Archive pour COVID19 vaccins chimériques

Lettre ouverte du Dr Jean Stevens aux « autorités » sanitaires

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 20 octobre 2021 by Résistance 71

art-35-1793

Lettre ouverte aux présidents des conseils de l’Ordre et à tous mes confrères cliniciens

Marsac le 01/10/2021

Cher Confrère,

Je suis médecin, retraité depuis 5 ans et fort de 45 ans d’une expérience clinique particulièrement éclectique : médecine hospitalo-universitaire, médecine interne, médecine générale (en Belgique) et cardiologie (en France). Depuis ma retraite, je ne n’avais suivi que de loin l’épidémie de Covid-19 jusqu’à ce que, il y a quelques mois, suivant les conseils des « autorités » politiques et sanitaires, je reçoive, la seconde injection du Vaccin Astra-Zeneca. Or, depuis lors, je souffre de douleurs musculaires diffuses et de transpirations à l’effort qui me donnent le sentiment d’avoir vieilli de 10 ans. Ces effets secondaires invalidants ainsi que l’émergence évidente, dans mon entourage proche, d’autres effets secondaires nullement bénins et d’une défiance croissante vis-à-vis des contraintes imposées par ces « autorités » m’ont poussé à tenter d’éclairer au mieux ma lanterne. Et si j’écris cette lettre, c’est parce que je sors atterré de ce que j’ai découvert.

J’ai très logiquement cherché d’abord les données scientifiques et médicales objectives concernant cette nouvelle maladie, mais en y incluant intentionnellement le discours de ces confrères cliniciens éprouvés ou de ces scientifiques à la compétence incontestée que ces mêmes « autorités » et la plupart des médias qualifient — depuis la pandémie — de « complotistes ». La raison en est que l’Histoire nous a très souvent appris que les « complotistes » vilipendés un temps par les « autorités » en place s’avèrent devenir, quelques années plus tard, des héros, des « résistants » au pouvoir en place et des sauveurs de notre humanité et de ses valeurs profondes. Nous applaudissons ainsi aujourd’hui ceux qui ont résisté aux autorités nazies comme ceux qui se battent pour la défense de ces mêmes valeurs en Afghanistan, en Russie ou en Chine. Notez que ces « complotistes » sont toujours, au départ, largement minoritaires. La vérité et la vertu exigent du courage et riment rarement avec le discours majoritaire du pouvoir en place.

J’ai eu la chance de découvrir, dès le début de mon enquête, une vidéo publiée en juin dernier par un médecin américain de réputation internationale, le Dr Richard Fleming. En quatre heures de conférence, il brosse un tableau du « dessous des cartes » de cette épidémie qui font frissonner d’horreur en moi autant le passionné de science que le vieux clinicien. Son discours me convainc parce qu’il fonde ses propos exclusivement sur des faits objectifs, vérifiables et incontestables (émanant de documents publiés par les institutions qui ont « autorité » dans leur domaine). Je suis de plus particulièrement sensible à son discours parce qu’il a une formation et une expérience très proche de la mienne (clinicien en médecine interne et cardiologie et chercheur depuis 53 ans). Son palmarès est prestigieux : 500 publications scientifiques et une théorie des maladies cardiovasculaires aujourd’hui reprise dans les classiques « textbooks » de cardiologie. Quant à son enquête – fouillée et compétente –, elle présente tous les signes d’une grande rigueur scientifique et morale. Comme les conclusions qu’il tire de son enquête sont diamétralement opposées à ce que nous présentent lesdites « autorités », il me semble que, selon leurs critères, son discours devrait être qualifié de « complotiste ».

Le scientifique et le clinicien en moi se trouvent donc confrontés à un dilemme moral. Si je pratiquais encore, devrais-je me fier aveuglément aux contraintes imposées par les « autorités » ou au contraire écouter mon « intime conviction » – à savoir que ses propos sont fondés – et donc entrer en « résistance » ? Heureusement, je ne pratique plus la médecine, ce qui m’offre une liberté d’expression que n’ont plus les cliniciens en fonction puisque ceux qui ne se soumettent pas aux règles imposées par lesdites « autorités » sont menacés de perdre leur autorisation de pratiquer.

Ce problème « moral » est en réalité extrêmement grave et repose, à mon sens, sur la question de la légitimité (et des limites) de cette « autorité » que s’attribuent aujourd’hui certaines institutions politiques, scientifiques et sanitaires au nom de l’idée qu’elles se font du bien public et de leur fonction dans la santé des citoyens. La fonction des politiciens est de gérer au mieux l’organisation de la société, celle de la Science de présenter des données objectives aux preneurs de décision et celle des institutions sanitaires d’organiser au mieux le réseau de la santé et l’information des médecins. Jusqu’ici, toutes ces institutions sont largement diffusées par la plupart des médias.

Aucune de ces institutions, toutefois, n’est en droit de se substituer aux médecins cliniciens dans les décisions qu’ils prennent, en âme et conscience, dans le dialogue singulier qui les lie (par la confiance) à leurs malades. C’est là une fonction spécifique à la profession médicale. Même un conseil de l’ordre n’a pas le droit d’intervenir de façon coercitive sur la liberté de conscience du médecin. Il contreviendrait ainsi gravement aux principes mêmes qu’il est censé défendre : ceux du serment d’Hippocrate (qui sacralise la valeur de l’individu et du dialogue singulier) et celui, fondamental, du « primum non nocere ». Il est particulièrement regrettable de constater que, dans cette pandémie, les premiers concernés par le respect de ces principes – les médecins généralistes – ont été totalement écartés des lieux de décision au profit de spécialistes certes pointus, mais inévitablement moins concernés que ces derniers par la dimension humaine du problème.

Les contraintes qu’imposent aujourd’hui ces « autorités » à la liberté diagnostique et thérapeutique des médecins sont incompatibles avec les valeurs sacrées de leur métier, valeurs auxquelles ils ont tous juré fidélité au début de leur carrière. Au vu de la tournure que prennent les événements dans cette pandémie, j’en viens à penser que le serment d’Hippocrate qui lie tous les cliniciens – mais ne contraint aucune institution – constitue le dernier rempart de la défense des valeurs humaines fondamentales face à la puissance manipulatrice et médiatique des mondes politiques, économiques et même scientifiques. Après tous les scandales (sang contaminé, grippe H1N1, Mediator, Vioxx etc…) qui ont ébranlé ces honorables institutions, il faudrait être d’une grande naïveté pour croire encore en l’absolue pureté de leurs motivations.

Ces institutions, à l’image de toute notre société, ont quasiment sacralisé la Science. Cependant, quarante ans de réflexion profonde sur les rapports entre science et médecine m’ont fait clairement comprendre que ce mode de connaissance est, par principe (d’objectivité, de causalité et de réductionnisme) aveugle à la dimension subjective de la réalité. Cela signifie que la Science appliquée unilatéralement à la médecine est aveugle à la réalité du sujet. Elle ne peut voir dans l’organisme humain qu’un objet dénué de toute « profondeur ». C’est d’ailleurs cette « cécité sélective » de la Science qui explique son incapacité – avouée par tous les chercheurs honnêtes – à définir la vie et la conscience.

La « scientocratie »  est en réalité la philosophie qui, jusqu’ici, a inspiré la logique décisionnelle des « autorités » sanitaires et politiques, mais cette philosophie souffre d’une « inhumanité » intrinsèque. C’est donc le rôle, me semble-t-il, des vrais cliniciens de rendre au sujet et à l’individu une place centrale face aux arguments objectifs, mais exclusivement statistiques des autorités sanitaires et politiques.

La remarquable vidéo du Dr Fleming a le désavantage de durer quatre heures et d’entrer souvent dans des détails techniques qui ne sont vraiment pertinents que pour des initiés. Il me semble toutefois que son message devrait être connu de tous les cliniciens embarqués en confiance (par naturelle « soumission à l’autorité ») dans une entreprise d’envergure mondiale qui a fait sauter tous les verrous de sécurité mis en place depuis des décennies par nos institutions démocratiques : le code de Nuremberg (1946), la convention internationale en matière d’expérimentation humaine (1966), la déclaration d’Helsinki sur l’éthique de la recherche (1964), la convention sur les armes biologiques (1975) et – ce qui devrait intéresser les membres des conseils de l’ordre – le code éthique de l’association des médecins américains.

Aujourd’hui je suis vraiment en colère et je sais ma colère juste. Les « autorités » auxquelles je m’étais fié ont trompé ma confiance et continuent à tromper (par négligence ou compromission, je ne sais) celle de mes pairs à propos

  • (1) de la fiabilité du travail de contrôle des essais cliniques avant la mise sur le marché des vaccins,
  • (2) de l’efficacité des vaccins et, plus grave encore,
  • (3) de leur toxicité. Toutefois, personnellement, ce qui a le plus violemment heurté mon « âme » de chercheur et de médecin, c’est
  • (4) l’occultation délibérée par des « autorités » scientifiques et politiques de l’origine non pas « naturelle », mais « chimérique » (artificielle) du virus responsable de la pandémie.

1 – Fiabilité des études préliminaires

La FDA et l’ANSM ont accordé aux industriels du médicament l’autorisation de la procédure d’urgence (EUA) malgré le non-respect d’une de ses conditions impératives, l’inexistence d’alternatives thérapeutiques. Ceci leur a permis de raccourcir la durée des expérimentations de 10 ans à 11 mois. De plus, les instances responsables de la vérification des expérimentations (FDA, ANSM) – entièrement pilotées par ces industriels – n’ont pas fait correctement leur travail de lecture critique des statistiques des résultats publiées. Une lecture plus attentive (dénoncée par Fleming et d’autres experts3 leur aurait montré une réalité qu’aujourd’hui même les « autorités » acceptent, à savoir que le vaccin ne protège ni du risque de réinfection, ni du risque de contagion, ni (bien évidemment) d’une infection par les inévitables variants.

2 – Efficacité du vaccin

Une lecture critique des essais cliniques réalisés avant mise sur le marché montre que l’efficacité (voisinant les 90% selon les industriels) a en fait été évaluée sur base d’un paramètre – le « risque relatif » – qui n’a pas de signification clinique alors qu’exprimé sur base du paramètre cliniquement pertinent généralement utilisé (le « risque absolu »), cette efficacité voisine plutôt les 1%. La « manipulation » des chiffres (et de l’incompétence des citoyens et des médecins en matière de statistique) est flagrante, mais inacceptable. De plus, une lecture attentive démontre, à partir des résultats présentés par les firmes que, par exemple, l’efficacité des vaccins n’est pas statistiquement significative chez les sujets de plus de 70 ans, pourtant les premiers bénéficiaires du vaccin. Si j’avais su cela, jamais je ne me serais fait vacciner.

Quant aux études faites après mise sur le marché, on trouve – quand on les cherche – des preuves accablantes de nombreux cas d’infections et d’hospitalisations pour la Covid-19 chez des patients dûment vaccinés.

3 – L’étude critique de la toxicité potentielle des vaccins est encore plus effrayante

Le « rapport bénéfice/risque » avancé par les firmes correspond à une grossière manipulation des statistiques. Des responsables compétents n’auraient jamais permis sa mise sur le marché en temps normal. Aujourd’hui que des millions de gens ont été vaccinés, la chose est évidente. Le site américain de recensement des « effets indésirables » des vaccins (VAERS) recense en mai 2021 plus de 4 000 morts et 17 200 effets secondaires sévères. Une étude européenne de pharmacovigilance recense, elle près de 20 000 morts et 800 0000 cas d’effets secondaires jugés « graves ». En France, l’ANMS recensait en juillet 2021 900 décès et 8 700 cas d’effets secondaires graves pour le seul vaccin Pfizer. Pour rappel, l’épidémie de grippe porcine en 1976 aux USA (célèbre scandale sanitaire) a été arrêtée quand on a recensé 25 morts après une campagne de publicité semblablement orchestrée par les « autorités » politiques et sanitaires qui avait amené 46 millions d’Américains à se faire vacciner.

Le statisticien en santé publique (l’autorité ultime de la « scientocratie ») va mettre ces chiffres en balance avec le nombre (supposé) de « vies sauvées » grâce au vaccin. Aux yeux de tout médecin vivant une relation de confiance avec son patient (la base du serment d’Hippocrate), ce calcul est inacceptable parce qu’en prescrivant ou administrant un médicament qui peut causer la mort ou un handicap grave à son patient il n’est en rien excusable puisque, s’il connaît le risque statistique du vaccin qu’il propose, il est déontologiquement obligé de donner cette information à son patient et d’obtenir son consentement « libre et éclairé ». En rendant le vaccin obligatoire, les « autorités » sanitaires et politiques bafouent ouvertement ces principes fondamentaux de la médecine au nom de statistiques portant sur l’incidence (potentielle) et la mortalité (inférieure à 0,1%) d’une maladie virale « naturelle » (cf. point 4).

Mourir de la Covid est certes un drame pour les proches, mais cette mort est « naturelle » (pour autant qu’on croie le virus de la Covid-19 naturel). Par contre, mourir à cause d’un vaccin qu’on a forcé le médecin à administrer ou le malade à accepter contre sa volonté, sa conscience dûment éclairée ou son intime conviction est tout simplement un sacrilège, une atteinte inacceptable aux valeurs fondamentales (sacrées) de l’homme. C’est là que moi personnellement je décide d’entrer en résistance et de donner raison à tous ces citoyens anonymes et soignants de plus en plus en plus nombreux qui, se fondant sur leur profonde intuition (l’intime conviction), s’opposent aux directives des autorités. L’attitude de ces autorités politiques et sanitaires est aujourd’hui inacceptable du point de vue de l’éthique médicale. En dépossédant les médecins de leur fonction spécifique, elles se rendent en réalité complices de ce que certains appellent un « crime contre l’humanité ».

4 – Du caractère « naturel » du virus de la Covid-19

Toutes ces « révélations » génèrent chez moi une profonde colère, mais celles qui, dans cette vidéo, m’ont personnellement le plus effrayé sont d’ordre scientifique et pas médical. Elles concernent la protéine spike, l’acteur majeur de cette pandémie et la cible visée par les vaccins. J’ignorais, avant la lecture de cette vidéo, que cette protéine (les « épines » du virus) commune à tous les coronavirus est, dans le cas du SARS-Cov-2, une pure « chimère » c’est-à-dire le résultat de manipulations génétiques menées patiemment depuis 20 ans dans des laboratoires de virologie largement financés par le ministère de la Défense (!!!) des USA (laboratoire de Ralph Baric) puis « améliorés » par des virologues chinois dans l’institut de Wuhan (laboratoire de Shi Zhengli). Ces études portant sur le « gain de fonction » des virus visent à « améliorer » la virulence du virus pour la race humaine et sa capacité à pénétrer dans le cerveau. C’est donc indubitablement une arme biologique. Ces bricoleurs de virus ont en effet « inséré » dans la protéine spike du coronavirus de la chauve-souris (H4U4), totalement inoffensif pour l’homme, des fragments du virus du sida (insert de 590 acides aminés) et de celui de l’hépatite C ainsi qu’un court « insert » appelé PRRA constitué de 4 acides aminés (codés par 12 nucléotides) absents de toutes les autres souches naturelles de coronavirus et impossibles à attribuer à des mutations naturelles puisqu’il faudrait qu’apparaisse simultanément la mutation de 12 nucléotides successifs du génome.

