Archive for the police politique et totalitarisme Category

Résistance politique: L’ingérence chronique de Washington avec les frères pétards du colonialisme made in USA: John Foster et Allen Dulles (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 29 septembre 2014 by Résistance 71

Une fois de plus c’est l’histoire qui nous libérera. Sans comprendre la véritable histoire, pas celle narrée dans les bouquins écrits et commandités par l’oligarchie, nous n’avons aucune référence pour analyser le présent et anticiper le futur.

Comprendre l’histoire et s’informer, c’est lutter contre le lavage de cerveaux permanent.

– Résistance 71 –

 

Les agendas secrets de Washington

 

Paul Craig Roberts

 

28 Septembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/09/28/washingtons-secret-agendas-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

On pourrait maintenant penser que même les Américains auraient compris le flot constant de fausses alarmes que Washington déclenche afin de tromper les gens et les forcer à soutenir son agenda caché.

Le public a gobé le mensonge au sujet des Talibans en Afghanistan qui seraient des terroristes affiliés à Al Qaïda. Des Américains ont combattu une guerre de 13 ans pour enrichir l’entreprise de Dick Cheney, Halliburton, et bien d’autres intérêts privés, tout cela pour que cela se termine en un autre échec de Washington.

Le public a aussi gobé le mensonge disant que Saddam Hussein en Irak avait des “armes de destruction massive” qui étaient une menace pour l’Amérique et que si les Etats-Unis n’envahissaient pas l’Irak, les Américains se retrouvaient à risques de voir “un champignon atomique au-dessus d’une ville américaine”. Avec la montée de l’EIIL, cette longue guerre est apparemment loin d’être finie. Des milliards et des milliards de dollars de profits supplémentaires vont s’engranger dans les coffres des entreprises du complexe militaro-industriel et de la sécurité américain alors que Washington combat ceux qui redessinent les fausses frontières du Moyen-Orient créées par les Britanniques et les Français après la première guerre mondiale lorsque ceux-ci s’emparèrent des territoires appartenant précédemment à l’empire Ottoman.

Le public américain a gobé les mensonges au sujet de Kadhafi et de la Libye. Ce pays auparavant stable et prospère est maintenant livré à un chaos sans nom.

Le public américain a gobé le mensonge disant que l’Iran a ou est en train de construire des armes nucléaires. Sanctionné et diabolisé par l’occident, l’Iran s’est réorienté vers l’Est, retirant de ce fait un des plus gros producteurs de gaz et de pétrole de l’influence occidentale.

Le public a aussi gobé le mensonge qu’Al-Assad de Syrie avait utilisé des “armes chimiques contre son propre peuple”. Les djihadistes que Washington a formé et envoyé renverser Assad sont devenus, en tout cas selon la propagande de Washington, une menace pour l’Amérique.

La plus grande menace pour le monde est l’insistance de Washington pour maintenir son hégémonie. L’idéologie d’une poignée de néo-conservateurs est la base de cette insistance. Nous devons faire face à la situation où une poignée de psychopathes néo-conservateurs américains ont décidé de déterminer la destinée de nations entières.

Beaucoup continuent de croire les mensonges de Washington, mais de plus en plus le monde voit Washington comme étant la plus grande menace à la paix et à la vie sur terre. L’affirmation que les Etats-Unis sont cette nation “exceptionnelle et indispensable” (NdT: fondée sur la doctrine dite de la “destinée manifeste” que les yankees prennent tout à fait au sérieux…) est utilisée pour justifier du “droit” de Washington à dicter sa volonté aux autres pays.

Les victimes des bombardements de Washington sont invariablement des civils et les morts de ces personnes vont produire plus de recrues pour l’EI. Il y a déjà des appels pour que Washington ramène les “bottes au sol” (NdT: la bidasserie) en Irak, autrement, disent ces voix “la civilisation occidentale est condamnée et nos têtes seront coupées”. La nouvelle propagande fabriquée de la “menace russe” demande toujours plus de dépense de l’OTAN et toujours plus de bases militaires aux frontières de la Russie. “Une force d’action rapide” est en train d’être créée pour répondre au plus vite à une menace non-existante en provenance de la Russie et de sa supposée invasion des états baltes et de la Pologne, puis de l’Europe.

En général, cela prend environ un ou deux ou trois ou quatre ans pour que le public américain comprenne qu’il a été roulé dans la farine par la propagande et ses mensonges, mais au moment où le public réalise l’affaire, il a déjà avalé la prochaine fournée de turpitudes et de mensonges propagandistes et il est “concerné” par la toute nouvelle “menace”. Le public américain semble être incapable de comprendre que comme la première, seconde, troisième, quatrième, cinquième menace étaient des supercheries, la sixième l’est également, tout comme le seront la septième, la huitième et la neuvième.

De plus, aucune de ces attaques militaires américaines n’a eu pour résutat une meilleure situation dans ces pays, comme l’a si honnêtement dit Vladimir Poutine. Et pourtant, le public et ses représentants du Congrès, soutiennent chaque nouvelle aventure militaire malgré l’incroyable historique de mensonges, de tromperie et d’échec documentés.

Peut-être que si on enseignait aux Américains leur véritable histoire à la place de contes de fées totalement idéalistes, ils seraient mois naïfs et moins susceptibles à la propagande du gouvernement. (NdT: Ceci est en fait valable pour tous les pays occidentaux, même s’il convient de reconnaître que l’enseignement de l’histoire de manière générale au pays du goulag levant est à un très haut niveau de pathétisme…). J’ai déjà recommandé le livre de Peter Kuznick et d’Oliver Stone “The Untold History of the United States”, ainsi bien sûr que “Une histoire populaire des Etats-Unis” d’Howard Zinn, maintenant je recommande le livre “The Brothers” de Stephen Kinzer, l’histoire de la longue main mise des frères John Foster et Allen Dulles sur le ministère des affaires étangères américain et la CIA, ainsi que leur diabolisation des gouvernements réformistes qu’ils ont souvent réussi à renverser. L’histoire des frères Dulles par Kinzer et de leurs complots pour renverser six gouvernements donne une vision de l’intérieur sur comment Washington opère aujourd’hui.

En 1953, les frères Dulles renversèrent le leader démocratiquement élu de l’Iran, Mohamed Mossadeq et imposèrent au pays la dynastie du Shah (Palavi), empoisonnant les relations irano-américaines jusqu’à aujourd’hui. Les Américains seront peut-être menés vers une autre guerre inutile contre l’Iran à cause de l’empoisonnement des relations entre les deux pays par les frères Dulles depuis 1953.

