Rome et qui plus important, était protégé par la mer. L’Angleterre était comme un gigantesque porte-avion au large des côtes européennes. Suffisamment proche pour faire des affaires, mais suffisamment loin pour que la pape et le roi d’Espagne ne puissent pas la dominer. Mais il n’y avait qu’un seul gros problème: les juifs avaient été bannis d’Angleterre.

Arrive Guillaume d’Orange. Le roi catholique James avait irrité les protestants anglais et ceux-ci recherchaient quelqu’un pour le renverser. Ils n’avaient ni les moyens ni l’organisation pour le faire. Les juifs avaient les deux. Mais ils voulaient leur homme sur le trône d’Angleterre, pas n’importe quel protestant. Après tout, ils avaient financé les guerres de Cromwell pour finalement ne rien pouvoir en tirer. Et bien, le reste est histoire. Ce qui est intéressant de voir de ce point de vue est le prix que les juifs tirèrent de leur soutien à l’invasion par Guillaume d’Orange de l’Angleterre, de l’Ecosse et de l’Irlande.

L’interdiction pour les juifs de pénétrer en Angleterre fut immédiatement levée ; mais même cela ne fut pas le gros lot. Le gros lot fut la création de la Banque d’Angleterre. Les juifs fondèrent la Banque d’Amsterdam en 1609. Ce fut la véritable première banque centrale du monde. En 1694, Guillaume donna sa charte à la Banque d’Angleterre. C’était une banque privée. Ses actionnaires étaient tous juifs avec des noms espagnols et portugais: da Costa, A Fonseca, A Mendes, A Nunes, A Henriquez, Rodrigues, A Salvador, De Mattos, De Medina. Mais alors même qu’elle était une banque privée, elle commença à agir comme si elle était gouvernementale. Parce qu’elle avait un énorme capital en comparaison avec les banques anglaises résidentes, elle pouvait mener instantanément toute banque anglaise à la banqueroute immédiate.

Elle pouvait le faire en simplement rappelant tous les billets de papier de toute banque anglaise qui lui déplaisait. Comme à cette époque, les billets devaient être garantis par de l’or, la Banque d’Angleterre achèterait simplement tous les billets d’une banque récalcitrante, puis les lui présenterait en même temps lui demandant l’or en retour. Lorsque la banque ne pouvait pas fournir tout l’or demandé, elle serait déclarée en banqueroute et fermée.

La Banque d’Angleterre le fit savoir très vite à tout le monde, une fois fait, elle établit une règle simple: toute banque qui voulait rester dans les affaires devrait déposer une quantité d’or à la Banque d’Angleterre, ou voir ses portes se fermer. Les juifs avaient les banques anglaises sous leur coupe. Dès ce moment, le système bancaire et financier de l’Angleterre et de fait, de l’empire britannique fut, de fait, le système financier et bancaire des juifs.

= = =

Lectures complémentaires:

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

Que faire ?

Effondrer le colonialisme

Manifeste pour la societe des societes

 

Guerre impérialiste au Moyen-Orient et le ministère américain du terrorisme

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 1 octobre 2019 by Résistance 71

Un point de vue et angle d’analyse intéressants sur la relation de l’empire avec l’Iran et l’attaque récente sur les raffineries d’ARAMCO en Arabie Saoudite…
~ Résistance 71 ~

 

 

Le ministère américain du terrorisme

 

Kurt Nimmo

 

21 septembre 2019

 

url de l’article original:

https://kurtnimmo.blog/2019/09/21/the-us-dept-of-terrorism/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le ministère des affaires étrangères (NdT: State Department américain), sous le leadership du voyageur sioniste, ancien patron de la CIA et chef de char Mike Pompeo, a twitté la propagande suivante, produite avec vos impôts (ou votre dette qui sera passée en héritage à vos enfants…)

La production du Grand Mensonge au sujet de la soi-disante  malfaisance de l’Iran envers ses voisins, est dotée d’une musique dramatique et de pleins de graphiques pour soutenir un faux évident: l’Iran est l’état terroriste #1 au monde.

En fait, cette nomination est réservée au gouvernement des Etats-Unis et à son petit associé: Israël.

