Archive pour mohawk contre terrorisme d’état

Nouvel Ordre Mondial: lucidité mohawk…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 août 2016 by Résistance 71

“Regardez-bien ce qui se passe ici, parce que quand ils en auront fini avec nous, ce sera votre tour !…”
~ Mère de clan Mohawk à des Québecois venus aux nouvelles, Oka, 1990 ~

 

Bon chien-chien !

 

Mohawk Nation News

 

30 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/07/30/good-doggie/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le crime et ses résultats sont la base économique de l’Amérique corporatiste/entrepreneuriale, en commençant par le vol de nos terres, nos ressources et le génocide qui s’en est suivi. Les esprits états-uniens ont été réajusté de l’instinct naturel de survie au tout marchand. Les règles pour les valeurs, la vie et sa direction sont créées et mises en pratique par une fausse éducation, un système religieux et de communication de masse, qui sont des camps de rééducation. Les Américains ont des “entraîneurs” qui leur donnent les commandements importants. On leur dit que leurs patrons vont les aimer s’ils font ce qu’on leur dit. Autrement, ils seront insultés, menacés, punis et même tués.

Des gens aux positions clef des gouvernements, soutenus par un système légal fait de lois et de tribunaux pour les faire appliquer, illustre constamment comment les Américains doivent agir et faire. Le programme de lavage de cerveau est si efficace que les gens en redemande toujours plus.

Comme pour les syndicats du crime, des portes-flingue gravitent autour du gouvernement, incorporant ceux qui sont doués pour frapper, tuer, collecter l’argent et faire parler les muscles pour perpétuer la matrix du contrôle. Ils portent avec eux la peur, l’intimidation et la frappe s’ils ne peuvent être obéis ou payés. Leur maison, compte en banque, enfants, voiture ou quoi que ce soit de valeur seront saisis.

Récemment, un homme a fait une attaque à main armée avec un couteau. Personne n’a résisté. Les gens sont conditionnés pour attendre que quelqu’un leur donne l’ordre de faire quelque chose. S’ls blessent le voleur, ils seront sans doute mis en accusation. Les règles et réglementations corporatistes n’encouragent pas à s’impliquer.

Les armes sont retirées ainsi seuls les oppresseurs en ont. Ceux qui résistant pourront être mis en prison ou même abattus. Certains transportent des armes derrière le fauteuil de leur voiture. Ils disent aux flics qu’ils ont le droit de les transporter. Des millions n’ont aucune permis. Les flics de Chicago ont saisi les armes de gens, puis les ont données aux flics de Detroit qui les ont revendues.

Onkwe’hon:weh (NDT: habitants naturels et originels de l’Île de la Grande Tortue / Amérique du Nord) va se serrer les coudes. Les flics veulent savoir combien de guerriers et d’armes nous avons, afin d’évaluer notre instinct naturel de survie. Les Américains ne furent pas satisfaits de nous tuer une cartouche à la fois. Des mitrailleuses furent utilisées pour faucher des millions de nos hommes, femes et enfants.

La loi martiale peut être déclarée sans aucune résistance. L’armée américaine est renforcée par des trouffions en provenance de l’ONU et du monde entier. On promeut la provoocation afin de commencer une guerre civile. Des gangs de rue complètement armées jusqu’aux dents sont en supériorité numérique sur les flics dans les grandes villes tout comme dans les plus petites.

Le Nouvel Ordre Mondial a des plans et un programme pour le contrôle et le meurtre des gens et non pas sur le comment les sauver. Avec des satellites et des ordinateurs, cette force organisée peut contrôler et éliminer ses cibles bien plus efficacement. Les remèdes légaux pour aider les gens sont en train de disparaître très vite.

La vie est une façade de croyance et le demeurera tant que nous n’avons pas les commandes de l’affaire. “Le cercle indien” a décrit comment le peuple ordinaire fut mis à contribution et fut ordonné de nous massacrer en masse et de prendre tout ce que nous avons.

La plupart des Américains sont complètement conditionnés à se soumettre à la loi martiale ; comme les religions pacifiées du code de “Handsome Lake” dans nos communautés iroquoises, ils sont sous l’illusion qu’uk superhéro va les sauver. On nous dit de ne pas/plus penser par nous-mêmes ni d’utiliser le bon sens commun.

Jim Morrison chante l’attente de l’ordre: “Ashen lady, ashen lady, Give up your vows, give up your vows. Save our city, save our city, Right now. … The future’s uncertain and the end is always near. Let it roll, baby roll”. [Roadhouse Blues]

Publicités

Résistance politique au colonialisme occidental: Vue du haut du perchoir de Red X (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 20 janvier 2016 by Résistance 71

Red X vaisseaux fantômes

 

Mohawk Nation News

 

19 janvier 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/01/19/red-x-ghost-ships/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le sage mythique Onkwe’on:weh (du peuple originel de l’Île de la Grande Tortue) Red X de la 5ème dimension fait la lumière sur la disparition de navires cargo en haute mer. Du haut de son perchoir il voit les calamités à venir être lancées contre Kaia’nere:kowa, la Grande Loi de la Paix. Ses frères et sœurs rouges doivent être prévenus, “pas de sang Onkwe’on:weh pour le pétrole”.

Red X avertit que “les traîtres, pour avoir aidé et endorsé l’agenda national d’une corporation étrangère, doivent être sortis du placard et exposés au grand jour. Saisissez-vous de ces infidèles et jettez-les devant le peuple.”

Ils sont soumis à la loi de la terre et de son peuple naturel, ils pourraient être fessés par les femmes avec des verges de saule pleureur rouge. Spécifiquement ces flics de la Sûreté du Québec qui à Val’dor ont abusé de presque tout nos ken’non:kweh. Red X suggère que l’on se rappelle que la Grande Loi de la Paix permet que chaque Onkwe’on:weh communauté de se policer elle-même.

De la suppression ou de l’élimination du travail, Red X dit “qui travaille de toute façon ? qu’est-ce qui est vraiment éliminé ?” Sur le dédain des intellectuels et des arts, Red X travaille à une libération.

