Archive pour israël terrorisme d’état

Empire de la tromperie et du mensonge (suite)… Arrestation d’Assange, photo et questions…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 12 avril 2019 by Résistance 71

« Je suis constamment ennuyé par le fait que les gens sont distraits par de fausses conspirations comme celle du 11 septembre, alors que nous fournissons de vraies conspirations pour faire la guerre ou pour de massives fraudes financières. »
~ Julian Assange dans un entretien avec Matthew Bell du Belfast Telegraph, juillet 2010 ~

 

Résistance 71

 

12 avril 2019

 

Alors que couvait cet évènement depuis un moment, il y avait très peu de journaleux en embuscade pour saisir le moment. Néanmoins, quelques photos furent prises, diffusées le jour même 11 avril par Cryptome. Nous reproduisons ci-dessous la 1ère de ces photos, qu’on voit mieux sur la page de Cryptome :

 

Cette photo nous interpelle et nous fait poser quelques questions:

Assange n’a pas voulu sortir de lui-même de l’ambassade équatorienne, il est porté par les flics, soit…

Sur ce cliché cinq flics s’affairent à le transporter, tous regardent où ils mettent les pieds, il y a des marches. Seul Assange regarde droit vers le photographe. Il tient dans sa main droite un magazine…

Questions:

1- Embarqué par les flics, Assange emmène avec lui un magazine de l’ambassade, pourquoi ? Il veut lire dans le fourgon et en cellule ?

2- Il le tient d’une curieuse façon, s’assurant dirait-on que la couverture soit bien visible, pourquoi ?

3- Quel est ce magazine ?

4- Il y a la photo d’un homme en « Une », de qui s’agit-il ?

5- Se pourrait-il que ce soit un message ?

6- Nouveau visage présentant une image « christique » allant vers son « martyr » planifié, tout cela n’est-il pas une belle mise en scène sous le plus grand chapiteau du monde ?…

Sur les autres clichés publiés par Cryptome, on voit Assange très relax, souriant, pouce levé, clin d’œil… Attitude très incongrue pourrait-on dire pour un homme qui vient de perdre son « asile politique », est embarqué et ne semble pas bien stressé de ce qui l’attend (extradition aux USA, procès, voire en tant que « dissident informateur » perdre la vie…).
Sait-il quelque chose que nous ne savons pas ?…

Juste quelques questions, comme ça, à chaud…

Mise à jour 13 avril 2019: Une partie du mystère résolue. Assange ne tient pas un magazine dans sa main mais un livre de Gore Vidal: « History of the National Security State » il s’agit donc bien d’un message… crypté ou non ?… à suivre…


Notre dossier « Assange et Wikileaks »

Publicités

Empire de la tromperie et du mensonge… Dénouement dans l’affaire Assange-Wikileaks ?… (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, média et propagande, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 12 avril 2019 by Résistance 71


« Par la tromperie tu feras la guerre »

 

Suite : « Arrestation d’Assange, photo et questions »…

MAJ 13 avril 2019:

« Wikileaks: une opération d’infiltration de l’internet commandité par Cass Sustein » (Article de Webster Tarpley de janvier 2011, traduit par Résistance 71 et publié sur ce blog…)

 

L’agent du Mossad Assange finalement viré de l’ambassade d’Equateur

 

Gordon Duff

 

11 avril 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/04/11/mossad-agent-assange-finally-kicked-out-of-ecuadorean-embassy/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Veterans Today s’oppose à l’arrestation de Julian Assange, un des agents les plus efficaces d’Israël contre les Etats-Unis depuis Jonathan Pollard. Pour paraphraser le célèbre film  “Apocalypse Now” (1979), disons qu’arrêter Assange pour travailler pour Israël ou pour toute autre raison inventée, c’est comme arrêter les voitures pour excès de vitesse aux 500 Miles d’Indianapolis…

Washington D.C est remplie d’espions israéliens, tous en liberté, tous des parasites et aucun d’eux n’a la technique d’Assange. Arrêtez Assange en dernier, pas en premier. Nous avons 5 membres de la Cour Suprême de Justice et un train entier de traîtres membres du Congrès de Etats-Unis, des deux partis, à arrêter d’abord…

En 2009, VT a identifié, tristement, que Wikileaks n’est pas réel. Nous avons regardé leur matériel, leurs fuites sur l’Irak et avons découvert qu’elles étaient fausses. Nos personnels avaient écrit le véritable matériel, la plus grande partie alors qu’ils servaient en Irak.

Wikileaks a été créé pour blanchir de l’info du Mossad, un mélange que Zbigniew Brzezinski avait étiqueté “graines pour oiseaux et info plantée”. Par “plantée”, ZB voulait dire “fausse”. Nous avons retracé Assange à un entraînement d’agence de renseignement en Israël, l’avons relié à Michael Oren et à un groupe de soutien au sein de sites internet de désinformation secrètement financés. L’attaque ici contre VT fut supposément écrite par Israël Shamir. NOUS pensons autrement.

 Breaking News:  Julian Assange a Mossad Agent.

Nous avons retracé Assange jusqu’au réseau Tor, mis en place pour que des pédophiles puissent échanger des photos. C’est ainsi qu’a commencé sa “carrière de hacker”. Une capture d’écran de Google pour “Tor network pedophiles”. (NdT: voir sur l’article original de VT)

De manière consistante et ouverte, Wikileaks a travaillé avec Rupert (Greenbaum) Murdoch, un puissant magnat de la presse pro-likoudiste qui a utilisé ses médias et son empire médiatique pour soutenir Israël et truquer des élections dans le monde entier.. Nous avons ensuite commencer à nous poser des questions sur ceux qui soutenaient Assange et nous nous sommes retrouver sous attaque de la part de “Counterpunch”, un site internet géré par des gens que nous avons identifiés comme “n’étant pas ce qu’ils paraissent être… loin s’en faut.” A partir de là, nous avons étudié chaque fuite d’info, toujours des graines pour oiseaux, toujours attaquant les ennemis politiques ou militaires d’Israël, toujours des infos plantées, fausses. Nous avons trouvé Assange en contact continu et direct avec le Mossad, à un moment donné même, les invitant à éditer, corriger l’info de Wikileaks dans les bureaux du New York Times, où une véritable fuite d’info fut envoyée.

L’essentiel des infos de Wikileaks provenaient de la CIA ou du Mossad, documents volés par la NSA au travers d’un partenariat avec Israël. Les supporteurs d’Assange ont été les aveugles, les ignorants et les traîtres au sein des Etats-Unis et de la Russie. Maintenant, nous voyons se dérouler devant nous la vraie pièce de théâtre, ça va être marrant.

Pour ceux qui ont oublié, les organisations qui ont soutenu et protégé Assange en Grande-Bretagne sont toutes contrôlées et ce manière ouverte, par la famille Rothschild. Maintenant nous les voyons mettre en place leur numéro d’illusionniste alors que les mougeons du monde entier se recroquevillent de terreur tandis qu’un tout petit et lâche Mussolini entre dans une nouvelle phase de son service pour Israël.

