Archive pour Syrie ingerence et destabilisation

Tempête impérialiste au Moyen-Orient: Force 12 annoncée sur la Syrie… (VT)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 22 avril 2019 by Résistance 71

 

Ouragan sur la Syrie

 

Gordon Duff

 

20 avril 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/04/20/syria-a-storm-is-coming-2/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La guerre se profile en Syrie. La décision a été prise, les cibles énoncées. La Syrie en a eu assez. La fausse révolution colorée a fait plus qu’échouer, elle a réuni les Syriens dans la rage, leurs maisons détruites, leurs usines pillées, leur héritage quasiment vendu en porte à porte dans les salles de ventes aux enchères de Londres et de New York et maintenant plus de deux millions de réfugiés Syriens retenus en otages par les Etats-Unis.

La guerre arrive.

Et la campagne de bombardement d’Israël ne va pas l’arrêter. Les cibles au travers d’Israël ont été marquées, les dépôts d’ammoniaque de Haïfa, la “vallée de la technologie” et les industries militaires israéliennes. Tout ceci sera touché dans la première salve de 200 missiles Iskander M qui échapperont facilement au système de défense dit du “dôme de fer” dont les centres de commandement seront éteints en signe de prélude. Des sources en Syrie disent que des centaines de lanceurs, protégés par des systèmes de défense BOUK, Pantir S et S-300, sont hors d’atteinte d’Israël. Les scientifiques syriens, dont un grand nombre ont des années d’expérience avec les programmes de développement de missiles les plus avancés en Russie, ont aussi très bien pu créer plus de surprises.

Netanyahou n’a pas dit cela à son peuple. Des milliers d’Israéliens vont mourir dans les toutes premières minutes. La capacité nucléaire d’Israël est inutile, la Russie les a informé il y a longtemps que ceci était la “ligne rouge”. La Syrie s’attend à être touchée par des bombardements massifs, Israël a une grande expérience de bombarder les civils. La Syrie est préparée à la mort, son peuple a 8 années de mort aux mains des takfiris et de leurs “prostituées” américaines et israéliennes, comme l’a dit très clairement le Dr Bassam Barakat, médecin formé en Russie:

“Les Américains ont l’expérience, au Liban dans les années 1980, en Irak. Lorsque les convois de cercueils commenceront à arriver à Washington comme cela est arrivé durant l’occupation américaine de l’Irak, les Etats-Unis connaîtront le prix de leur soutien des attaques d’Israël sur la Syrie.

Les règles du jeu et les règles de l’engagement avec la Syrie ont changé.

Ce qui va se passer est clair, à moins qu’Israël ne commence immédiatement des manœuvres diplomatiques pour étouffer les feux qu’elle a allumés en Syrie, une guerre comme jamais Israël n’a pu l’imaginer va s’abattre sur le peuple israélien à qui ses leaders ont menti.

Israel est vulnérable.

Cette guerre va peut-être nous détruire tous, mais le peuple syrien lui, survivra. Cependant, nous doutons sérieusement qu’Israël puisse dire la même chose. Une tempête se profile à l’horizon.”

En ce printemps 2019, des files d’attente se forment à Damas, pas de chauffage, pas d’essence pour les voitures, des coupures d’électricité, beaucoup d’aliments ne sont plus disponibles, une nation qui semble être à genoux à cause des efforts américains et israéliens pour affamer le peuple de Syrie.

Les Etats-Unis occupent 35% de la Syrie et ont donné ce territoire aux séparatistes kurdes pour qu’ils le partagent avec les unités de l’EIIL qui y demeurent et qui ont largement été ignorés par les Etats-Unis et sa “coalition” alliée dans maintenant près de 4 ans d’une guerre bidon.

(NdT: sur cette affaire, Duff met tous les Kurdes de Syrie dans le même panier et il se trompe, ignorant le Confédéralisme Démocratique. Qu’il y ait eu des Kurdes vendus à l’empire et traîtres à la révolution sociale et au confédéralisme démocratique du Rojava est certain, mais que TOUS les Kurdes du nord-syrien soient des “alliés” des Yanks et de ses mercenaires de Daesh est tout simplement un non-sens total de la part de Duff qui ne semble pas avoir tous les éléments en main pour juger de cette situation politique bien particulière…)


Ne nous regarde pas comme ça Gordon…

Les terres ethniquement arabes données aux rebelles kurdes est le grenier à pain du Moyen-Orient avec aussi ses champs pétroliers et gaziers.

De même, la province d’Idlib, occupée exclusivement par Al Qaïda sous la tutelle américaine, reçoit des convois quotidiens d’armes américaines.

En Syrie du sud, les Etats-Unis ont mis en place un centre d’entrainement près de Rukban, le grand camp de réfugiés où l’Amérique bloque les observateurs internationaux et les convois d’aide. Les Etats-Unis ont peur que ses efforts de recrutement et d’entrainement soient mis au grand jour, efforts quotidiens de convois d’armes et de logistiques militaires tandis que des enfants à quelques mètres de là, meurent de faim à un rythme d’une douzaine par jour. La Syrie est forcée d’entrer en guerre et le fait que Trump ait donné le Golan à Israël a rendu cette guerre qui vient une certitude. La seule question est quand elle aura lieu et la réponse est aussi inattendue, plus tôt que beaucoup ne le supposent. Nous savons ceci, la Syrie a demandé à la Russie d’informer les Etats-Unis que la Syrie attend un retrait total américain de tous les territoires à l’Est de l’Euphrate.

La Syrie a aussi informé la Russie que la puissance aérienne américaine ne sera plus autorisée à opérer en Syrie et que tous les accords qui ont pu être pris et ont tenu pendant la guerre contre l’EIIL sont caduques. Ceci veut dire que les avions de guerre américains sont considérés comme des cibles.

La Syrie a demandé le retrait immédiat de toutes les forces militaires non-syriennes des provinces de Deir al’Zour, de Raqqa et de Hasaka, que les camps d’entrainement de l’EIIL soient fermés, que les mercenaires soient renvoyés chez eux, que les usines de fabrication de gaz de combat toxiques soient fermées et que soient vidés les centres de commandement de leurs conseillers saoudiens, qatari et israéliens.

On pourrait se demander pourquoi donc ce poing sur la table de la part d’une nation qui est supposée être à genoux ? Regardons ce qui est documenté.

Les Etats-Unis négocient maintenant avec les Talibans, ils quittent l’Afghanistan avec la queue entre les pattes comme ils le firent au Vietnam il y a près de cinq décennies.

La situation en Irak est pire, quelques 5000 Américains pensent qu’ils occupent toujours cette nation alors que la rage y est aussi en ébullition. L’Irak sait qu’elle fut presque détruite par les Takfiris avec la pleine complicité de Washington et de Tel Aviv, un quart de millions d’Irakiens sont morts et des millions ont vécu sous un esclavagisme brutal durant des années. Le pétrole irakien fut pillé pour des dizaines de milliards et les bénéfices furent engrangés par des Américains.