Red X dit que les conseils de tribus (USA) et de bandes (Canada) sont “les garçons du groupe dans le ventre de la bête et doivent être avortés.”

Il pense profondément sur le comment les super puissances pourraient avoir coordonné la disparition des navires cargo et l’argent de toutes les banques. “Cela ressemble à un boulot fait de l’intérieur”, a t’il déclaré “pour obtenir tout l’or noir, qui est la raison de toutes les guerres”. Red X dit “le fric parle et le reste croâsse”. Il nous rappelle que les médias de masse (pressetituée), le ministère de la propagande, n’est qu’un porte-parole pour le nettoyage ethnique et le génocide. “Emparez-vus des ondes maintenant !” dit Red X “et dites la vérité au pouvoir !”

Obama est-il le messie pour (re)délivrer Jesus à Israël ? “Alors priez dieu et passez les munitions !”

Son regard ses posés sur les centaines de milliers de bulletins de vote qui ont été frauduleusement ajouté au suffrage pour gagner toute élection. La merde du pape pue certainement plus que l’homme otah (l’homme merde) Coderre de Montréal (NdT: en référence à la décision du maire de Montréal de faire déverser quelques 8 milliards de litre de déjections non traitées dans les eaux du St Laurent fin 2015…). Il essaie de nous faire tous rejoindre sa nouvelle religion. Vous pouvez faire ce que vous voulez aussi loin que vous vous excusiez pour le refaire encore. Red X conseille “C’est là qu’ils prennent un coup sur le museau.”

Red X voit le fascisme depuis son perchoir quelque part dans un terrain montagneux où le soleil se repose toujours, Comme l’aigle gardien de la confédération (iroquoise), “Nous fûmes appelés autrefois des chefs sapin, mais aujourd’hui nous ne sommes plus que des “remueurs de merde”. “

Affirmation de souveraineté contre le colonialisme occidental… Les Mohawks mettent en demeure l’université McGill de Montréal !

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 novembre 2015 by Résistance 71

« La ligne de descendance des personnes appartenant aux Cinq Nations se fera par la ligne féminine. Les femmes seront considérées comme les progénitrices de la nation. Elles devront posséder le territoire et la terre. Hommes et femmes devront suivre le statut de la mère. »
~ Kaiane’reko:wa, wampum 44 ~

 

Discours à l’université McGill de Montréal

 

Mohawk Nation News

 

19 Novembre 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/11/19/speech-at-mcgill/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ceci est le discours fait à la conférence “démilitarisons l’université McGill” donné par Kahentinetha, kanien’ke:haka Bear Clan, le 19 Novembre 2015 à l’université McGill de Montréal.  

McGill est une université frauduleuse construite sur notre terre et avec notre argent. (Note de R71: L’université de McGill à Montréal est une des universités les plus connues du Canada. Elle a servi entre autre à des recherches secrètes de la CIA sur la psychologie profonde humaine et des recherches impliquant des patients humains et des expériences de tortures psychologiques et physiques par électrochocs ont été conduites à McGill dans les années 1960-70 avec un financement de la CIA. Naomi Klein relate ce scandaleux épisode dans son livre “La thérapie du choc”). Nous (le peuple Mohawk) sommes propriétaires de McGill et en tant que ses directeurs légaux nous allons en faire une université de la paix et pour la paix. Le comité des gouverneurs de l’université représente ceux qui ont orchestré le vol de notre terre et de nos fonds. Les lois étrangères qui ont été utilisées pour nous voler ne s’appliquent pas au vivant, aux êtres naturels de chair et de sang comme nous-mêmes, qui furent placés sur Ono’waregeh (Île de la Grande Tortue) par le monde naturel.

En 1827, James McGill a obtenu une charte en Grande-Bretagne pour établir un collège sur tsionni’tsotiaken. La seule véritable loi régissant la terre est kaiane’reko:wa, la Grande Loi de la Paix. Le collège allait à la banqueroute. Alors notre “fond fiduciaire” des Six nations (iroquoises) fut “emprunté”. Sans aucune intention de rembourser l’argent, pour construire cette université.

Le 12 septembre courant, sous les auspices du Wampum 44 de Kaia’nere:kowa, l’université McGill a reçu une notification de saisie du conseil des mères de la nation. James McGill, John Molson et leurs acolytes pour la Family Compact du haut Canada et du Chateau Clique du bas Canada, ont établi des entités commerciales, entrepreneuriales sur notre terre sans notre consentement et en essayant de circonscrire notre souveraineté. Ils sont une version artificielle des 13 familles de sang qui composent la COURONNE.

Nous demandons que l’université McGill cesse et se désiste immédiatement de l’invasion, de l’infraction et de l’exploitation de notre territoire ; qu’elle respecte le teio’ha:teh (NdT: ou guswen:ta le Wampum Deux Rangées accepté au traité de Montréal en 1701) comme base de notre relation et nous paie notre dû, incluant 185 ans d’intérêts composés. La terre et tout ce qui est dessus nous appartiennent. Nous avons demandé de rencontrer des membres du comité des gouverneurs pour discuter de tout ceci de manière pacifique. Il apparait aujourd’hui que les gouverneurs ne désirent pas procéder de manière pacifique.

Nous avons fait des traités d’alliance pacifiques avec les nouveaux venus et ce en accord avec la Grande Paix de Montréal du 15 Août 1701, basés sur à la fois kaia’nere:kowa et sur teio’ha:teh.

En 1710, nous les Rotino’shonni:onwe (Iroquois) avons initié la toute première conférence internationale pour la paix mondiale à Londres ; vous ne le savez probablemet pas, mais des ceintures wampum ont été données aux 13 familles. Pierre le Grand de Russie était en attendance et les ceintures de paix avec le peuple russe sont en lieu sûr au musée d’archéologie Pierre le Grand. Nous espérons avoir une réunion à St Petersbourg pour discuter des ceintures wampum. Le peuple russe se souvient. Les Grands-Meres expliquent à leurs petits-enfants au sujet des “Indiens” d’Amérique du Nord qui ont une loi de la paix.

