Archive pour retrait de consentement mohawk

Projet de loi liberticide au Canada: Une porte-parole Mohawk questionne Ottawa (Ellen Gabriel)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 avril 2015 by Résistance 71

Le gouvernement du nazi Harper à la solde de la City de Londres et de Wall Street se remet la nation Mohawk à dos. Entre ce projet de loi patriot act canadien Bill C-51 et le vol planifié des terres Mohawk de la Seigneurie du Sault St Louis au sud de Montréal, printemps et été risquent d’être chauds et la clique oligarque va suer sang et eau.

La solidarité c’est maintenant ! Démasquons la fraude légale des « souverainetés » coloniales et aidons nos frères Ongwe’hon:weh à reprendre en main la gestion de la terre-mère pour que l’équilibre revienne sur cette planète. Notre salut passe par le leur, et n’oubliez pas que la prochaine loi liberticide passera en France, les ordures du haut de la pyramide font le forcing et jouent leur va-tout, le temps ne joue plus du tout pour eux, contrairement à avant. Retirons leur le tapis de dessous les pieds, que ce colosse aux pieds d’argile s’écrase comme la m…. qu’il est !

Un empire sans terre est un empire à terre !

— Résistance 71 —

 

Projet de loi C-51: Une loi pour criminaliser les défenseurs indigènes de la terre

 

Ellen Gabriel*

 

1er Avril 2015

 

url de l’article:

http://www.tworowtimes.com/opinions/opinion/bill-c-51-an-act-to-criminalize-indigenous-defenders-of-the-land/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce qui suit est une version édité de la lettre envoyée par Ellen Gabriel au comité parlementaire s’occupant du projet de loi C-51. Elle a été soumise au secrétariat de l’assemblée à Ottawa par courriel le 23 Mars 2015.

(*) Katsitsakwas, Ellen Gabriel fut la porte-parole du mouvement Mohawk qui lutta contre l’appropriation illégale de terres ancestrales et sacrées Mohwak pour l’agrandissement d’un parcours de golf. Ce mouvement est connu sous le nom d’Oka 1990. Enseignante d’arts et d’histoire tradtionnels, elle est devenue la présidente de l’association des femmes des premières nations du Québec entre 2004 et 2010.

* * *

Comme on ne m’a pas donné l’opportunité de témoigner en personne, j’écris aujourd’hui en tant que citoyenne de la nation Kanien’kehá:ka (Mohawk) depuis la communauté de Kanehsatà:ke, dont les terres non-cédées continuent à être appriopriées et volées par le Canada par le biais d’intérêts de partis tiers.

En tant que citoyenne de ma nation, j’ai passé les dernières 25 années de ma vie à éduquer le public canadien sur l’histoire du Canada dans la colonisation et le génocide. Mon parcours dans la participation à la protection des terres Kanien’kehá:ka (Mohawk) et de leurs ressources a commencé avant 1990, mais devint plus intense durant et après l’occupation de Kanehsatà:ke en 1990, connue sous le nom de la “crise d’Oka de 1990”.

Pendant la “crise d’Oka en 1990”, moi-même et d’autres membres des communautés de Kanehsatà:ke et de Kahnawà:ke avons été sous surveillance policière durant cette période nous en avons été notifiés par courrier. Dans cette note de mise en garde, les autorités m’informaient que toutes mes conversations téléphoniques avaient été enregistrées et me fournissaient la copie d’une page du code pénal du Canada qui mettait en évidence en stencil jaune les articles qui référaient à la justification de ma mise surveillance en tant que “menace à la sécurité publique” et pour “suspicion d’activités criminelles”.
J’ai reçu trois de ces notes jusqu’à environ l’année 1995, chacune ayant la même raison de suspicion d’activités “criminelles” comme justification de ma mise en surveillance.

En tant que personne qui a été directement affectée par la mise en surveillance des autorités de police, je désirerais adresser ici quelques graves préoccupations en regard de l’impact que cette loi C-51 va avoir sur la dignité, la sécurité, la liberté et l’accès à la justice pour les peuples indigènes. Une grave préoccupation est la section concernant les “interprétations” dont le flou artistique des définitions permet des interprétations unilatérales des termes par le Canada et ses autorités de police mettant ainsi en danger les droits humains des peuples indigènes et leur droit à l’auto-détermination.

