Archive pour défaite israël gaza 2014

Nettoyage ethnique sioniste de Gaza: Témoignage d’un résistant…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 21 octobre 2014 by Résistance 71

Témoignage d’un combattant de la résistance palestinienne

 

Asmaa Al-Ghoul

 

17 Octobre 2014

 

url de l”article:

http://www.info-palestine.net/spip.php?article14993

 

Dès que la guerre s’est interrompue, Abu Abdel Rahman (un nom d’emprunt), combattant de 26 ans des Brigades Izz ad-Din Al-Qassam, a quitté les tunnels où il avait dirigé des opérations contre les forces israéliennes.

Revenu à sa vie normale, il partage son temps entre le travail dans la force de police palestinienne, les études et sa famille. La guerre, cependant, n’a pas quitté Rahman. « Depuis la fin de la guerre, je suis infesté de cauchemars. Je rêve qu’ils [les Israéliens] ont ouvert le tunnel et nous ont trouvés à l’intérieur, et qu’ils nous tuent tous, » raconte-t-il à Al-Moniteur.

Pouvoir se poser un moment avec Rahman n’est pas chose aisée. Il observe tout autour de lui, notant chaque mouvement, et il reste silencieux dès qu’un étranger s’approche. « Je ne veux pas [laisser n’importe qui] identifier le son de ma voix, » dit-il. Avant de prendre un siège, Rahman enlève tous ses appareils électroniques et les laisse à une distance d’où ensuite il pourra souffler un peu.

Rahman a livré un certain nombre de détails au sujet de la guerre. « Nous pouvions faire sauter six véhicules militaires depuis l’intérieur d’un tunnel qui était seulement de 70 centimètres de large et de 140 centimètres de hauteur. Chaque bombe plantée dans la terre était numérotée. Quand un véhicule militaire s’arrêtait au-dessus de la bombe, nous la faisions exploser en nous basant sur son numéro. S’il était au-dessus de la bombe n° 1, le fil relié à la bombe était lui-même identifié par le même nombre. Si le véhicule était au-dessus de la bombe n°2, il était relié par le fil n°2, » dit-il pour expliquer comment les combattants savaient quel détonateur était appareillé avec quelle bombe.

« Un des mujahedeen sortait sa tête en se camouflant hors du tunnel pour observer l’emplacement des véhicules. Quand un véhicule était au-dessus d’une bombe, nous la faisions alors exploser. À ce moment-là, nous lancions des cris de « Dieu est grand » à l’intérieur du tunnel, lequel faisait des dizaines de mètres sous la terre, » poursuit-il.

Rahman continue à noter ses souvenirs de temps de guerre dans un petit carnet. Il s’est rappelé par exemple comment lui et un autre mujahedeen ont partagé le peu de nourriture et d’eau dont ils disposaient. Il s’est également rappelé comment ils ont prié assis sur leurs genoux. Sa tête est encombrée de tant de souvenirs qu’il lui est difficile de reprendre une routine quotidienne comme si la guerre ne s’était jamais produite. Il est quelque fois distrait parce qu’il est soudain rattrapé par certains moments de la guerre, ne prêtant pas toujours attention à ce qui est autour de lui.

Rahman suit les cours du Centre National D’enseignement à distance de l’Université Al Quds, où il n’est qu’un autre étudiant parmi d’autres discutant de son domaine d’études, les sciences économiques, avec ses collègues et professeurs. Aucun d’eux ne sait qu’il est un membre de la résistance. C’est le cas également quand Rahman descend la rue et rencontre par hasard des personnes qu’il connait. Aucune d’entre elles ne sait qu’il est quelqu’un qui a miraculeusement survécu à la guerre, et qu’il est même resté emprisonné pendant cinq jours avec 14 autres combattants dans un tunnel qui avait été bombardé par des avions de guerre.

« Si nous pouvions retourner à ces jours où nous avons si violemment combattu, je voudrait alors avoir pu empêcher l’ennemi de pénétrer la Bande de Gaza. Je pense à mon ami Abu Ahmed qui est resté seul emprisonné à l’intérieur du tunnel après que ce dernier ait été bombardé. Nous ne pouvions pas le sauver, et beaucoup e temps a passé avant qu’il ne meure… Je suis fier de ce que nous avons fait pendant la guerre, mais quand je vois mes compatriotes [les autres Palestiniens] je n’éprouve rien sinon de l’humilité, » dit Rahman.

Cependant, en dépit de la fierté qu’il éprouve, Rahman ne veut plus de guerre. « Je ne souhaite absolument pas que ces jours reviennent. Je suis constamment inquiet pour ma famille. Je crains que [les Israéliens] ne découvrent mon identité et ne bombarde ma maison. » Rahman considère que sa vie suit en même temps deux chemins côte à côte : d’un côté sa vie de tous les jours, ses études et sa famille, et de l’autre la mort et la résistance à l’occupation. « Le deuxième chemin existera tant que l’ennemi sera là, » dit-il.

L’épouse de Rahman semble être constamment inquiète, comme si son bonheur pouvait n’être que provisoire, seulement possible en période de tranquillité. Parlant de sa femme, Rahman nous dit, « J’essaye toujours de faire tout mon possible pour elle et de passer autant d’heures que possible avec elle et mon fils. »

Rahman a rejoint les Brigades Al-Qassam alors qu’il était encore très jeune, après avoir été influencé à la mosquée qui est à côté de sa maison. Il n’a participé à des combats que dans la dernière guerre, précisant que lors de la guerre de novembre 2012 il n’y avait pas eu d’invasion au sol. Pendant la guerre de 2014, Rahman a supervisé et déclenché des opérations militaires depuis l’intérieur d’un tunnel. Il s’est extrait du tunnel à moitié détruit vers la fin de la guerre.

« Après que les forces d’occupation aient bombardé une nouvelle fois le tunnel avec des fusées contenant un gaz mortel, quatre d’entre nous sont restés emprisonnés à cause du sable qui s’était effondré. Nous avons pu entrer en communication avec nos supérieurs en utilisant un réseau souterrain réservé, et ils nous ont commandé de tous évacuer. Ils nous couvriraient par des tirs d’obus de mortier déclenchés d’un emplacement différent. Dix d’entre nous ont pu s’échapper en courant. Nous nous attendions à être touchés par des tirs à tout moment mais nous pu rejoindre un secteur plus sûr. Dès que la trêve est entrée en vigueur deux jours plus tard, nous avons pu sauver les quatre [combattants] qui étaient restés bloqués. »

De temps en temps, les Brigades Al-Qassam demandent à Rahman de prendre position à la frontière orientale de Gaza avec Israël en vue d’une toujours possible aggravation de la situation. En rencontrant alors d’autres combattants et en discutant avec eux, Rahman a découvert que ceux-ci étaient également poursuivis par des cauchemars dus à la guerre.

 

* Asma al-Ghoul est journaliste et écrivain, du camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Gaza sous les bombes ou le sionisme sans fard… De Ben Gourion à Nétanyahou l’institution du racisme d’état…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 août 2014 by Résistance 71

Gaza sous les bombes ou le sionisme sans fard

Le présent document nous a été transmis par notre ami POLINFO. Nous vous transmettons cette compilation de citations tous originaires des fondateurs du sionisme et de l’État sioniste israélien, dont les sources sont par ailleurs indiquées. NDLR

POLINFO  29.07.2014

Source: http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/les-visages-du-sionisme/

******

  1. Le vrai visage du sionisme par ses fondateurs

David Ben Gourion : Octobre 1936 :

« Nous ne suggérons pas d’annoncer maintenant notre but final qui va très loin ? plus loin encore que les révisionnistes qui s’opposent à la partition. Je ne veux pas abandonner la grande vision, la vision finale qui est une composante organique, spirituelle et idéologique de mes (..) aspirations sionistes,  » (David ben Gourion,  » mémoires « , volume III, page 467).

« Les frontières des aspirations sionistes sont l’affaire du peuple juif et aucun facteur externe ne pourra les limiter.  » (Ouvrage cité ci-dessus, discours en 1937).

Ben Gourion, lettre à son fils (1936) :

« Un État juif partiel n’est pas une fin, mais seulement un commencement. Je suis convaincu que l’on ne peut nous empêcher de nous établir dans les autres parties du pays et de la région. »

Ben Gourion, 1938 :

« Les frontières des aspirations sionistes, incluent le Liban-Sud, le sud de la Syrie, la Jordanie d’aujourd’hui, toute la Cisjordanie, et le Sinaï  »
(Rapport au Conseil mondial de Poalei Zion (futur Parti Travailliste ) à Tel-Aviv).

Ben Gourion, discours de 1938 :

« Après être devenus une force importante grâce à la création de l’Etat, nous abolirons la partition et nous nous étendrons à toute la Palestine. L’Etat ne sera qu’une étape dans la réalisation du sionisme et sa tâche est de préparer le terrain à l’expansion. L’Etat devra préserver l’ordre non par le prêche mais par les mitrailleuses ».

Joseph Weitz, (1940) chef du Service de colonisation de l’Agence juive :

« Entre nous, il faut qu’il soit clair qu’il n’y a pas place pour les deux peuples dans le pays. Nous n’atteindrons pas notre but s’il y a des Arabes dans ce petit pays. Il n’y a pas d’autre issue que de transférer les Palestiniens d’ici dans les pays avoisinants ? de les transférer tous. Il ne doit pas rester un seul village, une seule tribu ».

Le même Joseph Weitz explicitait ce que signifiait pratiquement  » rendre la Palestine «juive»  » :  « Il y en a qui croient que la population non juive même en pourcentage élevé, à l’intérieur de nos frontières, sera plus facilement surveillée par nous ; et il y en a d’autres qui croient le contraire, c’est à dire qu’il est plus facile de surveiller les activités d’un voisin que celles d’un locataire. (Je) tends à soutenir ce deuxième point de vue et j’ai un argument supplémentaire : la nécessité de renforcer le caractère de l’État qui sera désormais juif ( .. ) avec une minorité non juive limitée à 15 %. J’étais déjà arrivé à cette conclusion fondamentale dès 1940 (et) je l’avais notée dans mon journal ».  » Nous devons utiliser la terreur, l’assassinat, l’intimidation, la confiscation des terres et la suppression de tous les services sociaux pour débarrasser la Galilée de sa population arabe » (Rapport Koenig – Al Hamishar ( journal israélien ), 7 septembre 1976.

1948 : fondation de l’État d’Israël :

Ben Gourion, En mai 1948 :

« Nous devrions nous préparer à lancer l’offensive. Notre but c’est d’écraser le Liban, la Cisjordanie et la Syrie. Le point faible c’est le Liban, car le régime musulman y est artificiel et il nous sera facile de le miner. Nous y établirons un Etat chrétien, puis nous écraserons la Légion arabe, éliminerons la Cisjordanie ; la Syrie tombera dans nos mains. Nous bombardons alors et avançons pour prendre Port-Said, Alexandrie et le Sinaï.  » (Recommandations devant l’Etat Major Suprême » Ben Gourion, une biographie « , par Michael Ben Zohar, NewYork : Delacorte, 1978).

Question du général Yigal Allon à Ben Gourion :

« Que ferons-nous de la population de Lydda et Ramle ? » (environ 50 000 habitants)
Ben Gourion, selon son biographe, agita la main et dit « Chassez-les ! »
(Juillet 1948- M. Ben Zohar).

Première visite de Ben Gourion à Nazareth.

Ben Gourion regarda autour de lui avec étonnement et dit : «Pourquoi y a-t-il autant d’Arabes, pourquoi ne les avez vous pas chassés ?» (source, opus cité supra M. Ben Zohar )

Uri Lubrani, conseiller spécial aux Affaires arabes du Premier ministre israélien David Ben Gourion en 1960. « Nous réduirons la population arabe à une communauté de bûcherons et de serviteurs » (Sabri Jiryis,  » les arabes en Israel  » ( the Arabs in israel – New York : Monthly Review Press, 1976 ).

Raphaël Eitan, chef d’état-major des Forces armées israéliennes :

« Nous déclarons ouvertement que les Arabes n’ont aucun droit à s’établir ne serait-ce que sur un centimètre d’Eretz Israël. Vous autres bonnes âmes et modérés devriez savoir que les chambres à gaz dAdolf Hitler seraient pour eux un palais de récréation… La force est la seule chose qu’ils comprennent et qu’ils comprendront jamais. Nous utiliserons la force extrême jusqu’à ce que les Palestiniens viennent à nos pieds en rampant » (Gad Becker,  » Yediot Aharanot « , 13 Avril 1983, New York Times, 14 Avril 1983.)

Le même Eitan précisa:

« Lorsque nous aurons pacifié le pays, tout ce que les Arabes pourront faire ce sera de tourner en rond comme des cafards drogués dans une bouteille.  » (Idem supra).

Heilbrun, président du Comité pour la réélection du général Sholom Lahat, le maire de Tel-Aviv : « Nous devons tuer tous les Palestiniens à moins qu’ils se résignent à vivre ici comme des esclaves.  »
(Octobre 1983).

******

  1. Collusion et collaboration sioniste avec le National-socialisme hitlérien

Fédération sioniste d’Allemagne, un mémorandum au parti nazi le 21 juin 1933 :

» Dans la fondation du nouvel État, qui a proclamé le principe de la race, nous souhaitons adapter notre communauté à ces nouvelles structures… notre reconnaissance de la nationalité juive nous permet d’établir des relations claires et sincères avec le peuple allemand et ses réalités nationales et raciales. Précisément parce que nous ne voulons pas sous-estimer ces principes fondamentaux, parce que nous aussi nous sommes contre les mariages mixtes, et pour le maintien de la pureté du groupe juif.. Les Juifs conscients de leur identité, au nom desquels nous parlons, peuvent trouver place dans la structure de l’État allemand, car ils sont libérés du ressentiment que les Juifs assimilés doivent éprouver ; … nous croyons en la possibilité de relations loyales entre les Juifs conscients de leur communauté et l’État allemand.

Pour atteindre ses objectifs pratiques, le sionisme espère être capable de collaborer même avec un gouvernement fondamentalement hostile aux Juifs… La réalisation du sionisme n’est gênée que par le ressentiment des Juifs à l’extérieur, contre l’orientation allemande actuelle. La propagande pour le boycott actuellement dirigée contre l’Allemagne est, par essence, non sioniste »
Source: Lucy Dawidowicz, A Holocaust reader, p. 155.

Le Mémorandum ajoutait :

«qu’au cas où les Allemands accepteraient cette coopération les sionistes s’efforceraient de détourner les Juifs, à l’étranger, d’appeler au boycott anti-allemand» Source: Lucy Dawidowicz, The war against Jews (1933 – 1945) Ed. Penguin books,1977, p.231- 232.

Ben Gourion ( premier dirigeant de l’État d’Israël ) le 7 décembre 1938, devant les dirigeants sionistes du « Labour » :

» Si je savais qu’il est possible de sauver tous les enfants d’Allemagne en les amenant en Angleterre, et seulement la moitié d’entre eux en les transportant en Eretz Israël, je choisirai la deuxième solution. Car nous devons tenir compte non seulement de la vie de ces enfants, mais aussi de l’histoire du peuple d’Israël ». Source: Yvon Gelbner, « Zionist policy and the fate of European Jewry », dans Yad Vashem studies. Jerusalem. Vol. XII, P. 199.

La circulaire de la Wilhelmstrasse indique:  » les objectifs que s’est donnée cette catégorie (de Juifs qui s’opposent à l’assimilation et qui sont favorables à un regroupement de leurs coreligionnaires au sein d’un foyer national), au premier rang de laquelle se trouvent les sionistes, sont ceux qui s’écartent le moins des buts que poursuit en réalité la politique allemande à l’égard des Juifs  »
Source: Lettre circulaire de Bülow-Schwante à toutes les missions diplomatiques du Reich. N° 83, 28 février 1934.

» Il n’y a aucune raison, écrivait Bulow-Schwante au Ministère de l’Intérieur, d’entraver, par des mesures administratives, l’activité sioniste en Allemagne, car le sionisme n’est pas en contradiction avec le programme du national-socialisme dont l’objectif est de faire partir progressivement les Juifs d’Allemagne » Source: Lettre no Z U 83?21. 2818 du 13 avril 1935.

Reinhardt Heydrich, chef des Services de Sécurité S.S:

«Nous devons séparer les Juifs en deux catégories : les sionistes et les partisans de l’assimilation. Les sionistes professent une conception strictement raciale, et, par l’émigration en Palestine, ils aident à bâtir leur propre Etat juif… nos bons vœux et notre bonne volonté officielle sont avec eux».
(1935 Das Schwarze Korps, organe officiel de la S.S – ) Source: Hohne. Order of the Death’a Head, p. 333

Circulaire de la Gestapo de Bavière à la police, 28 janvier 1935 :

» les membres de l’organisation sioniste, en raison de leur activité orientée vers l’émigration en Palestine, ne doivent pas être traités avec la même rigueur qui est nécessaire pour les membres des organisations juives allemandes (assimilationistes) « . Source: Kurt Grossmann » Sionistes et non-sionistes sous la loi nazie dans les années 30″ Yearbook. Vol. VI, p. 310.

Alfred Rosenberg, principal théoricien nazi, écrit :

» le sionisme doit être vigoureusement soutenu afin qu’un contingent annuel de Juifs allemands soient transportés en Palestine » Source: A. Rosenberg: Die Spur des Juden im Wandel der Zeiten, Munich 1937, p. 153.

Nota : Betar : groupe para-militaire sioniste.

«Le Betar allemand reçut un nouveau nom: Herzlia. Les activités du mouvement en Allemagne devaient obtenir bien sûr l’approbation de la Gestapo; en réalité, Herzlia agissait sous la protection de cette dernière. Un jour, un groupe de SS attaqua un camp d’été du Betar. Le chef du mouvement se plaignit alors auprès de la Gestapo et, quelques jours plus tard, la police secrète annonça que les SS en question avaient été punis. La Gestapo demanda au Betar quelle compensation lui semblait la plus adéquate. Le mouvement demanda que la récente interdiction qui leur avait été faite de porter des chemises brunes soit levée; la requête fut satisfaite» Source: Ben Yeruham, Le Livre de Betar, T. H, p. 350.

«L’organisation sioniste des juifs allemands avait une existence légale jusqu’en 1938, cinq ans après l’avènement d’Hitler… La Jüdische Rundschau (journal des sionistes allemands) parut jusqu’en 1938» Source: Leibowitz, Israël et Judaïsme. Éd. Desclée de Brouwer, 1993. p. 116

« Le sauvetage des juifs en Europe ne figurait pas en tête de liste des priorités de la classe dirigeante. C’est la fondation de l’état qui était primordiale à leur yeux ». Source: Tom Segev. Le septième million. Éd. Liana Levi, Paris, 1993, p. 539.

Memorandum du Comité de sauvetage de l’agence juive :

» Devons-nous aider tous ceux qui en ont besoin sans tenir compte des caractéristiques de chacun ? Ne devons nous pas donner à cette action un caractère national sioniste et tenter de sauver en priorité ceux qui peuvent être utiles à la Terre d’Israël et au judaïsme ? Je sais qu’il peut sembler cruel de poser la question de cette façon, mais nous devons malheureusement établir clairement que si nous sommes capables de sauver 10 000 personnes parmi les 50 000 personnes qui peuvent contribuer à la construction du pays et à la renaissance nationale ou bien un million de juifs qui deviendront pour nous un fardeau ou au mieux un poids mort, nous devons nous restreindre et sauver les 10 000 qui peuvent être sauvées ? malgré les accusations et les appels du million de laissés pour compte » Source: Memorandum du Comité de sauvetage de l’agence juive. 1943. Cité par Tom Segev. (op. cit)

Itzak Shamir ( futur premier ministre d’Israël ) et Abraham Stern, document remis à l’ambassade d’Allemagne à Ankara ( à cette époque les troupes du Maréchal Rommel était déjà en Egypte ) :

» En matière de conception nous nous identifiions à vous. Pourquoi donc ne pas collaborer l’un avec l’autre ? « Mémorandum de l’agent des services secrets nazis à Damas, Werner Otto Von Hentig, sur les pourparlers avec les émissaires de Stern et de Shamir :  » la coopération entre le mouvement de libération d’Israël et le nouvel ordre en Europe sera conforme à l’un des discours du chancelier du IIIe Reich dans lequel Hitler soulignait la nécessité d’utiliser toute combinaison de coalition pour isoler et vaincre l’Angleterre « .

Nota : ces documents se trouvent au Mémorial de l’holocauste (Yad Vachem) à Jérusalem, classés sous le numéro E2M.

Israël Eldad, un des chefs historiques du groupe Stern confirme, dans un article publié dans le quotidien de Tel-Aviv, le Yediot Aharonoth, du 4 février 1983, l’authenticité de ces pourparlers entre son mouvement et les représentants officiels de l’Allemagne nazie –

Extraits :

« Principes de base de l’Organisation militaire nationale (NMO) en Palestine (Irgun Zevaï Leumi) concernant la solution de la question juive en Europe et la participation active du NMO à la guerre aux côtés de l’Allemagne. Il ressort des discours des dirigeants de l’État nationale-socialiste allemand qu’une solution radicale de la question juive implique une évacuation des masses juives de l’Europe. (Judenreines Europa).Cette évacuation des masses juives de l’Europe est la condition première de la solution du problème juif, mais cela n’est possible que par l’installation de ces masses en Palestine, dans un Etat juif, avec ses frontières historiques.Résoudre le problème juif de façon définitive, et libérer le peuple juif, c’est l’objectif de l’activité politique et des longues années de lutte du « mouvement pour la liberté d’Israël » (Lehi) et de son Organisation militaire nationale en Palestine (Irgun Zevaï Leumi).Le NMO, connaissant la position bienveillante du gouvernement du Reich envers l’activité sioniste à l’intérieur de l’Allemagne, et les plans sionistes d’émigration estime que:

1) Il pourrait exister des intérêts communs entre l’instauration, en Europe, d’un ordre nouveau, selon la conception allemande, et les véritables aspirations du peuple juif telles qu’elles sont incarnées par Lehi.

2) La coopération entre l’Allemagne nouvelle et une nation hébraïque rénovée (Vôlkisch Nationalen Hébräertum) serait possible.

3) L’établissement de l’État historique juif sur une base nationale et totalitaire, et lié par un traité au Reich allemand pourrait contribuer à maintenir et à renforcer, dans l’avenir, la position de l’Allemagne au Proche?Orient. A condition que soient reconnues, par le gouvernement allemand, les aspirations nationales du « Mouvement pour la liberté d’Israël »

« (Lehi), l’Organisation militaire nationale (NMO) offre de participer à la guerre aux côtés de l’Allemagne. La coopération du mouvement de libération d’Israël irait dans le sens des récents discours du Chancelier du Reich allemand, dans lesquels Monsieur Hitler soulignait que toute négociation et toute alliance devait contribuer à isoler l’Angleterre et à la battre. D’après sa structure et sa conception du monde, le NMO est étroitement lié avec les mouvements totalitaires européens. »
Source: Le texte original, en allemand,  » trouve, en Appendice no 11, dans le livre de David Yisraeli: Le problème palestinien dans la politique allemande, de 1889 à 1945, Bar Ilan University, Ramat Gan, Israël, 1974, p. 315-317.

Les pourparlers ont subi un coup d’arrêt lorsque les troupes alliées ont arrêté en juin 1941, l’émissaire d’Abraham Stern et Itzak Shamir, M. Naftali Loubentchik, au bureau même des services secrets nazis à Damas. D’autres membres du groupe ont poursuivi des contacts jusqu’à l’arrestation, par les autorités britanniques, de M. Itzak Shamir, en décembre 1941, pour « terrorisme et collaboration avec l’ennemi nazi. »

Ben Gourion :

«Beghin appartient incontestablement au type hitlérien. C’est un raciste disposé à détruire tous les Arabes dans son rêve d’unification d’Israël, prêt, pour réaliser ce but sacré, à user de tous les moyens». Source: E. Haber, Menahem Beghin, the man and the legend Ed. Delle Book. New York, 1979, p. 385.34151-8.

Résistance palestinienne: Bibi le tueur d’enfants pleurniche chez ses maîtres yankees pour une aide au cessez-le-feu…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 30 juillet 2014 by Résistance 71

Nétanyahou a hissé le drapeau blanc !

 

Abdoul Bari Atwan

 

30 juillet 2014

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/334988-netanyahu-a-levé-le-drapeau-blanc-par-abdul-bari-atwan

 

Selon le célèbre journaliste et spécialiste du monde arabe,

Abdul Bari Atwan, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu a levé le drapeau blanc, en demandant aux Etats-Unis d’aider à sceller un cessez-le-feu. Dans son récent article publié dans l’édition électronique du quotidien al-Ray al-Youm, Abdul Bari Atwan écrit : « Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry a dit avoir eu au téléphone mardi le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu qui a lui demandé à aider, de nouveau, à sceller un cessez-le-feu. Cette déclaration de John Kerry signifie que le Premier ministre israélien a levé le drapeau blanc et s’est bien aperçu qu’il n’obtiendra aucune victoire, petite ou grand,e, dans son agression barbare ».

Tout louant les forces de la résistance palestinienne pour avoir asséné des coups lourds aux occupants, Abdul Bari Atwan poursuit : « Netanyahu a mis de côté son orgueil et son arrogance, pour supplier son « sauveur » américain d’intervenir. La reddition de Netanyahu est intervenue, grâce aux vaillants combattants dans la bande de Gaza qui ont surpris le monde entier, par leur gestion extraordinaire de la guerre, leur endurante et leur vaillante résistance face à l’occupation, leurs produits militaires, leur confiance en soi, leurs martyrs, et en tournant le dos à tous les comploteurs arabes, à leurs argents et à leurs arsenaux d’armes qui ne sont utilisés que tuer leurs propres peuples ». Et atwan de rappeler : « Netanyahu qui a mené, Lundi, d’élargir son offensive terrestre, a envoyé ses avions de combat pour tuer 10 enfant. Il a comprend bien qu’il a perdu cette guerre. Donc, il a décidé de prendre la clé du champ pour réduire ses pertes et ses dégâts. Netanyahu pensait que la guerre serait simple et facile. Il imaginait que comme les précédentes guerres, il tuera par des raids aériens des centaines de personnes innocentes et puis les arabes du camp « modéré », prétendant à la pensée et à l’esprit de réalisme et de paix, interviendraient pour jouer leur rôle et établir le cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Mais cela ne s’est pas produit pour la première fois dans l’histoire des affrontements entre les Arabes et Israël, car les combattants de la résistance ont rejeté toutes les propositions du cessez-le-feu n’incluant pas, pleinement, leurs conditions pour la levée du blocus de Gaza. » l’évolution la plus importante survenue, cette fois-ci, était le soutien total et sans précédent populaire à toute tendance de la résistante et la plus grande disponibilité à faire du sacrifice et du dévouement pour faire face aux agressions, avec l’entre-aide populaire, la confiance en soi et la foi en la victoire ».

Et Atwan d’ajouter : « Les tunnels demeurent et symbolisent l’innovation des combattants dans la bataille. Les missiles s’abattant comme une pluie sur les territoires occupés, sur les villes et colonies à population sioniste, dont Tel-Aviv, Haïfa, Yafa, Quds, Ashkelon et Ashdod. Ils exposent, à tout moment, l’aéroport de Ben Gourion au danger de la fermeture. La précision de ces missiles sera optimisée et et ils seront munis des vecteurs beaucoup plus destructeurs.

Tout en critiquant, vivement, ceux des pays arabes « alliés d’Israël et inquiets de la culture de la résistance », il indique : « les complices arabes sont beaucoup plus paniqués que les Israéliens de la culture de la résistance et nous sommes surs qu’ils seront atteint de déception et savoureront la défaite, après que le Premier ministre israélien ait levé le drapeau le drapeau blanc pour supplier Kerry de le sauver, car « leur héros » israélien n’a pas pu satisfaire leurs attentes d’anéantir la résistance, de la désarmer, et de conduire la bande de Gaza à un compris de paix et de tractation économique. Ils ont commis cette erreur, car ils ne connaissent pas leur peuple palestinien, ni sa forte détermination et sa confiance en soi ».

Et Atwan d’ajouter : « Au cours de ces trois semaines de l’offensive et de l’agression israélienne contre Gaza, les médiateurs arabes ont observé le silence dans l’attente de la victoire de Netanyahu, en pronostiquant que les habitants de Gaza finiraient par lever le drapeau blanc, mais leur attente a duré, longtemps, poussant certains d’entre à parler, tout comme par exemple, l’ancien chef des services secrets de l’Arabie Saoudite qui a réprimandé la victime « la population de Gaza » et innocente le bourreau( le régime israélien ».

« Le premier ministre israélien a reculé, d’une manière humiliante, car il a vu comment ses militaires et officiers étaient abattus, lors des combats avec les combattants de la résistance. Les combattants surgissaient des tunnels souterrains et affrontaient, vaillamment, avec eux, l’exemple le plus manifeste est ce qui s’est passé dans la colonie à population sioniste, « Nahal Oz », au nord de la Bande de Gaza où les combattants palestiniens ont tué 10 militaires israéliens et blessé des dizaines d’autres.

Et Abdul Bari Atwan de marteler : « la légitimité est la résistance ;et la résistance est la légitimité. Le processus des changements a commencé. Ce processus démarrera du cimetière des martyrs, des tunnels de Gaza, des bras des combattants palestiniens, des combattants qui ont créé le miracle de la victoire ».