« Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique » Robert F Kennedy Jr (Chapitre 1 / 1ère partie)

RFK_RealFauci

Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique

Larges extraits

Robert F. Kennedy Jr

Skyhorse Publishing, novembre 2021, 450 pages

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Décembre 2021

La présentation de ce projet de traduction (Résistance 71)

Introduction

Chapitre 2

Chapitre 1 : mauvaise gestion de pandémie

Note des traducteurs : ce chapitre est le plus long du livre, il fait 95 pages + 22 pages de notes bibliographiques. Ce chapitre très important représente à lui seul 25% du bouquin… Tout est à lire, aucune longueur, il fut très très difficile de sélectionner des passages pour la traduction, nous avons fait de notre mieux pour en tirer ce que nous pensons être le plus important à diffuser le plus rapidement possible. De fait, par souci de cohérence narrative et devant la somme des informations présentées, nous avons décidé de traduire plus qu’originellement prévu. Devant la longueur de ce chapitre et pour ne pas faire trop attendre le public francophone qui se doit de connaître cette information, nous avons décidé de publier ce long chapitre en 3 parties… Bonne lecture !

[1] [2] [3]

I – Décrets arbitraires : médecine sans science

La stratégie de gestion de la pandémie COVID du Dr Fauci a été de supprimer la transmission virale par le port du masque obligatoire, la distanciation sociale, la mise en quarantaine de gens sains (mesure connue sous le nom de “confinement”), tout en instruisant les patients atteints de la maladie de retourner chez eux sans rien faire (NdT: à par le p’tit coup de doliprane usuel…), de ne recevoir aucun traitement, jusqu’à ce que des difficulté respiratoires ne les renvoient à l’hôpital pour y recevoir du remdevisir en intra-veineuse (I.V) et être placés sous respirateur. Cette approche pour mettre fin à une maladie infectieuse contagieuse n’a aucun précédent médical en santé publique et un soutien scientifique des plus anémiques. De manière tout à fait prévisible, ce fut totalement inefficace : les Etats-Unis eurent le plus haut taux de mortalité au monde.

Des médicaments étaient disponibles contre la COVID, des médicaments sûrs et très bon marché, qui auraient empêchés des centaines de milliers d’hospitalisations et auraient sauvé autant de vies si seulement nous les avions utilisés dans ce pays. Mais le Dr Fauci et ses collaborateurs de Big Pharma supprimèrent délibérément ces traitements pour rendre service à leur objectif à sens unique : que l’Amérique attende d’être sauvée par leurs nouveaux vaccins coûtant des milliards de dollars.

[…]

Le dr Fauci savait pertinemment que ses décrets sur le port du masque étaient contraire à l’essentiel de ce qu’en disait la science.

[…] Consistant avec les premières déclarations de Fauci, la littérature scientifique peer reviewed a toujours refusé de soutenir le port du masque pour les gens en bonne santé comme étant une manière efficace de limiter la transmission virale. Une étude compréhensive de décembre 2020 menée à Wuhan en Chine sur une échantillon de 10 millions de personnes, a confirmé l’assertion originelle de Fauci que la transmission asymptomatique du COVID était extrêmement rare.

[…]

Les obligations de distanciation sociale sont aussi fondées sur une base scientifique des plus douteuses. En septembre 2021, l’ex-commissaire à la FDA, le Dr Scott Gotleib a admis que la règle des 2m de distanciation imposée par le Dr Fauci et ses collègues du Human Health Service (HHS) était “arbitraire” et non pas fondée sur une base scientifique étayée.. “Ceci est un exemple parfait du manque de rigueur sur la façon dont le CDC fait ses recommandations.” a poursuivi l’intéressé.

[…] Finalement, le confinement des gens sains fut une mesure si “innovatrice” que les protocoles officiels de gestion de pandémie de l’OMS ne le recommandait pas du tout. Certains officiels de l’OMS étaient passionnés par le sujet…

[…] Il n’y a aucune différence convaincante en ce qui concerne les infections par la COVID et la mortalité résultante entre les juridictions qui prônèrent le laisser-faire et celles qui obligèrent coercitivement des confinements stricts de gens sains et et le port du masque.

[…]

Le Dr Fauci expliqua au journal du New York Times, qu’il avait révisé à la hausse ses estimations de couverture vaccinale nécessaire pour obtenir “l’immunité de troupeau” de 70% en mars à 80-90% en septembre, non pas sur une base scientifique, mais plutôt en réponse à un sondage qui indiquait une augmentation de l’acceptation de la vaccination dans le public. Il adopta une position publique pour dire que l’immunité naturelle ne contribue pas à protéger une population. Il a soutenu l’injection des gens ayant déjà été infectés par la maladie, en défi de massive preuve scientifique démontrant que des inoculations post-COVID étaient non seulement inutiles mais même dangereuses.. Questionné sur le sujet le 9 septembre 2021, le Dr Fauci a admis qu’il ne pouvait trouver aucune justification scientifique de sa position et de sa politique.

[…]

A l’origine de la pandémie, le dr Fauci a utilisé un modèle informatique de prédiction particulièrement imprécis qui a surestimé les morts aux Etats-Unis de 525%. L’escroc et fabricant de pandémie, Neal Ferguson, de l’Imperial College of London en était l’auteur, avec un financement de la fondation Bill & Melinda Gates (FBMG) de 48,8 millions de dollars. Le dr Fauci a utilisé ce modèle comme justification de sa politique des confinements.