La souveraineté assumée du Canada sur les peuples indigènes, leurs terres et leurs ressources est fondée sur des fictions légales datant de siècles passés et remontant à la doctrine chrétienne de la découverte, la doctrine de conquête et celle de Terra Nullius. Ces doctrines de supériorité ont été déclarées par les Nations-Unies comme étant: “… racistes, scientifiquement erronnées, légalement invalides, moralement condamnables et socialement injustes.

Le gouvernement du Canada a mentionné que cette loi était faite pour protéger ses citoyens de ceux qui sont une menace à “… la souveraineté, la sécurité ou l’intégrité territoriale du Canada ou des vies ou de la sécurité du peuple du Canada.

Quoi qu’il en soit, comme mentionné précédemment, la criminalisation incessante des peuples indigènes qui défendent leurs terres de l’exploitation, perpétue les injustices historiques faites pour minimiser et dévaloriser l’espoir en une co-existence pacifique, cela pour le profit d’une sécurité économique et énergétique.

Une attention toute particulière devrait aussi être portée à la capacité des institutions gouvernementales de partager l’information avec d’autres agences. La loi C-51 stipule que les institutions gouvernementales pourront non seulement partager des informations privées mais qu’elles auront également le droit de détenir et de poursuivre en justice des individus qui apparaissent être des menaces pour “… la souveraineté, la sécurité ou l’intégrité territoriale du Canada ou des vies ou de la sécurité du peuple du Canada.” :

Ainsi la question demeure: Qui va contrôler les institutions gouvernementales sur ce que l’information collectée est a) juste, b) utile à une enquête en cours, c) ne viole pas la loi, les conventions, les raités et les déclarations sur les droits de l’Homme internationalement et domestiquement, d) est respectueuse, e) n’est pas discriminatoire, f) est confidentielle, g) si une personne est accusée à tort, qu’un système de juste compensations et un mécanisme de redressement des torts soit en place ; et bien plus de sujets qui impactent sérieusement les droits humains individuels et collectifs des peuples indigènes.

Alors que le développement s’intensifie au Canada et que les peuples et nations indigènes, défenseurs de la terre, protègent leur droit à l’auto-détermination, le gouvernement et les autorités de police doivent de concert prendre connaissance de l’universalité, de l’indivisibilité, de la non-discrimination et de l’inter-dépendance des droits humains dans leurs efforts pour maintenir la règle de la loi. Créer toujours plus de lois sans examiner les impacts qu’elles auront sur les droits de l’Homme en particulier, les droits individuels et collectifs des peuples indigènes, dérobe la société de la richesse de sa démocratie. Qu’ils soient de droits civil, politique, culturel, linguistique ou social, le respect et la jouissance de l’un d’entre eux sont inter-connectés à l’avancement des autres. Pareillement, la privation d’un droit affecte négativement la jouissance des autres.

En 1990, beaucoup de citoyens ainsi que moi-même de la nation Kanien’kehá:ka furent étiquetés comme criminels et terroristes par les autorités de police et les gouvernements du Québec et du Canada pour le simple fait de défendre notre terre. Je suis une personne parmi le grand nombre de générations de peuples indigènes dont les droits ont été menacés, violés par l’état colonial par le fait de la souveraineté assumée du Canada sur nos peuples, nos terres et nos ressources.

Les causes profondes de la dépossession et de l’oppression des peuples indigènes sont personnifiées dans les lois coloniales et le langage. Ce qui a été décrété de “légal” ou parfois de “criminel” dans la législation canadienne est souvent au détriment des peuples indigènes afin de nous contrôler et de nous contenir pour le seul bénéfice de la prospérité du Canada.

C’est le cœur lourd que je constate les réalités et le traitement réservés à mes ancêtres Onkwehón:we (Indigènes) en examinant l’histoire coloniale du Canada ; et nous pouvons conclure que le terme de “génocide” est bien approprié pour décrire une partie de l’histoire du Canada. Le génocide comme “crimes contre l’humanité” inclus: “gérer la persécution et l’extermination physique de minorités nationales, ethniques, raciales et religieuses.

