Archive pour vaccins et mensonges

Thérapie chimérique : Dire NON ! refuser les pseudo-vaccins expérimentaux (PDF JBL1960)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 10 février 2021 by Résistance 71

Dernier PDF de Jo :
Refuser_vaccins_COVID_experimentaux

Le grand cirque de la « vaccination » des ordures qui nous gouvernent… On nous prend de plus en plus pour des cons ! (vidéo)

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, guerres hégémoniques, Internet et liberté, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 23 janvier 2021 by Résistance 71

Resistance 71

23 janvier 2021

Le grand cirque de la « vaccination » Pfizer/BioNTech des zélites qui nous gouvernent…
Un coup y a pas d’aiguille, un coup le piston est déjà enfoncé sur une seringue vide, un coup le capuchon de sécurité est toujours sur l’aiguille, un coup l’aiguille est escamotable avec une infirmière qui la remet en position après la soi-disante « injection » sur le bras d’un fauteuil.

Admirez cette gigantesque escroquerie ! Toutes ces ordures savent-ils quelque chose que nous sommes supposés ignorer ?

Quand on voit tout ça, on se dit que ce sera dur d’échapper aux tribunaux révolutionnaires quand les peuples auront fait valser tous ces pitres…

Le grand cirque de la « vaccination » des zélites (vidéo) :

Dictature COVID-19 : Les labos poussent les gouvernements à les exonérer de toute responsabilité pour leurs vaccins chimériques…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2020 by Résistance 71

 

 

 

Les labos pharmaceutiques s’exonèrent de toute responsabilité sur les effets secondaires des vaccins covid

 

Anonyme

 

25 décembre 2020

https://www.lefigaro.fr/societes/vaccins-covid-19-l-ue-nbsp-indemnisera-les-laboratoires-en-cas-de-problemes-20200827

Bill Gates admet que ses vaccins changeront le génome

https://youtu.be/ksEVaO806Oo (vidéo à enregistrer avant censure)

Fauci le pantin de Bill Gates qui veut imposer les vaccins aux américains avoue que les vaccins covid peuvent être pires que le covid lui même

https://metro.co.uk/2020/05/12/americas-top-coronavirus-doctor-warns-vaccine-make-covid-19-worse-12692519/?ito=cbshare (article à enregistrer avant censure)

Bill Gates admet que ses vaccins peuvent tuer

https://www.armstrongeconomics.com/world-news/corruption/gates-admits-700000-people-may-die-from-his-vaccine/?__cf_chl_jschl_tk__=62eb6c7077991213fdafe4e84df29c5a07ebf0d4-1608836399-0-AVlKQVPOLfSy9QfQp3lKiMepwzABRTxxWMfww9Whtf27OPGp9Pysbzlln1vrkzWizhdh6sdzI5srwLQcRmU9Oi9E1O19KBS-t2bK9oY-kqIXxvzXo1evnUHmG-l9_fyt9BC82pusuzl4UQGKD99EyWzQQE8WO-spDIG2E8X-kqGWxXx7WeDjvlfQDbMemduSicRT22up-wqnYkzixyqrGvZ03FPAlCreAGCM0rYoEZcLZFPQFUVk7yyvxEUB6t1kl0wF9_gLrccxEoZtTl5ZLrhwVLAEPphfWMbYdrMIwW4CSEJyIQAnGO-mLBLRZV7otU94GN1ZQNccruGGk4-J3LKg0QjK58r7il0j3drDYjegmDieMGRAHBb3V7spLOlqZnk9Cg6q0UHKS6L_4uc_z1gDYNjz hY4WhEzoc4E6tfrWFkISoYiR0iLFQWZLiVk4z0GdxWuZPk33MketC3pa9do

https://resistance71.wordpress.com/2020/10/06/coronavirus-vaccin-covid19-et-controle-mondial-de-la-population/

les labos des vaccins AstraZeneca (NYSE: AZN), GlaxoSmithKline (NYSE: GSK), Janssen (NYSE: JNJ), Merck (NYSE: MRK), Novavax (NASDAQ: NVAX), Pfizer (NYSE: PFE), Sanofi Pasteur (NASDAQ) : SNY), Takeda (NYSE: TAK), Abbott (NYSE: ABT) et CureVac (NASDAQ: CVAC) ont tous demandé à être exonérés de toute responsabilité sur les effets secondaires de leurs vaccins OGM à ADN ou ARN

https://seekingalpha.com/news/3608810-coronavirus-vaccine-makers-seek-eu-liability-protections

AstraZeneca , GlaxoSmithKline, Janssen , Merck, Novavax , Pfizer , Sanofi , Takeda, Abbott CureVac sont tous financés par Bill Gates ou d’autres géants du web (comme le milliardaire Dietmar Hopp, co-fondateur du géant allemand du logiciel SAP https://cnnphilippines.com/business/2020/8/15/CureVac-Bill-and-Melinda-Gates-Foundation.html). ou collaborent avec lui

https://www.businessinsider.fr/us/bill-gates-backing-boosts-2-billion-doses-astrazeneca-coronavirus-vaccine-2020-6?op=1

https://cnnphilippines.com/business/2020/8/15/CureVac-Bill-and-Melinda-Gates-Foundation.html

https://www.gatesfoundation.org/How-We-Work/Quick-Links/Grants-Database/Grants/2016/10/OPP1156831

https://observer.com/2020/05/coronavirus-vaccine-update-novavax-merck-bill-gates-funding/

https://nypost.com/2020/09/15/bill-gates-says-pfizer-has-best-shot-at-early-covid-19-vaccine/

https://www.gatesfoundation.org/How-We-Work/Quick-Links/Grants-Database/Grants/2015/10/OPP1127586

https://america-wake-up.com/2020/05/04/the-anthony-fauci-bill-gates-george-soros-sanofi-pasteur-china-corona-virus-vaccine-connection/

https://www.fiercebiotech.com/biotech/sanofi-pasteur-announces-vaccine-discovery-collaboration-bill-melinda-gates-foundation

https://www.takeda.com/newsroom/newsreleases/2016/takeda-receives-$38-million-grant-from-the-bill–melinda-gates-foundation-to-support-polio-eradication-in-developing-countries/

https://edition.cnn.com/2020/08/14/investing/curevac-ipo-coronavirus-vaccine-bill-melinda-gates/index.html

Pourquoi les géants du web investissent dans les vaccins?

Tout simplement parce que le but des vaccins c’est de donner une identité numérique, marque de la bête connecté à la 5G

https://www.kla.tv/Coronavirus-fr/16685

une autre vidéo qui en parle a été censurée sur

http://stoplinkyvarest.canalblog.com/archives/2020/09/21/38547121.html

vaccin connecté à la 5G

https://resistance71.wordpress.com/2020/10/09/dictature-technotronique-en-marche-vaccin-covid-arnm-hydrogel-enzyme-luciferase-cocktail-modificateur-genetique/

https://resistance71.wordpress.com/2020/10/27/hiver-2020-21-cov19-5g-chomage-famine-et-depopulation-programmee/

L’affaire du vaccin contre la COVID-19 n’est pas une affaire sanitaire mais celle de la normalisation de l’identité numérique (Philippe Guillemant, physicien CNRS)

https://resistance71.wordpress.com/2020/12/16/laffaire-du-vaccin-contre-la-covid-19-nest-pas-une-affaire-sanitaire-mais-celle-de-la-normalisation-de-lidentite-numerique-philippe-guillemant-physicien-cnrs/

 

L’affaire du vaccin contre la COVID-19 n’est pas une affaire sanitaire mais celle de la normalisation de l’identité numérique (Philippe Guillemant, physicien CNRS)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 16 décembre 2020 by Résistance 71

 

 

Le principal but de la vaccination n’est pas d’ordre sanitaire

 

Philippe Guillemant*

 

Novembre 2020

 

Source:
https://www.mondialisation.ca/le-principal-but-de-la-vaccination-nest-pas-dordre-sanitaire/5651962

 

Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen.

Il sera en effet permis que le contrôle de ses droits d’accès à différents lieux (restaurants, boutiques, gares etc.) se fasse de manière automatique, ce qui ouvrira un immense marché, celui des objets connectés, tellement savoureux qu’il est capable de transformer des informaticiens en virologues.

Cela permettra également l’introduction d’une monnaie numérique déjà préparée par la suppression progressive de l’argent liquide.

Il y a deux cas à considérer :

– Port d’identité numérique non intimement liée au corps : mobile, bracelet, montre, sac à main…

– Port d’identité numérique intimement liée au corps : bague, puce sous la peau, identification génique…

Dans le second cas il sera impossible, sauf opération chirurgicale, de se débarrasser de son identité.

Dans un premier temps, seul le premier cas est à considérer sérieusement.

Ce n’est que lorsque l’usage d’une identité numérique sera normalisé par l’habitude (de vivre autrement) que le second cas s’imposera naturellement pour renforcer la sécurité de l’usage.

Aujourd’hui, ce port d’identité numérique est déjà réalisé via nos mobiles, mais aucun usage n’en est fait, sauf marginal comme dans le cas de l’application TousAntiCovid.

Tout le monde a le droit d’entrer dans n’importe quelle boutique et de voyager sans être obligé d’avoir un portable.

D’autre part, le traçage des déplacements permis par un mobile est très grossier, sa précision étant comprise entre 1 et 10 mètres.

On peut considérer que pour l’instant, avoir un portable est inoffensif.

Tout cela pourrait changer avec le contrôle vaccinal automatisé et la généralisation des objets connectés via la 5G et même dès la 4G.

En particulier le traçage ne serait plus réalisé par GPS, mais par analyse et triangulation de signaux via les objets alentours et sera à terme 100 à 1000 fois plus précis, à mesure que la technologie évoluera.

Le port non lié au corps d’identité numérique, dans un environnement peuplé d’objets connectés (maisons, voitures, routes, villes…)

permettrait les recueils de données suivants par une I.A. :

– Vérification d’autorisation d’accès pour les vaccinés

– Contrôle de vitesse et stationnement (voiture connectée)

– Identification de toutes sortes d’infractions à la conduite

– Identification des personnes avec qui l’on déjeune

– Mémorisation de tous les déplacements

– Calcul de temps de travail ou temps de présence…

– Détection de déplacement inhabituel…

– Etc

Il convient de préciser qu’aucune loi ne pourrait empêcher l’implémentation des algorithmes correspondants, mais seulement en interdire l’usage. Toutefois, il serait extrêmement difficile de détecter qu’un tel usage n’est pas effectué.

Seule son exploitation pourrait être rendue visible, mais cela laisse une grande place à une exploitation inavouée, par exemple par une société d’assurance où le calcul des droits est déjà réalisé de façon informatique.

Considérons maintenant le deuxième cas, et allongeons la liste précédente :

– Maison intelligente (interactions, commandes, dialogues…)

– Analyse d’activités privées (dormir, lire, faire l’amour…)

– Surveillance de l’activité des enfants

– Analyse des interactions familiales

– Analyse de situation (repos, activité, chute…)

– Analyse de comportement (geste brusque, activité sportive…)

– Détection et mémorisation des habitudes

– Etc

J’en oublie certainement, sachant qu’il est difficile d’imaginer d’avance tout ce que la quatrième révolution industrielle pourrait nous inventer.

Je ne parle ici que d’un transhumanisme très doux, presque acceptable, sans faire référence à quoi que ce soit d’intrusif comme une puce dans le cerveau, des nanorobots dans nos veines ou une vision artificielle et connectée.

Mais il va de soi que l’acceptation de ces technologies intrusives est conditionnée à l’acceptation de l’usage d’identité numérique.

La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin.

Il est en effet peu probable que l’on oblige chaque citoyen à porter une identité numérique lors de ses déplacements si 50% de la population n’est pas vaccinée, car on ne va pas limiter à ce point la liberté de circulation. Par contre, si seulement 5% de la population n’est pas vaccinée, il est fort probable qu’on entrera dans ce nouveau monde.

La réalité sera évidemment bien plus complexe que cette simplification binaire, qui n’a d’autre but que d’éveiller aux véritables enjeux.

Donc, je le répète, nous ne sommes pas confrontés à un problème sanitaire avec le virus.

Ce problème-là est peanuts à coté du choix de société qui se trouve devant nous, qu’une politique de gouvernance mondiale semble avoir déjà fait à notre place.