De plus, en déformant la protéine, ces trois inserts ont créé à son extrémité un domaine dit de type « prion », c’est-à-dire semblable à l’agent de la vache folle. Et, de fait, on peut induire expérimentalement ce type de maladie (encéphalopathie spongiforme) chez les souris génétiquement modifiées (dites « humanisée ») après infection par le SARS-Cov-2. Le SARS-Cov-2 est donc, incontestablement à mon sens, un virus artificiel – une « chimère » – dont la création a « bypassé » tous les processus de sélection naturelle. Tous les gouvernements impliqués dans la mise au point de cette chimère (les USA, la Chine, mais aussi la France cofondatrice de l’institut de Wuhan) se sont empressés de nous faire passer ce virus pour une zoonose (le fameux pangolin) ou le résultat de mutations (naturelles). Mais une chimère n’est pas un mutant (naturel) et j’ai le sentiment que tout est fait « quelque part » pour que cette vérité embarrassante – mais cruciale dans le procès de la thèse du complotisme – soit tue.

5 – De la vaccination obligatoire et généralisée

Nous devons prendre conscience, nous médecins cliniciens, que les vaccins actuels contre ce « monstre » de la biotechnologie forcent nos propres cellules à synthétiser en millions d’exemplaires cette protéine chimérique imaginée et créée de toutes pièces par des scientifiques irresponsables. Le simple principe de précaution devrait nous pousser à redoubler de vigilance vis-à-vis de ce vaccin doublement atypique (technologie à ARN messager/nanoparticules lipidiques et antigène spike artificiel), mais les médecins généralistes, témoins les plus concernés par la santé individuelle de leurs patients et source la plus fiable des éventuels effets secondaires ont été écartés des centres de décision gérés par les autorités politiques, sanitaires et scientifiques. Avec un an et demi de recul, nous disposons aujourd’hui de statistiques de mortalité, de létalité et du rapport bénéfice/risque des différents vaccins commercialisés. Nous avons le devoir de les analyser objectivement et, personnellement, ils me glacent d’effroi.

Alors que le risque de mourir est quasiment nul pour un Covid “naturel” entre 0 à 14 ans, il est non nul pour l’administration du vaccin. Or, cette seule réalité n’empêche pas les autorités de prévoir une vaccination obligatoire de tous les enfants.

Dans la tranche d’âge entre 15 et 44 ans, le rapport bénéfice-risque est à peu près égal à 1 (seuil maximal admissible), mais si on évalue ce même rapport chez les sujets sans « comorbidité » (c’est-à-dire la majorité de cette population), il grimpe à 3 (1,5 à 4,4), ce qui signifie qu’il est trois fois plus toxique qu’efficace. Un parent ou un patient dûment éclairé de ces chiffres refuserait très certainement le vaccin. Comme personne n’est en droit de prétendre remplacer la responsabilité parentale ou personnelle dans une telle situation, les « autorités » ont balayé ce droit et manipulé l’information au nom d’une « immunité collective » dont nous savons aujourd’hui qu’elle ne sera jamais réalisée par les vaccins puisqu’ils ne protègent ni des réinfections, ni de la contagiosité, ni des variants.

Il est plus que temps, me semble-t-il, messieurs les présidents des conseils de l’ordre et chers confrères cliniciens, d’ouvrir nos yeux à des réalités que les « autorités » impliquées jusqu’au cou dans une politique unilatérale ne peuvent pas regarder en face sans perdre la face. Nous avons maintenant un recul suffisant face à cette maladie nouvelle. Le corps médical – et en particulier les omnipraticiens, premiers acteurs responsables dans une pandémie, et les conseils de l’ordre, seuls remparts officiels de l’éthique médicale – peut-il continuer à se « soumettre à une autorité » qui nous a dépossédés de ce qui fait toute la valeur éthique de notre métier, sa « densité humaine ». Comme le rappelle à plusieurs reprises mon collègue Richard Fleming : « Qu’en est-il si ceux qui prétendent soigner le problème (les “autorités” politiques et scientifiques et l’industrie biotechnologique) sont aussi ceux qui l’ont créé ? »

Si, après avoir visionné en intégralité la vidéo du Dr Fleming et, si possible aussi, celle de Christine Cotton (ICI) ou du Dr de Lorgeril () (deux spécialistes français de la lecture critique des statistiques dans les études cliniques) vous continuez, chers confrères à accorder votre confiance au discours des « autorités », je crains fort que vous ne puissiez rétablir – quand la vérité sera enfin établie – la confiance de la population en une médecine qu’elle jugera, à juste titre, très sévèrement.

Tout le monde sait que la pandémie a créé en quelques mois une vague de décès (en rien comparable à celle la grippe espagnole ou de la peste), une secousse sans précédent de l’économie mondiale, mais aussi quelques heureux, les neuf nouveaux milliardaires de l’industrie du vaccin et des tests biologiques. À titre d’exemple, le patron de la firme Moderna – qui ne cache pas publiquement son rêve de créer une médecine préventive fondée sur la manipulation (le « piratage », dit-il même) du génome, le plus précieux trésor de chaque organisme vivant que la Nature a mis plusieurs milliards d’années à sélectionner. En apprenant que ses gains personnels en 2020 (4.3 milliards de $) ont été exemptés d’impôts (cadeau de l’État du Delaware), et placés dans des paradis fiscaux (cadeau de la Suisse qui abrite le siège social de sa société), j’ai peine à croire en la pureté des objectifs humanitaires de ce genre d’industrie. Il est très loin le temps où le Dr Sabin, inventeur du vaccin de la polio, avait fait don de son brevet aux enfants de l’humanité.

La seule façon, me semble-t-il, chers confrères – et mon exhorte s’adresse également à tous les soignants, parents et jeunes – de résister à la puissance de ces géants est, je pense, d’entrer massivement en « résistance » et d’unir les voix de plus en plus nombreuses de ceux qui devinent – sans souvent pouvoir le démontrer – que quelque chose de fondamental à l’homme est en train de pourrir dans notre société capitaliste et hyperlibérale. En tant qu’humain, médecin, père et grand-père soucieux du devenir des générations futures, il me semble que cette démarche relève du noble « devoir civique ».

Très confraternellement,

Jean Stevens, 82 140 Saint Antonin (France)

P.S. : Au moment d’envoyer cette lettre, j’apprends la courageuse démission de l’ordre des médecins d’un médecin de Montpellier à qui ses « autorités sanitaires » avaient refusé qu’il publie des résultats (très inquiétants) concernant les effets secondaires graves dans 83 EPHAD4. Il souligne au passage l’inquiétante augmentation des effets secondaires du vaccin Pfizer (+160 % en deux mois)

Source :
https://jbl1960blog.wordpress.com/2021/10/19/a-laube-dune-nouvelle-vague-et-dun-nouveau-confinement/

Lire notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

Notre communiqué du 14 juillet 2021 : « La solution de la crise fabriquée COVID n’est en aucun cas médicale mais politique »

Kokopelli_affiche-droit-de-CHOISIR

Sénat, loi injection OGM scélérate… le retour

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 octobre 2021 by Résistance 71

stop_covax

Le sénat n’a toujours pas renoncé à l’injection obligatoire malgré le refus de la commission le 6 octobre, ils vont représenter leur proposition de loi le 13 octobre 2021

Anonyme 

11 octobre 2021

Le sénat n’a pas renoncé à la proposition de loi sur la vaccination obligatoire pour tous qui sera examinée en séance publique le 13 octobre prochain. Le sénateur Jomier a déposé son rapport qui vient d’être publié.

Contenu du rapport de style administratif et déshumanisé:

– des chiffres et des statistiques (telle catégorie de la population n’est pas suffisamment vaccinée, tel pays fait mieux)

– aucun fondement juridique exposé ( le caractère expérimental des vaccins, le code de Nuremberg, la convention d’Oviedo, loi Kouchner, le consentement libre et éclairé, la résolution européenne…il ignore tout, c’est poubelle) un sénateur qui ne s’encombre pas du droit !

– sa seule motivation est de dire : dans le passé , il est arrivé de vacciner toute la population par exemple contre le typhus, donc allons y ! et puis cela marche en Nouvelle Calédonie (l’hexagone doit-il suivre le droit coutumier Kanak?)

– il faut le vaxx obligatoire car c’est la seule solution ( hubris/toute puissance) et c’est ce que veulent l’académie de médecine, Larcher….

– il veut un pass vaccinal car un pass sanitaire ne sert à rien puisque les non vaccinés contaminants ont accès à des lieux sans pass.

– il a auditionné des témoins sans retranscrire leur témoignage, témoins de grande qualité : karine Lacombe! (sourire)

– les débats plats du 6 octobre en commission : le sénateur Savary  » quand la ceinture de sécurité a été rendue obligatoire, j’étais de ceux qui ronchonnaient devant ce que je regardais alors comme une entrave à ma liberté, puis la ceinture est entrée dans les mœurs et je m’y suis fait : la ceinture n’évite pas l’accident, mais sauve des vies, je pense que c’est comparable »

Le sénat compare donc les humains à des voitures !

Personne ne parle ni du droit applicable sur la nécessité du consentement libre et éclairé pour des vaccins expérimentaux, ni des effets indésirables et dévastateurs des vaccins, et encore moins des décès, des victimes ni des familles en deuil.

Les sénateurs vivent à l’écart dans leur tour d’ivoire, sous les ors de la république avec une bonne cantine, sans se préoccuper de ce qui se passe dans la vraie vie des français qu’ils méprisent.

https://www.senat.fr/rap/l21-028/l21-028.html

Aussi un truc révélateur:

Jomier admet dans ce PDF du Sénat présent dans le commentaire sous l’article ici https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2021/10/09/injection-moderna-lislande-dit-stop-jusqua-nouvel-ordre/?unapproved=193992&moderation-hash=6c748543138b07d3d63e1452cf894780#comment-193992 qu’il n’y a plus de nouvelles personnes volontaires pour se piqouzer depuis le 31 juillet

et il admet que les gens peuvent vivre sans le vaccin en bonne santé, puisqu’il a dit que cela prendra jusqu’en juillet 2022 pour piqouzer 70% de la population, donc cela veut dire que les gens peuvent vivre en très bonne santé l’hiver 2021, puisque selon ses dires, le chiffre de la population ne baissera pas pendant l’année 2021-2022, voilà pourquoi il calcule le nombre de français qui reste à piqouzer jusqu’en juillet 2022 à partir du nombre de la population actuelle.

Preuve qu’ils se foutent de notre gueule, et que leur but est bien de nous euthanasier avec leur piqouze.

voir article précédent

« M. JOMIER collabo qui veut la piqouze obligatoire a envoyé cette proposition de loi dès le 4 octobre 2021 au Sénat:

À compter du 1er janvier 2022, le refus de se soumettre ou de soumettre ceux sur lesquels on exerce l’autorité parentale ou dont on assure la tutelle à l’obligation de vaccination prévue au 12° du I est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.

Cette contravention peut faire l’objet de la procédure de l’amende forfaitaire prévue à l’article 529 du code de procédure pénale. Si une telle infraction est verbalisée à plus de trois reprises au cours d’une période de trente jours, l’amende est celle prévue pour les contraventions de la cinquième classe. ». »

Objet

Cet amendement assortit la vaccination obligatoire d’une sanction contraventionnelle en cas de non-respect de cette obligation à compter du 1er janvier 2022, afin de donner à l’ensemble des personnes concernées le temps de s’y conformer.

Il est ainsi prévu que le non-respect de l’obligation vaccinale sera puni de l’amende forfaitaire prévue pour les contraventions de 4e classe, à savoir 135 euros. En cas de récidive au-delà de trois verbalisations en 30 jours, cette amende sera portée à 1 500 euros.

Proposition de loi

Vaccination obligatoire contre la maladie COVID provoquée par le coronavirus SRAS CoV 2

https://www.senat.fr/amendements/commissions/2020-2021/811/Amdt_COM-1.html

des médecins payés à 750 euros de l’heure pour piqouzer

https://www.ladepeche.fr/2021/04/15/des-medecins-payes-jusqua-750-euros-de-lheure-pour-vacciner-lassurance-maladie-met-fin-a-la-facturation-a-lacte-9490097.php

les médecins piqouzeurs exemptés d’impôts

https://resistance-mondiale.com/proposition-de-loi-no-4064-visant-a-exonerer-dimpot-sur-le-revenu-les-remunerations-des-professionnels-de-sante-dans-le-cadre-de-la-campagne-vaccinale-contre-la-covid-19

les médecins ont l’immunité judiciaire pour la piqouze

Quand un journal de l’académie de médecine se plaignait que nous sommes trop nombreux sur la planète (en plus de faire leur propagande du RCA bidon tout comme leur fausse pandémie avec tests truqués)

https://www.lequotidiendumedecin.fr/courriers-des-lecteurs/rechauffement-climatique-trop-de-monde-sur-la-planete »

https://resistance71.wordpress.com/2021/10/06/escroquerie-covid-crime-contre-lhumanite-et-dictature-technotronique-prospective-2022/

lineaqrcode

Traitement précoce et prévention COVID19: Ivermectine au Soleil Levant (Média 4-4-2)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 5 octobre 2021 by Résistance 71

DrGoogle

Japon : L’ivermectine contre le COVID… Ça marche !

Le Média en 4-4-2

3 octobre 2021

url de l’article original:
https://lemediaen442.fr/japon-livermectine-contre-le-covid-ca-marche/

L’efficacité de l’ivermectine est reconnue par les scientifiques. En France, le 20 juillet 2021, le Pr Pierre-Jean Guillausseau, de l’hôpital Lariboisière 75010 Paris et de l’université Paris-Sorbonne, conclut son étude : « La précocité du traitement est importante, avec une amélioration notée chez 79% des patients en cas de traitement précoce, 46% des patients en cas de traitement tardif. Enfin, l’ensemble des études indique une excellente tolérance de l’ivermectine, sans aucun effet secondaire sérieux ou grave. »

Au Japon, confronté à une recrudescence des infections dans le pays, le Dr Haruo Ozaki, président de l’Association médicale métropolitaine de Tokyo, appelle, le 13 août 2021, à la généralisation de l’utilisation de l’Ivermectine par les médecins généralistes.

Europe (et France) : il n’existe aucun traitement, circulez !

Au mois de mars 2021, l’Agence européenne du médicament estime que « Les preuves actuellement disponibles ne sont pas suffisantes pour soutenir l’utilisation de l’ivermectine dans le Covid-19 en dehors des essais cliniques ».

Le 1er avril 2021, l’Agence française du médicament (ANSM) a refusé l’autorisation temporaire d’utiliser l’ivermectine pour traiter ou prévenir le Covid-19. Le 27 février, le Haut Conseil de santé publique (HCSP) recommande de ne pas l’utiliser pour le Covid en dehors d’essais cliniques.