La résistance à l’assimilation est un processus sans fin pour les peuples indigènes du Canada. Nous ne pourrons jamais trouver de repos tant que le Canada respecte et applique les droits de l’Homme et la dignité des peuples indigènes et nos droits d’auto-détermination. En tant que peuples indigènes, nous avons souffert d’injustices historiques et nous devons rester vigilants pour protéger et promouvoir nos enseignements ancestraux et nos lois coutumières, qui nous enseignent comment prendre soin de la terre et de toutes nos relations.

La Déclaration des Droits des Peuples Indigènes de l’ONU et la jurisprudence du système de l’ American Human Rights lui-même, requiert la participation pleine et effective des peuples indigènes dans toutes les décisions affectant leurs droits. Ceci est le standard minimum accepté globalement pour les droits individuels et collectifs des peuples indigènes. J’espère que ce comité prendre en sérieuse considération les implications de cette loi, l’histoire coloniale du Canada et comment cela continue à affecter négativement l’intégrité, la sécurité et le bien-être des peuples indigènes aujourd’hui.

par Ellen Gabriel
, clan de la Tortue, Kanien’kehá:ka Nation de Kanehsatà:ke

Résistance politique: Devenir des virus pour abattre la bête…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social with tags , , , , , , , , , , , , , , on 22 mars 2015 by Résistance 71

La bête en l’occurrence étant la société étatique pyramidale, inégalitaire, capitaliste, disfonctionnelle, oligarchique, répressive et finalement toujours totalitaire…

— Résistance 71 —

 

Le ventre de la bête

 

Mohawk Nation News

 

20 Mars 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/03/19/belly-of-the-beast/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La matrice de l’amirauté est la bête, avec ses banques, ses entreprises et ses tribunaux. Il n’y est question que d’argent. Nous sommes dévorés, mais pas encore digérés. Sans nous, pas d’énergie. Nous allons devenir la plus virulente grippe intestinale jamais déclarée et nous allons tuer la bête de l’intérieur.

Imaginez que nous sommes dans un grand stade, dans les tribunes se tient le monde entier regardant le match entre nous et les porcs corporatistes. La plupart des gens veulent toujours que les outsiders gagnent. Nous, sur Ono’ware:geh (l’Île de la Grande Tortue / Amérique du Nord) allons tuer cette bête qui menace la terre entière. Tout le monde peut nous aider en lui retirant sa bouffe et son fric. Lorsque nous refusons tous de dépenser nos dollars et de rester à la maison sans aller au travail pendant une journée complète, la bête sera affamée et tombera à genoux.

Puis viendra le virus d’été qui dure plus longtemps. Personne n’ira au boulot ni ne dépensera de l’argent pendant un laps de temps plus long, alors la bête aura de violents maux de ventre et essaiera de se procurer du Zantac, mais cela n’aura aucun effet. Harper essaie de nous avaler tout rond avec sa loi liberticide “anti-terreur” C-51. Il vaudrait mieux pour lui qu’il ait une bonne réserve de médicaments pour l’estomac parce que nous allons tuer la bête.

La bête de guerre mange les gens, les défèque puis mange leurs bébés. Le Canada a été façonné comme alternative aux grands méchants Etats-Unis, mais nous savions que tous deux étaient gérés par les mêmes familles bancaires européennes. Cette loi “anti-terrorisme” C-51 est faite pour que tout le monde tombe dans la grande gueule ouverte de la bête. La matrix est organisée dans chaque pays afin que tout le monde tombe dans son ventre, se noyant dans ses fluides toxiques alors qu’ elle avale toutes les ressources (naturelles).

Nous allons nous transformer de potiches vaccinées, idiotes et fluorées en le plus mortel virus gastrique jamais connu. La bête devrait avoir très peur. Tous les antibiotiques ne marcheront plu

s. Ceci va être le “super bug” dont ils ont toujours eu peur. Les gens sont en phase de mutation. La bête mourra d’une lente agonie.

La solution est Kaia’nere:kowa, la Grande Loi de la Paix. Jogosaseh a dit à Decanawida que le femmes rationneraient la nourriture si elles sont impliquées dans la guerre. Nous allons arrêter de nourrir la bête. La bête va mourir. La guerre prendra fin. Unification, force, paix.

 

Lyrics. Sea of Joy.

Read: Chris Hedges on C-51.

Read: Canada’s economic miracle!

Read: Australia committing genocide.

Read: Ongwe’hon:weh ready to resist?

