Archive pour mohawk mise en demeure McGill

Résistance au colonialisme: Université McGill de Montréal et effondrement de la mascarade médiatique de la complicité (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 10 février 2016 by Résistance 71

“La vérité passe par trois stades, elle est d’abord moquée, puis combattue pour enfin être considérée comme évidence.”

~ Arthur Schopenhauer ~

 

“La vie de l’homme blanc est esclavage. Ils sont prisonniers de leurs villes et de leurs fermes. La vie que désire mon peuple est une vie de liberté.”

“Quel traité a été honoré par l’homme blanc que l’homme rouge a brisé ? Pas un seul. Quel traité les hommes blancs ont-ils fait avec les hommes rouges et qu’ils ont respecté ? Pas un seul.”

~ Tatanka Yotanka (Sitting Bull, Hunkpapa, Sioux) ~

 

La désinformation de l’université McGill

 

Mohawk Nation News

 

9 Février 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/02/09/bum-steer-by-mcgill/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

[MNN commentaires aux dires de McGill “Indigenous Community Resistance & Media” Feb. 8, 2016.] 

McGill nous a toujours menti à nous, Onkwe’hon:weh (habitants de l’île de la Grande Tortue/Amérique du Nord). L’université McGill existe sur notre terre jamais cédée, achetée avec de l’argent “emprunté” de notre fond fiduciaire des Six Nations (Confédératon Iroquoise) en 1850. Cet argent ne fut jamais remboursé. Les contribuables canadiens bénéficient grandement de l’investissement de nos dollars dans la construction du Canada de manière générale, de son infrastructure et du vol de nos ressources comme fondement de son économie, tandis qu’il nous maintient dans des réserves.

Toutes les universités sont des corporations, des entreprises dont les propriétaires sont les banquiers qui en sont les actionnaires principaux. McGill fait frauduleusement de l’argent sur le marché boursier en y mettant illégalement notre terre et notre propriété en garantie. Nous désirons que notre université de McGll nous soit retournée et que toutes les dettes, intérêts compris nous soient remboursés. Nous promettons solennellement de faire de McGill une université internationale de la paix mondiale et de protéger notre investissement pour le plus grand intérêt de nos étudiants.

Je révèle aujourd’hui qu’il y a des responsables à l’université de McGill qui travaillent pour les actionnaires et contre les meilleurs intérêts des tenants du titre [de propriété] iroquois. Un réseau d’infiltration a été mis en place envoyant des agents dans nos communautés afin de nous manipuler, de nous démoraliser, de nous induire en erreur et d’aider à “éliminer” ou neutraliser ceux qui les questionnent. Nous sommes en train de faire une enquête sur ces personnes et de rédiger un rapport. Ceux qui sont impliqués dans tout ceci ici à McGill savent qui ils sont. En temps et en heure, vous, les étudiants, serez mis au courant de ce que nous avons trouvé et documenté.

Les médias de masse (NdT: alias les merdias…) ne nous ont jamais vraiment représenté de manière juste et véritable, ni nous ni notre position de propriétaires d’Ono’ware:keh, l’Île de la Grande Tortue.

Ceux d’entre nous qui remettent en question le plan commercial de la COURONNE (NdT: la City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican) pour le vol de notre terre et de nos ressources et du programme de génocide attenant sont sur la liste moire de “ceux à qui il ne faut jamais parler” des merdias. C’est pourquoi la station de radio russe Voice of Russia s’est entretenue avec cinq personnes de la nation Kanion’ke:haka (Mohawk), chacune pendant une heure dans un programme de leur radio de diffusion de masse. Ils voulaient une mise à jour sur le génocide toujours en cours.

Quand j’ai été arrêtée à la frontière de notre territoire d’Akwesasne le 14 Juin 2008, les agents du Canada Border Services (CBS) ont essayé de me tuer en utilisant un système d’immobilisation connu pour provoquer des crises cardiaques. (NdT: à l’époque des faits, l’auteure était âgée de 68 ans…). Rien de tout ceci ne fut jamais mentionné dans les médias. Le tribunal fédéral du Canada (TFC) fut chargé d’enquêter sur cette tentative de meurtre. Le tribunal décida que la Police Provinciale de l’Ontario (PPO) et la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) ne pouvaient faire une enquête que si j’acceptais de payer pour les frais d’enquête et judiciaire parce que “je vivais sur le territoire Mohawk de Kahnawake et que je n’étais pas une résidente du Canada !…” Cette décision historique prise par 3 juges reconnaît exlicitement notre souveraineté et ceci ne fut jamais rapporté dans les merdias.

