Archive pour chine city de londres

Dans l’ombre du G20 de Pékin, le couple Chine-Israël pour la valse à plein temps du Nouvel Ordre Mondial…

Posted in actualité, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 4 septembre 2016 by Résistance 71

« Aux alentours de l’année 2000, la Chine communiste sera une ‘super-puissance’ construite par la technologie et la technique américaine. »
~ Antony C. Sutton, 1984 ~

« Durant la seconde guerre mondiale, ‘Yale in China’ fut essentiellement un instrument utilisé par l’establishment américain et son Bureau des Services Stratégiques (OSS, qui devint la CIA par la suite) pour installer les maoïstes au pouvoir. »

« Yale in China fut géré par l’agent de l’OSS  Reuben Holden, le mari de la cousine de George Herbert Bush, aussi membre de la secte Skull and Bones. Les maoïstes ont fait de la Chine le plus gros producteur d’opium au monde. »

=*=

« Chaque partie du monde aura une spécialité et deviendra ainsi inter-dépendante. Les Etats-Unis demeureront un centre agricole, de haute technologie, de communications et d’éducation, mais l’industrie lourde sera délocalisée. »
~ Dr Richard Day directeur de la Planned Parenthood de Rockefeller, le 20 mars 1969 ~

 

Le duo complice Chine et Israel dominera le monde avec les USA




 

Source anonyme

 

4 septembre 2026

 

En 2016, La Chine vend des drônes intelligents tueurs à l’Arabie Saoudite :

« La Chine et l’Arabie saoudite ont signé un accord sur la vente des drones chinois Wing Loong, au grand dam de Washington.
Selon le quotidien chinois Global Times, le royaume saoudien est devenu le premier pays arabe à obtenir ce type de drone, développé par la société chinoise Chengdu Aircraft Industry Group.
Le journal arabe Al-Watan souligne que ce type de drone peut transporter deux missiles air-sol, et que c’est un outil efficace pour le renseignement et pour la surveillance.
Le site Quwa attire l’attention sur le fait que le Wing Loong (Pterodactyl selon la classification US) est doté d’armes intelligentes, en particulier, capables de transporter des missiles et des bombes guidées par laser. »

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/defense/201609021027586826-arabie-saoudite-drones-chinois/




La Chine s’est forcée une place parmi les rois du monde en investissant massivement dans la Super Haute Technologie en Israel depuis 2012, l’année du Dragon et en surpassant même les investissements des USA depuis cette année.

article publié en 2014 :

«  la Chine investit plus depuis 2 ans en Israel que les USA »

http://www.algemeiner.com/2014/10/14/china-investment-in-israel-said-surpassing-u-s-but-some-worry-about-strategic-interests/

Donc 2 ans, avant 2014, soit depuis 2012, les investissements de la Chine en Israel étaient déjà plus grands que ceux des USA.
La Chine signe son alliance avec Israel l’année du Dragon en 2012, le 21 février ( et non ce n’est pas le 21 décembre!), le signe astrologique le plus puissant.

Citation : 

«Elle pense que la coopération sino-israélienne portera plus ses friots et aura du succès dans l’année du dragon.”

http://il.china-embassy.org/eng/zygx/kjjl/t909220.htm

C’est d’ailleurs pour cela que les sociétés secrètes en Chine, sont s’appellent toutes Dragons : société des Dragons Blancs, société des Dragons Rouges, société des Dragons Noirs, etc.

Citation : 
« Les PDG de l’industrie des télécom, ainsi que des entreprises d’investissements à risque et d’entreprises hi-tech globales se sont rassemblés et ont discuté de problèmes communs au sujet des télécommunications, de la haute technologie et des marchees. Ce fut la première fois que l’ambassadeur chinois fut invité et conduisit des “pourparlers face à face” au sujet de la Chine. La salle de réunion était pleine, plus de 200 leaders israéliens du mondes des affaires et de l’industrie étaient présents. Ils ont eu une riche discussion sur des sujets d’intérêts généraux du secteur israélien de l’indistrie et des affaires, comme par exemple “la compréhension et l’évaluation de l’ambassadeur de Chine en Israël”, “les relations sino-israéliennes passées, présentes et futures”, “les similarités entre le peuple chinois et le peuple juif”

http://il.china-embassy.org/eng/zygx/kjjl/t909220.htm

“Un bon crédit est crucial parce que le peuple chinois a une bonne mémoire à l’instar du peuple juif.”

http://il.china-embassy.org/eng/zygx/kjjl/t909220.htm

”Je pense qu’Israël pourrait attirer plus d’investissements chinois, d’hommes d’affaire, de touristes et d’étudiants”, a dit l’ambassadeur chinois Gao.

http://il.china-embassy.org/eng/zygx/kjjl/t909220.htm

Israel a choisi la Chine, car c’est un des pays permanents au conseil de sécurité à l’ONU ce sera d’ailleurs bientôt le seul à l’être, puisque le seul à avoir un droit de veto à l’ONU, tandis que les autres perdront leurs individualités dans les associations de nations, appelés « régions »

citation : “L’ambassadeur Gao a insisté sur ce que la Chine, en tant que membre permanent du CS de l’ONU, qu’Israël possède beaucoup d’opportunités en Chine. Les entreprises israéliennes sont connues pour leur haute-tecnhnologie et leur inovation, tandis que les entreprises chinoises jouissent d’un énorme marché et de riches ressources humaines bien éduquées. Les entreprises israéliennes ont bien des opportunités et un riche futur avec la Chine avec des avantages en complémentarité et une plus forte collaboration entre Israël et les entreprises chinoises.”

