Archive pour santé vaccins et eugénisme

Ce qui nous est promis (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologie, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 24 février 2021 by Résistance 71

“Ce n’est plus un 1830 ni un 1848, [1871] c’est le soulèvement d’un grand peuple qui veut vivre libre ou mourir.”
~ Manifeste de la mairie du 18e, 1871 ~

“Temps futurs, vision sublime ! (Victor Hugo)

Ce qui nous est promis

Résistance 71

24 février 2021

Avec plus d’un an maintenant de recul possible sur cette “crise sanitaire” du SRAS-CoV -2 donnant ce qui a été appelé la COVID-19, acronyme pour COronaVIrusDisease-2019 en anglais, “disease” voulant dire “maladie”, que savons nous ?


Science COVID : Zo + Meu = Ga.ZoBu

Pour la partie sanitaire, nous savons que :

  • Le SRAS-CoV-2 n’est pas naturel et a été créé en laboratoire entre 2006 et 2015
  • La maladie qui en résulte est une infection aigüe sévère des voies respiratoires et des poumons qui peut avoir de graves conséquences chez les personnes infectées ayant une déficience immunitaire avérée naturelle (personnes âgées de plus de 70-75 ans) ou présentant de multiples facteurs dits de co-mortalité (plus d’une maladie connexe) ou les deux. Cette maladie est assez contagieuse mais très peu létale avec un taux de mortalité similaire à celui de la grippe saisonnière, essentiellement chez les personnes symptomatiques présentant les caractéristiques ci-dessus mentionnées
  • Certains médicaments existants et peu onéreux sont efficaces pour son traitement dans un protocole thérapeutique sous contrôle médical
  • La décision de l’OMS de déclarer la “pandémie” tient du fait de la prévalence actuelle de la science des modèles informatiques sur la science de l’observation des faits, c’est à dire sur une science de l’extrapolation mathématique chiffrée par algorithmes falsifiable à souhait, contre une science de l’observation naturelle et de l’analyse des faits empiriques. Ce travers vaut également pour toute la polémique (pseudo) scientifique sur le réchauffement climatique anthropique. La science des “modèles” est une science de la falsification, qui sert parfaitement l’agenda oligarchique selon ses besoins
  • Le test RT-PCR (Real Time Polymerase Chain Reaction) reconnu standard par l’OMS, n’est pas efficace dans le dépistage thérapeutique de surcroit au-delà de 20 cycles d’amplification, créant une masse potentielle de faux positifs à l’infection et rendant les chiffres officiels publiés du nombre de personnes infectées plus que suspicieux
  • Le port du masque généralisé aux plus de 99% de population saine est une mesure inutile et contre-productive
  • Jamais dans l’histoire de la médecine, une épidémie n’a été contrôlée par le confinement d’une population entière, mais par celui des malades et des proches infectés en les soignant
  • La priorité demeure le diagnostic et la pratique médicale, c’est à dire de SOIGNER les malades avec tous les moyens efficaces reconnus et disponibles. Pour ce faire il convient de laisser les médecins faire leur métier et de leur laisser la liberté de prescrire dans les stades précoces de la maladie, chose qui leur a été interdite de faire. A l’analyse, ceci constitue un crime contre l’humanité
  • En conséquence, il est inepte de se référer exclusivement à une méthodologie préventive sous la forme de la vaccination pour une maladie virale qui ne tue que 0,5% des personnes infectées et dont les causes virales sont connues pour être particulièrement aptes à l’adaptation par voie de mutation constante
  • La “solution” apportée se dévoile sous la forme d’une thérapie génique ou vaccin chimérique à ARN messager (ARNm) aux tests douteux voire quasi inexistants, technique qui n’a jamais auparavant été employée sous cette forme et à cette échelle et qui présente un sérieux potentiel de nuisance sur la santé publique à court, moyen et long termes
  • Il n’y a pas eu de “surmortalité” en 2020 en accord avec les chiffres de l’INSEE. Non seulement ça, mais aussi qu’une surmortalité dans la tranche d’âge des plus de 60 ans devient normal avec l’arrivée massive en fin de vie des “baby boomers”, ces personnes nées dans l’immédiat après seconde guerre mondiale, ce avec ou sans COVID
  • Il existe quelques variants / mutants de la maladie (notamment variants dits « anglais » et « sud-africain ») qui sont plus contagieux, mais moins létaux


Croque-mitaine : d’Al Qaïda à Bébert Corona

Pour la partie décisionnaire (politique) de la gestion de la “crise”, nous savons que :

  • Tout et son contraire a été dit et fait
  • Les voix de la raison médicale et scientifique ont été ignorées pour ne mettre en place qu’une vision biaisée de la situation et une doxa coercitivement maintenue en place
  • La politique de la peur a très vite pris le dessus sur la raison, ce suivant un agenda liberticide bien précis
  • L’imposition à la masse des populations de mesures “sanitaires” des plus contraignantes a plus d’effets néfastes que bénéfiques tant sur un plan physique que psychologique et social
  • Très tôt, seules les voix “d’experts” des gouvernements ont prévalu, “experts” qui le plus souvent se sont avérés être en conflit d’intérêt avec le bien et la santé publics
  • Il s’avère que l’organisme international qui a décrété la “pandémie” mondiale, l’OMS, est contrôlé (financièrement) par les “dons” d’un milliardaire de l’informatique et sa fondation omniprésente dans bon nombre de scandales vaccinaux dans le monde
  • Les mesures de restriction “sanitaire” planétaires ont contribué directement à l’effondrement de pans entiers de secteurs économiques comme le tourisme et autres industries de service et industriels dans le monde entier
  • La richesse en conséquence ne fait que se concentrer toujours plus en de moins en moins de mains et de vastes segments des populations des pays développés sont entrés en précarité critique
  • Il s’est instauré une véritable dictature sanitaire planétaire dont les cerbères sont les médias propriétés de grands groupes financiers et industriels associés à l’industrie pharmaceutique et ses lobbies
  • Nous sommes entrés dans une ère de nouvelle idéologie liant entre elles les idéologies de l’écologisme de désastre et du covidisme, nouvelle idéologie de la religion du catastrophisme induit et contrôlé
  • Cette idéologie est martelée sans cesse par les médias et la chasse est ouverte aux esprits et actions dissidents
  • La “crise sanitaire” COVID est fabriquée et présentée comme étant la responsable du marasme économique déjà préalablement existant et dû à la mort imminente du capitalisme, incapable de reproduire son propre modèle ayant tout vampirisé et succombant à ce que Marx avait prévu depuis les années 1860 : la baisse irrémédiable du taux de profit en phase de domination réelle du capital menant à son auto-destruction irrémédiable dans son incapacité à reproduire son propre modèle de la valeur marchande
  • La “crise sanitaire” n’en est pas une, elle est une décision politique d’en faire une “crise sanitaire”, tout comme l’idéologie réchauffiste est une idéologie politique et en rien scientifique
  • Les acteurs industrio-financiers via les forums usuels (Davos, G7 etc…) poussent pour la solution du “Great Reset” qui entérinera un monde néo-féodal géré par une dictature technotronique déjà partiellement mise en place et à laquelle la crise COVID donne le dernier petit coup de pouce de verrouillage de la grille de contrôle planétaire

Voilà donc la solution proposée à la mort programmée du capitalisme, masquée internationalement par une “crise sanitaire” fabriquée, pas au sens où le virus n’existe pas, mais au sens de la falsification des données pour générer la peur sans laquelle rien ne pourrait passer: sa mutation en une entité de fusionnement entre les états-nations devenus obsolètes et les grandes entreprises transnationales, GAFAM, Big Pharma et complexe militaro-industriel en tête, le tout géré par des moyens technotroniques (5G puis 6G, nanotechnologie, cybernétique etc…) de plus en plus envahissants et liberticides.

Dans ce monde, ce nouvel ordre mondial qui se profile, il n’y aura plus de places pour la vaste majorité des humains qui devront donc disparaître. Il y a une quarantaine d’années, dans l’état de Georgie aux Etats-Unis, furent mystérieusement érigées des stèles géantes dans une sorte de néo-Stonehenge post-moderne, sur lesquelles furent gravés des “commandements” pour un monde futur (jusqu’à ce jour, personne ne sait vraiment qui a commandité ces stèles géantes, même si une piste a mené un temps vers Ted Turner, le magnat de l’audio-visuel, propriétaire de Warner et autres médias). Un de ceux-ci stipule que la population de la Terre ne devra jamais excéder plus de 500 millions d’individus. Bon nombre des oligarques contrôlant le système depuis le haut de la pyramide systémique sont depuis bien longtemps des adeptes convaincus de l’idéologie néo-malthusienne du contrôle et de gouvernance et pour qui la “surpopulation” est un leitmotiv bien que touchant plus au mythe qu’à la réalité, ce qui les rend obsédés par la dépopulation et le contrôle de l’énergie et de la nourriture (cf. NSSM 220 d’Henry Kissinger des années 70).

Alors soit la crise COVID est exploitée en ce sens par l’oligarchie (dans l’optique connue de “ne jamais laisser perdre une bonne crise qui se présente”), soit elle a été créée de toute pièce pour adhérer à cet agenda. La seconde option n’est en rien délirante, de multiples précédents existent…

Quoi qu’il en soit, peu importe que cette situation soit volontaire ou non, tout est fait et mis en œuvre pour diriger le monde et sa population vers un cauchemar sociétal dont l’ampleur totalitaire sera sans précédent dans l’histoire de l’humanité. L’oligarchie aux manettes n’a pas le choix, il en va de sa survie de criminels privilégiés, pour elle, nous ne sommes que de la vermine inutile, des sans-dents, ceux qui n’ont rien et sont devenus inutiles pour leur monde technotronique où la machine sera reine et fusionnera avec l’humain dans un délire de fontaine de jouvence sauce transhumaniste.

Le capitalisme se meurt certes, mais il est en train de muter sous nos yeux en cette entité dictatoriale supra-nationale qui écrase, vampirise déjà tout et met en place une société néo-féodale ou le néo-servage verra quelques centaines de millions d’individus décérébrés faire fonctionner la machinerie et remplir la paperasserie nécessaire à son contrôle. Plus de 7 milliards de personnes doivent disparaître, cela se fera à la fois brutalement (l’euthanasie a déjà commencé), mais aussi par stérilisation de masse volontaire ou forcée qui, sur plusieurs générations, verra s’effondrer la démographie planétaire. Pour les sans-dents, ce sera la mort ou la mise en esclavage perpétuel post capitalisme.

