Archive pour coronavirus guerre biologique contre l’humanité

Coronavirus ou comment le contrôle des populations détruit des milliards de vies à travers la planète…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, média et propagande, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, résistance politique, santé et vaccins, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 25 mai 2020 by Résistance 71

 

 

L’auteur n’envisage pas ici une hypothèse des plus simples : et si tout cela n’était qu’une vaste opération d’intox, une PsyOp à l’échelle planétaire ? Le CoV19 existe, il est réel, fabriqué en labo et volontairement surgonflé dans sa dangerosité et létalité afin de terroriser les populations à accepter ce qu’il décrit et critique dans son article. Cet article ne serait-il pas en lui-même un outil volontaire ou non de la PsyOp ?… Quand on voit ce que l’auteur serait prêt à accepter juste pour pouvoir voyager et faire son boulot de journaliste, il nous démontre sa servitude volontaire.
Ceci dit, oui, des milliards de vies dans le monde sont ruinées en l’état actuel des choses, mais la solution n’est pas une « réforme » systémique, mais un changement radical de paradigme politique, d’une ampleur sans précédent, un changement de fond en comble vers la société des sociétés dont il esquisse ici des contours même si bien mal définis.
L’heure est venue de vraiment douter de tout et d’arrêter de gober les mouches…
~ Résistance 71 ~

« Notre problème est l’obéissance et non pas la désobéissance civile… »
« On ne peut pas être neutre dans un train en marche. »

~ Howard Zinn ~

 

La “bataille” contre le CoV19 dans un monde fragmenté a ruiné des milliards de vies

 

Andre Vtchek

 

22 mai 2020

 

Source de l’article en français:

https://www.mondialisation.ca/la-bataille-contre-le-covid-19-dans-un-monde-fragmente-a-ruine-des-milliards-de-vies/5645802

 

Il ne s’agit pas seulement de survivre physiquement à la « pandémie ». Les gens sont privés des autres et de lieux de vie, parfois désespérément. Et lorsqu’ils sont séparés, ils meurent.

Nous sommes bombardés de rapports et de chiffres. Nous sommes effrayés par des histoires médicales horribles, par des images choquantes, et puis, simultanément, par des prédictions de chute économique et sociale. Jour et nuit, encore et encore.

Mais d’une manière ou d’une autre, si souvent pendant cette soi-disant urgence coronavirus, nous avons tendance à oublier que les gens sont des personnes, pas des chiffres, et que la simple survie est loin de tout.

Pendant des décennies, on nous a dit : « Vous vivez dans un monde globalisé. Les frontières sont devenues superflues ». Certains ont accepté à contrecœur, d’autres avec joie.

Les riches Occidentaux ont envahi tous les coins du monde avec leurs yachts, leurs villas et leurs résidences secondaires et tertiaires.

De pauvres domestiques et employés d’hôtel philippins et indonésiens ont émigré dans le Golfe, à la recherche d’emplois décemment rémunérés.

Les mariages et les relations interraciales et intercontinentales sont devenus la norme.

Fin 2019, des centaines de millions de personnes vivaient simultanément dans plusieurs parties du monde. Pour différentes raisons, des individus riches et pauvres. Pour certains, c’est devenu un mode de vie, pour d’autres, une simple nécessité.

Pour le meilleur ou pour le pire, les cultures se sont progressivement entremêlées. Pour beaucoup, la couleur de la peau n’avait plus d’importance. Du moins pour les quelques centaines de millions de personnes qui vivent sur cette planète Terre pas seulement en Asie ou en Europe, en Océanie, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud ou du Nord.

J’ai beaucoup écrit sur cette tendance. Certains de ces écrits étaient clairement positifs, mais j’en ai aussi critiqué, avec détermination, de nombreux éléments.

Mais c’était la réalité, et comme beaucoup d’entre nous le croyaient, une réalité irréversible, permanente.

Les êtres humains brisaient les chaînes de leur passé. Soudain, ils se sentaient libres de sortir de leurs cultures, religions, habitudes traditionnelles. Ils ont noué des relations avec des êtres humains venant d’autres parties du monde. Ils se mariaient avec des personnes de cultures et de milieux complètement différents. Ils s’installaient dans des endroits éloignés. Et pas seulement les jeunes. Souvent, leurs parents, séduits par l’errance, décidaient de prendre leur retraite à des milliers de kilomètres de là.

Des hommes et des femmes faisaient des recherches dans les forêts tropicales profondes, certains d’entre eux décidant d’y rester, pour toujours. D’autres ruinaient ces forêts, devenant riches grâce à un pillage éhonté.

Tant d’histoires, bonnes et mauvaises. Tant de raisons, merveilleuses et horribles, de la vie globalisée ou internationalisée.

Et puis soudain, la fin. Point final !

Le COVID-19, ou appelez-le nouveau coronavirus, est arrivé.

Il est venu de nulle part, son taux de mortalité est relativement faible, très similaire à celui de la grippe ordinaire, mais toujours remarquablement contagieux.

[NdR71: le taux de mortalité officiel des malades infectés du CoV19 est maintenant de l’ordre de 0,50%, après avoir été gonflé à 3,5%, la grippe saisonnière étant de l’ordre de 0,40%…]

Brusquement, notre monde s’est arrêté.

Presque toutes les libertés traditionnelles ont été retirées aux gens. Si vite, et sans plébiscites, référendums, débats. La police, les drones, la surveillance, ont été rapidement utilisés contre les citoyens, pratiquement partout.

Et puis, presque dès le début de la « pandémie », les frontières ont commencé à se fermer. Les frontières, nous disait-on, étaient là pour rester ouvertes, pour toujours.

Et l’international, ou pour certains d’entre nous la vie internationaliste, a été soudainement arrêtée.

Les changements ont été mis en œuvre si rapidement que la plupart d’entre nous n’ont pas eu le temps de réagir. Nous avons assisté, impuissants, à la fermeture des frontières, à l’annulation des vols par les compagnies aériennes et à l’arrêt brutal des mouvements de population.

De l’autre côté de la frontière, disparaissant au-delà de l’horizon, se trouvaient nos familles, ou nos proches, nos collègues et camarades, ainsi que des pays et des villes que nous chérissions ardemment.

Nous n’avons rien pu y faire, car ce brutal verrouillage mondial a apparemment été effectué « pour notre propre bien ». Nous nous sommes retrouvés en prison, « pour que nous et les autres puissions survivre ». C’est ce qu’on nous a dit.

On ne nous a pas permis de prendre des risques, ni d’oser. Nos proches n’ont pas eu le droit d’oser non plus.

Nous sommes tous devenus mous, et si faciles à manipuler. Tout ce discours sur la liberté et la démocratie a rapidement été oublié.

En un ou deux mois seulement, notre planète s’est fragmentée comme jamais auparavant. Les frontières ont été fermées, même entre les pays d’Europe, d’Asie, d’Amérique Latine, d’Afrique et du Moyen-Orient.

Les Européens, par exemple, qui ont été contraints à de grands sacrifices en échange d’un continent sans frontières, se sont soudainement retrouvés coincés avec ces sacrifices existants, mais aussi avec des frontières réaménagées.

Très rapidement, tous les gains réalisés par l’humanité – des gains vers un monde ouvert – ont été annulés, liquidés.

Je dois le répéter : les peuples n’ont pas été sollicités. Personne ne les a consultés.

Alors que plusieurs sociétés transnationales, au premier rang desquelles les compagnies aériennes, ont commencé à recevoir des milliards de dollars de subventions gouvernementales, il n’y a eu aucune compensation pour les centaines de millions de personnes dont la vie a été virtuellement ruinée, réduite à presque rien par les interdictions de voyager, qui reviennent à emprisonner des foules dans leurs lieux de séjour.

À l’heure actuelle, la quasi-totalité de l’Amérique du Sud est « hors de portée », tout comme l’Asie. Les étrangers ne peuvent pas entrer aux États-Unis. En fait, la plupart des pays se sont transformés en forteresses.