Mohawk Nation News (MNN) ne travaille ni ne représente aucune entité entrepreneuriale de la COURONNE. Le refus de la COURONNE d’enquêter sur les enlèvements et les assassinats de milliers de nos femmes des nations premières vient maintenant au grand jour. Le boulot principal des merdias est de maintenir le maquillage et l’étouffement de ces affaires.

Historiquement, pour une bonne histoire d’Onkwe’hon:weh paraissant dans les médias de masse, s’ensuivent cinq mauvaises histoires. Jusqu’à très récemment, il n’y avait aucune couverture médiatique au sujet des plus de 50 000 morts et “disparitions” de nos enfants des pensionnats pour Indiens, ces camps de la mort gérés par la COURONNE (NdT: et les églises catholique, anglicane et unifiée du Canada). Le public ne fut pas informé parce que le ministère de la propagande, alias les merdias, fit son boulot de désinformation pour lequel il est payé.

Aucun média de pays du continent américain fondés par les entreprises européennes ne mentionne jamais que toute la terre et ses ressources inhérentes sont la propriété du peuple naturel de ces terres qui n’a jamais vendu ni abandonné quoi que ce soit. Nous n’avons jamais été vaincu dans quelque guerre légale que ce soit (NdT: si tant est qu’une guerre puisse être “légale”, puisqu’elle est intrinsèquement d’agression par au moins une des parties…). Ils ne peuvent jamais être des pays “légaux” tout comme ils ne peuvent jamais devenir propriétaire de notre terre.

Note de Résistance 71: Il convient ici de constater que l’auteure se place dans le domaine de compréhension occidental pour faire comprendre ce point de vue, car traditionnellement chez les nations autochtones et bien sûr chez les Iroquois, la terre n’est pas “possédée” par quiconque, elle n’est qu’empruntée aux futures générations. Les concepts de “propriété” privée, d’État etc… sont entièrement étrangers au monde des sociétés traditionnelles ancestrales, qui comme l’a si bien dit l’anthropologue Pierre Clastres, ne sont pas des sociétés en cours de développement, mais des sociétés finies établies, refusant la division de la société et la centralisation du pouvoir. Ce sont des sociétés volontairement contre l’État et tout ce qui s’en approche. On ne peut pas posséder la terre, comme on ne peut posséder ni l’eau, ni l’air, on la partage, on la préserve, on la chérit, on l’améliore pour les générations non nées. Tel est le concept. L’auteure se positionne ici volontairement du côté occidental de la barrière afin de donner un sens “occidental” à ses propos et analyses. La terre n’appartient à personne, elle est simplement, et elle est utilisée respectueusement par ceux qui l’habite dans un soucis de partage et d’équité, C’est le principe fondateur du traité Wampum Deux Rangées que les Hollandais au XVIIème siècle puis les Français et les Anglais acceptèrent en 1701 ; traité qui fut bafoué très tôt et en bien des occasions par les Européens envahisseurs, volant et pillant par “la volonté de dieu” telle qu’exprimée dans les bulles pontificales des papes Nicolas V (1452, 1455) et Alexandre VI (1493a, 1493b).

Mohawk Nation News (MNN) a débuté en 1990 alors que nous étions pris en otages à l’intérieur du centre de traitement de Kanesatake (Oka, Québec), encerclés par l’armée canadienne. Nous résistions à la transformation de nos sites de cérémonie et d’inhumation en un parcours de golf. L’armée mit alors aussi les territoires voisins de Kahnawake et d’Akwesasne sous le siège. Le Canada envoya plus de soldats à Kanesatake en 1990 qu’à la guerre du Golfe en 1991 ! Ceci pour montrer à quel point c’était important ! Les médias se firent le porte-voix du préjudice raciste du gouvernement ; nous fûmes dépeints comme des terroristes et des criminels. (NdT: nous mettons des documentaires sur Oka en section commentaire, à voir et diffuser sans modération…)

Avant que MNN ne poste un article, beaucoup de personnes sont consultées. MNN encourage tout à chacun de questionner, d’enquêter et de penser par soi-même pour parvenir à réunir nos esprits sur la base de la loi naturelle de la terre.