Cette mutation est déjà en marche, nous vivons en ce moment même au sein de la chrysalide métamorphique, ce qui en sortira sera un véritable monstre tel que jamais vu auparavant. La plupart d’entre nous l’ignorons et sommes divertis par le spectacle encore marchand permanent qui nous aveugle et obscurcit l’esprit et l’entendement toujours plus avant.

Notre chance est de pouvoir détruire ce monstre en métamorphose depuis l’intérieur, de là où nous sommes, ensemble, unis, nous devons sortir de la torpeur hypnotique induite et agir pour restaurer l’esprit organique de notre humanité en devenir. C’est l’amour de la vie, de notre puissance vitale qui sauvera l’humanité de cette monstruosité en cours. La mise en commun de notre complémentarité naturelle sera l’élément crucial, c’est bien pour cela que depuis la mise en place du rapport dominant / dominé, oppresseur / opprimé il y a quelques 5000 ans, toutes les oligarchies du pouvoir qui se sont succédées n’ont eu de cesse que de maintenir les peuples divisés et ont gouverné coercitivement par la force et la peur. 

L’unification finale vers notre humanité émancipée et donc réalisée est donc ce qui terrorise l’oligarchie. Car cet évènement signera leur arrêt de mort et celui de leur système d’exploitation criminel et anti-naturel.

Ils ne peuvent réussir dans cette entreprise que si nous les laissons faire. C’est parce que nous consentons depuis des siècles que nous en sommes là. L’heure arrive de retirer notre consentement, de boycotter cette infamie totalitaire et de mettre en place la Commune Universelle hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat. Il suffit de dire NON ! en masse et c’est fin de partie pour les gugusses oligarques.

Mettons à bas et achevons capitalisme et État ; retrouvons l’esprit social organique qui fera de nous ce que nous sommes : des êtres vivants amoureux de la vie, de notre prochain, de notre capacité de transformation de notre réalité pour en faire une harmonie symbiotique par delà toutes les idéologies et les carcans des corps et des esprits.

Ce qui nous est proposé par la voie et la voix officielles est la Mort au sens propre comme au sens figuré.

Choisissons la Vie ! A tout jamais !… Il n’en tient qu’à nous et à personne d’autre de faire ce choix, individuellement dans un premier temps et simultanément collectivement. « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » disait déjà La Boétie au XVIème siècle, rien n’a changé, tout est une question de perspective et de volonté. Rien n’est inéluctable sauf la mort, pour l’heure…

Qu’on se le dise.

Dans l’esprit de Cheval Fou

“Commander, certainement pas, obéir, jamais !” (Friedrich Nietzsche)

Note : ne nous croyez pas sur paroles ! Faites vos propres recherches, analysez, critiquez, réfléchissez par vous-mêmes. Refusez de vous laisser dicter quoi et comment penser. Quasiment toute l’information qui provient de sources et d’organes officielles est fausse ou sévèrement trafiquée, biaisée pour influencer les peones que nous sommes à suivre la doxa sans poser de question. Rejetez cette attitude qui est une insulte à votre intelligence et votre souveraineté. Halte à l’exploitation sociale, intellectuelle et idéologique ! Comprenons une fois pour toute qu’il n’y a pas de solution au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il ne saurait y en avoir, ainsi agissons ensemble en conséquence.

Ci-dessous quelques lectures pointant dans la bonne direction, elles sont loin d’être les seules. 

Solidarité, Union, Persévérance, Réflexion, Action pour une S.U.P.R.A (r)évolution vers la société des sociétés et sa Commune Universelle.

A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent ! A bas le salariat !

Et si proche de son cent-cinquantenaire: Vive la Commune et l’esprit communard universel, cet esprit qui terrorise l’oligarchie !

Lectures complémentaires :

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité” régulièrement mise à jour au fil de l’actualité

“L’essentiel de Résistance 71 2010-2021” (PDF)

“COVID du mythe aux statistiques” (PDF)

Le masque comme rite de passage vers le Nouvel Ordre Mondial (Résistance 71, juillet 2020)

Gustav Landauer et la société organique

La fin de l’État

Textes fondateurs pour un changement politique

Tas-saisi-derniere-chronique-de-rien-ou-presque-du-24-fev-2021 (chronique de Rien, 24/2/21, PDF)


(R)évolution Sociale

Le grand cirque de la « vaccination » des ordures qui nous gouvernent… On nous prend de plus en plus pour des cons ! (vidéo)

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, désinformation, guerres hégémoniques, Internet et liberté, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 23 janvier 2021 by Résistance 71

Resistance 71

23 janvier 2021

Le grand cirque de la « vaccination » Pfizer/BioNTech des zélites qui nous gouvernent…
Un coup y a pas d’aiguille, un coup le piston est déjà enfoncé sur une seringue vide, un coup le capuchon de sécurité est toujours sur l’aiguille, un coup l’aiguille est escamotable avec une infirmière qui la remet en position après la soi-disante « injection » sur le bras d’un fauteuil.

Admirez cette gigantesque escroquerie ! Toutes ces ordures savent-ils quelque chose que nous sommes supposés ignorer ?

Quand on voit tout ça, on se dit que ce sera dur d’échapper aux tribunaux révolutionnaires quand les peuples auront fait valser tous ces pitres…

Le grand cirque de la « vaccination » des zélites (vidéo) :

Communiqué de presse de l’association Réaction 19 concernant la plainte pénale déposée contre l’utilisation des vaccins

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 5 janvier 2021 by Résistance 71

 

 


+ Moderna + AstraZeneca… L’humanité en péril

 

Association Réaction 19

 

4 janvier 2021

 

Communiqué de l’Association Réaction 19

4 janvier 2021

L’Association RÉACTION 19, co-présidée par Messieurs Carlo Alberto BRUSA et Riccardo MEREU, est une association loi 1901 qui compte aujourd’hui près de 40 000 adhérents et plus de 60 000 sympathisants, dont l’objet est de veiller au respect des libertés fondamentales, notamment dans le cadre de l’épidémie de la COVID-19.

L’Association RÉACTION 19 a, le 16 décembre 2020, déposé une plainte concernant les thérapies géniques Pfizer/BioNTech et Moderna, communément dénommées « vaccins ». Des chefs de :

  • mise en danger délibérée de la vie d’autrui ;
  • tromperie aggravée ;
  • abus de faiblesse ;
  • extorsion aggravée.

Déjà plus de 5 000 personnes ont déclaré s’associer à cette plainte, ce chiffre ne cessant de croître. Leurs interventions volontaires seront déposées auprès du Procureur de la République dans les prochains jours.

La plainte, enregistrée sous le numéro 20351000746, demeure entre les mains de la Justice et du Procureur de la République de Paris.

L’Association RÉACTION 19 a également adressé aux prescripteurs desdits « vaccins », notamment à l’ensemble des députés et sénateurs, au président de la République, au premier ministre, au ministre de la Santé et aux médecins, une déclaration d’engagement de responsabilité civile et pénale quant aux effets secondaires de ces « vaccins » pouvant aller jusqu’à la mort.

À ce jour, aucun des prescripteurs susdits n’a signé cette déclaration et n’a donc accepté d’engager sa responsabilité personnelle sur les conséquences de cette politique vaccinale.

Fait à Paris, le 30 décembre 2020.

Pour l’Association RÉACTION 19
Monsieur Carlo Alberto BRUSA
Président
63, rue la Boétie – 75008 PARIS
Mail : reaction19fr@gmail.com

= = =

Format PDF :

Communiqué-de-presse-relatif-à-la-plainte-pénale-rel-ative-aux-vaccins

 

Thérapie génique COVID-19 : le futur des vaccins (vidéo James Corbett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2020 by Résistance 71

Résistance 71

27 décembre 2020

Excellente analyse dans cette vidéo du toujours pertinent James Corbett. La transcription est sur son site, des sous-titres français seraient les bienvenus pour cette vidéo que nous considérons comme essentielle alors que nous entrons dans cette année décisive que sera 2021.

Les thèmes abordés dans cette vidéo :

  • La fabrication de la peur pandémique
  • Court historique des vaccins
  • Rappel de qui est Bill Gates
  • La nouvelle technologie de thérapie génique ARNm de Moderna et Pfizer / BioNTech
  • Le monde comme laboratoire d’une expérience d’ingénierie sociale
  • Le futur technologique immédiat des nouvelles technologies
  • La grille de contrôle planétaire sous couvert de l’urgence sanitaire

A voir et diffuser au plus large afin qu’un sous-titrage en français soit mis en place.