Mais je le répète une fois de plus, mon avis est qu’on n’entrera pas dans ce nouveau monde.

(*)

Philippe Guillemant est un ingénieur physicien français diplomé de l’Ecole Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe. Il est Docteur en Physique et Habilité à Diriger des Recherches. Il exerce son activité au CNRS (UMR 7343, laboratoire IUSTI de Polytech’ Marseille) où il est Ingénieur de Recherche Hors Classe.

Spécialiste d’intelligence artificielle, ses travaux ont débouché sur la création de deux entreprises innovantes licenciées par le CNRS: Synapsys et Uratek, qui lui ont valu plusieurs distinctions dont le Cristal du CNRS.

Son site : http://guillemant.net/

= = =

Lire notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

L’inquisition sanitaire par la dictature de la science des modèles… De la science des faits à la science des algorithmes (Jean-Claude Paye)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 décembre 2020 by Résistance 71

 

 

 

Coronavirus : une nouvelle inquisition

 

Jean-Claude Paye et Tülay Umay

 

9 décembre 2020

 

url de l’article original:
https://www.mondialisation.ca/coronavirus-une-nouvelle-inquisition/5651897

 

Installé depuis neuf mois, « l’état d’urgence sanitaire » a atteint le plus intime des individus. Afin de les conformer à des injonctions mortifères, il exhibe le spectacle d’un sacrifice permanent des populations. Celui-ci relève d’un théâtre gestuel, tel celui d’Antonin Artaud,[1] qui fait appel à une forme de purgation, impactant le Réel des êtres humains.

La « guerre contre le coronavirus » n’est pas une lutte contre la maladie et ne repose pas non plus sur sa prévention. Si la « pandémie » se limite à l’impact d’une grippe saisonnière, on constate, suite aux mesures prises, une dégradation globale de la santé des individus, confirmant ainsi que cette hostilité est bien une guerre contre les populations. Dans son dernier discours, le président Macron en précise les dernières modalités, en énonçant la possibilité d’organiser « l’isolement des personnes contaminées de manière plus contraignante,[2]» ce qui pourrait signifier, selon le sénateur Alain Houpert, la création de camps d’internement.

Bien que son cadre d’application ne soit pas précisé, le principe de précaution présente une primauté sur toute autre politique destinée à « gérer des risques incertains.[3] »  Dans le cas du coronavirus, il devient un « outil de gestion virtuel de risques virtuels.[4]». La « pratique scientifique » est alors réduite au principe moral de responsabilité. Ce dernier se résume à une monstration de la participation des populations à des mesures qui les asservissent. Les mesures de précaution relèvent alors d’une théologie de l’obscène, d’un faire-voir  amalgamant responsabilité et culpabilité. Elles s’inscrivent dans une nouvelle religion basée sur le sacrifice.

La facilité, avec laquelle les populations ont renoncé, à leur propre corps et au rapport à l’autre, produit un impensable. L’Inquisiteur du roman, Les frères Karamazov de Dostoïevski, donne sa réponse à cette interrogation, en énonçant que ce serait le propre de l’Homme de faire de Dieu le « responsable de la charge de sa vie ». 

Le pouvoir politique exerce actuellement la fonction réservée au grand Inquisiteur dans le roman de Dostoïevski. Il est aujourd’hui l’institution à laquelle les populations abandonnent la « charge du désir de l’autre », en offrant leur libre arbitre en sacrifice. Le principe de précaution relève de la culpabilité. Il donne du sens au sacrifice des populations et à la violence des mesures prises. 

Le principe de précaution

Depuis une vingtaine d’années, la « lutte antiterroriste » a permis de saper les fondements de l’organisation de la société, en détruisant, de l’intérieur, la forme de l’État de droit [5]. Aujourd’hui, dans la « guerre contre le coronavirus », les libertés fondamentales n’ont simplement plus lieu d’être et laissent la place à des notions morales, celles de  responsabilité et de culpabilité.

Lévinas nous éclaire sur cette problématique, car toute sa philosophie repose sur l’idée de responsabilité. Il reprend, à son compte, les propos de Dostoïevski dans Les frères Karamazov, sur la culpabilité de chacun de nous « devant tous, pour tout». Lévinas précise que cette culpabilité ne résulte pas «  de fautes que j’aurais commises, mais parce que je suis responsable d’une responsabilité totale, qui répond de tous les autres et de tout chez les autres.[6]» 

En devenant responsable de l’autre, chaque individu deviens, tout particulièrement, comptable de sa mort. Il entre dans « l’inquiétude-pour-la-mort-de-l’autre-homme [7]». La responsabilité n’est pas d’ordre juridique, mais est fondée sur une « communion spirituelle de tous les humains », ici, une communion dans l’universalité du coronavirus. 

Ainsi, le principe de précaution suspend l’observation des faits et dénie l’ordre juridique, pour laisser la place à « l’amour du prochain ». La communication du pouvoir n’est-elle pas :  « soyez solidaire, sauvez des vies, rester chez vous  » ? Les injonctions du pouvoir se réduisent à des commandements d’amour, relevant de la perversion.  L’amour qui se sacrifie est bien pire que l’exigence de la Loi : il rend la dette impossible à solder et la culpabilité infinie. 

Le principe de précaution libère alors le pouvoir, des contraintes de la loi écrite et de la Loi symbolique, afin d’intégrer un discours hors-sens, reposant sur des impératifs catégoriques nous entraînant dans une forme nouvelle d’inquisition. « Il faut » est la réponse standardisée des personnes, portant le masque ou respectant scupuleusement les mesures de distanciation. 

En se plaçant hors-sens, le « covidé » fonde une religion, celle d’un Dieu pervers, dénoncé par le théologien Maurice Bellet [8]. Le régime de précaution réclame un sacrifice. L’injonction repose sur « une volonté capricieuse, arbitraire, sans foi ni loi, qu’il faudrait satisfaire [9] ». Ce qui nous engage dans le cercle infini, imposé par un nouvel inquisiteur, révèlant que « ce divin est semblable à une bouche dévorante et insatiable : plus on cherche à la satisfaire, plus elle en demande, puisqu’elle se nourrit précisément de nos renoncements [10]».

Les derniers propos, du ministre belge de la santé Franck Vandenbroeck, illustre bien ce discours d’amour et d’éducation reposant sur une politique se nourissant des renoncements successifs des citoyens.  Au micro de la radio RTBF, il a affirmé que la décision de fermer les magasins, « c’était pour  créer un choc  au sein des populations », puisque dit-il « faire du shopping seul, pendant une courte période ne représente pas un danger pour la circulation du virus .[11]»

Un principe moral inscrit dans le droit

Le principe de précaution est un principe moral. Il ne s’adresse pas à un sujet de droit. C’est une injonction qui se place au-delà de la loi. La mutation du comportement des individus est son objectif premier. En France, il a fait son entrée dans le droit positif, en 1995, avec la loi Barnier sur la protection de l’environnement. Son domaine d’application s’est ensuite développé dans les domaines de la santé publique et de la sécurité alimentaire [12].  Il a également été adopté par la Commission Européenne et de nombreux Etats membres. 

En 2005,  le législateur français a introduit le principe de précaution dans la Constitution. Un principe moral est ainsi devenu un principe constitutionnel. Le principe de précaution y est défini  comme « une norme-guide pour l’action en univers incertain, un outil de gestion virtuel des risques virtuels…[13]». Ainsi, son encadrement juridique ne peut être que formel. 

Le principe de précaution se dégage donc de la matérialité du fait. Il fait penser à la notion de « proactivité » relative à l’enquête policière, introduite dans le droit pénal afin développer une recherche en l’abscense d’infraction [14]. L’inscription juridique du principe de précaution permet également de justifier l’intervention de l’administration dans un contexte ou « elle légitime le pouvoir de police »[15].

Dans l’enquête policière proactive, s’il s’avère que l’infraction est finalement inexistante, l’enquête a bien eu lieu, mais elle ne pourra pas produire d’effets de droit. Il en va bien autrement pour le principe de précaution qui permet d’agir en dehors de tout rapport avec la réalité des faits, de confiner la population ou d’isoler, dans des camps, les personnes testés positives, bien que le test utilisé produise essentiellement des faux positifs.

L’intervention des autorités sanitaires n’est pas donc déterminée en fonction de l’observation, mais bien par la prédiction de résultats et leur modélisation, comme les 500.000 morts du covid prévus par le docteur Neil Fergunson. Bien que l’oracle soit constamment démenti par les faits, il sert toujours de référence et de caution aux diverses mesures gouvernementales.

Précaution versus prévention

Le principe de précaution participe de la rationalité instrumentale, celle de la technique et du calcul économique. Il n’a pas pour ambition d’anticiper l’évènement, afin d’éviter sa survenance ou d’en minimiser les effets, il s’en tient à une gestion probabiliste des risques [16].

Il ne s’agit plus de prévenir le développement d’une maladie, mais de révéler un danger  potentiel, non à partir d’une analyse concrète, mais grâce à une simulation mathématique, détachée de la matérialité des faits. Une succession de chiffres est censée indiquer une tendance, celle du l’intensité et de la progression exponentielle du virus. C’est donc à partir des algorithmes que le risque est révélé et non plus à partir de l’observation. Les chiffres avancés sont toujours des projections, des modélisations, comme les 9000 morts récemment annoncés par le président Macron qui se réduiront, dans les faits, à la moitié  du chiffre prévu.

Pour la généticienne Alexandra Henrion-Caude, les prévisions donnent l’impression « qu’on est revenu au temps des devins, des oracles ». « On était en plein pic épidémique, avec un nouveau virus, une nouvelle maladie, qu’on nous parlait déjà d’une deuxième vague. Là on entend une troisième, une quatrième [17] ».

On peut donc établir ce qui différencie le principe de précaution de la notion de prévention. La prévention vise des risques avérés, dont sait estimer l’ampleur et la fréquence du dommage encouru. Les mesures de prévention ont été conçues pour circonvenir les risques certains, fondés sur des relations déterminées de cause à effet. 

Ce qui n’est pas le cas du principe de précaution qui porte sur les risques incertains, dont on n’a pas à établir la réalité scientifique [18]. On a affaire ici à un droit purement procédural, car « en matière de précaution, la preuve du risque et la procédure sont liés [19]». Comme dans le droit de l’inquisition, la preuve fonde sa validité sur le strict respect de la procédure. Dans la guerre contre le coronavirus, la question n’a même pas à être posée, car la « connaissance » est immédiate, directement révélée par le chiffre de l’algorithme. 

Le contrôle juridictionnel est restreint.  Tel que l’a stipulé le Tribunal de première instance des Communautés européennes : l’autorité qui « prend un risque incertain ne doit pas faire la preuve du risque, mais celle de sa politique [20] ». Dans les faits, l’autorité concernée doit simplement mentionner ses bonnes intentions. 

Le principe de précaution : une théologie de « l’ob-scène » 

La prévention vise à gérer les conséquences d’une crise, à l’anticiper et à en réduire les effets. Quant au principe de précaution, il n’a pas pour objet d’affronter la maladie, mais, ici, de préparer la population à sa survenance inéluctable. Il s’agit de placer les individus dans une position d’accueil du discours sur la pandémie. Ce principe procède d’une exigence morale, conduisant non pas à une lutte contre le virus, mais à une mutation du comportement des individus.  

Ainsi, le principe de précaution, au contraire de la prévention, est un outil de gestion des populations, de leurs attitudes et de leurs croyances. Comme l’écrit Pierre Moscovici, «L’Etat ne se contente plus de gérer un risque, il doit gérer un rapport social… Le principe de précaution devient alors un outil de gestion de l’opinion publique.[21]»

Nous sommes ici dans l’incertitude d’un risque, dont la réalisation est elle-même incertaine. Le principe de précaution nous interdit de penser. Il s’oppose à toute possibilité d’observation, en supprimant la notion même de causalité, comme succession temporelle de causes et d’effets.  Sous la forme du délire, le discours sur la coronavirus colonise notre vie individuelle et notre réalité sociale. Il fonde un nouveau Réel, il porte sur quelque chose dont nous ne pouvons rien dire et sur lequel nous n’avons pas de prise.

Le principe de précaution n’impose pas des mesures destinées à confronter la réalité, mais il permet la fabrication d’un Réel obscène, dont le masque chirurgical devient le symbole. Par un dénombrement continu des victimes du coronavirus, il réactualise l’idéologie victimaire. Ainsi, il met en scène l’ob-scène en quantifiant la mort, tout en l’expulsant du symbolique, du lien social. 