Puis les frères Dulles ont renversé le président très populaire du Guatemala Arbenz, parce que sa réforme sur la terre menaçait l’intérêt d’United Fruit Company, cliente du cabinet légal des frères Dulles, Sullivan & Crowwell. Les frères lancèrent alors une incroyable campagne de désinformation dépeignant Arbenz comme un dangereux communiste qui était une menace pour la civilisation occidentale (NdT: le slogan rappelle t’il quelque chose ?..) Les frères engagèrent des dictateurs comme Somoza au Nicaragua et Batista à Cuba contre Arbenz. La CIA organisa des frappes aériennes et une force d’invasion, mais rien ne pouvait arriver tant que le soutien du peuple à Arbenz ne s’évanouissait pas. Les frères Dulles arrangèrent cela par le cardinal Spellman, qui engagea l’archevêque Rossell y Arellano. “Une lettre pastorale fut lue dans les églises guatémaltèques le 9 Avril 1954.”

Chef-d’œuvre de propagande, la lettre pastorale dépeignait Arbenz comme un dangereux communiste qui était en fait l’ennemi du peuple du Guatémala. De fausses émissions de radio produisirent une fausse réalité de victoires de combattants de la liberté et de défections dans l’armée. Arbenz demanda à l’ONU d’envoyer des observateurs, mais Washington s’assura que cela ne se produisit pas. Les journalistes américains, à l’exception de James Reston, soutinrent ces mensonges éhontés ; Washington menaça et corrompit les plus hauts commandants de l’armée guatémaltèque, qui forcèrent Arbenz à démissionner. Le remplaçant choisit par la CIA et très bien payé, le colonel Castillo Armas, fut installé au pouvoir comme successeur d’Arbenz.

Nous avons récemment assisté à une opération très similaire en Ukraine (NdT: Le modus operandi du renversement d’Arbenz en fait a été repris presque point par point pour le renversement de Khadafi…)

Le président Eisenhower remercia la CIA pour avoir éviter “la formation d’une tête de pont communiste sur notre continent” et le ministre des affaires étrangères John Foster Dulles donna un discours sur la radio et la télévision nationales, dans lequel il déclara que les “évènements récents au Guatémala avaient exposé le but diabolique du Kremlin” et ce malgré le fait absolument incontesté que la seule puissance étrangère opérant au Guatémala était… les frères Dulles.

Ce qui s’était déjà passé est qu’un gouvernement démocratique et réformiste fut renversé parce qu’il compensait United Fruit Company pour la nationalisation de ses terres en jachère à une valeur listée par l’entreprise sur sa déclaration de revenus. La plus importante firme légale des Etats-Unis, ou plutôt devrait on dire plus précisément, la fabricante de la politique étrangère des Etats-Unis, la firme Sullivan & Cromwell, n’avait aucune intention de permettre à un gouvernement démocratiquement élu de prévaloir sur les intértêts de ses clients. L’extraordinaire naïveté du public américain, les médias corrompus jusqu’à la moëlle et un Congrès endoctriné et incompétent, ont laissé les frères Dulles réussir à renverser une démocratie.

Gardez présent à l’esprit que cette utilisation du gouvernement des Etats-Unis au service d’intérêts privés s’est passé il y a 60 ans, longtemps avant les régimes corrompus des Clinton, George W. Bush et Obama. Sans aucun doute plus tôt également.

Ensuite les frères Dulles tournèrent leur attention sur Ho Chi Minh, un leader nationaliste, qui avait demandé aux Etats-Unis de l’aider à se débarrasser du colonialisme français au Vietnam, alors partie de l’Indochine française. Mais John Foster Dulles, un anti-communiste pur et dur, catalogua faussement Ho Chi Minh comme menace communiste, qui établissait la stratégie des dominos sur les occidentaux innocents. Le nationalisme et l’anti-colonialisme n’étaient que des paravents pour la subversion communiste, avait déclaré Foster Dulles.

Paul Kattenburg, le chef de cabinet du ministère des affaires étrangères en charge du Vietnam, suggéra qu’au lieu de la guerre, les Etats-Unis devraient donner 500 milions de dollars à Ho Chi Minh en aide à la reconstruction pour rebâtir le pays de la guerre contre la mauvaise gestion française, ce qui libérerait Ho de la dépendence envers l’URSS et la Chine et donc de leur influence. Ho fit appel à Washington plusieurs fois, mais l’inflexibilité démoniaque des frères Dulles empêcha toute réponse sensée, au lieu de cela, l’hystérie des frères Dulles se déchaîna contre la “menace communiste”, ce qui aboutît finalement à une longue guerre coûteuse et au fiasco que l’on connaît et qu’on appelle la guerre du Vietnam. Kattenburg ajouta même plus tard qu’il fut suicidaire pour les Etats-Unis de “se crever les yeux, se couper les oreilles et de castrer sa capacité analytique, de se fermer à la vérité à cause de préjugés aveugles.” Malheureusement pour les Américains et le monde, une capacité analytique castrée est le seul point fort de Washington.

Ensuite les cibles suivantes des frères Dulles furent le président Sukarno d’Indonésie, le premier ministre patrice Lumumba du Congo et Fidel Castro. Le complot contre Castro fut un tel désastre, que cela coûta son boulot à Allen Dulles. Le président Kennedy perdit confiance en la CIA et dit à son frère Bobby qu’après sa réélection, il allait briser la CIA en mille morceaux. Lorsque Kennedy vira Allen Dulles, la CIA comprît alors la menace et frappa la première.

Warren Nutter, le président de mon comité de dissertation de thèse de doctorat et plus tard secrétaire d’état à la défense aux affaires de sécurité internationale, enseigna à ses élèves que pour que le gouvernement américain maintienne la confiance du peuple, ce que requiert la démocratie, la politique du gouvernement doit être les affirmations de nos principes et doit être ouvertement communiquée au peuple. Les agendas cachés, comme ceux des frères Dulles et des régimes Clinton, Bush et Obama, doivent s’appuyer sur le secret, la manipulation et par là même, éveiller le manque de confiance du peuple. Si les Américains sont trop psychologiquement conditionnés pour le remarquer, beaucoup d’étrangers eux, ne le sont pas.

Les agendas secrets du gouvernement des Etats-Unis ont coûté énormément aux Américains et à beaucoup de personnes dans le monde. Essentiellement, les frères Dulles ont créé la guerre froide avec leurs agendas secrets et leur hystérie anti-communiste. Ces agendas secrets ont impliqués les Américains dans des guerres longues, coûteuse et inutiles au Vietnam et au Moyen-Orient. Des agendas secrets de la CIA et de l’armée tentant des changements de régime à Cuba furent bloqués par le président Kennedy, ce qui résulta en son assassinat, qui sans cela, aurait sûrement mis un terme à la guerre froide quelques 20 ans avant que Ronald Reagan ne saisissent cette opportunité.