Imaginez que vous ayez des parents qui vivent dans une autre partie du monde. Imaginez que votre conjoint est là-bas, quelque part, ou votre maison, ou un travail important que vous aimez, passionnément.

Imaginez qu’un gouvernement néolibéral utilise le verrouillage du COVID-19 pour couvrir l’accélération de la destruction de ses forêts tropicales, comme cela se produit actuellement dans des endroits comme le Brésil et l’Indonésie. Imaginez que de tels gouvernements dépossèdent les populations indigènes et que vous ne pouvez pas continuer votre travail, qui consiste à dénoncer les crimes contre l’humanité et la nature.

Des millions de personnes dépendent de votre travail d’investigation, mais vous ne pouvez pas partir. Les frontières sont fermées, les avions ne volent pas.

Pourtant, on nous dit : « C’est pour votre bien » et « C’est pour le bien des autres ».

Vous pouvez vous demander : « Qu’en est-il du bien de ces millions de personnes qui sont volées, appauvries, voire tuées par des événements sans rapport, ou juste partiellement liés au COVID-19 ? Ont-ils le droit de vivre ? Ont-ils le droit d’être protégés, défendus ?

Mais il semble que peu de gens se posent ces questions ! Et s’ils le font, les médias n’y prêtent pas attention.

Le nouveau coronavirus, semble-t-il, est maintenant tout ce qui compte, au moins pour certains, ou pour la majorité. Ou pour le régime.

C’est comme les nombreux hôpitaux, qui laissent mourir les gens d’un cancer ou d’un accident vasculaire cérébral, parce que leurs salles d’urgence et leurs lits sont utilisés exclusivement pour traiter les patients atteints du COVID-19.

Il y a quelque chose d’essentiellement et de moralement mauvais dans cette approche. Quelque chose de profondément mauvais, philosophiquement et logiquement aussi.

Les gouvernements, par exemple en Europe, ont-ils le droit de dire à un mari dont la femme est en train de mourir au Japon ou en Corée, qu’il ne peut pas sauter dans un avion et partir, afin d’être avec elle ?

Peut-on empêcher un scientifique de prendre l’avion pour se rendre dans un laboratoire, à l’autre bout du monde, s’il travaille sur un projet urgent qui pourrait améliorer la vie sur notre planète ?

Peut-on, en tant que journaliste, m’empêcher de prendre l’avion pour le Venezuela, où des mercenaires américains et colombiens viennent de tenter un nouveau coup d’État contre un gouvernement légitime ?

Apparemment, la réponse est « oui » !

C’est la « nouvelle normalité ».

Il y a quatre ou cinq mois, tout cela aurait été considéré comme insensé, inacceptable, voire criminel.

Mais aujourd’hui, une « pandémie » de grippe a soudainement créé une nouvelle « moralité », ainsi que des règles et des normes tout à fait nouvelles pour l’humanité.

Et nous ne devons pas couvrir les missions importantes ou les situations de vie ou de mort.

Il y a des centaines de millions, voire des milliards de personnes, qui vivent simplement sur notre belle planète, et pas seulement dans un pays en particulier, et qui ne peuvent pas exister autrement. Leur culture est le multiculturalisme. Je ne dis pas que c’est bon ou mauvais. C’est simplement un fait. Leur santé, et même leur traitement médical, dépendent de ce « style de vie », ainsi que de leur bien-être émotionnel et de leur travail.

Sans pouvoir voyager, leurs relations personnelles s’effondrent, leurs maisons et leurs appartements s’écroulent littéralement et leur vie perd son sens.

Quelqu’un compile-t-il des statistiques sur le nombre de vies humaines qui sont touchées, voire ruinées de cette manière ? Les chiffres doivent absolument être stupéfiants.

Attention, bien sûr ! La prudence est essentielle. Le coronavirus ne doit pas être pris à la légère. Mais pas d’approches extrêmes, qui pourraient, pour les décennies à venir, faire reculer les innombrables acquis positifs de notre civilisation.

Voyager, explorer, connaître « l’autre », essayer de comprendre, vivre ensemble comme une seule humanité : c’est l’une des grandes avancées de l’humanité. Imparfaite, parfois hypocrite ou timide, mais néanmoins une grande avancée. Non pas la mondialisation, mais l’internationalisme, où tout est pour le mieux.

Nous pensions que nous pouvions considérer ces avancées comme acquises. Nous étions convaincus qu’elles ne pouvaient pas nous être retirées.

Nous nous sommes battus pour les autres, pour que les gens de toutes les nationalités et de toutes les races puissent en profiter, bientôt aussi. Nous pensions que nous pouvions gagner.

Et maintenant, tout d’un coup, nous avons réalisé que tout n’était qu’un mirage.

Un coup de plume d’un responsable du gouvernement, et toutes nos libertés peuvent disparaître, être annulées. On nous pousse dans un coin, comme si nous étions du bétail, ou des enfants de maternelle.

Les vrais droits ne sont que ceux qui ne peuvent en aucun cas nous être retirés.

Le plus effrayant est l’absolutisme, l’extrémisme avec lequel les nouveaux règlements ont été introduits.

Un état de siège, peut-être, mais pas d’incarcération pure et simple.

Le voyage aurait pu être rendu plus compliqué, mais toujours possible.

Je vais le dire comme une anecdote, mais il y a une part de vérité : J’ai un masque à gaz de combat, que j’utilise pour couvrir les émeutes, les soulèvements et les révolutions. Il a un énorme filtre. Si je le portais, il serait impossible que je sois infecté, ou que j’infecte d’autres personnes dans un avion. Si cela ne suffit pas, je serais prêt à porter une combinaison jetable en plastique, de l’Amérique du Sud à l’Asie par exemple, avec des points de transit en Europe. Ce serait un moyen de transport extrêmement inconfortable, mais sûr (pour moi et pour tout le monde). Et quand je serai en Asie, disons au Japon, je serais heureux de subir une auto-quarantaine de 14 jours. Et je paierais même des frais raisonnables pour « dérangement ».

Mais si je dois vraiment y aller, si c’est une question de vie ou de mort pour moi, il devrait y avoir une option draconienne pour moi et pour des millions de personnes comme moi. Mais ce n’est pas le cas ! Les frontières de toute l’Asie et de l’Amérique du Sud sont fermées, hermétiquement. Même les frontières des États-Unis sont scellées, malgré le fait qu’ils aient le taux le plus élevé de personnes infectées. Seuls les citoyens et les détenteurs d’une carte verte peuvent monter à bord des avions.

Ainsi, des vies humaines continuent d’être ruinées, à une échelle tout juste inimaginable récemment.

Il semble que rien, absolument rien ne puisse être fait. Nous sommes tous à la merci de nos régimes.

Nous n’en avions aucune idée, mais maintenant nous savons.

Même lorsque ces restrictions seront levées, rien ne sera jamais « normal ». Les gens seront bien conscients du fait que leur vie peut à nouveau être brisée, sous n’importe quel prétexte – à tout moment.

Si un remède, ou une prévention, sont dix fois, voire cent fois plus meurtriers que la maladie, alors il est immoral de les appliquer.

De plus, il est essentiel de se rappeler qu’il existe de nombreuses façons différentes de mourir pour les êtres humains. Certaines personnes peuvent facilement mourir même si leurs poumons sont intacts et que leur cœur bat. Elles peuvent mourir de chagrin, de l’absence d’êtres chers ou de l’insignifiance de la vie en prison.