Résistance politique au colonialisme: Le conseil colonial usurpateur Mohawk a été averti une seconde fois par la société traditionnelle… (Québec)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 14 mars 2015 by Résistance 71

Mêlée Mohawk

 

Mohawk Nation News

 

12 Mars 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/03/12/mohawk-melee/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’entreprise commerciale Canada n’est pas requise d’obtenir l’accord d’Ongwe’hon:weh (NdT: peuples amérindiens) pour faire passer une proposition, tout ce qu’elle a à faire est d’organiser une réunion de “consultation” avec les natifs Si nous n’y prenons pas part, cela veut dire que nous sommes d’accord et acquiesçons. Cette OBJECTION à l’usurpation de la terre de Ganiengeh (NdT: territoire de la nation Mohawk dont Montréal fait partie…) connue sous le nom de “Seigneurie du Sault St Louis” (SSSL) fut présentée au Conseil Mohawk de Kahnawake Inc. (CMK Inc.). Mike Delisle, le président de la corporation CMK Inc. , a dit que sa date butoir pour que cet accord soit ratifié, est au début Juin 2015. Delisle fut averti que “Toutes les 500 nations natives de l’île de la Grande Tortue (Amérique du Nord) étaient représentées au traité de la grande Paix Montréal en 1701, traité qui permît alors aux colons de vivre ici.” Ce traité a été brisé. Dès lors tout doit revenir comme au jour d’avant le traité pour tous les Ongwe’hon:weh (NdT: peuples originels de l’Île de la Grande Tortue). Le don de la terre de la Seigneurie aux jésuites par le roi Louis XIV en 1680 est une fraude et est invalide. Louis ne possédait pas notre terre.

Le CMK Inc. sont des INDIENS corporatifs qui agissent au nom de la COURONNE (NdT: la City de Londres et sa Banque d’Angleterre) et est supervisé par le Conseil Privé (de la reine) ou Privy Council. Leur boulot est de mettre une étiquette de prix sur notre terre puis de la vendre. Kanahwake sera rendu invivable par les réseaux d’oléoducs, d’autoroutes, de canaux, de chemins de fer et par les toxines émanant des ressources volées et transportées depuis l’Ouest du pays. Ces traîtres du CMK Inc. ont renoncé à leurs droits de naissance, leur nom Ongwe’hon:weh, leur clan, leur voix et leur droit de vivre parmi nous. Leurs actions constituent des actes d’espionnage, de complot et de complicité de génocide.

Notre terre apartient à ceux qui nous viennent du dessous. Le CMK Inc, le parlement, la reine, les entreprises/corporations, les banquiers et leurs suiveurs sont tous des étrangers. Leurs petites réunions privées ne représentent pas légalement la volonté du peuple. Ils doivent rendre des comptes aux 49 familles, nos amis et alliés à travers Ono’ware:geh (Île de la Grande Tortue)

Si le CMK Inc. continue ses trahisons, ils seront brûlés par le feu, qui brûlera pour toujours. Les relations politiques ne peuvent être menées que par les voies diplomatiques prescrites par Teio’ha:teh (NdT: ou Guswenta, le traité Wampum Deux Rangées)

Nous avons demandé les noms exacts, les adresses, et tous les communiqués impliquant le CMK Inc, les Affaires Indiennes, et leurs manipulateurs au Conseil Privé, qui dirigent ce génocide. Le CMK Inc a été averti “Vous ne vendrez pas, vous n’oblitérerez pas nos intérêts ni ne déplacerez aucun d’entre nous.” Nos territoires appartiennent à Rotino’shonni (NdT: La Confédération des 6 nations Iroquoises). Les actions du CMK Inc sont traîtresses, frauduleuses, inconstitutionelles et punissables de mort. [Tehon’watisokwa:riteh]

La loi internationale affirme que quand les traités entre les nations sont brisés, tout revient comme au jour d’avant la signature du traité. Dans ce cas présent, tout revient comme au 24 Janvier 1701. Nous possédons tout sur Ono’ware:geh. Les INDIENS artificiels créés par l’état colonial sont le vrai problème pour nous tous.