Les agendas secrets ont prévalu depuis si longtemps que le peuple américain lui-même est maintenant corrompu. Comme le dit le dicton: “Un poisson pourrit toujours par la tête”. La pourriture de Washington s’étend maintenant à la nation entière.

Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) de l’escroquerie à l’insanité sanitaire….

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, OGM et nécro-agriculure, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 29 septembre 2014 by Résistance 71

L’énigme de l’étiquetage des produits OGM

 

Ulson Gunnar

 

28 septembre 2014

 

url de l’article:

http://landdestroyer.blogspot.fr/2014/09/the-gmo-labeling-conundrum.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il semblerait que les grosses entreprises agricoles argant que les organismes génétiquement modifiés (OGM) qu’elles affirment posséder de meilleurs bénéfices à la fois pour les consommateurs et les agriculteurs, seraient toutes fières de faire différencier leurs produits sur les étagères de la distribution par rapport aux produits alimentaires traditionnels et/ou bio. Et pourtant, ceci n’est pas le cas. Non seulement l’agro-alimentaire essaie de cacher la véritable nature de ses produits, mais beaucoup des gros industriels utiisant des ingrédients OGM dans leur nourriture et leurs produits finis essaient de la même manière de tromper les consommateurs.

La crainte évidente est que les consommateurs évitent les produits OGM en faveur de ceux étiquetés comme étant non modifiés (génétiquement) Tandis que d’autres arguments ont été faits pour tenter de justifier de ne pas étiqueter proprement la nourriture comme étant ou pas génétiquement modifiée, le thème sous-jacent apparaît être la croyance de l’agro-business en ce que les consommateurs “sont ignorants” au sujet de la soi-disant sécurité des produit OGM et que cela met en danger leurs affaires et acec elles, les innovations clâmées être bénéfiques non seulement pour leurs profits, mais aussi pour le reste de l’humanité.

Bien entendu, derrière ces différentes couches de “croyances”, se tient la réalité que leurs produits n’offrent pas les grands bénéfices prétendus pour l’humanité et en fait, en bien des points, sont devenus un fléau pour l’humanité. De plus, des arguments connexes, comme les OGM n’étant en aucun cas différents des produits naturels organiques et que donc il n’y a aucune raison de les étiqueter en conséqeunce, sont si divergents de la logique et du bon sens commun qu’un sentiment de suspicion générale et de méfiance s’est instauré dans la conscience collective publique en regard de l’agro-business et de ceux qui poussent pour ses produits.

Pour contrer la colère montante du public, l’industrie agro-alimentaire a levé une armée de propagandistes professionnels qui vantent les bons points des OGM sous la forme de livres, de sites internet, de reportage dans les médias et même posant comme de simples citoyens exprimant leur “opinion” dans des sections de commentaires et dans ce qui sont supposés être des blogs personnels et indépendants. Ceux-ci répètent sans aucune surprise de manière laconique les points proposés par l’industrie agro-alimentaire elle-même et tandis que les activistes anti-OGM s’impliquent frénétiquement avec cette horde de propaganistes, la seule question pertinente qui devrait être posée semble leur échapper à tous.

Si les OGM sont meileurs, pourquoi donc ne pas les étiqueter de façon à les trouver et à les consommer plus facilement ?

Tout, allant du "Golden Rice" nutritionnellement supérieur aux maïs et soja OGM super-résistant aux insecticides et aux herbicides, sont en permanence vantés par l’armée de propagandises de l’agro-alimentaire, comme étant largement supérieurs en tous points que ce soit par rapport aux cultures cultivées de manière biologique et organique. Les OGM sont dépeints comme la prochaine étape de l’évoluton agricole en matières de nutrition, d’économie et même d’impact sur l’environnement (NdT: Quelle fumisterie éhontée!… ). Dans le même temps, de manière paradoxale et simplement pour éviter l’étiquetage, l’agro-alimentaire et son armée de supporteurs clâment que cela n’est pas différent de la nourriture bio ou traditionnelle et affirme dans le processus, par exemple, qu’injecter des gènes d’épinard dans des oranges n’est en rien différent de la sélection naturelle ou de l’élevage, mise en culture sélective.

Bien évidemment, vous vous attendriez à ce que cette armée de fanatiques des OGM se soumette elle-même à une régime alimentaire ne consistant exclusivement que d’OGM et pour rendre plus simple à ces gens de faire la différence entre la nourriture archaïque organique/bio de leurs produits avancés “super OGM”, on s’attendrait à ce qu’ils choisissent un étiquetage des produits contenant des OGM afin qu’ils puissent les sélectionner et les consommer à coup sûr et pourtant, ils préfèrent un système d’étiquetage ne pouvant que générer la confusion et le doute au sujet des produits qui contiendraient leurs ingrédients “super-OGM” préférés et ceux qui n’en comportent pas. C’est un peu comme s’ils voulaient être surpris, avec les activistes anti-OGM et les gens plus rationnels qui préféreraient ne pas ingérer de produits OGM promus par des entreprises commerciales insidieuses et douteuses.

La question de savoir pourquoi les supporteurs des OGM essaient si désespérement de cacher les “super-nourritures” sur les étagères de la distribution à côté de produits ordinaires “inférieurs” doit obtenir une réponse et dans les esprits de bien des adultes rationnels, la conspiration pour couvrir des produits non sains, non voulus, produits par des entreprises dangereuses, non désirées par les populations, est déjà claire comme de l’eau de roche.

L’abus de la bio-technologie par l’industrie agro-alimentaire entrave au lieu d’aider le progrès

Les subterfuges de marketing et la “popularité” fabriquée soutiennent en ce moment, les rackets divers de l’industrie agro-alimentaire, que ce soit les usines fermières ou son abus de la bio-technologie de toutes les manières possibles. Son agenda monopoliste se cache derrière chaque slogan et chaque campagne publicitaire. Que ce soit par la corruption de la culture très ancienne du riz en Asie, en trompant les consommateurs occidentaux au supermarché ou en tentant de pousser et de faire admettre les OGM comme la réponse à tout problème concevable, le profit, l’argent et le pouvoir de contrôle sont tapis juste derrière.

Il est clair qu’il y a un retour de bâton contre l’agro-business OGM et que la connaissance de ce qui est contaminé ou pas par les interactions de l’industrie agro-alimentaire aura pour résultat d’à la fois croître et de se focaliser plus intensément. Pour contre-carrer cela, l’industrie a assemblé une armée de collaborateurs sans foi ni loi qui manipule et induit insidieusement le public en erreur, en resistant à un étiquetage honnête de ses produits.