Il en va de la confiance, tout est une question de confiance. La farce touche à sa fin pour les merdias et leurs centres de propagande. Les journaux les plus importants commencent à ressembler à des pamphlets. Les banquiers ne veulent pas que les médias alternatifs exposent leurs actes criminels. Les merdias perdent de jour en jour leurs lecteurs et leur audience. Les médias alternatifs deviennent très importants, une force sur laquelle compter. (NdT: observons comment se démène le pouvoir politique central pour se débarrasser des soi-disant “théories du complot” qui empoisonneraient la jeunesse qui ne croit plus aux fadaises des gouvernements. Le rideau tombe, l’empereur est nu…)

Le plan commercial de la COURONNE dépend de fait des merdias et de leur capacité à masquer la vérité sur le plus grand holocause de l’histoire de l’humanité et de réécrire les faits et l’histoire elle-même. Maintenant tout s’effrite ; la vérité émerge sur l’internet, au travers de gens comme Edward Snowden, Julian Assange, MNN et les gens de tous les jours qui filment et utilisent leur cerveau etc… Les Etats-Unis et le Canada perdent leur réseau majeur de propagande parce que le public n’a plus aucune confiance.

Comme l’écrivit le sage Woody Guthrie : “Cross the country I’ve been looking. Seldom see anyone working. Is the work of the world all done? Come as big rain, come big thunder, come big crop, plow crop under. Indians never waste a one”.  indian-corn-song.html

= = =

Actes de défi (vidéo)

 

Affirmation de souveraineté contre le colonialisme occidental… Les Mohawks mettent en demeure l’université McGill de Montréal !

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 novembre 2015 by Résistance 71

« La ligne de descendance des personnes appartenant aux Cinq Nations se fera par la ligne féminine. Les femmes seront considérées comme les progénitrices de la nation. Elles devront posséder le territoire et la terre. Hommes et femmes devront suivre le statut de la mère. »
~ Kaiane’reko:wa, wampum 44 ~

 

Discours à l’université McGill de Montréal

 

Mohawk Nation News

 

19 Novembre 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/11/19/speech-at-mcgill/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ceci est le discours fait à la conférence “démilitarisons l’université McGill” donné par Kahentinetha, kanien’ke:haka Bear Clan, le 19 Novembre 2015 à l’université McGill de Montréal.  

McGill est une université frauduleuse construite sur notre terre et avec notre argent. (Note de R71: L’université de McGill à Montréal est une des universités les plus connues du Canada. Elle a servi entre autre à des recherches secrètes de la CIA sur la psychologie profonde humaine et des recherches impliquant des patients humains et des expériences de tortures psychologiques et physiques par électrochocs ont été conduites à McGill dans les années 1960-70 avec un financement de la CIA. Naomi Klein relate ce scandaleux épisode dans son livre “La thérapie du choc”). Nous (le peuple Mohawk) sommes propriétaires de McGill et en tant que ses directeurs légaux nous allons en faire une université de la paix et pour la paix. Le comité des gouverneurs de l’université représente ceux qui ont orchestré le vol de notre terre et de nos fonds. Les lois étrangères qui ont été utilisées pour nous voler ne s’appliquent pas au vivant, aux êtres naturels de chair et de sang comme nous-mêmes, qui furent placés sur Ono’waregeh (Île de la Grande Tortue) par le monde naturel.

En 1827, James McGill a obtenu une charte en Grande-Bretagne pour établir un collège sur tsionni’tsotiaken. La seule véritable loi régissant la terre est kaiane’reko:wa, la Grande Loi de la Paix. Le collège allait à la banqueroute. Alors notre “fond fiduciaire” des Six nations (iroquoises) fut “emprunté”. Sans aucune intention de rembourser l’argent, pour construire cette université.

Le 12 septembre courant, sous les auspices du Wampum 44 de Kaia’nere:kowa, l’université McGill a reçu une notification de saisie du conseil des mères de la nation. James McGill, John Molson et leurs acolytes pour la Family Compact du haut Canada et du Chateau Clique du bas Canada, ont établi des entités commerciales, entrepreneuriales sur notre terre sans notre consentement et en essayant de circonscrire notre souveraineté. Ils sont une version artificielle des 13 familles de sang qui composent la COURONNE.

Nous demandons que l’université McGill cesse et se désiste immédiatement de l’invasion, de l’infraction et de l’exploitation de notre territoire ; qu’elle respecte le teio’ha:teh (NdT: ou guswen:ta le Wampum Deux Rangées accepté au traité de Montréal en 1701) comme base de notre relation et nous paie notre dû, incluant 185 ans d’intérêts composés. La terre et tout ce qui est dessus nous appartiennent. Nous avons demandé de rencontrer des membres du comité des gouverneurs pour discuter de tout ceci de manière pacifique. Il apparait aujourd’hui que les gouverneurs ne désirent pas procéder de manière pacifique.

Nous avons fait des traités d’alliance pacifiques avec les nouveaux venus et ce en accord avec la Grande Paix de Montréal du 15 Août 1701, basés sur à la fois kaia’nere:kowa et sur teio’ha:teh.