[NdT : la “science des modèles informatiques” a essentiellement remplacé la science des faits et de l’observation depuis plusieurs décennies. Ceci est tout aussi vrai dans d’autres domaines comme par exemple celui de l’escroquerie au changement climatique anthropique, ce que malheureusement RFK Jr n’a pas encore intégré… On fait dire ce qu’on veut à des “modèles” en bidouillant les données qu’on leur sert pour leur calcul, le bidouillage a souvent lieu par omission de données importantes, ce qui maxime les résultats voulus]

Le Dr Fauci a acquiescé aux changements de protocole de sélection du CDC lors de l’établissement des certificats de décès, de façon à surgonfler le nombre des morts dû à la COVID et donc de surgonfler le taux de mortalité de la maladie. Le CDC a plus tard admis que seulement 6% des décès COVID se produisirent chez des sujets au demeurant sains. Le reste des 94% souffraient en moyenne de 3,8 facteurs de co-mortalité potentielle.

Les régulateurs utilisèrent mal les tests PCR ce que le CDC sur le tard a admis, en août 2021, et être de fait incapables de distinguer la COVID d’une autre maladie virale. Le Dr Fauci a toléré leur utilisation à des niveaux d’amplification de manière inappropriée très hauts de 37 à 40 cycles de reproduction (Ct), parfois même jusqu’à 45 cycles, alors même que le Dr Fauci avait dit à Vince Racaniello que les tests employant un seuil de cycle (Ct) au dessus de 35 avaient très peu de chance de signifier la présence de virus vivant qui pourrait être répliqué. En juillet 2020, le Dr Fauci fit remarquer qu’à ce niveau de réplications, un résultat positif “n’est que nucléotides morts, point barre.” Pourtant, il ne fit rien pour modifier les tests de manière à être plus précis. En tant que tsar pour les Etats-Unis du COVID, le Dr Fauci ne s’est jamais plaint au sujet de la décision du CDC ne pas pas faire d’autopsies après les cas de décès attribués aux vaccins. Cette pratique a permis au CDC d’affirmer continuellement, que toutes les morts après les injections “n’ont aucun lien avec la vaccination”. Le CDC a aussi refusé d’ouvrir des enquêtes et de suivre les gens déposant une notice pour “blessures suite à vaccination”. Inspiré par de belles récompenses pour classer tout décès hospitalier comme “mort du COVID19”, Medicare a payé 39 000 dollars par patient placé en réanimation en cours de traitement COVID19 et seulement 13 000 US$ [3 fois moins] pour tout patient placé en réanimation pour déficience respiratoire simple. Ainsi les hôpitaux contribuèrent à la manipulation et mensonges sur les chiffres. Une fois de plus le Dr Fauci fit un clin d’œil et acquiesça à cette fraude.

[…]

Les auditeurs de CNN et lecteurs du New York Times furent désinformés de manière catastrophique au sujet des faits réels entourant la COVID19 durant toute l’année 2020. Des sondages successifs réalisés par Gallup ont montré que le démocrate moyen croyait que 50% des infections COVID19 résultaient en hospitalisation. Le véritable chiffre étant moins de 1%…

[…]

Les groupies du dr Fauci, incluant le président Biden, ainsi que les journalistes phares des grands médias télévisés, conseillèrent aux Américains de “faire confiance aux experts”. Un tel conseil est anti-démocratique et anti-science. La science est dynamique. Les “experts” souvent diffèrent de point de vue sur des questions scientifiques et leurs opinions peuvent varier en accord avec des demandes politiques, ou des intérêts de pouvoir ou financiers. Dans quasiment toutes les procédures judiciaires dans lesquelles j’ai officié en tant qu’avocat, celles-ci mettaient en lice les uns contre les autres, des “experts” des côtés opposés de l’argument, tous témoignant sous serment de positions diamétralement opposées, le tout basé sur la même série de faits. Dire aux gens de “croire les experts” est soit naïf ou complètement manipulateur, ou les deux.

[…]

Je fus choqué durant les premiers mois de la COVID19, que LE docteur de l’Amérique, apparemment préoccupé par sa seule solution, le vaccin, fit bien peu pour dire aux Américains comment renforcer leur système immunitaire.

[…]

Le 30 avril 2021, le Canadian Ontario College of Physicians and Surgeons (École de médecine de l’Ontario) a menacé de radier tout médecin qui prescrirait des stratégies de santé anti-COVID non vaccinale, incluant la prescription de vitamine D. “Ils sont en train d’essayer d’effacer la notion d’immunité naturelle”, a dit la chercheuse canadienne en immunologie vaccinale, la dr Jessica Rose. Ph.D, MSc, BSc.

[…]

En 2020, avant l’arrivée des vaccins, 99,99% des systèmes immunitaires naturels des gens protégeaient leurs propriétaires de maladies graves et de la mort. Le CDC, l’OMS, et en fait toutes les autorités de santé mondiales ont reconnu que des gens sains ayant un système immunitaire sain, sont à risque très minimum du COVID. En fait, la plupart des gens possèdent un système immunitaire suffisant pour ne même pas savoir qu’ils ont la COVID.

[…]

Le plus troublant furent les politiques du Dr Fauci de totalement ignorer et de supprimer les traitements précoces de la maladie chez les patients symptomatiques qui étaient souvent terrifiés. “Les meilleures pratiques pour vaincre une épidémie de maladie infectieuse dictent la mise en quarantaine et le traitement thérapeutique des gens malades, de protéger les gens les plus vulnérables et  de développer une pratique agressive de réaffectation des médicaments et d’utiliser des protocoles de traitements précoces afin d’éviter les hospitalisations.” dit l’épidémiologiste de Yale Harvey Risch, qui est une des autorités mondiales sur les protocoles de traitement clinique des maladies infectieuses.

