Archive pour USA terroriste

Technologie et contrôle de la population: La 5G outil du génocide mondial en cours et à venir… (Dean Henderson)

Posted in actualité, écologie & climat, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 25 mars 2019 by Résistance 71


Technologie et totalitarisme: marquage RFID

 

Qui est derrière la volonté de contrôle et de décimation de la population par la technologie 5G

 

Dean Henderson

 

19 mars 2019

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2019/03/19/whos-behind-the-5g-cull-of-humanity/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En 1999, le scientifique de Hewlett Packard (HP) Richard P. Walker reçut une patente pour ce qui allait devenir “l’internet des choses”, plus connu sous le vocable de 5G. Walker et ses collègues de la Silicon Valley reçurent de la technologie militaire de la part de Lockheed Martin et d’IBM.

HP créa Agilent Technologies cette même année comme véhicule porteur de la patente de Walker pour en faire un succès. Toutes les patentes qui s’ensuivirent concernant la 5G seraient mystérieusement absorbées par Agilent, que ce soit dans le domaine de la surveillance, de la cybernétique, de l’ingénierie génétique, du puçage humain (RFID), ou des “wet works”.

L’entreprise qui pousse la patente Agilent de Walker est SERCO, une entreprise britannique très puissante et très proche de Lockheed Martin (NdT: le #1  mondial de l’armement), General Electrics (GE) et BAE.  La première et la 3ème de ces entreprises citées sont les deux plus grosses industries de l’armement au monde. Les quatre entreprises font partie de Crown Agents USA Inc. La part dorée de SERCO est contrôlé par British Nuclear Fuels (BNFL) et donc la reine Elizabeth II d’Angleterre.

En 2000, SERCO et Lockheed Martin ont pris le contrôle du site d’armement britannique Aldermaster. Elles contrôlent aussi les 2/3 de British Atomic Weapons Establishment (BAWE), le dernier 1/3 est la propriété de BNFL. Cette dernière décennie AEW a commencé à exporter de l’uranium enrichi américain volé depuis une entreprise Eunice NM et au travers de sa succursale URINCO. Ils furent aidé dans cette démarche par le Highland Group, dont les membres inclus les Clinton et Robert Mueller (NdT: patron du FBI).

SERCO contrôle l’immigration et possède un laboratoire de recherche en pathologies en GB, l’entreprise gère aussi des centres de détention, des prisons et des hôpitaux en Australie et en Nouvelle-Zélande. Mais le plus gros de ses revenus provient de contrats avec le gouvernement américain obtenus sans aucun appels d’offre et accordés par des membres du Senior Executive Services (SES). Le SES consiste en des hauts fonctionnaires internes au gouvernement, qui ne peuvent pas être virés après un an de service. Le président Obama en a nommé 8 000…

Les membres du SES sont en fait des agents de la Couronne britannique (NdT: de fait la City de Londres) qui donnent des contrats en provenance du gouvernement américain, certaines ressources et des informations très sensibles à leurs patrons de la Couronne (City de Londres).

SERCO reçoit quelques 15 à 20 milliards de dollars par an de contrats passés avec le gouvernement des Etats-Unis ; gère 63 tours de contrôle du traffic aérien, gère l’ObamaCare, gère des parkings et société d’horodateurs  ainsi que des entreprises de bus et de trains, supervise les prêts d’Overseas Private Investment Corporation (OPIC) et se charge des envois de fret de l’USAID. Mais 75% des revenus des contrats de SERCO sont avec la défense américaine. Avec ses bureaux de laveries d’argent sale contrôlés par la City de Londres dans les paradis fiscaux de Jersey, Guernesey et les Iles Caïmans, SERCO gère la “sécurité” de toutes les branches de notre armée et de nos services de renseignement. SERCO est profondément impliqué dans le programme spatial américain au travers d’Aerospace Corporation, qui prévoit déployer quelques 24 000 nouveaux satellites permettant la 5G par Elon Musk’s SpaceX et Amazon’s OneWeb l’année prochaine. SERCO possède aussi des contrats avec la Millenium Foundation de Bill Gates, impliquant la stérilisation des Africains et des Indiens par la vaccination.

Fondée en 1929, SERCO a émergé de RCA, un autre agent de la Couronne qui s’est transformée en General Electrics (GE). RCA est plus connue pour son électronique de consommation mais son principal revenu était généré par des équipements de radar et de sonar pour l’armée. C’est cette même technologie qui est maintenant déployée sous forme de 5G. Dans mon livre:  Big Oil & Their Bankers…, J’identifie RCA comme un élément clef de l’assassinat du président JK Kennedy par les agents de la Couronne.

Au début des années 1960, RCA a développé le système de détection rapide balistique de missile pour le Royaume-Uni. Dans les années 1980, on leur donna le contrat de soutien du nouveau programme spatial européen et pour la maintenance de l’éclairage publique de la ville de Londres. En 1987, avec ce qu’il restait de RCA absorbé par GE, ce qui en resta devint SERCO.

Pendant les années 1990, SERCO se développa internationalement, se concentrant sur les pays de l’alliance des “5 yeux” de la Couronne GB, Canada, Australie, NZ et USA, 4 d’entre eux parties intégrantes du Commonwealth et donc contrôlé par la Couronne / City. SERCO commença aussi a fonctionner dans les monarchies marionnettes de la City de Londres que sont les monarchies du Golfe et son CCG, l’entreprise y gère les opérations de contrôle du traffic aérien. Elle a aussi acquis le contrôle de l’aviation civile irakienne (ICAA) ; ceci facilite grandement tous les trafics d’armes, de drogue, d’êtres humains de la Couronne depuis cette région.

SERCO fournit également un soutien technique à l’accélérateur de particules du CERN en Suisse, gère les services de transport et de fret du North District Hospital de Hong Kong (un autre centre majeur du traffic de la drogue…) et fournit un “soutien logistique” aux bases militaires des pays des 5 yeux. SERCO gère aussi le Laboratoire National de Physique de la GB et entraine des soldats aux Etats-Unis et en Allemagne.

SERCO aussi domine le nombre de contrats attribués par le Department of Homeland Security et est en charge de la région 9 des camps de la FEMA, qui inclut l’Alaska, Hawaii et la côte Ouest américaine, qui a fait l’expérience il y a peu d’une série de catastrophes naturelles pas si naturelles que ça.

SERCO a commencé à fournir un soutien informatique au parlement européen en 2014, à entraîner les pompiers américains en Afghanistan en 2016 et a commencé la gestion des satellites météorologiques européens en 2017.

La spécialité de SERCO est la gestion des données cybernétiques, incluant les archives criminelles, les archives de permis de conduire, de vaccinations, les bases de données d’ADN, et les archives des communications militaires. Ceci la place dans la position de pouvoir contrôler les pays des 5 yeux et leurs citoyens. Mais l’infiltration la plus importante du GCHQ (le QG du renseignement britannique) s’est produite en 2015 lorsque SERCO reçût le contrat de patente de classification aux Etats-Unis essentiellement la mettant en charge du bureaux des patentes. En cette capacité, l’entreprise peut diriger là ou a Couronne le désire, la patente Walker 5G. Cette direction, d’après leurs propres documents, est la réduction de 70% de la population du Royaume-Uni pour 2025. Une réduction similaire est prévue être étendue au monde entier.

SERCO est gérée par deux Chevaliers Hospitaliers britanniques, Sir Roy Gadner, le président de SERCO et qui est en charge, selon le propre site internet de SERCO, des “relations avec la City de Londres et les actionnaires principaux (comme la reine Elizabeth II…)”. Le CEO Rupert Soames est le petit-fils de Winston Churchill. En 2010, il fut fait Grand Officier de l’Ordre de l’Empire Britannique (qui, comme chacun sait, n’existe bien évidemment pas…)

Tous deux proviennent de l’agent de la couronne GE, qui fabrique les compteurs intelligents et l’éclairage LED, le tout mis en place juste avant la mise en fonction de la 5G. Monsanto, maintenant partie intégrante du descendant direct de la très nazie IG Farben: Bayer, est aussi étroitement lié à la Couronne, ce qui explique son empoisonnement continu de l’humanité avec son RoundUp (glyphosate).

Beaucoup de gens identifient maintenant les menaces variées envers l’humanité, des chemtrails à la fluoridation de l’eau en passant par les vaccins et le glyphosate et maintenant la 5G. Cet éveil est devenu si important, que l’establishment est en train d’interdir les informations de DARPAnet. D’autres ont identifié ces attaques comme étant un effort coordonné de dépopulation de l’humanité d’un facteur de 90%.

Mais la prochaine tache de cette enquête criminelle est la plus importante qui doit devenir le point de focale. Nous devons identifier les perpétrateurs. Pendant des décennies, les banquiers oligarques ont exprimé à maintes reprises leur obsession de la dépopulation de la planète. Le propre mari de la reine Elizabeth a manifesté son désir d’être réincarné en une sorte de parasite ou virus pour détruire l’humanité.

Mais il apparait que la Couronne n’attend pas cette éventualité. Dans leur programme accéléré de réduire la population mondiale de quelques milliards, SERCO est la rotule impliquant la Couronne comme perpétrateur de ce génocide des mieux préparés. La technologie 5G est une clef de leur plan et doit être stoppée à tout prix.

Quiconque protège ou permet à ces criminels de fonctionner est un traître à sa nation, un traître envers l’humanité. Toute personne qui a conscience de ces faits doit prendre à cœur de diffuser et de convaincre proches et amis, voisins et connaissance et agences de loi. Il est temps de focaliser notre énergie sur l’ennemi et d’empêcher de nuire ces sociopathes lucifériens avant qu’il ne soit trop tard.

 

 


Technologie au service du génocide planétaire

Publicités

Guerres impérialistes et ingérence géopolitique… Quelques nouvelles du front de l’empire (VT)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 20 mars 2019 by Résistance 71

 

 

Les dossiers de Gordon Duff

Renseignement du 10 mars 2019

 

Gordon Duff

Représentant les staff de VT dans 34 pays

 

10 mars 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/03/10/intel-drop-march-10-2016/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Introduction

VT fonctionne sans financement et pourtant, ces trois dernières semaines, un bon nombre de gouvernements sont venus nous demander des conseils. Trois d’entre eux sont des puissances nucléaires.

Un de nos éditeur est en train de faire des briefings de renseignement sur un paquebot dans le pacifique sud. Je ne mentionnerais pas son nom ni ceux que cette personne renseigne.

Le problème clef ici est que le contrôle centralisé de la presse mondale et des médias sociaux par, excusez mon emploi d’un “faux terme”, par l’état profond, a détruit toute source libre de renseignement. De plus, toute agence de renseignement au monde à des degrés variés incluant mais n’étant pas limité au FSB, RAW (service de l’Inde) et l’ISI (service du Pakistan), ont été infiltré.

Après la fin de la guerre froide, les Etats-Unis ont dépensé des milliards des économies faites sur leur démilitarisation pour acheter les gens des médias, les politiciens, certains personnels militaires de pays comme l’Egypte, la Russie, le Pakistan, la France, certainement aussi aux Etats-Unis et au Canada, ces gens ont au fur et à mesure étrangler les sources d’information utile.

Toutes les nations sont des victimes, les Etats-Unis et Israël en premier lieu, suivis par la GB, la France, la Russie, puis le Pakistan et, croyez-le ou pas, l’Iran.

D’autres nations ripostent.

Pour ceux qui me lisent, n’oubliez pas que VT est un organe de presse, nous ne sommes pas des consultants en sécurité ni des espions, du moins plus maintenant. Ce serait différent si nous étions payés, mais nous demander comment gérer une opération de renseignement et de briefer des leaders militaires comportent des risques pour nous.

Nous avons du personnel à Damas par exemple, vivant dans le froid et sans électricité. Lorsque vous voulez m’approcher au travers un des staffs de VT que ce soit à Paris, au Pakistan ou à Kaboul, payez leur au moins un bon gueuleton.

Au fait du désastre d’aujourd’hui…

Ce qu’il se passe vraiment:

Etats-Unis

Les Etats-Unis sont en train de construire une force “de réaction rapide” faite de cadres de Daesh, anciens détenus et de mercenaires, en Irak. Le gouvernement irakien vient juste de le comprendre et cela va poser un paquet de problèmes. La suspicion est que les Etats-Unis, avec l’Arabie Saoudite, va déployer cette force par Al Tanf dans le sud de la Syrie, renforcée par des mercenaires amenés par l’Arabie et les états du Golfe, en provenance d’aussi loin que l’Amérique Latine. Si seulement je pouvais plaisanter, mais comme le dit si bien Jim Dean: “des trucs pareils ça peut pas s’inventer”…

On peut discerner le véritable état profond aux Etats-Unis. L’annonce de la semaine dernière d’un gros déficit des Etats-Unis face à la Chine sous Trump est révélateur. La “passe d’arme” de Trump avec la Chine est bidon. La mère maquerelle des salons de massage de Floride Li Yang est l’associée de Trump dans des deals avec la Chine. Les dessous putrides de l’organisation Trump/Kushner/Sater sont venus en pleine lumière lorsque le proprio de l’équipe de Football Américain des New England Patriots, Robert Kraft, un associé très proche de Trump, a été arrêté pour proxénétisme dans un bodel propriété de Yang près de Mar a Lago.

Il y a une toile de fond à tout cela impliquant les trafics de drogue et d’êtres humains, impliquant Roger Stone et son implication dans le trucage des élections en Floride et son interférence avec le recompte des voix. La véritable influence de Stone est avec les bureaux des shériffs particulièrement corrompus des counties de Dade, Broward et Palm Beach, des bureaux qui ont travaillé la main dans la main avec les narco-trafiquants et qui ont couvert les crimes des riches et des célèbres pendant près d’un siècle.

Plus de cette toile de fond avec la Chine implique le milliardaire Sheldon Adelson (NdT: magnat des casinos de Las Vegas et renfloueur en chef des pertes financières de Trump à titre privé) qui gère les affaires de paris, de jeux et de prostitution de Macao et dans bien des endroits du monde. Il n’y a pas de casino ni “d’hospitalité” sans trafics d’êtres humains et les empires combinés de casinos et d’hôtels de Trump et d’Adelson influent dans le monde entier a beaucoup de pouvoir, pourquoi ?

Adelson est le proprio aux Etats-Unis du parti républicain et dans les grandes largeur, contrôle le gouvernement d’Israël. Donald Trump et Benjamin Netanyahou travaillent comme personnel de marketing et promotionnel pour les intérêts d’Adelson au Japon, en Chine et autour du monde tout en utilisant des contrats d’armement et de la technologie volée pour sceller des contrats d’affaire.

En fait, tout ce que l’Amérique a donné à la Chine en écheange d’accords avec Trump et Netanyahou et leur gang d’associés de la Mafia Kazhare Russe ou MKR.

Ceci nous ramème à Li Yang, une régulière de la Maison blanche et de Mar a Lago, où elle amènes des “délégations chinoises” dans le monde de Trump/Kushner/Netanyahou. Le résultat de tout cela est très simple: combiné avec les opérations d’Adelson, la Chine est, avec Israël, le véritable pouvoir derrière la collusion de Trump.

Voyez-vous, La Russie n’a pas la capacité industrielle ni la puissance bancaire pour pervertir de la technologie américaine volée. La Russie a une meilleur technologie, de meilleurs missiles pour sûr, un bien meilleur équipement de brouillage électronique et de vraiment supers avions, mais ils n’ont justa pas assez de tout ça. Leur nouveau système Armata, peut-être le meilleur blindage mobile jamais créé ne sera jamais produit. La Russie n’a pas d’argent.

Leurs avions sont extras, mais ils en ont trop peu. La Russie possède un système de défense anti missile important et efficace car ceci est une industrie très rentable pour elle et les moteurs de missiles russes sont, et de loin, les meilleurs au monde, comme vous le confirmeront tous ceux qui les utilisent et les Etats-Unis utilisent toujours aujourd’hui des moteurs de fusées russes.

Le reste n’est que vitrine et maquillage, la fausse confrontation avec la Corée du Nord, de même pour cette “course à la frontière” bidon. Depuis que Trump est arrivé au pouvoir, bien plus d’immigrants sont arrivés aux Etats-Unis que dans la décennie précédente. Le mec qui crie “au loup” est le loup, c’est Trump qui a ordonné le laisser-aller des frontières juste comme le fit également Ronald Reagan.

Trump is giving the US to China and Trump is filling the US with cheap labor while supposedly sending troops to the border.

Trump est en train de donner l’Amérique à la Chine et il remplit le pays de main d’œuvre à très bon marché tout en étant supposé envoyer l’armée à la frontière.

Il fait la même chose avec les avions et les bateaux américains en Mer de Chine du Sud, mettant en scène une fausse confrontation militaire avec la Chine alors que la Chine est en train de mettre à bas les Etats-Unis par la porte dérobée de Mar a Lago en utilisant les opérations de jeu, casinos et de trafic d’êtres humains du réseau Trump/Kushner/Netanyahou ; le fait que Sheldon Adelson littéralement possède le sénat américain, protège Trump de toute tentative de destitution.

Une cabale secondaire a existé pendant un certain temps, datant du XIXème siècle, alliant les intérêts criminels américain et mexicain au travers Romney, comme décrit plus bas dans l’addendum #1

Ecoutez ces 36 minutes d’un fonctionnaire actif du FBI expliquant comment les cartels de la drogue contrôlent le gouvernement des Etats-Unis au travers de l’organisation Romney/Bain (NdT: Romney fut un candidat à la présidence des Etats-Unis du parti républicain et dont la maîtresse à Cuba est la fille de l’ex-patron du KGB, Youri Andropov…):

[voir la vidéo sur l’article original]

Il n’y aurait pas d’état profond en sa forme actuelle sans Romney, Bain Capitol et ses ressources financières et bancaires aux îles Caïmans (Caraïbes) et ses liens étroits avec le renseignement cubain, le comment le fric bien réel de la came des réseaux Afghanistan/Kosovo/Colombie/Mexique, arrive entre les mains des “élites” de Washington DC.

La Russie

Comme nous l’avons noté, les Russes ont courbé l’échine à maintes reprises devant Netanyahou, alors que c’est le pouvoir que détient celui-ci aux Etats-Unis, qui maintient les sanctions US contre les Russie et c’est la presse controlée par les Israéliens qui a poussé “l’évènement” Skripal et les fausses attaques chimiques sous faux-drapeau [en Syrie] sur le devant de la scène. Et pourtant, Netanyahou pratiquement vit au Kremlin alors qu’il orchestre une “guerre pas si secrète que ça” contre la Russie.

Derrière tout cela, les leaders russes reçoivent des briefing de renseignement de merde et les médias russes continuellement “se plantent” en soutenant Israël, soutenant l’Inde, soutenant Wikileaks, soutenant l’Arabe Saoudite, alors que cette cabale baise la Russie à toutes les étapes de l’opération.

L’Inde

L’Inde ne fait rien sans Israël. Israël a mis en place leur force nucléaire sous-marine, poussant la Russie à armer l’Inde jusqu’aux dents. C’est de là que provient la puissance nucléaire indienne avec leurs premiers noyaux nucléaires volés des Etats-Unis.

Avec le nouveau gouvernement en place au Pakistan et Imran Khan, l’Inde aurait pu obtenir un arrangement sur la situation au Cachemire et aurait pu réduire ses dépenses militaires à quasiment rien. Au lieu de ça, quelqu’un, et on ne dira pas “Israël”, a actionné une attaque faux-drapeau au Cachemire, poussant l’Inde à attaquer le Pakistan ce qui mena à la situation de voir l’Inde se faire un peu botter le cul.

Modi a été totalement complice de tout ça, jouant le jeu des intermédiaires et vendant l’Inde.

Le Pakistan

Nos sources disent que le Pakistan a 20 000 hommes de troupes protégeant le gouvernement d’Arabie Saoudite. Ce pays vient de donner au Pakistan 7 milliards de dollars après que les Etats-Unis aient mis fin à leur aide militaire de cette nation.

Des sources fiables ont confirmé que le Pakistan déploie un parapluie de protection nucléaire au dessus de l’Arabie et des Emirats Arabes Unis en échange de cash dont il a besoin pour maintenir son armée fonctionnelle pour se défendre contre la Russie et l’Inde soutenue par Israël. Vous vous y perdez ?

Rappelez-vous que le Pakistan n’a pas de défense anti-aérienne moderne tandis que l’Inde a les S400 russes en commande et qu’Israël et l’Inde sont en train de construire des missiles balistiques inter-continentaux capables de toucher les Etats-Unis, mais personne ne demande jamais pourquoi ?

Le Pakistan a été aspiré dans la guerre en Afghanistan, soutenant les moudjahidines (NdT: création de Zbigniew Brzezinki, NSA de Jimmy Carter et Robert Gates de la CIA) contre la Russie (soviétique à l’époque), puis, après les attentats du 11 septembre 2001, opération faux-drapeau que même un enfant de 12 ans pourraient dépister, le Pakistan s’est retourné contre ses amis Pachtoune, aidant aini les Etats-Uns à construire le narco-état qu’est devenu l’Afghanistan. Dans le processus, des terroristes soutenus par Israël, la Grande-Bretagne et l’Inde, mirent en place des opérations clandestines majeures depuis l’Afghanistan contre le Pakistan et l’Iran. Pendant tout ce temps, Israël et l’Arabie sont au grand jour copains comme cochon, tandis que le Pakistan tangue de le savoir.

Ils ne savent plus vers qui se tourner, se réveillant pour constater qu’ils ont été et sont leur propre pire ennemi.

Lorsque le Pakistan a demandé pourquoi est-il la cible, je leur ai rappelé mon temps passé au Nigéria lorsque Goodluck Jonathan pris le pouvoir.

Lisez ma brève analyse ici:

http://nigeriavillagesquare.com/forum/threads/nigeria-targeted-for-destruction-gordon-duff.67829/

Le Nigéria me demanda de rester jusqu’à ce que Boko Haram soit vaincu et lorsque j’ai refusé, je fus arrêté et “assigné à résidence” dans une suite présidentielle de l’hôtel Hilton Transcon d’Abuja la capitale. Youtube a retiré la vidéo de ceci, vidéo qui incluait le rappel d’un vol de la KLM de la piste de décolage. La vidéo me montrait me marrant alors que COS Gordon Obua me donne son téléphone, il vient juste d’appeler ma femme Carol lui expliquant que je ne “rentrerai pas tout de suite à la maison”.

Une semaine plus tard, une équipe d’exfiltration en provenance d’Afrique du Sud vint m’escorter hors de ce pays. Le propriétaire de l’hôtel appela ma “chambre” (constituée de 4 chambres à coucher et d’un énorme salon), me disant qu’il y avait des hommes armés en bas dans le lobby qui me demandaient. Si seulement je plaisantais… C’était hilarant. Obua est mort maintenant et ce desperado me manque.

Pour en revenir à ce qui nous concerne aujourd’hui, j’ai raconté cette histoire au Pakistan:

Il y a des parallèles qu’on peut faire entre la guerre du Vietnam et celle d’Afghanistan car ces choses s’appliquent au Pakistan. Le Pakistan me demande pourquoi les Talibans ne veulent pas travailler avec lui et, parce que je suis le seul Américain qui ait à la fois de bonnes relations avec la “résistance pachtoune” et le Pakistan (je suis un ami personnel du nouveau président du Pakistan Imran Khan),

Voici un peu plus de ce que je leur ai dit:

Au Vietnam, ça a commencé avec le Vietminh, qui avait combattu les Japonais et détruit les Français. Ils ne sont pas soudainement devenus Vietcong mais ont plutôt formé une alliance avec des groupes politiques modérés au Vietnam et des leaders bouddhistes contre le groupe du régime fasciste/catholique de Diem, soutenu par les Etats-Unis.

Le Pakistan ne fait pas face à ce que les Etats-Unis aiment à appeler les Talibans, que le Pakistan, lui, voit comme les héritiers des mouhdjahines que le Pakistan a soutenu. Au lieu de ça, le Pakistan s’est laissé embarqué à soutenir le régime brutal américain imposé à Kaboul, bien décidé à détruire l’Afghanistan, ce qui rend le peuple Pachtoune de chaque côté de la frontière, ennemi du gouvernement d’Islamabad.

Imaginez maintenant que le président pakistanais Imran Khan est lui-même un “Pachtoune”.

Cette semaine Imran Khan et le président iranien Rouhani ont enfin parlé ensemble, discutant de leur ennemi commun: le groupe soutenu par les Etats-Unis: Al Qaïda (NdT: ou plutôt Al CIAda…)

Un briefing de deux bonnes heures avec le commandement pakistanais et autres va, je l’espère, leur ouvrir la vue sur le comment gérer ce dilemme d’association avec l’Arabie Saoudite mais en même temps diminué par l’associé de l’Arabie, Israël, qui pousse l’Inde à la guerre nucléaire avec le Pakistan.

Pas étonnant qu’ils soient si paumés.

Pour la Russie… c’est pire.

cékomça que ça ça se danse.

= = =

La guerre de Rockefeller contre le Vénézuela continue… Une brève histoire du pays de 1914 à nos jours (Dean Henderson)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 janvier 2019 by Résistance 71

En France, le petit soldat rothschildien Macron a bien entendu emboîté le pas de ses maîtres et a menacé Maduro et le peuple vénézuélien. La ligne de scission géopolitique (fictive répétons-le) se dessine toujours mieux avec la Russie et la Chine soutenant Maduro et le peuple vénézuélien. Tout est en place pour la phase 2 de l’opération Condor 2.0 en Amérique du sud et dans les Caraïbes avec toujours bien entendu les criminels de la finance pétrolière aux manettes, entité dont le quartier général est la City de Londres.

Là réside le cœur de l’hydre, ses têtes elles s’étendent dans le monde entier y compris en Chine.

Du reste la Banque d’Angleterre (reine de la City de Londres, gérée depuis bien longtemps par la famille Rothschild) vient de refuser de rendre au Vénézuéla son or à hauteur de 1,2 milliards de dollars ! Le blocus financier contre le peuple vénézuélien se met en place. (https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-01-25/u-k-said-to-deny-maduro-s-bid-to-pull-1-2-billion-of-gold )

Il n’y a pas de solutions au sein du système et ne saurait y en avoir. Chavez et Maduro peinent parce qu’ils tentent des réformes à terme IMPOSSIBLES, il ne faut pas chercher à rendre le système plus “vertueux” il faut s’en DEBARRASSER et créer la société des sociétés sur la base des communes libres. Chavez aurait pu mettre en place tout cela et rediluer le pouvoir dans le peuple totalement, rendre l’état totalement obsolète, il ne l’a pas fait par manque de vision ultime au bout du compte et malgré son charisme et ses bonnes intentions, il n’a fait que gérer la merdasse systémique étatico-capitaliste qui doit être abolie et non pas réformée. Maduro lui a emboîté le pas, mais à sa décharge, il n’avait pas/plus le choix. Notons à preuve de cela le nombre de fois dans l’article ci-dessous où Dean Henderson emploie le mot “réforme” ou “réformer”… Avec un esprit programmé “réforme”, on ne fait que le jeu de l’oligarchie qui peut tout corrompre à souhait, ce n’est qu’une question de temps.

Il est évident qu’il faille soutenir le peuple vénézuélien, mais il faut aussi reconnaître les erreurs commises pour cesser de les commettre. Le peuple vénézuélien, tous les peuples du monde ont un exemple à adapter à leurs besoins et leurs cultures, celui qui nous est montré depuis 1994 au Chiapas mexicain avec cette expérience zapatiste, qui ne demande qu’à être étendue dans le principe à travers le monde. C’est à nous de jouer.

Quoi qu’il en soit nous faisons tous partis d’un vaste réseau planétaire de résistance et de rébellion international. En cela nous sommes tous inter-reliés !

A bas l’État, à bas la marchandise, à bas l’argent, à bas le salariat (esclavage moderne).  Tout le reste, à terme, n’est que pisser dans un violon !

Solidarité ! Union ! Persévérance ! Réflexion ! Action !

Pour une humanité SUPRA humaine.

~ Résistance 71 ~

 


La NED et associés derrière la guerre contre le Vénézuéla

 

La guerre de Rockefeller contre le Vénézuéla continue

 

Dean Henderson

 

24 janvier 2019

 

url de l’article original:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2019/01/24/rockefeller-war-on-venezuela-continues/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Hier, quelques heures après que le président Trump ait reconnu le leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido comme le nouveau président du pays, le président élu dans son second mandat Nicolas Maduro a rompu toute relation diplomatique avec les Etats-Unis les accusant de soutenir un coup d’état contre son gouvernement et a donné à tout le personnel américain 72 heures pour quitter le pays. Maduro n’a été investi à la présidence qu’il y a à peine deux semaines.

La Russie a prévenu que la tentative de coup d’état américaine, qui sera par la suite soutenue par les gouvernements de droite de la Colombie, du Brésil et du Canada, résulterait en une effusion de sang si elle était poursuivie. Le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov a déclaré que toute interférence extérieure au pays est “inacceptable” et que parler d’intervention militaire américaine est “dangereux”.

Eduqué à l’université Georges Washington, nid d’espion de la CIA, Guaido n’est devenu que le président de l’assemblée nationale du Vénézuéla le 5 janvier courant. Il a immédiatement déclaré que Maduro n’était pas le président du pays et a incité à la rébellion au sein de l’armée.


Nicolas Maduro de chauffeur de bus à président

Maria Iris Vadela Rangel, une leader du parti politique de Maduro du Parti Socialiste Unifié a tweeté au sujet de la sédition: “Guaido, j’ai déjà préparé ta cellule avec le bon uniforme et j’espère que tu nommeras ton cabinet rapidement afin de savoir qui te tiendra compagnie, imbécile de sale gosse.

Des hauts-fonctionnaires américains ont dit au New York Times (NdT: une des voix de la CIA de longue date…) qu’ils voyaient en Guaido un “nouveau visage” et le vice-président Pence l’a déjà publiquement soutenu. Madura a déclaré dans une adresse télévisée: “Qui choisit le président su Vénézuéla ? Mike Pence ? Je suis le seul président légitime du Vénézuéla. Nous ne voulons pas retourner au XXème siècle, période de l’intervention gringo et des coups d’état.

En 2017, Maduro a fait organiser des élections pour une assemblée constituante. Plus de 8 millions de personnes participèrent, créant un rampart de protection pour la révolution socialiste bolivarienne contre la violence constante de l’oligarchie vénézuélienne basée à Miami en Floride. (NdT: tout comme l’opposition terroriste cubaine…).

Le 9 octobre 2012, le président vénézuélien Hugo Chavez avait été réélu pour la 3ème fois en 14 ans, battant le champion de l’opposition Henrique Capriles avec 54% des voix. Le bouillant Chavez, qui venait de critiquer sévèrement le harcèlement de l’OTAN sur le gouvernement syrien d’Assad, devait servir un autre terme présidentiel de six ans.

Mais le 25 mars 2013, Chavez décéda d’un “cancer” ultra rapide, plus que probablement administré par des agents des banquiers de la City de Londres.

 (https://hendersonlefthook.wordpress.com/2014/08/28/did-the-cia-poison-hugo-chavez/)

La réélection de Chavez fut remarquable considérant le fait que moins de deux ans auparavant, l’oligarchie vénézuélienne et ses soutiens de la CIA/Big Oil propageaient des manifestations à Caracas sous le terme “d’opération Vénézuéla”. Ces évènements qui furent bien contrés par les supporteurs de Chavez, marquèrent l’anniversaire du remplacement de Marcos Perez Jimenez au Vénézuéla en 1958.

Mais, comme avec toutes les révolutions orange/de velours/du cèdre fomentées par la CIA, la contradiction se situe dans le livre d’histoire. Jimenez voyez-vous, était un dictateur d’extrême droite, à l’opposé de ce qu’était Chavez le socialiste.

En 1914, la succursale de la compagnie pétrolière de la Royal Dutch Shell: Caribbean Petroleum, découvrit le vaste champ pétrolier du Mena Grande au Vénézuéla. Les compagnies pétrolières étrangères commencèrent à affluer dans la région. Lorsque fut découvert du pétrole au lac Maracaibo en 1922, le dictateur local Juan Vincente Gomez autorisa les Etats-Unis à écrire les lois pétrolières pour le Vénézuéla.

Le 27 novembre 1948, le premier président vénézuélien démocratiquement élu Romulo Gallegos fut renversé par un coup d’état mené par des sbires de Jimenez. La démocratie ne fut pas restauré avant 1958 lorsque Jimenez fut renversé. Le président Romulo Ernesto Betancourt Bello remporta l’élection cette année là. Le populiste Betancourt avait été président de 1945 à 1948. Il avait transféré le pouvoir au romancier Gallegos peu de temps avant le coup d’état fasciste.

Jimenez a privatisé l’économie du Vénézuéla tout en ruinant Caracas avec les grattes-ciel des multinationales et des banques. Il était en termes très étroits avec l’homme le plus riche du pays, Gustavo Cisneros et Creole Petroleum. Cisneros est un lieutenant des Rockefeller qui siège à la banque Nova Scotia (Banque de Nouvelle-Ecosse, canadienne), une des 5 plus grosses banques canadiennes. Cette banque a possédé quelques 200 tonnes d’or qui furent exfiltrées des sous-sols du WTC  après les attentats du 11 septembre.

Creole Petroleum est une succursale d’ExxonMobil (Rockefeller) et fut fondée par la CIA. Creole Petroleum et la CIA partagent le même espace de bureaux à Caracas. L’entreprise ExxonMobil des intérêts Rockefeller EST la CIA au Vénézuéla (NdT: et au Qatar, petit pays qui est un protectorat ExxonMobil, mieux même: ExxonMobil est le propriétaire du Qatar). L’entreprise Bechtel a construit l’oléoduc Mena Grande pour servir les intérêts pétroliers de Creole Petroleum du lac Maracaibo.

Peu de temps après les élections de 1958, le vice-président Richard Nixon visita le Vénézuéla pour tenter de conserver Betancourt dans le giron de Big Oil et du FMI. Nixon fut accuelli par des millions de manifestants en colère. Betancourt, qui avait déjà tiré au forceps un partage des bénéfices 50-50 avec Big Oil lors de son premier mandat, prit alors un autre virage à gauche. Il commença à financer les révolutionnaires de Castro à Cuba et tenta de nationaliser complètement le pétrole vénézuélien.

Betancourt s’embarqua dans un programme ambitieux de réforme agraire et parla de soutenir les rebelles de gauche des FARC en Colombie voisine. Plus tard en 1960, il survécut à une tentative d’assassinat par des agents de Rafael Trujillo, le dictateur de la République Dominicaine installé par la CIA. Il est très probable que l’agence elle-même fut impliquée.

Le président américain Dwight Eisenhower répondit en introduisant des quotas sur le pétrole vénézuélien tout en donnant la préférence au pétrole brut mexicain et canadien. Betancourt contra cela en septembre 1960 lorsque le Vénézuéla rejoignit l’Iran, l’Irak et l’Arabie Saoudite et le Koweit dans une réunion à Baghdad qui lança l’organisation de l’OPEP en tant que cartel des producteurs de pétrole pour contrer la main mise globale sur l’économie des 4 cavaliers de l’apocalypse pétrolière (NdT: ExxonMobil – Royal Dutch Shell – Texaco et BP Amoco) et leurs tentacules variées.

Dans les quatre décennies qui s’ensuivirent, le Vénézuéla entreprit une re-privatisation de son secteur pétrolier et de son expansion, devenant la source principale du pétrole des 4 cavaliers à destination des Etats-Unis. Lorsque le cours des prix du pétrole s’effondra dans les années 90,  le Vénézuéla, un temps la nation la plus moderne de l’Amérique du Sud, souffrit d’un effondrement économique. Sa classe moyenne auparavant si aisée fut largement prolétarisée. Ce fut un pénible réveil.

En 1998, le candidat de la 5ème république Hugo Chavez fut élu président avec le soutien des ouvriers et des paysans vénézuéliens. Il fustigea l’hégémonie américaine sur le pays, annonça qu’il vendrait du pétrole à son ami Fidel Castro de Cuba en des termes favorables et établirait des relations diplomatiques avec l’Irak. Il annonça un programme de réforme agraire et installa des économistes marxistes à la tête de PDVSA, la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne. Chavez parla de détourner la richesse issue du pétrole vénézuélien hors de portée des grandes banques occidentales et vers le développement d’un grand programme pour l’Amérique du Sud. Le talentueux et érudit secrétaire général de l’OPEP jusqu’en 2002 fut le ministre vénézuélien du pétrole, Ali Rodriguez.

Au début 2002, l’élite dominante du Vénézuéla, emmenée par le sbire des Rockefeller Gustavo Cisneros et la clique de la banque of Nova Scotia, tentèrent de renverser Chavez. Il y eut des rapports d’une implication navale et aérienne américaine. En avril, Chavez partit. En quelques jours, après des manifestations massives de la classe travailleuse du pays, il revint au pouvoir. Le général pro-américain qui mena cette tentative de coup fut accusé de trahison.

El jeffe se sauva en Colombie où il fut accueilli par le gouvernement du narco-terroriste Uribe, soutenu par les Etats-Unis. En octobre, l’oligarchie vénézuélienne attaqua de nouveau Chavez. Une fois de plus le putsch échoua. Le 5 décembre 2002, Chavez déclara que les troubles au Vénézuéla faisaient partie d’un complot “pour s’accaparer les richesses et l’industrie pétrolières du pays”.

Le 16 janvier 2003, Chavez quitta le Vénézuéla au milieu d’une grève par l’oligarchie des exécutifs du pétrole. Il demanda de l’aide à l’ONU où il rendit le leadership du groupe radical des G-77 des pays en voie de développement au Maroc. Fin février, après avoir tenu durant la grève, Chavez, sachant parfaitement qui était derrière elle et les grévistes, demanda au gouvernement américain de “cesser toute influence néfaste”.

Le 17 avril 2003, le directeur général de l’armée Melvin Lopez proclama dans le journal USA Today, que le gouvernement des Etats-Unis avait été directement impliqué dans la tentative du putsch manqué de février et qu’il avait la preuve que trois hélicoptères Faucons Noirs américains furent aperçu dans l’espace aérien vénézuélien durant cette période.

Le jour de Noël 2005, Chavez fit un discours à la nation dans lequel il dit alors: “… minorités, des descendants de ceux qui ont tué Jesus Christ, contrôlent les richesses du monde”. Il y proclama également que les attentats du 11 septembre 2001 à New York étaient un boulot, une trahison de l’intérieur.

En juin 2007, Chavez ordonna à Big Oil d’accepter le rôle d’associés mineurs dans l’entreprise PDVSA ou alors de quitter le Vénézuéla. ExxonMobil et Conoco Philipps partirent toutes deux. Il devint l’ami de l’Iran et une vague d’amis présidents de gauche arrivèrent au pouvoir en Amérique du Sud. Les plus radicaux furent Evo Morales en Bolivie, Rafael Correa en Equateur et le sandiniste Daniel Ortega au Nicaragua. Ensemble, ils utilisèrent la manne du pétrole vénézuélien pour lancer la tant attendue Banco del Sur en tant que contre-mesure à l’hégémonie du FMI sur leur continent.

Alors que l’attitude de Chavez devint de plus en plus frontale envers les banquiers internationaux, les 4 cavaliers commencèrent à acheter du pétrole de nations plus facilement corruptibles comme le Mexique et la Colombie. En 1990, Exxon obtenait quelques 16% de son pétrole de Colombie, tandis que Chevron produisait 26% de son pétrole brut à destination des USA du Mexique.

Un rapport datant de mai 2010 documentant une assistance étrangère à des groupes politiques au Vénézuéla, commissionnés par la tristement célèbre NED ou National Endowment for Democracy (NdT: une façade connue de la CIA…) a révélé que plus de 40 millions de dollars étaient envoyés à des groupes anti-Chavez d’agences américaines. Le fondateur de la NED Allen Weinstein se vanta dans le Washington Post: “Ce que nous faisons aujourd’hui [avec la NED] était fait secrètement par la CIA il y a 25 ans…

En janvier 2011 l’administration Obama révoqua le visa diplomatique de l’ambassadeur à Washington après que Chavez eut rejeté la nomination de Larry Palmer comme ambassadeur américain à Caracas. Palmer était ouvertement critique de Chavez et avait un CV pour le moins barbouzard.

Il avait travaillé avec celui qui devait être l’assassin de Betancourt Rafael Trujillo en république dominicaine et était comme cul et chemise avec des dictateurs uruguayens, paraguayens, du Sierra leone, de Corée du Sud et du Honduras. Palmer devait remplacer Patrick Duddy qui était impliqué dans la tentative de coup d’état sur Chavez en 2002.

Le pierre suivante du programme “du socialisme du XXIème siècle” de Chavez fut de réformer le secteur financier, depuis longtemps dominé par le cartel des banques transnationales. L’assemblée nationale vénézuélienne avait passé une loi qui définissait le secteur banquier comme un service public.

La loi requiert que les banques au Vénézuéla contribuent plus aux programmes sociaux, aux efforts de construction de l’habitat et autres besoins sociaux. Elle protège les dépositaires en imposant aux institutions superintendantes de la finance de travailler dans l’intérêt des clients des banques plutôt que de celui des actionnaires.

Dans une tentative de contrôler la spéculation, la loi limite à un maximum de 20% de capital que les banques peuvent avoir en crédit. La loi aussi limite la formation des groupes financiers et interdit aux banques d’avoir un quelconque intérêt dans les entreprises boursières et les compagnies d’assurance. La loi Glass-Steagal datant de la grande dépression (1929) avait fait la même chose jusqu’à ce que le président Clinton ne la révoque en 1995.

La loi vénézuélienne stipule également que 5% des bénéfices des banques vont aux projets approuvés par les conseils communaux tandis que 10% du capital des banques doivent être investis dans un fond pour payer les salaires et les retraites en cas de banqueroute.

D’après le Wall Street Journal “Chavez a menacé d’exproprier les grandes banques dans le passé si elles n’augmentaient pas les prêts aux petites affaires et aux gens désirant devenir propriétaires de leur maison, cette fois-ci il augmente la pression publiquement pour montrer sa préoccupation concernant le manque  d’habitation pour les 28 millions de Vénézuéliens.

Avant sa mort, Chavez était devenu bien plus vocal dans son opposition à l’intervention de l’occident au Moyen-Orient, s’alliant avec l’Iran et la Syrie tout en faisant l’éloge du socialisme arabe. Il appela le président syrien Assad “un humaniste et un frère” et décrivit le président socialiste libyen Mouammar Kadhafi comme étant “un ami”.

Quant aux banksters, Chavez confirma la plus grande peur de leur porte-voix du WSJ en disant: “Toute banque qui dérape… Je vais l’exproprier…Les banquiers ont tué Hugo Chavez et ont essayé d’empêcher l’élection de Maduro en 2013 et la mise en œuvre en 2017 d’une assemblée constituante populaire.


La City de Londres aux commandes…

En désespoir de réinstaller leur monopole pétrolier sur la nation par l’axe Rockefeller/Rothschild via la filière ExxonMobil / Royal Dutch Shell, la reconnaissance par Trump du bon écolier Guaido comme président n’est juste que la dernière manœuvre en date à cet effet.

Mais ces sbires des Rockefeller et consort continuent de sous-estimer le peuple vénézuélien, qui continuera sa lutte (r)évolutionnaire et demeurera le phare de l’espoir pour le reste du monde.

= = =

Lecture complémentaire:

Dean Henderson NOM 4 cavaliers apocalypse pétrolière et familles banquières de l’oligarchie

 


Vénézuela et Opération Condor 2.0


Solidarité avec le peuple vénézuélien

Géo-ingénierie et Nouvel Ordre Mondial: la NASA admet les épandages de lithium dans l’ionosphère…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, documentaire, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 15 juillet 2018 by Résistance 71

Cet article fait suite à notre publication sur les chemtrails du 12 juillet sur la géo-ingénierie et le Nouvel Ordre Mondial. Nous y ajoutons la vidéo publiée dans l’article original.
~ Résistance 71 ~

 


NASA & géo-ingénierie

 

La NASA reconnaît asperger les Américains avec des traînées chimiques aériennes (chemtrails) toxiques

 

Newswire

 

Avril 2016

 

source:

https://yournewswire.com/nasa-admit-to-spraying-americans-with-poisonous-chemtrails/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La NASA a admis qu’elle épandait des trainées chimiques toxiques dans notre atmosphère, disant que le lithium qui est déversé dans l’ionosphère de la planète aide en fait à traiter les gens atteints de syndrome maniaco-dépressif ou de désordre bipolaire.

Un membre du personnel de la NASA s’est avancé à dire que du lithium ainsi que d’autres produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé, sont intentionnellement épandus dans notre environnement et ce de manière régulière.

La NASA confesse administrer aux Américains des doses de lithium et autre produits chimiques sous forme aérosol dans l’atmosphère.

Il y a l’explication officielle de la NASA du fait des épandages de lithium dans l’atmosphère, le lithium est un produit pharmaceutique qui est le plus souvent utilisé pour traiter les gens atteints de syndrome maniaco-dépressif ou de désordre bipolaire ; et puis il y a la ou les raisons probables. Il serait plus facile d’accepter la raison donnée par la NASA si elle n’était pas si secrète au sujet de tout ce qu’elle étudie et de ce qu’elle fait dans l’espace, mais une chose est sûre, du personnel de la NASA a admis que du lithium ainsi que d’autres produits chimiques sont intentionnellement placés dans notre environnement et ce de manière très régulière. Il est en revanche très possible que la vaste majorité du personnel de la NASA ne soit pas du tout au courant des motivations réelles de mettre en œuvre un tel projet et ces personnes, ironiquement, souvent démontrent le même type d’attitude que ces types de produits chimiques sont supposés induire chez les patients.

Dans la 1ère vidéo choc, un employé de la NASA (Douglas.e.rowland@nasa.gov)  admet que du lithium est répandu dans l’atmosphère et dit que “c’est inoffensif pour l’environnement”. Avant que je vous donne l’explication officielle de la NASA sur le pourquoi ils épandent des substances psychotropes sur des centaines de milliers d’Américains, je désire d’abord vous aiguiller pour que vous puissiez faire votre propre recherche et découvrir par vous-même que tout cela n’est en rien de la “théorie du complot” [NdT: hyperliens fournis vers des articles et vidéos sur l’article original]

Tout ceci est très réel et il y a une documentation scientifique abondante pour totalement corroborer ce que j’avance ici:

Un extrait de Pub Med abstract intitulé, Feasibility of Aerosol Vaccinations in Humans 

discute du comment une augmentation des volumes d’antigène peut-être bénéfique dans l’administration de vaccins par voie aérosol et que cela pourrait être utilisé dans des “pays en voie de développement ou dans des zones de désastres”. Le résumé de l’article admet également que plusieurs milliers d’êtres humains ont déjà été vaccinés par méthode aérosol par des vaccins a virus actif mais atténués de rougeole et de Grippe A. Le sommaire récapitule qu’en fait la vaccination aérosol est idéale pour les grandes populations.. Ceci se produit apparemment depuis déjà 2003.

Une autre discussion au sujet des vaccins aérosol peut-être trouvée dans le  The New England Journal of Medicine. Article intitulé “A Randomized, Controlled Trial of Aerosolized Vaccines Against Measles” déclare que ces vaccins furent testés sur des enfants en Inde, enfants dont certains n’étaient pas âgés de 9 mois. L’OMS a fait des recherches sur la vaccins aérosols depuis des années, tout comme l’ont fait certaines “agences philanthropiques” qui ont un but clair de stériliser les populations. Il est aussi important de noter que l’industrie pharmaceutique a été absoute de toute responsabilité légale quant à la médicalisation des masses sans leur consentement et une protection égale, une immunité lui a été accordé par le congrès des Etats-Unis en 1986.

Cette loi fut défiée et attaquée mais fut maintenue par décision de la CSEU (Cour Suprême des Etats-Unis) en 2011. Bien des agences puissantes s’assurent que nous “prenons bien nos médicaments”.

De fait, bien des nations participent à notre vaccination forcée et à l’épandage de virus atténués, de concoctions chimiques variées et autre “chemtrails” au-dessus de nos têtes et ce de manière très fréquente.

Le Bureau Office of the Gene Technology Regulator (OGTR) a considéré donner une licence d’application à PaxVax Australie (PaxVax) pour répandre intentionnellement des vaccins OGM (génétiquement modifiés) consistant en une bactérie active dans l’environnement du Queensland, D’Australie du Sud, de Victoria et de l’Australie de l’Ouest. Ils planifiaient de répandre le choléra sur leurs gens. D’après le régulateur légal, ce vaccin OGM qualifiait pour constituer une inoculation contrôlée et limitée de maladie sous la section 50A de la loi sur la technologie génétique de l’an 2000.

“L’incidence sur les humains du virus du Nil occidental peut-être réduite de manière signifiante par des épandages ciblant les moustiques adultes, d’après une étude scientifique de la Yale School of Public Health et du California Department of Public Health.”

Nous espérons avoir établi que ceci EST EN TRAIN de se produire. Mais pourquoi ? Alors que de plus en plus de nations refusent les organismes génétiquement modifiés et de boire de l’eau fluorée, qui a été étiquetée comme agent neuro-toxique par un des tous premiers magazines médicaux au monde, la structure du pouvoir qui désire avoir une population asservie a besoin d’imaginer un moyen d’altérer notre neuro-chimie.

Le lithium modifie la façon dont nous pensons en changeant le niveau de sérotonine et de norépinéphrine sécrétées par notre système endocrinien. Le lithium altère fortement le système nerveux central et pourtant l’employé de la NASA dans la vidéo répète qu’il “n’est pas dangereux” et ne fait pas de tort aux populations. Même les médecins qui prescrivent normalement ce médicament pour les gens ayant des troubles mentaux ont dit que cette substance était dangereuse car il est très difficile de trouver le bon dosage. Il est donc certain que l’on puisse questionner le fait de procéder à des épandages de vastes volumes de lithium de manière générale dans l’atmosphère sous forme aérosol. Voici ce que pense la NASA de cette pratique:

“Le projet étudie des particules neutres et chargées dans l’ionoshère et comment chacune affecte la façon dont les autres se déplacent dans une région. Les variations sont importantes parce que toutes nos communications et satellites GPS envoient des signaux au travers de l’ionosphère. Une ionosphère perturbée se traduit par des signaux perturbés, ainsi les scientifiques veulent savoir ce qui cause l’ionosphère de se comporter de manière si spécifique.” (NASA)

Dans le même temps, si les gens sur-dosés commencent à se figurer ce qu’on leur fait, le gouvernement américain a imposé un baillon légal au service météorologique national et à la NOAA, qui pourraient facilement réfuter l’affirmation ridicule de la NASA.

Notoirement, toute personne qui travaille avec la NASA, La Météo Nationale ou la NOAA, est payée avec l’argent public des contribuables. C’est à dire que nous payons pour être empoisonnés.

L’info de la NASA est corroborée par le  Code 8440 RMMO qui explique le lancement de fusées contenant de la thermite de lithium:

“Purpose: The primary purpose of this mission was to test the loading methods for lithium canisters to be flown on the upcoming Kudeki (Kwajalein, April 2013) and Pfaff (Wallops, June 2013) missions, and verify their functionality under sounding rocket launch and space flight conditions.

Rocket Type: Two-stage Terrier MK70 Improved-Orion

Location: Wallops Range

Launcher: MRL

Date of Launch: January 29, 2013

Time: 17:50 EST

Experiment results: Thermistor data looked nominal. Good report from airborne optical platform of recorded video and lithium clouds also visible by ground observation.’

On apprend également de la conversation téléphonique avec la NASA (voir la vidéo, en anglais) que le lithium a été répandu dans les cieux des Etats-Unis depuis les années 1970. Si vous vouliez abrutir les masses, créer des prisonniers sans cervelle ne sachant même pas qu’ils sont en prison, cela est certainement la façon de le faire. Epandre du lithium dans nos cieux, avec des bactéries, des virus, des prions, des parasites, des fungi, des toxines carcinogènes, des substances altérant le système hormonal et des micro-poussières altérant no gènes, n’est rien d’autre que guerre biologique contre le peuple. Vous pouvez les appelés “chemtrails”, traînées chimiques ou ce que vous voulez d’autre, le résultat est le même.

Nouvel Ordre Mondial: Al Qaïda et l’EIIL créés par l’empire (Harvard)

Posted in 11 septembre, actualité, altermondialisme, documentaire, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 juillet 2018 by Résistance 71


La lumière du N.O.M

 

Un chercheur de Harvard explique comment les Etats-Unis ont créé Al Qaïda et le groupe terroriste de l’EIIL / Daesh

 

Arjun Walia

 

27 juin 2018

 

Source: http://www.informationclearinghouse.info/49733.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

C’est assez fascinant de constater à quel point la conscience planétaire a changé en l’espace de ces quelques cinq dernières années et ceci ne s’est pas produit sur juste un sujet, mais dans bien des domaines allant de la santé à la géopolitique et tout ce qu’on peut trouver entre les deux.

Les gens sont vraiment en train de se réveiller et de voir au travers de la masse de la propagande et des mensonges qui nous sont continuellement apportés par les médias sur les sujets globaux et autre domaines englobant tous les aspects de l’humanité.

Connu pour être le “père de la relation publique”, Edward Bernays (NdT: neveu de Sigmund Freud) le résume assez bien:

La manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses est un élément important de la société démocratique. Ceux qui manipulent de mécanisme invisible de la société constituent un gouvernement invisible qui est le véritable pouvoir de notre pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont formatés, nos goûts façonnés, nos idées suggérées, essentiellement par un groupe de personnes dont nous n’avons jamais entendu parler.” — Propaganda, 1928

Ce grand “réveil” dont je parle est devenu évident alors que des mots comme “état profond”, “terrorisme faux-drapeau” sont devenus des lieux communs de la rhétorique publique médiatique, des politiciens internationaux y faisant même souvent référence. Prenez le président russe Poutine par exemple qui a dénoncé en de multiples occasions l’alliance militaire occidentale et ses menaces “magiques”, “mythiques” qu’elle crée pour justifier son action politico-économique et ses sanctions et interventions dans de nombreux pays pour en fait d’autres motifs. Un autre exemple serait comment le président syrien Bachar al Assad a dénoncé Donald Trump pour n’être qu’un autre outil de l’état profond états-unien. Cette reconnaissance de “l’état profond” est énorme car de nombreux présidents américains ont essayé d’en informer le public au cours des dernières décennies.

L’ancien président Theodor Roosevelt fut un de ceux qui essaya de nous prévenir que les deux partis politiques US avaient dérogé de leur objectif initial et qu’au lieu que la politique soit un outil pour promouvoir le bien public des masses, “ils sont les outils d’intérêts corrompus qui les utilisent pour assouvir leurs propres intérêts. Derrière ce gouvernement de façade, siège, trône un gouvernement invisible, n’ayant aucune responsabilité ni allégeance de quelque sorte que ce soit envers le peuple.” (source)

L’idée que les gouvernements ne représentent en rien leur peuple et que ceci n’est pas nouveau est devenu évident aujourd’hui. Pour nous, à Collective Evolution, c’est fascinant parce que nous avons écrit et dénoncé cet état profond depuis des années (NdT: de la même manière pour nous à Résistance 71…) et avoir maintenant des figures de la politique en parler ouvertement fait définitivement se poser des questions.

Le meilleur exemple (moderne) de terrorisme faux-drapeau pourrait bien être les attentats du 11 septembre 2001 ainsi que les récentes attaques chimiques ayant eu lieu en Syrie. Est-ce que l’élite mondialiste fomente et perpétue ces évènements en le blâmant sur quelqu’un d’autre pour justifier les actions qu’ils ont décidé de prendre ? Est-ce que tout ce qu’on nous dit et ce que nous connaissons sur le terrorisme et la menace sur la sûreté de l’État est fondé sur de fausses assertions ?

La Syrie et l’histoire de la Syrie est un excellent exemple, le document intitulé “Syria: Scenarios of Dramatic Political Change,” a été écrit en juillet 1986 par le Foreign Subversion and Instability Center, partie du Mission Center for Global Issues de la CIA. Il déclare sa mission être: “d’analyser un nombre possible de scénarios pouvant mener à l’expulsion du président Assad ou tout autre changement politique d’importance en Syrie.” Bien que le document ait 25 ans d’âge, il montre que les Etats-Unis planifient d’infiltrer et d’influencer la Syrie afin de créer un changement utile à leurs intérêts, cela remonte à plus de 30 ans..

Le document vient aussi avec des témoignages de gens de l’intérieur, comme par exemple le général 4 étoiles Wesley Clark, ancien chef des opérations de l’OTAN de 1997 à 2000. Celui-ci a déclaré dans un entretien avec Democracy Now! que les USA planifiaient d’envahir 7 pays en 5 ans au Moyen-Orient incluant la Syrie et ce sans aucune raison valide. Il offrait le sentiment des personnes au sein de l’armée américaine que nous avions une “bonne armée” et que nous pouvions “renverser des gouvernements”. Il parla d’un mémo interne du Pentagone qui décrivait comment les Etats-Unis allaient “renverser 7 pays en 5 ans en commençant avec l’Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et pour finir l’Iran.

(source).

Alors, qui a créé Al Qaïda et l’EIIL ?…

Nous sommes face à face avec la prise de contrôle criminelle à un niveau international.. il y a une guerre ouverte menée par les Etats-Unis et qui peut être menée par quelques pays par procuration qui obéissent aux ordres de Washington… La ‘guerre globale contre le terrorisme’ est une action américaine, une fausse action, basée sur de fausses bases. Elle nous explique que quelque part les Etats-Unis et le monde occidental courent après un ennemi fictif, l’État Islamique, quand cet EI est de fait totalement soutenu et financé par l’alliance militaire occidentale et les alliés des Etats-Unis dans le Golfe Persique,

Cette citation ci-dessus provient d’un économiste canadien, Michel Chossudovsky, professeur émérite de l’université d’Ottawa. Il expliqua tout cela dans une conférence international sur le Nouvel Ordre Mondial qui fut organisée il y a quelques années par la Perdana Global Peace Foundation.

Comme on peut le constater, ce sentiment est partagé par beaucoup et une des dernières voix à abonder en ce sens est celle de Garikai Chengu de l’université de Harvard.

A l’instar d’Al Qaïda, l’EIIL est made in USA, il est un instrument de terreur fait pour diviser et conquérir le Moyen-Orient riche en pétrole et en hydrocarbures et pour contrer l’influence croissante de l’Iran dans la région. Le fait que les Etats-Unis ont une très longue histoire de soutien et de création  du terrorisme ne surprendra que ceux qui regardent les JT et ignorent l’histoire.

Un autre excellent point que Chengu établit:

La relation de l’Amérique avec AQ a toujours été une relation de haine et d’amour. Tout cela dépend si un groupe particulier affilié à AQ sert des intérêts américains spécifiques dans la zone où il se trouve. Selon le cas, le ministère des affaires étrangères américain soutien et finance le groupe terroriste ou le fait bombarder. Alors même que les législateurs américains clament s’opposer à l’islam extrémiste, ils le fomente et le développent comme arme de leur politique étrangère.

Il fournit pas mal d’exemples dans son article, demandant aux lecteurs de se rappeler quand la “CIA donna naissance à Oussama Ben Laden et allaita son organisation pendant les années 1980.” Il rappelle brièvement l’ancien ministre britannique des affaires étrangères Robin Cook disant au parlement qu’Al Qaïda “était sans aucune équivoque, un produit des services de renseignement occidentaux.

La vérité est qu’il n’y a pas d’armée islamique ou de groupe terroriste répondant au nom d’Al Qaïda et tout officier de renseignement informé sait parfaitement cela. Mais en revanche, il y a une campagne de propagande pour faire croire au public la présence d’une entité intensifiée représentant ‘le diable’ et ce uniquement pour amener les téléspectateurs à accepter un leadership international unifié pour une ‘guerre contre le terrorisme’. Le pays qui se tient derrière cette campagne de propagande sont les Etats-Unis.” ~ Robin Cook

Aujourd’hui, nous avons de nombreux lanceurs d’alerte qui martèlent ce point précis. Voici par exemple une vidéo de la lanceuse d’alerte du FBI Sibel Edmonds sur RT news: video.

Elle est une ancienne traductrice du FBI et fondatrice de la National Security Whistleblowers Coalition (NSWBC). Elle a attiré pas mal d’attention sur elle en 2002 après avoir accusé un collègue de couvrir une activité illicite impliquant des citoyens turcs, qui mettaient en cause de sérieux manquements à la sécurité et des activités de camouflage en référence à des informations ultra-confidentielles qui étaient délibérément supprimées. Elle met en évidence le fait que l’EIIL est la création de ceux-là mêmes qui appelle le groupe terroriste.

Un autre exemple récent provient d’Edward Snowden qui publie un tweet de l’assistant professeur Max Abrahms, expert en sécurité internationale, posant la relation entre la CIA et AQ. […] 

Snowden a retweeter ceci le 12 septembre, le jour d’après l’anniversaire du 11 septembre.

La soi-disante guerre contre le terrorisme devrait être vue pour ce qu’elle est véritablement: un prétexte pour maintenir une armée américaine dangereusement sur-gonflée. Les deux groupes les plus importants influents sur la politique étrangère américaine sont le lobby israélien qui dirige la politique américaine du Moyen-Orient et le complexe militaro-industriel qui profite de toutes les actions qui en découlent. Depuis que George W. Bush a déclaré cette ‘guerre contre le terrorisme’ en 2001, celle-ci a coûté aux contribuable plus de 6600 milliards de dollars et des milliers de nos jeunes sont tombés pour cette mascarade ; mais cette guerre a aussi engrangé des milliards pour l’élite au sommet de la pyramide américaine.” ~ Garikai Chengu.

Alors que pouvez-vous faire ? En quoi cela change t’il votre vie ?

Le plus intéressant au sujet de ce type d’information est que cela va à contre-courant de l’info des merdias de base et de leur rhétorique usuelle. Dans un monde où l’information est présentée de manière totalement antinomique à la réalité de terrain, que doit donc faire celui qui est intéressé de connaître la vérité ?…

La plupart sait qui sert la soupe les vraies “fausses nouvelles/infos” et cela est spécifiquement intrigant quand on a tant de sources qui vont contre le narratif officiel. Ce qui est encore plus inquiétant est que ce sont les gouvernements qui veulent décider de ce qui est de la “vraie et de la fausse info”, de ce qui est réel et de ce qui est falsifié. Ne devrions-nous pas être capables de faire cela nous-mêmes ?… Ne devrions nous pas mettre notre casque à esprit critique ? Ne sommes-nous pas capable de regarder des sources variées d’information et de faire un choix informé plutôt que de dépendre exclusivement des infos diffusées sur nos écrans de TV avec des gens d’influence manipulant les perceptions et les esprits de la masse des gens ?…

En fin de compte, c’est tout ce qui existe, une guerre pour notre conscience et il est très clair qu’ils ne veulent vraiment pas que nous pensions par nous-mêmes.

Ce type d’info est du style catalyseur “ah ah, mais c’est pourtant bien sûr!”. Plus on commence à voir les choses, et à devenir conscients des réalités et plus cela devient le point de départ de l’action. Regardez ce qu’il s’est produit avec les OGM et l’activisme que cela a engendré, ainsi la vaste majorité de la nourriture OGM parfaitement légale aux Etats-Unis a été interdite dans bien des pays du monde.

C’est la même chose avec le terrorisme et la guerre en général. Au bout du compte, on nous a lavé le cerveau et on continue d’être conditionné afin d’accepter les raisons de la guerre. Au moment où nous nous réveillons, à l’instant où nous avons ce moment “ah ah”, c’est le moment où tout change et c’est aussi le moment où les soldats commenceront à arrêter d’appuyer sur la détente de leurs armes.

Le changement commence avec nous ! et au moment où nous ne permettons plus que nous soyons utilisés comme outils pour les objectifs et les fins de gens puissants, alors vient le moment où le monde commence à changer et nous sommes en ce moment même dans ce processus !… Une des choses les plus fortes et utiles que vous puissiez faire, est que lorsque l’opportunité vous ait présentée, n’ayez jamais peur de gueuler et de partager un avis, une opinion qui va à contre-courant.

== =

“Soyez le changement que vous voulez pour le monde..”
~Mahatma Gandhi ~

= = =

Lectures complémentaires:

Manifeste pour la Société des Sociétés

Au sujet dun 11 septembre nucleaire

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

911_History_en

Que faire ?

Au sujet d’un 11 septembre nucleaire

Effondrer le colonialisme

Théorie Russo Ukrainienne de l’Origine Profonde Abiotique du Pétrole

petit_precis_sur_la_societe_et_letat

le bouclier du lanceur d’alerte

Mascarade géopolitique: Une vision de la rencontre Trump-Kim (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 17 juin 2018 by Résistance 71

Analyse intéressante de Pepe Escobar sur la rencontre Trump-Kim à Singapour. Comment l’empire pourra t’il évacuer la zone de la péninsule coréenne ? N’est-ce pas en fait à terme remettre de l’huile sur le feu ? Est-ce une partie du plan de fusion de l’empire avec la Chine ?… A suivre avec intérêt.

Lecture connexe:

« Sur la fumisterie de ‘l’accord’ Trump-Kim »

 

Le mot clé du show Trump-Kim

 

Pepe Escobar

 

15 juin 2018

 

url de l’article en français:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article10030

En réaffirmant la Déclaration de Panmunjom, le Président américain s’est engagé à rapatrier ses troupes de Corée du Sud et donc à une dénucléarisation complète du Sud et du Nord.

L’émission de télé-réalité géopolitique Trump-Kim – surréaliste pour certains – a fait une entrée sans précédent dans les annales de la diplomatie internationale. Il sera difficile de surpasser le président américain en train de sortir un iPad et de montrer à Kim Jong-un la bande annonce ringarde d’un film d’action de série B des années 1980 – avec un Sylvester Stallone en cameo, faisant des deux leaders des héros destinés à sauver les 7 milliards de personnes de la planète.

Loin de la télévision, l’ancien « Rocket Man », devenu respectueusement dans la terminologie de Trump « Président Kim », a fait un formidable coup en effaçant complètement du texte final de la déclaration commune de Singapour le terrible acronyme CVID – ou « complete, verifiable, irreversible denuclearization” (dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible).

Tout au long des négociations préalables au sommet, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a toujours insisté sur une stratégie « action pour action » aboutissant à la dénucléarisation, puisque Pyongyang aura une compensation à chaque étape au lieu d’attendre une dénucléarisation complète pour être admissible à des avantages économiques, ce qui aurait pu durer plus d’une décennie.

La déclaration conjointe de Singapour consacre exactement ce que le partenariat stratégique Russie-Chine, formalisé lors du récent sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), suggérait depuis le début : un double gel.

La RPDC suspend tous les nouveaux essais nucléaires et de missiles pendant que les États-Unis et la Corée du Sud arrêtent les « jeux de guerre » (selon la terminologie de Trump).

Cette séquence logique de la feuille de route sino-russe est basée sur ce que le président sud-coréen Moon Jae-in a convenu avec Kim Jong-un lors du sommet inter-coréen en avril dernier. Et cela rejoint ce dont la Corée du Nord, la Corée du Sud et la Russie avaient déjà discuté lors du sommet de l’Extrême-Orient à Vladivostok en septembre dernier, comme l’a rapporté Asia Times c’est à dire l’intégration économique entre la Russie et les deux Corées, y compris la connectivité cruciale d’un futur chemin de fer trans-coréen avec le Transsibérien.

Encore une fois, tout cela concerne l’intégration de l’Eurasie ; accroissement des échanges entre la Corée du Nord et la Chine du Nord-Est, concernant principalement les provinces du Liaoning, du Jilin et du Heilongjiang ; et la connectivité totale et physique des deux Corées au cœur de l’Eurasie.

C’est encore un exemple de la Nouvelle route de la soie, ou initiative de la ceinture et de la route (BRI), qui rencontre l’Union économique eurasiatique (UEE). Et ce n’est pas un hasard si la Corée du Sud veut établir des liens plus étroits avec la BRI et l’UEE.

En cas de doute, relisez Panmunjom

La déclaration commune de Singapour n’est pas un accord ; c’est une déclaration. L’élément absolument clé est le numéro 3 : « Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018, la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ».

Cela signifie que les États-Unis et la Corée du Nord travailleront à la dénucléarisation non seulement la RPDC mais aussi toute la péninsule coréenne.

Bien plus que « … la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne », les mots-clés sont en fait « réaffirmant la Déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018 … »

Même avant Singapour, tout le monde savait que la RPDC ne « de-nuke » (terminologie de Trump) pas pour rien, surtout quand on ne lui promettait que quelques vagues « garanties » américaines.

Comme on pouvait s’y attendre, tant les factions impérialistes américaines néoconservatrices que les factions impérialistes humanitaires sont unanimes dans leur fureur, fustigeant l’absence de consistance dans la déclaration commune. En fait, il y avait énormément de consistance. Singapour réaffirme la Déclaration de Panmunjom, qui est un accord entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

En signant la déclaration commune de Singapour, Washington a été mis au courant de la Déclaration de Panmunjom. En droit, quand on prend connaissance d’un fait, on ne peut l’ignorer plus tard. L’engagement de la RPDC à dénucléariser dans la déclaration de Singapour est une réaffirmation de son engagement à dénucléariser dans la Déclaration de Panmunjom, avec toutes les conditions qui y sont attachées. Et Trump l’a reconnu en signant la déclaration de Singapour.

La Déclaration de Panmunjom le souligne : « La Corée du Sud et la Corée du Nord ont confirmé l’objectif commun de réaliser, par la dénucléarisation complète, une péninsule coréenne exempte d’armes nucléaires. La Corée du Sud et la Corée du Nord sont d’avis que les mesures prises par la Corée du Nord sont très significatives et cruciales pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne et ont convenu de remplir leurs rôles et responsabilités respectifs à cet égard. La Corée du Sud et la Corée du Nord ont convenu de rechercher activement le soutien et la coopération de la communauté internationale pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

C’est cela l’engagement. « La » communauté internationale « , comme tout le monde le sait, est le code pour désigner les États-Unis comme étant le Grand Décideur. Si Washington ne rapatrie pas ses troupes de Corée du Sud, il n’y aura pas de dénucléarisation. Fondamentalement, c’est l’accord discuté entre Kim et le président Xi Jinping lors de leurs deux réunions cruciales, avant Singapour. Sortez les États-Unis de la péninsule et nous vous couvrons.

Toute l’attention devrait donc se focaliser sur la « réaffirmation », le mot clé de la déclaration commune de Singapour.

Géopolitique et Nouvel Ordre Mondial: L’entreprise terroriste Washington-Ryadh (Tony Cartalucci)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 avril 2018 by Résistance 71

Un article de fond utile et nécessaire de Tony Cartalucci qui montre une fois de plus les connivences criminelles et les ramifications tentaculaires manipulatrices de l’empire anglo-américain contrôlé depuis a City de Londres, GQG de la haute finance transnationale.
Il n’y a pas de solution au sein du système et ne peut y en avoir. Il est quand même grand temps de le comprendre et d7agir, ensemble, e conséquence par delà antagonisme et division.
~ Résistance 71 ~

Lectures complémentaires:

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

Manifeste pour la societe des societes

 

L’entreprise de la terreur de Washington et de Ryadh

 

Tony Cartalucci

 

6 avril 2018

 

url de l’article original:

http://landdestroyer.blogspot.jp/2018/04/washington-and-riyadhs-terror-enterprise.html#more

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce qui commença comme un moyen pour la Maison des Saoud d’établir, de consolider et éventuellement d’étendre son pouvoir politique sur la péninsule arabique au XVIIIème siècle est maintenant devenu un très bon outil bien façonné et rôdé de pouvoir géopolitique tout à fait intégré dans la politique étrangère de Washington.

Pendant des décennies, les Etats-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont aidé l’Arabie Saoudite (AS) à exporter des méthodes d’endoctrinement politique connues sous le vocable de wahhabisme pour radicaliser les individus et grossir les rangs des forces mercenaires utilisées pour déclencher des guerres par procuration à l’étranger et manipuler les populations occidentales intra muros.

Une remarquable admission a été récemment faite dans les pages du Washington Post (NdT:devenu le blog du proprio d’Amazon Jeff Bezos…) dans un article intitulé “Le prince saoudien nie qu’il a Kushner dans sa poche” ( « Saudi prince denies Kushner is ‘in his pocket’. » ).

L’article citait le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman en disant:

“En réponse aux questions sur la dissémination financée par l’AS du wahhabisme, forme austère de l’islam qui est dominante dans le royaume et que certains ont accusé d’être la source du terrorisme mondial, MBS a dit que les investissements dans les mosquées et les madrassas (écoles coraniques) à l’étranger étaient enracinés dans la guerre froide alors que les alliés demandèrent à l’AS d’utiliser ses ressources pour empêcher une infiltration soviétique dans les pays musulmans.

Des gouvernements successifs saoudiens ont perdu le fil de cet effort, a t’il dit et maintenant “nous devons tout reprendre”. Les financements proviennent maintenant largement de “fondations” basées à l’extérieur de l’AS, plutôt que du gouvernement.

Alors que l’article affirme “que des gouvernements successifs saoudiens ont perdu le fil de l’effet [de financement]” et que le financement est maintenant effectué via des “fondations en dehors de l’AS”, ceci n’est pas vrai.

Il n’y a rien de la sorte en AS que des “gouvernements successifs”. La nation depuis sa création, n’a été dirigée que par une seule famille, celle de la Maison des al-Saoud.

Bien que des fondations basées en AS puissent être le conduit par lequel le wahhabisme est organisé, financé et dirigé, tout ceci est fait pour Ryadh dans un processus mis en place et écrit par Washington.

Un outil et non pas une idéologie

Le wahhabisme a été créé et utilisé comme outil politique dès le tout début du XVIIIème siècle. Il a servi de pierre angulaire pour la construction de l’Arabie Saoudite. Ainsi de manière bien pratique, le wahhabisme depuis sa création, a toujours été intolérant envers les étrangers. Pour les Saoudiens cherchant le pouvoir politique au travers de la conquête, cette intolérance fut facilement transformée en utilisation de la violence contre des tribus et états voisins qui ne se soumettaient pas au pouvoir saoudien.

Les Britanniques contrôlèrent plus avant cet outil politique dans leur concurrence pour le pouvoir avec l’empire ottoman. L’empire britannique encouragea et cultiva les idéologies extrémistes comme le wahhabisme avant et après la chute de l’empire ottoman. Après les deux guerres mondiales, les Britanniques et les Américains s’allièrent avec des nations comme l’AS et commencèrent à exporter le wahhabisme et son mode d’endoctrinement dans le monde entier.

De l’admission même du prince héritier MBS ceci donne une meilleure vision de l’utilisation de l’extrémisme par Washington en Syrie à la fin des années 1970 et au début des années 1980 ainsi que pour le soutien par les Etats-Unis des militants en Afghanistan, visant à déloger l’URSS de la région.

Mais ceci révèle aussi précisément comment le terrorisme en tant qu’outil géopolitique est utilisé dans l’ère actuelle de l’après guerre froide et qui l’utilise.

“Des mosquées” financées par l’AS et autres états du Golfe [Qatar, EAU…] en dehors du Moyen-Orient, incluant l’Europe et l’Asie, servent de centres de recrutement et d’endoctrinement pour les Etats-Unis et leurs alliés pour les guerres par procuration variées et leurs efforts de déstabilisation dans le monde.

Comment aiguise-t’on le wahhabisme ?

Des combattants étrangers recrutés de par le monde pour se battre en Syrie et sa guerre incessante, le furent essentiellement par le réseau wahhabite financé et dirigé par l’AS.

“Des mosquées et des madrassas” opérant en Amérique du Nord et en Europe existent avec les pleines connaissance et coopération des services de renseignement et de sécurité occidentaux. Le recrutement, déploiement et le retour de ces mercenaires wahhabites endoctrinés à travers l’occident ont été admis même dans toute la presse et les médias occidentaux.

L’organisation médiatique danoise, The Local DK, a exposé un tel centre au Danemark. Le rapport des faits dans un article intitulé: « Danish mosque doubles down on Isis support, » décrivait ce qui est un soutien ouvert pour des organisations terroristes déclarées, spécifiquement le soi-disant Etat Islamique (EI) ou Daesh.

L’article déclarait:

Nous voulons que l’EI soit au top. Nous voulons un EI du monde.” a dit le mollah de la mosquée Oussama el-Saadi au programme DR.

El-Saadi a aussi dit qu’il voyait la participation du Danemark dans la coalition emmenée par les USA dans les combats contre la Syrie, comme un affront non seulement à sa mosquée mais à tous les musulmans.

La guerre est contre l’Islam “ a t’il déclaré.

Cette même supposée mosquée au Danemark, malgré son soutien ouvert au terrorisme, ne sera pas immédiatement fermée et ses leaders arrêtés comme on pourrait s’y attendre. Au lieu de cela, le gouvernement danois a reconnu travailler avec la “mosquée” pour gérer le processus.

L’article du magazine allemand Der Spiegel, « Community Response: A Danish Answer to Radical Jihad, » rapportait:

“Le commissaire Aarsley dit qu’il est très fier de ce qu’ils ont réussi jusqu’ici, et il n’oublie jamais de féliciter ses gens et ceux qui sont impliqués dans le programme. Il est particulièrement locace sur un homme, un salafiste barbu qui est le leader de la mosquée Grimhøjvej à Aarhus, dont bien des jeunes qui sont partis pour la Syrie émanent. Son leader est un homme du nom de Oussama El Saadi… Ces deux hommes ont joint leur force dans un projet qui recherche sur la réponse à ces questions qui minent tout le continent européen: Que peut-on faire de ces radicaux qui reviennent de Syrie ? Quelles mesures peut-on prendre pour contrer cette terreur qui une une fois plus semble vouloir menacer l’occident toujours plus près ?”

Etonnamment, les merdias occidentaux ont admis l’existence de telles “mosquées” qui recrutent ouvertement des hommes en occident pour combattre comme mercenaires en Syrie sous la bannière d’Al Qaïda et de ses nombreuses variantes et succursales avant qu’ils ne retournent en Europe et posent un problème de sécurité pour les populations occidentales.

Plutôt que de démanteler le réseau et d’éliminer la menace, l’occident l’a intentionnellement laissé croître, créant des divisions socio-politiques au sein des nations ; augmentant le racisme, la bigoterie et la xénophobie ce qui aide à toujours justifier les guerres de l’occident à l’étranger tout en permettant de justifier du développement d’un état toujours plus policier intra muros.

Le maquillage

Le journal britannique “the Independant” dans son article, « Saudi Arabia boosting extremism in Europe, says former ambassador, » a admis:

L’AS a financé des mosquées dans l’Europe entière qui sont devenus des points chauds de l’´extrémisme religieux.”, a dit l’ancien ambassadeur britannique en AS Sir William Patey. Mais cet article, comme bon nombre d’entre eux, se garde bien de parler des implications bien plus larges du financement saoudien et de l’utilisation de ces mosquées comme centres d’endoctrinement et de recrutement alimentant en militants des forces financées et armées par les Etats-Unis, l’Europe, l’AS et ses partenaires arabes, dans des conflits autour du monde.

Les merdias occidentaux et les politiciens ainsi que les représentants saoudiens ont tenté d’affirmer que Ryadh soit ne contrôle pas complètement ce réseau ou alors ne comprend pas le rôle central du réseau dans le terrorisme mondial. De telles excuses sont totalement absurdes.

Les Etats-Unis et l’AS utilisent les réseaux wahhabites pour remplir les groupes militants combattant autour du monde, ceci est une évidence extrême. Les combattants sont “accidentellement” recrutés dans des mosquées financées par l’AS à travers l’Europe, le Moyen-Orient, et l’Asie et forment des groupes terroristes armés, financés, entraînés et autrement soutenus par les Etats-Unis, l’Europe et leurs alliés Moyen-Orientaux incluant l’AS (NdT: et Israël, la Turquie, la Jordanie…).

Pour ce qui est de la Syrie en particulier, le journaliste très expérimenté Seymour Hersh avait exposé dès 2007 dans son article « The Redirection Is the Administration’s new policy benefitting our enemies in the war on terrorism? »   ce processus en action alors que l’affaire qui mena à la guerre en Syrie en 2011 était déjà en cours de préparation.

L’article disait:

“Pour diminuer l’Iran qui est chiite de manière prédominante, l’administration Bush a décidé de reconfigurer effectivement ses priorités au Moyen-Orient. Au Liban, l’administration a coopéré avec le gouvernement saoudien, qui est sunnite, dans des opérations clandestines qui sont faites pour affaiblir le Hezbollah, l’organisation chiite qui est soutenue par l’Iran. Les Etats-Unis ont aussi pris part à des opérations clandestines visant l’Iran et son allié la Syrie. Un effet secondaire de ces opérations a été de développer des groupes extrémistes sunnites qui épousent une vision militante de l’Islam et qui sont hostiles à l’Amérique et sympathisant d’Al Qaïda. (NdT: ce qui veut dire sympathisants de la CIA ou Al CIAda tant il est clair depuis longtemps que le groupe terroriste est une construction des services américains, pakistanais et saoudiens depuis sa création au début des années 1980…)

L’article faisait aussi remarquer::

“Cette fois, m’a dit le consultant pour le gouvernement américain, le prince Bandar et autres Saoudiens ont assuré à la Maison Blanche qu’”ils surveilleront de près les fondamentalistes religieux. Leur message qui nous était adressé fut: ‘Nous avons créé ce mouvement et nous pouvons le contrôler.’ Ce n’est pas qu’on ne veut pas que les salafistes lancent de bombes, mais plutôt à qui ils les balancent, le Hezbollah, Moqtada al-Sadr, l’Iran et aux Syriens s’ils continuent de travailler avec le Hezbollah et l’Iran.

Ainsi, il n’y a absolument rien d’accidentel ou de non intentionnel au sujet de la création par Washington et Ryadh de ces réseaux  et de leur utilisation.

D’autres tactiques ont également été utilisées aussi bien pour empêcher de s’intéresser à cet effort vieux de plusieurs décennies. L’utilisation du “multi-culturalisme” contre le racisme violent, la bigoterie et la xénophobie a créé un faux débat qui transforme ce qui est essentiellement une assistance multinationale occidentalo-arabe au terrorisme en des sujets, des leviers hautement diviseurs.

Une opposition contrôlée des deux côtés de ce “débat” résultant en une diversion intentionnelle pour le public des questions qui entourent cette création et l’utilisation du wahhabisme par l’AS et ses alliés arabes, tout comme par l’occident lui-même.

Le conduit américano-saoudien de la terreur mondiale

Des “mosquées” financées par l’AS endoctrinant, radicalisant et recrutant les militants, les aspirants combattants qui sont ensuite transférés vers les zones d’opérations. Des extrémistes ouïghours commandités par les Etats-Unis et l’AS en provenance de la province occidentale de la Chine du Xinjiang, ont été transférés à travers l’Asie du Sud-Est avant d’arriver en Turquie où ils sont formés et entraînés avant d’être envoyés combattre les forces de Damas en Syrie. (cf: US-Saudi sponsored extremists drawn from China’s Uyghur population )

Et tandis que la tâche principale du pipeline de la terreur américano-saoudien a été d’alimenter la guerre par procuration en Syrie, l’endoctrinement wahhabite commandité par les USA et l’AS, la radicalisation et le recrutement, sont aussi localisés. Tandis que des extrémistes ouïghours sont envoyés en Syrie, d’autres sont recrutés et déployés en Chine.

En Asie du sud-est, le financement saoudien a trouvé son chemin vers les militants combattant sous la bannière de l’EIIL aux Philippines. Il y a des préoccupations tout à fait légitime sur le fait que ce réseau financé par les USA et l’AS ait aussi essayé de s’infiltrer en Thaïlande et d’exploiter les luttes séparatistes du sud du pays.

Au Myanmar voisin, les Etats-Unis ont aidé à mettre au pouvoir le régime actuel mené par la “conseillère d’état” Aung San Suu Kyi. Ses supporteurs racistes et ultra-nationalistes ont mené une politique de violence génocidaire ces dernières années contre la minorité de la nation musulmane des Rohingya. Simultanément, les Etats-Unis et l’AS ont créé un groupe militant rohingya mené par Ata Ullah qui a grandi et a été éduqué en Arabie Saoudite.

La toile de fond de la vie d’Ata Ullah est très nébuleuse. Son “leadership” semble être similaire à celui d’Abou Bakr al-Baghdadi de l’EIIL/Daesh, une figure d’organisation qui ultimement est gérée et contrôlée depuis Ryadh et Washington.

L’utilisation de terroristes a servi à remplir plusieurs objectifs. Pour la Syrie, ce fut la tentative de changement de régime, en Chine, agitation politique et possible balkanisation le long des frontières ; en Asie du Sud-Est, tentative de diviser et d’affaiblir des nations où Washington essaie de mettre en place des régimes clients et sous contrôle ou dans des nations comme le Myanmar dans lesquelles les USA ont besoin d’avoir un régime en place qui demeure obéissant et pour les Philippines en particulier, un moyen de maintenir une présence militaire américaine sur le sol philippin.

Mettre à jour et en finir avec l’entreprise de la terreur de Washington et de Ryadh

Les Etats-Unis considèrent le wahhabisme comme un outil géopolitique très utile qu’il a façonné et déjà utilisé depuis des décennies. Tandis que les EU et leurs alliés occidentaux feignent de ne rien savoir de sa création, et feignent l’incapacité à pouvoir y mettre un terme, ils continuent d’investir à la fois dans ses opérations continues et dans sa perpétuelle réinvention.

Tandis que le wahhabisme a peut-être assisté l’AS dans sa fondation et son expansion en tant que puissant médiateur régional, son sponsorship de ces réseaux est aujourd’hui non viable et est en train de très rapidement devenir un sérieux handicap. Les Etats-Unis, comme cela a déjà été prouvé avec d’anciens alliés et prestataires de service par procuration, vont continuer à utiliser le schéma wahhabite saoudien jusqu’à ce qu’à la fois le wahhabisme et l’AS n’existent plus. (Note de R71: Nous sommes non seulement d’accord avec Cartalucci sur ce point mais nous irons plus loin… L’empire fera et fait du reste exactement de même avec le sionisme et Israël…)

Bien qu’il soit encore trop tôt pour le dire, l’AS a bien des moyens et des intérêts à transformer son longtemps feint intérêt d’exposer et de démanteler ces réseaux en action réelle de le faire.

Pour le public au sens large, pulvériser les affaires du petit levier politique utilisé par l’occident pour protéger ce réseau de promotion multinational d’endoctrinement, de radicalisation et de recrutement est essentiel pour gagner l’opinion publique à la cause d’exposer à la fois le rôle de l’Arabie Saoudite et de l’occident à le construire et à le perpétuer.