Un argument décisif contre l’ivermectine devrait arracher les derniers doutes : l’ivermectine est de droite ! « Dans un éditorial datant du 29 juillet 2021 publié dans le très respectable journal américain The Wall Street Journal (classé politiquement à droite), deux intellectuels demandaient à la FDA d’autoriser en urgence l’ivermectine contre la Covid-19. »

Le Japon submergé par les contaminations en août

Le Monde du 18 août 2021 alerte : « Covid-19 : le Japon dépassé par une hausse “sans précédent” de contaminations. Treize départements sont en état d’urgence et les contaminations progressent, alors que le pays s’apprête à accueillir, après les JO, les Jeux paralympiques. »

Le Japon n’a rien à attendre de l’ivermectine… selon l’AFP

L’AFP, dans son fact checking du 7 septembre 2021, nie toute efficacité du traitement anti covid : « […] on assiste à une recrudescence des problèmes de santé causés par des personnes qui ingèrent de l’ivermectine vétérinaire en croyant à tort qu’elle les protégera contre le Covid-19 ou qu’elle traitera cette maladie mortelle. Les directives officielles du ministère japonais de la Santé à l’intention des médecins précisent que “par rapport au traitement standard et au placebo, l’ivermectine n’a pas réduit les décès, ni raccourci la période d’hospitalisation, ni amélioré le temps de disparition du virus” ».

Miracle au Japon !  le virus recule

28 septembre 2021 : « Le Japon lève jeudi 30 septembre l’état d’urgence sanitaire dans toutes les régions. Le nombre quotidien de nouvelles infections au coronavirus est en déclin et la pression sur le système de santé s’est allégée, a déclaré ce mardi 28 septembre le ministre de l’Économie, Yasutoshi Nishimura. »

Agence Reuters du 3 octobre 2021 : « Japon – Le nombre moyen de nouveaux cas recensés chaque jour a baissé de plus de 8 700 au cours des 3 dernières semaines, à 38 % de son précédent pic d’infections. 8 cas recensés pour 100 000 personnes au cours des 7 derniers jours. »

Comment expliquer ce miracle du très net recul du covid, alors que seulement 60,2 % des Japonais ont reçu les deux injections le 29 septembre — moins qu’en France (65,9 % au 28 septembre) ?

L’ivermectine est utilisée au Japon, mais il ne faut pas le dire

Au Japon, il est possible d’importer sans autorisation les médicaments prescrits sur ordonnance par votre médecin traitant.

En témoignent les petites annonces de diverses cliniques (et on vous les donne même en japonais que l’efficace DeepT a traduit) et vous pourrez les retrouver sur l’excellent blog de Patrice Gibertie là :

  • 個人輸入は全国対応です。自宅に届くまで14日前後掛かるので時間に余裕がある方は検討しましょう。
  • 銀座まいにちクリニック
  • Traduction : L’importation personnelle est disponible dans tout le pays. Il faut environ 14 jours pour atteindre votre domicile, donc si vous avez du temps devant vous, vous devriez l’envisager.
  • 現在、イベルメクチンの在庫が切れているようです。(2021年8月21日)
  • Traduction : Il semble que nous soyons en rupture de stock d’ivermectine en ce moment. (21.08.2021)
  • 9月3日(金)のみイベルメクチン処方を再開したようですが、現在の在庫状況は不明です。(2021年9月10日)
  • Traduction : Les prescriptions d’ivermectine n’ont repris que le vendredi 3 septembre, mais l’état actuel des stocks est inconnu. (10 septembre 2021).

Bien entendu, en France, c’est le patient qui doit demander l’ivermectine à son médecin, lequel, pour éviter toute plainte de son ordre, refusera prudemment.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

===

Notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

lineaqrcode
Le boulet QR

COVID19, injections OGM et génocide…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 1 octobre 2021 by Résistance 71

poster4

Le “vaccin” contre la COVID19 et le code de Nüremberg, crimes contre l’humanité, génocide

Michel Chossudovsky

24 septembre 2021

source en français:
https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-contre-la-covid-19-et-le-code-de-nuremberg-crimes-contre-lhumanite-genocide/5660415

« Nous, les survivants des atrocités commises contre l’humanité pendant la Seconde Guerre mondiale, nous sentons tenus de suivre notre conscience. … Un autre holocauste de plus grande ampleur se déroule sous nos yeux. Nous vous appelons à mettre fin immédiatement à cette expérience médicale impie sur l’humanité. C’est une expérience médicale à laquelle le code de Nuremberg doit être appliqué. » (Rabbi Hillel Handler, Hagar Schafrir, Sorin Shapira, Mascha Orel, Morry Krispijn et al, voir le texte complet ici)

***

Le vaccin à ARNm est « expérimental » et non approuvé. Depuis décembre 2020, cela a entraîné une tendance à la hausse mondiale des décès et des blessures* [injuries, séquelles].

De nombreuses études scientifiques confirment la nature du vaccin à ARNm Covid-19 qui est imposé à toute l’humanité.

L’objectif proclamé est d’imposer la vaccination mondiale de 7,9 milliards de personnes dans plus de 190 pays, suivie de l’imposition d’un « passeport vaccinal » numérisé.

Inutile de dire qu’il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars pour Big Pharma. Ironie amère, Pfizer, qui joue un rôle dominant dans la commercialisation du vaccin au niveau de la planète entière, a un casier judiciaire auprès du ministère américain de la Justice (pour plus de détails, voir ci-dessous).

Les autorités sanitaires nationales ne peuvent pas dire : nous ne le savions pas. Ils ne peuvent pas non plus dire que l’objectif est de « sauver des vies ». C’est un vaccin meurtrier. Et ils le savent.

Les derniers chiffres officiels (15 septembre 2021) indiquent environ :

40 666 décès signalés et enregistrés dans l’UE, au Royaume-Uni et aux États-Unis (combinés) et

6,6 millions ont signalé des « événements indésirables ».

*Blessures est la traduction du mot injuries. Il s’agit de séquelles du vaccin.

UE/EEE/Suisse au 11 septembre 2021 – 24 528 décès liés à l’injection de Covid-19 et 2 292 967 blessures [injuries], selon la base de données EudraVigilance.

Royaume-Uni au 1er septembre 2021 – 1 632 décès liés à l’injection de Covid-19 et 1 186 844 blessures, selon le système de carte jaune MHRA.

États-Unis au 3 septembre 2021 – 14 506 décès liés à l’injection de Covid-19 et 3 146 691 blessures, selon la base de données VAERS.

TOTAL pour l’UE/Royaume-Uni/États-Unis – 40 666 décès liés à l’injection de Covid-19 et 6 626 502 blessures signalées au 15 septembre 2021.

Mais seule une petite fraction des victimes ou des familles du défunt passera par le processus fastidieux de déclaration des décès et des effets indésirables liés aux vaccins aux autorités sanitaires nationales.

Ces chiffres de décès et de blessures (UE, Royaume-Uni, États-Unis) SOFAR sont au moins dix fois plus élevés que les cas officiels signalés.

410 000 décès, soit 66 millions de blessés sur une population d’environ 850 millions d’habitants.

En outre, les autorités sanitaires participent activement à a dissimulation des décès et des blessures résultant du « vaccin » à ARNm, tout en gonflant le nombre de décès liés au Covid-19 (« autopsies non requises »).

BigPharma_credo

Tyrannie numérique au niveau mondial

Le vaccin est appliqué et imposé dans le monde entier. La population cible est de 7,9 milliards d’habitants. Plusieurs doses sont envisagées. C’est le plus grand programme de vaccination de l’histoire du monde.

« Jamais auparavant la vaccination de la planète entière n’a été réalisée en acheminant un ARNm synthétique dans le corps humain ».

Les « Lignes directrices » de l’OMS pour l’établissement d’un système mondial d’information numérique pour la délivrance de ce qu’on appelle des « certificats numériques pour le Covid-19 » sont généreusement financées par les fondations Rockefeller et Bill et Melinda Gates.

Le vaccin contre l’ARNm n’est pas un projet d’un organisme intergouvernemental des Nations Unies (OMS) au nom des États membres de l’ONU : il s’agit d’une initiative privée. Les élites milliardaires qui financent et appliquent le Vaccine Project Worldwide sont des eugénistes favorables au dépopulation.

Big Pharma : Pfizer en quête de l’hégémonie mondiale

Le projet mondial de vaccination intitulé COVAX est coordonné dans le monde entier par l’OMS, GAVI, CEPI, la Fondation Gates en liaison avec le Forum économique mondial (FEM), le Wellcome Trust, la DARPA et Big Pharma, qui est de plus en plus dominé par le partenariat Pfizer-GSK établi à peine quatre mois avant le début de la crise du Covid-19 début janvier 2020.

Pfizer – qui a un casier judiciaire au ministère américain de la Justice – joue un « rôle quasi monopolistique » dans la commercialisation du « vaccin » de l’ARNm. Déjà dans l’UE, Pfizer devrait délivrer 1,8 milliard de doses, ce qui équivaut à quatre fois la population de l’Union européenne.

Dans une décision historique du ministère de la Justice des États-Unis en septembre 2009, Pfizer Inc. a plaidé coupable à des accusations criminelles. C’était « le plus grand règlement de fraude dans le domaine des soins de santé » de l’histoire des États-Unis. Ministère de la Justice.

Outre la conformité et l’application de la loi, le « poison vaccinal » imposé au niveau de la planète entière est produit par une société pharmaceutique qui a été inculpée par le ministère de la Justice pour « marketing frauduleux ».

Le « vaccin tueur » au niveau mondial: 7,9 milliards de personnes

Conformité : Pas d’Injection, Pas de travail

La « commercialisation frauduleuse » par rapport au vaccin à ARNm est un euphémisme flagrant. Les autorités sanitaires ainsi que Big Pharma, sans parler de l’OMS, des Rockefellers et de la fondation Gates, sont pleinement conscients que le vaccin a entraîné d’innombrables décès et blessures, y compris des caillots sanguins, l’infertilité, des lésions cérébrales, des myocardites, etc.

Et pourtant, les gouvernements (avec le soutien des médias 24 heures sur 24, 7 jours sur 7) font pression sur les gens pour qu’ils se fassent vacciner.. « Cela sauvera des vies ».

Les risques pour la santé sont connus et documentés, mais en même temps, les gens ne sont pas seulement mal informés, ils sont forcés d’accepter l’injection. Ou bien…

Pas de carrière, pas de revenu, pas d’avenir… C’est une question de conformité. Et pas d’accès à l’éducation et aux services de santé si vous n’êtes pas vacciné.

S’ils refusent le vaccin, ils perdent leur emploi.

Les étudiants ne peuvent pas fréquenter les écoles, les collèges et les universités, les agents de santé et les enseignants du secondaire qui ne se conforment pas sont licenciés, la société civile est précipitée dans un état de chaos.

Veuve
Pourra t’on éviter les tribunaux révolutionnaires
devant l’ampleur du crime commis ?…

Pertinence du code de Nuremberg

En se concentrant sur la nature expérimentale du vaccin à ARNm et ses effets dévastateurs sur la santé, les analystes juridiques ont soulevé la question du « procès des médecins nazis » historique de Nuremberg (1946-1947) dans lequel des médecins nazis ont été accusés de crimes de guerre, en particulier d’avoir mené des expériences médicales sur des prisonniers des camps de concentration et des civils.

The Medical Case, États-Unis vs. Karl Brandt, et al. (également connu sous le nom de procès des médecins), a été poursuivi en 1946-1947 contre vingt-trois médecins et administrateurs accusés d’avoir organisé et participé à des crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité sous la forme d’expériences médicales et de procédures médicales infligées aux prisonniers et aux civils.

Karl Brandt, le principal accusé, était le haut fonctionnaire médical du gouvernement allemand pendant la Seconde Guerre mondiale ; d’autres accusés comprenaient des médecins et des administrateurs supérieurs dans les forces armées et SS. Voir les documents de Harvard

À la suite du verdict du 19 août 1947, le code de Nuremberg a été promulgué. Voici les dix principes du Code de Nuremberg. Plusieurs de ces principes – en ce qui concerne le vaccin à ARNm et le passeport vaccinal – ont été violés de manière flagrante.

Le premier principe du « Code Nuremberg » stipule que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel », et c’est précisément ce qui est nié par rapport au « vaccin » (voir les phrases en gras ci-dessous).

1. Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel.

Cela signifie que la personne concernée devrait avoir la capacité juridique de donner son consentement ; devrait être située de manière à pouvoir exercer le libre pouvoir de choix, sans l’intervention d’aucun élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, de portée excessive ou d’autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition ; et devrait avoir une connaissance et une compréhension suffisantes des éléments du sujet en cause pour lui permettre de prendre une décision compréhensive et éclairée. Ce dernier élément exige qu’avant l’acceptation d’une décision positive par le sujet expérimental, il lui soit fait connaître la nature, la durée et le but de l’expérience ; la méthode et les moyens par lesquels elle doit être menée ; tous les inconvénients et dangers raisonnablement prévisibles ; et les effets sur sa santé ou sa personne qui peuvent éventuellement découler de sa participation à l’expérience.

2. L’expérience devrait être de nature à donner des résultats fructueux pour le bien de la société, non réalisables par d’autres méthodes ou moyens d’étude, et non aléatoires et inutiles.

3. L’expérience devrait être conçue et basée sur les résultats de l’expérimentation animale et une connaissance de l’histoire naturelle de la maladie ou d’un autre problème à l’étude que les résultats attendus justifieront la performance de l’expérience.

4. L’expérience devrait être menée de manière à éviter toutes les souffrances et blessures physiques et mentales inutiles.

5. Aucune expérience ne devrait être menée lorsqu’il y a une raison a priori de croire qu’il y aura décès ou blessure invalidante ; sauf, peut-être, dans les expériences où les médecins expérimentaux servent également de sujets.

6. Le degré de risque à prendre ne doit jamais dépasser celui déterminé par l’importance humanitaire du problème à résoudre par l’expérience.

7. Des préparatifs appropriés devraient être effectués et des installations adéquates devraient être fournies pour protéger le sujet expérimental contre des possibilités même lointaines de blessure, d’invalidité ou de décès.

8. L’expérience ne devrait être menée que par des personnes scientifiquement qualifiées. Le plus haut degré de compétence et de soin devrait être exigé à toutes les étapes de l’expérience de ceux qui mènent ou s’engagent dans l’expérience.

9. Au cours de l’expérience, le sujet humain devrait être libre de mettre fin à l’expérience s’il a atteint l’état physique ou mental où la poursuite de l’expérience lui semble impossible.

10. Au cours de l’expérience, le scientifique responsable doit être prêt à mettre fin à l’expérience à tout moment, s’il a probablement des raisons de croire, à l’exercice de la bonne foi, de l’habileté supérieure et du jugement attentif requis de lui selon lequel la poursuite de l’expérience est susceptible d’entraîner une blessure, une invalidité ou la mort du sujet expérimental

Emphase en caractère gras ajouté.

Des populations entières dans un grand nombre de pays sont menacées de se conformer et de se faire vacciner.

art-35-1793

En ce qui concerne le Code de Nuremberg, ils ne sont pas en mesure de :

« exercer le libre pouvoir de choix, sans l’intervention d’aucun élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, de portée excessive ou autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition » (Nuremberg 1 ci-dessus).