[…] Le Dr Peter McCullough va en se sens : “Seul un virus hautement transmissible comme celui de la COVID, peut établir une tête de pont dans une population et ce sera inévitable qu’il se propagera à toute personne n’ayant pas ou peu d’immunité. Vous pouvez ralentir la contagion, mais pas l’empêcher, tout comme vous ne pouvez pas empêcher la marée de monter.” Dr McCullough est interne cardiologue du Baylor University Medical Center et du Baylor Heart and Vascular Hospital de Dallas au Texas. Il a publie plus de 600 articles peer-reviewed, faisant de Peter McCullough le médecin le plus publié de l’histoire de la médecine dans le domaine des pathologies rénales dues aux pathologies cardiaques., des séquelles mortelles en l’occurrence de la COVID19.

[…]

McCullough observe que “Nous aurions pu considérablement réduire les morts du COVID et les hospitalisations en utilisant les protocoles de traitement précoce et en réassignant thérapeutiquement des médicaments comme l’ivermectine et l’hydroxychloroquine et bien d’autres.” Le Dr McCullough a traité personnellement plus de 2000 patients atteints de la COVID avec ces thérapies. Il a indiqué que des centaines d’études peer-reviewed montrent maintenant que le traitement précoce de la maladie aurait pu empêcher quelques 80% des morts attribués à la COVID. “La stratégie dès le départ aurait du être de mettre en place des protocole de traitement pour empêcher les hospitalisations des Américains qui auraient été testés positifs, mais étaient toujours asymtomatiques. Si nous avions fait cela, nous aurions repoussé le taux de mortalité plus bas que celui que nous observons avec la grippe saisonnière et aurions stoppé les engorgements des hôpitaux. […] L’utilisation de médicaments réassignés aurait mis fin à cette pandémie vers mai 2020 et aurait sauvé quelques 500 000 vies américaines, mais cela s’est heurté à la vision dogmatique de Dr Fauci sur les vaccins et le remdevisir.

[…]

Risch, McCullough et Kory font partie d’un large chœur d’experts (incluant le prix Nobel de médecine Luc Montagnier) qui argumente qu’en ayant traité les patients infectés à la maison durant les premières étapes de la maladie, nous aurions pu éviter ces confinements cataclysmiques et trouver des ressources médicales pour protéger les populations vulnérables tout en encourageant la contagion dans les groupes d’âge à très bas risque afin d’obtenir une immunité de groupe naturelle permanente. Ils font aussi remarquer que l’immunité naturelle dans tous les cas de figures connus, est bien supérieure à une immunité induite par la vaccination, l’immunité naturelle étant de longue durée (souvent le long de toute une vie) et bien plus large, c’est à dire qu’elle offre aussi une protection substantielle contre les variants possibles d’un virus. “Vacciner les citoyens ayant déjà une immunité naturelle n’aurait jamais du être notre politique de santé publique.” dit le Dr Kory.

La stratégie du Dr Fauci a impliqué des centaines de milliards de dollars des ressources sociétales sur un pari à risque du développent d’une nouvelle technologie de vaccins et pratiquement rien vers le développement de la réassignation de médicaments existants et efficaces contre la COVID. “Cette stratégie a mis en attente le traitement médical mondialement pendant un an complet alors qu’un virus respiratoire au traitement connu ravageait des populations”, dit Kory. “Il est choquant qu’il n’a pas recommandé d’assistance et de traitement médicaux aux patients à domicile, pas même de la vitamine D, malgré le fait qu’il en prend lui-même et que la vaste majorité du pays est en carence de vitamine D.

[…]

Les médecins de terrain qui furent en première ligne ont très rapidement reconnu que la maladie se propageait selon plusieurs voies, chacun demandant un traitement et un protocole appropriés. McCullough nous dit : “Il y avait trois parties dans la maladie : 1) le virus se multipliait pour une durée aussi longue que deux semaines (incubation), 2) Il y avait une incroyable inflammation dans tout le corps, et 3) ceci était suivi de formations de caillots sanguins.” Il ajoute : “Dès avril 2020, la plupart des médecins avaient compris qu’un seul médicament ne serait pas suffisant pour traiter cette maladie. Nous devions donc utiliser des médicaments en les combinant.”

“Nous avons très rapidement développé trois principes de base, les voici :

  • Utiliser des médicaments pour ralentir le virus
  • Utiliser des médicaments pour atténuer ou réduire l’inflammation
  • S’occuper impérativement de la formation des caillots sanguins

[…] McCullough fait la chronique de la rapidité avec laquelle les médecins de terrain découvrirent une riche pharmacopée de remèdes efficaces contre la COVID. Des études anciennes de l’HHS soutenaient l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre les coronavirus depuis 2005 et dès mars 2020, des médecins de New York à l’Asie l’utilisèrent avec une grande efficacité. Ce mois-là, McCullough et d’autres médecins organisèrent dans son centre de traitement et avec la FDA, des protocoles prophylactiques (préventifs) contre la COVID en utilisant l’hydroxychloroquine.