http://il.china-embassy.org/eng/zygx/kjjl/t909220.htm

Les USA et la Chine sont donc les 2 plus grands investisseurs d’Israel et à bénéficier de sa technologie.
La Chine veut utiliser Israel pour vaincre l’hégémonie des USA
: “Les Etats-Unis accusent Israël de partager la technologie américaine des missiles “Patriot” avec la Chine en violation des accords américano-israéliens interdisant une telle diversion.” Malgré les rapports précédents, la franchise de l’évaluation de la CIA a totalement surpris les spévialistes du Congrès et apparaît refléter une forte préoccupation au sein des experts en renseignement américains que la Chine cherche à utiliser indirectement Israël pour obtenie une technologie que les Etats-Unis et d’autres nations occidentales ont refusé de vendre à la Chine.” (Note de R71: Tout çà pour quoi ?… La technologie des missiles “patriot” américains est complètement dépassée. Elle fait partie du système du “dôme de fer” israélien qui est supposé arrêté toute attaque de missile contre l’état sioniste, mais qui est incapable de détruire des roquettes et missiles de 1ère et seconde générations en possession du Hamas et du Hezbollah…)

http://www.nytimes.com/1993/10/12/world/israel-selling-china-military-technology-cia-chief-asserts.html

La Chine a créé un centre de recherche scientifique de robots en Israel de 20 millions de dollars en 2015.

En résumé, La Chine investit sans cesse des millions en Israel, Israel, invente et crée la High Tech (robots soldats, robots policiers, robots d’usine, ville intelligente, logiciels d’espionnage, mobiles) , et ensuite la Chine copie la High Tech d’Israel et la reproduit en masse.


Ainsi Le Duo de choc Israel-Chine gouverne le monde.

Le premier “Sommet de Technologie, d’inovation et d’investissement Chine-Israël” s’est déroulé à Pékin du 4 au 6 janvier 2016. Le sommet avait pour thème des zones différentes avec des délégués représentant des entreprises pilotes dans les domaines des villes intelligentes, de l’internet, de la téléphonie mobile, de la robotique et bien plus. Des pontes exécutifs et décideurs des entreprises haute-technologie israéliennes ont participé aux côtés de maisons d’investissement chinoises très connues, d’investisseurs privés et de conglomérats, tous recherchant des opportunités de partenariat.

http://itrade.gov.il/hongkong/2015/10/29/invitation-the-first-china-israel-technology-innovation-and-investment-summit-4th-6th-jan-2016-in-beijing-china/

Li Ka-Shing l’homme le plus riche d’Asie et de Chine investit des millions dans les instituts de recherche d’informatiques, de robotique, et de sciences d’Israel et crée des programmes communs entre la Chine et Israel pour inviter les industries de technologie d’Israel à faire leurs recherches en Chine et à accroître la puissance de technologie de la Chine.
Pour le milliardaire chinois Li Ka Shing la collaboration de la Chine et Israel est indispensable et leur permet de former un couple imbattable et de défier toute concurrence:

« Cette collaboration combines la start-up nation (Israel) avec la nation d’opportunités sans fin (la copy-cat nation la Chine) » déclare Li Ka Shing

Source:

http://www.bloomberg.com/news/articles/2013-09-29/billionaire-li-ka-shing-to-fund-israel-china-academic-venture

Les entreprises China Vanke, Siasun, Guangzhou Funds, vont créer SIRI Robotics R&D Center en Israël. Le président du Conseil Economique National et de la Task Force Israel-Chine, le professeur Eugene Kandel, a commenté plus tôt cette année à la conférence de coopération Chine-Israël:

“Le développement de relations de commerce, de recherche et de développement ainsi que des investisseemnts communs bilatéraux contribueront à la croissance économique des deux pays. Des liens entre Israël et la Chine, leurs entreprises, encouragés et soutenus par les deux gouvernements, est d’une importance décisive pour Israël à une époque où l’économie mondiale dans sa totalité est en train de bouger vers l’Est.

En septembre, les deux pays ont signé un accord pour établir le Sino-Israeli Robotics Institute (SIRI), la pièce centrale d’un nouveau parc industriel de 2 milliard de dollars à Guangzhou, qui sera dédié à amener à la vie la recherche en robotique faite par les chercheurs isréliens et chinois, le but de cet évènement étant d’établir un centre Chinese Robotics R&D en Israël au moyen d’un très important investissement de 20 millions de dollars.

La Chine est la 4ème cible d’exportation d’Israël au monde et sa plus importante en Asie. Sous les nouveaux accords signés la semaine dernière, la technologie et les robots seront développés et prefectionnés par des chercheurs israéliens et chinois en Israël et seront produits en masse en Chine.

“Cet accord est une grande première pour l’industrie de la robotique israélienne”, a dit le professeur Zvi Shiller, président de l’Israeli Robotics Association. “Le lien direct qui s’ouvre et ouvre le marché chinois au travers de SIRI et de R&D investment par des entreprises importantes chinoises, vont renforcer la position d’Israël en tant que leader mondial dans l’industrie de la robotique.”

http://www.exithub.com/china-vanke-siasun-guangzhou-funds-to-create-siri-robotics-rd-center-in-israel/

Li Ka Shing investit 130 millions pour permettre à Israel d’ installer un institut de recherche scientifique dans sa province natale de Guangdong en partenariat avec l’Université Shantou en Chine.

http://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1320951/li-ka-shing-bets-israeli-science-institute-build-new-technology

La CIA dit que la Chine a acquis de la haute technologie militaire d’Israël sur des programmes d’avions de combat, de missiles air-air et de chars d’assaut. L’agence a dit que la vente de la technologie militaire israélienne à la Chine “porte sur plusieurs milliards de dollars.”