Quand nos chefs sont revenus de Londres, ils nous ont dit: “Ils ne se fient qu’aux mots écrits et c’est ainisi qu’ils seront jugés.” Nous nous fions aux ceintures wampum, qui sont montrées et ré-examinées régulièrement.

Vous, aussi intelligents que vous soyez, vous savez que vous avez brisé chaque traité, contrat sur Ono’ware:keh, l’Île de la Grande Tortue. A chaque fois vous avez failli à votre parole. Kaia’nereko:wa continue d’avoir la jurisdiction sur Kanien’keh (iroquoia, territoires iroquois), qui couvre la terre occupée par les 49 familles. 26,5 millions d’acres de terre aux Etats-Unis et 20 millions au Canada. Npus n’avons jamais rien perdu suite à des défaites militaires, ni n’avons jamais laissé ni terres ni eaux à l’abandon, jamais. Nous avions des alliances avec nos peuples autochtones du cercle polaire arctique jusqu’à la pointe de l’Amérique du Sud, ce que les Européens ont essayé de détruire. Les anciens étudiants et professeurs de McGill devraient être derrière rotino’shonni:onwe (les peuples iroquois) à ce sujet. Leur crédibilité et leur réputation est engagée jusqu’à ce qu’ils parviennent à la vérité.

Les gouvernements sont des corporations qui opèrent sous des lois commerciales et lois contractuelles, réglementations. Family Compact et Chateau Clique, gérés par ces familles jusqu’à aujourd’hui ont obtenu leurs chartes pour établir leurs affaires commerciales sur ce coin de terre grâce à leurs connexions maçonniques. Nous savons très bien qu’ils ne rendent pas ce qu’ils ont volé à moins d’y être forcés.
La COURONNE (NdT: City de Londres et sa Banque d’Anleterre/Vatican) est l’actionnaire privée de l’entreprise “Canada” et de toutes ses sous-entreprises, comme l’université McGill. Tous vos tribunaux et vos banques sont des entreprises, des corporations qui sont la propriété des mêmes actionnaires. Toutes vos identifications pour le gouvernement sont écrites en lettres capitales d’imprimerie, ce qui veut dire que vous êtes aussi une entreprise, une entité fictive, propriété de la COURONNE. Ceci veut dire qu’une corporation/fond fiduciaire est établie à votre nom dès votre naissance. Les preuves accumulées par la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), prouvent que ces actionnaires sont coupables de génocide. Ils ne veulent bien sûr pas se juger eux-mêmes dans leurs propres tribunaux privés.

La COURONNE n’a jamais été le roi ou la reine d’Angleterre depuis l’établissement du corps entrepreneurial et financier de la “City de Londres”. La reine n’est qu’une figure de proue de la COURONNE et a autorité sur les premiers ministres au travers d’une chevalerie vaticane appelée “l’ordre de la jarretière”. Quand la reine doit entrer dans la City pour affaires, elle rencontre le maire de la City au portail du temple du barreau (NdT: et cérémonieusement pénètre dans la City à pied en marchant DERRIERE la maire de la City qui mène la marche et conduit le monarque…). Toutes les municipalités sont la propriété de cette même COURONNE. La City de Londres est le bras financier. Washington DC est leur capitale militaire et le Vatican, la capitale (NdT: des trois cités états, les seules au monde…). La COURONNE possède les trois cités, elle est en fait “l’empire de la cité”.

Étudiants, vous payez cinquante mille dollars pour obtenir un bout de paiper de cette institution qui est construite sur une gigantesque fraude, sur le vol et le mensonge, la falsification. Votre argent sert à louer les services de contracteurs privés pour faire de la recherche et développer des armes et systèmes d’armement exotiques pour le complexe militaro-industriel et pour continuer le génocide d’Ongwe’hon:weh les peuples naturels de la planète. Nous voyons que dans le monde entier, les gouvernements attaquent leur propre peuple et conduisent des opérations terroristes faux-drapeau pour le compte d’un ennemi prétendu, afin de créer un climat de guerre perpétuelle et ce en violation totale de Kaiane’reko:wa.

La Family Compact et le Chateau Clique ont commencé l’escroquerie corporatrice ici. Ils ont espéré qu’un peuple libre avec un esprit sain mourrait. Nous n’avons jamais été informé que nous allions être dépouillés de nos fonds sans aucune intention de recouvrer l’argent. L’empire a déclaré qu’il était propriétaire de manière privée du monde entier. McGill et Molson allèrent à la City de Londres pour s’y enregistrer eux-mêmes. Ils ont incorporés la ville de Montréal en 1832 avec une charte municipale en provenance de la City de Londres. Montréal est une entité entrepreneuriale artificielle, propriété de la COURONNE. Toutes les corporations obtiennent leur numéro ISO (International Standard Organization) de la COURONNE, ce qui les rend succursales de la COURONNE. Tous ceux d’entre-vous avec des identifications canadiennes écrites en lettres capitales d’imprimerie, vous êtes toutes et tous des entités corporatrices et êtes la propriété de la COURONNE.

En parlant de Montréal, quelqu’un a t’il senti cette putride violation de notre fleuve kanianarowano:onwe (St Laurent) par la corporation de Montréal ? Le fleuve fait partie de notre communauté. Quelques uns d’entre vous qui m’écoutez maintenant, ont quelques solutions en tête. Partagez-les. C’est cela le pouvoir d’un esprit uni, la plus grande puissance sur Terre.

Le 7 Octobre courant, une notification d’objection fut envoyée au maire de Montréal Denis Coderre afin qu’il ne fasse pas larguer 8 miliards de litres d’o’tah (merde) et autres polluants médicaux, pharameutiques, industriels et chimiques dans notre fleuve kaniatarowanen:onwe. Teio’ha:teh (Wampum deux rangées) est la base légale sur laquelle vous vivez sur cette colonie connue sous le nom de Montréal.