Largement documenté, il existe une tendance à la hausse des décès et des blessures par vaccin contre l’ARNm dans le monde entier et les autorités sanitaires sont pleinement conscientes des « risques pour la santé », mais elles n’ont pas informé le public. Il n’y a pas de consentement éclairé. Et les médias mentent comme des arracheurs de dents :

« Aucune expérience ne devrait être menée lorsqu’il y a une raison a priori de croire qu’il y aura décès ou blessure invalidante » (Nuremberg 5 ci-dessus).

Cette « raison a priori » décrite dans le principe 5 de Nuremberg est amplement documentée : les décès et les blessures invalidantes sont en cours au niveau de la planète entière. Ils sont confirmés par les statistiques officielles sur la mortalité et la morbidité du vaccin contre l’ARNm (UE, États-Unis, Royaume-Uni).

Vidéo : Le vaccin contre l’ARNm a été lancé de la mi-décembre à la fin décembre 2020. Dans de nombreux pays, il y a eu un changement significatif de mortalité après l’introduction du vaccin contre l’ARNm

« Expériences médicales » nazies

Rappelons la catégorisation de crimes spécifiques relatifs aux « expériences médicales » nazies menées sur les prisonniers des camps de concentration. Il s’agissait notamment « du meurtre de Juifs pour la recherche anatomique, du meurtre de Polonais tuberculeux et de l’euthanasie de civils malades et handicapés en Allemagne et dans les territoires occupés. … »

Karl Brandt et six autres accusés ont été reconnus coupables, condamnés à mort et exécutés ; neuf accusés ont été reconnus coupables et condamnés à des peines de prison ; et sept accusés ont été acquittés.

Les documents et les preuves du procès sont tous au dossier. Les accusés ont été accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

L’échelle et la taille de l’opération mondiale Covid-19 Vaxx

Je n’ai pas été en mesure d’examiner en détail les documents pertinents en vue d’établir le nombre de victimes résultant des expériences médicales nazies.

Bien que les principes de Nuremberg soient de la plus haute pertinence pour le projet de vaccin contre le Covid-19, des comparaisons simplistes devraient être évitées. Le contexte, l’historique et les mécanismes de conformité relatifs au « vaccin » de l’ARNm sont fondamentalement différents.

L’ampleur et la taille de l’opération mondiale Vaxx ainsi que sa structure organisationnelle complexe (OMS, GAVI, Gates Foundation, Big Pharma) sont sans précédent.

L’humanité dans son ensemble est l’objectif du projet Vaccination [Vaxx]. La population cible pour l’expérimentation vaccinale du vaccin contre la Covid-19 est l’ensemble de la population de la planète :

7,9 milliards de personnes, impliquant plusieurs doses.

Multipliez la population mondiale par 4 doses (comme proposé par Pfizer) : l’ordre de grandeur est de 30 milliards de doses dans le monde.

Les chiffres sont en milliards. Les impacts probables sur la mortalité et la morbidité sont indescriptibles.

De grosses sommes d’argent [Big Money] est à l’origine de ce projet de partenariat public-privé.

Nous avons affaire à un processus mondial de crimes contre l’humanité. Des populations entières dans un grand nombre d’États membres de l’ONU sont soumises à la conformité  et à l’application (sans État de droit).

Si des personnes refusent le vaccin, ils sont socialement marginalisés et confinés, rejetés par leurs employeurs, rejetés par la société : pas d’éducation, pas de carrière, pas de vie. Leurs vies sont détruites.

S’ils acceptent le vaccin, leur santé et leur vie sont potentiellement menacées. Les preuves de mortalité et de morbidité résultant de l’inoculation du vaccin à la fois présente (données officielles) et future (par exemple, caillots sanguins microscopiques non détectés) sont accablantes.

Et ce n’est que le début.

De nombreux crimes contre l’humanité sont commis dans le monde entier.

Le « vaccin » de l’ARNm modifie le génome humain au niveau de la planète entière. C’est un génocide.

C’est un « Holocauste d’une plus grande ampleur, qui se passe sous nos yeux ».

= = =

Lire notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

Tintin_en_France

Fraude et crime COVID en bande organisée : résumé et perspective hors système (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 septembre 2021 by Résistance 71

Kokopelli_affiche-droit-de-CHOISIR

Fraude COVID : résumé et perspective mars 2020 – septembre 2021

Résistance 71

27 septembre 2021

Nous couvrons, comme bien d’autres médias alternatifs, cette “pandémie” au virus SRAS-CoV-2 depuis le départ. Nous avons republié, relayé traduit et publié un certain nombre de textes, d’analyses, de documents en provenance de nombreuses sources, françaises et étrangères (anglophones). Nous avons suivi et analysé un grand nombre d’informations (pas toutes publiées sur ce blog loin s’en faut…), pour en arriver à la conclusion inévitable que tout ceci n’est qu’une vaste fumisterie criminelle dont l’objectif n’est en rien la lutte contre un nouveau coronavirus (fabriqué dans les laboratoires états-uniens entre 2006 et 2015 puis récupéré par le Pentagone pour en faire une arme biologique de dissémination), mais dont l’objectif est l’injection massive de la population mondiale avec une substance transgénique permettant la mise en place de tout un système de contrôle technotronique dictatorial planétaire sous couvert d’ “urgence sanitaire”, ce afin de faire passer la pilule de la mutation organisée du système étatico-capitaliste déjà dictatorial en lui-même et au bout de son rouleau, car finalement incapable de se reproduire et de progresser dans son développement historique, en une hydre tentaculaire dystopique de contrôle absolu des populations, dans un délire eugéniste néo-malthusien, savant mélange de “1984”, de “Brazil”, du “Meilleur des mondes”, de “Minoriry Report”, “Blade Runner” et “Gatacca” à la sauce bolchévico-stalino-hitléro-maoïste et fadaise supplémentaire nécessaire à sa survie et à celle de son cénacle de privilégiés lui permettant de se perpétrer.

Depuis plus d’un an et demi, nous tenons régulièrement à jour une page intitulée depuis mai 2020 : “Coronavirus, guerre contre l’humanité”. Titre sciemment choisi pour ne pas être anodin. Nous encourageons nos lecteurs à la visiter régulièrement pour y suivre ses mises à jour et surtout pour la diffuser au grand large, en tant que lien, dans sa totalité afin que le plus grand nombre ait accès aux informations vitales pouvant nous rassembler pour résister le plus efficacement possible, hors système, à cette tyrannie finale mise en place par la société du spectacle marchand dont nous sommes tous victimes à des degrés divers.

Sur cette page, nous couvrons dans l’ordre chronologique du déroulement de ce crime contre l’humanité en bande organisée :

  • La création du SRAS-CoV-2 dans les laboratoires américains de l’université de Caroline du Nord
  • La fraude des tests PCR
  • Les dangers des faux vaccins, vraies injections OGM à ARNm
  • La falsification des données chiffrées de la “pandémie” grâce à la fraude des tests PCR
  • La relation COVID-Biosécurité-dictature technotronique et le Nouvel Ordre Mondial en devenir via ce qui est appelé le “Grand Reset”
  • Mythe et statistiques du COVID19
  • Questions très importantes à poser aux “pro-vax”, aux promoteurs du cauchemar du programme en cours de l’injection OGM
  • Les injections OGM ARNm comme arme biologique
  • La création d’une fausse crise sanitaire planétaire purement à des fins de contrôle POLITIQUE
  • Comment dire NON à l’injection OGM
  • La fraude pandémique et les patentes, le gros business sous-jacent
  • Les chiffres du crime pseudo-vaccinal
  • Big Pharma, science et casseroles
  • Pourquoi cette obsession “vaccinale” ?…

De plus, nous attirons votre attention sur nos écrits sur le sujet depuis plus d’un an et demi, articles à également lire et diffuser sans modération afin que cela rejoigne toujours un peu plus, ce ruisseau devenu rivière de l’information alternative cherchant non seulement à mettre les projecteurs sur les très nombreuses zones d’ombre de toute cette affaire, mais aussi participer à la mise en place de solutions réfléchies, radicales (profondément ancrées à la racine de notre Être), à la tyrannie marchande maintenant en phase de mutation totale vers son apothéose finale, vers ce “Nouvel Ordre Mondial” dystopique de la dictature technotronique néo-malthusienne, en cela réalisant jusqu’au bout sa logique interne inhérente et historiquement irrémédiable.

Ce qui se passe sous nos yeux, résulte de la logique interne inéluctable d’un système dont les rouages se sont mis en branle au fameux néolithique, lorsque le pouvoir (la capacité décisionnaire et la prise de décision inhérentes à toute société, jusqu’ici diluée dans le corps social qui décidait collectivement, sachant  qu’il n’y a pas et ne saurait y avoir de société sans pouvoir…) s’est retrouvée séparée du substrat collectif où il est particulièrement soluble, pour être maintenu séparé du corps social, menant à la dérive inévitable du contrôle du pouvoir par une caste de privilégiés l’exerçant au détriment de la vaste majorité ne l’exerçant plus, ceci menant par effet boule de neige et de circonstances, à la mise en branle de facteurs “économiques” de domination qui bientôt, alliés aux facteurs religieux et politiques, parachèveront la division du corps social et la mise en place d’un système institutionnel de contrôle : l’État, et de rouages économiques débouchant, à terme, sur le capitalisme, dernière forme en date de la tyrannie politico-marchande et arrivant à son terme historique (plus de détail sur le cheminement historique dans notre “Manifeste pour la société des sociétés”). Nous incluons sous cet article quelques textes essentiels pour bien comprendre de quoi il retourne afin de ne pas se tromper d’objectif dans notre lutte terminale pour l’avènement du seul antidote possible au marasme proposé : la société de la Commune Universelle de notre humanité enfin réalisée.

Nos écrits en relation avec la fraude sanitaire en cours et sa relation avec la dictature technotronique de l’imposture étatico-capitaliste se trouvent sur notre page “Articles de Résistance 71”, mais nous encourageons à lire et diffuser plus précisément ces articles répertoriés ci-dessous dans l’ordre chronologique de leur publication, le premier datant du 17 mars 2020, il y a donc un an et demi :

Merci de (re)lire et de diffuser ces informations et analyses vitales au plus grand large possible. L’heure est à l’union, halte aux guéguerres de clochers politiques et à la division. C’est unis que nous vaincrons et divisés que nous perdrons. L’oligarchie le sait et dépense des milliards en propagande pour nous maintenir divisés depuis quelques 5000 ans et ce sur toutes les lignes de fractions possibles et imaginables. Il est plus que grand temps d’y mettre un terme et de reprendre la main, il ne s’agit plus de survivre mais de VIVRE, enfin !

La balle est dans notre camp, depuis un bon moment déjà !

A nous, les peuples, de jouer et de mettre à bas cette escalade du crime contre notre humanité qui se déroule sous nos yeux et dont la farce de la crise sanitaire actuelle n’est qu’un avatar supplémentaire de la falsification et de l’imposture programmées de la dictature étatico-capitaliste.

Rappelons-nous en toute circonstance qu’:

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Lectures complémentaires et toutes aussi vitales :

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

A lire aussi et à diffuser sans modération, notre bibliothèque de plus de 260 PDF en téléchargement gratuit.

resistance1

monpassanitairedantonq

Yankland : le groupe d’experts de la FDA se prononce contre les injections OGM mortifères anti-COVID

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 26 septembre 2021 by Résistance 71

vaxpoison

Le château de cartes du COVID s’effondre : Le groupe d’experts de la FDA sur les vaccins se prononce contre les injections mortelles

par Jamie White

Source en français:
https://reseauinternational.net/le-chateau-de-cartes-du-covid-seffondre-le-groupe-dexperts-de-la-fda-sur-les-vaccins-se-prononce-contre-les-injections-mortelles/

Plusieurs médecins participant à l’audition sur les vaccins de la Food and Drug Administration (FDA) ont affirmé vendredi, dans un témoignage explosif, que le vaccin COVID-19 tue plus de personnes qu’il n’en sauve et qu’il est à l’origine de mutations du coronavirus, comme le variant Delta.

Après huit heures de témoignages, le Comité consultatif de la FDA sur les Vaccins et les Produits biologiques connexes a voté à 16 contre 2 contre le programme de rappel du COVID-19 proposé par Joe Biden.

Au cours de cette audience, le Dr Steve Kirsch, directeur du COVID-19 Early Treatment Fund, a affirmé que les injections tuent plus de personnes qu’elles n’en aident.

« Je vais concentrer mes remarques aujourd’hui sur l’éléphant dans la pièce dont personne n’aime parler : les vaccins tuent plus de gens qu’ils n’en sauvent », a déclaré le Dr Kirsch par téléconférence.

« Aujourd’hui, nous nous concentrons presque exclusivement sur les sauvetages de décès COVID et l’efficacité des vaccins, car on nous a fait croire que les vaccins étaient parfaitement sûrs. Mais ce n’est tout simplement pas vrai ».

« Par exemple, il y a quatre fois plus de crises cardiaques dans le groupe de traitement dans le rapport de l’essai à 6 mois de Pfizer », a poursuivi Kirsch. « Ce n’était pas de la malchance. Le VAERS montre que les crises cardiaques sont survenues 71x plus souvent après ces vaccins par rapport à tout autre vaccin ».

« En tout, 20 personnes sont mortes qui ont reçu le médicament, 14 sont mortes qui ont reçu le placebo. Peu de gens l’ont remarqué ».

« Même si les vaccins avaient une protection de 100%, cela signifie toujours que nous avons tué deux personnes pour sauver une vie », a-t-il ajouté.

Kirsch a également expliqué que les données sur les décès dans les maisons de retraite montrent qu’environ la moitié des vaccinés sont morts, alors qu’aucun des non-vaccinés n’est mort.

Le Dr Jessica Rose, immunologiste et biologiste virale, a noté que, sur la base des données du VAERS, les risques liés au vaccin l’emportent sur les avantages chez les jeunes, en particulier les enfants, soulignant que les réactions indésirables à l’injection ont été multipliées par mille en 2021 par rapport à la dernière décennie.

« Il y a une augmentation de plus de 1000% du nombre total d’événements indésirables pour 2021 et nous n’en avons pas fini avec 2021 », a déclaré Mme Rose.

Rose a également déclaré que les données suggèrent que les vaccins COVID sont à l’origine de l’augmentation des mutations du COVID, comme les variants « alpha » et « delta ».

« L’émergence de ces deux variants et leur regroupement ultérieur ont eu lieu à proximité temporelle du lancement des produits COVID en Israël », a-t-elle déclaré.

« Israël est l’un des pays où l’on pratique le plus d’injections, et il ressort de ces données que ces produits n’ont manifestement pas réussi à conférer une immunité protectrice contre les variants émergents et à prévenir la transmission », a-t-elle ajouté.

Un médecin urgentiste de la Nouvelle-Orléans, le Dr Joseph Fraiman, a fait remarquer qu’il n’existe pas suffisamment de données issues d’essais cliniques à grande échelle pour garantir aux Américains non vaccinés et bien informés que le risque de subir les effets secondaires d’un vaccin est inférieur au risque d’être hospitalisé.

« Exigez que les essais de rappel soient suffisamment importants pour trouver une réduction des hospitalisations », a déclaré Fraiman au panel de la FDA. « Sans ces données, nous, l’establishment médical, ne pouvons pas interpeller en toute confiance les militants anti-COVID qui affirment publiquement que les vaccins nuisent plus qu’ils ne sauvent, surtout chez les jeunes et les personnes en bonne santé ».