L’obscénité des mesures réside aussi dans leur caractère volontairement exorbité, dans le fait de rendre non seulement visible, mais surtout médusant, leur aveuglante abération, celle, par exemple, d’un couvre-feu imposé entre minuit et cinq heures, ainsi que leur violence sans limite, tel le massacre des personnes âgées dans les Ehpad. 

L’obscénité réside dans leur caractère religieux, dans la donation de sens qu’apportent les populations à leur participation compulsive aux mesures imposées. Celles-ci donnent alors vie à des dispositions administratives qui conduisent à leur destruction. L’obscénité réside non seulement dans l’expression de la toute puissance du pouvoir, mais surtout dans la monstration des populations de leur extrème faiblesse. Cette dernière trouve leur source dans la capacité des médias d’engendrer des images et un bruit permanent, empêchant l’installation d’un refoulement [22].

Le grand Inquisiteur

Si « la guerre contre le terrorisme » avait pour objet de supprimer toute résistance, ici dans « la guerre contre le coronavirus », il s’agit d’abandonner toute possibilité même de résistance. À travers « la gestion de cette pandémie », cette perspective est entrée dans notre quotidien, pourtant, ce n’est pas la première fois qu’elle apparaît dans l’histoire de l’humanité. 

L’humanité réduite à un troupeau est une réalité qui s’est présentée à chaque fois que la population s’est trouvée totalement démunie, placée dans une position de détresse par rapport au pouvoir. La détresse des individus résulte d’une perte des repères et surtout d’une impossibilité de faire face, de dire non aux injonctions qui leur sont adressées. Confrontées au fait de « ne pouvoir attendre l’aide de personne », les populations sont alors plongées dans une radicale impuissance.

Le roman de Dostoïevski, Les frères Karamazov, en situant l’action dans la période historique de l’inquisition, fait ressortir une problématique qui rappelle étrangement ce que nous vivons présentement. L’organisation de l’inquisition repose sur le personnage du grand Inquisiteur qui considère l’humanité comme un troupeau. Il conçoit que l’homme ne peut trouver son salut qu’en renonçant à sa subjectivité et en se dépersonnalisant. 

Si l’humanité doit être réduite à l’état de troupeau docile, l’individu, en déléguant sa liberté au grand inquisiteur, redevient un « infans », coupable de renoncer à sa liberté. Il devient alors complètement dépendant d’un pouvoir qui lui dicte sa conduite. Si bien que le grand Inquisiteur peut affirmer : « Oh, nous arriverons à les convaincre qu’ils ne deviendront libres qu’au moment où ils renonceront pour nous à leur liberté et ils se soumettront [23]».   Dans cette « pandémie », il est signifié aux individus qu’ils ne redeviendront « libres » qu’au moment où ils auront acceptés le vaccin et qu’ils auront abandonné toute volonté d’avoir une maîtrise de leur existence.

Le grand Inquisiteur préconise également une logique de déresponsabilisation de l’individu, de renoncement à son libre arbitre, aboutissant à sa déshumanisation. Le règne du grand Inquisiteur, c’est également la disparition totale de la sphère privée, jusqu’à l’ultime intimité que représente la conscience. 

Si l’Homme n’est plus libre et, par conséquent, n’est plus responsable, il lui revient le « droit de pêcher. » Plus précisément, il lui est permis de ne plus être un homme, en transgressant les lois symboliques, comme dans les différentes réformes éthiques, tel que le « mariage pour tous », la législation sur l’euthanasie et les lois sur la bio-éthique. Ces « nouveaux droits » ne sont en fait qu’un moyen supplémentaire pour le pouvoir d’asservir les hommes. « Tout est permis », tel est le mot d’ordre du nihilisme [24].

Autrefois, l’inquisition était une institution spécialisée, destinée à empêcher l’éclatement du corps social, en criminalisant tout questionnement d’ordre religieux. Aujourd’hui, elle ne se focalise plus sur une partie de la société, mais porte sur son ensemble. C’est la société toute entière qui est mobilisée, en vue de sa propre destruction. Ce qui occupe actuellement la place du grand Inquisiteur n’a plus pour objectif de bloquer une mutation sociale et politique, mais au contraire d’être le catalyseur d’un changement radical de société. Ici, le sacrifice n’est plus limité et codifié, mais permanent et généralisé. 

« État d’urgence sanitaire »

Le principe de précaution s’inscrit étroitement dans « l’état d’urgence sanitaire ». La notion doit être prise à la lettre, dans le sens où il s’agit bien, ici, d’une suspension du droit d’être soigné. Cet abandon se traduit par des mesures de confinement des personnes âgées et malades avec celles ne présentant aucun symptôme et par le refus d’accès à l’hôpital des personnes ne présentant pas de symptôme du corona, mais ayant, par exemple, un problème cardiaque. Au nom de ce principe, les personnes âgés, malades du Covid 19, ne sont pas prises en charge et sont renvoyées chez elles, avant que l’on abrège les souffrances grâce au Rétrovil . La question de la précaution est aussi convoquée pour interdir des médicaments, permettant de faire face à l’épidémie, telle l’hydroxychloroquine. 

L’état d’urgence juridique implique la suspension des libertés individuelles et des droits politiques, comme disposition permettant de faire face à la « menace terroriste ». L’état d’urgence juridique, par le biais de la lutte antiterroriste, se définit également, tel l’exprimait W. Bush, comme une « lutte contre du bien contre le mal ». Le nouvel ordre juridique permettait, en l’abscence de peuves, d’emprisonner les personnes, nommées comme terroristes par le pouvoir exécutif. L’état d’urgence juridique permet de s’attaquer à l’Habeas Corpus des citoyens et, en Grande Bretagne et aux Etats-Unis, de se saisir du corps des personnes créant « un climat favorable au terrorisme [25]» ou simplement désignées comme « ennemi du gouvernement ». 

L’état d’urgence sanitaire permet, quant à lui, de supprimer le corps par des mesures de confinement, tandis que le port, obligatoire et généralisé, du masque est une remise « en marche » de ce corps, mais comme « corps sans tête », comme corps-machine. La suppression du corps, induite par la « guerre contre le coronavirus », grâce au port permanent d’un masque ou de gants, trouve déjà un antécédent dans les images de prisonniers, détenus au bagne de Guantanamo [26]. 

Le type d’enfermement, induit par la « lutte contre la pandémie », est une rupture complète avec le type d’emprisonnement qui visait à séparer le corps du prisonnier du corps social. Ici, c’est l’ensemble des citoyens qui est touché par les mesures de confinement. La prison n’est plus un lieu clos, séparé de la société, mais bien cette dernière qui, en confinant chez lui le « citoyen responsable » participant du « souci de l’autre », devient une prison. 

La prison, comme partie distincte de la société, reste cependant présente, comme une menace d’enfermer, dans des camps, les personnes déclarés positives par un test PCR, une procédure qui permet considérer, comme positifs, une grande proportion des individus testés [27]. L’ensemble de ces mesures et projets participent d’une volonté du pouvoir d’installer les citoyens dans la psychose.

Comme les images des tortures de Guantanamo, ces mesures ont pour objet de nous signifier notre impuissance, de nous montrer à quel point nous sommes dépendant d’un pouvoir qui, cependant, nous veut du bien, qui, pour Noêl, comme le président du parti libéral francophone belge, Louis Bouchez, nous communique : « si les chiffres le permettent, on tentera encore de donner plus  d’humanité. [28]»

Jean-Claude Paye

Tülay Umay

 

Notes :

1 Lire : Jean-Claude Paye, Tülay Umay, « Pandémie ou le retour du grand Pan », Réseau International, le 3 novembre 2020,  https://www.mondialisation.ca/pandemie-ou-le-retour-du-grand-pan/5650703

2 Sud radio, Macron 20H: analyse avec Alain Houpert, Sénateur de la Côte-d’Or et médecin radiologue,

https://www.youtube.com/watch?v=i-vHz-M-Eys 

3 Dominique Bourg et Alain Papaux, « Des limites du principe de précaution : OGM, transhumanisme et détermination collective des fins », Economie publique, 2007/2,  https://journals.openedition.org/economiepublique/7932 

4 Matthieu Paillet, « Le principe de précaution. Concept, application, enjeux », p. 8,  https://www.pourlasolidarite.eu/sites/default/files/publications/files/wp_-le_principe_de_precaution.pdf 

5 Jean-Claude Paye, La fin de l’Etat de droit, de l’état d’exception à la dictature, La Dispute, Paris 2004.

6 Emmanuel Lévinas, Éthique et infini, Paris, Le livre de poche, 1982, p. 95.

7 Emmanuel Lévinas, De Dieu qui vient à l’idée, Paris, Vrin, 1992, p. 248.

8 Maurice Bellet, Le dieu pervers, éditions du Cerf, Paris 1987.

9 Jean-Daniel Causse, Lacan et le christianisme, in Valérie Chevassus-Marchionni, Raymond  Lemieux, et François Nault, « Psychanalyse et christianisme : note critique à propos du dernier livre de Jean-Daniel Causse (1962-2018) ». Laval théologique et philosophique 75, no 1 (2019), p. 134.. https://doi.org/10.7202/1067506ar 

10 Ibidem

11 https://plus.lesoir.be/340753/article/2020-11-30/la-fermeture-des-commerces-non-essentiels-avait-ete-decidee-pour-creer-un 

12  Catherine Larrère, « Le principe de précaution et ses critiques » , Innovations 2003/2 (n°18), pages 9 à 26 , https://www.cairn.info/revue-innovations-2003-2-page-9.htm 

13 Moscovici, Pierre, «Le principe de précaution: implications politiques et juridiques», cours donné à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), avril 2010, p. 26

14 Sur l’enquête proactive, lire Jean-Claude Paye, Vers un Etat policier en Belgique ?, EPO, Bruxelles 1999.

15 M. Gros, D.Deharbe, La controverse du principe de précaution, Chron. Adm.,R.D.P.,2002-3., p.834.

16 Matthieu Paillet, https://www.pourlasolidarite.eu/sites/default/files/publications/files/wp_-le_principe_de_precaution.pdf 

17 Alexandra Henrion-Caude : « J’ai l’impression qu’on est revenu au temps des devins », La Rédaction, le 16 novembre 2020, https://www.sudradio.fr/societe/alexandra-henrion-caude-jai-limpression-quon-est-revenu-au-temps-des-devins/ 

18 Le Conseil d’État et le principe de précaution,  Journal des Tribunaux, Bruxelles, Larcier, le 28 février 2004, p. 21

https://orbi.uliege.be/handle/2268/7260 

19 C.Noiville et N.de Sadelleer, o.c., Revue du droit de l’Union européenne, 2/2001, p. 444

20 T.P.I., 11 septembre 2002, Pfizer Animal Health et a.c.Conseil, Aff.T-13/99, motifs 164 et 165

21 Pierre Moscivici, Ibid., p. 23.

22 Entretien avec Serge Tisseron, « L’obscène est une machine de guerre contre la métaophore », La voix du regard n° 15, septembre 2002,https://www.youscribe.com/catalogue/documents/loisirs-et-hobbies/humour/l-obscene-est-une-machine-de-guerre-contre-la-metaphore–376961     

23 Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski, Les frères Karamazov, vol. 1 – § Le Grand Inquisiteur, Éditions Actes Sud © 2002, collection Babel, traduit du russe par André Markowicz, pp. 444, 445, 449 à 470 et 474. https://www.philo5.com/Mes%20lectures/Dostoievski_GrandInquisiteur_1880.htm  

24 Matthieu Giroux, « Dostoïevski : La légende du grand inquisiteur dans Les Frères Karamazov », Philitt, le 25 septembre 2012, 

  https://philitt.fr/2012/09/25/dostoievski-la-legende-du-grand-inquisiteur-dans-les-freres-karamazov/ 

25 Lire : Jean-claude Paye, « Royaume-Uni, menaces sur l’Habeas Corpus, » Le Monde, le 13 avril 2005  https://www.lemonde.fr/idees/article/2005/04/13/royaume-uni-menaces-sur-l-habeas-corpus-par-jean-claude-paye_638494_3232.html 

26 Lire : Jean-Claude Paye, « Guantanamo comme réel de la lutte antiterroriste », in L’emprise de l’image, de Guantanamo à Tarnac, Editions Yves Michel 2011, pp.140 à 149.