Au lieu de blâmer “l’ignorance” de la population pour son rejet de sa “nourriture super-OGM”, peut-être que l’industrie agro-alimentaire devrait jeter un coup d’œil en elle-même. Ce n’est pas qu’il n’est pas souhaitable pour le future que les gens ordinaires mangent une nourriture naturelle antique, mais plutôt que l’agro-business cesse sa soif sans fin de profits et de contrôle. Ceux qui travaillent au sein de l’industrie de la bio-technologie devraient réévaluer leur allégeance à leurs employeurs entrepreneuriaux et considérer les dégâts qu’ils peuvent faire à la bio-technologie en général en perpétuant ses abus incessants aux mains de géants de l’industrie tels Monsanto, DuPont, Syngenta, Bayer, Dow et bien d’autres…

Les monopoles de l’agro-business sont une menace pour la sécurité en matière alimentaire et subséquemment, la souveraineté des nations. L’abus de la bio-technologie s’associe presqu’exclusivement avec la malfaisance des monopoles entrepreneuriaux sans scrupules. La résistance à l’étiquetage des produits est de fait une autre condamnation de la malhonnêteté de l’agenda de l’agro-business, un agenda qui clairement préfère l’ignorance à la connaissance, les marges de profits aux gens et le pouvoir au progrès.

Résistance politique: Pour lutter efficacement contre la tactique du "diviser pour mieux régner", encore faut-il savoir la reconnaître… Elle est pourtant rampante dans l’histoire

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 28 septembre 2014 by Résistance 71

Putsch de brasserie

 

Mohawk Nation News

 

25 Septembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/09/25/beer-hall-putsch/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La tactique qu’utilise Doug Ford pour sa campagne d’élection à la mairie de Toronto nous rappelle la tactique célèbre de Hitler et des ses “putsches de brasseries” afin de totalement contrôler les réunions politiques. Hitler allaient dans des brasseries avec ses équipes de chemises brunes armées et ses caïds provocateurs. Ils criaient, vociféraient et menaçaient quiconque le questionnait. Il devint une figure nationale. Après ce succès, il créa la Parti National Socialiste ou Nazi par abréviation. Personne n’osait interférer parce que les sionistes étaient derrière. Pour en finir avec le chaos, les autorités ont fini par convaincre les gens lâches d’accepter Hitler.

Le but et la mission de la vie de Ford est de (re)devenir maire de Toronto. Il se rend dans les projets d’aménagement immobilier et donne des billets de 20 et 50$ aux pauvres de la rue. Un putsch est organisé. Ils sont ensuite acheminés par bus entiers pour faire un énorme cirque et noyer les dires de ses concurrents politiques et adversaires à la mairie.

Voir: Toronto City Hall Election Debate.

La formule du putsch est utilisée contre ceux qui s’opposent à la politique du gouvernement, en particulier ceux qui s’opposent aux projets d’oléoducs à travers la pays et au vol de nos terres. On nous fait ressentir que nous n’avons aucun futur si nous ne suivons pas les plans poussifs et destructeurs de l’élite entrepreneuriale. Nos communautés et nos organisations sont inflitrées par des provocateurs, comme les mercenaires de la “police des oléoducs”, entraînés par la Gendarmerie Royale du Canada (GRC, police montée canadienne), les grosses boîtes pétrolières et le Canada lui-même, voir à ce sujet notre article sur la “Police des Oléoducs”. La diversion vient d’une affaire controversive comme par exemple celle de la “pureté raciale” (pour la résidence dans nos territoires, réserves), qui sont faites pour nous empêcher de poser les bonnes questions et de nous unir sur les sujets bien plus importants. Ce qui n’est jamais sur la table est le vol constant de tout ce que nous avons et des gens qui sont forcés à signer des accords à sens unique avec les grandes entreprises pour l’accaparement de nos ressources. Une des préoccupations des plus importantes est cette création de la “police des oléoducs” par le Canada-GRC-Compagnies pétrolières. Les réunions publiques sont emplies de ces gangs bordéliques qui attaquent ceux qui posent ce genre de questions controversives. Les hurleurs perturbateurs dominent. Les marches, menaces, violences et peurs dérivent notre énergie. Des factions sont délibérément encouragées à se créer de façon à ce que nous nous désaccordions, ensuite leur solution choisie est mise en application pour arrêter le ou les problèmes et la discorde qui en résulte.

Les médias ne couvrent jamais les affaires cruciales de vie ou de mort. Les gens ont peur. On nous explique en permanence que toute résistance est futile. Ils veulent nous faire croire que la seule solution, la seule réponse sont celles que donnent leurs marionnettes des conseils de bandes/tribus. Ils viennent ensuite avec leur plan préparé à l’avance pour nous prendre quelque chose. Nous aurons des miettes, ou une faveur, si nous refusons leur offre, nous serons menacer de pauvreté et de ruine perpétuelle.

Comme le faisait Hitler, la tactique du putscch divise la communauté, montre les opposants et les suiveurs et amène les instigateurs à l’attention nationale. Ils arrivent au pouvoir et éliminent leurs ennemis et mettent alors en place leur agenda entrepreneurial.

Nous savons pertinemment qui fait cela. Il suffit de suivre le fric ! Nous n’avons peur de rien ! La Grande Loi de la Paix et le conseil des femmes ne permettraient jamais à cette farce de s’exercer sur nos communautés.

Ébola: Le gouvernement américain via son Centre pour le Contrôle des Maladies, possède le brevet du virus et des vaccins…

Posted in actualité, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 25 septembre 2014 by Résistance 71

On ne peut pas "patenter, breveter" la nature… Si le virus est breveté, c’est que le virus a été créé artificiellement… Une crise sanitaire mondiale rapporterait très gros à certains, tuerait beaucoup de gens et permettrait d’imposer loi martiale, quarantaine, inoculations et grille de contrôle. L’occasion d’imposer la dictature mondiale ? Le rêve pour certains élitistes eugénistes comme le professeur de biologie de l’université d’Austin, Texas, Eric Pianka.

Une chose est certaine, plus on cherche et plus on trouve de convergence d’intérêt chez les psychopathes du haut de la pyramide du système.

– Résistance 71 –

 

Le Centre de Contrôle des Maladies (CCM ou CDC en anglais), l’Institut National de la Santé (NIH) et Bill Gates sont propriétaires des patentes, brevets sur tout vaccin pour ébola et affiliés… La vaccination obligatoire n’est plus bien loin.