Israël a continué de partager sa technologie militaire avec les Chinois. “Bâtissant sur une longue histoire de proches relations dans l’industrie de la défense, incluant une aide sur la prochaine génération d’avions de combat chinois, de missiles air-air et de programmes de chars d’assaut ainsi que l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays en 1992, la Chine et Israël apparaissent avancer dans la formalisation et le développement de leur coopération technique militaire,” a dit Mr Woolsey.

Expliquant son évaluation, l’agence a noté que Pékin et Tel Aviv ont récemment signé un accord de coopération de partage technologique dans un certain nombre de domaines, incluant l’électronique et les programmes spatiaux. Le premier ministre israélien Yitzak Rabin a visité Pékin aujourd’hui pour discuter de plus larges relations entre la Chine et Israël. De plus, un nombre croissant de firmes militaires israéliennes ont aussi ouvert des bureaux en Chine pour vendre leurs produits. “Pékin espère probablement ponctionner l’expertise israélienne pour une coopération en technologie militaire, comme pour des usines de chars d’assaut et des systèmes de radar embarqués, que les Chinois auraient quelques difficultés à produire par eux-même.” A dit l’agence.

Pression à venir du Congrès des Etats-Unis:

http://www.nytimes.com/1993/10/12/world/israel-selling-china-military-technology-cia-chief-asserts.html

La Chine investit 300 millions de dollars dans les entreprises de recherche Israéliennes sur les villes intelligentes.

Le géant de la technologie chinois Kuang-Chi contrôle la technologie israélienne pour construire des villes intelligentes en Chine. Kuang-Chi, un conglomérat de la haute technologie chinoise basé à Shenzen, a récemment lancé un fond d’investissemet de 300 millions de dollars à Tel Aviv afin de ponctionner le savoir-faire du pays sur les villes intelligentes, d’après le fondateur de l’entreprise Ruopeng Liu.

“Kuang-Chi est la première entreprise chinoise de VC et d’incubateur qui utilise les capacités du marché israélien avec la vente, distribution, marketing et développement technologique en Chine”, a dit Dorian Barak, associé de la firme Indigo Global, associé de Kuang-Chi dans la vision de Liu sur Israel Based, il y a à cet égard pas mal d’entreprises israéliennes qui pouraient remplir ces fonctions.. “Nous observons la robotique, l’aéronautique et à tout ce qui peut mieux faire comprendre aux machines le comportement humain,” a dit Liu. Kuang-Chi est aussi à la recherche d’opportunités d’investissement dans le domaine de la réalité virtuelle.

Question de R71: Pour quoi faire ? Pourquoi “tout ce qui peut faire comprendre aux machines le comportement humain” ? Pour que les machines nous contrôlent ? Pour faire patrouiller les rues par des robots et drones version “Terminator” en minimisant les bavures ? Sont-ils en train de nous construire le goulag haute-technologie de demain ? Non, non. Venant de la Chine et d’Israël… ce doit sûrement être pour que les machines nous demandent, sans nous offusquer et en s’excusant de nous demander pardon, si elles peuvent faire la vaisselle sans nous déranger… Demandez aux Palestiniens, ils confirmeront sans aucun doute…

https://techcrunch.com/2016/05/09/chinese-tech-giant-kuang-chi-harnesses-israeli-tech-to-build-smart-cities-in-china/



Chemchina la plus grosse multinationale de Chine qui a acheté Syngenta le monstre équivalent de Monsanto

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201602081021580142-chine-nourriture-syngenta/

investit en Israel :



Les Chinois ont investi 3 milliards de dollars dans des entreprises israéliennes à ce jour. Le plus gros investissement fut de 1,4 milliard pour l’acquisition de 60% de MA Industries, le plus gros fabriquant mondial de produits chimiques génériques de protection des cultures agricoles, par Chemical China (ChemChina) à la fin de 2011. “Depuis 2010, nous avons vu les premiers investissements importants chinois dans la véritable économie en Israël, dans des industries traditionnelles comme MA Industries et aussi dans le secteur de haute-technologie, dans la biotechnologie et l’agro-technologie,” a dit le ministre des finances Yuval Steinitz à l’agence de presse Reuters.

http://www.itweb.co.za/index.php?option=com_content&view=article&id=6087

Publicités

La sortie du placard de l’empire chinois en devenir…

Posted in actualité, altermondialisme, économie, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 juillet 2016 by Résistance 71

« Nous pensons que le marché du Renminbi est voué à devenir une des plus grands marchés de capitaux au monde, soutenant des liens commerciaux plus forts entre les pays et une croissance économique positive.