L’histoire déborde d’exemples, des deux guerres mondiales aux douzaines de feux de brousse impérialistes allumés, incluant ceux du Vietnam et de l’Irak. Quant à Israël, l’entité est en guerre avec ses voisins arabes depuis plus de 70 ans.

Le State Department est le grand chorégraphe du conflit et du meurtre au nom des banquiers entrepreneuriaux neo-libéraux et leur ordre planétaire qui est maintenant en train de s’effondrer. Il est le plus grand et le pire terroriste de cette planète. Récemment, il a installé des rebus nazillons au pouvoir en Ukraine, a réduit la Libye en état fantoche et a armé des fanatiques wahhabites en Syrie.

La vidéo ci-dessus (NdT: voir sur l’article original, en anglais) est essentiellement une publicité pour la torture cruelle du peuple iranien au travers d’une guerre économique en plus de l’assassinat sur place de scientifiques par des sbires américano-israéliens, des attaques de logiciel toxique informatique sur l’infrastructure iranienne et des attaques terroristes variées, incluant une attaque sur le parlement iranien en 2017.

Ce dernier incident fut blâmé sur l’EI, un groupe terroriste fabriqué par le Pentagone (Pentagon fabricated terror group.). Si vous croyez qu’un groupe réel islamiste terroriste (de confession sunnite / wahhabite) est responsable de cette attaque et une autre simultanée sur le mausolée de Rouhollah Khomeini, alors vous serez peut-être intéressé par le pont que j’ai à vendre à Brooklyn. En 2014 j’écrivais ceci:

“D’après un rapport de l’agence Reuters aujourd’hui, les sanctions imposées à l’Iran ont pour résultat de ce que le pays a des problèmes pour acheter du riz, de l’huile de cuisine et autres denrées alimentaires pour nourrir sa population de 74 millions de personnes. Ce n’est pas simplement l’huile de cuisine que ciblent les sanctions, mais toute sorte d’importations d’après les agents de commodités boursières…

Avant longtemps seront engagées des crimes de guerre encore plus barbares après qu’Israël bombarde des sites nucléaires suspectés de l’Iran et que les Etats-Unis emboitent le pas avec des bombardements des infrastructures civiles du pays, similairement a ce qu’ils ont fait préalablement en Serbie/Yougoslavie et en Irak, deux crimes classés en catégorie crimes de guerre selon le tribunal de Nüremberg.”

Depuis ce temps, la situation est devenue bien pire pour les Iraniens.

En 2014, Les Etats-Unis et Israël n’ont pas bombardé des “sites nucléaires suspectés” en Iran, essentiellement grâce à Obama, qui bien que menant l’agenda globaliste à la sauce démocrate, a reculé devant l’annihilation du pays à laquelle poussait Bibi Netanyahou.

Ce ne fut pas le cas en Libye qui n’avait pas la possibilité de riposter comme l’Iran l’a.

John Bolton a essayé d’obtenir un raid aérien mais a échoué à cause de la peur de Trump d’une invasion qui tournerait à un vaste conflit régional et qui ruinerait ses chances de réélection. Trump le schizo qui va de crises de violente rhétorique visant l’Iran (et le Venezuela, Cuba, la Corée du Nord, la Syrie) et qui dit que nous n’avons pas besoin d’une nouvelle guerre très chère au Moyen-Orient.

Donald Trump est un miracle à lui tout seul, d’un côté non-interventionniste proclamé et de l’autre un nouveau con phagocyté par le régime d’apartheid d’Israël. Son trouble de la personnalité est exposé 24/24 et 7/7. Après avoir viré Bolton, il a loué les services d’un nouveau con plus fréquentable et moins abrasif pour être son conseiller à la sécurité.

La dernière kerfuffle en Arabie Saoudite a eu pour effet de voir Trump injecter des troupes dans cette nation des plus médiévales, un message à l’Iran qu’il ne sera pas permis de résister et de répondre à la destruction économique en marche.

J’ai d’abord pensé que l’attaque sur les raffineries saoudiennes était un false-flag pour mettre la guerre sur les rails. Je pense maintenant que l’Iran est responsable de cette attaque. Le pays a averti il y a des mois que l’embargo mis sur ses exportations de pétrole verrait l’Arabie Saoudite souffrir d’un problème identique. L’Iran tient sa promesse et délivre sa réponse.