« Le fait que nous ne disposions pas des preuves cliniques permettant de dire que ces militants ont tort devrait tous nous terrifier », a-t-il ajouté.

Après ces témoignages alarmants, il n’est pas étonnant que le comité de la FDA ait voté contre le programme de rappel.

Le vote du comité de la FDA contre le programme de rappel représente un coup dur pour l’administration Biden, qui a annoncé en août son projet de déployer des rappels pour les Américains ayant déjà pris deux doses du vaccin.

= = =

A lire, notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

BigPharma_credo

Obsédés de la piquouze OGM ?… Gardez votre délire pour vous !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 19 septembre 2021 by Résistance 71

ARNm_poison

L’obsession de la “vaccination” contre la COVID19

Jean-Yves Jézéquel

11 septembre 2021

source:

L’obsession de la « vaccination » contre la COVID-19

Depuis le début de cette campagne de propagande covidiste acharnée dans le seul but de rendre obligatoire la « vaccination » anti-Covid, ou tout au moins dans le but de faire pression sur les personnes afin de les pousser, bon gré mal gré, à se faire injecter les produits expérimentaux à ARNm ou à ADN, je constate que ceux qui ont « accepté » ou qui défendent aujourd’hui, l’opportunité de ces injections appelées « vaccins », me démontrent tous, sans exception, qu’ils ont pris une décision plus émotionnelle que rationnelle !

Si vous lisez attentivement et si vous prenez le temps d’étudier les publications scientifiques – non pas les publications imaginaires présentées par les médias travaillant au service d’on ne sait quels intérêts, ou les publications bidons du style de celle du « Lancet Gate » destinée à provoquer la confusion et permettre une interdiction scandaleuse et précipitée des prescriptions de traitements réellement efficaces – mais celles qui sont publiées par les chercheurs directement en cause dans ce programme de « vaccination » mondiale ; si vous écoutez, pas théoriquement, mais honnêtement, sérieusement, les médecins les plus qualifiés sur ces questions, ceux qui sont reconnus mondialement par la communauté scientifique ; si vous vous donnez la peine de suivre rigoureusement les débats d’experts de haut niveau sur tout ce qui est en cause dans cette histoire de « vaccin anti-Covid », alors si vous voulez rejoindre les « vaccinés », vous pourrez prétendre avoir pris une « décision libre et éclairée » en toute connaissance de cause, sachant, à partir de ce long travail, quel est le pour et le contre de cette nouvelle expérience en phase 3 des essais…

Parmi toutes les personnes que je connais, dans ma famille et chez les amis, qui se sont faites injecter soit un produit à ARNm soit un produit à ADN, je peux parier sans hésiter qu’aucune d’elles n’a lu vraiment, honnêtement, attentivement les documents d’études de Pfizer, les demandes d’autorisations européennes de Pfizer ! Personne n’a lu les fiches d’informations qui commentent leur approbation par les instances européennes ! Tous les risques importants y sont décrits et pourtant, personne n’a lu ces documents, pas même les médecins de mon entourage, avant d’accepter et de se soumettre à la campagne de pression scandaleuse qui a été orchestrée par les Etats qu’il faut appeler « voyous » comme l’Etat français qui est exemplaire dans le domaine de la délinquance…

On va me dire béatement et radoter comme toujours, que je suis « complotiste » et que je vois le mal partout ! Certes, comme toujours, si l’on m’écarte du revers de la main en me traitant de « complotiste », ou de « délirant », ou de « rassuriste » ou « d’anti-vax », c’est justement parce qu’il n’y a pas d’argument valable contre ce que je viens de dire en me posant toutes ces questions archi légitimes. Traiter quelqu’un de « ceci ou de cela » n’est pas un argument ! Dès qu’on vous traite de « complotiste », ou autre nom d’oiseaux, c’est qu’il n’y a aucune rationalité en face ; c’est parce que le mensonge n’étant pas quelque chose de rationnel, il ne tient pas la route face à la raison qui se pose des questions de bon sens, des questions non pas subjectives mais objectives.

S’il s’avère qu’au final j’avais tort, il sera toujours temps pour moi de me faire « vacciner » plus tard, avec toute la connaissance acquise et le recul de l’observation !

Mais si c’est le contraire qui est vrai : si les « vaccinés » anti Covid se retrouvaient très prochainement dans le camp de ceux qui avaient effectivement tort, ils auraient signé leur condamnation à mort ou à devoir souffrir peut-être des conséquences d’ordre sanitaires encore pires que la mort elle-même, par pure ignorance, par croyance en un Etat et en des autorités sanitaires « au-dessus de tout soupçon », par confiance en un système qui n’a jamais été préoccupé par le véritable intérêt des personnes, mais certainement par celui du grand capital !

Si les « vaccinés anti-Covid » s’avéraient avoir eu tort, (on le saura dans les cinq ans qui viennent), ils n’auraient rien d’autre à dire que ceci : « qu’ils avaient accepté cette injection expérimentale en phase 3 et avec AMM provisoire, (voire aucune AMM comme c’est le cas du produit expérimental de Pfizer), parce qu’ils avaient fait ce qu’il fallait faire » !

Où est le bon sens ? Où est la raison qui raisonne encore ? Où est le délire et où est l’équilibre d’un jugement sain ?

Les médecins qualifiés et reconnus, épidémiologistes, virologues, microbiologistes, pneumologues, biologistes évolutionnistes, chercheurs généticiens, le co-inventeur de l’ARNm en personne ainsi que l’inventeur du test PCR…, toutes ces personnes hautement qualifiées ont publié des présentations infiniment détaillées sur les risques, la pathologie, le mécanisme d’inoculation, la formation des cellules T, les protéines de pointe, précisément la protéine Spike,  l’ARN messager, et toutes sortes de débats hautement scientifiques, autour des risques du vaccin… Qui les a lues ? Qui peut honnêtement dire qu’il s’est sérieusement informé auprès de tous ces gens-là qui étaient, en réalité les seules personnes à tenir un discours cohérent et compétent sur ces questions ?

Comment se fait-il que tout cela soit passé à la trappe ? Pourquoi les autorités sanitaires n’ont-elles pas jugé nécessaire d’informer correctement et honnêtement les populations ? Les masses populaires seraient-elles traitées d’ignorantes, de retardées, d’incapables de comprendre ces choses si élevées et si complexes que seules les « élites » peuvent appréhender ?! Il y a une classe de gens qui n’est pas autorisée à penser et une autre qui pense pour elle ?

Pourquoi, aujourd’hui, les « vaccinés » sont-ils enclins à penser, quasi spontanément, que les experts récalcitrants sont forcément des « complotistes », des « réfractaires », des têtes de mules, de mauvais scientifiques, des « délirants », des « menteurs » et des théoriciens qui en profitent pour faire leur pub à bon marché, alors qu’ils risquent au contraire leur réputation et leur propre carrière ?!

Si un test D-Dymer est le SEUL moyen de savoir si quelqu’un est une bombe à retardement qui risque de mourir d’une coagulation microcapillaire (c’est déjà prouvée), dans 2, 3 ou 5 ans – bien au-delà de la portée des tests EUA de 60 jours – à quoi ressemblera notre avenir démentiel ? 

Tous ceux qui se posent des questions légitimes sont jugés, étiquetés, classés, condamnés comme « coupables » et « irresponsables » ! Qui peut m’expliquer, en me regardant dans les yeux, que je devrais prendre de tels risques sur ma santé, juste parce que « c’est la bonne chose à faire », juste parce que Macron et Véran le veulent et parce qu’une meute d’imbéciles, se portant garante d’une vérité révélée, radotent le même discours sur les plateaux de télévision ?! Qui peut m’expliquer pourquoi je devrais obéir à un argument purement émotionnel ? Pourquoi ne serais-je pas plutôt informé ou influencé par la science réelle, cohérente, et par des faits vérifiés, expérimentés … ?

Je ne peux, en aucun cas, prendre une décision sur ma santé future, en me basant sur le chantage émotionnel utilisé par ces gouvernements de pantins, les médias, les « scientifiques en conflits d’intérêts », les radoteurs patentés de la télévision pour moutons dociles, les faux amis qui m’ont rayé de leur cercle et étiqueté comme « délirants », « réfractaire » et « irresponsable » ! 

Jusqu’à nouvel ordre, puisque les ingrédients des « vaccins anti-Covid » n’ont pas été révélés, ceux-ci sont donc potentiellement plus dangereux que le virus lui-même…

Etant donné que l’Etat français a commencé à voir le déluge des plaintes lui tomber dessus, le Sénat s’est mobilisé pour faire savoir à tous les Français, que le décret sur le passe sanitaire obligatoire n’était pas encore publié et que personne ne savait donc à quel moment la loi deviendrait effective ! Quelle bonne nouvelle et quelle arrogance !

Autrement dit : toute cette histoire utilisant le chantage de la loi rendant obligatoire la vaccination anti Covid, n’était que du bluff, une astuce pour faire pression sur les citoyens et les obliger indirectement à se précipiter dans les centres de « vaccination ». En réalité ce décret si important n’est toujours pas publié et donc il n’y a aucune obligation réelle à présenter ce passe sanitaire et encore moins à se faire injecter ces produits expérimentaux… Mais le culot des politiques n’a plus aucune borne : ils osent tout, même l’impossible !

La dernière Décision du Conseil Constitutionnel, qui n’a pas fini de faire polémique, ne s’est pas encore traduite en loi qui est toujours en « attente de publication », dit le Sénat ! On se demande ce qu’ils attendent pour publier ces directives si importantes dans le cadre des obligations faites aux citoyens. Il y a là une incohérence qui ne peut s’expliquer que par la pure « obsession vaccinale ». Le but ce n’est évidemment pas le combat contre le Coronavirus, dont la réelle létalité est, selon les statistiques objectives, beaucoup moins importante que celle de la grippe saisonnière. Le but n’est pas plus de combattre son variant Delta, le but c’est de « vacciner » à tours de bras, un maximum de gens. Mais pourquoi cette obsession du « vaccin », alors qu’il est désormais incontestable qu’une série de traitements efficaces existe pour soigner les malades de la Covid-19 ou de son variant Delta ?

Encore une fois, à tous ceux qui pensent encore que le motif sanitaire est le centre de ce qui inspire nos gouvernants, je dois leur dire à ceux-là qu’ils sont de grands naïfs, ou des innocents que l’on mène au massacre ou carrément des imbéciles qui ont oublié qu’ils avaient une cervelle pour penser… 

CONCLUSION

Lorsqu’on n’hésite pas une seconde à remplacer les valeurs éthiques, philosophiques, morales, culturelles, historiques, en donnant la priorité à un bien, certes enviable en soi : la santé, mais cautionnant ainsi le pan-médicalisme qui s’impose désormais en priorité sur toutes les valeurs de notre civilisation, c’est que celle-ci est en fin de parcours ; c’est que la civilisation est en chute libre ; c’est que la société ne comprend plus rien de ce qui est prioritaire dans l’échelle des valeurs ; c’est que la confusion généralisée s’est emparée des peuples en pleine décadence… C’est que ce monde en errance, a un gros problème avec la question de la mort.

Il vaut mieux souhaiter ardemment la disparition d’une telle société parce qu’elle ne comprend plus rien à la vie. Je pense que la vie se chargera elle-même de supprimer ce qui est décadent, non conforme à ses principes et à sa logique organisationnelle…

Avec cette crise « covidiste », nous avons été confrontés à un choc considérable : la révélation soudaine de notre réelle situation dans ce monde ou l’état des lieux désastreux de la civilisation qui est la nôtre et qui par cette aberration pan-médicaliste vient d’annoncer sa chute finale !

Ce n’est pas le « coronavirus » qui nous rend malades, ce fameux SARS-COV-2, « Variant Delta » ou autres mutagènes que jamais personne n’a encore isolé clairement par analyse chez les théoriques victimes de la Covid-19, ce qui nous rend vraiment malades, c’est la perte totale du sens des valeurs et le fait que notre société se trouve prise en otage dans les mains de quelques prédateurs opportunistes saisissant de manière ouvertement affirmée, « cette fenêtre d’opportunité » pour nous imposer leur « Great Reset » !

Puis-je sérieusement entériner ma propre élimination par cette idéologie d’un Nouvel Ordre Mondial qui veut passer au contrôle absolu des populations dociles et coopérantes en instaurant le « tout numérique », un transhumanisme « bienheureux » grâce à l’Internet des objets devenant l’Internet des corps ?

A chacun de donner sa propre réponse. Pour ma part, j’ai la mienne.

Les sources :

https://www.fluoridefreepeel.ca/fois-reveal-that-health-science-institutions-around-the-world-have-no-record-of-sars-cov-2-isolation-purification/

Christian Vélot, généticien moléculaire : Les coronavirus mutent très peu. Leur spécialité c’est la recombinaison : en présence d’un autre virus, ils se mélangent et cela donne des variants. Pour qu’il y ait recombinaison, il faut au moins 2 virus en même tps dans la même cellule…ce qui est assez rare. Or que font les vaccins covid ? Ils apportent le patrimoine génétique du Covid dans les cellules. Il suffit donc qu’un seul autre virus soit présent pour qu’il y ait recombinaison et donc nouveau variant. Conclusion : les vaccins créent des variants.

C’est d’ailleurs dans les pays qui ont testé les vaccins (Royaume-Uni, Brésil, Afrique du Sud pour AstraZeneca) que les premiers variants sont apparus. 

A.M.M. Conditionnelle ? : https://reinfocovid.fr/science/amm-conditionnelle/ 

https://www.catherinefrade.com/blog/2021/04/01/eclairage-sur-les-donnees-publiques-europeennes-des-amm-conditionnelles-pour-les-4-vaccins-covid-19-31-mars-2021/?cn-reloaded=1 

https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/comirnaty-epar-product-information_fr.pdf 

D’après l’Inserm et le gouvernement:

L’ARNm demande au corps de produire la protéine « Spike » qui active une réponse immunitaire : La fabrication d’anticorps. L’ARNm est ensuite détruite très rapidement. Mais en réalité ce qui était considéré comme certain s’est révélé, avec l’expérience, inexact ! Le contraire est constaté par l’ensemble des chercheurs et cette nouvelle donnée bouleverse la théorie ainsi que la conception même des « vaccins » à ARNm.

https://www.gouvernement.fr/le-fonctionnement-d-un-vaccin-a-arn-messager 

https://presse.inserm.fr/les-vaccins-a-arnm-susceptibles-de-modifier-notre-genome-vraiment/41781/ 

https://dailyexpose.co.uk/2021/05/19/scientific-study-finds-the-spike-protein-used-in-covid-vaccines-causes-strokes-heart-attacks-and-blood-clots/ 

https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.06.01.21258176v2 

De l’Internet des objets à l’Internet du corps

https://europa.eu/european-union/about-eu/agencies/ema_fr

https://francemediasnumerique.com/2021/09/05/excellente-base-de-donnees-dinformations-sur-les- vaccins/ 

https://francemediasnumerique.com

https://myessentielles.fr/enorme-maitre-brussa-balanc..