La lutte d’aujourd’hui, et le combat ne devrait pas être exclusivement contre le COVID-19. Le combat devrait être simplement pour la vie, pour chaque vie humaine, quels que soient les virus, les conditions ou les circonstances qui la mettent en danger.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Briser le rapport social par la terreur induite

Coronavirus… « Décrétons l’auto-défense sanitaire » contre la dictature technotronique en marche (Raoul Vaneigem)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 mai 2020 by Résistance 71

Chaque peuple sous le joug de la machine étatico-capitaliste est en état de légitime défense perpétuel, ces deux entités étant par essence dictatoriales… Il en va de même donc pour la situation sanitaire bien évidemment. La solution à la dictature technotronique qui se met en place depuis des décennies et s’accélère depuis les attentats nucléaires faux-drapeau du 11 septembre 2001, est la confédération des associations libres unies en communes libres, librement coopérant entre elles.
Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

~ Résistance 71 ~

 

 

Décrétons l’auto-défense sanitaire

 

Raoul Vaneigem

 

19 mai 2020

 

Source: https://www.lavoiedujaguar.net/Decretons-l-autodefense-sanitaire

 

La menace que le coronavirus a fait planer sur la santé des populations du monde entier a démontré que le véritable danger venait d’une dégradation des services médicaux. Cette dégradation, il n’est pas douteux que les impératifs de profit, partout prédominants, ne cesseront de l’accélérer.

Gérer les hôpitaux comme des entreprises à rentabiliser implique de sous-payer et de surexploiter le personnel, de diminuer le nombre de lits et de moyens techniques. Les grandes firmes pharmaceutiques paralysent la vraie recherche, jettent le discrédit sur les scientifiques qu’elles stipendient, interdisent des médicaments à bas prix qui ont fait leurs preuves pour vendre des vaccins douteux dont la seule efficacité garantie est l’intérêt financier qu’ils produiront.

Il va de soi que les États n’hésiteront pas à réitérer le coup des libertés restreintes, qui leur a si bien réussi. Tout en laissant se répandre les virus issus de la fonte du permafrost, ils se serviront sans scrupule du même prétexte épidémique pour confiner préventivement celles et ceux qui s’insurgent contre leur politique criminelle. Il faut dès maintenant déjouer cette manœuvre.

Il y va de notre vie et de celle de nos enfants : décrétons l’autodéfense sanitaire. Dans les rues, les villes, les campagnes, endossons la blouse blanche du personnel hospitalier. Tous aides-soignants, tous promoteurs de santé !

La morbidité de l’État et des institutions supranationales est permanente. À son encontre imposons, par la permanence et l’intransigeance de nos luttes, le droit imprescriptible à la vie.

Gilets jaunes, noirs, rouges, multicolores ne sont que les habits d’une révolution qui engage l’avenir de l’humanité. La blouse blanche est, plus qu’un symbole, une pratique. Si elle envahit les rues, comment l’État policier en viendra-t-il à bout ?

C’est aux peuples, principales victimes des mesures coercitives et des malversations budgétaires, de créer des conditions capables d’assurer à tous et à toutes la garantie d’éradiquer la maladie dont le capitalisme est le virus le plus implacable. Désobéissance civile, résistance à l’oppression, solidarité festive, y a-t-il meilleurs gages de santé ?

Nous sommes tous des aides-soignants. Le combat est partout où le pouvoir des Communes interdit les pesticides et les nuisances, réinvente l’école, les transports, les structures hospitalières, l’existence quotidienne. C’est un adage médical bien connu, que la plupart des maux se guérissent d’eux-mêmes si on leur donne suffisamment de temps. Nous sommes ce temps-là.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

En liaison avec le Coronavirus… L’industrie pétrochimique, Big Pharma et les dossiers Rockefeller (PDF)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, politique et lobbyisme, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 mai 2020 by Résistance 71

 


Business et eugénisme, la formule 2 en 1

 

Resistance 71

 

13 mai 2020

 

En 2011 nous traduisions et publiions ces larges extraits du livre de Gary Allen de 1976: « The Rockefeller’s Files ». Suite à une récente republication concernant le coronavirus CoV19, nous avons demandé à Jo de nous en faire un PDF, ce qu’elle a obligeamment fait de son coup de patte habituel.

Voici donc dans sa version PDF 2020, notre traduction partielle mais substantielle des « Dossiers Rockefeller » (1976) :

Gary_Allen_Le-dossier-Rockefeller

A lire et diffuser sans aucune modération en ces temps de manipulation au CoV19 et pour que le plus de gens comprennent que le pire reste à venir : son soi-disant VACCIN…

 


Les cavaliers de l’apocalypse sanitaire…

Avec Bill « la piquouze ».
Big Pharma pompe le 
flouze.

Coronavirus : Le complexe pharmaco-chimique corrompu et déjà maintes fois condamné aux manettes de la création du « vaccin » contre le CoV19 Caroline du Nord

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, politique et social, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 12 mai 2020 by Résistance 71

 

 

Nous avons gardé cette traduction sous le coude pour le « déconfinement », car la prochaine étape est bien entendu le fichage, traçage et vue d’une vaccination / marquage nanotech massive des populations engrangeant au passage les milliards pour le complexe pharmaceutico-chimique criminel et corrompu, descendant pour l’essentiel du complexe IG Farben et de la Standard Oil des Rockefeller dans sa connexion moderne Fondation Bill Gates et Fondation Rockefeller…
Le temps presse pour se poser les bonnes questions… et y répondent collectivement !

~ Résistance 71 ~

 

NdR71 : Pour en savoir plus sur le comment et pourquoi la santé est tombée dans l’escarcelle de cette méduse Big Pharma qui contrôle tout ce qui y touche en partant de l’industrie (pétro)chimique, lire ces deux PDF faits de nos traductions. Le premier concerne le cancer, « Un monde sans Cancer », la seconde partie du livre de G. Edward Griffin est consacrée à la « politique » de la santé et concerne la méduse pétrochimique d Big Pharma et comment fut phagocytée la médecine holistique au profit du tout chimique. Le second est notre traduction de 2011 de larges extraits du livre de Gary Allen « The Rockefeller’s Files » (1976) et que Jo nous a récemment mis en format PDF. 

« Un monde sans cancer, histoire de la vitamine B17 »

Gary Allen « Les dossiers Rockefeller »

A lire et à diffuser sans aucune modération tant il est vital de comprendre les rouages du comment on en est arrivé là. Le vaccin du CoV19 à venir sera DEVASTATEUR pour l’humanité tant sur un plan santé publique que sur un plan de contrôle technotronique de la planète au profit de la même clique oligarchique. Ils vont commencer dans les écoles par nos enfants ! Personne ne saura précisément ce que ces ordures vont leur injecter. La composition de tout vaccin doit être indépendamment vérifiée et RENDUE PUBLIQUE. Ceci est une nécessité de salut public !

Toute composition de vaccin et de médicament doit fonctionner sur le modèle informatique de « l’open source » qui voit tous les codes de programmation d’un logiciel être rendus publics de façon à ce que le contrôle et la participation de tout spécialiste au développement du ou des logiciels, rende impossible la falsification des codes et la création de backdoors servant des intérêts privés ou gouvernementaux à l’insu des utilisateurs. Ainsi les compositions chimiques voire génétiques de tous vaccins et médicaments doivent être vérifiées et rendues publiques. A défaut, et sachant qu’historiquement nous ne pouvons en aucun cas faire confiance à Big Pharma (IG Farben, Standard Oil et consorts) au passé eugéniste, corrompu et criminel d’une lourdeur sans précédent, toute fabrication médicale du consortium marchand du contrôle sanitaire doit être rejetée par les peuples comme étant au mieux foireux et manipulé, au pire toxique à dessein.

La suite de cette crise fabriquée du CoV19 va prendre une tournure des plus sinistres si nous laissons faire les criminels irresponsables du haut de la pyramide. De fait, afin de sortir de cette relation mortifère dominant / dominé, aplatissons cette pyramide une bonne fois pour toute… Comment ? Quelques éléments de réponse ici et là.


¡Ya Basta!

 

Le conglomérat criminel pharmaceutique en charge de créer le “vaccin” pour le CoV19

Big Pharma, coupable de mensonge, de tricherie, de vol, de corruption et à l’historique de mettre le public en danger avec la consommation de médicaments plus que douteux voire même mortels, est en train de recevoir des milliards pour développer le “vaccin” pour la maladie résultant du CoV19. Feriez-vous confiance pour votre santé à cette équipée sauvage criminelle ?…

 

Tony Cartalucci

 

1er mai 2020

 

url de l’article original:

https://landdestroyer.blogspot.com/2020/05/criminal-big-pharma-put-in-charge-of.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’hystérie du Coronavirus 2019 ou CoV19 balaie le globe au moyen d’une panique publique mise en place par les médias de masse et paralysant des nations entières, éviscérant des économies de milliards alors que les lieux de travail sont fermés et le public forcé et assigné à résidence tout en étant exposé 24/24 et 7/7 à un bombardement médiatique activant et renforçant le climat de peur, ce dans une campagne sans précédent.