[…] Ceci est une action signifiante entreprise afin daider à construire de plus fortes relations entre la Chine, la Colombie Britannique et le Canada, Entrer dans le marché CNH (renminbi) démontre notre motivation envers une relation ayant des bénéfices mutuels et est une étape naturelle pour l’expansion et la fondation de relations plus profondes avec la Chine…”

~ Michael de Jong, ministre des finances de la province de Colombie Britannique, Canada ~

 Questions: tout çà est concocté depuis les burlingues feutrés des grands groupes financiers et industriels qui ont acheté de part et d’autre les politiques depuis belle lurette, mais cela se fait au détriment de qui ? Qui est et demeurera le grand perdant de toute cette salade coloniale remaniée à la sauce sichuan ?…

 

L’empire chinois en devenir sort du placard

 

Résistance 71

 

25 juillet 2016

 

En fait, il ne sort pas de lui-même du placard, il préfère la discrétion et le secret, mais on le sort du placard, avec une aide russe puisque des informations sortent maintenant de manière régulière en provenance de ces médias. Veulent-ils nous faire comprendre quelque chose ?

Les avancées de la Chine pour les ressources naturelles sur le continent africain sont connues et bien recensées, mais qu’en est-il de l’Europe, des Etats-Unis, du Canada ? Jetons-y un œil qu’on espère averti si vous le voulez bien…

Des enquêtes en cours actuellement en Colombie Britannique (CB) sont en train d’accumuler des preuves de la collusion des institutions provinciales et fédérales canadiennes avec des entreprises chinoises investissant au Canada et en CB en particulier et qui seraient directement liées avec la continuelle disparition non seulement de femmes autochtones attachées aux clans des mères traditionnelles et traditionnnellement gardiennes de la terre, mais aussi de famille entière et ce depuis déjà de nombreuses années.

Le devant de la scène de la continuation moderne du génocide contre les peuples indigènes du Canada entrepris par la première génération coloniale européenne chrétienne dès le XVIIème siècle, est occupée par les accords commerciaux entre la Chine et les gouvernements provinciaux et fédéral du Canada (il en va de même aux Etats-Unis où les investissements chinois ont plus que doublé depuis 2013, source Huffington Post). La Chine investit lourdement par le truchement de sa China Investment Corporation ou CIC, créée en 2007, entreprise d’état (marxiste n’oubliez pas !,…) aux nets revenus de 93 milliards de dollars par an et qui gère un portefeuille d’investissement mondial de plus de 750 milliards de dollars. La CIC est devenue la maison-mère de la Central Huijin Investment Ltd, également une entreprise d’état (marxiste) qui a ouvert son premier bureau à l’étranger en 2011 à … Toronto. Si cela n’est pas du ciblage, qu’est-ce que c’est ? Le Canada étant le second pays du monde par la superficie après la Russie et dépositaire d’énormes richesses en matières premières et ressources naturelles de l’eau au bois en passant par l’or, le gaz, le pétrole, le charbon, le poisson et les minerais de toutes sortes, l’essentiel de ces ressources se situant en territoires aborigènes bien évidemment.

En Colombie Britannique et à titre d’exemple, d’inombrables investissements chinois sont effectués dans l’immobilier, le foncier, l’énergie, l’exploitation minière et forestière, l’hydraulique, l’énergie, notons que les investissements de la China Mining Association (CMA) sont en hausses drastiques et que la Chine exporte même maintenant ses propres mineurs (pourquoi payer plus cher au Canada, des mineurs canadiens alors qu’ont peut faire bosser les “esclaves” du système chinois pour 10 fois moins cher, des gars qui en plus ne se plaindront pas de conditions de sécurité et de pollution déplorables affectant potentiellement leur santé, leur vie et l’environnement…).

La compagnie pétrolière d’état chinoise CNOOC a acheté de grosses parts de Nexen Energy. Minmetal a acheté plus de 20% de SAMA Resources, une entreprise minière de Vancouver et en 2015, le Zhang Ya Group Hebei Canada-China a acheté la ville minière abandonnée de Bradian, toujours en CB, pour 840 millions de dollars…

Pour la seule année de 2012, La RPC a investi plus de 25 milliards de dollars au Canada.

Qu’en est-il de l’Europe ?

D’après des sources russes, publiées sur sputnik.fr voici à titre d’exemples marquants ce que la Chine a acquis sur le continent depuis 2015:

  • Aéroport de Toulouse-Blagnac, France
  • Club Med, France
  • Louvre Hotels Group, France
  • Accor Hotels Group, France
  • Hôtel Marriott Champs-Elysées, France
  • Pirelli, Italie
  • Athletico de Madrid, Espagne
  • Infront-Sport & Média, Suisse
  • Le #2 des OGM, Syngenta, Suisse
  • Weetabix, GB
  • House of Fraser, GB
  • Automobile MG-Rover, GB
  • Manganese Bronze Holdings, GB
  • Aéroprt d’Heathrow, Londres, GB
  • Juillet 2016: un consortium d’investissement chinois rachète le logiciel navigateur web Opera Software (Norvège) pour 540 millions d’Euros. Opera est utilisé par plus de 400 millions d’internautes dans le monde…

Ces derniers jours, la Bank for Asian Infrastructures Investment (BAII) fait reparler d’elle. Cette nouvelle banque créée à Shanghaï en 2015 devient le nouveau havre pour la haute finance internationale, qui semble y fuiter ses capitaux (non toxiques) pour les protéger de l’effondrement programmé à venir. Un effondrement financier et économique qui fera ressembler la crise de 1929 et des années 1930 à un pique-nique aux jardins des plantes…

Le 2 avril 2015, nous avions publié ceci concernant la BAII:

https://resistance71.wordpress.com/2015/04/02/nouvel-ordre-mondial-questions-sur-la-nouvelle-banque-asiatique-dinfrastructure-et-dinvestissement/

Dans cet article, nous émettions l’hypothèse que la BAII chinoise était la nouvelle banque pour le Nouvel Ordre Mondial. Dans cet article nous expliquions également la position de la Chine et pourquoi elle est partie prenante du Nouvel Ordre Mondial. Un article on ne peut plus d’actualité aujourd’hui que nous vous proposons de (re)découvrir en cliquant sur le lien ci-dessus.