Ce n’est pas difficile pour le reste du monde de comprendre ce qu’est l’Amérique. Celle-ci est en train de se désagréger, 60% de ses revenus vont à une armée depuis longtemps bien fatiguée de tant de guerre, bien fatiguée de toujours perdre, une armée qui ne protège rien et menace absolument tout.

Quand la guerre viendra, et elle arrive, elle viendra en Irak, en Iran et les forces américaines autour du monde seront vues comme les peuples irakien et syrien les voient: comme des parasites.

Le langage ici est le langage de la colère, la vaste majorité traduit de l’arabe. Israël et les Etats-Unis vont l’ignorer.

Rien n’a été rarement aussi clair que la situation en Syrie. On ne peut pas dire suffisamment, “8 ans de guerre”, on a besoin que ce soit dit et répété encore et encore, nettoyage ethnique, attaques aux gaz toxiques, enlèvements de masse, viol institutionnalisé, vol et pillage sur une échelle inimaginable.

L’ennemi, car ceci ne fut jamais une “guerre civile”, était quelque chose d’unique, l’ennemi était et est toujours le crime organisé mondial comme je l’ai expliqué à Damas en ce matin de décembre 2014. Il y a une facture à payer et les nations qui ont permis de se laisser soumettre à la règle criminelle vont apprendre une leçon mille fois pire que celle du 11 septembre 2001.

 

Publicités

Guerre impérialiste en Syrie: Une opération de provocation à l’arme chimique organisée par la France et la Belgique serait en cours

Posted in actualité, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 30 mars 2019 by Résistance 71

D’après un général russe, les services spéciaux français et belge préparent une attaque chimique de provocation en Syrie

 

Al Manar

 

30 mars 2019

 

url de l’article original: http://french.almanar.com.lb/1306098

 

La France et la Belgique prévoient d’organiser une provocation à l’arme chimique en Syrie, a affirmé la Défense russe.

«Les services secrets de France et de Belgique préparent une provocation à l’arme chimique en Syrie afin d’accuser les forces aérospatiales russes d’avoir porté des frappes contre les civils», a déclaré vendredi aux journalistes le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général de brigade Victor Kouptchichine.

«Les représentants des services secrets occidentaux ont déjà tenu une réunion appropriée avec les chefs de file des terroristes à Idlib», a-t-il indiqué.

Selon des informations détenues par le Centre, les formations armées illégales qui déploient leurs activités sur le territoire de la zone de désescalade d’Idlib préparent des provocations en vue d’accuser les militaires russes et les troupes gouvernementales syriennes d’avoir employé des substances toxiques.

«Pour organiser ces provocations, des représentants des services secrets français et belges sont arrivés à Idlib. Une rencontre s’est tenue sous leur direction avec des chefs de file des groupes terroristes Hayat Tahrir al-Cham (anciennement Front al-Nosra) et Tanzim Hurras ad-Din (ayant prêté allégeance à Al-Qaïda), ainsi qu’avec des représentants de l’organisation soi-disant humanitaire des Casques blancs», a poursuivi Victor Kouptchichine.

Il a ajouté que la réunion avait été consacrée à la mise en scène d’images «censées prouver que la Russie et la Syrie ont employé des substances toxiques contre les civils».

Toujours selon Victor Kouptchichine, chaque participant à la mise en scène de l’attaque chimique sera payé 100 dollars US (presque 90 euros).

Il a fait remarquer également que les organisateurs de la provocation pourraient avoir recours à des gaz toxiques réels afin de garantir «l’authenticité» des photos et des vidéos.

Dans ce contexte, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a appelé les chefs des formations armées illégales à refuser toute provocation armée et à s’engager dans la voie d’un règlement pacifique dans les régions qu’ils contrôlent.

Du 14 au 27 mars, des représentants des services secrets belges ont filmé les frappes aériennes réalisées par les forces aérospatiales russes contre des entrepôts de munitions et des centres d’assemblage de drones de groupes terroristes dans la zone de désescalade d’Idlib, afin de s’en servir par la suite comme «preuves» de l’emploi d’armes chimiques, a souligné le ministère russe de la Défense.

Le 23 mars, sous contrôle des services secrets français, une substance toxique, supposément à base de chlore, a été livrée depuis Saraqeb dans les localités de Khan Cheikhoun, Maaret al Horma et Kafr Zita, a encore révélé le ministère.

Guerres impérialistes et ingérence géopolitique… Quelques nouvelles du front de l’empire (VT)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 20 mars 2019 by Résistance 71

 

 

Les dossiers de Gordon Duff

Renseignement du 10 mars 2019

 

Gordon Duff

Représentant les staff de VT dans 34 pays

 

10 mars 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/03/10/intel-drop-march-10-2016/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Introduction

VT fonctionne sans financement et pourtant, ces trois dernières semaines, un bon nombre de gouvernements sont venus nous demander des conseils. Trois d’entre eux sont des puissances nucléaires.

Un de nos éditeur est en train de faire des briefings de renseignement sur un paquebot dans le pacifique sud. Je ne mentionnerais pas son nom ni ceux que cette personne renseigne.

Le problème clef ici est que le contrôle centralisé de la presse mondale et des médias sociaux par, excusez mon emploi d’un “faux terme”, par l’état profond, a détruit toute source libre de renseignement. De plus, toute agence de renseignement au monde à des degrés variés incluant mais n’étant pas limité au FSB, RAW (service de l’Inde) et l’ISI (service du Pakistan), ont été infiltré.

Après la fin de la guerre froide, les Etats-Unis ont dépensé des milliards des économies faites sur leur démilitarisation pour acheter les gens des médias, les politiciens, certains personnels militaires de pays comme l’Egypte, la Russie, le Pakistan, la France, certainement aussi aux Etats-Unis et au Canada, ces gens ont au fur et à mesure étrangler les sources d’information utile.

Toutes les nations sont des victimes, les Etats-Unis et Israël en premier lieu, suivis par la GB, la France, la Russie, puis le Pakistan et, croyez-le ou pas, l’Iran.

D’autres nations ripostent.

Pour ceux qui me lisent, n’oubliez pas que VT est un organe de presse, nous ne sommes pas des consultants en sécurité ni des espions, du moins plus maintenant. Ce serait différent si nous étions payés, mais nous demander comment gérer une opération de renseignement et de briefer des leaders militaires comportent des risques pour nous.

Nous avons du personnel à Damas par exemple, vivant dans le froid et sans électricité. Lorsque vous voulez m’approcher au travers un des staffs de VT que ce soit à Paris, au Pakistan ou à Kaboul, payez leur au moins un bon gueuleton.