Nous avions aussi de super données concernant l’ivermectine en provenance du Bengladesh et d’ailleurs, ce dès le début de l’été 2020. dès lors nous avions deux médicaments génériques bon marché.” McCullough et son équipe de quelques 50 médecins de terrain découvrirent également que tandis que l’HCQ et l’IVM fonctionnaient très bien contre la COVID, ajouter d’autres médicaments aux protocoles renforçaient la rapidité et l’efficacité des résultats. Ces médicaments incluaient l’azithromycine ou la doxycycline, le zinc, la vitamine D, Celebrex, bromhexine, NAC, la vitamine C en I.V et la quercetine.

[…] McCullough continue : “Nous avons encore plus appris d’experts à UCLA et ailleurs en regard des caillots sanguins et du besoin d’agents liquéfiant du sang comme l’aspirine par exemple. Nous avons aussi eu le feu vert pour les anticorps monoclonaux. On a appris plus tard qu’à la fois la fluvoxamine et la famotidine pouvaient jouer un rôle dans un traitement multi-médicamenteux.

[…]

Les Chinois ont publié leur propre protocole de traitement le 3 mars 2020, utilisant les mêmes catégories de prophylactiques (préventifs) et médicaments de traitement précoce annoncés par McCullough : choloroquine (cousine de l’hydroxychloroquine, antibiotiques, anti-inflammatoires, anti-histaminiques, une variété de stéroïdes et substances probiotiques pour stabiliser et fortifier le système immunitaire, ainsi que des médicaments de la pharmacopée de la médecine traditionnelle chinoise, des vitamines et suppléments minéraux, incluant une variété de composants contenant de la quercitine, du zinc et des précurseurs gluthation. Les Chinois ont fait du traitement précoce leur stratégie centrale anti-COVID. Ils ont utilisé une surveillance et un traçage d’identification des patients et de leurs contacts, certes parfois intrusifs et ont immédiatement hospitalisé et traité tous les cas d’infection COVID. Le traitement précoce a aidé les Chinois à mettre fin à leur pandémie dès avril 2020 (NdT: premier cas fin novembre 2019, épidémie enrayée moins de 5 mois plus tard…). “Nous aurions pu faire la même chose” dit le Dr McCullough.

[…]

[A l’automne 2020] plus de 200 études scientifiques soutenaient le traitement par hydroxychloroquine et 60 études soutenaient l’ivermectine. “Nous avons combiné ces médicaments avec la doxycycline et l’azithomycine pour supprimer l’infection”, dit McCullough. Une autre méta-analyse soutenanait l’utilisation de prednisone et d’hydrocortisone et autres largement disponibles stéroïdes pour combattre l’inflammation.

[…]

Le Dr David Brownstein m’a dit : “J’ai eu une réunion avec mon personnel soignant et mes six associés. Je leur ai dit : ‘nous allons resté ouvert et allons traiter la COVID.” Ils m’ont demandé comment. Je leur ai dit “Nous avons traité ici des maladies virales depuis plus de 25 ans, la COVID ne peut pas être si différente. Dans toute cette période nous n’avons pas perdu un seul patient à la grippe ou autre maladies similaires. Nous avons traité les gens dans leurs voitures avec des vitamines A, C et D par voies orales et iodine. Nous avons fait de l’intraveineux en extérieur tout l’hiver avec des IV de peroxyde d’hydrogène et de la vitamine C…

[…] Nous avons traité 715 patients, nous n’avons eu que 10 hospitalisations, aucun mort. Le traitement précoce fut la clef de toute l’affaire. On nous a empêché d’en parler. Tout l’establishment médical essayait d’étouffer le traitement précoce de la maladie et de réduire au silence tous les médecins qui en parlait avec succès. Toute une génération de médecins a juste cessé de pratiquer la médecine.

[…]

Personne ne voulait que les Américains sachent que vous n’aviez pas à mourir de la COVID. Cette maladie est traitable à 100%”, dit le Dr Brownstein. “Nous l’avons prouvé, personne ne devait mourir.” Il ajoute : “Dans le même temps, nous avons vu beaucoup de très mauvais effets secondaires dus aux vaccins qui affectaient nos patients. Nous avons sept AVC, certains se terminant en paralysie sévère. Nous avons trois cas d’embolie pulmonaire, deux thromboses, deux cas de maladie de Graves et un mort.”

[…]

Nous n’avons pas eu une seule institution universitaire ou médicale qui soit parvenue à établir un simple protocole de traitement.” a dit le Dr McCullough. “Ils n’ont même pas essayé. Harvard, John Hopkins, Duke, quelle qu’elles soient. Pas un seul centre médical n’a même mis une tente pour traiter les patients et empêcher les hospitalisations et la mort des gens. Il n’y a pas eu un gramme de recherche originale qui est sortie de l’Amérique pour combattre et traiter la COVID, rien d’autre que les vaccins.” Toutes ces universités dépendent grandement des milliards de dollars qu’elles reçoivent du NIH. Comme nous allons le voir, toutes ces institutions vivent dans la terreur absolue d’insulter Anthony Fauci et cette peur les a paralysé dans cette pandémie.

[…]

Au lieu de soutenir le travail de McCullough, le NIH et autres régulateurs fédéraux ont commencé à activement censurer l’information en ce domaine des remèdes efficaces. Les médecins qui tentèrent d’ouvrir la discussion sur les bénéfices du traitement précoce de la maladie se virent lourdement et inexpliquablement censurés. Le dr Fauci a travaillé avec Mark Zuckerberg de Facebook et autres médias sociaux pour museler toute discussion sur les remèdes à la maladie. La FDA envoya une lettre de mise en garde disant que la N-acetyl-L-cystéïne (NAC) ne pouvait pas être promue légalement comme supplément alimentaire après des décennies d’accès de la substance dans les rayons des magasins de santé et nutrition et supprima la vitamine C en I.V, que les Chinois utilisèrent avec un très grand succès.