 

Dave Hodges

 

17 Septembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.thecommonsenseshow.com/2014/09/17/the-cdc-nih-bill-gates-own-the-patents-on-existing-ebola-related-vaccines-mandatory-vaccinations-are-near/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

J’ai rapporté précédemment que Monsanto, ou Monsatan comme certains aiment à l’appeler, était entré en partenariat avec le ministère de la défense pour utiliser une tierce partie par procuration pour développer le vaccin contre le virus ébola. Les fonds de départ étaient de 1,5 million de dollars. La valeur de l’accord pourrait s’accroître jusqu’à une estimation de 86 millions de dollars. Le nom de l’entreprise est Tekmira Pharmaceuticals Corporation (TKMR) (TKM.TO), un développant majeur de thérapies ARN interférence ou ARNi.
. “TKM-Ebola, une thérapie ARNi anti-virus Ébola est en train d’être développée sous contrat de 140 millions de dollars avec le Medical Countermeasure Systems BioDefense Therapeutics (MCS-BDTX) Joint Product Management Office du ministère de la défense US.” Aussi choquante que puisse potentiellement être cette nouvelle, la véritable info est que ceci ne constitue pas la partie la plus importante de la menace ébola qui a envahie les Etats-Unis. La vérité est que ces assocations auxquelles on ne peut faire nulle confiance lorsqu’on en vient à la lutte contre un virus comme l’ébola, ne représentent que la partie émergée de l’iceberg.

Plus on creuse pour savoir qui est derrière la création et le développement des vaccins pour traiter l’Ébola et plus les réseaux de conspiration s’élargissent. La chose la plus incroyable est de voir comment il est facile de localiser toutes ces informations. Je veux être clair sur ce point: Ébola fut inventé, un vaccin contre Ébola a existé depuis 8-10 ans, Quelques institutions sponsorisées par le gouvernement ainsi que quelques personnes de l’élite globaliste se sont positionnées pour profiter énormément de la dissémination du virus et du développement et de la dissémination de vaccins anti-Ébola qui deviendront obligatoires et l’imposition de la loi martiale dans le processus. En voici la preuve.

Les espèces de virus Ébola humain et les compositions et méthodes de celui-ci CA 2741523 A1

De manière incroyable le Centre pour le Contrôle des Maladies (CCM ou CDC pour l’acronyme anglais) est propriétaire de “la” patente sur le virus Ébola et toutes ses futures variations.

La section “Summary of the Invention” du document de patente/brevet affirme aussi clairement que le gouvernement américain clâme la “propriété” sur tous les virus Ébola dont certains partagent aussi peu que 70% de similitudes avec le virus Ébola qu’il a “inventé”:

Pourquoi est-ce qu’une organisation gouvernementale clâmerait-elle d’avoir “inventé” cette maladie infectieuse et ensuite affirmerait un monopole sur son exploitation à des fins commerciales ? Il est très clair que le CCM planifie de demander des droits d’auteur/inventeur sur les vaccins contre Ébola. Ceci certainement augmente les chances pour que le(s) vaccin(s) deviennent obligatoires, augmentant ainsi le profit potentiel pour les détenteurs du brevet.

Publication number CA2741523 A1
Publication type Application
Application number CA 2741523
PCT number PCT/US2009/062079
Publication date Apr 29, 2010
Filing date Oct 26, 2009
Priority date Oct 24, 2008
Also published as EP2350270A2, 4 More »
Inventors Jonathan S. TownerStuart T. NicholJames A. ComerThomas G. KsiazekPierre E. Rollin
Applicant Jonathan S. Towner, 5 More »
Export Citation BiBTeXEndNoteRefMan
Classifications (21), Legal Events (1)
External Links: CIPOEspacenet

 

De manière très claire, Ébola a été fabriqué par l’homme et ce brevet prouve cette affirmation. Pourquoi le CCM a t’il besoin de posséder un brevet/patente sur Ébola ? Peut-être devrions-nous demander à Bill Gates qui a donné 50 millions de dollars à l’ONU et au CCM pour lutter contre le virus Ébola (voir la vidéo sur l’article original, en anglais). Le CCM s’est associé dans sa lutte contre Ébola avec Crucell, l’Institut National de la Santé (NIH) et l’ Army Medical Research Institute of Infectious Diseases (USAMRIID) et bien sûr, la fondation Bill & Melinda Gates.

Depuis quand Bill Gates ne voudraient-ils pas un retour sur investissement (RI) ? Gates and Michael Bloomberg ont déjà contribué à de larges sommes d’argent pour de multiples causes de vaccinations comme la Global Polio Eradication Initiative lancée originellement en 1988 par l’OMS, le Rotary, le CCM et l’UNICEF. Le RI a été impressionnant…

Gates a annoncé qu’il planifie de faire vacciner chaque enfant du tiers monde avec de multiples vaccins, et selon ses dires, cela pourrait résulter en une dramatique réduction de la population de l’ordre de 10 à 15%. Réalisez-vous les profits colossaux qui peuvent être réalisés en vaccinant chaque enfant du tiers monde ? Si nous appliquons le penchant de Gates à investir dans des causes qui produisent une très bon RI, on peut raisonnablement penser que Gates est en train de se positionner pour bien profiter des 50 millions qu’il a investi dans la cause Ébola, qui de manière très convéniente inclue également le CCM, le propriétaire du brevet déposé sur Ébola.

Le NIH détient présentement toutes les patentes/brevets sur les vaccins contre Ébola Crucell est plus comme Tekirama et Monsanto car ce sont eux qui gèrent la science pour les patentes des traitements par vaccins ébola.

Ce qu’on ne vous dit pas. Info prises depuis le site internet de Crucell: Crucell’s Website

  • Crucell développe un vaccin contre Ébola en collaboration avec la Vaccine Research Center ou Centre de Recherche Vaccinal (VRC) de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID). Le vaccin a prouvé protéger les singes cobayes complètement avec une simple dose du vaccin.
  • Dans les termes de l’accord avec le VRC, Crucell a une option pour les droits de commercialisations dans le monde entier du vaccin anti-Ébola.
  • Le vaccin anti-ébola de Crucell est entré dans la phase 1 des essais cliniques dans le 3ème quart de 2006. Deux groupes de 16 volontaires se sont enrôlés et ont été vaccinés. L’étude a montré une sécurité et une immunogénécité aux doses évaluées.
  • En Octobre 2008, Crucelle a sécurisé une récompense NIAID/NIH pour faire avancer le développement des vaccins Ébola et Marburg avec pour but ultime le développement d’un vaccin polyvalent filovirus.
  • La récompense fournit des fonds jusqu’à 30 millions de dollars, avec des options additionnelles valant plus de 40 millions de dollars.