[…]

A lire: « La falsification Wikileaks »

 

Le monde de la fabrication et de la manipulation derrière le « Russiagate » exposé (VT)

Posted in actualité, colonialisme, désinformation, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 1 avril 2019 by Résistance 71

Nous pensons que cette affaire du « Russiagate » illustre parfaitement bien et en temps presque réel puisque nous n’avons pas du attendre des décennies pour en savoir plus, le niveau effarant de manipulation et de mensonge auquel sont arrivées les entités étatiques sensées nous représenter, nous les peuples. Est-ce sans précédent ? Nous ne le pensons pas car le complotisme et la fabrication du mensonge à des fins de contrôle des opinions existent depuis que l’État existe à des degrés divers, simplement de nos jours, il est plus facile et plus rapide de tirer le rideau et d’entr’apercevoir ce qui se passe derrière ce qui était totalement impossible il y a encore 25 ou 30 ans.
L’internet, cette « Presse de Gütemberg 2.0 », possède le pouvoir révolutionnaire de son aînée, même si bien entendu, la méfiance et l’analyse doivent toujours être de mise. Bien entendu Duff, Dean et VT ne font qu’exposer des informations et des faits, des analyses sur une situation (géo)politique interne et internationale et ne proposent aucune solution viable. Ce sont des « réformistes » qui pensent toujours que purger le système et mettre les « bonnes personnes » aux postes clefs changera tout. Ils n’ont pas encore compris qu’il n’y a pas de solutions au sein du système et qu’il ne sautait y en avoir. Mais ceci est une autre histoire… Prenons leurs analyses pour ce qu’elles sont: une façon de lever une partie du voile du secret nauséabond qui recouvre toute cette fange étatico-capitaliste et remercions les simplement de le faire, car elles ne font qu’apporter toujours plus d’eau au moulin de la quête d’émancipation totale par la mise en place de la société des sociétés celle des communes libres émancipées et confédérées.
En section commentaire, nous mettons une vidéo hilarante du toujours excellent résistant canadien James Corbett pour « comprendre le Russiagate en 3min », vidéo faite sur le modèle de sa virale explication des attentats du 11 septembre en moins de 5min, vue des millions de fois dans le monde.

~ Résistance 71 ~

 

 


VT à Damas: Jim Dean et Gordon Duff avec le
grand Mufti

 

Le NothingGate ou la véritable histoire derrière Mueller (et son rapport)

 

Gordon Duff

VT

 

29 mars 2019

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2019/03/30/neo-nothinggate-the-real-story-behind-mueller/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’enquête de Mueller qui s’est conclue récemment avec la remise de son rapport, s’est terminée dans un “gémissement”, en fait elle n’a jamais existé et n’aurait jamais dû existé. En tant que sujet impliqué dans cette enquête, j’ai aussi été assis à une place de choix.

Mon implication personnelle avec une organisation américaine et russe d’anciens combattants, le fait que j’écrive beaucoup en Russie et travaille là-bas sur des documentaires, ainsi que mon soutien ouvert et inconditionnel à l’implication russe en Syrie, ont fait de moi une cible.

Mes 40 années de travail dans le renseignement opérationnel ont fait de moi une source, éventuellement. Je peux maintenant clarifier ce que j’ai dit au FBI: “La Russie ne l’a pas fait.”

On a vu dès 2015 qu’il y avait une grosse interférence et il fut détecté qu’il y avait un gros effort de trucage des élections américaines, ce ne furent pas des journalistes qui s’en aperçurent, mais des personnels du renseignement à la retraite, à la fois du renseignement militaire et de la CIA, mais aussi d’autres organisations.

Un rapport fut écrit et présenté aux leaders politiques de Washington par l’avocat et éditeur de Veterans Today (VT) Thomas Mattingly, un avocat de Washington qui a travaillé étroitement avec l’activiste politique Ralph Nader pour le plus clair de sa carrière. Voici ce qui fut trouvé déjà en 2015:

  • La manipulation des médias sociaux menés par de clairs efforts en provenance des plus hauts niveaux de Google et de Facebook, travaillant avec des sous-traitants du renseignement israélien, crée la base de couverture de la falsification du vote électronique et des efforts de suppression illégale d’électeurs.
  • Le candidat qui “arrivera au sommet” sera contrôlé non pas par le gouvernement d’Israël mais par un cartel du crime organisé comme ce fut expliqué à la Conférence de Sécurité de Damas en décembre 2014 par Gordon Duff et le colonel James Hanke.
  • Un plan d’action fut mis en place citant une crise de sécurité nationale sans précédent. Mais ceux qui reçurent le rapport, qui portaient les recommandations d’un ancien directeur de la CIA et de plusieurs anciens patrons de l’agence à la retraite, rompirent toute communication.

A la fin 2017, Thomas Mattingly était mort, dans de mystérieuses circonstances et d’autres qui travaillèrent à ce rapport furent ciblés par le Department of Homeland Security (NdT: la Stasi yankee…), détenus, interrogés, leurs téléphones et leurs ordinateurs hackés, ils furent intimidés par des officiels de la sécurité. Personne ne succomba aux intimidations.

Il est nécessaire de remonter en amont de ce que certains pourront voir comme un contre-éditorial. Les opinions sont comme les orifices du corps humain, tout le monde en a et mieux vaut les garder pour soi-même. Il y a bien trop d’opinions alentours et bien peu de faits. Pour être le plus explicite possible de manière grinçante, la fabrication et la manipulation de l’opinion est aujourd’hui un business de 250 milliards de dollars… ne faisant que gérer l’espèce humaine comme on gère du bétail.

D’un coup, très peu pourrait comprendre à quelle hauteur tout cela peut aller, mais avec des outils mis dans les mains des enfants peu de temps après la naissance et un profile de chaque pensée et de chaque sentiment étant constamment demandé, catalogué, analysé et taillé sur mesure, un faux narratif parfaitement ciblé, citant des rêves, des espoirs, des peurs mais surtout des vulnérabilités peut être mis en place. Alors comment pourrait-on l’appeler ce truc du “Russiagate” ?…

Je pense que nous pouvons finalement utiliser le terme qui a toujours flotté dans l’air depuis le début: “une opération de tromperie et de couverture”.

Le “Russiagate” fut une fabrication, une construction, dont le but était un show, du théâtre public, tandis que pas seulement de simples crimes comme une corruption publique généralisée, mais bien plus, tandis que des actions de folie brutales et ouvertes demeuraient sans réponse et sans action.


Trump: « STP, dis à ta main gauche de lâcher mes couilles ! »

 

Robert Mueller

Commençons notre histoire par regarder l’ancien directeur du FBI Robert Mueller. Mueller est un ancien US Marine, un ancien combattant du Vietnam où il servit en tant qu’officier. Dans certains cercles militaires de la nation, ceci peut représenter quelque chose de spécial. Ici néanmoins nous noterons la haine de Donald Trump envers l’ancien sénateur et ancien prisonnier de guerre du Vietnam John McCain.

Trump a reçu de matériel classifié sur McCain, montrant que son attitude en tant que prisonnier de guerre fut très loin d’avoir été exemplaire. Son officier de commandement prisonnier de guerre, le colonel d’aviation Ted Guy, un des fondateurs de Veterans Today, avait recommandé que McCain passe en cour martiale après sa libération, car il fut un des 33 prisonniers de guerre accusés de collusion avec l’ennemi.

McCain fut accusée d’avoir perpétré 32 émissions de propagande et d’avoir aidé l’armée du Nord-Vietnam à mieux positionner son système de défense anti-aérien de façon à maximiser les pertes américaines dans le ciel vietnamien. D’après le colonel de l’armée américaine Earl Holliman et l’US Marine sergent-major John Holland, tous mort aujourd’hui tout comme McCain, celui-ci fut personnellement responsable de l’abattage de 60 pilotes américains au Vietnam. Tout ceci et plus encore a été effacé de l’histoire, je connaissais personnellement les deux accusateurs de McCain.

Pire encore est l’historique de McCain luttant contre les efforts de rechercher les prisonniers de guerre toujours disparus au Vietnam. D’après l’éditeur de VT, le colonel James Hanke, qui fut un temps le patron des opérations de récupération des prisonniers de guerre au Vietnam, dont le QG était en Thaïlande, l’Amérique a abandonné des centaines de prisonniers et ceci largement basé sur les efforts de McCain de classifier toute information et de bloquer tous les efforts de sauvetage de ces prisonniers. (NdT: de quoi pouvait donc bien avoir peur cette ordure notoire ?…)

Pourquoi racontons-nous cette histoire ? La réponse est très simple: le fait d’avoir été un combattant au Vietnam n’est en rien un indicateur de quoi que ce soit, dans une guerre où les médailles d’honneur furent distribuées treize à la douzaine à des personnes aucunement méritantes et dans laquelle ce furent les pauvres de l’Amérique qui y combattirent réellement et qui y moururent, tandis que les pontes de l’armée vivaient dans un confort de débauchés dans le luxe des bases arrières. En tant que NCO (NdT: Non-Commissionned Officer, c’est à dire un sous-officier faisant fonction d’officier sur le terrain comme ce fut et est toujours souvent le cas dans l’armée yankee) servant dans une unité de combat au Vietnam, j’ai été des mois sans savoir le nom même de mon officier commandant. Ils venaient et partaient et le plus souvent nous ne les voyions jamais…

En aucun cas je ne dis que ce fut le cas de Robert Mueller ; mais tout Américain qui a servi au Vietnam et qui ne s’est pas opposé à son retour aux Etats-Unis à cette guerre la plus sale et la plus corrompue de l’histoire de l’humanité ne peut en aucun cas être un héros sous quelques circonstances imaginables que ce soit, mais est de fait bien plus proche d’un Kapo de camp de concentration nazi. Ceci constitue une opinion acquise et livrée par les faits.

Mueller a attiré notre attention une première fois lorsqu’il est devenu le directeur du FBI, ce une semaine avant les attentats du 11 septembre 2001. Deux curieuses nominations eurent lieu ces jours précédant les faits, celle de Mueller et celle du général Richard Myers comme chef d’état major des armées.

Nos sources, certaines au sein même du FBI, identifient Mueller comme un chef de file de la vaste opération de couverture qui a eu lieu après les attentats du 11 septembre et camouflant les véritables évènements de ce jour, ce qui, d’après un rapport présenté au président Trump par l’ancien agent de la CIA Robert David Steele, nommait de très hauts responsables du gouvernement américain avec une très large complicité à la fois d’Israël et de l’Arabie Saoudite, comme en étant les véritables acteurs. Jusqu’ici, Trump a promis par deux fois de communiquer ces informations au public, mais ne l’a toujours pas fait.

Mueller fut cité dans un procès fédéral intenté par l’ancien agent du FBI et colonel de l’armée, Mick Dick, pour complicité de tentative de meurtre sur lui comme il fut l’agent qui mena la toute première enquête initiale sur les attentats du 11 septembre.

Nous avons encore rencontré Mueller en 2005 lors de l’arrestation de l’ancien député Mark Siljander pour 15 accusations d’aider le terrorisme. Siljander avait servi comme ambassadeur aux Nations-Unis sous le président Reagan et est de mes amis de toujours. Il a aussi été à la tête du “National Prayer Breakfast”, l’organisation “interne” la plus puissante de Washington. Alors que je travaillais avec Siljander et son équipe de la défense ayant à son bord un ancien ministre des affaires étrangères et un ancien ministre de la justice américains, nous avons rencontré une vaste corruption au sein du FBI et du ministère de la justice (NdT: Le FBI dépend du ministère de la justice américain)

Mueller était à la tête du FBI, tandis que le ministère de la justice était sous la férule de l’ancien sénateur John Ashcroft, un ami de longue date de Siljander. L’enquête contre Siljander vint peu de temps après que celui-ci ait approché le président Bush (fils), pour lui résumer les fausses infos de renseignement qui menèrent à l’invasion de l’Irak (en 2003) et fut commencée par un procureur régional qui était le beau-fils du général Myers, l’homme que beaucoup croient avoir donné l’ordre de maintenir la défense aérienne au sol, ce qui permit les attaques du 11 septembre.

Après des années d’actions légales, Siljander a accepté de plaider “l’obstruction à la justice” et, curieusement, contracta une forme très bizarre et improbable de cancer lors de sa très courte incarcération. Contre toute attente, Mark Siljander y survécût. L’affaire “d’obstruction” contre Siljander était basée sur le témoignage d’un témoin qui contredisait les déclarations que Siljander avaient faites au FBI. Le “témoin” fédéral avait reçu le choix de témoigner contre Siljander ou de se retrouver incarcéré indéfiniment au camp américain (du goulag) de Guantanamo Bay à Cuba. Ce fut Robert Mueller en pleine action et dans toute sa splendeur…

Si on devait assumer, comme beaucoup le considèrent maintenant, que l’enquête de Mueller fut un faux depuis le départ et que l’histoire personnelle de Mueller de sa “relativité morale” en faisait le candidat parfait pour gérer une fausse enquête qui bouffa deux ans alors que le monde s’enflammait, qui devons-nous blâmer ?…

Nous posons également la même question (toujours la même en de pareil cas…) Qui bono ? A qui profite le crime ? Tandis que Mueller jouait son air de pipeau, Trump bombarda la Syrie deux fois, les Etats-Unis menèrent le massacre au yémen avec des attaques massives, ils ouvrirent une guerre secrète en Somalie et à travers l’Afrique du Nord et commencèrent à déployer des missiles aux frontières de la Russie.

L’Amérique était déjà hors de Conventions de Genève, une action nécessaire pour Bush II afin de soutenir l’occupation illégale du Golan par Israël, de la Cisjordanie et de Jérusalem (Al Quds). Les Etats-Unis avaient aussi quitté le Tribunal International (CPI), alors que tant d’Américains devaient faire face aux tribunaux pour crimes de guerre pour les actions militaires perpétrées en Irak et en Afghanistan, ainsi que sans doute dans les Balkans.

Mais les choses allèrent plus loin, bien plus loin. Aujourd’hui, les procureurs et les juges de la Cour Pénale Internationale font face à l’assassinat ou à l’emprisonnement sur la base des menaces proférées par l’ex-directeur de la CIA Mike Pompeo, aujourd’hui ministre des affaires étrangères des Etats-Unis. Alors que Mueller jouait son air de pipeau, les Etats-Unis sortaient du plan joint d’action compréhensive (JCPOA) sur le nucléaire iranien et renouvelaient ses sanctions contre l’Iran. Les Etats-Unis se sont même retirés du Conseil des Droits de l’Hommes de l’ONU.

Aux Etats-Unis intra muros, la situation économique s’est retournée, une nation qui était en train d’éliminer sa dette (NdT: là, Duff pousse le bouchon un peu loin…) sous le président Obama est maintenant en train de générer 1000 milliards de dollars de déficits, alors que les Américains les plus riches paient peu voire pas d’impôts du tout.

Alors, demandons-nous, pourquoi Mueller fut-il choisi ? Notre analyse est-elle correcte ? Etait-il faux d’assumer que Mueller aurait voulu que sa dernière action publique soit un acte honorable ?…

Nous savons ceci: que très tôt dans l’enquête, les limiers de Mueller ont remonté “l’interférence russe” à sa véritable racine, le lobby israélien de Washington. De plus en plus, le parti démocrate est divisé sur le soutien à apporter à Israël. Le problème n’a rien à voir avec le Moyen-Orient, ni avec les violations par l’Amérique de la loi internationale en transférant leur ambassade à Jérusalem (Al Quds) ni de la reconnaissance du Golan syrien comme un territoire israélien.

Notez bien qu’en accord avec les nouvelles lois israéliennes, les résidents de Gaza ne pourront jamais devenir des citoyens israéliens parce qu’ils ne “sont pas nés juifs”.

La loi israélienne de l’”état-nation juif” nie de manière permanente même les protections limitées de “citoyen de seconde classe” aux chrétiens et aux musulmans vivant en Israël et dans les territoires occupés (comme définis par le conseil de sécurité de l’ONU).

Mueller a livré son rapport qui a échoué de donner suite aux véritables résultats de l’enquête, de la vaste falsification des votes et des violations sur le financement de la campagne électorale, pour lesquelles toutes les pistes menaient directement au lobby israélien, aux directeurs de l’American Israeli Public Affairs Committee (AIPAC) et d’autres organisations. Tout fut “mal placé et oublié”, incluant plus de 70 “actes d’accusation scellés” émis sur des preuves et des témoignages rapportés de longue date de ces deux ans soudainement effacés de l’histoire.

Le résultat de cet “air de pipeau” ?  Toute forme de méthode de guerre connue de l’humanité er d’autres pas encore imaginées auparavant ont été appliquées avec force brutalité. La confusion immerge nation après nation en regardant cette Amérique “devenue folle”, nation menée et gérée par les débauchés. Personne n’est en sécurité.

Est-ce la faute de Mueller ? Nous ne le savons pas. Nous ne le saurons jamais, c’est ainsi que fonctionne Washington. Au cours de toutes ces années, j’ai parlé à tant de personnes, écouté leurs excuses, pourquoi ils ont adhéré aux pratiques corrompues, pourquoi ils prirent le fric.

Ils/elles disent tous la même chose. “Quand j’en aurai assez et que ma famille sera bien confortable, quand je serai au pouvoir, alors “ils” verront, je me dresserais tel le lion et combattrais pour la décence et l’honneur.

Mais personne n’en a jamais “assez”. Ce jour de “décence et d’honneur” ne semble jamais venir. Voyez-vous, chacun a un prix. C’est pourquoi existent les Google, Facebook, Black Cube et leurs clones sans fin, ils sont en charge de trouver ce prix et qui vaut la peine d’être payé, d’être acheté.

L’honneur apprend-on, est une commodité très bon marché de nos jours…

 

Gaza: Grande Marche du Retour, l’armée de l’occupant en déroute…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 31 mars 2019 by Résistance 71

Marche du Grand Retour: Les missiles de Gaza ont eu raison de l’armée israélienne

 

Press TV

 

31 mars 2019

 

url de l’article:

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/31/592242/Marche-de-grand-retour-les-missiles-de-Gaza-ont-eu-raison-de-larmee-israelienne

 

La défaite est plus que totale: quelques heures après la fin de la Marche du grand retour vendredi et samedi, l’armée israélienne cède et débloque les frontières avec Gaza. En effet, elle vient de recevoir coup sur coup manifestations, coup de missiles, ballons incendiaires et pour une armée totalement « débordée », le statut quo s’avérait impossible. Selon info-palestine, plus de 45 000 Palestiniens de toute la bande de Gaza se sont rassemblés en masse le samedi 30 mars pour le premier anniversaire de la Marche sur les frontières, bravant chars, blindés et snipers israéliens.

Paniqué à la vue du spectacle d’une foule déterminée, les soldats israéliens, plantés sur les frontières, ont ouvert le feu en tuant quatre jeunes palestiniens et en blessant 316 autres, un bilan qui reste provisoire. Il s’agissait du premier anniversaire de la Marche du grand retour, ce rassemblement hebdomadaire qui a lieu sans répit depuis un an, c’est-à-dire depuis que l’administration US croyant pouvoir naïvement enterrer la cause palestinienne, a annoncé la judaïsation de Qods.

Confirmation du nouveau bilan des victimes par le site d’information « Palestine Solidarité » qui rapporte que l’armée israélienne a assassiné hier samedi quatre jeunes palestiniens de 17, 18, 19 et 20 ans à Gaza, et en a blessé 316 autres par des balles réelles.

Évidemment le silence des médias mainstream arrangent bien l’agresseur. N’empêche que le quatrième martyr palestinien a été visé lors de la manifestation de la Journée de la Terre par des snipers israéliens dans l’est de Khan Younes. Signe que le mouvement est général, allant de Gaza à la Cisjordanie en passant par Qods. D’ailleurs, tous les territoires palestiniens ont été samedi le théâtre de manifestations et de grèves de masse.

Les Palestiniens scandaient tous les mêmes slogans: « Honte à cette occupation illégale ! Honte à ce régime d’apartheid ! Honte à ces crimes israéliens contre les civils palestiniens ! Honte à ce blocus israélien inhumain et mortel ! Honte à cette communauté internationale officielle complice ! Vive la solidarité ! Gaza sous blocus résiste, Gaza l’espoir et la dignité persistent. Ici, notre terre. Ici, notre Palestine ! La lutte continue ! La Palestine vivra ! La justice triomphera ! »

Les sources israéliennes reviennent largement sur cette double manifestation qui a tenu tout appareil politico-militaire israélien en haleine pour in fine le mettre au pas, puisque l’armée israélienne vient d’ouvrir les frontières de Gaza malgré un blocus hermétique imposé ces derniers jours.

Selon les sources proches du renseignement de l’armée israélienne, les missiles palestiniens ont eu le dernier mot. Les deux frappes palestiniennes contre Tel-Aviv et Ashkelon ont impliqué des missiles de haute précision.

Dans la nuit de samedi, l’exploit a été reconduit: d’après l’armée israélienne, « cinq roquettes ont visé la Palestine occupée depuis la bande de Gaza ». Les cinq missiles ont visé Eshkol au sud d’Israël en représailles à la mort de 4 palestiniens, froidement abattus par les snipers d’Israël. Les tirs ont fait déclencher des sirènes d’alerte et poussé des centaines de colons à s’enterrer dans des abris sous-terrains. Le site israélien DEBKA décrit que ces derniers avaient gagné les abris bien avant les tir de missiles, puisque « la marche palestinienne » faisait trembler la terre sous leur pied.

Pour toute riposte, l’artillerie israélienne a visé les sites désertés du Hamas à Gaza, sans oser bouger d’un iota des positions qu’elle occupe depuis 72 heures.

Le constat de DEBKA, site proche du renseignement israélien est sans appel: « La Marche du grand retour a été un succès… l’armée israélienne est dans l’incapacité de lancer des opérations au sol contre Gaza car prise de court par des missiles palestiniens.« 

Mise au point historique sur les sémites, antisémites, sionistes et antisionistes (Schlomo Sand)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 31 mars 2019 by Résistance 71

 

« Le chrétien est simplement un juif de la confession ‘réformée’. »
~ Friedrich Nietzsche ~

 

A propos des sémites et des antisémites, des sionistes et des antisionistes

 

Schlomo Sands

 

25 février 2019

 

Source: http://www.ujfp.org/spip.php?article6972&lang=fr

 

Si toute expression antijuive dans le monde ne cesse de m’inquiéter, j’éprouve un certain écœurement face au déluge d’hypocrisie et de manipulations orchestré par tous ceux qui veulent désormais incriminer quiconque critique le sionisme.