Au fait du désastre d’aujourd’hui…

Ce qu’il se passe vraiment:

Etats-Unis

Les Etats-Unis sont en train de construire une force “de réaction rapide” faite de cadres de Daesh, anciens détenus et de mercenaires, en Irak. Le gouvernement irakien vient juste de le comprendre et cela va poser un paquet de problèmes. La suspicion est que les Etats-Unis, avec l’Arabie Saoudite, va déployer cette force par Al Tanf dans le sud de la Syrie, renforcée par des mercenaires amenés par l’Arabie et les états du Golfe, en provenance d’aussi loin que l’Amérique Latine. Si seulement je pouvais plaisanter, mais comme le dit si bien Jim Dean: “des trucs pareils ça peut pas s’inventer”…

On peut discerner le véritable état profond aux Etats-Unis. L’annonce de la semaine dernière d’un gros déficit des Etats-Unis face à la Chine sous Trump est révélateur. La “passe d’arme” de Trump avec la Chine est bidon. La mère maquerelle des salons de massage de Floride Li Yang est l’associée de Trump dans des deals avec la Chine. Les dessous putrides de l’organisation Trump/Kushner/Sater sont venus en pleine lumière lorsque le proprio de l’équipe de Football Américain des New England Patriots, Robert Kraft, un associé très proche de Trump, a été arrêté pour proxénétisme dans un bodel propriété de Yang près de Mar a Lago.

Il y a une toile de fond à tout cela impliquant les trafics de drogue et d’êtres humains, impliquant Roger Stone et son implication dans le trucage des élections en Floride et son interférence avec le recompte des voix. La véritable influence de Stone est avec les bureaux des shériffs particulièrement corrompus des counties de Dade, Broward et Palm Beach, des bureaux qui ont travaillé la main dans la main avec les narco-trafiquants et qui ont couvert les crimes des riches et des célèbres pendant près d’un siècle.

Plus de cette toile de fond avec la Chine implique le milliardaire Sheldon Adelson (NdT: magnat des casinos de Las Vegas et renfloueur en chef des pertes financières de Trump à titre privé) qui gère les affaires de paris, de jeux et de prostitution de Macao et dans bien des endroits du monde. Il n’y a pas de casino ni “d’hospitalité” sans trafics d’êtres humains et les empires combinés de casinos et d’hôtels de Trump et d’Adelson influent dans le monde entier a beaucoup de pouvoir, pourquoi ?

Adelson est le proprio aux Etats-Unis du parti républicain et dans les grandes largeur, contrôle le gouvernement d’Israël. Donald Trump et Benjamin Netanyahou travaillent comme personnel de marketing et promotionnel pour les intérêts d’Adelson au Japon, en Chine et autour du monde tout en utilisant des contrats d’armement et de la technologie volée pour sceller des contrats d’affaire.

En fait, tout ce que l’Amérique a donné à la Chine en écheange d’accords avec Trump et Netanyahou et leur gang d’associés de la Mafia Kazhare Russe ou MKR.

Ceci nous ramème à Li Yang, une régulière de la Maison blanche et de Mar a Lago, où elle amènes des “délégations chinoises” dans le monde de Trump/Kushner/Netanyahou. Le résultat de tout cela est très simple: combiné avec les opérations d’Adelson, la Chine est, avec Israël, le véritable pouvoir derrière la collusion de Trump.

Voyez-vous, La Russie n’a pas la capacité industrielle ni la puissance bancaire pour pervertir de la technologie américaine volée. La Russie a une meilleur technologie, de meilleurs missiles pour sûr, un bien meilleur équipement de brouillage électronique et de vraiment supers avions, mais ils n’ont justa pas assez de tout ça. Leur nouveau système Armata, peut-être le meilleur blindage mobile jamais créé ne sera jamais produit. La Russie n’a pas d’argent.

Leurs avions sont extras, mais ils en ont trop peu. La Russie possède un système de défense anti missile important et efficace car ceci est une industrie très rentable pour elle et les moteurs de missiles russes sont, et de loin, les meilleurs au monde, comme vous le confirmeront tous ceux qui les utilisent et les Etats-Unis utilisent toujours aujourd’hui des moteurs de fusées russes.

Le reste n’est que vitrine et maquillage, la fausse confrontation avec la Corée du Nord, de même pour cette “course à la frontière” bidon. Depuis que Trump est arrivé au pouvoir, bien plus d’immigrants sont arrivés aux Etats-Unis que dans la décennie précédente. Le mec qui crie “au loup” est le loup, c’est Trump qui a ordonné le laisser-aller des frontières juste comme le fit également Ronald Reagan.

Trump is giving the US to China and Trump is filling the US with cheap labor while supposedly sending troops to the border.

Trump est en train de donner l’Amérique à la Chine et il remplit le pays de main d’œuvre à très bon marché tout en étant supposé envoyer l’armée à la frontière.

Il fait la même chose avec les avions et les bateaux américains en Mer de Chine du Sud, mettant en scène une fausse confrontation militaire avec la Chine alors que la Chine est en train de mettre à bas les Etats-Unis par la porte dérobée de Mar a Lago en utilisant les opérations de jeu, casinos et de trafic d’êtres humains du réseau Trump/Kushner/Netanyahou ; le fait que Sheldon Adelson littéralement possède le sénat américain, protège Trump de toute tentative de destitution.

Une cabale secondaire a existé pendant un certain temps, datant du XIXème siècle, alliant les intérêts criminels américain et mexicain au travers Romney, comme décrit plus bas dans l’addendum #1

Ecoutez ces 36 minutes d’un fonctionnaire actif du FBI expliquant comment les cartels de la drogue contrôlent le gouvernement des Etats-Unis au travers de l’organisation Romney/Bain (NdT: Romney fut un candidat à la présidence des Etats-Unis du parti républicain et dont la maîtresse à Cuba est la fille de l’ex-patron du KGB, Youri Andropov…):

[voir la vidéo sur l’article original]

Il n’y aurait pas d’état profond en sa forme actuelle sans Romney, Bain Capitol et ses ressources financières et bancaires aux îles Caïmans (Caraïbes) et ses liens étroits avec le renseignement cubain, le comment le fric bien réel de la came des réseaux Afghanistan/Kosovo/Colombie/Mexique, arrive entre les mains des “élites” de Washington DC.

La Russie

Comme nous l’avons noté, les Russes ont courbé l’échine à maintes reprises devant Netanyahou, alors que c’est le pouvoir que détient celui-ci aux Etats-Unis, qui maintient les sanctions US contre les Russie et c’est la presse controlée par les Israéliens qui a poussé “l’évènement” Skripal et les fausses attaques chimiques sous faux-drapeau [en Syrie] sur le devant de la scène. Et pourtant, Netanyahou pratiquement vit au Kremlin alors qu’il orchestre une “guerre pas si secrète que ça” contre la Russie.

Derrière tout cela, les leaders russes reçoivent des briefing de renseignement de merde et les médias russes continuellement “se plantent” en soutenant Israël, soutenant l’Inde, soutenant Wikileaks, soutenant l’Arabe Saoudite, alors que cette cabale baise la Russie à toutes les étapes de l’opération.