Comprenez-vous à quel point les médias nous mentent sur ce sujet ? Le travail sur le virus Ébola, sanctionné par le détenteur du brevet pour le vaccin, le NIH, s’est effectué depuis au moins 2004 avec des essais cliniques du vaccin en 2006. Ceci explique également pourquoi le CCM et le NIH amène des patients Ébola aux Etats-Unis pour les traiter. Le moment où un patient atteint du virus Ebola passe la frontière américaine, il devient la propriété intellectuelle du CCM, du NIH et de la Fondation Bill & Melinda Gates ! Comment ne pourrions nous pas croire que ceci est les dialectique hégélienne du problème, réaction, solution portée à son comble ? L’implication de l’armée et de son USAMRIID est importante à noter parce que l’armée est sujette à de vieilles rumeurs d’avoir créé le virus Ébola et, à des fins expérimentales, d’avoir implanté le virus artificiel au Zaïre en 1977.

Quand un public insouciant va finalement être mis au courant d’un vaccin contre Ébola, le Global Fund sera mis en charge de sa distribution. De manière également intéressante, Bill Gates a donné 560 millions de dollars au Global Fund. Le Global Fund s’est aussi positionné pour être en charge de la distribution des vaccins “nouvelleemnt développés” mais pas encore annoncés contre la tuberculose et le VIH. Comme le but est la vaccination de tout être humain sur terre, hommes, femmes et enfants, avec des vaccins multiples, la contribution de 560 millions de Dollars des Gates à Global Fund ne sont que menue monnaie comparés à ce qui en est attendu en retour d’investissement. Quoi qu’il en soit, pour l’heure place au virus Ebola.

La direction politique de la crise

J’ai mentionné dans la première partie de cette série ( Part One ) que ma meilleure source d’information au sein de l’armée m’a dit que le Ministère de la Sécurité de la Patrie (NdT: DHS, la Stasi du pays du goulag levant) a pris en compte les plans pour la vaccination obligatoire contre le virus Ebola et l’imposition de la loi martiale. J’ai aussi mentionné dans ma première partie que très peu de policiers et de militaires se rendront en fait compte qu’ils mettent en application une loi martiale, puisqu’ils agiront essentiellement dans le cadre d’une “crise sanitaire”, même contrainte et imposée, qui impliquera plusieurs niveaux de restrictions des déplacements, de mesures de mise en quarantaine pour des segments entiers de la population du pays. Si quelqu’un veut vraiment se rendre compte de la profondeur de cette conspiration et les joueurs qui y sont impliqués, je recommande de visiter le site de Crucell dont j’ai mis le lien ci-dessus.

Les détails opérationnels du programme de vaccination obligatoire seront exposés dans un article à venir.

Canada colonialisme et milice privée des compagnies pétrolières…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 17 septembre 2014 by Résistance 71

Nous l’avons dit à maintes reprises et le répétons: le sale boulot de répression de masse de la dissidence sera livré contractuellement par les gouvernements à des entreprises mercenaires privées. Ces ordures font leurs dents à l’étranger et sur les peuples toujours colonisés des Amériques, habituel banc d’essai avant que cela ne soit retourné contre nous… Pour faire fonctionner des mercenaires il faut du fric. Retirons les ressources de sous les pieds des oligarques en aidant les peuples indigènes des Amériques, d’Australie, de Nouvelle-Zélande etc à retrouver leurs terres ancestrales, niant par là même son territoire usurpé à l’empire.

La solution au totalitarisme s’amplifiant passe par là !

– Résistance 71 –

 

Police d’oléoduc

 

Mohawk Nation News

 

16 Septembre 2014

 

url de l‘article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/09/16/pipeline-police/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Une armée d’oléoduc est en train d’être formée, similaire à celles des mercenaires recrutés internationalement comme Blackwater/Academi/Xe et maintenant Greystone. Elle va protéger les projets illégaux des multinationales énergétiques sur notre terre, d’après un rapport de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) de 2011. Le Canada déclare la guerre aux peuples indigènes et à l’ordre naturel. Nous nous sommes dressés en 1881 contre la construction illégale du chemin de fer au travers du Canada. Une guerre s’en est suivie. Beaucoup d’indigènes furent jettés en prison. Riel a été pendu. Le Canada est une entreprise commerciale militaire. Tous ses grands officiers ont des grades militaires tels que Gouverneur Général, Lieutenant Gouverneur, etc…

On nous appelle des terroristes pour accepter notre responsabilité vis à vis de la création de défendre et de protéger la terre. Les terroristes sont tous ceux qui s’opposent à l’exploitation entrepreneuriale. Ils ont peur que des indigènes se résolvent à quelques mesures que ce soient pour bloquer leur oléoduc. On nous a mis dans le même panier que les mercenaires djihadistes internationaux !

“Des extrémistes écologistes” (peuples indigènes) qui sont passionnés au sujet de leur terre ancestrale, se posent comme une “menace criminelle” envers les entreprises qui menacent elles notre terre. L’équipe de renseignement de la Critical Infrastructure de la GRC a contré ce “phénomène criminel croissant” par des réglementations entrepreneuriales passées par le Canada et ses propriétaires d’entreprises multinationales agissant sous le coup de la loi de l’amirauté. Ils ont peur que les protecteurs de la terre indigènes ne supportent plus leur connerie ! Et ils ont absolument raison !

Nous sommes de manière supposés, alignés avec des criminels exrémistes radicaux, qui menacent le plan du Canada de nous voler une fois de plus. La GRC rencontre l’armée régulièrement ainsi que des agences de sécurité, des entreprises de l’énergie et des officiels du gouvernement fédéral pour réviser ensemble leur stratégie. La surveillance augmente. Les services de renseignement canadiens CSIS surveille les indigènes qui pourraient être impliqués dans du terrorisme domestique, mais n’a rien trouvé. Bientôt chaque personne dans le monde sera un criminel !

Les sables bitumeux du Canada détruisent très rapidement l’environnement naturel dans la province d’Alberta. Les forces de l’ordre et de sécurité se font du soucis au sujet de nos plaintes et de la très mauvaise publicité que cela donne au pays. Nous nous opposons à leur plan de construction d’un oléoduc de pétrole brut allant de la Colombie Britannique à Saint John au Nouveau Brunswick. Ils sont désespérés de trouver de nouveaux débouchés de marchés aux Etats-Unis sur la côte du Golfe, en Asie-pacifique et dans le bassin atlantique, afin de pouvoir doubler leur production à 4 millions de barrils / jour en 2025 et tout cela sans notre consentement !

La GRC n’enquête pas sur des individus, des groupes ou des mouvements, juste sur des activités criminelles. Elle devrait alors enquêter sur elle-même, comme au sujet des femmes aborigènes de l’autoroute des larmes de la Colombie Britannique. Les associations de droit civique de la CB ont officiellement porté plaintes au sujet des surveillances abusives contre des citoyens en règle avec la loi qui s’opposent à l’oléoduc du Enbridge Northern Gateway, entre autres.