D’après le Wampum 44 de Kaiake’reko:wa, les kahtihon’tia:kwenio (femmes) sont les “progénitrices du sol”. Les rotikonso’tatie, nouvelles générations, possèdent le titre légal de toute la terre de kan’ien:keh. (Iroquoia) La COURONNE n’a absolument aucune autorité sur notre terre ou sur nous. Sa seule autorité réside sur ceux qui votent dans son système. Le maire de Montréal, en tant qu’agent de la COURONNE du Canada et du Québec a violé ses obligations en regard de la loi de la terre.
Notre loi a pour mission d’´éablir la paix mondiale en protégeant notre mère. Kanien’keh a été violée par le larguage criminel de poisons qui vont tuer la vie et défigurer ce qui survit. L’eau, le liquide sacré de la vie, a été changée en arme de destruction massive.” Les ressources naturelles doivent être immédiatement alouées afin de corriger ce désastre environnemental.

McGill nous doit presque 100 milliards de dollars en intérêt pour la somme qu’ellle nous a volée dans le fond fiduciaire des Six Nations Iroquoises. Que se passe t’il dans votre matrice de l’amirauté lorsqu’un créditeur n’a pas été payé ? Nous vous mettons maintenant en demeure et nous voulons que cette dette soit soldée immédiatement. Nous mettons un terme à ce système de propriété privée mis en place par la Family Compact et le Chateau Clique qui ne possèdent de fait absolument rien. S’il ne corrige pas leurs fautes, nous utilserons tous les moyens à notre disposition pour récupérer ce qui nous appartient de droit. Si le conseil des gouverneurs de l’université continue d’opérer sans notre supervision et retarde toujours plus la réunion que nous avons demandée, nous, les véritables propriétaires de cet établissement, alors au plus ils mettent leur garanti de travail en péril. Nous voulons que le complexe militaro-industriel soit immédiatement viré de tsioni’tiotiaken. Kaiane’reko:wa prévoit que vous n’aurez jamais la paix si vous persitez à la guerre. McGill va devenir la toute première université au monde qui va enseigner Kaiane’reko:wa, le conseil de la Grande Paix, en tant que cours acrédité dans son programme universitaire.

Une communauté parvient à la paix lorsque tout le monde refuse quiconque dans leur communauté qui a quoi que ce soit à voir avec la guerre, incluant les violations et les abus de la terre, de l’air et de l’eau ainsi que tout ce qui a trait au monde naturel, incluant les gens.

Nous avons la responsabilité de suivre la direction indiquée par Kaiane’reko:wa et cette direction est celle que vous devriez également suivre (sur ce territoire) La loi de la terre est la loi de la création, elle n’est pas une loi humaine et elle s’applique à tous.

Résistance au colonialisme: Vol de terres iroquoises en cours dans l’État de New York !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 avril 2015 by Résistance 71

Les « gardiens de la porte orientale » de la longue maison iroquoise, la nation Mohawk, remonte au créneau. Pour l’empire, de part et d’autre de la frontière fictive des deux états coloniaux les plus au nord du continent, la problématique est simple. elle est la même depuis le XVIIème siècle: Si les Mohawks tombent, le reste tombe. Dans le contexte totalitaire croissant que la population canadienne ressent, de plus en plus de gens s’éveillent au leurre, à la tromperie, aux crimes, sur lesquels est bâti l’empire nord-américain. Les sentiments changent, les sympathies changent de camp…

La solution ? Revenir à Guswenta (Wampum Deux Rangées) comme tombés d’accord en Juin 1701 de nations à nations. La solution existe, a été trouvé dans le respect mutuel et de la loi de la terre. Elle est toujours là, il suffit d’avoir la volonté et l’honnêteté de vouloir y revenir.

C’est ensemble contre l’oligarchie que nous trouverons la solution pour l’humanité, car ne nous trompons pas: la véritable question est la survie de l’humanité dans un élan progressiste, pas celle de la planète, qui continuera son chemin spatio-temporel avec ou sans les humains, aucune différence pour la terre-mère…

— Résistance 71 —

 

Meuh Akwasasne

 

Mohawk Nation News

 

5 avril 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/04/05/akwesasne-moo/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Conseil Tribal Mohawk de St Regis Inc. (CTMSR Inc.) essaie de mener son peuple comme des moutons à l’abattoir en utilisant leur “Memorandum Of Understanding” (MOU). La Tribu sera la première à recevoir la décharge électrique dans la tête et le crochet de boucher qui l’emportera. Beverly Cook sera pendue et saignée seule. Appelez là au 518-358-2272 et dites lui: “Bouh au MOU”…

“Le 28 mai 2014, la CTMSR Inc. a annoncé qu’il avait donné son accord pour vendre à l’état de New York notre possession de très longue durée de tout le territoire Mohawk originel pour toujours. Le CTMSR Inc. est une corporation maçonnique de l’état de New York qui a été imposée illégalement au peuple souverain d’Akwesasne en 1892. Ils se rendent à la Loge Massena (leur véritable longue maison). Ce système “fiduciaire” est fait pour voler le territoire Ongwe’honweh et éradiquer la nation Mohawk. Cela viole la convention sur le génocide.

Le peuple Kanionkehaka/Mohawk objecte à cette stratégie coloniale dérivée des bulles papales illégales. Le “Memorandum of Understanding”/MOU de l’état de New York élimine notre titre de propriété inhérent sur plus de 4 millions d’hectares de territoire. Une telle mise sous “tutelle fiduciaire” est issue du colonialisme. La tribu entrepreneuriale (mise en place par le gouvernement colonial) ne parle pour aucun Mohawk sauf les quelques INDIENS vendus au système qui ont votés pour ces représentants ; il en va de même pour toutes les formes de systèmes gouvernementaux qui nous ont été imposées. Le Conseil de Tribu (NdT: conseil de bande au Canada et conseil de tribu aux US, dépendants de la loi indienne au Canada et la loi fédérale indienne aux US… même système colonial aux différences cosmétiques…) ne peut pas court-circuiter Kahtihon’tia:kwenio, les femmes de la nation qui ont la responsabilité exclusive de la terre (wampum 44 de Kaiane’reko:wa, la Grande Loi de la Paix). Le soutien de fait du conseil de tribu par le Conseil Mohawk d’Akwesasne Inc, lui aussi créé par l’entreprise (NdT: coloniale de la City de Londres et du Vatican) du Canada, fait aussi partie de la stratégie d’assimilation coloniale.