L’Inde

L’Inde ne fait rien sans Israël. Israël a mis en place leur force nucléaire sous-marine, poussant la Russie à armer l’Inde jusqu’aux dents. C’est de là que provient la puissance nucléaire indienne avec leurs premiers noyaux nucléaires volés des Etats-Unis.

Avec le nouveau gouvernement en place au Pakistan et Imran Khan, l’Inde aurait pu obtenir un arrangement sur la situation au Cachemire et aurait pu réduire ses dépenses militaires à quasiment rien. Au lieu de ça, quelqu’un, et on ne dira pas “Israël”, a actionné une attaque faux-drapeau au Cachemire, poussant l’Inde à attaquer le Pakistan ce qui mena à la situation de voir l’Inde se faire un peu botter le cul.

Modi a été totalement complice de tout ça, jouant le jeu des intermédiaires et vendant l’Inde.

Le Pakistan

Nos sources disent que le Pakistan a 20 000 hommes de troupes protégeant le gouvernement d’Arabie Saoudite. Ce pays vient de donner au Pakistan 7 milliards de dollars après que les Etats-Unis aient mis fin à leur aide militaire de cette nation.

Des sources fiables ont confirmé que le Pakistan déploie un parapluie de protection nucléaire au dessus de l’Arabie et des Emirats Arabes Unis en échange de cash dont il a besoin pour maintenir son armée fonctionnelle pour se défendre contre la Russie et l’Inde soutenue par Israël. Vous vous y perdez ?

Rappelez-vous que le Pakistan n’a pas de défense anti-aérienne moderne tandis que l’Inde a les S400 russes en commande et qu’Israël et l’Inde sont en train de construire des missiles balistiques inter-continentaux capables de toucher les Etats-Unis, mais personne ne demande jamais pourquoi ?

Le Pakistan a été aspiré dans la guerre en Afghanistan, soutenant les moudjahidines (NdT: création de Zbigniew Brzezinki, NSA de Jimmy Carter et Robert Gates de la CIA) contre la Russie (soviétique à l’époque), puis, après les attentats du 11 septembre 2001, opération faux-drapeau que même un enfant de 12 ans pourraient dépister, le Pakistan s’est retourné contre ses amis Pachtoune, aidant aini les Etats-Uns à construire le narco-état qu’est devenu l’Afghanistan. Dans le processus, des terroristes soutenus par Israël, la Grande-Bretagne et l’Inde, mirent en place des opérations clandestines majeures depuis l’Afghanistan contre le Pakistan et l’Iran. Pendant tout ce temps, Israël et l’Arabie sont au grand jour copains comme cochon, tandis que le Pakistan tangue de le savoir.

Ils ne savent plus vers qui se tourner, se réveillant pour constater qu’ils ont été et sont leur propre pire ennemi.

Lorsque le Pakistan a demandé pourquoi est-il la cible, je leur ai rappelé mon temps passé au Nigéria lorsque Goodluck Jonathan pris le pouvoir.

Lisez ma brève analyse ici:

http://nigeriavillagesquare.com/forum/threads/nigeria-targeted-for-destruction-gordon-duff.67829/

Le Nigéria me demanda de rester jusqu’à ce que Boko Haram soit vaincu et lorsque j’ai refusé, je fus arrêté et “assigné à résidence” dans une suite présidentielle de l’hôtel Hilton Transcon d’Abuja la capitale. Youtube a retiré la vidéo de ceci, vidéo qui incluait le rappel d’un vol de la KLM de la piste de décolage. La vidéo me montrait me marrant alors que COS Gordon Obua me donne son téléphone, il vient juste d’appeler ma femme Carol lui expliquant que je ne “rentrerai pas tout de suite à la maison”.

Une semaine plus tard, une équipe d’exfiltration en provenance d’Afrique du Sud vint m’escorter hors de ce pays. Le propriétaire de l’hôtel appela ma “chambre” (constituée de 4 chambres à coucher et d’un énorme salon), me disant qu’il y avait des hommes armés en bas dans le lobby qui me demandaient. Si seulement je plaisantais… C’était hilarant. Obua est mort maintenant et ce desperado me manque.

Pour en revenir à ce qui nous concerne aujourd’hui, j’ai raconté cette histoire au Pakistan:

Il y a des parallèles qu’on peut faire entre la guerre du Vietnam et celle d’Afghanistan car ces choses s’appliquent au Pakistan. Le Pakistan me demande pourquoi les Talibans ne veulent pas travailler avec lui et, parce que je suis le seul Américain qui ait à la fois de bonnes relations avec la “résistance pachtoune” et le Pakistan (je suis un ami personnel du nouveau président du Pakistan Imran Khan),

Voici un peu plus de ce que je leur ai dit:

Au Vietnam, ça a commencé avec le Vietminh, qui avait combattu les Japonais et détruit les Français. Ils ne sont pas soudainement devenus Vietcong mais ont plutôt formé une alliance avec des groupes politiques modérés au Vietnam et des leaders bouddhistes contre le groupe du régime fasciste/catholique de Diem, soutenu par les Etats-Unis.

Le Pakistan ne fait pas face à ce que les Etats-Unis aiment à appeler les Talibans, que le Pakistan, lui, voit comme les héritiers des mouhdjahines que le Pakistan a soutenu. Au lieu de ça, le Pakistan s’est laissé embarqué à soutenir le régime brutal américain imposé à Kaboul, bien décidé à détruire l’Afghanistan, ce qui rend le peuple Pachtoune de chaque côté de la frontière, ennemi du gouvernement d’Islamabad.

Imaginez maintenant que le président pakistanais Imran Khan est lui-même un “Pachtoune”.

Cette semaine Imran Khan et le président iranien Rouhani ont enfin parlé ensemble, discutant de leur ennemi commun: le groupe soutenu par les Etats-Unis: Al Qaïda (NdT: ou plutôt Al CIAda…)

Un briefing de deux bonnes heures avec le commandement pakistanais et autres va, je l’espère, leur ouvrir la vue sur le comment gérer ce dilemme d’association avec l’Arabie Saoudite mais en même temps diminué par l’associé de l’Arabie, Israël, qui pousse l’Inde à la guerre nucléaire avec le Pakistan.

Pas étonnant qu’ils soient si paumés.

Pour la Russie… c’est pire.

cékomça que ça ça se danse.

= = =

Résistance à l’impérialisme occidental: Bloc anti-terroriste entre Moscou et l’axe de la résistance…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 23 février 2019 by Résistance 71

Moscou et l’axe de la résistance* font bloc contre le terrorisme

 

Press TV

 

22 février 2019

 

url de l’article en français:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/02/22/589231/Russie-Rsistance-divergence-de-vue-unanimit-lutte-contre-le-terrorisme-Alexander-Zasypkine

 

(*) Note de R71: “L’axe de la résistance” est un axe Damas-Téhéran passant par Beyrouth-sud, le sud-Liban et les zones où vivent les populations affiliées au Hezbollah. Cet axe lutte depuis nombre d’années contre l’impérialisme occidental dans la région, allié au sionisme pour la mise en place du projet du “Grand Israël” du Nil à l’Euphrate qui permettrait aux entités coloniales de contrôler toutes les ressources naturelles (eau, gaz et pétrole) et les populations de la région.