La FIPA est au Canada pour assurer à la Chine que tous sont membres d’une association plutôt que la Chine ne soit vue que comme une cliente de leur industrie extractrice des ressources naturelles. Avec des armées privées engagées pour tuer des Indiens, le Canada dit en fait: “Nous nous occupons des Indiens”. L’histoire se répèterait-elle ?

La Grande Loi de la Paix a été violée. La commission des plaintes publiques de la GRC et le comité de révision du renseignement de la sécurité surveillent et infiltrent les groupes aborigènes impliqués dans les auditions du projet de pipeline Gateway, qui se tiennent devant un panel de révision fédéral. Ces entités n’ont pas à se cacher. Nous le disons toujours comme cela est. Demandez-nous simplement. Ce n’est plus un secret pour personne que nous voulons nous débarrasser des “escrocs”.

Nouvel Ordre Mondial: la guerre perpétuelle comme pilier de la militarisation et du chaos

Posted in actualité, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 16 septembre 2014 by Résistance 71

Bingo ! L’occident a trouvé sa guerre perpétuelle

 

Robert Fisk

 

15 Septembre 2014

de l’article:

http://www.info-palestine.net/spip.php?article14944

 

Résurrection, réinvention et linguistique. Barack Obama a tout exploité. Et maintenant, il pousse l’Amérique dans la guerre en Syrie ainsi qu’en Irak. Oh oui, et il va vaincre l’ISIS (Islamic State of Iraq and Syria), sa « barbarie », son « génocide », son « idéologie perverse » – jusqu’à ce que les méchants soient « rayés de la surface du globe ». Qu’est-il arrivé à George W. Bush ?

Mais passons à travers tout cela avec un peigne linguistique. Tout d’abord, Obama va ressusciter les milices sunnites du « Conseil de l’éveil » – une créature inventée par un certain général David Petraeus – qui avaient été payées par les Américains pour lutter contre al-Qaïda pendant l’occupation américaine de l’Irak. Elles ont ensuite été durement frappées par al-Qaïda et trahies par le gouvernement irakien dominé par les Chiites. Obama a même inventé un nouveau nom pour ces milices : il les a appelées les « Unités de la Garde nationale » qui « aideront les communautés sunnites à garantir leur propre liberté face à l’ISIS ». « Garde nationale » en effet !

Ensuite, il y a la réinvention de l’opposition « modérée » syrienne qui a été un moment appelée l’Armée syrienne libre – une force corrompue de déserteurs et trahie par l’Occident et ses alliés islamistes – et qui n’existe plus. Cette armée fantôme va maintenant être appelée la « Coalition nationale syrienne » et entraînée – venant de partout – en Arabie Saoudite, dont les citoyens ont donné des millions et des millions de dollars à al-Qaïda en Irak, à l’ISIS, l’ISIL et l’IS (vous décidez sur l’acronyme), à Jabhat al-Nusra et divers autres méchants qu’Obama veut maintenant « rayer de la surface du globe ».

Et maintenant la linguistique. Obama « n’hésitera pas à prendre des mesures contre l’ISIS en Syrie ». Mais cela veut dire qu’il va « vaincre » les ennemis du président syrien, Bachar al-Assad, que Obama allait aussi « vaincre » l’année dernière. Donc, si l’ennemi de mon ennemi est mon ami – comme il semblerait que les Arabes disent les uns des autres – Assad peut considérer Washington comme son nouvel allié.

Mais non. Car maintenant arrivent les petites explications douteuses : l’Amérique « ne peut pas compter sur le régime Assad qui terrorise son peuple », un régime qui « ne retrouvera jamais la légitimité qu’il a perdue ». Mais personne n’a jamais demandé aux États-Unis de « compter » sur Assad – c’est Assad qui compte sur le soutien de la Russie. Et la légitimité d’Assad est acceptée par la Chine, l’Iran – avec lequel les Américains sont en pourparlers tranquilles sur le nucléaire – et la Russie, dont les armées n’ont manifestement pas « hésité à prendre des mesures » en Ukraine.

Voici donc un joli tableau. Et une partie du problème est l’inexistante mémoire de l’Amérique, à un niveau institutionnel. Obama nous dit que l’Amérique « va traquer les terroristes qui menacent notre pays ». Mais je me souviens du vice-président George Bush disant à ses concitoyens après l’attaque à la bombe contre les troupes US à Beyrouth en 1983, que « nous n’allons pas laisser une bande de lâches terroristes bouleverser la politique étrangère des États-Unis ». Ensuite, l’armée américaine a fui Beyrouth. Trois ans plus tard, le président Ronald Reagan a dit du libyen Mouammar Kadhafi (« le chien fou du Moyen-Orient ») qu ’« il peut courir, mais il ne peut se cacher ». Mais Kadhafi a duré – et il a ensuite été embrassé par Tony Blair après avoir été pardonné pour tout son « terrorisme » – pour être finalement assassiné par ses ennemis quand il est redevenu un « terroriste » une fois de plus.

On peut voir, bien sûr, combien difficiles doivent être ces leçons de l’histoire du Moyen-Orient pour l’Américain moyen. Toutes ces forces démoniaques étant vaincues, encore et encore, et ensuite – bingo – il y a une autre force du mal à vaincre… Donc Obama produit des mots qui sont faciles à avaler. « Génocide », « barbarie », « cancer ».

Et de temps en temps il y a des allusions que les Américains ne doivent vraiment pas comprendre. Il y avait, par exemple, la référence plutôt étrange d’Obama à des « groupes radicaux » qui « exploitent des griefs pour leur propre profit ». Et quels seraient ces « griefs », je me le demande ? L’invasion illégale de l’Irak en 2003 et son bain de sang concomitant ? Notre poursuite de l’occupation de l’Afghanistan ? La pulvérisation de la bande de Gaza par le plus grand allié de l’Amérique ?

Obama heureusement n’a pas cité le nom de cet allié tacite, même s’il a un très grand intérêt dans la guerre nouvellement étendue par l’Amérique au Moyen-Orient – après tout, il partage une frontière commune avec la Syrie. Mais l’Arabie saoudite, le Qatar et tous les autres dirigeants gavés d’or du Golfe arabe sunnite pourraient ne pas aimer que leur peuple se fassent rappeler que leur dernière alliance avec Washington – la formation de tous ces types « modérés » inexistants, par exemple – va aider Israël.

La terrible ironie, c’est que les hommes de « l’État islamique » se comportent en boucher, coupant les gorges et liquidant leurs ennemis. Leur « État » de pacotille et leur sadisme les ont transformé en une étrange combinaison de Mickey Mouse et de Gengis Khan. Il serait surprenant vraiment que les gens de l’ISIS aient tenté d’exploiter les « griefs » non précisés par Obama. Leur « idéologie » (les guillemets sont obligatoires) est tellement introvertie qu’ils n’ont pas eu un seul mot de sympathie pour les Palestiniens de la bande de Gaza au cours de leur dernière saignée. Mais il y a des griefs. Ils existent. Y aura-t-il un Kurdistan ? Y aura-t-il jamais une Palestine ?

Obama n’a eu aucune parole sur ces questions infiniment plus graves. Je crains que nous ayons affaire à la même vieille politique américaine : faire face à une plus grande crise au Moyen-Orient qui prend la relève de la dernière grande crise au Moyen-Orient… Et nous pouvons compter sur les Américains pour cela.

 

* Robert Fisk est le correspondant du journal The Independent pour le Moyen Orient. Il a écrit de nombreux livres sur cette région dont : La grande guerre pour la civilisation : L’Occident à la conquête du Moyen-Orient.

Résistance à l’oppression coloniale s’exerçant sur TOUS les peuples…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 16 septembre 2014 by Résistance 71

“En souffrant au-delà de la souffrance, la nation rouge ressurgira et cela sera une bénédiction pour un monde malade. Un monde rempli de promesses brisées, d’égoïsme et de séparations ; un monde se languissant de nouveau pour la lumière. Je vois un temps de 7 générations lorsque toutes les couleurs de l’humanité vont se rassembler sous l’arbre sacré de la vie et la Terre deviendra un cercle uni à nouveau. Ce jour, il y aura ceux parmi les Lakota qui porteront la connaissance et la compréhension de l’unité parmi le monde du vivant et les jeunes blancs viendront vers les gens de mon peuple et demanderont cette sagesse. Je salue la lumière dans vos yeux dans laquelle l’univers entier puise. Car vous êtes au centre de vous-même et je suis en moi-même en cet endroit, nous serons un.”

~ Crazy Horse, Sept 1, 1877 ~

 

Deux visages, deux langues

 

Mohawk Nation News

 

13 Septembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/09/13/two-faces-two-tongues/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Roti’konsa’ni:ron” sont ceux qui commettent le mal sans aucun remord. A Ferguson dans le Missouri, nous avons vu que la police et l’armée ne sont qu’une seule entité. L’armée/police attaque des manifestants pacifiques dans les villes d’Amérique. Des tanks, des équipes d’assaut lourdement armées attaquent des manifesranrs désarmés, font des raids sur leurs domiciles afin de mettre fin à la liberté d’expression et de parole et pour exécuter des mandats donnés dans des afaires où il n’y a pas de victime et pour des délits non-violents. Ceci ressemble à s’y méprendee à une préparation du public pour l’instauration de la loi martiale.

Les flics sont armés de véhicules blindés (VAB), d’hélicoptères “Apaches”, de drones, etc… Les citoyens de Ferguson ont résisté sans armes aux flics, au gouvernement, à l’armée et à leurs provocateurs semeurs de troubles, ainsi qu’à leur puissante machinerie. La technologie est conçue pour faire peur. Cela a échoué à Ferguson. La seule chose dont il faut avoir peur est la peur elle-même N’ayez pas peur !

La stratégie des oligarques est d’utiliser la colère comme leur alliée et la peur comme leur amie. Nous, peuples indigènes sommes haïs parce que nous questionnons leur voie de la brutalité coloniale et leur fraude à travers le continent. Nous sommes toujours les cibles d’une élimination totale. Et nous sommes toujours là.

Les flics ont des véhicules militaires cachés dans des hangards partout au travers de l’Île de la Grande Tortue (NdT: Amérique du Nord). Les équipages sont entraînés en Israël à mettre en application la loi martiale et à assassiner des gens innocents. Des véhicules blindés, des tanks, des drones, des avions, des hélicos, des armes de destruction massive sont produits au Canada et aux Etats-Unis, les plus gros vendeurs d’armes au monde.Des troupes étrangères sont importées en “missions d’entrainement” (11 septembre, oklahoma City etc…). Ils suivent les ordres données de tuer tout comme les Buffalo Soldiers noirs l’ont fait à Sand Creek, Wounded Knee et 147 autres massacres répertoriés. Ils ont mitraillés nos hommes, femmes, enfants, vieillards avec leurs Gattling Guns et nous ont enterré dans des fosses communes. Cette scélaratesse et ces crimes semblent ne jamais finir.

En 1990 quand nous avons manifesté contre la destruction de notre site de cérémonies à Kanehsatake (Oka, Quèbec), la machine de guerre canadienne entière nous a encerclé dans trois communautés Mohawk. Quelques douzaines de Mohawk ont bloqué un chemin de terre qui menait à un de nos anciens sites de cérémonies et cimetière. Le Canada a répondu en envoyant quelques 5000 soldats lourdement armés pour mettre fin à la défense de l’Île de la Grande Tortue. Ils menacèrent de nous carboniser au lance-flammes. Les femmes et les hommes leur ont tenu tête. Les soldats ont refusé d’obéir aux ordres en provenance d’Ottawa. Chaque nation et chaque peuple a le droit de se défendre par tous les moyens possibles. Quand ils ont su que nous avions des armes et que nous nous protégerions, alors ils ont décidé de parlementer avec nous.

Leurs tactiques militaires ne changent pas. Ils cherchent scientifiquement a toujours faire plus d’armes mortelles et d’inventer de nouvelles façons d’assassiner les gens. Crazy Horse nous l’avait conseillé: “Connaissez votre ennemi”. Ils ont massacré sa famille. Lorsqu’il allait à la bataille, il savait exactement ce qu’ils allaient faire. Il les a observé et il les a vaincu. (NdT: La guerre perdue contre les Sioux entre 1864 et 1868, qui se termina par le traité de Fort Laramie, est la seule guerre perdue par l’armée américaine avant la défaite du Vietnam en 1975. Dans le traité de Fort Laramie, les Etats-Unis ont accepté toutes les conditions imposées par les nations Sioux et Cheyennes sans aucune contre-partie. Le traité a bien sûr été bafoué depuis à de nombreuses reprises comme tous les quelques 400 traités entre les EU et les nations autochtones entre 1776 et 1910…)

Le but ultime est de tuer la Grande Paix. Chacune de nos confrontations en revient à la protéger. Quand les femmes du monde reprendront leur place, celle qui leur est dûe au sein de l’ordre naturel des choses, alors le monde connaîtra finalement la paix.

Thahoketoteh chante: “Missionize, Christianize, socialize, minimize, legislate, assimilate, economize and genocide. We are still here.” We are still here.

Read: City soldiers in Canada.

Read: Military donate hardware to cops.

Read: Crazy Horse strategy.

Read: Ferguson to Palestine.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 406 autres abonnés