Bien que résidant en Israël, « Etat du peuple juif », j’ai suivi de près les débats, en France, sur : antisémitisme et antisionisme. Si toute expression antijuive dans le monde ne cesse de m’inquiéter, j’éprouve un certain écœurement face au déluge d’hypocrisie et de manipulations orchestré par tous ceux qui veulent désormais incriminer quiconque critique le sionisme.

Commençons par les problèmes de définition. Depuis longtemps déjà, je ressens un malaise non seulement face à la récente formule en vogue : « civilisation judéo-chrétienne  », mais aussi face à l’utilisation traditionnelle du vocable : « antisémitisme ». Ce terme, comme l’on sait, a été inventé dans la seconde moitié du 19ème siècle par Wilhelm Marr, nationaliste-populiste allemand qui détestait les juifs. Conformément à l’esprit de cette époque, les utilisateurs de ce terme tenaient pour présupposé de base l’existence d’une hiérarchie des races dans laquelle l’homme blanc européen se situe au sommet, tandis que la race sémite occupe un rang inférieur. L’un des fondateurs de la « science de la race  » fut, comme l’on sait, le français Arthur Gobineau.

De nos jours, l’Histoire un tantinet plus sérieuse ne connaît que des langues sémites (l’araméen, l’hébreu, et l’arabe, qui se sont diffusées au Proche Orient), et ne connaît, en revanche, nulle race sémite. Sachant que les juifs d’Europe ne parlaient pas couramment l’hébreu, qui n’était utilisé que pour la prière, (de même que les chrétiens utilisaient le latin), il est difficile de les considérer comme des sémites.

Faut-il rappeler que la haine raciale moderne envers les juifs constitue, avant tout, un héritage des églises chrétiennes ? Dès le quatrième siècle, le christianisme s’est refusé à considérer le judaïsme comme une religion légitime concurrente, et à partir de là, il a créé le fameux mythe de l’exil : les juifs ont été exilés de Palestine pour avoir participé au meurtre du fils de Dieu ; c’est pourquoi, il convient de les humilier pour démontrer leur infériorité. Il faut pourtant savoir, qu’il n’y a jamais eu d’exil des juifs de Palestine, et, jusqu’à aujourd’hui, on ne trouvera pas le moindre ouvrage de recherche historique sur le sujet !

Personnellement, je me range dans l’école de pensée traditionnelle qui se refuse à voir les juifs comme un peuple-race étranger à l’Europe. Dès le 19ème siècle, Ernest Renan, après s’être libéré de son racisme, avait affirmé que : Le juif des Gaules… n’était, le plus souvent, qu’un Gaulois professant la religion israélite. » L’historien Marc Bloch a précisé que les juifs sont : « Un groupe de croyants recrutés, jadis, dans tout le monde méditerranéen, turco-khazar et slave ». Et Raymond Aron d’ajouter : « Ceux que l’on appelle les juifs ne sont pas biologiquement, pour la plupart, des descendants des tribus sémites… ». La judéophobie s’est, cependant, toujours obstinée à voir les juifs, non pas comme une croyance importante, mais comme une nation étrangère.

Le lent recul du christianisme, en tant que croyance hégémonique en Europe ne s’est pas accompagné, hélas, d’un déclin de la forte tradition judéophobe. Les nouveaux « laïcs » ont transformé la haine et la peur ancestrales en idéologies « rationalistes » modernes. On peut ainsi trouver des préjugés sur les juifs et le judaïsme non seulement chez Shakespeare ou Voltaire, mais aussi chez Hegel et Marx. Le nœud gordien entre les juifs, le judaïsme et l’argent semblait aller de soi parmi les élites érudites. Le fait que la grande majorité des millions de juifs, en Europe orientale, ait souffert de la faim, et ait vécu en situation de pauvreté, n’a absolument pas eu d’effet sur Charles Dickens, Fiodor Dostoïevski, ni sur une grande fraction de la gauche européenne. Dans la France moderne, la judéophobie a connu de beaux jours non seulement chez Alphonse Toussenel, Maurice Barrès et Edouard Drumont, mais aussi chez Charles Fourier, Pierre-Joseph Proudhon, voire, pendant un temps, chez Jean Jaurès et Georges Sorel.

Avec le processus de démocratisation, la judéophobie a constitué un élément immanent parmi les préjugés des masses européennes : l’affaire Dreyfus a fait figure d’événement « emblématique », en attendant d’être surpassée, et de loin, par l’extermination des juifs durant la seconde guerre mondiale. C’est entre ces deux événements historiques qu’est né le sionisme, en tant qu’idée et mouvement.

Il faut cependant rappeler que jusqu’à la seconde guerre mondiale, la grande majorité des juifs et leurs descendants laïques étaient antisionistes. Il n’y avait pas que l’orthodoxie, forte et organisée, pour s’indigner face à l’idée de précipiter la rédemption en émigrant vers la Terre Sainte ; les courants religieux plus modernistes (réformateurs ou conservateurs), s’opposaient aussi vivement au sionisme. Le Bund,parti laïque en qui se reconnaissait la majorité des yiddishophones socialistes de l’empire russe, puis de la Pologne indépendante, considérait les sionistes comme des alliés naturels des judéophobes. Les communistes d’origine juive ne perdaient pas une occasion de condamner le sionisme comme complice du colonialisme britannique.

Après l’extermination des juifs d’Europe, les rescapés qui n’avaient pas réussi à trouver à temps refuge en Amérique du Nord, ou en URSS, adoucirent leur relation hostile au sionisme, alors même que la majorité des pays occidentaux et du monde communiste en venait à reconnaître l’Etat d’Israel. Le fait que la création de cet Etat se soit effectuée, en 1948, aux dépens de la population arabe autochtone ne gêna pas outre mesure. La vague de la décolonisation en était encore à ses prémices, et ne constituait pas une donnée à prendre en compte. Israel était alors perçu comme un Etat-refuge pour les juifs errants, sans abri ni foyer.

Le fait que le sionisme ne soit pas parvenu à sauver les juifs d’Europe, et que les survivants aient souhaité émigrer en Amérique, et malgré la perception du sionisme comme étant une entreprise coloniale au plein sens du terme, n’altèrent pas une donnée significative : le diagnostic sioniste concernant le danger qui planait sur la vie des juifs dans la civilisation européenne du vingtième siècle (nullement judéo-chrétienne !), s’était avéré exact. Théodore Herzl, le penseur de l’idée sioniste, avait, mieux que les libéraux et les marxistes, compris les judéophobes de son époque.

Cela ne justifie pas, pour autant, la définition sioniste selon laquelle les juifs forment un peuple-race. Cela ne justifie pas davantage la vision des sionistes décrétant que la Terre Sainte constitue la patrie nationale sur laquelle ils auraient des droits historiques. Les sionistes ont, cependant, créé un fait accompli politique, et toute tentative de l’effacer se traduirait par de nouvelles tragédies dont seront victimes les deux peuples qui en ont résulté : les Israéliens et les Palestiniens.