L’industrie de la santé occidentale est déjà en train d’engranger les profits à la fois financièrement mais aussi en terme de crédibilité artificiellement pompée alors qu’un public paniqué se tourne vers elle pour des réponses au problème et sa sécurité.

Attendant de profiter des “remèdes” et autres “vaccins” pour un virus qui n’est rien d’autre essentiellement qu’un mauvais rhume, se trouve l’industrie pharmaceutique occidendale, cette hydre super corrompue et ses entreprises tristement célèbres comme GlaxoSmithKline (GSK), Novartis, Bayer, Roche, Merck, Johnson and Johnson, Pfizer, Lilly, et Gilead.

Toutes ces entreprises, sans aucune exception, poursuivent l’agenda des vaccins et des thérapies financé par les gouvernements contre le CoV19, sont des entreprises coupables, répétitivement condamnées dans bien des tribunaux dans le monde pour d’odieux crimes comme la falsification de la recherche médicale, violation des normes de sécurité, inefficacité des recherches, corruption des chercheurs, des médecins, des régulateurs et même des fonctionnaires de la loi, ainsi que de faire le marketing de médicaments qui étaient soit totalement inefficace, soit prouvés dangereux pour la santé publique.


Les cavaliers de l’apocalypse sanitaire

Des financements de gouvernements, donc de l’argent public des contribuables de l’ensemble du monde occidental sont siphonnés dans de soi-disantes organisation à but non lucratif comme la Coalition for Epidemic Preparedness Innovation (CEPI) qui ne sont en fait que des vitrines créées et dirigées par Big Pharma afin d’éviter d’investir leur propre argent dans une recherche et un développement couteux et ainsi ne faisant que profiter de ce qui émerge éventuellement de cette recherche financée par les deniers publics.

CEPI par exemple, reçoit des milliards de financement gouvernemental de plusieurs nations qui seront utilisées pour vendre les produits, vente et profit étant réalisés par Big Pharma.

Novartis – au tréfond de l’ignominie

Un exemple particulièrement choquant et écœurant provient du géant pharmaceutique suisse Novartis, qui essaie en ce moment de faire passer en force un accord d’utilisation de son médicament Jakafi comme thérapie contre le CoV19.

Une équipe de l’université de Pennsylvanie emmenée par le Dr. Carl June et entièrement financée par de l’argent caritatif, a développé une thérapie génétique qui a guéri des patients atteints de leucémie, qui n’avaient jusqu’alors pas répondu positivement aux traitements classiques comme par exemple les transplantations de moelle osseuse. Durant des essais entre 2010 et 2012, une jeune patiente de 6 ans, Emily Whitehead, était sur son lit de mort avant de recevoir la thérapie génétique révolutionnaire.

Elle est aujourd’hui vivante et en parfaite santé et en rémission permanente de la maladie.

Le plus incroyable concernant cette thérapie, est qu’elle n’est administrée qu’une seule fois, car après son usage, les cellules du patient sont en fait reprogrammée de manière permanente pour lutter contre le cancer. Les cellules anciennes passent l’information aux nouvelles cellules alors qu’elles se divisent et se multiplient.

La thérapie développé par le Dr June est non seulement une thérapie a usage unique, mais elle est aussi incroyablement efficace dans son rapport qualité/prix. Sous conditions expérimentales, la procédure coûte moins de 20 000 US$ (NdT: environ 16 000 Euros). Dans une conférence de The Society for Translational Oncology en 2013, le Dr June déclarait:

“Bon alors le prix, c’est très intéressant.. Le coût principal ici est la gamma-globuline. Pour les cellules-t, avec nous, avec nos frais internes pour faire une aphérèse etc est de l’ordre de 15 000 US$ pour fabriquer les cellules-t.”

L’association caritative qui a financé la recherche du Dr June et de son équipe, la Leukemia & Lymphoma Society (LLS), s’est assurée que ceci soit vendu à Novartis, approuvé par la FDA américaine en 2017, elle est aujourd’hui vendue sous le nom de Kymriah. Le Dr June lui-même nota que ce qui coûte quelques 15 000 US$ à produire sous conditions expérimentales a été mis en vente par Novartis au prix astronomique de 500 000 US$ (NdT: environ 400 000 Euros). L’article du New York Times qui rapporta le prix du médicament (The New York Times article) n’a jamais mentionné le coût réel de ce médicament et s’est en fait référé à l’explication de Novartis sur le pourquoi le médicament était si cher…

Le NYT avait déjà rapporté la progression de la recherche avant que le médicament ne soit vendu à Novartis et pourtant les journalistes de ce canard n’ont pas tenu pour responsable Novartis ni même jugé bon d’avertir leurs lecteurs du prix réel du médicament et d’exposer l’énorme arnaque de Novartis. Ceci aide à expliquer et comprendre aussi le rôle des médias dans la capacité pour Big Pharma de corrompre et de masquer les affaires.

En y regardant de plus près, et sans l’aide de publications comme le NYT, il se trouve que LLS était et est toujours en partenariat avec Novartis et tandis qu’elle nia que Novartis n’ait eu quoi que ce soit à faire avec la thérapie génétique financée par LLS et ensuite vendue à Novartis, l’énorme conflit d’intérêt est bien visible et est en parfaite adéquation avec les preuves documentées de la corruption active de Big Pharma et de ses abus, plaçant toujours le profit loin devant les vies humaines.

L’exemple de Novartis n’est qu’un microcosme de la façon dont opère l’industrie pharmaceutique dans son ensemble et de fait, précisément comment elle exploite et profite déjà de toute cette affaire hystérique du CoV19, où des chercheurs travaillant dur se retrouvent avec leur recherche financée par des “entités caritatives” douteuses au mieux, pour ensuite être achetés par Big Pharma, agité au dessus des têtes des nécessiteux pour obtenir de véritables rançons pour ces vilains dignes des pires films de série B et tout cela en totale coopération avec les gouvernements et médias complices dans l’affaire.

GSK: Un racket de corruption étendu au monde entier

Une autre entreprise pharmaceutique cherchant à profiter du CoV19 est GlaxoSmithKline (GSK). Ce que tous ceux qui pourraient être exposés à quelques produits que ce soit promus par GSK contre le CoV19 devraient savoir est que GSK a été condamné sur tous les continents de la planète pour un énorme racket et circuit de corruption des médecins, des chercheurs, des régulateurs, des politiciens et même représentants de la loi.

GSK a été condamné en Asie. Le NYT dans son article , « Drug Giant Faced a Reckoning as China Took Aim at Bribery, » affirme:

“L’affaire Glaxo, qui a eu pour résultat une avalanche record en dommages et intérêts de près de 500 millions de dollars et toute une litanie de plaidoiries coupables de la part de bien des exécutifs de la firme, a retourné la dynamique du pouvoir de l’entreprise en Chine, révélant un gouvernement de plus en plus ferme et déterminé à resserrer la vis sur les multinationales. Dans les trois ans qui ont suivi les arrestations, le gouvernement chinois, sous l’autorité du président Xi Jinping, a lâché toute la puissance de la nation et de son système autoritaire comme partie prenante de son plus large agenda de nationalisme économique.”

GSK a aussi été condamné en Amérique du Nord. Le journal du “Guardian” de Londres rapporte dans son article GlaxoSmithKline fined $3bn after bribing doctors to increase drugs sales  que :

“Le groupe pharmaceutique GSK a reçu une amende de 3 milliards de dollars après avoir admis avoir payé des médecins et encouragé la prescription d’anti-dépresseurs non prévus pour les enfants. Glaxo doit aussi admettre ne pas avoir rapporté des problèmes de sécurité concernant son médicament pour le diabète Avandia dans un tribunal de district de la ville de Boston ce jeudi.

L’entreprise a encouragé des visiteurs médicaux aux Etats-Unis de vendre sous mauvaise documentation trois médicaments à des médecins et de distribuer de grandes commissions et voyages d’agrément à tous ceux qui acceptaient de prescrire en nombre ces médicaments. Les bakshish incluaient aussi des séjours dans des stations balnéaires de luxe aux Bermudes, à la Jamaïque et en Californie.

La corruption de GSK se produit également en Europe. Début 2014, le London Telegraph écrivait :, « GlaxoSmithKline ‘bribed’ doctors to promote drugs in Europe, former worker claims, » que :

“GSK, la plus grosse entreprise pharmaceutique du Royaume-Uni, a été accusée de corruption de médecins pour qu’ils prescrivent leurs médicaments en Europe.

Des médecins en Pologne furent payés pour promouvoir le médicament Seretide contre l’asthme sous le couvert d’un financement pour un programme éducatif, a affirmé un ancien chef des ventes.

Des personnels médicaux ont aussi dit avoir été payés pour des conférences dans le pays qui n’ont en fait jamais eu lieu.”

Et ceci ne fait juste que gratter la surface de l’empire du racket et de la corruption de GSK, ne disant rien des abus et de la corruption de l’entreprise sur une bien plus large échelle.

GSK est aujourd’hui supposé développer et déployer un vaccin pour le CoV19 avec Innovax. L’historique de GSK en matière de corruption va t’elle influencer le développement d’un vaccin contre le CoV19 et son approbation pour une utilisation publique ?

Il y a déjà une réponse plus que convaincante à cette question…

Big Pharma a déjà été piquée à fabriquer des pandémies afin de remplir ses coffres

La dernière vague d’hystérie en ce qui concerne une pandémie vint de la contagion en 2009 du virus H1N1 ou de la “grippe porcine”.

Si les gens s’en rappellent vaguement et doivent aller chercher des informations à son sujet, c’est qu’elle ne fut en rien la pandémie telle qu’elle fut promut à cette époque par les hauts fonctionnaires corrompus de la santé “publique” et leurs complices des médias de masse.

Parmi ces officiels corrompus, il y avait les soi-disants “experts” de l’OMS payés par Big Pharma et qui utilisèrent leur position pour déclarer l’apparition du virus H1N1 comme “pandémie” justifiant par là pour les gouvernements vendus au complexe pharmaco-chimique, de stocker des médicaments de ces grands laboratoires pour des patients qui n’en eurent jamais besoin.

La BBC dans leur article, « WHO swine flu experts ‘linked’ with drug companies, » admettrait finalement:

“Des scientifiques clef conseillant l’OMS sur le stockage de médicaments pour cette pandémie avaient des liens financiers avec des entreprises à la recherche de profits, a prouvé une enquête.

Le British Medical Journal (BMJ) dit que ces scientifiques avaient ouvertement déclaré ces intérêts dans d’autres publications et pourtant l’OMS ne fit jamais mention de ces liens conflictuels>” La BBC mentionne nominalement GSK, notant au passage : “Trois scientifiques ayant mis au point le guide pandémique de 2004 et qui avaient auparavant été payés par les laboratoires Roche ou GSK pour des travaux de consultation ou des conférenciers tout en étant impliqués dans la recherche pour ces laboratoires.”

Les laboratoires Roche également mentionnés, produisent en ce moment même des kits de test pour le Cov19 et fait aussi manifestement d’énormes profits en les vendant dans ce climat d’hystérie entretenu au sujet de cette “pandémie” officielle. L’entreprise a aussi engrangé les profits lorsque les hauts fonctionnaires de l’OMS qu’elle soudoyait déclarèrent la pandémie H1N1 en 2009. Le labo vendit de grosses quantités de kits de test et de médicaments anti-viraux qui se retrouvèrent de manière tout à fait inutile dans les stocks de bien des gouvernements nationaux.

Reuters, dans un article de 2014 titré, « Stockpiles of Roche Tamiflu drug are waste of money, review finds, » nota:

“Les chercheurs qui on combattu pendant des années pour obtenir toutes les données du médicament Tamiflu des laboratoires Roche on dit jeudi que des gouvernements qui l’ont stocké ont gaspillé des milliards de dollars sur un médicament dont l’efficacité est sérieusement en doute.”

L’article remarquait aussi :

Les ventes de Tamiflu ont pratiquement atteint la marque des 3 milliards de dollars en 2009, essentiellement dû à son utilisation dans la pandémie H1N1, mais ces ventes ont depuis bien baissé.

Allons-nous vraiment permettre ces mêmes labos et officiels corrompus avec lesquels ils sont au lit avec des instances nationales et internationales de prendre les rênes une fois de plus dans cette affaire du CoV19 ?

 

La composition de tout vaccin doit être vérifiée
et devenir source publique

Les mêmes suspects mènent la danse de l’hystérie du CoV19

Cette même OMS avec ses mêmes complices officiels corrompus de l’industrie pharmaceutique, mènent en ce moment même la réponse au CoV19 et les mêmes médias complices qui ont permis la corruption et les abus des deux parties dans le passé, aident grandement à alimenter l’hystérie collective sur le CoV19 aujourd’hui afin de ramener des profits sans précédent ainsi qu’un énorme pouvoir à ces mêmes intérêts qui ont prouvé encore et toujours de par le passé de n’être non seulement pas digne de confiance mais aussi être un obstacle plutôt qu’une aide à la santé publique mondiale.

Bientôt, les seringues seront remplies de “vaccins” produits par ce conglomérat de corruption et d’abus en tout genre et on dira au public de se retrousser la manche et de se faire injecter avec des substances [inconnues] créées par de véritables criminels, sinon…

Sous l’illusion de la légitimité, de la science, de la médecine, les gens seront contraints de se soumettre à Big Pharma et ses co-conspirateurs au sein des corps régulateurs, des organisations de conseil, des gouvernements et des médias, et à ce quoi que ce soit qu’ils mettent dans les seringues, que cela protège le public du CoV19 ou non, et il est même douteux que ce vaccin soit de fait vraiment nécessaire.

Alors que le CoV19 puisse bien être un véritable pathogène, l’évidence à ce jour suggère qu’il ne demande pas de fait cette hyper-réaction générée dans le monde entier. L’hystérie CoV19 a, de loin, un effet bien plus dévastateur sur l’humanité que le virus lui-même. Et au sein de cette hystérie, la plus grande menace à la santé publique à l’échelle de l’humanité, une industrie pharmaceutique totalement corrompue et ses associés des gouvernements, vont engranger toujours plus de profits aux dépends du public et renforcer leur pouvoir sur ce même public.

= = =

Notre page « CORONAVIRUS, guerre biologique contre l’humanité »

Notre dossier « Dictature technotronique »

 


La réduction de la population en action

Le coronavirus comme projet politique global imposé (Réseau Voltaire)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 9 mai 2020 by Résistance 71

 

 

Meyssan est encore, à notre avis, en deçà de la réalité du Nouvel Ordre Mondial et de la dictature technotronique que l’oligarchie veut imposer depuis des décennies.

Lire notre dossier “dictature technoronique” à ce sujet et notre page Coronavirus

~ Résistance 71 ~

 

Le projet politique global imposé à l’occasion du CoV19

 

Thierry Meyssan

 

Réseau Voltaire

 

5 mai 2020

url de l’article original: https://www.voltairenet.org/article209774.html

 

Les réactions ineptes de gouvernements européens au Covid-19 ont été dictées par d’anciens conseillers de Donald Rumsfeld et de George W. Bush. Contrairement à la rhétorique publique, elles n’ont aucune prétention médicale. Loin de répondre à la réalité de l’épidémie, elles visent à transformer les sociétés européennes afin de les intégrer à leur projet politico-financier.

Indépendamment de savoir si l’épidémie de Covid-19 est naturelle ou a été provoquée, elle offre l’occasion à un groupe transnational d’imposer soudainement son projet politique sans qu’il soit discuté, ni même exposé.

En quelques semaines, nous avons vu des États prétendument démocratiques suspendre les libertés fondamentales : interdire sous peine d’amende ou de prison de sortir de chez soi, de participer à des meetings et de manifester. L’école obligatoire pour les moins de 16 ans a été provisoirement abolie. Des millions de travailleurs ont été privés d’emploi et placés d’office au chômage. Des centaines de milliers d’entreprises ont été autoritairement contraintes de fermer et ne pourront plus rouvrir.

Sans préparation, les gouvernements ont encouragé les entreprises au télétravail. Toutes les communications via internet ont immédiatement été enregistrées par le système Echelon. Ce qui signifie que les « Cinq Yeux » (Australie/Canada/Nouvelle-Zélande/Royaume-Uni/USA) disposent en archive des moyens de percer les secrets de presque tous les industriels européens. Pour cela, c’est déjà trop tard.

Aucune des transformations des sociétés n’a de justification médicale. Aucun ouvrage d’épidémiologie au monde n’a discuté et encore moins préconisé de « confinement généralisé obligatoire » pour lutter contre une épidémie.

Les dirigeants politiques des États membres de l’Union européenne ont été tétanisés par des projections mathématiques délirantes leur annonçant une hécatombe chez eux [1]. Puis, ils ont été réconfortés par les solutions toutes faites d’un puissant groupe de pression dont ils avaient rencontré les membres au Forum économique de Davos et aux Conférences sur la Sécurité de Munich [2].

Le « confinement généralisé obligatoire » a été conçu quinze ans plus tôt, au sein de l’administration Bush, non pas comme outil de santé publique, mais pour militariser la société états-unienne à l’occasion d’une attaque bioterroriste. Et c’est bien ce projet qu’il applique aujourd’hui en Europe.

Le plan initial, conçu il y a plus de vingt ans autour du patron du laboratoire pharmaceutique Gilead Science, Donald Rumsfeld, prévoyait d’adapter les États-Unis à la financiarisation globale de l’économie. Il s’agissait de réorganiser la planète en divisant géographiquement les tâches de chacun. Les zones non-encore intégrées à l’économie globale devraient être privées d’État et devenir de simples réservoirs de matières premières ; les zones développées (dont l’Union européenne, la Russie et la Chine) seraient responsables de la production ; et les États-Unis seuls assureraient l’industrie d’armement et de la police du monde.

Pour ce faire, un groupe fut créé au sein d’un think-tank, l’American Enterprise Institute, le « Projet pour un nouveau siècle américain ». Celui-ci annonça assez crûment une partie de son programme, mais une partie seulement ; celle destinée à convaincre de grands donateurs de soutenir la campagne électorale de Gorge W. Bush. Le 11-Septembre à 10 heures du matin, deux avions de ligne ayant percuté le World Trade Center à New York, le programme de « continuité du gouvernement » (CoG) fut déclaré bien que la situation ne soit pas du tout celle prévue par les textes. Le président Bush fut conduit dans une base militaire. Les membres du Congrès et leurs équipes furent emmenés dans un immense bunker à 40 kilomètres de Washington. Et le très secret Gouvernement de continuité, dont Rumsfeld faisait partie, assuma le Pouvoir jusqu’en fin de journée.

Profitant du choc émotionnel de cette journée, ce groupe fit adopter un volumineux Code antiterroriste rédigé longtemps à l’avance, l’USA Patriot Act ; créa un vaste système de surveillance intérieure, le département de la Sécurité de la Patrie (Homeland Security) ; réorienta la mission des forces armées en fonction de la division globale du travail (Doctrine Cebrowski) ; et commença la « Guerre sans fin ». C’est dans le monde qu’ils ont façonné que nous évoluons depuis deux décennies comme dans un cauchemar.

Si nous n’y prenons pas garde, le groupe actuel, dont le docteur Richard Hatchett est l’élément visible, transposera ce programme des États-Unis vers l’Union européenne. Il imposera dans la durée une application téléphonique mobile de tracking afin de surveiller nos contacts ; ruinera certaines économies pour en transférer la force de production vers des industries d’armement ; et enfin nous convaincra que la Chine est responsable de l’épidémie et doit être endiguée (Containment).

Si nous n’y prenons pas garde, l’Otan que nous avons crue en état de mort cérébrale se réorganisera. Elle s’étendra dans le Pacifique avec, pour commencer, l’adhésion de l’Australie [3].

Si nous n’y prenons pas garde, l’école sera remplacée par un enseignement de savoirs à domicile. Nos enfants deviendront des perroquets dénués d’esprit critique, sachant tout, mais ne connaissant rien.

Dans le monde nouveau que l’on prépare aux Européens de l’UE, les grands médias ne seront plus financés par l’industrie pétrolière, mais par Big Pharma. Ils nous convaincront que toutes les mesures prises ont été les bonnes. Les moteurs de recherche noteront la crédibilité des médias non-conformes au regard des titres des signataires de leurs articles et non pas de la qualité de leurs raisonnements.

Il est encore temps de réagir.

[1] « Covid-19 : Neil Ferguson, le Lyssenko libéral », Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 avril 2020.

[2] « Le Covid-19 et l’Aube rouge », Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 avril 2020.

[3] « L’Otan souhaite devenir l’Alliance atlantico-pacifique », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 10 décembre 2019.

 

Coronavirus et verrouillage de la contestation… Les questions sont-elles toujours permises ? Le dogme de la pensée unique toujours appliqué…

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, France et colonialisme, gilets jaunes, guerres hégémoniques, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 mai 2020 by Résistance 71

 


Voilà notre prooooooooojet !…

 

Coronavirus : A t’on encore le droit de s’interroger ?

 

Jean-Yves Jézéquel

 

2 mai 2020

 

Source:

https://www.mondialisation.ca/coronavirus-a-t-on-encore-le-droit-de-sinterroger/5645004

 

Il semblerait que toute pensée ne cadrant pas avec le discours de propagande des médias inféodés au pouvoir « stato-financier » – qui fait sentir en ce moment le poids des incohérences répétitives inhérentes à cette pathologie de la pensée unique, du politiquement correct et du centralisme jacobin qui va de pair en France – toute interrogation, tout bon sens, tout esprit critique, tout regard objectif posé sur la réalité qui nous entoure, seraient interdits et même condamnés par le totalitarisme qui s’est durement installé en ce pays depuis au moins les lois anti terroristes et la constitutionnalisation de « l’état d’urgence » le 20 novembre 2015.

Le choix prioritaire et habituel de la répression arbitraire, sur les plans, judiciaire comme policier, opéré par les régimes politiques successifs, depuis Sarkozy, fait de la France l’un des pays, prétendument « démocratiques », où il y a le moins de libertés publiques et privées, au monde : on n’ose même plus évoquer sa place dans la liste des pays totalitaires ni celle des accusés par la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU. (Cf., Indice de démocratie créé en 2006 : la France n’arrive même pas dans les 25 premiers pays considérés comme libres.)

J’ai l’impression que les Français ne se rendent pas vraiment compte que leurs libertés publiques ont été graduellement enterrées jusqu’au point même d’être aujourd’hui massivement « assignés à résidence » comme « des repris de justice ». La répression arbitraire des Gilets jaunes par les violences judiciaires et policières, nous avait démontré que l’étatisation jacobine, au service du « stato-financier » ayant pris le pouvoir grâce au chantage des médias inféodés, pratiquant la falsification et la manipulation, voulait bâillonner la volonté démocratique du peuple et sa revendication légitime à commander un État tenu de lui obéir, comme cela se doit dans une véritable démocratie… 

Une constante de 70% à 72% des Français (ceux qui n’avaient pas voté Macron) soutenaient le mouvement des Gilets jaunes et ce mouvement avait fait des émules sur tous les continents (relisons les informations abondantes données sur les mouvements sociaux surgis partout dans le monde) en « menaçant » ainsi la Terre entière de se transformer par cette pandémie politique malencontreuse, en une grande démocratie planétaire ! Il fallait empêcher ce « malheur » pour « l’aristocratie stato-financière » et mettre fin à cette pandémie politique en organisant une contre-offensive d’envergure.