L’ambassadeur de Russie au Liban, Alexander Zasypkin a déclaré que les relations qu’entretient la Russie avec l’axe de la résistance ne se limitaient pas à la lutte antiterroriste, et comprenaient d’autres volets.

« L’objectif de l’axe de la Résistance est de faire face à Israël, nous ne faisons donc pas partie de cet axe. Nous jouons plutôt un rôle de médiateur dans le cadre du processus de paix », a affirmé à la chaîne Al-Jazeera Alexander Zasypkin.

« Moscou apportait un soutien tous azimuts à la Syrie jusqu’à ce qu’une intervention militaire conjointe a été évoquée, bien sûr avec la coopération de nos alliés au sein de la Résistance. Certains tentent vainement de créer des divergences entre nous, mais cela n’arrivera jamais, car chaque partie a sa propre place géographique en Syrie. L’approche de la Russie consiste à établir des relations avec tout le monde à l’exception des terroristes. En dépit de sa divergence de vue avec la Turquie, Moscou est en contact avec Ankara. Mais nos relations avec l’axe de la Résistance sont plus solides », a-t-il souligné.

En réponse à la question de savoir pourquoi la Russie n’a pas empêché le régime israélien de prendre pour cible ses alliés au sein de l’axe de la Résistance Zasypkin s’est exprimé en ces termes : « Il y a un conflit israélo-arabe et la Syrie a le droit de se défendre face à tout agresseur. Lorsque nous sommes entrés militairement en Syrie, on a décidé d’éviter toute confrontation avec les autres groupes ; notre objectif était seulement de combattre les terroristes. Par conséquent, il ne faut pas imaginer que nous sommes entrés en Syrie en vue d’entrer, conformément au principe du processus de paix israélo-arabe, en guerre avec les autres parties. Nous jouons seulement un rôle politique. Nous ne nous concentrons que sur les terroristes. Mais en ce qui concerne les Israéliens, si quelque chose arrive, la défense aérienne y résistera ».

Solution politique en Syrie

« La réhabilitation de la souveraineté syrienne est notre objectif conjoint avec toutes les autres parties. L’éradication du terrorisme est l’objectif stratégique à travers la Syrie. Le processus de règlement politique doit être relancé conformément à la commission constitutionnelle. Nous nous sommes accordés sur la liste des nomes et l’émissaire des Nations unies doit travailler dans ce cadre », a indiqué l’ambassadeur de Russie au Liban, Alexander Zasypkine.

Guerre impérialiste en Syrie: Du rififi dans les forces d’occupation… Les Yankees se servent des forces françaises comme de bouclier…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 13 février 2019 by Résistance 71

MAJ: confirmation de Stratégika51

 

Syrie: Les USA se servent des forces françaises comme d’un bouclier

 

Press TV

 

13 février 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/02/13/588432/Syrie-Raqqa-France-cellule-de-renseignement-espionnage

 

En France où les médias sont visiblement sommés de désinformer au lieu d’informer, personne n’en parle et pourtant, l’information est bien fiable. Des sources militaires syriennes ont fait part d’une forte explosion produite dans le QG de renseignement et d’espionnage des forces françaises, à Raqqa. Des forces spéciales françaises auraient été tués ou blessés. Il s’agirait, selon Sputnik, d’une moto piégée qui a explosé au sein même de la cellule de renseignement et d’espionnage des forces françaises à Raqqa, ville qui a été le théâtre, il y a quelques jours, des manifestations anti-américaines et anti-françaises à l’occasion desquelles les habitants ont brûlé les drapeaux de ses deux pays, en réclamant le retrait des « forces d’occupation étrangères » de leur ville et de toute de la Syrie.

Selon Sputnik, « personne n’a réussi jusqu’à présent à pénétrer dans le lieu de l’explosion et de plus amples informations sur le niveau des dégâts causés par l’explosion se font toujours attendre ».

Des camions de pompiers et des ambulances ont pourtant été aperçus sur les lieux de l’explosion où les forces de la coalition américaine ont immédiatement mis en place un périmètre de sécurité, ajoute Sputnik.

L’usine sucrière qui abrite le QG des forces françaises à Raqqa est située sur la route Raqqa/Hassaké dans le nord de Raqqa. La déflagration est intervenu alors que des sources syriennes ont fait part lundi de la fuite de militaires américains, en pleine nuit, de la ville de Tabqa dans la banlieue sud-ouest du gouvernorat de Raqqa, après que les habitants de la ville ont brûlés le drapeau américain.

Selon Sputnik, une colonne militaire composée de 30 véhicules s’est dirigée de Tabqa vers le chef-lieu de la province de Raqqa. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis avaient coupé l’électricité des localités et villages situés dans la banlieue ouest de Raqqa, au moment du retrait des troupes US. Ces sources ajoutent que la majorité de forces américaines se seraient retirées de Tabqa et que seule une unité d’espionnage serait restée dans une école au sud de la ville, avec pour mission de brouiller les systèmes de communication des forces syriennes et de perturber leur fonctionnement.

Des habitants syriens de la province de Raqqa ont manifesté le samedi 9 février pour réclamer une fois de plus le retrait des forces américaines et françaises de Syrie et la fin des ingérences étrangères dans leur pays.

Sur les images vidéo diffusées à ce sujet sur les réseaux sociaux, on voit les manifestants réclamer la fin de l’occupation américaine et le retrait de toutes les troupes étrangères de Syrie. Les participants à cette manifestation ont brûlé les drapeaux américains et français en signe de protestation contre l’occupation de leur pays. Ils scandaient aussi des slogans contre les forces d’occupation.

Les Américains se servent-ils des forces françaises à titre de bouclier? Tout est possible, affirment les analystes qui soulignent aussi l’implication directe des Rafale français dans des frappes qui ont visé ces derniers jours les localités de Deir ez-Zor. Une information reprise samedi par SANA a évoqué des frappes de l’aviation française contre la localité stratégique d’Abou Kamal sur les frontières avec l’Irak.

Résistance et solidarité: Avec le Rojava contre la guerre de la Turquie (Commune Internationaliste du Rojava)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 31 janvier 2019 by Résistance 71


Réseau Résistance Rébellion International

 

Avec le Rojava contre la guerre de la Turquie

 

Commune Internationaliste du Rojava

 

24 janvier 2019

 

url de l’article:

http://internationalistcommune.com/stand-with-rojava-oppose-turkeys-war/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistsance 71 ~

 

Une fois de plus, la menace d’une autre guerre pointe son nez sur le nord de la Syrie. Les troupes turques et leurs mercenaires islamistes se massent aux frontières de la Fédération Démocratique du Nord de la Syrie qui s’auto-gouverne ; ces régions à prédominance kurde aussi connues sous le nom de Rojava. Les Turcs et leurs sbires se préparent à une invasion qui causera de nombreux morts et le déplacement, la migration, de dizaines voire de centaines de milliers de personnes civiles.

La situation sur le terrain est extrêmement tendue. Les populations de Mandjib et de Kobané ont formé un bouclier humain afin de protester contre l’invasion turque et se sont préparées à la guerre. Les Unités de Défense Populaires et Féminines (YPG et YPJ), tout comme les milices locales ne font pas que défendre leurs terres, mais elles défendent l’espoir. L’espoir d’une vie meilleure qui s’étend bien au-delà de la Syrie du nord. Un espoir qui a inspiré un bon nombre d’internationalistes du monde entier de venir ici au Rojava et de se joindre à la lutte.

Le week-end à venir, ils appelleront pour des journées mondiales d’action commune pour parler et manifester contre la menace de l’invasion turque.

“Sable et mort”

Peu de temps avant Noël, le président Trump a annoncé qu’il ordonnait le retrait des troupes américaines de Syrie, laissant la route libre à une invasion anticipée de longue date du Rojava par la Turquie et ses sbires mercenaires islamistes par procuration. Pourquoi ce changement si soudain de direction ? Depuis l’effondrement de l’URSS, les préoccupations principales des Etats-Unis et de ses alliés de l’OTAN au Moyen-Orient ont été d’affirmer leur contrôle et leur influence et d’affaiblir les positions de la Russie et de l’Iran dans la région. En œuvrant à ces objectifs, les états de l’OTAN ont mené une guerre partout dans la région, ont aidé les groupes terroristes islamistes, ont établi des milices et ont soutenu des régimes dictatoriaux.

Aujourd’hui, cette stratégie est en lambeaux, tandis que la Russie et l’Iran ont réussi à étendre leur influence dans la région. A l’exception d’Israël et de l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis sont relativement seuls maintenant que l’allié de l’OTAN Turquie, elle aussi, tourne le dos à la coalition et recherche activement un rapprochement avec la Russie et l’Iran. A cet égard, il serait logique pour Washington d’essayer d’obtenir un accord avec Ankara pour les ramener dans le moule, sacrifiant la Syrie du Nord dans le processus. D’après Trump, il n’y a pas grand chose à y gagner pour les Etats-Unis de toute façon, mis à part du “sable et la mort”. De manière admise, beaucoup de personnes au sein de l’establishment américain ne voient pas les choses de cette façon., ils ne veulent pas laisser le champ libre à l’Iran ni à la Russie et ils ne veulent pas dépendre exclusivement de la Turquie.

Dès que Trump eut fini d’appeler Erdogan au téléphone, il se retrouva dans la ligne de mire de sévères critiques et a dû rapidement faire marche arrière. Le scenario suivant ne fut pas pour rien dans ce revirement: Bachar al Assad annonça que l’armée syrienne prendrait la place des Etats-Unis, bien entendu avec le soutien de la Russie et de l’Iran.

En réponse à l’annonce surprise de Trump, la France déclara que ses troupes demeureront en Syrie et rapidement, Trump revint sur ses décisions précédentes, disant qu’il était d’accord pour ralentir le processus. Après un attentat suicide revendiqué par l’EIIL/EI, qui tua plusieurs militaires américains à Mandjib le 16 janvier, l’affirmation non vérifiée de Trump disant que l’EI/Daesh avait été vaincu fut encore une fois prouvée fausse. Il apparaît pour l’heure, que les forces de la coalition maintiendront une présence sur le terrain à la fois pour continuer le combat contre l’EIIL et aussi pour protéger leurs alliés kurdes d’une attaque de la Turquie.


Confédéralisme Démocratique

Remonter le temps ?

Est-ce que cela veut dire que le peuple du Rojava et sa révolution sont maintenant en sécurité ? Pas du tout. Ni Assad, ni la Russie, ni aucune des puissances occidentales ne sont concernés par la protection de la population de la Syrie du Nord, ni de la sécurité des Kurdes ou de quelque autre minorité de la région que ce soit et certainement pas préoccupés par la sécurité et la libération des femmes et de la révolution démocratique en cours dans la région du Rojava. Ceci est devenu on ne peut plus évident l’an dernier après l’invasion de la région d’Afrin par l’armée turque et ses alliés des groupes djihadistes, ce avec le consentement à la fois de la Russie et de l’occident.

Cette fois encore, c’est la Russie qui a les cartes en main. S’il devait y avoir un accord entre Moscou et Ankara, alors Poutine pourra ordonner à Assad de se retirer et donner le feu vert à Erdogan pour l’invasion. Cet accord concernerait la situation à Idlib, une des dernières régions de Syrie qui n’a pas encore été ramenée sous le contrôle du régime. Erdogan pourrait être d’accord pour retirer ses groupes islamistes du Front de Libération National (Jabhat al-Wataniya lil-Tahrir) de la région d’Idlib, permettant ainsi une offensive des forces gouvernementales syriennes contre la forteresse islamiste. En retour, Assad offrirait le Rojava à la Turquie.

Bref, le Rojava demeure en très grand danger. Pour imaginer ce qu’une nouvelle guerre ferait aux gens d’ici, il n’y a qu’à regarder la situation dans les régions kurdes du sud-est de la Turquie ou dans la région d’Afrin occupée. Spécifiquement pour les femmes, une occupation par les forces cléricales fascistes serait un vrai désastre. Quant à Afrin, ce serait un retour en arrière et annulerait tout ce qui a été obtenu en termes de libération des femmes.

De nombreux appels contre la guerre ont été lancés ces dernières semaines. La demande est faite pour que les états et les entreprises impliqués dans la guerre en Syrie arrêtent Erdogan et arrêtent de vendre des armes à la Turquie. D’autres demandes suggérèrent d’établir une zone de contrôle aérien contre les avions de guerre turcs. Ces appels sont urgents, mais il est douteux qu’ils soient entendus par les états et les entreprises. S’ils sont entendus, rien ne se fera par gentillesse, mais seulement parce qu’ils seront forcés de le faire. et cela ne se produira pas sans une certaine mise sous pression par la base.

Protéger l’écologie mésopotamienne

“Nous aussi allons défendre le Rojava !” explique un internationaliste français dans une de nos vidéos publiées par la Commune Internationaliste #resistancediaries. La résistance contre le fascisme turque ne se fait pas seulement au Rojava. Quelques douzaines de Kurdes et leurs alliés se sont mis en grève de la faim, en rotation, demandant la fin de la mise à l’isolement du leader du PKK Abdullah Ocalan. Des actions solidaires avec des grèves de la faim ont été organisées dans le monde entier, impliquant à la fois des militants kurdes et des prisonniers politiques turcs, avec en premier lieu la députée HDP Leyla Güven, qui en est à sa 78ème journée de grève de la faim.