Il faut en même temps se souvenir et le rappeler : si tous les sionistes ne réclament pas la poursuite de la domination sur les territoires conquis en 1967, et si nombre d’entre-eux ne se sentent pas à l’aise avec le régime d’apartheid qu’Israel y exerce depuis 52 ans, tout un chacun qui se définit comme sioniste s’obstine à voir en Israel, au moins dans ses frontières de 1967, l’Etat des juifs du monde entier, et non pas une République pour tous les israéliens, dont un quart ne sont pas considérés comme juifs, parmi lesquels 21% sont arabes.

Si une démocratie est fondamentalement un Etat aspirant au bien-être de tous ses citoyens, de tous ses contribuables, de tous les enfants qui y naissent, Israel, par-delà le pluralisme politique existant, est, en réalité, une véritable ethnocratie, à l’instar de ce qu’étaient la Pologne, la Hongrie, et d’autres Etats d’Europe de l’Est, avant la seconde guerre mondiale.

La tentative du président français Emmanuel Macron et de son parti visant aujourd’hui à criminaliser l’antisionisme comme une forme de l’antisémitisme s’apparente à une manœuvre cynique et manipulatoire. Si l’antisionisme devenait une infraction pénale, je recommanderais à Emmanuel Macron de faire condamner, à titre rétroactif, le bundiste Marek Edelman, qui fut l’un des dirigeants du ghetto de Varsovie et totalement antisioniste. Il pourrait aussi convier au procès les communistes antisionistes qui, plutôt que d’émigrer en Palestine, ont choisi de lutter, les armes à la main, contre le nazisme, ce qui leur a valu de figurer sur « l’affiche rouge ».

S’il entend faire preuve de cohérence dans la condamnation rétroactive de toutes les critiques du sionisme, Emmanuel Macron devra y joindre ma professeure Madeleine Rebérioux, qui présida la Ligue des Droits de l’Homme, mon autre professeur et ami : Pierre Vidal-Naquet, et aussi, bien évidemment : Éric Hobsbawm, Edouard Saïd, et bien d’autre éminentes figures, aujourd’hui décédées, mais dont les écrits font encore autorité.

Si Emmanuel Macron souhaite s’en tenir à une loi réprimant les antisionistes encore en vie, la dite-future loi devra aussi s’appliquer aux juifs orthodoxes de Paris et de New-York qui récusent le sionisme, à Naomi Klein, Judith Butler, Noam Chomsky, et à bien d’autres humanistes universalistes, en France et en Europe, qui s’auto-identifient comme juifs tout en s’affirmant antisionistes.

On trouvera, bien évidemment, nombre d’idiots à la fois antisionistes et judéophobes, de même qu’il ne manque pas de pro-sionistes imbéciles, judéophobes aussi, pour souhaiter que les juifs quittent la France et émigrent vers l’Etat d’Israel. Faudra-t-il les inclure également dans cette grande envolée judiciaire ? Prenez garde, Monsieur le Président, à ne pas vous laisser entraîner dans ce cycle infernal, au moment précis où la popularité décline !

Pour conclure, je ne pense pas qu’il y ait une montée significative de l’antijudaïsme en France. Celui-ci a toujours existé, et je crains, hélas, qu’il n’ait encore de beaux jours devant lui. Je n’ai, toutefois, aucun doute sur le fait que l’un des facteurs qui l’empêche de régresser, notamment dans certains quartiers où vivent des gens issus de l’immigration, est précisément la politique pratiquée par Israel à l’encontre des Palestiniens : ceux qui vivent, comme citoyens de deuxième catégorie, à l’intérieur de « l’Etat juif », et ceux qui, depuis 52 ans, subissent une occupation militaire et une colonisation brutales.

Faisant partie de ceux qui protestent contre cette situation tragique, je soutiens de toutes mes forces la reconnaissance du droit à l’autodétermination des Palestiniens, et je suis partisan de la « désionisation » de l’Etat d’Israel. Devrai-je, dans ce cas, redouter que ma prochaine visite en France, ne m’envoie devant un tribunal ?

Traduit de l’hébreu par Michel Bilis

= = =

Lectures complémentaires:

La Bible Déterrée Israel Finkelstein

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Manifeste pour la Société des Sociétés

Ashraf Ezzat Mythe Biblique

 

Guerres impérialistes et terrorisme d’état: les mutants Daesh / Al CIAda rejetons d’un Wahhabisme perfusé d’impérialisme occidental…

Posted in actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 28 mars 2019 by Résistance 71

.. au service de la pure fabrication néo-conservatrice du « choc des civilisations » afin de mener le monde au chaos géniteur de leur Nouvel Ordre Mondial. Un outil de plus pour un génocide planétaire organisé.

~ Résistance 71 ~

 


Daesh et ses sponsors + Royaume-Uni et France

 

Al Qaïda et Daesh enfants du Wahhabisme

 

Youssef Hindi

 

Mai 2015

 

Source:

https://youssefhindi.fr/2015/05/02/al-qaida-et-daech-enfants-du-wahhabisme/

 

Le Moyen-Orient, région traversée par les grands empires depuis l’Antiquité et où convergent les destinées du monde, a vu naître Daech, fils d’Al-Qaïda et de la CIA et petit-fils du wahhabisme. Cette entité qui paraît surgir du néant offre un spectacle apocalyptique dont l’humanité ne voit pas les coulisses.

Pour comprendre la démence sanguinaire de Daech, nous devons remonter aux origines du wahhabisme, cette doctrine que l’islamologue Jean-Michel Vernochet a identifiée comme étant un véritable « contre-islam » ayant pour vocation de détruire la religion musulmane de l’intérieur. Les massacres de masse, les destructions, la rage meurtrière de ces hordes téléguidées depuis Riyad, Doha et Washington et assistées par Tel Aviv, contre la Libye, la Syrie et l’Irak, ont donc une cause et une finalité autant politiques qu’eschatologiques.

C’est au père du wahhabisme qu’il faut d’abord s’intéresser pour comprendre l’entité à laquelle le monde fait face aujourd’hui. Le prédicateur Mohamed ibn Abd al-Wahhab (1703-1792) fut en son temps accusé d’être un innovateur, un égaré, un athée et un faux prophète, ceci par les plus grands savants et docteurs contemporains de l’imposteur, autant sunnites que chiites. Ils lui dénièrent le statut de savant mujtahid – l’aptitude exégétique -, ayant constaté l’insuffisance de sa maîtrise des sciences islamiques.

Or, la doctrine instituée par Abd al-Wahhab est simple, elle se résume à l’excommunication et au meurtre de tous les musulmans, sunnites et chiites, tombant sous l’accusation arbitraire d’idolâtrie, autrement dit de mécréance.

Néanmoins, Abd al-Wahhab seul n’aurait jamais pu élever sa doctrine de bédouin au-delà d’une secte éphémère sans l’aide de la tribu des Séoud avec qui il fit alliance pour conquérir l’Arabie devenue à présent la propriété personnelle des Séoud, ceci après l’institution du wahhabisme comme doctrine officielle de leur royaume. Un royaume qui n’aurait jamais vu le jour en 1932 sans le soutien actif des Britanniques durant et après la Première Guerre mondiale.

Le wahhabisme n’aurait pas, non plus, connu son essor actuel sans l’aide des États-Unis qui, en 1945, ont passé un pacte maléfique avec les Séoud : « Le pétrole contre une indéfectible protection armée. » Cet or noir qui, pompé par les majors anglo-américaines, a financé l’expansion du wahhabisme à travers le monde, notamment par des canaux prestigieux tels une chaire universitaire à Harvard ou des médias d’influence planétaire tels Al-Jazira. Le wahhabisme n’a pu développer son pouvoir de nuisance que grâce au soutien et à la bénédiction du monde anglo-protestant.

Au reste, le wahhabisme, doctrine pauvre, à l’origine destinée à des bédouins incultes, ne put accéder aux élites urbaines sans connaître une transformation adaptative. C’est ainsi qu’apparaît, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le réformisme islamique : le pendant libéral du wahhabisme qui va, en 1928, donner naissance aux Frères musulmans.

Nous avons là un wahhabisme « de gauche » utile à diluer l’islam traditionnel, dans une modernité délétère. Le réformisme islamique forme ainsi, avec le wahhabisme, deux faces d’une même pièce se complétant l’une et l’autre, soit une hérésie à deux visages suivant la dialectique infernale existant entre le capitalisme ultra et le communisme totalitaire.

Il n’est pas étonnant, alors, de voir aujourd’hui se bousculer les héritiers du courant réformiste à l’instar du Turc Erdoğan, pour apporter le poison sous forme de remède à cette maladie mortelle qui a frappé l’islam et qu’ils ont tant de mal à appeler par son nom : le wahhabisme. Le réformisme islamique à la façon des Frères musulmans et le wahhabisme séoudien et qatari sont des frères siamois… dont l’opposition apparente constitue, en vérité, cette synthèse dévastatrice que l’on voit à l’œuvre en Syrie, en Irak, au Yémen et dans les banlieues de l’Occident.

= = =

Voir notre dossier « Al CIAda »

 

Empire et hégémonie coloniale: H. Nasrallah démonte les mensonges de l’imbécile Pompeo sur le Golan et le Liban

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 27 mars 2019 by Résistance 71


« Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur »

 

Hassan Nasrallah décortique les mensonges de Pompeo et appelle les pays arabes à retirer l’initiative de paix

 

Al Manar

 

26 mars 2019

 

url de l’article original: http://french.almanar.com.lb/1302622

 

« La reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan syrien par les USA intervient après l’annonce d’AlQuds comme capitale d’Israël. Trump a humilié et insulté une nouvelle fois le monde arabe et islamique suite à leurs positions faibles face à la spoliation d’AlQuds », c’est ce qu’a déclaré le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, lors d’un discours transmis, ce mardi (26 mars), par la chaine AlManar.

Sayed Nasrallah a dans ce contexte appelé le sommet arabe qui doit se tenir en Tunisie à adopter une décision courageuse en retirant l’initiative de paix de la table des négociations israélo-palestinienne et par conséquent revenir à la case de départ.

Pour Sayed Nasrallah, la prochaine étape de l’administration US est la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie. La seule priorité des États-Unis est de renforcer, protéger et soutenir Israël.

Sur un autre plan, le chef du Hezbollah a répondu point par point aux propos du secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, lors de sa conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Beyrouth, affirmant qu’il n’a « pas prononcé une seule phrase vraie et correcte. Il a accusé les Etats-Unis de vouloir monter les Libanais les uns contre les autres et les inciter contre le Hezbollah qui a vaincu- aux cotés de ses alliés dans l’axe de la résistance- le projet américano-israélo-takfiriste dans la région.

Voici les principaux de son discours :

Tout d’abord avant de commencer mon discours je voudrais féliciter les musulmans pour la fête d’Al Isra’ wal Mi’raj et al-Mab’ath al-Nabawi et les chrétiens à l’occasion de la fête de l’Annonciation. Je présente aussi mes condoléances pour les victimes du naufrage d’un bac à Mossoul (Irak).

Je voudrais saluer la résistance du peuple palestinien face à l’agression israélienne contre Gaza, et rendre hommage aux auteurs des opérations en Cisjordanie, notamment le jeune héros Omar abou leila. Je salue également le soulèvement  des détenus palestiniens dans les geôles de l’occupation.

Je voudrais en outre féliciter la persévérance et la ténacité du peuple yéménite à l’occasion de la 5ème année d’agression contre le Yémen.

Mon discours était principalement axé sur la visite de Pompeo et ses diktats aux Libanais.

Mais j’ai voulu aborder un sujet plus important: la reconnaissance américaine de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan syrien.

La décision US porte plusieurs indices:

Cette reconnaissance et la signature du décret est une insulte pour tout le monde arabo-musulman et des dizaines d’Etats qui sont unanimes sur le fait que le Golan est un territoire syrien occupé par Israël. Trump a fait fi de la position de ces pays. Le seul qui viole cette unanimité est Trump pour l’intérêt d’Israël. Que le monde arabo-islamique sache sa véritable valeur auprès l’administration US.

Cette reconnaissance nous prouve que l’administration américaine, l’arrogance et l’hégémonie US ne reconnaît en rien les décisions du Conseil de sécurité, de l’ONU ni de la communauté internationale. Les États-Unis n’utilisent ces institutions que pour servir leur propre projet. Cela prouve que les décisions et institutions internationales ne sont pas capables de protéger les peuples et leurs droits en ce qui concerne la restitution des terres occupées et qu’elles ne sont capables que de dénoncer face à l’arrogance US.

La seule priorité des États-Unis est de renforcer, protéger et soutenir Israël. Aucune considération n’est prise en compte lorsqu’il s’agit de la force d’Israël. Cette reconnaissance US assène un coup fatal aux négociations dites de paix.

Ce pays qui soutient, d’une façon absolue Israël, ne peut pas être le sponsor ou un médiateur de paix.

Dans l’interprétation des dessous de cette reconnaissance US:

Quand le monde a permis à Trump de confisquer et de reconnaitre AlQuds comme la capitale d’Israël, ceci a ouvert la voie à tout type de transgression des lois internationales et de la spoliation des territoires, comme ce fut le cas dans le Golan. La position faible arabo-islamique à l’égard d’AlQuds l’a encouragé à oser sur le Golan syrien.

Nous devons être prêts dans l’avenir proche à voir Trump proclamer la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie. Ce territoire requiert une importance religieuse pour les Israéliens. Les Palestiniens n’auront que de se contenter de Gaza et une partie du Sinaï égyptien qui sera acheté aux Palestiniens avec l’argent arabe.

Je n’appelle pas les Arabes à déclarer la guerre mais à un peu de courage. S’il y a encore un minimum de dignité et de courage, la ligue arabe doit, lors du sommet qui se tiendra en Tunisie, retirer l’initiative de paix et revenir à la case de départ.

Il faut être convaincu que seul le choix de la résistance est censé restituer le Golan, les fermes de Chebaa (Liban) et les droits des Palestiniens.

Nous sommes dans un temps, où l’axe de la résistance est fort.

Les Américains veulent imposer leurs diktats, au moment où leur projet dans la région est vaincu.

Les mensonges de Pompeo

Sur la forme, le secrétaire d’Etat US a lu un texte écrit, lors de sa conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Beyrouth. Il n’y avait pas une seule phrase correcte dans le communiqué lu par le chef de la diplomatie américaine.

Pompeo a mentionné 18 fois le terme Hezbollah et 19 fois l’Iran en quelques minutes. Mais il n’a jamais évoqué Israël et a refusé de répondre aux questions des journalistes libanais, par arrogance ou pour échapper de faire face à leur logique.

Nous n’avons pas eu peur mais ça nous a fait plaisir que le ministre du pays le plus arrogant au monde a cité le Hezbollah 18 fois, en quelques minutes. Les propos de Pompéo et l’enragement des Etats-Unis à notre encontre nous ont rassurés que nous sommes dans la bonne position et que nos décisions sont sages et  correctes envers les Etats-Unis. Pour nous, cette administration représente le grand Satan, et quand les Etats Unis sont satisfaits de nous, ceci signifie que nous devons revoir nos positions.

Sur le fond, les USA mènent une bataille dans la région n’ayant pour objectif que de répondre aux intérêts d’Israël.

Le Liban fait partie de cette scène de bataille. Il a parlé de la prospérité et du développement du Liban, et nous a accusés d’être le seul problème pour le Liban, sans mentionner une fois le nom d’Israël qui a occupé plusieurs fois le Liban, commis de massacres et détenu des milliers de Libanais.

Israël viole chaque jour la souveraineté aérienne et maritime du Liban, tente de nous priver de nos ressources hydrauliques et pétrolières et construit des murs sur les territoires libanais.

Commençons par décortiquer ces mensonges

  • Pompeo appelle les Libanais à affronter le Hezbollah qui entrave la réalisation de leurs rêves. Est-ce vrai ?

Les Libanais rêvent de restituer leurs territoires occupés, que la souveraineté de leur pays ne soit pas violée. Ils aspirent à vivre dans un Etat fort capable de protéger ses ressources et intérêts et loin de toute corruption.

Est-ce le Hezbollah qui entrave ces rêves ? Ou bien c’est Israël et ceux qui la soutiennent (Etats Unis) qui menacent le Liban et qui imposent des sanctions financières sur les banques libanaises et interdisent le retour des réfugiés syriens et palestiniens.

  • Selon Pompeo, le Hezbollah a exposé le peuple libanais au danger depuis 34 ans, une allusion à la Résistance.

Depuis les années 48, c’est Israël qui est soutenu et parrainé par les USA qui a constitué une menace. Et c’est grâce la Résistance qui a repoussé ce danger et restitué les territoires occupés et chassé l’occupant israélien du Liban.

  • Il a accusé le Hezbollah d’avoir terrorisé les électeurs  libanais qui l’ont donné vainqueur aux législatives.

Pompeo répondait aux dirigeants libanais qui lui avaient affirmé que le Hezbollah est un parti démocratiquement élu et qui dispose de plusieurs sièges au gouvernement et au Parlement.

  • Le secrétaire d’Etat US a prétendu que le bras armé du Hezbollah propage la destruction !

C’est vous, vos ancêtres et votre armée qui avez répandu la destruction dans le monde. Je ne veux pas parler de votre passé au Vietnam et au Japon, mais de votre destruction aujourd’hui en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen, au Venezuela…

  • Pour lui, la participation du Hezbollah au conflit en Syrie pose un danger aux Libanais du Sud, de la Békaa et de Beyrouth, en d’autres ils s’adressent aux partisans du Hezbollah.

Le combat du Hezbollah en Syrie a par contre contribué à contrer le projet destructeur américano-israélo-takfiriste, pour protéger tout le peuple libanais et non pas ceux de la Bekaa, du sud et de Beyrouth. Tout le monde savait quel aurait été le sort du Liban en cas de victoire de Daesh ou du front al-Nosra.

  • Ce stupide s’est demandé comment protéger le Liban au moment où le Hezbollah renforce son arsenal militaire ?

Cet imbécile ignore que l’équilibre de la terreur représenté par les missiles et la force de la résistance, constitue la force de dissuasion la plus efficace pour protéger le Liban face à l’agression d’Israël.

Selon ses allégations, le Hezbollah et l’Iran voient dans la paix une menace pour leurs intérêts.

Est-ce que c’est nous qui entravons la paix interne ? Nous sommes le pilier de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité du Liban. Nous faisons partie de ceux qui luttent contre la corruption.

Pour sa part, quand l’Iran offre son aide gratuite au Liban, cela veut dire qu’il entrave la paix ?

  • Il a accusé le Hezbollah de piller les richesses de l’Etat libanais.

Tous les propos de Pompeo sont mensongers et infondés. J’avais demandé à quiconque en possession de preuves sur un cas de vol de notre part, d’aller se plaindre devant la justice.

Pour nous l’argent de l’Etat est respecté.

Le pays le plus grand criminel et terroriste au monde nous accuse de terrorisme. Pompeo incite la population libanaise contre le Hezbollah et l’appelle à l’action contre la résistance. Tel est le véritable objectif de sa visite : l’effusion du sang libanais parce qu’ils n’arrivent pas à déstabiliser la sécurité dans le pays.

Il faut que les Libanais s’entretuent pour obtenir la satisfaction de Trump et Pompeo. Pompeo est mécontent de voir les Libanais tenter de trouver des solutions pacifiques à leurs divergences.

Il nous a rappelé quand un allié de Pompeo (l’Arabie) a détenu le chef du gouvernement libanais et quant un de leur ministre (saoudien) a incité les Libanais à la guerre civile.

  • « Nous appuyons le retour des réfugiés syriens », voyez ce menteur !

Les Etats Unis ont empêché le retour des réfugiés du camp de réfugiés de Rokbane installé près de la base US d’al-Tanaf, bien que le gouvernement syrien a accepté leur retour aux régions qu’ils choisissent. Il en est de même pour les réfugiés syriens au Liban.

  • Qu’est ce que nous avons présenté pour le Liban, des cercueils pour les jeunes libanais !

Si le Hezbollah n’était pas présent au Liban, Pompeo n’y serait pas venu pour tenir des discours. Le véritable embarras US est que le Hezbollah a saboté son projet en Syrie… Par les armes iraniennes, nous avons combattu tous les mouvements terroristes que vous avez créés. Et par les armes iraniennes, nous avons libéré tous nos territoires d’Israël que vous soutenez ?

  • Selon lui, l’Iran entrave le processus de paix c’est-à-dire le deal du siècle. Et c’est ici réside leur vrai problème.

L’Iran soutient le peuple palestinien en armes et en argent et dans les institutions internationales. Alors que c’est vous qui étranglez ce peuple pour le forcer à accepter les miettes.

La force du Liban empêche Israël de nous agresser

Pompeo est venu aux Liban pour inciter les Libanais et les terroriser. Certains ont rapporté qu’il est venu menacer le Liban d’une guerre israélienne, d’autres l’ont nié. Ce qui empêche Israël de mener son agression contre le Liban c’est l’équation en or (Résistance-armée-peuple). Nous avons vu comment une roquette en provenance de Gaza a bouleversé les Israéliens. Qu’ils ne nous menacent pas. C’est la force du Liban qui empêche Israël de nous agresser.

Il est de notre devoir de remercier les positions des présidents Aoun et Berri, ainsi que le chef de la diplomatie. Gebran Bassil a fait preuve de courage en lui répondant en se tenant à ses côtés lors de la conférence de presse et devant les caméras.

Je voudrais aussi remercier les forces politiques et médias, les jeunes internautes et les manifestants pour leur position.

Je voudrais également remercier certaines forces qu’on ne s’attendait pas à une défense de leur part.

Il faut profiter des expériences passées. La seule chose qui importe aux  USA c’est l’intérêt d’Israël.

Israël fait partie de l’hégémonie US. C’est une base US développée dans notre région.

Nous sommes appelés à préserver notre unité et paix interne et à ne pas permettre aux grands et petits satans de s’ingérer. Les Libanais ont surmonté le danger de cette visite par leur sagesse et leur courage.

 


Article connexe