[…]

Des médecins et scientifiques reconnus, incluant quelques uns les plus publiés et plus expérimentés de la nation et des spécialistes de terrain anti-COVID comme les Dr McCullough, Kory, Ryan Cole, David Brownstein et Risch pensent que la suppression par le Dr Fauci du traitement précoce et des remèdes hors patentes, fut responsable de près de 80% des décès attribués à la COVID. Ces cinq médecins m’ont dit la même chose de manière indépendante. La charlatanerie incessante de délibérément empêcher les traitements précoces efficaces de la COVID, la coercition pour l’utilisation du remdesivir, ont sans doute tué inutilement quelques 500 000 Américains dans les hôpitaux.

[…]

Le Dr Cole a supervisé ou aidé à faire plus de 125 000 tests COVID pendant la pandémie. […] “Pour le dire simple et direct : le traitement précoce de la COVID sauve des vies. Si la profession médicale avait eu une pensée progressiste et pratique de l’affaire et se soit focalisée sur la maladie, avec une approche multi-médicamenteuse des patients en ambulatoire, sachant que la COVID-19 est une maladie imflammatoire coagulante, des centaines de milliers de vies auraient été sauvées aux Etats-Unis.

Jamais dans l’histoire de la médecine, le traitement précoce d’une maladie n’a été aussi négligé de manière ouverte par la profession médicale et sur une si grande échelle.” Le dr Cole ajoute : “Ne pas traiter, spécifiquement dans une épidémie de maladie contagieuse potentiellement mortelle, c’est nuire.

[…]

Cole fait remarquer que “Si vous avez moins de 70 ans et que vous n’avez pas d’autres maladies sévères, il est très difficile pour vous de mourir de la COVID. Il n’y a pas de taux de mortalité qui puisse être réduit… et pour les gens qui sont âgés et ont des maladies pré-existantes, comme nous l’avons appris du Dr McCullough et de ses collègues, il y a des médicaments très efficaces pour traiter ce virus pour que le taux de mortalité diminue de 70 ou 80%, ce qui veut dire qu’il n’y a aucune urgence en quoi que ce soit. Mais ceci est une grave menace pour le cartel vaccinal et du remdesivir.”

[…]

Le Dr McCullough dit qu’en traitant les patients précocement à la maison, les médecins peuvent de fait mettre totalement fin à la pandémie.

[…]

Ce sont les médecins indépendants qui ont de la compassion et qui innovent pour utiliser ce que nous appelons le principe de précaution. Ils utilisent leur meilleur jugement médical et meilleures données scientifiques pour mettre en application une thérapie immédiate et ainsi pratiquer l’art de soigner. Pour tous nos collègues universitaires qui ont dit “Dr McCullough, nous devons attendre de plus larges études et essais randomisés”, nous leur avons toujours répondu ceci “Ecoutez, ceci est un évènement de masse. Les gens meurent ici et maintenant. Ils sont hospitalisés maintenant. Nous ne pouvons pas attendre pour de plus larges essais randomisés. Nous devons être des médecins. Nous devons commencer à soigner les gens.

II. Tuer l’hydroxychloroquine

[…]

Il n’y a pas d’aspect plus révélateur dans cette crise COVID des intentions malveillantes d’un puissant cartel vaccinal, emmené par le Dr Fauci et Bill Gates, pour prolonger la pandémie et amplifier ses effets mortels afin de promouvoir leurs inoculations malfaisantes.

Dès le départ, l’hydroxychloroquine (HCQ) et autres thérapies ont posé une menace existentielle au projet de 48 milliards de dollars de vaccination anti-COVID du Dr Fauci et de Bill Gates et aussi particulièrement à leur médicament vaniteux (et dangereux) qu’est le remdesivir, dans lequel Gates a beaucoup investi.

Sous la loi fédérale américaine, de nouveaux vaccins ou nouveaux médicaments ne peuvent pas bénéficier du label d’ “Autorisation d’Utilisation d’Urgence” ou AUE, s’il y a un médicament approuvé par la FDA qui soit efficace contre cette même maladie. […] Ainsi donc quelque médicament que ce soit comme l’HCQ ou l’ivermectine soit prouvé efficace contre la COVID, alors les labos pharmaceutiques ne seraient plus permis de faire passer en urgence une utilisation de leur projet vaccinal de milliards de dollars. Ces vaccins devraient au contraire passer par la très longue procédure méthodologique de mise sur le marché. Cela signifierait moins de bénéfices, plus d’attente, plus d’aléas et une triste fin pour cette ruée vers l’or de la vaccination anti-COVID. Le dr Fauci a investi 6 milliards de dollars du contribuable américain juste dans le vaccin Moderna. Son agence est co-détentrice du brevet et se positionne pour engranger une véritable fortune en droits et royalties. Au moins quatre des adjoints sélectionnés de Fauci sont en attente de collecter des dividendes de l’ordre de 150 000 US$ par an du succès de Moderna et ceci s’ajoutant à leurs salaires déjà payés par le trésor public américain.

[…]

Enormément de gens en Afrique et en Inde prennent de l’HCQ durant toute leur vie. Comme la recommandation du protocole anti-COVID le demande, il ne s’agit que d’une prise du médicament pendant une semaine. La révélation soudaine du dr Fauci disant que ce médicament est dangereux est au mieux bizarre.