Dimanche et lundi prochains sont prévues des actions de solidarité dans des pays autour du monde en plus de la Commune Internationaliste et au groupe activiste féministe allemand Gemeinsam Kämpfen, beaucoup de groupes écologistes ont répondu à l’appel de la campagne du “Rendre le Rojava Vert de Nouveau” et du mouvement écologiste de Mésopotamie, ainsi que d’activistes écologistes du Canada, de groupes anti-chasse britanniques et du mouvement anti-charbon allemand Ende Gelände.

Ces dernières années, un mouvement écologiste divers, coloré et parfois radical a pris racine en Mésopotamie. Ce mouvement a pris naissance suite à la dévastation écologique ayant cours dans toute la région en résultat des guerres impérialistes qui y sont menées, de la négligence environnementale de la politique régionale. La production pétrolière, la construction de barrage hydro-électrique, la déforestation, la désertification et l’énorme chaos écologique dû aux puits de pétrole en feu, du bombardement des usines et de l’utilisation d’armes à munition à l’uranium appauvri pendant les guerres de ces dernières décennies, ne sont juste que quelques exemples de ce marasme écologique.

Ce mouvement est toujours petit, mais il pose des questions très importantes. Les gens de la région ont aussi trouvé des réponses. Dès le début, la révolution sociale du Rojava fut aussi conçue comme une révolution écologique en poursuivant le but d’une société décentralisée auto-gouvernée et en harmonie avec la nature. Le but est de parvenir à établir un système municipal ayant une agriculture, une source d’énergie et unité de recyclage décentralisées. Une vision sociale déjà conçue par des éco-socialistes comme Murray Bookchin.

Révolution et reboisement

Malheureusement, dans bien des cas, ces idéaux ne demeurent que cela: des idéaux. A cause de la terrible situation économique, les embargos et la guerre, les initiatives écologiques sont le plus souvent mises sur la touche. Mais il y a de gros progrès au Rojava, spécifiquement dans le domaine du reboisement. Ces dernières décennies, le gouvernement syrien a coupé dans la région, le peu de forêt qui y restait. Ceci mena à une désertification accrue et à un sévère manque de retenues d’eau. Mais avec la révolution, petit à petit les arbres reviennent.

Ce processus est soutenu par la campagne internationaliste du “Rendre le Rojava Vert de Nouveau”, qui construit une ferme arboricole sur le site de la Commune Internationaliste du Rojava (CIR). Les internationalistes ont déjà replanté des milliers d’arbres et sont construites des stations d’épuration pour l’eau et des centres de traitement des déchets. Des modèles pour le recyclage de l’eau sont en train d’être développés pour les municipalités locales.

Par dessus tout doit-être résolu le problème de manque d’eau, c’est un problème urgent dans tout le nord de la Syrie et au Moyen-Orient au sens large. La guerre du pouvoir dans la région est toujours au sujet de l’eau. Le manque d’eau est devenu un gros problème pour bien des gens. Les paysans ont toujours été dépendants de l’eau des rivières pour l’irrigation, eau qui provient de rivières ayant leurs sources dans le nord de la Turquie avant de redescendre à travers la Syrie et l’Irak.

Erdogan le sait: quiconque contrôle l’eau, contrôle la vie. L’état turc a, depuis bien des années, construit des super barrages hydro-électriques dans le sud-est du pays, comme celui de Hasyankeyf. C’est pourquoi le niveau de l’eau des rivières les plus importantes de la région: l’Euphrate, le Tigris et la Xabur, décroit tout le temps. Des régions entières se désertifient, pas seulement au Rojava mais aussi en Irak.

Il y a quoi qu’il en soit, une solution partielle à ce problème: le reboisement peut singulièrement inverser l’assèchement des sols. Il y a aussi le système de filtrage qui empêche l’eau de se polluer et d’être perdue. La CIR fat aussi des recherches en ce domaine avec le développement d’un système aquifère noir et gris.

Renforcer la résistance

Mais maintenant, même la fragile graine du réveil écologique du Rojava est menacée par la guerre d’Erdogan. Cette guerre pourrait non seulement provoquer de bien grandes misères et souffrances humaines et de destructions matérielles, mais elle pourrait aussi détruire le mode de vie écologique des gens. A Afrin, l’armée turque a mis le feu à des oliveraies pendant son invasion il y a un an.

Non seulement la guerre en Syrie, mais aussi la guerre Iran-Irak et les deux invasions de l’Irak ont causé d’énormes dégâts. Les fumées des brasiers des puits pétroliers allumés lors de l’invasion militaire américaine de l’Irak contenaient des milliers de tonnes de dioxide de soufre, d’oxydes d’azote et  de monoxyde de carbone. De plus, se répandirent des métaux lourds cancérigènes comme le cadmium, le chromium et le plomb. Les bombardements ont touché les usines irakiennes, les raffineries, les oléoducs, les usines d’engrais et chimiques, les barrages et les centrales énergétiques. En résultat, des milliers et des milliers de moutons, de dromadaires moururent de la pollution de l’eau et de l’air.

Dernier cas et non des moindres, les tonnes d’uranium appauvri résultant des munitions tirées et jonchant le territoire continuent de polluer la terre et l’eau aujourd’hui. Jusqu’à aujourd’hui, des milliers d’enfants souffrant de cancers et autres maladies causées par les radiations doivent être hospitalisés en Irak. Tout cela est causé par l’uranium appauvri qui demeure sur place.

Une image similaire semble émerger en Syrie: ces dernières années, des champs pétroliers ont été incendiés encore et encore, des factions belligérantes ont utilisé des agents chimiques comme le sarin ou des agents chimiques incendiaires comme le phosphore blanc. La lutte pour l’eau et la destruction guerrière de la nature nous montrent clairement pourquoi l’écologie et la lutte contre la guerre et l’impérialisme sont inter-reliées. C’est pourquoi tant de groupes soutiennent les actions des 27 et 28 janvier. La guerre d’Erdogan doit être empêchée afin de sauver bien des vies, pour protéger la révolution et pour stopper toujours plus de destruction de l’environnement.

Notre réponse à la menace de la guerre doit être le renforcement de la résistance et les jours d’actions communes montrent dans quelles directions la résistance doit se développer. Cela doit être clair: le nord de la Syrie est l’affaire de toutes et tous. Le Rojava n’est pas seulement une affaire pour le mouvement anti-guerre et pacifiste ou pour les initiatives solidaires autour du Kurdistan. Il concerne tout le monde. Si nous nous comportons intelligemment, nous pouvons retourner les menaces d’Erdogan en des forces progressistes offensives et ainsi connecter entre elles les forces féministes, écologistes, socialistes et libertaires.