Pour l’élite “indispensable” régnante, la self-défense est interdite à moins que vous ne désiriez des montagnes de cadavres en décomposition chez vous, amenant typhus et choléra ainsi que des cancers en résultat de l’uranium appauvri déversé sur votre sol par les munitions employées ; ainsi que toutes les autres toxines militaires à l’avenant, que vous ne souhaitiez la famine pour votre population et des conflits religieux sectaires sans fin pour empêcher le vassal de poursuivre les vrais coupables. La Libye, la Syrie et le Yémen ne sont que les derniers exemples en date.

L’Iran possède la capacité de résister à cette poussée frontale mortifère néo-libérale. Il a été décidé que la guerre et ses conséquences horribles seront plus honorables que l’humiliation de la famine et de la maladie, ce qui est le dernier message de la propagande absurde de la vidéo du ministère des affaires étrangères américain.

 

Comprendre et stopper la dictature technotronique… (PDF)

Posted in actualité, altermondialisme, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 30 septembre 2019 by Résistance 71

… 5G, RFID, compteurs intelligents (Linky, Gazpar), internet des objets, téléphones et villes « intelligents », médecine connectée, détournement scientifique, communication sans fil et réseau micro-ondes, autant d’outils pour mettre en place le système planétaire de domination totale.

Pourtant, tout bien compris, l’affaire est simple: Il suffit de dire NON ! haut et fort et collectivement et cette ignominie ne pourra pas aller plus loin. Nous avons le grand pouvoir d’influer sur la choses par nos choix, nos décisions, à commencer par ce que nous cautionnions par nos achats.

Grand, très grand est le pouvoir du BOYCOTT !

« Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent pas pour que ça ne se vende pas… »
~ Coluche ~

 


Éteignez TV et réseaux « sociaux » et…
Rallumez les cerveaux !

 

Résistance 71

 

30 septembre 2019

 

Jo a compilé un excellent PDF pour faire comprendre et mieux permettre le coup d’arrêt à la dictature technotronique en marche pour refermer la grille de contrôle et mettre en place le grand plan de dépopulation de la planète tant rêvés par les psychopathes à la barre du bateau ivre qu’est cette société humaine de la dictature de la marchandise en mouvement.

A lire et diffuser sans aucune modération:

Dossier-complet–pour-stopper-net-la-dictature-technotronique
(format PDF)

 


Il suffit de dire NON !

5G, santé et dictature technotronique : Rapport de recherche de l’Institut de Recherche Médicale de la Marine des Etats-Unis de 1972 sur les effets des ondes et micro-ondes sur l’organisme (US-NMRI)

Posted in actualité, altermondialisme, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, résistance politique, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 29 septembre 2019 by Résistance 71


La dictature technotronique en marche…

 

NMRI rapport de recherche sur les micro-ondes et fréquences radio, 1972

Institut de Recherche Médicale de la Marine Nationale des Etats-Unis

Collecte littérature scientifique sur les effets de l’exposition aux micro-ondes

 

Traduit partiellement de l’anglais par Résistance 71

 

Septembre 2019

 

Source: reçu par courriel

format pdf du rapport en anglais: 

https://resistance71.files.wordpress.com/2019/08/naval-medical-research-institute-1972-full-bibliography.pdf

[…]

Chapitre 1

Phénomènes (effets) biologiques rapportés et quelques manifestations cliniques attribuées aux micro-ondes et à la radiation des fréquences radio

Note des traducteurs: une note fait état de toujours possibles erreurs dues aux conditions d’expérimentation, ce qui dégage la responsabilité des auteurs de ce rapport. La liste des articles scientifiques qui s’ensuit répertorie plusieurs centaines d’articles de recherche sur le sujet.
Le chapitre 2 correspond au listing des centaines d’articles scientifiques expliquant les effets di-dessous mentionnés. Cette liste (cf pdf du document en lien) date donc de… 1972.