= = =

Lire notre page “Coronavirus, guerre contre l’humanité”

cobaye

La dictature sanitaire en BD… Rions-en tant qu’on le peut encore…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 5 septembre 2021 by Résistance 71

vax_BD

Restons précis, correction chiffre de R71 : la létalité est de 0,03% des gens infectés
En clair : 99,97% des gens infectés GUÉRISSENT !…

Alors… Virus tueur ou « vaccin » / injection OGM tueur ?

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 4 septembre 2021 by Résistance 71

poster2

Le “vaccin” tueur au niveau mondial : 7,9 milliards de personnes

Le “vaccin” contre la COVID doit être suspendu et abandonné immédiatement partout dans le monde

Michel Chossudovsky

3 septembre 2021

url de l’article en français :
https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-tueur-au-niveau-mondial-79-milliards-de-personnes/5658624

Ne nous faisons pas d’illusions, ce n’est pas seulement « expérimental », c’est aussi un « vaccin tueur » Big Pharma qui modifie le génome humain. Les preuves de mortalité et de morbidité résultant de l’inoculation vaccinale présentes (données officielles) et futures (par exemple, des caillots sanguins microscopiques non détectés) sont accablantes.

De nombreuses études scientifiques publiées de manière indépendante confirment la nature du vaccin à ARNm du Covid-19 qui est imposé à l’humanité dans son ensemble. L’objectif déclaré est d’appliquer la vaccination mondiale de 7,9 milliards de personnes dans plus de 190 pays, suivie de l’imposition d’un « passeport vaccinal » numérisé. Inutile de dire qu’il s’agit d’une opération de plusieurs milliards de dollars pour Big Pharma.

Le projet vaccinal intitulé COVAX est coordonné au niveau mondial par l’OMS, GAVI, le CEPI, la Fondation Bill et Melinda Gates en liaison avec le Forum économique mondial (WEF), le Wellcome Trust, la DARPA et Big Pharma qui est de plus en plus dominé par le partenariat Pfizer-GSK établi à peine quatre mois avant le début de la crise du Covid-19 début janvier 2020.

La chronologie du Covid-19

Faux chiffres des cas positifs au covid-19 et des décès liés au covid-19. Mensonge après mensonges.

Il y a un calendrier complexe de la crise du covid-19 qui aboutit à la mise en oeuvre du vaccin : la crise débute en janvier 2020.

Une fausse urgence de santé publique mondiale (PHEIC) a été annoncée par l’OMS le 30 janvier 2020 (sur la base de 83 cas positifs dans le monde entier en dehors de la Chine), suivie du début de la crise du transport aérien et du commerce international de marchandises (Trump le 31 janvier 2020), du krach financier du 20 février 2020, du verrouillage du 11 mars 2020, suivi des deuxième, troisième vagues et quatrième vagues.

Pour plus de détails sur le calendrier des événements, voir le chapitre II de

La crise mondiale du coronavirus 2020-2021 : détruire la société civile, la dépression économique artificielle, le coup d’État mondial et la « grande réinitialisation »

Le verrouillage du 11 mars 2020 et ses conséquences sociales et économiques dévastatrices

À partir du 11 mars 2020, 44 279 « cas positifs » de RT-PCR confirmés (dans le monde entier hors de Chine) et 1 440 décès de Covid ont été utilisés pour justifier :

  • confinement social,
  • le verrouillage et la fermeture de 190 économies nationales, la crise de l’économie mondiale,
  • de vastes faillites d’entreprises dans des secteurs clés de l’activité économique,
  • l’élimination pure et simple des petites et moyennes entreprises,
  • le déclenchement de la pauvreté et du chômage de masse,
  • distance sociale, le masque facial, pas de rassemblement social,
  • une crise artificielle du système de santé national,
  • la fermeture d’écoles, de collèges et d’universités,
  • la fermeture des musées, salles de concert, activités culturelles et sportives,
  • l’effondrement institutionnel et la perturbation de la société civile.

L’objectif déclaré a toujours été de sauver des vies. Le résultat de ces politiques a littéralement détruit la vie des gens. Des millions de personnes dans le monde ont été entraînées dans l’extrême pauvreté.

Et puis dix mois plus tard, le vaccin Covid-19 est venu à notre rescousse.

Il fut annoncé au début novembre 2020 et lancé dans le monde entier fin décembre.

La campagne de peur a été le fer de lance de la conformité et de l’acceptation auprès de l’autorité supérieure.

Le vaccin à ARNm a été présenté comme une solution, comme un moyen de freiner l’épidémie, de sauver des vies, de rouvrir nos économies nationales (qui sont dans un état chaotique) et de rétablir un sentiment de normalité dans notre vie quotidienne.

Une campagne de propagande massive a été lancée en faveur du vaccin: Une fausse promesse d’une nouvelle vie. Un retour à la raison et à la normalité.

Tout cela s’est avéré être une illusion, menée par des mensonges. L’idéologie des élites milliardaires a été imposée : le vaccin a été maintenu comme un moyen de réaliser la « grande réinitialisation » du Forum économique mondial :

« You’ll Own Nothing and Be Happy » : un avenir stylisé fondé sur la dette et l’extrême pauvreté jumelé à un « vaccin tueur». Ce qui est envisagé dans le cadre du « Great Reset » est un scénario selon lequel les créanciers mondiaux se seront appropriés d’ici 2030 de la richesse mondiale, tout en provocant l’extreme pauvreté partout dans le monde.

Les élites milliardaires ne cachent pas leur intention. En 2030, « Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux. »

Mensonge par omission : la tendance et les données relatives à la mortalité et de la morbidité liée au vaccin (confirmée par des sources officielles) depuis début janvier 2021 sont tout simplement pas mentionnées.

« Virus tueur » ou « vaccin tueur » ?

La première question qui se démarque est la suivante : avons-nous besoin d’un vaccin ?

La réponse est NON ! Il n’existe aucune base scientifique qui justifie un vaccin fondé sur la manipulation génétique (gene editing) afin de sauver des vies et de protéger la santé des populations dans le monde entier.

La prétendue « justification scientifique » du programme de vaccination repose sur les trois « phrases » ou « étiquettes » simples et trompeuses qui sont totalement invalides :

  • Le SRAS-COV-2 est un « virus tueur »
  • Il y a une tendance mondiale croissante des infections liées à la covid-19,
  • Des gens meurent des suites d’une infection liée à la covid-19.

1. Le CoV-2 du SRAS est « un virus tueur ».

C’est la pierre angulaire de la campagne de peur et de désinformation des médias 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 soutenue par des déclarations persistantes de politiciens et d’autorités sanitaires nationales.

Tant les définitions « officielles » du CoV-2 du SRAS préconisées par l’OMS, la CDC (aux Etats Unis) ainsi que par les scientifiques  (peer reviewed) disent exactement le contraire. Leurs définitions du SRAS-2 abrogent leurs propres mensonges. (Pour plus de détails, voir l’annexe)

2. Il y a une tendance mondiale à la hausse de l’infection à Covid-19.

Cette prétendue tendance ver la hausse serait corroborée par la progression du un nombre de cas Covid positifs.

La méthodologie utilisée pour générer ces chiffres dépend du test de réaction en chaîne de la polymérase à transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) parrainé par l’OMS, dont les estimations sont compilées dans le monde entier par les autorités sanitaires nationales.

Bien que les estimations de la rRT-PCR aient été remises en question dès le début, il est maintenant confirmé par l’OMS dans un avis du 20 janvier 2021 que le test rRT-PCR adopté comme moyen de détecter les cas de virus SARS-COV-2 est TOTALEMENT invalide. (Il s’agit des données positives pour le Covid-19 compilées depuis fin janvier 2020). (Voir annexe)

3. Les gens meurent à la suite de l’infection liées à la Covid-19.

On nous dit qu’il y a une tendance à la hausse de la mortalité par Covid-19. À savoir les décès qui seraient le résultat de l’infection virale par le SRAS-2.

Il existe de nombreuses preuves que ces causes probables de décès liées au Covid-19 et les données sous-jacentes sur la mortalité par le Covid-19 sont manipulées par les autorités sanitaires nationales. Les tests,  et les autopsie ne sont pas effectués. Les statistiques de mortalité relatives au Covid-19 sont TOTALEMENT invalides (fabriquées de toutes pièces) (voir l’annexe qui se concentre sur les données de mortalité liées aux case de Covid-19 aux États-Unis)

En résumé, 

1. il n’y a pas de virus tueur,

2. l’estimation des cas positifs Covid-19 n’est pas valide,

3. les données de mortalité de la Covid-19 sont manipulées.

Ces trois conclusions sont amplement documentées. Pour plus de détails, voir l’annexe de cet article ci-dessous.

Je dois mentionner que la clause dite « d’utilisation d’urgence » pour justifier un vaccin expérimental et non approuvé est également invalide. Pourquoi ? Car le critère d’utilisation d’urgence repose sur des estimations erronées des cas covid positifs du rRT-PCR et des données de mortalité liées au Covid-19, qui sont toutes deux invalides. (Voir annexe)

Le vaccin. Agenda caché ?

Le vaccin ne sauve pas de vies et ne résout pas le problème de la pandémie, car il n’y a pas de pandémie.

C’est une opération profitable pour Big Pharma: des centaines de milliards de dollars (voir les données ci-dessous).

Par ailleurs, plusieurs doses sont envisagées. Il est prévu que le projet s’étende sur une période d’au moins deux ans.

Il est appliqué dans le monde entier sans exception. Aucun pays, à l’exception du Burundi, de la Tanzanie et d’Haïti, n’a eu le courage de refuser le « vaccin tueur ».

Bien qu’il n’existe aucune preuve fiable, il convient de noter que les présidents de la Tanzanie et du Burundi sont morts dans des circonstances mystérieuses.

Haïti était jusqu’à récemment le seul pays de l’hémisphère occidental à refuser catégoriquement la mise en œuvre du vaccin ARNm. C’est ironique, immédiatement après l’assassinat du président Jovenel Moïse (7 juillet 2021), Joe Biden a rapidement envoyé un demi-million de doses du vaccin (et plus à venir) (« courtesy of Uncle SamÈ) furent livrées à Port-au-Prince six jours plus tard, le 14 juillet.

Cette première livraison vers Haïti faisait partie d’un programme d’aide américain composé de 500 millions de doses du « vaccin tueur » destinées à un grand nombre de pays en développement (pour plus de détails, voir ci-dessous).

Mortalité et morbidité : Bien qu’il n’y ait pas de « virus tueur », il existe un « vaccin tueur ».

Les preuves sont accablantes. Au moment de la rédaction du présent rapport, près de 20 000 décès attribuables au vaccin Covid furent enregistrés dans l’Union européenne (17 juillet 2021). Aux États-Unis, le nombre de décès liés au vaccin enregistrés est de l’ordre de 12 000 (9 juillet 2021).

Selon la base de données EudraVigilance (17 juillet 2021), 18 928 décès et 1 823 219 blessures ont été signalés à la suite d’injections de quatre vaccins expérimentaux COVID-19.

Sur le total des blessures enregistrées dans l’UE, « la moitié d’entre elles (904 609) sont des blessures graves« . Selon EuroViligance (cité par Brian Shilhavy) :

« La graveté … peut être classée comme « grave » si elle correspond à un événement médical qui entraîne la mort, met la vie en danger, nécessite une hospitalisation, entraîne une autre condition médicalement importante ou une prolongation de l’hospitalisation existante, entraîne une incapacité ou une incapacité persistante ou importante, ou est une anomalie congénitale / anomalie congénitale. »

Il s’agit de statistiques officielles basées sur un processus officiel d’enregistrement des décès et des « effets adverses ». Le nombre réel de décès et de blessures déclenchés par le vaccin à ARNm est beaucoup plus élevé. Moins de dix pour cent des victimes ou des familles du défunt passeront par le processus fastidieux de déclaration des décès et des blessures liés au vaccin aux autorités sanitaires nationales.

Selon les derniers chiffres « officiels » pour l’UE, la Grande-Bretagne et les États-Unis (combinés), il y a 31 389 décès liés au vaccin Covid-19 et près de 5 millions de blessés.

UE/EEE/Suisse au 17 juillet 2021 – 18 928 décès liés à l’injection de Covid-19 et plus de 1,8 million de blessures, par base de données EudraVigilance.

Royaume-Uni jusqu’au 7 juillet 2021 -1 470 décès liés à l’injection de Covid-19 et plus d’un million de blessures, selon le système de carton jaune de la MHRA.

États-Unis au 9 juillet 2021 – 10 991 décès liés à l’injection de Covid-19 et plus de 2 millions de blessures, par base de données VAERS.

TOTAL pour l’UE/Royaume-Uni/États-Unis – 31 389 décès liés à l’injection de Covid-19 et près de 5 millions de blessures signalés jusqu’à présent en juillet 2021.

Blessures cachées : les caillots sanguins microscopiques

Les personnes vaccinées ne seront pas immédiatement au courant des blessures subies. Dans la plupart des cas, ces derniers ne sont pas discernables et ne sont pas enregistrés. Alors que les caillots sanguins « Big Blood Clots » résultant du vaccin sont révélés et signalés par les personnes vaccinées, une importante étude du Dr. Charles Hoffe, suggère (reste à confirmer) que le vaccin à ARNm génère des « caillots sanguins microscopiques ».

« Les caillots sanguins dont nous entendons parler et dont les médias affirment qu’ils sont très rares sont les gros caillots sanguins qui causent des accidents vasculaires cérébraux et qui apparaissent lors de la TDM, de l’IRM, etc.

Les caillots dont je parle sont microscopiques et trop petits pour être trouvés sur n’importe quel balayage. Ils ne peuvent donc être détectés qu’à l’aide du test D-dimère. »

« Ces gens n’ont aucune idée qu’ils ont même ces caillots sanguins microscopiques. La partie la plus alarmante de cela est qu’il y a certaines parties du corps comme le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons qui ne peuvent pas se régénérer. Lorsque ces tissus sont endommagés par des caillots sanguins, ils sont endommagés de façon permanente.

« Ces tirs causent d’énormes dommages et le pire est encore à venir. »

Voici son interview (Anglais), avec Laura Lynn Tylor Thompson (également disponible sur la chaîne Rumble).

Big Pharma. Le monopole quasi mondial de Pfizer

Des centaines de milliards de dollars sont en jeu. Il s’agit du projet de vaccin le plus important et le plus coûteux de l’histoire mondiale qui est financé par l’argent des contribuables dans le monde entier, ce qui exerce une pression évidente sur la dette publique dans de nombreux pays.

Le programme de vaccination est accompagné d’un « chronogologie » (marche à suivre) composé d’inoculations récurrentes d’ARNm au cours des « deux prochaines années et au-delà ». Comme indiqué ci-dessus, il y aura des effets significatifs sur la mortalité et la morbidité dans le monde entier.

Il s’agit d’une opération « Big Money » de plusieurs milliards de dollars pour Big Pharma avec Pfizer en tête.

Pfizer-BioNTech (alliée à Moderna Inc) est en train de consolider sa position mondiale (quasi-monopole) en repoussant ses principaux concurrents, dont AstraZenaka et Johnson and Johnson (J & J).