Depuis l’an dernier, les preuves s’accumulent pointant dans la direction de la Chine comme étant un rouage essentiel de l’ordre totalitaire émergeant du chaos à venir. L’élite de la haute finance et des cartels industriels monopolistes (souvent les mêmes personnes) sont en train d’opérer de derrière le rideau de fumée d’une soi-disante “tension” géopolitique en Asie avec la Chine, un repositionnement stratégique incorporant la Chine, en fait son élite ultra-capitaliste du politburo et d’ailleurs. L’empire anglo-américain, ce bernard l’ermite à l’étroit dans sa coquille, est en train d’en changer et de fusionner dans la coquille fraîche et plus spacieuse de l’empire chinois naissant… Les globalistes, depuis la normalisation des relations entre Pékin et Washington dans les années 1971-73 à l’initiative de David Rockefeller via son protégé Henry Kissinger et l’administration Nixon, ont pris la Chine communiste totalitaire comme modèle de contrôle pour leur Nouvel Ordre Mondial, depuis lors, ils ne font que pousser leurs pions dans cette direction.

Si nous laissons faire tout çà, nous ne sommes pas sortis de l’auberge… Il court il court le goulag…

En parallèle à ce que nous disons ici, nous encourageons les lecteurs à lire cet article que nous avions traduit et publié le 21 décembre 2015 au sujet d’un nouveau “système de crédit social” mis en place par la Chine pour toujours mieux contrôler les populations ; au-delà de l’article qui en soit vaut d’être lu, nous attirons l’attention sur les commentaires et un débat/info engagé au sujet de la position de la Chine sur les OGM, surtout depuis qu’il a été rendu public, comme nous l’avons dit ci-dessus, que la Chine a racheté le #2 des OGM, Syngenta (Suisse).

Se greffe là-dessus une attitude pour le moins ambigüe de la Russie, pourtant anti-OGM déclarée puisqu’ils sont interdits sur son territoire ; quand on parle du Nouvel Ordre Mondial, il devient de plus en plus difficile de la cadrer sous l’emprise de l’empire anglo-saxon tant il semble de plus en plus évident que le glissement oligarchique vers la Chine s’est opéré depuis quelques temps.

A lire ici:

https://resistance71.wordpress.com/2015/12/24/nouvel-ordre-mondial-le-modele-chinois-pour-un-systeme-de-credit-social/

A (re)lire aussi ces deux articles que nous avions publiés en 2010…

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/25/que-faire-la-marche-vers-la-tyrannie-globale-comment-sen-sortir/

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/26/elite-globaliste-eugenisme-et-controle-des-populations/

Le colonialisme nouveau est arrivé… La vente des terres volées canadiennes par les colons et leurs sbires à leurs remplaçants chinois…

Posted in actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, chine colonialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 18 juillet 2016 by Résistance 71

Canada Caïman

 

Mohawk Nation News

 

14 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/07/14/cayman-canada/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Canada est en train de remettre des ports sis sur des terres autochtones à des entreprises/corporations étrangères qu’il met en place lui-même. Ils garderont nos droits d’exemption de taxes pour le bénéfice de leurs étrangers. Les corporations vont échouer et les banquiers vont saisir tous les ports du Canada. Les Chinois ont déjà essayé d’acheter des îles kanion’ke:haka/Mohawk sur le fleuve St Laurent pour des centres de fabrication et de distribution et pour héberger leur population. Cette invasion a été stoppée par les Onkwe’honweh (autochtones) d’Akwesasne.

Le Canada a bien des restitutions de terres à faire aux Iroquois/Rotino’shonni, notamment pour des territoires connus sous le nom des “mille îles” et en particulier des îles entre Akwasasne et Kahnawake, plus la côte nord de kaniatarawano’onweh, (St Laurent), incluant la ville de Cornwall. Le Canada offre 240 millions de dollars pour que nous rachetions cette terre aux colons blancs, s’ils acceptaient de nous revendre nos propres terres ! Ils veulent que utilisions le système monétaire imposé par les banquiers pour que nous rachetions les terres qu’ils nous ont volées au préalable, comme la Seigneurie, Kanekota et bien d’autres.

Un accord secret a été signé le 15 avril 2016 pour créer une entreprise commune entre la ville de Cornwall et le Conseil Mohawk d’Akwasasne Inc qui nous est illégalement imposé par le gouvernement colonial. (NdT: par la loi sur les Indiens ou Indian Act mis à jour en 1923) Les deux parties sont toutes deux des sous-ensembles de l’entreprise Canada. Elles violent les instructions originales données à Onkwe’hon;weh à savoir que la terre ne peut pas être abandonnée ou les terres vendues car elles appartiennent aux générations futures.