Le conseil de tribu a admis que les officiels (fonctionnaires) de l’état de New York avaient dicté les conditions de l’accord. Le gouverneur de l’état de New York Andrew Cuomo a menacé que ceci était leur dernière chance d’en tirer un quelconque bénéfice ! Les INDIENS seront affamés juqu’à la soumission, encore une vieille stratégie coloniale. Il a averti que la notoire affaire de cour suprême des Etats-Unis City de Sherrill contre la nation indienne Oneida Inc. (NdT: lire ici non pas la nation traditionnelle iroquoise Oneida, mais leurs représentants fictifs issus du système électoral colonial), serait utilisée pour éradiquer nos demandes. La menace a forcé le conseil de Tribu à s’accorder du contrat pondu par l’état de New York. Leur peur d’être pénalisé a affecté leur jugement, les forçant à abandonner leur responsabilité fiduciaire “légale” vis à vis de leur peuple. Ils furent d’accord pour autoriser l’état de New York à leur retirer leur droit de naissance Kanionkehaka/Mohawk et à nous imposer des lois étrangères sur notre territoire.

Le conseil de tribu clâme avoir le droit de faire cesser tout droit de naissance Kanionkehaka à tout jamais, sans consulter toute la nation Kanionkehaka. Ils clâment être les successeurs du traité frauduleux des sept nations du Canada, qu’ils cherchent à imposer sur nous l’ensemble des Mohawks ! Aucun document ou résolutions ou affirmations en provenance des sept nations ne furent produits (Algonquins, Nippissings, Kahnawakeronon, Oswegatchie, Hurons de Lorette, Abanakis de Odanak et Kanesatake Mohawks). En tant qu’entreprise de l’état de New York, le conseil de tribu ne peut pas représenter les droits de cette entité ni entrer dans des accords impliquant la nation.

Le MOU du conseil de tribu va utiliser la confiance de l’état fédéral pour essayer de minimiser la souveraineté, la jurisdiction et le titre de propriété de la nation Kanionkehaka. Il n’y a aucun “bénéfices”. L’état de New York va commencer à prélever des impôts sur nous et à voler notre terre. Cette affaire doit être révisée devant une cour de justice internationale comme le tribunal international d’arbitrage de La Haye, qui est un tribunal de répondant pas aux lois de l’amirauté et qui est fait pour gérer ce type de situation.

L’exécutrice légale pour le conseil de tribu, Beverly Cook, nous a menacé lors d’une réunion du clan de l’ours le 21 mars dernier et de nous plier aux menaces de New York sous peine “de ne rien avoir du tout”. Elle suggéra que la nation Kanionkehaka commence par plaider séparément en utiisant le titre de propriété aborigène comme système de défense. Tous les tribunaux des Etats-Unis sont des tribunaux régits par la loi de l’amirauté, qui ne s’applique qu’aux banques, aux entreprises et aux contrats d’affaire et de commerce. Sous la loi actuelle américaine, elle peut seule signer pour mettre un terme à toutes nos demandes à tout jamais, ceci est totalement illégal ! Nous avons besoin d’une résolution de différent internationale. La nation Kanionkehaka sait parfaitement que le rôle de l’exécuteur légal est de protéger les intérêts de l’état de New York dans ce cas précis. Nous ne sommes aucunement liés par les termes du MOU en date du 28 mai 2014. Cela n’affecte que le CMTSR Inc. et ses supporteurs, ceux qui ont votés pour eux.

Cette objection officielle est envoyée au gouverneur de l’état de New York Andrew Cuomo, les différents représentants des résidents d’Albany de l’état de New York et de Washington DC et à Ranatakaiius, le président Barack Obama.

Beverly, le loup a une chanson pour toi: “Smoke Stack Lightning, shining just like gold. Why don’t you hear me crying? Whoo hoo, whoo hoo”. [Howling Wolf, Smoke Stack Lightning.]

http://www.canadianveteransadvocacy.com/blog/?p=1267

La loi anti-terrorisme C-51 criminalise Ongwe’honweh

Projet de loi liberticide au Canada: Une porte-parole Mohawk questionne Ottawa (Ellen Gabriel)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 avril 2015 by Résistance 71

Le gouvernement du nazi Harper à la solde de la City de Londres et de Wall Street se remet la nation Mohawk à dos. Entre ce projet de loi patriot act canadien Bill C-51 et le vol planifié des terres Mohawk de la Seigneurie du Sault St Louis au sud de Montréal, printemps et été risquent d’être chauds et la clique oligarque va suer sang et eau.

La solidarité c’est maintenant ! Démasquons la fraude légale des « souverainetés » coloniales et aidons nos frères Ongwe’hon:weh à reprendre en main la gestion de la terre-mère pour que l’équilibre revienne sur cette planète. Notre salut passe par le leur, et n’oubliez pas que la prochaine loi liberticide passera en France, les ordures du haut de la pyramide font le forcing et jouent leur va-tout, le temps ne joue plus du tout pour eux, contrairement à avant. Retirons leur le tapis de dessous les pieds, que ce colosse aux pieds d’argile s’écrase comme la m…. qu’il est !

Un empire sans terre est un empire à terre !

— Résistance 71 —

 

Projet de loi C-51: Une loi pour criminaliser les défenseurs indigènes de la terre

 

Ellen Gabriel*

 

1er Avril 2015

 

url de l’article:

http://www.tworowtimes.com/opinions/opinion/bill-c-51-an-act-to-criminalize-indigenous-defenders-of-the-land/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce qui suit est une version édité de la lettre envoyée par Ellen Gabriel au comité parlementaire s’occupant du projet de loi C-51. Elle a été soumise au secrétariat de l’assemblée à Ottawa par courriel le 23 Mars 2015.