Pfizer a fait pression sur les politiciens pour qu’ils approuvent leur vaccin à ARNm. Son lobbying politique est également dirigé contre ses concurrents. Selon le rapport Bureau Enquêtes :

« Un responsable présent dans les négociations du pays anonyme a décrit les demandes de Pfizer comme de « l’intimidation de haut niveau » et a déclaré que le gouvernement avait l’impression qu’il était « tenu en rançon » afin d’accéder à des vaccins vitaux. »

Ironiquement, dans l’UE, les décès et blessures signalés ont été utilisés par la Commission européenne en tant que justificatif pour annuler le renouvellement du contrat avec AstraZeneka, malgré le fait qu’il y avait beaucoup plus de décès et de blessures associés au vaccin Pfizer-BioNTech.

En avril 2021, la Commission européenne a confirmé qu’elle  » mettrait fin aux contrats de vaccins AstraZeneca et J&J à l’expiration ». « Pfizer aura préséance ». Peu importe votre dose de suivi avec AstraZeneka, les autorités sanitaires ont demandé aux personnes concernées d’obtenir leur deuxième ou troisième dose avec Pfizer ou Moderna (violant ainsi visiblement les normes médicales).

Après avoir mis ses concurrents à l’écart, Pfizer-BioNTech a augmenté le prix du flacon du vaccin. Pfizer a littéralement pris possession des  marchés de l’UE et des États-Unis. Un monopole quasi mondial sur les vaccins est en train de se mettre en place.

L’Union européenne

À la mi-avril 2021, le président de la Commission européenne a confirmé que Bruxelles était en train de négocier un contrat avec Pfizer pour la production de 1,8 milliard de doses de vaccin à ARNm, ce qui représente 23 % de la population mondiale.

C’est exactement quatre fois la population des 27 États membres de l’Union européenne (448 millions, données 2021), ce qui confirme que plusieurs doses de suivi du « vaccin tueur » sont envisagées, malgré la tendance relative à la mortalité et à la morbidité que les gouvernements et les médias tente de supprimer dans le cadre d’une campagne haineuse de désinformation.

Pfizer et le marché américain

Une tendance similaire se produit aux États-Unis et au Canada. En juillet 2020, Pfizer a signé un contrat de 1,95 milliard de dollars avec le gouvernement américain pour 100 millions de doses. Et puis en décembre 2020, 100 millions de doses supplémentaires ont été délivrées.

Au Canada, 35 millions de doses supplémentaires de flacons de vaccin Pfizer et Moderna devraient être administrées.

Et maintenant, juillet 2021, l’administration Biden a commandé 200 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer. « pour les les enfants et d’éventuels rappels »

Mais ce n’est pas tout : début juin, Biden a ordonné l’envoi de 500 millions de doses Pfizer-BionTech du « virus tueur » en tant qu’aide américaine aux pays en développement (avec la permission de l’oncle Sam).

Dans la plupart des pays occidentaux, y compris les États-Unis et le Canada, le prix de détail du vaccin est « gratuit ».

Aux États-Unis, neuf cents millions de doses de flacons du vaccin Pfizer-BionTech constituent le chiffre d’affaire pour Big Pharma : des bénéfices massifs pour Pfizer, qui selon financés par les recettes fiscales couplées à une expansion spectaculaire de la dette publique américaine.

Au premier trimestre 2021 (janvier à mars 2021), les revenus bruts de Pfizer et Moderna se sont répartis comme suit:

#1. Vaccin COVID-19 Pfizer-BioNTech. Les ventes aux États-Unis se sont élevées à 2,038 milliards de dollars ; les ventes mondiales à 5,833 milliards de dollars.

#2. Vaccin Moderna COVID-19. Ventes aux États-Unis, 1,358 milliard de dollars ; ventes mondiales, 1,733 milliard de dollars.

Récemment annoncé (23 juillet 2021), Pfizer a fait passer le prix de son flacon de vaccin de $19,50 à $28,00 $.

Multipliez $28,00 par trois doses de vaccin par personne pour une population mondiale de 7,9 milliards d’habitants. Qu’obtenez-vous ?

Ce n’est pas une estimation, c’est un ordre de grandeur : 663,6 milliards de dollars (28,00 $ x 3 x 7,9 milliards = 663,6 milliards de dollars).

Tout cela pour une bonne cause : sauver des vies ?

Nous parlons d’une opération de plusieurs milliards de dollars aux frais des contribuables, qui a entraîné de nombreux décès et blessures liés aux vaccins. Et les gouvernements sont pleinement conscients de ce qui se passe.

Casier judiciaire de Pfizer

Pfizer est-il « un partenaire fiable » comme l’a affirmé la présidente de la Commission européenne Mme. van der Leyen ?

Un monopole mondial sur les vaccins est en train de se former, contrôlé par une entreprise ayant un casier judiciaire (2009) avec le ministère américaine de la Justice. (Department of Justice).

Ce n’était pas un recours collectif au civil intenté contre le géant pharmaceutique. Il s’agissait d’un acte d’accusation au criminel pour « marketing frauduleux ». Bien qu’il n’y ait pas eu d’arrestations, Pfizer était pour ainsi dire « mis en liberté conditionnelle » en vertu d’un acte d’accusation du ministère de la Justice américaine.

Dans une décision historique du ministère américain de la Justice en septembre 2009, Pfizer Inc. a plaidé coupable à des accusations criminelles. C’était le « plus grand règlement de fraude en matière de soins de santé » de l’histoire des États-Unis. Ministère de la Justice.

Pfizer va acquérir un quasi-monopole du marché des vaccins Covid 

Et maintenant, parmi tous les principaux acteurs de la grande pharmacie, c’est une entreprise ayant un casier judiciaire qui a établi un quasi-monopole de facto au niveau mondial.

Pouvons-nous faire confiance à un conglomérat Big Pharma qui a plaidé coupable à des accusations criminelles portées par le ministère américain de la Justice (DoJ), y compris « marketing frauduleux » et « violation criminelle de la Food, Drug and Cosmetic Act » ?

Le « marketing frauduleux » dans le cas du « vaccin tueur » de Pfizer-BioNTech est un euphémisme flagrant. Qu’est-ce que la valeur de la vie humaine ?

La vie humaine n’a pas de valeur monétaire.

Est-ce une « erreur » de la part des autorités sanitaires nationales ? Le « vaccin » expérimental à l’ARNm a entraîné une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité dans le monde entier. Pendant ce temps, les bénéfices de Big Pharma se chiffrent en centaines de milliards.

Et les gouvernements, agissant au nom de Big Pharma, font pression sur les gens pour qu’ils se fassent vacciner en imposant des sanctions à ceux qui refusent.

Les autorités sanitaires nationales affirment que le « vaccin » Covid-19 sauvera des vies. C’est un mensonge.

Savons-nous ce qu’il y a à l’intérieur du flacon vaccinal Pfizer ?

Les causes des décès et des blessures liés aux vaccins n’ont pas été abordées par les autorités sanitaires.

Qu’y a-t-il à l’intérieur du flacon de vaccin ? Les autorités sanitaires nationales n’ont pas rendu public les résultats de leurs examens de laboratoire. Il n’est pas clair si ces examens de laboratoire des flacons de vaccins ont été effectués.

Vous trouverez ci-dessous un examen de l’analyse et de la recherche en laboratoire menées par l’équipe espagnole indépendante de Quinta Columna.

Nanoparticules d’oxyde de graphène

Selon les examens de laboratoire menés par l’équipe de recherche espagnole Quinta Columna, des nanoparticules d’oxyde de graphène ont été détectées dans le flacon du vaccin à ARNm Pfizer.

Les résultats de leurs recherches (analyse par microscopie électronique et spectroscopie) sont de grande portée. L’oxyde de graphène est une toxine qui déclenche le thrombi et la coagulation sanguine. Il a également un impact sur le système immunitaire. L’oxyde de graphène accumulé dans les poumons peut avoir des effets dévastateurs.

Les résultats de l’étude espagnole, qui n’ont pas encore été pleinement confirmés, suggèrent que les décès et les « événements adverses » liés au vaccin (cités ci-dessus pour l’UE, le Royaume-Uni et les États-Unis) pourraient être le résultat de nanoparticules d’oxyde de graphène contenues dans le flacon de vaccin Covid.

Voir le résumé de leur rapport intitulé Détection d’oxyde de graphène en suspension aqueuse, étude d’observation en microscopie optique et électronique. Étude complète (anglais)

Également d’importance (reconnue par les autorités sanitaires nationales), les nanoparticules d’oxyde de graphène sont également contenues dans le masque facial.

Les propriétés électromagnétiques du vaccin à ARNm

Qu’est-ce qui déclenche les effets électromagnétiques qui ont été détectés chez les personnes vaccinées ?

Ces effets ont été amplement documentés et confirmés par des sources indépendantes, y compris celles vaccinées. Les autorités sanitaires nationales n’ont pas fourni d’explication.

Voir l’étude menée par le Forum européen pour la vigilance vaccinale (anglais), français 

Voici deux vidéos produites par l’équipe de recherche espagnole de La Quinta Columna.

Conclusion: Le passeport vaccinal

Les données de sources officielles citées ci-dessus confirment sans équivoque que le « vaccin » Covid-19 a entraîné une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité liées aux vaccins.

À leur tour, les études du Dr. Charles Hoffe et l’équipe de recherche espagnole (Quinta Columna), dont les résultats restent à confirmer, soulignent les « impacts futurs » éventuels du vaccin sur la santé humaine.

D’après les données officielles, cependant, il n’y a absolument aucun doute : il s’agit d’un vaccin tueur.

Alors, pourquoi les gouvernements font-ils pression sur les gens pour qu’ils se fassent vacciner ?

Les chefs d’État et de gouvernement du monde entier subissent des pressions, actions visant la corruption, pots de vin, et/ou des menaces par de puissants intérêts financiers afin d’imposer un consensus concernant le vaccin Covid.

Le passeport vaccinal est l’aboutissement de ce processus. Il s’agit d’une transition vers la tyrannie digitale. 

Au moment de la rédaction du présent rapport, le passeport vaccinal a déjà été imposé dans plusieurs pays, dont la France et l’Italie.

En France, ce n’était pas une initiative du président Emmanuel Macron, qui est un mandataire politique agissant au nom de puissants intérêts financiers. Macron était préalablement en tant que  directeur (pdg) de la banque Rothschild.

À son tour, le Premier ministre italien Mario Draghi (ancien président de la Banque centrale européenne) est un instrument de Goldman Sachs.

Bill Gates a joué un rôle clé. Il a développé des liens à un niveau personnel avec de nombreux chefs d’État et de gouvernement dans toutes les grandes régions du monde en vue de mener à bien ce projet de vaccin.

Les élites capitalistes contrôlent la « politique de classe » au niveau mondial. Les gouvernements sont des menteurs.

Dès le début, l’objectif de la crise corona (fondée sur le mensonge et la tromperie) était d’imposer en fin de compte les contours d’un régime totalitaire mondial, intitulé « Gouvernance mondiale » (par des représentants non élus). Selon le (feu) David Rockefeller:

« …Le monde est maintenant plus sophistiqué et prêt à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés. » (cité par Aspen Times, 15 août 2011, soulignement ajouté)

Le scénario de gouvernance mondiale impose un programme d’ingénierie sociale et de conformité économique.

Le vaccin à ARNm devrait être arrêté et arrêté immédiatement dans le monde entier.

Bien qu’il n’existe aucune preuve d’un « virus tueur », il existe de nombreuses preuves d’un « vaccin tueur ».

Bastille 2.0

Les actes de protestation et de résistance doivent remettre en question la légitimité des architectes financiers de cette crise ainsi que des gouvernements impliqués dans l’imposition du vaccin:

La légitimité des politiciens et des élites capitalistes qui les appuient doit être remise en question, y compris les mesures policières de l’État adoptées pour faire respecter la fermeture de l’activité économique, l’imposition d’un passeport vaccinal digital, ainsi que le port du masque facial, l’éloignement social, etc.

Ce réseau doit être établi (national et international) à tous les niveaux de la société, dans les villes et villages, les lieux de travail, les paroisses. Les syndicats, les organisations d’agriculteurs, les associations professionnelles, les syndicats étudiants, les associations d’anciens combattants, les groupes religieux seraient appelés à intégrer ce mouvement.

La première tâche serait de désactiver la campagne de peur et la désinformation des médias ainsi que de mettre fin au programme de vaccination contre le Covid de Big Pharma.

Les grands médias seraient directement contestés, sans cibler spécifiquement les journalistes, dont beaucoup ont reçu pour instruction de se conformer au consensus officiel. Cet effort nécessiterait un processus parallèle au niveau local, de sensibilisation et d’éducation des concitoyens sur la nature du virus, les impacts du vaccin et du confinement.

La « diffusion du message » par le biais des médias sociaux et des médias en ligne indépendants sera entreprise en gardant à l’esprit que Google ainsi que Facebook sont des instruments de censure.

La création d’un tel mouvement, qui remet en question la légitimité des élites financières ainsi que la classe politique au niveau national, n’est pas une tâche facile. Cela exigera un degré de solidarité, d’unité et d’engagement sans précédent dans l’histoire du monde.

Il faudra également éliminer les barrières politiques et idéologiques au sein de la société (c’est-à-dire entre les partis politiques) et agir d’une seule voix. Nous devons également comprendre que le « projet corona » fait partie intégrante de l’agenda impérial américain. Elle a des implications géopolitiques et stratégiques. Il faudra également, à terme, déloger les architectes de cette « pandémie » diabolique et de les inculper pour crimes contre l’humanité.

(Michel Chossudovsky, décembre 2020)

= = =

Lire notre page « Coronavirus, guerre biologique contre l’humanité »

monpassanitairedantonq

Campagne de tyrannie médicale : Nous n’obéirons pas !

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 1 septembre 2021 by Résistance 71

HZ_desobeissance_civile

Brandon Smith appelle un chat un chat et propose des solutions, il confirme aussi ce que nous disons depuis un bon moment, la croisée des chemins arrivent, il faudra faire un choix et comme le disait si justement le grand historien Howard Zinn : “On ne peut pas être neutre dans un train en marche.” L’humanité vaincra au delà de toutes les impostures et tyrannie. Organisation et désobéissance civile généralisées !..
A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent et à bas le salariat !
~ Résistance 71 ~

Nous n’obéirons pas ! Une campagne contre la tyrannie médicale

Brandon Smith

5 août 2021

source de l’article en français :

https://lesakerfrancophone.fr/nous-nobeirons-pas-une-campagne-contre-la-tyrannie-medicale

J’ai écrit fiévreusement ces derniers temps sur les questions de mandats Covid et de passeports vaccinaux, et je suis sûr que la plupart des lecteurs comprennent pourquoi – Nous sommes actuellement à l’aube d’un grand conflit contre les pouvoirs en place ; des gens qui exploitent la crise Covid (largement fabriquée) pour exercer un contrôle politique et économique sans précédent. Et quand je dis « fabriquée », je veux dire qu’il n’y a pas de crise, pas besoin de mandats, pas besoin de confinement et pas besoin de passeports vaccinaux.

Nous avons affaire à un virus auquel 99,7 % des gens survivront facilement selon les études et les statistiques de l’establishment médical et de nombreuses études indépendantes, mais pour une raison quelconque, les médias et les gouvernements nous bombardent de propos alarmistes.