Les signataires sont: Abram Benedict et Heather Philips, en violation totale de Kaiane’re:kowa et des nombreux accords toujours valides mais jamais honorés, ces personnes représentant de Conseil de Bande Mohawk Inc et Lesley O’Shaughnessy et Helen Finn pour la ville de Cornwall Inc. Le Canada était représenté par l’ex-astronaute et ministre des transports Marc Garneau. Cet accord bidon implique de grandes portions de terres ayant un accès direct à l’eau et aux voies navigables, incluant des installations portuaires sur kaniatarawano’onweh [St. Lawence River]. Les communautés kanion’ke:haka [Mohawk] de Kanien:keh n’ont jamais été informées ni consultées. Tekentiokwanhoxta est le cercle des 49 familles et nos amis et alliés au travers de l’Île de la Grande Tortue (Amérique du Nord), il préside sur toute notre terre. Nous devons tous être totalement informés de ce qui se passe et consentir unanimement sur tous sujets surtout ceux ayant trait à la terre et à l’eau sur nos territoires.

Lisez l’accord scélérat ici.  MCA- Cornwall July 2016

Nous n’avons jamais été vaincus au cours de qelque guerre que ce soit (NdT: les colons ne peuvent en aucun cas clâmer une victoire militaire et donc une “conquête” des territoires Rotino’shonni / Iroquois…), nous n’avons jamais vendu notre terre. Le candidat à la présidentielle américaine Donald Trump déteste Onkwe’hon:weh à cause de son échec du racket des casinos à travers les USA. Il menace de court-circuiter la loi en exerçant la notion de “domaine éminent” contre les INDIENS en les expropriant de notre terre et ce à ses seules fins. Il dit ouvertement que “les Indiens ne sont pas souverains”…

Trump a visité récemment le Pow Wow de Kahnawakeh ainsi un de nos hommes médecine a pu soigner un problème récurrent de dos qu’il avait. Notre chaman l’a fait. Trump a ensuite appelé les ouvriers du fer Mohawk de New York (NdT: les ouvriers spécialisés travaillant à la pose des poutrelles d’acier sur les gratte-ciels en construction…) en leur hurlant: “Vous n’êtes rien d’autres qu’une clique d’ouvriers trop bien payés !”.

Tout le peuple de l’île de la Grande Tortue a une relation liant tout le monde remontant à des milliers d’années entre tous nos peuples. Nous les appelons maintenant pour qu’ils renouvellent ces liens entre nous. On a remis aux calendes grecques la fin des conseillers de bande à la solde de l’état colon il y a plus de 30 ans ! Il est grand temps que nous remettions ce problème au goût du jour et que nous le gérions une bonne fois pour toute.

Brexit… L’allégorie du Bernard-L’ermite

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 juillet 2016 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

6 juillet 2016

 

A lire sur ce sujet: “La nouvelle politique étrangère britannique”

En savoir plus sur la City de Londres et ses deux villes-états sœurs

 

Toute la mascarade durant et après le referendum britannique sur la sortie ou pas de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne se décante et nous commençons à apercevoir plus clairement la structure mise en place par l’oligarchie.

La vaste majorité des “experts” de la pressetituée pose la question de savoir si la haute finance de la City de Londres (la véritable “couronne” possédante, coloniale et dominatrice régit par la Banque d’Angleterre/Vatican sous contrôle de la famille Rothschild) n’aurait pas par “hasard” anticipé le Brexit pour se repositionner sur les marchés… Poser cette question relève soit de l’ignorance la plus crasse, soit de la complicité dans l’enfumage des opinions publiques pour couvrir le dessous des cartes de cette affaire.

Il faut toujours avoir à l’esprit que rien, et nous disons bien RIEN en économie, finance et géopolitique, ne peut se faire sans le coup de tampon d’autorisation et de validation des sbires banksters de la City de Londres, qui est le nid, l’épicentre du vortex de la dictature mondialiste en place et ce depuis la fin du XVIIème siècle et plus certainement encore depuis la fin des guerres napoléoniennes et caractérisée par un capitalisme monopoliste galopant. De fait, Wall Street bouffe au ratelier de la City, Wall Street n’est qu’une simple succursale de la City, puissante certes dans sa force d’illusion et de coercition, mais succursale néanmoins, qui prend toujours ses ordres à la maison mère.

Ainsi le Brexit ne fait pas “réagir” la City, mais à l’inverse, le Brexit est piloté depuis le départ par la City et la haute-finance. Le Brexit, le concept même a été créé et avalisé par la City de Londres

Pourquoi ?

La City a toujours besoin de sa couverture, de son écran de fumée portatif et personnalisé qu’est pour elle le Royaume-Uni. Elle ne peut pas (encore) avancer totalement à découvert, même si d’année en année de plus en plus de gens voient au travers de l’écran artificiel. Sortir la GB de l’UE, c’est:

  • Échapper au TAFTA et au carcan imposé
  • Rester autonome, suffisamment pour pouvoir bouger sous couvert de la GB vers des alliances que la même élite fera désapprouver au reste de l’Europe: Russie mais surtout… la Chine !

N’oublions jamais que la City de Londres et ses rats de la finance ont été les instigateurs et les contrôleurs des deux guerres de l’opium en Chine, que des entreprises coloniales directement liées à la “couronne” de la City en sont devenues milliardaires, que cette même haute finance a agi pour larguer les nationalistes chinois de Chang Kaï Chek en rase campagne, laissant au Kuomintang l’os du trafic de la came à ronger pour ses bonnes œuvres, le tout au profit du communiste Mao Ze Dong, vu comme partenaire plus profitable à terme.

La City a récemment adoubé la Chine et il est plus que vraisemblable que le transfert de fonds et la spéculation monétaire entre la “couronne” et la Banque Centrale de Chine assistée de ses partenaires nationaux et internationaux, vont déjà bon train.