D’après le Dr McCullough, “Il n’y a pas à ce jour de rapport crédible que ce médicament augmente le risque de mortalité chez les patients de la COVID-19 lorsqu’il est prescrit par des médecins compétents qui comprennent son profil de sécurité.

[…]

Le premier grand champion de l’HCQ fut le professeur français Didier Raoult, icône de la recherche sur les maladies infectieuses, qui a publié plus de 2700 articles et est célèbre pour avoir découvert 100 micro-organismes, incluant le pathogène causant la maladie de Whipple. Le 17 mars 2020 [NdT : date du commencement du premier confinement en France], le Dr Raoult a fourni un rapport préliminaire sur 36 patients traités avec succès à l’hydroxychloroquine et parfois avec de l’azithromycine dans son institution médicale marseillaise.

en avril 2020, le Dr Vladimir (Zev) Zelenko, médecin de terrain  dans l’état de New York et très tôt utilisateur de l’HCQ, a reproduit les succès du Dr Raoult en réduisant systématiquement le taux attendu de mortalité chez plus de 800 patients que Zelenko traita avec le cocktail HCQ.

[…] En mai 2020, le Dr Harvey Risch, médecin, a publié l’étude la plus compréhensive sur l’efficacité de l’HCQ contre la COVID. Risch est professeur d’épidémiologie à l’université de Yale, expert mondial de l’analyse des données médicales et cliniques.

[…]

Le Dr Risch a démontré plus avant et avec grande spécificité, comment les critiques de l’HCQ, largement financés par la fondation B&M Gates et le Dr Fauci, ont mal interprété, mal énoncé, et mal rapporté les résultats négatifs d’études employant des protocoles erronés, dont la plupart décrivaient l’efficacité de l’HCQ sans administration de zinc, connu pour renforcé l’efficacité et du zithromax, aussi connu comme agent favorisant l’action médicamenteuse de l’HCQ. Mais leur truc favori pour s’assurer de l’échec des protocoles fut d’attendre que la maladie soit très avancée chez les patients avant d’administrer l’HCQ, dans cette période tardive où la substance est la plus inefficace.

[…]

McCullough montre que l’efficacité du cocktail d’HCQ est basée sur la pharmacologie de l’ionophore de l’hydroxychloroquine qui agit comme le “flingue” et le zinc comme “la balle”, tandis que l’azithromycine potentialise l’effet anti-viral

[…]

Le 13 janvier 2020, lorsque des rumeurs sur la maladie grippale de Wuhan COVID-19 commencèrent à circuler, le gouvernement français prit alors la plus bizarre et sans précédent des décisions et de plus très suspicieuse, de réassigner l’hydroxychloroquine, jusqu’ici un médicament que l’on pouvait se procurer en pharmacie sans ordonnance médicale, ce depuis des décennies, en médicament sujet à prescription. Sans citer quelque étude scientifique que ce soit, les fonctionnaires du ministère de la santé français ont changé le statut pharmacologique de l’HCQ en la reclassant “substance vénéneuse liste II” et en interdirent la vente libre. Cette remarquable coïncidence se reproduisit de la même manière lorsque les officiels de la santé canadienne firent la même chose, retirant en catimini le médicament des étagères des pharmacies.

[…]

La compagnie mère de Google, Alphabet, possède plusieurs entreprises de vaccins, incluant Verily ainsi que VacciTech, une entreprise qui compte sur les vaccins de la grippe, le cancer de la prostate et la COVID. Google a des partenariats très lucratifs avec de très grands fabricants de vaccins incluant un partenariat à hauteur de 715 millions de dollars avec le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK). Verily possède aussi une entreprise qui teste pour l’infection COVID. Google ne fut pas la seule plateforme de média en ligne qui censura les contenus qui contredisaient le narratif officiel contre l’HCQ. Facebook, Pinterest, Instagram, Youtube, MailChimp et quasiment toutes les grosses plateformes en ligne de Big Tech commencèrent à faire disparaître l’information démontrant l’efficacité de l’HCQ, la remplaçant par la propagande de l’industrie pharmaceutique générée par des agences de santé publique contrôlées par Fauci et Gates : Le HHS, NIH et l’OMS.

[…]

En juillet 2020, Bill Gates endorsa la censure des recommandations de l’HCQ après qu’une vidéo démontrant son efficacité contre les coronavirus ait accumulé des dizaines de millions de vues. Gates qualifia cette vidéo de “scandaleuse” et félicita Facebook et Youtube de l’avoir rapidement escamotée. Il se plaignit néanmoins en disant : “Vous ne pouvez pas la trouver directement sur ces services, mais tout le monde envoie le lien, car on peut toujours la trouver et la voir sur internet.” Gate dit à Yahoo News que cela révélait un défaut persistant de ces plateformes  “leur incapacité à arrêter les choses avant que cela ne se propage, ils auraient probablement du améliorer tout ça”, a fustigé Gates.

[…]

Gates continua avec la promotion du remdesivir de Gilead Science comme étant la meilleure alternative à la COVID, ce malgré les résultats minables de ce médicament comparé à ceux de l’HCQ. Il ne mentionna néanmoins pas le fait qu’il avait de gros investissements dans Gilead Science qui engrangerait des millions de dollars si Fauci arrivait à faire passer le remdesivir au travers du parcours du combattant régulateur.