Pourquoi la seule solution proposée au grand public implique-t-elle que nous renoncions à toutes nos libertés et à notre autonomie médicale ? Pourquoi 99,7 % de la population est-elle censée s’enfermer, se masquer et se soumettre à un vaccin expérimental à ARNm dont l’innocuité n’est pas prouvée par des tests à long terme ? Pourquoi les 0,26 % de personnes qui risquent vraiment de mourir du virus ne prennent-elles pas simplement des précautions ou ne restent-elles pas chez elles pendant que le reste d’entre nous mène une vie normale ? Bon sang, je ne verrais pas d’inconvénient à contribuer à un fonds destiné à soutenir les 0,26 % de personnes à risque, à aider leurs familles et à payer leurs factures médicales.

La Réserve fédérale et d’autres banques centrales ont dépensé des milliers de milliards de dollars en mesures de relance et en prêts PPP pour empêcher les entreprises de faire complètement faillite et pour empêcher les travailleurs « non essentiels » de mourir de faim pendant les premiers arrêts de production. Mais, nous aurions pu simplement maintenir l’économie en marche pendant tout ce temps et payer une fraction de ce coût pour aider l’infime minorité de personnes qui souffriraient réellement de la maladie.

Oui, c’est vrai, je vais le répéter encore et encore parce que je vois encore aujourd’hui les médias et les adeptes mal informés sur la Covid-19 prétendre que le taux de mortalité de la Covid-19 est beaucoup plus élevé. Ce n’est pas le cas. Le taux médian de mortalité par infection de la Covid est SEULEMENT de 0,26%. C’est un FAIT. C’est la science selon la grande majorité des études médicales sur l’IFR. Laissez-moi vous répéter : le monde entier est enfermé et on nous dit que nous devons renoncer à nos libertés humaines inhérentes parce que 0,26% de la population pourrait avoir plus qu’un reniflement et un brouillard cérébral à cause d’une infection Covid. Pourquoi ?

Eh bien, c’est facile ; parce que la réponse et les restrictions concernant la Covid-19 n’ont rien à voir avec la santé publique et tout à voir avec le contrôle public.

Cet article est un peu différent de ce que j’écris habituellement, car il ne s’agit pas tant d’un appel à la raison pure ou à la science pure que d’un appel aux principes. De nombreux lecteurs m’ont demandé dernièrement s’il n’était pas préférable d’argumenter contre les mandats de lutte contre les pandémies en se fondant sur des idéaux et des principes plutôt que de marteler la science. Je pense qu’il est important de faire les deux, mais prenons un moment pour considérer la question morale et uniquement la question morale. Pour ce faire, nous devons poser quelques questions simples :

Qui a le droit de contrôler vos décisions médicales ? Qui est qualifié pour contrôler votre droit constitutionnel à la vie, à la liberté et au droit de rechercher la prospérité ? Qui devrait avoir le pouvoir de vous dire ce que vous pouvez dire, où vous pouvez travailler, où vous pouvez acheter, où vous pouvez vendre, où vous pouvez marcher, où vous pouvez voyager, en quoi vous devez croire ?

La réponse est PERSONNE, sauf vous-même. Mais bien sûr, le culte Covid et les personnes qui bénéficient de la pandémie prétendront que vos droits ne s’appliquent plus lorsque vous « mettez la vie des autres en danger ». C’est le vieil argument du contrat social – Vous faites « partie d’une société », donc la société a des attentes qui supplantent vos droits. Tout cela n’a aucun sens, mais c’est une stratégie classique utilisée par tous les totalitaires des temps modernes. Il n’a jamais été question de ce que la « société » veut, il n’a jamais été question que de ce que les tyrans veulent.

Comme je l’ai noté dans de nombreux articles, avec des faits et des preuves scientifiques sans fin, personne qui veut rester libre des mandats de vaccination ou des passeports vaccinaux ne met les autres en danger. Encore une fois, le taux de mortalité médian pour la Covid est de 0,26% et ni les mandats, ni les masques, ni les vaccins n’ont mis un terme à la pandémie. Il est intéressant de noter que ce sont les États où les mesures de confinement et les restrictions concernant les masques sont les plus sévères qui ont enregistré les taux d’infection les plus élevés au cours des 18 derniers mois. Même à l’heure actuelle, des milliers de personnes entièrement vaccinées contractent la Covid par des « cas isolés », et certaines d’entre elles sont décédées. Les infections et les décès ont chuté en janvier, bien avant que les vaccins ne soient fabriqués à grande échelle. En février, seuls 5 % de la population américaine avaient été vaccinés avec une seule dose. Le fait est que les vaccins n’ont rien donné.

Même si je faisais partie des 0,26 % de personnes qui risquent de mourir, je n’exigerais JAMAIS que les 99,7 % restants de la population renoncent à leurs libertés et à celles de leurs enfants pour que je puisse me sentir un peu plus en sécurité. Ce serait un acte de folie égoïste.

Mais disons pour un moment que nous mettons de côté toute la science qui soutient la position anti-mandat. Et si le taux de mortalité du virus était beaucoup plus élevé ? Et si nous avions affaire au virus Ebola ou à un autre agent pathogène dangereux ? Et si 1 personne sur 100 était à risque ? Et si 1 personne sur 10 était en danger ? La tyrannie médicale et les confinements de masse seraient-ils alors acceptables ? La réponse est non, ils ne le seraient pas.

Pourquoi ? Honnêtement, c’est une question de qui est au pouvoir et qui met en œuvre de tels mandats. Pourquoi devrions-nous avoir une confiance aveugle dans des gouvernements composés d’élitistes et de globalistes corrompus ? Qui sont-ils pour veiller à nos intérêts ? Comment ces personnes sont-elles qualifiées pour protéger la confiance du public ? Ils ne sont pas qualifiés et ne le seront jamais.

Ils ne se soucient pas de nous. Ils ne cherchent qu’à servir leurs propres intérêts et à faire avancer leurs propres agendas. Il suffit de voir à quel point des institutions globalistes comme le Forum économique mondial se sont emballées, qualifiant la pandémie d’« opportunité«  pour faire passer en force leur programme de « Grand Reset ». Ces goules ne sont pas le genre de personnes que le public veut voir en charge de la micro-gestion de leur vie.

Il appartient donc à l’individu de se protéger comme il l’entend, mais l’establishment nous dit que nous ne sommes pas capables de le faire. Nous devons plutôt nous en remettre à leur « meilleur jugement ». Ils sont censés être plus intelligents que nous tous, et en tant que technocrates « bienveillants », eux seuls ont la connaissance et la droiture nécessaires pour déterminer le cours de l’avenir de chaque personne vivante.

Les globalistes comme Gideon Lichfield du MIT nous ont dit exactement quel était le plan en mars 2020 dans un article intitulé « Nous ne reviendrons pas à la normale« . Ils admettent que l’objectif a toujours été d’instaurer des restrictions sur les passeports vaccinaux qui dureront de nombreuses années, voire pour toujours. Extrait de l’article :

En fin de compte, cependant, je prédis que nous rétablirons la capacité de socialiser en toute sécurité en développant des moyens plus sophistiqués d’identifier qui est un risque de maladie et qui ne l’est pas, et de discriminer légalement ceux qui le sont.

… on peut imaginer un monde dans lequel, pour prendre un vol, il faudra peut-être s’inscrire à un service qui suit vos déplacements via votre téléphone. La compagnie aérienne ne serait pas en mesure de voir où vous êtes allé, mais elle serait alertée si vous avez été à proximité de personnes infectées ou de foyers de maladie connus. Des exigences similaires s’appliqueraient à l’entrée des grandes salles de spectacle, des bâtiments publics ou des plates-formes de transport public. Il y aurait des scanners de température partout, et votre lieu de travail pourrait vous demander de porter un moniteur qui suit votre température ou d’autres signes vitaux. Là où les boîtes de nuit demandent une preuve d’âge, elles pourraient à l’avenir demander une preuve d’immunité – une carte d’identité ou une sorte de vérification numérique via votre téléphone, montrant que vous avez déjà récupéré ou été vacciné contre les dernières souches de virus.

Je vous dis que c’est la philosophie classique de presque tous les monstres semi-humains qui ont jamais vécu. C’est l’idéologie des sociopathes narcissiques. La religion des robots sans âme. Certains des plus grands maux connus de l’humanité ont été commis au nom du « plus grand bien du plus grand nombre ». Ce mantra ne peut être toléré en aucune circonstance ; on ne peut le laisser infecter notre nation et supplanter nos valeurs les plus profondes. Parce que si cela se produit, nous pourrions nous retrouver esclaves du système pendant très longtemps.

Comme je le préviens depuis un an, de nombreux gouvernements maintiennent ou réintègrent (dans le cas des États-Unis) des mesures de confinement et de restriction en cas de pandémie, et il devrait être clair pour tout le monde que ce processus circulaire de tyrannie médicale n’est pas prêt de s’arrêter. Il n’est jamais censé se terminer. L’objectif de l’establishment, des globalistes et des gouvernements, est de maintenir les restrictions en place indéfiniment.

Les médias grand public ont constamment attaqué l’affirmation selon laquelle les gouvernements appliqueraient les passeports vaccinaux comme une théorie du complot. Maintenant, ils admettent ouvertement que le plan est d’instituer des passeports vaccinaux et ils le défendent vigoureusement. Ils discutent avec une ferveur avide de la manière dont ils pourraient être en mesure de FORCER ou d’obliger chaque personne à se faire vacciner, même si elle ne le souhaite pas et même si le vaccin ne sert à rien.

J’ai mes propres doutes sur le vaccin, sa finalité et sa sécurité, mais n’oublions pas que le vaccin est au minimum un tremplin vers les passeports vaccinaux. Les passeports sont la clé de tout. Sans les passeports, la tyrannie médicale ne peut être établie. Sans les passeports, ils n’ont aucun moyen de pression sur la population pour dicter les aspects fondamentaux de nos vies. Ils ont BESOIN des passeports afin d’obtenir leur « Grand Reset ». Sans un système de crédit social de type « papiers s’il vous plaît » en place, leur « Reset » s’effondrera.

Il est donc impératif par-dessus tout que les passeports vaccinaux ne soient jamais autorisés à prendre racine. Le programme doit être arrêté et détruit.

Je ne suis pas un « influenceur » majeur dans les cercles conservateurs ou du mouvement de la liberté. Je ne suis pas une grande personnalité de YouTube ou un Juggernaut médiatique. Je n’ai pas le soutien d’une grande entreprise ou des poches profondes pour stimuler une campagne nationale. Je n’aime pas particulièrement parler en public, même si j’ai appris à le faire. Je suis simplement un écrivain qui aime les valeurs de la liberté, les valeurs de la raison et, dans de nombreux cas, les valeurs de la foi qui donnent un sens à l’humanité. Et ce que je vois, c’est un besoin extrêmement sérieux ; le besoin d’une ligne de front organisée contre la tempête de la dictature qui est à notre porte.

Ce que je suggère est simple : une campagne nationale contre les passeports médicaux. Les globalistes, les socialistes et les corporatistes comprennent le concept de « pression » et savent comment l’appliquer pour obtenir ce qu’ils veulent. Je crois que nous devons également apprendre à exercer des pressions dans le sens inverse. Il ne suffit pas de rester assis dans nos maisons, isolés les uns des autres, en sachant que des millions d’autres personnes ressentent la même chose que nous. Nous devons aussi agir.

Nous devons envoyer un message : NOUS NE NOUS SOUMETTRONS PAS !

Je ne suis pas sûr qu’une seule personne ait le « poids » nécessaire pour mener cette campagne seule, et c’est probablement mieux ainsi. Ce qu’il faut, c’est un mouvement de masse uni par des principes, et non un mouvement empêtré dans un culte de la personnalité.

Il existe de nombreuses façons d’y parvenir, des actions simples aux stratégies plus complexes. Tout militant de la liberté peut envoyer un message par le biais de pancartes, d’autocollants pour pare-chocs, de publicités, de panneaux d’affichage, etc., rappelant à l’establishment que nous refuserons de nous soumettre au vaccin ou aux passeports vaccinaux en toutes circonstances. Ils doivent comprendre que rien de ce qu’ils peuvent faire ne nous fera changer d’avis. Rien.

La principale stratégie de la secte Covid a été de travailler avec de grandes entreprises pour exiger des preuves de vaccination (passeports vaccinaux). Nous devons faire savoir à ces entreprises, sans ambiguïté, que nous cesserons tout soutien comme consommateur à leurs activités. Nous ne travaillerons pas pour elles et nous ne leur donnerons pas un centime de notre argent. Au lieu de cela, nous nous adresserons à de plus petites entreprises locales, pour savoir si elles font partie de la campagne « Nous ne nous conformerons pas », et si c’est le cas, nous les soutiendrons à la place. Il est temps de donner une leçon à ces entreprises et de les mettre hors service en retirant notre argent et notre travail de leurs poches.

La stratégie suivante de l’establishment a été de rendre obligatoire la vaccination des fonctionnaires. Encore une fois, les débrayages massifs sont la solution. Laissez-les transpirer en perdant la moitié de leurs effectifs. Et puis peut-être les traîner en justice. Enterrez-les dans des procès tout en étranglant leur capacité à fonctionner.

Finalement, l’administration Biden va tenter de mettre en place des fermetures et des contrôles de vaccins au niveau fédéral. Ce n’est qu’une question de temps. C’est là que l’organisation est vitale. Les comtés et les États à majorité conservatrice et défenseurs des libertés doivent s’unir et dire une fois de plus « Nous ne nous plierons pas ». Si le gouvernement de votre État est de la partie et défie Biden, ce sera encore plus utile, mais ne faites pas l’erreur de croire que les gouvernements des États seront les seuls à vous protéger. Vous devez être organisés au niveau local, avec votre communauté et les entreprises locales prêtes à prendre position. Cela doit commencer maintenant, avant qu’il ne soit trop tard.

Enfin, si la secte Covid décide d’utiliser la force directe comme option, nous devons être prêts à riposter. Sans organisation locale au minimum, se défendre sera difficile voire impossible. Cela signifie qu’il faut faire revenir une vieille tactique des Pères Fondateurs : La milice.

Il y a un temps pour la préparation et un temps pour la prise de risques. Sans risque, il n’y a pas de liberté. Nous approchons rapidement d’un moment où les joueurs et les vrais croyants pourraient décider du sort du monde pour le prochain siècle. Un mouvement populaire et organique doit être rassemblé pour lutter contre la marée montante du totalitarisme. Chacun de nous ne peut faire que sa petite part, mais ensemble, de concert, je crois que nous pouvons arrêter la tyrannie médicale et le Reset dans son élan et même inverser les dommages causés.

Je crois que nous vivons ici, à ce carrefour, pour une raison. Je crois que nous sommes censés être ici, que nous avons la chance d’être les bonnes personnes au bon endroit et au bon moment. Je crois que nous pouvons mettre fin à ce mal, mais seulement si nous osons essayer. Cela commence par un simple geste : Dire au monde « Nous ne nous soumettrons pas ! » Et ensuite, nous devons tenir notre promesse.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

ARNm_poison
STOP POISON !!…