Voici ce que nous pensons et seul l’avenir nous dira si nous avons raison ou tort: Les criminels psychopathes de la haute finance de la City/”Couronne” sont en train de préparer une implosion financiere et économique de grande envergure, suffisamment dévastatrice pour mettre le monde à genoux et installer la structure de la grille de contrôle de leur Nouvel Ordre Mondial, dont le modèle coercitif est la Chine ne l’oublions jamais. Pour ce faire, ils ont besoin de sauver les meubles et de transférer des fonds importants dans un système financier qu’ils contrôleront en partenariat avec ceux qui survivront au désastre. La Chine fait partie depuis longtemps de ce plan machiavélique. La Russie était supposée être absorbée dans l’occident moribond dès son implosion en 1991. Quelque chose n’a pas tourné rond et la Russie s’est relevée sous la houlette de Vladimir Poutine. La question pour l’oligarchie est de savoir comment en faire croquer à la Russie, l’amener dans le giron transnational ?.. Dans cette vaste entreprise de destruction massive, les états-nations seront sacrifiés à l’autel de la domination globale d’une clique d’escrocs de la “finance”, le monde est entré en phase 2 de cette opération: celle du transfert et de la consolidation financière par un “pivot vers l’Asie”, ce pivot n’est pas comme les politiques veulent le faire croire une mission d’encerclement militaire de la Chine, mais un pivot de l’alliance entre la City et sa succursale de Wall Street vers et avec la haute finance chinoise. Pivot il y a mais le mensonge réside sur quel est-il véritablement ? Quand ceci sera effectué, les fonds et les biens sécurisés, les ordures imploseront le monde économico-politico-financier occidental, les états-nations et les peuples seront à la dérive, les Etats-Unis imploseront et seront les grands perdants de l’empire déchu, tandis que la haute finance transnationale revigorée de son alliance avec son homologue chinoise mettra en place le nouvel empire dont la gestion de terrain sera assurée par la Chine et les forces mercenaires privées des banksters.

On pourrait donner cette image pour mieux comprendre:

Le bernard-l’ermite est devenu trop gros pour sa coquille, il est en train de changer de coquille… Comme tout naturaliste le sait, c’est à ce moment précis que le bernard-l’ermite est très vulnérable, au moment du transfert d’une coquille à une autre.

Instinctivement il le sait, tout comme ses prédateurs potentiels qui attendent l’ouverture…

Allons-nous attendre que le transfert soit réalisé ?…

=*=

Les trois villes cités régissant le monde, le cœur de l’empire: le Vatican, la City de Londres et Washington D.C

 

Nouvel Ordre Mondial: La Chine adoubée par la City de Londres…

Posted in actualité, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 4 novembre 2015 by Résistance 71

… ce qui confirme bien que Wall Street n’est en fait qu’une succursale de la City et l’a  toujours été. Pékin, après des années de tractations en coulisse est entré dans les petits papiers de la City de Londres, de sa Banque d’Angleterre/Vatican gérée par la famille Rothschild, bref la « Couronne » quoi. En fait rien n’a vraiment changé depuis le XIXème siècle et les deux guerres de l’opium menées par l’empire britannique pour asservir la Chine.

Les masques commencent vraiment à tomber à notre sens…

— Résistance 71 —

 

La City de Londres soutient la mondialisation du Yuan

 

Par Ariel Noyola Rodríguez –

 

Le 30 octobre 2015 – Source Russia Today

 

url de l’article en français:

http://lesakerfrancophone.net/la-city-de-londres-soutient-la-mondialisation-du-yuan/

 

Le gouvernement chinois favorise l’internationalisation de la monnaie du peuple (Renminbi, RMB) à travers une politique d’alliances qui ignore les barrières idéologiques. Initialement les efforts de la diplomatie du yuan seront axés sur l’Asie-Pacifique, cependant, dans un deuxième temps, ces efforts devront nécessairement se tourner vers l’Occident pour gagner son soutien.

La visite que le président Xi Jinping a effectuée à Londres, entre le 19 et le 23 octobre, a posé les bases de la fondation d’une époque dorée entre la Chine et le Royaume-Uni, bases sur lesquels les deux pays s’appuieront pour donner une impulsion au yuan comme monnaie de l’économie mondiale.

Pékin désire que le yuan devienne une monnaie de réserve mondiale. Bien que le chemin pour parvenir à la pleine convertibilité soit encore très long, la Chine a vu augmenter la présence de sa monnaie plus que tout autre pays au cours des dernières années. Le yuan est aujourd’hui la deuxième monnaie la plus utilisée pour le financement du commerce, et la quatrième la plus sollicitée pour effectuer des paiements transfrontaliers, selon les données de la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT, pour son sigle en anglais).

La stratégie du géant asiatique pour augmenter le poids du yuan dans l’économie mondiale est sous-tendue par le gradualisme. Pas de précipitation chez les dirigeants chinois. Le Parti communiste [de la Chine] est conscient que tout faux mouvement pourrait provoquer une guerre financière contre lui. En effet, aussi bien la Réserve fédérale que le Département du Trésor des États-Unis résistent fortement à une diminution de l’influence du dollar et de Wall Street dans la finance mondiale.

Le gouvernement chinois prend des précautions, car pour atteindre les objectifs à long terme, il est préférable de procéder étape par étape et furtivement plutôt que de prendre des risques élevés. Pour cette raison, dans un premier temps, la Chine s’est assuré le soutien du continent asiatique, soit par la signature d’accords sur les swaps (échanges) de devises, soit par la mise en place d’accords de compensation directs entre banques, soit en accordant des quotas d’investissement aux investisseurs institutionnels pour leur participation au programme en yuan (Renminbi Qualified Foreign Institutional Investor Program).

Dans un deuxième temps, le gouvernement chinois tourne son regard vers l’Europe du Nord. Pour positionner sa monnaie dans le groupe des opérateurs majeurs, la clé est l’assistance technique des pays occidentaux. La Chine a commencé à relever le niveau de son partenariat stratégique avec le Royaume-Uni, qui malgré le déclin de son économie, est toujours chef de file dans la gestion de la finance internationale. Ce n’est pas rien que la City de Londres ait le plus grand marché des changes dans le monde, et réunisse le plus grand nombre d’opérations de gré à gré.

Mi-2013, le Royaume-Uni est devenu le premier pays à promouvoir l’utilisation du yuan en Europe. L’Allemagne, la France, la Suisse et le Luxembourg sont entrés en compétition par l’installation de banques de règlement directs (RMB offshore clearing banks) afin de faciliter l’utilisation de la monnaie du peuple. Cependant, aucun d’eux ne constituait une menace grave pour le Royaume-Uni. La ville de Londres a enregistré plus de la moitié des transactions libellées en yuans dans l’ensemble du continent européen.

Comme l’économie britannique est embourbée dans la stagnation, et menacée de près par la déflation (baisse des prix), le gouvernement de David Cameron insiste désespérément pour renforcer ses liens avec les pays d’Asie-Pacifique, et surtout avec la Chine qui, malgré son ralentissement au cours des dernières années, continue à contribuer pour 25% à la croissance du produit intérieur brut mondial (PIB).

Pour le chancelier de l’échiquier du Royaume-Uni – et favori du Parti conservateur pour le poste de Premier ministre en 2020 – George Osborne, le monde d’aujourd’hui est confronté à une nouvelle configuration géopolitique et économique, dans laquelle la Chine joue un rôle de premier plan. Le commerce ne se concentre plus seulement entre les États-Unis et l’Union européenne. Voilà pourquoi, pour la City de Londres, le commerce et les opportunités d’investissement avec Pékin passent avant le mandat d’alignement sur l’agenda de Washington.

Une preuve en est que, en mars dernier, le Royaume-Uni a rejoint les fondateurs de la Banque asiatique d’investissements pour les infrastructures, menée par la Chine. Cette institution a mis fin à la domination de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement en Asie [qui sont sous influence américaine]. Jim O’Neill, un ancien employé de Goldman Sachs qui a inventé le terme acronyme BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) en 2001, est maintenant conseiller au Trésor britannique ; car assurément il est clair que la prospérité économique doit être cherchée dans la région asiatique.

Alors que les États-Unis ont déployé une flottille de guerre dans l’archipel de Spratley, accusant la Chine d’espionnage cybernétique et de manipulation du taux de change, le Royaume-Uni a émergé comme le principal partenaire de la Chine à l’Ouest. L’âge d’or entre les deux pays n’est pas nouveau, il s’est consolidé rapidement au cours de la dernière décennie. Entre 2004 et 2014, le commerce entre la Chine et le Royaume-Uni est passé de 20 à 80 milliards de dollars, tandis que les investissements chinois sur le territoire britannique ont augmenté à un taux annuel de 85% depuis 2010.

Lors de la visite du président Xi Jinping à Londres, entre le 19 et le 23 octobre, le gouvernement de David Cameron a gagné beaucoup d’oxygène pour son économie. La Chine a promis des centaines de millions de dollars d’investissement, depuis la construction de la centrale nucléaire de Hinkley Point jusqu’à la mise en service d’un train à grande vitesse qui reliera les villes de Londres et de Manchester. La possibilité de connecter les opérations des marchés boursiers de Shanghai et de Londres donnera aussi à un plus grand nombre d’investisseurs l’accès aux titres financiers libellés en yuans.

Le soutien du gouvernement de David Cameron sera décisif dans les prochaines semaines. Le Royaume-Uni a déjà annoncé qu’il votera en faveur de l’inclusion du yuan dans les droits de tirage spéciaux (DTS), le panier de devises créée par le Fonds monétaire international (FMI) en 1969, qui comprend actuellement la dollar américain, l’euro, le yen japonais et la livre britannique.

Selon les estimations de divers analystes cités par Reuters, si le FMI approuve l’entrée du yuan dans le panier de devises internationales, la demande mondiale en renminbi atteindra l’équivalent de 500 Mds de dollars et, par conséquent, la monnaie chinoise sera stockée dans les réserves des banques centrales à hauteur d’environ 5%, bien au-dessus des dollars australien et canadien (chacun avec environ 2%), mais toujours bien en dessous de l’euro (20,5%) et le dollar américain ( 60%).

En bref, les États-Unis ne réussiront pas à empêcher l’essor du yuan. Les turbulences sur le marché boursier de Shanghai ces derniers mois n’ont pas eu d’impact sur la confiance du Royaume-Uni dans le développement de l’économie chinoise, bien au contraire, le pari est maintenant plus ambitieux : grâce à la City de Londres, Pékin est sur le point de réaliser la mondialisation du yuan sur une échelle sans précédent …

Ariel Noyola Rodríguez est économiste, il a fait ses études supérieures à l’Université nationale autonome du Mexique. Contact: noyolara@gmail.com. Twitter:@noyola_ariel.