A lire aussi notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

Dictature COVID-19 : Les labos poussent les gouvernements à les exonérer de toute responsabilité pour leurs vaccins chimériques…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2020 by Résistance 71

 

 

 

Les labos pharmaceutiques s’exonèrent de toute responsabilité sur les effets secondaires des vaccins covid

 

Anonyme

 

25 décembre 2020

https://www.lefigaro.fr/societes/vaccins-covid-19-l-ue-nbsp-indemnisera-les-laboratoires-en-cas-de-problemes-20200827

Bill Gates admet que ses vaccins changeront le génome

https://youtu.be/ksEVaO806Oo (vidéo à enregistrer avant censure)

Fauci le pantin de Bill Gates qui veut imposer les vaccins aux américains avoue que les vaccins covid peuvent être pires que le covid lui même

https://metro.co.uk/2020/05/12/americas-top-coronavirus-doctor-warns-vaccine-make-covid-19-worse-12692519/?ito=cbshare (article à enregistrer avant censure)

Bill Gates admet que ses vaccins peuvent tuer

https://www.armstrongeconomics.com/world-news/corruption/gates-admits-700000-people-may-die-from-his-vaccine/?__cf_chl_jschl_tk__=62eb6c7077991213fdafe4e84df29c5a07ebf0d4-1608836399-0-AVlKQVPOLfSy9QfQp3lKiMepwzABRTxxWMfww9Whtf27OPGp9Pysbzlln1vrkzWizhdh6sdzI5srwLQcRmU9Oi9E1O19KBS-t2bK9oY-kqIXxvzXo1evnUHmG-l9_fyt9BC82pusuzl4UQGKD99EyWzQQE8WO-spDIG2E8X-kqGWxXx7WeDjvlfQDbMemduSicRT22up-wqnYkzixyqrGvZ03FPAlCreAGCM0rYoEZcLZFPQFUVk7yyvxEUB6t1kl0wF9_gLrccxEoZtTl5ZLrhwVLAEPphfWMbYdrMIwW4CSEJyIQAnGO-mLBLRZV7otU94GN1ZQNccruGGk4-J3LKg0QjK58r7il0j3drDYjegmDieMGRAHBb3V7spLOlqZnk9Cg6q0UHKS6L_4uc_z1gDYNjz hY4WhEzoc4E6tfrWFkISoYiR0iLFQWZLiVk4z0GdxWuZPk33MketC3pa9do

https://resistance71.wordpress.com/2020/10/06/coronavirus-vaccin-covid19-et-controle-mondial-de-la-population/

les labos des vaccins AstraZeneca (NYSE: AZN), GlaxoSmithKline (NYSE: GSK), Janssen (NYSE: JNJ), Merck (NYSE: MRK), Novavax (NASDAQ: NVAX), Pfizer (NYSE: PFE), Sanofi Pasteur (NASDAQ) : SNY), Takeda (NYSE: TAK), Abbott (NYSE: ABT) et CureVac (NASDAQ: CVAC) ont tous demandé à être exonérés de toute responsabilité sur les effets secondaires de leurs vaccins OGM à ADN ou ARN

https://seekingalpha.com/news/3608810-coronavirus-vaccine-makers-seek-eu-liability-protections

AstraZeneca , GlaxoSmithKline, Janssen , Merck, Novavax , Pfizer , Sanofi , Takeda, Abbott CureVac sont tous financés par Bill Gates ou d’autres géants du web (comme le milliardaire Dietmar Hopp, co-fondateur du géant allemand du logiciel SAP https://cnnphilippines.com/business/2020/8/15/CureVac-Bill-and-Melinda-Gates-Foundation.html). ou collaborent avec lui

https://www.businessinsider.fr/us/bill-gates-backing-boosts-2-billion-doses-astrazeneca-coronavirus-vaccine-2020-6?op=1

https://cnnphilippines.com/business/2020/8/15/CureVac-Bill-and-Melinda-Gates-Foundation.html

https://www.gatesfoundation.org/How-We-Work/Quick-Links/Grants-Database/Grants/2016/10/OPP1156831

https://observer.com/2020/05/coronavirus-vaccine-update-novavax-merck-bill-gates-funding/

https://nypost.com/2020/09/15/bill-gates-says-pfizer-has-best-shot-at-early-covid-19-vaccine/

https://www.gatesfoundation.org/How-We-Work/Quick-Links/Grants-Database/Grants/2015/10/OPP1127586

https://america-wake-up.com/2020/05/04/the-anthony-fauci-bill-gates-george-soros-sanofi-pasteur-china-corona-virus-vaccine-connection/

https://www.fiercebiotech.com/biotech/sanofi-pasteur-announces-vaccine-discovery-collaboration-bill-melinda-gates-foundation

https://www.takeda.com/newsroom/newsreleases/2016/takeda-receives-$38-million-grant-from-the-bill–melinda-gates-foundation-to-support-polio-eradication-in-developing-countries/

https://edition.cnn.com/2020/08/14/investing/curevac-ipo-coronavirus-vaccine-bill-melinda-gates/index.html

Pourquoi les géants du web investissent dans les vaccins?

Tout simplement parce que le but des vaccins c’est de donner une identité numérique, marque de la bête connecté à la 5G

https://www.kla.tv/Coronavirus-fr/16685

une autre vidéo qui en parle a été censurée sur

http://stoplinkyvarest.canalblog.com/archives/2020/09/21/38547121.html

vaccin connecté à la 5G

https://resistance71.wordpress.com/2020/10/09/dictature-technotronique-en-marche-vaccin-covid-arnm-hydrogel-enzyme-luciferase-cocktail-modificateur-genetique/

https://resistance71.wordpress.com/2020/10/27/hiver-2020-21-cov19-5g-chomage-famine-et-depopulation-programmee/

L’affaire du vaccin contre la COVID-19 n’est pas une affaire sanitaire mais celle de la normalisation de l’identité numérique (Philippe Guillemant, physicien CNRS)

https://resistance71.wordpress.com/2020/12/16/laffaire-du-vaccin-contre-la-covid-19-nest-pas-une-affaire-sanitaire-mais-celle-de-la-normalisation-de-lidentite-numerique-philippe-guillemant-physicien-cnrs/

 

Déclaration de responsabilité civile et pénale pour l’administration du vaccin Pfizer / BioNTech ou Moderna dans le cadre de la COVID-19 (Association Réaction19, format PDF)

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 26 décembre 2020 by Résistance 71


Mais que diable vont-ils nous injecter ?…

POUR DIFFUSION IMMEDIATE

Résistance 71

26 décembre 2020

Devant la menace sanitaire de ces vaccins OGM à ARNm dont personne ne peut savoir ce qu’ils génèreront sur le long terme sur le génome humain et le manque de transparence total les concernant, ainsi que l’ineptie totale pour les gouvernements et surtout l’UE d’avoir totalement exonéré de toute responsabilité légale les labos pharmaceutiques Pfizer / BioNTech, Moderna, voici un document de responsabilité civile ayant valeur légale que ceux qui désirent se faire vacciner peuvent faire signer au médecin et chargé de mission sanitaire les injectant.
Le document est réalisé par l’association REACTON19, Paris 8ème, rue de la Boétie, « pour toute personne concernée par le « vaccin » Pfizer/BioNTech ou Moderna ».

Ne faites confiance à aucune des instances promouvant cette saloperie, elles sont noyées ainsi que les individus qui les dirigent, dans le conflit d’intérêt le plus grossier et ce à tous les niveaux, que ce soit financier ou politique.

Voici le document à faire signer, diffusez, imprimez, distribuez… (PDF)
Déclaration-de-responsabilité-civile-et-pénale-du-médecin-1

L’inquisition sanitaire par la dictature de la science des modèles… De la science des faits à la science des algorithmes (Jean-Claude Paye)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 décembre 2020 by Résistance 71

 

 

 

Coronavirus : une nouvelle inquisition

 

Jean-Claude Paye et Tülay Umay

 

9 décembre 2020

 

url de l’article original:
https://www.mondialisation.ca/coronavirus-une-nouvelle-inquisition/5651897

 

Installé depuis neuf mois, « l’état d’urgence sanitaire » a atteint le plus intime des individus. Afin de les conformer à des injonctions mortifères, il exhibe le spectacle d’un sacrifice permanent des populations. Celui-ci relève d’un théâtre gestuel, tel celui d’Antonin Artaud,[1] qui fait appel à une forme de purgation, impactant le Réel des êtres humains.

La « guerre contre le coronavirus » n’est pas une lutte contre la maladie et ne repose pas non plus sur sa prévention. Si la « pandémie » se limite à l’impact d’une grippe saisonnière, on constate, suite aux mesures prises, une dégradation globale de la santé des individus, confirmant ainsi que cette hostilité est bien une guerre contre les populations. Dans son dernier discours, le président Macron en précise les dernières modalités, en énonçant la possibilité d’organiser « l’isolement des personnes contaminées de manière plus contraignante,[2]» ce qui pourrait signifier, selon le sénateur Alain Houpert, la création de camps d’internement.

Bien que son cadre d’application ne soit pas précisé, le principe de précaution présente une primauté sur toute autre politique destinée à « gérer des risques incertains.[3] »  Dans le cas du coronavirus, il devient un « outil de gestion virtuel de risques virtuels.[4]». La « pratique scientifique » est alors réduite au principe moral de responsabilité. Ce dernier se résume à une monstration de la participation des populations à des mesures qui les asservissent. Les mesures de précaution relèvent alors d’une théologie de l’obscène, d’un faire-voir  amalgamant responsabilité et culpabilité. Elles s’inscrivent dans une nouvelle religion basée sur le sacrifice.

La facilité, avec laquelle les populations ont renoncé, à leur propre corps et au rapport à l’autre, produit un impensable. L’Inquisiteur du roman, Les frères Karamazov de Dostoïevski, donne sa réponse à cette interrogation, en énonçant que ce serait le propre de l’Homme de faire de Dieu le « responsable de la charge de sa vie ». 

Le pouvoir politique exerce actuellement la fonction réservée au grand Inquisiteur dans le roman de Dostoïevski. Il est aujourd’hui l’institution à laquelle les populations abandonnent la « charge du désir de l’autre », en offrant leur libre arbitre en sacrifice. Le principe de précaution relève de la culpabilité. Il donne du sens au sacrifice des populations et à la violence des mesures prises. 

Le principe de précaution

Depuis une vingtaine d’années, la « lutte antiterroriste » a permis de saper les fondements de l’organisation de la société, en détruisant, de l’intérieur, la forme de l’État de droit [5]. Aujourd’hui, dans la « guerre contre le coronavirus », les libertés fondamentales n’ont simplement plus lieu d’être et laissent la place à des notions morales, celles de  responsabilité et de culpabilité.

Lévinas nous éclaire sur cette problématique, car toute sa philosophie repose sur l’idée de responsabilité. Il reprend, à son compte, les propos de Dostoïevski dans Les frères Karamazov, sur la culpabilité de chacun de nous « devant tous, pour tout». Lévinas précise que cette culpabilité ne résulte pas «  de fautes que j’aurais commises, mais parce que je suis responsable d’une responsabilité totale, qui répond de tous les autres et de tout chez les autres.[6]» 

En devenant responsable de l’autre, chaque individu deviens, tout particulièrement, comptable de sa mort. Il entre dans « l’inquiétude-pour-la-mort-de-l’autre-homme [7]». La responsabilité n’est pas d’ordre juridique, mais est fondée sur une « communion spirituelle de tous les humains », ici, une communion dans l’universalité du coronavirus. 