27 Dr Pascal Sacré, « COVID-19: RT-PCR ou comment enfumer toute l’humanité », Mondialisation.ca, le 14 octobre 2020, https://www.mondialisation.ca/covid-19-rt-pcr-ou-comment-enfumer-toute-lhumanite/5650143 

28 Aurelie Demesse, «  Noël pourrait-il être sauvé, in-extremis ?, La Libre Belgique, le 29 novembre 2020,  https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/un-assouplissement-des-mesures-pour-noel-si-les-chiffres-le-permettent-on-tentera-encore-de-donner-plus-d-humanite-5fc375e0d8ad585a459299a3 

 

« Ce ne sont pas des vaccins mais de la thérapie génique » (Pr. Christian Perronne – Sud Radio)

Posted in actualité, coronavirus CoV19, guerres hégémoniques, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique française, presse et média, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 2 décembre 2020 by Résistance 71

 


Zombification par vaccins OGM…

 

Résistance 71

 

3 décembre 2020

 

Propos des plus pertinents du Pr. Perronne hier sur Sud Radio :

 

 

Lire notre page « Coronavirus, guerre biologique entre l’humanité »

A lire : Raoult-torpille-le-vaccin-cov19

MaJ 3/12/20 Rappel vidéo: Dr Carrie Madej sur le vaccin anti-CoV19, le transhumanisme et l’humain 2.0 planifié: https://odysee.com/carriemadej:7

MaJ du 4/12/20 : Dr Alexandra Henrion-Caude sur Sud Radio au sujet des vaccins CoV19:

 

Vaccins anti-SRAS-CoV-2 de Pfizer / BioNTech et Moderna… Guerre génétique contre l’humanité

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 26 novembre 2020 by Résistance 71

Les vaccins sont pires que ce que pensait le Dr Mikovits

VRB

19 novembre 2020

url de l’article:

https://vidrebel.wordpress.com/2020/11/19/the-vaccines-are-worse-than-dr-mikovits-thought/

depuis Rense.com : https://rense.com

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le Dr Judy Mikovits a dit que ce vaccin anti-coronavirus pourrait tuer quelques 50 millions d’Américains sur une période de 40 ans. Les versions vaccinales produites par Pfizer et Moderna demandent un stockage à -70oC et pourraient être bien plus mortelles que préalablement envisagé.

Pourquoi une température si froide ? Children’s Health Defense l’a expliqué dans un article daté du 6 août courant, “les vaccins ARNm qui sont en cours d’expérimentation clinique contre la COVID19, incluant le vaccin de Moderna, sont basés sur un “système porteur” à base de nanoparticules qui contiennent un produit chimique synthétique appelé polyethylene glycol (PEG)”.

L’utilisation de ce PEG dans les médicaments et les vaccins est de plus en plus controversée à cause d’une incidence très bien documentée de réactions immunitaires adverses liées au PEG, incluant des réactions allergiques (anaphylatiques) mettant en danger la vie humaine. En gros, 7 Américains sur 10 ont sans doute déjà été sensibilisés au PEG, ce qui peut avoir pour résultat une baisse significative de l’efficacité d’un vaccin et une augmentation des effets secondaires potentiels.

Si un vaccin ARNm anti-COVID19 contenant du PEG obtient le feu vert de la FDA (NdT: Food and Drugs Administration organisme fédéral américain régulateur des médicaments et de la nourriture), l’exposition au PEG sera sans précédent et sera potentiellement désastreuse.

Les documents et les publications de Moderna indiquent que l’entreprise est bien au courant des risques de sécurité impliqués et associés avec le PEG et les autres aspects de cette technologie ARNm, mais elle est bien plus concernée par les profits à engranger.

Les lipides à nanoparticules (LNP) causent des réponses hyper-inflammatoires dans le corps, menant à de sévères réactions, hospitalisation voire décès. Pourquoi les LNP sont-ils utilisés dans les vaccins ? Comme l’explique plus avant Children’s Health Defense :

Les LNP “englobent les constructions d’ARNm pour les protéger d’une dégradation et favoriser leur intégration cellulaire” et de plus, excitent le système immunitaire (une propriété que les scientifiques du vaccin décrivent gentiment comme “les propriétés adjuvantes inhérentes” des LNP)

En d’autres termes, les LNP sont des adjuvants, c’est à dire faits pour provoquer des réponses hyper-inflammatoires chez l’humain une fois injectées. Ceci est un effort d’induire la formation d’anticorps qui permettent alors aux fabricants d’affirmer un haut taux “d’efficacité”, alors même que ces adjuvants causent des réactions adverses sévères.

D’après les essais récents de vaccins entrepris par Moderna, 100% des humains du groupe d’essai Haute Dose ont fait l’expérience de réactions adverses. Alors pourquoi donc Moderna et Pfizer utilisent-ils l’ARNm dans leurs vaccins ? Parce qu’ils veulent reprogrammer l’ADN humaine comme expérience globale et voir ce qu’il advient de notre descendance. Des critiques au Royaume-Uni disent qu’un des effets secondaires est la stérilisation ce qui est bon pour ces puissances qui ne devraient pas l’être, parce qu’ils veulent se débarrasser de quelques plus de 6 milliards de personnes sur terre.

Mise à jour provenant du journal The Australian Independent :

Ces nouveaux vaccins sont dans une toute nouvelle classe par eux-mêmes. Ils sont connus sous le nom de vaccins ARN messager (ARNm) et ils fonctionnent en détournant la machinerie de fabrication de protéine dans vos cellules…

Lorsque Moderna finissait juste sa Phase I d’essais, The Independent écrivit au sujet du vaccin et le décrivit de cette façon : “Il utilise une séquence de matériel génétique ARN produite en laboratoire qui, une fois injectée dans votre corps, doit envahir vos cellules et détourner la machinerie de production de protéines des cellules appelés les ribosomes pour produire des composants viraux qui vont ensuite entraîner votre système immunitaire à lutter contre le virus.

Dans ce cas, l’ARNm-1273 de Moderna est programmée pour que vos cellules produisent les tristement célèbres protéines en forme de couronne du coronavirus et qui lui donne sa forme si caractéristique”, a écrit l’Independent – fin de MAJ

Le vaccin Astra Zeneca ne demande pas un stockage à -70 oC et les systèmes de transport appropriés parce qu’il n’utilise pas la technologie ARNm pour reprogrammer le corps humain. Mais il utilise un adjuvant en provenance de fœtus humain. Un adjuvant aide un vaccin à développer une réponse immunitaire accrue. Dans ce cas précis ils utilisent le MRC-5 qui provient de tissus pulmonaires d’un fœtus mâle blanc de 14 semaines. Les adjuvants excitent votre système immunitaire. Le MRC-5 qui est de l’ADN en provenance d’un bébé avorté est vu par votre corps comme une invasion et celui-ci monte une défense accrue face à l’agression.

Les enfants américains ont tellement de maladies liés aux vaccins qu’arrivés à 21 ans, plus de la moitié d’entre eux ont développé des maladies et des syndromes en un volume jamais vu avant les années 1960, date à laquelle Big Pharma a commencé à pousser pour toujours plus de vaccins.

Maintenant nous savons pourquoi Israël a opté pour l’utilisation du vaccin russe et a refusé les offres de Pfizer, Moderna et Astra Zeneca.

Les habitudes alimentaires modernes, les pesticides, les herbicides, les vaccins et les médicaments de Big Pharma on créé une véritable épidémie des conditions inflammatoires chez l’homme, la femme et l’enfant modernes. Sommes-nous préparés à traiter les cas d’hyper-inflammation par dizaines de millions ?…

La femme anglaise dans le vidéo présentée ci-dessous montre l’insertion d’Astra Zeneca qui admet l’utilisation de MRC-5 ou des parties de corps de fœtus humains. Elle y dit aussi que le gouvernement britannique recherche un système d’IA pour aider à interpréter et gérer l’information lorsque les effets secondaires adverses et les morts dus aux vaccins vont dramatiquement augmenter.

https://www.brighteon.com/embed/e536da0c-7935-41eb-babe-416034e154c3

Il y a peu, Bill Gates a souri sardoniquement et a dit que les gens ne prêtent pas attention à ce virus mais qu’ils paieront attention au prochain (êtes-vous prêts pour l’Arme Biologique 2.0 ?…)

Je pense qu’il serait pour le mieux que nous mettions notre joker sur ce vaccin. Laissons la fine équipe de la famille de Bill Gates, de Big Pharma, des merdias à la botte, de Wall Street et du congrès des Etats-Unis (NdT et de partout dans le monde), du CDC et du NIH, se faire piquer les premiers (NdT : et pas avec des placebos préparés d’avance, mais avec des fioles prises au hasard dans les boîtes destinées aux peuples…)

Je confesse un amour profond pour les animaux et je pense aussi qu’il serait mieux qu’on fasse aussi l’impasse sur les essais animaliers alors qu’il y a une telle quantité d’ordures humaines à disposition dans cette classe dominante dont on pourrait se servir. Bien entendu je refuserai toujours ces vaccins parce que je ne pense pas que Bill Gates devrait avoir le droit de reprogrammer l’ADN de plus de 7 milliards de personnes simplement parce qu’il pense que c’est une “bonne idée”…

Le taux de mortalité de cette maladie est de toute façon très très bas pour les gens qui n’allaient de toute façon pas mourir de problèmes cardiaques, de cancers, d’overdoses, de maladies hépatiques et rénales terminales, d’accidents de voitures ou de suicides. Si nous prenions tous de la vitamine D3, le taux de mortalité serait bien en dessous de celui de la grippe saisonnière pour ce COVID19. J’ajouterai à ça de la Quercetine et du zinc pour que le taux de mortalité soit même encore inférieur.

Ceci est l’article du Dr Mikovits disant que quelques 50 millions d’Américains pourraient mourir de ce vaccin. Mains notez que n’y sont pas mentionnées les nanoparticules qui seraient bien plus dangereuses pour la santé humaine que les molécules régulières qui produisent les inflammations. Les hyper-inflammations peuvent causer de sérieuses maladies et la mort.

Dr Mikovits: Vaccine Could Kill Tens of Millions in America

https://vidrebel.wordpress.com/2020/10/13/dr-mikovits-vaccine-could-kill-tens-of-millions-in-america/

Bill Gates et son sourire sardonique…

https://vidrebel.wordpress.com/2020/07/06/bill-gates-smirked-will-people-die/

J’ai avancé que les merdias sont aussi méprisables que les politiciens et Big Pharma.

Matt Lauer faisait 25 millions de dollars par an pour lire le JT du matin sur NBC News. Il avait des travers vicieux. Il avait demandé qu’un bouton soit placé sur son bureau pour qu’il puisse ainsi verrouiller électroniquement des femmes du commun dans son bureau. Matt Lauer violait les femmes parfois si violemment que des ambulances devaient être appelées à son bureau de NBC News. Mais tout ça était avant le mouvement MeToo#

Whopping Tales Of The Mainstream

https://vidrebel.wordpress.com/2020/06/01/whopping-tales-of-the-mainstream

Je dois vous prévenir que nous allons vers une grande dépression qui sera pire que celle de 1933 aux Etats-Unis ou 1923 en Allemagne.