[…]

Le Lancetgate

Cela demeure un mystère que de savoir quelles grandes figures ont causé aux deux plus grands magazines scientifiques The Lancet et le New England Journal of Medicine (NEJM), de publier des études si ouvertement frauduleuses depuis une base de données inexistante, propriété d’une entreprise jusqu’alors inconnue. Anthony Fauci et le cartel vaccinal célébrèrent les publications du Lancet et du NEJM le 22 mai 2020 comme étant le clou final dans le cercueil de l’hydroxycholoroquine.

[…]

Le titre d’un exposé de toute l’affaire par le journal anglais “The Guardian” a exprimé le choc mondial dans la communauté scientifique à la vue du niveau de corruption au sein de ces deux piliers de la publication scientifique dans le monde : “The Lancet a effectué une des plus grosses rétractations d’information de l’histoire moderne. Comment cela a t’il pu se produire ?” Les journalistes du Guardian de Londres accusèrent ouvertement The Lancet de faire la promotion de la fraude : “Le nombre incroyable et la magnitude des choses qui se sont mal passées ou ont été escamotées est bien trop énorme pour être attribué à une simple incompétence.”. Le journal commenta : “Ce qui est incroyable, c’est que les éditeurs de ces publications soient toujours en poste, les données sous-jacentes à ces études sont aussi mauvaises que cela.

La capacité de leur maîtres de Big Pharma de tordre le bras et de forcer ces deux plus grands journaux médicaux au monde, le NEJM et The Lancet, de souscrire à une recherche mortelle et dans le même temps publier des articles si ouvertement frauduleux au milieu d’une pandémie, atteste de l’incroyable pouvoir de ce cartel et de son caractère sans pitié. Il n’est plus du tout controversif que de dire et de reconnaître que les fabricants de médicaments contrôlent de manière rigoureuses les publications médicales et que The Lancet, le NEJM  et le Journal of the American Medical Association (JAMA) sont des instruments dûment corrompus au service de Big Pharma. Le rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton confirme : “Les journaux médicaux se sont résolus au blanchiment de l’information au service de l’industrie pharmaceutique.” La Dr Marcia Angell, qui fut éditrice au NEJM pendant 20 ans dit que les journaux médicaux sont “essentiellement une machine de marketing des produits. Big Pharma a coopté et corrompu toute institution qui pourrait se tenir sur sa route.

[…]

Ces rétractations historiques passèrent pratiquement inaperçues dans les médias de masse de l’inculture scientifique, qui continuèrent à fortifier la propagande officielle COVID. Des manchettes de journaux continuèrent de blâmer l’HCQ pour de faux décès plutôt que les chercheurs délibérément traîtres qui donnèrent aux malades, personnes âgées et aux patients à l’immunité compromise des doses de médicaments toxiques.

[…]

En mars, alors que des patients mouraient à un rythme de 10 000 par semaines, le dr Fauci déclara que l’HCQ ne devait être utilisée que dans le cadre d’essais cliniques en hôpitaux. Pour la première fois dans l’histoire américaine, un haut-fonctionnaire du gouvernement passait par dessus le jugement de milliers de médecins traitants et ordonnait aux médecins d’arrêter de pratiquer la médecine comme alliée du bien commun. Le dr Fauci continua à déclarer péremptoirement et sans relâche : “la preuve conclusive est que les études randomisées proprement exécutées ne montrent aucune efficacité thérapeutique de l’hydroxychloroquine.” Il ne mentionna néanmoins pas qu’AUCUN des essais qu’il avait utilisés comme base de l’expression de sa conviction n’avait impliqué l’absorption par les patients d’HCQ dans les 5 à 7 jours après les premiers symptômes. Au lieu de cela, tous ces essais randomisés ciblaient des patients avancés dans la maladie et déjà hospitalisés.

Les gens qui voulaient être traités dans cette toute première phase critique de la maladie n’avaient pas de chance car le dr Fauci interdit alors aux patients de recevoir un remède sauveur de vies pendant la fenêtre propice du traitement, alors que la science et l’expérience accumulée démontraient la molécule être efficace dans le soin de la maladie.

[…]

Le NIAID a arrêté un essai clinique du médicament pour les patients en ambulatoire en juin 2020, seulement un mois après l’avoir commencé et en n’ayant enrôlé que 20 patients sur les 2000 planifiés. La FDA a bloqué l’accès à des millions de doses d’HCQ et de chloroquine (CQ) que le labo Sanofi et autres fabricants de médicaments avaient donné au Strategic National Stockpile (dons déductibles des impôts). Sanofi a de plus annoncé qu’il ne produirait plus le médicament pour utilisation en traitement de la COVID. Le dr Fauci et ses sbires de l’HHS ont décrété que les stocks de médicaments pourrissent dans les hangars alors que les Américains deviennent inutilement malades et meurent de la COVID-19

Le 17 juin 2020, l’OMS, dont Bill Gates et le plus grand pourvoyeur de fonds après les Etats-Unis et sur laquelle Gates et Fauci exercent un strict contrôle, a appelé à l’arrêt des essais cliniques dur l’HCQ dans des centaines d’hôpitaux du monde entier. Le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a ordonné aux nations d’arrêter d’utiliser l’HCQ et la CQ. Le Portugal, la France, l’Italie et la Belgique ont banni le traitement de la COVID-19 par HCQ.

[…]

Une méta-revue de 58 études peer-reviewed par des médecins chercheurs en Espagne, Italie, France et Arabie Saoudite a trouvé que l’HCQ réduit de manière dramatique le taux de mortalité lié à la COVID, tandis que des articles émanant de médecins turcs, canadiens et américains ont trouvé que la toxicité cardiaque de l’HCQ est négligeable.