Mike Delisle a rapporté que 10 de ses institutions furent consultées. Cinq groupes de la Kahnawake Survival School se sont véhémentement opposés à sa proposition sur la Seigneurie. Leurs commentaires ne seront pas inclus dans le rapport. Delisle représente la règle des 51% de majorité (de ses suiveurs) de la corporation de la COURONNE, à l’encontre de la Grande Loi de la Paix (NdT: où toute décision se prend à l’unanimité..). Pour détourner l’attention, une lutte éclata sur un sujet totalement autre que celui prévu sur l’agenda. Mike prît alors avantage de cette opportunité pour mettre un terme rapide à la réunion. Alors que la mêlée se déroulait, la conseillère et membre du barreau Christine Deorn nous rappela la chanson des Trogg: “Wild thing. You make my heart sing. You make everything groovy. Wild thing. I think you move me. But I want to know for sure…wild thing!”

CIA wants to own everything in the world.

Inuit worry about weather.

US declares war on Venezuela.

Article connexe:

https://resistance71.wordpress.com/2015/02/02/resistance-au-colonialisme-au-canada-les-indiens-gouvernementaux-et-leurs-agents-mis-en-demeure-par-la-societe-traditionnelle/

 

Résistance politique: Les conditions de la fin de la colonisation (Mohawk Nation News)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 décembre 2014 by Résistance 71

Excellente analyse. L’auteure à la fin, cite Proudhon, ce qui veut bien dire que les idées anarchistes sont parfaitement en accord avec la méthode de gestion politique traditionnelle amérindienne. Ce n’est pas non plus pour rien que le professeur de science politique Taiaiake Alfred (Mohawk) dit ceci dans son livre « Wasase » (2009):

“Je suggérerais à ce point de considérer ce qu’on pourrait appeler l’anarcho-indigénisme… Les deux éléments venant à l’esprit sont l’indigènisme, évoquant l’enracinement culturel et spirituel dans cette terre et la lutte Ongwehonwe (native) pour la justice et la liberté et le mouvement philosophico-politique qui est fondamentalement anti-institutionnel, radical et démocratique, focalisant sur la prise d’action pour provoquer le changement: l’anarchisme.” 

— Résistance 71 —

 

Oratoire Ongwe’hon:we

 

Mohawk Nation News

 

29 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/29/ongwehonweh-oration/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Grande-Bretagne et ses colonies: Les Etats-Unis, Israël, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, sont associés dans une guerre perpétuelle contre la paix mondiale. La colonisation prendra fin:

  1. QUAND les officiels publics prêteront serment aux habitants naturels de la terre et non pas à un(e) autocrate étranger(e).
  2. QUAND le génocide sera puni au maximum de façon à ce qu’il ne se reproduise plus jamais.
  3. QUAND le Canada, une entreprise militaire qui n’a ni constitution (légale) ni démocratie, sera mis en arrêt. Il n’y aura plus besoin de police, de prisons, ni de l’appareil judiciaire de l’amirauté. La loi naturelle de la terre, Kaianer’ko:wa sera mise en application quand chaque conseil de femmes sera opérationnel dans chaque communauté.
  4. QUAND l’entreprise Canada sera démantelée, que ses créditeurs Ongwe’honwe seront remboursés de tout ce qui leur a été pris depuis l’invasion, incluant le retour de la terre et de fonds comme par exemple l’Indian Trust Fund.
  5. QUAND tous les programmes de terreur pour faire avancer plus avant l’agenda colonialiste cesseront, alors seulement la vérité prévaudra. Ongwehonwe ne sera pas menacé d’annihilation, maintenu sous occupation ou n’aura pas ses droits fondamentaux niés et bafoués. Nous ne serons pas criminalisé parce que nous nous défendons, nos vies, notre bien-être et notre futur.
  6. QUAND le programme de propagande de la COURONNE (NdT: la City de Londres et la Banque d’Angleterre / du Vatican) contre Ongwe’hon:we prendra fin. Tous les problèmes natifs seront exposés véritablement sous toute forme éducative possible.
  7. QUAND les INDIENS entrepreneuriaux et leur pouvoir illégal seront démantelés. Les INDIENS vendus aux corporations et qui font partie de l’agenda de génocide contre nous seront gérés par leur propre peuple dans leurs propres communautés. Si les INDIENS entrepreneuriaux refusent leur identité corporatrice et refusent spontanément d’aider les criminels de l’entreprise CANADA dans son programme génocidaire, ils (re)deviendront Ongwe’honwe et aideront à la transition vers la Grande Paix.
  8. QUAND nous ne seront plus victimisés, menacés ou affamés à des fins de soumission à cause de notre self-défense en tant que souverains d’Ono’ware:geh (NdT: Île de la Grande Tortue)
  1. QUAND des états voyous mettront fin à leur occupation militaire et décoloniseront, alors la Grande Paix prévaudra.
  2. QUAND Ongwe’hon:we ne sera plus menacé d’extermination, d’assimilation, de privatisation, de dé-communalisation, quand sera mis fin à la taxation pour les envahisseurs et à toutes les opérations fiduciaires illégales de la COURONNE sur notre terre et nos ressources. Chaque personne devra parvenir à la vérité et les colons devront avoir le choix de suivre la loi de la terre (Kaianere’ko:wa) ou de demeurer les sujets de l’entreprise Canada et partir, quitter Onoware:geh. Chaque personne aura la liberté, l’égalité et une voix.