A quel point cette dépression sera t’elle terrible ?

https://vidrebel.wordpress.com/2020/11/13/just-how-bad-will-this-depression-get/

References: Je dois dire que lorsque j’ai d’abord vu cet article, j’ai décidé d’en reproduire des parties afin d’avertir les gens.

https://www.distributednews.com/475569.html

Leur source a été Children’s Health Defense

https://childrenshealthdefense.org/

= = =

Lectures complémentaires :

2020-09_Note-dExpertise-Vaccins-GM_C.Vélot-02_Traite-02

COVID_19_Synthèse_de_points_indiscutables_pour_mieux_débattre_

Notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

Vaccin SRAS-CoV-2… Ce qu’on ne vous dit pas

A lire et diffuser sans modération : Note grand public du Dr Velot sur les vaccins OGM
2020-09_Note-dExpertise-Vaccins-GM_C.Vélot-02_Traite-02

et aussi…

COVID_19_Synthèse_de_points_indiscutables_pour_mieux_débattre_

La_dissonance_cognitive

stoppons-les-delires-technotroniques-sept20

COVID 19_version finale 2020_08_25


« Nous saurons que notre programme de
désinformation est accompli lorsque
tout ce que croit le public américain est faux. »
~ William Casey, ex-direcreur de la CIA ~

Entretien avec le Dr Carrie Madej sur le vaccin CoV19

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 9 novembre 2020 by Résistance 71

Traduction de la transcription d’un entretien avec le Dr Carrie Madej, médecin interne des hôpitaux sur la situation et vaccination CoV19

Novembre 2020

voici une autre vidéo de Carrie Madej qui a été retranscrite en anglais https://www.kla.tv/17427

maintenant des gens commencent à retranscrire ses vidéos car ils savent que ses vidéos font peur et se font censurer très vite.

voici la traduction de la transcription de l’entretien avec le Dr Carrie Madej https://www.kla.tv/17427:

Le Dr Carrie Madej, médecin en médecine interne et ostéopathie, a dirigé pendant dix-neuf ans deux cliniques dans l’État de Géorgie, aux États-Unis. Très tôt, elle a été fascinée par les vaccinations, en particulier par le vaccin antitétanique, qui faisait l’objet d’une forte publicité. Étonnée et troublée par le fait qu’elle n’ait pas pu trouver un collègue qui ait réellement vu un « cas de tétanos », elle a commencé ses recherches. À sa grande surprise, elle a trouvé un additif dans le vaccin qui cause la stérilisation des femmes. [www.kla.tv/16254]

Son scepticisme à l’égard des vaccins s’est accru et le Dr Madej a entrepris de plus en plus de recherches dans le domaine de la vaccination. Ses recherches approfondies l’ont amenée à découvrir une technologie innovante dans les nouveaux vaccins contre le COVID-19 ; elle a donc tiré la sonnette d’alarme.

Le Dr Madej est devenue une dénonciatrice, mettant ses connaissances à la disposition du grand public sous forme de conférences, d’interviews et de vidéos. Sa vidéo : « Human 2.0 : Wake Up Call To The World » [voir en anglais ici : https://banned.video/watch?id=5f4d56c5838dfb0597dd8187%5D, s’est répandue comme une traînée de poudre sur Internet – jusqu’à ce qu’elle soit censurée par YouTube et d’autres sites similaires.

Le Dr Madej n’hésite pas à dévoiler sans relâche leurs intentions cachées.

Elle expose actuellement les objectifs que les gouvernements poursuivent, main dans la main avec l’industrie pharmaceutique et les géants technologiques tels que Google et Microsoft, afin de vacciner le plus rapidement possible l’ensemble de la population mondiale.

Notre correspondant Kla.TV a pu joindre le Dr Madej pour une interview. Ce qu’elle révèle dans cette interview est à la fois choquant et alarmant.

Mais voyez par vous-même quelles technologies et méthodes sont mises en place avec le vaccin contre COVID-19. Ses découvertes laissent supposer qu’une guerre massive touchant l’ensemble de l’humanité est en train de se dérouler, ce qui est incontestable.

Dan : Bonjour, Dr. Madej, merci d’avoir accepté l’interview !

Dr. Madej : Merci de m’avoir invité, Danny, c’est un plaisir d’être ici avec vous !

Dan ( faisant semblant d’être mouton qui croit à la propagande) : D’accord. Disons que je crois complètement à la maladie Covidienne et que je suis d’accord avec tous les protocoles qu’ils ont mis en place, je porte mon masque partout où je vais, j’ai une distance sociale. Et je suis d’accord avec les mesures de confinement, mais ils ont investi des milliards dans ce nouveau vaccin, de nombreuses entreprises sont en concurrence les unes avec les autres pour produire le plus sûr et le plus efficace. Je dis que nous devons prendre le vaccin et revenir à la normale. Qu’en dites-vous ?

Dr. Madej : Eh bien, je dis aux gens que nous devons vraiment faire une pause et y réfléchir très sérieusement, parce que ce vaccin ne ressemble à aucun autre vaccin ou médicament du passé qui fait l’objet d’une procédure accélérée.

Nous sautons les essais d’innocuité, nous sautons les essais sur les animaux, et les gens doivent savoir que ce n’est pas un vaccin sûr, qu’il n’a pas été prouvé qu’il est sûr.

Et moi, ainsi que mes autres collègues, nous nous demandons pourquoi ils sautent les essais sur les animaux.

La raison en est que les tentatives précédentes, au cours des vingt dernières années, d’essayer un vaccin similaire – parce que celui-ci est très différent – ont échoué dans les études sur les animaux.

Par exemple, dans le passé, lorsqu’ils ont administré ce type de vaccin à ARN messager modifié ou à ADN modifié, les animaux semblaient très robustes avec leur système immunitaire au début. Ça avait l’air d’être un succès ! Les taux d’anticorps ont augmenté dans les échantillons de sang et la réponse des cellules T s’est améliorée. C’est génial !

Mais, dans les études sur les animaux, ils font ce qu’on appelle un test de provocation. Ce n’est pas éthique dans les tests sur l’homme, mais seulement sur les animaux, ce qui signifie qu’après avoir obtenu un bon résultat avec les échantillons de sang, ils donnent aux animaux le virus ou la bactérie ou ils les exposent au virus ou à la bactérie. Et c’est à ce moment-là que nous avons vu beaucoup de problèmes se produire. À chaque fois, les animaux ont eu une réaction cytokine, une réaction inflammatoire, ce qui signifie que leur réaction s’est aggravée lorsqu’ils ont été exposés au virus ou à la bactérie. Ils étaient plus malades, ils avaient plus d’inflammation pulmonaire, plus de problèmes de foie, et plus de morts se produisaient. Donc, si cela se produisait, presque à chaque fois dans les précédents types de vaccins de cette nature, nous pourrions nous attendre à ce que cela arrive à celui-ci, celui-là même qu’ils essaient de nous introduire.

Alors, disons qu’ils nous donnent des vaccins : Au début, tout semble aller bien pour tout le monde, c’est vrai. Et puis, s’ils sont exposés au rhume, à la grippe, au CV 20 ou à tout ce qu’ils veulent, quelque chose de semblable au désastre qui s’est passé avant. Et je m’attends, tout comme mes collègues, à ce que les gens voient plus de décès, plus de morbidité, plus de problèmes – et, je le soupçonne, ils ne rejetteront pas la faute sur le vaccin, car les fabricants de vaccins n’ont aucune responsabilité pour le moment, ils se contenteront de dire : Eh bien, c’est la nature de ce nouveau virus qui est sorti. C’est la nature de ce nouveau virus qui est sorti. Ils le blâmeraient pour cela. Nous devons être très prudents car ce vaccin n’est pas sûr, sur la base des données dont nous disposons déjà, rien que cela !

(les conséquences du vaccin 2020 seront blamés sur un faux bouc émissaire, un nouveau virus 2021 mutant imaginaire dangereux)

De plus, ce vaccin est tout nouveau pour la race humaine. Il n’a jamais été dévoilé auparavant. Ils jouent avec l’ADN, l’ARN, le génome, les gènes, ce sont tous les mêmes types de mots à utiliser sur la même chose. Le génome est ce qui nous rend humains. C’est le modèle humain pour nous. Ce qui nous fait grandir, ce qui nous fait nous reproduire, ce qui nous fait évoluer, ce qui nous fait guérir, c’est tout ce dont le corps a besoin pour savoir quoi faire, d’accord.

Donc, lorsqu’ils manipulent cela de quelque manière que ce soit – un tout petit changement peut avoir un résultat désastreux. Il peut en résulter des cancers, des mutagenèses, des mutagènes et des troubles auto-immuns. Il pourrait donc en résulter des effets à long terme. C’est tout nouveau.

Or, les études ne sont pas faites correctement. Elles sont accélérées. Nous devons également nous pencher sur des études à long terme, dont aucune ne sera terminée avant octobre 2021. Cela signifie donc que, techniquement, nous serons tous au milieu d’une grande expérience lorsqu’ils lanceront le vaccin.

Tout d’abord, c’est incroyable. Cela nous ramène au code de Nuremberg de la Seconde Guerre mondiale. Nous ne devrions pas être soumis à des expériences sans notre consentement. Les gens doivent savoir : Nous sommes en plein milieu d’une expérience.

Dan : C’est vrai, et même en octobre 2021, ce serait assez rapide. Combien de temps faut-il généralement pour qu’un vaccin soit testé et que son innocuité soit prouvée ?

Dr. Madej : Une bonne étude – de bonnes études devraient durer dix à quinze ans. Maintenant, ils disent cinq ans. D’accord, mais quand même, cinq ans, c’est trop tôt, mais laissons-leur le bénéfice du doute. Même cinq ans, ce n’est pas ce que nous faisons. Nous le faisons en moins d’un an.

Dan : Moins d’un an. Et vous pouvez probablement parier qu’ils vont commencer à utiliser les militaires comme cobayes pour faire d’autres tests. Je me demande qui va recevoir ce vaccin en premier et s’ils vont commencer à l’exiger pour les voyages en avion et ainsi de suite.

Dr. Madej : C’est ça le problème ! Maintenant, nous sommes tous au milieu d’une grande expérience, nous ne savons pas ce qui va se passer, et j’aimerais rappeler aux gens que ce type de vaccin utilise une technologie appelée « Transfection ».

Et quand ils le font, c’est la même technologie qu’ils ont utilisée pour les organismes génétiquement modifiés.

Ainsi, les fruits et les légumes, les gens s’en rendent probablement compte, sont stériles – ils ne reproduisent généralement pas leurs propres graines – ce qui pourrait arriver à un humain.

De plus, ces légumes ne sont pas aussi sains, ils n’ont pas la composition nutritive qu’un fruit et un légume biologique normal et sain possède .

Si vous regardez les animaux génétiquement modifiés, ils ne vivent pas aussi longtemps, ils ont une durée de vie très courte

Donc, cela nous rendrait en fait génétiquement modifiés d’une certaine manière.

Et nous pourrions nous attendre aux mêmes choses, vous pouvez extrapoler cela aux humains. Nous devons vraiment nous arrêter et regarder cela.

L’excuse pour l’utilisation de ce type de vaccin est qu’ils peuvent le fabriquer très rapidement, le produire en masse et l’envoyer. C’est vraiment la raison, la seule raison qu’ils donnent pour l’utilisation de ce type de vaccin.

Dan : Eh bien, ils partent également du principe que le Covid lui-même est incroyablement dangereux. Êtes-vous d’accord que c’est – comme j’ai parlé à un ami il y a peu de temps et il a dit : « Oh, c’est dix fois plus mortel que la grippe ». Je ne vois pas ce chiffre, même dans les chiffres officiels.

Dr. Madej : Non, toutes les données vous montrent que ce n’est pas du tout aussi mortel. Le CDC, l’Organisation mondiale de la santé – tous ces groupes admettent qu’elle n’est pas aussi mortelle. Nous pouvons le mettre au même niveau que la grippe H1N1 et nous n’avons pas fermé le monde pour cela, n’est-ce pas ?

Et aussi, vous savez, les données sont très manipulées…

Dan : C’est vrai.

Dr. Madej : … et il y a beaucoup de faux chiffres qui circulent ici et avec autant d’erreurs, je ne pourrais pas dire que ce n’était pas… je crois : C’est intentionnel. C’est intentionnel d’augmenter les chiffres parce que lorsque vous avez – par exemple – l’État de Floride, qui a plus de 300 laboratoires (=laboratoires), qui ont rapporté 100% de résultats positifs – ce n’est pas une erreur, ce sont des laboratoires individuels. Et puis ils ont fait une enquête et ils ont trouvé que moins de 10 % étaient en fait positifs, et non 100 %. Il y a quelque chose qui se passe là-bas. Cela a été reproduit, non seulement aux États-Unis dans d’autres États, mais aussi dans d’autres pays du monde entier ! Attendez une minute, qu’est-ce qui se passe ici ? Nous voyons que tout se reflète dans le monde entier, d’accord, donc, il y a quelque chose de plus important qui se passe ici.

Vous savez, ce n’est pas seulement la manipulation des données, vous regardez comment les élltes ont investi beaucoup d’argent dans ce domaine. Il y a beaucoup d’argent à gagner. Et ce sont eux qui font pression pour ce vaccin, bien sûr ce sont les élites qui vont gagner de l’argent.