Ainsi, le principe de précaution suspend l’observation des faits et dénie l’ordre juridique, pour laisser la place à « l’amour du prochain ». La communication du pouvoir n’est-elle pas :  « soyez solidaire, sauvez des vies, rester chez vous  » ? Les injonctions du pouvoir se réduisent à des commandements d’amour, relevant de la perversion.  L’amour qui se sacrifie est bien pire que l’exigence de la Loi : il rend la dette impossible à solder et la culpabilité infinie. 

Le principe de précaution libère alors le pouvoir, des contraintes de la loi écrite et de la Loi symbolique, afin d’intégrer un discours hors-sens, reposant sur des impératifs catégoriques nous entraînant dans une forme nouvelle d’inquisition. « Il faut » est la réponse standardisée des personnes, portant le masque ou respectant scupuleusement les mesures de distanciation. 

En se plaçant hors-sens, le « covidé » fonde une religion, celle d’un Dieu pervers, dénoncé par le théologien Maurice Bellet [8]. Le régime de précaution réclame un sacrifice. L’injonction repose sur « une volonté capricieuse, arbitraire, sans foi ni loi, qu’il faudrait satisfaire [9] ». Ce qui nous engage dans le cercle infini, imposé par un nouvel inquisiteur, révèlant que « ce divin est semblable à une bouche dévorante et insatiable : plus on cherche à la satisfaire, plus elle en demande, puisqu’elle se nourrit précisément de nos renoncements [10]».

Les derniers propos, du ministre belge de la santé Franck Vandenbroeck, illustre bien ce discours d’amour et d’éducation reposant sur une politique se nourissant des renoncements successifs des citoyens.  Au micro de la radio RTBF, il a affirmé que la décision de fermer les magasins, « c’était pour  créer un choc  au sein des populations », puisque dit-il « faire du shopping seul, pendant une courte période ne représente pas un danger pour la circulation du virus .[11]»

Un principe moral inscrit dans le droit

Le principe de précaution est un principe moral. Il ne s’adresse pas à un sujet de droit. C’est une injonction qui se place au-delà de la loi. La mutation du comportement des individus est son objectif premier. En France, il a fait son entrée dans le droit positif, en 1995, avec la loi Barnier sur la protection de l’environnement. Son domaine d’application s’est ensuite développé dans les domaines de la santé publique et de la sécurité alimentaire [12].  Il a également été adopté par la Commission Européenne et de nombreux Etats membres. 

En 2005,  le législateur français a introduit le principe de précaution dans la Constitution. Un principe moral est ainsi devenu un principe constitutionnel. Le principe de précaution y est défini  comme « une norme-guide pour l’action en univers incertain, un outil de gestion virtuel des risques virtuels…[13]». Ainsi, son encadrement juridique ne peut être que formel. 

Le principe de précaution se dégage donc de la matérialité du fait. Il fait penser à la notion de « proactivité » relative à l’enquête policière, introduite dans le droit pénal afin développer une recherche en l’abscense d’infraction [14]. L’inscription juridique du principe de précaution permet également de justifier l’intervention de l’administration dans un contexte ou « elle légitime le pouvoir de police »[15].

Dans l’enquête policière proactive, s’il s’avère que l’infraction est finalement inexistante, l’enquête a bien eu lieu, mais elle ne pourra pas produire d’effets de droit. Il en va bien autrement pour le principe de précaution qui permet d’agir en dehors de tout rapport avec la réalité des faits, de confiner la population ou d’isoler, dans des camps, les personnes testés positives, bien que le test utilisé produise essentiellement des faux positifs.

L’intervention des autorités sanitaires n’est pas donc déterminée en fonction de l’observation, mais bien par la prédiction de résultats et leur modélisation, comme les 500.000 morts du covid prévus par le docteur Neil Fergunson. Bien que l’oracle soit constamment démenti par les faits, il sert toujours de référence et de caution aux diverses mesures gouvernementales.

Précaution versus prévention

Le principe de précaution participe de la rationalité instrumentale, celle de la technique et du calcul économique. Il n’a pas pour ambition d’anticiper l’évènement, afin d’éviter sa survenance ou d’en minimiser les effets, il s’en tient à une gestion probabiliste des risques [16].

Il ne s’agit plus de prévenir le développement d’une maladie, mais de révéler un danger  potentiel, non à partir d’une analyse concrète, mais grâce à une simulation mathématique, détachée de la matérialité des faits. Une succession de chiffres est censée indiquer une tendance, celle du l’intensité et de la progression exponentielle du virus. C’est donc à partir des algorithmes que le risque est révélé et non plus à partir de l’observation. Les chiffres avancés sont toujours des projections, des modélisations, comme les 9000 morts récemment annoncés par le président Macron qui se réduiront, dans les faits, à la moitié  du chiffre prévu.

Pour la généticienne Alexandra Henrion-Caude, les prévisions donnent l’impression « qu’on est revenu au temps des devins, des oracles ». « On était en plein pic épidémique, avec un nouveau virus, une nouvelle maladie, qu’on nous parlait déjà d’une deuxième vague. Là on entend une troisième, une quatrième [17] ».

On peut donc établir ce qui différencie le principe de précaution de la notion de prévention. La prévention vise des risques avérés, dont sait estimer l’ampleur et la fréquence du dommage encouru. Les mesures de prévention ont été conçues pour circonvenir les risques certains, fondés sur des relations déterminées de cause à effet. 

Ce qui n’est pas le cas du principe de précaution qui porte sur les risques incertains, dont on n’a pas à établir la réalité scientifique [18]. On a affaire ici à un droit purement procédural, car « en matière de précaution, la preuve du risque et la procédure sont liés [19]». Comme dans le droit de l’inquisition, la preuve fonde sa validité sur le strict respect de la procédure. Dans la guerre contre le coronavirus, la question n’a même pas à être posée, car la « connaissance » est immédiate, directement révélée par le chiffre de l’algorithme. 

Le contrôle juridictionnel est restreint.  Tel que l’a stipulé le Tribunal de première instance des Communautés européennes : l’autorité qui « prend un risque incertain ne doit pas faire la preuve du risque, mais celle de sa politique [20] ». Dans les faits, l’autorité concernée doit simplement mentionner ses bonnes intentions. 

Le principe de précaution : une théologie de « l’ob-scène » 

La prévention vise à gérer les conséquences d’une crise, à l’anticiper et à en réduire les effets. Quant au principe de précaution, il n’a pas pour objet d’affronter la maladie, mais, ici, de préparer la population à sa survenance inéluctable. Il s’agit de placer les individus dans une position d’accueil du discours sur la pandémie. Ce principe procède d’une exigence morale, conduisant non pas à une lutte contre le virus, mais à une mutation du comportement des individus.  

Ainsi, le principe de précaution, au contraire de la prévention, est un outil de gestion des populations, de leurs attitudes et de leurs croyances. Comme l’écrit Pierre Moscovici, «L’Etat ne se contente plus de gérer un risque, il doit gérer un rapport social… Le principe de précaution devient alors un outil de gestion de l’opinion publique.[21]»

Nous sommes ici dans l’incertitude d’un risque, dont la réalisation est elle-même incertaine. Le principe de précaution nous interdit de penser. Il s’oppose à toute possibilité d’observation, en supprimant la notion même de causalité, comme succession temporelle de causes et d’effets.  Sous la forme du délire, le discours sur la coronavirus colonise notre vie individuelle et notre réalité sociale. Il fonde un nouveau Réel, il porte sur quelque chose dont nous ne pouvons rien dire et sur lequel nous n’avons pas de prise.

Le principe de précaution n’impose pas des mesures destinées à confronter la réalité, mais il permet la fabrication d’un Réel obscène, dont le masque chirurgical devient le symbole. Par un dénombrement continu des victimes du coronavirus, il réactualise l’idéologie victimaire. Ainsi, il met en scène l’ob-scène en quantifiant la mort, tout en l’expulsant du symbolique, du lien social. 

L’obscénité des mesures réside aussi dans leur caractère volontairement exorbité, dans le fait de rendre non seulement visible, mais surtout médusant, leur aveuglante abération, celle, par exemple, d’un couvre-feu imposé entre minuit et cinq heures, ainsi que leur violence sans limite, tel le massacre des personnes âgées dans les Ehpad. 

L’obscénité réside dans leur caractère religieux, dans la donation de sens qu’apportent les populations à leur participation compulsive aux mesures imposées. Celles-ci donnent alors vie à des dispositions administratives qui conduisent à leur destruction. L’obscénité réside non seulement dans l’expression de la toute puissance du pouvoir, mais surtout dans la monstration des populations de leur extrème faiblesse. Cette dernière trouve leur source dans la capacité des médias d’engendrer des images et un bruit permanent, empêchant l’installation d’un refoulement [22].

Le grand Inquisiteur

Si « la guerre contre le terrorisme » avait pour objet de supprimer toute résistance, ici dans « la guerre contre le coronavirus », il s’agit d’abandonner toute possibilité même de résistance. À travers « la gestion de cette pandémie », cette perspective est entrée dans notre quotidien, pourtant, ce n’est pas la première fois qu’elle apparaît dans l’histoire de l’humanité. 

L’humanité réduite à un troupeau est une réalité qui s’est présentée à chaque fois que la population s’est trouvée totalement démunie, placée dans une position de détresse par rapport au pouvoir. La détresse des individus résulte d’une perte des repères et surtout d’une impossibilité de faire face, de dire non aux injonctions qui leur sont adressées. Confrontées au fait de « ne pouvoir attendre l’aide de personne », les populations sont alors plongées dans une radicale impuissance.

Le roman de Dostoïevski, Les frères Karamazov, en situant l’action dans la période historique de l’inquisition, fait ressortir une problématique qui rappelle étrangement ce que nous vivons présentement. L’organisation de l’inquisition repose sur le personnage du grand Inquisiteur qui considère l’humanité comme un troupeau. Il conçoit que l’homme ne peut trouver son salut qu’en renonçant à sa subjectivité et en se dépersonnalisant. 

Si l’humanité doit être réduite à l’état de troupeau docile, l’individu, en déléguant sa liberté au grand inquisiteur, redevient un « infans », coupable de renoncer à sa liberté. Il devient alors complètement dépendant d’un pouvoir qui lui dicte sa conduite. Si bien que le grand Inquisiteur peut affirmer : « Oh, nous arriverons à les convaincre qu’ils ne deviendront libres qu’au moment où ils renonceront pour nous à leur liberté et ils se soumettront [23]».   Dans cette « pandémie », il est signifié aux individus qu’ils ne redeviendront « libres » qu’au moment où ils auront acceptés le vaccin et qu’ils auront abandonné toute volonté d’avoir une maîtrise de leur existence.

Le grand Inquisiteur préconise également une logique de déresponsabilisation de l’individu, de renoncement à son libre arbitre, aboutissant à sa déshumanisation. Le règne du grand Inquisiteur, c’est également la disparition totale de la sphère privée, jusqu’à l’ultime intimité que représente la conscience. 

Si l’Homme n’est plus libre et, par conséquent, n’est plus responsable, il lui revient le « droit de pêcher. » Plus précisément, il lui est permis de ne plus être un homme, en transgressant les lois symboliques, comme dans les différentes réformes éthiques, tel que le « mariage pour tous », la législation sur l’euthanasie et les lois sur la bio-éthique. Ces « nouveaux droits » ne sont en fait qu’un moyen supplémentaire pour le pouvoir d’asservir les hommes. « Tout est permis », tel est le mot d’ordre du nihilisme [24].

Autrefois, l’inquisition était une institution spécialisée, destinée à empêcher l’éclatement du corps social, en criminalisant tout questionnement d’ordre religieux. Aujourd’hui, elle ne se focalise plus sur une partie de la société, mais porte sur son ensemble. C’est la société toute entière qui est mobilisée, en vue de sa propre destruction. Ce qui occupe actuellement la place du grand Inquisiteur n’a plus pour objectif de bloquer une mutation sociale et politique, mais au contraire d’être le catalyseur d’un changement radical de société. Ici, le sacrifice n’est plus limité et codifié, mais permanent et généralisé. 

« État d’urgence sanitaire »

Le principe de précaution s’inscrit étroitement dans « l’état d’urgence sanitaire ». La notion doit être prise à la lettre, dans le sens où il s’agit bien, ici, d’une suspension du droit d’être soigné. Cet abandon se traduit par des mesures de confinement des personnes âgées et malades avec celles ne présentant aucun symptôme et par le refus d’accès à l’hôpital des personnes ne présentant pas de symptôme du corona, mais ayant, par exemple, un problème cardiaque. Au nom de ce principe, les personnes âgés, malades du Covid 19, ne sont pas prises en charge et sont renvoyées chez elles, avant que l’on abrège les souffrances grâce au Rétrovil . La question de la précaution est aussi convoquée pour interdir des médicaments, permettant de faire face à l’épidémie, telle l’hydroxychloroquine. 

L’état d’urgence juridique implique la suspension des libertés individuelles et des droits politiques, comme disposition permettant de faire face à la « menace terroriste ». L’état d’urgence juridique, par le biais de la lutte antiterroriste, se définit également, tel l’exprimait W. Bush, comme une « lutte contre du bien contre le mal ». Le nouvel ordre juridique permettait, en l’abscence de peuves, d’emprisonner les personnes, nommées comme terroristes par le pouvoir exécutif. L’état d’urgence juridique permet de s’attaquer à l’Habeas Corpus des citoyens et, en Grande Bretagne et aux Etats-Unis, de se saisir du corps des personnes créant « un climat favorable au terrorisme [25]» ou simplement désignées comme « ennemi du gouvernement ». 

L’état d’urgence sanitaire permet, quant à lui, de supprimer le corps par des mesures de confinement, tandis que le port, obligatoire et généralisé, du masque est une remise « en marche » de ce corps, mais comme « corps sans tête », comme corps-machine. La suppression du corps, induite par la « guerre contre le coronavirus », grâce au port permanent d’un masque ou de gants, trouve déjà un antécédent dans les images de prisonniers, détenus au bagne de Guantanamo [26]. 

Le type d’enfermement, induit par la « lutte contre la pandémie », est une rupture complète avec le type d’emprisonnement qui visait à séparer le corps du prisonnier du corps social. Ici, c’est l’ensemble des citoyens qui est touché par les mesures de confinement. La prison n’est plus un lieu clos, séparé de la société, mais bien cette dernière qui, en confinant chez lui le « citoyen responsable » participant du « souci de l’autre », devient une prison. 

La prison, comme partie distincte de la société, reste cependant présente, comme une menace d’enfermer, dans des camps, les personnes déclarés positives par un test PCR, une procédure qui permet considérer, comme positifs, une grande proportion des individus testés [27]. L’ensemble de ces mesures et projets participent d’une volonté du pouvoir d’installer les citoyens dans la psychose.

Comme les images des tortures de Guantanamo, ces mesures ont pour objet de nous signifier notre impuissance, de nous montrer à quel point nous sommes dépendant d’un pouvoir qui, cependant, nous veut du bien, qui, pour Noêl, comme le président du parti libéral francophone belge, Louis Bouchez, nous communique : « si les chiffres le permettent, on tentera encore de donner plus  d’humanité. [28]»

Jean-Claude Paye

Tülay Umay

 

Notes :

1 Lire : Jean-Claude Paye, Tülay Umay, « Pandémie ou le retour du grand Pan », Réseau International, le 3 novembre 2020,  https://www.mondialisation.ca/pandemie-ou-le-retour-du-grand-pan/5650703

2 Sud radio, Macron 20H: analyse avec Alain Houpert, Sénateur de la Côte-d’Or et médecin radiologue,

https://www.youtube.com/watch?v=i-vHz-M-Eys 

3 Dominique Bourg et Alain Papaux, « Des limites du principe de précaution : OGM, transhumanisme et détermination collective des fins », Economie publique, 2007/2,  https://journals.openedition.org/economiepublique/7932 

4 Matthieu Paillet, « Le principe de précaution. Concept, application, enjeux », p. 8,  https://www.pourlasolidarite.eu/sites/default/files/publications/files/wp_-le_principe_de_precaution.pdf 

5 Jean-Claude Paye, La fin de l’Etat de droit, de l’état d’exception à la dictature, La Dispute, Paris 2004.

6 Emmanuel Lévinas, Éthique et infini, Paris, Le livre de poche, 1982, p. 95.

7 Emmanuel Lévinas, De Dieu qui vient à l’idée, Paris, Vrin, 1992, p. 248.

8 Maurice Bellet, Le dieu pervers, éditions du Cerf, Paris 1987.

9 Jean-Daniel Causse, Lacan et le christianisme, in Valérie Chevassus-Marchionni, Raymond  Lemieux, et François Nault, « Psychanalyse et christianisme : note critique à propos du dernier livre de Jean-Daniel Causse (1962-2018) ». Laval théologique et philosophique 75, no 1 (2019), p. 134.. https://doi.org/10.7202/1067506ar 

10 Ibidem

11 https://plus.lesoir.be/340753/article/2020-11-30/la-fermeture-des-commerces-non-essentiels-avait-ete-decidee-pour-creer-un 

12  Catherine Larrère, « Le principe de précaution et ses critiques » , Innovations 2003/2 (n°18), pages 9 à 26 , https://www.cairn.info/revue-innovations-2003-2-page-9.htm 

13 Moscovici, Pierre, «Le principe de précaution: implications politiques et juridiques», cours donné à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), avril 2010, p. 26

14 Sur l’enquête proactive, lire Jean-Claude Paye, Vers un Etat policier en Belgique ?, EPO, Bruxelles 1999.

15 M. Gros, D.Deharbe, La controverse du principe de précaution, Chron. Adm.,R.D.P.,2002-3., p.834.

16 Matthieu Paillet, https://www.pourlasolidarite.eu/sites/default/files/publications/files/wp_-le_principe_de_precaution.pdf 

17 Alexandra Henrion-Caude : « J’ai l’impression qu’on est revenu au temps des devins », La Rédaction, le 16 novembre 2020, https://www.sudradio.fr/societe/alexandra-henrion-caude-jai-limpression-quon-est-revenu-au-temps-des-devins/ 

18 Le Conseil d’État et le principe de précaution,  Journal des Tribunaux, Bruxelles, Larcier, le 28 février 2004, p. 21

https://orbi.uliege.be/handle/2268/7260 

19 C.Noiville et N.de Sadelleer, o.c., Revue du droit de l’Union européenne, 2/2001, p. 444

20 T.P.I., 11 septembre 2002, Pfizer Animal Health et a.c.Conseil, Aff.T-13/99, motifs 164 et 165

21 Pierre Moscivici, Ibid., p. 23.

22 Entretien avec Serge Tisseron, « L’obscène est une machine de guerre contre la métaophore », La voix du regard n° 15, septembre 2002,https://www.youscribe.com/catalogue/documents/loisirs-et-hobbies/humour/l-obscene-est-une-machine-de-guerre-contre-la-metaphore–376961     

23 Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski, Les frères Karamazov, vol. 1 – § Le Grand Inquisiteur, Éditions Actes Sud © 2002, collection Babel, traduit du russe par André Markowicz, pp. 444, 445, 449 à 470 et 474. https://www.philo5.com/Mes%20lectures/Dostoievski_GrandInquisiteur_1880.htm  

24 Matthieu Giroux, « Dostoïevski : La légende du grand inquisiteur dans Les Frères Karamazov », Philitt, le 25 septembre 2012, 

  https://philitt.fr/2012/09/25/dostoievski-la-legende-du-grand-inquisiteur-dans-les-freres-karamazov/ 

25 Lire : Jean-claude Paye, « Royaume-Uni, menaces sur l’Habeas Corpus, » Le Monde, le 13 avril 2005  https://www.lemonde.fr/idees/article/2005/04/13/royaume-uni-menaces-sur-l-habeas-corpus-par-jean-claude-paye_638494_3232.html 

26 Lire : Jean-Claude Paye, « Guantanamo comme réel de la lutte antiterroriste », in L’emprise de l’image, de Guantanamo à Tarnac, Editions Yves Michel 2011, pp.140 à 149.

27 Dr Pascal Sacré, « COVID-19: RT-PCR ou comment enfumer toute l’humanité », Mondialisation.ca, le 14 octobre 2020, https://www.mondialisation.ca/covid-19-rt-pcr-ou-comment-enfumer-toute-lhumanite/5650143 

28 Aurelie Demesse, «  Noël pourrait-il être sauvé, in-extremis ?, La Libre Belgique, le 29 novembre 2020,  https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/un-assouplissement-des-mesures-pour-noel-si-les-chiffres-le-permettent-on-tentera-encore-de-donner-plus-d-humanite-5fc375e0d8ad585a459299a3 

 

« Ce ne sont pas des vaccins mais de la thérapie génique » (Pr. Christian Perronne – Sud Radio)

Posted in actualité, coronavirus CoV19, guerres hégémoniques, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique française, presse et média, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , on 2 décembre 2020 by Résistance 71

 


Zombification par vaccins OGM…

 

Résistance 71

 

3 décembre 2020

 

Propos des plus pertinents du Pr. Perronne hier sur Sud Radio :

 

 

Lire notre page « Coronavirus, guerre biologique entre l’humanité »

A lire : Raoult-torpille-le-vaccin-cov19

MaJ 3/12/20 Rappel vidéo: Dr Carrie Madej sur le vaccin anti-CoV19, le transhumanisme et l’humain 2.0 planifié: https://odysee.com/carriemadej:7

MaJ du 4/12/20 : Dr Alexandra Henrion-Caude sur Sud Radio au sujet des vaccins CoV19:

 

Supercherie et dictature sanitaires… Liens entre la polio, le vaccin, Rockefeller, le DDT et Bill Gates (F.William Engdahl)

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 octobre 2020 by Résistance 71


Ayez confiance vous dit-on !…


Un informaticien geek, pilleur de logiciels, fils d’un cadre de l’entité eugéniste américaine Planned Parenthood, sans lien aucun avec le monde médical, devenu milliardaire et sponsor #1 de l’OMS et engrangeant de larges bénéfices sur ses investissements Big Pharma à moyens et longs termes, demande aux peuples du monde de lui faire confiance quant à la vaccination planétaire qu’il met en place… Vraiment ?…

~ Résistance 71 ~


Le vaccin de Bill Gates propage la polio à travers l’Afrique


F. William Engdahl


6 octobre 2020


Source:
https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-de-gates-propage-la-polio-a-travers-lafrique/5649902

Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, est devenu le tsar mondial des vaccins, sa fondation dépense des milliards pour la diffusion de nouveaux vaccins dans le monde. Alors que l’on a accordé beaucoup d’attention au rôle de Gates derrière l’OMS corrompue dans la promotion de vaccins radicaux non testés contre le coronavirus, le bilan de la Fondation Gates qui a fait circuler un vaccin oral contre la polio à travers l’Afrique donne une preuve plus sérieuse que tout ce que Gates dit et fait n’a rien à voir avec de la véritable charité humaine. Les Nations Unies viennent d’admettre que de nouveaux cas de paralysie infantile ou de polio ont été causés en Afrique par le vaccin oral contre la polio développé avec le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates. Ce vaccin reflète ce qui s’est passé aux États-Unis dans les années 1950. Cela vaut la peine d’y regarder de plus près.

Les vaccins qui causent la polio

L’industrie des vaccins aime à citer le développement des vaccins dans les années 1950 comme étant le seul responsable de l’éradication de ce qui était une grave maladie paralytique qui a atteint un pic aux États-Unis après la Seconde Guerre Mondiale, ainsi qu’en Angleterre, en Allemagne et dans d’autres pays européens. Aujourd’hui, bien qu’aucun nouveau cas de « poliomyélite sauvage » n’ait été détecté dans toute l’Afrique depuis 2016, la Fondation Bill & Melinda Gates et leurs alliés de l’OMS ont proclamé que la campagne de vaccination africaine de 4 milliards de dollars menée par Gates sur dix ans, à l’aide d’un vaccin oral contre la polio, avait enfin permis d’éliminer cette redoutable maladie. C’était à la fin du mois d’août.

Une semaine plus tard, le 2 septembre, l’OMS a été contrainte de faire marche arrière et d’admettre que les nouvelles flambées de polio au Soudan étaient liées à une série de nouveaux cas de polio au Tchad et au Cameroun. Selon l’OMS, de nouveaux cas de polio ont été enregistrés dans plus d’une douzaine de pays africains, dont l’Angola, le Congo, le Nigeria et la Zambie. Mais ce qui est choquant, c’est que toutes ces flambées seraient causées par le vaccin oral contre la polio soutenu par Gates.

Dans un commentaire révélateur, un virologiste du CDC impliqué avec l’OMS et la Fondation Gates dans la campagne de vaccination de masse contre la polio en Afrique, qui fait partie de ce qu’on appelle l’Initiative Mondiale pour l’Éradication de la Polio, admet que le vaccin crée beaucoup plus de cas de paralysie due à la polio que la maladie faussement appelée « polio sauvage ». « Nous avons maintenant créé plus de nouvelles émergences du virus que nous n’en avons arrêté », a admis le virologiste Mark Pallansch des Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies des États-Unis. L’Initiative Mondiale pour l’Éradication de la Polio (GPEI) est un effort combiné de l’OMS, de l’UNICEF, des CDC américains, de la Fondation Bill & Melinda Gates et du Rotary International.

Bill Gates aurait été à l’origine de la campagne visant à développer le vaccin oral liquide contre la polio et à l’administrer massivement aux populations d’Afrique et d’Asie malgré la quasi-absence de cas de « polio sauvage ». Selon l’un des partenaires de l’initiative Gates contre la polio du Rotary International, « Gates a personnellement dirigé le développement d’un nouveau vaccin contre la polio qui est maintenant en phase finale de test. Lorsque l’idée a été avancée, à peu près à l’époque du dernier cas de polio en Inde, beaucoup pensaient que le vaccin ne jouerait aucun rôle important dans l’éradication, mais Gates a insisté ». Lorsque quelqu’un lui a demandé pourquoi la polio, qui avait pratiquement disparu dans le monde entier, Gates a répondu : « La polio est une maladie terrible ».

Cette réponse semble curieuse, car il existe des maladies mortelles bien plus répandues, comme le paludisme ou la diarrhée chronique due à une eau insalubre, ainsi qu’un mauvais assainissement en Afrique qui entraîne la mort par déshydratation, une mauvaise absorption des nutriments ou des complications infectieuses. Je dirais que ces deux phénomènes sont également « terribles ». En 2016, la diarrhée chronique a été classée par l’OMS comme la deuxième cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans dans le monde. En Afrique, elle a causé près de 653 000 décès, mais Gates et ses amis semblent s’intéresser à d’autres choses.

L’insistance de Gates pour pousser à la vaccination massive d’un nouveau vaccin oral contre la polio, que sa fondation a soutenu à un moment où la polio est pratiquement inexistante, même dans les pays pauvres d’Asie et d’Afrique, devrait sonner l’alarme. Si son objectif est d’aider davantage d’enfants africains à mener une vie saine, de simples projets de traitement de l’eau permettraient de sauver bien plus de vies. Ou bien y a-t-il quelque chose dans le vaccin contre la polio dont on ne nous parle pas ? Y a-t-il de l’aluminium comme adjuvant dont on sait qu’il est un paralysant du système nerveux central ? Ou d’autres toxines ?

La Fondation Gates a dépensé près de 4 milliards de dollars pour développer et administrer le vaccin oral contre la polio dans les pays les plus pauvres du monde à partir de 2018. Et ce malgré le fait que l’OMS ait déclaré que les cas de polio au Pakistan et en Afghanistan sont passés d’environ 350 000 par an à 33 en 2018. Il n’y a pas eu un seul cas en Amérique ou en Europe Occidentale depuis le lancement du projet Gates de lutte contre la polio il y a des années.


Lucky Bill…
L’homme qui pique plus vite que son ombre

De quoi est-il question ?

Il s’agit ici de jeux linguistiques très suspects de la part de l’OMS, de Gates et de ses collaborateurs. Ils tentent de couvrir leurs actes en prétendant que la plupart des cas de polio sont en fait ce qu’ils ont décidé d’appeler une Paralysie Flasque Aiguë (PFA). Il s’agit d’une maladie débilitante dont le tableau clinique est pratiquement identique à celui de la polio. Mais cela fait baisser le nombre de cas de « polio ». Selon le CDC américain, il y a eu plus de 31 500 cas documentés de paralysie flasque aiguë dans seulement 18 pays en 2017. Cela s’ajoute à ce qu’ils appellent la paralysie due à la poliomyélite associée au vaccin (VAPP). Pourtant, du point de vue des symptômes cliniques, la polio dérivée d’un vaccin, la polio sauvage et la paralysie flasque aiguë sont identiques, tout comme la myélite flasque aiguë (MFA), un sous-type de PFA. Avec cette prolifération de noms à consonance médicale grave pour décrire ce qui produit les mêmes symptômes médicaux, nous avons un énorme terrain de manipulation.

Un article rédigé par Neetu Vashishi et Jacob Puliyel et publié dans l’Indian Journal of Medical Ethics en 2012 parle de l’effort de vaccination de masse contre la polio par voie orale mené par Gates, le CDC et l’OMS : « … alors que l’Inde est exempte de polio depuis un an, on a constaté une augmentation considérable des cas de paralysie flasque aiguë non liés à la polio (NPAFP). En 2011, il y a eu 47 500 nouveaux cas supplémentaires de paralysie flasque aiguë non poliomyélitique (PFANP). Cliniquement impossible à distinguer de la paralysie due à la polio, mais deux fois plus mortelle, l’incidence de la PFANP était directement proportionnelle aux doses de polio reçues par voie orale. Bien que ces données aient été recueillies dans le cadre du système de surveillance de la polio, elles n’ont pas fait l’objet d’une enquête… »

Les années 50

La définition des cas de poliomyélite ou de paralysie infantile, comme on l’appelait pendant l’épidémie aux États-Unis après la Seconde Guerre Mondiale, remonte aux années 1950 et aux scandales mortels qui ont éclaté depuis lors à propos du premier prétendu vaccin contre la polio mis au point par Jonas Salk. Considéré aujourd’hui comme un héros de la médecine, la vérité de Salk était tout sauf héroïque.

La recrudescence des cas de ce que l’on appelait alors la poliomyélite ou la paralysie infantile aux États-Unis a commencé à exploser littéralement vers 1946. Il est important de noter qu’une toxine cumulative très dangereuse, un insecticide désormais interdit connu sous le nom de DDT, était présentée par le gouvernement américain comme un moyen « sûr » de contrôler les moustiques et les mouches qui seraient les « porteurs » du virus de la polio. Ce qui a depuis été pratiquement effacé des archives du gouvernement est la correspondance précise entre le nombre de cas d’enfants présentant des symptômes de poliomyélite aiguë et le degré de pulvérisation de DDT, ainsi que le déclin tout aussi précis des cas de poliomyélite humaine de la fin des années 1940 aux années 1950, après une forte diminution de l’utilisation du DDT. En 1953, un médecin du Connecticut, Morton S. Biskind, a affirmé en public que « l’explication la plus évidente de l’épidémie de polio : les maladies du système nerveux central… comme la polio sont en fait les manifestations physiologiques et symptomatiques de l’inondation actuelle de la population mondiale par des poisons pour le système nerveux central, parrainée par le gouvernement et l’industrie ».

Le vaccin anti-polio de Salk a été déployé pour la première fois en 1955, soit deux ans après le déclin spectaculaire des cas de polio enregistrés. Ce fait a été commodément oublié lorsque l’on a annoncé que le nouveau vaccin éradiquait à lui seul la redoutable polio.

Des preuves sérieuses ont été présentées par des médecins et d’autres personnes au Congrès américain, selon lesquelles il existait un lien évident entre les épidémies estivales de polio et les pesticides à base de métaux lourds utilisés l’été, comme le DDT. Ces preuves ont été ignorées. La promotion du DDT en tant qu’insecticide inoffensif était si répandue que les enfants suivaient les camions pulvérisant les rues et les piscines étaient aspergées de DDT, le croyant inoffensif. Des campagnes publicitaires très émotionnelles proclamaient que la polio mortelle était mystérieusement transmise par les insectes et que le DDT protégerait. Les agriculteurs ont été invités à pulvériser leurs vaches laitières à plusieurs reprises avec du DDT pour éloigner les dangereux insectes. Le DDT a ainsi contaminé la réserve de lait. L’utilisation du DDT a explosé à la fin des années 1940 dans l’ensemble des États-Unis. Comme l’a décrit une personne, « des parents inquiets sont allés plus loin pour protéger leurs enfants. Ils craignaient le virus invisible comme s’il chassait leurs enfants. Ils ont transformé leurs maisons en zones stériles en pulvérisant constamment des insecticides et en lavant les murs avec des désinfectants ». Cela me semble familier.


La pétrochimie Rockefeller qui achète la médecine…


Salk et Rockefeller

La recherche sur les vaccins de Jonas Salk ainsi que de son rival, Albert Sabin, a été financée par la Fondation Nationale pour la Paralysie Infantile, connue plus tard sous le nom de Marche of Dimes. En 1954, Salk a convaincu les autorités sanitaires américaines que son vaccin contre la polio ne contenait que du virus inactif (VPI) et qu’il était absolument sûr. Il a réussi à convaincre les autorités réglementaires qu’il fallait renoncer aux « procédures coûteuses et difficiles qui avaient été suggérées pour la détection d’un éventuel virus vivant résiduel » dans son vaccin. Les essais sur le terrain du vaccin de Salk en 1954 ont été exposés par le Journal of the American Statistical Association : « …59% de l’essai était sans valeur en raison du manque de contrôles adéquats… » Ce rapport a été ignoré par le Département de la Santé américain et la Fondation Nationale a proclamé le vaccin Salk prêt à être distribué en masse au printemps 1955.

En 1955 déjà, des résultats alarmants du vaccin de Salk étaient apparus. Son vaccin, fabriqué par Cutter Laboratories, a été administré à plus de quatre cent mille personnes, pour la plupart des écoliers. En quelques jours, des rapports de paralysie ont commencé à faire surface. En l’espace d’un mois, le programme de vaccination de masse contre la polio a dû être suspendu. En juin 1956, les cas de polio ont commencé à augmenter fortement à Chicago chez les enfants qui avaient reçu le vaccin de Salk. La Fondation Nationale a envoyé une lettre urgente à ses membres les invitant à « donner l’assurance que le vaccin Salk actuel est sûr et efficace aux patients, aux parents et aux autres membres de votre communauté qui en doutent encore inutilement… »

Le vaccin de Salk avait causé 70 000 cas de faiblesse musculaire, 164 cas de paralysie grave et 10 décès. Les trois quarts des victimes sont restées paralysées en permanence. Le Secrétaire du Département de la Santé, de l’Éducation et des Affaires Sociales et le Directeur du NIH ont démissionné. L’incident Cutter a rapidement été minimisé par le gouvernement et les vaccinations ont repris après 21 jours de pause, en utilisant des vaccins de Wyeth Labs. Ces derniers ont également provoqué des cas de paralysie.

Entre 1923 et 1953, avant l’introduction du vaccin de Salk, le taux de mortalité de la polio aux États-Unis avait diminué de 47% ; l’Angleterre avait observé un schéma similaire. Après l’utilisation du vaccin de Salk entre 1955 et 1963, les cas de polio aux États-Unis ont augmenté de 50% de 1957 à 1958, et de 80% entre 1958 et 1959. Cette évolution a été masquée par un changement de définition de la polio par le gouvernement américain, comme le font aujourd’hui l’OMS et les CDC en Afrique. Les maladies qui étaient auparavant regroupées sous le terme de « polio » ont commencé à être déclarées comme des maladies distinctes. L’une d’entre elles était la méningite aseptique ou virale, une maladie infectieuse difficile à distinguer du poliovirus, ou la myélite transverse – une inflammation rare de la moelle épinière, ou le syndrome de Guillain-Barré. Tout cela est-il le résultat de toxines très répandues utilisées dans le vaccin ? Le gouvernement et l’industrie du vaccin ne voulaient pas savoir ou en parler.

Finalement, en 1963, le gouvernement américain a remplacé le vaccin IPV de Salk par un vaccin oral atténué contre la polio (OPV) développé par Albert Sabin. En tant que vaccin à virus vivant, il était et est encore capable de donner à ses destinataires la polio ou des symptômes de la polio. Salk a déclaré devant une sous-commission du Sénat en 1977 que le vaccin oral Sabin avait causé la plupart des cas de polio aux États-Unis depuis le début des années 1960.

L’eugénisme de Rockefeller ?

La Fondation Nationale pour la Paralysie Infantile, qui a financé à la fois Salk et son rival Sabin pour le développement de vaccins contre la polio dans les années 1950, était dirigée par deux médecins de l’Institut Rockefeller pour la Recherche Médicale : le Dr Henry Kumm qui avait passé 23 ans avec l’Institut Rockefeller, et le Dr Thomas Rivers.


John D. Rockefeller III
Patriarche ange de la mort

Henry Kumm est passé à la Fondation Nationale en 1951, au plus fort de l’épidémie de polio. En mai 1953, Kumm est devenu directeur de la recherche sur la polio à la NFIP. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Kumm a notamment été consultant civil auprès du chirurgien général de l’armée américaine en Italie, dirigeant des études de terrain pour l’utilisation du DDT contre les moustiques porteurs de malaria.

Dès 1922, Thomas Rivers a dirigé le service des maladies infectieuses de l’Institut Rockefeller pour la Recherche Médicale, dont il est devenu le directeur en 1937. En tant que Président des comités de recherche et de conseil sur les vaccins de la Fondation Nationale pour la Paralysie Infantile, il a supervisé les essais cliniques du vaccin de Jonas Salk par le groupe du Dr Kumm. On pourrait dire que la Fondation Nationale était un masque pour un projet massif de Rockefeller sur le vaccin contre la polio.

David Oshisky, chercheur sur la polio, a déclaré : « En vérité, la polio n’a jamais été l’épidémie rageuse décrite dans les médias, pas même à son apogée dans les années 1940 et 1950. Dix fois plus d’enfants mourraient dans des accidents au cours de ces années-là, et trois fois plus mourraient du cancer. Le statut particulier de la polio est dû, en grande partie, aux efforts de la Fondation Nationale pour la Paralysie Infantile, plus connue sous le nom de « March of Dimes », qui a utilisé les dernières techniques de publicité, de collecte de fonds et de recherche motivationnelle pour transformer une maladie horrible mais relativement peu commune en l’affliction la plus redoutée de son époque. Le génie de la Fondation Nationale pour la Polio réside dans sa capacité à attirer l’attention sur la polio, la faisant paraître plus inquiétante que d’autres maladies ». Cette Fondation Nationale était dirigée par les médecins de Rockefeller. C’est en grande partie ce que fait la Fondation Gates avec son vaccin oral contre la polio en Afrique où la polio avait presque disparu avant la campagne de vaccination de masse de l’OMS et de Gates.

Ici, le lien de dévouement à l’eugénisme et aux vaccins dangereux semble unir les Rockefeller et Bill Gates, qui, à bien des égards, n’est que l’héritier et la continuation du travail d’eugénisme mortel des Rockefeller. Tout cela devrait faire réfléchir avant de considérer les déclarations de Bill Gates sur le coronavirus et ses vaccins préférés comme la bonne vérité scientifique.


Bill « la piquouze » engrange le flouze

= = =

Lectures complémentaires :

Gary_Allen_Le-dossier-Rockefeller

HistoriqueCartelPharmaceutique

LaFabriqueACancer

SARS-CoV_UCN

Dossier-coronavirus-cov19-experience-ingenierie-sociale

Affaire CoV19 OGM

Masque_Non-au-muselage-sanitaire

Bill-la-piquouze-Gates-et-son-empire-mondial-de-la-sante

Tract aux covidiots de la terre (Jo)

Bas le masque ! Tract

Coronavirus : Vaccin COVID19 nocivité et contrôle mondial de la population

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 6 octobre 2020 by Résistance 71


Avec Bill « la piquouze »
Big Pharma engrange le flouze

A aussi lire et regarder

Petits précis utiles sur le vaccin COVID19

Anonyme

6 octobre 2020

Les vaccins contre les coronavirus ont provoqué une inflammation pulmonaire et la mort

Voici pourquoi Bill Gates veut une indemnité… Êtes-vous prêt à prendre le risque ?

Au début, l’expérience semblait réussie car tous les animaux ont développé une réponse anticorps robuste au coronavirus. Cependant, lorsque les scientifiques ont exposé les animaux vaccinés au virus sauvage, les résultats ont été terrifiants. Les animaux vaccinés ont souffert de réactions hyper-immunes, notamment d’une inflammation dans tout leur corps, en particulier dans leurs poumons. Les chercheurs avaient observé cette même « réponse immunitaire renforcée » lors des essais sur l’homme des tests de vaccin anti-VRS qui avaient échoué dans les années 1960. Deux enfants sont morts.

Étude de 2012 : L’immunisation par les vaccins contre le coronavirus du SRAS conduit à une immunopathologie pulmonaire en défi avec le virus du SRAS.

« Toutefois, la provocation de souris ayant reçu l’un des vaccins a entraîné l’apparition d’une immunopathologie de type Th2, ce qui suggère une hypersensibilité aux composants du coronavirus du SRAS.

vidéo censuré

https://youtu.be/RzFP4yzZzII

Pourquoi les plus grands promoteurs de vaccins au monde, comme Paul Offit et Peter Hotez, nous mettent frénétiquement en garde contre les dangers uniques et effrayants inhérents au développement d’un vaccin contre les coronavirus ?

Les scientifiques ont tenté pour la première fois de mettre au point des vaccins contre les coronavirus après l’épidémie de SRAS-CoV de 2002 en Chine. Des équipes de scientifiques américains et étrangers ont vacciné des animaux avec les quatre vaccins les plus prometteurs. Au début, l’expérience a semblé réussie, car tous les animaux ont développé une réponse anticorps robuste au coronavirus. Cependant, lorsque les scientifiques ont exposé les animaux vaccinés au virus sauvage, les résultats ont été terrifiants. 

Les animaux vaccinés ont souffert de réactions hyper-immunes, notamment d’une inflammation dans tout leur corps, en particulier dans leurs poumons. Les chercheurs avaient observé cette même « réponse immunitaire renforcée » lors des essais sur l’homme des tests de vaccin anti-VRS qui avaient échoué dans les années 1960. Deux enfants sont morts.

Dans cette séquence vidéo censurée, Offit, Hotez et même Anthony Fauci (dans un moment non surveillé), avertissent que tout nouveau vaccin contre le coronavirus pourrait déclencher des réactions immunitaires mortelles « amélioration du vaccin » lorsque les personnes vaccinées entrent en contact avec le virus sauvage. Au lieu de procéder avec prudence, Fauci a fait le choix imprudent d’accélérer la mise au point de vaccins, partiellement financés par Gates, sans études critiques sur les animaux avant de passer à des essais cliniques sur l’homme qui pourraient fournir un avertissement précoce d’une réaction immunitaire fugitive.

M. Gates (dans la vidéohttps://youtu.be/RzFP4yzZzII CENSURE) est tellement préoccupé par le risque d’effets indésirables qu’il affirme que les vaccins ne devraient pas être distribués tant que les gouvernements n’auront pas accepté d’être indemnisés en cas de poursuites judiciaires. Le 4 février 2020, selon le site web des Centers for Disease Control (CDC), il n’y avait que 11 cas de CV actifs aux États-Unis, et pourtant les États-Unis ont discrètement fait adopter des réglementations fédérales donnant aux fabricants de vaccins contre les coronavirus une immunité totale contre toute responsabilité.

https://fort-russ.com/2020/04/the-gates-of-hell-proven-coronavirus-vaccines-caused-lung-inflammation-and-death/

Le nouveau vaccin n’a que 50% de chances de fonctionner car le virus est en train de disparaître, selon le Groupe Oxford soutenu par Bill Gates https://fort-russ.com/2020/05/failure-new-vaccine-has-only-50-to-work-because-virus-is-disappearing-says-bill-gates-backed-oxford-group/

Taux d’accidents de 100% chez les sujets ayant reçu le vaccin Covid-19 du groupe Vax au Royaume-Uni soutenu par Bill Gates

Le vaccin à protéines dopées de l’Oxford Vaccine Group (OVG) était sur une voie encore plus rapide que celle de Moderna. En mai, Melinda Gates a prédit qu’il serait prêt à l’emploi avant la fin de l’année 2020. Les responsables d’Oxford et du Royaume-Uni ont promis 30 millions de doses d’ici septembre.

POUR EN SAVOIR PLUS : CATASTROPHE : 20% des sujets humains testés sont gravement blessés par le vaccin contre le coronavirus de Moderna soutenu par Gates-Fauci https://fort-russ.com/2020/05/catastrophe-20-of-human-test-subjects-severely-injured-from-gates-fauci-coronavirus-vaccine-by-moderna/

Le 24 avril, les scientifiques de l’OVG ont annoncé que des études sur les macaques avaient prouvé l’efficacité du vaccin. L’OVG a rapidement recruté 510 volontaires sains pour des essais sur l’homme. Les données brutes publiées cette semaine révèlent que l’équipe de l’OVD a menti.

Tous les macaques vaccinés ont été malades après avoir été exposés au COVID-19. Eleanor Riley, de l’université d’Edimbourg, a déclaré à Forbes que le vaccin ne fournissait pas « suffisamment » d’anticorps pour prévenir l’infection et l’excrétion virale. Les singes vaxxés propagent la maladie aussi facilement que ceux qui ne sont pas vaccinés.

L’OVG est politiquement câblé. Le développeur principal, Andrew Pollard, jongle avec des conflits scandaleux qui lui permettent d’autoriser, d’enregistrer et de rendre obligatoires ses propres vaccins non testés pour les masses. Les contacts politiques d’Andrew Pollard lui ont permis de gagner 110 millions de dollars en subventions gouvernementales pour son vaccin.https://fort-russ.com/2020/05/second-disaster-100-injury-in-subjects-from-gates-backed-covid-19-vaccine-uk-vax-group-fails/

Des scientifiques parlent d’infecter délibérément des gens avec le covid avant de les faire participer au test des vaccins

C’est la preuve qu’il n’y pas de vrais positifs au covid, s’ils parlent de vouloir délibérément contaminer des gens

https://fort-russ.com/2020/05/scandal-uk-scientists-want-to-give-coronavirus-to-healthy-volunteers-in-vaccine-hunt-citing-too-few-real-cases/

Moins de 12 heures après la vaccination, Hayden a souffert de douleurs musculaires, de vomissements, a eu une fièvre de 103,2 et a perdu connaissance. Sa petite amie l’a rattrapé alors qu’il tombait. Son superviseur du procès Moderna a demandé à Haydon d’appeler le 911 et l’a décrit comme étant « le plus malade de sa vie ». Moderna a laissé croire à Haydon que la maladie n’était qu’une triste coïncidence sans rapport avec la piqûre. Moderna n’a jamais dit à Haydon qu’il souffrait d’un événement indésirable. « Le communiqué de presse de Moderna a été le premier que j’ai entendu parler des 3 EI dans le groupe à forte dose. » Haydon a avoué aujourd’hui sur Twitter, « Plus tard, une étude a confirmé que ce qui m’est arrivé était un événement indésirable. »

Tout en cachant cette vérité, Moderna a encouragé Haydon à apparaître à la télévision pour tromper le public et ses actionnaires en déclarant que les essais du vaccin COVID de Moderna étaient un succès retentissant.

Le 7 mai, M. Haydon a fait part de ses réactions à Sanjay Gupta (de CNN) lors d’une pré-interview. Les deux hommes ont convenu de garder cette mauvaise nouvelle secrète lorsqu’il est passé à l’antenne. Cet accord corrompu témoigne de l’état pathétique du journalisme à CNN.

Fauci et Gates poursuivent leur plan visant à canaliser un demi-milliard de dollars du contribuable dans leur projet de vanité téméraire pour créer 30 millions de doses d’ici novembre et 2 milliards en un an fabriquées aux États-Unis et en Suisse.https://fort-russ.com/2020/05/catastrophe-modernas-corona-vacc-test-subject-ian-haydon-suffers-major-illness/

Les « experts » américains en matière de pandémie affirment que même avec le vaccin, nous serons obligés de changer complètement notre mode de vie (garder la politique de confinement, distanciation, masque, tests), ce qui rend le développement du vaccin discutable. La question est de savoir pourquoi nous aurions même besoin d’un vaccin si le virus est là pour rester « pour toujours »?

https://fort-russ.com/2020/07/report-us-virus-experts-claim-even-with-vaccine-we-will-be-dealing-with-this-forever/

Le virus covid a plus d’affinité avec les humains qu’avec les animaux, c’est donc la preuve qu’il a bien été créé en laboratoire, et ne vient pas des animaux, comme le dit l’OMS qui a qualifié le coronavirus comme un virus zoonotic et veut confiner les humains dans les smart cities , les séparer de la nature des animaux, s’accaparer de 30% de la planète, chasser tous les indigènes qui vivent à côté des animaux à cause de ce mensonge

https://fort-russ.com/2020/05/major-researchers-uncover-new-evidence-showing-covid-19-was-lab-created/

Les 2 directeurs de Moderna vendent 30 millions de stock juste avant l’annonce médiatique que leur vaccin a causé 20% de blessés parmi des gens cobayes en très bonne santé

https://fort-russ.com/2020/05/crooks-two-moderna-executives-sold-30-million-of-stock-before-truth-about-vaccine-trial-failure-was-uncovered/

https://fort-russ.com/2020/05/catastrophe-20-of-human-test-subjects-severely-injured-from-gates-fauci-coronavirus-vaccine-by-moderna/

Les scientifiques n’osent pas risquer la vie des animaux avec les vaccins, alors ils veulent utiliser les humains directement comme cobayes à la place…

C’est la mentalité végan, la vie des animaux vaut mieux que les humains

Les humains peuvent être cobbayes des vaccins mais pas les animaux

https://www.statnews.com/2020/03/11/researchers-rush-to-start-moderna-coronavirus-vaccine-trial-without-usual-animal-testing/

= = =

Voir notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

« Vaccin COVID, ARNm, Hydrogel et luciférase, cocktail transgénique ? »


Vaccin et eugénisme… La fine équipe aux manettes