“Hangman, Hangman, wait for a little while. I think I see my brother coming from many a mile. Brother, did you bring some silver? Brother, did you bring some gold? Brother, what did you bring to keep me from the gallows pole.” Chante Robert Plant et Led Zeppelin pour tous les Canadiens lorsqu’il demande aussi, “Brother, what do you have to keep me from the gallows pole? Ongwehon:weh possède la Grande Paix qui va vous préserver du bourreau.

Vidéo: “Gallows Pole” ~ Led Zeppelin

http://www.youtube.com/watch?v=wTrdHX9hvVw

Dans son ouvrage: “L’idée générale de la révolution” The General idea of the Revolution en 1851, Proudhon insistait pour une “société sans autorité” et dans la partie intitulée: “Qu’est-ce que le gouvernement?” il écrivait ceci:

Être gouverné

C’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, reglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni titre ni la science, ni la vertu…
Etre gouverné, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. C’est, sous pretexte d’utilité publique, et au nom de l’intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendié, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale!

Et qu’il y a parmi nous des démocrates qui prétendent que le gouvernement a du bon ; des socialistes qui soutiennent, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, cette ignominie ; des prolétaires qui posent leur candidature à la présidence la République !

Pierre-Joseph Proudhon (« Idée générale de la révolution au XIXe siècle », 1851)

Résistance politique: Retirer notre consentement à l’oligarchie… Quand La Boétie et les Amérindiens se rejoignent…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 décembre 2014 by Résistance 71

Nous le disons depuis un bon moment: Là réside la solution !…

— Résistance 71 —

 

Le soleil se couche sur l’empire britannique

 

Mohawk Nation News

 

12 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/12/sun-setting-on-british-empire/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~        

 

Note de Résistance 71: Les noms indiqués en majuscules d’imprimerie le sont également dans le texte original. Comme nous l’avons précédemment dit, ceci sert à notifier du caractère entrepreneurial de l’entité citée. Ainsi la COURONNE représente la city de Londres et sa Banque d’Angleterre, qui sont la véritable “couronne”, de même les INDIENS représentent les conseils de bande ou les individus travaillant pour l’entité coloniale et ne rendant de compte qu’à la COURONNE via les institutions coloniales canadiennes.

Lorsque chaque conseil de bande entrepreneurial refusera de prêter serment à la reine d’Angleterre, ce sera le commencemet de la fin pour l’empire britannique en Amérique du Nord.

Pour travailler aux affaires indiennes à Ottawa, j’ai dû jurer “que je serai fidèle et accorder ma totale allégeance à sa majesté la reine Elisabeth II”. J’ai inscrit “sous contrainte” et ai signé mon nom. Notre peuple a presqu’été exterminé, notre propriété et ressources volées et nous vivons dans des camps de prisonniers. Je n’avais pas le choix afin d’obtenir un emploi et un salaire.

Le serment envers un monarque étranger affirme que le Canada est une colonie de le Grande-Bretagne. La reine est un suzerain féodal. Le serment des soldats est un code d’obligation morale à la reine, qui est le chef militaire de l’armée et de la franc-maçonnerie mondiale. (NdT: L’armée britannique et des colonies du Commonwealth dont le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande font partie, jurent allégeance à la reine/roi d’Angleterre qui est le chef des armées. L’armée britannique et ses vassales ont pour mission de protéger les deux têtes de la couronne: la plus importante qui est la City de Londres et la Banque d’Angleterre et ses possessions mondiales avec celles du Vatican, gérées par la famille Rothschild et l’autre, qui est la famille royale et sa descendance… Le/les peuples n’ont absolument rien à voir dans l’équation). Ils prêtent serment de protéger la reine, ses héritiers et ses ancêtres, la ligne de sang. (NdT: La “dynastie” actuelle des Windsor vient d’Allemagne… Le mari de la reine Victoria était un Saxe-Cobourg-Gotha, le mari d’Elizaeth II, Philip, est un Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glucksburg, et fervent sympathisant nazi…)

Prêter serment est obligatoire pour tout travail dans une position de la COURONNE et pour tout salaire. Ceci représente l’acquiescence à un autocrate étranger et son système de gouvernement par l’amirauté. Si vous ne prêtez pas serment, vous n’aurez ni travail ni argent. Ainsi, les INDIENS sont forcés de se soumettre.

Le serment volontaire vous fait sujet de la COURONNE et de toutes ses institutions au sein du système de gouvernement de l’amirauté, des tribunaux, de la police, des législateurs. Il donne au Privy Council, conseil privé de la reine au Canada, le droit de diriger le Canada. Si chaque INDIEN refusait de prêter serment à la reine, la colonisation serait finie !

L’Assemblée des Premières Nations (APN ou AFN de son acronyme anglais) est une entreprise/corporation volontaire des INDIENS mis sous pression par le conseil privé de la reine, probablement de la pièce état-major du 14ème étage du bâtiment des Affaires Indiennes à Ottawa. Leur serment public au peuple est une façade théâtrale. Le serment à la reine peut-être forcé. Les anciens chefs de l’APN, Shawn Atleo, Ovid Mercredi et Phil Fontaine, sont montés dans l’échelle sociale corporatrice de la même manière que tout sujet colonisé et ce par le mensonge et la furtivité vis à vis de leur propre peuple. Ils ont pris l’argent des assassins économiques à plumes et se sont enrichis au gré de comptes en banque off-shore dans des paradis fiscaux. “Pensez à vous et à votre famille, ne vous occupez pas des gens”.

Le dernier “hiver froid” met plus de pression sur les INDIENS de corporation pour “finir le boulot” d’aider la COURONNE de prendre le contrôle des 100% de notre terre non cédée et de nos possessions. Ils n’ont jamais voulu partager quoi que ce soit avec nous. Ils n’ont jamais rien voulu d’autre que de tout nous voler, tout ainsi que nos enfants. C’est ce pour quoi ils paieront !

Nous, Ongwehonwe (NdT: habitants originels de l’île de la Grande Tortue/Amérique du Nord), refusons d’être contrôlés par les conseils corporatistes (de bande) et par le conseil privé de la reine d’Angleterre. Nous avons la Grande Loi de la Paix (Kaianerekowa), le meilleur système sur Terre, pour gérer ce pays.

L’empire britannique ne va pas continuer à voler nos ressources et notre terre. Les chefs et conseillers ont juré allégeance à la reine Elisabeth pour ensuite essayer de nous évincer. Le CONSEIL MOHAWK DE KANAWAKE, INC. créé sous la loi illégale et génocidaire sur les Indiens (Indian Act, 1867 & 1923), est fini, terminé. Nous allons abattre les barrières militaires qui entourent les camps de prisonniers de guerre appelés “réserves”. Nous allons mettre fin au meurtre de nos enfants.

Mick Jagger chante au sujet de la reinette pour Ongwehonwe: “I don’t want to read about you when you’re gone. I don’t want to hear about the things you’ve done. I put a filter in my brain, I want to cut out all the pain. I don’t want to hear about you when you’re gone.”

A voir et lire: La nouvelle maire de Victoria (vile principale de l’île de Vancouver en Colombie Britannique), Liza Helps, refuse de prêter allégeance à la reine d’Angleterre…

Vancouver Mayor refuses oath to Queen.

Le serment d’allégeance:

Oath of allegiance.

Le nouveau chef de l’Assemblée des Premières Nations:

New chief of AFN.

Eisenhower camps de la mort allemands

Vidéo (1h30)

http://www.youtube.com/watch?v=hbp61fOVFaE