(*) Katsitsakwas, Ellen Gabriel fut la porte-parole du mouvement Mohawk qui lutta contre l’appropriation illégale de terres ancestrales et sacrées Mohwak pour l’agrandissement d’un parcours de golf. Ce mouvement est connu sous le nom d’Oka 1990. Enseignante d’arts et d’histoire tradtionnels, elle est devenue la présidente de l’association des femmes des premières nations du Québec entre 2004 et 2010.

* * *

Comme on ne m’a pas donné l’opportunité de témoigner en personne, j’écris aujourd’hui en tant que citoyenne de la nation Kanien’kehá:ka (Mohawk) depuis la communauté de Kanehsatà:ke, dont les terres non-cédées continuent à être appriopriées et volées par le Canada par le biais d’intérêts de partis tiers.

En tant que citoyenne de ma nation, j’ai passé les dernières 25 années de ma vie à éduquer le public canadien sur l’histoire du Canada dans la colonisation et le génocide. Mon parcours dans la participation à la protection des terres Kanien’kehá:ka (Mohawk) et de leurs ressources a commencé avant 1990, mais devint plus intense durant et après l’occupation de Kanehsatà:ke en 1990, connue sous le nom de la “crise d’Oka de 1990”.

Pendant la “crise d’Oka en 1990”, moi-même et d’autres membres des communautés de Kanehsatà:ke et de Kahnawà:ke avons été sous surveillance policière durant cette période nous en avons été notifiés par courrier. Dans cette note de mise en garde, les autorités m’informaient que toutes mes conversations téléphoniques avaient été enregistrées et me fournissaient la copie d’une page du code pénal du Canada qui mettait en évidence en stencil jaune les articles qui référaient à la justification de ma mise surveillance en tant que “menace à la sécurité publique” et pour “suspicion d’activités criminelles”.
J’ai reçu trois de ces notes jusqu’à environ l’année 1995, chacune ayant la même raison de suspicion d’activités “criminelles” comme justification de ma mise en surveillance.

En tant que personne qui a été directement affectée par la mise en surveillance des autorités de police, je désirerais adresser ici quelques graves préoccupations en regard de l’impact que cette loi C-51 va avoir sur la dignité, la sécurité, la liberté et l’accès à la justice pour les peuples indigènes. Une grave préoccupation est la section concernant les “interprétations” dont le flou artistique des définitions permet des interprétations unilatérales des termes par le Canada et ses autorités de police mettant ainsi en danger les droits humains des peuples indigènes et leur droit à l’auto-détermination.

La souveraineté assumée du Canada sur les peuples indigènes, leurs terres et leurs ressources est fondée sur des fictions légales datant de siècles passés et remontant à la doctrine chrétienne de la découverte, la doctrine de conquête et celle de Terra Nullius. Ces doctrines de supériorité ont été déclarées par les Nations-Unies comme étant: “… racistes, scientifiquement erronnées, légalement invalides, moralement condamnables et socialement injustes.

Le gouvernement du Canada a mentionné que cette loi était faite pour protéger ses citoyens de ceux qui sont une menace à “… la souveraineté, la sécurité ou l’intégrité territoriale du Canada ou des vies ou de la sécurité du peuple du Canada.

Quoi qu’il en soit, comme mentionné précédemment, la criminalisation incessante des peuples indigènes qui défendent leurs terres de l’exploitation, perpétue les injustices historiques faites pour minimiser et dévaloriser l’espoir en une co-existence pacifique, cela pour le profit d’une sécurité économique et énergétique.

Une attention toute particulière devrait aussi être portée à la capacité des institutions gouvernementales de partager l’information avec d’autres agences. La loi C-51 stipule que les institutions gouvernementales pourront non seulement partager des informations privées mais qu’elles auront également le droit de détenir et de poursuivre en justice des individus qui apparaissent être des menaces pour “… la souveraineté, la sécurité ou l’intégrité territoriale du Canada ou des vies ou de la sécurité du peuple du Canada.” :

Ainsi la question demeure: Qui va contrôler les institutions gouvernementales sur ce que l’information collectée est a) juste, b) utile à une enquête en cours, c) ne viole pas la loi, les conventions, les raités et les déclarations sur les droits de l’Homme internationalement et domestiquement, d) est respectueuse, e) n’est pas discriminatoire, f) est confidentielle, g) si une personne est accusée à tort, qu’un système de juste compensations et un mécanisme de redressement des torts soit en place ; et bien plus de sujets qui impactent sérieusement les droits humains individuels et collectifs des peuples indigènes.

Alors que le développement s’intensifie au Canada et que les peuples et nations indigènes, défenseurs de la terre, protègent leur droit à l’auto-détermination, le gouvernement et les autorités de police doivent de concert prendre connaissance de l’universalité, de l’indivisibilité, de la non-discrimination et de l’inter-dépendance des droits humains dans leurs efforts pour maintenir la règle de la loi. Créer toujours plus de lois sans examiner les impacts qu’elles auront sur les droits de l’Homme en particulier, les droits individuels et collectifs des peuples indigènes, dérobe la société de la richesse de sa démocratie. Qu’ils soient de droits civil, politique, culturel, linguistique ou social, le respect et la jouissance de l’un d’entre eux sont inter-connectés à l’avancement des autres. Pareillement, la privation d’un droit affecte négativement la jouissance des autres.

En 1990, beaucoup de citoyens ainsi que moi-même de la nation Kanien’kehá:ka furent étiquetés comme criminels et terroristes par les autorités de police et les gouvernements du Québec et du Canada pour le simple fait de défendre notre terre. Je suis une personne parmi le grand nombre de générations de peuples indigènes dont les droits ont été menacés, violés par l’état colonial par le fait de la souveraineté assumée du Canada sur nos peuples, nos terres et nos ressources.

Les causes profondes de la dépossession et de l’oppression des peuples indigènes sont personnifiées dans les lois coloniales et le langage. Ce qui a été décrété de “légal” ou parfois de “criminel” dans la législation canadienne est souvent au détriment des peuples indigènes afin de nous contrôler et de nous contenir pour le seul bénéfice de la prospérité du Canada.

C’est le cœur lourd que je constate les réalités et le traitement réservés à mes ancêtres Onkwehón:we (Indigènes) en examinant l’histoire coloniale du Canada ; et nous pouvons conclure que le terme de “génocide” est bien approprié pour décrire une partie de l’histoire du Canada. Le génocide comme “crimes contre l’humanité” inclus: “gérer la persécution et l’extermination physique de minorités nationales, ethniques, raciales et religieuses.

La résistance à l’assimilation est un processus sans fin pour les peuples indigènes du Canada. Nous ne pourrons jamais trouver de repos tant que le Canada respecte et applique les droits de l’Homme et la dignité des peuples indigènes et nos droits d’auto-détermination. En tant que peuples indigènes, nous avons souffert d’injustices historiques et nous devons rester vigilants pour protéger et promouvoir nos enseignements ancestraux et nos lois coutumières, qui nous enseignent comment prendre soin de la terre et de toutes nos relations.

La Déclaration des Droits des Peuples Indigènes de l’ONU et la jurisprudence du système de l’ American Human Rights lui-même, requiert la participation pleine et effective des peuples indigènes dans toutes les décisions affectant leurs droits. Ceci est le standard minimum accepté globalement pour les droits individuels et collectifs des peuples indigènes. J’espère que ce comité prendre en sérieuse considération les implications de cette loi, l’histoire coloniale du Canada et comment cela continue à affecter négativement l’intégrité, la sécurité et le bien-être des peuples indigènes aujourd’hui.

par Ellen Gabriel
, clan de la Tortue, Kanien’kehá:ka Nation de Kanehsatà:ke

Résistance politique: la société traditionnelle Mohawk met en demeure l’état canadien et ses larbins injuns…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 29 mars 2015 by Résistance 71

J’entends le train venir

 

Mohawk Nation News

 

26 mars 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/03/26/i-hear-the-train-acomin/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ceci est ma réponse à la lettre qui est postée à la fin de ce billet (voir la copie, en anglais, sur l’article original, elle même une réponse aux accusations envers le CMK du 12 mars en français ici), reçue du chef du Conseil Mohawk Kahnawake Inc. (CMK Inc.) Mike Delisle en date du 23 mars courant. La réunion qui avait été prévue pour ce soir a été annulée. Aucune n’a été reprogrammée. Bien que Mike dise que “Nous ne sommes pas supervisés par le Conseil Privé (Privy Council de la reine)”, nous avons appris que Sophie Picard, une avocate au barreau du temple, est une des personnes en charge pour le Privy Council. Tout conseil de quoi que ce soit au Canada est supervisé, dirigé, par le Privy Council.

Dans une réunion précédente vous nous avez dit que Christine Deorn est la liaison avec le Privy Council, qui gère l’entreprise au nom de ses actionnaires. Nous, Ongwe’hon:weh (peuple natif), voulons une réunion avec le Privy Council. Ils ont brisé l’accord scellé avec Teio’ha:teh/Wampum Deux Rangées (NdT: aussi appelé Guswentah). Nous nous devons de renégocier ceci pour nos nations.

Le 25 Octobre 1924. les conseils de bandes nous furent imposés (par l’Indian Act ou loi sur les Indiens) à travers le Canada. La Gendarmerie Royale de Canada (GRC) a abattu nos chefs d’une balle dans la tête dans la longue maison. Le système de conseils de bande (étatique) est archaïque et illégal. Vous, en tant que représentant de ce système, êtes complices de génocide.

Le CMK est une entreprise ou vous ne pourriez pas avoir un compte en banque. En fait, vous êtes un acteur pour vos maîtres. Vous ne pouvez pas agir sur nous. Vos réunions secrètes pour vendre notre terre indique que vous n’agissez que pour l’entreprise Canada. Vous dites “Les négociations sont fondées sur les seuls intérêts de la Seigneurie (du Sault St Louis) et non pas sur les droits ou le titre (de propriété)”. “Il y a un intérêt sous-jacent sur ces terres.” En tant qu’INDIEN agissant pour le CMK Inc, vous affirmez totalement que la COURONNE (NdT: La City de Londres et la Banque d’Angleterre et son cartel d’affiliés..) possède l’autorité ultime sur notre terre (NdT: cf Wampum 73 de Kaianerekowah: les peuples natifs indigènes sont les propriétaires de la terre par naissance et ne peuvent jamais en être dépossédés…). Vous avez renié votre droit de naissance !

En 1979, la communauté a procédé à un referendum pour un retour à la Grande Loi de la Paix, Kaianere’ko:wah. Vous violez la volonté du peuple. Les conseils de bande sont une entité étrangère archaïque qui agissent contre la loi internationale et la véritable loi de cette terre. Votre tentative de vendre notre droit de naissance est punissable de la mort, d’après kaianere’ko:wah. Wahatisokwariteh. Mike, il est grand temps d’apprendre au sujet de la Grande Loi de la Paix. Le conseil de bande est un furoncle purulent. La médecine tirée du plantain fournit par la terre-mère va tirer de vous tout le pus étranger et va cicatriser la blessure, tout comme Kaiane’reko:wah le fait.

Dire que “nous ne vivons plus en ces temps là” veut dire qu’il n’y a plus Kaiane’reko:wah dans votre esprit. Kahnawake est la Grande Loi. Parce que vous êtes assimilé, vous dites que nous sommes en plein développement en tant qu’INDIENS (NdT: les majuscules indiquent le fait d’être une entité entrepreneuriale) et que nous ne suivons plus notre loi. Vous parlez pour vous-même et les quelques 300 de vos suiveurs qui ont votés pour vous dans ces élections illégales. Le gouvernement canadien dit que nous, les non-votants, abstentionnistes politques, avons acquiescé. Nous ne pouvons pas légalement voter dans ce système. Si nous le faisons, nous renonçons à notre droit de naissance, comme vous.

Vous ne connaissez pas Kaiane’reko:wah ou vous n’essaieriez pas de nous donner des ordres. Votre structure de prise de décision pyramidale est archaïque. S’assoir autour d’une table pour négocier le droit de naissance de vos enfants c’est être comme l’homme qui aurait violé votre fille. Maintenant il veut s’assoir avec vous et négocier combien de fois il pourra encore la violer. Dites leur simplement que notre terre n’est pas à vendre et qu’il n’y aura aucun oléoduc qui la traversera. Mike, votre esprit a été sérieusement embrumé du brouillard colonialiste.”

 

Russia under attack.

London owns everything?

World news.

Corporatocratie

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 mars 2015 by Résistance 71

Mohawk Nation News

 

25 mars 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/03/25/corporatocracy/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les pères fondateurs des Etats-Unis allèrent à Albany en 1754 afin d’y apprendre plus à notre contact au sujet de la Confédération et de l’union des 6 nations iroquoises. Ceci devint connu comme “le plan d’unification d’Alnany”. Les seigneurs britanniques le court-circuitèrent à cause du pouvoir du conseil des femmes et du conseil des hommes. Les Britanniques possédaient leurs femmes et ils ne voulaient pas que celles-ci en apprennent trop à ce sujet (NdT: l’éternel conflit matriarcat-patriarcat, la société étatique étant la société patriarcale par excellence…).

La révolution américaine fut initiée pour diviser et conquérir la Confédération Iroquoise, pour couper l’arbre de la paix qui se tenait depuis plus de 3000 ans à Onondaga, le plus gros arbre d’Onowaregeh (Île de la Grande Tortue). En 1779, 13 800 colons furent envoyés pour l’abattre.

Une prétendue démocratie fut créée basée sur la structure de la Grande Paix (Kaiane’reko:wa). Le sénat prit alors la place du conseil des femmes. La chambre basse (parlement) celle du conseil des hommes. Le président, un seigneur hiérarchique, fut placé au dessus de tout ce processus pour le rendre incertain et sujet à dispute.

Puis fut mis en place le système majoritaire à 51%, qui est totalement à l’opposé du processus de prise de décision consensuel de la Grande Paix. (NdT: débats populaire publics, décisions prises à l’unanimité, représentéee ensuite par les chefs de clans et de nations qui se réunissent en conseil et qui ne sont que des portes-parole sous surveillance et n’ont aucun pouvoir décisionnel hors du consensus de l’unanimité au préalable atteint par le peuple suivant Kaiane’reko:wa). Puis les banquiers furent mis en place pour contrôler toutes les transactions. Ils commencèrent à vendre la fantaisie saugrenue que les gens pouvaient “posséder” la terre d’Ongwe’hon:weh. Le problème de l’installation coloniale commença, nous y faisons toujours face aujourd’hui.

Toute prise de décision avec Kaianere’ko:wa est faite au travers du système des clans. Dans la version entrepreneuriale américaine, le système de clan a été remplacé par le système des partis politiques, un système de “clans” tout à fait artificiel. Nous, Ongwe’honweh, recevons nos clans de nos mères (matrilinéarité) et ne pouvons pas nous reproduire au sein du même clan. Le système artificiel de parti peut-être changé à volonté.
L’empire britannique est le tout dernier empire demeurant sur cette planète. Il existe au Canada, aux Etats-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Israël. Il est temps pour cet empire de s’effondrer. La démocratie monarchique que le Canada prétend suivre est comme le système américain avec sa présidence hiérarchique. Tout cela n’est qu’un cirque.

Le véritable pouvoir de prise de décision dans l’entreprise Canada se situe avec son comité directeur du Privy Council, le conseil privé (de la reine). Ces gens supervisent les opérations quotidiennes des fonctionnaires de la corporation: le premier ministre, le chef de l’opposition, le ministre des finances etc…

Dekanawida (NdT: Le faiseur de paix qui apporta Kaianere’ko:wa à la confédération iroquoise au XIIème siècle) décrivit le va t’en guerre comme “l’homme qui mange les humains”. Ils adorent le désordre et détestent la paix. Leurs esprits sont tordus au point de susctiter la peur chez tous. Dans la parodie de démocratie adoptée, les souhaits du peuple n’ont aucune importance. Les comités d’entreprise et d’actionnaires prennent les décisions pour les gouvernements et leurs entités. Le vote est un geste symbolique complètement contrôlé par les oligarques.

Dekanawida a aussi dit que tous les gens s’aimeront les uns les autres et vivront en paix par la vertu, la rectitude, la santé et le pouvoir (du peuple). La rectitude est la justice pratiquée entre personnes et nations. La Santé est la force et la justesse de l’esprit et du corps de façon à ce que la paix arrive lorsque les esprits et les corps sont sains. Le pouvoir veut dire l’autorité de la loi (naturelle et de la terre) et de la coutume soutenues par une force suffisante jugée nécessaire par le peuple.

La Grande Paix renvoie les oligarques devant le miroir pour constater leur malfaisance. Dekanawida a dit qu’ils devront rectifier toute la souffrance qu’ils ont causée. Il conseilla de ne jamais aller contre les forces de la Nature, ce qui est le fondement même de la Grande Paix/ Kaiane’roko:wa.

Steve Winwood capture le sentiment de notre dilemne actuel: “Come down off your throne and leave your body alone. Somebody must change. You are the reason I’ve been waiting all these years. Somebody holds the key. I’m near the end, and just ain’t got the time. And I’m wasted and I can’t find my way home”. [Can’t find my way back home].

Kaianere’ko:wa, Grande Loi de la Paix ou Constitution e la Confédération Iroquoise, en français, fichier .pdf ici

 

1754 Albany Plan.

 

Read. Decolonize Ono’ware:geh.