= = =

Lectures complémentaires:

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Pierre_Bance_Lheure_de_la_commune_des_communes_a_sonne

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

James-C-Scott-Contre-le-Grain-une-histoire-profonde-des-premiers-etats

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Louise-Michel_De-la-commune-a-la-pratique-anarchiste

Manifeste pour la Société des Sociétés

Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique

David Graber Fragments Anthropologiques pour Changer l’histoire de l’humanité

L’anarchisme-africain-histoire-dun-mouvement-par-sam-mbah-et-ie-igariwey

Effondrer le colonialisme

6ème_déclaration_forêt.lacandon

Appel au Socialisme Gustav Landauer

 

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: Partie de cache-cache sur fond de guerre israélo-libanaise (Al Manar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 17 janvier 2019 by Résistance 71

Il est de notoriété publique que les discours d’Hassan Nasrallah sont très écoutés en Israël… Pourquoi ? Parce que les Israéliens (qui ne sont pas tous d’accord avec la politique de l’état sioniste) savent pertinemment qu’Hassan Nasrallah, contrairement à leurs politiciens et dirigeants, ne MENT PAS ! Il dit ce qui est, pèse ses mots et sa parole possède le poids de la rectitude et de la justice.

Il est aussi connu que Nasrallah est évidemment une cible des services sionistes programmée pour l’élimination. Le silence de Nasrallah est, d’une manière ou d’une autre… intéressant.

~ Résistance 71 ~

En savoir plus sur le Hezbollah et comprendre la politique au Moyen-Orient:

“Le Hezbollah son histoire de l’intérieur” de Naïm Qassem (notre traduction en version PDF)

Cancer, crise cardiaque, mort… c’est Nasrallah qui décide quand il faut parler…

 

Leila Mazboudi

Al Manar

 

15 janvier 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1214413

 

Depuis quelques temps, les provocations médiatiques évoquant l’état de santé du numéro un du Hezbollah pullulent. Certains médias libanais et arabes tournant dans la mouvance pro saoudienne font volontairement partie de la valse. De concert avec des médias israéliens. Surtout ceux qui sont proches de Benjamin Netanyahu. Des médias moins hostiles aussi y ont pris part, par notoriété et pour faire lire. Il est vrai que sayed Hassan Nasrallah fait lire !

Rumeurs, fake news, fabrications, spéculations, exagérations, fausses sources. Les ingrédients ne manquent pas au festin d’intoxication.

La plus récente de ces rumeurs date du 14 décembre et marque une  hausse dans  son intensité: elle fait état de sa mort dans un hôpital de Beyrouth. Israel Youm, le média israélien proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu  s’est réjoui de la répandre le 14 décembre, en indiquant l’avoir relayé à partir de médias libanais.

Auparavant, des médias avaient argué que S. Nasrallah est atteint d’un cancer et qu’il a été hospitalisé  pour une crise cardiaque qui en aurait découlé. La rumeur n’est pas nouvelle. D’aucuns avançaient qu’il se faisait soigner dans les hôpitaux iraniens. Ce à quoi le porte-parole iranien Hussein Abdullahiane a rétorqué. Accusant les Israéliens d’abord, et assurant que Sayed Nasrallah priera à Al-Aqsa. Un discours qui sait bien comment les irriter en leur insinuant que le Hezbollah aura auparavant libéré la Palestine.

Des médias se sont mêmes mis à évoquer un soi-disant enregistrement sonore, fake également, disséminé sur la Toile, attribué à sayed Nasrallah,  dans lequel il dément les informations sur sa maladie et son hospitalisation. Ce qui  n’a pas manqué d’être présenté comme une preuve de plus qui étaye leurs soi-disant doutes, parce que sayed Nasrallah ne bronche toujours pas.

La diffusion de cet enregistrement a été l’occasion pour le dénommé tweeter libanais Jerry Maher de vertement défier « le Hezbollah et l’Iran de sortir Hassan Nasrallah dans un discours direct et sur le terrain et non pas via écran pour confirmer qu’il va bien et qu’il n’est pas soumis à la résidence surveillée dans un hôpital dans lequel il subit des soins ».

Sa véritable identité étant Daniel Ahmad al-Ghosh, Jerry Maher qui se présente comme étant un journaliste n’a jamais été pris au sérieux comme tel au Liban. Mais plutôt comme une mauvaise langue sur les réseaux sociaux. Dans l’une de ses interventions biscornues, il avait propagé que sayed Nasrallah a épousé une star libanaise.

Vivant en Suède et de nationalité suédoise, il semble être connecté à des lobbies pro israéliens en Europe et n’a de mots que pour fabriquer des mensonges contre le Hezbollah, la Résistance et ses commandants, dévoile l’enquête du site d’informations libanais al-Hadath news. Le Yediot Ahronot préfère lui attribuer des liens avec des services de renseignements occidentaux.

Originaire de la région libanaise d’Iqlim al-Kharroub, contrôlée par le courant du Futur,  il affiche un soutien inconditionnel à l’Arabie saoudite, et se meuve dans des positions politiques qui balisent le terrain à la normalisation avec l’ennemi sioniste, en diabolisant l’Iran et le Hezbollah.

Dans le cadre de la nouvelle campagne, c’est de son compte que le journaliste israélien Simon Arann a relayé une anecdote aussi farfelue que ridicule. «Le Hezbollah refuse de transporter Nasrallah en Syrie pour subir des soins de la part de médecins russes, et l’Iran a envoyé trois médecins à Beyrouth dont l’un d’entre eux réside en Europe, pour surveiller son état de santé ».

La plupart des observateurs libanais sont unanimes qu’il est derrière cette campagne infeste, qu’il a jeté le premier caillou dans la mare, afin que les ondes soient repêchées par les israéliens…

Curieusement, celle-ci a éclaté lorsque le parti de la résistance et son chef en particulier ont observé le plus grand silence dans l’affaire des tunnels soi-disant découverts par les israéliens, entre le sud Liban et les colonies israéliennes au nord de la Palestine occupée.

Un silence qui semble avoir outragé les dirigeants israéliens. Surtout dans les milieux proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Ce dernier se trouve dans une mauvaise posture sur le plan interne, en raison des accusations de corruption qui semblent cette fois-ci s’être beaucoup trop approchées de lui. Et en raison aussi de l’échec de l’opération commando dans la bande de Gaza et du revers militaire qui s’en est suivi. D’autant que cela a fait éclater son gouvernement.

Aussi bien l’affaire des tunnels  que la campagne contre S. Nasrallah semblent donc être adressées au public israélien, en couvrant les déboires de Netanyahu, pour favoriser ses chances dans le prochain scrutin électoral prévu pour le printemps prochain.

Selon la chaine 12 israélienne, ce que les israéliens ont recherché le plus sur Google ces derniers jours a été le mot Nasrallah.

Le Hezbollah, parfaitement conscient de l’enjeu fait la sourde oreille. Pour les médias libanais dignes de ce nom, des sources du Hezbollah ont assuré que la plus proche apparition le SG aura lieu le 11 février prochain. Puis le 16. Deux dates fixes, chaque année, pour commémorer la révolution islamique en Iran et les commandants martyrs du Hezbollah. Et rien sur toute la valse qui tempête autour de lui.

S. Nasrallah ne manquera pas d’expliquer cela cette date-là. En attendant, il aura fait passer le message que c’est lui qui décide quand il faut parler…