En France, la volonté acharnée de l’étatisme jacobin au service de la caste financière était bel et bien de mater la révolte, de réprimer, dans le sang et la brutalité des condamnations judiciaires injustes assurées par une magistrature ayant perdu toute indépendance, les deux catégories sociales majoritaires en termes de nombre, celles qui viennent juste après « l’aristocratie stato-financière » et « les élites de la petite bourgeoisie des professions indépendantes ayant fait des études supérieures ». (Cf., E.Todd, « La lutte de classes en France au XXIème siècle » Seuil, 2020) 

Ces deux catégories sociales identifiées par Emmanuel Todd, le bloc central majoritaire des professions intermédiaires, les artisans et les ouvriers qualifiés, paysans et employés qualifiés et le dernier contingent, celui des plus précaires, le prolétariat des employés non qualifiés, constituaient le groupe des 70% de sympathisants avec les Gilets jaunes, les 2% supplémentaires venant s’y ajouter étant des gens de la deuxième classe sociale, celle des intellectuels. 

Puis, après un an et demi de lutte déterminée et inflexible, allant toujours plus loin dans une résistance de plus en plus forte, face à l’autoritarisme étatique, « l’aristocratie stato-financière » se rendait compte qu’elle ne pouvait pas avoir le dernier mot. Ce constat était fait partout dans le monde par ceux qui détiennent le pouvoir, « l’aristocratie stato-financière ». C’est la raison pour laquelle il lui restait concrètement l’unique option possible : celle d’un massacre ayant l’inconvénient majeur de mettre le feu aux poudres d’une guerre civile qu’elle ne pourrait pas gagner, compte tenu des leçons de l’histoire !

C’est alors que la providentielle « pandémie du coronavirus » vint à son secours, grâce au décret de l’OMS qui déclenchait un vaste plan de confinement planétaire ! Tout le monde était ipso facto « assigné à résidence » ; le problème était réglé. Personne ne pouvait plus sortir de chez soi, pas même pour faire une promenade solitaire sur une plage déserte. Au milieu des règles énoncées pour le « confinement », beaucoup d’entre elles n’avaient strictement rien à voir, de toute évidence, avec une motivation sanitaire, avec la réalité de la pandémie elle-même, au regard du bon sens, de l’objectivité, de la raison…

C’est là qu’il était interdit de se poser des questions : nous devions faire preuve de « solidarité nationale » avec le corps des soignants qu’il devenait de bon ton d’applaudir chaque soir à 20h00, puis nous devions écouter « religieusement » la litanie des morts récitée chaque soir par le préposé du ministère de la « terreur programmée ». Enfin, les efforts héroïques des hôpitaux placés en première ligne d’une « guerre » déclarée comme telle par Macron, devaient être « aidés » par notre obéissance civique, cette guerre étant destinée à écraser un « ennemi invisible », non pas le virus de la fable – même si ce dernier était réel et allait répandre son malheur dans bien des familles – mais surtout le virus de la contestation ! La télévision inféodée au système répétait sans cesse comme un « mantra », « sauvez des vies : restez chez vous ! », sous-entendu par conséquent, « celui qui ne reste pas enfermé chez lui est un criminel » ! On imagine alors la « chasse aux sorcières » détestable qui pouvait en découler…

Le ministère de la « terreur programmée » allait donc nous évoquer les Julie A., une Parisienne de 16 ans ; les Vitor, un champion de football portugais de 14 ans ; les Rachel, une jeune Belge de 12 ans ; les Francisco, un entraîneur de football amateur de 21 ans ; les Luca, un Italien de 19 ans qui “était en pleine santé”; un bébé de six semaines né dans le Connecticut…

Les exceptions devenaient soudain la norme, car là était la « réalité » qu’on voulait nous montrer, nous disant au passage, « voyez de quoi nous vous protégeons » ! La panique et l’angoisse attendues étaient au rendez-vous. Des citoyens modèles se mettaient à dénoncer ceux qui auraient l’outrecuidance de ne pas obéir aux injonctions de « l’État innocent, protecteur, providence » ; d’autres iraient même jusqu’à l’intimidation du personnel soignant lui-même au nom de la même terreur et « guerre » menée contre le virus invisible et menaçant de mort toute vie qui passerait à sa portée… 


Entre mensonges et… putain de mensonges 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au moment où j’écris ce texte, 0,25% de la population française a été touchée par la maladie, mais 99,75% de la population n’ont pas été atteints par ce virus. On peut donc se poser réellement des questions sur le ton alarmiste des médias, les comptes rendus anxiogènes, les descriptions apocalyptiques faites sans arrêt dans les médias officiels et la justification d’un « confinement » radicalisé pour échapper à la mort tout en prétextant « soulager le système de santé » d’ailleurs mis à mal par les mêmes prédateurs du capitalisme ultra libéral depuis 20 ans !

Concernant ce COVID-19, seules les personnes les plus vulnérables étaient visées, la moyenne d’âge qui a été calculée étant de 79 ans, en France : poumons affectés, asthme, système immunitaire défaillant, malades du sida, ceux dont les traitements affaiblissent les défenses, comme les patients en chimiothérapie, les personnes âgées, les diabétiques, les malades du cœur ou du foie, les personnes atteintes d’hypertension, d’une maladie des reins ou sous dialyse, également les personnes souffrant d’obésité. 83% des personnes hospitalisées dans l’hexagone en réanimation ont été des obèses.

Puisque nous nous posons des questions interdites, demandons-nous si le régime macron pouvait sciemment décréter, au nom de l’OMS, un « confinement » de masse sans savoir à l’avance que cela provoquerait une destruction massive elle aussi de toute l’économie en plaçant d’office des millions de gens supplémentaires dans une précarité absolue sans nom, dans un malheur pire que celui engendré par le COVID-19 lui-même ? Là, ce ne sont pas les 0,25% de la population qui sont impactés, mais plutôt les quatre cinquièmes de la population !

Le désastre économique est bien là sans que ce pouvoir n’ait la moindre envie d’organiser ce qui serait l’occasion de sortir de la logique capitaliste ultra libérale qui a été la cause de tous nos maux, y compris celui du COVID-19 et du « confinement » qui a des conséquences encore plus néfastes que la théorique pandémie elle-même… 

Il est clair que l’intention de « l’aristocratie stato-financière » au pouvoir, est bien celle de créer une dette telle qu’il sera désormais impossible d’en jamais sortir, pour l’immense bienfait du système bancaire à la fête. Il est évident que nous allons nous retrouver, à travers ce qui est imaginé par ces prédateurs au pouvoir, dans une dette ad vitam aeternam, car impossible à rembourser ; Notre « salut » viendra par la banque ; d’énormes capitaux seront déversés sur l’économie prise en otage, moyennant des conditions « annexes », comme celles d’une soumission encore plus grande à un système verrouillé de contrôle absolu sur les personnes. 

Enfin, « Big Brother » pouvait réaliser ce qu’il avait si ardemment rêvé : enfin voici que « Big Brother vous regarde », enfin « les brigades » de la pensée et de la conformité pourront patrouiller à travers le territoire et pourchasser les récalcitrants ou les divergents ; enfin le « ministère de la vérité » pourra proclamer que la « guerre déclarée par Macron », c’est la « paix », que notre « liberté c’est notre esclavage », que notre « ignorance volontaire c’est la force » du pays tout entier ! (Cf., G.Orwell, 1984) Enfin, il n’y aura plus que les citoyens soumis d’un côté et les « conspirateurs » coupables de l’autre

Ce chef-d’œuvre du manichéisme est celui de la caste de « l’aristocratie stato-financière » qui s’est emparée illégalement du pouvoir, depuis au moins le 20 septembre 1992, lorsque nous avons accepté par référendum le traité de Maastricht, célébrant notre entrée dans l’euro, puis répétitivement depuis cette époque à travers les présidentielles qui sont venues confirmer cette décision malheureuse, comme on l’a expliqué dans un article du 8 mai 2017 (Élections présidentielles en France. Falsification, mensonges, trahison : colère !, Mondialisation.ca).