A. Échauffement des organes (applications: diathermie, électro-chirurgie, électro-coagulation, électro-déssèchement, électrotomie)

1. Corps entier (défectuosité de la régulation thermique), hyperpyrexie

2- Peau

3. Os et moëlle osseuse

4. (a) lésions cataracte de l’œil due à la nature vasculaire de l’œil qui empêche la dissipation de la chaleur, (b) endommagement de la cornée aussi possible à une extrême haute [mot illisible, possiblement “fréquence”]

5. Organes génitaux (dégénération tubulaire des testicules)

6. Cerveau

7. Sinuses

8. Implants métalliques orthopédiques (brûlures au niveau de la hanche, vis, etc)

Les effets sont généralement réversibles sauf pour 4(a)

B. Changement de la fonction physiologique

1. Contraction des muscles striés

2. Altération du diamètre des vaisseaux sanguins (augmentation de l’élasticité vasculaire), dilatation

3. Changements dans les processus oxydants dans les tissus et les organes

4. Elargissement de la taille du foie

5. Changement de la sensibilité au stimuli médicamenteux

6. Baisse de la spermato-génèse (baisse de la fertilité jusqu’à l’infertilité)

7. Changement du ratio de genre à la naissance (plus de filles)

8. Changement du développement fœtal

9. Changement de l’activité menstruelle

10. Baisse de la lactation chez les mères nourricières

11. Diurèse réduite (excrétion de sodium Na+ via les urines)

12. Modification de la fonction rénale (décroissance de la filtration dans les [mot illisible] )

13. Changement dans les conditions des réflexes

14. Baisse de la résistance électrique de la peau

15. Changements dans la structure des récepteurs cutanés de (a) [mot illisible] et (b) systèmes de transport sanguin

16. Changement du ratio de fluidité sanguine

17. Changements des courants biologiques (électro-encéphalogrammes, EEG ?) du cortex cérébral (chez les animaux)

18. Changement dans le ratio d’épuration des ions [“Tagged Ions”] en provenance des tissus

19. Changements structurels réversibles dans le cortex cérébral et le diencéphalon

20. Changement électro-cardiographiques (ECG)

21. Changements de la sensibilité à la lumière, au son et au stimuli olfactif

22. Changements (a) fonctionnels et (b) pathologiques des yeux: (a) réduction de la taille du point aveugle, changement dans la perception des couleurs, changement de la pression intra-oculaire, larmoiement, tremblements (paupières) ; (b) opacité et coagulation du globe oculaire, changement dans la respiration des tissus et diminution des processus de réduction à l’oxydation

23. Nécrose du myocarde

24. Hémorragies pulmonaires, du foie, des intestins et du cerveau

25. Dégénération généralisée de tous les tissus du corps

Note: les point 24 et 25 se produisent à un niveau d’exposition fatal aux radiations

26. Perte anatomique

27. Mort

28. déshydratation

29. Changement du ratio de calcification de certains tissus

C. Effets sur le système nerveux central

1. Maux de tête

2. Insomnie

3. Enervement / agitation (éveillé et durant le sommeil)

4. Changements EEG

5. Désordres dans le nerf crânien

6. Lésions du tract pyramidal

7. Désordres des réflexes conditionnés

8. Action vagale du cœur ; action sympatico-mimétique

9. Crises, convulsions

D. Effets sur le système nerveux autonome

1. Désordres neuro-végétatifs (ex: altération du rythme cardiaque)

2. Fatigue

3. Altérations structurelles dans les synapses du système vagal

4. Stimulation du système nerveux parasympathique (bradycardie) et inhibition du système nerveux sympathique

E. Effets sur le système nerveux périphérique

Effets sur les nerfs locomoteurs

F. Désordres psychologiques (“études sur le comportement humain”), les soi-disantes “réponses psycho-physiologiques et psychosomatiques”

1. Neurasthénie (mal se sentir de manière générale)

2. Dépression nerveuse

3. Disfonctionnement érectile (impuissance sexuelle)

4. Angoisse

5. Manque de concentration

6. Hypochondrie

7. Vertiges

8. Hallucinations

9. Somnolence

10. Insomnie

11. Augmentation de l’irritabilité

12. Chute de l’appétit

13. Perte de mémoire

14. Sensibilité accrue au niveau du scalp

15. Augmentation de l’état de fatigue

16. Douleurs dans la poitrine

17. Tremblement des mains

G. Changements du comportement (recherches sur les animaux)

Comportements [mot illisible], opérant, d’évitement et de discrimination

H. Troubles sanguins

(V = in vivo et v = in vitro)

Changements dans :