En 1710, nous les Rotino’shonni:onwe (Iroquois) avons initié la toute première conférence internationale pour la paix mondiale à Londres ; vous ne le savez probablemet pas, mais des ceintures wampum ont été données aux 13 familles. Pierre le Grand de Russie était en attendance et les ceintures de paix avec le peuple russe sont en lieu sûr au musée d’archéologie Pierre le Grand. Nous espérons avoir une réunion à St Petersbourg pour discuter des ceintures wampum. Le peuple russe se souvient. Les Grands-Meres expliquent à leurs petits-enfants au sujet des “Indiens” d’Amérique du Nord qui ont une loi de la paix.

Quand nos chefs sont revenus de Londres, ils nous ont dit: “Ils ne se fient qu’aux mots écrits et c’est ainisi qu’ils seront jugés.” Nous nous fions aux ceintures wampum, qui sont montrées et ré-examinées régulièrement.

Vous, aussi intelligents que vous soyez, vous savez que vous avez brisé chaque traité, contrat sur Ono’ware:keh, l’Île de la Grande Tortue. A chaque fois vous avez failli à votre parole. Kaia’nereko:wa continue d’avoir la jurisdiction sur Kanien’keh (iroquoia, territoires iroquois), qui couvre la terre occupée par les 49 familles. 26,5 millions d’acres de terre aux Etats-Unis et 20 millions au Canada. Npus n’avons jamais rien perdu suite à des défaites militaires, ni n’avons jamais laissé ni terres ni eaux à l’abandon, jamais. Nous avions des alliances avec nos peuples autochtones du cercle polaire arctique jusqu’à la pointe de l’Amérique du Sud, ce que les Européens ont essayé de détruire. Les anciens étudiants et professeurs de McGill devraient être derrière rotino’shonni:onwe (les peuples iroquois) à ce sujet. Leur crédibilité et leur réputation est engagée jusqu’à ce qu’ils parviennent à la vérité.

Les gouvernements sont des corporations qui opèrent sous des lois commerciales et lois contractuelles, réglementations. Family Compact et Chateau Clique, gérés par ces familles jusqu’à aujourd’hui ont obtenu leurs chartes pour établir leurs affaires commerciales sur ce coin de terre grâce à leurs connexions maçonniques. Nous savons très bien qu’ils ne rendent pas ce qu’ils ont volé à moins d’y être forcés.
La COURONNE (NdT: City de Londres et sa Banque d’Anleterre/Vatican) est l’actionnaire privée de l’entreprise “Canada” et de toutes ses sous-entreprises, comme l’université McGill. Tous vos tribunaux et vos banques sont des entreprises, des corporations qui sont la propriété des mêmes actionnaires. Toutes vos identifications pour le gouvernement sont écrites en lettres capitales d’imprimerie, ce qui veut dire que vous êtes aussi une entreprise, une entité fictive, propriété de la COURONNE. Ceci veut dire qu’une corporation/fond fiduciaire est établie à votre nom dès votre naissance. Les preuves accumulées par la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), prouvent que ces actionnaires sont coupables de génocide. Ils ne veulent bien sûr pas se juger eux-mêmes dans leurs propres tribunaux privés.

La COURONNE n’a jamais été le roi ou la reine d’Angleterre depuis l’établissement du corps entrepreneurial et financier de la “City de Londres”. La reine n’est qu’une figure de proue de la COURONNE et a autorité sur les premiers ministres au travers d’une chevalerie vaticane appelée “l’ordre de la jarretière”. Quand la reine doit entrer dans la City pour affaires, elle rencontre le maire de la City au portail du temple du barreau (NdT: et cérémonieusement pénètre dans la City à pied en marchant DERRIERE la maire de la City qui mène la marche et conduit le monarque…). Toutes les municipalités sont la propriété de cette même COURONNE. La City de Londres est le bras financier. Washington DC est leur capitale militaire et le Vatican, la capitale (NdT: des trois cités états, les seules au monde…). La COURONNE possède les trois cités, elle est en fait “l’empire de la cité”.

Étudiants, vous payez cinquante mille dollars pour obtenir un bout de paiper de cette institution qui est construite sur une gigantesque fraude, sur le vol et le mensonge, la falsification. Votre argent sert à louer les services de contracteurs privés pour faire de la recherche et développer des armes et systèmes d’armement exotiques pour le complexe militaro-industriel et pour continuer le génocide d’Ongwe’hon:weh les peuples naturels de la planète. Nous voyons que dans le monde entier, les gouvernements attaquent leur propre peuple et conduisent des opérations terroristes faux-drapeau pour le compte d’un ennemi prétendu, afin de créer un climat de guerre perpétuelle et ce en violation totale de Kaiane’reko:wa.