Le référendum du 29 mai 2005, disant « non » à cette catastrophe ne serait pas respecté et l’avis du peuple ne compterait plus en rien à partir de ce moment-là. La dictature de l’UE était alors scellée et nous avions perdu toute souveraineté. Ce qui arrive donc aujourd’hui est la suite logique de cette tromperie historique.

Mais, dans de telles conditions, la résistance s’organise toujours et le projet des prédateurs allait s’en trouver bien vite contrarié. 

Alors il fallait impérativement clouer le bec de ce Pr. Didier Raoult qui venait là comme un cheveu sur la soupe proposer son traitement « bon marché », ne faisant pas l’affaire de « l’aristocratie stato-financière » au pouvoir. Tout à coup, le médicament « coupable » de troubler la fête des lobbies de l’industrie pharmaceutique allait être interdit, il était même déjà déclaré « préventivement », par Agnès Buzyn, comme faisant partie des « poisons » depuis janvier 2020, comme si les médicaments de la pharmacopée allopathique n’étaient pas tous des poisons ! Pourtant la molécule de base de ce traitement avait rendu de loyaux et bons services à l’humanité depuis les années 1940 !  Les médecins eux-mêmes, traités comme des enfants, ne seraient pas autorisés à le prescrire, sous prétexte bidon que les « essais randomisés » n’avaient pas été faits… Enfin, la comédie pathétique que tout le monde connaît désormais, tellement elle nous a sidérés !

Dans l’Union Européenne, les Espagnols et les Italiens allaient au final adopter un traitement proche ou identique au protocole du Pr Raoult interdit en France et ils allaient déclarer qu’à partir du moment où ce protocole avait été adopté, les hospitalisations avaient massivement diminué. Ce fut encore le cas pour bien d’autres populations dans le monde, mais il est bien connu que « nul n’est prophète en son pays » ! Pourtant, une fuite d’information nous a permis d’apprendre que l’armée française s’était dotée d’hydroxychloroquine et d’azithromycine achetées en Chine pour soigner ses troupes et constituer une réserve opérationnelle en cas de besoin ! 

Voilà une autre question que l’on est en droit de se poser : au nom de quoi le protocole du Professeur Raoult peut-il donc être formellement interdit en France ? 

Nous avons entendu tous les argumentaires possibles et imaginables sur les télévisions inféodées du système, avec la même rengaine déconcertante d’une absence de bon sens. Disons-le tout de même, un très grand nombre de médecins se sont passés de l’avis des « experts » du Gouvernements qui donnaient la forte impression de n’avoir plus pratiqué la médecine de terrain depuis 20 ou 30 ans !

Que peut imaginer dès lors le citoyen ordinaire, concernant ces charlatans de la politique qui prétendent diriger le pays ?

De plus, on apprend peu à peu, par bribes d’une timidité quasi gênée aux entournures, que les essais « prestigieux », « randomisés » du Test Européen Discovery, n’auraient pas été concluants et qu’ils auraient même été carrément « décevants » ! Il faut citer ici le nom de Karine Lacombe qui doit rester dans toutes les mémoires et être associé désormais en même temps que devenir synonyme à lui tout seul d’un nouveau «malleus maleficarum» de la médecine inquisition contre la médecine de terrain au service des personnes malades !

Le « Panoramix » de Marseille étant si populaire auprès des « Gaulois réfractaires », la macronie au pouvoir, armée de tous ses a priori, pousserait donc « l’Ordre des médecins » à sanctionner le « druide » tenant tête au « César » du nouvel empire désireux de « soumettre » toute la Terre à sa loi de domination et de profit comme d’un règne sans partage… Mais, bien vite, l’Ordre des médecins aurait d’autres chats à fouetter, grâce à l’intervention inopinée de la Cour des Comptes s’étant penchée sur son cas…

Alors, nous avons été nombreux à nous poser des questions et nous continuons à nous poser les questions qui interpellent toute intelligence naturelle, comme le bon sens. Je renvoie le lecteur à l’article du docteur Pascal Sacré : Opération COVID-19: Tester le degré de soumission des peuples. Activation de nos interrupteurs de paranoïa, Mondialisation.ca, le 26 avril 2020.

Je renvoie encore le lecteur à l’écoute du « Coup de gueule du philosophe André Comte-Sponville sur l’après-confinement », France Inter du 14 avril 2020 à 17h10.

Comment peut-on raisonnablement comprendre un « confinement » radicalisé assorti d’une répression disproportionnée par une police aveugle, ne pratiquant aucun discernement, ne comprenant rien à la réalité des règles de la vie qui demeurent supérieures à celles dictées par une aristocratie stato-financière, illégitime de surcroît, et parfaitement criminelle ?

Pourquoi cette stratégie de la terreur, de la peur, de l’angoisse, de la tétanie mentale ? Quel genre de société peut naître d’une telle idéologie de la peur ?

Pourquoi cette mafia étatique a-t-elle organisé mondialement le massacre de l’économie, puisque rien n’est pensé à cette occasion pour sortir du capitalisme qui était le problème à résoudre ? Pourquoi a-t-elle organisé la précarisation forcée de millions de personnes, la pauvreté absolue et la faim qui va redevenir une réalité de la société moderne du XXIème siècle ? Pourquoi a-t-elle organisé le massacre ? Quelle est donc la suite du programme, si ce n’est pas la mise en place d’un système de contrôle permanent verrouillé grâce à un chantage devenu aisé, pesant désormais sur chaque individu prié de se soumettre à une surveillance de chaque instant au nom de la légitimité à survivre en ce monde « Big Brotherisé » ?  

Avons-nous encore le droit de nous poser toutes ces questions ?

= = =

Notre page « CORONAVIRUS, guerre contre l’humanité »

Dossier spécial PDF sur le CoV19 « Caroline du Nord »

Notre dossier « dictature technotronique »

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Coin lecture spécial confinement coronavirus 7ème fournée : Nos 5 articles les plus lus sur l’affaire CoV19

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, documentaire, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 mai 2020 by Résistance 71

 

 

Résistance 71

 

3 mai 2020

 

1ère fournée

2ème fournée

3ème fournée

4ème fournée

5ème fournée

6ème fournée

Notre dossier « Coin lecture spécial confinement coronavirus »

 

Ci-dessous nos 5 articles les plus lus sur le CoV19 / SRAS-COV-2 « Caroline du Nord », deux articles originaux et trois traductions :

1- « L’oligarchie lance une guerre biologique ouverte contre l’humanité »

2- « Nous y sommes.. La loi martiale médicale de contrôle des populations est en vigueur

3- « Le CoV19 créé dans un laboratoire de l’université de Caroline du Nord avec les subventions de la CIA et de l’USAID… »

4- « Coronavirus : prédictions sur ce qui arrivera ensuite dans la crise »

5- « Coronavirus : La « bidasserie » sportive yankee amène la virus à Wuhan en octobre 2019″

Nous rajouterons ici l’excellente compilation PDF faite par Jo sur toute cette affaire:

Dossier_special_CoV19_ingenierie_sociale_et_dictature_technotronique

Et notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité »

A (re)lire et diffuser sans aucune modération…

Bonne lecture !

Mise à jour de 3 mai 2020: Le gouvernement japonais va relâcher dès jeudi prochain les mesures de confinement et de « distanciations sociales » afin de relâcher la pression sur le public et de relancer l’activité économique du pays. Le plan s’appliquera à tout le pays, y compris les préfectures les plus affectées par le virus CoV19 comme Tokyo, Osaka, Fukuoka et quelques autres et verra bon nombre de services publics rouvrir ainsi que les musées, théâtres, écoles etc… Il sera néanmoins toujours déconseillé de voyager à travers le Japon d’une préfecture à une autre. (Source: Japan Times de 3/5/20)

Ceci ne fait que renforcer le message du dessin ci-dessous…

 


Dès le 11 mai… Le jaune sera mis