[…]

De manière similaire et ce malgré le fait que l’hygiène dans les pas invoqués soit souvent inférieure, il y a bien moins de morts par habitants en Ethiopie, au Mozambique, Niger, Congo et Côte d’Ivoire qu’aux Etats-Unis. Dans ces pays, le taux de mortalité oscille entre 8 et 47,2 morts pour 1 million d’habitants, données au 24 septembre 2021. Par contraste, les pays occidentaux à qui on a refusé l’accès à l’HCQ font l’expérience d’un taux de mortalité bien plus élevé pour la maladie, de 220 par millions en Hollande à 2000 par million aux Etats-Unis et 850 par million en Belgique. Dr Meryl Nass a observé : “Si les gens dans ces pays à paludisme renforçaient leur système immunitaire avec du zinc, de la vitamine C et D, le taux de mortalité serait encore plus bas…

[…]

En 2013, lorsque le dr Fauci avait soutenu l’utilisation de la ribavirin / interferon contre le MERS ou Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient, le double remède contre l’hépatite C était, d’après le NIH, extrêmement dangereux, occasionnant des dégâts chez pratiquement tous les patients qui prenaient le cocktail, qui provoque un syndrome de fatigue chronique par anémie hémolytique et une augmentation des malformations de naissance ainsi que des enfants morts-nés. La ribavirin est toxique pour les gènes, mutagène et un carcinogène potentiel.

Quoi qu’il en soit, en 2013, le dr Fauci recommandait cette thérapie malgré le manque total d’étude randomisée avec placebo dans des essais cliniques contrôlés et en fait le manque totale de donné de l’utilisation de ce cocktail sur des humains dans le traitement du MERS.

Les vaccins qui qualifient pour une Autorisation d’Utilisation d’Urgence incluent ces nouvelles plateformes ARNm et ADN sans aucun profil de sécurité connu. D’autres utilisent des adjuvants toxiques comme le squalène et l’aluminium ou de nouveaux adjuvants ayant des risques prouvés de haut risque de blessure sérieuse.

[…] Les vaccins sont si dangereux que l’industrie de l’assurance a refusé de les couvrir ! Et les fabricants refusent de les produire sans la couverture d’une immunité légale contre toute responsabilité civile et criminelle. Bill Gates qui est le principal investisseur dans bon nombre de ces vaccins anti-COVID a stipulé que le risque est si grand qu’il ne les fournirait pas aux gens à moins que les gouvernements ne le protègent contre toute poursuite judiciaire.

[…]

L’inconsistance et le constant foulage aux pieds de l’éthique du dr Fauci vont de paire avec sa longue histoire de la promotion de produits brevetés par Big Pharma et donc plus profitables et de l’utilisation de son pouvoir d’influence pour faire avancer son agenda sans aucun égard pour la santé publique. Le rôle de meneur du dr Fauci dans ce scandale mortel est tout a fait consistant avec sa longue histoire de discrédit des thérapies qui entrent en concurrence avec les vaccins et autres produits pharmaceutiques brevetés.

Grâce à la campagne stratégique du dr Fauci, la plupart des Américains sont toujours incapables d’obtenir de l’HCQ pour un traitement précoce de la COVID-19, encore moins d’Américains ne peuvent y avoir accès à titre préventif et encore moins sont au courant de ses bénéfices curatifs.

[…]

Le professeur Risch pense que le dr Fauci a sciemment menti au sujet de l’hydroxychloroquine et qu’il a utilisé son influence au sein de la FDA pour la faire supprimer parce que lui et d’autres bureaucrates “sont au lit avec d’autres forces qui leur font prendre des décisions qui ne sont pas fondées sur la science et qu’ils tuent des Américains.

De plus, le dr Risch affirme spécifiquement, que Fauci et la FDA ont provoqué la mort de centaines de milliers d’Américains qui auraient parfaitement pu être sauvés avec l’hydroxychloroquine.

A suivre…

roulettevaccinale

16 Réponses vers “« Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique » Robert F Kennedy Jr (Chapitre 1 / 1ère partie)”

  1. Dr Peter McCullough cité abondamment par Robert F Kennedy Jr dans son livre parle de tous ce qui est mantionné ce-dessus dans une émission radio (Joe Rogan) qui est écoutée par des millions de personnes…

    https://www.banned.video/watch?id=61ba36e0f3b3b420a03f936b

    L’establishment, Fauci en tête a poussé le bouton « panique ».
    Toute l’affaire est en train de leur péter à la tronche.
    Il est plus que grand temps de foutre toute cette merdasse criminelle par dessus bord.

  2. […] compiler au format PDF les traductions de l’anglais au français et par de larges extraits de Résistance 71 du livre dynamite de Robert F. Kennedy Jr « The Real Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma and the […]

  3. […] attendant le PDF complet des traductions de l’anglais au français et par de larges extraits de Résistance 71 du livre dynamite de Robert F. Kennedy Jr « The Real Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma and the […]

  4. […] attendant le PDF complet des traductions de l’anglais au français et par de larges extraits de Résistance 71 du livre dynamite de Robert F. Kennedy Jr « The Real Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma and the […]

  5. […] attendant le PDF complet des traductions de l’anglais au français et par de larges extraits de Résistance 71 du livre dynamite de Robert F. Kennedy Jr « The Real Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma and the […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :