Archive pour empire USA guerres coloniales

Mascarade géopolitique: Une vision de la rencontre Trump-Kim (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 17 juin 2018 by Résistance 71

Analyse intéressante de Pepe Escobar sur la rencontre Trump-Kim à Singapour. Comment l’empire pourra t’il évacuer la zone de la péninsule coréenne ? N’est-ce pas en fait à terme remettre de l’huile sur le feu ? Est-ce une partie du plan de fusion de l’empire avec la Chine ?… A suivre avec intérêt.

Lecture connexe:

« Sur la fumisterie de ‘l’accord’ Trump-Kim »

 

Le mot clé du show Trump-Kim

 

Pepe Escobar

 

15 juin 2018

 

url de l’article en français:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article10030

En réaffirmant la Déclaration de Panmunjom, le Président américain s’est engagé à rapatrier ses troupes de Corée du Sud et donc à une dénucléarisation complète du Sud et du Nord.

L’émission de télé-réalité géopolitique Trump-Kim – surréaliste pour certains – a fait une entrée sans précédent dans les annales de la diplomatie internationale. Il sera difficile de surpasser le président américain en train de sortir un iPad et de montrer à Kim Jong-un la bande annonce ringarde d’un film d’action de série B des années 1980 – avec un Sylvester Stallone en cameo, faisant des deux leaders des héros destinés à sauver les 7 milliards de personnes de la planète.

Loin de la télévision, l’ancien « Rocket Man », devenu respectueusement dans la terminologie de Trump « Président Kim », a fait un formidable coup en effaçant complètement du texte final de la déclaration commune de Singapour le terrible acronyme CVID – ou « complete, verifiable, irreversible denuclearization” (dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible).

Tout au long des négociations préalables au sommet, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a toujours insisté sur une stratégie « action pour action » aboutissant à la dénucléarisation, puisque Pyongyang aura une compensation à chaque étape au lieu d’attendre une dénucléarisation complète pour être admissible à des avantages économiques, ce qui aurait pu durer plus d’une décennie.

La déclaration conjointe de Singapour consacre exactement ce que le partenariat stratégique Russie-Chine, formalisé lors du récent sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), suggérait depuis le début : un double gel.

La RPDC suspend tous les nouveaux essais nucléaires et de missiles pendant que les États-Unis et la Corée du Sud arrêtent les « jeux de guerre » (selon la terminologie de Trump).

Cette séquence logique de la feuille de route sino-russe est basée sur ce que le président sud-coréen Moon Jae-in a convenu avec Kim Jong-un lors du sommet inter-coréen en avril dernier. Et cela rejoint ce dont la Corée du Nord, la Corée du Sud et la Russie avaient déjà discuté lors du sommet de l’Extrême-Orient à Vladivostok en septembre dernier, comme l’a rapporté Asia Times c’est à dire l’intégration économique entre la Russie et les deux Corées, y compris la connectivité cruciale d’un futur chemin de fer trans-coréen avec le Transsibérien.

Encore une fois, tout cela concerne l’intégration de l’Eurasie ; accroissement des échanges entre la Corée du Nord et la Chine du Nord-Est, concernant principalement les provinces du Liaoning, du Jilin et du Heilongjiang ; et la connectivité totale et physique des deux Corées au cœur de l’Eurasie.

C’est encore un exemple de la Nouvelle route de la soie, ou initiative de la ceinture et de la route (BRI), qui rencontre l’Union économique eurasiatique (UEE). Et ce n’est pas un hasard si la Corée du Sud veut établir des liens plus étroits avec la BRI et l’UEE.

En cas de doute, relisez Panmunjom

La déclaration commune de Singapour n’est pas un accord ; c’est une déclaration. L’élément absolument clé est le numéro 3 : « Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018, la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ».

Cela signifie que les États-Unis et la Corée du Nord travailleront à la dénucléarisation non seulement la RPDC mais aussi toute la péninsule coréenne.

Bien plus que « … la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne », les mots-clés sont en fait « réaffirmant la Déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018 … »

Même avant Singapour, tout le monde savait que la RPDC ne « de-nuke » (terminologie de Trump) pas pour rien, surtout quand on ne lui promettait que quelques vagues « garanties » américaines.

Comme on pouvait s’y attendre, tant les factions impérialistes américaines néoconservatrices que les factions impérialistes humanitaires sont unanimes dans leur fureur, fustigeant l’absence de consistance dans la déclaration commune. En fait, il y avait énormément de consistance. Singapour réaffirme la Déclaration de Panmunjom, qui est un accord entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

En signant la déclaration commune de Singapour, Washington a été mis au courant de la Déclaration de Panmunjom. En droit, quand on prend connaissance d’un fait, on ne peut l’ignorer plus tard. L’engagement de la RPDC à dénucléariser dans la déclaration de Singapour est une réaffirmation de son engagement à dénucléariser dans la Déclaration de Panmunjom, avec toutes les conditions qui y sont attachées. Et Trump l’a reconnu en signant la déclaration de Singapour.

La Déclaration de Panmunjom le souligne : « La Corée du Sud et la Corée du Nord ont confirmé l’objectif commun de réaliser, par la dénucléarisation complète, une péninsule coréenne exempte d’armes nucléaires. La Corée du Sud et la Corée du Nord sont d’avis que les mesures prises par la Corée du Nord sont très significatives et cruciales pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne et ont convenu de remplir leurs rôles et responsabilités respectifs à cet égard. La Corée du Sud et la Corée du Nord ont convenu de rechercher activement le soutien et la coopération de la communauté internationale pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

C’est cela l’engagement. « La » communauté internationale « , comme tout le monde le sait, est le code pour désigner les États-Unis comme étant le Grand Décideur. Si Washington ne rapatrie pas ses troupes de Corée du Sud, il n’y aura pas de dénucléarisation. Fondamentalement, c’est l’accord discuté entre Kim et le président Xi Jinping lors de leurs deux réunions cruciales, avant Singapour. Sortez les États-Unis de la péninsule et nous vous couvrons.

Toute l’attention devrait donc se focaliser sur la « réaffirmation », le mot clé de la déclaration commune de Singapour.

Guerres impérialistes: quand le rythme guerrier ravive dans le meilleur cœur, le remords…

Posted in actualité, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 26 décembre 2015 by Résistance 71

Haïssons le chant militaire
Qui joue au souvenir des morts ;
Car son rythme guerrier fait taire,
Dans le meilleur cœur, le remords.

~ Georges Brassens ~

 

J’ai aidé à créer l’EIIL

 

Vincent Emanuele

 

20 décembre 2015

 

url de l’article original:

http://www.informationclearinghouse.info/article43772.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Après 14 années de “guerre contre le terrorisme”, l’Occident est excellent à fomenter la barbarie et à créer des états défaillants.

Ces dernières années les gens du monde entier ont demandé “d’où vient det EIIL/EI/Daesh ?” Les explications varient, mais se concentrent largement sur des origines géopolitiques (l’hégémonie américaine), religieuses (opposition sunnites-chi’ites), idéologiques (wahabbisme) ou écologiques (réfugiés climatiques). Pas mal de commentateurs et même quelques anciens officiels militaires ont correctement suggéré que la guerre en Irak est essentiellement responsable du déchaînement de forces que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de l’EIIL ou EI ou Daesh. J’espère ici pouvoir apporté quelques utiles réflexions et anecdotes sur le sujet.

Cauchemars mésopotamiens

Quand j’étais en Irak avec le 1er bataillon du 7ème Marines (7ème régiment de fusiliers marins) de 2003 à 2005, je ne savais pas du tout ce que seraient les répercussions de la guerre, mais je savais qu’il y aurait des conséquences graves. Ceci, connu sous le nom “d’effet boomerang”, est en train de se produire dans le monde en Irak, Afghanistan, Yémen, Libye, Egypte, Liban, Syrie, France, Tunisie, Californie etc… et ce sans qu’il y ait une fin en vue.

A cette époque, j’ai vu de manièrre routinière et j’ai également participé à des obscénités. Bien sûr la folie de la guerre n’a jamais été proprement reconnu en occident. Sûr les organisations pacifistes tentèrent de montrer les horreurs de la guerre en Irak, mais les médias de masse, l’intelligentsia et les forces politico-corporatrices de l’occident n’ont jamais vraiment autorisé un examen sérieux du plus grand crime de guerre de ce XXIème siècle jusqu’ici.

Alors que nous patrouillions la vaste région irakienne d’Al-Anbar, lançant des résidus de nos rations hors de nos véhicules, je n’avais jamais vraiment réfléchi comment les livres d’histoire nous percevraient, tout ce que je voulais c’était faire de la place dans mon Humvee. Des années plus tard, participant à des cours d’histoire de la civilisation occidentale en université et en écoutant mon prof nous parler de ce que fut le berceau de la civilisation, je repensais aux ordures que nous avions jetés dans le désert mésopotamien.

En examinant les évènements récents en Syrie et en Irak, je ne peux pas m’empêcher de penser à ces jeunes enfants que mes potes Marines bombardaient des trucs dont on ne voulait pas de nos rations. On ne leur jetait pas seulement des bonbons, mais aussi des bouteilles remplies d’urine, des cailloux, de débris de toute sorte. Je me demande souvent combien des membres locaux de l’EI et des autres organisations terroristes se souviennent de tels évènements ?

Plus encore, je pense à ces centaines de prisonniers que nous avons faits, que nous avons torturés dans des centres de détention de fortune, gérés par des bidasses adolescents du Tennessee, de New York ou de l’Oregon. Je n’ai jamais eu le manque de chance total de travailler dans un de ces centres de détention, mais je me souviens des histoires racontées. Je me rappelles particulièrement ces Marines qui nous parlaient des passages à tabac, des coups de genoux, de coudes de tête aux Irakiens. Je me rappelle de ces horribles histoires de tortures sexuelles: des hommes irakiens forcés à des pratiques sexuelles les uns sur les autres tandis que des Marines leur tenaient un poignard sur les testicules, parfois les sodomisant avec des bâtons.

Mais avant que toutes ces réjouissances ne puissent avoir lieu, nous les gars de l’infantrie avions eu le plaisir d’arrêter tous ces Irakiens pendant les raids de nuit, de leur attacher les mains avec les colliers de serrage en plastique, leur passant une cagoule noire sur la tête et les jettant sur le plancher au fond de nos Humvees tandis que leurs femmes et leurs enfants s’effondraient au sol hurlant et pleurant. Parfois on les embarquait de jour. La plupart du temps ils ne résistaient pas. Certains se tenaient par la main en une chaîne humaine tandis que les Marines leur donnaient des coups de crosse de fusil dans la figure. Lorsqu’ils arrivaient dans le centre de détention, ils y restaient des jours, des semaines voires des mois sans que leur famille n’en soient notifiées et lorsqu’ils étaient relâchés, nous les conduisions loin de la base dans le désert et les relâchions à des kilomètres de chez eux.

Après que nous ayions coupé les colliers de serrage qui les entravaient et enlevé les sacs noirs de leurs têtes, plusieurs de nos Marines les plus psychos tiraient en l’air ou dans le sol à côté d’eux, leur faisant peur, toujours pour rigoler. La plupart des Irakiens détalaient, pleurant de leur long calvaire dans le centre de détention, espérant que la liberté leur sourit. Qui sait combien de temps ils survécurent, en fait tout le monde s’en foutait. Nous avons connaissance d’au moins un de ceux là qui survécut les centres de détention américains en Irak: Abou Bakar al-Baghdadi, le chef de l’EIIL (NdT: qui fut en fait recruté dans un camp en Irak et envoyé pour être entraîné par la CIA et le Mossad en Israël)

De manière presque incroyable, la déshumanisation du peuple irakien atteignit un crescendo après la fin des hostilités directes et beaucoup de Marines passèrent alors leur temps à prendre des photos de morts, souvent mutilant les cadavres ou en perçant avec des bâtons les corps en décomposition toujours à la recherche de la petite rigolade mesquine. Les iPhones n’existaient pas à l’époque, alors bien des Marines se procurèrent des appareils photos numériques. Ces appareils contiennent l’histoire non dite de la guerre d’Irak, une histoire que l’occident espère de tout cœur que le monde oublie. Cette histoire et ces appareils photo contiennent aussi les images de nombre de massacres et de bien d’autres crimes de guerre, des réalités quer les Irakiens n’ont pas le plaisir de pouvoir oublier.

Malheureusement, je peux me rappeler d’un nombre incalculable de ces anecdotes horribles du temps que j’ai passé en Irak. Des gens innocents n’étaient pas seulement raflés de manière routinière, emprisonnés, torturés, ils furent aussi incinérés par centaines de milliers, quelques recherches disent même par millions.

Seuls les Irakiens comprennent le mal absolu qui a été lâché sur leur nation. Ils se rappellent le rôle de l’occident dans la guerre de 8 ans entre leur pays et l’Iran ; ils se rappellent des sanctions/embargo de Clinton dans les années 1990, une politique qui a eu pour résultat la mort de plus de 500 000 personnes essentiellement des femmes et des enfants. Puis, en 2003, l’occident a terminé le boulot entrepris. Aujourd’hui, l’Irak est une nation dévastée au delà de toute compréhension. Les gens y sont empoisonnés, estropiés et l’environnement est toxique, empoisonné qu’il est par les résidus des munitions à l’uranium appauvri utilisées en grande quantité. Après 14 ans de guerre contre le terrorisme, une chose est très claire: L’occident est le champion pour fomenter la barbarie et pour créer des états défaillants. (NdT: une fois de plus la doctrine est “Ordo ab Chao”, le but est de détruire et de diviser et d’exploiter le chaos ainsi créé, en aucun cas l’objectif est de stabiliser quoi que ce soit où que ce soit !…)

Vivre avec des fantômes

Les yeux chauds et vitreux des jeunes enfants irakiens me hantent en permanence. Les visages de ceux que j’ai tués, ou du moins ceux dont les corps furent suffisamment proches pour être examinés, resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Mes cauchemars et mes réflexions quotidiennes me rappellent d’où vient l’EIIL également et pourquoi, exactement, ces gens nous haïssent tant. Cette haine, compréhensible et pourtant si regrettable, sera dirigée sur l’occident pour les décennies à venir. Comment pourrait-il en être autrement ?

Disons-le encore, le niveau de destruction que l’occident a infligé au Moyen-Orient est absolument inimaginable pour le très vaste majorité des gens vivant dans le monde dit développé. Ce point ne peut jamais être trop expliqué alors que les occidentaux continuent de demander naïvement: “mais pourquoi nous détestent-ils autant ?”

Au bout du compte, les guerres, les révolutions et les contre-révolutions se produisent et les générations à suivre doivent vivre avec leurs résultats: les civilisations, sociétés, cultures, nations et individus survivent ou périssent. C’est ainsi que va l’histoire. Dans le futur, comment l’occident va gérer le terrorisme dépendra largement du si l’occident continue d’agir en terroriste permanent. La façon la plus évidente d’empêcher dans le futur le développement d’organisations du style de cet EIIL est de s’opposer au militarisme occidental sous toutes ses pires formes: les coups d’état de la CIA, les guerres par procuration, les frappes de drones, les campagnes de contre-insurrection, la guerre économique, etc…

Pendant ce temps là, ceux d’entre nous qui ont participé à la campagne militaire génocidaire d’Irak vivront avec les fantômes de la guerre.

Vincent Emanuele is a writer, radio journalist and activist. He lives in Michigan City, Indiana and can be reached at vince.emanuele@ivaw.org