La Family Compact et le Chateau Clique ont commencé l’escroquerie corporatrice ici. Ils ont espéré qu’un peuple libre avec un esprit sain mourrait. Nous n’avons jamais été informé que nous allions être dépouillés de nos fonds sans aucune intention de recouvrer l’argent. L’empire a déclaré qu’il était propriétaire de manière privée du monde entier. McGill et Molson allèrent à la City de Londres pour s’y enregistrer eux-mêmes. Ils ont incorporés la ville de Montréal en 1832 avec une charte municipale en provenance de la City de Londres. Montréal est une entité entrepreneuriale artificielle, propriété de la COURONNE. Toutes les corporations obtiennent leur numéro ISO (International Standard Organization) de la COURONNE, ce qui les rend succursales de la COURONNE. Tous ceux d’entre-vous avec des identifications canadiennes écrites en lettres capitales d’imprimerie, vous êtes toutes et tous des entités corporatrices et êtes la propriété de la COURONNE.

En parlant de Montréal, quelqu’un a t’il senti cette putride violation de notre fleuve kanianarowano:onwe (St Laurent) par la corporation de Montréal ? Le fleuve fait partie de notre communauté. Quelques uns d’entre vous qui m’écoutez maintenant, ont quelques solutions en tête. Partagez-les. C’est cela le pouvoir d’un esprit uni, la plus grande puissance sur Terre.

Le 7 Octobre courant, une notification d’objection fut envoyée au maire de Montréal Denis Coderre afin qu’il ne fasse pas larguer 8 miliards de litres d’o’tah (merde) et autres polluants médicaux, pharameutiques, industriels et chimiques dans notre fleuve kaniatarowanen:onwe. Teio’ha:teh (Wampum deux rangées) est la base légale sur laquelle vous vivez sur cette colonie connue sous le nom de Montréal.

D’après le Wampum 44 de Kaiake’reko:wa, les kahtihon’tia:kwenio (femmes) sont les “progénitrices du sol”. Les rotikonso’tatie, nouvelles générations, possèdent le titre légal de toute la terre de kan’ien:keh. (Iroquoia) La COURONNE n’a absolument aucune autorité sur notre terre ou sur nous. Sa seule autorité réside sur ceux qui votent dans son système. Le maire de Montréal, en tant qu’agent de la COURONNE du Canada et du Québec a violé ses obligations en regard de la loi de la terre.
Notre loi a pour mission d’´éablir la paix mondiale en protégeant notre mère. Kanien’keh a été violée par le larguage criminel de poisons qui vont tuer la vie et défigurer ce qui survit. L’eau, le liquide sacré de la vie, a été changée en arme de destruction massive.” Les ressources naturelles doivent être immédiatement alouées afin de corriger ce désastre environnemental.

McGill nous doit presque 100 milliards de dollars en intérêt pour la somme qu’ellle nous a volée dans le fond fiduciaire des Six Nations Iroquoises. Que se passe t’il dans votre matrice de l’amirauté lorsqu’un créditeur n’a pas été payé ? Nous vous mettons maintenant en demeure et nous voulons que cette dette soit soldée immédiatement. Nous mettons un terme à ce système de propriété privée mis en place par la Family Compact et le Chateau Clique qui ne possèdent de fait absolument rien. S’il ne corrige pas leurs fautes, nous utilserons tous les moyens à notre disposition pour récupérer ce qui nous appartient de droit. Si le conseil des gouverneurs de l’université continue d’opérer sans notre supervision et retarde toujours plus la réunion que nous avons demandée, nous, les véritables propriétaires de cet établissement, alors au plus ils mettent leur garanti de travail en péril. Nous voulons que le complexe militaro-industriel soit immédiatement viré de tsioni’tiotiaken. Kaiane’reko:wa prévoit que vous n’aurez jamais la paix si vous persitez à la guerre. McGill va devenir la toute première université au monde qui va enseigner Kaiane’reko:wa, le conseil de la Grande Paix, en tant que cours acrédité dans son programme universitaire.

Une communauté parvient à la paix lorsque tout le monde refuse quiconque dans leur communauté qui a quoi que ce soit à voir avec la guerre, incluant les violations et les abus de la terre, de l’air et de l’eau ainsi que tout ce qui a trait au monde naturel, incluant les gens.

Nous avons la responsabilité de suivre la direction indiquée par Kaiane’reko:wa et cette direction est celle que vous devriez également suivre (sur ce territoire) La loi de la terre est la loi de la création, elle n’est pas une loi humaine et elle s’applique à tous.