Et aussi, les gens doivent savoir que pources vaccins, nous n’avons aucun recours judiciaire légal si quelque chose nous arrive.

Ils n’ont aucune responsabilité, une responsabilité zéro.

Si vous mourez, si quelqu’un meurt, si quelqu’un est mutilé, si quelqu’un a des effets secondaires ou des maladies à long terme, tant pis : vous ne pouvez rien y faire.

Ils continuent à gagner tout leur argent, tout leur argent, et nous souffrons. En quoi est-ce juste, en quoi est-ce correct, en quoi est-ce bien ?

Pensez que vous avez eu l’autonomie de fabriquer n’importe quel produit que vous avez toujours voulu, vous n’avez pas à faire la recherche et le développement correctement, vous n’avez pas à faire les tests de sécurité, vous le mettez simplement sur le marché et vous pouvez gagner tout l’argent que vous voulez et rien ne vous arrive.

Imaginez cela !

Nous n’achèterions jamais une voiture [comme ça], mais vous feriez cela à votre corps ? Notre corps est plus précieux qu’une marchandise, qu’un produit.

Dan : C’est vrai. J’ai écouté votre entretien avec le Dr Kaufman (Dr Andrew Kaufman = docteur en médecine, licencié en biologie) hier et pourriez-vous nous le dire : Qu’est-ce que c’est que ce truc appelé luciférase et aussi, quel est le brevet de Bill Gates qui porte le numéro de la Bête ?

Dr. Madej : Oui… c’est ce qui m’énerve vraiment plus que le vaccin dont je parlais. C’est la technologie qui y est associée. Et donc, quand ils parlent de ce vaccin, ils sont tellement déterminés à faire en sorte que nous soyons tous vaccinés dans le monde.

Bill Gates a même dit qu’il voulait qu’au moins 7 milliards de personnes – c’est-à-dire le monde entier – soient vaccinées avant que nous puissions passer à la « nouvelle normalité ».

Pour s’en assurer, il ne fait pas confiance aux médecins ou à l’establishment médical. Il ne vous fait pas confiance, en disant que vous avez le vaccin. Vous allez devoir le prouver. Ils veulent te marquer, t’identifier avec un tatouage invisible qui va sous ta peau et qui pourrait être lu avec une application spéciale sur ton téléphone ou un autre appareil.

Et cela vous donnerait un identifiant unique.

D’accord ?

Donc pour moi, c’est comme si on vous marquait comme une vache.

Et ce n’est pas différent de ça.

Et cet identifiant contiendrait votre carnet de vaccination, votre dossier médical et d’autres informations.

Et ce qu’ils utilisent pour s’assurer que votre corps ne le rejette pas, c’est l’hydrogel et la nanotechnologie.

Il s’agit d’une invention très spéciale de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), une entité du ministère de la défense appelée « DARPA ». Et elle n’est pas rejetée par l’organisme. Et elle fait beaucoup de choses différentes.

Mais ils ont décidé de le breveter afin de pouvoir gagner plus d’argent, bien sûr, lorsqu’ils le breveteront. Et ils appellent cette ID « luciférase ». C’est une enzyme qui s’allume, ok. C’est donc le nom qu’ils lui ont donné : la luciférase. Je n’aime pas ce nom et je pense que c’est un nom terrible. Et ce serait votre marque, ce serait votre identifiant. Le problème avec ça, c’est qu’il y a beaucoup de choses.

Non seulement vous allez avoir cette marque, mais ils ont introduit, par hasard, le 26 mars 2020 ils ont introduit un brevet international et devinez qui a fait ça ? Bill Gates – c’est sa société Microsoft qui l’a introduit. Vous voyez les mêmes noms encore et encore.

Non seulement il peut faire de l’argent avec ce vaccin, mais il ne peut pas faire de l’argent juste avec cette luciférase.

Il peut faire de l’argent avec le brevet de cette luciférase – le numéro est 060606 – un brevet international dans le monde entier.

Et cela permettrait de connecter cette nanotechnologie, cet hydrogel, cette luciférase – qui vous connecterait au cloud, au 5G.

Cela fonctionnerait par le biais de votre smartphone et cela irait jusqu’au cloud.

Une fois dans le cloud, ces données sont accumulées. En fait, toutes vos données biométriques s’accumulent. Et ce numéro ID « lucféras », ces données seraient reliées à la monnaie cryptée.

Ainsi, votre corps deviendrait essentiellement leur marchandise.

Plus d’argent liquide, plus de cartes de crédit.

Vous voyez, comme c’est dangereux !

Parce que vous pouvez vous faire pirater n’importe quoi.

Nous savons que nos téléphones ont des problèmes, nos ordinateurs ont des problèmes.

N’importe quel appareil électronique peut être piraté.

Qui a dit qu’on ne pouvait pas se faire pirater notre corps à ce stade ?

Et si vous faites quelque chose que le gouvernement n’aime pas que vous fassiez, par exemple vous vous opposez à quelque chose ou vous êtes un fauteur de troubles. Peut-être qu’on vous retirera votre monnaie cryptée .

Dan : Cela semble trop fantasque pour être vrai. Mais le brevet sur la technologie 060606 existe. Il existe vraiment, il n’y a rien de conspiratoire là-dedans.

Dr Madej : Oui, et pas seulement cela, si vous regardez l’Afrique,

ils ont commencé à tester les adultes et les enfants avec cette technologie.

Mastercard et la Fondation Gates sont derrière tout cela.

Ils utilisent les données biométriques et l’identification de ces personnes, au moment où nous parlons, pour la vaccination.

Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie, ils sont déjà en train de la lancer en Afrique.

Dan : Maintenant, je suppose que vous connaissez la résolution 6666 de la Chambre des Représentants, la loi Trace ?

( commentaire non lié à l’interview entre Dan et 

Madej: House Resolution 6666. TRACE ACT. Covid-related bill passed to allow government to remove members of your household (your kids, spouse, grandparents… you) if suspected sick… get ready for #HR6666 and #FalsePositives to start trending. https://t.co/7SBGSQPCwLhttps://twitter.com/drbuttar/status/1258927073407586305 HR6666 will allow them into your home to force test and then take you or your kids. when are you going to have on people that will speak out against this insanity! you have over 8 million subscribers! what are you waiting for!? https://t.co/GmQi8DQ11O

On May 1, 2020 the US House introduced H.R. 6666. US House Introduces HR 6666 for forced Covid-19 testing in residences by contact tracers. This bill is intended to:

Authorize the Secretary of Health and Human Services to award grants to eligible entities to conduct diagnostic testing for COVID-19, and related activities such as contact tracing, through mobile health units and, as necessary, at individuals’ residences, and for other purposes.

This bill, should it become law, will give contact tracers the full legal right to come to your home and demand a test if you are shown to have come across any individual who has tested positive for COVID-19.

If you weren’t aware, your phone is being tracked to determine if you have been in the vicinity of anyone who has tested positive.

Should you test positive for coronavirus, even with the countless false positives being reported, you will be force-quarantined and potentially have your children removed from your home.)

Dr. Madej : Oui, oui !

Dan : Tu sais, si j’étais, si j’étais… Disons que c’est 1995, et que je suis un cadre d’Hollywood et que nous sommes au bureau, nous pensons à un scénario de film, et nous allons faire un film de science-fiction sur le futur où c’est une dystopie, où tout le monde est contrôlé tout le temps, et nous allons mettre en place un système appelé luciférase, qui va vous connecter à un cloud avec un identifiant à trois chiffres, et de plus, pour s’assurer que tout le monde fait cela et est suivi, nous allons ajouter quatre autres six.

C’est bizarre. Qu’est-ce qui se passe ? Cela devrait nous faire réfléchir.

Dr. Madej : En fait, si je lis le scénario, je dirais, oh c’est trop fou, personne ne va acheter ce film. Je ne considérerais même pas ce film ou ce scénario, comme si vous deviez le rendre un peu plus vague ou un peu plus intéressant.

Dan : crédible ?

Dr. Madej : Oui, exactement. Mais ils le font sous nos yeux et vous savez, je suis un enfant de Dieu, je crois, je suis un croyant de Jésus-Christ, je crois en Dieu, ok, et je crois aussi, et moi – nous – il y a des preuves, il y a des gens, qui sont des adorateurs sataniques, ils croient en Satan, ils croient en 666, ils croient au symbolisme. Et je crois, qu’ils pensent, qu’ils doivent nous dire ce qu’ils font avant de le faire.

Il y a quelque chose qui ne se passe pas seulement dans le domaine physique, mais aussi dans le domaine spirituel, je le crois.

Et si vous regardez autour de vous, vous verrez le symbolisme partout si vous choisissez de regarder cela. Quelles sont les coïncidences de l’utilisation de ces chiffres, quelles sont – je ne crois pas que ce soit une simple coïncidence. Pourquoi cela se produit-il dans le monde entier, pas seulement dans un pays, vous pourriez dire, il y a de la corruption dans un pays, mais cela se produit dans le monde entier. Et si vous regardez les mêmes noms qui reviennent sans cesse, la Fondation Gates, Bill Gates à chaque fois, c’est lui qui profite de nous. Et en Afrique, en Inde, il est connu pour avoir paralysé et/ou tué environ 500 000 enfants. Il l’a fait sans consentement éclairé, il leur a menti, et il s’en est quand même tiré, il ne lui est rien arrivé.

Pourquoi pensez-vous qu’il ferait quelque chose de différent pour nous, pour les autres ?

Il croit aussi à la dépopulation, il croit à l’eugénisme, il vient de cette lignée familiale.

Il pense que nous sommes trop nombreux, il veut réduire le troupeau.

Les gens, réveillez-vous ! Cet homme ne veut pas que nous vivions tous sur la terre !

Il l’a dit à de nombreuses reprises et de différentes manières, ses antécédents l’ont prouvé, et il n’est pas un scientifique, il n’est pas un médecin, il n’est pas un épidémiologiste.

Pourquoi lui donnons-nous ce pouvoir ? Il a tout à gagner et nous avons tout à perdre.


Bill « la piquouze » engrange le flouze…

Dan : C’est vrai. Il y a un point sur les tests que j’ai oublié de demander et je veux y revenir. Je suis un peu confus sur ce qu’est une lecture faussement positive, etc. Mais ce qui me frappe, c’est ceci : nous avons ces courbes qui ont commencé à descendre en avril ou mai et le taux de mortalité est descendu à près de zéro ; c’est comme si nous étions au-dessus de zéro, c’est vrai. Soit les tests sont légitimes et les cas sont en augmentation. Cela signifie que le nombre de cas augmente, que le taux de mortalité est stable et très faible, que le virus lui-même est moins mortel chaque jour, ce qui est une bonne chose. Soit il s’agit de faux positifs, ce qui signifie que nous n’avons pas vraiment de cas. Donc, d’un côté comme de l’autre, n’est-ce pas une victoire pour : revenons à la normale ?

Dr. Madej : Oui, vous faites preuve de bon sens, et je suis tout à fait d’accord avec vous. Il n’y a pas lieu de prendre des mesures d’urgence pour le moment.

Pourquoi sommes-nous toujours en état d’urgence, techniquement nous le sommes toujours. Pourquoi est-ce que cela se produit ?

Non, il n’y a pas de raison d’agir en urgence.

Il y a beaucoup d’avocats qui essaient de porter cela devant les tribunaux, parce que nous ne devrions pas être en état d’urgence.

Et je dois dire que le test PCR n’a jamais eu pour but de diagnostiquer qui que ce soit. Il ne prenait qu’un minuscule morceau d’ADN et vous l’amplifiez. En fait, vous le rendez plus nombreux afin de pouvoir l’analyser et l’examiner. Ainsi, ce que vous regardez n’est qu’un minuscule morceau – cela signifie que ce morceau peut provenir de beaucoup de choses différentes : il peut provenir du rhume, il peut provenir de la grippe.

Et nous avons vu que cette séquence provient du chromosome 8 du corps humain, ce qui signifie que si vous l’amplifiez suffisamment, je suppose que nous serons tous positifs.

Et chaque laboratoire effectue un type d’amplification différent. Il n’y a pas de processus standardisé ici.

C’est de la folie. Donc techniquement, il faut être un scientifique pour le réaliser ou le comprendre, si vous utilisez un test PCR d’une certaine manière, techniquement, presque tout le monde peut devenir positif.

Cela ne signifie pas vraiment qu’ils sont positifs pour cette infection, ok – parce que ce n’est qu’un tout petit morceau qu’il prend.

C’est donc très préoccupant. Tant de médecins et de scientifiques ont pris la parole et ils sont censurés et étouffés. Ce n’est pas de la bonne science, ce n’est pas de la bonne médecine que nous pratiquons en ce moment.

Dan : Avez-vous vu la citation d’Elon Musk l’autre jour, c’était hier.

Dr. Madej : Non, qu’a-t-il dit ?

Dan : Vous savez, je ne sais pas quoi penser de Elon Musk. Parfois, je pense qu’il fait partie de ce mouvement transhumaniste. D’un autre côté, il dit des choses très raisonnables de temps en temps. Au début, il a exprimé, il pensait que c’était une réaction excessive, tout le truc du COVID était une réaction excessive. Il a dit qu’il n’y avait aucune raison de fermer l’économie, de mettre en quarantaine, etc. Et puis, il en est arrivé au point où l’interviewer a dit « Ok, bien, il semble que nous ayons une réponse à tout cela. Il y aura un vaccin qui sortira », et il (Elon Musk) dit : « Je ne le prends pas ! ». Et l’interviewer, elle est choquée, c’est vrai. Je ne pense pas que l’interview était censée se dérouler de cette façon. Et il dit : « Non, je ne le prends pas et je ne le donne pas à ma famille ». Elle dit : « Pourquoi pas ? », et il répond : « Aaa parce que ce n’est pas assez dangereux pour moi et certainement pas assez dangereux pour mes jeunes enfants ». J’ai pensé que c’était un signe positif.

Dr. Madej : Oui, il m’embrouille aussi, je suis d’accord avec vous. Parce qu’il dit cela ; et d’un autre côté, il croit en la transhumanisation, que nous devrions fusionner avec les cyborgs, et ne faire qu’un avec l’IA (intelligence artificielle). Mais aussi, peut-être que c’est une question financière qui l’a poussé à dire cela. À cause de ses usines. Il perd de l’argent dans ses usines en ce moment : elles ne fonctionnent pas à pleine capacité. J’ai donc le sentiment que cela pourrait avoir un rapport avec son gain monétaire. Mais j’ai entendu dire qu’il s’est lui aussi lancé récemment dans l’industrie des vaccins. Il est donc contradictoire, vous savez. Je ne sais pas quoi faire de lui.

Dan : Moi non plus. Mais j’ai récemment vu une photo de lui aux côtés de Ghislaine Maxwell, et c’est suffisant pour que je l’oublie presque, vous savez ?

Dr. Madej : Oui, je ne lui fais pas confiance.

Dan : Non, oui.

Eh bien, cela a été très instructif et informatif et… oh ! Une chose que je voulais vous demander avant que nous terminions, c’est Qu’est-ce que la loi sur la protection civile ?

Dr. Madej : Oui. Cette loi a donc été adoptée, je pense, vers février 2020. Et celle-ci a donné l’immunité aux fabricants de vaccins contre toute responsabilité. Parce qu’ils voulaient les encourager à produire leurs vaccins le plus rapidement possible et ne pas avoir peur des répercussions des effets néfastes du vaccin, parce que, vous savez, si des gens tombaient très malades et mouraient, ils ne voulaient pas perdre d’argent.

Et donc pour les protéger, ils les ont couverts avec cela. C’était donc une partie de l’acte.

Dan : Je pensais qu’en 1986, d’après ce que j’ai entendu de RFK. Junior qu’il y avait déjà une immunité pour les vaccins. Qu’est-ce que c’était ? C’était juste un pas de plus ?

Dr. Madej : C’est pour les protéger vraiment. C’était un langage très fort, d’accord, c’était comme faire double emploi. Parce qu’avec la loi de 1986 – au sein du système judiciaire – vous avez reconnu qu’il y avait des problèmes liés aux blessures causées par les vaccins, alors ils ont donné un peu, une cour spéciale pour eux. D’accord, donc, dans ce tribunal spécial, vous pouvez toujours poursuivre et obtenir de l’argent pour les dommages causés par le vaccin. Cependant, cette loi d’urgence supprimerait également ce tribunal.

Dan : D’accord. C’est vrai. Bien, je suppose que j’ai une dernière question pour vous. Je pense que je connais la réponse, mais faites comme si c’était un de vos amis, ou votre mère, ou je ne sais pas qui. Et elle me dit : « Eh bien, Carrie, vas-tu te faire vacciner ?

Dr. Madej : Absolument pas. En fait, je ne vais pas me faire vacciner. Je n’ai pas du tout confiance en eux. Pas à ce stade.

Nous avons perdu toutes nos mesures de sécurité, nos freins et contrepoids ont disparu.

Absolument pas. J’accorde trop d’importance à mon corps et à ma souveraineté.

Dan : Maintenant la deuxième fausse vague arrive, nous le savons, ils vont faire du battage médiatique sur chaque affaire qui se présente, ils vont essayer de nous fermer à nouveau, c’est mon opinion. Avez-vous un dernier mot à dire aux gens : À quoi devrions-nous penser à l’approche de la saison automnale de la grippe ?

Dr. Madej : Je refuserais également le vaccin antigrippal ordinaire parce qu’il contient des ingrédients qui n’ont pas été testés pour être sûrs. Et par le passé, lorsque les gens se faisaient vacciner contre la grippe, lorsqu’ils étaient confrontés à une souche étrange comme le H1N1, la grippe porcine, le Covid 19, leur réaction s’est aggravée, ils ont en fait fait pire que la personne qui n’avait pas été vaccinée. Je ne leur fais pas du tout confiance et nous avons des études qui montrent que c’est vrai. J’aimerais dire aux gens que tant que nous n’aurons pas une enquête indépendante menée par des scientifiques et des médecins internationaux du monde entier sur les vaccins eux-mêmes, je ne leur ferai pas confiance.

Dan : Vous avez donc très peu confiance dans le vaccin contre la grippe, et encore moins dans le prochain vaccin Covid ?

Dr. Madej : Absolument, c’est exact.

Dan : D’accord. Dr. Madej, je vous remercie beaucoup d’avoir pris votre temps aujourd’hui, pour nous parler et j’espère que nous pourrons nous revoir un jour.

Dr. Madej : Danny, merci de m’avoir reçu. C’est un plaisir.

https://www.kla.tv/17427

= = =

Notre page : « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »


L’eugénisme en marche…

Coronavirus : Vaccin COVID19 nocivité et contrôle mondial de la population

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 6 octobre 2020 by Résistance 71


Avec Bill « la piquouze »
Big Pharma engrange le flouze

A aussi lire et regarder

Petits précis utiles sur le vaccin COVID19

Anonyme

6 octobre 2020

Les vaccins contre les coronavirus ont provoqué une inflammation pulmonaire et la mort

Voici pourquoi Bill Gates veut une indemnité… Êtes-vous prêt à prendre le risque ?

Au début, l’expérience semblait réussie car tous les animaux ont développé une réponse anticorps robuste au coronavirus. Cependant, lorsque les scientifiques ont exposé les animaux vaccinés au virus sauvage, les résultats ont été terrifiants. Les animaux vaccinés ont souffert de réactions hyper-immunes, notamment d’une inflammation dans tout leur corps, en particulier dans leurs poumons. Les chercheurs avaient observé cette même « réponse immunitaire renforcée » lors des essais sur l’homme des tests de vaccin anti-VRS qui avaient échoué dans les années 1960. Deux enfants sont morts.

Étude de 2012 : L’immunisation par les vaccins contre le coronavirus du SRAS conduit à une immunopathologie pulmonaire en défi avec le virus du SRAS.

« Toutefois, la provocation de souris ayant reçu l’un des vaccins a entraîné l’apparition d’une immunopathologie de type Th2, ce qui suggère une hypersensibilité aux composants du coronavirus du SRAS.

vidéo censuré

https://youtu.be/RzFP4yzZzII

Pourquoi les plus grands promoteurs de vaccins au monde, comme Paul Offit et Peter Hotez, nous mettent frénétiquement en garde contre les dangers uniques et effrayants inhérents au développement d’un vaccin contre les coronavirus ?

Les scientifiques ont tenté pour la première fois de mettre au point des vaccins contre les coronavirus après l’épidémie de SRAS-CoV de 2002 en Chine. Des équipes de scientifiques américains et étrangers ont vacciné des animaux avec les quatre vaccins les plus prometteurs. Au début, l’expérience a semblé réussie, car tous les animaux ont développé une réponse anticorps robuste au coronavirus. Cependant, lorsque les scientifiques ont exposé les animaux vaccinés au virus sauvage, les résultats ont été terrifiants. 

Les animaux vaccinés ont souffert de réactions hyper-immunes, notamment d’une inflammation dans tout leur corps, en particulier dans leurs poumons. Les chercheurs avaient observé cette même « réponse immunitaire renforcée » lors des essais sur l’homme des tests de vaccin anti-VRS qui avaient échoué dans les années 1960. Deux enfants sont morts.

Dans cette séquence vidéo censurée, Offit, Hotez et même Anthony Fauci (dans un moment non surveillé), avertissent que tout nouveau vaccin contre le coronavirus pourrait déclencher des réactions immunitaires mortelles « amélioration du vaccin » lorsque les personnes vaccinées entrent en contact avec le virus sauvage. Au lieu de procéder avec prudence, Fauci a fait le choix imprudent d’accélérer la mise au point de vaccins, partiellement financés par Gates, sans études critiques sur les animaux avant de passer à des essais cliniques sur l’homme qui pourraient fournir un avertissement précoce d’une réaction immunitaire fugitive.

M. Gates (dans la vidéohttps://youtu.be/RzFP4yzZzII CENSURE) est tellement préoccupé par le risque d’effets indésirables qu’il affirme que les vaccins ne devraient pas être distribués tant que les gouvernements n’auront pas accepté d’être indemnisés en cas de poursuites judiciaires. Le 4 février 2020, selon le site web des Centers for Disease Control (CDC), il n’y avait que 11 cas de CV actifs aux États-Unis, et pourtant les États-Unis ont discrètement fait adopter des réglementations fédérales donnant aux fabricants de vaccins contre les coronavirus une immunité totale contre toute responsabilité.

https://fort-russ.com/2020/04/the-gates-of-hell-proven-coronavirus-vaccines-caused-lung-inflammation-and-death/

Le nouveau vaccin n’a que 50% de chances de fonctionner car le virus est en train de disparaître, selon le Groupe Oxford soutenu par Bill Gates https://fort-russ.com/2020/05/failure-new-vaccine-has-only-50-to-work-because-virus-is-disappearing-says-bill-gates-backed-oxford-group/

Taux d’accidents de 100% chez les sujets ayant reçu le vaccin Covid-19 du groupe Vax au Royaume-Uni soutenu par Bill Gates

Le vaccin à protéines dopées de l’Oxford Vaccine Group (OVG) était sur une voie encore plus rapide que celle de Moderna. En mai, Melinda Gates a prédit qu’il serait prêt à l’emploi avant la fin de l’année 2020. Les responsables d’Oxford et du Royaume-Uni ont promis 30 millions de doses d’ici septembre.

POUR EN SAVOIR PLUS : CATASTROPHE : 20% des sujets humains testés sont gravement blessés par le vaccin contre le coronavirus de Moderna soutenu par Gates-Fauci https://fort-russ.com/2020/05/catastrophe-20-of-human-test-subjects-severely-injured-from-gates-fauci-coronavirus-vaccine-by-moderna/

Le 24 avril, les scientifiques de l’OVG ont annoncé que des études sur les macaques avaient prouvé l’efficacité du vaccin. L’OVG a rapidement recruté 510 volontaires sains pour des essais sur l’homme. Les données brutes publiées cette semaine révèlent que l’équipe de l’OVD a menti.

Tous les macaques vaccinés ont été malades après avoir été exposés au COVID-19. Eleanor Riley, de l’université d’Edimbourg, a déclaré à Forbes que le vaccin ne fournissait pas « suffisamment » d’anticorps pour prévenir l’infection et l’excrétion virale. Les singes vaxxés propagent la maladie aussi facilement que ceux qui ne sont pas vaccinés.

L’OVG est politiquement câblé. Le développeur principal, Andrew Pollard, jongle avec des conflits scandaleux qui lui permettent d’autoriser, d’enregistrer et de rendre obligatoires ses propres vaccins non testés pour les masses. Les contacts politiques d’Andrew Pollard lui ont permis de gagner 110 millions de dollars en subventions gouvernementales pour son vaccin.https://fort-russ.com/2020/05/second-disaster-100-injury-in-subjects-from-gates-backed-covid-19-vaccine-uk-vax-group-fails/

Des scientifiques parlent d’infecter délibérément des gens avec le covid avant de les faire participer au test des vaccins

C’est la preuve qu’il n’y pas de vrais positifs au covid, s’ils parlent de vouloir délibérément contaminer des gens

https://fort-russ.com/2020/05/scandal-uk-scientists-want-to-give-coronavirus-to-healthy-volunteers-in-vaccine-hunt-citing-too-few-real-cases/

Moins de 12 heures après la vaccination, Hayden a souffert de douleurs musculaires, de vomissements, a eu une fièvre de 103,2 et a perdu connaissance. Sa petite amie l’a rattrapé alors qu’il tombait. Son superviseur du procès Moderna a demandé à Haydon d’appeler le 911 et l’a décrit comme étant « le plus malade de sa vie ». Moderna a laissé croire à Haydon que la maladie n’était qu’une triste coïncidence sans rapport avec la piqûre. Moderna n’a jamais dit à Haydon qu’il souffrait d’un événement indésirable. « Le communiqué de presse de Moderna a été le premier que j’ai entendu parler des 3 EI dans le groupe à forte dose. » Haydon a avoué aujourd’hui sur Twitter, « Plus tard, une étude a confirmé que ce qui m’est arrivé était un événement indésirable. »

Tout en cachant cette vérité, Moderna a encouragé Haydon à apparaître à la télévision pour tromper le public et ses actionnaires en déclarant que les essais du vaccin COVID de Moderna étaient un succès retentissant.

Le 7 mai, M. Haydon a fait part de ses réactions à Sanjay Gupta (de CNN) lors d’une pré-interview. Les deux hommes ont convenu de garder cette mauvaise nouvelle secrète lorsqu’il est passé à l’antenne. Cet accord corrompu témoigne de l’état pathétique du journalisme à CNN.

Fauci et Gates poursuivent leur plan visant à canaliser un demi-milliard de dollars du contribuable dans leur projet de vanité téméraire pour créer 30 millions de doses d’ici novembre et 2 milliards en un an fabriquées aux États-Unis et en Suisse.https://fort-russ.com/2020/05/catastrophe-modernas-corona-vacc-test-subject-ian-haydon-suffers-major-illness/

Les « experts » américains en matière de pandémie affirment que même avec le vaccin, nous serons obligés de changer complètement notre mode de vie (garder la politique de confinement, distanciation, masque, tests), ce qui rend le développement du vaccin discutable. La question est de savoir pourquoi nous aurions même besoin d’un vaccin si le virus est là pour rester « pour toujours »?

https://fort-russ.com/2020/07/report-us-virus-experts-claim-even-with-vaccine-we-will-be-dealing-with-this-forever/

Le virus covid a plus d’affinité avec les humains qu’avec les animaux, c’est donc la preuve qu’il a bien été créé en laboratoire, et ne vient pas des animaux, comme le dit l’OMS qui a qualifié le coronavirus comme un virus zoonotic et veut confiner les humains dans les smart cities , les séparer de la nature des animaux, s’accaparer de 30% de la planète, chasser tous les indigènes qui vivent à côté des animaux à cause de ce mensonge

https://fort-russ.com/2020/05/major-researchers-uncover-new-evidence-showing-covid-19-was-lab-created/

Les 2 directeurs de Moderna vendent 30 millions de stock juste avant l’annonce médiatique que leur vaccin a causé 20% de blessés parmi des gens cobayes en très bonne santé

https://fort-russ.com/2020/05/crooks-two-moderna-executives-sold-30-million-of-stock-before-truth-about-vaccine-trial-failure-was-uncovered/

https://fort-russ.com/2020/05/catastrophe-20-of-human-test-subjects-severely-injured-from-gates-fauci-coronavirus-vaccine-by-moderna/

Les scientifiques n’osent pas risquer la vie des animaux avec les vaccins, alors ils veulent utiliser les humains directement comme cobayes à la place…

C’est la mentalité végan, la vie des animaux vaut mieux que les humains

Les humains peuvent être cobbayes des vaccins mais pas les animaux

https://www.statnews.com/2020/03/11/researchers-rush-to-start-moderna-coronavirus-vaccine-trial-without-usual-animal-testing/

= = =

Voir notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

« Vaccin COVID, ARNm, Hydrogel et luciférase, cocktail transgénique ? »


Vaccin et eugénisme… La fine équipe aux manettes

Santé: Nouvel épisode de la dictature vaccinale…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, désinformation, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2016 by Résistance 71

Lire notre dossier « santé et vaccins » sur Résistance 71

 

Vaccins le dernier coup de poignard de Marisol Touraine

 

Jean-Marc Dupuis

 

Décembre 2016

 

Source: Santé Nature & Innovation

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

 

Cette fois, je me suis dit que la folie s’était emparée des autorités de santé.

 

Mercredi dernier, le 30 novembre, après une année de pseudo « consultations démocratiques », le comité sur la vaccination a rendu son rapport, dans lequel il préconise de :

faire passer de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les nourrissons (plus les rappels) [1].

Cela ressemble au dernier coup de poignard de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Ainsi, dans son esprit :

  • puisque les gens demandent le retour du bon vieux vaccin DT-Polio sans aluminium ;
  • puisqu’ils n’ont pas l’air contents qu’on injecte à la place à leurs bébés un super-vaccin avec aluminium et trois vaccins non obligatoires supplémentaires,

alors la solution la plus simple, selon elle, est de :

  • rendre obligatoires tous les vaccins présents dans le super-vaccin
  • et, tant qu’on y est, rendre obligatoires encore cinq vaccins supplémentaires (pneumocoque, méningocoque C et triple vaccin ROR).

Un tel abus de pouvoir paraîtrait déjà inimaginable.

Et pourtant, ce n’est pas tout.

Ce n’est pas tout

Pour nous « assaisonner » jusqu’au bout, le comité recommande de :

mettre à la charge de la collectivité (c’est-à-dire vous et moi) les inévitables accidents qui découleraient de la généralisation des vaccins, par un « régime d’indemnisation pris en charge par la solidarité nationale », plutôt qu’à celle de l’industrie pharmaceutique (voir page 32 du rapport) ;

« la mise en œuvre sans délai de l’ensemble de ces recommandations » afin de ne pas nous laisser le temps de réagir (page 32 du rapport) ;

envisager le « changement de statut » – c’est-à-dire rendre obligatoire- du très controversé vaccin contre le papillomavirus (contre le cancer du col de l’utérus), et même d’étendre la vaccination « aux jeunes garçons » (page 33 du rapport) !

Que cherchent-ils à faire ?

À mettre le feu aux poudres ?

À déclencher un sentiment d’injustice et de révolte, et perdre le peu de crédibilité qui leur reste ?

Une vaste mascarade

Déjà, la crédibilité de cette consultation prétendument « démocratique » sur les vaccins avait été ébranlée en février lorsqu’un haut fonctionnaire avait claqué la porte du ministère de la Santé.

Ancien diplômé de Sciences-Po Paris, secrétaire général de la Conférence nationale de santé (CNS), Thomas Dietrich a démissionné pour dénoncer la « vaste mascarade » que constitue la « démocratie en santé » [2].

Il dénonçait, en particulier, le fait que le débat public sur la vaccination ait été confié à un institut faussement démocratique, fondé en 2015 et géré par une des anciennes conseillères de Marisol Touraine, l’Institut pour la démocratie en santé.

« Il lui fallait s’assurer que la démocratie en santé serait à sa botte », a-t-il expliqué au sujet de Marisol Touraine, selon « la volonté de la ministre de cadenasser l’ensemble des moyens d’expression de la démocratie en santé ».

De son côté, le quotidien Libération s’étonnait que « l’élaboration de cette parole citoyenne s’est faite en l’absence de toute publicité [3] ».

Je vous le confirme : au cas où vous vous seriez posé la question, je n’ai pas eu la possibilité de participer à ces débats prétendument ouverts, et personne dans mon entourage non plus !

La voix de son maître

Je n’ai pas été surpris de constater que les conclusions de la « consultation citoyenne » sur les vaccins reflétaient dans les plus menus détails la position personnelle de la ministre Marisol Touraine, qui avait fameusement déclaré : « La vaccination, ça ne se discute pas [4]. »

Néanmoins, je ne m’attendais pas à une telle agressivité, une telle hâte d’aller à l’encontre de la volonté des citoyens, un tel manque de respect pour les légitimes préoccupations de la population.

(la suite ci-dessous)

 

Les remèdes que votre médecin ne vous propose pas…

Que ce soit par manque de formation ou par conviction, de nombreux médecins ne proposent pas toutes les solutions à leurs patients pour soulager leurs douleurs et soigner les maladies liées à l’âge. Il existe pourtant des solutions pour vous aider à vivre en bonne santé longtemps… Rendez-vous ici pour en savoir plus.

Suite de la lettre de ce jour :

Personne ne souhaite le retour des grandes épidémies. Personne ne souhaite exposer ses enfants à des maladies. Il est faux également de taxer de dangereux « antivaccins » les personnes qui interrogent la politique vaccinale française.

Nous nous rappelons tous que, lorsque nous avons demandé le retour du vaccin DT-Polio avec l’IPSN et le professeur Joyeux, les accusations « d’antivaccins » n’ont pas tardé à fuser.

Cela ressemblait à une tactique pour empêcher le débat. Pourtant, aucun acte médical n’est anodin et ce n’est pas un crime que de réfléchir et de débattre.

Au contraire, selon la loi Kouchner du 4 mars 2002, « aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne ».

Est-on encore libre si l’État vous menace de rétorsion, d’exclusion, de répression en cas de désaccord ?

Ce n’est pas ma définition de la liberté.

Il est logique, normal et sain de se poser des questions avant de vacciner contre l’hépatite B et le papillomavirus des petits enfants qui n’ont aucun risque d’attraper ces maladies.

Quant aux autres, c’est à voir au cas par cas. Dès qu’on aborde le sujet des vaccins, on agite le chiffon rouge du retour des grandes maladies infectieuses, des hécatombes. On oublie un peu vite que :

  • les pays qui n’ont aucune vaccination obligatoire n’ont pas plus d’épidémies que la France (l’Allemagne et l’Espagne notamment) ;
  • la fin de l’obligation de vacciner contre la tuberculose n’a donné lieu à aucune recrudescence de la maladie chez les enfants.

Dernier coup de poignard de Marisol Touraine : agissez pour l’en empêcher

La question est de savoir maintenant si Marisol Touraine va oser mener l’offensive jusqu’au bout pour faire passer dans la précipitation ces nouvelles obligations vaccinales.

Sachant que les élections sont dans six mois et qu’elles signeront de façon presque certaine la fin de son ministère, il est à craindre, en effet, qu’elle ne tente de passer en force.

D’un autre côté, cette affaire de « rapport sur les vaccinations » était certainement pour elle aussi un moyen de sonder l’opinion, et de tester les résistances.

C’est pourquoi nous devons nous mobiliser, chacun à son niveau, pour manifester haut et fort notre totale opposition à ces procédés indignes d’une démocratie.

Une immense mobilisation citoyenne doit avoir lieu pour protester contre ces mesures dangereuses et injustes. Je sais que l’Institut pour la protection de la santé naturelle est sur le coup. Ses pétitions ont régulièrement dépassé le million de signatures.

Mais il ne faut pas qu’il soit seul à réagir. Le mouvement doit être divers, solidaire, multiple, et atteindre si possible plusieurs millions de personnes, stoppant net ce dernier « coup de poignard » de Marisol Touraine.

J’appelle tous les citoyens à réagir. Montrons-lui que nous ne sommes pas des moutons. Et que nous sommes aussi nombreux que déterminés !

Envoyez-moi vos initiatives (rassemblements, lettres ouvertes, manifestations, pétitions) en cliquant ici. Je les relayerai auprès de tous les lecteurs de Santé Nature Innovation.

Je compte sur vous.

Tous ensemble, nous pouvons changer le cours de l’histoire !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis