Archive pour colonialisme canada territoires mohawk

Nation Mohawk et société organique: « Le processus de la décolonisation a déjà commencé… Le train de la liberté est sur les rails ! »

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 1 mai 2016 by Résistance 71

“La ré-émergence des sociétés de guerriers parmi les peuples autochtones dans l’ère moderne est un élément de la lutte plus large pour la survie des peuples indigènes d’Amérique du Nord. Les sociétés de guerriers sont un moyen par lequel les peuples indigènes enrtrent en action directe contre la colonisation et l’histoire incessante de leur dépossession. La colonisation a de fait déconnecté les peuples autochtones des sources de leur existence en tant que peuples indigènes. Dans le long processus de la prise de contrôle des nations autochtones, les gouvernements canadiens (fédéral et provinciaux) ainsi que les autres institutions de la société canadienne ont créé une fausse image d’un peuple indigène, image qui correspond aux impératifs de domination, celle du sauvage à la fois vicieux, méchant et noble, l’Indien et maintenant l’Aborigène. Les sociétés du guerriers sont le mieux comprises comme des tentatives d’exprimer une identité autochtone authentique face à ces fausses identités, instrumentalisées par un empire, générées par les Canadiens.”

~ Professeur Taiaiake Alfred, Université de Victoria, 2005 ~

 

L’agenda

 

Mohawk Nation News

 

27 avril 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/04/27/the-agenda/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Quand l’avocat du barreau Aaron Detler a été physiquement expulsé des 6 Nations par les hommes comme le stipule Kaia’nere:kowa, cela a signalé le début de la fin du colonialisme. La balle va rouler du camp des Six Nations (confédération iroquoise) vers chaque communauté Onkwe’hon:weh sur Ono’ware:keh et personne ne pourra l’arrêter ! Le colonialisme est une “dictature entrepreneuriale” soutenue par l’armée pour privatiser toute terre et ressources et pour le profit exclusif du plus petit nombre auto-proclamé.
La société doit être basée sur les familles et les communautés qui gèrent toutes les affaires, sur une base égalitaire tout le monde ayant une voix, un mot à dire. Ainsi tout le monde vivra selon les principes des instructions originelles ; ceux qui ne sont pas d’accord devront quitter l’Île de la Grande Tortue (Amérique du Nord).

Notre fond fiduciaire indien, leur arme pour nous matraquer à mort, sera enlevé du contrôle des entrepreneurs. Notre lien à notre terre-mère sera chéri. Notre objectif est un environnement sain et sécure.

Les Etats-Unis, le Canada et autres entreprises coloniales du même acabi seront obsolètes. Les entreprises (nationales et transnationales) qui sont fondées sur notre exploitation et celle de nos ressources seront dissoutes. Toute entreprise adhérera aux instructions originelles. Les entités entrepreneuriales artificielles ne seront plus tolérées ; toutes les affaires commerciales seront transparentes,

Le véritable terroriste nommé [bureau] des “Affaires Indiennes” doit être démantelé. Chaque personne sera libre une fois ceci fait.

Les sélections temporaires d’officiels locaux, l’économie, la finance, la banque, les transports, la sécurité, la sécurité publique et les politiques liées à l’énergie sont tous redevables et doivent répondre aux instructions originelles de notre mère. Aussi loin que tout ceci agit en accord avec sa volonté de survivre et de coexister avec la nature, alors il sera possible aux gens respectueux de rester.

La justice sociale et l’indépendance économique seront basées sur la distribution équitable de tout ce que notre mère produit comme ressources en accord avec les instructions originelles. La science et la technologie doivent bénéficier à vraiment tout le monde, il en va de même pour l’éducation, la santé, l’environnement, la biodiversité, l’industrie, la qualité de vie et la sécurité. Les secteurs financiers incluant les banques et les assurances se conformeront aux instructions originelles.

Nous conduirons toutes relations avec les autres pays. Les colons établis comme Trudeau et Obama ne pourront plus prétendre représenter Onkwe’honweh (peuples autochtones) dans le monde.

Personne ne peut prendre notre terre-mère en propriété. Nous avons été placés ici pour mettre en place et faire respecter les instructions originelles sur notre si belle Istah.

Le processus de décolonisation a commencé, le train de la liberté est sur les rails.
Comme le disent si bien Aerosmith: “All aboard, all aboard. All aboard track 19, for the train to freedom. I said the train kept a’rollin all night long. The train kept a rollin, get along. Train kept a’rollin”. [Train kept a’rollin].

= = =

“L’État avec ses frontières et les nations avec leurs conflits sont des substituts pour un esprit non existant du peuple et de la communauté. L’idée de l’État est une imitation artificielle de l’esprit, une illusion, qui accouple des objectifs qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, qui n’ont aucune racines en un tel terreau, comme l’ont les merveilleux intérêts d’un langage et de coutumes communes, les intérêts d’une vie économique (nous avons vu ce qu’est la vie économique aujourd’hui !) avec un certain territoire. L’État, avec sa police, toutes ses frontières et ses institutions régissant la propriété privée, n’existent pour le salut de l’Homme que comme un misérable substitut à l’esprit sociétaire et aux groupes humains ayant un but commun.”

~ Gustav Landauer, 1911 ~

 

Démolir la maison

 

MNN

 

29 Avril 2016

 

url de l’article:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/04/28/tear-the-house-down/

 

Traduction Résistance 71

 

La “maison de la torture”, le bureau des Affaires Indiennes, est une organisation criminelle. Déjà en 1969, le gouvernement libéral du Canada avait décidé d’arrêter les Affaires Indiennes en leur retirant leurs obligations, leur budget, protections et responsabilité. Au lieu de nous libérer et de nous rendre toutes nos possessions, nous allions être poussées dans les rues pour y crever, comme durant la désastreuse politique de termination des années 1950 aux Etats-Unis. Notre fond fiduciaire indien est la massue utilisée pour essayer de nous finir.

Avant que la maison ne s’effondre, un décorticage total sous forme d’audit légal doit être effectué au sujet des “Affaires Indiennes” et de son appareil mafieux. Le “don” de cette mafia est le “premier ministre”. Ses porte-flingues sont appelés “provinces”, “ministres”, “juges” et “forces armées”. Ils divisent notre territoire où ils font régner leurs règlements et collectent de l’argent de “protection” (racket sous forme d’imposition). Des serments “de sang” sont faits à leur “queenie” (reinette). Les conseils de bandes (Canada) et de tribus (USA) aspirent à devenir des membres à part entière afin de nous terroriser. Beaucoup d’avocats et de consultant améliorent leurs carrières et font leurs choux gras des fausses enquêtes sur les actes criminels commis par le Canada, comme ce fut si évident avec la Commiission Vérité et Réconciliation (CVR). Tout ceci est fait pour que jamais ne soient résolues ces affaires criminelles.

Les conseils de bandes et de tribus aspirent à devenir des membres à part entière pour nous terroriser. Une fois que la loi sur les Indiens (Indian Act) et les Affaires Indiennes seront dissoutes, il y aura une relation correcte qui s’établira selon teio’hateh (NdT: wampum deux rangées aussi appelé guswenta). Ils resteront dans leur bateau et ne tireront pas notre canoë.

L’état-major de guerre se situant dans la tour de la terreur à Ottawa doit être fermé. Les colons établis corrigeront les torts commis en vivant en accord avec tous les accords des droits humains que le Canada ne fait que prétendre soutenir internationalement.

Kaia’nere:kowa, nos instructions originelles, gouvernera notre terre et tout ce qui se trouve dessus. On prendra de nouveau soin de notre mère. L’héritage de nos enfants pas encore de ce monde sera restauré et la totalité de l’Île de la Grande Tortue redeviendra de nouveau superbe.

-[]-[]-<I>-[]-[]-

A lire: Le plus “amérindien” des penseurs anarchistes: Gustav Landauer (1870-1919) et son œuvre phare: “Appel au Socialisme” dont nous avons traduit de très larges extraits:

https://resistance71.wordpress.com/2016/01/27/appel-au-socialisme-pour-la-societe-des-societes-gustav-landauer-1ere-partie/ et suivant…

=> Nous avons traduit la Grande Loi de la Paix (Kaiane’re:kowa) dans son intégralité (117 wampums) en français pour que tous sachent, que tous puissent s’en inspirer pour reconstruire nos sociétés, de la base, ici et maintenant.

~ La Constitution de la Confédération Iroquoise (XIIème siècle) ~

Publicités

Résistance au colonialisme: La trahison des petits chefs de conseils entrepreneuriaux aux états coloniaux canadien et états-unien…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 25 avril 2016 by Résistance 71

Une chefferie pathétique

 

Mohawk Nation News

 

22 avril 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/04/22/pitiful-chiefs/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nos communautés sont la propriété des entreprises coloniales que sont les conseils de bandes (Canada) et de tribus (USA). Ces positions de chefs de corporations/d’entreprises coloniales sont créées de toute pièce par les occupants. Les banquiers sont les actionnaires de toutes les municipalités de la corporation de CANADA, incluant les réserves INDIENNES. Le boulot des conseils de bandes/tribus est de fournir à ces actionnaires des dividendes toujours croissants, ainsi qu’aux actionnaires de l’entreprise appelée “Mohawk Council of Kahnawake Inc.” ou “Conseil Mohawk de Kahnawake SARL” / CMK SARL.

Pour un “salaire et des primes” le boulot assigné du “chef” est de signer les ventes de nos biens communautaires sur l’Île de la Grande Tortue à la corporation en tant que collatétal à leurs investissements privés.

Contemplez quelques unes des caractéristiques des attitudes psychopatiques des conseils de bandes/tribaux entrepreneuriaux:

  1. Indifférence rugueuse pour les gens. Ils s’impliquent dans des projets secrets sans nous le dire tout en liquidant nos biens.
  2. Aucune relation réelle avec leur peuple. Ils nous observent et rapportent nos faiblesses à leurs maîtres entrepreneuriaux. Ils s’assoient même parmi nous dans nos longues maisons. Le super “Iroquois Caucus SARL” a été créé pour imiter la confédération iroquoise/rotin’noshonni et pour usurper notre pouvoir inhérent.
  3. Aucune préoccupation pour notre sécurité. Ils ouvrent les portes de la taxaton/imposition, de la confiscaton, de l’emprisonnement et de la violence contre nous. Ils aident les forces de l’autorité coloniale à planifier leurs attaques et à nous menacer. Ils montent les familles les unes contre les autres
  4. Mensonge et abus. Leurs propagandistes disséminent la désinformation à notre sujet par l’infiltration. Ils rapportent leurs critiques.
  5. Abus de nos droits. Ils ouvrent la porte à bien des entités non-indigènes dans nos communautés afin qu’elles opèrent des affaires abusant nos droits collectifs.
  6. Aucun sens de la culpabilité. Des systèmes institutionalisés sont amenés de l’extérieur comme par exemple des tribunaux, une police, l’armée, loi et ordre et une “guerre de basse intensité”. Du travail bon marchee est créé pour peupler les sweatshops, longues heures, bas salaires, pas de bénéfices. On nous maintient dans la peur du harcèlement, de la perte de nos enfants, de la perte de nos emplois, de nos maisons, de nos bénéfices et services, acquis sociaux.
  7. Usurpation d’identité. Ils n’aiment pas être appelés des “vendus”. Ils s’appellent eux-mêmes une “nation” ou un “chef”. Ces prédateurs nous imitent pour voler notre infrastructure culturelle et notre identité.

Notre Mère et nous-mêmes allons reprendre l’Île de la Grande Tortue en suivant les instructions originelles.

Les INDIENS entrepreneuriaux ont vendu leurs âmes au magasin. Ils ne sont aucunement nos leaders, même s’ils se pavannent dans leurs chemises à frou-frou parés des logos des entreprises.

Résistance au colonialisme: violation des traités et réalité naturelle… D’une relation contre-nature au crime d’État

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 30 mars 2016 by Résistance 71

“Gariwiio” est la réalité naturelle

Mohawk Nation News

29 Mars 2016

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/03/29/gariwiio-is-natural-reality/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Fait par la nature et non pas créé par l’humain. Le monde naturel suit la direction de la Nature, sa oieri. Nous, les humains, voyageons dans la direction de la nature, comme le soleil, la lune, la terre, les plantes, les animaux… Ceux qui vont à l’encontre de cela créent le chaos, la guerre, la pollution et la souffrance pour toute vie. Les instructions originelles de toute vie sont un code naturel fait pour utiliser nos instincts de survie.

Onwana’kaion est le langage de la terre qui nous enseigne notre relation avec la création (NdT: le mot création ici n’est pas pris dans le sens “chrétien” du terme bien évidemment, mais dans le sens cosmogonique amérindien…). Nous appartenons à la famille et aux enfants qui nous arrivent. La ne wenton ta kari wa teneh, cela n’a pas de fin. Notre esprit doit toujours être exposé à la nature. Se connecter avec la réalité de la nature élimine la confusion. Ion’heh est l’esprit de la vie.

Le feu est l’esprit qui doit être libre et non pas bridé par quiconque ou quelque institution. Kaia’nere:kowa, la grande loi de la paix, nous encourage à utiliser l’énergie de l’univers. Onon’ton:tsara, votre esprit décide pour vous.

Teio’hateh, l’accord deux rangées (NdT: aussi nommé Guswenta) est le lien original entre nous et la création, la nature.

Nous avons accueilli les visiteurs en tant que peuple hospitalier. Nous n’avons jamais invité un peuple égoïste, veule et brutal à venir vivre ici, un peuple qui suit un mode de vie à l’opposé de Kaiane’re:kowa, la voie de cette terre. Ils se sont imposés et ont décidé de saisir notre droit de naissance et de disposer de nous. Otio’kwan’haxta, le lien des familles, a été violé.

Ce qui suit représente des traités américains totalement illégitimes et non pas des traités Onkwe’hon:weh (peuples natifs de l’Île de la Grande Tortue): George Washington a demandé la paix en 1784 au traité de Fort Stanwix, traité qui fut violé par les Américains. Washington, toujours lui, a mis en colère les Rotino’shonni (Iroquois) et d’autres nations et en 1789 il a encore demandé la paix avec le traité de Fort Harmer, que les Américains violèrent une fois de plus. En 1794, il demanda la paix avec le traité de Canandaigua. Tous les traités ont été violés, les rendant de facto nuls et non avenus.

L’article 7 du traité de Canandaigua explique néanmoins le processus à suivre entre deux peuples souverains. Aucun des deux côtés ne peut décider légalement pour l’autre peuple ou citoyens. Les plaintes officielles devaient être déposées auprès de la nation ou des Rotino’shonni (confédération des 6 nations iroquoises). Lorsque notre peuple aurait été prouvé coupable, nous aurions compensé les Etats-Unis ou nous aurions soumis une plainte aux Etats-Unis et s’ils étaient coupables, ils nous auraient compensé. Chaque côté mènerait son enquête légale et déciderait, ainsi enkari’watkwen, la paix est préservée.

Le 13 Mai 1974, lorsque nous avons repris possession de notre terre du lac Moss, l’état de New York n’a pa pu utiliser le traité de Canandaigua parce que nous, les Mohawks, ainsi que la nation Seneca, l’avions rejeté. Les Américains n’ont pas laissé notre peuple lire l’accord bien que nous ayons eu parmi nous des gens parfaitement éduqué. Nous voulions que les mots du traité papier fussent retranscrits dans la ceinture wampum. Ils ont refusé. Aujourd’hui ce sont tous des occupants illégaux !

Résistance politique au colonialisme occidental: Vue du haut du perchoir de Red X (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 20 janvier 2016 by Résistance 71

Red X vaisseaux fantômes

 

Mohawk Nation News

 

19 janvier 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/01/19/red-x-ghost-ships/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le sage mythique Onkwe’on:weh (du peuple originel de l’Île de la Grande Tortue) Red X de la 5ème dimension fait la lumière sur la disparition de navires cargo en haute mer. Du haut de son perchoir il voit les calamités à venir être lancées contre Kaia’nere:kowa, la Grande Loi de la Paix. Ses frères et sœurs rouges doivent être prévenus, “pas de sang Onkwe’on:weh pour le pétrole”.

Red X avertit que “les traîtres, pour avoir aidé et endorsé l’agenda national d’une corporation étrangère, doivent être sortis du placard et exposés au grand jour. Saisissez-vous de ces infidèles et jettez-les devant le peuple.”

Ils sont soumis à la loi de la terre et de son peuple naturel, ils pourraient être fessés par les femmes avec des verges de saule pleureur rouge. Spécifiquement ces flics de la Sûreté du Québec qui à Val’dor ont abusé de presque tout nos ken’non:kweh. Red X suggère que l’on se rappelle que la Grande Loi de la Paix permet que chaque Onkwe’on:weh communauté de se policer elle-même.

De la suppression ou de l’élimination du travail, Red X dit “qui travaille de toute façon ? qu’est-ce qui est vraiment éliminé ?” Sur le dédain des intellectuels et des arts, Red X travaille à une libération.

Red X dit que les conseils de tribus (USA) et de bandes (Canada) sont “les garçons du groupe dans le ventre de la bête et doivent être avortés.”

Il pense profondément sur le comment les super puissances pourraient avoir coordonné la disparition des navires cargo et l’argent de toutes les banques. “Cela ressemble à un boulot fait de l’intérieur”, a t’il déclaré “pour obtenir tout l’or noir, qui est la raison de toutes les guerres”. Red X dit “le fric parle et le reste croâsse”. Il nous rappelle que les médias de masse (pressetituée), le ministère de la propagande, n’est qu’un porte-parole pour le nettoyage ethnique et le génocide. “Emparez-vus des ondes maintenant !” dit Red X “et dites la vérité au pouvoir !”

Obama est-il le messie pour (re)délivrer Jesus à Israël ? “Alors priez dieu et passez les munitions !”

Son regard ses posés sur les centaines de milliers de bulletins de vote qui ont été frauduleusement ajouté au suffrage pour gagner toute élection. La merde du pape pue certainement plus que l’homme otah (l’homme merde) Coderre de Montréal (NdT: en référence à la décision du maire de Montréal de faire déverser quelques 8 milliards de litre de déjections non traitées dans les eaux du St Laurent fin 2015…). Il essaie de nous faire tous rejoindre sa nouvelle religion. Vous pouvez faire ce que vous voulez aussi loin que vous vous excusiez pour le refaire encore. Red X conseille “C’est là qu’ils prennent un coup sur le museau.”

Red X voit le fascisme depuis son perchoir quelque part dans un terrain montagneux où le soleil se repose toujours, Comme l’aigle gardien de la confédération (iroquoise), “Nous fûmes appelés autrefois des chefs sapin, mais aujourd’hui nous ne sommes plus que des “remueurs de merde”. “

Affirmation de souveraineté contre le colonialisme occidental… Les Mohawks mettent en demeure l’université McGill de Montréal !

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 novembre 2015 by Résistance 71

« La ligne de descendance des personnes appartenant aux Cinq Nations se fera par la ligne féminine. Les femmes seront considérées comme les progénitrices de la nation. Elles devront posséder le territoire et la terre. Hommes et femmes devront suivre le statut de la mère. »
~ Kaiane’reko:wa, wampum 44 ~

 

Discours à l’université McGill de Montréal

 

Mohawk Nation News

 

19 Novembre 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/11/19/speech-at-mcgill/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ceci est le discours fait à la conférence “démilitarisons l’université McGill” donné par Kahentinetha, kanien’ke:haka Bear Clan, le 19 Novembre 2015 à l’université McGill de Montréal.  

McGill est une université frauduleuse construite sur notre terre et avec notre argent. (Note de R71: L’université de McGill à Montréal est une des universités les plus connues du Canada. Elle a servi entre autre à des recherches secrètes de la CIA sur la psychologie profonde humaine et des recherches impliquant des patients humains et des expériences de tortures psychologiques et physiques par électrochocs ont été conduites à McGill dans les années 1960-70 avec un financement de la CIA. Naomi Klein relate ce scandaleux épisode dans son livre “La thérapie du choc”). Nous (le peuple Mohawk) sommes propriétaires de McGill et en tant que ses directeurs légaux nous allons en faire une université de la paix et pour la paix. Le comité des gouverneurs de l’université représente ceux qui ont orchestré le vol de notre terre et de nos fonds. Les lois étrangères qui ont été utilisées pour nous voler ne s’appliquent pas au vivant, aux êtres naturels de chair et de sang comme nous-mêmes, qui furent placés sur Ono’waregeh (Île de la Grande Tortue) par le monde naturel.

En 1827, James McGill a obtenu une charte en Grande-Bretagne pour établir un collège sur tsionni’tsotiaken. La seule véritable loi régissant la terre est kaiane’reko:wa, la Grande Loi de la Paix. Le collège allait à la banqueroute. Alors notre “fond fiduciaire” des Six nations (iroquoises) fut “emprunté”. Sans aucune intention de rembourser l’argent, pour construire cette université.

Le 12 septembre courant, sous les auspices du Wampum 44 de Kaia’nere:kowa, l’université McGill a reçu une notification de saisie du conseil des mères de la nation. James McGill, John Molson et leurs acolytes pour la Family Compact du haut Canada et du Chateau Clique du bas Canada, ont établi des entités commerciales, entrepreneuriales sur notre terre sans notre consentement et en essayant de circonscrire notre souveraineté. Ils sont une version artificielle des 13 familles de sang qui composent la COURONNE.

Nous demandons que l’université McGill cesse et se désiste immédiatement de l’invasion, de l’infraction et de l’exploitation de notre territoire ; qu’elle respecte le teio’ha:teh (NdT: ou guswen:ta le Wampum Deux Rangées accepté au traité de Montréal en 1701) comme base de notre relation et nous paie notre dû, incluant 185 ans d’intérêts composés. La terre et tout ce qui est dessus nous appartiennent. Nous avons demandé de rencontrer des membres du comité des gouverneurs pour discuter de tout ceci de manière pacifique. Il apparait aujourd’hui que les gouverneurs ne désirent pas procéder de manière pacifique.

Nous avons fait des traités d’alliance pacifiques avec les nouveaux venus et ce en accord avec la Grande Paix de Montréal du 15 Août 1701, basés sur à la fois kaia’nere:kowa et sur teio’ha:teh.

En 1710, nous les Rotino’shonni:onwe (Iroquois) avons initié la toute première conférence internationale pour la paix mondiale à Londres ; vous ne le savez probablemet pas, mais des ceintures wampum ont été données aux 13 familles. Pierre le Grand de Russie était en attendance et les ceintures de paix avec le peuple russe sont en lieu sûr au musée d’archéologie Pierre le Grand. Nous espérons avoir une réunion à St Petersbourg pour discuter des ceintures wampum. Le peuple russe se souvient. Les Grands-Meres expliquent à leurs petits-enfants au sujet des “Indiens” d’Amérique du Nord qui ont une loi de la paix.

Quand nos chefs sont revenus de Londres, ils nous ont dit: “Ils ne se fient qu’aux mots écrits et c’est ainisi qu’ils seront jugés.” Nous nous fions aux ceintures wampum, qui sont montrées et ré-examinées régulièrement.

Vous, aussi intelligents que vous soyez, vous savez que vous avez brisé chaque traité, contrat sur Ono’ware:keh, l’Île de la Grande Tortue. A chaque fois vous avez failli à votre parole. Kaia’nereko:wa continue d’avoir la jurisdiction sur Kanien’keh (iroquoia, territoires iroquois), qui couvre la terre occupée par les 49 familles. 26,5 millions d’acres de terre aux Etats-Unis et 20 millions au Canada. Npus n’avons jamais rien perdu suite à des défaites militaires, ni n’avons jamais laissé ni terres ni eaux à l’abandon, jamais. Nous avions des alliances avec nos peuples autochtones du cercle polaire arctique jusqu’à la pointe de l’Amérique du Sud, ce que les Européens ont essayé de détruire. Les anciens étudiants et professeurs de McGill devraient être derrière rotino’shonni:onwe (les peuples iroquois) à ce sujet. Leur crédibilité et leur réputation est engagée jusqu’à ce qu’ils parviennent à la vérité.

Les gouvernements sont des corporations qui opèrent sous des lois commerciales et lois contractuelles, réglementations. Family Compact et Chateau Clique, gérés par ces familles jusqu’à aujourd’hui ont obtenu leurs chartes pour établir leurs affaires commerciales sur ce coin de terre grâce à leurs connexions maçonniques. Nous savons très bien qu’ils ne rendent pas ce qu’ils ont volé à moins d’y être forcés.
La COURONNE (NdT: City de Londres et sa Banque d’Anleterre/Vatican) est l’actionnaire privée de l’entreprise “Canada” et de toutes ses sous-entreprises, comme l’université McGill. Tous vos tribunaux et vos banques sont des entreprises, des corporations qui sont la propriété des mêmes actionnaires. Toutes vos identifications pour le gouvernement sont écrites en lettres capitales d’imprimerie, ce qui veut dire que vous êtes aussi une entreprise, une entité fictive, propriété de la COURONNE. Ceci veut dire qu’une corporation/fond fiduciaire est établie à votre nom dès votre naissance. Les preuves accumulées par la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), prouvent que ces actionnaires sont coupables de génocide. Ils ne veulent bien sûr pas se juger eux-mêmes dans leurs propres tribunaux privés.

La COURONNE n’a jamais été le roi ou la reine d’Angleterre depuis l’établissement du corps entrepreneurial et financier de la “City de Londres”. La reine n’est qu’une figure de proue de la COURONNE et a autorité sur les premiers ministres au travers d’une chevalerie vaticane appelée “l’ordre de la jarretière”. Quand la reine doit entrer dans la City pour affaires, elle rencontre le maire de la City au portail du temple du barreau (NdT: et cérémonieusement pénètre dans la City à pied en marchant DERRIERE la maire de la City qui mène la marche et conduit le monarque…). Toutes les municipalités sont la propriété de cette même COURONNE. La City de Londres est le bras financier. Washington DC est leur capitale militaire et le Vatican, la capitale (NdT: des trois cités états, les seules au monde…). La COURONNE possède les trois cités, elle est en fait “l’empire de la cité”.

Étudiants, vous payez cinquante mille dollars pour obtenir un bout de paiper de cette institution qui est construite sur une gigantesque fraude, sur le vol et le mensonge, la falsification. Votre argent sert à louer les services de contracteurs privés pour faire de la recherche et développer des armes et systèmes d’armement exotiques pour le complexe militaro-industriel et pour continuer le génocide d’Ongwe’hon:weh les peuples naturels de la planète. Nous voyons que dans le monde entier, les gouvernements attaquent leur propre peuple et conduisent des opérations terroristes faux-drapeau pour le compte d’un ennemi prétendu, afin de créer un climat de guerre perpétuelle et ce en violation totale de Kaiane’reko:wa.

La Family Compact et le Chateau Clique ont commencé l’escroquerie corporatrice ici. Ils ont espéré qu’un peuple libre avec un esprit sain mourrait. Nous n’avons jamais été informé que nous allions être dépouillés de nos fonds sans aucune intention de recouvrer l’argent. L’empire a déclaré qu’il était propriétaire de manière privée du monde entier. McGill et Molson allèrent à la City de Londres pour s’y enregistrer eux-mêmes. Ils ont incorporés la ville de Montréal en 1832 avec une charte municipale en provenance de la City de Londres. Montréal est une entité entrepreneuriale artificielle, propriété de la COURONNE. Toutes les corporations obtiennent leur numéro ISO (International Standard Organization) de la COURONNE, ce qui les rend succursales de la COURONNE. Tous ceux d’entre-vous avec des identifications canadiennes écrites en lettres capitales d’imprimerie, vous êtes toutes et tous des entités corporatrices et êtes la propriété de la COURONNE.

En parlant de Montréal, quelqu’un a t’il senti cette putride violation de notre fleuve kanianarowano:onwe (St Laurent) par la corporation de Montréal ? Le fleuve fait partie de notre communauté. Quelques uns d’entre vous qui m’écoutez maintenant, ont quelques solutions en tête. Partagez-les. C’est cela le pouvoir d’un esprit uni, la plus grande puissance sur Terre.

Le 7 Octobre courant, une notification d’objection fut envoyée au maire de Montréal Denis Coderre afin qu’il ne fasse pas larguer 8 miliards de litres d’o’tah (merde) et autres polluants médicaux, pharameutiques, industriels et chimiques dans notre fleuve kaniatarowanen:onwe. Teio’ha:teh (Wampum deux rangées) est la base légale sur laquelle vous vivez sur cette colonie connue sous le nom de Montréal.

D’après le Wampum 44 de Kaiake’reko:wa, les kahtihon’tia:kwenio (femmes) sont les “progénitrices du sol”. Les rotikonso’tatie, nouvelles générations, possèdent le titre légal de toute la terre de kan’ien:keh. (Iroquoia) La COURONNE n’a absolument aucune autorité sur notre terre ou sur nous. Sa seule autorité réside sur ceux qui votent dans son système. Le maire de Montréal, en tant qu’agent de la COURONNE du Canada et du Québec a violé ses obligations en regard de la loi de la terre.
Notre loi a pour mission d’´éablir la paix mondiale en protégeant notre mère. Kanien’keh a été violée par le larguage criminel de poisons qui vont tuer la vie et défigurer ce qui survit. L’eau, le liquide sacré de la vie, a été changée en arme de destruction massive.” Les ressources naturelles doivent être immédiatement alouées afin de corriger ce désastre environnemental.

McGill nous doit presque 100 milliards de dollars en intérêt pour la somme qu’ellle nous a volée dans le fond fiduciaire des Six Nations Iroquoises. Que se passe t’il dans votre matrice de l’amirauté lorsqu’un créditeur n’a pas été payé ? Nous vous mettons maintenant en demeure et nous voulons que cette dette soit soldée immédiatement. Nous mettons un terme à ce système de propriété privée mis en place par la Family Compact et le Chateau Clique qui ne possèdent de fait absolument rien. S’il ne corrige pas leurs fautes, nous utilserons tous les moyens à notre disposition pour récupérer ce qui nous appartient de droit. Si le conseil des gouverneurs de l’université continue d’opérer sans notre supervision et retarde toujours plus la réunion que nous avons demandée, nous, les véritables propriétaires de cet établissement, alors au plus ils mettent leur garanti de travail en péril. Nous voulons que le complexe militaro-industriel soit immédiatement viré de tsioni’tiotiaken. Kaiane’reko:wa prévoit que vous n’aurez jamais la paix si vous persitez à la guerre. McGill va devenir la toute première université au monde qui va enseigner Kaiane’reko:wa, le conseil de la Grande Paix, en tant que cours acrédité dans son programme universitaire.

Une communauté parvient à la paix lorsque tout le monde refuse quiconque dans leur communauté qui a quoi que ce soit à voir avec la guerre, incluant les violations et les abus de la terre, de l’air et de l’eau ainsi que tout ce qui a trait au monde naturel, incluant les gens.

Nous avons la responsabilité de suivre la direction indiquée par Kaiane’reko:wa et cette direction est celle que vous devriez également suivre (sur ce territoire) La loi de la terre est la loi de la création, elle n’est pas une loi humaine et elle s’applique à tous.

Communication Mohawk

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, colonialisme, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 8 novembre 2015 by Résistance 71

Communiquer avec le gouvernement traditionnel de la nation Mohawk

 

Résistance 71

 

8 Novembre 2015

 

Ce communiqué s’adresse de toute évidence plus à notre audience en provenance du Québec et d’Ontario, provinces coloniales occidentales sises sur Onowa’re:geh ou Île de la Grande Tortue.

Nous avons établi un lien de communication avec le système de gouvernance traditionnel de la nation Kanienkeh:haka Haudenosaunee (nation Mohawk de la Confédération des Six Nations Iroquoises) suivant la Grande Loi de la Paix, Kaiane’re:kowah. Il devient vital pour la survie de l’humanité que le monde occidental renonce à son mode de domination colonial historiquement violent et retrouve la paix intérieure, les notions de partage et d’égalité qui sont parties intégrantes de la nature humaine.

De toute évidence nous ne pourrons survivre et socialement grandir qu’ensemble, unifiés pour le bien commun et celui de notre Terre-Mère. Nous, les peuples occidentaux, agresseurs et dominateurs, prédateurs ultimes sur cette planète, devons nous tenir côte à côte avec nos frères des nations originelles dans le monde entier et stopper coûte que coûte notre pillage en règle de ce monde si fort et pourtant si fragile. Nous ne pourrons le faire que de peuple à peuple, de nation à nation hors du circuit (cirque) induit du contrôle politique étatique établi.