1. Le sang et la moelle osseuse

2. Fonctions phagocytiques (polymorphes) et bactéricides du sang

3. Ration d’hémolyse (augmentation), du à une durée de vie plus courte des cellules

4. ratio de sédimentation (augmentation) [explication illisible en entier]

5. Nombre de Lrythrocytes (baisse) et aussi le nombre de [illisible]

6. Augmentation de la concentration de sucre

7. Contenu histaminique du sang

8. Cholestérol et lipides

9. Gamma (et aussi Béta) globuline et la concentration totale protéïnique

10. Nombre d’éosinophiles

11. Baisse du ratio albumine / globuline

12. Hémopoiesis (vitesse de formation des corpuscules sanguins)

13. Leucopénie (augmentation du nombre de globules blancs) et de la leucocytose

14. Féticulocytose

I. Désordres vasculaires

1. Thrombose

2. Hypertension artérielle

J. Enzyme et autres changements biochimiques

Changements dans l’activité de:

1. Cholinesterase (V, v)

2. Phosphatase (V, v)

3. Transaminase (v)

4. Amylase (v)

5. Carboxidismutase

6. Dénaturation protéïnique

7. Inactivation des toxines, fungus et virus (à haute dose de radiation), effet bactériostatique

8. Mort de cultures de tissus

9. Altération de la division cellulaire

10. Augmentation de la concentration d’ARN dans les lymphocytes et baisse dans le cerveau, le foie et la rate

11. Changements dans l’excrétion d’acide piruvique, d’acide lactique et de créatine

12. Changement dans la concentration du glycogène hépatique (hyperglycémie)

13. Altération de la concentration de kétostéroïdes-17 dans les urines

K. Désordres métaboliques

1.Glycosurie (sucre dans les urines, en relation avec le niveau de sucre sanguin ?)

2. Augmentation du phénol urinaire (dérivatifs ? DOPA ?)

3. Altération des processus de ration enzymatique métabolique

4. Altération du métabolisme des hydrates de carbone

L. Désordres gastro-intestinaux

1. Anorexie (perte d’appétit)

2. Douleur épigastrique

3. Constipation

4. Altération de la sécrétion des fluides digestifs stomacaux

M. Changements endocriniens

1. Altération de la fonction hypophysaire

2. Hyperthyroîdisme

3. Accroissement de la glande thyroïde

4. Augmentation de l’absorption d’iode radioactive par la glande thyroïde

5. Altération de l’activité du cortex adrénal

6. Diminution des corticostéroïdes sanguins

7. Diminution de l’activité glucocortidoîdale

8. Hypogonadisme (en général baisse de la production de testostérone)

N. Changements histologiques

1. Changements de l’épithélium tubulaire testiculaire

2. Changements croisés

O. Changements génétiques et chromosomiques

1. Aberration chromosomique (ex: raccourcissement linéaire, pseudochiasme, structures diploïdes, division amniotique, passerelles, chromosomes “collant”, irrégularités dans l’enveloppe chromosomique)

2. Mutations

3. Mongolisme

4. Altérations somatiques (changements dans la cellule n’impliquant pas le noyau ou les chromosomes, transformation cellulaire)

5. Maladies néoplasmiques (ex: tumeurs)

P. Effet collier de perles (orientation intracellulaire de particules sous-cellulaires et orientation de particules cellulaires et autres (non biologiques)

Également, orientation des animaux, oiseaux et poissons dans les champs magnétiques

Q. Effets divers

1. Arc électrique entre les plombages dentaires

2. Goût métallique dans la bouche

3. Changements dans l’activité optique des solutions colloïdales

4. Traitement de la syphillis, de la poliomyélite, maladies de la peau

5. Perte de cheveux

6. Cheveux ardus

7. Sensations de vibrations, de pulsations et de chatouillements au niveau de la tête et des oreilles

8. Augmentation de la transpiration, de la salivation, protrusion de la langue

9. Changements dans le fonctionnement des pacemakers cardiaques implantés

10. Changements dans les rythmes circadiens (sommeil)

[…]

= = =

Lectures complémentaires:

Alerte_scientifiques_medecins_5G

dossier-complet-pour-refuser-le-tout-connecte-via-la-5g-la-smart-city-ou-ville-connectee

la-tele-medecine-cest-pas-bon-pour-la-sante

Agenda-oligarchique-de-depopulation-sarkozy-et-les-compteurs-intelligents