Pour les personnes concernées par une communication de nation à nation, chose qui a été refusée de manière constante aux peuples originels et colons depuis la création des États coloniaux sur Onowa’re:geh et leur mise en place de gouvernances indigènes coloniales régies par les états coloniaux que sont le Canada et le reste des pays d’Amérique du Nord, il est possible de discuter de communauté à communauté hors des circuits coloniaux corrompus afin de rapprocher les humains partageant le même environnement, le même écosystème, le même but de bonheur sur terre.

Cette démarche vise à établir une communication entre les véritables gens de la terre qui doivent s’allier et bâtir un futur constructif et progressiste pour leurs enfants, leurs petits-enfants et les générations futures non-nées de toutes les communautés.

Si vous voulez discuter de choses concernant la terre (au sens de là où vous vivez), du développement futur, du comment les communautés peuvent vraiment communiquer, partager et se comprendre mutuellement et s’unir au-delà de la division artificielle entretenue par l’état colonial au profit du plus petit nombre, vous pouvez le faire en envoyant vos questions, préoccupations, suggestions, projets politiques, sociaux pour les communautés à l’adresse courriel ci-dessous.

Cette adresse courriel a été établie par nos soins et nous ferons suivre toute correspondance aux personnes impliquées dans la gouvernance des conseils traditionnels Kanienkek:haka (voire Haudenosaunee).

Vous pouvez rédiger vos questions, requêtes et suggestions en français ou en anglais.

Vous pouvez facilement accéder à l’adresse courriel en vous rendant sur la page que nous avons créée à cet effet: “Communication Mohawk” en haut à droite de la page accueil du blog.

Nous sommes tous embarqués dans la même galère politique et nous devons tous nous décoloniser certes à différents niveaux, mais néanmoins comprendre que pour coloniser effectivement un peuple, le peuple colon et “chair à canon” doit-être lui-même avoir été artificiellement convaincu du “bien-fondé” de l’entreprise coloniale par son oligarchie aux commandes.

Faisons table-rase de tout cela, ensemble, pour ce qui apparaît être le seul futur viable de l’humanité. Ceci passe forcément par la communication. Nous ouvrons ici une fenêtre pour ce faire…

Saisissez-là ! Merci.

Adresse courriel pour joindre la gouvernance traditionnelle de la nation Mohawk:

communicationmohawk@yandex.com

Nation Mohawk: Appel à la participation au feu de veille sur le St Laurent…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, colonialisme, militantisme alternatif, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 20 octobre 2015 by Résistance 71

Les vigiles de la merde

 

Mohawk Nation News

 

19 Octobre 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/10/19/shit-vigil/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“The river of life has many falls, twists and turns and steep walls. We travel down it in our own way. The same has been from the very first day. I’ll stay in my canoe. You stay in your boat. I only hope you stay afloat. I’ll smile at you, you wave at me. We’ll continue on toward the sea”.

“La rivière de la vie a bien des rapides, chutes, méandres et falaises abruptes. Nous la descendons de notre propre façon. Il en va ainsi depuis le premier jour. Je vais rester dans mon canoë, vous restez dans votre bateau. J’espère simplement que vous flotterez. Je vous sourirai, vous me ferez signe. Nous continuerons ainsi notre voyage vers la mer.”

Nous avons tous le devoir et la responsabilité de prendre soin du monde naturel. Le maire Coderre [de Montréal] et la Family Compact ne peuvent pas violer Teiohateh, la loi de la terre, qui leur a donné la permission de vivre ici.
Ils ne suivent pas les directives du traité (NdT: Wampum Deux Rangées de 1701) et prennent le risque d’être dénoncé pour l’état voyou qu’ils sont devenus.

Tout le monde est bienvenu au feu continuel de la vigilance qui se tient au sud du pont Mercier qui enjambe Kaniatarowanon:onwe (NdT: le véritable nom du fleuve St Laurent…). Nous avons besoin: de bois, d’eau, de fruits et de café. Contactez ces officiels gouvernementaux et dites leur haut et fort que vous ne voulez pas de leur merde dans le fleuve. (NdT: la municipalité de Montréal vient d’approuver le déversement de 8 milliards de litres d’eaux usées et de déjections humaines non traitées dans le feuve St Laurent, en résultat de travaux de transfert et d’aménagement de la zone fluviale affectant un grand centre de traitement des eaux… Les Mohawks, fort justement, montent au créneau…)

Mayor Denis Coderre, 514-872-0311 maire@ville.montreal.qc.ca; David Heurtel, Quebec Environment Minister, 418-521-3830 info@mddelcc.gouv.qc.ca; Hon. Leona Aglukkaq, Environment Canada, Leona.aglukkaq@parl.gc.ca 613-992-2848. SUZANNE FORTIER, McGill 514-849-4179 suzanne.fortier@mcgill.ca; Geoff Molson info@canadianclub-montreal.ca 514-398-0333